(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Children's Library | Biodiversity Heritage Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "Bulletin archéologique du Comité des travaux historiques et scientifiques"

This is a digital copy of a book that was preserved for générations on library shelves before it was carefully scanned by Google as part of a project 
to make the world's books discoverable online. 

It bas survived long enough for the copyright to expire and the book to enter the public domain. A public domain book is one that was never subject 
to copyright or whose légal copyright term has expired. Whether a book is in the public domain may vary country to country. Public domain books 
are our gateways to the past, representing a wealth of history, culture and knowledge that 's often difficult to discover. 

Marks, notations and other marginalia présent in the original volume will appear in this file - a reminder of this book' s long journey from the 
publisher to a library and finally to y ou. 

Usage guidelines 

Google is proud to partner with libraries to digitize public domain materials and make them widely accessible. Public domain books belong to the 
public and we are merely their custodians. Nevertheless, this work is expensive, so in order to keep providing this resource, we hâve taken steps to 
prevent abuse by commercial parties, including placing technical restrictions on automated querying. 

We also ask that y ou: 

+ Make non-commercial use of the files We designed Google Book Search for use by individuals, and we request that you use thèse files for 
Personal, non-commercial purposes. 

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort to Google's System: If you are conducting research on machine 
translation, optical character récognition or other areas where access to a large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the 
use of public domain materials for thèse purposes and may be able to help. 

+ Maintain attribution The Google "watermark" you see on each file is essential for informing people about this project and helping them find 
additional materials through Google Book Search. Please do not remove it. 

+ Keep it légal Whatever your use, remember that you are responsible for ensuring that what you are doing is légal. Do not assume that just 
because we believe a book is in the public domain for users in the United States, that the work is also in the public domain for users in other 
countries. Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we can't offer guidance on whether any spécifie use of 
any spécifie book is allowed. Please do not assume that a book's appearance in Google Book Search means it can be used in any manner 
any where in the world. Copyright infringement liability can be quite severe. 

About Google Book Search 

Google's mission is to organize the world's information and to make it universally accessible and useful. Google Book Search helps readers 
discover the world's books while helping authors and publishers reach new audiences. You can search through the full text of this book on the web 

at http : //books . google . com/| 



'A'¥:3b. 



^' %:^ 



■M>^ 




À'-: 






^^ 



•■^1^ 



/ 



l'^> 



.w-/ 



iï.i 



3^- 



;?.;iàt^' 



•?r* 






,»*••■ 



•i<ti'. 






;^' 



4 ''^' 

v-^ .-r^' 



.:._>}: 

L-^» 



>îr 



:<»'': 









rr^vw 



J 



1 




y 


bfiS^ 


^ 


tjB^ 




^v!; 
^ 






S 




1^ 


^ 


1 

^.^ 





:Sîâ^««e'- 



.«.IT' 



^1 






vm.. 



■î«^^ 



^>i*^*l 



Bulletin archéologique du Comité 
des travaux historiques et ... 

France. Comité des travaux historiques et scientifiques 



•J!-i 



V/-t , 



r 



Digitized by ^-^Ifjj 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



BULLETIN 
ARCHÉOLOGIQUE 



DD 



COMITÉ DES TRAVAUX HISTORIQUES 
• ET SCIENTIFIQUES 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



MINISTBBE 
DE INSTRUCTION PUBLIQUE ET DBS BEAUX-ARTS 

BULLETIN 

ARCHÉOLOGIQUE 

DU 

COMITÉ DES TRAVAUX HISTORIQUES 
ET SCIENTIFIQUES 

ANNÉE 1907 



PARIS 
IMPRIMERIE NATIONALE 

BRNB8T LBROUX, ÉDITEUR, RUE BONAPARTE, 28 
MDGCGCVII 



Digitized by 



Google 



ibr^x 



Digitized by 



Google 



BULLETIN 

ARCHÉOLOGIQUE 

DU 

COMITÉ DES TRAVAUX HISTORIQUES 
ET SCIENTIFIQUES. 

LISTE 

DES MEMBRES DE LA SECTION D'ARCHEOLOGIE, 

DES MEMBRES NON RESIDANTS, 

DES CORRESPONDANTS ET DES CORRESPONDANTS HONORAIRES 

DU COMITE DES TRAVAUX HISTORIQUES 

ET SCIENTIFIQUES. 

» 

MEMBRES DE LA SECTION FARGHÉOLOGIE. 
Président : 

M. Hbron de V1LLBPO88B (Antoine), membre de Tlnstitut, conser- 
valeur au Musée du Louvre, rue Washington, 16, viii*. 

rtce-Présidmt : 

M. Saglio, membre de Tlnstitut, directeur honoraire du Musée des 
Thermes et de THAtel de Cluny, rue de Sèvres, 85, vi*. 

Secrétaire : 

M. La8tbyrib( Robert db), membre de Tlnstitut, professeur à TÉcole 
nationale des Charles, rue du Pré-aux-Clercs, to bis, vu*. 



AicaioLoeii. 



T'- 



ftigitizedby Google 



Secrétaire aJjtmt^: 

M. Prod (Maiirièe), fpotkmkr I FÉdoie ifitfopsîet |el Chartes, 
rue des Martyrs, 6i, ix'. 

Membres : 

. , MM- ■ L ' ' ' î 

BiBÈLOrr^ îitembrfe de fln^itut, C(AisérVateur ?i !a ÔiMîothèque 

nationale, chargé de cours au Collège de France, rue de Ver- 

neuil, 3o, vu*. • ' ' ' • • 

Berger (Philippe), membre de llnstitut, sénateur, professeur au 
Collège de France, quai Voltaire , 3, vu'. 

Blanghbt (Adrien), bibliothécaire honoraire à la Bibliothèque na- 
tionale, avenue Bosquet, 4o, vu*. 

Cagnat (René), membre de f Institut, professeur au Collège de 
France, rue Stanislas , lo, vi*. 

Capitân (Le docteur L.), professeur à FÉcole d'anthropologie, rue 
des Ursulmet, 5, v*. ^ 

DuRRiEu (Paul), tymâenateor honoraire au Musée du Louvre, 
avenue Malakoff, 7/1, xvr*. ' 

GrâiIdjban (Charles), contrôleur des Monuments historiques, bou- 
levard Saint-Germain, 119, vi*. 

GuiFPREY, membre de llnstitut, administrateur de la Manufacture 
nationale des Gobelins, avenue dès Gobelins, Ai, xni*. 

HoMOLLE (J.-Th.), membre de Unstitut, directeur des Musées na- 
tionaux. Cour du Louvre, i**". 

JiTLMAii (Camille), professeur au Collège de France, rue du Luxem- 
bourg, 3o, Vî'. 

Lefèvrb-Pontalis (Eugène), membre résidant de la Société natio- 
nale des antiquaires de France, rue de Phalsbourg,* i3, xvii*. 

LowGfioii (Auguste), membre de l'Institut, professeur au Collège 
de France, rue de Bourgogne, 62, vu". 

Maspero (Gaston), membre de l'Institut , professeur au Collège de 
France, avenue de l'Observatoire, ai, xiv*. 

MtCHôN (Etienne), conservateur adjoint au Musée du Louvre, rue 
Barbet-de-Jouy, 26, vu*. 



Digitized by 



Google 



% — in — ^ 

MM. 

Pmkot (6toMi|e»)4 feMréiaire {^éttiel dé i'A^tidéHîf d«d IiMPif^' 
tions et Belles-Lettrés, diredmf honoraire de Vtmie MttÊkle 
sapérieure, quai Cooti, 26, ti*. 

Bbinach (Salomon), membre de Tlnstitat, otaservételir du Moiëe 
des an^quités nationales de Saint-Germain^n^Laye, rue d^ 
Ti^kiîr, i,xvK 

ScHLuvBKtGBR (Gustave), membre de Tlnatitut, avenue d'Antin, 

tHBDBNAT (L'abbé Henry), membre de Tlnstitut, ancien président 
dé la Sôclëlé tiatlodâte des antiquaires de t*rance, rue de Bour- 
gogne, 54, Vfr*. 



COMlflMlON DÉ FÙBÎilCATfON 
tt£â bOCUMENT^ AàCnioLOGIQUES DK L'ÂPRlQtJB OU NORD, 

M. Pbrrot (Georges) secrétaire |)erpéfuel de l^Acad^mie des In- 
scfiptièn^ »l BeUe0«l4ttteâ4 dinv;të«r fa»normré dé f É<iolé tior- 
nujle supérieure, quai Conii, a5, vi*. ,. 

Prigident: 

M. HiàoW DB VlLLBPOS^fc, membre de llûstilut, conservateur au 

Musée du Louvre , rûé Washiùgton ,16, viu*. 

.' . . • '• 

Secrétaire: 

M. Gagnât (Bené), membre de l'Institut , professeur a^i CoUëgo 
de t'rtittcé, rtiéStâtiîsla^, io, n\ 

Membres : 
, MM. . . - 

Babblon, membre de Tlnstitut, chargé] de cmfs 9^ GolU^é de 
France, conservateur à la Bibliothèque nationale, rue de Ver-. 
ïlétti!', 8o,ttt*. 

Ballu (Albert), architecte en chef des Monuments historiques de 
l'Algérie, rue Blanche, 80, ix\ 



Digitized by 



Google 



IV 



MM. 

Bbrgbi (Philippe), membre de Tlnstitut, sénaiemr, professeur au 
Collège de France, quai Voltaire, 3, tu*. 

Bbrthaut (Le génëral), directeur du Service géographique de Tar- 
mée, rue de Grenelle, i&o, vii\ 

B0BSWU.WALD (Paul), inspecteur général des Monuments historiques , 
boulevard Saint-Michel, 6, vi'. 

DiBHL, correspondant de l'Institut , professeur adjoint à la Facultë 
des lettres de rUniversité de Paris, square du Roule, &, vin*. 

Gaugklbb, correspondant de Tlnstitut, ancien directeur du Service 
des antiquités et des arts de la Régence, à Tunis. 

Gr4ndjban (Charles), contrôleur des Monuments historiques, bou- 
levard Saint-Germain, 119, vi*. 

GsBLL (Stéphane), correspondant de Tlnstitnt, inspecteur des An- 
tiquités de TAlgérie, professeur à TÉcole préparatoire à rensei- 
gnement supérieur des lettres d'Alger. 

HouDàs, professeur à TÉcole spéciale des langues orientales vi- 
vantes, avenue de Wagram, 29, xvii*. 

Là Mabtinibbb (H. ^b), consul général de France à Buda-Pesth. 

Lastbîrib (Robert db), membre de Tlnstitut, professeur à TÉcole 
nationale des Chartes, rue du Pré-aux-Clercs, 10 bis, vu*. 

Maspbbo (Gaston), membre de Tlnstitut, professeur au Collège de 
France, avenue de l'Observatoire, ai, xiv*. 

MoNCBAux (Paul), professeur au Lycée Henri IV, rue de Tournon, 

1 2 , VI*. 

Bbinach (Salomon), membre de flnstitut, conservateur du Musée 
des antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye, rue de 
Traktir, A, xvi*. 

Saladin, architecte diplômé du Gouvernement, boulevard de Cour- 
celles, 69 iû, viii*. 

TouTAiif (Jules), maître de conférences à TÉcole pratique des Hautes- 
Etudes, rue du Four, sS, vi*. 



Digitized by 



Google 



COMMISSION 
DRS MOSBES SCIENTIFIQUES ET ARCHIÎOLOGIQUES. 

Président : 

M. BoissiBB (Gastoo), seerétaire perpétuel de TAcadémie fran«- 
çaisc, professeur au Collège de France, quai Conti, 93, yi*. 

Viee-fréâideni : 

M. Lastbtiib (Robert de), membre de Tlnstitut, professeur à TÉcole 
nationale des Chartes, rue du Pré-aux-Clercs, lo bit, TJl^ 

Secrétaire : 

M. Babblon, membre de Tlnstitut, cfaai^gé de cours au Collège de 
France, conservateur à la Bibliothèque nationale, rue de Vor- 
neuil, 3o, tu*. 

Membres : 
MM. 
Cag!«at (René), membre de Tlnstitut, professeur au Collège de 
France, rue Stanislas, lo, vi*, 

GuiMBT, directeur du Musée Guimet, avenue d'Antin, &9, viii*. 

Haut (Le docteur), membre de Tlnstitut et de TAcadémie de mé- 
decine, professeur au Muséum d^histoire naturelle, conser- 
vateur du Musée d'ethnographie, rue Geoffroy- Saint ^Hilaire, 
36, V*. 

Hbbon db Villbpossb (Antoine), membre de l'Institut, conservateur 
au Musée du Louvre, rue Washington, 16, viii*. 

Maspibo, membre de Flnstitut, professeur au Collège de France, 
avenue de l'Observatoire, a&, xi?*, 

OusTALBT, professeur au Muséum d'histoire naturelle, rue de Buf- 
fon, 55, V*. 



Digitized by 



Google 



MEMBRES NON RKÇmAJVTS DU COMITÉ. 
MM. ' 

Ardaillon (Edouard), recteur de fAcadémie de Besançon. 

Bâbbau (Albert), membre de Flnstitut, à Troyes. 

Basset (Bené), correspondant de Ilnstilut, directeur de llEqole 
préparatoire à renseignement supérieur des lettres d'Alger. 

Batb (Joseph de), membre résidant de la Société nationale des An- 
tiquaires de France, à Baye, par Montmort (Marne). 

BEAunKiMiBE (Charles ps BosxUiABP de), correspondant de 17p9tî-r 
tut,, archiviste honoraire du département; de la SQiiie-Ia%ieure. 

BBRTHEié (Joseph), archiviste du déparfcçmeçl (le THéraulV 

BoissowNADE, professeur à la Faculté des lettres de TUniversitë d^ 
Poitiers. 

BROif'^DijRAifD (Justin), à Crest(Dr^e). 

Brutails, correspondant de Tlnstitut, archiviste du département de 
la Gironde. 

Bureau (Le docteur Louis), directeur du Muséum d^hisloire natu- 
relles à Nantes. 

Cau^lemer, correspondant de llhstitut, doyen de la Faculté de 
droit de TUniversité de Lyon- 

Cartailhag, correspondant de l'Institut, à Toulouse. 



f* I 



— ?i — 

MM. « 

Pbrrot (Georges), secrétaire perpétuel de l'Académie des Inscriptions 
et Belles-Lettres, directeur honoraire de l'École normale supé- 
rieure, quai Couti, aS, vi*. „ ,,. 

Beinagh (Salomon), membre de l'Institut, conservateur du Musée 
des antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye , rue de 
Traktir, /i,xvi«. 

Trvtat (E.), doeteur bs soiences, ancien coniârvâteuF du Musée 
d'histoire naiorelle de Tonloiise, rue du Lycée, k Pihx^ 



Digitized by 



Google 



— TU — 

MM. 

Cftnoii (Le docteur), mëâtcin^major du U* riment de tiraiiiearê 
algériens, viUa SteUa, à KereddiQe( Tunisie).* 

Cbaktri (Ernest), son^nlireoteur du Muséum des soiencei natu^ 
relies de Lyon. 

CpItblueb (Paul du), archéoio^e, an château de Keriiuz, par 
Pont-rAbbé (Finistère), 

Cbauvit, archéologue, k Ruffèc (Charente). 

Chbtiiiir (Le chanoine Ulysse), correspondant de Tlnstitnt, è 
Bomans (Drème). 

CLéMBHT-SiMON , ancien magistrat, au chftteau de Bach, près 
TnUe. 

Clbbg (Michel), professeur k la Faculté des lettres de, l'Université 
d'Aix-Marseille, consenateur du musée Borély, à Marseille. 

Dbghblbttb (Joseph), conservateur du musée archéologique de 
Roanne (Loire). 

Dblattrb (Le P.), correspondant de llnstitut, à Carthage. 

Demâison, archiviste de la ville de Reims (Marne). 

Dbsbimbbis (Reinhold), correspondant de l'Institut , rue Vital- 
Caries, 1 1, à Bordeaux. 

Durand (Georges), correspondant de l'Institut, archiviste du dépar- 
tement de la Somme. 

DuvAL, archiviste du département de l'Orne. 

BspéBAiioïKU (Le capitaine), du 8&' régiment d'infanterie ^ détaché 
à la direction de la Revue du Cercle mtltlatrv, correspondant de 
l'Institut, route de Clamart, Bg, à Vanves (Seine). 

FiNOT (Julesj), archiviste du département du Nord. 

FouaaAU (Femand), explorateur, à Biskra (Constantine). 

FouR?(iBB (Paul), correspondant de l'Institut, doyen de la Faculté 
de droit de l'Université de Grenoble, 



Digitized by 



Google 



— Tin — 

'MM.* 
Gadcklbb, correspondant de TlnsUtut, ancien directeur du Serrioe 
des antiquités et des arts de la Régence, à Tunis. 

GossBLBT, correspondant de {^Institut, doyen de la Faculté des 
sciences de i'Universitë de Lille. 

GsBLL, correspondant de ilnstitut, inspecteur des antiquités de 
l'Algérie, professeur à TÉcoie préparatoire à renseignement su- 
périeur des lettres d'Alger. 

GuroT, directeur de TÉcole nationale des eaux et forêts de Nancy, 
président de la Société d'archéologie lorraine et du Musée histo- 
rique lorrain. 

Harmand (Le docteur), ministre plénipotentiaire de France, à 
Tokio. 

Hautrbux, ancien directeur des mouvements du port, à Bor- 
deaux. 

Jadart, secrétaire général de l'Académie nationale de Reims 

(Marne). 

Krrvilrr (René), inspecteur général des ponts et chaussées en 
retraite, rue de l'HÂpital, 36, à Lorient (Morbihan). 

Lb Clbrt (Louis), conservateur du Musée archéologique de Troyes. 

Lrnnirr, directeur du Muséum du Havre. 

Lbroox, archiviste du département de la Haute- Vienne. 

I.1OI8NR (Mbnchb db), membre de Ma Commission des monun^ents 
historiques du Pas-de-Calais, au chftteau de Beaulieu, par Saint- 
Venant (Pas-de-Calais). 

MaItrb (Léon), archiviste du département de la Loire-Infé- 
rieure. 

Marchand, directeur de l'Observatoire du Pic du Midi (Hautes- 
Pyrénées), 

MiRRUR (P.), archiviste du département du Var. 



Digitized by 



Google 



— tx — » 

AUH* 

HoBftAïf (Di), délégué général à la Direction des fouiUes archéo- 
logiques en Perse. 

Œhlkrt, correspondant de Tlnstitut, conservateur du musée d'his- 
toire naturelle de Laval. 

Papier (Alexandre), président de TAcadémie d'Hippone, conser- 
vateur du Musée de Bône (Constantine). 

Pblissikr, professeur à la Faculté des lettres de TUniversité de 
Montpellier. 

Petit (Ernest), ancien président de la Société des sciences histo- 
riques et naturelles de T Yonne, à Ghfttel-Gérard (Yonne). 

Ppistri, correspondant de Tlnstitut, professeur à la Faculté des 
lettres de l'Université de Nancy. 

Piittb, archéologue, à Rumigny (Ardennes). 

PiLLOT (Jules), ancien agent voyer d'arrondissement, à Saint- 
Quentin. 

PfeUDHOMMB, archiviste du département de l'Isère, secrétaire perpé- 
tuel de l'Académie delphinale. 

Richard (Alfred), archiviste du département de la Vienne. 

RoscflACB, correspondant de l'Institut, secrétaire perpétuel de l'Aca- 
démie des inscriptions et belles-lettres de Toulouse. 

Rostand (Eugène), membre de l'Institut, à Marseille. 

RonviRR (Le docteur), professeur h la Faculté française de médecine 
de Beyrouth (Turquie d'Asie). * 

Rupin (Ernest), pr^ident de la Société historique et archéologique 
de la Corrèze, à Brive. 

Sabatiir (Armand), correspondant de l'Institut, doyen delà Fa- 
culté des sciences de l'Université de Montpellier. 

Salrpranqdb (Léon), directeur de l'Enregistrement, des Domaines 
et du Timbre du département des Landes, 



Digitized by 



Google 



X — 



Sautau (Le doctevr), eoii8êtirat«ur du mosé» et Mcrélàire perpé- 
tuel de la Société académique de Bouiogiie*fltir^Mer (Pop^ie- 
Culais). 

SouGHON, ancien archiviste du département de TAisne. 

SfÈCNAGisKS (FVancis), consul de iPrahce, à Yokohama (Japon). 

Thiollibr, membre de la Société historique et archéologique du 
Porei, le Dianm, k Seint-Étienne. 

Thoulbt, professeur à la Faculté des sciences de TUniversité de 

Neney. 

Toussaint (Le commandant), chef de bataillon d^infanterie, breveté, 
hen cadrée, à Gourbevoie (Seine)* 

Trutat (E.), ancien conservateur du Musée dliisfoire naturelle de 
Toulouse, rue du Lycée),à.Foi^* . * 

ViihVy correspoadant d^ rjnstitut, doyen d^ la FacuW de droit 
de rUniversité de Caen. 

Wailli, professeur à rÉcole préparatoire à l'enseignement supérieur 
des lettres d'Alger. 



I . . , > 

CORRKSP0WDAJHT5 HOJSOîlAIBBg DD COMITÉ. 

MM. 

Aiwc, con^l de frençe^ à Scqtari d'Albenie (Turquie d'Europe )» 

André (Edouard), arclîiviste du département de l'Ardèche. 

Arbaumont (Iules d"), président de la Commission des antiquités 
de la Côte-d'Or, à Dijon. 

AuBÉPiN, archiviste départemental honoraire, à Aurillac. 

AuBERT (L'abbé), curé de Balleroy (Calvados). 

AuTORDR, archiviste du département de ta Creuse. 



Digitized by 



Google 



— u 

MM. 

Bajihai», arcUfigte du dé^rtomept de ia Vendée. ' 

Babckhauskh , correspondant de Tlnstitut, professeur à la Faculté 
de droil à^ Wm^mU. de BonWuiu , , 

Bardbt, à la Lambertiëre, par Saint-Geoire (Isère). 

Baiuit (Georges), administrateur dé la commune mixte de'Cbflô 
(Constantine). 

RsAircHst, j^fofesseur à ia Faculté de droit de ftlniVersîté de 
Nancy. 

BiAtïtois, à Clori)éroil (CAl6-dX)r). 

t ' , - - '*' '.'I 

Bill Attab (César), avocat, à Tunis. 

. . . ' • • ■ . .' . . t ' . ' 

Bbrrard (Femand), (ircbéolo^^, à Saigon (Indo^ChiAe). 

Bbrtholoii (Le docteur), à Tunis. 

BioAftNB (Chaiies), memh^ de i» Société ardiMqgiqW'de Beonne; 
à Chorey (Cf^te^'Or), ; , . _ ^ , /.. ., 

Bi.in> (14'ièbé), pri$îifini de.la Sméié d^sanUquaira» d# h hUn 
rinie, à Saint-Omer (Pas-de-Calais). 

Bvatm (£anuMi8)t inap^cteur féûémi des'biUiothëifoei éi andiivea,' 
rueDonizetti, 3, à Paris, xn\ .' -. . . ^ ' : 

BoatiL, fkfdiiteele, à Montier^ f Savoie). • ' .,.«'' 

BotitAED (Gustave), directeur descontributions directes en retraite, 
rue de ia Bienfaisance, &, à Paris, viii*. 

BaocARb (Le comniandiani), cbef de bataillon du génie en retraite, 

à Bar-le-Duc. 

i ... ' . • , 

Bruhb (L'aJ)bé), curé de Mout-sôus-Vaudrey (Jura). 

Brt (Georges), doyen de ia Faculté de droit de rUttiveiiité d'Aix- 
Marseille, à J^ii^. 

Caipuu^ac (Pn)^ jpçe au tpbuaal ^le première ipst^ocQ de Ia 
Seine. ; , 

Cau-Durban (V^ti^é), n^ Qellegarde, 3, à Touloiw. . 



Digitized by 



Google 



— xu — - 

MM. 

Cazalis db Foif douce, seerétaire génëral de l'Actdémifi des sciences 
et lettres de Montpellier. ' 

Chatbl (Eugène), archiriste départemental honoraire, rue Vavin, 
6, à Paris, ▼!•. 

Ghavahon, archiviste départemental honoraire, rue de Varenne, 93, 
k Paris, vu*. 

CfliiiON, professeur à la Faculté de droit de TUniversité de 
Paris. , 

Chbyrkux, inspecteur général des archives et des bibliothèques, 
rue de Poissy, 5 , à Paris. 

Clbrval (L'abbé), docteur es lettres, à Chartres. 

Closhadkuc (Le docteur db), président de la Société polymathique 
du Morbihan, à Vannes. 

CouM (Gabriel), professeur au lycée d'Alger. 

CoMBAiiBu, ancien archiviste départemental, à Cahors. 

CoBBB (Le docteur), ancien archiviste de la tille de Brest (Fi- 
nistère). 

CouaANT (Maurice), maître de confërences k la Faculté des lettres 
de rUniversité de Lyon. 

Dbibaiiiib (Le docteur), à Bagnère»-de-Bigorre (Hautes-Pyrénées). 

Dbu>uhb, doyen de la Faculté de droit de TUniversité de Tou^ 
louse. 

Dbnis (Charies), capitaine au 5i* régiment d'infanterie, à Beau- 
vais. 

Dbsdbvisbs du Dbzbrt, professeur à la Faculté des lettres de l'Uni- 
versité de Clermont-Ferrand, président de la Société d'émulation 
de l'AuTergne. 

Dbsplabqub, conservateur de la Bibliothèque de Lille. 

Dioif (A. db), président de la Société archéologique de Rambouillot, 
à Montfort-l'Amaury (Seine-et-Oise). 

Dissabd, conservateur des musées de la ville de Lyon. 



Digitized by 



Google 



— xm — 

MM* 

DoMBRGui, à Saint-GenieB-siir-Lot (ÂYeyron). 

DoRTiL (Alcide-Étienne), avocat, conseiller général de la Lioire- 
Inférieure, à Nantes. 

DuHAHBLi archiviste du département de Vauclase. 

Dumoulin (Maurice), professeur de renseignement secondaire, en 
congé, aux Mureaux (Seine-et-Oise). 

Fabrs, professeur à la Faculté des sciences de TUniversité de Tou* 
louse. 

Fargbs (Le commandant), ancien chef de service des affaires indi- 
gènes, à Amplepuy (Bhène). 

Faviei, conservateur de la bibliothèque de la ville de Nancy. 

FiNOT (Louis), directeur honoraire de TÉcole d^Extréme-Orient , 
difecteur adjoint à TÉcoIe des Hautes-Etudes, rue Poussin, 1 1, à 
Paris. 

Flamarb (Henri db), archiviste du département de la Nièvre. 

Fliurt (Paul db), ancien archiviste départemental, à Tlsle-Jour- 
dain (Vienne). 

FouRDRiGifiBR, aucieu receveur des .contributions indirectes, avenue 
de Wagram, 9&, à Paris. 

Frbwnvillb (Db), archiviste du département de la Loire. 

Garrirr (Le chanoine), curé de Heuiliey-le-Grand, pai; Heuiliey- 
Cotton (Haute-Marne). 

Garrioou (Le docteur), président de T Association pyrénéenne, à 
Toulouse. 

GAeriRR (L'aU>é), curé de Saint-Cyr-rÉcolé (Seine-et-Oise). 

GiDB, professeur à la Faculté de droit de TUniversité de Paris. 

GiRAULT (Arthur), professeur à la Faculté de droit de TUniversité 
de Poitiers* 

Godard (Ch.), professeur au lycée du Puy, 

GoRNARD, ingénieur des arts et manufactures, à Lyon. 

GuBNOT, secrétaire général de la Société de géographie de Toulouse. 



Digitized by 



Google 



Kl? 



MM. 

GuBSNON, professeur booontr^ de FUaivenité', rue duBtfe^ 9}^ 1 
Paris, vu'. 

GuiGUE (Georges), archiviste du dëpartemenl du RhèM. 

Habasqub, conseiller !ib(i6i*aife & là Côur d*àppet, fiie Ëmile-Pour- 

caud.».9i» h BopdeftMx» 

« 

HéfiBLLE, professeur au Lycée deBayonne (Basses-Pyrenëes). 
IltjfaËRt (Eugène), archiviste du département de Ttndre. 
HuGUBs, archiviste du département de Seine-^t^lMlanie. 

JouAN (Le commandant), capitaine i» laiiiHi'e» ivMnlBt à Gher- 
boorg. , 

JouBiN) pixifeefi^f au Mnsëuiu d'hisAoïra ntt«ir»Uede Paria 4 v*« 

LacAok, âfchlvlôtfe du département de la DrAme. 

Lauoabdièrb (De), membre de la Société des antiquaires du Centre, 
à Boûl^s. • 

Leblanc, ancien donservateur du Mus^e de Vienne, k SainIrLaurent- 
de-Chamousset (Rhône). 

Le Bobuf (Le capitaine), au 1 a l'r^ment d'iiifanierie,;à MoUtlugon 
(Allier). 

Le Breton (Gaston), correspondant de l'Institut , directeur du 
Musé* déS anfiqirit'és de la Siine-Inférieure ql du Musée céra- 
mique de Rouen. 

Lbùibi/ (Alcîus), bittiothécaîre de la ville i'Ahbeville. . 1 

Lbmirb (Charles), rêvant honoraîi^ de Fnace» rue 4â C«nd4» ft&y 
à Amiens. 

Lbbot, bibliothécaire de la ville de Melun. , . 

L'Espinasse-Langeag (De), rue Fabert, 5o, à Paris, vif*. 

Lettebon (L'abbé), professeuf au lycéô dô Baslia (Corse). 

Lbtmarib (Caittflfe), conservateur de la bibliothèque communale, 
à Limogeât 



Digitized by 



Google 



— %y — 



MM. 

LtBOM^ orchitislt du département du Jura. 

LiioKOis, correspondant de rinsiitut, professeur k la Faculté de 
droit de l'Unit^rsité de Naiiey. 

LisLi m Da^Muti (Pitre i»k), cott^ahràtenir-dlrectetir da Mustfe ar- 
chéologique de Nantes 

LuRBT, contt^léili' eitil, à Gàbè^ (f tmisie). 

MiioHiuf , bibliothécaire de Ik ville de tîrenôble. 

MiLiYiALLB, secrétaire général de la Société languedocienne de 
géographie, à Montpellier. 

MtLùmtê {I>M)i membra de la Société dea aithfaaireê dti Centré, 
à 



Mblt (Db), membre résidant de la Sooiélé mtioftale detf auti^aireê' 
de France, au château du Me^^il-Gennain, par Fervacquea 

(Calvados). 

Mbbgibr (Ernest), président de la Soci4të archéologWue du dépar*^ 
tement de Constantine. 

MoiiLKzuif, colonel en re&aite^, rue du Montparnasse, 18, à Paris, 

MoNTieuT (Di), ancien magistrat, à La Rochefoucauld (Cliarente). 

MoRiL (Léon), receveur particdief de* finances, en retraite, à 
Beims (Mamo). 

Moats, archiviste du dépàrtettietif des Alpes^Maritiméf. 

Ottavi, consul de France, à Zanzibar. 

Pagart dUermansart, secrétaire de la Socié^lé des antiquaires de la 
Morinie, à Sain t-Omer (Pas-de-Calais). 

Patt db Clam (Ou), administrateur adjoint chargé du .Cercle ^de 
Béréby (Côte d'Ivoire). 

Paul, professeur au lycée d'Âlais (Gard). 

PiRATHoiv (Cyprien), à Aubusson (Creuse). 

PiQHB (Albert), à Pau. 1 



Digitized by 



Google 



XVI 

MM. 

PiiiATBL (Philippe), bibiiothëcaire et conservateur du musëe de 
Cannes (Alpes-Maritimes). 

Praiord (Ernest), membre delà Société dMmulation d'Abbeville. 

Privât (Le général), commandant la 3a* division d'infanterie, à 
Perpignan. • 

Rabouin, notaire honoraire, k Ghâteaudun (Eure-et-Loir). 

Rappray, consul général de France, au Cap. 

Rbbillbt, lieutenant-colonel en retraite, à Mateur (Tunisie). 

Requin (L'abbé), à Avignon. 

Rryon (Michel) 9 chargé de cours à la Faculté des lettres de l'Uni- 
versité de Paris. 

Rbymond (Marcel), à Grenoble. 

RiGOUART, président de la Commission des antiquités départemen- 
tales du Pas-de-Calais, à Arras. 

Rocher, consiid général de France, à Tien-tsin (Chine). 

Roman (Joseph), rue Casimir-Perier, 17, à> Paris, vu*. 

RosEROT (Alphonse), ancien archiviste départemental, rue Servan- 
doni, 11, à Paris, vi*. 

RouGHON, archiviste du département du Puy-de-D6me. 

Sabatier ( Camille), inspecteur général des services administratifs au 
Ministère de l'intérieur, en retraite, allées La Fayette, à Tou- 
louse. 

Salbilles, professeur à la Faculté de droit de l'Université de 
Paris. 

Saurel (L'abbé), membre de l'Académie des sciences et lettres de 
Montpellier. 

ScBiRMER, maître de conférences à la Faculté des lettres de l'Uni- 
versité de Paris. 

ScHMiDT, archiviste à la direction des Archives, rue des Francs- 
Rourgeois, 60, à Paris, m". 



Digitized by 



Google 



XVll 



MM. 
SouGAiCLB (Antonin), secrétaire de la Société archéologique de 
Béliers (Hérault). 

SouLioB, conserrateur de la bibliothèque de la ville de Pau. 

Tbulbt, archiviste du département des Landes. * 

Tholin, archiviste départemental honoraire, à Concarneau (Fi- 
nistère). 

Thomas, membre de Tlnstitut, professeur à la Faculté des lettres 
de rUniversitë de Paris. 

Trihidiz (Le chanoine), ancien aumônier du lycée de Reims 
(Marne). 

Vallm (Georges), député du Pas-de-Calais. 

Yerlaqub (L^abbé), à Fréjus(Var). 

Vidal, bibliothécaire de la ville de Perpignan. 

ViGiiAT (Gaston), ancien président de la Société archéologique et 
historique de l'Orléanais, à Orléans. 

ViLBBRT, secrétaire général des Phares de TEmpire ottoman, à 
Constantinople (Turquie d'Eun^). 

VissiBRi, professeur à TEcole spéciale des langues orientales vi-' 
vantes. 



CORRESPONDANTS DU COMITE. 
MM. 
Abam (Georges), administrateur de a^ classe en Mauritanie, 
Saint-Louis (Sénégal). 

Arnaud, notaire h Barcelonnette (Basses-Alpes). 

Arnaud d'A«nil (L'abbé G.), archéologue, rue Mentaux, lo, k Mar- 
seille. 

AuiRBACB (Bertrand), professeur à la Faculté des lettres de TUni- 
versité de Nancy. 

Bardbt (Pierre), négociant à Aden (Arabie). 

AicnéoLoeii. — N* 1. b 



Digitized by 



Google 



— ^ XTIII — 

MM. 
Bardt, préiiâ«nt de ia Sodété [^lonathiqne vasgiaiiiie, à Stmi4>îé 

(Vosges). 

BiRRiBRi^PLAirT, meoibr» de ia Sodiélé arebéidogîqtie du Midi de 
la France, à Puydaaîel (Haote-Garomie). 

Bbautus (Joseph), interprète de i*^ classe à Yun-Nau-SeJi( Chine )« 

Bbnzagar, professeur à la Faculté de droit de TUniversité de Bor- 
deaux. 

Bernard, lieutenant au &* régiment de chasseur» d^Afiriqne, à 
Tuftis. 

Bertrand (Louis), conservateur du musée de Philippevitte (Con- 
stantine). 

Betlié (De), membre de la Société de statistique» des sciences 
naturelles et des arts industriels de flsère, à Grenoble. 

BizoT, conservateur du Musée de Vienne (Isère). 

Blossier, professeur au collège de Uonfleur (Calvados). 

QoRKiUt à Cormery (Indre-et-Loire). 

BoNDURAND (Blignt-), archivist» dii départameot doCiOTé. 

BoNNBFer, cons^Uer général dn^eaitfo» dUnnezal (P«|>-4e-D6«ie). 

BoNNo (L'abbé), curé de CheUea (Seine-etrMarne). 

BoRDiER (Le commandant), contrôleur civil en retraite, à Hamma- 
met (Tunisie). 

Boucher (L'abbé H.), recteur de rétablissement ^de Zi-K»-Wei, 
près Cheng-Baî (Cbi^e). 

Boulanger (C.), conservateur honoraire du musée de Peronne 
(Somme). 

Bevi (Pierre), membre de l'AeMlénie de Stanislas, à Ktney. 

Braquehate, directeur de l'École municipale de dessin, i Bor- 
deaux. 

Brouilhet, professeur à la Faculté de droit de Ftlniversîté de 
Lyon. 



Digitized by 



Google 



XIX 

MM. 
Hmotun (M$x), af^tiiAe du âépétttiaeitî de (a Esivii^-SftfCfia. 

Cabafibs, secrétaire général de la Société d'horticulture du Gard, 
à Nîmes. 

CAMéNA D'ÀLtfKiDl (P.)^ profes«eur à la Paciïllé dés lettres de lUiii- 
vtfnité de Bardemu. 

Carribr£, président de la Société d^étude des sciences naturelles 
de Ntmes. 

Ctfàouiv (I/aUyé), fmré de Sepfèmes (Boucbes-^thAMne). 

CflARLirT, professeur à la Faculté des lettres de TUniversité de 

Charrisr, membre de la Société archéologique du département de 
Constantine, rue Lavigerie, à Saînt-Êugène (Alger). 

Chauyign^, vice-président de la Société de géographie de Tours. 

CuYLUD (Émiie), pharmacien^ à la Roche^Chalais (DordogBe). 

Claudor, archiviste du déparlement (fô ta Côte-fOr. 

CoLLARD (G.), archéologue, rue de Metz, 46, à Aûch. 

CoLtiGNON (Le docteur), médecin-major an 35' régiment d'infan- 
terie, à Cherbourg (Manche). 

Coquille (Pierre), membre de la Société des éludes historiques de 
PariîT, à Meutan. 

Couard, archiviste du département de Seine-e^Oise. 

CouRMONTAGfiB, couservateur du Musée de Lambèse (ConslantÎM). 

CovîiL (Léon), aoeie» prësideni de la Soeiéiét ueruMMide d'étadeB 
préhistoriques, aux Ândelys (Eure). 

CozKTTB (Paul), membre du Comité historique et archéologique d<j 
ïfdyoti (Ofe€f}. 

DANGiBSÀub (Cftarles), conservateur du Musée dé peinture el du 
MJn«9t d'wtk|oiléB de Se»les (Ghareite-IoférieriRref). 

Dannrbuthbr (Heori)^ j^temr de l'éyltse réformée, k itr4e'^l>ac. 



Digitized by 



Google 



XX 

MM. 
Dbbru6b(A.), commis des Postes et Télégraphes, à Bougie (Goii- 
stantine). 

Dbglatignt, vice-consul de Russie, à Roueo. 

Dbgiand, consul de France, à Philippopoli (Bulgarie). 

Denisart (Raoul), vice-président de la Société archéologique d'Eure- 
et-Loir, cloître Notre-Dame, à Chartres. 

Dbslandbs (Le chanoine), à Bayeux. 

Dbstandau, pasteur de Téglise réformée, à Mouriès (Bouches-du«- 
Rh6ne). 

Donau (Le capitaine), commandant supérieur du cercle de Këbilli 
(Tunisie). 

Doublet (G.), professeur au lycée de Nice. 

DouTTÉ (Edmond), chargé de cours à TÉcole préparatoire à ren- 
seignement supérieur des lettres d'Alger. 

Drappibr (Louis), secrétaire de la Direction dâs antiquités et des 
arts de la Régence, à Tunis. 

Drioux, avocat général , près la Cour d'Orléans. 

Drouault (Roger), receveur de l'enregistrement à Saint-Sulpice- 
les-Feuilles (Haute- Vienne). 

DoBARAT (L'abbé), curé de Saint-Martin, à Pau. 

Dujarric-Dbscombbs, vice -président de la Société historique et 
archéologique du Périgord, à Périgueux. 

Dumas (F.), doyen de la Faculté des lettres de l'Université de Tou- 
louse. 

Dumas (Ulysse), archéologue, à Baron, par Saint-Chaptcs (Gard). 

DupRAT, professeur au lycée de Rochefort (Charente-Inférieure). 

DuNAMoKt, conducteur des ponts et chaussées, à Mahdia (Tunisie). 

DuvBRNOY, archiviste du département de Meurthe-et-Moselle. 

Kcx (Théophile), conservateur du musée de SaintrQuentin (Aisne). 

EoEBi., archiviste du département de la Haule-SaAne. 



nigitlToH-^ 



XXI 

MM. 

Fatollb (Db), conservateur du musée scientifique et archéologique 
de Périgueux, au château de FayoUe, par Tocane-Saiot-Apre 
(Dordogne). 

Fbbrâhi» (Gabriel), consul de France à Stuttgart (AHemagne). 

Flahaut (Charles), professeur à la Faculté des sciences de TUni- 
versitë de Montpellier. 

Flamand, chaîne de cours à TÉcoIe préparatoire à renseignement 
supérieur des sciences d^Alger. 

Plbuit (Gabriel), membre de la Société historique et archéo- 
logique du Maine, à Maraers (Sarthe). 

FoucBBB (Le chef de bataillon), commandant supérieur du cercle 
de Médenine (Tunisie). 

FouQUBT (Le docteur), archéologue, au Caire. 

FoDBiiiBB (Joseph), archiviste adjoint du département des Bouches- 
du-Rhône. 

Gassibs (Georges), professeur au collège de Meaux (Seine-et- 
Marne). 

Gadtbibb (Gaston), instituteur public, à Murlin, par Beaumont- 
la-Ferrière (Nièvre). 

Gadtibb (Emile), chargé de cours à l'École préparatoire à ren- 
seignement supérieur des lettres d'Alger. 

Gazieb (Georges), conservateur à la Bibliothèque municipale, à 
Besançon. 

GiBiif-RiGABD (Henry de), secrétaire de la Société de statistique de 
Marseille. 

GiRAUD (J.-B.), conservateur du Musée archéologique de la ville 
de Lyon. 

GoMBBAUD (Le capitaine), du U* régiment de tirailleurs algériens, h 
Sousse (Tunisie). 

GouvBT (E.), conservateur du musée archéologique de Sousse 
(Tunisie). 



Digitized by 



Google 



XXII — 

MM. 
QukKo (Roger), amsien «rebivigte adjoint déparieinentAl, rue Co- 
l>ernic, ao, à Naatea. 

(iRANDHAisoN (Louîs LoizKAu db), Biicien archiviste du département 
d'Indre-et-Loire» 

GuiLtàUMB (L'«bl)é)^ arcbivi$te du départemeat des Hautes- 
Alpes. 

HiUAANT, secrétaire perpétuel de la Société d'émulation des Vosges, 
h Épinal. 

IUmuo, major au i/f&* régiment d'infanterie, à Bordeaux. 

HAnault, bibliothécaire de la ville de Valencieunes (Nord). 

IIkrmann (Gustave), sous -préfet honoraire, à Excideuil (Dor- 
dogue). 

iliLAiRK (Jean), capitaine au s* régiment étranger, détaché au 
bataillon étranger de Madagascar, i Sokaramy. 

lIiNGtAis, conservateur du musée de Constantine. 

Ihnard, archiviste du département des Basses-Alpes. 

Jacotin, archiviste du département de la Haute-Loire. 

Jaoqubtton, administrateur de la commune mixte de Michelet 
(Alger). 

JoLY (Alexandre), professeur à la Médersa de Constantine « en 
<îongé, à rÉcole préparatoire à renseignement supérieur des 
Hcienccfl d*Alger. 

JoLY (Charles), conservateur du musée de Guelma (Constantine). 

JouRDANNB (Gastou), membre de la Commission archéologique de 
Narbonne, à Carcassonne. 

JovY (Krnest), professeur au collège de Vitry-le-François (Marne). 

JuLiKN, contrAleur eivil suppléant, en disponibilité, aux Mées 

(Basses-Alpes). 

KaiAN, professeur à la Faculté des sciences de l'Université de Gre- 
noble. 



Digitized by 



Google 



— XXIII 

MM. 

Klbinclausz , profeBseof à la Faculté des lettrée de rUniversité de 
Lyon» 

KûNSTLER (J.), professeur à la Faculté des^ sciences de rUoÎYer^ité 
de Bordeaux. 

Labândb, archiviste delà Principauté de Monaco. 

LiBAT (Gustave), ancien président de la Société des archives his* 
toriques de la Gironde, à Bordeaux. 

Lacroix (Francisque), conservateur du musée d'histoire naturelle 
de Mâcon. 

Lapon, conducteur des ponts et chaussées, à Souk-el-Ârba 
(Tunisie). 

Là GttAssBRiB (Raoul db), juge au tribunal civil de Nantes. 

Lahondbs (Db), président de la Société archéologique du Midi de 
la France, à Toulouse. 

Laigub (Db), ministre plénipotentiaire, à Venise^(Italie). 

La Rogerib (Bourdb db), archiviste du département du Finistère. 

Laoby (Ant.), préparateur à la Faculté des sciences de rUhîverôité 
de Glennont 

LAtBBiit, archiviste du département des Ardennes. 

Lbchbvalibr (A.), instituteur public, h Cuverville-en-Caux (Seine- 
Inférieure). 

Lbclbrg (René), professeur au collège de Médéa (Alger). 

Lbgras (Jules), professeur à la Faculté des lettres de TUniversité 
de Dijon. 

Lbmpbrbur, archiviste du département de TAveyron. 

Lbsort (André), archiviste du département de la Meuse. 

Lbtaifituribr (Gabriel), publiciste, sous-préfet de Châtcaudun 
(Eure-et4joir). 



j 



Digitized by 



Google 



XXIT 

MM. 
Lbx, archiviste du département de Saône-etrLoire. 

LoBiMT, conservateur du musée archéologique de Châtiilon-sur- 
Seine (Côte-d'Or). 

LoRiN (Henri), professeur à la Faculté des lettres de TUniversité de 
Bordeaui. 

Ldvibbb (Auguste), photographe, rue Saint-Victor-Monplaisir, ai, 
à Lyon. 

LuMiBBB (Louis), photographe, rue Saint-Victor-Monplaisir, ai, à 
Lyon. 

Magon, archiviste du château de Chantilly (Oise). 

Marçais (William), directeur de la Médersa, à Alger. 

Martonhb (Emmanuel pb), maître de conférences à la Faculté des 
lettres de l'Université de Rennes. 

Masson, professeur à la Faculté des lettres de TUniversité d'Aix- 
Marseille , à Aix. 

Mbbgibr (Gustave), secrétaire de la Société archéologique du dépai^ 
tement de Constantine. 

Mbrlbt (René), archiviste du département d'Eure-et-Loir. 

Mbtais (L'abbé), secrétaire-archiviste de Tévéché, à Chartres. 

MuiGAUD (Galien), secrétaire général de la Société d'étude des 
sciences naturelles de Ntmes. 

MoKCHiGOURT, Contrôleur suppléant, sous-chef du bureau des Con- 
trôles, à la Késidence générale, à Tunis. 

MoRBL (Le chanoine), desservant de Chevrières (Oise). 

MoRiN (Louis), typographe, rive droite du Canal, 7/1, à Troyes. 

MouRLOT (Félix), inspecteur d'Académie, à Alençon. 

MussBT (Georges), bibliothécaire de la ville de la Rochelle. 

NovAx (Dominique), archéologue, à Sfax. 

Ogbrrau (François), ancien proviseur du lycée de Toulouse. 



Digitized by 



Google 



XXV 

MM« 
OuBSBL, biUiothéeaire de la ville xle Dijon. 

Parisot (Le docteur Pierre), professeur à la Faculté de médecine 
de rUniversité de Nancy. 

PiscAUD, conseiller à la Cour d^appel de Gbambéry. 

Pasquibb, archiviste du département de la Haute-Garonne. 

Pawlowski (Auguste), membre de la Société de géographie, d'agri- 
culture, lettres, sciences et arts de Rochefort, à Fouras (Cha- 
rente-Inférieure). 

Piaon (Pierre- Alphonse), correspondant de Tlnstitut, président de 
la Société des sciences historiques et naturelles de T Yonne, à 
Auxerre. 

PéiousB, archiviste du département de la Savoie. 

Prtit (Auguste), archiviste du déparlement de la Corrèze. 

P^iBRBS (Angély), instituteur public, à Ferrières (Hérault). 

PniLipPB (André), archiviste du département des Vosges. 

Plamcouard, mensbre de la Commission départementale des anti- 
quités et des arts de Seine-et-Oise, k Cléry-en-Vexin, par 
Magny (Seine-et-Oise). 

PoRTRRiAiiD (IjO licuteuaut dr), chef du bureau des affaires indi- 
gènes, à Zarxis (Tunisie). 

PoRéR, archiviste du déparlement de F Yonne. 

PoR^R (L'abbé), desservant de Bournainville (Eure). 

PoRTAL (Charies), archiviste du département du Tarn. 

PoTTiRR (Le chanoine), président de la Société archéologique de 
Tam-et-Garonne, à Montauban. 

PouLAiiiR (L'abbé), desservant de Voutenay (Yonne). 

Poupé (Edmond), professeur au collège de Draguignan. 

Poux, archiviste du département de l'Aude. 

PaADiRR (Bertrand), conservateur du Musée du Bardo, à Tunis. 



Digitized by 



Google 



XXTI 

MM. 
Pbentout, professeur à U Facidté des lettres de fUniversité de 
Caen. 

Quignon , professeur au lycée de Beauvais. 

Rbgnault (Félix), rue de la Trinité, à Toulouse. 

R^ONiBR (Louis), archéologue, rue du Meilet, 9, à Évreux. 

Renault (Henri -Eugène), officier d'admiaistration du génie, à 
Tunis. 

RiGHBMOND (Mesghinet de), archiviste du département de la Cha- 
rente-Inférieure. 

Robert, administrateur de la commune mixte des Maâdid , h Bordj- 
Bou-Arrëridj (Constantine). 

RouLB, professeur à la Faculté des sciences de l'Université de 
Toulouse. 

Sabarthès (Uabbé A.), desservant de Leucate (Aude). 

Sabatibr (Paul) , correspondant de Tlnstitut, professeur h la Faculté 
des sciences de l'Université de Toulouse. . 

Sadoux (Eug&ne), inapecteur da Service défi aoâquités et des arts 
de U Régence, à Tunis. 

Sainson (Camille), vice-consul de France, à Mong-Tseu, Yun-Nan 
(Chine). 

Saint-Venant (Db), inspecteur des eaux et forêts, à Nevers. 

Sarran d'Allard (Louis de), membre de la Société des lettres, 
sciences et arts «la Haute-Auvergne», avenue de la République y 
3, à Aurillac. 

S^B (Henri), professeur à la Faculté des lettres de TUniversilé de 
Rennes. 

SoTER(Paul), archiviste du département du Loiret. 

Thiers (Paul), conservateur du Musée archéologique, à Narbonne 
(Aude). 

Thoison (Eugène), membre de la Société historique et archéo- 
logique du Gâtinaie, à Larchant (Seine*et^Mame). 



Digitized by 



Google 



XXVII 

MM. 

Tribalbt (Le capitaine), chef du bureau des afiaires indigènes, à 
Zarzis (Tunisie). 

Trigkr (Robert), président de la Société historique et archéo- 
logique du Maine, au Mans. 

TaouiLLiRD, archiviste du département de Loir-et-Cher. 

Ursbau , chanoine titulaire de la cathédrale d'Angers. 

ViLRAN (Gaston), professeur au lycée d'Aix. 

Vaschâldb (Henry), à Vals-les-Bains (Ardèche). 

VéRAN (Auguste), architecte des monuments historiques, à Arles 
( Bouches-du-Rhône ). 

Vbriiibr, archiviste du département de TAube. 

Vbslt (Léon de), correspondant du Comité des sociétés des beaux- 
arts des départements, rue des Faulx, m, à Rouen. 

Vidal (Auguste), chef de bureau à la préfecture du Tarn. 

ViLLBNBuvB (L'abbé Léouce db), archéologue, au palais de Monaco. 

ViLLEPBLBT (Ferdinand), archiviste du département de la Dor- 
dogne. 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



PROCÈS-VERBAUX 

DES SÉANCES 

DE LA SECTION D'ARCHÉOLOGIE 

ET 
DE LA COMMISSIOK DE L'AFRIQUE DU NORD 



Digitized by 



Google 



/ f • . I ' 



'o ; • '/' f 



' t 



Digitized by 



Google 



PROCÈS-VERBAUX 

DKS SÉANGB8 

DE LA SECTION D'ARCHÉOLOGIE 

DE LA CCMMISSIQN DE L'AFRIQUE DU NORD. 



14 JANVIER 1907. 



SÉANCE DE LA SECTION D'ARCHÉOLOGIE. 



PRÉSIDENGB DB M. HÉRON DE VILLEFOSSB. 

La séance est ouverte à k heures. 

Le p«ocèfr-verbal dt la dernière séance est lu et adapté* 

M. le Secrétaire donne lecture de fa correspondance : 

La Société d'études provençsdea, à Aîi , denmmda imm atthraniiott 
pour Taider à suf^MNrter les irais de pttMkation d'ua euviage de 
MM. de 6érin4Ucaffd et Aruaud d'Agiuel aur les antiquités de la 
vallée de TArc. 

Cet ouvrage ayant été fublié, il uj^ saurait éirt qu^^tion d'ac- 
corder une subvention à la Société d'études provençales. Le Comité 
ne peut qu'eiaminer s'il y a lieu de souscrire à un certain nombre 
d'exemplaires; un des membres du Comité est chargé de rédiger 
un rapport à ce sujet. 



M. CaliaÉd, tovwmpomàaai im Gaaiîté', à A«ch, otveie une note 
am «se pobte ampkore trewée à Aadi «a om» ée décmnfare t^%. 
— Renvoi à M. Héron deVilIefosac;. 



Digitized by 



Google 



XXlll — 

M. Gustave de Laigue, vice-consal de France à Venise, adresse 
an Comité une notice sor Tlstrie et quelques cités illustres de cette 
province. — Renvoi à M. Michon. 

M. Georges Stalin, membre de la Société d'études historiques et 
scientifiques de TOise, à Beau vais, envoie : 

1* Une note sur une épée de la Tëne et une pointe de lance lar- 
naudienne trouvées à Compiègne. — Renvoi à M. le D' Gapitan; 

3"* Une note sur une statue de saint trouvée à Méru (Oise). — 
Renvoi à M. Durrieu; 

3"* Une note sur un emplacement de ruines romaines à Chassey. 
— Renvoi à M. Adrien Blanchet. 

M. Destandau, correspondant du Comité, à Mouriës, envoie une 
notice sur la famille Porcellet et son hôtel aux Baui (Bouches-du- 
Rhône). — Renvoi à M. Grandjean. 

M. Théophile Eck, correspondant du Comité, conservateur du 
Musée de Saint-Quentin , envoie une note sur quelques découvertes 
archéologiques à Vermand. — Renvoi à M. Prou. 

Sont déposés sur le bureau les ouvrages -suivants offerts au Go- 
mité par leurs auteurs : 

Etude sur les cimetières francs des vattées du Tkéram, de la Brèche et 
du Petit Thérain, par M. Houle, à Bury-Mouy (Oise); 

Notice étude sur une petite seille prtwenant des fauiUes du ciw^ère 
Jranc d^Escames (0»e), par le même; 

Sur la présence â^wne station de la période néolithique à Charbonnières, 
près Mâcon, par M. G. Lafay, membre de l'Académie des sciences, 
arts et belles-lettres de Mâcon ; 

La station néoKthîque de MarcueH,près Mâcon , par le même; 

La station néolithique de Varennes , près Mâcon , par le même ; 

êSur trois objets de parure de la période néolithique trouves aux envi- 
rons de Mâcon, par le même; 

Une exploitation souterraine à Vépoque acheuUenne, par le même; 

Carte de Vâge de la pierre dans V arrondissement de Mâcon : note 
explicative par le même, en «élaboration avec M. L. Lex, membre 
de la Société d'Histoire naturelle de Mâcon; 



Digitized by 



Google 



XXXIII 

Eisai sur les ducats hriançmnais, par M. R. Vallentin du Cheyiard, 
à Montélimar (Drôme); 

Rapport adressé h M. le Maire sur les services du Musée ei de la 
Biblicthèqûe municipale de Montélimar, par le même. 

Ces ouvrages seront déposés à la Bibliothèque nationale, et des 
remerciements seront adressés aux auteui^s. 

L'ordre du jour appelle la nomination de la sous-commission 
chargée d'examiner les communications proposées pour le prochain 
Congres des Sociétés savantes. Cette sous- commission sera com- 
posée du Bureau de la Section et de MM. Babelon, Cagnat, Lefèvre- 
Pontalis et Reinach. 

M. Adrien Blanghbt lit un rapport sur une communication de 
M. Fabbé Poulaine, correspondant du Comité, relative aux fouilles 
du Pas-du-Gué à Voutcnay (Yonne) : 

(tM. Tabbé Poulaine signale les découvertes faites, depuis 190&, 
à Voutenay (Yonne), au lieu dit ^le Pas-du-Guéi9, à 5o mètres 
de la Cure et à 3o mètres de l'ancien chemin de Tonnerre à Cla- 
mecy. Il s'agit de restes de constructions dont les angles sont for- 
més de blocs de granit. Au milieu des ruines on a trouvé de nom- 
breuses preuves d'un incendie : bois noircis, fers tordus, tuiles en 
partie vitrifiées. Parmi les objets recueillis, citons un poignard de 
fer, une lame d'épée, des fers de lances et de^ flèches, un couteau 
à lame mobile, des clef^ de fer et une de bronze, deux fourchettes 
de bronze à trois dents. L'une a le manche orné d'une tète humaine, 
coiffée d'un bonnet conique. L'autre est constituée par la réunion 
de trois Gb tordus : c'est une forme assez fréquente au xv* siècle^*». 
A l'aide de fragments, M. Fabbé Poulaine a reconstitué un vase 
avec une anse et un goulot, analogue au «r pichet t). 

ff L'ensemble des découvertes indique certainement un établisse- 
ment médiéval; mais, dans Tëtat de la question, il est inutile de 
formuler une hypothèse quelconque, v 

^'î Victor Gay, Glouahrê arcUologtque (1887), p. 787, fig. A. Un exemplaire 
semblable a ét^ trouvé au faubourg de Mouësse, à Nevers, en 1897; voir 
J. de Saint- Venant , La cuillh-e à traven lei dget (Auxerrc, 1898), p. sa et 
pL, n'65. 

AftCBKOLOOlB. — N"* i. c 



Digitized by 



Google 



WXIV 

Ia nota dQ IL T^bbé PouUiuo «ira déposée «lu ardiivei du 
Comité, et des remerciements lui seront adroMéft pour M ooflunu* 
nication^ 

M. le D' Capitan lit un rapport sur une demande de subvention 
formée par la Société d archéologie lorraine en vuq de faire des 
fouilles dans diverses enceintes antiennes : 

ïfLa Société d'archéologie lorraine, dont le siège est à Nancy, a 
^rosaé une demande de subvention pour faire eiéeuler par M. le 
oomie Beaupré de» fouillât dans dÎYera campa et enceintes antiqots 
de la région « afin surtout d'eaaayer den déterminer exacteipent 
rage. 

(T C'est là, en effet, une question fort intéressante et dont on a'oc-» 
cupe beaucoup en ce moment. La Société d'archéologie lorraine 
vendrait apporter, d'après Tétij^e dea enceintes de la région de l'Est 
de la France, de3 élém^iita qouYoaux pour la détermination de 
l'époque à laquelle furent établies caa e^oeintc^. Quelque» reckcu^ 
ches ont été faites déjà dans ce sens, précisément par M. Beaupré 
qui, depuis dix ans, dirige les fbuîHes exécutées par la Société. Il a 
pu ainsi préciser les premières constatations de M. Barthélémy qui 
en 1889 avait reconnu dans deux ou trois vaUum les traces de 
calcination des matériaux de construction. Au Camp d'Alfrique, au 
Montsec (Meuse), à Aingeray (Meurthe-et-Moselle), M. Beaupré a 
pratiqué pour la Société d^archéologie lorraine des fouilles qui lui 
ont permis d'établir que ces enceintes ne remontent pas plus haut 
que l'époque hallstatienne. On connaît aujourd'hui ai camps 
antiques dans le département de Meurthe-et-Moselle, dont 10 ont 
été découverts par M. Beaupré. 

ff U parait donc que la demande de la Société d'archéologie lor- 
raine doive être prise en considération et qu'il y ait Keu d'accorder 
une subvention assez élevée en raison de Hutérét général des 
fouilles projetées, n — Adopté. 

M. DtmaiEu lit un rapport sur un mémoire de M. Louis Régnier, 
correspondant du Comité, à Evreux, relatif à deux piscines, un 
enfeu et des peintures murales récemment découverts dans le 
chœur de l'église Saint-Tauri» d'Evreux ; 

ff Les 7 et 8 août 1 906 , dit M. Louis Régnier, M. l'abbé DiivaUier, 



Digitized by 



Google 



XXXV — 

vcarë doyen de Sain^Taurin d'Évreux, ât enlever les iambria qui 
trgyumÎBseteQi le bas des murs dans le chœur de cette église, autre^ 
•rfois abbatiale. Cette opération mit au jour deux piscines omëesde 
vpetiiluresÀ fresque et une grande arcade qui na pu être autre 
•rehoae que rencadrement d'un tombeau, n 

«M. L. Régnier expose dans quelles conditions s'est effectuée la 
d^uverte, et la déorit dans les moindres détails. Sa note, tris 
sérieusement rédigée et exempte de toute phraséologie supeiflue, 
constitue une sorte d'exceilent procës^verbsl. Il me semble très 
désirable qu'elle soit publiée m extauo dans le Btùiehn. 

«rM. Régnier a joint à sa note des photographies; je souhaiterais 
q«edeax d^entre eHes, représentant tes piscines dti^c leurs pein- 
twes murales, fussent reproduites. Les peintures ne datent guère 
tout au plus que du commencement du xyf siècle, comme Ta, 
d'ailli^lirs, reconnu le correspondant. Elles sont dans un mjédiocre 
état de conservation. Mais les documenta de ce genn sont devenus 
si rares en France, que même leurs simples traces valent la peine 
d'être conservées par des reproductions et mises à la disposition de 
tous les érudits et historiens de TarU 

«M. L. Régnier termine ainsi sa notice : (eles parties du chceur 
(rde Saint^Taurin, si heureusement rendues à la lumière, mérite- 
erraient, au point de vue architectural, sinon une restauration, du 
V moins une mise en état discrète; mais ce qui importe le plus au 
«cbon aspect de Téglise, cest le nettoyage et le ragrément des sur^ 
crfaces murales plusieurs fois détériorées par l'application barbare 
ffdes boiseries qui s'y sont succédé depuis deux ou trois siècles, d 
Un pareii vœu rentre dans le ressort de la Commission des Monu- 
ments historiques. Je vous propose de le renvoyer à ladite Commis- 
sionîî. — ^^ Adopté. 

M. OtnmiBT iit un rapport sur une notice de M. Tabbé Arnand 
d^Agnri,. correspondant du Comité, à Marseille, retatrve à la statue 
de Notre-Dame de Romigier à Manosque (Basses-Alpes) : 

«Notre correspondant nous envoie une notice et une photogra- 
phie d^one statue de bois représentant une Vierge assiae avec 
Tenfant Jésus sur son genou. Il attribue l'axécution de cette œuvre 
assez fruste et fort dégradée à la fin du xii'' ou au début du 
sui* siècle. La figure prÛMÛpale semble intacte ; la tête de Teulant 



Digitized by 



Google 



XXXVl 



Jésus a été refaite. Cette sculpture a-t-elle une réelle valeur d'art ? 
cela parait douteux. Elle appartiendrait k un groupe de statyes 
similaires dont on rencontrerait d'assez nombreux exemplaires 
en Auvergne, dans le département de la Haute-Loire. L^auteur 
invoque à Tappui de son opinion Tautorité de M. le marquis 
de FayoUe ; mais pourquoi n indique-t-il pas dans son étude les 
images se rapprochant par leur caractère de celle qu'il nous 
montre? 

cr J'ai l'honneur de proposer le dép6t du travail de M. Arnaud 
d'Agnel aux archives du Comité, v — Adopté. 

M. JuLLUN lit un rapport sur un mémoire de MM. Robert Lau- 
rent et Charies Dugas consacré à l'étude de bas-reliefs romains 
découverts à Biot, près d'Antibes : 

(tMM. Laurent et Dugas sont deux élèves de l'École Normale et 
de l'École des Hautes-Éludes. Pendant les loisirs de leurs vacances, 
ils ont étudié de près les débris sculptés découverts, il y a quelques 
années, près du bourg de Biot, dans la région d'Antibes : bas- 
reliefs qui représentent des torques gaulois, des enseignes, des 
cuirasses, des trompettes de guerre, des casques, des armes, en 
un mot tous les détails de l'équipement militaire des Celtes. Et ils 
nous apportent, dans un assez long mémoire, les résultats de leur 
étude. Ce mémoire comprend deux parties, l'une qui est l'examen 
minutieux des différents objets représentés, et la comparaison de 
ces figures avec les figures similaires de l'arc d'Orange ou des 
monnaies gauloises ; l'autre qui est une tentative de restitution <lu 
monument auquel ces débris ont appartenu. Tout cela est fait avec 
unesobrie'té, une précision, une exactitude vraiment remarquables, 
et on se demande avec étonnement comment de tout jeunes gens 
ont pu ainsi arriver, du premier coup, à nous donner une disser- 
tation qui par l'ordre et la sobriété doit être proposée en exemple. 
J'ajoute que le dessin du monument restitué parait fort vraisem- 
blable. 

(rDes photographies, des planches, des croquis accompagnent 
le travail écrit, et sont dignes, en tout point, du texte qu'elles illus- 
trent. Ce mémoire sera prochainement publié dans la Revue des 
Études anàennes^ 1907, texte et dessins compris.?) 

M. Eugène Lbfevrb-Pontalis lit un rapport sur un mémoire de 



Digitized by 



Google 



XXXTIl 



M. Octave Bobeau, correspondant du Comité, à Cormery (Indre- 
et-Loire), intitulé : Influences arckitecturaks de la basilique de SanU- 
Martin de Tours et des abbayes bénédictines : 

(fDans un mémoire accompagné de nombreuses illustrations, 
notre correspondant, M. Octave Bobeau, expose des théories géné- 
rales sur les influences bénédictines et sur celles de la basilique 
de Saint-Martin de Tours avant de donner une monographie très 
intéressante de Téj^ise de Cormery. 

f Après avoir critiqué la division du sol de la France en nom- 
breuses écoles au xiV siècle, suivant la carte des monuments his- 
toriques dressée sous Tinfluence de VioUet-le-Duc, il fait obser- 
ver que certains grands monuments ont exercé une influence dans 
telle ou telle région en dehors d'une école déterminée. C'est un 
fait incontestable : ainsi Saint-Sernin de Toulouse est le prototype 
de la cathédrale de Santiago de Compqstelle. Mais il est diffi- 
cile de reconnaître aujourd'hui l'influence exercée par Saint-Mar- 
tin de Tours à l'époque romane. Sans doute, des fouilles récentes ont 
exhumé le plan des déambulatoires primitifs de la basilique, mais 
si Tun deux parait bien remonter au x*" siècle, suivant l'opinion de 
M. de Lasteyrie, il me semble bien imprudent de conclure, comme 
le fait M. Bobeau, que les ronds-points des abbayes bénédictines 
du XI* et du XII" siècle dérivent de ce modèle ou des salles poly- 
lobées gallo-romaines, ou encore de la rotonde hypothétique de 
la première basilique. 

(rLe déambulatoire apparaît simultanément dans plusieurs 
églises à la fin de la période carolingienne et dans te premier 
quart du xi* siècle, comme dans la crypte de la cathédrale de 
Chartres bâtie par Fulbert entre loao et loai; et si l'église 
de Saint-Martin de Tours présentait au x* siècle le plus ancien 
exemple connu d'un déambulatoire flanqué de cinq chapelles rayon- 
nantes, il faut bien constater qu'à Cluny l'influence bourguignonne 
est prépondérante comme l'influence poitevine à Saint -Savin, 
k Airvault, à Saint-Jouin de Marnes. D'ailleurs, Saint-Martin de 
Tours était une' collégiale qui ne se rattachait à aucun ordre 
monastique. 

(tAu point de vue du plan, quelques églises bénédictines pré- 
sentent bien une particularité que M. Bobeau ne semble pas 
connaître, c'est un type de chœur sans déambulatoire, flanqué laté- 



Digitized by 



Google 



— xTxnu — 

raiement dabsidioles de profondeor dëcroMBante qui s'outrent 
dans le transept Tel était le plan primitif de Téglise de La Charité^ 
sur-Loire qui se trouve reproduit k Saint-Serer (Landes), à Château^ 
meiilant (Cher) et à Sainte-Marie dTorck. De même il est probable 
que Târchitecte de Saint-Benott-sur-Loîre s'inspira du plan de 
l'abbatiale de Cluny qui présente la forme d'une croix à doublé 
traverse. 

<r Apres avoir étudié la tour Charlemagne, seul reste de Saint- 
Martin de Tours, qu'il attribue au xi* siècle, tandis que les baies du 
second étage ornées d'un tore sur rarchivolle portent l'empreinte 
du style du xii** siècle, M. Bobeau appelle l'attention sur la coupole 
du premier étage qui aurait servi de modèle à celle du clocher de 
Cormery. 

(rOr cette dernière est plutôt une voûte domicale soutenue 
par une croisée d'ogives qui se rapproche de celle de la tour de 
Saint-Aul)in d'Angers. Sans songer qu'on a monté des coupoles 
dans certains clochers romans bâtis au Nord de la Loire , comme à 
la Trinité de Vendôme et dans la tour septentrionale de la cathé- 
drale de Chartres, M. Bobeau attribue à la coupole de la tour 
Charlemagne une influence capitale. 

<r Ainsi il ne croit pas à l'influence de l'école du Périgord sur 
l'église de Fontevrault, comme si l'étroit passage qui se trouve sous 
les fenêtres hautes suivant le système adopté à Solignac et ailleurs, 
comme à la cathédrale d'Angers, n'indiquait pas que farchîtecte 
de la nef de Fontevrault s'est inspiré des dispositions en usage 
dans le pays des églises à coupoles. En outre, il rattache à la 
coupole âa clocher de Saint -Martin les pyramides creuses de 
Saint- Ours de Loches qui dérivent plutôt des flèches en pierre 
du xii* siècle. 

«f Je serais donc d'avis de demander à l'auteur de se renfermer 
dans les limites d'une monographie complète de l'église de Cor- 
mery, sans y joindre une étude sur les influences de Saint-Martin 
de Tours au moyen âge qui prête le flanc à la critique et qui pose 
des problèmes insolubles sur la filiation des déambulatoires et de 
certaines coupoles, t) — Adopté. 

M. l'abbé TnéDitiAT lit un rapport sur une lettre de M. Isidore 
Valérian, de Salon (Bouches-du-Rhône), relative aux antiquités 



Digitized by 



Google 



— XXXIX — 

^*ii récemment drfeouvêrtes mt l'emplacemetit d^ fétitique 
Pkam : 

crM» Isidore Valérian nous envoie une nouvelle noie ^ur les ruiiies 
qu'il a relevées 4 Teadroit qui lui semble être le site de l'antique 
PiêavU de la carie de Peutinger» Il y meationiie la déeouverie de 
monnaies au type du taureau, de poteries sigillées, de moaaîquea 
de grandes dimensions qu'il espère déblayer complètement pour 
reconnaître les sujets qui y sont figurés et en envoyer d^s desÀns 
au Comité. 

(tA cette note M. Valérian ^ joint un redressement de la tai)le 
de Peutinger sur lequel il marque l'emplacement de Pisavis entre 
Salon et Lambeéc^ au bord d'une voie qui, se détachant de la voie 
Aurélienne à Aix, la r^oint à Arles. 

crM. Isidore Valérian fait preuve d'un dévouement à l'archéologie 
digne d'ëlogëd; je proposé de réunir cette note à la précédente au 
dépôt des archives. y> — Adopté. 

M. S^lomon Reinàch envoie un rapport sur une demande de sub- 
vention formée par M. Henry Corot, de Savoisy, en vue de pour- 
suivre les fouilles des tumulus du groupe de Banges, à Minot (Côte- 
d'Or). Le rapporteur propose d'accorder à M. Corot la subvention 
qu'il sollicite. — Adopté. 

M. Héron db Villefosse communique au Comité, au nom de 
M. Bobeau, correspondant du Comité, à Cormery (Indre-et-Loire), 
une noie relative au clocher de l'ancienne église abbatiale de cette 
localité. M. Bobeau demande «u Comité de lui venir en aide pour 
obtenir le classement du monument. M. Lefevre-Pontalis appuie 
la demande de notre correspondant et insiste sur l'intérêt archéo- 
logique de la tour de Cormery. 

La Section d'archéologie accueille favorablement la demande 
de M. Bobeau. Elle prie l'administration d'intervenir en son nom, 
le plus promptement possible, auprès de la Commission des Monu- 
ments historiques, afin que cette Commission puisse s'entendre avec 
la municipalité de Cormery pour assurer, dans la mesure du pos- 
sible, la conservation du monument menacé. 



Digitized by 



Google 



XL 



M. Héron db Villbfossb fait une commanication sur les enceintes 
romaines de Luieuil et de Périgueux à Taide de documents qui lui 
ont été envoyés par M. Coutil et par M. Gh. Durand. Ce dernier 
a rendu compte des découvertes faites en 1906 à Përigueux dans 
les fouilles qu'il a dirigées au nom de la municipalité, dans un 
mémoire intitulé : Fomllet de Vésone^ qui est offert au Comité en 
son nom. 

Les remerciements de la Section d*archéologie seront transmis 
à M. Ch. Durand. 

La séance est levée à 5 heures un quart. 

Le Secrétaire aéj&ini de la Sêetian 4*arch4oU>giê, 

M. Prou, 
Membre du Comité. 



Digitized by 



Google 



XLl 



18 FÉVRIER 1907. 
SÉANCE DE Lii SECTION DARCHÉOLOGIE. 



prAsidenge de m. héron de villefosse. 

La séance est ouverte à k heures. 

Le procës-verbal de la dernière sëancê est lu et adopté. 

M. le Secrétaire donne lecture de la correspondance : 
« 

M. E. Seyrës, agent voyer de la ville de Lourdes, envoie un 
compte rendu des fouilles opérées sur remplacement de Tancienne 
église de Lourdes. — Renvoi à M. Eugène Lefèvre-Pontalis. 

M. Henry Vaschalde, correspondant du Comité, envoie une note 
sur le village de Burzet (Ardèche). — Renvoi à M. Durrieu. 

M. Léon de Vesly, correspondant du Comité, à Rouen, envoie 
une note sur uqe marque de potier romain trouvée dans Tenceinte 
du théâtre antique de Lillebonne (Seine-Inférieure), et le moulage 
d^un graffite relevé sur un fragment de vase trouvé au même en- 
droit. — ^ Renvoi à M. Adrien Blanchet. 

M. le colonel H. de Ville d'Avray, bibliothécaire-archiviste de la 
ville de Cannes, adresse au Comité une notice sur les poteries dites 
samiennes trouvées à Fréjus. — Renvoi à M. Héron de Villefosse. 

M. Ulysse Dumas, correspondant du Comité, k Baron (Gard), 
envoie une note intitulée : «A propos des enceintes préhistoriques d. 
— Renvoi à M. le D' Capitan. 

M. de Saint-Arroman donne communication d'une lettre de M. le 
Soufrt-Seerétaire d'£tat des Beaux* Arts informant M. le Ministre de 



Digitized by 



Google 



XUI 



rinstruction publique qu'il a accordé une subvention en vue de Tex- 
ploration des terrains dits du ffCamp de Cësar^, à Izernore (Ain). 

Par une autre lettre, M. le SoUl^eôrétatrè d'État des Beaux-Arts 
fait savoir au Comité que, répondant à un vœu émis par la Section 
d'arcbéoiogie dans sa dernière séance, la proposition de classement 
du clocher de Tancienne église abbatiale de Cormery (Indre-et- 
Loire) comme monument hiôtorique , dont a été déjii saisi M. Tarchi- 
tecte en chef des Monuments historiques de la région, sera soumise 
à la Commission des Monuments historiques. 

M. Emile Chanel offre au Comité une notice dont il est fauteur, 
intitulée Fouilles de Mmtritd-Lacluse (ilm). 

Cette brochure sera déposée à la Bibliothèque nationale, et des 
remerciements seront adressés à M. Chanel. 

MM. Berger, Cagnat et Saladin sont chargés de rapports sur* des 
ouvrages pour le^qnel» une souscription a été dema&dëe à M. le 
Ministre de Tlnstructiott publique. 

M. Adrien Blanghbt lit un rapport sur des antiquités trouvées à 
Chassey (Sa6ne-et-Loire), signalées au Comité par M. Georges 
Stalin, membre de la Société d^études historiques et scientifiques 
de rOise : 

^La commune de Chassey (e** de Chagny, Saôue^^t-Loire) a 
fourni des restes qui prouvent qu'elle fut habitée dès Tépoque 
préhistorique. On a pratiqué, à diverses reprises, dés fouillés sur 
remplacement dit «Camp de Chassêyu, et M. Stalin dte des notes 
du général de Coisnard, de Tabbé Baujard, de MM. Perrault et de 
Drioton; mais il omet l'importante notice de cent pages, accom- 
pagnée de Ueuf planches, publiée par Edouard Flouest, en 
1868. 

crM. Stalin signale une fouille faite au mois d'août 19061 au 
hameau de Valotte (c"* de Chassey) , au bord d'un ruisseau desséché y 
qui se jetait autrefois dans la Dheune. AL Gadant y a trouvé des 
débris de poteries blanches, brunes ou sigillées, un fragment de 
Verre et des morceaux de tuile. Au même endroit, quelques années 
auparavant, ou avait recueilli une plaque de pioiub, quadrangulaire, 



Digitized by 



Google 



XUII — 



pereée de Aombreox trous, comme \eê plaqued de fer employées 
pour fermer les viirien.. 

trLe Comité peut demander le dépAt de la note de M. Stalin dans 
les archives. r> — Adopté. 

M. le D' Capitan lit un T%ffOïi sur une autre note de M. Stalin 
relative à une lame d'épée et à une lance de |>ronza trouvées près 
de Gompiègne : 

trM. Stalin informe le Comité que les derniers dragages exécutés 
au confluent de TAisne et de TOise ont amené h découverte d'une 
lamedVpée, de fer, pistilliferme, de om. 75 de longueur, paraissant 
appartenir à la période de la Tëne, puis d*une fort bkle tance 
de I»ronEe, longue de m» ^6, et qui fait actuellement partie des 
collections de M. Stalin qui en adresse un bon dessin A l<i plume, 
grandeur naturelle. Cette belle pièce est intéressante surtout k 
cause des gravures qu*elle porte : è la base, une ornementation en 
dents de loup; au dessus, quatre grands triangles dont les pointes 
se prolongent sur chaque face principale de la pièce, puis se ter» 
minent par deux traits à angle droit; enfin, trois traits parallèles à 
Textrémîté de la pièce. 

trCeô pièces de Tépoque du bronze présentant des ornements au 
trait ne sont pas extrêmement rares dans la région. L'abbé Breuil 
dans ses relevés en a signalé plusieurs (>). 

«f Je propose d'adresser des remerciements à Tauteur et de déposer 
sa note et la figure qui l'accompagne dans la bibliothèque du Musée 
de Saint-Germain. 1^ — Adopté. 

M. DuRRiBy lit un rapport sur une troisième note de M. Stalin 
concernant une statue trouvée à Méru (Oise) : 

rM. Stalin nous informe que des ouvriers ont mis à jour, en 
octobre 1906, une statue qui se trouvait complètement encastrée 
dans la maçonnerie d'un bâtiment sis rue Mimant, à Méru. Il ajoute 
que fr la statue, — buste d'environ m. 80 de haut et de calcaire de 
(rMonneville, — figure un saint victime de la décollation et portant 
ffune tête mitrée entre les mains ?). H suppose que ce saint peut être 



(») 



l/Ariihropoiogie, t. XIV (190$), p. 5eg. 



Digitized by 



Google 



frda mm et appliqué» m t^Uogleti qui alternent pointe en haut et 
«r pointe en baa; on y voit huit foi» le ronge uni, quatre foi» nn 
or fond jaune déeoré d'un damier noir, et quaWe foi» un fond blanc 
«r partant en aon uôlieu une minuscule fleurette centrée d'une 
(TfioroUe reage h pétalea noirea.n 

•r On regrettera que M, Eck A*ait paa joint à la dascuription de ces 
divera objets 4m {^togniq^bîaa qui auraient . permis de mieux 
aoivre le» explication» qu'il donne» 

(rSi notre correspondant pouv^t nou» envoyer des photbgrapbies 
de» iibul9» le» plu» r^narquablei et de la c a aa o ktt e, fA auaai des 
mouiag«n de» pierrea gravée», nou» vou» pra{K)sejrion5 d*inaérer aa 
note ainsi illustrée, dan» le B^lklm arcU9hgiqu^ Nou» devons, en 
attendant, le fomereier pour le »oin qu'il prend d'empêcher, aur< 
tant qu'il 6»t en lui, la diaperaion de» antiquités de Vermand, d'en 
a»aurer h conacyrvation et d'eu transmettre la deaonption au Co- 
mité, n —'Adopté, 

M. le Seerétaîra dcnne leciare d'm rapport de M. Saiomon Rsi- 
iiAïai sur ma damande de aubventîoB formée par M. Loth , Amfen 
de la Faculté des lettres de Renne», en vue de poursuivre des re- 
cherchas sur l'époque préhistorique en Lignai. 

Le Comité, après discussion, décide qu'il n*y a pas Heu d'accor* 
der cette subvention. 

Lecture est donnée d'un autre rapport de M. Saiomon Reih agh 
sur une demande de subvention formée par M. Félix Régnault, 
correspondant du Comité, en vue de poursuivre les fonitfés de la 
grofte de Marsoulas (Haute-Ganmne). 

Le Comité, en consrrdération de l'importance des'réstthats déjà 
obtenus par M. Régnault, et tenant compte du soin que notre cor- 
respondant a pris d'envoyer au' Musée de Saint^Germain les exem- 
plaires les plus beaux et les plus caractéristiques des instruments 
qu'il a découverts, décide qu^l y a Heu faccueilKr favorablement 
cette demande. 

Hf, HéROH PE ViLLEFossB fait un rapport sur un envoi de M. Col- 
lard, correspondant du Comité, à Auch : 

fiL'eiivoi de notre correapoudant, M. G(41ard« est aina intérêt. 



Digitized by 



Google 



IbYlI 



Il s'agit dn dessin d'une petite amphore trouvée le 16 décembre 
1906 à Auch, chemin de Boub^, quartier du Garros, par des 
ouvriers terrassiers occupés aux travaux de canalisation du gaz. Je 
me permettrai de faire à«M. CoHard une petite observation. Il y 
aurait avantage à ne pas disséminer ainsi les renseignements qu'il 
veut bien recueillir sur les antiquités d'Auch et à choisir pour les 
communiqc^er w Gamité ceux qui ont une réç}le importance. En 
les coordonnant, en attendant une occasion favorable de les pré- 
senter dans un travail d'ensemble, il rendrait un service plus 
complet aux études qui lui sont chères; il éviterait aussi une 
grande perte de temps à ceux qui auront besoin , dans l'avenir, de 
consulter ses communications.?) 

M. Héron de Villefosse communique une photographie de l'in- 
térieur de Péglise de Lamourguiet, à Narbonne, exécutée par 
M. le D' Schœnevoff, et que lui a transmise M. Thiers, conserva- 
teur du musée de Narbonne. Cette photographie, en même temps 
qu'elle montra rimportwce du musée «oroWcdc^ique établi dans 
cette église, fait voir que les dégâts occasionnés par la chute d*un 
arc doubleau n'ont pas été si considérables qu'on ne puisse facile- 
m^it les réparer. D'autre part, il y a urgence à le foire pour assu- 
rer b conservation de l'église et sauvegarder les précieuses collec- 
tions qui y trouvent un abri. En conséquence, le Comité demande 
à l'Administration de bien vouloir faire une démarche auprès de 
M. le Sous -Secrétaire d*État des Beaux -Arts, afin que le Service 
des M oniunents historiques prenne dans un bref délai les mesures 
nécessaires à la réparation de l'église de Lamourguier. 

M. JvLLTAN lit un rapport sur un ouvrage pour lequel une sons^ 
criplion a été demandée i M. le Ministre de flnslraetien publique. 

La séance est levée à 5 heures. 

L$ Secrétaire adjoint de la Section d^archeologie , 

M. PlLOQ, 
Membre du Comité. 



Digitized by 



Google 



XLVIII 



11 MARS 1907. 



SÉANCE DE Lk SECTION D'ARCHÉOLOGIE. 



PRÉSIDENCE DB M. HÉRON DB VILLEFOSSK. 

La séance est ouverte à U heures. 

Le procès-verbal de la dernière séance est lu et adopté. 

M. le Secrclaire donne lecture de la correspondance : 

M. Eugène Lefèvre-Pontalis s'excuse par lettre de ne pouvoir 
assister à la séance. 

M. de Saint-Arroman communique à la Seclion une lettre de M. le 
Sous-Secrétaire d'Etat aux Beaux-Arts, par laquelle celui-ci informe 
M. le Ministre de llnstruction publique que, vivement préoccupé 
de la situation précaire de Téglise de Lamourguier à Narbonne, il 
a chargé naguère M. Tarchitecte en chef Nodet, de dresser un devis 
des ouvrages nécessaires à la consolidation de cet édifice. Ce devis 
est parvenu à l'administration des Beaux-Arts; il prévoit une dé- 
pense de âi,9&9fr. 35 que, sur la proposition de M. le Sous- 
Secrétaire d'État, M. le Ministre de l'instruction publique a mise à 
la charge du budget des Beaux-Arts. Cette décision donne satisfac- 
tion au vœu émis par la Section d'archéologie dans sa dernière 
séance. 

M. Louis Châtelain, élève de l'École pratique des Hautes-Études, 
demande une subvention pour accomplir un voyage, ayant pour 
objet l'étude des antiquités de la ville d'Orange. 

M. Léon de Vesly, correspondant du Comité, à Rouen, envoie une 
noie sur des vases gallo-romains avec marques de potiers. — Renvoi 
à M. Adrien Blanchet. 



Digitized by 



Google 



XLIX 

M. Roger Drouauit, correspondant du Comité, à Saint*Sulpice- 
ies-Feuiiles, envoie une note sur une marmite de bronze avec 
inscription du xvi' siècle. — Renvoi à M. Guiffrey. 

Le m<^nie correspondant envoie une autre note relative à une 
forge gauloise et gallo-romaine, découverte aux environs d'Excideuii 
(Dordogne). — Renvoi à M. labbé Thédenat. 

M^ Houle, associé correspondant de la Société nationale des An- 
tiquaires de France, offre un ouvrage intitule : Le cimelière franc 
d^E$came$ (Oise), 

Cet ouvrage sera déposé à la Bibliothèque nationale, et des 
remerciements sont adressés à Tauteur. 

M. Cag^at rend compte d'un mémoire de M, le capitaine Confor- 
tini, de Narbonne, sur les fouilles qu'il a faites avec M. le capitaine 
Molin^ au bord de Tétang de Bages. Ce mémoire est un complé- 
ment fort intéressant de celui qui a déjà élé publié sur la question 
dans le BuUetin archiolopque ^^). M. Gagnât propose de le déposer 
aux archives du Comité à la suite du premier. — Adopté. 

M. Adrien Blanchet lit un rapport sur une communication de 
M. Léon de Vesly, relative à des marques de potiers trouvées dans 
les ruines du théâtre de Lillebonne : 

crM. Léon de Vesly, conservateur du musée archéologique de 
Rouen, communique à la Section d'archéologie deux marques qui 
se trouvent sur des fragments de terre cuite recueillis dans Ten- 
ceinte du théâtre de Lillebonne, par le gardien de cet édifice, il y 
a quelques semaines. 

(vLe premier fragment est un rebord de vase-déversoir à masque 
de lion formant goulot^ genre de vase assez fréquent dans la région 
de Rouen. La marque signalée par M. de Vesly serait GEMIN'M*; 
mais il est probable que cesl un nouvel exemplaire de la forme 
GEMiN'M' avec un I final, lié avec N. Celte forme a déjà été 
siffnaléeW. 



(') BuU. archéol, du Comité , 1906, p. 91 et 8uiv. 

W Qny. ifwcr. /«t., I. XIII, 3* partie, fa«c 1 , n» 10010, 966 (à Autun, 

AacBéouMiK. — NM. d 



Digitized by 



Google 



trL« iMHxmd fragment recueilli à LiUebonne porte une inscrip- 
tion gravée en creut sur le rebord d'un grand vase. M. de Vesiy a 
eu Theureuse id^ de noua faire parvenir le moulage de ce texte. 
Il faut certainement le lire : 

....iNÇAlI 

trLe nom de Gains se lit sur diverses poteries recueillies le plus 
souvent dans les pays voisins du Rhin^'), et sur des fragmei^ où 
il est grav€ à la pointe ^l Mais sur le tesson de LiUebonne il parait 
avec une forme différente. Les lettres qui précèdent le nom appar- 
tiennent probablement au mot officinaj qui, abrégé le plus souvent 
en OF, se présente cependant quelquefois en OFIC et OFFICI^^^. 

«Conformément aux intentions de M. de Vesly, le Comité pourra 
proposer le dépôt du moulage au Musée des Antiquités nationales.^ 
— Adopté. 

M. le D*" Càpitan lit un rapport sur une note de M. Ulysse Dumas, 
correspondant du Comité, \ Baron (Gard), relative aux enceintes 
préhistoriques : 

wM. Ulysse Dumas est un excellent observateur; s'il remue beau- 
coup de terre pour faire ses recherches, il remue aussi des idées. 
La note qu il adresse au Comité en est une preuve nouvelle. Elle a 
pour titre : A propos des enc^ntes préhistoriques^ M. Dumas, sans vou- 
loir généraliser, décrit ce qu'il a vu dans la région qu'il a étudiée à 
ce point de vue, région comprise entre deux affluents du Rhône, 
la Gèse et le Gardon. Il tire de ses observations des déductîo»! 
fort tnliérÉssanties^ 

«rll fait d'abord remarquer qu'on peut admettre l'existenoe de 
deux groupes de populations préhistoriques: d'abord, les Moli'* 
thiquea purs qui habitaient les plaines ^ enterraient tes aorte sous 
les banos de rochers>, et, lorsque ccux^i laieaieût défaut, cneasuie»t 
des cryptes AinéraireB avec entrée fermée par ime fuerre aonlptée, 



Paris, Reims cl Rouen). Cf. Maillot du Boullay, dans Bail, de la Comminion de* 
Antiquilén de la Seine-Inférieure, t. V (1879-1881), p. ao8. 

0) Cmy. in»cr, laL, ihid,, n" 10010, 934 et 986. 

(«) Ibid,, a» fascicule, n" 10017, à 18 (ingwi «t Veoiilea). 

^ tbitL, frec. 1, «* 10010, 3& ti 396, 37^ eU. 



Digitized by 



Google 



— LI 

du type de celles de GoUorgues et Gatteliiaïa^Vflieaoe i^). Plus tard, 
ils édifièrent des galeries en dalles recoureries d'un tumnlua. A ce 
moment seulement, Tincinération apparaît. 

itLm nioUthiqueêdu Nord de «ette rëfj^on habitaient au ceutraire 
snr les sommets, dans les bois, élevaient des menhirs et coiiitnû-* 
saient des dolmens. Mais — et c'est là un point nouteau fort inté- 
ressant, déjà indiqué par M. Dumas, ici méme^^), conforme aux 
observations de M. d'Ault du Mesnil en Bretagne et aux mieone^ 
— «rie dolmen, dit M. Dumas dans son mémoire, n'est pas un 
(T monument isolé, mais le complément, à titre de cimetière ^ d'une 
ff agglomération d'un village dont nous avons retrouvé les traces sur 
cr plusieurs pointe; celles-ci consistent, selon toute appar^nce, en 
frrestes de cabanes, parcelles cultivables et surtout en parcs à^bes- 
irtiaux, le tout compris dans un mur d'enceinte n ayant certainement 
erpas un caractère défensif. Je ne dois pas oublier une petite enceinte 
cr toujours voisine di; dolmen et ayant vraisemblablement un carac- 
fftère religieux." 

(rCe sont là les seules enceintes néolithiques de la région; elles 
n'ont donc aucun caractère défensif. 

(T D'ailleurs, les populations qui élevaient ces constructions con- 
naissaient le bronze. Ils avaient, comme objets de parure, des 
coquilles importées. 

(rDans les grottes des deux vallées du Gardon et de la Cèze, on 
retrouve ce mélange ^Instruments de pierre, souvent très finement 
travaillés, avec d^autres de bronze ou de cuivre. 

cril existe fréquemment, sur les hauteurs dominant la grotte , un 
petit re6ige oônamttaiqiuiai paiisis avec ceUe^i. 

irLes fremisrs trafiux Aéteatib renMitent dose k l'époqiUB dn 
hnMae;ilÉ «Mslîitteat des fiortî» ^ lieux 4fe refuge teaiposâires pour 
wêb ^ofoliliott hdNtant ia Usièm dm forêts; un peu pinsiard, (m 
fisrttas soat dtvMas dm enceiniss de pins grande. éieadue et, k 
l'époque du fer, de vrais oppidum ayant atteint leur maxiimitnda 
défdopy en w n t sm oMvient de l'invasion romaine. Ces travAUx «ou- 
ranaent pnesque toutes les hauteure de la région étudiée par 
M.Dutts. 



^•^ Face au type dit <r de la chouette et crosse». 

t'^ Voir le procès-verbal de la séance de la Section d'arcbéolo^e du 1 8 juin 1 90O , 
dans BuU. archéoL, 1906, p. iKLtii. 



Digitized by 



Google 



— LU — 

crEn lerminant, il donne une liste de treize enceintes découvertes 
et étudiées par lui dans ces parages. 19 

M. DuRRiEu lit un rapport sur une note de M. Henry Vaschalde, 
correspondant du Comité, à Vals-ies-Bains, concernant le village 
de Buraet ( Ardëehe) : 

(T M. Vaschalde envoie une note où il décrit très rapidement le bourg 
de Burzet, chef-lieu de canton de TArdèche, arrondissement de 
Largentière. Sauf deux petites photographies montrant, Tune Taspect 
général du village, l'autre la partie supérieure du clocher, cette 
courte notice n'ajoute rieq à ce que Ton peut apprendre de Bunet 
en consultant des ouvrages parus antérieurement. Ainsi, notre cor- 
respondant signale l'inscription en caractères gothiques, gravée sur 
un des piliers de l'église, et qui est ainsi conçue: trAnno Domini 
M° ccGc'* fuit incepta presens ecclesia per Petrum Octembonis et 
continuata per Bartholomeum Innungat et Claudium Aymati^». 
Cette inscription est très intéressante; mais elle est très connue. 
Dès 18/ia , elle a été publiée par Albert du Boys ^^\ 

nJe propose de déposer simplement la note de M. Vaschalde dans 
les archives du Comité. r> — Adopté. 

M. Eugène Lbpbvre-Pontalis lit un- rapport sur un mémoire de 
M. le chanoine Métais, correspondant du Comité, à Chartres, pré- 
sentant le résultat des fouilles qu'il a faites sur l'emplacement de 
l'église de l'abbaye de Josaphat, près de Chartres : 

(T Grâce à une subvention que lui a accordée M. le Ministre de 
l'Instruction publique, sur le rapport du Comité, notre correspon- 
dant, M. le chanoine Métais, a entrepris depuis deux ans des fouilles 
du plus haut intérêt sur l'emplacement de l'ancienne église abba- 
tiale de Josaphat, dans la cour de l'hospice d'Aligre, près de 
Chartres. 

(T Cette abbaye avait été fondée en 1117 par Geoffroy de Lièves, 
évéque de Chartres; l'église était en construction en ti 33, et le 
chœur était achevé en 1 i5i, comme en témoignent diverses pièces 
du cartulaire. On se trouve donc en présence d'un édifice bien daté 
dont le plan a pu être entièrement relevé par M. l'architecte 

t»> Albert du Boys, Album du VivaraU, p. a à 6. 



Digitized by 



Google 



LUI 



Douillard. La nef unique eommuniquait avec un transept à deux 
absidiotOs; le chœur était entouré d'un large déambulatoire flanqué 
d*ane chapelle très profonde et en hémicycle, placée dans Taxe, 
et de deux autres chapelles carrées comme celles de Saint- 
Philibert de Tournus. En outre, une chapelle orientée communi- 
quait avec le déambulatoire du côté septentrional. Tout le cheyot 
de révise était voûté d'ogires, comme l'indiquent les débris de 
nerroires et de sommiers et le plan des piles cantonnées de cobn- 
nettes à bases ornées. De nombreux chapiteaux garnis de lourds 
feuillages ont ihé mis à jour. 

(rLa découverte capitale faite au cours des fouiBe s a été celle du 
magnifique tombeau de Jean de Salisbury, évéque de Chartres, 
mort en 1 180 : c'est une oeuvre du xiii* siècle, tout à fait remar- 
quable par le beau style des rinceaux et qui vient d^étre moulée 
pour le musée du Troicadéro. M. le chanoine Métais a paiement 
retrouvé les tombeaux de Pierre de Celle et de Geoffroy de Lèves, 
évéques de Chartres, la statue funéraire de la femme de Gosleîn, 
seigneur de Lèves. En outre, il décrit soigneusement des tombes 
du xiv* siècle en haut relief qui avaient été conservées à Thospice 
d'Aligre et qui proviennent certainement de Téglise de Josapbat, oà 
Gaignières les avait fait dessiner. 

cr L'auteur a droit aux félicitations du Comité et des archéologues 
pour avoir mené à bonne fin des fouilles si importantes pour l'his- 
toire de l'artau moyen âge. Son travail est tout à fait digne d'être 
imprimé le plus tôt possible dans le BuUetin archéohgique. Les pho- 
tographies annexées au rapport méritent d'être reproduites ainsi 
que le pian de l'église pour faire comprendre le caractère de son 
style et la valeur des monuments funéraires. 9} — Adopté. 

M. Eugène Leprvre-Pontalis lit un second rapport sur les fouilles 
de M. Seyrès, sur l'emplacement de l'ancienne église de Lourdes 
(Hautes-Pyrénées) : 

(tM. Seyrès, agent voyer à Lourdes» adresse au Comité le compte 
rendu des fouilles opérées sur l'emplacement de Tancienne église 
paroissiale de cette ville. Cette église romane présentait un plan 
tréflé, mais elle s'élevait sur les fondations d'un monument plus 
ancien. D^ailleurs, elle avait subi des remaniements très importants 
au xvi" et au xv!!*^ siècle. Les fouilles ont fait découvrir dans la nef 



Digitized by 



Google 



LIV 



dea 8arcopbagee de pierre méroTÎngîenft qui ayaidat été violés, ufte 
monnuie de bronse, de Constantin, une pièce d'ai^nt wîstgothiqtie 
qui porta les noms d'Egica et de Wittiza, des*poteries sigillées dont 
Tune porte la marque ALBAN et l'autre la lettre M dans un ree- 
tangue, et lancienne cuve baptismale. 

er L'auteur semUe croire que Téglise pouvait remonter au xi* siècle , 
parce qn on a découvert sur une pierre la date de i oo3 en ohiflfres 
arabes, mais cette fausse inscription n'a aucune importance hisUK 
rique, car Temploi des chiffres arabes dans les inscriptions n^est 
pas antérieur au xv*" siècle. L'édifice à cbevet tréflé pouvait donc 
remonter aussi bien au xii* siècle. 

(f Je suis d'avis d'imprimer dans le BuUeiin arehialêgique le rap^ 
port de M. Seyrès accompagné du plan des fouilles, mais (m pooiv- 
rait demander à l'auteur les photographies de quelques objets et 
des poteries trouvées dans les fouilles.^ -***< Adopta. 

Le Comité exprime le désir que M. Seyrès lui fasse savoir si la 
monnaie wisigoàiique signalée est bien une pièce d'argent et lui 
transmette le texte et l'estampage des inscriptions votives à la déesse 
Tutela. 

Le Comité examine è nouveau la demande de subvention for- 
mée par M* Loth, doyen de la Faculté des lettres de l'Université de 
Rennes, en vue de faire des fouilles dans la commune de Lignol 
(MorUhan). 

Après avoir entendu un rapport de M* Salomon Rsinagh « le Co- 
mM décide qu'il y a lieu d'accorder à M. Loth la subvention qu'il 
sollicite. 

M. HéaoN Ds ViLLEFossE lit un rapport sur une communication 
de M. le colonel H. de Ville d'Avray, bibliothécaire-archiviste de 
Cannes (Alpes-Maritîmes), relative à des poteries sigillées recueil- 
lies à Fréjus : 

erDans une note adressée au Comité, le colonel de Ville d'Avray 
s'occupe des poteries inscrites trouvées à Fréjus. Les marques de 
ces poteries, publiées avant l'année 1888, se retrouvent toutes 
dans le volume Xll du Corpus insenirtiùmim latinarwn; il n'est donc 
pas Uï^ssaire d'en* reprendre l'étude. Je me borne à signaler au 



Digitized by 



Google 



I.V 



Cooiité les nouveaux exemplaire» recueillis k Fréjus par le ooloael 
de Ville d'Avray. On peut les diviser eu deux groupes : 

I. -^ Poteries de lajhbrique fArezzo (ItaUe). 

va. AEl, A[t]ei, Sur un fond de vase en céramique trèa fine, 
trouvé le a4 avril 1906 dam un champ au Nord de la ville, — 
Il faut probablement lire Atei; le T étant lié avec le A ou le E, 
CTeat le nom d'un fabricant qui ae retrouve fréquemment eu Gaule 
sur des produiU d'Arezio ^^\ 

wi, . . .\A.«ERI, Ktffcri(i). Sur un fond de vase recueilli au Nord 
des arènes, sur les bords du Reyran, |>rèB d^un ohemin. — Cette 
marque se rattaehe aussi à la Fabrique d*AreEZO (^). 

vc. ZOILI, Zoili. Sur un fond de vase trouvé près du théâtre 
antique. — Le nom de Z<nlns se rattache à la fabrique diAteius dont 
les produits sont si nombreux en Gaule ^^\ 

II, — Poteries fabriquées en Gauk. 

(ta. SIRACII. Trouvé le 3i décembre 1906. — Il faut lire évi- 
demment BlRACIi.; Biragill(us) est le nom d'un potier de Bannas- 
sac (♦)• 

«ft. CAICASM. Trouvé à Cannes en construisant la villa des 
Fayères sur le chemin de Bénéfiat. — On connaît la marque 
CACASIM = Cacasi m{anu) (^). 

(fc. . . .EN. Recueilli en 1902 dans les débris de la loge cen- 
trale des arènes de FVéjus, au milieu des Coulis qui jonchent le 
sol. — Ce débris appartient à la fin d'un nom comme [ING]EN 
= Ingenui, ou [PASSJEN , [PASSijEN == Passenix ou Passieni W. 

crEn remerciant le cdonel de Ville d'Avray de aa communication, 
le rapporteur propose de déposer aux archives les reproductions 

0) Cmf. mMT. UU, X. XUI, n** 10009, &9-55. 

W iW,,^- «83-884. 

W Ihid., n^' 55,3i8, 319. 

<•) MMi.,n- 3o5,3o6. 

« IW.,n« 887. 

W iW.,n'' io3a, 1A9A, 1496. 



Digitized by 



Google 



LM 



ea couleur des marques de potiers, qu'il a pris la peine d^exécnter 
pour le Comitë.7» -— Adopté. 

M. Héron de Villkfossb annonce ensuite qu'il a reçu de M. Ch. Pa- 
lanque, conservateur du Musée d'Âuch, la copie d'une inscription 
romaine, découverte dans le quartier Saint- Pierre, à Auch, chez 
un sieur Despax et achetée par la Société archéologique du Gers 
pour être déposée au musée de la ville. Elle est gi'avée sur un cippe 
de marbre blanc brisé en deux morceaux, mesurant o m. sa de 
hauteur et o m. i/i de largeur. Les faces latérales portent un ra- 
meau d'olivier (?) et sont encadrées d'une moulure; la face posté- 
rieure ne présente aucun ornement. La face antérieure est encadrée 
d'une moulure; au-dessous d'une palme très recourbée, on lit : 

L AVRE I A 

ceSelli- F 

V • S • L • M 

L'inscription est votive; nous ne connaissons malheureusement 
pas le nom de la divinité à laquelle elle était consacrée. 

M. Héron de Villbposse présente un rapport sur la demande de 
subvention formée par M. Louis Châtelain, en vue de faire un 
voyage en France pour la recherche et l'étude des antiquités 
d'Orange : 

(rPar une sorte de fatalité, tous les monuments antiques décou- 
verts h Orange (Vaucluse) ont été dispersés. On en retrouve au- 
jourd'hui dans bon nombre de collections particulières, dans les 
musées publics de Paris, de Saint-Germain-en-Laye, de Lyon et 
d'Avignon; on en signale en Belgique, en Angleterre, en Italie, et 
jusqu'en Amérique. Si la ville d'Orange montre avec orgueil aux 
touristes son théâtre antique et son arc de triomphe, elle n'a pas 
même un musée municipal pour recueillir les inscriptions, les 
sculptures, les mosaïques, les bronzes, les terres cuites et les mon- 
naies qui sortent du sol chaque fois qu'on le remue. Au xviii* siècle, 
il y avait à Orange et dans les environs quelques collectionneurs: 
on ignore aujourd'hui ce que sonl devenus les objets qui étaient 
conservés chez ces amateurs. 



Digitized by 



Google 



LVU 



rll serait donc Iris utile de rëunir tous les reaseignemeafs épars, 
relatifs aux antiquités d^Orange, de les coordonner, de les classer 
et d'en former un recueil qui pourrait être consulte avec fruit par 
les amis de nos antiquités nationales. C'est ce qu'a pensé M. Louis 
Châtelain, élève de TÉcole pratique des Hautes-Études. Son travail 
est déjà fort avancé ; il a besoin , pour le terminer, de visiter les mu- 
sées de la valiée du Rhône, de voir à Lyon les manuscrits d'Artaud, 
de consulter à Avignon ceux de Calvet, à Carpontras ceux de Pei- 
resc, à Aries oeux de Bonnemant, de rechercher à la Bibliothèque 
Méjanes, à Aix, des documents qui lui ont été signalés, enfin de se 
rendre à Qrange pour étudier k topographie de ia ville antique 
et faire surplace plusieurs constatations utiles. <» 

Le rapporteur insiste sur l'intérêt particulier de ce travail. 11 ap- 
partient au Comité d'archéologie d'encourager une entreprise aussi 
utile et dont le côté pratique est incontestable. 11 propose donc 
d'accorder k M. Louis Châtelain une somme qui lui permette dé 
faire le voyage d'études dont il a exposé le plan. — Adopté. 

M. HiaoN DE ViLLKFossE Ut un autre rapport sur uoe demande 
de subvention formée par la Société des lettres, sciences et arts de 
la Corrèie, à Tulle, en vue de poursuivre les fouilles qu'elle a en- 
treprises sur le Puy-du-Tour, commune de Monceaux, canton d'Ar- 
gentat (Corrèze) : 

(t Grâce h une petite subvention qui lui a été accordée par le 
Comité, sur la demande de M. de Lasteyrie, la Société des lettres, 
sciences et arts de la Corrèze a pu faire pratiquer, dans le courant 
de l'été dernier, des fouilles sur le Puy-du-Tour. Cette première 
campagne, dont un compte rendu nous a été adressé par M. Eu- 
sèbe Bombai ^^\ a permis de reconnaître l'enceinte gauloise qui oc- 
cupait le sommet de la montagne et d'y recueillir des armes, des 
monnaies et divers objets mobiliers, li reste un important gisement 
archéologique à explorer, mais la Société de la Corrèze, réduite à 
ses seules ressources, ne peut continuer les fouilles; elle sollicite 
une nouvelle subvention, afin de poursuivre une entreprise qui in- 
téresse à un si haut point l'histoire et l'archéologie de la région.?) 



t*) Euflèbe Bombai, Rapport mr hi fouillet opérét» au Puy-du-Tour, commune 
de Monceaux {Corrhe), en juillet et août tgoô; Tulle, 1907, in-8^ 



Digitized by 



Google 



LVIII 

l^ rapporteur propose d'accorder une subventioii à ia Socîéië 
dea lettres, scienoea et arts de la Corràse. — Adopté. 

MM. Philippe BaRGia^ CiGRATel Sàladin présentent des rapports 
sur des ouvrages pour lesquels uae souscription a été demandée i 
M. le Ministre de Tlnstruction publique. 

M. OoiaiBu appelle Tattention du Comité sur des questions rela* 
tives au r Dépôt légal n. Il est regrettable que Ton ne puisse con- 
sulter dans aucune bibliothèque certains ourrages d'art et d^arcbéo- 
logie édités à des prix très élevés par des éditeurs parisiens. La 
section partage les sentiments de M. Durrieu et décide qu'elle re- 
cherchera les moyens de remédier à la situation signalée par 
M. Durrieu, à ia suite d'un rapport que voudra bien lui faire celui^ 
ci dans la prochaine séance, et qu'elle soumettra une proposition i 
Texamen de M. le Directeur de TEnseignement supérieur. 

La séance est levée à 5 heures. 



Le Secrétaire adjoint de la Section ^archéologie, 

Maurice Paou, 

Membre du Goiuilé« 



Digitized by 



Google 



nx 



RÉUNION ANNIJELLR 

DÉLÉGUÉS DES SOCIÉTÉS SAVANTES 



SÉANCE GÉNÉRALE D'OUVERTURE. 



La /i5* réunion des déiëgués des Sociétés savantes de la France 
s'est ouverte le mardi 9 avril 1907, à deux heures précises, dans 
la sdle des fètea du. palais de rUniversité da Montpellier^ tous la 
présidence de M. Gaston Darboux, secrétaire perpétuel de TAcadé- 
mie des Sciences, membre de la section des sciences du Comité des 
travaux historiques et scientifiques, assiste de M. de Saint-Arroman, 
délégué de M. le Ministre de rinstruetion publique, 

A sa droîle prennent place : MM« Bayet, direeteur de l'Snaeigné- 
ment supérieiir; le doeteu^ Hamy, membre de Tlnstitut et de TAca- 
demie de médecine; Cordier et le docteur Ledé, membres du 
Comité des travaux bîstorîi|ues et seientîfiques; à sa gauche, 
MM. A. Benoiel^ reoteor de T Académie de Montpellier « Levaaseur, 
Paul Meyer, Héron de Vitiefosse, membres de Tlftstitut; Vigie, 
doyen dé la Faeidté de droit de TUniversité de Mon^Uier.. 

Avaient également pris place sur f estrade : MM. de Fovilld, 
Leroy-Beaulieu, membres de Tlnstitut; J. de Lahu^e, Bagueaault 
de Puchesse, le docteur Boule, Bruel, Gazier, 6. Harmand, A. des 
Cilleak, Leftvro'Poatalis et G. de Bar, membres du Comité des 
travaux historiques et sdentiliqueSi 

Dans la salle dn remarquait ; MM. Boyé, Ronjat, Cabanes, 



Digitized by 



Google 



LX 

Gaiien-Mingaud, Pawlowski, Taetey, Rochetiii,le président Pas- 
caiid, Hauser, le commaadant Espéraodieu, Chauvigné, Kiinlz, 
Adrien de Villeméreuil , Lapeyre, Tabbé Bossard, d'Arbois de Jubain- 
ville, Edouard Combes, £. Belloc, Butei, Didier Massé, Roqae- 
Ferrier, Roui, Tabbé Sabarthès, Léopoid Carlier, Louis Sarran, 
Lavialle, Cartailhac, Teissëre, Paul Moulin, Charies-Brun,le doc- 
teur Depoully, Fournier, Daveau, Paul Kahn, Clouzot, AudoUent, 
Edmond Raissac, Pasquier, Aymard, Bonnardot, Félix Boutier, 
Mareuse, Daussy, le chanoii)e Morel, l'abbé Arnaud d'Agnel, 
Ricôme, Jeanton, Jean Martin, Vasehalde, Jacotin, Besnard, 
Gabriel Fleury, Nizet, le docteur Genglaire, le docteur Gaston 
Deneuse, etc. 

Au nom du Ministre de rinstruclion publique , des Beaux- Arts et 
des Cultes, M. Gaston Darboux déclare ouvert le Congrès des Socié- 
tés savantes et donne lecture de Tarrété qui constitue les bureaux 
des sections. 

Le bureau de la Section d'archéologie est ainsi <M)nstitué : 

Président de la section : M. Héron de Viiiefosse; 

Secrétaire : M. de Lasteyrie; 

Secrétaire adjmnt : M. Prou; 

Présidents des séances : MM. Héron de Viiiefosse, Joubin, Eugène 
Lefèvre-Pontalis, Joseph Berthèlé, Maurice Prou, Èoiile Bonnet, 
le D' Capitan, Cazalts de Fondouce, Saladin et Gandin. 

M. le Président annonce ensuite que quelques modifications ont 
été apportées à Tarrété ministénel en raison d'indispositions ou 
d'empêchements. 

Dans la Section d'archéologie, M. Emile Bonnet présidera seul, 
ie mercredi soir, la séance que M. Prou devait présider avec lui. 
La séance du jeudi soir sera présidée par M. Gandin, è qui devait 
se joindre M. Saladin. 

M. Darboux souhaite ensuite la bienvenue aux membres du Con- 
grès et, tout en regrettant que son confrère M. Mascart ait été 
empêché de présider cette solennité, il ne peut pourtant que se 
fi^icîter de se retrouver dans une ville a laquelle tant de souvenirs 



Digitized by 



Google 



LXl 

le rattachent. H n'a pas oublié les rapports qu il a eus avec tant de 
maîtres illustres dont il conserve précieusement la mémoire. Il est 
heureux de remercier au nom du Congrès la ville de Montpellier, 
rUniversité et les Sociétés savantes locales de Taccueil empressé 
quelles font à leurs invités et des fêtes auxquelles elles les convient. 

La séance est levée i deux heures et demie, et les membres du 
Congrès se rendent dans les locaux affectés aux différentes sections. 



Digitized by 



Google 



>«a\^ M i AVRIL 1907. 



r««MiMV % .^ «. SMWkX oc f ILLBFOSSE ET DE M. ANDRE JOUBIN. 

^^ k^^M^^i^ |^«r^)\»iUUs remplit les fonctions de secrétaire. 

It H^rni>« ^ \ilMb$se remercie M. André Joubin el M. Lefèvre- 
t\>Mt^*U> Jk W«r pr^ieux concours et présente les excuses de 
^ IV<^v «Km^I p^Hir raison de santé. 

^. W $^HVI»ire donne lecture d'une notice de M. Boulanger, 
v\4tV64M)4H)««l du (x>mitë, conservateur honoraire du Musée de 
IW^'^VN'. >ur un rhyton galio-romain trouvé à Abbeville dans les 
st*v»(iJW^ vW la Somme. Ce vase de verre a la forme d'une corne, 
v4 ^«1^ ItcKui^ue est semblable à celle de beaucoup de coupes de I9 
uN^»H' ^LHH)u«' : il est orné de quatre serpents ondules en verre blanc 
v^ iH^i\ O'v^t un produit de Tart gallo-romain du 11' au v* siècle, 
uMvx Hvi Barbares et surtout les Scandinaves fabriquèrent des rhy- 
UviiA, \^r on en a retrouvé plusieurs spécimens en Suède, en Bel- 
vj^H^^v ^ dans la vallée du Rhin. 

\|^ PiuoT signale l'analogie de ce rhyton avec ceux du Musée de 

M« (Sabriel (Iarrikre, correspondant du Comité, à Ntmes, fait une 
vH^Miuunication sur de curieux instruments de fer recueillis dans 
vK>« «ôpulturos antiques à incinérations au bas de l'oppidum du 
I4HUU Menu, au lieu dit «rCoste-Fèrew, près d'Eyguières (Bouches- 
slu-HliAne). On a recueilli des vases de terre grossière, noire ou 
l^^^{eâtre, deux instruments à douille munis de trois griffes, une 
«îljuièi'e de bronze, des fibules de bronze, un sin^ulum ou vase à 
uui»er également de bronze, un bracelet de fer. Ces objets pro- 
xit^unent d'un groupe de sépultures à incinération. M. Carrière 



Digitized by 



Google 



— Lxin — 

«ppaUe spéciâleBMiit r*Ueiitioii sur les îtetriuneais de fer qmil 
ooaipare à des fourchettes ^ irdoBt les dente ^ au lieu d'être dans ie 
praloogeffietit du mettche, seraient couiMes à angle droil*n. Les 
dents sont au nombre de deiu ou tnâa; quelqn^is il n'y aqu'uM 
seule dent, et dans ce eas «trextrëmité se termine en pointe de 
flèche à ailerons» ressemblant à un javelot dont on aurait ooufM 
rextrémité. La partie inférieure de oes outils est munie d'une do«iile 
et devait, par conséquent, recevoir une hampe ou un manche de 
boisD« Ces instruments ont tfté acquis pour les collections de la 
ville de Nîmes; ils sont txpOsés à la Maison carrée. 

«rUn exemplaire k trois dents a été découvert à Boiasièred(Gard)^ 
et plusieurs autres dans les lombes de pierres plates fouillées par 
II. Fauraaux environs des Baux, yi 

M« u Paâsmaar fait observer q«ie le terme de «fourchettes^^ 
employé par Tauteur pour désigner ces instruments, est impropre et 
peut prêter k hi confusion sur leur usage, car ils sont en f(H«« de 
croc et n'ont pu servir qu'à remuer les charbons d'un foyer pour 
en activer la combustion. 

M. Jean Màaris^ membre de l'Académie de Mâooii) cônservaleur 
du Musée de Toumus , signale des instruments du même genre trouvés 
dans le Méconnais. 

Le mémo membre lit une étude sur une Victoire*» etatuetto nn 
maine, de bronze, du Musée de Tournas. Elle a été trouvée en 1898 
au lieu dît 4f Le TiUet de Judàotn oomaumd de Lacrast (Saéna^etr- 
Loire). C'est un type rare de Vidoire sans ailes^ vêtue d'une iong«e 
tunique retenue par une ceinture; las pieds nM sont posés sur un 
globe. L'auteur décrit les différents types de statues de la Victoire 
en les eomplurant k oeMe statuette. 

M« AunocLiiT, professeur k la Faculté des lettres de Cinrmont»* 
Ferrand ^ quiadirigé à plusieurs reprises des fouilles au Puyde Démo , 
lit une étude critique sur deux leates an ciens qu'on jqiplique couh- 
munément aux mimes <^i occupent le sommet de cette montagne t 
l'un, de Phne le naturaliste, foisant allusmn à une slaAue <^0Kale 
de Mercure, ^vée chez les Arvemes par Zénedore, IWtrede Gré- 
goire de ÏMte^ décrivant un temple funeux ( fiMM^feist») cbea le 
même peuple* Le iei4e de Pline est trk eipUoite) il décrit le 



Digitized by 



Google 



LUT 



blatue, œuvre de Zénodore, fixe son prix de revient et le délai de 
dix «o6 qui fut nécessaire à son exécution, mais Grégoire de Tours 
ne parle pas de cette statue colossale. Par contre, il décrit minu- 
tieusement les restes du temple ravagé par Crocus au m' siècle, 
tels qu'ils étaient encore visibles de son temps. On peut donc 
supposer que ce temple avait été relevé et que ses épaisses murailles, 
ses mosaïques, ses plaques de mari)re, les feuilles de plomb de la 
toiture subsistèrent jusqu'à la ruine du paganisme. 

M. Audollent montre cependant que cette identification ne va pas 
sans difficultés; surtout parce que ni Pline ni Grégoire de Tours ne 
signalent cette drconstance capitale, que la statue et le temple se 
dressaient en haut d'une montagne. M. Audollent fait ressortir que 
le récit de Grégoire de Tours ne s'accorde pas avec le résultat des 
fouilles. L'historien parle de murs de 3o pieds d'épaisseur; or, ceux 
du temple ont 3 mètres de largeur. En outre, le récit de la conver- 
sion de Victorinus s'explique mal avec l'emplacement d'un temple à 
la cime d'une montagne. Les renseignements de Pline et de Gré- 
goire de Tours sont trop vagues pom* s'appliquer d'une façon certaine * 
au sanctuaire du Puy de Dôme. 

M. LB Président fait observer qu'on a trouvé des inscriptions 
dédiées au Mercure arverne sur le Puy de Dôme et sur les bords du 
Rhin. Il est d'avis que ce Mercure pourrait être identifié avec le dieu 
gaulois Vasto Cakti , mentionné dans l'inscription de Bittburg. 

M. Audollent dit qu'il s'est simplement proposé d'attirer l'attention 
sur les réserves à faire au sujet de l'interprétation des textes de 
Pline et de Grégoire de Tours. 

M. le commandant Espébandibu, correspondant de l'Institut, 
expose les résultats de la première campagne de fouilles entreprises 
au Mont Auxois par la Société des sciences de Semur, sur rempla- 
cement d*Alesia. Ces travaux, commencés au mois de mai 1906, 
ont pris fin dans les premiers jours d'octobre. On a découvert un 
théâtre, un temple, un monument à trois absides dont il est encore 
malaisé de préciser la nature, des puits, des citernes et les caves de 
plusieurs habitations. Par les substrnctions rencontrées on peut se 
rendre compte,dès maintenant,de l'importance considérable de la ville 
gallo-romaine qui succéda à YAlesia des Commentaire de César. Il faat , 



Digitized by 



Google 



LXV 

à ce qu'il semble, distinguer trois époques dans l'existence de celte 
ville. Très florissante au lendemain de la conquête, la ville fut dé- 
vastée dans le courant du i*' siècle. Relevée de ses ruines, elle subit 
de nouveaux désastres vers la fin du if siècle. Une fois encore rebâ- 
tie, on peut croire qu'elle disparut, du moins sur le même em- 
placement, au début du v"* siècle. Parmi les objets découverts 
dans les fouilles, M. Espérandieu signale plus particulièrement un 
bas-relief représentant la triade capitoline, un autre bas-relief figu- 
rant un I>îoscure, une statuette d'Amazone, une statuette de Jupiter 
assis, une statuette de chef gaulois, des images de têtes coupées 
rappelant celles d'Ëntremont, etc. Parmi les objets de bronze, il 
cite un buste de Silène transformé en peson de balance, une aiguière 
et sa patère, un miroir, des chaudrons et surtout un admirable petit 
sujet d'applique représentant un Gaulois mort. Les objets de fer ne 
sont pas moins nombreux , et leur diversité est très grande. Il en est 
de même des poteries, dont quelques-unes de terre rouge dite 
samienne sont remarquablement décorées. On a aussi trouvé 
&59 monnaies, la plupart gauloises, ou du Haut-Empire, un seau 
de bois pourvu de plus d'un mètre de* chaîne, et une flûte de Pan , 
également de bois, dont il est encore possible de tirer des sons. 

M. Espérandieu insiste sur les services rendus à la science par la 
Société des sciences de Semur et par son président, le docteur 
Simon. 

M. LE Pkbsidbnt rappelle que si les fouilles d'Alesia ont donné de 
ai beaux résultats, c'est qu'elles ont été dirigées par le commandant 
Espérandieu avec un zèie et un dévouement admirables. 

La séance est levée à & heures et demie. 

Pour le Secrétaire de la Section (^archéologie , 

Eugène LRFKVRR-PoirrALis, 

Membre du Comité. 



ÂBCBéoUMII. — N* 1. 



Digitized 



dbyGOOgl^ 



LX?I 

SÉANCE DU 8 AVRIL 1907. 

MlTIll. 



PBÉODilfQB bl Mil. EOGJUIB ïXfkmà^OWTAUa BT BttTHHi. 

H. Demttboo remplit l« fonctions de ueritmre, 

M. Emile Boiiin, de la Société archéologique de MontpelUor, 
lit an mémoire sur Tinflaenoe de Tort lombard dans rarchitecture 
rooMne de la régioD montpdliéraine, région qui correspond à pen 
près aui anciens diocèses de Miq[ttelone et de Lodëve. Cette inioence 
se manifeste surtout dans la décoration extérieure des monuments. 
Parmi les procédés d'ornementation importés de la Haute-Italie, il 
contient de mentionner, en premier Ueu, les plates^bandes terticales 
divisant lee parois extérieitfes des mmrs et reliées dans leur partie 
supérieure par une série de petites arcatures ea plein cintre. Il faut 
citer également les Grises et les arthtïoltes en «dents d'engrenage», 
les corniches formées de petites arcatures, les marqueteries décora- 
tives, les chapiteaux à treillages, Tamincissement vers les impostes 
des retombées de certains arcs , etc. Ces «éléments caractéristiques , 
d'origine oertainement lombarde, se rencontrent soit isolément, soît 
réunis en pfais ou moins grand nombre sur un même édifice; mais 
il est certains monuments qui, parieur ensemble, manifestent plus 
particulièrement Finiluenoe des eonstructouvs Unèenk : «e sont 
l'église de Saint-Guilhem-le-Désert , celle de Saint-Martin-de-Londres 
el la to«r Saiiit<*Elienne de Puissalicon. 

M. Emile Bonnet fait ressortir combien sont nombreux les édifices 
de la région montpelliéraine dont l'architecture décèle cette influence 
alors que de tels édifices sont assez rares dans les régions voisines. 
H attribue ce fait au commerce de Montpellier très florissant aux 
XI* et xii" siècles, commerce qui attirait dans ses murs une impor- 
tante population étrangère, et notamment beaucoup de Lombards. 

M. Eugène Lbfèvrb-Pontâlis félicite M. Bonnet de ses intéres- 



Digitized by 



Google 



— LXVll 

MDtes reeherehee et inésiè sur la nécessité d'admettre Téeoie lom* 
barde aussi bien que Sécole rhénane au nombre des écoles d'arebi-* 
tecture romane de la France. Son influence s'ëtendit sur un énorme 
territoire, notamment dans lea basûns du Rhône et de la Sa&he, 
dans rHéraolt, dans le Roosaillon, et les bande» lombardes sont aussi 
répandues en Bourgogne qu'en Catalogne. On pourrait admettre 
quatre centres de rayonnement de cette école i Ëmbmn, où Téglise 
NotM-Dame présente un portail franchement lombard, Montpdlier, 
Perpignan, Barcelone, sans compter la Corse. Il est certain que 
rinivaKe lombarde est plutôt faible dans les Bouches*du-*Rhône et 
dans f Ande. 

H fait observera M. Bonnet que le plan tréflé de Saintr«lfartin-^e 
Londres ne dénoie pas une influence lombarde, car il dérive dei 
diapeBes trichores élevées sar les catacombet de fiome, se retroute 
dans certaines basUiques de la Tunisie, sur les bords du Rhin et 
dans une quarantaine d'églises romands de la France an xu* siècle. 
Par contre, M. Bonnet aurait dâ signaler les chapiteaux lombards en 
forme de traptee qei se retrouvent dans les doehers de Puissalicon , 
du Roussillon et de la Catalogne. 

M. Gabriel Juntoii, membre de TAcadémie de Mâcod el de la 
Société des Amis des Art* et des Science» de Toornos, signale au 
Congres l'église Notre-Dame de Prayes située entra Toumus et 
Ciuny^ qui présente de» vestiges importants de constroction préro- 
mane, antérieurs au xf siècle, el notamment une surface considé- 
rable en appareil en épi vapm êpicatumn. 

Cette particularité très rare en Bouifogne se retroave aux environs 
de Toumus, dans la chapelle Saint4>aurent, à Toumus, dans les 
diapettes de l'abside de l'église abbatiale de Saintr^Philibert, dans 
le» reste» de l'église Saint-Mayeol , è Clony, et dans le» substruo- 
tion» du diâienn de Brancion. M. Jeanton fait remarquer également 
que l'égKse de Praye» possède un chœur constrait sur plan carré, 
particolarité unique dans le diocèse de Mficon à l'époque romane; 
par une singulière coïncidence, les troi» monument» en appareil en 
épi shoés dan» la région de Toumus possèdent tons et seuls un 
chœur bâti sur plan carré. 

M. Imrkfmg'Vowfum signale, à cette occamom^ l'intérêt qu'il y 
aurait k entreprendre un trar ail d'enaemUe sof l'architecture ut ki 



Digitized by 



Google 



LXVIii 



sculpture pré-romanes en France, comme Ta fait M. Gattaneopour 
ritalie. • 

M. Héron de Viilefosse donne lecture d'une notice ^e M. le cha- 
noine Lbynaud sur les fouilles des catacombes d'Hadrumète (Tu- 
nisie). Les défunts étaient ensevelis dans des loctdi, et le cadavre 
était noyé dans du plâtre; mais on ne trouve aucun bijou dans ces 
tombes au nombre de sept mille. Quarante-deux épitaphes ont été 
recueillies, ainsi que de nombreux emblèmes chrétiens gravés ou 
peints sur les locuU et un quadrisomum ou sarcophage qui renfermait 
quatre membres de la même famille. Les inscriptions sont gravées 
à la pointe : l'une se détache sur un couvercle en maçonnerie, 
parce qu'elle est formée de petits cubes noirs comme une mosaïque. 
Une lampe de terre cuite ornée d'un poisson, emblème chrétien, ce 
qui est une rareté archéologique, a été recueillie. En trois années, 
M. le chanoine Leynaud a exploré cent dix-sept galeries. M. le ser- 
gent Moreau vient d'en découvrir de nouvelles et a droit aux remer- 
ciements des archéologues pour avoir dirigé ces fouilles. 

A l'aide de treize comptes inédits tirés des archives départemen- 
tales de l'Aude et relatifs à la gestion du domaine royal de la sé- 
néchaussée dei563 à 1610, M. Joseph Poux, correspondant du 
Comité, archiviste de l'Aude, esquisse une monographie de la cité 
de Carcassonne au temps des guerres de religion et delà Ligue. L'au- 
teur s'est appliqué à dresser par le menu le bilan des appropriations 
ou des restaurations effectuées sous trois règnes consécutifs, au châ- 
teau, à l'enceinte, aux portes et à deux dépendances importantes 
de la cité : la maison du grand inquisiteur et la trésorerie. A pro- 
pos du château, M. Poux rétablit la topographie des défenses de la 
porte, détermine l'emplacement de l'arsenal, de la chapelle Saint- 
Blaize, de la cour présidiale et des archives de la couronne, éclairées 
par de larges fenêtres à croisillons décorées de vitraux armoriés. En 
parlant des enceintes, il précise le rôle définitif de la tour de la 
Vade vers 1600, et donne des travaux de reconstruction partielle de 
la tour du grand Burias en 1670 une relation vivante et circon- 
stanciée. 

L'étude de M. Poux renferme encore : 1° une reconstitution com- 
plète des défenses de l'avant-porte Narbonnaise; s"* un exposé his- 
torique des démarches faites au xviu^ siècle par les consuls de la 



Digitized by 



Google 



— Lxa — 

cité pour obtenir la réouverture de la porte d'Aude murée eu i63i; 
3*" de curieux éclaircisBements sur l'origine de la traverse crénelée 
de la porte du Sénéchal, édifiée de toutes pièces en 1670 et non au 
xni* siècle, comme Tout indûment afiirmé jusqu'à ce jour tous les 
archéologues; U** enfin une explication du nom jadis très controversé 
d% tour du Trésor ou du Trésau. 

A cette importante contribution à Thistoire monumentale de la 
cité, écrite d'après des textes originaux, positifs et entièrement 
inédits, M. Poux a joint, en appendice, d'intéressantes considéra- 
tions économiques sur le régime des travaux appliqué, au xvi** siècle, 
aux constructions de la cité, ainsi que sur la condition des artisans 
employés à ces travaux et sur les prix comparés des matériaux mis 
en œuvre. 

M. LE Pbbsîdbnt fait valoir tout l'intérêt des documents d'archives 
mis en œuvre par M. Poux pour l'histoire des réparations de l'en- 
ceinte de la cité de Carcassonne. Il y a beaucoup à dire encore sur 
l'état primitif de certaines tours, et malgré tant de livres et d'articles 
consacra à les décrire, malgré 1« notice de Viollet-Ie-Duc, une 
monographie définitive des remparts peut encore provoquer de nou- 
velles découvertes archéologiques. 

M. Eugène Lbpèvbb-Pontalis, membre du Comité des Travaux 
historiques, entretient les membres du Congrès de l'école gothique 
du midi de la France au xiii* et au xiv* siècle. Après avoir montré 
comment l'importation de l'architecture gothique dans cette région 
fut une conséquence de la croisade des Albigeois, il propose de fixer 
les limites de l'école méridionale en traçant une ligne de Bordeaux 
à Valence en passant par Cahors et La Chaise-Dieu, mais il constate 
que beaucoup d'édifices compris dans le Languedoc et la Gascogne 
ont subi des influences venues du Nord. 

Les origines du plan à nef- unique bordée de chapelles lui per- 
mettent de développer des considérations sur les avantages écono- 
miques et défensifs de cette disposition. 11 insiste sur les chapelles 
rayonnantes ouvertes directement sur le chœur, comme à la cathé- 
drale d'Albi et à Lamourguier de Narbonne, en montrant que cette 
disposition dérive des absides romanes du Périgord. Les transepts et 
les déambulatoires sont rares. 
^ Les voûtes d'ogives présentent de mauvais profils avec arête abattue. 



Digitized by 



Google^ 



— txx 

Plusieurs égli^eê de TAude et du Roussitlon oonserreni une nef dont 
la charpente porte directement siy*des ares transversaux^ suirant un 
système qui a pris naissance en Lombardie et qni se répandit en 
Catalogne; on en voit des exemples dans les dortoirs cisterciens de 
Santas-Greus et de Poblet, au xin* siècle. 

Si le triforium est rare, par contre on a souvent mcinagé rfn 
passage an-desans des chapelles latérales en perçant les cuk^es qui 
les séparent. Les eha pelles polygonales des cathédrales de Gérone 
et de Barcelone sont ainsi surmontées de véritables tribunes* 

Parmi les autres caractères de cette école, M. E. Lefèvre^Pontalis 
signale encore les contreforts reliée par des arcs, les chemins de 
ronde crénelés, la rareté des arcs-^boutants, les toitures peu incli- 
nées posées sur les voûtes, la hauteur et Tétroitesse des fenêtres 
divisées par un seul meneau et les deux types de clocher, Tun octo- 
gone en briques avec arcs en mitre dérivé du clocher de Saint- 
Sernin et très répandu dans les environs de Toulouse, l'autre carré 
flanquant le chœur ou la façade et servant de tour de défense, qui 
se rencontre dans le Languedoc. Enfln il fait remarquer la pau- 
rreté de Tomementation gothique dans la plupart des églises du 
Midi. 



La séance est levée à midi. 



Pour le Sêerétmre de h Section ^arMoUgie^ 

I^uis Drmaison, 

Membre non rëâdant du Comité. 



Digitized by 



Google 



LXXI — 

SÉANCB DU 3 AVRIL 1907. 

SOIB* 



PRÉSIDENCE Dl H. ÉMILI BORNBT. 

■ 

M. le chanoine Pottibb, président de la Société areh^logique de 
Tam-et-6aronne, correspondant du Comité, signale une pierre 
toabale eonservée dans Téglise de Beaumont-de-Lomagne (Tarn- 
eMîaronne) et datée de i336. Elle représente un bourgeois qui 
avait dû être un des fondateurs de la bastide. Il décrit en ou Ire la 
tombe plate de Guillaume Geoffroy, abbé de Belleperche, qui 
mourut en i333 , après avoir été évéque de Basas. 

M. le chanoine Pottirr étudie ensuite les mosaïques gallo-ro- 
maines des environs de Montauban. Elles sont ornées de rinceaux 
et de dessins géométriques et ne renferment pas de scènes figurées* 
Il a ramassé beaucoup de cubes de verre bleu dans les ruines des 
vtlitts. La plus belle mosaïque aujourd'hui conservée au musée 
d'Agen et où on lit les mots CONCVLCANVSetCOLORlBVS, a 
été trouvée au lieu dit «rSas-Martyi) (Tarn-et-Garonne). 

Enfin il énumère les différents noms donnés aux voies romaines 
comme eeux,de chemin ferré, de chemin de Bruniquel, traduction 
de Brunehaut* 

M. LB PaisiDBNT signale le nom de chemin de la Monnaie appHn 
que à la voie Domitienne et annonce que M. Bertheté est d avis que 
ce nom doit être interprété ainsi : via Motinata, parce qu'elle desser* 
vait de nombreux moulins. 

MM. Dbmaison et Pilloy citent les voies romaines de Sentis à 
Soissons et celles qui aboutissent à Vermand, connues sous le nom 
de chaussée Brundiaut. 

H. Jules PilLot, membre non résidant du Comité , lit une notice 



Digitized by 



Google 



LXXII — 



sur une sépulture par incinération du ii* siècle à Berteaucourt- 
Pontru (Aisne). On y a recueilli une cruche de terre rougeâtre 
avec bec trilobé : Tanse ressemble à d'autres spécimens ornés 
de têtes féminines et conservés au musée de Namur. A côté se trou- 
vaient deux petits vases avec Testampille MAR , un plateau avec le 
même sigle déjà signalé en Angleterre, à Compiègne, à Boulogne : 
c'était donc un potier du Nord dont Tatelier pouvait se trouver à 
Vermand, où Ton a recueilli tant de débris de tuiles et de vases 
fabriqués avec la même argile blanche. 

M. Tabb^ Arnaud d'Aonbl, correspondant du Comité, lit une 
étude sur deux fragments d'un bas-relief du xiv* siècle, prove* 
nant du mausolée de saint Elzéar de Sabran, élevé en 1873, par 
le cardinal Anglicus, frère d'Urbain^V, dans l'église des Cordeliers 
d'Apt (Vaucluse), pour recevoir les reliques de son illustre parent. 
Les deux sculptures représentent, l'une un jeune religieux imberbe, 
probablement le saint lui-même, agenouillé devant un pupitre sur 
lequel est ouvert le livre des Écritures; le corps est rejeté en arrière, 
la physionomie est extatique. L'autre est un groupe de quatre per- 
sonnages disposés de front. C'est l'illustration d'un miracle accom- 
pli sur le tombeau du thaumaturge. Celui-ci est représenté debout, 
de taille élevée ; il domine les autres de toute la tête ; son visage 
beau de noblesse et de mysticisme contraste avec celui des misé- 
rables qui l'accostent; ce sont des lépreux reconnaissables aux pus- 
tules dont leur face tuméfiée est couverte. 

Diverses observations de M. Arnaud d'Agnel sur la technique de 
ces sculptures portent à croire qu'elles sont l'œuvre. d'un artiste 
local, c'est-à-dire qu'elles appartiennent en propre à l'art proven- 
çal. Les deux débris du bas-relief offrent, malgré leur état fragmen- 
^ire, un réel intérêt archéologique, parce qu'ils sont datés à un 
an près, et de provenance certaine. Ils appartenaient à M. Aymar, 
maire d'Apt, conseiller général de Vaucluse, qui vient de s'en des- 
saisir en faveur d'un autre collectionneur. 

M. le chanoine Albert Durand décrit Tég^se de Saint-Laurent- 
des-Arbres (Gard) qui présente une coupole semblable à celle de 
Notre-Dame-des-Doms et qui est flanquée d'un donjon du xiv* siècle. 

M. Fabrbges émet le vœu que l'enlèvement du badigeon dans 



Digitized by 



Google 



LXXllI 

les salles du palais des papes à Atignon, qui recouYre des fresques 
du XIV* siècle, soit confié à des artistes éprouvés. 

M. Raimbault, sous-archiviste des Bouches-du-RhAne, signale 
un texte des archives de ce département, date de 1 1&7, où il est 
fait mention à la fois de monnaies de Saint-Gilles et de monnaies 
es denarii mangenehi. 



M. Babelon pense qu*il s*agit de monnaies espagnoles. 

M. Pasquier donne lecture d'un mémoire de M. Robert Roosa, 
secrétaire adjoint de la Société ariégeoise des sciences, lettres et 
arts, professeur au lycée de Foix, sur Torfèvrerie religieuse dans 
le comté deFoix et le Conserans. Il signale, pour le comté de Foix 
proprement dit : une croix d'argent et une pyxide carrée de même 
métal, à Camon ; un calice d'argent doré du xvi* siècle, à Ax-les- 
Thermes ; une croix processionnelle du xv* siècle, à Tarascon-sur- 
Ariège; une croix processionnelle d'argent, de la fin du xvii* siècle, 
donifée par le peintre Jean Michel à la paroisse de Luzenae-sur- 
Ariège; les belles reliures de vermeil d'un épistolaire et évangé- 
liaire «t d'un coUectaire, les trois tableaux d'un Te Igitwr, offerts 
par M** de Verthamon à la cathédrale de Pamiers, les premières 
en 1706, les seconds en 1715. 

Pour le Conserans, l'auteur signale : le remarquable buste reli- 
quaire de Saint-Lizier, du xvi* siède; une petite croix d'argent, 
eDrichie d'émaux, du xv* siècle, aussi à SaintrLizier; les croix 
processionnelles de cuivre estampé et doré, du xv* siècle, à Saint- 
Jean-de-Castillon et aux Bordes-sur-Lei; la croix processionnelle, du 
commencement du xvi* siècle, de Gastillon; le calice d'argent, 
du xv' siècle, d'Orgîbet. Ces objets ne sont pas l'œuvre d'artistes 
locaux; ils proviennent soit de Toulouse, soit d'Espagne. 

Puis M. Roger étudie spécialement les reliquaires d'Oust et de 
Seix, en Conserans. , 

Le reliquaire d'Oust, en forme d'édicuie cantonné de tourelles 
aux angles, est porté par un pied godronné. Les pans de l'édicule 
et la tige au-dessous du nœud sont ornés des figures des apAtres. 
Deux personnages aux gestes maladroits sont posés de chaque c6té 
de la croix, sur la crête ajourée du toit ; sur les rampants, des in- 
scriptions en lettres repoussées donnent les noms des consuls et 



Digitized by 



Google 



des fabriciens, et U date du reliquaire, mai i5&9; o est peutrétre 
l^œuvre de l'orfèvre toulousain Jean Blasru./ 

Le reliquaire de Seix, du xvi" siècle, moins intéressant, est d'un 
thème analogue à celui dea monstraaces de Marquixanea etideRi- 
garda signalées par M. Brutaila. Le rdiquaire de Sdix est*probable» 
ment d origine barcelonaise. 

M. Pasquier ajoute que l'histoire des ateliers d'orfèvrerie toulou- 
saine peut âtre reconstituée k l'aide des archives notariales* 

M. Héron de Villefosse lit, au nom du R. P. Dblattri, un mé- 
moire intitulé : Carthage ; D^uimès et la eoUine due de JuiUm. 

A roccasion des travaux entrepris pour l'établissement du tram^^ 
vray qui doit relier Tunis à La Marsa et qui traverse une partie de 
l'antique Carthage, on n'a Eut jusqu'ici aucune détoUTerte trèa 
importante, mais ces travaux ont eu pour résultat d'ensevelir com- 
plètement la nécropole punique de Douimès sous un remblai dé 
six à sept mètres. Le P. Delaitre a pu cependfint surveiller leê 
travaux et y recueillir quelcpies monmnentd paniques, des iniorip^ 
tions latines, une très intéressante sëriè d'estampilles d'amphore^ 
rhodiennes et un curieux objet de cristal de roche. 

Près de Douimès s'élève la colline dite «r de Junon?) , où, dahs ces 
dernières années , plusieurs villas ont été construites. I^a plupart des 
propriétaires ^nt donné au P. Belattre toutes facilités pour inven- 
torier les antiquités trouvées dans les terrains qu'ils avaient acquis. 

C'est chez M. MarciUe qu'ont été faites les découvertes les plus 
intéressantes. On peut signaler en particulier un vase en forme de 
femme agenouiUée et accroupie sur ses talons; elle tient devant 
elle i|n bouquetin couche; au revers, cette femme porte un appen- 
dice en forme de quart de cercle, sur lequel un singe est assis & 
califourchon, les jambes écartées et pendantes. Ce vase doit être 
rapproché de ceux que Saltzmann a trouvés à Rhodes , dans la nécro- 
pole de Camiros. , 

M. le Secrétaire donne lecture d'une notice de M. Piou, membre 
du Comité, rédigée en collaboration avec M. BoueiiiroT, archiviste- 
paléographe, à Vitré, relative à un trésor de deniers mérovingiens 
découvert à Bais (lUe^trVilaine), en 190/1. Lesauteurs rappdient 
les trouvailles de deniers mérovingiens faites au cours du xix* siède. 



Digitized by 



Google 



LXXV 



La plus considérable fut celle de Cimiez qui contenait plus de 
9,000 pièces; la trouvaille de Bais, bien qu'elle ne comprenne que 
ùoo monnaies environ, ne le cède pas en importance à celle de 
Cimiez, à cause delà variété des types qu^elle présente. Les deniers 
de Bais s'échelonnent depuis le milieu du vu" siècle jusqu'au mi- 
lieu du siècle suivant. Il est pi'obable que c'est là le trésor d'un 
monnayeur ; car, avec les pièces de monnaies, on y rencontra des 
lingots et des flans monétaires préparés pour la frappe. Il est 
vraisemblable que l'enfouissement eut lieu à l'approche de l'ar- 
mée de Pépin, qui, en 768, vint mettre le siège devant Vannes. 

Les ateliers représentés dans ce trésor sont ceux des cités de 
Rouen, Bayeux, Tours, Le Mans, Rennes, Sens, Orléans, Paris, 
Meaux, Mairsèille, Bourges et Poitiers; les atsUers des %lises/ de 
Rouen, de Saint-Martin de Tours; de Saint-Mebine de Renaes, de 
l'église d'Orléans, de Saint-Sulpice de Bourges, de l'église de Li- 
moges et de Saint-Martial , de l'église de Poitiers et deSaini^Hilàire , 
de Saint-Jouin de Marnes; auxquels il faot ajouter un certain 
nombre d'ateliers situés dans des viens. En outre, il y avait des 
sceaita aiig^o-«axons en assea grand nombre. 

La prince de pièces de Marseille et d'autres ateliers éloignés 
de la Bretagne témoigne d\in mouvement commercial qui s'éten-* 
dait à toute la Gaule. En outre, ce trésor, en même temps- qu'il 
prouve l'existence de relations commerciales entre k Gaule et la 
Grande-Bretagne, permet de saisir les influences, réciproques du 
monnayage anglo^^axon et du monnayage mérovingieo. 

Enfin, le grand nombre de pièces d'imitation, à légendes estro* 
piées ou fictives, à types déformés, corrobore Vhypothèse de l'exië- 
lence d un important monnayage privé à l'époque mérovingienne. 



La séance est levée à & heures. 



Pour 1$ SêoréUif iê <f . Sêctwm i'arekMogiê^ 

Eugène L<rèVRt^PoNTALi8, 

Membre du Comitë. 



Digitized by 



Google 



— LXXVl — 

SEANCE DU 4 AVRIL 1907. 

MATIN. 



PRÉ8IDBNGE DB M. GAZALIS DB PONDOUGB. 

M. Cartailhag est désigné comme asiesseur, 

M. Li PRésiftENT offre au congrès, de la part de M. H. Gheyalliir, 
une brochure intitulée : Lei charrueê if Asie, 

M. Cartailhag offre son étude sur Le$ palettes des dolmens avet/ran- 
nais et des tombes égyptiennes. 

M. Félix Mazaurig, conservateur du musée archéologique de 
Nîmes , rend compte de ses recherches archéologiques dans la ré- 
gion occidentale du causse du Larzac. Les paysans ont trouvé un 
grand nombre de haches de pierre polie, verte ou noire, et Tune 
d*elles mesurait 3o centimètres; mais comme ils attachent à ces 
pierres des vertus curatives, il est difficile de s'en procurer. 

Le grand nombre des monuments mégalithiques dans cette ré- 
gion a, depuis longtemps, sollicité Tattention des archéologues. 
M. Mazauric a marqué sur une carte remplacement d'une soixan- 
taine de ces monuments, dont plusieurs n'ont pas encore été signalés. 

Les dolmens constituent de véritables ossuaires ayant reçu des 
dépouilles de plusieurs époques. La pierre polie et le bronze s'y 
trouvent généralement mélangés. Quelques-uns ont même servi 
de sépultures à incinération à l'époque romaine. A ce sujet, il 
convient de citer une sépulture épigéoique dans laquelle MM. Ma- 
zauric et le D' Espagne ont recueilli des monnaies du iii* siècle. 
C'est certainement à de semblables découvertes qu'il faut attribuer 
la légende, si répandue sur ce causse, de trésors enfouis sous les 
dolmens. 

En ce qui concerne les menhirs, les observations de M. Mazauric 
démontrent qu'ils sont tous situés aux carrefours ou le long des 



Digitized by 



Google 



LXXFII 

chemins ou pistes encore utilisés à Tëpoque actuelle. Ainsi parait 
se confirmer Thypothèse qui ¥oit dans ces, mégalidies de simples 
bornes indicatrices des chemins ou des stations. 

Beaucoup de ces menhirs sont postérieurs à Tâge du bronxe, car 
Tun d'eux était posé sur un tumulus halstattien. 

Les grottes de la région ont permis des constatations tout aussi 
intéressantes. Celle du Roc du Midi, près de Blandas, a servi de 
refuge à toutes les époques jusqu'à la Révolution. 

La grotte du Mas-del-Comte renferme de nombreuses sépultures 
doù ont été extraits des crânes franchement dolichocéphales, pré- 
sentant parfois des traces de trépanation. Enfin il faut noter dans 
une grotte du Gros (Hérault) Texistence d'un cimetière gaulois où 
se trouvent de remarquables échantillons de poterie indigne mé- 
langés à des types italo-grecs. Ils sont datés par des monnaies de 
Marseille et des Volques Arécomiques, ainsi que par une belle 
fibule du type dît de la Tène IIL 

Les tumulus de Tâge du fer abondent sur le causse. Le rite gé- 
néralement employé est celui de l'inhumation dans des caissons en 
dalles. La plupart sont encore à fouiller. 

Enfin les époques celtique et romaine sont encore représentées 
par une demi-douzaine d'enceintes. Le plus remarquable de ces 
refuges est sans contredit celui du Pic d'Anjau, dans une situation 
presque inaccessible. 

En somme, les recherches de M. Mazauric démontrent que l'oc- 
cupation de ces hauts plateaux des Cëvennes fut, non seulement 
ininterrompue depuis les âges néolithiques, mais encore qu'elle fut, 
à certains' moments, plus dense qu'à l'époque actuelle. Quant à la 
perfection des objets recueillis, elle ne le cède en rien aux riches 
stations de la plaine du Rhône. 

M. LB PiBSiDxiiT fait observer que, dans les Gévennes, beaucoup 
de soi-disant menhirs servant de limites à des paroisses sont de 
simples bornes du moyen âge. U signale une lame de poignard en 
brome trouvée à Saintr-Maurice (Hérault). 

M. l'abbé Bossaid fait remarquer que beaucoup de menhirs bre- 
tons et iriandais sont placés au confluent de deux rivières et que 
les jeunes fille» qui veulent se marier viennent y piquer des 
ies. 



Digitized by 



Google 



— LIX?II1 



M; Gartailhac, parlant des menhirs clés causses, explique Gom- 
ment les piemés levées servent aux paysans pour indiquer les che* 
mins et se demande s'ils n'ont pas exercé une influence sut le iraeé 
des routes y au lieu d'avoir été f^«|ités après coup comme des bornes. 
En outre, il est d'avis que les menhirs k figures de TAve^ron ne 
devaient pas être des exemples isolés. 



M. Angély Pixinus eorrespondant du Comité, i Ftrrières (Bi^ 
raalt)y lit b« travail sur im tumirfus et les sépultures du causse de 
Rouet {Hérault), aux environs de Ferrières. Ces tombes, ereusées 
dansie calcaire, ne renfermait que des ossements; elles étaient 
recoQveiies par des dalles. La |rfupart des tumulus, d^ fouillés 
par des bergers , renfermaient des débris d^osaements et de poteries. 

M. LB PiiisiDBrf fait obs^^er que les dolmens étaient recouverts 
jadis d'amas de pierres et que le mot de rvtumulus» devrait être 
réserré aux a^paltures de l'âge du fer. 

M. le D"" Capitan analyse une communication de M. (JtyMe Dumas 
sur la période paléolithique dans le Gard. L'antenr établit l'exis- 
tence, dans cette région, d'une industrie prémoustériemie et mous- 
térienne. Il signale des objets de quartxite découverts à Fossaguet, 
avec des fragments de silex, des pointes, des disques, des racloirs. 
La couche inférieure de ce gfisement renferme des types de celle 
industrie prémoustérienne qui est beaucoup pins ancieniBeet dont 
la morpb^ogîe serait acheoléenne^ 

La station des Cliàtajgqiers a fourni de nombreuses piàcee mou»- 
téricnnes; eBe se trouve s«r le territoire de Baron. A e6lé, M. IHysfle 
Dumas signale une industrie magdalénienne, mari» M. le D*^ Capitan 
fait des réserves sur ce point. 

Dans la vallée du Gardon, une autre itation de débitage néoli- 
thiqoe a ét^ également ree<m««e, ainsi qu'un atelier très ricbe en 
pièces à taille solntréenm, qui renformedes silex polis on ébauchés, 
soigneusement retouchés sur les bords. Enfin beaucoup de pointes 
recueillies aux Châtaigniers par M. Dumas révèlent une industrie 
de la fin da ouigdaléniea, qqi est caractérisée par le caractère mi- 
crosco|Hque des pièces. 

M. Lhermittk lil une note sur les cabaues de pierres aèduss de 



Digitized by 



Google 



LXXU 



iorme carrée cm oircnlaire qui fe trouvent à Bourg-Saint- Andéol 
(Ardëehe). 

M. C^mimuo ^t que ces huttes de pierre aëche furent con* 
stmitee à toute.éppq^e parties paysai^ Voàtées eneocorbeliement^ 
elle» atteignent de grandes dimensions aux Baléares, mais en ea 
trouve beaucoup d'exemples dans le Queroy. Le D^ Issel, à Gènes, 
est en train de réunir les éléments d'une étude complète sur cette 
qœstioa. 

M* €alls rend compile de ses fouiHes dans la station néolithique 
de Laroqu^brott (CaAtd).. Il a reoueilli i5o pièces^ aotaitiment de 
petites lames magdaléniennes qui proviennent de la partie profcmde 
du gisement. 

M. le iy Maiigrah présente au congrès des quartzites grossiër»- 
flMnt tailés, ^ufés à Satarargoes (Hérault), à la surface do sol. 

M. GARffâiuua engage rasteur k faire des expériences sur la ftech* 
nique de la taille de ces cailloux, qui peut être accidenCeUe. 

M. le Secrétaire dépose sur le bureau deux notiees ide M. Léon 
CouTiu, correspondant du Comité, Tune sur les monnaies gauloises 
reeneiiKes dans' le département de la Seine-Inférioure, et Tautre 
sur le cimetière franc dejpkieii* 

Dans sa notice sur \e cimetière de Bueil (Eure), M. Coutil 
fait connaître le résultat des fouilles quil a poursuivies, en 1906 
et 1906, sur un emplacement qu'il avait exploré déjà en 1908 et 
190&. Il avait rendu compte de ses premières fouilles au Congrès 
des Sociétés savantes de 1904 et imprimé un mémoire à ce sujet, 
publié à Évreux en i'9o5. Les nouvelles fouilles ont porté sur 
cinquante sépultures environ et donné une douzaine de vases assez 
grossiers, quatre bejles plaques de bronze, deux stylets, une belle 
fibule d'argent avec cloisons d'or et plaquettes de verroteries, six 
fibules ansées, trois bagues, une boucle d'oreille, des objets d'ap- 
plique, des perles de verre, un briquet de ,fer, une pointe de 
flèche, etc. 

M. le Secrétaire analyse le mémoire de M. Seyrbs, agent voyer, 



Digitized by 



Google 



LXXX 

sur les fouilles exécutées sur remplacement de Tég^ise romane de 
Lourdes. A Forigine, ce monument se terminait par une abside en 
hémicycle, mais, au xii* siècle, on y ajouta deux croisillons arron- 
dis, ce qui lui donnait un plan tréflé. Les fouilles ont fait découvrir 
deux inscriptions romaines, trente cercueils de pierre avec emboî- 
tement pour la tête , une monnaie wisigolhique , des poteries gallo- 
romaines avec estampille. 

M. LE PaisiDENT résume une note de M. Emile Chanel sur des 
pitons de bronze gallo-romains, munis d'une bague au sommet, et 
trouvés à Montréal-Lacluse (Ain); ils devaient servir à suspendre 
des, tringles. Il les compare à d'autres objets du même genre, dont 
Tun se trouve au musée Guimet. 

M. Cartailhac résume un mémoire de M. Vasseur, professeur à 
la Faculté de Marseille, sur la céramique indigène dans les gar- 
rigues de THérault, au iv* et au v* siècle avant notre èjre. Les vases 
trouvés à Mourèze, près de Lodève, se rapportent à Tépoque de la 
colonie grecque marseillaise et présentent de lointaines analogies 
avec des poteries trouvées en Provence. 

La séance est levée à 1 1 heures et demie. 

Pour le Secrétaire de la Section d^arekêologie , 

Eugène Lepevre-Pontalis, 
Membre du Comité. 



Digitized by 



Google 



LXXXI — 

SÉANCE DU 4 AVKIL 1907. 

801B. 



PRÉSIDBNGB DE M. L.H. LABANDE. 

M. Berlheié analyse le mémoire de M. Léon MaItbb, membre 
non résidant du Comité, archiviste de la Loire-Inférieure , sur la 
crypte de Saint-Aphrodise, de Bëiiers, et sur la nécessité de la dé- 
blayer pour lui rendre son aspect primitif. 

Des fouilles faites, il y a quelques années, dans la nef de T^lise 
ont fait constater qu'à Torigine les murs de la crypte reposaient 
sur Tancien sol, au lieu d*étre enfouis comme aujourd'hui dans un 
remUai de deux mètres. Le sarcophage de saint Aphrodise était au 
milieu de la confession , et les pèlerins ne pouvaient le voir qu'en 
passant dans un petit couloir, éclairé par des fenesteUœ , qui con- 
tournait rhémicfcle. Ce tombeau, transformé en cuve baptismale, 
se trouve aujourd'hui dans la nef. 

Après avoir rappelé les dispositions des plus anciennes cryptes 
de la Frfnce, M. Léon Maître explique comment on fut obligé 
d'isoler les tombeaux des saints par des grilles pour les prol^er 
contre le désir des pèlerins d'en arracher un petit morceau. A Saint- 
Aphrodise, on prit une mesure plus radicale, en réservant un cou- 
loir de circulation dans l'épaisseur du mur. Cette confession doit 
remonter au ix* siècle, si on la compare à celle de Saint-Philbert de 
Grandlieu, où des oeuU percés dans la voûle permettaient de des- 
cendre des objets sur le tombeau. 

M. LE PRisiDENT sigualc l'intérêt archéologique de la crypte de 
la cathédrale d'Apt qui possède une sorte de déambulatoire. 

M. LBràvBB-PoNTAus recommande aux membres du Congrès 
l'étude des cryptes, en montrant quel serait l'iotérét d'un travail 
d'ensemble accompagné de plans et de photographies des chapiteaux 
souvent réemployés à l'époque romane. 

A»CBioLO«iB. — - N* 1* r 



Digitized by 



Google 



hXllU — 

M. Berthelé, à propos d'un article de M. le chanoine Pottier 
sur les cloches du xiii* siècle, examine les titres d'ancienneté de 
loutes celles qui figurent sur cette liste. Il démontre que la plupart 
sont d'une époque bien postérieure et réduit au nombre de cinq 
les cloches authentiques du xiii* siècle, savoir : celles de Fonte- 
nailles, au musée de Bayeux (laoa), de Sidiailles (Cher), les deux 
cloches du beflroi de Rouen, fondues par Jean d'Amiens, celle de 
Solre-le-Château (Nord). 

M. J. Gauthier, du Félibrige latin, à Montpellier, lit une étude 
»ur Tarchitecture prifée à Montpellier, les vieilles maisons go- 
thiques, celles de la Renaissance, les hôtels du xrii" et du 
xmf siècle. Reuouvier avait esquissé quelques descriptions, notam-^ 
ment celle d'une maison romane aujourd'hui démolie» 

On peut reoonstituer la topographie des vieux quartiers de Mont- 
pellier, dont les rues faisaient des courbes concentriques à l'andenno 
enceinte. 

Au xvi' siècle, les hôtels dont le plan est bien conçu ont u*e fa-» 
çade des plus simples. Tout le luxe architectural est concentré dans 
l'escalier qui est au fond de la cour et dans la décoration des 
appartements. €ette disposition est donc contraire à celle qui se 
rencontre dans les édifices de la Renaissance du Nord et du 
Centre. • 

La maison a pignon n'a jamais existé à Montpellier, niais on fit 
des gargouilles décoratives; l'écoulement des eaux avait toujours 
lieu dans la cour* Les portes de la Renaissance et du %y}f aiède 
sont très artistiques, comme les escaliers dont les combinaisbns 
sont des plus ingénieuses et qui sont ajourés sur la cour.' Gerlaineé 
cages se terminent par des tours de guet. 

Au re2*de-chau6^e, les cuisines voûtées s'élèvent généralement 
sur d'anciennes caves gothiques. Au premier étage, les lambriss les 
plafonds , les cheminées sont très remarquables dans plusieurs hô- 
tels du xvu* siècle. 

M. Gauthier classe ensuite les anciennes maisons de Montpellier 
dans telle ou telle période, suivant les caractères de leur style, et 
signale l'intérêt architectural de quelques-une» de leurs disposi- 
tions. 

Ainsi plusieurs portes du xvu" siècle, surmontées d'an auveni 
de pierre, dérivent d'un prototype d'importation itatienafe* La loggia 



Digitized by 



Google 



LXXXIII 



intérieure de iliÂtei de la Coquille repose sur nue trompe très cu^ 
rieuse. 

M. ut fuiêiWMT félicite Tauteur de eette intéressante commuai^ 
cation et lui signale rintérét des arehives notariales pour la 
description des' anciens hôteb. 

M. E. Lefèvre-Pontalis relève les expressions de «fenêtres Ogi- 
vales p ou de «croisées d'ogives 9> employées par M. Gauthier, au lieu 
des mots i^ fenêtres en tiers<-pointf» et insiste sur la néeessité 
d'épurer le mauvais vocabulaire archéologique. 

M. Grassb^tMorbi», membre de la Soeiélié archéologique de Mont^ 
peUiePt lit une étude sur Thôtel Sain^ôme, fondation du chirur- 
gien Lapeyronie, i Montpellier. 

Lapeyrônie naquit à Montpellier, en 1 678 , dNin père mettre chi- 
rurgien. Il embrassa la profession de celui«-ci, fut reçu égalenient 
maître en chirurgie (1696), aHa se perfectionner dans son art à 
Paris et revint à Montpellier, où il exerça et professa avec succès. 
Après avoir été chirurgien*major dans Tannée de Villars (1 70&), il 
fat appel4 auprès de personnages cAèbres et opéra des cures si re** 
marquablea, que le roi le retint dans la capitale. Nous le voyons 
associé anatomiste à la Société royale des seienoes (1706), démon- 
strateur d'anatomieè Paris, survivancier de Maréchal (1717), pre- 
mier cbirurgiea du roi, puis titulaire à la mort de celui--ci, avec 
logement aux Tuileries, chirurgien en chef de la Charité, créateur 
. de TAcadémie de cbimnpe, médecin consultant du roi, qui lui ac-> 
corda des lettres de noblesse et la charge de gentilhomme de sa 
chambre. ^ 

Ce célèbre chirui^gien mourut à Versailles en 17&7, laissant les 
deux tiers de sa fortune au collège de chirurgie de Paris et Tautre 
tiers à c^i de Montpellier, k la condition que ce dernier ferait 
élever sur remplacement de ses deux maisons un amphithéAtre 
d'anatomie* Cet empkeemelit fut trouvé insuffisant et, après avoir 
vendu les deux maisons, on acheta un immeuble que Ton abattit 
pour élever ^édifice qui devait porter le nom de saint Côme, patron 
des chirurgiens. Un concours fut ouvert entre divers architectes, et 
le projet adopté fut celui de JeBo^Antoine Giral , qui devait plus tard 
construire la belle promenade du Peyrou. L'intendant Saint-Priest 

r. 



Digitized by 



Google 



LXXXIV 

posa la première pierre en 176 a et la dernière en 1755. La Révo- 
lution réunit les médecins et les chirurgiens sous le même toit, à 
l'ancien évéché. La volonté de Lapeyronie a cessé d'être exécutée; 
rhôtel Saint-C6me, d'une architecture sobre, non dépourvue toute- 
fois d'élégance, est resté le même, mais il fut désaffecté; il abrite 
la chambre et le tribunal de commerce. 

M. le D' Capitan, membre du Comité, expose en une synthèse 
générale les rapports entre les industries de l'époque de la pierre 
dans le nord et le sud de la Gaule. 11 indique pour le Nord d'abord 
les superpositions du palédithique de Saint-Acheul près d'Amiens, 
où la stratification est extrêmement nette, et montre la variété de 
ces formes industrielles lorsqu'on les étudie dans d'autres localités 
du nord de la Gaule. Si on descend vers le Sud, on trouve en Dor- 
dogne, par exemple, d'antres Jlacies industriels, tel un extrême dé- 
veloppement du magdalénien à peine représenté dans le Nord. Dans 
le Midi, le facie$ des industries les plus anciennes n'est plus le 
même; quant au magdalénien, il y est rare mais identique à celui 
de Dordogne. 

Pour ce qui est du néolithique, les différences sont encore plus 
grandes. Très varié dans le Nord, il ne se présente guère dans le 
Midi que sous une forme très évoluée. Là le cuivre et parfois for se 
trouvent, dans les dolmens et les grottes funéraires, mélangés 
à l'outillage en silex. Enfin le mobilier dolméniqne est, dans son 
ensemble, assez différent de celui des sépultures m^alithi- 
ques du Nord. S'il y a donc des analogies entre les industries 
celtiques du nord et du sud de la Gaule, les différences sont 
grandes. 

M. Emile Caitailhag dit que de longues discussions pourraient 
s engager à la suite de la communication de M. le D' Capitan. Il 
se bornera à insister sur deux ou trois points. D'abord, M. Capitan 
a parlé de <r passager entre le paléolithique et le néolithique. En 
fait, les découvertes bien connues de M. Piette au Mas-d'Azil ont 
révélé un prolongement fort intéressant du paléolithique, mais 
cette phase industrielle n'est nullement un passage donnant accès, 
si l'on peut ainsi dire, au néolithique. Nous ignorons encore tout 
ce qui concerne l'origine du néolithique, chez nous et en Eu- 
rope. 



Digitized by 



Google 



LXIXV 

n est très curieux de voir que le néolithique le plus ancien, 
celui qui est admirablement représenté dans les amas de coquilles 
du Danemark et dans Touest de la France jusqu'à la Dordogne, dit 
can^ignien par MM. Gyr, de Mortillet et Capitan, manque dans le 
Midi méditerranéen. 

Le second néolithique de ce Midi est si largement pénétré par 
les objets de cuivre ou de bronxe, qu'il mériterait, peut-être tout 
entier, le nom d'enéolithique, adopté en Italie. 

« Il est très difficile de reconnaître une chronologie de nos sépul-< 
tures, ddmenSy et cavernes, de ce néolithique récent. On ohserve 
que la céramique des dolmens est 4îfféi*oi^te de celle des stations 
et ossuaires des cavernes, qui semblent, à d'autres égards, con- 
temporains des dolmens. Une étude géographique des pointes de 
flèches en silex donnerait aussi des résultats utiles. Enfin on doit se 
réjouir de ce que le musée de la Société archéologique de Mont- 
pellier a pu s'enrichir d'une collection considérable dont ces études 
tireront un grand parti. 

M. Ulysse Dumas , de Baron (Gard) , malade , a prié M. le D' Capitan 
de vouloir bien donner au Comité le résumé de sa communication 
sur l'époque paléolithique dans le Gard. Le D' Capitan a pu 
exposer le résumé des découvertes de M. Dumas qu'il vient d'étu- 
dier sur place avec lui. Il explique ainsi comment, dans six gise- 
ments, M. Dumas a trouvé une industrie moustérienne typique. Dans 
deux d'entre eux, sous ce moustérien, on peut recueillir une in- 
dustrie beaucoup plus grossière où abondent les disques, mais où 
les pièces acheuléennes sont fort rares. 

D a aussi découvert une petite station dont l'industrie a un facieg 
magdalénien. Quant au solutréen, il semble manquer totalement. 
Enfin la station des Châtaigniers lui a fourni une infinité de très 
petites pièces finement retouchées, qui semblent se rattacher à la 
micro-industrie magdalénienne , d'une paît, et, de l'autre, au néoli- 
thique. 

Cet ensemble est formé d'un nombre considérable de pièces le 
plus souvent recueillies en position stratigraphique. C'est la pre- 
mière fois que ces très anciennes industries sont découvertes dans 
la r%ion languedocienne. 

M. Roquk-Pbrbibi, président du Pélibrige latin, signale la ré- 



Digitized by 



Google 



LXIXTl 



cente démolition d'une partie des remparts romains d'AUimurium, 
prfes do MurvieUles-Montpellier. 

M. le Secrétaire communique un mémoire de M. le D' Bo^- 
QUETTB, médecin-major au Si' régiment d'artillerie, au Mans, inti- 
tulé : le Poiêsan euckarUtiquê, et dans lequel il décrit une tombe dé- 
courerte aux environs de Taoura (Algérie), au lieu dit w Aln-Hadjar^ ; 
elle contenait une lampe de terre dont le disque était orné du mo- 
nogramme du Christ, et un poisson, également de terre, long de 
o m. 1 5 , et de la bouche duquel émergeait un corps ovoïde que 
Tautènr considère comme un pain; il en rapproche des peintures 
des catacombes représentant, les unes un dauphin, d'autres des 
p<Hssons tenant un pain dans la bouche et qui sont , d'après De Rosri , 
les symboles du Sauveur offi*ant le pain vivifiant de l'Eucharistie. 

La séance est levée k U heures. 

Pour le Secrétaire de la Section df archéologie , 

Eugëne LKPÈVRS-PoNTAtis, 
Membre du Comité. 



Digitized by 



Google 



LtXXVIl 



SÉANCE GÉNÉRALE DU 6 AVRIL 1907. 



Le samedi 6 avril 1907, a eu lieu, à deux heures, dans la salle 
des fêiesdu palais de rUniyersité, àMon^Uier, sous la présidence 
de M. Oujardin-BeâumeU, Sous^Seerétaire d'État aux Beaux-Arts, 
rassemblée générale. qui d6t chaque année te Congrès des Sociétés 
savantes de Paris et des départemetits. 

IL le Sou»-Sefcrétair6 d'État est arrivé à deux heures, aeoom* 
pagné de M. Port^ chef du cabinet de M. le Ministre de Tlnstruc* 
tioA publique; du ptéfot de THérault; àê M. Segond, secrétaire 
général de la préfecture, et de M. Saatupery, son chef de cabinet. 

Ut été reçu par MM. Benoist, recteur de TAcadémie de Mont- 
pellier; Bayât, directeur de rËnaeignement supérieur, et de Saint- 
Ârroman, chef du bureau des travaux historiques et des sociétés 
stfvantes. 

M. Dujardin^Beaudietc a pris place sur Testrade, ayant à sa 
droite : MM. IXtrboux, secrétaire perpétuel de TAcadémie deasciences, 
de rinstitut de France, président du Congrès; le général Pau, corn- 
mandant le 16' corps d'armée; le sénateur Nègre; Laissée, prési-* 
dent du conseil général du déparlement de l'Hérault; le procureur 
général Lafibn; Meyer et le D"" Hamy, membres de l'Institut; à 
sa gauche : MM. Briens, préfet du département de THérault; Bayet, 
directeur de renseignement supérieur; Benoist, recteur de l'Aca- 
démie dé Montpellier; Vigie, doyen de' la Saculté de droit, et 
Flahault, professeur à la Faculté des sciences de l'Université de 
Montpellier; Arnavielhe, président du tribunal de commerce; Le- 
vasaeur et Héron de Villefosse, membres de llnstitut ; Port, de Saint- 
Arroman, A. de Fovilie, momlires de l'Institut; Segond, Massol, 
directeitr de Técole de pharmacie; Gachon, doyen de la Faculté des 
lettres; J. de Laborde, H. Cordier, A. BrueU G. Harmand, le D' 
Lede, (iaston de Bar^ membres du Comité des travaux historiques 



Digitized by 



Google 



LXXXVIU 

et scientifiques; Maiavialle, maître de conférences à la Faculté des 
lettres. 

En face du Sous-Secrétaire d'État se trouvaient le général com- 
mandant le génie; l'intendant militaire, le directeur du Service de 
santé du 16* corps, le colonel chef d'état-major du 16* corps d'ar- 
mée, le colonel du s* génie, l'ingénieur en chef du département. 

Dans l'assistance, on remarquait : MM. Glaize et Chausse, profes- 
seurs à la Faculté de droit; Mairet, doyen de la. Faculté de méde- 
cine; Forgues et Imbert, professeurs; de Forcrand, Delage, Meslin, 
Fabry, professeurs; Giran, Bulh, Mirande, chargés de cours; de 
Rouville, Voulmier, chefs de travaux, et Chaudier et Baud, prépa- 
rateurs à la Faculté des sciences; Bonnet, Rigal, Joubin, Pélissier, 
Vianey, professeurs; Maiavialle, Foucault, chargés de cours à la Fa- 
culté des lettres; Jadin, professeur à l'École de pharmacie; J* Ber- 
thelé, archiviste départemental; Marchand, inspecteur d'académie; 
Bernard, proviseur du lycée; Clarens, directeur du petit lycée; 
Esquirol, Thomas, Roussel, Brun, Vayssiëre, professeurs au lycée; 
Vieillot, directeur de l'École normale d'instituteurs; Daveau, chef 
de culture au Jardin des plantes; Roos, directeur de la station vini- 
cole; Jouneau, directeur de l'École des beaux-arts; Fabrëge, Gazalis 
de Fondouce, Pouchet, Meynier de Salinelles, Rouquet, Pascaud, 
Rochetin, Roussy, A. et L. Tuetey, le D' Le Grix, Chauvigné, 
Pawlowski, Baron, Mareuse, l'abbé Sabarthès, Charles Magne, 
E. Bonnet, Périn, Grammont, Charles-Brun, Lavialle, Fournier, 
Izard, secrétaire de l'Dniversité, etc., etc. 

M. le Sous-Secrétaire d'État a ouvert la séance et donné la parole 
à M. Gaston Darboux, qui lit le discours suivant : 

(tMonsibub li Ministre, * 

(T Mesdames, Messieurs, 

(tD y aura bientôt dix-sept ans, quelques-uns d'entre nous assis- 
taient aux fêtes que donnait la ville de Montpellier, pour câébrer 
le sixième centenaire de sa glorieuse Université. Le Président de la 
République avait tenu à rehausser par sa présence leur éclat et leur 
signification. Plus de quarante Universités étrangères avaient envoyé 



Digitized by 



Google 



LXXXIX 

leurs professeurs et leurs étudiants. Il en était venu d'Angleterre et 
d'Italie f du Danemark et de TÉgypte, de la Suisse et de la Grèce, 
du Portugal et de la Hollande, de Suède, d'Amérique même et 
de Russie. L'Allemagne s'était fait représenter par quelques-uns de 
ses professeurs les plus éminents, et je me souviens que, lors de la 
séance d'ouverture, j'eus la bonne fortune de me trouver à cAtë 
de l'illustre Helmholtz, délégué par l'Université de Berlin. 

«La cérémonie principale eut lieu dans un cadre merveilleux. Au 
centre de la belle promenade du Peyrou, au bas des degrés qui 
conduisent an Château d'eau, un immense vélum avait été tendu 
pour abriter les assistants. Quelques (auteuils dcnrés, de ceux que 
connaissent bien nos cérémonies officidles, suflSrent à compléter 
la décoration. Avec une confiance justifiée par la beauté.du climat, 
on avait compté sur le soleil : le soleil ne fit pas défaut Et quand 
M. Camot vint prendre place, il put, avant de s'asseoir, jeter un 
coup d'œil émerveillé sur le panorama qui se déployait dans un 
lointain lumineux : d'un côté, les Cévennes et le pic Saint^Loop; 
de l'autre, une ligne bleue indiquant la Méditerranée, berceau de 
notre civilisation latine. Je vois encore devant moi, sous le vélum 
agité par la brise de mer, les robes ronges des magistrats, les bril- 
lants uniformes des officiers et des administrateurs de la cité. A la 
gauche du Président, une foule, au milieu de laquelle j'étais 
plongé, de membres de l'Institut en uniforme, de délégués des uni- 
versités étrangères et des Facultés françaises, avec leurs insignes 
et leurs robes universitaires de toutes Cormes, de toutes couleurs, 
de teute origine et de toute ancienneté. La fête se termina par un 
salut des étudiants de tous les pays, qui vinrent incliner leurs ban* 
nières devant le Président de la République. 

trCet empressement des étrangers, ce succès qui dépassa les 
espérances les plus optimistes, étaient sans doute une preuve des 
sympathies que notre pays a su conserver; mais ils mettaient aussi 
en évidence le prestige et la force qui sont attachés, en tous les 
pays, à la constitution universitaire du haut enseignement. En 
venant, si nombreux, rendre hommage à un de nos plus anciens 
et plus glorieux centres d'études, les étrangers semblaient nous 
demander dé reconstituer chez nous ces Universités dont ib avaient 
depuis trop longtemps désappris le chemin. Aussi des applaudisse- 
ments enthousiastes saluèrent-ib le discours éloquent dans lequel 
M. Léon Bourgeois, ministre de l'Instruction publique, s'engagea. 



Digitized by 



Google 



IC 



au noid du Gouvernement, k présenter un projet de loi atsuvantia 
renaisâance des Unitersités françaises. Ce discours marque une 
date dans l'histoire de nos Universités; il constitue le point de dé' 
part d'une longue série d'efforts qui , après des vicissitudes péut^ 
âtre inévitables, ont été enfin couronnés d'un plein succès. 

(f Aujourd'hui , les Universités françaises sont debout et florissantes. 
En un petit nombre d'années, elles ont su dissiper toutes les craintes 
et réaliser beaucoup d'espérances. Nos partis politiques, si divisés 
sar tant de points^ saccordent cependant pour leur doimer nn 
appui cordial. Elles ont conquis à la fois la faveur des lettrés et la 
sympathie populaire. On sent qu'elles sont appelées à devenir des 
agents de nénovation et de perfectionnement social. Il n^t cac^tes 
plus besoin de plaider leur cause; mais en revenant dans cette 
ville où elles ont commencé à prendre naissance, je n'ai pu m'em^ 
pécher de regarder un peu en arrière et de jeter un coup d'œii 
réconfortant sur le chemin si brillamment parcouru. 

(r Messieurs, 

(fLa réunion que nous taMns aujourd'hui ne rappelle que d,e 
loin celle dont je viens d'évoquer devant vous le souvenir. On a vu , 
ces jours derniers, circuler dans ta cité les membres du Congrès 
qui s entretenaient, gravement d'archéologie, d'histoire, de phikn 
logie, de médecine, d'hygiène, d'agriculture, de géographie, do 
sciences. Mais ces étudiants, qui nous faisaient songer k leurs 
illustres prédécesseurs Pétrarque et Rabelais, ceux d'Oxford et de 
Cambridge avec leurs* mantes noires et leurs bonnets carrés, ceux 
de Berne et de Zurich avep leurs pantalons blancs et leurs écharpea 
éclatantes V ceux de France avec leurs larges bérets de velours, ne 
sont plus là pour remplir la ville de leur aiEiimation, pour attirer 
l'attention de cette foule méridionale avide d^éolaty de bruits de 
lumière et de couleur. Ici même, les habits noirs remplacent les 
robes bariolées. Bien des choses ont changé depuis 1890; mais 
nous avons encore devant nous une cité, fidèle à elle*-méme et à 
son passé, toujours animée des préoccupations les plus élevées. 
Lorsqu'il ty a quelques années, M. le Ministre a jugé qnil y aurait 
grand avantage à transporter, tous Jes deux ans, au dehors des 
amphithéâtres de la Sorbonne le Congrès des Sociétés savantes, 
c'est ici peut«étre q«e cette décision reçu le meilleur accueil. 



Digitized by 



Google 



XCI 



Montpellier a été des premièreft à faire ses offres, aecueillies par 
M. U Ministre, «fe nous nous sommes empresses de répondre à st 
gracieuse incitation. 

cr Messieurs, le Congrès auquel nous venons d assister a Muni un 
grand nombre d'adhërenta et entendu les plus intéressante» corn-* 
mnnieations. La session de Montpellier aura mis en éWdenee une 
fois de plus la ritidité.de nos sociétés satvantee. fit cependant, vous 
favouerai-jé, ces sociétés, si nomlx^uses, si actives , si admirable* 
ment composées, me paraissent avoir des ambitions vtraiment trop 
modestes; il me semble qu'elles ne se rendent pas sufiisamment 
compte de riraportaooe de leur rôle, et de Tendue des services 
qu elles sont en mesure de rendre au pays. Je voudrais sigoai(er à 
leur attention les devoirs nouveaux et pressants que leur imposera 
revenir le plus prochain. Mais, pour vous faire connaître les vœux 
que je forme, il est nécessaire que j'entre dans quelques dëtaîis 
sur le développement des études et des méthodes sdeotifiques an 
cours du siècle qui vient de finir. 

«n semble que la science procède, comme le Dante dans son 
beau poème, par cercles successifs. Au commencement du xix* siècle, 
le programme des recherches ouvertes aui géomètres par la décou- 
verte du calcul infinitésimal semblait bien près d'Atre épuisé. Lar 
grange, fatigué des recherches, qui lui assurent pourtant une gloire 
immortelle, délaissait les mathématiques pour la chimie, qui venait 
d'être fondée par Lavmsier. Mais Laplace, après avoir adievé ce 
travail colossai qui nous a fourni Texplication pour ainsi dire oom^^ 
plète du système diu monde, fondait la société d'Arcueil et jetait les 
bases d'une science toute nouvelle, la physique moléculaire. Des 
voies- nouvelles sWvrirent alors pour les sôences expévinmntalee et 
préparèrent l'étonnant développement qu'elles ont reçu sous, nos 
yeux. Notre Académie des sciences, devenue pour quelque tempe 
la première classe de l'Institut, recueillit, en même t^npe que ko 
sâvttte formée par le lent travail de la monarchie, tous eem quV 
vaient fait naître les agitations fécondes de la Révolution et.de 
l'Empire : Lagrange, Laplace, Monge, Legendre, Caucfay, Poinsot, 
Storm, en mathématiques; Dupin, de Prony, Ponoelet, Gambey^ 
Seguin, en mécanique; Messier, Arago, Bouvacd, Lalande, Delam-* 
Ive, Le Verrier, en astronomie; Buaohe, Beautemps^eaupré, de 
Freycinet, en géographie; Biol, Ampère, Fourier, Poisson, Malus, 
Fresnel, Becquerel, Regnault, en physique; BerthoUet, Gay-Lussac, 



Digitized by 



Google 



XCII — 



Vauquetin, Dulong, Dumas, BoassingauU, Proust, Ghevreul, Thé* 
nard, Balard, en chimie; Haûy, Brongniart, Ramon, en mii^ra*- 
iogie; Guvier, de Jussieu, Lamark, de Mirbel, Lacépède, Geoffiroy- 
Saini-Hilaire, Milne-Edwards, en histoire naturelle; Larrey, Portai, 
Dupuytren, Pinel, Gorvisart, Magendie, Flourens, Pelletan, en 
médecine et chirurgie; et tant d'autres qui seront rétemei honneur 
du nom français. Tous ces hommes, devant qui TEurope s'inclinait 
avec respect, ont fait 1^ découvertes et créé les méthodes sur les* 
quelles a évolué, au cours du xix* siècle, la recherche scientifique; 
et je n'ai pas besoin de rappeler ici les magnifiques résultats qui 
ont été obtenus : dans les applications, la navigation à vapeur et la 
navigation sous-marine, les chemins de fer, la télégraphie avec fil 
ou sans fil, le phonographe, le téléphone, la lumière électrique, 
le transport de la force, les moteurs k explosion, la navigation 
aérienne, Tanesthésie, la quinine, l'antisepsie, etc.; dans la théo; 
rie, la création d'une foule de sciences nouvelles : physique mathé- 
matique, énergétique, thermodynamique, chimie physique, la 
démonstration longtemps poursuivie et devenue complète de l'unité 
des forces physiques, l'analyse spectrale, les méthodes de synthèse 
en chimie organique, la découverte des nouveaux rayonnements et 
des corps radioactifs, l'introduction de l'idée d'évolution en sciences 
naturelles, la création de la science électrique, celle de la micro- 
biologie et de l'hygiène par les immortels travaux de Pasteur. Les 
études auxquelles se sont livrés les géomètres sur le célèbre postu- 
latum d'Euclide sont destinées à transformer de fond en comble 
les théories logiques que nous nous étions formées sur l'origine de 
nos connaissances. A cette notion du nombre qui, selon Platon, 
régit le monde, les mathématiciens en ont ajouté une nouvelle, 
infiniment plus complexe, celle de l'ensemble, qui sera certaine- 
ment féconde, comme en témoignent déjà les pénétrantes études 
de nos jeunes géomètres. Mais tous ces efforts, tous ces progrès que 
je ne puis qu'indiquer, en choisissant ceux qui se rapprochent le 
plus de mes études habituelles, ont quelque chose de désolant, 
parce que chaque problème résolu nous met en présence d'une 
infinité de problèmes nouveaux. Le xix** siècle a brillamment ac- 
compli son œuvre; celui qui vient de s'ouvrir nous donnera, j'en 
ai la ferme confiance, soit dans les applications, soit dans la théo- 
rie, des résultats dont l'éclat et l'intérêt feront pAlir tout ce que 
nous avons le plus admiré. 



Digitized by 



Google 



XOIII 

(T Quelques chiffres me permettront de vous donner une idée très 
nette du déreloppement qu'ont pris dans ces derniers temps les 
seules recherches de science positive. C'est à peine si, au cours de 
Tannée 1800, on aurait pu constater, en dehors de rares collec- 
tions académiques, paraissant d'ailleurs à intejrvalles irréguliers, 
une ou deux dizaines de recueils consacrés à la science ou à ses 
applications. Aujourd'hui, près de dix mille périodiques enr^ts- 
trent, sans snflBre à la tâche, la production incessante des cher- 
cheurs du monde entier. 

«Le temps est passé où le travail scientifique pouvait rester mor- 
celé , où l'œuvre du lettré , du savant , était celle d'un solitaire enfermé 
dans son cahinet. La science se mêle à tout aujourd'hui. Les aca- 
démies et les universités même ne lui suffisent pluB. Pour accroître 
son propre domaine ou pour répandre ses bienfaits, elle a pénétré 
dans les usines, dans la maison de l'ouvrier, dans la chaumière du 
paysan. Des conquêtes sont incessantes; les problèmes, dont ses 
progrès nous ont imposé l'étude, ont acquis une telle ampleur, qu'ils 
ne peuvent être résolus par des efforts individuels, et que l'asso- 
ciation s'impose pour les aborder aTec quelque chance de succès. 
L'avenir appartiendra certainement à la nation qui aura su le mieux 
résoudre chez elle cette grave, cette capitale question, de l'organi- 
sation du travail scientifique. 

ff Messieurs, c'est à nos sociétés satantes qu'il appartient d'envi- 
sager dans toute ton étendue le redontable problème qui se dresse 
devant nous. Composées des hommes qui cultivent ou enseignent 
les sciences et de ceux qui en sentent tout le prix, elles sont une 
représentation et une image fidèle du pays. Il est bon sans doute 
qu'elles envoient leurs déliés exposer dans nos congrès périodi- 
ques les résultats de leurs travaux. Plusieurs d'entre eux aont nos 
collègues. D'autres sont de simples volontaires de la science, comme 
le furent autrefois Descartes, Fermât, d'Alembert. Tous ont droit à 
notre meilleur accueil, à notre appui sans réserve; mais le véri- 
table objectif d'une société, quelle qu'elle soit, ce sont les oeuvres 
d'association. Je voudrais, s'il m'est permis de faire une comparaison 
scientifique, voir cette masse légèrement amorphe des sociétés sa- 
vantes montrer quelque tendance à la cristallisation. Plus simple- 
ment, je voudrais voir les sociétés qui s'occupent des mêmes études 
mettre en commun leurs ressources et coordonner leurs efforts. Y 
a-t-il une grande différence entre la faune ou la flore de deux dé- 



Digitized by 



Google 



lOW 



partemento voisins f La limite indécise qni les sépare arréte-t-elle 
Toiseau dans son yoI, Teau dans sa course rapide, le vent et f ou- 
ragan dans leur âan impétueox? Et quand la nature, il y a des 
milliers de siècles, déposait an fond des mers ces assises sëdimen^ 
taires sor lesquelles nous sommes solidement établis, prëvoyait-elle 
que la Convention ^blirait les divisions de nos départements diaprés 
des principes qui n'empruntent rien à ceux de nos classifications 
naitirelies 7 Dé^k des pays voisins nous ont donne Texemple de ces 
associations fécondes. Peu sais un dans lequel les cinq ou six aca* 
dëodes principales se rënnissent chaque ann^ pour dresser un 
programme de recherches, appeler Tattention de leur gouvernement 
sur les besoins les plus urgents, discuter les grandes questions 
scientifiques; ef je sais a^ssi que leur collaboration a d^à donné 
les plus appréciables résultats. 

(f Cette .association des efforts est d^autant plus néeessaire que, 
seule, elle nous perpiettra de conquérir, dans ces associations inter- 
nationales qui se multiplient chaque jour, la place qui convient à 
notre situation scientifique. Ce n'est pas devant vous, Messieurs, 
qu'il serait nécessaire de rappeler longuement les services rendus 
par des institutions telles que le bureau international des poids et 
mesures, étaW au pavillon de Breteuil, dans le parc de Saint- 
Cloud; Tassociation géodésique internationale, présidée par mon 
confrère le génâral Bassot; Tassociation pour la carte du ciel, due 
a rinitiative de l'amiral Mouches; Tassociation internationale des 
académies, dont j'ai eu l'hoaneur de présider la première assemblée 
générale, tenue à Paris en 1901. Les associations de ce genre, oik 
nous faisons, vous le voyez, bonne figure, nous sont particulière^ 
ment favotaUes, parce que, dès qu'elles nous révèlent an défaut 
de notre organisation, nous nous hâtons de le corriger. L'esprit 
d'émulation, que noire éducation nationale tend à développer et 
qui a quelquefois ses défauts, nous anime ici pour le bien. Nous 
ne voulons pas déchoir, et c'est ui»e grande qualité pow un penple. 
A l'appui de ee que je vians de dire, permette^^noi de citer un 
seul fait 

vLa France qui, pendant longtemps et grAce à Tancienne Aca^^ 
demie des sciences, avait tenu le premier rang dans les études 
scientifiques relatives à la mesure de la terre, a résolu de reprendre 
une place digne délie, le jour où notre r^retté confrère, legâié- 
rai Pemer, a reconnu, dans les opérations de jonction géodésique 



Digitized by 



Google 



XCT — 

efiectiiëes entre ia France et TAngleterre, la supériorité des mé^ 
thodes et des instruments an^is. C'est de ce jour que data la 
renaissance de la géodésie dans notre pays. Nous avons r^ris Tétude 
de la méridienne de France et nous avona pu accomplir cette opé-* 
ration grandiose qui, par Temploi de triangles ayant jusque 370 ki* 
lomëtres de côté, a réalisé la jonction géodésique de la France -el 
de TAlgérie. Sur l'invitation de Tassociation g^ésique internatio- 
nale, nous venons de reprendre, en lés élargissant, les opérations 
de baut intérêt <jui avaient été faites au, Pérou^ au cours du 
xviu' siècle, par Bouguer, Godin et La Condamine, missionnaires 
de l'Aoadémie des sciences. Il a fallu toute la bienveillance du 
Parlement et tout le coacours de généreui donateurs, il a fallu 
Buriottt toute Ténergie et toute la science des officiers de notre se^^ 
vice géodésique pour triompher de diffici^tés de toute nature,. qui 
renaissaient sans cesse dans oes pa^ s lointains» Qiielques-*uns*, 
hélas 1 sont morts à la peine : chefs ou soldats, je les salue avec 
éiaetion et asspect. Mais, enfin, f oeuvre est terminée, et «lie fera., 
je Tespère, beoneur à notre. cher pays* 

cr Messieurs, je termine sur la constalien de ce beaa succès; mais 
avant de renoncer à la parole ^ permefttezHnoi de me souvenir qu'il 
y aura bientôt cinquante ans, après avoir commencé mes études 
non loin d'ici, dans ma chère ville natale, c'es^ dans votre lycée 
que je suis venu les terminer, sous la direction de maîtres dosti je 
conserverai teiqours le souvenir, mon vieux proCesseur. Berger, 
Edouard Roche, Ckanbeacure, Charlea Wolfv ChisnceK qui demeu^ 
reront, avec d'autres plus ancieaa, Balard et Gerhardt, Thonneur 
de votre Faculté des sciences. Je prie votre cité, que ses étudiants 
du vieuA temps ne |>ouvaient quitter sans verser des laraies , d'agréer 
mon salttl et mea hommages reconnaissants^ Je suis heiireux de la 
retrouver toujours<|>n>8père,' toujoura iilduâtrieuse et active, ton* 
jours hoapitidière. n 

La parole estensoite dimnée à M. Vigie., doyen de la Faculté de 
droit, qui s'expripie en ces. termes : .1 

((Monsieur le Ministre, 

«En eboîsiasant Montpellier pour ûège du Congrès des Sociétés 
savwtea, yom nous avex fait un grand honneur. Nous avons été 
bemwii de recevoir les représentants 4e la science française, de 



Digitized by 



Google 



— XCTI 

leur montrer nos ressources scientifiques, nos établissements uni- 
versitaires, nos bibliothèques et nos musées; d'écouter leurs sa- 
vantes discussions et de resserrer avec eux les liens d'une cordiale 
confraternité. L'année 1907 devient ainsi une date dont garderont 
le souvenir et nos établissements universitaires et nos sociétés sa- 
vantes. 

(r Mesdames, Messieurs, 

(rLe xviii' siècle, si remarquable par l'éclat que la philosophie 
et la littérature jetèrent sur la France et dans le monde, eut le 
mérite moins brillant, mais plus solide peut-être, de donner aux 
sciences une forte impulsion, de les encourager et de les soutenir, 
de les populariser dans les masses et de faciliter leur avènement 
dans les institutions du pays. 

frCe résultat fut préparé par la création de ces nombreuses aca- 
démies qui, sous le patronage de Tautorité royale, s'établirent dans 
les principales villes de France, k l'exemple de celles <]ont la fon- 
dation avait eu lieu, quelque temps auparavant, dans la capitale. 

le Grâce à elles, les sciences naturelles, reléguées encore, au mi- 
lieu du xvn* siècle, dans les -laboratoires de quelques savants ou 
dans les cabinets de quelques curieux, prirent place dans la société 
et acquirent, ce qui leur avait manqué jusqu'alors, un enseigne- 
ment et un public. 

fr Un mouvement scientifique remarquable caractérise la seconde 
partie du xvii* siècle : à Paris, en 1666, la fondation de l'Académie 
des sciences avait donné l'impulsion, la province ne tarda pas à 
suivre. A Montpellier, des circonstances particulières favorisèrent 
ce mouvement : ce fut d'abord en 1676 la venue du célèbre astro- 
nome, l'abbé Picard, pour étudier, au nom de l'Académie des 
sciences, un passage de Mercure sur le soleil. Son exemple et ses 
leçons ne manquèrent pas d'exciter le zèle de quelques-uns de nos 
savants et de nos professeurs; quoi qu'il en soit, à partir de ce mo- 
ment, se poursuivirent ici des observations régulières des grands 
phénomènes astronomiques (observations des éclipses de soleil des 
93 juin 1678 et 1 1 juin 1676, par Saporta et Rheile, et du pas- 
sage de Mercure sur le soleil le 7 novembre 1677). 

((Vers la même époque, un disciple de Descartes, Sylvain Régis, 
appelé de Toulouse par le marquis de Vardes, vint répandre à 
Montpellier les principes du cartésianisme, au moyen d'un ensei- 



Digitized by 



Google 



XCTIl 

gnement public dont un grand nombre d'habitants de la classe 
aisëe tirèrent profit. Cet enseignement exerça à Montpellier une 
influence décisire sur le goût des sciences qui s'y manifesta dans 
la snile. 

(tAu reste, le terrain était bien préparé; l'Université par ses 
Facultés de médecine, de droit et des arts, attirait autour de ses 
chaires un grand nombre d'élèves, et .l'enseignement tendait à y 
embrasser toutes les branches des connaissances humaines; à la 
fin du XVI* siècle avait été créée une chaire d'anatomie et de bota- 
nique, et, en 1676, la chimie longtemps repoussée des écoles de 
médecine comme une dangereuse innovation avait triomphé des 
résistances et était établie à la Faculté de médecine, à titre de chaire 
disti&cte, et une place de démonstrateur royal y était attachée. 

trCe fut au profit de Sébastien Matte que celle-ci fut créée, et 
telle était la réputation de ce professeur, ou la rareté, à cette épo- 
que, des adeptes de la nouvelle science, que le démonstrateur de 
Montpellier devint en même temps démonstrateur de chimie à 
l'École de médecine de Paris et, jusqu'en 1686, il dut se soumettre 
à un voyage annuel dans la capitale pour cet objet. 

(f Vers la même époque, une chaire de mathématiques et d'hydro- 
graphie fiit créée, k l'occasion de la fondation récente du port de 
Cette, en vue de former des sujets à la marine; le professeur, attaché 
d'abord k Frontignan , transporta sa^ résidence à Montpellier, où 
une population nombreuse pouvait profiter de ses leçons. 

tr Ainsi l'étude des sciences naturelles avait pénétré dans l'ensei- 
gnement, mais en outre les gens du monde, ingénieurs, militaires, 
magistrats et avocats, s'intéressaient aux recherches scientifiques; 
rapprochés par un goût commun pour les questions de physique 
et d'histoire naturelle, quelques-uns prirent l'habitude de se réunir 
régulièrement dans la bibliothèque de l'évéque Colbert : là se ren- 
contraient avec les professeurs de notre Université des magistrats 
et hommes du monde; on a conservé les noms de Magnol, Astruc, 
Lapeyronie, Clapiès et Plantade, comme habitués de ces réunions; 
mais l'âme de ces assemblées était le président Bon, qui, pendant 
plus de cinquante ans, fut h la tête du mouvement scientifique 
montpelliérain. Conseiller, puis premier président de la Cour des 
comptes, aides et finances, Bon dut à ses recherches sur les anti- 
quités et la numismatique d'être nommé membre de l'Académie 
des inscriptions et bellefr^letlres; il avait rassemblé chez lui les 

AieiéouM»». — N* 1. 6 



Digitized by 



Google 



XCVIIl 



instrumeats les plus nouveaux et consacrait aux recherches scien* 
tifiques les loisirs que lui laissaient ses fonctions* 

erll est Tauteur de plusieurs mémoires sur Tbistoire naturelle 
appliquée à Tindustrie et à Tagriculture, mais son activité se porta 
surtout vers la météorologie expérimentale, dont il inaugura la 
pratique à Montpdlier. 

crEn 1701, lorsque le mathématicien Dominique Cassini, délégué 
de TAcadémie des sciences, vint à Montpellier pour prolonger la 
méridienne de Paris, il trouva ici des aides et des collaborateurs 
exercés et dévoués : parmi ceux-ci , il faut citer Plantade et l'ingénieur 
Clapiès. 

(T Après avoir fait à Paris, auprès de Cassini son parent, Tap* 
prentissage de l'astronomie pratique, Plantade était rentré à Mont- 
pellier où il se livrait à des recherches astronomiques; il avait fait 
construire un petit observatoire sur sa maison : ce fut celui qui 
servit à Cassini pour ses déterminations astronomiques. L'ingénieur 
Clapiès, mathématicien, habile aux calculs, fut aussi, pour les tra- 
vaux de la méridienne, un aide précieux. 

(rCes savants s'ouvrirent à Cassini du projet qu'ils avaient formé 
de réunir en un faisceau tous ies hommes de bonne volonté, étu- 
diant la science pour elle-même , et de leur créer un centre pour 
la formation d'une académie , à l'imitation de l'Académie des sciences 
de Paris. Encouragés par Cassini, ils adressèrent une demande au 
gouvernement; grâce à Tintervention de l'abbé Bignon, elle fut 
agréée par le pouvoir. 

ft Ainsi fut créée la Société royale des sciences de Montpellier 
par lettres patentes du roi, de février 1706, et des statuts en qua- 
rante-trois articles déterminèrent son organisation et son fonction- 
nement 

ffCe que fut cette organisation, il est inutile de le rappela; mais 
au moins faut-il mentionner que la Soeiété royale des sciences de 
Montpellier jouit d'un privilège important; elle fut unie, dès sa créa- 
tion, à l'Académie des sciences de Paris, «r dont elle n'est, dieent les 
irstatutç, qu'une extension et une partie et avec laquelle elle ne 
fdoit former qu'un seul et môme corps». 

ff Cette société savante, fondée en 1706, fut supprimée par la 
Convention, par les décrets des 8 et ta août 1793; elle avait duré 
exactement quatre^vingtseptans; sa carrière fut bien remplie, et elfea 
tenu une place honorable dans le développement scientifique du pays. 



Digitized by 



Google 



XGIX 



rElle avait rêvé, dès les premiers jours, la construction d'un 
observatoire, pour Tëtude des grands phénomènes astronomiques; 
son propre établissement dans un hôtd académique, pour y installer 
ses collections et sa bibliothèque et enfin la publication annuollt; 
de ses travaux. Elle ne vit qu'assez tard la réalisation de ces vœux, 
mais au moment de sa suppression elle é(ait en pleine prospérité 
et avait la pleine possession de ses moyens d'action. 

(T L'observatoire ne fut complètement installé qu'en 1767, sur la 
partie supérieure de la tour de la Baboite. Cette tour qui flanquait, 
au midi, le mur de ville, offrait cette particularité, d'être coupée 
par la méridienne a angles presque exactement droits : ces circon- 
aianees forent constatées par les astronomes de la société qui y 
virent les élémuits d'un futur observatoire. 

irLe gouverneur de la ville, le duc de Gastries, la concéda a la 
société; celle«-oi avait ainsi l'emplacement et la place de l'édifice, 
mais des travaux considérables restaient à exécuter pour y élever 
un observatoire, et le projet, ajourné faute de fonds, ne fut repris 
qu'en 1737. A cette époque, les Etats de Languedoc, vainement 
sollicités jusque-là , avaient accordé à la Société des sciences une 
subvention annuelle de 600 livres. La construction de l'observatoire 
fut étudiée et préparée, mais il fallut attendre jusqu'en fjUb pour 
que l'édifice fût en état de recevoir les instnunents, et jusqu'en 
1767 pour qu'il fût complètement aménagé. 

crEn réalisant ce point particulier de son programme, la Société 
royale des sciences avait donné un grand exemple de patriotisme 
et de dévouement à la science : une partie des fonds nécessaires a 
cet ouvrage avait été empruntée, au nom des membres de la société, 
par leur mandataire Guilleminet, l'un d'eux, sous l'engagement 
solidaire de tous et sous l'hypothèque de leurs biens; l'autre partie 
des fonds fut fimmio dans la suite, au moyen d'un prêt consenti au 
profit de la société, par Goulard et Haguenot, deux de ses membres 
les plus dévoués. 

crL'bfttel académique ne fut organisé d'une manière définitive 
qtt*en 17779 et jusque-là que de démarches et de tribulations; la 
société dot changer souvent de local ; dans une supplique de 1715 
adressée à l'intendant de Languedoc, de Basville, et par laquelle 
elle sollicitait pour son usage l'altribution du jardin, aujourd'hui 
dépendance du redi^rat, elle s'exprimait ainsi : ffLa Société royale 
trde Montpellier, quoiqu'elle travaille ellicacement à l'avancement 



Digitized by 



Google 



fr des sciences, et soit en commerce avec les satanls, tant du royaume 
(rque des pays étrangers, semble pourtant ne pas constituer un 
rr corps visible, pour ainsi dire, n ayant ni pensions, ni hôlei, ni 
(T observatoire, ni les moyens nécessaires pour publier ses ouvrages; 
«ren sorte que les étrangers qui arrivent dans Montpellier cherchent 
(r l'académie et ne savent où la trouver, ce qui semble rendre inu- 
(T tile cet établissement, qui est unique dans le royaume, et par là 
ff si honorable pour la province et si avantageux pour la cité — ce- 
(T pendant la Société royale des sciences de Montpellier ne fait qu*un 
(rméme corps avec l'Académie des sciences de Paris, mais leur pa- 
fftrimoine est bien différent. . . n. 

(fLa supplique de la société ne fut pas prise en considération, et 
longtemps encore elle dut errer, de maison en maison, transpor- 
tant et déplaçant sa bibliothèque et ses collections, jusqu'au mo- 
ment où, sous rimpulsion de Tarchevéque de Narbonne, Arthur- 
Richard Dillon, président né des États de Languedoc, elle obtint 
du pouvoir central, des États et de la ville de Montpellier, les 
moyens d'améliorer sa situation et de réaliser son installation défi* 
nitive dans un hôtel académique aménagé en vue de ses besoins. 

ff Enfin la Société des sciences de Montpellier s'était préoccupée, 
dès les premières années de sa fondation, de publier les travaux 
de ses membres. Ceux-ci constituaient les éléments d'une séance 
publique annuelle, tenue en présence, souvent des États, toujours 
de la haute société montpelliéraine ; à côté des mémoires originaux, 
on y entendait le compte rendu des travaux de l'année; les autres 
remplissaient les séances hebdomadaires. 

(rLes États de Languedoc avaient pris à leur charge la publica- 
tion des premiers et ib suspendirent même un certain temps leur 
subvention. 

crLa Société devait assurer la publication des seconds; elle ne put 
le faire qu'assez tardivement et d'une façon partielle; en 1766, 
elle publia un premier volume des mémoires et éloges de ses 
membres, en 1778 parut un second volume; la matière d'un troi- 
sième volume était préparée au moment de sa suppression. La So- 
ciété avait, en outre, une importante collection de mémoires, tra- 
vaux et documents intéressants pour l'histoire scientifique. 

(rVous n'attendez pas de moi que j'analyse ces mémoires; tout 
au plus me permettrez-vous, à leur occasion, quelques observations 
générales. 



Digitized by 



Google 



i 



Cl 



frQa'un patriotisme locai et ëtroit ne nous aveugle pas; n'exagé- 
rons pas la valeur de ces travaux, mais jugeons-les, en nous plaçant 
au moment de leur production et, eu égard à Tëtat de la science à 
cette époque et ainsi envisagés, proclamons-le hautement, ils consti- 
tuent des documents importants pour Thistoire scientifique du pays. 

irLes observations astronomiqnes, en vue desquelles la Société 
royale des sciences avait été créée, et que facilitait la sérénité de 
notre ciel, comme aussi les études météorologiques commencées ici, 
gardent une valeur documentaire de premier ordre, et les savants 
modernes en ont tiré un grand profit. 

crLa Société royale des sciences, annexe de TAcadémie des 
sciences de Paris, avait pour but immédiat d*assurer le développe- 
ment scientifique du pays; aussi ne manqua-t^elle pas de faire une 
place, dans ses études, à Talgëbre, aux hautes spéculations de la 
géométrie, à la science des lignes courbes et transcendantes, et un 
de ses secrétaires perpétuels la justifiait à ce point de vue dans un 
magnifique langage : v Outre qu'on pourrait bien prouver Tutilitë 
(reôseolielle de ces sciences par l'avantage et Tbabitude qu'elles don- 
trnent d*accoutumer l'esprit à suivre l'ordre et la méthode dans la 
(t recherche des vérités les plus cachées, il faut aussi croire que toutes 
tries sciences ont entre elles un certain enchaînement; elles s'aident 
irmutudlement les unes les autres, et si on n'aperçoit pas, dans 
trun temps, l'utilité de ces sortes de connaissances pour les appli- 
rquer à des usages sensibles, elles sont cependant comme des ma- 
crtériaux ou des pièces d'attente qui trouveront leur place dans un 
(T édifice aussi étendu que celui qu'entreprennent d'élever les com- 
(rpagnies savantes, n 

crMais la Société sut rester montpelliéraine et régionale : à ce 
titre, elle réalisa la fusion complète des professeurs de son Univer- 
sité ayec la population et, attachée à la belle province de Lan- 
guedoc, elle voulut étudier tout ce qui pouvait l'intéresser, au point 
de vue scientifique, agricole, industriel et commercial. 

er Ainsi, à la demande des États, elle fournit le personnel néces- 
saire pour la levée des cartes des diocèses de Languedoc; ce travail 
fut confié à Plantade, à Clapiès et à Danizy qui, dans la suite, s'ad- 
joignirent Guilleminet et Guillaume Barthez; ces cartes furent 
publiées, et un maître a pu dire d'elles tr qu'elles sont remarquables 
«par leur exactitude et ne le cèdent en rion aux cartes de Cassini 
ir faites h la même époque v. 



Digitized by 



Google 



cil 



r Un travail plus important fîit Tobjét dés prélKscupaliona de la 
Société. Elle vmilut combler une lacune de VHùUnre dt LtMfuêdêe^ 
publiée par les bénédictins aux frais et pour le compte dei Étala de 
Languedoc; dans ce but, elle songea à produire une hittoire natu^ 
relie de la région; la variété, la multitude et Timportaiice des ma^ 
tières d'un semblable travail lui avaient fait regarder cet ouvrage 
comme le principal objet de son application et de ses reoherdbea, 
et elle voulait le réaliser par reconnaissance à son pays et à ses 
compatriotes; elle le considérait comme son premier devoir et son 
obligation essentielle. 

frPour remplir le programme, si étudié, qu'en a dressé Plan- 
(ade, que de recherches et d^études préliminaires devenaient né- 
cessaires, combien de collaborateurs devaient y consacrer leurs 
effwts I 

tr Si la Société des sciences ne put mener à bonne fin une œuvre 
de cette importance, au moins trouve-t-on dans ses mémoires, ma« 
nnscrits ou publiés, des pointa particuliers de la vaste enquête 
qu'elle consacrait aux productions du pays, à son agriculture, k son 
industrie et à son commerce. 

^Lea dernières années de la Société des sciences de Montpellier 
furent particulièrement remplies et fécondes; en 1769, elle rentra 
en possession de cetle chaire de mathématiques et d'hydrographie 
créée par Louis XIV en 168a, et qui avait été rattachée au collège 
dps jésuites en 17&1 ; d'accord avec le conseil de ville, elle fit valoir 
le but de son institution, les services rendus par ses membres et la 
possession d'un observatoire bien approprié au développement d'un 
enseignement tout à fait conforme à la spécialité de ses travaux. 
<ies titres furent appréciés favorablement, et, par lettres patentes 
(lu 9 5 janvier 176& , la chaire de mathématiques et d'hydrographie 
fut incorporée au corps même de la Société, qui devait en retirer 
l'émolument et désigner celui de ses membres qui lui paraîtrait le 
plus digne d'exercer ces fonctions; son choix se porta sur l'astro- 
nome Danizy, savatit consciencieux, mathéitiatioien habile; il avait 
rendu h la Société de grands services lors de la construction de son 
observatoire, et devait en rendre de plus grands k la province en 
menant à bien le dressement des cartes des diocèses de Languedoc. 

rrBtentAt après, la Société royale des sciences fut associée au 
mouvement scientiOque déterminé par les Etats de Languedoc, qui 
aboutit à la création, à son profit, de deux chaires, l'une de phy- 



Digitized by 



Google 



GIU 



sique, Tautre de chimie dosimëtrique. Les cours forent faits d'abord 
dans le rez-d^-ohaussée de son hôtel, pour se coatiuoer, dans la 
suite, dans une maison attenante, amënagëe à cet effet 

crLes cours commencèrent au mois de décembre 1780; ils furent 
inaugurés aveo une grande solennité en présence des États; le cours 
de physique fut attribué à Tabbé Bertholon, membre de la Société 
des sciences, connu pour ses recherches ^r réiectrioité, et qui a 
laiasé, sur cette branche de la science, des mânoires intéressants. 
Le cours de chimie fut attribué à Jean-François Chaptal, Ton de 
ses membres ) dont la carrière devait être si brillante et si profitable 
à l'Université de Montpellier. On a conservé le souvenir de son pre- 
mier cours; il fit Thistoire abrégée de la chimie, rappela les noms 
et les travaux des principaux chimistes, et insista surtout sur les 
applications possibles de leurs découvertes à Tindustrie^ aux mani»- 
facturcs et aux arts. 

. fr Ainsi la Société des sciences recevait la mission spéciale d'en* 
soigner : c'est le début et la première ébauche de nos Facultés des 
sciences; et c'est son honneur d'avoir fourni les éléments de cette 
fondation. 

nAo reste, son r61e grandissait tous les jours; les encouragements 
lui venaient de toutes parts; le duc de Bhron, gouverneur de Lan- 
guedoc, lui offrit un magnifique télescope, commandé aux meilleurs 
fabricants de l'époque; des amis des sciences fondèrent des prix, en 
vue d'encourager les travailleurs; d'autres lui firent des 1^ im- 
portante pour lui permettre l'accomplissement de sa mission. 

(T Tel fut le. rôle de la Société des sciences de Montpellier, tels 
furent ces travaux exclusivement scientifiques, et faits sans qu'on 
puisse y découvrir d'autre objet que la recherche de la vérité. 
Parmi les sociétés savantes, elle était de celles qui avaient le mieux 
justifié l'opinion de Voltaire : «r Les académies dans les provinces 
f?ont produit des avantages signalés; elles ont fait naitre l'émula- 
?<>tion, forcé au travail, accoutumé les jeunes gens à de bonnes lec- 
r tures, dissipé l'ignorance et les préjugés de quelques villes, inspiré 
(fia politesse et chassé, autant qu'on le peut, le pédantisme. >? 

.ff Mais qu'importait cette appréciation, le temps allait venir des 
partis pris, et la Société des sciences de MontpelUer tomba sous le 
coup des décrets des 8 et la août 1798 : ainsi disparaissaient 
en même temps les représentants des sciences et des lettres, les 
universités et les sociétés savantes, mais bientôt le pouvoir reconnut 



Digitized by 



Google 



CI¥ 

lui-même qu'il fallait reconstituer ces grands corps, indispensables 
à la prospërilë du pays; de là les créations des écoles de santé, des 
écoles centrales, de Tlnstitut de France, suivies, dans la suite, de la 
rëoi^anisation de TUniversité. 

er En outre, sur divers points de la France, l'initiative privée fit 
bientôt éclore une foule de sociétés savantes, qui continuèrent 
Tœuvre de leurs devancières. 

tr Grâce au concours de ces divers éléments, le mouvement scien- 
tifique s'est largement établi, et il présente à nos yeux, dans tous 
les domaines, scientifique, industriel et artistique, de merveilleuses 
créations. 

trLa science a tout atteint de ses regards : tous les arts lui ont 
été soumis, l'industrie l'a reconnue pour sa régulatrice. Les sciences 
d'observation ont eu h leur disposition des moyens d'investigation 
d'une puissance incomparable; des forces nouvelles ont été décou- 
vertes, régularisées et mises à la disposition de l'homme pour la 
satisfaction de ses besoins; les machines les plus ingénieuses fonc- 
tionnent sous nos yeux émerveillés; la vapeur et l'électricité font 
des prodiges; des industries nouvelles se fondent et enrichissent le 
pays. (rEh bien, comme le prodame Guvier(^\ ces trésors, ces jouis- 
ff sauces, aucune des inventions qui nous les procurent ne serait 
(rnée sans la science, elles ne sont que des applications faciles de 
(T vérités d'un ordre supérieur, de vérités qui n'ont point été cher* 
frchées à cette intention, que leurs auteurs n'ont poursuivies que 
crpour elles-mêmes et uniquement entraînés par l'ardeur de savoir. 
crCeux qui les mettent en pratique n'en auraient point découvert les 
((germes; ceux, au contraire, qui ont trouvé ces germes, n'auraient 
(rpu se livrer aux soins nécessaires pour en tirer parti, t» Honneur 
donc aux savants dont les recherches ont augmenté si largement le 
patrimoine du pays I 

(( Notre ville a participé au progrès scientifique moderne et par 
son Université et par ses sociétés savantes. 

r L'Université a son histoire; un long passé de gloire impose aux 
Facultés modernes de grands devoirs et de multiples efforts pour 
se tenir à la hauteur de leurs devancières; elles ont pleinement 
rempli leur tâche, et, dans toutes les branches du savoir humain, 
elles peuvent citer avec orgueil des noms qui ont illustré cette ville 

(^) R^xions iur U$ tciencet (9 A avril 1816). 



Digitized by 



Google 



— cv 

et la sdence : en médecine, Deipech, l*uu des fondateurs de ia chi- 
rurgie moderne; Dugès, le créateur de Tanatomie comparée; en 
chimie, Ballard, Guehrarht et Ghancel, qui ont pris une si large 
part au développement de la chimie moderne; pour les mathéma- 
tiques, Gergonne et Combescure; en histoire , Reviiloud et Germain , 
pour ne citer que les morts. 

tr Pourquoi ne pas rappeler ici les fêtes du sixième centenaire 
de la fondaticm de TUniversité, à Toccasion desquelles nos vieilles 
écoles onl en leur passé de gloire nettement indiqué et devant le- 
quel le monde savant s'est incliné, et, dans cet éclat extérieur de 
fêtes inoubliables, n'était-il pas beau et réconfortant de voir une 
ville. tout entière se serrer, en quelque sorte, autour des traditions 
ressuBcitées de son antique Université, identifier son âme avec celle 
de ce passé de travail, d'études et de fécondes découvertes? 

«De nombreuses sociétés savantes locales ont été fondées, à di- 
verses dates, à Montpellier (^); elles ont continue l'œuvre de leurs 
aînées. 

ir La science s'est singulièrement développée et la spécialisation 
a dû se produire, et de même que, dans nos universités, le nombre 
des chaires a augmenté et s'accroit chaque jour, les sociétés savantes 
se sont organisées en vue d'études scientifiques déterminées et par^ 
ticulières. Et si chacune a voulu rester dans la sphère d'applica- 
tion choisie par elle, toutes les sociétés savantes ont réalisé, dans 
notre ville, l'uniim féconde des membres de l'enseignement et de 
tons ceux qu'anime le goût des recherches scientifiques, historiques 
ou littéraires, et« grâce à ce personnel varié, elles ont pris une 
grande part au développement scientifique contemporain. 

fr Chacune de ces sociétés a mis au jour une collection de mé- 
moires ou bulletins, où ont pris place les principaux travaux qui 
iew ont été communiqués; en outre, chacune d'elles est en rela- 
ta) Voici l*éniimération des principales sociétés savantes créées à Montpellier 
pendant la période moderne : la Société libre des sciences et belles-lettres, la pre- 
mière en date, fondée en 1796 et 1796; elle réunit les survivants de Tancienne 
Société royale des sciences; les événements de 1816 en amenèrent la dispersion; 
la Sodété d'agricnltore de THérault, fondée le 99 prairial an vu (1799); la So- 
ciété archéologique, fondée en i833; TAcadémie des sciences et lettres, fondée 
en i8â6 (divisée en trois sections : médecine, sciences et lettres); Ta Société 
d^horticolture et d^hîstoire naturelle de THérault, fondée en 1860; la Société 
pour Tétnde des langues romanes, fondée en 1869; la Société languedocienne de 
géofpiphie, fondée en 1878. 



Digitized by 



Google 



— Ofl — 

tion, par voie d'échange, avec les principales sociétés savantes de 
France et de l'étranger : ainsi existent à Montpellier, au grand 
profit des travailleurs, les éléments d'une bibliothèque incompa** 
rabte; le jour oA les sociétés, d^accord entre elles, pourraient opérer 
la fusion de leurs bibliothèques particulières, dans un local unique, 
on serait étonné des ressources bibliographiques mises à la portée 
des savants. 

<r L'enqtiéte commencée par la Société des sciences de Mont- 
pellier sur le Languedoc a été continuée par les sociétés savantes 
de Montpellier, aidées en ce point et par la Société archéologique de 
Béziers et par T Académie de Nimes, et aujourd'hui, grâce à ces re- 
cherches multiples, des travaux d'ensemble peuvent être entrepris, 
dont autrefois on pouvait à peine concevoir le plan; ainsi la Société 
languedocienne de géographie a pu entreprendre une géographie 
de THérault, réalisant ainsi un des vœux de l'ancienne Société des 
sciences; le troisième volume Antiqnités et mmiuments du dipartemmi 
de rHérauk fait honneur à un de nos confrères les plus sympa- 
thiques, et n'a pu être publié que grâce aux travaux de nos sociétés 
locales. 

(rDans notre ville, comme dans la France entière, les sociétés 
savantes ont poursuivi Tœuvre commencée avec tant d'éclat par les 
Duchesne, les Montfaucon, les Mabillon, les Ducange, et continuée 
par leurs savants successeurs, les membres de l'Académie des in- 
scriptions et belles-lettres, qui met à la disposition du monde sa- 
vant les pièces les plus intéressantes de nos archives. La Société 
archéologique de Montpellier a pour sa part la publication du 
Petit Thalamus, du Mémorial des nobles, si heureusement complétée 
par rérudit et sympathique archiviste {Archives de MonIpeUier, t III). 
Grâce à ces documents, on connaît les lois politiques et les fran- 
chises de Montpellier, son administration municipale, l'organisation 
de sa classe ouvrière, ses magistrats et leurs pouvoirs, en un mol 
SCS droits, ses institutions et sa vie publique. 

«f Qui ne connaît les renseignements historiques fournis par les 
chroniques romane et française du premier de ces cartulaires; et 
qui pourrait dire les ressources que ces cartulaires procurent pour 
la topographie de la ville et du pays, si ce n'est nos savants locaux 
qui en ont tiré un si grand proGt pour leurs publications? 

«Les études de ces sociétés ont principalement porté sur les in- 
stitutions locales. Des mémoires avec pièces justificatives abondantes 



Digitized by 



Google 



OTll 

fournisseDt aux hittonens, aux archéologues, des renseignements 
multiples sur Thistoir^de notre Midi; pour Montpellier, ville uni- 
Yersitaire, on ne s'étonnera pas que des mémoires importants aient 
été produits sur Torganisation des écoles, les méthodes d*enseigne^ 
ment, les mœurs des professeurs et des étudiants. On trouvera là 
les déments d'une histoire complète de notre Université. 

(fLes monastères ont joué, pendant tout le moyen âge, un rôle 
important au point de vue religieux et an point de vue social; 
notre région en possédait de très considérables, ils ont laissé une 
trace durable dans Thistoire du pays. On les vit au début, recevant 
de grandes libéralités, cultiver les terres quqn leur abandonnait, 
défricher les landes et les transformer, grouper autour d'eux les 
populations indigentes et les serfs, fonder des bourgs et des églises, 
devenus autant de centres d'enseignement et exercer, à ces époques 
de violence, une influence morale et civilisatrice; de nombreux 
mémoires ont été publiés à leur occasion dans nos collections des 
sociétés savantes^ et la Société archéologique a mis à la disposition 
du monde savant les cartulaires des abbayes d'Aniane et de Gellone. 

«Ainsi le rôle de nos sociétés savantes, à quelque époque qu'on 
les examine, présente une grande unité et un effort continu dans 
l'intérêt de la science et du pays. Tous le reconnaissaient, il n'y a 
pas longtemps encore, et des encouragements et subventions leur 
étaient accordés par l'État , par les départements et les villes. 

ff L'État nous donne aujourd'hui une marque de la haute estime 
dans laquelle il tient leur o&uvre; pourquoi faut^il que les villes et 
les départements aient changé d'attitude et paraissent se désinté* 
resser de leurs travaux ! ^ 

Le Sous-Secrétaire d'État donne ensuite la parole à M. Flahault, 
professeur à la Faculté des sciences de l'Université de Montpellier, 
€fui lit le discours suivant : 

(tMonsibur le Ministre, 

(rEn invitant les Sociétés savantes de France à se réunir à Mont- 
pellier, vous nous avez fourni l'occasion de faire à nos confrères les 
honneurs de notre vieille cité universitaire, de leur montrer nos 
richesses. Nous avons fait de notre mieux pour recueillir comme il 
convenait ces hôtes de quelques jours; nous vendrions penser qu'ils 
garderont bon souvenir de nos sociétés savantes et de non musoas, 



Digitized by 



Google 



— cTm — 

de noire université, de nos écoles et de Thospitaliië de notre bonne 
ville. Nous espérons que s'ils se bornent maintenant à une rapide 
reconnaissance, ils voudront nous revenir pour travailler avec nous 
ou près de nous. Le champ est sans limites; la moisson promet 
d'être abondante. 

tfku nom d'une population fidèlement attachée à ses institutions 
et à ses gloires, fidèle à encourager la science et ses apôtres, au 
nom de TUniversitë, après bien d'autres, je vous remercie d'avoir 
provoqué cette réunion. 

tr Mesdames, Messieurs, 

tfOn vient de vous dire le passé de nos sociétés savantes, com- 
ment, à côté de notre Université, elles ont grandi, favorisant ses 
efforts, groupant les bonnes volontés, dégageant les travailleurs des 
préoccupations des programmes et des diplômes, préparant de loin 
la décentralisation intellectuelle à laquelle nous cdlaborons de 
notre mieux pour l'honneur du pays et le triomphe de la science. 

(tH y a quelques années, nos universités ont acquis un commen- 
cement d'indépendance. Sachant le zèle avec lequel elles servent la 
science et poursuivent la vérité, le Gouvernement leur a confié un 
peu de Tautorité qu'il détenait par tradition. Il a voulu qu'elles 
fissent l'apprentissage de la liberté. 

cr Pendant de longues années, l'enseignement dit supérieur avait 
étouffé dans un cadre trop étroit, forcé qu'il était de borner ses en- 
seignements aux exigences de programmes tracés en vue de quelques 
carrières bien définies. Les études, strictement limitées aux examens, 
formaient des notaires et des magistrats, des médecins et des apo- 
thicaires, des professeurs de collège et des répétiteurs. 

(rEn vérité, on peut l'avouer aujourd'hui, quelques maîtres, 
persuadés qu'il faut mettre plus haut son idéal, se dégageaient de 
leur mieux des anciennes traditions, échappaient à leur étreinte et 
donnaient des enseignements réellement supérieurs, tels qu'ils les 
voyaient développés au delà de nos frontières. 

(T Certains audacieux même oubliaient tout à fait les programmes, 
même aux jours d'examens. Au risque d'être désavoua, ils osaient 
enseigner la science qui se fait, celle d'hier et d'aujourd'hui, avec 
ses progrès, ses problèmes, ses hardiesses. On ne les désavoua pas. 
Les étudiants, loin de déserter ces apôtres, vinrent à eux en grand 



Digitized by 



Google 



GIX 

nombre, fiers qu'on les jugeât dignes d'être initiés aux découvertes 
récentes, heureux de se ménager, par des études plus savantes, une 
vie moins petite et moins mesquine. Ici même, un maître que nous 
vénérons annexait k son laboratoire de la Faculté des sciences les 
rives de la Méditerranée et ses trésors biologiques. 

rLoin de nous abandonner, les étudiants affluèrent. Beaucoup 
nous vinrent de loin, préparés déjà, par des études antérieures, à 
tirer le meilleur parti des avantages que nous leur offrions. Ce 
n'était plus, comme jadis, des élèves sollicitant un diplôme et un 
gagne-pain : c'étaient des disciples demandant leur part du travail 
et de la science des maîtres, demandant à partager leurs recherches, 
leurs joies et leurs déceptions, à former leur propre science par 
l'effort mis en commun. 

(f Non seulement on ne nous désavoua pas; un jour même, un 
chef aimé et respecté nous parla de la mission des universités, de 
leur rôle social, de leurs devoirs envers le pays. On nous proposa 
l'idéal que depuis longtemps nous rêvions. Ce fut un grand jour 
pour nous tous. 

trDès ce moment, dégagées de l'étreinte, nos universités furent 
plus i l'aise pour se développer et grandir. On n'osa plus nous dire 
que l'histoire des provinces est un danger pour l'unité nationale, 
que l'archéologie n'est que la menue monnaie, négligeable, de 
l'histoire, que les idiomes et les dialectes sont de mioce importance 
dans la formation des langues, qu'il faut enfermer et concentrer la 
nature dans les laboratoires pour l'étudier plus à l'aise. La philo- 
logie, le droit international, le droit coutumier et bien d'autres, la 
diplomatique, l'art et l'archéologie, des sciences nouvelles qui 
n'avaient point de nom jusqoe-ii, trouvèrent place dans nos amphi- 
théâtres. On vit les gens de loi enseigner parmi les médecins et les 
médecins parmi les juristes et les philosophes. Historiens et natu- 
ralistes s'unirent pour créer une géographie nouvelle tout autre 
que l'ancienne. Gens de mer, physiciens et biologistes fondaient 
ensemble la science de l'Océan. 

trNous ne nous étonnons pas de nous trouver réunis : marins, 
juristes, agronomes, météorologistes, brasseurs, sociologistes, élec- 
triciens, horlogers, astronomes, chimistes, paléographes, artistes, 
philologues, médecins, etc. L'Université s'ouvre sans inquiétude à 
tous ceux qui poursuivent la haute culture intellectuelle. Elle se 
garde de fermer ses portes aux hommes soucieux des applications 



Digitized by 



Google 



— ex 

de la science; nous réclamons comme nôtres les Ampère, les Pasteur 
et tant d'autres. 

(tNous sommes heureux de poursuivre ensemble le même but. 
Un jour viendra où Ton s'étonnera qu'il existe des Facultés, où 
Rienttfiques et iîitmÎMft^ oninfl ob dit encore, voudront voir 
toutes leurs aspirations mises en commun, où n&Uju.va^itéB em- 
brasseront, comme à leurs débuts déjà lointains, reaseignemeBi de 
Tuniversalité des sciences, le SiuiiMm gemerah; le cadre vieilli des 
quatre Facultés passera dans le domaine des souvenirs. 

(rNe parlons pas de Ta venir I Vivons dans le présenti Chacune 
de nos universités doit avoir sa vie propre et ses préférences en 
rapport avec les préoccupations et la situation du pays. Elles doivent 
s'adapter, participer à la vie locale, suivant les conditions du 
milieu. Bordeaux, Grenoble, Lille, Lyon, Nancy, Paris ont des be- 
soins différents. D'un côté la mer, avec sa population de marins et 
de marchands, ailleurs les mines et la grande industrie; ailleurs les 
montagnes avec tous les problèmes qu'elles soulèvent ou la surpo^ 
pulation et les grands hôpitaux; partout de vieilles provinces qui 
ont leur histoire, leurs coutumes, leurs monuments, leurs dialectes. 
Je n'en finirais point si je pouvais continuer. 

(rMais vous ne m'en voudrez pas de vous parier un peu de nous, 
de vous dire les obligations spéciales que la situation de Montpellier 
impose aux biologistes de notre Université. Juristes, historiens, 
ardiédogues, d'autres encore me pardonneront de me limiter et 
de ne point dire les rêves que nous formons avec eux. 

((Vous avei vu notre ville. Des terrasses de notre Peyrou 
vous avez vu la Méditerranée et le profil varié des Gévennes; 
peut*étre avez-vous découvert les Alpes avec le Venteux et entrevu 
le Canigou! La mer, les Gévennes, les Alpes et les Pyrénées 
sont nôtres parce que nous les touchons ou les atteignons sans 
peine. Mer et montagnes nous tracent nos devoirs. Vous avez aussi 
visité le beau jardin de l'Université et l'institut de botanique qui 
s'abrite à l'ombre de ses arbres. L'institut s^ouvre largement aux 
laborieux, de l'aurore à la nuit; on y étudie en toute liberté. En 
dehors de quelques exercices réglementaires, chacun va et vient au 
gré de son désir de travailler et de son état d'esprit. Les travailleurs 
y trouvent, à toute heure, une direction et des conseils bienveillants. 
Si la fatigue vient ou seulement l'envie de flin»* un peu, les om* 
brages et les fleurs du jardin invitent au repos comme à l'étude. 



Digitized by 



Google 



OXI 

crSoiis ce climat de la mer d'aïur, le ciel est fidèlement cléiueul, 
maigre le démenti cpi'il a voulu nous donner. Des mois entiers se 
passent sans qu'il se couvre d'un nuage. Les professeurs de bota- 
nique peuvent, en toute saison, faire leurs démonstrations au jardin 
ou dans les campagnes environnantes, montrer la plante qui vil, 
dans la plénitude de ses fonctions, dans l'infinie diversité de ses 
manifestations, dans ses rapports multiples avec le milieu physique, 
avec les autres êtres vivants. 

(T C'est un trësor inestimable que notre jardin. Des milliers d'es* 
pèees y sont cultivées, et seulement pour nos études. Je n'essaierai 
pas d'énumérer ces richesses et de vous nommer tant de végétaux 
dont nos disciples savent le prix et Tinlérét majeurs. Ce sont des 
détails qui nous attirent et nous attachent les chercheurs étrangers 
à notre heureux climat. 

ff Dana ce mHien ont étudié plusieurs des maîtres les plus illustres 
du xvi' siède : Rondelet, Ch. de TËscluse, les frères Flatter, les 
Badiin, Rauwolif, Richer de Belleval. Ici se sont formés Magnol, 
Toumefort, Antoine de Jussieu, Commerson, Broussonet, Delile, 
Dunal, Cambessèdes, et bien d'autres. Ici a enseigné l'illustre de 
CandoUe. 

«Et cependant ce jardin et cet institut qui se complètent et fra- 
ternisent si heureusement ne nous suffisent pas. Comme les maîtres 
de la Renaissance, nous nous trouvons à l'étroit parmi ces richesses. 
De même que nos «oUëgues les zoologistes se sont annexé la mer 
et ses trésors, nous considérons le pays qui nona entoure comme 
notre domaine. Nos plages, les vagues même de la haute mer, 
toute la Méditerranée occidentale avec ses llœ, les montagnes, les 
cimes décharnées des Pyrénées et des Alpes, le désert aussi de notre 
Afrique sont notre champ d'études. 

«Nous y passons les vacances, en quelque saison que ce soit, 
avee ceux qui veulent et peuvent nous suivre; Noël, Pâques, lu 
Penteeôèe et les semaines libres de l'été noue trouvent réunis dans 
la nature. 

•kU ne. s'agit pas, vous le pensez bien, de tout apprendre. Nous 
sommes plus moidesles. Enseigner surtout les moyens de voir, sans 
bourrer l'eaprit d'abstractions, fermer les yeux et l'esprit à l'obser- 
vation personnelle ; faire l'éducation de la pensée par l'examen sin- 
eëre de la nature, tel est noire but, telle est notre ambition. 

(rDans cette vie ou les élèves partagent avec leurs maîtres tons 



Digitized by 



Google 



exil 



les petits événements, les intempéries et les fatigues, le travail et 
le repos, on est bien vite en communion parfaite, lorsque Tesprit 
de solidarité a conquis tout le mosde. Renseignement devient vite 
mutuel dans ces coupes qui réunissent biologistes, instituteurs, 
agronomes, forestiers, ingénieurs. 

(fil ne nous suffit pas encore de transporter ainsi notre institut 
de botanique au milieu des bois. Nous y avons voulu un établis- 
sement permanent, où Ton puisse, comme ici, observer à son aise, 
poursuivre h Tabri des intempéries les problèmes de la vie. 

(T Grâce à la bienveillance de Tadministration des eaux et forêts, 
et à la faveur de TUniversité de Montpellier et à la sollicitude de 
nombreux amis de la science qui ne manquent jamais à Montpellier, 
nous avons maintenant une annexe, une station biologique en mon- 
tagne. Elle est située à i,3oo mètres d'altitude, dans les bautes 
Cévennes, un peu au-dessous de l'observatoire météorologique de 
TAigoual. Pour nous faire un toit protecteur, nous avons relevé les 
ruines d'une masure où les pionniers de la Renaissance trouvaient 
asile. De vastes terrains d'expériences entourent le laboratoire ; il 
garde le vieux nom du lieu où il se cache : c'est le laboratoire de 
l'Hort-de-Dieu {Hortus Dei). 

(T Station biologique, ai-je dit! C'est que nous entendons bien ne 
pas rompre Tunité de la science de la vie. Si de respectables usages 
maintiennent encore chez nous les distinctions anciennes en zoo- 
logie et en botanique, la science ne peut plus les admettre. Nous 
appelons à la station de THort-de-Dieu ceux qui étudient la yîe 
chez les animaux, comme les zoologistes nous accueillent dans les 
stations maritimes. Animaux et plantes se confondent de plus en 
plus dans une unité fondamentale qui se résume en un mot : la vie. 

((Quels sont nos moyens et nos méthodes de travail, à l'institut 
et au jardin botanique, aux champs et partout où nous éludions? 

(fNe parlons pas des moyens matériels! C'est un sujet de minime 
importance. Nous y pourvoyons, c'est tout ee qu'il convient den 
dire. 

(T Lorsque la confiance de M. le Ministre de l'instruction publique 
m'appela en cette ville, il y a vingt-six ans, un mattre vénéré dont 
je prenais congé me dit : «fVous avez autour de Montpellier de 
ff grandes richesses; la mer et les montagnes vous offriront tant 
de (r sujets d'étude que vous vous attacherez sûrement à ce pays.7> 
Ce pronostic d'Henri Milne-Ëdwards me trouvait convaincu. 



Digitized by 



Google 



CXIII 



rr Admirateur passionné des initiateurs de ia Renaissance, j'avais 
lu et relu Bernard Palissy ; jMtais pénétre de la haute portée d'une 
déclaration du fameux tr potier de terre?» : «rJe n'ai point eu d'autre 
(rlÎTre que le ciel et la terre, lequel est connu de tous et qu'il est 
(T donné à tous de connaître et de lire.>» Je savais dès longtemps 
que l'œuvre de Phidias et la Vénus de Milo, comme le Moïse de Flo- 
rence et les tombeaux des Mëdicis, sont sortis de l'observation de la 
nature. J'avais lu les lettres écrites par Leuwenhoeck, ce portier 
des échevins de Leyde, à Messieurs de la Société royale de Londres. 
Je savais la vie de Linné, l'écolier étourdi révélant à vingt ans son 
génie de philosophe et de naturaliste. J'avais admiré Franklin, 
l'ouvrier imprimeur maîtrisant la foudre. 

(tPappréciais à sa valeur le développement de l'intelligence et de 
la volonté dans un milieu propice et dans la pleine liberté. 

«rDans notre Midi, je retrouvai la tradition du grand de Can- 
doUe, qui se félicitait dans sa vieillesse d'avoir préféré Montpellier 
k Paris, la grand' ville. Je visitai, dans son ermitage de l'autre rive 
du RhAne, l'observateur sagace qu'est Henri Fabre. Je retrouvai, 
sur les plages da Cette, U trace de Ratzel, l'inventeur de la géo- 
graphie de l'homme et le témoignage de la personnalité née, pour 
lui aussi , de l'observation de la nature. 

«La science de la vie s'acquiert par le contact constant avec la 
nature. Cette conviction s'est imposée à mon esprit; elle a dirigé 
tons mes efforts. J'espère en avoir pénétré ceux de mes disciples 
qui sont dispersés dans le monde. 

ff C'est donc aux champs, dans les forêts, sur les cimes des monts 
que se passent les meilleures heures de nos enseignements. Nous 
ne courons point la nature au hasard. Chaque journée, chaque 
^corsion a son programme, suivant les découvertes prévues ou 
espérées, dans le domaine de la vie des plantes. On a bien des sur- 
prises en chemin; des découvertes imprévues nous retiennent; il 
n'importe. Nous nous attardons sans regret, chacun n'ayant qu'une 
consigne, examiner librement ce qui l'intéresse, interroger et ques^ 
tionner sur tout ce qui demande explication. Les digressions sont 
fréquentes; la vie des animaux, les conditions de la vie sociale 
dans le milieu où nous sommes nous arrêtent souvent, toujours 
sans regret L'autorité ne s'exerce que pour rappeler constamment 
à tous l'opportunité de noter en passant les faits observés ; l'on a 
toujours le carnet ou l'album à la main. 

AacBéoLoaii. ~ N* 1. it 



Digitized by 



Google 



GlIT 



<rLe soir à la veillée, si ia fatigue n est paa extrême, on résume 
les obserYaiions de ia journée; on met dans ses notes un commen« 
cernent d ordre, sauf à profiter des jours de réclusion forcée, de 
tempête et de pluie, pour les ordonner au plus tAt d'une manière 
définitive. Le vopge accompli, les étudiants reviennent avec un 
gros bagage de notes personnelles, très dififérentes suivant le dë^ 
veloppement et les préférences de chacun ; parfois avec un rapport 
où tout est mis à sa place. Ils font ainsi Tapprentissage de la per- 
sonnalité et s'exercent à rédiger des travaux scientifiques. Qudl- 
que»>uns de ces mémoires ont été publiés et très remarqués. 

ffNons ne nous bornons pas, cela va sans dire, aux observations 
relevées en cours de route. Bien des faits, des détails de structure 
et d^organisation échappent à la vue directe. Le laboratoire nous 
retrouve réunis. On s'efforce en commun de saisir loi^ganisation in«- 
time des objets recueillis dans la nature pour en compléter Tétude. 
On y note, on y dessine de plus belle et Ton revient k la ville 
chargé d^un riche butin de connaissances positives, aGi{uises par 
Teffort individuel. 

ff Chacun suit donc ses aspirations sans contrainte. Je dois beaa- 
coup de reconnaissance à mes collaborateurs d'aujourd'hui; j'en 
dois de même à ceux qui ont maintenant, en France ou au loin, 
les grandes responsabilités de l'éducation scientifique. Tous ont 
compris la hante puissance éducatrice de la nature et les grands 
avantages que procure à nos disciples la liberté où ils' vivent. Nos 
collaborateurs nous aident à leur faire goûter le grand charme des 
découvertes; déconvertes naïves souvent, déjà faites, sans doute, 
découvertes pourtant, puisqu'elles sont nées du seul effort par* 
Bonnel. Des guides attentifs ramènent vers la réalité, compilent 
une bibliographie et mettent k leur place les faits observés, fit ils 
se réjouissent de voir se former an tour d'eux des hommes, je veux 
dire des hommes ayant des opinions k eux, la foi dans la seienoe 
personnellement acquise , le mépris des aflSrmations non démontrées , 
une sincérité complète vis-à-vis d'eux^^^némes, incapables de cacher 
Tignorance bous le clinquant des mots sonores. 

(tNous avons un témoignage précieux de la force, je voudrais 
dire de la santé morale que procurent aux jeunes hommes la liberté 
et la responsabilité du travail. Beaucoup étudient autour de nous; 
beaucoup et de pays très divers ont le désir de faire avancer la 
science, de produire , de créer des œuvres. Depuis longtemps, aucun 



Digitized by 



Google 



— OXY ; — 

a o«t venu bous poser eette question embarrassante et qui fail si 
oial juger oelui qui ia pose : r Indiquez-moi un sujet de recherches ! rt 
Chacun le trouve par lui-même comme il convient; c'est déjà one 
découverte que ce choix d'un sujet approprié à ses goAts, k ses 
aptitudes, à sa préparation antérieure. Et ce sujet, trouvé, inventé 
par chaque travailleur, lui donne de bons résultats, parce qu'il 
Taime comme sien, parce qu^il y met son ardeur, son ftme, tout son 
être. 

(rDe là vient aussi la grande variété des travaux effectués depuis 
vingt-einq ans dans nos laboratoires. L'anatoraie en a pris sa part, 
au d^ut surtout; mais la biologie, la systématique des Phanéro- 
games» les divers groupes de Thallophytes, y compris les organismes 
de haute mer et les Bryophytes, la paléobotanique, la géographie 
physique, ont retenu quelques-uns de nos cherdienrs. De là vient 
aussi, j'ose le dire, qu aucun de ces travaux n'est médiocre, que la 
plupart font grand honneur à leurs auteurs. 

tfll est rare que nous revenions de nos longues excursions sans que 
quelqu'un de nos travailleurs en rapporte un sujet de recherches; 
si quelques-uns sont absenta aujourd'hui, c'est qu'ils poursuivent 
sans répit la solution de problèmes posés un jour dans les dis- 
cussions de nos promenades scientifiques. 

(tU y a plus de deux siècles, FonteneUe dénonçait. les grandes 
difficultés de la botanique. La biologie, car il faut parler de toute 
science de la vie, demeurera une science difficile. Gomme au temps 
jadis, frles seuls livres qui puissent nous y instruire à fond ont été 
(t jetés au hasard sur toute la surface de la terres. 

crAvec Phidias et Aristote, avec Palissy et tous les maîtres admi- 
rables de la Renaissance, avec FonteneUe, avec Linné, aver 
FranUin, avec tant de contemporains que je ne puis nommer, étu- 
dions donc la nature dans sa vie, dans ses rapports multiples et 
ses mafiifestatkma laa plus diverses, tes plus harmonieuses. Nous la 
comprendrons bien mieux que sous le ecapel on dans les feuillets 
d'un kertiier. 

leChercbeurs isolés au fin fond des provinces, ne jeter, pas de 
regarda d'envie vers les villes importantes, vers les Universités les 
plus riches, vers ce que l'on appelle volontiers les grands centres? 
Nous voua proposons reommple de tous ceux dont l'isolement a fait 
des miltres. Le cœur ne vit pas tout seul ; il faut que le sang circule 
jua^'aux otrémilfs du corps ponr assurer la vie de l'ensemble. 



Digitized by 



Google 



^ OXVI 

Notre devoir, à nous tous, est d'assurer ia circulation périphérique. 
Nous vous répétons, sans nous lasser jamais , que la vérité se donne 
à qui la cherche, où que ce soit, mais que, pour la trouver, il faul, 
suivant l'expression de Palissy, trétre veuillant, agile et laborieux^. 
Traduisons en langage d'aujourd'hui : il faut avoir la volonté, la 
faculté d'observer et l'amour du travail. 

crNe vous laissez point arrêter par des limites administratives. La 
science ne connaît pas ces bornes arbitraires. Gomme les oiseaux 
du ciel , soyex maîtres de l'espace. 

cr Venez k nous! Ne croyez jamais que vous ayez épuisé vos res- 
sources; elles sont illimitées! Un problème résolu en fait naître 
cent autres I Venez à nous, qui que vous soyez! Nous vous sou- 
tiendrons, nous vous aiderons à surmonter votre timidité et les 
difficultés du chemin. C'est notre r61el Nous vous entraînerons avec 
nous aux grèves de la mer, aux forêts, aux montagnes! Vous con- 
viendrez avec nous que la nature est partout féconde. Depuis un 
quart de siècle, bien des travaux ont été publiés à Montpellier sur 
les sciences de la vie; il en reste beaucoup plus à entreprendre. 
Nous ne vous les dirons pas; vous aurez la joie de les découvrir, de 
les aborder et de les mener à bien, par votre effort, par votre 
travail personnel. 

rrSi, jusque-là, vous n'avez pas su vous dégager des traditions, 
vous deviendrez vous-même, vous ferez la conquête de ia person- 
nalité. Vous vous sentirez plus grand, plus fort, parce que vous 
serez plus libre vis-à-vis de vous-même et du monde, y* 

M. Dujardin-Beaumetz prend ensuite la parole : 

ffMBSDilliS, MSSSIIURS, 

(t Je vous apporte les vifs regrets de IM. le Ministre de l'Instruction 
publique. Il eût voulu pouvoir vous dire l'intérêt qu'il attache à vos 
travaux et vous en eAt voulu parler avec cette précision persuasive 
qui caractérise son éloquence; mais, retenu par d'autres devoirs, 
il m'a confié l'honneur de présider la séance de clêture de votre 
congrès. 

ff Peut-être aussi son affectueuse sympathie lui a-t^lle rappelé 
que le Sous-Secrétaire des Beaux-Arts représentait cette région et 
qu'à ce titre il était désigné pour vous saluer au nom de ces popu- 



Digitized by 



Google 



GlTll 



laiions du Midi, si aptes à vous comprendre, et de cette Université 
de Montpellier dont le présent est digne de son glorieux passé. 

Tlf^timement fière de ses six siècles d'existence, elle n'en est 
pas moins pénétrée par le souffle vivifiant de la pensée moderne 
qu'elle a su dle-méme agrandir par ses initiatives hardies. Autour 
des chaires de ses maîtres se groupe une jeunesse à la vive imagi- 
nation, à la parole vibrante et colorée, à la démarche élégante, aux 
yeux ardents où se lit clairement Tamour de la justice et de la 
liberté, et qui , entraînée vers la nature par Tâpre dessin des lignes 
de ces montagnes, par la vision de ces arbres tordus sous Tétreinte 
des vents marins, ainsi que par Timmense sérénité qui se dégage 
des colorations du ciel et de la chaude atmosphère enveloppant ses 
cités et ses champs, unit au culte de la science la passion de la 
beauté. 

irLes hommes d'une même profession, d'une même intellectualité 
ont toujours cherdié à se réunir pour se communiquer les résultats 
de leurs études et parler ensemble de leurs aspirations mutuelles. 
De là, ces assemblées de savants, ces congrès, qui ont si souvent 
mis en lumière des travaux importants, encouragé des recherches 
et incité des vocations. 

«En facilitant par votre groupement ces rapprochements utiles 
et fructueux, vous avez également obéi. Messieurs, à une haute 
pensée. 

(tYous avez estimé que les sciences avaient des modes communs 
d'investigation, et que, philosophes, mathématiciens, physiciens ou 
chimistes, médecins ou naturalistes, archéologues ou historiens, 
vous aviez tous qudque chose à vous dire pouvant servir vos per- 
sonnelles recherches, tout en vous empruntant les uns aux autres 
vos instruments de travail; vous vous entretenez des lois et des 
méthodes de toutes les sciences, mais vous entendez surtout pro- 
clamer hautement ensemble votre amour d'une vérité dégagée de 
préjugés et de passions. 

cr L'immensité et la variété infinie des faits observés, le besoin 
de détermination précise, la loi du progrès enfin ont fait nécessai- 
rement que les sciences, unies si justement entre elles par le génie 
des anciens Grecs, se sont différenciées. 

cr Comme des fils, trop nombreux pour la maison paternelle, la 
quittent pour créer des foyers nouveaux, chaque science a dû tenter 
de s'élever sur ses propres fondations auxquelles chaque savant a 



Digitized by 



Google 



CXflll 

apporté les maiéritax extraite par lui et pour elle de Tobeervatioii 
de la nature et de la vie. 

(tMais aujourd'hui ou a reconnu que les limitea tracées entre les 
sciences les plus rapprochées se confondaient singuUërement, que 
même les plus divergentes en apparence se pénétraient si étroite*- 
ment, que nul n'en pouvait plus fixer les frontières exactes; car la 
science moderne se caractérise par la recherche de Tunilë et pour* 
rait prendre comme devise le mot de Leibnitz : m variêUae umtaê. 

crÊn vous réunissant ici, vous ajoutez des clartés nouvelles à 
celles qui vous ont jusqu'à présent guidés > car le travail en com- 
mun aide à Texpansion des idées qu'il contribue à faire passerdana 
les faite : par lui, chacun profite de VeSori de tous et comme, 
devant les multiples problèmes soulevés, le labeur d'un seul ne 
pourrait suffire, chacun vient faire appel à l'effort collectif des 
sociétés Bavantes. 

(tVos réunions permettent en outre aux travailleurs modestes de 
collaborer à la construction du superbe édifice élevé pour la vérité« 

ff Toutes les sciences, par leur contect, ont augmenté leurs forces, 
tell, — un jour de bateille, — les différente élémente qui conn 
posent une armée viennent successivement et logiquement, comme 
les nombreux anneaux d'une même chaîne, s'appuyer, se compléter, 
permettent ainsi d'ajouter l'effort nouveau à l'effort accompli, afin 
que l'heure venue, comme une vague immense soutenue par d'autres 
vagues profondes, ils puissent s'élancer unis vers la victoire. 

(tAu surplus, quel travail aujourd'hui, portant sur une question 
générale, pourrait s'isoler sur des pointe uniques et refuser la col- 
laboration des autres recherches? Qui pourrait se dire chimiste 
sans être physicien? 

tf L'illustre Bertheloi, à qui la France a fait de glorieuses funé- 
railles et dont je salue respectueusement la mémoire, o créé cette 
physico^chimie qui a transformé la théorie des exfdosifs, l'art de la 
fabrication des aciers, et énoncé ces principes de thermo-chimie 
qui ont rénové les lois fondamenUles du génial Lavoisier. 

(rUn autre chimiste et minéralogiste. Pasteur, entraîné par le 
souci de l'observation directe sur un terrain étranger à ses études 
premières, a révolutionné la biologie et par suite la médecine. 

trQui tenterait de classer un Claude Bernard? 

(fOù fixerait>-on les limites entre la loologie et la boteniqne? 

(T L'étude de la cellule organique ou inorganique, inanimée où 



Digitized by 



Google 



OXIX 

vitinte, ne noua conduiv^lle pas à des oonoepttons que nul jusqu'à 
présent n'aTtit ose imaginer? 

(rlJne partie et la meilleure de tous les progrès de Tindustrie au 
dentier siècle est due à la connaissance de T^uivalence mécanique 
de la chaleur et du travail. 

«Depuis ) on y a ajouté celle de la lumière^ et les théories récentes 
de la radio-eclivité permettent à certaine physiciens d'envisager la 
matière comme de Ténergie condensée. 

irPar le merveilleux outil mathématique^ les plus diverses 
recherches se fondent dans la synthèse de la mécanique universelle; 
et cependant, malgré la perfection à laquelle tant d^hommes 
illustres lui avaioit permis d'approcher, il était réservé aux Her- 
mite et aux Poincaré d'atteindre des régions o4 notre admiration 
les suit, mais où il n'est possible qu'à quelques-uns de pénétrer 
derrière eux. 

ce Les végiti» seules aoàt fécondes; dles le prouvent .par les 
oeuvres qu'elles engendrent* Qu'une hypothèse disparaisse, peu 
importé si elle laisse af^ès elle des faits vérifiés et les germes de 
lliypotbèse future. Ce qui importe, c'est le fait certain et étemel. 

erMesstears, le sol profond de la nature remué par tant de cher^ 
cheurs produit sa floraison. Elle se manifeste par une frondaison 
exubérante et «ne éclosion prestigieuseé Bien des espèces dispa- 
. raltront, d'autres prendront leur place et seront elles-mêmes rem*- 
placéee par des espèces nouvelles, et ainsi jusqu'à la révélation de 
la vérité, s'il est donné à Thomme d'y parvenir jamais.^ 

reCeite vérité, c'est votre honneur de la chercher, c'est aussi la 
grandeur de votre fonction Sociale* 

cr Aussi ne parierai*je pas de ses applications qui ont tant con- 
tribué à l'émancipation et au bonheur de l'homme. 

(rJe ne retiendrai que votre recherche désintéressée; mais vous 
n'oublierea pas que cette industrie électrique qui a révolutionné la 
vie moderne, est sortie tout entière d'un fait qui pouvait paraître 
sans importance et dont l'observation est due au génie d'Ampère. 

trLa science pure est seule féconde; elle rapproche les âmes; 
seule elle fait disparaître, comme de vains fantAmes, ces divergences 
d'appréciations, ces différences toutes de mots qui ont si souvent et 
si cruellement parfois séparé les hommes. 

ir Ainsi l'humanité, après de longs détours, revient à ses pre- 
miers errements; et si les yeux des anciens Grecs dont je parlais 



Digitized by 



Google 



— cxx 

tout à rheure pouvaient s ouvrir à la lumière, ib verraient leur 
descendance lointaine récolter la prestigieuse moisson dont ils 
avaient jetë la semence sur un sol dénudé. 

(f Honneur k vous, Messieurs, et à vos travaux, car ils conduisent 
à rhannonie universelle. 

(tCe n'est pas par Tasservissement de la matière que Thomme 
recouvrera son indépendance, c'est par la connaissance des lois de 
la vie que, — dédaigneux des contingences, — il s'élèvera vers les 
hauteurs sereines et que, redescendant en lui-même, il trouvera 
dans le vrai confondu avec le beau les plus sûrs éléments de son 
bonheur. 

(T Messieurs, la science prépare utilement l'esprit à la connais- 
sance dû beau, non seulement par la formation d'intelligences 
élevées par la recherche de la vérité, mais aussi par tous les moyens 
d'expression qu'il lui donne. 

(rLe peintre ne lui doit-il pas les codeurs avec lesquelles il tra- 
duit la nature? Les mathématiciens appuient le statuaire dans ses 
recherches de la précision des formes. Ces vérités n'ont-elles pas 
soutenu Phidias déterminant avec une géniale certitude les propor- 
tions du Parthénon? L'art s'est servi de la science comme d'un 
point d'appui pour s'élancer vers l'idéal. 

(T Artistes, chercheurs de parfums divins, créateurs de paradis 
humains , donneurs de beauté, vous qui, par le sentiment et la sen- 
sation, ouvrez les âmes à la compréhension de la nature, vous qui 
avez par elle apaisé tant d'inquiétudes secrètes et réuni dans son 
admiration tous les êtres pensants, rendez hommage à la science, 
car elle a servi vos rêves et prépara votre gloire. 

crMais cet étonnant équilibre que révèle la science, cette har- 
monie dont l'art nous fait comprendre les diarmes, n incitent-ils 
pas l'homme à son perfectionnement moral, ne lui donnent-ils pas 
ses besoins d'indépendance, de liberté et d'action, ne font-ils pas 
appel à sa raison et à son cœur? Ne lui révèlent-ils pas la douceur 
des tendres sentiments, la nécessité du travail, ne donnent-ils pas 
comme but k la vie le bonheur de penser? 

(rSi l'on est amené k proclamer le dogme intangible de l'unité 
scientifique, les études sur l'art ou sur l'être moral conduisent à les 
confondre dans cette même unité, et le vrai, le beau et le bien 
reprennent dans le monde moderne la place que leur avait assignée 
les anciens. 



Digitized by 



Google 



GlU 

ifLe vrai soutient le bten, et le beau les inspire tous deux; du 
moins apparaissent-ik unis comme les trois cAtës d'un triangle 
équilatéral qui s'appuient sans se confondre et dont les points de 
contact sont enveloppes par les plus tendres harmonies; telles 
apparaissent pour le peintre les diverses colorations des cieux, et 
notre Puvis de Ghavannes, dans sa fresque symbolisant Tunité de 
Tesprit moderne, nous montre dans un paysage aux lignes calmes 
et pures, aux horizons infinis, marchant au milieu d*une nature 
qui ne connaîtra pas la mort, les gramls savants, les grands artistes, 
les grands penseurs s'entretenant ensemble des vérités étemelles 
enfin comprises, des principes créateurs de la nature et de la vie 
que, sous leur forme humaine, leur génie leur avait permis d'entre- 
voir d'en bas. 

trSi la science et l'art sont des langues universelles, les nations 
les parlent toutefois avec l'accent qui leur est personnel. Les Fran- 
çais les comprennent et les expriment avec cette particulière viva- 
cité d'intelligence qui leur fait si rapidement adopter les idées 
généreuses et leur impose le besoin de les réaliser dans les faits. 
Tentes les nations ont apporté au progrès humain tous les fruits de 
leur labeur; mais la plupart d'entre elles ont entendu accroître par 
lui leur domination matérielle et morale et imposer ainsi leur génie 
propre. 

(rLa France, tout en partageant ces nobles et patriotiques am- 
bitions, a voulu cependant proportionner son action à la grandeur 
de ses rêves de justice et a tenté de faire de ses succès la victoire 
de l'esprit humain. 

crCest par cela qu'aux jours de défaite les derniers cris de nos 
héros ont retenti comme un écho douloureux dans le cœur des 
faibles et des opprimés. 

(f Messieurs, il semble que pour obéir à sa destinée notre pays 
ait voulu s'efforcer de résumer en lui tou9 les modes de sentir, de 
penser et d'aimer. 

cr C'est ainsi qu'il a successivement attiré ces terres méridionales 
dont la rayonnante chaleur avait su garder vivante la poésie des 
temps antiques, la mystérieuse et rêveuse Bretagne et ces longues 
plaines du Nord aux hautes cathédrales, aux hêtels de ville dont les 
cloches et beffrois avaient sonné le réveil des libertés publiques. 

cril a vu venir à lui ces hommes de l'Est chez lesqueb se ren- 
contrent toutes les formes du courage, ces rudes montagnards des 



Digitized by 



Google 



OKXIl 

Céveonm, d«8 Pyrénées et dm Alpei, et cm mittifttB des oètes ma- 
rinM qui voient ehaque Boir le soleH diaparattre dans la proroodaar 
des ôeéaûs. 

tril s'est appuyé enfin , il a mis sa force dans ces paysans courbés 
par un patient et réaliste effort sur les sillws de la terre natale, 
et pour garantir an génie formé par de tant de sources diverses, il 
a inspiré à ses enfants Tamoar passionné de la patrie^ 

If Messieurs, votre présence ici atteste combien vous êtes dignas 
d*un si glorieux passé > et je -vous salue au nom du (yonvemement 
de la République française.^ 

M. le Sous^ecrétaire d'État donne ensuite la parole à M. fta 
Saint-Arroman qui lit les arrêtés ministériels du 6 avril nommant 
des officiers de Tlnstruction pul^iqne et des officiera d'Académie. 

Sont nommés <i) : 

OJkkri de l'Itutmûtion fmbKque, 

MM. BAHRièai-Puvr, membre de la Société arcb^logiciue du Midi, cor- 
respondant du Ministère, à Puydaniel (Haute-Garonne). 

BoBBAD (Octave), inspecteur de la Société archéologique de Touraine, 
membre de la Société française d^archéoiogie, correspondant du 
Ministère, à Corraery (Indre-et-Loire). 

BoNNBT (Junior-Marîe-Emile), coni^ervî^leur de la Société archéologique 
de Cette (Hérault). 

CH^DBTnxB (Pierre -Joseph), géologue et préhistorien, è Gisors 
(Eure). 

CocLET (Georges-Camille- Jules), chargé de cours k la faculté des 
lettres de TUniversîté de Montpellier. 

DoNAP (Le capitaine Raymond-Victor-Joseph), correspondant dû Mi- 
nistère, à KébiUi (Tunisie). 

Drappier (Lonis), secrétaire de la Direction des antiquités et arts/è 
Tunis. 

Dumas (Louii'Ulysse), correspondant du Ministère, à Baron (Gard)* 

BvNAOD Di Fat (Joseph-Philippe), chef dessinateur au Senrice géogra- 
phique de rarmée, à Paris. 

<*) Nous n^iodiqnoM que les nominations qui intémsf^nt Ias ssftistis d^arrîiëo- 
logie d d'histoire; 



Digitized by 



Google 



MM. JoLY (Charles- Albert), etmaèrvviear du musée, eerraipondent du Mi- 

nîslère, k Gnetina (Gonstantiiie). 
JoLY (Alexandre), correspondant du Ministère, k Gonstantine. 
HoaiAu (Loais-Fâix-Renté-Léon), docteur en médedàe, oonsenrateur 

du musée de Sens (Yonne). 
Piiiii (Loda-Jales), trésorier de la Société d'études irk Montagne 

Sainte-Geneviève et ses abords^, architecte diplûtté du Gouverne- 
méat, à Paris. 
PiRTia» (Geoiges-Jean-Jacquee), vice-président de k Société d*agri- 

culture, industrie, sciences et arts de la Lozère, juge dlostruction , 

à Ntmee (Gard). 
SiCAab (Germain), arèhédogne, à Cannes*Miftenrois (Aude). 
Talon (Claude), chef de bataillon du génie, hors cadres, au Service 

géographique de Tarmée, k Paria. 
ToBTEV (Louis), membre de la Société de ThistoiM de la Révolution, 

à Paria. 
Vidal (Auguste-Michel), correspondant du MintsCère, à Albî (Tarn). 

Ojfieiers d'Académie. 

MM. Rabut (Ernest-Théodore), chargé de cours compiémentaîre k h Fa- 
onUé de» kttas de rUniversité de Moatpellier. 

Balut (Georges), archéologue, contr^Ueur cîtil, k Medjez-el-Bab 
(Tuniaie). 

Baith^bmt (HippolyteJoseph-Jean-Baptiste), chai^ de cours à la 
Faeollé de droit é& TUniveraité <fe Montpellier. 

Bbllot (Le capitaine Léon-Henri-André), au Service géographique de 
ramée. 

BasHiBB (Georges), archiviste départemental, à Caeo. 

BowT, inspecteur mà^aad des eani et forêts, à GiAa (Tunisie). 

BaiiGAiL (Gilbert), membre de la Société archéologique du Gers, insti- 
tuteur puMio, à Montaitruc. 

Basuu (L*abbé Henri-Édouard-Prosper), archéologue, à Lausanne 
(Suisae)* 

dix (Robert bi), explorateur, membre du Comité de 1* Afrique fran- 
çaise, à Paris. 

Cbbibblli (César), statuaire, membre de la Société des conférences 
aolhrf^logiques, à Boulogne (Seine). 

Cbavannbs, antiquaire, à Tunis. 

CoosaB (Le Ueutenant), du Sennce des affaires indigènes de Tunisie, 
à Médenine. 

Dbuus (Paul «Ferdinand -Gabriel), ancien pr^ident de la Société 
scientifique et littéraire d'Alais (Gard). 



Digitized by 



Google 



CIXIV 

MM. Dmiao, arebéoiogiie, k Sidi-Naoeor-AUah (Tunisie). 

Dksjabdins (Charies-Antoine), trésorier de la Sociëtë archéologique de 
CoDstantine. 

Ddpoagq (Le lieulenant Paui-bmile), au i5o* régiment d'in&uiterie, 
à Saint-Mihiel. 

DoPRAT (Gniliaume-Léonoe), correspondant du Ministère, à Rochefort 
(Charente-Inférieure). 

Durand (L*abbé François), président de T Académie du Gard. 

DuafiLLB (L'abbé Georges), mmnhre de ia Société archéologique de 
Nantes. 

Faochard, dél^é cantonal, au Bousquet-d'Orb (Hérault). 

Faviris (Le lieutenant), du Service des affaires indigènes de Tunisie, 
k Zarsis. 

Fromont (ChaHes-Uenri-Félix), pharmacien aide4najor de i** classe, à 
Aunude (Alger). 

Gendre (Le lieutenant François-Jean), au 3&* r^iment d'inbnterie, 
À Mont-de-Marsan (Landes). 

Germain (Le chef d'escadrons Paul), au 3o* r%iment de dragons, à 
Saint -Etienne. 

GioROi (Le commandant), membre de la Société archéologique de 
Sousse (Tunisie). 

GouvBT (Charies), archéologue, ingénieur aux diemins de fer de 
Sbi^afsa (Tunisie). 

Hdgciixot (Le p. Edmond), archéologue et préhistorien, k Ouarg^ 
(Sud algérien). 

Mallard (Gustave-Charies-Louis), membre de la Société des anti- 
quaires de France, k Saint-Amand (Cher). 

Manigold, secrétaire général de la Société archéologique de Sousse 
(Tunisie). 

Martil (Louis-Léon), vice-président de la Société scientifique et litté- 
raire d'Alais (Gard). 

Masson (Alfred- Adolphe), officier d'administration du génie, à Mire- 
court (Vosges). 

Millier (Le lieutenant), au &* régiment de tirailleurs, à Bizerte, 
chargé de la direction de fouilles archéologiques. 

MiÎRiMi^E (Henri-Emest-Gustave), mattre de conférences à la Faculté 
des lettres de Montpdlier. 

MiLHAU (Edouard), dessinateur au Service géographique de l'armée, 
à Paris. 

MoLLARD (Louis), gravcur prindpal au Service géographique de l'ar- 
mée, à Ermont (Seine-eÛ)ise). 

MoDRGNOT (Paul), ingénieur, chef du Service topographique, k 
Tunis. 



Digitized by 



Google 



cxxy 



MM. PiNBAo (Le lieutenant Paul-François-Marie), des brigades lopogra- 
phiques d'Algérie et de Tunisie, à Paris. 

Rbtiilli^ (Albert), dessinateur au Service géographique de Tannée, 
h Montrouge (Seine). 

RoossBL (Eugène-Pierre), déégué cantonal, à Montpdlier (Hérault). 

ScHQBiiBWBEi ( Paul-Albeft) , graveur principal au Service géogra- 
phique de Tarmée, à Paris. 

Thomaui (UenrirGonstanl), ancien a<]yudaBt du génie ^sarveillant de 
fouilles archéologiques en Tunisie, à Paris. 

Ufflbb (Le lieutenant René-Louis), au ii* bataillon de chasseurs à 
pied, à Annecy. 

WiLLiGBNS (Joseph-Guillaume), bibliothécaire de la Société archéolo- 
gique de Constantine. 

La séance est levée à & heures et demie. 

Pour U Sêcrétmre de la SecUon dWckéologie , 

Eugène Lbpbvrb-Pontalis, 

Membre do Comité. 



Digitized by 



Google 



GUVl 



22 AVRIL 1907. 



SÉANCE DE LA SECmON D'ARCHÉOLOGIE. 

PRÉSIDEIfCB DE M. HÉRON DE VILLEFOSSE. 

Iax séance est ouverte kJi heures. 

Le procës-verbal de la dernière séance est lu et adopte 

M. le Président, au nom du Comité, remercie M. Eugène Lefèvre- 
Pontalis, de la bonne grâce avec laquelle, en Tabsence du Secré- 
taire et du Secrétaire adjoint, il a bien voulu remplir les fonctions 
de secrétaire de la section d'archéologie au Congrès des Sociétés 
savantes à Montpellier. 

Il remercie pareillement M* Louis Demaison, membre non résidant 
dû Comité, d'avoir bien voulu prêter son concours à M. Lefèvre- 
Pontalis. 

Il transmet à la Section les excuses de M. Philippe Rerger, em- 
pêché d'assister à la séance. 

M. le Secrétaire donne lecture de la correspondance : 

M. l'abbé Parât, au nom de la Société des sciences historiques 
et naturelles de l'Yonne, envoie un compte rendu des fouilles du 
camp antique de Cora à Saint-Moré (Yonne). — Renvoi à 
M. Adrien Rlanchet. 

M. Collard , correspondant du Comité, à Auch, adresse au Comité 
deux notes sur une stèle votive et des médailles trouvées à Auch 
en 1907. — Renvoi à M. Héron de Villefosse. 

M. le D' Henri Martin, secrétaire de la Société préhistorique de 



Digitized by 



Google 



OXXVIX 

France, envoie une note relative aux recherches à effectuer dans 
un gisement préhistorique situé dans la commune de Gardes (Cha- 
rente), au lieu dit «La Quina?). — Renvoi à M. le D"^ Capitan. 

La Société historique et archéologique du Gâtinais demande une 
subvention pour faire des fouilles dans un cimetière de Tépoque 
barbare récemment découvert à Paley, canton de Lorrez-le-Bocagc 
(Seine-et-Marne). — Renvoi à M. Prou. 

M. Ferdinand Villepelet, correspondfnt du Comité, envoie une 
notice sur le mobilier d'un bourgeois de Périgueux en 1/198. — ^ 
Renvoi à M. Guiffrey. 

M. Charles Dangibeaud, correspondant du Comité, envoie un 
compte rendu des fouilles du théâtre de Saintes en 1906. — Ren- 
voi à M. JulUan. 

M. de FayoUe, correspondant du Comité, président de la Sociëtd 
historique et archéologique du Périgord, sollicite pour cette So- 
ciété une subvention en vne de pratiquer des fouilles dans le 
gisement préhistorique de Laugerie-Haute, commune des Eyzies- 
Tayac {Doirdogne), devenu Tobjet de déprédalioos qui en amène- 
root la disparition avant que les archéologues n'en aient achevé 
Tétude méthodique. — Renvoi à M. le D' Capitan. 

M. Babelon est chargé de faire un rapport sur un ouvoage pour 
lequel une souscription a été demandée à M. le Minisire de lln- 
struction publique. 

Sont déposés sur le bureau les ouvrages suivants offerts au Comité 
par leuc» auteurs : 

FomUes de Vésane. Compte rendu de i^o€ et Noêe emipUmentaire y 
offert par M. le Maire de la ville de Périgueux; 

Les époques prikistonque et gauloiie dans le Finisthe. Iweentaire des 
numuments de ce département , des temps préhisftoriques à lêfin de Vœeu- 
pahm romaine, par M. Paul du ChatelHer, membre non résidant d6 
Comité; 

U Ckriêl de Guiry, au iif sikcle, par M. Coquelie, correspondant 
du Comité; 



Digitized by 



Google 



— CXXVllI — 

Nouvelles recherches sur le préhistorique dans le Sahara et dans le 
haut-pays oranoû, par MM. Flamand, correspondant du Comité^ 
et le lieu tenant-colonel Laquiëre; 

Les inscriptiotis de Notre-Dame de Reims : textes relevés sur les monu- 
ments originaux suivis des extraits de Jean Herman Weyen, par 
M. Henri Jadart, membre non résidant du Comité; 

A travers le pays Laonnois : inscriptions diverses recueillies dans 
r arrondissement de Ijwn, par le même; 

Inventaire sommaire des égUses rurales de V arrondissement de Reims 
au point de vue de Vart et de Vhistoire^ par le même; 

H fScnpU ToD ÙSvaaécûs éx Tijs Fep/iavixjf^, par M. Nicolas Pa- 
vlatos, à Ithaque (Iles Ioniennes); 

Mémoires de la Société éduenne, nouv. sërie, t. XXXIV; 

Catalogue des photographies archéologiques, a* supplément, par 
M. Martin-Sabon. 

Ces ouvrages seront déposés k la Bibliothëque nationale, et des 
remerciements seront adressés aux auteurs. 

L'ordre du jour appelle la désignation tle la soas-^ommission 
chargée de préparer la revision des listes des correspondants du 
Ministère. 

Cette sous-commission comprendra , outre le bureau de la Sec- 
tion, MM. Blanchet, Capitan et Lefèvre-Pontalis. 

L'ordre du jour appelle ensuite la désignation de la sous-com- 
mission chargée de rédiger le programme du prochain Congrès des 
Sociétés savantes. 

Cette sous-commission sera composée du Bureau et "de MM. Ba- 
belon, Cagnat, Capitan et Longnon. 



Digitized by 



Google 



GXXIX 

exécutées pour rétablissement d'aqueducs, à Rouen, dans les rues 
aux Ours et du Petit-Mouton. 

«L'un des vases , ayant à peu près la forme d'un barillet, est 
percé, au sommet, d'une ouverture de o m. 096 de diamètre et de 
trois trous plus petits. M. de Vesly croit qu'il s'agit d'une lampe 
dont les trous indiqueraient le passage de la mèche et des chaî- 
nettes de suspension. Cette hypothèse aurait besoin d'être appuyée 
sur des exemples de lampes ayant une forme semblable. Le vase 
porte une inscription qui a été lue FO et XIXI ... 

«Les marques des autres poteries sont CORJSILLIM^^), SOLI- 
NIMW, MERCATOt»), SEAERIM^*) et des formes peu certaines 
des marques de Victor ou de Vtctorinus, de Marcianus ou de Marcu$, 

«Le Comité peut remercier M. de Vesly pour les communications 
qu'il lui a envoyées récemment et déposer sa note au Musée des 
antiquités nationales, d — Adopté. 

M. Jules GuiFFRBT lit un rapport sur une notice de M. Roger Drou- 
AULT consacrée à l'étude d'une marmite de bronze du xvi" siècle : 

(tM. Roger Drouault, correspondant du Comité, à Saint-Sulpice- 
les-Feuilles (Haute- Vienne), envoie une notice sur une petite mar- 
mite de bronze à trois pieds, portant une inscription et datant du 
XVI* siècle, dont la photographie est jointe à la communication de 
M. Drouault. Cet ustensile de cuisine mesurant environ o m. 16 
de hauteur et d'une capacité d'un litre environ est rapproché de 
divers récipients similaires conservés dans les musées de France, 
à Cluny, à Rouen, ailleurs encore et même à l'étranger. Les 
recherches faites par l'auteur à ce sujet donnent un intérêt très 
réel à son travail, de même que les observations qu'il présente sur 
les fondeurs de ces marmites de bronze. La note est courte; elle 
ne contient aucun développement inutile; elle parait donc tout à 
fait mériter d'être publiée. 11 serait même à désirer que la repro- 
duction de la marmite accompagnât le commentaire de M. Drouault, 
si l'on peut se servir de la photographie envoyée par lui, ou s'il 
peut en fournir une autre plus nette (^).9> — Adopté. 

(•> Cf. Corp, msa-. laU, i. XllI, 3* partie, fa«c 1, n" 10010, 665 a. 

f») Cf. Soiini of.,ibid., n- 10010, i8i3. 

W Cf. iW.,n' 10010. i344. 

<*> Cf. Sêverim,, ibid,, n' 10010, 1800. 

^*^ Voir plus loin, p. sig, le texte in extetuo de cette communication. 

AacBéoLOGii. — N* 2. 1 



Digitized by 



Google 



CMX — 

M. Tabbé TflB»gifAT lit un rapport sar une communication de 
M. Gustave Hermann, correspondant du €omité, relative à une 
forge antique découverte près d'Excideuii (Dordogne) : 

((M. Gustave Hermaon nous envoie un intéressant rapport sur 
une forge antique découverte près d'Excideuil ( Dordogne) , à càté 
du village de Sarconac. 

(T Depuis longtemps, l'attention de M. Hermann avait été attirée 
par un dépôt considérable de laitiers, minerais de fer déjà soumis à 
l'action du feu , autour duquel se rencontraient, en grande quantité, 
des fragments de tuiles à rebord. Ce minerai incomplètement fondu 
a été vendu à une usine métallurgique qui extraira le fer qu'il 
contient encore dans de fortes proportions. M. Hermann a eu Tbeu- 
reuse pensée de surveiller Tenlèvement de ce minerai. Il a ainsi 
constaté l'existence de poteries gallo-romaines et gauloises. On a 
trouvé une longue cheville en fonte et une hache de fer très mas- 
sive et très lourde; le sommet carré a été fortement martelé; l'épais- 
seur va toujours en s'amoindrissant vers la partie inférieure dont 
les deux angles se relèvent en une courbure très prononcée. M. Her- 
mann croit cet instrument gaulois. 

((De ces faits, l'auteur de la communication tire la conclusion 
logique qu'il exista en cet endroit une forge gauloise qui persista 
à l'époque gallo-romaine. Le lieu était d'ailleurs très bien choisi : 
de l'autre côté de la rivière, la Loue, à une toute petite distance, 
le minerai était très abondant et à fleur de terre. De là on accédait 
à la forge par un gué de la Loue dont l'eau était très basse à cet 
endroit. 

(tM. Hermann, dont le zèle est digne d'éloges, continuera à 
suivre les travaux et nous tiendra au courant des découvertes qui 
seront faites dans cette forge non encore signalée.)) 

M. HéRON DB ViLLiFossB fait OU rapport sur une demande de sub- 
vention, adressée par M. H. Rouzaud, pour l'aider à poursuivre 
des fouilles entreprises dans le domaine de Montlaurès, à quatre kilo- 
mètres de Narbonne : 

(rLa colline de Montlaurès et les trouvailles significatives qui y 
ont été faites sont connues des membres du Comité. Quels qu'aient 
été les occupants de ce site, les découvertes de M. H. Rouzaud 



Digitized by 



Google 



GIXXI 

prouvent avec évidence qu ils furent en rapports avec les Grecs 
pendant plusieurs siècles; probablement il faut les considérer 
comme les anciens maîtres du commerce de Narbonne : c'est une 
question qui a besoin d'étrè éclaireie. On rencontre sur ce point 
des sépultures qu'il serait utile d'explorer avec méthode et dont il 
est nécessaire de connaître le mobilier et la disposition. J'ai visité 
cette colline l'été dernier; mon savant confrère M. Pottier, membre 
de l'Institut, s'y est rendu plus récemment : H a été, comme moi, 
très frappé de l'importance de» premières découvertes et de l'in- 
térêt que présentent les objets recueillis par M. Rouzaud. 

«M. Pottier est disposé à retourner k Montlaurès, à surveiller 
lui-même les fouilles, à faire profiter M. Rouzaud de son expérience 
et de ses conseils. Sous un tel patronage, les recherches ont toutes 
les chances pour aboutir à un heureux résultat. y> 

Le rapporteur propoae d'accorder une subvention k M. Rouxaud. 
— Adopté. 

M. Adrien Rlanchkt appelle l'attention du Comité sur l'utilité de 
transporter soit au musée de Pau, soit dans tout autre musée, 
llnseription latine dUasparren (Basses-Pyrënées)^'^, dont tous les 
archéolo^es connaissent l'importance. Cette inscription a été 
enlevée récemment du mur de l'église où elle était encastrée > et 
déposée dans la sacristie. 

Le Comité demande k Tadministration de bien vouloir s'informer 
auprès du Sous-Secrétariat des Beaux-Arts si celte inscription a été 
classée, et de prendre les mesures nécessaires pour en assurer la 
conservation. 

La séance est levée à 5 heures moins un quart. 

Lt Sêcrétmre adjoint de la Section d'archéologie ^ 

M. Paou, 

Membre du Comité. 



(1) 



Corp. in$cr, lai, , L XIII , n* 619. 



Digitized by 



Google 



GIIIII 



13 MAI 1907. 



SÉANCE DE LA SECTION D'ARCHÉOLOGIE. 

PRiSIDBlfCB DB M. HÉRON DB VILLBFOSSB. 

La séance est ouverte à & heures. 

Le procës-terbal de la dernière séance est lu et adopté. 

M. le Secrétaire donne lecture de la correspondance : 

M. Mallard, à Saint-Amand-Montrond, demande une subvention 
en vue de poursuivre ses fouilles sur le territoire de Drevant (Cher). 
— Renvoi à M. Héron de Villefosse. 

M. Tabbé Poulaine, correspondant du Comité, à Voutenay 
(Yonne), envoie une note sur des sépultures mérovingiennes dé- 
couvertes près de la Grande-Fontaine, à Voutenay. — Renvoi à 
M. Prou. 

M. Georges Stalin, membre de la Société d'études historiques et 
scientifiques de TOise, à Reauvais, adresse au Comité une note sur 
une hache polie. — Renvoi à M. le D' Capitan. 

Le même archéologue envoie deux autres notes, dont Tune sur 
la découverte d'une poterie gallo-romaine sur le territoire de Va- 
lette, commune de Chassey (Saône-et-Loire), et l'autre sur des 
vestiges de chaussée romaine, à Reauvais. — Renvoi à M. Adrien 
Rlanchet. 

M. Campion, à Rennes, demande une subvention pour achever 
des fouilles commencées sur l'emplacement de fancienne ville ro- 
maine d'Alet. — Renvoi à M. Adrien Rlanchet. 



Digitized by 



Google 



— Qixxni — 

M. Ulysse Dumas, correspondant du Comité, à Baron (Gard), 
envoie une étude sur les différents testiges qui accompagnent les 
dolmens. — Renvoi à M. le D' Capitan. 

M. le colonel H. de Ville d'Âvray, conservateur des musées de 
Cannes, adresse au Comité une note sur la découverte d'une mo- 
saïque à Fréjus (Var), d'une Minerve de bronze et de vestiges 
gallo-romains à Juan-les-Pins. — Renvoi à M. Héron de Ville- 
fosse. 

M. Moulin, de Bandol (Var), adresse au Comité une note sur un 
maillet et Texploitation des carrières de silex et de quartz. — 
Renvoi à M. le D' Capitan. 

Sont déposés sur le bureau les ouvrages suivants offerts au Comité 
par leurs auteurs : 

Mmtblanc{Hérauk) : VégJùe; hisknre, par M. Tabbé E. Bougette, 
à Montblanc; 

La fmntmre wrp^rMe et U tatouage^ par M. Joseph Déchelette, 
membre non résidant du Comité; 

De la eigniJieatUm du mot trcotippeT) dan$ hê proeèe^verbaux de mite 
de» portes de Tulk au xyii* siècle, par M. René Page. 

Ces ouvrages seront déposés à la Bibliothèque nationale et des 
remerciements seront adressés aux auteurs. 

M. Adrien Blargust lit un rapport sur une communication de 
M. Tabbé Parât, relative aux fouilles du camp de Cwa, à Saint- 
More (Yonne) : 

(f A U suite de Ta vis favorable émis par le Comité, M. le Ministre 
de rinstruction publique avait accordé une subvention pour aider aux 
fouilles entreprises par la Société d'études d'Avallon et la Société 
des sciences de l*Yonne, sur la colline dite «camp de CoraT» et 
aussi Villaucerre. M. Tabbé Parât rend compte des résultats obte- 
nus dans ces fouilles, et je crois utile d'extraire de son rapport les 
passages suivants : 

irEn arrière du retranchement de pierres amoncelées, défense 
«d'un camp de l'époque hallstattienne ou un peu postérieur, on a 
«déblayé 99o mètres de courtines et de tours, sur une hauteur 



Digitized by 



Google 



GXXXIT 

(T de 3 à & mfetres. Le retnp&rt compoend une muraiiie droite de 
•r 176 mètres de tongueur, percëe, kVesitpétùiii Sud«-0u68t, d'usé 
«r large porte protégée par une tour iBoléet^^ A Tautre extrémité, 
fria muraille, partant d'une tour d'angle, revient perpendiculaire- 
crment sur le cattip oii elle se raccorde par une ligne coui4)e. Ce 
(T tronçon mesure 60 mëtres de longueur, et, à son extrémité, se 
ff détache aussi, à angle droit, un mur renforcé à sa base d^attaché, 
trde âo mëtres de longueur, traversant un chemin et aboutissant 
<rà une tour isolée, plus grosse que les autres, mais complètement 
ff ruinée . . . 

(tLes courtines ont 3 mètres de largeur dans la grande muraille, 
tt 9 mètres dans le mur en retour, et les tours ont 6 mètres de dia- 
tr mètre. Le mur est formé dun blocage de maçonnerie, riche en 
«mortier et revêtu de parements intérieur et extérieur. Le parement 
((est fait, comme le reste, de pierres du lieu même, simplement 
cr taillées, de toutes dimensions et placées quelquefois dans tous les 
(Tsens. L'appareil offre, de place en place, des cordons de pierres 
(T disposées en arêtes de poisson. Ji 

«f En arrière de cette muraille, il y a encore un mur de pi«rreft sèches 
et, plus loin, les substructions d'un bâtiment long de 3o mètres 
qu'il faudrait explorer. 

((Le Comité peut demander le dépêt du rapport de M. l'abbé Pa^ 
rat au Musée des Antiquités nationales et remercier l'auteur de son 
intéressante communication. î) — Adopté. 

M. leD' Henri Martin, secrétaire de la Société préhistorique de 
France, avait sollicité de M. le Ministre de llnstruction publique 
une mission et une subvention en vue de faire des recherches dans 
un gisement préhistorique sis au lieu dit ((La Quina?), commune 
de Gardes (Charente). M. le D' Capitan avait été chargé de pré- 
senter au Comité un rapport à ce sujet. 

Des explications que M. le D' Henri Martin a données au rap- 
porteur, il résulte qu'il ne deounde plus ni mission ni subvention^ 

M. le D' Capitan lit un rapport sur une demande de subvention 
formée par M. de FayoUe, au nom de la Société historique et 

^> Je crois que cette ouverture a été pratiquée, à une époque récente, pour 
donner accès sur la colline (A. Bl.). 



Digitized by 



Google 



— oxxxv 

archéologique du Périgord, pour faire des fouilles dans le gise- 
ment préhistorique de Laugerie-Haute : 

ffM. de FayoUe, président de la Société historique et archéolo- 
gique du Périgord, conservateur du Musée du Périgord , à Périgueux, 
correspondant du Comité, adresse à M. le Ministre de Tlnstruction 
publique une demande à Teffet d'obtenir une subvention pour pou- 
voir exécuter dans le gisement préhistorique classique de Laugerie- 
Haute, près des Eyzies (Dordogne), des fouilles qui lui permettront : 
i" d'étudier la stratigraphie do gisement; fk*" de recueillir en posi- 
tion stratigraphique des pièces destinées au Musée du Périgord, 
dont les séries actuelles représentant ce gisement sont insuffisantes 
comme nombre et qualité. 

(f Ces deux raisons suffiraient à justifier cette demande de subven- 
tion, les ressources de la Société et du musée ne leur permettant 
pas de faire face aux dépenses qu'entraîneront les fouilles. 

(r D'autre part, il y a urgence à pratiquer ces fouilles. En effet, 
dans toute la région des Eyzies, les antiquités préhistoriques sont 
livrées au pillage. Partout « un nombre considérable d'individus du 
pays ou même venus ad hoc de loin pratiquent, sans aucune con- 
naissance scientifique, des fouilles, dans le seul dessein de se 
procurer des pièces qu'ib vendent ensuite aux nombreux amateurs 
surtout étrangers qui payent fort cher ces documents archéolo- 
giques passés à l'état de bibelots et ainsi irrévocablement perdus. 
Beaucoup de ces individus dévastent de cette façon en travaillant 
souvent de nuit et sans aucune autorisation des gisements fort 
riches. Tel est le cas pour celui de Laugerie-Haute dont le pro- 
priétaire, M. Lachapoulie, a autorisé exclusivement M. de FayoUe 
à y pratiquer des fouilles, à la condition que tous les objets décou* 
verts seraient déposés au Musée de Périgueux. Il n'est donc que 
temps de procéder à ces fouilles, si l'on ne veut pas que le gisement 
soit gravement détérioré et même détruit par ces pillards. 

ff Enfin, s'il était encore besoin de justifier cette demande de 
crédit, je pourrais ajouter qu'en effet, sauf les fouilles déjà anciennes 
de Massénat et celles que j'ai pratiquées avec M. Peyrony, il y a trois 
ou quatre ans, aucune fouille méthodique n'a jamais été faite à 
Laugerie-Haute. D'ailleurs, le gisement se trouvant entre et sous 
d'énormes blocs éboulés, les fouilles sont difficiles et coûteuses. 

«rCes multiples considérations justifient amplement la demande 
de M. de FayoUe; je ne puis que l'appuyer très vivement et priei 



Digitized by 



Google 



QXXXYI — 

le Comité de vouloir bien lui voter la subvention qu'il sollicite, w — 
Adopté. 

M. DuRRiKu Ut un rapport sur la question du dépôt l^al des 
ouvrages archéologiques. Le rapporteur demande que M. le Ministre 
de rinstruclion publique appelle l'attention de M. le Ministre de 
rintérieur sur Tutilité de prendre des mesures propres à assurer le 
dépôt de tous les ouvrages ornés de planches à la Bibliothèque na- 
tionale. Ces conclusions sont approuvées par la Section d'archéologie. 

M. Jules GuiFFRET lit un rapport sur l'inventaire du mobilier d'un 
bourgeois de Përigueux, en i&aS, communiqué par M. Ferdi- 
nand Villepelet : 

(tM. Ferdinand Villepelet, correspondant du Comité, nous 
adresse l'inventaire du mobilier d'un riche bourgeois de Përigueux, 
inventaire dressé en i&aS en latin. Les circonstances à la suite 
desquelles (ut rédigé ce document lui prêtent une originalité parti- 
culière. Le sieur Estève Thibaud est accusé d'avoir commis un 
meurtre sur la personne d'un clerc nommé Jean Jandon; il prend 
la fuite avec sa femme, Sibille de Laurière, et ses biens sont saisis 
pour répondre des condamnations auxquelles il est exposé. C'est 
cette saisie qui nécessita l'inventaire du mobilier du fugitif. 
Estève Thibaud était un bourgeois aisé, même riche; on trouve 
chez lui des joyaux, de l'argenterie en quantité. Sans doute, bien 
des articles énumérant les vêtements, les ustensiles de cuisine, le 
mobilier garnissant les chambres, offrent peu d'intérêt. Nous pen- 
sons toutefois que le document doit être publié intégralement. 
M. Villepelet, dans une abondante annotation, donne l'explication 
de tous les termes obscurs et même parfois aussi de mots faciles à 
comprendre. Les commentaires qui accompagnent le texte en font 
bien ressortir la valeur relative et fournissent d'amples renseigne- 
ments sur la famille Thibaud qui joua un rôle assez considérable 
dans l'histoire municipale de la ville de Périgueux. Je propose donc 
l'insertion de la communication de M. Villepelet dans le Bulïetin 
archéologique du Comité, t) — Adopté ^'î. 

M. JuLUAN lit un rapport sur le compte rendu des dernières 
0) Voir plus loin, p. 18 4, le texte in êxtên$o de cette commimicatioii. 



Digitized by 



Google 



GXXXVU 

fouilles pratiquées dans Tamphilhéâtre de Saintes, adressé au 
Comité par M. Gb. Dangibeaud : 

(r Notre correspondant, M. Dangibeaud, directeur du Musée de 
Saintes, nous envoie une note courte et substantielle sur les résul- 
tats des dernières fouilles de Tamphithéâtre de Saintes. On se rend 
maintenant parfaitement compte des détails de Tarchitecture de 
la partie centrale, depuis que l'énorme masse de terre qui la recou* 
vrait est déblayée. Parmi les objets trouvés, je signalerai surtout 
un bas-relief à plusieurs faces représentant sur un côté un per* 
sonnage vêtu dune longue tunique, sur deux autres des person- 
nages nus, les bras repliés en cariatide, sur le quatrième un 
personnage également nu, tenant de la main un objet que M. Dan- 
gibeaud juge être une bourse. L'auteur de ce rapport émet avec 
réserves Thypothèse quil s'agit de la figuration d'un athlète. Le 
monument est à coup sûr curieux et, autant que nous en pouvons 
juger, d'un caractère nouveau. Je propose l'insertion intégrale de 
ce mémoire dans le BuUetin archéoh^ue.yi — Adopté ^'^ 

M. Paou lit un rapport sur une demande de subvention pré- 
sentée par la Société historique et archéologique du Gâtinais, en 
vue de faire des fouilles dans un cimetière mérovingien récemment 
découvert à Paley (Seine-et-Marne) : 

«D'une lettre adressée à M. le Ministre de llnstruction publique 
par M. Henri Stein, secrétaire de la Société historique et archéo- 
logique du Gâtinais, et d'un rapport adressé à M. le Sous-Secrétaire 
d'Etat aux Beaux-Arts par M. Louzier, architecte en chef des Monu- 
ments historiques, il résulte que M. Lapille a découvert à Paley, 
canton de Lorrez-ie-Bocage, sur le penchant d'un coteau, entre le 
chemin de Nanteau à Paley et le chemin de Nemours à Lorrez, dans 
les parcelles de terre qui portent au cadastre les n~ 5o6, 607, 609 
eibto bis, une série de squelettes dont les uns reposaient direc- 
tement dans la terre et les autres étaient enfermés dans des sarco^- 
phages de pierre. Les sarcophages, en forme d'auges plus étroites 
aux pieds qu'à la tête, sont recouverts d'une dalle; «ries parois du 
«sarcophage, dit M. Louzier, sont entaillées en quatre endroits 

(*) Voir pin* loin, p. 907, le texte m 9xtmtêo de cette commomeatioii. 



Digitized by 



Google 



GXIXtIlI 



«pour faciliter la pose de cette da^ qu'on devait transporter, à 
(r bras d'hommes, au moyen de deux traverses de bois ayant exac- 
(r tement Tépaisseur de ces entailles et qu on retirait après avoir 
(T place le couvercle?). Quelques sarcophages sont ornés de traits en 
«raretés de poisson ?>; Tun d'eux présente, sur une des parois ter- 
minales, une décoration consistant en une <r alternance de carrés 
(Tgrèsés et de carrés rustiques à la pointe?). Dans ces sépultures, on 
a recueilli les objets qui constituent l'ordinaire mobilier funéraire 
de l'époque mérovingienne t boucles, bracelets, boutons ornés de 
pâtes de verre rouge, plaques de métal, colliers de verroterie, et 
surtout une belle fibule digitée, et quelques armes. 

ffNous sommes donc en présence de sépultures de l'époque bar- 
bare et non pas, comme quelques archéologues l'ont cru, de l'époque 
romaine. 

trll n'est pas douteux qu'on ne doive souhaiter la poursuite des 
fouilles, l'exploration complète et méthodique de ce champ de sé- 
pultures. Le propriétaire du terrain qui , avec l'aide et sur les conseils 
de M. l'abbé Schwab, curé de Paley, membre de la Société du Gâti- 
nais, a pratiqué les premières fouilles, noté avec soin les circon- 
stances des découvertes et conservé les objets recueillis, a compris 
l'intérêt scientifique de ces trouvailles; il est prêt à donner, avec son 
concours, toutes facilité3 pour la continuation des recherches. La 
Société historique et archéologique du Gâtinais a voté une subven- 
tion, mais les ressources dont elle dispose étant insuffisantes, elle 
demande au Ministère une aide et an Comité une direction. En 
accordant une subvention à cette Société et en lui confiant le soin 
de diriger les travaux d'exploration du cimetière de Paley, nous 
sommes assurés que ces travaux sercmt scientifiquement conduits, 
car elle compte, parmi ses membres, nombre d'archéologues distin- 
gués, qui ont fait leurs preuves, et dont plusieurs sont correspondants 
du Ministère. M. Stein s'intéressera particulièrement à Tentreprise. 
Nous satisferons en même temps au vœu de M. l'architecte Louzier 
qui désirerait que les fouilles fussent placées sous le contrôle de 
l'Etat. Les Sociétés savantes ne sont-elles pas les intermédiaires 
naturels entre le Ministère de l'Instruction publique et les parti- 
culiers? Et quand elles font des sacrifices pour la recherche des 
antiquités, n'est-il pas de notre devoir d'encourager leurs efiforts et 
de leur laisser le patronage des explorations archéologiques qui se 
font dans leur ressort? D'ailleurs, le Ministère, s'il accorde, comme 



Digitized by 



Google 



GXXXIX 

nous respérons, k la Soeiëté du Gfttinais, ia subvention qu'elle aol^ 
licite, lui demandera de tenir le Comité au courani de ses recherches 
et découvertes. Le Comité pourra, s'il est nécessaire , envoyer un de 
ses membres sur le terrain. 

((En outre, le Comité rappellera k ia Société du Gâtinais qu'il 
importe de tenir un journal des fouilles, de marquer sur un plan 
l'emplacement de chaque sépulture, de dresser enfin l'inventaire 
du mobilier non pas en groupant les objets par espèces, mais bien 
tombe par tombe, et d'indiquer soigneusement la place que chaque 
objet occupait par rapport au squelette. 

trPour ce qui regarde la conservation du mobilier funéraire, le 
Ministère demandera au propriétaire de n'aliéner aucun objet 
avant l'achèvement des fouilles, puis d'offrir à l'un des musées de 
la région, au Musée de Nemours ou à celui de Melun, les mon- 
naies qu'on pourra trouver et des exemplaires de chacun des types 
d'objets découverts au cours des fouilles. y> — Adopté. 

M. Hiaoa db Villbfossb annonce qu'il a examiné l'envoi complé- 
mentaire de M. E. Seyrés, relatif aux découvertes épigraphiques 
faites sur l'emplacement de Tancienne église de Lourdes. Cet envoi^ 
comprend quelques photographies et des renseignements inédits. 
H est d'avis de publier immédiatement les inscriptions qui sont 
au nombre de trois. C'est dans un angle de l'édifice primitif, k 
droite, à l'entrée de l'abside, qu'elles ont été découvertes : 

(f !• Partie supérieure d'un autel votif, de forme quadrangulaire, 
avec sa corniche et son couronnement; la base manque. Largeur de 
la face antérieure inscrite, o m. 16; les faces latérales et posté- 
rieure sont unies et ne présentent aucun ornement : 

TVTELAE 
PRO SALVTE IVS 
TINI • IVL- PARIS 

»• S • L- M 

Tutelae. Pro salute Justini Jul{m) Paris [v[otum)] 8(plvit) l{ibens) m(mto). 

tf Une cassure a enlevé presque entièreiAent la première lettre de 
la dernière ligne. 

(TQ'' Partie inférieure, avec la base, d'un autel votif analogue au 
précédent. La plinthe mesure o m. i&3 sur sa face antérieure et 



Digitized by 



Google 



OXL 



o m. 1 S sur ses faces latérales; le fût de Tautel mesure o m. ogS 
sur sa face principale et o m. 08 sur les faces latérales. 



VITALIS 

BONXI 

'JFILVSLMI 

[Tuletae] VitaUs Bonxi Jil{îus) v{otim) s(olmt) l{ibeiu) m{erito), 

kIa dernière ligne est gravée sur la plinthe du monument. Il est 
probable que ce petit autel était, comme le premier, consacré à 
la déesse Tutële. 

e(3° Partie supérieure d*un autel, analogue aux précédents. La 
face antérieure très dégradée mesure o m. a3 de largeur, et les 
faces latérales mesurent o m. 1/1. A droite est sculptée une patère; 
à gauche est représenté un vase à libations. 

(T Copie de M. Seyrès. La photographie n'est pas assez nette pour 
permettre une vérification. 

saTvrNnvs 
onesti fil 

Oi 



(rLe bas est brisé; la partie inférieure qui n*a pas été retrouvée 
portait probablement le nom de la divinité à laquelle Tautel avait 
été consacré, car le monument paratt être votif comme les deux 
autres. 

trOn ne connaissait encore qu'une seule inscription romaine pro- 
venant de Lourdes, une épitaphe découverte vers 18/1/1 ^^l Ces 
trois nouvelles inscriptions votives donnent à la localité romaine 
une importance qu'on ne soupçonnait pas. Comme à Bordeaux et à 
Périgueux, la déesse Tutèle y avait un temple. ?} 



(I) 



Corp, mfcr. laU, t. XIII, n* 396. 



Digitized by 



Google 



CXLl 

M. Huoii DB V1LLSPO88B propose de déposer aux archives la com- 
mimicaiioit de M« Gollard, relative à une inscription romaine 
découverte à Auch, dont le iexte a été déjà publié dans le procès- 
verbal de la séance du 1 1 mars. Dans une seconde note» M. GoUard 
signale une trouvaille de quelques monnaies romaines de bronze , 
du m* siècle, faite en février dernier, à La Goudagne, commune 
d'Auch. 



M. Hbbon db ViLLBPossB commuuique ensuite le texte d'une in- 
scription trouvée à Narbonne, dans les derniers jours du mois 
d'avril 1907. Il en doit la copie à une obligeante communication 
de M. Rouzaud, ancien député, percepteur de cette ville : 

(T Cette inscription est gravée sur un cippe en forme d'autel, 
mesurant, en hauteur, 1 m. 06, et en largeur, o m. 36. Découvert 
dans le chantier des magasins Paris-Narbonne, sur l'emplacement 
de l'ancienne vicomte, le cippe est taillé dans une pierre grossière 
du pays; l'angle droit de la corniche est brisé, mutilation qui a 
h\% disparaître une portion de la lettre M de la ligne 1. Un trou 
qui devait servir pour les libations ou le dépAt des offrandes appor* 
tées au défunt se voit à la partie supérieure. 

D m 

P .^^ O L I D I O 
P EREGRI N 
OUMATRON 
A^^ETCAMP1S 
T E R U L I B ^^ P 
ATRONO 

«On remarquera la forme particulière du signe séparatif qui, au 
lieu d'être rond ou triangulaire, est composé de deux petits cro- 
chets superposés. Les lettres avaient été passées au minium dans 
Pantiquité et conservent encore des traces de couleur rouge. 

D{iUy[m(ambuê)]. P, OKdio Pertgrino Matnma et CampUter 
lib{ertt) pairono. 



Digitized by 



Google 



GXLII 



ttOUdiut ptratt Aire mie forme du gemtiiiee OUtm déjà rencoétré 
il Narbonae^^);'deniéme Campiêifresi ponr Càfnpe$ter.*n 

M. HiRON DE ViLLEPossB annoQce ensuite c[u'n a reçu de JMT. le 
colonel de VîUe d'Avray, conservateur du musée régional de 
Cannes, une lettre relative à une mosaïque, découverte récen^ment 
à Fréjus (Var) : 

cr Conformément au désir du possesseur, j'ai dû retourner toujt de 
suite plusieurs photographies appartenant h M. Pislloux, auteur de la 
trouvaille ;f ai pris néanmoins la description des morceaux photo- 
graphiés. La mosaïque n'est pas entièrement dégagée; elle est for- 
mée de cuhes de couleur très variés (blancs, noirs, verts, rouges, 
jaunes, etc.); elle parait être de dimensions considérabies. 

fv Le frag]ii;eni le {dus important représente un Cowkbat dfi €êq$^ 
Deux coqs, les pattes écartées, les plumes hérissées^ le co« aUongë, 
sont placés an face Ton de Tantre, presque bec à bee, dans la posi^ 
tion du combaL Au-dessus de leur tête, une grande palme est 
couchée en travers; au-dessous d'eux, est placé ua vase h pied et à 
grioides anses en forme de cratère. Dans les angles, on remarque das 
restes de compartiments géométriques. 

ffUn autre fragment se compose d'un compartiment hexagonal 
formé par un encadrement de baguettes, au centre duquel on voit 
une biche courant au galop vers la droite. 

(tUn troisième fragment se compose d'un compartiment sem- 
blable, au centre duquel on voit une panthère paiement au galop 
et courant vers la droite. 

trEn déblayant cette mosaïque, M. Pelloux a recueilli deux in- 
tailles antiques. En 1887, on avait déjà trouvé sur le même empla- 
cement une statuette de Minerve en bronze. La déesse est debout, 
vêtue d'une tunique talaire sur laquelle est posée l'égide; elle est 
coiffée d'un casque à cimier très développé; la main droite 
ouverte et avancée tient une patère. 

trll serait important de reconnaître d'une manière plus complète 
le sujet de cette mosaïque qui se trouve actudilement dans une 
vigne et qui a été déjà recouverte de terre ; puis de la transporter en 
lieu sûr à l'abri des dégradations. La première opération peut être 



(1) 



Corp. tntcr. Uu., i. Xll, d« /i5i5. 



Digitized by 



Google 



— oxinî — 

eiécutëe avec le concours du Comité. Le colonel de Ville d'Avray 
propose de se rendre à Frëjus et de poursuivre ce travail si on veut 
bien lui accorder les fonds nécessaires. Je demande donc au Comité 
de lui voter une subvention à cet efiet. La seconde opération 
regarde le maire de Fréjus. Il y a bien à Fréjus un musée munici- 
pal, mais ce musée est à l'abandon; tout y est empilé dans une salle 
sombre à peine éclairée. Les pièces intéressantes ne manquent 
pourtant pas; dans ce pays si fréquenté par les touristes, la muni- 
palité aurait intérêt à présenter les antiquités de Fréjus sous un 
jour plus favorable. Il semble qu'il serait facile de trouver un édifice 
pour classer les monuiiient« déjà recueillis et de les disposer d'une 
façon intéressante et plus convenable. La mosaïque du Combat de 
coqs trouverait là une place digne d'elle; tous les étranger» s'arrê- 
teraient à Fréjus pour la voir. Le Comité ne pourrait-il pas de- 
mander à rAdministration de faire une démarohe près de M. le 
maire de Fréjus, afin qu'une résolution fût prise dans ce sens par 
la municipalité? H y a dans cette ville un ensemble d^antiquités très 
précieux pour nos études et auquel il est vraiment nécessaire de 
trouver un asile. La découverte de cette nouvelle mosaïque « qu'il est 
impossible de mettre à l'abri dans l'ancien musée, fournit une 
occasion toute naturelle pour appeler l'attention de U municipalité 
de Fréjus sur l'utilité de réorganiser am musée dans un local digne 
de cette ville. i> — Adopté. 

M. Basbloii lit un rapport sur un ouvrage pour lequel une sub- 
vention a été demandée à M. le Ministre de Mnstruetion publique. 

La séance est levée à 5 heures. 

Le Stcrélaire ttdjùint de la Section f archéologie , 
M. Prou, 
Membre dn Comité* 



Digitized by 



Google 



CXMV — 



10 JUIN 1907. 



SÉANCE DE LA SECTION D'ARCHÉOLOGIE. 

I>RÉSIDBrr€B DE M. SAGLIO. 

La sëance est ouverte à U heures. 

Le procès-verbal de la dernière sëaoce est lu et adopté. 

M. Hëron de Villefosse s'excuse par lettre de ne pouvoir assister 
à la séance. 

M. le Secrétaire donne lecture de la correspondance : 

M. Adrien Berget , professeur au lycée Voltaire , adresse au Comité 
un mémoire sur remplacement de la cité gauloise et romaine dMi- 
magetobriga. — Renvoi à M. Juilian. 

M. Léon Joulin, associé-correspondant de la Société nationale ' 
des Antiquaires de France, k Blois, demande une subvention qui 
lui permette de poursuivre ses recherches archéologiques dans le 
bassin supérieur de la Garonne. — Renvoi à M. Babeloiu 

M. Emile Chanel, à Bourg (Ain), envoie une note sur des pitons 
de bronze gallo-romains. — Renvoi à M. Tabbé Thédenat. 

M. Peyrony envoie un compte rendu des fouilles qu'il a faites 
en 1906 à La Férassie(Dordogne). — Renvoi à M. le D"^ Capitan. 

M. de Laigue, correspondant du Comité, à- Venise, envoie une 
note sur l'ouvrage du comte Papadopoli intitulé : Le Manete di Venezia. 
Cette note sera déposée aux Archives du Comité. 

M. le Sous-Secrétaire d^État aux Beaux-Arts informe le Comité que 



Digitized by 



Google 



— CXLV 



rin»cripUon romaine d'Hasparren (Basses-Pyrénées), sur laquelle 
la Section d'archéologie avait appelé son attention, a été classée 
par arrêté en date du & juillet igoS, et que, pour répondre au 
vœu exprimé par la Section, il a écrit à M. le Maire d'Hasparren 
pour faire valoir auprès de lui les raisons qui plaident en faveur 
du dépôt de cette inscription dans un musée de la région. 

Sont déposés sur le bureau les ouvrages suivants offerts au Comité 
par leurs auteurs : 

Antiquités frankes trouvées en Bohême, par M. J. de Baye, membre 
non résidant du Comité; 

Chronologie préhistorique : rapports entre V ancienne Gaule et les civiU- 
satians orientales, par M. Gustave Chauvet; 

Une fibule barbare en forme d'oiseau, par le mémo ; 

Elude sur quelques miniaturistes de ijSo à 18 tS, dont les œuvres 
étaient exposées à la Bibliothèque nationale {mai-octobre igo6), par 
M. Labat, correspondant du Comité: 

Statistique monumentale du canton de Chauniont-en- Ve,vin, IX , Pâmes , 
par M. Louis Régnier, correspondant du Comité ; 

V église de Villetertre (Oise) : une particularité architectonique du 
chœur de Saint-Etienne de Beauvais, par le même. 

Ces ouvrages seront déposés à la Bibliothèque nationale et des 
remerciements seront adressés aux auteurs. 

M. Adrien Blanghet lit un rapport sur la demande de subvention 
formée par M. le chanoine Campion, en vue de poursuivre les 
fouilles qu'il a commencées sur remplacement de Tancienne ville 
d'Alet : 

rM. le chanoine Campion, membre de la Société archéologique 
d'Ille-et- Vilaine, demande une subvention «rpour continuer et 
«r achever les fouilles commencées sur remplacement de l'ancienne 
«rvilled'Alethi» (auj. partie de Saint-Servan). M. Campion se pro- 
pose de dégager du Nord-Est au Nord-Ouest une muraille qu'il 
considère comme appartenant à une enceinte romaine, dont le 
périmètre atteindrait deux kilomètres. Ensuite il exécuterait des 

AicaioLooiB. — N** 3. j 



Digitized by 



Google 



CXLVl 

Fouilles dans Tabside orientale de la cathédrale , fondée au x"" siècle , 
pour rechercher les tombeaux des anciens évéques. Le reste du 
programme de M. Campion est vague. 

trLes fouilles déjà exécutées sur des terrains appartenant au 
génie militaire, avec une autorisation de M. le Ministre de la Guerre 
et à Taide des fonds fournis par les Sociétés archéologiques d'IJle- 
et- Vilaine et de Saint-Malo, ont permis de dégager le mur sur 
une longueur de 60 mètres. M. Campion signale la découverte de 
briques à rebords , mais ne fournit pas de renseignements précis 
sur le genre de construction du mur iui-méme ^^K II convient de 
remarquer que le mur à'Alelum, signalé dès i85o, était considéré 
par La Borderie comme refait au moyen âge. Une étude attentive 
est donc nécessaire. Les fouilles de labside ont donné des résultats 
sans importances^). Toutefois le projet de M. Campion nest pas sans 
intérêt.?» 

Le Comité décide, après discussion, d'ajourner sa décision sur 
cet objet. 

M. Adrien BLàNCHEi lit un autre rapport sur deux communica- 
tions de M. Stalin, membre de la Société d'études historiques et 
scientifiques de TOise, relatives l'une à un vase romain trouvé à La 
Valotte, commune de Chassey (Saône-et-Loire), l'autre à la décou- 
verte d'une ancienne chaussée à Beauvais : 

frM. Georges Stalin signale une découverte faite, en mars 1907, 
au hameau de La Valotte, commune de Chassey (Saône-et-Loire). Il 
s'agit d'un vase rouge dont la forme, affectant celle «rd'un porte- 
fr bouquet, pouvait atteindre de o m. 5o à om. 60 de hauteur ?), 
avec une base, pleine et épaisse de o m. 19. Ce vase romain serait 
en effet un spécimen rarissime; mais il convient de remarquer 
qu'on a trouvé seulement de menus fragments. Il faudrait donc 
s'assurer que la restitution du vase est exacte. 

ff Une deuxième note de M. Stalin signale des fouilles, exécutées 
aux n*" 56-56 de la rue de Rouen, à Beauvais, et qui ont mis au 
jour des fragments d'un blocage constitué par des rognons de silex , 

t*^ Cf. Journal de Rennes, 19 avril 1907. 

W Cf. Jules Haice, dans Revue du Pay» d'AUthy 1907, p. 61 à 68. 



Digitized by 




Goog 



CXLYII 

des fragmenls de tuile et du gravier. M. Stalin croit qu'il s'agit 
d'une voie romaine qui allait de Beauvais à la ferme actuelle de 
Valoir. Mais les restes signalés ne paraissent pas avoir toutes les 
caractéristiques d'un chemin romain, même secondaire. 

(T Je demande le dépôt des notes de M. Stalin dans les Archives 
du Comité, ^n — Adopté. 

M. le D' Capitan lit un rapport sur un mémoire de M. Moulin, 
de Bandol (Var), consacré à l'étude de maillets de grès recueillis 
dans le Sud-Est de la France : 

wM. Moulin a adressé au Comité un important mémoire sur la 
découverte d'une trentaine de maillets de grès, à rainure, dans cinq 
localités des départements de Vaucluse, des Basses- Alpes, de l'Hé- 
rault et du Var. On sait que l'aire de distribution géographique de 
ces maillets est très limitée en Gaule et qu'on ne les rencontre que 
dans le Sud-Est de la France et dans quelques stations lacustres 
de Suisse. Il est maintenant démontré qu^ils se relient presque tou- 
jours à des exploitations préhistoriques de silex ou de quartz. 

rrLa plus importante de ces cinq localités est certainement Ma- 
laucène (arr. d'Orange, Vaucluse); puis viennent Murs (arr. d'Apt, 
Vaucluse), Pary (arr. de Forcalquier, Basses-Alpes), Lamalou 
(arr.de Bédarieux, Hérault), et enfin Bandol (arr. de Toulon, 
Var). 

«f L'auteur décrit soigneusement, avec figures à l'appui, unr 
douzaine de ces pièces mesurant lo à 17 centimètres de largeur, 
5 à 1 1 centimètres d'épaisseur et 11 à 3o centimètres de hauteur, 
avec un poids de 1,^^00 grammes à 7 kilogr. 65o grammes. 

trCes pièces sont généralement constituées par un gros galet de 
grès ovale, au milieu duquel on a pratiqué une assez large rainure 
faisant ordinairement le tour de la pièce. Les extrémités portent 
les traces de nombreux chocs. 

(rMode d'emmanchage, comparaisons ethnographiques, usages 
sont soigneusement exposés par l'auteur, qui insiste sur l'emploi ré- 
pété de ces pièces dans des localités où l'on constate les traces d'ex- 
traction du quartz et du silex. 

(T C'est là une contribution intéressante à un sujet assez curieux, 
et dont il y a lieu de remercier l'auteur. Malheureusement, son mé- 
moire est trop long pour figurer dans le Bulletin archéologique, v 



Digitized by 



Google 



GXLVlll 

M. le D"^ Capitan Ht ensuite un rapport sur un mémoire de 
M. Ulysse Dumas, correspondant du Comité, à Baron, relatif aux ves- 
tiges de murs relevés autour de dolmens du déparlement du Gard : 

rrM. Ulysse Dumas envoie les relevés exécutés à la boussole et 
au décamètre des constructions en pierres sèches, dont il a déjà 
signalé Texistencc au Comité, autour de cinq dolmens du Gard à 
Tharaux, Bouïssas, Coumoulet, Cougoussac et Carquignaou (com- 
mune de Méjannes-le-Clap). 

(f Je puis ajouter un sixième ensemble que vient de me signaler 
M. Dumas autour d'un dolmen et de deux tumulus, au lieu dit 
(rie Chêne?), même commune. 

(rLes relevés à assez grande échelle de M. Dumas que je présente 
au Comité, avec une série de photographies, montrent bien ce que 
sont ces curieux ensembles de larges murs en pierres sèches 
(i mètre à i m. 5o d'épaisseur et quelquefois davantage), parfois 
formés de dalles verticales et limitant des espaces de dimensions 
variées affectant des figures soit circulaires (véritables enceintes), 
soit rectangulaires, trapézoïdales, etc. 

(f A citer aussi des amas arrondis de i mètre à s m. 5o environ de 
diamètre et qui semblent être les ruines de sortes de petites cabanes. 

fcJe ne rappellerai pas ce que j'ai déjà dit au Comité de ces cu- 
rieux ensembles dont on retrouve les similaires à Averdon (Loir-et- 
Cher), en Bretagne, etc. Ils avaient du reste été déjà observés, il y 
a /(o ans, par Ollier de Marichard , précisément dans la même région. 

«f Ayant pu, au moment du Congrès de Montpellier, étudier sur 
place, sous la conduite de M. Dumas, ces curieux vestiges, j'ai pu 
m assurer de la parfaite exactitude de ses observations et soigneu- 
sement examiner deux de ces ensembles (dolmens de Tharaux et 
de Cougoussac) qui se trouvent sur des points élevés en plein bois 
et en des lieux d'un accès particulièrement difficile, loin de tout 
centre habité. Les quelques photographies que j'ai pu prendre et 
que je soumets au Comité montrent certains détails de ces étranges 
constructions. Ces murs nombreux, beaucoup plus larges que les 
murs plus récents, ne se rencontrent d'ailleurs qu'autour des mé- 
galithes. Ils s'élèvent encore à un mètre, en moyenne, au-dessus du 
sol et sont formés de blocs calcaires, de dimensions variables, qui 
ont été ramassés sur place et rangés assez soigneusement sans trace 
de taille ni de mortier. 



Digitized by 



Google 



CXLIX 



trLa relation des substructions signalées par M. Dumas avec les 
dolmens parait vraisemblable. Ces enceintes de formes très variables 
ont pu circonscrire des habitations ou bien des parcelles cultivables, 
ou encore former des parcs à bestiaux, ou bien enfin avoir une signi- 
fication rituelle comme on Tobserve dans nombre de pays : en 
Afrique, par exemple, ou aux Nouvelles-Hébrides; cercles au milieu 
desqueb on égorge des animaux en sacrifice. 

«fQuoi qu'il en soit de ces hypothèses, il n'en reste pas moins 
établi qu'il existe, dans la région du Gard étudiée par M. Dumas et 
en divers autres points de la France, des vestiges d'importantes 
constructions accompagnant les dolmens et semblant être en rap- 
port avec eux. 

(rLes relevés adressés par M. Dumas sont, à ce point de vue, du 
plus vif intérêt. 

crM. Dumas signale aussi , non loin du dolmen de Cougoussac, une 
large table de 3 m. 65 sur 3 m. 9o, supportée par trois moellons 
de o m. <2 5 de hauteur et qui paraît être encore en chantier, aban- 
donnée sur place, presque aussitôt après son extraction. 

(r Je propose de remercier vivement M. Dumas d'avoir donné au 
Comité la primeur de ses observations et de ses relevés, et de l'en- 
gager à continuer ces si intéressantes investigations.^ — Adopté. 

M. le D*^ CAPiTàN rend compte d'une note dans laquelle M. Stalin , 
de Beauvais, signale cinq haches polies de très grande dimension 
(38 à &5 centimètres de longueur) provenant des départements de 
rOiseetde la Somme (communes d'Etrépagny, Ressons-Pur-Matz, 
Troussencourt, Heilles). Celle qui a été trouvée à Heilles était enfer- 
mée dans un coffre de pierre avec un galet poli. 

M. DoRRiEu lit un rapport sur une note de M. Henry Vasclialde 
concernant un bas-relief de la maison Picaud-Beaussier, à Largcn- 
tière (Ardèche) : 

(tM. Vaschalde croit devoir signaler à nouveau un bas- relief 
représentant des opérations de frappe monétaire, conservé à Largen- 
tière. Ce bas-relief, encastré aujourd'hui dans la maison Picaud- 
Beaussier, devait se trouver au-dessous de la porte d'une des tours 
du château de Largentière connue sous la dénomination caractéris- 
tique de Turrii argeniaria. 



Digitized by 



Google 



CL — 

f^Ce bas-relief, que M. Vaschalde a signalé, dès 1868, dans une 
brochure intitulée : Les mines d'argent de Largentiere^ est cité dans 
la Bévue archéologique d«^ 1881, 011 Longpérier lui assigne la date 
du X.111' siècle. 

rrM. Vaschalde ajoute que, dans la sëance de la Commission dé- 
partementale des Monuments historiques, à Privas, le s décembre 
igo5, il a proposé le classement de ce bas-relief parmi les monu- 
ments historiques, en proposant de classer également le Christ de 
Téglise paroissiale d'Aubenas, œuvre du sculpteur Bréysse, dont il 
envoie une photographie: Il ignore la suite qui fut donnée h ces 
propositions, t? 

Le rapporteur conclut au dépôt de la note de M. Henry Vas- 
chalde dans les archives du Comité. — Adopté. 

M. DE Lasteyrie demande que l'Administration veuille bien ap- 
peler Tattention de la Commission des Monuments historiques sur 
les deux monuments signalés par M. Vaschalde. 

M. le Secrétaire donne lecture de deux rapports de M. Héron 
de Villefosse : 

M. Héron de Villefosse rend compte d'une demande de subven- 
tion adressée par M. Mallard, en vue de poursuive ses recherches 
sur le territoire de Drevanl (Cher) : 

>Le Comité n'a pas oublié que M. Gustave Mallard, avocat à 
Saint-Amand-Montrond (Cher), avait poursuivi pendant sept années, 
avec un zèle et une persévérance des plus louables, le déblaiement 
du théâtre romain de Drevant. Le résultat de ses travaux est consigné 
dans le Bulletin archéologique ^^K Les ruines romaines de Drevanl 
sont considérables; elles oui été classées comme monuments histo- 
riques. Les recherches, d'ailleurs très superficielles, conduites par 
Hazé, dès Tannée i83/i , avaient suffi à démontrer leur importance; 
grâce à M. Mallard, nous pouvons aujourd'hui en apprécier Tintérêt 
d'une manière beaucoup plus complète. Après avoir achevé le dé- 
blaiement du théâtre, M. G. Mallard, qui disposait encore de 
quelques ressources, fit pratiquer des sondages dans un vaste em- 

^•^ Bullelin archéologique du Comité, 1906, p. /i3 à 71, pi. XXXVll à XLVI. 



Digitized by 



Google 



CLI 

placement de forme à peu près carrée el situé à environ s5o mètres 
de renceinte extérieure du théâtre; c'est dans ce terrain quHazé 
avait cru reconnaître les substructions d'un temple. M. G. Mallard 
ne partage pas cette manière de voir : il pense retrouver en cet en- 
droit remplacement du forum. Quoi quil en soit, les sondages opérés 
sur ce point ont fait reconnaître la présence de substructions im- 
portantes, et la simple inspection du terrain permet d^espérerque 
des recherches y seraient fructueuses. M. 6. Mallard demande donc 
une subvention pour explorer ce terrain et pour continuer Tœuvre 
à laquelle, depuis plusieurs années, il a consacré tous ses efforts, 
avec un dévouement qui mérite d'être rappelé. Le rapporteur pro- 
pose de lui accorder la subvention qu'il sollicite, t^ — Adopté. 

Le second rapport de M. Héron de Villbfosse porte sur deux 
communications de M. le colonel de Ville d'Avray, conservateur des 
Musées de Cannes : 

tri. M. le colonel de Ville d'Avray signale, entre le golfe Juan 
et Juan-les-Pins, un emplacement, au bord de la mer, où il croit 
avoir retrouvé les vestiges d'une habitation romaine. On y voit les 
restes d'un mur romain et de nombreux débris de tuiles antiques. 
Il y a recueilli une belle monnaie d'Antonin, un anneau de bronze, 
un clou de bronze et une sorte de corniche, en pierre dure, qui 
peut avoir servi de couronnement à un pilier d'angle. 

tr 2. Le même correspondant envoie de nouveaux renseignements 
sur la mosaïque découverte à Fréjus, dont il a été question à la 
précédente séance. C'est M. Pelloux-Gervais, membre de la Société 
archéologique de Provence, qui a mis au jour cette mosaïque dans 
sa propriété, au Clos de la Tour; elle était recouverte d'un mètre 
de terre environ. La salle dont elle forme le pavage présente qua- 
rante mètres de superficie; les stucs rouges et verts qui décoraient 
les murs sont encore reconnaissables. Les coqs sont placés au centre 
d'un encadrement en forme de croix grecque et composé de lignes 
noires, les deux combattants, prêts à s'élancer l'un sur l'autre, 
occupant la partie transversale de l'encadrement; les crêtes et les 
plumes du cou des animaux sont d'une belle coloration oii domine 
le rouge; chaque coq mesure o m. 53 de longueur. La palme verte, 
destinée au vainqueur, est placée au-dessus d'eux, dans la partie ver- 



Digitized by 



Google 



GLU 



ticale; au-dessous, dans la partie inférieure, se trouve le grand ca- 
lice à deux anses qui ne mesure pas moins de o m. 3 1 de hauteur. 
Les plumes des coqs sont exprimées en jaune, bleu, noir et vert. 
D'après M. Arluc, maire de Fréjus, et M. Pelloux, le vert, d'un éclat 
particulier, est encore exploité de nos jours pour les mosaïques et 
doit provenir des carrières de La Baume , situées à environ 4 kilo- 
mètres de Fréjus, sur la roule de Bagnols. Plusieurs compartiments 
hexagonaux entouraient le motif central; dans Tun deux, un tigre 
semble poursuivre une l)iche qui se trouve dans un compartiment 
voisin; un lion lui fait pendant et poursuit aussi probablement un 
autre animal dont le compartiment n'a pas encore été retrouvé. — 
M. Pelloux avait déjà découvert sur le même point, il y a long- 
temps, de belles mosaïques noires et blanches, t) 

Le rapporteur maintient les conclusions qu'il a présentées à la 
dernière séance au sujet du dégagement complet de cette mosaïque; 
il estime toutefois qu'il serait nécessaire d'obtenir des photographies 
des parties déjà mises au jour par M. Pelloux. — Adopté. 

M. Ch. Grandjean lit un rapport sur une note de M. Destandau, 
correspondant du Comité, relative à l'Hôtel des Porcellet aux Baux : 

((Parmi les vieilles maisons des Baux, la plus curieuse, la mieux 
conservée, celle que les touristes visitent le plus volontiers, est 
l'habitation voisine de l'église Saint-Vincent, qui est connue sous 
le nom d'Hôtel des Porcellet. 

w C'est une maison du xvi* siècle, dont la façade n'a pas été 
sensiblement défigurée, et dont l'intérieur, quoique remanié, offre 
encore de l'intérêt. On y voit notamment une belle cheminée et 
une salle avec un plafond peint. Elle est classée parmi les monu- 
ments historiques. JLa commune qui en est propriétaire depuis le 
siècle dernier en a fait son école communale. 

ffM. Destandau, qui, depuis plusieurs années, explore avec pa- 
tience les archives notariales de la vallée des Baux, est parvenu à re- 
constituer la série complète des différents propriétaires de l'immeuble 
depuis la seconde moitié du xv!** siècle. 11 fait part à la Section d'ar- 
chéologie du résultat de ses recherches. En voici le résumé succinct : 

ïfEn 1675, la maison appartient a Pierre de Lère. Depuis lors 
elle a passé successivement aux propriétaires énumérés ci-après : 
1576, Jehanne Paschalle, veuve du précédent; — 1576, Pierre de 



Digitized by 



Google 



CLIII 

Vérace, capitaiae viguier des Baux; — 1576, Maurice de Quique- 
ran, archidiacre de Notre-Dame de Nimes, qui la fait embellir; — 
i58&, Marguerite de Quiqueran, femme de Joseph de Bouchon 
d'Arles; — iBgS, Pierre de Porcellet, sieur d'Ubaye; — 1600, 
Nicolas VinceDS, lieutenant du viguier des Baux; — 16&/1, An- 
toine Moucadel; — 1668, Anthoine Rangon, dans la famille de 
qui elle reste pendant un siècle environ; — 17/10? Jean-Antoine 
Porcellet; — 176/i, Gaspard-Charles Porcellet, son fils, qui, la 
même année, vend tous les biens provenant de Théritage paternel 
à Honoré Graugnard, lequel revend immédiatement Timmeuble 
dont il s'agit à Honoré-Ignace Porcellet, dont la famille le garde 
jusqu'en 1812; — 1812, Jacques Porcellet le cède à Jean-Pierre 
Grimardier, régent de l'école des Baux; — 1844, Grimardier le 
repasse au maître d'école son successeur; — i85i, la commune 
en fait l'acquisition. 

(T Cette nomenclature montre que la maison, contrairement à ce 
que la tradition locale rapportait jusqu'ici , n'a pas été construite 
par la famille des Porcellet. Mais elle est demeurée assez longtemps 
entre ses mains pour que le nom qu'elle porte encore aujourd'hui 
soit justifié. 

(fM. Destandau a joint à la communication la liste d'un certain 
nombre de membres de la famille des Porcellet, famille originaire 
d'Arles, qui a joué un rôle assez important dans l'histoire de la 
région et dont le nom reste attaché, comme on sait, à l'une des 
chapelles des Aliscamps. n 

M. Prou rend compte d'une notice de M. l'abbé Poulaine, cor- 
respondant du Comité, sur des sépultures, de l'époque barbare, 
découvertes à Voutenay ( Yonne ) , au lieu dit » la Grande-Fontaine t» : 

rrM. Poulaine y a recueilli un mobilier assez intéressant, et spé- 
cialement une petite balance de bronze à deux plateaux. On a 
trouvé assez fréquemment dans les sépultures mérovingiennes des 
balances, les unes du même type que celle de Voutenay, les autres 
à un seul plateau ou tr romaines^ ('). La plupart des archéologues 
ont considéré comme des sépultures de monnayeurs ou d'orfèvres 

^'^ On trouvera la liste de ces trouvailles dans Barrière-Flavy, Ije» arU ittdustnels 
deB peupla barbares de la Gaule, t. I, p. 387 et suiv. 



Digitized by 



Google 



CLIV 



celles qui renfermaient des balances. C'est là sans doute une con- 
clusion hâtive. Dans la tombe que signale M. Poulaine, avec la 
balance se trouvait une petite plaque de schiste dont lune des sur- 
faces était légèrement concave, peut-être une sorte 4e godet pour 
malaxer des onguents; de sorte que l'hypothèse de notre corres- 
pondant, que nous sommes en présence de la sépulture d'un méde- 
cin, est assez vraisemblable ; elle est renforcée par la présence dans 
une sépulture barbare de Bury (Oise), signalée récemment par 
M. Alfred Houle (^^, d'une petite cuiller à côté d'une balance 
romaine; la cuiller n'était -elle pas aussi un instrument de la 
trousse des médecins de l'antiquité? 

crLa notice de M. l'abbé Poulaine, en raison du soin qu'il a eu 
de désigner la place que chaque objet occupait par rapport au 
squelette, mériterait d'être imprimée dans le Bulletin ardiéologique, 
s'il voulait nous faire parvenir des images, plus grandes que celtes 
qu'il nous a envoyées, des principaux objets, spécialement d'une 
belle fibule à rayons et de deux plaques-boucles dont l'ornementa- 
lion est intéressanle.'? — Adopté. 



La séance est levée à 5 heures. 



Le Secrétaire de la Secùon ^archéologie, 
R. DE Lastbtrie, 
Membre du Comité. 



'^'' Alfrod HouU', Ije» fouilleÊ de Bw^, 1906, in-8". (Kxlrait des Mémoire» de 
in Société académique de l^Oinpf t. XIX, a' partie.) 



Digitized by 



Google 



CLV 



8 JUILLET 1907. 



SÉANCE DE lA SECTION D'ARCHl^.OLOGIE. 



PRÉSIDENCE DR M. HÉRON DR VILLRFOSSR. 

La sëance est ouverte à h heures. 

Le procès-verbal de la dernière séance est lu et adopte. 

MM. Blanchet et JuUian s'excusent par lettre de ne pouvoir as- 
sister à la séance. 

M. le Secrétaire donne lecture de la correspondance : 

M. Collard, correspondant du Comité, envoie des notes sur dos 
galets coloriés de TAriège. — Renvoi à M. le D"" Capitan. 

M. Berger est chargé de rapports sur des ouvrages pour lesquels 
une*demande de souscription a été adressée à M. le Ministre de 
rinstruction publique. 

Sont déposés sur le bureau les ouvrages suivants offerts au Co- 
mité par leurs auteurs : 

Autek-cippes chrétiens de Provence, par le comte de Gérin-Ricard, 
correspondant du Comité; 

Pro Akêia , 1 " année , n* a ; 

Bulletin de la Société archéologique du Gers, VHP année, i*^ tri- 
mestre 1907. 

Ces ouvrages seront déposés à ia Bibliothèque nationale et des 
remerciements seront adressés aux auteurs. 

M. Babelon lit un rapport sur une demande de subvention l'or- 



Digitized by 



Google 



CLVI 

mée par M. Léon Joulin, en vue de poursuivre des recherches 
archéologiques dans le bassin supérieur de la Garonne. 

Le Comité, tout en félicitant M. Joulin des résultats qu'il a 
obtenus dans les fouilles qu'il a antérieurement effectuées et dirigées, 
décide, après discussion, qu'il n'y pas lieu d'accorder une nouvelle 
subvention. 



M. le D*" Capitan lit un rapport sur les fouilles de M. Peyrony 
dans l'abri et la grotte de La Férassie : 

«L'année dernière, M. Peyrony, instituteur aux Eyzies de Tayac 
(Dordogne), avait sollicité du Comité une subvention pour exécuter 
des fouilles dans l'abri et la grotte de La Férassie, commune du 
Bugue (Dordogne). 

crEn raison de l'intérêt scientifique que présentaient ces fouilles, 
j'avais, dans le rapport dont je fus alors chargé, appuyé cette 
demande de subvention. Le Comité voulut bien lui accorder celte 
subvention. Dans le mémoire qu'il adresse aujourd'hui, M. Peyrony 
indique les résultats généraux qu'il a obtenus. Il y a joint une 
bonne série systématique de pièces destinées au Musée de Saint- 
Germain , des photographies et une planche représentant les pièces 
typiques qu'il a recueillies. Je fais passer cette série de documents 
sous les yeux du Comité; quelques explications préalables sont 
nécessaires pour montrer l'intérêt des résultats auxquels est arrivé 
M. Peyrony. 

(T Jusqu'à ces derniers temps, ainsi qu'on le sait, on admettait en 
général, en se fondant sur la classification de G. de Mortillet, qu'à 
l'époque moustérienne avait succédé l'époque solutréenne : toutes 
deux caractérisées par des industries très différentes. Or, çlepuis peu , 
plusieurs observations semblent indiquer Texistence de couches 
à industrie spéciale qui s'intercaleraient entre le moustérien et le 
solutréen, formant ainsi un étage distinct, auquel M. Tabbé Breuil 
a proposé récemment de restituer le nom d'aurignacien que lui 
avait donné Lartet, il y a plus de quarante ans. Des discussions 
assez vives se sont élevées sur ce point; la position stratigraphique 
de cet étage a été contestée. Il est donc d'un réel intérêt de pouvoir, 
par des fouilles bien faites, préciser la position de ce niveau archéo- 
logique indiquant Moit un état de civilisation spécial, soit l'existence 
d'une population particulière. Or les recherches de M. Peyrony à 



Digitized by 



Google 



CLVU 

La Férassie constituent une très précise contribution à Tétude de 
celte question. 

ff M. Peyrony. en effet, a exécute des fouilles profondes dans la 
grotte et dans Tabri presque en face l'entrée de la grotte-abri dont 
le toit s'est effondré depuis longtemps. Fouillant minutieusement 
couche par couche, en les distinguant toujours et séparant les objets 
appartenant à chacune d'elles, M. Peyrony a pu établir une strati- 
graphie rigoureuse et recueillir à la fois la faune et l'ensemble in- 
dustriel caractérisant chaque niveau. En effet, à chaque couche 
correspondent une industrie spéciale et une faune particulière ^^\ 

«(Ainsi , tout à fait à la base des tranchées, on trouve une industrie 
très grossière à pièces SLYec fades éolithique. M. Peyrony y a, de 
plus, recueilli un beau ((coup de poing t). Il semble bien qu'il s'agisse 
là d'un niveau acheuléen. Immédiatement au-dessus, on rencontre 
une couche de o m. ào d'épaisseur contenant la belle industrie 
moustérienne (pointes, racloirs, rares disques) avec vieille faune, 
puisqu'on y trouve le rhinocéros trichorintu. Au-dessus, une couche 
de o m. 5o montre une industrie qui commence à se modifier : les 
pointes sont plus petites, les racloirs plus fins; il y a même de 
larges lames finement retouchées. L'on voit apparaître des outils 
divers du type aurignacien : lames à dos abattu, racloirs-grattoirs, 
lames assez fines allongées. C'est là un fades tout spécial de 
transition, qu'avec M. Peyrony on pourrait dénommer moustéro- 
aurignacien et qui montre bien, industriellement tout au moins, 
le passage de l'industrie moustérienne à l'industrie aurignacienne. 
Si maintenant on examine le contenu de la couche supérieure qui 
mesure o m. 60 d'épaisseur et se présente avec nue coloration 
noire, on voit que le fades industriel a changé ainsi que la faune. 
On trouve des débris d'hyène et d'ursus spelems, de cerf, de renne, 
de bœuf, etc. Quant à l'outillage, il est très particulier. Ce sont de 
grandes lames, de longs grattoirs très finement retouchés, parfois 
munis de larges encoches sur les bords, des grattoirs épais d'un 
type bien connu dits grattoirs Tarte, des burins, des perçoirs. Les 
pointes et racloirs du type moustérien ont disparu. Le travail de 
i'os commence; il y a des armatures de lances ou d'épieux en os ou 
corne, des dents percées pour servir de pendeloques. Enfin la couche 

^*^ Les déterminations de la faune ont cté faites par M. Harlé dont on sait la 
haute compétence. 



Digitized by 



Google 



GLVIU 



sus-jacente, mesurant o m. 5o d'épaisseur, qui se différencie facile- 
ment par sa coloration rougeâtre, contient une industrie un peu 
différente : les grattoirs et les lames retouchées abondent; ils sont 
moins fins. Les burins deviennent abondantes et variés de formes, 
les outils ou ornements en os et corne sont plus nombreux et mieux 
façonnés, enfin l'existence de pointes très minces taillées sur les 
deux faces ou bien munies d'un pédoncule central ou avec cran la- 
téral caractérisent cet étage, qui serait ainsi du solutréen et même 
du solutréen supérieur. La faune change aussi, il n'y a pbis ni ours, 
ni hyène, mais seulement des débris de cheval, de cerf, de rmàne et 
d'ovins. Cette couche semble donc très différente de la précédent» 
et le témoin d'un autre âge et d'une autre industrie. 

(t Cette succession des couches (la même dans la grotte et dans 
l'abri), que l'étude minutieuse de M. Peyrony a permis de nettement 
reconnaître, montre que l'aurignacien , à La Férassie, se trouve inter- 
calé entre le solutréen et le moustérien. 

tr C'est donc un document important dans cette question si con- 
troversée. Pour que ces faits soient à l'abri de toute objection, 
M. Peyrony a fouillé avec la plus grande précision, recueillant les 
pièces couche par couche, ainsi que j'ai pu plusieurs fois m'en 
assurer en fouillant avec lui dans ce beau gisement. 

<rLes objets qu'il a recueillis ont donc de ce fait une valeur 
documentaire, et l'on comprend tout l'intérêt que présentent de 
pareilles fouilles 

ff D'ailleurs, M. Peyrony a exécuté de très importants travaux, 
ainsi quW peut s'en rendre compte par l'examen de trois belles 
photographies- dues à M. Belvez, instituteur, que je mets sous les 
yeux du Comité. On peut voir d'abord, pour la fouille de l'abri, 
qu'après avoir fait sauter un gros bloc, M. Peyrony a entamé le 
sol sur plus de trois mètres d'épaisseur et sur une dizaine de mè- 
tres de largeur. Il a atteint ainsi le rocher formant le fond de l'abri. 

(rDe même dans la grotte, il a exploré dans toute sa hauteur la 
couche archéologique. 

rrEn somme, M. Peyrony a fait le meilleur emploi delà subven- 
tion que lui avait accordée M. le Ministre de l'instruction publique. 
Les résultats qu'il a obtenus sont très intéressants et de portée géné- 
rale. Je propose de féliciter vivement M. Peyrony et de déposer au 
Musée de Saint-Germain les silex et divers documents (coupes, 
dessins, mémoires) qu'il nous a adressés. ?» — Adopté. 



Digitized by 



Google 



CLIX 



M. Tabbé Thbdbnat donne lecture d'un rapport sur une note de 
M. Emile Chanel, relative à des pitons de bronze romains : 

trM. Emile Chanel, correspondant à Bourg (Ain), nous envoie 
une note sur des pitons de bronze gallo-romains trouvés par lui 
dans des fouilles qu*il a faites à Montréal-Lacluse (Ain), en igoB- 
1906. Suivant Fauteur, ces pitons servaient de supports à des 
tringles sur lesquelles glissaient des anneaux de rideaux. M. Chanel 
eu a acquis tria certitude?) dans ses fouilles. Cette opinion peut 
paraître justifiée au moins pour quelques-uns des spécimens pré- 
sentés par l'auteur. 11 y a lieu toutefois de regretter que celui-ci 
n'ait pas, par des descriptions exactes et par des dessins, donné la 
preuve de ce qu'il avance. Avec ces additions, la note de M. Chanel 
serait intéressante à public^r; mais l'auteur ayant fait, sur le même 
sujet, à la Société nationale des Antiquaires de France, une com- 
munication qui va paraître très prochainement dans le Bullelin de 
cette société, je propose de déposer aux archives la note qui nous 
a été envoyée. ^ — Adopté. * 

M. Salomon Reinagh propose l'insertion, dans le Bulletin archéo- 
logique, d'une notice de M. Emile Chanel sur une sépulture de l'âge 
du bronze découverte à Oulriaz (Ain). — Adopté (*^. 

M. le D*" Capitan présente au nom de M. Beaupré, de Nancy, 
une série de photographies représentant les tumulus de La 
Garenne, près de Liverdun (Meurthe-et-Moselle), qu'il fouille eu 
ce moment, grâce à une subvention que lui a accordée récemment 
le Comité. Il vient de trouver dans l'un d'eux i3o objets de 
bronze d'époque mamienne : torques, bracelets, fibules, épingles, 
pendentifs, puis des vases carénés de terre noire et deux braceltîls 
de verre. 

Diverses photographies reproduisent ces jolies pièces, d'autres 
montrent la position des squelettes. Outre les vingt-quatre sépul- 
tures mamiennes contenant ces objets, le tumulus renfermait les 
restes d'une allée couverte, avec silex, et quatre sépultures de l'âge 
du bronze (incinération). 

M. Beaupré a tenu à annoncer immédiatement ces intéressantes 

(') Voir plus loin, p. 365, le texte m exim»o de cette comuiunication. 



Digitized by 



Google 



CLX 

découvertes au Comilé. Tous les objets qu'il a trouvés seront dé- 
posés au Musée lorrain à Nancy. 

M. le D' Capitân informe le Comité que des fouilles pratiquées 
sans méthode en dehors de tout dessein scientifique se poursuivent 
en ce moment aux Eyzies, dans les gisements préhistoriques de 
Laugerie-Basse et de la Micoque. C'est là un état de choses auquel 
il serait urgent de porter remède, s'il était possible : de nombreux 
matériaux de haute valeur seront ainsi dispersés avant d'avoir été 
examinés en place, comme il convient, par des archéologues com- 
pétents, et seront complètement perdus pour l'étude. 

La séance est levée à 5 heures. 

Le Secrétaire adjoint de la Section d'archéologie, 

M. Prou^ 
Membre du Comité. 



Digitized by 



Google 



GLXI 



11 NOVEMBRE 1907. 



SÉANCE DE LA SECTION D'ARCHÉOLOGIE. 



PRÉSIDENCE DE M. HÉRON DE VILLEPOSSË. 

La séance est ouverte à U heures. 

Le procès-verbal de la dernière séance est iu cl adopte. 

M. le Président exprime les sentiments de regret que la mort 
de M. Fourdrignier, correspondant honoraire du Ministère, qui 
prenait une part active aux travaux du Congrès annuel des Sociétés 
savantes, inspire au Comité. 

M. Philippe Berger s'excuse par lettre de ne pouvoir assister à 
la séance. 

M. le Secrétaii'e donne lecture de la correspondance : 

M. le préfet du département de TAveyron transmet deux vœux 
du Conseil général dudit département tendant à Tatlribution , par 
le Ministère , de subventions à des fouilles sur le plateau du Grand- 
Mas, commune de Mouret, intéressant Thisloire et l'anthropologie, 
et à d'autres fouilles dans les ruines du château de Thénières, 
commune de Saint-Symphorien. 

Le Comité estime qu'il y a lieu de demander à M. le préfet un 
supplément d'informations. Il importerait de connaître les résultats 
qu'on peut attendre de ces fouilles et le nom de la Société qui sera 
chargée de les exécuter ou de les diriger. 

M. Pierre Bardey, correspondant du Comité, à Aden, envoie 
l'empreinte d'un sceau antique en onyx, et une note sur divers 

Abcukologib. — N* 3. k 



Digitized by 



Google 



CLXU 

objets de bronze découverts à la frontière du Yaifa et de i'Hadra- 
maout. — Renvoi à M. Philippe Berger. 

M. Emile Chanel, correspondant du Comité, à Bourg (Ain), 
envoie des notes sur : des trouvailles d'antiquités à Logras, com- 
mune de Pérou (Ain); deux villas romaines. Tune à Prémeyzel 
(Ain),rautre à Pérignat, commune d'Izernore; un cachet de terre 
cuite découvert sur une voie romaine. — Renvoi à M. Adrien Blan- 
chet. 

M. Ulysse Dumas, correspondant du Comité, à Baron (Gard), 
envoie des notes sur : la dalle sculptée de Saint- Victor-des-Oules; 
le gisement acheuléen du Mas-Signargues; l'exploitation des car- 
rières de Barjac par les Romains. — Renvoi à M. le D' Capitan. 

M. Paul Martin, de la Société forestière française des amis des 
arbres, à Toul, adresse au Comité un mémoire sur les grottes de 
Sainte-Reine et du Géant près de Toul. — Renvoi à M. le D*" Ca- 
pitan. 

M. Pitre de Lisle du Dreneuc, correspondant honoraire du 
Comité, à Nantes, envoie une note sur des armes normandes des 
ix* et x" siècles, découvertes dans la Loire. — Renvoi à M. Prou. 

M. Tabbé Poulaine, correspondant du Comité, à Voutenay 
(Yonne), envoie une note sur des haches de bronze trouvées à 
Sully et à Voutenay. — Renvoi è M. Salomon Reinach. 

M. Georges Stalin, de la Société d*études historiques et scien- 
tifiques de rOise, à Beauvais, adresse au Comité des notes sur un 
polissoir et deux monuments mégalithiques, et sur la découverte 
d'une poterie gallo-romaine à Margny-lés-Compiègne. — • Renvoi 
à M. Salomon Reinach. 

M. Léon de Vesly, correspondant du Comité, à Rouen, envoie 
deux notes. Tune sur le taureau à trois carnes, du Musée de Rouen, 
Tautre sur un manche de couteau gallo-romain. — Renvoi à 
M. Babelon. 

M. Collard, correspondant du Comité, à Auch, envoie une note 



Digitized by 



Google 



CLXIII 



sur des objets préhistoriques trouvés dans la grotte d'Izeste, près 
de Saint-Michel-d'Arady (Basses-Pyrénées). — Renvoi à M. le D' Ca- 
pitan. 

M. le commandant Hannezo, correspondant du Comité, à Blidah, 
envoie les dessins de quelques objets de bronze de Tépoque méro- 
vingienne. — Renvoi à M. Prou. 

M. Philippe Berger est chargé de faire un rapport sur un ou- 
vrage pour lequel une demande de souscription a été adressée à 
M. le Bfinistre de Tlnstruction publique. 

M. de Saint-Arrouian donne communication d'une lettre de M. le 
Sous-Secrétaire d'État aux Beaux -Arts, par laquelle il informe 
le Comité du résultat des démarches que, pour répondre à un 
désir exprimé par le Comité, l'Administration a faites auprès de 
M. le Maire d'Hasparren (Basses-Pyrénées), tendant au transfert 
de rinscription romaine de l'église d'Hasparren dans un musée. Le 
Conseil municipal considérant que cette inscription célèbre est le 
seul monument historique de la localité, qu'elle est conservée dans 
la sacristie de l'église, où elle est à l'abri de toute détérioration et 
accessible à tous ceux qui la veulent voir, a refusé, par délibéra- 
tion en date du s5 aoAt 1907, de s en dessaisir. 

L'inscription d'Hasparren a été classée parmi les Monuments 
historiques par arrêté en date du & juillet 1908. 

M. de Saint-Arroman communique au Comité la liste des nou- 
veaux correspondants du Ministère de l'Instruction publique. 

Sont déposés sur le bureau les ouvrages suivants offerts au (iomilé 
par leurs auteurs : 

Pro Alesia, première année, n" 1 a ; 

Album artistique et archéologique, 3* série, publié par la Société 
des amis des arts du département de l'Eure ; 

Société nationak des Antiquaires de France, discours de M, le Baron 
de Baye, président sortant, prononcé dans la séance du g janvier igoj ; 

Notre-Dame de Vendôme et les armoiries de la ville de Porto, par 
M. J. J. G. Coelho, membre correspondant du Comité supérieur 
des monuments du Portugal, à Porto; 



Digitized by 



Google 



GLXIY 



Note sur le$ sépultures sous tumulus d'après la Bible et quelques au- 
teurs classiques, par M. Henry Corot, à Savoisy (Céte-d'Or); 

Notes archéologiques : i" Objets conservés au Musée de Sens; 3" Objets 
ajtpartenant à diverses collections^ par le même; 

Sur une observation faite h la Grotte du Prince aux Baoussé-Roussé , 
près de Menton, par M. Flamand, correspondant du Comité, à Alger; 

Réponse aux remarques de M. MarcelUn Boule au sujet de ma note sur 
une observation faite à la « Grotte du Prince n aux Baoussé-Roussé , près 
de Menton, par le même; 

Nouvelles recherches sur le préhistorique dans le Sahara et dans le haut 
pays oranais, par le même (en collaboration avec M. le lieutenant- 
colonel E. Laquière); 

Notice sur ttne statuette de Déesse-mère provenant du mont César, de 
Baitteulr-sur-Thérain (Oise), par M. Houle, à Bury (Oise); 

Fouilles de six tumuU dans la commtme de Lignol, canton de Guéméné- 
sur-Scorff {Morbihan)^ par M. Loth, correspondant du Comité à 
ttcnnes; 

Deux artistes dijonnais du xvi" siècle : Nicolas de la Cour; Jean Da- 
iotte, par M. Charles Oursei, bibliothécaire de la ville de Dijon; 

Le retable du Mesnilsur-F Estrée , par M. Louis Régnier, correspon- 
dant du Comité, à Évreux; 

Notes et observations sur le pays narbonnais^ par M. Rouzaud; 

Les armoiries d! Orléans en i3o6, par M. Jacques Soyer, corres- 
pondant du Comité, à Orléans; 

Notes sur un pistolet écossais, suivies d^une liste de noms et marques 
de fabricants écossais de pistolets de 1 585 à i 855, par M. Georges Sta- 
lin, de la Société d'études historiques et scientifiques de TOise, à 
Beauvais; 

Les églises romanes du Pincerais, par M. Pierre Coquelle, corres- 
pondant du Comité. 

Ces ouvrages seront déposés à la Bibliothèque nationale et des 
remerciements seront adressés aux auteurs. 

M. le D' Capitan donne lecture d'un rapport sur une commu- 
nication de M. CoUard, correspondant du Comité, à Âuch, relative 
à des galeU coloriés : 

crM. CoUard nous avait adressé une note signalant des galets 



Digitized by 



Google 



CLXV 

coloriés inédits semblables à ceux que M. Piette avait recueillis au 
Mas d'Azil et qu'il a fait connaitre, il y a déjà longtemps (*). 

trLe Comité ayant demandé à M. CoUard des renseignements 
complémentaires, notre correspondant nous a adressé cinq planches 
de dessins en couleurs exécutés par lui et représentant vingt et un 
galets coloriés recueillis dans la grotte de Montfort (Ariège) par 
M. Miquel, receveur des contributions indirectes en 1889 au Mas 
d'Azil. 

«A ce propos, M. Gollard signale Topinion suivante de M. Miquel ; 
celui-ci s'exprime ainsi dans un travail inédit sur ce sujet : 

(rCes ornementations n auraient-elles pas été destinées à être 
cr reproduites sur une partie quelconque du corps par la pression 
trde la pierre contre répidermeÎTj 

(T L'auteur considère donc les galets coloriés comme les analogues 
des pintaderoê des anciens Mexicains. On sait qu'on admet aujour- 
d'hui plutôt l'hypothèse émise par M. Salomon Reinach , à savoir, 
que les galets coloriés auraient été les analogues des shuringas des 
Australiens actuels, c'est-à-dire des pierres fétiches jouant un rôle 
important dans les conceptions et les pratiques fétichiques si com- 
pliquées des sauvages du cenire de l'Australie. 

ffJe propose d'adresser des remerciements à MM. CoHard et 
Miquel et de déposer la note et les dessins de M. Collard à la 
bibliothèque du Musée de Saint-Germain. t9 — Adopté. 

M. JcLLiAN lit un rapport sur un mémoire de M. Adrien Brrgrt, 
relatif à l'emplacement de la localité romaine d' Admagetobriga : 

ftLe mémoire de M. Berget traite d'une question célèbre parmi 
ceux que passionne la critique des Commentaires de César. Il s'agit 
de l'emplacement de la localité à'Admagetobriga oii eut lieu, selon 
César, la bataille qui livra la Gaule aux Germains d'Ariovisle pou 
avant l'année 58 1^^ M. Berget ajoute une nouvelle précision pour 
identifier la localité. Il s'agit du mont Ardou près de Ponlailler- 
sur-Saône. Tout en reconnaissant que le texte de César est trop 
vague pour qu'on puisse rien affirmer sur Aâtmiffetobriga, l'auteur 
de ce mémoire apporte d'excellents arguments en faveur de sa 



^*) L'Anthropologie ^ jxùWvi-aoùi iScjC». 
^^' G'sar, De belln frallio» , 1 , 3 1 . 



Digitized by 



Google 



CLXVI 

thèse, et j'incline fort pour ma part à i accepter. Les détails qu'il 
donne sur la topographie et les ruines du mont Ardou l'ont croire 
que des fouilles intelligemment conduites amèneraient d'heureux 
résultats. 

frLe mémoire de M. Berget se compose de deux parties : la 
première est surtout archéologique, la seconde, surtout de géo- 
graphie militaire. Cette dernière n'entre pas dans le cadre du Bulk- 
tin archéologique du Comité. Mais la première, clairement et sobre- 
ment présentée, au courant des derniers travaux, me paraît y avoir 
sa place naturelle. ?> — Adopté. 

M. le D' Capitan appelle de nouveau l'attention du Comité sur 
les fouilles pratiquées dans les gisements préhistoriques des Eyzies 
par des personnes qui n'ont d'autre dessein que de vendre à des 
collectionneurs, et particulièrement à des collectionneurs étran- 
gers, les objets mis au jour. Il souhaiterait qu'une loi fût faite qui 
interdit l'exportation des antiquités. 

Le Comité s'associe aux regrets exprimés par M. le D' Gapitan à 
l'occasion de fouilles pratiquées sans méthode et au détriment des 
intérêts scientifiques. Il espère que l'administration ne tardera pas 
à prendre les mesures nécessaires pour empêcher la dispersion 
des antiquités nationales. 

La séance est levée à 5 heures et quart. 

Le Secrétaire adjoint de la Section d*archéologie , 

M. Prou, 

Membre du Comité. 



Digitized by 



Google 



'juvn 



9 DÉCEMBRE 1907. 



SÉANCE DE LA SECTION DARCHÉOLOGIE. 



PRÉSIDENCE DE M. HÉRON DE VILLBFOSSE. 

La s^nce est ouverte a U heures. 

Le procès-verbai de la dernière séance est lu et adopte. 

M. le Président exprime les sentiments de regret que la morl de 
M. Braquehaye, directeur de TÉcole municipale de dessin à 
Bordeaux, correspondant honoraire du Ministère, inspire au 
Comité. 

M. le Secrétaire donne lecture de la correspondance : 

La Société historique et archéologique de Tarrondissement de 
Saint-Malo demande une subvention en vue de permettre à 
M. Tabbé Campion d'effectuer des fouilles sur remplacement de 
Tenceinte romaine de l'ancienne ville d'Alet. — Renvoi à 
M. Adrien Blanchet. 

M. Tabbé Labrie, à Lugasson (Gironde), demande une subvention 
aflnde poursuivre des fouilles à Lugasson, sur remplacement d'une 
grande exploitation agricole romaine. — Renvoi à M. Jullian. 

M. Plancouard, correspondant du Comité, envoie une note sur 
VEcce Homo du cimetière de Cormeilles-en-Vexin. — Renvoi à 
M. Eugène Lefèvre-Pontalis. 

M. Tabbé Poulaine, correspondant du Comité, envoie une note 
ftur une statue antique du vieux château de Voutenay (Yonne). — 
Renvoi à M. Saglio. 



Digitized by 



Google 



CLXTIII 

M. Ulysse Dumas, correspondant du Comité, envoie une note sur 
le gisement de Fontarëche, canton de Lussan (Gard). 

M.Roland, instituteur à ViHevenard (Marne), adresse au Comité 
une notice, un plan et des photographies du cimetière mérovingien 
de ViHevenard. — Renvoi à M. Prou. 

Sont déposés sur le bureau les ouvrages suivants offerts au 
Comité par leurs auteurs : 

Un triens mérovingien trouvé à Nailhac (Dordogne), par M. Gus- 
tave Hermann, correspondant du Comité; 

V église carolingienne de Saint-Philbert-de-Granlieu , devant la critique ^ 
ou examen des théories du R. P. C. (fe La Croix sur ce monument, par 
M. Léon Maître, membre non résidant du Comité; 

Une excursion en Anjou : Serrant, Chalonnes, Rochefort, Béhuard et 
Savennières, par M. le chanoine Urseau, correspondant du Comité; 

La chapeUe du château de La Soriniere en Saint-Pierre-de-Chemillé , 
par le même; 

Le calvaire de la cathédrale d'Angers, Lettre de David d'Angers à 
Monseigneur Montault, par le même. 

Ces ouvrages seront déposés à la Bibliothèque nationale et des 
remerciements seront adressés aux auteurs. 

L'ordre du jour appelle Texamen des propositions de distinctions 
honorifiques à l'occasion du prochain Congrès des Sociétés savantes. 

M. Babelon lit un rapport sur une communication de M. Léon 
de Vesly, correspondant du Comité, relative à deux statuettes de 
taureaux conservées au Musée do Rouen, et à un manche de couteau 
romain : 

f^Le Musée de Rouen, écrit M. de Vesly, possède deux statuettes 
trde taureaux. L'une est un beau bronze mesurant o m. a8 de Ion- 
(Tgueur sur o m. ^3 de hauteur. On ignore en quel lieu elle a été 
^trouvée. C'est seulement dans le catalogue de 1868 qu'elle est 
w mentionnée, pour la première fois, par Tabbé Cochet. 

ff Quoique les jambes aient été refaites, cette statuette est l'œuvre 
ff d'une belle époque. Un examen attentif fait reconnaître que les 



Digitized by 



Google 



CLXIX 



(f cornes ont été limées et qu'une cavité se trouve au sommet de la 
«rlête, à l'endroit où se voit ordinairement la troisième corne dans 
n les statuettes de taureau à trois cornes. Sur le garrot, un évent , de 
w forme carrée, ménagé par le fondeur a été conservé. 

(tLa seconde statuette, beaucoup plus petite, puisqu'elle ne 
(T mesure que o m. o85 de longueur sur o m. 07 de hauteur, est 
(t également de bronze. Les jambes n'existent plus, et l'oxydation a 
cr fait disparaître une partie du poitrail et déformé les cuisses. 

(rCette statuette est entrée au Musée, en 1877, avec la collection 
irThaurin, à laquelle elle appartenait. Elle est d'un très beau style; 
(T l'attitude de la tête est remarquable et les trois cornes ne sont pas 
w douteuses. Sur la croupe de l'animal , on voit encore les restes de 
<rla queue relevée eh cercle, comme dans tant de statuettes de tau- 
Treaux de l'époque gallo-romaine. 

(r Cette statuette n'est pas sans mérite, et elle présente un grand 
w intérêt pour l'archéologie locale. 

irElle provient, en effet, des découvertes faites à Rouen lors des 
ïf grands travaux de voirie exécutés en 1867. J.-M. Thaurin, qui 
<r recueillait tous les objets sortis des terrassements, n'a eu garde 
<r de laisser échapper ce petit bronze. On a omis d'indiquer le lieu 
«T exact de la trouvaille. Néanmoins il est certain que cette statuette 
frest sortie du sol de Rouen. 

ir Ce fait seul a de l'importance. Jusqu'ici , les statuettes de taureau 
tfh trois cornes paraissaient être localisées dans l'Est et le Sud-Est de 
«la Gaule et la vallée du Rhin (^). On avait bien rencontré quelques- 
irunes de ces statuettes dans d'autres régions, mais c'était une 
fr exception, comme, par exemple, le taureau à trois cornes de Pé- 
wrouville (Eure-et-Loir). t> 

tthe bronze du Musée de Rouen vient donc utilement s'ajouter à 
la liste des taureaux à trois cornes et des sangliers à trois cornes 
qu'a dressée M. Salomon Reinach dans son catalogue du Musée de 
Saint-Germain. 

(tM. Léon de Vesly signale une autre découverte faite au mois de 
juillet dernier dans l'arrière-cour de l'Hôtel du Bourgthéroulde, à 
Rouen, sous une masse de maçonnerie formant une aire circulaire 
de m. 40 d'épaisseur. Il s'agit d'un manche en os qui parait être 



('' Salomon Reinach, Antiquitét nationales. Catalogne raisonné du Musée de 
Saint-Germain, t. II, p. 278. 



Digitized by 



Google 



CLXX 

le manche d'un couteau de Tépoque gallo-romaine; il mesure 
o m. 07 de hauteur; il présente le profil d'une protome de griffon 
tel qu'elle se présente dans nombre de supports antiques; un anneau 
de bronze avec douille d'argent servait à fixer la lame de fer à ce 
petit manche d'un profil fort élégant, t) 

Le Comité remercie M. Léon de Vesly de cette intéressante 
communication. 

M. Adrien Blakcuet lit un rapport sur 'des communications de 
M. Emile Chanel, relatives à des antiquités découvertes dans le 
département de l'Ain : 

trLes quak'e notes de M. Emile Chanel peuvent être réunies, car 
elles concernent toutes des découvertes d'antiquités romaines, faites 
dans le département de l'Ain. 

rrLa trouvaille de Logras (commune de Pérou) comprenait deux 
statuettes de bronze, représentant un Bacchus assez beau et un 
Mercure grossier, qui ont été achetées par le Musée archéologique 
de Genève (n°* C 1222 et 1228). Les instruments de fer, recueillis 
en même temps que ces statuettes, sont devenus récemment la pro- 
priété de M. Chanel. L'outil le plus important est une ascia, qui 
diflere peu d'un outil trouvé à Pompéi ^^\ 

ïfA Prémeyzel, à l'Ouest de Peyrieu (à 19 kilomètres de Belley), 
on a reconnu les substructions d'une villa antique de 22 m. 5 de 
façade, à côté de laquelle étaient deux fûts de colonne en calcaire. 
Les fouilles exécutées par M. Chanel ont fait découvrir quatre salles, 
dont une avec un hypocauste dont un des piliers est constitué par 
un fragment de colonne, nouvel exemple d'un fait déjà constaté à 
Montréal-Lacluse et qui indique évidemment des reconstructions 
postérieures à une destruction. On a recueilli, dans les fouilles, 
des fragments d'enduits peints, de poteries diverses, une anse 
d'amphore, un fragment de vase de bronze et une monnaie de 
Julien II. 

ffLa villa de Pérignat (commune d'Izernore), découverte et 
fouillée par M. Chanel, parait beaucoup plus importante, et 
le Comité en recevra certainement avec plaisir une description 

^^) Dict. dei antiq. gr, et rom., t. I, p. /^65, n* 565. Au contraire, la forrae 
diffère de celle de Vascia représentée sur une stèle gallo-romaine (ibid,, fig. 563). 



Digitized by 



Google 



GLXXI 



complète, lorsque les fouilles seront termioées. Pour le moment, 
signalons un grand nombre de fragments d'enduits peints avec 
fleurs et rosaces, de couleurs variées. Des fragments d'enduit rouge 
vif portent des graffijtes représentant des dessins grotesques, des 
lettres et le mot BOSO. De nombreux objets de bronze et de 
fer, dont^une branche de compas avec un nom, ont été recueillis, 
ainsi qu'un récipient de plomb , décoré d'un lion poursuivant une 
gazelle, motif répété plusieurs fois. Des fdts de colonnes, des débris 
de poteries et de verres avec marques, et des monnaies d'Antonin 
le Pieux à Constantin complètent la récolte. 

erLa dernière communication de M. Chanel est relative à une 
estampille portant les lettres IF, trouvée à Vemoux. 

irLes notes de M. Chanel pourraient être déposées aux archives 
du Musée des Antiquités nationales, r» — Adopté. 

M. le D*" Câpitaii lit un rapport sur trois notes de M. Ulysse Dumas 
relatives à des antiquités préhistoriques : 

(tM. Ulysse Dumas, notre zélé correspondant, nous adresse trois 
notes intéressantes. La première est intitulée: (rL'e]q)loitation des 
(T carrières de pierre de taille de Barjac à l'époque romaine^. 

(tM. Ulysse Dumas s'exprime ainsi : 

(rTai nécemment fait connaître au Comité l'existence, à proxi- 
frmité du hameau de Bagard, commune de Baron (Gard), et dans 
(rie voisinage d'une carrière ex[^oitée à l'époque romaine, d'un abri 
erde carrier de cette époque. 

(f Visitant tout récemment les carrières de pierre de taille de 
tr Barjac, j'ai remarqué, dans les déblais de celle-ci, des tuiles à 
er rebords, des fragments d'amphores et d'autres vases de poterie 
cr grise de l'époque romaine. Ces vestiges provenaient du déblaie- 
arment d'une partie de la carrière comblée par les Romains et 
(T remise aujourd'hui en exploitation. 

cr L'adjudicataire de la carrière, M. Montchablon, interrogé, ma 
ff dit en effet avoir trouvé , à 6 mètres de profondeur, des cruchons 
rrde terre grise intacts et d'autres poteries romaines, des tuiles à 
pr rebords, de nombreux coins de fer pour détacher les blocs, enfin 
«rdes chapiteaux et des bases de colonnes, ébauchés sur place. 

(r L'une de ces ébauches, encore sur les lieux, mesure i m. 9o 
rde diamètre sur o m. 90 de hauteur. 



Digitized by 



Google 



CLXXII 

wM. Montchablon m'a en outre montrd une colonne, également 
débauchée, de 3 m. 5o de long sur o m. 60 de diamètre, et de 
fr nombreux autres débris. 

ffCes découvertes, bien que n'ayant pas une grande importance, 
(T démontrent une fois de plus que, dans nos parages, à peu près 
tt toutes les carrières de pierre de taille, des plus renommées aux 
ff moins importantes, étaient déjà exploitées par les Romains ^^).iî 

cf Je propose d'adresser des remerciements à M. Dumas pour son 
intéressante note. 

ïf La seconde note de M. Ulysse Dumas est intitulée : tt Gisement 
«f acheuléen du Mas Signargues, commune de Sainl-Prival-de-Ghamp- 
ffclos, canton de Barjac, Gard?). Il donne d'abord les renseigne- 
ments suivants sur la topographie du point oii il a fait cette décou- 
verte : 

erA /loo mètres au Sud du hameau de Signargues existe un petit 
rr plateau dont la partie centrale et le versant septentrional sont 
«f recouverts d'un cailloutis provenant de la désagrégation des bancs 
«f de calcaire lacustre et de silex qui existent sur les lieux. De nom- 
ttbreux éclats de cette dernière roche ont été utilisés par l'homme 
ff préhistorique. 7» 

(T Les séries que M. Dumas a pu recueillir après de minutieuses 
recherches permettent de caractériser nettement et de dater ce 
gisement nouveau. En effet, on peut y voir tout d'abord plusieurs 
coups de poing, les uns très grossièrement façonnés, ayant absolu- 
ment la morphologie chelléenne, d'autres bien mieux taillés, un 
entre autres de 1 7 centimètres de longueur, dont les bords sont soi- 
gneusement retouchés. Avec ces pièces typiques il existe des disques, 
les uns fort grossiers, d'autres beaucoup mieux façonnés, et une série 
de gros éclats souvent utilisés et parfois retouchés sur les bords sui- 
vant le type «rracloinj. Ces pièces sont les unes de quartzite, leis 
autres de silex. C'est là un nouveau et très typique exemple de cette 
fort ancienne industrie que M. Ulysse Dumas, le premier, a décou- 
verte en position slratigraphique dans la région qu'il habite. Dans 
le gisement actuel comme au Gros de PeyroUes (communes de 
Rivière et d'Allègre), — gisement que M. Dumas a déjà signalé 

^*^ J*ai encore consiato lo fait pour les carrit^TOS de La Madeleine (Baron) et 
d^Euzet-les-Baîns. 



Digitized by 



Google 



GLXXIU 

au Comité, — ce niveau est recouvert de couches qui renferment 
rindustrie purement moustérienne. L'âge en est donc bien déGni. 
Il est acbeuléen ou même chelléen. 

<r Cette note est une contribution nouvelle à une question que 
M. Dumas est en voie de résoudre au moyen de ses multiples et 
intéressantes recherches. 

(fLa troisième note de M. Ulysse Dumas a pour titre : trLa dalle 
«r sculptée de Saint-Victor-des-Oules, canton d'Uzès (Gard)^». 

«Dans le cours de recherches sur la céramique médiévale que 
notre correspondant exécutait aux environs de Saint-Victor-des- 
Oulea, il découvrit, couchée sur le bord d'un chemin, une dalle 
sur laquelle il reconnut les mêmes caractères de grossière sculpture 
que sur les dalles de Castelnau- Valence, de CoUorgues et de Fois- 
sac, localités situées à 9i kilomètres au maximum de Saint-Victor. 
On sait que ces rudimentaires 6gurations humaines accompa- 
gnaient des sépultures néolithiques. 

<r Cette grande dalle d'un calcaire lacustre, dont les gisements 
existent dans le voisinage, mesure i m. 69 de hauteur, o m. 65 
de largeur et o m. so d'épaisseur. La figuration humaine est ré- 
duite à sa plus simple expression. 

ff Comme à CoUorgues et à Cas telnau- Valence, dit M. Dumas, 
(ries sourcils sont représentés par une ligne horizontale en relief, 
(rmais ici elle est légèrement arquée aux deux bouts. Du milieu de 
ff cette ligne se détache le nez toujours en relief. Deux traits partant 
<rde la base de celui-ci, mais irrégulièrement disposés, peuvent 
(T représenter les narines, mais plus vraisemblablement « si Ton s'en 
fr rapporte à leur longueur et à leur direction, des moustaches. 

ff Les yeux sont également en relief; par suite d'une cassure de 
(fia pierre, Tœil gauche manque, mais on en distingue nettement 
<rla place. 

(rLa bouche, qui n'était pas représentée sur les dalles précitées, 
(r existe ici. Pour opérer, le sculpteur a creusé assez profondément 
(Tune incisure horizontale et en a ensuite usé le bord inférieur. Ici, 
(Tun détail est à noter : l'artiste, peut-être pour marquer la place 
«fde la bouche avant de la creuser, peut-être pour indiquer la 
frbarbe, a tracé une ligne qui dépasse de chaque côté la bouche 
(rde 3 centimètres et qui, de chaque côté également, est coupée 
(rpar une ligne verticale. 

«A 5 centimètres de l'extrémité de cette ligne, côté gauche et un 



Digitized by 



Google 



GLXXIV 



fr peu au-dessus de la première saillie transversale dont nous allons 
(f parler, on voit deux lignes se croisant et formant un semblant d'X. 
ff Je me hâte d'ajouter qu'il ne saurait être question ici d'un clriflfre 
(T romain gravé postérieurement. 

(fLes bras bien indiqués (le bras gauche est très net, le bras 
fr droit est moins apparent) sont sur les côtés de la pierre et se 
(T terminent par six llraits profondément incisés, séparant et limitant 
cries cinq doigts. 

<rMais les proportions ne sont pas gardées, les bras sont trop 
(f minces et trop courts. Le coude nest pas indiqué. L'artiste n'a 
trpas su reproduire exactement les mains ni les mettre à leur vraie 
K place, yt 

cf Entre les bras de la statue existent deux figures couri)es assez 
saillantes, étroites, terminées en pointe à chaque extrémité. C'est 
la première fois que l'on signale pareil accessoire sur des statues 
de ce type. Quelle en est la signification? Faut-il y voir la repré- 
sentation de deux poignards à lames courbes? Faut-il, au contraire, 
rapprochant ces images des figurations de crosses qui existent sur 
les statues précitées, y voir la représentation d'un bâton courbe 
(sorte de boomrang), semblable à celui qui est figuré sur les cé- 
lèbres palettes égyptiennes préhistoriques d'Hieraconpolis ? 

c" Toutes les hypothèses sont permises en présence de cette nou- 
velle et fort intéressante pièce. 

(T Entre ces deux figures, deux traits disposés en triangle pour- 
raient indiquer une lame de poignard, d'après M. Dumas. Plus 
bas, une large bande en relief représente certainement une cein- 
ture. Enfin M. Dumas signale deux petites croix assez profondément 
gravées Tune au-dessus des sourcils, l'autre symétriquement placée 
derrière ce qui figure la tête. 

(T Enfin tout le côté droit de la dalle présente une série d'inci- 
sures assez profondes et entre-croisées dans divers sens. M. Dumas 
pense que l'on ne peut incriminer les instruments aratoires. Il y 
voit un travail voulu réalisé par le sculpteur, par exemple dans le 
dessein de figurer un péplum relevé sur le côté (?). Il me parait 
plus conforme aux observations préhistoriques récentes sur ce sujet, 
de considérer, hypothétiquement bien entendu , ces incisures comme 
postérieures à la sculpture de la statue et représentant des cou- 
tumes rituelles, comme on en a observé chez des sauvages presque 
contemporains dans l'Amérique du Nord et en Océanie. 



Digitized by 



Google 



CLXXV 



recette très curieuse statue que signale M. Dumas doit être ran- 
gée dans le grand groupe des dalles funéraires du Gard qui se rat- 
tachent aux statues-menhir du Tarn, de rAveyron et de THérault. 
n y a là toute une série de sculptures funéraires absolument spé- 
ciales à affinités bien probablement égéennes et qui constituent un 
des plus curieux problèmes de la préhistoire. 

frJe propose de remercier particulièrement M. Ulysse Dumas 
d'avoir donné au Comité la primeur de cette fort intéressante dé- 
couverte. 7» — Adopté. 
« 

M. le D' GàPiTAN rend compte ensuite d'une note de M. Paul Mar- 
tin sur les grottes de Sainte-Reine et du Géant, près de Toul, 
note purement humoristique et qui n'a pas le caractère d'une 
étude archéologique. 

M. le D' Capitan entretient en6n le Comité d'une note de 
M. CoUard sur des fouilles pratiquées dans la grotte d'Izeste, près 
de Saint-Michel-d'Arudy (Basses-Pyrénées), par M. Rosevelle des 
Grottes. Cette note est accompagnée de dessins représentant des 
esquilles osseuses dont les fractures semblent bien naturelles, et 
quelques éclats de silex, le tout provenant des susdites fouilles. 

M. le Secrétaire donne lecture de deux rapports de M. Salo- 
mon Reinagh. Le premier est relatif a une notice de M. Tabbé Pou- 
laine, correspondant du Comité, sur deux haches de bronze à 
ailerons découvertes à Jully et à Voutenay (Yonne). Les objets de 
ce genre trouvés dans cette région sont très rares. Le rapporteur 
demande l'insertion de la note de M. l'abbé Poulaine dans le Bulle- 
tin archéologique, — Adopté. 

Le second rapport est relatif à quelques objets préhistoriques 
signalés par M. Georges Stalin, de la Société d'études historiques 
et scientifiques de l'Oise : 

rM. Georges Stalin, de Beauvais, communique au Comité des 
notes sur quelques objets préhistoriques inédits : 

ff 1 ** Un polissoir, qui se trouve dans la propriété de M"* V*" Fouyé , 
à Marines ( Seines t-Oise), rue de Paris. Hauteur maximum , o m. 88 ; 
largeur maximum , o m. 88 ; hauteur de la cuvette , o m. 38 ; profon- 
deur de la cuvette, o m. o3 ; 



Digitized by 



Google 



GLXXVl 



(fû^ Deux menhirs situés dans la commune de Neuville -Bosc, 
canton de Meru (Oise), à environ 4oo mètres Tun de l'autre, vis-à- 
vis du hameau de Cresne et sur le versant du vallon dlvry. Le 
premier ^U au lieu dit «^La Pierre au Coq^; le second se dresse 
sur la bordure d'un petit bois. ((Ces deux menhirs, écrit M. Stalin, 
ff sont orientés Nord-Sud et semblent appartenir à un système d'ali- 
«rgnement cruciforme occupant les points cardinaux?); 

ffS** A Margny (Oise), M. Clément Quénel, de Compiègne, a 
recueilli un fragment d'une petite tasse gallo-romaine, de terre 
rouge lustrée, que M. Stalin est parvenu à reconstituer. Diamètre, 
o m. 09; hauteur, m. 026.» 

M. Prou rend compte d'une lettre de M. le commandant Han- 
nezo, dans laquelle notre correspondant signale au Comité quelques 
objets de métal, de l'époque barbare, qu'il a recueillis pendant son 
séjour à Bergerac, et dont il envoie les dessins. Ce sont : i"" une 
plaque de ceinturon provenant des fouilles de Montauriol (Lot-et* 
Garonne), et qui par la l'orme rappelle le n"" 5 de la planche XXXII 
de M. Barrière-Flavy; 9** un ardillon, et peut-être un timbo de 
bouclier, de même provenance; 3** une agrafe trouvée dans les 
ruines du château de Montcuq, près de Bergerac; 4° de petites 
anneaux provenant de Castelréal. 

Le Comité remercie M. le commandant Hannezo de sa commu- 
nication. Les dessins qu'il a envoyés seront déposés à la biblio- 
thèque du Musée de Saint-Germain. 

M. Prou lit ensuite un rapport sur une note de M. Pitre de 
Liste du Dreneuc, conservateur du Musée archéologique de Nantes, 
correspondant du Comité, relative à des étriers et à des épées trou- 
vée» dans la Loire : 

(f M. Pitre de Lisie du Dreneuc nous envoie les photographies et 
la description de deux étriers, de plusieurs épées et d'un fer de 
lance trouvés dans la Loire. Il qualifie ces objets de normands. Les 
deux étriers de fer sont plaqués d'or(^^ Voici ce qu'en dit notre 
correspondant : 

«Afin d'élargir le port de Nantes, on a fait disparaître une Ile 

^'^ Le dosage de Tor donne a. 7 à 3 diiiémeii. 



Digitized by 



Google 



GLXXVII 



«couverte d'arbres et de maisons, située en face de Tentrepôt et 
«connue sous le nom d'ile Lemaire ou ile Mabon; c'est près de ce 
«point, un peu en aval et dans le lit même du fleuve, qu'ont été 
«recueillies ces deux belles pièces. (PI. LV.) 

«Leur forme générale est très élégante : on dirait deux rubans 
«d'or décorés de trois rangs perlés et suspendus à une large boucle 
«carrée. L'ensemble se rapproche du triangle, les côtés presque 
ff droits décrivant une courbe presque insensible, de 6 millimètres 
« sur 1 5 centimètres. Ils sont renforcés à la base par un gros bouton 
«hémisphérique de i& millimètres de diamètre, dans lequel la 
«semelle est insérée. Celle-ci, de forme légèrement ovale, mesure 
cf 11 centimètres sur 3 3 millimètres au centre; elle n*a pas de 
«placage. 

«La boucle, ou bielle de suspension, est en forme de trapèze; 
«elle mesure 56 millimètres sur 34 millimètres. Les deux côtés 
«extérieurs sont protégés par des barrettes rectangulaires garnies 
«raux angles d'un rang de perles. La jonction des deux branches et 
«de la boucle est renforcée d'une tige saillante formant un contre- 
effort de 3 centimètres de hauteur, qui n'existe que d'un côté. 

«La boucle de l'étrier est prise dans une plaque d'étrivière de 
«6 centimètres sur 4 centimètres, fenestrée de six ouvertures rec- 
crtangulaires de 9 millimètres sur 6 millimètres sur deux rangs, 
«ret encadrées de lignes perlées. Deux clous de fer à grosse tête 
Cf dorée, de 26 millimètres de long, servaient à river cette plaque 
Cf sur l'étrivière. Un seul côté subsiste. 

«Dans tout l'ensemble de l'étrier, le fer disparait sous une couche 
rr richement ornementée de perlettes au repoussé. 

«Une des particularités les plus curieuses de cet étrier, c'est que 
«les branches, au lieu d'être forgées dans le plan de la sole, lui 
rrftont opposées. De cette façon, le côté coupant des montants venait 
«toucher le flanc du cheval; mais les branches de l'étrier se pré- 
<f sentaient de face, comme pour mieux montrer la riche décoration 
<f dont elles étaient revêtues. 

«Le second étrier, identique à celui-ci, mais qui a perdu sa 
«plaque d'étrivière, a été trouvé au même endroit et vendu à Paris. 
«Le comte R. de Rochebrune, que j'avais avisé, s'est mis à la 
«recherche de cette pièce dont, en connaisseur, il appréciait le 
«haut intérêt. Grâce à d'activés démarches, il parvint à retrouver 
«notre étrier au moment où il passait en vente publique, et il en 

AlCfléoLOGIB. N* 3. h 



Digitized by 



Google 



CLXXVIII 



«devint acquéreur. [Voir colleclion de la Court, en Saint-Cyr 
ff(Vende'e).] 

wOn voit aux cavaliers de la tapisserie de Bayeux des étriers 
w triangulaires comme le nôtre. Dans le vieux poème de la Conqueste 
(fde Jérusalem, il est parlé d'étriers incrustés de métaux précieux 
«tet d'étrivières en cuir de cerf, dont les anneaux sont d'or.i? 

wPour ce qui regarde les épées (pi. LVI), Tune d'elles porte sur 
la lame, en lettres damasquinées en noir, Tinscription INGELRD; 
c'est le n" 1^7 du Musée archéologique de Nantes; elle a été trou- 
vée près de Saflfré; depuis, M. Pitre de Lisle du Dreneuc a recueilli, 
lors des travaux du port de Nantes, une autre épée, dont la lame, 
brisée à la partie inférieure, présente une semblable inscription. 
Il décrit ensuite les cpées, fragments d'épées et lances conservés 
au Musée de Nantes, sous les n°* i48, lig, i5i, iBa, i53et i5/i. 

ff Quel que soit l'intérêt de ces armes, il n'y a pas lieu d'en im- 
primer la description dans le Bulletin archéologique, puisque notre 
correspondant n'ajoute rien de notable à la description que lui- 
même en a donnée dans la 3^ édition du Catalogue du Musée arckéo- 
logique de Nantes. Il serait utile toutefois, et surtout à cause de 
l'intérêt qu'offrent les étriers, de reproduire les belles photographies 
qui accompagnent la note du savant conservateur du Musée de 
Nantes. 7) — Adopté. 

M. Hkron de ViLLEFossE l'ait un rapport sur une demande de sub- 
vention formée par M. le colonel de Ville-d'Avray, conservateur du 
musée régional de Cannes (Alpes-Maritimes), en vue de pratiquer 
des fouilles à Fréjus (Var) : 

(rFréjus est l'un des points les plus importants de l'occupation 
romaine dans le midi de la Gaule; en même temps, c'est une localité 
qui jusqu'ici n'a fourni à nos éludes qu'un nombre de documents 
assez restreint. La plupart des découvertes faites dans cette ville 
sont dues au hasard; rarement des fouilles y ont été poursuivies 
avec méthode. Le Comité d'archéologie ne peut qu'approuver l'ini- 
tiative de M. le colonel de Ville-d'Avray, membre de la Société des 
Etudes provençales, et encourager ses recherches à proximité du 
Clos de la Tour, dans le voisinage de la propriété Peloux-Gervais 
où fut trouvée récemment la mosaïque du Combat de coq8,i> 



Digitized by 



Google 



GLXXIX 



Le rapporteur propose d'accorder à M. le colonel de Ville-d'Avray 
la subvention qu il sollicite. — Adopté. 

M. Etienne Micho> soumet au Comité et explique une sërie de 
bas-reliefs romains de la Corse, dont il a pris les photographies 
en 1889, et qui ne figurent pas dans le Recueil général des bas-re- 
Uefs romaùis de M. Espérandieu. M. Michon a rédigé à ce sujet un 
mémoire dont le Comité décide l'impression ddiush BuUetin archéo- 
logique. 

La séance est levée à 5 heures et demie. 

Le Seerétaire adjoint de la Section d'archéologie , 

M. Prou, 
Membre du Comité. 



Digitized by 



Google 



CLXXI 



15 JANVIER 1907. 



SEANCE DE LA COMMISSION DE LAFRIQDE DD NORD. 



PRÉSIDENCE DE M. HÉRON DE Y1LLEP0S8R. 

La séance est ouverte a 4 heures. 

Le procës-verbai de la dernière séance est lu et adopté. 

Excusé : M. le général Rerthaut. 

M. le Secrétaire donne lecture de la correspondance : 

M. Monchicourt, sous-chef de bureau à la Résidence générale, 
à Tunis, fait hommage d'une brochure intitulée : La steppe tunisienne 
chez les Frechich et les Majeur; 

M. Merlin, directeur des antiquités de Tunisie, envoie les bro- 
chures suivantes : 

a. Inscriptxùns récemment découvertes en Afrique, relatives à Plautien 
et à sa/amiUe; 

b. Découvertes à Bulla Regia; 

Ci Observations sur le texte du senatus consultum Beguense. 

Ces brochures seront déposées à la Bibliothèque nationale et des 
remerciements seront adressés aux auteurs. 

M. Merlin a envoyé la lettre suivante : 

<r 1** La Direction des antiquités et arts a entrepris, à Tautomne 
dernier, des travaux de déblaiement autour des grands temples de 
Sbeitla. Sur la place qui s'étend derrière eux, on a mis au jour la 
base suivante, dont je donne la copie d'après un estampage : 



Digitized by 



Google 



CLXXXI 

CTVRRANIOCF Q^V I R 
SILVANO ♦ FLAM AVGG P P 
PRAEF*I*D*IlVIROBINSIG 
NEM SIMPLI CITATEM EIVS 
ETIN^IlVIRATVCIRCAOM 

AE VNIVERSAE AT DECLA 
RANDAM TESTIFICANDAM O 
IVDIClI ET ADFECTIONIS SVAE RELIGIO 
NEM AERE CONLATO FECER ET DEDICAVER 

(T Hauteur, des lettres : ligne i, om. 07; ligne ti, om. 06; 
ligne 3 , o m. o55 ; ligne 7, o m. o&S. 

«rLes deux premières lignes sont assez endommagées; je crois ce- 
pendant pouvoir en certifier la lecture. A la ligne 6, on pourrait 
songer à restituer WnocentiaM^ d'après d'autres monuments de 
Sbeitla^'l Ce texte, rédigé dans la forme pompeuse quont en gé- 
néral les inscriptions honorifiques des curiae de l'ancienne Sufetuïay 
est dédié à un Turranius. D'autres membres de cette famille sont 
déjà connus : Q, Turranius Natalis Censorinus, eques romanu8^^\ et 

L Turranius Gratiatms Crispinus t^) sont déjà apparus dans 

cetle même ville. 

tr 2* M. Briquez, contrôleur civil de Maktar, a eu l'obligeance de 
me faire parvenir l'estampage d'une inscription de cette localité, 
ff Lettres, o m. oi5-om. 01 : 

M • BEN NI VS • EXTRI 

CATI-F-VIXIT AN • VIIII 

H S E 

(rPai copié moi-même à Maktar, il y a quelques mois, l'épitaphe 
que voici et qui me parait offrir quelque intérêt : 

<•) Cbf7».m*cr. /a«..l. VIII,n''' ii339, ii3Vi,cf. ii3Ao. 
W Ibid., n" ii3/ia. 

<') Bull. arch. du Comité, 1897, p. 383, n' 78 = Corp. iiucr. ht,, l. Vlll, 
n* 11395. 



Digitized by 



Google 



GLIXXII 

(f Hauteur, o m. 65; largeur, o m. ti8; lettres, o m. oâ-o m. o3 : 

Tête d'horamo. 
SIBOI • SERN 
MIDI • VIXIT 
ANOS • LXIII 
IIIC • SEP • EST 
Bf^lier. 

ffl\ faut lire sans doute : 

SUnn, Sem (Jilius), Midi(ditanus) , vLrit a{n)nos LXIII, 
hic sep{ukus) est, 

(rL'ethnique Midi{d%tanus)y habitant de Mididi (Henchir-Meded), 
s'est déjà rencontré sous une forme abrégée : M%diUmu8^^\ 

crS*" A Thibar, les Pères Blancs, qui tiennent Torphelinat indi- 
gène de Saint-Joseph-de-Thibar, ont rassemblé dans leur jardin un 
certain nombre d'antiquités provenant de l'antique Thiharis. J'ai eu 
l'occasion d'y relever le texte inédit suivant, sur une base, haute de 
o m. 80, large de o m. 5i; lettres, o m. o55 : 

t V L I A E D O M 

NAE AVG MATRt 

C ASTRO R VM 

CONI VGI 

5 IMP CAES L SEP 

TIMI SEVERl PII 

PERTINACiS ARA 

BICI A D I A B EN l 

Cl AVG PAG 

10 THIBARITANVS 

D D P P 

wLa mention du pag{us) ThibarUanm a déjà été signalée sur des 
t*J Bull, arch, du Cortkiiêj 1901, p. m 3. 



Digitized by 



Google 



GLXXXIII 

inscriptions sensiblement contemporaines de celle-ci ^^l Plus tard, 
Thibaris devint le municipium Marianum Thibarilanorum^^Kv 

M. Mbrlin adresse, de plus, l'estampage d*une inscription pu- 
nique découverte à Carthage, dans la nécropole de Bordj-Djedid. 
— Renvoi à M. Berger. 

Enfin il adresse à la Commission une note de M. Poinssot sur 
les fouilles de Dougga, de novembre 1906 à janvier 1907 : 

ffLes fouilles de Dougga ont duré du 9 novembre 1906 au 
6 janvier 1907. Des difficultés imprévues ayant retarde l'expro- 
priation par le Gouvernement tunisien des maisons situées à TOuest 
du Capitole, on a dû renoncer à s'occuper uniquement, comme il 
avait été d'abord décidé, de la région voisine de cet édifice, et dif- 
férents chantiers accessoires ont été ouverts près de lare de Sep- 
time-Sévère, près de celui d'Alexandre-Sévère (Bab-er-Roumia), 
enfin au Sud-Ouest du temple de Caelestis. 

ffA l'Ouest du Capitole, on pouvait avoir quelque espoir de 
retrouver leybrumde Dougga; cet espoir a été jusqu'à présent déçu. 
Au-dessous de l'escalier de neuf marches qui conduit au palier d'où 
part le grand escalier du temple, on a retrouvé une petite place qui 
est dallée sur une faible largeur et qui était, plus à l'Ouest, revêtue 
d'une mosaïque dont il ne reste que le béton. Au Sud de cette place 
et la dominant d'une marche, existe une plate-forme en partie recou- 
verte par l'épaisse muraille du réduit byzantin. C'est l'extrémité de 
cette plate-forme que M. Merlin avait mise au jour en 19011 au Sud- 
Ouest de l'entrée principale du fort; en cet endroit, elle commu- 
nique par trois marches, au milieu desquelles est encastrée une 
base de statue, avec le portique qui est à l'Ouest de l'exodre^^l H 
n'existait, comme on le voit, aucune rue entre le Capitole et l'exèdre. 
On a retrouvé dans ces fouilles les parties de frise et d'architrave 
fort bien conservées qui reliaient jadis la cella du Capitole à son 

<*) BuU, de la Soc, des anliq. de France, 1896, p. 966 (de Tannëo 198); 
CampL rend, de l'Acad. de$ Inscriptions^ ^^91 1 P* ^^9* 

^'^ Au tempe de Dioclétien, il était ainsi qualifié (Bull, arch, du Cmnité, 190s. 

p. CXLYll). 

^^^ A. Merlin, IjesfttuiUes de Dougga en iQoa, dan» Nouv, archives des mission* y 
t XI, 1903, p. 5. 



Digitized by 



Google 



GLXXXIV 



portique. Comme dans la région qui fait face au temple de Mer- 
cure, les ruines dégagées sont en fort mauvais état. Il faut s'en 
prendre aux constructeurs du réduit byzantin qui, de ce côté, les 
fouilles lont montré, était beaucoup plus étendu qu'on ne Tavait 
jusqu'ici supposé, et d(»nt on a retrouvé, fort bien conservées, les 
puissantes murailles, renforcées sur plusieurs points par des con- 
treforts semblables à ceux dont est flanquée sa principale porte. 

tr Au Sud-Ouest du temple de Caelestis, il avait été découvert, il 
y a quelques mois, une base signalant la construction par le prêtre 
L. Magnius Félix Remmianus d'une exëdre contenant une statue 
de Juno Regina. Cette base avait été utilisée dans la restauration à 
basse époque d'une grande maison dont on a pu déblayer les dif- 
férents murs, en particulier les murs extérieurs à bossages. On a 
reconnu dans une dépendance de cette maison, vraisemblablement 
la demeure des Magnii ^^\ Vexedra Jutionis Reginae. Cette annexe qui est 
fort bien conservée est un curieux type d'oratoire privé; elle avait 
été déjà signalée, mais son abside l'avait fait prendre pour une 
église. Elle a été complètement dégagée; sous une partie de son 
dallage, refait à basse époque, était une citerne à laquelle des 
tuyaux de terre cuite ménagés dans la muraille amenaient les eaux 
des toitures. De grandes baies permettaient de voir du dehors la 
statue de la déesse. 

(r On a dû s'occuper de débarrasser l'arc d'Alexandre-Sévère d'oli- 
viers qui compromettaient sa solidité. Les fragments du soubas- 
sement que leurs racines avaient fait éclater ont pu être remis en 
place. L'édifice complètement dégagé du côté Ouest s'est révélé 
beaucoup plus élancé qu'on ne le supposait après des sondages qui 
n'avaient pas été assez profonds. Diverses parties architecturales 
qui pourront servir à sa restauration ont été trouvés dans le dé- 
blaiement. 

tr A l'autre extrémité de la ville, on a continué le dégagement de 
l'arc de Septime-Sévère. D'importants fragments de corniches ont 

^*) On connaît un certain nombre de membres de la famiUe Magnia de Dougga. 
Ils portent presque tous le prénom de Luctus, Ils avaient un petit cimetière dans 
la partie de la nécropole voisine des constructions ici décrite, un autre, au lieu 
dit «rBoyarchounch?), à côté d'une importante exploitation rurale située à quelques 
centaines de mètres plus à TOuest, et apparemment leur propriété. Les Magnii 
étaient alliés aux Rfinmiit dont il faut i*oconnajtre le columbarium dans un édifice 
situé au bord de Vexedra Junonis , à TEst de Boyarchouncb. 



Digitized by 



Google 



GLXXXV 

été trouvés au pied du pilier Sud. Dans les murs arabes voisins , 
de nouveaux fragments des dédicaces de Tare ont été découverts. 
Ils semblent bien montrer qu'elles étaient plus longues que nous 
ne l'avions jusqu'ici admis. Gravées Tune et Taulre sur deux assises, 
elles avaient été consacrées Tune à Septime - Sévère et à Julia 
Domna, l'autre à Caracalla et à Gela, par les habitants de Dougga, 
probablement en commémoration de l'érection de leur ville en 
municipe^^lîî 

M. Berger lit le rapport suivant : 

<rM. Merlin a communiqué à la Commission l'estampage d'une 
inscription néo-punique découverte à Maktar par M. Briquez, con- 
trôleur civil. 

«C'est une inscription funéraire, qui porte la forme habituelle aux 
inscriptions de Maktar. Elle débute par un mot isolé sous la première 
ligne et que je ne comprends pas. 

crEn voici la transcription hébraïque et la traduction : 



0«?Dy 


1 


Afsat. 


■|3N K:0 


3 


A été érigée cette pierre 


aanoS T 


3 


à Mattanba- 


-D«? 3^y 


II 


al, fils de Sama- 


^^3 Vy2[")] 


5 


[rjbaal, citoyen 


[onyriDDn] 


6 


[de Maktar]. 



<f A la ligne 6, je restitue avec certitude tr citoyen [de Maktar] i>, 
par analogie avec les autres inscriptions de Maktar. 

<fA la ligne i, on pourrait être tenté de voir dans le premier 
mot un nom propre; maison s'attendrait à trouver ensuite le patro- 
nymique, et surtout le nom ne se trouverait pas isolé sur cette ligne. 
Je laisse la question en suspens.?) 

M. Cagnat dépose pour l'impression un rapport de M. Ballu sur 

^*î L^inscription reproduite dans nos InncriptioM de Thugga sous te n" 85 et 
mentionnant la re$publica municipii Septtmii Auvelti Libfn Thuggemi* parait «^tre 
la partie inférieure du texte reproduit sous le n" 83 ( Nour. archives detmissiont, 
t. XIII, 1905-1906, p. 908-919). 



Digitized by 



Google 



GLXXXVI 

les fouilles opérées en 1906 par le Service des Monuments histo- 
riques de TAlgérie. 

M. Héron dk Villbfosse donne lecture d'une lettre par laquelle 
M. Icard, sergent au 4' tirailleurs, annonce Tenvoi d'un plan des 
ports de Carthage et d'une description des ruines voisines, et offre 
(le continuer ses recherches dans la même région. La Commission 
décide de signaler k M. le Directeur des Antiquités de Tunisie les 
offres de M. Icard, en le priant de s'entendre avec lui à cet 
égard. 

M. Monceaux lit la note suivante : 

ff 1** M. Gsell a envoyé h la Commission la copie d'une curieuse 
inscription chrétienne, trouvée à Henchir-Oumkif (Cedia), au Sud- 
Kst de Khenchela. Cette inscription est gravée sur une pierre, qui 
a été employée comme couvercle de sarcophage, mais qui, primiti- 
vement, devait être placée près de la porte d'un sanctuaire. Copie 
de M. Bigear. 

AECFACILISPATETAVLASANCTIS 
CREDIENSFABREFACTVM PARVIS 
P IBVSVI DE BISOPVSL'IAM PATER 
CVNDVSOPERAMNAVAVITSIOVI 
5. ClVFAClLEPVTARIT»POTISESTME 

LI FAXIT 

[ll]aec facilis patet aula sanctis, 
[ïn]ffredietisfabrefnchim parvis 
[o^bus videbta opus, Jam pater 
[Se]cunduii operam navatit. Si qui- 
[s\civ{ii) facile putarit , [si]potisesi, tne- 
li(us)faxiL 

«f C'est évidemment la dédicace d'un sanctuaire chrétien, église 
ou chapelle; le mot aula (l. 1) désigne probablement l'atrium. Les 
formules, très curieuses et naïves, sont nouvelles dans l'épigraphit» 



Digitized by 



Google 



GLXXXVll 



africaine. On y trouve des traces de rythme; et il n'est pas impos- 
sible que l'auteur ait eu l'intention de faire des vers. 

(rOn remarquera surtout, à la première ligne, le mot «onr/û, 
désignant les fidèles. Cette expression serait tout à fait anormale , 
appliquée à des catholiques; et, dans une localité toute voisine, sur 
le territoire de la même cité, des dédicants catholiques sef quali- 
fient de Cedienses peccatores. Au contraire, les Donatistes préten- 
daient au monopole de la sainteté; ce qui leur a valu bien des 
railleries d'Optat et d'Augustin. On peut donc se demander si la 
nouvelle dédicace ne provient pas d'un sanctuaire donatiste. 

ffS*" A la dernière séance de la Commission, notre confirère 
M. Albert Ballu a signalé la découverte, à Timgad, d'un curieux 
vase chrétien. C'est un vase en calcaire blanc. Il a été trouvé en 
octobre 1906 dans les fouilles de Timgad, et transporté au musée 
local. On l'a découvert, avec d'autres vases en pierre de diffé- 
rentes grandeurs, dans une maison du quartier industriel qu'on 
vient de déblayer au Sud du Capitole ; mais il a pu être apporté 
là d'une autre région de la ville , car il provient sans doute d'une 
église. 

crCe récipient, largement évasé et un peu renflé à la panse, 
a om. 5o de hauteur. Xe diamètre supérieur mesure om. 65. 
La cavité est profonde de o m. 3/i, avec un diamètre de o m. 58 
a l'ouverture et de o m. & 3 au fond; elle présente, près de l'ou- 
verture, une rainure circulaire, où devait s'engager un couvercle. 
Le bord du vase, épais de o m. o35, avec quatre becs pleins dis- 
posés symétriquement, est orné horizontalement d'une sorte de guir- 
lande circulaire, assez légèrement gravée, d'où se détache, sur 
chaque bec, une feuille de lierre. 

kSut la panse, entre deux becs, est représenté un grand mono- 
gramme constantinien, accosté de deux lettres qui paraissent être 
des B, et enfermé dans un cercle d'environ o m. 3 5 de diamètre. 
De part et d'autre du cercle , deux inscriptions ou les deux moitiés 
d'une même inscription : en quatre lignes à gauche, en cinq lignes 
h droite. Lettres inégales], dont la hauteur varie de o m, oU h 
o m. 06. 



Digitized by 



Google 



GLXXXVIII 

trD'aprës la forme du monogramme chrëtien, les inscriptions ne 
paraissent pas être postérieures au iv' siècle. Les deux lettres qui 
flanquent le chrisme, à l'intérieur du cercle, doivent probablement 
s'interpréter B(onM) B(ené) : formule d'origine païenne, qui se re- 
trouve sur d'autres monuments chrétiens d'Afrique. 

(T L'inscription de droite se lit sans difficulté : Fortunatus feciu 
C'est probablement le nom du donateur. A la fin de la première 
ligne, après l'R, on distingue quelques restes d'un trait arrondi ou 
de deux traits qui se croisent, sur le bec du vase.: si ce n'est pas 
une simple éraflure de la pierre, ce pourrait être le reste d'un 
chrisme. 

cr Quant à l'inscription de gauche, bien que la lecture soit nette, 
nous n'en trouvons pas d'interprétation satisfaisante. Nous nous 
sommes demandé d'abord si ce n'était pas la fin d'une inscription 
plus longue, qui aurait commencé de l'autre côté du bec. M. Ballu 
a bien voulu faire contrôler cette hypothèse à Timgad , sur l'ori- 
ginal; le résultat de l'enquête est que (t l'inscription de gauche est 
complète; aucune trace de lettres à gauche du bec?). Nous croyons 
inutile d'indiquer ici les divers essais de lecture que nous avons 
tentés ou qui nous ont été proposés par d'autres; car tous soulèvent 
de graves objections. 

<r L'inscription reste donc énigmatique. Nous ferons seulement 
une remarque. Le vase de Timgad parait bien être un bénitier. On 
pourrait peut-être se demander, avec M. Prou, si le groupe de 
lettres Urucu ou Urugu (1. it-S de gauche) n'est pas une déformation 
de Urcewn, équivalent d'urceus dans le latin archaïque et populaire. 
Le mot urcetis, chez les Romains, désignait un vase destiné à con- 
tenir de l'eau, et employé notamment dans les sacrifices. Plus tard, 
dans les inventaires d'église, urceu8 ou urceolus désigne souvent un 
bénitier. Des vases de ce genre et de ce nom figurent, dès le début 
du IV* siècle, dans le mobilier liturgique des Chrétiens d'Afrique. 
Le procès-verbal des saisies dans l'église de Cirta, en 3o3, 
mentionne wrceola sex argentea^^Kt) 

M. TouTAiN rend compte d'une* note de M. le lieutenant Faveris 
sur quelques ruines situées à l'Est de la mer de Bou-Ghara. Ces 
ruines, sans grande importance, sont décrites avec précision. La 

(*) Geita ajnid Zenophilum, p. 107, Ziwsa. 



Digitized by 



Google 



CLXXXIX 



note de M. le lieutenant Faveris pourra être consuitëe avec fruit 
pour rétablissement de la carte archéologique de cette région. — 
Cette note sera déposée aux archives de la Commission. 



La séance est levée à 5 heures. 



Le Secrétaire de la CommUnon, 

R. Cagnat, 
Membre du Comité. 



Digitized by 



Google 



cxc 



19 FEVRIER 1907. 
SÉVNCE DE LA COMMISSION DE LWFRIQUE DU NORD. 

PRÉSIDENCE DE M. HÉRON DE VILLEFOSSK. 

La séance est ouverte à 4 heures. 
Le procès-verbal de la dernière séance est lu et adopté. 
M. le Secrétaire donne lecture de la correspondance : 
M. Saladin s'excuse de ne pouvoir assister à la séance. 

Les ouvrages sui\ants ont été offerts à la Commission : 

a. Service géographique de V armée; rapport sur les travaux exécutés 
eii igo5; 

b. MM. Flamand et E. Laquièrc, Nouvelles recherches sur le pré- 
historique dans le Sahara et dans le haut pays oranais. 

Ces ouvrages seront déposés à la Bibliothèque des Sociétés sa- 
vantes et des remerciements seront adressés aux auteurs. 

M. le Gouverneur général de TAIgérie a fait parvenir une série 
de notices rédigées par M. le commandant Guénin, sur les ruines 
archéologiques du Cercle de Te'bessa. Une partie d'entre elles devant 
être complétées par des envois ultérieurs, Texamen du dossier est 
réservé. Une notice sur des fouilles faites à Henchir-el-Begueur 
est dès maintenant renvoyée à M. Diehl. 

M. GsKLL a écrit la lettre suivante : 

ff M. Gauthier, cure' de Tocqueville, m'envoie une note qui inté- 
ressera la Commission : 



Digitized by 



Google 



CXCl 

ffJe vous adresse ci-après copie d'une inscription que j'ai relevée, 
t il y a quelques jours , à six kilomètres environ à TOuest de Tocque- 
tr ville, près de la ferme Lugaro, dans un ancien cimetière arabe, au 
(T sommet d'un monticule rocheui qui domine la source Aïn-Tefla 
rr(point trigonoQiétrique). C'est la borne milliaire n"* A de la route 
rde Thamattula k Lemellef, Au même endroit se trouvent deux autres 
rrcolonnes cylindriques, Tune fruste, la seconde à demi enterrée. 
tr — Hauteur des lettres : o m. 02-0 m. o3.7) 

msmmmmmmmmA^x mav 

^aaaigaKÏ^^^^SEVEROANTONI 
^^.^œ^FELICIAVGDIVISEP 
«Miii«ISEVERIPIIARABICIA 
^^^MKKIBENICIPARTICIMAXI 
Siê^aafBRITTANIClMAXIMIKi 
ili^il^ETIVLIEDOMINEAVG 
i(^^;RICASTRORVMETSE 
jm-I^YSETPATRIEFILIODIVl 
MBHHANTONINIPIIGERMA 
aWagai^SARMATICINEPOTI 
l0r^«^ANTONINIPRONEPO 
«^ilVIHADRIANIABNEPO 
^iiDIVITRAIANIPARTICIET 
^ÎPVI NERVEAB N EPOTI PA 
fJITICOMAXIMOBRITTANI 
COGERMANICOMAXIMO 
PONTIFICIMAXIMOTRI 
BVNICIEPOTESTATIS 
XVIIllMPIIICOSIIIIPATRI 
PATRIE PROCOS RESPVBLI 
CATHAMALLVLENSIVM 
ANTON! NI ANORVMMI 
LIARIACONSTITVIT 
MP IIII 

«réinscription, ajoute M. Gsell, date de Tannée 31 5. On savait 
déjà que Tocqueville a succédé à une ville romaine, dont le nom, 
d'origine libyque (il signifie la Blanche), est indiqué de diverses 



Digitized by 



Google 



CXCll 

manières sur les documents antiques : ThamaUa, elc^i). L'ethnique 
Thamallulenses se retrouve sur une inscription du règne de Sévère 
Alexandre ^^^ Le surnom AnUmmiani est nouveau. Il se rattache sans 
doute au cognomen de Caracalla (M. Aurelius Antoninus), et on peut 
supposer qu'il date de Térection de ThamaUa en municipe. Nous 
aurions ainsi une indication utile pour fixer Tépoque de l'original 
de la Table de Peutinger. Nous lisons, en effet, sur cette carte la 
mention Tamannuna municipium et casteUum, v 

Il est donné lecture d'une lettre de M. Merlin, dans laquelle 
celui-ci résume les résultats des fouilles opérées en 1906 par le 
Service des antiquités de la Tunisie, grâce, en partie, aux sub- 
ventions qui lui ont été accordées par le Ministère de l'Instruction 
publique. 

Une seconde lettre énumère les découvertes faites récemment 
en Tunisie : 

(tI. m. le capitaine Gondouin, qui possède à Rihana une pro- 
priété voisine des ruines d'Uchi Majus, a commencé à explorer ces 
restes importants. Il y a exhumé un grand nombre d'inscriptions, 
dont il a bien voulu m'envoyer des copies et des inscriptions très 
soignées. Je signalerai quelques-unes seulement de ses principales 
trouvailles : 

(T i"* Base haute de i m. t)o, large de o m. &o, trouvée sur l'em- 
placement présumé du forum : 

t;\LERIAE • P • F- 

VI ARI AN I UAE 
ucHITANl MAIoRE* 
ofrEXIMIAM-EIVS-LI 

BERALITATEM 
DD • PP- 

trLa pierre est endommagée sur les côtés, surtout à gaucbe. 



t*ï Voir Corp. iiucr. laU, t. VIII, p. 196 a; Grenier, Bull, arck^L du Comité , 
190&, p. 317 et suiv. 
^^ Ibid*, 190/î, p. aao. 



Digitized by 



Google 



CXCIII 

fr9^ Sept fragments (haut., o m. 60; ëpaiss., o m. 35; lettres 
bien gravées, o m. 12 5), dont six se raccordent exactement, de 
Tattique d'un arc de triomphe : 

IS AVG PONT MAX TRIB lïï COS !I PP ET SABINÏAE T 
m/IANVS ARCVM QVEM IN HONOREM ET MEMORiom 
AfCttRIONIBVS BIS ET POPVLO DATO 

ff II ëlait dédié à Tempereur Gordien III et à sa femme : [Pro soluté 
Imp, Caes, M. Antani Gordiani A't Felic]is Aug, pont, max. trib. [poU 
t]m, COS, U, p, p. et Sabiniae T[ranquïlUnae , etc.]. Il remonte à Tan- 
née 9&1. 

ff 3® Sur un linteau, haut de o m. i/i, long de o m. 53, épais 
de o m. 35, lettres de o m. 08, trouvé à quelques mètres à TOuest 
du marabout : 

SATVR.no AVG SAC 

ffLa pierre est complète. . . 

ff/i'' Une autre dédicace à Saturne, venant à^Uchi Majus, a déjà 
été publiée (^). M. Goudouin Ta retrouvée et a pu préciser la lec- 
ture des deux dernières lignes : 

SATVRNO • AVG 
PRO-SALVTE-IMP-NERVAE 
Ql V RVINIVS • Q: LIB • CALLISTVS 
TEMPLVMA SOLO DDPP-F 

ff C'est, à ma connaissance, la plus ancienne mention datée d*ua 
temple construit à Saturne en Afrique. 

ff5^ A 100 mètres au Nord-Est du marabout, une inscription 

<•> Carloii, Découverte» archéologique» et épigraphiquet , p. 967, n* 65o. 
Archéologie. — iN' 3. Ji 



Digitized by 



Google 



CXCIV 

honoriflque haule de o m. 5/i, lai^e de o m. /17, épaisse de 
o m. i5 : 

T RI ATTI COr 
NELIANI OB SIN 
GVLAREM AMO 
REM IN PATRIAM 
ET SIMPLICEM VI 
TAM VNIVERSVS Or 
DOVCHITANORVM 
fiiA'ORVM DDD 

«t La pierre est brisée en haut et écornée à gauche. Au-dessus de 
tri Atti Co[r]^ on discerae des restes d'une autre ligne. 

(rUne base dédiée à M. Attius Camelianus a déjà été relevée à 
Henchtr-Douemis^^^ : ce citoyen à'Ucki Majus parvint aux plus hautes 
dignités de Tempire et fut préfet du prétoire à une date que nous 
ne pouvons préciser. Non contents de Thonorer lui-même, les ha- 
bitants de sa ville natale voulurent célébrer aussi les mérites de 
son père : [ pà\tri Atti Corneliani. 

« II. M. Morand , propriétaire à Choud-el-Batel , près de Medjez-el- 
Bab, continue à faire de curieuses découvertes ^^l M. Louis Drap- 
pier, de la Direction des antiquités, a copié dernièrement chez hii 
deux textes de valeur : 

ff i"* Sur un linteau en calcaire dur, haut de o m. 55, long de 
9 m. 35, épais de m. 3o, lettres de o m. is : 



EMVNICIPlI DEDlTVM EX HS TRIGINTA 
ET EPVLVM PVBLICE DEDIT 

ffLa pierre est complète en haut, en bas et à droite. 
(fLa première ligne est profondément martelée. 



(^) Corp. tntcr. Uu., n"* i545A. 

W Cf. BuU. oreKéol. du Comité, 1906, p. ccxi? ei suiv. 



Digitized by 



Google 



— cxcv 

ffLe root municipU est à noter. Peut-être fant-ii lire [reipubliea]e 

(T Q"" Sur une colonne calcaire, haute de o m. 80 , brisée en bas , 
d'un diamètre de m. 98, dans un cadre : 

T I • C A E S A R I o m. où. 

AVG • F • AVG om.o34. 

PON • MAX COS om.o3. 

V IMP VIII 
TRIB POT- XXXIIII 

C-SEPTVMIVS-C-F 

SATVRNINVS-FLA 

COLIIIl • DS-P-F 

CVR • L • LVRIO om.oa5. 

Q^F RVFO 

(fLig. 1. L'I final déborde sur le cadre. 

(T Tibère fut trib. pot. xxxiiiiàn fï'j juin Sa au 96 juin 33. Les 
inscriptions relatives à cet empereur sont assez rares pour qu il soit 
intéressant d*en posséder une de plus. 

«fLig. 7-8. Je proposerais de lire :Jla{men) col{umna$)iui, plutôt 
quejla(men) col(oniarum) Un., 

tflIL A Garthage, les travaux du tramway Tunis-La Goulalte- 
La Marsa, qui doit sous peu remplacer le chemin de fer actuel, ont 
commencé. A i5o mètres à TOuest des citernes du Bordj-Djedid , 
les premiers coups de pioche de la tranchée ont mis au jour une tète 
en stuc, haute de o m. aS , bien conservée (seul le nés manque), que 
Tentrepreneur chargé des terrassements, M. Promis, nous a 
obligeamment remise (pi. LVII). Cette tête, dont la partie posté- 
rieure présente une section droite et qui est garnie par derrière 
d^un tenon en marbre, devait être originairement fixée mir une 
paroi verticale, où elle se détachait en ronde bosse. Elle représente 
un homme imberbe, tourné de trois quarts à droite; sur les che- 
veux rehaussés d*une vive couleur rouge est posée une couronne de 
lauriers: les prunelles des yeux sont figurées par une tache rouge 
rehaussée, au milieu, d'un large point noir; les sourcils sont peints, 



Digitized by 



Google 



CXCVI 



eux aussi, en rouge. Au-dessous du cou, endommagé partiellemeni 
d*ailleurs, rien n'a été préservé. 

tra'* Quelques aménagements^ entrepris au théâtre, à la hau- 
teur du troisième moenianum, ont amené la découverte d'une sta- 
tuette en marbre blanc (hauteur : o m. ai) : un faune nu, accroupi, 
aux jambes velues, assez bien traité. La tête, les deux bras, ainsi 
que la partie inférieure des jambes, sont brisés. 

rrlV. Dans une ancienne synagogue, près du Souk-el-Grana, à 
Tunis, on a trouvé récemment un fragment d'inscription latine, 
qui était jusque-là utilisé comme dallage, le texte en dessous. 
M. Arditti, professeur de langue hébraïque à Tunis, et M. Jules 
Renault, architecte à la Direction générale des Travaux publics, 
ont eu Tamabilité de m'en remettre tout d'abord des estampages, 
puis M. Ouziel, directeur de l'Alliance israélite, a eu l'obligeance 
d'offrir la pierre au Musée du Bardo, dans le courant de janvier 
dernier. Le texte ayant été communiqué à la Société des anti- 
quaires de France dans sa séance du i3 courant, il est inutile de 
le reproduire ici.iï 

M. Ballu dépose la seconde partie du rapport qu'il a rédigé sur 
les fouilles du Service des monuments historiques en 1906. Il y 
expose le résulUit des recherches faites à Timgad. 

M. Bbrger communique à la Commission trois inscriptions funé- 
raires puniques trouvées par M. Merlin dans la nécropole de Bordj- 
Djedid. 

La première présente un intérêt particulier tant à cause de la 
condition de la défunte qui porte le titre de ff Grand prêtre?», que 
de la généalogie de son mari, qui comprend quatre générations 
successives de suffètes. 

M. Gagnât dépose, pour l'impression : i"" un résumé des recon- 
naissances archéologiques exécutées en 1906 par les officiers des 
brigades lopographiques d'Algérie et de Tunisie — l'auteur en est 
M« le colonel Toussaint, chef de ces brigades; 3** une étude sur les 
ruines de la région de Négrine par M. le capitaine Guéneau. 

M. TouTAiN entretient la Commission d'une borne nouvelle de 



Digitized by 



Google 



CXCVlf 

délimitation trouvée dans le Sud Tunisien. Il se réserve de revenir 
ultérieurement sur la question. 

La séance est levée à 5 heures. 

Le Secrétaire de la ùnnmiuion , 

R. Gagnât, 
Membre du Comité. 



Digitized by 



Google 



GXOfllI 



12 MARS 1907. 



SKANGE DE LA COMMISSION DE L AFRIQUE DU NORD. 



PRÉSIDBNGB DB M. HÉRON DB YILLRPOSSE. 

La séance est ouverte à U heures. 

Le procès-verbal de la dernière séance est lu et adopté. 

M. Ph. Bbrgbr annonce à la Commission la mort de M. Moty- 
linski, professeur d'arabe à Constantine, et rappelle les services 
rendus par ce savant à TAfrique française. M. le Président associe 
ses regrets et ceux de la Commission à cet hommage. 

M. le Secrétaire donne lecture de la correspondance : 

M. GsBLL envoie les estampes de diverses inscriptions néo- 
puniques provenant d'Algérie. — Renvoi à M. Berger. 

M. Mbrlin écrit la lettre suivante : 

ffl. M. Louis Drappier, de la Direction des Antiquités, a relevé 
récemment à Chassart-TefTaha^^) quelques inscriptions qui ont été 
trouvées dans la propriété de MM. Dumont, auprès de TAïn-Tef- 
faha, à 7 kilomètres au Nord de Medjez-el-Bab. 

fp 1® Sur une stèle, haute de 1 mètre, large de o m. 5o; lettres 
de m. o5 : 

D M S 
P SALLVSTI 
VS GVDDEM 
V I X I T AN 
NIS LXXXXVI 
MESES SEX 



0) 



Cf. Bulletm de la SoctéU dêi ArUiqwiirei de France^ 1898, p. 91 A. 



Digitized by 



Google 



CXCIX — 

ft^"* Sur une stèle, haute de o m. 87, large de o m. 63, épaisse 
de o m. 39 ; langle droit en haut est brisé; lettres, m. o35 : 

D M S 
M • RVMICILIVS- C A 
TO- P-VA- LXXV- M X 
DXV-HXI- CALCIDIA- 
5. PRIMA- MARITO-BON 
M-F-L-S-ES 

tf 5-6. Marito b[e]n{e) m(ererai) J[ecit) /(octim), s(ib%) e{t) «(ttû). 

ffi"" Petit autel, brisé en haut; hauteur, o m. 80; largeur, 
o m. 5o; épaisseur, o m. &3; lettres, o m. o5 : 

M- STABERIVS 

SATVRNINVS 

MERC-AVG-SAC- 

V S L'A- 

-II. Le Musée du Bardo a reçu en don : 

ri'' De M. Deniau, propriétaire à Sidi-Khader, près Kairouan, 
un nouveau moule ayant servi à la fabrication de lampes, trouvé à 
Henchir-Snra et analogue à ceux qu*il avait déjà offerts au Musée 
Alaoui^^l Comme les premiers, celui-ci est en plâtre et mesure 
une longueur de o m. 1 7, une largeur de o m. 19 ; son intérêt vient 
de ce qu'il est complet. Il se compose de deux pièces indépendantes 
destinées à mouler Tune le fond, Tautre le dessus de la lampe. La 
superposition exacte est assurée par quatre protubérances du plâtre, 
deux près du bec, deux près de la queue, ménagées à la partie 
supérieure et qui viennent s'engager dans quatre évidements cor- 
respondants pratiqués dans la partie inférieure. Extérieurement, 
des raies en creux, de formes diverses (trait, trait triple, deux traits 
s'entre-croisant), tracés à la pointe sur le plâtre encore frais, 
forment aussi autant de points de repère et contribuent à assurer la 

('} BulL arch. du Comité, 1906, p. ctxviii. 



Digitized by 



Google 



— ce 

parfaite concordance des deux sections du moule, sur chacune des- 
quelles elles se retrouvent en se conliouant. L'ensemble a une hau- 
teur de o m. 096. 

tfLe sujet central et les ornements qui Tentouraient sont mal- 
heureusement trop frustes pour être déterminés. 

crM. Deniau m'a également remis pour nos collections divers 
bijoux puniques provenant de Carthage : une pendeloque d'argent 
(hauteur, o m. o3; largeur, o m. 01), de forme allongée et dont 
le pourtour, sensiblement circulaire, présente seulement quelques 
côtes en faible relief; un grand anneau sigillaire d'argent (dia- 
mètre, m. o3), dont le cachet mobile était sans doute un scara- 
bée en agate blanche veinée de noir, cerclé d'argent et représen- 
tant un sujet assez effacé : un sphinx ailé passant à droite, à côté 
duquel se tient un personnage drapé (?). 

<f3^ De M. Cha vanne, antiquaire à Tunis, un lingot d'argent 
pesant 110 grammes et provenant d'un trésor de monnaies grecques 
de l'Italie du Sud et de la Sicile découvert aux environs de Bizerte; 
des bijoux puniques; un grand anneau de bronze, recouvert d'une 
fine plaque d'or (diamètre, om. o3), dont les extrémités amincies 
sont tordues plusieurs fois autour du corps même de l'anneau; 
deux bagues, l'une d'argent plaqué d'or, l'autre de bronze; et deux 
petites intailles. 

^ «m. Les travaux du tramway Tunis-La Goulette-La Marsa(^), qui 
traverse les ruines de Carthage, amènent de temps à autre au jour 
quelques fragments de plaques de marbre, portant des débris d'in- 
scriptions funéraires païennes ou chrétiennes. En voici une, trouvée 
entre Byrsa et Douar-ech-Chott, qui est complète : 

(rSur une plaque de marbre blanc, haute de o m. 17, large de 
m. i8, épaisse de o m. os; lettres, o m. os : 

D • M- S ' 
C-MODIVS- 
VENVSTVS- 
PIVS-VIXIT 
ANNIS-LV- 

H-C-S- (sic) 

^*) Voir plus haut, p. cxcv. 



Digitized by 



Google 



CCI — 

M. Merlin communique, en outre, une note de M. Poinssot, 
inspecteur des antiquités : 

(fLa porte des Praedia PuUaienorum est situëe à deux kilomètres 
environ des ruines à^Uchi Majus au lieu dit £l-mra-mtta (la femme 
morte). L'inscription qu elle portait est gravée sur trois blocs. Les 
deux derniers blocs ont été décrits en 1896 par M. Carton; nous 
venons de retrouver le bloc initial; on possède donc désormais l'en- 
semble du texte. 



TiTini-pvpianIeT-peTronian 



PRAEDIA PVUAIENORVM ! 

I-DECIM1-ÔCM-FUI0RVM CEl^SlNl PVPI/j 

fi,orenTior.vm ( 



5iNI ET ROIAB TiTtNIAE 



trHauteur, o m. /i3; épaisseur, o m. 6&-0 m. Gs. Lettres : 
ligne 1:0m. liS; ligne 9 : o m. ii; ligne 3 : o m. 10. Une partie 
des T et des I dépassent les autres lettres; les L affectent une 
Forme contournée. 

tfa. Largeur, 1 m. 35. 
ttb. Largeur, i m. 68 1^^. 

t*î La troinième ligne de ce fraf];menl est inédite. M. Merlin qui Ta lue le pre- 
mier a bien youIu nous autoriser à publier sa lecture, (if. Carton , Découverte* 
épigr, et arch. en Tuninie, p. a 56. 



Digitized by 



Google 



— ccu — 

«rc. Ce morceau que nous n avons pas retrouvé parait avoir été 
utilisé dans les réparations de la piste qui conduit de Teboursouk 
à Rvhana. 

ffJe me propose, dans une ëtude ultérieure, de grouper autour 
de ce texte toutes les inscriptions concernant des PuUaieni, Parmi 
elles, il parait utile de signaler d'ores et déjà une grande inscrip- 
tion trouvée à Uchi Majus, à so mètres à TOuest du marabout de 
Mohammed-Salàh. 



SALVISDD • NN • VAf 
FVRIVS VICTORtI 



SEX ^ PVUAIENVS ^ Fl^ORVS ^ CAECILltimii* 
ET VCHITANIS MAIORIBVS DONO dédit 



ENTINIANO THEODOSIO MAXIM QVE PRINCIPIBVS P ROdonffi/fifii^. 
NVS FLAM PP AVITO HONORE SVFFVLTVS HAC LIBERAUX ATE POTIO 



"T Hauteur, o m. 60; largeut*, 9 m. &o; épaisseur, o m. SA. 
Lettres : ligne 1 : m. io5; ligne <j : om. 07; lignes 3 et U : 
o m. 06. Les caractères des deux dernières lignes sont profondé- 
ment gravés mais médiocres. 

ffSeul le fragment a était connu (^). (Test à M. le capitaine Gon- 
douîn qu'on doit la découverte du fragment b ^^l 

crDes deux parties de Tinscription , seule la première, gravée sur 
la frise, intéresse les PuUaieni, Le personnage qui est y nommé est 



(» Corp. inêcr, laU, t VIU, n" i5à53. 

^') Cf. d*autres inscriptions trouvées par le capitaine Gondouin, publiées 
ci-dessus, p. cxcii. Parmi les textes d*Uchi Majui que M. Gondouin a 
bien voulu nous communiquer, on citera une tombe (= Corp, imer. lat,, 
t. VIII, n* 16689) se rapportant à un personnage de la même famille que 



Digitized by 



Google 



— coin — 

connu par une base du théâtre de Tkugga^^\ qui parait dater de la 
seconde moitié du ii* siècle. Ce bienfaiteur à'Uehi Majus fut à 
Carlhage sacerdos des Cérës, duumvir et flamine perpétuel; à 
Thugga, il était patron du pagus et de la cioitaê. On remarquera la 
rédaction très incorrecte de la seconde partie de Tiuscription , gra- 
vée au !?• siècle sur l'architrave retaillée à cet effet W. 



M. Babelon fait un rapport sur un moule trouvé récemment à 
Timgad : 

(tM. Albert Ballu nous a communiqué les épreuves en cire d*un 
curieux moule de médaillon de terre cuite, trouvé au cours des 
dernières fouilles de Timgad dans le quartier industriel. 

(rLe motif représenté est Mercure nu, la tête de profil, debout 
dans un char traîné par deux coqs. Le dieu est peut-être coiffé du 
pétase; de la main droite portée en avant, il tient la bourse, et de la 
main gauche baissée, le caducée. Sa pemda est sur son bras gauche. 
Le caisson du char sur lequel il est debout a une rampe en demi- 
cercle. Les deux coqs sont placés en avant, symétriquement, à 
droite et à gauche , position souvent donnée aux chevaux dans les 
représentations du quadrige du Soleil, quand il est de face. Le 
principal intérêt de cette image est dans Tinscription qui en orne 
le pourtour; elle est difficile à déchiffrer, au moins sur les em- 
preintes communiquées par M. Ballu; elle parait, d'ailleurs, en 
partie effacée. Voici ce que j ai pu en tirer, sous le contrôle de 
MM. Hâx>n de Villefosse et Gagnât : 

ACCEPI BONO MEO FELICITER GAVDEO MEIS 

le Farius Victorinus, cité daas la dernière ligne de rinsr.ription du iv* siècle 
publiée ici. 

DM-S 

FVRIA-VICToRIA 

PIA VIX • ANN • 

LXX'H-S-E- 

^*) L Poinssot, Le» inicriptiom de Tkugga, n** 1 4o {Nouv. Archivée de» Mi»$ion», 
t. XIII, p. «79 et suiv.). 

(*) MAXIM ne parait pas , à cause de que , pouvoir être considéré comme le nom 
de fempeftor mort en 388. Nous croirions plutôt à une omission du graveur 
dont le modèle pouvait porter (r[«t Arcadio invictiuimi»] maxim[i»\ que principi- 
6ii«*> ou une formule analogue (7). 



Digitized by 



Google 



CCI? 



<rLes médaillons en relief qu'on a dû tirer de ce moule étaient 
destinés à décorer la panse de vases en terre cuite. On connaît un 
assez grand nombre de fragments de vases analogues, mais fort peu 
de vases entiers. Divers savants ont étudié ces monuments des bas 
temps romains, sur lesquels M. W. Froliner a été Tun des premiers 
à attirer Tattention, faisant observer que si les sujets 6gurés 



n offrent qu'un médiocre intérêt au point de vue artistique, ils sont 
souvent accompagnés de légendes explicatives qui piquent notre 
curiosité ^^). M. Joseph Déchelette est parvenu à cataloguer jusqu'à 
1 5.3 types de ces médaillons en terre cuite découverts sur le sol de la 
Gaule W. Récemment, M. de Villefosse a publié un vase intact orné 
d'un médaillon analogue, trouvé à Paris dans des travaux exécutés 
rue Gay-Lussac^^J. Ceux de ces reliefs d'applique provenant de Gaule 
qui portent des inscriptions ont été inventoriés dans le Corpus in- 
cript. laUnarum, t. XII, n** 6687. Il y avait un centre important de 

î*) W. Frôhner, Lêi musées de France (Paris, 1878, in-foL), p. 59-67 et 
pi. XIV, XV et XVI. 

t*) J. Dééhelette, f^s vases céramiques omis de la Gaule romaine, L II (190^4), 
p. 936. 

Î'J Bull, de la Soc. des Antiquaires de France, 3* trim. 1906, p. a 3 5. 



Digitized by 



Google 



— ccv 



fabrication de ces vases dans la vallée du Rhône; mais il en existait 
aussi dans les autres provinces de Tempire romain; rien d'étonnant 
k ce qu'il y en ait' eu une fabrique dans le quartier industriel de 
Timgad. Les scènes qui les décorent sont à rapprocher des types 
les plus ordinaires des médaillons contomiates. Le plus grand 
nombre d'entre elles sont, en effet, relatives aux spectacles de 
Tamphithëâtre , du cirque, du théâtre, et Ion peut croire que le 
médaillon en terre cuite de Timgad se rapporte aux combats de coqs 
qui, effectivement, étaient sous le patronage de Mercure. 

(fSur plusieurs des médaillons publiés par M. Déchelette, on 
voit un buste de Mercure; un sacrifice à Mercure; Mercure debout, 
avec le coq à ses pieds ('). Des scènes de combats entre gladiateurs, 
des sujets empruntés à la Fable et qu on interprétait sur la scène 
forment toutefois les sujets les plus ordinaires. Les inscriptions sont 
parfois des légendes explicatives du sujet, comme Acta Herculei, 
accompagnant une représentation des travaux d^Hercule; Prometheus 
in Caucoio vinctus, viscera pascens aquUa, autour d'une scène repré- 
sentant Prométhée enchaîné. Souvent aussi , ce sont des acclama- 
tions, des souhaits de victoire dans les jeux publics : Tu sda nica; 
Niea, Prasine; Prasine hgismus; ou bien de courtes inscriptions mé> 
triques, de petits dialogfues, des souhaits de bonheur : Gmiopapuli 
féliciter; Mercurius/elix nobis; lia valeam decet me; Mihi et meisfdiciter (^). 
Celte dernière inscription n est pas sans analogie avec celle du mé- 
daillon de Timgad. 

((Déchelette pense avec raison, croyons-nous, que ces vases or- 
nés de médaillons relatifs aux jeux publics, étaient vendus aux spec- 
tateurs le jour de la représentation : trLe spectateur, dit-il, pou- 
«rvait, à rissue du spectacle, faire l'emplette d*nn vase portant 
(fTimage du vainqueur ou la reproduction de quelque belle scène 
(rde tragédie. Pour une somme modique, il conservait ainsi un sou- 
<r venir durable de ces plaisirs d'un jour (*).?> 

(fDans cette hypothèse, l'acheteur du vase de Timgad pouvait 
être un spectateur ayant gagné sur sa mise dans un combat de 
coqs; il pouvait s'appliquer l'inscription du médaillon dans laquelle 
le personnage se félicite de son gain et s'en réjouit pour les siens. -n 



(») Dëchelette, op. cit., p. a58. 

(') Corp. in$er. lat,, L XII, n" 5687, 66. 

<*> Déchelette, op. cit., p. a 4a. 



Digitized by 



Google 



— CCVI 



M. Gagnât dépose pour Timpression un long rapport ëpigraphique 
de M. Gauckler. Ce rapport sera accompagné de plans et illustra- 
tions. 

M. DiBHL lit le rapport suivant : 

(T Les mines d'Henchir-el-Begueur (région de Téhessa) ont été si- 
gnalées déjà, et sonunairemenl décrites en 1 880 par IL Héron de 
Villefosse , qui y a découvert une inscription relative à des reKqvwde 
saint Montanus. Le monument le phis considérable en est la basi- 
lique entourée d'une enceinte fortifiée dont M. le chef de bataillon 
Guénin, commandant supérieur du cercle de Tébessa, vient de dé- 
gager assez complètement les restes. Les résultats des fouilles faites 
par ses soins sont exposés dans un intéressant rapport, accompagné 
de plans et de photographies. Beaucoup de détaik y sont fort dignes 
d'attention, en particulier la décoration sculptée (chapiteaux, con- 
soles), qui offre une remarquable analogie avec les sculptures de la 
basilique de Tébessa et présente certains motifs de provenance 
nettement orientale. D'autre part, dans la construction des mu- 
railles latérales de la nef de la basilique, on rencontre ces mêmes 
auges surmontées de bases rectangulaire^ qu'on observe dans une 
des dépendances de la basilique de Téhessa et dans les édifices 
d'Haïdra et d'Henchir-Goubeul en Tunisie, et dont la destination 
demeure fort incertaine. On trouvera dans le rapport de M. le com- 
mandant Guénin les autres détails relatifs au monument, et de ses 
remarques on pourra tirer une étude d'ensemble de l'édifice. Mais 
trop d'obscurité subsiste encore sur le plan, les dispositions prin- 
cipales, la destination des pièces voûtées en quart de sphère, et 
hantes de 1 m. 90 dans la plus grande hauteur, qui flanquent la 
salle principale, etc., pour que je juge prudent d'entreprendre cette 
étude. D'autres débris de sculptures, de date un peu postérieure, 
proviennent d'une petite chapelle située à &00 mètres au Nord- 
Ouest de la basilique. Leur reproduction accompagnera utilement 
la publication au Bulktin du rapport de M. le commandant Guénin 
et de quelques-unes des belles photographies qui l'illustrent. 1» 

M. HéaoN DE Villefosse annonce que le P. Delattre a repris ses 
fouilles de Mcidfa un moment interrompues. Les morceaux d'épi- 
taphes chrétiennes sont toujours très nombreux. Il a trouvé une mo- 



Digitized by 



Google 



— ccvu 

saïque funéraire avec une inscription intacte qui se lit sur la tombe 
d'une jeune fiiie chrétienne morte à 1 9 ans et 1 5 jours : 

VI CTO RI 
AINPACE 
(ne) VICXTAN 
NISXVIIII 
DIES XV 

Le cercle ou plutôt la couronne multicolore qui entoure Tin- 
scription est accostée de deux colombes. 

La séance est levée à 5 heures. 

Le SeeréUttrê de la Commi»$ion , 

R. Gagnât, 
Membre du Comité. 



Digitized by 



Google 



(ÏCVIII 



14 MAI 1907. 



SEANCE DE LA COMMISSION DE L'AFRIQDE DU NORD. 



PRÉSIDENCE DE M. UÉRON DE VILLEFOSSE. 

La séance est ouverte à & heures. 

Le procès-verbal de la dernière se'ance est lu et adopté. 

A propos du rapport de M. Diehl sur les ruines d'Henchir-el- 
Begueur (région de Tébessa), M. Saladin demande qu'il lui soit 
donné communication, dès quils auront été publiés, des photo- 
graphies et des plans qui accompagnent le rapport de M. le com- 
mandant Guénin. — Adopté. 

M. le Secrétaire donne lecture de la correspondance : 

L'ouvrage suivant a été adressé à la Commission : 

Sousscy notes historiques, par M. Hannezo, correspondant du Mi- 
nistère. 

L ouvrage sera déposé à la Bibliothèque nationale et des remer- 
ciements seront adressés à Tauteur. 

M. DE Saint-Arroman donne lecture d'une dépêche de M. Merlin, 
annonçant que le Service des antiquités et arts de la régence de 
Tunis vient de découvrir dans la nécropole punique de Bordj- 
Djedid , à Carthage , un vase égyptien orné d*un cartouche au nom 
du pharaon Ahmès ou Amasis, ainsi qu'un très nombreux mobilier 
funéraire. ^ 



Digitized by 



Google 



CCIX 

M. L. Bertrand, directeur du musée de Philippeville, annonce 
plusieurs découvertes : 

1** A Praxbourg, village situé 317 kilomètres de Philippeville, 
un fragment de brique réfractaire, avec la marque : 

PRIM OFF 

s"" A Philippeville même, dans la nëcropole située à TEst de la 
ville : 

Un linteau de porte en marbre blanc; 

48 agrafes de scellement en terre cuite, ayant la forme d'un 
clou pointu avec étranglement près de la tête; 
Un cippe funéraire portant l'épitaphe suivante : 

D M S 
F POPILIVS 
CALLISTVS 
V A L X X I 

H S E 



M. Merlin écrit la lettre suivante : 

I 

wA Carthage, le Service des antiquités explore, depuis un cer- 
tain temps déjà, une nécropole punique dans le terrain habbous 
des Ouled-L'Agha , au Nord du fort de Bordj-Djedid. Quand les 
fouilles qui se poursuivent actuellement seront plus avancées, il y 
aura lieu d'insister sur les trouvailles effectuées. Aujourd'hui, je ne 
me propose que de signaler quelques fragments d'inscriptions 
romaines qui ont été mis à jour dans les couches supérieures du 
sol. 

fti^ Nous avons d'abord dégagé quelques débris de plaques de 
marbre, avec des restes de listes, analogues à d'autres précédem- 
ment exhumés au même endroit. En publiant ceux-ci, M. Gauc- 
kler a établi qu'ils concernaient des soldats de la première cohorte 

AncHéoLOGiB. — N* 3. w 



Digitized by 



Google 



— ccx 

urbaine, qui devait avoir sa caserne dans ce quartier^^l Les nou- 
veaux, dont nous donnons le texte ci-a])rès, se rapportent eux 
aussi à ce corps de troupe. 

«ra. Haut, et long., o m. 08; épaiss., o m. oa3; lettres, 
o m. 01 3. — Brisé de partout. 

L L AP P I V « 
C I V L I V « 
4 P V P I V « 

Df î T p ÎX^ j 

(T Ligne 3, au début, (in d'un M. — Ligne &, P ou B ou R, 
trois amorces indistinctes, puis le baut de KlVs ? 

frb. Haut., o m. 09; long., o m. 11; épaiss., o m. 09/1; lettres, 
o m. 008. — Brisé de partout. 

ROGATIANV S 

FELICIANV S 

V I T A L I S 

«En haut, un blanc au-dessus de la i'*' ligne. — Ligne &, peut- 
être /^flttSTINVS. — Ligne 5, un haut d'E et à la fin un reste 
d'X. 

(tLa plaque présente à sa partie postérieure des débris de lettres 
beaucoup plus grandes dont aucune n'est entièrement conservée. 

KC. Haut, et long., o m. i5; épaiss., m. 018; lettres, 
o m. 008. — Brisé de partout. 



^') Lettre eur remplaeement du camip de la première cohorte urbaine à Carikage , 
Comfî, remL d$ VÀead, dê$ Imcr,, 190/i, p. 696 et suiv. 



Digitized by 



Google 




(rLigne i, M puis amorce d'un O; avant, il y avait une autt*e 
lettre aujourd'hui effacée. — Avant COS, un espace laisse en blanc. 

Kfà'' Une plaque de marbre blanc, brisëe en quatre morceaux, 
incomplète sur les côtés et en bas, porte, semble-t-il, les vestiges 
d'une dédicace à Julia Domna, Haut., o m. 3i; long, max., 
o m. 3o; épaiss., o m. oaS; lettres, o m. 07 à o m. o5. Les 
quatre morceaux se raccordent exactement. 

iu LIA e domnae augustae, matri castrwitm 
tmP'CAES /. septimi ueveri pii perùnaeis aug, 
arABICI'A diabeniei parth. max, fartiêsimi ac 
/c/ICISSIMI • CONtwyt, mp. caesariê m. aure- 
U aNTONimmmKmmmÊ matril 



«rLes travaux du tramway Tunis-La Goulette-La Marsa con- 
tinuent à amener assez peu de découvertes : à la hauteur des ci- 
ternes de Bordj-Djedid , une mosaïque de 3 mètres sur s m. 96, 
endommagée sur les bords, incomplète en bas, représente des ani- 
maux sur un fond de cubes blancs : paons, canards; autour, des 
Amours tiennent une guirlande; au milieu, d'autres petits Amours 
dirigent un combat de coqs. Ce pavement a été enlevé et déposé 
au Musée Alaoui. 

(tPlus loin, au voisinage du couvent de Sainte-Monique, la 
tranchée a fourni une pierre calcaire, haute de m. 39, longue 
de o m. 75, épaisse de m. 10, sur laquelle est gravée, en lettres 
de o m. 075, l'inscription chrétienne que voici : 

l4JJ^.I ROBVSTVS 

A A IN PAGE 



Digitized by 



Google 



GCXII 





H 


o 


^- 


&« 


3: 


W 


vj 


J 


s^ 


H 


û-i 


ï 


(JU 


"e 


od 




H 


^ 


^ 


< 


&^ 


tti 


z 


< 

2 


Q^ 


— 


< 


Z 

o 


o 


- 


Ou 


< 


u 

Û 


O 


O 

U 


H 
Z 


3 


Uà 


U 


û 


< 


< 


S 




m 


a 


o 


a 


S 


r* 


> 


u 


a- 


O 


Uh 


u 


< 


S 


u 


&« 


i 

s 

«3 


z 




< 


eu 


LU 


.x 


z 


k^ 


« 


2 


X 


U) 


«0 


< 


od 


X 


:s 


u 


> 


< 
o 


H 


<: 




Z 


> 


H 


o 


> 


:§ 




O 


> 


eu 


O 

z 


D^ 


<: 


2 


5 


z 


CQ 


o 


• 


U 


o 


0^ 


oi 


•"^ 




H 


H 


Ui 


*-M 


o^ 


Z 




> 


> 


< 


< 


X 


■ 


« 


flu 




< 


o 


H 


z 


o 


2 


^■^ 


O 


< 


mJ 


• 


UJ 


Cl. 


< 


U4 


PU 


od 


. 


H 


ûd 


H 


> 


CQ 


> 


> 

< 


Z 


< 


od 


Û 




O 


J 


H 


^ 


2 


a< 




. 


H 


t/) 


O 




O 


1^ 

s 


U4 


2 


< 


2 


'5 


< 




u 


^ 


.c 


U 


X 




X 


"§ 


&^ 


< 


eu 


< 


•- 


•c 


2 


^ 


2 





rrLa pierre est cassée à droite. Il faut noter 
la forme particulière des ù) et des a qui sont 
combinés et reliés entre eux de manière que 
la partie centrale de chaque figure forme une 
croix, donl Va fait la base et dont les deux bras 
sont munis de traits verticaux pour représenter 

II 

(tM. Isaac Bessis a offert dernièrement au 
musée du Bardo une petite intaillc avec la 
Fortune tenant ses attributs ordinaires, la rame 
et la corne d'abondance, et une bague de bronze, 
qui est munie d'un chaton rectangulaire en forte 
saillie ornée d'une scène très usée et indistincte, 
peut-être un homme dans un char(?). 

(f M. Bessis a bien voulu également me commu- 
niquer une intaille de sa collection, sur laquelle 
on voit un homme assis dans une barque, en 
train de ramer; au-dessus, les lettres D T S; 
au-dessous, NAVCELL : D{ii)t{€) 8{ervent)^ Nau- 
celli! Le rameur est l'image parlante du nom de 
celui à qui appartenait la cornaline : Naucellius; 
le souhait s'adresse aussi bien au batelier qui 
mène la naviceUa qu'au propriétaire du cachet. 
On citerait aisément d'autres exemples de jeux 
de mots semblables. 

III 

«fM. Emonls, Secrétaire de la Direction des 
antiquités, a relevé à Bir-el-Heuchy dans le Gou- 
bellat, l'inscription ci-contre, dans les décombres 
du temple, transformé en forteresse à l'époque 
byzantine, qui est au centre des ruines (^). 

0) Cf. Poinssot, BulL de» antiq, afric, t. III (i885), 
p. 9a. 



Digitized by 



Google 



GGX11I 



'crHaut., o m. 60; long., 3 m. 35; épaiss., o m. 3o5; lettres, 
o m. 078-0 m. o5i. 

«La pierre a souffert par endroits, surtout à la dernière ligne; 
la lecture confirmée par un estampage partiel est cependant cer- 
taine. La restitution du nom de la ckitas, à la 5* ligne, est indi- 
quée par les découvertes antérieures faites en cet endroit ou dans 
la r^'on. 

ffSchmidt, en effet, a déterré dans cette localité un piédestal 
portant la mention du municipium Septimium Aurelium Severianum 
Augustum ApolKnense Sululùanum^^^; les vestiges voisins du Bir-el- 
Hench, qui couvrent une dizaine d'hectares entre TOued-el-Hench 
et rOued-Sfaia, étaient donc ceux de Tantique Sululos. Il y a 
quelques années, on a trouvé à Bir-Abadlia, à 6 kilomètres au 
Nord, dans une agglomération qui parait avoir été rattachée à la 
cwitas SuluUtana, une base consacrée elle aussi par le municipium 
Sululos et qui, sur une autre face, avait une dédicace plus ancienne 
où il était question de la civiUu Sululkana^'^\ titre que la ville porte 
sur notre nouveau texte, ainsi qu il est naturel , puisqu'elle ne devint 
municipe que sous Septime Sévère et que nous sommes en 168. 

(fil convient de remarquer que L. Verus est dit imp. VI; or il n'a 
jamais reçu cette sixième salutation impériale officiellement, et Marc 
Aurèle n'a été acclamé imp. VI qu'en 170 ou 171 après la mort de 
son frère. 

(tM. Emonls a copié une seconde inscription à Bir-el-Hench. 
Haut de o m. 5/i, long de s m. â 5, ce fragment d'architecture est 
couché sur une grande citerne et présente une roouluration en 
saillie au-dessous de la ligne qui y est gravée (haut, des lettres, 
o m. i4). 

ONi^^ANA PRIVATO 

wLe premier mot a souffert, sans doute ON, deux lettres 
manquent, puis AN A : probablement un cognomen féminin. En- 
suite : privato [solo?. . ,],rt 

M. JoLY, correspondant du Ministère, envoie TéDumération et la 

t>) Corp. inici'. laL, L VIII, n" ia36i. 

^*) (laurkler, BulL arch. du dnm., iQoa» p- 'ï*^'* olsuiv. 



Digitized by 



Google 



CCXI? 

description d'un certain nombre de ruines ou monuments visités 
par lui en Algérie. Ce sont surtout des cercles de pierres, des bazi- 
nas, des stations de silex, etc. Les investigations de M. Joly ont 
porté sur les régions de Chellala, Teniet el-Haad, Boghar, Gon- 
standne. — La Commission décide d'adresser à M. Gsbll le travail 
de M. Joly. 

M. Ph. Bbbgbr lit le rapport suivant : 

(tM. Gsell a envoyé à la Commission les estampages ou les 
photographies d'une dizaine d'inscriptions néo-puniques, conser- 
vées soit au Musée d'Alger, soit dans d'autres musées locaux. 

rM. Gsell répond ainsi au désir que je lui avais exprimé lors de 
mon dernier passage à Alger. Ces inscriptions sont, sauf une ou 
deux, déjà connues, et la plupart ont été publiées dans son Ados. 
La table dont il les accompagne donne l'indication des recueils oà 
elles ont paru. 

(rCes indications, ainsi que les reproductions qui les accom- 
pagnent, nous seront d'un précieux secours, et Ion doit remercier 
M. Gsell du concours si dévoué et si actif qu'il ne cesse de prêter à 
a nos études, yi 

M. Gsbll communique la copie et l'estampage de trois in- 
scriptions trouvées à Tourhzout et données au musée d'Oran par 
M. Fort : 

!• D • M • S 

IVLIAE APERT 
AE MTRIS- SE PIS Si 
MEPOSVERVNT 
CASONIVS DEC 
"E F L AVI A • FI LIA 
PRO MEMORIA 
Qjy I V I X I T A N N 1 S 
POST SOSSIO PATR E 
II 



Digitized by 



Google 



— ccxv 

a^ MEMORIA 

SOSSI SOSSIANI 
FRATR.IS DVLCI 
Q^V I V I X I T AN 
XXV- M XI • D • XX II 
POSVER-CASONI V 
DEC-ET SOSSIA FL 
AVIA-SOROR PRO 
IVERITA 

3- D M S 

M E M O R I E 
AVRELI BkACI 
ONIS AEQJTIS 

MILITAVIT A^IS 

xiu 
VIXIT • ANIS • 
X X XV • AVRE 
LIVS- lANVAR 
IVS-FRATRI-D- 

M. J. TouTAiR dépose pour l'impression un travail intitulé : Note$ 
d'épigraphie et d^ archéologie tunmenne^^^. 

M. HiaoN DB ViLLBFOSSB fait part d*une dépêche quil a reçue 
samedi dernier, ii mai, de M. le chanoine Leynaud, curé de 
Sousse. Cette dépêche annonce la découverte, au cours des travaux 
de canalisation qui s'exécutent en ce moment à Sousse pour y ame- 
ner des eaux, d*un immense hypogée païen comprenant plus de 
dix galeries. C'est un coup de mine qui a été l'occasion de cette 
dtfcouverte. L'abbé Leynaud a pénétré immédiatement dans Thypo- 
gée; il a constaté la présence de tombeaux arqués, de restes de 
peintures et d'inscriptions sur marbre dont l'une concerne un ves- 
tiariui. 

M. Hbron de Villkposse ajoute que le P. Delattre lui écrit de 

(>) Voir pluH loin, p. 35^i, le le&te m txieuMQ de celte communicatioD. 



Digitized by 



Google 



CCXVI 

Carthage que les fouilles de Mcidfa continuent à être intéressantes, 
malgré Tétat de ruine complète dans lequel se trouve la basilique. 
Chaque jour amène la découverte de nouveaux fragments d'in- 
scriptions : une épitaphe mentionne un exorcista, une autre un 
bestiariui. Il y a quelques jours a été trouvée une énorme pierre 
taillée, sur laquelle se lit en grandes et belles lettres : 

HIC Y LOCusmm 

et une dalle de marbre portant en beaux caractères : 

PANCHAK: 
VI VA S in dco 

Les travaux d'exploration de ce terrain dureront certainement 
plusieurs mois encore. 

M. le général Bebthaut transmet à la Commission l'extrait sui- 
vant du rapport de M. le lieutenant-colonel Toussaint, chef des 
brigades topographiques en Algérie-Tunisie : 

«fLe lieutenant Schmitt a découvert la plus grande partie des 
bornes milliaires jalonnant la voie romaine de Tacapes (Gabès) à 
Gighû (Bou-Ghara), pour la section comprise entre Bou-Ghara et 
Zarat; cette voie n'avait pas encore été retrouvée. Le même officier 
a également relevé plusieurs bornes de la voie de Gighti à Zitha; 
les indications fournies par ces dernières permettront de fixer 
l'emplacement précis de la station de Zitha, très discuté jusqu'à ce 
jour. 7t 



La séance est levée à 5 heures. 

Le Secrétaire de la Commitsion, 

R. Gagnât, 

Membre du Comité. 



Digitized by 



Google 



GGXYll 



H JUIN 1907. 



SÉANCE DE LA COMMISSION DE L'AFRIQUE DU NORD. 

PRÉSIDRNGB DE M. PBRROT. 

La sëance est ouverte à U heures. 

Excusé : M. Héron de Villefosse. 

Le procès-verbal de la dernière séance est lu et adopté. 

M. le Secrétaire donne lecture de la correspondance. 

L'ouvrage suivant a été adressé à la Commission : 

R. P. Delattre : Un second mur à amphores découvert à Carthage, 

L'ouvrage sera déposé à la Bibliothèque nationale et des remer- 
ciements seront adressés à l'auteur. 

M. Hinglais, correspondant du Comité, envoie une note relative 
à une mosaïque nouvellement découverte à la ferme Truchet, près 
de Conslantine. — Renvoi à M. Monceaux. 



M. Merlin fait parvenir : 

1** Un rapport de M. Joly sur des ruines du Sud Tunisien. — 
Renvoi à M. Toutain. 

2** Un rapport de MM. les lieutenants Barrier et Benson du 4' ti- 
railleurs, sur des fouilles exécutées en 1 907 au champ de manœuvre 
de Sfax. — Renvoi à M. DiehI. 

3" Un rapport de M. le rabbin Arditti sur sept stèles funéraires 



Digitized by 



Google 



GOXVIU 

hébraïques, découvertes à La Momaghia. — Renvoi à M. Philippe 
Berger. 

M. GsBLL a envoyé la note suivante : 

(tM. Ménëtret, administrateur de la commune mixte d'El-Miiia, 
m'adresse la copie d'une inscription latine, qu'un indigène du 
douar Guettara a trouvée en labourant son champ et qui a été 
transportée à El-Milia par les soins de M. Ménëtret : 

PRO SALVTE AVG 
M AVRELLI ANTONINI ET L AVREU 
VERI EX PERMISSO DIADOCI PROCV 
RATORIS FM IVUVS VICTOR -SAC- 
A SOLO SPFD- 

ff Faut-il lire procuratoris fltmdi) M{ )? 

r Le douar Guettara est situé au Nord du confluent de TOued- 
Smendou et du Rummel. Les ruines n** i/i8 et i5i de la feuille 8 
de l'Atlas archéologique de l'Algérie (Philippeville) sont comprises 
dans ce douar. II y avait donc dans cette région un domaine pro- 
bablement impérial, à l'époque de Marc-Aurèle et de L. Verus. Au 
Sud-Est et de l'autre côté de l'Oued-Smeodou , s'élève, à El-Héri 
(Atlas, foc. cit., n° 174), le vaste mausolée que le préfet de Rome 
LoIIius Urbicus fit construire quelques années auparavant, sans 
doute sur un domaine de famille.^ 

M. Mbrlin écrit la lettre suivante : 

r]. J'ai récemment eu Toccasion de revoir, à Ënfidaville, deux 
fragments d'inscription de Henchir-Harat {Segermes), qui ont déjà 
été publiés l'un et l'autre ^*^, avec de légères inexactitudes, et qui 
sont actuellement conservés dans les jardins de la Société franco- 
africaine. Ces deux morceaux se raccordent, et de leur juxtaposition 
sort un texte assez difierent de celui qu'avaient restitué les pre- 
miers éditeurs. 



^ Corp, inMCr.lat.j t VIII, n** 11168; Bull, arch. du Com., 1894, p. 95 1, 



Digitized by 



Google 



CCXIX 

tr L'inscription est complète en haut et k droite, brisée à gauche 
et en bas seulement : 

divosept IMIO SE 
vero pio aug. ara B^ADIAB^PART 
max. britt. ma X^PATR.!^ 
imp, eae$. m. aureli sevLKl ANTO 
fiint pit felicis aug, p\KT MAX 
arab, adiab, britt, m A X G £ R M 

max. trib pot îm F • III • C O S 

lîtf 

(T L'inscription ne date donc pas, comme il est dit au Corpus, 
d'une des années 197-198; elle est postérieure à la mort de Sep- 
time Sévère et comprise entre 2 1 3 ^^^ et 217 W. 

*f Trois ex-voto à Saturne ont été autrefois déterrés à Sidi-Abich, 
près d'Enfidaville î*), à l'endroit où dernièrement on a dégagé 
une basilique chrétienne ornée d'épitaphes en mosaïque t^), dans les 
murS'de laquelle on a trouvé également deux stèles consacrées à 
Saturne (^^ Une dédicace à ce même dieu, exhumée en même 
temps que les trois premières et gardée comme elles à l'Enfida, est 
restée jusqu'ici inédite. La voici : 

(f Stèle à fronton décoré d'une rosace; lettres o m. o3-o m. oA : 

LIVNIVS-PVDENS 
SACERDOS SAT 
V R N I- AVG-N- 
Vase. Gâteau. Deux pommes de pin acc4>lée8. 

yU. M. Alix, professeur au lycée Carnot, à Tunis, a eu l'ama- 
bilité de me communiquer trois ex-voto à Saturne découverts à 
Munchar, non loin de Béjà. Les stèles sont brisées, mais les inscrip- 
tions qu'elles portaient n'ont pas trop souffert de ces dégradations. 



(*) Garacalla prit en eette année ii3 le titre d*tmp. ut (cf. Dessau, /iifcr. lai, 
têlêcU, n* 45 1). 

-') Cf. Gagnât, Épigr,hu,, p. 197, note 4. 
(^) Bull, areh, du Com,, 1899, F* ^"''^ ^- ^9^^^ P* gluxii. 
(^) Entre autres : ibid,, 1908, p. ctii, clvxxviu-cliixix. 
(^) Ibid., 1906, p. GLnxiz. 



Digitized by 



Google 



— ccxx — 
ff i" Lettres, o m. oaB-o m.oiS : 

L • G A RGI L LI 
V S • FORTVN 
ATVSSACERD 
OS 

(fUn L, GargUlius Foriunatus tigure déjà sur une épitaphe de 
Muncbar, avec les diverses parties de ses nomina séparés, de même 
qu'ici, à la fin des lignes (*). C'est fort probablement le même per- 
sonnage sur la tombe et Tex-voto. 

ttLe texte, complet en bas, a peut-être perdu en haut sa première 
ligne qui portait le nom de la divinité. Que celle-ci ait été Sa- 
turne, c'est ce que nous montrent les deux autres stèles de même 
provenance. 

ïTQ** Lettres, o m.o3-o m. oi : 

Colonne entre deux palmes. (lionne entre deux palmes. 

(Ces motiCs sont cassés à leur parlie supérieure. ) 
S AT . A VG • SAC • 
Q^- VES • PE-RI-VS • SA 
LO • SA • CER • DO S • 
VO • TVM • LI • BENS • 
A-NI • MO • SOL- VIT • 

ff3° Lettres, o m. 02 5 : 

SATVRNO • A VG sac 
M • CAECILIVS Oynd 
KATVS ' SAC' ï\ bpn.s 
anima solvit 

((Le haut de la pierre a disparu; le bas manque. 

^*) BulL arcli. du Corn., iHf|(), p. coxvi. 



Digitized by 



Google 



CCXXI 



trlll. M. Ducroquet, propriétaire à Oudna, a bien voulu me 
faire parvenir Tesiampage d'une borne miliiaire qu'il a dégagée 
dans les ruines de Tancienne Uthma. 

trHaui., 3 m. 65; diam., o m. 56. Le cartouche où est gravé le 
texte mesure i m. &3 de haut sur o m. 77. — Pour les détails des 
lettres manquantes ou en partie effacées , le texte aurait besoin 
d'être revu sur la pierre; la lecture de l'ensemble semble cepen- 
dant certaine. 

IMP Caes C IVJ^IVS VERVS MAXIMINVS 

PIVS ¥E\^ AVG GERM MAX SARM MAX 

DAC MAX PONT MAX TRIB POT III- 
IMP V ET C IVl^IVS-VERVS-MAXIMVS 

NOBH^ CAES-PRINC- IVVENTVTIS 
GERM MAX • SARM • MAX DAC MAX 
VIAM A KARTHAG VSQVE AD FINES 
NVMIDIAE PROVINCIAE J^ONGA IN 

CVRIA CORRVPTAM ATQ, DILAP 
SAM RESTITVERVNT 

I 

«f Lettres : 1, o m. o55; 2 à 6, o m. o5; 7etsuiv., o m. o4. 
Sauf le chiffre des milles en bas, tout le texte a été martelé assez 
légèrement, la colonne ayant été ultérieurement remployée hors 
de son emplacement primitif. 

ff Celle borne miliiaire est, en effet, analogue à un assez grand 
nombre d'autres^') qui ont été découvertes, datant comme elle du 
règne de Maximinin et de son fils, en 287, sur la route de Car- 
thage à Théveste, refaite par les soins de ces princes. Elle mar- 
quait originairement le premier mille de cette voie. Il est évident 
dès lors que la borne a été déplacée, car Uthma n'était pas sur le 
parcours Carthage-Thé veste et était distante de Carthage de 3o kilo- 
mètres environ à vol d'oiseau. Ce fransportn'a riend'ailleursqui puisse 



''^ Cmy. inscr. lat, y L Vill, n*" 100/17, aaoog, aaoïG, aaoao, aaoSo» 
aao3i, a3o56, 33073, aaïaS. 



Digitized by 



Google 



GGXXIl 

étonner; ie miliiaire LXX de la même route, aux ncmis des mêmes 
empereurs, a été copié dans une mosquée de Tunis ('), alors qu'il 
devait se dresser, à Torigine, du côté de Testour-Aïn-Tounga, au 
delà d'Henchir-Dennoulya. La colonne d'Oudna a été aussi enlevée 
pour être utilisée à un autre endroit; M. Ducroquet a eu Tobligeance 
de me préciser qu'elle avait élé déblayée parmi les vestiges d'un 
monument assez important, isolé un peu de la ville. 



(flV. M. Emonts, secrétaire de la Direction des Antiquités, 
a noté, en passant à Aïn-Tounga, l'inscription funéraire suivante 
qui vient d'être trouvée aux alentours de la maison cantonnière, 
où elle est aujourd'hui déposée, sur une stèle : 

<îuiplande. 

D-MS- 

AEMILIA-VENVS 

TA-PIA-VIXIT-AN 

NISLXXXH S E 

0-TB-Q.-T t,l s, 

(rV. A Carthage, les travaux de terrassements du tramway, qui 
touchent à leur fin, ont amené, au mois de mai, la découverte. de 
deux statues : 

ffUne Vénus pudique, haute de o m. 83; manquent les pieds, 
la tête, les mains; le bras gauche est orné d'un bracelet; 

ffUne nymphe debout, haute de om.73, tenant de la main 
gauche un vase qui repose sur une base rectangulaire assez élevée 
et d'où l'eau s'échappe; le bas du corps est drapé; le manteau pro- 
tège le dos et recouvre l'épaule gauche; la poitrine est nue; sur 
les cheveux partagés en deux bandeaux ondulés, un diadème; des 
boucles de cheveux tombent sur l'épaule droite; les pieds et le bras 
droit, dont la main retient la draperie, sont cassés. 

trCes deux statues, mises au jour à la hauteur de Douar-ech- 
Chott, avaient été employées pour couvrir un caniveau. 

0) /6i<i.,n* looài. 



Digitized by 



Google 



GGXXUl 

trVI. M. le commandant Hannezo, du i"*' tirailleurs algériens 
en garnison à Bizerte, a eu Tobligeance de me signaler une console 
portant sur sa face antérieure le monogramme du Christ y^ dans 
une couronne. *f Cette pierre a éié recueillie, m'écrit M. Hannezo, 
<rpar le Service du génie, en 1902 , en faisant la route militaire qui 
frva d'Aïn-Tella au Djebel-Sommeur, à TOuest deBizerte, dans une 
(T excavation creusée entre la cote 176 et le n"" 16 de V Atlas archéa- 
(f logique. Elle mesure : longueur, o m. 69; largeur, m. 5/i; épais- 
rrseur, m. 3 3. 7) M. le commandant Dehory , chef du génie à Bizerte, 
a bien voulu, sur ma demande, réserver ce monument au Musée du 
Bardo. 

«VIL M. le capitaine Nicolas, du 3* bataillon d'Afrique, m'a 
adressé des estampages et des copies de quelques inscriptions funé- 
raires qu'il a relevées dans la région du Kef : 

tri'' à Bordj-Messaoudi : 

ff Stèle de 1 mètre de haut, lettres : o m. 06 : 

D M S 
RACILIAp 
EREGRINA 
P • V-ANNO 
S • LVXXV 

HSE 

«a** à la ferme Canki, à 12 kilomètres au Sud-Est du Kef^^^ : 

fra. Stèle haute de o m. 60 environ, large de o m. 93; lettres 
de m. o3 à o&5 : 

dIa S 

A T I A M P E R (tie) 
EGRINA FIA 
ViXIT ANO 

HSE 



0- BMU.arch. duCom., 1906, p. cci; Bull, iê la Soe. de Sou9ê$, 1906, p. 196- 
196, n*' 91 à 96. 



Digitized by 



Google 



GGXXIV — 

(rLa partie gauche est endommagée. Peut-être une lettre a-t-elic 
disparu à la ligne 3 et faut-il songer à un gentilice comme Catia, 
Falia, Latia, Maûa; on aurait d'ailleurs aussi bien Aiia pour Atiia, 
Ensuite M. [/.], sans doute. 

vh. Stèle haute de o m. 5o, large de o m. ^6; lettres, o m. o3 
à o m. o65 : 

D-M-S 
V I N D I C I 
VSROGATIA 
NVS-PIVS Vf 
XIT-AN LXy,fM 

HSE 

ffc. Lettres, o m o3 • 

VLLAE L 
NIABE VIXIT AN 
RECTHE (') IS LXXI 
PIA VIX HSE 

AN • LX 
H S • E 

(f Le nom de la femme était probablement PuUaenia, le P étant à 
ligne précédente. 

ftM. Nicolas a trouvé aussi à Medeina une épitaphc païenne 
(lettres, o m.o45-o m. o35) : 

D-M-S 
/ABIA DAIIW 
VIXIT ANN 
XXV H S c 

frVUI. Le Musée du Bardo s'est enrichi de sept stèles portant 
des épitaphes hébraïques, qui ont été exhumées à La Mornaghia. 

<^) Cf., au même endroit, une Grania BerecL {Bull, de la Soc, de Sousse, 
1905, p. 195, n° 32). 



Digitized by 



Google 



— ccxx? 

M. Arditti a bien voulu me communiquer à ce sujet un mémoire 
intéressant que je transmets au Ministère. 

(tM. DubieZ) contrôleur des Domaines a Kairouan, a fait don à 
nos collections de deux lampes romaines, venant d'El-Djem, qui 
sont ornées de scènes empruntées à TOdyssée : Ulysse présentant 
la coupe de vin à Polyphème^^); Ulysse sortant de la caverne du 
Cyclope, attaché sous un bélier. Ces lampes sans queues, de facture 
très soignée, ont déjà été étudiées par M. Toutain^^^T» 



La séance est levée à 5 heures. 



Le Secrétaire de la Commiuion, 

R. Gagnât, 
Membre du Comité. 



^') Le musée Alaoui possédait déjà un fra[pnent d*une lampe analogue. (Cf. 
CaUiL du Mutée Alaoui f p. 168, n** 199; Gauckler, Bull, areh. du Cont,, 1897, 
p. 470.) 

<'î Voir plus loin , p. 869 et suiv. 



Archéologie. — N* 3. 



Digitized by 



Google 



r.cxxvi 



9 JUILLET 1907. 



SÉANCE DE LA COMMISSION DE L'AFRIQDE DU NORD. 



PRÉSIDENCE DE M. HÉRO^ DE V1LLEP08SE. 

La séance est ouverte à 4 heures. 

Excusés : MM. Diehl et Toutain. 

Le procès-verbal de la dernière séance est lu et adopté. 

Le Président annonce la mort de M. Ernest Mercier, président 
de la Société archéologique de Coostanline, et se fait l'interprète 
des regrets que cette triste nouvelle cause à tous les membres de 
la Commission de TAfrique du Nord. Pendant de longues années, 
ajoute-t-il, M. Mercier a dirigé cette Société avec un zèle et un 
dévouement que la Commission ne saurait oublier; les beaux tra- 
vaux qu'il a publiés sur Thistoire de la domination des Arabes en 
Afrique assurent à sa mémoire une place distinguée el lui donnent 
des droits indéniables à la reconnaissance des érudits. 

M. le Secrétaire donne lecture de la correspondance : 

Les brochures suivantes ont été adressées à la Commission par 
M. le D' Carton, membre non résidant du Comité : 

i'* Le sanctuaire de Tanit, à El-Kenissia; 

9^ Cinquième annuaire tépigrafhie ajricame . igoS-t^oS; 

3° Les basiliques chrétiennes d^Uperma; 

U^ Excursion à Lemta; 

5** La nécropole de Henchir-Zoura ; 

G"* Les stèles de Sidi-Bou-Rouis ; 



Digitized by 



Google 



GGXXVII 

7° Cinquième chronique archéologique Nord-africaine y, igo6; 
8° Les fouilles cTEl-Kenissia, près Sowtse, 

M. L. Bertrand, correspondant du Ministère, a envoyé une note 
sur Rusicade : Les bords du golfe de Numidie. 

M. Debruge, correspondant du Ministère, fait hommage égale- 
ment de deux brochures : 

1** La station quaternaire d'AU-Bacha, à Bougie; 
2° Nouveaux rochers taillés dans la région de Bougie. 

Ces brochures seront déposées à la Bibliothèque nationale et 
des remerciements seront adressés aux auteurs. 

M. GsBLL envoie les estampages de six inscriptions néo-puniques 
conservées au musée de Guelma. — Renvoi à M. Berger. 

Il a fait parvenir également la copie d'un certain nombre d'in- 
scriptions latines inédites copiées par lui à Khamissa, à Mdaou- 
rouch et au Musée de Sétif. 

L'une avait déjà été publiée d'après une mauvaise copie <^l La 
vraie lecture est la suivante : 

Aujourd'hui au jardin d'Orléans, à Sétif. Autel ou base. Haut., 
1 mètre; larg. et épaiss., o m. 48. 

(Voir le texte à la page suivante.) 

Genio Subtabarti, pro sainte imperatorum L, Septimi(t) Severi PU Pertinacis 
Aug{ust{) et Imp(eratoris) C{a)es{aris) Af. Aureli{i) Antonini Au\g]tisti [et\ 
P. S[eptimi(i) Getae nobilissimi Ca€s{aris) et] JuUae Dondnae August{ae) 
[m]atri imperatorum et castrormn emtores de. , . nsionum Iumian(a)e ? Sa.- 
on{a)e, Ponte{n)sis, Camm€(n)sis pro secun(da)felicitatefecerunt, curante... 

Les lignes 7, 8, 9, 19 et a o ont été martelées en tout ou en 
partie. 



<») Rêc. de Ùmttaniine, t. XXXIX (1906), p. «59. 



Digitized by 



Google 



CCIITIII 

GENIO SVBTABARTI 

? K O SALVTE 
IMPERATORVM 
L SEPTIMI SEVERI 
PII PERt N ACISC>AV6 "E 
IMP CESM AVRELI ANTON tw» 
NI'AVkJVSTI 

p SA:;< .;^ / :z::r. ■ - 

I1^5-/w^.^'' .. y /2. ;■. :,, M^/ i 

IVLI AE DOMINAE AV 
6 V S T mtAT R I • I M P E 
RATORVM "E CASTRO 
RVM ET CASTRORVM (sk) 
EMTORES DE I32E S N S I O (sic) 
NVM IVMIANE SAFO 
NE PONTESIS CAMMESI 
S PRO SECVN FEUCITATE 
FECERVNT 

c V R A N T m^2K/2.z::::,.Ci::,K:Ah.:zL .:: j 



Une flutrc inscription, encore inédite, a été trouvée au col de 
Tenict-Mcksen, au Sud-Ouest d'Aïn-Roua (ce col établit une com- 
munication entre la plaine de Sétif et la région des Babor). Trans- 
portée par M. Gouvernayre à la mine d'Aïn-Sedjera. — Larg. , 
1 m. 5&; haut, des lettres, o m. oh. 



Digitized by 



Google 



GGXXIX 



^ 



I OO PROSTRATA ESTINTERFECTISTA6AIIN AAASMVLE 

ETMHM RE6IBVSADPR/EHENSIS TIAM AFRA A 
fcA/i<>PASA\FyAXl^./i^iomArny,c^j,^ p^^^ 

UBVSVOTA DUS IMAAORTALIBVS fJTTVtt» 

LLVS SAC 



M. Merlin dépose, pour être examinés par la Commission : i* un 
rapport de M. le lieutenant Faveris sur des fouilles faites par cet 
officier à Henchir-Beni-Guedall. — Renvoi à M. Gauckler. 

9'' Un autre rapport de M. le D*^ Carton sur un sanctuaire de 
Saturne découvert dans les ruines de Tancienne Thubumka, — 
Renvoi à M. Toulain. 

3** Une reconnaissance archéologique aux environs de Zaghouan 
par M. le capitaine Bézu. — Renvoi à M. Cagnat. 

Il lit ensuite un rapport rédigé par M. Poinssot sur les fouilles 
récentes de Dougga : 

ffLes fouilles de Dougga ont duré du so avril au 9i juin. On 
a continué le déblaiement de la région située à TOuest du Capi- 
lole. L'énorme masse de déblais accumulés en cet endroit (la fouille 
atteint parfois une profondeur de i s mètres) n'a permis de déga- 
ger que la partie du forum la plus voisine du temple. Divers sou- 
bassements forts soignés et un ensemble de petites terrasses d'un 
plan assez compliqué y étaient accolés de ce côté. Il faut, croyons- 
nous, voir dans ces terrasses les rostra de Tinscription suivante 
dont la partie gauche a été trouvée sur l'une d'elles; la partie 
droite, brisée en deux morceaux, avait été trouvée précédem- 
ment dans le voisinage (*). 



^'^ Cf. L. IVinsfM)!, Les in»n*\pùm» de Thugga, n° 113 {Nouv. archives des 
Miff.,XIJJ). 



Digitized by 



Google 



— ccxxx — 

ri tfstCIA • VICTOrm FLPHIMP- 

ad ornamenTvm • rosTrorw 
expoll«sxXnFierivolvit 

ADDiTlSASE QVATTVOR CAN 
CELLIS- AMPLIATAPECVNIA DED- 

(T Ligne i . Jl(amimca) p{erpetua) h{onoraria) imp{etua)1 

rrOn a ailleurs exposé pourquoi la place de ia Rose-des- Vents qui 
constitue à TEst une véritable annexe du forum qui vient d'être 
retrouvé, nous paraissait, ainsi que le temple de Mercure, posté- 
rieure aux Antonins^^). La décoration des ro$tra est sensiblement 
contemporaine, puisque le nom de la flaminiqne Asicia se lit sur 
des bases postérieures à Tërection de Dougga en municipe (entre 
196 et 91 1), antérieures à sa conversion en colonie (entre 9 39 et 

crAu Sud du forum se dressait un grand édifice dont le soubas- 
sement à bossages a été utilisé par les Byzantins; deux bases de 
colonnes accouplées sont encore en place, et il semble bien qu'on 
doive reconnaître le texte de sa frise dans une grande inscription 
(lettres de m. 93) dont diflérents morceaux ont été encastrés 
dans le bastion en partie construit sur ses fondations ('^ Deux nou- 
veaux fragments permettent de dater cette inscription : 

(a) pronal VTE IMPT ( AELl - H A driani anUmini 



«Les siècles suivants ne se désintéressèrent point de la décora- 
tion du forum. A Tangle Sud-Ouest du Capitole est adossé un 
grand soubassement dédié à un empereur, dont le nom a été très 
soigneusement martelé , par la cokmia Thugga, 

(tA quelques mètres de là, une grande inscription dont la partie 
droite manque et qui n'est sans doute qu'à peu de distance de sa 



<*) Cf. L. Poinssot, Le$ insnHptioM de Thugga, n* 22. 
w Ibid., n'* 118 et 119. 
<^> Ibid.^n" 162. 



Digitized by 



Google 



CCXXXl 

place primitive, donne une partie des noms du proconsul d'Afrique 
de Tan 3oo. 

(3) FORTISSIMO AC NOBILISSIMo pnm:^* 

'm^y^rm imrmmQ a L E R I O V a L E R w maanmumo 
COSIII PROCOS 

ANNO PROCOS POSTVwt 

TVCCIANO CV NVMINI El t«(/tca(Mttm. . . 

cr C'est également à cette partie du forum qu'il convient d'attri- 
buer le texte tout à fait analogue dédié à Maximien sous le procon- 
sul Aurelius Antiochus; il est encastré dans le mur byzantin à 
quelques mètres au Nord-Ouest du temple^*). 

trlln mur de basse époque contenait, à huit mètres au-dessous 
du sol actuel, deux bases qui durent être dressées, elles aussi, sur 
le forum : 

(A) DIVVS 

TRAIA 

NVS 

rr Lettres très allongées, o m. i^-o m. ii. 

(5) DIVVS 

HADRIA 

NVS 

P I V S 

r Lettres, o m. i5. 

(T Cette dernière base avait été d'abord consacrée à Faustine. 
Une de ses faces porte en effet : 

^^> et L. PoinsBot, i>f inM(ripUim$ de Tkugga, n* 108. 



Digitized by 



Google 



CCXXXII 

(6) / « H s I I a a £ 

AVGIMP CAEs 
M • A V R E L I 
A N T O N I N I 
AVG • ARMEN 
ACI • DIVI -AN 
TONINI PII FI 
LIAE PAGVS 
ET CIVITAS 
/HVGG-DDPP- 

<r Cette dédicace avait été gravée au même moment qu'une base 
tout à fait analogue, dédiée au divin Antonin ^^\ qui fut découverte, 
elle aussi , à TOuest du Capitole. 

(rll a été, en outre, trouvé dans les fouilles un grand nombre de 
textes, tant publics que privés, qui formeront Tobjet d*un rapport, 
supplément de nos InscriptioM de Thugga. 

(T Enfin M. Mbrlin entretient la Commission du résultat des re- 
cherches qu'a poursuivies, cette année, la direction des Antiquités 
de Tunisie : 

(rl. La direction des Antiquités et Arts a poursuivi, au printemps 
1907, les travaux qu'elle avait entrepris, à l'automne dernier, aux 
sanctuaires de Sbeida. La consolidation de ces grands édifices a été 
commencée par la remise en état du stylobate sur la façade posté- 
rieure, puis des réparations importantes ont été exécutées au temple 
central ; dans le temple de gauche , une partie du mur latéral gauche 
de la cella a été remontée; on a pu redresser les pilastres, replacer 
les chapiteaux, relever la paroi dont les pierres portent les entailles 
où est venue, à l'époque chrétienne, s'encastrer la voûte d'une salle 
adjacente au monument ^^l Ces restaurations, exécutées grâce aux 
subsides du Gouvernement Tunisien, assureront d'une façon effi- 
cace la sauvegarde de cet ensemble si imposant. 

^*> Cf. L. Poînssot, Le» intcriptiong de Tliuggaf n* 68. 

^*J Saladin, Archive» de» Mi»»ion», 3* série*, t. XIll, p. 69. 



Digitized by 



Google 



GCXXX111 

(T A la fin de Tannée 1 906 , on avait découvert derrière les temples 
une inscription dont j'ai envoyé la teneur à la Commission dans sa 
première séance de 1907, d'après un estampage insuffisant. Tel 
qu'il a été publié dans les procès-verbaux du i5 janvier de cette 
année (^), ce texte n'est pas tout à fait exact, ainsi que j'ai pu 
m'en convaincre en étudiant récemment la pierre, qui est assez 
endommagée à sa partie supérieure. Il me parait donc bon de la 
décrire de nouveau, plus complètement et plus correctement. C'est 
une base honorifique analogue au plus grand nombre de celles qu'on 
trouve à Sbeitla, c'est-à-dire sans corniche faisant saillie en haut ou 
en bas et avec une simple moulure plate encadrant les lignes gra- 
vées. Haut., om. 76; larg., om. Bs; épaiss., om. 38; lettres : 
oro. 07-0 m. o/i5. 

C TVRRANiO C F CLV I R 
SILVANO ^ FLAM AVG CLARC- 
PRAEF I <2!> D <2;>IÎVIR ^ OB INSlG 
NEM S I M P L I C I TA T E M EIVS 
5 ET IN^IlVIRATV CIRCA OM 

NES In immMmmwm^iA m c v r I 

AE VNIVERSAE AT DECLA 
RANDAM TESTIFICANDAMQ 
IVDIClI ET ADFECTIONIS SVAE RELIGiO 

•10 NEM-AERE CONLATO FECER-ETDEDICAVER^ 

• 

«r A la ligne a, il n'y a pas, comme j'avais cru pouvoir l'affirmer, 
fiam. Augg.p.p. y mahjlam. Aug. q. arc. =Jlam{m) Aug{u8ti) , qiuaestor) 
arc{ae). On dit en général quaestor arcae pubUcae, cependant on 
rencontre quelquefois aussi quaestor arcae seulement ^^K — La lacune 
de la ligne 6, qui a emporté le milieu du mot inn[ocenti]atny mérite 
une mention spéciale. Elle a été produite à dessein, quand on a 
voulu remployer la base : c'est là qu'a été creusé le trou de louve 
qui devait permettre de soulever la pierre, dont nous pouvons d'ail- 
leurs préciser la place lors de cette réutilisation. On sait^^) qu'une 

^*) Voir plus haut, p. cuni. 
^^^ De Ruggiero, Dhion, epigi\, ï, p. 639. 

(') Saladin, /oe. rif., pi. Il, p. 69; Cagnat et Gaurkier, Let Temples paient, 
pt. X,ii*5. 



Digitized by 



Google 



CCXXXIV 

salle rectangulaire se trouve comprise entre le sanctuaire de gauche 
et réglise qui occupe Tangle gauche du péribole des temples, au 
fond; celte salle rectangulaire prenait jour, face a Tentrée, par une 
fenêtre en pleio cintre; le piédestal de C. Turranius Silvanus avait 
été accolé à cette ouverture; sa partie supérieure, par derrière, a 
été taillée en effet de façon à épouser la forme incurvée que pré- 
sente le côté droit de la fenêtre en haut. La base a été déterrée au 
pied du mur, au bas duquel elle était tombée. 

(rSi j'insiste sur ces détails, c'est qu'il me paraît bon de retracer 
avec autant de précision que possible l'histoire des matériaux de la 
ville romaine, transformes à basse époque. Les recherches de M. le 
lieutenant Boyé en i883-i88& nous ont déjà appris que le forum 
a\aitété pillé pour restaurer l'amphithéâtre ^^J; nous aurons encore 
à faire d'autres constatations du même genre qui ne sont pas sans 
intérêt. 

'^ Devant les temples nous avons dégagé l'escalier qui menait au 
sanctuairede droite; il se composait de 17 marches, dont les 7 infé- 
rieures sont encore intactes. Le même travail se poursuit actuelle- 
ment en avant du temple gauche; il vient d'amener sur la place, 
entre celui-ci et le temple du milieu , la découverte d'une base ho- 
norifique dédiée à Sévère Alexandre. Haut. , t mètre; larg. , o m. &o ; 
épaiss.;, o m. 5o; lettres : o m. o45-o m. o5. L'inscription est en- 
tourée d'un cadre plat (d'après un estampage ) : 

I M p. c a e s. 

M a u r e l i o 

S e V e r aie 

^ a n d r a u g. 

D I V 1 SE ptimi 
S E V E R I pii ne 
P O T I • D I vi 
M AGN 1 • An/0 
NI NI • PII • FI lio 
?'M'?'?' D' Dp p 

<i' Corp. iVwrr. /a/., t. Mil, n^'uSi 8, 1 i3a3, t t3i3, 1 i3a/i, ii3a5, 1 1339, 
ii338, 11360, ii3A3, ii3Â5^ ii366, ii3^i8, 1 1 3^9. l«ameniioD concernant, 
len" 11 3a 8 est erronée. 



Digitized by 



Google 



-^ cc\xxv 

frCf. d'autres bases impëriaies, avec rédaction analogue, rem- 
ployées au pont aqueduc ou à l'amphithéâtre ('). 

(fNous avons suivi sur loo m. la voie qui conduisait à Tare de 
triomphe situé devant les temples. Cette rue, large de 17 m. Bo, 
bordée de maisons particulières ou de boutiques, a son dallage 
bien conservé; nous y avons déterré, non loin de la porte triom- 
phale, un fragment d'inscription qui mérite, malgré son peu d'é- 
tendue, d'attirer l'attention. Sur un morceau de plaque calcaire bri- 
sée à gauche et à droite, complet en haut et en bas, on lit les 
quelques lettres suivantes (haut., m. Ufi; long., o m. /i5 ; 
épaiss., o m. 06; lettres : o m. i3) : 

ES VES 
ES VES 

^11 faut coiiipléler : 

I 



\ "* 
imp. t, en ES VES pasian . i 

( « 

(f Jusqu'ici, le plus ancien monument daté de Sbeitla était l'arc 
de triomphe des temples, qui appartient au règne d'Antonin posté- 
rieurement à i/io. L'inscription actuelle nous fait remonter de 
quelque soixante ans en arrière et nous fournit un témoignage encore 
vague, mais qui se complétera bientôt, espérons-le, sur l'histoire de 
la ville dans la seconde moitié du i*'' siècle. Il ne faut pas oublier 
que certains érudits ont attribué à Vespasien l'érection de Su/etuk 
en colonie. 

w A droite de cette rue, en allant vers le Capitole, à 70 mètres envi- 
ron de l'arc, un édifice de forme sensiblement carrée projetait hors 
du sol ses quatre piliers d'angle en grand appareil, seuls demeu- 
rés debout de ses murs, qui, bâtis en blocage, avaient moins bien 
résisté ^^\ Le déblaiement en a été entrepris. Il n'est pas encore as- 

<») Corp. intcr, Uu., t Vm, n- ii3ao, iiSaS, iiSaS. 

(<) N* i4 du plan de M. Saladin , >4rcA. dêB V»t«.. XUJ, p. 6/i. 



Digitized by 



Google 



CCXXXVI 



sez avance pour qa'on puisse se prononcer sur les particularités de 
la disposition et sur la destination du monument, mais les fouilles 
ont déjà eu des résultats satisfaisants. Au Nord-Ouest de la salle 
principale, dans une partie assez remaniée de la construction, une 
petite nécropole avait été ménagée à l'époque byzantine. Deux sépul- 
tures y ont été rencontrées : Tune était couverte d'une inscription 
gravée sur une dalle calcaire (haut., om. 91; larg., om. 5o; 
lettres : o m. o5-o m. 06) : 



-f^BlOU flDEz 
U2 BIX IN PACE 
ANI2 BlhlNTI D 
EP02ITA E2T 2EXT 
YDECIMY ^ IYNIA2I 



N d-^ 2EBTIMAf 
wA noter la forme du G de Biginti : h 

w L'autre tombe, sans inscription, contenait deux boucles d'oreille 
en or, très simples, avec un léger renflement ovale à leur partie in- 
férieure ; des restes de collier : perles rondes en pâte de verre de 
couleurs et de grosseurs variées, perles allongées en améthyste, 
petits anneaux de bronze, et un débris d'épingle en ivoire. 

wNon loin de là, entre la rue et l'édifice, mais cette fois en de- 
hors de celui-ci, au milieu des vestiges d'un petit monument cir- 
culaire, on a de même reconnu la présence de tombeaux : quatre 
sarcophages en pierre, fermés de dalles, étaient alignés les uns à 
côté des autres. Dans la terre on a recueilli quelques fragments in- 
signifiants d'une plaque portant une inscription chrétienne, sans 
doute des débris d'un des couvercles. 

(rCes cimetières sont à rapprocher de celui que M. Montalier a 
exploré au Sud et tout près de l'enceinte des trois temples ^^l II 

(*) Gauckler, BulL arch, du Cam,, 1906, p. clviii. 



Digitized by 



Google 



— ccxxxvu 

fallait que la population de la Sufetula byzantine fût singulièrement 
réduite pour qu on enterrât ainsi en pleine cité romaine. 

(f La ville, d'ailleurs , se garnissait à cette époque de forts pour les- 
quels on empruntait les matériaux romains; un des exemples les 
plus curieux de cette exploitation systématique est fourni par le 
théâtre. La moitié gauche de la scène, vue de Torchestre, a dis- 
paru; les pierres ont, pour la plupart, passé dans les ouvrages qui 
défendaient Sbeitla au Sud-Est. Dans les forts n"^ 18 et 19 du plan 
de M. Saladin, surtout dans le second, on trouve des parties de 
frise architravée dont les inscriptions se rattachent par le carac^ 
tère, la hauteur des lettres, la forme des moulures à celle dont les 
vestiges sont encore dans le théâtre ^'). Certains de ces morceaux ont 
été publiés isolément au Corpus (^) et doivent être rapprochés des 
autres; il en est un qui est inédit, long. , 1 m. ao , lettres : o m. ao : 

DOMINl NOSTRt 

(rDans le même fortin n*^ 19, une base de colonne prise au mi- 
lieu de la maçonnerie a les mêmes dimensions et le même profil 
que celles qui ornent la scène du théâtre, doù elle semble bien 
provenir (diam., o m. 7a; haut., o m. 3o). 

rrll faut noter aussi que des bases, venant sans doute du Forum, 
sont aujourd'hui au pied du fortin n° 18 d'où elles ont roulé (*). 

(T Toutes ces constatations ont leur valeur pour les recherches 
ultérieures qu'on pourra faire à Sbeitla. 

(rll. A BtUlaRegia, nous avons dégagé, autant que peut le per- 
mettre le terrain très marécageux en cet endroit, les abords du 
temple d'Apollon et des Dieux Augustes, déblayé l'an dernier par 
M. le capitaine Benêt. 

(tA droite du temple, contigu à lui et sur le prolongement de 
sa façade, s'ouvre un petit exèdre, mesurant environ 7 mètres de 
diamètre à l'entrée et 5 mètres de profondeur. A l'entrée de cet 
édicule, à gauche, tout contre le sanctuaire, on a trouvé une 
pierre épaisse de o m. /lo, longue de o m. /16, brisée en haut et 

0^ Corp, in$cr,lat,, n" 11 33 A. 

W /6û/., n» 11363. 

'*) Ibid,,n''' ii34i, ii34/i. 



Digitized by 



Google 



CCXXXVIll — 

à gauche, complète en bas et à droite. Deux fragments de 
moindre dimension se raccordent entre eux et avec la partie supé- 
rieure du bloc, donnant un ensemble dont la hauteur est de 
o m. 1x0. Par la juxtaposition de ces trois morceaux, on obtient le 
texte suivant (lettres, o m. o45-o m. o35) : 

(I. caesari A V G * F A V G • P O N (. 



max, trih. POT • XXXVI • COSV 

LSVS- AED • PORT- COL • IIII • 

D • S • P • F 

cr Ligne i, TA au début, TNàla lin sont incomplets; ligne 2. 
le mot cas est endommagé; le bas du G et de TO a disparu. Une 
moulure large de o m. 08 règne en bas et à droite. 

(f L'inscription a été dédiée à Tibère, entre le 27 juin 34 (M h' 
26 juin 35. 

tfA la ligne 3, on pourrait songer à compléter acd{Uls). m 
comme il faut ensuite admettre j9or((tcum), coî{umna8) iiii, \v r, 
qu'il vaut mieux s'arrêter à aed{eni). Dans cette partie de la ^ 
il me paraît difficile de penser à un autre sanctuaire qu'au 
d'Apollon et des Dieux Augustes, dont la fondation ni. 
ainsi aux premières années de l'empire. Peut-être mt'n 
date n'était-ce que la reconstruction d'un édiBce aut« 
consacré à la même divinité, au Baal punique dont i 
main, deuspatnusy ne semble avoir été à BuUa Reffin .: 
Dès le règne de Tibère, un temple de Dougga subi- 
portantes restaurations ^^\ 

w L'expression coLniid. s.p.f. se rencontre >• 
en l'honneur de Tibère, exhumé au début do 1 
M. Morand, à Choud el-Batel, près de Medjez «' 

frll est intéressant aussi de rapprocher 1 



Digitized by 



Google 



lIIa^e^ ac m 

haais*-' 1. 



;;née 

i.ujue 

vidés, 

forme 

lient la 

-Ion. Les 



•fit chacun 
Hache, par 



1 CDiHmsr J2a_: 

Ci»' ^ &_ au* - 
tiacmc «'^ 



i du R. P. De- 
irihage, lautre 

couvert' h Saniel- 



I ^ 



*^ISÊfC9jf 




\ii premifTe ii{|ne el o m. o3 

cippe porte une excavation car- 

III. 1 15 de profondeur. 

ilel; rinscription a ét^ gravée dans 

'i.*5 et hirge de o m. 93. A sa face 

nié en forme de cuvette mesurant 



lune'raire en pierre, haute de o m. 70, 
• Saint-Joseph deThibar, parM. JeanWaU 
, haute de o m. 9 5, n'a pas été dégrossie 

» terre. Le monument épais de o m. 11 se 

3. 



Digitized by 



Google 



— CCXL 



(fLe Musée Alaoui s'est enrichi également, grâce à la libéralité 
de la Marine Française, d'objets découverts dans les travaux de l'Ami- 
rauté, à Bizerte. M. le contre-amiral Bellue, commandant en chef 
la division navale de Tunisie, a eu l'amabilité de me remettre 
pour nos collections : 

n 1** Des bijoux et des monnaies, trouvés en mai igoB à la Baie 
Sans-Nom, à la station des sous-marins; deux bracelets en argent; 
plusieurs tétradrachmes d'argent, entiers ou intentionnellement 
coupés, de villes grecques : Athènes, Agrigente, Léontion, Syra- 
cuse ^^^ ; cinq pièces de bronze de Carthage. 

fr9° Trois masques en terre cuite, découverts en 1906 à la baie 
Ponty, lors des fondations de l'usine d'électricité; deux sont sem- 
blables et représentent des têtes de femme (haut., o m. 22; larg., 
o m. 18); les cheveux sont partagés en deux bandeaux qui des- 
cendent assez bas, cachant les oreilles; sur le dessus de la tête, une 
touffe de frisures. Les yeux trop largement ouverts donnent à la 
physionomie une expression particulière d'étonnement. Au cou, 
un collier avec, au milieu, un large pendentif. Le troisième masque 
figure une tête d'homme barbu (haut., o m. a3; larg., o m. 16), 
aux arcades sourcilières accusées, aux pommettes saillantes, aux 
plis de la bouche et des joues fortement accentués. Les cheveux et 
la barbe ne sont pas indiqués. Les oreilles étaient rapportées; 
celle de droite a disparu. Le nez est cassé. Quatre trous, en haut, 
en bas, un sur chaque bord latéral, permettaient de fixer cette ap- 
plique sur la paroi qu'elle était appelée à décorer. 

ff Trois autres masques, provenant du même endroit, sont con- 
servés à l'Amirauté à Bizerte. Deux sont semblables aux deux 
premiers que nous avons signalés; le troisième reproduit la tête 
de la Gorgone, la langue pendant hors de la bouche largement 
fendue. 

wLes travaux de la tranchée du tramway Tunis-La Goulette- La 
Marsa ont amené à la hauteur des citernes de Bordj-Djedid, à Car- 
thage, la découverte de deux nouveaux objets aujourd'hui déposés 
au Musée du Bardo : 

ff 1° Un masque tragique, en plomb, d'un relief assez faible 



Digitized by 



Google 



GGXLl 



(haut., o m. tsi; larg., o m. 165), ayanl servi d'applique. La iéte 
est surmontée d*une perruque compliquée, répartie en cinq étages 
horizontaux superposés; chaque bande est soigneusement peignée 
et frisée. Deux grosses touffes de cheveux descendent de chaque 
côté du visage, recouvrant les oreilles. Les yeux ne sont pas évidés, 
ils sont seulement creusés; au contraire, la bouche ouverte forme 
un grand orifice rond qui a absorbé presque complètement la 
lèvre supérieure et une bonne partie des joues et du menton. Les 
sourcils sont indiqués par des traits obliques. 

(râ° Une anse de vase en bronze (haut., o m. i/i), dont chacun 
des bras est terminé à la partie inférieure, au point d'attache, par 
une tête de femme, n 

M. Hbron de Villbkossb communique, de la part du R. P. De- 
lattre, deux inscriptions latines trouvées Tune h Carthage, lautre 
à Thibar. 

wl. Carthage. — Sur un cippe funéraire découvert] à Saniet- 
Khodja. Haut., o m. 88; larg., o m. Ss. 

QjCAEClLlVS 
Q • FÏIVFVS<2!> 
PIVS • VlXIT 
ANN • IIII ^ 

«Hauteur des lettres, o m. o35 à la première ligne et o m. o3 
à la dernière. 

«Au-dessous de Finscription , le cippe porte une excavation car- 
rée de o m. 16 de côté et de o m. 1 15 de profondeur. 

«Le cipp(» a la forme d'un autel; l'insrriplion a été gravée dans 
un encadrement haut de o m. fi'i et large de o m. 93. A sa face 
supérieure, ce cippe est évidé en forme de cuvette mesurant 
o m. i3 de diamètre. 

«2. Thibar. — Stèle funéraire en pierre, haute de o m. 70, 
trouvée dans la plaine de Saint-Joseph de Thibar, parM. JeanWal- 
ter. La partie inférieure, haute de cm. *i5, n'a pas été dégrossie 
et devait être cachée en terre. Le monument ('«pais de o m. 1 1 se 

ABcuéoLOGie. — N** 3. 



Digitized by 



Google 



GGXLU 

iermioe, au sommet, par deux pans coupés formant fronton. L'in- 
scription est gravée dans un encadrement haut de o m. qq et 
large de o m. 19. 

C ^ CAESVLENI 

VS • ELEGA NTIS 

F-MESSORV-AVII 

H S E 

(f Hauteur des lettres, o m. o& à la première ligne et o m. oq5 
à la dernière, y» 



M. MoNCiADx lit un rapport sur une note envoyée par M. Hin- 
glais et relative à une mosaïque chrétienne des environs de 
Constantine : 

wM. Hinglais, conservateur du Musée de Constantine et corres- 
pondant du Comité, a adressé à la Commission tne note intéres- 
sante sur des découvertes qui ont été faites récemment à la ferme 
Truchet, située à environ 3 kilomètres à TOuest de Constantine, 
au delà des ruines de Taqueduc romain. 

(rLa ferme Truchet occupe l'emplacement de constructions 
antiques; çà et là émergent encore désalignements de pierres tail- 



(tM. Gérard, qui exploite aujourd'hui la ferme, recueille soigneu- 
sement les restes des anciens monuments. En dégageant une pierre 
qui parait avoir été la base d'un pilastre, il a découvert, à o m. 80 
au-dessous de la surface du sol, une mosaïque d'un travail assez 
fin, bien conservée, quoique dégradée un peu sur les bords. 

cr Cette mosaïque, longue de 9 m. la, large de 1 mètre, cou- 
vrait une tombe chrétienne. Elle est entourée d'un cadre, où ser- 
pente une sorte de ruban. La décoration en est élégante. En bas, 
un grand vase à deux anses, d'où s'échappent de longs rameaux 
fleuris, sans doute des branches de rosier. En haut, dans un 
cercle qu'enveloppent deux branches, un monogramme constanti- 
nien accosté de l'a-âi, et une inscription en quatre lignes que sé- 
parent des traits rouges. Lettres régulières, hautes de o m. 08, 
en cubes blancs sur fond vert. 



Digitized by 



Google 



OGIUll 

(T Voici cette inscription : 

S A L VEET ER 
NVMIH IM AX 
IMEFRATERETE 
RNVMQVALE 

(Sub Christo) gave (àjelenmm (m)iki, Maxime fraier, 

{A)eterHumq{ué) vak! 

(tD après la forme dn chrisme, Tinscription parait dater de la 
fin du I?' siècle ou du commencement du y*. C'est Tépitaphe mé- 
trique d'un certain Maximus. Les formules sont nouvelles dans 
répigraphie chrétienne d'Afrique. A la ligne s, le groupe de 
lettres IHI, qui semble d'abord une ënigrae, s'explique très natu- 
rellement, si l'on redouble l'M qui précède: Sahe {a)etemum {tn)ihL 
Ce mUn explétif n'a rien d'anormal , et la lecture est d'autant plus 
Yraisembl2J)le, qu'elle complète exactement l'hémistiche. Il ne 
semble pas douteux que le rédacteur de l'épitaphe ait eu des pré- 
tentions poétiques; et l'on trouve en Afrique, notamment à Tigzirt, 
bien d'autres exemples de distiques enfermés dans un cercle. 

wA quelques pas de cette mosaïque, M. Gérard a découvert 
plus récemment deux autres sépultures : une simple fosse recou- 
verte de grands carreaux en céramique, avec les lettres VICTOR O , 
et un grand sarcophage, d'un calcaire blanc à grain très fin, 
soigneusement taillé et poli, sans inscription ni sculpture, mais 
protégé par une dalle très épaisse taillée en caisson. Ces sépul- 
tures renfermaient des restes d'ossements. 

ffllest possible que ces tombes et les débris de murs voisins 
marquent l'emplacement d'une basilique. M. Gérard continue les 
fouilles, qui malheureusement ne pourront être poussées jusqu'au 
bout, à cause des constructions de la ferme. ^ 

M. TouTAiN a fait parvenir le rapport suivant : 

f(La note adressée k la Commission par M. A. Joly, correspon- 
dant du Ministère à Alger, sur des Ruines vues dans le Sud Tunisien, 
consiste en une énumération pure et simple de vestiges antiques, 



Digitized by 



Google 



CCXLIV 

dont la plupart sont déjà connus. L'unique inscription mentionnée 
dans cette note est de même publiée depuis plusieurs années. 11 
suffira donc de déposer le travail de M. Joly dans les archives de 
la Commission , où il pourra être consulté au moment où se prépa- 
reront les feuilles de Y Atlas archéologique de la Tunisie consacrées au 
pays visité, t) 

• 
La séance est levée à 5 heures. 

Le Secrétaire de ta Commiaion, 

R. Gagnât, 
Membre du Comité. 



Digitized by 



Google 



COXLV 



12 NOVEMBRE 1907. 



SÉANCE DE LA COMMISSION DE L'AFRIQUE DU NORD. 



PRÉSIDENCE DE M. UÉRON DE VILLEFOSSE. 

La séance est ouverte à U heures. 

Excusé : M. Berger. 

Le procès-verbal de la dernière séance est lu et adopté. 

M. de Saint-Arroman lit à la Commission la liste des nouveaux 
membres non résidants et correspondants du Comité qui ont été 
nommés récemment par M. le Ministre en Algérie et en Tunisie, 
conformément à ses propositions. 

M. le Secrétaire donne lecture de la correspondance : 

Les brochures suivantes ont été adressées à la Commission : 
1" R. P. Delattre : Le Culte de la Sainte Vierge en Afrique, 
2** Alfr. Merlin : a. Rapport sur les inscriptions latines de Tunisie 
découvertes depuis la publication du Corpus. 

b. Découvertes à Sed-el-Youdi. 

c. Découverte d^un vase égyptien dans la nécropole punique de Bnrdj- 
Djedid. 

3** H. Nicolas : Une collection de lampes antiques. 

4" A. Vel : a. Monuments et inscriptions libyques relevés dans les 
ruines de Tir-Kabbine. 

b. Excursion archéologique sur le territoire de la commune mixte 
d'Aïn-Mlila. 

Ces ouvrages seront déposés à la Bibliothèque Nationale et des 
remerciements seront adressés aux auteurs. 



Digitized by 



Google 



GGXL?I 

Ont été envoyés à la Commission : 

1** Par M. le Capitaine Dessigny, chef de l'annexe d'Aïn-Sefra, 
deux notices, Tune sur les tumuli de la région d'Aïn-Sefra, 
l'autre sur les monuments à enceinte circulaire en pierre de la 
même région. — Renvoi à M. Reinach. 

11° Par M. Merlin, Directeur des Antiquités de la Tunisie : 

a. Une note de M. Vallée, lieutenant au 6*" tirailleurs, à Sousse, 
relative à des inscriptions puniques sur céramique relevées par cet 
officier dans le camp des tirailleurs de cette localité. — Renvoi à 
M. Bei*ger. 

b. Un rapport de MM. Barrier et Benson, lieutenants au U* ti- 
railleurs, àSfax, sur des fouilles faites dans la nécropole de Thina. 
— Renvoi à M. Héron de Villefosse. 

M. Charrier, correspondant du Ministère à Alger, à commu- 
niqué la copie de plusieurs inscriptions qu'il a copiées à Miliana. 
La suivante est inédite; elle a été trouvée cet été dans une carrière 
de sable près de la porte d'Oriéansville : 

3 têtes 
LO LLIVS S 1 «ONE 
VIXIT ANNIS T 
RIGINTA DVO DIS 
CEDIT XI KAL DECEN 
PRO CCLXXV 

Il a, de plus, fait parvenir en communication un carnet qu'il a 
acquis chez un brocanteur et qui contient la copie dessinée d'un 
certain nombre d'inscriptions d'Algérie. Ces copies ont été prises 
en i8&3 et les années suivantes par un officier dont le nom n*esl 
cité nulle part. Tous les textes qui figurent dans ce carnet sont 
connus, sauf l'épitaphe suivante qui provient du Hamma près 
Constantine : 

D M 
L I C I N I 
V S MESS 
VIX AN XIV 



Digitized by 



Google 



GGILVII 



Dans la garde dudit carnet était plié un fragment de pièce ad- 
ministrative (bon de remboursement de vivres militaires), de ta 
même écriture que le reste du carnet, datëe de wOued Lahamma, 
le 8 octobre i8&&9> et signée : (cE. Tesson, officier chargé du détail. 
C'est, semble-t-il, Tauteur des dessins en question. 

M. le Commandant Guénin, correspondant du Ministère à Té- 
bessa, a fait parvenir deux fragments de poterie, couverts d'écriture 
cursive, qui ont été trouvés dans les ruines d'une maison antique 
à Henchir-Touta, près du bord] de Telidjène. Les caractères sont 
difficiles à déchiffrer et Tétat de mutilation des tessons ne permet 
pas de se rendre compte exactement de ce qu'on y lisait. On voit 
seulement que le texte se composait de colonnes terminées par 
des chiffres. Il serait souhaitable que des fouilles fussent faites 
dans cette maison qui «rpar sa situation au centre de la ville, au 
point de jonction de plusieurs rues et aussi par sa construction 
soignée, semble être un monument public t». Les nouveaux ostraca 
qu'on y trouverait sans doute permettraient de déchiffrer les deux 
morceaux que M. le Commandant Guénin a envoyés. 

M. Caonat lit le rapport suivant : 

fthe manuscrit de M. le Capitaine Bezu, intitulé : Reconnaissances 
archéologiques aux environs de Zaghouan, se divise en trois parties. 
Dans la première , l'auteur décrit brièvement quelques ruines voi- 
sines de Zaghouan, dont plusieurs ont déjà été signalées et d'autres 
sont sans importance. La seconde est consacrée à Henchir-es-Souar 
{Abthugni). M. Bezu a relevé le plan des ruines et a fait quelques 
fouilles dans le Capitole. Cette partie serait bien plus intéressante 
si les fouilles avaient été plus poussées; mais les descriptions 
données sont beaucoup trop sommaires sur tous les points et n'a- 
joutent presque rien à ce qui a déjà été écrit sur la question. Reste 
la troisième partie qui contient le texte d'un certain nombre de frag- 
ments d'inscriptions trouvées au cours des fouilles. Quelques-unes 
suaient utiles à publier ; malheureusement il est difficile , faute d'une 
représentation graphique suffisante, de savoir si les différents frag- 
ments reproduits appartiennent ou n'appartiennent point à la même 
pierre; pour quelques-uns seulement, la chose est évidente. Si l'on 
avait des renseignements plus précis, on pourrait sans doute réta- • 



Digitized by 



Google 



CCXLVIII 



blir en partie la dédicace du Capitole. En conséquence, je propose 
de remercier M. le Capitaine Bezu de son travail et de renvoyer 
à M. Merlin le manuscrit en Tinvilant à faire continuer les re- 
cherches par celui qui les a si bien commencées. Il y aurait lieu : 
1® de lui demander l'estampage de tous les textes qui terminent le 
rapport, à l'exception de ceux qui sont déjà connus (ii, lâ, 39); 
2" ae faire une exploration compljïle du Capitole et des environs et 
d'en noter le résultat dans un nouveau rapport, beaucoup plus 
détaillé et accompagné de photographies. ^ — Adopté. 

M. Cagnat dépose pour l'impression une note très intéressante 
de M. Audollent, professeur à TUniversilé de Clermont, sur de nou- 
velles tabellae magiques découvertes à Sousse, et un rapport de 
M. L. Bertrand, correspondant du Ministère, sur des fouilles faites 
par lui le long de la voie romaine de Philippeville à Stora. 

M. DiBHL rend compte d'une note qu'il a examinée : 

trMM. Barrier et Benson, lieutenants au U* tirailleurs, envoient 
une note sur des fouilles faites par eux au champ de manœuvres de 
Sfax, et qui ont amené la découverte d'un certain nombre de sé- 
pultures païennes postérieures au commencement du m' siècle 
après J.-C. Les unes sont des sépultures en jarres d'un type déjà 
connu, les autres à la couche inférieure du terrain sont de simples 
fosses. L'intérêt principal de ces fouilles se trouve dans les objets 
de mobilier funéraire: lampes, plats, verres et monnaies, retrouves 
dans plusieurs de ces tombes. La note de MM. Barrier et Benson 
publiée au Bulletin complétera utilement les recherches déjà 
faites dans la nécropole de Sfax.^ — Adopté. 

M. Gadgkler, à propos d'un rapport de M. le lieutenant Faverio, 
chef du poste de Dehibat, dans le Sud Tunisien, s'exprime ainsi : 

«fM. le lieutenant Faverio a rédigé une courte note sur les ruinas 
d'Henchir-Beni-Guedall, à 10 kilomètres de Dehibat, sur une émi- 
nence voisine de la frontière tripolitaine. 11 a photographié à cet 
endroit un caveau funéraire romain en grand appareil qui était 
déjà connu, et a découvert, à proximité de ce tombeau, quelques 
morceaux d'architecture dont le plus intéressant est une console 
*avec télé de bouc sculptée en bas-relief, ainsi qu'une épitaphe 



Digitized by 



Google 



CCXL1X 

latine, gravée sur un linteau mesurant o m. 85 de large sur 
o m. 35, brise, en trois fragments et très effrité. 

«Voici le texte de cette inscription que je reproduis d'après la 
lecture de M. le lieutenant Faverio : 

DUS M ANI B VS 
L- TARQVITIVS VD INS 
IVJTFDNIS M ON V ME 
NTVM C FKCIT 

(fLa photographie jointe à la note de M. Faverio ne permet pas 
de combler les lacunes de ce texte, qu'il faut lire sans doute ainsi : 

Dis Manibus L . Tarquitius [P]uden8 . . . monumentum . . . fecit. 

(rJe propose de déposer la note de M. le lieutenant Faverio dans 
les archives de la commission et d'adresser des remerciements à 
l'auleur.w — Adopté. 



M. Héron de Villbfossb communique, au nom du P. Delattre, les 
copies de quelques inscriptions trouvées sur divers poinU de 
Carthage : 

1. — Inscription copiée chez M. le consul d'Autriche. 

Sur une tablette de marbre, à peu près carrée de o m. tîti de 
largeur : 

DIS^MANIBVS 

SACy 

VOLCACIA V 

CHARISPIA r 

VIXITyANyLXX 

Y H Y S Y E Y 

Hauteur moyenne des lettres, o m. 9. 

2. — Portion d'une inscription gravée sur une grosse dalle de 
marbre, découverte par M. Emmanuel Bourbon dans le quartier 



Digitized by 



Google 



CCL 

de Douïmës. Les lignes appartiennent à la partie supérieure du 
texte. 

mmmamc i a £ p r ô v n 

WKmm^^N I • P R A E s 1 

mmmmEviTO conve 

III tt VII 

WM 



Hauteur des lettres, o m. o&. A la quatrième ligne, il faut peut- 
élre lire FRVMjENTO. Ce marbre brisé me parait appartenir à 
un monument dont j'ai déjà publié des fragments. 

3. — Côté droit d'une plaque de marbre blanc veiné de bleu à 
revers lisse, épaisse de o m. o3 à o m. o35 et de o m. 018 seule- 
uient, à la tranche droite. 

UNIS- 

jOTVM- 

^SAVG 



Lettres larges et gravées peu profondément; hauteur, o m. 08. 
Le T de voium mesure o m. 090. La première ligne est brisée à la 
partie supérieure. Avant G, amorce d'une lettre qui semble être 
un A. Il faut peut-être lire Karthaginis. A la deuxième ligne, partie 
inférieure du V de votnnu Au commencement de la troisième ligne, 
la première lettre est brisée. C'est peut-être un I; cependant elle 
ressemble beaucoup au T de la ligne précédente. 

4. — Morceau de calcaire gris à revers brut, épais de o m. o5, 
recouvert de chaux; il a été employé à bâtir. La face en est effritée. 



«KIBVS.FIRMîiir 
«S^IDEMQIIi^ 

Caractères de bonne époque; hauteur : o m. oSs à la première 
ligne, m. o55 aux deux autres. Au commencement de la pre- 



Digitized by 



Google 



CCLI 

mière ligne, amorces de deux lettres impossibles à déterminer. 
Après A, restes d'une lettre cpii semble être un P. A la troisième 
ligne, les lettres sont rongées à la partie inférieure. Les mots idemque 
semblent cependant certains. 

5. — Sur une tablette de marbre blanc, épaisse de o m. o&, à 
revers brut, longue de o m. 96 et baute de m. 93 : 

D • M • S 
SYNTYC hepi a 
VIXIT-MENSIBVS 
VIIDIEBXXI-H-S-E 

Hauteur des lettres, o m. o3. 

6. — Côté droit d'une plaque de marbre blanc à revers lisse, 
large de o m. 176, épaisse de m. o33. 

d ' m ' S ' 

lAIVCVN 
A-XIX- 
A • » • E • 

Caractères de bonne époque; hauteur, o m. 09 5. A la première 
ligne, amorce de TM. A la seconde, partie inférieure d'une lettre 
avant I. L'I de Jucunda est fait comme notre J moderne. A la qua- 
trième ligne, amorces de TS. 

7. — Sur un fragment de brique, épaisse de o m. 0/1, marque 
rectangulaire longue de o m. o53 et large de o m. o35 : 



CONGE 



S S V S 



Lettres hautes de om. oi. Elles sont en creux comme le Irait 
qui les entoure. 



Digitized by 



Google 



CCLII 

8. — Lampe à anneau, sans sujet, à marli rempli par trois lignes 
de globules, en belle terre et de bonne fabrication. Elle porte sur 
le flanc, près de la queue de Tanneau, la lettre D en relief pro- 
venant du moule et au revers. 

HONORA 
TI 
Lettres en creux. 

9. — Lampe en terre gris jaunâtre', à oreillon non perforé, 
ayant pour sujet un personnage sur un animal. Trou central. 

Au revers, graffite : 

POR 

CELLI 

OFICINA 

9 

La première ligné de Tinscription est du côlé du bec de la 
lampe. 

M. Merlin a écrit la lettre suivante : 

«Un certain nombre de découvertes récentes sont dues à l'initia- 
tive de M. le Capitaine Nicolas, du 3" bataillon d'Afrique, qui, 
pendant tout le courant de cette année, s'est livré, avec une acti- 
vité à laquelle je tiens à rendre hommage, à des rechercheâ archéo- 
logiques dans la région du Kef, de Medeina et d'Haîdra. 

ïTi" Tout d'abord, M. Nicolas a relevé un nouveau groupe de 
milliaires ayant appartenu à la voie romaine de Carthage à The- 
veste. 

<f Au pied et au Sud du Koudiat-Saria, se trouve un bordj arabe 
auprès duquel deux bornes milliaires sont couchées Tune à côté de 
l'autre; une troisième, également inédite, mais dressée, forme l'un 
des angles de la construction. D'après les renseignements qu'a pu 
se procurer M. Nicolas, elles auraient été extraites toutes trois aux 
abords d'un jardin qui est à 5oo ou 6oo mètres au S. E. et qui 
confine au Sud au marabout de Sidi^Boudani^^K 

t'> Voir la carte au i/ioo,ooo', feuille du Ksour. 



Digitized by 



Google 



CCLllI 

<r Voici le texle de ces trois bornes, dont M. Nicolas a bien voulu 
m'adresser les copies et des estampages. 

(ta. Hauteur, i m. 5o; diamètre, o m. û3; lettres, o m. 12 
à om. o5. 

I M P C A E S 

M I V L PHI 

LIPPVS PIVS- 

FEL • AVG I N V I C 
5. TVS P-M-TR POT. 

COS ET M IVL PHI 

/tPPVS NOB ILISSI 

MVS CAES PRINCEP« 

IVVENTVTIS ET MAR 
• to, {sic) CIHA OTTACILLA SE 

VERA CONIVNX AVG 

MATER SEN ATVS 
(sic) SET ET CASTRORVM 

PATRIAE RESTITVE 
i5. , Jiy.NX. 

(f Les bornes semblables ne sont pas rares sur la même route (^), 
mais ici la gravure semble avoir été faite par un artiste assez igno- 
rant ou négligent; outre des raclures évidentes à la ligne 10 et à la 
ligne i3, le lapicide a omis, à la suite du nom de Philippe le Père, 
les titres p. p. ,procos. , qui lui sont généralement donnés sur ce genre 
de monuments. De plus, il faudrait soit trih.pot. H (année itUi)^'^\ 
soit Irib. pot, C08. design, {année fiUU)^^K 

(f Les deux autres colonnes trouvées au même endroit permettent 
de rétablir le chiffre des milles qui a disparu accidentellement ici. 



^'î Corp. inscr, laL, t. VlU, n** 22057, aaoSg, 23089, >ai07, 22127; ^'*''« 
de la Soc. arch. Sousse, 1906, p. 16. Cf. Corp. inêcr. lat,, n^ 100^9, 21989. 
W Corp. inscr. laL, t. Vllï, n*" 22089, 22107. 
^'J IM., n*" 10069, 22057; Bull, de la Soc, arch. Souêëc, 1906, p. 16. 



Digitized by 



Google 



CCLIV 

nb. Haut., 1 m. 85;diam., o m. 5a; lettres, o m. i4-o m. 09; te 
chiffre mesure om. 16. 

IMP • CAES 

C M E S S I O 

(iie) Q T R A N O 

D E C C I O 

PIO FELICI 

AVGP-M- 

P P TR I B • 

POT COS ÎT 

P R O C O S 

CXX VI 

r L'inscription est de aBo^^l 

rc. La troisième borne porte simplement, sans nom d'empereur, 
le chiffre : 

ex XVI 

(T «s*" De Haidra , M. Nicolas m'a fait parvenir quelques inscriptions 
funéraires. Les deux suivantes, qui sortent de la banalité des épi- 
taphes ordinaires, me paraissent devoir être signalées dès main- 
tenant. 

«ta. Cippe hexagonal découvert sur la rive droite de l'Oued- 
Haïdra, à 900 mètres à l'Ouest du marabout de Sidi-Brahim, qui 
est situé à 1 kilomètre environ à TEst de Haïdra. Dans un cadre, 
haut de t m. 95, large de m. 30, est gravé le texte ci-après, en 
lettres de o m. 09 5. 

(rEn tête, une guirlande, au-dessous : 

D M S ^ 

(rPuisTinscription : 

(*^ Cf. des bornes du même empereur sur la même voie, Corp. tn$cr» Uu», 
t. VIII, n*^ ioo5i, 9ao65, 99066, 39081, 99098. 



Digitized by 



Google 



COLV 

OMNES VICISTI SPE 
CIE DOCTRIN A PVEL 
LA IVLIA CAHA MIHI FA 
TIS ABDVCTA PATER.NIS 
5. AVUO NIL ALIVT PEIETIO 
SIVS ATQVE CYLINDR.O 
NIL TYRIO SVCO FORMO 
SIVS ADQVE LACONE MAR 
MORE NIL PARIO SPLEN 
10. DENTIVS ADQ^CARISIO 

NIL Forma melivs swm 

PVLCHRIVS ESSE LICM» 

lanifica nvlla poiiai 

CONDERE ARACHNE 

i5. Cantv sirenas ?A.mim 

NIDASQVE SORORES ET 
SPECIE SVP ER ASTI 
QVAE SVNT SVPER OMNI 
A DICTA TV QVAE GRAIV 
Qo. GENO SATA ES HEROE 
PARE NTE NAT A B I S 
OCTONOS LETALI FV 
NERE R A PTA HOC S I 
TA NVNC lACEO IVLIA 
PAVLA ROGO 

irCe morceau, qui vise à la haute poésie, se compose de onze 
hexamètres et d'un pentamètre qui peuvent se restituer et se 
comprendre de la façon que voici : 

Omneê vicitU tpecie, doeirina, pue!la(s), 
JuHa eara, mihifatit abdueta patemù. 



Digitized by 



Google 



CCLVI 



10. 



Auro ml aliut pretiosius atque cylmdro, 
Aï/ Tyrio gueofornumu» aique Lacone, 
Mormon ml Pario tplendentius adq{ue) Caru[t]io , 
Nil forma meUu» 9\€u f\ pulekrius esse lic[ebtt\, 
Lamfica mdla pol[es] con[ten]dere ArachM, 
Cantu Siremu Pa[nd\i[o]mdasque sorores 
Et speeie superasti; quae swU super omnia dicta. 
Tu quae grajugmo $ata es heroe parente, 
Nata Us ocUmos letalijunere n^ta. 
Hoc sita mincjaceo Julia Paula rogo. 



«Au vers 5, les deux lettres finales de adq{ue) ont été omises 
pour les nécessités du rythme; au vers 7, il me semble nécessaire 
d'admettre une omission du lapicide, qui, trompé par la termi- 
naison identique des deux premières syllabes du mot, a écrit 
condere pour cantendere. 

tf Pandionidae sorores, ce sont les filles de Pandion, Procné et Phi- 
lomèle, qui furent changées, comme on s'en souvient, en rossignol 
et en hirondelle. 



<fi. Sur un même cippe, quatre inscriptions se faisant suite. 
Haut. , o m. 65 ; long. , 1 m. 3o; épaiss. , o m. &3. (Copie de M. Nicolas.) 



DMS DMS 

guirlande. guiriande. 

IVLIA ROGATINA 
VIXIT ANIS XXVHSE 
PARENTES FILIAE CAR 
SIME POSVERVNT 



DMS 
guirlande. 

IVLIA INVENTA VIXIT 
A N N I S XXX 

H S E 
PARENTES FIL 
E CARISSIME 
POSVERV NT 



DMS 
guiriande. 

L MAGNIVS SATVR 
HOMO LABOR I OSVS 
NON DIGNVS LOCO PE 
REGRE DEFVNCTVS IN 
VIA HADRVMETINA V 
A LV-IVL QVINA CONIV 
CARI MAR SVO POSVIT 

^H SE 



Digitized by 



Google 



CCLVII 

(rLe qualriëme texte doit se lire : 

L{uctus) MofffUus Satur, homo laboriosus, non dignus loco , peregre defunc- 
tus m via Hadrumeûna, v{ixit) a{nni8) Lr.Jul{ia) Quin[t]a, c(mju{x), car^ê- 
nimo) mar[ito) suo posuit. 

(r.3° Dans les environs immëdiats de Hedeina,à i kilomètre au 
Nord-Est ^^\ M. Nicolas a recueilli quelques ex-voto qui présentent 
un intérêt tout particulier et qu'il a eu Tobligeance de m'adresser, 
directement ou par l'intermédiaire de M. le lieutenant Leroy, pour 
le Musée du Bardo ^^) : 

*ta. Calcaire blanchâtre. Partie supérieure d'une stèle pointue 
(haut., o m. 35), représentant les attributs divins de la religion 
punique. En haut, une rosace; plus bas, le croissant avec le disque; 
puis l'image de Tanit avec, au milieu, un pavot. 

«6. Calcaire blanchâtre. Fragment de stèle brisée en haut et en 
bas (haut., o m. 09), montrant au-dessus de l'image incomplète de 
Tanit, le Soleil, en buste, entre deux cornes d'abondance, de cha- 
cune desquelles émergent deux pavots. 

Kc. Calcaire blanchâtre. Stèle mutilée en haut et en bas (haut., 
m. 5o). En haut, le symbole de Tanit; au-dessous, deux sphinx 
affrontes surmontant une niche où se dressait l'image du dédicant 
(la partie supérieure de la niche seule avec la tête du personnage 
a survécu). 

ffd. Calcaire blanchâtre. Partie inférieure d'une stèle dont le 
haut manque (haut. , o m. 38). Un personnage dont la tête a disparu 
est debout entre deux colonnes, sur chacune desquelles est gravée 
une palme; il est vêtu d'une tunique et de la toge; sa main droite 
repose sur un autel chargé de présents; sa main gauche tient un 
vase à offrandes. 

<f f. Calcaire blanchâtre. Débris d'une stèle cassée en haut et en 
bas (haut., o m. ss); le registre supérieur très endommagé portait 



^) Un de ces six ex-voto a été trouvé un peu plus loin, à 3 kilomètres au 
Nord-Est de Medeina (/). 

(') Quatre d'entre eux (a, b, c^f) sont mentionnés dans le Catoi. du Muêée 
Àlaouit Supplêtnent, Sculpture par L. Poinssot, p. ()r)-66, n*" 1 108 â 1111. Les 
deux autres {d et e) m^ont été adressés trop tard pour y prendre place. 

ABCBÉOLOeiB, — N* 3. Q 



Digitized by 



Google 



— roLViii — 

l'image de Tanil pcul-élre entre deux caducées; plus bas, deux 
sphinx alTrontés. 

(t/. Calcaire blanchâtre. Fragment d'une stèle pointue, incom- 
plète en haut, brisée en bas (haut., o m. 38), représentant Tirnage 
de Tanit; au-dessous, comme la stèle (A), le soleil, en buste, la 
tétc radiée, entre deux cornes d'abondance, de chacune desquelles 
émergent deux pavots; plus bas, deux sphinx affrontés qui surmon- 
taient une niche. 

ff Ces stèles rappellent par leurs figures d'autres ex-voto punico- 
romains analogues, surtout ceux de Maktar, de la Ghorfa et d'Ain- 
Barchoucb qui , d'ailleurs, est lui aussi voisin de Medeina ; cependant 
le type des deux sphinx affrontés, qui réparait sur trois des monu- 
ments découverts par M. Nicolas, est complètement nouveau sur ce 
genre d'ex-voto. 

tri" Au Kef même, M. Nicolas a repris les recherches dans les 
ruines de la basilique chrétienne de Ksar-el-Ghoul(*), qui a déjà 
fourni tant d'inscriptions funéraires ^^l H y a exhumé un très grand 
nombre d'épitapbes, pour la plupart païennes, que je crois pouvoir 
me dispenser de reproduire ici , car ces stèles ne présentent que 
les noms et l'âge du défunt, avec les formules habituelles. Il y a 
de plus trouvé quelques objets qu'il a bien voulu envoyer au* Musée 
Alaoui. 

nu. Des monnaies, parmi lesquelles je citerai: i° Un sou d'or, 
frappé à Ravenne; poids, 4 gr. 5o : DN HONORI|VS P F AVG. 
Buste diadème de l'empereur à droite. 

«tlV- VICTORl|A AVGGG; dans le champ R|V; à l'exergue 
CONOB. L'empereur, à droite, en costume militaire, — s'ap- 
puyant de la main droite sur un vexillum et tenant dans la main 
gauche un globe surmonte' d'une Victoire debout avec une couronne 
et une palme dans les mains, — foule de son pied gauche un 
Barbare. 

«2° Un petit bronze, frappe' à Cartilage : DN ARCADIVS 
PF AVG. Buste diadème de l'empereur à droite. 

(') Cf. Berbrugger, Hev,Ajiic., l. I , p. a 69 H suiv.; Saladin, Arch, des Mi$$. 
icient,, 3* série, t. XIU, p. ao5; Esp^randiou, Étude mr le Kef, p. 187 et 

«) Corp. tfucr. lat., l. Vïll, ir i588îi, iTxjoa, 15908, etc. 



Digitized by 



Google 



ceux 



<f]^. SALVS REI|PVBLICAE; dans le champ, f ; à Texergue, 
SMI^A. La Victoire marchant à gauche, tenant une couronne; à ses 
pieds, un barbare. 

ffS"* Un petit bronze sorti de l'atelier de Narbonne : DN 
THEODOSIVS P F AVG. Buste diadème de l'empereur à droite. 

fflV. CONCOR|DIA AVGGG; à l'exergue SMNA. Une croix 
latine pattée. 

«ri. Deux grandes lampes de basilique chrétienne, en forme de 
barques (^^ plates à la partie supérieure, avec un anneau de suspen- 
sion au centre, de forme incurvée à ia partie inférieure; les extré- 
mités sont très relevées; chacune des deux faces latérales est garnie 
de six becs; la lampe en comprend ainsi douze. L'une, composée de 
nombreux fragments que M. Nicolas a eu la patience de rapprocher, 
est à peu près complète; elle mesure o m. &o de bng sur o m. 1 5 
de haut. De l'autre, il ne reste que des morceaux qui suffisent à 
montrer qu'elle devait avoir ia même forme et le même nombre de 
becs cpie la première, quoiqu'elle fût un peu plus petite (long., 
o m. 36). 

(f 5* Aux abords immédiats du Kef, enfin, à 3 kilomètres au Sud, 
M. Nicolas a copié une borne milliaire déterrée dans le jardin 
du Doeteor civil, prèsdu chemin du Kef à Souk-Ahras, et gravée en 
lettres de om. o6 sur une colonne de o m. 90 de haut et o m. Uo 
de diamètre : 

D N C A E S 

FL VA LENTINIANO 

MAXIMO FELICI VIC 

TORI AC TRIVMFATORI 

SEMPER AVGv 

B R N 

<r Voici, d'autre part, quelques autres découvertes d'antiquités 
survenues récemment en Tunisie : 

(Ti^ M. Jules Renault, architecte à la Direction générale des 
<i) Cf. Gauckler, BtUL arch. du Comité, 1901, p. i35-t36. 



Digitized by 



Google 



CCLX 

Travaux publics, a recueilli à Jemajeur et ma remis pour le Musée 
du Bardo une petite intaille en cornaline représentant un buste de 
femme. 

(r3® A Soliman, M. Renault a copid dans le café maure qui est 
sur la place du Marché l'inscription suivante, gravée sur un frag- 
ment de linteau long de om. 98, haut de om. 5o, en lettres 
de o m. 9 1 : 

R V M t 

«Un pilier auquel cette pierre, sert de socle, recouvre la partie 
droite du linteau et empêche de savoir s'il porte d'autres caractères 
et quels ils sont. 

(r3® M. Renault s'est également livré à quelques recherches ar- 
chéologiques à Kourbeus, au sujet desquelles il a eu l'obligeance de 
m'adresser la relation que voici : 

(rll a relevé des citernes, réservoirs, aqueducs, dont l'un ame- 
nait à Aquae CaUdae les eaux de l'Aïn el-Okteur; sur le mamelon 
Nord, l'emplacement de villas et peut-être d'un temple; enfin sur 
le mamelon Sud, une série de mausolées d'époque chrétiennes^). 
Ceux-ci sont tous en ruine et ont tous été violés; dans certains, on 
voit des auges revêtues de stuc. L'un des plus grands et des mieux 
conservés mesure à l'extérieur 6 m. o 5 de long sur & m. & 5 de large; 
il était surmonté d'une voûte en berceau. 

kM, Renault a remarqué dans la ville de Kourbeus trois linteaux 
chrétiens qui proviennent probablement des portes de ces mausolées 
et où est figuré le chrisme, accosté de l'a et de Ycj. 

crCes linteaux sont couverts en outre de stries verticales régu- 
lières; les chrismes et ornements qu'ils portent sont en relief. 

(r&° Enfin M. Renault a fait don au musée Alaoui de deux objets 
découverts à Carthage. 

cra. Une lampe en terre brune jaunâtre, à queue forée, présen- 
tant deux dauphins affrontés, séparés par un gouvernail qui est 
dressé, la barre en bas. 

t^) Ce ne sont pas ies seules traces de christianisme trouvées à Kourbeus. 
Guérin ( Voy, arch., 11, p. ai i ) a appelé l'attention sur une ruine située à envi- 
ron un kilomètre au Sud-Ouest du village actuel; elle «rest connue, dit-il, sous 
le nom de Kenisieh (réglise) et semble, en eflct, avoir été jadis une chapelle 
chrélienneT). Dans le Bull, arch. du Comité, 189^, p. â33, n° 7, M. Gaucklcr a 
publié une épitaphe chrétienne venant de cette localité. 



Digitized by 



Google 



CCLXI 

(T^ Deux vestigia accoles, dans chacun desquels on lit les trois 

PVF 

lettres? VF î*): 

FPV 

ffb. Un fragment de bague sigillaire, en argent, sans doute d'o- 
rigine punique. Le chaton, de forme ovale, portait en creux une 
Ggure aujourd'hui très endommagée; on reconnaît, semble-t-il, un 
homme accroupi, le genou droit à terre, le coude gauche reposant 
sur le genou gauche, mais il est impossible de préciser ses gestes 
et le sens de son attitude. 

(f Le Musée du Bardo a reçu ces temps derniers : 

<f 1° De MM. Barrier et Benson, lieutenants au û* tirailleurs, 
trois urnes funéraires en verre, exhumées à Thina : deux en verre 
irisé sont de forme sphérique. Tune à col étroit, Tautre à ouverture 
supérieure très large ; la troisième, en verre bleuâtre, est de 
forme carrée, avec une embouchure ronde en haut. Nos collections 
jusqu'ici n'en renfermaient pas de ces modèles. 

(tq** De ces mêmes officiers, deux lampes en terre cuite ayant 
même provenance et portant la signature assez rare M T M ARIW. 

ft 3® De la Direction générale des Finances , une monnaie , trouvée 
par M. Camilleri, agent des monopoles, au cours de travaux faits 
à la Saline la Princesse, près La Goulette^^^ : 

w C'est un sou d'or, au nom de l'empereur Honorius; il répond 
à la même description que celui que M. le capitaine Nicolas a dé- 
terré au Kef, dans la basilûjue chrétienne de Ksar-el-Ghoul (voir 
plus haut). 

<f &** De M. le commandant Hannezo, du i" tirailleurs algériens , 
en garnison à Bizerte : 

<•) Corp. inscr. lot,, t. VIII, n' aaô/iA, 273; cf. n» 10^78, /ia. 

(') Au cours de l^année dernière, la Direction générale des Finances avait déjà 
bien voulu remettre au Musée Alaoui deux inscriptions découvertes au même en- 
droit (Cf. Deiattre, Comptes rendus de l'Acad. des inscr,, 1906, p. iiK; — 
Rev, Tunisienne, 1906, p. ia3, et Bull, des antiqtiaires de France ^ 1906, 
p. 867.) 



Digitized by 



Google 



GOLXII 

te a. Une inscription de Ti$ilha ( Bêcha tenr), portant T^pîtaphe 
d'un sacerdos Adordê ^^); 

ftb. Une stële punique dëcouvficte^ parait-il, du c6téiki Djebtti- 
Sommeur, à TOuest de Bizerte. On y voit un personnage figuré en 
orant dans la pose ordinaire à ce genre de mouvement, la main 
gancbe sur la poitrine, ta main droite levée. La «tMe est >bri8ée à sa 
partie inlîérieure(baat., o m. /lo ; larg. , o m. 1 8; épaiss. , o «i. 09 )W. ^ 

M. Monceaux lit une note complémentaire i son rapport de la 
séance précédente ^'^ : 

tr L'inscription chrétienne sur mosaïque, des environs de Con- 
stantine, que nous a récemment communiquée M. Hinglais, est la 
reproduction presque littérale d'un passage de Virgile, celui oà 
Énée, contemplant le convoi funèbre de Pallas, adresse un adieu 
suprême à son compagnon d'armes : 

Salve aêtemmm miki, nuunme Palla, 
Aetemumque vale^^K 

trDans répitaphe africaine, on a simplement remplacé PaUa par 
frater. Il est probable que, dans cette épitaphe, Maxime est un nom 
propre. En tout cas, nous avons ici une nouvelle preuve de la po- 
pularité de Virgile en Afrique; cette citation est à joindre à toutes 
celles qu'on a déjà relevées sur des tombes païennes ou chrétiennes 
de la contrée. 7î 

M. J. TouTAiN dépose pour l'impression dans le Bulletin une 
étude de M. le D' Carton, intitulée : Un sanctuaire de Saturne à h 
Colonia Thubumica. 

ff Cette étnde est la monographie compile et intéressante d'un 
sanctuaire populaire , découvert par le D** Carton aux portes mêmes 



^') Corp, imcr. lai., t. VIII, n" 1211. 

(') M. Hannezo a eu aussi l^obligcance d^assurer, avec M. le commandant 
Delioey, chef du génie à Bizerte, le transport au Bardo de la console que j*ai 
décrite au mois de juin dernier (cf. plus haut, p. ccxiiii , séance du 1 1 juin 1907 ). 

^^^ Cf. plus haat, p. cciuu. 

^•^ Virgile, /fin., XI, 97-98. — Je dois cette remarque à M. Dessau, à qui 
j'adresse ici mes vifs remerciements. 



Digitized by 



Google 



' — ncLxni — 

de la Cohnia Thuhumica, On y a trouvé, outre des restes de murs 
et de trois cellae, des stèles avec inscriptions latines, grecques el 
néo-puniques, des stèles anépigraphes , les unes et les autres ornées 
de symboles et d'images d'ofifrandes, disques, astres, croissants, 
triangles sacrés, pains, gâteaux, palmes, caducées, etc. ; des lampes 
déformes et d'époques diverses, des poteries variées. Usera toute- 
fois nécessaire de demander à M. le D' Carton quelques renseigne- 
ments complémentaires, ainsi que plusieurs estampages et photo- 
graphies des stèles les plus curieuses, t» 

La séance est levée à 5 heures et demie. 

Le Secrétaire de la Commiuioi* , 

R. Gagnât, 
Membre du Gomilé. 



Digitized by 



Google 



CCLXIV 



10 DÉCEMBRE 1907. 
SÉANCE DE LA COMMISSION DE L'AFRIQUE DU NORD. 



PRÉSIDENCE DE M. HÉRON DE VILLBPOSSE. 

La sëance est ouverte à k heures. 

Excusé : M. Ballu. 

Le procès-verbal de la dernière séance est lu et adopté. 

M. le Président prend la parole en ces termes : 

rPai le douloureux devoir d'annoncer à la Commission la mort 
de M. Victor Waille, professeur à FEcole supérieure des lettres 
d'Alger, membre non résidant du Comité d'archéologie et l'un des 
meilleurs collaborateurs de la Commission de l'Afrique du Nord. 
C'est à Cherchell, au milieu des mines si intéressantes de la vieille 
cité, que l'activité scientifique de notre collègue s'est surtout mani- 
festée : nous ne pouvons pas oublier les intéressantes découvertes 
qu'il a faites dans cette localité ni la bonne grâce avec laquelle il 
a enrichi le Louvre et la Bibliothèque nationale de quelques-unes 
de ses plus importantes trouvailles. A diverses reprises, la Commis- 
sion avait demandé pour lui la croix de la Légion d'honneur; nos 
vœux n'ont pas été exaucés. Je sais être votre interprète en 
exprimant ici les sentiments de tristesse et de regret que nous cause 
cette mort prématurée. ^ 

M. le Secrétaire donne lecture de la correspondance : 

Les brochures suivantes ont été adressées à la Commission par 
M. Eugène Vassel : 

a. NotPS sur quelques stèks puniques ; 
h, Cituj stèles puniques ; 



Digitized by 



Google 



— CCLXV 

c. Sur un fragment de dédicace punique; 

d. Le Juif tunisien; 

e. La littérature populaire des Israélites tunisiens {ù frucicuks). 

Ces ouvrages seront déposes à la Bibliothèque nationale et des 
remerciements seront adressés aux auteurs. 

M. Merlin envoie en son nom et au nom de M. Poinssot, son 
collaborateur, la copie d'une inscription trouvée à Dougga : 

(fOn s'occupe actuellement, écrit-il, de relier cette localité à 
Teboursouk par une voie carrossable, et les travaux, qui ne tarde- 
ront pas à être achevés, se poursuivent pour le moment au voisi- 
nage immédiat des mines. Tout dernièrement, en établissant la 
plate-forme de la route, Tentrepreneur a trouvé au milieu des 
déblais, au-dessous et légèrement au Sud-Ouest du temple de 
Saturne <*) , un bloc de pierre sur lequel est gravée l'inscription 
suivante, en lettres de o m. o/i à la i** ligne, de o m. o3 aux autres : 

SANCTI AC BAEATISSIMI • MARTYRES 
PETIMVS IN MENTE HABEATIS VT DO 
NENTVR VOBISi^^^:^^^.MJSIMPOSIW • 
MAMMARI ^ GRANIV • ELPIDEFO 
RVA- QVI HAEC CVB ÏÏÏÏ A P C • P • M • 
SVIS • SWTIBVS • ET • SVIS • OPERIBVS • 
e9PERFECERVNT^ 

frA la ligne 3, entre VOBIS et SIMPOSIVM, sur o m. i5, la 
surface de la pierre a été martelée sans qu'on puisse déchiffrer ce 
qui avait été écrit, probablement par erreur, auparavant. 

(tBien que certains détaib de la lecture et de l'interprétation 
restent encore douteux, nous croyons qu'on peut comprendre le 
texte dans son ensemble de la manière suivante : 

Sancti ac baeatissimi martyres, petimus in mente habeatis, — ut donentur 



('^ On a exhumé éf];alement, à une faible distance de ce point, une slatuc 
de type municipal, brisée en trois morceaux, dont la léte manque. Elle a été 
transportée au théâtre. 



Digitized by 



Google 



CCLXVI 



vobis, — Simposium, Mamman{um), GraHw(m)'^^^ , Elpideforwn^*^ , qui 
haec cub{icula) quatuor a{d?) p{edes ?) ^'^ c{entum?) p{lus) m{inus) suis sumtiinu 
et suis operilms perfecerunt. 

V Simposium semble ici un nom propre (^^; Elpideforum se retrouve 
dans Tonomastique chrétienne (^) ; Simposius, Mammarius, Granius, 
Elpideforus seraient les noms des donateurs. 

(f Cubicuîa, ce sont les annexes d'un tombeau où se faisaient les 
banquets ad martyres. Il faut noter à ce propos qu'exactement au- 
dessus de Tendroit où a été découverte l'inscription, perdue dans 
la terre, à quelques mètres plus haut sur la pente de la colline, 
on remarque une construction antique qui a été utilisée à basse 
époque comme lieu de sépulture, où l'on voit plusieurs sarcophages 
sans ornementation et dWi il se pourrait que notre texte eût 
roulé. 

crC'est le premier document épigraphique chrétien qui provienne 
des ruines de Dougga. A ce titre, il nous parait mériter une 
attention spéciale , et nous serions très heureux qu'un membre de 
la Commission de l'Afrique du Nord voulut bien étudier et com- 
menter l'estampage que nous vous adressons par ce même courrier 
en un paquet séparé. 75 — Renvoi h M. Monceaux. 

M. Merlin a fait parvenir de plus, en communication et pour 
être examinés par la Commission, deux objets trouvés dans la nécro- 
pole du camp Sabattier, à Sousse : 

1° Deux fragments d'une tabella devotionis. — Renvoi à M. Au- 
dollent; 

2° Un tesson de poterie avec inscription punique. — Renvoi à 
M. Ph. Rerger. 



^'^ Nous lisons Graniu(m)^ bien que les deux jambages de TV final ne 8e rejoi- 
gnent pas en Iws. On pourrait songer à Granm{ufn) ou ni<^n>e à Gramii(Hm)\ cepen- 
dant Graniu(m) nous semble plus probable. 

t'^ Au début de la ligne 5, il y a RVA, puis nous admettons un blanc avant 
QVI; peut-ôtre la seconde moitié de TM final do Elpideforum n*a-t-ello pas été 
gravée. Il y a là pourtant une question qui reste h éclaircir. 

^'^ Le Pest très douteux, 

(*> CLKioi^.AnthoLlat., n"" i^8G. 

<*^ Cf. De Vil, Onotnaslicoii, t. II, p. 713. 



Digitized by 



Google 



GCLXVII 

M. de Vesly, correspaadant du Comité à Rouen , adresse restam- 
page d'une ÎBficription dont il vient d'acquérir Toriginal pour le 
Musée de Rouen. 

Celte inscription rapportée de Tunisie par M. des Croix, en 
1&61, a été vue par Beulé et publiée par lui dans ses Fouilles de 
CarAage{^. 77); mais comme la reproduction donnée présente des 
inexactitudes, il y a quelque intérêt à rétablir le texte véritable. 11 
faut lire : 

ROGATA y INN 

OCA IN PACEv 

VIXIT ANNIS 

XVIIII % 

M. Cagnat lit le rapport suivant : 

(tM. le seus-officier Icard, du /i*" tirailleurs, a envoyé un mémoire 
sur des sondages qu'il a faits aux environs des lagunes regardées 
comme les derniers restes des ports de Carthage. 

«rCes sondages ont prouvé que toute la partie comprise actuelle- 
ment entre les lagunes et la mer avait été habitée aux derniers temps 
de Tocoupation byzantine, sinon plus tard encore, et qu'on y avait 
enterré les morts. Les maisons découvertes sont bâties en partie 
en petits .matériaux; on y a trouvé des débris remployés de 
constructiens antérieures et des lampes chrétiennes. Les tombeaux , 
constitués par des pierres prises à des édifices voisins, quelques- 
unes ornées de stuc peint ou de sculptures ornementales, ne con- 
tiennent que des squelettes sans mobilier funéraire. 

(t L'examen du terrain entre le port dit de Commerce et le laza- 
ret montre quatre couches successives : en haut, sur une profondeur 
de s mètres, des débris de constructions tardives, avec lampes, 
tuHes, monnaies d'époque chrétienne; au-dessous (1 mètre d'épais- 
seur), terre saUonneuse et gravier, nombreux débris de poterie 
romaine roulée parla mer, pas de constructions; troisième couche 
(o m. 90), saUe fin avec débris de poteries puniques, de lampes 
grecques, de fragments de vases à estampilles grecques; quatrième 
coufAe, sable fin mêlé de coquillages marins, fragments de [lote- 
rie p»tti«pie portant peints en rouge ou en noir des cercles paral- 
IMes. Ceci permet de conclure à un ensablement progressif. 

f( Ailleurs, M. Icard n'a rien trouvé qui put appartenir aux |)orts. 



Digitized by 



Google 



— ccLxvia — 

tels que les a dessinés Beulé, ni fragment dn mur elliptique du 
port de Commerce, ni fragment circulaire du port Militaire, ni trace 
du goulet qui aurait réuni les deux. 

(rMais dans les ruines d'une maison située à loo mètres envi- 
ron de l'entrée du lazaret, vers le Nord-Ouest, à une certaine pro- 
fondeur, il a recueilli i5i boulets de pierre blanche, étages par 
groupes de 20 environ, reliés et retenus par de la terre argileuse 
sur une hauteur de 3 mètres environ. On se souvient que, dans 
cette région, M. Gauckler a trouvé jadis des boulets semblables, 
mais avec marques puniques. Le plus lourd pèse /lo kilogrammes , 
les plus petits 9 kilogrammes. 

(f Je signale encore, dans le mémoire de M. Icard, le passage 
suivant : 

«tUne profonde tranchée coupe actuellement Carthage pour le 
ff passage d'une voie électrique; celte tranchée coupe en deux points, 
(T jusqu'au sol naturel, précisément l'emplacement présumé des 
ff remparts; une colline assez élevée située à l'Ouest du cirque, où 
(T plusieurs archéologues avaient découvert des traces de tours et de 
(f remparts extérieurs, vient d'être complètement rasée pour les be- 
(t soins de la voie électrique. Eh bien, il n'a été rien trouvé ni sur 
(f l'emplacement présumé des remparts intérieurs, ni sous les terres 
trde la colline, qui puisse appartenir aux murailles ou aux tours.?) 

tr Je propose de remettre ce mémoire à la Direction des Antiqui- 
tés pour prendre place dans ses archives. Il serait souhaitable qu'il 
fût complété par des recherches complémentaires avant que les 
constructions nouvelles qui vont couvrir l'emplacement de Carthage 
ne rendent toute étude méthodique impossible. y> 

M. Hbronde ViLLEFossB lituu rapport sur les recherches exécutées 
par les lieutenants Barrier et Benson à l'Henchir-Thina, emplace- 
ment de la ville antique de Thenae, à 10 kilomètres environ au 
Sud-Ouest de Sfax , entre la route de Gabès et la mer : 

trCes deux officiers ont reconnu toute l'enceinte de la ville avec 
ses trois portes flanquées chacune de deux tours. Les travaux qu'ils 
ont entrepris à l'intérieur de cette enceinte ont donné peu de ré- 
sultats intéressants. Mais, en dehors et sur la face Nord, ils ont 
découvert une vaste nécropole, où ils ont pu taire des constatations 
et des relevés très utiles. Cette région des tombeaux se prolonge 
fort loin dans la plaine; elle se compose d'un grand nombre de 



Digitized by 



Google 



GCLXIX 



sépultures de l'époque romaine qu'ils ont classées sous deux ru- 
briques, mausolées et tombes. Ils en ont relève les plans avec le plus 
grand soin ; ils ont donné la description détaillée de quelques types 
présentant chacun des caractères particuliers. 

ffLa plupart des chambres funéraires avaient été déjà visitées a 
une époque fort ancienne et dépouillées des objets de valeur qui 
pouvaient s'y trouver. Les explorations ont rencontré cependant un 
mausolée des mieux conservés et qui n'avait pas été violé ; ils ont 
pu ainsi se rendre un compte exact de son aspect intérieur et de 
son mobilier : c'est le mausolée désigné dans leur mémoire par la 
lettre F; il appartient à un type fréquemment adopté à Thenae. 
Le mausolée M, au contraire, est unique dans son genre : il ne 
possède pas de chambre intérieure, et les niches sont placées à l'ex- 
térieur; les peintures qui le décorent lui donnent un aspect fort 
original; on y voit des ornements géométriques, des fleurs, un per- 
sonnage vêtu de la toge avec le bras replié, une série de têtes dont 
l'une plus grosse que les autres est barbue, et une inscription 
peinte. Enfin un autre mausolée renfermait un cercueil en bois de 
cèdre ou de tuya, encore en bon état, dans lequel reposait un sol- 
dat de petite taille avec ses armes auprès de lui. 

trLes tombes ordinaires sont pour la plupart de forme cylin- 
drique et ont été classées sous douze types principaux. 

«Les objets recueillis dans la nécropole se composent de vases de 
différentes formes, de lampes, de miroirs et de monnaies. A leur 
description sont joints les textes de seize épitaphes. 

«Le mémoire des lieutenants Barrier et Benson est rédigé d'une 
manière très claire et vraiment scientifique; il est accompagné de 
nombreux dessins. Le rapporteur propose son insertion dans le 
BuUetin.v — Adopté, 

M. Merlin adresse les communications suivantes : 

«rUn certain nombre de découvertes viennent d'être effectuées en 
Tunisie : 

«f 1* A Aïn-Fouma, M. Louis Drappier, de la Direction des An- 
tiquités, a relevé les deux inscriptions suivantes : 

(f a. Sur un cippe situé à l'extérieur du mur Sud de la citadelle 
byzantine, à 200 mètres à l'Ouest de la source (hauteur, 1 mètre; 
largeur, o m. 35) : 



Digitized by 



Google 



CCLXI 

D M s 

I V N I A /» 
Q^FIL • REPEN 
TINAE- SANCTIS 
SIMAE- FEMINAE 
MARITO OBSEQVEN 
TISSIMAE 

rrb. Sur un autre cippc trouve à rintérieur et au Nord-Ouest de 
la ciladcllc byzantine (largeur, o ni. 3o; lettres, o m. oB-om. oA) : 

D-M-S 
M COCCElVS 
SATVR N I N V s 
I VLI AN VS VI 
XIT ANNIS LXXI 

H- S-E 

wa** A Henchir-Romana, à 6 kilomètres à TOuest d'Aïn-Four- 
na^*^, M. Drappier a copié sur une stèle l'épi laphe que voici : 

CRESCENS 

PIVS-VIXIT 

ANN • LXV 

H -S- E 

ffS** Dans une autre région, M. le capitaine Bézu, du 4* tirail- 
leurs, a pris Testampage, d'une base honorifique à l'empereur Cara-^ 
calla, dans des ruines qui sont sur la rive droite de rOued4tfelah, 
près de son confluent avec l'Oued-Miliane, à 4 kilomètres au Nord 
de la station de Djebel-Oust, à i,5oo mètres à l'Ouest dn kilo- 
mètre 37 de la route n"" 3 de Tunis à Zaghouan. Le texte esl déjà 
connu ^^î, mais M. Bézu a retrouvé un fragment qui permet de lire 
plus complètement les lignes 4, 5 et 6 à droite : 



^'5 Cf. BulL arch, du Comitéy i8yi, p. ^178 et suiv.; 1899, p. aa7-aa8. 
t^^ GauMeTy BulL arch. du Comité, 1897, p. 867, n* 17. 



Digitized by 



Google 



CGLXXI 

IMP • CAES • M • AVRELIO • AN 
TONINO • AVG • PARTH • MAX • 
PRINC • IVVENT • TRIB • POTESTAT 
IMP • Il • IMP • CAES • L • SEPTIMI 
5. (sic) SEVERI • PII-PERTENAC -AVG • ARAB • 
ADIAB-PART-MAX-FIL-DIVI ANTONINI ?U 
GERM • SARM • NEP • DIVI • ANTONINi pii pro 
NEP • DIVI • HADRIANI - ADNEP • DIVI Trajani 
PARTH • ET • DIVI • NERVAE Abnepoli 

10. t N c wmmmMmmMi i v s 

«A la dernière ligne, le déchiffrement est incertain, à cause de 
la mutilation de la pierre brisée en bas. — Ce monument a été 
transporté par les soins de M. Bézu au dépôt d'antiquités organisé 
à Zaghouaa par le k" tirailleurs. 

(T /i"* A Sousse , au mois d'août dernier, la Compagnie des Eaux du 
Sahel, en exécutant des tranchées pour la pose d'une conduite, a 
mis à découvert, près de la porte Ouest de la ville, une piscine cir- 
culaire dont les parois intérieures étaient revêtues d'une mosaïque 
représentant des scènes marines. 

tfLa décoration n'est que partiellement conservée. Sur le fragment 
qui a survécu, on voit au milieu Vénus sortant de l'onde. De chaque 
coté, deux Amours, tournés vers la composition centrale, montés 
sur des poissons qui ont presque totalement disparu, mais dont 
chacun portait un nom, ainsi qu'il se pratique souvent pour les 
chevaux de course. A gauche de Vénus, PROCESSVS et 
VERN ACLVS ; à droite , la fin d'un premier nom : . . . GENS , avec 
avec un N peut-être avant le G (le haut des lettres manque); le 
début du second : LI . . . 

ff Au-dessous de cette première scène, d'autres sujets. Au milieu, 
sousVénus, un grand filet rempli de poissons que des Amours, montés 
dans deux barques, s'efforceut de lever. A ces deux bateaux qui sont 
sous les deux poissons, VERN ACLVS et . . .GENS, les plus voi- 
sins de Vénus, correspondent sous les deux autres, PROCESSVS 
et LI, deux autres bateaux où des Amours s'occupent à pécher à la 
ligne ou à ramer. 



Digitized by 



Google 



GGLXXll 



(T La mosaïque n'est intacte qu en bas ; on distingue remplacement 
d'un trou de vidange qui avait été ménagé à la partie inférieure, 
au centre. 

cr Cet intéressant échantillon d'ornementation murale est aujour- 
d'hui déposé au Musée de Sousse. 

(tB*' Je dois à M. Gresse, ingénieur des Ponts et Chaussées à 
Sousse, l'indication d'une inscription exhumée dans les travaux du 
chemin de fer de Grazezia à Âïn-Moularës, à Henchir-Routitila, 
entre Sbcitla et Kasrin. (Ma lecture, d'après un excellent calque 
envoyé par M. Gresse et un estampage pris par M. Drappier.) 

(fSur un bloc de calcaire, brisé en haut (haut., o m. 3o; 
larg., o m.3o; épaiss., o m. &o; lettres, om. o35), dans un cadre 
formé d'un simple filet : 

IVS- HIC • CORP -OB 
INSIGI^M -EIVS • PNDI 
CITIM-TELESINVSMR 
CARO • DEVIN CTVS • A 
MORE VT POTVIT PO 
TIVS QJ/M VT VOLV 
IT • POSVIT 

ft Ligne i, avant IVS peut-être la fin d'un N. 
«r C'est la fin d'une épitaphe soi-disant métrique, composée de 
distiques, dont les trois derniers vers étaient ceux-ci : 

. . .Atc corp{us) oh imignein cjus pudicitiam 
Telesinus mar(itus), caro devimlus amorc, 
Ut potuit potius quam ut voluit posuU. 

tt 6** C'est encore à M. Gresse que nous sommes redevables de la 
reconnaissance d'une section importante de la voie romaine de Sufe- 
tuîa à Hadrumetum. M. Bérard, chef de section à la construction de 
la ligne d'Aïn-Moularès, a eu Pamabilité de me faciliter l'étude dé- 
taillée de ces vestiges ^^K 

<*) Cf. Carte au 1/100.000% feuille d^Iladjcb-ttl- Âîoun. 



Digitized by 



Google 



GGLXXIII 

(f La route , large de 6 à 7 mètres, est bordée et dëli mitée de chaque 
côte par des pierres placées sur champ, contiguës les unes aux 
autres ^^). Deux des anciens groupes dé milliaires ont été re- 
trouvés. 

tf Le premier est situé à 7 kiloiAèfefesHie la voie ferrée , au Nord de 
la maisonnette établie à TOued-tZerzourj à 5 00 mètres au Sud-Ouest 
du marabout de Sidi-bou-AU. Il se com^se dé sept bornes , qui gisent 
étendues auprès de la route. Quatre sontx)» nous ont paru anépi- 
graphes; des trois autres, uner- porter simplement le chiffre X 
(haut., 1 m. 96; lettre, om. 10; colenae rende à base carrée); une 
seconde ^^^ présente une inscription du début du ly* siècle , très 
effacée , où plusieurs dédicaces impériales semblent avoir été gra- 
vées successivement et se confondent en s'entremélant ; il serait 
assez peu utile d'en donner la lecture très douteuse et informe que 
nous avons ptf en faire sur la pierre elle-même et sur l'bstampage; 
en revanche , la troisième, une bbme rectangulaire hante de 1 m. 38 , 
large de o m. 3ô , lettres , o m. o5 , offre ce texte : 

D N 
PL'AVIO 
CO N S 
TANTI- 
N O &I L 
C A E S 
X 

«Les milles partaient de St^etula. 

irLe groupe suivant, le onzième en venant dé Sbeitla, comprend 
trois bornes; deux ne montrent actuellement aucune inscription; la* 
troisième est ainsi libellée : 

(fSur une colonne ronde à base carrée, haute de 1 m. 7S1 brisée 
en haut, complète en bas, aux lettres de o m. 06 : 



<') Cf. Barthélémy, Bu//. <i0^ Soc. arcA. dêSouue, 1906, p. jS. 

^*î Colonne ronde en calcaire coquillierf sur socle carré (haut., i m. /i5). 



AaGHéoLOGii. — N* 3. 



Digitized by 



Google 



CCLXXIV 

i m p . c a e s . 
m . t V L I us 
p H l L l ? ? u s 
PIVS FELIX aug 
P O N T I Fex 
• M A X I M • 
rR-POT-IICONS- 
p ROCOS- ET 
m • iuliVS PHILIP 
pvsnoBILISI 
mus caeS * AVG 
restitueKVNT 

ir L'inscription est mutilée en haut et à gauche en bas. Elle date de 
3/1 5; les Philippe, qui ont été de grands reconstructeurs de routes, 
ont refait la voie de Sbeitla à Hadrumète, comme ib en ont réparé 
tant d'autres en Afrique. A Kasrin ^^\ en particulier, on a déjà rele- 
vé une borne à leur nom, se rapportant à la portion Theveste-Sufe- 
tula par CiUium, qui était le prolongement normal du tronçon 
SufetuiorHadrumetum (^). 

tc]^ \ Tabarka, M. Ricaud, surveillant des Ponts et Chaussées, 
a trouvé et a eu Tobligeance de m'adresser pour le Musée du 
Bardo : 

fta. Dans les ruines des Thermes (Kès-Kès), à 3 mètres de profon- 
deur sous le sol actuel , au niveau du rez-de-chaussée dallé en pierre 
de Tédifice : une burette en bronze (haut., o m. 99); 

ft h. Dans les sondages préliminaires du nouveau contrôle civil , la 
partie gauche d'un sarcophage en marbre blanc (haut., om. 56; 
larg., o m. 3o; épaiss., o m. 69), avec un bas-relief sur la face an- 
térieure, représentant le Bon Pasteur, tourné à droite; il est vêtu, 
comme un berger, d'une tunique courte retenue à la ceinture, d'un 
manteau noué sur la poitrine et dont l'extrémité est passée sur son 



t») Corp. inscr. lot., t VlU, n* aigSs. 

(*) Sur la route de Sbeitla à Sousse, cf. Corp. imer. Ut,, t. VIII, p. 19-so; 
Gagnât et Saladia, Tour du Monde, i885, Q*seiii.,p. 386, 4oo; Barthélémy, Bull. 
(le la Soe, areh. de Souae, 1906, p. 97 et suiv. 



Digitized by 



Google 



CCLXXV 

bras droit; ses mollets sont protégés par des jambières; dans la 
main droite, il a un pedum^ tandis que, dans la gauche, il caresse 
une brebis dont il tient la tête par-dessous. Son coude droit repose 
sur une colonnette ; dans le fond , derrière la brebis et à la gauche du 
personnage ) un arbre. 

(rLe sujet du sarcophage était sans doute analogue à celui d'une 
autre cuve chrétienne aujourd'hui au Musée du Latran ^^\ où Ton 
voit au milieu le Christ, sous les traits du Bon Pasteur, entouré des 
Apôtres, six de chaque côté, avec les douze brebis les symbolisante 
leurs pieds; aux deux bouts, réparait le Bon Pasteur paissant ses 
brebis. C'est Tune de ces deux scènes des extrémités qui seule est 
conseryée sur le fragment de Tabarka. 

«8"* Aux environs immédiats de Tunis, entre Sidi-ben-Hassen et 
le Djebel-Kharrouba, tout près de la route de Sousse, en face la 
maison de contrôle des contributions diverses, on a rencontré, au 
cours de travaux entrepris pour élargir la voie d'accès à une carrière , 
quelques restes antiques de Tépoque chrétienne ^^^ : 

(ta. Une mosaïque tombale, dont la technique montre certaines 
particularités. Dans la dalle de calcaire, longue de i m. 85, lai^e 
de o m. 67, qui devait servir de couvercle à la sépulture, on a pra- 
tiqué une excavation de forme rectangulaire, limitée par un large 
cadre où la pierre a été laissée intacte. Dans cette cavité, on a éta- 
bli une mosaïque sur béton, comme on Teût effectué dans des condi- 
tions ordinaires. 

(t Cette mosaïque mesure 1 m. /17 de long sur o m. &8 de large ; au 
centre, dans un médaiUon circulaire, le nom de la défunte en 
cubes dorée ('), sur fond rouge en cubes de marbre : 

A L O 
G I O S A 
IN PAGE 



(1) Cf. dom Cabrol, DicU d'arch. ckrét., t I, p. 879-880, fig. 19&. * 

^*> (Test non loin de cet endroit qu*en 1906 on a découvert de nombreuses 
inscriptions funértires païennes et chrétiennes, ainsi que des ex-voto à Saturne 
(cf. Gauckier, Bull. areh. du Comité, 1908, p. cxcfii-cxcviii). La découverte ac- 
tuelle est un peu plus distante de Tunis que Fancienne. 

<') Cf. sur ce sujet Gauckier, Butt, arck. du Comité, 1903, p. 619; Mon. Piot, 
t. \ll,p. 121, n. 9; t. XIll, p. 193, n. 1, et p. aao, n. 3. 



Digitized by 



Google 



GCLXXVI 

(r De part «i d -antre ^ ce motif «st «ocosté d'um paon sur fond blanc 
SMsaïaiilë d'one roBe^Ën haut et. en bas, règne ane riche guirUode 
4^fruiU,coorge8,t poires, raÎBtns; ear les> petits. côtés, à droite et 
Àganobe ^ deux «olombes< flanquant une rose, t L'angle, droit eo^ haut 
est détruit, mais l'ensemble de la mosaïque eit d'un. travail «orrect 
etr^oigné , qui renMite certainement k une époque relativement 
haute <i). 

.{* X<aA lierre iqublai servait de^aupportinetait plus en place, lors de 
ia 4léooHvert6 ; elle a été trouvée vetonvaée ^ la mosaïque oon tre terre , 
remployée dans. un. escalier de. basse époqne. 

c(Iie.f)ropriétaire< du terrain «où ce document a été exhumé, 
M. Couitéas, banquier à Tunis, a bien voulu Faffrir auMoséO'du 
Bardo. 

ri. r£niBèmfr4emps, lesdéUais olittfoumi quelques îascriptions 
funéimres chrélieitnes, gravées sur deadattes plus ou moins endom- 
magées.: 

ff 1. — Hauteur, o m. 60; largeur, o m. 63; épaisseur, om. 18; 
lettres, o m. i5; plaque brisée à droite et à gauche : 

. . . r N P A C c 

^La pierre est abîmée àgauche sur o m. iB , h droitesur o m. 1 3 , 
et les lettres ont disparu à ces endroits. 

(f 9. — Hauteur, o m. 60 ; longueur, 1 m. 1 3 ; épaisseur, o jn. 1 5 ; 
lettres, o^m.^; dalleooiii^lÀte,saur.à droite : 

CANblDA FIDELm i/i pace 

trLe haut de DEL manquehLa-forme de IT est très particulière : 
la barre du milieu déborde à gauche et lui donne Taspect d'uoe 
croix. 



(^) Notraimosalque^a^ies i>8pportS: assez, inarqués. avec ia mosaïque. des i^oaoiM- 
$imima^tjfreê J^çumverte à CarÛuige an 1909 (Gauclder^ BuU* tûrçh» du, Comité , 
t^pBr.p* 4t8t).. Cependant il y a entre les deux une difiiérence iipportante à do- 
t^, €mX que, wa le payement 4e Gartbage, Tinseription se détache sur un fond 
d'émail bleu foncé très brillant, tandis <pi^ici die €ist enteurée d*un .fioad en 
cubes de^marbres rouge mat Nous sommes donc incontestablement è une époque 
plus ancienne, que je serais enclin à 6xer au iv* siècle. 



Digitized by 



Google 



CCLXXVIl 

(r3. — Hauteur, o m. 6/i; longueur, o m. 85 ; épaisseur, o m. 1 9 ; 
lettres, o m. 08 ; brisé seulement à droite : 

DEOGKatias . . .fi 
DELISIn face vix,,. 
SVDEPSII 

((Ligne 1, après G, une hasle droite le long de la cassure. 

ff Ligne 3, au début, sans doute la fin de Tâge : [anno]« ou 
[m«we]« V. — DEPS (= depositug) n'est pas sûr, l'inscription étant 
gravée très grossièrement.^ 

M. Reinagh lit le rapport suivant : 

tthea deux notices de M. te capitaine Dessigny sur les monu- 
ments funéraires de la région d'Aïn-Sefra sont intéressantes et 
doivent être publiées intégralement, n — Adopté. 

La séance est levée à 5 heures et demie. 

Le Secrétaire de la Cùmmittioii , 

R. Gagnât, 
Membre du Comité. 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



RAPPORTS 



BT 



COMMUNICATIONS 



AftCHéOLOGllU — N* 1. 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



UNE 
SÉPULTURE NÉOLITHIQUE 

À MOîSTIGNY-SUR-CRÉCY 

(AISNE), 

PAR MM. DELVINGOURT ET POL BAUDET. 



I. Situation et Description. 

ËD juillet 1906, M. Emile Baudet nous avertissait que de nom- 
breux ossements humains venaient d'être découverts dans une de ses 
terres, au lieu dit: «Le Ghaipp-à-Fo8ses7>, cadastre section B, 
n*" 960, sur le terroir de Montigny, canton de Crécy-sur-Serre. — 
Des fouilles entreprises par nous, le 10 août suivant, nous révé- 
lèrent que nous étions en présence d'une sépulture néolithique, 
véritable ossuaire, 011 reposait une famille, une tribu. 

Le Champ-^^Fosses , par sa position géographique et sa constitution 
géologique, devait séduire les hommes primitifs; ils y établirent 
leur habitat; sur toute son étendue se trouvent de nombreux silex 
taillés, témoignage certain de la longue occupation de ce coteau 
k une époque très reculée, par une réunion d'hommes, dont cria 
chance d'un imprévu, une rencontre heureuse ?), nous a fait décou- 
vrir les restes. 

Il est situé sur la déclivité méridionale d'une colline de 1 1 o mètres 
d'altitude, d'où un vaste panorama se déroule sur la vallée de la 
Serre et la plaine de Laon , interposée entre la rivière et le mamelon 
sur lequel s'élève l'antique village de Montigny ^^\ à proximité d'un 
cours d'eau, d'un sol très perméable; nous devons ajouter que ce 
lieudit est voisin de deux monticules appelés: «rLes Huttes, Les 



^'^ Prés du vilUge de Moiitigny se dressent deux pierres levées , inclinces intcn- 
tionellement dans la direction de la sépulture. 



Digitized by 



Google 



— 4 — 

Creuttes et Les Gens Morts ^. Des trouvailles aotërieures, peut- 
être semblables à celles dont nous nous occupons, sont probablement 
la cause de ces dénominations. 

La rencontre fréquente en ces endroits de grès analogues à 
ceux que nous a litres la sépulture dont la description suit, nous 
parait être la preuve de ce que nous avançons. 

Pareille découverte ne sVst encore produite dans notre canton , 
ni même dans le Laonnois. M. J. Pilloy^') a signalé dans TAisne 
plusieurs sépultures néolithiques présentant les .mêmes caractères 
que celle de Montigny-sur-Crécy. 

Notre sépulture se présente ainsi : elle est d'une profondeur 
maxima de s m. 5o, d'une superficie d'environ & mètres carrés 
(planche I), soigneusement délimitée au Nord par deux monolithes 
de o m. 80 de haut, de o m. 76 de large, sur o m. 5o d'épaisseur; 
à l'Est, par une muraille sèche de 1 m. 60 de haut, s m. 5o de long 
et 1 m. 5o de large; à l'Ouest, par des grès juxtaposés; enfin au Sud , 
par un fossé dallé partiellement, devant lequel est taillé dans le 
calcaire une sorte de plan incliné bien fait pour l'introduction des 
corps dans leur primitif caveau après Taération de l'ossuaire, produite 
par le feu. 

Près d'elle à & mètres au Sud-Est , à une profondeur de 1 m. 60 , 
se trouve un foyer dans lequel nous n'arons trouvé qu'une épaisseur 
de cendres de o m. 02. Entre ce foyer et l'ossuaire, existe aussi 
une fosse très ancienne, orientée du Nord an Sud; la fouille ne nous 
a donné aucun résultat à cet endroit : quelques ossements brisés, 
entremêlés de grès noircis, sont les seuls restes d'incinérations 
aujourd'hui disparues. 

II. Les Squelettes. Les Crânes. 

Au total r il y avait soixante-sept individus, dont de nombreux 
enfants, ensevelis dans la sépulture; ils reposaient sur un dallage 
partiel fait de pierres plates, un peu brûlées et recouvertes d'une très 
mince couche de cendres. L'épaisseur des ossements entassa près 
des deux monolithes cités plus haut était de o m. 5o; la bonne 



^'^ Pilloy, Coup d*œil général iur le$ découvei'le$ d*antiquité$ /ailes dans le dépar- 
lemeul de V Aisne depuis 18 38; du même, Notice sur une sépulture à crémation de 
Vâge de la pierre polie à Hibemont. 



Digitized by 



Google 



— 5 — 

conservation des squelettes nous permet d'aflSrmer qu'ils étaient 
orientés indifféremment du Nord au Sud et du Sud au Nord, 
Les membres puissants, les empreintes musculaires très dévelop- 
pées, indiquent que les sujets étaient d'une grande robustesse; 
parfois les fémurs sont arqués et les genoux font saillie en avant; 
la taille moyenne des adultes ne nous a pas paru dépasser 
1 m. 65; ik étaient tous bracbycéphales et en général platy-* 
cabales. 

Deux crânes méritent une mention particulière; un, de beaucoup 
le plus intéressant, est trépané (^); il appartenait à un bomme de 
5o à 6o ans; nous Pavons trouvé à Tendroit indiqué sur le plan 
(voir pi. I); il porté deux trépanations (^), la première (pi. I, 
fig. i) sur le pariétal gauche à la partie supérieure et interne, à 
environ o m. oi de la ligne médiane, de forme ovalaire; son dia- 
mètre aatéro-posiérieur a o m. o& , et son petit transversalement 
o m. o3. Louverlure a été manifestement pratiquée à Taide d'un 
instrument coupant, trsilex.v; les bords sont mousses, sans la 
moindre aspérité, ils sont taillés en biseau. En avant et en arrière, 
c'est-à-dire aux deux extrémités du grand diamètre antéro-postérieur, 
la section de Tos a été faite perpendiculairement à la surface; elle 
a réuni les deux incisions latérales et permis Tenlèvement de la 
rondelle osseuse. Les os ont leur épaisseur normale. Cette trépa- 
nation nous paratt avoir eu toutes les suites de gnérison. 

La seconde (pi. I. fig. i ) sur le pariétal droit, à la partie infé- 
rieure, sur une ligne qui réunirait les deux apopbysesmastoïdes, est 
aussi de forme otalaire, d'un grand diamètre de o m. o6 et d'un 
petit de o m. o6 ; elle intéresse pour la plus grande partie le parié- 
tal, plus a m. 01 environ de la portion écaiileusedu temporal; les 
bords mousses indiquent que la section a été faite par un instru- 
ment tranchant de haut en bas et d'avant en arrière pour la 
partie antérieure; d'avant en arrière et de dehors en dedans pour 
la partie postérieure. Les incisions sont obliques et ne portent 

(') A noire connaiMance , aucune trépanation préhistorique B*a encore été décou- 
verte dans TAisne. M. J. Pîiioy en a rencontré trune franque^) dans un cimetière 
du fi* et fil* siècle, situé entre les villages de Gauchy et de Grugies, arrond. de 
Saint- Quentin (voir Matériaux y 1887). 

W Voir les études des docteurs Pnmières et Broca, les observations de 
M. Gartailhac et 1rs expériences du D' Gapitan. 



Digitized by 



Google 



— 6 — 

aucune trace de réparation osseuse : )a mort a dA se produire peu 
de temps après lopération. 

Le second crâne (pi. î, fig. a) appartenait lui ausâ à un 
homme de 5o à 60 ans, au front bas et étroit, aux arcades sourci- 
lières assez développées, au maxillaire très prononcé. Il porle à 
son sommet la trace d'une réparation osseuse. La lésion cicatrisée 
peut être aussi bien la conséquence d*une blessure que d'une alté- 
ration spontanée; mais il nous semble plus rationnel d'admettre 
qu'elle est due à une maladie; la table externe seule a été atteinte. 

III. MOBIUKR FUNERAIRE. 

Emmanchutes. — Trois sont munies de haches; quatre en«come 
de cerf polie sont intactes; deux en corne de cerf non polie sont 
brisées. 

Comme celles trouvées à Chassemy (Aisne), la partie supérieure 
de la corne qui les constitue, est remplie par des fragments d'an- 
douiliers entrant les uns dans les autres. 

Parures. — Collier formé de petites rondelles de schiste, nacre 
et os. Nous en avons trouvé un grand nombre, mais à cause de leur 
friabilité, nous n'avons pu en recueillir que très peu; elles repo- 
saient toutes sur le fond de la sépulture. — Amulette de schiste, 
percée intentionnellement, concave des deux côtés, usée par le 
frottement, à arêtes circulaires vives. — Amulette de silex rose 
jaspé, polie sur toutes ses faces, percée aussi intentionnellement. 

Nous rangeons parmi les objets de parure, deux cailloux percés 
naturellement, grossièrement retouchés. 

Instruments d'os. — Ce sont des poinçons. 

Floches de silex, — Trois en feuilles de saule. 

Outils de sikx. — Une petite scie, quatre petits tranchets retaillés 
finement sur les côtés, à base intacte. — Un silex dit géométrique, 
très bien retouché latéralement; c'est là un fait particulièrement 
intéressant. — Trois grattoirs. — Une lame épaisse à bords 
retouchés. — Lames non retouchées à bords non usagés; nous en 
avons trouvé une très grande quantité; leur longueur varie entre 
o m. 01 5 et o m. 12. 



Digitized by 



Google 



Cent cinquante silex environ étaient disséminés daas la sépulture 
à toute hauteur; parmi eux citons encore un seul et unique nucleus, 
des ébauches de grattoirs, des simulacres d'autres instruments et 
beaucoup d'éclats. 

Aucun de ces objets n a subi l'action du feu, ib sont tous patines 
gris ou blanc. 

Dblvincourt. Pol Baudet. « 



Digitized by 



Google 



NOTE 

SUR 

UNE SÉPULTURE GALLO-ROMAINE 

DÉCOUVERTE k VIGNOLS 

(CORRÈZE), 

PAR M. ALEXANDRE IfIGOLAÎ. 



La sëpulture gallo-romaine dont nous donnons la reproduction 
(pi. H) appartient à un type déjà connu mais peu commun. Elle est 
complète, en ce sens que Tinvolucre de pierre qui en forme le corps 
principal renferme encore Turne et les ossements qui lui ont été 
confiés. Mais les pièces de monnaie qui eussent permis d'en déier- 
miner la date ont été égarées; d autre part, il y avait, enfouis dans 
la terre, autour de la capse de pierre, de petits vases que, d'après 
la description qui nous en a été donnée, nous estimons être des 
oUae; les uns, incomplètement cuits sans doute, se sont effrités; 
les autres trop maltraités par la pioche du paysan ont été délaissés 
sur place en débris , et comme la découverte remonte à plus de dix 
ans, il a fallu nous en remettre à ces indications. 

€'est au hameau de Sarget, commune de Vignols (Corrèze), que 
la sépulture fut rencontrée par le soc de la charrue dans une terre 
appartenant à M. Chastanet, ancien conseiller d'arrondissement. Il 
avait conserve ce petit monument jus€[u'en 1906 , époque à laquelle 
son existence me fut signalée par mon dévoué secrétaire M. Dumont- 
Maliverg, qui est un enfant de Vignols; j'ai dû à son obligeant 
intermédiaire de pouvoir l'acquérir. 

Le cube de pierre proprement dit, ou mieux la boite carrée dans 
laquelle a été pratiqué le loculus où repose l'urne, a om. 5i3 de 
hauteur et om. 3o de largeur; à sa surface supérieure, un bour- 
relet a été ménagé pour mieux assurer l'encastrement du chapeau 
une fois rabattu. 



Digitized by 



Google 



— 9 — 

Ce dernier a la forme d'une pyramide quadrangalaire légèrement 
tronquée au sommet. 

Sa hauteur est de o m. Sa; en sorte qu'avec son couvercle ra- 
battu, le monument a o m. 55 de hauteur. 

Le vase contenu dans la capse est fait d'une terre rouge eitré- 
mement fine, bien cuite; c'est un beau spécimen de ces poteries 
gallo-romaines revêtues d'une l^ère couverte à reflets métalliques 
bronzés. La forme en est élégante, de la bonne époque; pour toute 
ornementation : quatre cordons de guillochures assez également 
espacés sur la panse et tracés à la pointe d'un fin ébauchoir taillé 
en bec de roseau. 

Dimensions : 

i"* Hauteur, o m. 9o5; 9^ diamètre le plus fort au centre de la 
panse, om. i5; S** diamètre au eol supérieur, om. ii5; &* dia- 
mètre au pied, o m. o8. 

Le caractère de cette poterie semble bien nous reporter au i^ siècle 
de J.-C. 

Il y a lieu de rapprocher de cette sépulture les types analogues 
sinon semblables, conservés dans le musée de Saint-Germain-en- 
Laye, au nombre de cinq. Aucun cependant n'est muni de l'urne, 
et c'est en quoi notre présentation oRre un intérêt plus parti- 
culier. 

Dans la salle a4, sous le n"* a6,363 , on peut remarquer un invo- 
lucre de pierre sans urne et muni de son couvercle, en tous points 
semblable au notre, s§uf les dimensions qui en sont légèrement in- 
férieures. Le n** 96,569 présente les mêmes caractéristiques, mais 
il n'a pas son couvercle. Le premier provient de Cendre-Orcet 
(Puy-de-Dàme)^ le second de Saulzais-le-Potier (Cher), don de 
M. Auclair. 

Les n*^ 96,568 répondent à deux monuments de pierre, du même 
genre, mais cylindriques quant à la botte et en cône obtus au sommet 
quant au chapeau; il y a semblable loculus ménagé pour l'urne 
à l'intérieur. L'un d'eux seul est entier avec son couvercle. Ori- 
gine : cimetière de Saulzais (Cher), don Auclair, et Douelle 
(I^t), 

Un quatrième qui provient du Château (Indre), sous le n"" 99,905, 
présente une apparence quelque peu modifiée; le chapeau est en 
forme de calotte ou de coupole, et la boite cylindrique aussi est 
cependant dégagée quelque peu vers sa base inférieure. 



Digitized by 



Google 



— 10 — 

Enfin, provenant des environs de Saverne. on peut remarquer 
dans la même salie une forte pierre taillée en ronne de toit, de 
forme allongée, plus voluminease que les blocs que nous Tenons 
de décrire et qui n'est peut-éJre qu'un chapeau , car nous ne Tavons 
pas soulevée. Elle porte le n"* 90,376. 

Ajoutons que ce genre de sépulture, consistant en des vases en- 
fermés dans des coffres de pierre , est fréquent dans le territoire du 
département de la Creuse ''). 

* Au point de vue du mobilier funéraire, on se trouve en prâwnoe 
d'un type qui perpétue des traditions de la plus haute antiquité; il 
symbolise la maison avec son toit, et cette figuration a été familiëre 
aux Étrusques. 

Par réloignement des divers centres dans lesquels les capses 
que nous avons signalées ont été rencontrées, il semble bien qne 
Ton ne puisse conclure à un mode de sépulture local; leur répar- 
tition géographique démontre que l'usage en a été assez répandu. 
Notre courte note a pour seul objet de prendre date et d'amorcer un 
catalogue des monuments funéraires de ce type. 

Au point de vue du mobilier comme au point de vue du mode fu- 
néraire et sous la pratique incinéraloire, car les débris d'ossements 
renfermés dans l'urne ont été crémés, c'est toujours la même pré- 
occupation qui ressort, de protéger le dép6t sacré contre les injures 
des hommes et du temps; le vase sera tantôt entouré de briques 
plates dressées et affrontées, en forme de toit« avec une tuile creuse 
au-dessus; tantôt renfermé dans une amphore, dans une marmite 
de dimension, dans un coffre de pierre ou de bois; tantôt dans une 
fosse à ustion directe où les vases seront noyés dans le remplissage 
fait de cendres, de charbons, de gravois d'incinération, etc. Mais le 
mobilier reste sensiblement le même traditionnellement; il y aurait 



(*) Pour les urnes de verre , renfermées dans des récipients de pierre, genre de 
sépulture fréciuenl dans la Creuse, voir : P. do Cessac, dans Mém. Soc, iciences 
natur. et archêoL Cretue, I. 111 (1862), p. ^89, et l. IV (1880), p. aaa-aag, ot 
aussi dans Bull, monumenlaly t. XXXlX(i873), p. i38-i/i8; J.-F. Bonnafoux, 
dans Qmgrèê archéoL de France à Guéret, en i865, Guéret, 1866, pi. I et II, 
reproduites par A. de Caumont, Abécéd. d* archéologie, ère gàUtHrom.y a* éd. 
p. 446-4/17; A. Fillioux, dans Mém. lut à la Sorborme, archéologie, avril i8()8, 
p. 93-104, pi. XIII; G. Gallier, dans Bull, monumental, l. XLllI, 1877, p. 589 
et 591. — Il y a des urnes de ce genre dans d'autres régions. 



Digitized by 



Google 



— 11 — 

toutefois à rechercher si ces modes, peu différents quant au fond, 
mais varies quant à la forme, répondent à des époques distinctes 
ou à des habitudes locales oil négioiioles. La recherche peut être 
longue et difficile en raison de la rareté des monuments datés de 
façon sûre; elle n'est pas impossible. 

. Alexandre Nuoiiï. - ; 



Digitized by 



Google 



NOTE 

SUR 

UN VASE FUNÉRAIRE CAROLINGIEN 

TROUVÉ k MONCEAU-LE-NEUF 

(AISNE), 

PAR M. JULES PILLOY, 
Membre non ridant du Goroiié. 



Toutes les personnes qui se sont occupées des anciens cimetières 
où, dans le Nord de la France, la Belgique, TAngleterre et les bords 
du Rhin, reposent les populations franques et carolingiennes, con- 
naissent ces petits vases de terre cuite noirâtre, à large ouverture, 
à la panse formant au milieu un angle saillant 1res apparent, ce 
qui leur donne une forme bi-conique si caractéristique. 

La plupart du temps, on trouve ces vases aux pieds des morts, 
plus rarement à la portée de la main et, par exception, à la tète. 
Ds appartiennent tout spécialement à Tépoque franque; on ne les 
voit jamais parmi la très nombreuse céramique déposée dans les 
tombeaux romains du iv"* siècle. 

De plus, nous ne trouvons de vases de cette forme que dans les 
contrées où les peuples d'origine germanique ont séjourné. Le cime- 
tière de Selzen, si. bien décrit dès 1868 par Lindenschmit, nous 
en montre le type dans toute sa pureté. 

Ce qui vient encore caractériser ces petites urnes, ce sont les 
ornements géométriques qui occupent tout ou partie de la zone 
supérieure de la panse, ornements qui, lorsque la terre était encore 
fraîche, ont été obtenus par la pression d'une roulette de bois 
ou de métal, sur laquelle étaient sculptés en relief les motifs qui 
devaient se reproduire en creux. 

Ces motifs étaient extrêmement variés; mais, vers la fin du 
VI* siècle, on y voit, d'abord, apparaître la croix, puis, bien plus 



Digitized by 



Google 



— 13 — 

rarement, de barbares monogrammes, ou encore des fragments 
d'inscriptions en caractères romains (^l 

Cette ornementation cesse soudainement quand apparaissent 
dans les tombes, avec le scramasaxe, les belles et grandes plaques- 
boucles munies de gros clous saillants, de bronxe ou de fer damas- 
quiné, si connues, qui signalent Taurore de Tépoque carolin- 
gienne. 

A ce moment, quoique Tusage de déposer ces sortes de vases 
dans les sépultureé ait persisté, on constate bientôt, néanmoins, 
un changement assez appréciable dans leur forme. La panse devient 
moins angulaire; puis cet angle disparaît lui-même pour faire 
place à un ventre légèrement bombé; et, pour toute décoration, 
on ny voit souvent que des filets ou bourrelets saillants, parallèles, 
plus ou moins rapprochés, plus ou moins nombreux. Parfois, aussi ^ 
on trouve de petites coupes à large ouverture et à très petit pied. 
Quand, dans les tombes, on ne trouve plus de mobilier funéraire 
consistant en armes ou en objets de parure, par ci , par là, on y ren- 
contre encore ces sortes de vases; puis ils disparaissent eux-mêmes 
vers les confins des cimetières qui semblent avoir été abandonnés 
vers les ix" et x* siècles, quand les populations désirèrent être enter- 
rées autour des églises. 

On a déjà bien disserté sur ces vases funéraires. Les uns, et 
c'est le plus grand nombre, ont voulu voir une intention religieuse 
dans Tacte de leur dépôt dans les tombes. Selon eux, ces récipients 
devaient avoir servi à contenir, d'abord, au temps païen, de Teau 
lustrale (^), puis, plus tard, quand le christiaiiisme devint la reli- 
gion dominante, de Teau bénite. D'autres ont pensé que Ton devait 



('> Cf. Boidanger, Le mobilier Junéraire gailth-romam et franc de la Picardie êl 
d$ l'Ariêiê, p; ii5, ei pi. IXXV. 

(^) «Pendimt que le cadavre était encore dans la maison , un grand vase d^eau 
lustrale était placé à la porte. — LHdée de mettre des moyens de purification à 
la disposition des morts, dans leur existence d*outre-tombe , a peut-être com- 
mencé par la préoccupation naïve de leur donner, non seulement des aliments, 
mais de quoi se laver et se parfumer. ?> A. Bouché-Leclercq , dans le Dieiionnaire 
dm antifuitêi rotnain^i de Darembei^ et Saglio, au mot Liutratio, p. t&i6- 

A Vcrmand et à Homblières, avec la vaisselle et les bouteilles ayant contenu 
des aliments et de la boisson , il y avait encore dans les tombes du iv* siècJc des 
perMAoes riches, une aiguiàre pour les soias de propreté. Cet ustenaile était 
presque toujours de brome. 



Digitized by 



Google 



— 14 — 

y mettre une boisson (*), et pour donner plus de poids à leur opi* 
nion, ils ont rappelé que Ton trouve souvent une substance bru* 
nâtre et luisante à Tintérieur des parois des gobelets ou bouteilles 
de verre, qui, chez les riches, remplacent dans les tombes les vases 
de terre cuite; cette matière ne pouvait être que le résidu du vin 
qu'on y avait mis au moment de Tinfaumation. 

Mais cette hypothèse tombe d'elle-même, quand on se ra{^pelle 
que la majorilé de ces gobelets (et c'est justement le cas qui se pré- 
sentait à Gammertingen) étaient en forme de coupe ou clochette , 
sans pied, dont le fond était, ou très bombé, ou très conique, et 
que, souvent même, pour en augmenter Tinstabilité , on y avait 
ajouté un bouton saillant d'émail ou de verre. Et c'est surtout dans 
ces clochettes qu'on constate la présence du résidu en question. 
Comme elles ne pouvaient se tenir debout, rinvratsenifblance saute 
aux yeux. Et, en effet, on les trouve invariablement couchées au 
fond du cercueil. 

Je préfère attribuer cet enduit brunâtre aux sels provenant de 
la décomposition du corps, et cela avec d'autant plus de raison que, 
souvent, j'y ai constaté les traces, les traînées, encore bien appa- 
rentes, laissées par les larves cadavériques. 

L'eau bénite qui, de nos jours, accompagne dans les cérémonies 
funèbres le cercueil jusqu'au moment où il descend dans la fosse, 
est certainement là survivance d'une très ancienne coutume; elle 
a été conservée dans les familles depuis le samedi de Pâques ou de 
Pentecôte; elle est placée dans un va^ auprès du mort, avec le 
flambeau qu'on allume et qui ne s'éteindra qu'au momemt du départ 
du convoi mortuaire; c'est avec du buis bénit le jour des Rameaux 
qu'on fait l'aspersion au moment des visites funèbres. C'est aussi 
avec de l'eau bénite que le prêtre reçoit le corps au sortir de sa 
demeure terrestre, ainsi qu'à son entrée dans l'église. On l'asperge 
une dernière fois dans la fosse. Nos aïeux faisaient encore plus, 
puisqu'ils en plaçaient jusque dans le cercueil. 

Mais je me suis un peu trop éloigné de mon sujet et je me hâte 
d'y revenir. 

H a été découvert à Monceau-le-Neuf , arrondissement de Ver- 
vins (Aisne), dans le cimetière dont je me suis occupé il y a quelque 



(*> Cf. le flpiendide ouvrage de W. Grobbeli sur les fotnilee dn clraetièro de 
Gammertingen (Munich, Piloty et Loehie, igeS). 



Digitized by 



Google 



— 15 — 

temps, un vase funéraire qui n'est venu en ma possession qu^apr&s 
la publication de mon travail. C'est pourquoi je n'ai pu en parler 
malgré tout l'intérêt qu'il présente. 

Il a été recueilli dans une tombe qui renfermait ce seul mobilier 
funéraire; elle se trouvait dans la zone extrême du cimetière. 

La forme ne rappelle en rien celle des poteries franques. Elle 
se rapprocherait plutôt de celle des cimetières romains du iv* siècle, 
n'était la rudesse du travail du potier, bien moins habile que ses 
prédécesseurs de Tépoque romaine. 



Vase trouvé dans une sépultare carolin^ennc 
i MoDcetu-Ie-Neaf (Aimie). 



C'est un gobelet presque cylindrique mais qui se rétrécit un 
peu vers ta base, où existe un fond plat de 5 centimètres de dia- 
mètre. La hauteur totale est de i a centimètres. L'ouverture a une 
largeur de lo centimètres et demi, et elle est munie d'un rebord 
saillant. A 3 centimètres de cette ouverture, un bourrelet légère- 
ment angulaire limite une zone qui a été décorée, à l'aide du poin- 
çon et avant la cuisson, d'une double rangée de dents de loup, 
cet ornement bien typique qui, après avoir élé employé à foison 
dans les bijouteries franque et carolingienne, se voit encore fré- 



Digitized by 



Google 



— 16 — 

quemnient dans la décoration architectarale de nos monuments de 
répoque romane. 

Ce qui prouve que la gravure a été faite avant la cuisson de la 
terre, c'est quà Tintérieur cette terre est rougeâtre, ce qui se voit 
à remplacement des attaches de Tanse qui a été brisée, et que la 
teinle superficielle noire recouvre aussi bien les parois extérieures 
lisses que le fond des traits de gravure. On sait que cette teinte 
noirâtre des vases funéraires francs et carolingiens a été obtenue 
par le séjour prolongé de la céramique dans un four où Ton faisait 
arriver, pendant un temps plus ou moins long, une fumée très 
intense. C'est, du moins, Topinion adoptée par les savants qui se 
sont ocx;upés de la question. Cette opinion a été aussi admise par 
les Allemands qui ont même fait, des vases à parois noirâtres, une 
subdivision dans la classification de certaines poteries antiques. 

Une autre décoration, celte fois placée sur la panse, au-dessous 
du filet saillant, consiste dans la représentation, faite également 
en creux au poinçon, avant la cuisson de la terre, de trois palmes. 
A cause de leur terminaison, fourchue pour Tune d'elles, arrondie 
pour les autres, on avait pensé que le graveur avait peut-être eu 
rintention de reproduire des plumes de paon. 

On sait que le paon était, dès les débuts du christianisme, consi- 
déré comme symbole de la résurrection, parce que, tx)us les ans, il 
recouvre les plumes qu'il a perdues au moment de la mue; il est 
peint très fréquemment dans les catacombes de Rome^^^. 

Un vase franc de la collection Boulanger de Péronne est décoré 
d'une guirlande de plumes de paon, au moyen d'une matrice en 
relief. La représentation de plumes de paon , sur notre vase , n'au- 
rait donc rien d'insolite. 

Quant aux palmes, c'est le symbole de la victoire, la victoire 
du chrétien sur la mort par la résurrection, mais plus particuliè- 
rement celui du martyr. C'est de là qu'est venue la coutume de repré- 
senter les martyrs la palme à la main^^l Plus tard, la palme est 
devenue commune à toutes les sépultures chrétiennes, un ornement 
vulgaire qu'on figurait indistinctement sur tous les tombeaux; et 
de là il n'est pas difficile de conclure qu'elle fut considérée comme 
un ornement funéraire. 

(•) Cf. Bosio, Roma «o«., p. 6Ai ; Arinçhi. Roma êubleir., n, t VI, c. 36, 
p. 61 a, etc.; Martigny, Dictimmaire deê nniiqmié$ chrétieimes, au mot Pcum. 
<'> CL Uabbë Martigny, Dictionmii^t deê antiquités ehrétiemtew, au niot Pùhmé 



Digitized by 



Google 



— 17 — 

'Palmes ou plumes de paon, Tidée quelles expriment est donc 
identique. 

Ajoutons qu'à côté de Tune d'elles, on a également gravé une 
croix ou un F. 

Comme on le voit, ce petit monument valait la peine qu'on le 
mit en lumière, et nous sommes heureux d avoir pu le sauver de la 
destruction on de Toubii. 

Jules PiLLOY, 
Membre non résidant du Comité. 



AiicBéoLooii. — N* 1. 



Digitized by 



Google 



TROIS CIMETIÈRES 

MÉROVINGIENS 

(CLÉRY, MAUREPAS ET CORBIE), 



PAR M. G. BOULANGKR, 
Correspondant du Comité. 



I. Le GIMBTièRE DE ClBRT. 

Proche Péronne, orienté au Nord-Ouesl et situé à cinq kilo- 
mètres de celte ville, se trouve le village de Gléry, peuplé de 
900 habitants. Cette commune se trouve sur la rivière de Somme 
et elle est traversée par la routé nationale qui conduit de la ville 
picarde que nous venons de nommer à Albert. 

Disons en passant, et cela pour mémoire, que depuis l'année 
1 885 , qui marque le début de fouilles assez nombreuses et métho- 
diquement entreprises, la ville de Péronne est devenue le centre 
d'une contrée qui paraît être particulièrement riche bous le rapport 
du nombre, de l'étendue et de la richesse des sépultures franco- 
mérovingiennes. 

On a déjà beaucoup trouvé, et il reste encore, croyons-nous, 
beaucoup à recueillir. Certes, la science archéologique ne peut que 
bénéficier largement de ces utiles explorations; aussi comptons- 
nous que les propriétaires de terrains à sépultures nous aideront 
dans la mission délicate et tout à fait désintéressée que nous avons 
entreprise sous d'assez heureux auspices. 

En 186 3, des sépultures gallo-romaines furent découvertes à 
Cléry, sous l'emplacement d'une maison de ferme sise rue d'En-Bas, 
et des objets de cette époque y sont recueillis de temps à autre. 
Les Romains y avaient, en effet, établi un poste militaire qui 
gardait le passage de la Somme coupée en cet endroit par une 
chaussée.. 

Il y a environ vingt ans, un habitant du village acheta, pour y 
construire une maison , un terrain situé dans l'angle Nord-Ouest 



Digitized by 



Google 



— 19 — 

fermé' pa0 k' route d'Albert «tec la chamin de Boucbave^o^, ho 
niveUemept de e» terftm mil £&rtiittoiaeai à éé^uy'0vivm &ïm^ 
iiiff^ de Troque mévoviiigiaQfte, M. Mbeà DanÛKHirt, feodatetir 
du MoBëe de Péromie, y trouva queiquea objets « ictuoHajasmit eoUr 
ftûnrés dans ee muâée^^l De» loiiilki mibeéqueatefr, fxéoutéfn 0ur l^ 
flulme tamim, doqnèmnt d'autres objeta de lo mêifta é^qun^ qoi 
ftiimi dispersé» 4eQs diverses collêutàom. 

Pendant T^er de i^oi^t^DD, J'obtins, après da9 pourparlors 
6t lefeneoMint d'pue indemuité, rantonaation d'explorer un jArdin 
A» quaire k cinq ânes aontign A Tbiritage ciTdissiis; ibaîs i« pto- 
{méimfi an eheâp voisin ne conseiatit A aucun prix à i»e séder 
son terrain converti en pâture, et dans iequei h rionetik^ pir^U 
•Vteudfte. 

Dès Texploratioa des pnsniières iovbes, je constatai q«a plu<- 
•i£urs avaieirt d^*à éU violées; on avait là, ieoqm4» âsm bîe» 
d'futoBs cimetiÀras» fouillé jusquat» genoux pour s'emparar es 
bijou« d'or et d'argent« noéprisant le miNl^ste a9wvo0 di^Mseé au 
pisids, oe «fui «a permit de recueillir une bouteille ^ quatœ 
ooiipas 4e verre, plûi wie quinzaine de;wci4a de ti^ffe,. de fonnes 
différentes. 

Quelques tombes, restées intactes, me permirent bien vite de 
me rendre compte, par analpgie avec d'autres cimetières, que 
je me trouvais dans la partie qui datait de l'occupation franque 
el quipMveMeUerjitSfpi'eu vif eièele» <&'#s^Mire juiq«'à l'époque 
earflÎAgieiiiierier il estbÎM difficile de fi«w, à eejit ans près^ la 
date des objets que l'on rencontre dane iine s^ltwr^, lorsqu'il 
s!agit d'un eimaiîire fmioailL les iawnfui<« sont toMJouors fort rares. 

Couime dans tous ks «ijMtièines de oeUe «époque, las «vNrps 
é\Mimt erienlis de ialie «euiAra quo le squelette avait les pieds à 
l'Est, et la tête à J'Ouast, r^ arien tatioa qw Tou reueoatre «bez les 
Francs depuis l'époque de Seizen jusqu'à «telle d'Herpès ^^), r^-^ 
avec cependant une certaine déviation pour plusieurs tombes. Les 
archéologues militants, tels que l'abbë Cochet, MM. Th. Eck, Pil- 
loy et L. Coutil, tous doués d'une grande expérience, estimeot 
qm les #[>ssoyeurs se guidaient alors, le oiatin et la soir« pour 

(0 Les objets ont été reproduits de grandeur naturelle sur les pianciiQs, à 
r^jHwptîpq do ^pal^assHiBP daat to rédueiloa sft indiipfisr 

t*) Cf. Lindeoschmit, Dm germarUiche Todtenlager in (Ur h^^m^ Hkem»- 
he$iem ; Delamain, Li dmêiièrt tfH^rpêi* 



Digitized by 



Google 



— 20 — 

creuser lee fosses, sur le soleil levant ou le soleil eoacbaQl;et, 
comme Técliptique décrit, pendant la bonne saison, un plus grand 
are de cercle sur rhoriz(m, les tombes, dont Torientation s'éloigne 
de la direction Est-Ouest, seraient celles qui auraient été creusées 
pendant ieté^^). Cette orientation avait été adoptée par les Francs 
dès leur arrivée dans la Franeia, c'est-à-dire plus de trois siëdes 
avant leur conversion ; c'est donc une erreur d'appeler cette mea- 
tation, comme Ta fait Tabbé Renet, une r orientation chré- 
tienne d^^). C'est, au contraire, une orientation païenne, vraisem- 
blablement due, dans des temps antérieurs, h l'adoration dn soleil. 
Nous verrons plus loin que cette coutume a cessé d'être observée 
à partir du ix* siècle. 

La profondeur des fosses variait de i m. aS à i m.75, c'est 
la moyenne de l'époque franque; nous verrons ci-après, Icmsque 
nous parierons du cimetière de Maurepas, qu'au vu* et au 
viii* siècle, et même plus lard, cette profondeur diminue et que 
les sarcophages sont quelquefois atteints par le soc de la charrue. 
Aucun sarcophage n'a été découvert dans cette partie dn cimetière. 
Nous croyons savoir qu'il n'en a pas été rencontré non plus dans 
l'héritage exploré il y a quelques années. 

Sépukures JPhommes. 

Deux sépultures de guerriers, restées entières, donnèrent : 

Une épée avec pommeau de fer, placée le long du bras droit, la 
pointe tournée vers les pieds î^); 

Un poignard placé obliquement sur le fémur droit; c'est le poi- 
gnard franc n'ayant qu'un seul tranchant et un pommeau (*); 

Le long de la jambe gauche, une francisque, dite francisque à 
marteau, forme usitée à la fin du vi* siècle, et dont le fer se trou- 
vait au niveau du pied; 



(*) En Picardie , les fossoyeurs ont encore l'habitude de faire ce travail le ma- 
tin ou le soir. 

^*^ Cf. Âbbë Renet, Leêfouillei de HêrtMi, 1878-1879, dans les Ménmru 4* 
la Sociéti académique dei iciencei et arU de COise, i. XI, i'* partie (1880), 

P-9- 

t') Longueur du pommeau à la pointe, m. 83; largeur, o m. &5; knigneur 
de la soie, m. 10. 

(*) Longueur, m. 33. 



Digitized by 



Google 



— 21 — 

Vers la gauche, un peu plus bas que la ceinture, dans une au- 
môniëre disparue et dont il ne restait que des traces d oxyde de fer 
et un peu d'humus noir : une belle pince à épiler ornée de dessins 
géométriques (pL IV, fig. 5)(^), un perçoir, un petit couteau de 
fer à lame rigide, un peigne d'os, réduit presque en pous* 
sière; 

Sur le bassin, une boucle ovale de ceinturon, de potain, ac- 
compagnée 4e trois ferrets (pi. V, iig. 3) recouverts d'une admi- 
rable patine vert clair; 

'Entre le poignard et la couture, une petite boucle de bronze 
provenant sans doute de la courroie qui retenait cette arme; 

Entre les pieds, une bouteille de terre, gris cendré, entière- 
ment décorée de dessins à la roulette (pi. VII, fig. &). 

On avait omis de placer dans la tombe de ce chef, contraire- 
ment à Thabitude de Tépoque, son bouclier. 

Voici le produit de lautre tombe (pi. XII, fig. i) : 

Une framée, à fer large et court (^), placée à droite, la pointe en 
haut comme si te mort était au port d'armes; 

Le long du bras gauche, la pointe en bas, une belle et bngue 
épée sur laquelle Toxyde de fer avait attaché, en la métallisant, 
une partie du fourreau de bois. Le pommeau , ainsi que la boute- 
roUe, encore adhérente, sont de bronze (^); 

Sur les genoux, un umbo de boudier, de fer, garni, à sa partie 
supérieure, d'un bouton de bronxe, et sur la base, de quatre autres 
bcmtons, également de bronze, qui recouvraient les quatre rivets 
retenant cet umbo au disque de bois du bouclier et à la manipule. 
Dans les tombes franques, cette partie du bouclier, qui était de 
bois, a toujours disparu, de sorte qu'il n'a pas encore été possible 
de savoir si ce bouclier était rond ou ovale <^); 

La boucle rectangulaire de potain (pL V, fig. 8), une lame de 
couteau et un poinçon étaient placés à la ceinture ; 

^*) L'intérêt hors de conteste qu'offre cette pince , c'est que m forme eni atwo- 
kunent tnioqne et qne le décor inrisé sor les brtndMS ef t galkHromabi. 

(') Cette forme est one exception : it framée ou lance des Francs est générale* 
ment longue et étroite. 

^') Longueur, y compris ie pommeau et la bouteroUe, om, ga ; largeur, o m. o5; 
soie, o m. ii5. 

t^^ Lai^geur de riiin^o, o m. i6; hautenr, o m. 076. 



Digitized by 



Google 



— 2Î — 

Edfitt, ami piedê, ie fk>€ulmnAè tvrre noirâtre (pL Vli^ fig. 5) 
décorée d'areàtare» rni ^nfein^ obtenves au tM^yen d'tiiiA roulatie^ 

Dans d^autnM tomln^ê, j'ai encom recueilli quatre b^nciaqua» et 
dcmx framées^ Un squelette d'homme avait uniquement, 8«r la poi* 
trhve, lapincu k épiter dé bronze et le bouton en forme do eoquii** 
lage reproduits pi. IV, fig. 7. Ces deux objets sont encore un hé** 
ritage dea Roiflaina« Il n^eat pas #are dé rencontrer, duia les tootbes 
(Vanquea^ des ébjéta provenant de vol et de pillagu obex^ea Yaiocna. 

On se trouve donc là en présence d'une population de guerrier» 
dont le i*Aie cioniiatait sana doute 4 aurteiUer le paasage de la 
Somme. 

SépuUures iefemines. 

Les aépultures de femmea ont donne quelques bijoux d'argent 
et de bronze, plus une épingle d'or. 

Dans la sépulture la plus importante, la morte portait au cou, 
en guise de collier, uné'^ule perle de verre bleu émaiUé de blaâc, 
figurée sur la pliiAche V, fig. 6. Au-desaua de cbaque aeia« une 
fibule ronde, en argent L'onè; de cei dtun fibules était* intacte 
( pL lit, fig. 3); elle simtile une rose épanouie dont laa pëtalea de 
grenat», taillée an table et posés sur dea paillons d'argent gaufiréy 
datia des cloisons, rayonnent vers le centre oooupépar dasiligianaa 
de même métal, contournes an 8. C'eat le bijou à surface plé&e 
que Ton rencontra i»aez souvent dans lea aépulturea rtcbes des ?* et 
tt^ M^lea. L'épinglette à ohamiëre, qtii était de fer (tomme toutea 
lea épingletteft articulées ainsi, avait disparu par suite de son 
oxydation et ne formait plus qu'un magma d'oxyde de fer et de 
terres 6ur l'autre fibule, qui formait la paire avec cello*ià, les gre-» 
nata, la fiUgrane et une partie dèa citons avaient diaparu. Laa 
parents du défunt ne le paraient donc pas loi^urs de ées plua 
baaUK èijouK, de aaa plus beaux objets. On rencontre maUleuxieu- 
sèment trop souvent des objets bolB d'usage. La boucle raproduiie 
sous le n° l^ de la planche X ne pouvait plus servir : l'un des 
tenons de la charnière était usé et ouvert. Les pauvrea, eux non 
plus, n'avaient paa toujours aux pieds l'humble vaae. noir qui étail 
bien h pins modeste tjflBrande de ces temps lointains; on leur met- 
tait ce que l'on avait sous la main. A Caulaincourt, j'aJ trouvé pour 
tout momlier funéraire d*une tombe, la coquille détériorée d'une 
cuiller romaine d'argetotv, placée sur la poitrine, et à Cappf » au 



Digitized by 



Google 



— 23 — 

cou, ea gtiise de perle, un petit cylindre de verre vert clair, pa- 
raissant avoii* été contourné ainsi aceidentellement par le feu. 

Dans le fond delà fosse, de chaque côté de la tête, des boucles 
d'oreille formées d'un grand et mince anneau de bronze avec nu 
pendant de forme polyédrique fait de pâte ou mastic sur lequel 
on avait appliqué de petites feuilles de bronze et quatre verres 
losanges en saillie, qui nont pas été retrouves. Ces boucles dV 
reiile se sont effiritëes an toucher; elles avaient bien le forme des 
boucles de celte époque. 

ScMtô la tête, vers Toeciput, était placée en travers Tépingle 
styliibrme de bronze (pi. IV, fig. 3); cette épingle est terminée par 
une spatule légèrement recourbée et, au quart de sa longueur, 
se trouve un cube de bronze portant gravées des croix de Saint- 
André. Cette forme se rencontre souvent au viii* siècle, et les 
épin^es ont jusqu'à trente et même quarante centimètres de lon^ 
gueur. On les Irouve le plus souvent, sauf exceptions rares, sur la 
poitrine des défunts. 

Une autre épingle d'argent était posée obliquement sar la poi- 
trine. La tête sphérique, en or, est surmontée d'une capsule en- 
châssant un grenat taUIé en cabochon (pi. IV, fig. i). Sur la tige, 
on remarque un petit mandlion ou cylindre d'or qui l'empêchait 
de sortir du grossie tissu qu'elle retenait lorsqu'elle y était 
filée. 

La boucle de bronze (pL V, fig. i) à anneau et à plaque rigides, 
c'eet- À-dire» soudés ensemble, se trouvait sur le haut du bassin. 

Près du genou gauche, et extérieurement, étaient placées : une 
Gbule de bronze assez simple, portant pour toute ornementation 
sur les digitations, de simples disques de verre blanc (pi. III, 
fig. 7), et une fusaïolie unie, de terre cuite (pi. IV^ fig. A). 

A Tun des doigts de la main gauche, sans qu'il ait été possible 
de déterminer lequel, cette femme portait un anneau de bronze 
(pi. III, fig. îï), gravé au burin. La petite croix qui forme le 
centre du chaton parait être plutôt une fleur qu'un symbole 
chrétien, car on sait que la conversion des Francs a commencé, 
— sans pouvoir en préciser exactement la date, — au vi* siècle, 
après la bataille de Tolbiac (496) et qu'ils ont négligé assez long- 
temps de manifester leur nouvelle croyance, — encore bien mi- 
tigée de poganisme, — par des signes extérieurs. H faut arriver h 
la fin du vir et an commencement du vai" siècle, pour renronlrer 



Digitized by 



Google 



— 24 — 

des croix , des têtes de Ghnst ou des scëaes bibliques graves sur 
les grandes plaques-boucles carolingiennes. 

Aux pieds, a été recueillie, intacte, la belle coupe de verre irise 
(pi. VI, fig. 3); ce verre est décoré sur toute sa face extérieure de 
minces filets d'émail blanc disposés en spirale. Le fond intérieur 
est orné d'une rosace composée de huit pétales formés par un gros 
filet de verre en relief. 

Nous retrouvons là le type des sépultures franques au vi* siècle. 

La tombe la plus intéressante après celle qui vient d'être dé* 
crite, est celle d'une fillette d'environ dix ans; par exception, la 
profondeur de la fosse atteignait à peine quatre-vingts centimètres. 
Avant de lui dire l'éternel adieu, sa mère l'avait parée de ses 
bijoux, bijoux bien modestes comme on va voir : à chaque oreille, 
une boucle composée d'un simple fil de brome dans lequel était 
passée une perle d'ambre (pi. V, fig. U); au poignet gauche, un 
bracelet composé de huit perles, dont sept en pâte de verre 
émaillé; la huitième, celle qui est fortement évidée et a la forme 
d'un tambour décoré de cercles centrés et de triangles, ^t, par 
exception, en os. Au poignet droit, un petit bracelet de bronie 
dont les deux extrémités, légèrement renflées, se croisent en se 
recourbant vers l'arrière en col de cygne (pi. V, fig. 5). Ce bra- 
celet est de facture romaine; les bracelets ihincs ont généralement 
les extrémités renflées et affrontées, rarement amincies, et parfois 
gravées de dessins géométriques. Un petit vase à anse, décoré, 
d'une manière rudimentaire, de petits carrés à la roulette, se trou- 
vait vers les pieds, sur le côté droit (pi. VU, fig. 3). 

Il n'y aurait aucun intérêt à décrire séparément les autres sépul- 
tures plus ou moins violées; je me contenterai de mentionner suc- 
cinctement les objets les plus importants recueiUis dans cette partie 
du cimetière de Cléry : 

Les fibules aviformes reproduites sur la planche III, fig. 5 et sur 
la planche IV, fig. 6 ont été trouvées par paires; la première de ces 
fibules est d'argent et de forme bizarre; on y reconnaît cependant 
l'oiseau au bec crochu des Mérovingiens; la décoration, assez 
simple, composée de cercles centrés répétés, produit un bel 
eflet. Les fibules n*" & et 6 de la planche III, représentant des 
oiseaux de proie, et la fibule n? 3 delà planche V, en forme de 
serpent a double tête, étaient uniques. Ce sont ces oiseaux que 



Digitized by 



Google 



— 25 — 

Toii trouve reproduits à satiété, plus tard, à l'époque carolin- 
gienne, sur les maïutscrits, et notamment sur de nombreux manu-^ 
scrits de la Bibliothèque de Laon^^). 

En comparant la fibule n"" 3 de la planche V, simalant on ser- 
pent à àevLx têtes, avec la fibule n** 6 de la planche IV, con< 
tournée en forme d'S terminée par des tètes d'oiseau rapace, on 
remarque que le serpent a les mandibules ouvertes et qu'il est 
pourvu d'une sorte de crête, tandis que l'oiseau tient son bec 
crochu fermé. On peut faire cette même remarque sur toutes les 
fibules et sur toutes les boucles de l'époque. 

La fibule discoïde n*" i de la planche III et la fibule digitée n"" 8 
de cette même planche ont été trouvées seules : la fibule discoïde 
couverte trd'œils de perdrix^ est divisée en quatre secteurs par une 
croix en relief qui ne parait pas non plus être un emblème religieux. 
La fibule digitée, de bronze, fort pauvre comme matière et 
coflEime ornementation, porte, sur ses digitations, de petites ex- 
cavations circulaires simulant les grenats que l'on rencontre sur les 
fibules riches. 

Les verres devaient être communs dans ce cimetière; les verres 
n"^ i , /i et 5 de la planche VI ont été recueillis dans des tombes 
bouleversées; les deux derniers étaient brisés, mais les fragments 
rapprochés ont permis de les reconstituer. 

La bouteille (pi. VI, fig. &), de 17 centimètres de hauteur, est 
particulièrement intéressante au point de vue de sa décoration et 
de sa forme. Cette décoration consiste en ondes d'émail blanc incor- 
poré dans le verre, et dont les extrémités effilées s'élancent et se re- 
joignent sur le col. Nous avons déjà rencontré cette même décora- 
tion sur deux autres bouteilles publiées dans le Mobilier Jiméraire^'^\ 
et sur une troisième disant partie de la collection de M. Delvin- 
court, de Grécy-sur-Serre (Aisne). Cest en Picardie que Ton ren- 
contre le plus de verres émaillés; les verres recueillis en Belgique, 
sur les bords duBhin, et m^me plus loin, ne sont généralement 
ornés que de filets de verre. Les verres recueillis dans les départe- 
ments de la Somme, l'Aisne, l'Oise, la Seine-Inférieure, sont sem- 
blables au point de vue de la technique, de la facture et de la 



(') £. Pleury, Lei numiuaritê à nUmaturei de la bMiothèque de Loôh. 
(') Cf. C. Bouianger, Le inoMier fiumrmre gaUo^'ommm et firane en, PioÊrdie et 
en àrêaiê, pi. XXXI. 



Digitized by 



Google 



— 26 — 

dtfooratioit; on peut donc en déduire qu'ils sortent du même atelier. 
Espérons que M. François Carnet et M. Sarnau, qui préparent 
Y Histoire de Vindusirie verrière en France ^ nous feront connaître le 
lieu exact de celte fabrication, que l'abbé (jocbet plaçait dans 
la forêt d'En. Nons âouhaitons au satant archéologue ^ ^«-« qui fut 
un initiateur perspicace, — que sa conclusiofa n'ait pas été trop 
prématurée. 

Lee elodiettes(^) n" i et 9 de la planche VI,. à booloin d'émail 
blanc et revêtues, près de l'ouverture, d'une noue de filets de même 
émail, n'ont rien de remarquable que la fàussure* qui les resBerre 
fortement par le milieu. C'est encore une forme spéciale à la Pi- 
cardie. Si l'oB remonte vers la Belgique et la Prusse, et que l'on 
redescende ensuite jusqu'en Bavière, on trouive ces clochettes 
presque de forme cylindrique et sans émail, bled entendu. 
M. Grobbels, conservateur du Miisée de S. A. R. le prince de Ho^ 
benxolleni, à Sigmaringen, en a publié trois de forme rudÎBMo* 
taire provenant du cimetière de Gammertingen, elqui paraissent 
être les premiers tâtonnements du verre campaniforme ^^K 

Il a, en outre, été recueilli une quinzaine de vases déterre 
noire ou cendrée, la plupart de la forme dite «rji carènes. La jatte 
n^ 1 et la bouteille n** U de la^ planché VU sont remarquables 
par leur facture peu commune. 

Ici s'arrête cette étude sur le cimetière de Cléry, que aous croyons 
é tre suffisamment descriptive. 

II. Le GIMETIERB dc MAtJRBrAS. 

A cinq kilomètres au Nord-^Ouest de Clér}' (Somme), et par 
conaéquent à dii kibmètres au Nord^Ouest de Péronne, on ren- 
contre, sur un plateau argileux fort élevé, le pittoresque village de 
Maurepas, peuplé actuellement de /i8o habitants. On a des preuves 
certaines que ce lieu a été habité dès Tépoque néolithique; en eSat, 
on rencontre sur le territoire de la Commune d'assez nombreuses 

^*> Le rythoa da» uicie&s, -**• qui était une imitation de k oome à boire « -^ 
redressé, a fonn<5 le comel qui liii-mémo, renflé vers la pointe, a donné nais- 
sance è la clochette. En étudiant la verrerie des Barbares , on suit facilement cette 
transformation qui a commencé avec leurs premîera verren, ^bei les Francs (?) 
de là Bobéme. -*- Cf. Baron J. de Baye, Aniiqmit^ Jranqmi êrouvé0* m BohAne, 

î*^ Cf. Grôbbels, Der reihengràberjund von Gammertingen, MûadiflQ, 1906. 



Digitized by 



Google 



— 27 — 

hâohds poUes de silex pytomaqiie^iOii y « même recueilli un casse^ 
télé ea silex blond do 6rand-Pess%ny^ qui figura danS' notre e^- 
lection. 

Il existe, dans le jardin de la ferme de M. Orphise MQchoit«e, 
un tumidui d'argile en fom« de cène trenqué appelé rla Mottes, 
d'une hauteur de 7 à 8 mètres, autrefois pins ëlefé, qui, aeiuel«> 
lement, a une largeur de A 6 mètres à la base et de io métrés au 
sommet. Dans la partie ambiante, o^est^^ihdire au pied de oe tertre, 
u^e dépression ciroulaire indique que là a été prise la terre qui a 
servi k f édifier, ou peut4tre à ai^fmenterla hauteur d'une émi'*' 
nence naturelle. » 

Au 9i6mmet de cette butte, on ¥oit l'entrée d'une galerie sou- 
terraine conduisant à un puits profond de. soiiusnte^inq neètre». 
De chaque cdté de cette galerie^ on* a exoavé dès chambres eomibe 
habitation en cas de danger. On rencontre* de ces souterrains, ap- 
pelés ««rmuohesD (^) (ou caves de guerre) dans lepatois du pays, dans 
presque tous les villages de Pioardîe>) ils «enraient de refuges dane 
les cas de grands titoubiesy de-guerres pu d'invasions. • 
• Ce tertre parait avoir servi aux Romains, qui ont habité Mau-' 
repas et les environs, pour correspondre entre eux au moyen de 
feux ou de signaux optiques. 

Le village de Maurepas, en tant qu'agglomération^ existe depuis 
l'arrivée des Francs dans le pays, vers /iBo^On y avait dééoutert 
depuis longtemps, un cimetière antique sur un ^versant situé au 
Sud*Ouest, à quinxe cents mètres des habitations v au lieu dit «les 
Vignes», dans un- champ appartenant à M« Téléphore Duprez, 
et k proximité d'un chemin qni, partant du village, rejoint une 
ancienne voie romaine conduisant de Ciéry à Miraumobt« 

Ce cimetière fut exploré en 1890 par un fouiUeur'bieq connu 
aujourd'hui disparu, véritable forban dé l'archéologie, ennemi juré 
de ia science, qni a mië à jour, pendant plus de trente ans, de 
nombreuses antiquités dispersées, aussitôt sorties de terre, à tous 
les vents, sans grand 'profit, nuilheureu6ement> peur i^histoire de 
la région. 

Ce cimetière o'élait pas riche; il n'a donné <qiie'peu' d'objets de 
valeur; mais il eût été, néuninoins, fort intéreesant è étudier, en 
ce sens qu'il n'avait pas ^té spolié au moyen âge, comme la plupart 

'') Du vieux verbe picard mucher ou mniMr «eafshev»» 



Digitized by 



Google 



— 28 — 

de nos vieux cimetières francs; quelques déprédations, cependant, 
y avaient été commises au hasard, par les fossoyeurs de Tépoque. 
Ayant appris récemment que M. Fortuné Pelletier, de Maurepas, 
n avait pas consenti, en 1890, à laisser explorer la partie du cime- 
tière qui s'étendait dans un champ lui appartenant, sur la demande 
que je lui fis d*une exploration méthodique que j'étais dans l'inten- 
tion de pratiquer, il mit gracieusement sa terre k ma disposition , 
ce dont je le remercie en toute sincérité. J'y conduisis aussitôt nM)n 
contremaître qui, accompagné de deux autres ouvriers terrassier! , 
mit «À découvert, en quinze jours, quatre-vingt-deux tombes et 
sarcophages. D en reste encore autant à explorer. Je ne fis que 
glaner, toute la partie fructueuse du cimetière ayant été fouillée; 
néanmoins les objets que j'y ai recueillis, me serviront, avec ceux 
exhumés à Cléry, à tirer une conclusion qui a son intérêt. 

Près de la limite explorée en 1890, je recueillis les objets sui- 
vants qui m'indiquèrent que ces tombes, dont la profondeur va- 
riait de 1 mètre ko m. 60, étaient de la fin du viii* siècle, ou du 
commencement du ix^, et que les sépultures éloignées étaient cer- 
tainement plus récentes en raison de l'absence de tout mobiKer 
funéraire. 

Voici ce que je trouvai dans une tombe de femme : 
Au fond de la fosse, de chaque côté du crâne, deux boucles 
d'oreille de bronze, à grand anneau terminé à l'une de ses extré- 
mités par le simple pendant cubique, si caractéristique de la 
dernière époque de l'inhumation habillée (pi. VIII, fig. &); au cou, 
une seule perle de forme cubique en pAte de verre émaillé de jaune, 
de noir et de blanc, ayant, aux huit angles, un grain d'émail vert 
foncé(pl.IX, fig. /i)(i). 

Un peu plus bas, sur le haut du sternum, la fibule discoïde 
n® 1 de la planche VIII, composée d'une platine ou disque d'argent 
sur lequel est appliquée une feuille d'or, dont le centre est relevé 
en forme de cdne plissé, terminé par un cabochon de verre bleu 
enchâssé dans une capsule. Le champ de la fibule, limité par deux 
cercles concentriques en filigrane d'or, est orné de trois disques 
en nacre, alternant avec trois triangles de verre rouge, insérés 



(^) On trouve asseï souvent de ces perles isolées sur la poitrine. — Cf. 
A. Boulé, Le cimetière franc de Bury, p. 17. 



Digitized by 



Google 



— 29 — 

dans des bâtes surélevées, séparés par des filigranes arrondis en 
forme d'arcs ou de lunettes. On sait que cette technique ëtait 
connue, non seulement des Francs, mais encore des autres Bar- 
bares migrateurs, et qu'elle fut largement mise en pratique à 
rëpoque carolingienne, soUs une influence byzantine encore mal 
définie. Les Vandales l'importèrent en Afrique, où elle s'est per- 
pétuée jusqu'aujourd'hui sur les bijoux kabyles (^^ Le revers indique 
que cette fibule s'attachait au moyen d'une épingle de fer, i char- 
nière, rongée par la rouille. 

A un doigt de la main gauche, une bague de bronze k jonc 
rond, dont le chaten, accosté des trois granules caractéristiques 
pris dans la masse et posés en feuille de trèfle (pL IX, fig. 6), 
grossi à la loupe, parait porter, gravé en creux, un animal, 
(l'agneau pascal ?) surmonté d'une croix. A cette époque ( yiu* siècle) , 
laconveraion des Francs était complète, et les emblèmes religieux, 
ainsi que les scènes bibliques, se rencontrent fréquemment sur les 
bagues, les plaques de ceintures, les fibules, etc. Plus haut encore 
vers le passé, — et nous rappelons ici la chose incidemment, — 
ne voyons -nous pas la fin de l'Empire romain être prodigue des 
scènes de l'Ancien et du Nouveau Testament, sur les objets les plus 
usuels de verre ou de métal 7 (^). 

La plaque-boode et sa contr^plaque en bronze (pi. X, fig. &) 
ont été trouvées à la ceinture; elles sont fort simpfement décorées : 
la bordure est ornée d'un chevron composé de lignes brisées en 
forme de Z renversés, que Ton rencontre sur de nombreux bijoux 
de cette époque (vin* siècle). Cette boucle était hors d'usage; l'usure 
de l'anneau indique qu'elle avait eu un long service, les tenons de 
la plaque sont ouverts et l'ardillon a disparu. 

Un peu à gauche de cette boucle, était pendue à la ceinture la 
plaque, dite trousse ou cbAtelaine de ménagère, de bronze ajouré, 
n^ 1 de la planche XI. La figure que nous en donnons nous dis- 
pense d'une plus longue description. Un peu plus bas, nous ren- 
eontrémes une agglomération d'objets oxydés s'effirittant sous les 

0) Cf. S. Reimoh, CaUdoguê dm musée de Sûini-Germam, 3* éd., p. 189 ; 
G. Bouianger, op. ciL hitroduction , p. 65 ; Paul Eodel, UOfflwrmiê dgérUnm et 
tunisienne, p. 39 â, Alger, 1906; Dictionmain illustré des b^oux nord-fijricains, 
Paris, 1906. 

<*> Cf. Prodiner, Coflectùms du château de Gokekow. Verres chrétiens à figures 
éfor. Paris, 1899. 



Digitized by 



Google 



— 80 — 

doigts; e'^taieni le ooutêtu , le parçoir, le» ferott, tt def , (omMii 
ordinâiremeDt la tmosse de U femme caiotûigieiuie, «uspoidue k une 
pi«que ^onTée ptr das lanièrea de euvqui, générdeoMit, ébmni 
termimica p«r dai tàgiùtiùitm ^élanées ^tiocelânt tu moindre moHr 
vement 

AuK pieds, le vaee de terre, de forme allengrfe, garni de bouiv 
relele (^.IX, fig. 7), qui a rem^leeë le vaee de verre et ie vMe 
typique k earènei, décoré à la roulette, dee v^ et n* lièiilea 

La boucle d oreille , d** 5 de la planehe VIQ, la perie amulette 
o"* 6 de k plauche K « de pâte de yerre rouge garni d'yau vert 
Smeé aur émail Mené, et les bègues de brème u^ 1 et B de 
Je plancbeiX, aiaei que la plaque ajourée n^ e de la pleuehe XI, 
Qot été ëgalemeni recueiUiee dans des sépulCuree de femmes. 

La plus importente des aéfuUores dliommee que noue ayons 
rencontrée (pJ, XII, fig. 9) nous a deuné : 

Un scramesaie de m.6ô de longueur, y compris la aoie, k 
lame, par ««oeptîoQ,- i«iativement étroite, comme si elle éveil été 
plusieurs Mb passée sur la meule pour être aigaieée. Cette arme 
était flaeée le long du bras droit, la pointe k ia bnuteur de le 
tête. 

A la ^eiuyiufe^ la belle pleque^muclo, ae <outne«p(sM|iee et le 
reotAfigie acceaseire de brenie figurés n^ s de la pknehe VIH et n* 3 
de le planche X, le tout éâamé, sauf les têtes de clous hémiephéo 
riques, et peraiesant u avoir été porté que tfis peu de temps. Le 
reetaogle dëbrouse^ trouvait sur le côté gauehe de U ceinture, i 
ta suite de ja plaque-bouele. On remarque sur la bordure de ees 
objets une décoration obtenue par percussion, et £9rmée de Zretour*- 
aég^ ùmmk% a^ir le boucle dont nous evons parié ci^devent: Au 
yuC aiède, le poinçon remplace souvent le burin. 

A Textrémilé eu\>érieure du fémur gauche,. un couteau; k U main 
gauefa#, .ranneau k jenc rood, m'' d de la planehe IX, «vee un 
monegrauMue indérhiflrehie eurfe<ehelen et, en; piede, rôévîteUe 
vase, mais ici sans décor, en terre noire. 

Dana une autre tombe, le rectengle eecesaeine n"* 3 de la 
planche VIII, de bronxe, décote dWe croix dens un cercle central et 
d*ttne torsade sur les bords, étaft le seul objet emporté par le mort; 
il ét^it placé sur la poitrine, ce qui Cait croire qu il ornait un bau- 
drier. 



Digitized by 



Google 



— 31 — 

La tàèl' en fer n*^ 9 de la planche IX eat une clef vomatne q^Ti 
BOUS'* été remiae eommeiayaot été recueillie dans ce mAaoe eime*- 
liëre lora de» premî^i f<miUe$ ; nous ne connaiaMins paa ies iHrcofi^ 
atattcesiée cette trenvaiile^ M: Baudot e» a -publié une entiërenlent 
semblable prtrrenant de Beire^le^ChAteK^). 

Noua âYOQB , en outre , retiré de cette partie du cimetière , confciguë 
à celle qui avait été £)uiUée precédeolnient , deux antres scramaaaKOi, 
r^a de o m^ /i3 et Tautre de o m. a^^ auquel adhérait encore Jaben^ 
leroUe de bronze du énirreau : c'est le plus petit scramasaxe qne nous 
ayons encore rencontré. Si nous ajoutons quelques Tasee communs 
et quelques couteaux ne présentant aucun intérêt, nous aurons 
énuméré tous les objets recueillis dans cette fouille. Ces couteaux 
ont une soie qui fait suite à la lame; ils se portaient pendus à la 
ceintura da^s une gaine <^^. Les couteaux à lame articulée^ «îest-à- 
dire se repliant dans le manche, n'ont, croyons^nous, encore élé 
rencontrés qu'en Allemagne. Von Chlingensperg-Berg en a timiYé 
plusieurs dans le cimetî^ de Reichenliall, et Liudenschmili en 
siglMle également un ^l 

Tova oee.ohjQts ont été trouvés dans les tombes avoîsinatt ia 
fartie exfdoréail y a qtdaae sam; à mesure que nous* nous sommes 
étoignéidecette îradioa du cimetière, les objets sont deYeuiis plus 
rares; plus loin encore, les tombes ne contenaient plus lie nobilier 
fiuKhairt, sauf on simple couteau de tempe à antre; nous mous 
trouvions bien là à l'époque oà a cessé finhuafiation bnèiUée; vers 
la làiiite 4e ce cimetièpei,. les couteaux «ux*mémes disparurent. 

/*) QU Bfudti* J)Um9ir$$ $w is» »épuUure$ de* B^rbareâ de f époque mérovin- 
gienne découvertee en Bourgogne, p. a Sa. 

^*) Les couteaux ont' ainsi été portés, — comme ies aumônières dont nous 
frtfèuvMW encore leè fermoirs dans ces tnêéies ciraetîèfes » — josqn'ttiï vT et 
m" sied». Le eftmaiqttear Oiifier de k Htnèe sons Tappiend «inti ; 

rLs «oustsao fwnd à uag oudoa «b ff«ye , 

Le WMHirhe <Uiiii, W issMlk acénée.; 

La gaine gente combien que peu se voye, 

Selon ies dames il est ctier de monnoye. 

Ce Cousteau sert Bien sonrenl et aggrée. 

Otiiie ae poHe ae dagae ne ëpée, 

El a*« glâivie (pii lui ieroît olfeasû 

Qu'uqg cnmhâei de petite defiensc.n 

<^ €f. ¥m QlitiBgeB9p«rg-Berg, Dae Gréêmfild tén Ueio km kâ dl m Obêti^ifem; 
Ai, Ai^rHi^ujL Pf, yl fio. 



Digitized by 



Google 



— 32 — 

Nous croyons qu'en raison des nombreux sarcophages et des nom- 
breuses tombes qui existent en cet endroit, les inhumations ont dû 
être continuées dans ce champ de repos jusqu'au uf ou xiii* siècle. 
Noos avons, en outre, observé que plus on s'éloignait du centre 
de la nécropole, c'est-à-dire de la partie renfermant des ex-^volo, 
moins les fosses étaient alignées et orientées, de sorte que lorsqu'on 
arrive k Textrémité du cimetière, les sépultures sont tournées 
indifféremment de cAté et d'autre. On peut donc en déduire que 
l'orientation des tombes, Est-Ouest, a commencé, dans les cime- 
tières barbares, k être abandonnée dans la première moitié du 
IX* siècle. 

GONGLUSIORS. 

Comme nous l'avons dit plus haut, nous n'avons fait que recueillir 
des épaves oubliées ou abandonnées dans ces deux cimetières; mats, 
si l'on compare les objets exhumés à Cléry et reproduits sur les 
planches Illè VII, avec ceux qui furent trouvés k Maurepas, figurés 
sur les planches Vm à XI, il est facile de constater que le mobilier 
des Francs du vi* siècle n est plus le même k l'époque carolingienne 
(tiii* siècle). Bien plus, nous croyons que cette transformation a eu 
lieu durant le vu' siècle, et qu'elle a peut-être même commencé k 
la fin du Yf siècle. 

En effet, la francisque et la lance ont fait place au scramasaxe; 
Tépée devient plus rare, le couteau persiste. 

Les eoHXfto de verre et le vase de terre noire, à carène, décoré 
de dessins à la roulette ont disparu ; ils sont remplacés par un vase 
de terre noire, uni, généralement plus allongé, cerclé de bourre- 
leto. 

La boude de ceinture, de potain et de forme carrée, mais plus 
généralement ovale, accompagnée de deux ou trois ferrets, est 
remplacée par la grande boucle de bronze étamé ou de fer plaqué 
ou damasquiné d'argent, rarement d'or, ornée de têtes de clous 
semi-sphériques. 

La modification est tout aussi sensible dans la bijouterie des 
femmes : la fibule à surface plane garnie de grenats taillés en table 
ou à plat, posés sur paillon, au milieu de laquelle on rencontre un 
timide filigrane, est abandonnée avec la fibule digitée et la fibule 
aviforme. La mode en vient aux fibules décorées de cabochons de 
diverses couleurs, insérés dans des bâtes ou capsules surélevées entre 



Digitized by 



Google 



— 33 — 

lesquellesie filigrane prend, sans symélrie, des formes vemiiculées. 
Une influence orientale, byiantide, se fait sentir, mais sans pouvoir 
faire disparaître de Taspect général Tidée mère, entachée de rudesse 
dans Tensemble et d'originalité dans les détails transmis par les 
Germains. Bien que les bijoutiers carolingiens paraissent n avoir 
eu aucun souci des règles les plus élémentaires de Tart, ces fibules, 
ces bijoux rutilants, miroitants, sous les gemmes taillées en cabo- 
chons et les filigranes torsadés qui les recouvrent, ont, malgré leur 
aspect barbare, quelque chose de si séduisant et de si nouveau, que 
nos bijoutiers modernes s'en inspirent et les imitent. 

Les perles des colliers, de matière vitreuse, sont plus volu-* 
mineuses, et les perles d'ambre, grossièrement taillées, sont abon- 
dantes. 

Les bagues de bronxe, à chaton, portent te plus souvent un 
monogramme, et les emblèmes religieux sont fréquents. 

U est donc indiscutable, quoi qu'en pensent nos collègues do 
Belgique, que le mobilier des Francs s'est modifié au vii" siècle et 
qu'au siècle suivant il était complètement transformé, ce que 
M. Pilloy, M. Th. Eck et nous-mdme avons déjà démontré dans 
nos travaux respectifs ^^l 

Nous avons recueilli , dans les nécropoles de Cléry et de Mau- 
repas, les crânes qui sont très exactement reproduits sur la 
planche XIII. 

Les n"^ 1 et 9 sont des crânes de femmes à peine adultes 
(cimetière de Cléry). 

Le n** 3 est celui d'une femme assez âgée (Maurepas). 

Les n"" & et 5 sont masculins (cimetière de Maurepas). Les indices 
f éphaliques se rapprochent plutôt de la dolichocéphalie. 

Au point de vue de l'ethnologie générale, le crâne n"* U est digne 
d'attention : c'est celui d'un homme âgé et très robuste; il présente 
un prognathisme remarquable et une forme de maxillaire supérieur 
véritablement arriéré. Par le développement de ses mâchoires et 
les formes d'ensemble de sa voûte, il pourrait être dit cr australoîde^. 
Le nez seul éloigne ce vocable et sauvegarde le faciès européen. 

(*^ Cf. PiHoy, Etudei tur d'ancinu lieux de iépuhuret dont fAUne ; Th. Eck, 
EjTplûratiom d*anctennê$ iépuUurei dnm VAimM et dam iet départemenU himitiftpheM ; 
C. Bou)nn{;or, Le Mobilier fuHernirt (ratlo-rontain et fr^nc en Picardie et en 
Àrtm9, I 

AncBéoLOGiR. — iN*l. 3 



Digitized by 



Google 



— 84 — 

Quand bien même la forme atutralienne serait plus complètemen t 
ractérisée^ on né pourrait, poéir cela, attribuer à ee crâne une 
origine ethnique extraordinaire; il s'agit vraisemblablement d'un 
rappel morphologique des ancêtres paléolithiques (^^. 

m. Lb CIliBTliRK DK CoRBlB. 

Le cimetière mërofingien de God)ie^ dont nous parlerons briève- 
ment « est situé à rextrémité du territoire de cette commune, proche 
le village de Bonay, au lieu dit <rles Templiers d. C'est un cimetière 
mixt$, c'est-à-dire un cimetière où les Gallo-Romains avaient déjà, 
-^ avant l'arrivée des Francs en Gaule, -^ dépoeé leurs morts. Les 
tombes gallo-romaines situées dans le champ qui borde k voie 
ferrée avaient été explorées depuis longtemps; la nécropole franque 
qui y faisait suite ne fut explorée qu'il y a quatre ans, par le 
fouilleur que nous avons cité plus haut. Le mobilier fort riche de 
ce cimetière, où les bijoux d'or abondaient, parait-il, fut dis- 
persé, comme d'habitude, dans divers musées et eoUections, 
aussi bien en France qu'en pays étranger. Nous avons publié 
quelques-uns de ces objets ^^); depuis, nous avons réussi à nous en 
procurer quelques autres, parmi lesquels une bague et deux boucles 
d'oreille, d'or, présentent un réei intérêt, k cause de la rareté [de 
bijoux semblables recueillis en France. Voici la description de ces 
intéressants objets : 

i*" Une fibule digitée d'argent doré et niellé (pi. XIV, fig. 8). 
Les quatre digitations sont formées au moyen d'œils en grenats et 
de becs crochus, se suivant par paires vers ie sommet formé d'une 
bâte can^ enchâssant un grenat. Cette ornementation au moyen 
de tètes d'oiseau de proie est née dans les pays scythiques à Tépoque 
du bronze. Les Scythes et les Goths se la sont appropriée d'abord, 
et, plus tard, elle a été importée chex les Francs par le oourant 
des grandes invasions. On la retrouve, du reste, chet tous les 
peuples barbares qui ont envahi l'Europe du v* au vni^ siècle, 
notamment sous forme de fibules (^. Le champ de la tête semi'- 

^*) Nous avons remis ces cinq crânes au musée de la Société d^anthropologie 
de Parîi. 

(» Cf. C. Bottknger, Mobilier Jmtérairê, pL XXIV, fig. 5 et 8; pL XXVI, 
%. i6, fi5, 96, 97, etc. 

^^} Cf. Martin, L'nge du bronze au mutée de Ninouuintk ^ StocUiolm, 189^ ; 



Digitized by 



Google 



— 35 — 

oirculaire est ptofondëment incisé de volutes eatourant on grenat 
central. La partie ansée est agrémentée de deox rangées de triangles , 
ou deats de loup, posés dans le sens transversal, séparés par «ne 
nervure niellée dVœib de perdrix i» ou cercles pt intés reliés entre eux 
par des traits et âimulant les postes de Tart danique gréco<-nmiain. 
Cette partie ansée est terminée extérieurement par deux dis({ues 
de grenats. Dans le long appendice, ou queue, décoré de rainures » 
est incrusté un grenat taillé en losange. L'extrémité da la fibule est 
formée par trois lobes enchâssant trois grenato. Le cintre de la tète, 
«■ai que tout le reste de la fibule, est formé d'une série de tri- 
angles ttieUéat onaement typique de Tart germanique ou franc. 
Nous retrouvons ces triangles k profîiaion au viif aèele, sur le« 
bijoux de bronse de Tépoque carolingienne, mais obtenui alors 
par percussion, au moyen dun poinçon triangulaire. La queue est 
accostée de deux tètes d oiseaux au bec démesurément allongé vers 
la partie 9xnȎ9, 

Cette fibule présente deux paKicularités qui méritent d'appeler 
lattention de farcbéologue. 

En Picardie, la queue des fibules est presque toujours terminée 
carrément, comme dans les deux fibules de Qéry (pi. III, fig. 7 
et 8), et parfois par une tète informe, tandis que la nôtre présente, 
à sa partie infirieure, trois lobes. 

En outre ^ Tépinglette qui, dana cette variété de fibules, est 
généralement de fer et h charnière, est de bronze et à ressort. 

Sur les fibules des Goths recueillies dans le Sud de hi Russie, 
en Crimée et dans le Caucase, Tépingle est presque toujours à 
ressort C'est k Pétrosea que Ton rencontre pour la première fois 
une série d'épingles à chamiëre; toutes les admirables fibules du 
trésor dit de ^Pétrosaav) sont, en effet, k charnière (^), 

En suivant la marche des Barbares, on constate que plus on 
avance vers TOuest, plus Tépingie de brome et à ressort disparaît 
pour faire place k Tépingle de fer jouant sur charnière; de sorte 

Opivajnoff, ii«cÀ#r^## «tir ^f ênUfmiét da la Rmêii méridionaU, ParU, tHI^â ( 
Becueil d*aniiquité$ deja Scythiê, Sainl-Pétereboui^g , 1866; S. Reinach, Anti- 
quitéi du Bosphore çimmérien , Paris, 1899 ; Odobesco, Antiquitéê $cifthique$. I41 
grande couronne du trésor de Novo-Tcherka$k , Bucharest, 1879. 

t'> Cf. OdoiMMo, Le trésor de PétroeiM, 9 fol. \n*M,, Pam et Ltipaig, 1R90- 
1900. 



Digitized by 



Google 



— »6 — 

que, lorsqu'on arrive chez les Francs, en Picardie, Tépingle à 
ressort devient une exception. 

Cette fibule est de la fin du v* ou du vi"" siècle. 

2° Une fibule diseoïde, en bronze, décoi*ée dVœils de perdrix t^, 
également à épinglette de bronze et k ressort (pi. XIV, fig. q). 

3° Une grande fibule ronde, aussi à épinglette à ressort, com- 
posée d'une platine de bronze recouverte d'une mince feuille d'or 
se relevant au centre pour former un cône aplati , terminé par un 
cabochon de verre rouge, serti dans une capsule ou bâte. Sur le 
champ, quatre bâtes rondes alternent avec quatre bâtes triangulaires 
renfermant des verres bleu foncé ou verts. Les intervalles sont rem- 
plis par des filigranes très ténus et tordus (pi. XIV, fig. i). 

i** Une autre fibule discoïde, d'argent, à épingle k charnière, 
avec plaque d'or formant au centre un umbo plissé, sertissant à 
son extrémité un cabochon de verre bleu. Le champ est décoré de 
quatre verres rouges triangulaires, sertis dans des alvéoles, et par 
des filigranes en lunettes (pi. XIV, fig. 3). 

Ces trois dernières fibules sont de la fin du vu*' ou du viii' siècle. 

5** Une bague d'or dont le chaton, en forme de cuvette de 
1 6 millimètres de diamètre, enchâssait une forte gemme disparue. 
Le chaton est accosté de chaque côté, sur le jonc, de trois granules, 
— soudés en feuille de trèfle, — caractéristiques des époques 
gallo-romaine, franque el carolingienne (pi. XIV, fig. 5). L'an- 
neau , dont le diamètre est de 1 9 millimètres, est formé d'une torsade 
à jour composée de deux fils d'or, bordée par un filigrane sur lequel 
est appliqué un second filigrane de cordon perié. 

Le poids de ce bijou est de 5 gr. 3o centigrammes. 

6** Une boucle d'oreille d'or de la forme dite en «rpanier?» ou en 
ff corbeille 7) (pi. XIV, fig. 7 et 9). Elle se compose d'un pendant hémi- 
sphérique dont la partie arrondie est formée de filigranes contournés 
on S et en 8 , et qui viennent aboutir à un bandeau formé de six 
filigranes soudés les uns contre les autres. La face ou partie plane 
est faite de filigranes concentriques , soudés sur une plaque d'or 
formant, au centre, une capsule peu profonde qui renfermait une 
pierre précieuse; la gemme était maintenue en place par un fil 
d'or posé transversalement, et dont les extrémités s'engageaient 
dans deux petits trous, à peine visibles, forés dans le cercle de 
rosettes placé au milieu de ces filigranes. Ces rosettes sont com- 
posées d'un granule entouré d'un filigrane légèrement granulé. 



Digitized by 



Google 



— 37 — 

A rextrémité inférieure de ce pendant, on remarque un crochet 
formé par Textrémité enroulée d'un fil d'or qui prend naissance 
sous la boucle, et contourne, en la consolidant, la corbeille. Ce 
crochet devait recevoir un pendentif, comme celui que Ton re- 
marque sur une boucle d'oreilie de même style, du musée du 
Louvre (n*" 161 du catalogue) provenant de la collection Campana, 
dont nous parlerons plus loin^^L 

L'anneau, que Ton voit ouvert sur la gravure pi. XIV, fig. 7, est 
soudé au bandeau de la corbeille, puis, solidement relié, par des 
fils d'or, à Tun des filigranes du fond, et, en outre, soudé à un 
anneau , dans la composition duquel entre un fdigrane détaché du 
fond et enroulé plusieurs fois sur lui-même. Trois autres filigranes 
granulés ornent l'anneau sur les deux tiers de la face antérieure. 
L'extrémité supérieure de cet anneau est terminée en pointe, tandis 
que la partie inférieure forme un fourreau, ou gaine, dans laquelle, 
une fois i'annetu passé dans le lobe de l'oreille, on faisait pénétrer 
cette pointe; ceci fait, la boucle était ainsi fermée. 

Poids : 7 gr. 60 centigrammes. 

7** Une boucle d'oreille d'or, de même style, à l'usage d'un en- 
fant, et dont le fond, au lien d'être ajouré, est formé d'une mince 
rondelle d'or, légèrement convexe, et soudée à un bandeau strié 
limité par de minces filigranes tordus. Sur le fond court un gros 
fil d'or qui, après s'être enroulé deux fois sur lui-même, sous 
l'anneau, vient se replier en crochet sous le pendant (pi. XIV, 
fig. U et 6). 

La face est composée d'une plaque d'or, circulaire, bordée par 
un double filigrane granulé; au centre, ane cuvette assez profonde 
est limitée par un filigrane semblable. Cette cuvette est encore 
barrée horizontalemetit par un fil d'or qui avait pour mission de 
retenir la gemme dont elle était garnie. 

Sur le champ de la face, et dans l'intervalle de ces filigranes 
concentriques, le bijoutier a soudé neuf rosettes composées chacune 
de trois granules d'or, comme sur la fibule d'or, en forme d'abeille, 
du musée de Lyon ^^\ 

L'anneau régulier, ouvert dans le bas et en arrière, est solide- 

<*5 Cf. de Linas, Le» tmgineu de forfhr^e clmiotmée, t. ï, pi. IV, tiff. 6. 

(*i Cette fibule est décorée de jyrenaU «nip les ailes, de frranules d*or sur \o 
dos; les yeui fwnl des cabochons de reppe bleu. Elle a M^ trouvée, en 18/11, à 
Beaurepaire (Isère). 



Digitized by 



Google 



— 38 — 

ment 80udë au pendant; il eat, en outre, agrémenté sur aa face 
antérieure, d'une rangée de granules soudés entre deux filigranes 
granulés ) et, de chaque câté, on voit trois granules plus gros que 
les autres, également espacés. Les deux extrémités de l'anneau ne 
s'engagent pas Tune dans l'autre, comme dans la boucle précédente. 
Poids : & gr. 90 centigrammes. 

Ces trois derniers bijoux , d'or, ont été rarement rencontrés en 
France; leur facture et leur technique diffèrent sensiblement 
des bijoux des époques franque et carolingienne recueillis en 
Gaule. 

Les trob globules soudés de chaque côté du chaton de la bague , 
à l'extrémité de l'anneau, se rencontrent depuis l'époque gallo- 
romaine jusqu'à l'époque carolingienne, et l'on pourrait ajouter : 
et même plus tard. En effet, il ne s'ensuit pas forcément que, si, 
au commencement du ix* siècle, les bagues se font rares, t— l'inhu- 
mation habillée et parée ayant pris fin , — ^ on n'ait pas eonUnué 
de fabriquer ces mêmes bijoux que la terre ne nous a pas conservés. 
L'ornementation à l'aide de globules était connue des Barbares qui 
ont envahi la Gaule. Les Grecs, qui l'avaient prise des Étrusques, 
] ont importée dans leurs colonies du Nord du Pont-Ëuxin, et les 
bijoutiers scytho^recs l'ont transmise aux artistes Goths venus a{H^ 
dans ce pays. Cette technique a passé des Goths chez les Barbares; 
cinq parmi les jolies fibules d'or du trésor de Stilagy- Somlio, 
rendues plus chatoyantes avec des gemmes, sont décorées de gros 
granules d'or et de cordons perlés (^^. Une bague du cimetière de 
Keszlbely, remontant, d'après Lipp, à la seconde moitié du 
iv*" siècle, est également ornée, comme la nôtre, de trois gra- 
nules de chaque côté du chaton en forme de capsule; ce chaton 
l'est, en outre, d'un grènelis^^^. Nous pourrions encore en citer 
d'autres. Nous voyons aussi la même ornementation du jonc, mais 
cette fois non ajouré, sur une merveilleuse bague trouvée en Hon- 
grie, et rapportée par Hampel dans son dernier ouvrage (^). Notre 

(^) Cf. Baron J. de Baye, L$ tréBOr d$ Siilagy-Somlio ; Pui«iky, Di$ Goyundevm 
SzHagySomlyô, Denktnàler der Vôlkerwanderung ; Hampel, Alterthûmer det Jruhen 
miUelallerê in Ungam, t. I, p. 3 16, et t. II, p. 36 et duiv. 

(') Cf. Lipp, Die GrSberfêlder von KetzÀhêly; Hampei, op. ciL, U 1, p. 48o et 
9iiiv. , t. II , p. a i a , et t. m , atlas , et pasêim, 

(=») Cf. Hampel, op, cû., 1 1, p. 436, fig. 1276. 



Digitized by 



Google 



— S9 — 

bague, d'un travail fin, régulier, symétrique, nous paratt avoir été 
faite par un artiste plus habile que nos bijoutiers parolingiena. 

Les boudes d'oreille du genre de celles reprodoitet sur la 
planche XIV sont également fort rares, surtout dans Tancienne Gavie. 
Il en a été vendu une, lors de la dispersion de la collection Ben<^ 
jamin Fillon(^). Une de ces boucles existe an musée de Saint* 
6ermain-^n-Laye, et une antre au Cabinet des Médailles à Paris, 
mais sans indication d'origine; une quatrième, d'un traml pins 
grossier et d'une facture plus lourde, a été trouvée à Verdun (musée 
de Verdun) (^. Le musée de Mayence en possède quatre, dont on ne 
connaît pas la provenance ;*rune d'elles, entièrement semblable k la 
nôtre (pi. XIV, fig. 7 et 9). Lindenschmit en a publié deux recueiUies 
k Dietersheim et k Bendorf, d'un travail tout k fait barbare ^^). Le 
musée du Louvre en conserve une superbe collection provenant de 
l'acquisition Campana et cataloguées sous les n"^ 1 69 ii» et suivants 
comme étant de l'époque carolingienne, et vraisemblablement fabri- 
quées dans le Nord de l'Italie. La nécropole où l'on a recueilli le 
plus de ces magnifiques pendants d'oreilles est celle de Keszthely 
(Hongrie); quelques-uns de ces superbes bijoux ont des dimensions 
exagérées <*l Le cimetière de Reichenhall (Haute-Bavière) en a 
fourni plusieurs (^), ainsi que celui de GasteUTrosino (Italie du 
Nord)^^). Le musée de Poldi-Pezzoli , a Milan, en conserve trois ou 
quatre du même type^^^ et le musée des Antiques de Vienne (Au- 
triche) a un exemplaire trouvé à Dos di Tronto^*^; le musée «Ferdi- 
nandeum» , à Innsbruck, en possède aussi une (^); ces deux dernières 
semblables k notre boucle d'oreilles (pi. XIV, fig. 7 et 9). 

Toutes ces boucles d'oreilles sont formées de filigranes, de cor- 

(0 Cf. Catalogue de la vente Benjamm FUkm, pi. II, n* h. 

W Cf. Uénard, Archéologie de la Meuee, t II, p. 5o ^t 69, pi. XLII, fi^. ^1 
et 5. 

(') Cf. Lindenschmit, Alterthûmer, t. IV, pi. 47, 6g. 1 et 3. 

î*) Cf. Lipp, op. du 

<*^ Cf. Chlingeosperg-Berg, Dae Gràberfeld von Reichenhall in Oberbayern, 
pi. XL 

(•î Cf. Mengarclli, La tieeropoli harbarica di Caetel-Troiino f preao Aicoli 
Piceno. 

(^) Cf. £. Fontenay, Lei bijoux aneiene et modernet, p. 118. 

t^> Cf. Hampel, op, ciu, i. Il, p. 916, et L III, pi. 17^, fig. 3 et 9 bit, 

(•^ Cf. RiegI , Die ipàtromi$che Kunet-induêtrie nach den Junden in Oiltnreich- 
Ungam, p. i53. 



Digitized by 



Google 



— 40 — 

dons perlés, de granules d'or, auxquels on a ajouté parfois des 
grenats et autres gemmes. Cette technique emprunta aux Étrusques 
a été transportée par les Grecs chez les Scythes et les Goths^ comme 
nous Tarons dit plus haut; elle a ensuite remonté le Danube avec 
lart bai:))are iui-méme, et est revenue dans le Nord de l'Italie 
rejoindre les procédés étrusques qui lui avaient donné naissance et 
dont la collection du Louvre nous donne les types les plus beaux 
et les plus parfaits. 

On inclinerait donc à croire que notre bague et nos deux boudes 
d'oreilles sont originaires du pays des Longobards, c'est-à-dire de 
l'Italie du Nord, d'où elles furent importées dans le Nord de la Gaule 
au VIII* siècle. 

G. BOULANGBR, 
Correspondant du Coroilé. 



Digitized by 



Google 



LA 

CATHÉDRALE CAROLINGIENNE 
DE REIMS 

ET SES TRANSFORMATIONS 
,AU Xir SIÈCLE, 

PAR M. LOUIS DEMAtSON, 
Membre non résidant du Comiti'. 



Je croyais être en possession de tous les documeots anciens, rela- 
tifs k rhisioire de la cathédrale de Reims. Quelle n a pas été mi^ 
surprise, lorsqu'en consultant dernièrement la iVova bibKotkeca mamt- 
scryftorum Ubrorum de Labbe, fai rencontré un texte important qui 
m^avait échappé jusqu'ici! C*était presque une découverte, car ce 
texte avait passé inaperça et n'avait attiré Tattention d'aucun des 
historiens de notre cathédrale, bien qu'il ait été imprimé, il y a 
près de deux siècles et demi, en Tannée 16^7, et que Marlot> lui- 
même Tait connu et cité dans un de ses ouvrages ^^\ L'auteur est 
un chanoine anonyme de l'église métropoUtnine de Reims qui vivait 
au xir siècle, du temps de l'archevêque Samson (tiÀo-1161), et 
qui avait composé un abrégé en deux livres de VHistoria Remerms 
ecclesiae de Flodoard, muni d'un supplément prolongé jusqu'à l'épo- 
que de l'archevêque Adalbéron(^), que Sirroond adonné a la fin de 
son édition de Flodoard, d'après un manuscrit de Pabbaye d'Igny(^), 

<*) Uittoifêdê la ville, cité ti umvertité de ReintM, t. H, p. 708. Mariot die 
•Qssi le même texte dans ton édition latine {Metmp, Rememie kiêUria, t I, 
p. 5^9), mais sans reproduire les détailaqni eoncement la cathédrale. 

W Nous devons, en particulier, i cet auteur la connaissance du teite de Pépi- 
taplm primitive d*Adalbér<m, inscrite sur une table de bronze. Voir notre notice 
sur Deux mêcriptione de la eatk^érale de B^ime {BulL monumental, t. LXVII 
[t9o3),p.3a). 

(») Appendix tneerti tfd antiqui tcriplorie Bemeneis pccleeiae canoniei, A 



Digitized by 



Google 



— 42 — 

aujourd'hui perdu. Outre cet appendice, notre chanoine avait inséré 
aussi dans le cours de I ouvrage quelques notes additionnelles de 
son cru, laissées de côté par SiArmond et recueillies plos tard par 
Labbe, qui les a empruntées également au manuscrit d'Igny, et les 
aipnhUées.dâns sa Novjn bSbU^thca, à la Niie.dea Annalei de Saint* 
Denis de Reims (^). C'est Tone de ces notes qui nous a fourni le 
précieux renseignement aiiqu^l je, viens ;de' faire allusion; elle nous 
révèle un fait que Ton avait déjà pu entrevoir, grâce à une mention* 
très sommaire Stm nécrologe du iShapit^e(^^iaavalirf que la cathé- 
drale carolingienne bâtie par Ebbon et Hincmar avait été en partie 
reconstruite au xii* siècle, et avait reçu alors une nouvelle façade. 
Nous connaissons maintenait la date précise de cette reconstruc- 
tion; elle a eu lieu en i iSa, une soixantaine d'années seulement 
avant Tincendie qui détermina la ruine de l'édifice et la fondation 
de la cathédrale actuelle. Tous ces détails nous sont venus à pro- 
pos de l'archevêque Séulf , et des réflexions suggérées à l'écrivain 
anonyme par le chapitre que Flodoard a consacré à ce prélat : 

<r Au sujet de 8éulf, écrit notre commentateur, nos prédécesseurs 
(répétaient souvent qrfîl avait augmenté la cathédrale de la ionguenr 
de trois arcs. Ils disaient aussi quMt avait construit ta vieille tour 
({n^ l'archevAque Samson fit détruire, lorsqu'il augmenta hii-méme 
l'église de la longueur de deux arcs, et qu'il commença à édifier 
une tour de chaque côté, en l'an de rincamation ii5^. Mais 
comme on ne trouve aucune mention de cette opinion dans le livre 
de FHodoard, la chose paraît incertaine, n'étant confirmée ni par un 
écrit, ni par aucun témoignage. Or, ce Flodoard qui' est 1 auteur de 
cet ouvrage, foi -contemporain de l'archevêque Hérirée, et aussi de 
Séulf et d'Artaud, ainsi 'qu'on peut en juger par ses propres paroles , 

la suite AtVUUtaHa Betnêniù êeeleiiëé de Flodoahi, éd. Simiônd (Ptris, 161 1), 
f»l. 4oi-Ao6. Sirmtnd a fort bien reoonna que eét ëcHvtm anonyms a M eon* 
lemporaiii de, S«ioi«n (fol. 4oo < ). 

(*) Auctarium Flodoardi $x codice Igniacerui, qui corUinet brêviarium Flodoardi 
liffriâ duo^ c$mpr0ken$wn cum appêiiiice (Nova bibUotheoa manum'ipknyàm libro- 
mm, t I, p. 369-36Â, À la aaite de« Anoales de Saint-Denia do Reîma, pabliéea 
sous le titre de Otromctm brsve Remeiuê, et dVae autre petite chronique de 
83o à 999). 

^) Voir aotre Plotic$ kiêtoriquê 0ur h <mthé4riUe de R0i$i^, p. 3-4) cC Marlpt, 
Ifalr. ,Rm, kUt^, U II, p* 873, Hitt. d$ h v^le de Reim, L UI, p. 3it, et 
Tourneur, Le» premièret ccUhédralêi de Reimê^ dans les Travaux de V Académie de 
Reim$, t XXIX (1860), p. 73. 



Digitized by 



Google 



— 48 — 

et lui qai a raoontë leurs œuvres dans les moindres dëtaik, n'aurait 
sans doute pas omis ee fait important ^ s'il en afait connu la vérité. ^ 
Séttlf avait accordé au chapitre Timmunité du dottre, et en ree^* 
naissance de ce bienfait, on cél^ait chaque année pour lui un 
service anniversaire en Téglise de Reims (^). 

Rendons d'abord un légitime hornibage à la saine crilique de 
fauteur de ces observations. D se trouve en présence d'nne tradition 
répandue parmi les chanoines, mais il a un sentiment tfès juste de 
rinoertitude de ces traditions et du peu de confiance qu'elles méri* 
tent parfois, brqu'elles ne sont pas appuyées sur des témoignages 
anciens. Le silence de Flodeard, contemporain de Séulf et si bien 
informé de ses faits et gestes (^^ lui semUe être une raison déoisive 
pour rejeter le prétendu agrandissement de la cathédrale, attribué 
à cet archevêque. L'aigument négatif a, en effet, ici une grande 
valeur, et un érudit moderne ne saurait mieux dire. 

ie pense toutefois que la traditiim pouvait avoir un fond de vé- 
rité, fille se trompait seulement en mettant en avant le nom de 



<•) îtflin lîb. rV, cap. xix, po»t fînem capitis : «De isto Seulpho solebant dîcero 
nmirî antecéMom qtiod ipse ampliaverat templutn hoc qaantam rontbet longi- 
todo areunni tridoi. Dicebant quoque qiiod ipn ffttsrsm turriai oowirurenit, 
quaiD donums StmiMi archiepiacopiis dirai fecit» qoAiido etiam ipM eedanam 
duoruo arcuaiD loogitadiae ampliavit, et in unoquoqus latere .turrim unam 
cdlficare incboavit, anno Incaraatî Verbi Mcui. Sed quoniam da priedicta opi- 
nione nulla in fibro t^lodoardi mendo invenitur, incertum esse videtur, quod 
neque Mripto, aequo teste aliquo eomprobatur. Porro isie Flodoardds, qui hujni 
opena est auctor, foit osntemporaaeot Harim arehipnenriia, âtulphi qumfue 
alque Artoldi , ut as ipaiua verbis p9rpaiiditur« et qui minora b/orum opara enar^ 
ravit, rem istam magnam, si verum esse sciret, forsitan non omiaisset. Sane 
prsfatus Seuifua, ut scriptum habemus, immunitalem claustri nobis largitus est, 
videUcet domos vendendi, emendi, seo invicem commutandi, pro quâ lârgltiotic 
annuatim defunctionis ejus diem recolimus, cui etiam obsequio Tilpini atquc 
Widoniamemonam, qui pridie qoam iale dacasaerunt, ai naalta eccîssitt bona 
contuiarant, non immerito adjnngimua.9 (Labbe, op* oiL, p. 364.) *^ Marioi, en 
faisant nenlion de fagrandÎMaaMnt de Tégiise dt Aeima , rapparié pareé texte, 
a subilitué par emeur Unom de Foolquea à celui da Séulf (Hisu, t. Il, p. 708). 
Ce n'est pas uoe ample faota d^impresaion ou da copie, due au éditeurs de 
V Histoire; nous avons constaté qu'eUe ae trouve dans le manoicrit original, con- 
servé i la kifaiioibéque da Raintt* 

^) On peut voir an I. IV, cbap. ux, de son Hiêioria Rm^ntiê eceUêioâ, le détail 
des travaux aiécutés par Béulf au palais épiscopai, et des objata précieux dont il 
fit don à Téglise da Reims. Aucone alkislin n'aat faite à on remaniement de cet 
édifice. 



Digitized by 



Google 



— àà — 

SéuiC. Il est bien exact que ia cathédrale subit des remaniements 
dans le cours du x' siècle, mais ce fut beaucoup plus tard, sous 
Tépiscopat d'Adalbéron, une cinquantaine d'années après Séulf qui 
mourut en 995. Le continuateur des Annales de Flodoard nous 
apprend qu Adalbéron fit détruire en 976 des arcades qui se trou- 
vaient près des portes : crDestruxit Adalbero. . . arcuatum opus 
quod erat secus valvas ecclesiae Sanctae Mariae Remensis, supra 
quod altare Sancti Salvatoris habebatwr, et fontes miro opère erani 
posili(^).9) Bicfaer a fait aussi mémoire de ces travaux, et il ajoute 
qu'ils ont eu pour résultat d'embellir l'édifice et de lui donner plus 
d'ampleur : crHic (Adaibero) in initio post sui promotionem struc^ 
turis aecclesiae suae plurimum studuit.Fornices enim qui abaecde* 
siae introitu per quartam pêne totius basilicae partem eminenti 
structura distendebantur, penitus diruit Unde et ampUêr^ reoeptactUo 
et digniore scetnate tota aeedena decorata est^^K n 

Ces mentions sont fort intéressantes, car elles émanent de chro- 
niqueurs qui ont rapporté directement et sans se ccmsulter l'un 
l'autre, les faits dont ils ont été témoins; malheureusement, elles 
manquent un peu de clarté. En lisant Richer, on croirait à pre- 
mière vue que les voûtes ou arcades dont il est question s'éten- 
daient dans la nef de l'église. J. Quicherat y voyait «cune tribune 
adossée intérieurement an mur de la façade d, et portant sur une 
voûte ^*J. Mais comment se représenter une semblable tribune, 
envahissant le vaisseau au point d'en occuper presque le quarl à 
partir de l'eutréel A la rigueur, on pourrait imaginer que cette 
leeminens structura^) si encombrante était, non pas une tribune, 
mais quelque construction très ancienne, englobée dans l'église caro- 
lingienne et mal raccordée avec elle. 11 serait d'ailleurs fort difficile 
de dire en quoi aurait consisté cette construction, et quel motif 

(') Pertf, MonumêtOa Germaniae, Scriptorêi, t. 111, p. ^07; Pfi. Laner, Lê$ 
AniuUêê de Flodoard, pubHeet d*aprèi lei manu$criU (Paris, 1906), p. 160-161. 
— M. Laner penae que la continuation de ces Amiales jutqa^à fannée 978 a ët^ 
écrite vraisemblableinent k Reim», et peut-être par Bninon de Roucy, chanoine de 
cette ville, qni devînt évéque de Langres en 980-981 (Introd,, p. ui). 

(') L. m, sa , dans Pertz, Script&re$, t. III, p. 6i3. 

(^^ ffLe continuateur de Flodoard nous apprend qu*elle (la cathédrale de Rein») 
posséda, jusqu*à la fin du x* siècle, une tribune adossée intérieurement au mur 
de ta façade, et celte tribune portât sur une voûte ; du moins on peut interpréter 
ainsi le témoignage du thTomqaear.y» (MéUmgeê t^arehéoloffiê $t d'Imtoire, Moyen 
éî^«,p. i33.) 



Digitized by 



Google 



— 45 — 

Taurait pu faire épargner. I^ continuateur de Flodoard vient encore 
compliquer les choses en semblant indiquer qu'àfcrarcuatuin opusv 
étaient superposéd un autel et des fonts. On a peine à se figurer 
une disposition aussi étrange; passe encore pour un autel qui pou- 
vait être élevé au^essus d'une sorte de confession, mais des fonts, 
et surtout des fonts d'une époque si reculée (^U Toutes ces données 
sont assez obscures, et Ton regrette que nos auteurs ne se soient pas 
exprimés d'une façon pins nette. Ils ne font qu'exciter notre curio- 
sité sans la satisfaire, et pour les comprendre, on en est réduit aux 
hypothèses. Il y a quelques années, le P. Jubaru, auteur d'un mé^ 
moire sur le lieu du baptême de Clovis, publié dans les Éludes reli- 
ffieusesy hiskiriquêê ei Kuéraires des P. Jésuites (^), a présenté une 
explication, h mon avis, très ingénieuse, et qui me parait donner 
au problème une solution fort acceptaUe. Il a montré beaucoup de 
sagacité dans rinterprétation des textes; pour ma part, je ne vois 
rien de mieux è proposer, et je me rallie entièrement à son opinion 
que je vais essayer de résumer ici à grands traits ('). 

L'archevêque Ëbbon, en bâtissant vers l'année 890 une nouvelle 

^*) M. Ferdinand Lot (Le$ dernière Carolingiens ^ p. 73) pense qu*il s^agit d*unc 
rrypte : i^La cathédrale de Reims, ëertt*il, était occnpée dans le quart de sa 1<m- 
' guear, à partir des portes , par une crypte voûtée qui sortait à mailié du 80I et 
qui devait être fort gênante. Adalbénm la détruiûl da food en comble. . . . d Mais 
la place des cryptes était habituellement sous les chœurs des églises , et une crypic 
si (^normc, faisant saillie dans une nef, est fort invraisemblable. M. Lot, dévelop- 
pant dans une note cette interprétation, ajoute que Tautel, [^ac^ au-dessus de 
la crypte, «oecupait le quart de féglkeii. Gomment sMmaginer un parefl autel 7 
— Nous ne saurions noa plus admettre reiplication que cet érodit propose pour 
rexpression de Richer : ampliore receptaculo» Diaprés lui, elle doit faire allusion 
trà Tadjonction à la cathédrale de Téglise Saint-Denis, construite porte a porte 
et communiquant avec elle». Jamais cette église Saint-Denis n*a été amicxée à la 
catiiédrale ; bâtie en frce d*eli6, en dehors dés anciens murs, eHe en a toujours 
été séparée par un assez grand espace. Ija Chronique de Mouzon rapporte qu'elle 
a été élevée par Adalbéron cr extra muros urbis, pro foribus majoris ecclesiae .... 9»; 
les termes dont elle se sert : crostio contra ostium positon et qui ont induit M. Lot 
en erreur (cd p. 7/1, note 1), ne signifient pas que les portes des deux édifici's 
étaient oontigoès, mais simplement qu'elles se faisaient vis-à-ris. 

<') ClovîM a^uiléîé bmptité à Reimê f {Étudeê, t. LXVII [1896], p. 807 et sdv.) 
^^> Nous avons déjà traité cette question dans notre notice sur je Keu du hëp- 
téniedeGlovis(G. Kurth, Ckm$, a* éd., t. II, p. 3ii à 3fâ; cf. notre iVotrci; 
kietoripu mtr la cathédrule de Rnatê, p. 3). H nous parait toutefois utile d'y 
retenir ici, k cause de Télément nouveau fourni k la discussion par le texte de 
Tabréviateur de Flodoard. 



Digitized by 



Google 



— 46 — 

cathédrale pour rèmptaeer la vieille basilique du iv' siècle, lui avait 
donoé des dimensions plus vastes. Louis le Pieux, dans un diplème 
qu'il adressa à cette occasion au prtiat. lui permit de détourner les 
voies publiques qui environnaient réglise et qui pouvaient être un ob- 
stacle à f établissement des elottres et autres bâtiments aecessoirss; 
il fit même l'abandon des terrains voisins appartenant à son do- 
maine ('). On avait donc toute facilité pour s'étendre, et Ton pro- 
fita sûrement de cet avantage. Le P. Jubaru pense que les agrandisr 
semeals ont porté du o6té dé Vabsicfo, et que la façade occidentale 
n avait pas été déplacée et s'élevait au même endroit q«e celle 
censtmite par saint Nicaise. Cet endroit est très exactement connu; 
le saint pontife, en effet, avait été massacré par les Vandales sur 
le seuil de la basilique, et le lieu de son martyre est resté l'objet 
d*une vénération qui parait s*étre perpétuée sans interruption à 
travers les âges. Au xui** aiède^ on en avait consacré le convenir par 
un petit monument commémoratif de forme circulaire, désigné sous 
le nom de rouelle de saint Nicaise, rotsBa samii NickasH II était 
situé dans la sixième travée à partir du portail actuel, et s'il a tota- 
lement disparu, du moins une dalle de marbre noir, posée vers 
1763 et munie d'une inscription, en indique encore l'emplace- 
ment ^'^^ Ce renseignement topographique, fourni par une tradition 
très ancienne, semble mériter toute confiance, et l'on ne voit 
aucune raison de le révoquer en doute. Nous savons donc oà, 
suivant une conjecture vraisemblable, se trouvait aussi le portail 
de la cathé4rale carolingienne* 

Ce portail était précédé d'un atrium entouré d'una galerie à 
arcades, qui avait été probablement remanié lors des travaux d^b- 
bon et d'Hincmar, et n'était plus l'atrium primitif, mais qui occu- 
pait sans doute exactement la même surface. (Test ainsi que l'on 
peut comprendre le texte de notre chroniqueur relatif à r«arcaa- 



t^ Fiodoard, KmI. Rfmmm êceUêiëê, LU, 19 (Monum, GmvL, SeripL, 
t. Xin. p. ^9). 

^') Plufieurs auleurs, en s*tppuy«iit for uns nate manuscrits de Laeourt, 
chtooine rémois du iwuf lièds , sot prétendu que le meottOMnl do ««rtyre de 
saint J^icsise «vtii été dbto^ de place « lorBqaW fit le jubé de la cathédrale 
(Toumenr, Lb$ premièrei etUhééraUê de fistms, dans les 2Va1^ d$i*ÀOêd,dêRnmê, 
t XXIX, pw 56*67). Mais Lacoaii s'est Irompë; unediarte de 1S99 nousaMmtrt 
qae b rouêlU se Irouvait alors «xaetemeni au même eodraît^pa la dalle de marlwe 
existant aujourd'hui. (Voir la Notice déjà citée, p. hZ, nota 3.) 



Digitized by 



Google 



— 47 — 

iiim opusv «itaé près des portes, «rquod «rat secus valvas ecclesiaei». 
Quant à la phrase de Bicher indiquant que ces arc& s'étendaient 
trab aeoeiesiae întroilu per qoartam pêne totiiia baûiicae partem^r, 
il faut rappliquer, non pas dans un sens restreint, à la seule Iiasî- 
lique, mais à Tensemble du monument, c'est-à-dire à Téglise et à 
son parvis. Le partis > avec les portiques aux arcs élevés , fteminenti 
structurais, qui régnaient tout autour^ représentait dans cet en- 
semUe le quart de la longueur totale, dimrasions très bien pro- 
porÉionnées, du reste, à celles de Téglise. Ainsi entendu, le passage 
de Richer s'interprèle d'une façon satisfaisante; je ne vois pas, au 
contraire, comment ron pourrait se tirer d'affaire en plaçant a 
l'intérieur de la basilique les arcs détruits par Adalbëron. 

Pour les ff fontes miro opère v, dont parie le continoateur de 
Flodoard^ on doit y recona^itre l'antique baptisèère, richenient 
orné, suivant l'usage du temps, de mai^rca et de mosaïques^ et 
abritant l'traUape saaeti Salvatoris^ à câté de la cuve baptismaie. 
Lies baptistères, il est vrai, étaient habiluellement consacrés à saint 
Jean*Baptiste, mais oe vocable se s'oppose pas à la présence d'un 
autel dédié au Sauveur; on peut d'ailleurs, si Ton veut, admettre 
que cet autel se trouvait dans une dbapelle contiguë. La préposi* 
tion MUfra^ employée par l'annaliste, ne doit pas être prise ici 
évidemment dans son sens habituel. Elle ne signifie pas que l'autel 
et les fonts étaient établis au^iessus de Varcuatmn 0puê ; elle ex- 
prime use idée de juxtaposition, de voisiaage immédiat, acception 
fréquente dans le latin du moyen âge^^^; en un mot, elle veut dire 
seulement que le baptistère se reliait aux arcades et se rattachait 
i Talrium, disposition que nous présente aujourd'hui encore la 
basilique àfi Pareezo en Istrie. 

Adalbéron« en voulant agtandir la nef de la cathédrale « fut 
obligé d'empiéter sur l'atrium, et par oooséquent de démolir les 
arcades et le baptistère. Ce fut lui qui éleva les trois travées et la 
vieille tour, attribuées à Séulf par la tradition que rapporte le 
chanoine contemporain de l'archevêque Samson. En attestant l'al- 
longement du vaisseau au x* siècle, cette tradition confirme entière- 
ment l'hypothèse du P. Jubaru^^). Nous ajouterons que Mariot lui- 



<*^ (X le glosiaire de Da Gange où la prépoa iti m mppr est donoëe avec ie 

A» frofê, j»^Ptu t «ppayé {mt une dttlioa loat. à lait probani^. 
(') M. Lauer partage sur oe, point notre opûûoa, dont il a donné un rëaumé 



Digitized by 



Google 



— 48 — 

même, sans entrer dans tous ces détails, avait soutenu une opinion 
analogue, en supposant que les tr fontes^ supprimés par Adalbéron 
étaient bien l'ancien baptistère qu'Ebbon et Hincmar avaient laissé 
subsister en construisant leur cathédrale ('). 

Après avoir examiné ce point d'histoire, il nous convient de faire 
une courte excursion dans le domaine de la légende. Nous la ren- 
controns, en effet, sur notre chemin, et elle réclame également 
notre attention. Elle aussi s'est attachée à la cathédrale de Reims et 
en a fait le théâtre d'un événement tragique qu'elle nous rapporte 
en détails, mais qui n'en est pas moins d'an caractère absolument 
fabuleux. Il est curieux de constater ici Biyec quelle déBance on 
doit accueillir parfois des textes qui se présentent à nous sous les 
apparences d'un récit historique, et qui, par des traits asses vrai- 
semblables, peuvent jusqu'à un certain point nous en donner l'illu- 
sion. Telle est la chronique de Waulsort, racontant avec une appa- 
rente précision un prétendu incendie de la cathédrale qni aurait eu ' 
lien vers 9951 (^), et aurait été suivi quelques années après d'une 
reconstruction de l'édifice. Si l'on voulait ajouter foi k cet épisode, 
ce ne serait plus l'église d'Ebbon et d'Hincmar que Samson aurait 
modifiée au xii" siècle , et que les contemporains de l'incendie de 
1210 auraient encore connue en très grande partie, mais un monu- 
ment déjà totalement renouvelé. Nous allons voir qu'il n'en est 
rien, et que cette narration du chroniqueur doit être reléguée au 
rang des fictions. 

Le héros de l'aventure est un comte Eilbert, dont l'auteur fait à 
tort un frère du comte Herbert de Vermandois. Un jour qu'il se 
trouvait dans une foire très fréquentée qui se tenait chaque année 
en Thiérache^'), il aperçut un cheval superbe, dont il voulut aussi- 
tôt se rendre acquéreur. Ce coursier appartenait à un clerc d'une 
très haute naissance, chanoine de l'église métropolitaine de 



(Lei Annalei de Fhdoard, p. î6i , noie). » Cette explication, dit-il, est de beau- 
coup la plus plausible. 9) 

^') Metr. R0m. hi$t., t. I, p. 160. 

W Hiitoria Wakiodorenêit monasterit, ap. d*Achery, SpicilegiurHf 1'* éd., 
!. VII, p. 817 ; Monum, Germ.» ScripL, l. XIV, p. 5o6. 

(^) (rCk>nvefiiu8 iile frequentîaque diversanim gentiiun, qui nunc Vinuco quol- 
annis con^j^regatur, in Tiraêce ad crucem solito more conveniebat , quo merdmonii 
sui commulationes fièrent. ... ?» (Cfaap. A , Mm. Gêrm.,loc> cif.) 



Digitized by 



Google 



— 49 — 

Reims ^'). Eilbert convint avec lui du prix d'achat, mais n'ayant pas 
entre les mains la somme nécessaire pour effectuer le payement, il 
lui remit en gage, sur le conseil de son ëpouse Hersent, un joyau 
précieux que celle-ci possédait. C'était, dit la chronique, un admirable 
collier que saint Éloi, très habile artiste, avait ciselé de ses propres 
mains. L'ornement .principal consistait dans un béryl, sur lequel 
était gravée Timage de Suzanne, faussement accusée par les vieil- 
lards devant Daniel î^). Peu de temps après, lorsque le comte voulut 
payer le clerc et lui réclamer son joyau, cet homme fort peu scru- 
puleux refusa de le rendre. Indigné d'un procédé si coupable, 
Eilbert prend alors l'avis de ses proches, rassemble ses frères et ses 
amis, marche sur Reims avec une armée considérable, vient y 
mettre le siège et la prend d'assaut. Dès qu'il s'est emparé de la 
ville, il fait organiser une surveillance active, afin d'empêcher le 
clerc de s'échapper ; on finit par le traquer jusque dans la cathé- 
drale que l'on cerne de toutes parts, mais il parvient à se réfugier 
dans une cachette où il est impossible de le découvrir. Pour l'en 
faire sortir, on a recours aux grands moyens : on met le feu à 
l'église qui devient tout entière la proie de l'incendie, et le dépo- 
sitaire infidèle est enfin chassé par les flammes. On lui reprend le 
trésor qu'il avait voulu indûment s'approprier, et on le restitue au 
comte qui le recouvre ainsi aux dépens de la ville et de la cathé- 
drale W. 

Le roi de France, Charles le Simple, en apprenant ces excès 

<*) cDominus. . . equi quidam ^at ciericas, magnae progenitus nobilitatis 
ptrentibus, ctnooicus ex Remensi ecclesia Sanctae Maiîae majori.7) (Ibid,) 

^') tr Thésaurus irte.... compositus est in speciem insigois moailis quem 
Eligius venerabilisepiscopus, sanctiUte, hooestate et in omni operationis artificio 
egregius, précepte nutuquc incliti Lotharii régis Angioruro («te), manibus propiiis 
operatus est. Lapis siquidem beryllus in medio positus scdptum retinet, quali- 
ier in Daniele Susanna a senibus judicibus maie criminata siLn {Ilnd,) 

('' ffCatervatim namque usque ad urbem Remensem properant mature, quam 
facta congressione undique obsident, obsessam capiunt; captaque, cum argu- 
mente callidae observatîonis , dispositis ubique speculatoribus, prefatum fugien- 
tem dericum usque ad raajorem ecclesiam pcrsequuntur ; quem introgressum et 
infra ejus ambitum in cujusdam cubiculi cubili latitantem undique circumval- 
tant. Gumque minime repperiretur, sparsim ubique dispersi , ignibus tota illius 
templi compositio atque structura ab hostibus crematur, et sic flammis urentibus 
ab ejusdem templi moenibus ille fraudis commenta tor eicitur. . . . Thésaurus 
quem. . . . furtîve deliberaverat retinere, ab eo aufertur et cum detrimento urbis 
et ecdesiae oomiti restituitur.?) {Ibid,, p. 807.) 

AacaéoLooii. — N** 1. k 



Digitized by 



Google 



_ 50 — 

commis à Raims, ea épiiouVe ua' vif kourroux. U déolara ta guerre à 
Eilbert et à 9on frère Herbert de Vermandois, mais il eet fait pri- 
ponoier par eux ea Taouée 93S1 (iisez 9^3), et eit emmené à 
Péronne ^*). 

Silbert, dViUeurs, ne se sentait pas la conBcienee tranquille, et 
\m Année» n^ firent qu accroître ses remords. En 94/1 , pour réparer 
l'incendie sacrilège de la cathédrale de Reims, il fonda le monas- 
tère de Waulsort et lui fit don du joyau qui avait été la cause de 
son crime. Quatre ans plus tard, en 9&8, ce fut le monastère 
d'Homblières, auquel il rendit une vie nouvelle. Vers cette ëpoque, 
UA jpur qu il se trouvait au château qu il avait fait bAtir à Floronnes , 
il se vit hanter par le souvenir de ses actions passées ; il se ra[^ela 
dlme u)te silencieuse méditation ce qu'il avait fait de la basilique 
de Notre-Dame de Beims, et se sentit profondément affligé en se 
reconnaissant pour l'auteur d'un pareil désastre ^^l Depuis long^ 
temps déjà, il s'était efforcé de s'acquérir des mérites par des fon- 
dations pieuses, et avait élevé six églises; il résolut alors d'en 
ajouter nue septième, en reconstruisant la cathédrale de Reims en 
l'honneur de la Sainte Vierge : « . . . .senario numéro oonstructa- 
tarum ecdesiarum septimam ob honorem genitricis Dei , ob resUu** 
rationem Remensis ecclesiae, adjeoitn ^^l 

De ce récit de Thistorien de Waulaort, il se deigage deux faite qui 
nous intéressent particulièrement : un incendie de la cathédrale 
vers 993, et une restauration vingt-six ans plus tard, vers 94& Il 
semble qu'on a là des indications très positives, et pourtant elles 
n'ont aucune réalité. Les chroniqueurs du temps n'en disent pas 
un mot, et certes un événement d'une importance capitale comme 
une prise de la ville de Reims et une destruction de son église 
n'aurait point échappé à des écrivains rémois comme Flodoard, 
comme lUcher, moine de l'abbaye de SaintrRemi. On ne s'expli- 
querait point qu'ils l'aient passé sous silence, et Ton peut levr 



(^^ «IgilMur aaoQ ab IncariMtioae DonuBÎ nongeateaimo viMskao ■ecnado, 
Karolu», r^ FraaocfviiQ, captas «b Ejlberto •! fnitre cgus Hanberl», ua^iie ma 
Peroaam deducitur.» (Ibià) 

(^ ffTeiDfiare iilo, dum die qmdaiu in Castro quod Flermi» coastmxirat reù» 
detet, tuae actioms tranaaotum lerapui ramemoran coepit, et tacitua intra »e 
revaKaiLS quid ex RemeiLsi Saaetae Mariaa iiasiiioB aclnra sit , Tcèwmiiiter oum 
Idé iiifi>rtutttttm taedere coafttt.» (Cki^, 1», tM.» p. 5ia.) 

W Ibid. 



Digitized by 



Google 



— 51 — 

appliquer lea eiprewioBS si justes du chanoine du xu^ t ifcde que 
j'ai oiié plus haut : «Rèm tstam magnam, ai verom eaae aeirenl^ 
non omifiissenii». 

Novi n'avons pas diantre garant da ceé MU que Thiatoire de 
Tabbaye de Waidsort. CTest peu , cor elle est d'une date notaUe^ 
ment postérieure, et est fort sujette à Gafdtian. Elle est l'œntire de 
detn anteurs^ dont le premier, suivant G* Waitz, aurait écrit, non 
pasy comme on l'a cm longtemps, à la fin du xV iiëde, mM aprèf 
le. milieu èm aiëek suivant; le second a continué la éhmniqué 
beaneoilp plus tard^ en is/i/i i^K L'anteur de la rédaction primitive 
a fait une aises large place à la légende. Il s'est inspré des vient 
poèmes français qui jouissaient alors d'une grande v(^gue, et dedt 
il a de confiance aceepté les récita comme de l'histoire authentique. 
CTest là une erresr qui a été commune à phisienrs écrifains do 
moyen Age; il me suffit de fappeler Gui de Basoches et Anbii de 
Tvois^oiifaines, qui ont ét^ fort au courant de la Irttératnrt 
épique et hd ont Csit de nombreon emprunts. Dans eèrtains éié^ 
mente de la chronique de Waulsort, MM. P. Meyer^et A. Longnon 
ont reconnu la trace d'une rédaction de ia chaneon de Haool de 
Gamhnai, antérieure k cdle qne nous possédons anjonrd'huii^). U 
me pavatt aussi que Texpédition d*Eiibert cen^e Reims et le pro* 
cédé brutal qu'il emploie pour s'emparer de son dateur ont tout 
à fait l'aliare d'un épisode de chanson de geste. Je ne seiteis pas 
surpris que l'idée de cet épisode ait été fourni par quelque poème 
actuellement perdu. Du reste, le comte Eilbert a joué un rôle dans 
l'épopée ; sons le nOm d'Ybert de Ribemonty il est dsveim l'un des ' 
héros principaux du poème de Raoul de Cambrai ^^l Rien d'étottr 
nant ai nous le voyons aussi dans la chronique accomplir des 
eiploits im^gimures. 

11 faut dire pourtant que tout n'est pas fiction dans le récit que 
nous venons dMtndîer^ Si kr captivité de Charles le Simple, prison- 
nier d'Herbert de Vermandois, n'a pas été la conséquence d^rne 

(*> BfUU,^ 5»8. MmA Wflitt, le cMâinaotenr ée k efaroai^e mhih écrit 

f«]« <eèa (f. b^k). M. L. Ufatye (Éèmdê mt rabkt^ i^ WmuUoH, Uègs, 

ffi99>piM9qa*>i sût k deraî^ ntia k mu tnnrcil eo ]»46. Gf. E. Badiar^ 

DtuUche ZêiUckriJïfir Gêschichtiwinenich^ , 1889, W 1I« ^. dfhêi mtét 1. 

^ V«fer rhrtnxIoetMi è ^éài^n ds ftnfn) dé Umbrai, p. xu? ei taiv^ 

^ IM. , p. tif. Le chAteau ê» RiWiont d pu étn roeikuMii ic àtd^eù de 



Digitized by 



Google 



— 52 — 

guerre déclarée a Toccasion du sac de la cathédrale de Reims, elle 
n'en est pas moins très réelle (^) ; mais le chroniqueur a eu tort de 
mettre en cause Eilbert qui n était nullement le frère d'Herbert, 
ainsi qu'il le prétend (^^ et de lui assigner en cet événement uoe 
part déterminante. La fondation de Tabbaye de Waulsort par 
Eilbert en 9&& est également un fait historiques^'. Il en est de 
même pour Tabbaye d'Homblières, dont la fondation est attestée 
par un diplôme de Louis d'Outremer en date du i*' octobre 9/18 ^*^. 
EnGn le fameux joyau, offert en gage au clerc de Reims, n'est pas 
une invention. Il existe même encore; conservé en l'abbaye de 
Waulsort jusqu'à l'époque de la Révolution, il a passé plus tard en 
Angleterre et fait maintenant partie des collections du Musée bri- 
tannique. Ce n'est pas un béryl, mais une plaque de cristal de 
roche offrant une intaille qui est l'une des œuvres les plus remar- 
quables de la glyptique carolingienne (^l Comme l'indique très 
exactement le chroniqueur de Waulsort, cette intaille Représente 
l'histoire de Suzanne. On n'a pas manqué de donner à on objet si 
précieux une origine illustre ; il a été attribué à saint Éloi dont la 
réputation d'orf&vre était restée célèbre, mais sa date est bien 
moins ancienne. Une inscription gravée sur le cristal nous apprend 
que ce joyau a été exécuté sur l'ordre de Lothaire : ttLothariits^ rex 
Franconm,Jimju98itr>^ et l'on a supposé qu'il s'agit de Lothaire II, 
roi de Lorraine en 855 ^^K Plus tard cet objet a pu, par suite d'un 



(*} Richer, I. I, 67 ; Annales de Plodoard, éd. Lauer, p. i5. 

^') Il était simplement vanal des comtes de Vermandoîs, et figure on cette 
qualité dans une charte de 968 (F. Lot, Lei dernier» caroUngiene, p. A07). Cf. 
l'introduction de Raoul de Cambrai , p. xxv. 

(^) L^abbaye de Waulsort fut commencée en 96 &, et les travaux durèrent 
trois ans (HUt. WalciodorensU monaiterii, chap. i&, Monum, Germ,, t. XIV, 
p. Sic). Cf. Lafaaye , op. cit, > p. 9 , note. 

^*) Rec, dei hi$t, de la France, t. IX, p. 6o5; Raoul de Cambrât, introd., 

p. XXTI. 

^*) Cette in taille qui a 1 1 3 millimètres de diamètre a été figurée sur une planche 
en tête du livre déjà cité de M. Lahaye (Etude eur Vabbaye de WauUort, extr. 
du BulUtin de la Société d*art et d^hietoire du diocèse de Liège, t. V). M. E. Babe- 
Ion , dans le volume qu^it a public sur La gravure en pierreê fines , camées et 
intailles, en a donné une description très complète (p. 93o-ft3i), accompagnée 
aussi d'une figure (fig. 1 68 , p. 93i ). 

t*) M. Lahaye (op. cit., p. 993) admet que ce Lothariue e$i bien Lothaire II 
de Lorraine, plutôt que Lothaire I*', fils de Louis le Pieux, associé à Tempire 
dès 817 et mort en 855, ce dernier ayant toujours pris le titre d'empereur sur 



Digitized by 



Google 



— 53 — 

don, arriver entre les mains d^Eilbert, qui en a fait iui-méme pré- 
sent à l'abbaye de Waulsort, dont il avait été le fondateur. Ainsi 
quil arrive fréquemment, il Vest formé parmi les moines une 
prétendue tradition pour expliquer la provenance du joyau et lui 
créer une histoire. On s'est imaginé que la libéralité d'Eilbert avait 
eu pour motif la réparation d'une faute, ^et Ton a développé ce 
thème, en prenant certains traits à une tradition populaire, et 
peut-être à une chanson de geste qui ne nous a pas été conservée. 
C'est de cette source que peut provenir Tépisode de l'attaque de 
Reims et de l'incendie de l'église métropolitaine. Eilbert doit donc 
être justifié de cette accusation ; il n'a ni détruit, ni rebâti la cathé- 
drale. Aucun doute n'est possible à cet égard. MM. Meyer et Lon- 
gnon, dans leur très savante étude sur Raoul de Cambrai, ont 
parfaitement reconnu que ces faits sont purement légendaires ^^^ 
n n'est personne qui n'adopte aujourd'hui ces conclusions, mais il 
était utile de les rappeler ici, afin de bien montrer que, dans le 
cours du I* siècle, les travaux entrepris en la cathédrale par Adal- 
bëron sont les seuls qui nous soient autbentiquement connus. 

L'archevêque Samson, ainsi que nous l'avons vu plus haut, fit 
subir une transformation importante à la cathédrale carolingienne (^). 

ses monnaies, ton Bcetu, et dans ses diplômes. M. Babelon partage également 
cet avis (p. aSa). — La Chronique de Wanlsort, ainsi qu'on Ta vu plus haut, 
qualifie très faussement Lothaire de «rcx Anglorumn. 

(*) P. xxviii. — Ânquetil, au xviii* siède, les a rapportés dans son iïiftottv 
de Rêimê (t I, p. 160 et suiv.), et 9'a pas su reconnaître leur caractère apocry- 
pJbe. Mieux inspirés, les éditeurs du Mariot français ks ont jugés à leur juste 
valeur {HUt. de la vilk de R^imê, t. U, p. 70^, note 4). 

(') Un savant archéologue a supposé, mais à notre avis sans preuve suffisante, 
que cette cathédrale avait dû déjà fidre place ce une éf^ise romane très proba- 
blement construite pendant le xt* sièclen (M. Anthyme Saint-Paul, dans le Diet. 
géogmpkifuê d$ la France de P. Jeanne, t Yl, p. 38ii). Cette hypothèse est 
fondée sur un vers du Carmen adRotbertum, regftn Franeorumy écrit vers Tannée 
1006 par Adalbéron, évéque de Laon : 

ffLabitur aula tholis rutilât quo splendida fulvisT) 

{Ree. dêi hiit. de la France, t X, p. 67, v. 168). Adrien de Valois, dans le 
commentaire très ingénieux qu*il a donné de ce poème si obscur, et qui a été 
reproduit dans le même recueil (p. 83), voit ici une allusion k Tcglise de ReimK, 
dont les toitures dorées tombaient alors en ruine : « . . . . que tholo quideni 
inaurato nitet, vetustate tamen labitur seu ruinam minatur». Cette explication a 
été adoptée par Guizot dans sa traduction de Topuscule d*Adalbéron ; voici rom- 



Digitized by 



Google 



— 54 — ^ 

D'après I0 néerologe du chapitre, ii renouvela entièrement la mu* 
raille de droite : er . . . .d^trum parietem ex integro renoYavit?) (^), 
et le chanoine abréfiateur de Flodoard, dont je viens dUnvoquer 
ioi le témoignage si curieux, ajoute, en termes très explicites, qu'il 
accrut la nef de deux travées, démolit la vieille tour et commença 
un nouveau portail , myni d'une tour sur chaque càtë : «f .... in 
unoquoque latereturrim unam aedificare inchoa vit 1». fl est question 
aussi dans un texte liturgique de cette vieille tour que j'attribue à 
Adalbéron (^). D'après un ordinaire de l'église de Reims, qui parait 
avoir été rédigé dans la première moitié du xii* siècle, les chanoineë 
devaient se rendre en procession, le jour de la fête des Rameaux, 
à l'abbaye de Saint-Pierre et à l'église Saint^Maurice, et tandia 
qu'ils s'arrêtaient, en revenant, à l'abbaye de SaintrDe&is, les 
enfants de choeur les précédaient h la cathédrale pour monter dans 
la tour, — ndêbent pum preite et in veter&m titrfim useendarert , — d'oui 
ils chantaient l'hymne Gloria lauiy au retour du cortège qui station- 
nait alora sur le parvis (^). Le même texte nous apprend qu'aux 
vigiles de la fête de saint Calixte, on chantait les vêpres rm fmrim 
veteremn^'^). Pour expliquer cet usage, nous remarquerons ici qu'A- 
dalbéron avait, suivant Richer, fondé k feutrée de la cathédrale 
un autel et un oratoire en l'honneur de saint Calixte, pape et 

ment i! interprète oe pMMge : « . . . . Rheinifl où tombe maintenant en ruine 
cette magnifique basiliqfue où brillent tant de coupoles dorées» ( Golleet. d$ê mé^ 
moirei relatif t à rhistoire de France, t. VI, p. 63^433). Cette traduction ne 
nous parait pat très satiafaisante ; tant de coupoles dans un édifiée carolingien 
dont peu rraisemblablei). D'ailleurs, le poème de Tétéque de Laon est écrit dans 
un atyle allégorique si embrouillé et parfois si inintelligible, qu'il est difficile 
d'y chercher un renseignement très précis* Peut-être le vers en question est-il 
une simple métaphore. S*il doit être pris à la lettre , s'il nous fait savoir qu'au 
début du II* siècle la cathédrale était réellement fort ddabrée et avait besoin 
de réparations, on ne peut en conclure que l'on ail été alors dans la nécessité de 
rebâtir le monument de fond eh comble. Nous n'avons pas, en somme, d'in-* 
dioea suffisants pour nous permettre de nous arrêter à cette conjecture. 

<») Archives de Reims, fs. du chapitre métropolitain, nécrologe du xitr siècle, 
fui. io3 v*"; Yarin, Arohivu admimitraùvêê dé Reimê, 1. 1, p. 338. 

<*) Richer y fait aussi allusion indirectement en parlant des cloches â la voix 
n^tentissante, «rcampanis mugieUtibusn, dont Adalbéron fit don à son égliso 
(I. m, tS). Ces cloches indiquent l'existence d'une tour oh elles dcfvaient être 
-à. «— 

[I, p. 178. 

re in turrim veleram.n [Ibid», 



Digitized by 



Google 



— 55 — 

martyr <^). On peut croire qu« cet omtoire occupait le rex-de^baus- 
sée At k tour qu^il avait élevée sur eon nouveau portail, et de là 
vient sans doute la célëbration de Toffice que Tordinaire prescrit 
en cet endroit. C'est ainsi que nos textes s'éclaircissent réciproque- 
ment, et arrivent à nous faire connaître Tune dea diapositions de 
Tantique église. 

La bibliothèque de Reims poaaëde trois manuiorits de la fin du 
xm^ et du commencement du xiv* siècle , qui nous offrent une rédac- 
tion nouvelle de Tordinaire , où est reproduite presque textuellement 
la prescription relative à Tascension des enfants de chœur dans la 
vieille tour(^>. Il est bien certain pourtant que cette tour n'existait 
plus à ces dates, puisqu'elle avait été démolie par Samson. Nous 
avons affaire à Tune de ces formules qui se transmettaient et se 
copiaient sans changements, bien qu'elles répondissent à un état 
de choses antérieur et qu'elles n'eussent plus d'application précise. 
C'est là un fait dont il fatTt souvent* tenir compte dans la critique 
des textes. Très évidemment, dans le cours du xiii* siècle, lorsque 
le portail actuel était en construction, on ne pouvait plus chanter 
l'hymne du dimanche des Rameaux dans les conditions qu'avait 
fixées la liturgie du siècle précédent ; mais la force de la tradition 
était si grande , qu'on n'y avait rien modifié. Cest seulement dans 
un manuscrit de l'année 1&89, contenant un remaniement de l'or* 
dinaire, que Ton voit paraître un usage nouveau. Les clercs, 
comme aujourd'hui, chantent l'hymne derrière lea portes fermées 
de l'église, lorsque la proceasion s'y présente (^). L'allusion trèft 



(^) ff Corpus quoque sancti Kalisti, papac et martirif , debito honore in ipso 
aecclesiae ingressu, ioco scilicet editiore, collocavit ; îbique altarc dedicans, ora- 
torium fundendis Deo precibus commodtssimum aptavU.n (L. III, àa, Monum, 
Germ,, t. lU, p. 6i3.) L'expression loco editiore peut signiôer que Ton avait 
a<*oèf en cette ohàpelld paf quelques de{^. 

W «Intotim pueri eanonici debent preire ©l in veWwn turrim ««cendere, 
ut ibi cantent : Ohria laUi.n (Ms. a* 3^8 [îiii* «iècio, vers là'jfi], M. 16 v*; 
U. Chetalief, op. eiu, p. lao.) La mém(4 leçon se retrouye dans les mim n' 899 
(apfès 1497), ftd. ig f*; n' 33o {cmnmencfiment du tit* siAcle), fot 3a V. 

^ «^Ét iternm debfut prwre quidam deriri in ecrlesia » «»t Haf«si# Januis, rum 
proeessio venerit ante portam ecciesie, clerici qui sunt iu frclesia rétro portam 
cantant : Oloria imM.n (Ms. n** 8di , fd. fl6 r".) Au xm* et au xfiit* siècle, les 
enfants de ehcenr montaient pour chatilef sur le balron qui se tr<mve au«dewms 
de la ^ande rose du portail^ et qnt, par suite de cet uiefye, a pris et conservé 
jusqu'à nos jours le nom de galerie du 6ioi*i4. Voici, en efifet, ce qde nous lisons 



Digitized by 



Google 



_ 56 — 

archaïque à rancienne tour a dès lors disparu ; il y avait dëjà long- 
temps qu'elle ne devait plus être comprise et qu'on en avait perdu 
tout souvenir. 

Nous n'avons pas de données suffisantes pour nous représenter 
la cathédrale carolingienne, telle quelle était, avec ses additions 
du xu' siècle, lorsqu'elle devint en iiiio la proie des flammes, et 
les renseignements que nous possédons sur elle sont trop peu 
détaillés pour nous permettre d'en essayer une reconstitution. Il 
n'en reste plus aucun vestige dans la cathédrale actuelle. Le beau 
tympan roman qui surmonte la porte latérale de la façade septen- 
trionale du transept, doit provenir, il est vrai, de l'ancienne église, 
mais il n'est pas à sa place ^^l C'est un morceau de sculpture rap- 
porté et utilisé ici dans la construction du xiii" siècle, et qui avait 
été exécuté à l'origine, ainsi qu'on l'a démontré dernièrement d'une 
façon très certaine, pour servir à la décoration de l'enfeu d'un 
monument funéraire (^). On ne peut le considérer comme un docu- 
ment pour l'architecture de l'édiGce primitif, puisqu'il a été déplacé 
et mis en œuvre à une date plus récente. 

Nous avons vu que Samson avait commencé les tours du portail 
roman qui devait avoir une si courte existence. Ces tours étaient- 
elles achevées lors de l'incendie de 1 9 1 o ? On ne saurait le dire. 
Si elles étaient projetées sur un vaste plan, on n'avait peut-être 
pas encore eu le temps nécessaire pour les élever dans tonte leur 
hairteur. Quant à la nef, elle devait être assez grande, ayant été 
augmentée successivement de cinq travées par Adalbéron et par 
Samson ; mais bien que nous connaissions le point de départ, l'em- 
placement du portail primitif, coïncidant avec le lieu du martyre 
de saint Nicaise, nous ne pouvons savoir jusqu'où s'étendaient ces 

dans un processionnal édité à Reims en i6ai^ , sur Tordre de Tarchevéque Gabriel 
de Sainte-Marie (Guillaume Gifibrt) : «Intérim pueri cum quibusdam vicariis 
debent prœire et ascendere super fenestram rotundam, ut ibi cantent : Gloria 
lausTi (fol. 6/î V*). Le processionnal publié à Reims en 1780, sur- Tordre de 
Mgr. de Talleyrand-Périgord, renouvelle cette prescription en termes différents : 
cr Pueri et vicarii musici, stantes in loco Gloria dicto, desuper cantant hynmum 
Gloria lauên (Pan seconda, p. s 5). 

(*) Voir notre étude sur La cathédrale de Reime, eon hUtoire, lêi datée de ta 
conêtruction , dans le Bulletin monumental ^ t LXVI (igot), p. 5 et suiv. 

^^) Le portail roman de la cathédrale de Reims par M"" Louise Pillion , Gazette 
des beaux-arts f 3* série» t. XXXII (igo&), p. 177 et suiv. 



Digitized by 



Google 



— 57 — 

travées, car nous ignorons quelle était le«r largeur. Elles étaient 
probablement, mêmes celles du xii' siècle, proportionnées aux 
dimensions des arcs de Téglise d'Ebbon et d'Hincmar qu'elles con- 
tinuaient, dimensions sans doute restreintes et bien inférieures à 
celles des travées de notre cathédrale gothique. Ainsi la nef, tout 
en s'avançant assez loin avec ses travées additionnelles, n'atteignait 
pas, il s*en faut, la longueur de la nef actuelle, et le portail de 
Samson était fort en arrière de celui que nous pouvons contempler 
aujourdliui. La preuve nous en a été fournie par une découverte 
faite en 1880 dans les fondations de la tour Nord de ce dernier por- 
tail. On mit au jour sous la base de celte tour les substructions d'une 
abside semi-circulaire, restes d'une chapelle du commencement du 
xiii' siècle, ainsi qu'un chapiteau à crochets semblant provenir 
du mémo édifice. On y a reconnu les ruines de la chapelle Saint- 
Nicolas de THôtel-Dieu, bâtie vers ta 00 environ, peu d'années 
avant le commencement des travaux de reconstruction de la cathé- 
drale ^^h Or elle n'a pu l'être à cette place et à cette date, qu'autant 
que la façade de Samson lui laissait l'espace libre. Cette façade 
était donc située à une certaine distance, en un emplacement que 
nous ne c^mnaissons point, mais qui pourrait nous être révélé par 
des fouilles méthodiques, comme celles qui ont été opérées dans 
la cathédrale de Chartres, et qui ont amené de si curieux résultats. 
Nous avons réfuté ailleurs une opinion fort accréditée, mais 
absolument &ntaisiste, d'après laquelle un premier portail aurait 
été édifié au xiu' siècle, puis, plusieurs années après, démonté 
et reporté plus en avant, la nef ayant été alors accrue de trois 
travées. Il serait possible qu'à la place indiquée pour ce portail 
imaginaire on découvrit les fondations de celui de Samson. Nous 
en prévenons d'avance pour écarter toute interprétation fausse, et 
pour remettre an point les observations dont on pourrait se préva- 
loir pour étayer une théorie, à notre sens, inadmissible. 

Louis Dbmaison, 
Membre non réridant du Gomiti^. 

(') Bull, monwnêfUal, t. LWlr^ p. 5a. Dans cette étude, j'avais assigne à la 
chapelle la date approximative de 1170 à 1180; mais depuis, en examinant son 
chapiteau et surtout les fragments , conservés au musée de Reims , de la belle 
mosaïque qui lui servait de pavage, j*ai modifié un peu mon opinion, et je suis 
porté à rajeunir un peu ce petit édifice et k le dater de laoo environ. 



Digitized by 



Google 



UN FRAGMENT 

D'ARCHITECTURE CAROLINGIENNE 

À TOURS, 

PAR M. L. BOUSBEZf ; 

Membre de la 8odëtë «rcb^olqgiquo do Tturtiiie.f 



L'ëpoque fârolingiennc^ n'a laisêë que de rared spéeitneos de son 
architecture et de son ornementation presque barbare. Gepeiukint 
remploi des lignes géométriques ^ des entrelacs et des imbri<$atioB8 
lui est antérieur; et de même que Timitatiôn de TappareH antique 
M a survécu longtemps, marié aux motifs symboliques actoptés plus 
tard , par les sculpteurs assez habiles pour oser en entreprendre la 
reproduction , ces réminiscences se rencontrent quelquefois en pro** 
portions assez considérables pour faire hésiter sur Taffirmâtion 
d'une date précise, ou soupçonner des remaniements d'époques pos«- 
térieures, alors que TouTrier s'était simplement résigné à Tittili- 
sation d'un style d^à abandonné mais d'une exécution plue facile. 
Devant cette difficulté d'identification, on nous pardonnent sans 
doute de n'apporter ici que le groupement de nos observations 
personnelles, pouvant servir de points de comparaison avec teHrag'- 
ment d'architecture dontnous venons signalerla découverte (pl< XV). 

Le pan de mur que nous avons retrouvé h Tours même, au 
centre d'une agglomération si ancienne et de tout temps si active, 
peut compter pour le fragment apparent le plus ancien de notre 
vieille cité, si Ton en excepte les vestiges authentiquement gallo- 
romains. La rue Néricault-Destouches alignée sur l'emplacement 
des anciens fossés du bourg de Châteauneuf, désigné antérieure- 
ment sous le nom de ftMartinopolis^î,* offre au Nord une rangée 
de constructions massives, anciennes demeures des chanoines de 
Saint-Martin, entre lesquelles subsistent des tronçons de la mu- 
raille du f siècle, dont la base^ mais non les fondationa^ eai visible 



Digitized by 



Google 



~ 59 — 

à quatre mètres cto profondeur dans lei eaves des maisons oon^ 
stmites depuis le xf* siëde. 

L'appareil du vieux rempart est en général peu soigné; cwpen^ 
dant qudques parties basses offrent une ré{gularité plus métieu^ 
leuse, qui laissé soupçonner l'emploi, dans Tenceittle âetée à la 
hftte a{nrès l'invasion normande, de partions de mènumenls ati^ 
tiques, détruits proi>aUement par les euvahisseurs. Lé doute n'esl 
pas pémis pour oelui dout nous nous oeeupons; les détaib de sou 
arcbiteoture indiquent une destination qui n'était pas «elle d'un 
mur de défense. 

Dans un jardin qui fait presque Tangue de la rue Desearteé, k 
deui pas de ia basilique Saint-Martin ^ nn gnmd mur uniforme i 
k moitié dissimulé par des plantes grimpantes, laissait aperce* 
voir, dans les trous de sOn enduit tombé, un briquetagérindéeis mais 
dont quelques ligues avalent éveiHé depuis longtemps notre allen^ 
tion. Pénétrer dans une maison-ridie, avec la prétention dlamener 
le propriétaire à d^ader son immeuble pour satisfeire tme ourio^ 
site qui pouvait être déçue, nous semblait assév téméraire. Gépen-* 
dant après avoir euminé de plus près nous avions pu obMnir ee 
résultat, grâce à la complaisance éclairée d'un homme qbe les ves- 
tiges anciens ne pouvaieul laisser iàdifiérent, et nottsr< eûmes la 
double satisftietion d'avoir soupçonné et retrouvé un débris lUtéres*- 
sant, contemporain sans doute de la première tiésiliqtfe^ de Saint*^ 
Martin; 

L'identification d'un monument disparu depuis une époque aussi 
éloignée et vraisemblablement ruiné peu de temps après sa con^ 
struction sera sam doute toujours une énigme; on devra se contenter 
de l'aspect superficiel du mur et de l'étude de ses caractères 
sans même pouvoir en mesurer l'épaisseur. La base est enterrée 
de quatre mètres environ , la partie ornementée apparente aujour- 
d'hui est le couronnement, sorte de frise dans laquelle s'ouvnient 
les fenêtres. 

La pensée d'une église se présente naturellement, et l'orientation 
Est^Ouest indique le mur latéral d'une nef. Un baptistère a existé 
Mt envlrottsdeSaint^Mattin; son emplaceèient n'a jamais été pré* 
cisé; mais comment pourrait^n affirmer que ce soit ce monument 
dont nous avons retrouvé la trace, {dutftt que lés vestiges d'une 
des vingt^buit églises incendiées en ^oS par les Normands ! 

En 9i&, le rempart de protection comment k s'élever, utilisant 



Digitized by 



Google 



— 60 — 

comme ailleurs les débris des ruines et les portions des édifices 
ruinés. La position du fragment d'architecture que nous signalons 
démontre son em{doi dans le mur d'enceinte. Cest grAce à cetle 
utilisation nouvelle qu'il a dû d'échapper aux restaurations et 
d'arriver jusqu'à nous avec son caractère primitif. Quoiqu'on n'y 
ait utilisé ni le marbre ni la sculpture, c'était cependant un chef- 
d'œuvre dont la corporation des maçons de son époque devait s'enor- 
gueillir. Le genre d'appareil dénote une intention d'ornement bien 
plus qu'une nécessité de construction. Les appareils en feuille de 
fougère pas plus que l'appareil réticulé n'ont jamais pn donner 
de la solidité à une assise. Cest pourquoi sans doute, malgré l'em- 
plecton qui leur servait plutôt de soutioi, il n'en subsiste d'exem- 
ples que dans les pignons qui ne supportent que leur propre poids. 

Ici nous ne sommes pas en présence d'une imitation de mo- 
saïque tracée dans la pierre et remplie de mortier, ainsi que cela 
se voit dans certains monoments, même, paratt*il, d'après 
M. l'abbé Bourassé, dans les murs de Gravant. Le dessin est formé 
par les pierres taillées dans toute l'épaisseur du parement et 
accompagnées de briques donl la tranche foime un liséré rouge, le 
rehaussant Les assises sont très variées; on y rencontre tous 
les spécimens d'appareils; dans certaines parties, la pierre fait 
place à la tuile courbe, noyée dans le mortier et dont le bord ve- 
nant affleurer le parement forme une imbrication. 

Une fenêtre assez grande, mais dont le cintre a malheureuse- 
ment subi une restauration que nous n'avons pu empêcher, le tra- 
vail de dégagement ayant eu lieu en notre absence, se montre au 
centre de l'espace, à deux mètres de terre environ. 

Un des anciens claveaux subsiste seul à droite; les autres ont été 
refaits par un maçon plein de bonne volonté, mais ignorant de 
l'importance que l'on pouvait attacher à leur forme. Nous ne savons 
s'ib étaient séparés par des Indiques. 

Les fenêtres, autant qu'il est possible d'en j.uger, devaient être 
séparées par des groupes de trois triangles, dont celui du milieu 
était composé de tuiles courbes. Cetle disposition rappelle les motifs 
qui existent à Gravait (indre-et-Loire), ainsi qu'à Esves-le-Mouslier 
également en Touraine. Pour cette dernière église, il nous a été 
impossible de photographier, en raison d'une construction neuve, 
les motifs qui pourraient être comparés; nous sommes donc obligés 
de renvoyer aux planches de l'ouvrage snr les églises avant l'an 



Digitized by 



Google 



— 61 — 

Mille, imprimés par un procédé photographique primitif mais exact. 

A Esve8-le*Moustier, on ne saurait trouver un seul fragment de 
brique; renseignements pris, il n'existé encore aujourd'hui de tuile- 
rie qu'à 1 5 ou 30 kilomètres à la ronde. La terre à brique devait 
faire défaut dans les environs. 

Le mur découvert à Tours devait en somme faire partie d'une 
église; les fenêtres étaient peroées tout en haut à uqe distance 
de six mètres environ du sol. La base semble composée d'assises de 
pierres échantillonnées alternant : une assise de grandes pierres et 
une de petites. Si nous n'avons pas commis d'erreur, la superposi- 
tion du mur aujourd'hui au-dessus du niveau de la rue à celui qui 
existe actuellement dans la cave, peut faire supposer que l'édifice 
carolingien lui-même a eu pour base une construction plus ancienne, 
ou bien faire conclure plus vraisemblablement que le système des 
assises alternées en grand et en petit appareil a été employé dans 
ce monument ainsi que dans l'église de Gravant. 

A Esves-le-Moustier, il existe dans le pignon informe, refait peut- 
être au XV* stède, une croix rapportée composée de pierres sculp- 
tées décorées d'entrelacs. A Gravant, deux piliers que tout le monde 
connaît, sont également ornés d'entrelacs; mais, i Tours, on n'a 
jusqu'ici retrouvé aucune sculpture de ce g^ure. 

Ainsi que nous le disions en commençant, les motifs de décora- 
tion constatés sur ce pan de mur se retrouvent sur des monuments 
réputés iM^éfîeurs. La pile de Ginq-Mars a, dans ses panneaux, des 
imbrications formées par les mêmes procédés qu'à Toutv; à Thésée, 
les assises de petit et de grand appareil alternent avec d'autres en 
feuilles de fougère. 

Plus tard, sans doute, les pignons d'Azay-le4lideau , de Resti- 
gné, de Bourgueil, etc., ont été construits avec une décoration qui 
n'est probablement qu'une réminiscence de la décoration carolin- 
gienne. Dans ces églises de même qu'à Rivières et à Saint-Ghris- 
tophe, les lignes et les imbrications ne sont que creusées et rem* 
plies de mortier^ différence avec le fragment de Tonrs, où tout 
ce qui produit le dessin pourrait se dénonter, s'il était possible de 
le décoller. 

Notre communication n'a que la prétention d'être un renseigne- 
ment étudié d'après les monuments eux-mêmes, puisque les docu- 
ments écrits font défaut. 

Lou» BotmiBs. 



Digitized by 



Google 



DÉCOUVERTE 

DE DEUX PISCINES, D^UN ENFEU 
ET DE PEINTURES MURALES 

DANS LE CHOEUR DE L'ÉfiLlâE SAINT-TAURIN 
D'BVREDX, 

PAR M. LOUIS R1ÎGNIER, 
Corrçspoodmit du Comité, à Évroux. 



Les 7 et 8 août 1906^ M. Tabbé Duvattîtr, oiré^doyen de Sainte 
Tavm d'Érrtny fit enleTor les lambris qui garmiaMiest le bas d«8 
mura, dans le choBor de eette ë^lisc , antrefaHi abbatiale. Cette opé- 
ration mit au jour detn piseinca ornées de peintures à fraaque et vm 
gTMide arcade qni n'a p« être autre choie qne renoadreapent d'un 
tonbaen. 

Deux tnmea, aoÎTÎes d'one «baide k énq pau^ ooaapoaelit le 
chonir, oonatnril à la, fin du ut*" aiède 00 au coomeneement da tf*. 
La premièee trav^ eenutuiinqiie an Nord etaa Sadavee deni elnn 
pelles. C'est dans le mur de la seconde travée, du côté du Midi, 
qu'eal preti^piée ràrBade*tei]ibeea; dans le pr f s c r et le seebed' c6té 
da penki^goBe de Tafasde a'ovrreiit rei^^ectiveniast, loqoitrs ce 
Midty les dem piieines. 

La première (pL XVt) et la pins importaete était ceUe de 
Tantel mejenr^ alon isolé» C'ast one arcade en chitte aplati, enea^ 
drëe de diaque eAté par kroia ccdosnette», la troinfame regardant 
l'intMeer de le cavité. Cette areede est ammentée d\m tympee e» 
arc brisé, garni d'une fausse architecture, à savoir, un cercîeqmdri^ 
lobé aai éceinçeas tréfléa, et detu trioiglea comitignea meublés 
ebaoon d'en trtlebe. Le eavité aai recouverte d'un pialand qwi 
suit la courbe de Tare en cintre aplati* Au fbttdr fidi fiîHie «ne 
tablette>*crédenae dent le profil comprend, de haut en bas, un 



Digitized by 



Google 



_ 68 — 

méplat, un tore dégagé et UA ctvet borde de deux filetB. Dans 
U bas, sont creuaës deux ori^ees jumeaia, è bassin ciroMlaire. 
II y avait, de plus, utto tablette exténenre, en'eaUUe sur le parement 
et probablement ornée de aeulptarea, qui a été lupprimée pour 
l'application des boiseries. Cette opération a causé aussi des dom^ 
mages aux ebapiteaux eaftérieurs, à )a vouaaure ^ au tympan. 

Voidi les dimeaaions du monument ; hauteur aous Tare aplati , 
1 m. s8; hauteur du tympan, o m. 60; hauteur totale, 1 m« 88; 
largeur ei^térievre, 1 m. 98; largenr entre pieds^lroils, 1 m. oa; 
profondeur totale, ul 48. 

L*autre pisoîne {pL XVU) servait k un autd de relroy pbcé tout 
prèa du mur, dans la travée centrale de Tabeide. C'est la di^oeition 
qui s'est conservée à la Sainte-Chapelle de Tabbaye de SaintrGermer, 
sasfqu'unautriadoaaéa été substitué, dans le eoHrantd«iiT*oiidu 
xV aièele, à Tautel prtmîlif» CeLb» sMimde piscine est de dimenakm^ 
inférieures à la premièm. Lo» di^osîtiona des pjeâs<bpotta sont lea 
mêmes, mais il n'y a paa.de tympan : Tare en tiers^paînt, deaiiné 
par un tore, enorire [senlemeAt un trilobé avee éeoioçons pledns. 
La tablette formait ctéd^usè a été supprimée on partie; die parait 
avoir eu le même profil que ealle de la grande piseitte. Enfin il 
n^ a quW orifiee circalaire, au lien de deux, et, eenune préeë^ 
damnent, la tablette extérieure omemenÉée^ a disparu. On eenatate 
les mémea détériarationa mia bases, aux chapkaaux et è l'aee 
aupàtîfnr. ^ < t.. ;, 

Cette seeonde piscine a la même pfolMidaar qiiê la framîke. Sa 
hauteur ietale eatérieufe est de t m* 66, aa largeur extérieure 
de o m. 93, sa largeur entre pieds-droits de m. 67. 

Il faut noter qve le dall9ge du sanetnaire a été aurélevé dn façon 
Bei|able depuis le xvi aiëck. Aîaai la grande piacine ne ae treuve 
plosqn'à O'm^ 3i au-dessus du sol, la petite i o m. 18 aeuIemenL 

Passons à ia grande antade dé la paiîîe reetangiiiaire éb cliœur. 
CTesl une Énae èt^ panier ornée de tores, et de rbérado» de laquelle 
se détaehaieot des festons gothiques entièrement afoaréSf dont il 
ne reste plus que les amorces. Elle est portée par deux pieds-droits 
composés ebacnn de trois colonnettes séparées par deacavets; les 
deux fàiB extrêmes sont cylindriques; ceiui du milieu, plus saiHant, 
est aminci) à section piriforme. Les chapiteaux ont un taifloir com- 
mun ou, dniuAij{|S> ininterrompu, d'ailleurs détruit en partie, qui 
faisait peinte ait^^deaMs de k coionnette amineie<. 



Digitized by 



Google 



— 64 — 

Cette arcade mesure a m. 76 de largeur totale au parement 
du mur, 3 m. 5o de largeur entre pied^-droits et 3 m. 58 de hau- 
teur au-dessus des socles. Quant à la profondeur, il est impossible 
de rindiquer, Tarcade ayant été bouchée k deux reprises diffé- 
rentes. 

Une première fois, on remplit de maçonnerie toute la cavité 
proprement dite, avec un parement soigné de pierre de taille qui 
affleure la face intérieure des pieds-droits. Plus tard, peut-être 
seulement au xvii' ou au xviii^ siècle, quand le chœur fut garni pour 
la première fois de boiseries {'), on remplit le reste, toujours de 
pierre de taille, mais avec moins de soin et de régularité, et dès 
lors la ligne de Tare extérieur et celle des pieds-droits furent seules 
visibles à la surface du parement. 

Avant de procéder k ce travail , on avait creusé le premier rem- 
plissage pour y ménager une excavation dont la largeur, de o m. 3o 
à l'ouverture, atteignait o m. 5o au fond, avec o m. 3o à o m. /to 
de profondeur. Cette excavation, évidemment une cachette, occupe 
Textrémité occidentale de Yenfeu. Pour y accéder plus commodément, 
on avait supprimé la partie inférieure du pied-droit de ce côté, qui 
fut remplacée par une pierre de taille d'assez grande dimension. Les 
ouvriers trouvèrent la cavité remplie de terre; à cette terre étaient 
mélangés des ossements brisés et de menus fragments d'architec- 
ture, parmi lesquels il fut facile de reconnaître des morceaux ayant 
appartenu aux lobes de f arcade elle-même. Nous y remarquâmes 
aussi un fragment d'une petite arcade h jour en accolade trilobée, 
qui a pu faire partie du sarcophage primitivement abrité par l'ar- 
cade. 

Il est hors de doute, en effet, qu'il s'agit là d'un tombeau, et le 
dispositif de ce tombeau se comprend aisément. Le mur n'ayant pas 
assez d'épaisseur , — il mesure seulement o m. 85 , — pour permettre 
de loger le sarcophage tout entier dans l'arcade, celle-ci était plutôt 
un encadrement qu'un abri, et le sarcophage faisait saillie dans le 
chœur de la moilié environ de sa profondeur. Les usages de la fin du 

^') Les boiseries retirées an mots d'août dernier avaient été posées en 1 889 , 
ainsi que le rappelait une inscription grossièrement gravée sur la pierre même de 
la petite piidne. Ces lambris étaient dépourvus de toute valeur. On y avait seule- 
ment appliqué , à droite et à gauclie de Tautel , deux bonnes sculptures en bois 
doré, du xviii* siècle, représentant un Ecce Homo et une Mater dolftroia, vus de 
face et traités en demi-relief. Ces aculptures seront replacées dans féglise. 



Digitized by 



Google 



— 65 — 

moyen âge permettent d*aflSrmer qu'une statue couchée du dëfunt 
était destinée à prendre place au-dessus. 

Ce tombeau fut-il réservé et ménagé au moment même de la 
construction, comme les deux piscines? On peut hésiter à répondre 
affirmativement, bien que le style dénoie une époque contemporaine 
de celle du chœur. L'examen de Tappareil, à Tintérieur de Téglise, 
révèle quelques décrochements d'assises, qui ne fournissent pas^ il 
est vrai, un argument sans réplique. L'objection en apparence la 
plus forte viendrait de la disposition même du tombeau, pour 
lequel il eût été facile de ménager une saillie extérieure afin de le 
loger tout entier dans la muraille; toutefois cette objection elle- 
même peut passer pour spécieuse. Quoi qu'il en soit, nous voyons 
assurément là une œuvre de la fin du xiv* siècle ou du commen- 
cement du XV*. Mais à qui était destinée cette luxueuse sépulture? 
Évidemment à un personnage de marque, à quelque bienfaiteur 
insigne du monastère. On ne peut guère songer à un abbé : les abbés 
réguliers ne pouvaient prétendre qu'à une dalle funéraire plus ou 
moins richement décorée. 

Cest en vain que nous avons cherché à résoudre ce problème. 
Aucun renseignement, aucun détail, si minime qu'il soit, n'a été 
recueilli à ce sujet par les écrivains qui ont traité de l'histoire 
d'Évreux ou de l'abbaye de Saint-Taurin, et, malheureusement, les 
archives des religieux, conservées aujourd'hui au dépôt départe* 
mental, gardent le même silence. Peut-être, dans ces conditions, 
est^il permis de se demander s'il ne s'agit pas simplement d'un 
projet resté imparfait : le tombeau préparé serait demeuré inoc- 
cupé. Mais on ne pourra, de longtemps sans doule, émettre là-dessus 
que des hypothèses. 

L'abbaye de Saint-Taurin, située hors des murs de la ville, avait 
eu à souffrir des guerres qui désolèrent le pays dans la seconde 
moitié du xiv* siècle, et les Bénédictins se virent obligés de recon- 
struire en partie leur église, «r Elle fut restaurée au commencement du 
w' siècle, dit M. l'abbé Lebeurier^^), et le roi Charles VI, par un 
diplôme du 18 mars 1/1 10, permit aux moines de prendre en la 
forêt d'Ëvreux tout le bois nécessaire pour cette restauration. De son 
cAté, Guillaume de Cantiers , évêque d'Évreux, leur donna des lettres 

(*) Article descriptif sur TégUse Saint-Taurin, inséré dans VAlmanaeh d^Évreux 
pour 1869, p. ia5. 

AacaéoLoaiB. — N* 1. 5 



Digitized by 



Google 



— 66 - 

d'ioduigencai eni/ito,i6i5eti/it6 pour provoquer dea aunéne» 
en faveur des nouvelles coustruotions, qui forent achevées par les 
soins de Tabbé Philippe Prunelé en i4t7.i Les armes de cet 
abbé^^) se voient en deux endroits, à la clef de voûte de la chapelle 
située au Sud du chœur et à une retombée de nervure au Nord de 
la nef, contre la tour centrale. Je croirais vobntiers que le chœur 
avait été commencé par le prédécesseur de Philippe Pruaelé , Simon 
Chauvin, qui occupa le siège abbatial de i3$5 à t&oS. Certaines 
particularités architecturales l'indiqueraient asses^^). 

H noua reste à parier des peintures qui décoraient les deux pis* 
cines. Cette ornementation est moins ancienne et ne peut guàre être 
attribuée à une date antérieure au commencement du règne de 
François I"^ : on y sent déjà, en effet, la manière artistique de la 
Renaissance. Malgré des altérations très nombreuses, il est possible 
de se rendre compte que Tœuvre n'était pas sans valeur. 
• Aiahdessus de la crédence de la grande piscine, dans un espace 
de o m. 75 de haut, Tartiste a représenté deux personnages à 
mi^oorps, de chaque cAté d'une colonnette simulée, dont le chapiteau 
sans feuillages sert d'appui à deux arcades à courbe aplatie et éitsy-- 
métrique , portées respectivement à leur autre extrémité par ime se* 
conde colonnette. Ces deux personnages sont le Chri^ et la Viei*ge, et 
la scène ainsi 6gurée représente la première rencontre de lésus 
et de sa mère après la Résurrection. Le Christ, dont les chevenaet 
la barbe sont noirs ou très foncés, a un grand manteau rouge qui 
laisse la poitrine découverte. Sa tAte est auréolée d'un nimbe doré^ 
sur lequel n'apparaît aucune trace de croix. La main droite tient la 
hampe d'une croix triomphale ou croix de procession, i laquelle 
est accroché un oriflamme à deux pointes. Une croix rouge se détache 
sur le fond blanc de cet étendard. 

La Vierge est moins bien conservée, et ses traits sont à peu près 
méconnaissables. Elle avait le voile et le mantean, l'un et l'autre de 
couleur bleue. Ses mains étaient jointes ou croisées sur la poitrine. 
Son nimbe, doré, est vu en perspective. 

Le fond parait avoir été vert foncé. Les fausses arohiteotures sont 



^'^ De gueules à six annelets dW, posés 3, a et 1. 

(V Le» armoiriet diverses qui se voient dim iee ntrtai appartîeaaeÉt, comme 
ceux-ci , à des dates un peu postérieures. 



Digitized by 



Google 



• — 67 — 

aciuelletneiil de eonkar bkiHche ; aiai»^ ea etânûnant les ooloAnettos 
latérales, on s'aperçoit qu'elles avaient reçu des pentes dt fettillages, 
Aotovr de la colonne eentrais, une baaderoUe blanche porte ces 
moto : REGINA ŒU LETARE, ei^ capitales romaines, ce i|ui 
limite la date do rensemble, au moins pour raatériori^« 

La zone placée an-dessous de la crédence n'a que o m. /lo de 
hautenr; eUe est revAtue de grands rinceaux de feuillages styiisés, 
de couleur naturelle, <fui s'enlèvent sur un fond rouge, avec des 
fleors À large con^e circulaire. U est assea singnliar qne Taxe de 
cette composition ne eoit pas le même que celui du sujet sopérieur. 

Les parois latérales et le* plafond, méi^t et courbé ea cintre 
aplati, comme l'are d'encadrement, ont reçu aussi leur décoration, 
composée de rinceaux d'un ton bleu sur fond doré, auxquels se 
mêlent, adroite et à gauche, deux anges tenant les instruments 
de la PaasioB ; celui de droite, le moins détérioré, a dans ses 
mains le marteau et les trois clous. 

Au fond de la petite piscine était figuré un sujet mystique très 
populaire dans l'iconographie religieuse au commencement du 
XVI* siècle, et dont un très bel exemple se retrouve aux environs 
d'Evreux, parmi les vitraux de Conches : k Christ aupresêoir. Mal- 
heureusement, la moitié de cette représentation est ici à peu près 
effacée : il s^agit de la plate-forme du pressoir, en avant duquel 
parait cependant encore le calice doré où s'écoule la précieuse 
liqueur. Ce calice est trapu; sa coupe hémisphérique est ornée de 
godrons; le pied, polygonal au-dessous du nœud, s'évase largement. 
Deux anges drapés et agenouillés soutenaient ce calice. La moitié 
supérieure du tableau, par contre, est bien conservée. Le Christ, 
penché en avant, étend les deux bras et ouvre ses mains saignantes. 
Le sang coule également aux deux côtés du visage, le long des 
cheveux noirs, sur lesquels est posée la couronne d'épines. Le côté 
est percé et saigne comme les mains. Le nimbe, circulaire, doré, 
ne montre aucune croix. Le perizanium est blanc. 

Le pressoir diffère de celui de Conches et plus encore de celui 
de Saint-Étienne-du-Mont. Il comporte deux longues vis verticales 
reliées au sommet par deux grosses pièces de bois horizontales. 

Tout cela s'enlève sur un fond dont la couleur a tourné au noir. Il 
ne reste rien des personnages , — anges ou priants , — qui pouvaient 
accompagner le sujet principal, à droite et à gauche. De même, on 
ne reconnaît qu'à peine les rinceaux de la zone inférieure et ceux 

5. 



Digitized by 



Google 



— 68 — • 

qui couraient le long des parois latérales et à la surface de la voûte 
en berceau brisé. 

Ajoutons que Tencadrement d'architecture, dans les deux piscines 
et dans le tombeau, avait également.reçu sa décoration picturale. 
Tous les chapiteaux montrent encore des traces de dorure. 

Ces parties du chœur de Saint-Taurin , si heureusement rendues 
à la lumière, mériteraient, au point de vue architectural, sinon 
une restauration, du moins une mise en état discrète; mais ce qui 
importe le plus au bon aspect de Téglise, c'est le nettoyage elle 
ragrément des surfaces murales plusieurs fois détériorées par Tappli- 
cation barbare des boiseries qui s\ sont succédé depuis deux ou 
trois siècles. 

L. Rbgfiiii, 

Correspondant du Comité, à Evreux. 



Digitized by 



Google 



LE 
SCEAU DE JACQUES GRAILIER, 

ÉVÊQUË DE GRASSE 

(1389-1892), 

P\R M. GEORGES DOUBLET, 
Correspondant du Comité, h Nice. 



Grasse ne devint ie siège d'un évéché qu'en t a&A , lorsque le pape 
Innocent IV Fieschi, élu le 95 juin i9&3, décida, étant à Gènes, 
sa ville natale , où , fugitif devant l'empereur Frédéric II Barberonsse , 
il séjourna du 7 juillet is/i/i au 5 octobre, par une bulle datée 
du i4 des calendes d'août (19 juillet), de transférer le siège qui 
était depuis huit siècles à Antibes et dont le plus ancien titulaire 
qui soit historiquement connu et daté est saint Armentaire ou Her- 
mentaire {Armentarius) ^ qui figure en A&â, au concile de Vaison, 
comme évêque d' Antibes î'). 

J'ai trouvé le sceau d'un des évéques de Grasse dont l'épiscopat, 
s'il fut très court, a été marqué par un événement considérable 
pour l'histoire de la Provence. Je crois que c'est le document le plus 
ancien de la sigillographie de ce petit diocèse. 

Jacques Grailier^^^ était pourvu du prieuré de Gigors, apparte- 
nant i Tordre de Saint-Benoit et sis dans le diocèse d'Embrun ou 
dans celui d^ Sisteron^^), lorsque, le 9 octobre 1389, à la mort 
de Milo Provane, évéque de Grasse depuis le 5 mars de cette même 



(*) M'' Duchesne, Fa$U* épiêcopaux de l'anc, GauU, t.I,( 1894), p. 97 «t 979. 

(*) <r J«cobiit Gralberii», telle est Torthographe que le R. P. Conrad Eubel adopte 
dans sa Hitrarchia cathoUca (1898 ). L'abbé TÎsaerand PaTait appelé «r Jean Gaglierin 
{Nic0 et Alpes-Marit,, t. I, p. 969 et suif.): ce qui était une double inexactitude, 
et pour le prénom et pour le nom. 

(^) «rPrioratus de Gigorcio» (Eubel). Gigors est un village du canton de Tur-> 
riers, arrondiisement de Sisteron (Basses-Alpes). 



Digitized by 



Google 



— 70 — 

année (^), il fut élu % ce siège. On a dit^^) qu'il était né a Château- 
neuf près de Grasse, qull (îit prieur de Saint-Pons près de Nice, 
qu'il siégea de iSgo à 1 893. On a écrit d'autre part qu*il fut élu le 
8 janvier iSgo^'^ ouïe 8 juin 1890 ^*^. 

La publication du Chartrief de Tabbàye bénédictine de Baînt- 
Pons, préparée par le comte Eugène Caîs de Pierias et achevée 
par Gustave Saigé, archiviste an palais de Itdnaco^^^ permet de 
dire que notre Jacques Grailler ne fut pas prieur de ce monastère. 
Plusieurs religieux de Saint- Poûs ont porté son nom, et peut-être 
appartenaient-ils à sa famille. Mais c*est au xv* siècle , postérieurement 
à la mort de notre évéque de Grasse, qu*un de ses homonymes, 
Jacques, est prieur de N.-D. de Falicon^^^ en octobre i&tg et 
mars 1&9&, vice-camérier de Saint-Pons en mai 1/139, vice-prieur 
claustral de ce couvent en novembre 1&33, camérier en avril 1&38 et 
septembre 1 &«9 ^^). Est-ce de lui encore, ou d*un de ses homonymes, 
qa*fl est dit en mai 1 6 Uo qo*il avait apporté de SâiHt-Laurent d'Eie (^) 
certaines reliques^)? EstH;e lui enfin, ou un de ses homonymes, 
qui fat, en novembre i46a, prieur de N.-D. dé Gord<4oii<**Jt 

Deux autres hommes du nom de Gralkêri ou GrêlUm imi appai^ 
tenu à Saint-Pons. Antoine, moine en octobre 1&19, mai et n<H 



(^) Cet évoqua, qui apptrtini à Tordre des Miiûmes, Q*6ii cowiu que à^pmê U 
publication de la Hierarchia du P. Eubel. 

t*) Sénequier, Groêse, 3* éd.; Grasse, Imbert, 190a, p. 69. H Ty appelle 
Graîleri ou Grailieri. 

<^ Tisserand, dp. eit, Séneqoîer k iait ^i^er frle i3 août 1890 iiili États de 
Provence révnii à Aix pour mettre on terme à la dévaatHion du paye par.RtymoAd 
deTureaoe». 

(*^ Bif as-Latrie , Tré$or de chronologie. 

^^^ Chartri^ de V abbaye de Saint-Pon* hort le» mur$ de Nice; Monaco, 
190 S, în-4". 

C*^) Anj. eomnmne de canton de Nice-Otieat. 

(') CUfimr, p. 364, 3/17, U^ 36 1, 358, 359, 388, 890. — Ban» eee docu- 
ments relatifs à Saint-Poos, le nom est écrit tantôt Gralheri (presque comme le 
P. Eubel récrit dans sa Hierarchia), tantôt Grailieri. 

^) Auj. hameau d^Eie, Tune des communes dn canton de YiHefrailche (Alpes- 
Marlttmes). 

<•> Chartrier, p. 870 1 Jacques G. y est qualiûé simplement de moine de Saint'- 
Pons. 

(••J Hameau de la commune actuelle de Roquebfflière (A. M. ). — Chàrtr. , p. 390, 
Un acte dVât iil6i (M»W.,p. 388) mentionné les prieurs de Fâlicoii et de Gor- 
doion : Tanalysc do Saige ne donne ni les noms ni les prénoms. 



Digitized by 



Google 



- 71 — 

Yismbre lA5»,fatprieurdeSain^Pie^red^0^iYe(*)e!ldéf5emb^e ihit6 
et Bâcmte de Saint-Pons en arril lAaS^^l'Jean, moine en dé- 
eembre i683, fut nommé par Alexandre VI prieur de Saint-Her- 
mentaire de Draguignan et de Sainte^Marie de Salis (^) le lo jui!^ 
tet i&gB; en octobre i5i8, il était prieur claustral de Saint-^Pons; 
eii ATril 1 5 Ai, il atait encore le prieui^ de Saiht^Hermentaire (^). 
Son ffëre Gi^par était, en atril i5&i, qnalifië de ^aromatarini et 
civis civitatis AquensisTjt»), 

GfMis encore Jean Gralerit, un des empbytéotes^ dé Tabbaye de 
Salnt^Pons en février i363<*>, etchanoine de Nice en février 1867 <'>; 
Raymond' Grallieri de Nice, en janvier 13761*); Jacques GraHieri, 
de Sidlagriffon , en i4a4(^i; Hugues Gralherii, juriseonmilte^ en 
octobre ikk*]^^^\ etc. 

rignore si Jacques Grailier, qui ne fut pas prieur de Saint*-Pons, 
mais de Gigors, était, comme on Ta dit, né près de Grasse. La date 
de son élection à Tévéché dé cette ville, telle que le R. P. Eubel la 
donne d'après les documents des Archives du Vatican , — le 9 oc^ 
iôbre 1889, — est confirmée par une lettre de cet évêque que j'ai 
tarouvée aux Archives secrètes de la Principauté de Monaco <'*), dans 
lesquelles le regretté Saige m'avait fort aimablement permis de 
faire des recherches. 

Il s'agit d'une lettre datée d'Avignon, où habitait révêque*, 
de 1890 et du )6 février, de la 19* année du pontificat de 
Clément Wi^^h 

La ty année du jpontificat de Clément Vïl, pape d'Avignon <^), 

(*) Hameau delà comnraoe actuelle du Broc (A. M.). 

W Chartriêr, p. 345, 8A7, 3^9, 356, ûote 1, et p. 958. 

(^^ Autrement dit N.-D. des Salles (comm. act. de Draguignan). 

f*> Chanrter, p. 4oo, Ao3, hoh, ^07 et fah. 

W Ihid.,p. iiih et soiv. 

W Ibid,,p. 188. 

(') 7W^.,p. a48. 

W /6û/.,p. 998. 

W 76k/., p. a38, note 1. 

<»«)/AMf.,p. 378. 

*") Arch, iêdr, de Monaco, A 4, A. 

t^) «In domo habitationis nostrae, anno Domini 1 390, ind. xiit et die 96 mcnsis 
fehruati} . pontilîcatus ianctisaimi in Chrislo patris et domini nostri domini Cle> 
mentis divina protidentta papee Vlf^ anno duodocimo.» 

(**) Robert, de la ftimille des comtes de Genève. Ancien chanoine de Paris, il 
avait été évéque de Thérouanne, puis de Cambrai. Grégoire VI l'avait fait en 1871 



Digitized by 



Google 



~ 72 — 

va du 3i octobre i389 au 3o octobre 1890. Les premiers mots de 
la lettre de Graiiier v «f Jacobus, miseratione diTina episcopus Gras- 
sensis. • . d, prouvent que, le 96 février 1390, il était en possession 
du siège auquel on a dit inexactement que c'est le 8 juin 1890 
qu'il avait été élu. 

En outre, cette lettre montre qu'à cette date il suivait le parti du 
pape d'Avignon, Clément VII, et non la cause du pape de Rome, 
BonifacelX(i). 

Le pape d'Avignon avait, sous l'épiscopat de Thomas de Jarente, 
un des prédécesseurs de Grailler, vendu en i38/i la ville d'Antibes 
à deux Grimaldi, Marc et Luc qui étaient frères et avaient pour 
cousin Rainier^ ce seigneur de Menton qui , d'abord fidèle au pape 
de Rome, s'était rallié à son adversaire et avait été fait capitaine 
général de la mer au royaume de Naples par Louis I"' d'Anjou ^^K 

Grailler prit ensuite le parti du pape de Rome. Aussi cdui d'Avi- 
gnon, d'accord avec la reine Marie de Blois, veuve depuis i38/i de 
Louis I"" d'Anjou et mère de Louis 11^^), le dépouilla définitivement, 
en 1391 , du château et de la ville d'Antibes (^). Grailler résigna la 
mitre ou fut transféré par Clément VII au siège titulaire de Sidon 
qu'il n'accepta point. Il fut remplacé à Grasse, le 39 février i39d ^^\ 
par Pierre Bonnet, prévôt du chapitre de Grasse, dit-on; celui-ci 
régna jusqu'en i4o8. 

C'est sur ce document des Archives secrètes de Monaco qu'est 
conservé le sceau de cet évéque dont l'épiscopat, ainsi que je le disais 
en commençant, fut presque éphémère et cependant caractérisé par 
un fait assez important pour l'histoire de la Provence. 

cardinai-prétre des Douze-Âpôtres. Il avait été élu pape à Fondi le 91 sep- 
tembre 1378. 

^^) Pierre Tomacelli, dit trie cardinal de Naplesn. Urbain VI Tavait (ait en idSi 
cardinal-diacre de Saint-Geoi^es au Vélabre, puis cardinal-prétre de Sainte-Anas- 
tasie. Il avait été élu le 9 novembre 1 889. 

^*) Saige, Monaco, Paris, Hachette, 1897, P* 73* — Louis I*' était fils du roi 
Jean II de France. 

^') Louis n mourut en 1/117. 

(*) Une lettre de la reine Marie, datée du 3o janvier ou du 3 1 juillet de f«tte 
année, ordonna au bailli et aux coseigneurs d'Antibes de bannir Graiiier, <rtan- 
quam domino nostro papae;?, — Clément VII à la cause de qui la mère de Louis II 
était fidèle, — tretnobis inobediens^). £n novembre, le pape d'Avignon ratifia cette 
décision de la reine-mère. Clément VII mourut le 16 septembre iBgâ. 

(^) Eubel. — Quelques livres donnaient pour date le 1 1 : ainsi le Tré». de cAfono/. 
de Mas-Latrie. 



Digitized by 



Google 



— 73 — 

M. Saige a eu la bonté de faire prendre, sur ma demande, une 
empreinte de ce sceau, qui est aujourd'hui inséré dans la collection 
des moulages des Archives nationales. (Test d'après cette empreinte 
qu'est faite la reproduction ci-jointe (pi. XVIII). 

D ala forme dite ogivale, usitée depuis Tépoque où Tare brisé était 
entré dans Tarchitecture religieuse et y régnait. Il est fait de cire 
rouge et a o m. 07 sur o m. 0&9. On y voit, sur le contour extérieur, 
cette légende latine disposée, selon Tusage général, en une ligne et 
de façon à se lire en dedans, et tracée en caiactères gothiques : S{igil' 
km) lacobi Dei gracia ep{i$cop)i Grauenm. On notera que Tévèque, 
bien qu'il eût appartenu à un ordre religieux, celui de Saint-Benott, 
ne porte point le titre, fréquent aux xu* et xiii'' siècles, Aefrhe. 
Deux abréviations, les plus inévitables, ne rendent pas la lecture 
difficile. 

Le.champ est divisé en deux parties. Dans la supérieure (o m. 0&8 
de hauteur) on voit la sainte Vieige assise, coiffée d'un voile, abritée 
sous un dais gothique qui, couvert d'un double baldaquin ogival, est 
flanqué de deux pinacles également découpés à jour. Est-ce un sou- 
venir des stalles qui ornaient alors, du moins on peut le supposer (^), 
la cathédrale? Sans doute, celles de Vence qui, maltraitées par le 
temps, ont survécu néanmoins, ne datent que de i/i55 à lASg.-or 
c'est d*un artiste grassoîs, Jacques ou Jacotin Bellot, quelles sont 
Tœuvre. 

Marie tient dans la main droite un objet indistinct, probablement 
le globe du monde. Elle serre de la gauche l'Enfant Jésus qui , 
debout sur son genou gauche, tend la main gauche vers le cou de sa 
mère. La cathédrale de Grasse, on le sait, était primitivement une 
église placée sous le vocable de N.-D. de Podioy trdVi Puy^, de la 
colline qui dominait la petite ville. Elle était restée sous le titre de 
l'Assomption après le transfert du siège antipolitain. L'Oise parois- 
siale de Grasse» si le décret du 9 a novembre 1790 a mis fin k son 
existence de cathédrale, est demeurée sous ce vocable. D'où la pré- 
sence, sinon de la scène m^me de l'Assomption , du moins de Marie 
et de l'Enfant Jésus. 

Dans la partie inférieure du champ du sceau, on distingue dans 
une niche l'évéque agenouillé, priant, la mitre au front et la crosse 



(*) Voir rhanotoe Ph. Latil, La catkédraU de Gra$9ê, Grasse, Arestia, 1907, 
p. 39. 



Digitized by 



Google 



— 74 — 

à kl maiti , les yeux levés ters le groupe de la Mère et da Fils. A 
droite et k gianehe , un écossou , saae doute celui de Jttcques Oniiiier, 
orné d'un lion rampent ('). 

Le type de ce sceau détint celui du dceau capttulâire. Il existe aux 
archives des Alpes^aritimes^^) quelques documents du chapitre 
où l'on retrouve cette empreinte, modifiée toutefois. Hs sont du 
xTtr siècle, datent Tun de 161 5, un autre de 16111 et le troisième 
de 1680. Aucune des empreintes n'est assex bonne pour que f aie 
pu la reproduire. La Vierge a les cheveux flottants sur les épaules 
et serrés dans une couronne. Elle est assise sous une niche qui n'a 
presquie rien de gothique et que surmontent, i droâte et k gauche, 
deux petits pinacles qui s'épanouissent en une ileur de lis. Marie 
sétfe du bras droit l*Enfant Jésus qui est autéolé. Dans la partie 
inférieure du champ du sceau , un personnage , nu4éte , est age)Éou9té 
sous une niche cintrée. A gauche et à droite du bas du panneau 
supérieur, et à gauche et à droite du haut du panneau inMrieur, les 
attributs des Évangélistes. Tout en bas, à ^uche, une palmèfte, et 
à droite, une mitre^ Sur le contour extérieur, en lettires gothiques : 
Sigilhtm ptep09iêi et capindi H:lme Oroêsenriê. 

Ainsi la matrice qu'exécuta, pour l'éphémère épiscopat de Graflier, 
te ff tailleur ?> du sceau dont nous devons 4a eonnaissance k l'amabi'^ 
lité de Teu M. Saige, a été modifiée en plus d'un détail pour servir à 
authentiquer les actes, non plus des évéques, mais du prév6t et du 
chapitre. 

L'un des prédéf esseure de Grailler avait un sceau portant d'un 
côté l'image de TAnnoneiation , de l'autre son portrait, d'après ce que 
m'a écrit M. le chanoine Lalil, curé-archiprétre de Grasse, qui a 
relevé ce détail dans un manuscrit appartenant aux archives mnni^ 
cîpalesde Grasse: celui du P. Gresp qui dit avoir emprunté cette 
indication à un acte reçu, le ^1 mars i386, par un notaire de 
Grasse, Ainesy. Je n'ai pas trouvé l'empreinte de ce sceau qui a dâ 
être celui de Thomas de Jarente, évéque de cette ville de i369 
k iim 

Georges DouBLat, 
Correspondant du Comité. 

t*î Voir, dans Lei Sceaux de M. Lecoy de la Marche ( BiblioUièque de rensei- 
gnement des Beaux-Arts, 1889), le sceau de Pierre Bertrand, cardinal de Saint 
démenti daté de iSAi (fh â&a). 

(*) Chap.de Gr., 26S, 



Digitized by 



Google 



INVENTAIRE DU TRÉSOR 



DE 



LA CATHÉDRALE DE GRASSE 

EN 1423, 



fK1^ M. GBÔAGBI^ BOUfiLEt, 
Correspondant du Comité, i Nice. 



Un catalogué manuscrit des évAques de CrâSse, conservé Aux 
Archives départementales des Alpes^Maritimes <^), dit que Bernard 
de Gastronovo de Paula, évéque de cette viHe<*), fit, le 19 abftt 
1 A^3, «run inventaire de imis les joyaux de ta cathédrales» dont le 
chanoine sacriste(*> devait prendre la charge. Ten ai trouvé, non 
Toriginal, mais une copie transcrite au début du xvti^siède dans 
un des registres des insinuations de ce diocèse <*>. 

Le document oflBne quelque intérêt pour Thifrtoire de rancienné 
cathédrale de Grasse W. On ne peut, ni ponr le tv* siède ni pour 
ce qui pr^ède, recourir A aucune autre source de renseignements 
de ce genre. Pour le xvi*, on n'a que le procès-verbal des circon- 
stances dans lesquelles furent retrouvées, en janvier i536, les 

(>> ÂMihives des Alpes-Maritimei, Et, dé Gr,, t6. — D est du nnf sîède et 
poitérieuf iv tome ÛI de là GûHia qoi partit en 1795 et qui parle du diocè^te 
d'Antibes^Grufle. Ce eatalogue y rentoie mou 8*y eonformei' en tout point 

<*) Dominicaiii, il fat évéqne de Grasse depuis le ts juin i4o8 (Eubel, 
Hiêrarchùi ctttkoUea, 1898). D institua rarehidiacoaat de Grasse en lAsii, le 
6 mars ou 16 mai, et lut représenté aux conciles de Pise et de GoUstince. Le 
49 octobre làia, il avait ebargé le cbapitre d'administrer la mense capîtnlaire, 
jusqae-lÀ confiée au prérôt. 

<'> Amédée, bénédictin, évéque de Grasse depuis le k novembre 1869 (Ba- 
bel), avait réglé, le 18 aoAt 1867, ee qui regardait le sacriste. 

<*> Archives des Alpes^^Maritimes, Éif, de Or,, 1089, r* 36 S et smv. 

(^) Le siège épiscopal d'Antibes avait été transféré k Grasse par usé btiUe d*ln- 
noeent IV Fieschi, datée de Gènes et du th des calendes d^août ( i 9 juillet) 

19^6. 



Digitized by 



Google 



— 76 — 

reliques de saint Pierre Alexandrin pour lesquelles les gens de 
Grasse avaient une dévotion particulière ^^\ et que le procès-verbal , 
d^ailleurs fort peu détaillé, de la visite que Jean Grenon, vicaire 
capitulaire, fit dans la cathédrale en juin i55i, selon Tordre de 
Henri II ^^\ C'est au xvii^ siècle et au xviii^ qu'il faut descendre 
pour connaître, grâce à des inventaires moins brefs, les objets 
d'art et de piété que la cathédrale posséda, et pour avoir sous les 
yeux de moins secs procès-verbaux des visites qu'y firent les 
évéques. 

Grâce à la transcription, faite en octobre i6o5, de l'inventaire 
daté du 19 août i&aS, nous pouvons nous faire une idée de ce 
que la cathédrale avait de tr joyaux i» dans le premier quart du 
xv** siècle, lorsque le comté de Provence était aux mains de 
Louis m d'Anjou qui mourut en tUiU àCosenza en Calabre et eut 
pour successeur son frère, tde bon roi Renéi) ^^K Or, pour le petit 
diocèse de Vence, voisin de celui de Grasse, le plus ancien inven- 
taire de la cathédrale qu'on aitgardé, ne date que de juillet i &07 ^'^K 

En i6o5, l'économe du chapitre, mécontent du chanoine sa- 
criste (^), demanda au lieutenant au siège (^^ l'autorisation de faire 
insinuer plusieurs documents qui concernaient les fonctions de sa- 
criste, et d'appeler le titulaire de celles-ci «rpour voir faire la- 
ditte insinuation y». Le 19 août, le lieutenant consentit. Le 5 octobre, 
le sacriste fut convoqué. Il ne se dérangea point, et le 6 le greffier 
du chapitre enregistra diverses pièces, notanunent cet InverUçrium 

<*) Archives des Alpes^Maritimes, Chap, dé Gr,, 996. 

W Ihid,, Év, de Gr,, 16. 

(') Comparer an inventaire des objets de la sacristie de Tabbaye bénédictine 
de Saini4^ons près de Nice, dressé en mai 1&&0 par le sacriste François de 
la Groti, de Cruc$ (Saîge et Gaîs de Pierlas, Chartrier de Saint-Pom; Monaco, 
1903, p. 368 et xu); un inventaire des objets de Tanciouie cathédrale de 
Nice, dressé par le sacriste de cdie-ci, Raymond Laugier^ élu évèqae, vers 
ii66 (Gaïs de Pierlas, Cart. de Vanc. catk de Nice, Turin, Paravia, 1888, 
n*88, p. iij). 

(^) Signalé par Tabbé Tisserand ( Vemce, Parb, Belinr 1860, p. 98), il fut 
revu et mieux lu, sembie-t-il, par Edm. Blanc qui le puUia {Bull, motmm,, 
Tours, imp. Bouserez, 1877-1878, et Ann, de la Soc. dee lettrée, Mciencei et 
art$ deê Alpeê-Maritimet , t. Vlli, 1889) et Toffrit aux collections de la Biblio- 
thèque nationale. Voir ma Cath. de Vence {Ann, de la Soc, de$ lettrée, ^iencet 
et art» des Alpei-Maritimee , t. XVI, 1898). 

(») Raphaël Barrière. 

(•) Lombard. 



Digitized by 



Google 



— 77 — 

jocaUwn ecelesiae cathedraUs Grassenms dont il est dit que , soumis à 
Tapprobation de i'évéque et des chanoines en i&93 , il avait été jugé 
«rbon etsuflBsant7)(^). 

Je résume Tacte dont il fait partie. Le 19 août i&93, sous le 
souverain pontificat de Martin V Colonna ^^\ Tévêque Bernard de 
Castronovo de Paula et la plupart des membres du chapitre ^^\ 
réunis au son de la cloche, prennent communication de l'inventaire 
dressé par le sacriste, copié par lui et par le préchantre ^*). On 
examine les objets dont il y est parlé, et Ton approuve la liste. 
Quand le chapitre fit insinuer, sous Henri IV, cet inventaire qui 
datait du début du règne de Charles Vil, maint objet inscrit en 
i&<i3 n'existait plus, cela va de soi. 

Analysons-le, puis reproduisons-le sans transcrire le fatras de la 
procédure notariale oà fut comme enfermée en i6o5 la plus an- 
cienne description des (t joyaux?) de la cathédrale de Grasse qui 
nous soit restée. 

Quelques objets sont spécialement réservés au chef du diocèse. 
Ainsi un crosseron^*) d'argent doré wavec diverses figures iï et son 
bâton ^^^^ un anneau épiscopal orné de ((certaines pierres i», des 
gants liturgiques, huit mitres «r telles quelles?), deux pontificaux 
dont un petit, un grémial, une aube, un amict, un cordon, etc. »J^). 



(') Archives des Alpes-Maritimes, Ev. de Gr,, 1089, P âSg verso. 

(*) Elu parle condle de Constance le 8 novembre 1/117, >! restait seul pape 
et le schisme d^Occident, — «mot ma) choisi au point de me fhéologique)) , 
dit M. le chanoine Salembier, — était fini. Gr^gcûire Xil était maci en 1617, 
Jean XXIII en iiii9, Tantipape Benoit XIII en 1699; il est vrai que les partisans 
de ce dernier avaient choisi un prétendu Clément VIII le 10 juin 1698 et 
devaient élire deux prétendus Benoit XIV. 

^') <r... Venerabilihnsque vins domino Petro Isoardi, satristi, Petro de 
Maiori, baccaiaureo in decretis, praecentore, Antonio Rebelli, Honorato Aagerii, 
Petro Dalmatii, Ludovico Grenoni et Bartholomaeo Mataroni, canonids ... in 
absentia tamen aHoram degentium in remotis, ut aasemerunt ... 9 

(^^ (tlnventorium factum et conscriptum per sacristam de rébus et jocaiibus ce- 
desiae, descriptis in quodam quatemo papyreo tam nuura praefati domini prac- 
cantons quam ipsins domini sacristae.» — A queHe époque remontait le capis- 
colat de Grasse ? je Tignore. 

<*) Croêta. 

(•) Gava. 

<^) Jignore ce que désignait les mots êalhonum (lecture d*ai)leurs douteuse) 
[sayon ?]« et numeg9no$ ( lecture certaine)» 



Digitized by 



Google 



— 78 — 

Je suppose qu'à l'évéque éUieai vmené& auMii deux pUls d'argaiit 
doré ^^) et une eathëdre de fer, peuirétre aussi ua isoussin ou oreiUer^^^ 
de soie; mais rien ne le dit. 

Voici les principaux objets nécesBaires soit au laerifice de la 
sainte MessB, soit aux autres cérémonies. Deux croix, Tune d'argent 
doré, f autre de cristal; huit chandeliers, six de fer, do&t de«x 
petite, et deux de jaspe; seise calices et les patènes correspon-^ 
dan tes à la plupart; trois fiers à hosties; deux burettes; deux do^ 
chettes pour les offices; cinq paires, je crois, d'e88uie**maini^); 
deux encensoirs, et il est dît qaà la partie inférieure de Tan était 
une coupe de fer; deux navettes à encens, en laiton; quatre bour* 
dons de chœur. D'une conque de laiton cpii était placée sur le 
maltre^aulyel ^^\ j'ignore quel était l'usage. 

J^inaiste d'abord sur les sobe calices. Ib étaient d'argent; denx 
seulement étaient dépourvus de la patène; sept étaient dorés; 
trois étaient en outre émaillés. Un semble avoir été particulière* 
ment curieux; du moins, les rédacteurs de l'inventaire le décrivent 
avec minutie. H était neuf; la coupe était dorée à l'intérieur et à 
l'extérieur, ainsi que la patène; sur le fond duealioe était gravés 
une lettre B que surmontait une étoile; sur k pied il y avait un 
émail représentant Jésus en croit, la Vierge et saint Jeaii; sur te 
nœud, un émail en forme de roses; sur la patène, un émail figu- 
rant Dieu. On notait que ce calice avait été fait, aux frais d'un 
ancien hôtelier de Grasse, un certain Bertrand ^^\ qui avait possédé 
l'aubfeyrge À PEtoUe^^)^ l'argent d'une ceinture que sa fcôune^^) 
avait donnée k la cathédrale y avait été employé; il avait coûté 
33 florins d'or et i gros i/a W. Un autre calice est signalé comme 
particulièrement intéressant. Il était émaillé d'axur ?t avait ap- 
partenu à messire J^«n Garante, ci^leYant «acristn de l'église de 



<^} Pour lui présento set ^uitf , je pmm. 

(*^ A$trieuhfê. 

^^^ Q mi ^ fuê yam ma mêg um u m, 
(^^ Vtiêm tvm kt m UUmi qnm $$ai m mmjmi êkkuri* 
(^) D^où i*imtiale gravée sur ie fond. 
^^'^ D*oii TétoUe gravée aa-deamis de Tinitiale. 
(') Honorade , fille de Guillaume Jacob. 

(^> £/fwi cwm kêtmlh écrit le notaûre de lâaS ou da iéa6( e'e si à dire «avec 
son étui». Il est question ensuite d'un autiaaaai cA («cyde «aliee» 



Digitized by 



Google 



— 79 — 

Grasse ^^l Un autre ayait sur le nœud et sur la patène des émaux 
dont on ne dit pas oe qu'ils représentaient. 

Passons h ceux ded vêtements sacerdotaux qui étaieat de soie. 

Us comprenaient dix^sept cbapes, presque toutes refaites d& 
neui\ à Texcepdon de trois qui sortaient pour TA vent; douze cha- 
subles, dont itan rouges et neuves, une blanche et neuve, une 
blanche et refaite à neuf, une noirs (^), une multicolore (^), une 
fleurdelisée, chacune avec des floquets assortis ^^), une blanche dont 
il n'est pas dit que des floquets y fussent correspondants. Deux 
nappes d'autel étaient en soie, ainsi qu'un devant d'autel (^> vert, 
un oreiller ou coussin ^^), quatre nappes C') avec lesquelles on portait 
tries images ii(^) dans les processions^). 

D'antres vêtements sacerdotaux notaient pas en soie. Etaient 
en fittaine blanche deux floquets réservés pour les fêtes; en l|iine, 
trois chapes pour les morts; en je ne sais quelle étofie, quntre 
floquets fff d'enfants T), une chasuble et une chape avec des floquets 
pour les offices des morts, une étole qui offrait Timage, d'afilleurs 
tvës eMbmmagée, des Apàtres^^^), le manipule correspondant, six 
aubes, cinq v parements de fêtes garnit» d'une manière telle 
quelle 7) (^^), cinq devants d'sutal^^^^ ir tels quels ?), cinquiinte nappes 
(ftdles quelles*) soixante-deux voiles de calice (^'), «ries uns bons, 
d'autres de peu de valeur », six courtines. 

<>) PfofMMvr ée fois t voir Saige et Gaît 4e Pleriat, Chm-^riêr éê SâiM-hm, 
p. i54» — Il vivait en t838. 

(*> Mofota, de VitaUmmorato. 

^^) Bergata, de l'italien vergato. 

<^ S^a^il de œs firaagea qu'on appelle en itriien jSoeo4f7 Od aérait tenW de le 
croire. M ait pioa kîtt il eatpai4é de floqueledeiiÉèaf, de floqaela d^fiaU. D'ati- 
kara, eo lit daas Du Gange : ffPloqiietin i^ter veataa aecra» minwtris inferioriftMM 
proprias recensetur». Ce seraient les tuniques et dalBafeîqaes de« diacres et 
ain»Kliacrea. 

<*} PaUnm, en itaMea pa/ta, pû k t H t h 

^*) Auriculare, 

^^) Longwrioê, 

^*) Imaginêtf les reliquaires. 

(') D eet parlé en outre de vingt-bait maraUna de soie. J'ignore ee q«e c^esl. 

<^*> Ou liiil au Bwiia de yiaèq^aa naa. ÀpottoUnm a diii a ifciiii frêêêrém; ce 
mot est synonyme de Jrttetorum. 

i^ hdmmêa. 

W Mm. 



Digitized by 



Google 



— 80 — 

Parlons des manufïcrits. 

Un Évangéliaire couvert de planches plaquées d'argent où Ton 
voyait, rdiaussées d'or, d'une part l'image du Tout-Puissant, de 
l'autre les figures du Christ en croix, de la Vierge, de saint Jean 
fret de certains personnages <n, était, je crois, le plus précieux ^'l 
Signalons d'autre part une Légende des sainU ^^\ quatre livres atta- 
chés à des chaînes, à savoir : un «r noté d avec les répons de l'année, 
un bréviaire, deux psautiers, puis une Exposition des quatre 
Evangiles, une Bible en quatre volumes, deux trofiiciersT) ou livres 
contenant le chant des oflBces de toute l'année, deux livres où 
étaient les répons, un Évangéliaire avec les exposés des Évangiles, 
un autre avec des gloses, les Insiitiaùmes , trois livres contenant les 
Capitules qu'on chante à l'église, deux, dont un vieux, enfermant 
les Épltres, un les Évangiles, une Vie des Saints (^), un autre marty- 
rologe abrégé (^), quelques cahiers de Légendes, un livre des 
prières de toute l'année pour les processions, un livre des morts 
en mauvais état ^^\ un missel ancien ^^\ deux processionnaux dans 
l'un desquels étaient chantés les répons, cinq missels dont un 
petit qui renfermait «fies messes votives et beaucoup d'autres^, 
un livre de prières, deux psautiers, quelques ouvrages dont le co- 
piste du xvii' siècle aécorché les titres t^\ deux cahiers de chants 
relatifs au culte de saint Hilaire(^). 

(') Têxtum Evangelioi-um, dit^ Tinventiiire de 1^93. Ceux dn xfii* siècle et 
du xfui* le donnent pour on Evangile telon Mtùnl Mmv, disent qu*il étail sur 
parchemin, que la couverture était de bois mrgenté, qu^on y voyait des iniagei 
en bosse, que certains croyaient que saint Marc lui-même avait écrit sur ce 
vélin. 

^^^ Ce titre est parfois donné à la Légende d^or que le B. Jacques de Varaxze 
près Savone (en latin de V&ragme), dominicain, provincial de son ordre en Lom- 
bardie de 1967 à 1987, archevêque de Gènes où il mourut en 1998, avait pu- 
bliée, croit-on, vers i960. 

(^) Ou Mortalogium, c*est-à^re martyrologe. Le mot est écrit tnorlaligmfn dans 
l'inventaire de la sacristie de Saint-Pon« daté de mai 1/160; Saige pensait 
qu'on peut Tentendre par ftmartyrologiumrf, 

^^^ Aliud mortalogium abreviatum, 

^^J Dmtructum, disloqué. 

(^^ i4lltl^tMffl>. 

^^) Ainsi làbrum voeatum Fortia Dadann Commentera euper eanct^ 1^^' , etc . . . ; 
ainsi encore Ldbrwn Aymee diruptum. 

^*^ Duo quaterna canius de eancto Hilario. — Ces cahiers pouvaient apparte- 
nir spécialement i la chapelle romane, qui lui était consacrée et qui,loai[temps 
prise pour un ancien temple de Jupiter Ammon, ensuite nommée chapelle Saint- 



Digitized by 



Google 



— 81 — 

Sur Tautel de la eathédrale, qui éUiit consacrée à Marie, on 
plaçait, je suppose, soit une Vierge d^albâtre blanc ('), soit une 
statuette d'argent dont le copiste du xvii* a oublié, semble-4-it, 
de dire qui eHe représentait (^). Je pense que c'est pour les parer 
qu'on employait divers objets rehaussés de perles, un collier, une 
couronne «favec des créneaux i»W, un bonnet (*), etc.. A^h peut-être 
aussi un tr petit collier?) dont il est dît seulement qu'il avait été 
donné par une « honnête dame^^^V peut-être aussi un frontean^'') 
dont l'inventaire apprend seulement qu'il était formé tr d'une lame 
d'argent doré, en fengueur?». Notons encore trois voiles de«^oie 
pour parer l'image de Marie l*> et un émail sur argent ffpotir ta 
chlamyde de la glorieuse Vierge?» ^'^K Ce mot permet de croire qne 
c'est à cette image de la patronne de la cathédrale et du diocèse 
que servaient deux «rciilamydesii d^étoffe verte, dont fune avait 
trois fermaux d'argent, l'autre quatre petits cordons (^^) de perles» 
et une troisième « chlamyde?» rouge^^^) oà étaient quatre boutons de 
perles. 

On peut se dispenser d'insister sur certains objets dont le sa- 
criste devait prendre la responsabilité : six bottes, deux armoires, 
deux coffres, un marteau de fer, deux bancs, l'un^^^) dépourvu de 



Sauveur «au pré Saini-HiUîre» , devint une p^drière^ pui» UA cabtret Bien 
que ce fùl un monumenl assez curieux (M. Eniart ic signale dans wn Arck, franc. , 
L I, 1901) du XII* siècle, — style roman avec traces du style de transilioh, — 
il a été détruit dans ces derniers temps. 

(*) Cutn Uthêmaeulo ék rétro Utftidêo. 

^*} Je suppose que c*était une Vkrge d'«f|[ent dont llinveiitàire de 1607 dit 
4|u*elle pesait 6 livres; celui de i&i3 dit qu*elle pesait 7 livres, à oneea et 
ijh d'once. Il y a tout lieu de croire qu'elle fut envoyée à la fonderie en 
1793. 

(^) CorofM ctim merUtiê. 

(*) CapeUuM : je ne crois pas qa*il s^agisse d'un chapelet. 

(*^ J'ignore ce qu'étaient la iayacola (lecture certaine) cl Yalba, . . (lecture de 
la fin du mot douteuse), rehaussées de perles, dont il est parlé. 

^*) La femme d'un certain Bompir. 

^^^ Peut^tre aussi un devant d'autel, un frontal, un anUpendinm *t non pas 
un ornement de tète. 

('^ Vêla de serico Beatae Vârginiê, 

^•) Umtm eetnawhim argenti pro thlatnide Virginie ghvionae, 

t»«) CorduU, 

t") De ruheo, 

(») iloflCIIffl. 

AacaéoLoeii. — N*l. 6 



Digitized by 



Google 



— 82 — 

couvercle eft tout cassé, Tautre^^) qui était dans sa jnaiaoa. Pignore 
quel iatérét put offrir ,Jt une am|!hore de terre pleine (^^ de diverses 
iBiagesn» S'il est parlé dune feuille d'argent.» c'est qu'elle était, 
je pense, détachée d'un reliquaire ou de l'ÉvangéUaire» 

Le sâcriste étail responsable de cinq sonnettes ^^^ qui servaient 
à rhorlqgC) de petites sonnettes ^^^ dont il est dît qu'on les portait 
(rpoiir accompagner la sainte Eucharistie')^^), enfin des cloches du 
clocher qui, détail curieux, sont énuiotérées an milieu de tous ces 
objets qu'on pouvait déplacer plus aisément qu'elles et même voler. 
Il ]^ en avait alors huit : l'inventaire donne leurs noms, Martin, 
Sauveterre, Vérau, Bernard, qui venait de subir quelques répara- 
tions, Tmiia^^\ deux qu'on «pif ^isiii La$ êêqwUuu if cûnalzO)^ et une 
qu'on qualifiait de Lapica de F (Ma (^l 

Les détails les plus intéressants de l'ûiventaire de i&a3 sont 
ceoK qui regardent quelques reliquaires. 

Un buste de bois ^ couvert de lames d'argent dorées en certains 
endroits, notamment rà la tête et aui cheveux t», et paré d'une 
guirlande d'argent où se voyaient quelques cabochons de verre 
commun, représentait sainte Ursule (^). Un reliquaire d'argent doré 
servait à porter le Saint-Sacrement. Un de cristal, percé en dessous, 
muni d'argent, était orné à sa partie supérieure d'une petite co- 
lombe d'argent doré et de cercles dorés. Je note que, dans ce qui 
suit la description de cet objet, le copiste du xvii* siècle a omis un 
mot ^n décrivant un reliquaire qui, pour peu qu'on restitue le mol 
omis, semble avoir été pareil à ce reliquaire et lui avoir fait pen- 
dant. Un autre reliquaire de cristal était encastré dans une pièce de 
cuivre dorée. Un antre de cristal, muni d'argent, portait une co- 
lombe dorée. Il f en avait un petit de cuivre , et dans uAe boîte 
d'ivoire dont nous parlerons plus loin, un petit de bronze et de 
cristal. 



(» Bancalh. 



Peut-être couverte (|>/«iiam). 

Squillae. 

In iociaUone corporia Chriêti, 



(*) Elle sonnait IWice de Tierce, ta deuxième des heures caoonitles. 



(7) 
(8) 

(») 



«Lés sonnettes de ... n ; le sens m*échappe. 

(t Celle qui sonne à Taurorej». 

Ce buste fut envoyé à la fonderie en décembre 1 798. 



Digitized by 



Google 



— 83 — 

Voici celui dont la description olTro le plus d'iolérét. C'était un 
reliquaire d'argent doré, dont le pied était de cuivrt doré et repo» 
sait sur quatre lionoeaux dorés; il offrait Timage de deux anges 
qui étaient d'argent, avaient des ailes dorées et supportaient une 
custode oà Ton pouvait porter la Sainte-Eucharistie; une tige de fer 
le traversait et lui donnait de la solidité; il était dans une cassette 
de cyprès et avait été donné, ainsi que celle-ci, par un bénéficier 
de la cathédrale, Raphaël Filhioli('). 

En outre, six bottes d'ivoire sont mentionuées. L'une, fermée 
d'un verrou de laiton, contenait (f divers os de saints et une côte de 
sainte Anne placée dans de l'argent ^^U. Dans une autre, il y avait 
deux croix d'argent, dont la plus petite renfermait du bois de la 
croix de Notre - Seigneur, et la plus grande du bois de la croix de 
saint André. Une autre contenait non seulement «fdes reliques 
de saint Christophe, enfermées dans de Targent?), mais encore un 
tout potit reliquaire de bronxe et de cnstai^^); une autre, on ne sa- 
vait quelles reliques; une autre, brisée en deux endroits, <roer^ 
taines reliques?). La sixième n'avait pas de couvercle. 

Enfin il est question de trois boites de bois. L'une contenait 
une dent de saint André encastrée dans l'argent ^^î; une autre, Ae 
corps de saint Pierre Alexandrins (^î; la troisième, des os de 
j'ignore quels saints. 

Tel est cet inventaire de 1 4 23, qui, connu grâce à une copie du 
début du XVII' siècle, nous donne la plus ancienne description, 



(') Le reliquaire de R. Filhioli semble êvoir iurvécu jusque dans les pre- 
mières années du xtiii* siècle. On ne se rappelait plus qui l'avait donné. Un des 
parants, je suppon, d« ce béflëfickr (ai prév6i du chapitre de Grane : Jean 
Filbioli, qui occupa ce poste au moins depuis 1639 (Galliay t. III, i7t5). 

('} n n^en est parlé ni au xtii* siècle ni au xviii*. 

(^) De même : nous en avons parié plus haut. 

^^) Ao xvu* aiècle, on pendait à une Viei^ge d'argent, qui semble avoir été 
iioe des pièces lias plut précieuses du trésor» un reliquaire topique «avec one 
cùte qu'on nous a dit élrc une partie de celle de saint André <), écrit M'' de Ro- 
quemartine en 1679. 

(^) Les traditions d'après lesquelles les reliques de ce patriarche, décapité le 
!i5 novembre 3ii sur Tordre de Maximin Daïa, sont venues à Grasse, ne lais- 
sent pas d'être très oliscures. Je n'en dis pas antre chose ici. Ces reliques furent 
vérifiées en janvier i536 (Chap. de Gr.y 996). Il en reste quelque peu dans uu 
buste de bois. 

6. 



Digitized by 



Google 



— 84 ~ 

noD de la cathédrale de Grasse, mais de ses «rjoyaux^, qui nous 
ait été conservée^'/. 

Georges Doublet, 
Correspondant du Comité. 

PIÈCE JUSTIFICATIVE^'). 

1423. — Inventaire du trésor de la gatbbdrale de Grasse. 

Inveatorium ^'^ jocdium ecclesiae cathedralis Grasseosis pro capitulo 
contra sacristam gusdem ecclesiae. 

1. Et primo unam imaginem^^^ de argento, supra deauratam, quae peu- 
débat libras septem, quatuor untias et unum quartum uuciae; quae unciae 
non sunt de marca, s^ de lîbra^*^ 

2. Item unam imaginem de alabastro albo Virginis Mariae cum taber- 
naculo de rétro lapideo. 

3. Item unum caput sanctae Ursulae de argento superdeauratum in 
capiliis et capite ac aliquibus locis cum quadam gaiianda argentea cum ali- 
quib(u8) lapidib(us) vitreis, et de intus fustea. 

U. Item textum Evangeliorum cum postibus desuper argenteis et cum 
imaginibus argenteis una ab una parte Dei omnipotentîs et ab alia Crucifbd 
et Beatae Mariae ac Beati Johannis et cert(orum) deauratorum. 

5. Item unum rdiquiarium argent! superdeauratum pro portando corpus 
Christi, ponderis una cum vitro et toto surgarnimento très marcas, très 
uncias et très denariorum , argent!. 

6. Item duo candeiabra jaspidis. 

7. It^n unam crossam argent! superdeauratam cum diversis imaginibus 
et clavam. 



t*) 8& ans pins tard fat rédigé, nous Tavonif dit, un inventaire de la cathé- 
drale de Vence qui est, poar ce monument, le plus ancien texte, je crois, que 
Ton connaisse. 

W Nous ne reproduisons ni le début de Pacte de i6o5, où est Contenu cet in- 
ventaire de 1 AaS , ni la fin. 

W Ev. de Gr,, foi. aGA recto. 

<*J De qui? le copiste a pu oublier de transcrire le nom. Je suppose que c'était 
une Vierge. 

(') La livre valait a marcs; le marc, k onces; Ponce, %h deniers. 



Digitized by 



Google 



— 85 — 

8. Item quasdam chirotecas poiit(ifica)le8, cum duab(us) plat(ei8) argenti 
(leaiirat(b) , et cum uno amiulo argenteo poDt(ifiea)ii ac cert(i8) lapidib(u8). 

9. Item UDum caiicem argenti, ponderis trium marcarum et duarum 
uuciarum, minus quarta parte, cum patena argenti, deauratum ab intus 
et extra et cum e8maud(o? is?) in patena etpomo. 

10. Item aUum cdicem cum patena, ponderis nnins marcae, unciarum 
septem, minus tribus denariis, argenti. 

11. Tertio alium calieem cum patena, ponderis dnamm marcarum, 
unciarum trium , et denariorum trium , argenti. 

12. Quarto alium caiicem cum patena, ponderis duarum^*' marcarum, 
unius undae, et denariorum quindecim, argenti. 

13. Quinto alium caiicem ac patena ^'\ ponderis unius marcae, unciarum 
quatnor, et denariorum quindecim , argenti. 

1&. Sexto alium caiicem cum patena, unius marcae, duarum unciarum 
et denariorum duorum, argenti. 

15. Septimo alium caiicem cum patena, unius marquae, duarum uncia- 
rum, et denariorum viginti unius, argenti. 

16. Octavo alium caiicem cum patena, argenti, unius marquae, duarum 
unciarum , et denariorum sex , argenti. 

17. Nono alium caiicem cum patena, unius marquae, et denariorum 
novem, argenti. 

18. Decimo alium caiicem sine patena , unciarum septem , et denariorum 
sex, argenti. 

19. Undecimo alium caiicem sine patena, unciarum sex et mediae, 
argenti. 

20. Duodecimo caiicem unum novum, ponderis quatuordecim unciarum 
et quartae marquae Provinciae, supei-deauratum ab intus et ab extra tam 
in calice quam in patena excepte subtus pedem ipsius caiieis, in cujus fundo 
est formata iittera B cum quadam stella desuper, et pede habentem esmau- 
dum continentem Crucifixum et imagines Mariae Virginis et Beati Johannis, 
et in pomo habentem esmaudos [habentem] sub forma rosarum, et in 
patena habentem esmaudum cum imagine Dei ; ad denotandum quod diclus 
calix datus fuit dictae ecclesiae Grassensi per mag(ist)nim Bertrandum at(ia)s 
hospitem Stdlae dictae civitatis, qui ilïum fieri fecit sumptibus suis de 
quadam zona argentea reticta dicUie ecclesiae per quamdam lloaoralam, 

'*' Fol. n6'j verso. 
t^) Sic. 



Digitized by 



Google 



— 86 ~ 

filiam Goilbefani Jacobi, iixor(eoi) dicti mag(ist)ri Bertrandi; qui calix 
deconsdtit, uoa oum lestoch^'^ florenoe anri riginti très, grossum aoiim 
et médium , ut asseritur. 

21. Item uaum aliud estach^^ calids. 

22. Decimo tei*tio<*^ unum alium calicem cum patena, argentî, super- 
deauratum, ponderis uoius marchae, sex uociarum, et oovem denario- 
rum. . 

23. Item decimo quarto unum magnum calicem cum pateoa, argentin 
deauratum, esmaudatum de adurio^*^ ponderis trium marchanun argentin 
minus uno quarto unciae, qui fuit domini Johannia Garante quondam dictae 
ecdesiae sacristae. 

2&. Decimo quinto unum alium calicem cum patena, argenti, super- 
deauratum , ponderis duamm marcharum , unciarum dnarum, denariorum 
septem, et mealhe^^^ unius, argent!. 

25. Decimo texto unum alium calicem cum patena, argenti, superdeau- 
ratum, ponderis unius marchae, sex unciarum, et denariorum quindecîm, 
argenti, 

26. Item unum turibulum argenti, duamm unciarum, unius unciae 
et denariorum aex. 

27. Item aliud turibulum argenti cum cuppa ferri in inferiori parie sua . 
ponderis duamm marearam , dnaram unciarum , denariorum decem et octo. 

28. ïiem unum reliquiarium cristallinum cum argento, cum una colum- 
beta de supra argenlea, deaurata, cum certis cîrcufis deaoratis, perfbratum 
desubtus^'^ 

29. Item diud reliquiarium^'' primnm, ponderans unam nnciam et 
denarios sexdecim. 

30. Item unum rdîquiarium cristalinum, incastratum in cupro deau- 
rato , ponderis triimi unciarum et decem octo denariorum. 

31. Item unum rdiquiarium habens pedem de cupro cum ieonetis qua- 



^^> 5tc : le copiste a mis le mot provençal , avec rtrtlcie. 

W Sic : ici point d'article. 

<« Fol. a65 recto. 

(*ï Sic poop axurro. 

<5ï Meahy une mftiile. 

(•) Le poids est omis. 

(^) Le copiste a indiqué qu'il avait omis un mot, mais néglige de le mettre 
k la fin de son texte. On peut restituer ut. 



Digitized by 



Google 



— 87 — 

tuor, superdeauratum et superdeauratos, et habeoa duos \^ageiofl acgeati 
habeotes ^a9 superdoaurato sastineates custodiam in qoa Corpus CÎrîsti 
deportari potest, de argento totum excepto pede, ut supra dictum est, et 
vii^ in medio existenti quae sustinet dictum rdiquiarium seu finnat(ur) 
in eodem, quod pondérât uncias decem et octo et mediam, argenti^'^ et 
absque pede, quod^*) est cupri deaurati, ut praedidt(iir); quod dédit ipsi 
ecdeaiae una cum capâeta de cipreaaio, ia qua gtat dictum rdiqoiarium, 
d(omi)nus Raphad Fiihioli benef(icia^tus dictae eceleaiae Grassensis, 

32. Item nnam buxiam eboris ciausam cum uno iuqueto de iotouo, 
cum certis reiiquiis et costa sanctae Anuae in argento po^ita et osaibus 
sanctorum. 

33. Item aliam capcietam eboris cum duab(us) crucib(us) argentôs in 
enjus^'^ altéra est de iigno Domini nostri Jesu Christi , et in alla , quae major 
69t, de Iigno cniciè samcti Andréas. 

3&. Item nnam capcietam eboris com rdiquiis diversis, in qua sunt 
reliquiae daneti Ghridîophorf^ quae mmi incastratae in aiffeoto, et ummi 
reliquiar(ium) modicum de here^^^ et cristaiio. 

35. Item unam buciam fusteam in qua est dens sancti Andreae incas- 
tratus in argento. 

36. Item unam capcietam eboris plenam reiiquiis. 

37. Item unam capcietam eboris sine copercdlo^'^ seu coopertorio. 

38. Item unam capcietam parvam d)oris cum picono^*^ et cert(is) rdi- 
quiis, quae tamen capdeta est fracta in duabus suis partib(us). 

39. Item capcietam fusteam cum pluribus ossibus sanctoioun. 

^0. Item decem et septem capas de serico, omnes de novo reparatas, 
exceptis illis tribus de Adventu. 

M, Item dtiodècim casnlas àé sérico; quarum duae sunt rnbee nove 
et^') cum floquet(is) no vis, et una alba nova cuiq floquet(i8) novii, et 
una alla alba quasi nova cum floquet(i8) albis de novo reparat(a? is?), 
et una morata cum floquétis^^i. et una bergata ctihi floquetis bergatis, et 
una caaula cum floquetb flomm lilii. 

î») Fol. i65 ve«o. 

W Sic. 

(») Sic. 

<*^ Sic pour aêr$, 

^^) Eo italien , eoptrekioé 

^'^^ En italien, ptroiM désigne une chevilie; j*ignore d'ailleurs de quoi il s'agit 

(^' Mot peu liaibla : probablement ^uêlibêL 

W Sous-entendre moratia. 



Digitized by 



Google 



— 88 — 

ai. Item qvatuor floqueti pueromm. 

&3. Item casulam <*) et eapam cum floquetb mortuonim , de novo repa- 
ratis. 

ià. Item unam aliam f^ynl^r" de serico albo. 

&5. Item unam paUmn riridi^^ eoiork de serico. 

46. Item tmam eUamidem de viridi cum tribus frimalhiB^'^ ai^goiti. 

67. Item unam chlamidem de viridi in quo sunt quatuor corduli per- 
larum. 

68. Item aiiam ehlamydem de rubeo in quo sunt quatuor botoni per- 
larum. 

à9. Item dnas mapas altaris de serico, 

50. Item unam stoUam paratam figurarum Apostolorum admodiun 
fresonim cum manipulo. 

51. Item unam esmaodum argenti pro chlamide Virgiais gloriosae. 

52. Item unum gregetum perianim. 

53. Item unum alba. . .^*' periarum. 
5&. Item unum capeilum periarum. 

55. Item una corona^'^ periarum cum merielis. 

56. Item unum greguetum parvum datum per honestam mulier^, 
uxoi*em magistri Bomparis. 

57. Item unam sayaeolam periarum. 

58. Item viginti octo marsuina de serico. 

59. Item tria vêla de serico Beatae Virginis. 

60. Item quinque indumenta feriaiia munita taliter qualiier. 

61. Item sex aibas cum comit(atu) ^*^ 

62. Item très capas mortuonim laneas taies quales. 

63. Item quatuor missalia. 

t») Fol. a 66 recto. 
W Sic. 
<») Sic. 

^*) Lecture certaine pour ces lettres, incertaine pour ie reste. 
(») Sic. 

(*) Faut-ii lire cum cometigf en se souvenant que, diaprés DoCange, les cha- 
noines «étaient appelés parfois cornetnrii? 



Digitized by 



Google 



— 89 — 

6&. Item unum missale parvum ia qao sunt siissae votivae et mtdtae 
diae. 

65. Item unam cnicem argent! superdeauratam. 

66. Item miam crucem de cristalio. 

67. Item unum pontificdem. 

68. Item octo mitras taies quales. 

69. Item uoam foliam argeati. 

70. Item unum parvum pontifioaiem. 

71. Item uDum iibrum ora(t)ioBiira. 

72. Item duo psalteria. 

73. Item^*) coopertoria tam bona quam modici vaidris sexaginla duo. 
7&. Item sex capcias. 

75. Item duo armaria. 

76. Item duos coffros. 

77. Item unum prooesnonerium. 

78. Item quiaque pdiia tdia qaafia. 

79. Item quiaqui^ta mapas laies qualea. 
8d. IteRi cortinas sex. 

81. Item unum capitularium. 

82. Item Iibrum vocatum Fortia Dadam Commentarti^^ super sanctos 
reget,0tc. . . 

83. Item unum iibrum expositionîs quatuor Evangelionim. 
8A. Item Bibiiam in quatuor Yoiuminib(u8). 

85. Item duo offidaria cantus totius anni. 

86. Item duo responsoria cant(uB) totius anni. 

87. Item Iibrum Legendae Sanctorum. 

88. Item iibrum Evangeiionim cum expositionibus eorumdem pro lolo 
anno. 

89. Item iibrum Aymes^*^ diruptum. 

('> Fol. «66 verso. 
(*) Lecture douteuse. 
^'^ Lecture certaine. 



Digitized by 



Google 



— 90 — 

90. Item librura imtitutioniini. 

91. Item UQuin libruin notaturo, incadenatum, in quo sunt responsoria 
totius anni. 

92. Item duo psalteria incatenata. 

93. Item unum breviarium incatenatum. 
9^, Item duo capitularia. 

95. Item librum vitae sanctonim aliter vocatnm Mortaioginm. 

96. Item aliud Mortalogium abreviatum. 

97. Item iibnim mortuorum destractum. 

98. Item unum librum Epistolanim. 

99. Item unum librum Evangdiorum^ 

100. Item unam cathedram ferream. 

101. Item unum auriculare de serico. 

1 02. Item quatuor bordonos. 

103. Item textum Evangdiorum gloaatiim. 
lOâ. Item certos sistemos legendomm. 

105. Item unam amphoram Yitream pknam diverai inaginibuB. 

106. Item unum rdiquiarium cristallinum cum argenté et luia colmnha 
desuper deaurata. 

107. Item unum reliquiare de copro parvum. 

108. Item unam capcietam fusteam in qua ^^^ est corpus beati Pétri 
Alexandrini. 

109. Item unum epistolarium veterem. 

110. Item unum roissde antiquum. 

111. Item librum orationum totius anni pro proce9sionib(us) fiendis. 

112. Item quatuor longerias de serico cum quibus portantur in proces- 
sionibus imagines. 

113. Item duaè campanas quae vocantur Martin et Sauvaterrâ ^K 

<») Fol. 267 recto. 

(') A noter que ie docher de ia cathédrale de Grasse avait été foudroyé en 1610 
et réparé presque aussitèt, qui! fut encore foudroyé en 166S et reconstruit seu- 
lement en 1686. — Voir chanoine Ph. Latil, La cath, de Gr,, Grasse» Carestîa, 
1907, p. 26. 



Digitized by 



Google 



— 91 — 

114. Item uûam campanam quae vocaliir Veran. 

115. Item anam campanam* repar^tam quae vocatur Bernardus. 

116. Item duas campanas quae vocantur Las esquilhas de canalz. 

117. Item unâm quae vocatuf Tertia, 

118. Item duas campanetas quae morantur in choro. 

119. Item unam campanam quae vocatur La pica de I*alba. 

120. Item quatuor candehbra ferrea magna. 

1 21 . Item duo candeiabra panra. 

122. Item campanetas quinque quae morantur in horologio. 

123. Item squiilas parvas qu2|^ portantur in sociatione Gorporis Christî. 

124. Item unum matalh de ferro, 

125. Item in domo saeristiae unum bannaih(^). 

126. Item unum bancum sive str. . .^ sine cupercdio et desubtus 
totum fractum. 

127. Item très ferros pro faciendo hostias. 

128. Item duas barquetas de cupro sive de lotono. 

129. Item unum processionarium in quo cantantur résponsoria. 

130. Item quinque paria man^narum. 

131. Item gremiale, albam, amiotum, salhonum^'^ et cordonum et 
manegonos domini episcopi. 

132. Item duo quatema cautus de sancto Hilario. 

133. Iteb duas vinacherias. 

1 3&. ttem unam eoncham lotoni quae siat in majori altari. 

135. Item unum frontale cum quadam lamia aigenti deaurata in iongum. 

136. It^n duos floquetos de (astaneo^^^ albo, oominatos feriales« 

t^> Lecture e«iaiae : probiMameat bmneaff^. 
(» Lemledamotiliisibk. 
(^) Lecture presque certaine. 
<*) Fol «67 verso. 



Digitized by 



Google 



FONTE 

DE SIX CLOCHES À MONTAGNAC 
DE 1436 À 1470, 

PAR M. AUGUST£ VIDAL, 
Correspondant du GomitA, k AlbL 



La petite ville de Montagnac (Hérault) faisait, au xr"* siècle lout 
au moins, une extraordinaire consommation de cloches. Les 
comptes des clavaires, que nous avons eu la bonne fortune d'étudier 
très intimement, révèlent six fontes au cours de trente-cinq an- 
nées, de i/i36 à lU'jo'^^h 

A quelles causes attribuer ces accidents, campanaires pourrait- 
on dire, si souvent répétés ? Nous n'en voyons qu'une : Tusage im- 
modéré des cloches. Dans les mois d'été, chaque fois quun orage 
menaçait d'éclater sur la région, les consuls faisaient sonner trios 
temporalsT) (2) ; et la sonnerie ne s'arrêtait que lorsque l'orage 
s'était évanoui. Elle durait a&, 1x8 et même, quand le ciel y met- 
tait de la mauvaise volonté, 7<i heures consécutives, sans trêve ni 
répit. Les consuls organisaient des équipes d'trescobohiesY), de son- 
neurs de cloches, qui se relayaient de temps en temps. Les «resco- 
bohies^ mangeaient et couchaient — nous ne disons pas dormaient 
— au clocher. Il n'est pas d'année où les clavaires n'enregistrent 
des dépenses de crtemporals^'. 

Disons, par parenthèse, que la ville de Montagnac était maîtresse 
absolue à l'église paroissiale. C'est elle qui faisait fondre les cloches; 
nous l'avons vue achetant un cr retaule dels dotse apaslolsD, faisant 
enchâsser dans un riche reliquaire, fabriqué à Montpellier, frio pe 

^') Les comptes de i/ia3, les premiers de ceux que nous avons étudiés, nous 
apprennent qu^en lâsa, le fondeur Jean Bérot de Mon^>dlier avait fondu «rla ce- 
gondaesquiellan, p. s i et 1 3. Les comptes de cette année n'existent pas. 

^^ On connaît la formule très usitée dans la paléographie campanaire : «Tem- 
pestatem depeilo?). 



Digitized by 



Google 



— 93 — 

de àS. Sabasliav) ^^h Elle y tenait même, an cloober, ses archives 
communales, où elles sont restées d'ailleurs jusque vers 18A9 (^). 

Le clocher de Téglise de Montagnao était pourvu de trois cloches. 
Elles n avaient pas de nom spécial, et on les dtsting^natt Tune de 
Tautre diaprés leur taille. On disait cflo sen maje") pour désigner 
la grosse clodiie; la moyenne portait le nom de «rsen mejati; la 
petite était quelquefois appelée du joli mot via peyroneia i» ; mais 
plus généralement on disait : «lo sen tessiaU ou «rtersialT). Aucun 
des documents qui vont suivre ne fait connaître le pdids de ces 
cloches ni leur tonalité. 

C'est le <fsen majoT» qui est refondu en i&36. Cette doche avait 
été rompue par le vicaire de la paroisse, Pierre FilhoL Deux arti- 
cles de dépenses nous renseignent sur ce point; dans celui du 
1/1 novembre i/i35, il est constaté que le consul Jean Miquel se 
rendit à Agde, où le conseil communal avait fait ajourner le përe 
de Pierre Filhol, rque rompet lo sen maje?». Le fils ^nt mineur 
ne pouvait être cité en justice que du consentement de son père. 
Le 9 octobre suivant, la ville paya les honoraires 'de Jean de Lafon, 
notaire d^Agde, son procureur dans Tinstaiice engagée (^. 

Mais les consuls n'avaient pas attendu la solution du procès 
pour refondre la cloche rompue. Dès le ^6 jantier iA36 (nouveau 
style), les fondeurs Jean Adam et Jean Jeli ou JelK arrivaient à 
Montagnac pour commencer les opérations. De ces deux fondeurs 
un seul est connu, Jean Jeli; il figure dans le riche Index des 
noms de fondeurs relevés par M. Berthelé dans ses Enqnàeê campa- 
nair9s^^\ sous le nom de tEgidiit). C'est lui qui, le 96 mai lÂ&o, 
passe un marché pour la réfection et la pose de la grande cloche 
de la tour Urbain au monastère de Saint-Benott, à Montpellier. 

Jeli était sans doute l'associé d'Adam. 

Donc, le 96 janvier, Adam et Jeli s'installèrent chez Jean Daitnot 
où ils passèrent quatre jours; le lundi 3o, ils devinrent leë hôtes 

('^ Cf. Bulletin de la Société archéologue du Midi de la France, nouveHc scric 
n" 35, p. 355-357 et 359-36o. 

^*> Cf. Let comptée eontulttireê de Mont&gnaCf art 997, dam Annakê du Midi de 
la France y vol. XVUl. 

(^) Montignac dépendait de it vî(|[uerie de Béziers et faisait partie du diocèse 
d'Agde. Filhoi étant membre du dergë, cest la temporaiilé ou l'officiaiité qui 
comiut de f affaire. 

t*J MonlpeHier, Debrd-Boehm et MirUal, 1908. (Vbir p. «88 et 689.) 



Digitized by 



Google 



— 94 - 

de Guiraut Molinier, chez qui ils séjournèreat jusqu'au 1 1 mars. 
Mais ehet Tun et ches 1 autre, ik furent hébergés «ux frais de la 
ville. Nous constaterons que Damiot eiigea 1 6 deniers par jour et 
par iéte pour la dépense, et Molinier, un peu plus de 17. 

Il fallut tout d*abord construire le moule du moule. L'opération 
eut lieu au «maieU ou boucherie publique. Nous trouverons les 
diverses acquisitions qui furent frites. Les pièces qui constituaient 
ce moule en bois furent fortement reliées entre elles au moyen de 
fil de fer, et le moule fut transporté a Téglise, sur des fccai^gadoiras)) 
où des cordes l'assujettissaient. 

Il convient de relever certains détails techniques de cette con- 
struction. Bernard Sablo «fourit cTalbre dri àif sesi». D^anAva 
partt Kern Jeli fournil une planche de saule ^ per mètre en que 
rodes b molle del dig senn. LValbrev nous parait être la tige 
appelée ircompasTi par les fondeurs; il sert d'aie au moule et 
celui-«ei tourne autour de cet axe. fl (aut voir sans doute dans la 
planche fournie par Jeli ^ IVédiantillonn ou gabarit du moule lui- 
même. Il était filé au compas et sa forme donnait les exactes 
mesures des rayons des circonférences diverses qu'aflSectait le 
moule. 

La méthode du moule en bois pour la construction du moule en 
terre argileuse ne semble pas avoir été connue de M. Berthelé; 
dans tous les cas, il ny est fait, dans son ouvrage, aucune allu^ 
sion. 

Le moule est achevé. On le transporte, nous avons dit avec 
quelles précautions, du crmatel?) à l'église, où la fonte devait avoir 
lku(^^. On creuse la fosse, trio oroST), et on y descend le moule en 
bois, qui ira servir de gabarit au moule en argile. Cette opération 
n'allait pas sans quelque cérémonial religieux. Nous trouverons, en 
effet, à l'artide 39^ l'achat d'une demi-livre de chandelles de cire 
«rque foro per lo molle, can l'agro mes dedins lo crosi)^^). L'auteur 
des Enquêtes campanaires siguale la bénédiction de ia fonte, mais 
non celle de la fosse. 

^*} Aux diret de M. BefUielé, la c4NjUund de fondre le» clodieb dans les églises 
a persisté jusqu'au xtii* siècle. Elle n^était pas générale. 

('> Oq objectera |Mui*>étre que ces chandelles étaient destinées à éckirer les ou- 
vriers occupés au creusement de la fosse. II ne faut pas perdre de vue^ et Us dé- 
penses des clavaires permettront de le constater, que la cire était réservée pour 
les cérémonies dn culte, et le fuif pour Tédairage proprement dit 



Digitized by 



Google 



— 95 — 

Le moule«ittnaç«imeri6 eoaprenait : 

i*" Le cnoyaui^ qui correspoBd au creux inlàieiir où s'agite ie 
batttot; • 

9"" La (rfftofise doehei» que b Traie eloehe remplacera au moment 
deiacoidée; 

3"" La (rchapeu, qui recouvre la fiiusse cloehe et qui forme, avec 
le noyau, les deux.mttraîUes entre ieequelles viendra se figer le 
métal en fusion; 

h? La rtftte^i où. se mouleront les anses de sospeniion. Elle est 
percée de deax trous, Ton pour l'entrée de la fonte, Tautre pour 
Téchappement de Tair et des gas. 

Nous empruntons ces détails teehniqoes è M. Berth^ Mais, 
dans la méthode pratiquée par Adam et Jeli, le moule en bob 
rempbçait b noyau et la fausse cloche. Les pavois extârieures de ee 
moule étaient réconfortes d une ^isse couche d'argib. Les détaib 
de b coastructioane sont qne vaguement indiqués dans nos textes. 
Mais nous y rencostrerons des achats de suif, de graisses de poix, 
d'huile, de vin Uànc, de chanvre, de bourre, de oine rose, de dre 
verte, ete* 

Toutes ces matières jouaient un rèle spédal daâs la fonte des 
cloches. Il fallait, par exem(de, empêcher Tadhërence entre dles 
des diverses partbs du moule. A cet effist ^ Adam et Jeli firent fondre , 
dans une petite marmite, une (fholeiao) achetée à dame Brémond, 
de b poix e( du suif niébngés à de fhuib et du vin bbnc, pour 
fffhonhe lo mottofi*. L'achat d^ ces ingrédients a lieu dané les der- 
niers jours de fantfier., 'c'est«-ù*'dire pendant b conslntotion du 
moub en bois» D-où^ cette conclusion que c'est bbn à ce monte et 
non au mouJe en argile qu'ib étaient destinés. Le moule en bois 
était revêtu à l'extérieur d'une cooche de matière grosse, de telb 
sorte' qne l'argile ne pouvait faire prise avec b bois. 

Les consub achetèrent 99 livrea «n q^rt de chanvre. Il était 
destiné à servir de matelas eitérbur à la chape, dont la résistance 
était ainsi renforcée. Le chanvre était, au préalable, trempé daw 
un bain de poix fondue. 

D'apiès If. Bertheb, f argile q«i servait è b construction du 
moule était, au moment où 00 le gâchait, additionné de crottin de 
cheval et de bourre. Nous ne rencontrerons, dans la première 
fonte, qu'un seul achat de bourre, (rhorsT) et «boxan' dans nos 



Digitized by 



Google 



— 96 — 

textes, et, par ce mot, il faut entendre la bourre de tanneur, e'est- 
à-dire le tan qiri reste aux peaux après qu'eHee ont éié tirées de la 
fosse (^). Daos notre conclusion, nous nous expliquerons sur les 
diverses significations qu*a, daos nos textes, ce mot de «rboraT). 

Les clavaires payent la fourniture d'une livre de cire verte, irper 
far los ramages deî sern», et de trois livres une once de cire rose 
pour faire les lettres. L'auteur des Enquiiet eampa$unrei nous apprend 
comment les fondeurs opéraient pour obtenir Timpression en relief 
sur les cloches des motifs de décoration et des inscriptions qui 
ornaient leurs parois extérieures. Les lettres de rdphabet, les 
chiffres, des séries d'ornementations étaient gravés en ereox sur 
des planchettes de buis appelées «r empreintes t). Les séries ornemen- 
tées une fois choisies, les inscriptions une fois arrêtées, les a*eux 
des empreintes étaient garnis de cire préalablement raflM>llie dans 
de Teau tiède. Et comme les fondeurs avaient eu la précaution de 
tremper les empreintes dans Teau, la cire durcie à Tair s'en déta- 
chait facilement. Effets décoratifs et lettres, enduits de suif, étaient 
ensuite délicatement posés sur la fausse cloche et s'imprimaient 
en creux sur les couches de terre liquide de la chape. Les fondeurs 
de Montagnac durent les incruster directement sur les parois inté- 
rieures de la chape. Dans tous les cas, le chauffage du moule ame- 
nait la fusion et Tévaporation du suif et* de la cire. 

La cire employée par Adam et Jeti était (f comada^ (pour «go- 
mada?)), c'est-à-dire de la cire à cacheter. 

Nous n'avons aucun détail sur les inscriptions imprimées sur ta 
cloche. Mais il convient de noter que les fondeurs employèrent 
pour les lettres trois fois plus de cire que pour les ornements. 

On sait que toutes les parties du moule étaient-, au fur et à me- 
sure de leur construction, amenées à un état de cuisson parfaite. 
Les fondeurs employèrent, pour l'obtenir, du bois d'olivier, très 
commun dans le pays, et qui fut acheté à François Arvan. De ce 
chef, lia dépense fut relativement considérable; elles atteignit le 
cbi£Bre de a livres, 5 sous, 6 deniers, qui représentent, à 6 deniers 
près, la valeur de 96 journées de manœuvre. 

Le moule est à point; les opérations de la* fonte vont commencer. 
La ville utilisa le métal de la vieille cloche; on brisa trois marteaux 
de foi^eron pour la mettre en pièces. Mats, comme toujours, il 

(^) Ci Littré, $Vih vetbo. 



Digitized by 



Google 



-97- 

fallut y ajouter du métal neuf. Le8 fondeurs fournireut lij livres 
d'étain de Gornouailles — c est de TAngleterre surtout qu'on le ti- 
rait. — ^ Le titre de la nouvelle dodie devint donc, par suite de 
cette addition d^étain, plus élevé que celui de Tancienne. On prit 
la précaution de peser le métal remis à Adam et Jeli , et Ton acheta 
5 1 quintaux de charbon pour obtenir la fusion. 

Les textes que nous reproduisons ne nous donnent aucun ren- 
seignement sur les délicates opérations de la fonte et de la coulée. 
M est probable que les fondeurs employèrent le fourneau à cuve, le 
seul en usage à leur époque; le système à réverbère n*est pas, en 
effet, antérieur au xvu** siècle (^). 

Ce fîit Tabbé de Valmagne qui baptisa la nouvefle cloche. La 
ville lui Gt fête et lui servit, à table, du poisson, des gâteaux et 
de% (f falos empastatsf». La robe de baptême, faite de fine toile, co&ta 
5o sous<*>. 

Il ne restait plus qu'à mettre la cloche en place. Les clavaires 
nous feront connaître Toutillage qui fut employé, chèvre, tour, 
câble, etc., ainsi que la curieuse variété de clous qui servirent è 
assujettir les parties en bois, coussins des anses, contrepoids. 

Adam et Jeli touchèrent, le 8 avril i&37, le prix du marché 
qu'ils avaient passé avec les consuls; il fut de loo écus djor de 
Toulouse, soit i3i livres, 5 sous. Us avaient consacré à leur ou- 
vrage exactement &6 jours, du 96 janvier au 11 mars. Et comme 
ils étaient entretenus aux frais de la ville, le bénéfice journalier de 
chacun d'eux fut de â8 sous, 9 deniers, somme considérable, si on 
réfléchit que leurs manœuvres ne gagnaient que 90 deniers par 
jour. La profession de fondeur était donc foK lucrative. 

A la fin du mois de mai qui suivit la fonte, la ville fit établir un 
auvent au-dessus de la grosse cloche et poser des (rmamolieyras?» 
de métal à toutes ses cloches. 

Nous pourrions maintenant aborder la lecture des textes. Mais il 
est nécessaire au préalable de se familiariser avec le dialecte de 
Montagnac et surtout avec les bizarres graphies du scribe de i&36. 
Les philologues de profession eux-mêmes auraient de la peine, de 
prime abord, k reconnaître la physionomie habituelle de certains 



(') Cf. Berthdë, Enquétei camfanairei, p. aS. 

(') Le parrain fat Pal de Brignae qui paya cet honneur 9 moutons d'or. 
Fol. a5 ▼•. 

AacaéoLooif. — N* I. 7 



Digitized by 



Google 



— 98 — 

moU 8008 1 aoeoutremeat dont ils Bont «ffoUés. Cm toz(« sont aussi 
intéressants au point de vim philologique qu*au point de vue ar- 
chéologique. Quelques lignes suiBront pour donner la def de ces 
biaarreries. 

Le suffixe nirtii aboutit, au masculin t tantM i it, tantôt kia^- 
cette dernière forme est beaucoup plus générale — el« au féminin 
{"WrU)^ tantôt à Mrs et tantôt à ieira, ieyrm. 

I long suiti de la liquide l se diphtongue en ieL Une des plus 
déconcertantes anomalies de la langue est le passage» très fréqoent, 
mais non constant, de r intervocalique è t. Ainsi, à côté de Aora, 
Peria, Paragori, Frarioi, Morezo, murtdha, H pmixfr$f 9r9tie$, on 
trouve sous la plume du même scribe : b$tm, Pezia^ Paragm, Fra- 
2io(, Motezo, musalka, $tfauzexo^ nHia. 

On rencontre, mais moins souvent, la graphie inverse, s injer- 
vocal ique passant à r ; peron pour peson^pera fouv pesa, ctmiru pour 
camiaa, etc« 

Quelquefois, dans le corps du même mot, r passe à i et récipro^ 
ment a à r; alors on lit, par exemple, iheramU pour the$awiai^). 

La dentale t passe souvent à son équivalente d : Bredo au lieu de 
Breio. 

Le scribe de 1686 et certains autres appuyaient si fortement 
sur les finales mouillées oM, elk, ott, wk qu'il en résultait «ne 
aorte d'écho, traduit, sous leur plume, par la répétition du son 
al, ely êl, a». On trouve : mHalhml, maikd, btUaïhaly trthmUml, wMM, 
ooêê^lhelyjielhtl, TruMoly esUmhtm. 

Lorsque le mot finit sur la diphtongue ay, celie^ abeutit quel* 
quefois à la triphtongue ayy : sayy. 

Au reste, pour faciliter la lecture de notre texte, nous easomons 
de traduire les mots qui présentent quelques difficultés. Enfin nous 
grouperons dans un ^ossaire tous les termes techniques de campa- 
nologie rencontrés soit dans les documents que nous publions, soit 
dans Tensembla des comptes des claviaires de Montagnac Noua ne 
pourrons malheureusement les traduire tous; mais Tattention des 
philologues et des campanologues sera de la sorte plus spécialement 
appelée sur ceux dont le sens nous a échappé ^^l 

(') Ces faits ont ëtë constatée depuis loagteai(»» dans les documenta du Bas- 
Languedoc. -- Voir Rmnmia, IV, %U et /ï64; V, 688, etc. 

(') Ce serait, croyons-nous, œuvre utile que de dresser le vocabulairo de tout 



Digitized by 



Google 



— 99 — 



POMTB D'innt GLOGHE li!<f 1 436 ^^K 



1. Sec se la despesa fâcha per ios davaris per lo sea, a xxvj de jeuoya 
[i &36 ]. E primo , foc près de Esteve Brosa j* post de nogia ^^ per ferma lo 
moile dd d^ sen, al quai foc pagat j moto que val xv s. ^^K 

9. M* B. Sablo estet per escayra Talbre del sen e per adobar lo sen meja 
e per montar lo sen. 

3. Foc prera de sen Peyre Jeli j* post d alba ^^^ per mètre en que rodes 
lo molle del sen. 

b. Foc pagat a Sanso Feran que estet manobra xivj jorQal[s] ai quai 

foc tacsat ij Ibr. v s. 
• • 

5. Foc comprada j* holeta ^*^ de doua Bremonda per fondre la pega e lo 
sen per honhe^'^ lo molle del sen. 

6. Foc pftgat a Johan Damiot per lo despes que avian fag Ios campanies 
davan que fosso aquo de Giraut Molinia, per iiij jors, x s. 

7. Foro prezas ij lardieras de Giraut Molinie per peza lo metalhal 
vidhel. 

8. Foc comprat de Andrieu Truolhol iij Ibr. e mieja^^^ de pena de pore 
per honcha lo tor, que costet ij s. x d. 

9. Foron compradas ij Ibr. de candelas de seu, can lo sen se fondet 

10. Foc comprat vj peiet^^^ de fid de fere per lia lo mdle e la eapa del 
sen , iiij Ibr. vj s. 



les termes techniques employés en campanoiogie , soit français, soît romais, toît 
latins. Ce vocabulaire devrait donner non seulement la traduction, mais encore la 
définition des mots. Cet ouvrage, qui rendrait les plus grands services, devrait 
tenter un campanologue. 

^*) Pour faciliter les réfiireoces que nous aurons à faire, nous numérotoos tous 
les articles de dépenses qup nous avoas reeneiilis. 

('^ Noyer, forme ordinaire noguier, 11 est à noter que, dans les ciMDptes de 
1436, le f a toujours le son dur s |r«o 

()) Nous indiquerons par les siglcs Utr. «. i^, les livres, aous tl dsiûen des dé- 
penses. 

W Saule. 

<*) Petite marmite. 

(*) Oindre. On trouve auwi kMckm, 

(') Le moi mieg, miÊfm, demi, est proaque toiiiour» ropréasulé per uo s%le af- 
lottaal le forme d\ui àulm groc : C 

^*) Poise, unité de poids variant de 19 à 16 Uvies suivoet les i^igîoo». 



Digitized by 



Google 



— too — 

11. Foc comprat iiij Ibr. de caiiibe que foro de Pczenas'*^ vj s. viij d. 

1 a. Foc despeadot per donar a Johan Beridaut, a Mania e a Pezia, pey- 
ria, que adobavo las fustas dd sen, ij s. yj d. 

1 3. Foc comprat de holi per honbe la molle del sen ; costet v d. 

tk. Foc comprat xxiij Ibr. de bora per mètre ai molle dd sen, ix s. 
vij d. 

i5. Foc pagat al fabre de Sa[D]t Paragozi^'^ per lo logîe de sas bozas, 
rlbr. 

i6. Foc pagat al fabre de Fontes ^^ per lo logia de sas boras j Ibr. 
j s. iij d. 

17. Foc comprat xj Ibr. de sayy per honcba las dichas boras ^*\ vîij s. 
ixd. 

18. Per fa festa a moss. Tabal de Vaknana^*\ can venc batejha lo dig 
sen. Foc pagat a Frariot per xij chandels ^*^ e per peys e per faios ompas- 
tatz ^'\ xvj s. vuj d. 

19. Foc pagat az Antoni Rogol, carbonia de Mozezo ^*\ per ij quintals de 
carbo que a portai per fondre lo dig sen, que soma xj motos, ij s. vj d., 
vaien ix Ibr. x s. v d. 



ao. Lo despes del dig carbonia, can portava lo carbo, per xij repasses, 



X s. 



s 1 . Foc comprat de pa e de peys per aquels que adobavo la cabrela per 
polja lo sen. 

99. Per ij lardieras que foro de Grasiot Pdisia, per lira lo sen Jens la 
muzalha ; costero ij s. ^^K 



^') Chef-Hea de canton de l'arrondissement de Bëziers. 

^*) Saint-Pargoire, cant de Gignac, arrond. de Lodève. 

'-'*) Gant de Montagnac, arrond. de Béliers. 

(*) CcllesderartideiA. 

^^) L'abbé de la célèbre abbaye de Valmagne. Elle est restée presque inlacle. 
La vaste nef de Téglise est actuellement convertie en chai. 

^*) Écbaudés, sorte de gâteaux. 

^^) Nous croyons pouvoir garantir la lecture de ces deux derniers mots. Ge sont 
sans doute nos beignets. 

^^) Mourèze, cant. de Glermont, arrond. de Lodève. 

(*) Voici comment nous comprenons cet article : La cloche fat montée au clo- 
cher en dehors de Téglise. On Tattacha avec deux cordes pour la tenir écartée du 
mur, afin qu*eile ne s'y heurtât pas. 



Digitized by 



Google 



— 101 — 
33. Foc pagat a Johan Siau per sanqaenas^^^ j s. viij d. 

a/i. Fouc pagat a R. Mercadia que anet quere la torlozieyra de R. Sablo 
e la tornet. 

9 5. Avem fag lo despes a Johan Bridaut^*\ a Esteve Raynaut, a R. Sa- 
blo, a son vaylet, a R. Pezia e a d'autres que adobavo las carelas e lo mar- 
tinet, que es^ron iij jors, ij Ibr. 

a6. Per ij lardieyras a estaca las cardas, j s. viij d. 

37. Foc pagat a m* Johan Adam e a Johan Jdi, campaahias, per 
xxxxvij Ibr. de eslanhan de Comoalha que mero al dig sen , xj motos valen 
ix Ibr. xij s. yj d. 

a 8. Foc pagat a doua Bremonda ij paylieyras^'^ e viij cartos de vi que 
aviam près aela, can lo sen se fondet e per z aquds que ne pojavo lo sen, 
que costet tôt lilj s. îx d. ^^K 

99. Dilus, a XXX de jenoye, m*es^^^ degut per j' verga de holm que foc 
per las gorgolas dd tom , v s. ^*K 

3o. M*e8 degut per j soc d'amdlia^^^ que foc per far los coysis del sen, 
V s. 

3i. Ay pagat ais resayres que an resat^^ lo dig aoc per mi^, ij s. 
yj d. 

89. Ay pagat a m* Johan Merehan per escayni lo dig soc, v s. 

33. Dilus, a xxx de jenoya, a comensat de far despesa m* Johan Adam 
e m' Johan Jdi, campanies, en Tostal de Johan Molinie, a viij gros per sen- 
mana per home; an 6nit dimenge a xj de mas, que soma tôt per amdos, 
yj senmanas, que soma en argen yj Ibr. '*'. 

3&. Per XV Ibr. e mieg de seu e per viij cartos de vin blanc que mero al 
molle, j Ibr. ij s. viij d.^"l 

<*) Blistrai traduit ianqueno par daurade, poisson de mer. Cet article doit se 
rapprocher de Tartide -91. 

(') Le même que le Beridaut de l'article 19. 

^'^ C'est use meeore ponr le vin, mitée en Languedoc et contenant 48 pintes 
Cf. Mistral, Paiibo, Palbibo, et Du Cange, Patili: sous Patu. 

(«) Ces articles sont au fol. 36 r** et v^ 

(») Cest-à-dire à G. Morat. 

(•) Fol 37 T\ 

") Tronc d'amandier. 

'"^ Reêayre = scieur; rêiar ~ scier. 

(•) La valeur du gros ressort «à 1 5 doniors. 

<'*^ Fol. 37 r" depuis rarticlc 99. 



Digitized by 



Google 



_ 102 — 

35. Sec se so que es degut a M* Falip Alibert, so es asaber so que [es] 
estât près de ma boliga per lo seo. Ë primo , per ij ibr. e q. de eambe e 
lij carlos de pcga que près Johao Miquel , cosol , per roetre al *molle del 
sen , a xxx de jenoya , iij s. iiij d. 

36. M*es de^t per j* ibr. de sera comada verda que près M' Johan, lo 
campania , e son companho , per far los ramajes del sen , que monta vj s. 
viij d. 

37. M'es degut per Iij Ibr. j q. de sera rosa que foc per far las letras del 
sen , que monta x s. x d. 

38. M'es d^t per viij cargadoiras e per iiij lardieyrts , que foro per 
portar lo molle del sen del mazel a la gleya, xvj s. viij d. 

39. M'es degut mieja Ibr. de candelas de sera que foro per lo molle, 
can Tagro mes dedi[n]8 lo cros, a la gleya, que monta j s. x d. m*. 

ho. M'es d^t per ij cargadoiras e per iij estacas de rosi que foro per 
menar las bozas, can lo sen se fondia, que monte v s. 

h\. Es degui per hun gros coble de piboH*^ que preiro de sen G. In- 
gimbert per for la croziera del molle, am que se portet a la gley[a], lo 
quai foc estimât mieg moto. 

&a. Es degut per hun autre gros eoble. . . per &r los setis en que se 
menavo las boras, lo quai foc estimât mieg moto^'^ 

43. A X de mars, foc pagata R. Eseudia, &fare, per yj davds pers e dos 
cavilhas que peron vj Ibr. e mieg, que valon vj s. vj d. 

àh, XXXV davds barados, j s. ij d. 

45. xij davels palefemals que pero iij Ibr. j q. , que costo iij s. v d. 

46. ij' [clavels] felhados; costo iij s. rx d. 

47. ij clavels jenezals , iij d. 

48. I* paleta que pera ij Ibr. e mieg., ij s. j. d. 

49. Per aponcha xij clavds pers, x d. 

50. Per j malhal que se rompet an las mamolieras , v s. 

5i. Per j autre malhal que se rompet, can treocavo io sea, i^ s. 

5â. Per adobar io batalhal del dig sen, xv s. 

53. Per xv clavels jenezals e dos pers, que costo ij s. xj d. ^^\ 



('^ Solive de peuplier. 
<«) Foi. 39 >" et ^10 ^^ 
(') Fol. ûo \\ 



Digitized by 



Google 



— 103 — 

56. A XIX d'abrid, foe pagat a GnMhahne» lo Bredo, hbre de Monta* 
nhacv per lo iogia de las boras e per j malhal que se trenqaet per rompre 
lo sen, j Ibr. ^*^ 

55. A xj de mars, foc pagat a sen Falip Alibert, per ij canas de tela 
borjera que foro por bateeha ^'^ lo sen maje, per fayre û camira xl s. ^^K 

56. A XXIX de may, foc comprat, de la botiga de sen Esteve Mercadia, 
xvij Ibr. de ferre, e aquo per far g aspas^*' per tener lo sobretet^^ que es 
estât fag al sen maje , ix s. ix d. 

57. Per j* lardiera que foc per montar e devalar ta gimena'de[t] sen 
maje, que monta j s. 

58. Per j cayrel d*asia que foc près per alarga las mamolie^ras de[lj sou 
m^a, que moula j s. iîj d, 

69. Seo se la despesa faeha per m* R. Eseudia, fabra, fer lo sen, oan 
las mantolieyras del meialbal se pauseso a tota 4res los aens. E primo^ foc 
près 4^ la botiga del dig M' H v doaenaa.de dav^ de campanat valen 
V s, . 

60. V Ibr. de fere per far las cadaidas par- las namoUeyru, per so que 

los sens esteson pus s^furamen ; valon v s. vj d. 

61. Ay obrat xvij Ibr. e mieg de fere, per embrasa lo contropes que fo 
mes al sen maje, per la hobra e per son Irebalhal, vj s. 

69. i) clavds pers "per asetidr los coysis de las mamblleyras, que peron 
j^lbr. 

63. Per fiiyre j* cavîlha, de son fisrre, a la esquila peyronela, x d. ^*\ 

64. An pagat a R« Sablo per adobar l|s mamolieyras dels très sens e per 
encaysa aqudas, iij motos; soma ij Ibr. v s. ^''K 

65. An pagat aïs e^eties de Praoses Arvan, per la lenba que ayian com- 
prat los senbos cosols del dig Franses^ que era de holivias, per far lo sen 
non , la soma de iij motos vj d. 

66. A viîj (Fabril [1&37], an pagnat los davaris a M* Johan Adam e a 
M* Johan JeUi, eampanias, que feron io sen non, dd didi Inoe, en que la 

0) Fol. Al r*. 

(» Baptiser^ plus loin éac^for. 

W Fol. Al Y*. 

(0 Pour «rpof , tiges, barres de fer fixées par une extrémité à on mur, et pur 
Tsutre à r^aveal. Par suite, ooasdes. . 

(') •SuH*^ BBturtoit, savent. 

i*> Fol. 45 r^. 

'' Fol. 48 r". 



Digitized by 



Google 



— 104 — 

vieia era obligida ais dich[s] eampaniafs] en la soina de seat escus d'aiir de 
Toiora; e los dichis ckvaris los rendo per pagua, que so loa c sens en 
lieuras cxxxj Ibr. v s. ^^K 

FONTS DE LA PKTITE CLOCHE EN l/i&8. 

La grosse cloche, à la fonte de laquelle nous venons d'assister, 
eut une existence assez éphémère; elle vécut 97 ans. On la refondit 
en 1&63., et nous relèverons les dépenses de cette seconde refonte. 

En t/i48, c'est IVesquila peyronela^^, le «sen tersialv qui est 
refondu. Est-ce k la suite d'un accident? Voulut-on simplement 
augmenter le volume de la petite cloche? Les comptes sont muets 
sur ce point. Nous constaterons cependant que la ville acheta 
1 1 3 livres de métal au momeni de la fonte. Les dépenses enregis- 
trées par les clavaires bous fourniront, sinon des renseignements 
nouveaux sur l'industrie des fondeurs, tout au moins des termes 
techniques que nous n'avons pas encore rencontrés. Elles ne nous 
feront malheureusement connaître ni le nom du maître, ni la mé^ 
thode employée. 

Sec se la despensa &cha quant le sen (essial se fondet. 

67. A xxj de jenoyer [i/i/»8], p^ la despensa dd heure que fouc lâcha 
al heure d^aquels que menavon las boras, tan per pa que per vy e per 
companage^\ que monta j ibr. j s. iiij d. 

68. Per lo dignar dd maystre e d'autres quatre que avian ajudat [a] 
adoba las hosas, a j s. iij d. per home, que monta yj s. iij d. 

69. Per la despensa dels bandias^'^ e dels vaylets dds senhos oossols, 
dd heure del maty, quant tireron Taygua del pos dels Aguostîs^** e espo- 
reron lo dot ^*\ que monta v s, yj d. 

(*) Fol. 66 r^ A noter qoe Técu de Toulouse vaut s 5 sous^ 7 deniei^. 

(*) Mot intradumbde futrement qoe piur la përiphraae «ce qui se mange a? ee le 
pain?) (cumpane). Le mot n*a pas disparu de la langue. Voir Du Cange, compan4- 
gium; Mistral, coumpanaoc. 

(^) Bannier, agent chargé d^effectuer les saisies sur les contribuables. 

(*) Montagnac avait un couvent de religieux Augustins. 

^^) Il faut comprendre que la fuse pour la cloche fut creusée dans le voisinage 
du puits des Augustins, dont Teau, par infiltration, s'introduisait dans la ibsse. 
Cest la seule explication des mots vesporeron (pour etpoteron) lo cIoIt), ils épui- 
sèrent la fosse. On aima mieux vider le puits que creuser plus loin une nouvelle 
fosse qui n'aurait sans doute pas été plus étarcbe. 



Digitized by 



Google 



— 105 — 

70. Per e e XXX davds refqasaU per davda lo torn dd lersial e per 
saudar ^^^ dos barras que hi avia rompudas per la femenela dei tersial, que 
monta en tôt xvj s. 

71. Per iiij qnartos de vin que foron per bat^gar lo sen tersial, ij s. 
viij d. 

79. Per j quart de Ibr. de timiama^'^ e j quart de mira ^\ e per lo carbo 
per bat^r lo dig sen, que monta j* Ibr. 

73. Per far monta lo dig sen e per lo far reliar, que monta iij Ibr. 

7/1. Per las quanddas que se son guastadas, tan quan se desoendet, e 
lo maty quan se fondet, entre tôt iij Ibr., que monta iij s. vj d. ^^K 

La petite doche, nous ignorons pour quel motif, ne fut mise en 
place qu*au mois de juin suivant. Au reste, en 1/1 5o, la ville n*avait 
pas encore acquitté Tenlière dépense de la fonte. 

75. A xiij de jon [1/1/18], nos Ramon Gramena e Peyre Annan e Gui- 
Ihem Enguimbert trameren a Monpeylia per querre la romana per pesar lo 
sen tessid , per Peyre Balho. 

76. Avem paguat a Guilhem TEspitalia per reliar lo dig sen, v s. 

77. Avem paguat a Ramon Clapia, fabre, per dos anels e per x davds 
que mes a la dicha campana, que monta ij s. vj d. ^^K 

78. iiij de décembre [i&/!i8], pagueron los davaris a FeKp Afibert per 
j quintal e xij ibr. de melalh, que foron per lo s^ tesdal, xj Ibr. iij s. 
iiij d. 

79. Avem paguat a Guilhem Pratlone, per la terra que presôn per fayre 
lo sen tessid, xv s. x d. 

80. Avem eomprada de pena de porc e de seu de moto per honcbar las 
campanas e hnna ola nova per tene Toubs, que costet tôt xvj s. yj d. ^*\ 

ACQUISITION D'UNE CLOCHK IN l/i55. 

Venait-elle remplacer une cloche rompue ou bien augmenter te 

^') Souder k k forge. 

(*) G^est le (rthimiêmafv du latin liturgique, parfum k bnller composé prioci- 
ptlement d'eneens. 
(^) Myrrhe. 

(*) Troisième registre des comptes, foi. 5i r^ 
<*) Fol. 58 i^. 
(') Ces deux derniers artides sont du mois d''aoât 1 à5o. Fol. 76 r". 



Digitized by 



Google 



— 106 — 

nombre des cloches existantes? Rien ne nous renseigne sur ce 
point. Mais nous constaterons que la nouvelle sortait de la fabrique 
de ce même Jean Jeli qui fondit, avec Adam, la cloche de i&36, 
quelle était d^asseï petitee dimensions, puisqu'elle ne eoAta que 
â& livres, i5 sous, payés en trois termes. 

11 fut passé avec le fondeur, le a décembre ià&&, une contention 
devant Teissier. 

8] . Aquesta despensa que s*en sec es la despensa ^cha per la campana 
nova que se es fiicha en aquest an presen. Et primo, avem paguat a 
maystre Johan Gely, campanier de Monpelier, en deminussio de so que ly 
es degut per la dicha campana . . . que monta v escutz ^^^ que valon vj Ibr. 
tvij s. vj d. ^*\ a iij del mes d'abril Tan Knn*tT. 

Sa. Avem paguat a Johan Andrieu, per lo port de la dicha campana de 
Monpeiier en sta vila, que monta, tant per lo dich port coma per lo pes, 
j ibr. iij s. 

83. A V de novembre, say venc moss. lo hufficial d*Agde per bat^;ar la 
dicha campana; e fouc despendut so que 8*en sec : primo, ly fouc donat a 
dignar as d e ij autres que fengron en sa eompanhia, e los senhos oossols 
que se digneron anb d e foron compradas iiij polalhas que costeron x s. 
xd. 

84. En pa, iij s. ix d. 

85. vij quartes de moto, v s. x d. 

86. y conilbs e iij perdires, vi^ s. 

87. Per fromatge e castanhas, ij s. j d. 

88» Per perai e lart e specias, ij s. iij d 

89. Aqui meteis, fouc comprat, per la dicba campana, xij pams de tela, 
j' onssa de enssens Uapc, j* onssa de mirra, j* onssa de thimiama e j sbn 
quartonenc ^'\ que fouc tôt per bategar la dicha campana, que eostet tôt 
xs. 



^*^ Le mot ê$cui9> mi remplacé par un ligne bien connu da eenx qui lont luni- 
liers avec les textes des xf* et xti* siècles. G*est un véritable ëeu, la pointe en btf, 
qu*on pourrait représenter typographiqaement par an deila majuscule grec ren- 
versé. 

(*^ La valeur de l'écu ressort à 97 sous, 6 deniers. Cest sa valeur ordinaire. 

^^^ Cierge pesant *in quart de livre. 



Digitized by 



Google 



— 107 — 

90. Per la beia ehiera ^'^ a Raynart, par ao qaar se d^foar^n a son osial, 

91. Es estât paguat a Ramoo d*EacasteIa, fîislier, per sa pena e trebdh 
de mootar la didia campana al eloqnier, per fer iy k> tora e asaatiar la en 
son luoc, taiamen que pogaes sonar coma las autras campanas, que monta 
ij escuta, que valoa ij Ibr. xv s. 

93. Es estât paguat a Clemens Longre, per una fusta que an avoda per 
assetiar la dieha campana , x s. 

9$. A Jamme Ros, per hun cor d*olm que fouc per meire al tom de la 
dfcha campana, iij s. iiij d. 

96. Es estât paguat a Janme Griguet, fabre, per la ferramenta per re- 
liar la dicha campana, xy s. x d. 

95. Per xxvj Ibr. de daveb pems, per assetiar la dicha campana e c da» 
veb barados e xxv jazenals, j Ibr. j s. yj d. ^^K 

96. A ij del mes de dezembre, fouc pagoat per nos a M* Johaa Odi, 
campanier, la soma de x escuts , coma apar per bilbeta bcha davan Teissier 
e senhada de sa man , Tan 11 lui* Ltin , lo jom dessus dich , que valon xiij Ibr. 



XY s. 



(•) 



97. AYem paguat [aS octobre i&SS] a Johan Gdi, campanier de Mon- 
peylier, per las mas de messia Nicolo Nicolosi, per so que îi era degut de 
resta de la campana, iiij Ibr. ij s. ij d. 

FONTB DB DEUX CLOOHBS BN 1&63. 

En 1&63, la ville de Montagnac se vit dans l'obligation de re- 
fondre deux cloches, la grosse et la petite. Les dépenses qui en 
résultèrent occupent neuf pages in-folio du quatrième registre des 
clavaires (^). De ces textes, trop touffus et que nous ébrancherons, 
nous ne retiendrons que ce qui intéreaae directement la confection 
des cloches en général et les opérations techniques de cette double 



(>) tBela cbera», quelqualus tbeia chiam'» dmt se traduire par s pourboire. 

(') Sept penowMf dtnèreot cbei Rapart : foifidal, let deux compagnons, 
et les quatre consuls. On pouvait donc, en iâ55, 8*offnr un festin pour un peu 
plut de 6 tous par tète, puisque la dépense totale, pomèoire coMpHs, s'élève è 
t^9 s. 9 d. 

('î Troinème registre, foi. i5 r* et v*. 

<•) Fol. i5/i r*. 

(*> Du fol. ^7 r* ao M, 3i A 



Digitized by 



Google 



— 108 — 

fonte. Nous pourrons d'ailleurs constater que, si le nom du fondeur 
n est pas mentionné, c'est la mëtbode de Jean Adam et Jean Jeli 
qui est mise en pratique. 

Les opérations commencèrent vers le i*' août i/i63. 

98. A V de setembre , avem pagoat a Paukt Quintarei , per in joms ob* 
rans que ha estât a servi lo M* que £ma ^^ la gran campana, quaa fana lo 
molle, que li donerem hun escut, que soma j' Ibr. vij d. ^^K 

99. Avon paguat a Matieu Esperansa per una post de fraysse ^^\ espessa 
de dos detz , que avia x pams de lonc e hun pam e raieg de large, que fouc 
baylada al senia^*^ par mètre lo molle; fouc estimada per lo Guasquo ij s. 
vj d. 

100. Avem paguat al dig Matieu Esperansa per hun cobie de fraysse et 
hnna zarena ^^ et huna miega post que fouc baylada al senia. 

101. A Johan Lenhadia, per huna pida de fusta per baylar la terra al 
molle,]' s. viij d. 

103. A Steve del Sol, per ij jomals que a fach[8] a porlar la terra de las 
dos campanas , j Ibr. ^*K 

10 3. Al campania, per viij brassas de 61h de eram ^^); fouc per la cam- 
pana. 

loA. A del Sol j coble per fayre la cabrda per mètre lo mdie al 

trauc. 

1 o5. A Peyre Guichart , per cordas que foron per mètre a las boras et per 
mètre lo molle al trauc. 

1 06. A Estevel del Sol, per vij cobies que foron per far uua roda et per 
autra caora , que feron mestiers al doqnia ^K 

107. Per huna Ibr. de say que fouc per honchai* io molle, x d. 

1 08. Per huna taula que fouc per levar lo molle. 

(*) Pour /a<ia, ici et plus loin. 

<*^ Le prix de la journée ressort à 19 deniers. Cependant le prix réel d'une 
journée de Qianœuvre était de 9 soos. Quintarei ki-méme et Mas toadièrent 
8 sous «baouQ pour 4 jours ttque avian estât a servi lo «amponian. 

(') Planche de firène. 

(^) Synonyine de <r campania», fondeur de cloches. 

(^^ G^est la (Tjazenan de Tarticle 53. 

(*^ H s'agit de journées de charrette. 

(7) Fil d'archal. L'article qui suit nous apprend que la trhrassan pesait H livres. 

î*) On employa pour le moule 6 troncs d'arbre et 1 olivier. 



Digitized by 



Google 



— 109 — 

109* A Daran Lemosi, per ij jorns que a estât a cava lo traiic de la 
campana et per far d asdas ^^\ de que ly donavam iiij doblas ^'^ io jora et 
vyvia d*aqui. 

1 1 o. A Guilhem Saktas per xiïj joms qae hi a estai tant per cnihir los 
vidigoasses ^'^ et servi lo M* et star a la carbonieyra. 

1 1 1. A Phelip Alibert per so que hi a baylat tan en cambe coma quarbo 
et per ij viages que fes son quarralia a portar la lenha dd carbo. 

119. ij brassas de cambe que foron per la petita campana. 

1 13. Al sarralhia, per bendas de ferre, per mètre jo'tz lo molle per que 
lo metalh non s*escampes per las fendas dd molle. 

1 i/i. Per hun quintal et mieg de olivia que fouc per fondre lo metalh 
et tene lo quarbo. 

1 1 5. Per miega Ibr. et huna onsa ^^^ de sera per fin* las letras de las cam- 
panas. 

1 16. ?ec hun par de boras que aguem de San Paraguori. 

117. A Andrieu Colom et Peyre dd Sol, per anar querre las boras et 
tomar a San Paraguori. 

118. Per anar querre iiij quintals de metaUi de la campana. 

119. Per ij pards de boras. 

i âo. Avem paguat per la despensa que fei-em, lo jorn que se foiidet lu 
scn gran, a las gens que hi eran, que mena von las boras et badujavon^^^ a 
fondre lo metalh, per xl^ personas a heure, lo mati quant se meron en obra, 
et per refresquar quant besonhavon, et per lo dignar, per hun quartia de 
moto et hun quartia de buou. 

1 d 1. Per hun sopar que ferem al campania, al fabre et als servidos del 
campania, an aquels que hi avian trebrihat, que eron xxiij. Fouc comprat 

f*) Éclats d'une pièce de bois à brûler. 

(*) La vdear de la double était de 10 deniers. Lemousi gagnait donc 3 sous, 
h deniers par jour; mais il prélevait ses frais de nourriture — vyvia d'aqui. — 
Les ouvriers qui ne gagnaient que 19 ou même s A deniers étaient donc nourris 
aux frais de la commune. 

î'î Est-ce tes branches d'osier? Aujourd'hui hiditoê. Cf. Mistral. 

^*î Nous traduisons par ffonsan un sigle qu'on pourrait représenter typographî- 

quement par un s au-dessus de la ligne et un 1 au-deasous : . 
^•) Pour ajudavon. 



Digitized by 



Google 



— 110 — 

han quartia de molo, huna gualina, pa, fromage, caaUmhas, vy, hun 
quarto da pimea, neaiaa^'\ eaoddas. 

iQQ. Per las canddas que avem bayladas al campania, quant comeoset 
lo moile, et per matiiiar ^'^ et vdhar, la nueehz, ea obran lo molle e may 
la campaoa, et may quant la fondât, eoutan tota$ aquelas que 0e toa guai* 
tadas en feren la gran campana et la petiia , x^ Ibr. et mi^ a xij d. per 
Ibr.w. 

1 33. Al Guasquo , per v jomals que ha fahs en dressan lo molle et fay re 
la craba et fayre los barises que soetenian las bora^ et per feyre lo fomel de 
la fondero de la campana ^^K 

1 3/1. Al rodia ^^^ et a son taylet per lur trebalh fidi en ajudan al m* que 
faria lo torn de la gran campana. 

1 â5. Al m* que a fah lo torn de la gran campana. 

1 !i6. A Johan Poderoe per la borassa ^^ que stava dqos la campana , qnan 
la ronpien , al doquia. 



TROISliVK RBPONTB »l LA GROSSI GLOGHJS EN ik'JO. 

Cette malheureuse grosse cloche, refondue en i&36 et en 1 A63, 
ne dura pas sept ana; die (ut, en 1&70, refondue pour la troiaiëme 
fois. Les comptes des clavaires de cette année nous fourniront quel- 
ques détails nouveaux sur la technique des fondeurs. 

137. Sec se uns despensa fâcha per la gran campana. Primo, a xv de 
mars [1 ^70] , comprien un cartel per passar las tendres ^K 

1 98. Per hun home que loguem, aqud jom, per far manobra. 



(0 Giteaux faita de fleur de fiMnae. Cf. Du Gu^, iiuilA. Peut-être de» mt- 
blîes, de» gaufres. 

t*^ TpaftiUer avant le jour. 

(') On avait employé 17 hommes à la fonte de la grosse docbe et 8 livres de 
chanvre pour le moule. 

^*^ Tout le folio 3o est occupé par des achats de bois et de charbon. 

(*) Charron. 

(') Sorte de couverture ou de drap étendu sur le plancher pour recevoir les dé- 
bria de la cloche. On appelle aujourd'hui nbourasson la braie dont on envek^ppe 
les enfants au maillot. 

(^) On sait que les cendres, Inen passées au tamis, étaient employées pooreoi- 
pécher Tadhérence des diverses parties du moule. 



Digitized by 



Google 



— 111 — 

1 99* P^i* YJ qaintalf de ùêrbo. 

i3o. A PeyreBnguimbêrt, par xiij jorns que les manobra al eampania. 

i3i. Per huna carrada de olivias Iota asdada. 

1 33. Per han jomal de tombard ^'^ per porter la terra per fer ia moUe. 

i33. Per hoous ^'^ que foro p^ fer la capa« 

i3A. Per j quintal hxtij !br. de metalh, que monta a viij escuts lo 
quintal, lixibr. X0. 

1 35. Per ij cabasses per portar la terra. 

i36. Per ^j pards de boras d'esta vila. 

137. Per lenha per fondre io 8en, 

i38. De carbo de ftista, iij quintak, al m* e a Biaquieyra. 

1 39. ij Ibr. xj onsas ^'^ de sera que fouc per fer las letras delà campaoa. 

L« ville achète une charretée de bois, i>i99 livres de charbon; 
Raymond Quoc lui vend : 

i&o. ij cubertas, j Ibr. de say, j Ibr. de cambe, j* post de x pams de 
lonc, j* cana de postain ^•^ per fayre los banc[8] portan las boras ,j selde de 
hnn muochz (*^ e hun de miech mnoch. 

lâi. Per xxxvy clavels serrados que bayUei al campania e per xxy ta- 
chas ^*) e huna escumadoira ^^ de ferre que II ferL 

i&a. Al borraiia, pw hon correhti que fooc per la jran oampana. 

i43. 1* onsa de timiama, j* onsa de enses, j* onsa de mirra<*^ 

(') Tombereau, charrette à bascule. 

^*) M. Berihelë nous apprend que la terre employée pour le revêtement des 
inscriptions, d^nne finesse extrême, était délayée dans de Tenu. C'était la potée, 
Geriaîna feodeors, pour dernier à cette pâte très claire plus de oobéMon, la mé* 
kagesient de Uaaes dWf (£iif. con^, p. s4). 

(^ Nous rsirouvoos ici le sigle ^ renconlré à Tarticie 1 1 5^ 

^*> Planche mince. 

(*) Muid. 

(•) GWus à cabocbe. 

(^) Écumoire destinée à écumer le métal en fusion. 

(**) Le mot ffonsa» est remplacé par le sigle . Les extraits qui précèdent sont 

empruntés au quatrième registre, fol. i3Â et i35. 



Digitized by 



Google 



— 112 — 

n nous a semblé que les (eites qu'on fient de lire méritaient 
d'être recueillis. La campanologie, malgré les travaux remarquables 
déjà publiés et de Taveu même des campanologues, n'en est encore 
qu'à ses premiers chapitres; les Enquêtes campanaireê de M. Berthelé 
sont loin d'être closes. Il nous platt donc de croire que les spécia- 
listes nous. sauront gré d'avoir mis à leur disposition quelques pierres 
pour le monument qu'ils élèveront un jour à l'industrie des fondeurs. 

Certes, nous ne nous exagérons pas l'importance de notre ap- 
port. Mais, s'il est modeste, il n'est cependant pas à dédaigner. En 
outre du nom d'un fondeur, qui n'a été enregistré nulle part; en 
outre de nombreux termes de campanologie peu ou pas connus, nos 
documents révèlent une méthode de fonte que nous n'avons pas su 
découvrir dans l'ouvrage de M. Berthelé, le seul que nous ayons pu 
utiliser; elle n'a pas été particulière, bien certainement, aux fon- 
deurs de Montpellier, Adam et Jeli. 

Ils aideront les campanologues dans la solution d'un petit pro- 
blème de philologie; ils y verront que le mot <rbora)) ou (rborra?) a 
triple signiBcation : bourre de tanneur, marteau de forge et agglo- 
mérés de bourre pour le chauifage. Ce sont ces dernières (rboras^ 
qui trouvent, dans nos textes, l'emploi le plus large. Étaient-elles 
destinées à augmenter la puissance caloriGque du bois et du char- 
bon de bois? Ce ne serait pas impossible. Dans tous les cas, ici se 
pose un autre problème. La fusion du bronze pouvait-elle être ob- 
tenue au moyen du seul charbon de bois ? Il faut le croire, puisque 
la ville de Montagnac paye toutes les dépenses de la fonte et que, 
parmi les matières combustibles achetées, on ne rencontre que le 
bois, le charbon de bois et les ffboras?). 

Quoi qu'il en soit, les campanologues devront se tenir en garde, 
lorsque, dans un texte roman, ils se trouveront devant ce mot 
(rborasT? aux multiples significations. Quelquefois même, ils auront 
à se demander s'il ne convient pas de le traduire par borax. On 
connaît le rêle important que les fondeurs de cuivre d'aujourd'hui 
font jouer au sous-borate de soude. Répandu en une mince couche 
de poudre sur le métal, il entre bientôt en fusion et fait l'office de 
couvert de marmite; il active considérablement la fusion du cuivre 
lui-même. Or, dans les vieux textes français, borax s'écrit cr bourras^ 
et «rborras^ ^*). 

{') Cf. Lillré, 9uh verbo. 



Digitized by 



Google 



— 113 — 

Une dernière considération nous a pousse k recueillir ces docu- 
ments. Les riches archives de Montagnac n'ont jamais été Tobjet > 
fl'un inventaire sommaire. Elles sont vouées à une destruction 
plus ou moins prochaine mais fatale ^^l Les quatre énormes in-folios 
des comptes des clavaires notamment sont à moitié rongés par 
rhumidité. Nous avons essayé de sauver tout ce qu'ils contenaient 
d'intéressant aux points de vue historique, archéologique et philo- 
logique, et nous en avons publié de copieux extraits soit dans le 
Bulletin de la Société (ù'chéologique du Midi de la France, soit dans les 
Annales du Midi, soit dans la Revue des langues romanes. De telle 
sorte que philologues, archéologues, historiens pourront tirer 
profit de documents qui, sans nous, seraient restés ignorés et qui, 
nous le craignons, disparaîtront bientôt. 

C'est le cas de répéter : autant de pris sur l'ennemi, c'est-à-dire 
le temps, destructeur de toutes choses. 



PETIT GLOSSAIRE DE CAMPANOLOGIE. 

Albre del sen, â, tige autour de laquelle tourne le pioule en bois au mo- 
ment de sa construction. C'est le compas des fondeiu*s. 

Arpas, Aspas, 56 , tiges de fer fixées, par une extrémité, à un mur, et par 
l'autre, h un auvent; par suite, consoles. 

Assetiar la campana, 91, 9s , installer la cloche au clocher. 

Baris, plur. hanses, ia3, peut-être des grilles placées sur le fourneau et 
destinées à soutenir les ag^omérés de bourre de tanneur dont on se ser- 
vait pour la fonte, avec le bois et le charbon. 

BaUdk, Batalhal, Batal, 5â, battant de la cloche. 

Bora, Boza, i/î, bourre de tanneur, qui reste adhérente aux peaux que 
Ton retire des fosses. On la mêlait h l'argile du moule. 

Bora, Boza, 4o, Sa, 67, 88, iqo, 199, lAo, agglomérés faits débourre 



(^) Si le temps les épargne, elles en seront redevables à M. Joseph Favas dç 
Montagnac, qui les a étudiées très consciencieusement pour Thistoire qu'il pré- 
pore sur Montagnac. C'est à lui que nous devons d'avoir pu utiliser les comptes 
des clavaires. 

AacBéoLoisiB. — N** 1. 8 



Digitized by 



Google 



— lU — 

de laaoeur, de dëbris de tan, et brùii$ dans le fourneau où se bit la 
fonte. On utilise encore ces sortes de briquettes de forme ronda 

Bwa, Boza, 1 5, 16, 5&, 116, 117, 119, i36, marteau de forgeron dooi 
on se sert pour brisa* la vieille cloche, ou pour fendre le bois k brAI^*. 
Mistral, bourrOé 

Brassadel, anneau de fer servant k serrer les diverses parties en bois du 
contrepoids de la doche. <r Avem paguat a . . . , (abre, . . . per vj brassa- 
ddsal digsenf) (IIMbt. 918 v*). 

Cabas, plur. calasses, i35, cabas, panier de jonc ou de paille ti-essëe dont 
on se servait pour porter la terre argSeuse pour le moule. 

CaMieifra, corde. vForon compradas de cabelieyras petitas e y] nervis per 
reliar los bâtais de las campanasn (III, foi. 11 r*). 

Cûifteltt, 91, loA, dièvre, machine pour élever les fardeaux, pour des- 
cendre le moule en bois dans la fone. 

Cadaula, 60. Dans le patois actuel, Cadaoulo se traduit par cadole, dinche, 
|M)us8ier d'une poiie , sorte de def. Cf. Clavels palmals, 

Cambc, 11,35,111,113,1/10, chanvre. On le trempait dans un bain de 
matières onctueuses e( on en revdtait lu chape pour augiMnter sa force 
de résistance. 

Camira, 55, robe pour le baptême de la cloche. Elle était généralement 
faite (le fine toile. 

CafM, 10, i83, chape, pai-tie du moule en terre qui recouvre la fausse 
cIcH'lio cl forme avec le noyau les deux mnraiMes entre lesquelles se fige 
le métal en fusion. 

Qarck, a5, 96, poulie de la chèvre sui* laquelle est posé le cAble destiné 
à élever les fardeaux. Le patois actuel lui a conaervé cette significa- 
tion. 

Cargadoira, 38, 4o, civière pour porter des fardeaux. 

Carna, Peut-être faut-il lire Carva, La signification de ce mot nous échappe. 
irPer una cassolieyra e per j cama en que se met la corda dd sen» (I, 
fol. 85 V). ' 

Cassolieyra. Sons à déterminer. Cf. Cama, 

Cava lo trauc, 109, creuser la fosse où la cloche doit être fondue. 

Cayrel d*asia, 58, coin d*acîer. 

Cendres , 1 si 7, œndres. Elles étaient passées au tamis et Ton en safupofidnii 
es divei'ses parties du moule pour en em|)écher l'adhérence. 



Digitized by 



Google 



- 115 — 
Clà^lë, ckmtf. Noos en troutofie une grande variété : * 

— barados, &&, 98. Dans les Comptes consuiaires d*Albi de i3og^î36o, 

Hs sont déàgùéê mm les noms de varadorê, ammrad&rg, antmnû' 
dors. C'étaient des clous destines stirtôiit à la pose des honrds, en 
roman amvan. 

— de campank, dons spéciaux pour la pose des doches. 

^-o mendatê. Peut-être eseudats. Mot dont le lens noets Murppe. Il est très 
fréquent dans les comptes de Moutagnac. «rPér lo seu mage, txvij 
clavels esendatsT) (I, fol. 70 r*). 

• — jazenals, jenezals, 47, &8, 96. L'étymologfie de ce mot est jttténa, 
ferme, pièœ de charpente « aiqourd'liui sajeno. D'où dous utilisés 
mrtout dans la pose des fermes. 

— palefemah, 45. L'évidente étymoiogie de ce mot esipaUtfre, palefroi. 

Du Gange doniie Pâlt^ehutlis, Il y a lieu de constater que le dotr p(^ 
lefemal pesait un quart de livre. Du Gange a pal^firenalis (sous fa- 
BAYBRBDi) mais non pas comme épithète de clavus.^ — Sont-ce des 
dons à ferrer? 

— palmah, palmels, clous longs d'un empan. «Per cl clavels palmak per 

la dicha itau-n (III, fol. 5o v*). «rPer hun celde de ferre e xxîj pal- 
mds e clau», cpie froc per lo aen mage» (III, M. ûi^ v*). 

— pers etpems, 43, 49, 53 , 69 , 95. Nous ne voyons pas la forme de ce 

genre de dons qui pesait une demirlivfe. Cf« artide 6t. , 

*^ refossau, 70, renforcés. 

— serrados, i4o; de serra, fffermei**». 

Clôt, 69, fosse dans laquelle on construit le mouk de la doche» C'est un 
synonyme de Gros et de Trauc, Voir ces mots. 

CoUb, 4i , 4a, solive. 

Comada. Voir Sera, 

Conhet, probablement petit coin de fer utilisé pour cfoaolider les divarses 
pièces du conti'epoids ou des coussinets des doches. «rPer lo sen mage, 
xivQ datels emaàtAi^ una montant et vj eonhets grosses eC viij lastras 
et vj conhetz per lo momol'» (l. M, 70 r*). 

Cantropês, <f , contrepoids, mouton de la eioehe. 

Correhtt, 1 ftt , courroie, lanière qtfi reliait le battant de la chiche. Dans le 
Glossaire archéologique du moyen Age et de la Renaisêanee, de Victor Gay, 

8. 



Digitized by 



Google 



— 116 — 

on lit, au mot cloche : «rPour une coroye a peadre le batAill dud. sainte». 
Cf. les mots Nervi et Suât, 

Cojfsis, 3o, 6a, coussinets en bois on en mëtal sur lesquds reposent les 
pièces de susjiension de la cloche. 

Gros, 39 , fosse dans laquelle on construit le moule. Synonyme de Clôt et de 
Trauc, 

Croziera, h 1, pièces de bois placées en croix sur lesquelles on transportait 
le moule en bois d*ua point à un autre. 

Curvel, 137, crible, tamis, |)our tamiser fargile du moule ou les cendres 
dont on saupoudre les diverses parties du moule. 

Embrasa lo contropes, 61, enfermer le contrepoids dans des anneaux de fer. 

Encaysa las mafnolieyras, 6&, revêtir de bois les i^amolieyras. Voir ce mot. 

Eêcumadoira, 1 & 1 , écumoire pour écumer le mêlai en fusion. 

Estaca de rosi, 4o, longe, courroie de cheval. On s*en servait [>our assujettir 
les agglomérer sur les civières. 

Eslanhan pour Estanh, 37, ëtain mélë au cuivre, dans les proportions de 
37 à a8 p. 100, pour obtenir le bronze des cloches. 

Fcmenela^ 70, sans doute le trou des coussinets où s'engageaient les manuh- 
lieyras. 

Fiel déferre, 10, fd de fer pour relier le moule en bois k la chape. 

Fiel polomar, fil de voile, grosse ficelle dont on se servait pour relier le 
battant à la cloche, tri* lardieyra et ij deniers de fiel polomar, que fouc 
|)er reliar los bâtais de las campanas?» (III, fol. a 4 9 r'). Voh' Du Gange, 
POLOMAR, et Mistral, Podlolmab. 

Filh de eram, io3, fil d*archal poui* relier les diverses parties du moule. 

Foniel de lafondero, ia3, fourneau bAti pour fondre le mëtal des cloches. 

Gimena, 87, partie accessoire de la cloche que nous ne saurions déterminer; 
elle était indépendante de la cloche. 

Gimera. Peut-être un synonyme de Gimena, fr A Poja per de ciavds per ado- 
bar j' capa que fes de postx a la gimera». 

Gorgola, 39. Signification k déterminer. La gorgola faisait partie du tour. 

Uoleta, i5, petite marmite destinée à oont^ir la matière onctueuse dans 
laquelle on plongeait le chanvre, etc. 



Digitized by 



Google 



— 117 — 

Holi, i 3 , huile; «d 8*en servait pour cdmposer la matière onctueuse dont 
on badigeonnait les diverses parties du moule. 

Honeha, HoHehar, Honke, 5, 8, i3, 17, 8o, 107, oindre, couvrir la sur- 
face extérieure des moules on le tour d*une couche de matière onctueuse. 

Huous, 1 33 , blancs d^œufs qu*on battait avec Targile employée pour le re« 
vêtement des inscriptions — la potée — en vue de lui donner plus de 
cohésion. 

Lardiera» Lardieyra, 7, a3, a6, 38, 67, corde, câble. 

Lastra, Sens à déterminer. Voir Omhet. 

Letras del $en, lettres, inscriptions imprimées en relief à la cloche. 

Lia lo moUe, 10, lier, an moyeu de fil de fer, le moule en bois k la 
chape. 

Malhal, Malh , 5o, 5 1 , 5â , marteau de foi^ pour briser la cloche à fondre. 
Synonyme de Bora, 

Mamolieras, Mamolieyras, 5o, 58 k 60, 63, 6&, partie en métal du con- 
trepoids qui passe dans les anses de suspension de la doche et repose, k 
ses deux extrémités, sur les coussinets. 

Marihiet, â 5. Sens à déterminer. Dans le patois actuel, on appelle martinet 
les points d*appui sur lesquds repose le cadre du tisserand. 

MoUe, 36, 35, 39, 98, 99, 101, 10&, J33, iâ3, moule en bois ou en 
argile de la cloche. 

Momol. Signification à déterminer. trAvem paguat a . . . fabre, per hun 
momol al sen tessiaN (III, fol. 159 r"). Le momo/ était en fer. Cf. aussi 
ConkeL 

Montaut, subst. féminin. Signification à déterminer. Cf. CoiAet, 

Nervi, nerf dont on se servait pour attacher le battant k la cloche. «rForon 
compradas de cabelieyras petitas et vi nervis per rdiar los bâtais de las 
campanasT) (lII,fol. 11 r*). 

Ola, 80, marmite destinée k contenir la matière onctueuse dont on badi- 
geonnait le moule ou dont on oignait les coussinets. Cf. Hokta, 

Onhs, 80, matière onctueuse pour oindre le moule ou les coussinets. 

Pala, 101, pelle pour rassembler la terre argileuse au moment où Ton 
construit le moule. 

Paleta, &8, même sens qaepala dont pakta est le dimiantif. 



Digitized by 



Google 



— 118 — 

P^, fi, 36, poix, nmtière eotrtQt dans la ooropotitioQ de VOwk$. Voir ee 
mot. 

Pem de pore, 8, 8o, panne de poro pour oindre les dodies ou le 
tour, 

Poja, Paija lo em, 9t, 98, monter la doebe au olocher. 

Post en que roda lo mode, 3, Tëchantillon , le gabarit du moule en 
bois. 

Querba, Tanse de suspennon de la cloche, ff A Ramonet que adobet la querba 
del sen tesgial et davelar la?» (II, 169 v*). 

Ramajes, 36 • motifs d'omomantation sur les doebos. 

Reliar lo sen, U eampana, 76, 94, assujettir la docbe au b^Broi. 

Romana, 75 , romaine, instrument pour peser la cloche ou le métal. 

Saudar, 70 , souder à la forge une pièce de fer. 

Sa;/» Sayy, 1 7, 1 Ao, graisse pour oindre le moule. 

Senia, Senier, qnelqurfois eemer, synonyme de Campania, Cmnpamê, 99, 
a 00, fondeur de doches. «rFono pagtiat a m* Johan fierot, senior de 
Monpeylie, per la favso de la c^nda esqidda, tant per lo metalb que 
hi mes, xj escuts et j moto?» (ï, fol. i3 r"). 

Sera comada, 36, 37, 139, cire à cacheter servant à Tiropression sur la 
doche des ornements et des inscriptions. 

Seti, 4a, sièige, surface plane sur laquelle on charge les bourres, 

Seu, 5 , 34 , suif servant h oindre le moule. 

Suât, cuir préparé au suif, coupé en longes et servant k relier le battant à 
la doche. (rPer dos suatz per reliar los batalhs de las campanas^) (lit, 
fol. 939 r*). Mistral, sou AT. 

Tacha, i4i , clou k caboche. 

Tela borjera, 55, toile bourgeoise, toile tine pour la robe de baptême de 
la doche. 

Tor, Tom, 8, 99, 91, ia4, 196, tour, instrument pour monter les do* 
ches au clocher. La cloche était attachée à un câble qui reposait sur la 
carela de ia cabrela et qui venait a'em^ouler sur le tom. 

Tortozieyra, â4, moulinet servant à bander le câble qui sur une charrette 
assujettit la chaiige* 



Digitized by 



Google 



— 119 — 

Traue, io/i, fosse du mooie de la cloche. Synonyme de Clôt et de 
Gros. 

Trencar lo sen, 5i, rompre, briser la rièille cfoche h Coups de mar- 
teaa. 

Vin hlane, 36, vin blanc entrant dans la composition de .la matière onc- 
• tueuse. 

Aug. Vidal, 

Correspondant du Comité. 



Digitized by 



Google 



DEVIS ET MARCHÉS 

POLR 

LA CONSTRUCTION D'UNE CHAPELLE 
A SAINT-PIERRE DE CHEMILLÉ, 

EN 1501. 



Communication de M. le chanoine Ch. llnsEAO, 
Cofre^ndant du Comité, à Angers. 



A la fiû du XV' siècle, François de Brie, fils cadet de Gilles de 
Brie-Serrant et d'Anne Giffard, avait épouse Marie Pierres î^), qui 
lui avait apporté en dot le château et la terre de La Sorinière, 
situés sur la paroisse de Saint-Pierre de Chemillé^^l 

C'était l'époque où le seigneur de Serrant t*) faisait élever, dans 
l'église paroissiale de Saint- Georges-sur-Loire, au-dessus de la 
tombe de ses ancêtres, des monuments dont la magnificence et la 
perfection attestèrent, pendant trois siècles, la richesse et le goût 
artistique de la puissante famille de Brie ^^h Le nouveau châtelain 
de La Sorinière n'aurait pu se .permettre un luxe aussi coûteux. Il 
voulut pourtant se préparer une sépidture qui fût digne de son 

(') Le mariage est antérieur au 97 février 1&96, car, à cette date, on trouve 
une déclaration faite i v noble homme Francoys de Brye, escuyer, seigneur de la 
Sorinière n, époux de Marie Pierres, par Guillaume Ceriand, pour une portion 
de moulin (Arch. du château de la Sorinière). Cf. aussi Bibl. nat., fr., cabinet des 
titres, dossiers bleus i35, fol. 8. 

^') Chef-lieu de canton de rarrondissement de Cholet( Maine-et-Loire). 
«(^) Le magnifique château de Serrant appartient aujourd'hui à M. le duc de la 
Trémoille. Il est situé sur le territoire de la conmiune de Saint>Georges-sur-Loire, 
arrondissement d'Angers. 

(«) Os ont été reproduits plusieurs fois, notamment pour Gaignières. (Cf. Bou- 
chot, Catalogue de$ eitampei dé la collection Gaignièrêi^ n^' 3 19, 3 90, 955i, 
9553, etc.) 



Digitized by 



Google 



— 121 — 

nom et de sa race. En i5oi, il fit accoler au transept de l'église 
Saint-Pierre de Chemillé et ériger sous le vocable de Notre-Dame 
de Pitié une jolie chapelle, où, jusqu'à la Révolution, furent 
inhumés les membres de la famille de La Sorinière. 

Cette intéressante construction a été rasée, en 1903, quand on 
a restauré la nef de Téglise. Il est regrettable qu'on n ait pu la con- 
server, car, sans parler de son mérite, la chapelle de Notre-Dame 
de Pitié ou de La Sorinière ^^) était un des rares édifices du com- 
mencement du ivi"" siècle, dont on connût tr Tétat civile complet. 

On possède, en effet, le texte d'un devis et de deux marchés 
conclus, le 5 et le 6 novembre i5oi, entre François de Brie, sei- 
gneur de La Sorinière, et Etienne Pelletier ou Pellepré, maître 
maçon, pour la construction des murs et de l'autel de cette chapelle. 
Les deux marchés sont intacts. Le devis, fortement endommagé 
par l'humidité, commence à tomber en poussière; on peut pour- 
tant, sauf en deux endroits, le déchiffrer sans trop de peine. 

Les trois documents, qui font partie des archives du château de 
La Sorinière, sont encore inédits. Ils nous révèlent le nom d'un 
architecte jusqu'ici inconnu, qui signe : Pelletier, bien que les 
deux marchés l'appellent Pellepré. Ils nous montrent un riche sei- 
gneur et un artiste, qui, en pleine Renaissance, s'entendent pour 
élever un édifice «k belle croysée d'ogyve?». Ils nous renseignent sur 
le prix du travail, sur la nature et le mode de transport des maté- 
riaux, sur la forme de la voûte, sur presque tous les détails de la 
construction. Ils méritent d'être tirés de l'oubli (^). 

Ch. Ubskau, 
Correspondant da Comité. 

<*) Il ne faut pas confondre celte chapelle avec celle du château de La Sorinière, 
dont la construction remonte au xv* siècle et qui renferme trois jolies fresques 
du siècle suivant et une statue très remarquable de Notre-Dame de Pitié. (Cf. 
Réunion det Société» det Beaux- ArU dei département», 3o* session, séance du 
19 avril 1906.) 

('' Tadresse à M. le comte 0*KelIy et à M"* la comtesse , née du Verdier de la 
Sorinière, des remerciements très sincères pour IVxtrèmc bienveillance avec La- 
quelle \h m'ont communiqué ces documents et permis de les publier. 



Digitized by 



Google 



— IM — 



I 



[i5oi]. — Fragment d'un dm» pour la conêtruction dune chapelle 
de l'églÎMe Saint-Pierre de Chemtllé, 

et de I« Sorynière vealt faire GhemiUë et est assavoir une 

lad, chapelle vis à vis de Tautel de lad. église et servira la 

loQgière^*^ de la croisée dud. prieure ^'^ et pareillement à lad. cha* 

pelle. 

Item fatdt faire une à la raison de vingt piez loiog d'icelle lon- 

gière, et de la longueur dUcdle longière et de la bauiteur. 

Item ung pignon aitre les deux longières, enlevé à la haulleur des deux 
longières et le sourplus à Tespiaiion ^'^ de lad. charpenterye; et en ieelay 
pygnoQ fouit un vitrai de la grandeur et hauHeur iTiceluy qui est ou 
pygnon du prieure, et y aura deux meyneaidx en iceluy vitrai et sur les 
roeyneaulx formayement le plus l^er que faire se porra. 

Item et au long d'icduy pignon et longière devers le vent d'aval. 

Item un gros pillyer de six à sept pîez en carré et conduyt près ou en- 
viron de Tung des deux de celny du prieuré, qui servira à equoster lad. 
voulte. 

Item fauldra commancer lad. voulte en manière de lampette en chacun 
des quatre cornières de lad. chappelie^*\ voultée à belle croysées d*ogyveâ. 
Et au regart du pygnon dessusd. , il sera assis à la ligne de celuy dud. 
prieuré, c^est à dire qu*il ne sortira pomt plus hors que enmy le cyme- 
tière ('K 

Item fauldra faire une arche, pour veoir et passer de lad. chappdle en 
lad. ^se à la devise de mond. sieur, et aussi faire un chauffepyé ^*^ en lad. 

Î'J Godefroy (DicL de V ancienne langue française) prend ce mot pour un terme 
d^arcbitecture et ne Texplique pas. Je crois qa^il est à peu près synonyme de pan 
de mur, de muraille. L'expression, d^ailleurs, semble avoir él^ particulière à nos 
centrées, car les trois exemples cités par Godefroy sont empruntés k des docu- 
ments angevins. 

(') Le prieuré de Saint-Pierre do Ghemilié dépendait de Tabbaye de Marmon- 
liers. 

(=»' C'est-à-dire, i la hauteur de Vépi. 

^*) La voûte s'appuyait, aux quatre angles, sur des culots. 

^^^ Le cimetière entourait Téglise, du côté du Nord et du cèté de l'Ouest. 11 est 
remplacé aujourd'hui par un square planté d'arbres. 

(*) La partie inférieure de cette cheminée avait été détruite, mais le tuyau 
existait encore au-dessus de la voûte. 



Digitized by 



Google 



— 153 — 

chappeOe en contre le gros pSlier, et sera conduyt ied. chauffepië avecques 
ie pignon. 

Item et fauldra faire une huysserie enmy la longière devers le vent 
d*aval, ponr entrer en lad. chappelle et où bon semblera à mond sieur. 

Item et faire die pour mepire eox piei de large et troys 

piez de bault dedans la fenestre plus grant que à Tentrëe de la fe- 

nestre là on bon qu'elle soyfc faicte et divisée k la bonne voule[kitë 

tt] disposition de mond. sieur. 

Item sera faict et assise une table d*aultel en lad. chappelle sur troys 
pffliers et deux ou troys entrepiez pour asseyer les ymaJges^*\ blanchir et 
enduyre et carreler touchant lad. chappelle. 



II 

i5ôi, i5 novembre. — • Marché entre Françotê de Briê, seigneur de La Sorinière^ 
et Etienne PeUepré, maçon , pour la eonstructton d'une ehapette de Péglite d$ 
Saint-Piêrrê de ŒêmiUé. 

Au jour duy v* jour de novembre mil v et ung , a este faict marché entre 
monsieur de Sainct- Ligner (*^ et de la Sorynière et Estienne Pellepré, 
maistre maczon, pour faire la massonnerye cy dessusd. pour le pris et 
somme de cinquante livres tournois et deui charges de seiUe et une pippe 
de vin bon et franc. Présans à ce : monsieur le prieur de Ghemillé^^^ et 
monsieur le prieur du cloîstre et monsieur d'Espirë^*^ frère dud. sieur de 
la Sorynière. Ainsi signé : P. Dupont, E. Pelletier, M. de Brye; Tan et jour 
que dessus. 

^^ n 8*agît probablement des (rymaigej)^ de saint Gosme et de saint Damien; 
Placées sur Tautel, ces deux statues, qui datent, comme la chapelle de Notre- 
Dame de Pitié, do commencement du xti* siècle, avaient été baptisées du nom 
de saint Aignan (saint Teignant) et de saint Ignace (saint Tignasse). Jusqu'à ces 
temps derniers, le peuple de Ghemillé et des environs les invoquait contre les 
maladies du cuir chevelu. En i88â, elles ont été déposées au Musée archéologique 
d*Angers. 

^^ Saint-Léger-des-Bois, commune du canton de Saint-Georges-sur-Loire, 
arrondissement d* Angers. 

(^) Pierre Dnpont, prieur de Saint-Pierre de Ghemillé, de 1676 à 1 5 16, qui 
signe un peu plus bas. 

W Epiré forme une section de la commune de Savennières, canton de Saint- 
Georges-sur-Loire, arrondissement d^Angers. 



Digitized by 



Google 



— 124 — 



III 



i5oi, 6 novembre. — Marché entre FrançoU de Brie, ieigneur de La Sorimère, et 
Etienne Peîlepré, maçon, pour la fourniture det pierree néeenairei à la eontti'uc^ 
(toft d'une chapelle de Végliee Saint-Pierre de CkemiUé, 

Le VI* jour de novembre mil v et mig, a este faiet mardië entre mon- 
sieur de Sainct-Ligier et Estienne Pelleprë, pour h pierre de toffeau quH 
fault pour faire et ëdiffîer la chappelle cy dessus dëclerëe et diviser ainsi 
que le marché se poursuyt et comporte. Et est dit qae led. Pdlepré four- 
nira led. sieur de Sainct-Ligier de tuffeau pour lad. chappdle et d'une 
table d*aultel de Ragesse ^^^ ou de Sainct-Aignen ^'^ et deux ou troys pierres 
de Ragesse pour faire les pilliers de dessoubz Taultel , pour le pris et 
somme de trente livres tournois. Et oultre est et accorde entre lesd. partyes 
que led. Pellepré ne rendra lad. pierre si non jusques au guë des Mo- 
riers ^^^ près Challonne et que led. sieur fournira de charroy, pour faire 
amener lad. pierre jusques au lieu du bourg Sainct-Pierre, U où sera 
édiffiëe lad. chappelle , et généralement toutes aultres matières pour faire 
lad. chappelle, tant tulTeaulx que cintres sur led. lieu. Item et est dit que 
lad. table d'auitel, qui doibt estre de Ragesse ou de Sainct-Aignen , ne 
aura que cinq ou six piez de long et deux piez et demy de large pu environ. 
Ainsi signé : Perdriau pour pr^nt et a la requeste de mond. sieur. 

^^^ La Rajasse ou Rajace est une localité de la commune de Ligrë, canton d^ 
Richelieu, arrondissement de Ghinon (Indre-et-Loire). 

t') Saint-Aignan'sur-Cber, chef-lieu de canton de Tarrondissement de Blois 
(Loir^l-Cher). 

(') Le gué des Moriers, à la limite des communes de Ghalonoes-sur-Loire et 
de Chaudefoods, sur le ruisseau du Jeu, qui par le Layon communique avec la 
Loire. 



'Digitized by 



Google 



LES 

TISSUS ET BRODERIES 

DU TRÉSOR 

DE LA CATHÉDRALE D EMBRUN, 

PAR M. L'ABBS ARNAUD D'AGINËL, 
Correspondant du Comité. 



Le vestiaire ancien de la cathédrale d^Embrun est particulièrement 
riche. Ce qui Tait Tintérèt des étoffes conservées dans celte église, en 
dehors de leur valeur artistique, c'est d'être conservées dans le sanc- 
tuaire où elles ont servi pour les cérémonies liturgiques. En outre, 
plusieurs pièces sont datées par les armoiries marnes qui y sont fi- 
gurëes» 

Cette préoieuse collection a arrêté, à plusieurs reprises déjà, 
l'attention des archéologues. M. Joseph Roman a donné dans Ylnven- 
taire de$ riehesses iari de la France une description des tissus et bro- 
deries de la cathédrale d'Embrun ^^K M. L. de Farcy leur a consacré 
un article (^l Mais ces travaux sont dépourvus de planches. Si nous 
donnons une nouvelle description des étoffes, c'est que nous pouvons 
y joindre la reproduction des pièces les plus remarq«able& et que 
nous pensons rectifier, pour quelques-unes, les dates données par 
nos prédécesseurs. 

Nous décrirons d'abord les ornements armoriés ^^^ , puis ceux qui 
ne le sont pas, ou dont les armes ont disparu. 

(') Inventaire génial de» richeaei <^arl dé la France, Province. Monuminli re- 
Ugieux, tl{i%%6), p. 33. 

(') L. do Farcy, Vitite à la sacrUtie de t ancienne cathédrale d'Emirrunt dans 
Bulletin de Im Société d'étudei det Hautêi-Alpei , ai* année (igon), 3* série, n" s. 

(^^ Ces ornement» armoriés aux armes d'archevêques d'Embrun faisaient sans 
doute partie de chapelles que ces prélats, dès le iiv* siècle , furent obligés de don- 
ner au Chapitre de Notre-Dame pour s'acquitter de leur droit de chapelle, droit 
très fréquent au moyen âge. 



Digitized by 



Google 



— 126 — 

Le Trésor actuel n'est que Tombre de Tancien ^^l Les richesses de 
toutes espèces accumulées pendant tout le moyen âge ont été per- 
dues, ou détruites soit par les Huguenots du Dauphinë, dans la 
seconde moitié du xvi* siècle^^), soit pendant la Révolution. 

Il ne reéte aucune broderie des xni* et xiv' siècles. Les pfemiers 
ornements en date ne remontent qu'à la seconde moitié du xv* siècle. 
Six chasubles classées par la Gommkaion des Monuments historiques 
sont enfermées à la sacristie, dans de grandes armoires à doubles 
panneaux vitrés à Hntérieur, en bois plein à Textérleur. 

Elles étaient dans ce meuble avec d'autres étoffes précieuses, le 
1 6 novembre 1790, quand les administrateurs du Directoire du dis- 
trict d'Ëmbnra firent Tinrentaire des archives et du vestiaire du 
Chapitre métropolitain de Notre-Dame '^|. 

La plus ancienne chasuble armoriée porte le blason de Rostaing 
d'Ancezune (i/igS-iSio) : de gueules à deux dragons ailés mons- 
trueux dor, affrontés, se retournant ai tenant dn pied droit leur 
barbe terminée par des serpents, leur qoene terminée de même. 
Roslaittg appartenait k la vieille famiHe des seigneurs de Laderousse; 
il avait été prévôt du chapitre d'Orange et était évêque de Fréjuê 
lorsl[}ue Charles Vm écrivit au chapitre d'Embrun pour le prier de 
le choisir en remplacement de Jean Baile qui venait de mourir. Il 
fut obéi. Rostaing, employé constamment par le roi àm France à des 
missions diplomatiques, ne résida presque jamais dans son diocèse* 
L'ornement dont il (it présent à sa cathédrale est en tissu d'or à 
grandes fleurs d'argent (pi. XIX). Il mesure 1 m. 16 de hauteur snr 
o m. 70 de largeur. La croix toute brodée en soies de cootenra snr 
bougran présente cinq personnages sous des voAtes en plein cintre 
vues en perspective. L'intrados de la voûte est k rangées parallèies 
de petits carrés multicdores disposés dans le sens de la longueur. 
Entre les colonnettes de support pendent des tapis. 



('^ Au xvi' siècle, le Trésor de Notre-Dame ne comprend pas moins de dix sta- 
tues d^argentmasdif et un grand nombre de reliquaires dV enrichis de pierres 
précieuses. 

^*i Brobrtin fut pri» d^assaut le 19 9<?ptembrf i585 par Lesdiguière», chef des 
protestants. La cathédrale fut brûlée en partie, le Trésor pillé, rendu, et le» àuh 
notnes disperséa. (Cf. Sigillogra^ie du diûcèse d* Embrun par Joaeph Roman, 
Paris, 1873.) 

<») Inventaire du ri-devant chapitre d'Embrun, petit in-foKo de 33 footllet» 
papier, Arcliives des Hautes- Alpes, série G, 5i, n" i. 



Digitized by 



Google 



— 127 — 

Sur le bas de la oroii, rAmumciation: à droite, la Vierge les mains 
jointes, vêtue d'un large manteau bleu de ciel, agrafé à la nais- 
sance du cou, et dont la partie supérieure recouvre la tête en guise 
de voile. Elle est tournée vers Tange debout à gauche, vêtu d'une 
robe à larges manches et d'un manteau, le bras droit levé en signe 
de bénédiction. 

Les deux personnages sont à mi-corps; les trois autres figurés sur 
la croix sont vus de pied. En haut, saint Paul tenant de la main 
droile une épée nue et de la gauche un livre. Au milieu, saint 
Pierre^ une grande croix appuyée sur Tépaule gauche ^^^ et, en 
dessous, Notre-Seigneur sans attribut. 

Le devant de la chasuble est occupé par un évéque milré et le 
Bon Pasteur qui tient d une main un volumen et de l'autre la hou- 
lette. 

Les illustrations qui accompagnent le présent travail permettent 
de rectifier quelques confusjpns commises par M. L. de Farcy. Ainsi 
cet auteur confond les armes de Rostaing d'Auoexune avec celles 
d'un de ses successeurs, Nicdas de Fiesque, d'où plusieurs attri- 
butions fausses. 

La chasuble décrite n'est pas un don, comme il l'écrit, de Ni- 
colas de Fiesque, mais de son devancier Rostaing d'Ancezune. Par 
contre, les deux ornements dont il va être question n'ont pas été 
oflerts par ce dernier évêque , mais par son successeur Nîcoias. 

Ainsi la chasuble (pi. XIX) au lieu de dater de 1 5 1 1 à 1 5 1 6 , re- 
monte aux années comprises entre 1A95 et i5io, durée du ponti- 
ficat de Rostaing. 

A propos de la chasuble (pi. XX), on lit danjs r la visite à la saoristie 
de l'ancienne cathédrale d'Embrun ^^ les lignes suivantes : «rLes 
orfrois i ymageset tabernacles nont plus rien de gothique, en y 
remarque la co^iille ai en vogue sur les frontons d'architecture des 
premières années du règne de François ^^ La croix de la chasuble 
porte les images. . .et au bas les armes de M^"^ Rostaing d'Ance- 
zune. n 

Or ce blason brodé, comme on peut s'en rendre compte par sa 
reproduction (pi. XX), n'est pas de gueules à deux dragons affrontés, 
mais il est bandé d^ai^gent et d'azur à six pièces. 

^*^ Sa'mt André , i apôU^« répond i ce type iconographique , mais ia présence de 
saint Paul placé au-des^mi indique qu'il s^a^i ici de saimt Pierre. 



Digitized by 



Google 



— 128 — 

Ce sont bieu lu les armoiries de M^ Nicolas de Fiesque, dont le 
transfert au siège archiépiscopal de Ravenne eut lieu en ' 1 5 1 6 , un 
an après Télévation de François I*' au trône de France. 

Ce pontife, d'une illustre famille génoise , ëtait administrateur des 
églises de Fréjus, Agde et Toulon, quand le pape l'éleva en iBi i 
à rarchevêchc d'Embrun. Le chapitre de cette ville avait élu Claude 
d'Arces, abbé de Boscodon, qui obtint des lettres patentes de 
Louis XIL Après avoir traîné en longueur et avoir été soumise au 
concile de Lyon, cette contestation fut terminée par Claude d'Arces 
lui-même qui rentra dans son monastère, en renonçant à tous ses 
droits. 

Sous le pontificat de Nicolas de Fiesque, François I" passa à 
Embrun. C'est peut-être à l'occasion de ce passage que l'archevêque 
fit don, au trésor de Notre-Dame, de la chasuble dont le décor 
architectural répond si bien , comme l'a remarqué M. L. de Farcy, 
au commencement du règne de ce monarque. 

Il est intéressant de voir une œuvre de broderie parfaitement 
stylisée avec son ornementation si caractéristique et si homogène. 
On constate aussi l'identité de dessin de cette broderie avec la 
sculpture sur bois de l'ameublement de cette époque. 

Cette pièce du Trésor d'Embrun est une preuve de l'unité de 
conception un peu sèche, mais très classique , des ornemanistes pen- 
dant le premier quart du xvi* siècle. 

La chasuble (pi. XX) a quelques centimètres en moins que la 
précédente, i m. lo de hauteur sur om. 69 de largeur. 

La croix toute en soies de couleurs est décorée de cinq images. 

Sur les bras, le mystère de l'Annonciation; la Vierge et l'Ange 
sont traités comme plus haut à mi*corps, leur habillement et leur at- 
titude sont semblables. Les autres saints sont les mêmes : saint Paul 
en haut, Notre-Seigneuren bas, seul celui du milieu est différent; 
d'une main il ramène sur sa robe son manteau et de l'autre il tend 
une bourse brodée au-dessus d'une croix latine. 

Sur le devant de la croix sont représentés saint Pierre et saint 
Paul. 

Les broderies ressortent en couleurs vives et tranchées sur un 
tissu riche, mais pâli par l'usure ^*l Comme la planche XX permet 

('î Pour remédier à rot état de vétusté, on a tendu sur réloffo des fils de soie 
destinés à la maintenir. Us sont visibles au bas de la reproduction (pi. XX). 



Digitized by 



Google 



— 129 — 

de s'en rendre compte, on voit que le dessin du fond est effacé par 
endroit. Neuve, cette étoffe brochée d'ai^gent et à fleurons d'or bou- 
clé, pourfilés de soie grenat, devait être très décorative et former un 
cadre magnifique aux broderies de la croix. Elle rappelle le tissu 
du célèbre parement de lutrin de la collection Spitzer n"" 3o5o, 
acheté par le musée des tissus de Lyon. 

Par suite san» doute de la confusion que nous avons signalée, 
M. L. de Farcy rattache la chasuble (pi. XX) à une chapelle complète 
composée de deux dalmatiques, d'une chape principale et de quatre 
chapes secondaires. On doit rapporter cet ensemble d'ornements 
à la pièce précédente (pi. XIX). Le tissu de la dalma tique dont 
nous donnons ici la reproduction (pi. XXI) est tout à fait diffé- 
rent de l'étoffe brochée d'argent à fleurons d'or pourfilés de soie 
grenat qui forme le fond de la chasuble (pi. XX), et par contre, sem^ 
blable et de texture et de dessin au tissu de la chasuble (pi. XIX). 
D'ailleurs, aucun doute xt^ saurait subsister à cet égard, puisque la 
dalmatique et les autres pièces de cette chapelle portent aussi les 
armes de M^' Rostaing d'Ancezune. 

Deux bandes étroites de broderies en couleur de o m. 08 de lar- 
geur courent parallèlement le long des dalmatiques ( pi. XXI ). Chaque 
colonne est ornée de trois figures sous des tabernacles de style go* 
tbique flamboyant. 

Le sol, comme sur beaucoup de travaux italiens, est formé par 
la juxtaposition de petits carrés de couleurs diverses, imitant un 
dallage de marbre. Deux cordons terminés par de gros flots en fils 
de soie rouge mêlés à des fils d'or pendent par derrière, de chaque 
côté d'une large encolure le long de laquelle court horizontalement 
une bande de broderie. Elle est aux armes de M^ Rostaing d'Ance- 
zune que soutiennent des deux mains, dans leur vol, deux an^^s 
affrontés, à la chevelure de feu et aux ailes d'or. 

La chape du célébrant toujours taillée dans le même tissu a, sur 
son chaperon , Jésus-Christ assis en majesté. Le Christ appuie la main 
sur un globe d'or et lient de l'autre la croix. L'arcature est une voûte 
en plein cintre, richement décorée, vue en perspective. 

Sur les chapes secondaires, dont le fond plus récent que la bro- 
derie est en lampas d'argent à dessins Louis XIV, on voit saint 
Pierre avec une longue clef d'argent et saint Paul avec l'épée nue de 
son martyre. 

Arcb£ologib. — N* l. o 



Digitized by 



Google 



— 130 — 

Tous les penonnages figurés sur les ornements de cette chapelie 
sont à manteaux d'or et à robes bleues, vertes, roses, lie de 
vin, etc. 

La croix de la chasuble (pi. XXII) a pour cadre nn drap d*or mo- 
derne dépourvu de tout intérêt. Elle est aux armes de M^ Nicolas 
de Fiesque, bandé d'argent et d'azur à six pièces, et mesure i m. lo 
de longueur sur o m. 60 de largeur. Cette broderie merveilleuse de 
finesse est exécutée au point de bouture et en or tiné. On a rajusté 
artistement des orfrois de chape à tabernacles de style gothique 
flamboyant et à images doubles, c'est-à-dire placées deux de front. 
La perspective des tabernacles est très bien rendue par le iîiyant du 
pavage à carrés multicolores, imitation marbre. 

A en juger par le dessin et le coloris, ainsi que par le costume 
et le type des personnages, c'est un beau travail flamand des pre- 
mières années du wi** siècle. 

Le registre supérieur représente Notre-Dame sous les traits d'une 
vierge jeune et modeste chastement enveloppée d\in manteau 
d'azur; elle écoute un saint debout à son côté, qui paraît être saint 
Jean. Cet apôtre est vêtu en religieux comme sur plusieurs tableaux 
et tapisseries de l'époque. En dessous, dans un autre compartiment, 
on voit un homme dont l'habillement se compose de hauts-de- 
chausses, d'un surtout à fourrures et d'une toque. Une sainte tient 
appuyée contre sa poitrine une croix en forme de tau. 

Sur le registre d'en-bas. Judas s'approche de Jésus-Christ pour 
lui donner le baiser convenu. Le traître est reconnaissable à son 
casque à visière, à son époe et surtout h l'absence de nimbe. 

Sur les bras de la croix , saint Pierre et saint Paul sont repré- 
sentés k mi-corps. Le premier porte la clef d'argent, son symbole 
ordinaire, le second le livre et les roseaux. Les deux figures oc- 
cupent des niches surmontées de coquilles, identiques à celles de 
la chasuble (pi. XX). Les deux morceaux de broderie s'harmonisent 
mal avec les autres parties de la croix. Ils sont sans doute de même 
époque, mais à coup sûr de travail différent. 

Le devant de la chasuble est occupé par deux groupes. Une sainte 
présente un plat h un saint^*^ Au-dessous, Judas, en tunique bleue, 

^'^ Si ce n^ctaît pas Paurëoie du saLat, nous verrions dans ce tableau un des 
épisodes de î« Cène eucharistique très sonvenl reproduit : le Christ pré-^cntant te 
plat à Judas. 



Digitized by 



Google 



— 131 — 

le chef couvert d'une calotte rouge, porte la main sur Notre-Seigneur 
qui étend le bras en avant. 

La chasuble (pi. XXIII) ne porte plus les armes de son donateur, 
mais elle est mentionnée, dans les inventaires du Trésor de Notre-- 
Dame, comme cadeau de M^Balthazar Hercule de Jarente, dont le 
blason était d'or à un sautoir de gueules. 

Ce prélat, d'une vieille famille provençale, fut d'abord chanoine 
de Saint-Sauveur à Aix, président de la Chambre des Comptes de 
Provence, évéque de Vence (i53i), évéque de Saint-Flour (i5&i) 
et enfin, par permutation avec Antoine de Lévis, archevêque d'Em- 
brun en i5&8. H reçut dans cette ville Henri II revenant d'Italie 
et mourut en i5B5. 

La chasuble de i m. 08 de longueur sur o m. 67 de largeur est 
de velours violet de teinte sombre, sur lequel sont brodés en or 
symétriquement de grands motifs. > 

Hs ressortent avec beaucoup de relief sur le fond presque noir, 
au milieu d'une guirlande de rinceaux délicats. Ce système décoratif 
(ait ressembla les étoffes de soie aux riches brocards si recherchés 
aux xv'' et xvi* siècles. La croix présente sur le montant trois groupes 
composés chacun d'un saint et d'une sainte. 

En haut , saint Jean, imberbe et de physionomie féminine, tient un 
calice d'or dont la coupe repose sur son cœur de disciple privilégié. 
Sainle Madeleine, du nombre aussi des privilégiés du Christ, [>orte 
de la main gauche le vase à parfum, d'albâtre, symbole de son 
amour et do sa pénitence. 

Au-dessous, saint Pierre et sa longue clef d'argent, sous les traits 
d'un vieillard chauve et barbu, et sainte Catherine d'Alexandrie vêtue 
d'une belle robe ouverte sur le côté et d'uii élégant corsage. La 
martyre porte, la pointe à terre, l'épée nue de sa décollation. 

Plus bas , saint Jacques le Majeur, en costume de [>èlerin , bour- 
don, pèlerine, escarcelle, eo souvenir du cél^re pèlerinage de Com- 
poetelle. 

Tous ces personnages, vus de face ou de trois quarts, se dé* 
tachent en couleurs vives sur des draperies d'or, au fond d'édicules 
de style gothique flamboyant. Les voûtes sont brodées en soie rouge 
clair. 

Deux tableaux de même genre que les précédents garnissent le 
devant do la chasuble : saint Paul armé de son glaive d'argent et 
saint Etienne protomartyr. De nouveau, saint Pierre avec sa clef, 



Digitized by 



Google 



— 132 — 

sainte Catherine portant cette fois le livre des Écritures dont elle 
avait la science. 

Sur les bras de la croix sont représentes le prophète Enoch et son 
compagnon habituel Élie. Leurs noms se lisent sur les phylactères 
ou banderolles qui s'enroulent autour de leur tête. Le manteau des 
deux prophètes, au lieu d'être en or comme celui des autres person- 
nages, est bleu pour Enoch, vert pour Élie. 

La chasuble (pi. XXIV) [i m. 1 1 de longueur sur o m. 68 de lar- 
geur] n'est pas armoriée, ou tout au moins il ne reste plus trace de 
blason. Aucun inventaire ne relate le nom du donateur. 

Cette pièce curieuse appartient, d'après son décor, à la seconde 
moitié du xv* siècle. Elle est de drap d'or entièrement recouvert de* 
fleurs et de grenades , dont les contours sont l^èremenl dessinés en 
soie rouge. Cette étoffe, par suite de l'usure, est en très mauvais état. 
La croix bien conservée est en velours rouge semë de points d'or. 
Elle est enrichie d'histoires en broderies eslevées, c'est-à-dire de 
scènes traitées en relief. Dans l'exécution de ce travail, l'artiste com- 
mence par mouler les parties saillantes des personnages et des 
motifs avec de la laine, puis il recouvre ce modelage primitif de fils 
d'or et de soie. 

Les broderies en relief avaient sur les broderies plates Timmeose 
avantage de se voir de plus loin et de se détacher nettement sur le 
fond obscur du velours. C'était là le procédé le plus en rapport 
avec la destination des ornements faits pour être vus à distance par 
les fidèles, lors des ofiices liturgiques. Ce genre de décor n'offrait 
qu'un inconvénient, celui de s'user plus vite que tout autre. Par 
suite du frottement et de la tension plus forte sur une surface bom^ 
bée que sur une plate, les fils se coupaient et s'effilochaient rapi- 
dement, laissant apercevoir le remplissage. 

Pourtant la chasuble est en bon état de conservation. 

Seul le personnage du sommet de la croix a été remplacé par une 
plaque de vermeil en forme de rosace ou de mascaron, orn^ jadis 
au centre d'une pierre taillée eu cabochon. C'était probablement 
une partie de quelque fermoir de chape. Ce personnage apparaissant 
au milieu d'une gloire dont on voit encore les rayens (pi. XXIV) ne 
pouvait être que le Père Éternel bénissant son fils au jour de sa 
naissance terrestre. 

Le mystère de la Nativité du Christ se déroule au centre de la 
croix et sur les bras. Une hutte en branchages, simples pieux 



Digitized by 



Google 



-^ 1S3 — 

plantes en terre supportant un fattage à deux rampants, figure la 
crèche. Sous cette toiture improvisée, faite de bagueftes de bois 
réunies par des banderoUes en soie de couleur, on voit la Vierge 
d^azur, prosternée à deux genoux, les mains jointes devant un lange 
sur lequel TËnfant repose. En face, saint Joseph en robe bieue et 
manteau d*or; entre eux, le bœuf brodé en rouge. Sur les côtés, deux 
anges affrontés, en dalmatique d*or à doublures verte et bleue et 
aux ailes tricolores, tiBinent des deux mains des phylactères dont 
Tinscription a disparu. On y lisait sans doute les principaux textes 
de l'office de Noël : Puer natus est nobis — Gloria in exceUis Deo 
— Pax kamimbus bmes vohmlatis. 

Ce tableau de la naissance du Christ est séparé de celui du Cou- 
ronnement de la Vierge par des tiges entrelacées dont les courbes 
paraissent décrire un M et un A, premières lettres du nom de Marie. 
Ce motif est en relief. Dieu le Père et à sa droite son Fik sont assis 
en majesté sur un siège bas et allongé, un banc plein sans dossier. 
Vêtus de chapes d'or, ils portent des couronnes resplendissantes de 
pierres précieuses. Le Père bénit de la main levée Notre-Dame age- 
nouillée aux pieds de son Fils. 

Plus bas, au-dessous du croisement de deux arcs de cercle, on 
assiste à la Présentation de Marie. La Vierge enfant, vue de profil, 
est à g^QOux, les mains jointes, sur les marches du temple. Cet édi- 
fice est représenté par une sorte de terrasse de marbre, soutenue 
par quatre colonnes et surmontée du livre de la Loi. 

A l'extrémité inférieure de la croix, saint Jean debout tient un 
calice de la main gauche et le bénit de^a droite, comme fait le 
prêtre à la messe au moment de la consécration du vin. 

Les broderies du devant de la chasuble sont plates; on y remarque 
trois personnages: la Vierge, saint Joseph et le précurseur Jean- 
Baptiste. 

L'étoffe (pi. XXV) a 1 m. 1 1 de longueur sur o m. 65 de largeur. 
Cest un superbe velours rouge broché d'or à grands bouquets et 
branchages dans le style de la seconde moitié du xv* siècle, et à 
semis de feuilles de trèfle. 

Ce tissu très riche n'encadre que des broderies d'une exécution 
grossière et d'un coloris de mauvais goût. 

Six personnages groupés deux par deux, aux manteaux larges et 
coupés verticalement de couleurs criardes, se détachent sur le fond 
jaune canari de la croix. Sur le devant de la chasuble, sainte Cécile 



Digitized by 



Google 



— 134 — 

et une autre sainte joneni des instruments de musique. Une 
femme prësenle h un prétm un objet informe. Notre^Seigneur cause 
avec un Saint. 

Les figures des personnages ne sont pas brodëes en soies de car- 
nation comme sur les autres chasubles à images. Ainsi la physio- 
uomie du Cbrist est jaune d or, celle d'un Saint verdâtre. 

On conserve encore au trésor d'Embrun un grémial de travail ita- 
lien, de la fin dn xti*" siècle. Ce voile liturgique, destine à recouvrir 
les genoux de Tévéque lors de certaines cérémonies pontificales, est 
un carré de soie verte de o m. 66 de côté. Au centre, se voit une iétc 
de chérubin à la chevelure blonde cendrée et aux quatre ailes blan- 
ches disposées en pointe. 

Sur le fond courent des arabesques or et argent. Des rinceaux de 
feuillages d'or sont agrémentés de fleurs bleues, jaunes et rouges 
délicatement nuancées. Cette riche broderie se détache avec beau* 
coup de relief sur le vert sombre de l'étoffe. 

On rapprochera de ce superbe grémial un voile de calice, d'un bel 
effet décoratif, et qui mesure o m. 6j de côté. Sur un fond de soie 
couleur tabac sont disposés symétriquement quatre bouquets de 
trois fleurs au naturel, cerclés d'argent et montés sur des feuilles 
d'acanthe or. 

Au milieu , une colombe d'argent inscrite dans une gloire à rayons 
flamboyants. De petits bouquets de même style que ceux des coins 
sont silhouettés d'argent. 

Un léger tissu de soie blanche servant au même usage que le 
voile couleur tabac est d^m décor italien de mauvais goût. Le mo- 
tif central de cette broderie du xvi* siècle est le mystère deTAnBon- 
ciatioa. 

Dans un médaillon ovale, la Vierge est représentée à mi-corps, 
en robe décolletée, les bras tendus en avant, sur le fond soyeux 
d un triptyque rayé de jaune et de brun. Des fils de soie teintés du 
rouge sombre au rose clair sont tendus en guise de rayons. L'ar- 
change Gabriel à peine visible apparaît à Notre-Dame. On remarque 
encore deux anges affrontés en longue tunique, des arbustes plantés 
dans des vases lourds et unis, un ostensoir en forme de soleil, des 
cœurs, des corbeilles fleuries, etc. Plusieurs de ces ornemeots ont 
été mis après coup au xvu' siècle. 

Un voile d'un décor asses heureux est encore celui (om. 5o de 
côté) sur lequel les instruments de la Passion réunis en trois 



Digitized by 



Google 



— 185 ~ 

faisceaux sont brodés en oi^sur satin violet. Au milieu , la Croix cou* 
ronnë d'épines, la lance de Longin et Tépongeau bout d'une pique. 
A droite, la colonne de la flagellation, les fouets et les lauriers. A 
gauche, Tëchelle, les clous et les tenailles. 

On trouve au trésor de la cathédrale d'Embrun des exemplaires 
intéressants des deux genres d'ornementation les plus en vogue 
pour les ornements sacerdotaux : le décor floral et le guipé en relief. 

Dès la fin du règne de Louis XIV, la mode est aux fleurs natu- 
relles pour les broderies. Seules, en gerbes ou en bouquets, elles 
s étalent partout sur les canapés et les fauteuils, les tentures et les 
robes. Du boudoir et du salon elles passent dans la sacristie et du 
vestiaire des dames dans celui des prêtres. 

Chasubles , dalmatiques et chapes, parements d'autels et bannières 
se couvrent d'œiilets, de tulipes et de roses, dont la culture était alors 
en prédilection, comme celle des chrysanthèmes aujourd'hui. 

Le trésor de la cathédrale d'Embrun renferme trois chasubles de 
moire grenat, verte et violette, ornées dans ce goût. 

L'une, de moire grenat (t m. lo de longueur sur o m« ùk de 
largeur), ofi're un décor floral d'une composition vraiment artistique 
tant par le choix des fleurs que par l'heureuse combinaison des 
nuances. 

Au-dessous de la colonne fleurie faite d'une grande et d'une 
petite tiges entrelacées, un chapeau d'archevêque est brodé de 
vert. 

I^es broderies de ce genre étaient faites en points d'une exécution 
rapide, tels que le lanc^^ le passé, le point de flamme. C'est là sans 
doute aussi un des motifs de leur long succès. 

En même temps que se manifeste le goftl des broderies dont les 
éléments sont empruntés à la flore des jardins, se développe paral- 
lèlement la mode du guipé en relief. Il faut entendre par là ces 
motifs conventionnels, traités avec plus ou moins de relief et ton* 
jours lamés ou tissés d'or et d'argent. 

Dans ce travail, l'ornemaniste n'a qu'uue préoccupation exclusive, 
la richesse du vêtement liturgique. Son contentement est en raison 
de la quantité de métal précieux qu'il fait entrer dans la confection 
des tissus et dans leur décor. 

Une autre chasuble (i m. t5 de longueur sur om. 69 de lar- 
geur) est intéressante par Toriginalilé de dessin du fond. Des tiges 
brodées en or et bordées de lisérés verts sur velours rouge tiennent 



Digitized by 



Google 



— 136 — 

i 1« fois et de la nature et de la convenlion. Elles rappellent Tome- 
mentation florale par la liberté d'allure de certaines lignes et le 
gaipé en relief par Tabsence de coloris et la surcharge du déccnr. 

Au XYiii* siècle, au lieu de se contenter de la couronne d'or et de 
la colombe d'argent, on brode en ronde bosse sur la surface entière 
des ornements de lourdes arabesques, das croix, des grenades et 
des cornes d'abondance. 

Pour donner l'inventaire complet du Trésor de Notre-Dame 
d'Embrun, il faut citer encore les vêtements liturgiques des xtii* et 
xYin*" siècles que possède cette cathédrale. 

Le xvii' siècle est représenté par : i"" trois chapes de brocard or 
et argent de la fin du règne de Louis XIY; 

3* Une chapelle complète pour TofiBce des morts, à broderies 
d'argent en relief sur soie noire (i chasuble, 9 dalmatiques, 
5 chapes); 

3"* Une chape et une diasuble de soie rouge piquées d'or et d'ar- 
gent aux armes du donateur l'abbé Élienne de Roux d'Aribaud de la 
Peyrusse (i 666-1 694). 

Les pièces du xviu* siècle comprennent trois chapelles complètes. 

La première, de soie rouge à ramages d'or et galons d'argent au 
fuseau; 

La seconde, d'un riche tissu glacé d'argent. C'est un don de l'ar- 
chevêque Pierre Guérin de Tencin t*) (1736 à 1740) pour payer 
son droit de chapelle. Le blason était : d'or à un arbre arraché de 
sinople, au chef de gueules chargé de trois besans d'argent; 

La troisième est un tissu d'argent à fleurs multicolores sans style, 
étoffe commune dont les fabriques de Lyon ont approvisionné les 
églises jusqu'au milieu du xix* siècle. 

A citer aussi une bannière de soie blanche décorée d'un Saint- 
Sacrement entre deux anges agenouillés, et un voile de calice brodé 
de rinceaux or et argent sur un fond rouge de Naples, aux armes 
des Franciscains d'Embrun. 

Après la lecture de cette étude et l'examen des planches photo- 

(^) (Test sous ie pontificat de cet archeréque que fut tenu en 1797 te fameus 
concile dans iequei fut condamné Soanen, évéque de Senei, accusé de jansé- 
nisme. 

Pierre Guérin de Tencin fut récompensé de son zèle contre les jansénistes par 
son élévation au cardinalat en 1789 et son transfert, un an après, à Tarchevéché 
de Lyon. 



Digitized by 



Google 



— 137 — 

typiques qui raccompagnent, on est certainement de Ta vis de 
M. L. de Farcy que cet auteur exprime dans les lignes sui- 
vantes : 

(T Présenter les ornements d'Embrun comme des chefs-d'œuvre 
ou même des types rares de Fart de la broderie serait une exagt*- 
ration. Ces ornements, quoique d une valeur artistique secondaire, 
présentent un grand intérêt pour Tétude des anciennes broderies , à 
deux points de vue : 

i"* Ds portent presque tous les armoiries de leur donateur, par 
conséquent des dates approximatives qu on rencontre très rarement 
ailleurs ; 

9'' Leur suite chronologique de la fin du xv* siècle à la fin du 
du xviii* siècle forme une série ininterrompue de chapelles. Elle 
permet de saisir sur le vif, avec preuves à Tappui, la décadenco 
progressive de Tart de la broderie tombé si bas au moment de la 
Révolution. t> 

Les vêtements liturgiques les plus intéressants (pi. XIX à XXV 
inclusivement) remontent aux environs de' 1 5 oo, date précisément 
de la plus grande célébrité de Notre-Dame d'Embrun. Le Chapitre 
de cette ^ise avait alors un personnel de cent chanoines béné- 
ficiers, oïl prêtres attachés è son service. Le bruit des prétendus 
miracles accomplis autour du Real (^), au xiv* siècle, s'était ré- 
pandu dans la France entière et dans les pays voisins. Aussi les 
pèlerins accouraient-ils de partout vénérer Fimage surnaturelle 
de la Mère de Dieu. 

Quelques broderies du Trésor de Notre-Dame proviennent de 
rétranger. La chasuble (pi. XXII) est une œuvre flamande. 

Le grémial et le voile de calice sont des travaux italiens de la 
fin du xvt* siècle. Faut-il attribuer la même origine à la chasuble 
(pi. XXIV)? Un détail caractéristique nous porte à y voir un pro- 
duit des ateliers de Florence. Les anges qui assistent à la scène 
delà Nativité du Christ ont les ailes bleues, blanches et ronges 
comme dans les peintures italiennes de la même époque. 

L'ornement (pi. XXV) est italien. 

Le vestiaire de Notre-Dame est composé en grande partie de 



{*) Cette peinture , nommée le Rëai , décorait le tympan de Tune des portes de 
Téglise de Notre-Dame d^Embrun. Elle représentait la Vierge , les trois rois mages 
et qodqoes autres figures. 



Digitized by 



Google 



— 188 — 

pièces brodiles ea France. Vue la proximité d'Embrun de TlttUe, 
c est \h une preuve de Timportance de nos ateliers de broderies aux 
XV** et \vi' siècles. 

On peut juger par les chasubles (pi. XIX, XX et XXII) que les 
brodeurs d'alors observaient encore, même après i5oo, les règles 
suivies par leurs devanciers du xiv" siècle dans le choix des sujets 
et dans leur exécution. Ils se plaisent à figurer sur les orfrois les 
principaux mystères du Christianisme et les saints les plus popu«- 
laires au moyen âge. L'Annonciation est souvent reproduite. L ange 
et la Vierge sont placés chacun sur Tun des bras de la croix. Les 
saints que Ton voit le plus fréquemment sont Jean TEvangéliste, les 
apôtres Pierre et Paul , le diacre Etienne. Jé8US*Chri8t parait tantôt 
la croix sur Tépaule, tantôt assis en majesté, d'autres fois sou» les 
traits du Bon Pasteur. 

Ces personnages sont traités, comme dans les broderies du 
XIV* siècle, avec un vif sentiment religieux; les formes sont moins 
grêles, les visages moins allongés, l'expression de leur physionomie 
n'est plus aussi mystique, mais demeure pieuse. L'artiste réédite 
les anciens types iconographiques. Saint Pierre porte toujours la 
croix de son martyre, ou la clef d'argent, symbole de son pouvoir; 
saint Paul, l'épée nue de sa décollation, le livre de ses épitres, ou 
les roseaux; saint Jean, le volumen ou le calice. 

Les vêtements ne rappellent en rien les combinaisons recherchées 
des draperies du xvi' siècle. C'est toujours l'antique manteau dW 
doublé en soie monochrome et la robe longue et tombante. Oa 
pourrait croire les images des chasubles (pi. XIX et XX) antérieures 
d'un siècle à leur date, si ce n'était le style des arcatures. 

La bi*oderie religieuse est une des branches de l'art français qui 
a subi en dernier lieu l'action de la* Renaissance. No» brodeurs 
chasubliers de la fin du xv^ siècle et de In première moitié du 
xvi* n'empruntent à leurs voisins d'Italie que des motifs seoon^ 
daires de décor, de nouveaux effets de couleurs, tel ce sol en pe* 
tits carrés de toutes nuances à l'imitation d'un riche dallage ea 
marbre ^^K Telles encore ces voûtes à caissons qui font penser aux 
plafonds surchargés de dorure des basiliques romaines (-^). Rien ne 
montre mieux la différence entre les broderies de France et celles 



{') Planches \l\ et \\l. 
(' Planche XIX. 



Digitized by 



Google 



— 139 — 

de la péiûnsnle italique que Texainen compare dea chasubles (pi, XIX 
et XX) avec lornement reproduit (pi. XXIV). Ici les saints oui un 
visage plus plein, une expression plus humaine que ceux figun^ 
sur les travaux français. On remarque aussi plus d'élégance dans 
Tattilude des personnages, dans leur habillement et même quelque 
redierche et mi^rene. 

Les scènes de la Nativité du Christ et de la Présentation de la 
Vierge au temple dénotent, ches celui qui les a figurées, une richesse 
d'imagination inconnue des brodeurs du xv* siècle. A voir ces petits 
tableaux à quatre et cmq personnages heureusement groupés et très 
vivants, on sent approcher Tépoque du rajeunissement de la bro- 
derie, où Tartiste dans le décor d'une phasuble s'inspirera de l'œuvre 
de quelque grand peintre, cherchant à reproduire avec l'aiguille 
les merveilles réalisées par le pinceau. 

C'est le temps dont M. de Laborde a pu écrire : (f Alors broder 
était un art, une branche sérieuse estimable de la peinture. L'ai- 
guille, véritable pinceau, se promenait sur la toile et laissait der- 
rière le Gl teint en guise de couleur, produisant une peinture d'un 
ton doux et d'une touche ingénieuse, tableau brillant sans reflet, 
éclatant sans dureté, d 

Le brodeur ne se contente pas, comme jadis, de placer sous des 
meneaux ou des arcades des rrymages sangles ou doubles t», dont le 
type lui est le plus souvent imposé; il choisit ses personnages et les 
distribue à sa guise dans des compositions libres et animées. 

Les ornements de la cathédrale d'Embrun permettent aussi de 
se rendre compte de la technique merveilleuse des chasubliers du 
moyen âge par la variété des points qu'ils offrent : le point droit ou 
de bouture, le point de chaînette et le point fendu, la couchure 
ombrée, les points gaufrés, nattés, billetés, lancés, etc. La cha- 
suble et la dalmatique (pi. XIXetXXI)sont enornué, le plus artis- 
tique de tous les genres de broderie, celui auquel on doit les plus 
beaux chefs-d'œuvre. Ce travail délicat exigeait beaucoup de temps 
et de patience. 

M. Henri Noirot termine ainsi son rapport sur la broderie à l'Ex- 
position de 1900 : tr Beaucoup de bons esprits, qui ne se peuvent 
arracher à la contemplation du passé, désespèrent de voir jamais 
refleurir les élégances anciennes. Quant à nous, tout en faisant 
la part des transformations nécessaires d'un art qui ne saurait être 
que le reflet des mœurs et des usages d'une époque, nous pensons 



Digitized by 



Google 



— 140 — 

que la broderie est loin d*avoir dit son dernier mot, et qoe noos 
ponfons espérer d'elle des manifestations dont Tintërét ne sera pas 
méconnu par les générations fntares.?) 

Cette assertion optimiste ne s'applique pas à la broderie religieuse 
dont réfolution artistique est achevée depuis près de trois sîèdes. 

Le Testiaire de Notre-Dame d'Embrun rappelle les principales 
étapes de cette évolution qui reste un des chapitres les plus inté- 
ressants de l'histoire de l'art pendant le Moyen Âge et la Renais- 
sance. 

AaNàuo d'Agnii., 
Correspoodanl du Comité. 



Digitized by 



Google 



LES MEDAILLES 



DES 



ÉTATS GÉNÉRAUX DE LANGUEDOC, 



PAR M. EMILE BONNET. 



Parmi les nombreux monuments qui perpétuent le souvenir des 
États généraux de Languedoc, )es documents numisma tiques occu- 
pent une place importante. Cette puissante et fastueuse assemblée , 
qui aimait k entourer ses actes d'un grand apparat, avait coutume 
de rappeler sur For, Taiigeat ou le bronze , le souvenir des princi- 
paux événements qui intéressaient la province. C'est ainsi que dans 
la longue suite des jetons frappés à Toccasion des convocations 
anntielles, les faits les plus marquants de ses annales sont évoqués 
par de fort artistiques compositions, de charmantes allégories et 
d'ingénieuses devises. Mais, à côté de cette série continue que nous 
avons précédemment étudiée (^) et qui s'étend presque sans interrup- 
tion du milieu du xvn** siècle jusqu'à la période révolutionnaire, 
tes Efats de Languedoc eurent Toccasion de frapper d'autres monu- 
ments métalliques de dimension plus considérable et de valeur 
intrinsèque plus grande. Nous voulons parler des médailles décer- 
nées par cette assemMée pour récompenser les services rendus à 
la province, à divers titres, ou encore pour encourager les sciences 
et les arts^^). Ces médailles sont aujourd'hui fort rares, car, ainsi 
que leur destination l'indique, elles ne furent frappées qu'en petit 
nombre, souvent même qu'à un seul exemplaire. 

('^ Voir Le» jelon» de* ÉtaU Généraux de Languedoc, dans Bulletin archéolo- 
gique, 1899, p. a4 1-839, et pï. VIII-XIV. 

^') Plusieurs États prorinciaux ont eu l*occasîon, comme ceux de Languedoc, 
de faire frapper des médailles. Au Congrès des Sociétés Savantes tenu 4 Bordeaux 
en 1903, M. Maurice Raimbault a présenté un mémoire sur les médailles décernées 
par les États de Provence. Ces médailles forment toute la numismatique de cette 
assemblée qui n^a jamais frappé de jetons. Elles sont datées des années 17A7, 
1786, 1786 et 1788 (BuUetin ttrchéologiqu9, 1903, p. Lfiii). 



Digitized by 



Google 



— 142 — 

Les cabinets de numismatique nous ont fait connailre quelques- 
unes de ces pièces. Les archives des États nous ont révélé Texistence 
de certaines autres qu'il ne nous a pas été possible de retrouver. 
Plusieurs ont assurément échappé à nos investigations. Néanmoins, 
nous avons pensé qu'il y avait quelque intérêt à publier le résultat 
de nos recherches, ne serait-ce que pour en provoquer de nouvelles 
et attirer Tattenlion des numismatistes languedociens sur des 
monuments qui se rattachent d'une manière intime à Thistoire de 
leur province. 

Nous ne connaissons aucune médaille antérieure à 16&9. 

Une mention très sommaire des procès-verbaux des Etats nous 
fait connattre que dans ia sesaion tenue , cette année ^ k Montpellier, 
rassemblée décida que le sieur Fayn de Rochepierre, syndic du 
Vivarais, qui, après quaraBte*cinq ans de services, avait manifesté 
rinteotion rde faire retraite et de se dépouiller du soin des affaires 
pour se mettre en repos et ne songer qu'an moment duquel dépend 
réternitén, serait prié de continuer de venir aux États, tant que 
sa santé le lai permettrait, et que, comm^ marque particulière 
d'estime, il lui serait accordé mille livres «pour estre employées k 
une chaîne d or à laquelle pendra une mÀlaille où seront les armes 
de la Provinces ^'l Cette décision des Etats est intéressante, car 
elle constitue le plus ancien exemple que nous ayons retrouvé dans 
leurs archives, d'une libéralité ou d'une récompense accordée sous 
la forme d'une attribution de médaille. Il est probable toutefois 
que les États n'innovèrent point dans cette cipoonstance et qu'il 
existait des précédents que noua ne connaissons pas. 

Nous possédons des rensejguemenis plus déiaiUés sur la distinc- 
tion qui fut accordée, deux ans plus tard, au capitaine de La Serre, 
dans les ccmditions suivantes» Le comte Joan-tiaspard de Marsin, 
officier d'origine liégeoise, lieutenant général pour le roi en Cata- 
logne, étant assiégé dans Barcdone, n'avait pas hésité k trahir la 
cause royale pour négocier avec l'armée espagnole et abandonner 
la ville, entraînant avec lui la majeure partie de ses troupes, 
environ deux mille hommes et cinq cents chevaux. Le capitaine de 
La Serre, qui commandait le régiment de Balthasar, fit preuve eu 
cette ciiTonstance de ta plus grande fermeté. Ni les sollicitations, 
ni les promesses, ni les artifices, ni même les mauvais traitements 

('^ ProcètHverbauK de« KUU; véanoe du 16 aovmûhrû 1669. 



Digitized by 



Google 



— 143 — 

ne parvinrent à ébranler sa fidélité au roi. Il refusa énergiquemenl 
de suivre dans ?a trahison le comte de Marsin, qui était arrivé 
cependant à débaucher le régiment de Baithasar. Les États de 
Languedoc, fr désirant reconnoistre le zèle du capitaine de La Serre 
par quelque marque d'honneur digne d*une si généreuse actiom», 
décidèrent è l'unanimité, dans leur séance du 9 octobre i65i, 
qu'il lui serait décerné une- médaille d'or portant, d'un côté, l'effigie 
du roi, et de Tautre, les armes de la province entourées de cette 
légende : PRAMIVM FIDELITi^TIS. Cette médaille fut remise h 
de La Serre par le syndic général Joubert, en présence de l'arche- 
vêque de Narbonne, président^né des Etats ^^). Les comptes du 
trésorier de la Bourse nous apprennent qu'elle co^ta 355 livres, 
façon comprise. 

Ce sont des services d'une tout autre nature que les États 
voulurent récompenser, par une distinction analogue, en i655. 
L'assettibtée ayant été informée «rque le sieur Polony, opérateur, 
prenoit de grands soins dans les villes et lieux de la province pour 
la composition de Ytnviétan et que mesmes il en donnoit gratis aux 
pauvres néi^siteux^f, décidèrent qu'en reconnaissance de ses soins 
et de ses libéralités, il lui serait décerné une chatne d'or à laquelle 
serait suspendue une médaille portant, d'un côté, l'effigie du roi, 
et de l'autre, les armes de la Province, le tout d'une valeur de 
3oo livres <^^. Quelques années auparavant, en 16/11, les Ëtats, qui 
paraissent avoir eu grande confiance dans les guérisseurs exo- 
tiques, avaient montré une semblable générosité à l'égard d'un 
émule de Polony, Joseph Balsamo, gentilhomme sicilien et «rdistil- 
lateur ordinaire du Roy^, vraisemblablement un ancêtre du fameux 
Cagliostro. Ils ne lui avaient point toutefois décerné de médaille. Sur 
ta requête présentée par ce personnage à ce qa'il plût aux Etals 
d'avoir égard aux services par lui rendus depuis trente ans qu'il 
était dans le royaume, wson plus grand séjour ayant esté dans cette 

t*^ Procès-verbaux des Etats; séances des 9 octobre et U décembre i65i. 

W Procès- verbaux des Etats; séance du 8 mars i655. — Cette médaille a 
déjà été signalée par M. Dirtçibeaud dan»? le Bulletin de la Comminnirm des arUt 
et fmmim«M» hiitoriques de la Charente-Inférieure (1901, p. 558), et par 
M. Ad. Blanchet, dans ta Revue nnmitinaiique (1909, p. i39). M. Dangibeaud 
K'e»t demandé <H no s^agrissait pas, dans Tospèce, d*un simple jeton. La somme 
de 800 livres votée ponr cet objet indique bien que c'était une véritable 
médaille. 



Digitized by 



Google 



— 144 — 

province , dans laquelle il avait distribué charitablement aux pauvres , 
diocèse par diocèse , Thuiie et le baume médicinal par luy inventés , . . . 
remèdes excellents à plusieurs maux et à toutes sortes de blessures t), 
rassemblée lui avait accordé une gratification de 3oo livres et 
ordonné qu il lui serait délivré crun attcstatoire^ des services rendus 
au public par son baume et de sa charité envers les pauvres <^^. 

Pendant plus d'un demi-siècle , nous ne trouvons aucune autre 
trace d'attribution de médaille par les Etats de Languedoc. S'il fut 
accordé quelque récompense de cette nature, les pçocès-verbaux 
des séances n'en ont pas conservé le souvenir. Nous avons cependant 
la preuve que l'assemblée n'avait pas abandonné ses traditions de 
généreuse munificence. C'est ainsi qu'en 1 688 , à la nouvelle que son 
président, le cardinal de Bonzi, venait d'être nommé commandeur 
des ordres du Roi , elle décida de lui faire présent d'une croix de 
diamants de la valeur de mille louis, trpour luy tesmoigner sa joye et 
sa reconnoissance des grâces que la Province reçoit de S. M. par son 
canal -n ^^\ 

En 1713, un important travail d'hydrographie maritime attira 
l'attention des États, d'une manière toute particulière. Un pilote 
de la marine royale, du nom de Filbol, avait dressé une carte du 
golfe du Lion, depuis Marseille jusqu'au cap de la Franqui, carte 
sur laquelle il avait très exactement marqué t^les fonds, les rochers 
et les bancs de sable, les différentes couleurs de la terre qui est au 
fond de la mer, et les différentes veues de la coste telles qu'elles 
paroissent lorsqu'on commence à les descouvrir en mer?), de manière 
n permettre aux pilotes de reconnaître, de jour et de nuit, leur 
position dans ce golfe redouté par les marins, qui hésitaient à s'y 
engager «r faute de le connoistreu. L'exactitude de cette carte ayant 
été vérifiée, sur Tordre de l'archevêque de Narbonne, par M. de 
Clapiès, de l'Académie royale des sciences, les États décidèrent 
(rque S. M. seroit très humblement suppliée de permettre que la 
carte du sieur Filhol soit gravée et donnée au publics pour le plus 
grand avantage du commerce de la province ^^), et que pour recon- 

'') Procès-verbaux des États; séance du so septembre 16^1. 

^'^ En 1736, dans une circonstance analogue, René-François de Beauvau 
archevêque de Narbonne, fut gratifié d'un 8emblal)le présent. 

^^^ Cette carie ne fut gravée qu'en 1735. Elle fut publiée sous le titre suivant : 
Cdh^iê du Golfe du Lion^ dreê$ée par le timr Fillioly jmifesseur d'hydrographie, 
par l'ordre de* ElaU Généra%uc de la province de Languedoc, a»»ujeUie aux ob$er- 



Digitized by 



Google 



— 145 — 

naître le mérite de son travail et les services rendus par un ouvrage 
si utile, il serait accorde à Tau leur la somme de mille livres, et en 
outre il lui serait décerné une médaille dW de cent livres ^^^ 

Ce fut le syndic général Joubert que l'assemblée chargea de faire 
frapper celte médaille, en se conformant aux ordres de Tarchevéque 
de Narbonne, président-né des États. Il était tout naturel de confier 
cette mission au fonctionnaire que nous venons de nommer, car 
ainsi que nous avons eu Toccasion de le précj^r dans notre étude 
sur Le$ jeUmê des Etats de lAmguedocf^^\ cétait au syndic général 
député à la Cour que revenait le soin de faire frapper annuellement 
les jetons qui devaient être distribués à la session suivante; c'était 
à lui que l'assemblée s'en remettait non seulement pour s'entendre 
avec le directeur de la Monnaie et le graveur chargé «rde graver les 
quarrés des jetons^), mais encore pour choisir le sujet et la légende 
qui devaient figurer sur ces pièces. Les procès-verbaux des États 
nous font connaître le type choisi pour la médaille décernée à 
Filhol. Elle portait, d'un côté, les armes de la province « avec la 
légende : COMITIARVM OCCITANIA DONVM. 1718; de 
l'autre côté, le nom : JACOEO FILHOL, et au-dessous, dans une 
couronne de laurier, l'inscription : QVOD ORjt MARITIMA 
TAEVLAM OEOERIT (^). Nous sommes très exactement renseignés, 
par les comptes du trésorier de la Bourse, sur le détail de la dépense 
qu'entraîna cette libéralité des États. La médaille coûta 117 livres, 
10 sols, dont 6s livres, 10 sok pour la matière et 55 livres pour 
les carrés. Elle était suspendue à une chaîne d'or pour laquelle les 
Etats payèrent 90 livres (^l Cette médaille fut solennellement remise 
à Filbol, dans la séance des Etata du 16 décembre 1718, par 
l'archevêque de Narbonne qui l'exhorta «à continuer d'employer 
ses talents pour le service de la Province 77. 

Les médailles, que nous avons signalées jusqu'à présent, ne nous 
sont connues que par des documents d'archives. Mais nous avons eu 
la bonne fortune de retrouver en nature celles que nous allons 
maintenant décrire, et cela grâce à l'heureuse idée qu'eurent les 

vatwnM astnmomiqué* par GuiUaume Delik, t y 2 5» Gravée par tklaka^e* — Voir, 
au sujet de cotte carte, ie procès- verbal de la séance des États du 91 février x^^h. 

>') Procès- verbaux des EtaU; séance du 7 janvier 1713. 

(*) BmllHin arehéologiqu» , 1899, p. a63. 

(^) Procès-verbaux des États; séance du 16 décembre 1713. 

(«) Arrh. départ Hérault, série C, ÉUts, T. B., 1716. 

AacnioLOGit. — N' I. 10 



Digitized by 



Google 



— U6 — 

syndics généraux de ia province de faire frapper en bronze un 
certain nombre d'exemplaires de chaque médaille, sans doule pour 
les distribuer aux membres des États. Depuis longtemps déjà, les 
exemplaires d'or ont disparu; leur râleur intrinsèque a été vrai- 
semblablement la cause de leur perte; mais quelques exemplaires 
de bronze sont parvenus jusqu'À nous. 

Les États de Languedoc avaient délibéré, dans leur séance du 
3i octobre i685, d]^riger une statue équestre à Louis XIV. Celte 
statue dessinée par Mansard et exécutée à Paris par les sculpteurs 
Mazeline et Hurtrelle était terminée en 1696. Le syndic général 
Montbel annonça, en effet, dans la séance du 16 décembre de cette 
année, que la «statue du roi était «rdans sa perfection t). A cette 
occasion, les États estimèrent ^que Tusage ayant toujours esté 
d'orner les monumens , qu'on élevoit à la gloire des grande princes, 
d'une ou de plusieurs inscriptions qui marquassent plus particuliè- 
rement lessentimens des peuples quy les avoient élevés, l'assemblée 
devoit destiner un prix à celluy qui réussiroit le mieux à exprimer 
les sentimens que la plus affectionnée des provinces du Royaume 
avoit toujours en pour le plus grand et le meilleur de tous les Rois; 
que le prix pouvoit être une médaille. d'or et qu'il importoit de le 
faire sçavoir aux personnes d'esprit et d'érudition du Royaume 7?; 
sur quoi, ils résolurent qu'il serait frappé une médaille d'or du 
poids de deux marcs, que cette délibération serait publiée dans tout 
le royaume et que des commissaires seraient nommés, dans la 
session suivante, pour examiner les inscriptions qui auraient été 
envoyées au cardinal de Bonzi , président des Etats ^^l Divers événe- 
ments, et notamment des difficultés touchant le choix de l'empla- 
cemeat, retardèrent considérablement l'érection de la statue royale, 
et par suite, le concours relatif aux inscriptions et l'attribution de 
la médaille. En 171/1, la statoe se trouvait encore à Paris, dans 
l'atelier de Mazeline. Au mois de décembre de cette année, les 
États décidèrent enfin de la faire transporter à Montpellier et, 
reprenant le projet de 1696, ordonnèrent qu'il serait frappé deux 
médailles d'or de 5oo livres pour deux inscriptions, l'une latine et 
l'autre française^''). Ces médailles devaient être décernées à ceux 

^'^ Procès- verbaux des États; »éanee du 16 décembre 1695. 

(*) Les procès- verbaux des Etats justifient de la manière suivante llnscriplion 
française, qui constituait une dérogation aux usages : «La grandeur du Roy, y 
est-il dit, qui a porté si haut k gloire de cet empire, mérîloit bien (fuc nous 



Digitized by 



Google 



_ 147 — 

qui auraient mérité la préférence au jugement de TAcadëmie royak* 
des Inscriptions^^). Ce ne fut toutefois qu'en 1717 qUe fut effectue 
le transport de la statue^ et qu'au mois de février de Tannée suivante 
qu'elle fut mise en place sur la promenade du Peyrou. Rappelons 
que pour commémorer cet événement, la statue royale fut repré* 
sentée sur le jeton des Étals de Tannée 1717, avec la légende : 
ARE PERENNIVS (2). 

Nombreux furent les concurrents qui fournirent des projets 
d'inscriptions pour le piédestal de ce monument. Cependant, et 
nous ignorons pour quelle cause, le prix du concours ne fut attribué 
qu'en 1795. Il fut décerne à M. des Hours de Mandajors, membre 
de TAcadémie des Inscriptions. Cet érudit, originaire du Languedoc (^), 
est un des personnages qui ont compose le plus grand nombre de 
devises pour les jetons de nos États (^). Contrairement h la décision 
prise en 171/1, il ne fut donné qu'une seule médaille, sans doute 
parce que les autres projets d'inscription ne parurent point dignes 
de récompensée^). La médaille frappée pour M. de Mandajors est de 
grand module; elle mesure 6/1 millimètres de diamètre. On y voit, 
d'un côté, la statue équestre de Louis XIV tournée à gauche 
(pi. XXVI, fig. -1). Sur le socle élevé qui la supporte, on lit 
Tinscription couronnée par les États : 

LVDOVICO MAGNO 
COMITIA OCCITANI/E 

INCOLVMI VOVERE 

EX OCVLIS SVBLATO 

POSVERE 

M-DCCXVII 



employassions dans les Inscriptions, À rexemplf) dm Romains, notre langue natu- 
relle, puisque d'ailleurs cette mesme langue eat devenue presque celle de toutes 
les nations de la terre.» 

^'J Procès-verbaux des Etats; séance du h décembre 1716. 

(*^ Voir Bulletin archéologique, 1899, p. 395, et pi. X, lig. 5. Cette statue est 
encore figurée sur le jeton de 1783, avec la légeode : CRESCIT FAMA 
CRESCIT HONOS (ouvr. cité y 1899, p. 3o5, et pi. XI, %. 9). 

t*^ Il était né à Alais, en 1679. 

^^^ Voir Bulletin archéologique, 1899, p. 96/i. 

^*^ Cela parait résulter d'une délibération de» États en dalc du G février 1 7'!5, 
où il est dit de nouveau qu'une médaille du prix de 5oo livres (rs<>ra donnée 



Digitized by 



Google 



— 148 — 

ce qui revieat à dire en termes aa peu trop recherches : Les États 
de Languedoc ont voté ce monument à Louis le Grand, ide son 
vivant, et Font érigé après sa mort en 1717. Cette inscription 
souleva de vives polémiques. Très admirée par certains, notamment 
par Voltaire, elle fut fort critiquée par d'autres ^^l On ne la grava 
sur le piédestal de la statue qu'en i7<i9^^). 

pour k« inscriptions quy seront agréées par rAcadémie pour les antres hces du 
piédestai?). 

^^) Voir sur cette inscription : Histoire de l'Académie royale de» Ituerifiioièê si 
Bellei-Lettrei j III, p. ^190, ainsi qu^une petite brochure attribuée à Bonnier d^Alco 
père et intitulée : Lettre écrite à un ami au êujet de finecriptioa qu'on va placer 
êou$ la Staénë Equestre, que la Province de Languedoc a élevé en Vkonneur de 
Louis XIV (Mon^jellier, }/"* d'Honoré Pech, 1798; in-ia de i4 p.). On peut 
consulter encore J.-P. Thomas, Mémoires historiques sur Momtpelliêr, p. 387 cl 
suiv. Dans ce dernier ouvrage, se trouve une réponse de M. des Hours de Man- 
dajors aux critiques contenues dans la brochure précitée. 

î*J Nous avons trouvé dans les archives des États (Airh. départ. Hérault , 
série G, États, Jetons et Médailles) un curieux projet d'inscriptions pour garnir 
les trois autres £aces de ce piédestal. L'auteur du projet (qui parait être Moreau 
de Mautour, membre de TAcadémic des Inscriptions) célèbre successivement les 
vertus du héros, les vertus du chrétien et les vertus de riionune privé, dans 
les trois inscriptions suivantes : 

Duin vixit 

Ilostium terra nuiriqtte domitor, 

Sodorum vt ftederatorum dt/ensor^ 

DiscipUnœ milUari» restituior^ 

Impcrii Jmitim pi opagator. 

Et bfUi et pads arhiter, 
Populotitm feliritos. 

Dum vijcit 
Hcligionis auctœ vindeXf 
H(prosiê et duelk profligator, 
LcffUtn tulor et moderator, 
Smtttiamm et honamm 
Arthtm protertor, 
Pater patriœ. 

Dum vixit 
FaeiHs aéUtu^ cemis altoqmo, 
Atdicorum precihus patens, 
(hnnium votis ocawrcns. 
In adversiê constantitiimHâ , 
Domifori»qH0 munificna, 
Amor' riviitm» 



Digitized by 



Google 



— 149 — 

Le revers de la médaille est occupé par une longue inscription 
de neuf lignes, qui fait connaître les circonstances dans lesquelles 
elle fut frappée : 

SIGNARl 

MONVMENTVM DECREVERE 

RENATO FRANCIS- DE BEAUVAU 

ARCHIEPISCOPO 

ET PRIMATE NARBONENSI 

COMITIORVM PRASIDE NATO 

REGII ORDINIS SANCTI 

SPIRITVS COMMENTADORE 

MDCC-XXV- 

A la drfiSérenc^^ des autres médailles décernées par les États de 
Languedoc, on peut observer que celle que nous venons de décrire 
ne porte point le nom de son bénéficiaire, nom qui, semble^t-il, 
aurait dû être inscrit an revers, à la place de la longue énuméra- 
tion des titres de Tarchevéque président-né des Étals. Nous croyons 
que cette dérogation h Tusage vient de ce que le nom de Tauteur 
de rinscriplion n'était point connu au moment où fut gravée la 
médaille. Le règlement du concours exigeait, en effet, que les 
concurrents gardassent Tanonyme, et cette mesure paraît avoir été 
observée jusqu'au dernier moment. C'est du moins ce qui semble 
résulter des termes du procès-verbal de la séance du 6 février 1796* 
Nous y lisons que les États confièrent au syndic Joubert le soin de 
faire frapper une médaille, «rqui, y est-il dit, sera délivrée à celui 
qui rapportera le certificat du secrétaire de l'Académie t? attestant 
que l'inscription : Ludomco Magne, etc. , «ra esté agréée par l'Académie 
et jugée la plus convenables^. 

La médaille frappée par les États, une dizaine d*années plus 
tard, est la plus remarquable par son type. Elle fut décernée, 
en 173/1, à un ouvrier du nom de Pierre Bouvier, employé à la 
construction des machines servant pour le dessablement du port 
de Cette. Pierre Bouvier, très babile dans son art, avait apporté 
aux pontons de dragage de grands perfectionnements, qui avaient 
eu pour effet de faciliter les travaux et de diminuer les dépenses. 
L'assemblée provinciale, estimant qu'il méritait une récompense, lui 
accorda la permission de porter une médaille d'or de la valeur de 



Digitized by 



Google 



— 150 — 

U*oig cents livres qui devait représenter, d'un c6(é, les armes de 
la province, et de Tautre, un attribut de Fart mécanique qu'il 
exerçait ('). 

La médaille (pi. XXVI, fig. a) gravée à la suite de cette délibération 
est loin d'être conforme h ces dernières indications ; mais nous n'avons 
pas lieu de le regretter, car elle est beaucoup plus intéressante que 
si elle eût porté le type baoaldes armes de Languedoc. Le graveur 
a représenté, au droit, la Province sous la figure d'une femme assise, 
le front ceint d'une couronne comtale. Elle est appuyée sur un 
écusson aux armes de Languedoc et tient dans sa main gauche une 
palme. Auprès d'elle, un Amour agenouillé soutient un écu aux 
armes de René-François de Beauvau, archevêque de Narbonne et 
président des États [dH argent h quatre lionceaux rampants et cawUmnét 
de gueules y lampassés, armés et couronnés d'or), L'écu est surmonté 
du chapeau du prélat et des insignes de l'ordre du Saint-Esprit. Sur 
le sol, est posée la croix archiépiscopale. €ette jolie composition est 
signée : J. C. ROETTIERS F. Elle est entourée de la légende : 
COMITIA OCCITANIA PETRO BOUVIER DEDERE. An 
revers, est figurée une de ces anciennes dragues ou pontons à 
cuillers qui étaient, il n'y a pas bien longtemps encore, eia usage 
au port de Cette. Ce genre de drague était muni, de chaque côté, 
d'une énorme cuiller qui avait pour mission de retirer les stblei^ du 
foad de l'eau et qui était soulevée au moyen de deux grandes nnies 
en l^ois verticales. Plusieurs hommes mettai^t ces dernières en 
mouvement en grimpant à l'intérieur à la façon des écureuils. On 
peut voir sur notre médaille la manœuvre d'une de ces cuillers qui 
déverse le sable sur un ehaland amarré au devant de la drague. 
Ce petit sujets très nettement traité, est accompagné de la légende : 
ARTIS MECANICi^ PREMIUM- A l'exergue, est inscrit le 
millésime; M DCC XXXIV. 

Cette médaille est d'un module moindre que la précédente. Elle 
ne mesure que /i 7 millimètres de diamètre. Nous n'en connaissons 
qu'un exemplaire de bronse, qui est conservé dans les coltections 
de la Société Archéologique de Montpellier. 

La sériciculture fut, de tout temps^ nne des principales industries 
du Langu^oc. Aussi, les Etats de la province lui portai^iA-ik iin 
grand intérêt et favorisaient-ils volontiers les inventions qui pou- 

<•> Pror^s-verbaiu dw EtoU; séance du aa janvier ij^h. 



Digitized by 



Google 



— 151 — 

valent lai être utiles. En 1767, un important perfectionnemenl 
dans la fabrication de la soie fut soumis à rassemblée par le sieur 
Constant du Castellet, écnyer, natif d'Aix-en-Provence, qui était 
propriétaire d'une fabrique de soie à la Tour-d'Aigues. On avait 
coutume d'étouffer les cocons dans des fours à cuire le pain ou dans 
Teau bouillante, procédés qui présentment de nombreux inconvé- 
nients, notamment ceux d'altérer la qualité de la soie en la brûlant 
ou en laissant aux cocons une humidité préjudiciable. Constant 
du Castellet préconisait un fourneau de son invention, qui offrait, 
parait-il, de sérieux avantages sur les méthodes ordinaires. Les 
États donnèrent mandat au sieur Deydier, directeur de la manu- 
facture de tirage et de moulinage de la soie, à Aubenas, de faire 
construire à leurs frais et d'expérimenter ce fourneau f'^. Sur le 
rapport favorable de Deydier, l'assemblée accorda, en 1769, à 
Constant du Castellet une médaille d'or de vingt-«inq louis ^^K xNous 
avons retrouvé , dans les archives du Trésorier de la Bourse, l'état 
de la dépense laite à cette occasion ^^). U en ressort que. la somme 
votée par les Ëtats fut grandement dépassée, puisque les frais ne 
s'élevèrent pas à moins de 1378 livres, 5 sols. 
En voici le détail : 

Une médalile d'oi* pezant 3 onces, 6 gros à io3* l'once, cy.. 59q',5* 

Un ëluy de ' 6' 

Trente médailles de bronze à 6\ cy 1 80' 

A M. Rœttiers poitr les deux coins, cy 600' 

La meation des trente médailles de bronse est intéressante, car 
elle explique la présence, dans plusieurs collections, d'exemplaires, 
de ce métal, de médailles qui, si Ton s'en tenait aux procès-verbaux 
des États ) n'auraient été frappées qu'en or et à un seul exemplaire. 

Le typedela médaille décernée à Constant du Castellet est des plus 
simples. Au droit (pi. XXVJ, 6g. 3), sont gravées les armes de la 
province surmontées d'une couronne, et au-dessous, la légende : 
COMITIA OCCiTANIA, avec la signature du graveur : ROET- 



(•) Procès- verbaux des Élals; séance du 3i décembre 1767. 
^*J Procès-vorliaux des États; séance du 9 janvier 1769. 
(^> Arch. départ. Hérault, série C, ÉtoU, T.B., 1769. 



Digitized by 



Google 



— 152 — 

TIERS FILIVS F. Le revers est entièrement occupé par une in- 
scription en dix lignes : 

BOMBICIBUS 

SUFFOCANDIS 

SEFUCISQyE PERFICIENDIS 

APTATl FURNl 

INVENTOREM 

NOBILI DECORANT MUNERE 

NOBILEM 

JOANNEM BABTISTAM 

CONSTANS 

DU CASTELLET 

Le diamètre de cette médaille est de 56 millimètres. 

Nous ne connaissons aucune autre médaille frappée par les Etats 
généraux de Languedoc jusqu'au jour de leur suppression. 

Rappelons toutefois qu'en 1 788 cette assemblée émit deux jetons 
d'or de grand module (36 millimètres) qui, k raison de leur type 
et de leur destination, peuvent être considérés comme de véritables 
médailles. Ils furent offerts à M^ Dillon, archevêque de Narboane, 
président des États, et à M^ de Loménie de Brienne, archevêque 
de Toulouse, pour consacrer le souvenir du rang émiuent tenu par 
le premier de ces prélats dans l'Assemblée des Notables de 1787 
et de l'élévation du second aux fonctions de Ministre des finances. 

Nous avons décrit le type de ces pièces dans notre étude sur 
les jeions des États généraux de Languedoc. Nous ajouterons, à titre 
documentaire , que les deux jetons coûtèrent la somme de 3&8 livres, 
th sols, 6 deniers, y compris les étuis de galuchat garnis d'or qui 
les renfermaient. Le graveur Gatteaux reçut 600 livres pour les 
coins. 

Ce fut, croyons-nous, la dernière circonstance dans laquelle les 
Étals généraux de Languedoc firent frapper, en dehors de leurs 
jetons annuels, une pièce commémora tive. 

(•) Bulletiu arcfèéologique, 1899, P- 3a6, et pi. XIV, %. 8. 

Emile Bonnet. 



Digitized by 



Google 



NOTICE 

SUR 

UNE PETITE BASILIQUE 

k ROUIS (CERCLE DE TÉBESSA), 

PAR M. LE GOMIIANDANT GUENIN. 



Dans la partie Oaest du Bahiret-et*Aroeb, à 38 kilomètres 
eaviron de Tébessa , sur le versant Nord d'un mamelon appelé Rouis , 
k 5 kilomètres environ au Nord de Bir-Reguiba, existe une ruine 



romaine de moyenne étendue, dont la présence ne se trabit que 
par des traces de murailles à fleur de terre. Peu de grandes pierres 
taillées, sauf dans une enceinte rectangulaire qui contient deux 
citernes accolées. 

Au cours d'une de nos tournées de service au mois de mars 



Digitized by 



Google 



— 154 — 

dernier, un indigène qui possède un gourbi k Rouis, et que nous 
avions prié de nous signaler toute pierre sculptée ou portant inscrip- 
tion qu'il pourrait décounir n«x environs de son habitation, nous 
montra une dalle carrée trouvée par lui, à quelques centimètres de 
profondeur, dans une ruine qui paraissait être celle d'une petite 
maison. * ' 

Cette dalle de o m. 5o de côté sur o m. 5o d'épaisseur men- 
tionne les archanges saint Michel ^ saint Gabriel; elle rappelle 
la mémoire de saint Vincent, des saintes Donatilla, Maxima et 
Secunda, martyrisées k Tuborbo en 3o&, de sainte Crispine', 
martyrisée à Tébessa en 3o&. 

L'inscription circulaire qui entoure le monogramme du Christ 
indique que la pierre a été placée sous Tépiscopat de Faustinus, 
évéquo de Théveste, le 5* jour des ides d'avril, de la i3* indie- 
lion. 

Elle a été communiquée par M. Héron de Vfllefosse à l'Académie 
des Inscriptions dans la séance du 1 1 avril (^). 

D'une inspection superficielle des lieux oili elle avait été trouvée, 
il nous parut que cette pierre était contenue dans une toute petite 
chambre utilisée par les chrétiens comme chapelle de fortune. 

L'intérêt que semblait présenter l'inscription nous amena à 
faire des recherches plus sérieuses. Il était utile, en effet, de déter- 
miner quel était, dans cette chapelle, l'emplacement exact de la 
dalle en question et de vérifier s'il n'existait pas d'autres inscrip- 
tions indiquant, dans l'édifice, la présence de tombeaux de martyrs 
chrétiens ou de reliques. 

Les fouilles opérées dans ce dessein, les s 7 et 38 maes , ont amené 
la découverte d'une petite basilique chrétienne, construite sur le 
modèle habituel des bâtiments de ce genre. 

Les dimensions extérieures en étaient les suivantes : longueur, 
1 9 m. /i5 ; largeur, 1 o m. 3o. 

La basilique était orientée vers le Sud-Ëst. Elle comprenait : 

i*" Une nef centrale de 3 m. 80 de large environ, et deux nefs 
latérales de 3 m. 5o, séparées de la première par une ligne de 
six piliers carrés de d m. 70 de^ hauteur et o m. & 5 de oAté* 

f*^ Comptes retiduM de VAcad, , 1 906 , p. i û 1 . [L'évéque Fuustînus paraît fifîurer 
digà sur uno inscription do Bou-Sebaa, près Tebossa (Coty. initr. lat., t. VI IT, 
ao79).J 



Digitized by 



Google 



— 155 — 

Les piliers extrêmes étaient accolés aux murs de Tabside et à 
ceux de la porle d'entrée. 

Chacun d'eux supportait une espèce de chapiteau de section 
trapézoïdale de o m. 5o de hauteur. 

La base du deuxième pilier de gauche était constituée par un 
cippe demi-cylindrique emprunté vraisemblablement à un cime- 
tière voisin ; 

9** Une abside surélevée de o m. 3o au-dessus du sol des nefs, 
d'une largeur correspondante à celle de la nef centrale, d*une 
profondeur de 9 m. 80 ; 

S"" Deux sacristies communiquant directement avec l'abside, 
chacune par une porte de m. 90 d'ouverture. 

Le sanctuaire était compris entre la ligne des derniers piliers et 
l'abside. Seul/ il était daHé de grandes pierres brutes. Le sol du 
reste de l'édifice, nefs, abside, sacristies, était recouvert d'une 
mince couche de béton peu résistant, formé d'une terre blanche et 
de plfttre battus. 

La porte d'entrée avait s m. 5o de large. 

La basilique construite entièrement en matériaux de petit 
appareil semble avoir été couverte de lames de pierres plates et 
brutes. Elle était éclairée par des fenêtres rectangulaires, composées 
d'une seule pierre ajourée. Deux de ces fenêtres ont élé retrouvées 
en avant de l'abside. Elles étaient probablement encastrées vis-à-vis 
l'une de l'autre dans les murailles à hauteur du sanctuaire. 

La pierre commémorative a élé trouvée, l'inscription en dessous, 
à o m. 60 environ au-dessous du béton de la nef gauche dans 
l'angle de la sacristie. Cette position nous porterait à croire que 
cette pierre était scellée dans la muraille qui s'est renversée vers 
l'intérieur, à en juger par la position actuelle des piliers couchés 
sur le sol. 

La fouille sommaire de la basilique a amené les découvertes ci- 



1** Sacristie de droite. — Sur le béton, dans chacun des angles, 
une pierre plate posée de champ formant une caisse triangulaire. 
Dans celle de gauche, au fond, un grand plat circulaire de terre 
rouge de o m. &o de diamètre et contenant des débris de verre, des 
pieds, et des anses de coupes 4e tailles différentes. Dans celle de 
droite, des débris analogues. 



Digitized by 



Google 



— 156 — 

Cette chambre était sans doute le diacontcum où étaient con- 
servés les ustensiles sacrés. 

Le déblaiement poussé jusqu'à la base des fondations (sol naturel) 
n'a donné lieu à aucune trouvaille. 

a" Abside. — Sur le béton, dans un angle, des lampes de terre 
rouge avec le monogramme du Christ et des rosaces; d^autres 
lampes de terre grisâtre, circulaires, grossières. 

Sous le béton, à environ o m. 80 de profondeur, deux tombeaux 
parallèles , constitués de pierres plates brutes posées de champ et 
recouvertes de dalles semblables. Largeur des tombeaux, o m. 60; 
longueur, a mètres. Dans celui de gauche, squelette d'adulte assez 
bien conservé. Dans celui de droite, des ossements. Aucun objet 
dans les tombes qui sont remplies de terre; aucune marque sur 
les dalles. 

3** Saciistie de gauche. — Sur le béton, des lampes assemblées 
sur une sorte de plat, ou sur le pourtour d'un vase en forme de 
carafe. L'une de ces lampes, sorte de lustre, a une forme assez 
élégante. A m. 80 en dessous du béton, un tombeau de la forme 
et des dimensions des précédents contenant un squelette mal con- 
servé. Ni marques, ni inscriptions sur les dalles. 

4** Sanctuaire. — Le dallage du sanctuaire est soulevé sur une 
partie de sa largeur. A o m. 70 de profondeur, à hauteur d'un 
pilier, à gauche, nous trouvons la tombe d'un enfant de 8 ans 
environ; la face est recouverte d'une croûte noirâtre ressemblant à 
du charbon. 

Au milieu du sanctuaire, à o m. 90 de la marche de l'abside, à 
peu près à la même profondeur, un trou carré de o m. &o environ, 
entouré de 4 pierres, couvert d'une dalle brute. Sa profondeur est 
d'environ o m. 5o. Le vide en est constitué par la partie inférieure 
d'un tombeau partagé en deux parties inégales au moyen d'une 
pierre plate posée verticalement. Dans la partie correspondant 
au trou carré nous n'avons trouvé que de la terre fine. Dans l'autre, 
la moitié d'un squelette d'enfant; les jambes paraissent manquer, 

Le trou carré semble correspondre à l'emplacement de l'autel. 

5"* Dans la nef de gauche. — Contre le mur de la sacristie, une 
tombe orientée dans le sens perpendiculaire aux précédentes, qui 



Digitized by 



Google 



— 157 — 

sont toutes dans la direction EstrOuest. Le tombeau a s mètres de long 
sur o m. 65 de large et contient un squelette. Le long du mur de 
la basilique dans la même nef, tombeau d'un enfant de i5 à 16 ans, 
à en juger par les dimensions du crâne. Longueur du tombeau, 
1 m. 5o; largeur, o m. 55. Chevauchant sur celui-ci, du celé de la 
tète, tombeau d'un tout petit enfant; longueur, om. 60; largeur, 
o m. 90; ossements d'un individu du premier âge. 

Plus loin dans la nef, tombeau d'un adulte : 9 mètres sur o m. 60. 

6** Dans la nef de droite, — Sur le béton et contre le mur de 
l'édifice : 

1* Deux grands récipients de pierre blanche, de forme tronco- 
nique; dimensions : o m. 70 de hauteur environ, o m. 5o de dia- 
mètre; probablement destinés aux ablutions des fidèles. 

9** Un vase cylindrique de pierre tendre, avec traces de trois 
anses, grossièrement orné de chevrons sur son pourtour et présen- 
tant à sa partie inférieure une sorte de tenon carré. Ce récipient 
était peut-être un bénitier qui devait être encastré sur une colonne. 
Ses dimensions sont : diamètre, o m. 18; hauteur, om. lo. 

S"" Un débris de vase de même composition, muni d'une sorte 
d'anse; on y remarque les traces du scellement d'une pièce de fer; 
l'intérieur du vase est noirci par la fumée. Ce débris est grossière- 
ment orné; il porte deux lettres faisant partie d'une inscription. 
Malgré toutes nos recherches, nous n'avons pu retrouver les mor- 
ceaux de ce vase qui nous parait être un encensoir. 

Les murs de l'édifice ont été suivis sur tout leur pourtour 
intérieur, au moyen d'une tranchée descendant à o m. 3o environ 
au-dessous du béton. Deux autres tranchées de même profondeur, 
creusées entre les 9" et 3® rangées de piliers, n'ont donné lieu à 
aucune constatation intéressante. 

Dans tous les tombeaux , nous n'avons pas dérangé les ossements, 
nous avons soigneusement remis les dalles en plare et recomblé les 
fouilles. 

Nous n'avons trouvé dans la basilique de Rouis aucune autre 
inscription que celle que nous avons mentionnée. Nous pensons 
que certains des tombeaux découverts, notamment ceux qui sont 
dans l'abside, la sacristie et sous l'autel, sont ceux de prêtres ou 
de martyrs, dont les noms n'ont pu être retrouvés, que le trou 
carré sis sous l'autel devait renfermer des reliques qui ont disparu 



Digitized by 



Google 



— 158 — 

sous reflet des années et que les autres tombes dont nous n avons 
mis à jour quune partie sont celles de chrétiens, qui, suivant 
Ffaabitude^ se faisaient inhumer auprès des saints et des martyrs 
locaux. 

La pierre de Rouis et les petits objets trourés dans la basilique 
ont été déposés au Musée de Tébessa. 

Commandant Guénin. 



Digitized by 



Google 



UNE PLAQUE VOTIVE 
DU MUSÉE HISTORIQUE DE BALE, 

PAR M. L'ABBÉ PAUL BRDNB, 

Goirespondant honoraire du Comité. 



Au cours des dernières années, le Bulletin Archéologique a inséré 
à diverses reprises dlntéressantes communications, relatives à des 
portraits des ducs et duchesses de Bourgogne de la dernière race ^^\ 
Les notices de MM. Perrault-Dabot et de Loisne ont apporté des 
enrichissements à la bibliographie inconographique de ces illustres 
personnages. Toutefois ils n'ont pas épuisé un si vaste sujet. Je 
voudrais à mon tour appeler l'attention sur un petit monument 
qui s'y rattache. Ce monument, il est vrai, est loin d'être inédit. 
Il a été notamment vulgarisé en France, dès 1889 , par la traduc- 
tion française du grand ouvrage de Fôrster sur les Monuments 
Jt architecture y de sculpture et de peinture de V Allemagne (Peintures, 
1. 1). Cependant il est si intéressant, qu'il me parait digne d'être 
publié à nouveau, d'autant que Fôrster n'en a donné qu'une gravure 
au trait. 

L'objet en question est une fort belle plaque votive, de cuivre 
ou plutôt de laiton , conservée au musée historique de Bâle (Suisse). 
Elle mesure i m. 30 sur 1 mètre et se partage en deux parties 
sensiblement égales. 

La partie supérieure (pi. XXVU) est remplie par une composition 
gravée au burin et dont certains détails sont accentués par des matières 
colorantes coulées dans les traits de la gravure , suivant un procédé 

î^î Un portrait de Charle» le Téméraire, miniature inédite du iv' iikle, par 
M. Perraidt-Dabot (Bulletin archéologique, 189& , p. 633 ). — Note de M. H. Beaune 
snr on portrait da même duc, figuré sur une tapisserie du musée de Berne 
(Ibid,, 1897, p. cm). — Let tableaux de Végliee d'Heêdigneul4ei-Béthune , par le 
comte A. de Loisne (Ibid,, 1901, p. /iS). — Portraits inédit» de Philippe le Bon 
et d^habelle de Portugal, de Charle» le Téméraire et de Marguerite dïorck, par 
le mémo {Ibid,, 1909, p. 698). 

AnGBioLooii. — N* 2. 11 



Digitized by 



Google 



— 162 — 

dont nous reparlerons plus loin. Sur un fond de tapisserie de 
brocard à grands ramages se détache au centre une large croix. 
Deux anges se tiennent debout sous ses bras; portant Tun, la 
lance, Tautre, la couronne d^épines, ils se penchent avec douleur 
vers la Vierge assise au pied de la croix et tenant son fils étendu 
sur ses genoux, à la manière des Pietà. Uapôtre saint André, à 
droite de Marie, lui présente le duc Philippe le Bon, agenouillé 
sur un prie-Dieu couvert d'une tapisserie à ses armes. A la suite 
du duc, le jeune comte de Charolais est représenté dans la même 
attitude que son père. De l'autre cAté, sainte Elisabeth, reconnais- 
sable à son costume de veuve et à sa triple couronne, présente à 
la Vierge par le même geste la duchesse Isabelle, également age- 
nouillée sur un prie-Dieu paré. Deux petits personnages à genoux 
derrière elle font pendant au jeune comte ; ils tiennent une croix 
dans leurs mains jointes. Les angles supérieurs du tableau sont 
occupés par des écussons; le premier, du côté de saint André, est 
incliné à senestre et porte les armes de Philippe le Bon, entourées 
du collier de la Toison d'or, timbrées d'un heaume grillagé, avec, 
pour cimier, une fleur de lis double aux lambrequins flottants ^^^ et 
au sommet, sur une banderolle déployée, la devise ducale : Attlttt ♦ 
Udtft^' Le second, sans timbre, porte un parti de Bourgogne et 
de Portugal; il est soutenu d'une couronne palissadée, autour de 
laquelle on lit sur une lai^e banderolle le complément de la devise : 
tflUt * ))U( 0( ' OttU ' L'espace compris entre ce blason et les têtes 
des suivants de la princesse est occupé par deux autres écussons 
aux armes ducales. Ainsi, personnages et armoiries ne laissent 
à peu près aucun vide sur la surface du tableau. 

Les deux princes sont vêtus d'un costume tout semblable : 
armure de plates, gorgerette de mailles et tabard aux armes, en 
forme de dalma tique; ils ont tous deux la tête découverte et portent 
le collier de la Toison. La duchesse est parée d'un haut atour, 
d'une robe de brocard à manches étroites, très décolletée, d'un 
surcot et d'un long manteau bordé d'hermine. 

L'identification des personnages que nous venons de décrire 
n'offre aucune difficulté. On peut hésiter, au contraire, pour les 
deux petites figures en robes longues qu'on aperçoit à la suite de 
la princesse et qui portent des croix dans leurs mains. Mais les 



(I) 



Ccst )a forme du heaume et du dmîer figurés sur les sceaux du duc. 



Digitized by 



Google 



— 163 — 

éradils qui se sont occupés des moaumente reoiarquentque les ar- 
moiries ducales sont placées au-dessus de leurs têtes et proposent 
de reconnaître là deux frères de Charles le Téméraire, enfants 
de la duchesse Isabelle, morts en bas âge. On objectera peut-être 
qu'ils paraissent ici plus âgés; mais on remarquera le même ana- 
chronisme à regard du jeune comte de Charolais , puisque , en i /i 3 3 , 
date de ia fondation, il n avait pas trois ans. Aussi bien est-il pos- 
sible que la plaque n'ait été exécutée que plus tard , par exemple 
vers 1&&0; ainsi s'expliquerait naturellement la présence des trois 
enfants de la duchesse et l'âge approximatif du Téméraire. 

La moitié inférieure de la plaque comprend une longue inscrip- 
tion latine de seize lignes, dont les élégants caractères gothiques 
se détachent en relief sur le fond mordu par l'acide. En voici la 
teneur : 

JUtt$ïri«»ittiâ (K pi^Ux^^mmt^ ^nttpi* 'psuhtWit ftlw 
Joidtttti? (déchirure) . . .ftljî«rbie dtf ïmtmtti ttpU || ^tulima 
hvxatW lirtj&aritww braïiftttm et iivéwm 't^mXmn flatt- 
^m ^x^m ftttrjîôtrit pdlattoa Mandai || bolUttWt ti 
mmvm, $>nm Jmj^m mMtWvinn m iôa fri«« ^alittis 
tt mt%Mt'UinMUt \\ taota ftwîiamt.itt jmt tttUm 
tnwtxlmiï tf^inii (Av\mt sirtwta^in HàUn mmvi ïmo 
ôttttiwrsam rf ïwo» || ttUamifi tinsbctn «rWais )^tvpt\nu 
iuimtiimi apni îretttn «b ïitta0 mi«aas ((Ulirania« quali- 
htl tU' Il pt« uUU mtû tx«U«Titi««imi priwipw Hi 
pbilijtpi ivm hvxsiâm tim vmiiX'tl tvX'Uttnm Htsm \\ 
jHawti Intrfiiîi»' «mrtis qttakilêsts"' t^tn (iln-^t pt^ 
Îiro0pmtatt ïpxû aijtw motiïi'tiiwtifl' (B\ bum a6 lti{t] 
Il mnU Uftmxiai pxtpïtx vtfmtm $mû tarôîtm* tï 
ttiâ pwirttr wfiriiîem atarû îiefntwtorû iUtwtnsstmartt 
Ijnttttwnatft ^tm tï mm porttmalit'îmm tt tvxWtt 
iwciûit patrô t\ watrô ^ïtUv îiôi t\ ^ût <t om jj aliorû 



(■) Dans une déliMratioa du chapitre de ia cathi^Irale de Bmançon (t/i6i), 
le conto de Chaniau ert qutlifié cem*$ QiuénUen$u (Areb. da Dmdw, 6 i83). 



Digitized by 



Google 



— 164 — 

pro (imhm prebicta ^titUiss^ inUtthit or$tt«ttê iitti, (6tti 
btta prebci wUôioai orbt» twinm « tuaîn» ttuetôt || tl itt^a- 
6iW»ôi «U<w ««twtwf prima lu, (>. tï »ttn\ùfk Ixn'f- 
miMUs w vmw cUttutro '\»^m «tpùitU ptt^ttti» || tttU • 
n^ (tti' f&îiiâtû (f |^(i»â pftriidpaiôttt itt otb; ei $tiu)tili$ 
ptitî.ft «liis iKutij «pirittwWiî ïiirtiB tt (itv^is $b || «ibî 
tl sixmU» xtUiwm islm ^it tttUik^ptmttmnlA ^m 
Jllmlnmvin îieî«tt tt'CjmttUit m«»wnttwttt mlU \\ «ptiu- 
Silifvû fUtiu vttiiM'imii,ptt aptllâ i^vUmlk ai hmi- 
tttdtii m\»U9 pu^9,l$» ttUUmH» ' mmvàV (iilitt ' \\ 
(Av^tldbm ♦ pix^t • pmis • ttrwoU» • a0p<T»om • af ali» 
0ttffid«ttfer M«i» arjwttfett'Casttla-aappis^w aliisi'artw- 
ttûti0 II aîi 0amfi(i«m ^imù kctU^û t^miUt. <él aUa 
i[|iltmma b$na (eài ptiid« ortiim (arttt^ù* (Snak^auda 
wUôii:i«i |>rù>[r] || tl (mmlm ticU tttUm îwttùl H (oaUti 
tl ' pxmmvûl ' «nlt oltlidatôe et ^irtl^ca Ii<ttuittutt U)wraUô 
m II tntitwsUm côtittcart tlyîïtttt ïictaw fttttïiatt0ttt wdïi:» 
tl fi^mn «ttjiitt» ïiedarati»' et «(ôbâ Uuti mplxm \\ \xn¥ 
hm p'^kH mf }iiK (otrteftani. 4fta fueriit ]^<c, 4tttui a 
«atittitate ïiâi. tmlU8ittW'C«r''tri«««w tertio. 

Cette inscription, détaillée comme un acte de notaire, nous 
apprend que la plaque du musée de Bâle était destinée k commé- 
morer une fondation pieuse d'Isabelle de Portugal, troisième femme 
de Philippe le Bon. La maison bénéficiaire était la Chartreuse 
du Petit-Bâle, de fondation récente (i/ioi). Elle était dotée par 
la princesse de deux cellules pour deux religieux, dont lentre- 
tien était assuré par une somme de 1,700 florins du Rhin. Ces 
deux religieux devaient célébrer chaque jour deux messes pour les 
maisons de Bourgogne et de Portugal, dans une chapelle riche- 
ment pourvue de linge, d'ornements et d'argenterie. L'acte est de 
l'année i433W. 

(') Le prieur du PetiUBéle avait gouverné auparavant la ChaKreuae d'Utrecht; 



Digitized by 



Google 



— 165 — 

La dévotion de la maison de Bourgogne envers Tordre des 
Chartreux est bien connue; Philippe le Hardi l'a immortalisée 
par la construction do monastère de Champmol. Il semble que 
réponse de Philippe le Bon Tait eue tout particulièrement à cœur : 
nous connaissons d'elle, en effet, au moins deux autres fondations, 
analogues à celle du Petit-Bâle. En i&35, elle donna à la Char- 
treuse du Val-Saint-Esprit de Gosnay ^^\ où elle voulut être enterrée, 
une statue de saint André en vermeil et des vases sacrés, et elle y 
fonda deux cellules de religieux. L'acte de cette fondation était 
aussi gravé sur une lame de cuivre; les termes en sont identiques à 
ceux de la fondation de Bâle, mais en français (^l 

M. de Loisne cite également une autre fondation de la même 
princesse en faveur de la Chartreuse de Montrégnault, près Noyon, 
laquelle était gravée sur une lame de cuivre pareille à la nôtre. 
Nul doute que des recherches poursuivies dans ce sens n*en fassent 
découvrir encore de nouvelles. Toutes ces plaques sortaient vrai- 
semblablement du même atelier et furent gravées d'après un 
modèle unique. Cela est certain pour celle de Montrégnault, car 
un dessin de la collection Gaignières nous a conservé d'après elle le 
portrait de la duchesse Isabelle, entièrement semblable à celui du 
PetitrBâle, autant qu'on en peut juger sur un dessin du xvii" siècle ^^\ 
La similitude des inscriptions de Bâle et de Gosnay en fournit une 
autre preuve, confirmée en outre par l'existence d'un tableau 
postérieur, sur lequel les figures du duc et de son épouse, ainsi 
que les armoiries qui les surmontent, sont visiblement inspirées 
de la plaque commémora tive, sauf que les personnages ont été 
vieillis ^^). Nous voici donc, grâce à la plaque du musée de Bâle, 
rentrés en possession d'un tableau reproduit h un certain nombre 

il était fârement eonau de It duchesse , ce qui explique les Itrgesses de celle-ci 
enven sa maison. 

(>> Pas-de-Calais, canton de Houdain. 

(^) Comte de Loisne, loc. ciL, p. 57. 

(^) Voici la légende de ce dessin : «Princesse du sang, Isabel de Portugal 
troisième femme de Philippe le Bon duc de Bourgogne . . . Elle est ainsi gravée 
à une lame de cuivre posée contre le mur à gauche dans le cloître entre les cel- 
lules F et 6 qu'elle y a fondée de la chartreuse de Montrégnault près Noyon où 
elle fit une fondation le 3* juillet 1668» ((iollection Gaignières, t XI, 
rol.3o). 

<*) Ijpi tahhauT de fégUie (Pfletdigneul, par le comte de Loisne, loc. cit., 
p. 55. 



Digitized by 



Google 



— 166 — 

d^exempiaires, dont le texte rariait snitant les fondations, mais 
dont la scène supérieure demeurait uniforme. 

Cette représentation n'est pas sans intérêt au point de vue de 
riconographie du duc et de son épouse; on pourra la comparer 
notamment avec les dessins de la Chronique de Flandre, publiés 
par M. de Loisne^^l Sans insister sur ce point, je veux signaler 
surtout la grande valeur artistique du tableau. La gravure est très 
fme; les visages sont dessinés d*nn trait hardi et pur; les plis des 
draperies sont accusés discrètement par des hachures serrées. 

Il faut ajouter que, dans le monument original du Musée de 
Bâle, les traits sont remplis, par places , de matière verte ou noire, 
de manière à faire mieux ressortir les conteurs. De (rius, certaines 
parties, les écussons, les accessoires héraldiques, etc., se détachent 
comme sur un émail en vert, rouge et bleu. C'est là un procédé 
matériel d'exécution qui a été surtout employé dans les régions 
flamandes soumises alors aux ducs de Bourgogne. Le dessin rap- 
pelle aussi beaucoup certaines miniatures de ces magniBques 
manuscrits de la Bibliothèque de Bourgogne qui ont été exécutés 
en Flandre. 

Néanmoins il ne serait peut-être pas impossible que la plaque 
de Bàle ait été faite en Bourgogne. Ne voit^n pas, à l'époque du duc 
Philippe le Hardi, Jean Malouel, qui était originaire de Gueldre, 
venir à Dijon champlever des tables de laiton et empreindre des 
estampes dans le parloir de Champmol^'). Qu'étaient ces ouvrages? 
de simples pochoirs, des molks à gravures, ou des tableaux com* 
piétés conmie le nfttre par des additions de matières colorées 
donnant un aspect d'émail? 

Espérons qu'un jour la continuation de la publication des Inven- 
taires mobitiers des ducs de Bourgogne, si malheureusement sus- 
pendue par la mort prématurée de mon ami regretté ^ M. Bernard 
Prost, viendra jeter quelque lumière sur la question et nous 
apprendre le nom de l'auteur de la plaque de Bâle. 

P. Brunb. 

0) fWtrotïf mSdiU de PkiUppê le Bon, dans BulL arckéol., 1909, p. 698. 
^') Debaisnes, HtMloin d$ Varl dan» la Flandre, t II, p. 970. — H. Bouchot. 
Len deux cent* mcunablei xylographiques du département dei Eitampei, 190B. 



Digitized by 



Google 



L'ÉGLISE ABBATIALE 
DE NOTRE-DAME DE JOSAPHAT 

D'APRÈS DES FOUILLES RÉCENTES, 



PAR M. LE GHANOIMB MKTAIS , 

Gorrespondint da Comité. 



Détruite pendant la Rëvolution , IMglise de Notre-Dame de Josa- 
phat n^avait laisse aucune trace. Sur remplacement du monastère 
s'élevaient les vastes constructions d'un asile moderne de vieil- 
lards, dit hospice d'Aligre. 

La gravure du Jfono^ricon Benedictinum , sur plan parterre, levé 
en 1749^1) et un autre plan en perspective, daté de 1728^2), indi- 
quaient une église composée d'une longue nef à cinq travées, d'un 
transept et d'un sanctuaire avec déambulatoire semi-circulaire, et 
de trois chapelles rayonnantes dont deux étaient carrées. Mais la 
mention de nombreuses sépultures, dont six d'évéquesde Chartres, 
avait éveiUé «n nous le désir d'y pratiquer des fouilles. 

Grâce à de généreux concours <^) et à la bienveillante autorisa- 
tion de la commission administrative de l'asile d'Aligre, ces fouilles 
furent commencées en septembre 1906. Mais avant d'en donner le 
r^uUat, nous devons retracer rapidement les différentes phases de 
l'histoire du monument lui-même. 

f*î Par Legendre, géographe, par ordre de Mgr. Jean-Joseph Fogasse de la 
Bastie d^Ëntrechaux , ëvéque de Salnt-Malo et abbé commendataîre de Josa- 
phat. (Archives départementales d'Eure-et-Loir, H 1999') 

^*) Par ffM* Médard Gaudelot, écrivain juré, aritméticicn et expert vérifBca- 
teur d'écritures, sous la prélature de M** Jean-Charics de Taillefert de Barrière, 
abbé de JosapJiat». Original aux Archives départementales d'Eure-et-Loir, H 
9101, copie k la Bibliothèque nationale, cabinet des Estampes, publié par la 
Société archéologique d'Eure-et-Ijoir, en juin 186a, Procèë-verbaux , t. VIII. 

<^^ Nous devons nommer avant tous M. Julien Ghappée , si connu par la dé- 
couverte du tombeau de saint Pavin, au Mans, M. le marquis de Pomereu 
d'Aligre, M. le D' Maunoury et le Ministère de l'Instruction publique. 



Digitized by 



Google 



— 168 ^ 



I. Historique de Véglise, 

L'abbaye de Josapbat avait étë fondée en 1117 par Geoffroy de 
Lèves, ëvâque de Chartres, et par son frère, GoBlein, seigneur de 
Lèves, dans un terrain voisin de la maison paternelle. Les fonda- 
teurs obtinrent du roi Louis VI, en cette année même, la confir- 
mation des donations qu'ils avaient faites à Téglise, et spéciale- 
ment du terrain nécessaire à la construction de Vatrium de Téglise, 
c'est-à-dire du porche ou plutôt du cloître, à Lèves (^), sur le terri- 
toire de la paroisse Saint-Maurice (^l 

Les travaux furent poussés avec activité, car si, en 1191, Masce- 
lin de Reconvilliers ne put déposer sa donation sur l'autel, mais 
seulement dans le parloir, devant la porte du réfectoire ^^\ du 
moins en 1 laS , l'église était en partie livrée au culte, car le noble 
chevalier Tancrède vint d'abord dans le chapitre et ensuite dans 
l'église faire son oblation sur l'autel, et s'y réservait sa sépul- 
ture (*). 

Mais elle n'était pas achevée, car, le jeudi saint ii<i&, une 
charte dit de Geofiroy qu'il avait seulement «r commencé de l'édi- 
fier7j(5). 



t^) «... Ludovicus ... adierunt nostram presentîam doinnus Gaufredos, 
Carnotensis episcopus, domnusque Gotlenus ejua frater, rogantes quod juxta 
Leugis, locum ad edificandum ecclede atrium concederemut. . . Actum Parisius , 
anno mcxviit) (Ckirttdaire de Notre-Dame de Jo$aphatj par Yahhé Gh. Mêlais, 
charte n* I. — Bibl. nat., ma. ialin 10102, fol. 3, n** a, et ma. ioio3, foi. 57. 
— • Luchaire, Annalet de Louii VI, n' aa6). 

^*> (rEgo Gaufridas, ... notum esse volo. . . me juxta .Lengaa quamdam 
constitnisae ecdesiam, canoniconim Sancti Mauricii, in quorum parrochia erat, 
consensus (Cartul. de N,-D, de Jotaphat,th. n" II). Les chanoines de Saint- 
Maurice se réservent tous les droits curîaux sur les hahitants de la localité , sauf 
sur les seigneurs de Lèves. Il s*agit donc bien ici de Tég^isc. 

<») Cartul de N.-D, de Joiaphat, ch. n' VI. 

^^) ffUt hoc exequeretur veniens ipse cum matre sua. . . et fratribus in capitu 
lum fratrum ejusdem ecclesie, présidente loco abbatis supradicto pontifice Car- 
notensi. . . Deinde facta oblatione doni hujus ab omnibus ad altare. . . Albertus, 
socius Tancredi. . . in idem capitulum B. Marie de Josaphat adduclus est. . . 
donum idem super altare B. Marie ecclesiam ingressus obtulit, etc.n (Cartul. de 
N.'D, de Josaphat, déjà cité, ch. n* IX). 

(*J Ibid,, ch. n* X : «Rogatus ut ecclesie B. Marie quam juxta Leugas isdem 
episcopus (Gaufredus) edificare ceperat.» 



Digitized by 



Google 



— 169 — 

A partir de ce jour toutefois, ces expressions : aller à T^ise, 
entrer à Téglise, placer un don sur lautel, deviennent de plus en 
plus fréquentes ^^K 

Le 3& septembre ii5i, le grand chœur était achevé, le mattre- 
autel y était élevé, et c'est au milieu du chœur que les moines pré- 
parèrent avec grand soin le tombeau de leur fondateur (^). 

L'évéque Goslein de Musy, neveu du fondateur Geoifiroy, pour* 
suivit Tœuvre de son prédécesseur, comme le dit son épitaphe^^^. 

En il 56, une charte de Tévéque Robert donne la conviction 
que l'église avait déjà reçu une première consécration en Thonneur 
de la Vierge Marie et de saint Jean TËvangéliste ^^l Enfin Toeuvre 
était achevée en 1168 ou 1169; '^ dédicace solennelle fut faite 
par Guillaume aux blanches mains, archevêque de Sens et évéque de 
Chartres. Le prélat avoue que c'était la première cérémonie de ce 
genre qu'il célébrait (^). Le GalUa Christiana indique même le jour 
précis : le 5 des calendes de juin, 98 mai 1 169, s'appuyant sans 
doute sur la célébration à ce même jour de Tanniversaire de la dé- 
dicace. 

Les fouilles nous montreront en effet les deux phases succès* 
sives bien distinctes de cette construction : la première, la nef, 
plus ancienne, sans bas côté, avec des moulures plus primitives, 
et la deuxième, le grand chœur, avec son déambulatoire, ses cha- 
pelles, avec des sculptures des plus avancées et d'une grâce incom- 
parable. 

^*) Ibid,, ch. n"** XI, XIX, XXI, XXYI : irAd eeclesitm procedentes super ai- 
tare B. Marie pariter obtuleruntn ; n** XLVIII , LVII : <r Josaphat in capitulom 
vcnit . . . deinde in ecdesia super altare donuro îeàin; n°* LXXIY, LXXXVHI, 

XGii, cvu, cxra, cxLix, au, clviu, axxvu, clxxxi, clxxxvj. 

^*^ (rMonachis, in ecdesia, in medio chori sui locom quo iumulandus eral pro- 
pension seduiitate preparandbut.» (CartuL de N.-D. de Joeaphat, ch. n"* GGU.) 

^^^ fflosaphat abbatiam 

innumeris somptibus aedificas.» 

(Bibl. nat., ms. latin 19677, EUtoire abrégée de N.-D, de Joêophat, par D. But- 
treux (écrite en 1668), fol. s8. — Parihénie ou HUtoire de la trh auguete et 
trèë dévole églite de Chartree, etc., par M. Sébastian Bovilliard de Melun, 1609, 
9' partie, fol. 37.) 

(^) crPio intenrentu beatiasime Viiginis Marie et beat! Johanii evaagdiste, in 
quorum honore monasterium Josaphat fabricatum cst.n (Carttd. de N.-D, de Jo^ 
$apkat,eh, n* CCXXX.) 

(^^ ffQuoniam ecclesia B. Marie de Josaphat prima sit omnium quas consecra- 
vîmus. . . yt Ibid., ch. n* GGLXUI. 



Digitized by 



Google 



— 170 — 

P6u^étre trop hâtirement construite et en matériaux défectueux, 
réglise eut rapidement besoin de grosses réparations. Les guerres 
des Anglais et plus tard des protestants lui furent funestes et né« 
cessitèrent des restaurations longues et coûteuses. Nous en trou- 
vons trace dans les chroniques et les chartes. Des i35i, il frest 
dict quil falloit bien cinq mille livres pour réparer les édifices <*^?». 
En i4o8 et liso, Tabbaye fut rendue presque déserte, ayant été 
saccagée par les gens de guerre anglais, bourguignons et arma- 
gnacs (^). En i&3i, «la ville de Chartres aiant été reprise par sur- 
prise par les François sur les Anglois, les religieux de Tabaye 
furent aussi souvent visitei des guerriers françois qu'ils Tavoient 
été des anglois, ce qui acheva la ruine entière du monastère )i^'^ 

On s'empressa de la restaurer. En i/i56, le chanoine Thnriau, 
voyant la nef détruite et brûlée (la voûte était sans doute de bois), 
donnait loo écus d*or pour la rétablir ('^). 

Jeanne la Garinotte légua loo francs d'or pour la réparation de 
la chapelle Notre-Dame (1687)^*^. Pierre Ferrant offrit 10 écus 
d'or^^). Isabelle la Jourdaine et Guillaume Jourdain, son mari, dé- 
posent 900 florins erpour la réparation de l'église^ ^''); Robert Pré- 
vost fit «rune aumône de U livres 7 sols pour la réparation du 
chœur 9); Pierre Pasquier, prieur claustral et sacristain de Josaphat, 
fit rebâtir une arcade de la chapelle de la Sainte-Vierge; enfin , 
Mathieu de Leau légua dans le même but 3oo livres ^^l 

t»> Archives dëpartementales d'Eure-et-Loir, H 1983. — D. Buttreux, Kê- 
Imre abrégée de N.^D, de Joiapkat, chap. xit. 
i^) Arch. départ d* Eurent-Loir, H 9101, fol. 90. 

^) Ibid.y foL 91. 

<*) fil idiis (mtii) anno Domini m* cccc* Lti, 0. venerabilis vir magister Tu- 
rianui, canonicna Gamotensis, qui dédit nobis centuna scuta auri ad reparatio- 
nem navis nostre ecdeaie que destructa et combusta fuenit» {Nécrologe de iV.-Z). 
de Joiaphai, Bibl. nat., mss. latins 999^ <»t 10106, au 9 mai). — D. Butlreux, 
loc» cil,, indique Tannée i466. Le GalHa Chriitiama renvoie à ih66 l'incendie 
du monastère : <rObsessa anno 1&66 urbe Gamotensi, combusta est (per) majo- 
rem partem cœnobii basiiica, reliqnse cdes pariter incendio consummats.n 

(^) Nécrologe de N.-D. de Jotaphat, Bib). nat, mss. iatins 9396 etioio4: 
trvii idus augusti anno Domini m**, cccc* octogesimo seplimo, dédit nobis Johanna 
}a Garinotte 100 francos auri pro reparatione capelle béate Marie, etc.. . .?), 
7 août 

^•J Ibid., au 10 noveml)re. 

(^) Ibid., au 98 juin «riv kd. julii. . • pro reparatione eceietie nostrer). 

î*) D. Buttreux, loc. cit,, chap. xr. Yoir Nécrologe, fol. 8 et 65 v*. 



Digitized by 



Google 



— 171 ~ 

Les abbés qui accomplirent ces travaux sont connus : Pierre II 
(i&99-i/i!i7) déplorait de voir les religieux réduits tfà se faire de 
petits logements dans les mines des lieux réguliers; Tun même 
avait fait un jardin dans le grand réfectoire i)(^). 

Michel de Bonnemain (lA/iS-iAyi) fit rréparer les bâtiments 
ruinés par les gens de guerre vi^\ L'écusson de cet abbé est à la 
grande porte de la nef de T^ise^^). 

L'abbé Jean Nepveu, en thS'j^ fit rebâtir Tare de la chapdle de 
Notre-Dame (^) ; André de Moutain (iSod-iBai) ne fut pas moins 
actif(5). 

Mais les plaintes des religieux s^accentuent devant les désastres 
et les ruines que les armées protestantes accumulèrent dans leur 
église en i568 et en 1691 ^^^ : 

fr Avant sa mine, il y avait au clottre 76 pilliers, le débris des- 
quels paroit encore tant par les commencements d*arcades que par 
les morceaux de pilliers qui traînent dans le monastère. ^ 

A l'introduction des religieux de la congrégation deSaint-Maur ^^), 
en 16&0, Tabbë Henri de Rothelin ((fit prendre à constitution la 
somme de 10,000 livres pour être employées à la réparation et 
quasi réédification des bâtiments du monastère. Ce fut en ce temps 
que Alt fait le grand autel de Téglise, Tancien étant ruiné et trop 
incommode, et par même occasion fut relevé le pavé de Tëglise et 
rehaussé partout, à cause que les eaux incommodoient fort f hiver 
ceux qui venoient à Téglise faire leur dévotion^ ^^\ 

Nous retrouverons, en effet, partout ce remblai qui a si bien pro- 
tégé les bases des colonnes et les fines sculptures du tombeau de 
Jean de Salisbury. 

Par suite de ces mines et restaurations, plusieurs chapelles dis* 
parurent : c'est ce qu'avoue D. Buttreux : (t La chapelle du Chapitre 
est maintenant démolie, ...la chapelle Saint-Nicolas est à pré- 



(^) D. Buttreax, ^c. ciL, chap. xv. 

^*^ Nêcrologê, etc., au 93 mai : «Abbas istios qoem reparare loâ curavit.» 
('> D. Bnttreiu, loc, cit., foi. 16 et cbap. xv. 
<*) D. Buttreux, ibid, 

<*) Néerologe, loc, cit., au d6 septembre : «rHoc cenobium totum ferme disso- 
lutum quoad potuit instaurare curavitn. 

i**) «Regdareft «des maximis dadibus aflecerunt.» Gallia Ckriêtiania, 
t^) D. Buttreux, loc. ett., chap. xv. 
(») Jlnd. 



Digitized by 



Google 



— 172 — 

sent démolie, . . .on n'est pas asseuré du lieu des anciennes cha- 
pelles . . . , on a transporté les tombes qui estoient rompues quand 
on a rehausse et repavé TégliseD^^^. Nous constaterons d'ailleurs la 
confusion qui en résulte dans la nomenclature des tombeaux. 

Nous n avons que peu de détails sur Taspect intérieur de Téglise. 
Janvier de Flainville, vers 17&0, la trouve belle, mais sans en- 
thousiasme : (T L'église est assez régulière quoyque nouvellement 
relevée et réparée ... il y a des armoiries à la voûte de la nef, au 
cAté de répitre, à Tautel et aux piliers du chœur. . . il n'y a point 
de chaire à prêcher dans cette église t? (^). 

Le récit de la procession de la sainte châsse en 1681 est un 
peu plus explicite : rElle étoit tendue de double rang de tapisse- 
rie de haute lice tant dans toute la nef que dans le chœur. La 
chapelle de la Vierge et le tour du chœur estoient seulement ten- 
dus d'un seul rang. Les deux autels de la nef estoient parez de 
beaux ornements; sur le haut de la closture (jubé) qui sépare le 
chcBur de la nef, il y avoit 1 k chandeliers . . . Aux deux costés du 
grand autel, assez proche des balustrades, étoient posées de longues 
tables. . .Le presbytère était rempli de bancelles. En 1708, les 
vidâmes gardoient les grandes portes et celle par laquelle on va à 
la sacristie .. . La nef est propre, ayant été blanchie depuis peu 
d'années à la chaux f) (^). 

Malheureusement, la Révolution fit disparaître cette église. Ven- 
due à démolir, le 3i janvier 1791, au citoyen Michel Chasles, mar- 
chand de bois à Chartres, elle fut sur le point d'être riichetée pour 
devenir église paroissiale; la municipalité en avait écrit au dis- 
trict, mais sans succès, et, le 6 septembre suivant, les U cloches do 
Josaphat étaient descendues crau moyen de la déconstruction du 
clochera) ^*). 

Une plantation d'arbres faite sur son emplacement en avait fait 
disparaître les dernières traces; le mobilier, les statues et les re- 
liques avaient été brûlées devant les portes de l'église ^^), les pierres 

^*) D. Butireux, patiim, surtout au chapitre àa la sépulture des évéques de 
Chartres. 

(') Bibliothèque de Chartres, ms. 1011, vol. III. Abbayes; au mot Josa- 
phat. 

<^) Mémoirei de la Société archéologique d'Eure-et-Loir, t VII, p. /i3i. 

^^) Regiitre de» délibéraHons de la municipalité de la commune de Lèvet. 

<'J crAnte portas ecclesiœ.T) (Procèi-verbal de la reconnaittance de» relique» de 



Digitized by 



Google 



— 173 — 

vendues pour de nouteiles constructions , les dalles tumulaires bri- 
sées, sauf quelques-unes encore conservées dans la cour de Tasile. 
Mais les fondations restaient, et nos fouilles les ont mises à jour 
et nous ont fait connaître les caractères essentiels de ce monument 
remarquable du xii^ siècle. 

IL Plan de r église; ses piliers, ses chapiteaux, ses autels. 

Au-dessus de la fontaine de la Vierge, objet d'un pèlerinage fré- 
quenté pendant tout le moyen âge, s'élevait un pan de mur arron- 
di en forme d'absidiole, soutenu par une base saillante accentuée 
par une moulure peu profonde. Une voûte en plein*cintre proté- 
geait la source toujours limpide bien que peu abondante. Les 
plans de Tabbaye indiquaient en effet le. ruisseau contournant le 
cbœur et jaillissant de dessous le transept gauche. C'est donc dans 
la partie concave de ce pan de mur que furent donnés les premiers 
coups de pioche (pi. XXVIU). 

A la grande joie de tous les spectateurs, le sommet d'une co- 
lonne apparut dès le premier instant, puis bientAt celle de gauche, 
donnant déjà le contour certain de l'absidiole orientée du transept. 
Peu après, en avant, fut mis à jour le superbe tombeau de Jean de 
Salisbury, dont le Nécrologe et tous les documents historiques 
indiquaient l'emplacement précis. 

Dans l'hémicycle fut retrouvé l'ancien autel, peint en rouge vif 
sur un crépis lisse et très dur, de i m. &o sur o m. 80, mais 
plus rapproché du c6té gauche de m. 3o, comme pour imiter 
l'inclinaison delà tête du Christ sur la croix, d'après un symbo- 
lisme toujours si discuté. A droite, près de la colonne, une piscine 
à double cuvette, et derrière l'autel, une ouverture carrée per- 
mettant de puiser de l'eau dans la fontaine sacrée pour la distri- 
buer aux pèlerins. 

Le transept entièrement d^gé mesure 9 m. 79, non comprise 
l'absidiole, sur 18 m. ao de profondeur depuis le mur du fond 
jusqu'à l'axe des piliers du grand chcpur, c'est-à-dire y compris la 
largeur du déambulatoire que nous ne faisons commencer qu'au 
delà du transept. En effet, dans le mur opposé à l'autel, s'ouvrait 



Mine Théodore , p%T W Pie, ëvéque nommé de Poitiers et vicaire général de 
GbtrtreH, dtté du tk septembre 18^19.) 



Digitized by 



Google 



— 174 — 

une porte donnant sur la cour, et, après un petit réduit, on arrive 
à un couloir lai*ge de i m. 5o faisant communiquer ce transept 
ayec la nef, en contournant le pilier A de la croisée ^^K 

Un mur de façon récente reliait ce pilier A à un deuxième B, à 
gauche, rasé presque jusqu'au sol, et à droite conservant les bases 
bien moulurées des colonnettes avec leurs griffes toujours variées. 

C'est à partir de ce pilier B que le déambulatoire du chœur 
prend sa forme cintrée bien déterminée, et conserve une largeur 
constante de & m. &o environ de La paroi du mura Taxe du pilier. 
L'angle du transept et de ce déambulatoire est ménagé par des 
colonnes moulurées ainsi que tous les pieds-droits de chaque coté 
de l'entrée des chapelles rayonnantes. 

La première à gauche avait été sans doute détruite au xiv* siècle, 
car un mur de facture bien différente en fermait Tentrée. Nous 
avons suivi au-dessus des fondations lassise encore subsistante en 
pierre taiUée portant à Tangle supérieur une double rainure en 
creux. Cette chapelle avait U m. 90 sur U m» 4o et était également 
terminée par une abside semi-circulaire orientée. 

La deuxième travée du déambulatoire n'avait pas de chapelle et 
les colonnes supportant les arceaux des voûtes sont accompagnées 
de petites colonnettes en pierre tendre pour l'arc fonnerel encadrant 
la fenêtre bien indiquée dans la gravure du Monasticon. 

La troisième travée s'ouvrait sur une chapelle carrée, dont le 
pied-droit de gauche est soutenu par deux bases de colonnes. Tune 
dans le déambulatoire, la deuxième dans l'intérieur de la cha- 
pelle. Dans l'angle intérieur, un massif de trois colonnettes, une 
carrée entre deux rondes, prouve que cette chapelle était voûtée 
en croisée d'ogive. Une corniche ou bandeau peint en rouge de 
dents de scie contournait cette chapelle à une hauteur de 1 m. 5o, 
tandis qu'un siège ou banc de pierre large de o m. 3o semble 
soutenir le mur à sa base. 

Nous y avons trouvé un pavé vernissé en jaune représentant une 
chimère; mais la grange voisine nous a empêché d'en voir le c6té 
droit où sans doute se trouvait l'autel. 

(0 Pour pluA de clarté dans cette descriptioa, nous avons indiqué par ia 
lettre A le gros pilier du côté Nord de la croisée du transept, situé à la jonction 
de la nef et du grand chœur; par la lettre B, celui situé du même côté, par la 
lettre G, eeliii qui frit via^-vis âu précédent, du côté Sud, et par It lettre D, 
celui qui est vis-À-vis le pilier A, à Tentrée de la nef. 



Digitized by 



Google 



— 175 — 

Presque en face de cette chapelle , on a décourert la base arrondie 
du tour du chœur ou des balustrades, limitant le sanctuaire dont 
le sol est plus élevé que celui du déambulatoire d'environ un pied 
(o m. 33). 

Les magasins situés en cet endroit recouvrent le fond de Tab- 
aide de Téglise et la chapelle du chevet. Nous avons pu seulement 
en dégager la partie extrême, composée d'une assise semi-circu- 
laire en pierre de taille de i m. lo d'épaisseur, avec la base d'un 
contrefort saillante de om. 5o. Â l'intérieur, on distingue le banc 
en pierre tendre dont l'angle est arrondi, et le piédestal mouluré 
d'une colonnette vis-à-vis du contrefort. 

Le c6té droit de l'Oise nous a donné la même disposition : cha- 
pelle carrée avec les restes d'un tombeau, et dans Tangle droit, 
un massif de colonnes : une ronde entre deux carrées; puis avant 
le transept, l'entrée d'une chapelle, avec ses pieds-droits moulurés 
et enfin le transept droit que nous n'avons pu toutefois explorer en 
entier à cause de la proximité des bâtiments de l'asile: aile dite 
Marie-Thérèse. Nous avons pu constater Tabsence de l'escalier 
montant aux voûtes qui est dans le transept opposé, et nous con- 
vaincre que la petite chapelle qui précède devait être primitive- 
ment le sanctuaire orienté du transept lui-même; le mur qui l'en 
sépare actuellement est de date postérieure et fait de matériaux 
remployés. 

Pour parvenir à ce transept , il nous fallut dégager le pilier G du 
grand chœur, conservé avec toutes ses bases si finement moulurées 
à une hauteur de près de a mètres (pi. XXIX). Ce pilier dont nous 
donnons dkontre les photographies et le plan horizontal snflBt à nous 
faire apprécier l'él^ance , la richesse et la hardiesse de cette partie si 
intéressante de l'église. La coupole ou voûte à nervures saillantes 
qui s'appuyait sur ces quatre piliers, devait être élancée et du plus 
heureux effet. Nul doute qu'à l'extérieur elle ne fût surmontée 
d'une lanterne octogonale, dans le style préféré du xii* siècle, rem- 
placée après les désastres du xvi* siècle par l'informe cône qae 
nous montre la gravure du Mofuutieon. 

Signalons à la base de la colonne du déambulatoire de droite, 
faisant vis-à-vis au pilier C, une griffe bien curieuse; une tête 
d'homme barbu , les cheveux en tresse, avec deux ailes éployées, 
s'appuyant sur 2 griffes à 3 ongles comme pour s'élancer sur le vi- 
siteur. 



Digitized by 



Google 



— 176 — 

Du quatrième pilier D , nous n avons trouvé que l'assise des fon- 
dations, toutes les parties sculptées avaient été enlevées. 

A l'extrémité intérieure du sanctuaire, les fouilles nous ont 
montré les soubassements de deux autels successifs, le premier, 
creux, dans la cavité duquel se trouvaient 5 claveaux à moulures 
profondes avec dents de scie, dans l'intervalle desquelles un trou 
rond produit le plus heureux effet décoratif. 

L'entrée du chœur, entre les piliers A et D , était fermée par un 
jubé ou clôture dont le soubassement en mauvaise maçonnerie sub- 
sistait, conservant en avant et en arrière le pavé recouvrant le sol 
et les attaches de deux tombeaux. 

Des obstacles insurmontables nous ont empêché de déblayer la 
nef. Toutefois à gauche, nous avions repéré la direction du mur la- 
téral Nord. 

Guidé par les proportions du chœur, nous fîmes pratiquer une 
sonde à 35 mètres en avant, dans la grande pelouse de la cour 
d'honneur de l'asile, et à notre satisfaction, nos terrassiers mirent 
à jour les soubassements de la grande porte de l'église, à plus de 
9 mètres de profondeur. 

Cette porte, large de a m. 88, était encadrée par une simple 
archivolte dont les bases subsistaient, les moulures à boudins sont 
d'une facture primitive, bien différente de la gracieuse élégance 
des bases des piliers du chœur et du déambulatoire. 

Cette porte était accostée de deux contreforts peu saillants, dout 
les piédestaux se font remarquer par un chanfrein encadré par un 
petit boudin en relief, d'un effet pittoresque. Il fut facile au Sud 
de repérer l'angle de la façade de l'église appuyé de chaque côté 
d'un contrefort En prenant le point central de la porte jusqu'à 
l'angle intérieur de cette façade (6 m. o5), nous pouvions déter- 
miner d'une manière précisela largeur de l'église : is m. lo. 

Pour déterminer l'axe de cette nef, notre architecte, M. J. Douil- 
lard ^^\ n'avait d'autres ressources que de lever une perpendicu- 
laire au point milieu de la porte d'entrée sur la ligne droite don- 
née par la paroi extérieure du mur de façade. Cette perpendiculaire, 
plusieurs fois vérifiée, vient couper la façade du jubé, entre les pi* 



{') Le plan de nos fouilles a été levé avec un soin minutieux dans toutes ses 
parties par M. Tarchitecte Douillard, et nous devons le fëlidter ici de Texactitude 
parfaite et de ]a science qu^il y a déployées. 



Digitized by 



Google 



— 177 — ^ 

liera A et D, à une distance inégale, à environ o m. o3 plus à 
droite. 

L'axe du grand chœur, d'une construction évidemment plus ré- 
cente, fut tracé d'une manière absolument certaine, grâce aux 
nombreux points de repère qu'offraient les piliers et les murs laté- 
raux. Cet axe, prolongé jusqu'à la porte d'entrée de l'église, ne 
tombe pas exactement sur le milieu de cette porte et ne rencontre 
ta perpendiculaire ci-dessus élevée qu'à 3 m. 5o en dehors de cette 
entrée. A moins de supposer une erreur, d'ailleurs possible et 
facile, dans la position de cette perpendiculaire, nous devons con- 
clure que Taxe du grand chœur est quelque peu différent de celui 
de la nef, comme cela se vérifie en nombre d'églises construites à 
deux reprises. Le grand chœur penche ainsi un peu à gauche; 
nous avons déjà constaté dans le transept Nord l'inclinaison à 
gauche de l'autel. Le symbolisme, ici , semblerait donc non pas sim- 
plement fortuit, mais bien intentionnel. 

Pour compléter cette description du monument, nous devons 
reproduire ici quelques-uns des chapiteaux qui ont été retrouvés 
ou sont conservés dans le pays (pi. XKX et XXXI). 

Ces belles sculptures, ciselées dans la pierre très dure de Villiers- 
le-Morhier, sont remarquables par leur relief des plus accentués : 
feuillages aux arêtes vives, aux nervures saillantes, fruits d'arum 
aux grains bien découpés, nœuds compliqués des tiges, ne laissent 
place qu'à la louange pour l'artiste de ces âges reculés. 

Nous voudrions les voir recueillir . dans le musée de l'asile, et 
non plus dispersés un peu partout dans les propriétés voisines et 
jusqu'à Chartres. 

Nous avons également recueilli quelques fragments de vitraux 
peints, conservant quelques lignes bien tracées de grisailles du 
xii^ siècle, et quelques fragments de sculpture de tout genre, en 
particulier une statue décapitée de la Vierge de l'Assomption, du 
style Renaissance, et enfin quelques claveaux des nervures des 
voûtes. 

Avec tout cet ensemble, peut-être qu'un jour un architecte ha- 
bile pourra tenter avec succès une reconstitution de notre église 
abbatiale, telle qu'elle était au xii*' siècle. 



\lGHéOL06iB. N* 2. 



Digitized by 



Google 



— 178 — 



m. Sépultures. 

Le but premier de nos fouilles avait été de retrouver les tom- 
beaux des évéques de Chartres qui, au xu* siècle, avaient de préfé- 
rence choisi Téglise de Josaphat pour leur sépulture. 

Le premier qui fut découvert était situé dans le transept gauche, 
le long de la paroi, du côté de Tévangile, à i mètre environ de la 
colonne de Tabsidiole. Avant de l'attribuer à un personnage quel- 
conque, il fallait identifier cette chapelle. La position de son au- 
tel au-dessus de la fontaine dite de Notre-Dame était d^à une in- 
indication suffisante. C'était dans cette chapelle que venaient les 
pèlerins. Les auteurs précisent encore. Janvier de FÏainville dit sans 
hésitation : «A côté du chœur, dans Taile gauche, est la chapelle 
de la Vieigei). D. Buttreux, décrivant la sépulture de Tévôque 
Geofiroy , dit qu'il est enterré du côté de TÉvangile proche l'arcade 
par où l'on va maintenant en la chapelle Notre-Dame. Celle-ci 
était donc du côté gauche, du côté de l'évangile. En effet, les do- 
cuments ne sont pas moins affirmatifs. Le Nécrologe avant tout 
déclare que Jean de Saiisbury est mort le 8 des calendes de novembre 
(fiS octobre) : «cujus corpus jacet apud nos in capella Beatse Ma- 
ris9«. Les bi^oriens sont unanimes : Rouillard, dans sa PariUme 
(1609) : erll fut enterré devant Tautel de la Viei^fe Marie». D. But- 
treux (1668) emploie les mêmes termes. Les moines de la congré- 
gation de Saintr-Maur, après la restauration de l'église, firent placer 
dans cette chapelle une inscription pour en perpétuer le souvenir : 
irHic jacet D. Joannes SaiisberiensisT). Nous l'avons trouvée à 
Chartres et publiée dans le Bulletin archéologique en 1898 ^^\ 

Nous avons déjà décrit ailleurs ce merveilleux sarcophage ^'^\ Un 
moulage en a été pris pour le Musée national du Trocadéro. Les 
ossements du prâat, recueillis avec respect, ont été déposés dans 
le caveau des évéques , près de la cathédrale de Chartres. 

Un deuxième sarcophage, long de 2 m. 55 et large de m. 65, 
fut trouvé renversé et vide de &e& ossements près du pilier B. A côté 
gisait une belle statue de femme décapitée et mutilée (pi. XXXII). 
Celte dame, si bien dessinée, avec sa chimère aux pieds, son au- 

(') P. /i36. 

(^) Bulletin monumental, 1906, p. 5oi à 5o5, et Archivei hiiloriquei du dio- 
cète de Cluivires, 1906, n" du a 5 décembre. 



Digitized by 



Google 



— 179 — 

mônière suspendue à la courroie de la ceinture, avec son long 
vêtement aux plis sobres et profonds, est d'une grande simplicité de 
ligne mais d'une facture des plus artistiques et d'un grand effet. 
Gaignières ^^^ en avait pris un dessin fidMe avec cette attribution : 
(f Tombeau dans l'église de l'abbaye de Josapbat, près Chartres; il 
est de la femme du seigneur de Lèves, fondateur. » Cdle-ci s'appelait 
Lucia; elle avait été enterrée près de s<m mari qui gisait r au milieu 
du chœur?) ^^K crLa moitié de la tombe qui est dessous l'aigle, ayant 
les figures d'un homme et d'une femme donnent à cognoistre qu'ils 
furent tous les deux enterrés en ce mesme endroit, quoyqu'en divers 
temps, car la femme mourut longtemps avant son mary^^).?) La 
comparaison du dessin de Gaignières avec i original ne laisse aucun 
doute sur cette identification. 

Un troisième sarcophage, long de s m. 5o, git encore près du 
pilier G, du côté du déambulatoire. L'auge de pierre fine avait le 
couvercle brise, et le gisant avait disparu. Le Nicrologe indique la 
sépulture de Pierre de Gdle, évéque de Chartres, du côté de 
l'épltre^^)* Or, Gaignières a dessiné une pierre tombale avec cette 
note : cr Abbé couché, tenant un livre sur sa poitrine, tombeau de 
pierre sous l'aile droite de l'église de l'abbaye de Josapbat. Il est 
d0 Pierre de Sdts, fameux écrivainT» (^). Si le livre convient bien à 
■otre évéque, anden abbé, l'absence de la mitre, attribut de Tépi- 
scopat, laisse subsister des doutes sur cette identification. 

Nous avens encore trouvé des traces de monuments funéraires en 
avant du jubé. A droite, du côté de l'évangile, deux supports de 
pierre dure, carrés à la partie inférieure, octogones à la partie 
supérieure, devaient soutenir un sarcophage. Or, d'après D. But- 
treux, Geofioy de Lèves était enterré dans le chœur, du côté de 
l'évangile, proche l'arcade par où l'on va maintenant en la cha- 
pelle Notre-Dame, vis-à*vis l'abbé Girard (^^. 

Le tombeau de ee dernier était, en effet, du côté de l'épitre. Le 



U) BibiioUièque nationile, Gdbinet de* ettampes, Pe 6, loL lo. 

«) CarUd. de N.-D. de Joêépkêt, ch. u" CGIL 

W D. Buttreux, HUtoire en abrégé du Monastère de N.-D. de Jo$aphat, Bibl. 
nat, ma. ktin is677, chap. i*. 

(^ ffJacet in choro nostro ubi epiatoia legitur.?» Nécrologe de N»-D, de Jota- 
phat, Bibl. nat., inss. latins QSâ/ietioio/i^auao février. 

^^) BîbL nat, Cabinet des estampes, Pe., la., fol 67. 

('^ D. Butireux, loc, du, fol. «7. 



Digitized by 



Google 



— 180 — 

soubassement composé de pierre tendre posée sur ie pavé répond 
bien à la description du Nëcroioge^^). 

Ce tombeau était ie but d'un pèlerinage fréquenté ^*). 

Enfin, dans la chapelle carrée de droite, on voit encore une 
moitié de tombeau qui pourrait bien être celui de Tabbé (jervais 
Vuain, qui, en i55Â, fut enterré «en la première chapelle qui est 
à présent du costé de Tépistre où se veoid sa tombe?) ('). 

On a conservé trois autres belles pierres tumulaires provenant 
de réglise, mais sans attribution plausible. La plus belle, haute de 
1 m. 66 , large à la tête de o m. 76 et aux pieds de o m. 60 , 
représente un personnage ecclésiastique, les mains jointes, velu 
d'une sorte de dalmatique à manches. La tête, mutilée, repose 
sur un coussin, tandis que, de chaque côté, deux anges, les ailes 
éployées, transportent au ciel Tâme du défunt, sous la forme 
d'une figurine nue (pi. XXXIII). 

La deuxième, haute de 1 m. 3o, large à la tête de m. 73 et 
aux pieds de m. 55, mutilée, les pieds coupés à la hauteur de 
la cheville, représente un personnage jeune, vêtu d'un ample vête- 
ment, entr'ouvert jusqu'à la hauteur du genou, découvrant la 
jambe nue. Deux anges, les ailes fermées, soutiennent simplement 
le coussin, sur lequel repose la tête. L'artiste, ignorant le symbo- 
lisme si pur de la pierre précédente, leur donne là un rêle in- 
digne d'eux et commet un contresens liturgique (pi. XXXIV). Il faut 
en dire autant de la troisième, dont l'ensemble toutefois est d'une 
grande élégance. Haute de 1 m. /lo, large du sommet de o m. 70 
et aux pieds de m. 60, elle offre, dans un gracieux encadre- 
ment aux bords relevés, l'image d'une jeune fille, élancée, les 
mains jointes, modestement vêtue d'un long vêtement recouvrant 
les pieds de ses multiples replis, mais retenu par une ceinture en- 
richie de peries et de gemmes (pi. XXXV). 

Gaignières, enfin, a dessiné trois autres pierres tombales, l'une 



(>) (rCujus tumuhis ante sacellom divi Nicolai hac in sacra cde,mediocriter 
duetus est, materia et gypso drcumquaque sertos.» {Nécrologe de N.^D, de Joêa- 
phat, loc. eit,, an i** juin.) 

(*) (rAd cujus tumaium lod incolie, Garaotenses quoque et muiti drcumvidni 
nostri febre laborantes flunnt et ilHus precibns incolumes revertuntnr.n (Bibl. 
nat., ms. latin 1010&, fol. 180.) 

(') D. Buttreui, ms. latin 19677, fol. 19. Sa pierre tombale a été publiée par 
la Société Archéologique d'Eure-et-Loir, Dalleê Tumulaire$, 9* vol. n** LXXII. 



Digitized by 



Google 



— 181 — 

de Garin de Friaize, publiée par M. René Merlet(^), l'autre 
inédite qui était dans la chapelle de Saint-Pierre, à gauche, der- 
rière le chœur de Téglise. C'était la tombe de Jehan le Civil dit 
Cantin, bourgeois de Chartres, mort en 1&66, le i& mars^^); la 
quatrième, plus femarquable, est celle de Philippa dllhers, 
dame de Lèves, avec les armes de sa famille, bru de Lucia de 
UvesW. 

Janvier de Flainville remarque avec raison que « beaucoup de 
personnes qualifiées furent inhumées dans cette église, sous des 

tombes dont il se veoit encore quelques unes , les unes avec des 

représentations en gros relief de pierre, ... en partie brisées, les 
autres seulement gravées et posées à fleur de terre pour servir de 
pavés, dedans et dehors du chœur t) (^). 

Nous avons recueilli cinq fragments variés, sur Tun desquels se 
voit un écusson portant un chevron accompagné de trois besants, et 
sur un autre, plus grand, des fleurons et des rosaces compliquées. 

Le Nierohge d'ailleurs et les historiens mentionnent encore 
d'autres tombeaux. Et tout d abord, celui de Goskin de Mu$y, évéque 
de Chartres, neveu et successeur de Geoflroy de Lèves. Il gisait 
derrière les stalles du chœur (^). Rompue par les hérétiques en i568, 
une partie de la base de ce tombeau fut seule retrouvée précisément 
entre les deux piliers de la croisée du transept du cdté Nord. 

Robert y ivêque de Chartreê^ fut enterré en 116& dans la chapelle 
de Saint Jean-l'Évangéliste ^^l 

La tombe de Regnaud de Mouçon^ évéque de Chartres (t 1^17), 
était une pierre élevée sur quatre piliers, devant l'autel des saints 
Anges, brisée par les hérétiques (''). 



t') Société mrekMigi^ t^Eure-^t-Loir, Pierrei îombûUiy vol. 1, n**xxixi, et 
Mémoirêi de ladite Société, t. X, p. 83. 

W Bibl. nat, Gabiiiet des ettampes, Pe I, foi. 88. 

<') BibL naL, Cabinet des Estampes, Pe 6, fol. 11. 

(*) BibL de Cbartres, ms. 9011, vol. III; abbayes, ao mot Joêapkau 

(') «Gojiis ossa jacent in sacelio B. Marie Yirgiois post catbedras nostri cbori.» 
{Nécroiogê de N.-D, de Ja$aphat, Bibl. nat, mss gaaàet 10106, au 1*' février.) 

(*} D. Buttreux, tHêtoirê abrégée d$ iV.-Z>. de Joiaphat, Bibl. nat., ms. latin 
19677, f^l* ^^* 

(') 7^,fol. 3o. 



Digitized by 



Google 



— 182 — 

Uabbé Gervaii (t i356) gisait au miiiea de la nef ('). 

Labbé Pierre I^ {^ ^^^^l)t devant Tautol de la Vierge, en face du 
crucifix ^^K 

Michel de Bonnemain, abbé, avait son sëpnlcré devant Tautel de 
la Vierge (-^). Son écusson était à la grande porte de la nef (1&71). 

Jean Pinarty abbé, (t i5o5), avait sa tombe dans le chœur, der- 
rière le tombeau de Tabbé Girard ^*^. 

Enfin, André de Moutain ou Dtwid, abbé de Josaphat, s'était fait 
élever un monument dans le milieu du chœur, devant la lampe, là 
où Ton chante Tépltre^^), 93 septembre iSai. 

Si jamais la commission de Tasile d'Aligre fait poursuivre ces 
fouilles inachevées, il est probable qu'elle ne verra pas ses efforts 
stériles et que la découverte de nouvelles richesses artistisques ré- 
compensera dignement ses efforts. 

Déjà, elle a fait déposer sous les cloîtres (*) de fasile, Tensemble 
de la porte d^entrée de Téglise et de nombreux fragments de sculp- 
ture. Nous espérons que les mesures nécessaires seront prises pour 
conserver apparentes et à leur place primitive les parties les plus 
remarquables des ruines mises à jour. Combien attrayante entre 
autres, la petite absidiole du transept Nord, avec son tombeau, ses 
deux colonnes, son autel incliné et son jour sur la fontaine. Com- 
bien imposants les deux gros piliers du chœur, et à gauche, le 
développement du déambulatoire. Mieux encore, pourquoi ne pas 



(^) Nêcrologe de N,-D, de Josaphat, Bibl. nat., mss latin 999/1 et 10106, au 
16 novembre : trcajus corpus jacet in medio navis ecclesîe nostre». 

(*) Ibid., au 97 février : «r Jacet an te vêtus altare béate Marie prope cruci- 
fixumn. 

(') Ibid,, au 95 mai : «Hujus Michaelia Bonnemain tumnlns jaoet ante virgi- 
nenm altare ?>. 

(^) Ibid., au 19 mars : «Gujofl ossa jacent in choro nofttro, post sepuichnim 
domini Girardi». 

(^) Ibid.y au 93 septembre: (rCujus monnmentnm, apud nos, in medio templi 
choro, ante iampadem, obi decantatur epistola sibi extrui sapplex impetrando 
obtinnitn. 

(*) Ces cloîtres proviennent de Tabbaye de Coulombs, près de Nogent-le-Roi. 
acheta en 1898 par M. le marquis d^Aligre et transportes à Tabbaye de Josaphat 
et réédifiës avec grand soin. 



Digitized by 



Google 



— 183 — 

dëgarnir ces murs à Textérieur, et lear laisser intact ce profil 
étrange de ruines exhumées, et toujours debout, projetant, après 
des siècles, leur ombre sur le sol primitif du xii'' siècle, agré- 
mentées, dans les espaces libres, de quelques jolis massifs de fleurs 
qui, par leur gracieux centrale, rendraient encore plus saillantes 
les lignes grises des murs crevassés et des colonnes mutilées. La 
conunission aurait ainsi bien mérité pour Tétude de Tarchitecture 
et de la sculpture au xif siècle. 

Ch. M^Ais, 
Correspondant du Comité 



Digitized by 



Google 



LE MOBILIER 
D UN BOURGEOIS DE PÉRIGUEUX 

EN 1428, 

PAR M. FERDINAND VILLEPELET, 
Correspondant du Comité, à Përigueux. 



Un passage de Ylnventaire des archives munic^aies de la viUe de Pé- 
rigueux avait autrefois attiré notre curiosité. Toujours dans cette 
série inépuisable des livres du comptable de la ville, de Tannée 
administrative i Uû'j'i /iaS , le regretté Michel Hardy avait signale (') 
un inventaire des meubles d'Estève Thibaut, marchand, et de Si- 
biile de Laurière, sa femme, qui, poursuivis par la justice, avaient 
pris la fuite. Le mari était accusé d'avoir commis un meurtre en sa 
maison, le 9 septembre (i&sS), sur la personne d'un clerc, Jean 
de Jandon. t^Les maire et consuls, accompagnés du juge, nous dit 
Michel Hardy (p. 99), se transportent au domicile d'Ëstève Thi- 
baut, le 1 1 du même mois, et font procéder aussitôt à l'inventaire 
du mobilier par le notaire du consulat. M"" Hélie Fayart. Cet in- 
ventaire, rédigé en latin et très complet, permet de juger de la 
richesse de certaines maisons bourgeoises de Périgueux, au com- 
mencement du xv"* siècle. On sMtonne de rencontrer chez un parti- 
culier, qualifié du simple titre de mercator, tant d'objets précieux, 
vaisselle d'argent, parures, vêtements de luxe, armures, etc., qu'on 
présumerait avoir été le privilège des maisons nobles.?) 

Après Tachèvement de cet inventaire, un homme est préposé à 
la garde de la maison et des objets inventoriés. Le comptable dresse 
ensuite un état des firais de la procédure qu'entraine l'aiFaire et in- 
dique les sommes et pièces d'argenterie qu'il a fallu prélever pour 
solder ces dépens. 

Ceci nous explique pourquoi l'inventaire du mobilier d'un parti- 
es) Archivps municipales de Pérî/çueux, série CC 7^, fol. i5 v'-aa r". 



Digitized by 



Google 



— 185 — 

ciilier est intercale dans un livre du comptable municipal. Ce mobi- 
lier, mis sous séquestre après la iiiite des accusés, devait, en effet, 
servir de garantie au payement des dépens et de la condamnation, 
s'il y en avait une. Ces dépens se sont élevés à la somme de xvi écus 
XV sols V deniers, comme nous le verrons plus bas. Mais nous 
ignorons le montant de la condamnation et la peine corporelle qui 
a pu être infligée aux coupables; en tout cas, elle a dû être d'assez 
courte durée. Peut-être ont-ils obtenu du roi des lettres de rémis- 
sion? 

Nous retrouvons ce même Estève Thibaut, sans doute alors réha- 
bilité, consul de Périgueux en i&53-i&5&; il est Clément député 
par les maire et consuls, le 18 mars tUbU (i/i55 n. st.), vers le 
roi(^), pour lui remontrer qu'en vertu de ses privilèges, la ville 
était exemptée du payement des tailles. Afin d'obtenir les bonnes 
grâces de M* Jean Bureau, trésorier de France, et que nos soêtengues 
noêtra exen^^tùm, écrit le comptable, Thibaut emporte, pour les lui 
offrir, soixante peaux de martres qui avaient coûté soixante livres. 

Les peaux de martres produisirent le résultat attendu : Thibaut 
rapporta des lettres royaux (^), qui enjoignirent aux élus et au rece- 
veur des tailles de laisser tes habitants de Périgueux jouir de 
Texemption iuran êon terme. 

Cette famille de bourgeois et marchands, Thibaut ou de Thi- 
baud, était considérable : nous disions tout à l'heure qu'Estève, 
consul en i&63-i&5/i, avait eu une mission auprès du roi; l'admi- 
nistration municipale le députe encore le 98 mars i&55 (i&BG 
n. st.), lorsque le trésorier veut contraindre les habitants à payer 
la taille. Quelques années après (^), en 1&61-1&63, l'inventaire 
des archives nous apprend aussi qu'à peine les élections termi- 
nées, ((le maire et Estève Thibaut se rendent à Bordeaux pour 
prier le maréchal (^) d'intervenir auprès du sénéchal Pierre d'Acigné 
que le roi Louis XI venait de nommer maire de Périgueux sans 
consulter les habitants, afin de le déterminer à se démettre de son 
office de maire. Le maréchal donne aux députés de la ville une 
lettre qu'ils s'empressèrent, à leur retour, de faire porter au séné- 

(') Série GG 85. 
w Sëritt CG 86. 
W Série GG 87. 

^^ Jean, bâtard d*Armagiiac., preimer cbtmbelltti du roi, maréchd de France, 
gouTemeur cIa Guyenne (Tilrêi juêt^tcaUfi pour ia vilU an PMguewtt p* ^83). 



Digitized by 



Google 



— 186 — 

chai, à Bergerac, par Guilhem Belder. En retour du désistement 
qu'ils rëclament, les maire et consuls promettent au aénëchal que 
la viUa lyfaria aieun pUuer que d ne demia e^re cêmptensjt. 

Non seulement ces Thibaut sont chargés de missions; mais, de 
i/i53 à i5o5, ils sont pourvus d'honorables fonctions publiques. 
Ëstère est consul à deux reprises en i&SS et 1&61. Un Pierre Thi* 
haut est maire de la ville en 1488-1/189^^). Honorable homfie 
M^ François Thib^it, licencié en droit, est maire ^^) en Tannée 
i5oo-i5oi; le même personnage est juge de la ville (^) en i5o&- 
i5o5; peut-être joint^il à ses fonctions cdios de juge de la tanre et 
châtellenie d^Âg^nac, car il intervient en cette qualité dans un 
acte du i"*' septembre iBoa^*). 

A partir du xvi*" siècle, le nom disparaît dea archives de la ville. 
La famille, qui s'élève encore, va résider dans la maison noble de 
la Gauderie, près Périgueux; elle s allie alors aux plus anciennes 
familles de la province, aux d'Abzac de Bell^aitle et aux de Saint- 
Astier^^). Elle demeurait auparavant dans le quartier du Pont- 
Vienx {lo Poti), si nous en croyons le r61e d'une taUle levée en 
1/198 par les maire et consuls per las caeha$^^^ de la vUa. Sur cet 
état figure nStlibbaut pour lu escutz?) en 1/198, et tr St. Thibault 
pour j escut?) en tUfiS-ilx^^^'^h II est prëaumable que c'est notre 
meurtrier. Sur le même état se lit le nom d*un Porto de Jando ^^\ 
qui pouvait être un parent de la victime. 

Voyons maintenant ce que peut contenir d^intéressant Tinven- 

W Série GG 9s. 

W Série GG 96. 

W Série GG 97. 

(*) Gf. de Goarcelles, t. IX, art de Chabaru, p. 16. 

(*^ François d^Abzac, seigneur de Montastrac et eoseigneor de Siorac, avait 
épousé en secondes noces (juin 1 554 ) MarquèM d'Abiac, fille de Bertrand d*Abne, 
seigneur de Bellegarde, et de Maigaerite de Thibault, damoiedlfl de la «laîson 
noble de la Gauderie et des Foliéroos en Périgord (Gourcelles, t. IX, art d'Aï}- 
zac, p. 97). — Bertrand d'Abzac, deuxième ^\i nom, épousa le 17 janvier i53i 
(v. st.) damoiselle Marguerite de Thibault de la Gauderie, fille de Jean de Thi- 
bault, seigneur de la Gauderie, près Périgueax, et de Gatkerine de Saint-AsUer 
du Lieu-Dieu. — En marge : «de Thibault, paie de gueules et d*argent de quatre 
pièces, chaque pal d^argent chargé d*un losange de sable;» (Gouredles, t. IX, art. 
d'Abzac, p. 106). 

(•) Truies. 

W Série GG 7A, fol. 1 1 i^, et GG 76, kA. 36 r'. 

W Série GG 76, fol. 7 V*. 



Digitized by 



Google 



— 187 — 

tahre du riche mobilier d'Estève Thibaut et de Sibille de Lanriëre, 
que nous avons cru un moment être celui d*un monétaire, sMl y en 
avait eu à Périgueux, à cause de certains instrumenta délicats qui 
y sont indiqués, mais qui pouvaient aussi bien servir au commer- 
çant pour son négoce d'épicerie et de mercerie que pour Tessai des 
nombreuses monnaies de bon et de mauvais aloi qui circulaient à 
cette époque. 

Datum undecima die menais septembris, anno Domini m" cccc* xxvhj*", 
presentibus testibus Geraldo de Gordo et Petro de La Sala. 

Sequitnr inventarium fectum per dominos maiorem et consules et eorum 
judicem communitatis et universitatis ville et civitatis Petragorensis de 
bonis rebos St^bani Thibaudi, mereatoris, et Sibille de Laurieyni, eius 
uioris, dicte ville; qui quidem Stephanus et Sobilla reddiderunt se fiigitivi, 
propter mortem per ipsos factam et perpetratam in persona Johannis de 
Jandone, derici cUcte ville, in domo habitacionis dictorum Stephani et Si- 
bille. 

[S(dle.] 

1 . Et primo invenerunt in domo habitacionis dictorum coniugum , vide- 
licet in auh dicte domAs, unam tabolam cum duobus tri^teffis sive escha- 

a. Item unam patdlam sive padda ferri ^*K 

3. Item morterium lapidis cum suo moledor. 

k. Item unum canddabrum ferri. 

6. Item unum buffet ' 

6. Item unam butam sive botelha de coreo ad tenendum aeetum, conti- 
nere valentem très pintas. 

7. Item unam parvam oonchiam ^^K 

8. Item unum par ocrearum sive de botas ^^K 

9. Itam unum madier peocolatum '^^ 

10. Item unum lectum munitum unius cnlcitre, unius pulvinaris, duo- 

0) Tréttitux (Roquefort). 

W Poêle à frire. 

(') Batôn. 

<*) Bottes, chauMores. 

(') Mait à pied. 



Digitized by 



Google 



— 188 — 

bus linteaminibus caoapis et imius lodicts ^^^ parve fomie diversorum eolo- 
rum ftote ad modiim barranim. 

11. Item unam cathedram. 

la. Item duos traffogiers ^^ 

i3. Item unum dstonem^'^ plénum, seu quasi canapis stuparum et 
fiili. 

1 k. Item parvum dstonem vacuum. 

i5. Item unum tripodem parvum. 

i6. Item unum pedem lavatorum. 

1 7. Item unam targetam. 

i8. Item unam theeam nucis, sive de nogier, in qua sunt res que se- 
quntur: 

19. Primo sex discos stagni sive platz, tam parvos quam magnos. 

ao. Item duodecim scutellas stagni ^^K 

a 1 . Item octo scutelios sive escuiios satis magnos. 

a a. Item decem scutelios. 

a 3. Item duas iustas stagni quelibet unius pinte cum dimidia, 

a A. Item unam aiiam iustam stagni continentem unam pintam vini. 

a 5. Item unum parvum scrinium vacuum. 

a 6. Item unum parvum esquipet^^^ sive trebuchet pluribus ponderis. 

a 7. Item duos grossos et quatuor foihetas(') argenti deauratas Mim 
qiiadam alia pecia argenti. 

a8. flem quamdam quantitatem litlerarum. 

[Chambre contiguë à la salle,] 

In caméra dicta auia contigua fuerunt reperta ea que sequntnr : 

99. Primo unum lecliun munitum unius culcitre pulvinaris et unius c(k 



<*) Couverture. 

(') Plaque de cheminée encastrée dans la brique, ao fond du foyer. 

<») Coflro. 

(«) Écuelles d*ëtain. 

(^) Balance ou trebuchet 

^•) Gros et fleurettes : sont-ce des monnaied espagnoles ? 



Digitized by 



Google 



— 189 — 

hoperture sive caberta, cuin serpeotibus et leonibiis diversorum colorum 
lane, satis antiqna. 

30. Item nniiin bacinelum cum visieyra. 

3 1 . Item duo amegia ^^ thibiarum cossarum. 
33. Item quinque antebrachia sive avanbratz. 
33. Item unos ganteietz. 

3 A. Item unum barroyer ^'^ 

35. Item duo gardebrachia. 

36. Item nnas brigandinas ^^K 

37. Item duas peeias armornm. 

38. Item unum gorgeri munitum sarraturis argent!. 

39. Item très loricas sive aubergos qoarum sunt frangate latonis. 

Ao. Item unam servdieyra <*) cum suo borleto cum quadam ligatura filii 
argenti. 

h 1 . Item unam parvam apchiam armorum ^*^ cum bec de falco de qua 
defficit unu8 clavus. 

A a. Item unum bazdart^*) parvum cum quodam cutdlo. 

M. Item unam magnam ollam metalli continere vaientem unam eymi- 
namaque. 

àL Item quandam aiiaz (sic) ollam m^lli mediocrem continere vaien- 
tem dimidiam eyminam aque. 

65. Item duas oUas parvas continere valentes très pintas aque. 

66. Item unam parvam ollam fraclam desuper continere vaientem duas 
pintas aque. 

67. Item unam parvam ollam continere vaientem unam pintam aque. 
â8. Item unum morterium metalli quasi novum ponderis. 

69. Item unum pelvem^^^ satis magnum. 



^^) Partie de rarmure. 

W Idem, 

(') Idem. 

(«) Idem. 

(»} Hache. 

(•) Coutelas. 

(^) Baflèin. 



Digitized by 



Google 



— 190 — 
5a. Item anom aUtim pdvem eiuBdem qoanlkatM. 
5i. Item uQum pdvem mediocrem. 
Ss. Item anmn alium pelvem eiusdem quantitatis vel circa. 
53. Item unum pdvem parvum. 
5/i. Item unum chalfaieu^^^ 

55. Item duos pdves, unum mediocrem et alium parvum, perforatos ad 
dealbandum monetam. 

56. Item unam magnam conchiam. 

57. Item quamdam aliaz (tic) conchiam eiusdem quantitatis. 

58. Item unam conchiam mediocrem. 

59. Item quamdam aliam conchiam eiusdem quantitatis. 

60. Item unam parvam conchiam. 

61. Item quamdam aliam parvam conchiam modici valons. 
69. Item unum tripodem satis magnum. 

63. Item duas alias parvas conchetas. 

6/i. Item unum cacobinm ^^ sive payroi mediocrem. 

65. Item unam patdlam ^^ cupre modid valons. 

66. Item unum cutdlum cum duobus manubriis ad faciendum cîrcnlos. 

67. Item unum parvum cofiretum discohopertum in quo erant una 
brida ronsini, duo marlelli parvi et certa quantitas fierri sive de ferralba. 

68. Item iustam atagni^^^ rotundam continere valentçm duas pintas. 

69. Item unam aliam pitalpham eiusdem quantitatis quadratam. 

70. Item quamdam aliam iustam sive pithalpham rotundam eiusdem 
quantitatis. 

7 1 . Item quamdam aliam iustam rotundam eiusdem quantitatis. 
7a. Item unam iustam rotundam continere valentem unam pintam. 

73. Item quamdam aliam iustam eiusdem quantitatis quadratam. 

74. Item imam tercieyra quadratam. 

^'^ Chauffe-lit, moine. 

<') Chaudron. 

^'J Plal ou lampe de cuirre. 

(*) Juste d'élain ou pilalfe, mesure de liquides, diaprés Du Cange. 



Digitized by 



Google 



75. Item unam chopinam rotandanu 

76. ttem aaam becherida sive aygnieyra. 

77. Item novem earrdUos calibis ^\ 

78. Item unum trebuchet ad ponderandum denarios auri mnoitiim. 

79. Item unom magnnm trebnchet sive stateria. 

80. Item duos libros Alexandris ^'\ 

81. Item unum librum de Vidû et Virtutibus^'^. 
8s. Item unam talocha aire hôtelier. 

83. Item unas stateraa mediocrea. 

8A. Item quasdam alias stateraa parvas. 

[tem duaa pillas ^^\ unam quatuor marcharum in qua deflScit unum 



85. 
temale. 

86. 

87. 

88. 



90. 
91. 

93- 

94- 



[tem unam pillam unius libre minutatam , et aliam mardaaam. 

tem unam lantemam copre. 

tem unam vestem de rubro, foUeratam de iutris aive de loyras. 

tem quamdam aliam vestem, foUeratam de regnartz sive de chalz. 

[tem juponem de hosteda^^ de pertico. 

tem unam vestem de grisio foUeratam anhimorum nigroruuL 

tem quamdam aliam vestem nigram duplicatam. 

[tem unum pdetot fiistanee nigre. 

tem noam hucqnam^*) nigram cum pluribua cracibus fiSi albi. 



^') Sont-ce des carreaux, traits d^arbalèles ou simplement des poulies d*acier? 

^') Peut-être s^agii-ii id de romans sur Akiandrt le OrtodT 

^') Cf. Brunet, Manuel du libraire, au mot êomme, édition de 1866, L Y, 
coi. & 36 et 6^7. (r Ce présent Uvre cy après eseript est nommé ou appelle \ejivre 
d$ê viceM et deê verUu en françoîa autrement dit, la somme le Boy.?? 

Cet ouvrage a été composé par un docteur de Tordre des Frères Prêcheurs 
nommé Lorens ou Laurent, mort vers la fin du xui' siède. 

Il a été publié sons ce titre : «Somme (la) des vices et vertus», vers i5o9, à 
Paris. Une édition flamande ou boBandaise parut à la fin du xv* siède sous ce 
titre : Summe le Roy ofconineê êumnu, etc., Delft, liiSi, s. L d'impr.; Hasselt, 
làSi; Harlem, i684. 

^*ï Mesures. 

(*) Quid f On ne troave dans aucun dictionnaire le mot hoêteda, 

(*) Coiffe d*après le dictionnaire de Lacomhe au mot kêieke; ou robe longue ou 
manteau diaprés ud dictionnaire de langue romane au mot ^tifusi. 



Digitized by 



Google 



— 192 — 

95. Itemmios manicos^*) ferreos. 

96. Item unom capadum rabram cmn corneta snta cam andetis sive 
aneletz argentL 

97. Item unom juponem. 

98. Item unom capucinz nigram cam cometa suta modo supradicto. 

99. Item unom capudom nignim mcdieris. 

1 00. Item onam cotardiam muUeris de pertico. 

101. Item [nnom] capuciom muiieru modici valons ^*\ 
103. Item immn am'dhier factum ad modmn de scaxs^'^. 
io3. Item doas camisias celle hominia. 

10&. Item très cobitos sive cobdes fostanei nigri in una pecia. 

1 o5. Item anmn juponem de damas robri cam aneietis sive aneletz ai*- 
genli parvis in pagnetis. 

106. Item onos tamis daasos^^^ apothecarii. 

107. Item onam tabolam eum duobas tristeilis saper qaam erant 
vestes. 

1 08. Item quadam cayscbia magna (sic) stantem in dicta caméra in qaa 
fuit repertum noum scrinium fiisli, in quo sunt res qae seqantur, que 
quidem res fuerunt tradite cum dicto serinio in custodiA Pétri Brochardi et 
Helie de Blanqaeto, maioris. 

109. Primo qainque scuta auri minas triginta onum granum pondais. 

1 10. Item unom mutonem ^'^ ponderis duorum denariorom. 

111. Item qainquaginta arditos sive arditz. 

1 1 Q. Item unum florenum sive flori cupri deauratnm. 

11 3. Item unam tasseam argent! ponderis unius marche cum dimidia 
minus très quartos uncie, operata in fimdo operis faisonie de Geneva. 

11&. Item quamdam aliam taceam ponderis z* (dimidie) marche que 
est de &lsidia de Geneva. 



<*) Manche de fer. 

^') En marge, la note : tr Tradite fuenmt Margarite de limando per doroinox 
maiorem et consules», qui se rapporte aux articles 99 à 101. 
(») QuidT 

(*> Tamis couvert antrefois en usage dans la pharmacie. 
^*) Denier dW an mouton. 



Digitized by 



Google 



— 193 — 

1 15. Item unam zonam^*) de cirioo nigii (ne) manitam in medîo par- 
vis botonibus argenti. 

116. Item imam bursam de eirico antiqnam cam ymaginibus, in qna 
erant jocdîa^*^ qne sequuntwr, viddicet onum parvom agnns deanratum, 
duas virgas cum lapidibus vocatis grapaadinas, et quatuor moniiia aive fer- 
malhs argenti. 

117. Item qoamdam aiiam bursam de cirioo operatam cum deeem et 
novem botonibus argenti deauratis. 

1 18. Item quamdam aliam bursam de veluto rubro cum ux*" botonibus 
ai^nti deauratis, in quâ sunt novem pecie tam virgarum^^^ quam anulorum 
auri ponderis triuz quartonorum unius uncie et unum temale. 

119. Item quamdam aiiam bursam de eirico rubro cum xxx** botonibus 
argenti deauratis nbi sunt très uncie et dimidia bilhonîs sive biiho in du- 
plb et grossis. 

190. Item quamdam aiiam bursam de velueto rubro cum xix*' botonibus 
argenti deauratis, in quà sunt quatuor annii et unam empnintam (me) 
auri^^) ponderis unius uncie et unius ternaiis auri, quorum quidem anulo- 
rum fuit traditum unus qui erat dyaman magistro Archambaido de Sancto 
Asterio, de consensu amicorum. 

191. Item noam parvam burietam^*) ai^genti deauratam in qoft sunt de 
circa oclo perle et unus cordo fiiii auri. 

199. Item unam frachissam ^*^ argenti deauratam ponderis duarum un- 
ciarum quatuor denariorum. 

193. Item tria doquearia ^^ cam uno spintere ^^ aigenti ponderis trium 
unciarunu 

19&. Item unam zonam de eirico viridi antiquam eiusdem ponderis 
de argento membratanu 

196. Item unam aliam parvam zonam fractam ponderis omns uncie cum 
dimidia et trium denariorum. 



(1) Ceintare de soie (T). 

(*) Joyaux. 

(3) Bagaes. 

<*) Empreinte, sceau. 

(^) Vase, petit flacon. 

(•) Frocê, résida, d*aprèt Godefroy. 

(') GuiBm. 

(*) Epingle. 

AiGHéoLooii. — N'' 2. i3 



Digitized by 



Google 



— 194 — 

ia6. Item qaamdara Imrsam in qoA sont quatuor tirge emn quinque 
anolis et duobus parvis monilibus ^'^ argenti poaderis nnios uneie et nniiis 
quarti ^*K 

lay. Item tmarn iNirsam de cirioo nigro io qoA est del frachnm ^^^ pon- 
deris dimidie onde argentL 

laS. Item unmn frontale de peHis pooderis trium unciarum et trium 
denartmtuii. 

139. Item tria caputergia ^^^ quorum duo sunt de fiio cirici et aliud de 
Paris. 

i3o. Item onum pomum^' fîisti auripelatum cum tribus taxHlis^^ de 
infra. 

i3i. Item unum monile sive (ermalh auri in quo sunt de circa sex la- 
pides vocatarum saffiers ^ poaderis unius uncie et unius temalis. 

iSa. Item duas femorarias sive bragas^*^ 

i33. Item qoamdam peciam monete vocatam dft Gastilha* 

1 3i. Item unam peciam cupri factam ad modum de Eflbuilh ^^, 

Décima tercia die dicti mensis. 

iii. tu dietâ eameré, unum cohopertorium lane diversorum colorum 
cum rosis et diversis bestiis. 

i36. Kern unam vestem tocatam cotardia de pertico duplicàtam de vi- 
ridi et de rubro. 

137. Item quamdam aKam vestem vocatam cotardia mufieris, panni 
nîgri obscuri duplicatam ^*®\ 

1 38. Item quamdam aliam vestem sive corset de rosea. 

M Agnéet on hmén. 

^') En marge : trTradite fiienint Johaone Aymara uori io« RofloMi de coooenttt 
amicorumn. 

<*} Peut-être débris d*argent; cf. plus haut, art 199. 

<*) Serre-tôles. 

W Bode. 

l») Dés. 

(') Saphirs. 

W Braies couvrant les cuisses. 

{•) QmdT 

fi«) En marge f la note : «Tradite (îierunt ut snpra?», se rapportant «nx artides 
i36 et 187. 



Digitized by 



Google 



— 195 — 

i39* 1^00^ quamdam diam yestem nve oonet de YÛridi eam niaiiicis 
robris^^ 

i&o. Item qmtindain heDcqaam ^^ daplkttani fostanei tincti et operati. 

i4i. Item uoam parvam lodicemiite oopertmnm dhenomm coloram 
barratam. 

i&a. Item tresdedm eschavdlos fiUi camipis et aoius filli Uni. 

1&3. Item quasdam foderatoras ^*) murile^rum sive de chatz parvi va- 
loris. 

166. Item daas camisias mulieris^^^ 

165. Item unam sdiam camiziaz hominis cum femoraliîs sive bragas. 

1 &6. Item decem et septem linteamina quolibet eorom trium paniimn. 

167. Item octo alla linteamina. 

168. Item unum aliad linteamen daorom pannom. 

169. It^n daos eaminones^'^ sive tnfiogien novoa et magnos. 
1 5o. Item très iongieyras et onum loaUio stnpanim. 

i5i. Item onam mappam staparom. 

iSa. Item qoamdam diam mappam eanupii el anaiii pvnon. toalbo 
canapis. 

i53. Item onam securim sive destral ^\ 

1 66. Item îini^tn apehiam carnificis ^^K 
i56. Item onam pic. 

1 56. Item quasdam magnas forcipes sive tenalhas. 

167. Rem duoa moies ad prohidendum rigolos monels. 
i58. Item unum pectem ferri. 

<*) Bn marge, la note : «Tradite fuerunt dicte Margarite ut supra y», se rappor- 
tant aox articles i38 et 139. 

^) Robe longue on manteau d'après un dictionnaire de langue romane au mot 
hufueê, 

(*) Foorrares. 

(«) Ed maige, la note : «Tradite foeomi ni siçrt», ae rapportant à Tartide 

(*) Chenets (?). 

^*) Cognée appelée destrau (Du Cange). 

0) Htche de boucher. 

i3. 



Digitized by 



Google 



— 196 — 

i59* Item fundum unios pelvis placatum âd modam de bec daùe ad 
pargandum monetam. 

1 60. Item minm gladimn cocquine ^'^ corn manubris de oaso. 

161. Item nnas stateras médiocres. 

16a. Item septem dnodenas cmn dimidia agolhetarum. 
i63. Item sex duodenas laqueoram sive latz ad oorddandum. 
16 6. Item decem pdles robras sive chabrotis. 
i65. Item quatuor pelles albas sive chabrotis en alum. 

166. Item duodedm bostias ad portandum salconduchs ^). 

1 67. Item duas duodenas cum dimidia cordonum de fiio diversorum co- 
iorum. 

168. Item duas grossas cordonum nigrarum ad oorddandum sotu- 
lares <'). 

169. It^n duas mosdnrerias bbarum. 

170. Item nna botas^*) sive estivak, 

171. Item unos solutares. 

17^. Item unam catbedram fhsti. 

173. Item unam talhamecba <**' canddarum. 

17/1. Item unam piatam dvesarradura^'^ cum sua clave. 

176. Item unam manum papiri cum tribus foliis. 

176. Item unum linteamen sive trados lectL 

177. Item in.quodam cistone^) stante in dicta camera-erant tares scha* 
veUos canapis. 

178. Item decem et octo linteamina canapis quorum quemlibet trium 
pandum. 



(^) Couteau de cuisine. 

W Qmdf 

^') Cordons pour tttadier les souliers* 

(«) Bottes. 

(*) Mouchette. 

(«> Serrure. 

(" Coffre. 



Digitized by 



Google 



— 197 — 
179* Itéra unam iinteamen lioL 

180. Item duas mappas^^^ novas stapanun. 

181. Item unaB stateras sive bdaiisas de trebuehet. 
i8â. Item ires eschaveUos fiiii Uni retors. 

i83. Item très mappas iini. 
i8i. Item très mappas stuparum. 
i85. Item très iongerias^) stupamm. 

186. Item certam quantitatem acamn nve dagulhas in quadam bostia. 

187. Item dnas tasseas argenti ponderis insimoi doas marchas argenti 
minus xvu d.' 

188. Item onnm doqnear argenti ponderis um'us onde. 

[Chambre sur la cour.] 

Item in camerâ séqnenti que est super gadidam ^^\ contigua camere su- 
pradicte, erant bona que sequnntur : 

189. Primo unum (âstonem corn quodam eediie sive tamis grossier. 

190. Item unam ymbrioem sive mach^*^ ubi erat una conchia eupri 
piena farine. 

191. Item nnam cathedram perforatam. 

190. Item unum chadaiiech^*) eum 'duabus culeitris, viddicet unam 
barratam et aiiam a escaxs^'^ cum suo pulvinari, eum una lodice lane di- 
vaw>rum colorum barrate. 

193. Item unum scannum^. 

\Troisième chambre derrière, sur la eour.] 

In tercia caméra contigua darreyre desuper gaddam sunt bona que se- 
quuntur : 



^*) Nippes ou torchons. 

W Nippes. 

^) Cour, terrain vagae (minutes de nolaîres). 

(*) Espèce de coffre. 

(0 Ghâfit 

(*) En dessin d*ëchiqmer()). 

(7) Bine on éUl (Dq Gange). 



Digitized by 



Google 



— 198 — 

19&. Primo unum chadaliech cum duabus enkitris et iribiif puivina- 
ribus. 

196. Item unmn parvum aurelhier. 

196. Item mium bressoi ^^K 

197. Item onam cathedram. 

198. Item mium sarcd ^\ 

1 99. Item unum tranige ^K 

soo. Item unam paiam ferri. 

901. Item très magnas hurnas vacuas continere valentes quemlibet ea- 
mm unam sdmatam ^^^ olei. 

aoa. Item duas hnrnas vacuas continere valentes quemlibet unam eymi- 
nam oki. 

9o3. Item unam aliam burnam continere valentem dimidiam eyminam 
olei. 

[Gftmer.] 

ûoi. Item in solerio quod est desuper dictam cameram, certam quanti- 
tatem ferri bene usque ad extimaeionem duamm vd trinm salmatarum. 

905. Item unam arebiam vacnam continere valentem quatuor vel qnin- 
que sextaria bladi. 

906. Item unum par barriUorum ^*K 

[Corridor.] 

907. Item al corredor unam tabulam cum duobus schamellis. 

908. Item unum scannum. 

[Salk supérievre.] 

In aula superiori : 

909. Item unum dimidium latz de cbamsalada ^*^ vd circa. 



^'} Petit berceau (Roquefort). 

<*} Aiguillon à piquer tes bœu£i (ù^). 

(3) Piquet de chiendent 

t^) Saumëe d*huile, composant la charge d^un âne (Du Gange). 

(^) Une paire de barib (?). 

(*) Morceau de chair salée, confit. 



Digitized by 



Google 



— t99 — 

aïo. Item dimidiam tdha de iari (*^ 

ail. Item duos meyas de dicto larC ^^. 

919. Item duas tibias ^^ sive chambas de dicto lart» 

91 3. Item très cistones continere vdeotat qnemttbat duo sextaria Uadi 
vel circa, in uno quorum sunt bene très mosdurerie avene vel circa. 

9 1 4. Item unam archiam continere valeotem quatuor se^^taria bladi. 

9 1 5. Item unam ymbricem sive mach. 

9 1 6. Item unum moyai ^^^ modici valons* 

917. Item duas paddas ferri modici valons. 

[Chambre cotUiguë à la ioUe supérieure, ] 
In caméra oontigna dicte aule sunt ea que sequuntur : 

918. Primo unum lectum cum suo chadaliech , munitum culcitre pul- 
vinarum et duobus lodicis, lane veteris, diversorum colorum, modici 
vdoris. 

[ Grenier au-deuuê. ] 
In solerio superiori : 

919. Item unum ceatom tegulorum sive teules, vd oirca. 

[Rez^ckaussée.] 
In statgia dicte domus : 

990. In quodam cistone nucis iuerunt reperta ea que seqmintur : 

991. Primo tioam libram gingiberis. 
999. Item unam unciam musticis^'^ 

993. Item unam dimidiam iihram synamomi sive canela e girofle. 
99&. Item dimidiam libram piperis. 

(» Tranche de lard. 

<*) Ptnnes de Itrd, petit Itrd. 

W Jambons (Da Gange). 

(*) Tonnean, cave (Roqaelbrt). 

<*) Moàt ou moutarde. 



Digitized by 



Google 



— 200 — 
995. Item dnas imeias grane de pndb^^l 
3s6. Item quatuor bnrsas albas mulieris. 

997. Item doas peetes. 

998. Item deeem el oeto f(riia ptjfnri. 

999. Item très uncias de eirico pertieo. 

93o. Item dois duodeoas com dimidia de yetas <^. 

93i. Item doas zonas de cirioo nigro. 

939. Item dnas coyfrs albas. 

933. Item anam fdl&a aUnm en dum ^\ 

936. Item nndecim vetas. 

935. Item nnmn tros^^^ de grda sive de bureL 

936. Item duos trotz de sendat, onnm de pertioo et alium de rnbro. 

937. Item daos agulbiers mulieris eohopertos de eorio. 

938. Item doas pecias oordonum de foytx ^K 

939. Item quadraginta quatnor spinteras ^K 

960. Item oeto virgas letonis ^K 

961. Item in dicta statgiA anam eistonem discohopertnm in qao septem 
picotini et unas qaarto salis. 

949. Item anam aliam eistonem vacaam continere valentem sex mos* 
dnrerias bladi. 

9 63. Item anam moledor ferri, 

« 

9&&. Item dao pondns (tte) metalli ad modam cymbidoram ^'^ corn 
anulis ad ponderandam monetam. 



(0 Térébinthe, arbrisseau résineux, employé comme vulnéraire : en patois pé- 
rigourdin, puliê est le nom du troène. 
W Du Padoue, ruban étroit. 
(3) Peau blanche tannée (?). 
W Coupon de bure , grosse étoffe de laine. 

(•) Epingles. 

(^ Anneaux de laiton. 

^*) En forme de sonnettes. 



Digitized by 



Google 



— 201 — 

[Cave.] 

Item in cavâ subtus dictam statgiam : 

ai 5. Item decem humas magnas ad reponendum oieum, qnemlibet 
earom continere valentem onam salmatam oiei. 

â&6. Item sex alias hurnas continere valentes qnemlibet unam eyminam 
olei. 

[CdHer.] 

967. Item in primo penore^*' jnxta dictam cavam, quatnor dolia me 
vayscheb tam parvos qnam magnos. 

968. Item nnam pipam parvam. 
Q&g. Item nnam pippam magnam. 

[Second cellier.] 

Item in dio penore jnxta penu snpradietum : 

950. Item nnam magnam cnbam. 

95 1 . Item très parvos vayschels. 
aSa. Item dnas pippas. 

â53. Item nnum ddium antiquum modici valons. 

954. Item nnnm doih in quo snnt pruna, cohopertnm cum una lodice 
modici valons. 

955. Item nnnm banriel. 

956. Item nnum morterium lapideum. 

[Cour.] 

^57. Item, in gadala, unam pippam continere valentem duas salmatas 
vini. 

958. Item unam compertam modici valons. 

959. Ittm quinqoe barreyrias fiisti ad ponendum in orlis. 

960. Item duas balistas calibis^') cum uno sinctu sive sench ^'^ et unam 

(^) Gefli6r(DaGuige). 

<*) Arbalètes tvee dialoes de fer. 

W Ceinture, linère. 



Digitized by 



Google 



— !Î4>2 — 

tiihola (*' quarum arbalistarum habait unam cum dieto sench dominas 
Guillelmus de Preoeyria. 

[ Recoins sous h eorriéhr. ] 

961. Item de subtus lo corredor, in quadam mussia sive mussa^ duos 
cistones vacuos. 

QÔa. Item miam archam vacuam. 

a 63. Item unam oUam metalli continere vdentem imam horaam sive 
baga aque fractam desuper. 

QÔA. Item unmn cacobum sive payrol continere valentem très hurnas 
aque. 

â65. Item duas rozetas rotundas continere valentes quemlibet très pin- 
tas aque vei vini. 

a 66. Item quasdam stateras^'^ finas cum uno estuy et uno pondère 
duarum marcharum. 



Une fois Tinventaire termine, iea maire et consuls font promettre 
aux gardiens séquestres de restituer, s'il y a lieu-, à Estève Thibaut 
ou aux siens ou à qui il appartiendra , les objets précieux qui leur 
sont confiés, les armures, ies bijoux, les monnaies. 

Domini maior et consules tradiderunt de bonis in predicto inventario 
contentis et declaratis, personié hic desubtus nominatis, viddîcet Gmllehno 
de Lauzelia unam saiada; Johanni de Golsa unos ganteletz; dtcto Guillelmo 
de Lauzelia unum gardebratz; Raymundo de Dnmo meliorem deduabus 
loricis frangatis latonis, et unam parvam loricam vocato Feyna; et domino 
Guillelmo de Preneyria unum parvum bazelart et unam de duabus aibaristis 
calibis cum uno sinctu sive sench; et magistro Archambaldo de Sancto 
Asterio fiiit etiam traditum unum dyaman , quod erat in quadam emmena ^^^ 
cum tribus virgis et unam empruntam anri, quod (sic) ponderabant insi- 
mul cum dicto dyaman unum ternale minus unius uncie auri; qui quidem 
de Sancto Asterio, Raymundus de Dumo, dominus Guillelmus de Preneyria 
et vocatum Feyna (sic) promiserunt reddere hoc quod desuper diclum est 
eorum quilibet pro se, et juraverunt reddere 'dicto Stephano vel suis, vei 

(0 Petit trait (ttfoofa?). 

W Cachette. 

W Balances. 

(*) Bourse. 



Digitized by 



Google 



— 203 ~ 

iUis qaibus pertinebit, niri dietui Stephanus dieat qood sibi aeomodave* 
rant yel tradiderant Id custodia. Tamen dictas vocatoa Feyna promiait soi- 
vere uoum mutonem auri valentem xx solidos, pro |quo dicta lorica erat 
in vadio, et' de dicto miitone respondet Geraido de Gaami; et alîî proini- 
serunt et juraveruQt, ut dictus dominus maior michi dixit, reddere ea que 
habttenmt« 



Dans le même registre (fol. nsi-siS), le comptable éuumëre, en 
langue vulgaire ^^\ les dépens exposés pour retrouver les accusés en 
fuite, Estève Thibaut et sa femme. Celle-ci est rejointe à Château* 
l'Évéque, mais le mari ne se découvre pas. 

Le comptable municipal détaille les dépenses faites soit à Tau- 
berge par le jugé du roi dans ses voyages, soit par le procureur- 
conseil de la ville et ses compagnons pour aider dans TiniFormation, 
soit encore par les gardiens séquestres des biens, soit enfin par les 
vacations du notaire du consulat pour dresser l'inventaire ci-dessus 
du mobilier. 

A la suite de ces dépenses, le même commis note (fol. 3/1) la 
monnaie et les menus objets d argent, tasses et cuillers, qu'il pré- 
lève sur le mobilier pour solder les frais. 

Aysso qui seoset ^^ son les despens qui son estatz fachs per la mort de 
Johan dcr Jando, loquai aucit Esteve Tibbauta son hostal deldich Esteve, 
lo digious que era lo iom de la sagra de Moss' S. Fron, e fu lo u* jom 
del mes de setembre ian mil cccc e xxvuj. 

Item baylem lo divendres après, quant aguem saubut lo murtre dddich 
Johan de Jando, que tramezem Porto de Saint Chastier e Perrot Bi*ochart 
per serchàr si troberan lod. Esteve Tibbant sa molher, per so car no los 
podian trobar dins la vila, iih aneren am dds companhos de la vila daqui 
al Gha9td d^ f Evesque. unt (où) troberen la dicha sa molher, e despende- 
ren al hostal de Naudo Faure; monta xi s. 

Item p^ los rossis dçk dichs Forto e Pavot, que de^>eiidereQ; 
monta iij s. viij d. 

Item baylem que lo jntge del Rey anet a requesta de nos autres al Ghastel 
de TEve^e per requerre que la molher dekL Eateve li fus baylada per la 
iusticia que sen apertenia segon lo cas, e el menet am si be xxv companhos 

•'^ Cet état de dépens est aisé i comprendre sans qa^il soit besoin de Tannoter. 
(*) Bxtrait du registre des comptes de l'hMel de irBie de Périguenx de Tannée 
i&87-i6s6, série GG 7Â, fol. si Y^ 



Digitized by 



Google 



— 204 — 

de la viU per lay condure; e quant foren toraat, despendereo a sopar en 
ia hoalahria de Minhot, xiiiij s. monten a eseut .... j escnt x s. viq d. 

Item baylem al jatge dei Rey per son trabalh; monta. j escut. 

Item baylem maysch per los despens que avian fach lidicfa eompanho 
de mattis (le matin) en la hostalaria de Minhot, avans que anessan am lo 
jutge al Ghastel dd Evesque; monta xij s. viij d. 

Item baylem a Giraut de Gordo e a Peyr La Sala, liqualh esteren en 
lostal de Esteve Hbbaut quatre ioms per gnardar los bes que negus no los 
panes ; monta xx s. 

Item baylem que despenderen losd. homes en pa e en vi en quatre ioms; 
monta xv s. 

Item baylem a M* Archambaut de S*-Cha8tier, per que nos acosadhes e 
fus am nos e nos aecosselhes que aariam a fiir en aqud &ch ; monta, xxt s. 

Item baylem que tramezem lo bayle del Rey d Chastel dd Eresque, e 
aneren am luy Johannisso de Merle e Nioucho lo sabatier, quar autramen 
noy volia anar per requerre la dicha Sibilia de part lo Rey, e despaideren 
que de cers que de mattis; monta fj s. 

Item baylem dd. bayle dd Rey, loqud hi tomet un aulra vetz am lo 
dich Johannisso de Merla per requerre ladidia Sibilia de part lo Rey, e 
despenderen de cers quant furen tomat iij s. 

Item baylem dd. bayle, loqud hi era anat doas vetz, per son tra- 
bdh xij s. yj d. 

Item baylem ddich Nioucho, loqud avia estât d Ghastd très vetz; 
monta per son trabalh x s. 

Item baylem a Johannisso de Merie, loqud aria anat très vetz d Ghastd 
am la gens dd Rey; monta per son trabdh x s. 

Item baylem a Peyr Brochart, loqud anet a chavd d Ghastd dd 
Eyesqne per aqud mdvat murtre; monta xx s. 

Item baylem a dels cômpanhos, liqualh eran vengut de Montinhac, 
liqualh aneren un autra vetz d Ghastd dd Evesque am lo bayle dd Rey 
per aqud meysch fech; monta xx s. 

Item baylem a Esteve Robbert, loqud anet doas vetz d Ghastel del 
Evesque quant hom anava requerre la molher ddd. Esteve; monta, viij s. 

Item baylem a Amassafrech per dos ioms que lo logem que vdian far 
portar los bes ddd. Esteve en cossolat , e après lo cossdh ordenel que om 



Digitized by 



Google 



— 205 — 

no lo8 mogaes ponch dd hostal per so cal* en cossdat se affoiarian, e 
per 80 nos Ipgem lod. home qoi costet am los despeos Tiij s. 

Item baylem a M* Aymeric de Merle, nostre procurayre, ioqual aiudct 
a far la enformacion dens dichs bes; monta yiij s. iiij d. 

Item baylem per oertas despens que fezeren M* Archambaut de S^-Chas- 
tier e M* P. de Syonrae per aver cosadh am lor com nos ne devriam gno- 
vcmar ij s. 

Item baylem a M* Hd. Fayart, notari de cossolat, per br lesventari 
dek bes deld. Estere Tibbaut e per far certanas autras escripturas; 
monta iiij Ib. x s. 

Item baylem a M* Johan de Meymi, nostre jntge, per doas vetz que 
donet los apostols contra la appdlacion ddd. St. Tibbaut; monta. . • x s. 

Item baylem maysch ald. jntge, per vj joms que fii a far lod. esven- 
lari; monta xxx s. 

Item baylem que fnm con lo jntge ensems per veyre la enformacion qui 
ci*a estada fâcha contra lod. Esteve e contra sa molher; e maysch que vim 
lesventari ddd. Esteve, e despendem en j disnar; monta xxx s. 

Aysso qui senset avem près deus bes dessus dichs per pagar los despens 
dessus dichs. 

Primo quatre escutz m^xshans de que vd la pessa xxiij s. iiij d., qui se 
monten ij escutz xxyj s. viij d. 

Item maysch l arditz (5o hardis) qui vden. xij s. viij d. 

Item maysch un autra tassa qui pezana vij onsas e z' (7 onces et demie) 
mènes j d. a v escutz e z (à 5 ëcus et demi) lo marc; monta. 
T escutz iiij s. 

Item maysch très culhieyras dargen qui pezanan iij onsas qui valen a 
V escutz e z marc dargen; monta ' ij escutz ij s. j d. 

Item avem maysch près dels dichs bes una cuihieyra dargen^ laquda fu 
venduda per pagar la copia dd esventari qui fu copiât doas vetz, la una 
d comte que avem beylat en cossolat, e lautra d comte dd comtador; la- 
quda pezana una onsa; monta xx s. 

Soma xvj escut xv s. v d. 

' Au folio 19 du même registre, après avoir présenté la balance 
des comptes, recettes et dépenses de Tannée, le comptable, parlant 



Digitized by 



Google 



— 206 — 

comme toujours au nom des maire et consuls, ajoute, en consta- 
tant le surcroît de trarail que lui a donné cette affaire : 

Item vos beylem per escriout lesveatari , loqual fezem tar dels bes de 
St. Tibbaut e de sa moDier per la mort de Joh. de Jando , per loqual esven- 
tari avem agut gran traYaih e avem ne près sertanas chauzas qui son 
estadas vendudas per £ur la detpessa qui es eslada bcha. Ayschi com apar 
per escriout en aquest comte darrier en la fy. 

Ferdinand Viixbpklet, 
Gorre^ndant du Gomiié. 



Digitized by 



Google 



LES FOUILLES 

À L'AMPHITHÉÂTRE DE SAINTES 

EN 1906, 

PAA M. CH. DANGIBSAUD, 
Goiratpondaot dn Gomitë, i Saintefl. 



Le déblaiement de Tamphi théâtre de Saintes, comrnencé en 
août 1906, vient d'être inteirompn. fl a donné comme premier 
résultat le dégagement du poêkm sur une hauteur de 9 mètres 
environ et la restitution à nos arènes d*un aspect aussi rapproché de 
Tétat primitif du monument que factuel délabrement des précinc- 
tiens le permet. On se rend maintenant paiflitement compte de la 
vaste eawà. 

Le déblaiement sommaire de Tégout passant sous le grand wnàUh 
rnim oriental a permis aux eaux pluviales, qui s'amassaient chaque 
année à son entrée, de s'écouler librement. 

On a constaté qu'il avait été volontairement obstrue par de 
grosses pierres. 

L*énorme cube de terres enlev^ées (& m. 5o de hauteur en 
moyenne, sur un petit axe de 38 mètres et un grand axe de 65) 
était composé d'une masse homogène contenant & peine quelques 
petits caiUoux. 

On désespérait de rien trouver d'intéressant, quand les derniers 
coups de piodbe, au point presque mathématiquement central de 
l'arène, ont heurté une pieire d'une certaine taille qui, prise d'a- 
bord pour un moefion isolé, fut reconnue pour Mre le sommet d'un 
fAt quadrangulflire profondément enterré. 

On le dégagea et on le remonta à la surface. C'est un bloc cu- 
bique haut de 1 m. 3o, large de o m. 35, de forme analogue aux 
autels, mais plus haut et plus étroit, ayant par conséquent une 
baite et un couronnement moulurés. Le dessus au lieu d'être plat 
se terminait par une partie bombée ou d'autre forme. Nulle part 



Digitized by 



Google 



— 208 — 

on ne voit trace d'inscription. Sar chaque c6té du (At se détache 
en relief un personnage : un, tête nue, portant Tample vêtement à 
capuchon dont les stèles nous offrent tant d'exemptes, trois, tête 
nue aussi, mais complètement nus. Deux de ces derniers, tus de 
face, placés sur les côtés opposés Tun à l'autre, relèvent led bras 
derrière la tête comme s'ils soutenaient Tentablement (pi. XXXVI). 

Le principal personnage est certainement celui qui est opposé à 
Tbomme vêtu. Il a la tête rasée (contrairement aux deux précé- 
dents qui ont une chevelure bouclée), il porte au cou un gros col- 
lier, et penche fortement sur la jambe gauche, appuie la main 
gauche sur son estomac et lève la main droite à hauteur de sa 
tête, en tenant un objet qui ressemble à une bouteille ou mieux à 
une bourse. 

L'ensemble du monument dénote le m* siècle. 

Cette pierre porte des traces manifestes d'un séjour très pro- 
longé à l'air : les têtes, les vêtements, les angles sont frustes; on 
remarque des taches noires qui paraissent être des taches de moi- 
sissure. Elle a donc subi les intempéries pendant une longue suite 
d'années avant de venir au milieu de l'arène, où elle a été enfouie 
debout, n est à noter qu'elle avait été mise à même la terre, sans 
aucune fondation, à o m. 60 environ du fond de l'arène. 

Quelle a pu être la destination de ce monument travaillé de ma- 
nière à être vu sur les quatre faces? 

n faut faire une distinction entre les quatre personnages. Deux 
identiques de pose et de facture jouent le rôle purement décoratif 
des allantes. Ce sont les deux hommes nus qui soutiennent de leurs 
bras, croisés derrière la tête, l'entablement Si on leur attribuait 
le rôle représentatif d'un individu, la question serait de savoir quel 
sens aurait cette pose , et pourquoi elle aurait été reproduite deux fois. 

Deux, dissemblables, ont des attitudes, des allures de per- 
sonnes réelles : l'homme vêtu, et l'homme nu, demi le corps beau- 
coup mieux proportionné que les deux précédents semble exé- 
cuté d'après un modèle vivant. C'est, à mon avis, un athlète. Mais 
est-ce un athlète déterminé ou une figure d'atelier personnifiant un 
athlète quelconque? est-ce un portrait ou non? l'homme vêtu 
représente-t-il un Gallo-romain ayant existé? Le monument tout 
entier est-il commémoratif de jeux donnés dans notre amphithéâtre 
ou simplement décoratif ou encore funéraire? Kien ne justifie l'hy- 



Digitized by 



Google 



— 209 — 

potfaëse d'une commémoration : il faudrait une inscription qui fait 
complètement défaut. 

Je crois que le monument reproduit deux personnages, deux 
acteurs de l'arène : un lutteur victorieux et peut-être le juge des 
jeux, ou, à la rigueur, un seul et même personnage, vêtu et nu. 

La seule constatation à peu près certaine, c'est la personnalité 
de l'homme nu. Tout l'intérêt du monument est là. L'absence 
complète de vêtement, la tête rasée (ou à cheveux très courts), 
paraissent bien conformes aux représentations connues d'athlètes. 
La bourse est le prix du combat. Le collier peut donner lieu à 
quelque recherche, car il n'est pas ordinaire d'en voir à un homme 
de cette catégorie. Est-ce un signe distinctif de nationalité? d'un 
Gaulois, par exemple? Il y avait des gladiateurs gaulois. Est-ce tout 
simplement un insigne de victoire analogue aux bandeaux que 
l'on voit aux jambes et aux bras des lutteurs grecs (^)? 

L'attitude générale de ce personnage est à rapprocher de celle 
d'un petit bronze du musée de Trêves reproduit dans le catalogue 
illustré du professeur D** Félix Hettner(^), sans indication de nu- 
méro. 

Gh. Dangibbaud, 

Correspondant du Comité. 

^*) Daremberg et Saglio, Dicttormaire de$ antiquitéi, y* C9rtamina, fig. i33o, 
p. 1086. 

(') lUusIrierter Fûkrer durch doi Pnmnzialmuieum m Trier, 190 3, p. 86. C'est 
le n* 1 i partir de la gauche. 



AacHioLo«iB. — N*" 2. là 



Digitized by 



Google 



L'INFLUENCE LOMBARDE 

DANS L'ARCHITECTURE ROMANE 

DE LA RÉGION MONTPELLIÉRAINE, 
PAR M. ihflLE BONIfBT. 



L'influence de Tari lombard se manifeste en France dans on iris 
grand nombre d'ëdifiœs construits à l'époque romane. Les archéo- 
logues ont sentent signalé ce fait et Tout attribué surtout k Thn* 
meur voyageuse de ces habiles architectes ou maitres maçons de 
la Haute-Italie, de ces artisans de la province de C&me, de ces 
mmstri Ctiaïadnt, comme on les appelait au moyen âge, qui ont 
importé leurs procédés architecturaux dans toute TEurope centrale. 

Longue serait la liste des monuments qui ont subi cette influence 
d'une façon incontestable. La majeure partie d'entre eux s'élèvent 
dans le Midi de la France (^). Mais ce qui n'a jamais été mis en 
lumière, à notre connaissance, et ce que nous avons l'intention 
d'établir dans cette note, c^est qu'une des contrées où faction des 
constructeurs lombards a'esi Caii le plus particulièrement sentir, 
où l'influence de leur art s'est montrée prépondérante, est la ré- 
gion dont Montpellier est le centre, et qui correspond à peu près 
aux anciens diocèses de Maguelone et de Lodève. 

Lorsqu'on parcourt la Lombardie, et plus spécialement les envi; 
rons de C6me, on ne peut s'empêcher d'élre frappé de l'air de 
famille qui existe entre les églises romanes de cette contrée et celles 
de la partie orientale du département de l'Hérault. Les ressem- 
blances, qui résident surtout dans la décoration extérieure des 
monuments, sont quelquefois si étroites, que tel de nos édiflces ru- 
raux, comme la tour de Puissalicon, par exemple, semble presque 

<*J Voir Louis Gourajod, Leçont profesiéei à V Ecole du Louvre {i88y-i8g€), 
t. I,p. 619-690; G. Eolart^dansHiftotre de /'art , publiée soas !a direction d'An- 
dré Michel, t. 1, p. 67/1. 



Digitized by 



Google 



— 21t — 

dépaysé dans no» campagnes et parill ûmr été défaeîbé d*t(n pay^ 
aage de la Haatc4talié. 

Noua arons eu roccanon d« reierer^ dana tin travail à'enêmbït 
sur lea monuments de la région qui nous oceope^*^ \e» procédés de 
décoration lea plue fréquemment employé» dans lés églises mmanes 
dee anciens diocèses de Maguolone et de Lodèye« 

Ce sont d'abord les plates-bandes diriaant vorticalement lea parois 
eitërieuras des murs et reliées dans lenr partie hante par une miite 
de petites arcatures en plein eintre. Ces platefr^mudes^ qui affectent 
la forme soit de pilastres^ soit de colonneitest sont assurément très 
répandues en France^ mais noua dontods qu'elles soient nulle part 
d'an emploi aussi généralisé que sur les édifiées religieux des îi* et 
lu' siècles de la région montpelliéraine. Noua lea retroutons , en 
eSety sur un grand nombre de noa monanienta« aussi bien sur les 
plus importants y tds que f église abbatiale de Seint-^uilbem-le** 
Désert» le prieuré de Saintr-Pierre^e^Rèdea, Téglise de Saint^Mar^ 
tiu«de>Londres/que sur les plus modestes, comme la cbapelie do 
Saintr-AntoineHle-la^Cadouie et Téglise de Valergues. 

Or, ces banda» murales sont considérées par nos meilleurs ar« 
chéologues, parmi lesquels nous citerons Aathyme Saiotr^Paul^^^, 
Louis Cotirajod^), Camille Enlart^^), comme un des principaui 
caractères de Tari lombard. Bien plus» ce procédé de décoration 
est si fréquent dans la Haute-Italie qu'on loi a aourent donné le 
uom de bùiukt hmbardeê f quoique, à la Térilé^ il ait été pratiqué 
ce avant même qu'A y eût un art lombard, avant que les Lombards 
euaaent pénétré daas la péninsule ^^^Tf. 11 semble « du reste, que ce 
motif ornemental soit né en Italie; il y était usité, tout au moins ^ 
à une ^leqne fort ancienne , puisqu'on le retrouve dès le ti* siècle 
auA baptistères de Ravenne(^>« 

Les frises ou comicbes de petites woaturest qui <ront été indis* 
entablement empruntées au style lombard i», cemme l'a reeonnu 



(1) AntiquiU* tfi hUnmumU du déparitmeni éê l^HémkU (Mmlpiélie^ 1905), 
p. 370 et suiv. 

^ Àmmmré d$ l'mrek d oUfmëfrançtM , 1^7^ p. 9^^ 

<'> Op. cit., t. I, p. 38a. 

t*> Of.ciL, tl,p. 549. 

<^ LtM (jrnn^i Lêçmê prêffMéfÊ à l*Ét6ie d« LfmfPr^^idêy-'iSge), t. I, 
p. 383. 

(«) G. Enlarl, loc. iupràiù. 

tli. 



Digitized by 



Google 



— 212 — 

expressément M. Courajod dans une de ses leçons à TÉcole du 
Louvre (1), sont également très fréquentes sur les murs de nos églises 
romanes, dont elles décorent généralement le chevet (églises de 
Villeneuve-lez-Maguelone, de Montaubérou, de Castelnau-le-Lei, 
de Montferrier, de Saint-Sylvestre-de-Montcalmès, de Brissac, de 
Gorniës, etc.). N'est-ce pas encore là un indice de Tinfluence des 
constructeurs de la Haute-Italie? 

Nous en dirons autant des frises et des archivoltes en denU d'en- 
grenage; nous désignons sous ce nom ceux de ces ornements qui 
sont constitués par une assise de cannelures anguleuses ^^^ et que 
plusieurs archéologues ont très improprement appelés denU de 
scie^^\ Sans doute, on retrouve les dents d'engrenage sur des édi- 
fices romans épars dans toute la France. Nous en avons notamment 
signalé dans les départements du Gard, de Vauduse, des Bouches- 
du-Rhône et de la Haute-Loire (^). M. Lefëvre-Pontalis a très jus- 
tement fait observer qu'on en trouvait encore dans le RoussiUon 
(Comeilia de Conflent(^)), en Touraine (Ile-Bouchard) et dans le 
Soissonnais (Vic-sur-Aisne^^)). Mais ce genre de décoration ne se 
rencontre en France qu'à l'état sporadique en dehors de la région 
montpelliéraine où il est des plus communs. Citons, parmi les 
nombreux monuments qui présentent ce motif ornemental : dans 
l'ancien diocèse de Maguelone, les églises de Saint-Martin-de-Lon- 
dres, de Murviel-lez-Montpellier, d'Argelliers, de Villeneuve-lez- 
Maguelone, de Saint-Antoine-de-la-Cadoule, de SaintrSilvestre-de- 
Montcalmès, de Brissac-le-Bas, l'ancienne ^ise de Lansargues, 
dont il ne subsiste plus que quelques vestiges, la cathédrale Saint- 
Pierre-de-Maguelone, etc.; dans l'ancien diocèse de Lodève, les 
églises de SaintrGuilhem-le-Désert, de Saint-Jean-de-la-Blaquière, 
de Loiras, etc.; dans l'ancien diocèse de Béziers, la tour Saint- 
Étienne-de-Puissalicon. On ne saurait contester que la décoration 
en dents d'engrenage, auxquelles M. Brutails donne le nom de denU 



^') Loc, iuprà eîL — Voir aussi G. Enlart, op. cû., 1. 1, p. /i5o. 

(') Ànliquitéi et Monuments du département de V Hérault, p. 371. 

<^^ M. Lefèvre-PoDtalb donne à ce genre d'ornement le nom de ruban plisié 
(Bulletin monumental, t LXX, 1896, p. 34 et 19/1). 

(^) Antiquité» et Monument» du département de V Hérault, p. 371. 

t^) On pourrait encore citer, dans le Roussillon , les clochers de Pradea et de 
Saint-Michel-de-Cuxa. 

i*^) Bulletin Monumental, t. LXX, 1906, p. 193-196. 



Digitized by 



Google 



— 213 — 

de scie lombardei^^\ ne soit encore une importation de la Haute- 
Italie. Elle se retrouve, en effet, très fréquemment sur les églises 
lombardes et plus spécialement dans la région de C6me. Les deux 
églises romanes de cette dernière ville, San FedeleetSant'Abbondio, 
présentent notamment ce motif d'ornementation. « 

Lombardes également sont les marqueteries décoratives qui ornent 
un certain nombre de nos églises^^). Rappelons les plus remarquables : 
celles des linteaux de porte des églises de Saint-Pierre-de-Rèdes et 
de Quarante, de la tour Saint-Étienne de Puissalicon, du clocher 
de ViUeneuve-lez-Béxiers, et du campanile du prieuré de Gassan. 
Nous retrouvons encore une influence lombarde dans Taltemance 
des claveaux en marbre de deux couleurs qui forment Tarchivolte 
de la porte d'entrée de la cathédrale de Maguelone. 

M. Camille Eniart mentionne, parmi les particularités architectu- 
rales propres à l'Italie , Tamincissement vers les sommiers des retom- 
bées des arcatures et des portails tracés au moyen de deux arcs non 
concentriques (^l Cette disposition singulière se retrouve sur plu- 
sieurs de nos monuments, parmi lesquek nous citerons l'église 
Saini-Pierre-de-Rèdes (archivolte supérieure de la porte occiden- 
tale) et la chapelle de Saint-Nazaire, près de Roujan (arcature du 
porche). 

Les chapiteaux à treillages appartiennent encore à l'art lom- 
bard (^). On en rencontre dans quelques édifices de notre région, 
notamment à Saint-Martin-de-Londres et à Saint-Pierre-de-Rèdes. 

Les divers procédés décoratifs, les détails architectoniques dont 
nous venons de signaler le fréquent emploi dans nos églises ro- 
manes, révèlent d'une manière incontestable l'influence prépondé- 
rante de l'architecture lombarde dans notre région. Ces âéments 
caractéristiques se rencontrent soit isolément, soit réunis en plus 
ou moins grand nombre sur un même édifice. Mais il est certains 
de nos monuments qui méritent de retenir |dus particulièrement 
l'attention des archéologues, car c'est par leur ensemble, et non 
plus par tel ou tel caractère spécial, qu'ib manifestent hautement 

(^) Société Jrançaiêê d^arehéologiê. Guide du Congrèt de Carcoêionne en igoô, 
p. 1A9. 

<*J LeAvre-PonUlit, op. eti., p. 196. 

(^) Manuel d^ archéologie françaiie f t. 1, p. 9&, note 1, et p. ao8; Hittoire de 
l*art publiée sous la direetion d^ André Michel, t. I, p. 5à5. 

(*) Lonif Gourajod, op. ctf., 1 1, p. 389 et Sao. 



Digitized by 



Google 



— 214 — 

TinfliieDee egereée par les construdrara de la Haute-Italie. Trois édi- 
fices doitent surtout, k cet ^rd, faire Tobjet d'une mention spé- 
ciale : ce sont Téglise de Saint-Gui Ihem^le- Désert, celle de Saint- 
Martin-de-Loudres et U tour Saint-Etienne de Puissalieon. 

LVglisc abbatiale de Saint-Guilhem-Ie-Désert comprend un 
grand vaisseau à trois nefs, dont la construction parait remonter 
au XI* siècle, an transept et un chœur, qui ont été certainement 
édifiés è une époque postérieure. Ces diTorses parties, bien que 
séparées chronologiquement par un asset long intervalle , décèlent 
toutes rinfluence de Tart lombard. Les murs de la nef centrale, 
aussi bien que ceux des bas-côtés, sont extérieurement ornés de 
bmideê lombm^, c'est-à-dire de minces pilastres qui vont rejoindre, 
sous les corniches, une suite ininterrompue de petites arcatures. 
Mais la décoration la plus caractéristique est celle du chevet L'ab- 
side principale, de forme demi-»circnlaire, est éclairée par trois 
grandes fenêtres. Au-dessus rëgne, entre deux frises en dents d'en* 
grenage, une fausse galerie formée d'une série d'arcades profondes 
encadrées de fines colonnettes^*). L'architecte a certainement voulu 
rappeler ces galeries extérieures de circulation qui décorent les ab- 
sides d'un très grand nombre d'églises dans la Haute-Italie ainsi que 
sur les bords du Rhin, où se rencontrent les mêmes traditions archi- 
tecturales qu'en Lombardie, C'est encore là un procédé décoratif 
d'inspiration essentiellement lombarde (^). Surmontant l'abside, on 
aperçoit le gable du mur triomphal que termine une corniche de 
petites arcatures (^^ L'abeidiole septentrionale ofire la même orne- 
mentation que la grande abside. Sur i'absidiole méridionale, on 
retrouve les bandes lombardes et la frise en dents d'engrenage. Tous 
les éléments de cette décoration absidale appartiennent incontes* 
tablement au style lombard, et on ne peut s'empêcher, lorsqu'on 
compare le chevet de Saint-Guilhem à celui de tel ou tel édifice 
roman de la Haute^Italie, d'être frappé de l'identité des procédés 
d(icoratifs. Que Ton jette les yeux, par exemple, sur l'église San 



^^) Le chevet de Tég^ise Saint-Martin d^Âime, en Savoie, présente une dispo- 
sition analogue. 

<*) Voir Louis Gourajod , op. ciL , 1. 1 , p. 3 8 /i ; G. Entart , Hiêloire de l'art , publiée 
sous i& direction d'André Michel, t. I, p. 5/i8; Lefèvre-Pontatit , Bulletin monu- 
montttl, t9o6,p. 196. 

(^) Comparer la décoration extérieure du mur triomphal de la basilique Sant* 
Abbondio, près de G6me. 



Digitized by 



Google 



— 215 — 

Fedele qai s'éièye au centre de la viUe de GAme, on y retroatera 
combinés différemment, mais à peu près exclusivement, les mêmes 
motifs d'ornementation : galerie extérieure, corniches d'arcatures, 
frises en dents d'engrenage, etc. De tels rapprochements sont plus 
éloquents que toutes les démonstrations. 

L'église de Saint-Martin-de-Londres qui, le fait mérite d'être 
noté, dépendait de l'abbaye bénédictine de Saint-Guilhem4e-Dé8ert, 
nous fournit une autre preuve éclatante de la diffusion du style 
lombard dans notre région. Cet édifice est, en effet, construit sni- 
Tant un plan unique dans la contrée, mais très fréquent dans l'Italie 
septentrionale, nous voulons parler du plan tréflé ou à croisillons 
arrondis ^^), et toute son ornementation est exclusiTement lombarde. 
A l'intérieur, les murs latéraux sont décorés de grandes arcatures 
supportées par des colonnettes engagées. Ce sont encore des arca- 
tures, mais de petite dimension, qui ornent l'abside principale; 
elles reposent soit sur des petites colonnes à demi engagées, soit 
sur des pilastres. Tous les chapiteaux, qui sont de forme cubique, 
sont revêtus de ces hachures croisées ou treillages que M. Courajod 
considère comme d'origine orientale et signale parmi les principaux 
caractères de l'art lombard (^). Les tores des bases des colonnes sont 
taillés en cordes. Extérieurement, les murs de la nef, ceux des 
trois chevets et de la coupole octogonale qui les domine, présentent 
une décoration non moins caractéristique. Nous retrouvons partout 
les bandes lombardes, les corniches de petites arcatures en plein 
cintre et les frises en dents d'engrenage. Plan de l'édifice, déco- 
ration intérieure, ornementation extérieure des murs sont donc sans 
contredit d'inspiration lombarde; et on peut a£Srmer que si T^^se 
de Saint-Martin-de-Londres n'est pas l'œuvre d'un architecte de la 
Haute-Italie, ses constructeurs se sont entourés de modèles exclu- 
sivement lombards (^). 

La même conclusion s'impose, et avec plus de force encore, 
lorsqu'on se trouve en face de la charmante tour Saint-Etienne 

(*) Voir G. Enlart, Manuel ttarchéologie françaiêe , 1. 1, p. 909 et 9 fa. 

W Op. eil.,t. I, p. 389. 

^') Celte opinion est, du reste, partagée par tous iea archéologues qui ont en 
Toccasiond^étudier Tëglise de Saint-Marlin-de-Londres. Voir, entre autres, Révoil, 
Architecture romane du Midi de la France, 1. 1 , p. ^6 ; Louis Courajod, op, dt , 1. 1, 
p. S 19 et 590; G. Enlart, dans Hiêtoire de Vart, publiée par André Michel 
t. l,p. A74. 



Digitized by 



Google 



— 216 — 

de Puissalicon, qui reproduit le type exact des clochers de Lom- 
bardie^^). 

Ce moDument est de forme carrée et présente la même décoration 
sur chacune de ses quatre faces. La base est dépourvue de tout 
ornement jusqu'à la hauteur du premier étage, dont elle est séparée 
par une frise en dents d'engrenage surmontée d'une corniche très 
saillante. Le premier étage est éclairé par deux baies en plein cintre 
dont les arcs sont formés de claveaux alternativement blancs et 
noirs; elles sont séparées par une mince colonnette. Les deuxième 
et troisième étages présentent chacun trois baies semblablement 
décorées et séparées par des colonnettes à étroits chapiteaux bar- 
longs, sobrement décorés de stries horizontales parallèles. Le qua- 
trième et dernier étage est percé d'un grand oculus encadré d'un 
cordon de pierres noires. Des frises de petites arcatures à claveaux 
alternés blancs et noirs décorent les trois étages supérieurs; elles 
sont reliées à droite et à gauche à des plates-bandes verticales. Enfin 
un cordon en pierre noire sépare le dernier étage de la toiture peu 
élevée, de forme pyramidale. 

Cette tour de Puissalicon, aujourd'hui complètement isolée dans 
un cimetière, mais qui constituait jadis le clocher de l'église Saint- 
Étienne de Pédan ou Pésan, depuis longtemps détruite, est un 
monument absolument lombard par sa disposition architecturale 
et par Tensemble aussi bien que par les détails de son ornementa- 
tion. Il reproduit fidèlement le type de ces nombreux clochers carrés 
qui s'élèvent sur les bords verdoyants du lac de Côme et qui sur- 
montent notamment les églises d'Urio, de San Vincento près de 
Sala, de San Martino près de Cadenabbia, etc. Dans la banlieue 
même de Côme, l'intéressante basilique de Sant'Abbondio possède 
deux clochers qui ofib*ent la plus grande ressemblance avec la tour 
de Puissalicon. 

On pourrait, il est vrai, signaler en France d'autres exemples de 
clochers inspirés du style lombard, surtout en Roussillon (clochers 
des églises de Prades, de Saint-Michel-de-Cuxa, etc.), mais nous n'en 
connaissons aucun qui soit revêtu d'une ornementation aussi remar- 
quable et qui soit une copie aussi fidèle des clochers de la Lom- 

(^) Voir la description que donne M. Enltrt da type du clocher lombard, dans 
VHistoire de l'art, 1 1, p. 565. 



Digitized by 



Google 



— 217 ~ 

bardie ou des provinces r&e'aanes que la tour que nous venons de 
décrire. 

Au reste, le fait de Fexistence de monuments lombards plus ou 
moins nombreux en dehors de la r^on montpeiliéraine n'est 
point de nature à contrarier notre thèse, uniquement fondée sur 
l'abondance singulière des édifices de ce type dans les environs de 
Montpellier. A cet égard, il n'est pas sans intérêt de noter qu'à 
quelques kilomètres de Puissalicon s'élevait autrefois, dans le vil- 
lage de Puimisson, une église détruite en i8o/i, qui possédait un 
clocher à peu près semblable à celui de cette première localité (^). 
Le clocher de l'Oise de Villeneuve-lez-Béziers, quoique aujourd'hui 
bien défiguré, peut être également rangé parmi les clochers de 
style lombard (^). 

Ce qui rend plus intéressante et plus frappante encore cette 
agglomération, sur un même point, d'édifices inspirés de l'archi- 
tecture lombarde, c'est leur rareté dans les régions voisines de celle 
qui nous occupe. A mesure qu'on s'éloigne de Montpellier, soit du 
côté de Béziers, soit du cêté de Ntmes, les monuments d'inspiration 
lombarde sont de moins en moins fréquents. Il faut en conclure que 
Montpellier est le centre de cette diffusion de l'influence lombarde. 

A quelle cause faut-il attribuer ce fait? Nous avons longtemps 
recherché si , à une certaine époque, des maeiln Comaemi n'auraient 
pas été mandés dans notre région par quelque évêque, quelque 
abbé ou quelque prieur de monastère, et n'y auraient pas im- 
porté leurs procédés architecturaux, à l'instar de ces moines de 
la Haute-Italie que saint Guillaume attira, à la fin du x* siècle, 
dans son abbaye Saint-Bénigne de Dijon. Nous n'avons trouvé au- 
cune trace de migration de ce genre. Mais nous ne devons pas 
oublier qu'au xi* et au xu* siècle, Montpellier avait un commerce 
extrêmement florissant, qui amenait dans ses murs une nombreuse 
population étrangère, et notamment beaucoup de Lombards. Ben- 
jamin de Tudèle, qui écrivait vers le milieu du xii* siècle, le con- 
state expressément dans son Itinéraire : «r C'est, dit-il en parlant de 
Montpellier, un lieu très favorable au commerce, où viennent tra- 
fiquer en foule Chrétiens et Sarrazins, où affluent des Arabes du 

(0 Voir £. Stbatier, Étuiêê et noUê arckéologiquêê «nr les ehéUaux, abbaytê 
et égliêêi dé Faneien âiùcèu de Bhien, p. i. Cf. Garou, du» BuUêtin de la Société 
archéologique de Béxiên, 9* série, t. 111, p. 3i9. 

<*) Antiquité» et Monument» du département de VHérault, p. 45o. 



Digitized by 



Google 



— 218 — 

6arb, des marchands de Lombardie, du royaume de la Grande 
Rome, de toutes les parties d*Égypte, de la terre dlsraël, delà 
Grèce, de la Gaule, de TEspagne, de TÀDgleteiTe, de Génea, de 
Pise, et qui y parlent toutes les langues y». 

n est vraisemblable que les relations commerciales qui créèrent 
des liens constants entre Montpellier et l'Italie du Nord, ainsi que 
la grande affluence de négociants lombards dans cette ville, eurent 
pour effet d'y attirer des architectes et des ouvriers de même natio- 
nalité, architectes et ouvriers qui apportèrent avec eux leurs pro* 
cédés architectoniques et décoratifs. Nous savons en effet, d'une 
part, cpie les maèitri Comacmi se déplaçaient avec la plus grande 
facilité et qu'ils se répandirent dans tout l'Occident , et, d'autre part, 
nous ne devons pas oublier que jamais le besoin de constructeurs 
ne se fit sentir davantage dans notre r^on qu'aux xi* et xii* siècles, 
qui virent une abondante floraison d'édifices religieux, motivée par 
la fondation de nombreux monastères et la reconstruction de b 
plupart des anciennes églises ou abbayes. 

N'est-ce point à ces circonstances qu'il convient <le rattacha* l'in- 
fluence prépondérante de l'art lombard sur l'architecture romane 
de la région montpelliéraine? 

Emile BoKiiBT. 



Digitized by 



Google 



MARMITE DE BRONZE 
AVEC INSCRIPTION DU XVP SIÈCLE, 



PAR M. BOGER DROUAULT, 

GorFegpondaQt du Comité. 



La petite marmite de bronze, reproduite sur la planche XXX VIT, 
porte, autour de la panse, en minuscules gothiques, Tinscription : 

tm mm jttratm pUm 

A la suite se trouvent placés, sans intervalles, les ornements 
suivants : i° fleur de lis; fï^ cloche dans un cadre dentelé; ces 
deux figures placées horizontalement; 3^ branche formée de deux 
feuilles t^) aux bords découpés; U^ croix de Malte; 6^ fleur de lis 
plus petite que la précédente et placée verticalement; 6** branche 
légèrement différente et pouvant se raccorder avec Tautre pour for* 
mer une guirlande. 

Le tout est placé entre deux filets; au-dessus, deux autres filets; 
au-dessous, pareille décoration. 

La physionomie de cette marmite est toute particdière et rap*- 
pelle exactement celle du toi^ à chatagna^^) (pot à châtaignes (')), 

^') Ces feuilles ne sont que des demi-feuifles , c^esi-à-dire qu^eiles sont pliées 
en deux le long de la nervure médiane. 

(') Toupmy toupi, tttpt'n, tupi trpot de terre, pot à une anse, coquemar, pot au 
feu». Frédéric Mistral, Lou Trétor doufélibrige, t. II, p. ioo8. 

(') Il n*y a pas encore fort longtemps, la châtaigne formait le fonds de Talimen- 
tation du paysan limousin qui TutÛisait surtout sous la forme de chétaignêt 
bknchia, c'est-à-dire cuites à l'étuvée dans une marmite de forme spéciale, km 
toupi à chatagna. Trois ustensiles accessoires servaient — et servent encore — k 
cette préparation : Um àébouéradtnir ou •tiauvudoUf sorte de X qui, enfoncé dans 
le toupi, débarrasse, par un mouvement de rotation, les châtaignes de leor se- 
conde peau; Ut grilo, tamis sur lequel on passe celies-<i après Topération précé- 
dente; enfin k pdittou ou bûiêito, corbeille où Ton verse les châtaignes oui tes. 
Certains de ces pots atteignaient une hautetur de o m. 8o et une contenance de 
3o à 35 litres. 



Digitized by 



Google 



— 220 — 

encore usité en Limousin : son corps est presque un tronc de c6ne 
raccordé par le bas à une calotte sphérique très aplatie. Le col, 
droit, est relativement long (o m. osS); les pieds très hauts 
(o m. 06), près de la moitié de la hauteur totale de Tobjet 
(0 m. i5), sont à section pentagonale et se terminent par une sorte 
de sabot. 

La largeur à Torifice est de m. io3; le plus grand diamètre 
à la panse est de o m. 19 5. Les caractères mesurent o m. 009 de 
haut. 

La marmite est accompagnée de deux oreilles formant angle 
droit destinées à recevoir Tanse en fer qui permet de la porter. 

Les marmites de bronze, assez communes autrefois dans nos 
vieilles cuisines, n'ont occupé jusqu'ici qu'un petit nombre d'ar- 
chéologues (^); seul le savant abbé Cochet a publié une notice un 
peu étendue sur les ustensiles de cette nature trouvés en Nor- 
mandie t^). 

Il serait cependant intéressant de posséder tout au moins un 
catalogue raisonné de ces marmites qui existent dans les musées 
ou les collections; il permettrait de déterminer si tel ou tel type 
est particulier à telle ou telle région et de suivre à travers les âges 
les transformations de ce vase, encore que, pour beaucoup de ces 
objets dépourvus d'ornements, il soit souvent difficile de leur 
appliquer une date ^^K 

Leur étude, du reste, nous le montrerons plus loin, s^impose 
comme annexe des études canipanaires aujourd'hui si en faveur au- 
près des archéologues. 

Notre intention n'est pas d'entreprendre un tel travail; plus mo- 
destement nous nous contenterons d'utiliser ici, en manière de 



(*) Pour nous documenter sur ces sortes d^objets, nous avons patiemment 
dépouillé les quatre énormes volumes de la Bibliograpkiê det Sociétéi $avante$ , 
de M. de Lasteyrie. Dans ce précieux travail nous n*avoiis relevé que quelques 
courtes notes sur notre sujet; on les trouvera à la bibliographie. 

^*) Note sur dei marmte$ en bronze coMervén dont queîqwt eollecttotu archéo- 
logiquee, Paris, Blériot, 1869. Extrait de la Revue de VArt chrétien, 

('^ M. de Gaumont écrit qu'il n*ose encore se prononcer sur TAge de ces mar- 
mites (Bull, monument, y t. IV, p. 9, cité par Tabbé Cochet; indication inexacte 
du tome et de la page); ce dernier adopte le même avis (p. 5 , note)\ M. de Cougny 
également, pour des marmites trouvées à Argentan. 



Digitized by 



Google 



— 221 — 

commentaires à notre marmite, les noies, pour la plupart inédites, 
que nous avons recueillies sur ce sujet (^). 

Tout d'abord nous indiquerons succinctement les diifërenls vases 
de cette nature que nous avons relevés dans divers musées. 

A tout seigneur, (out honneur : Cluny possède quatre de ces 
marmites; deux mesurant o m. aS et o m. 39 sont globulaires 
avec col droit et pieds courts; elles ne portent aucun ornement 
et proviennent de Ghâteaudun. La troisième, analogue, mesure 
o m. ^5. 

Quant à la quatrième, qui n'a que o m. i& de hauteur, elle 
présente un col droit réuni à la panse peu renflée par un collier. 
Autour du col et sur la panse figure la même décoration : trois fleu- 
rons et trois couronnes ducales alternés. A la partie supérieure du 
col on lit, quatre fois répétés, en caractères minuscules gothiques, 
les mots allemands : ich hofe «j'espère?). 

Le catalogue attribue au xv* siècle ce produit d'outre-Rhin. 

Au musée de Chartres se trouve exposée une marmite à panse 
globulaire, à coi courbe; elle est dépourvue d*oimements, sauf les 
pieds terminés par des sortes de griffes. 

Une maimite analogue comme forme à celle que nous possédons 
eiiste au musée de Clermont; hauteur, o m. i&; pasdWnements^^l 

Au musée de Périgueux, nous en trouvons encore trois dn type 
de la nôtre : la première haute de o m. 95, large à la partie supé- 
rieure de m. 1 6, est montée sur pieds de o m. o8, avec col de 

(^) Nous tenons k exprimer ici notre vive gratitade i ceox qui ont bien voulu 
nous fournir des renseignements pour établir cette note. 

Nos remerciements iront tout d^abord vers notre excellent maître et ami, Tëru- 
dit campanographe Jos. Berthelé , qui , avec une comj^aisance dont il est coutu- 
mier, a recherché dans ses dossiers si riches les notes concernant notre étude et 
nous les a généreusement abandonnées. 

Nous dirons ensuite MM. les conservateurs des musées : M. le D' Prie* 
drich-U. Hofinann, du National-Muséum k Munich; M. A. Hoyau, à Chartres; 
M. Aog. Audollent, k Glermont-Ferrand; M. Guiard, k Lyon; M. Ducourtieux, k 
limoges; M. le marquis de Fajolle, k Périgueux; M. de Yesly, à Rouen; 
M. GuiUot, à Saint-L6; M. Louis Le Glert, k Troyes. 

M. de la Bouralière s*est assuré que les trois musées de Poitiers étaient ac- 
tuellement dépourvus de c«s sortes d*objets; M. Jovy a fait la même constatation 
pour Vitry-le-François; M. Roger Rodière, povu* Montreoil-«ar-Mer. 

(') Clermond-Perrand possède aussi une marmite de foote, ornée de fleurs de 
lis en relief (xn* siècle). 



Digitized by 



Google 



— 222 — 

o m. û5. Elle porid sur ia panse une croix en relief dont les exlr^ 
mités pommetées ne sont pa» toutes égaleoiant bien Tenues et qui 
paraissent accuser le xvi' ou xvn* siècle. 

La deuxième a pour caractéristiques : hauteur, o m* 18; pieds, 
o m. o65; col, o m. oî; diamètre à Touverture, a m. 19. Anse 
moderne en fil de fer. 

La troisième a pour mesures : hauteur, o m. i/i&; pieds, 
om. 0&&; diamètre supérieur, o m. 09; hauteur du od, o m. o^i. 
Ces deux dernières ont pour toute ornementation quatre fileta en 
relief. 

La quatrième mesurant o m. i& de haut est globulaire; ses 
pieds sont courts; sur le fond, entre les trois pieds, on remarque 
une sorte de soleil ou molette en relief à huit rais. 

Le plus riche de tous ces musées , à notre point de vue, est c^ 
lui de Rouen où. Ton eonserre neuf marmitee de bronze toutes 
trouvées dans la Seine-Inférieure; elles ne portent ni inscriptions, 
ni ornemeale; toutes sont basses ^r piola arec panée presque 
sphérique ei col droit peu long. 

Ce sont, avons-nous dit, les seules qui aient jusqu'ici iait on 
peu parler d'elles! La plupart furent trouvëea dons des maraiaou 
en terre; quelquee-unes ont iié renoovtréee arec des chandeliers 
de bronze renfermés dedans. Dans une trouvaille faite aux Loges ^ 
la marmite contenait, avec trois chandeliers,, deux cuillers de cuivre 
portant des fleurs de lis Louis XIII (^). 

Une dixième marmite trouvée dana lea dragages de la Seine a 
disparu depuis. 

Le nrasée de Troyes possède également trois pots de mette ou 
métal de Metz sans ornements ou inscriptions. 

A l'étranger, nous pouvons citer le South^^nsington-Museum 
qui possède la fameuse marmite décrite par V. Gay, sous le moi 
Dinanderie; elle porte en caractères du xnr* siècle r Je fê pot de 
graunt honur. viatmde afere de hm savkter, Vtlelmus Angetel me fecit 
Jieri, Cette marmite de forme globulaire est Basse sur pieds ^^^. 

Au National-Museum de Munich, on trouve également trois mar- 
mites du type de la nôtre : deux sans ornements; la troisième porte 

t») Note, p. 6. 

W Le même nMisé« fomifàê ma hêmin dt cuivre partant : VMntu$ ÀmgmH mê 
fml-, caractère» f^oWâsgm» du su* iiècie. GL M. ik CWnprwn, Dk^mmâère dei 
fondeur» y t. I, p. a5. 



Digitized by 



Google 



— 223 — 

le nMiiogramtne du Christ IHS dormonté d'une croix et aceom- 
pagnëdeia date 1750. 

L'abbé Cochet signale également d'autres trouvaillea de mar- 
mites de bronze dans fOise, la Seiae-Inférieure et la Vienne (^). 

Q semble que , de ce qui précède , ces marmites peuvent ae ramener 
à deux types distincts : Tun caractérise par une panse globuleuse, 
presque sphérique^ basse sur pieds et à eol reUtitement court; 
c'est celui qui a été particulîk^ment étudié par Tabbë Cochet; 
l'autre à la panse plutôt en forme de tronc de cène se raccor- 
dant à un fond formé d'une calotte sphérique de très petite flèche; 
le tout juché sur de hauts pieds et surmonté d'un long col. C'est le 
type qtd nous occupe , que nous retrouvons à Périgueux et à Cler- 
mont et qai survit dons le pot à châtaignes limousin. 

Anciennement, dît H. de Laborde, la batterie de cuisine se com- 
posait surtout de pièces de cuivre battues et repousséet usitées dès 
le xiu* siècle, et à partir du xiv* siècle d'ustensiles fondus et ciselés 
de imbrication allemande — sans compter la vaissdle d'étain^l 

Ces ustensiles de cuivre ou bronse étaient fabriqués par des ou^ 
Triera spéciaux, jNieUiera, moUeurs, Hnândiers, et les inventaires nous 
montrent que, jusqu'au rviii*' tiède , les intérieurs sont abondam^ 
ment pourvus de vaisseaux d'arom , mot qui , dans le langage courant, 
désignait indistinctement le cuivre et le bronze (^). 

Des textes précis nous font connaître que, parfois, ces ustensiles 
sentaient du creuset des fondeurs de cloches, qui — il n'y a pas de 
petits profits — utilisaient ainsi le trop-plein de leurs fourneaux. 
Dans ce cas, ces objets bénéficiaient du caractère artistique qui 
distingue les productions de ces industriels; ils créaient ain» des 
objets usods aux fonMS harmonieuses et ayantes, décorées d'in- 
scriptions et d'ornements ^*). 



^ Les muféfls ds Lfoa, Ifinym, Ifoolffeuit-Mir-Bitf, Vilry-le-Fnuifoif a» 
posèdcntpas de ce» maraiiles; il ea est de saèms pov Sêial-Lô; kit siogiiUer 
pour ce dernier, une localité voisine, Villedieii4e»-Peél«ft« ayant été, dès le 
xu* siède, un centre de t^màam. 

(*) Glôêêmre Jrmçaif du munftm égt, Paris » 1 879 , v* h mitêrk dé euiêmê. 

^*î Dictionnaire de Trévoux, au mot airain, 

(*) CeBÏ aussi à ces industriels que nous devons la dispantion de Doabreux 
objets de bronze : le fondeur était Tennemi du fondeur. Le* pfocès-verbtux de 
de fonte de cloches noi*» montrent fréquemmeilt le» paroksieBa vannt jeter au 



Digitized by 



Google 



— 224 — 

En 1890, Joseph Colard, de Dinan, fondeur de cloches et de 
canons, exécute, sur les ordres de Philippe le Hardi, deux grands 
pots d*airain pour les Chartreux de Dijon (^l 

En i56o, à Bourg-en-Bresse, les deux Lorrains qui refondent 
les cloches font en même temps (rTétallon du bled^^)?). 

Au mois de janvier 1606, les deux saintiers, Grefeuilhe et Mou- 
linier, coulent, sur la place de Gignac (Hérault), deux mesures à 
blë pour le compte de la municipalité (^). 

Le curieux prospectus du fondeur de cloches Philippe Cavillier 
(fin du xviii' siède) fait assavoir au public que celui-ci fait «gros et 
petits mortiers d'apothicaire, marmites de métal ?>, etc.(^). 

Plus près de nous, en iSsi, les Cochois, fondant sur place, à 
Cormicy, six cloches, utilisent le surplus du métal à fabriquer une 
grande chaudière pour Fhôpital général de Reims* A la même 
époque, le Bottin signale une maison du Puy qui fond les cloches, 
pots, marmites, sonnettes et grelots ('^). 

En plus de ces documents, maints objets conserva dans les mu- 
sées ou les collections témoignent que les fondeurs de cloches ne se 
bornaient pas à couler des <rsints)). 

Nous citerons tout d'abord le très curieux minot conservé au 
musée de Chartres sur lequel on lit : Ce lui minot : JiU :fei : Ion : 
m:ec:im:du:mois:dedkembre : au ten$ : iehan de eheffreuse : baSUf dor- 
liens. Me fot: priez pour U:Guillawne ksantie. 

Le mobilier de Téglise de Saint-Bonnet de Galaure (Drême) com- 
prend un seau à eau bénite en bronze, portant une marque de fon- 
deur de cloches t*^. 

Le dictionnaire d'Havard reproduit deux marmites dont Tune 
porte une marque identique. 

Nous ne ne nous arrêterons pas aux mortiers d'apothicaire et de 



creuset', k l^appel de leur curé dëiireux de grossir st doche, chandeliers de potin, 
objets de brome de tonte natnre : que de marmites et de mortiers ont dû avoir 
cette fin! (CL Jos. Berthelé, Enquêtes campanairê» , Montpellier, igoS, p. 98.) 

0) Dict. deifondewi, t* Ckdard. 

^*) Archives communales de Gignac, DD a6 (note Jos. Berthelé). 

(') Jules Baux, Extraite dê$ rêgiitm municipmux de Bourg, p. 6 

(Id.). 

(«) Enquétê$y p. i5i. 

(») Note Jos. Berthdé. 

W Jos. Berthelé, Mélangfn, Montpellier, 1906, p. 47a. 



Digitized by 



Google 



— 225 — 

cuisine sortis des ateliers de fondeurs de cloches; ils sont lé~ 
gion <*). 

Enfin nous trouvons la marmite associée à la cloche sur deux 
monuments fort anciens. 

La cloche de Thôtel de ville de Braisne (Aisne), présumée du 
XIII* siècle, montre une marque de fondeur consistant en un mé- 
daillon circulaire meublé d'une cloche et d'une sorte de marmite. 
Autour, on lit le nom Bon Temps (^). 

Sur une pierre tombale conservée au musée d'York (^), figure au 
milieu une croix fleuronnée; elle est portée à l'extrémité d'une 
longue hampe flanquée, à droite et à gauche, d'une cloche et d'une 
marmite montée sur de hauts pieds. D'après ce que nous connais- 
sons des habitudes des artisans d'autrefois, il n'est pas douteux 
que cette pierre a recouvert le tombeau d'un fondeur réunissant 
dans ses travaux la cloche et les ustensiles culinaires (^). 

De ce que nous avons dit précédemment, on a pu voir que si 
les marmites de bronze sont encore relativement nombreuses, il 
n'en est pas de même de celles pourvues d'inscriptions. Pourtant 
nos ancêtres ornaient volontiers de formules religieuses ou senten- 
cieuses les objets les plus humbles, les plus usuels. 
* La formule Ave Maria gracia plena se retrouve sur une salière 
d'étain du Musée de Gluny côte à câte avec le nom du fondeur et 
des vers sur la charité (^). 

Nous avons nous-méme relevé sur un grand mortier d'apothi- 
caire conservé à l'hospice de Loudun, en caractères gothiques longs 
du XV* siècle : an. noilre. ctmmansement. [e]t(nt. dieu kpire. anqfotant. bii- 



(>> Mékmgêê, p. 169. 

(*) Ihid., p. 4A9. 

W Noté, p. 7. 

(^ n est carieax de signaler, comme aiBOcittioD de ces deux objets, la marque 
d*un fondeur de doehes italien du un* siède, qui signe mie dodie de Milan datée 
de iSSa du nom de Âmbrosio de Galderariis; cette marque représente an centre 
un chaudron ou marmite, allusion au nom du fondeur qui se trouve inscrit en 
exei^e. (Cf. Vincense Forcella, Ucritum delU ekieêê et degU ed^iei di Milano, 
Milan, 1899, vol. XII, p. xxni, fig.) 

(*) Cf. abbé Texier, Diet. d^orfèm-miê , col. 966, et Violiel-le-Dac, Dictioimmré 
du moMier, t. II, p. i5o. 

^*) Ce dernier mot est peut-être la fin abr^fée d*un verset que nous n*avons 

AacHéoLoaii. — N* 2. 1 5 



Digitized by 



Google 



— 226 — 

Semblable uBteneile de Tbôpital de Parthenay porte : Te Deum 
laudamuê, en gothique t^). 

Sur un verre du musée de Poitiers ^^ï, du xn* siècle, o» Ut : Vous 
scavez bien que fesa^ppe tout (efface tout). 

Enfin nous pourrions citer une nappe de table en notre posses- 
sion, qui porte des versets de Tévangile selon saint Matthieu, tissés 
en caractères gothiques. 

L'attribution de notre petite marmite à un fondeur de cloches ne 
saurait donc être mise en doute : l'empreinte de la cloche <^) est en 
quelque sorte sa signature. Mieux encore, une faute dans la dis- 
position du texte trahit la main du sintier. L'inscription, avons- 
nous fiut remarquer, est établie la tâte en bas, c'est-^-dire mise 
pour être lue quand l'objet fondu est placé la calotte en haut: posi- 
tion renversée pour une marmite, mais normale pour une cloche; 
établissant son moule la tête en bas, le fondeur, emporté par la 
force de l'habitude, n'a pas songé que le changement de position 
dans la station de l'objet emportait un changement dans la manière 
de placer son inscription. 

Une bavure qui fait le tour du vase semble indiquer qu'il a été 
fondu dans un moule s'ouvrant en deux parties; mais au Heu d'être 
droite et nette, comme sur les autres objets ainsi fabriqués, elle 
est irrégulière et sinueuse, tantôt en relief, tantôt en creux. 

L'inscription n'a pas été composée lettre par lettre, comme il est 
d'usage en général pour les cloches, mais mot par mot, le fondeur 
possédant sur ses matrices, gravés séparément , les quatre mots qui 
la composent. 

Nous croyons pouvoir attribuer cet objet au xvi* siècle; en voici 
les raisons. 

D'abord, les caractères gothiques correspondent bien À ceux de 



pu retrouver dans im concordances, ou peuMtre tuisi ie i&am du fondeur ou du 
possesseur du mortier : L(9)mê Ttno/ûi. 

(^) ISnçiMlM, p. 169. 

(>) BmUetm dêlaSoc d$ê imtiqtmrêê di France, iB85, p. 58. 

W U convient de sîgiiftler qne le ctdre dentelé qui reoferme ceMe-ei est inoûm- 
plet; ceci nous permet de supposer que celte doche occupait le centre d'une 
mar^M de fondeur de deehes — toutes ces marques sont identiques — dont on 
a coupé les bords pour la faire tenir entre les deux filets contenant Tinscrip- 



Digitized by 



Google 



— 227 ^ 

cette époque qua nous tisons aur les cloches. Ce genre d'écriture 
persiste sur les cloches du Poitou jusqu'au dernier quart du 
xn^ siècle t^^ sur celles du Limousin jusqu'à la fin du même siècle^^); 
nous Tavons trouvé encore en usage, mais mâangé à des lettres 
romaines, sur une cloche du Périgord datée de i6o&(^). 

D autires considérations tirées des ornements viennent aussi à 
Tappui de cette attribution. 

lies fleurs de lis paraissent sur les clo^s dès le xr?* siècle, 
mais leur forme varie légèrement suivant les temps. Il existe, en 
eRet plusieurs types de ce meuble héraldique : les unes , notamment , 
ont les branches latérales supérieures tangentes a la branche mé* 
diane au point où eelie^i rencontre la barre horisontale; dans 
d autres 9 au contraire, ces brandies latérales partent des extrémités 
de cette barre. Au premier type appartiennent les fleurs de lis qui 
figurent sur les sceaux de Philippe^Auguste, Louis VIII, saint Louis; 
l'autre appaiaU à la fiu du xv^ siècle et paratt jouir d'une certaine 
vogue à U fin du xvi" siède et commencement du suivant : c'est 
lui qui orne les monnaies de cette époque. C'est lui aussi qui est 
représenté sur notire marmite. 

Enfin les deux branches de feuille que nous avons signalées 
étaient empbyées par les fondeurs pour former des guirlandes, des 
marches de calvaire. Or il résulte des travaux de l'abbé Lecler que 
cette mode, qui se montre au xv* siècle, prit surtout un grand 
développement au siècle suivant. 

Enfin on pourrait faire remarquer que l'habitude prise par les 
fondeurs de posséder sur leurs matrices des mots entièrement gravés 
ne remonte qu'au xvi^ siècle; la plus ancienne cloche signalée par 
M. Jos. Berthelé, où cette coutume se rencontre, est de i5i8t*l 

Quelle est la provenance de cette marmite ^^^7 Nous avons vu, 

(» EnfuéUê, p. 353. 

(*) Étudêi iur la clochei de Vancien diocèie de Limog$$, limo^, 1901, p. flS. 

^J Boger DrouauU, Viwa iinti périgourditu, PëngueoK, 1896, p* i4. 

<*) (ri.es tocieiif (oxiâeun de cloehm avaient quei^iueibis fur Umrs «mpremieB 
à alphabets ou à ornements des moU ou da» [brnuil9s «niièrenenU gravéa. . . Le 
ibodeur de la cloche de Saint4)enis de Pille, (i«^urd'bui à Jootac, i5i6, pot- 
sédait ainsi ^avés le monogramme du Christ, le si^ xp$ et la formule am 
Maria. La légende Te Detim laudamus du mortier de Parthenay est auati d^uAe 
seule pièce» (Enquétety p. 276). 

^^) Depuis plus d*un siècle, cet ustensile se trouva dana laCHÛile Maurensane, 

i5. 



Digitized by 



Google 



— 228 — 

d'après M. de Laborde, que, pendant longtemps, TAliemagne nous 
inonda d'ustensiles de bronze fondu : la marmite de Cluny en est une 
preuve. Il existait en effet dans l'Allemagne , surtout aux xrr* et x?i* 
siècles, une puissante corporation de grapengiesers qui fondait tout 
particulièrement les marmites à trois pieds [grapen, d*où son nom), les 
poêles, mortiers, cuillers et méme^es petites cloches; comme nos 
sintiers, ils exerçaient leur industrie en voyageant (^). 

Pour Tobjet que nous présentons, nous ne croyons pas à cette 
origine, son ornementation étant toute française. 

Maintenant, bien que, par sa forme, il rappelle exactement un 
vase limousin, on ne peut dire s'il sort de notre province (^): on 
sait que les fondeurs de cloches furent surtout des nomades, Lor- 
rains pour la plupart, qui allaient de ville en ville, de village en 
village, offrir leurs talents t'**^. 

La comparaison avec des cloches encore existantes permettra 
peut-être d'en préciser davantage l'âge et la provenance, grâce sur- 
tout à son ornementation typique que nous avons, à cette fin, mi- 
nutieusement décrite. 

Le recueil des cloches limousines, travail considérable dû à la 
plume de Térudit abbé Lecler (^), très précis au point de vue épi- 
graphie pure, est trop sobre de détails en ce qui concerne Torne- 
mentation des cloches pour tenter d'essayer de loin cette identifi- 
cation (^). 

une des plus vieilles de la bourgeoisie limousine : Âlmodis , Etienne et Pierre de 
Maurenêanoê (mal remeigné en roman) figurent dans une charte de laoS. 
(Cf. Louis Guibert, Documenté êur l'hUtoire municipale d$ Umog»ê, t. If p. â.) 
il y est encore^ bien que d^heureuses circonstances Taient fait entrer en notre 
possession. 

(') Un fondeur allemand, Hans, opère en i5o4 au Lindois (Charente) et en 
iSao à Saint-Junien (Haute- Vienne) [Étudei, p. 89 et hi], 

t*) Note de M. le D' Hofmann; M. Alfred von Le Suire, descendant de ré- 
fugiés français à la Révocation , qui Ta provoquée et traduite , trouvera ici Tex- 
pression de nos vifs remerciements. 

(^^ Les statuts des fondeurs de Limoges en iBgd ont été publiés par M. Mau- 
rice Ardant; ils nous indiquent que ces artisans disaient seulement chandeliers 
plainieus, toumerie ou ouvrés, estriers, espérons, landiers, poids, timons et 
garnitures de poids pour trébuchiers {Bull, de la Soc, arch, du Limouêin, t. XIII, 
p. 60). — Monteil dit que ces fondeurs étaient très renommés dès le 
II»' siècle. 

(*) Éludêi, 

(*) Faisons remarquer cependant que les feuilles qui ornent le calvaire de la 



Digitized by 



Google 



— 229 — 

Enfin, cet ustensile soulève une dernière question : on a pu re- 
marquer que notre marmite et un certain nombre de pièces ana- 
logues que nous avons décrites n'ont qu'une très petite conte- 
nance, à peine un litre. 

Connaissant la «f capacité 79 nilinaire de nos ancêtres et les plats 
plantureux de jadis, on peut se demander si, dans la vie domes- 
tique, ces ustensiles étaient usités pour la cuisine courante; nous 
répondrons que les textes ne nous ont donné aucun renseignement 
à ce sujet et nous nous permettrons d'émettre cette supposition toute 
gratuite : n'auraient-ils pas eu plutôt une destination particulière, 
comme de préparer les tisanes si appréciées de nos grand'mères, 
les remèdes de bonne femme tant vantés des ménagères, ces bons 
onguents, enfin, qui, si l'on en croit le proverbe, se faisaient dans 
tfles petits potsT»?^^). 

Roger Drouault. 
Correspondant du Comité. 



doche de Sagnat (Creuse) , 1 534 , offrent une^nde ressemblance avec les nMres ; 
ce calvaire porte aussi la formule ave Maria (Etudes, p. 4 9)* 

^') M. Jos. Berthelé nous a fait remarquer que notre objet pourrait être un 
trcaubenoistier'), un de ces petits bénitiers portatifs qui servaient aux enterrements. 



Digitized by 



Google 



— ÎSO - 



BIBU06RAPH1E *. 

Ahbë CocHiT. DëcooTerte de marmites en brome à AnoneU^ville-fiir- 
Mer (BuUedn monumenuU, t WIX, i863, p. 3i^). 

Da même. Sur des vases de broiLze trouvés en Normandie qui paraissent 
appartenir an moyen âge {Bull, de la Soc. des Antiq. de NonMMdie, L IIT, 
i864,p. 171, 6g.). 

Robert d'Estiintot. Vase de bronze du xiv* siècle trouvé à TreflbresL 
[Prodi'Verhaux de la comm. départ, des andqwtés de la Seme-It^erieure , 
t. 11,1867, p. a85, ùg.). 

FioiiiQCB. Sur un vase du moyen âge en brome trouvé à Campeanx, 
Calvados (Bull, de la Soc. des Anhq. de Normandie, t V, 1 868 , p. sSâ). 

FiDi^QDB. Note sur dfiux vases de bronxe du in* on xv* siède trouvés 
en 1867 à Campeaox (Bull, de la Soc. viroise, 1871 , p. a33). 

Vases de bronze du moyen âge trouvés au Mesnil-Mauger (BuH de la. 
commission départ, des antiquités de la Seine-In/erieure , L II, 1871, p. i5i, 

fig)- 

Matbieo. Marmite romaine de campement trouvé h Gondole (Mém. de 
Vacadémie de Clermont-Ferrand , nouv. sér., t. XV, 1878, p. 82). 

G. DE CoiGifv. Trois marmites de bronze découvertes près d^Argentan 
(Bull, monument., fn* vol.. 1875, p. 71, fig.)* 

RiODX DE Maillou. Lcs ustensiles de cuisine (Retme des arts décoratifs, 

1882-1883). 



"^ En debora des ouvrages meatiomiés aux notes. 



Digitized by 



Google 



RAPPORT 

SUR LES TRAVAUX DE FOUILLES 

EXÉCUTÉS EN 1906 
PAR LE SERVICE DES MONUMENTS HISTORIQUES 

EN ALGÉRIE, 

PAB M. ALBERT BALLU, 
Architecte en chef du Service des Monuments historiques. 



PREMIÈRE PARTIE. 

Les bravaux de fouilles exécutes par le service des Monuments 
historiques de l'Algérie doivent sMnumërer de la façon suivante : 

I. Département d'Alger. — Fouilles à la Kaita des Ouled- 
Abdallah. 

n. Département de Canstantine. — Fouilles à Henchir-el-Begueur, 
à Announa^ à Khamissa, à M'daourouch^ à Lambèse, à Timgad. 

DéPARTBMENT d'AlGER. 

t** FouUki d la Kalaa de$ OuMrÂbdaUah. — M. Moniiàre, admi- 
nistrateur de la commune mixte de Ténës, à Taide d'une légère 
subvention prise sur nos crédits « a commencé quelques recherches 
dans les ruines de la Kalaa des Ouled-Abdallah, situées à 95 kilo- 
mètres de la mer, à 60 kilomètres de Ténès et à i5 kilomètres du 
village de Rabelais. Qn y arrive par le chemin qui conduit de Ra- 
belais à Taougrit. 

Les objets ou fragments découverts sont : 

1" Stèle en pierre de grès de m. 65 sur m. & 7 représentant 
une famille composée du père, de la mère et d'un enfant. Au- 
dessous, un cheval est figuré; 



Digitized by 



Google 



— 232 — 

9** Tête' d'homme de marbre blanc, de dimeosions dépassant la 
grandeur naturelle; 

3"" Inscription en petits caractères, gravée sur une stèle; 

il"* Fragment de jarre, de terre cuite, portant le nom du fabri- 
cant; 

S"" Deux médailles de verre et plusieurs médailles de bronze. 

DéPARTBllllfT DB GoNSTilITIlf B ^1). 

Le commandant Guénin avait sollicité de notre service une sub- 
vention pour effectuer des recherches au lieu dit Henchir-Pharaoun 
ou El-Begueur. H a découvert un très intéressant monument de 
la dernière moitié du iv* siècle de notre ère, dans un état de con- 
servation suffisant pour qu'on puisse se rendre compte de son 
ordonnance architecturale et de ses dispositions. 

Cet édifice, qui n'est autre quune basilique chrétienne, est de 
la même famille que la belle basilique du monastère byzantin de 
Théveste, que notre service a entièrement mis au jour, il y a plu- 
sieurs années. On y retrouve la même sculpture ornementale de 
chapiteaux et de coupoles, le même sentiment d'art, le même ap- 
pareil dans la construction des murs. C'est ù croire qu'on a dérobé 
à la grande église de Tébessa les architectoniques nécessaires à l'éta- 
blissement de la petite basilique d'Henchir-Pharaoun. 

Cette petite ville était bâtie à 3 kilomètres du pied du Djebel- 
Foa, sur l'une des dernières pentes montant vers le sommet prin- 
cipal. Les Byzantins, comme sur tant d'autres points stratégiques 
de l'ancienne Afrique romaine, y avaient installé une forteresse en 
se servant des débris des monuments antiques environnants qu'ils 
assemblèrent autour des murs extérieurs d'une église, de forme 
presque carrée (i& mètres sur i5), mais munie sur son flanc Nord 
d'un vestibule faisant saillie, que la petite forteresse emprisonna 
également dans son enceinte. Cette construction militaire était trop 
exiguë (^) pour contenir une garnison un peu importante; aussi fut- 

(I) Fouilles exécutées par le commandant Guénin, du cercle de Tébessa, dans 
THenchir-el-Begoeur appelé aussi Henchir-Pharaoun. (Voir, d*autre part, le rap- 
port original, p. 336 et suiv.) 

(*) 17 m. 5o sur 19 extérieurement. 



Digitized by 



Google 



— 233 — 

elle entourée elle-même d*uiie seconde enceinte plus vaste (^), de 
forme rectangulaire et munie de flanquements, dont une tour 
carrée à Tangue Sud-Est (^). 

L'ancienne église , aux murailles renforcées d'une triple épais- 
seur, devint donc le donjon du castellum des soldats de Byxance, 
et ce que les Vandales, moins destructeurs qu'on ne le croit, avaient 
respecté, les bordes barbares de Solomon ie saccagèrent, tant était 
alors impérieuse pour leur sécurité l'obligation de se fortifier à la 
hâte, sans en choisir les moyens. 

Lorsque le commandant Guénin entreprit ces fouilles, une arcade 
en belles pierres de taille, soutenue par des colonnes corinthiennes , 
et accompagnée de deux baies surmontées de pktes-bandes, appa- 
raissait nettement dégagée du sol. C'est donc de là que partirent 
ses recherches, lesquelles furent couronnées de succès dès les pre* 
miers coups de pioche. 

Le petit fort est fermé sur trois de ses côtés (Est, Ouest ou Sud); 
au Nord seul apparaît une porte, ou plutôt deux entrées l'une 
derrière l'autre, chacune étant percée dans un mur séparé. Entre 
les deux murailles existe un vide dans un des côtés duquel on a 
trouvé en place un grand disque de pierre que les défenseurs pou- 
vaient rapidement faire rouler de façon à obstruer la porte exté- 
rieure. Une petite chambre du gardien de la porte, disposée en re- 
tour d'équerre à l'ange Nord-Est du port, facilitait cette opéra- 
tion. 

La seconde porte, celle intérieure, munie d'une feuillure, était 
fermée par une menuiserie; elle donnait accès à un vestibule, le- 
quel communiquait, par une trobième entrée, au vestibule de la 
basilique que les Byxantins avaient respecté et dont le côté Ouest, 
percé d'une quatrième porte, permettait de parvenir à deux 
chambres se commandant La présence de ces deux salles s'explique 
par la nécessité où les sujets de Justinien s'étaient trouvés de ra- 
cheter la saillie du vestibule de la petite église, dans le but d'équarrir 
le périmètre de leur fort. Une cinquième porte enfin, ménagée 
sur le côté Sud du vestibule, conduisait dans l'intérieur de l'édi- 
fice religieux, dont, nous l'avons dit plus haut, la forme générale 
était un carré presque parfait 

(') 65 mètres rar 35 mètres en moyemie. 

^) Cette tour, comme o^et de Teiieeiiite du monastère fortifié de TébesM, 
est saillante, non à Teitérieur, mais è Tintërieur de ladite enceinte. 



Digitized by 



GoogIj2 



— 234 — 

On y distingue sept parties qai sont : 

i^ Lt nef; s» le bas-oAté Nord; i"* le bas-cAtë Sud; U^ le tran- 
sept; S"" Tabside; 6** la sacristie Nord; 7* la sacristie Sud. 

i"" La nef (6 m. 70 de large sor 6 m. so de long) arait ses 
quatre angles rentrants occupés par une colonne corinthienne sur- 
montée de consoles sculptées, dont une entière est encore en place. 
Ces corbeaux portaient un ordre supérieur couronné aussi de 
consoles et soutenant la charpente du vaisseau. Trois baies s*onvraient 
de la nef, côté Est, sur ce qu'on peut appeler le transept; ce sont 
les deux plates-bandes ei Tarcade déjà citées. (Ces plates-bandes, 
d'un seul morceau, étaient déchargées par un clavage dont elles 
étaient séparées par un léger vide.) Les murs Nord et Sud sont 
percés chacun de six petites ouvertures (^) dont Tappui, en forme de 
cuve, est à 1 m. 08 de hauteur au-dessus du dallage. C'est par là 
que la nef recevait peut-être de la lumière distribuée par les fe- 
nêtres des collatéraux. De ces cuves, qui, selon toute probabilité, 
étaient des armoires, les soldats byzantins avaient fait des man- 
geoires pour leurs chevaux dont les trous d'attaches se voient en* 
core sur la pierre (^). La nef servit donc d'écurie après la conquête 
de Bélisaire; 

9** et 3^ De 9 m. ho de largeur et de même longueur que la 
nef, les bas-cêtés Nord et Sud étaient surmontés de tribunes, cer- 
tainement portées sur des planchers de bois. On parvenait au pre- 
mier étage par des escaliers dont plusieurs marches existent en- 
core: ces escaliers étaient disposés à chaque extrémité du transept, 
près de la porte de communication de ce dernier avec les nefs laté- 
rales. Les Byzantins ont fait, de l'étage inférieur des collatâ*aux, des 
sortes de casemates en appuyant une voûte en quart de cercle sur 
la plate-bande des petites ouvertures à auges, ladite voûte partant 
des murs extérieurs des bas-côtés à m. 5o au-dessus du sol. 
Peut-être manquaient-ils de bois pour refaire le plancher ruiné; 
peut-être aussi voulaient-ils mettre à l'abri la nourriture de leurs 
chevaux; 

U"" Le transept, disposé entre les trois nefe et l'abside accom- 
pagnée de ses deux sacristies, avait i3 m. 5o de long, comme 



(!) Largeur, m. 76; hauteur, o m. 79; iargeor des trumeaux, m. 17. 
W 11 en a été de même à la bafiliqoe de TébMM, à ceUe d'Haidra en Tu- 
nisie, etc. 



Digitized by 



Google 



— 235 — 

l^ég^ise elle-mèaie, sur 9 nié 86 de largeur. Sur son côté Est 8*ou- 
vraient l'arc triomphal du chœur (^^ et les deux portes conduisant 
aux sacristies. L'escalier des tribunes placé à son extrémité septen-* 
trionale, à l'inverse de celui du Sud, montait dans une direction 
perpendiculaire à la longueur des bas-côtés; cette disposition avait 
été instituée par la présence de la porte d'entrée de la basilique 
qui ne permettait pas l'adossement au mur Nord de la volée, de 
départ. Ce mur se trouvait donc percé, à côté de la porte oommu* 
niquant en vestibule, d'une ouverture spécialement destinée au pas- 
sage des marches; 

S"" L'abside, comme celle de la basilique de Tébessa, a son mur 
du fond demi-circulaire avec encadrement extérieur rectangulaire. 
Sa profondeur étant de 3 m. 80, et sa largeur de & m. 3o, le 
demi-cercle ne commençait donc qu'à 1 m. 65 plus loin que le 
plan de l'arc triomphal. Les parois des murailles intérieures, 
comme l'extrémité Sud du transept, comme les murs de la nef et 
des bas-côtés accolés au fort byzantin, étaient en moellons r^Iiè* 
rement taillés par petites assises et revêtus d'enduit. 

On a trouvé sur le sol du chœur une petite cuve de pien*e carrée 
de o m. 36 de côté et un creux de o m. 08. C'était vraisemblable- 
ment là que se conservaient les reliques; 

6^ et 7*" Les sacristies Nord et Sud sont de dlmensioBs sem- 
blables en profondeur : 3 m. 55. La largeur de celle du Sud, 
3 m. 60 , est supérieure de m. 1 7 à celle du Nord. Les murs 
sont également en moellons, sauf celui qui donne sur le transef^, 
et qui est en belles pierres de taille; leur dallage était en pierre, 
comme les autres parties de l'édifice; celui des tribunes toutefois 
était en mosaïque de marbre dont il reste quelques vestiges. 

Au cours des fouilles, il a été trouvé, outre les chapiteaux corin- 
thiens à feuilles romano-byzantines, des consoles, dont les côtés 
offrent de riches ornements encadrés d'oves et de peries, et les faces, 
soit des feuillages gracieusement recourbés, soit des oiseaux do 
proie tenant des animaux dans leurs serres; des claveaux d'arcs 
magnifiquement sculptés, des linteaux et chapiteaux avec le mono- 
gramme du Christ, rinceaux, etc. Quelques inscriptions, malheu* 
reusement sans grande importance, ont été recueillies égale- 
ment. 



(1) 



Largemf, & m. 3o. 



Digitized by 



Google 



— 236 — 

Ces travaux font le plus grand honneur à M. le commandant 
Guénin qui a fait beaucoup avec le peu de ressources dont il dis- 
posait 

2* Fouilles \ Announa. 

M. A. Joly, qui depuis trois années explore les ruines d'Announa 
(antique TkibiUs), a bien voulu continuer ses recherches. Au cours 
des travaux exécutés pendant cet exercice, un grand pas a été fait 
C'est celui de la découverte du forum, de la curie municipale, 
des deux grandes voies de la ville, de la basilique judiciaire et du 
temple de Jupiter Gapitolin. 

Tout d'abord, nous constatons l'orienta tion des deux voies mai- 
tresses de la colonie : Tune va du Midi au Nord à partir de Tare à 
deux travées dont les restes importants se dressent au Sud, près 
de Téglise chrétienne exhumée, il y a longtemps déjà, par Bernelle, 
et se dirige vers une seconde porte monumentale qui semble jus- 
qu'ici la limiter vers le Nord. L'autre part, à angle droit, du centre 
de la précédente pour se diriger vers une troisième entrée triom- 
phale du côté Est. 

Le forum, qu'au commencement des fouilles nous avions tout 
d'abord pris pour une salle, tant ses dimensions sont réduites, est 
à l'extrémité d'une avenue établie en prolongement de la voie Nord- 
Sud, de l'autre côté de l'arc Nord. 

Enfin le capitole et ses dépendances occupent la presque tota- 
lité des flancs Sud de la zone Est-Ouest, mais il n'est qu'imparfai- 
tement déblayé encore. 

La longueur de la grande voie entre les deux arcs est de 
170 mètres; elle suit une direction rectiligne sur 170 mètres, 
avec 1& mètres de largeur, puis s'infléchit légèrement en se cou- 
dant vers l'Ouest pour atteindre l'arc Nord qui ne se trouve pas 
exactement en face de celui du Sud; là, elle s'élargit de 6 mètres 
(soit 1 9 mètres). 

La voie, sur son côté Ouest, était dépourvue de portiques; mais, 
à l'Est, elle semble en avoir été garnie, bien que nous n'y ayons 
pas trouvé de colonnes en place. Son dallage est en deux directions 
biaises, se rejoignant dans l'axe longitudinal de la rue. 

L'autre grande voie, large de 8 mètres, était bordée de a rangées 
*de colonnes de calcaire blanc et- marmoréen, au nombre de 19 sur 
chaque côté (soit 38 en tout). En comptant les portiques, la lar- 



Digitized by 



Google 



— 237 — 

geur de la voie entre les murs qui la limitaient latéralement, ëtait 
de i5 m. 5o sur 76 mètres de longueur. Au delà, elle se reportait 
brusquement vers TEst et se rétrécissait jusqu'à la porte, près de 
laquelle elle n'avait plus que i9 mètres de large. 

Son pavage, dont les lignes biaises suivaient une direction 
unique, est en mauvais état et n'est pas conservé dans la moitié de 
sa surface (^); les murs du fond des portiques, au Nord comme au 
Sud, sont sans ouvertures. 

L'avenue qui prolonge l'artère Nord-Sud au delà de l'arc Nord a 
9 mètres de large et &o mètres environ de long. Elle est bien 
dallée et possède, sur son flanc oriental, un portique au bout du- 
quel se dressent deux entrées en plein cintre portées par de larges 
pieds-droits : c'est la porte du forum d'Announa. L'area, entourée de 
colonnes en calcaire ayant conservé leurs bases et une partie de 
leurs fûts , est de forme trapézoïdale; elle a 37 mètres de longueur (^) 
et une largeur qui varie de 19 m. 5o (à Tentrée) à 9 m. 70 (dans 
le fond). Du c6të Sud règne un portique à onxe travées soutenues 
par autant de colonnes, plus une demie engagée dans le mur de 
l'entrée de la place publique. 

Au fond, à TEst, trois travées et quatre colonnes (en comptant 
deux fois celles d'angle). Le mur du portique n'est percé que d'une 
porte, celle de la sortie, qu'on franchissait avec trois marches dis- 
posées dans l'épaisseur de la muraille. 

Au Nord, le portique, du même nombre de travées qu'au Sud, 
est double, avec deux rangées de c