(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Children's Library | Biodiversity Heritage Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "Bulletin des lois, Volume 6"

This is a digital copy of a book that was preserved for générations on library shelves before it was carefully scanned by Google as part of a project 
to make the world's books discoverable online. 

It has survived long enough for the copyright to expire and the book to enter the public domain. A public domain book is one that was never subject 
to copyright or whose légal copyright term has expired. Whether a book is in the public domain may vary country to country. Public domain books 
are our gateways to the past, representing a wealth of history, culture and knowledge that 's often difficult to discover. 

Marks, notations and other marginalia présent in the original volume will appear in this file - a reminder of this book' s long journey from the 
publisher to a library and finally to y ou. 

Usage guidelines 

Google is proud to partner with libraries to digitize public domain materials and make them widely accessible. Public domain books belong to the 
public and we are merely their custodians. Nevertheless, this work is expensive, so in order to keep providing this resource, we hâve taken steps to 
prevent abuse by commercial parties, including placing technical restrictions on automated querying. 

We also ask that y ou: 

+ Make non- commercial use of the files We designed Google Book Search for use by individuals, and we request that you use thèse files for 
Personal, non-commercial purposes. 

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort to Google's System: If you are conducting research on machine 
translation, optical character récognition or other areas where access to a large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the 
use of public domain materials for thèse purposes and may be able to help. 

+ Maintain attribution The Google "watermark" you see on each file is essential for informing people about this project and helping them find 
additional materials through Google Book Search. Please do not remove it. 

+ Keep it légal Whatever your use, remember that you are responsible for ensuring that what you are doing is légal. Do not assume that just 
because we believe a book is in the public domain for users in the United States, that the work is also in the public domain for users in other 
countries. Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we can't offer guidance on whether any spécifie use of 
any spécifie book is allowed. Please do not assume that a book's appearance in Google Book Search means it can be used in any manner 
anywhere in the world. Copyright infringement liability can be quite severe. 

About Google Book Search 

Google's mission is to organize the world's information and to make it universally accessible and useful. Google Book Search helps readers 
discover the world's books while helping authors and publishers reach new audiences. You can search through the full text of this book on the web 

at http : //books . google . com/| 



Diiti 



dby Google 



Digitized by VjOOQ iC 



Digitized by VjOOQ iC 



BULLETIN DES LOIS 

DE L'EMPIRE FRANÇAIS. 

X? SÉRIE. 



Mghe db NAPOLEON III, Empereur des Français. 



DEUXIEME SEMESTRE DE 1855 

OORTtHAin 

LES LOIS ET DÉCRETS D INTÉRÊT PUBLIC ET GÉNÉRAL 

muet 

Mras LB 1*" jmxxBT laaQrâtr^ 3i 'mcimbm iNCLusivxutirr. 



TOME SIXIÈME. 



N« 308 k 350. 



PAWS. 

IMPRIMERIE IMPÉRIALE. 



JANVIER 18»6. 



Digitizedby Google ' 



594743 






Digitized 



by Google 



(m) 



TABLE 

CHRONOLOGIQUE 

DalAiset DicrtU contenoê ims le tom VI 4e h XI^ Si^ê 
du Bulletin des Lois* 




iâUm 
iê53. 

iS54. 



iSS5. 
9SMn 

7imL 



Utn. 



DicRST ({oi apprpuTe lés ^tatata de li commn- 
naaté des sœurs de Saint-Louîs, établie è' 
Vire. 

DftcRBT relatif ani brevels det membraa de la 
Légion d^hooneur 

DiciuET <|ai autorise M. CpcAoji à siubstituer à 
son nom eelui de Maœmr* 

DicRBT portant que le magialrikt chargé du «m- 
nistère public près le tribunal de Gorée et 
dépendù&ces prend le titre de procureur 
impérial, et que son traiten^ent est fixé à 
5,000 francs ^. 

DàcBBT oui orée un service spécial 4e «firMÎl- 
iaace det icbemÂQf 4a fer • 

DicBBr qui crée, è Pari», un coumsfariait 
centrai de police des cbemifis de fer. 

DicRET qui approuve h convention passée. les' 
3 vfévrier et 6 avril i855, eiitfe le ministre 
de fagriculture, du commerce ,et des travaux 
publics, et les oompaenies des chemins de 
fer de Paris à Saint- Germain, de Paris à 
Rouen, ete. ^ 

DtoiBV oai approuve ia < 
a février et 6 avril i8 
de ragrtcQltore , du eoi 



3p5 
M5 



3a3 



«15 
7o3 



67 



j 



Digitized by V^OOÇfë 



(nr) 



BATIS 


TITRES 


maàâOê 




dM loia 




dm 




•t 


DBS LOIS ET DECRETS. 


B«IU. 


VMU. 


d^cnu. 




tÎM. 






pnblict, et ia compagnie da chemin de fer 
Grind-Centiti de Fnnce 






. 


3ia 


'■ 56 


S Mai 


DàcRET portant rectification d une route dépar- 






i855. 
Idim. 


tementale. •••••••••••••••••••••«•••• 


Ibid. 


87 


Décret qui déclare d utilité publique Tétablia- 


' '• 


entre les trois chemins de fer d^Oriéans, de 






Idm. 


Bordeaux et do Nantes ••.•..• 


Ihid. 


88 

ct^e 


^ D&cRETA divers qui autorisent lensemenccment 


4 


de dunes daas le département de ia Gironde. 


3.4 


9. • 


DicRBT portant qu il y a urgence de prendre 


. 




possession de terrains pour le chemin de fer 
de Tergnier à Reims 








3i5 


io3 


12i 


o 

DicRET qui ouvre, au département de la marine 






i 


et des colonies , un ci^édit extraordinaire sur 








l'exercice i855 


3i8 


a^5 


iS. 


DicRET qui proclame mille dix-sept brevets 








d'invention et rertilicats d'addition.. .. , . , . 


3i6 


io5 


ïdm. 


DicRBT portant fixation et classement des routes 








départemen talcs de Loir-ct-Cber • • . 


3i7 


ti3 


2e, 


DicRET qui déclare l'urgence de la prise de 






. '* ' 


possession de terrains pour la gare du che- 






99. 


min de fer d^Oriéans à Paris. 


3so 


>B9 


DÉCRET portant nominations. de sous-préfets et 




de cooi'eiilers de préfecture 


33 s 


493 


2 Juin. 


DÉCRET qui rectiCe une route départementale . 


390 


S69 


Idm. 


DÉdRBT qui déclasse une route départemeutale. 


Ibid. 


,a7Q 


Wfà. 


DÉCRET qui autorise des syndicats à rampiaeei* 








des rieoles ....■•.••.••...«•••••••.«•» 


Ihid. 


IM. 


eJ. 


DÉCRfîT qui déclare Turgence de la prise de 
'possfiS5ion de terrains pour rétablissement 
d*un chemin de fer • • 


•r***» 




1 






p.i 


nid. 


Ibid. 


DÉCRET qui déclare ^'utilité publique Teiécu- 




tion des travaux de construction d'un pont 






*f5, 


communal sur la Somme •.•.••• 


3o8 


5 


DàcRBT qui autorise la fondation, à Fontaines 




( Saône- et» Loire ) , d'un éubliasemeat de 




1 


. 


' sœurs de la chanté de Saint- Vincent-de-Paul. 


3o9 


J 



Digitized 



by Google 



(r) 



— 

BAT» 

èm 1m 

«1 


TITRES 

DES LOIS R DécRBTS. 


vviiAam 


rAGU. 




i3 Jm 
i8S5. 

2#. 

làm. 

Umm. 
Utm. 

». 
Jdau 

Otm. 


BécRET portant que la oommanauté des Unu- 
lines exiatant à Nant ( Avcyron) est antoriaée 
comme établiasement dépeodant de' la cdd- 
grégation des Ursullncs- Je- Jésus,, dont la 
maison mère est à Malet (même départe- 
ment). • •......•• 


309 

3o8 
3o9 

3to 

3|8 
3so 
3t7 

3i8 

398 
3$9 

3#9> 
Rid. 


19 

7 
i4 
i6 

98 
9l6 

971 

9l3 

217 

383 
à ZU 

395 

18 
»9 




■umiv;. •••«..•. ..•.•... 

DÉCRET qui autorise M. DeUndc à s'appeler 
Delame 




DÉCRET qni autorise la fondation, à Clairac 
(Lot-et-Garonne)* d*un établissement de 
sœnrs de la Doctrine chrétioone. ..«••... 




DÉCRET qui autorise la fondation, à Gholet 
( Maine-et-Loire ) , d*un établissement de 
sœurs de la Retraite de la Société-de-Marie. . 

Cahier des charges relstif à la concession du 
chemin de fer de .\antes à Gbâteaulia ..... 

DÉCRET qui autorise le ministre des finances A 
élever à 35o millions la somme des bons du 
Trésor à émettre pour le service de id55 . . . 

DÉCRETS divers portant rectifications de routes 
départenaeulales. .••••••••••••••••••.• 




DÉCRET qui fixe le nombre des huissiers de 
olusieurs tribunaux .....'.••. 




DÉCRET qui ouvre , au département de la marine 
et des colonies, un crédit e:itraordinaire sur 
feaercice i85â.. • 




DtoiETs divers qui déclarent d utilité publique 
Fexécution des travaux de construction de 
deux ponts f**...*******.». •»••••'.• 


' 


DécRBT qui déclare d'utilité publique Texécn- 
tion des travaux de construction d*un pont. . 

DÉCRET qui autorise, comme congrégation diri- 
gée par nne supériedre générale, Tassocia- 
(ion religieuse des sœurs de Saini-Joaepb, 
existant à Vanosc (ArdÀoheU* •••••« 




DécniT qui autorise la fondation, à Gersat 
(Pùj-de-Bôme) , d*un établissement de sœurs 
da la Misériûoirde. .....•.••.••..•••••• 









■ 



Digitized 



by Google 



26 Jttk 
S7. 



Idem, 
lienu 



28. 

Idem 
Idem 



TITRE» 

DES LOI0 ST DiciBTS. 



DiciiBT qui aoioriM fai fim^alicki , kC\naahomcy 
(Mov-M-Oise), ànn étâblbstnieiil de aoeon 
de I* Pr&Meom.. .»..;... .i...i. .a.. 

DicAftT qot protège le délai fixé potxr la dorrée 
des medificatioms an tarif des douanes wif les 
déréales dans les colonies de la Martiaiqtie, 
de la Goadduape, de l*Ile de la Rëanion et 
du Sénégal 

"ùkkkWi qui crée on septième et on fankièine 
ésdadfoo dans chacun dés régiments de chas- 
Âurs d'Afrique 

DÉCÉvr dai ouvra « an nDÉintstre de la marina et 
deé coMmiea^ àft crédit aopplémen taire jietfr 
' des eréancea constatées sor des exereicea ele«. 

D&éMr qu envre, au ministre des Saanoea, 
ilo crédit soppléôieataire sur Texercice i8S4j 

DÉéBVff qm oofre, an ministre des finances, un 
êffliît av^plémeaiaire sur Teiercice 1 854* • • 

DitiiBT qui antorise la ville de Mulhoiiée k 

IipMter «ne grue étaUie ait bassin dé Mol^ 
onae .** 

DièitT qui «olorisè k prise de possession de 
MnraÎBS pour le ebemin de fer de Paris à 
linBiaiNit •••••••« 

DAèitt qtti tftivrtf sor rexerciee i855, un 
érédit supplémentaire pour dépenses admt- 
èiatralirvcs dm Corps législatif et indemnités 
deèdéputési.. •««••« • 

Détin portant convocation des oonseib d*ar- 
joBJiMgtnsBÉt foioÊ \m première partie de le«r 

HhfcteT ^i fixe le cadre des officiers d'adm»> 
AialratisÉ de» silbsiftuices militaire». « . • « . 

DÉMtf féMittt qu*il sera procédé A la rectifiée- 
ten <r«Be ro«te dépattementak. ........ ^ 

DéèMt ptoitanl q(f*li y a nrgeifce de prendre 
iMMMiMl éê téirainé pour l'éféblissement 
du chemin de fer de Paris à Mtdbofiee. ... 



«màm 






àm 


timi. 




Uu. 






3l3 


6o 


* 


3o9 


ai 




/Ud. 


nu. 




àio 


33 




nu. 


36 




n\d. 


35 




3*0 


»^^ 




3*3 


«f6 




3i3 


6a 




3<>9 


t3 




3io 


38 




3» 


396 




RU. 


nu. 





Digitized 



by Google 



(tu) 



êm loi» 


TlTR£a 
DIS L»i» Il DicasTf. 


mndÉKM 
liai. 


i8S5. 

Umaut 


de tonte nature, le long des allées marines, 
daas la deiuûèna laoe de servitudes de la 
lileAA de Revonne ««••••■«•-•a 


34o 


a* SEME8TRB DB l855, 

DiCRBT qui approuve des modiGcatipus aux 



#i«ii 



Sg^ 



Digitized 



by Google 



BATU 

«ht i^ 

•t 



âJmlUt 
1855. 
Idmiù 

5. . 
7. 

Jdenu 

Uem. 

Idenu , 
iû. 
il. 

Idem, 

19. 

13. 

là. 
îâtm. 



TITRES 

DES LOIS ET DécRBTS. 



DicREt qui déclasse une route départemeDUle. 

Décmsts divers portant rectifications de roules 
dëpartementales 

DifcCBET qui autorise Tacadémie des sciences à 
accepter ie legs que lui a fait M. le Imupoq 
ie Stassart 

DÉCRET relatif à l'admission en France, en 
eiemption de droits, des vanilles originaires 
des colonies françaises des Antilles, de ia 
Gojane et de Mayolte 

DÉCRET qui autorise un virement de crédits au 
budget du ministère de ia justice, exer- 
cice i8Sd 

Décret qui crée, dans la vUlo d'Angers , une 
école préparatoire A renseignement supérieur 
des scienoes et des lettres 

Décret qui fixe ie nombre des huissiers du tri- 
bunal de Redon • 

DÉCRET qui proclame cent cinquanle-sept ces- 
sions de brevets d'invention 

Loi qui autorise le ministre des finances k em- 
prunter une somme de sept cent cinquante 
millions 

Loi portant qu'il sera fait, en x 8 50, un appel 
de cent quarante mille boni mes sur la classe 
de i855 

DÉCRET portant réorganisation de l'école pré- 
paratoire et de pharmacie de Toulouse, .... 

Décrst qui autorise la communauté des sœurs 
de la Visitation, existant k la Charité-sur- 
Loire ( Nièvre) , à transférer à Nevers le siège 
de son établissement. • . • 

Décret qui prononce la ciMure de la session 
extraordinaira du Corps législatif 

TjOI qui autorisé rétablissement de divers Im- 

pôU 

Décret relatif à la publication ' de la loi du 

là juilieti855, qui autorise Rétablissement 

• dedivers impôts «... 



ratétos 



3o8 



Ibid, 



3)3 


3o9 


IhUL 


3ii 


3i5 


ici 


3o9 


s3 


3ii 


47 


3i5 


99 


3i8 


943 


3si 


3i3 



ihii. 


3 


3i5 


3oo 


3i3 


8o 


3ii 


U 


3io 


tS 



«7 



J 



Digitized 



by Google 



(«} 



k^Ê 






lim. 
Um. 

Um. 
lèm, 

Um. 



TITRES 

D£8 LOIS ET OiciBTS. 



DÉcBET qoî prononce la dôture de la session 
eitmordinaîrc do Sénat 



DicBET relatif à rimportatîon des mélasses des- 
tinées à la distillation 



DécRET qui autorise ladmission, en francliise, 
des débris de fonte au-dessous de quinxe 
kilogrammes, des vieux moulages hors de 
service, etc. expédiés de Tfle de Corse sur 
le Continent français 

DicasT qui autorise un virement de crédits au 
bndget du ministère des affaires étrangères, 
exercice i854 



DicasT qat rapporte celui du 1 7 novembre 1 85d, 
relatif aux travaux de construction d'un nonvel 
bôtel de la caisse des dépôts et consignations 

OâcBBT qui autorise la congrégation des sœurs 
de la Providence, existante Ligny-le-Chàtel 
(Yonne), à transférer à Sens le siège de son 
établissement 



DicEET qui autorise la fondation, à Angers, 
d*on établissement de sœurs de Tlnstruction 
chrétienne 



D&cnsT qui autorise la fondation , à Réalmont 
(Tarn) , d'un établissement de sœurs de Tins- 
traction chrétienne, dites de la Providence* • 

Décbbt qui approuve la convention passée, le 
i3 juiflet i855, pour la concessbn d*un 
chemin de fer, des mines d'Ougney au cbe- 
Biin de fer de Dijon à Besançon, et au canal 
du Rbône au Rhin 



IHicasT relatif aux douanes •.•«•• 

Loi relative à la garantie d*un emprunt qui sera 

eootracté par le Gouvernement ottoman. . . • 
Loi qui él^e, de quatre à cinq pour cent , Tin- 

tértt garanti par TÉtat à la compagnie du 

télégraphe sous-marin de la Méditerranée. • • 
UcBBT qui nomme M. de Lagûu, «lembre du 

conseil des prises , • • 



* Sim. Tablf çhnn, Tom« Vit 



tgfssssmmm 



3ii 
3ii 



kà 
à9 



IbUL 


5o 


3i3 


81 


RUL 


83 


3i8 


918 


mi. 


930 


nu. 


9X3 



3&S 
3is 

3ii 

Ibii. 
3>t 



783 
5o 



4s 
56 



aapani 



j 



Digitized 



by Google 



(X) 



dtt lob 

il 

décréta» 



d8 JaiUet 
. i855* 



Idem» 
Idem„ 

iâeau 

I4emt 

Idem^ 

Ideitth 
'21. 



TITRES 

DES L01« BT DÉCABVa. 



DÉcpat qui preicrii la proœulgtlioo i ûu Algé* 
lie, de Tarticle i"dc la loi du 96 mars lâÔà, 
modiliant le paragraphe 5 de l'article 781 
du Code de procédure civile, et de la loi du 
t mai idS5, sur les justices de paix 

Dbcart portant prorogatioii de la chambre 
temporaire du tribunal de promière instance 
àû Limoges 

DÉcnET qui ouvre le bureau des douanes de 
Paimpôl (Côtes-dn-Nord) à Timporiatioti de 
certaines mnrcbaadÎBei w. * 

DÉCRET qui accorde, à la conimona de Sàinlfr- 
Marie { Basses-Pyrénées] > ur enlrepM réel 
des douanes pour leamarcfaaudiaes prohibées 
et non prolùbi'es. «»..». ^ . • 

DiitABT qui coRVoquc leè électeurs coaipris daM^ 
la deuxième circonscription du département 
des Basses-Pyrénées, à Teiret d'élire un dé-{ 
puté au Corps législatif 

DÉCRET qui ouvre, sur Texercicc i854t uu crtf- 
dit représentant la somme versée au Trésor 
par la compagnie du cbcinin âe fer de Paris 
à Oliéans, pour sa part contributive dans le 
prix des terrains expropriés cil 1 854 

DÉc«if?r qni ouvre, sur Texercicê i854, un cré- 
dit su|>p4éAfientaire pour la liquidation du 
passif de lX)péra, arrêté au i*' juillet i85 1.. 

DécbEt (MrtAOt promulgation de la «onvenlton 
tottsulaire conclue, ic 8 juin i855, eatre la 
fmoç^ (t ia# Pays-Bas. . « .. i .< *.•.««.. . 

DÉCiMiv qui ouvre , snr Texercice i855 , un cré* 
dit supplémea taire peur achats de tabacs» . . 

Décret qui ouvre, au ministre des fioatices, 
un crédit suppléaieatairemir rexercioe lêbb. 

Décret relatif auE appoitiMments fixes des 
préfets mariitiniea à Ghedbourg, Lortent et 
Hocbelori.* . • » w / « » 

Décret qui autorise un virement de crédit an 
budget du aaiuisière de la mannes ai dea colo- 
uies (Service colonial ), pour Texerciaei^M-. 



Bail*. 



3l3 
IbU. 
Ibid. 

IbUL 

3i5 

3|o 
3i3 

3i4 

317 
IbU. 

Ibid. 

Ibtd. 



Digitized 



by Google 





(M) 








BIATB9 

ém lA 


TITRES 
DBS LoiA Et oicfietft. 


dm 
Bdk- 


V4MS. 




îiJaiSei 
1855. 

Mem. 
Uem: 

Am. 
Umt. 

f5. 

Idem, 
Uem, 

Idem. 
Uem, 

Idem. 


DÉCHET qui artccl^ ééVLX ptiteéWtè et iéttain 
pour rétablissement d'un tir à ta Pe^te- 
Pierre ( Bas-Rhin ) 


3i7 
3i8 

nu. 

Bt3 

3)7 
317 

3(8 

345 
Ibid. 

J.7 
IHd. 

IhiUL 
3^8 


si3 

«7 
du 

497 
io5 

a29 
loa 

so8 

aog 

Ihid. 
a3i 




DÉCBBT qui prord|çe e délai û\é pour les réduc- 
tions de personnel résultant de la nouvelle 
organisation Judiciaire des colonies. ../... 

DÉCRrT qui autorise: i* Caiwme congrégation, 
dirigée par une supérieure généraie, la com- 
munauté des soeurs Augu>lines, cxîstaAI A 
Arras; a* comme établissements dépendanti 
de cette congt-rgalofi , quatre communautés 
de rcHgieusci haspiiaiifcres de Saint-Jean. . . 

DÉCABT porUnt rectification de foules impé 
riaiea* ...*....«« *.... 




DécBKT qui autorise M. Charles- Pélagie à s'a|>- 
pcler, à 1 avenir, Cliarlei-Pdktjie- Edouard 
Salle 




DkCrbt relatif aux vacaoces du. Conseil d*étatt 
Dour Tannée i85j».«.«.. ....••..••••• 




DècRBT qui autorise la (ondatifiiit à Vix ( Yen*- 
dée), dan étahlisseaient de fiilea de la 




DÉCRET qui ouvre, sur Texerrice i854> un 
Crédft supplémentaire applifV'ifale aux dé- 
penses du matériel du Conseil d'état 

DÉcnst portant nomination d'un ctjnsciiïer d'é- 
tat et de niaHres des requêtes. ; 




DÉCRET q;iî outre, sur rcxercice 1 855 , un cré- 
dit extraordinaire pour le service de lem- 
pruot grée. . v 

DÉCAKT qal transfère à Sarnt-Étienne le cht{- 
liea du déparlemeht de la Loire 




DÉCRET qni aulorise un virement de crédit au 
boflget dtt mjnisiëre de Tîntéricnf, exer* 
cice i85 i 




DÉCRttT qui autorise, comme congrégation dîri* 
géa par mie aupérreure générale, l'associa- 
don religieux des sœurs de rinslruclion de 
rEnfiiDi^Jéstts , à Aurillac 









b. 



Digitized 



by Google 



(XII) 



SATia 


TITRES 


. ,,,1, ,1. 


"n 


mvMMÊnt 


im lofa 




ém 




•t 


DBS LOIS BT DâcBBTS. 


b.b«. 


ritif. 


àieniÊ. 




ti«. 




iS Juillet 


DicBBT qui autorise, comme congrëgation diri- 






i855. 


gée par une supérieure générale, i*as8ocia- 
lion religieuse des sœurs de la Sainte-Famille- 
dfr-Nazareih, établie dans la commune du 








Plau f Haute-Garonne 1 


3i8 


333 


Idem. 


DécRET rclatirà Tavancement des préfets, aous- 








préfets et conseillers de préfecture 


3so 


s58 


Idem. 


DécnsT qui approuve le traité conclu, le 
93 juillet i855 , pour la concession , pendant 
cinquante années, de Téclairage et du chauf- 








fage au gaz dans ia ville de Paris • . • • • 


Ihid. 


>59 


Idem. 


DÉCRET qui fixe le nombre des avoués et des 




huissiers de plusieurs tribunaux 


3s3 


.in 


Idem. 


DécRKTS divers portant nominations de sous- 








préfète et de conseillers de préfecture 


33s 


i^à 


Idem. 


DÉCRET qui ouvre un crédit extraordinaire pour 
les dépenses faites pur l'Imprimerie impé- 








riale, a foceasion de Texposition universelle. 


3*1 


639 


Idem. 


DàCRBT portant qu'il sera fait recette, au bud- 
get de l'Imprimerie impériale, du crédit 
ouvert, pour les dépenses fiiites par cet éta- 
blissement à Toccasion de Fexposition uni- 








verselle • • • 


Ihid. 


64o 


27. 


Tablbau du prix de l'hectolitre de froment, 




pour servir de régulateur aux droits d'im- 








portation et d'exportation des grains et fa- 








rines • 


3i5 


97 


31. 


Dégrbt portant convocation des conseils géné- 




raux ...••• »«.. ...... 


3i7 


310 


Idem. 


DÉCRET portant répartition du fonda commun 




alTecté aux dépenses ordinaires des départe- 








ments , pendant l'exercice 1 856 


Ihid. 


311 


Idem. 


Déchet qui affecte une somme de 3oo,ooo francs 
aux travaux à entreprendre pour ia construc^ 
tion d'un établissement d'artillerie, à Lille. . 








3i8 


333 


Idem. 


DÉCRET qui affecte une somme de quatre cent 
mille francs aux travaux à entreprendre pour 














ia construction, à Metz, d'un bliimeot des- 








tiné au service dts lits militaireiv, . • 


Ibîd. 


334 



mm 



mm 



Digitized 



by Google 



(«m) 



* 
«M. 


TITRES 

DSS LOIS BT DftCBBTS, 


B«B». 

tÎBS. 


tmat. 


«Mb 
us. 

Um. 
Um. 
Utm. 

Um. 

Um. 
Um. 

i. 
Um. 

Um. 
Um. 


tîon et l«s procès-Yerbaax d« bornage des 
nmet de serritudes et des polygones eiccp- 
tûmneis des places de guerre et postes mili- 
taires ▼ d^ffoés 


3i8 
Ihii. 

nid. 

nu. 
md. 

3i9 

3so 

3a3 
'3i9 

nid. 

3*0 

nu 


s35 
.37 
s38 

94 1 
sSi 

»7« 

3ii 
aS3 

.« 

s « 


DàcaET qui ouvre, sur l'exercice i854 , un cré- 
dit extnordinaire pour le senrice de 1 enre- 
sîstresBcnt et des domaines. 


DicBET qui autorise un virement de crédits au 
budget du ministère des finances, oier- 
ace i85& ••••• 


DicBET qui autorise, comme congrégatton diri- 
gée par une supérieure générale , Vassocta- 
tîon religieuse des sceurs de la Charité, exis- 
tant à Nfmea. 


ûicBfiT concernant les congés à accorder aux 

chanceliers diplomatiques on consulaires. . . 

Dbcbet qui fixe la nomenclature des dépenses 

oUisaloires des colonies. ...•.....•.••.. 


Dètavr qui autorise M. ConiL à enlever et à 
exploiter les sables et galets du littoral de 
l'île de la Réunion 


DécBBts divers qui déclarent Turgence de prise 
ments de chemins de fer 


DicKET portant qnMI sera attaché des aumô- 
niers aux hôpitaux français établis en Orient. 

DicRET qui augmente le maxinvam et le mini- 
nuoii des pensions de retraite des officiers 

ments de la flotte 


DicsBT portant que le service de guerre fait à 
rarmée d'Orient sera compté, à titra de bé- 
néfice de campagne, pour le double de sa 
dorée effective 


DicBEr portant que le cadre constitutif du 
eorps de santé de Tamée de terre embpMil' 





Digitized 



by Google 



BATS 



i85$. 



Idem* 
IderA. 
Ideià. 

UtfA. 

IdeiA, 
Idêrt^. 

! 

Idenk. 



TITRES 

DES LOIS ET DÉOABTS. 



DicBBT porlani rëgkn>«at d admioiotrailen pu- 
blique pour rexëculi^o de la loi du % m«i 
i855t qui établit une taxe muaiciiialt sur 
let chloi» 

DtcRET relalif au legs fait par ie docteur Jêe 
her h lacadruiie dea tciences 

DicRCT qni fixe le nombre des avouéa du tribu- 
nal de Secijin 

DicAET qui autorite iacadtoie des beaux-art» 
à accepter un legs «... 

DiciVET qui ciasse une roule départementale. . . 

DicRCT qui autofiso la fondation, à Mdrcqrea 
Barœul (I^oid) , d*un éublisnemcnt de sœurs 
de No ire -Dam o-de-Cbarité-d a- Bon- Pasteur . . 

Dir.EET qui autorise la fondation, au Puy, duu 
établissement do sœurs de Notre- Dam e-d«' 
Gharilé-du-Ben-Pasleur 

DtcRCT qiU autorÎAd la fondation, à Saint- Pierre- 
d««Maillé (Vieune), d*un établissement de 
'Fi4os-de-la-Croij(, dites ^Hœurs dt Smnt 
André , 

DlohEt qui autorise la fondation, à Berles* 
Moncbcl (Pas-de-Calais), d'un établissement 
de MTurs de la Providence 4 . . « 

DicMt qui autorise la fondation , à Zimming 
(Moselle), d'un établissement de saura de 
la Providence* , 

Dàcin <fiti ouvre, sur Teiereice i8Ô5 , un «re- 
dit supplémentaire pour les dépenses con- 
cernai^t la réunion des Tuileries au Louvre. , 

DicnST qui ouvre ua erédii extraordinaire de 
tl«is cedt mille frinis, peur les familles des 
militaires morts à larmée d'Oheiit 

DiGiuirq«i ouvre t sur Texereice i8âS, un eré« 
dit extraordinaire pour le payement de la 
premiëm aatinité de la subvenlion due par 
rÉtat à la. Yille du Havre , aux tenues de le 
;]pi du 92 juin 1 854 

Dicaav.-feletif à la iiqaidatien de« eaiiaet 
d*ép4rgoe des institqteurs ceriimunaux. « « 1 « 






$30 

3» 

323 

Ikid. 

nu. 

Ihid, 
nid. 
nid. 

3i9 
3ao 

3si 

^23 



Digitized 



by Google 



(xO 





TITRES 


"tr 




•t 


DES LOIS ET DÉQKBTS. 


Btll». 


ricxs. 


4itf^^ 




tili*. 




Sàaél 


DâcM»s qiii fixent les Hmitet des rivages de la 








«« 


i2i 


343 






3i9 


397 




ifeû 








. . • 


43, 


4a6 




ion 








oar 








des 










4.9 


i43 




ion 








Uni 








la 








mi- 








. . . 


/♦id. 


.. fhS 




des 








acs 








, . . 


jio 


a66 




la 










I^id. 


267 




des 








. • . 


Aid. 


268 




>or- 








our 








ios 








U. 


4.. 


285 




la 








. • 


3» 


195 




du 








. , 


3>5 


364 




ba. 








.. 


3.3 


«97 




ers 








. , 


331 


s86 




»la 








vés 








m 








.. 


md. 


S67 




lia 








•• 


332 


4i3 






8SBBB9 



Digitized 



by Google 



(XTI) 



ftATlS 

ém loif 

•1 


TITRES 

HES LOIS Bt DÉGKBT8. 


MWàÊM 

BdU. 
tiiia. 


rjMWâ, 


22 Août 
1855, 

28, 

Idem, 

Mem. 

29. 
Idem. 

Idem. 

Idem, 

Idem, 

Idem. 

Idem, 
Idem. 

Idem. 


pour servir derégalatour anx droits d'impor- 
tation et d exportation des grains et farines •• 

DicEET qui autorise la fondation, à Roncq 
(Nord), d*un éuhlissement de fiiies de la 
Providence» dites de Sainte-Thérèse. . • 

DicRET qui autorise ia fondation, à Couhé 
Vienne), dun établissement de scsurs de 
a Charité du Sacrë-Cœur-deJésns 


322 
323 

325 

nid. 

323 

nid. 
nid. 
Ihid. 
Ihid. 

nid. 

325 

nid. 
nid. 


S89 

298 

346 

348 
3oo 

3oi 

3o4 

3o5 

3o6 

3o7 
35o 

35i 


DicRBT qui autorise la fondation, à Saint-Pons 
(Hérault), d*un établissement de sœurs de 


DicBBT qui ouvre au ministre des finances un 
crédit supplémentaire surTexercice i855 . . 

DicnsT qui fixe les. droits de douane k Yim- 
portation des nuichines, mécaniques, ou- 
tils, etc 


DàcnET qui autorise Timportalion temooraire , 
en franchise de droits, des graines (Tœiilette 
destinées à être converties en builo. 

DÉCRET qui autorise Tsdmission, en francliisc 
de droits, des bois de noyer sciés en plateaux, 
importés par navires français. ••• , 


DÉCRET qui ouvre le bureau des douanes de Jn- 
mont (Nord) , à l'importation et au transit de 
certaines marcbandises. •• • 


DÉCRET qui autorise, comme congrégation diri- 
gée par une supérieure générale, Tassocia- 
tion des dames religieuses de Saint-Paul, à 
Angouiémo* .,..*, ...,,.,*,,. 


DÉCRET qui autorise la fondation, à Vervins, 
d un éublissement de sœurs de Notre-Dame. 

DÉCRET qui autorise la fondation, A Pontmaîn, 
section de ia commune de Saint- Ellier 
( Mayenne ) , d'un établissement de sœurs 
Adoratrices de la Joatice-de-Diou ......... 


Décret qui autorne la fondation, A Beauvais, 
d un établisseàaent de Dames du Sacré-Cosur- 
deJésus 





Digitized 



by Google 



èlJbil 

ri 



îSàiêt 

m. 



Um. 

Um. 
Um. 



lém. 
Um. 

Um. 



Um. 

Um. 
Um. 

UiWL 



TITRES 

DS8 LOIS BT DÉOABTS. 



DicRBT qoî «QloriBe U foodâtion, à Escoutonx 
(pQy-de-D6me] , d*un établissement de sœan 
de la Miséricorde 

DÂGAET qai règle le régime pénal et discipU- 
naire m individus subissant la transporta- 
tien dans les colonies d*outre^mer. 

D&CBBT qui modtGe Torganisation du Gouverne- 
ment et de Tadministration de la Martinique, 
de la Guadeloupe et de la Réunion 

DécuET portant convocation des conseils d'ar- 
rondissement pour ia seconde partie de leur 
session 



DÉCRET qui autorise, comme communauté di- 
rigée par nue supérieure locale , Tassociation 
des soeurs de la Compassion Servantes des 
Pauvres, existant à Domfront (Oise) 

DicAET qui approuve le taiif pour la percep- 
tion des droits à un passage d eau 

DàcnET qui réunit les communes de Hougue- 
marre et Guencuville (£«re), en une seule 
commune sous le nom de commune de Hoa- 
giumam-Guenouville 

DécnsTS divers portant rectification de routes . • 

DÉGACT portant rectification d'une route dépar- 
tementale 

DiçRET qui autorise rétablissement de dix corps 
morts destinés à Tamarrage des navires dans 
le port de Bordeaux • 

DÉCRET qui modifie celui du 4 avril 1 854* rela< 
tif à f érection du collège de Colmar en lycée 
impérial 

DàcRET qui élève le lycée impérial de Tonrs de 
la quatrième A la troisième catégorie 

DicRCT portant nomination d*on sons-préfet. . . 

D&CRRT qni autorise Tacadémie des sciences à 
accepter on legs 

DécBBT portant rectification d'une roote dépar- 
tementale. • 



■B 



3a5 
Ihil 
Ihid. 
3a6 

nid. 

327 



Ihid. 
339 

33o 



33i 



33s 



356 

357 
359 
365 

366 
375 



379 
398 

4o3 



4ii 



4i3 



Aid. 


iii 


Ihid. 


4j6 


Ihil 


4.7 


nu. 


Ihid. 



Digitized 



by Google 



( «WIÏ ) 



des 1^ 



29 Àpût 
1855. 
Idem, 

30. 
Idem. 



idem. 

r Séfu 

Idem. 
Idem, 
Idem. 
Idenk. 

5. 
Idem. 
Idem. 

8. 
Idem. 



m 



TITRE» 

DBS IiQia ET DéaiiBTS# 



Dici\ET qui ddci^r^ lurgeqce de ia prise de pos- 
session de terrains 

DicnET qui cifTccte un terrain au service du che- 
mio de fer Je Paris à Rennes 

DicRBT relatif à la création d un évécbé à Laviil, 

Die n ET qui abroge lo paragraphe s de lar- 
ticle 3o du décret du i3 octobre i85i,sttr 
le service drs ponts et chaussées 

DÉCRET qui abroge le dernier paragraphe de 
Tarticle 29 du décret du 24 décembre i85i , 
sur le service des mines 

DicRET qui ouvre un crédit extraordinaire, sur 
leiercicc i855, à l'elTct de rembourser le 
trésor et la ville de Lyon des avances qu'ils 
ont faiJes, en i8i8, pour le service des ate- 
liers nationaux 

Dicnirr qui dc^olare d'utilité publique IVxécu 
tion des travaux do construction d'un pont. . . 

DÉcncT portant nomination d'an conseiller de 
préfec^iure 

DÉCRET relatif À la roctlGcation d'une route dé- 
partementale 

DÉCRET qui autorise le déparlement des tra- 
vaux publics à prendre possession d'un im- 
meuble 

DÉCREt qui crée un emploi d*adjudant «ous- 
ofiicier maitre de manège à l'école impériale 
d'application d'état-major 

DÉCRET qui fixe le droit à l'entrée sur le piment 
en grains ou moulu d*orl<^ine étrangère, im- 
porté dans les ports de l'Algérie 

Déci;et qui autorise la fondation , h Châfcau- 
gontier, d'un établi.^scment de sœurs de ia 
Charité de Saint-Vincent-de-Panl 

DÉCHET portant prorogation du délai fixé par le 
décret da 9 juin 1 855, ooncemant te^ diverses 
mesures relatîvea wt deorées alinteataires. . 

DÉCRBT qui ouvre un sopplément de crédit petir 
rinsciiption , «u trésor publie^ des peosioiis 
militaires à liquidée ea 1 855 ,,,,,.,.*». . 



B^l». 
tin*. 



332 

nid. 
333 



325 

nid. 

326 
329 

332 
334 

335 

320 
327 
329 

325 
nid. 



Digitized 



by Google 



(m) 






8 Sept. 

m. 






Um. 



\kK 



i2. 



Um. 



Mm, 



lim. 



iiU 



il. 



TITRES 

DBS L0J9 BT DÉeiBT9« 



DicHET qm fite le Cinîtement des commit-gref- 
fiers assermentés près le tribuaai de police 
de Paris /. 

DlcRET qui autorise : i^ M. de Corcel ses enfants 
mineurs à ajouter à leurs noms ceux de de 
SalignaC'de-la'\totke'Ftnélot; a" MM. c2r iaii- 
^na-, à ajouter à leurs noms ceux de Fénéhn 
et à s'appeler à l'avenir de Salitfnac-Ft néhn, . 

DÉCRETS divers portant rectifications de routes 
départementales « 

DicsBT portant prorogations des tarifs des droits 
de navigation perçus aux éclu-^es de Fresnes 
et d'iwuj, et >ur les canaux de Saint-Denis, 
de Manicamp, de Saint-Quentio , etc 

DécRET qui établit aux Fourgs (D^ubs) un bu- 
reau de vérification pour In sortie des boissons 
expéd écs à ré(ran,;er en franchise des droits 
de circulation et de consonimaliou 

DàcRET portant a{ prohation de tarifs peur la 
perccpïîon des droits de p«^age, à plusieurs 
pssages de bacs 

DÉCABT qui ouvre un crédit extraordinaire pour 
)es dépenses de la cérémonie religieuse et de 
la fét« du 1 3 septembre 1 855 

DécHET qui autorise rétablissement d'un entre- 
pôt réel et géaéral des sels au port de Cuur- 
settlftes (Calvados) 

DicRET qui autorise la fondation , à Ravel (Puy- 
de-Dôme) . d'un établissement de sœnrs de la 
Miséricorde « . • • 

D&cietqoi &ie le nombre des avoués et buis 
siers des tribunsnx de Semur, Dunkerque et 
Apt 

OéçBBT qui oileGte le fort de Mardyck au dépar- 
tement des travaux publics 

DicRBT qui oQvre, sur Texercice 1 855, un crédit 
Teprésèntant la somme veraée an trésor pu- 
blic par U ville de Paris, le 98 avril ?8ô5, 
pour coacomir à la eonstruetioii du pont de 
TAIma 



MVlÉfcMM 

BsU«. 
ti»s. 



335 

329 

nid. 
33o 
326 

md. 

329. 

33 1 
335 

3a7 



370 

àbo 

388 

389 
4o3 
371 
372 
390 

4l2 

37A 



Digitized 



by Google 



IP 



9ktWÊ 

iM Mm 



19 Sept 
i855. 



Idem. 
liUm. 



Idum, 
2Î. 

Idsm. 



Idem. 
Idem* 



Idem. 
25. 



TITRES 

DES LOIS BT DécKBTS. 



DécBET qai proroge le délai fixé pour ia darëc 
desmo<lification8 aa tarifdes douanes sur les 
céréales, dans les colonies do ia Martinique, 
de la Guadeloupe, de la Réunion et du Se- 

n<îg»I 

DicBET relatif au majorai de M. le duc do Pa- 
doue 

DicBET qui proroge la faculté accordée aux na- 
vires étrangers d'effectuer le transport des 
grains et farines, du riz, des pommes de 
terre et des légumes secs, entre TÂIgérie et 
la France 

DicBBT qui proroge Tinterdiction d exporter des 
céréales de i*Algérie (blé cl orge) à destina- 
tion des pays étrangers 

DECRET portant rectification et promulgation de 
Tarticle qui proroge la convention conclue, 
le 8 avril i836, entre la F'rance et la Répu- 
blique orientale de TUrugnay 

DécBETqui ouvre, sur Texercicc i855, un cré- 
dit de dix millions pour subventions aux tra- 
vaux d'utilité communale et aux distributions 
de secours par les bureaux de bienfaisance. • 

DAcBET qui proroge J*exemption des droits de 
navigation accordée anv chargements de grains 
et farines, de riz, de pommes de terre et de 
légumes secs i 

Tablead du prix de Thectolitre de froment. . • 

DécRET qui ouvre au ministre de Tinstruction 
publique et des cultes (Services des cultes) , 
un crédit supplémentaire pour des créances 
constatées sur des exercices clos 

DàcBRT qui crée dans la ville de Malbouse une 
école préparatoire à renseignement supérieur 
des sciences et des lettres 

DicBBTqui convoque les électeurs compris dans 
la première circonscription du département 
du Var, A l'effet d*éltre un député au corps 
législatif 



BqII». 
Ust. 



327 

329 

33i 
Ihid. 

329 

328 



329 
33o 



332 



Ihid. 



33 1 



Digitized 



by Google 



fa]» 






Î9. 






("I) 
TITRES 

DES LOIS ET DiciBTf. 



DÉcur qui éublil i Giëre (Doubs) , un bureau 
de Tërificaiîon pour )a sortie des boissons ex- 
pédiée) à i'élrsnger eo franchise des droits 
de circnlation et de consomnuitîon 

DÉCRET sor le service financier des colonies. 

DÉCHET qui fixe les cadres du personnel de la 
police des villes régies par Tarlicle 5o de la 
loi da 5 mai i855 

Décret qui accorde jusqa*au i*' janvier i856 
poor soumettre au visa pour timbre et à Ten- 
regittrement, sans droit en sus ou amendes, 
les actes sous signatures privées y énoncées. 

Décret qui ouvre, sur rcxcrcico i855 , un cré- 
dit représentant la somme versée au trésor 
public par la ville de Paris, le i3 septembre 
18 55, pour concourir à la construction du 
pont de TAima 

Rapport et dêcrct sur la comptabilité des ma- 
tières du département de la marine et des 
colonies 

DÉCRET qui classe des routes 

Décret qui déclare Turgence de la prise de 
possession.de terrains pour le chemin de fer 
de Mulhouse 

Décret qui déclare d^utilité publique Texécution 
des travaux de construction d^un pont A Saint- 
Romain (Vienne), 

Décret qui autorise , comme congrégation diri- 
gée par une supéneure générale, Tassocia- 
lion des sœurs de Saint-Aignan , établie à 
Orléans 

Décret qui affecte un terrain domanial an ser- 
vice du département de la guerre 

Décret qui ouvre, sur Texercice i855, un cré- 
dit extraordinaire pour les dépenses du ser- 
vice de rémigration européenne. 

Décret qui afiect* des parcelles de terraÎD en 
service dn département de la guerre 



33 1 
339 

3io 
33 1 

33t 



4io 
533 



598 



4io 



419 



333 

33S 


4*9 
45i 


Ihid. 


nu. 


346 


74» 


33i 


4to 


AU. 


4*1 


333 


43i 


nu. 


43s 



«PB 



Digitized 



byGoogk 



( «Ml 



DATM 
dM loU 

et 
décréta. 


TITRES 

DES LOIS ET DÉcaBTS. 


die 
Bule. 


PAOXS. 


6 Ociohre 
1855, 
Idem. 

9, 
iO. 

Idem, 
Idemi 

Idem. 
Mem^ 

Idem. 

Idem: 

Idem4 

Idem. 

Idem. 

hlem. 
Idem. 


DÉdBBT qai lixê les droit» A percevoir au pas- 
ûBse du Dont d^Arffental fCorrâze).. 


3$5 
3i3 

Zih 

338 
3.39 
345 
33i 

334 

Ihhd. 

337 

345 

/fcitf. 
347 

348 


442 

45a 

433 

434 
447 

Sag 
584 

7o3 

432 

439 

44o 

• 
497 

73- 

73a 

779 

800 


DÉCRBT qui fixe le nombre des avoués près le 


DicRET qui ouvre un crédit extraordinaire pour 
Jes dépenses du service de l*cxpositioD UDÎ- 
terselle de 1 855 


Décret concernant les navires étrangers qui 
auront importé des bois de construction des 
pnys du nord de l'Europe dans les ports de 
TAIgéric 


DÉCRET reîalifàradmîssion dans la gendarmerie 
d'élbves c^^ndarmes - 


DÉCRET qui autorise M. Couriln de Torsay et son 
fils à ajouter à leur nom celui de de Mal- 
herbe 


DÉCRET perlant création de trois régiments de 
iirailleui'S alcéricns 


DÉCRET qui modïGe le cadre du personnel de la 
Dolice de Rouen 


DÉCRET qui prohibe Texportalion des marrons 
et châtaignes et de leurs farines 


DÉc&ET qui autorise un virement de crédits au 
budget du mini-tëre de ragriiullure, du com- 
merce et des travaux publics, exercice i855, 

DÉCHET qui ouvre des crédits, sur Texcrcice 
1 855, pour le service de l'eipositioa univer- 
selle 


DÉCRET qui déclare d'utilité publique la cons- 
truction d*un pont £.\e en pierre, sur le Cher, 
à Mcnnetou 


DÉCRET qui anlorisc la perception de droits de 
. péage sur le pont de Kcrmelo (Morbihan) . . 

Décret qui autorise MM. Scellier à ajouter à 
leur nom celui de de laviuAe. ............ 


DÉCRET portant classement de routes. » . . . é . . 

DÉCHSTS divers qui dédareni d*ultlité publique 

des travaux de constructions de ponts.. .... 



Digitized 



by Google 



i7 Octobre 
1855. 



lèrwt. 



/i». 



làtm. 

Idem. 

lâtm. 
Utm. 

tètm. 

bsBsa 



mtÊÊÊmÊÊÊÊÊÊÊmÊÊÊBM 

TITRES 

DES LOIS St t>ÉCll<T«. 



Dkcrst portant: i* àdmÏMioa, en frttndiisedèé 
4roit8 de doiuioe , des produits destinas à la 
constrociion des béUments de mer*, a* fitti- 
tion des droits à riiuportatioa des nsvtres 
étrangers »... 

DÉCRcr <}ui ouvre, sur i>x«rciec i955, tin ct^- 
dit supplémentaire pour ie contrôle et fa sur^ 
Teiilance des cUecninii de fer.» . . é » . . ^ . • . . 

DÉCaET qui autorise, comme congrégation diri- 
gée par une supérieare générale, 1 sssoeiation 
des HBUrs de Haint^esepb «de - i'Apperttton , 
établie à Marseille • : . . 

DÉCBKT qui autorise la réndatioii , à Hotirg-les* 
Comptes ( lile>et- Vilaine) , d*iin établissement 
de saors de la Providence .... ^ ........ . 

D^.CRRT qui «oterise ia fondatioDt à Oaiion 
(Udutes-Fy rénées), d*iin établissemeAft de 
sceurjt de Sainl-iosepli de Tarbos .»....».. 

DÉCBBT qtû approuve des tarif- {tour la percep- 
tion des droits de péage aux passages de piu* 
sieurs bacs. « • . • « . • » « 

Décrets divers portant rectifications de routes 
déparlemcnt.iles 

DtcnET qui proclame qoaranle-neuf cessions de 
brevets d'invention 

Decbet portant approbation de leriCi poUi* lé 
perception dos droits de pétg« vu pnsage^ 
d'un bac ^ » > % . ' 



DicRiar qui ouvre au niinistre des finances un 
crédit supplésoentair^ sur Texerctce v8&5. . 

DÉCRET qni autorise la fondation, à Bnr-Sur-Àube, 
d*vii établissement de stturt de Notre-Deilie- 
dc'^BoD-Seeours. ^ •.•»••..•....«..« t .. . 



BéCRETqni autorise ia caisse de serv'ce de la 
boulangerie do Parts à ooatracler un eut* 
pmot. i « . . « I . . . » . . . 

t}ÉCRET qui antorisB la fondation, à Snlnt-Mars- 
WJaille ( Loire* Inférieure), d'un établisse- 
«Mit de fHWi de H Qbafitë da %1kieré4^ur* 

de-JésU8<« ...w.v.ti.tfi.rfivt.t.aii***' 



M 



nnifoiM 
Bnlle- 



M- 



fAOKS. 



3)3 


435 


3S6 


éS2 


3)8 


Soi 


m. 


So3 


IhU. 


5o5 


si. 


629 


3^8 


802 


3H 


' iS7 


Z\o 


6i5 


3)5 


U9 


3i8 


507 


3^0 


6o4 



691 



Digitized 



by Google 



V,^rf) 



>ATU 

èaê kit 



S7 Octobre 
Idtnu 



Idem. 
Jdem, 

Idem» 
29. 
SU 

Idem. 

t TdMWU 

3 Nwemh. 
Idem, 

Idem. 

Idem, 

Idem, 

Idem. 



TITRES 

DES LOIS ET DÉCRETS* 



Tableau du prix de rhectolître de froment, 
pour servir de régulateur aux droits d'impor- 
tation et d exportation des grains et farines . . 

DÉCRET qui autorise, comme congrégation diri< 
gée par une supérieure générale, fassocia- 
tion des soeurs du Sacré-Nom*de Jésus, exis- 
tant à Loriol (Drôme) 

DÉCRET qui approuve le tarif des droits de péage 
A percevoir au bac de Vabres (Ailier).. . . 

DÉCRET qui autorise le déparlement des Basses- 
Pyrénées à fonder deux demi-bourses dans le 
lycée de Pau 

DÉCRRT qui autorise la ville de Sens à fonder 
cinq bourses dans le lycée de Sens 

DÉCRET qui autorbe M.deNcurciUac à conserver 
le titre d'auditeur en service extraordinaire 

DÉCRET portant répartition, par chapitres, des 
crédits du budget de Texercice i8S6. . . . 

DÉCRET qui autorise la fondation, à Guicbe 
(Basses-Pyrénées), d*un établissement de 
Filles^e>la-Oroîx, dites Sœurs de Saint-André, 

DÉCRET qui augmente f effectif de la compagnie 
de gendarmerie de la Guyane française 

DÉCRET concernant le tarif de l'octroi de Paris. 

DÉCRET portant réception de la bulle d'insdtu- 
tion canonique de M'^ WlcaH, pour Tévèché 
de Laval 



nvéïM 



DÉCRET portant réception de la bulle dlnstitu- 
tion canonique de M. Nanquette, pour Té- 
vécbé du Mans 



DÉCRET portant réception de la bulle d^instita- 
tion canonique de M. Plantier, pour févécbé 
de Ntmes 



DÉCRET portant réception de la bulle d*institn- 
tion canonique de M. DelaUe, pour révécbé 
de Rodes 



DÉCRET qui autorise la ville de Moulins A fon- 
der une bourse entière et quatre bourses 
trois quarts dans le lycée de Moulins. ...... 



335 

338 
Ibid. 

34o 
Ibid. 
336 
Ibid. 

Zki 

345 
338 

Ibid. 

Ibid. 

Ibid. 

Ibid. 

34o 



Digitized 



by Google 



(M») 



H 


TITRES 
OBS LOIS IT nicitTi. 


tiM. 


rAsn. 


f. 

7. 

Um. 

Umu 
H. 

Um. 
Jim. 


DécBSr qni •otorise la fondation, à la Sua 
(Sarthe) , d'un éuUiuemeot de aonin de la 
Charité 


S4i 

337 

34o 
34i 

34s 

345 
338 
Ihii. 
34o 
Ibid. 
34a 

343 


6s6 

485 

6o5 
635 

64 1 

7o5 
5a5 
5a8 
606 
607 
64a 

645 


condae entre la France, la Belgiffue et la 
Prnaae. ponr la transmiasion des correapon- 


DiciiBT qui fixe les époques anicrnelles Jiuront 
lien, ponr la classe de i85S, les <^përatîoDs 
du recrutement relativea aux travaux de re- 
censement et an tiraire an sort 


DiciET qui nomme M. DtUuowr conseiller 
iTétat en service ordinaire 


I>ÉCBST ani ouvre un crédit supplémentaire ap- 
plicable au chapitre ii du budget de Tlmpri- 
mené impériale, exercice iSSS 


DécRET qui ouvre, sur Texercice i8S5, un cré- 
dit extraordinaire pour le payement d*une 
aommc dont TÉtat est débiteur eoYers deux 
an^ens entrepreneurs du travail dans les 
prisons de la Seine 


DécHST portant, répartition, par articles, do 
crédit accordé pour les dépenses du ministère 
de la joatiee, pendant Tannée i856 

DécuT qui oovre, sur Texercice i85S, un 
crédit supplémentaire applicable au person- 
nel du Conseil d'état 


DécacT qni nomme M. le comte de Mamy 
prudent du Corps législatif pour Tan- 
née iS56 


DécasT porUnt répartition, par artidea, du 
crédit ouvert an département de la guerre, 
pour les dépenses de 1 exercice i856 

DécBBT qni autorise la fondation, A Loas4e- 

llarie 


Couches ( SaAne-etLoire ) , d'un établisse- 
ment de demoiselles de rinstrnction de 
f En&nt-Jésns* 





Digitized 



by Google 







(Htl) 








d«s loti 

et 
<Uent«. 


TITRES 

DE* LOI» ST dAc»»T«. 


raiàM 

Uni 


Man, 




ISNovefidf, 

1855. 

iik, 

» 
19. y 

tdem.' 
tdem. 

Idem.. 
Idem. 

Idem., 
Idem.. 

Idem.: 


I>ÉcBn.rektif au serrice d«* iospeeteun d» la 
bouoberie da Paris. • * 


34o 
345 
34i 

343 
344 

ibk. 

i 

345 
Ibii. 

nid. 

3*7 


«14 
706 
•36 

61 4 

647 

«94 
699 

709 
71» 

Ihid, 
754 




DÉCRET qui autorise la fondation, à Arraiocourt 
(Moadle), d*«n étaèttssemeot de aouirs de 
là Providence, dites de Saint-Ândrè 

DÉORBT qui déaigne MM. Dubois et MaigM, 
pour faire partie de l'aaaemblée du Conseil 
déiat déliMsftRi au contentieui. ....ri.... 




DÉCRET qui fixe le droit à acquitter, à i*eotrée 
en France, dea mafebandises prohibées, fai- 
sant partie du chargement des navires cap- 
turés sttf l'ennemi , durant la guerre actuelle. 

DÉCRET <}uî ouvre , au département de la marine 
et des colonies, nn crédit extraordinaire sur 
l'exercice i855 




DÉCRET qui ouvre un crédit représentant les 
sbmmes versées au Trésor, par des départe- 
ments, dos communes et des particuliers, 
pour concourir, avec les fonds de TÉtat, à 
l'exécution de travaux publics appartenant à 
Texercice 1 855 • •... 




DÉdRBf qui étaèlit un conseil de prud'hommes 
à la Ferté-Macé (Orne\ ' 




DÉORfiT qui ouvre, in badget dtf ministère des 
finances, pour fexe^tîce iS5^, deux cha- 
pitres destinés à recevoir rittiputsrtion dei 
jtoyeidenta faits peur rappels darrérages de 
rénies viagères ei de pensions qui se rappor- 
tent à des ej[prcices clos, « . . 

DÉCR^ qui approuve les statuU de la congre- 
^tioB des dames Triniuires, établie à Saiht- 
Martin-en-Haut i Rhône). ...«.««.^ .- 




DÉCRIT <{ai autonbéi éorame congrégatibn diri-. 

. des dames Trinitaires , établie à Saint-Marlin- 
em-Haut (Rbôcel • 




Tarif de la soUe« des indemnités et des pres- 
tations diverses « allouées aux vétéimaires 
principaux dans toutes les positions « . . ^ « a • 






1 


■■■■ 



Digitized 



by Google 



uva ) 



ninMMk 

m. 

Un. 



tim, 

Um. 

Um. 
Il 



TITRES 
DE» 1.01a BT DicmBva. 



DiCRKT porunrt prorogation de la chambre 
teniporaire dn tribunal de preoùère imlaoee 
ie Bagoères • • • . • 

Dit:)st relatif ani recettes faites, au nom et 
pour ie compte de la caisse des dépôts et 
eonsignations , par les receveurs de Tenrogis- 
Iremenl et des domaines. ...•..•......•• 

DÉCRET qui crée une chambre de commerce 
à Angers, et suppridie la chambre consulta- 
tive èma arta et manoiactnres existant dans 
cette ville ', 

DicuT qui crée une chambre de commerce à 
Hancy, et supprime la chambre consultative 
des arts et manu facturée eiiistant daaa cette 
ville • 

DétRBT relatif au report des fonda départemen- 
tam da Texeroice i8S4 non employés au 
3o juin i855 

TàliF de riodemnrité pour frata de bureau 
attribuée aui trésoricn dea régimenta da 
génie- • 

Déceflfr qui Gxe le salaire des conservateurs des 
bjpaibëqaes pour ia traoscription dts actes 
de mutation • * 

Oéturr ont désigne, pour faire partie de ras- 
semblée dn Conseil d*état délibérant au con- 
toatiaux , M. GodclU, conseiller d'état. • • • • • 

Dàènsff qui approuve le tarif pour la perception 
des droits de péage an passage d*un bdcsur 
la rivière du Tarn.* «,••, ••» 

Dicnv qui augmente le nombre des membres 
du comité consultatif de T Algérie- • •..•••• 

TaIlrad dû prix, de Thectolitre de froment ^ 
^our aenir de régulateur aux droits d'im- 
^orUtioa et d'exportation des grains et ia- 
tines . • ^ «••'.»• j • 

DtoiBT qui fixe les étmts de^ douane à Fioapor- 
iation de certaines marchandises. * » 



vimiaos 
Bnlle- 

—H — 



343 



H^ 



ihid. 



643 



713 



716 



nid. 


aid. 


ibid. 


717 


3*7 


756 


3ii 


638 


H2 


643 


3i3 


«49 


346 


735 


3i3 


637 


3t3 


648 



Digitized 



byGoogL 



e — 



( UTIII } 



êm lob 

ii 



28 Nw. 
i855. 

Idem. 



Idem. 
30. 

Idem. 

Idem. 
3. 

5. 

Idem* 

Idem. 
Idem* 

Idem. 

Idem. 



TITRES 

DS8 LOI» BT DÉCKBTfl. 



DicRCT portant clôture de rexposition univer- 
selie de Tagncuitore, de i*indastrie et des 
beeux^arls • 

DÉCRET qui nomme M. de Pariea, vice-prési- 
dent de ia commission sapérieare de la dota- 
tioD de rànnée 

DÉCRIT qui fixe le nombre des huissiers du 
tribunal de Parthenay 

DÉCRET qui autorise M. Mouton 'ÛÊLvemet, k 
conserver le titre d'auditeur en service extra- 
ordinaire 

DÉCRET portant qu» M. Des Michels, auditeur 
de deuxième classe au Conseil d'état, est 
nommé auditeur de première classe 

DÉCRET portant répartition, par subdivisions 
de chapitre, du crédit accordé , sur Texcr- 
cice i856, pour les dépenses du ministère 
des finances 

DÉCRET qui autorise la fondation, à Orange, 
d*un établissement de sœurs de la Nativité de 
Notre-Seigneur 

DÉCRET qui ouvre, sur Texercice i855 , un cré- 
dit supplémentaire pour les dépenses de la 
réunion des Tuileries au Louvre 

DÉCRET qui ouvre au ministre des finances un 
crédit supplémentaire sur Texercice i855. 

DÉCRET qui accorde au ministre des finances 
un créidit supplémentaire pour une créance 
constatée sur un exercice clos • 

DÉCRET relatif à la transportation 

DÉCRET qui ouvré, sur Texercice i856, un cré* 
dit supplémentaire pour le service de la 
dette publique 

DÉCRET qui autorise la fondation, à Moulins, 
d'un établissement de saurs de Notre-Dame- 
de-Gbarité du Bon-Pasteur 



DÉCRXT qui autorise M. Cimetârv k s*appeter, à 
Tavemc, Eaoaris 



VVMÉMM 

ém 
Bolfe. 



345 

3*7 
55o 

344 

Ibid. 



Ihid. 

346 

Ihid. 
Ihil 

iba. 
ihii. 

Ihid. 

Ihil 

347 



Digitized 



by Google 



(lia.) 



bfab 






TTFfUSS 

DB8 1.918 ST DiCBXTS* 






Um. 

tta. 
il 



iS. 



Mm. 



DÉcicr portant répArtiAioa , par sdbdivitioiM de 
cbapitre, du crédit accord^ poutf Jet dépensât 
do département de la ipariue et des colooiet, 
esercice i856 

McKBT qui fixa let droits à rioaportatioQ de 
çertaiaes march^p dises ,.,,... 

D&GAfiT qui autorité ia fondatioD, à Pouilly4e- 
Moniai ( Rbôoe), d'un établissement de soeurs 
de SaÎDt-Josepb. 

DicRET qui modifie ia composition du conseil 
de prud'hommes de Strasboui^ * 

D&GBET portant nomtoalion des membres de 
ia coimnissioB chargée de l'enmen des 
comptes rendus , par les ministres , pour 
launée i855 

DicHET qui oo?re, sur IVïercice i855 , un cré- 
dit supplémentaire applicable ati chapttre xvti 
du budget du ministère de rintérieuk* (Frais 
de détention et de transport des condanmés 
à la charge de TÉut) 

DAcim qui 6xe la cotisation à pcnrcevoir, pen- 
dant rezercice 1 856 , sur les trains de bois 
flottés destinés à rapprovisionnement de 
Paris 

DicBBT qui ouvre, sur l'exercice i8S5 , un cré- 
dit extraordinaire pour recherches relatives 
aux approvisionnements an céréales el en 
foomiges, disponiUet dans its provinces 
danubiennes*. . • • 

OiciBT portant concession d\sn togament dcns 
un bAlioentdoftianialt 

DiGiBT qni autorise un virement de créditt au 
bndgei de la Légion d*honnaiir, exercice 
i&5i|, pour rappels d^arréregea de^traila- 
ments et de suppléments de traitemanls 
(exercices clos) 

DicKET oui autorise un virement de crédit 
•n budget de la Légion d'ben&enr, exer- 
ciM i8S4.,.. , 



■VMiMMw 

àm 
BalW. 


nou. 




% 


35o 


8i3 


345 


718 


346 


745 


347 


757 


nid. 


759 


nid. 


760 


nid. 


761 


nid. 


763 


35o 


8a3 


347. 


,«4 


nid. 


765 



Digitized 



byGoogk 



(Itt) 






i5IUcémh, 
i85$. 

Idem. 
\ Ide^. 

Iden^, 

IdeJ\. 

i 

t 

■ '*i 

I 
f ml 

« 

Ïde4. 

i 



SB 



H 



TITRES 

DES LOfi BT l>éOKBfS. 



an Imdgot de it Légmn d'hoiMMar, wer- 
ctc« i855 ' w • . • • . 

DicRBT qui OQvre ud orédit soppiémenlaire 
aa budget de la Légion d'honnear, exer- 
cice i$S4« .*•*•• * • • . 

DicRET qui autorite la coDgrégetion des sosan 
de Saint-Joseph, eûsCaot à Ciony, â fonder 
à Paris on établissement de sorars de son 
ordre» et i y transférer le noviciat de Bailleol 
(Oise) , 

DAciusT^iui autorise, comme communauté diiî* 
.gée par uœ* supérieure loeale, iassociatioai 
religieuse des. fiénédictines de T Adoration 
perpétufileL du iSaint-Sacremeat, eiuMant à 
Saint-Omer. »... 



DicABT qui autorise la fondation, k VaUy 
( Haute-Saâoe ) t d un éiabtisseoMnt de aœuife 
de la Cfasirilé de BesfM^n. .......•••..•. 

■DAgbbt relatif à la contribution spéciale, à per^ 
cevoir, ea. si^6, pour ks dépeaees des 
chambres étboumes de commerce^ . . • . • 



DiciusT portantpronralgation du traité conclu , 
le si'noverabre i855, entre la France, ie 
Royaume-Uni de la Grandei^Bretagne ^ d'Ir* 
lande, et les Aoyaumes-Unia de Suàdb.et de 
Norvège^ «....> > . .,-. .^^ . ,• 

DâeftBT qc4 atitorise un virement de crédits 
au budget du ministère des affiÂres étran- 
gles» «Keiscic0 kBb^^ .* • >/..» . i. 

DieRBT sur -l-orgaDisation dee AiHsbi^ë de 
:r£aiIÂt« ..„ » • • * V «M,. . . r. 

DécafiT qui autorise un ^rement-de cré- 
.dHs au'budg^ du «linislàre d*état, eier- 
.eiee i$5^. : i • . 



DioBËT qui ouvre, sur Texereiee i855, un cré^ 
dit ektraordiiiaire destiné â solder te» 4é-' 
penees d'a<*hèrement de Tb^teldn-ttiiMStèré 
ides- afTaires- étrangères *«<•*»»»•> 



I 
t 

Àid. 

in 

I 

aid. 
ihid. 



766 
80S 

8si 

i 

8281 

83 1 

1 

■ I 

733 

éo8 
.767 

770 

' 'i 
77' 



mam 



Digitized 



by Google 





TITMâ 

DIf toit >T »A«KftfS. 


êm 
Bkib. 


77a 

809 
833 
834 
835 
Ibid. 
836 

775 
781 

7^9 


U 

a 

Um. 
Um. 
Um. 
25. 

ÎJ. 


finractf fMNir t acfaèvcBMot du niooiiiiMDt à 
&v«r ^ U joëmoîre d« IWclwéaiiA de ParU , 
el aiuiale une somme de huit mille trois cent 
«piatre-Tingt-dix-neof franci qaaruit^^ept 
oeiiani68 su Midget de f 8M« • ••••••••••• 

Dj^ciisT qui ouvre, au minîstre d^état, un cré- 
dit supplémentaire, en augmentation des 
restés 1 iMiyer, constatés dans le compte défi- 
nitif d£ 1 exercice i 85ï. .» 


1 
j 

847 

tbid. 

349 
35o 
Ihid. 

• 

nu. 
nu. 
ibid. 

347 
348 

347 


Décret qui autorise un virement de crédit au 
budget du ministère de Tinstnietion publique 
et des cultes 9 exercice 1 855 ••• 


Décret relatif au ressort des justices de paix 
de Guelma et de Bône 


DicRET qui nomme M. Troplong président du 
Sénat i>our Tannée 1 856 


DÉCRET portant nomination des vice-présidents 
du Séîiat Dour 1 année i8d6.. ........... 


DÉCRIT portant nomination des vice-présidents 
du Corps législatif pour Tannée i856 

DÉCRET portant nomination des questeurs du 
Corps législatif pour Tannée i856 

DÉCRET portant rè^ement sur le service des 
appareils télégraphiques destinés à trans- 
mettre les signaux nécessaires pour la sûreté 
et la régularité de Texploitation des chemins 
de fer de TOuest et d^Orléans 


Tjlrit du prix de Tbectolitre de froment, pour 
servir de régulateur aux droits d'importation 
et d'exportation des grains et farines 

DÉCRET portant promulgation de la convention 
additionnelle k la convention de poste du 
3 avril iShZ, conclue entre la France et le 
Royaume-Uni de la Grande-Bretagne et d'Ir- 
lande 




^^^^ 




■^^H 


^^^^V 



Digitized 



byGoogk 



( MSilJ 



29Déç€mh 
iSSS. 

lient. 

Idem. 



DES 1.^18 .»T t^CUBTI* 



DicBBT qui «ffirtnchil let navires ntebodait 
du droit d» tonnage établi par rordonnance 
du a6 juin 1 84 1 • 

DÉCRET qni fixe les droits' Il l'iinportation des 
sacres •' . 

DàcRBT qai ouvre le bureau des douaaes de 
Carentan à Tentrée de certaines marchan- 
dises, ainsi qu à iMmportatîon etA l'exporta- 
tion des grains et farines 



I« 



949 
Aid. 

Jbid. 



fUU, 



8io 
Su 

8ii 



ra DB L4 TABLB CH«OIIOLO«IQini DBS LOIS KT oicBBTS 
Ml TOMB TI, 



BBBSii 



Digitized 



by Google 



BULLETIN DES LOIS. 

N» 308. 



R" a84&. — Loi qvi autorise le Ministre des Finances à emprunter 
ww somme de sept cent cinquante ïHillions. 

DaiiJaâleti$55« 

ICAPDLÉON, par la grâce de Dieu et la volonté hationale, 
BsoBÊBu i>B8 Frahçais, à toos présents et à venir, salut. 

AfOHS SlBCnOKIIB et sanctionnons, PHOMULGinl et PHOMOLGOONS 

csquîawt : 

LOL 

Etstreit JuproeU-terbid du Corps Ugislatif. 

Le CoKpa ugislatv a adopté lb projbt db loi dont la 
soit : 



Abt. 1*. Le ministre des finances est autorisé à faire ins* 
criie« sur le grand-livre de la dette pnbliqne, la somme de 
RBleiiiécessaire poor produire, an taux de la négociation, nn 
capital de sept cent cinquante millions de francs (750,000,000'). 

Le supplément nécessaire pour faciliter, s'il y a lieu, la liqui- 
dilioB des souscriptions et couvrir les frais d*esconipte résultant 
des anticipations de payement, ne pourra excéder, en capital, 
la somme de trente millions de francs (3o,ooo,ooo'). 

Les rentes à inscrire en vertu des deux paragraphes précé- 
dents pourront être aliénées à f époque, de la manière, dans le 
fands, an taux et aux conditions qui concilieront le mieux les 
Itiéréts du trésor avec la facilité des négociations. 

Un fonds d'amortissement du centième du capital nominal 
as rentes créées en vertu de Tautorisation qui précède sera 
apalé à la dotation de la caisse d'amortissement. 
It Sérié. . 1 



Digitized 



by Google 



(H 

,.. 2>, liPJ prodnite dfi rfimpnmt jmnnt ajfertrf^y^àiifaft ■ 

source extraôrdiuaire, aux besoins des exércîœs i855 et i856« 
Délibéré en séance publique, à Paris, le 5 Juillet i855. 

Signé C* DB MoBMT. 

Signé JoAGHiii Murât, Ed. Dalloz, TsaniuL 

Extrait da proch-verhal da Sinat. 

Le Sénat ne.n'ppppsf^ W^^h proqiulgatioo 4e la loi portani 
autorisation pour le ministre des finances d'emprunter une 
somme de sept cent cinquante Qi^il^ip^» de francs (760,000,000^. 

Délibéré en séance, et voté à Tunanimilé, au palais du Sénat, 

•' •• LêPrùUent, 

Les Secrétaires, 
Signé F. DB Bbaumomt, GiciLLB, baron T. db Lâcrossb 

Yq et scellé da sœan dn Sénat : 
Signio Baron T.' de LacaoaftB. 

. MMÇJ0 M OWNNniovs que les présentât, revêtues du aceai: 
ée l*État et insérées au Bulletin des loîa, soient adressées ano 
cours, MX tribunaux ^t aux autorités admiittairatives , pom 
.qu*ils les ioscriveot sur leurs reig;istres, les observent et io( 
fassent gbserver, et aotre ministre secrétaire d'état au départe 
loeatd^ la justice est chaigé d'en surveiller la publication. 

• Fait an palais des Tuileries, le 11 Juillets 855, 

Signé NAPOLÉON. 
Tn et sedié du grand aeeen : Par rEmperenr : 

Le Garde des sceaux. Ministre secrétaire téUU Le Ministre Jtétai^ 

(01 dépariemenî de Injustice, Signé àchillb FootD- 

Slgaé ÂBBATOGCI. 



Digitized 



by Google 



]Ln*3o8. (I) 

1* 3845. — Lot partant qu'il sera fait, en 1856, un Appel ai tent 
^uanRte miUe Hommêi eat Im Claeêê de i8U, 

4k 

Dtt 11 Juillet ig55« 

NAPOLÉON, par la grâce de Dieu et la vdonté tuittonalft, 
bPiEm DK8 FAAHCàis, à tous présents et à Yeoir, salut* . 

AfWSSAlGTIOHIIXet SANGTIONIIONS. PROMULGUA Ct PBOMULGtlOlfS, 

eequRiit: 

LOI. 
Estreii ia prveèf «mtM du Corps U^^sLaàdJ. 
Ll COBPS LEGISLATIF A ADOPTE LE PROJET DE LOI doot U 

rsoit : 



iit. 1*. n sera fait, en i856, un appel de Cent quarante 

~^ hommes, sur la classe de i855, pour le recrutement des 
txoapes de terre et de mer. 

1 La répartition de ces cent quarante mille boàimes entre 
iei départements sera faite par un décret de FEmpereur, pro- 
portionaeliemeot au nombre des jeunes gens inscrits sur les 
Sries de tirage de la classe appelée. 

Si, par suite de circonstances extraordinaires, le nombre des 
jeunes gens inscrits sur les listes de tirage de quelques cantons 
on départements ne peut pas être connu dans le délai, qui aura 
été déterminé par un décret de FEmpereur, ce nombre sera 
remplacé, pour les cantons ou départements en retard, par la 
moyenne des jeunes gens inscrits sur les listes de tirage des dix 
dattes précédentes. 

Le tableau général de la répartition sera inséré au BoUetia 
des lois, 

3. La sous-répartiUon du contingent a3sigQé à chaque dépat- 
temenl aura lien, entre les cantons^ proportionnelîejoa^ent au 
nombre des jeunes gens inscrits sur les listes de tirage de chaque 
canton. 

Elfe sera frite par le préfet, en conseil de préfecture, et 
reodoa poUique» par voie d*aiEcbas, avaxt foovertnre des 
opérations des cosseils de révision» 

Dans le cas où les listes de tirage de qudques oaplons ne 
seraient pas parvenues au préfet en temps utile», il sera procédé, 
pour la sous-répartition, 4 fégani des cantons en reflurdi de la 



Digitized 



by Google 



(4) • 

manière indiquée an deuxième paragraphe de l'article a ci- 
dessus. 

4. Les jeunes gens placés sous la tutelle des commissions 
administratives des hospices seront inscrits sur les tableaux de 
recensement de la commune où ils résident au moment de la 
formation de ces tableaux, ainsi qu*il a été réglé par la loi du 
36 décembre i849. 

Délibéré en séance publique, à Paris, le 6 Juillet i855. 

Le Président, 
Signé C** DB MoKMT. 
Leê Sêcritains, 
Signé JoACHiM McBAT, Ed. Dallos, TBSNiiaB. 

B^etrmi du proch^verbal du Sénats 

Le Sénat ne s'oppose pas à la promulgation de la loi portant 
appel, en x856, d'un contingent de cent quarante mille 
hommes sur la classe de x8ô5. 

Délibéré en séance, au palais du Sénat, le 9 Juillet i855* 

Le PréiidenU 
» Signé Troplovg. 

Les Secrétairess 
Signé F. DE Beadmokt, Câcills, 
baron T. db Lacrossb. 
Vu et scellé du sceau du Sénat: 
Signé Baron T. db Lacrossb. 

Mandoks et ORDONKOKS quc les présentes, revêtues du sceau 
de l'Etat et insérées au Bulletin des lois, soient adressées aux 
cours, aux tribunaux et aux autorités administratives, pour 
qu'ik les inscrivent sur leurs registres, les observent et les 
fassent observer, et notre ministre secrétaire d'état au départe* 
ment de la justice est chargé d'en surveiller la publication. 

Fait an palais des Tuileries, le 11 Juillet i855. 

Signé NAPOLÉON. 
Tnetsedlédngrandseean; Par l^Emp e r e or ; 

UGm4eàetêeeaam,Mmutn9eeréUttrtd:ileà U Mwistre ikeî, 

em âêp»iemmud$ tmjmstke. Signé ÂeniLi,|t FeiJ^. 

Sigaé AsBATOCa. 



Digitized 



by Google 



B. n* 3o8. ( 5 ) 

IF18&6. — DicMBT IMPÉRIAL qui ficê U$ heures f ouverture et Je 
fermeUare da fiureaa de Douane de la vilte de Redon, 

Dn d Juillet 1 855. 

NAPOLÉON, par la grâce de Dien et la volonté nationale, 
EvEuinL DBS Français» à tous présents et à venir, salut. 

Sur le rapport de notre ministre secrétaire d*é(at au départemenl 
àrapkaRore, do commerce et des travaux publics; 
Tsfartide 5. titre XIII, delà loi du i3 août 1791; 
Vu la loi do 1 4 juin i85o; 
Vu la demande des courtiers maritimes de Redon; 
Va r«ns de notre ministre secrétaire d*état au département des 



tam$ vécxtri et d^bétons ce qui suit : 

itr. 1*. Les heures d^ouverture et de fermeture du bureau 
de douane de la ville de Redon (Ule-et-Vilaioe) sont fixées ainsi 
foU suit : ^ 

Du i** avril au 1* octobre « de Huit heures du matin à quatre 
knesdusoir; 
Du 1* octobre an i*' avril , de neuf heures du matin à quatre 
> dn soir. 



2. Nos ministres secrétaires d^état au département de Tagri- 
critare, du commerce et des travaux publics, et au départe- 
ncstdes finances, sont chargés, chacun en ce qui le concerne, 
de roécation du présent décret. 

Fstao palais des Tuileries, le A Juillet i855. 

Signé NAPOLÉON. 
Par rEmpereur: 
Le Minutre eeeritaire iétat an dJpartemeiU de tagneuUurê, 
iu eeumeree et des tnnwus peUies, 

Signé E. Roeaim. 



^1847. — IMEcBBT IMPERIAL ( contre-signé par le ministre de Tinté- 
liev} portant : . 

Air. I*. Est dédarée d*utilité publique rexécntion des travaux 
I le coBsImction d*im pont communal fixe, sur la Somme • à Gamoni 



Digitized 



by Google 



(«) 

en remplacement du bac actuel, ainsi que celle des abords et dipen- 
dances dudit pont, conformément au plan ci-annexé. 

2. La mise en adjudication desdits travaux est autorisée, aux 
clauses et conditions énoncées dans le cahier des charges paiement 
annexé au présent décret. 

8. Il sera pourvu aux fraia de construction et d entretîan du pont 
et de ses abords et dépendances, 

1* Au moyen d*un péage, qui sera concédé par adjudication pu- 
bliée au oûntessionnaire qui offrira le plus fort rabais sur la durée 
de la concessiom 

Le maximum de cefie duvéoi quine pourra excéder vingt et ^a ans, 
sera fixé à Tavance par le préfet dans un billet «aS&liei^ ; 

a*> Au moyen d'une sUbvenUon totale de dix^huit mille tiuq centi 
fipânes, ainsi répartie t douze mille cinq oenfis francs à fournir par li 
conunune de Gamon, six mille francs accordés sur les fonda dt 
trésor. 

4. Le concessionnaire, substitué au droits et obligations de Tad 
minislration , conformément à Tarticle 63 de ]a loi du 3 mai i84i 
est autorisé à acquérir, s*il y a lieu, par voie d*exproprialion pou 
oause d*utiikté publique, les immeubles ou portions dmmeubU 
dont Toccupatlon sera nécessaire pour Texécution des travaux. 

5. L'adjudication ne sera valable et définitive qu'après avoir éf 
approuvée par le tninisti-e secrétaire d*éiat au département de Tii 
teneur. 

6. A compter du jour où le passage du pont sera livré au pdblii 
et jusque rexpiralion du terme fixé par TadjudicatioB » il sei 
perçu un péage suivant le tarif ci-après : 

Une personne à pied, chargée «a aoe, dna poids inférieur è cinq mpi 

granames, trois centimes, ci o^ 

Nota, Dans le cas où la personne passera et repassera dans la même 
journée, ce prix sera réduit ponr les deux passages, h cinq cen- 
times, ci. • • • . oi 

Un cheval ou mulet, et son cavalier, valise comprise, huit centimes, ci. • o< 

Un cheval 00 malat charge ou non chargé, trois centimes, ci o 

Un âne ou une ânesse chargé ou non, trois centimes, ci o 

Nota. Lorsque Tâne ou lanesse passera et repassera dans la mémo 
jonrtiée , le ptix des deux passa)^s sera réduit à cinq centimes , ci . . . . o 
Par cheval, bœuf, mulet, vache ou ftne, etnpioyé au labour ou aliaot 

aa pâturage, quatre centimes, ci o 

Par cheval, bœuf, mulet, vache ou âne destiné â la vente, six cen- 
times, ci c 

Par veau ou porc desiiné à la vente, deux centimes, ci ^ . c 

Par mouton, brebis, bouc, cochoU de lait, et pour chaque pdre d*bfe$ 

ou dedindons, un centime, ci < 

Nota» Lorsfoe les moutona, brebis* ofaèvres^ oochona de» iait, 
paires dénies ou de dini(ous aeront au-dessus ^e cinquanle, le droit 
sera dinunuê d^un quart. 



Digitized 



by Google 



B. n* 3o8. ( f ) 

Lonqne les mouloiis, breluB, boacs, chèvres iront an pâtnrip, on 
M pajen qae la moitié dn droit. 
Gaaiicteiirs de chevaux, mulets, ânes, borafs, moutons, hrebis, boncs, 

dèrres allant au pâturage, deux centimes , ci 09* 

Ibevoitore saspendue,.à deux roues, attelée d*nn ebcTai ou mulet, 

jeomprîs le oonductenr , quinze centimes , ci i5 

IfBiÉre roaes, attelée d'un cheval ou mulet, y compris le condno- 

fear, vingt centimes, ci • • • . • • lo 

Gk pneiUe Toiture attelée de deux chevaux, vingt^nq centimes ^ ci* • • a5 
iIftiB. Les voyageurs payeront séparément le 4Mt dû poqr iwo 
» à pied. 
i barrette chargée ou non, attelée d*nn cheval «i d'un Bi^latt 

eteur cdsiiprîs, qninxe centimes, ci. • . • , • iS 

Pbar use charrette, chargée ou non, attelée de deux chevaux ou mn- 

fcis, CMiëaetear cempris, vingt centimes, ci * ap 

hm mm charrette • chargée ou non , attelée de trois chevaux ou mn- 

leli, coodoctear compris, vingt-cinq centimes, ci. . * • • • • • . s5 

Jbis. Le jour et le lendemain de la fête annuelle coBunnnale de Gamon, 
i BBi perça double péage, c'est-à-dire que chaque personne payera 
ÔB^ «ttimes pour passer et cinq centimes pour repasser. 

7. Seront exempts des droits de péage : le préfet du département, 
fesoi»préfet de Tarrondissement, les minblres des différents cqltes re- 
cooBiis par rÉtat, les ingénieurs et conducteurs des ponts et chaussées, 
k» agents Toyera , les employés des contributions indirectes , les agents 
iiRstiers, les préposés et agents des douanes , les employés des lignes 
^graphiques, les gardes champêtres , b gendarmerie , dans rezercîce 
dikan foDotioflia; Im militaires de toat grade voyageant en corps 
ea séparément, à charge par eux, dans ce dernier cas, de fvé' 
Koler ane femlle de route ou un ordre de service; les courriers du 
Gonvemement, les malles-postes, les facteurs ruraux faisant le ser- 
vi» des postes de rÉtal; les élèves allant à Técole communale ainsi 
qu'à rîDstraction religieuse, ou en revenant: les prévenus, accusés 
\ conduits parla force publique. (Paris, 9 JuiniSôS.) 



iP sliS. — • DÉCRET nipiauL (contre-signe par le garde des sceaux, 
de la justice) portant. 



1* Que M. Delande (Joseph-Édouari) , négociant, né le i5 avril 
i8s3, à Saint-Quentin (Aisne), demeurant à Paris, est autorisé à 
nktitiier à son nom patronymique celui de Delanne; 

a* Que rimpéirant ne pourra se pourvoir devant les tribunaux 
jmr (aire opérer, sur les registres de Tétat civil, le changement 
ftidlant du présent décret , qu*après Texpiration du délai fixé par 
k bi du ii germinal an xi, et en justiliant qu'aucune opposition 
la île fbnuée devant ie Cpimil à'étO. (Paris, î6 Juin i855.) 



Digitized 



by Google 



<M 



Certifié conforme : 

. .'Paris, le 12 * Juillet i856, 

IteGaifieiêz^cèçLO^, Ministre Stcrétaû 
JCétat aa département de la Justice, 

; ^ ' ABBATUCa. 



* Cette date est celle et la récepdoa dû Bnlleii 
aa nmlstère de la JofUce. 



0» •'•b«UM pow U Bdlttk 4m loia, à lyimi à» 9 &•■«$ ptr m , à la «ritM i^ Ma^tlAs 
' lapMaU , M cLm Im Diw cfai i èm poi l M dM dipurtMtnl*. 



InraiMialB unràBiAU.— ii JoUlei i855. 



Digitized 



by Google 



asassssssssssssssssssssssssssssssasasaaaBmam 

BULLETIN DES LOIS. 

N» 309. 



!(*a8ig. — DâcMET iMPiâiUL faî autorisé la fondation, à Fonfainm 
(&dflc^-£otr»), JCan Établissement de Sœurr de la Charité de Smni* 
Vwetnt^PmaL 

Du i3 Juin i855. 

MPOtEON, par la grâce de Dieu et la volonté nationale, 
bnnciDES FaAMÇMs, à tous présents et à venir, ski.vr. 

Sar k rapport de notre minislre secrétaire d*état an département 
iiiloitrectioD publique et des cultes; 

Va ks actes notariés da lomai, i"* juillet, igaoât, ik septembre 
el 9 octobre i853 et 31 février i854« par lesquels It*s dames veuves 
GtîàMfd et laillêt, et les sieur el dame Panze ont fait donation à la 
nanaane de Fontaines d'une somme de trois mdie francs et de di* 
*S9s rentes annuelles et perpétuelles s'élevant ensemble à sept cent 
créante francs et devant être portées à onze cent cinquante fiancs 
ipiés le décès de la dame veuve Goabanl, sous la condition de faire 
eéiébier, ctiaqoe année à perpétuité, une grand* messe dansTéglise 
de Fontaines, et à la charge d aflect^r le montant de ces libéralités â 
b IbnJation et à Tentrelien, à Fontaines, d*un établissement de sœurs 
de la Charité de Saint* Vincent de-Paul, qui seront tenues de secourir 
ks malades indigents et de diriger 1 école des filles, la salie d*asile et 
rsmrrotr; 

Vu k certificat de vie des donateurs, en date du 7 juin i85& ; 

Vu les délibérations du conseil municipal de F(»ntaines, en date 
des 9 et 1 A juillet, 9 octobre i8â3, 19 janvier, lA mai et 11 sep* 
lembre i8ô4, tendant à oblentr rautorisntion, 1* d*accepter ces do- 
aaCîons; a* d*acquérir du sieur Goahurd, moyennant une somme da 
dîz-hoit mille dnq cents francs, une maison destinée à être affectée k 
Tasage de rétablissement prescrit par les donateurs; 3* de vendre la 
Mon d école actuelle et une rente sur TÉtat de douze cents francs, 
pm employer le produit de celte vente, concurremment avec d*aulres 
iQHnroes, au payement des fr»is d* acquisition et d'appropriation; 

Va les ddîbérationf, en date du t* mari t8&4i par le^^quelles la 
ancS d'administration de la congrégation des sœurs de la Charité 
Xt Séria. t 



Digitized 



byGoogk 



(10) 

de 9ft{tl^Vhlcen^de•Paul sollicite fautoritation, i*d*accepter, encc 
qui le concerne, les donations susénoncées; a* de fonder dans la 
commune de Fontaines un élablissemenl de sœurs de son ordre; 

Vu la délibération, en date du 27 août i854, par laquelle le con- 
seil de fabrique de Téglise succur^sale de Fontaines demande à accep 
ter la fondation perpétuelle d'une grand messe attachée aux donationf 
susénoncées ; 

Vu les renseignements transmis sur la position de fortune des do- 
nateurs; 

Vu Tacle notarié des i3 et i5 février i854i par lequel le sieui 
Jtàn'Baptiste Goubard a consenti k la tente de la maison dont il esl 
propriétaire; 

Vu les plan et procès-verbal d'estimation de cette maison portant si 
valeur à vingt et un mille sept cents francs; 

Vu les plan et procès-verbal d'estimation de la maison d*école ac- 
tuelle portant sa valeur à cinq mille francs; 

Vu le décret impérial du 8 novembre 1809 (0« V^^ ^ autorisé 11 
congrégation de^s sœurs de la Charité de Saint- Viucent-de-Paul , i 
Paris, et approuvé ses statuts; 

Vu rengagement pris par les sœurs désignées pour fiiire partie d^ 
rétablissement projeté de se conformer exactement aux statuts d« li 
maison mère; 

Vu Tétat des recettes et des dépenses présumées de cet étabUaM 
ment; 

Vu les états de TacUf et du passif de la fabrique de Fontaines et d 
la congrégation des sœurs de la Charité de Saint-Vincent-de-Paul 
vérifiés et certifiés par les préfets de Saône-et-Loire et de la Seine; 

Vu les procès-verbaux des enquêtes de commodo et incommode, qu 
ont eu lieu à Fontaines; 

Vu les avis du conseil municipal de Fontaines, en date des 10 « 
ag mai i863, au sujet de la fondation projetée; 

Vu les avis de larcbevéque de Paris, de Tévèque d* Autan et de 
préfets de la Seine et de Saône-et-Loire, en date des a4 août et 91 04 
vembre i853, 4 janvier, i4 avril, 4 mai, 3i août et 18 octobre i854 

Vu lavis de notre ministre de Tintérieur, en date du 35 novcmbr 
i854; 

Vu la loi du a janvier 1817 et les ordonnances réglementaires de 
A avril 1817 et i4 janvier i83i; 

Va la loi du a4 mai i8a5; 

Vu la loi du lô mars i85a, sur renseignement; 

La section de Tintérieur, de Vinstruction publique et dés ctlltes d 
notre Conseil d*état entendue, 

(1) îV* série, Bttll. jSa, n* WS^i 



Digitized 



by Google 



B. 0* 3o9« (il) 

kmî DicRÉTi et DiîcBiTONS ce qui suit':« 

k. 1'. La congrégation des steurs de la Charité de Sainte 
Tatot-de-Paul , existant à Paris (Seine), en vertu d*un décr^ 
■ferai du 8 novembre 1809, ^^ autorisée k fondet* dans la 
OQi&uDe de Fpn laines (Saône-et-Loire) un établissement de 
mndesoD ordre, à la charge, par les membres de cet établit- 
seneot, de se conformer exactemenl aux statuts approuvés poup 
JijDaisoo mère par ie décret précité. 

1 U maire de Fontaines ( Saône- et-Loire), au nom de cette 

oonaraiie, et la supérieure générale de la congrégation des 

Kusdela Cbarllé de Saint-Vincent-de-Paul, à Paris (Seine), 

wattatorisés à accepter, chacun en ce qui le concerne^ et aux 

^kiges, clauses et conditions imposées^ les donations faites à 

kcQQimane de Fontaines par la dame Marie Protheaa, veuve 

^ à«st Francis Goubard, la dame Jeanne-Marie Bésachei, 

'ïtrc do sieur Frédéric Juillet, le* sieur Franfoie Parité et la 

dune Geneviève Goubard, son épouse , suivant actes notariés des 

lODiai, 1** juillet» ig août, i4 septembre et g octobre i853 

rt^rféiiier 1 854, etcoDsistantenunesommede trois miliefrancë 

cten diverses rentes annuelles et perpétuelles s'éleva nt ensemble 

^sept cent cinquante francs et devant être pointées à onze cent 

ciiqaaDte francs, après le décès de la dame veuve Goabard, à 

li condition notamment d'affecter lé montant de ces libéralités 

âU fondation et à Teufrelien, à Fontaines, d*un établissement de 

lŒnr» de la Charité de Saint-Vincent-de-Paul. 

£n cas de remboursement de ces rentes, le capital en prove- 
u&t sera employé en achat de rentes sur TEtat. 

2. Le trésorier de la fabrique de Téglise succursale de Fon- 
^ûcs'^ône-et-Loire ) est autorisé , au nom de cet établissement, 
2*à accepter la fondation perpétuelle d'une grand'messe résul- 
^U en faveur de cette église, des donations d'une somme de 
tioîs mille francs et de diverses rentes faites k la commune de 
fontaines par la dame JUarie Protheaa, veuve du sieur Franco» 
Ganhard, et autres , suivant actes notariés des 20 mai, i*' juillet, 
19 août, i4 septembre et g octobre i853 et 21 février iSbà; 
ti recevoir, chaque année à perpétuité, de la commune dfi; 
îialaiiies, chargée de payer la dépense de cette fondation , une 
«■■ae de six francs, reconnue suffisante par Tautorité diocésaine 
pnr en assurer lacquit 
4. La cMBBMiiie de FMtaiMs est âtttorisée, 

3* 



Digitized 



by Google 



{ l» ) 

i* A acquérir da sieur Jean-Baptiste Gouhard, moyennant 
prix de dix-buit mille cinq œnts francs, et aux clauses et coi 
ditiôns de l*acte public des i3 et i5 février i85^; une niais< 
aivec dépendances, située à Fontaines et estimée vingt et an mil 
sept cents franc», pour servir à la construction de bâtimen 
destinés à recevoir des soeurs de la Chariré de Saint-Vinccnt-d^ 
Paul, Técole des filles, la salle d'asile et Touvroir; a^ à aliénci 
aux enchères publiques, sur la mise à prix de cinq mille frane 
la maison d*école de 6lles actuelle, et, au cours de la bi»urs 
de Paris, une inscription de rente sur TEtat quatre et den 
potir cent, de douze cents francs, pour le produit de ces aliéns 
tiens être affecté, concurremment avec- d'autres ressources, m 
tamment la somme de trois mille francs ci-dessus donnée, a 
payement des dépenses^de ladite acquisition et des frais de cou; 
truction. 

5* Notre ministre secrétaire d*état au département de Yim 
troclion publique et des cfiltes et notre ministre secrétair 
d*état au département de Tintérieur sont cbai^rs, cliacun e 
ce qui le concerne, de l'exécution du présent décret, qui ser 
inséré au Balletin des lois. 

Fait au palais des Tuileries, le i3 Juin i855. 

Signe NAPOLÉON. 

Par TEmpereur : 

fA Ministre secré'aire iTétat au départemei 
de tbisiruction pabliqaê ci des culte$ 

Signé H. FoBTOUL. 



N* 385o. — DiCBET iMPÉntàt portant que la Commanauté des Ursm 
Knee existant à Nant {Aveyron) est autorisée comme Établissemen 
déDendant de la Congrégation des Ursalines^de-Jésus , dont la maisoi 
mite ett à Malet {néme département). 

Oa i3 Jnio i855. 

NAPOLÉON, par la grâce de Dieu et la volonté nationale, 
EMPtKECR DES FRANÇAIS, à tous présents et à venir, salut. 

Sur le rapport de notre minisire secrétaire d'état an départemeni 
de rinstruclion publique et des ou. tes ; 

Vu la délibération du conseil d'adittinislratîon de la communauté 



Digitized 



by Google 



B.n*3o9. ( i3 ) 

faQniilHics, à Naol, en da(6 du 4 noYembre i853, tendanl i obte- 
wTatorÛAlioo de se réanir à la oongrégatîoa des Ursalinet-JeJésus, 
ilfaKel d^éire aulori5ée,à Tavenir^ooiiuDe établissemeui dépendant 
k cftte ooogrégalion ; 

TiFeng^fegemPDl pris parlai membres de cette oommnnaoté de te 
■fanaeraux statuts approuvés pour la congrégation des Ursulines- 
è>iêtts, à Malri, qu'elle a décUré adopter; 

Vb U délibération, en date du 1 1 novembre i853, par laquelle le 
caml d^administralion de cette congrégation a cousenti i la réunion 



Va Toidonnance royale du 1 1 mai 1 843 (i) • qni a autorisé la eon- 
grép>iondes Ursalines-de- Jésus, à Malet, et celle du aa ftmerdek 
Bène année (2) • qui a approuvé les statuts ; 

VaTordonDance royale du 1 7 avril iSSg, qui a autorisé laeoBunn- 
•«né dfs Ursulines, à Nant ; 

Va k pft>cès-verbal de l'enquête de commoio $t incammoJo, qui a 
eilîeaiNant, le 18 mai i85â; 
VaTim du comeîl munie pal de Nant. en date du 11 juin i8S4; 
Va Féiat de Tactif et du passif de la communauté des Ursolsnet. à 
Hmi; 

Va les avis de Tévéque de Rodez et du préfet de TAreyroAt en date 
do 17 et 3o septembre i85& et 7 janvier i855; 

Va La loi du a4 mai i8a5; 

Va le décret du 3 1 janvier i85a ; 

ItsectîoD de Fintérieur, de Tinstruction publique et des cultes de 
astre Conseil d*état entendue, 

Avoas nsaiÉTB et nécaéTOffS ce qui suit : 

Abt. l*'. L'association religieuse des Ursniines existant à 
Haut (Aveyron}, en vertu de rordoonance royale du 17 ayril 
iSSg, comme communauté indépendante dirigée par une aii- 
périenre locale, est autorisée comme établissement dépendant 
de la cocgr^tioo des Ursulines*de>lésus, dont la maison mère 
eu à Malet, commune de Saînt-Côme (même département)» à 
la charge de se conformer aux statuts approuvés pour cette con- 
grégation, par ordonnance royale du 32 février 18 &2, et que 
fassodatioQ des Ursulines de Nant a déclaré adopter. 

S. L'ordonnance précitée du 17 avril 1889 est rapportée. 

3. Notre ministre secrétaire d*état au département dt Tins- 



(1) a* aéria, Bull. 907, n* 9986. 
(a) a* série, BaU. 8SS, n* 9864. 



Digitized 



byGoogk 



( »4 ) . 
tnctioo pnbli^M et des cuUea est ckarg^ de Textoitiûli 
préseot décret, qui sera inséré au fiulietrn des lois. 
Fait au palais des Tuileries, le i3 Juin i855. 

Signé NAPOLÉON. 

Par r Empereur : 

Le tiinistrt secrétaire d'état an départi 

de Cinslrûction publique et des cultes 

Signé H. FoRTOUL. 

^[* aSSi, *— Pitfffsr impébul qui matoruê la fondation, à Clmr 
(LoUet'Garonne) , (tan Etablissement de Sœurs de la Doctrine chk 



Du ao Juin i855« 

NAPOLÉON, par la grâce de Dieu et la volonté uatioiiali 
SMf SREUR PEs Français , à tous présents et à venir, salut. 

Sur le rspport de notre ministre secrétaire d*état au dépar terne 
de Tinstruction publique et des cuites; 

Vu les délibérations du conseil d*administration de la congrégati< 
des sœurs de la Doctrine chrélienne, en date des lo septembre 18^ 
et a5 juin i85A, tendant à obtenir: i* la reconnaissance légale i 
rétablissement de sœurs de son ordre existant de fait à Clairac; 2*)*ai 
torisalion d accepter les donations faites k cet établissement par 
sieur de Vivens et les sieur et dame de Poyen, et consistant en ui 
somme de quatre mille cinq cents francs et en une rente quatre < 
demi pour cent sur rÉtat de neuf cents francs, soqs la condition c 
distribuer tous tes jours des aliments à buit oU dix vieillards il 
digenis ; 

Vu la délibération, en date du 18 janvier iS55, par laquelle ] 
bureau de bient'aisonce de Clairac demande a accepter, en ce qui I 
concerne, ces donations; 

Va l'acte notarié ponant donation, en date du 6 août i853; 

Vu te certificat de vie des donateurs, en date du s septembi 
l853; 

Vu les rcnseignemeots transmis sur la position de foHuo^ des àt 
naleurs ; 

Vu Tordonnance royale du a8 mai 1896 (1), qui a autorisé la cou 
grégation des ,sœiirs de la Doctrine chrétienne, à Bordeaux, et celi 
du âo avril de la mémp année (a) , qui a approuvé les statuts de cell 
congrégation ; 

«Mi— —————■■ ^ ■^■11 ■■ III ■» ■ »«i»ii - 1 ■■■■■■I ■■! • I I II II m 

(i) viii* série, Bull. 96, n* Sidg. 
(a) Yiu* série, fioU. 89, n** 9991. 



Digitized 



by Google 



Ru* 309. { 1$ ) . 

Va Icngagemeat pris p«r les sœurs qui oomp^eot réublissement 
it Ciairac de se coaformer exacteo^eot aux statuts de la maison 



Va l'état de Taclif et du passif de cet établissement; 
h le procès- v^bal de 1 enquête de commodo et incommode, qui a 
«fiea à Ciairac, le 37 avril lobà ; 
Vu Tavis du conseil municipal de Gairac, en date du 97 mars 

Va les aTÛ du cardinal-archevêque de Bordeaux, de l'évèque d' Agen 
«tdes préfets de la Gironde et de Lot-et-Garonne, en date des 5 0I 
u janvier, 22 et a 6 mai, 27 juin et a a novembre i854; 

Vu f avis de notre ministre de Tintérleur, en date du 17 mars 
i855; 

Va la kn da fi4 nui i8i5; 

Va la loi du 1 5 mars i85o« sur renseignement; 

La «ccdon de Tintérieur , de rinsliiictlon publique et des cultes de 
Bflftre Conseil d*élâi entendue, . 

ifoss ùicfâti et nicRÉTONs ce qui suit : 

AftT. 1*. La eongrégation des sœurs dd la Doctrine chrétienne , 
CDstant à Bordeaux (Gironde}, en vertu d'une ofdonnaàce 
royale du a8 mai i8a6, est autorisée à fonder, à Ciairac (Lot- 
cl^aronDe],an établissement de sœurs de son ordre, à la charge, 
parles membres de cet établissement, de se conformer exacte-; 
oient aux statuts approuvés, pour la maison mère, par ordon- 
UBce royale du 3o avril 1836. 

2. La supérieure générale de la eongrégation des soeurs de 
kDediine chrétienne, à Bordeaux (Gironde), et le bureau de 
kieibisance de Ciairac (Lot-et-Garonne), sont autorisés à accep* 
1er, diacun en ce qui le concerne, et aux charges, clauses et 
osoditions imposées, les donations faites à rétablissement des 
mon de cet ordre, à Ciairac, par le sieur Bolerl de Làbal de 
fffCRs, le sieur Charles-Marie-Eugène de Poyen et la daiue Grâce^ 
ho^wàmt-Zilia de Labat de Vivent, son épouse, suivant acte 
Marié da 6 août i853, et consistant en une somme de quatre 
mille cinq cents francs et une rente quatre et demi pour cent, 
ww rÉtat, de neuf cents francs, inscrite au grand-livre de la 
dette publique, sous le n^ 18, 254» sous le nom de la recette 
générale de la Gironde , à la charge notamment de distribuer, 
tas les jours et à perpétuité , des aliments à huit ou dix vieil- 
^rds indigents, dans la maison actuellement occupée à Çtairac 
par les Meurs de la Doctrine chrétienne. 



Digitized 



by Google 



( i6 ) 

La somme de quatre mîlie cfnq cents francs sera placée eo 
rente sur TEtat, et la rente de neuf cents frlincs sera immatri- 
culée an nom de la congrégation des sœurs de la Ouctrin^ 
chréti< nne 

3. Notre ministre secrétaire d*état au département de Tins- 
traction publique et des cultes et notre ministre secrétaire 
d^état au département de Tintérieur sont cLargés, chacun en 
ce qui le concerne, de inexécution du présent décret, qui sera 
inséré au Bulletin des lois. 

Fait au palais des Tuileries, le 3o Juin i855. 

Signé NAPOLÉON. 
Par fËnaperfar: 
Le Ministre secréluirt iétat au déparitmen 
de l'instruction publique et des cultes , 
Signé U« FoRTODl. 



N* a85a. -— DictiMT impêki4L tfoi autorise la fondation, à Cho^e\ 
{Maine-et'Loire), d*un Établiuement de «Sviov dd la Retraita de lo 
Sûoiété-de-Uarie. 

Do so Jain ift55. 

NAPOLÉON, par la grâce de Dieu et la volonté nationale, 
EMPftRBCR DES FRANÇAIS, à tous préscuts et à vcoir, salut. 

Sur le rapport de notre ministre, secrétaire. d*état au départemeail 
de Tinslruction publique et des cultes; 

Vu les actes not|irié«, en date des ig décembre i85i , 8 janvier d 
^7 décembre i85a, par lesquels la* coogrégalion des ^œurs de 11 
Retraite de la Société-de-Marie, à Ange. s, a acquis de divers, moyen* 
nant une somme de quarante et un mille francs, dei bâtiments avec 
dépendances situés à Cholet; 

Vu la délibération du conseil d*adminisfration de !a congrégalioo 
des sœurs de la Retraite de la Société de-Marie, en date du i5 mai 
i85&, tendant à obtenir : i* Tapprubâlion des acqtii.Mtions précitées; 
9* la reconnaissance légale de rétablissement de son ordre existant 
de £ut à Cholet; 

Vu Tordonnance royale du 17 janvier 1827 (1) , qui a autorisé la 
congrégAtiou des. sœurs delà Retraite de la Société^de-Marîe, à Redon 
(Illeet- Vilaine), et celle du 3 janvier de la même année, (a) qui a ap- 
prouvé les statut» de celte congrégation ; 
■■ ' >■ '■ ■ ■ ■ 

(1) Tiii* série, ftail. i38, n* 473o. 

(a) vin'' série, Bull i37, a* 4720. 



Digitized 



by Google 



B- »• 309. ( i^ ) 

Va k décret impérial do 8 février iSbà (1), qui atnnsféré à Ângèra 
kièp de cetle congrégation ; 

\irengageiiienl des s^œurs qui composent i^établiaaementde Cholet 
iesconforiner eiactemenl aux statuts de la maison mère; 

?B Téiai des recettes et d'^s dépenses de cet établissement; 

Tq l'étal de i*aclif et du passif de la maison mère; 

Vo le procès-verbal d*e.>timaiîon des immeubles acquis par ia con- 
péptloQ portant leur valeur à quarante-neuf mille huit cents francs; 

Va le procès verbal de fenquéte de commodo et incominodo, qui a eu 
fasâCbolei le 9 juillet i854; 

Vu Taris da conseil municipal de Cholet, en date du 8 septembre 

m-. ^ ^ * . 

Voles avis de Tévéque d^Angers et du préfet de Marne-et*Loire , 
a date des 37 mai ei aa septembre i85â; ' 

Va1a?o« da a janvier 1817 et les ordonnances réglementaires des 
itTcil 1817 et i4 janvier i83i ; 

\a\&\oidii a4 mai iSaS; 

Tahkî da i5 mars i85o, sur l'enseignement; 

la section de fintérieur, de Tinstniction publique et des cultes de 
loiR Conseil d*état entendue » 

lie» KCEBTi et DÉeiusTOirs ce qui suit : 

isT. I**. La coQgrégalion des ^œurs de la Retraite de la Société- 
d^]larie, existant d abord à Redon (Ille-et- Vilaine], en vertu 
fooe ordonnance royale du 17 janvier 1827 et dont le siège a 
ëc transféré à Angers (Maîne-et-Loire) par décret impérial du 
8 lévrier i854f est autorisée à fonder, à Cholet (Maine e(-Loire), 
n élablîsseuienl de sœurs de son ordre, à la charge par les 
Benbres de cet établissement de se confonner exactement aux 

iaïaude la maison mère approuvés par ordonnance royale da 

Jjaa^ier 1827. 

2. Soat approuvées les acquisitions faites, suivant actes no- 
tifiés des ig décembre i85i , 8 janvier et 17 décembre i85a « 
par b congr^tion des soeurs de la Retraite de la Société-de- 
Varie, à Aogi-rs, dans Tiotérèt de rétablissement de son ordre 
à Qiolet (Maine-et-Loire], moyennant une somme totale de 
^uraote et un mille francs , de plusieurs bâtiments avec dépen* 
Wes appartenant à divers, situôs à Gholel et estimés enaemUe 

fBiaDte neuf mille huit cents francs, 
liera pourvu au payement de ce qui reste encore dû amr le 

^:i]*aérie»Eiill i4i«a*ii55. 



Digitized 



by Google 



( *3) 
prix de CM «oquinHoDs avecTeiicéâant dei recette» de Uiiiaii< 

mère d*Anger8 et de rétablissement de Gholet 

3. . Notre ministre secrétaire d'état aa département de Tio 
traction publique et des cultei est cbai^é de Texécution du pr 
sent décret, qui sera inséré au Bulletin des lois. 
fdi\ au palais des Tuileries, le 20 Juin i855. 

Sigoé NAPOLÉON. 

Par TEmpersur t 

Le ÈHniitn sêcrétttire i^Aat ûa dépmitmâ 
de tinstraction pahlùfa» et du ciàtes, 

âignë H. FoatocL. 



N* 9853. — DionET MMPÉBiAL fBi aatùrite, comme Conarégath 
iirûfée par ane SapérUwre ginémU , l'Association reUgieme ae$ Sqêu 
de SaintJoseph, existant à Vanosc [Ardèche], 

IH|a6Jma i85S* 

NAPOLÉON, par la grâce de Dieu et la volonté natioQali 
Empbredr DBS Français, à tous présents et à venir, salut. 

Sur le rapport de notre- miniitre secrétaire d*état au départemei 
de rinsiruction publique et des cultes; 

Vu la demande de Tassociation religieuse des sœurs de Saint-Josef 
àVanosc,enda(edu a5 juillet i854i tendant à obtenir son aulorisatic 
comme congrégation dirigée par une supérieure générale; 

Va rengagement pris par les membres de celle association de i 
aonfornier exactement aux statuts approuvés par ordonnance du 1 7 jai 
vier i83o (1) pour la congrégation des sœurs de &int Joseph, établ 
aux Vans, et quelle a déclaré adopter; 

Vu la copie de ces statuts, signée, en témoignage d adhésion, pi 
tous les membres de Tassociation présents k Vanosc, et revêtue, € 
outre, de Tapprobation de Tévèatie de Viviers; 

Vu Fetat qe Tactif et du passif de Tassocialiont 

Vu Tétat des établissements particuliers formés par cette assoçiatic 
sous sa dépendance ; 

Vu le procès-verbal deTenquéteib commode et incommoâo ^ qui a c 
lieu A Vanosc, le 17 septembre i854; 

Vu Tavis du conseil municipal de Vanoso, en date du 19 septembi 
»854; 

(i) ▼^f série, Bidl. 343], n* i3,5i5. 



Digitized 



by Google 



B, n» 309. ( te ) 

Ts ks ans de fMqoe de Vinan e) du préfirt df 1* Ardèebe, ea date 
in 16 août et 5 octobre i854; 
Tila loi du a4inai iSaS; 
Tila loi du i5 mars i85o; sur renseignement; 

Ibtre Conseil d*état entendu, 

Atdis nscRÉTÉ et décrétons ce qui suit : 

Ait. I". L'association religieuse des sœurs de Saint-Joseph » 
oxsUnt à Vanosc ( Ardèche) , est autorisée comme congrégation 
6^ par une supérieure générale, à la charge de se conf or- 
mer exactement aux statuts approuvés par ordonnance royale 
dn 17 janvier i83o pour la congrégation des sœurs de Saint- 
Joseph établie dans la commune des Vans (même département 
ei ({M cette association a déclaré adopter. 

1 liolre ministre secrétaire d*état au département de lins- 
iFDctioB publique et des cultes est chargé de Texécution du 
pâme décret, qui sera inséré au Bulletin des lois. 

Fait an palais des Tuileries « le 26 Juin i855. 

SigDë NAPOLÉON. 

Par TEnipereur: 

£• Mitdstn ucrélaire d*im (uiàépartems^ 
de Vinstruction publique et des culUê, 

Signé H. FoRTonu 



It^K^^m^DicmwT iMPÉRiAL qm aufûrisé la fondation, à Genat 
\hfde^D&mê) , d'un Élablmemont de Smarf de la Muéncofde. 

Ou 9^ JuiQ i85$t 

NAPOLÉON, par la grâce de Dieu et la volonté nationale, 
EiKaEiJB pn PaAirçAis, à tous présents et à venir, salut. 

far !• lappert de notre mîntstre secrétaire d'état au département 
h rhistniction publique et des cultes; 

Ya la délibération du conseil d'administration de la* congrégation 
^ *miÊ!n de la Misérieorde, k Bt^lom, en date du i** mai \6bk% 
Bl à détenir rauiorisalion de fonder 4 Genat un éUblÎMcment 
^deson ordre; 



Digitized 



by Google 



. Vu lo décret impérial du i4 décembre 1810 (i), qiii a reconi 
l'association religieuse des sœurs de la Miséricorde, à Billom, comi 
communauté à supérieure locale et a approuvé ses statuts; 

Vu le décret impérial du ti janvier i853 (9),q«ii a autorisé ce 
communauté comme congrégation à supérieure générale et modi 
ses statuts; 

Vu uf le copie de ces statuts ; 

Vu Tengagem'tnt pris par les sœurs qui composeront Tétablissemc 
de Girsat de se conformer à ces statuts ; 

Vu Tétat de Tactif et du passif de cet établissement; 

Vu le procès-verbal de 1 enquête (J^com/noib et incommoda^ qui a 
lieu àGersat, le i5 octobre 'i85/i; 

Vu Tavis du conseil munit ipal de Gersat, en date du 7 mai i85 

Vu les avis de Févèqùe de Clermoîit et du*préfet du Puy de-Dôm 
endate des 1* février et 1 5 mars i85S ; 

Vu la loi du a4 mai 18a 5; 

Vu la loi du i5 mars i85o, sur renseignement; 

La section de Tintérieur, de Tinstruction publique et des cultes 
notre Conseil d*état eutcndue , 

Avons niciiETi et D^cHiTONS ce qui- suit : 

Art. I*'. La congré;?ation des sœurs de la Miséricorde ex 
tant à Biilom (Puy-de-Dôme) en vertu des décrets iaipéria 
des là décembre 1810 et i4 janvier i853, est autorisée 
fonder à Gersat (même département) un établissement de sœu 
de son ordre, à la charge, par les membres de cet établissemei 
de se conformer exactement aux statuts approuvés pour 
maison mère par les décrets précités. 

2. Notre ujiuistre secrétaire d*état au département de rio 
truction publique et des cultes est chargé de rexécution i 
présent décret, qui sera inséi^é au Bullelin des lois. 

Fait au palais des Tuileries, le a6 Juin i855. 

Signé NAPOLÉON. 

Par l'Empereur : 

Le Êfiniitrê secrétaire â!iuU as déparfem 
de tinstracûon pabliqae et des cultes, 

Sigoë U. FOSTODI. 



(1) IV* série, Bull. 359, D* 6349. 
(s) zi* série» fiulL 17, n* i33. 



.Digitized 



by Google 



l.a*309. ( 2i: ) 

f i855. « DÉcjiBr impémiai qui proroge U délai fixé pour h iarié 
kmijicalioiu aa Tarif des Douanes sur lei Céréalet, data lee 
(àm de la Martinique, de la Guadeloupe, de Ctle de la Réunion et 

Da ^7 Juin i855. 

RAPOLÉON, par la grâce de Dieu et la volonté nationale, 
I hmm DBS Français, à tous présents et à venir, salut. 

SfflesrtipporU de notre ministre secrétaire d*é(ât au départe- 
ntdeia marioe f l da« colon ie-i, et He noire ministre secrétaire d'état 
adépirtement de l'agriculture, du commerce et des travaux publics , 

Aiws DKBÉT^ et DÉcniTONS ce qui suit : 

An. 1*. Le délai fixé par le décret du 1 1 octobre dernier (i), 
JMrladorée des modifications au tarif des douanes dans les 
^Mnie la Martinique, de la Guadeloupe, de Tile de la 
S^noiHietdu Sénégal, en ce qui concerne les grains, farines 
«'i^fflessecs, est prorogé jusqu'au 3i décembre i855. 

i Nos ministres secrétaires d'état au département de la ma- 
^ et des colonies, au département de Taf^riculture, da 
ttffioerceetdes travaux publics, et au département des finances, 
anéargés, chacun en ce qui le concerne, de Texécution do 
pte décret, qui sera publié au BuUelin des lois. 

''atanjmlais des Toileries, le 27 Juin i855. 

Signé NAPOLÉON. 
Par rEmperenr: 
'Jj^»erétairt imitai au Le Ministre secrétaire détat au dépar- 

'f^*'*"^ dt la marine et lemeat de CatfricuUare, du eommeree 

atnlmt$, et des trataum publics. 

Signé Havelih. Signé £. Roobxr. 

3ffi6. — DicnET tMpintAi gui crée un septième et an huitième 
^*>^ dans ckacan des quatre Régiments de Chasseurs d'Afrique, 

Du 97 Juin i85S« 

ÏIAPOLÉON, par la grâce de Dieu et la volonté nationale^ 
^tmn DES Fra)vçais, à tous présents et à venir, salut. 

^Tordonnancedu 19 février i83i (a), constitutive des régiments 

Wrie; 

|4>t*iérie,Baii.99i,n*soi4. 
flifiMe, a* partie, finll. 49« n* 1 93». 



Digitized by VjOOQ iC 



(M) 

Va les ordonnances des 17 novembre i83i (1) et 3i août i83g (a) 
portant création des régiments de chosseurs d'Afrique; 

Vn Tordonnance du 8 septembre i84i (3)» constitutive des cadres 
des corps de toutes armes ; 

Considérant qu il importe de constituer les dépôts des régiments 
de chasseurs d'Afrique assez solidement pour qu'ils puissent à la fois 
alimenter utilement leurs escadrons de guerre en. Criméti et coa- 
courir, d'une manière efficace , à la sécurité de FAlgéria; 

Sur le rapport de notre ministre secrétaire d'état de la guerre» 
Avons bifcnéTi et décrétons ce qui suit : 

Art. l*'. Il est créé an septième et an buitièûie escadron 
dans chacun des quatre régiments de chasseurs d'Afrique. 

Les cadres de ce septième et de ce huitième escadron seront 
composés de la même manière que ceux actuellement existants. 

3. n est également créé dans chacun de ces régiments i 

1® GRAND iStAT-MAJOB. 

tld quatrième emploi de chef d^escadron; 
Un quatrième emploi de capitaine adjudant-major; 
Un troisième emploi de médecin aide-major; 
Un troisième emploi d'aide-vétérinaire, 

3|0 psTiT ÉTAT-MAJOR. 

Un nouvel emploi d'adjudant sous-ofBcier. 

3« Notre ministre secrétaire d*état au département de la 
guerre est chargé de l'exécution du présent décret. 

Fait à Paris, le 27 Juin x855. 

Signé NAPOLÉON. 

Par i'Emperear : 

Le Mwéchal de France Mirdstn HcriUwt t4UU 
ott département de la guerre. 

Signé Vaillant. 



{*) «i*«émf ••fênie, Bull. t»6,»* èêoêi 
(9 IX* série, Bull. 684, n* 8390. 
(3) ut* série, Bail. 868, n* 9719. 



Digitized 



by Google 



B. n* 309. ( ^S ) 

N* 2857. — DicBET iMPiBiAi portant convocation dei Conseils 
Jtmrronik$miî9nî , pour la première pmiie de lemr Sessien. 

Da3o Juin i85$. 

NAPOLÉON, par la grâce de Diea et la volonté natiobalei 
£iiPSBEUR DES Français, à tous présents et à venir, salut. , 

Sor le rapport de notre ministre secrétaire d*état au départeœeAl 
de rÎBlérieur ; 
Va les lois des aa jain i833 , 10 mai i838 et 7 juillet l8Ba, 

AfOHS DicRET^ et DÉCRÉTONS ce qui suit : 

Art. l*'. Les conseils d*arrondîssement se réunîh)nl le 24 juil- 
let prochainpour la première partie de leur session, dont la durée 
est fixée à cinq jours. 

2. Notre ministre secjrétaire d*état an département de Tin te- 
neur est chargé de Texécution du présent décret. 

Fait au palais des Tuileries, le 3o Juin i855. 

Signé NAPOLÉON. 

Par l'Empereur : 

Le Ministre secréttdre êiétat aa département 
de tintérieur. 

Signé BlLLi^tJlilS 



R* 2858. — DicMET t M pi Ri Ai, relatif à Vàdmission éh Frahm, eà 
exemption de droits, des Vanilles originaires des Coloniesjrançaises de$ 
Ânûlks, de la Guyane et de Mayotte. 

Du 7 Juillet i855. 

NAPOLÉON, par la grâce de Dieu et la volonté nationale, 
Empereur des Français, à tous présents et à venir, salut. 

Sur le rapport de notre ministre secrétaire d*élat au département 
kragriculture, du commerce et des travaux publies; 
Vu Farticle 3& de la loi du 17 décembre 181Â; 
Vu Fordonnance du i4 novembre 1847 (1)» 



Digitized 



by Google 



(a4) 
Avons hicuiTi et DiicB^TONS ce qui soit : 

Art. l**. Les vanilles originaires des colonies francises des 
Antilles, de la Guyane et de MayoUe seront admises en France» 
en exemption de «Iroits, lorsqu'elles seront directement impor« 
tées par navires français el accompagnées de cerlificats authen* 
tique^ constatant leur origine. 

2. Des rec(*nsements effectués chaque année à Mayotte par 
les autorités locales détermineront les quantités de vanile de 
cette colonie auxquelles sera applicable le béuéûce de la dispo- 
sition qui précède. 

3. Nos ministres secrétaires d*état au département de Tagri- 
culture, du commerce et des travaux publics, au département 
de la marine et des colonies et au département des finances, 
sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de lexécution da 
présent décret. 

Fait au palais des Tuileries, le 7 Juillet i855. 

Signé» NAPOLÉON. 

Par rEniperear : 

Le Mmistrt de tagrienltare, da commercé 
et des traxfoiis publies. 

Signe £. RouHBA. 

Certifié conforme : 

Paris, le i4' Juillet i855, 

Le Garde des Sceaax, Minisire Secrétaire 
d'ilataa département de la Justice, 

ABBATCCa. 



* Cette date est celle de la réception da Bulletin 
an ministère de la Justice. 

OBt'a]MmB«pouUB«I]«tiadM loiff. »niMnd«9fr«]ictpÉrui, kUt^am U VlmftigâatiB 
■firiaU , «a elM 1m dincttun àm poslM dM a^partomtaU. 



iMpaiMfiaui infriauLB. -^ f iitoUet i85S. 



Digitized 



by Google 



IJÔ) 

BULLETIN DES LOIS. 

N» 310. 

' ' ' ' " ' ' i^ui 

Ho a85g. -— Loi fui aatorUê VétahlistemmU i$ dwen Impôts. 

Du iA Juillet i855. 

NAPOLEON, par la grâce de Dieu et la volonté nationalct 
EiiPBBKim DBS Français, à tous présents et à venir, salut. 

Avons SARGTIOKNB et SANGTIONKONS , PROMOLGOB el PBOMUItaOONS 

ce qni sait : 

LOI. 
Estrait du proé^verhal du Corps IdgisUtif, 

Lb G>rps lbgislatip a adoptb lb projbt db loi dont la teneur 
sut : 

Élévation du droit de consommation sur V alcool. 

&BT. 1*^. A partir du i^'août i855, le droit général de con- 
«mmation par hectolitre d'alcool pur contenu dans 1^ eaux-de-^ 
lie et esprits en cercles, par hectolitre d*eaux-de-vie et esprits 
en bouteilles, de liqueurs en cercles et en bouteilles, et de 
£iiits à leau-de-vie, sera fixé à cinquante francs (5o'} en 
principal. 

Les débitants établis dans les villes qui sont soumises à une 
taxe unique, les débitants établis en tous autres lieux et qui 
payent le droit général de consommation àTarrivée, conformé- 
ment à Farlicle 4i de la loi du 2i avril i832, seront tenus 
d'acquitter, par hectolitre, un complément de seize francs (i6^, 
en principal, sur les quantités qu'ils auront en leur possession 
à Tépoque où les dispositions du présent article seront exécu- 
toires, et qui seront constatées par voie d*inventaire. 

2. A dater de la promulgation de la présente loi, la taxe de 
remplacement, aux entrées de Paris, sera portée à soixante-six 
firancs (66^) en principal, par hectolitre d'alcool pur contenu 
dans les eaux-de-vie et esprits en cercles, par hectolitre d'eaux- 
de-TÎe et esprits en bouteilles, de liqueurs en cercles et en boa* 
teilles, et de fruits à Teau-de^vie. 

X? Série. 3 



Digitized 



by Google 



(«M 

par /(»j chemins de fer, el perception du duiènie sur le prix des 
marchandises. tratupor(ée$ à yrande viiessf, 

3. A dater du i*' aoât i855, le dixième dû au trésor public 
sur le prix des places des voyageurs Irabsportés par les cheiuius 
de fer sera calculé sur le pri« îolai des places. 

Il sera^ en outre, {lerçu au profit du trésor public un 
dixième du prix payé aux compagnies de chemins de fer pour 
le transport à grande vitesse des marchandises et objets de 
toute nature. 

Les tarifs des compagnies seront accrus du montant dçs taxes 
nouveties résultant du présent article. 

4. A partir de la même époque, la loi du 2 juillet l888 
Mfâ et demeurera abrogée. 

Ptrcepticn temporaire d'un nouveau décime. 

5. Le prindptl c|«s împAU et pr«idttjts de toute nature soumis 
MI décime par les lois sa vigueur sera augmenté dun aou- 
veau décime, à dater de la promulgation xlc la piésente loi» 
jusqu'au i" janvier i853* 

Péiibéfé e9 9^aiice pu)>)iij[uer à Pari^^ l^ i3 Juillet i8^5« 

Le Pfé$i4f9d, 
«igoéC^DiMofuiv. 

Les Secrétaire^, 
Signé JoACBiv Mtirat. Ed. D&llos, TfiSRiàRB. 
Espmt da procks^verhal da Sénat, 

Le Sénat n^ s'oppose pas à ia promulgation de la loi tendant 
à autoriser : i^ Télévation du droit de coosommation sur Talcool ; 
^^ Télévation de Timpôt sur le prix des places des voya^^eurs 
transportés par les chemins de fer, et U perception du dixième 
ssr les pri;)L des marchandises transportées à grande vitesse; 
3* la perception temporaire d'uu nouveau décime. 

Délibéré m aéaAC9» au palais du Sénat, le i4 Juillet i855« 

Le Présider, 
Signé Taopuwo. 

Les Sêerét êtres, 
Bipii P. WB BBâmosT, CAcau, baroa T. m Laoussb. 
¥s al asalié do icaao da Béaat : 
Signé Baron T. di Lagrossb. 



Digitized 



by Google 



B. n* 3io. ( f 7 ) 

ooars, aux tribunaux etauxautoiitésadministralives* pour quw 
les inscrivent sur leurs registres, les observent et iei fSisaent ob- 
server, et notre ministre secrétaire d'état an département de it 
justice mi chargé d'en aurveitler la publication. 

Fait M palaja des Tuileries, le li Jmllet i855. 

Signé NAPOliC^. 
¥» 4t fiftié M grand sceau : Par TEniperear t 

£f Gmde des scêiuis, Mhdttn êeeréUùn j f ^y X# Mmutn Jt^êi, 

tm éé p t ut i men t de la justice, . Signé AcnnxB FoflU). 

AasAtocc^. 



N' 9860. -— D^caar îWPiMAL relatif à la publication J$ la Loi 
da liJaUht 1^55, t/ui autçriso l'établissement io diveri Igfàts. 

JlikPOLÉON, par la gi^de Die« «t k voiniKé MliefiiAt« 
ExPEfiEini DBS KJQLANf aïs, à tous pré&eQts et à venir, salot. 

¥• ialnidn ti juHlet lOU, itiaëre à rétdUiaei9»enf de (#yMV 
impéts; 

Vnles ordonnances des 37 novembrp |$^S |^M#9 JMWr i^lf Mt 
concernai la pro^^lplion ^\mi 

Sur te rapport de notre ^arde de? s^ptisgt, jpiçiiliiy ffO^i^ff^ 
moL département de la jufttiçp^ 

Anpoffs Mcnén et nnâiéToir^ ce ^A suit ? 

Am. 1 ^ La puUieaAiM ^e la lei du â4 yoiilM |Sf», «flMive 
4 fétaUÎMenient de diveiu imp6is, sera faiie conformément «uk 
dispositions de rariiclè j^ de .rordpOjMilCi^ ^U I^J MY^Wbff i^^^ 
ftde pileidii ij^ja^vinr ^i^i?. 



M iru- série, fiulL i34, n* i(>as. 



Digitized 



by Google 



( à* ) 

^ 2. Noire garde des sceaux, ministre secrétaire d'état au dépar- 
tement de la justice, est chargé de l'exécution du présent décret. 

Fait au palais des Tuileries, le li Juillet i855. 



Signé NAPOLÉON. 

Par rEmperenr : 

Le Gardé àa «omum, Mùdttn teaéUun dàai 
au déparUment de Ujattieê, 

Signé ABBAxadtft. 



N* a86i. — CàEtMR DES CHAB0E8 Ttlatif à U concmiion ia Chemin 
de fer d» Nantes à ChAteaalÙL 

(Annexe du Décret impérial du ao juin i855 , inséré au Bulletin 3o6 , 

n*a83i.) 

Abt. 1*'. Les terrains seront acquis et les travaux <i*art seront construits 
immédiatement pour deux voies sur le chemin de fer de Nantes à Ghftteanlin» 
ainsi que sur Tembranchement de Napoléonville; les. terrassements pourront 
y être exécutés et les rails pourront y être posés pour une seule voie seulement 
.saîif rétablissement d* un certain nombre de gares d'évitement dont Fétcndae 
ne pourra pas être inférieure au quart de la longueur totale. 
^ La compagnie sera tenue de poser la seconde voie, dès que rinsuffiaance, 
4 une seule voie, par suite de Taccroissement de la circulation, sera constatée 
par Tadminislration. 

L'excédant de largeur acquis par la compagnie ne pourra être employé qu*à 
rétablissement de la deuxième voie. 

, 2. Le maximum des pentes et rampes n*excédera pas douxe millimètres par 
mitre sur la ligne de Nantes à Chftteaulin, ainsi que sur Tembrancbement de 
'Napoléonville; toutefois, ce maximum pourra être élevé exceptionnellement, 
avec f approbation spéciale de Tadministration. 

Les alignements devront se rattacher suivant des courbes dont le rayon 
minimum est fixé à trois cents mètres, et dans le cas de ce rayon minimum les 
raccordements devront, autant que possible, s opérer sur des paliers hori- 
sontaux. 

3. La compagnie est autorisée à réunir, par émissi^^n d'actions ou d'obliga- 
tions, le capital nécessaire à lexécntion des ligne et embranchement ci-dessus 
mentionnés. 

L'émission des obligations ne'ponrra être faite qu'en vertu d'une autorisa- 
tion do ministre de l'agriculture, du commerce et des travaux publics, qui en 
déterminera l'époque, le mode et la forme, et qui fixera, en outre, les 
époques et les quotités des versements successifs, jusqu'à complète libération. 

4. Le tarif de» objeta divers est fiji^ée de la manière loivanle par pièoa et par 
kilomètre: 



Digitized 



by Google 



B. n* 3 10. 



(afr.) 



W^fo» •! chariot niém povmt pcrt«r jwqv'à 

•iz loaa«ft 

Wamm «t ehamt vid« ponvamt porlor att-d«aMu d* 

Bt j«tq«'&âii-hait UmnM,B« tnlnaat 



id««oavoi 

LuÎmiiIîh aa-dMiBa d* dix-livît Iobom , a* tnlBant 

pBtda «Mivoi 
T—dar pMBBl JM^'àdix Iobom, ne trataaat pM 



d« dix ioBB«a, b« tntatBl pas 



d* 



o'o/ 

1% 

1 8o 
% %5 
• 90 
1 36 



o' o6« 

0$ 

1 so 

1 60 

o 60 
o 90 



o' i5« 

so 
s 00 

a 75 

1 5o 



Les machines locomotives seront considérées et taxées comme ne remor- 
quant pas de contoi, lorsque le convoi remorqué, soit en voysgeurs, soit en' 
marchandises, ne comportera pas un péage au moins égal à celai qui serait 
perçu sur une machine locomotive avec son allège , marchant sans rien traîner ; 
le prii à payer pour un waggon chargé ne pourra jamais être inférieur à celui 
à payer pour un waggon marchant à vide. 

5. Les droits de péage et les prix de transport déterminés au tarif précédent 
le sont point applicables à toute masse indivisible pesant plus de trois mille 
^grammes (3,ooo kil.]. ... 

néanmoins, la compagnie ne pourra se refuser à transporter les masses 
îa£vîstbles pesant de trois mille à cinq mille kilogrammes, mais les droits de 
péage et les prix de transport seront augmentés do moitié. 

La compagnie ne pourra être contrainte à transporter les masses indivisibles 
pesant plus de cinq mille kilogrammrs (5,ooo kil.). 

Si, nonobstant la disposition qui précède ,1a compagnie transporte les màsseis 
indînâble pesant plus de cinq mille kilogrammes, elle devra , pendant trois 
~ '1 an moms, accorder les mêmes facilités à tous ceux qui lui en feront la 



6. Les prix de transport déterminés au tarif ne sont point applicables , 

1* Aux denrées et objets qui ne sont pas nommément'énoncés dans le tarif, 
d qui soos le volume d*un mètre cube ne pèsent pas deux cents kilogrammes; 

a* A Ter et k Targent , soit en lingots , soit monnayés ou travaillés ; au plaqué 
dor on d*argent, au mercure et au platine, ainsi qu*aux bijoux, pierres pré- 
denses et autres valeurs ; 

3* El en général itons paquets, colis on excédants de bagage pesant isolément 
hmmbs de cinquante kilogrammes. Toutefois, les prix de transport déterminés au 
tarif sont applicables à ces paquets, colis ou excédants de bagage, quoique em- 
Ulés à part, sHIs font partie d'envoiis pesant ensemble au delà de' cinquante 
kilogrammes d'objets expédiés par une même personneà une même personne , 
et dfifne même nature, tels que sucre, café, etc. 

JLe bénéfice de U disposition énoncée dans le paragraphe précédent ne jpent 
êlrc invoqué par les entrepreneurs^ de qiéssagerieet de rotdâge et autres inter- 



Digitized 



by Google 



.-_(.**> 

■M^iâîfêt de transport, { moins qùê les articles de transport par eu envoyés 
M soient réunis en un seul colis. 

Dans les {Mb rit et*dHsits, tfs ta^fs seront arrêtas annuellement par Tad- 
Ainistraiion^sur là propo^ilioli de la compagnie. 

^N^nrooinl, ww'AfMasits de einqijanie kilogrammes, et quelle qne soit la 
•islance pai^caur«e< la prli du transport d'un colis ne pourra être taséà 
Aoins de quàranie centimes. 

7, Le maiimum du char;gement àhi MÎt^^àhÈ apt)âH^nant â d^autrès èotti- 
Mgnies. et admis k circater sur les chemins <lé fer comëdés A la compagnie 
cOrléana, pôurHr atleiddre, sans iluj^mentalion de tarif, la limite d« poàds 
^Éie la compagnie adopté pour ses phnp èè cliar^eflientl. 

S. Le sertii e oes lelthss et d^péfUès sera fait cohnme il snil: 

I* h ebaciin dei trains de tayagcu^ et de marcliandisas circulant ani heures 
àHinairrsdë l'eiploitatibn , la c«>m|>à!ibié »é^à tenue dé ré^et*vei* graiuiteniëtli 
lèui compartiment « spéciaux d^lne voiture de deuxi('mo classe ou un espace 
|||uifalrnt , èjur recevoir lel lettres, les dépêches et les a^enls néceasaires au 
Irrvire des postes, le su^ us de la voilure restant à la disposition de la com- 

a* ^i le Toi orne des dépêches ou la nature du service rend insufTisante la 
capacité de deux compartiments à deux DHuqueties, de ^orle qu'il j ail lieu de 
ittbstitaer une. voiture spéciale aux wagions ordinaires, lt> trans|)ort de cette 
TPttures«>ra également gratuiu Lorsque lacompà;;nie voudra changer les heures 
de départ de ses convois ordinaires, elle sera tenue d*en avertir ladmioistra- 
tion des postes quiuie jours à t*avpnce. 

9* Un train spécial régulier, dit train journalier de la poster sera mis gfatni- 

Ïiment chaque jour, à uiller et au retour, à In disposition du ministre des 
nances, pour le transport des dé|>êcltos sur toute la li^ne; 
^ 4* L*ét0n'Jae du parcours , les heures de départ et d*ai rivée « soit de jour, soit 
de nniti lu marche et les stationnements de ce convoi , S;,re ut ré^cs par le mi^ 
nisire de Tagricuflure, du commerce et des travaux publics et le miuistre 
de^ finances, |a compagnie entendue; 

S* Ind>*pendanunentde cètrain, il pourra y avoir tous les jours, à i*aller 
f|âa retour, un ou plnsieurs (envois sp(^ciaux, dont la marche sera réglée 
ççmme il est dit ci-dessus. La rétributii>n pàyc'è à la compagnie pour chaque 
convoi ne pourra excéder soixante et quinze centimes pur Lilomètrë parcouru 

Sour la pn*nii^re voiture, et vingt-cinq ceutimcs pour chaque voiture en sus 
e U premier^; 
6* La compagnie pourra placer aans les convois spéciaux de la poste ies 
Voilures de Ibûlâ ciàfàès , pour lé tràhs^ôit t s6à jirblll deé voys^eur^ et des 
f&archanéisès; 

^^ Xà ^mpsgnlè ïié poiirra tli*é ïkiïxVfi d*M^bhr àH àbtï>ro]h spéciaux ou de 
cnanger lèi heùilts de départ, là ifiâ'rclié et 1è stationnement de ces convoîs. 
i Btion Taura prévenue, pk^ é£iri(, qiiinze jours a 

is feiî qb^éh èifebôrl iés sèrvîcéà rJguVîors Vadmînîs- 
lih a ùà convoi éxtréëi'dinàire, soîl dèjr>ur, soiiqè 
a ^Ife faite immëdlàtenie&t, sauf robs'ervatioh dèi 
>rix leiii iiltérleurëihèiit réglé , dé gré à gré ^ l>'a I 
dîi^ d eiupeils, entre radminisiratibh et 11 ëômpâg^^ 

•-*• i^ tg^mi^stiîatibii dès pôates tbH éonsiruirB, k kës irats, les voitures ^uïi i 
podnt Vai neceiéaire dldèctei^ i^^iiil^mént au transport et à là numuteutiôn 



Digitized 



byGoogk 



Kiï* Sio. ( 8t ) 

k» dépéelie^, tant stif }ti éonYOÎë ordin«h^ qtiè iltf (é« MèiMê ipéelfiix. 
Efle i4|clera It (bime et les dimenâion» dé cei tbttûHtt; Mtff f approfeAtitfa , 
prie ministre de.^ travaux publics, des dtspositîdht <s|ui idtérè^nt la rigA^ 
talé et la -écurité de Ift cirediatloti. Ellc-s sertftit fiioiitéès mé êhâssié et sur 
mn. Leur poids fie dépassera pas fautt mille iLtlograitinieitf rbàifemeot 
«Dprîâ. L'admimstration d«« postes fera entr«iénir{ à »èé fraU, AKfl voitorêè 
ipédales; loutefMa ; l>dtretteii dés châaaid et 4«9 Hittèa set* à Ift dlarge de 14 
ôDpagnie; 

lo* La compagnie ne pddtra rédamer àViétHoé ftugmeUtâtièB d«s prii (et- 
dhsos indiquiês, ior&quil éofa néèessaire H*éiilployer des plétes-fermës ao 
ttn^'port des mattes^steé oU des voitdres spéciale^ en réparairoh; 

1 1* La vitesse moyenne dèi convoiÀ ^pAiàtls mb ft la disposition de fad^ 
aûftistraiion dca posiM ht pourra être moitidre de qaaraf)té àilométréa à 
fbrare, temps d arrêt compris Totitefhîs, fàrlihiiiffjltration pUdfra eotfselDttt 
Bfie vitesi^é moindre, soit à ralsOti des behtès; Idit à fainoo des nhtrbes à 
pircotirir, on bien eiiger une plus grartdto vitesse, dans lé tas 6Û la êi»ft)pé- 
^obtieodraîtplu^iard«dflns la marefaedê éoti i^rvtee, nflêfitei^èsupêi^eare; 

la* La compagcie sera tenue de tran.^portêf grAtuitement, par tous les 
AWTOÎâ de TOvageufs, tout a^entdes postes chargé d'ouè m*8sioki otf d'un ser- 
ikfe avctdeflld , et portetlr d nû onire de sènrice r^ulièf* délivré à PsHs paf te 
Credeur général des p6stes. Il sera accordé A Tageot des postea en misêiefâ ûttt 
place de voiture de deuxième das^e, on de prémiël^ dasse, M le eoniroi ût 
eomporie pas de voiture de deuxième classe; 

i3* La compagnie sera tenue de roartitr h éhactni deé pointa exlrémei de 
kl pte, ainsi qn'aui principales s'aiioos Interiiiédlaii^es qtii seront désignées 
|irràdminislration de^ postes, un emplacement tor lequel radmlni.stralleh 
pMrfi faire construire des bureaux de poète bU dVntrepM dés dé|W^ches, et 
deikngars pour lé chnrgêmrnt et le dédi^rgemènt des màileé-postès. Les 
fiii*iisions fie cet emn'acempot seront au Aiatimum dé ^ol^àcle*qafttrti mkrea 
evrés dans les gères des départements, et du doUhle ft Paris; 

là* Là valeur locativè du terrain aidsi fourni paf là eofnpagnîe Idiéerlt • 
parée de gré k gré ou à dire irexperts ; 

iS* 5a position sera dioÎMe de fn^nière qtiè IM bètîmcets qui f éèront 
e'instntîts, ani frais d<^ fadminlstraliotideé poéteé, hé puissent etitratèr en fîeh 
les<-rfiee de la compagnie: 

16* L'administration se réserve le droit d*élablir, à leè frdW, aaos îildétt- 
iilé, mats anwî ^ns respon^abiliié potr^ M ôérfipngnié, i6n% poieaitt ou appa- 
reils néce srrires à fécfiangé des d^p(*c[iês sAnS lirrêt dé traies; à li eondilion 
queHfà «fpai>lh, par ledr nattiré on par Itttr p^sïtlort, o'^ppêrient pas d'en- 
fintê aitx ûitBhHtii fterf ce» de fa ligne ôtt déè steiîéh^ ; 

17* Les employés des postes cbargés de iH ^ortvillàiiee dN Mrvîtëi él les 
Égeiiil pfép^aéi I récb<in{;e ël àfétiCrei et des déftêdlcé, «tlfont ftéeë* dans les 
gares 6à ftiitiotis poor Tei^écUtlbn dé !• tir «eMiie, èâ «eeéftfllhiitot Mi l^gfé- 
«eots Je police intérieure de la compagnie. 

§. La eotitfagfite iMt ikiam , i toute féqidilRlèM ; éé fHiré JtmH (Mf MiYoi 
MIflftIré t*> «Nçgoifé 6fà vdiibfM eeitttlMlttt «ftplBjréé ttfl ménp^ri d«ft pTévi- 
MiÉ, SCCoMS eff COtlciàMiites. 

Ui vra^otH et 1H iroiftirM éHkpiHyél M amiê« èéM ïî fAgK seront éons- 
ftaM ÉQt Irait «Il lÉtat (m déA dé|)aiHétlietltl^ M Iciifir fbrtnei et ditnetttiiVna 
Utttnêtê^ dé ton<^H pal^ fé mliHiffê de fiittfHeur èl paf lé thi(riétfê dé l'agri- 
\ y on wwHwerce ei cmb vaiauz piunicay ni wuipagnio euieuuw* 



Digitized 



by Google 



(32) 

Les employés de l'admimstration, gardiens, gendarmes et prisonniers pla- 
cés dans les waggons ou voitures cellulaires, ne seront assujettis quà lamoUié 
de la taxe du tarif de la dernière classe. 

Le traosport des waggons et des voitures sera gratuit. 

Dans le cas où raHministration youdrait, pour le transport des prisonniers, 
faire usage des waggons ordinaires de la compagnie , cette dernière serait 
tenue de mettre à sa disposition un ou plusieurs compartiments de voitures de 
deuxième classe à deux oanq nettes. Le prix de location en serait fixe à raisoa 
de vingt centimes par compartiment et par kilomètre. 

10. Le Gouvernement se réserve la faculté de faire, le long des voies, 
toutes les constructions , de poser tous les appareils nécessaires k rétablisse- 
ment d'une ligne télégraphique électrique ; il se réserve aussi le droit de faire 
toutes les réparations et de prendre toutes les mesures propres à assurer le 
service de la ligne télégraphique, sans nuire au service da chemin de fer. 

Sur la demande de Tadministration des lignes télégraphiques, il sera réservé, 
dans les gares des villes et des localités qui seront désignées ultérieurement, 
le terrain nécessaire à rétablissement de maisonnettes destinées à recevoir le 
bureau télégraphique et son matériel. 

La compagnie concessionnaire sera tenue de faire garder par ses agents les 
fils et les appareils des lignes électriques, de donner aux employés télégra- 
phiques connaissance de tous les accidents qui pourraient survenir, et de leur 
en faire connaître les causes. En cas de rupture du fil télégraphique, les em- 
ployés de la compagnie auront à raccrocher provisoirement les bouts séparés, 
d'après les instructions qui leur seront données à cet eflet. 

Les agents de la télégraphie voyageant pour le service delà ligne électrique 
auront le droit de circuler gratuitement dans les voitures du chemin de fer. 

£n cas de rupture du fil télégraphique ou d'accidents graves, une locomo- 
tive sera mise immédiatement à la disposition de Tinspecteur télégraphique 
de la ligne, pour le transporter sur le lieu de Taccident , avec les hommes et 
les matériaux nécessaires à la réparation; ce transport sera gratuit, et il devra 
être effectué dans des conditions telles qu il ne puisse entraver en rien la cir- 
culation publique. 

Dans le cas où des déplacements de fils, appareils ou poteaux deviendraient 
nécessaires, pr suite de travaux exécutés sur le chemm, ces déplacements 
auraient lieu, aux frais de la compagnie, par les soins de Tadministration des 
lignes télégraphiques. 

La compagnie pourra être autorisée, et, au besoin, requise par le ministre 
de l'agriculture, du commerce et des travaux publics, agissant de concert 
avec le ministre de l'intérieur, d'établir, à ses frais, les fils et appareils télé- 
graphiques destinés à transmettre les signaux nécessaires pour la sûreté et 
la r^;ularité de son exploitation. 

Elle pourra, avec 1 autorisation du ministre de l'intérieur, se servir des 
poteaux de la ligne télégraphique de l'État, lorsqu'une semblable ligne existera 
le long de la voie. 

Un règlement d*adminîstration publique déterminera les conditions d'éta- 
blissement et d'emploi de ces appareils télégraphiques, ainsi que lornim- 
sation , aux frais de la compagnie , du contrôle de ce service par les agents de l'Etat. 

11. Les militaires ou marins voyageant en corps, aussi bien que les mili- 
taires ou marins voyageant isolément pour cause de service, envoyés en 
congé illimité ou en permission, ou rentrant dans leurs foyers après libén- 
tioD, ne seront assujettis, eux et leurs ^gages, qu'au quart de la ta;^ ^u 



Digitized by VjOOQ iC 



B. n* 3io. ( 33 ) 

tvifOxé par 1 article ao du caliier;ClM ch»rgat annexé à la loi di^ 96 joiMet 
i84i. 

Si le Gouvernement avait besoin de diriger des troupes et un maiénel mili- 
tara oa naval sur l'un des points desservis par la ligne dn chemin de fer, ia 
•BpagDÎe serait tenue de mettre immédiatement à sa disposition, et à moi- 
(R de la taxe du tarif» tons les moyens de transport établis pour Te^Lploitation 
h diemtn de fer. 

12. La somme à verser chaque année au trésor par la compagnie da 
diemiade fer d*Oriéans, pour les frais de contrôle et de surveillance, sera 
Rglée à raûon de cent vingt francs par kilomètre de chemin de fer concédé ; 
tmtefob, pendant la constraction, cette somme sera réduite à tioqoante francs 
pooT les sections noo encore livrées à l'exploita lion. Dans lesdites sommes 
a*est pas comprise celle qui sera fixée, en exécution de Tarticle lo ci-dessus, 
poor frais de contr6ledu service télégraphique de la compagnie par les agents 
defÉlat. 

IS. Les articles 90,.33, 24, ag, 3o et 45 du cahier des charges annexé à 
la loi dn 96 juillet 1844 et Tarticle 7 de la convention du 97 mars iSSs» 
wnt modîGés en ce qu ils ont de contraire aux dispositions des articles 3 , 
il 5, 6, 7, 8, 9, 10 et 1 1 qni précèdent. 

14. L'article 3 de la convention du 37 mars iSSa estebrogé. . 

15. La conventîcHk du 1 4 juin i855 et les actes qui s*y rapportent ne seront 
lisibles qne da droit fixe de un firanc 

Anèté à Paris, le ik juin i8S5. 

Le Ministre de Tagricaltare, du commerce et des traroax pnhHcs, 

Signé £. RomiBR. 

N^286a. — Dbckbt iupénJâL qui oavre au Ministre de la Marine 
eides Colonies an Crédit supplémentaire pour des Créances constatées 
sur des exercices clos. 

Du 27 Juin i8S5. 

NAPOLÉON, par la grâce de Dieu et la volonté nationale, 
Empebecb des Français, à tous présents et à venir, salut. 

Sur le rapport de notre ministre secrétaire d'état de la marine et 
des colonies; 

Va Tétat des créances liquidées à la charge du département dé la 
marine et des colonies, additionnellement aux restes à payer constatés 

Clés comptes déGnîtiGi du Service marine et du Service colonial, pour 
exerciees i85i, i85a et i8&3; 

Conaidérant oue ces créances concernent des services non prévus 
dans la nomenclature de ceux pour lesquels les lois de dépenses des 
mêoiesexercicesontdonnéla fac^ltéd*ouvrirdes6upptémentsde crédits; 



Considérant , toutefois, qu*aux termes de Tarticle 9 de la loi du 
i3 mai i834 et de Tarticle 108 de Tordonnancc du 3i mai i838 (1) 
portant rè|^ement général sur la comptabilité publique, lesdites 
créanees peuvent être acquittées, attendu qu'elles se rapportent à des 
prévus par les budgets des exercices i85i, i85a et i8S3, 



(1) tz* séria, BttlK 579, n* 7437. 



Digitized 



by Google 



( «4 ) 

et ^e Vbvtt nMmtAUt tiëttèâé pts les ràiunts de ctéilU dùtd Yêhnn** 
laiion a été prononcée sur ces exercices par les lob de règlement 
desdils exercices , 

Avons DétiiiBTB et hicfiironB ce qui ittit i 
Aht, l**. Il est ouvert à notre mîmstre Secrétaire d'état de )ft 
marioe et des colonies, en augmentation des restes à payer 
cooslatés par les lois de règlement des .exercices i8ât, i85a et 
' i853, pour le dolibte service Marine et Coloaies^ an crédit 
suppléillehtâfre de cent quatrevingt-on):e hiille trois cent soixante 
et treise Francs soixante et quatorze centimes, montant de^ 
créances dé&ighées au tableau ci*annexé, qui ont été liquidées 
à la charge de ce^ exercices, et dont les étals nominatifs seront 
adressés, en dôulJe expédition, au ministre set rétaire d'état des 
finances, conformément à Tarticle 106 de Tordonnance du 
3i mai i838 portant règlement géoéraî sur la comptabilité 
publique, savoir: 



Btércic* i*5i . 
Esereit* 1S69 . 
EzMcice 18&3 . 



•iirtci ■âttiiii. 


•ntiM CDUnrtâb 


6.96a' oS* 
i4i.o49 08 


6'.7' 96* 

* 


.90,745 78 

EllftBM»LB : 


S>7 88 


i9«.5î3' 74* 



2. Notre mini^^tre secrétaire d'état de la marine et des colo- 
nies est, en conséquence, autori>é a ordonnancer ces créances 
snr le cliapilie spécial ouvert pour les dépenses des exercices 
cloâ aux budgets des exercices courants, en exécution de Tar- 
ticle 8 de la loi du 23 mai i834. 

3. La régularisation de ce crédit sera soumise à la sanction 
du Corps K'gislatir. 

4. Nuire minisire secrétaire d'é^^t de la marins ei dos 
colonies et notre ministre sscrétairo d'ét<4 des finâbtes Sont 
chargée, chacun en ce qui le concerne, de lexécoiioii du pr6- 
Mot décret, qui sera inséré An Bulleiiti des ioià. 

fait au pjllais des tuilerie^, U ^7 Juin i855. 

B'ghé If AK)LÉOll« 
^sr iea^>èrsnr: 
Le JTmiffr-c iêùiétwê iéUé U Mmktn sceféitùrê i'ém Jk k 

Si^é P. Massb. Sigai Hiilttilt. 



Digitized 



by Google 



B. ii*3io. 



(^f 



IXBRCICÈS CLOS. 



lauAU det nomtéQet créances constatées en augmentation des restes à pt^ 
mhés par Its comptes définitifs aé iS5i, iS5Û et 1853, et tfui sont à ordon- 
' $ar le$ budgets des exercices coufontSé 



H 



SERVICE MAAt!CE. 



■XBACICl^ l8Sl. 

Apfr*tUSdta«elhmii gimitiut dé là Éntti 

FnU d» vojagM, vacalkmt et d^pouM dÎTtrMs., 



ixskaiM 1M4. 
SoUt «4 1ia]>3l'iBeat de* tqnipages et des troiip«t. . 

H^ptoei « ; ;.»., 

Vitré........ «.... 

•I^irét Â*o«vr:«r«. * , 

lpp«tinaftfl»mèAlt f^^ai dt k iotto è 



BXBtCICB i85S. 



( jW^M marilinM. . . . 
7 f5ik<ret d'oovriwv. . . 
î ^Ar^ev sioni emeBUi 



Trav'mx h]fdraa]iqu«t el bltimeots civils. 
AfSr^iMDMiIft M tHnkpoMt )>ii- A*r . : ; . . 
Fni« d* «ojag* et d^oMs di««rM«. . » . • 
dia ddpAt dM carte* al plans. . . . 



Total dm asrvlti BfarÎM. , 



6ERV1GE €OLOllUtii 

IWpratas daa sarriras miliisirra soi colooia*. (Parsonnal.).. . . 
MpaBS^a drs eoloit'es da U Uartiniqor, da la Guadeloupe , ete, 

(&**Uft#6Afcl.) 

famatsM d*aa ilablisaamaut fduitaali«ixa k U (snyaaa.» . . . 



Total oîWbal.. 




tgAsBl 



934 37 1 
8,6^9 j5f 



r. é. 



6,$5& oé 



»9,7>C 44 > 4»i74> *> 



r>C 44 > 
i8Aéoi 



13,670 «7 
i09,«9A aQ 

..36.i7^ 

3,i63 19 
i5,53o75*"4»»o49 0* 

3,391 49' 

ëii 18 

768 i3 
88 00 




>ï»r378 t* 



ai 



ippTDttvé pour être annexé au décret du 27 juiu 1 d55. 

Signé NAPOLÉON. 
Par TEniperenr : 
It Mii ' d Ministre secrétaire iétat de la masim 
et des colonies. 

Digue lUWELIn» 



Digitized 



by Google 



(W) 

N* a863, — DienBT iMPÉntiL fai owrê aa Ministre des Fimm 
m Crédit sapplémentaire sur Vexércice iSSi. 

Du 97 Juin i855. 

NAPOLÉON, par la grâce de Dieu et la volonté nationa 
Empereur des Francis , à tous présents et à venir, salut. 

Sur le rapport de notre ministre secrétaire d*état des finances; 

Vu la loi du 10 juin i853 portant fixation du budget général < 
dépenses et des recettes deTexerclce i85â; 

Vu le décret du la décembre suivant (1), contenant répartition! 
crédits du budget des dépenses dadit exercice; 

Vu les articles ao et ai de la loi du 8 juillet i85a conœman 
faculté d*ouTrir des crédits supplémentaires, par décrets, en Tabseï 
du Ck>rps législatif. 

Avons nécRÉré et njicnéTONs ce qui suit : 

Art. l*'. Il est ouvert à notre ministre secrétaire d^état < 
finances, sur Texercice i85dt un crédit supplémentaire de 
somme de cinquante-sept mille francs (07,000'], applicable i 
dépenses ci-après, 

FRAIS DB néciE, DB PBRCEPTIOlf BT D^EXPLOITATIOM DBS IMPOTS 
BT RETENUS. 

enregistrement et Domaines. 

Chapitre u . Matériel •...•«•.••• aa,o 

Forêts. 
Chapitre lv. Matériel 35,o 

Total 87,0 

2. La régularisation de ce crédit sera proposée au Corps lé 
latif. 

3. Notre ministre secrétaire d'état au département des fînan 
est chargé de Texécution du présent décret, qui sera inséré 
Bulletin des lois. 

Fait au palais des Tuileries, le 27 Jui^ i8S5. 

Signé NAPOLÉON. . 
Par l'Empereur ; 
Le Mimstre sêerétmre détat «a éépartti 

Signé P. Mashb. 

■il ■ ■ I I . 1 I < i . i II ■ I I I ■ 111 m . ^— — 

(1) BqIL ii3, n*969. 



Digitized 



by Google 



B. n* 3io. (37 ) 

R* a864i — DionMT iMPittiAL f w ouvr$ an Minittre dti Finahèei 
8» CrAKf «nppMnfMfam inr féxeteioê i85t. 

Du S7 Juin i8S5» 

NAPOLÉON» par la grâce de Diea et la votooté nationale, 
(muiai ras Fbahçais» à tons présents et à venir, BkLvr. 

Sot le rapport de notre ministre seorélaire d*état des finances ; 

Va la loi du 10 juin i853 portant fixation du budget général des 
dépsniip^ et des recettes de Texercice i854; 

Va le décret du la décembre suivant (i), contenant répartition des 
dédits du budget des danses dudit exercice; 

Va les articles ao et ai delà loi du 8 juillet i85a concernant la , 
kohé d*ouvrir des crédits supplémentaires par décrets, en Tabsence 
kCoipslégblatif; 

Notre Conseil d*état entendu, 

Atchs nicRBTé et Décaéroirs ce qui suit: 

Art. 1^. n est ouvert à notre ministre se<5rétaire d*état des 
bances, sur rexercice 1 854 «au delà des fixations du budget,' un 
crèi&l supplémentaire de la sonime de dix-huit millions aept 
ont on mille francs (18,701,000'), lequel demeure, réparti 
eiftre les chapitres ci-après : 

W9àlS SB Rien, DB PaRCSmOU BT D*BX»LOITAnOR dbs ihp^ 
Vr BBTBROS. 

Douanes et contiibations iniirtcUs» 

CiiRiBB LTin. Mattériel 740,000' 

■ LXit. Dépeases da service des dousnss en Algérie. 46,ooo 

* Total ...•• 786,000 



JLenàowntmMU d retft'talîoiu. 

GflAifTBB Lxxn. Rëpartition des produits de plombage, estam- 

piUage, etc. en matière de douanes.. . . • 4o,o«>o' 

■ LXXiY. Primés 1 rexportation de marcbandises. . . . 17,750,060 

*■ LXXT. Escomptes pardivers droits 1 95,ooo 

Total • 18,701,000 



(1) B«li.ii3,a*969. 



Digitized 



by Google 



2. La régalarisation de ce crédit sera proposée au Corps 1^ 

Ml 

3. No're mfotsti» f<xré^îr«4'éUyiiiafiépfftanB«Bt des fiosocei 
est chargé de rexécution du piéscnl décret, qui sera inséré ai 
Bullelio des lois. 

ISgnëNAPOLÉO!!. ' 
ParTEmperewr*: 

Le WnLtri secréloire Hél^i an iAteHUffift 

dis Jt^tuice^, -^ W 'V "•• 



^«n^vv^^vwM* 



N* 9865. — DicMET iMPiniAL qui fixe le Cainiêê Qjfêifm twi 
ministratioit de$ Sub^iil^fjf/çff mUiH^lief^ 

NAPOLÉQN, par U W^^ 4^ P'i^u ^^ ^ volonté f at^^piale, 
ÇMPaaauB pf^ f fi^£jas« ^ tofis prései^fs ^jt f y/eppr, f auit, 

Vu les décrets des 9 janvier 166a (1) et i4 aoài itôd (a); 
Sur le rapport de notre ministre secrétaire é*état au dépbrtéMnl 
de la guerre, 

Ayoïii pÉouiTé #1 iNieasioiif ce qni suit : 

Aht. 1*'. Le cadre des odiders d*administration des subsis' 
tances militaires e/sl fine aip^ qu il suit, «avoir : 

Officiers dydmînistrtlioQ jpnncipaax « « . . ï| 

i55 



Officiera d^admiflîstntioii eoBipUUes 
Ad^ildanti d^edmiaistretioii 



die 1* disse.» • 70 

de 2* ciasae.. . 85 

en premier. ... 1 1 5 

en second.... 118 



935 
Total 4oo 



5. La faruhé ouverte par Vartîde v^ de notre décret du 
l^ aoât 1854 est mainlenm^ Ionique les circpDslacce3 de j^ueire 
l'exigeronl. 



[«I s* eéric, IW44. 4^^, «* a4«4. 
s) xi' série, Bull. si4,n* igSs. 



Digitized 



by Google 



B. n* 3io. ( if ) 

Fait M palais ika Tuileries, It Bo Juia tS&S. ' : 

Signé NAIKMJÊO^, 

Par' 1 Ktnpercuf : 

{f tlhr^çM 4f FWmk<. 4fMif ^ Secrétaire iétat 
aa département de la merre, 

Sj|^n^ Taillâiit. 

N* a866. — Dicjisr iUfénrât ^t autorise an virement âê CrédiU 
aa Budget da Mms^ft des Ftnetftees, exercice 185à. 

Du/SJiiilIfet i855.' 

NAPC^EQN, par la grâce de Dieu i^t )a volonté fiationale, 
SiPfiiECR DES Français, à toii^ présents et à venir, salct. 

6fir \ie nifvpori de notre ministre secrôlAÎre dVial des finances; 

Vu la loi dtt to joîn i853 portant Âxfition du buc^t général des 
tf panses et des r( celtes de iWfroiee iB5A; 

Va le dérret du 12 décembre suivant (1), coaieaaai répartilieh 
des crédits du budget des dépenses dudit çjtfrciœ; 

Va Farlicle la du sénat us-consulle du a5 décembre i85a; 

Hoire Conseil d^élat entendu , 

Avons DÉCRiii et décrétons ce qui suit : 

Akt. l**. Les crédits ouverts pour Texercice i854 par la loi du 
10 juin |8Ô3 et le décret de répartition du 1 2 décembre suivant, 
sortes chapitres ci-après du budget du ministère des Gnances, 
sont réduits d^unfe s <mme de quatre vingt-douze mili^ huit cent 
nogt-huit francs six centimes (92,828^ 06®}, savoir : 

DETTE CONSOLm&E. 

CiâfRRB u. Rentes quatre poar cent , . . , 1 9*390' 09* 

Bmfnwts^spéotaa» peur eanaxuD et tre»au9 divers* 
■ ▼. iBtérêto et primes des empnints à rembourser 

parie trésor •.«••. y>t^7 ^^ 

DETTE VIACàRE. 

• X. Rentes viagères a 1,970 88 

Doaanes et contributions indirectes, 

lA. âYances recouvrables 5o,ooo 00 

Total 92,828 06 



Digitized 



by Google 



(4o) 
2; Les crédits ouverts potfr le même exercice i85ii p«r les 
loi et décret précités, sur les chapitres suivants du budget dil 
ministère des finances, sont augmentés d*une somme égaie de 
quatre-vingt-douze mille huit cent vingt-huit francs six centimes 
(93,828^ 06*) par virement des chapitres désignés ci-dessus. 

EmpranU spéciaux pour canaux et travaux diven» 

CHAFreRB Tl. Amortissement des emprunts à rembourser par le tré* 
sor 9.167' i8* 

POSTES. 

Administratioii et perception, 
^ - LXiT. Matériel ••••••. 14,784 i5 

Transport des dépêches, 
m LXix. Subventions • 68,876 7S 

Total 93,828 06 

3. Notre ministre secrétaire d*élat au département des financea 
est chargé de Texécution du présent décret, qui sera inséré au 
Bulletin des lois. 

Fait au palais des Tuileries, le 4 Juillet i855. 

Signé NAPOLÉON. 
Par i*Empereur : 
Le Ministre secrétaire d^état au département 
des finances. 

Signé P. Maoiib. 



GerliGé conforme: 

Paris, le i5* Juillet i855. 

Le Gardé des Sceacyc, Ministre Secrétain 
JCiUU au dipaHement de la Jastice, 

ABBATUCa. 



* Cette data est cdle de la rëceptipo da Bidleti 
an ministère de la Justice. 



iHPâiiiiRii iMTÉaiAUL — i5 Juillet i8S5. 



Digitized 



by Google 



MX) 

BULLETIN DES LOIS. 

N* 31 r. 



R* 3867. — Lot relative i la garantie J'oa Emprunt qtd sera contracté 
par le Gouvernement ottoman, 

Da 17 Jaîllet i855. 

NAPOLÉON, par la grâce de Dieu et la volonté Dalionale, 
Empbrscr DBS FfiàMÇAis , à tous présents et à venir, salcjt. 

AtOXS SAKCTIOlINi et SANCTIONNONS, PROMULGUi et PROMULGUONS 

ce <|ui suit : 

LOL 
Extrail da proeès'perhal da Corps Ugislalif, 

\â Corps législatif a adopte lb projbt db loi* dont la 
teoear suit : 

Ârticlb cniqub. Le ministre des finances est autorisé à 
garantir, au nom du trésor de Fraitce, et aux conditions sti- 
poléesdans la convention conclue, le 27 juin i855, entre Sa 
Majesté TEoipereur et Sa Majesté Britannique, d'une part, et 
de Fautre» Sa Majesté le Sultan, leniprunt de cinq millions 
de livres sterling qui sera contracté par le Gouvernement 
ottoman. 

Délibéré en séance publique, à Parie, le 11 Juillet i855. 

Le Président, 
Signé C* db Moant. 

LesSfcrétairtSp 
Signé JoACBiu Mdrat, Ed. Dalloc, TasHiàsB. 

* Yojei no Erraia à la fin de ee Noméro. 

Xl^ Séria. H 



Digitized 



by Google 



(4a ) 

Le S^^nat oe s^oppose pas à la promulgation de la loi relative 
à la garantie de Teniprunt à contracter par la Porte. 

Délibéré en séaoce, au palais du Sénat, le 1 4 Juillet i85&« 

Le Président, 
Signé Troploro. 
Les Secrétaires m 
Signé F. DE BBâuuotiT, CidLLE, baron T. i« Laciomb. 
Vu et scellé du scean du Sénat : 
Signé fiarwi T. i>B Lackossb. 

Mandons et ordonnons que les présentes, revêtues du sceau 
de rÉtat et insérées au Bulletin des lois, soient adressées aux 
cours, aux tribunaux et aux aulorités administratives, pour 
^'ils les ittiicrivent sur leurs registres, les observent et les 
fassent observer, et notre ministre secrétaire d^état au départe- 
ment de la justice est chargé d'en surveiller la publication. 

Fait au palais des Tuileries, le 17 Juillet i855. 

Signé KAPOLÉON. 
Vu et scellé du grand sceau : Par T Empereur : 

Le Garde des sceaux. Ministre secrétaire iTétat Le Ministre d^état, 

au d^rtement de U jasiiee. Signé Acjbille Foou>« 

Signé AfiBATDGCi. 

N* a868j — Loi qui élève de quatre à cinq pour cent rinîérit garanti 
par rÉlat à la Compagnie du Télégraphe sous-marin de la MéË- 
terranée, 

Dai7Joil!et i855. 

NAPOLÉON, par la grâce de Dieu et la volonté nationale, 
EurEiiEim DES Français, à tous présents et à venir, salut. 

Avons sanctionné et sanctionnons, promulgué et promulguons 
€6 qui suit : 

LOI. 

Extrait da proces-verbal da Corps législatif» 

Le Corps législatif a adopté le projet de loi dont la 
teneur suit : 

Article inique. L'intérôtgarantipar Tarlicle 7 de la conven- 
tion du 2 mai i853 (1), entre le ministre de Tintérieur et 

(1) Bull. 59, n« 55a. 



Digitized 



by Google 



B.n*3ii. { à3 ) 

VL John Watkins Brett, pour la construction du télégraphe- 
iiNis-inarîn de ta Méditerranée, est élevé de quatre pour cent 
[h p. o/o) à dnq pour cent (5 p. o/o). 

Délibéré en séance publique» à Paris, le i3 Ju,illet i855. 

Sigaé C^iMiMoasT. 

Sigaé JoachimMorat , £o. Daixoz» Tesnij^re. 
Ejetrait da proch-veî^aî du Sénat, * 

Le Sénat ne s^oppose pas à la promulgation de la loi ayant 
pour objet d'élever de quatre à cinq pour cent le miainium 
dlatérét garanti par TÉtat à la compagnie dil télégraphe &ous- 
mariû de la Méditerranée. 

DéKbéré en aémce, au palais^du Sénat, le i4 Juillet i855* 

Le Président, 
Signé TROPLONfi. 
Les Secrétaires, 
Signé F. DE Bbauhont, GêaiXE , bapn T. de Lagrôssb. 

?o et scellé du sceau du Sénat : 
Stgné Baron T. de Lacrosse. 

MâJiDoifs et ORDONNONS que les présentes, revêtues du s'ceao 
deTÉtat et insérées au Bulletin des lois, soient adressées aux 
cours, aux tribunaux et aux aut^^rités administratives, pour 
ffi*ilft les inscrivent sur leurs registres, les observent et les 
fassent observer, et no.tre ministre secrétaire d'état au départe- 
ment de la^ justice est chargé d*en surveiller la publication. ; 

Fait an palais des Tuileries^ le 17 Juillet i855. \ 

Signé NAPOLÉON. ^ 
Yq ei ice^é da grand sceau : * Par l^Empereur : 

Le Garde 4t»Mfaiur» Ministre secrétaire iétaJl Le Ministre d*état, 

aadéimttment de la justice. Signé Achille Fould. 

âigaé ABRâxuacL 



Digitized 



by Google 



( 44 ) 

N^ ?86g. — DicRBT iMPintAL qui prxmonce la clôture de la Sestiofi 
extraordinaire du Corps législatif. 

Du i3 Juillet i855. 

NAPOLÉON, par la grâce de Dieu et la volonté nationale, 
EuPERECR DES Françms, à tous présents et à venir, salut. 

Avons DÉCRliTîi et DicRÉTONS ce qui suit : 

Art. l*'. La session extraordinaire du Corps législatif, ou- 
verte le 2 juillet i855, est et demeure close. 

2. Notre ministre d*état est chargé de l'exécution du présent 
décret. 

Fait au palais des Tuileries, le l3 Juillet i855. 

Signé NAPOLÉON. 

Par TËmpereur : 

Le Afinbtre d^état. 

Signé AcuiLLE FoDU>. 



N* 3870. — DécBBT îMPiRiAh qui prononce la clôture de la Session 
extraordinaire da Sénat, 

Du i4 Juillet i855. 

NAPOLEON, par la grâce de Dieu et la volonté nationale. 
Empereur des Français, à tous présents et à venir, salot. 

Avons décrété et décrétons ce qui suit : 

Art. l*'. La session extraordinaire du Sénat, ouverte le 
2 juillet 1 855, est et demeure close. 

2. La présente proclamation sera portée au Sénat et lae par 
notre niiui>tre d'état. 

Fait au palais des Tuileries, le là Juillet i855. 

Signé NAPOLÉON. 

Par PEmpereiir: 
Le Ministre diétat. 
Signé Achille Fould. 



Digitized 



by Google 



B. n* 3ii. ( 45 ) 

IP 3871. — DicBBT MMPiniÀL qui aatorite la consolidation des Bons, 
ia Trésor délivrés à la Caisse d^ amortissement da 2 janvier aa 
Utjain i855. 

, Du 4 Juillet i855. 

NAPOLÉON, par la grâce de Dieu et la volonté nationale 1 
EiPKBKUB BBS FRANÇAIS, à tous présents et à venir, sALirr. 

Va Tartide 36 de la loi du 25 juin i84i * en ce qui concerne la 
coosolîdaUon de la réserve de Tamorlissement ; 

Va l'article à de la loi du 1 a décembre 1 848 , en vertu duquel la 
ré^erre de ramoriifsement cesse, à partir du 1* janvier i848,d*étre 
iSectée aux découverts du budget; 

Va Télat £ annexé à la loi du sa juin i854 . lequel comprend parmi 
ks ressources ordinaires du budget de i855 la réserve de Famorlis- 
semeat pour ladite annëe; 

Va le décret du 6 janvier dernier (1), qui a autorisé la con- 
loUdation en rentes de la réserve qui s'est formée du 1* juillet au 
3o décembre i854; 

VuTéiat des bons délivrés k la caisse d'amortissement, du a janvier 
•a 3o juin i855, en exécution de Tarticle 4 de la loi du 1 o juin i8S3, 

sélevanl à 43,5oi,35A' 79* 

nufoels il faut ajouter pour le montant des intérêts 
î«|iaQ3ajuin 387,1^2 46 

Ce qai porte Fensemble de ces bons, tant en 
apUux qu en intérêts , à 43,788,497 a5 

Laquelle somme est afférente aux rentes cS-après, savoir : 

Quatre et demi pour cent 27,099,029' 1 1* ' 

Quatre pour cent. 619,974 10 

Tfois pour cent •• 16,169,494 oi 

Somme i^galb • • • 43,788,497 96 

Sur le rapport de notre niinistre secrétaire d*état an département 
des finances, 

Atous jyicxkri et nicAiiTORS ce qui suit : 

Abt. 1*. Inscription sera faite sur le grand-livre de la dette 
publique, au nom de la caisse d*amortissement , en rentes trois 
pour cent, avec jouissance du 2a juin i8ô5, de la somme 
de on million neuf cent soixante et dix-neuf mille buit cent 
quatre-vingt-cinq francs, représentant, au prix de soixante-six 

(1) fioiLs58,ii*s3oa. 



Digitized 



by Google 



^ I 



(4«) 
francs trente-cînq centimes, cours moyen du trois pour cent à 
la bourse du 23 juin i855, la somme de quarante-trois mil- 
lions sept cent quatre-vi^igt-huit nulle quatre cent cinquante- 
six francs cinquante-neuf centimes (43,788,456*^59*). 

Cette somme de quarante-trois millitms sept cent quatre- 
vingt-buil mille quatre cent cinquante^ix francs cinquantÂvocuf 
centimes sera portée en recette dans les écritures d^ la camp* 
tabililé générale au budget de Texercice i855. 

2. Les extraits d'inscription à fournir à la caisse d*amorlis- 
sèment, en écliapge des bons consolidés conformément à far- 
tkJe i*' ci-d«$siis, lui seront délivrés en Iruis coupures» ainsi 
qu'il suit : 

Une de x «s 15,376' appartenftnt tu fan^s «Tamortissemeot des leotes 

4 quatre et. ^^«H pour oenl; 

Une de s3,g63 apparlenant uu fonda d*A«»ort)ssei&eat des reates 

,.. /quaU0.J;K>wceù^ 

Goe. 4f 7^647 appaneoani au fonds d'amortiasemeat des rentes 
trois p6ur cent. 

" >^79^^5i sofome ég;»le, 

T 



3. L'appoint de quarante francs soixante-six centimes réservé 
sur la somme de quarante- trois millions sept cent quatre-vingt- 
huit mille quatre c<ent quatre-vingt-dix-sept francs vingt-cinq 
centimes, formant le montant des bons appartenant à la caisse 
d*amortissement, sera représenté par trois nouveaux bons, déli- 
vré» à kdke^ caisse, savoir : 

Uft âm s' si* apparteDMit au fonde d^aoMirtiflaenMni des rentes ({oatre 

et demi pour cent; 
Va de i4 53 ap|>arteiiaot au fonda d'amortiaaement des sentes quatre 

pour cent; 
Et«»d* 17 9^ appartenant au fonda d^amortiaaement des rentes trois 

pour cent. 

4o 6& semoM égaie. 

4* Notre ministre secrétaire d*état au département des 
finances est chargé dé fexécution du présent décret. 
Fuit ad psfois des Tuileries, le 4 Juillet |8&S. 

I . .; Signé NAPOl-ÉON. . 

• • . . 1 i P/ir TEmpereur t 

t . , , Lr Minut/€ secrétaire ^èU^i aa, dêparUmen 

des Jinaitces , 

Signé P. Mao». 



Digitized 



by Google 



B. n- 3ii. ( 47 ) 

11*2872. -7- Décret JUPE Bi 4L qui auforis» an virement de Cr/JKts 
a'a Budget dà Ministère de la Justice» exercice t85f^, 

> hvk 7 Mliei t85$. , 

NAPOLEON, par U grâce de Dieu et la volonté nationale, 
bpEREURiMis Français, à tous présents et à venir, salct. 

Sar le apport de notr<» garde cks sceaux ministre secrétaire d*état 
ndéparfemetil de la justice; 

Va ia loi de finances du 10 juin i853, qui a ouvert un crédit de 
liii^-six millions six cent quarante mille sept cent quatre-vingts francs 

(i6,6lo,7$b'] , pour les dépense? du ministère de Ik justice pendant 
aercice i8â4; 

Vu le décret du la décembre suivant (1) porlant répartition dudit 
crédit enlr«> les cliapitVeâ spéciaux' du budget de ce dcpartemii^nt ; 
Vu lariick lï du sënatus-consuHe du a5 décembre- i8ôa; 
Kotre CSonsetl d*élat enletïdu , 

Avons i^iCKéri et t^ÉCRféro^s ce qui sait: 

Art. l". Les crédits ouverts aux chapitres ci-après indiqués 
dn budget du ministère de la justice, exercice i854> sont 
lUûts d^une somme de quarante-sept mille francs (47.000'), 
ttiôr: 

Gourde cassation. •-« » 375' 

Cours impériales • 9t54o 

Cours 4 assises • • • • i,5oo 

Tribunaux de première itistance • • 19,800 

TribuDaux de coinoaerce iS 

— Titi. Tribunaux de police • • • • 60 

u. Justices de paix 1 9,700 

Total 47*000 

2. Les crédits ouverts aux chapitres ci-après indiqués du 
budget du même mini^^tère, exercice i854t sont augmentés de 
ladite somme de quarante-sept mille francs, savoir : 

CairamE ii. Matériel de radniinîiiration centrale 97,000' 

X. Service de la justice en Algérie • 90,000 

Total égal 47,000 




Nos ministres secrétaires dVtat aux départements de la 
(1) B«U.ii3, D«9^. 



Digitized 



by Google 



(48) 
justice et des finances sont chargés, chacun en ce qui ] 
concerne, de Texécution du présent décret, qui sera inséré a 
Bulletin des lois. 
Fait au palais des Tuileries, le 7 Juillet i855. 

Signé NAPOLÉON. 
ParrEropereur: 
Le Garde des sceaux Ministre secrétaire d^état de lajnstid 
Signé Adbatdgci. 



Errata. Bulletin des lois n* 39s, contenant la loi du 3 mai i855, qi 
approuve plusieurs articles du caliier des charges relatif à la fasion des chi 
inin4 de fer normands et bretons , page 818, vingt-troisième ligne, au liea c 
les 2 rt6 avril, lisez les 2 février et 6 avril; même page, dernière ligne, au lie 
de 3t janvier 1855, lisez 3 mai 1853: page 819, dixième ligne, au lieu i 
3i janvier 1855, lisez <5i mars 1853; même page, dix-huitième ligne, au lie 
de 4 fiuic 1855, lisez 4 mai 1853; page 836, vingt-cinquième et viogt-sixiëa 
ligne, au lieu de à talUrou aa retoar, lisez à l'aller*et aa retour; même pag 
trente-cinquième ligne, au lieu de la marché ou le stationnement, lisez lamarci 
et le stationnement. 



Certifié conforme : 

Paris, le 19 * Juillet i855. 

Le Garde des Sceaux, Ministre Sécrétai 
d'état aa département de la Justice, 

ABBATUCCI. 



* Cette date est celle de la réception du Ballet 
aa miniatère de la Justice. 



Oa s'alKmnt pour !• DnUelîa dts loii, \ niaon d« 9 frasct par «a , à U eai«M de TlmpriaM 
impiriala , om eh«i 1m Dirtelean dc« po»t«t âm d^pariemuiU. 



Impaimbaib iMPiauLB. — 19 Juillet iSSS. 



Digitized 



by Google 



( à9) 

BULLETIN DES LOIS 

N» 312. 



3 



N* aSyS. -— Décret impé/i/àl relatif à Vimportation des Mélasêeg 
destiaées à la distillation. 

Du i4 Juillet i855. 

NAPOLÉON, par la grâce tic Dîeu et la volonté nationale • 
•EiPERKCR DES Franç.us , à tous présents et à venir, sklvt. 

Sur le rapport de noire, miaîsire secrétaire d*état au département 
èeragrîciiliure. du commerce et des travaux publics; 
Vu notre décret du ao décembre i854 (i)« 

Avoxs DÉCRÉTÉ et DÉCRÉTONS ce qoî suit : 

Abt. l*'. Jusqu'à ce qu'il en soit autrement ordonné, le 
li^me à Timportation des mélasses destinées à la disliilatioii 
eitèubli ainsi qu il suit : 

Mflaws i.mport/'cs/ 

pior être conver-l f des colonies françaises.. .... Exemptes. 

lies en alcool sous]parnavirPs| de l'Inde, de TAmérique mé- 

kr^imedétermi-^ français j ridionale etdes Aniilles. • • Exemptes. 

Bépar notre décret! ( daillears, 2'). ... 

du ao déceoibref par navires étrangers 3 J ^* *^*^ «"Wg- 

i«54 \ 

2. Nos ministres secrétaires d*éfat au département de Tagri- 
caliare« du comuierce et des travaux publics, et au départe- 
Bwnt des finances, sont chaînés, chacun en ce qui le concernet 
de lexéculioudu présent décreL 

Fait au palais des Tuileries, le i4 Juillet i855. 

Signé NAPOLÉON. 
Par l'Empereur : 
Le Ministre secrAaîre d'état aa département ds VayrieuUare, 
da commerce et des travaux publics , 

Signé E. RoijHEB. 



(l) Bull. sU,ll' 3934. 

Xt Série. 5 



Digitized 



by Google 



(50.) 

IP a*74. — Dicurr rmvfnTdi qm annarife nfimMm, mjkmMm^ 
des Débris de Fonte au-t^c^sous de 15 kitoqrammes, des vieux Moulages 
hors de service^ etc. expédiés dv l'île de Corse sur le CoiUineul français. 

Da i4 Juillet iS55w 

NAPOLÉON, par la grâce de Dieu et la volonlé nationale, 
Empereur des Français, à tiiu$ yréseals et à venir, sallt^ 

Sui le rappori de iiolre niinî&trQ secrélaîre dVtal au déparlement 
de i'agKcuhuie, du coaimerce et d^s travaux publics; 
Vu 1(*8 article;* 6 et 7 de lo lotdn ai avril 18 1&; 
Vu i'ariicle a de la loi do a6 juin 18 >â»; 
Vu les arlicle.H 6 et 7 de la loi du 6 mai 1.84 11 

Avons décrété et décrétons ce qui suit : 

Art. 1*'. Les débris de fonteau-drssous de quinze kilogram- 
mes, les vieux moulages hors de servce et les d< bris de fer et 
ie tôle expéiùcs de File de Corse sUr le confinent français, seront 
admis en fraurbise de droits, sous les conditions diteimîn' etf 
par Tarlicle 7 de la loi do 6 mai 18/ii , p-ir bs bureaux ouverts 
à là libre entrée des produits dé la Coi se, ainsi que par' tes 
hiireairx d'Arlet» et de Bouc» 

%^ Les f rr aille» * tran^res iniporté«s$ en Corse y serani 9ûm^ 
mises au droit du tarif f;éiiéral. ^ 

3. Nos ministn's secrétairts d*état au déparlement de ra;;nr 
cnltun»; dij commerce et des travaux publics» et au départe- 
ment des finances, sont chargés, chacun ea oequi le couecrae* 
lie reié< ulion du présent décret. 

Fait au palais des Tuileries, le id Juillet i8â5. 

Signe NAPOLÉON. 
Par rEmperevir : 
Le Minhtfe de Titnrienbnre , da commette • 
et des tnofoojt pahàcê. 

Signé £• RoiniiL 



N^ 2876. *^ Décret impérial relatif aax Douanes. 

. Du 16 Juillet i855. 

NAPOLÉON, par la grâce de Dieu et la rolonié nationale, 
Emperecr des Prançais, à tous présents et à venir, salct. 

Sur le rapport de notre minisire secrétaire d*é(at au départemenl 
4er«grlcullme, du commerce eldes travaux publics; 



Digitized 



by Google 



B. n«3i2. ( S-i ) 

Vu VmtAde 34 dé Uloî du ry décembre i8t4 • 
Aroii5 McniTâ el Micasuoiis ce qui luit : 

Art. l**. Les droits k Timporiaiion soat établis on modrCés 
qo*il sait à Tégard des marchandises ci-après d<^sigfiées : 

(Mêmes (lroit<> que les 
fruiU médicinaux 
Don UéaQKiixié«. 
(Mêmes droirs que les 
U^^bméaie et tenre de Lennos | pierres et torres 

_^ . (M^mes dro-ts que les 

'•»«'8°"~ \ lésumesveA.. 

ran bmt t francs 1 s i oo kil. 

Î Mêmes droits que les 
pierres cl terres 
pon dénonMiiées. 
dcrjnde..... io' 
des |>ays bon 

d'Kurop*»... 3o 

de« entrepôts, ho 

Par navires élran^rs 5o 

• (Par navire^ éiranffers lo 

* 9«n. • 

Mélanges avec 
dVinlres ma- 

• ^ / ^r idlaïKlres matières. \ 

sauf Us tissus eu pièm. . ton / 

! Mêmes diMi^tfvie les 
fruits mt^dicinauz 
mm dénommés. 
(Mêmes droits que Ibs 
pierres- et terres 
non dénommées. 
.f nacre \ /despayssituésaudelAj 

'fl depeHe, 1 /par navires j d<>8ca|i6Horn «^t de [lv»empli; 

«I aans f -en coquilles i français, j Bonne -Espérance ) 

Méktniciini > braies, j (d'ailleurs i5'j Us , 

td é^ ta nacre 1 '(par navires étrangers aS * i oo U^og. 

^ l<lite /rpfie&ei ., ,. ... , , .. (Le double des droits 

\\ onMf.rie. I*»** «" d#P«»».Hee de » croule . . . . j ^j^^^„, 

giffiaffiotHlpa, éites oreilles if j|>ar navires français RK<*mptes. 

\ •mmr •.'••• .(par iiavires.éiraogers. . 3'les loo kiloi;. 



amplement 

. , 1 TClon^ttS. 

en fiaoutchooc ou en 



les 
lOokiL 



I oo kil. 
les 



esdnùisqniells 

Goii V •,.••««•• .«.^ fieireectterraaooa 

I dénomniées. 



Digitized 



by Google 



Dents 
d'éléphant 



Défenses 

entières 

on en 

morceaux, 



(5a) 



\Mâclielitres,< 



par navires étrangers 60 1 00 kilog. 

; par Mvire,!"*^ P'^» •>»» «^'E- Exempta. 

[par navires étrangers 1 o j 1 oe kilog. 

^-^•'-p- ror«!i;ïxJs! 

^ I Mêmes droits que Ici 

Perle ou terre à porcelaine j pierreset terres non 

' dénommées. 

Eiemptes. 

. l' les 100 kilog* 
jdcs pays hors <**£"■ | g, emptei. 

ongloiis j "français, 1 /^P® 

etcaouanes. 



Drilles I ^ »*vires français et par terre. , 
* ( par navires étrangers 



Écailles 
de tortae. 



Carapaces, ( P?r na^î'**^» 



\Rognures. ....... 

Écorces médicinales non dénommées. 



d'ailleurs SoV les 

par navires étrangers 60 1 00 kiloff. 

Moitié des droits a- 

dcs^os. 
Même) droits cpie les 
écorces de quin- 
quina: 
Mêmes droits que les 
écorces à tan. 



Écorces de pin , d*aiine , de grenade et de bourdaine . 

«, . ,, , I nar navires français et par terre . . Exempts. 

Aaerais non dénommés (■ , *^fr«i i-i 

jiM^iua «un ucuvuniica ( par uauros étrangers . . o' 5o* ie$ 1 00 kilog. 

Étain brut par navires français, de Tlnde. . . Exempt 

Foin, pailles et herbes de pà-{|wr navires français et parterre. . Exempts, 
tarage . . • • • • • • (par navires étrangers. . o' 5o* les 100 kilog^ 

!(des pays hors d*Eu 
par navires) • ' 
français i J°^^ : 
^ • (des entrepôts 



1 



par navires étrangers ao j 1 00 kilog. 

Exempts, 
les 



, (des piys hors d'Eu- 

IVnits médicinaux non dénom- ( '^ navires | ^^^^ ^ 
mes. ••....•...• \ ^^^f^^ 



rope. 
(des entrepôts.» 



par navires étrange» so j 1 00 kilog. 



Exemptes* 
Jes 



Gnine de moutarde. . 



Mêmes droits que les 
graines oléagineuses 
lion dénommées. 

p . .. (par navires français et par terre. . Exempt 

**' • * ' * (par navires étrangers : . 1 ' Us 100 kilog. 

i Mêmes droits que Ici 
pierres et terre! 
non dénommées. 



J français -....»"*' '#* I 



Herbes médicinales non dénom-l ~ fonçais 

(par navires étrangers so ( 100 kilog< 



méMcthcs^ckacbflenaotbei """^*"V (doilirtirs 10' > les 



Digitized 



by Google 



B. n» 3i2. 



(53) 



45' les 100 kilog. 
Même» droits que les 
pierres et terre» 
pon dénommées. 



Wres blancs statuaires originaires 
Crèce». ••••••••••• «•« 



/Mêmes droits que let 
et importés de marbres de Tes- 



pbco originaires et 
importés d'Italie. 
Mêmes droits que les 
pierres et terres 
non dénommées. 
Matériaux non dénommas, sauf la chaux pour engraîs\ 
M les écossînes hrutes ou équarries autrement quel 



Ifarac. 



Mêmes droits que lee 
pierres et terre» 
non dénommée». 



¥iûÊAn. 



him et piment des colonies françaises autres que la 
Guyane. • • • ••• 



Mêmes droits que le» 
pierres et terres 
non dénommées. 



parie sciage , qui demeurent soumises au droit actuel. 

Hoir mÎDéraî naturel 

Ocre» » 

Oïïjàt de fer (colcolar) 

Pierres à aiguise^ brutes 

Pkrres et terres non dénom-j par navires français et parterre Exemptes. 

siées (par navires étranjgcrs. l'ies lookilog. 

Pirrres ferrugineuses autres que fémeri 

Kerres à feu ... • . . • . 

Pierres i chaua brutes 

Pierre ponce 

Pierre de touche 

Mêmes droits que les 

fruits secs ou tapés, 

Mêmes droits que le 

poivre et le piment 

de la Guyane. 

( par navire» (<î«M>«y».bor. d'Eu-j 

Qmfàtiw j f^»»^" jdes'^enîrë^ti;! l 

(par navires étrangers 6 

t idti pays hors d*Eu- 

[par navires) *^' 

.. ' ^* (des entrepôts., lo' 

(par navires étrangers ao 

de rinde 35 

d ailleurs hors 

d*Europe... 45 
des entrepôts.. 55 
par navire» étranger» 65 } 

i Mêmes droits que les 
pierres et termes 
non dénommées. 

derindc 5' 

par navires 1 d ailleurs hor» ■ . 
françai» j d'Europe. . . lo ' 
( de» entrepôt».. i5 
par navire» étranger». . , . . • ao 



médicinale» non dé-1 



KUiibe. 



par navires 
françai» 



les 
100 kilog. 

Exempte». 

les 
100 kilo^ 

les 
100 kilo^ 



SiUe commun pour la bâtisse. 



Sifoa et aalep. 



loo ktlof. 



Digitized 



by Google 



(S4) 
«fâiii -.. \ 

Sutfllle dvlitrytf.. iMènufs droits qne le 

Tdc brat m aiMte •• > «pterTM et lem 

T«rr«(ie pipe I noo déoomméet. 

TrifMPii -Ml «ko» / 

2. Les marobandises ci-après d'nonnnéeA sont aflrancbie 
de droits à Teotrée, quels que soient la provenaoce et le xuod 
•d'impoiittioii. 

AbKÎDttm. 

A èxatp de fer liquide. 

Agates braies. * 

Agaric de cbéne ou mmadouvier bnit. 
Agaric de inélëxe. 
Aixrarca. 
Anes et ânesses. 
' Animaux uoa dénommés. 
Afttaie. 

Ar8enic'(m&ta1). 
Barbotine ou semendne. 
fiézoards. 

Boi.1 à brâleV en bûeb^ ou en rondins. 
Bois h brûler en^agols. 
Bois de Tustet. 
Boucs et chèvres. 

Bourre de larne» Ignace et lontice^ 
Boyaax frais ou salés. 
Brou de noix. 

Bruyères à vergetteslimtei. 
Calebasses vides. 

Cendres végétales, vives-oo 1essi¥4e9» 
Chu m pignons , morilles et >inouss cioai» 
Chardons cardières. 
Cheveux, 
Cbevreftax. 
Chiens. 

Cloportes de&lécbés. 
Cornes de cerf et de snack. 
Cristal de roche.brtU* 
Diamants •î)ruts. 
teaîlle» d^aUlette. 
É'orces de cltr>n et <fôfant;e. 
Écorces de tan non moulues. 
Éorces de (Ifleul pour cord'ig'^s. 

TeuillA% propres à 'a teinture eC à la tannerie non dl^pmei'ées^ 
Fleurs de lavande et d.oreijfj{er,.méme salées. 
Carou (Reciaede). 
Gattde. 
4:seimtM»lle. 
Gibier. 
Ole. 



Digitized 



by Google 



fi.o*3i3. ('5&) 

lîiBiLes pores (TEarope. 

Gtipioo. 

Gai de chêne. 

)k 

knoet roseant d^Europe des jardins et non dénoMBill» 

Knb en grain» ou j^Âoe d'écarUla. 

Lbof» v> rts. 

Un de bière. 

Iiseos, autres qae.ceai propres à la teintore. 

Ltdeûo. 

Impode. 

Itft Je raisin. 

fct de r-ses. 

Kculfs â moudre , de toutes diaMMiionii 

IMIedeeeft 

i^tnk brôler. 

•V> de boeufs et d^atres unîman T, 

•Mi brut. 

(ft|ei$ d« collection horsi de emnttfCKQlu 

Œif* de If rs à soie» 

(Ea's de \oUili'e et dé gibier. 

(V.inrtle. 

0^ de CKiir de cerf et os de sècbe. 

Owenbt'tti-s. 

^de roMl pur ooi silieem (ttAhe)» 

^dp de cuivre. 

2*î'^lf linc grîs cendré ( tuthi^ 6»i 
J«ti(r»gwetfcï:inesde). 

^delièiresbvataft. 

ftedid-^iu. 

fi^nti gemmes bmtes. 

™bU d'arbres. 

Jjl^deMesaiDe. 

J'îwn d'eau donre , frais. 

;<^e« et poires éetmètÈ. 

J^àfeigtttM; 

■j«re* de tome de cerf et d'ÎTeîrcw 

**fci d- cire. 

fx^s â miet , ««ec eanams mants. 

îl^tlebéuil. 

^ de bouc desséché 
aiiTeHe. 

^ (<e cobalt ds» tOote' sorte» 

•"•m cocons. 

hccios. 

Vi4e ttnlliiptiir JmUîs. 



Digîlizedby Google 



- I 



( 56 ) 

Tortues. 

Tourbe crue ou carbonisée. 

Tourleanx de graines oléagineuses. 

TruOes fraîches, mari nées ou sè.ches. 

Vessies de cerf et autres. 

Vessies natatoires de poisson , brutes ou simplement desséchées. 

Vipères. 

Volailles. 

Yeux d*écrevisses. 

EXPORTATION. 

3. Les droits établis à la sortie des bois d'ébénisterie et du 
mâchefer sont et demeurent supprimés. 

&. Nos ministres secrétaires d'état au département de 
Tagriculture , du commerce et d('s travaux publics, et au 
département des finances, sont chargés, chacun en ce qui le 
concerne, de Texécution du présent décret 

Fait au palais des Tuileries, le 16 Juillet i855. 

Signé NAPOLÉON. 
Par r Empereur : 
L9 ^inistrê Je tagricuUare, eu commercé 
et des travaua: publics. 

Signé E. BoouBR. 

N* 9876. — DÉGRCT IMPÉRIAL ( contre-sigué par les ministres des 
affaires étrangères et de la marine et des colonies) portant que 
M. de Latjau, ministre plénipotentiaire, est nommé membre du 
conseit des |)rise8, en remplacement de M. Devoize, appelé i 
d'autres fonctions. ( Paris, 18 Juillet i855,) 



Certifié conforme : 

Paris, le ai * Juillet i855» 

Le Garde des Sceaux, Ministre Secrétain 
iiial aa département de la Justice, 

ABBATUCCL 



* Cette date est celle de U réception du BuUetiii 
au miabtère de la Justice. 



iMPaiiuuLiB iMPâauiA — si Juillet i855. 



Digitized 



by Google 



(67) 

Ca9BSSE9SBSSS99BBSB9SaS99BSaB9^ 

BULLETIN DES LOIS. 

N*» 313. 



1^ 9877. ** DâcBEV iMPÈMÂL f oî approuve la ComfentUm passée, 
ta 2 Jhrier et 6 avril 1855, entre le Miniiire de VAgnealtare. dm 
Commerce et des Travaux publee, et le$ Campagniei des Chemins da 
fer de Paru à Saint^Germuin , de Pane à Rouêa « etc. 

Dq 7 Avril i855. 

NAPOLÉON, par la grftce de Dieu et la volonté nationale, 
EMPKEBua DB3 FRANÇAIS» à lous présenta et à venir» salot. 

Sar le rapport de notre ministre secréltire d*état au département 
Aeragriculiure, du commerce et des travaux publics; 

Ni tes lois des 9 juillet i835, i5 juillet 18Â0, 11 juin iSia» 
sésml, 3 ei i5 mai i85i , 8 juili«*t i853, relative» à rétablissement 
dvciiennns d** fer de Paris s 5aini*Germaio, de Paris i Rouen, de 
toueii uu Havre, de rOuesi et de Pai^i^ a Caen et k Cherbourg; 

Vu rordfinnanc!e du 10 janvier 18&6 (1) et le dfcret du 18 aoAt 
iSS) (2). relatifs à TétabliSbement de» chemins de fer d*Argenteuil et 
d!*Anleud; 

Va la loi du 3 mai i84t ; 

Vu le sénatus consulte du a5 décembre 1863, article 4; 

Vu les couventious passées, le 3o janvier 1 855, entre les compagnies 
mucesai onnaîres <ies cuemins de fer ci-dchsus mentionnés; 

Vu la convention provisoire passée, les a février el 6 avril i855» 
iBtre notre ministre de Tagriculture, du commerce et des travaux 
publia», et lesdites compagnies; 

Notre Gmseîl d'état entendu » 

Avons nicaiTé el DécaéTOiis ce qui suit: 

Abt. l**. La convention ci-annexée, intervenue les 3 février 

11) nTsérît, Bull. 1171, D* is,&6i* ^ 

a) z* série, BuU. $73, n* 4396. 

ItSéria. 6 



Digitized 



by Google 



( 51 ) 
et § iVfl! I9i9\ êHtfê Mffé nifntétrê êé râ|^etlî!tlré, éil Mito 
mercc et des travaux publics, agissanl au nom de TEUt, et le 
compagnies >c^(feçe^sii>nnair^ des çh^miot de (er cU Paris 
Saint GeriiMidif dé ^arii à RhuciI, Û9 Aé»én ai» tiavre, <I 
rOuest, Pi de Paris à Caen et à Cherbourg, est et demeur 
approuvée, sauf raliticafioa.t jpay U lia, des articles de ladit 
convention et du cahier é^ chargés y annexé relatifs au: 
^Agagements da tréaor, 

2. Les actions de la compagnie ne pourront être négociée 
ep FranM avaut la v^iwroeni dea dMx prenintt cinquièstte 
du mnalant de chaque aittioii. 

3. Notre mfnbtre d^ Pagricuttnre, do commerce et Aêi travaq: 
publics est cliar^'é de rexécullon du présent décret , lequel se^i 
inséré au Bulletin des lois. 

Fait au palais des Tuileries , le 7 Avril i855. 

Signé NAMLÉOlt. 
Par ffimperéaf : 

Slpil B- ROUHKB, 

Vfîr% ppnr la ^uwntion ) U'intile. ^ rçpportç fe d^erel «â-499ati^» ft fwmt 
le rallier de charges joint A cette convention, 1* le Builetln n* sos (^ttN 
8a8 à 8a8); a* lEnuUi iotéré au Oulietin n* 3i 1 (page 48). 



N* ^879* — Déckkt iMPéntAL qai approuvé la Conventton passfe, 
tu U fivner et 6 avril 1855, entre le Ministra de t Agriculture , ia 
Commerce et des Travaux publics, et la Compagnie da, Chemui de 
fer Grand-Central de France, 

Du ^ Avril i85$. 

NAPOLÉON , par la grâce de Pieu ^t la volonté Qati'oii^e , 
Emperbua drs Français, à tous présents et à venir, salut. 

Sur le rapport de notre ministre aacréiaare d*état em dMparlfai^t 
de ragiicttilure, du commerce et des imtmtàJt puUki^ 



Digitized by VjOOQ iC 



Vu nos décrets dos ai •vriï (i), 17 mai (a], 3o juillel (3), 3o sep- 
Itobrc Cl) cl a6 décen.bre 1 853 (5) ; ^ 

Vu la loi du 3 mai 18^1 ; 

Vu le scnalus-coa^ulle du 95 d^nlbr^ 1 85i , article à ; • 

Va la ODaTcoliuii pi ovÎMiire passée, les 2 ttvrîer ei 6 aYfU i865, 
atre noire minislrc de ragiiciillure. du commerce et dct fravaus 
foblic», et la compagnie du chemin do fer GrandCenlraldeJ^ranci; 

Vu le cahier des cliar{^S annexé hlUâlit ciMiventiari; 

Nelre CoAseil d*élai anlaadu, 

Afma nàcMÂTi et DÉCRarosis ce qvi auil: 

Aat. 1*'. La convention provisoire ci^annexée, intervenue* 
les 2 février et 6 aviil i855, antre notre ministre de l'agricul* 
tare, du comcueroeet des travaux publics, agissant au nom de 
fElat« el la compagnie du rkenitn de fer Grand-Ontral de 
France, est et demeure approtivée, sauf ralificatien, par la leii 
tes article s de ladite convention el dn cahier de» chài^gea y 
annexé rclalifH aux engagements du trésor. 

2. Les actions qui feront émisés par la compditnie ne poul^ 
nmt être négociées en France, qu'après le versement des deux 
|iMnîcrs cinqnièmfS du luoniaut de chaque action. 

3. Notre ministre djQ ragritullure, du commerce et des travans 
feU^ca est cliargé de Teiécution du présent décret» Isqual itra 
inséré au Bulletin des lois. 

Fait au palais des Tuileries» }e 7 Avril i855. 

Signé NAPOLÉON. 

Par rEmpertnri 

Le Ministre de TafjrîeaVnm, cfii cmu aÉr w 
it des travûOJe publie», 

Sîgué £• ROOHBK, 

Veir^fear la eoavaatÎMi à lafo^a se rapporte le déorrt ci-dastat, tt prnr 
k cabier de diarges joint à cette ooovealion, le Bulietia n* s^s tp*f^ ^^ ^ 

(0 fiotl. 4^, n* hwh, 
(9) Bull. 74, n*6C7. 

PI Fardé sûpptSmcffTitre, Batt. 35, a^lHiâ. 
1^ (4) Partie supplémenlalre, fiali. A9, of 917* 
(5) fiaU.i3i»n* 1091. 

Digitized by VjOOQ iC 



K^ 387g. — - DicnET tupifiiÀt qui autorise lafbniation, à Chamhourey 
(ùeinê-^t'Oise)^ d'un EtahlissBmrnt de Smurt de la Providence, 

Du 96 Juia i85S. 

NAPOLÉON, par la grâce de Dieu et la volonté oatiomle» 
EuPBBBCR DBS FRANÇAIS « à toos présents et à venir, salut. 

Sur le rapport de notre ministre secrétaire d*état au départemeat 
de rinsiruclion publiq^ie et des cultes; 

Vu les actes notariés, en date des 10 octobre i853 et 16 iS^îer , 
l85&, par les'fuels la dame veuve de Clédat a fait d nation i la coq* 
ffrégation dos sœurs de la Providence , dont ii* sit'ge «*8t è 'Portietix, 
a*une maison *avec jardin et dépend.mces, située à Chambourcy, à la ^ 
charge d*aiïecter ces immeubles au logement de religieuses qui se . 
livreront à Tinstruction des enfant^ et au soin de:< malades; 

Vu le certificat de vie de la donatrice, en date du 8 novembre 1 853 ; 

Vu la délibération du conseil d*administraiinn de la ooagrégatioa 
des sœurs do la Providence, en daie du 13 novembre i8&3, tendant ' 
à obtenir lautorisalion , 1* d'accepter la donat'on précitée; a* de 
fcn'^er à Ctiambourcy, en eskécution des intentions de la donatrice» 
un établi sèment de ^œurs de son ordre; 

Vu les délibération:», en date du a4 décembre i854, par lesquelles ' 
le conseil municipal et le burraii de bienfaisance de Chambourcv ont \ 
demaTidé rautorisàiion d'accepter, chacun en ce qui te concerne, les ^ 
dispositions stisénoncée^; 

Vu le procès- verbal d'estimation des iaimeables donnés portanl ^ 
leur valeur à dix mille francs; 

Vu les renscign monts transmis sur la position de fortune de Is ' 
donatrice et sur c<'He de ses héritiers présomptifs; 

Vu Tordononnce royale du ai janvier 18Â1 (1), qui a autorisé la 
congrégation des sœurs de la Providence à Portieux, et celle du ^ 
a aoât 1616 (a), qui a approuvé e^ statuts; , 

Vu une cx)pie de ces statuts; 

Vu rengagement pris P'«r les sœur^t qui composeront rétablissement 
de Chambourcy de se conformer oxactement à ces statuts ; 

Vu Tétat de Tactif ot du passif de la congrégation donataire» vérifié 
et certifié par le préfet des Vosges ; 

Vu Télat des recettes et des dépenses présumées de Tétablissenient 
de Chambourcy; 

Vu le procès-verbal de Tenquète de commodo et incommoda, qui a en 
Ken i Chambourcy, le 10 mai i854: 

Vu Tavis du conseil municipal de Chambourcy, en date du aa mai 
i854; 

(i) IX* série, fiali. 789, o* 9161. 
(9) vu* série, Bull. 1 1 1 , n* 1 iot« 



Digitized 



by Google 



B. n*3i3. ( Cl) 

Vo les tTifi den étèqnes de Saint-Dié et de Ver<ailleii et des préfets 
des Vosges et de Seîne-et-Oîsé, en date des 1 5 et 35 aYiil, 3 a aoâl 
et 17 octobre i854; 

Vu Taris de notre ministre de l*iatérieur, ea date da 30 janvier 
ifôS; 

Va la loi da 3 janvier 181 7 et les ordonnances réglementaires des 
3 avril 181 7 «*l 1 4 janvier i83i ; 

Vu la ioî do 3& mai iSaS; 

Va la loi du i5 mars i85o, snr Tenseiscnement; 

La seciion de rmtérieur, de rinstruction publique et des cultes de 
notre Con*»eii d*é(at entendue, 

Avons DicasTé et décrétons ce qui suit : 

Abt. i*'. La coogrégation des sœurs de la Providence, exis- 
tant à Portieux (Vosges) en v^rtii dune ordonnance royale du 
31 janvier i84l • est autorisée à fouder à Chambourcy (Seiae- 
et-OiMf) un'étabKssemeol de sœurs de son ordre, à la charge, 
par les Qie<iibres de cet étahlissf*men( , de i»e conformer exacte- 
ment aux statuts approuvés pour la maison mère par ordon« 
aance ro>ale du 2 ar^dt 1816. 

2. Lasapérieure générale de la congrégation des sœurs de la 
Frovideoce, à Portieux (Vo5iges}, le maire et le bureao de bien* 
Uiaoce de Chambourcy (Seioe-el-Oise), sont autorisés à acceptir, 
diacan eo ce qui le conc»^rne, et aux charges, clàuseï et c«indi- 
tioos imposées, la. donation faite à cette congrégation par la 
dame Jeanne-Paule-Augnstine Moreaa , veuve du sieur MarUtd- 
GAriel de Clédat, suiiant actifs notariés des 10 octobre i8ô3 et 
16 tVvri^T i8â4« et consistant dans une mai<^on a\ec jardin et 
dépendances, située k Chaniboujcy et ftsliuiée dix mille francs, 
à la cha«g<' ootamuient d'a(r«c(er ces immeubles au logemedt 
de religieuses qui instrairont leaenfanis et visiteront (ea mi^hides 
de celte conmune. 

3. Notre ministre secrétaire d'état au départemefnt de rios- 
troctioo publique et des cuites, et notre minisire secrétaire 
d*état ao déparlement de rintérietjr sont chargés, chacun en ce 
qui le concerne, de IVxécution du présent décret, qui sert 
inséré ao Bulletin des lois. 

Fait au palais des Toileries, le 26 Juin i855. 

Signé NAPOLÉON. 
Par PEmperear t 
Ia JUimtn. ucréUùre iTéut au d/perUm»t 
de Tinslnction pubUt/nê et du cadci, 
Sîgaé H* FOaiotw 



Digitized 



by Google 



M* 9880. tf* DifoBvr iWFÉMïïAL f ai ouvre, «or Tesceroice 1855^ vn GMV 
iuppUmentairt pour Dépenses administratives du Corps législatif §( 
fuîpmiût^ des Députés. 

Da 98 Juin i855. 

NAPOLÉON, parla grâce de Dieu et la volopté uUopaltt 
Emperbuii des Français, à tous présenta et à veair, salot. 

Sur Ip rapport de notre minisire secrétaire d*élat des finance^; 

Vu Ja loi du 33 juin id54 portant fixalioQ du budget génial d^ 
dépense! et des rect*l(cs de l*ex<>rcice i855; 

Vu ie décret du i5 décembre suivant (1), contenant répartition 
des crédits du budget des dépenses de c« t exercise; 

Vu le décret du so juin i855 (a), qui convoque le Corps légii* 
lalif en senston extracirdinaire; 

Vu l*orticle i4 du aénalu<i-conso1te dit a5 décena^re i85a Saant 
fiodemiiité allachée aux fonciions de dépui^; 

Vu enfin les articles 20 et ai de U loi du 8 juillet 185^, concer- 
nant la faculté crouvrirdes crédita supplémauiaires « par décrej^» en 
Tatiscnc^ du Corps législatif, 

Avons nicaiTé et DicaérONS ce qui sait : 

Arr. l*'. Il est o^^vert à noire nûnistre S6'*rétaire dVUI dfs 
inancea, aur Texf-rcice i8.)5, un crédit aùppléoieiilaire dn-aix 
eent soixante al dix mille francs ( 670,000') p"Ur Uépenaeaadi- 
Biifiiatralivea du Corpa légalatif et indeuiniléa dea dépuiés 
ftbapitre »i). 

9. La fégulariaation de ce crédit acra propoaée ai C^pa 
législatif. 

9. Notre miniatre aecrétaire d*élat au départtm^t 4is 
financea est chargé de Tcxécution du présent dterM, qm sma 
Inaéré au Bulle tin des ioia. 

Fait au palais des Tuileries, le f8 Juin i85&. 

SigaéNAPOUOM. 
Pif i'Ka»parttu*« 

Le JAmM ararMpi iém a« < 

desfnoMces, 

Signé P. Mieai. 

■I I ■> 

!i) Bull. 94i« 0*9 »93. 
a) Bull« 3o4,ii* aSo4. 



Digitized 



by Google 



B.nOi3. (65) 

N* aSSi. — Déchet iMpàntàt, qaî approuve des môJSÊcaàànê aux 
Sta/tUi JU la Cùharégation det Sœurs Je SdinlMarnii, éliAliê à 
Bourguêii [Indre-H^ÎAtire). 

Du s Juillet i855. 

NA1K)LeON, par la grâce de Dieu et la voloolé naiioiiale, 
EMFiABDn oaa PaiiiçMSi k tous préaeaU et \ veuîr» u^ct» 

8ar le rapport de noire iiiini»lri ncrélàire d'élal ây dé|«fteiiient 
de l'înstruclkMk piUktue fi dei ciilleii i 

Vu la délibération du fonsoll d*ai Immigration de la oongr^ation 
des sœurs de Saint-Martin, k BMirgueil, en date du a6 heplenibre 
i854. teodaul k obttaif la modification des statuts de celte congré- 
gaiîim ; 

Vu les ordonnances royales du 16 avril i846 (1) qui ont autorisé 
celte congrégation cl i^pprouvé ses statuts; 

Vu la copie das nouveaux statuts signée, en témoignage d'adhé» 
sîoo , par tous les membres de la congrégation préNcnt> à Bourguefl» 
el revêtue de Papprobation du càrdinal-arcbevèque de Tours; 

Va Té at de Tacti/ et du pHSsif de la con«;régRlion ; 

Vtl Te pfocis-verbat de 1 ert<|U^le dé commodo et bucommôdo, qui a 
catitu à Bour^fUéil, du S fîu3o janvier itl55; 

Va Tavis du conseil municipal de Bourgueil , en date du 1" février 
j<55; 

Vu les avis du cardinal-archevéqtie de Tours et dn préfet d*lndre- 
d-Loire, en date des 17 et ai octobre i8S4 et »6 lévrier i855; 

Vu la loi du 34 mai idaS; 

Vu le déoret du 3i jearter iS&ft 

Gon-idérant que les niodi&eationt ffûpPiéw Êti% tlaltfli déjà ap- 
praiivés pour la eoagiégat on des sonirs de9JÎnt-Mariin« k Bourgueil, 
ne dpro<:eiit en rien aux lois de iÉItat et ha cotitiennent rien de 
contraire à la CoastHulion de Ifimpiref aaa Ifam^Uibeaf libertés et 
aMiimea de Tégliie g^dlicarte; 

lIctnCoMad^élaK 



r. I*. Lee tiiod}(I<»tîof)^ AéttiM^ééi pr fà eôtigit^g^tion 
r«rs dé Saint -Martin, établie i bcurguelt (fndre-ét- Loire) 



kfOKi oécaiTé et wiitiTOas ce qui suit ; 

Avr. 

4«$i0r«rsi ' m ^ , 

ei dirigée far une lupérieuce géoérete, aux statuts qu eUe a été 
aalarM* k auivirt fu o^doBuaj^ce i:eyale d« iG avril i&à6 , 
aoot appromféett 

^Wfc^^ I I i» > I II» H a» I l I I I I I l t I II I I II l i iil » 



Digitized 



by Google 



( 64 ) 

Ces modifications, telles qu elles résoltent des statuts annexé 
au présent décret, seruot enregistrées et transcriteii sur les rc 
gistres du Conseil d'état; inenlion de ladite traDsrription ser 
faite par le secrétaire général du Conseil d'état sur la pièce eu 
registréé. 

2. L'ordonnance royale du 16 avril 18A6 est rapportée en c 
qu'elle a de contraire aux dispositions du présent décret. 

S. Notre ministre secrétaire détat au départemeut de Vxm 
tructioo pub)i«(ue et des cultes eht chargé de i*eiécutlon di 
présent décret, qui sera inséré au Bulletin des lois. 

Fait au palais des Tuileries» le 2 Juillet i8S5. 

Signe NAPOLÉON. 
Par i*Empereiir : 
LeBiiHistre sfcrétaire ïJtétat aa dépmrinm 
d$ tmstructioh pahlnfue et des caliêis 
Signé H. FoaTOUU 



N* a88a.— Difc»£r twwiniAL qui autorise la fondation, à Bounne, 
ttttn Élablitsemûnt de.S<Bars de Saint-Charles, 

Da 9 Joillet i855. 

NAPOLÉON, par la ^âce de Dieu et la volonté nationale 
EMPsasuR DBS Français, à .tous présents et avenir, salut. 

Sur le rapr^rt de notre ministre secrétaire d*état au départemen 
de rinstrudion publique et des ciilles; 

Vo le testament public, en date du 1 3 décembre i853. par leqoi 
la dame veuve RottS-Moreaa s (épué : 

1* A cbacime des fabrique^ des trois églises de Saint-Rocb, d 
Nolre-Damo*d**8-Vîctoircs et de SaînlPi-rre du GrosCaillon.à Parii 
1* une somme de cinq mille francs pour être distribuée aux pauvre 
de ta paroisse ;!|* une maison de sept mille francs, à la charge de iair 
célébrer une messe chaque semaine à perpétuité; 

a* A la congrégation des sœurs de Sainl-Charles, dont la maiso 
mère e^t a Lyon, 1* une somme de cinq mille francs, à litre gratuit 
3* deux domaines, une réserve et un mobilier* en faveur de rétabli 
sèment de la Providence, dîte da Pkœnix, à Roanne, dirgée par de 
sœurs de cet ordre, et à la charfre de faire célébrer une grand*roess 
tous les mois à perpétuité dans Téglise de Villemoniais; 

Vu Tacte do décès de la testatrice, en date du a3 décembre i853 

Vu les délibérations du conseil d^administration de la congr^tioi 



Digitized 



by Google 



B. n* Si3. ( 65 ) 

ies sœurs de Saiat-Chstlas, en date des 8 fivrier et 38' mers i854t 
teodsot k <^leoir 1* rautorisation d'accepter les legs précités; 1* la 
noonoaissaDGe légale de rétablissement de sœurs de cet ordre eais- 
lat de iait à Roanne; 

Yq les délibérations, en date des 3o novembre i853, 5, 18 et 
ijjuiTier» 6 février, 18 mai et 30 août i854« par lesouelles les' 
ooseils de fabrique des églises de SaintpRoch , de Notre-Dame-des- 
Heloires et de Saint-Pierre do Gros-Caillou, k Paris, de Téglisede 
iUemoniais et dn conseil de snrreillance de Tadministration gêné- 
ak de rassistance publique, i Paris, demandent Tau torisatîon d*accep- 
tar.cliaciin en ce qui le concerne, les dispositions susénoncées; 

Vu le procès-verbal d'estimation des immeubles et objeU mobi- 
tan légués portant leur valeur totale k trente et un mille quarante- 
■eoffiraiics; 

, Vu les consentements donnés , les 1 5 , 1 6 et 1 7 janvier et 6 octobre 
i8S4» parles héritiers de la testatrice, à la délivrance des legs; 

Vu les états de Tactif et du passif des élablissemeots léntaires ve- 
ntés et certifiés par les préfets de la Seine, du Rhône et de la Loire; 

Vu le décret impérial du aa octobre 1810(1), qui a approuvé les 
statuts de la congrégation des sœurs de Saint-Charles, à Lyon , et 
oiui da 13 janvier i8i3 (a), qui a autorisé celte congrégation; . 

Vn rengagement prbpar les sœurs de Saint-Charles qui cpmposent 
TélabUssemeot de cet ordre, à Roanne» de se confornier exactement 
«DLstatats de la maison mère; 

Na l'état des receltes et des dépenses de cet établissement; 

Taie procès-verbal de Tenquéte i» commodo et incommodo, qui a eu 
In à Roanne, le a6 février i85&; 

Vu ravis de la commission municipale de la ville de Roanne, en 
«lateda 6 février i854; 

Vn les avis du cardinal-archevêque de Lyon , de Tarchevéque de 
huis et des préfets de la Seine, du Rhône et de la Loire, en date des 
aS lévrier, 8 et 10 avril, A, 6 et 10 mai, 13 mai et 7 avril i855; 

Vn Tavisjde notre ministre de Tintérieur, en date du ai août 
i8S4; . 

Va la loi du a janvier 1817 et les ordonnances réglementaires, des 
atvrili8i7et i& janvier 1 83 1; 

Vu la loi dn 34 mai 1838; 

Va la loi du 1 5 mars i85o, sur renseignement; 

Noire Conseil d*état entendu, 

Atoiis nicaiTi et DicniroNS ce qui suit : 

Akt. l*'. La congr^ation des sœurs de Saint-Charles exis« 

(1) iv" série, fidl. 3s9, n* 6i4e. 
(4 IV* série, fialU 475,0*6691. 

XI* Série. 6.. 



Digitized 



by Google 



i$nt à hf ùcl (Rbftfift), 0n yfewtn d*uo décmtiiBpMil da tl i 
^er i8t5, cpt «utoHsée k foader à Roanne (Loire) nn iw 
sèment de sœen de 9on ordre, k la charge, par Içs membi 
de cet .établissement, de se confooner exactemeot aux stati 
approuvés par décret impérial du 2^ 9ctpl)re i9iO pour 
maison m^re^ 

% La snpémara géoér^W iti lu c^ocrégutî^n i^ 9mn < 
S^-Cb4fki. ^ Lyon. «^ MtorUéi» à Mc^tcv, au chaigB 
daiifOi m oHHliiioiia iiiipoa6e3« iw lag» frite à csMa »ngvég 
tion, ea frvMrde i'étaMîssefiMot de «an ordrv* titué à Reaai 
(Loire), lolorisé par ^article i*' da présent décret, et coni 
sont le nom de fa Providence, dit ia Phœnix, par la i^n 
Marie-^ntoinfUe Moreoji, veuve du sieur Antoine Boux, w'm 
son teslatpent public du i^ décciQbre i853, et coosislM 
i"" en une somme de cinq nulle frapoç; 2*" da^s deux dojuaio 
Appelé;» Tuo Uajfênça, lautre, Vignofi, un« réserve dtta Çhatt 
^tués 3ur la comoiuoe d^ Villeaooptaif » et dans le mobiiierq 
9^ tinoQve au chaleaa du Marais at à Vîllemootais, le to«t évah 
à trente et un mille quaraBla^neuf francs. 

3. La trésorier de la fabrique de Téglise saccartale de Vill 
BMMitais (Loire) est autorisé, au nom de cet établissemea 

1^ A accepter la fondation perpétuelle de douze grand^uiess^ 
annoncées au pr6ne résultant, aq profit de celte églisCt da 1^ 
immobilier fait à la congrégation des imnn de Saiot-Cbiprte 
à LyoA» par h dame veuve Jio9^, pée Uorem, siiivapt ic 
testament public du i3 décembre i853; 

9"" A recevoir, chaque année, a pei^pébnlé, de la ceagrég 
tîôn dos sœnn de Saint-Ckarles, chargée de payer la dépeai 
de cette foodation, «ise somme de trente-six francs reconoi 
tiéoessaine par Tantorité diocésaine pour assurer Tacquit de dou^ 
grand'messes ennoncéesau prône« 

&. Le trésorier de la fabrique de réj^lise curiale 4e Saip 
Roch , à Paris (Seine), et le directeur de J'adfP>fMstration giip* 
raie de Tassistance pujiUque • à Pfiris , §ept autorisés \ aocepie 
chacun en ce qui le concerne, et aux jcbar^ges» cj^oa^ et côixd 
tions imposées , le legs fait à cette fabrique par la dame Mari 
Antoinette Roux, suivant son testament public du i3 décembi 
i853, et çopsistapt en uQe spo^ime de cinq mille franco peo 
être distribuée aux pauvres de la paroisse. 

5« Le trésorier de la fabrique de i'églia» citriak ée Saie 
Roch, à Paris, est autorisé à accepter, «ok charges, danses t 



Digitized 



by Google 



B. !!• 3i3. ( <7 ) 

tondilions imposées , le )egs d'une somme ée sept tnflle lhifie#i 
fiât à cette fabrique par la même testatrice» Suivant ion testa*' 
ment précité. 

Cette somme sera piaeée en rente snr TÉtat, et les arréragea 
kh rente acquise seront affectés, jusqu*à dae concurrence, à 
fisqait des messes fondées à perpétuité par la testatrice. 

6. Le trésorier de la fabrique de Téglisc succursale de NôtttH 
Dame-des-Vîctoires, à FaHs» et le directeur de Tadministratlon 
générale de l'assistance publique, à Paris, sont autorisés à ac- 
cepter, chacun en ce qui le concerne, et aux charges, clauses 
et conditions imposées, le legs fait à celte fabrique par la dame 
Umiê'AkiQinêttê MoreM^, veUY« du ^ieur Antoine Roux, suivant 
son testament public du i3 décembre i853, et consistant en 
une somme de cinq mille francs, sous la condition qu'elle sera 
distribuée aux pauvres de la paroisse. 

7. Le trésorier de la fabrique de l'églîse succursale de Notre- 
Dame -des-Vîctoires, ï Paris, est autorisé à accepter, aux charges, 
daases et conditions imposées. Te legs d'une somme de sept 
mille francs fait à cet établissement par la même testatrice; 
nîvant son testament précité. 

Cette somâie de sept mille francs sera placée en rente sur 
TÈut, et les arrérages de la rente acquise seront affectés, jus- 
go^^e oDDCurrence, au service de la fondation perpétuelle insti* 
ioéepar la dame veuve Roax, dans Téglise de Nolre-Dame-des- 
Tictoires. 

8. Le trésorier de la fabrique de l'église succursale de Saint- 
Pierre du Gros-Caillou , à Paris, et le directeur de l'admini»- 
tratiofi générale de l'assistance publique, à Paris ,*iont autorisés 
à accepter, chacun en ce qui le concerne, et aux charges, 
ckuses et conditions imposées, le legs fait it cette febriqoe par 
fa dame Marie- Antoinette Moreaa, veuve du sienr Antoine Ranx, 
suivant son testament public du i3 décembre i853, et consis- 
tant eo une somme de cinq mille francs, pour être distribuée 
aux pauvres de la paroisse. 

0. Le trésorier de la fabrique de Téglise succursale de Saint- 
Pierre du Gros-Caillou, à Paris, est autorisé à accepter, aux 
diai^ea, clauses et conditions imposées, le legs d'une somme 
de s^ mille francs , fait à cette fabrique par la même testa- 
Irice, suivant son testament précité. 

Cette somme de sept mille francs sera employée à l'achat 
d'une rente sur i'£tat dont les airérages seront affectés, jusqu'à 

6*t« 



Digitized 



by Google 



{ 68 ) 
due oonciiiTenee, à Tacqait des messes fondées à perpétuité par 
h dame veave Roux. 

10. Notre ministre secrétaire d'état au département de Tins* [ 
traction publique et des cultes, et notre ministre secrétaire ^ 
d*étatau département de rinlérieur, sont chargés, chacon en ce > 
qui le concerne 9 de Texécution du présent décret» qui sera . 
inséré au Bulletin des lois. 

Fait au palais des Tuileries» le a Juillet i855. 

Stgn^ NAPOLÉON. 
Par TEmpersar t 



Lt Mwiitrê sêerkain iéUti i 
àê tiiutnction, pnhUqnt cf ie$ ciilto, 
Sign^ H. FoBTOOL* 



N* s883. — DicMMT tupiniàt fu antarisê lafirmation, à PUyUt' 
Ckriit {Pimsthê), itan Étahliisement de Sœun de la Charité, dites 
Filles-du-Saint-EspriL 

Du 9 Juillet iS55. 

NAPOLÉON, par la grâce de Dieu et la volonté nationale, 
EMPKBBua DBS Franç/os, à tous présents et à venir, salut. 

Sur le rapport de notre minisire secrétaire d*état au département 
de Finstruction publique et des cultes; 

Vu la délibéralion du conseil d'administration de la congrégation 
des Filles-du-Saînt-Esprit, à Saint-Brîeuc (Cétes-du-Nord) , en date 
du i6 avril i847« tendant à obtenir, i* la reconnaissance légale de 
rétablissement de son ordre existant k Pleyber-Christ (Finistère) ; 
a* Tautorisation d accepter le legs fait A ladite conffrégation par le 
sieur Go/ Marne , suivant ses testaments olographes des 1 7 décembre 
i84o et a5 octobre i8&4, des biens quil possédait sur le territoire 
de la commune de Pleyber-Christ et consistant en une maison avec 
jardins et bâtiments en dépendants, et en deux pièces de terre d'une 
contenance totale de vingt-neuf ares vingt centiares; 

Vu la délibération du bureau de bienfaisance de Horlaix , en date 
des 9 novembre i846 et 10 avril i85o, tendant A obtenir Tautori* 
sation d*accepter le legs de la nue propriété d*une somme de six mille 
francs fait à cet établissement par le sieur Marrée, suivant son tes- 
tament du 2i5 octobre i844. 

Vu les testaments précités des 17 décembre 18&0 et a5 octobre 



Digitized 



by Google 



B.n*3i3. ( 69 ) 

Vu I acte de décès du sieur Marrie, en date du i) atril i846: 
Va le procès-verbal d'estiinatioa des biens légués à la congrégation 
inFUles-da-Saint-Esprit, constatant qu'au moment où les sœurs en 
al pris possession , leur valeur s'élevait k trois mille quatre cents 
fancu el qu'ils valent actuellement cinq mille anq cents francs; 

Vu les actes sous seings privés, en date des 1 a et 34 novembre 
i846, a3 mars 1847% ^^ ^^ ^9 '^'^'^ i85o, 27 octobre et 1 1 povem- 
ke i85i , contenant le consentement des légataires universels k la 
délÎTrance des legs précités ; 

Vu les actes extrajudiciaires signifiés, les a4 juillet et 7 août i85i« 
ans liéritiers naturels du testeteur; ensemble les pièces consUtant 
que tous ces héritiers n'ont pas eu d'observations à présenter, k l'ex- 
œplioa du sieur Pierre Guivarck, qui a fomié une réclamation, dans 
k but d*obtenir que l'acceptation des legs du sieur Marrtc ne soit pas 
aniorisée; 

Vu le procés-verbal de l'enquête de commodo et incommodo, qui a eu 
fieo k Piejber-Ghrist; 

Vu les avis des conseils municipaux de Morlaix et de Pleyber- 
Cbrût, eo date des i5 décembre i846 et 1" août 1847; ' 

Vu rengagement pris par les sœurs qui dirigent l'éuUissement de 
Taics^u-oeinl-Esprit, à Plevber-Christ, de se conformer exactement 
HK statuts approuvés pour 11 maison mère; 

Na la copie de ces statuts, certifiée conforme par la supérieure 
géoinie de la congrégation ; 

Va rétat des recettes et des dépenses de l'éUblissement de IHeyber- 
Cbrist; 

Va fétet de l'actif et du passif de la congrégation des Filles-dn* 
Sttnl-Esprit, vérifié et cerliné par le préfet des Côtes-du-Nord; 

Vu les avis des évéques de Saint*Bneuc et de Quimper, en date des 
33 mai 1847 ®^ 18 janvier i854t et ceux des préfets des Côtes-du- 
Nord et du Finistère, en datedes aS mai 1 847t a 1 janvier et a 7 mars 1 854; 
Vu Tavis de notre ministre de l'intérieur, en date du a juin 1 854; 
Vu le décret impérial du i3 novembre 1810 (1), qui a autorisé la 
congrégation des sœurs do la Charité, dites FillM-da- Saint-Esprit, k 
TIério, et a approuvé ses statuts; ensemble l'ordonnance du ai mars 
i836 (3), qui 1 a autorisée k transfiber le siège de son étaUissement k 
Sainl-Brieiic; 

Vo les lois des a janvier 181 7 et 18 juillet i837« et les ordonnances 
réj^ementaires des a avril 1817, i4 janvier i83i et 6 juillet 1846; 
Vu la loi du a4 mai i8a5 et celle du i5 mars i85o» sur l'ensei* 



La section de llntérieur, de l'instruction publique et des cultes de 
Conseil d'éut entendue, 



sv* série, BolL 338, n* 63ii. 
i^séntiBolL éi3, b*(44j« 



Digitized 



by Google 



(70) 
AvoM hictàri et ctoiTOws oo qui i ait : 

Art. l*'. La congrégation des sœurs de la Charité, ditoi 
fUleS'da Saint-Esprit , ei^Istant priaiitivement à Plério fCote» 
du-Nord), eo vertu d*un décret impérial du iS novembre iSio, 
et dont le siège a été transféré k Saîat-Brieuc (même départe- 
HMBt)» eA eiécotioD d'une ordonnance royale du 3 1 mars i836, 
est autorisée à former à Pleyber-Cbrist (Finistère) an établisse- 
ment de sœurs de son ordre, à la charge, par ces religieuses, de 
se conformer exactement aux statuts approuvés pour la maison 
mire parle décret précité du i3 novembre 1810. 

2. La supérieure générale de la congn'^galion des sœurs 'de la 
Cbariié* dites Filles da'Saint-Esprit, k Saint-Brieuc (Côtes-du- 
Nord), au nom de cette congrégation, et le maire de Pleyber- 
Christ, au nom» tant de la commune que des pauvres, sont 
autorisés à accepter, chacun en ce qui le concerne , an^i char^^es, 
daoses et conditions imposées, le legs fait k cette oosgrégation 
par le sieur Gtxj Marrée, sirivant ses testaments oiograpbes 
des 17 décembre i84o et 25 octobre i844, et consistant en 
une maison avec jardin et bâtiments en dépendants et deux pièces 
déterre d'une contenance de vingt-neuf ares vingt centiares, le 
tout situé à Pleyber-Christ (Fiuistère)» estimé cinq raille cinq 
eeets francs, et occupé par rétablissement de Fillos-du-Saint- 
Esprit autorisé dans cette commune par l'article i*' du présent 
décret. 

3. Le bureau de bienfaisance de Mnrtabi (Finistèfti) est auto- 
risé à accepter, aux cfauses et c^^nditions imposées, le legs de 
la nue propriété d*nne somme de six mille francs fait à cet 
établissement par le sieur Gay Matrec, soivanf son testament 
olographe du 35 octobre i&iL 

i^ Notre minîativ secrétaire d'état au département de TinS" 
tsueliea publique et des,eultes, et notre ministre secréuire 
d'éket am déparlcmeot de Tiniérieiir,» sont dsargés, dkacHn en oe 
qui le concerne, de l'exécution du présent décret,, tfoi sera in- 
séré atf Bulletin des lois. 

Fait ivi palw <Ies Tuilenes;, le i Jaitlet i85f(. 

Signé NAPOLÉOlf, 
FJiF TËstpcroar: 
Le Minime mréam ikt» <m ^^ vlmm t 



Digitized 



by Google 



B. n* 3i3- ( 7* ) 

ll^lSSi. — DÉCHET iMPiniAL qui autorise ta foniation, à Prwuy^ 
{Seîne-el-Oke) , d'un, ÉiabHueaient de FUteê^de-k-Croix , HUs Sœiir# 
de Sdânt-André. 

Da a Juillet i855. 

HAPOLÉON, par la gràcé de Dieu et ta vdmité DatiMde» 
Ibpkbeur des Français, à tous présents et à vùhir, êkvor. 

Sur le rapport de notre ministre secrétaire d^élat au déparlemtnt 
le riQ^ructiûn publique el deé cultes ; 

Vu le testament olographe du ii «out 1849 par leqnéT la dame 
Teare Bidé Je Maurville, a légué & la supérieure générale de la oon|pé- 
gatiba des Pilles-de-ta-Croix , dites Sœari de Saint- André ^ à la Pu/e : 

1* Udc somme de trente mille irâncs i prendre sut ces capitaux 
^•oés 1 c!oq pour cent, sous la condition de remettre, cliaque année* 
aux sœars de son ordre établies à Prunay le revenu de ce cepilal* 
lédoclîon faîte d*une somme de deux cents A-ancs qui sera remise 
tenaéllement au curé ou desservant de Téglise de Prunay y si elle en^ 
obtient un, et a la chargé en outre, par là supérieure générale, de 
frire prier Dieu pour elle , son mari et ses parents, dans rétablissement 
At Prunay et d*y faire célébrer chaque année deux messes pour le 
icfos de son âme et de celle de son mari ; 

1* tevers objets mobiliers, sous la condition de les affecter aux 
IwMMBi de rétablissement de Prunay ; 

5' Une somme de mille francs pour être employée k la célébrs^tion 
de Buïïe messes, dont cent devront élre dites par te desservant d^ la 
saeeursàle de Ëdno et deux cents par celui de Prunay s s*it nv en avait 
pas, cent francs seraient alors remisa cette intention au oesservant 
de la succursale de Gîronville; 

Va Taete de décès de la teststt-ica, en date du 16 sapteitibre i8bi ; 

Vu le» déUbératJoos d^ conseil 4*aflhniniltralioii d^la ooh^régaiioil 
des FîUeade-la-Crei&, dîtes Smurs dé Smim-Anirég a la Puye« att.^ste 
des aa mai i85a, et 28 décembre i6â4« tendant à obtenir raulpri-' 
satîoa« 1* de fonder à Prunay un établissement de sœurs de fiotf. 
ofdre; a* d'accepter lès legs faits en laveur de cet établissement par 
UrieMûntciUé; 

Vu les demandes, en date dès 18 décieifibre lS5l él %6 A5ât lèâSf 
pèr Itsqttéites les déèsénrAtir» dés su^uti^aleS dé Olfottf ;il« et de Bunp 
flfliiidiml l'autarisatiott d*aceépler t en M qd les éôtieérué, Ms dis|KH 
mtÊÊO^ ausdAanoéési 

Vu le precès-vttrbsl d^esiialatioii desblyèU UBabilteraléfuèÉ pertaaa 
leur Tsleor k natif eeat soixante franos; 

Vo Tactè extngudiciaiEe sîgaifié aux héritiers da la i^mtriaa le 
x\ avril 1 853 « pour lés m.ettre ea démeure de se nronoûcer ;;. . . . 

Vu la réclamation formée par ces béri^ets dies le but de ft*ef pMer 
t Facceptation des 1^; 



Digitized 



by Google 



( n ) 

Vu les renseignements transmis sur la valeur de la succession et 1 
position de for lune des réclamants; 

Vu les états de Taclif et du passif des établissements légataire! 
vérifiés et certifiés par les préfets de la Vienne et de Seine-et-Oise; 

Vu Tordonnance royale du a8 mai i8a6 (i),qui a autorisé la coi 
gr^tion des FiUes-de-la-Croix, à la Puye, et celle du 3o avril del 
même année (a), qui a approuvé $e& statuts; 

Vu une copie de ces statuts; 

Vu rengagement pris par les sœurs qui composeront Fétablissemoi 
de Prunay de se conformer à ces statuts ; 

Vu Tétat des recettes et des dépenses de cet établissement; 

Vu le procès -verbal de Tenquête 'de commodo et incommoda , qui a e 
lieu à Prunay, le 19 septembre i85a; 

Vu Tavis du conseil [municipal de Prunay, en date du ig sej 
tembre i85a; 

Vu les avis des évèques de Poitiers et de Versatiles et des préfel 
de la Vienne et de oeine-et-Oise , en date des i5 octobre i853 
aSjuin, 16 septembre et 37 octobre i853, i4aoûti854« 4eta3jai 
vier, a 6 février et 10 mars i855; 

Tu Tavis de notre ministre de Tintérieur, en date du 3 févri( 
i854; 

Vu la loi du a janvier 1817 et les ordonnances réglementaires d< 
a avril 1817 et i& janvier 1801; 

Vu la loi du a4 mai i8a5; 

Vu la loi du i5 mars i85o, sur renseignement; 

La section de Tintérieur, de rinstruction publique et des cult< 
de noire Conseil d*état entendue, 

Avons décrète et décrétons ce qui suit : 

Art. l*'. La congrégation des Filles-de-la* Croix, dites Scbil 
de Saini- André, existant à la Puye (Vienne) en vertu d'un 
ordonnance royale du a8 mai 1836, est autorisée à fonder 
Prtibay (Seine-et-Oise) un établissement de sœurs de son ordn 
à la charge, par les membres de cet établissement, de se coi 
former exactement aux statuts approuvés pour la maison mèi 
par ordonnance royale du 3o avril 1826. 

2. La supérieure générale de la congrégation des Filles-de-L 
Croix, dites Sœurs de Saint- André, à la Puye, et le desservant i 
la succursale de Gironville (Seine-et-Oise), à laquelle la con 
mune de Prunay est réunie pour le culte, sont autorisés 
accepter, chacun en ce qui le concerne, et aux charges, clausi 
et conditions imposées, le legs fait à la supérieure générale d 



i:i 



1) vnx* série, Bdl. gS, n* 3i39. 
a) vui* série, Bail. 89» n* 9991. 



Digitized 



by Google 



B. n» 3i3. ( 73 ) 

cette congrégation par ia dame Florence^MarieTHaherleJoseph 
lielbarde de Glymes de Hollehenue, veuve du sieur AntoÎM" 
Qermain Bidi de Maurville , suivant sbn testament olographe du 
11 août 18^9 f et consislaot en une somme de trente mille 
&U1CS, sous la condition notamment d^affecter à perpétuité à 
fentretien des Filles-de-la-Croix établies à Prnnay, le revenu 
de ce capital, déduction faite d*une somme annuelle de deux 
cents francs qui sera remise au curé ou desservant de Féglise de 
Pnmay , lorsqu'elle en sera pourvue. 

Le capital légué de trente mille francs sera placé en rente sur 
fÉUt. 

3. La supérieure générale de la congrégation des Filles^le-la- 
Croix, dites Sœars de Saint-André, h la Puye, et les desservants 
des succursales de Gironville et de Bnno (Seine-et-Oise) sont 
autorisés à accepter, chacun en ce qui le concerne, le legs fait à 
cette congrégation par la même testatrice, suivant son testament 
précité, et consistant en une somme de mille francs pour être 
employée à la célébration de messes , dont deux cents seront 
dites par le desservant de Gironville et cent par le desservant 
^Buno. 

k. La supérieure générale de la congrégation des Filles*de-la» 
ûoix, dites Sœurs de Saint-André, à la Puye, est autorisée à 
accepter aux charges, clauses et conditions imposées, le legs 
£dt à cette congrégation par la même testatrice suivant son tes- 
tament précité, et consistant en divers objets mobiliers, évalués 
ensemble à neuf cent soixante francs, qui devront être aiTectés 
aux besoins de rétablissement des Filles-de-la* Croix, à Prunay 
(Seine-et-Oise)* 

5. Notre ministre secrétaire d*état au département de Tins- 
truction publique et des cultes, et notre ministre secrétaire 
d'état au département de l'intérieur, sont chargés, chacun en ce 
qui le concerne, de l'exécution du présent dâ:ret» qui sera in- 
séré aa Bulletin des lois. 

^ait au palais des Tuileries, le 2 Juillet i855. 

Signé NAPOLÉON. 
Par rEmpersur : 
Le MinUre ueritaire détat tm d^Mart$m$9iî 
i$ tmêtrmedon psUif m et du oulsf « 
Signé H. FoaxooL. 



Digitized 



by Google 



«74) 

N* 9$85.— ^ ÙicnBT iMPiniÂL aaî aatorise, èommé Cmqrèqaiic 
ilriùée par un$ Supérieure générale, TAssQçiatioA religieuse des SiBafi 
4e Saint^ôtephs existant 4 Cmset 

\ 

NAPOLÉON, par la grâce de Dîea et la volonté nationale^ 
EMPiAaua DIS FuliÇAidt à tous présenta et à venir, saldt« 



Sur le rapport de notre miniftlre se^rélaite â*étâl a« dé^artêMMBl 
de riosiraclion puUkitte et des coltei ; 

Vu la demande de laMOcialion religieuse dos sœurs de SalnuJé^ 
sepht k Cusieii en date du s jnîii i8&i, tendant à obtenir toli auto- 
risation comme congrégation dirigée par ontf supérieure géfiérale ) 

Vu rengagement pris par les membres de celte association de se 
conformer exactement aux statuts approuvés par ordonnance royale 
du i3 juillet i8a8 (i) et par décret impérial du 5 aoÂt i853 (a) pour 
la congrégation des sœurs de Saint-Joseph, k Bourg; 

Vu une copie de ces statuts signée, en témoignage d^Hdhésion i 
l^sf tous les membres dé Fassociation et rérétue, en outre, âersp^« 
«ation de TéVéque de Moulins t 

Vu le procès-rerbal de lenquête de commodo et incommcdo, fpA â M 
lieti A Gusset, le 3 septembre i894; 

Vu lavis du conseil municipal de Cussèt « en date dtt i y ao&t i864) 

Vu Tétat de laclif et du passif de Tassociation ; 

Va les avis de l*évéque de Moulins et du préfet de TAliier, en date 
des ai septembre et 7 octobre i854; 

Vu la loi du a 4 mai 18a 5 et le détret du Si janvier iSS^ ; 

Vu la toi du iS mars i85o, sur rèiBelgnemenc, 

Notre Conseil d^état entendu , 

Avo*s tictiiti et DitcaiTôNS ce qtn mïit i 

Abt. 1*'. L'aasocîation religieuse des losura de Saîdt-ieaepk , 
eiisUoI à Cilsset (AUier), est antortsée tomme ei^ngrégitkm 
dirigée par une supérieure générale, à la chargé de Bë tf^thrûséÊ 
aux statuts approuvés par erdoonauce royale du^ 1 3 juillet litaS 
et par décret impérial du 5 août i853 pour la congrégation des 
sœurs de Saint- Joseph, à Bourg (Ain}, et que les membres de 
cette asaoeîatîon ont déclaré adopter. 

%é Notre nioiatre aecrétem d'état an département de Tins- 

(1) Tiii* sirie, Beli a4^, b« 8773* 
(s) XI* séris, Buii. 78, tt* e^A. 



Digitized 



by Google 



B. n* 3i3. ( 75 ) 

Intedon publique et des cultes est chatfé de Teiéeution du 
présent décret, qui sera iuséré au Bulletin dés luis. 
fait au palais des Tuileries» le à Juillet 1^55. 

Signé NAPOLÉONi 
Parn 



Le Ministre secrétaire ^étai aa iipaHemsnt 
ai CinstrticAm pahlique et dès etdta. 

Signé B. FoeiouIh 



HT 9SS6;-^Diea#t iMPinut qui ûtttm$$ lafmiaii&n, à Amkm» 
dmML ÈtiMm$mnkii8 Smm dé Noif-Dmé^dé^hânêé-dn^BoA-Pâh 
temr» 

Da 4 laillsft i555. 

NAPOLEON, par la grâce de Dieu et la volonté nationale, 
Empxiikur pas FaàifÇAis, à tous présents et à venir, sAurr. 

Sur le rapport de notre minisire seoréUire 4*étot «a départenieftt 
de rinstruclion publique et des cultes; 

Vu la délibéralion du conseil d^administration de ia congrégation 
do sœurs de Neire-Dame-de-la-Charilé-du-Bon-Pasteur, à Angers, 
CD date du 11 octobre i853, tendant à obtenir Taulorisation de 
fimder, à Amiens, un éUblissenent de sœurs de son ordre; 

Vu le décret du i3 septembre i852 (1), qui a autorisé celte con- 
grégation, à la diar^e de se conformer aux statuts approuvés par 
déonet du 1 6 juillet 1 Ô 1 o (a) pour la congrégalion des Dames-de-Saiut- 
Thomas-de- Villeneuve, à Paris, et que Tes sœurs de Notre-Dame-de< 
Cbarilé-du-Bon Pasleur ont déclaré adopter; 

Va une copie de Ces statuts: 

Va rengagement de se conformer à ce^ sfafats pris par les sœurs 
de Notre-Dame-de-la-Charité-du -Bon-Pasteur appelées à faire partie 
de Tétablissemenl de celordte à Amiens; 

Va 1 eiat des recettes et des dépenses de cet élablÎMeesent; 

Vu le procès- verbal de Tenquéte dd commodo et i/icammoefo « qui a eu 
Kea à Amiens le aa avril i854; 

V« l'arls da conseil numicipal d'Aocûens, ee date du 6 nei i854; 

Vu les avb des évèques d^Amieus et d*AogerSr et des préfets ée k 
Semoee et de Maiae-et-Loirt , ea date des 6 d^ieiAbre iS&î, a4 juillet, 
1* septeoibre, 19 et aS octobre \^kt 



Digitized 



by Google 



( 76 ) 
Vu Tavis de notre minutre de Imtérieuri ea date du ai mai i855; 
Vu la loi du 2à mai i8a5; 
Vu la loi du i5 mars i85o, sur renseignement; 
La section de Tintérieur, de rinstniction publique et des eulles de 
notre G>nseii d*état entendue» 

Atons Dicftéri et DécmiioNS ce qui suit t 

Art. l''. La congrégation des sœurs de Notre-Dame-de-Cha« 
rité-du-Bon-Pasteur existant à Angers (Maine-et-Loire) , en vertu 
d*un décret du i3 septembre i853 , est autorbée à fonder à 
Amiens (Somme) un établissement de sœurs de son ordre, à 
la charge, par les membres de cet établissement, de se conformer 
exactement aux statuts de la maison mère approuvés par décret 
du 16 juillet i8io. 

2. Notre ministre secrétaire d*état au département de Tias» 
tniction publique et des cultes, \di notre ministre secrétaire 
d*état au département de Fintérieur, sont chargés, chacan en 
ce qui le concerne, de Texécution du présent décret, qui sera 
inséré au Bulletin des lois. 

Fait au palais dea Tuileries, le à Juillet i8S5. 

Signé NAPOLÉON. 

Par l*£iiipereDr : 

Le Miniitre itcrétaire d'état au ddpartêmnU 

dé tùutmedon pa6Ic^ae el du cuk$$p 

Signé H. FOBTOUU 



N* ^SSj.-^DicBET lifPiMTAL foi aatoriie la fondation, à Crèvêccmr 
(iVarcf), d^un Établissement de Religieuses Aagastines, 

I>u 4 JoUlet i855, 

NAPOLÉON, par la grâce de Dieu et la volonté nationale» 
Empkrkur des Fbamçais, à tous présents et à venir, salut. 

Sur ie rapport de notre ministre secrétaire d*état au département 
de Tinstruction publique et des cultes ; 

Vu Tacte notarié, en date du 6 août i853, par lequd le sieur 
Boheri Si isit donation à la ooujgrégation des reUgieuses Augustines,'à 
Cambrai, d'une maison avec cour, îardin et dépendances, située à 
Grèvecœur, sous la condition de mamtenir à perpétuité dans cet im- 
menUe unemaisM d*éducatioa où les jeunes Mes indigentes d^ U 



Digitized 



by Google 



"^ 



B. »• 3i3. ( 77 ) 

M CréftcoBOt FSCéfTont grâtiiitmiêiit 1 ittAlniclioB pnoiiif^t 
eonanl qm indemnité annuelle payée par la oommone; 
'o le certîfical de rie du donateur, en diate du 1 1 mai i854; 
Va la délibération du conteil d*adminittralion de la congrégation 
è» rdigîeuses Augu&tinei, à Cambrai, en date du 6 décembre i853t 
tadant 1 obtenir Tautorisation , i* d*accepter la donation précitée; 
s' de fonder, àGrèTecœur,un étaUisiement de sœurt de ton ordre; 

Va les délibérations, en date des 17 novembre i853 et 16 no- 

icmbre i854« psr leiqueiles le conseil municipal de Grévecœur a 

idé Tautorisation d'accepter, en ce qui le concerne, les dispoai« 

sttséooncées, et Voté une allocation annuelle de quatre cents 

pour rétablissement projeté ; 

Va le procès-Ycrbal d'estimation des immeubles donnés portant 

leor Taleor à six miHe francs ; 

Vo les renseignemenb tranimb sur la position de fortune du do* 



Va le décret impérial du sa novembre 1810 (i), qui a autorisé 
FaeecciatioD des rdigieuses Augustines, à Cambrai, sous le titre de 
Camummnmmié à svpénêmn loeak , et a approuvé ses statuts ; 

Vo le décret impérial du i4 janvier i853 (a), qui a autorisé cette 
communauté comme congrégation à supérieure générale et a modifié 
sesstntnis; 

Va rengagement pris par les religieuses Augustines qui compose- 
VQBt rétablissement de Crèvecœur de se conformer exactement aux 
itHots de la maison mère; 

Tu Fétat des recettes et des dépenses présumées de cet établis- 
MDcnx» 

Va leprocès-Tefbal de l'enquête dé eommoio et ineommoio,, nui a eu 
liea à Crèvecœur, le 6 lévrier i854t an sujet de la fondation pro* 
j«lée; 

Va Favis du conseil municipal de Crèvecceur sur le même olqet, 
es date du i4 février i854; 

Va les avis de l'archevêque de Cambrai et du préfet du Nord, en 
date des ag décembre i853 et 3g mai i854; 

Va Faris de notre ministre de l'intérieur, en date du ao décembre 
i854; 

Va la loi du a janrier 1817 et les ordonnances réglementaires des 
3 avril 1817 et i4 janvier i83i; 

Va la loi du a4 mai i8a5; 

Vo la loi du i5 mars i85o, sur renseignement; 

La section de l'intérieur, de l'instruction publique et des cultes de 
ootre Conseil d'état entendue, 

(1) vT série, Bdl. 338, a* 63i6. 
( s) xï* série, Bull. 17, n* i3s« 



Digitized 



by Google 



(79) 

Art. 1**. La congrégation des religieuses Angnstines , exis- 
tant à Cambrai' (Nord), en vertu des décrets impériaux des 
aa novembre iSio et i4 janvier i853» est autorisée à fonder 
i. Cfèvec(£ur (même département) un établissement dd «c^um 
de $on ordre « à la charge » par les membres de cet éublissemdot, 
d9 se c^former exactement aox atatuU approuvés pour la mai- 
aon mère par ies décteU précités. 

S* La supérieure générale de ]a eongrégatiofi des rel^fetisea 
Augostiiies, ti Cambrai (Nord), et ie maire de Crèvecœuf 
(même départemept), sont autorisés à accepter, chacun ea ce 
qui le concerne, et aux charges, clauses et conditions inipp* 
sées, la donation faite directement à la congrégation c|ea reli- 
gieuses Auguslines et éventuellement à la commune de Cr^ve» 
cœur, par le sieur Edouard-Juste Boberi, suivant acie Mtarié du 
6 août iSâS» et consistant en une maison avec cour/ jardhir 
bâtiments et dépcs^kmcea, situéo à Crévecorar* et estimée au 
Biille firinca, sons la condition notamof^ent de maintenir à per- 
pétuité, dans les immeubles donnés, une maison d^éducation 
où les jeunes filles indigentes de la comnu/je de Crévecœur 
recevront gratuitement rinstruction primaire, moyennant unQ 
Indemnité annuelle payée par celte commuoe, 

3, Notre punistre secrétaire d'état au département de rins- 
truction publique et des cultes, et notre ministre secrétaire d'éUI 
AU départen^ent de Tin teneur, sont chargés, diaoea ra ce qui 
le concernât de Texécution du présent décret, qui sera inséré 
an Bulletin des lois. 

' Fait au palais des Tuileries, le d Juillet i855. 

«Igné NAPOLÉON* 

Ptr TEmptretir x 

I# itmstr$ tfcrdtain itital am HimMmMi^ 

de rinslmcUon publique et des caUiâp 

Si^ë U. FORTOUL» 

N* a888. — DâcKET jupâkial portant c^n$$$sm cfwi Li>fttnmti éam 
* HA BàtimaU domani^L 

Du 4 Juillet i$5&. 
NAPOLÉON, par la grâce de Dieu et la w>lonté nationale« 
ExpEBsna mu Fbahçais , à tous présenta et à venir, salut. 

Sur le rapport de notre ministre secrétaire d*état au département 
des finances; 



Digitized 



by Google 



ï. n* 3i3. ( 79 ) 

T9 k paragraphe 1* de Tarticle la de la loi do aS avril |833« 
A|i conçu: 

iAdcod logement ne sera concédé oQ maintenu dans \$$ bAtiments 
liipaMiante du domaine de TÉtal qu'en vertn d'une ordonnance 

im piçfiri et iuiçKiT.011^ <9^ui si^it : 

An. 1*. Le logement indiqué dans f état ci-joint est accordé 
■ fiifaié de i'adimaâlratioii dm dmieaea «i im contribu- 
tinis indirectes qui s'y trouve désigné. 

ilate mimiUMM eccrélairê d'étal mi déperttmefti des 
jb» en «har^é d« rai^iitÎM àm pi^éaaiit décret, q«i saim 
ioèéaa Bulletin des lois. 

fittiw pajaiis 4ej» Tpilerjlç^y 1^ 4^uiU^t i&^b, 

Sgni NAPOUOK. 
Par fi 



I4 MinUtn ffcrétaire délai oa Uporim^nt 
âes finances. 



J^ 




MnnoE DM 


MOAMBf. 








PPIPM 

de pik« 
a« ehaqoé 


dat |bnai<yia 
dea 


mnrt 

eoBCMnon. 


aaiMraop 
4a, 




1 hiiiiii.. 

giMiar...,. 




ialu dans 






^^^^^^"" 


•■■■■■■■i 


BSS^B^^^^H 




•B^^pWplB 


W^i^^^^^^^* 



^iipoor être annexé an décret du A juill^ lê^b» 

la Iftruifre $eçfiuire tHat it$ fumcêâ, 



Digitized 



by Google — 



(8o) 

N^aSSg.— DicAir/irpijiriix foî autorisé h Communauti iêi SmÊn 
de la Visitation, existant à la Charité-sur-Loire (Niiore) , à transfértr 
à Nwêrs U siège de son établissemenL 

Da is Jaillet i85S. 

( 

NAPOLÉON* par la gr&ce de Dieu et la volonté nationale, 
Empkekur dis Français, à tous présents et à venir, salut. 

Sar le rapport de notre ministre secrétaire d*état an déparCement 
de rinstruction publique et des cultes ; 

Vu la délibération du conseil d*adininistration de la communauté 
des scrars de la Visitation, à la Qiarité-sur-Loire, en date du 17 ayril 
i8S4* tendant àobtanlir : 

1* La translation, à Nevers, du siège de celte communauté; 

a* L*autorisatîon de vendre les bÂli'ments qui lui servent de maison 
conventuelle; 

3* L^approbation des acquisitions faites au nom et pour le compte 
de la communauté par la dame Fonmier, sa supérieure, suivant actes 
notariés des 16 février, 1 7 mars, 8 et 1 5 avril i853, etmojenriànt une 
somme totale de quinze mille huit cents francs, de divers terrains 
situés à Nevers et sur lesquels les sœurs de la Visitation ont déjà fait 
construire une nouvelle maison conventuelle; 

Vu les actes notariés contenant ces acquisitions; 

Vu les plan et procès-verbal d'estimation des terrrains acquis par 
la dame Foamier portant leur valeur k dix-sept mille francs; 

Vu le procès- verbal d^estimation de Tancienne maison conventudle 
constatant que sa valeur est de quarante mille francs; 

Vu Tétat de Tactif et du passif de la communauté; 
, Vu les procès-verbaux des enquêtes de commodo et ineommodo, qui 
ont eu lieu à la Gharité-sur*Loire et à Nevers, les 17 septembre et 
ag décembre 1 854; 

Vu les avis des conseils municipaux de la Gharité-sur-Loire et de 
Nevers, en date des ig janvier i854 et 37 janvier i855; 

Vu les avis de Tévéque de Nevers et du préfet de la Nièvre, en date 
des iSmai, aajuin, i4 août et aa septembre i854; 

Vu le décret impérial du ag novembre i853 (1) , qui a autorisé à 
la Charité-sur-Loire la communauté des sœurs de la Visitation; 

Vu la loi du a janvier 1817 et les ordonnances réglementaires des 
a avril 1817 et i4 janvier i83i; 

Vu la loi du a4 mai i8a5 ; 

La section de Tinlérieur, de Tibstruction publique et des cultes de 
notre Conseil d*état entendue, 

(1) BnlLii0tn*954« 



Digitized 



by Google 



B. ii*Si3. . r 81 ) 

Atons véaàti at péctiroiif ce qoi ioil : 
Abt. 1*. La commun >Qté des sœurs de la Visitation existant 
a la Charité-sur-Loire {Nièvre}, en vertu d'un décret impérial 
dn 39 novembre 1 853, est autorisée à trsosiérer, à Nevers 
f^inë'me département}, ie si^e de son établissement. 

3. Notre décret impérial du 3g novembre i853 est rappbité 
en ce quM a de contraire à l'artide 1* du présent décret. 

3. La supérieure de la communauté des sœurs de la Visita* 
Ibo, à Nf*v«rs, est autorisée à vendre* au nom de cette corn- 
Dmi»aa«é, aux enc^»ères publiques et sur une mise à prix totale 
de quarante mille francs, divers bâtiments avec dépendances, 
situé» à la Charité-sur^Loire, appartenant à celte communauté 
cl noa ;«revé8 de services religieux. 

t^ Sont approuvées les arquisilii>ns faites, au nom et pour le 
compte de la communaïutédes sœurs de la Visitation , par la dame 
Ftmmier, sa supérieure, suivant actes notariés des 16 février, 
17 mars, 8 ^1 i5 avril i8ô3, des si»»ur et d^me Soleil, sieur 
éludante de Moneorps, sieurs Pivert père et fik, sieur et dame 
Leeoq, moyennant une somme totale de quinze mille huit cents 
francs, de divers tt^rsins, situés à Nevers, estimés ensemble 
ttx-sept mille francs et sur lesquels la communauté a déjà fait 
cMtttraire une nouvelle maison conventuelle. 

l{>era pourvu au payement de ces acquisitions avec le pro* 
doit de I aliénation de Tancienne maison conventuelle. 

5. Ndtre ministre secrétaire d*état au déparlemeut de Tins* 
traction publi(|ue et des cultes est chargé de Texécution du 
présent décret, qui sera inséré au Bulletin des l(âs« 

Fait au palais des Tuileries, ,1e la Juillet i855. 

\ Signé N^KOLÉOff. 

Pir rSmpf reor t 
Lt Minitin Mcrétaire iit&î m 4éMBrtimi$X 4$ 
TimtructÙM publique 9t àe$ cuuês^ 
Signé U. FoBTouu 

BT 3890. — DicMMT iMPÉMiAL qui auioritâ oa viremini dt CriHti 
«a Budget da iiiniitm des Affaires étrangèrei, esereiee iSSi» 

Da Uioillet i855. 

NAPOLÉON, par la grâce' de Dieu et la vdonté nationale, 
EsFEaEca pis Fbahçais, à tous présents et à venir, sudt. 

Sur le rapport de notre minblre secrétaire d*étai ao déparlement 
des afiaires étrangères; 



Digitized 



by Google 



Va la loi du lo jam im porUni ftMilîM dm l»dg«l àé§ 4<fN 
et des receltes daf exercice i854; 

Vu fe d<crel du la décembre suivani (i), contenant répariitîof 
erédim accordés par ce même budget ; 

Vu lea décrets des i6 d^embre t854 h) et 10 février i8S5 
portnni virements, de crédits 4in budget dunûuittère des ulTaires él 
gérée t pour K*dit eiercict i8S4; 

Vu rartîole la du sénatu8-<:onsulte da 95 déeembre i85t; 

Notre G>n8eii d'étal entendu , 



Aveira oécaiii et DricBétoiia eè qui suit 



Aar/; l*'. Les crédita oavtrts stir lea ehapif vta auhraM 
bud^^et des affaires étrangères pouf Tesprelce i85A tonl réd 
d*une sonitiie da cent aix mille trois etât cinquante fti 
(io6,dW), savoir: 

CsAPiTaB I*. Personnel • • < 

m. Trattenisiit* des agents politîqnes et consulaires « $9,1 

M ..P. ■■■■ tf, Traiiemeiit des sgSBls ea iaaeliviié « 1,1 

■ « ■ ■ !■ ■■ T. Frais d*éiablisMa»rnt.. « •••••• 6J 

■ p VI. Frais de voyages et de courriers ,..«..« s4%<) 

■ ■ I vni. Présents rli|i|oti)ati(|ues • i 

■ ■■ » ijc. indemnités et secours 8.4 

II. MiutoasstiMpnsesaitraofdiuaîras*... M 

m n ■! ■> aii* Dépsassa iaifirévu«s ..•••••»• 3 

Total io€.3 

2. Les crédita ouverts sur les chapitres ci-après du bad 
des afTaires étrangères, pour Texercice i8.it« sont augmeo* 
par voie de virement, dune somme égale de cent six m 
trois cent cent cinquante francs (io6,35o^j, savoir : . 

Cmmm u. MaiéHel 3C>i 

I * ns. Fasà da sarv^oa 70,0 

Total • • . io6.3! 

S. Nos mfntstres aecrétairea d*<tae aux dépertemenb des 
ladres étrangères et d«a finança août chargés, chacun en 



I 



li 



8all. ir3,a^ gê^. 

Balt.a43»a*ssift. 

) ikai.s6s,n*i354. 



Digitized 



by Google 



! S.n*3i3. (AS ) 

iltdofmt, 40 r«zécqliMi 4» ftéêmk décml, oui mm 
MiilUleUndasIoû. 
Tiit an palais de^ Tuileriiçs, le ^4 Jpill^t i855« 

Signe NAPOLÉON. 
Far VEmpfmiri 
Is MmtMiM srcrétairt d^éutî ia idpmUmÊÊA 
i^s ëjai^ «s éirjHgèrrê j 

Signé WAUintti. 

•"•^■"■"—^"■■^■•^ 

fii^h^Dicnr impémui foi rapporte cdui ia il nwêmhrê 
ISSI, nknf aux Imoaux J« constraeUon i un Hoavel Hôtel 4éf b 
Cm ^ d^pd(f et consignatioas. 

Du »4 Juillet i85S. 

UPOLÉON, par It grâce de Diea et U volonté netioiialo, 
km Dia Fravçajs, à tons présenta et à v<*Bir, salct. 
h k rapport de notre ministre seerélaire d*élal au déparfemant 

iianiôciiTi et Décn^TOiis ce qui suit: 

^iT. l«. Eh| rapporté notre décret du 1 7 novembre i854 (1) 
pW»red*ttliliié pttbliqne les travaux de constructton d*un 
Mvdbôielde U caisse des dépôts et consignations, quai Mala- 
lûel nie Bonaparte, à Paris* 

i Soire minisire se»'rétaire d*état au département des 
■■nesKt chargé de Texécution da présent décret, qui seim 
Mré 10 Bulletin des lois. 

faitaa palais des Tuileries, le i4 Juillet i855. 

Signé NAPOLÉON, 
par rkimpcriNir t 
te Mudstre eecréteire téiaî au iépitfmeHt deêJuÊOMem , 
Signé P. Masm. 

*^. — D^caar impinuL qwi pneerii kiprem'itfmiim em A^ghU 
^teHkh f délais 4a S^awJ i855, mmUfi^ntleSS 4# l'or- 
^lUie Code de piodiure enile, et de k Ui doi 2 mm i955, 
'^yjtudeeedepaùe. 

, tetiJiiiisiim. 

lUPQtÉON. par 1« yriç^ ifi Piçn «t U volonté nationale, 
WHW w Fa^RÇAif, à Wq« préseoU oH ^ venir» MtcT. 
' ^ W iipport d« notn garde d» «o^e«lf mUûslre secrétaire 

WWka37,n-,i57. 



Digitized 



byGeogk 



(84) 
d*éUt an .dépaHeiA«it de la jasiice, et confeiniiéiiiént k Vwm 
notre ministre secrétaire d*état au départtment de la gaerra, 

Atoiis oicBÉTé et DicRiTORS ce qui suit : • 

Abt. l*'. L*arb'cle i*' de la loi du 26 mars i855, modiG^ 
le S 5 de rarticle 781 du Code de procédure civile, relalîj 
f exercice de la contrainte par corps, et la loi du a mat i8â 
qui remplace par d*. nouvelles dispo>ition8 les articles 3 et 
de la loi du 36 mai i838t sur les justices de paix, seront pi 
inul^^ués en Al|;t*rie, et y seront exécutoires à partir du jour 
cette promulgation. 

2. Notre garde des sceaux, ministre secrétaire d^étal au ( 
parlement de la justice, et notre ministre secrétaire d'é 
au département de la guerre, sont chargés, chacun en re q 
le concerne, de rexécutton du présent décret, qui sera puh 
et inséré au Bulletin des lois. 

Fait au palais des Tuileries, le 18 Juillet i855* 

Signé NAPOLÉON. 
Par rEmpereuir : 
Le Giriê dei sceatue, Mimitùrê ie^uùn ii 
as dépuHemint d$ lajjuilet^ 

Signé Às^Tiico* 



N* 3893. — DicRKT tupiniAL portant prorogation Je la Chaml 
temporaire da Tnbanal de première instance de Limoges* 

Du 18 Juillet i855. 

NAPOLÉON, par la grâce d^ Dieu et la volonté nationali 
EupEnscA DBS Français, à tous présents et à venir, salut. 

Sur le rapport de noire garde de« sceaux, ministre secrétaire d*ét 
ftà départeroenl de la justice; 

Vu rjiriicle Sg de la loi du ao avril 1810; 
Le G)nseil d*état entendu , 

• Avons uiiCMiri et nécaiTONS oe qui suit : 

Art. 1". La chambre temporaire créée au tribunal de pr 
mière instance de Limoges (Haute-Vienne), par ordonnao( 
du 39 novembre i842 (1), et successivement prorogée jusqa 

(1) IX* séria, Bull. 96s, n* 10,377. 



Digitized 



by Google 



I B. n* Si3. I 85^^ > 

k joor, coodooera à remplir ses fonctions pendant une année* 

A Pexpiration de ce temps, elle cessera de plein droit, s*il 
fitû a pas été par nous autrement ordonné. 
! 1 Notre garde des sceaux, ministre secrétaire d^état an dé- 
l^emenl de la justice, est chargé de Texécution du présent 
ioet, qui aéra publié et inséré au Bulletin des lois. 

fait aa palais des Tuileries, le 18 Juillet i855. 

Signé NAPOLiON. 
Par rEmpereor : 
L§ Garde Jtfi tceata. Ministre teerémite têtaU 

Sipké ASSATOGGI. 



1* 1894. — Oieixr MMPititâL <fui otmre le Bureau ia DûaoMê iê 
?Êmfol {Côtti^'Nord) à Vimportaiion d$ eertamn Mûrekandisêi, 

Du 18 Jalllet i8S5. 

RAPOLÉCm, par la grâce de Dieu et la volonté nattonale, 
bnuoR DBS Fbaxçais» à tous présenta et i venir, salot. 

im\è rapport de noire ministre seerétatre d'état au département 
de f apiculture, du commerce et des travaux publics; 
FsJaloidu 37 mars 1817: 
Vi FartScle à de la loi du 5 juillet i836, 

Atoms oAcuTé et nscasTOiis ce qui suit : 

An. I*. Le bureau des douanes de Paimpol fCôtes^n- 
bd} est ouvert à Timportation dt-s marchandises taxées à plus 
k vingt francs par cent kilogrammes on nominativement dési- 
pée par rarticie 8 de la loi du 37 mars 1817. 

1 Nos ministres secrétaires d'état au département de Tagri* 
ciltun*, du commerce et des travaux publics, et au département 
des finances, sont chargés, chacun en ce qui le conceiiie, de 
^exécution du présent décret. 

Fait au palais des Tuileries, le 18 Juillet i855. 

Signé NITOLÉON. 
Par i'Ëmparear s 
L$ Mimstre euràmre ièial tfo àé^ariemenî Îê Tetgn* 
cuUure^ ia etUÊmercê et du f ranaoc fioUJCf « . 
Signé £. llQQHaa. 



Digitized 



by Google 



i9ê} 

N* aàgS. — ÙictiET MMPiBiAi qui accorde à h C0mmmn$ Je Saà 
Marie [Basses- Pyrénées) an Entrepôt réel des Doaaues poar les M 
chandises prohibées et non prohtbéei. 

Do iS Jui)l«t i855. 

NAPOLÉON» par k grict de Ditii et là Yotenlé flttioikâi 
Empbukcr dks FftAnfAUt à km$ préMolè et à vmâré •aiiBIw 

Sur le rapport de notre ministre secrétaire d*état au déparlemi 
de Tagricullure, du commerce et des travaux- publica; 
Vu les loi» des 97 février i83a el a6 juin i835, 
Avons oBcaéré et A^èaét^tis ce <|ui suit : 

Art. i*^'l]n enirepAt réel des douanes pour les marcli] 
di«*es prohibées et non prohibées est accordé k la commune 
Sainte-Marie (Baaaes*Pyré<iées]« soÀs lea oonditioiis détermiai 
par les loia et rèf^lemeutâi 

2. Nos ministi^s secrétaires d*état au département de i*ag 
culture, du commerce et des travaux publics, et au départemc 
^ Goanœs, aom chargés, chacun eu ce qui le couceruoi dé téi 
culion do présent décn t» 

Faîl au pakia de$ Tttikuiea k l^ Juillet i«56. 

àîgné napoléox. 

Par I Einpareor : 
Le Siînistre secrétjnre iélat aa di^pariement de Tâ^ 
ontov^ àê jM ii it tt tf des tWÊëtm pMkst 

Signé £• RooiuA» 

N* 9896. «— DiQUMT iM^ÉÊtàL fsi ûWre, svr fesêrtirt iSfé, 

Crédit supplémentaire pour la liquidation dtLfomfdà VOpént, em 
aa J^ Juillet Î85â. 

Pa 30 Juillet 1 855. 

NAPOLÉON, par la grke de Dieu et la voloolé Mlâonal 
EMrta&CR DBS Français, à tous présenta et à veftir, SAurt. 

Vu la loi da toJLim i8&3 porUnt fixatiob M baidget gétté^dd 
recettes et des dépenses de Texercicc i854; 

Vu le di'eM du id déierabre 1853 (1) portant répartition p 
chopitrés du bird||et des dépenses de cet exercice; 

Vu le décret du 19 juin têbk (s) porfwit ouverture au œinist 
. - ' '- ■• ■^•^' — ^■■^.— 

il) Bull. 113,11^9% 
s) ûolL 19990' i779t 



Digitized 



by Google 



B.ii*3i3. ((8f^)) 

Hm iTm ei^i mif/fAimmMtè pmiv «m «(AmM I te Ik^tdâtién 

Isr le fftppoft dé notre itiSniftife d'éut , él de Tavia de Te eoà^mli- 
te sopérieare pirauuieûCe instituée pAr nôtre décret du ag juin 

m, 

iieu Diciiii el UçMiiOKi 09 qMÎ aoUi 

int. )^. n e«t Ouvert i noire mintstfe d^étet, surrexérciée 
itSi, un crédit supplément aire de trois cent quatre-vingt- 
4itt mille flraMs (39'^,Odo'), en «u^ntehtartM du crédit ouvert 
fit notre décret du dcf Juin i834 , pour la liquidation du passif 
JelOpéra, arrêté au i** juillet i854. 

i Ia régularisation dç ce crédit sera soumise au Corps 

l Notre ministre d*état et noire minisire des fiasAces sont 
dsigés de re&éoiitieû du préteni décret. 
Fait au palais des Tuileries , le ao Juillet i855. 

Signé NAPOLÉON. 
Par TEmpereur i 
lijffnûtrc i^éfmmm^ U MlnUin déat^ 

Signé P. Maa». . Sigué AcHiUia FociA. 

Il I miin I 

I ^^^^ -^ DécaiT twntfiiAL (contro-èigné par le garde des sceaux» 
I iHoifttre de la ju5liee) portant » 

l'QueM. CscAec {Charles Ferdinand) ^ employé des renirSburions 
jiidireces, né le 9 juillet 1829, demeurant à Kouen (Seine InPé- 
I raiTp), est autorisé à substituer à son nom patronymique celui de 
IUkoct; 

s* Que M. Coeh&it ne pourra se pourvoir deviiot lis tribunaux 
pmr iaire opérer, sur tes registn^s de fétat civil, Se cli^ngemrnt 
latent du présent décret , qti*après IVxpiration du délai jîxé par 
■ loi du 11 ^rniinal an xi, ei en justitiaiil qiraiicutie opposition 
st éie formée devant le Conseil détut. (Paris, 2 Avril i853.) 



^aSgS. — DicRET impérial (contre-signe par le ministre de Tagri- 
culture* du commerce et des travaux publics) portant, 

1* Qu*il sera procédé à la rociincation de la roule départementale 
^Var. n* 7, de Dr^guignan & Barjols, entre Salemes elSiilans, sui- 
^ le di re e t iee g é nér a l e indiquée e» rou{;e sur le plan visé par 
'i-lWM» e» ahef d» Vm^ k M Jeafier i855 ; 



Digitized 



by Google 



(W) 
9* Qo« rtdfliiiustratioB ^ auioria^ k faire raoqvifithNi dei.t8rrpii9« 
et bâthnenti nécessaire» k l*exéciitîon de cette reciifi<ation , en te con- 
fonnant aai dispositions des titres 11 et saivants de la loi du 3 mai 
i84i« ftur reiproprialioQ pour cause d*atilité publique. [Pittrit, 
5MaH855.) , 

N* 11899. — DicaiT tMPéiiiAL (conlre-signé par le nriiiistre de l'igri- 
eulture, du Gommerce et des Urtvaux publics) portant ee qm 
suit : 

1* Est dédaré d*utiiité publique l'établissement* aux abords delà 
ville de Tours, de deux courbes de racct^rdement direct enlre ie^i iiois 
ebemins de fer d*Orléans, de Bordeaux et de Nantes, et d'une gsre 
de manœuvre pour Tubage de ces c urbes; 

3* Pour larqui.Mtion des teirains k occuper pour Teiécntion dei 
travaux cidessus mentionnéfi,la compagnie du chemin de fer de Psrti 
k Orléans est substituée aux droits, comme elle est soumise aux obli- 
gations qui dérivent pour f administration de la loi du 3 miti i8&i« 
Pans,ôMaH855,) 



Certif é conforme : 

Paris, le 26 ' Juillet i855, 

Le Garde des Sceaux, Ministre Secrélain 
iitat aa département de la Justice, 

ABBATUCa. 



* Cette date est celle de la réception du DoUetii 
i ministère de la Justice. 



0» fTaWaM pont U Bnllttia ^ loSt, t r»î«M d«9 Iftsct par «■ , t b caitM i« i'Iapttai« 
faHilriili» M «li« 1m Dirtcitan dits pwtat ëtt d4pwtta«it. 



toaimau mriauuu— s6 Juillet 1$^ 



Digitized 



by Google 



f gg ) 

BULLETIN DES LOIS. 

N*» 314. 



ir 3900. — DicMBT JMPÂÊiAL portant promaîgation de la Conveatùm 
cwumlaire conclae, U 8 juin 1855, entre la France et lês Pays-Buê* ' 

Da 30 JaîHet i855. 

NAPOLEON , par la grâce de Diea et la volonté nationale » 
EmaBOB DIS Français, à tous présents et à venir, saldt. 

Sor le rapport de notre ministre secrétaire d'état au département 
dnaflaires étrangères, 

A.TOKS DécBETi et DicR^TONS cc qui suit : 

Alrr. 1*. Les ratifications de la Convention signée à la Haye, 
le (juin ]855, entre la France et les Pays-Bas, pour régler 
fidanssion de consuls dans les colonies respectives , et déter- 
iimicr les droits et privilèges de ces agents, ayant été échangées,' 
le i5 du même mois de juin , ladite Convention , dont la teneur 
«ît, recevra sa pleine et entière exécution. 

CONVRNTION* 

Sa Majesté l'Empereur des Français et Sa Majesté le Roi des 
PiTfs-Bas, voulant resserrer les liens d*amitié qui les unissent 
â liearensement, et assurer aux relations commerciales des 
deux nations tout le développement ainsi que la plus ample 
fioleclion possible, ont reconnu que Tun des moyens les plus 
4csces pour atteindre ce double but serait d'admettre réci« 
fnjqaement des consuls dans les principaux ports des colonies 
mpectives. 

Leurs lAajestés, désirant, en même temps, déterminer d'une • 
maière claire et précise les devoirs, droits et privilèges de 
kars consuls dan^ ces mêmes colonies , sont convenues de né- 
|Kîer, à cet effet, une Convention spéciide, et «ont, en consé-^ 
, nommé pour leurs plénipotentiaires, savoir : 
It Série. 7 



Digitized 



by Google 



Sa Majesté TEmpereur des Fraaçaia, le akw 
Armand baron d* André, commandeur de Tordre impérial de U 
Légion d*honneur, grand-croix de Tordre Pontifical de Saint- 
Grégoire le Grand , etc. etc. son Envoyé extraordinaire et lli« 
nistre plénipotentiaire près Sa Majesté le Roi des Pays-Bas; 

Et Sa Majesté le Roi des Pays-Bas, le sieur Florent-Adrien Van 
Hall, chevalier grand-croix de Tordre du Lion Néerlandais, de 
Tardre de la Gmronne de Ckène, de Tordre du Fauooo BlaM 
de Saxe-Weimar, de Tordre de Léopold de Belgique, de Tordre 
de la Branche Emestine de la maison de Saxe , de Tordre im» 
périal russe de TAîgle Blanc et de Tordre des Guelphes de 
Hanovre, son Ministre d'État et des Affaires étrangères; el 
le sieur Charles-Ferdinand Pahad, chevalier grand- croix de 
Tordre du Lien Néerlandais, de Tordre de Léopold de Belgique, 
et de Tordre de TAigle Rouge de Pr«saê» aoa Ministre des Gob 
nies; 

Lesquels, après s'être communiqué leurs pleins pon^voirs, 
trouvés en bonne et due forme , ont arrêté les articles suivants: 

Art 1". Des Consuls généraux. Consuls» Vice-Consub et 
Agents consulaires seront réciproquement admis dans tous lei 
ports des possessions d'outre-mer ou colonies respectives dd 
deux Hautes Parties contractantes, qui sont ouverts aux naviiei 
de toutes nations. 

2. Les Consuls généraux» Consuls, Vice-Coosuk éL Aveuli 
consulaires de France et des Pays-Bas dans les colonies des dem 
États, seront réciproquement considérés comme des agenti 
commerciaux, protecteurs du commerce maritime de lean 
nationaux, dans les ports de la circonscription de leur arrooc 
dissement consulaire. Ils seront soumis aux lois, tant civiles que 
criminelles, du pays où ils résideront, saisies exceptions que 
la jl^résente Convention établit en leur faveur. 

3. Avant d'être admis à Tezerâce de leors^^ fonctions ^ 4i 
jouir des immunités qui y sont attachées» les Gonsels géoérauXi 
Consuls et Vice-Consuls devront produire une compaisaioa ei 
due foruMs au Gouvernement métropoUtaik) dans k eeloii^ 
duquel ils sont appelés à résider, , lU .V'^'v ^i 

Après avoir obtqnu Texequatur» qui sera aussi promplemeil^ 
que possible coiitresigné ou enregistré par le gouverneur de Is 
colonie, lesdits Agepts consulaires auront droit k la pcotectâoi 



Digitized 



by Google 



JB. n« 3i4. < 9i ) 

tm SouTememenf et à nissistance its autorités locales pottr le 
Bnre exercice de leara fonctions. 

Dans le tas 06 les Hautes Parties contractantes, jugeraient à 
fropoa de retirer on de faire retirer par les gouvernears d^ 
«rionies respectites fcxequatnr délivré à une autorité consti- 
Ure t le mcplif en sent indiqué. 

&. Les Consuls généraux, Consuls et Vice-Consuls respectif 
aiDt autorisés à placer au-dessus de la porte extérieure de leur 
maison an tableau aux armes de leur Gouvernement, avec Tinf» 
criptioD : Consulai ou Vîce-Consulat de 

B est bien entendu que cette marque extérieare ne pourra 
jamais être considérée comme donnant droit d'asile, niconyiia 
pouvant soustraire la maison et ceux qui Thabitent aux pour- 
mites de la justice territoriale. 

5. Il eat néanomas entendu que lés archives^ et documents 
idaliià aua ailaires des coasulats seront protégés coalre toute 
ncberche, et q«*a«cone autorité ni aucun magistrat ae fénm^ 
fone manière quelconque, et sous aucun préleaie, les vîsiteK^ 
Wiusîr ou a'ea enquérir. 

i. Les Consals généraux, Consuls, \^ce-Consuls et Agents 
snnlaircs des deux Pays, établis dans les colonies respectives, 
■iSffoBt investis dViucun caractère diplomatique. 

Tonte demande à adresser à Tun des deaa Goavememeii% 
■élBapoUtaios devra être faîte par renlrenrise de f agent diplo* 
■MîqaeréndaBt à Paris ou àla Baye. A dé£iut d'ua te) agent, 
tt ea cas dVgenoe, le ComoI général, Coosnl <m ¥ios*> 
CoHoi ponrta fairs M-méme la demande au gouverneur de la 
crionie, en prouvant Turgence et en exposant les motîfe poor 
ies)aeb la demande ne saurait être adressée aux autorités subal- 
taaes, 00 ea déaienlrint que les demandes aDtérieuvemeat 
adressées à ces autorités seraient restées sims edSsC. 

7. Les Consuls généraux et Consuh respectifs auront le 
drrit de nommer des Agents consulaires dans les ports mention- 
■és à l'article i*' de la présente Convention. 

Ces Agents consulaires pourront être* indistinctement cboins 
parmi les sujets français et néerlandais ou parmi ceux de tout 
titre pays dont les fois de la colonie autoriseront la Tésfdence 
dins le port où lesdrts agents devront elercer leurs fonctions. 

Ces mêmes délégués, dont la nomlnatron devra être sounaâsa 
a rexeqoalttr dit Gouverotment métropdUfeatn ou do gutrvtfl^ 



Digitized 



by Google 



Heur de la colonie, seront muais d*im hravet par le Qçnmi 
général ou Consul qui les aura institués. 

,Les Gouvernements respectifs et le gouverneur de la colonie 
pourront toujours « en fabant connaître au Ginsul général oa 
Consul du district les motifs de leur décision» retirer au 
Agents consulaires lexequatur dont il vient d*étre parlé. 

8. Les passe-ports délivrés ou visés par les Consuls généraux, 
Consuls, Vice-Consuls et Agents consulaires respectifs, ne dis- 
penseront pas les voyageurs qui en seront porteurs de Tobli- 
gation de se munir des actes ou titres requis par les lois territo- 
riales pour voyager ou s'établir dans les colonies. 

' Les deux Hautes Parties contractantes réservent expressément 
aux gouverneurs de leurs colonies le droit d*interdire le séjour 
ou d*in)poser la sortie de ces colonies aux individus munis de 
passe-ports réguliers. 

9. Toutes les opérations relatives au sauvetage des navires 
naufragés, édioués ou délaissés seront dirigées dans les colonies 
des deux Pays par les Consuls généraux, Consuls, Vice-Consols 
et Agents consulaires respectifs. 

L'intervention des autorités locales respectives aura seulement 
iieu pour maintenir Tordre, garantir les intérêts des sauveteurs, 
sUls sont étrangers aux équipages naufragés, et assurer Texécn- 
tion des dispositions à observer pour .l'entrée et la sortie des 
marchandises sauvées. 

. En l'absence et jusqu'à l'arrivée du Consul géoéral. Consul, 
Vice-Consul . ou Agent consulaire, les autorités locales respec- 
tives prendront les mesures nécessaires pour la protection des 
individus et la conservation des effets naufragés, conformément 
aux lois de la colonie. 

Les marchandises sauvées ne seront tenues à aucuns droits ni 
frais de douane, à moins qu'elle^ ne soient destinées à la con- 
sommation intérieure. 

10. Les Consuls généraux, Consuls, Vice-Consols et Agents 
consulaires des deux Pays, établis dans les colonies respectives, 
pourront requérir l'assistance des autorités locales pour la 
recherche, saisie et arrestation des déserteurs des navires de 
guerre ou de commerce de leur nation. 

.. A cet eOet, ils s'adresseront par écrit aux fonctionnaires com- 
pétents, en justifiant par l'exhibition des rôles d*équipage oa 
regbtres du bâtiment 1 ou par copie desdites pièces d&mant 
certifiées» si le navire était parti, que les hommes qu'ils réda^ 



Digitized 



by Google 



faisaienl ]>âiiie dudlt équipage. Sarciette. demande 

jostiCëe, Texlradition sera aocordée^ à oioi»t que Tindivida dont 

i s*agit ne soit sujet delà nation à laquelle on le rédame» . ;i 

1m déserteon arrêtés seront mis à la disposition desdites au» 
toriiés consulaires» et pourront être étroués dans les prisons pu^ 
Uiqnes de la colonie» à la réquisition et aux frais de ceux qui 
ks auront réclamés, afin d*étre renvoyés à bord des navires 
nxqneia ils appartiennent ou à bord de tout autre navire dé la 
B&oie nation. 

Néanmoins, sMls notaient pas renvoyés dans les quatre mott 
à partir du jour de leur arrestation, ils seroùt mis en liberté et 
ne pourront plus être arrêtés pour la même cause. 

U est entendu, toutefois, que si ce désertear se trouvait avoir 
commis à terre quelque crime, délit ou contravention , il pourra 
être sursis à son extradition, jusquli ce que le tribunal saisi de 
fai&ire ait rendu la sentence et que celle-ci ait reçu son exé- 
cation. 

11. Lorsqu'un sujet de Tune ou de Tautre des Hautes Parties 
contractantes viendra à décéder sans laisser d'hérîtiérs conçus 
ea d'exécuteur testamentaire, les autorités chargées, d'après les 
kâsde la colonie, de TadministratioB de la succession , en den- 
nooiit avis au Consul général, Co^isul, Vice^Consul ou Agent 
cooiiilaire du pays auquel le défunt appartenait, afin de trani^ 
mettre aux intéressés les informations Nécessaires. ' r . 

12. Les Consuls généraux, Consuls, Vice«GonsuIs et Agents 
ooDsolaires des deux Pays dans les colonies respectives auront 
le droit d*être nommés juges^rbttres dans les différends qui 
pourront s*élever entre les capitaines, équipages et passagers 
des navires de leur nation , et ce sans l'intervention des autorités 
loctles, à moins que la conduite des équipages, des passagers 
ou du capitaine n'ait été de nature à troubler l'ordre et la tran- 
^lité du pays, ou que les Consuls généraux, Consuls, Vice- 
Consuls ou Agents consulaires ne requièrent eux-mêmes l'assis* 
tance desdites autorités, pour mettre leurs décisions à exécution 
oa en maintenir l'autorité» 

n est toutefois entendu que ce jugement ou arbitrage ne pri- 
mera pas les parties en litige du droit d'en appeler, à leur refour 
dMDs leur pays , aux autorités judiciaires compétentes; . . 

i3. Les Consuls généraux, Consuls, Vice-Consuls et Agents 
consulaires des deux Pays» dans les colonies respectives» qui né 
sont point sujets du pays dans lequel ib sont appelés à exeroet 



Digitized 



by Google 



m) 

kaî» fiincdoiii, i}m; wuMmtnit de Irar MUitea^^oro, se H 
itolt pM déjà dans o» Même piyt oa ^Ims'iM» oidomes, et i 
n'y exercent «ncme feottlott, prdfesiioa on commerce sim 
taAéxnébt «vec leîir$ fonctioBS coMolAÎres, Mront exempts ^ 
logement» mititams, de TimpAt perMMKiel et êe tofrteè atiti 
inqpotttion» publiqnies, perçues pour le <x>mpfe de rÉtat, 

Saut ua caractère dmtct on personndl; sans tpie cette imm 
té poisse jamais s'éteadreanx droits de donaoe ou <l*ectr< 
impôts réels, contributions indirectes, taxes de coasonflunati 
et 'municipales! 

' Les Consuls généraux, Consuls, Vice-Confeuls et Agents cou 
laires des deux Hantes Parties <)ontractanles dans les cokm 
respectives, qui ne scment ni -indigènes, ni sujets recounDS < 
pays qui les a instîtoés^ mbis qui exeroetoaient simnitanénu 
avec leurs fonctions <onêulaires une profession on commet 
quelconque, seront tenasde remplir et d*acquitter toutes I 
diarges, impositions et contributions qui pèsent sur les 9uj< 
ad autres-habitants du pays. 

Les sujets de Fane des Hafutes I^artîes ewrtrwtantes ^ 
auront été autorisés i accepter et à exeveer dans les colonies I 
fonctions de Gonsnl général. Consul, Vice-Consul ou Agent ce 
aviaire, qui lem* auraient été conférées par Tantre Partie , coa 
nueront d'être soumis k l'obligation d'acquitter tontes les tai 
ou contributions de qvelqne nature qu'elles puissent être q 
stet imposées aux sujets du même pays. 

i4. Les Consuls généraux, Consuls, Vice-Consuh et Agei 
eausulaires des deux Pays jouiient, en entre, dans les coloni 
respectives, de l^sus les antres privilèges, exemptions et imm 
nités, qui pourraient dtie accordés par la suite aux: agents i 
même rang de la nation étrangère k plus fevorisée. 

i6. La présente Cooreotioo restera en vigueur penda 
cinq ans, à partir de fédAnge des ratiâeati<ms, lequd au 
lieu à la Haye dans le délai de six semaines, ou plus t6t , si Câ 
aepeul. 

Dans le cas où ni Tune ni Tautre des Hautes Parties contra 
tantes n'a«rait notifié i douxe mois avant Pexpiration de iadi 
période de cinq aaa, son iatentiM d^en (aire cesser les tSe^ 
la présente GenveotioA continueta à rester en vigueur pendafl 
•a» auaée encore, et ainsi de suite, d'année en année, jus^l^ 
due <4éii«B(»aticpai par Tone ou Tautre des Hautes Parties contrai 



Digitized 



by Google 



£ift fiâde quoi» tes plélii|ioteiiti«ice8''seflpèclifii ottt signé i^ 
prétenie Convention et y oot apposé ie dacbet de leom. ^rm^; 

Fait à la Haye, en doubFe jexpédiitîoa> le Huitième jour .du 
BKtts de Juin deTao de grâce mil Jbuitoeoteiaq,ttante»ciMg[. <. 

<lj. S.] Sigiaé Baron 'd*Amdw£J ,; ^^' 
(£. S.) Sig»é VmHuu,, . . , V 
(L. 5.) signé t^AHUD. * J^ 

2. Notre garde des sceau « ipipiktre et fiecMtàûw «L'état au 
département de la justice, et notre ministre et secrétaire d'état 
an département des affaires étrangères, sont chargés, chacun en 
ce qui le concerne, de l'exécution du présent décret. 

Fait au palais des Tuileries, le 20 Juillet i85&. 

Sigaé NAPOLÉON. 
Vue* scellé du seoia dé rÉtatr Par rEmpoemir : 

Iff €0^ des êctaam, ilùiûfr» d^lmjmtlitÊ, Li Mimtn des affaires étranghêi', 
Signé ÂBSATOCCT. * Signé Wauwski» 



R*390i. — DécRET IMPERIAL (contre-sigué par le ministre de Tagri- 
caiture, du commerce et des travaux publics) portant, 

1* Que le ministre secrétaire d*état au département de Tagricul- 
tire, du commerce et des travaux publics est autorisé à faire occuper, 
fsur en effectuer rensemeocemeat .et la.fii^tion, conformément au 
projet approuvé par la décision du aâ nftai i<854, cent trois hectares 
nx ares guarante-neuf centiares de dunes situées dans les conununes 
deLège et du Porge (Gironde); 

a* Que les droits de ces communes, ou des particuliers qui reven- 
fiqiiieraient la propriété de tout ou partie des dunes dont il 8*agit, 
ut et demeurent réservés, conformément à Tarticle 5 du décret du 
U décembre 1810 (1). [Paris, 5 Mai i855.) 



R* agoa. — DicRrr imi4rial (contre-signe par le ministre deTagri- 
culture, du conunerce et des travaux publics) portant, 

1* Que le ministre secrétaire d*état au département de Tagricul- 
tore, du commerce et des travaux publics est autorisé à faire occuper, 

■■■■ " ■ ■ ! ■ il 

(1) uf aérie, BoU. i434, n* 13,959* 



Digitized 



by Google 



pbtir en efiectner rensemenoement et la fixation, cqnrofmiiiioiit u 
prcjet approuvé'par la.décisîoD dix aojuîn i85&, trois centquaranta 
nuit hcclares quarante-neuf ares six centiares de dunes mobila 
situées dans la commune de Lège (Gironde) ; 

3* Que les droits de celte commune, ou des particuliers qui reven* 
diqueraient la propriété de tout ou partie des dunes dont il 8*tgit, 
sont et demeurent réservés, conformément à Tarticle 5 du décret da 
i4 décembre 1810 (1]. [Paris, 5 Mai 1855.) 

(1) u* série, BulU i43d, u* i^gSg, 



Certifié conforme: 

Paris, le 27 'Juillet i855. 

Le Garde des Sceaux, Ministre SeerUeifi 
d*état au département de la Justice, 

ABBATUÇa. 



* Cette date est celle de la réception du Ballellf 
au miDislftre de la Justice. 



0« s^aboiui» pour !• Ball^Ua d«t loU, à nitM U | fraa«t par ta , t U niiM éê n»prbMr« 



iMPRiHsaui »iptBULB. — S7 Juillet i855« 



Digitized 



by Google 



(Ô7) 



BULLETIN DES LOIS. 

N» 315. 



H* 2903. — Tâblbâo da prix de l'hectolitre de Fromtnt, pour servir 
iâ réjttlalear aux Droits d'importation et d'exvoHation, des Grains et 
Ferines, conformément ans Lois des 15 Avril io32, 26 Avril £833 él 
U Jmiêr iSSi, arrêté le 27 Jaillet 1855. 



Di?ABZBimT8. 



IIÂHCU&S. 



PRIX DE L*nBGTOLITAB 

de froment (i)« 



?iux 

tégahUm 



1** CLASSE. 



lVjfSmSmOnmA%\Êt. 

Aude 

Uéniiilt 

Gtrd 



Vit... 
Gone. , 



Todoiue. 

Grty 

Lyon . . • • 
Marseille* 



24' 27* 


24' 34* 


3i 33 


3i 27 


3o 34 


3o 34 


3i 87 


3a 92 



23' 75* 

20 23 1 t e^M 

30 00^9 *^ 
3o 80 



TT GUS5B. 



Martns.. 
Bordeaux. 
Toulottie. 



Gironde. • • • , 
Landes. ..... 

.m IB^-Pwénëea, 
'H^-P>rénëea 

Ariégtf 

Haote<îaronne. 

Jorau 

Douhi in^ 

,c jAio.. (r^;/ ••••;• 

Bassea-Alpea.../ 

(1) Lea trais prix de chaque marché aont ceux de la dernière semaine 
an mme précédent, de la première et de la deuxième semaine do mois 
ttvwt (irficfs 8 de h loi dm ISjsniUS 1819.) 

Xt Série. 8 







1 


26 83 
29 25 
24 27 


26 50 
28 00 
24 34 


25 83 
27 83 
23 75 


3i 33 

3a 52 
3i 69 


3i 27 
3o 55 
3i 78 


29 23 
28 85 
3i 53 

1 



26 29 



3o 97 



Digitized 



by Google 



(9») 



DkpàxnMum. 



MAACHis. 



PBU DE L'BBCTOLinil 

4^ froment. 



PB»! 



8* CLASSE* 



Hant-Rhin. • . . ) Mulhouse.. 
BttS-'Rbîn (Strasbourg . 

I 

[Nord jBergues. . • 

1 Pas-ilc-CaUîs. . i Arras 

TSotnnie . ..... f Roye . '. ... 

j 5«iii««Iiif^c«r» ... I Sf nSHODS. . . 

luim* •••«.•• It^iraB • • • a 
f Calvados jhouen . . . . 

I 

Loîn-Inf(iritart . . . iSaOIDOr • • • 

Vendre J-Ptantes.- . • . 

Gli«r«Bl»-Infirirare. JMaraoS.. • . 



3i' ly 

3o 93 


33^80« 

^9 79 


36 61 
34 49 

33 95 
3i n 
3i &6 

34 66 


35 93 
33 06 

33 89 
3o 66 
^ te. 

34 ib 


38 98 
3o o3 
s6 83 


2§ 39 
t8 17 
26 5o 



3o'5i 



33 


il 


3o 


Si 


4< 


3o 


i5 


•r 


7» 


33 35] 




1 


35 


57) 


98 


i« 


aS 83) 



3o'5j 



*»;» 



$7*^ 



A* ICLA85B. 



Vfosdl meU 

Meuse ....... f Ver<Iun . . . 

Vrdeuaes ( Cliarlevitle. 

Aisae jSotssoas. . . 

j I 

IMaocbe ^Saîot-Lô.« » 
[Ile-et-Vilaine . rPaimpol. . . 
rj6tes-du-Nord. >Quiinper. . 
Finistère IHenuebop. 
Morbihan JNantes. • • . 



\ 



3o 


75 


30 


4*5 


33 


70 


3i 


13 


35 


13 


a8 o3 1 


»? 


78 


3 


II 


36 



3t 13 

^9 44 
33 i5 
3o 63 



33 5o 
38 46 



9 07 

i 87 

i 17 



39 38 
38 39^ 
3o 4i 
3o i5 



3of 



i 



3t 21 

38 10 I 

•37 n 

35 37 I 

jr8 16 



38 T 



I 



Arrêté par noua. Ministre secrétaire d*état au département des Bnano 
«chargé de rinlérim du ministère de rAgricaHwt, dn Commerce et < 
*Tf«vailx pikbl^ 

A Paria, le %^ Jaiilet i«55* 

SîgoiP.JtfAMK. 



Digitized 



by Google 



mk fdfmmkm à rmueigaêmM^'.vi^éneiV' in Samcu et «bt 

^ •>*.:'•. . ... i 

• • • 

b^Wr, par la grâce de Dieu et'Kr-^pjWté nationale i 
DBS FiRANÇAis, à tou$ préseots èl V\«tîîr, salut. 

Suie apport de notre ministre secrétaire d'état «tfû d^p«rtemenl 
iruiniflioa paUique et des cultes; '• .•"J.;**. 

iilnaitidles 4 et 5 du décret du a a août i854 {i),'M^f prgani- 
Ik des académies; '•'*.-%" 

Tiles articles lo et 1 1 du aa août i854 (a), sotr le régime dos! 
feemenls d'enseignement supérieur; *".*•*' 

i^tkrègtement du 96 décembre i854t sur tenaeigQoaieiii*d^ * 

jlbnappliquées; 
Itk délibération du conseil municipal d'Angers, en date du 
^i&55, par laquelle ledit conseil exprime le vœu qu'il soit créé 
viiTiOe d'Angers une école piéparatoire à l'enseignement supé- 
v<les sciences et des lettres, et s engage, 

l'A solliciter auprès du conseil général du département la con- 
Ktt gratuite des bâtiments et dépendanoes de 1 ancien petit sémi- 
^ situé rue Courte» qui paraissent convenables poui* L'établisse- 
WfcccUe école; 

î' A approprier, après la concession obtenue, lesdils bâtiments au 
>isdai*érâie préparatoire m à les mettre à la dispûsiiiout et l'ad- 
*B(r«lioi.de TiDsiruction {nablique-; 

^ A laireraequisîtion du mobilier scientifique qui sera néce^tsaine ; 
f A jwurroir aux dépenses annuelles d^eutretien des bJUimwntfi 
^WimalérieU;. . , 

^ Aatturer le Iraiiement des professeurs; 

^ le plan des bâtiments de 1 ancien petit séminaire qui serçient,. 
'■^àfécole |Hréparatoire des sciences et des lettres, et le» devis 
'penses d'appropriation et de mobilier que la ville a^eng^^à 

Atob DécBiTé et i><chbtons : . . . ., 

AtT. 1» Il est cpéé dans la ville d'Angers une écolo préga- 
^^rek l\nseîgnemeDl supérieur des sciences et des letlnes,i 
^.claostt, charges et conditions souscrites par Is conseil iiia- 
^1 dans la délibération du 2 jqin i855, ci<le>8US.¥itÂ:i ^ 



W»>ILji7,n*,958. 



Digitized 



byGoogk 



( li'o J 

• • • 

2. La ville d^Ângeris est tenoe Hé se pourvoir près do con 
général de Maine-et-Loire à'*;Fefiet d'obtenir ia concession ( 
tnite des b&timents et dé^tteSances de Tàncien petit séminai 
situé rue Courte, qui.ei$t^]fa propriété du département. 

3. Ladite école sotir-.organisée' dès que les bâtiments et 
pendanôes de Tai^îlâ^ii' petit séminaire auront reçu les êpf 
priations conveilabtes et qu'il aura été reconnu , après vérifia 
tiens contradjclorres, que rétablissement est pourvu des coll 
tiens et d^^ rrCebilier nécessaires à renseignement des scien< 
appliqu^ry/conformément au règlement du 26 décembre 18! 

4. Nortfti ministre secrétaire d'état au département de H: 
trudtiiNl' publique et des cultes est chargé d'assurer Texè 
jicfti. 8u présent décret. 

••'•.Fait M palais des Tuileries» le 7 Juillet i865. 

Signé NAPOLÉON. 

Par TEmpereur : 

Le Ministre de V instruction publique et des cah 

Si gué H. FoRTOuu 

N* ago5. -'^ Déchet îWPéntAt portant réorganisntion d$ VÉooU 
priparatoire de médecine et de pharmacie de Touloaie. 

. . Da 11 Juillet 1 855. 

NAPOLÉON, parla grâce de Dieu et la volonté national 
Empereur des Français , à tous présents et à venir, salut. 

Sur le rapport de notre ministre secrétaire d'état au département < 
rinstruction publique et des cultes ; 

Vu les ordonnances des iSoctobre i8âo(i), 13 mars (3) et i8avi 
18Â1 (3), relatives aux écoles préparatoires de médecine et dephs 
macie; 

Vu Tordonnance du 3i mars iS^i (A)« qui constitue Técole prép 
raloire de médecine et de pharmacie de Toulouse ; 

Vu ia délibération du conseil impérial de Finstruction puUiqo< 
en date du 11 juillet i854f 

Avons nicR^T^ et DicRéroNS ce qui suit t 

Art. 1". L'école préparatoire de médecine èl de phannaci 
de Toulouse est réorganisée de la manière suivante : 



i;! 



n* série, Bail. 776, ti* 8986. 

»*»érie, Buii. 800, n^gsSo. 
(3i UL* série, Buil. 806, n* 9S77. 
(4) II* série, Bull. 8o3, n* 9357, 



Digitized 



by Google 



B. n* 3i5. ( 101 ) 

L'enseignement comprendra : 
!• Anatomie et physiologie; 
2^ Pathologie externe et médecine opératoire; 
3* Clinique externe; 
A** Pathologie interne; 
S"" Clinique interne; 

6"* Accouchements, maladies des femmes et des enfants; 
7* Matière médicale et thérapeutique; 
8* Pharmacie et notions de toxicologie. 
Ces chaires sont confiées à huit professeurs titulaires. 

2. Exceptionnellement, et en considération de la faculté de 
droit de Toulouse, il est créé àTécole préparatoire de médecine 
et de pharmacie de Toulouse, une chaire de médecine légale, 
(pn sera confiée à un neuvième professeur titulaire. 

3. Le nombre des professeurs adjoints de lacKte école est 
fixé à trois, qui seront attachés, 

A la chaire de clinique eoLteroe» 

A la chaire de clinique interne , . 

A la chaire d'anatpmie et de physiologie. 

t. Le nombre des professeurs suppléants est de quatre, qui. 
mont attachés. 

Aux chaires de médecine proprement dite « 

Aux chaires de chirurgie et d'accouchements, 

A la chaire d'analomie et de physiologie. 

Aux chaires de matière médicale, ,tjbéi:apeutique, pharmacie 
et toxicologie. 

5. Il est également attaché à Fécole préparatoire de médecine 
et de pharokade de Tottlouse, 

Un chef de clinique interne. 

Un chef des travaux anatomiques, 

On prosecteur. 

Un préparateur de pharmacie et de toxicologie. 

6. Notre ministre secrétaire d'état au département de Tins* 
traction publique et des cultes est chargé de Texécution du 
présent décret. 

Fait au palais des Tuileries, le ii Juillet i855. 

Signé NAPOLÉON. 

Pur l'Empereur : , 

Le Ministre de tinstraction publique et des cultes, 

1 Signé H. FOBTOUL. ... ' 



Digitized 



by Google 



( itnr ) 

t 

N* 3906. <— ' Décret impérial qui convoque Us EUcteun compwis dam 
la 2* circonscription du département des Basses-Pyrénies , à Vejfe\ 
d^éhre un Député au Corps Uyislatif. 

Du 18 Juillet i855. 

NAPOLÉON, par la grâce de Dieu et la volonté nattonale, 
Emperbcr des Pbâmça.is, à tous présents et à venir, salut. 

Sur le rapport de noire ministre secrétaire d'état au départeomt 
de Tin teneur; 

Vu les décret! organique et réglementaire du a février i85a {4), 
poiK Télection des députés au Corps législatif; 

Attendu le décès de M. Planté, député des Basses^Pyrénées , 

Avons décebtk' et picaéBWs ce qui suit : 

Art. 1*'. Les éleclieiirs compris dans là deuxième cîroms- 
cription du département des Ba^es-Pyrénées sont eenvoqnéi 
pour le dimanche 12 août i&5&, à Yetki d'élire un dépoté. 

2. Les maires des commune» oè , conformément à Tarticle 8 
du décret réglementaire du 1 février i852 , il y aura lieu d'ap- 
porter des niodificarîbns à ]$t Kste électorale ari^tée fe 3i mars 
deruier. publieront, cinq jours avant la réunion des électeurs, 
un tableau contenant leâdit^y naodifieations. 

3. Notre ministre sie^rél»ire'd^éiat au départetBBtet' de Finté- 
rieur est chargé de recâeution<tti présent décret. 

Fait au palais (ïbs^ Tuileries, tè 18 Juillet 18 &5. 

FirrBaipersttr : 
Le Ministre secrétaire. ^4êêiS ad èêpntmmmd àê Ufâiâiimà 



N* 3907. — Décret IMPÉRIAL, qui ouvre, sur réxercice iSSi, mr 
Crédit sappîémentairé applicable auûg dépenses du Matériel du Conseil 
dÉtat ' 

Du aS'Juillet i855. 

N APOLLON, par la ^àce de Dieu el la volonté nationale • 
Emperbur DBS Franç^ts, à tous présents et à venir, salut. 

Sur le rapport de.«^ptjraxnijcd9tre.d*état;- 
(1) X* série, Bull. kd. nrZ^dS. et ièâ^^ 



Digitized 



by Google 



B. n» 3i5. ( io3 

Va la loi do lo juin i8&3 portant fiKuUon du Jbudget général des 
dépenses et des receltes de Texercice i85A; 

Vu le décret du i a décembre suivant (i).» sur la réparlUîon parcha- 
phres des crédits du budget. des dépense^ de cet axercîce; 

Considérant aue l*installalion des divers services du ConseS d^état 
a tnirainé des dépenses gui n*ont pu éUre prévues lors de TélablUse- 
Bent du budget; 

G)nsidérant, en outre, que lors de l'organisation de la commission 
des pétitions il n a été alloué aucun crédit pour subvenir aux besoins 
ée ce nouveau service, 

Aioms hécbbté et niciiiTOKS ce qui suit .* ... 

Abt. 1". Il est ouvert à notre ministre d'état, sur rexercicé 
i85d, an crédit supplémentaire de dii-sept mille francs 
{i7ftOoo^}, applicable au service ci-après : 

«oHttiL B>imc. 
CHàFmE IV. Matériel 17,000' 

2. La régularisation de ce crédit sera proposée au corps 
législatif. 

3. Notre ministre d*état et notre ministre des finances sont 
diargés, chacna en ce qni le concerne, de Texécution dn pré- 
wcbX décret. 

Fait au palais des Tuileries, le 25 Juillet i855. 

Signé NAPOLÉON. 
Par rEmpereur ; 
Le Mbdstre des financés. Le Muùêtre Jtétitt, 

Signé P. IIaghb. Signé Amaji» Foold. 

H* 3)o8. — DÉcaiET IMPERIAL (contre-signé par le ministre de Tagri- 
coltnre, du commerce et des travaux publics) portant quil y a 
urgence de prendre possession , pour rétablissement du chemin de 
fer de Teignier à Reims, de diverses parcelles de terrain non bâiies, 
âtuées sur le territoire des communes de Tcrgnier, Fargnitrs, 
Beaulor, la Père et Charmes (Aisne) ; lesdiles parcelles désignées 
dans un tableau indicatif qui restera annexé au décret. [Paris, 
9MaH855.) 

1^ 3909. — DicRKT IMPÉRIAL (contre-signé par le ministre de Tins- 
tmction publique et des cultes) portant que facadémie des sciences 

i 
(i) BidLua,B*^60. 



Digitized 



by Google 



, , , ( 104 ) . 

morales et politictues de Hnstitut impérial de France est aa(orisë< 
à accepter, aux clauses et conditions imposées, le legs qui lui a été 
fait par M. le baron de Stassart, aux termes d*un testament olo- 
grapue, en date du ig mai i85«'d*une rente de cinq cents francs, 

Ear la fondation d*un prix qui sera décerné, tous les six ans, pai 
cadémie, au meilleur éloge d*un moraliste. [Paris, 7 Juillet 1855.) 



N* 3910. —DÉCRET IMPÉRIAL (coutre-signé parle minbtre d'état) 
qui nomme : 

Conseiller d*état, M. Leslihouiois , maître des requêtes de première 
classe; 

Maître des requêtes de première classe, M. François, maître des 
requêtes de deuxième classe; 

Maître des requêtes de deuxième classe, M Collas de la Noue, 
secrétaire général de la préfecture de TAin. [Paris, 25 Jaillet 1855.) 



Certifié conforme : 

Paris .'le !•'• Août i855, 

Le Garde des Sceaux, Ministre Secrétaire 
d'état au dépojiementde la Justice, 

ABBATOCCL 



* Celte date est celle de la réception du Buileda 
au ministère de la Justice. 



On «'«boBiia po«r !• BoUtiia dis lott, ï raÎMm d« f liraact par aa , l la aataat âa Vîmftimwél 
împérlila , on thti \m Diracifvn d«a potUt dta d^paitamaato. 



iMPRlMiail lypÉRIALB, *^' i** Août l8S5. 



Digitized 



by Google 



( 105) 

BULLETIN DES LOIS. 

N» 316. 



ICagii. — DicBBT impérial qui proclame iOiJ Brevets d'invention 
et CerU/icats d'addition. 

Du 16 Mai i855. 

NAPOLÉON, par la grâce de Dieu ci la volonté nationale, 
EoiuuR DES Français, à tons présents et à venir, salut. 

Sur le rapport de notre ministre secrétaire d*état au département 
ieragricnlture, du commerce et des travaux publics; 
VaTarticle i4 delà loi du 5 juillet \%kk% 

Atoks DBGRiTé ct o^GR^TONS ce qui suît : 
ÂftT. l*'. Sont proclamés : 

1* Le brevet d^invention de quinte ans, dont la demande a ëtë déposée, 
b 16 finier i85d, an secrétariat de la préfecture dn département de la 
SeÛM, par le sieur de Batailler d^Omonviile (Jean-Baptiste-Perdinand), éii- 
■at domicile à Paris, rue de la Bruyère, n* Ao , pour appareils et procédés de 
Abication de produits propres à 1 éclairage, tels que acides gras, bougies 
ilbriques, gaz et autres carbures d*bydrogène. 

s' Le brevet dHnvention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
bii fénier iS54, au secrétariat de la préfecture du département de la 
Jôic, par le sieur Berlin (Marie-Pbillppe-Cbarles) , à Paris, rue de Hanovre, 
■* 19* pour bouteille à capsule hermétique. 

3* U brevet d*inventî|>n de quinze ans, dont la demande a été déposée, le 
11 Céfrier i85A, au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, 
|vU sieur Bouchard (Étienne-Cbaries-Zacharie) , à Paris, rue dé la Douane, 
^ll^ pour un appareil régulateur économique applicable au> becs do tous 
|u4igbt«. 

i* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
^ 9 lévrier 2 85 A , au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, 
IV le sieur Bresquignan [Romain-Âlezis-Dominique], élisant domicile cbez 
■■car Guépet, café de Paris, boulevard des Italiens, à Paris , pour un mode 
k casier ou briser les pierres extraites à Taide des outils inventés à ce sujet 

S* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée. 
Il 1 3 janvier, 1 854, au secrétariat de la préfecture du département d*Oran, 
|>r la dame Cauvin (Rose) , à Oran , pour un cosmétique dit eau £Onui. 

6* Le brevet d'intention de quinze ans, dont h demande a été déposée, le 



Digitized 



by Google 



f io6 y 

il février i954, an sccrétarînt delà préfecture cTn Jt ^partemeut de IttSé 
parle sieur Dulauricr (Jean-Pierre-Bcnoil), à Paria, rue Claude- ViUcfi 
n* 4« pour une machine propre à faire toute espèce dechauasures en gén^ 
collées, cousues ,.iiiséées,cl(mé69, imperaiiécbrfs. 

7* Le brevet d*iiivention de quinze ans, dont h. diemande a été dépo 
le 9 février iSbà, an secrétariat de la piséfcclure du département cl< 
Seine, par le sieur Enfer (Édm*),,à. Paria, me de Malte, n* 38, pour 
appareils propres à obtenir un jet «le^mnt usiiforme et à éviter les cxploi 
des souillets. 

8* Le brevet d^nvenlion de quinze ans, dont Ta demande a élé dîTpo! 
le 9 février i854« au secrétariat de la préfecture du départeuieut d< 
Seine, par le sienr Fiehef( Alexandre) , è Parie, m» de Riebelîeo, n' 71,9 
des perfeclionnenaents apportée àlÉ flUirîeaftioB deaeofirea-forts, et auimo] 
proprc5 à les préserver contre le feu le plus violent. 

9* Le brevet d'invention de qtiinze an 5, dont la demande a été dépoi 
le 10 février i854i au secrétariat de la préfecture du département d< 
^ine, per k sieur Firétard (Lucien), à Pkris, vue ètm Marais^iut<Aftd 
n* 34, potta peciedàeantfmsnle aux tttbeaiidmeatAÎfWh applicables éifikk 
motives, etc. » ^ 

lo'' Le brevet d^itirention de quinze ans, dbnt Ik demaiMli») •> été dé^ 
le 11 février x3d4 , au aeerét^riat de la préfecture- du- départoaaaat à 
Seine , par le sieur Gonin ( Hecior-Eu^fta),, à fana-, rue de la Vieilie-Mona 
n* 9, pour procédés mécaniques de moulage du sucre en morceaux de toi 
formes. 

1 1* \sC brevet d*inventIon de quînie ans, dont la demandé a été dépoi 
le 10 février i854> au secrétariat de \^ poé^eotuMi dui d^arlameatt 4 
Seine » par le sieur Gourre (Pierre-Claude) , à Paris, rue Saint-Denia, n* î 
fput un nécessaire de vFsUe et db siiioa dit Goarrih^moBik, 

13? Le hrcvjQt d'înveotion de quinze ans, dbnt la demande aétéd^pM 
lé If février i854, au secrétariat dis le préfbctura dti dépertciB<'nft à 
Seine, par le sieur fsnard dti Càraisasné (Claude- AutiMne|, raedlevCendHI 
îa)f>asse Kfflhcnt, n*'i , à-BelleviUe, pour uir appareil eapral^-vteagène- bm 
et fixe. 

' . i5*' Le brevet d'invention do qnfntc au?, doot fa demande a été dépo 
Te 9 février i8Si, au secrétnriat db ht préfbcture du dfiparteraent êe fe*Sèi 
par la dame Lafond, néer Caillot (Looise-ZéKe), à. Parié', rue Ifblre4haia 
Ifazareth^. a* 35 , pjur des appareiis à d^ailler lea lt<[utd^; 

liC^ brevet d'invention de quinze ans, dont ht dtemende m M déjMV 
le 1 3' février 1 85 /if , au secrétariat de là préfe'cluîT dh département de-hrSjf 
par les sieurs Land&7 dît Juin, et Foret (Edme Jeau-Cbarfes] , àf Piin>, ij| 
fa Tannerie, n*' 77, pour une monture à maociie aolîdaiffe, poer firal^ 
geindre. 

1^^ Lo brevet d*rhventî'on (h; qiithzeaTiTv<£Mf hi dlfiimmle a M < 
fe 1 5 fPvrrer. 1 854.» an aetréhtrîât de la- préfecture du départcmeot dM 1 

Îar'le sièur Laubet (loappb-Kf arie )', ruede Snma, ii'*5ft, è Eyen , poer 
iictton d^ IV^bafte dans Ib Boissean des rdfti w rty e» corp» dfe pompetf. 
z<6* Le brevet d'Invention dlrqnimLe aov, dbnt'ih* demande» a été'dfl 
i^ i3* nivrier i8S4« acr secrMriat dé iiflrprélbctttre dti* de^mrtemeeC dtarl 
Abin , par lé sieur Lôos f THtébaut^f, â Thaatt; péor-an'syaièMivdV 
deatift^ à èlta appUmii ilf toute- card^ traYaiillrat'loaunafi^ear filfemio 
17** Le brevet d'mventlon dr quitate «m-, dotft ilt dtamnde m M < 



Digitized 



by Google 



Jft li thrffier lÀ^, 4u Aecf iurîM «La la préfactore ilu dépariemént ,<le ia 
Jkàmt^pat ImsMMt Magpat (AaCaîûa]» à Saluta^Ëulaiiepea-Royant, pour #i 
lystème desliaé À aapécLair iè&reMoiUrc» sur t«$ ol^nins de fer. 

if Le brevfti d*iay««Uoti' àe <pîaio .aaa^ ^oai la iemoiulB a été déposée, 
li *> févrieF i834« au sacriUariat da.ia préreçluraTda déparUmeol d« la 
Mm 4 {M* le «aiir Mallai (Jean) » âbniil doiKiicUa cUcz le tieur Barbotai 
BMBt* iMe NevMrdas-Matbuvius, n* 77» pour bo sjstàone da chemin» de far 
'è f|dHa»8ur 11» rail oAi^e^ à tél^aphie^ applicable h toute espèce de l^eo- 
motioti, sur toutes les routes ou autres voies publiques. 

1^^ Le bravai d wvejiiioar d* quisz^ ans,. doiU la deoiande a été dép9s<$e, 
la 17 Jevnea kj(»4v au sear^larioi da la préfecture du départemcal de ia 
Lai rc l uflfcriaitfa, par iassiaurs MoriMMjt (Joscpb-Félix-Marie) el Baymoadl^bre 
(Picn'»^kaFle9-Airred)v ^ IlUates, pour une grille mobile Auoivore à vis. . 

so* Le Lrevel d^invenlîon de quinze ans, dont ia demande a été déposée, 
ia ^o février i^S4v *u secrétariat de la préiectuia du, d<^rtemi>Rt Au la 
fcioc, par leaîaor Musiel (Cbarles-Viclor), k Paris^ rue de Boudy» n" 8^» 
pMv des peFfecUoBueinaataaj^oriés dans la fabricatioq des orgues dites sœpr^- 
mu, et pour de nouveaux effets rendus. 

ai* La bravât dûavantioa de qui^iza aas^T dont ia demaade a été déposée» 
k iS levn«r idS4^ au- secrétariat de la préfecture du département d'Indre- 
A^^âre, paris sîaitr Poirier-Avea^t (JcQ»>Julas) » à biéré, pour une nucbiae 
•èceaperiê sttcre. 

22* Le brevet d'invention de quinze ans, dont fa demande a été déposée, 
k SI février i9^» au secsrétariat de la préfecture , du départemenl de la 
tai€« par 1* siaur Poacj (Jasepb-Étiennè) y élisant domicile cbea le siear 
ànaangaed atiiéf à Paris « i«a Ssiuft^ébasiieava* A5^ pour des produits an 
toae cuite» 

33* Le brevet d'ionaatio» da< quinze miSy dont la demande a été dépoaéf, 
k 11 février i^^^ au secrét<iriat de ia préfecture diu dépqftomont de la 
fcaa^ po» la iienf Renaud (Pierre)', à Panisv ruo Footaine-au-Ros, a* 6t» 
peor un foaineAa séparateur. 

• sA* Le brevet d inventif» dont- la demande a été déposée, le 11 fôviser 
S&&4, a» sacaétariat da la préfecture du département de la ^ino, par le 
IMT Raynolda ( Laai-S.) , représenté par le sieur Perpigua , à- Paris ^ rue Sainte- 
Aaaa, n* i6r {K>«r'iiue macbioe petffe^tionmée propre à^ nettoyer iesoapetlas 
aoL", 5 is5nes qui proviennent de k labricalion de ia farine* 

a»* La brevet d*ia«en4«)n.da q^iase ans^ dont la demande a été dépesée, 
kiS r«#rî^c 1-S56, au secrétariat de' la préfecture du département delà 
<iiraada> par ka sieura Rl&del: <n fils'lr^res, rùe«d« Jardin-fPublic„ n' 33, à 
Bordeaux , pour des boîtes en fer-blanc et des Qacons en verre ,. à éloisons y dits, 
dMa ia aotonMliee,, j^&ansv 

96* La buevet d*iavei^ti4Mi de quinae ans,, doai I.1 demande a été déposée, 
k ai févvier i'8&4-, au si^crélariat da ia préfecture du département des 
>wwh c » d>i - Rh 6ate, par k aieur Roqjiebinuie (.François),, à Sénas, pour nile 
«bctfrfie laoMMMfe à ddubladéfoaoamaot y dite charrue Roquebrime, 

97* Le brevet d'invention de qumse.aoavdont la deknande a été dépotéie, 
k'f f&viâér iS^'iv m< secrétariat de la préfecture du départcujient d« Bas- 
B&éii ,.pap k akor Stibosiiborii (^cofgeS'Jaoques) , à Bitscbwillcr, poiil- un pra- 
aidé aadayWhfnauH- atfcienuetf ntacbi^ea^ àkioor les draps. 

»9 Lalirewel>dwventi6B de: quinia anas dont la' demande a été déposée, 
k 9 février i854 , an secréuriat de la préfecture du dépairtement de la Se^aa « 



Digitized 



by Google 



( 10« ) 

«itar le slenr Score (Georges) , représenté par le sieur 5autter, à Paris, rm 
vroaot, n* 2 , pour perfectk>nDcments dans les moyens de rendre Teau de mer 
et les eaux impures potables et propres aux usages domestKpies. 
. 39* Le bi'evet d*inventJon dont la demande a été déposée, le 10 février 
i854« an secrétariat de la préfecture do département de la Seine, par les 
aieurs Salomon (Salomon) et Mills (Samuel ), représentés par le sieur Brade, 
â Paris, rue Sain te- Anne, n" 23, pour des perfeclionnementa dans les boites 
d*essieux de locomotives , voitures de chemins de fer ou autres, et coussinets 
d*arbres de macbiues. 

3o^ Le brevet d^'nvention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 1 3 février i854 , au secrétariat de la préfecture du dépaHement de la Seine, 
par le sieur de Sussex (François^tanislas-Meldon), élisant domicile à Paris, 
rue de Provence , n* 4 5 , pour des moyens <le dressage et de polissage des glaces, 
Terres, cristaux, etc. 

3i** Le brevet d^invention de quinze ans, dont là demande a été déposée, 
le 9 février 1 85 4, au secrétariat de la préfecture du déparlement du Gard, 
par le sieur Téraubc (Benjamin ) , à Uzës, pour un système de ()réparation des 
cocons. 

33* Le brevet d*înventîon de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le. 1 1 février 1 854 , au secrétariat de la préfecture du département de la 
Seine, par le sienr Toumacfaon dit Nadard (Stanislas-Alban-Adrien) , à Paris, 
boulevard des Capucines, n* 1 1 , pour 1 application mécanique du collodioa 
sur plaque photographique. 

33* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le ]3 février i854, au secrétariat de la préfecture du département de la 
Seine, par les sieurs de Villiers comte de liste-Adam (Philippe -Auguste- 
Fraoçois-Marie) et Le Breton (Auguste], route de la Révolte, n* 3S, à 
Cl ichy-1 a-Garenne, pour un propulseur hydro- dynamique. 

34 Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 18 février i854, au secrétariat de la préfecture du département eu 
Bouches-du- Rhône, par le sieur Bcnazeth (Louis), rue de la Paix, n* 9,li 
Marseille, pour un moteur hydraulique remplaçant la vapeur. 

35* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 37 février i854, au aecrétariat de la préfecttire du département du Nord, 
par le sieur Black (Georges], à Cambrai, pour une machine destinée à rendre 
en grains la cossettc de chicorée torréfiée. 

36* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 35 février 1 854, au secrétariat de la préfecture du déparlement delà Seioe- 
Inférieure, par le sieur Blot ( Jcan-Baptîste-Hippolyle] , à Dametal, pour une 
cuve à garancer. 

37* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 31 février i854, au secrétariat de la préfecture du département du Nord^ 
par les sieurs Botte (Élienne), Grcbel (Anloinc-François-Alplionsv) clWarin 
(Pierre), le premier h Anztn, le deuxième à Denain, et le troisième Petite* 
Forét-des-Raismes , pour un système de purgation , blanchissage et dairçage 
des sucres, au moyen de fair comprimé. 

38* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
ie 33 février i854, au secrétariat de la préfecture du département de la 
Meuse, par les sieurs Bouchot (Domîttî<lue-Ju]ea] , à Void, et Vignaad (Mar- 
tial), représentés par le sieur Mercier à Bar-le-Duc, pour un tapis à ]ouer 
■ aux cartes. 



Digitized 



by Google 



B. 0* 5i6. ( 109 ) 

. Zf Le lirefet^invention de quinze ans, dont la demande a été déposée ^ 
Il 10 ftrrier 1 854» au secrétariat de la préfecture du déparlement de Maine» 
el-[ioire, par le sieur Brouaid (Matburia), à Angers, pour un système dé 
cbossures imperméables. 

4o* Le brevet dloYeution de quinze ans, dont la demande a été déposée y. 
le i3 (écrier i85A, au secrétariat de la préfecture du département de la 
Seiiie, psr le sieur Camus (Léon- Victor) , èi Paris, r^ê du Bac, n* i5, pour 
^es perfectionnements apportés dans les signaux et i*éclairage des clieminsde 
1er. 

4i* Le brevet d^invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le s4 férrier i854 • au secrétariat de la préfecture du département de TAisne,' 
pv lesienr Chrétien (Jean -François) , à Esquéherrîes, pour une machine %' 
ipralir toute espèce de tissus. 

43* Le brevet d*iavention de quinze ans, dont la demande a été déposée', Te 
18 février i854, an secrétariat de la préfecture du département des Bouches- 
di-Rhèoe, parle sieur Godonel (Victor] , rue de fOlivier, n* 55 , à Marseille^, 
prarlt confection des chaises tressées en paille pouvant se démonter. 

43*LekreYet d*iovenlion de quinze ans, diont la demande a été déposée!, 
le )3 février i854, au secrétariat de la préfecture du département du Nota', 
perienear Courrière (Gharle|p)« rue do TEntrepôt, à Lille, pour la teinture, 
es Iiiea des cotons et autres matières. \ ] 

44' Le brevet d*invention de quinze ans, dont la demande à été déposée, 
le i3 février i854> au secrétariat de la préfecture du département de la 
^ae, par le sienr Daudé (François -Jean -Guillaume), à Paris, rue du 
Teaple, n* 79, pour une mécanique à ferrer les lacets. 

4S* Le brevet dlnvention de quinze ans, dont la demande a été déposée, le 
i7ftmer i854» au secrétariat de la préfecture du département du RL6hé," . 
ptrla dame Decaëo (Emile), séparée de bieps <l*avéc son mari,. à Grignj,^ 
fnr aa système de foyers à grilles transversales. 

46* Le brevet d*invention de quinze ans, dont la demande a été' déposée,' 
k i3 février i854, au secrétanat de la préfecture du départemeuf de la* 
Saoe, par les sieurs de Lasson et compagnie, à Paris, rue du Poncean» 
>' n , panr un genre de feuillages et fleurs artificiels. 

47* Le brevet d^invention de quinze ans, dont la demande a été dép<}sée, 
le S] février i854« au secrétanat de la préfecture du département de la 
l^biférieure, par le sieur 'Desmarest (Jean), rue deGigand, n* 19, à 
I^aitei, poor une machine propre à fabriquer des mottes de tanneur. 

48* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée , 
« i3 février i854» au secrétariat de la préfecture du département de \â 
^, pir les sieurs Farret et fils, à Paris, rue Chapon , n* 35 , poor des per- 
"Ctioanements en horlogerie, notamment pour indiquer rbeure des chemins 
■cfer et Fbeure des pays où Ton est. 

49* Le brevet d*invention de quinze ans, dont la demande a été déjlosée, 
^ i3 janvier i8S4, au secrétariat de la préfecture du département du Haut* 
^r par le sieur Grûn (François-Jacques) , à Guebwiller, pour une applica- 
QBB de peignes cyl indrlqu es. 

^* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée» 
«so février i854, au secrétariat de la préfecture du déparlement du Finis* 
^f pv k sieur Hérou (Michel) , à Brest, pour la fabrication d*une clef à 

^1* Le brevet d*inTenUon de quinze ans, dont la demande a été déposée » 



'Digitized 



by Google 



{ liirV 

Gifonàe, par le sieur la^iticUi (JeaTi-M)iine], trïe Sâlnt-fVeité, 'h'fro\ ^ Bèr* 
dcâux, pocr ùh système âe ptôfre^nific^eAe prqtrie i l'étliitiàgè âtA glirceib 

,52* Le brevet d'invention de quinze ans, uont la dettiairAfe ^ ^l&^&épftsét^ 
lé 2b février i854, au 'sedriftarîrft de h tj)réfcetare do départnmretu ic* 
Bouclics-du-Kliohe, par 1c* sîènrt Ktjnllet ^Aftoltfhe) et (fearrifiifll!»mT-''NftillJ, 
rue H^làzade, n^ 17, à Aî^rsëiHe, pour un procédé m mtitt^cfù. dâ jui'd» 
réglisse. 

53* Le brevet d'invention de quinze ans« dont la demande a été déposée^ 
lé 17 ftvrier 1 854, au secréteriat tfe la 'pr^ÉPcttirc du départemfetrt ifti Gâid, 
pu le sieur LaôuVë (l^ierrc) , à Nïcnc^, ]ponr 'tfti ny^thkie de ^pressotl*. 

5'^ LeWevét â'inV^tiôd de (fkftiiû tfnft, dont la demande tête àièptfiêt,% 
18 février i^54^ au secrétariat de la préfecture do d^fti^nrettcde rEOit,!»!^ 
le sfeur Lbgris (Mari'e-Jbsepb), à *L(mvicTS, ]f»uf tth fégtdâtftor à gftz. 

'^S"* Le brevet d*inVeMioù dê'qotnte ïkn^,^^'om1ïi deimittdeti été (léposëè, 
lé l'î février ift54, au secrétariat de la -jjréfecture. do d^pai^éftnettt de Mk 
Seine, par le sieur Loniéai-S (Pierfe-Céltsthi2. 'à?M^, fore èè Vt&A^tàdiiMnK 
li" 58., pour un genre de jumeries de spectdîfe. 

^C^ Le l»revet dloventiou de qtriiifce atfs, dotft la S^iMiinde'â été d^posëe» 
lé % janvier l'SSii, au Secrétariat do directeur de rihtérieiorr, -parie sriett'lMtfh- 
c^e^i (Cbri^topbe), à Saint- Pierre (Mai1îtiiqne,% pour dn ^tèiti« I fett ift 
et con^DiuD pofir générateur, propre à àmléHtirér in HhtYeèiXïotk 'da ^utre, 

•57^ Le Wevei d*invention de tnnq affs, 'dont !a demande à hé d<^M^e, 
le 20 l^viner i'85d, ^ii ;^crétariat de la préfecture dn déphrtehient \àu hoWtH^ 
par 1.0 sieur Miné (Joseph-GlbarleA}, à Santéati , pour ttn régdialieur appSMilé 
aux DMHiliBS 'k vent. 

'. hS^ LeWvet d*invtntibà iè qtrïiïte ans, dooi la demande a iSlé'dï^c^t 
Hb 23 février i854, au secrétariat de là nréfccturo do 'd9piii*l!èfnëtit 'éii'BÉ^ 
Rhin., (par. le situr fasqoay CLoois), 'à Wasselootne , {tcyur ùttt bride 'AfM 
graçtué. • ■ 

59* Le l)revet d*invéntiâh'de qoiflte (tns , AcTtft ^ dVIbafidè 'a W îM}ib^é, 
h 22 février iB54, au sèârSlaHat de h prëTeCture du 'dé[5ti)[Hcmènt dS 
Bpacfatts-du Jlhônc , parle sieur 'Piiïtr^lo (Lodib), rOe Mam'de, m" t9« àMaf» 
^ille, |>our un paterne de couvertcfre de tnahon 'eti ardoise dit {feiioéirtan 
romaine ' ' ' , 

' W Le brevet dlnventibb it fjahtie )iùS, \à<M % demfltadie'a m ^A<p»SH 
le 20 février iS54 , an sécrétal'iat Ae fa]M1(feetOr)i do déparrtëmerit du Erbtof* 
^ar le sïeur ftcarcl (Éiîenhe), Grtitsâe-Rtie-Lotigoe, ïT^, àl.yoYi,'po(lf 'oA 
système de cbèminée garantissant de 1a)bm(!e MdeTinctndie. 

61^ Le brcVet d4nvention de qilinzè'atts, Jioitt la èttattaât a ^t^.^iSépMJ^ 
le 22 Yévrier i'854, au sccr^rîà't dehpréftr<trareftoilépfim^mént-a:s*fe'naaf«» 
Maroe, par le sieur Pptbey-Lhoste, à Ghâbmoùt, pdtof ttne etfta-de-tle îkllt 
an mdyen àe tram boises et de groseflles. 

64^ Le brevet d*)nvention de dUi^tikc aYls, ïtfiitla dlftitMdèa'W'tféf^oséè^ 
le i3 février i854,ausecrétaritft'de'la!prére(fiikredu ddptffiemvm^chiSfi^tf^ 
par le sieur Boquancourt (Louis-Nicolas) , à Paris, ttite de Osrmmoift, li^ *f^l \ 
poor On système d^emballagè de 'dfa)ij>e»ttt «t cbîAires de 'dattilés. . I 

63^ Le brevet d*hiventioti de quitite ans, doot la demande a éfé'^^^t i 
te 93 février i854 , au sccrAtfrîtft de la prëÂ^ctifr^ do départeiueift Su Hâiit^ \ 
Bhin ,^ar le sieur Schléret (Mathias) , à Borscbwilier, pour une charrue fét- \ 
fèctîodnée. 



Digitized 



by Google 



B. n*3i6. ^ 111 J 

6i* lie brevet dMoYeniion de qainze ans, dont la demiindfi a éié di^posëe^ 
le t3 Février i8>S'4, «a secrëtariat c!e1a préfecture 'dn département de 9a 
Seiiie, par Je -sieur TâuêtChambor (Josepli -Auguste- Marie;) , à Paris, rue dû 
Cbamp-de-Uors proji'tée, n* iO ,*pronr un syst'bnie A*i^pareil de cheminée. 

S3* Lelirevet d'invention de quinze ans, dont la demande a 'été déposé^ 
le 33 nhrrîer iBâd , au secrétariat de la préRïdlure du département de 1k 
Cbareote-lD£érieure,par le sienr Touieau (Isaac-ÛaDiel]^ à Saujon, pour'oaè 
adle â ressofta. 

66* I« bravel diiaveotîoa ^le |uioxe ai», dont U âemande«a été d^ofléi^ 
le 33 iévriar i&5At au secrétariat de ta préfcclure du départemcat de h. 
ileurtbe, par le aieiur Willoumez (Jacques-Louis) , à LuMéville, pour ub ays- 
Ûme de fermetures >de «aseï œéuUiques xlesliBés à conserver les ^ubstanoqs 
tXmmîmre^ Ah dila leur iFillagmez. 

6^* làb brevet ^l^ioveotioD de ^pixize ans^ dont ia demande a été déposée^ 
le s^iZwier :i 8ôd ,aa secrétariat de la|>rérecture du déjtartement des Boucb^s- 
do-Rhône, par Je Vieiir André (Gustave.), quartier du Bouct, à Manseillç,, 
fBariiii.appereJl eyaot peur biit d*aitircrile gaz d'uue distance illimitée. 

$y Le brevet dinvcAtioD dont la demande a été déposée., le 1 7 Hlvrier 
Mk V au aecffaélairiat de la préfecture du d^artement de la Seiiie« par le sieur 
I^ey (Jobo-WoodbouscJ, rqprésenté .par le sieur Sauller, à Paris., nie 
Dronot, n* 3, pour des perfectionnements dans la fabvicaûon ides tissus de 



éf Le9>f<B«at^'âoviaitiea'dflipU»eens, doe4 k deMemks a éfcé déposée,, 
le 11 janvier ei5i.tan secrélMat dfe Ja préfecture du déparleoiept du M^/^ky 
ftr le sieur Benoît (Auguste)., .^«e.&ûid-iee^iMii, a° Af^L, à £iUe«poiir4nilB 



71^ (Leibiwfet4naMDtion de'iptMe ana, dont la •denaode a -été dépeaéft, 
^S^évrier i'9&i,'ao jecféteriaft ât b pnéfeotun» do'dépavtemedt-de le SeiflA, 
fvie slenr Bl<7oitilkr (lUesaodfe)., à Pam, rue Ofee^it» .11'' a« fOBr «ne 
Biétbode de réduction directe des métaux. 

71* I^e brevet dlnveiriion de (fcmiz^ ans , 4oiit ^la «tleiiaeode 11 été déposée, 
Is l'S fférrier v8S4, «n secrémniat de la préfectare de départemfiilt (te ie 
Mee, par les'siears Bourdon (Pierre- Adelphe) et Hmnoelvé (Loui^ooi^)^ 2i 
^fris, Toe Smnt'Josepfa, le pfvtiner, n* 16, et le lëoond it rd* pour MB 
puoplie de fumeur. 

73* Itelirevet'ffiinrenlfoti 'dé quinze «m, ^iitla «detnende a'4té»dcpeeée, 
% i5 tètmr i854. an «secrftiaritft de lepr^feeieredH déjpartement de le 
Mne, «par le sictnr^Con'Mftiltraitd (Édeverd-I^ferre); à l^mrls, ruelîerperile, 
a* si,jiour^piroeédé (FevttteliAn de 4%ciâeecAfurî|[tie du plâtre. 

7T Le bf^vtf t i^Phivenlion de quinze «tNi, dont la 'demande- a été Hépotée, 
% ih R lv iiei T%i , «u seci^éftnriflt de lapréfeeture^udépanemeert de*-1a Seino, 
|er le sirenr 'Obapélfe (4kmiiine^taritëlm<CesuTiit^ , à Paris, Teed^ Cbemiii- 
¥wt , ^ B, poor^twi ^système 9^ madhine à 'vepcnr. 

jh* .Le brevet d^nventJ'on Seauinze ans, Hoiitla demande a 'été diJpQdée, 
le l6 février i85&, au sccréfariafdela préfecture du departement.de la Seine, 
ear le sieur Farcot fMarie-Josefih-Denis), au port Sàint-Ooen, pour deeper- 
lecfionnements dans }es moyens de production de la vapeur. 

75* lie brevet d'invention de quinze ans, doiUla demande a été déposée, 
le i4 février i85d, an secrétariat de la préfecture du département delà 
Sdae,par le sîeur Terrier '(Denis^Dugène- Victor'} , à Taria, rue des Fossés- 



Digitized by VjOOQ iC 



( 1" ) ^ 

Montmartre» n* id» pour un double chariot d*ëchappement mobile pouf 
montre. 

76* Le brevet d'invention de quinze ans, pris le 27 février i85A« au secrfr 
tariat de la préfecture du département de la Loire-Inférieure, par le sieur 
Footenau (Félix), rue Dugommier, n* 8, à Nantes, pour un genre de caUÎM 
tage des navires, 

77* Le brevet d^invention dont la demande a été déposée, le 16 février' 
iS54« au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, par fè'l 
sieur FuUer (George-Liedbam) , représenté par le sieur Sautter, à Pans, me ! 
Drouot, n* 2 , pour des perfectionnements dans les machines à vapeur. | 

78* Le brevet dMnvention dont la demande a été dé|M>sée, le id février | 
i854 , au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, par le sieur { 
Ginti (William-Gilbert) , représenté par le sieur Merle, à Paris, rue Vivienoe, { 
n* 1 8 , pour des perfectionnements apportés dans la manière de fabriquer les 
gaz combustibles résultant de la décomposition de Teau ou de la vapeur, et ' 
dans la construction des appareils se rattachant à cette invention. 

79* Le brevet d'invention dont la demande a été déposée, le 1 7 fcvrier 
i854» au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, par le sieur 
Gwynne (James-Eglison-Anderson) , représenté par le sieur Gardissal , à Paris, 
boulevard Saint-Martin, n* 29, pour des perfectionnements dans la fabrication 
du combustible artificiel. 

80** Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 1 7 février 1 85 4, au secrétariat de la préfecture du département de b Seine, 
par le sieur Jarzinsky (Cbaries-Eugëne), route de Saint*Mandé, n* aS, i 
Gbarenton-Saini-Maurico, pour un carton tanné. 

81* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 1 7 février i854 , au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, 
parle sieur Lafleur (Alexandre) atné, à Paris, rue Micbel-le-Comte, n*3s, 
pour une jumelle à système rectificateur, applicable aux lorgnettes, aux sté- 
réoscopes, etc. 

8a**, Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande été déposée, 
le 16 février i854« au secrétariat de la préfecture du département de la 
Seloe, par le sieur Laureau (Léonard) , à Paris, rue Saint-Gilles, n* 1 2 , pour 
un système do fourneau propre à la fusion des métaux, à la carbonisation, à 
la distillation ou sublimation de diverses substances. 

83* Le brevet d'invention do quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 16 février i854« au secrétariat de la préfecture du département de la 
Seine, par le sieur Laureau (Léonard), à Paris, rue Saint -Gilles, n* iSi 
pour un procédé économique propre à extraire la potasse et la soude. 
. 84* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le i4 février i854, au secrétariat de la préfecture du département de la 
Seine, par le sieur Le Métayer (Ferdinand-Laurent-Micbel ) , à Paris , rue, du 
Temple , n* 96, pour un système de cache en verre de toute couleur, pour toute 
espèce d'encadrements, d'écrins, de boites à portraits, etc. 

85* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 17 février i854, au secrétariat de la préfecture du département de la 
Seine, par le sieur Le Page (Jean-Addré-Pro^per-Hcnri), à Paris, rue de 
Cbaillot, n* 109, pour application du caoutchouc vulcanisé aux glaces de 
voitures. 

86* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 28 février i854, au secrétariat de la préfecture du département de la 



Digitized 



by Google 



B. D*3i6- ( ii3 ) 

Meprtbe, par )« demoiselle Lorentx (Maria) , me da Montet, n" sS , à Nancy, 
poortm produit induslriel dit attache volante, pour courroies mécaniques, aana 
loodare, couture, riYure ni lanière. 

87* Le brevet dlnTention de c|uînze ans, dont la demande a été déposée, 
le ]5 février i854, au secrétariat de la préfecture du département de iâ 
Seiae, par le sieur Mainfroy (Louis- Joseph), à Paris, rue du Faubourg- 
llootoiartre, n" 4 1 ^ pour Tapplication do fer et dntinc au bois, dans la fabri- 
aiioD i la mécanique de la menuiserie. 

S8*Le brevet d*invenlion de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le i4 février i85d« au secrétariat de la préfecture du dépairtement de la 
Srâie, par le sîpur Merle (Joseph), h Paris, rue Yivieone, n* 18, pour des 
pfiectionnements apportés dans Tapprovisionnement d'eau, d*air ou de lest 
pour Its navires ou antres bâtiments. 

89* Le brevet d^invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 17 février i854, au secrétariat de la préfecture du département de la 
Seine, par les sieurs Peyraud (Étienne-Âleiandre) et Martin (Louis-Gabriel), 
iMs, quai de Bourbnn, n* Sg , pour des procédés d*appiication de Tor et de 
r«|pttt sur tous les métaux, sans le secours de la pile. 

90* Le brevet d'invention dont la demande a été déposée, le> i4 février 
)SSi, au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, par le sieur 
Quift (Thomas) , représenté parle sieur Oppeneau, à Paris, rue desAman- 
^«n-Popinoourt , n** 16-34» pour des perfectionnements apportés à la fabri- 
otioa des montres , boites à montres, ainsi qu^aux outils et appareils employés 
état ceUe fabrication. 

91* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
^ 17 février 1 854 » au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, 
jar lesiear Ramondenc (David), à Paris, me du Faubourg-Saint-Antoine, 
a* 56, pour des perfectionnements apportés dans la construction ou disposition 
ée tihies à coulisses et autres meubles analogues. 

9s* Le Iwevet d^invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
b 16 février 1 854 f au secrétariat de I9 préfecture du département de la Seine, 
fv le sieur Rémond (Amédée-François), représenté par le sieur Mathieu, k 
^Wi9,nieSajnt4>ébaslien, n* 45, pour un système de condenseur et d*éva- 
porif eor i sarfaces multiples , applicable aux machines à vapeur et autres 
•ppweils. 

93^ Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
k iS Svrier 1 8è& , au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, 
pv le sieur Hogeau (César-Bruno) , à Paris, rae Grenier-Saint-Lazare, n* 16, 
poardes perfectionnements daos la constraction des bénitiers. 

94* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
k 17 février i854» au secrétariat de la préfecture du département de la 
Seise, par le sieur Roger (Adnen-Louis ], à. Paris, me du Vieux-Colombier, 
>* Il , pour nn genre de papier do tenture. 

95* Le brevet d*invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
IfiiS février 1 854, an secrétariat de la préfecture du département de Maine- 
tt-Uîre. pr le sieur Sassedoit (Baptiste) , à Saumnr, pour un moulin à bras» 
*Bs meule , pouvant moudre toute espèce de grains et les réduire en farine. 

fi* Le brevet d*inventioa de quinze ans, dont la demande a été déposée» 
^ i4 février i854f au secrétariat de la préfecture du département de la 
^e, par le sieur Skertchly (Joseph), représenté par le sieur Oppeneau , à 
^ris, me des Amandiers-Popincourt, n"* 1 6-34 » pour nn appareil servant à 



Digitized 



by Google 



en ie^^afmt <si«uii«t«êulMi«M)«t auxquels cqji>«1)^ Vivent élre.^ppU^u^ 

97* Le brevet d^invention de quinze ans, dont la d«iDande a «ié d^pM 
jU 47 iéviicr ir8â4<» au,ftrc«étartat dé ia préfecture Un dôparte«keia4e la )îd 
|iar Jojiaur Tberoode (Aku»dre^ioeJaftJ« À Fans, j*ae île MaatMom 
A* i., pour «ne foapé»^ueou. 

^i"" iLe b»evât ^'iaventioa de qoîoac ans,, doot ia demande 4 M ^^poi 
le s8 février i85d, au secrétariat de JapréCacUiie du AéptKUva^ntA 
lAfiufftbtt, f>ar le aieur Tkîéiyi(LAttreDt)^ rue des Quatse-Égliscs, ji* -yg 
^aocy,ipeiir«a^p«roU4àt^i9^r«i7 Thiéryp^Mtwai au faioBchiuai^ ^u lii 
Aiavapeuit. 

^f^* Le braTet4^bi«eiilîe« daifaMeiias,deDtiideimBdea4*é<Up« 
le 17 février i854, au secrétariat de ia prélaeCure làm dépantemeat <li 
Sèm^ par èe «iaur JSauibaiiK ( Joseph), â Saiiit-iDeine, «piès Pwôb , |Knr 
■ ya l toe <te ^aqiîèie tatmiaim. 

a«(i4* La èrevet d^ioveillioB de qnimaana, flo&i da/demaede a été d^pai 
la '»5 'fêmnF 16Ô4.» ma ewréCariat de la .préfeetiire da «départeinrai * 
Boncbes'du-Rhône , par>}e«fBur Ailemaad (Sanen) , à'Salon, ^oanaa afall 
ida idéteate variable è ^ohmté^ aansaarftter lee niadhieas. 

101** Le brevet dMorv^otiou de (jaitne ans, èomt la demande a élé éépei 
Vt ^ Tévricr i85*4, au secrétariat de la préfecture du départemeift 
HRi^e, par IniHeurs Aroiaud ( Antoine- Jérftaie) tft tompogme, Tm "ék 
Liberté, n*7t>f à Lyon, potir TftifhratTon de tontes les eaux de Mvoti , ^ 
de dégraissage des laines et tous les corps graisseux en général, à la làbi^ 
^d& des savons. 

101* Le brevtit cTitivefntion £le ipnnie airs, dontia SemaaAe a Ité-dépei 
le '4 mars 1354, «a secrétariat ttcla péfecture da département de r^rflN 
•par^ciTear Arprchand (}evn-)lmdré] , à Viviers, ^jourim système de cHiaifl 
destiné aux usines à vi^ur; 

loS* Le brevet cTiavcnlion 9e quîozc ans, Sont la demande a'2?lê Â^pcN 
le 4 mavs i854> an secrétariat de la préTccliure du département tli 
"Haute-Vienne, par le sieur Broccliy (AstèrerAlbcrt-AïUoine) , place Toura 
Limoges, pour un procédé dltapplicatiom des goudrons, litamcs, htrilcs a 
ûelUs minérales oa végétales aux pâtes sèches ou plastiques, dans les arts e 
migues» 

10&* Lelïrevet Slnventîon de aùinze ana, dont la demande a hé dépoi 
le 33 îévricr i854 ,i)u secrélariat de la préfecture du Oépaftenrent du l\b3 

Ear le sieur Buron (Pierre!) , quai d Orléahe, n*.78, ii Ljon, pour un comj 
b achromatique à point c!c vue varialile. 
10^ Le brevet d uiventiou de quluze ans, dodt la demande a Sté âépdl 
le aB février r8U4> au secrétariat Be la préfecture du dépai*temenl de la Loi 
par le sieur 'Cbaverondier (Tlippdlyte), à Sainl-Germartn-Laval , j>our «ne r 
l^ydraulique à augçls, mue^ar dessous. 

aoB* Le'boewet d'ioveation «de^quiiucans, doatia demande a ité j^poi 
la «fi man i854<»au.socr^élariatxie ia préfcctm*e du Jéparlemeat de lal^ci 
jpar;ia9.si«ui«Xképei (Pierce) et Granger .(Jcani) , jac^résenté par ie^prcmie 
&aiatnfitiaona , .pour «au tsau 3e soie groa-^raia velouté. 

aiQ7* Le<bi:e«at d^avcatien dequiazcians, dont la demande a été ééuti 
àe aa liiviier 4.8â4f*au.aeoràtariat oe la .préfecture tda d^pactcment de la Se 
(«r ia aiettri)aBni8 (Théobaldj» éUsaiU dcusicile wchcz Je «i«ur Vierlu|| 



Digitized 



by Google 



B.n*3i6. ( ^^â ) 

nr piaimes métal) iqnes. 

HT Le ke««lidlaB«ton«î(ni4le qnînse «ni,, 4»irt )a'4Miia^a<Aë déposée « 
litil§fMr »e5é, «« «B»élanirt^U|irà£lct««'dii'^pHlaiMDt4A4«Sew«,j 
fKtk état ïAé (GtiiUAiAe), è jBmU, mm •Gt^^aàt^Xmm, «* 4 , |>Mtf 
ne composition propM 4 VM<krte k *p^r M it 4eilè tna^piroala, 

«M* LeèRi«t««lw«ealm4e «yiiM4ns, 4oirtaa dortfcndo a4t^ di^pM^e, 
bit «wiar iC&4 , laa secrétariat do i« piélkiiiee 4« 4lëp«rteaRiit 4« JMmw 
pèf ttëej» OnMtit (Piene) et flÉ-oocba (ieaii^llMe) , leii Moîm.» a\' ia« 
i LyoD , pour une plaqaewUie 4t cfaelDMéb ftw ao a t kfuiétî^aeniaïf 

it<r Le nrevcft fîifvekition ve tftifote atft , wiA la ^demnife ■! été ddpesée, 
krj fMtt i SH , au«eci^t«ri«t del» prëfedttii<e4ii èW pw i t muM du Mite^^ 
(»le skvn* Fwrisin ^hjmfftî) , «b«t 'te •«îear ^mawHy à ^p»<QMBB'liW>i^ 
' ptr nu genre de toîlca pour contetttnres. 

ni* Le htt^i d^ii^nticm Ae f{CRove MOft , dcNft ift ûmÊmàtmé^i déposée, 
k ib ftvrier iV54. au Mtfrétoirfat d« la «^méfemNiFe ^ déptrtnnait dt 1« 
lÎR, par ie ïhwi* Â^tiçoH f Jem-^fettiri ) , <a ?M>i», m da fiMikèttfg-OMai«^ 
Mvtm, D* 1 47 , 'povr rfnrt-îomr f Kmts t\ -mndMvt propM à ii» jftilnn|iier. 

uiMjeVeYet d^înveotlon de quinze ans, Sonit !a dettiatièe n^ié Oéposëe , 
kso iévrior i854, au tecrélariat de la préfeettn% du ^^pntement -àt K 
8àBe,far les sienrs 'Guerîq el'Barafof ( , A Vath , Tue aux Otrrs ,»n^ 26 , -poil* 
Itt perièctionnements apportés dans ta TalbrrcdiDn dtfs 'potlit^ sef vaut au3( 
fmoos, eîlets, habhs^ paletots, etc. 

ii3* Le Dreret d*înYeniion de quintb atis, dmit ta detDanaâe'a ^té AJpOsilB^ 
kij ftvrier .1 854» aasecrétariat de la prérectore du départetnef^t du Jtrra ,^pflt 
Uenr Haton (t^ouis-i^ppotinaire] , à Kevigny, potxr un sysièiue tfe lUbricution 
tMrges mondés et perlés. 

«)i* Lebaevet'4'i&TeDtioa de quinte «ns^ Sbnt la demanSc a été dc^posee^ 
||<I ftmr •*8â4'9 par 4e «îeur llo^y 4lit Hutarn .( Louis-JoanJ , à Paris, me 
^Toomeiles, n* 6, poar Tapplicalion sur les papiers» toiles,. parclienuns, 
pio^Me. de Ja .pÎMre meoKëre pure 'Ou vHriiiée nu émerifiéle à volonté, 
yMtfolir les boiSf les métaux^ -le aoarbre, 1a «orne, l*ivoiret -etc. 

h4* Le brevet «UiiMWBtiaod quinae ans, Sont la demandîe aété déposée* 
^ lihner i^S4<» m secrétariat ide k pv^feclore du (i4t)arlcnient du Vbône., 
f» W «ew Jaflqntmnf t(yiaiiry.) ,gne an Mopiio* maison Couard, à Tarare» 
^sBsptème de «Msnt^gs ié» roulette» dane les navettes à lisser. 

4i4* Lei»fav«i44aveiitioQ.4e qaînxe ans, .dont la demandée été déposée^ ' 
■itlbrier *^^h an sectétariat de la .préfecture du di^pantement flela 
^, par les sieufs Legros et compagnie, a Paris, me de Bourgogne, n* iZ^ 
^'■A imeédé ^«censewatfon des boû, 

•«^* lîe ln«vet'ë!iD^viion*dei)hM «as, <b»i lli«dainaiide a'été4lé|MBée^ ih 
fWis «M^iMi Mcrélamt d«la prétaotoM idu d^arUmant-da .Nofd^ ftar .le 
]|**r Leroy (Benoit), à Douai, pour un ap^reâ en i^lei^énailiée mvnnlÀ 
^iilililîea atè<ktiiotificatidB 1^ jhis tteMt«MMe« <k?ttiéUaee<et de'ginins. 
^«t ù^Jhmm. timtlÊÊkm de'it«HMÉ«iis, dont k deoM«ide«a^4époeéa, 
•^i»«ifierfit54, aneeerétaikt^ Iaipf4towt«.dii<dtfpai4aii«nitde.i»â^^ 
^ itWHv lÂémtmmn <JMibiiiHJoeepb«AaÉMe)« i Paaîs^ isMiievaad éa 
leople, n* 18 , pour un procédé propre à Textractloo do sucre des végétai». 
^'*f Lei lira ifc t d?ii»critioii ♦dcquiese ans, dent >k dama wk«(étéid4|io0ée , 
*»iiwitt<rW »» ,iaa ee oi ét» ii<ideéa|ÉPéfcaliiee^ ktSeim, 



Digitized 



by Google 



(116) 

par le sieur Mâllet ( André-Loais), A Paris, me de la P^iniëre, n* 6>, po«i 
appareil contre les chaos de trains de chemins de fer. 
' 130* Le brevet d*inTention de quinze ans, dont la demande a été déposée 
le 30 f^rier i854 , au secrétariat de la préfecture du département de la Seine 
par le sieur Marmuse aine (François-Âuffuste) , à Paris, pas^ge Verdeau 
n* 1 5 , pour un dseau A découper la volaille dit ostéotomie. 
• 1 3 1* Le brevet d'invention de quinie ans, dont la demande a été déposée 
le 30 février 1 85& , au secrétariat de la préfecture du département de k Seine 
parle sieur Millet (Désiré-François), à Paris, rue Montesquieu, n* 6, pow 
des perfectionnements apportés dans* la photographie. 

1 33* Le brevet d'invention de quinie ans, dont la demande a été déposée 
le a mars i854, au secrétariat de la préfecture du département du Nord , pa 
le sieur Mtnne (François) , élisant domicile chez le sieur Decock, à Lille, pou 
un système de fermeture de vitrines et volets. 

133* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée 
le 30 février i854, au secrétariat de la préfecture du département de 1 
Seine, parle sieur Nicquet (Charles) , à Pans, rue du Faubourg-Saint-DeniS; 
n* i33, pour un genre de porte-mèches dits porU-mkdtfs-papillon. 

1 34* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée 
le 3 mars i854t au secrétariat de la préfecture du département do la Nièvre 
par le sieur Parent (Auguste] , à la I^ge, pour la fabncation des fers afSués. 

13 5* Le brevet, d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée 
le i8 février i85à , au secrétariat de la préfecture du déparlement de la Seine 
par le sieur Pieraon (Jacques], à Paris, rue du Temple, n* ig , pour un genr 
de vannerie de fantaisie. 

136* Le brevet d'invention dont la demande a été déposée, le ao févrifl 
i854i au secrétariat de la préfecture du département de ta Seine, par le sieu 
Prideauz (Thomas-Symes), représenté par le sieur Sautter, rue Drouot, n* 3 
à Paris , pour un appareil propre à régler ralimentation d'air dans les fom 
neauz , et empêcher la chaleur de rayonner par les porte! et autres parties sH 
le devant des fourneaux. 

137* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été dépoaél 
le 18 février i854 , au secrétariat de la préfecture du département de la Seim 
par la demoiselle Richaud (Jenny), à Paris, rue du Ponceau, n* i5, pour ui 
genre de boutons de fleurs artificielles dits hontons-ptrie cirées, propire A Timl 
talion des boutons d'oranger, de lis, de sorbier, de tubéreuse et autres. 

1 38* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée 
le 2à février i854 » au secrétariat de la préfecture du département de Vauclasa 
par le sieur Hom^on (François-Ferdinand) , à Avignon , pour une enere dit 
orientale. 

139* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée 
le 30 février 1 854 « au secrétariat de la préfecture du département de la Seine 
par le sieur Samson ( Aleiandre-Bienvenu), à Paris ^ rue Saint-Honoré , n*3o 
pour un drap de billard préparé. 

■ 1 3o* Le brevet d'invention dont la demande a été déposée, le 18 févrifl 
i854, au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, par le sîeo 
âehaeffer (WiHiam-Cbaries-Tbéodore), représenté par le sieur Sautter, < 
Paris , rue Drouot, n* a , pour des perfectionnements dans l'épuration de 
"t^îritueuz. 

i3i* Le brevet d'invention de onînze ans, dont la demande a été déposée 
i« 3 3 février 1 8^4 * an secrétariat de la préfecture du département de la Seine 



Digitized 



by Google 



B.]i*3i6. ( 117 } , 

fKt ie «or Thibanlt (LoQÎs-Dlysse) , A Paru* me du Temple « n* i56, pour 
éânis à tabttière ec combles en fer vitréf. 

i3i* Le bref et driavention de quinze aDs, doDt la demande a été dépotée, 
b s4 féfrîcr 1 85 4 » an secrétariat de la préfecture do département du AhAne, 
prksiieors Vaiayer (Émiie) et d'Uérens (Fraoçoisj« me des Fantaa^uet, 
1' 1 1 , à Lyon , pour un tissu fa^nné dit doMMufrançtus. 

i33* Le breret d'inieution dont la demande a été déposée, le sa février 
i8Si, m secrétariat de le préfecture du département de la Seine, par le 
inrBeUeford (Auguste-Édooard-Loradoux), représenté per le sieur Gardissal, 
ihzn,pour perfectionnements apportés aux appareils servant A extraire, des 
■dèrrs bisominenses, les divers produits qu elles renferment. 

i34* Le brevet d^invention de qninse ans, dont la demande a été déposée, 
ki\ février 1 854 , au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, 
» le àeur Blouin (Àlexandre-Émile), cbez les sienrs d'£nfer frères, aux 
mt-Moalios, commune d'Iny, rue de la Croix-Rouge, pour un procédé de 
ttricadeo de ta gélatine et de la colle. 

i35* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
ie li février 1 854 , au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, 
HT b demoiselle Cbéradame (Pauline) et le sieur Guesdron (André-Gaspard) , 
ihrà, roe Rocbecbouart, n* 71 , pour un sucrier Vaucanson. 

ijfi" Le brevet cVinvention de quinze ans, dont la demande a été déposée , 
kn/énier i854, au secréfarfat de la préfecture du département de la 
ScÊBe, par le sieur Cbalain (Edouard) , rue du Rendez- Vous, n* 39, à Saint- 
Wé, pour un procédé de fabrication de couleurs, de vernis, etc. 

13)* Le brevet d*inventîon de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
^it février i854 , au secrétariat de la préfecture dd département de la Seine, 

Lb sieur Cbevcreau (Eugène-Henri), à Paris, rue du Faubourg-Saint- 
I, n*4i, pour des fleurs et feuilles artificielles en dentelles, guipures, 
ttei ou fausses blondes. 

i38* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
«35 février 1854» au secrétariat de la préfecture du département do la 
toDe^parle sieur Coêz (Emmanuel-Désiré), à Saint-Denis , pour Tapplica- 
^ih teinture des tissas de laine et de la laine en bolt^, des laques ou 
1^'fûtés de msliëres colorantes obtenus par Talbumine* 

139* Le brevet d*invenlion dont la demande a été déposée, le 34 février 
>SS4, au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, par les 
KQi Diiweii (George-Basile) et Dorr (James-Augustin), représentés par 
kiinr Perpigna, i Paris, rue Sainte-Anne, n* 46, pour des perfectionne- 
*ttb apportés aux appareils et aux moyens propres soit à dépouiller 
«ttnraots d^air de gaz, de vapeur ou d*autres fluides ou liquides, de tous 
''I corps étrangers qu ils contiennent ou de la cbaleur qu^ils ont acquise, 
Ma les imprégner de cbaleur ou de corps étrangers quelconques. 

]4o* Le brevet d^invonlion de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
^il lévrier i854, au secrétariat de la préfecture du département de la 
^,par le rieur Dœbs (AntoninFrançois- Paulin), élisant domicile à Paris, 
^Bcsnregisrd, n* 4t ^àiû Poitier, pour un syst^e d arrêts pourcbemina 

lâi* Le brevet d'invention dequioae ans, dont la demande a été déposée, 
«^ féfrier t854, eu secrétariat de la préfecture du département de la 
^»par k sîeor jDumolier (Pîenelk>uis-fienDuird) , représenté par le siear 



Digitized 



byGoogk 



C iw i tf v h Pbri», «se- lu FmWar^flinft-llMSbt a^ 45 « famt «04 

boite ^ graisse avec son coussinet gnMé«r. 

r4tf* Le l»rev«« #fasven«kii» <!•«• iia d«aiMde • élé dépotée, U ts film 
•wêbà 1 «V seerétamt 4a- Is prMctare ^ «l^pavtemeoft de k âme, pv 
âieer Evans (WiHiiiiii)', «epi^Dlé pw le siesr WHiitniiett » à Haï», ■ 
Bleue , o* 2 , pour de« fgrfeet î w uituwn t» à Koètealîo» et è ya|ipMualien étf 
■owfr BÉecficek 

v^'' Le brevet dlnvOTliM» d« quim» nv, 4o«l kr ilwi wiik • étidéjNrf 
It «S'Iié^ar rS5»4', au aecrélnriaidê ia^MéAsctiUM diid^partetiieDi da )s dan 
ptf'i^aiear Fbeju (Pfeii^La««B-G«bvîel), àlM», tmmêmkt t a«y n » aT s j 
pour un systèine decalanAfe. 

»4i* Le krasai dfimraotiaa de ^iosa. atts.» donb U daitado a ^4 déposé 
kto »4 février i^4,r àu aecrétarîai da la préiaaiura du ditpartaaMua ds \ 
Aaioa*par lea sienra. F«irntvql (Louiaf>£iigëiia), CoqUai (Lauis) etSwM 
I R ay baé l.) , la pcaKiiaa vapcdaenlé par la sioar Armeagaud aîné, à Para 
me Saint-SélMstieu , n* AS, et les daa» auiMa, rua dar i*Éciiiquiar,. bT M 
«tiua* d*fiiigbiaiK n»** 47 « paar rappliaaliaii> dafr défibals>da laiaa ou d'aotn 
■aliève»^ mm lawie «sp^ da tissuak 

a^Â*" La brevet d'iairaBliaB da ^iiùiza ana» dami la daaiaiMia a» été disposé 
le 33 fâvrier hè^àà^ a« aaaaélariat de la prëreciura du d^parioasant da 
âeioc, par les sieurs Galiier (Oésir<S-Marie-Éticnoe] e^Guilieoiot (Charte 
AdalpliA^ à Paris-, rae Saint-Paul^ passage Saint- PI erre, n' 1 1, pour un m 
canisnie pour seixer les freins des convois sur les cliemins de fea. 

i46* Le brevet d'invention de quînie ans, dont Ta demande a été déposé! 
1* 2^ fiêvrier i854,r au spcrétarial de la piéfeclure da départemeiU de 
Seina, par ÏCi sieurs Gentil (,Denia-P{crre-Marie) et Dubois ( Victor )«.éllsa: 
domiciLc chez le sieur Gardiasal, à Paris, boulevard Saint-AJartia, a* »\ 
yaii£ une compositioa servant à la iâbricalion de la porcelaine. 

147** Le brevet d'invention de an'nze ans, dont la demande a été disposé 
le 7 février 1 8Sé, au secrétariat de la préfecture du département des Boucbi 
du-R1i0ne, par le sîcur GiH^r J' (J'osephy, bôteV des Colonie5, à Marseiil< 
pour des procédés pour produira io soadie et le carbonate* de soudb. 

i48* Le brevet d'invention de quinze ans, dlontla demandba cti^déposA 
h 22 février- i854 , ati secrélariar de la préfecture dk d\^partement dbr 
Seine, par le sieur ffébort (Louis), à Paris, rue de CourceHes, n' 38s. pot 
fa carbonisation par torréfaction, de tous' lès combustibles connus, at poi 
fbBtiention, pondant et par f ci])ération » dé tons l^s produite seC!Dffdair«B < 
tknis les combustibles. * 

1 4'9* Le brevet d*invention dn quinze ans , donf la cRemande ai été d^iél 
Ib 25 févriej' i834, an. sEcrétariat de la préfectnte du département de 
Seine, par le- sieur Hbtiasard (Micbd-Mhne-Eogène-Fnmçots)', à PMr, H 
SaintFlonoré , n* 99, pour imperméabilité dbs toiles ^c fil, toiles de cotM 
linons, mousselines, papiers, etc. pour emballages, couvertdres do toituni 
ftotttr de ca*i>pem«iiretaoC»as, enfin' pmr présarvat* an généval «autaaq 
aratnt rHamMîté. 

i5o* Lobrevel'd*kiTantÎMi> de'qdîaaa anas- Amt 1« damandis »éeé dépasél 
fc* 94 février i68é, mg awréttirhii do l« pràtetace- du dépurtanaal^ii 
la Seine, par le sieur Jourdan Goziariuo (Jean -Baptiste), à Paris, ru»dai 
Ftechette-, n'^S', poar pcrfeeti aBweinm m apporté» aas ohauarat^Mlé dhas^ 

r5 1** Le braretr d^liivanëaaida qwnaa» saM\ dont \m denaanès »été' dépaaé 
HtsrOfmm^tmk^ m liiréUihrtrd» la paélhutiaw d> Éipaulfiiini <» 



Digitized 



byGoogk 



B. n* 3i6. ( *<$ } 

1 M», boalewi^ de Slrasbourg , n^ 53 , pour des- perr«cttmiii«meiit& appor* 
l^iibBsbeoaslracliea des baieav» indS' |rar ht ▼apeur, (biictionaaiyV parlicu- 
Bwmt MT In onuRix , etdfispeeîtiéir d^géoëratcHr» pevr nénagcr r capter* 

rSs* Leèravet d'iowiHioii' dbot ht- d^mantiSS' wéiê d<^poa4«, ia* »«• féwiw 

iSd4, an seci^tarlat de 1» pvé^>elliffe dta dé|Mrt«ineiilr de> I» SoÎQVs par |o 

■aRrLawaa (Theau»), Fepvéaeatépap hs'aieiir Annefigaud jeunet A rariSt 

I mi» rafe^-doCalTatre', a^ 6» p6ur u» genre' de couverture ciravre-piedtoà 

I ibT hù brtfet d^a^entiott' è% qulme ao», doat la dianmade a été- d Up aaHp» 

' la$ ftfrier i854", au- aecréianaa d« la préfeeture dti départemeni d^ hi 

idae, par le sieur Lemonnier (Eliciine-FraDçms)^ àP)ifia, rnedela Gâkadbia» 

^1^, pearoD pnwM^ de cenaarralioii du boîai 

i54* Le Brevet dinventioa dont la demande a 6\£ déposée^ le ad fôvrier 
iSi, au secrétariat de la préfecture du département d'e fa Seine, par Ha 
inrLipscombe (Frederick), représenta par 1% sieur Mathieu, iPhris, roa 
Snt-Sébastien, n* 45, pour des pcrfectionoemenls dans Tévaporation et fa 
apomation des lîquîdea. 

ÛS* Le brevetd*i&ventiQn de quioEaajia, dont iadamande aét^ déposëo» 
kii Sérier tSSd » au secrétariat de la préfecture du. département de Ik Seina» 
piifi aieuc MAckeiJaja.(C liades), représenté par le sieur Armcngaud alaé^ à Paris 
anSoiot-Sébasticn, n" 45 » pour des maebîfiea à couper on pelav iea fruiêa. qk 
■1rs végétaux.. 

iS6* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a étédépoaëfi» 
kS finies i854«,aasac]:étanat àa lapréDectore du dépaatem^ot de» Landes, 
fB le sieur Meyrac (,Vicior)« à Dal». représenté, par Le sienr Lamcsoa, à 
CcBiade^pQHr 1 eaUaaeUoa àa bitume contemL dans^ toutes las^oaliea eaUwjoes 
^lliques, dans les schistes et les sablea blLumioeux» 

i^itebaafatidiiMieatîa»de.qiikiieaM,.d<mll]adainittdaa.étd déjpasée, 
bidiriaa ftSSà^t.ansaaaétanaida in préfiiioliiaaicbt'dépaitamaBftdaa Landais 
|»k«iia« Mayraa (.\[ietoit)« k Qax,. napréhaoié par la sieur banieaan, èGai^ 
lade, pour la tranefaaraaaott da tous«iiB»bituaBas aMKea bkaaaaaliqnklaak 

k^ &a hrewafe d^MMoatas» de fjpànm. ans ^ doOb 1» damaada a.été disposée , 
ké &m» aS&4«. aur ancrétenat da U pnéholnra du déparianMnt da lll 
Imm, pas la aiautf Noblor^Jeaia-Bapliate)', à Paria^ ma* dia Vanbott^g.- Saint- 
^Mâaa^nT i45» paor- an appaeeil daatimé au wfrotdiigeBsantt et an- qa^laga 
^ofé torréfié dit teraaaiUii^/^.. 

^ La^bravel dfSnRrentionr d&quina» ans, dtonif la demande a<Md(8jpDaée • 
kîi^ février tdrSfl.^ im abcrélÉrTat da la préfèettire du- départemenV d^ Ik 
^, parle» aicnr Pat* ('Jaan-Mdttric*), àrParb', ru« da Labanlé, n'g», 
J^ une voiture impulsiva ou' 8]^stème de locomotion et d^» navigatîoff 90' 
*>pignéd^im système de rails dit syslhne Pûier, propre à remplacer fa mode 
.^vipear aetaef avr fe» rail», aor h» eam el aillera, awea rédaction db 
alliera aaa la eombuetibk. 

i6o* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demandia-a été dé^feoé<9, 
^2l Hfrier aèSè, an aeevétarîa^ da ^ pr^feeUsra* dii départamant da la 
^M«,par la aitoavfkycn ( Jeon-MédUrtf] , h Plms, me VieiNér-dn-Tampl^, 
*fg^. poar dè& peffftmonnamenla dlao» la* Ikbriaatioa de» bt joua créa» an 
* et ea argent et de ceux doublés d*or, sur argent et aur cuivre. 

t8«* bè-braval dTkfvantlsv da-Mata aaa, dbnvhi'damaiid^a'éliddi^ée» 
^t»fiMiiP»m^, an ae<ffllMMda^1ap#dftetnivdiikdépaK«niwVdbik 



Digitized 



by Google 



( 120 ) 

Seine, parle ftieur Salomon (Jean-€hristophe-ThéophiIe), à Paris, rue da 
Faubourg-Saint- Aotoi De, n* 94 » pour un système de ferrure dit télégraphe. 

16s* Le brevet d*invention de quiuie ans, dont la demande a été déposée, 
le 9 février i854i au secrétariat de la préfecture du département du Haut- 
Rbîn,par le sieur Staat (Joseph), i Mulhouse, pour un système de chute 
hydraulique ou turbine à deux roues hydrauliques. 

16S* Le brevet d'invention de quinse ans, dont la demande a été déposée, 
le as février i854, au secrétariat de h. préfecture du département de la 
Seine , par le sieur Telle (Julien-Aimable), rue de Paris, n* 338 , à Belleville, 
pour un système de chemin de fer suspendu , applicable à Paris et dans les 
villes considérables, en général. 

i6i* Le brevet dHnvention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 33 février 1 854, au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, 
par le sieur Turquais fils (Joseph-Clément), élisant domicile chez le sieur 
Arsène Michaut, rue de Paris, n*44, ^ Belleville, pour un genre de rasoir 
dit rasoir Turquais. 

i65* Le brevet d*invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 33 février i854, au secrétariat de la préfecture du déparlement de la 
Seine, par le sîeur Verdin (Léon-Marie), à Paris, rue du Faubourg-Saiut« 
Denis , n* 1 o3 , pour Tapplication de la f^ravure mécanique à di\ erses matières. 

166* Le brevet dHnveution de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 1* mars i854, au secrétariat de la préfecture du cl (Sparte m eut du Puy-de- 
Dôme , par le sieur Barissa (Jean), à Issoire , pour un système de chemin de fer i 
héliee. 

167* Le brevet d*invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 10 mars i854 , an secrétariat de la préfecture du département de la Loire, 
par le sieur Barlet (Benoît), rue de la Loire, n* i4, à Saint-Étienne, pour 
une machine à découper les' rubans. 

168* Le brevet d*invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 7 mers i8S4 , au secrétariat de la pn^fecture du département de la Gironde, 
par le sieur Beliié (Jean -Eugène), quai de Bourgogne, n* 38, à Bordeaux, 
pour un système de construction navale à liaisons continues. 

169* Le brevet dHnvention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 28 février i854, au secrétariat de la préfecture du département de la 
Seine, par te sicnr Boulay (Charles-Jean), à Paris, rue Poupée, n* 1 1, pour ^ 
nn procédé de clichés pour Timpression des étofles, papiers de tentures,- 
toiles cirées, typographie, etc. dit procédé polUmikomme, 

170* Le brevet d'invention de quinze ans, dpnt la demande a été déposre, 
le 4 mars i85i, au secrétariat de la préfecture du département du Rhône, 
par le sieur Brun (Joanny), me de Bourbon, n* 4o, à Lyon, pour un pro- 
cédé de fabrication de toutes espèces de chaînes en métal. 

171* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 6 mars i854, au secrétariat de la préfecture du département du Rhône, 
par le sieur Bufnoir (Georges), rue Centrale, n* 70, à Lyon, ponr un sys-* 
tème de bouchons. 

17a* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 3 mars i854« au secrétariat de la préfecture du département de la Cha- 
rente, par le sieur Charpentier (Jean), à Angoulème, pour un système de 
pressoir. 

173* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a ^t^ déposée, 
le 9 mars i854 » an secrétariat de la préfecture du département du Rhône, 



Digitized 



by Google 



B.n*3i6. ( 121 ) 

perle tiear Cbartron (Pierre-Louis), place Neuve-des-CarmeA, n* a» à Lyon, poar 
une Umpe récbaud à double courant d'air. 

174* Le brevet d*invenlîon de quîuze ans, dont la demande a été déposée, 
k 27 février 1 854 » au secrétariat de la préfecture du département de la Seine , 
parie sieur Copley (Joseph), représenté pir le sieur Fleiscbmann , à Paria, 
booievard des Italiens, n* 27, pour perfectionnements dans les essieu de 
«aggoDS de chemins de fer. 

175* Le brevet d*inventl6n de quinze ans, dont la demande a été déposé«« 
le 3 mars i854, au secrétariat de la préfecture du département du Rbône» 
par le sieur Couturier (Jacques), place Saint-Niiier, n* 3, à Lyon, pour an 
perfectionnement aux pistons et cylindres de tous genres. 

176* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée» 
le iS février i854, au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, 
parles sieurs Déodor (Emile) et Cbcradame (Alexandre-Léopold), à Paris, 
me de la Madeleine, n* 46, pour un papier peint. 

177* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 6 mars i854, an secrétariat de la préfecture du déparlement du Haut- 
Rhin, par le sieur Dolpierre (Victor), à Bitschwillcr, pour une carde pei- 
pMuse à chapeaux mobiles. 

178* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
kl mars i854, au secrétariat de la préfecture du département de la Corse, 
parie aicur Falconetti (Dominique-Jean), à Favalcllo, canton de Sermano, 
pour on transportant ou voilure À bras. 

179* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 10 mars i854, au secrétariat de' la préfecture du département de la 
Loire, par le sieur Fayet (Pierre), représenté par le sieur fiarlet, rue delà 
Bsdouillère, n* 4a, à Sain trÉ tien ne, pour un métier plieur applicable aux 
éloOes et rubans. 

180* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 9 mars i854f su secrétariat de la préfecture du département de laCMe- . 
dX)r, par le sieur Gailiac (Auguste) , rue de la Liberté, n* 32 , à Dijon, pour 
aa modèle de tuile. 

181* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été dépotée, 
le 8 mars 18 54, au secrétariat de la préfecture du département de la 
Kèvre, par le sienr Gallois (Alphonse), à Fourcfaambault, pour la construc- 
tian d*nn paquet drculaire en fer devant servir à la fabrication des bandages 
on ccrdea en fer, pour rones de waggons et de locomotives. 

18a* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le a mars i8S4, au secrétariat de la préfecture du département du Rhône,, 
pirle steur Géry (Pierre), rue du Canal, h Givors, pour un système de dé» 
krcadère propre à être employé sur les fleuves , les rivières et les canaux. 

i83* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée,. 
kaS février i854, au secrétariat de la préfecture du département de la 
Seine, par le sieur Grand (Jean-Maurice], à Paris, rue SaintpGuillaume, n* 6» 
laur un aystème de planches en fer dit plancher à double aire. 

184* Le brevet d'invention de quinze ans dont la demande a été déposée, 
h 8 mars i8ô4, an secrétariat de la préfecture du département de l'Hérault, 
prie sieur Jcanjean aîné (Louis-Pierre), à Montpellier, pour une boîleà 
■Base A iniection appliquée aux vraggons des chemins de fer, ainsi qu à tons 
■s arbres de couche des usines et bateaux à vapeur. 
18&* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 

n* Séné. 10 



Digitized 



by Google 



{ IM ) 
l»6'ViiM i854t an MorAtami tW ia pr4fect«re du d^panement an Méfie» . 
par les sieurs Lemire père et fils, grande rue des Fettiilants, n* i, iL^a» 
pour uQ procédé do fabrication par ia tramct do velours uni et façonné et de 
p^iidbe. 

»66* Le biwfet dlnveatioa de qui me ans, dont la demande a été déposée^ 
ie^jo mars i^Sdtaa secrétariat de ia préfecture du déparieanent de Tlsère, 
par le sieur Maria (Isidore-Philibert] , . à Grenoble, pour un procédé pour ia 
C9oi«« des gants é» peaux. 

187* Le brevet d'invention de<|oinKe ans, dont la demande a été déposée, 
le S mars 18 54, au secrétariat de la préfecture dn département dn Pas-de* 
Calais, par le sieur Marshall ( William )> représenté par ie sieur Hovtne, à. 
Ajnras, pour la fabrication du fer creaa aoéré ou non aciéré. 

188* Le brevet d*inven(ion de quinze ans, dont la demande a été déposée , 
le a 8 février i854, jau secrétariat de la préfecture du département de la 
Seine, par le sieur Montalène aîné (Pierre), à Paris > me Tronchet, n* 16, 
ppnr un fourneau à lampe>appareii de ménage. 

l89^ Le brevet d'invention de cinq aos, dont la demande a été déposée, 
le 14 macs 18^ , an secrétariat de la préfecture du déparlement de FAlKer, 
par les sieurs Mathey dit Vaudois et Douce, àCu8Bet,pour un système de 
charroe dite cAarroe Vaudois et Douce, 

, 190** IfO brevet dlaveniion de quinze ans, dont ia demande a été déposée, 
leâmam i854« au aoeréiariat de la préfecture dn département du Donbs, 
par les sieurs Montandon et compagnie «"rue des Granges, n* 59, à Besançon, 
pour un systtoe de montres à secondes fiies, indépendantes. 

191* Le brevet d'invention de quinie ans, dont la demande a été déposée, 
la 6 mars i854, au storétariat de la préfecture du département de la Marne, 
par les sieors Mousseron (Isaîe-Nicolas),à Chàloos, et Belloîs-Gomand, à 
Chépy , représenté psr la dame Jeanne-Euphrasie Gomand , son épouse, pour 
nxk appareil en tôle composé d*un four et d*an fourneau de même métal propre 
à enire ie pain, la viande, les légumes et la pfttisaerie, à air libre et à couvert. 

199** L^ brevet d'invention de quinie ans, dont la demande a été déposée, 
le 3 mars 1 854, au secrétariat de la préfecture dn département de i» Seine* 
Ipférieare, par ia sieur Neveu ( Edmond )« à Maiaunay, pour un procédé 
débarrassant le coton de tout corps étranger aux filaments. 

193* Le brevet d'invention de quinse ans dont la demande a été déposée, 
la 37 féwier i854, an secrétariat de la préfecture du département de la 
Seine, par la demoiseila Pailegoîi (Léontine-Âgleé) et le siear BeUangé 
(Âlaiandre-Louia), à Paris, la première, me de la Fidélité, n* 3 , le deuxième 
me des Maraia-Saint-Martia, n* 77 , pour un procédé perfectionné de prépa^ 
raliendu blé pour la panification et de toutes autres espèces de grains. 

194* Le brevet d'invention de quinze ans, dbntla demande a été déposées,, 
le 4 mars i854« au secrétariat de l'a préfecture dn département de la 
Seine-Inférieure, par les sieurs Picard et Saillard, place de la Comédie, au 
Havre, pour un frein dityi«ùi PicanL 

1 9S* Le brevet d invention de quinte ans, dont la demande a été dépoeéer 
le 37 février j8549 an secrétariat de la préfecture dn département delà 
Seine, par le aieur Singer (Isaoc), représenté par le sieur Fleischmann, à 
Parisi, boulevard, de» italiens, n* 37, pour perfectionnements dans les 
machines à coudre. 

'196"* Le brevet d*invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 37 février 1 854, au secrétariat de la préfectare du déparlement de la Seine» 



Digitized 



by Google 



B. n*3i6. ( laS ) 

nr U tienr Stoan (Thomts-I.), reprësentô par te stenr FI«nebnMi«iiv à 
Piris, I w i wa wl <lct ft«Hent, nf* 27, poar des perfeotiontteniMits dtinB i'aK- 
maMaHoo <l*ea« de^duudêères à vapeur. 

197** Le brevet d'invenlioB de quinte ana« dont la demeode a été déposée, 
le 9 ma» iSSi, au aeerëtariot de la préfeettire du département de is Aie» 
selle ,' par les sieurs de Valz (Jean) et Caye(M(cb«l), à Meti, pour un pîatt^ 
I db eb èa a teacbea d'aceîdeets. 

1^ Le brevet d*ÎAveiitiofi de ([uinie ans , dont la deinaiide a M déposée, 
]e7 BMTB i^éi<iii aecréiariat delà préfoctare du départeoaeotdu Haut-Rbin, 
pir les «tsre Wittmer, (CiiaHes) et Spindler (Smllaume) , à SoulU , poer vn 
pcrrectionnement anx métiers à tisser les sangles. 

19g* Le breret d^tnveelioii de quinze ans, der*.t la demande a été dépmée, 
le iS onre «964^ a« eacrétariab de la préfecture du département de'' 
riadra, per 1» sienr Aubrun (ieao), raeSncrerie, n* 1 6, à Iseoodun , pour Vm 
ijsième de fabrtoacîeo de sabota à grandes ganviturea sans ceutores. 

aeo^ Le brevet d'invention dé quinze an», dont la demandée été déposée, 
la^vmra i8S4, «««eerétartet de 4a préfeeluro du département de laSeîne, 
paria sienr Bamnowski (Jean» Josepb ) , à Paris, roe de Parme, tf* 3, pour 
npmmL de ai t o t é propres à prévenir tonte ooiiisîon on Tebeontre aur ks ebe^ 
oÛDs de fer. 

sot* Le brevet tilnveotien deqnitt8e«ns,dent4a demande a été dépeaée, 
loi" mars iSbà^ an aeerétariat de la préfecture du département de la Seine, 
]er)a sieur Bfêdges*A dams (William), représenté' par le sienr Oppenceu, à 
Ma, ma des Ainandiuia-Popineeert, n** iG-sA* pour perfeotionnementa 
iffMlfsanK réaeivoîrsde graine, semences, etc. 

aei* Le btevet dHnvenlion dont la demande a été déposée r l^ f*" mars 
iftSi, au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, par le 
Mririlten (Banfaiey), rapiésenlé par le sieur Gardissal , à Paris, boulevard 
S*iBl4f artm ;, nT 119, peur des perfectionnements apportée an broyage, à la 
pa bWi at is n et an lavage desierres minératea on naineraia, ainsiqnà Vemalga* 
aatioa de lor et de largent quMIe eontsenneat; 

>e9* Le brevet: d^imrenlîon de qninceena, dont la demande n été déposée^ 
lainMTf %%hi , an aeerétBriat de la préftcture- du département de4a<8erne , 
pv les sienea firaneaux père et fils, repréeentéa par le aienr -Metbien, à^ 
Ms* me Saint-Sébeatien, tC 4&, ponr Tapplioation dn peignage à la maki 



saé* Le bin e M d'fai w ent iun de qnînxe ans, dont k demande a été déposée , 
^ 18 fémer iSSI , an aee^arial de 4a préfeetore du département de la €ha- 
tate, parée slenu Cbenensae (Antooy) , à An g a atl ê me, pour un procédé ten- 
^4 empéeber k renoontre des convois anr une mème'Toie d*nn cbemin de 

aei^ Le brevet d*nivention de ^inse ans , dent la demend<t a été déposée , 
W4 «aie iéS4, an aeerétariat de la pn^feeture du dépaitement de la Seine, 
p^lt «enr Cbristepbe aine (Jea»>Nicda8), à Pans, rnedea<J>ttatre-Pil8, n* 4, 
pnv an nroeédé de fabricniîon de f alcool. 

la^ Le.breirei«d1««eiilsen de <[vtnae ane, dent la demande n été déposée , 
b i^mars i8S4, an neerétariat de ia préfecture dn département de la 
^lîoa, per le iieiMr DuMn» (Lom) , à Paria, rue du Dragon, n** a5 ct-3i, 
F'^pttfactioonBmanUdans la conatructien des roitnres. 

M/ La brevet d'mveotien de qnmae ans, dont la demande aété dépmée, 
^ 4«Mn tèbit Ml ■• fé t a iiet de i« préfielure dn dépai4ement de la Seine , 

10. 



Digitized 



by Google 



{ IM ) 

parla société DaYÎd^Labbei et compagnie , élisant domicile chez le sieur Moroy, 
A Paris, nie Saint-Joseph, n** 8, pour une machine à épeulir les tissus. 

3 08* Le brevet dMnvention de quinze ans, doot la demande a été déposée, 
le 6 mars i854 « au secrétariat de la préfecture du département de la Seine , 
par le sieur Dubois (Gustave- Alexandre), à Paris» me du Marché-Sainl- 
Laurent, n* 7, pour enveloppes-fleurs. 

309* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 3 mars i854« au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, 
par le sieur Duroy (Jean-Louis'Prosper) , à Paris, rue du Faubourg-Mont- 
martre, n* 10, pchirun appareil destiné à Tinhalatbn du chloroforme et de 
Téther ou de tout autre agent thérapeutique. 

a 10**. Le brevçt d*invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 6 mars i854, au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, 
par le sieur Evrard (Augustin-Désiré- Joseph) , à Paris, rue Popinoourt, n* 97, 
pour un système de graissage et l'emploi de matières lubrifiantes. 

ail* Le brevet d^invention de quinze ans, dont la demande a étédépoeée, 
le a mars 1 854; au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, 
par le sieur Gaflîée (François), élisant domicile chez le sieor Armengaud 
jeune, i Paris, rue des Filles-du-Calvaire, n* 6, pour un soofllet perfec- 
tionné pour rinsnfOation du soufre sur la vigne. 

ai a* Le brevet d'invenUon dont la demande a été déposée, le a mars 
i854, au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, par le 
aieur Gardner (Morris-John), représenté par le sieur Gardissal, à Paris, 
boulevard Saint-Martin, n* 39, pour des perfectionnements dans les moyens 
d^admission de la vapeur ou de tou9 autres agents moteurs dans les cylindres 
des machines 'x>scillante8 et dans Texpulsion ou la sortie des mêmes agents 
desdits cylindres. 

a i3* Le brevet d*ihvention de quinze ans, dont la demande a été dépoaée, 
le 4 mars i854, au secrétariat de la préfectore da département <^e Is 
Seine, par le sieur Grosset (Jean) , à Paris, rue du Vert-Bois, n* 5, pour un 
système de fabrication de tuyaux pour cheminées. 

ai 4* Le brevet d*invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 4 mars 1 85 4, au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, 
par les sieurs Hugot (Réné-Émile-Prosper) et Lande (Henri^ean), à Paris» 
rue Neuve-Saint-Enstache, n* 52 , pour un canapé et divan-lit. 

a i5* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été dépoaée, 
le 3 mars 1 854, au secrétariat de la préfecture du dénartement de la Seine, 
parle sieur Laurena (Antoine-Camille), i Paris, rue aes fieaux-Arts, n* a, 
pour une disposition de machine à vapeur avec divers perfectionnements. 

a 16* Le brevet dmvention de quinze nus, dont la demandée été déposée, 
le 6 mars i854 , au secrétariat de la préfecture du départemeiit de la Seine, 
par le sieur Laurent aine (Frauçoia-Xavier-Prosper), à Paris, rue du Faubourg- 
Saint-Denis, n* i6*7, pour un appareil nommé conseruaUur'gîace, ayant pour 
objet de préserver les allumettes chimiques de Thumidité et d'éviter les acci- 
dents qu dies peuvent causer, notamment entre les mains des enfants. 

a 17* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 6 mars i854, an secrétariat de la préfecture du département de la Seine, 
par les sieors Ménage père (Thomas-Martin), et André (Jean-Pierre), le 

J>reniier, grande rue de Paris, n* 9, à Belleville, le deuxième, à Paris, rue de 
a Bûcherie, n* 9, pour perfectionnements apportés à la seringue dite saluhn, 
a 18* jLe brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée , 



Digitized 



by Google 



B. f3i6. ( ia5 ) 

.ie3 mars i85^ , an secrétariat de la préfei'^tare du département de la Seine, 
parlesieor Meslio (Pierre-Séverin),a Paris, rue Quincampoix, n* 34, pour 
f application de tistnaà la fabrication de galettes pour chapeaux. 

919* Le breret d'invention de quinio ans, dont ia demande a été déposée,. 
k3 mars i85â, au secrétariat de ia préfecture du département de la Seine, 
par ie sieur Meûdt (Emile-Armand), à Paris, quai des Célestins, n* s6, 
pour une cafetière à csprit-de-vin dite cafeliire à caUfactewr basculant, 

330* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 4 mars i854« au secrétariat de la préfecture du département de ia Seine, 
par ie sieur Nonon (Jacques], à Paris, rue Rochecbouart, n* 8, pour des per- 
fectionnements apportés dans la disposition des instruments de musique en 
boit. 

ssi* Le brevet d'invention dont la demande a été déposée, le % mars 
i854 , au secrétariat de la (M'éfecture du département de ia Seine , par le 
âeur Osboum (Frederick), représenté par le sieur Perpigna, à Paris, rue 
Sainte-Anne, n* 46, pour une machine perfectionnée propre à couper les 
tissns ou autres étoffes. 

233* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demi^nde a été déposée « 
le 6 mars 1 85 4, an secrétariat de la préfecture du département de la Seine, 
par le sieur Pluyer (Pierre-Adolphe), rue de Vanves,n'*65, à Montrouge». 
pour un système de fabrication de produits imitant la pierre naturelle. 

333* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la aemande a été déposée , 
le i mars i85&, au secrétariat de la préfecture du département de la 
Seine, par le sieur Prévost (Paul-Joseph), élisant domicile chez le sieur. 
Armengaud jeune, à Paris, rue des Filles-du-Galvaire, n* 6 , pour un montage 
de pipe dit rindispensable. 

33i* Le brevet d'invention de Quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 10 mars i854 ^ an secrétariat de la préfecture dû département de Seine-et- 
Oise, par le sieur Quîndry (Sulpice-Antoine), Grande-Rue, n* 86, à Sèvres, 
peur un four à briques servant également à la cuisson du plâtre, dît four 
QumirY» 

335 Le brevet d^invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
ie 6 Bsars i854, an secrétariat de la préfecture du département de la Seine , 
parles sieurs Robert (Pierre) et Bam (Jean-Pierre), à Paris, le premier, rue 
du BotssoD-Saint-Louis, n* 16, le deuxième, rue du Temple, n* 189, pour 
me machine propre à scier les pierres fines. 

396* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a élé déposée, 
le 9 mars 1 85d , au secrétariat de la préfecture .du département de la 
Seine-Inférieure, par le sieur Sautreuil (Pierre-Auguste), à Fécamp, pour 
me machine A scier le bois en grume dite machine fécampoise. 

337* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le s mars i854, au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, 
par la sieur Siéber (Pierre-Christophe), à Paris, rue de Saint-Quentin, n* 37, 
tjatèroe de signal pour iea chemins de fer dit coaimuiiicafear 



3iir Le brevet d*inTeDtion de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 6 mara iSSA» au secrétariat de la préfecture du département de la Seine* 
par le sieur Strouvelle (Michel-André), élisant domicile chez le sieur Égloff, 
fwê de Flandre, n* 5i, à la Villette, pour une comtoie inezpansible. 

339* Le brevet d'invention de quinze ans* dont.la demande a été déposée, 
le 1* mars i854« an leerétariat de la jupéfectore du département de la 



Digitized 



by Google 



( ia6 ) 

S«lae» par )e«èeor Tbtfaîil ( Pierre-Xavier )« ro6 du Temple, n* t5i, à Piiîé» 
pour perfcclioanemenls dana la fabrication de» aablievs néoauQMpies. 

23o* Le brevet d^in^veotion doat la demande a dté dëpoaée, ie d mars 
i864 , au aocréCariat de la préfecture du dépariemeiit de ia SeÎM, par lo aiear 
Thomas ( Frédéctck-Saiaftsoii ) , repKéaenié par le sieur GiUiec, àParia^ rue de 
F Échiquier, a* 39 , pour un ayatàme d'aiiut deâtioé i supporte» des naniwi 
de fusils. 

i3i* Le brevet d'inveiniion dont la demande a étédépoaée, le i& «ars 
i8hà « au secrétariat de la i^-éfeeture du département de la Seiae, par it aiear 
Webster (J^mes) , nepréaeuté par le sieur Sautter, à Paris, rue'Droaoi» n" <» 
.pour ties appai'eiis propres à mesurer la presoio* (maBonièties). 

332** Le brevet d'invention de quinze ans, dantia demande a été dépesée, 
le 10 mars i8âA, au secrétariat 'de la préfecture du déportement 'àé ia 
Seine, par le sieur Alexondre (Jean) , à Paris, boelevard Saînt-Martîn , -n* G9, 
pour un système de bague dite bague-sêrpenlin». 

s33* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 

le 9 mars i854i au secrétariat de la préfecture du département de ia 1$«ni«, 

par le sieur Béranl (Àristidê-Baltkatard), à Paris, rue du Faubourg-Saînt- 

Honoré, n** 26, iK)or appareil distîllatoire de la bouîlte recueillant tous les 

• produite solides, liquides et gaseui. 

a3A* Le brevet d*invenlion de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
ie 9 mars i854i au secrétariat de la préfecture du dépariemenl de la Seîn£, 
par le sieur Bessemer (flcnry), élisant domicile chez ie sieur Sauticr, à Paris, 
rue Drouot, d* 2, pour perfectionnements dans ia (abrlcalion des verrez» à 
vitres. 

a35* Le brevet d*invention de quinze ans, dont la'demandc a dté déposée, 
le 9 mars i854, au secrétariat de la préfecture du déparlement de la Sein^^, 
par le sieur Bessemor (Henry) , élisant domicile chez le sieur Sauticr, à Paris , 
' rue Drouot, n* a , pour perfectionnements dans la préparation des fils de 
coton, de lin et autres substances fibreuses, lesquels fils ainsi préparés sont 
susceptibles d'être combiniis avec la soie, la laine et autres matic'res dans' la 
fabrication des tissus. 

a 36** Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposé^ , 

. le 9 mars i854 , au secrétariat de la pnueclurje du département de la ^eiae, 

par le siecr Bessemer (Lienry), élisant domicile* cbez le sieur SauUer, à Pacîs, 

r-ue Drouot, n** 2, pour pcrfectlonncuients dans Tapplication cl les moyens de 

régler ia cbalcnr, afin d'économiser lo combustible dans la fabricatioa des 

, places. 

'237* Le brevet d'inventioii de quinze ans, dont la demande a élié déposée , 
le 8 -mars i854, au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, 
par io sieitr Boullet (Jean'Fraaçois-Ju]e&-AleiAodre), rue Nicolet, u^ iq» à 
Mt>ntmartre,poar facération du fer. 

aSd** Lt brevet d'inveniion dont la deaiaftde a éié défue , àa 8 aars 

i854, au secrétariat de la préfecture du déparlement de la Seins, fMr«le 

éîeiir Drooma* (Riebard-Archibald), représeaié par le aienr Opptneaa, à 

, «IMs, rue des AflMmUers^'eptnconrt, n** 1 6 - ai , pour nn perfedioB&snitQt 

. «apporté aux roues à aubes, cic. 

239** Le brevet d'invention dont la demends a été départe, ie 8 ■■nrs 

. ld&4> an secrétariat de la préfecture d« dép a r t e n wnt de k Seine, par le 

skur firooman (Biebard^Ardbibaid), représenté par le fitmr Opfeman» à 



Digitized 



by Google 



flMM, me Ae« Aawodîen-'PopiQeottrt, a^ 16 • s4i pour vm fystèaa»il»Taiis 
mMim poar cbanias de fer. 

»4o* Ije brevet «Tinvealien dl^nt la deounde a été dépotée, le 8 mers 
#854, auaecréUriat de la préfecture da département de la Seine, par le sieor 
BroeoDaa (Richard-^bibaid), repréaentié par le sieur Oppenean, à Perla, 
nie dea Âmandierii - Popirnoort , n** 16 -34, pour dea perfectiouneBMafts 
dana la fabrication dea'feuillea d'étatn. 

541° Le brevet d wvenlion de quinze aQ%, éont la demande a été déposée, - 
ioio aoar» iS64, an secrétariat de la préfecture du département de la Seine, 
par le aîeur Cadegan (Frédéric-Guillauaie), élisant domieiie cbec le aienr 
Aanttcr, à Paris, rue Dionott n"* a, pmr perfeetionnements daoa les moyen a 
pRiprea à obtenir des communieations télégraphiques pour le service dea 
«nîéea en campagne. 

943* Le brevet d'invention de qninaeans, dont la demande a élé dëposén , 
la «4 mars 1854, an secrétariat de la préfectare dn département du Nord, 
pv le aioar GaronUe (Paul), rne du Moulin/ n* 78, à Roubaîx, pouic un 
.«fpareil pour la filature destiné à produire ficonemie du comboatibie. 

a43* Ltt brevet ^invention de quioae ans, dont la demande a été dépoaf*, 
le 7 mars 1 854 , au socrétamatde la préfecture du département de la Seine , par 
la sienr Cbatigner (Louis-Denis), à Paris, rue Saint- Victar, n** 49, pont un 
' : aervaot à la jonction des tnyanx ou conduites de vapeur, d*ea« et de 



a44* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été dépeeie , 
Je 7 mara i854, «n aeerétariat de la préfecture do département de la Seine , 
fÊt le sienr Chaosaard (Paul), à Paris, me des Qnatre^ils, n"* 4» pour Un 
étui 4 double nsage, pour aignilles et dés. 

a45* Le brevet d'invention de quinze ans , dont la demandée été dépeaé c , 
Je i3 mara 1 85 4 , «n secrétariat de la préfecture dn département du Rhône, 
pviea aîeaps Goilorab (Pierre-Denis), et Carrrât (Jean-Pierre^Auguate) , 
fmi Saint- Vmeent, n"* 46, à Lyon, pour une maemîoe à étirer les soies et l^s 
laisser sécher teaduea an moyen de earlras. 

946* Le brevet d'invention de quinae ans, dont la demande a été déposée, 
le 7 mars i854, eu aeerétariat de la préfecture du département de la Seine , 
par le aîeur Cetlé (Pierre-Cbaiies-lienri), disant domieiie ohes le sieur 
Flobcrt, à Parie, rue Racine, n' 4, pour un système de démonter le eauen 
da la bascule des fusils Lefancheuz. 

«47* Le brevet d'invention de qnin» ans, dent la damàUde i été dépesée , 
Je »o iMCs iS54 y nu aacrétaiîit de la ftéfficiam du départementde la Siiae , 
par la asMir Geutecn (Gharies-Antoine), rue de l'École n"* 99 , à Vauglrard» 
psnr rnpfrfieatiao du eaontebouc et de la gutts-percba dans les oensmetâoms 
«etedpanatiflos'ées bà^menta., 

248* Le brevet d'invention de quinze ans, dont ia demande » été'déposde , 
ii'9 naara i854, au aecnétariat de la pidfeotuiu dn départnnent de la Seine , 
fir k dmmwadto .Debray (llarie-M«lefeiise.]iMame), k Paria, rne d'Enfer» 
•m* ba , pour un appareil ditjfasîer^sdl^-oaiatku. 

' a49* Le brevet d*invention de quinze ans, dont la demande • étédépesde» 
i^ftsMim >864,an aeerétariat de la préfecture du département dé la Seine, 
far lea eîenn Degm (Pîerre-Ëdme), 'Gérard (Loois^Glaude), etBouseén 
4ilipeléeo)« le pMmiei;, vue du Lamly, n* 34, à Qileby4e-Gammev CtrJ^ 
dwMatrea, à Pwia, sue dea<Sieyem,JK^ 38, pour eaueuMti^ietpréBemttrice 
centre ia maladie de la vigne. 



Digitized 



by Google 



( 128 ) 

95o* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 9 mars i854 1 an secrétariat de la préfecture du département de )a Seine, 
par la demoiselle Huguenot (Jeanne) et la^ame veuve Fontaine, née Moreau 
{Marie-ÉIisabelh), ji Paris, rue Notre- Dame- de-Nazareth, n* i3, pour pro- 
cédé d'ornementation de couleurs diverses, or, argent, etc. applicabio a«z 
balles et ballons en caoutchouc et autres matières. 

35 1*^ Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée , 
le 7 mars i8S4, au secrétariat de la préfecture du département de ia Seine, 
par le sîeur Lallcmand (Jean-Tbomas), à Paris, me Boucher, n* i6, poar 
chemises et gilets de flanelle sans boutonnières et sans boutons. 

s53* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demandes été déposée, 
le 8 mars i854, au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, 
par le sieur Lascombes fils (Jean-Baptiste), à Paris, rue Contrescarpe*SainU 
Antoine, n* 54, pour un comptoir automaie. 

s53* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
je 6 mars i854 ,au secrétariat de la préfecture du département de la Seioe, 
par le sieur Maigre (Louis-Marie), à Paris, rue Saint-Lazare, n* 48, pour 
aj^areil destiné à remplacer les traverses en bois sur les chemins de fer, toat 
«n conservant à la voie toute réiasiicité nécessaire. 

s54* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 11 mars i854, au secrétariat de la préfecture dn département du Rhône, 
par le sieur Martel (Charles), rue Godefroy, n' 4» à Lyon, pour une ma- 
chine à fabriquer les pavés en ciment. 

355* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée* 
le 8 mars i854t au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, 
parle sieur Moriceau (Almîre-Julien), à Paris, quai de la Mégisserie, n* a6, 
ponr un système applicable auz cannes à pèche dit bobine de garde-cannes. 

s56* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demandes été déposée, 
. le 8 mars 1 85 4, au secrétariat de la préfecture du département delà Seine, 
par le sieur Mouretdit Lmcusin (Jean-Baptiste) , à Paris, me de la Verrerie, 
n* 56, pour un système de hourat perfectionné dit hoarat Moaret, 

257* Le brevet d'invention de quinze ans, dont ia demande a été déposée, 
le id mars i854, au secrétariat de la préfecture du département de la C6le* 
d'Or, par les sieurs Pétry (Louis-Jo^eph-Albert) père et Pétiy (Jules) fila 
jeune, i Voulaines, pour une horloge à remontoir, à vibrations librea, à 
compensateur et à sonneries sans rouages. 

a58* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été dépoaée, 
le g mars i854t au secrétariat de Ja préfecture du département de la Seine, 

rir les sieurs Poisson (Cypricn), Martin ^fjouifrJacqoes) et Valie (Henri-Loois), 
Paris, le premier^ rae du Uelder, n* 3,. le deuxième, me Saint-Jaopiea , 
n* s 09, et le troisième, rue du Faubourg-iSaint-Denu, n* 60, pour fiiation 
das couleurs sur les tissus. 

a 5 9* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée,, 
le 11 mars 1 854». an secrétariat de la préfecture du département do Rhtee, 
par le sieur Roman (Louis) , place Bellecour, n* 87 , à Lyon, pour un système 
06 navigation aérienne. 

a 60* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été dép os é e , 
le 1 1 mars 1 854, au secrétariat de la préfecturexdu département de la Gone, 

Sir les sieurs Saint-Denis (Auguste et Alphonse), représentés par le sievr 
imeta, à la préfecture d'Âjaocio, ponr un système de mécanique de moulin 
k bras et à manège. 



Digitized 



by Google 



B. ii**3i6. ( 129 ) 

a6i* Le brevet d'invention de quinze ani, dont la demande a été déposée, 
le 9 mars j 854, au secrétariat de la préfecture du déparlement de la Seine, 
parle sieur Siroi*Vagret fils (Joseph) , élisant domicile chez le sieur Annen- 
gend jenne, À Paris, rue des Fillea-du-Calvaii«, n* 6, pour un procédé d'ex- 
traction des jus de hctteraYes. 

a62* Le brevet d'invention de qninse ans, dont la demande a été déposée, 
le 9 mars 18 54, au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, 
parle aieor Tiret {Georges-Louis-Félix] , à Paris, rue du Faubourg-Saint* 
IfartÎD « n* s33 , pour un canevas broché pour tapisserie à Taiguille. 

363* Le brevet dMnvention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le i3 mars i854, au secrétariat de la préfecture du département du Rhône, 
par le sieur Vivier (Justin) , chex le sieur Feuillat, rue Dubois, n* 37 , A Lyon, 
poor un appareil sans comu^ propre à la distillation du bois. 

s64* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 10 mars 1 854, au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, 
par les sieurs Woodworth (Ârad) et Mower (Samuel) , représentés par le sieur 
Savitter, à Paris, rue Drouot, n* a, pour machine à fabriquer les briques, 
toilefl, etc. 

a65* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 1 1 mars i854 , au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, 
par les sieurs Âppolt frères (Georges et Charles), élisant domicile à Paris, 
paaaage Saulnier, n* aS , pour un système de fabrication de coke. 

s66* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le i3 mars i854t au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, 
par le sieur Ârdiereau (Henri-Adolphe), A Paris, rue Basse^du-Rempart, 
B* 18, pour emploi à divers usages Aes charbons de toutes espèces. 

267* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 10 mars 1 854, au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, 
par le sieur Bocquet (Edmond-Charles) , disant domicile chez le sieur Armen- 
paad aine, à Paris, rue Saint-Sébastien, n* 45, pour applications du holeus 
tÊÊeckaratasan sorghù sucré à la distillation. 

968* LMÏrevet d'invention dont la demande a été déposée, le i5 mars 
iSS4 , itu secrétariat de la préfecture du département de la Seine, par le sieur 
Boar (Joseph), représenté par le sieur Sautter, à Paris, rue Drouot, n* a, 
povr des procédés d'evaporation des dissolutions saccharines. 

S69* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le i3 mars i854, au secréuriatde la préfecture du département de la Seine, 
par le sieur Duverger (Camille-Eugène), à Paris, rue des Grès, n* 7, pour 
aptènae de casses et casseaux à compartiments, autrement dits cassetienmobUm. 

370* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 1 1 Bsara 1864 « au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, 
par le sieur Falconnier*( Jules) , à Paris, me d'Angoidéme-du-Temple, a* 45, 
paar perlÎBctioMiements apporlés à l'échappement visible applique aux mou- 
■amnnln dits qmmtmne auc ao sans sonnerie. 

97 1* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 1 4 aura i854 « an secrétariat de la préfecture du département de la Seine, 

rie siemrForcioli (Jean-Baptiste), élisant domicile chez le sieur Teneson, 

Pana, rue Cassette, n* i3, pour lextraetion de l'alcool cPune plante 



ni 



«72* Le bref et d'invention de quinze ans, dont la demande a été dépesée, 
le 1 4 mars i854 , ta secrétariat de la préfecture du département dea Pjrénéea* 



Digitized 



by Google 



( ^3o } 
.Oriaolâieiv petite «îanrt F<mrc«dt (Françab) el Aitaili (Piètre), A SmI- 
.Faul-dA-FeiMMiiUelv poor on modo de charrue dite araire, 

2jy Le br«vei d'iovm^ion de quinze ans, dout ia demande a étédëpotie, 
le lo mars 1 854 «eu secréUriat de Ja préfectvve du département de la Mat» 
par ie sieur Garnier (Françob-Ëugène-Sulpice), à Pans, rue de Malte, n* 9, 
,pear perfecUoaBeoaents aoi maditAea à breyer, à teiUer et à battre le lin et 
antres aubatances taUiles. 

974' Le brevet d'invention de quinte ana, dont ia demande a été dëpoiée, 
ie 18 mars I.85&, au secrétariat de la préfeelare du dépariement de TAnda, 
par le sieur Gibert (Jacques) , à Eapéraaa, poor no pnioédé de febricalinn de 1 
.cbapeaux dits chapeaax d$ mars, 

a^y.Lt brevet d'invention de qoinae ans, dont la demande a été dépoaée, , 
le 16 mars 1 854» au secrétariat de ia préfeçturj^du ^épavteaaent jle ia Lan- 
InCérieure, par le aieur Guibert (Augnate^LiOuis) , quai xie la Foase, n* 10, à 
Nasies, pour imm construction de navires. 

aj^" Le brevet d'invention do qninse ans, dont ia denMnde a été déposée» 
le 1 1 mars i854 » au secrétariat de la préfecture du département de la Mne» 
par ia demoiselle Huot (Prudence- Adélaïde) et coaipagnie, à .Paris» ane 
Taranne» n* lé» pour one poupée ou automate à expnasion et à gestes 
vniverseis. 

S77* Le brevet d'invention de qoinae ans, dont ia. demande a été dépotée» 
le 1 1 mars i854, au secrétariat de li préfecture du département de la Seine» 
par le aienr Jesson (Jean-Bugëoe), à Paris, rue dn Fanbourg'Saint-Martin, 
n* i4i, pour un baromètre hydrographe système Jesson. 

376' Le brevet d'invention de quinze ans, dont ia demande a été dépoiée» 
le 16 mars i854> au secrétariat de la préfecture du départemeni de iOroe, 
par le sieor Jobey (Isidore), à Viasoutiers, pour, perfeetionaenients d*on 
.ourdissoir & niile. 

979* Le Iirevet d mventson de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 1 4 nsars i854 « au secrétariat de ia préfecture do département de la âdae, 
par ie sieur Hiscambre (G.) , représenté par la sieur Alcan, à Pbû« ma d'Aa- 
OMle,' n* sS, pour pi^eédés de febncatioo de giaoes, verres etAblaux. 

ado* Le brevet dinveotton dont la demande a été dépoaée, le 1 1 mars 
•18&4, an secrétariat de la préfeetuee du départenaent de laSekia, perde 
sieur Lancastcr(Cbaries*Wiiiiam) , n^résentépar le aienr Oppeneau, à Paris, 
•no des AmandiceaJ^apincourt, n** 1 6-t4 * pour une néthoda on des madunes 
■ p iM pi f a è eaéenter certaines espèces de canons. 

981* Le bravet» d'invention de qutnae ana, dent la demande a élédépoaét, 
. ée 10 mars r85i, au aaerélariafc de la préfeatnre du dépaatament die laMne, 
.par le siaor Laaat dn Limaaaey (Édouaad), è Paria, râe de la i^ii» n' 9, 
' ebangamsnts dans 4*étabiiasiBiBnt des ebeasins de feur et pana dm par- 



mmar i 
isctîoi 



a&9* LeJBtawstdTinamitioirde yànae ans, dent la iVjmimla aété^épado, 

le 1 1 mars 1 854 , au secréUriat de la ptéfeclora da départ imant de ia Seiae , 

. par iea ainurs Lafel (Pian«e«Gaaimir) et Martin ( Adrieo-Geaf^ea), b Baris, 

.banêevat'd ComMacaipe, n' 4o, pour un syaltnw de febriealion détonas 

an fer« 

j«3* Le bfiavat.4lmventtan dexliz ane» dont iadeniandi a été dépoaée, le 
9 décembre i853, au secrétariat du directeur de riotérieur, par ia aifw 
) (Martin) ^repréeentipar leaienr £ggiasnnn« àla I^oi«l»jhtitn^ua- 
a)» ponr»ntt. appareil. étapagatai» asiate poor la.fahricatîan dva 



Digitized 



by Google 



II.D*3i6. ( t3i } 

«9£'*Uktrel4rûii«illottdoDt iadamiftdtf a étédMpasée^ ki i wmn ia6i» 
■ xtr^Uriât êm ht- pdréftfctare eu dépMttneai lit Ja Seioc^ .par le sitar 
jkU-Fionl ( WtUtam) , repréatatéptr la tieur Oppentao , me àis Amaodîers- ^ 
fÎMoart, vT i6«ai,. paur dos parfeetiaonaaients apportés aux appavails 
■m i koeirdar , Jbroytr tt aaMlgaater i or et anUras mioaraîs. 
iS5' Le brevet dlnvention de qusMe aM« 4iniia.d«BMiida a été dépttftt» 
Il «m i854 » an aaerélarîat do la préfceture dn dépariamtat da la 8eina , 

if8isorMare(Pierrt), à Paris, rue Saiai-Attkroisa-Pépiiieaiirt, n* ag, 
Vflaadiapssition f«i aaopicfae ka pièces de foota.da 9% bnmt par r«olton 
^ bsate4anipéntQce. 

i98* Le brevet d*inveatîon de<piinte ans, dont)a demande a ët^ àépo&éty 
aMT» t85é , ai» seerétariat de ia préfecture du département de la Seine , 

iMor Marekand (Cbartes-Eugèoe), à Paris, rvt Pastourelle, n* s6, 
Bo prscédé mëcaoiqae de découpage du bois et sotres matières. 
lèf Le brevet d^inreotion de qmnte sns, dont la demande a été déposée, 
i^Bsrs i854 , au secrétariat de la préfecture du département du Rb^ne, 

'BisRvrs Mathieu , Benoît et Ruel ( Xavier) , qnai de Kett , n* sS , à Lyon , 

as emploi de la gwtta^percha. 
!9S* Le brevet d*iovenlîon de quinze ans, dont la demande a été déposée, 

1 nsn i85&, au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, 

le. sieur Paillard f Alexandre- André-F/ançois] , à Paris, rue de Braque, 

a, pour un genre ae boîte à Iiouppc. 
SS9* Le brevet dmventîoo de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
11 mars i85:î , au secrétirial de fa préfecture di\ département de la Seine, 
^lesicor Plichoa (Victor- Au gnste-Ern est ] , à Paris, rue des Fi1les-du«Cal- 
i, a* 10, pour anneaux d'oreilles estampés avec boules aux extrémités. 
390' Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
Umars 1 85 4» an secrétariat de la préfecture du département de la Seine, 
fk sieur Poupin (Cbaries^And^é), à Parts , roe d'ilautevillo, n' 17 , pour 
fncidé de fabrication des aocles de pendules, cadres et enoadremenls. 
2)1* Le brevet d'invention de quinze ans« dont la demande a été déposée, 
iS mars i854, au secrétariat de la préfectare du département dUile^t- 
hiae^par le sieur Roosseau (Félix], ruc.Louis-PLilippe, à Rennes, pour 
lléisiiivgie du zinc 
^s* Le brevet d*inventîon de quinze ona, dont la demande a été déposée, 

I mars 18S4, eu secrétariat de ia préfecture du départemeni de la Seine, 

le sieur Siess (Eugène), à Paris, rnc Fontaine-auRoi , n' 49, pour imita- 
bmderies* 



9fi Im bnMtftd'âioatiMide i|iiinBBtMa,.dQB»iadaaiaiide a été dépotée, 
a» aSH, an ateretariat.de la préfettwre Au députtastok d* la 
par le sieur Sollier (Frits) , à Cauderan,pffèa Bordtmxt tkaoMa de 
jea, flovam eftd«il4itiia^pcnN^aMeji propre à eMpèeber Ita builea 
àtanatrUaitoOiik 

-•«|i* Lfr^WwtidiAvtttiîo» dt^MUt «K, dont la damandt a été drépeaée, 
fc«4«aun iiftSé, an aatrétaiîat de k pf^éfeelive da d é p t N s mum êe la 
■GMée,picfe sîtor Sellier (Frita) , à Gaadenm, psbs Banlaans, ebeana de 
^«ckeiten, pour un produit dit minii iamjmn ê99fk» naiplaçaAt l'hoîle 



- ^* iie iMveti ^iuwàmmd» ftiazeans, Amtk. demtadtA^lédéDtiée, 
^^ymmn adiSé^ m aàaélHMUleit pt é fa t t èa dé p si iwiiti de la Ltâre- 



by Google 



Digitized 



'(iL3a ) 

Idférirara 4 pat les siepra Wtlieau (Eugène) et îfaoainelet (Edouard), * 
de la Fofsse, n'' 86, à Nantes, pour un foorneaa à carboniser. 

S96' Le brevel d^invention dont la demande a été déposée, le 1 1 mars 1 i 
an secrétariat de la préfecture du département de la Seine, par le a 
Grioisliaw (Wcston), représenté par le siear Sautter, à Paris, rue I>ro 
n* 9 , pour la fabrication des briques, etc. 

397* Le brevet d'invention dont la demande a été déposée , le 1 5 mars 1 1 
an secrétariat de la prélecture du déparletaieot de la Seine, par le ai 
Wickens (Henry), représenté par le sieur Hasenfeld, à Paris, place d< 
Bourse, n' 1 3 , pour des perfectionnements dans le mode de commnaicatt 
intérieure dans les convois de chcmios de fer. 

398* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été dépoa 
le 16 mars i854« du secrétariat de la préfecture du déparlement de la S« 
par le sieur Audiguier (Alfred-Pierre-François -Ernest), élisant domicile < 
le sieur Mairct, à Paris, rue des Vieux-Augustins, n* 1 1, poar on genn 
fauteuil à Tusage des coiffeurs, 

399** Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été dépoi 
le s mars i8Si, au secrétariat de la préfecture du département de ia Lo 

rir le sieur Barralon ( Pierre) , à la rotonde chinoise au lieu dit da. Sahi 
BeaubruD , pour un système de cornelles pour le montage des soies. 

3ao* Le brevet d*inventîon de quinze ans, dont la demande a été dépoi 
le 17 mars i8S4> au secrétariat de la préfecture du dcnartement de la Sei 
par les sieurs Barré ( Almire-Eugène) et Gbappé (Pierre) , à Paris, rue GaîB 
n* 3 , pour procédé cbimique de décoloration des couleurs des tissas de ; 
et laine, et spécialement des cbiQbns de ces mêmes tissus. 

3oi* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été dépoa 
le 17 mars i854 « au secrétariat de la préfecture du département de la Sei 
par le sieur Berlaud (Gaton) , à Paris, rue Meslay, n* 67 , pour un systènK 
châssis avec sai ferrure pour un cadre de toilette et autres meubles. 

3o3* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été dépofl 
le 16 mars i85i, au secrétariat de la préfecture du département de la Sei 
par les sieurs Bezault et compagnie, à Paris, me des Vinaigriers, n* 3o , p 
un hydro-extracteur à brimballe. 

3o3* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été dépoi 
le 16 mars i85d, au secrétariat de'la préfecture du département de la Sei 
parles sieurs Blanche (Pierre^Germain), à Paris, passage Choiseal, n* i 
pour la (itania ou soc de pèche et de grenade (crème cosmétique pour fosi 
de la toilette). 

3o4* Le brevet d'invention de dix ans , dont la demande a été dépoa 
le 16 mars i854 » an secrétariat de la préfecture du département de fAisi 
parle aieurGlasse (Auguste), à Saint-Quentin, poar nu bobinoîr à naoaUi 
élastique et oompensatear. 

3o5^ Le brevet d'invention de quinte ans, dont la demande a été dépôt 
le 16 mars 1 854 « an secrétariat de la préfecture du département de la Sen 
par le sieur Crace-Calvert (Frédéric) , élisant domicile chez le tieur Gardiai 
à Paris, boulevard SaintFMartin, n* 39, pour moyens wopres à obtenir 
nouveau lustre sur les étoffes de soie, de coton, de lame, lin, chaavrea 
autres fibres provenant de ces substances. 

3o6^ Le brevet d'invention dont la demande a été déposée, le 1 7 mars i8l 
au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, par le »i 
CnrUin (William) , représenté par le sieur Perpigna , à Paris , nie Sainte-Aoi 



Digitized 



by Google 



B. ii«3i6. ( iS3.) 

A* 46, pour une machiné perféclionnëe propre à riitnpiressMn des tissus, des 
toiles cirées, du cuir, du papier et d antres étoffes ou substances. 

3o7* Le brevet d*invention de quinse ans, dont la demande a été déposée, 
ie a4 janvier i85A, an secrétariat de la préfecture du département dé la 
Tienne, par le vicomte de Gutsay (Louis-Marie-Octave-Duval), château et 
eommnne de Cnrzay, pournne charrue dite ckarrae de Canay. 

ZoS* Le brevet d'invention de quinie ans , dont la demande a été déposée, 
la 18 mai» 18 54» au secrétariat de la préfecture du département de la &eine, 
air le sieur Daelen (Rainer), représenté par le sieur Hsrbly, à Paris, me des 
■trais^Saînt-Martin , n* 69 , pour perfectionnements aux marteaux à vapeur. 

S09* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
k aS février i854, au secrétariat de la préfecture du département du 
Socd, par le sieur Dewarlez-Oelos, rue des Augustins, n** 32 , à Lille, pour un 
fanmena dit caismikrt économique à four mohUe, 

3 10* Le brevet d'invention de quinxeans, dont la demande a été déposée, 
kl 6 mars 1 854» au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, 
MT lesieorDuplessis (Louis-Napoléon-Uubert), élisant domicile chez le sieur 
fsBvreau (Mathieu) , à Paris, rue Vivienno, n** 13 , pour un système d'essieu. 

3i I* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le ft6 ma» i854 • au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, 
fsr le aiear George (Claude), à Paris, rue Papillon, n' 10, pour un siphon. 

3ii* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demanae a été déposée, 
k 17 mars 1 854 « an secrétariat de la préfecture du départen^ent de la Seine, 
•vie aieur GotLnecht (Jean-Jacques), élisant domicile chez le sieur Pold, à 
mis, rue de la Bourse, n* 3 , pour une pompe à double effet sans soupape. 

3i3* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
k 17 mars 1 854* au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, 
far le aienr Krieger (Antoine), à Paris, rue du Faubourg-Saint-Antoine, 
a* 76 , pour nn système de table à rabattements. 

3i4* Le brevet d'invention de qiûnze ans, dont la demandée été déposée, 
le 17 mars 1 864» au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, 
far leaîeor Krieger (Antoine) , à Paris , rue du FaubourgrSaint-Antoine, n* 76 , 
poar na système de développement de bureaux et autres meubles. 

3iS* Le brevet d*invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
k i5 iDârs i854« au secrétariat de la préfecture du département de la 
Seine, par les sieurs Lemoult. (Hippolyte-Léon) et Yenn (Meirad), rue 
rnâi-flivert, n* 57, à Grenelle, pour un mécanisme applicable aux tenders 
des Jocomôtives de chemins de fer. 

3 16* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
k 16 naars i854f an secrétariat de la préfecture du déparlement de la Seine, 
par lé aienr Leroy (Martin), quai de la gare d'Ivry, n' 82, près Paris, pour 
aa appareil portatif propre à pulvériser et à cribler les mouchettes contenues 
éana le plâtre, etc. dit paUémmteur Leroy, 

3 17* Le brîevet d'invention dont la demande a été déposée, le 16 mars 
18S4 •»! accrélariat de la préfecture du département de la Seine, par le sieur 
L31ey ( John) , jeune, représenté par le sieur Williamson , à Paris , tue Bleue, 
il* a, pour des perfectionnements apportés aux compas de marine ou boussoles. 

3 18* Le brevet d'invention de quinze ans , dont la démande a été déposée, 
k 16 aura i854, au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, 

ries sieurs Menu et Marolle, à Paru, rue du Sentier, n** 35, pour un genre 
fk>let denteiles à pointes transparentes. 



Digitized 



by Google 



( iH) 

2 19* Le bnweldrianrfiitioii èé qQÎnieanf, dont 1«4«Di«iide a été déposée, 
le i5 mars i854, au secrétsrUit de la préfeclvre 4n àépartttocni de la Serae, 
pa» le aîeur Merle (Joaepbj, à Pam, roe Vivieiiae, n* 18, peur dee pcarfee- 
tienneinenta apoertés dans les sevpapes ponr macbroeB à monvemeiils alter- 
naiifs mas par la-vepcnr ou aeipe Boide élastique. 

330* Le brevet d'inveetion de quinze ons, dontia>deinaiide a été d épg s fa» 
le i5 maie i8&4t ai> secrétariatde la pvéfectun du département de-ln S tiite » 
par le sienr Merle (iosepli) , à Paris, rue Vivienne, n* 18, pour dee pcrfec* 
tieimemenle dans Ja manière ou les moyens d^arrèter 00 de ralentir la nmrclw* 
des-véhicoirs eotplofés snr les chemins de fer. 

âa 1* Le inrevet d*invenlBon de quinze ana> dent la demande a été dépond^, 
le 16 mai» iS^é^ au seorélariat de la préfecture du département de la Seid^e^ 
par le sieur Négrier (Henri-Fortuné), reprébenté par le sieur Arm ea gaini 
aine, à Paris, rue Saint-Sébastien, n* 4^, pour un appareil m s teo r applicnliie 
à la mouture des freins et à d^autree indnatries, dit naotoar Niê^rkr. 

des* Le brevet d*învention de quime ans, dont la demande a été déposée , 
le 1^ mars 1 854, an sorrélariat de la préfecture du département de la Seioe» 
par k aieurOsvald (Jean-Nicolss) , représenté par le siear HaéTnrr, à Parte» 
pHM(jtfi Jottfffoy, n^ 8, pour uneystëme de viilebrequin et de mècbes. 

3a5* LeJbreTeidraventiun de qnînse ans, dont la demande a été défioaée* 
le 17 mara 1 654, su secrétariat de la préfecture du département de la Seiae» 
par le sieur Paillard (Âehslle-£dnie), à Paria, roe du Cîiand-Cbantier, n* 16» 
ppor des perfectionnenarwts apportas dans la labrication des miroirs da poche 
oa de voyage. 

3a i* Le Imret d^inveoftion de quinze ans, dent la demande a été dépoada.^ 
le 16 man i8S4, au seeréttriat de ïtt préfecture du département des fiaueliae- 
dii*Bli6ne, par le sieur PeUegrin (Louis), à Marseille, peur une mnciiîiMi à 
maafemeni contina. 

325* Le brevet dinvention deqninceaaa, doat la de man de aétédépoa<e, 
le 16 mars 1 854, au secrétariatde la préfcctaredu département de la Seâoe, 
par le sieur Peret, à Paria, quaiJemaaapes, pourun^fatémede fontaiaea en 
ciment moulé. 

336* Le hievet d^invealioa deatia demande a été déposa, le 17 mara 
i85i, au secrétariat de la préfecture du départemeat de la Seine, par le aiear 
Bnssell (William), représenté parle sieur Reynand, à Paris, rue de Uanavre^ 
n' 4, peur des jpericotîonaenients dans la fabrication des tubes de cuivre et da^ 
binnze. 

327* Le brevet d*invenlion de quinze ans, doal la defljiando a été dépoaëa, 
le 16 mars 1 854 » au secrétariat de la préfectum du département de la Seiaia , 
parleeieur Schiels (ieen-Pterre) , à Paris, me Saint-Hunoré , n* 97, pour nus 
genre de coiffure remplaçant iecbapeau etlacanquelie^ 

3aâ* Le Inarct d'invention de quinze ans^ dont la demande a été dé pa af e » 
le 16 mars 1 854 , au secrétariat de la pnéfeotnre da département de la Seifl^ 
par le sieur SeUcr ( Jacques-Aogwte) , élisant domicile cbez le sieur Armen- 
gand alaé, à Paris, me Saini-SébastieB, n* 45, ponr une (iquear doaee «llla* 
éUaârdg iawôu du Jdotdffumx, 

339* Le brevet d'iuTcntiaa de qainte aaa, dontia demande a été dépaaée, 
le 1 4 janvier i854« an secrétariat de la préfecture da département de Maine- 
ei-Uiire, par le aienr Tijon dit GesliVi (Dominique), cbea madame Goartîn» 
rae des 0ena41aies, è Angers, pour un molear appelé le c^aïuno^^ Ge$lim* 

330"* Le brevet d'invention de quîaie ans, dont la demaade aélé départe» 



Digitized 



by Google 



B.n*3i6. ( i3^ ) 

iriSmra iS54« mn McrétorMl d« k prél«etQFe du d^pOTlement de la Smk% 
p le siear York (John-Oliver), à Paris, rue Neav^des-MalkuriBs, a** iio« 
fmw» asMioâ» ^ntédàoanit pour prodvipe de la yapeur dans les foyers 
dMtret itmaa par l'emploi de ehandièrcs fertîcalcHi mites en rapport avee 
kl femeanx ea usage dans ces établissements. 
I3i* Lekrevet d'infeniion de quinze ans, douiia demande a été déposée, 
h Si BMT» i8êi, an secrétariat de la préftoture d«i départeme»t de la 
Uée, par le sîeiir Ailard (Jeaa«Baptiste), à Fontenay, pour un raetev^ 



33s* Le lu 



brevet d'inventien deqvmte ans, dont la demandée été déposée, 
ku Durs i8S4, an secrétariat de la préfecture du département dn Nord, 
|ele lieor Billet (Adolpke) , à Cantin, poor la fabrication de beissont fu- 
mÊk$ nnae in belteiave dite htUemine, 

3S3* Le brevet d'invention de quinte ans , dont la demande' a été déposée, 
hi «srs 1 85 4 » au secrétariat de la préfectore du département de la Seine» 
jvkt sieurs BooUand (Eagëne- Auguste) et Mou Hé (Alphonse), à Paris,, 
■éa Temple , n* B5, poor des perfectionnements apportés dans la oenstruc- 
ÉainlaBipcs, notamment dans celles dites à mûiératenr, 
W Le brevet dlnvention de quinze ans, dont la demande a été déposée» 
b i8 aiars 1 854 , au secrétariat de la préfecture du département de risèra , 
■ Is aiew Baimoo (Charles), à la Tronobe, pour un système de filage de 
Mil ei des uatansâes accesaoires. 

33&* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée» 
bii Bars i85d, an secrétariat de la préfecture du d<;partement de la Seine, 
fkis sieur Cap (Paul-Antoine), à Paris, me d^'Aumale, n* i5, pour des 
euposés servant à lubrifier les organes mécaniques do toute nature, afin 
Ibéioitnner et adoucir les frottements. 

W Le brevet dTnivention de ouinie ans, dent la demande a été déposée, 

Ibnaars i854, au secrétariat de la préfecture du département du Douba, 

pie sieur C<^et (Claude-Francs), me Saint>Vincent, n* 3, à Besançon, 

|Mr la ceastmctian d*ttn iânéanil. 

33/ Le brevet dlnvention de quinte ans , dent la demande a été dépoeée, 

I aura i854t en secrétariat de la préfecture du département de la Seine» 

le sieur Cornet (Aiphonse-Ernest) , à Paris, rue Lafayette, n* -34* pour 

de la pile électrique à Timpulsion ou mise en mouvement des 

les. 

Ut Le brfeivel dluventien de quinte ans , dent la demande a été déposée , 

k«3 nnrs i854, au seerétariat de la prélecture du département de la Côie* 

R^, par le sieur Drouelle (Jean-BapUste) , à Saint-Seuie<«n-B6the, pouru» 

SAw de poêle, 

33sr Le brevet d'invention de dix ana, dont la demande e été déposée , le 

mm 1 85 4» au secrétariat de la prélecture du département de Vauduse^ 

V le sieur Fauque (Jules), à Bonnieui, pour un instrument propre à um» 

Kr la distance, la hauteur et la profondeur, 

3k^ Le brevet d'invention dequinse ans, dont la demande a été disposée» 
^sBsrs i854 , eu seerétariat de la prélecture du départemeni de Vauoluae» 
rie âenr Fauque (Juka), à Bennieu, peur une pompe propre à élever 

. S|t^ Le^beevel d^iavemien de quinte ans, dont la demande a été dépesée 
■lêaar» i854 , au ae ci ét nk it de^la p>éfeeiure.du i ^iya i g t —i m du AMtte» 



by Google 



Digitized 



(1*36) 

par les ûears Fox et HeiUchlin , à Saiiit-Geais-Laval , pour une taile en tore 
cuile à doubio emboîtement. 

S4a^ Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le SI mars i85dt eu secrétariat «de la préfecture du département du Nord, 
par le sieur Gabet (François), à Maretz, pour des robes À plis au métier. 

343^ Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 3 s mars i854« au secrétariat de la préfecture du département de la 
Somme par le sieur Gand (Édouard-Josepb-Ântolne), place Saint-Denis, 
n* 48, à Amiens , pour ùu métier électrique à crocbets-grittes et à cbàssis pro- 

Îmlseur, les cartons étant remplacés par un papier continu, métier destiné à la 
abrication des étoffes de tout genre. 

3^4^ Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le s3 février i854, au secrétaiiat de la préfecture du département de la 
Seine, par le sieur Gamaud (Paul-Âdolphe), avenue de Neuiily, n* i58,à 
Neuilly, pour un instrument dit porle^bcide et porU-absiathe, cUt instrament 
Gamaad, 

345* Le brevet d'invention deauinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 5 mars 1 854» au secrétariat de la préfecture du département du Nord , par 
le sîenr Houtard (Firmin), à Lourches, pour la fabrication de clocbes en 
verre coulé. 

346* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 31 mars 1 854» au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, 
par le sieor Isopy (Léon), avenue de la porte Maillot, n* 55, à Passy, poor 
un système de guide dit yuide Léou, et qui a pour but d'améliorer la bouche 
des chevaux, d'éviter qu'ils ne s'emportent, et conséquemment d'éviter les 
accidents qui pourraient en résulter. 

34,7* ^® brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 23 mars i854t An secrétariat de la préfecture du département de la Loire- 
Inférieure, parle sieur Lacoste (Etienne), quai Baco, à Nantes, pour un appa- 
reil propre à distiller l'eau de mer dit culino^tillatoire, 

348* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 9 mars i854t au secrétariat delà préfecture du département de la Seine,, 
par le sieur Lagleize (Jean Jules-Ferdinand), à Paris, rue du Bac, n* 66, 
pour un système de navigation aérienne. 

349* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 25 mars 1 85 4 * au secrétariat de la préfecture du département du Nord, par 
le sieur Leplay , élisant domicile chez le sieur Danel, grande place, à Lille, 
pour des procédés et appareils dé distillation applicables à la fabrication de 
}'alcool de betterave. 

35o* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 20 mars i854, au secrétariat de la préfecture du département des Bouches- 
du-Rhône, par les sieurs Michel (Alexandre), Huyn (Xavier) et Rousseau 
(Lottis-Uenri), à Marseille, pour nne machine motrice. 

35 1* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
ie 21 mars i854, au secrétariat de la préfecture du déparlement de la 
Seine, par le sieur NoUet (Pierre-Denis) , à Paris, rue Montmartre, n* 12 5, 
pour un appareil propre à casser le sucre dit casse-sacre Derfectionné. 

353* Le brevet d'invention dont la demande a été déposée, le 22 mars 
i854» an secrétariat de la préfecture du département do la Seine, par le 
«leur Oppeohaiiner (Adolphe), représenté par le sieur Mathieu, à Paris, rue 



Digitized 



by Google 



fiunt-Sëliatiîeo, n'' 45» novjt d«s perfectîonnfmenU dans la fabricHlo» <kf 
Yeloors de soie moirés, a Utrecht, et autre» produits «Dalognes. . . 

353* Le brevet d'inventioa de dit ans, dont la demande a été déposée, le 
ai mare i85â . au secrétariat de la prélecture du département Je la Girondp, 
par le sieur Ousoulia (Frauçois), rue des Faures, d* 53, à Bordeaux, poor 
une compoiitiou propre à la destruction des puifaiscs. 

35 i* Le Itrevet d^uiveuliou de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 95 mars i854, au secrëtariûf de la prélecture du département du Nord, 
par le sieur Paquet (Félix) , à Rouhaix, |K)ur un organe de mouvement appli- 
qué aux métiers à la Jacquart sous Tinfluence de rélectro-raagnétisme. 

355* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 93 mars i854, au secrétariat de la préfecture du département du Nord, 
parle sieur Péterbroeck (Théodore) , à Anzin, représenté par le sieur Splette, 
me Dupriez, n* 1 1, à Lille, pour un système de clupet à expansion variable» 
appli'^able aux machines à vapeur. 

356* Le brevet d^inveotion de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 30 mars i854, au secrétariat de la préTecture du département de Ja 
Seîne, parles sieurs de Roulet-Mézérac (Cbarles-Victor- Frédéric) et Chevroa 
[Jeau-MarieJ , à Parii, rue du F'aubuurj^-Sainl-Denis, n* i88, pour métiers 
dits méiien Chevron, ayant p»ar but Tapplicalion, par le tissage, de matières 
fines» sur matières plus grossières et à armures nouvelles, 

357* Le brevet d* invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 18 roarj ]854, au secrétariat de la préfecture du département de la 
Seine, par le sieur Séoécal ( Adofpbe-Éléonor), à Paris, rue Ma)et, n* j8, 
poor QO appareil dit sauve qai teat, appficalde à la descente graduée, saoa 
secours étranger, de toute espèce de corps animés ou inanimés, quels qu'en 
soîenlle poids et le volume. 

3^8* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
fe 91 mars ]854, au secrétariat de la préfecture du département de la 
Sdoe, par le sieur Steinmeiz (Moses), à Paris, rue des Doux- Portes-Saint- 
Sauveur, n* i5, pour des perfcctionnemenls apportés à la fabrication du café 
Ttiiach, pour lequel il a déjà été breveté. ^ 

3S9* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 90 mars i854, au secré^riat de la préfecture du département de la 
Seîne, par le sieur Taroaud ( Jean-Baptiste-Auguste], à Paris, rue Damiette, 
B* 1, pour un sigîllocolore ou tampon à timbre humide et k truck dispen- 
sateur. 

36o* Le brevet dMoTeotion de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 39 mars i85& , au secrétariat de la préfecture du département du Rhône , 
par le sieur Vallard (Claude), rue du Commerce, n* 1 1 , à Lyon, pour un 
genre de toiles. 

36i* Le brevet d*invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 99 mars i854, an secrétariat de la préfecture du département du Rhône, 
par le sieur Van Doren, rue de Bourbon, n* as, à Lyon, pour un genre de 
tailes ea terre coite faites à la presse, ayant la forme d'un losange. 

569* Le brevet d*invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 16 oaars i854 « ao secrétariat de la préfecture du département de la Seine- 
Inférieure, par le sieur Vasselin ( Félix K rue Saint-Julien, n* 98 , It Rouen , 
ponr un ventilateur à aubes couri es, aspirant et foulant 

363' ut brevet dlnvention de quinze ens,donl la demande a été déposée, 
le 90 mars 1854» au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, 

JU* Sirie. 11 



Digitized 



by Google 



<i5S) 

pttrlé stettr Ttguier (AntelDe-tillftab^th), à Pïurti, nie 8aiai^Vliloèm«de-]^iiI, 
i|* 3, pour un appareil fun]i-veDtilât<*ur. 

364** Le brevet d^invention donl !a demande a été déposée , le sS man 
i854tau secrétariat de la préfecture du département de la Seine, parle sieur 
Adoock (John), représenté par le sieur t^erpigna, à Paris, rue Sainte-Anne, 
n* 46, pour un appareil perfectionné propre à mesurer la distance patcoume 
par les voitures. 

365* Le brevet dMnvention de quinze ans, dont ta demande a été déposée, 
le 99 mars i85i, au secrétariat de la préfecture du département des Vosges, 
parle aieur Albcr (Josepb), à Vagney , pour un système de calorifère appli- 
cable à tout genre de fourneaui. 

366" Le brevet d'invention de quinze atts, dont la demande â ét^ déposée, 
le a3 mars ]85d. au secrétariat de la prélecture du départe/nent de la Seine, 
parle sieur Antand (Louis-Cbarles-Émile) , à Paris, rue de Bucy, n* il, pour 
un produit industriel provenant de l'eflilocbage des chiSonâ de soie, préalable- 
ment décolorés. 

3n7* Le brevet d*lnvent'ioh de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
fo 30 mars i86dt au secrétariat de la préfecture du département des Doucbès- 
duRliône, par le sieur André (Jean-Baptiste), rue du Pavillon, n* 18, 1 
Mar>eille, pour uu procédé devant servir à lernifr berméliquement les bou- 
teilles et à faire jailiir, à volonté, le liquide mousseux ou gazeux qui y est ren- 
fermé, dit siphon-mamélon à jet, lequel siphon est fixé aux bouteilles a faide 
d une Soudure en ir^'tal sur verre. 

3ii8* Le brevet d inveulion de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 30 mnis i85) , au secrétariat de la préfecture du dt^partement de la Même, 
par les sieun» Anquttin et Giraud, à Paris, rue Guérin-Boisseau, n* ta, pour 
un »abot-soiitier. 

S69* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la deniande a été déposée^ 
le 26 mars i8âi , au secrélariat de la préfecture du dé|>ai*tenienlflc la Marne, 
parle» sicurs Boulogne et Uuiipin,à Keinis, pour préparuiion p« ur ap}>rèts 
d>t( dicrt'usaye éfi Jixtufe ,o\i <«| prêts soyeux cl ind atructibles de t>us les tissus 
écrus, aoit cm Uioe peig«iée, so.t en peign(^:>-cardés, m<iis noianiinenl pour 
Us articles de la labrique de R«']ins. 

370* Le brevet d'invention do quinze ans, dont la demande a été dépov^a, 
le 9 5 mars i8.'i4 • au secrétariat cfe la prcffcture du dc^parti-ment de bi Seine, 
parle sienr Bruni (François), Â Pam, rue des Tourneiles, n* i5, pour des 
dLs})o4tions mécaniques ap|*licables aux orgues et pianos, afin de faire jouer 
Ces instruments axée une simple mauivr-lle. 

37 1* Le brevet d*inventiun de quinze ans, dout la demande a été déposée, 
le 2 4 mars i85 i, au secrétariat de la préfecture du dépuri-menl de la Seioe, 
par le sicur Cbaumont (Michel) , à Paris, quai de la Grève, n* 44. pour une 
machine peifecti<*n née à margMeriler dite muryuertteuse micaidque, 

372* Le brevet d*inveiitiou de quinze ans, dont lu demande a été déposée, 
le a3 mars i854 , au secrétariat de la préfecture du dé|uiriement de la Neioe, 
par le sieur Cliuuol (Claude-Bernanl-AdiieL) , rue du Landy, n*'6ti,ii Cucfay- 
la-Garcnne, pour emploi et application d'un jet de \apeur ou gaz comprimé 
A haute pression pour entraîner dilTérents corps, à iVflei d'éplucher, éiiurii^ 
classer, st mer, projeter, souDler, aspirer, dans les travaux de findustrie, tle 
Tagriculture et des mines. ^ ^ , 

073* le brevet Tinvention dont la demande a été déposée, le a 5 inari 
i85Ay au aecrélariat de la préfecture dtt département dte la deine, far le aienr 
i i 



Digitized 



by Google 



B.ii«Si6. { t^9 1 

eUmiÉB (liÉttei) , feftêsëtftë )>ar le iitMr Santtcfr, 1 fiÊtU , më Drotuii , i^ %, 
pburilestofnposîtionB propres à revêtir ou enduire le bois, le méitA et d*fea-' 
très matières exposées à r«ctioD de feau de mer ou i lititempérie Aei m- 
sons. 

32 V Le brevet ^invention de qtiioke ans, clont la demande a éié déposée, 
le i3aiars i85), au secrétariat de 4apréferlure du d^parlemenl delà 3eiûe, 
par le sîeur Detezenne ( Adolphe-IIerirt) , rue Amel«*t, h* 7Ô, pour uti proo&dé^ 
mécsBiiimie de préparation dus plaques de daguerréotype. 

SjV Le ^rtvei (fînyennon de quinze auft, dont la demande k été i^ponHe, 
k )8 mars i$5î, au eecréUriat de la préfcctiire du d<partement du'vîèrd, 
par le sîcfûr Deleaùx, A Cambrai |x>ur k dessécLenient de la pomme de terfe.{ 

376* Le brevet d'invention de quioxe an», dont la demande a été tfépo&ée, 
ie 13 mart i854, au secrétariat de la préffclure du département oe la. 
5dae, par les sîears Fink ((François) et SônenlTial , représentés par le s*eur' 
Harbly, à Paris, rue des Vlarais-Saint-Martio, n* 6 j, pour le remplacement 
des nxeales eo pierre par des disques en acier ou en (er Ireknné. 

37^ Le brevet d'invention de quinze an:i, dont ia deman(£^ a étiS déposée, 
le as mars i854, au secrétariat de la préfecture du iéparteUienl cte la* 
SKoe, par la d^me Isabelle, née Simonin (Marle-Stéplianie), àf^aris, rue de 
Kholl, A* 1 8 , poar un sur£iix dit surfaix-cavalier pour le di essage dès cHevaut^ 
d aon mnJe d application . 

378* Le brevet d^inventîoh de quinze ans, dont la demande a été déposée* 
le 34 mars i85ét au se<rétartat de la préfrclure du iJépartemoul de la" 
Sâo^^ par le sieur Lançenbeck [JeHn-Fréflrric], représenté paY* les s'edrs. 
Zehls «-l Morstadt, è Paris, rue des For ««es , n"^ 3 et 5 , près la place du Cairjs,; 
pour des boutons de nacre à queue tloiible. 

37^ Le brevi^t d'invenlion de quinze ans, dont la demande a (f é* dépoâ^e, ' 
lest miirs i85 i,ausecrétari tde iapréPcclure du dépariemcnt Jeta Seioe,' 
^ te sieur l«avi(;ne (Huillaume), rue Lauzun, n* 16 fer^ à Belle ville , po'ur. 
application du caoulchtiuc avec 8i<muiiers élastiques. 

3So* Le brevet d^iovention de quinze ans, dont ia demande a éié déposée,/ 
ie 3o mars i85 1, au secnitaHatde la pr^fccliire du dé)>'aripmenC de TAisae, 
parle »cur Lefëvrc (Louis-Fcli»), rue Saint-Martin, n* 67, à Saint-QueUtin , , 
paor un robinet propre aux usines et fabriques dit robinet Jrançuis. 

3m* Le bre>et d'mvenlion de quinieans, dont la demancle a été dépb'^éc, 
le 33 mars i'^S4t au soerélariat de (a prcfecturo du Jrpartemcni de 14 
&«ine, p.ir le aieur Leniaire ( MicoFas-t)oininiquej , à "Paris , passage des P;tiio- . 
lama», galerie de la Jk>ursc, n* 5, pour un suE^urt à boule mobile, applicable 
à toute esp^e de cboses. 

3ia* Le brevet d'ijivenlliku de qniuzc ans, dontia demande a été déposi^^e', 
k 25 mars i8^i, an secrétariat de la préCeoture du département de la Seine^ 
psrleas:c:urs Lelouraeau, A. Parent el T. Hamot, À Paris, rue Pierre-Levée , ' 
B* 7 el 9, pour des pcrfeotioonemcuts dans le genre, la composiUoQ et la'.' 
Sibncaûoa oes boutons. 

383* Le brevet d'invention de quinze ans« dont la demande a été déposée, | 
le s5 mars i85î, au secrétariat de la ^préfecture du dé|partemcnt de 1a 
Sône, par le sieur Maugia (Louis-^gus e), k i?ar«. rue Ricbelieu, n^ 74 y ' 
poor applicatîou daubes inubile> verticales aux roues moUvces des bateaux S 
iMur. 

7S »* Le kflrret d'ioMf tipn ie f utnze aiu.« dont la SeiMiuTe a éU d^p(kêe,r^ 
h %S iâàn i85i, aa secrétariat dé la préftctiîrd du département delà' 

11. 



Digitized 



by Google 



{ ^Ao ) 

S^inf t |»r lo siear M«n$a j ( Pierre ) , à Paria , boulevard de i*H6|»taI ^n'^f^ 
ppur carboDisalion <ie1a tann'^e et autres matiërea susceptibles d*êlre carbo-. 
nisées« et utilisation de la chaleur perdue. 

385* Le brevet d^inveution de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 94 mars i854, au secrétariat de la préfecture du département de la 
Seine, par le eieur Marienval (Louis-Ovide), à Paris, rue Saint- Denis, n*3o4i 
pour des perfection uemeutz dans le traitement des plumes préparées pour 
modes de dames. , 

386* Le brevet d*invention de quinze ans , dont la demande a été déposée, 
le 39 mars i854, au secrétariat de la préfecture du déparlement du Donbs, 
par les sieurs Person (Charles-Cléupfaas] , et Sire (Georges-Élieone), à 
Besançon, pour un mode de zincage électrique. 

^87* Le brevet d*invenOon de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le as mars i8<^4, au secrétariat de la préfecture du département de la 
Seine, par le sieur Pinet (Jean-Frauçois-Louîs) , à Paris, place du Marcbé- 
Saint-Jean, n* 33, pour un système de talons moulée, à enveloppe en cuir ou 
en peau, de toute nature, applicable â toute espèce de chaussures, soit en 
cuir, soit en étoffe , soit qu*el !cs soient cousues , clouées ou vissées. 

388* Le bre\el d^invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le ai mars i854, au secrétariat de la préfecture du départi'ment de la 
Seioe,parles sieurs Pion (Jean- Victor-Hubert) etFleuriet (Joseph- Valent! 0], 
à Paris , rue Pierre-Levée , n* 10, pour des perfectionnements aux montures 
de porte -monnaies. 

389* Le brevet d*invention de quinze ans, dont la demande, a été déposée, 
lé ià mars i85&, au secrétariat de la préfecture du département de la 
Seine, par le sieur Bamaziotti (Giacinto), élisant domicile chez le sieur 
Armengaud jeune, à Paris, rue des Filles-du-Calvaire, n* 6, pour an genre 
de brouettes et voitures dites enfantines. 

390* Le brevet d*invention de quinze ans, dont I9 demande a été déposée. 
le s3 mai*s iSSi, au secrétariat de la préfecture du département de U 
Seine, par le sieur Roger f Victor-Gustave], élisant domicile chez le sieor 
Vizet-Camus, à Paris, rue de Viarmes, n* a3, pour un cbariot-rbabilleur. 
' ^91* Le brevet d'invention de quinze ans, dont Ht demande a été déposée, 
le i3 mars i8S4, au secrétariat de la préfecture du déparlcmtut de la 
Seioe , par les sieurs Royon ( Uippolyte ) et compagnie , rue du Mail , n** i , pour 
moyens d'impres&ions sur étoffes. 

393* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le ad mars i854« ou secrétariat de la préfecture du département de^ Bouches- 
du-Rb6ne, par le sieur Silvan (Pierre) Grand-Chemin-de-Rome, n* 4o, à M&r- 
aeille, pour un appareil échaudeur, propre pour la dlature de la soie. 

393* Le brevet d'invention dont la demande a été déposée, le a a mars 1 854i 
ta secrétariat de la préfecture du département de la Seioe, pi^r le sieur Som- 
niervifle (Alfred), élisant domicile chez le sieur Gardissal, à Paris, boulevant 
Sûnt-Martin , n* 39, pour un genre de plumes de fer à régulateur mobile. 

3lg4* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été doposée, 
le ao mars i8â4 , au secrétariat de la préfecture du département des Boucheà- 
du-Rh6ne, parle sieur Taylor (Pbitip-Meadows) , rue Saint-Ferréol , n** Si, à 
Marseille, pour une machine à couper le fer à chaud. 

395* Le brevet d'invention dont la demande a été déposée, le a a mars 
i854i aa aeaétariat de la préfecture du département de la /Seine, par le aieur 
TUghinaD (Richard- Albert), représenté par le sieur Giibec, k Paris, roede 



Digitized 



by Google 



rftiikjaier , i^ $9, pour dM procédés dans le traitement de» corps 'gras et 
buîleai, principalement applicables à la fabrication du savon, de la chandelle 
et de la glycérine. 

3g6* Le brevet d*înYenlion de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 92 mars i854 » au secrétariat de la préfecture du départemant de la Seine» 
par les sieurs de Violaine frères, à Paris , rue de la Chaussée d*Antin,'n* 39 , 
poar remploi des fonds de moules à bouteilles en matière non conductrice de 
b chaleur. 

397* Le brevet dlnvenlion de quinze ans , dont la demande a été dépoaée, 
le s S mars i854i au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, 
perles sieurs Badeuil Gis (Jean) et Boubey (Étienoc), à Paris, le premier me 
delà Roquette, n* 35, le deuxième rue des Francs-Bourgeois, n* 3, au Marais, 
pour une machine à éjarrer les peaux de lapin. 

39S* Le brevet dMnveiition de quinze ans, dont 'a demande a été déposée , 
le 3o mars i85d « au secrétiriat de la préfecture du département de Saône-etf 
L>ire, par le sieur Baraull (Auguste), à Gbâlon-sur-Saône, pour un moteur 
propre a remplacer la vapeur dans toute espèce de machine, au moyen du 
giz acide carbonique dit système Barault, 

399* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le3o mars 1 854, au secrétariat de la préfecture du département du Rhône, 
par le seur Bernard (Au<;ustin] , à Lyon , pour un gf-nre de tuiles.' 

4oo* Le brevet d'mventioo de quinze ans, douMa demande a été déposée, 
le 3 avril i854. au secrétariat de la préfecture d'i' département delà Meurtbe, 
pir le sieur Bompard (Nicolas-Barthéleroy), dit Edouard, représenté par son 
père, rae Saint-Georges, n* 9, à Nancy, pour un système de tampon mécanique 
I règle» mobiles aiguillées, propre à être adapté à tous les métiers à tisser 
mécaniques. 

4oi* Le brevet d*inventiOn de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le s5 mars 1 854» au secrétariat de la préfecture du département de. la Seine, 
parie sieur Cfaaumont (Alexandre-Michel), à Paris, rue Saint-Antoine, n* i5o, 
pour aae machine dite éjarrease, propre à éjarrer les peaux de lapin et 
aatres. 

5o3* Le brevet d'invention de quinze uns, dont la demande a été déposés , 
k i** avril i854, an secrétariat de la préfecture du déparlement du Rhône, 
par le sieur Cordel (Jean-François ) , rue Écorchebœuf , n* 13, à Lyon, pour 
■a genre de sommiers élastiques. 

4o3* Le brevet d*inveu>ion de dix ans, dont la demande a été déposée, 
b 3o mars i854, au secrétariat de la préfccturi; du département de la Lsire , 
parle aiear Comut (Jean -Jacques) ,rne du Plâtre, à Rive-de-Gier, pour un 
àioble moufle appliqué aux freins des wags;ons. 

4o4* Le brevet d*invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
ia 37 mars i854.au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, 
par les sieors Couillard et compagnie, à Paris, rue Saint-Martin, n* 336, 
pour une ciavate sans couture, dfouble et triple tissu , sans envers, applicable 
an cache-nez. 

406*^ Le brevet d'invention de quinze ans, dont la dem&nde a été déposée, 
k 1** avril i854, au secrétariat de la préfecture du déparlement de Maine- 
et-Loire, par le sieur Desplaces (Gabriel] , à Angers, pour un système de 
poutres en far. 

êo^ Le brevet d'invention de anîcze ans, dont la demande a été dépoaée, 
le 3o mara i854 , «Q secréiarlàtde la préfecture da départeoient de Maine-et- 



Digitized 



by Google 



M4M 

]>>îre, par le sieur Dorîsom (A^gu8t^) , à Cheffes» pour tutti maehtnê è InAIpi 

Itf graine de trèfle. 

407* Le brevet iTinveniîoQ rie quinze ans, <1ont la demande a été d^-poi^, 
le 3i mars i854 , au sccrf^larial de la pr<^X-cture du dëpartemenl de iaS^loe- 
Inrérieiire, par le sieur Drapier (l>nis-Joapph], rue Saint-Jean, n* 8, à 
Rouen, pour un mt'iief-canettier continu. 

ÀoS* Le brevet d*inv6t.iion de cjuinze ans, dnnt la demande a èié déposée, 
le 39 mars <854, au secr<^tariat de la pri^feclure du département du Rhonep 
par le sirur Fargf , à Briguais, pourperlectioiinements à une machine apercer 
lei m^ëianx. 

4o(|* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a M^d^po«/f, 
jle 3i mars i85d . au secr^lariat Je la pK^fei tiire du d<^parteiuciit de la ftaute* 
Garonne, par le sicMr Ferret ( \rmand), pont des ÛcmoTâtlles, à Toulouse, 
pour la fabricalion de |iiiTrcs fartires. 

i i(^ Le brevet d*[nvenlion de nuînzp ans. dont la demande a 6i6. d^-ponéei 
le 27 mars i854 , au sVcivtarlat de la pr^fpcture du départcmrni de la Setoe^ 
par le sieur Calopin (Abd^'u) , rue Cbarlot, n* 34 « pour de» periectÎQnDemeDts 
aux apparei s d^ëclairai^e. 

4 } I* Le .brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a ^t^ déposa, 
le i*' avril i854« au «ecrt^tarial de la prifeciuredu département de la Loire, 

Êar le siêur Coyard (Pierre), au Chambon, pour une machine A tarauder les 
oulona, maille k Ter avec ou sans ëcrous, lesquels i»at ausâ, à volonté, 
taraudes. 

ii7* L«s brevet d^inventîon de quinze ans, dont la demande a été dëposëe, 
le 5 avHI i854» au secrétariat de la préfecture du dé(>artemeut de la (!ôle 
d*Or, par le sieur Grand-Ptrrrin aîné, rue des Perrlères, à Dijon, pour i'adcp- 
tton d un robinet et de deux soupapes à boulet pour tubes à niveau d'eaa 
iniérieur et extérieur de la clarinette pour mat bines à vapeur. 

4iS* Le brevet d'invention de quinze ans, dont Ii demande a ët^ déposéa» 
le i avril i8Hf Itti secrétariat de la prérecture du département <iu Nord« par 
le sieur Guislain (An,drérJo8epb), A Cambrai, pour un système de çuisioierû 
Ik circulation. 

4i4'' Le brevet dMnvention de. quinte ans, dont la demande» été déposée, 
I9 ^9 mars i854» «u secrétariat de la préfecture du dépariemeot du Rh^oa» 
par le aieur Jangai de Yillechatse, cocrs Morand, n* 4o, à L]fon» pour un 
mécanisme applirabfe k la navigation. 

4i5' Le brevet d*invent'*op de quinze ans, dont !a demande a été déposée, 
le a S nmra i854t au secrétariat de la préfecture du département de labeine» 
par les sienra Lebel (^Victor-Joaeph), et Fourniol (Jeau), à Paris, le premier 
rue Saînt-André-des-Arta, n' 36, le second, rue de TËst, n* 17, pour une 
presse typographique. ^ 

4|6* Le brevet d*invention de quinze ans» dont la demande a été dépnséei 
la 27 mars 1604% au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, 
par le sieur Mathieu (Jules), à Paris, rue Saint-Sébaatien, n" 45, pour vA 
système de coloration des images photographiques. 

417** Le brevet d*invention de quinze ans, dont la deouinde a été déposée, 
le 3i Biars 1654, au secrétariat de la préfecture du département de Vauciosai 
par les sieurs Meynard [Toussai nt-ManusJ et (Josepli-Louia-Chariea), à Valréati 
pour un moyen propre i analyser les cocons de soie. 

4 18* L9 brevet dUnvention de qui nxe ans, dont la demande a iU dépoaée, 
lu il mars iâ& :;» «^ peçrui^hi de la préfitcMire du dépvi«meiit 4e V^cdoei 



Digitized 



by Google 



B.n*3i6, ( iA3 ) 

par *e« sUors Mejnard (Toussaint Marins et Joseph-Loiiis-Cliarles)^ à Vd- 
n^ss, pour on moyen propre à conserver les œufs rie vers à soie, dei manière à 
CD relarder Téclosion à volonté , ce qui permet d'obtenir plusieurs éducations 
dao« DO an* 

419* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
ie3i mars 18H, au serrétarial delà imTccture du dé|)artemenf du Haut- 
Rhin, par le sieur Micbel Gis (Georges), à Mulhouse, pour un genre de 
toiie? métalliques. 

4io** Le brevet dlmention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le sy mars i85 : , au secrétariat de la préfecture du dép-niement de la .Seine, 
pai le «ieur Morey (Charles) , représenté |>ar le sieur Arnicngaud aîné, h Paris, 
n^ ^int-Sëbastien, n* i5 , pour des appiiC'itious du caoutcliouc et de la gutta- 
percha aux industries du bltinrbimeni de la teinture et de Tinapresaion des 
tissas. 

49 1* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 97 mars i854i au secréianat de la prélecture du départcmem de la Seine, 
par le sieur Morey (Cîinrles), repré.scnté par le sieur Armen^aud aîné, à Paris, 
me Saint-Séba tien , n* 45, pour dçs applications combinées du caoutclu>uc 
avec ccrfain-" nȎtiui. 

4 ta* Le orevet d'invention de qumze ans, dont la demande a été déposée, 
k 27 mars t854, au secrétariat de la prérectiH-e du départoment de la 
Seine« par le sieur Potbier[ Henri- Victcr- Alexandre), à Paris, rue du Faubourg-» 
Poissonnière, n* iSi . pour un système de fosses d'aisances. 

493'^ Le brevet d*invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 1" avril i85i, an secrétariat de la préfertnre du département de la 
Gironde, parle&ieur Réaud (Pierre), rue Saint- Pierre, u* 97, à Bordeaux, 
pour la Tabrication de boites de conserves alimentaires. 

4)4* Le brevet d'invention de q*iinzc ans, dont la demande a été déposée, 
le s4 mars iSSi, au secrétariat de la prélecture du département du Var, par 
ie sieur Secrétan, à Toidon, pour un système dVtau parallèle. 

4i5* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le3i mars i85i,aa secrétariat de la préfecture du département du Bbône, 
par les siears Tabourin (François) et Chaise (Florentin) , à Lyon, pour ooo- 
fectioo de charbons factices. 

kt^ Le brevet d*inveiition de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
ie 3o mars 1 854, au secrétawat de la préfecture du département de la Côte- 
d*Or, par le sieur Tardy (Joseph), rae Berbisey, n' 10, à Lyon , pour un pro- 
cédé écMiomiqne de fabrication de la pâte de pipier et de carton-paille. 

497* Le brevet d*invention dont la demande a été déposée, le 97 mars 
18S4 , au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, par le sieur 
TroCmaB (Sanders), représenté par le sieur Brade, à Paris, rue Sainte-Anoe, 
B* 99 , pour Doe horio^ de nait« 

4t8* Le brevet d'invention de quinze ans , dont la demande a été déposée , 
ie 3i mars 1854* au secrétariat de la préfecture du département du Puy- 
de-Dôme, par le siear Valadier (Etienne), à Clerraont-Ferr&nd, pour un cuir 
à raaoir dît cntr Voiadltr, 

499* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée « 
ieto mars i854, au secrétariat de la préfecture du département du Rhône, 
par Te siear Wirth (Saïauel), place de la Préfecture, n^ 1, à Lyon, pour an 
^enre d'échappement de piano drrit 

43o* Le brevet d'inveatioo de quinse tins* dont la demande a été déposée t 



Digitized 



by Google 



( i44) 

le 5 avrîi iS^i, au secrétariat de la prëPecture du département de Lot-et* 
Garonne , par le sieur Audebez (Jean }, à Tonneins, pour un sécateur à bascule 
propre à la (aille des arbres à fruits. 

A3i* Le brevet d*invention de quinze ans, dont la demande a été déposée , 
le 29 mars i854 , au sccrélariat de la préfecture du département de la Seioe , 
par le sieur Aze (Chartes- Alesandre-StaDislas), à Paris, rue Ramboteau, 
n*'*jàn pour un appareil dit routanl-copisle, 

iZi' Le brevet d*invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
lo à avril i854, au secrétariat de la préfecture du département du Rhône, 
par le sieur Bouchard (Alexandre] , quai de la Charité, n* 38, à Lyon, poar 
un système de robinets. 

A33' Le brevet d*invenlion de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 3 avril i854« au secrétariat de la préfecture du déparlement de Vaucluse, 
par le sieur Cabias ( Léon-François) , à Avignon, pour un système pour cendre 
le cuir inezlensible. 

43 i* Le brevet d'inveniion de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le s8 mars i854, au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, 
par les sieurs Chappé (Pierre) et Barré ( Almire-Ëugène), à Paris, le premier, 
tx>ulevard Beaumarchais, n* i3, le deuxième, rue G.^illon, n* 3, pour un pro- 
cédé cj^imiquc appliqué spécialement A relTilocliage des chiffons de soie, 
laine, eïc. (préalaDicmcnt décoLrés), au moyen des dispositifs d*une macLioe 
dite machine ejfilocluase-cardeuse, 

435*. Le brevet d*invenlion de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 1*' avril 1 854, au secrétariat de la préfecture du département du lUiâne, 
par le sieur Dervieuz (Jean -Baptiste), élisant domicile chez le sieur Seux et 
compagnie, rue Désirée, à Lyon , pour perfection uement aux métiers à 
lacets. 

436* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le a-8 mars i854t au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, 
parle sieur Distin (Henry-John), élisant domicile chez le sieur Le Bli*nc,À Paris, 
rueSainte-Appoline, n"* 3, pour des perfectionnements apportés aux instru- 
ments de Ynasique à vent, notamment à ceux à pibton dits •:ornets à pislon 
Distin. 

437' Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 28 mars i854 « an secré'nriat de la préfecture du département de la Seine, 
par le sieur DoY^re (Louis-Michel François), à îîaris, rue de Fleurus, n* 35, 
pour un procédé de conservation des grains. 

438* Le brexet d'invention dequin/e an^, dont la demandée été déposée,' 
le 3o mars i854 , au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, 
parie sieur Dumas (Louis-Eugène), chez lo sienr Ardent, à Paris, rue de 
Luxemhourg, n* 20, pour un changement de voie portatif applicable aux 
chemins de fer. 

439* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, le 
6 avril i854i au secrétariat de la préfecture du département du Rhône, 
par le sieur Dorafoin (Jean-Marie) , rue de la Charité , n* 48, à Lyon , pour 
un procédé de montago des pieri*es, perles ou émaux, sur la bijouterie en 
fin ou en faux. 

44o* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée,' 
le 6 avril i8.S4, au secrétariat de la préfecture du département du Rbône, 
par le sieur Frénéa (Pierre), rue Plâtrière, maison de Saint-Jean, à Tarare t 
p6ur*perfectiobn«ment à un ourdissoir pliant à moulin. 



Digitized 



by Google 



B. n* 3i6. ( i4^ ) 

;ii 1* L« breret d^inteotioii de quinze ans, dont la demande a été dépose, 
le i aval i8S4» an secrétariat de la préCecture du département d^ Puy-de- 
Dôme, par le sieur Goy (Antoine], à Ciermont-Perrand, pour uc porle- 
imarre-portatif Goy . 

iàn* Le brevet d*invenLion de quinze ans« dont la demande a été déposée, 
le 19 mars j85&, au secrétariat die la préfecture du département de laoeine, 
par le sieur Grelley (Pierre-Juste-Hippolyte), à Paris, rue BJancbe, n'ig, 
pour uo procédé de décortication des grains. 

kky Le brevet d*invention de quinze ans, dont la demande a été déposée , 
le 38 mars i8S4, au secrétariat de la préfecture du département de. la 
Sdne , par le sieur Hébert ( Auguste-Emmanuel) , à Paris , rue du Petit-Car- 
reau, D* i*',pour un livre relieur. 

44 A* Le brevet d'invention de quinia ans, dont la demande a été déposée , 
le 3i mars i8&4» au secrétariat de la préfecture du départemeol d« la 
Sane, par le sieur Hédiard (Alexandre), à Paris, rue Taitbout, n* aâ,poar 
va système de cbau/iière k vapeur inslantanée. 

445* Le brevet d*iuvention de quinze ans, d^nt la demande a été déposée, 
le3o mars i854. au secrétariat de la préfecture du département du Vor, 
par le sieur Inferoet (Dominique), à Toulon, pour une chaudière à vapeur, 
tobalaire , A flamme laminée , tubes concentriques et à circulation. 

446* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 3o mars 1 854 « au secrétariat de la préfecture dn département de fa 
Seine, par le steor Jacquesion (Adolphe) et Guyot (Jules), élisant domicile 
chez le sieur Armcngaud jeune, à Paris, rue des Filles-du-€alvaire,D* 6, 
pour des perfectionnements dans la navigation maritime, fluviale et sur les 



447* Le brevet d*invention dont la demande a été déposée, le 3 9 mars i854, 
ao secréuriat de la préfecture du département de la Seine, par le sieor 
LcHcfa (James), représenté par le sieur Gilbec, 4 Paris, rue de TÉchiquier, 
B*39, pour dtê perfectionnements dans la constroctipn des culasses des armes 
4 feu. 

448* Le brevet d*inveotion de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 38 mars i854, su secrétariat de la préfecture du département de la 
Seine, par les sieurs Mesnard (Auguste- Jean) et Leroux (Charles-Maurice- 
Emmaanei), k Paris, rue de Miroménil, n* Sg, pour un cachet limitatif. 

449* Le brercl d'invention dont la demande a été dé|)06ée, le 3o mers 
1864, an secrétariat de la préfecture do département de la Seine, par* 
le aieur Muriand (Samuel), représenté par le sienr Perpigna, 4 Paris, rue 
Saini«-Aune, n* 46, pour des perfectionnements apportés aux métiers em- 
ploya pour il préparation des fil^ de lin avunt le tissage. 

45o* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 3o mars i854, au secréuriat de la préfecture du département de la 
Sdoe, par le sieur Nm^re (Marie-Maurice-Isidore), à Paris, rue du Bac, 
a* 4o , pour un appareil abdominal. 

45i* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le s8 oiars i854, an secrétariat de la préCecture du département d«^ la 
Sefae, par le sieur Perrier (Laurent-Constantin), rue du Buisson-Saint- 
Louis, n* 37, an Marais, 4 Paris, pour un calendrier perpétuel. 

45 s* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée,' 
k 3 avril i854i au secrétariat de la préfecture da département de la 



Digitized 



by Google 



( U« ) 

B«aie<>jiroiine, parle sieur Plancade (Piem), rue AmaifJ- Vidal , à Ton- 
ietiftè« poal> iitié pompe soulevante. 

453* Le bre«'et d invention de qginze aos, dont la demande a ^té d^posée^ 
le 98 mare iS«S4f au socr^lariat de la |r>rëreclure du d^partomrnt de la 
Seine, par le sieur Prunier (Constant Julien), à Paris, rue Sain t-MertjD, 
11* s!)), pour perrectionnement^ dans les sae^ de voyage. 

45 / Le brevet d invention de quinze ans, dont la demande a été dc^pos^e, 
le 28 mars i85l, au secrétariat de la nréPeiture du défiartement de fa 
Seine, par le s eur Riga} (Jean-Bâptiste] , a Paris, rue de Berlin, n* 17, ponr 
plÂirés calcines. 

455* Le brevet d^iuvention de quinze ans, dont la demande a été d^posëe» 
le 3 avril i854, au ftecrétariai de la prcfccfure du département des Bou- 
ches-du>Rliône, parle sirur Bi&^olei (Augusie), Grand-Chemin-dp-Rônae, 
B* 60, à Marseille, peur un système de bouchage pour )«*s enux gazeuses. 

4M>* Le brevet d'imrention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
lé sB mars t854, au seprétarîat de la préferlare du dépirtement de ta 
Seiite, par le sieur Roussel (Joseph-Antoine)* à Paris, rue Pavée, n* 13, aa 
Marais, pour un système de marques pour les jeux. 

467* Le brevet d^inveniion de quinze ans. djnt h demande a été disposée, 
le 7 avril i854, eu secrétariat de la préfecture du dép9rtement de la 
Dr6me, perle sieur Reyané (Aimé-Étienne), à Étoile, pour un système de 
meieur h vtot. 

456* La ftirefet d^invention de quinze ansi dont la demande a été déposée, 
le 90 févner i854, au àeurétariat de la préfeetnre d<i département de la 
Seine, par le sieur .Signoret (Jean-.'jsptiste), à Paris, rue Pbeiippeaua, n* 3s, 
peor des perfectionnements apportés aui mesuras métriques. 

459* Le br<$vet d*iuventîon de quinze^ans, dont la demande a été dépM^ 
le 10 jeavier i854t lut seefétarîat de la prélVeture du département de la 
, Saine, par le sieor Vidie (Lecien), Palais-Royal, 0*95* à Paris, pour per- 
feeCionnenieots sot monnaies. 

46o* Le bref et d'invention de qninze ans, dont la demande s été déposée, 
le 3o mars i'854, au secrétariat de la préfec4:ire du département de la 
Seine, parie tienr Vuel (Jeao-Armand*Hippolyte), à Paris, rue de la Mon- 
tagne-Sainta-Gepeviève, n* 55, pour perfectioiuieuieuts da^s la fabrication da 
bouillon. 

46 1* Le brevet d*învcntion , dont le demande a été déposée, le Somars 
)354, ao aecrétanat de la préfecture du département de la Seine , par le 
sieur WiUy (Robert^brisiopbe), représenté .par le sienr Sentier, k Parts, 
rpe Dnmoi, n* s, ponr censtroctien oas fourneaux pour ebaudières et antres 
fioMumeaui, 

i63* Le brevet d'invention dont la demande a été déposée, le 99 mars 
1854, an secrétariat de la préfecture du département de la Seine, par les 
^eors Young, Lutber et Marten (Ëdwio), représentés par le sieur Gilbec» 
à Pans, rue de TÊchiquier, n* 39, pour des perfectionnements dans les 
ippareils servant à régler ta pression et Talimcotation du gaz. 

463* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 1^ avril i85i, au secrétariat de la préfecture du département de la 
Seine, par le sieur Allais (Jean-Baptiste) « élisant domicile chez le sieur Ar- 
mengaud jeune là Paris, modes Filies-du-Calvaire, n* 6, pour un système 
de moulin à blé, 

.4^4* Le brevet f infentipa 4e quinse eo^t dont la demande e été dépcfée^ 



Digitized by VjOOQLÇ 



B. B* 3i6. ( i47 } 

bioavrti i834^ im $iteré^9éÊl de k préfactm 4li jl p i rKun ii i jgt Boi^t 

fbn^u-Rhôi)«,pir le sîeiir Beck [William.) « court Oouffé^ il* ^7, à Mm>, 
•eîI1e,poar un apparriia^ririire. , 

465* te brexei dlnveolioa de quîiue ans, dont k demande a ^1^ déposée, 
le 6 avril idSi « au «ecréuriat de la fvélectore du dëpartei^ni de k 
Seine, par leBirur Calllet (\J«rie-BcooU), rue de Voj, 0*9, à Sainl-Étienaqi 
potir uoe machine à couper k vekuni «p^^8 fabrication. 

4(^6* Le brevet d'inveniiou de quinze an», dont k demande a^të déposée, 
le 7 avril i85i, au secrétariat de k (tréfeciure du d(^|>arl«*inei.t dea fioa« 
dies'du- Rhône, par k ^ieur Chauvei fils (Jean-Bapiiste), mt du P^utt, U* lU 
i Ail, pour nn sy^ème d a' cre pour la marine. 

467* Lo brevet d*înveiition de quinze ani, dont la demande a été d^pn^^fb 
le 10 avril i854« 9U acirc^tariat de k préfecture du di^rlcmmt du Jura, 
par Ir sirur Cbeva^su-Cordier (Jean-E^nkl ), À Loua-le-Sannier» piwir mn 
•ftièine d^ pao^^eu en métal applicable k toute eapèce de voiturea ou ch** 
riois. 

466* Le brevet d*inventioQ de quiiue ans, dont k demande a été déposée, 
le 19 avril iSï*à* au sécréta riei de In préff dore du dé|)irt«mei^t de rÀisna^ 
par le sieur (loupé ( Jean-Bapti^^te-Nicok») , à baint Quentin» pour un tisaa à 
liJ tiré et moven de produire re tissu. 

469* Le brevet dHnvrntion de quinse anA, dont k demande a été dépnséei 
ie 10 avril iS5i, au secrétariat de la piéfecture du département de lAi-'aei 
pir ie sienr Curé (François) , à Farguiers, pour perfectiopaameat des cbâs-' 
fis co tabaiSère en tonte pour toiture* 

470* Le brevet d*!nvention de quinze ans, dont k demaade a été dépoeéa^ 
la 1) avril i8S4, au secrétariat de k préfecture du' département du Nard* 
1» le sieur Deicrots (Jtan-Louia), rue du Calvaire, n* i*, à Raubaia« pour 
me machine à nàoukr lea briques et k four pour les cuire. 

471* Le brevet d'invention de quinze ans« dout k demande a été dépeaé^« 
le 1^ svril i854, au secrétariat de k préfecture du département de k 
Sdaa,par k aîeur Dteapinoy {LooiaJoaepb)« à Pam«ru« du Faubomg-du- 
Taaiple, n* a 1 , pour un fourneau ménagère. 

471* Le )irovat d'invention de quinze ans « doni la demande a été déptséa^ 
la t*^ avril i8Sit au secrétariat de la préfecture du départameat do k 
Seine, par le sieur Dubrunfaut ( Auguste- IHerre), ruaBrèchf*au*Loup« b* 10, 
àBerey, pour perfoetionnemeata daîna le travail des sucres, aîrops et mé- 
lanai. 

47!* Le brevet d'invention, dont k demande a été déposée, k 3 avfil 
>8â4, aa aecrétariat da k préfeotura du département de kSeioe, pavla 
atnr Dabait ( Jules-Dieudonné-Guilkume] , élisant domieik ebea k aiena 
Mcdc, à Paria V rue fayeaue* n** $, pour un aystèma de four ak fabrication 
<l«6oke« 

474* Le brevet d'invention de quinze an», doat k demindf a été dépoeée^ 
la 1** avril ift^4, au aecrétarki de la préleatora du départemept du Gard^ 
ptr k sieur Évfâqua (Frao(oi«), a» Vigan, pour pue boita aarvast à làiré 
^^^ la graipe des vers à aoie* 

k^%* Le bvavat d mventian de quiuia ans* dont k demande a été dépoeée» 
^1* mrril i654« au aacrélarki de k pfdkcture du déparlen^eai de k 
8«ita,p%r k aieur Frceha (Aroa»4»Nieak^), à Paria, ^ Vdbif, mC Mâ« 
peur an mouvement perpétuel. 

47f Lf bra««|.d;m«i»Mltii de ^nae «ne» deAt k demaudea M dépeiée. 



Digitized by VjOOQ iC 



iè îaaVrH tBih, ati 'aëcMtâitat de la prélTécttire du ' dé^rlem^nt de bi 
Somme, par lèa siear^ Gartéide (Joseph ) et Buval ( Jean-fiaptitte-Déftir^) « à 
Amiens, pour an régalaieur applicable aux mabhînesà vapeur et autres. 

A 77* Le brrvet d invention de qaioxearts, dont la demande a été déposée, 
le 3 1 mars 1 854 » au secrétariat de fà préfecture do déparlement de la Seine , 
par le sieur Gervaisot (Louis), k Paris, rue du Faubouri^-Saint-Martin, 
n* 36, pour application de la galvanoplastie à des fleurs artificielles. 

478* Le brevet dlnv'ention de quinte ans, dont la demande a été déposée, 
le I*' avril i854 , au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, 
par le sieur Girard (André), à Paris, quai de la Grève, n* 1 3, pour des perfec- 
tionnements appelles dans la disposition des marmites de cuisine de toutes 
iimeniions. 

479* Le brevet d*invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 3i mars i854 , au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, 
pur lé sieur Hérot (Joseph), À Paris, roe Chapon, n* 7, pour une caisse de 
tambour. 

480* Le brevet dln vent ion de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 11 avril i854« au secrétariat d« la préfecture du départpment du Haut- 
Rhin , par le sieur Kuentz (Erasme) , représenté parle sieur Flieg, à Thann, 
pour une machine À presser verticalement ou horizontalement les bobines, 
pour trame de tissus et pour une broche de navette composée de deux 
pièces. 

48 1* Le brevet d*invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 1** avril i854, au «secrétariat de la préfecture du département de la 
Seine, par les sieurs Lacombe (Jean-Baptisle) et Ferrie (Louis) , à Paris, pue 
. de la Perie, n* 3, pour des compositions chimiques. 

483* Le brevet d*invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 13 avril i8S4f an secrétariatde la préfecture du déparlement de TAube, par 
le sieur Lambert (Edme), < Troyes, pour une machine dite hrâle-fum4e ap- 
plicable auz fourneaux à vapeur. 

4 83* Le brevet d*invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le i*' avril i854 , au secrétariat de ta préfecture du département de la Seine, 
par le sieur Liard (Jean-Louis); représenté par le sieur Blanchard, À Paris, 
rue de la Roquette, n* 107, pour burettes à Thuile servant pour le graissage 
des macbtnes et mécaniques. 

484* Le brevet dmvention dont la demande a été déposée, le i*" i^vril 
i854, au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, par le sieur 
Lloyd (Janvier), représenté par le sieur Maurice, à Parts, rue du Faubourg- 
Poissonnière, n* 58, pour des perfectionnements apportés dans la construc- 
tion des plaques tournantes. 

485* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 3i mars 1854^ au secrétariat de la préfecture do département de la Seine, ~ 
parlesieorde Medeiros (Jean-Carvalho), roe Guillou, n*5, àPassy, pour 
un procédé pour la revivificatvon du noir animal épuisé, et pour en extraire, 
àTaide d'agents chimiques, du prussiate dépotasse ou de soude. 

486* Le brevet d'invsntion de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 4 avril i854t au secrétariat de la préfecture du département de la Loire- 
Inférieure, «ar les sieurs Morissel (Joseph-F^liz-Marie) et Raymondiàre 
(Pierre-Cbaries-Alfined), à Nantes, pour une machine à étriller, frotter et tisser 
la ficelle. 

487* Le brevet d'inveatîon de ifâtaé éûmî dont la 'demande « élé déposée, 



Digitized 



by Google 



B,ii*3i6. (^9)^ 

ie3i mars i8Htfniectétaria((de.la.préfeçUir0.ib.â<pifit^^ 
ju ie aiciir Moucliei (Piecre-^Mp-Féliz)» à. Pari^» ri|9.de L^lk«Q* 6^.p«ait 
as apoareil de coinbu»tiotQ el de fuMoo combiné avec un four à9 talcÂnatioBv 
pour la rédaclioD dés métaui. 

4S8* Le brevet d'inventioa dont la demande a ^té déposée» le i* avril 
2854» an secréuriat de la préfeaure du département de la Seine, par Uk 
lieur Pameîl (Michael-Léopold), représenté, par le aieur Gilbec, ij^aria,' mer 
de l*Écbiqmer, n* 39, pour perfectiounemefiU danf )a csonalnujiion dea aer- 



.489* Le brevet d'invention de qninieana«dont ia denandea été dépoaée» 
le 11 avril iSbk\ au aeci-étariat de la, préfecliire du département de la' 
Strtbe, par le sieur Poivet (François), à Cbâteau-d^-Loir» pour une omh 
dbine k caaser la pierre. 

490* Le brevet d\nveniion de quinze anà, dont la demande a été déposée, 
le 1** avril i854, au secrétariat de la préfe<;ture da di^partement de U.'. 
Seine « par le sieur Prévost (Denis- \ntoine}, représenté par de sieur Mathieu, 
à Paris, rue Saint-Sébastien, n* 45« ponr des perfectionnements ' apporléa' 
dana les machines^ fabriquer les mancbes de rasoirs, et brusaes 4 deùta et> 



491* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée^» 
le 1" aYrtl 1 854, au secrétariat de la préfecture du. département de le Seine, 
par le sieur Sangrin (Louis -François), h. Paris, boulevard Montmartre, n* 11»' 
pour dea perfectiounemenls .apportés aux stéréoscopes, 

493* Le brevet d'invention , dont la demande a été déposée, le 1*^ avril' 
]$54* au secrétariat de li^ préfecture du département de la Seine, par 
le sieur Sbaw (Robert) , représenté par ie sieur Matbieu, à Paris, rue Sainte' 
Sâiaatien, n* 45, |>our des perfectionnements dans les instrumeals 4 écrire. 

493* Le brevet d'iovenlion dont la demande a été dé|)oaée,.le 3i nMra' 
i854, au secrétariat de la préfecture du dépaftemeot de la Seine, par le 
lieur Walker (Thomas), représenté par le sieur Hasenfeld, 4 Paria, place de! 
la Bourse, n* ia> pour des perfectionoementa dans les macLines à rotatien- 
mues par la vapeur ou antres Ûuides. 

494^ Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée* 
le 3 1 mars 1 854 • au secrétariat de la préfecture du département de la Seine*! 
parle sieur Warbost (John), représenté par le sieur Merle, 4 Paris,. me 
Vivienne, n* 18, pour des perfectionnementa apportés dans lacepatruclieB 
des ebaudi^res à vapeur. 

495* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demandée été déposée, ' 
k 3i noars i854> au aecrétariat de la préfecture du département de la' 
Seine, par le sieur Youf (Denis-Robert), à Paris, rue de la Barillerie, n* iT» * 
pour des perfeciionnements apportés dans la disposition et le. mécanisme det' 
toots à fileter et autres. '^ 

496* Le brevet d'invention de quinte ans, dont la demande a été déposée,. : 
le 1 4 avril 1 854».au secrétariat de la préfecture du département de la Maach^ 
par le sieur Ârtus (Louis-FrançoisPrudent), représenté par le sieur Fraaçoia ^ 
Hensebrocq, 4 Agneaux, pour un système de zincage dea rivtts après leur. 
miae en place. 

497* Le brevet d*iovention de quinze ans, dont la demande a été dépoaée», \ 
le 1 4 avril 1 854, an secrétariat de la préfecture du déparlement du Noitl, par . 
les sieurs Bourgeois (Ernest], et Damraan (Henri), rue de Toarnai»»* 8, à ' 
Lilkj pour un système i)e|avi^(e des miniPiii^.. ^ ,, : 



Digitized 



by Google 



to*è piv»n i6^(, au «HN^Ufldt de la ^rfl^ôtnfè êû d^^artemimt de 1« SMnl, 
par It «toar ^eg«HSt (•Loaîs4!à#m«At-FrÉiiçoi8), k Paris, quai de fHofloge, 
n* 39, pour un syst^.iue de fils éleciriques. 

499' Le bt«vet d^irtveulioti dé quinte ans, dont là demafade iiété dépotée, 
le 3 iVrit iil5d, eu èeer^Mrîal de ta préf^etare dn département de la !^iie, 
par le eWttr Btf^asfét pM (Picrt^Denis), I Paris, liie Noire-Daine-deNaxaitth, 
B^ 10, ^oor tM «mrfèM p^it ft ednpèlMà papier, le carton, Fétoffe et le 
métal. 

5«er Le brèffk d^UtHfnfîol^ dl! qMikA b«(i, dbnt H demandé à iSté déftoaée, 
It d «vrfl i95V, atl seérétaHat d« la prékcttnre du défiertertent de la Seitoe- 
MiritttA, paff lé efeo)^ Gh'émi ( Ad(dp1)tB-Lftnis ) , fr Paris, rue de îa Biettral- 
sance, n* aa, pour des perrectiounements apportés dans lés appailfrils et 
robineiti eèrtaftt ft fe dtaitibaiion dti ^t dTédairage, lescfoelv aitoai disposés 
sent désIjMi^ eetn ta dënommatioU de réifûlatenr-cofnptcifr. 

5<»i* Le turevlft dlnvetfdon dt* quinze aus, dont la demande a été déposée, 
iè 1 1 <|«fil «êlK-, éM it^érêUt*iat de hi préfecture dr d^piflement desBotitW 
d«4tli#he, par le sieur Flilgaière ( Jean-Baptste), rue Péfief , n^ 9, I tl«^ 
aeillp, pour une machine à vapeur maritime, pour être appliquée à me hélSefc' 
o« a«trea pn>putBeQn, et iti*rvs usagrs, comme fbrce motrice. 

bo^ Le httfm, d' fa ^ fe nti'O ta deqninze ans, dont la demande a été déposée, 
lei 1 llêvrief tê5|« eii ae( rétàftat tie la préfecture du dépaHement de vEûr^, 
par le sieur Filoque fîis'(0é8ffé-Épi[diaue;« trprésettté par le sieor Damasse, 
àÉtteut, poef nn sysi^ue de chasse à tisser les draps. 

^o3* Le brevet dMnvenlion de quinze ans, donfta demande a été déposée, 
le 1 1 tvrit i86t:>aci fe<frétarHat de la 'préfecture du département d^s Bouchcs- 
du-nbètt«",ptfr 1^ !>)ei!iV GiNet ^Jèart-Bat^l.âeiTiyji quai Napoléon, n* 5, I 
Maf«eille,pourym^ys(feme'de cabestan san» dioc. 

5eé^ Le tffeyel dHnventiôn de quinte ans, dont la demande a éié déiidsée, 
lê^ avril t95^, au «etrrélarlat de la p^étbctcrre ât département de la Seine, 
nlif % sieul^ 6^Mil<leit ( A?ex)9), è Ptiris , taù Aottiectiouart , tl* ^1 , pour tentes 
a bras mobiles, réglant Técariement et a tension de ses pdhiis. 

Kod* ÏA brevet dlnveiiiion de quinze ans, dont la demande a M disposée, 
le i «viSl i8$A«à^ ^eerêiariat delà préfettui-e dn dé|iartem«^t delà Seine, 
paVl»!HiHnr Ladmié (Charles F^mc], h Paris, avenue des ChampsÉt^sées, 
n^%<r), pdttir ^ft système d>MMnnige pr.prè à garantir le» afbres, arbustes él 
plantes. 

ffd^' tie fM^HH "ff^hrVeViVfon de tfninte ans, dont Is demande a été déposée, . 
le^5!avH< i85l|, a^ seiréhiriai de ki préterture du département d<*sTosges, 
paf'le^k%i^ Làtltent (ftt'njamiti), à Uonécourt, pour un perfection n^nieul 
dMA Ni <MMffin^ion des botték de fonts. 

507* Le brevit d'invention de quinze ans, dont la demande a 4iê d/poséé, 
le!|lfrtit lA^A, ^ii^^e<Arétkri:il Ae laprèTeâure du déoarlemsnt de taSero%, 
pa^♦e ^iitnr Lfefcfierc'^la aine (Claude-Crégt>irc), éfiàaat domicilia cbez les sieurs 
D eyr ^ ie , feMfVèrd it compagnie, A Pari^, rué Saruson, ta* X pour mo^-ena 
d'à^p^réM festtlbtït fHés^ HAots et cKbtés dits Jfî/( d'Aller, 

5o8* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a ét^ déposa, 
WH^ ÈfA t8.\4, }>ti sMfétarral delà préfeâNire diidé|>artrm('ut de Ta Marne, 
paAC loa sHmn LlArm^r ^tictnt- Atpbonae), et Bissé ^Jetn-napti^te- Juîes)^ rê- 
^.y%iè)p^ %Mi père à f^verger, pour une mâcbrùe à Ipeutir les tissus. 

S09* U brevet d^iaveatioa deltàlfiiai las, dMl ht demande It m tèfféUe, 



Digitized 



by Google 



H 7 avrU iê54. en Mcrkarlâi de k pi^feciu^ td àfyênMtAéhX du Mdiié, 
par le sieur Léon (Jean-Mane), rue Tholoiau, n* 4t à Lyon, pour uoe.baiterie 
marcheuse supprimant le moUTemeni de la jamlK, la inécaiaiqiie et Je tir du 
bouton dans les métiers d*uhis. 

5io* Le breYel dliïtentiôil de quinze iibs, dont té demandé à iii déposée, 
le 3 avril i854« au secrétariat de la préfecture dû département dé U Seloe» 
parle sieur Letessiér (Etienne), représenté pa^ le sieur Berthélot, h ^a^is, 
me Saint-André-des-Arts, n* 43, pour fabrication d'un objet d'art gnomonique, 
dit mouvement solaire» 

5i I* Le brevet dlnventtbti de quihzc ans, dont l'a demande à été déposée, 
le i8 avril i834, au secrétariat de la préfecture du département de 1^ Suinm^, 
par le sieur Martel (PhiHp]i6], Cbau^éc-d'Uocquét, n* 335, À Amîéds, pour 
on sjstème de rouleaux délacheurs destinés à iretlrer des jeardes, la laine, lé 
iio, le chantre et le eoton. 

Si 2* Le brevet d invention de qulkizt ans, dont la demande • éU dt^jpos^â, 
le it avril l85i, au secréiariat de ta préfecture du département de la Marne, 
parle sieur Mignad (JeanBapti&t'c], à Melefte, commune de Lépiné, pour «n 
iBoyen propre à Cteir, san:> qu'elle puissent s'incliner de côté et d^auirea tes 
nenle:» dites t^olait^i des moulina â bié. 

5i 3* Le brevet dUnvfnlion dé quinze ans, dont !a demanué a été déposée, 
le 3 aviil 1 854* au secrétariat de ta prélecture dudéparlt-meni de là >eiiie, pair 
le iieur Mîlner (Jolin], représenté |iar le sieur Armengand jeune, i ï^ari^, ru0 
en Pilles-Uu-Caivaire, n** (», pour ded perlec^ionnemeuta dans les macbines à 
vapeur. 

5i4* Le brevet d*invéntion de quinze ans, dont la demande a été dépoitée, 
le 11 avril iS54 « au secréLiri il de Sa préfecture dé département de làrine-et* 
Oise, par le sieur Moonol [F^lionne-Armaud-Maximilien), avenuede Saint-(.luUt}, 
n* 3^, i Ver>ailles, pojur un système de Hmes et râpes en Lois dites ïitnesêt 
répes arùfcûUes, 

5iÔ* Le bre\et d'inVen'îon de quinze ans, dont la demande a été disposée» 
le 3 avril il)5^, au secrétariat de ta préfecture du dép«rtgfn(^nt de la .seine,' 
par le sieur Morard (L/on ], à Paris, rue Chariot, u 3, p<iur perfectio^nt- 
n^ntsauz uiacliloes à vapeur. < 

Si6* Le brevet d'invcntim de cinqan^» dont lé demande p été d<^l)Qft^C, U 
3o décembre i853, au secrétariat delà pn f cturc du département ffo la Mo- 
trlte, par les sieurs Pantz (Dominique} et Soret, à Mets, puur applieatio» et 
la deoiplle métallique sur les objets eu fii àa fer. 

Si 7* Le brevet d'invention de quinze aus, dont la dem^^nde a kÛ dépos^e^ 
le 1 3 avril 1 8 5i, au secrétariat de Ifi prélecture du départeawpnt 4es Ar^ 
deimea, par les sieurs l^re tit et fiisj, représentas par le sieur BtiMeop, à 
Uéiîères, pour une macliiue devant servir à la pr paration des lers^&tiaé^ à 
la fabrication des clous, boutons, été. a^-aui uiie forte tcUi et une ti^ 
■ûoce. 

Si 8* Le brevet d*inv^tjoD de quinze ans^tdont la demande a étl déposée, 
le 4 a* rU i8o4t au secréti'ri.t de la prcfeètuve du. département de la Seimi, 
pr te âieur RaJiier (Jean-Marie], élisant domicile cbez le sieur Le Blanc, A 
raris, me Sainte-AppoUne, n' s, pour des perfecti«mnemtmts appointés danb lit 
eoDstruction des vau'seaui qui permettent de les f^ire naviguer indistiudempal 
«■ mer, sur iesjBeuves, les rivières, etc.- . - 

&19* Le brevet dinvention de qiiMiie i^Sj dont U demande «jéié'déDOfét^ 
fe 11 avril a854, au iecr^iariai de k ^rifecture da dépa rt ement de fisère» 



Digitized 



by Google 



I .\^) •■.••. i 

ptrlMsieon Rellift fr^, à Vienne,, pour «ne preis^.m^BÎfpa à Joui 

'vis. 

5so* Le bretet d^inveotj^n de aamte ans, dont la demande a élé dëpoa^ 
le 5 avril i854, an secrétariat de fa prëCerture du département de la Seiu 
parles sîears Houen (Pierre-Iaidore), et Maronnier (Àlfred-Eugèoe), A.Par 
le premier, rue Saint-Nicolas d'Antin, n* 7,1e deuxième, rue Notre-l>anne<li 
Victoires, n* 8, pour un appareil d'éclairage par les huiles essentielles i 
bouille et leurs analogues. 

5s I* Le brevet d'invention de quinie ans, dont la demande a été déposé 
le 3 avril i854, au secréUriat de la préfecture du département de 
Seine, parle sieur RouKsel (Victor-Alexandre], élisant domicile chez lesiei 
Ârmengaud jeune, k Paris, rue des Filles-du-CalvairCi n* 6, pour une cafetiëi 
\ capsule mobile systhm Uoa^sel, 

S s 3* Le brevet ïinvention dont la demande a été déposée, le 3 avril i85 
au secrétariat de la préfecture du département de la »^eine, par le sîet 
Sibbald (Charles- Fraser), représenté par le sieur Perpigna, à Paris, t\ 
Sainte-Anne, n* 46, pour un système perfectionné propre à la construction d 
chaudières à vapeur et applicable, en partie, A la construction dés oondenseoi 

5s3* Le brevet d*inveution de quinze ans, dont la demande a été déposé 

. le 3 avril 1 854 , au secrétariat de la préfecture du département de U Sein 

par le sieur Starr (E.-J.), représenté par le sieur Fleischmann, k Paris, bo 

levard des Italiens, n* s 7, pour certams perfectionnements dans les armes 

feo. 

5)4* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a ^é dépos^ 
le 4 avril i854, au secrétariat de la préfecture du département de la Sel» 
parle sieur Tardivau (Jacques-Parfait), à Paris, rue Chariot, n* 1, pourni 
application de la nacre et de llvoire factices à la fabricaliim des éventails. 

525** Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposé 
ie 1 3 avril i854, au secrétariat de la préfecture du déparlement de la Côt 
d'Or, par le sieur Tardy (Joseph), rue Berbisey, n* 10, à Dijon, pour la fabi 
^'Cation d*un engrais dit cendres azotées ei carhonnies, 

53G* Le brevet d'invention de quinze ans, dont Is demande a été déposéi 
le 3 avril i854i au secrétariat de la préfecture du département de la Seîn 
par le sieur Townsend , représenté par le sieur Sautter, à Paris, rue Droao 
u* 9 • pour une machine à coudre le drap et autres matières. 

537* Le brevet d'invention de quinze ans , dont la demande a été déposé 
le 3 avril i854, au secrétariat de la préfecture du département de la Sein 
par le siaur Walrsvens (Paul-Alezandre-Ghislain), élisant domicile chez' 
liéur Sautter, à paris, rue Drouot, n* 3, pour un appareil pour emploi du go| 
dron et autres matières bitumineuses et résineuses au chauiïage. 

538* Le brevet d^invection de quinze ans, dont la demande a élé déposéi 
le 4 avril i854, au secrétariat de la prélecture du département de la Seîni 
par le sieor Ward (Henri-William), à Paris, rue Neuve-des-Capucines, n* | 
pour un porte-cigare-sécateur. 

539* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été dépoié( 
le 6 avril i854. au secrétariat de la préfecture du département de la Sein< 
par le comte d'Aldborough (BenjaniinJ, représenté par le sieur Oppeneau,' 
nris, rue des Amandiers-Popincourt, n* 34 , pour un système de navigaâ 
tiérieaae. 

53o* Le brevet d'iaventioQ de quinze ans, dont la demande a été déposa 
4e 8 avril. i9&4, an secrétariat de là préfecture du département de la Sein 



Digitized 



by Google 



B.n«3i6. (168) 

pir le sieur Berthemaît (Pierre), à Paris, roe Basfroid, n* 47, pour ime Wu'^ 
diine-balaooe. 

53 1* Le brevet d^invention de quinze ans, dontla demnnde a ëlë dëf>osée, 
I«6aYrii i85i, au secrétariat de la préfecture du département de ia Seine, 
par l** sieur Blatier ( Heurl)« à Paris» rue du Fanbnurg-M mlniartre, n** 9, pour 
10 thermomètre métallique à cadran et secondes. 

S32* Le brevet d'inven ion de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
ic S avril i8à4, au secrétariat de la préfecture du département de la Seine,' 
pir le sieur Bon (Benoit), à Paris, rue de TOrillou, n* 6, pour roues to'ur- 
Bintes pn>pres à rcnjplacer les roues et les voiles. 

533* Le bre\rt d'inveiilinn de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
k 6 avril id54. au secréiari.it de la préfecture du dé|iHrtement delà Seine, 
pir le sieur Bordeaux (Gustave-Désiré), à Paris, nie Saint-Sauveur, n* 10,' 
poor one moulure de bétons de rideaux pour iénétres et lits. 

534* Le bre\et d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
k 8 avril i854« au secrétariat de la préfecture du départ«miMit de la Seine, 
pir les sieurs Boucljcr (Alexandre-D<!sirn), et MuHer (Adrien), représentés 
par le sieur Mathieu, à Paris, rue Saint-Sébastien, n** 45, pour un procédé de ' 
6bricatiun de vases culinaires, en foule de fer polie, ornementés, étamés on 
B3n. 

535* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le ib avril i854, au secrétariat de la prélecture du département de la 
Bzttle-Garopoe, par le sieur Burnouf (Louis Emile], quai de tirienne, n* 18, 
i Toulouse y pour un cosmographe propre à démontrer les mouvements 
céle^te^. > 

536* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le^STril i85i, au secrétariat Je la préfecture du département de la Seine, 
parle Meur Chapelle (Antoine Casimir), à Paris, rue du Gbemiu-Vert, n* 5, 
pour ronservation de drnrées alimentaires. 

53;* Le brevet d*inveution de quinze ans, dont la demande a été déposée, . 
k S avril i854, au secrétariat de la préfecture du départem«'nt de' la 
5dne,par le sieur Chevallier (Louis-Eugène), à Paris, rue Housselet-Saint* 
Germain , n* 3 1 , pour un procédé de sciage de pierres , métaux , bois et autres 
niKtances. 

538* Le brevet d* invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 5 ivril i8.'i4,au secrétariat de la prélecture du dé{iartement de la Seine, 
par le sieur Cloître (Joseph), à Paris, rue Sedaioe» 3 2< pour un système de 
CTjîsëes rn fer. 

S39* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été «léposée, 
k 19 avril i854t au ^ecrétariat de la préfecture du département de la 
Uajenne, par le sieur Courrier (Adolphe-Jules-César), à la Ba onnière, pour un 
Wf^tkme d*amélîoraiion des machiiu-s à vapeur à simple effet, et des machines > 
à fa|)eur servante Tépuiscment des eaux. \ 

Sic* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
h 5 avril i85&, au sern^tariat de la préfecture du département de ia Seine, 
parle s<eur Dorr, rei^résenlé par iesieurPerpigna,à Paris, rue Sainte-Anne; ' 
iT 46, pour des perfectionnements apportés, taptà la confection des billets ' 
éc banqne et autres billets ou valeurs analogues qu^aux moyens à employer 
pour en prévenir Tattération ou la fi^l.Hification. 

54 1* Le brevet d'invention de quiuze ans, dont la demande a été déposée, 
k 21 a^ril i854, au secréuriaide la prélecture du département de la Loire, 

XI* Série. 12 



Digitized 



by Google 



M xM ) 

par !• venr Dumas (Banott), mé Saint-Jean, n* »S, I BotnM, (MWf Qi 
système de chinagede colons inulticoiores. 

hki* Le brevet d*iovenlion de quinze ans, dont la demande a été déposéti 
le 6 avril iS5&, au secrétariat de la préfecture du département de It 
Seiaa, par le sieur Dupré ( Mari^-Alphonse-Hildevert), k Paria, me Saiot- 
Merry, n* 33, pour brosses À dents et ongles montées sur métaui. 

543* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 6 avril i8&i,ao secrétariat de la préfecture du département do la ?eine, par 
le tieur Dupuis (Louis- Auguste), rue Sainte*QenevièYe , n" 4, à BelleTilia, 
pour un système de fermeture applicable aux lorgnettes de spectaeie» et 
attirée objets d optique. 

64é* Le brevet d*mventioo de quinxe ans, dont la demande a été déposée, 
le i5 avril t854 i au secrétariat de la préfecture du département du Ver, 
par le sieur Gardier^Sa? atier , élisant domicile rue de rAncienne-Préfrcture, 
nMel de France, q* a , à Draguignan, pour ie5/>éc^rtef oc^antenn» lai-atanass 
Gemicf. 

béS* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demandée été dépoa^ 
leë evrîl i/^5i, au secrétariat de la préfecture du département le la Seine, 
parle aieurKienlé (Oeorgn-Ernest), k Paris, rue Sainte-Groix-dc4a-Breton- 
nerie, n* 39, pour procédés de garniture sur cristal. 

&i6* Le brevet d'invention dont la demande a été déposée, le 5 avril i854, 
an seerétariat de la préfecture du département de la Seine, par le sieur 
Liater (Samnel-Guntiffe) , représenté par le sieur Pcrpi|;na, à Pans, rue Sainte- 
Aime, n* 46, pour des perfectionnement apportés au peignagc do la lainci au 
coton et J'autiCd matières filamenteuses. 

547* Le brevet dNnvention de quinte ans, dont la demande a été déposée, 
le 7 evnl i8&4i an secrétariat de la préfecture du dépariement de la Seine, 
per lea sieurs Menet (Jean-Baptiste) et Dabs (Antoine-François-Jalten), éli- 
sant domicile cbez la dame veuve Faîteau, à Paris, rue de Sèvres, n*87, 
pour appareil de aauveCage pour incendie. 

548* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 6 avril 1 864, au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, 
par le sieur Mo»geot (Louis-Urbain), à Paris, rue des Filles-du-Calvaire, 
n* 7 , pour des perfectionnement^ apportés dans Tapplication de la dorure 
maie sur métaui* 

S49* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 8 avril t854 , au aeerélariat de la préfecture du département de la Seine, 
par le sieur Munier ( François- Philippe), élisant domicile, chez le sieur Louis 
Armeogaud jeune, à Paris, rue des Filles-du-Calvairc, n* .6 , pour une pompe 
baolançoire. 

SSo* X4e bravel d'ioventien de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 7 avril i854 , au aecréteriat de la préfecture du département de la Seine, 
par le sieur Pailleuz (Stanislas-Théodore), à Paris, rue Bailly, n* 4, pour on 
stéréoscope multiple. 

65 1* Le brevtt dlnvention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 19 avril i86i, au aecréteriat de la préfecture du département du Doobs» 
par lea sieurs Pareau et compagnie, à Montbéliard, pour une machine pon- 
vaôt servir à différeuts emboutissages et notamment à Tcmboutissage de vb 4 
bois. 

66a* Le bravet d'inveatîon dont la demande a été déposée, le S avril i854, 
«9 aecrétariat de le préftctare du département de la Seine , par le sieur Parsona 



Digitized 



by Google 



B.ii*3i6. ( i5S ) 

(Moses), fepré»<»iilé par le sîenr Perpigna, 1 Vi^m, nt Sainté-Anne, n* ^Ô, 
poar pTrAfCtiounemeDU apporlés à la coastruclion de diverses partiel de ché- 
nios flè fer. 

553* Le brevet d*înventîon de quinze ans, dont la demande a ^t^ d^poséei» 
ie 18 avril i854, au secrétariat de la préfecture du dëpartement du Loiret^ 
par le sieur Habourdin (^imon-Marie), rue Royale, n^ 67 , à Orlëans, pour la 
fabricatioo de faicool avec des matières iigi.etises. 

554* Le brevet d'invention dont la dcuiande a été déposée, la 5 avril 
iS5|, an secrétariat de la préfecture du d^partrmrnt de la Seine, parle siens 
Snmmi^rfîeld (Thomas), représenté par le sieur Reynaud, à Paris, rue da 
Hanovre, n" it pourdes perfection nenients dans la construction et la Ubrîcà- 
tkn dps bAtt's de fenêtres , châssis , etc. 

555* Le brevet d*învention de quinze ans, dont fa demande a été déposée» 
le7avnl i85d, au secrétariat de la préfecture du dépaitrment de la Seiiiei 
par te sieur Sinis^^ (Chartes- Auguste), à Paris, rue des Trois- Pavillons, n* 6, 
pour d«'S perfectionnements dans la fahricaliof* dft5 types, caiactères, viguettaa^ 
gruemems, etc. p<iur la typ i^raphic et la reliure. 

556* l^e brevet d'Invention de (|uioze ans, dont U demande a été dépnsé«« 
If] atril i85d, au St*rrétariat de la piéfecture du département d« la Sein€t 
par le sîeur Tag;;art (John) , représenté par li's sieurs TruQuut et Sautter, à 
Paris, rue Oroaot, n* 2 , pour uue machiue perfectionnée destiuée à creuser 
la terre. 

557* Le brevet (rînventîon de quinze ans, dont la demande a été dépotée, 
le 7 aNril i854, au Sfcréiariai de ta préfecture du département de la ^eine, 
par le sieur TbihauUct [Nicolas-Louis), à Paris, rue Saint-Jacques, n* aS» 
po«ir an 5ysi^me de tamporis. 

SàS' Le brevet d^invention de quinze ans, dont la demande a été dé|>o«ét, 
le i5 a\rîl iS.î'i., au secrétariat de la préfecture du déparlement de la Côte- 
dX)r, par les sieurs Vautbier et Gîbour, rue du Chape..u-RoufC, n* 11 , à 
Dgon. pour une ma-^hine aspir«'nte et fouUnte à do*ible rCTet. 

559* Le brevet d'invention de quinze ans » dont la demande a été déposée, 
le i5 avril i854, au secréiarial de la préfecture du département de Maiue- 
et-Loiri*, par le sieur Velter (François), à Angrrs, pour une machine à baUre 
le blé et broyer le chant re avec galets et sans engrenages. 

56o* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 97 Février i854i au secrétariat de la préfecture du. département d^lndre- 
ci-Loîn:, par les .sieurs Viel (JuNs) et Watboi (Victor), à Tourt, pour une 
Bttcbine A LÎr comprimé dite machine de Watbot et VieL 

56 1* Lf, brevet dinvcntion de quinze ans, dont la demande a été dépoaée, 
k 8 avril i854 , au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, 
par le sîeur WicLei-sbam (William), représenté par le sieur Merle, à Paria, 
r»e Vivieone, n* 18, pour de» peifectionnements apportés dans les macbines 
9« ap|»areîls à couvre ou à piquer. 

56 2* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposéa, 
k la avril i854, au secrétariat de la préferture du dé|iarien>ent delaSeine» 
nr Ir sienr Adams ( Henry- Wri<;bt), représenté parle sieur Gardissal, à 
Paris, botilexard ^^aint-Martin , u" 39, pour perfectionnements aux an)aes.à 
kfk qui se ciiargent par la culasse. 

5g3* Le brevet d invention de. quinze ans, dont la devURide a M dépiM^tv 
le iS avril i854 , au secrétariat de la préfecture du déparltniant dq Kbô^e, 
par ie sieur André (Louis), place des Célestins, n* ii, à Lyon, pour un sys- 

\2o 



Digitized 



by Google 



( 156 > 

ttee^ d*eiiiliallag6 tant garnltar» propre an transport de ?a«et fragâat , plaia» 
on fidas, bouteilles, cruches, etc. 

564.* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a étë déposa, 
le I s a%rîl i85 1, an secrétariat de la préfecture du département de la Seine, 
par les sieuri Bacon ( Louis-Silver) et Le«rat (Claudel .lément), à Paris, 
Aotitevard Beaumarchais, u* 76, pour un système de porte-parapluie et porte- 
pincettes. 

SfiS** Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le i3 février 18 54* au secrétariat de la préfecture du dépariemeot de la 
CMe-d'Or, par le sieur Bergeret (Nicolas), à Sombemon* pour un systèoM de 
tuiles. 

566* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 91 avril 1 854, au secrétariat de la préfecture du département du Rbôoe, 
par les sieurs Bertbet (Louis) et Bussod (Frsnçois), rue MaJame, a* so, A 
Lyon , pour un procède île teinture dit noir de Lyon,» 

567* Le brevet d*iiivention dont la demande a été déposée, le 10 avril 
l854, au sécréta riiit de la préfecture du département de U Seine, par le 
sieur Beijemann (Henry-John), représenté p«r le sieur Saulter, à Paris, rae 
Droùoi , n* a , pour un a|ipareil destiné A liier les capsules sur les bouteilles 
et autres vases. 

568* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, ! 
le 1 2 avril 1 85 4 , an secrétariat de la préfecture du département de la Seine, 
par le sieur de Bougars (Louis-Auguste), à Paris, rue Cadet, n* i8t pour des ^ 
plumes mé'alliques inoxydables . 

569* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, , 
le s6 avril i854, au secrétariat de la préfecture du département de la(.6ta- . 
d'Or, par lesteurCszet (Jean-Baptiste), A Aisey-.^ur-Seine, p'^ur un procédé ' 
dans la fabrication drs tuiles plates et polies en Je^sus et en dessous. 

570* Lo brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le is avril •854« au secrétariat de la préfecture du déparlement de la Seine, 
pr le sieur Chilcott( John), représenté par le ^ieur Gardissal, A Paris, bon- 
levard Saint-Martio , n** 99, pour un gen^e d'étoffe servant A la confactiou des 
Muielles de chaussures, des courroies et A d autres usages. 

57 1* L«e brevet d'invention de quinze auj», dont la demande a été déposée, 
le 10 avril i854 • au secrétariat de la préfecture du dé|>artement de la Seine, 
par le sieur Dangles (Joseph-Marie), A Parts, rue Saint-Denis, n* 377, pour 
une manière de fabriquer les coulants et les noix des piii-apluies. 

57s* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le so avril i854 « au secréuriat de la préfecture du dép «rtemeni de la Marne, 
parle sieur Desaint (Louis-Constant)* rue de Bruguy, n* 16, A Fpemay, pour 
une machine « fabriquer les briques, les carreaux, les moellons et les tuiles, 
pour ctmverture de bâtiments. 

573* Le brevet d*iuvention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 1 1 avril i854 * au secrétariat de la prélecture du département de laSetne, 
par les sieurs Firmin Didoi frères et c«)m|iagnie, A Paris, rue Jacob, n* 56, 
pour un procédé de gravure d.t chyso-glyptte, 

574* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le SI svril i8j4 , au secrétariat de la préfecture du département de la 
Moselle, par le Menr Frémion (Hombert), A Montigny, pour machines A 
vapeur A oolooaes d^eta. 

575* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 



Digitized 



by Google 



B. n* 3i6. { 167 ) 

*k ii avril i854 , aa secréfariat de la préfecture du département do Rhône, 
par le aieur Joly (He«*tor), rue de la Comédie, n* aS , à L/on, pour ua i>al- 
laaC réducteur pour les méfiera k ti9>er. 

S76* Le brevet d*invention de qatnze ans, dont la demande a été déposée « 
le 11 avril i854 , au serréiariat de la préfecture du département do la Seine* 
parle aieur Joi ifaaud (Pierre-Cbéri) , élisant domicile cbes le comte du Beu- 
eberoo, à Paris, rue Caumartin, n* i5 , pour canons de guerre à plusieurs 



677* Le brevet d*invention de quinte ans, dont la demande a été déposée» 
le 1 1 a%r 1 i854, au secrétariat de la prér«cture du département de la Seine, 
ptr la demniscl e Laborde (Oésirée-Lucille), à Paris, rue du Faubourg-dn- 
Temple « n* 54 , pour piano à constant accord. 

678* Le brevet d*invcntioii de quinse ans, dont la demandée été déposée, 
le a5 avril i854« an secrétariat de la préfecture du département de 1» Loire- 
InfiMeore, |iar l<3 sieur de Laleu (Jaoques-Gosiave-Oliivîer), élisant domicile 
me Toamefort, n* 1, à Nantes, pour des bancs calcaires non encore utilisés, 
doQoaiit des ponsiolancs, riments et cbanx hydrauliques, aux déférés d*énergie 
loulns. employés, soit seuls , soit mélangés aux bancs déjà utilisés. 

579* Le brevet d'invention de quinse ans, dont la demanrie a été déposée, 
le 31 avril i854, au secrétariat de la préfecture du département du Bas- 
Rhin, par les sieurs Landverle ((•harics) et compagnie, à la Montagne- 
Terte, près Strasbourg, pour un genre de boutons dits hoatons à incnis'alion 

58o* Le brevet d*invention de quinze ans, dont la demande e été déposée, 
le 19 avril i854, au secrétariat de la prc^fecture du département de la Seine, 
par le aieur Lanos (Gabriel-Henri), à Paris, rUe des Lombards, n* 18, pour 
dcsomverdesâ bocaux. 

58 1* Le brevet d*inventioo de qninze sns, dont la demande a été déposée, 
9a s4 avril i85i|, au secrétariat de la préfecture du département d*llle-et- 
VHiioe, par le aieur Lenoir (Raymond), à Fougères, pour un système de 
fvtftion pour f s véhicules. 

58«* Le brevet d'invention de quinse ana, dont la demande a été déposée, 
le 1 1 avril 1 854 « au Nccrétariat de la préfecture du déii rtement de la >etne, 
parle sieur Mante^uès (Henri) , élisant domicile chez le sieur César, à Paris, 
nie de Cléry, n* 18, pour une chaussure mixte. 

583* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le i4 avril I8.S4* an secrétariat de la préfecture du dé|Hirteoient du Rhône, 
parle sieur Mollière (Jean-Pierre), rue de la Charité, n* ia, à Lyon, pour 
une machine propre à pî<|uer et coudre toute espèce de cuirs et d'étofles 
employës & la confection de la chaus!«ure. 

5S4* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 90 avril i854 « an secrétariat de la préfecture du département d<> la Seine- 
bimîenre, par le aieur Nagles (Albert), éliaant domicile chez le sieur 
Règles, route du Havre, i Derille-lèa- Rouen , pour des machines et acces- 
leires pour laver, blanchir, dégommer, teindre en garance toute espèce de 
ti»« ae aote, de laine, de lin ou de coton. 

585* Le kîrevet d'invention de quinze ana, dont la demande a été déposée , 
le 18 avril i854 , au aecrétariat de la préfecture du département du Rhône, 
par lea neors Neuss, Teste et compagnie, à TAiguillerie de Vaiait (cinquième 
anoodissement de Lyon) , pour une nuchine & polir et brunir les broches » 
aifBÎUee et autrea fils de métal. 



Digitized 



by Google 



( i68 ) 

. SfRV Le brevet d^iovention de quinze «ds, dont U demande a M dépoiéei 
\(i 1 1 avril i85i , au secrétariat di* la préfecture flu département de la Sme, 
par le sieur Panch (Jean- Frédéric- Paul), élisant dofiûcile chaussée des Mat- 
tyrs. n"' i5. à Montmartre, pour perfectionnements apportés aux pianost 

587* Le brevet d io^eniion de quinze ans, dont la dc^mande a éié déposée, 
le 35 avril t854t an secrétanat de la préfecture du département deSeine*ek> 
0Î3e, parle sieur Percenm (Victor-Sébasiien), à Montrort-rAmaury, pour ic 
perfectionnement de la faux à crochet. 

338* Le brevet d'invention de quinze ans , dont la demande a été déposée, 
le 19 avril i85i» au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, 
par les sieurs I\anc (lean* François ) et Mathieu (Jean-Antoine), à Paris, le 
premier rue de la Vieil le-Estrajiade, n** a3t le deuxième rue de Lacépèd^, 
n* 38, pour un genre de cirage. 

5^9*^ Ue brevet d^invcntion do quinze ans, dont la demande a été déposéa, 
le 10 avril i85i, au secrétariat de la préfecture du départenient de la oeine, 
par le aicur Ravinct (Pierre) , à Paris , rue de Tracy, n** 9, pour de* perfec- 
tiorioemf'nts apportés aux press* s à imprimer la lithographie, les élolTes, etc. 

590** Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 1 1 avril i85 i , au secrélariNt d«* la préfecture du déparlement de la Seioe, 
par le sieur Routier-Desscrtilles (Fran^ois-Alexandrc-Léon), à Paris, rue du 
Iloule, n*" 8, pour des perfectionnements apportés dans le mécanisme etia 
disposition des calendritTs. 

691^ l.e brevet d*invcntion de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 1 1 avril i854t au secrétariat de la préfecture du département de la SeÎDe, 
par le sieur Siemens (Charirs-Wiliiam), élisant domicile chez le airur Bour- 
don, à Paris, rue du Fauhourg-du-Temple, pour des perfection nemeots ap- 
port'^s aux régulateurs des machines à vapeur. 

â^a* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 10 avril i85i, au secrétariat de la prélecture du département de la Seine, 
par le sieur Sisco ( .\ntoine- Dominique ) , renréscuté par son frère « À Paris, rue 
du Faubourg-Saint Manin, n** lo^, pour d verseï méthodes de faiiriquer des 
bandagca de roues et autres objets kpplicahles aux chemins de fer, ainsi que 
diverses combinaisons propres à en arr ter promptement les convois. 

$93* Le brevet d*invention de quinze aws, dont la demande a été déposée, 
le a5 a«ril i854, au secrétariat de la préfecture du département du Cher, 
par le ticomte de Travanet (Charles), à la Chapeik-Sainl-Urain, pour un mé- 
canisme manège rectiligne ou vvaggin monte«cliaf ge. ^ 

594** Le brevet d'invention dt quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 91 avril iSr)4, au secrétariat de la prélecture du département du Rhône, 
par le sieur Trillat (Joseph), place Louis-Napoléon, n° 3, à Lyon, pour une 
maaiiine propro à la fabrication dca lilots tres>és et à jour pour servir au déli- 
iement des vers à soie et remplaçant le Glut de pêche et de chasae. 

595* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
ie I a avril i8S4i au secrétariat de la préfecture du déparleniencde la Seine, 
par le aieqr Armengaud ( Jacquea-Eugéue ) , à Paris, rue Sain t- Sébastien , 
n* 45, pour un système locomoteur portant en lui même son point d*appai. 

596* Le brevet d'invention de quinze an<», dont la demande a été déposée, 
lu aSî avril i&54« au secrétariat de la préfecture du département de THé- 
yault « par le sieur ArnaJ ( Pierre-Adrien) , à Serignan » pour une niacbine diie 
««yioieffar ilrna/>a(iplicablc à la navigation. 

597*" Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été dépoeiei 



Digitized 



by Google 



kféawil iM4. m ae^lftriftt àe la préfactor* da dé|Mrlè«Miii au Ifei- 
ttÎB.pu' le sirur Boyer (J^aii-Prançoit-Cbaries), me di>t Tannaan , n* 7, à 
Sbdwaff « pMr oa système de cliaufTage aérifère ou appareil eaiorifère* 

598* Le brtvel d'iufeDtion de quioxe aD$, dont la demande a éié déposée, 
kt^tfrU itôi, au secrélâriat de la préfecture du départemeol du Gard, 
pris Mars Broc (Jean-Louis) et Perrot ( A nloi ne* Adolphe )« à Nîmes, pour 
iî^fiJGrtioa de goudron ans cartons, aux papiers et aoi cordes employés dans 
ieuécama» dM naétiers à U Jacquart et dans tons les métiers à tisser «d 
fWfil. 

599* Le Itrevei drinvtatioB de quinte ans, dont la demande a été dépesée, 
kiSarril i854, an secrétariat de la préreclure du département de la Seioe, 
fvk neuf Bullol atné (Anfoi ne* Juste) , A Paris , rue Beaubourg, n* s6 , pour 
■ifHèsie de Imrettes de sAreté inversables lorsqu'elles ne servent pas. 

6do' Le bretet d'invention de quinse ans, dont la demande a été déposée, 
ii>*ltti i854, an secrétariat de la préfecture du département du Nord, 
prfeùear Canonae (Cluries), à Ansin, pour la fabrication dca lames de 
<F 

In'Le breret d'invention de qninie ans, dont la demandée été déposée, 

liMBin 1 854» au secrétariat de la préfecture du Héparteuienl des basses- 

tfkh, par les sieurs Cantet frères, élisant domicile à OsAerain-Rivareyte, 
fttat machine dite fydrosainmom^tre (mesure du sable et de Tean) pour 
ttrdd marbre. 

Soi' Le brevet dlnvendon de quinte ans, dont la demande a été déposée, 
kiStrril i854. iu secréiarist de la préfecture du dé|)artemenf de Vau- 
ésk, par le sieur Csrol (Louis), rue oaunerie ,.n* 4o, A Avignon, pour un 
fntédé «clapté à la romaine. 

t io3^ La brevet dUnvention dont la demande a été déposée, le i3 avril 
tKi, sa secrétariat de la préfecture du département de la Saine, par le 
àv Coït (Samuel), représenté par le sieur Perpigna, k Paris, rue Sainte- 
^* d' 46, pour des mécanismes perfectionnés propres à forer les métaux. 

M Le brevet d'invention de quiiixe ans, dont la demande a été déposée, 
^^îénkr i854« au secrélâriat de la préfecture du département du Var, 
prb lieors Corneille (Emmanuel), à Trans, et Saurin (fialtbasard), pour 
Vi^ttème de Cabrication k la vapf ur d*buile d'olives et de ourc d olives. 

(Ù4' Le brevet dlnvention de quinte anst dont la demande a été déposée, 
|tst avril i8S4« au secrétariat de la préfecture du département des Boncbes- 
J^&l^Qs, par le sieur Daniel (Uonoré*Antoine), quai du Port, n* is» à 
wilJf , peur un sillomèti e nautique à révolution constante t prqpre à laé- 
^Kret à iikdiquer sans cesse la vitesse des navires. 

M* Le brevet d'invention de quinte ans, dont la demande a été déposée, 

^lisvrii i85a , an secrétariat de la préfecture dn département da la ^eiaé, 

l^lciBienra Delaeoiir (Jun-Pélix) et Janvier (Matburin^Féiis), à Paiis, 

'^àtU Raquette* a* lée, pour des perfeetidnncvients apportée dans la 

i pi^iitioa dea léf ornes et autres substances, afin de les conserver* 

i^* La brevet d'invention dont fa demande a été déposée, le s5 avril 

\tti« snaecrétariat de la préfeetnre du dépertemeet des Ardeaaes, par le 

*vd*Ofaie (2^. E«), feprésenlé par le sieur Boojean, k Sedan , pour des 

'RMreila étireurs s'apptiqusnt aux machines à filer la laine, le Coton, été. 

I M Le brevet d'invention de dix ans, dont la demande a été déposée, le 

j ^mï t8ê4, M sécréiamc de lé prélecture du dépnrteaMnt dee Vosgea, 



Digitized 



by Google 



(a6o ) 

par les sieurs Grosjeân (Lonis) et François (Jean-Nicolas), à la Dresse, pour 
. un perfcctioniieinenl dans ie^ métiers k tisser. 

609* Le brevi t (I*iii\cntion de quinze ans, dont la demande a éid déposée, 
,1e i3 avril i85^, au >ecrétaHal de la prérecinre du déparlement d*- la 5eioe, 
par le sieur Gudiois (Louis-Joseph-iilamsias), rue de Viliers, n* (>6, à Neuilly, 
pour Tappliralion nouvelle de moyens connus sur la peau de chèvre. 

610* Le brevet d'iD\ention de quinze ans« dont la demande a été déposée, 
le 12 avril i85i, au secrétariai de la prf'fecture du département de la Seine, 
par le sieur lleii (NicoLi»), à Paris, rue du Canal Sain^Martin, n* i5,poar 
un appareil à décolorer et à elTilocher les cbiQbns de soie. 

611* Le brevet d'in\ention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le i3 avril i854t au set réiariat de ^a préfecture du dépai*lement de la Seine, 
par le bieiir Jouvin (Thomas), éli*>ani domicile cbez le sieur Thierrée, à 
Paris, rue du (irand-Hurleur, n** 27, pour des outils d^bnrlogerie. 

612* Le bp'vet d^invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 1 3 avril i854 , au secrétariai de la prélecture du déjiartement de la Seine, 
parle sieur Langlois (Louis-Napoléon), à Paris, boulevard de Strasbourg, 
n* 53, pour tabac mis en pâte pour la conîcciion des cigares et des ciga- 
rettes. 

61 3* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le I 2 avril i85K su secrétariat de la pnTcclure du dcpaitement de Li Seine, 
P»r te sieur Roy (Hippolyte), représenté par le sieur Le Blanc, k Paris, rue 
oaintp-Appoline, u" 3, pour un syst^mc de pendule électro-magnétique. 

6i4* Le brevet d^in\cnti>>n de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 35 avril ift54, au secrétariat de la préfecture du département de.« Bouches- 
du-Rhône, par le sit'ur Moureu (Pierre), rue Laurctte, n** 4o, à Marseille, 
pour un moteur sans frais. 

61 5° Le brevet d'invention dont la demande a éîé déposée, le 6 avril i854t 
au secrétarat de la préfecture du département de la Seine, par le siear 
Musbet (David), représenté par le sieur Oppeneau, à Paris, rue des Aman- 
diers- Popin court, n® 2/1, pour des perfectionnements aux foyers, grilles et 
tôles des chaudières à vapeur et autres. 

616'' Le brevet d'invention de dix ans dent la demandée été déposée, le 
36 avril 1 Sbà , au secrétariat de la préfecture du département de la Gironde, 
par le sieur Pion fds (Jean) , commune de Gironde, pour un genre de b^isi' 

617" Le lirevet d'invention de quinze ans, dont Id demande a été déposée, 
!e 13 avril 1 85^, au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, 
par le sieur Renard (Joseph), à Paris, rue Fe\d(au, n* 4, pour fabrication 
du prussiaie de potasse et du bleu de Prusse par le traitement du noir animal 
pur ou épuisé p;ir les fabriques et les raifîneries de su* re et autres. 

618** Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 7 avril i854« au secrétariai de la préfecture du département de la Seioe, 
par la dame Saii.t- Etienne, née Péterseii (D miel), représentée par son mari, 
chaussée Méniimontant, n* 62, à Belleville, pour pâles alimentaires. 

619** Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 38 avril iM5i, au secrétariat de la préfecture du département de Is 
Loire, par le sieur Serre (Mathieu), rue de Foy,à Saint*£tienne, pour un 
passe-aiguilles pour la fabrication des velours épingles et peluches, sur les 
métiers à plusieurs pièces. 

^ . 630* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée. 
Ic.,i3 avril i854} au secrétariat de la préfecture du département de la 



Digitized 



by Google 



B.a*3i6. ( 161 ) 

ScÎM, fÊT lestîran Tearière frères (Amable-Charles et Jean) , à Pkrif , ru» 
JnCra* illien, ii'*7, pour *\e% perfcctiooDeuienU dauf la fabricatioD des U- 
Mim IbodiKs avec divers méiaax. 

691* U brevet d*io«entioD de qiiinxe ans, dont la demande a lié déposée, 
fetS avril iS5e.au secr^lanat de la prérecture du département de la Meuse, 

ClesirarThivet (Pierre), à Bar-le-Duc, pour no système de pri'sse à oupie^ 
ieilns. 

612* Le brevet d'inveotîoo de quinze ans, dont la demande n été déposa, 
iesyarrii i85&, au serrétariat de la prérecture du département du Puy- 
^tMne, par le sieur Trigon (Miche*) . à ( lermnnl-Fei rend , pour un sin «p vé- 
fUrfitde Tri^ pour U guëriwn de la maladie de la vigne. 

(s3* Le hrevet d*în\ention de iminze ans, dont la demande a éié dé|iosée, 
l«S7iTrii i854, au sern'tariat de la préfecture du département du Nord, 
pleMorTristaitt (Auguste), rue du Coq rt-dn- Bruit, D*so,à Lille, pour 
MMdiioe è battre, cheviller et éiriquer le fil retors. 

h\* Le brevet d'invention de quinie ans, dont la demande a été déposée, 
liiSiirii i854, an secrétariat de la préfecture dn di'partement de la Haute- 
W, par le siear Valadon (François^, à Limoges, pour une machine 

^jUque qui a pour but d^élever 1 eau , et qui devra s*alimeoter dle^ 

a^ 

te* Le brevet d'invention de quinie ans , dont la demande a été déposée, 
^i^tinï i854 . au secrétariat de la préfeoture du départdbient des B«jucbef- 
^-J^hftoe, par le sieur Varangod (François), cbei le Meur Barthélémy, boole- 
MildcRome, n* 5o, à Marseille, pour un lit articulé pivpre aux gens de 
P^ 

W Le brevet d'tmenlion de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
^37 avril iS54, au secrétariat de la préfecture du département de THé- 
^.par le sieur ViJa) ( Étieni»e), à Monlpellier, pour un fourcat on charrue 
^pcraine traînée par une seule béte. 

(17* Le brevet d'invemion de qninse ans, dont la demande a été déposée, 
^1} avril i854 , au secrétariat de la préfecture du départ^'ment de la Seine, 
ftrleiieorViréy (Pierre) , rue de Paris, n* Sa, à Clichy-la-Garenne, pour un 
^^de lavoir pour les minerais. 

M Le brevet d*iiiTeotion , dont la demande a été dép^e, le 18 avril 
^4.80 secrétariat de la préfecture dn département de la Seine, par les 
â^RsIoiforth (John, Thomas et William), représentés par le sieur Merle, 
^^, me Vivieone, n* 18, pour des perfectionnements apportés au» chau- 
vi vapeur et dans la manière de Icb fixer. 

^SST Le brevet d*in%enti<>n de quinze ans, dont la demande a été dépoaée, 
* 18 avril i854, au secrétariat de la préfertore du département de la Seine, 
Pviaiiear Beaud (Jacqoes-Henry) , à Paris, rue de Saïutonge, n** 4, pour des 
fi^ioQDements apportés dans le dresssge et le plauage des métaux. 

CjaP 1^ brevet d invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
*i) avril 1 854, an secrétariat de la préfecture du département de la Seine, 
[[[^lieorsBiavier (Aimé-Étienne) et Larpent (Claade^eorges),bottlevafd 
**<pamaaae, n* 44, à Paris, pour un système de locomotive. 

^1* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
^iSavril i854, an seerétariat de la préfecture du département de la Seine, 
r*rh demoistlie Bloisbluche (Caiixte), è Pcris, rue des Prouvaires, n*8, 
P^Tappliration de la gutia-perrha aux socques. 

^3)' Le brevet d'invention dont U demande e été dépotée, la 18 avril 



Digitized 



by Google 



( ï6a ) 

i854« an secrétariat, de U préfecture du dépirtemeiktde la Seine, par le i 
Broomaon (Ricbard-ArchibaM), représenlé par le aiear Oppeoeaa, h Parii, 
rue (les Âinandiers-Popincourt, n** 34 . pour de« perfeciioaoemeots daas la 
&bricattou du savon et autres composés savoaoeuz. 

633"* Le brevet d*invention de quinze ans« dout la demande a été dépesée, 
le a mai i854 , au secrétariat de la prérpcture du département de la Somme» 
par le sieur Bultei (Ferdinaml) , à Fouencamps, pour une machine roulante 
destinée au moulage des tourbes et à leur étente pour le séchage. 

634* Le brevet d'invention de q uinse ans, dont la demande a été d^peséé» 
le i*' mai i854, au secrétariat de la préfecture du département des Laadei, 

rir le sieur Cavalerie (Marcel lin), à Saint'Médard, pour ua moteur apfdiceUe 
toutes lea machines. 

635* Le brevet d'invention dequinse ans, dent la demande a été dépeiée, 
le a mai 1 85 4, au secrétariat de la préfecture du départemeni de T Allier, 
par le sieur Clergel (Narcisse), à Montiuçon, pour un système dappliealioii en 
chemin de fer aérien, du câble en ûl de fer mobilisé, 

636* Le brevet d'invention, dont la demande a été. déposée, le i8 avnl 



1 854, au aecrétariat de la préfecture du départemeni de la Seine, par le steer 
fienton (Joseph), représenté par le sieur Merle, À Paris, rue Vivieafte,n*il, 
pour des perfcctionnemenis apportés aux métiers à tisser. 

637* Le brevet d'invention de quinxeans, dont la demandée été déposée, 
le 37 avril i854« au secrétariat de la préfecture du département du Gtrd, 
par les aienrs Drivon et Nourrit, à &iint-Oilles, peur la construction d'nae 
charrue. 

638* Le brevet d'invention de quinse ans, dont la demande a été dépesée, 
le lé avril i854 , au secrétariat de la préfecture du dé|Mrtement de la 8eine, 
parles sieurs Eanouf (Edouard), Mauger junior (Charles) et Lewis {Georg^ 
Washington' , représentés |>ar le sieur Dupont, à Paris, rue Castellane, n* é, 
pour une tenie isométri(|iie. 

639* Le brevet d'invention de quinse ans, dont la demande a été déposée, 
le i5 avril i85i, au secrétariat de la préfecture du département de k 
Seine, par le «leur Foubert ( Louis- Auguste) , ches le sieur Julien, à Paris, me 
de Bondy, n* 3o, pour finsubmersibilité et la marche des navires par reflet 
de Tair oon^primé* 

64o* Le brevet d*invention de quinse nns, dont la demande a été dépotée, 
le i5 avril i8&4, au secrélariat de la préfecture du département de la 
Seine, par le sieur G.iudin (Jacques-Cbarles-Emmannel), A Paris, rue de la 
Perle, n*9, au Mirais, pour un aystème de stéréoscope. 

64 1* Le brevet d*in>ention de quinse ans, dont la demande a été dépenée, 
le i5 avril iS54« au secréteriat de la prérecture du département de la 
Seine, par le sieur Gérard (Pierre-Julea-Rartbélemy) , à Parit, me de Trénse, 
n* 6, pour un appareil de sécnrité pour travaus pubûos, mines, earrièrea,eie- 

64s* Le hrevei ^invention de quinse ans, dont la demande a été dépesée, 
le i8 avril i85é, au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, 
nar les sieurs Laçasse (Jacques H<p{K>l]fte) et Millecban (Marie*Adoi^e),à 
Paris, rue du CbAteatt«d*£att, n"* 64 , pour un sjltème de four Aearbonisetf U 
teurbe, etc. 

645* Le brevet d*invention d6 cinq ans, dont la demande a été déposée, 
le i5 avril i8àé , au secrétariat de la préfecture du dépsrtement de la Seine, 
par le sieur Lefaucheur (Ëugéne-Gabriel), à Paris, rue Vivienne, n* 3f, poor 
dna^feetienneiants apfiortéa dans les acmes A feu. 



Digitized 



by Google 



B. ii»3i6. ( i63 ) 

6A4* Lt brevet dlDvtDtîon de quinte ans, dont le demande a éU déposée» 
ie iSafrii iâ54 % au secrétariat de la préfecture da dépariemeot de la &ÛDe, 
par le sîear Lemaire (Jacques-Louis), élisant 'doiQt<-i)e, à Paris, boulevard 
Poissonnière, n*" à , pour des perfectionnements apportés aux pistolets atmoê- 
pbériqnea. 

6i5" Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le i6 avril 1 854, au secrétariat de la préfecture dn département delà Soine# 
par le sieur Liévin-Bauwens (Napoléon), à Paris» rue du Faobourg^-Saint- 
Denia, n* 43 , pour un système de distillation des corps gras. 

64b* Le brevet d*invenlion dequinxe ans, dont la demande a été déposée, 
la 9 nui i8S4, an secrétariat de la préfecture du département de la Gâte- 
d*Or, par le sieur Luce-Villiard (Jean -François), à Dijon « pour la fabrication, 
mrtoua les métiers circulaires, de tricots ay .nt une chaîne en «aoutobQMe, 
a pour b oonfectiout avec ces mêmes tricots, de tous les revêtements à Tu- 
ai^ dTbommes, femmes et enfanM* 

647* Le brevet d'invention de quinie ans, dont la demande a été déposée, 
le i5 avril i854« au secrétariat de la préfecture du département de la 
Seine, par les sieurs Lnneieau (Denis) et Girardin (Paul), à Parii, rue du 
Tcmpie, o* 83, pour un système de virole sans soudure, pour la couiellerie. 

648* l«e brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
les mai 1 854, au secrétariat de la préfecture du dé|iar«ement de la Marne, 
par le aicur Mallarie (Joscbim), place Flodoart, n^ 2, à Épernay, pour un 
««stème fUboucbage pour les vins de Champagne propre à éviter les recou- 



6 «9* Le brevet d'invention de quinze ans , dont la demande a été déposée, 
k 18 avril i854, an secrétariai de la préfecture du déparieitient de la 
Seine, par le sieur Moresu (Alesis-Urbain), à Paris, rue de la Bottd-Cbam- 
Boot, u* 4, pour moyens de distillation des bitumes* 

6âo* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demandera été déposée, 
le i4 avril i85ê, au seeréiariat de la préfecture du département de la 
Seioc, par le sieur Motte (Jean-Pierre), élisant domicile chez le sieur Rone- 
sraa, à Paris, rue de Valoia-Palaîa-Royal* n* i* pour perfeetîvnnements aux 
ikétiers circuUirea. 

6di* Le brevet d^invention de qui n se ans, dont la demande a étédépeaéé, 
le 18 avril i854« au secrétariat de la préfecture do département de la Seine, 
pavladaiee veuve ûry et le sieur Leiebvre, à Paris, rue Saint-Antoine, 
u* 43, pour àe$ dîspesitiona de burettes è Tbuile pour le graissage dos ma- ' 
•bines en général. 

6$t* Le brevet d'invention de quinte ans, dont U demande a été dépesée, 
le i5 avril i854, au secrétariat de la préfeeture du départeaciii de la 
Mae, par le sieur Ouvrier (Pierre) , à Paris, place de la Bastille, n* i4«pour 
W système de tables-guéridons recouvertes en étain. 

M3* Le brevet d'invention do quinse ans, dont la demanda a été dépesée, 
le 16 evrii »854, au secrétariat de la préfecture du département de la 
$eifie, par ie sieur Piqnei (Alphonse Emile), à Paris» passage du Jeu^e- 
Bottlea, n* 4 1 pour ebaufliage des bassines de Glstnre. 

Cà4* Le brevet d'invention de quinze ana, dont la demande a été dépoaée, 
k iS avril i8S4, an secrétariat de la préfecture du dépsrteaaent de la Seine, 
par le sieur Plisson fils, è Paris, nie des Grovilliera, n"* a3 , pour parfectienee* 
•eaU appenéa dans la fabrieation de i aeide nitrique. 

ft^5* La bievfi d'iavaotieodeqnioaeaea, dent la d^nanda eitd dépolée, 



Digitized 



by Google 



. { 164 ) 

• le i8 ami t85A« au secrétariat de la pr^fectare da département de la Seine, 
par 1«( ftieur d(* Saînte-Mario ( Joseph- Vai^ntio-Hcnry) , à Paris, rueM«za;rran, 
n* i8, pour des perfection oemeots dans le capsulage des bouteilles, flacons, 
bocaux, etc. 

656* Le br«>Tet d^invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 1 8 avril i8Si, au spcrélariat de la préfecture du département de la Seine, 
par le sieur Savarlaux (Mathurio), à Paris, rue du Faubourg-Saint-Ântoine. 
n* 170, pour un appareil en métal applicable aux coulisses de lit. 

667* Le brevet d^invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le \h avril i8S4, au secrétariat de la préfi*cture du département de la d^îne, 
par le sieur Séguflin ( ( .liaHes- Denis) , à Paris , rue Vendôme, n* 20, p mr des 
perfectionnements apportés dans )a fabrication dos porte -plumes, poite- 
crayona, etc. 

b.>8* Lie brevet d'invention de qninse ans, dont la demande a été déposée, 
le i5 avril i85i, au secrétariat de la préfecture du déparlement de la Seine, 
par le sieur Tony (JulesLouis-Ântoine), à Paris, rue Chapon, n* 60, pour 
un genre de peigne. 

669* Le brevet d'invention de oninzoans, dont la demande a été déposée, le 
1 5 avril i854, au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, 
parlés sieurs Varlet (Jean-Philippe) et Baxilie (Auguste-François), à Paris, 
ruedu Faubourg-Saint-Marlin, n**43 et 46, pour un système de sauvetage 
pour naviri*s. 

660* Le brevet dlnvention de quinze an^, dont la demande a été déposée, 
le i5 avril i854, au secrétariat de lu préfecture du département de laSetcie, 
par les sieurs ViMen et L^'febvre, élisant dcmirile chez le sieur Masse, à Paris, 
rue du Faubourg-Montmartre, n* aS , pour Tinoxydabilisation du fer, par le 
nick^lisage et éljmage par voie humide indirecte. 

661* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demsnde a été déposée, 
le 5 mai 1 854 • au seorétariat de la préfecture du département de Vajcluse, 
par le sieur Allihert (Jo>epb), à Tlsle, pour un système de fabrication d^outils 
propres à fouir la terre. 

66s* Le brevet dNnventton do quinze ans, dont la dpm^nde a été déposée, 
le 91 avril i854, au secrétariat de la préfecture du département de la 
Seine, parle sieur d'Argy ( Ëdmond-Armand-Louis ) , rue dn Docteur, n* is, 
à BatignMIes, pour nn g<^nre d'huilier. 

663* Le brevet d'invention, dont la demande a été déposée, le 19 avril 
i854, au Secrétariat de la préfecture du département de la Seine, p,irlei 
sieurs Beardmore (William) et Rigby (William), représentés par le sieur Op- 
penean, à Paria, rue des Amandiers-Poptncourt, n*a4, pour des^perfection- 
nements dans les machines à vapeur. 

664* Le bre^et d*inventioo de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 31 avril iH5i, au secrétariat de la préfecture dn dé|)artemont de la S^'ine, 
par le siear Berthé (Jean-Gliarlea-Aimé), à Paris, me des Nonaindières, 
n* i3, pour appareil propre aux préparations des huiles de foie de morue. 

665* Le brevet d*in«eniion de quinze ans, dont (a demande a été déposée, 
le 19 avril i854, an aecrétariat de la préfecture da département de la Seine, 
par les sieurs Blaizot ((Uaude Arsène) et Tbiébaut (Pierre-Nicolas), éliiant 
do'micile chex le siear Gardissal, à Paris, boulevard Saint-Martin, n* 29, pour 
an appareil propre A rendre les liquides gazeux. 

666* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 21 avril i854 1 «a secrétariat de U préfectore do département de la Seine, 



Digitized 



by Google 



B. n*3i6. ( i65 ) 

pff le «ieor Boissié-SooqiiaC (Jean-Pierre) , à Parb, piaee Boyale* a* 17, pour 
oljetf divert relatifs à la vidange. 

667* Le brevet d'imentioD de qiiiose ans, dont la demande a ët^ di^posëe, 
le a5 avril i854« au secrolarîat de la préfecture do département da Hhôoet 
par le sieur Buyet (Jean-Marie), place de la Trinité, n* a, à Lyon, fionr une 
liqueur dite eamétéon. 

668* Le brevet d^invention , dont la demande a été déposée . le a 1 avril 
i8Sib , an secrétariat de la préfeciure du département de la Seine , par le 
àeor Burstall (Thomas), représenté par le sieur Brade, à Paris, rue ^ainté- 
Aane, n* aa, pour des perfectionnements djos tes machines servawt à la fa- 
kicatioo des briques et autres objets en argile seule ou mêlée d autres ma- 
tières. 

669* Le brevet d^invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le so avril i854, au secrétariai de la préfecture du département de la Seine, 
parle sieur BnsM>nnais (Charies-Louis), rue du Bel-Âir, n* 76, à Passy, pour 
on système d*apparei1 gazogëoe ferrugineux goudronné, etc. 

670* Le bre\et d*inveution de qninse ans, dont la demande a é(é déposée, 
le ao a\ril i85&, an secrétariat de la préfecture du département de la 
Semé, par le sieur De\ailly ( Pierre-François-Phiiibert) , représenté par le 
«eur Péligot,àParis,ci«é Trévise,n* 10, pour un mode de fabrication d'étoffes. 

671* Le brevet d*iiivention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
It 10 avril i85i, au secrétariat de la prélecture du département de la Seine, 
parleaiaar Doye (Juies-Françoi5-Désiré), à Paris, rue Neuve-des-CapuLines, 
a* 1 1, pour des perfectionnements apportés aux armes à feu. 

67a* Le brevet d*invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 4 mai 1 854 » au secrétariat de la préfecture du département de Tlsére, par 
le tieor Dutrait (Remy), à Jarrie» pour un procédé par Tagglomération des 
cbarlRiQa.. 

673* Le brevet d*invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 8 uiai i8d4 , au aecréuriat de la préfecture du département de la Gironde, 
par le sieur Fronsac cadet (Pierre), cours du Jardin-Public, n* 35, à Bordeaux, 
pour uo bouchage en verre, pour la conservation des fruits au jus. 

674* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le ai avril 1 854, au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, 
par leaienr Fermond (Charies) , à Pans, à la Salpètrière, pour des appareils 
propres à la conservation des sangsues. 

675* Le brevet d'invention de qumze ana, dont la demande a été déposée, 
le SI avril i8h4 ,au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, 
par les aieurs Fîrmin D.dot frères , à Paris , rue Jacob , n* 5li , pour un procédé 
destiné au blanchiment dos matières textiles et ûbreuses qui résistent aux pro- 
cédés ordinaires. 

676* Le brevet d*invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 19 avril i85i, au secrétariat de la préfecture du département de la .Seine, 
par le sieur Fleischmann ( Charles Loui.<), à Paris, boulevard des Italiens, 
n* 37. pour la ouate tapissière. 

677* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demanda a été déposée, 
le 91 avril 1 854* au secrétariat de la préftrture du département de la Seine, 
par le sieur Gaumont (Nnpoléon-Josepli), à Paris, rue Saint- Victor, n* 8, pour 
no mo)en de blanchir et nettoyer la laine. , 

678* Le brevet d*invention de quinze ans, dont la demandée été déposée, 
le 9 mai 18549 au secrétariat de la |iréfecture du déparlement de la Loire, 



Digitized 



by Google 



fkfh ïneûr Groir^fiati^ fPtei*re-Lotiî«), place Mareogo, pour tin fonr propre 
à la cuissun des métaui et à leur con-oya^e. 

679* Le brevet d'itivention de qotnte aoa, dotit la «leniflnde a éié âénoUt^ 
\t a I avril i854t an secrétariat de la préfecture du département de la oeioe, 
parle sieur Laverdit (Marcel -Gustave), à Paris, rue Saintes-Anne, n* 67, 
pour la photographie animée |)Our lapplicaiion sur la peinture. 

680* Le brevet d'invention de qoinxe ans, dont la demande a été déposa» 
le 31 avril iSôd* au ^rrétarial de la préfecture du déparlement de la èeiuo» 
par les sieurs Lefebvre (Gilles- Benjamin) ox de Saiut-Àgnan (Henn-Mîcliel}i 
à paris, rue de la Douane, n* a8, pour un système de transparent diamauté. 

681* Le brevet dlnvention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 6 mai i85A, au secrétariat de la préfecture du département de TEure, 

Sar le sîeur Legrîs (Joseph-Marie), à Louxîers, pour des pcrfectiooaemeoU 
ans la construction des roues hydranliqurs. 

683* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 3 mai 1 856, au secrétariat de la préfecture du département d'Indre-«t- 
Loire, par le sieur Mallet (Jean-Bapiiste-René), à Biéré, pour un jahloic 
rogneur mécanique. 

683* Le brevet d'invention de quinze ana« dont U demande a M d^poiéet 
le 38 avril i85â , au secrétariat de la préfecture da département du Rbèae, 
par les sieurs Olivier et compagnie, rue Baase>iillo, n* 1, à Lyon, poor la f»* 
nrîcati«»n des filéa fins et mi-fins» avec la lame dorée des deui côléa inéga- 
lement. 

68i* Le brevet d'invention de quinae ans, dont la demande a é\é déposée, 
le 19 avril 1 85 6, au secréUriat de la préfecture du département de la Seine, 
parle sienr Oppeneau (Philibert), à Paris, me des Àmandier»*Popinoourt, 
n* ad , pour perfectionnements apportés aux palettes des bateaux à v^peor, el 
antrea emplois desquels elles sont susceptibles. 

685* Le brevet d^invention de quinze ans, dont la demande 8 été d^osée, 
le 91 avril i854, an 8ec«'étartat de la préfectnre du département de la Seine, 
par le sieur Palmer (William -R.), rqirésenié par le sieur Perpigna, à Paris, 
rue Sainte-Anne, n* 46, pour des perfectionnements apportés aui armes se 
chargeant par la culasse , ainsi qu'aux cartouches ou balles devant être em- 
l^oyées dans lesdites armes. 

686° Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 39 avril i854, an secrétariat delà préfecture du département du Gard, 
par le sîeur Pécoul (Uenri-Gustave-Adrien), à Pont-Saint-Esprit, pour une 
combmaison d'appareils applicables aui machiues à vapeur, à TelTet d obtenir 
une économie de combustible. 

687* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 19 avril i85&, au secrétariat de la pri^fecture du département de la Seine, 
par le sieur Ray (Fowler-M.), représenté par le sieur Fleischmann, à Paris, 
oottlevard des Italiens, n"* 37, pour certains perfectionnements daus les res- 
sorts de voitures de chemins de fer. 

688* Le brevet d'invention dont la demande a été déposée , le a 1 avril i854| 
an secrétariat de la préfe< ture du déj>arleinent de la Seine, par le sieur Ho- 
bprts ( Joli n), représenté par le sieur William on, à Paris, rue Bleue, n* if 
pour des perfectionnements dans la construction des cabriolets. 

689* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée» 
iê 19 avril i85d , au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, 



Digitized 



by Google 



B. n* Si6, ( 1*7 ) 

jmU iiettr HoHand (françofs-ProApci*) , à Pan», me in ftentfj^aittt-Stit- 
v«or, D* 3 , pour perfection nements aux brûloirs à café, eacao, etc. 

ê^o* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a M déposée , 
It s8 avril i8Si , au seorétariat de la préfeciure du département de la Seine- 
laférieare, par le sieor Ruel (Louis), à Oi^sei, pour une coloiine tulrataire 
d'éebappement de macbine à vapeur, échauffant Teau destinée à i'alimentatioa 
de la cbaudiëre. 

691* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demandé a été dé|)Osée, 
kt9 avril 1 854 «au secrétariat de la préfecture du département du Rhône 1 
psr le aienr ^augoeux (François], élisant domicile chez le sieur Beson, 
place Neuve des Carmes, n* i&, à Lyon, pour un métier propre à fabriquer 
liâtes espèces de velours et peluches. 

69s* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demandée été déposée, 
is to avril i854, au secétariat de ta préfecture du département de la oeine, 
par le sieur Valry (Nicolas), à Paris, rue Chariot, n* 38, pour un système d<^ 
èoocbes de chaleur. 

693* Le brevet d*invention de quinze ans, dont la demande a été df^poaéei, 
le s mai 1 854 «au sccrrtariat de la préfecture du département du Bhône, 
par le aienr Warnery (Louis), r'^présenté par le sieur Mortot, quai Saipt- 
CWr, nf 1 4 , à Lyon , pour une machine pour manœuvrer, suwant ei en rapport 
esact des indications d*un principe régulateur, les «armes, déversoirs, clapets 
oa papillons des roues hydrauliques, turbines et machines mues par la vapeur 
et autres. 

694* Le brevet d*tnventton de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 1 1 mai 1 85 4, an secrétariat de la préfecture du déparlement de la Meurlhe, 
par le sieur Barrachin (Hippolyte), rue des Maréchaux, n*" 33, à Nancy, pour 
ui lyitèaie de pompe élévatoire. 

fjS* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
is SI avril 1 854, au secrétariat de la préfecture du département de la ^eine, 
par le slear Bknquet (Antoine), à Pans, rue Grange-aux-Bellcs, n** Sg, pour 
deiperr»ctionoements apportés dans les machines à apprêter les étoffes. 

690* Le brevet d*inventinn de quinze ans, dont la demande a été déposée» 
le a8 avril i853, au secrétariat de la préfecture du déparlement de la Seine, 
pir les sieors Bocquet (Noèl-Stanislas- Victor] et Maillé (Antoine), à Paris, 
le premier, rue Godot do-Mauroy, n* 33 , le second , rue Saint-Jacques , n* 1 10, 
peur «B genre d engrais. 

697* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 36 avril 1 854, au secrétariat de la préfecture du déparlement de la ^eine, 
parle sieur Bonrdiau (Lazare), élisant domicile chez le sieur Laborde, à 
fiatignolles, rue Saint-Louis, n* 39 , pour une machine à fabriquer le bois tu 
semelles âts sabots-souliers ou galoches. 

698* Le brevet d^invcntîon de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 9 mai i854. au secrétariat de la préfecture du département de la Loire-In- 
férienre, par le sieur Brelet (Alexandre), place du Pilori , n* a , à Nantes, pour 
perfecliounement du fusil à bascule. 

699* Le brevet dloventien de quinze ans, dont la demande a été déposée , 
le 3 mai i854 , au secrétariat de la préfecture du département du Var, par le 
sieur Brun (25tanislas), à Toulon, pour un procédé de bilume cé^élol Bran. 

700* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le s8 avril i854 , au secrétariat de la |ii*étecture du département de la ^i^ioe, 
par le sîcar Chapon (Cliaries-£ugëne), à Paris, rue du lemple, rC i3, pour 



Digitized 



by Google 



( iM > 

At» perfectionDemênts apportés dans les procédés de eotiservAtion et d'imper» 
mëabilit^ des tissus en gëuëral. 

701* Le lïrevet d*invention de quînxe an^, dont U demande a été déposée, 
le s8 avril 1 854 «au secrélariat de la préfecture du département de la Seioe» 
narleiiieur ChÂtaiii (Edouard), me du Rendes- Vous, n* 89, àSaint-Man lé, poor 
la division du cuir, de I os et de la corne, pour remplacer la ia:ne servant à , 
velouter le papier peint et les cuirs vpmis. 

70a* Le brevet d inventif »n de quinse ans, dont la demande a été déposée» 
le I o mai 1 854 • au secrétariat de la préfecture du département de la Somme » * 
parlcNeor Daperon (Alexandre), grande rue de Beauvais, n* 5, à Amiens, 
pour un systi^me de poêle en fonte à foyer mnbile. 

7o3* Le brevet d*inveniion de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 96 avril . i854 % au secrétariat de la .préfecture du département de la Seine , 
par les sieurs. Dormoy (Pierre Jacques) et Chanipeaux (Ânloine-Abr.iliam), 
à Paris, le premier, rue Pigaie, n* ^o, et le second, rue du Faubourg Saiut- 
Den'.s, n* i35, pour un laminoir circulaire. 

704* Le lirevet d*inveniion de quinze ans, dont la demande a été déposée , 
le s6 avril i854i au. secrétariat de la préfectuic du département de la Seine, ' 

rir le sieur Duciiamp (ils (Pierre), élismt domicile cbez le sieur Le Blanc, 
Paris, rue SainteAppoline, n' s , pour un système de battant mécanique ser- 
vant au tissage des ruians, des galons et dt»s étoffes quelconques. 

' 705* Le brevet d'invention de quinze ans, dout la d mande a été déposée , 
le 6 mai 185*1, au secrétariat de la préfecture du département de 1 1 ère, 
pari» sieur Gaillard (Jean-Baptiste), à Rives, pour une écbelle ponative 
pouvant se Héplier sous forme d*escalier, et se replier pour former une table 
à'ouvrage ou un prie-Dieu. 

706'' Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée , 
le 29 avril i854i au secrétariat de la préfecture du département delà 
Seine, par le sieur Giudicelli (Josepb-Marie), à Paris, rue Garancière, n* 8 , 
pour un moyen de transfonuer le mouvement dans les machines dit U trans- 
Jormatear, 

707* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le ag avril 1 854, au secrétariat delà préfecture du département de Im 
Seine, par le sieur Giudicelli ^Joseph-Marie), à Paris, rueGàrancière, a* 8 , 
pour une voiture A force variable, mue par la vapeur ou à la main. 

708* Le brevet d'invention do quinze ans, dont la demande a été déposée « 
le 26 avril i854 « au secrélariat de la préfectiite du département de la Seioe , 
par le sieur GoMget (Hilaire-Alhaaase), avenue de Ciichy, aux BatignoUes, 
pour un système «rannoncrs dit affiches magiques. 

709* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 96 avril i854, au .secrélariat de la préfecture du département de la Seine, 
par les sieurs Ho melle (Loui»- Edouard) et Duport (Louis-Marie), à Paris, 
me Mar^ollier, n* 5, place Ventadour, pour mèches et torches fumantes et 
non fumantes. 

710* Le brevet d*lnvention de quinze ans, doqt la demande a été déposée, 
le 95 avril i8.i4, au secrétariat de la préfecture du département de la 
Seine, par le si«*ur Mouzeau ( Jean-JaC'iues-Jules), élisant domi< ile à Paris, 
rue de Riclicliru, n* 63, hôtel de Malle, pur procédé d extraction d*haile 
des eaux savonneuses. 

71 1* Le brevi t d'invention de quinze ans, dont la demsnde a été déposée» 
le 26 avril i854i au secrétariat de la préfecture du département de U' 



Digitized 



by Google 



B. n* 3i6. ( 169 ) 

Sdse, par le nenr Joard«n-Gouarino (Jean-Baptisle) , à Paris, me de la 
Pianehetle, n* 5, pour perfectioDOCinenls apportés aux chaodeilet. 

711* Le brevet d^invention de quînie ans, dont la demande a été disposée , 
le 37 avril i85i, au secrétariat de ia préfecture du département de la Seine, 
psr le sieur Maldant (Antoine), rue de Chabrol, n* is, A la Cbapelle-Saint- 
Benis, pour un mode de publicité. 

71 3* Le brevet d*invention de quinze an», dont la demande a été dé|>o5ée, 
le tk avril i854.ao secrétariat de la préfectore du département de fa Seine, 
pv le sieur Mallat de Bassilan (Jean), à Paris, rue Neu\e-des-Mathurins 
■* 77, pour système de chemin de fer aérien indéraillable, applicabW aux 
ncsei boDlevards des grandes villes, distributeur des lettres, de Teau potable, 
delà corre^wndance électrique, de la lomière par le gaz, avec colonnes (lôur 
les besoins publics, avec égouts pour les eaux des rues et les résidus des fosses 
eavidaug^. 

714* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
k si avril i854 , au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, 
parle sieur Mantcguès (Henri), élisant domicile chez le sieur César, à Paris, 
foc de Gérj, n* 18, pour des dispositions jnécanîquesappplicables k la fabri- 
eation des chaussures en tout genre. 

71 S* Le brevet d'invention dont la demande a été déposée, le ai avrir 
i85i, au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, par la* 
sieur Mejer (Henri), élisant . domicile chez le sieur Mathieu, à Paiis, rua 
Saint-Sébeatien, n* 45, pour perfectionnements apportés aux métiers à lisser.. 

716* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été dt^pos^e, 
la 11 mai i854, au secrétariat de la préfecture du département de rÂlIier, 

rrWaîeor Monsenargue (Edmond), à Moulins, pour un système de moulin 
brine mû par un cheval , par eau, ou à la vapeur. 

717* Le brevet d'invention de quinze ans , dont la demande a été déposée, 
le si «rril i854. au secrétariat de la préfecture du département de la Seiue, 
par le sieur Parceiut (Joseph-Philippe), A Paria, rue de Cbaronne, n"" 9, 
pser un système atmosphérique remplaçant la vapeur et propre à la propulsion 
Cl â ia locomotion au moyen de l'air comprimé. 

71 5*, Le brevet d'invention, de dix ans, dont ia demande a été déposée, 
la 1 1 mai 1 854, au aeerétariat de la préfecture du département de la Meurthe, 
par le sieur Parmenlier (Jean-Pierre), à Azerailles, pour un rabot dit rabot 

^ig* Le brevet d'invention dont la demande a été déposée, le ai avril- 
18S4, ais aeerétariat de la préfecture du département de la Seine, par I» 
MT PtarK>ns (Perceval-Moses), représenté par le sieur Mathieu, à Paris, 
ne Saint-Sébastien, n* 45, pour des perfectionnements dans ks aiguillée et. 
les traverses des chemins de fer. 

710* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée». 
k sS avril i85i, au secrétariat de la préfecture du déparlement de \& 
Sdae, par le sieur Philippe (Théodore), à Paris, rue du Temple, n* 187, 
|SQr un genre de pendule orientale. 

731* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée. 
Il 11 avril i854 , an secrétariat de la préfecture du département de la Pleine, 
parle aieur Picberjf (Jules-Léandre), à Paris, boulevard Boane-Nouvelle, 
sT 3i , pour appareil de gyolnastique dit ^yfmuute-midâcw, 

7 a a* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
la 17 avril i85iv m secrétariat de lapréfactare da département de la 

Xlr Série. iZ 



Digitized 



by Google 



( »70 ) 

Stoiutt.par ie slearPitois (imîle-Étieniie), i Kiris, rae lifonâtgny, ^-9«p« 
un genre de clittitldier ou bcraseoir. 

j%V Le l)revet «TinTeiftion de qninxe «as, âantH demande a ëtf dépoté 
la lo mai fSSA , «a secrihanat de ra préfecture du département désIfettclN 
da-Midne, par ie «îeurTonmicon { Pierre- Alexîc), rue Dragon , il* 76, à Ml 
•eîlle, pour la diasolation et répuration de rbvdfe eaienticlle de IVhaîalbeL 

7 ai* lie Brevet d^invention de tfamre ane^ dont la demande a ét€ dépoaé 
la ti afrri iSSK , an aeeréOiriat de laprAectnra du département de ia^m 
parle aienr Hangoet (lean-Baptbte-Édonard*), ft Pfa*is, rue Sahat-AnaMa 
1^ "^t^nlSarais, pour une suspension de lampe. i 

T^IT lie brevet drnvention dont ia demande a été déposée, W i5 vn 
tmky au secrétariat âo la préfecture du départenient de la Seine, par' 
aie«r Stunders '(Jonaflian), représenté par le sieur Santter, à Paris, t 
Drouot« D* a , ppor perfectionnements dans U fabrication des rails pour cl 
atiins de fer* 

7 jf6* Le brevet dlnvenfion de quînae ans , dont la demande a été d^p^ 
le 99 avili i955 « au secrétariat de la préfecture du département da la Seii 
pârr le sienr Sawidbi (Jean) , à Paris, me du Sentier, n* 3 , pour des prooél 
on appareils propres à mieux utiliser le caloricne. 

737* Le brerét d*invention de aninse ans, dont la demande a été dépoli 
le 9f5 avril i85& , au secnfitarîat deia préfecture du département de la Sehi 
■par le tteurdo T^fhmcourt (Edmond) , à Paris, rue Saiol-Dominlqua» tC 10 
|Mmr système de cordes liarmonîfpxes en soie, pour instruments de mqsiqui 

Taé* Le brevet d*rnventSon dont la demande a été déposée» le 29 av 
'itfSi, au secrétariat de la préfecture du d|&partement de la 'Seine, nir 
iiear Abate (F^ffir), repréaenté par le sieur 'Rensi, à Paris, rue de Majaij 
b" Sdtfonr de^ perfectionnements apportés .dans les procédés pour pHj| 
«1er» nraer et-l mpn mer des soriaces en général. 

jt^* Le brevet dlnvenfion dont 'la demande a M déposée, ^ tj^m 
'i€aA, tu aecuétariat de ia préfecture du département de la Seine, mÎ^ 
alear flanaer (Edward^regson), représenté parle sienr Merie, à Pam,ji 
Yivieqne, n* 1 8 ,,pour des perfectionnements apportés dans fobtentipa etfl 
j ^i ea li o p 4^ la foirce motrice. ij 

Ij^tf* lit brevet d^nvention de quitte «ns, dont la demande a été 86m1 
4a a 9 avril i^&d* au sacrétariat de la préfecture du département de la SN 
^r le sieur Barrande (Jeao>9aptiste) , à Paris, rue Quiopampoisn 'tf* 1 ii 
i|n|fVoeédé deiemture de peaui poar chaussures, 

•fOa* Le brevet d^nvention don^ la demande a été d^os6e,ie s 9 avril 1 
•an secrétariat de la préfecture du département de la Scnie., par le ! 
♦ ^e n tlay <( Henry ) , représenté parle sieur Merie^ àparia, rue Vîvîenue, n* 
pour aes perfection nemepts apportés aux cbaudSères % vapeur» «t ds] 
•«lélliode ée les poser ou defes fixer. 

762^ Le iireiiet dinven^n de quinte ans^ dont la demande a été dén 
4a a** aaai ii§S4 , an secrétariat de la préfecture da déjpaitement de ta a 
MT le sieur B9ubairJ[Jean-€^aries), à Paria, me de Bondy, impaa» î 
■Faoïjpe , a^ 1 1 , ponr dispositions de |daqnes creuses jpour les pcessas by| 
Hottes à 5JlHind. ^ 

799P Le ^brevet d^nvenlSon da qulnae ana» dont la deasande 

te 1** ffaî i854^ an secrétariat de la préfecture du département 

jMrfealenr Bottmofs|[Martitt)»liPans,TneTecnaux, ift^ponr 

M ta pctenre lAnile aux devants de dieminéa et autres pactes 

« 

____ Digitized by VjOOQ l' 




It.fl'3i6. ( >7^ t 

lllMi iSâi« «• iMBél«n»t lio U préfeclore do dépariecient fie la 0^9 j» 
pri» liMo S«ff»nl iet iJ^aroi,À P«rb»jrue MM4gr«n* n* i4f pQ«r w 

iSS" It kpar«t fTiav^atio^ d« tfudm^e /ma, 4onl Ig demande a é0 dëponét^ 
Uni il$4»aB laarétafiatde la prélecture da départentent d^ Ja Sei^, par 
himCmri (iidaa^Fwmpii) , à Paris, rue de Paotbieu, n* ^6, povr Har 
Mm$4m le«las iea ymné^ de fio^l » de toas las ol^jeU pauvant y ètc^ 
MiH, l»ar ia «aoviaçe de ces gommea ^ pa^r leur coloratioD. 

jSfi* Le Imret d^invention de quinze ans, ciont la demande a été dépoaéf^ 
lll|«d |854, a» aaerélaiûl da la préfecture du déparieioeut de ia SÀine, 
ftkimCkdejv {]HicaUa^J^les), k Parw, rue du Boi-de-^aUe, b* a$i« 
pvèipBrll|c«Mi^Dafaa«ta apportés dans ia cauairuciioo des ItaUQfiaow 
paai, iléDoapoirs et autr^ appareils aoaiaguea. 

f}f U ktfat d'weatwn de quinze ana, doui la denaode a été dépoaée, 

kumil »|(&4 , fwi aacréunal da la préfecture du départemaat de la wna, 

n^ é m ObapaUa { Aa*fliina44BMoir) ai SceHoa (HeonTMaria). à Pana. 

> nkOiama»Vart, u* &• pour uu appareil daatiaéj^ Yari^r Taoliofi dea vm- 

teamtriaaiai^uai analaguca. 

ËltrU braMid*iafaQtioB da quiaae ans. doa^ la damaude a été dépoaéi; ,. 
^&4 1 an aecréiariat da ia préfecture du départemapt de le Saîna » 
pCoysiai (Clwriaa) , raa Lemercier, n* Si , aux Bati^olies, pour 
et applications généralea de la glycérine. 
jtùf ia kmU à'mrm^n de quÎRia ana, doal la daoïaade a été déposée » 
Mw i3^ tau secrétariat da ia préfecture du départemant da la Seina , pfr 
lÉrMiaia (Aohart^jli^atifi jr A Paria, rue d^Ëp^biap « 9* 4 1 f pm^tu^ 
ffeidalirair à détonta équilibrée appiûcalbije aua mafibiaes à vapeur. 
jjfl^ Le brevet d'iniantloB d» /fmiuxa aua. dont ia damaiida a éié déposé^ » 
fmi fS^k » ail aofrélariat de ia préfecture du départauiant d» la Saioa^ par 
IMaaaIi (Jaiii*<iacqu«s)» i Paris^ <dU Trévisoi n? 6 (<i» pour w^ 
[éeaaUiâofi. 

Nfi' la liefiii^ dliwaoïiaa A^ aiûma am, dont la dapsiaada a été A^wép » 
li i85é, an aecrétariat à^ la préfeaura du d<^artâiffaeut de h Paiaa* 
liaaia f ui^a («.) et Gradua {!,,) , à Paria, r^ AwH, ^« 6a^ pour 
>q » < i »t âw do aine aslauapéw 

^iit iahroaet d*iaKei^a 4e qi^inse ans., dput k daieoapde # été df^pméa» 
^«vat i41î4>au aaccétariat de la préfecture dtp départemapt de la ^mub» 
biieor Houlet ( Dominique-* Maria), xbauasée Ménilmntaot, n* 9? 
^A«>v)i papr Ti^pfkation de réi;ailia, ta «arna «u la )|aieina« «on du 
k.witan m^ABaaa», jpît fu poudre^ à ia ii;Lbriic;ation de toyif Vçs artiiilea 



fi3* Le brevet d^invention de q^inae ans, dont la dewaade a été d^pos^e» 
UmH &dM , an aacrétaidat de la pr^aptnra d^ dépivnawei^ de ia Seine « 
«teeicawaaua* ^ I^ond (Marie-Bpsaiie-Jaaépbine}, i Pad«, jrpe 
Mda. a* i t vpapr f^ae macbiaf? à cppdca* 

|i4* Le brevet d'iaveotion de quinie ans, daot la demande a été déppa^» 
^«â ilii, a« aaaaétarîat da la préfecture du départagent da la jSeine., par 
l*M Utabrra {I^uia^Cbarlea)., .G#rzand-iiouLet (t^hn^) et Qrpdei 
H a i i lr t.iyiaria.^na du Tample., ji* 17.6, pour «un appareil de$M ^ 
laaaiijdi>ia>dead»aadal)aaf ^QH^ et.atttc«Ki porf^ pas, Jbr4lurt à 
lec. 



Digitized 



by Google 



( 17a ) 

^45* Le brevet d'invention de qninxe ans, dont la demande a été dépoi 
1« 39 avril i854« an secrétariat de la pr^fectare du département de la 5d 
par 1c sieur Lcf^vre (FrinçoiS'Anto'ne-Léonard|, élisant domicile cbei 
sieur Armengaud afné, à Paris, rue Saint^ëbastien, n* 45, pour un $flU 
propre à rafraîchir les meules et la mouture dans 4es moulins à farine. 

746* Le brevet d*invcntion de quinse ans, dont la demande a M dépM 
le 39 avril 1 854 , au secrétariat de la préfecture du département de la Sei 
parles sieurs Lesénécal (Jacques-Alexandre) et Barré jeune (Alfred-Emei 
avenue de Glichy, n* 169, aux Batignolles, pour la fabrication des bâcbel 
dites hachettes putisiennes, 

747* Le brevet d^inventbn de qoinxe ans, dont la demande a été dépos 
le 3 mai i854, au secrétariat de (a préfecture du département d&la Se» 
parle sieur Letestu (Pierre-François-Marie), à Paris, rue delaVannei 
n* 4a , pour un procédé de la colonne irrigante. 

748* Le brevet d*invention de quinze ans, dont la demande a été d^pod 
la 1** mai i854 , au secrétariat de la préfecture du département de la Se 
-par le sieur Lucas-Ricbardiëre (Jean-Marie), élisant aomicile chez le si 
Combes, à Paris, rue du Regard, n* 3, pour les moyens d'obtenir du fli 
du reflux de la mer, en n'employant qu uu seul étang de marée, le travai 
plus prolongé possible, à chaque marée, et une force motrice parfaiteof 
réglée, avec des turbines ou roues à axe vertical, qui tournent noyééi 
toujours dans le môme sens, quoique recevant Tactiou de deux court 
contraires. 

749* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été dépei 

le 1" mai i854, au secrétariat de là péfccture du département de la Saî 

' pffr le sieur Merie (Joseph), à Paris, rue Virienne, n* 18, pour un appi 

agissant de soi-même, et applicable.au nettoyage on curage des citen 

conduits dVgouts et autres réceptacles d'immondices. 

760* Le brevet d invention de quinze ans, dont la demande a été dépa 
le 1" mai i854, au secrétariat de la préfecture du département de la Sei 
par les sieurs MoUé (François-Désiré- Victor) et Martin (Pierre-François 
Paris, rue Neuve-Saint- Paul, n* i3, pour nn moyen de chauffer l'eau d'alia 
tatiun des chaudières à vapeur des locomotives. 

751* Le brevet d'invention de quinse ans, dont la demande a été dépo 

le 29 avril i854, au secrétariat de la préfecture du département de la Se 

par le sieur du Moncel (Théodore-Achille) . à Paris, me de la Ville-rÉvéf 

' n* 1 , pour nn système d'appareils à signaux pour les chemins de fer f 

tionnant sous TinQuence du courant électrique. ^ 

753* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été ( 
le 3 mai i854« au secrétariat de la préfecture du département de la I 
pifr le sieur Petit (Jean-Édouard), à Paris, rue des Fontaines-dn-Til 
n* 1 1 , pour un éventail de poche perfectionné. ^ 

753* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été dél 
le a mai i854, au secrétariat de (a préfecture du département de la ! 
par le sieur Porqnerelle (Lonis-Amand-Gonstant), à Parb, rue de^ 
n* 3 , pour nn genre d'arbalète. 

754* Le brevet d'invention dont la demande a été dénoséé, le 39 avrilj 
au secrétariat de la préfecture du département de la Semé, par le sieur f 
(Féliz-Paulin), réprésenté par le sieur Merie,*à Paris, rue Vivîenne.l 
pour des perfectionnements apportés aux jointures des «Sonduits tu' ' 
d'écoulement. 



Digitized 



by Google 



B.n*3i6. ( 173 ) 

755* Le brerei (TiDTentioD doDt ia demande a éié déposée, le s 9 avrif 

iS54« ao aecrétariatde la prëfectaredu d<^parleineiit de la Seine, p^r le aieor 

^BBt (George), représenlé par le sîeur Oppeneau , à Parii, rue des Aman- 

di era- Ppp incourt, n* a4« poor des perfectioanements dans les horloges elles 



Madnlca. 
756* Le] 



756!* Le breyet d^ÎDveotioo de qainie ans, dont la demande a été déposée» 
le I* mai 1856 • eu secrétariat de la préfectore du département de la Seine, 
Bar le sieor Theîlcr (Meinrad] , élisant domicile chez le sieur RuhrakoriT, à 
Ftoîs, rue des Idaçons-Sorbonne, n* Sg, pour un système de télégraphie 
éledriqoe imprimant dit typotélégntphe. 

757* Le hrevet d^invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
k s mai i854 1 *u secrétariat de la prérecture du département de la Seine, 
pv le aîcor Tbirion aine (Louis- Jules), à Paris, me clu Roi-Doré, n* 6, 
|SQr un procédé perfectionné de fabrication de cassolettes, médaillons, 
aifcttea, etc. d*borlogerie et de bijouterie. 

768* Le brevet d^invention do cinq ans, dont la demande a été déposée, 
le a mai i854« au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, 
MT ia demoiselle Townsend (MaryÂnn), représenté par le sieur Boyer, à 
nm, me des Éduses-Saint-Martin , n* a4» pour perfectionnements apportés 
à k fbçoo ou construction dès chapeaux de toute espbcé pour dames. 

759* Le brevet crinvention dont la demande a été déposée, le 39 avril 

' iS54t m secrétariat de la préfecture du département de la Seine, par les 

sisors Wilson (Georges-François) , Whiting (Jame^-Monrose) , représentés par 

le ôenr Saaiter, à Paris, rne Drooot, n* 3, pour des perfectionnements 

lypertés dans la fabrication des vis à bois. 

' 760* Le brevet d'invention dont la demande a été déposée, le 39 avril 
iSSi, au secrétariat de la préfecture du déjuirtement de la Seine, parle sieur 
TooDg (James-Denooo) , représenté par lé sieur Perpigna, à Paris, rue Sainte- 
Aane, n* 46, pour des perfectionnements apportés au moulage des métaux. 

761* Le brevet d*invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
Is 5 noai i854, an secrétariat de ia préfecture du département de la Seine, 
par le sieor Aréra (Noêl-Guillanme) , à Paris, me de la Barilterie, n* 5 , pour 
des perfectionnements apportés dans les indicateurs et compteurs de sur- 
veillance. 

76a* Le brevet d*invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le i3 mai i854, au secrétariat de la préfecture du département des Vosges, 
parle sieur Barreaux (Charles-Nicolas-Auguste] , à Fontenay-le^^faftteau , pour 
deux modèles de tuiles dites vasgiennes, 

763* Le brevet d'invention de ouinze ans, dont la demandé a été déposée, 
le 4 nuâ i854, an secrétariat de la préfecture du département de la Seine, 
par le sieur Biondetti ( Napoléon -Annibal), à Paris, me Neuve-des-PeCits- 
Chemps, n* 55, pour des perfectipnnements aux bandages herniaires et 
■Bires, notamment pour Tapplication de Télectricité auxdits bandages. 

764* Le brevet d'invention de ouinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 4 mai i854, an secrétariat de la préfecture du département de la Seine, 
par le aieur Blancbon (Armand -François), élisant domicile à Paris, me 
oainte-Appoline, n* 9, pour une composition de mèches destinées à rem- 
plaeer celles de coton. 

765* Le brevet dlnvention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 13 OMi i854t «^ secrétariat de la préfecture du département du Nord» 



Digitized 



byGoogk 



f m ) 

)fêt 1« ÛÊtïT Boilthérftt (Ieiii4ki|>tklê) , h CamliffViv )ftx» IM Ma^blm à 
tbxnAnt Xtn briqtttos <t briquettes. 

^66* Le brevet dlnvenfiotl d« quiiiMr ini , cNmt la demande â M dépdiiik 
lu 4 rnitt i85ft , au seei^târiet de le fyr^rectofe du d^rteofêtit dei» Sefftiv 
par iei sieurs Boulland ( Victor-Françoîs) et Loro (Joseph), à Parié, lu pf» 
iiiier, rao de la Perie, n' i«, le demihM, ru« MoDthololi, n^ »&, psur la 
jyféparatiofl d'ut! gottdnMi gélatineux. 
. 76^ Le lyretet dltstention dont hi demande a été déptfvie, lé 3 mé i6H% 
iitt teerétariat de la préfeeture du département de ia Seine, par h» sieni^ 
Briaco (Robert) et Horsman (Peter-Swirea) , HftpfAiintéa par kl afemr Piwpigniv 
i Paris, rue Saîntc^Ann«, n* 46, pouf des perfeetîonnemtats apporàtànx 
itmchines propties \ sérancer le lin, 1« efiantua, le tin de Cbmc^ et itwsulÊ^ 
aubstanee^ filamefiteusea. 

• ^09* Le biiBtet d^invention de quinte ans, dont ta demande a été dépiaia, 
le 8 mai 1 85 4, au secrétariat de k préTectnie du déparlement éa la Sataav 

S* lei sieurs Bronaaais (Haarl) et Garpenlier (Edouard), me du Viau^ 
emia^ à ^faotBna^l^a« pour un procédé de faiuricatioo d^ua savon neutre. 

769* Le brevet d'invention de quinieana, dont la demande a éld dépoiéa» 
lh^6 «ai >8^t an aecrétariat de k préfectnra du départctaen* de k Seka« 
par le sieur Casain (Tbéophile-Honoré), à Paràa, rua de la Ghauiaét dw 
iafinimcs, n* 6 s pour un système de fabrication du sucre* 

770* La brevet dlnventiosi de qaâose. ans, dont la* demande a été dépoiée, 
im 8 aaai 18&4 r au secrétariat de k préfecture dn département da k Seîaa» 
fMT leBsieiuiiGhéradauie(Alexandre-Léopold) etGuèadron (André-Gaspard), 
à Paris, rue Rocbechouart , n* 7 1 , pour une tabk à eaocbeiv 

771* Le brevet d*invenlion de quinxe ans, dont la demande a été déposée* 
la k mai i854, au secrétariat de la préfecture du déprlemeot de la Mae, 
.par k sieur Dolléans (Louia^Cbarlea), A Paris, rue Saiot-Denia, n* 3o6, ponr 
on procédé pour obtenir une gravure cLimique en creux sur pierre lithogra- 
.pbiqne et anr sine» aervant à Timpresaion des monsèdines, calicots, aoies et 
lîsaua divers* 

77 a* Le brevet d'invention de quinte ans, dont la demande a été déposée, 
U é mai 18 54, au secrétariat de k préfecture du département de la deiaé, 

Kr le sieur Donlevy (JoLn) , représenté par le sieur Fleiscbmann , à Paril* 
ulevard des Italiens, n* 27, pour des perfectionnements dans le cbromo^ 

770* Le brevet (f invention de qûinïeanA, dont h demanda a été déposds^ 
le k mai 1 854, au secrétariat de la préfecture du département de h Sehn, 

Îar le aieur Duval (Frédéric), à Paris, rue Potiveau, n^Ss, pour un proeéAé 
e conservation de substances alimentairea, notamment pont extndi de 
légumes, etc. 

774* Le brevet d'invention de quinxe ans, dont la demande a été déJM^t 
le 4 mai i854, au secrétariat de ta pi^fecture dn département de k sehM, 
nar le rieur Cilmer (JeanÉiéonor), à Paris, rne Saldt-Rfaur-Popîacaml» 
11^76, pour un système de distributieitt da vapenr dSlfti^r jam/redemeac 

775^ Le Itevet d*invention de quinte ana, Aont k demande a été dipaeii, 
f^ 3 mai i854, att aecrêfafiat de ta préfcetnre dn département de U SeiM, 
'f» k alettr Grobon (Françefe-FVédéric), t Paris, rué IMttfMbatafiir, 
a* 4 , pour un jouet d'enfants. 

' 776* Le brevet d*inventîon de milnae ans, dont la ^maida a été dépasée, 
Kf il mai t8S4 , a«i 9ec^étarkt d« k préAMrtnM dn éépanemem da4a Seii«> 



Digitized 



by Google 



fi. n* 3i0. ( »75 ) 

ri» sîeqr Grover (Wiilian*Ovrla)« repréAeaU& par U sieur Wker, élî«a«t . 

m vfstèiiiA de plamea et de pînceaui à xnar^cies dîu plumêS'fonkaùmM et ^«ir 

777* Le brevet d*in¥enlîoa de quinie «ns » doot la deneode a éié dérn^ée» 
la 6 aaai i&54t aa secrélarUt de la prârectuae du département de la Seine.^ 
ftr le sieur HeeqviAt (fienjaimn), à Paris, rue dn C&ire» n* 2» pour des dîa- 
noBtioas de porte-plume alimentaire d*eoore. 

77^ Le brevet d^invention de quinze ans, dont la demande a été déposée^ 
la 4 mai 1 8 54, au seorétariat de la préfecture du département de la Seine, 



HT le sieur Jarosson (Léon) , représenté par le sieur Fleisclimaon, h Parîa^ 
baleYard des Italieos» n* i^, pour des perfectionnements dans les bloes 09 
planches pour Timpression des élofi^ et autres articles. 



^79* Lb brevet d'invention dont la demande a été déposée, le 5 mai iSS4 , 
an aecrétariai de la préfecture du déprleoient de la Seine » oar le aievr 
Kraot (Henry), re|)réaeaté par le sieur Gardissal, à Paris, boulevard SailM- 
llartîn, n* 29, pour un appareil pour faire pencher les tosuioaux. 

780* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
le 4 mai 1 854, au secrébriat d^ la préfecture du département de la Setnie*, 
jnr la demoiselle Lefebvre (Marie-Anae-Carolina}, à Paris, rue du Faubouq;;- 
da-TempIe, n* 93 , pour un système de châssis pour serres, etc* 

781* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a éié déposée , 
le 8 mai >854, au seeré uriat de la préfecture du département de la SeîiMi, 
pv U sieur Maisonnenve (FrançoLs-Frédéric), à Paris, rue Folio-Méricmourl, 
a*|3 , pour Tapplication de la laque aux port»-lnnettea. 

^$9* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été dépotée i 
le 6 mai i 854, au secrétariat de la préfecture dn département de la Seinit, 
mr le sieur de Malbcck ( Jacques-ÈUdat) , à Paris, rue d'Ângouléine-du- 
Temple, n* 38, |>our un gazogène économique. 

783* Le brevet d'ioventiou de quinze ans, dont la demande a été dépoaéQ, 
le k mai 1 854, au secrétariat de la préfecture du départemeqt de la Seiat , 
par le sieur Oran (Honoré), élisant domicile chez le steur Lambert, à Paria, 
me Boarbon- Villeneuve, n* 27 , pour un procédé deretaiilage des limaa usées 
par le travaiL 

. 784* Le brevet dlmrentiou de quiose ans, dont la damandoa été déposée , 
le 1 1 mai 1 85 4, au secrétariat de la préfecture du département de la Sartbf , 
par le aieor Papîn ( liippolyte-Jolieo) , au Mans , pour ua robinet-soimpe. 

78S* Le brevet d*invention de quinze ans, dont la demanda a été déposéa, 
le 4 noai i8Sé, au secrétariat de la préfecture dn département des Bouehes- 
dn-ltbône, par les sieurs Pawilowski ( Georges -Âlezandrej et Anrignen 
(iaa^), me Saiot-Savonrnio , il* 3o, 4 Marseille, pour UQ étaotribe ou ma- 
cbiue i faire llinile. 

780* Le brevet d^iavention de untaze ans, dont la demande a été déposée, 
la A mai i8S4« au secrétariat delà préfecture du département de la Seine, 
par le sieur Porcherie (Louis- Alexandre), à Paris, rue Montmartre, n* 8^, 
pour un peigne à ressort. 

787* Le brevet d*invention de quinze ans, dont la demande a été déposéf , 
le zo mai t854* an secrétariat de la préfecture du département delà Seiiie- 
Inféricora, par les sieurs Hampal et Simon , rue de la Vicomte , a* a4 > i^ Boue» , 
pour un dispeaaaleur principal des liquides. 

jW Le brevet d*Ioveotioa de quiqze ans, dont la demaode a été déposée » 



Digitized 



by Google 



( i7«) 
le i mai iSSi, an secrétariat de la préfectare da département de la SeiM| 
par le sieor Raslouîn (Vinaot), élÎMot domicile cfaei le lienr Etpiritot, I 
Paris, rue Saint -Honoré, n* 49, pour perfectionDementa apportés aux pro* 
pulscurs à vapeur. 

789* Le brevet d'invention de auinxeans, dont la demande a été déposée» 
le 4 mai i854, an secrétariat de la préfecture du département de la Seine, 
par le sieur Sikvardan (Auguste), élisant domicile cfaes le sieur Armengand 
jeune, à Paris, rue des Filles-du-Calvaire, n* 6, pour un système de taUo 
tournante. 

790** Le brevet d*invention de quinxe ans, dont la demande a été démée» 
le 5 mai i854, an secrétariat de la préfecture du département de la Seine, 
par le sieur Stégor (Laurent), à Paris, rue Sainte-Anne, n* 46, pour des 
perfectionnements apportés aux locomotives. 

791* Le brevet d*iiivention de quinxe ans, dont la demande a été déposée, 
le 5 mai 1 854 , au secrétariat de la préfecture du département de la oeioe, 
par le sieur Tbibert (Louis-Henry), à Paris, rue Michel -fe-Comio, n* t5, 
pour un genre de lorgnette. 

793* Le brevet d'invention de quinxe anSi, dont la demande a été déposée» 
le 9 mai i854, au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, 
par le sieur Âulnette (Jean-Marie), à Paris, rue de Rivoli, n* 4o, pour dei 
écriteanx et des affiches imperméables. 

793* Le brevet d'invention de quinxe ans, dont la demande a été déposée» 
le 9 mai 1 Sbà • au secrétariat de la préfecture du département de la îieine, 
par la demoiselle Beauvsis (Gëcile-Célestine) , représentée par le sieur Matbu, 
i Paris, rue été Récollets, n* 6, pour un système de lavage et^e dégraissage» 
pour toute espace de chiffons de laine et autres, afin de les rendre propres! 
être effilés par lés anciennes mécaniques dont on se servait à sec. 

79 i* Le brevet d'invention de quinxe ans, dont la demande a été déposée» 
le 8 mai i854, au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, 
par le sieur Bellevalette (Victor-Constant), rue d'Allemagne, n* 3, à la Petite- 
Vil Ictte, pour un système de chemin de fer et de roues appliquées à son 
usage. 

795* Le brevet dHnvenlion de quinxe ans, dont la demandée été déposée, 
le 10 mai i854, au secrétariat de la préfecture du département de Ja Seine, 
par le sieur Bernardel (Nicolas), à rHôtei des Invalides, k Paris, pour àm 
perfectionnements apportés aux guêtres. 

796* Le brevet d^invention de quinxe ans, dont la demande a été déposée» 
le 9 mai i854 , au secrétariat de la préfecture du département du Rhdne, 
par le sieur Bertbelier (Pierre), place de la Préfecture, n* 4, ik Lyon, poor 
un système de tuiles. 

797* Le brevet d'invention de quinxe ans, dont la demande a été déposée, 
le 9 moi i854, au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, 
par la demoiselle Désirables (Louise-Hélotse), élisant domicile à Paris, rua 
du Bouloi, n* 90, grand hôtel d'Albion, pour un genre de fabrication de deo' 
telles et blondes avec fleurs naturelles. 

798* Le brevet d'invention de quinxe ans, dont la demande a été déposée, 
le 8 mai i854» au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, 
par le sieur Donxé père (Antoine-Louis), & Paris, rue Saint-Sai\veur, n* 6, 
pour un moyen de disposer des agréments faits à Tavance, dons le genre da 
travail que Ton exécute pour le point d*£spagne et de la dentelle. 

799* Le brevet d*inventioa de quinxe ans, dont la demande a été déposée, 



Digitized by V'OOQ iC 



Ru* 3i6. ( 177 ) 

h 9 mai iSSà» an secrétariat de la préfecture da département de la Loire» 
par le aieur Fayoile (Jean-Claode), au lieu da Soleil, à Outrefurens, plbar 
us sjalème de mécanique à levier, servant à faire mouvoir les voitures par 
TCÎe de terre ou de 1er, sans chevaux et sans vapeur. 

800* Le brevet d'invention de quinse ans , dont la demande a été déposée, 
fe i5 mai i854, au secrétariat de la préfecture du département de Seine-et- 
Oîsc, par le sieur François (Joseph-Frédéric-François) , à Chevreuse, pour 
u corbillard à engrenage pour le service des pompes funèbres. 

Soi* Le brevet d'invention de quînie ans, dont la demande a été déposée» 
kSniai i85é« au secrétariat de la préfecture du département du Rfa6ne» 
par le aiear Furuion (Etienne), rue du Griffon, n* 3, à Lyon» ponr la 
isppresaioa des bobines ou roquetins pour la fabrication des velours 



80S* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée» 
lei5 mai 18 54» au secrétariat de la préfecture du département de Vau- 
dvse, par le sieur Gaspard Gis (François-Pierre), rue des Lices, n* si , à 
Avignon» pour des moules à clapets ou à fond mobile» et des procédés pour 
la fabrication de toutes sortes de carreaux, etc. 

So3* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée , 
le 11 mai i854, au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, 
parles sieurs Girard (Eugène-Joseph) et Marin (Alphonse), à Paris, le 
pRuier, rue Saint^Roch , n* 4» et le second, rue db Temple, n* io4» pour 
an chapelet Bréguet. 

8o4* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée» 
je 9 mai iSSi, au secrétariat de la préfecture du département de la Seine » 
par le» sieurs de Grimouville (Edmond-Gabriel) et Radizon (Ernest), à 
Pâtis, le premier, rue Notre-Dame-de-Lorette , n* 38» et le second» rue 
Fjfart, n* 90» pour un verre à gaz ^t un fumivoreanlifendu. 

8o5* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée» 
le 9 mai i854 « au secrétariat de la préfecture du département de la Seine» 
parle sieor Guichard (Edouard- Augnste-Désiré) , à Paris, rue du Sentier» 
a* 8, poar l'application du grès pulvérisé de toutes couleurs, sels métalliques 
et antres substances réduites en poudre, à la fabrication des papiers dé ten- 
lore veiontés. 

806* Le brevet d'invention de quinse ans, dont la demande a été déposée» 
k 10 mai i854 • an secrétariat de la préfecture du département de la Seine» 
par le sieur Ueiuhold (Edouard*Alois)» à Paris» rue ue BnOaut» n* 33 » pour 
HuÊZ et tours universels. 

807* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée , le 

mai 18 54. an secrétariat de la préfecture du département de la Seine, par 

sieor Uoudart (Théodore-Frédéric), rue des Pannoyanx, n* 45, à Belle- 
ville» pcnar on étui à lunettes à charuières et à fermoir. 

808* Lie brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée» 
le 8 noai 1 854, au secrétariat de la préfecture du département delà Seine» 
psr le sieur Joornet (Pierre), à Fhris, rue de Belzunce» n* 16, ponr un 
tfdkme de machine à l'usage du tourneur en bois ou métaux («t autres ma- 
tières, et dite» dans ce eaT, mandrin circulaîre et halamcigr ou presse circulaire, 
Wsqa'elle s'applique aux arts mécaniques. 

809* Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, 
ie 11 mai i854f an secrétariat de la préfecture du département de la Seine» 



l 



Digitized 



by Google 



( •?«) 

ptr Itf sîiair KmAmt ( FMMçob-Xa«Mi)yà P«rw^ Hi»-4iàyMrfi>ari-iliint liirtîa, 
«r 37 , fMMi «A gtttre 4m «ves. 

le 1 1 mai i85A, au secrélarUi ^ la préi«ali>r«s du dëfiartement^e fn ^rwi, 
par k 4i«at Laa^aft {Fraoçak), raa Leiardec, a"* 5o« à fial^^ialle»» f»ar 
«a lygUttii de bkaehiss^ge par pMeédé oiéoiDÎ^Qa. 

%\ 1* Lakrwn d'inve a ikode qaÎABe aott àotUi k d em an da a M dépoeét» 
k 8 mai i854, aa Mcrétaakt de k pvékcUfe d« dépeffftameat de ia Saîme» 
prir k akor Loi^^ (Tkua), rapoésenié .par k tkar Rejaaud, à Pena, rum 
delkoona, V h » pear des pr é c édé e de tm to ai aal de k 4;anne. à atiore» 
yoar k faJbrkatko d*iia p ^ ad ait dii eam-Àe-vu de oMoe. 

^1 a* La bvaaal d'iavanlba de quiaee eae, deat k demande a ëié d&poaéa, 
k 8 mai i85^, au secrétariat do k préfecture du départemeat de la S«iaa« 
par k sieur Mohin (Pîerfe-Looîs), à Paris, rue Saint-liartia» n* ass.^ pour 
•a bougeoir réveilk-matîn cakndrier perpétuel. 

81 3* Le brevet d'invention de quinze aas, dant k demande a été déposée, 
k 11 mai i8S4, an secrétariat de k préfectore du déprlement da k , 
Seine, par le sieur Normand (Désiré-Ferdinand), à Paris* rue Rambotaaa^ 
a* i3, pour procédés de rabricatton de visiëres de casquettes. 

%ià* Le brevet dlnvention de quinze ans, dont k demande a été déposé^» , 
k 10 mai i854, an secrétarkt de k préfectufc du déparlement de la , 
Seine, par k sieur Pearsali (Tbomas), représenté par le sieur Gardîssal» 
à Paris', boukvard Saint*Martin, n* 39, pour une méthode de retarder k , 
décomposition des farines, des blés et d'autres substances végétales. 

81 5* Le brevet d*invention de quinze aas, dontk demande a été déposée, 
k 11 mai i85& , au secrétariat de k préfecture du départRnent da k 
Seine, par les siears Poisatondeet compagnie, Knab (David-Glovia) at ' 
itfsllet (Alfred-Antoine-Panlrn), & laFolie-Kanterre, pour fabrication indna- ' 
trielle de carbures d*bydrogène !iquide\ titrant plus de ctnqaante degrés ft ! 
Taréomhtft de Cartier. \ 

816* Le brevet dlnvention de quinte ans, dontk demande a été dépavée, 
k iS mai i854, au secrétariat de la préftcture du département des Voages, 
par ks sieurs Remy (Jean-Josepb) et Démange (François et <!haile3-Ja> 
•eph), à Rtmoncbamp, pour an système de pompe aspirante et foalaitto 1 
double eiFeU 

4i7* La fciavM dlntamioa dwt k demmde a été députée, k %m mai 
têH, BU seontariat de k préfeetnre du département de k Seiaa, psur ia 
akar iiedger (WiHkm), mprésantépar k siaor Stotter, à iWia, rua Iko^e», 
A* 9 , pour des perfectionnements dans les ancres. 

«18* Le brevet d*înveiitka dont k deauaide a été déposée, k la <nù 
•€5d« an teoréiariac de k ptéfeelara du départconat de k Sriae, paaria 
•kttr Smitb (Jeba), vepréseaté par k eîear Perpîgaa, à Paris^ ne Sainae- 
▲nue, n"* 46 , pour des perfeelîenaameats appakés a»L aMuke peoprea 4 la 
■loutare des giaîas, des gnâaes et des miaérana. 

61g* Le brevet d'invention de qaiiise ans, doat k demande a été déip»»4a , 
k 9 BMi i8Sé , au -secréteriat de la pcéfeeture du départenkant de la Seâs^a « 
par k sieur Temudier (ioaepb), À Paris, rtie d'Angoulèaa, a* it, paa^r le 
aaanlafs des aer& desaaiiaaaz. 

820"* Le brevet d^invention de quiaae aas, dani k demande a été dépaaée^ 
k «o mai 1 854 • au eeci^tariaft de k prékckare du dépavteBieat de k .Seine , 
par keiear Ttlas (Wittiaaa-D.f, «epfésenlé par keiaorXSardiasal, à Paria, 



Digitized 



by Google 



B. D«3i6. ( 179 ) 



màaa et boites d'essieux. 

8fi* Le i i M i > l l d*ia»eatitfw^ ^Mk«4HÉi,dottl U deiMttâ«*ë«é dépMée, 
ièAnat ««54; an eanélirbll de U- préfMiorto 4u dépuritmeal de la Seia», 
fHÊUimmm Vîacaat (EMesi)* laMcMl (l«é a< a € barto) «t Qvîakr (T4*> 
*iv Tvm ^mt4)oiiMiNqmv o* 42« pûw des $t%t 6àé» «el i fniMei É 



fini bu portatifs appliqués, i* à ran<eBage*a«i itiigalàett «Astable' et gvadiièi 
èipkaiee^ flaéi», fruili «« arbeer^ •* à lé g a ériiea, aMrataeavieot,! inns- 
ftaaatiea, oaia ra lian.» aaaluMtmft et iMNMennitioii à^régéumn. «n géninl; 
^ è riaoeaMa* ^mmaét» adoeiréNn^es* a^fawt f^nr oàjet de deaaé t leci 
Aiigw à ifolooté la parfiiaidtsipkotés, fleam^ Ihiitt o« ai^ras. 

«aa* U cattifiaat d*addkhMi dont la datasanda a ëlé àéftê^, le 6 naia 
i854, aa secrétariat de la préfecture du département du ^latfd» par la û bê ê 
diteray (Paai), dlisaM doiiiiaîla ehaa U aieut llatkoD^rm des Jardina, 
i* i«,à Ltlla* al ia fattachiat an Ivvval d*inveniian da ^faiase tans pria, 
àij jsBfviar i^53« pour mm ré p ila t eur by^rautttiiie oeMnIage, a|^piioable 
«n nacbinoi à yap a ar ^ aoa ft>ueà ktdnnidM|iies. 

8i3* Le certificat d'addition dont U demande a été d <p aa<i, le ^ iémrimt 
sM, aa tec u él ari al de la prffettara dd départeaaani da la teiaa, parle aîenr 
iâi^gaid(lHdéra),àParîa,rtt0TMveBot, n"*!^* eiseffnttackant anbMVd 
€iaveoib»de.quinae ans pria, la 7 acplaBil^ra i^5a , «lenjoioteoMBC avea le 
dnr Cbenet « pour fiidkrîoation, en tootea ion^iaara et largears, des robaM» 
l^el toota airtve espace dé tieaus nétréoia et bonffiMUs eoittiaw. 

M* Lec«rttfie*td*addilii» dont la donande a été déposée, la s4 lévaàcr 
18S4, au secrétariat de la préfecture du département de ia Seine, pir lie 
dnw Beoftet tit Darteièg-Potoiae, fepréeantéa pêt h lieur MalUea, àAiris, 
iBi&ialp^ébaAîcii, n* 45, et se ratlaohaat au iirefet'd^im«itâon<de qwMa 
^|m,lé M décaoafare i8S3, paèrdae perfnrtîanaaaaent» dasaleafou^à 
Maaflerlaaoélatt. 

8i5* Le certificat d^additioai dont la demanda a été déposée, ia ^ tétrmt 
»8Si, an ieorélartaft de la pcéfeaMwa d« départamMi da In Seine, par la 
émCknM (CI*ida^Bemaad«Adrien),3«e do LaMly^m* M^ A Clicfa74n- 
tewai, et aarattadianll au bMvat d mve«lieM da^aîaseattsprii,la È^mmu 
tW, foar ■oaaaaliaatian, lenricfaisaeaae&t etampioîdt» ga« dans les iiitgils 
■Mimp^aea «I anirei. 

1er LeMliftoald*addîlion dont lft4emMla a élé dépaséa« 40 % ttmer 
i<54, an secrétariat de la préfecture du dé p e a te m e n t da la Saioe, ptt Jaa 
dnÉ^CbéNm (Ittoèlah)» >N » tafra» «I Failampta (Fle>iaMiida«icalaa),.i>ar- 
9k» #Iiidie, nerte de Gboîa74a4loi^ ■* i4 (Idaison^AanolM) , et se v«tla- 
<l«Bt aa èravee d'mwetifioa dé qMae «as pria^ H i^ nai iS&i , pour on 
^iMiin «éeanâqne de laeiave. 

^97* Le certificat d'addition dont 4a deasanâi a dté dépatfia., le 1 5 févalar 
»m> aa'ie un i lai àa de la pféfeclafa dn d^) art a m afcl de la gaina,naf le eienr 



MMisie (IHeire), à Bmië, rua d\4n g aw ièm» du>Taaipla , iT 17, «4 se Mtla- 
ihaatanbvevttd'iaventaoAdaquinaaanspnst i# 6 ectojtfe iSât^ponrdea 
f«fcetisauraMa«a apportés -datts la lafaasentaatt da cbéaolat etanuvs adba- 

818* Le certificat d'addition dont la danaanda^idlé dépaeéa» ie 4i Uwitt 
^»anatcsdlanatdaiapi<éiactiireda dépfertametttdB la Mna, par Ui dama 
^ • - - k), aworiaée daaao inarii 4 Paris, 

Iii a f e t 4'in y a rtt aii da q aïa a a aM«4^, 



%fittd, née Clivgaf (iiasàa^Maqfpiariie) , atfloriaée da aan vuiii 4 Paris, 
*>Biitbar,«^ a4, -iiaa MHàchanl'an liMi 



Digitized 



by Google 



( i8o ) 

le 1 7 fiivrier 1 853 , pour nn syitènit de filtttf'prôprs à la ftluricatioa dn mum 
avec perfection oement. 

8s9* Le certiGcat d*ad(]ilioii doot la demande a été déposée, le 17 (i- 
mer i854, au secrétariat de la préfectare du département dn Tarn, par le 
^eur Detpecb aîné (Jean-André-Cécile-Nestor) , à Castres, et se rattachant an 
brevet d*invention de quinte ans pris, le 36 avril 1 8S9, ponr une pompe k la 
ibis aspirante et foniante dite pompe ctutraise, 

' 83o*Le certificat d*addition dont la demande a été déposée»* le fi llhrrier 
i854, an secrétariat de la préfeotitre du département de la Seine, par le sienr 
Duchesne (Jules-Jacques), élisant domicile chez le sieur Armengaud jeune, 
à Paris, rue desFillM-du-Calvaire, n* 6, et se rattachant an brevet d^inventien 
de qninse ans pris, le 6 septembre i853 , ponr diverses machines . propres à 
la fabrication des sabots. 

83 1* Le certificat d'addition dont la demande a été déposée, le so février 
i854i au secrétariat de la préfecture dii département de la Seine, par le 
sieur Féry (Cyms-Stanislas), à Paris, rue de Bnffon, n* 69, et se rattachant 
an brevet d'invention de quinie ans pris , le 11 novembre i85i, ponr an 

' appareil de chauffage. 

83a* Le certificat d addition dont la demande a été déposée, le 18 février 
i854, au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, par le 
sienr Gannal (Adolphe-Antoine), à Paris, me de Seine, n*. 6, et ae rattachant 
an brevet d'invention de quinze ans pris, le 4 août iS5i , par son père dé- 
cédé et dont il est l'héritier, pour des procédés de conservation des subs- 
tances animales et végétales employées dans l'économie domestique et indus- 
trielle. 

833* Le certificat d'addition dont la demande a été déposée, le 11 février 
i85é, au secrétariat de la préfecture du département do la Seine, par la 
sieur Gianetti (Jean*Brando)« élisant domicile, à Paris, rue Monsieur-le- 
Prince, n* 1 3^ et se rattachant au brevet d'invention de qninse ans pris, le 
11 avril i853, pour un moteur dit appareil GianetlL 

834* Le certificat d'addition dont la demande a été dénosée, le 17 février 
i854, au secrétariat de la préfecture dn département de la Seine, par le 
sieur Gillet-Oudin (Sylvain-Mathurin), représenté par le sienr Talbotier, 
à Paris, rue du Faubourg-Saint-Denis, n* 53, etae rattachant au brevet 
dlnvention de quinze ans pris, le s4 novembre i853, pour application dn 

' bain-marie au traitement d'une portion de la farine entrant dans le pain, et 
destinée à en augmenter le rendement. 

835* Le certificat d'addition dont la demande a été déposée, le 1 5 février 
i854 , au secrétariat de la préfecture du département du Rh6ne, par lessienn 

• Gîndre, Grisillon et Guilbert, rue de Thon, n* 1, à Lyon, et se rattachant an 
brevet d'invention de quinze ans pris, le 3 novembre i853, pour un système 
de rouleaux cylindriques à moirer les étoffes. 

836* Le certificat d'addition dont la demande a été déposée, le ai février 

' 1854» au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, par les 
sienr Gnerand (M. C.) et Grosjean (J. B.^ , représentés par le sieur Armen- 

- pud jeune, à Paris, me des Fille»du-Calvaire, n* 6, et se rattachant au 
brevet d'invention de ouinse ans pris, le 7 juin i853, pourun aystèmede 

' carrés de montres à enciiquetage intérieur. 

837* Le certificat d'addition dont la demande a été déposée, le ai (évriei 
t854, au secrétariat de la préfecture du département du la Seine, par lesicni 
Hetheringtott (Gnillaume), représenté par le sieur Matbieu,à Paris, me Saint* 



Digitized by VjOOQ iC 



B. n* 3i6. ( 181 ) 

SAtBlicii, D* 45, elfenltacibaiil anlireTtt dlovcntioik pris, le 9 S aeptemlir* 
iSSs, et eipiraDi le S tout i866« pour des perfecUonDeniento dans les m»- 
chiacs et apparcHs servant à estamper et à emboulîr les. métaux et à levr 
domer diverses formes. 

838* Ltt certificat d*additioii dont la demande a été d^^Msée, le 9 (éyrier 
i854, a« secrétariat de la préfeetore du département de la Seine, par le 
■enr Isfurd-Maubert (Léop<âd), élisant domicile chex le sicor Perpigna, à 
ftcîs, me Sainte-Anne, n"* 46, et se rattachant au Itrevet d*iovention de 
^aiue ans pris, le 6 mai i853, pour des perfectionnements apportés à la 
emfcctioBidas eslagnons ptopres à recevoir les eanz de fleurs d'orangers et 
de roses et apfdicaUes aux récipients destinés à d^autres usages. 

S^%* Le 'aertificat d addition dont la demande a étéd^NMée, le as fétriar 
' i8S4« im secrétariat de la préfecture du département de la Seine, par les 
«nvf Jaeauot et compagnie, à Paris, me de Bondy, n"* 70, et se rattachant 
anbfcvM oTinvention de quiase ans pris, le 19 avril i853, pour une lampe 
OMidérataiir perfectionnée. 

84o* Le certificat d*addîtion dont la demande a été déposée, le 16 fé- 
vrier iS54» an secrétariat de k préfecture du département dé la Seine, par 
le sieur Lacarrîère (Fnnçois), représenté pa^ sieur Mathieu , à Paris, rue 
Siînt-SéWatîen, n* 45, et se rattachant au brevet d^invention de quinte ans 
pris, le 97 décembre iSSs, pour des perfectionnements apportés dans la 
-esnslniotîoa et la disposition des becs de gas. 

84 e* Le certificat d'addition dont la demande a été dépoaée, le 99 fé- 
vrier jSâ4, an secrétariat de la préfecture du département de la Seine, par 
Icf sieurs Langion (Louis^Napoléon) et Gavières (Jean-Baptiste), à Paria, 
•Wrievard de Strasbourg, n* 53, et se rattachant au brevet d'in^ntion de 
ifÔÊte sms pris, le 9 5 mai i853, pour. une machine tubnlaire dite vappri- 

849* Le certificat d*addition dont la demandée été déposée, le 18. février 
i8Si, «1 secrétariat de la préfecture du département de la Seine, par le 
risar Laadet (George-Jean-Baptîste), élisant domicile ches le. sieur Hemer- 
dinger, à Paris, roe lieslay^iO* 4 S, et se rattachant au brevet d'invention de 
qoinxe ans pris, le 99 août i85i , pour un système de locomotive à vapeur 

- penr les chemins de fer. 

843*. Le certificat d'additien dont la demande a été déposée, le 17. février 
i854, an aecrétariat de la préfecture du départen^nt de la Seine , par le sieur 
Lemeile (Denis), à Paris, me des Graviiliers, n* 69, et^se rattachant au 
hnvefdlaTeation de quinxe an s pris, le 1" février 1 854, ponr des perfection- 
■aneals apportés dans la labricatioo des boutons. 
. 844* Le certificat d*additien dent la demande a été déposée, le 17 février 
i859, an aecrétariat de la préfecture du déparlement des Vosges, par le sienr 
Lévy (Charles), à Bains, et se rattachant au brevet d^invention dequinxe ans 
pris, le iSseptemlHre 1 85 1, pour nue maebî&e propre à la fabrication des 
doas de soi4iers et des dons de chevaux, dite cloat^iv voâgienne, 

845* Le certificat d'addition dont la demande a éU déposée, le i4 février 
i854, nn secrétariat de la préfecture du département de. la Seine, par le 

tâenr Macpherton (Allen), représenté par le sieur Merie, à Psris,,rHe Vi- 
vienne, n* 18, et se rattachant au brevet d*invention pris, le 16 août i853, 

*. peor des perleetionnemcnts. apportés à la désinfection des égouts et autres 

' •eeadn^ souterrains, et la cenveraîon de leur contenti en substances u^ijes. 

s 84PLe certificat d*additio.n iofA la demande « été défiesée, le 17 février 



Digitized 



by Google 



( fttt ) 

ftSé , «« floci4tai«t àè k iM^faelvM 4« ai f M i tH i ti it éê la Sn««, ft»! 
iioar MartM (A9Mol^prk-Pnip^M8.Mane), éKsMftdomiflMt, à Paris, n 
ilMitJ^wil, n* 2^ , «i M nMMhanl «a fct w M d mvMtiM ie q«iMw «os ffii 
le 9 s janvier 18 53, pour un procédé pour la fabricaliitt, rwétiiratMuj 
ie twyK éwBwnkpie dea yiw, «o^ét fvoeédéil donawie «Ma cTartMU 
iVMpàiit Mmiim. 

$éf U cmMct^ é tmà à té tn émi k damaaée «4té âéMaée, le«t fMIa 
atS4, Ml aecré tari at da la p ré fa a U iye éa dépaHenwat da la Sena, fiarè 
fieurliafflip (Ékaandra^ , à f^a,'nielia|ra4laai»4l«B-€lMMips, nTf s^ «t^i 
a«ttae|ia«l an bdevat dKammimi da'^»aa«aa paisi ie 17 «raâllfi#iil,fa« 
on appareil d'doUivaga. 

mI* Le eaffâ&aat d'addîtîmi dont laidaaiaiMka étédéptaëa/ie aoAnrie 
«l&a« m aecrétaffiat de b préCeoture du dép^rtemeiit da Vaiidaaa^^iHi 
wawrMaPlMi (HfMuri-Macoal), à Garpaatiw, et ae ta tlae twwaac Weveftdlaaaa 
aipo da ^ÎBMe ana pats, te 1 1 janvier f §54 , peur tiae taaape madéfiMii*! 
niveau oonslaot et à bec toujours plein d'huile sans Ummob du aciaeH. -" 

849* Le «•v^'Soat d additteo dovt 4a demande a dté dépasée, le t o Umn 
•454 1 a« aeerdiariaA de k pt^feetiira dto déf^i4eaKMil de ta «eina , par le liMi 
Meeâf fPîefi«e-loM{dj') , à ittk, ^a« Bai iifcQn, w^ 19, «t se rMudiaiii lî 
taea et 4 wvwitian de ^toae ana pii» , k i3 aeplaaflbra i86« , jp^aa «n -ifjé 
4kaM d*MÉÎIai|ioo da lirodetk al de paeeemeaterie. ' . ~ ^ 

85o* Le certiGcat d'addition dont ia denoande a élé »dépeeda, k an ftvfk 
-aêSiA ♦ a> saceélfykt de k pidiecture dn dép aa taesanl àéU ikula^lreana 
fm k aîanr Melitèa (J^sai^) , qtt« flawiMHerre, «l* 8, <è TMêovn.'^l aevaM 
««liant a« kperet d*MiveD4ion de quinze aneyrts, k «7 awii i653,faaxH«i 
iproeédé «dealiaé à augmeMler la vakur coannerciale 4es «aldînet 4a k if i W 
dana l'î«d«8iak 4ae iMMgtea 'Méariquaa. 

85 1* Le certificat d'addition dont la demande a été d ^ aaéa, ki^ii 
'Wkr i<5Ai Miaecrdiafkt de iaftéfeatuiie^u d é parte m ent dakiSaioé, par II 
4eaMiiarik Mercier (Sopbîe^etteviève), à Pans, rua def^mtembar^.a^f 
-at ae«atlaelMuit aw k-evel d^lavéniko de ^kae anepria, le «i Câwkr li^ 
fo«r «pplîcatîeQ al parfeelkntiëmeHts 'àU appanfâk -raklifs sm Maoïddiligi 
«al kttîvafe dv imgt a*a p pii qoi pt msai à d*a«lra8 «isegea. ^ 

852* Le certificat d'addition dont la demande a élé-ddpaaéa« ^ad'iladv 
•(^i,, au saefdianat -de 4a préibéture d«i ddpàatemeni 4k k#eiii4, fair k 
lakwaMiUea <lliee >a i Anga sle^Sogk») etideuran <LéapaMV« rapnSiaaCÉ 
^rksk«rGafdis6al« à Pania, iMMdevaMl SaktrlIaittD, if a^, et «af«ii 
«kml Ml lipe«al d*<Birantkn de qukiaavs pria, k a3 <fé«aiar i<l3« P*di 
perfectionnement dans le Iratieaaaal 4es Mée «iMitM faiibéa, al^aopii* 
«oUèremoBiteB ce mi eaneeme kmr kvaga, klur aéefakge, kcr mMitàaa,iiaoi 
'MMi>iBM<iant et 1e«r oemervatka* ' 

8«3* U €ertifieal d'addilion doMk dàManda a dié dépesée, te «8 llMf 
aCiâ, au aecrétarkl i» k prdkctwa du départameal'dak Seine, ftf^l« 
aîeur Mnllar ^àdften), aepréaenid par 4e* akarMatftHeo, àlPawa, MeM*^ 
Wlwatkn , n* 45 • el ae.ratt a oi m i l au breaet d'ÎMnto» de quînaa aMpriii 
de a déeendK'e i8S3, f««rdaa appliea«ima d« fer^ da iMartevdusiM^ 
dbbkf , à k fUiricadan dea ptignea 4e tisaara»« , dMfliavMe mé^i^l^fm*'^ 



814* ÎM 4Mrtiieat«dWdllka 4Mit1a4eM9ie % M ^Mpoaée, M af ^ 
iM^i, m aaMdlarktéa4a paMctara 4ii 4lpartame«i 4a M^fl^f^^ 

I r^Mt^mÊ^êM^ , M■ ^ a 1 i^ ^ i 1 d,^#4,>à'LyMl<#l^aa ••e^»»' 



Digitized 



by Google 



B.D*3i6. ( i«S } 

• kcMl dlarentÛMi de qaisM «m frk, le 19 DSvriir *Si$,^Br vme «ui» 
Aitti eottira i« froits. 



MhafMiaaadre), place éa fV>nft-de-la-G«91«liàre^ 9, àlrjeii, d aa 
nmèaot ao brevet d^inventioa de quinie ans pria, iesy <ectobra aSMv 
pvtt v/tÊhm»êt néaage àTapenr. et par le vide, à froid. 

MT U eeriiiîcKt d'addtlioD dent la danewle a M dtfpesée, le la fl^ 
m i9S4,aB aeorélanal de kpaéleetttpe 4n diparteiiiettt 4e la Senae, par le 
MvMiBtfMafie-aar4aâeaiy-Mien),à Paria, me de kfiarM, tt* 55, «I 
a flOMfctat a« Ibrevet^d^nveotien 4e «qiikie ees pris , le -»$ février i^5e» 
fnrdhm appareîia mus par le irent, ie seufle 4e 4a 'keeehe -et» l'idr eoaa«> 
pnéoiilalé par la dlialeor. 

fif Le certiiîeat 4*addîtieQ dont ia denwnde a été dépesée» la it Hft- 
«rtSM, as aeeaétariai de ia préfeetore du dép a r tem ept de la Semé ,par le 
tiaribifàriatide), à^rÎ9,-rae Saint ^Denis, fl* 3èo^ et ae «atlaciiîaiit aa btevet 
iantiaa de qiûaxeana pris, le th fliara iSSe, pepr un appareil gasogbnf. 

if Le earâfieat d'addittea deet la demande a été dépesée, le i5 4^ 
dttl5i, aa secrétanal, 4e la préfectnre du- départemêot de k $ekie» 

eMar1VdbiiiaoD(!Mae),éliMiit4ofBÎdlle ébei le aieur de f^aUnae- 
, I Paris , me de ràebieuier, n* S^ , et se ratlacbaot «ci hre»at4*i B W 
iiè^ainàe m» pris,lB 1^ lévrier -i'853, peur 4ea perfee^nneaseots dans 
liai|àB et apparella aervaat è préveptr 4ea aeeSdeals sardes «keflaioa de ^§* 

St'IieeertAeafc d*addiliea deiyt la demande a été dépoiée, k i3 lévrier 
: 451 «leeeerétartaft de k pf é fegt ara 4a 4éparte«ieBt 4e k 6ame , par kekilr 
iftiiiUidi At^akiV '(Leoisr}, i l^Mna, coar dm Dte^en, ii*4, et se^Ml- 
jUaitaakevet d^aTeatien de fjoinee «Dspiû, le loieclobre ig5t,pe a r 
^Nnliaaisena 4a « d iar pente s en ^r , applieaUes mn eeDalracfko»4e teasa 
<^ mer, et lear doDDant entre autres avantages, celui de«ésisler ao dk&t 
^kslsb et des k>Bsbes. 

^v* im eenfltcstt A'avciBMB «est fa 'oettiaticie e vte aepoaee « ae tv cavrHF 
|Kl, «a aecrétariat 4e k préfect«re4a 4ép a rt e B iaa a de VfiBra , par le sievr 
Haa^ fHeari ) , xk Loeviers , et -se rattachaat «a Iweeet 4' kv e p tioii de ^okiaa 
M prii Je a 1 février 1 853, pour une madune propre à éfiivr •et'kiler'Iaaeaka. 

l6i^Le eertiicat 4'a4dilioa 4ent k4eiDaodea4lé 4époaée, k iS fé- 
2^i€H,aaeeerétanat 4e |a préfeeMire-âa départeantfl 4e k Mume.par 
*^figoarsttK "(Slaaiéksi), à Ikiosa, et «e raltadhaat au %revei d*kve^ 
«lésine ans pris, k it fkrkr 16SS, poor wiepelgiiease aAécaaif|tta 
f H$ aMawrea Bwmetftaaaas* 

^2* Ls oerti&oat d*ad£4oa daaik deaiiaade « 4lé déposée, k it nafa 
^1 sa seerétariat de k prélect«l« de départeaseat de k Seine, par k 
J*|M*jlle Beaodeloas '(Marie4rfmise<}Ltse} , à Paris, vae du Pad^ourg^ liai a t - 
^*^i -a* if)^, et se rattaelfeant au brevet d^inven^an 4e <|ainae«ns- pria« 
M décembre i853, pour des peHedioBaaaieats apportéa dans k fidneica* 
^<^tfa^w«Miii4!WAmtfl , ele. 

JJ^Lecerâfieat dradditiendeaft k d aa s a a fl e ^ 4t< dépesée, teti «sata 
^^ aa s et té lai ki dek t>réfeeta>e 4u4épai<eBaant de k Seine, pBrk4a- 
*'*>UetatiMDttx (MarM-LotûselMr) , à Wmèk.Tm 4u F a A w i gS d a t P a 



*■<, if -339, cjiaa rat la diaa t «« kwvet 4'îaiveaikBi ide «ainae ana fMk» la 
^wffiiiksi 1 8$S , peor 4eapes'flsBWRtMBMttsapparléa 4aiia k Hvriai^Miia 
^WredoanellaasEiécaBÎnaaMifaMtia, 4la« * 



— &igitized 



by Google 



( i84 ) 

864* Le certificat d^tddition dont la demande a été déposée, le 37 ft- 
Trier i854, au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, par le 
aieur Btnet (Jean-Baptiste-Hoaoré), à Paris, rue Rocbechouart, n* 38, et le 
rattachant au brev^ dlnvention de quinze ans pri.^, le 9 juin i85s, poor 
uu système de décMtion sur glace, verre, cristal, à Taide de la peinture, ^e 
rétamage et de l'argenture. 

865* Lie certificat d'addition dont la demande a été déposée, le 97 février 
i854» au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, par ie 
aieur Binet ( Jcan-Baptiste*Honoré] , à Pans, rue Rochechouart, n* 38, et se 
rattachant au brevet d'invention de (juinie ans pris, le ai janvier i854, pour 
des moyens de fabrication de glaces, verre, cristal, etc. blancs, de couicnr 
on colorés , et application de celte fabrication. 

866* Le ceriiiicat d addition dont la demande a été déposée, le 37 février 
i854, au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, par les 
aieurs Binet (Jean-Baptiste-Honoré) et Bégiin (Jean-ThéoJore-Loois), â 
Paris, rue Rochechouart, n* 38, et se rattachant au brevet d'invention de 

Îuinzo ans pris, le 7 septembre i853, pour des perfectionnements apportés 
ans Tezploitation.des vidanges et dans leur conversion en engrais.^ 

867* Le certificat d addition dont ia demande a été déposée, le k man 
i854, au secrétariat de la préfecture du département de ii Seine, par le 
sieur Borie (Paul), à Paris, rue Geoflroy-Marie, n* 3, et se rattachant sa 
brevet dlnvention de quinse ans pris, le a 8 octobre 18 48, conjointement 
avec son père, dont il est cessipnnaire, pour des briques et poteries tubulairei^ 

868* Le certificat d'addition dont la demandée été déposée, le 37 février 
i854» au secrétariat de la préfecture du déparlement ae la Seine, par lei 
sieurs Bouhair (Jean-Charles) et Tborain (Jean-Sylvain) , le premier, à Paris^ 
impasse de la Pompe, n* 11, et le second, à ia Villette, et se rattachaotaa 
brevet d^invenlion de quinxe ans pris, le s août i853, pour le culottage ior 
dustriel des pipes. 

869* Le certificat d*additioa dont la demande a été déposée, le 11 man 
1 85 4 » an secrétariat de la préfecture du département de la Loi^e , par le sieur 
Brunel (Jacques), rue Sainl-Roch, n* 9 , à Saint-Élienne, et se rattachant aa 
brevet ainvention de quinse ans pris, le 11 février i85i, pour sous-garde 
.de sûreté et démontage d armes A feu. 

870* Le certificat a addition dont la demande a été déposée , le i3 man 
i85Â , an secrétariat de la préfecture du département des Bouches-du-Rbéne, 
parle sieur Clément (Antoine-Xavier), représenté par le sieur Reynaud de 
Trets, rue de Curiol, n* 39 Â, à Marseille, et se rattachant an brevet d^invention 
de quinte ans pris, le 1 5 mars i853 , pour un système de raffinage du soafre. 

871* Le certificat d^addition dont la demande a été déposée, le 37 février 
i854i au secrétariat de la préfecture du département de la 3eine, par ie sieur 
Coulon (Gilbert), représenté par le sieur David, à Paris, rue de Lappe, 
n* 4i 1 et se rattachant au brevet d'invention de quinte an^ pris, le i*' man 
i853, pour un genre de chandelier brûIe>tout. 

87a* Le certificat d addition dont la demande a été déposée, ie s4 février 
1 854 , au secrétariat de la préfecture du département de la Seine , par les sieun 
Couturié et compagnie, Grande-Rue, n* a3, & la CbapelIe-SaintpDenîs, etae 
rattachant au brevet d^invention de quinse ans pris, le 5 juin i853, parla 
société Paradis et compagnie, dont ils sont cession naires, pour moyens propres 
à appliquer, sur les niéiauz ou sur les corps non métalliques convenablement 
préparés, soit du cuivre pur (cuivra rouge)* soit un alliage de xiDC et de 



Digitized 



by Google 



t^eaiin japaf )« loît jsn «IKâge dr euivro et d'éuîn (brooxe) , soU enfia 
Milii«e triple (le cuivre, éta'n ri zmr*. 
hf Le certiiicai d*ad<iitioa dont la. demande a été dépotée, le i3 mars 
itdi,»rcrétariatde la préfecture du (iéparlement de Maine-et-Loire, ^-ar^ 
IliiainDelaJauJe-Roliiii (Aoguste) et DuTour (Jean-Bapti>le), à Saamar, 
Aanitacittot au brevet d'invention lic qu nze ans pris, le 17 novembre 
itUifoor an système de moulin à manrge vottirat. 

fy'U (eiiificat dadrlition d(iit la dcmantle a été déposée, le 6 mars 
i£iaircrélariat de la prafocture du déparlemcnl de la Loire-Inférieure, 
irIrMPr Dupont (Léon-Jean Emile), à Fro^say, et sa rattachant au brevet 
M»BtiDade (|uiozt? ans pris, le 4 sepdmbre i85a, pour une mécanique 
pfre à la isKricalion des bri'f upb. 

Sjd'LecertiGcat.dadditit'a dont la demande a été déposée, le 4 mars 

il^.aBiCQrttariatde la préfecture du dépariement de la Seine, par le sieur 

bn«r(rran{ois) , à Pari<«, rue de Lancr) . impasse Sairite-Opportune, n* a, 

Uottadiaot au brevet d*io«entH>n de quinze ans pris, le 28 août i85a , 

1 |KiB iîétier île iissage circul 1 ire. . 

I M* ^ certificat d*addilion dont la demande a été déposée, le a 5 février 
I >^,ft secrétariat de la préferlure du dépirlcmenl de la Seine, par le 
■"^^RlJean-Bapiisie), à Paris, rue Grenier-S<ttni-Lazsre, n* 19, et se 
^^K^aa brevet d'invrulion de quinze an^ pris, le la décembre i85o, 
F*i^|ierrectioiàaemeata apportés dan« la fabrication des robinets en étain 
•«•pwition. • - 

If/ U certificat d^ad'lition dont la demande a été déposée, le 9 mars, 
^tM Sfcréiêrial de la préfecture du département de la Drôme, par le 
Iv&athier (Joa«pb-Benjamiu-Adol|'b<'), à Chabeuil, et se rattachant an 
^(Ti&ieaiion da quinxe ans pris, le i.;) décembre ]853, pour un méca- 
HHdeMînéà filer les coconi par syst^me de lursion. 
rS* Le certificat d addition dont la d' man'le a été déposée, le 2 5 février 
' tt secrétariat de la piéfecUire du dcjKirlmn' ni de la Seine, par le sieur 
lÀBgQStc-AmaDd), a Paris, rue du Grand Cliantier, n"* 5, et se ratta- 
u brevet d*invention de quinze ans pris, le 1 S juin i85a, conjointe- 
, neclcsieurCroptte,pour une petite prnduieréveil avec cadran mécanique. 
ihi Le certificat d'addition dont la di uiandc a été déposée, le i** mars 
Pki la secrétariat de la préfecture du dé|>artenKnt de la Seine, parle 
NGoilbert (JcaQ-&aptis*e), à Bellevillr, rue Saint-Vincent, n* 9, et se 
N^alstt brevet d*in«enlion de quinze aus pris, le b septembre i853, 
Fttprocédé de direction des aérosiatH, au moyrn de courants d*air continus. 
j^' Le certificat d addition dont In dftnaude a été déposée, le 9 mars 
*^iia secrétariat de la pré(ccture du di'pdrieroent de la Seine, par le 
^Cuinier (Thomas)» à Paris, rue de (in uelle-Saint-Ilonoré, n* a5 , et se 
I^Bt au brevet d'îttventlon de quinze a. s pris, le la décembre i853, 
^^ perfectionnements à dçs ap|*«rcilN hydrauliques applioableâ à Taspi- 
"^ oa à la distribution des eau\ , gaz cl autres fluides. 
)i' La certificat d'addition dont la demande a été déposée, le 3 février 
•a secrétariat de la préfecture du dé|kartemcni du Finistère, par le sîeur 
*» (Pierre-François), à Brest, ei se ratiacliant au brevet d*invention de 
>Ds pris, le 5 mai 1862* pour un ppier h)drofuge, addition conaia- 
rj itaiplaoer !• mot bydrofuge par celui de sérofuge. 
^' Le certificat d*additio» dcut ia demande a été déposée , le 8 mars 
U, sa secrétariat de h .préfecture du di'*pariem^iit de la Seine, par lea 

itSirie. ' ' ' li 



Digitized 



by Google 



{ tw) 

I tiMglMl (ttfOii^H A]^èl^éi^^ I5t CltfHMtt (MM-fel^lbli), à PÉrt», ImH 
vard de Strasbourg, n* 53, et se raitiwlifeikt «n ètevèl €imtûûoA ét^ak 
ÉUrfA-h, t« s5 lAkli f^^S, potiririie dnudière fAnlhntt^^^'NféHBMaeùt.i 

9«3* Le cërtiiÈkt VlMd4ti<Ak dort te d^fMadè à M ééfMtéft, fe iS «I 
t654 , Ato ^ed^teriftt Ae la p r é ftctu re Jn ^AéptfrtèiAMt dtt KhèM, {Mr le 41 
Laurencin ( Pierre-André) , me Phlt-'^)f«iit,iir 19, àf^ststtoiMIicM 
ilta4h*eVet d'rbVvnlHmi db qnrhM Ms pt'is, le i5 teat« ^ As, {Nnrrm pciitf 

«SU* lie -cettffiM ti àddfrlcm -dont hi dMiiMid% à «lé èêptMb, fej m 
ABl , tn )feef^ta]4«t de 'la pir^é^ctiirè dft défyarietfttflft^e H Mué, pM^aM 
Lëcuver (Évansle-Adonias), à Paris, rue Bfetiàt, fi^iS/CftlMirBtlachMIt 
Mf^et d îftVcftfltiMi de ^njfix^ ^Éifi^fis, le ^ liovMMMre ioBa,'eofifOfiii6dil 
«¥t^ le SietUr Atrer, poKrf «m appareil d^ecâcto fÈtt Pair ttfliiiArteé, à IN 
pape uoNanffe. 

%85* Lé cèrtîHaA ^addftfen dtfnt la 'demande à M âèhai^, te r0 
iSôii, an secrétariat de )a préfecture du dépttteittevit ih la IStfhra, ffti 
êlmr Lfjptiay (JtfffU'Alekh), à 'Vffty<8«tr^ïnc, fnrb Paiia, ««t ae i^taiétt 
àt "htéyttB^thitnimn de (^tnne ans pris, fè a mrvettibM i^53, fMmr^ 
«fgifûiaHeîon méctfniqtie potit* f« cfiatigertient de voie des 'dMtttins de 'f>n "^ 

99^ L« certrficèt daddlâon dotft 'la deMande a étié éépoyée, H%îâ 
r854, tivL iectéut\iii àt ia piréfectiA*e du d6(M(rteKnefn de Ya Setoe, |taÉ 
aieur Le Roy (Pierre-Augustiu], à Paris, rue Notre-Dame-de-NaDutrtJfb » tP| 
et »e rtftUfckKnt au br0\-et 'd*it)Veiittoii de ({uiocto tiufe pris, to 5 tnin^ »1( 
^ur «m ^yslëmede ftibi'îctftlon et tisMs. ^ 

«87* Le <:erftficat dVddHièii dont k demkttiéfe i étfl'dëpOséè, ^"^ \ 
i'8B4 , 9u'8èeiHllariat-de *lft préf^eitii'e du déptfiHenMnft d% la âehie ^ M 
Letestu (Jean-Marie), rfpi^sénlé pirr le «ietffBoKm, à ^riSytne daFOfa«| 
nT 7, et fte tattacbai^t au brevet âHmenticm dé qitinie iits pris,)» a^- 
i95d, |iotir.perfbcti(»nn6nn(!dts géoéhiat aux u^teiisiiei à^^ifMge dePtfftHI 

'888* Le cériificift d'addflioa ddirt la demander été' dépo)»éte /le *t^^ 
r854, an secrétariat de la pfcfectut^ du dépait^fitenit d« ki Séltt»/M 
stètir Lor«-Vrt»toersdh fPrtiiçOh), représenté fUt le slenlr (^p^ni 
Paris, rtie des Amand^fifs-i^dpiutHfurt, n^ t^-ith, «fse fktlàdbant «u 
d*ii]tenti<tn de (|uinze ans /pris, le i8aotft t8S3,pdtlrif:iMeriiii 
Ml 'main -^olir tisser les étoires croisées. 

889* Lb écMificat d*add?tion dent fa detoittnAe a été déposée, Hs 
rrifr 1 854 , àtt éecrétflriat de ta préf^ettM dti'dépairtMient de hiSiriM*, 
^ctrr Macaii^ (ihvid),^ Pari», rue de'GfaiHknotit, tî^ 1 1 , etaolWiU 
au bfttv^t d'invention de qoinxc'atts'pris,'le'7 murs 1 85 1, pour nUe tei 
dé sa r été propre Âèlre adaptée aux fûls et vasai 'qUëltbnques. 

896* Le certificat d'addition dont la dtsifrande li été déposée, le ^.' 
i88'4, au secrétariat de la plréreaufe dti dépairteib«iit de "hi Seine, 
sieur Marié-Davy, à Montpellier, et se ratfUcbant ««1 btevët d^îtiVétU 
qtimie ans pris , le 10 novembre 1 853 , ponr une AiadiHie éI«étro^ina|(a< 
reposant sur Tattriétion siiccésstte d*éiectro4iimantk se IreltyMt 4*iitr 'Vi 
•êk agissant toajdnfs à petitiss distuncA. tt 

'«t^i'* iA»'b«HlGé»t'dMdllion dont 4a denande a 'été déposée, 1« M 
i854, ou secrétariat de h p^i^reëtdi^ (Hi 'dl$pan»«iélitrdl» fa^lMMflbM 
fe'sîeur Meller Jeune (Prosper), rtJePortte-Dijeartt,*Bl*'8t,àBordeatix^ 
iUttadiant Yti bfevet dHntentlba de qoiitte ans |>Hi, "ie *i*' Odobifto t« 



Digitized 



by Google 



B.n*3i6. { ï8y ) 

rr 9a mtrèîfo aéromLiitlq«e»«C êt$ fucœS&éi propres à ffin'ger mn àéro9t|i]t 
Kcomoudt ùirnHM ^jfitmff, 

^* le cvrtf&oBt d'adififion âont h demande a jtïé d^po^ëe , ie g nMyn 
fSMf an secrétariat Ae !a jpréfcetoro du dl^rtenient.de.'ia S^ne, {>ar1k 
ènelferckef, iTée Ifar^în (AcMIéîfle'MuneiMarpucHttf), ft Fai^is, rue )|à 
letft-lffiirleur, 1/ 7, et se irattadiaqtt ai| itrevet d'iovention de qdiUQ jgnA 
fn^ie ^o aeflt i^3 , 2>«or tia Mqoet  amadou pqur 'les tîiineurs. 

«9^ iie oeiiifieai d*addHion dont ladetnanile a ét^ d<^p€^e,, le l5 février 
)96â, an saerUtariat de Ya pré^ciure du flépartcnxent deJa Seine, ft^'lf^ 
ÉmKîcollefKM^., à 'Paris, rue 'Barbette, t)*'^, eft se riittachant au brevet 
Aneotioa de c|drnfee «eus pris, 'te r* acfdt if8.5'5, pour junoeile-lorgneltel 
wn^jRnents nitntiilRS9* 

^4* Le certiGc^t d*addttlon doqt 1« detpande.a é\,é déposée, lesS Wvrier 
tf^î-M-seerélariat ât 'Ir prélbctur^ &\l département de 4à Selpe , par le siejEir 
hris fCktrles^ÉfriHè') , me de 'BieiM:^, ri* 1 1 1, 'à^ercy, et 9e raUa<J)i^nt a|i 
kmtifBBreffffftra de (|oinze afis pris, le ta nove&iÉre i8^'3, pour1*apptI- 
•KoDsor unidl^«t éansHIé ou cpntreoxWM« d^une couverte nietaî|i<|ue oui, 
aBNrvaflt f aspect tftm tnéiat, actpitert^hi <tnreté du verre, fi\tej}tagtié'mtrO' 
■aw.ttv, 

99S* lia ctrfHfcat d'addition dont fa demande «a^téfé déposée, fe j^o tnju^ 
AH, aa secrétariat tle *ta préfecture du département du nord , par 'le siéur 
liiftr'(Sinilff), r t ^prése n f é par te ^lenr'KiTtmaon, à 'Lille, et se rattachfint 
■ Ireret d'invention de quinze ans «pris, le 1) décembre i$5>3, pour uil 
|Mdl<leTabric9lion et de raffinaige du sucre. *" 

Iff la certnicat d'addition dont la demande a éttl déposée l'ie 17 m^ 
Ai, ta secrétai^rat $t' fa préfecture .du département de 'JaCôte-d'Or, par le 
teltèl^^rd ( Pierre^), tt-'Soiiibemoi^, et se.rattacÂiant an 'brevet dlnvention 
^H|4m ans pHs,'fe 2 |técembre 1.899, pour un,^ystè«>e de ftfbr^i^tion dé 

"^f iét^îlicst.d'adfllIÎQn doat la demande a^ëté disposée /le sSi^yri^ 
^,ao ae0rétaiîat .de la préfecture dn «département de la '3éine, par ie 
•rtives'l Jacques) , "à 'Paris, me^Mdlay,, n* 8, .et ae .ratt^é'lunt au 'brevet 
Kimitkiui Ûe tfilnite. ans p^ts, le Si octobre 1 853, «pour des perfectipnQ»- 
>nts apportés à la fabrication des rails et des bandages de roues ^cirées ti 
Cs^^gesnaos soudure tomme acérés. 

^9^ te c ertifi c at jf addlttop dotit la demande .a été déposée, le ,6 mai^ 
^,fir aecfétaftat de'fa prëfey*ture du département de la 'Semé, par ip 
il^ 'Renasdle '(François^tfgène) , à Pans, boulevard Bot|ne'Kouvc^e; 
^S,-et st Tittadiant an'brevct d*invention 'de qtllnze ans pi'is,ie 19 jaDIet 
i'^3^pour des changements et perfection ncjnects à Tapparçil portatif propre 
AveTeaa-gaxeose, etc. 

*%9f le cettlîcat Ifaddltion dent b demanile ,a.été dénuda, '\ejl9 février 
^Mt,«a 'lecrétan^t '^ lapnlfecture du département (le la Seine, par'l« 
iHii'8l9BO'(ltnltimo-i>oniinîqtte],.à Paris., me dn'Faûbourg'-Saiot-Mortin, 
ll&ittW'nttacbabt au 'brevet d'invention de qiiinte ans'pHs, le 7 av4 
''^9, poqr QD instrument dit latoir-bqttchon» 

IlofiT Le certificat d'addition dopt ia demandé a été déposée, la i mars 

C.^rni apcrélariat de 'la pfléfectmre ûù. lihépirtement de U Seiqe, par ie 
*Sord^(9tat$»-iVanqui1le-Mbdrsle,\« 'l'Purts, rue de Lancrj, u* 10 , 
^tt taUaèbBat^a brevet iFinveptipo deqiiinza ans ^is, le 37 mai t899, 
P^g procéAéa rtï ^ s -^faoïwrtiques pour refldre'imperm^îlbfcs i'Vean et préser- 

a. 



Digitized 



by Google 



( i88 ) 

ver de le pntréfaelion lei étoQes» les cordegce, les filels de pèche, les où; 
et eatm matiJ^ret orgaoiques, sans leur rommuniquer aucune odeur. 

901* Le certiGcet d'addition dont la demande a été déposée, le sS fôvrii 
18&4, au secrétariat de ia prélecture du département de la Seini*,parl 
iMron Vaucher de Strubing (James-Ulric), à Paris, place de ia Mad«leiii4 
n* 31 , et se rattacbanl au brevet d*tQvcutian de quînic ans pris, ie iSjutlli 
i853, pour une nouvelle manière de fabriqucrlcs c^^lindres, tubes, etc. 

90s* Le certificat d'addition dont la demande « été déposée, le 23 mai 
i85:k. eu secrétariat de la préfecture du déprtement de la Seine, par lessieui 
Àbadie (J, J.) ej I«auret (H.), à Paris, rue Beaurepaire, n* 1 1 , et se rsiti 
chant au brevet d'invention de quinxe ans pris, ic 6 juillet i85s, pour àt 
perfection nements dans le système de fabrication des parapluies, ombrelles < 
marquises. 

9o3* Le certificat d'addition dont la demande a été déposée, le a5 mai 
18 54, au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, per lesiei 
Aeaould ( Jean-Bapiiste), à Paris, rue Viviennc , n* 5 , et se rattachant au Imr 
vet d'invention de quinzoaospris, le 8 décembre i8à3, pour appareils s^pw 
leurs et diviseurs, et système de vidange' des fosses d'aisances faite à l'iiiléneu 

904* Le certificat d'addition dont la demande a été déposée, le s 5 ma 
i854 , eu secrétariat de la préfecture du département de la Loire, par lesid 
Barlet (Benoit) , à Saint-Édenne, et se rattachant au brevet d'inventioe. < 
quinie ans pris, le 96 mars i853, pour un pcrTectionnement au systti 
mécanique produisant le velours épingle sur rubans. 

905* Le certificat d'addition dont la demande a été déposée, le so ml 
i854 f eu secr<^tariat de la préfecture du département de la ÎSeine, par le sie 
Bér^ird (Aristide- Baltbazara), à Paris, rue du Faubourg-Saint-Houoré, n*i 
et se rattachant au brevet d'invention de quinse ans pris, le 3o août 1.8] 
pourunsystèmed'agglomérttion dfsmatériaui de construction en général, S 

906* Le certificat d'addition «dont la demande a été déposée, ie 16 ,fl| 
j 85 A, au secrétariat delà préfecture du département de la Seine, par le'n| 
de Bergue (Charles-Louis) aîné , représenté par le sieur Gaignean, à Paris, j 
Notre-Dame-des-Victoires, u* 39,et se rattacbar.t au brevet dinventjoa 
quinze ans pris, le 1 5 janvier i853, pour des perfectionnements apporiéil 
voie des chemins de fer. 

907* Le certificat d addition dont la demande a été déposée, le i4 Ml 
i85i , au secrétariat de la préfecture du département de la Seine» par le m 
Bouty (Eugèoe-Âlexis), élisant domicile chez le sieur Le Blanc« à Parts,| 
Sainte-Appoiine, n* 3, et se rattachant au brevet d'invention de quintt<| 
pris, le 38 décembre i853 , pour un système de madiine à fabriquer les a 
en papier. 

908* Le certificat d'addition dont la demande a été déposée, le 33 m 
i854 , au secrétariat delà préfecture du département de la Seine, par le a| 
Cbcnot( Claude- Bernard -Adrien), rue du Landy,n*66, À Clichy-ia-Gara« 
etse rattachant au brevet d'in\'ention de quinie ans pris, \e%i novembre lA 
pour production , transport ci utilisation des gaz artifickds'et nmlurels, f 
l'éclairage , etc. 

909* Le certificat d'addition dont ia demande a été déposée, ie i8a^ 
i854« au secrétariat de la préfecture du département du Bas-Rhitt, pij 
sieur Christian (Isaac), à Biscbwiller, et se ratUchant aa breveid'inveniicNÉ 
quinze ans pris, le 3o janvier i854» pour un appareil /appliquer àl] 
cienne et simple machine ù lamer, pour la fabrication des drape* 



Digitized 



by Google 



B.D*3i6. ( 189 ) 

910* Le eeiiiCcat dTaddiCîon dont la demanda a M déposée, la 10 nan 
iS^.taxcivtanai de la préfecture da département de l<i Seine, parle «îeiir 
Ctii[£iiiii»ouel-Désiré; , à Sutnt-Denis , ot te rattachant au brevet d'invention 
^fiinieBDsprifl, le a5 février i85i, pour rapplication, à la teinture det 
Éns lie laine et de la laine en botles, ciea laaiies ou précipités de matiëraa 
erinates obtenus par Palumine, laquelle addition consiste dans reatensioa 
àfa|>|)iira(ioa du procédé à }a teinture de la soie en bottes. 

911' La certificat d^addition dont la demande» été déposée', le 5 avril 
18Û. an seoftahat de la préfecture du dé|iartrmeiit du Rh6ne, par les sieun 
fcpboetSarret, me de- Bourbon, n* 56, à Lyon, et se rattacijant au brevet 
fnfefllioQ de quinte ans pris , le 3 mai iSSà, poorune charrette à traction 
êtit». 

91]* Le certificat d*additîon dont la deipands a été déposée, la ai maia 
il$i,ioiecr6tariat de la préfecture du déprtement de la Seine, par la 
•MrDopont (L/on-iean-Émilc), représenté par le sieur Gardîssal , à Paris, 
Unini Saint-Martin, n* 39, et se rattachant au brevet d'invention da quinxa 
il iris le k s<>ptembre i853, pour une mécanique propre à la fabrication 
aiw^uei. 

|if Le certificat d^addttion dont la demanda a été déposée, le a 5 mars 
iÛ,« sociétariat de la préfecture du département de la Somme, parla 
^ûad (Edouard- Joseph-Antoine], place Saint-Denis, n* 43 1 à Amiens, 
ittoflicliant au brevet d^inventioo de quinia ans pris, le 2 s mars i854, 
pvoD métier électrique à crocbets-grifTes et à chftssis propulseur (les car- 
^^Qt remplacés par un papier continu ) , métier dcstiué à la falirication 
«Ml Je tous genres. 

rt'i* Le certificat d^addition dont la demande a été déposi^e, la 5 avril 
M. as secrétariat de la pré'ec ture du département de la Somme , par la 

fitad, à Amiens t et se rattachant au brevet d'invention de quinie ana 

je 32 mars i854* pour un métier électrique à crochets-^rifles et à 

il propulseur (les cartons étant remplacés par un papier continu), mé- 
^iaàaé k la labricatiou des étoQes de tous genres 

py Le certificat d*a Idition dont la demande a été déposée, la 19 man 
')i au secrétariat delà préfecture du département de la Drôma, par la 
irGautliier ( Josepb-Benjiimin-Adotphe] , a Cbabenil, et se rattachant au 
MiTiovcotton de quinxa ans, pris le 19 décembre i853, pour un méca» 
^destiné k filer les cocons par svstëme da torsion, 
l'f Lé certificat d addition doht Is demande a été déposée, le iS mars 
^i«aa secrétariat de la pr«feiture du département de la Seîne, parle sieur 
^od( Baptiste- Paul), à Paris, boulevard du Temple , n* 3o, et se rat- 
nit an hrevet dloventîon de quinze Ans pris, le a mars i85s, conjointa- 
laiecles sieurs Beanvoisin et Duclos, pour diflTérentes dispositions da 
M dits kermédeo-mohiUi, destinés à contenir les eaux gazeuses fabriquéaa 
tt*'ea sor ubie. 

f Le certificat d addition dont la demande a été déposée, le s4 mars 
I. ao .secrétariat de la préfecture du département da la Seine, par lai 
nGoéran^(M.) etGros-Jean (J. B.), représentés par le sieur Arman* 
Ijeooe.à Paris, rue des Filles-du-Calvaire, n' 6, et .«e rattachant an 
M d invention de quinze ans pris, le aS juin i853, pour on système da 
éide montras à encliuuetage mtérieur. 

tf Le'certiiTcat d*additioD dont la demanda a été déposée, le a 4 mars 
ta secrétariat da b préfecture du département da la Seine, par la 



r 



Digitized 



by Google 



( jsgo ) - ■ 

yiieur Guinîer ( Thoma»)»' k Paris, rue de Greaelhi*^iatrHaaocd , a* t^^.^k » 
raitacliant au brevet (yiovention de q^inze auff pris^ le- %i wpiBmhëê v9^, 
nour des ajipareile à obturateurs hydrauiiq^aes^ etc* 

/ 919"^ Le certibcat d'addition dont la denumdoarëté dépoaëe., le i4. mtm 
iSli; au secrétariat de la [Préfecture du département de liiSeiB»,||ar lesiaar 
Xaudet (, Jean-Baptistè-Ceorgeé ) ^ à< Paris,, rue dô Fauhourg^Sain4-D«ai«^ 
n^'16'1, et se rattacLant au brevet d^inv^tion de q^mae ans pri^. W ^ ji 
,i8p3» pour une macbioe grue à pont roulast pour oarri^rea: 

§Q0* Le certIGcat d^additioa dont la demande a été d^ipos^, U i"" j wr il 
4, au secrétariat de la préfecture du département du Tam^ sar le siavr 
tiobrun (Jean-Auguste] , à Marsac, et se rattadiant au brevet d*iiivcfilMB ^ 
quinze ans pris, le so mai i85i , pour appareils et procédés appliqué». a«i^ 
constructions* 

931* Le cerlificaft d'addition dont la demande m été déposée, le i3 outti 
i854« au secrétariat de la préfecture eu dépanenient de la Seioe» par !• 
iteur Lefbvre(Désiré-]^arrait),à Parie, quai Napoléon, u* i^v^so ratlacbjuBi«i 
Brevet (f invention de quinze ans pris, le 5 décembre iSâ^S.pourun frein àtraa»> 
mission dit/rfîn Lejivte, agissant à volonté pAr la force impuTsive descoorroiath * 

fa 2* Le certificat d'addition dont la demandea étédépMce^le »5 i»an > 
h , an secrétariat de ta préfecture du dénartctncut de la Seine, par ie ' 
•icur Lemaigre (Lazare-j)i colas), à ï^aris, rue Royale, n* i4, prè»la rue Saisie - 
Xnloîne, et sle rattacbant au brevet d'invention de quinac ans pria, 1« a^ o<>> 
I6t>re lâlSi , peur un d(?van mi^caniqne. t 

933"' Le ceriiBcat d addition dont la <icmande a éCé déposée, lo 11 m«i < 
1854, au secrétariat de la préfecture du départcmerit de la Seine, par !• 
aieur Lemonnier (Jean-Baptiste-Amand), à Paris ^ quai d*Aosterliti, n* 7$» 1 
çH se r<ittacliant au brevet a invention de quinze ans pris, le sS août iSM, 
pour des perfectionnements apportas dans la disposition d^s cLaudièreaou g/^ '. 
«érateura à vapeur. 1 

934* Le certificat d'addition Jent fa demande a été J^posi^, le 1 1 maïf 1 
léoi, au secrétariat de (a préfecture du département de la Seine, par im 
sieurs Leyobre , Ménard et compagnie « k Paris, rue de la Vîeille-E»iFap«(|«, : 
n' 17, et se rattacliant au brevet d^invcntion de quinze ans pris, le 1 1 «Ttii \ 
465 1 , par te sieur Rolland, dont ils sont cessionndires^ pour pétrin mécanisa» \ 
pour pétrissage de toute pâte de boulangerie , etc. 

935* Le certificat d'addition doht la demande a été déposée, le 97 mw» i 
i854, au secrétariat de la préfecture du département de Seinc-et-Oisa, par 
ie sieur Maillet (Casimir-Augustin), rue de TOrangerie, n* 36, à Versailica« 
et se raitacbanl au brevet d'invention de quinio ans pria, le 1 1 février 1 SS4|^ 
pour un moyen d^obteoir avec une même quantité deau tm ooars cobIîiimL 
i|pplicdl)le aux moulins, fabriques, etc. 

. naô* Le bcrtificat d'addition dont la demande a étédéposée^ U 14 m^^ct. 
iSSi, au secrétariat de la préfecture du département de la ^ine , par l#»^ 
aîeurs Massing frères, Hubert et compagnie 4 à Paris, rue des QuatrePîls, 
n^ 30 , et se rattacbant au brevet d^invention de quinze ans pris, le 6 oct^ina 
1852, |3our un procédé mécanidue de préparation des pelnetica. 
^pa/ Le certificat d'addition dont la demande a été déposée, le 39 nsâm 
1^54. au secrétariat de la préfecture du dé}>arlement de la Seine, par ht 
sieur Mirand (Jean), à t^aris, rue du Petil-Pbnt^ n* id, et ae rattacbaul aa 
brevet d'ibvention de qii^iaze ans .pris i le sa s^itembre iSSstpoorsjfstèttia 
de sonneries électriques. 



Digitized 



by Google 



B. n»3i6. ( i«* ) 

. V8* Le Mliiut ««iaitim dont U Aêammh a élé iMpiiù^ i# « •vril 
^SMi ao ■eor^liTMit (Wk préi«elare dis dé|wrt«a)Mt du li«vd, par Ws «ie«» 
Miwwam £rèvwvè EoabaU» et se raHaoKa^t *« braret d'iiiv«B«ifti& dtufolau «9 
flrii^k a A avril i4l5^ p«ar«n fMre de tooleaaa ffDifta«f» epplîoaUaa à iautai 
machioes préparatoUea an noalicrs à fikr, tic. 

^»* Le carftîGGai dk*addilk>ft Aaat k demanda a M dëpaséa, la iS «an 
««54, a» «acrélvriat da lapiéfaelufa dk dé^MAamcal de 4a Sei«a, p%f la 
^iana Paqiaerée (Piaiwa Aurëk) , élÎMsl dkaMaîla à Pafia, vsa du Daupbiè, 
A* 3 • al aa taUaaliaal av l>aavQ* d'ia^entiao de fuiaie mê pris, la ili décamiiia 
i8S3, pour un appareil auto- tel égrapU^ua daaiîné à aigaaief laa eanwawifg 
1» 'Cbeniâaa db iS^ 

.^3V JLa oertifiart d*ftAdtiâaii doat k éemuida a été éépai&e, Iaa5 iM» 
aSM.« au aacrterial da k prékctara da défartenaeai de k Saina, paf kalear 
JkrHi (il«Drir^]«a«AtpboRM ), i ^9m>^ cbemn en ronde <k k C ba p inaU iK 
a* 33 , et se rattachant aul)revet d'invention de quinze aaa pria* ia 9^ anai^ 
att3« paur aoa Macbba à peigner la laiaa et aatrea nalièrea filamenleases. 

^1* I«a cerëicat d'addition daot k damaDde a été dépeaéa, la 1 5 1 
,aAU.aB aacfékariat de k paéfectaaa da départeoMot de k Sctoa, par la 1 
- - - - - . duFi " - 



(Laiiie4ioflMin^, à Pana, roe du Fauboiir9«Saiaft*Dania» n* i5»* 
et ae rattachai a» bfavcft d*inivca«iaa da <|«aia an» paie , k 1 7 aalebf e iftiâ» 
fanr «ne fovaM à aoare dite a ma fe tiiyae. 

^a* La oertîfieBt d'addkiaa dont k deaaanda a été dépaaéa, k 7 aMV 
aSM t an laciétariH da k pféfeotare da dépvtanaeiit de ia Saiaa, par k «inar 
Jlwat>(|j M H » %léPêeia), roa daSèarea, oT 76, à Vaagiraad, et ae vaMaobant 
brevet d'invention de quinze ans pria, k ag déceoibea iAb3, panr paa- 
* ~ i a^ awcbinaa paurk déeartkation dea bléa, aai^lea el aoirea graioea ana- 



$33* La «erûficat d*addittan dont ia demande a été dépaaéi« le 10 aaaia 
aM4.«naeefétariaft da k préfecture du départnneni de k Satna, park anar 



(Fardianad-fimaf^barias)* à Paria, ma fiaim-bbaisPopioeaiial» 
n* 36, et se rattachant au brevet d*inveDtion ,da qniaM aàa pvk, k ti na* 
Mme i,8b3, paar an paocédé d'aliliaalian dea kaaivca pmvaaant da* dé|««ia- 
«ipidalalaimfiféaaatîiaéa, da daaatûataga da k kka bmtaaldaianil^ 

i^f Le aartîâaaftd'additka daa* k demande a été dépaiéa,k aonum 
,anaaaaét»fiktd#kpréfactaradkdépartaa»aotde TÀnba, park ; ' 
Qoincariet ( Hikire- Adrien ] . à Ai x-en-Otha, al aa Mttaobant ao bfavet d^a 
i da qainaa ant pria, la ty jaaviar i8&4, pavr des paaédéa d'empkî et 
'' ïatkn da k gomma filéa aar lea méiiara à aMe dtla aa^kn. 

Lé aectMkat d^nddàka dont k deaMade a été dé^oéda, k si nMi 
«•64* «aaeoidlaïkÉda k ptéfa d m a da diépartianent da k Seina, par k t ' 
SaoeboD (Jean-Marie) , à Paris, rue Montmartre, n* sod^atae 1 



Avnaal dlovealkn detinioaanat pria, k té aaada Yê53, panr le trahan^ent 
ém Mmé^mm des f o a aaa dlaîaaarea povr ka désiareater al *ka aonaertir nn 



povr 

9M* U i^rtificat d^aaUiëon daat k damandaa m dépaaéa, k 4 aaef 
i8âé,aa8e€réuriat de k paéfeetnra du dépaHamaaidak Qàn)ada,fan;jk 
tfanr Sajt lêtmtjàt ipitDéaiid)^alléeadaToMny, aT 3^, à fiardanuc, # sa 
«iladban*Aa bmat d' k wa n t ma dbqaioaaaaa fm,.k ^àa^^ieHdna i48ft, 

CfaMcaiian d'an tf ia i k aa 4'aMatlitian au c a a at a b m ta âaa ^ 
.ntMaaadbnaapntt, 



Digitized 



by Google 



( 192 ) 

9^7* ^ certificat d*a(IJîUo't dont ta demande a été déposée, le lo mers 
i854, on secrétariat de la pn^foctiiro du département de fa Seine, par im 
deur Thomas ( Léon], à Paris, rue <lca Reaux-Arts, n* a, et se raltacbant au hre- 
Tct d*invention de quinze au.s pris, le 5 octobre i846, conjointement ave^s le 
sieur Laureos pour un di<|>os tif de machine soufllaote. 

938* Le certificat d*addition dont la demande a été déposée, le 37 mars 
i85i, au 8ecrétari;tt de la préreciiire du département de la Gironde, par le 
sieur Villeneuve de Bez (Célcsiin), place de la Concorde, n* 1 , et se mtta* 
chant au brevet d*invenlion de quinze ans pris, le 1 4 janvier 1 85 i, pour ua 
système de chauasurcs à In mécanique. 

939* Le certificat d*adiiition dont la demande a été déposée, le ao manrm 
1854, an secrétariat de la prérerluri' du département de rÀisnc, par le aîeur 
Williot (Cbarles-Louis-Àlexatidre) , à Saint-Quentin , et se rattachant an brevet 
d'invention de dis ans pris, le 17 septembre i8&3, pour un procédé dit 
filatare île soieS'laiHês» . 

. 9io* Le certificat d*addilion d<mt la demande a été déposée, le S avril 
.i85d, au secrétariat de la^préfecture du département de la Seiuf*, par le aienr 
Bëgne (Auguain- Esprit Alcxandrel, à Paris, avenue Sainte-MArie<iu-R<niley 
n*38, et se rattachant au bi(>vot d'invpntion de quinze ans pris, le 4 avril 
i853 , pour point d*app(ii dans Tair et sur Teau (syst6me horizontal). 

9^1* Le certificat d'addition <lont la demande a été déposée, le 1 1 avril 
i8S4, au secrétariat de la préfcctnre du départ«.«ment du lihône, par le aieor * 
Beranger (Joseph), cours Morand, n* 39, à Lyon, et se rattachant au brevet 
d*imeniiondequinz«^ans pri^, le 32 novembre i853y pour balancea-baseufes 
portatives, sans poids, à double romaine. 

9^3* Lo certificat d^addiiion dont la demande a été déposée, le a S maans 
iSbh , au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, par leaîesir 
.B'ondctti ^( Henri), à Paris, rue Vivienne, n* 18, et se rattachant au brevet 
d'inventioM de quinze ans pris, le 5 janvier i8&3 , pour des perfectionnements 
apportés dans la çpnstru.tion dci bandages bèmiairea et autres appacefla 
«entre la diQbirmîté du corps. 

943* Le certificat d'addition dont la demande a été déposée , le I7 man 
i85é, au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, par In siewr 
Chenot (Claude-Bernard- Adrien) , rue du Landy, n' 66, à ClicIiy-la-GarenMy 
et se rattiicbant au bre\ et d'invention de quinze ans pris, le s3 mars 1 854 , pour 
emploi et application d*un jet de vapeur, au gaz comprimé à haute presaiott 
ponr entraîner différents corps, etc. 

i > 944* Le certificat d'addition dont la demande a été déposée, le 10 avril 
i854t au secrétariat de la préfecture du département de TAisne, par leaietir 
Curé (François), à Fargniers, et se rattachant au brevet d'invention de qumae 
ans pris, le s8 janvier i854, pour perfectionnements aux poêles diti 
«aûiai^/vf, en ibnte et en t6le. 

. 9i5* Le certificat d'addition dont la demande a é^é déposée, le 7 avril 
i854, an secrétariat de la préfecture du département do la HauteMarae, 
par le sieur Dormoy (Charles-Eugcne-Ferdinand), à Bimancourt, et se ralta» 
cbant au brevet d'invention de quinze ans pris, le 11 juin i863, pour aa 
système de forgeaee de tampons de waggons, etc. > 

9 16* Le eertilicat d'addition dont la demande a été déposée, k 1" avril 
.i854 , au serrétariat de la préfecture du département de la Seine, par leasaor 
Dubmnfaut (Auguste*Pierre),- rue Brèrbe-au-Loup,'n*"'io, à E^rry, "et se 
rattachant au brevet d'invention de quinze ans pris, le 9 octobre i3Sr,^p«i^ 



Digitized 



by Google 



B. D* 3 16. ( tgS ) 

#» procéâên de fabrication de Falcool, et Temploi des résidas de cette 
Uficalion. 

917* Le certificat «raddition dont la demande a été dép'^s^e.le 11 avril 
i95i, au secrétariat de la prérecture du. département des Bouches -du-Rhône, 
fmrîe sîcur Falguirre (Jean -Baptiste) , rue Périer , n* 9 , à Marseille, et se ratta* 
diant au brevet d'invention de quinze ans, pris, le 31 juillet i853, pour 
«oe HMcfaine à vapeur maritime, avec propulseur à mouvement direct aiter» 
■atif, et à valve. 

^48* Le certificat d*additîon dont la demande a été d/^posée, le 3i mars 
i85é t au s«*crétariat de fa préfecture du département du Gard, par le sieur 
Fim'asinet (Edouard) , à \lais, et se ra'tscliant au brevet d*invention de quinze 
ans pris, le 1" avril i859, pour un système régulateur du mouvenicnt des 
■Mlears dit ^sî^mt ét^ctro'r^yuîat^r, addition consistant dans Temploi d'un 
peadale conÎ4|ue perfectionné en remplacement du s)st^nle éleciro-moteur. 

géQ* Le certificat d*addition dont la demande a été déposée, le 12 avril 
iShà • au secrétariat de la préfecture du département du Rhône, par le sieur 
Gaillard ( André AnbatoiMe) , rue de Bourbon , n* 22 , à Lyon , et se rattachant 
as brevet dlnvention de quinte ans pris, le i5 octobre i853, pour mana- 
telare de coostruclions étrnsques. 

9âo* Le certificat d*addilion dont la demande a été déposée, le 8 avrH 
iS54 « au secrétariat de la p éfectore du département de la Seine, par le sieur 
igrMih» (Robert), représenté par le sieur Ikssct, à Paris, rue Drouot, n* 9^ 
«t se attachant an brevet d*invention pris, le 3 septembre 1 85 3, et ezfJrant 
W s6 frvrier 1867, pour des perfectionnements dans la propulsion des navires. 

961* Le certificat d*addition dont la demande a été déposée, le 10 avril 
aSS4« an secrétariat de ta préfecture du dt^partement de la Meurthe, par le 
«Mr Henry (Louis-Ambroise), élisant domicile chez le sieur Favier, rue 
Srâte^^thenoe; n* 1, à Nancy, et se rattachant au brevet d*invenlion de 
^■ÎDie ans pris, le 24 mai i85a, pour des types de rails permanents en fer 
■ aec aeeises et plateaux fixes, suppnmant les coussinets en fonte et les traverses 
«■ bois des chemins de fer. 

969* Le certificat d*addition dont la demande a été déposée, le 10 avril 
bS54, an secrétariat de la préfecture du département de la Meurthe, par le 
iBcnr Henry (Loois-Ambroise), élisant domicile chez le sieur Favier, rne 
Saialc-Catherine , u* 1, à Nancy, et se rattachant au brevet d'invention de 

riaie ans pris, le 96 mars i853, pour un système économique de chemin 
> fer eem|ioaé de nouveaux rails. 
' - 9^3* Le certificat d'addition dont la demande a été déposée, le 22 avril 
aSS4* au secrétariat de la préfecture du département de la Gironde, par le 
rfitar Heyrim ( Jean) , Cours du 3o Juillet , q* 3o , à Bordeaux , et se rattachant 
an brevet d*iiivent<on de quinze ans pris, le 9 janvier i834 , pour un appareil 
Jit i'kiraâùcmllear appliquée à la punfication et à la conservation dos sangsues. 
- 9S4* Le certificat d addition dont la demande a été dépo ée, le 8 avril 
tSbk Y ae secrétariat de U préfecture du département de la Seine , par le sieor 
dWoart (Henri-Jesepb), élisant domicile chez le sieur Gardissal, à Paris, 
bosilrinrd Saînt-Martin , n* 99, et se'iattachant au brevet d*iuventîoii dé 
^•aae ans pris, le 8 juillet i853, poor des perfectionnements dans la fabri- 
WÊ0Êtn des poteries» 

gâS* Le certificat d'addition dont la demande a été déposée, le 3i mars 
iMé • as secréuriat de la nréfeetore du département de la 8eine , par le sieur 
' (Jean-Baptisla^Ambroise-MârcelliD),' élisant domicile à Paris, roe de 



Digitized 



by Google 



i3 mai 1 853 , pour un système de lampes ^nomiquet sans mëcawH|iMl. \ 
• 9i56* Lf ctrtifidil «Faddiiîoa dtmt ta denaadc «, M é^p <«é » > i» 97 ipaim 
i^H» au secfféuriat de U pcéftc^nre duk 4^p4u^ine9A d^ k Scâq^, ||Mr4ie 
«me ifmbeit (Cbarl«8-Angii«i»)% ro» de r£€iii^i«i«r» < ^, à Pmm» eMP 
iwtUcIifuil aa brevet d'mveioioii da quÎAMi a^i fgin^ U IT 40^ «S^t « «M^ 
j^Uite«M»l «vac 1m aietir» Ifiotn tt lUiELav» j#Mr «d^ koM tmprt>iqpw 
mécanique. «i 

957* La ceviifical. d'addilioa daol la d<miMMl«4k Mé 44pei4a, k ê«rril 
.«.&5i , au «ecr^iaiiat du i» pr^fegli»» du d4pMieMei|t 46 h Stînf,, p^ km 
«leiur» lUcr M owapapûa* repcéMmUa» par k fci«iwr MaâlMMi» è 9fii»« «M 
fiMiiil^éiMali«a, »* hh^ «I ae fiaUAe^t «1» fa#fiv«t d*i«Me«lieio 4e ^hmim «m 
pris , le i^ aeptevbce »&32 , par la aiaur Kanr« daxiA la eampugnir fst •aaKcft- 
Daire« pour TiiliUa^lMa iê» flananvt peidu^a 4m 1m» d*«flGMMM «* Imt 
il^icalioo au chauffage dea Cai»» quiMrea, aU^ 

9^9* U certiAtai daddUioo ém\i la dfouiudie a 41^ d^pmi*, la 4 



«J&âi4, aa seiTéuriai de U pré(èel«ini di» départamaait 4a It &wae» mm h 
aîeura lUalTt (Léon), à Pajcia, ru* deUouM, »* 1 • «i «e mllMliMi a» w « < 
dmveDlioQ de quînse ans pria, le 2 5 juillet i^ft^,.p(MNr «A fmtddà d# 1 
«kwiaok 

969* La O0sli£cat d'addilioa 4o«IL U daaiaade a étà dépméa* ia 11 
iBk^ , au aatrétariat da la préTeduva 4v 4épiiiFte«Aa»4 4a TAikU* por hi 1 
LiMqoe lAcbiUe), à ViUanS«vaffy»,a(t an rtlUflhawtap >rtiiel 4'iAiM»«iQ« db 
i|«injio aii3 pria, la a& avril i&^&» fmur iHMk aaaGhin» daatiaé» à baMta Jakiik 
' 960* Le aartifioat 4'additioa doni la donaBda^^ 4U ddp aaé t , U 1 1 «irril 
jr&^, au «acrétwiat de U préCaduie du 4ijMrteiDe«A da h Bm^^MêKmtk, 

Cr \9à aie«rs Lafocat (QMdl«a) at «ompafvio, i fialonaa, êk m nMmtktm 0$^ 
evet d^ifurantÎMi da (ftuaae aa» pria, le 16 avril ifi^ô^, peur wi imU^^ 
Mtrication daa t«aipo»a an IwUaira da wn^g^nê, 

, 96%* La cartifieat d'addilioa da«A la daimnda a 4t4 déaoaât, le t« ««ril 
i854t tu aecrétariat de la préfecture du déparieeMQt de la Obareele^lifl^ 
■•e«re« par le aieiir Le{|a«4re ( Aloîde) , à 8eiet4t en d'Aoteiy.^ M te miteeliaiii 
an Jbrevfi dHotemioii de <|aii»«e ees fria» le sa eeptepilMe i&Sl« four mm 
IMcldneà dépiquer le Ud. 

969* U qdtifical daddilim» dent la deoiaade a éité dépota, le 7 .«fifl 
M^^Âf au aecrékariai de ia préfecture du dépafieeieet 4e U Seine* par im 
aieurs Legros et compagnie, k Paria, rue deliei|ffo§Be« a* i4« el ee-eUt^ 
«baot au brevet d*H»veetioD 4e <|iii«se aea pria* le aa ££viîer aii4. peur u 
fprecddé de eowervatioa dea Ma* 

9i63* Le cavtiacât dadditioB déni la demande « 4lé dipeeée» la tf «Mil^ 
«354, an aecréiariet de le pvéCeetDua 4u'd4pei««aie«it 4e le Jàt/ka^ p«f fc 
mnr LetbailUor (Pai»UFei4iiieo4)« eepr^ieeld par leviieiif MaHée», à ftatei, 
■iie.â«iQ*-Séb«MieA, «? '45»{etM «atiecUaiH m hin/^iHBkilmmiiw^Àe 1 ' 
em:pwi4« i4 août &d5a% peur 4ieioMe«w.4*e«»db goûteur re wg e é ii fp e i ," 

9M* Le ««m&cal 4*a4ditio» denft latdemesde ^ 4l4 4épMé«» U. 4 
4(854, «« aeonétaciat de le prdieclewa du d^rlemeet 4e le.fteifie«.p>' i 
tœrfiaf d (X^tti a Mw d e 'f «r4ieei»AK .4 Pmî»* me 4ei Je*nem»« n* Aôtvciiqe 
rattachant au breret d'invention de qninxe ana pris, le ^wmà <|8M» fMMT 
«leeorUtae de fofee.nifirîpea 4 feMe 4b poids et leyiére. : 

4I8U1, fM> eec i4| « m e> 4« le jwéfec»iwi4ei/ ri < mt «« w i« » 4e4»gei»»,.feijb 



Digitized 



by Google 



B. n?3i6. i^^ 

timr liUcaîre-(J>Mid),<à PMn»« roa de Gr«iiiJBi«atv »* ii«»*«i ne Mttacliaat 
am brevet 'dlaventien de qiainia ana pris« le ^> mars 1 85 1 « poar une canueilii 
é% sfireié propre à. être adaptée ans lùts et vaaee quelcenoies. 

^iV Le certificat dTaddUioa dont la demande a été déposa, le 98 maa^ 
lêbi , an secrétariat de fa préfecture du départemeiit de la Seine, far ie sieur 
MaUloft {PieffTe-I>eob)s h Paris, rue de Montmonadcy^, nf 48» etse natiachant 
«■t iirevet d*înven4iou de ^inze an» pn5«. la 7 lévrier a 854» pour un c|uaiv- 
Caàme perpétnel. 

^7* Le certificat d^addîtion dont la deoMnde a été déposée » le i** àvc3 
iS54 »aa secrétariat db la préfeotare'da départenept de la Seine, par le sienr 
Hartîn de Cocteoii (Jac(pies*Jules)« à Paru, boaleYavd Sainti-Martia ,. n"* so', 
aft ne rattachant aa brevet d'iovealioft de qninaa ans pria» la 18 septtendiKf 
aS53 » pour macfaîaes à masique. 

9)58* Le eertificat d'addition dont la demande a été déposée^ le 6 aval 
iS54, au secrétariat de la préyfiecture du déparleme&t de la Seine,, par le 
m^ïïur Millet (Désiaé-Françoîs),. à Paria, eue MonteK|aîeu« n^ 6, et se ralta^ 
^aant au brevet #îniventioa de «pànie ans pria» ie 90 février i85A , pour daa 
yerreetioonemeata apportés dans la photographie. 

^g^ Le certificat dWdkion dont la demande a été déposée,, le i^avrS 
a85i^ aa aeerétariaA de la préfecture du département du Bas-Rhin, par If 
mmw Pasqaay (Josepb-Frédéiric), Grando-Rae^m* i8,,è Strasbourg, eiaeral- 
fccliant au brevet d'invention de qaînxe ans pria, le ^ février i8L4 » poar ma 
flaéticr à tisser le» vêtements sans couture. 

^y^T Le certificat d addition dont la demande a été déposée, le 10 mri 
aSS4 , au secrétariat de la préfecture du déparlement de !a G>rrëxe , par le 
menr Pcnières (Auguste), à Ustef , et se tattaofaant au brevet dinveotion de 
^mse an» pria, le i3 avril i8S3, pour la pénétration des bais, iniagéfet ité- 
W ei pp^c » colorier de diverses substapces. 

971^ Le eartificat daddîtion doat la demande a été d^iasée» la agaviC 
bSSa • au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, par le 
«aear Pf at (Jean-Louis-François), à Paris, sue du Fauhourg-Saiat-Ajûoiaa;^ 
m* S6« et le rattachant aa brevet d'iovenfion de quinse ans prit »le 1 4 novembre 
>B5 1 ^ conjointement avec le sieur Laaglet, pour un rail pour ia conduite-daa 
tais et de toute enpèce de meublée. 

97a* Le certificat d*addition dont la demande a été. déposée, le 3 1 mars 
al&i , au secrétariat de fa préfecture du départeoient de la Seine, par le sieur 
IHquet ( Alphonse^Érolle), représenté par le sieur Bulot, à Paris, passage do 
^rôde-Boales, n* ^« et ae rattachant au brevet d'invention de quinse ans prit, 
]• 99 octobre i^Se, pour procédé de séchage applicable eus peaux d# 



9^3* Le ecftifiiâtt d*addition dont la demande a été dljpeaéi, la lO avril 
a 854 « an secrétariat de la préfecture du département du XK>iret, par le sieur 
^raaisft (Pîerra-Éliettae), à Orléans > et se rattachant an brevet d'invention dé 
«Binze ans pris, le a 5 avril i853, pour des doucbes propres à empéoher 
nSdiaiiftiftent-dee bettes et essieut de-waggoDs aioii que des locomotirc^ 

I7A* Le eertificaè daddilion dont la demande a été dépoaée, ie 3 avril 
aJl54 , au secrétanatde la préfecture du département de la Seine, par le »cnf 
CMmel (Angtotle), me Franklin, a* i4, à Paasy, et se rattachant au breyei 
«lavedlioa de quinae ans .pris, le «4 juin s8&a,.»oiirtnoyead*(^i^er.la.Qon* 
^ ation de«)a mpanr d'^appameat des ■Hichinaaimotrifiuius bateaiflt k 



Digitized 



by Google 



< 19« ) 

975* T^ certificat (Taddîtîoii ifont la demande a M déposée, le i4 avril 
iSSi , au secrétariat de la pr^fiNHure da département de Saôoe-ct-IiOtre , par 
le iieiir Simonin (Mi(liel), i Ctiâlon-sar-Saône , et se rattachant au i>revet 
d^n«ention de quinze ans pris, le 18 juillet iSSi, poar fabrication «Tuiie 
bière dite boisson hrasmatiqae ée fruits. 

976* Le certificat d*^ddition dont la demande a été dépo^, le 8 arrfl 
i85d , au secrétariat d« la 'préfecture du département de la Seine « par le sîrar 
Sî.«co (Anioinr-Dominique) • à Paris, rue du Kauboorg-Saint-Martio . l* i)5» 
et se rattachant au brevet d^intention de quinze ans pris, le 1* mai i85o, 
pour une combinaison de métaux pour la fabrication des câblcs-chafnes, etc. 

977* Le certificat d'addition dont la demande a été déposée, le 7 aTril 
i854, au secrétariat de la préfecture du département de la l^ire-Inférie^re» 
par le sieur Viau (Louis-Aimé), rueCrébillon, n* 21 , ^ Nantes, et se rails- 
chant au brevet dinvention de quinze ans pris, le 19 mai i853, pour ua 
moteur mécanique susceptible de remplacer les machines à Tapeur. 

978* Le certificat dadJition dont la demande a été déposée, le as avril 
i854, au secrétariat de la préfecture du déjiartpment de la Seine, par le 
neur Alcan (Michel), à Paris, rue d\Aumale, n* s3, et se rattachant an bre» 
Tet dinvention de quinze ans pris, le 18 aoi)t i853, conjointement avee le 
sieur Lîniel, pour perfectionnements apportés dans la fabrication des limes. 

979* Le certificat d'addiiion dont la demande a été déposée, le i4 avril 
i85 1, au secrétariat de la préfecture du dé|taricment de la Seine, par le aicur 
Bellevitle (François Julien ) , élisant domicile chez le sîear Armmgaud jeune. 
I Paris, rue des Fillcs-du-Calvaire, n* 6, et se rattachant au brevet d'inven- 
tion de quinze ans pris, le 38 août i85o, pour un appareil dit génémtemt 
' iMxplos hle à vaporisation instantané, 

980* Le certificat d'addition dont la demande a été déposée, le 10 amrfl 
i854, au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, par le sieur 
Berger Walter (Pierre), représenté par le sieur Reynaud, à Paria, rua <fe 
Banovre, n* 4, et se rattachant au brevet d'invention de quinze ans pris, le 
3 février i853, p'>ur un genre' d*abatjoor. 

981* Le certificat d'addition dont la demande a été déposée, le ai avril 
i85i, au secrétariat de la préfecture du département de Maine et-Loire, par 
le sieur Berton (Pierre-Théophile), rue Chiteau-Gontier, à Angers, et ae 
rattachant au brevet d'invention de quinze ans pris, le i^ jn-n i85s, pour 
un régulateur et barre tournante en fer, et pour des perfectionnements 
apportés à la volée en planches des moulins à vent. 

983* Le certificat d'addition dont la demande a été déposée, le si avril 
i854« au secrétariat do la préfecture du département de la Seine, par le sieur 
Blanquet (Antoine), à Paris, me Grange*aux-Bel!es, n* 9, et se rattachant 
au brevet d'invention de quinze ans pris, le 10 septembre i85i, pour un 
battant-lanceur applicable aui métiers è tissée. 

983* Le certificat d*addilinn dont la demande a été déposée, le 31 avril 
i854, au secrétariat de la préfecture du déparlement de la Se'ne, par le sienr 
Bmnet (Joseph-Jean) , élisant domicile à Paris, Gi*and-Hôtcl de TEurôpe, 
me de Valoîs-Patais-Royal , et se rattachant au brevet dinvcntion de qoinie 
ans pris, le 38 avril i853, conjointrment avec le sieur VlHardl^, pouc un sjs^ 
lème de distillation des marcs de raisin et autres matières solides et épaisses» 

984* Le certificat d*addltion dont la demande a été dé|iosée, le 1 4 avril 
i85t, an secrétariat de la préfecture du département da la Charente, t^ar 
les sieurs Caillaud (Eutrope), Ibry (Paul) et Prudot (Hippoljte)»! Lan>elie> 



Digitized 



by Google 



ft«ao'(l,et se raitarbant au brevet (Tinvcntlon do quiozo «Dspris, le lo ja» 
fier :$H* pour no système de clysoir dit cfytMre. 

^* Le certificat d addition dout la demande a M d^pos^o , le 3 mai 
j^l.an secréuriat de )a préfecture du di^partenncnt de TAisnc, par les 
Mon Carlier-Vitu (Louis-C^sar), et Ilurstel (François-Xavier), à Ribe- 
BOBi,et se rattachant au brevet d'invenlion de qumie ans pris, le 4 mai 
itj^.pauruar dé videme mécanique. 

9^6* Le ceniftcat d^adtlitioii dont la demande a étd déposée, le 93 avril 
il54,aa secrétariat de la préfecture du département de la Seine, par le 
Mur Caffiender (Louis-Josrpb-NicoUs), à Paris, rue du Sentier, n* 35, 
Awratlarbaat au brevet d'inveutiou de quinze ans pris, le 37 avril i853, 
Mr DO système Je dévidagjs, avec croisure ou envergemeat, applicable à là 
batare maauelle ou mécanique. 

987* Le certificat d'addiiîoo dont la demande a été déposée, le 18 avril 
iS5| . su secrétariat de la pn fecture du département de la Seine, par le 
■urDroiiict (Louis-Féliii-nenry], à Paris, passage Saunier, n* i3, et ^e 
BdxèsDt au brevet d*invention de quinze aos pris, le s '4 décembre i83a, 
fmxûiKmklrt ou instrument propre à mesurer le sillago dcà vaisseaux, etc* 

^ Le certilical d^addiiion dont la demande a été déposée, le sS avril 
ifiliUi secrétariat de la préfecture du département de la Haute-Garonne, 
fikienT Perret (Armand), pont des Demoiselletf, à Toulouse, et se ratta- 
ianvi brevet d*iiivei)lJon de quinze aus pris, le 3i mars i854» pour là 
ttnniioa de pierres factices. 

^9* Le certificat d^addilion dont la demande a été déposée, le is avril 
ijb4,ao secrétariat de la préfecture du département de la Seine, par If 
MarFroissart (Charles-Albert], rue de Brabant, n*'3, aux Thèmes , près 
te» et se rattjcbant au brevet d invention de quinze ans pris, le 7 avril 
t^3, pour un genre d*allumettes dites hi-incandtscentes. 
990* Le certificat d*addiiîon dont la demande a été déposée, le 10 avril 
i8S4,aa secrétariat de la préfecture du département de la Seine, par lea 
linn Guibal (Charles-EugeneFrançois) et Cumenge (Bemard-Louis-Phi- 

^ Edouard), à Paris, me Vivienne, n* 4o, et se rattachant au brevet 
-QtiuD de quinze ans pris, le 1 1 octobre 1853, pour perfectionnements 
Importés dans le traitement du èaoutcbouc. 

991* Le certificat d*addition dont la demande a été déposée, le 37 avril 
1^4, au secrétariat de la'préfecture du département de la Moselle, par le 
ttnr Hébert (Louis), à Metz, et se rattachant au brevet d'invention de quinze 
*»pris, ieta février i854f pour la carbonisation par^rréfaction de tous 
^ coaibustiblea connus , etc. 

99s* Le certificat d*addi(ion dont la demande a été déposée, le 31 avril 
t85^, au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, par ie# 
ne&rsJacomme et Dufat, à Paris, rue de Lancry, n* 16, et se rattachant au 
brevet (l*invention de quinze ans pris, le 18 octobre i8S3» pour un procédé 
'ttpiession litb«>grapbique multicolore, etc. 

993* Le certificat d'addition dont la demande a été déposée, le 39 avril 
^^^i. ao seaétariai de la préfecture du département de la Haute-Garonne, 
|ir le sieur Labora (Gabriel) • dit Placide, à Miraient, et sa rattachant an 
*Ret (finvention de ||uinze ans pris, le 16 avril i853, conjointement avee 
Morose et son fils, pour application et perfectionnement de machines et 
l^vcéd^pour la préparât on du cardage, filage at étirage de la laine cardée 
ttteutcs autres vatières filamenteuaes. 



Digitized by VjOOQIC 



^ y^ Xé cetfSAéti âTa^dStion dont la demande a étë d^sëe, !e sa anl 
a85i, aa secrétariat de la jri^fecUiro du ttéparteinent de la Loire-InrérieiittC 
Mr le sîeur de Laleopacqucs-Gustave-'Ollivier], iéfiaadt tfoibîdle rueTi^ 
aeTort, n* i**, à NaDtes, tl se rattachant au'breNet d*ÎQTen(ÎQn de ^v&nt um 

?rÎ9, lé do mai i853, ponf un fevîer-freih jpouvaiil être adapte à un chariot 
treuil,' etc. • 
. 095* Le certiGcat d'addition dont fa 'demande .a M déposi^e', le Ç ntà 
i^hh . au secrétariat de la préPecttire du département de l^ure, par le »iair 
Legris (Joscpli -Marie}, à Louvîers, ;et se xattacKant au Ijrevet dlntedtioD de 
Quinze labs pris. >ie 3 août ilB?3, pour un sjf&tème de pî&lon m'étalligt^e 
double, à plateanx tuolnles. 

996* Xe certificat d addition dont la demande a ëté déposée, k i5 avA 
ibBbh « au eecrétariat de la préfecture du départeoient ,de la '8'éine, ,par tl 
îieur Letestu,(3€an*Marie], à Paris, rue du Temple, n* 1 i8,.et se raitachAPt 
•u brevet d^învention de quinze ans pris, le 39 mal i3^3, pour f erfettidont- 
meols généraiû aux ustensiles à Tusagc deTariitlerie. 
' 097* Le certlGcat d'addition dont la demande a 'été déposée, ie 11 avM 
«854, au secrétariat île fa pveTecture du dejp2irtement.dc !a Seine, parle A*ear 
uHcrmité (Jose[A),- élisant domicile chez le sieur Amicngautf aîné*, è'^aris, 
Vue SàintrSéhastien , 3* 4'5, et se rattachant au brevet d*inventLt>n de (ptniê 
ans pris , le '3 1 décembre i'953, pour la Tâbrieation d*un <:barbon. 

998^ Le cerirficat 'd*addifion^ont la demande a été' déhosée, le .12 à^tÛ 
*854 1 au secrétariat de. la pr^éfecture du départémeut de la'Soîne, par le Metft 
Vlarcband (François-Joseph), élisant domicile chez le sieur Le 'Blanc, à 
Baris, rue iSaintc-Appoline., n* 3, ct.se rattachent, au .brevet d'inventien d^ 
guibze ans pris, le 5 avril ]853, pour un système de construcîtion de rou^ 
Hydrauliques. 

• QQQ* Le certiAoat d'addition dont '.la demande, a 'été déposée, ie vS avA 
i854 , au secréiariat de la préfecture du (J^actement de fa Ssîne, parr le-éSeiir 
Masiin (Qaudc-Auguste-^erdinand), à 'Paris, rue de .la Cbausséerd'Antio, 
p* 30, et se rattachant au brevet d'invention de quinte jQns pris, Ye lA ivrll 
V853 , pour une ancre de sûreté. 

looo* Le certrGcat d addition dont la demande a été déposée, le 19 avril 
^854, au sé;crélariat de la préfecture du déjpartement de la Seine, par Icsîeaf 
Xfazier [Marie-PiernC'Fenhnand),, élisant domicile, .chez 1e slenr Anoen- 
gaiid jeune, à Paris,. rue des Fittes-du-Calyaire, n*.'6, et se ratUtAftfit tû 
brevet d'invention d^ quinze ans ^pris, le 3o 'avdl i3Â3, poW Ma dppsrèd 
propre à moissonner dit moissonneur. 

1001* Le certificat d*additton dont la, demande H (St^ déposée, 'le *5 mal 
i854 , au secrétariat de la préfecture du di'partemejit deTAudc, ynt \c ^fi^ur 
Ueninr (Ils aîné (François), •& .Carcasson ne, et se . rattachant au brevA 
d*invcntion de quinze ans pris, le 1 1 avrll-18^, pdur un système de "bandes 
de billards à ressorts d^acier circulaires. 

1O03* Le certlilcat d addition dont la demande ft 'élé #éposée/Ic îS'VVtrH 
i'854 , au secréiariat de la préfecture du département de la Seine; par le ikfit 
Moniel (Pierre-Anibroise) , à !Pa#îs, rue des B1a»ct-Manteaux , n* iC, «t "se 
rattachant au brevet d'itf^enllon de qiiinzc ans pris, le .37 décembre i'859» 
pour un sysCèoie d'arrêt instantané des convois sur «les cbeniins de lèt dft 
^tl^me ii/foiUeL 

100.3* Le certîTicft d addition dont la demande a été déposée ,'fe 18 avril 
i854, au secrétariat de la préfecture du départemeiit d6*h*Seifie, paries 



Digitized 



by Google 



B. n» 3i6. f 1^ )' 

'«ieor Ik i ' ftfeu f g iwrf'jwni», à 'Pifk-ÎB, fuê des TOIe«<tti-CiAvaire, n* 6, «t^sa^ 

nMbMit m hetrei dTffmtentiDB dt; (foriiAte fta» prit, le i'8 irot«iiibn 11(53, 

Nir reiiraction de Talcool d*une plante dite heliantlmi tiéberomu. 

f^oF iJeeMifteiA '^â<fltmo ddtit la '^ettiattèe'a été déposée, la n »mi 
ifébh « sQ'w^féflhritft def&prt^ertfredo dépitrtetD^t Ae4a $éîofe,'p8r'ie aîmif 
I^yuib ii fJnKen), téptifoeuté parfe Mdr Le ^filafrc, I Paria, w^ SahMe^ 
A|i(wliffe,if 1, "et aetafttacfaattit 8ti1)i*evet 'd'itivcnittcm de quhue aca pria^'fo 
19 ooTembre i853^ poortrn aystème Je fabric a tion dti ëLocofat. 

tc»o6* le Mftîleai ^"additioo dont h dematide^ hé déposée, h ro «ntl 
1^54 , ao'9e<frémriKI de Ta préfecture du di^rtement do Ihnrd, par ie aîeo^ 
F ilgi f u et>l>l<»nrt , me Sarift-Êricniie, à LHle , et té rattadiani au bnnret d^io- 
jiaiïlîton de (pdtiïe ans pria, le ys aotft H853,i|>o0r un matelas mi^çatiri^ie. 

ifMj^ Le 'cerfifiest d'addition dotit^ dentainde-a 'été déposée, le a^iatril 
tSSi « an fecréttriat de ia-^réfeeturt du dpparietnemde 'la Seine, -par le rieur 
Fbtbfdr (Heori-'Vidter-AteiatnIne], à Paria, tue du Paaboarg-Puiaonntère^ 
^ iS«, ftte raflachanl an'bre^Yt d'iovenrion de quinxc ans pris, le 37 nian 
a9S4* pour tm aystème de fosses (faisavces. 

iot>^* Ls'certificslt 'd^ddition dont la demanda « ijtë déposée, le 3!i avril 
aUSi, au secrétariat de la, préfecture du département du Bas-Min , partis 
jiéar ëa 'ftégel, à Snii^om>g, ^t se rattaéliarnt au bretet dMnvention de 
^paiozeëns pria, le 19 mars 1 853, pnr le sieur de Kercado, dontil est cession- 
iÊÊÊÊre, pmir an'prtxn^dé mroéral de tannage dev.peaux de 'toute espèce, 

«Doir Le 'eert?Bcat d*aUdhion dbntla demanda a Vté déposée, ie i" naà 
aV4« au seerétarhit de la préfecture du départemeift dis Seiuc-e^Oise, par 
leaiear Bcnner (Jean-Josepb), à L'ÉtaufÇ-la-Vilic^ et ae zattacbaot «« biivet 
driofentiGo de dix anStprîs, le 39 septembre i853, poar une V4>ilure cjlin- 
Clique dite 'Oxo^^jit. 

. ii0o9* Lu «UMMicuc d'addftdun dunt 1^ demande a *éké déposée , le rg m^l 
i85&, au secrétariatde taiptféfetoturoidu^diépatflementdeki Cète-d^Or,'par le 
neor Richard (Pierre), à ^^mbernon, et se rattacbanl au brevet d'invention 
de quinié ans pris, le 3 décembre ]853, pour un système de fabrication de 
toiles, pour couverture de' bâtiments, clc« 

'1010* Le ccrtiGcat £ad(Iitîon dou^ la demande a été déposée, le 39 avril 
B8S4«an secrétariat de la préfectnre du département des Boucbes-du-Rh6ne, 
par le sieur Rougîer (Jean -Dominique), rue Montevideo, n* 1 1, à Marseille, 
«t ae rattachent au brevet d'invention de quinze ans pria, fae 19 jullhat i853, 
pour un procédé de blanchiment de Thuilo de palme» 

101 1* Le certificat d*addltion dont la demande a 6lé déposée, ieiû aeril 
a854« au secrétariat «de fo préfecture' du département de ia Seiiie, pur >le 
càeur Schlosser (François-Xavier) . à Paris, rue de lu Koquettiu n* 3» , et ae 
MMucbuDl'av brevet crimeAti^n de ifmiiie tus pria, le 20 octobre i863« 
mur un appareil brpyeur et mpuleur à hélice, prqpre-A la fabricftlio^ 4a 
arîqnes, tuyaux et autres produits céramiques. 

loia* Le certificat! «^addition dont la demande a été déposée, le 91 afvril 
i854 • au aecréuriat de la préfecture du département de ia Seina, parle sieur 
âttler (Frédéric), à Paris, rue de la Pépinière, passage du Soèeil-d'Or, n* i4, 
i fattaefaaalambaefet'd'îumitiMi detdn'aos pris, le 17 décembre i853. 



pour on genre de parque teriedUo'paf^ueMrtaisuûta. 

101 3* Le certificat d'addition dont ledenaande a été déposée, le ao avril 
iSSit-ao-aterélamt de k 'préfecture du di^rtement de la Seine» par le 



Digitized 



by Google 



( loo ) 

r Sîrot-Wagrcl fils (Joiepli)» élisant domictie cUcz le sieur Arniei^ad 
jeune, k Pans, rue des FilIes-du-Calvaire, n*0, cl se ratiacUant au brrret 
d*invenlion de quinze ans pris, le 9 mars i854« pour Tm procédé d^eilrao- 
tion do jus de betleraves. 

101 4* Le ccrilGcat d*addIdon dont la dem.^nde a été déposée, le so avril 
i854« sa secrétariat de la préferturc du déparlcmeiàt de la Seine, par ie 
sîeor Scnis (Charles-René- Alfred), à Paris, rue d*Mngliica, n* 7, et se rsUa- 
cbant au brevet d*iovention de quinze ans pris, le 6 fé%rier i8&4, poor 
perfectionnement^ dans Is fabrication des abat jour. 

101 5* Le certificat d'addition dont la dcmaude a été ds'posée, le i3 ayril 
i854» su secrétariat de la préfecture du dépariei/ent de la Seine, par la 
slcnr Soncbou (Jean- Marie), ^ Paris, rue Monlmarlre, n* io3, et se ratta- 
citant au brevet dmveniion de quinze aus pri:i, le i4 avril i853, pour la 
filtrage par les éponges et ta laine tontisse, ferriqucs et autres matières. 

1016* Le certificat d'addition dont la demande a été dé|>osée, le i5 avril 
i854, au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, par le 
neur Tbibert fils (Louis-Henry), à Paris, rue Micbol-leComtc, n* sS, elia 
rattachant au brevet d'invention de quinze ans pris, le i*' septembre iSàJi 
pour des perfectionnements apportés dans la fabrication des lorgnettes, no- 
tamment de celles dïit%JamclUs, 

1017* Le' certificat a addition dont lademar.de a été déposée, le I9avr3. 
i854, au secrétariat de la préfecture du département de la Sein^, par les 
tteure Varlet (Jean-PbilippeJ, ri Daiille (Auguste^François), k Paris,. ma 
du Faubourg-Sainl-Martin, u~ 4o et 43, et se ratlaciiant au brevet d'inven- 
tion de quinze ans pris, le 1 5 avril 1 85 4, pour un système de sauvetage» 

' 2, Notre ministre secrétaire d*état au département de Tagri- 
cnlture, du commerce et des travaux publics, est chargé de 
Texécution du présent décret , qui sera inséré au BuUetiu des lois. 
Fait au palais des Tuileries, ie iG Mai 1855. 

Signé NAPOLÉON. 
Par TEmpereur : 
Le Ministre secrétaire Jtétat au âé/Kwtement de ta^ricultnrt» 
du commerce et des trmaux publics , 

Signé E. RouuBK. 

I 
Certifié conforme : 

Paris, le 3 * Août i855, 

be Garde des Sceaux , Ministre Secrétain 
d'état au département de la Justice, 

ABBATUCCI. 

* Cette. date est edle.de la réceptbo du Buneti» 
au mÎMike de la Justice. 

^■*—»** " i t < < ^ | ' " »< ' ■■■' ;■ , 111 II ■ iiii^ 

Imprimeiue »iriAui.£.-* 3ioût i855. 



Digitized 



by Google 



( 201. ) 

BULLETIN DES LOIS. 

N» 317. 



N* agi a. — Déchet impéhial qui ouvre, sur l'exercice i855, 
un Crédit supplémentaire pour achats de Tabacs. 

Da 30 Juillet id55. 

NAPOLÉON, par la grâce de Dieu et la volonté nationale. 
Empereur des Français, à tous présents et à veoir, salut. 

Va la loi du i a juin i854 portant ûxalion du budget général des 
dépenses et des receltes de Texercice i855 ; 

Vu le décret du i5 décembre suivant (i], contenant réparlitîon 
des crédits du budgel des dépenses dudit exercice; 

Vu les articles ao et ai de la loi du 8 juillet i85a , contenant )a 
beahé d'ouvrir des crédits supplémenlaires par décret, en i*absence 
dn Corps législatif; 

Ser le rapport de notre ministre secrétaire d^étatdes finances. 

Ayons nicRéTB et décrétons ce qui suit : 

Art. l*'. Il est ouvert à notre ministre secrétaire d'état des 
fioances, sar Texercice i855, un crédit supplémentaire de 
qainze millions huit cent cinquante -trois mille francs 
{i5,853,ooo'], applicable au chapitre ci-après : 

SERTICB DES DOUANES ET DES CONTRIBUTIONS INDIRECTES. . 

Chapitre lxiii. — Achats et transport ds tabacs. 

Achats de tabacs exotiques livrés par le commerce i il,2s8,ooo' 

Achats de cigares fabriqués à Fétranger • i .6 s5,ooo 

.. ..Total •. 2&,8à3,Qoo 

2. La régularisation de ce crédit sera proposée au Corps 
législatif. 

■ I ■ III I II I ■ 

(i) BttiLa4i,n'ii93. 
XI* Série. i5 



Digitized 



by Google 



9. Rolre mialstre leci^tdîre â*2tai an âlpânement ia 
finances est chaif[é de Texécalion du présent décret, qui sera 
inséré au Bulletin des loisi 

Fait au ][>alaî^ dèà Tiiilèfiâ, lé ^Ô iaillet i8^!). 

Signe NAPOLÉON. 

Par rEmpereor : 

Le Ministre secrétaire iéiat au dipaimeat 
da finances^ 

•Signé Pi Mi^iBt 



N*agi3. — Dbcebt impérial qui ouvre au Ministre des Finances 
hh (iréiU sttpplAntniattt stif' Itjnèrcict i856. 

Du ai Juillet 1 855. 

NAPOLEON, par la pAte de Dtea et la volonté îaatlottiJé, 
ËiiPsnfetR DES Français, à tous présents et à venir « salct. 

Sorknpport de noire ministre secrétaire d*état desAnancëa; 
* VuUlc du 213 jitih i854 pôfinnt fitatioû du budget géiiénildë!^ 
dépenses et de5 recelles de rexercice i855; 

Vu le tléoreidu i5 décembre suivAiit ^i), «6ntei>aiil répartilioii âet 
crédits du budget des dépenses dudit excrcicf ; 

Vu les articles ao et 21 de là loi du 8 juillet i85à, concëfn'ààtla 
faculté douvnr des crédits supplémentaires ou eUraordinaires, par 
«décrets, en l'absence du Corps législatif, 

Av62(s bIdMTK et DÉciritONS ce qui suit \ 

Art. 1". Il est ouvert à notre ministre secrétaire d'état des 
finances. Eût fesetticè i855, \ih créjit sùpptémetilaire de 
deux millious quatre cent cinlquantc-six mille six cent quatre- 
vio^ francs (l,AS^6,68o% ^ôuk" tesdépèûses el-àprès, savoir: 

EI1BE016TREIIMIT Mlf ikAAlMBS^ 

GttkMtM RÎf. Penonuel, ...«r^ii.» 608,000'. 

"" LiV. Dépenses diverses 1 45,88o ; : 

i^r i. > ,fc 1 1 i^Yi i)éjMaMiaKtn»rttiiMàffts...\....«v «... ft6,too 

^ "^^ I 

A REPORTER. . • . ^ . 780,6^0 I 

(1) Bail. s4i, n* 1193. 



Digitized 



by Google 



Rwmt 7lo«M(/ 

RBMBOUBSBIIElim ET nfiSTIT^nONS. 

Csânm lxz. Bombounemcnts sur produits indirects ot divers 

( enregistrement et domaines) 876,000 

I, I taoni* R^rtitions do produits d^amendes , saisies et 
coQ^scations «ttribués À divers (enregisirement 
et domaines) 800,000 



'Total égal 2,4&6,68o 



2. Notre ministre secr^ire d^at au département des 
finance^ est chargé de Feiécution du présent décret, qiii sera 
inséré un fiulletin des lois. 

Fait au palais des Tuileries , le a i Juillet aâ55. 

Sigfté NAPOLÉON. 
• Par i*£mpereQr : 

des financés. 

Signé P. MaoiK. 



m» Fi^0els maritinmt à Chetiourg, LormA et Bookefort. 



Du 91 haêàkA tA5S. 

NAPOLÉON, pftrJbi grâce de Die» et la voloaté natiûMto* 
'EupBBBim DBS Français , à toos présents «t à venir, fiALur. 

Sur le rapport de noire ministre secrétaire d*état au département 
de la marine et des colonies, 

Atohs DéGBExé et DECBiimn oe 'qui suit : 

Aat. .1*'. Les appoiiiieinents .fijoes des préfeta onaritimes à 
Cherbo«iig, Lorieot et JWcbefort, sont portés à dix-huit mille 
I fraocs par au, lorsque ces em^plois sont confiés à des officieca 
géaéramde ia mariné pourvus du gsade de vice-amirâi. 

2. La disposition de Tarlicle ci '- dessus est applicable à 
IL Ifi.vicc-amiral Moniagniès de la Roque, préfet maritime à 
Rochefort, à partir du jour de sa nomination au grade de vice- 
amiral. 

3. Notre ministre secrétaire d'état au dép*artemeni de la 

i5. 



Digitized 



by Google 



( aoA ) 
marine et des coionies est chargé de Texécntioa da présent 
décret» qui sera inséré au Bulletin des lois et au Bulletin officiel. 

Fait à Paris» le ai Juillet i855. 

Signé NAPOLÉ(Nf. 

Par l*£mpereiir : 

LAndrdJiiinUtrt secrétaire d^état iê b maiM 
êi du colomt. 

Signé Ham£uh» 



N'agi 5.— Dicaar iMPimAL qui autorise un virement de Crédit os 
Budget du Ministère de la Marine et des Colonies (Service colonial), 
poar l'exercice I85ù, 

Da ti Juillet i855. 

NAPOLÉON, par la grâce de Dieu et la volonté nationale; 
Empkrbcb DB9 Françms, à tous présents el à venir, salct. 

Sur le rapport de notre ministre secrétaire d'état au département 
de la marine et des colonies; 

Vu la loi du lO juin i853 portant fixation du budget général des 
dépenses et des recettes de Texercice iSbht et le déicret du la dé* 
cembre suivant (i), sur la répartition, par chapitres, des crédils da 
budget des dépenses de cet exercice; 

Vu les décrets des aa février (a) et lo novembre i85& (3}, qui ont 
autorisé des virements de crédit entre les cU.pitres du budget da 
service colonial , pour le même exercice ; ' 

Vu farticle la du sénalas-consulle du ^5 décembre i85a; 

Notre Conseil d*état entendu, 

AvoKS DAcRiTé et D^caéroKS ce qui suit : 

Art. l*'. Le crédit ouvert pour Texerdce i854 . par la loi d^ 
10 juin i853 et le décret de répartition du la décembre, $vr 4 
chapitre m du budget du ministère de la marine et des Colônicf 
(Ser\'ice colonial), est réduit d'une somme de trois ce^nt milil 
francs. ; 

— 1 - ■ T - - m -i-i-ir ' - ' - ^.^^^jJI 



(i) Bull. 11 3, n*969. 
(s) Bull, lilb, n* 11 9$. 
(3) Bull. s3i,n*sii4. 



Digitized 



by Google 



B.n*3i7* ( ao5 ) 

2. Le crédit ouvert pour le même exercice, par la loi et le 
décret précités, sur le chapitre i*' du budget du mioUtère de la 
loarine et des colonies (Service colonial) est augmenté d*un6 
somme égale de trois cent mille francs , par virement du chapitre 
désigné CI -dessus. 

3. Nos ministres secrétaires d*état aux départements de la 
marine et des colonies, et des finances, sont chargés, chacun en 
œqui le concerne, de Texécution du présent décret, qui sent 
ioséré au Bulletin des lois. 

Fait au palais des Tuileries, le ai Juillet i855. 

Signé NAPOLÉON. 

Par l^Empereor : 

L'Amiral Minûtn HcriUdn d^éUU de la 
9t des colonies. 

Signé Hambl». 



8*3916. — DiCÂET iMPÈRiAL relatif aux Vacances da C<ms$il d'État, 
poi& Vannée 1855, 

Du 93 Jaillet i855. 

NAPOLÉON, parla grâce de Dieu et la volonté nationale, 
Emperbcr ^^BANÇiUs, à tous présents et à venir, salut. 

Avoxs DÉCRITE et nicR^TONS ce qui anit : 

Art. 1"'. Les vacances du Conseil d*état, pour Tanoée i855» 
comiuenceroDl le i5 août prochain et finiront le i5 octobre. 

2. Sont désignés pour délibérer pendant les vacations, sur 
les afiàires administratives soumises à Texamen du Conseil 
d*étatet qui doivent, à raison de leur urgence, recevoir im- 
médiatement une solution, 

MM. 

n n • f vice -président du Conseil 

De Paneu, j ^.^^^. 

AUari, î ^ . .j 

Boinvillien, \ P'^^^ents de sections; 



Digitized 



by Google 



( ao«) 



MM. 

Carlisr, 

Sain, 

flandin, 

GodêUe, 

Vaitry, 

Ii€arii$r, 

Vicomte de Cormenin, 

Cochelet, 

Maigne, 

Montaad, 

Comte Dalois, 

Vicomte de la Gnéronnière, 

Baron de Basêiem, 

Comte de Bougé, 



\ Conseillers d'état; 



Griterin, 

Petitet, 

Baron de Sibert de Cornillon, 

Le géDéral de division Daumo^, 

Mestro, 

Baron Brenier, 

DarricaUt 

Layrle, 

De Contencin, 

Stourm, 

Armand Lefèvre, 



En service ordinaire hon 
sections; 



Goupil, 

Bataille, 

François, 

Dtt Berthiér, 

Vicomte d*Argout, 

De Maapas, 

De S^gur, 

De Missiessy, 

Robert, 

Mmuiri, 



) Matlrcs des requétesj 



Digitized 



by Google 



B. n^3i7. ( 307 ) 

MM- 

Fonqnier, 

Hadaali, 

Marheaa, 

DoinvilliiTS, 

Lêfèvre PojUalis, 

Moreau, 

Regard, 

Chadenel, 

D*fJaa(es$rvêt 

BaroD de àtaekâm, j Àu^iteiiri« 

Fahvier, 

Brincard, 

Flandi'n, 

Baj ard, 

Vernhetle, 

Cohen, 

Leclerc, | 

Vicomte d« iitcoy, 1 

Kral^^ I 

3. En cas d'empêchement de Vun des coD8e{l!crs ci-dessus 
désignas, il pourra être remplacé par un des conseillers d*état 
présents à Paris* 

4. Les délais fixés par Tordonnance du 12 mars i83i (1), 
pour le jugement des cpn (lits, seront suspendus depuis le 1 5 août 
JDsqu^au i5 octobre prochain. 

5. Un arrêté du président du Cop«eîl d'état réglera le service 
des vacations, tant dans les assemblées générales que daos \ps 
réanions de sections. 

6. Le ministre d*état çst chargé de Tçxécution di;^ présent 
décret. * 

Fait au palais des Tuileries, le ^3 JuiUet JiSfiôt 

Signé NAPOLÉON. 
Par TEmpcreur : 
Le Ministre d!élat. 
Signé AcHiLL£ Fould. 

(i)ii*iérie, a* piirtif , Pi^ 5». j^ iSil* 



Digitized 



by Google 



( 2o8 J 

N* 3917- — Décbbt iMPéniÀL qui ouvre, sur l'exercice 1855, 
an Crédit extraordinaire pour le service de V Emprunt grec. 

Du95 Juillet i855. 

NAPOLÉON, par la grâce de Dieu et la volonté nationale, 
Empereur des Français, à tous présents et à venir, salct. 

Vu la loi du 1 A juin i833« qui a autorisé le ministre des finances 
à garantir l'emprunt contracté par le Gouvernement grec; 

Vu Tordonnance du g juillet i833 (1), rendue pour Texécà tien, 
et qui engage lé trésor public envers les porteurs de titres à défaut 
de payement par ce Gouvernement; 

Vu la lettre de MM. de Rothschild frères, du g do ce mois, par 
laquelle ces banqtiiers font connallre que la provision nécessaire aa 
service du semestre échéant le 1* septembre prochain ne leur a point 
été faîte; 

Sur le rapport de notre ministre secrétaire d*état des finances. 

Avons d^grét^ et décrétons ce qui suit : 

Art. 1^. Il est cuvert ao ministre des finances, sur Texer- 
cice i855, un crédit extraordinaire de cinq cent vingt -deux 
mille dix-neuffrancs quatre -vingt-trois centimes (oas^oig^ôS'J, 
nécessaire pour le payement des intérêts et de l^amortissement, 
exigibles au 1" septembre i8o5, de la partie altère n te à la ga- 
rantie de la France sur Feiuprunt négocié en i833 par le 
Gouvernement grec. 

2. La rcgularisation de ce crédit sera proposée an Corps lé- 
gislatif lors de sa prochaine session, et les payements qui lui 
sont imputables auront lien sur les ressources de la dette 
flottante, à titre d^avances à recouvrer sur le Gouvernement 
grec. 

3. Notre ministre secrétaire d*état au département des 
finances est chargé de Texécution du présent décret, qui sera 
inséré au Bulletin des lois. 

Fait au palais des Tuileries, le 2& Juillet i855. 

Signé NAPOLÉON. 
Par TEmpereur: 
Le Mimstre seerétaire détat au département des JinwMiS, 
Signé P. Magvi. 

(1) 11* série, s* partie, i** section, Bull. aSg, n* 4^90, 

Digitized by VjOOQ iC 



B. n* 317. ( aog ) 

ft*39i& — DicMMT jwpéHfàL qui transfère à Smai-ÉtieM» h Chef- 
lieu du d<f parlement de la Loire. 

Da s5 Juillet i855. 

NAPOLEON, par la grâce de Dieu et la volonté nationale, 
EMPBBsua DBS Français, à tous présents et à venir, salut. 

Sur le rapport de notre ministre secrétaire d*état au département 
(ierintérieiir; 

Va Tarrêlé consulaire du 17 ventôse an viii (1), qui détermine les 
ehe^-lieux des départements, 

AvoKs oicRÉT^ et nicRiroNS ce qui suit : 

Art. l*'. Le chef-lieu du département de la Loire est trans- 
féré à Saint-Étienne. 

Celai du deuxième arrondissement communal^ de ce dépar- 
temeot est fixé à Montbrlsob. 

Ces dispositions seront exécutoires à partir du i*' janvier 
prochain. 

% Sont acceptées les ofires faites par le conseil municipal 
de II ville de Saint-Etienne, dans ses délibérations des 23 février 
eUmars i834» i4 août i84o, 9 octobre 1 84 9 et 3o novembre' 
.1353. 

3. Notre ministre secrétaire d'état au département de Tin- 
^eoT est chargé de l'exécution du présent décret. 

Fait au palais des Tuileries, le 25 Juillet i855. 

Signé NAPOLÉON. 
Par TEmperear : 
Le Ministre secrétaire d'état aa dépariemenl 
de tinlérieur. 

Signé BiLLAULT. 

^* ^9>9- — Décret iMPÉnuL t/ui autorise un virement de Crédit 
au Budget du Ministère de l'Intérieur, exercice ISSU. 

* Do aS JuilUt i855. 

NAPOLÉON, par la grâce de Dieu et la volonté nationale, 
Empereur des Français» à tous présents et à venir, salct. 

Sur le rapport de notre minbtre secrétaire d*état au département 
^ rinlérienr; 

*" ■ ■- « m ■■ I I I i> Il ■■^■■■■» 

(1) m* série, Bull. i3, n* 90, 

Digitized by VjOOQ iC 



( a^o } 

Vu la loi des finances du lo juin i853 et le décret da I3 décembre 
luîvant (ij, portant réparlition dea crédiU du budget de rexardoe 
i854; ^ 

Vu Tartiele la du sénalqs-condultQ di^ ^5 décembre i85a; 

Notre Conseil d*élat entendu , 

Avanfi péçfUITi ef 9i(;iiiT0N4 ce qui fuit ; 

Art» 1*'. Le crédit ouvert, p^ur Tei^Fpice i85At parla loi j 
du 10 juin i853 et le décret de répartition du la décembre , 
raivast, sur le chapitre xxyii do budget du ministre dénoté- 
rieur ( Traitement des commissaires de police départementaux) ^ «t 
réduit d'une somme de viugt et UQ mîUo ceot fOÛl&nte^Qatre 
francs, 

2. Le crédit ouvert* pour le même exercice, par la loi et le 
décret précités , sur )e chapitre xxv dudit budget (/n^pe^lioru 
administratixfcs des services départemenUmçp) , est augiqenté d'uqe 
somme é^lo de vingt et un mille peut soixante-quatre francs. 

3. Nos ministres secrétaires d'état aux départements de Hq- 
t^rieur et des finances sont clj^argéa, chacun en ce qui le coa-, 
c^r^Q, de FexécutioQ du présent décret, qui fera inséré ^u Bol* 
letin des lois, 

Fait au palais des Tuileries, le a 5 Juillet i855. 

Signé NAPOLÉON. 
Par lÎBinperQpr ) 
Le Mùdstm iterétuvê iéud an àépwumêi^t de Tmtkievr, 
Signé BiLULULT. 

N' a^aQ, tmt OidMfT iMBiMïïÂt^ portant convocation des Consuls 
généraux* 

Da3i Juillet iSS5. 

NAPOLÉON, par U grâce de Dî^w et la volonté natiopate» 
Ehpkreuiv p^s Faavçms, à tous pré^cQts et à venir, sa^ut. 

Sur le rapport de notr^ mi/iistf fl ^^pr^Mùre d^état au département 
de riotérieiur ; 
Vu les lois des aa juin i833, lo mai i838 et y juillet i853; 
Vu notre décret , en date du 5o juin (a) , portar\t convocalîon des 
~ \ d arrandisstmeiit pmiff la pr etnière partie de leur sessiift. 



a 



i) BulL ii3. A* 969. 
>) Bail, S09, n* 2857. 



Digitized 



by Google 



B.ii*3i7- (ail ) 

Ayons tdcKkrk et d^giu£tons ce qni sait : 

Art, 1". La session dçs conseils généraux s'ouvrira ie 
3o août prochain et sera closb, le i3 septembre, dans tous les 
d^arlemeats de TEmpire, à Texceptioo du département de]a 
Seine. 

2. Notre minisire secrétaire d'état au département de Tiii- 
térienr est chargé de Texécution du présent décret. 

Fait au palais des Tuileries, le3i Juillet i855« 

Sigeé NAPOLÉON. 

Parr£mp«vtar> 

Le Ministre secrétaire fM w diptiflm^t 
de Vinlérieur^ 



N* Q991. -*-r ÉÉcnxT tMPiniAL 'portant répaiiiiian da. Fonds commun 
ttffèeié auçs Dépenses ordinaires des Départen^ents pendant l'0:perciçe 

DnSi Juillet i655. 

MPOLÉON, par ia grâce de Dieu et la volonté nationalf , 
EmaEUB dbsFrakçus, à«tous présents et avenir, suut. 

5ur le rapport de notre ministre secrétaire d*état au département 
de Ttn teneur; 

Va la loi du 10 mai i838, article i3; 
Ta la loi de finances du & mai i855* 

Avoxs DÉORÉT£ et raciUBTONS ce qui suit : 

Art. 1*'. La répartition du fonds commun de sept centimes 
additionnels aux contributions foncière, personnelle et mobi- 
lière de i856 • affecté aux dépenses ordinaires des départements 
pendant cet exercice, est réglé conformément à Télat cî-anoex^. 

2. Notre ministre secrétaire d^état au département de Ti^ti- 
rieur eal chargé de iexécution du présent décret. 

rdin pakii des Tmkries, ie âi Juillet iSââ. 

8igaé NAPQLÉOîf. 
Par TEmpcreur : 

Le Ministre secrétaire d'étal au département 
4e fiiUériear, 

Signé BlLLAULT. 



Digitized 



by Google 



( aia ) 

État de rtpariition, entré Us départements, da Fonds eammun ds sept eeafimei 
affecté au complément des Dépenses départementales ordinaires pendant ïtxetcu 
i856. 



BirABTIHBITf. 



Aia 

Aira« 

Ali;«r 

Alpc«(Bw««^).... 
Alpw (Haat«ft-) ... 

Anl4cli« 

Ar40DDe« 

An^ 

AoIm 

A>da 

AvvytvB 

Boochrt^m-RbAa*. 

CaUado* 

CaaUl 

ChartaU 

CIiarMiU-InttriMrt 

Ch«r 

GmiAm : . . . . 

Cona 

CAu^Ot 

CAtMHiv.Nord 

Cr«aM 

Dordogne 

Do«b» 

OrAiM 

Eara 

Eiir»-«t-Loir 

F nUtèra 

Gard 

GaraaB«( Hanta-).. 

Gura 

Gironda 

Haraah 

nia^uVilaÎDa...... 

Indrt 

Iodra.«t-Loira. . . . . 

laiM 

Jura 

LaDdaa 

Lmr-alrChar 

Loira 

L«ira(Haota.).... 
Loira-IoMriaora. . . . 

Loiral ...••. 

Lot 

Lot-ai^aronaa . . • . 

Loi4m 

llaiB«>ai-L«ira 



ALLOCATIOS 

•or la fonda 



s a 5,000' 
1 46,000 
1 4o,ooo 
i5o,ooo 

61,000 
> 60,000 
lao.ooo 
i55,ooo 
170,000 

7>*ooo 
170,000 
970,000 

85,000 

70,00* 

46,000 
1 35,000 
995,000 
ia5,ooo 
175,000 
iio,«oo 
1 35,000 
165,000 
i5&,ooo 
i5o,ooo 
110,000 
110,000 

80,000 
180,000 
110,000 
i5o,ooo 
i4a*ooo 
9 1 5,000 

90,000 
145,000 
918,000 

930,000 

ai 5,000 
i3o,ooo 
i4o,ooo 
175,000 
i5o,ooo 
Il 5,000 

l4n,000 

164.000 
1 40,0^0 
80,000 
1 45,OGO 
195,000 



DétABTBHBVTi. 



MancU 

Mars 

Man<(Ha«U-} 

M ayanna 

Mvartka 

Mi^naa 

Morbihaa 

M^alla 

Nièvia •••.••... 

fkovà 

Oraa . . .' 

Paa-df-Calaia 

P«7Hia.D8m« 

V^rifkin (Baaaaa-) 

Pyrdaiaa r'Hantaa.) 

Jvréa^M-Oriaatalaa. . • . . . 

Rbia (Baa-) 

Rhin (HaoU) 

Rhftna 

Sa6na (Hanta-) 

Sa8a»«i>Loira. ...••.... 

Saiiha 

Seina ..•••... 

Saina-lali&ianrn. 

SeiB»«t-Mania ....•••.. 

Seioa-et-OiM 

SArrca (Deai-) 

Somma 

Tarn 

Tarn-al^aronnt. 

Var 

Vaueinaa 

Vandda 

Viann 

Vicnna( Hante-) 

Volfcw 

Yoooa ••. 

Total 

Raaarva ponr impraaaion 
da modilaa à* bmlgata at 
comptaa dapartamantam , 
ainai qna ponr cas imprivua. 

TorAfc éoAL an prodnil dn 
fonda 



Approuvé pour être annexé au décret en date de ce jour. 
Fait an palais des Tuileries , ie 3i Juillet i855. 

Signé NAPOLÉON. 
Par I^Empereur : 
Le Ministre secrétaire iétat aa département de tintérts» 

Sl^é BiLLAULT, 



Digitized 



by Google 



B.n*âi7* ( aiS } 

N' Sûia. — DÉCRET IMPÉRIAL (oontre-sigf^ par le ministre de Tagri* 
cQuare* du commerce et des travaux publics] porUat que le riombre 
dei routes déparlementales classées dans le déparlemeot de Lcir- 
e(-Cber est fiié k quinse, et que ces routes prendroai désormais les 
noméros et désignations qui suiyent : 

Route n* 1, d'Orléans au Blanc, par Romorantin ; 

Route n* 3 , de Blois k Loches, par Qiailles, Pont-le-Voy et Mont- 
lidiard; 

Route n* 3, d'Orléans à Tours, par Saint-Laurent et Saint-Dyé; 

Route n* 4t de Btois au Blanc, par Saint- Aignan ; 

Route n* 5, de Vendôme a Château-du-Loir, parMontoSre; 

Route n* 6, de Blois à Châteaudun, par Oncques et Charraj; 

Route n* 7, de Blois k Bourges, par Romorantin ; 

Roote n* 8, de Vendôme à Mondoubleau , par Epuisay; 

Roule n* 9, de Château-Renault à Brou, par Authon, le Fresne, 
Saiole-OutriUe, Montoire, Savigny, Sargé, Mondoubleau, Saint-Agile 
et Arfille ; 

Route n* lo. Embranchement de la Palte-d*Oie, entre les routes 

triâtes n** i5i et 167; 
ule n* 1 1 , d*Oncques k Châteaudun , par Fréteval ; 
Route n* la , de Blois à Château-Renault, par Moulineuf et Her- 
ksll; 
toute n* i3 , de Châteaudun k Romorantin, par Beaugency ; 
Boute n* i4, de Laferté-Bernard k Tours; 
Roote n* i5, de Monlrlchard à Amboise. {Paris, i6 MaH855,) 



N* S923. — DÉCRET iHPÉRiAL (coutro-signé par le garde des sceaux, 
ministre de la justice) qui fixe, 

1* A douze, le nombre des huissiers du tribunal de première ins- 
tance de Morlaix, département du Finistère; 

a* A trente et un, le nombre des huissiers du tribunal de première 
inHaaea de Chàton-sur-SAÔne , dépaHameol de S*ène^.Loire» (Pont, 
M/mlSM.) 

R* 992I. ~ DÉCRET lUPÉiûAL (contre-sigoé par le ministre de la 
guerre) qui affecte au service du déparlement de la guerre, pour 
l'établissement du tir de la garnison de la Pelile-Picrre (Bas-Rhin), 
deux parcelles de terrain dépendant de la forêt domaniale de ce 
oom, canton deSprung, indiquées par une teinte jaune sur le plan 
dressé, le 5 juin dernier, par le chef du génie de ladite place. 



Digitized 



by Google 



("4) 

• 



Certifié «MCotme : 

Paris, lèy'Aoûi iSSî, 

Le Gwrdei^i Sceaux, Ministne Secfédn 
i*4tal M dépar^ment de ta Ja$lkê, 



* Cette ^8tB est <:eUje de U réieeptiçn 4a JM^ 
au miaistère de la Justice. 



impÀids , om ekei Its Dimttan des poitM dts d^rUntott. 



iMpiiUALi. — 7 Août i855. 



Digitized 



byGoogk 



Digitized 



by Google 



Digitized 



by Google 



{M) 




^ifii. — Déchet twriniât qui onvr» aa DépàHÊfnént dé h Mamê 
it i» Colaaiti un Créât èxtraoriinéH $af Veitèftiee iS$9. 

NAPOLÉON, par la grâce de Die« et )a volonté oatioDale» 
hraiiira dbs Faaiiçais, à tous présents et \ venir* salut. 

Va, 1* la loi du aa juin i854 portant fixalton du budget général 
Al receUcs et des dépenses de reiercice i855, 

i* Le décret impéHal dU i5 déteitibfe i8M (l)f qi>i répartit i per 
dupitrfsjes crédits alloués par la loi précitt^e; 

l'ISS fiftlctes a6 et 17 de Tordonnance du 3i mai i838 (a) 
^iiA téglethent général sur la oomplabililé publimie ; 

Considérant ^ue, par suite de raeeroissement des antiements à 
tttfaftnir à la mer et de la nécessité d'achever dans le plus bref 
èàà la Iransibmiation de la flotte et les éiablissemenls militaires des 
firfs, les sommes aiïeclées au Service marine par la loi du budget 
(éoéral oe sont plus en proportion avec les dépenses déjà consom- 
né8s; 

Coondéranli â*antre part, que, pour dévdopper et assurer le ser- 
■îoe de la transportation dans les établissements pénitentiaires de la 
NijaDe, 3 j a urgence d^accroitre en i855 la dotation du Service 
ràmial: 

Sur le rapport de notre ministre secrétaire d*étet de la marine et 



àfiMis Bécairi ai DécaAimis ce qui suit : 

Abt. l*'. U est ouveri au département de la merine et des 
triooiés, snr Texercice i85$i un predH extraordinaire de 
ntre-vingt-dix-scpt millions soixante et quinze mille francs 
r|.t^hi|^Qlif)^ «inil réparti, savoiri 

\\\ tr IMi< •oïl. III I a^ éIq3. 
U] IX* lérie, Bidii S79, a* 74^7. 

a. If Série. 16 



Digitized 



by Google 



tBRTICB MABTirB« 

ClUPlTBB I*. Administration renlraic ( personnel ) so,oo 

•— ~-— II. Administration centrale (matériel) i6o,oo( 

■ III. Solde et accessoires. • i6,635,oo( 

— lY. HôpiUux 8oo,oo( 

Y. Vitres a3,70o,oo< 

■ Yii. Salaires dWvriers 7,000,001 

— — - Yiii. Approvisionnemenb généraux de la flotte.. . . 4o,ooo,oo< 

— — — IX. Travaux hydrauliques •.•....• a,ooOtOO< 

X. Poudres.. i,8oo,ooc 

■ XI. École navale. ••.. 3o,ooc 

— — — XII. Chiourmes 4o,ooc 

— xiY. Frais de voyage, ete i>5oo,ooc 

— XYi. Matériel du dépôt* des cartes et pians ioo,oo€ 

TBAYAUX EXnUOEDIIIAiaES. 

■■ XIX. Digue et arsenal de Cherbourg a,ooo,ooo 

Total pour le Sxryicb marinb. ••.••• 95,775,000 

SERYICB COLONIAL. 

■ Y. Établissement pénitentiaire de la Guyane. • . . i,3oo,ooo 
Somme égale 97,07 S^ooe 

2. La régularisation du présent crédit sera soumise à 1 
sanction du Corps l^islatif dans sa prochaine session. 

3. Notre ministre secrétaire d*état de la marine et des cok 
nies et notre ministre secrétaire d'état des finances sont cbargéi 
chacun en ce qui le concerne, de Texécution du présent décré 

Fait au palais des Tuileries, le 12 Mai i855. 

Signé NAPOLÉON. 
ParTEnipereur: 
Itf Mùûstrt têcrétain d^Aat L'Amiral Ministre secrétaîn d^état de k 

éufaiancês, mortiM et des coloniei. 

Signé P. Magke. Signé Hamelin. 

N* 3916. — * DicBBT iwpintÀL ^ui aatorise le Ministre des Fuum 
à élever à 350 millions la somme, des Bons da Trésor à émettre jâ 
b Service de 1855. 

Du 30 .Juin i855. 

NAPOLÉON, par la grâce de Dieu et la volpnté national 
E«PBABua DBi FiuaçAis, à tous présents et à venir, salut. 

Vu rartide 1 s de la loi du 33 juin i85& portant fixation du b^ 
get des recettes et des danses de Texercice i955; 



Digitized 



by Google 



B.ii«3i8. ( i\t) 

i»ft rai^pbft dé \iotrè tmnuire McMlSHi il^tift »i akpdWIHil 

■fiiiooes, 

1 AroB Dccnré et dbcrbtoiis « qni suit : 

ikt. 1*. Le mîniMre des finances est aiitorfiié à fhfffx^ 
mitai ciuqiiaDte millions (35o,oo6,oôo') 13 ï^t^itiiiiC de boS 
|Vspra<D)cltre{)oiir le service de Irésorèriede i85&. 

E" ^' «re niiolalre s* eréi tire d étal ati dcparteiDWt des GlUMacea 
gé de reiéculioD évt pi éscol décrd, «foi ëirt feséré tu 
des lois et soaniia Altérieuremcot au Corps législatif* 
*fttlauj»alais des Tuileries» le ao Juia i856» 

Par IxtaM^rcaa^^ 
1$ Mwutrt êêcriimin idtut «a ^mHtékkt âmjmmmm 

9?glll P. Mlttlia. 

'^ ^' *•* 

S^i}.<- DienEt TUPintAt (ftri ôàvh nà fNpài^/MXni dSCn IIMM 
«^Jsf Cohnies an CVM/ extraordinaire sur t'eJcïrcicêîVSt^ 

Du a3 Juia i855. 

ptAPÔLÉON, par la grâce de ï)ieo et la volonté nation^e, 
iiUCB i»cs FfiAMÇAfs, à tous préscuts et à venir, salÔt. 

V«, 1* la loi do lo jtiiii i853 portmtt (italîml du budget génMi 

imites et des dépensas de Textorçice i8&6; 

a' La lot du sa juin et les décrets des ij-juin (i) et i* upTembre 

^i (s) allouant des crédits extraordinaires air titre de f exercice 

laté; 

)* Le d^ret du 9 décembre 18SÂ (3) aulorijant des virements 

t crédits sur It dit e&ensce; 

k' Le< arlidtfr «6y»t 97 tie lordonnance du 3i ntA tSM {'a) , por- 

' règleinenl général sur la comptabilité publique; 

>« rapport R ncftte OaitiOlre sec^etàirà u ewt wS m aaiVlMB et 

Volâiitissi 

Atoxs DécRcii et nécniTONS ce qui suit : 

1*. II est ouvert au déporleroent de la manne ^tdes 



1 <^^ Ml- m • »• Jif ai- 

W Vf Mm, BolL 579, a* 743/. 



Digitized 



by Google 



( tiai) 

eolonietvsnr Texerdce 1 854 « un crédit extraordinaire de qaitn 
millions sept cent quatre-vingt-neuf mille francs, ainsi réparti, 
savoir : 

1** 8ECTI09I DU BUDGET. 

Cbapitrb II. Administration centrale (matériel] io,ûOo' 

■ ■ V. Vîvrea , 3,8oo,ooo 

— — — VII. Salaires d^oiivriers 635,5oo 

— ^— IX. Travaux hydrauliques et bâtiments civils u5,ooo 

■■ XI. École navale impériale en rade de Brest s5«5oo 

'■ XII. AfiTrétemenls et traos[K>rt8 par mer i95,5oo 

-•r-*-*— zni. Cliiourmes , 47,Soo 

^ ■■■■ ■ ■ » 

Ehsbhblb ^^,789,000 

2, Est annulée au budget du même exercice une somme de 
un million six cent vingt-cinq mille francs sur les crédits alloués 
aux chapitres suivants : 

Cbapitrb iv. HôpiUux is6,ooa' 

' VI. Justice maritime aAtOCO 

■ vin. Approvisionnements généraux de la flotte.... 1,000,000 

■ X. Poudres * 3i6,ooo 

. ■ ■ x?i. Dépenses temporaires 36,ooo 

' ■ xvii. Matériel du dépôt de» cartes et plans a3,ooo 

Somme égale • i,6s5,ooo 

S. La régularisation du ^présent décret sera soumise à 11 
sanction du Corps législatif. ^ 

4. Notre ministre secrétaire d'état de la marine et des colo- 
nies et notre ministre secrétaire d*état des finances sont chai^i 
chacun en ce qui le concerne, de Texécution du présent décret 

Donné aux Tuileries, le a3 Juin i855. 

Signé NAPOLÉON. 
' Par TEmpereur : 

Le Ministre secrétaire iiUU U Amiral Ministre ucrétaire ^état de h 

des finances , wiarine et des colunies, - 

. Signé P. Maqmb. Signé Hameldi. 

N* agaS. — > Décbbt impémal qui autoîise la Conarégationdes Somrt 
de la Providence^ existant à Ligny-le-Châtel { Yonne) ^ à transférer 
à Sent le siège de son élahlissement. 

Du 1 4 Juillet iS55. 

NAPOLÉON, par la grâce de Dieu et la volonté nationale, 
Empirbdh o£S Fbamçais, à tous présents et à venir, salut. 

Sur le rappori de notre minisire secrétaire d*éiât au départenieot 
de rinstraclion "publique et des cultes'. 



f 



Digitized 



by Google 



B.B*3i8. ( 219) 

Vn Tacte notarié do 1 a février i85a , par leqaelles sienrt -Brijani; 

JMn^et VaUot ont fait donation a la congrégation des sœars delà 

Providence, à Ligny-le*Cbàtel , de divers bâtiments avec dépendances, 

filDésaSens, sous la condition de transférer dans ces bâtiments 1^ 

, ûéft de son établissement, et à la charge, en outre/ de rembourser 

! ï fuD des donateurs , une somme de soixante et dix mille francs ; .. 

! Voles certilicats de vie des donateurs, en date des ag février et 

(naniSSa; 

Va la délibération du conseil d'administration de la congrégation 
Aiscears de la Providence, en date du ao février i85a« tendant â 
drienirTautorisation, 1* d'accepler la donation précitée; a* de trana- 
lieràSeDs le siège de la maison mère; 

Va ks plan et procès-verbal d'estimation des immeubles donnée 
ptant leur valeur à èent vingt mille francs^ 

Vo les renseignements transmis sur la position de fortune des do- 



VoFétat de Tactif et do passif de la congrégation donataire, vérifié 
acerlifié par le préfet de T Yonne; 

Va les procès- verbaux des enquêtes de eommodo et incommoio, qui 
•leo ficn à Lîgny-le-Châlel et à Sens, les 6 juin et 1* août i85a; 

Voies avis des conseils municipaux de Ligny-le-Cbâtel et de Sens, 
o date des 19 mai et 1 1 juillet i85a; 

Voles avis de Tarchevéque de Sens et du préfet de fYonne, en 
^ jtt 7 octobre i853 et 18 avril i85â; 

VaTordonnance royale du a mai i83o (1), qui a autorisé la con- 
potion des sœurs de la Providence, àLigny-Ie-CIiâtel; 

Va la loi du a janvier 1817 et les ordonnances réglementaires des 
>inil 1817 et i& janvier i83i; 

Vulaloidu a& mai i8a5; 

Va laloi du i5 mars i85o, sur Tenseigniement; 

Notre Conseil d*état entendu, . 

Avons nikain et nicHÉTONS ce qui suit : 

Ait. 1*. La congrégation des sœurs de la Providence, exis- 
^t i Ugny-le-Châtel (Yonne) , en vertu d'une ordonnance 
loyale do a mai i83o, est autorisée à transférer à Sens (même 
'^Ttement) le si^ de son établissement. 

L'ordonnance royale du a uiai i83o est rappcxtée en ce 
fB'elle a de contraire au présent décret. 

S* La supérieure générale de la congrégation des aœms de 
liFnmdence, à Sent (Yonne), est aotorisée à accepter» âox 

(1) vin*aMs, BolL Zh%, 1^ i4*aos. 



Digitized 



by Google 



(MO) 

MnJÊtiû ^aatJy. •! Jtf09ii#«JiBr«# /'ft>^er l^a/àit, sumnli 
iolafiéd» 19 février i^&a, el oanrâtaat endUers bàiin 
iv^e 4ép«ii(NiiicéÉ, iituétk Sens, faubourg Saiiii-AntoiiM 
esthnét. en toiyKté cent vingt mîlfe franrg, à hi charge, no 
merft, de payer à Tua des' donateurs , une somme 4^ soii 

M V^^ pjwrvu aii p^yçipeut dfi. ceUe semoiç a^^eç fe« 
IMr€«% 4ift|HM^es d^ la f:qngrég;|tian, 

S. Notre ministre »ecrélair« d*ém «u ^éparlemeni d« t' 
invlbn piihti<|ii& aft cUa CttlU« esl ebargé de l^eiéçttUûft 
présent décret, qui sera inséré an 3uHeiîn des lois. 

Fait au palais des Tuileries, le i4 Juillet i85S. 

5igné Hk?OLÊ0fk 
Pf^rrEmpercof: 

St^é il. roaTOVfc* 



.^.t P 



IV* i$3$. -^ Biciri^ rMPiniAL qui auiçrvs ta fini^Hrm, à iij 
iTim Émbliss9ment do Smars de Vhstraciion chréliem^ 

Du i4 Juillel laSS. 

NAPOLÉON, paiv fai §iAm d» D*ea et ki veloKté naiioi 
Empireob DBS Français, à toiis pr^^çf^ts et 4 ^aM\ «^ilf^ ^ 

Sur le rapport de noire ministre secrétaire d*élat au d^partof 
da rinsiruciion publique e( des cultes; 

Vu \% ^élib'^ra»iQO 4» Çqw) 4'»«l^pç^m|*»vHoa ^e ^a confrcég) 
d^ sœucs de llnhlnictlon çliréiieiinea Sainl-Çiilt|«^ (Loire|i\iér ^ 
en date du l'aotil i95A, tondant à obtenir l^au'orisalion, l'ilefoi 
uti établissement de religieuhes de son ordre k Angt rs; a* ()Vc(|« 
de Tévéque d'Angers, Uni en ^on nom quVn celui de m% 5ue 6<^i 
tihuyéniiiinlhi prix dé Intit m\\\û Itattrs, une maison .«Huée i An^ 

S lare du Tertre Saiiil-LaiiMil ,it%M a|tt>aiteBii Al i Tévéché «n ^ 
;iwaénalioafiHla|)iahdemaÎ4illedai'ytH|i. sotvanlacia Bdlâ4 
& jpHhA iA«l m à la fdmte da Tei^p^rer e^uaîvi^i^aiu kwm 
aament a*( ^ucation ou djy cbariié et de laire célébrer six laSSSSSL 
an Jk perpétuité; • 



Digitized 



by Google 



B.M'JlS. ( 9»! ) 

I 

' Tyrtdeaolirié, en date da lo septembre i8S3«C0Ql«Mnl fit* 
htméeitùl^ per l^évéqae d* Angers de \r, maîton siiaénoiioée* aus 
Nnitnas fxprioi^ d«iis Facle du 5 juillet i8i5 , soa» b rétcTYe 
^èii bodtlioii de seraces religîeax, qui restera k la charge deTi* 

\ ViFadr prMlé du 5 juillet iSaS, ensemble f ordonnante rojaie 

Éi ii •DÔI siinrant, qui a autorisé Taoceptation par l'évédié de la 

^ÎBiiiaDde la demoiselle dt Follin; 

' Va !• déclaration du 7 novembre i853, par laquelle Tévéque d*Afi- 

\fn • pm, tant en son nom qu'en celui d6 ses suoce<(aeu«s» Tenga- 

iMNot Ibrmd de faire acquitter les messes fondées par la demoiselle 

llfifti; 

^ Vu t procès-Terbal d'estimation qui porte k huit mille francs la 

vletifcie la m^'.^on suséuoncéo ; 

Torengtgement souscrit par les sœurs de rinstrucUon chrétienne 

<HAs à diriger l'élablisKement de leur ordre à Angers, de se con* 
I baBriiii statuts approuvés pour la mainon mère; 

Ti k procès-Terbai de Tenquéle ds eommodo et ineammoio , qui a ea 

fcîAngws; 

^' h féui de Tactif et du passif de la c ong ré ga tion des samrsda 
iWiicfion chrétienne k Sainl-Gildas; 

VaTéltt des recettes et dépenses présumées de rétablissement de 
tttonire à Angers; 

Wl'irisdtt conseil mnnicîpsl d\\ngers, en daledu i3 novembre 

lU, relatif à la formation ne cet éiablisi^ement; 

Vorordonnance royale du a& septembre i836 (1), qui a autorisé 

ttBgrégtfion des sœurs de l'Instruction chrétienne ^ Saiul-Gildas, 

k décret impérial du i3 avril 1807 (a) portant approbation des 

^ adoptés par cette congrégation ; 

Ts les avis des évéques d* Angers et de Nantes, et des préfets de 

liBSft-Loire et de la Loire-Inférieure; 

Ti la loi du a4 m«i 1826 ; 

Vola loi du i5 mars i85o, sur renseignement; 

Vn la Im du a janvier 1817 et rurdonnance réglementaire da 

Ij«nwi83i; 

^ leclion de Tintérienr, de Tinstruction publique et des cultes 

^ftotre Conseil d*(tat entendue, 

ivoii i>éGRCTB et oécaéTOKS ce qni suit : 

Ait. 1^. La congrégation des sœurs de llnstmction chrétienne 
^Dt k Sainl-Gildas (I^ire^Inférieure), en vertn d'une ordon- 
royale du ai septembre i836. est autorisée à fonder nn 

' (>) 11' M9, Bull. 46a, n* 6588. 



Digitized 



by Google 



€Mrir«), (ità «Ifaf^, p^ifx^ téK^émeéi de se conrottliet etaete- 
Ibênl atix ÈtiUiU àpûfôtltés par décret impérial da ^3 aviil 
ito^ pôùf là èoDgrégatiôn de Nolr&-Dame-de-Gràce, du dio- 
oèse d^Aix , et <iu« ladite congr^atiao a adoptéai 

^. ' La aupérieure générale de ia coilgrégaUoa des aœan de 
l^slructiou chrélienne, à Saiat-Oîldas (Lc>iiie4aiîérieur«)i eiC 
aUtonaétf 4 âo^défir, au ûoûk de oeite congrégation, da févéque 
4*Anger8 (Maîna^^Loire)» agissant tant en son oMi qtt*€n celai 
•da sas suocesseursi qui est^antorisé aux fin» de raliéoaUûd, 
^une- maison siluéo à Âogers, place du Tertre Sain t-Lanreut, 
11'' 5, et provenant d'une donation faite à révèclié pat la demoi- 
selle Ltffontaine de Follin, suivant acte noUrio du 5 juillet 
1S2&, et dont Tacceptatiou a été autorisée par ordonasaoe 
royale du 24 août suivant, pour être employéa axclttsivamsat 
à un établi^scniênt d'éducation 00 de charité. 

Cette acquisition sera faite moyennant le prix de hait mtHê 
AaB49s«égal au nuMteiit de reslimation, aux clauses fti condi- 
tions énoncées dans Tacte précité du 6 juillet 1825 et dans là 
prMiesae.da vente du lo scplettibre ib53, sauf, toutefois, 
Texécuiion d'une fondation perpétuelle de ^ix messes basses 
^î restera à la charge de révf;chè d'Angers. 

Cette somme de huit mille francs sera employée en achat de 
renies sur TÉtat, au nom de Tévéché d Angers. Les arréfsgsi 
de la rente acquise seront aifectés, jusqu'à due coûourrrtioê.à 
la célébration des six messes fondées par ladamoisellaifr FoAM* 
Mention de celte dasunatioa sera faite sur rinscriptioti/ 

3. Notre ministre secrétaire d'état au département de Hn^ 
truclion publique et des cultes et notre ministre secrétdirc 
d'état au déparlénient de Hnlérieur sont chargeas, chacun ea 
tè qui le concerne, de f exécution du présent décret, qui sers 
inséré au Bulletin des lois. 

Fait au palais des Tuileries, le id Juillet i655. 

Sîgnd NAPOLÉON. 

ïs Ministre secré.alre (tAatau âéparimiid 
if tinitnutîok puhtitfal! tt Jns culttf» 

Sigaé H, Fqwoq&« 



Digitized 



by Google 



B. 0* 3i8. i^f») 

ITmU iw ÉiêhliswMàt Je ScmH Et tî^lrttci&k 

M té Jhittèt kUê. 

^. NAPOLEON, par U grâce 4e Diea et k volênti aaîîcmie, 
Sniwmni Mi ^mmcJos i à td«i pr éMM»t» éï à Veofir, iltavi - 

&if ie HÛpIfA de fa6ïrê UîiÂiltKe lëtfMatft iTieK th Âi^ifHitttlàÀt 
éèfiftitf&dtlôfr i^uU^ilé et des cidtM', 

Vn les délibéralioDs du conseil d'adminisinttion de la congrégation 
oes aœdrsde llnslruction chrétienne, di!es ae là Providence, dont la 
BMtson mère est à Porlîeux, en date des 3 avril i85a et si avril 
îSbÂi tenoani k bbtenlr : i' i autorisation aaccepler, en ce qui la 
ooacerne, le legs fait par la ddunè veuve Rois à f étabiissefiieiift 3e 
scBiirs de ton ordre existant a tléalmont (Tarn ) , et consistant en iine 
saate annuçlle et perpétueliede cinquante fraàcs pour servir aux seins 
oes malades delà paroisse; a^ la reeonnaissance légale ae cet éiablis- 

Va les délibérations du bureau de bienfaisance de J\^almont| en 
date des 3 janvier ei û février i85i , avant pour objet <i*étre autorisé 
Ite^dlM, éi ce dùi1er6diieè^né, lé legs piéclt^; 

Va les délibéraUons, en date des a octobre iSSï et i*' MkH ^6SI, 

Îir ImqueUcs le iHfireaa d*adcuioistrélîon des séuftiâaîres Au dîoèèse 
Âlbi oi le conseil de Tadministration générale de la sëclèté déMafHi« 
à Bordeaux, demandent lautorisation d accepter également les legs 
iiils au séminaire d'Albi et k rétabUfsnneiit dès frèrea de MÉrie, 
existant à Kéalmont, et consistant , pour le séminaire, en une rente 
«■neik et pn^péiiieUé de vingt franes j ^, petor félablidièmW< des 
bères «le ttârie#ea une aulfe renie de kreiiiefrikioSf 

Vu k testeHaent ok^taphe de la dame jveave Bebg en date dtt 

Vu Tacte de iécis de fa testatrice , en date au a5 avril 1 845 9 

Vu. rengagement souscrit par lés sœurs de la Providence (pi 
dtrigedt î^lràbUssémcàt ^é KSalmônl, de se conformer exactement 
aux statuts approuvés pour la nfàîiofi nièffë; 

▼è M ce{Âe de M miiMi d61rtifi§é tonÊofOd fHf M sttj^ure 
§É0éMi^ 

Vak pÊfioè^iethel^9téÈÊp«»ék€éimuAmh^^ 
evlieaàRéalBiMt; 

Va leé états des recettes et dépeùses de rétablissement de sœurs 
de la Trovldéâce , i ff éafmont ; 

Va Fttat de l'actif et du passif da sêÊAiM ff AM-, iéftàêr è< fier- 
tifié par k préfet da Tarn ; 

i6-« 



Digitized 



by Google 



Vu 1m actes sons ieîng pnvés, en date des lo juin el 17 août 
.i85i, contenant le consenteineat des,bé)cîtim.dej|i» leslalirioe à la 
ïéliVi'àncê des legs suséapncés ; ' '\[. ..;.....' .vV 

Vu les rehsei^ncoîents transmrs sur la valeur de ^â 'sucç^ion de 
la dame veuve Hols et sur la position dcfortunedésesliéritiërs; 

Vu les avis c^u conseil manièipeilde Malmoot, an date des g fé- 
vrier 1 85 1 et 1" novembre ib53; 

Vîi les 'a^fs des arclièvêqties d*Albi et de*6ofrdeat«k et dé l^évAque 
de Saîiii'^CKé; en dute des 98-et ag jbin, et i8|K)âi i8&a^'i*' mai et 
j7 juin i854, et ceuiç des prékeU um Tarn, de la Gironde et des Vos* 
giss, en date des 3 sejpteiubre x852 , 5 mai^ et 16 juin i854 et la avril 
i855; , r ,, 

^' 'Vu Tavis dé notre ministre de rinlérieûr^ en date du g septembre 
;i854; " ' " 

" Vu^rordonnançe royale du ai janvier i94i (0« H^^ a autcArisélâ 
'Congi égalion des sœurft de rin^lruciion chrétienne /dites de la Pro- 
yidence, k Portieux; el celle dn a aûûl 1816 (a) portant app(t>l>atioa 
des ^la'uts de cette congn gaticn : . ' 

'' Vu Tordonhance royale du 16 novembre i8a5, qui aautoifiséTss- 
socistîon des frères de Marie, à Bordeaux; ~ ^* :> 

Vu la loi du a4 mai iSaS; ' " 

*' ' Vu ta loi du i5 nft'ars i83o, sur Tenseignerpént; * ' '^ 

Vûlaloi du a janvier 1 8 1 7 el lés ordonnances réglementaires dei 
aayril 1817 et l janvier i83i; 

o La section de Tintérieur, de Tinstruction publique et desculteada 
notre Conseil d^état entendue. 



'r 



Avons DicasTÉ et DécaéroKs ee qui suit: 



r AftT. P'. La congrégVîon des sœurs de rinatniction cbré» 
tienne, dites de la Provi^encêt existaiit à Poitieux (Vosges; en 
*vcitti d'une ordonnance royak du ai janvii' i84i, est auto- 
risée à fonder un ét^ibiissement de religieuses de son otdre i 
Béaliuont (Tarn), à la charge, par ces religieuses, de' se con- 
former exa( teuiéut aux 'statuts approuvés pour la maison mère 
par Tordoopauce du 2 août' 1 8 1 'î. 

2« La supérieure générale, de la congrégation des sœu^de 
rinsU-uction chrétienne, dites de la Providence, à PortietU 
IVosgeA], Aisiiom de celle congt*égati6n, et le bureau de bien- 
faisance de Réaluiont (Tarn), au nom des pauvres do cetta 






ij vu* série, BuU. m, n* 1 loit 



Digitized 



by Google 



iOQomuiiie» sont aqlorisés à accepter,, cbacao ea ce qui le con-v 
ome» aux rUoses et conditions. irupo&ées, le iegs fait parla 
Allie Teove IMi, née Catherine Mauriis, suivant son lestauieM 
■okfrapbe du 34 niaî i844« à ^établi^8eoleiit de sœurs de k 
|Vovi*leoce, exi^tanl h Réaloiont, d'une rente annuelle et per- 
de ciaqiuinte fiaocs podr servir Ms aQÎns.dm^ittalades 
h paroisse de Béalmool. 

~ cas de reaiboQr»efiient de celle ren*c« le capital en pro- 
sera emplo}é en achat de rente sur rÉîat. '" u 
i. Larcbevèqne d*Albi (Tarn) est autorisé à accepter/âtî 
rjlâ séuitnatre de sod diocèse, le b^gs fait, à titre gratuit « à 
Lbli^seiiicnt par.laHanie \euve Rult, néç Catherine Mqurih,^ 
Al son testament oloçrapht* du ad nHi;i844; et cousistaot 
rente amuelle et perpétuelle de:Viugt francs, 
iac^ de reoibaiine^tepi. de celte reote» Ife capital eo pro» 
RBatseia placé ec rente »ur TEtat. 

Le sapérienr général de« frères de Marie» établis à Bor- 
IX (Girvmde) en vertu d^une ordonnance royale du 16 no« 
bre 1835, est autorisé à accepter , au- nom de son iosUtat» 
fait par .la danie veuve RoU, née Catherine Mauriis, 
I son. testament olo^Tapbe .<^u a4 uifi i&4$*.^P ffV^or 
i!élf biisseaieotde frères de iH^M'ie «.existant^, I\éalaio«\t (TArn)^i 
o^nsiaianl en une repie annuelle et perpétuelle ^e trenÂf t 
ça.iifNir l'entretien des, classes* ..>.... j. ,)' «1. 

En cas de remboursement de rette ceoiev^^, capital; ;^ P^Ok. 
'lvqani.sera:eaiplo}éenadiatde rcatej&ar Vé^jl-'^ . / - ^ 
rii.- Noirs ministrelYbcrétaire d'état au d^M^leineDt'de^rtna*^ 
tradîoii. poUîqae et Idcs asiles v et optre^iukiialot/accfétatiiéri 
d'état au dépaclefi&ea(.*dê: flattcimiri sonai'flhMr^s;, icbiOM'. 
er«ce qui le concerne, de rçx4«i|tiqp: ^|i préfent^ép^^.jftii 
lera iuséré au bulletin des lois. 

* Fait a^'jiJ(fi[2ir^s'Tmleries, le i4 Jaillet i855. 

. • ,. . , , Signé NAPOLÉON. 

,* ... ^u . - »u . p^ rEmperear 5 
•> ^'•u,^^ ^tr: > ^ jig^^ ueritain léîai nd^ptirtmmi 
■ ... — _ iê f wfttartîsw ^sMifS <i i' 






Digitized 



byGoogk 



t; Wft )^ 

tû>R# Apersautel réntttant de iq nouveoê *Organi$aA}njaêkiatrê èss 
thoL il Juillet i85^ 

^ ifAVOUÉGIt, ptf ia gràee de Pieu «t Ié ¥^0iité MtiMMdé, 
Emperbur DBS Fbamçais, à tous présent» «t? à ¥€alr, sAtim • 

Sur le rapport 4^ pçtre w wlrç W^UW 4V»M 4^ H WWW^ A 
dgicofenigs.; ; .. . 

sàtîon iti^^iaire (fes.colonfos; 
' Yi| fes ariicles i :^ et a^ clés deux décrets' 4u ^6 août fixant un délai 
d'une Année pour réaKser , dans les cadresdu personnel judiciaire ^e 
ces colonies, tes réduciioTis ré^uhant de la noiivelte dr^ailtsatioÀ;" "^ 
'Vii P«rrti<» ê\ paragraphe a dua séiiaMis-oMMtf^ of^j<]^é in 
3 mai i854; ■.-';. -m :ji j»j •» '■ •• j.îl ^"f 

*TïdlA Conseil d^ftat entendu. '" "' ' *' ;' *! * * 
« AtOfr^'DJcarni et ï)É(î»<toh» ce qui su» : ' ' ''' • *• 'Ji«»'" 

' Aur 1*. Le déiai d'un an, fixé pa^ie8 éêtre^ prédiêê as> 
i# àèât 1854 , pottx' réaliser les réducliôft^ de persoflUel véstil^ 
tlÀII de la nouvelle' organisation judiciaire* de Ht Martinique^' 
de la Guadeloupe,^ de la Réunion et de la: Guyatie fraiH;idsé,\eal 
pTwogèjusquaï r6 adètf i'8ft«. ' .:,.:[ 

2. Notre minfetré secrétaire tMtàt- dé 'la ma^iieP^''dtf 
cdoalei'et aolm> gafdt de» siceiiux aaioistrè dei la jusdoiE aiÉt 
i'; «hamua •&< ot Ipit le ceaoerae; .de> Teiéfvàij^ in>fté^' 
pd4«^t^i^:iKr4nBéréwBolletk>d»kiii. • .^ i* ?» 

'*tttàftit*,ïeiilttîlfeti«M, ^ î/ -^ 

FiL7 l'Empereur i 
UAwmd JfmiHr» Mcrltavv d*^lat de U wmim 

^_ Signé HAHBLia, 

JW"! ■l . ll i" l H. IlIllI tH ■■■ « Il .. IIP HJL I M ■ 

(0 BiOktu^Vi^ek ' 

(9) BolL iiSt n" 1939 61 i^iok 



y. . i/^f-. 



Digitized 



by Google 



B. n* 3i8. ( W» ) 

iingée par ane Sapérteare générale ^ loi Commnnamié c^jfs ^S^^H^T^^cSiUIt, 
bnri existant à An-as; 2! comme Établiss^mentf JUpea^ant^ if jç^te 
congrégation, quatre Commànaat4\ de Piçti^i^i^ej^' l^^if/^lij^i^ ^ . 

Saint-Jean. , . • 

'.. ..« , . i '.*■' •»» .1 < 

Du 31 Juillet 1,855, . 

NAPOLÉON, par la gràcfl.cîa Hiw ^ l^ YClwrf^ M^Mm^. 
Empebeitr des FnANçus, à tous présents et k veoir^ Si^T. , 

Sur l<^ ¥app(>rV de sn^l^ç, 9^nist^.9 sero^^itUr^ d'éMM^^a ^^rtfo^f^ 
de rinstniction publique et cle^ cultes; ^ . , , ^ ,^ 

Vu \es délibéra'iv>ps dça conseils ,d*«^iaisilrf^tioii f]e 4«i PfiWP^Y 
. naoté des Âugikstines, a Arrï^»^ f;uç Ff^U9.^ç Por(e-3wkIS'i^^& fi^ <^Ç*, 
commuDauli^ hospiUlîcres de Snint-J^an; a Arras, de rhopiiàl de 
fioalogne» de Lavenlîe,.dc iH^ôpitaF dé Moiitreuil-jur-Mer, en daîe' 
des iS et id mat» a et ^3^fri et à jninet i854. tenAint à oitehtr 
riii9«#i$#lkiii de ne An*niêf -qti^ilne seule «ongrégAtton dirigée yfat liùé 
fopénevro géw^ak et donli* dMiisonvièra fera à Arras; mé Faus^e^' 
Porlc-Sainl-Nicolas ; 

Vvi les déc««Mde| \^ poyeni^ (i) e% %à dé€itmbre'i8u>(a),i)ui 
ont auto;v^^ les con^u^V^aptés hospitalières d^ Sa^ni-Jean, kAïjà^;, 
Jesbospicç^ de Boulogne et de Momr^Uur-Mçf, eiquloqiapjf'auvé; 
lo statuts de ces communautés: 

?a rofilonijance royale du i'' avril îSay (3), qnî a approuvé les 
slahits de fa communauté des Auguslines, à Arras, el ceux de hî 
OQBMarairairté IkOspttaKère de f hospice de Lâventîe; 

Vo }68 ordMifiFonces royales des 99 avril 18^7 (4) et 20 mars 
1818 (5), quitionl auUiriséces dviv dernières coimniHiautés; 

Vu reivi^ngoment pria par les.mcinfav«B de «es ciaq oomauinauté» 
d'adopter les slotuls approuvés par décrois impériaux des 1 5 novqmbrc^ 
'1810 et 10 avril id54 (6^1 P9ur la çoi^régat^io^de^V^liV'euae^ fttn- 
d^c^es, à Calais^ 

Vu une copie de ces sfat^t% lignée, en témpjgpa^ d'adhésion > par. 
tous les membres de ces communautés, el revêtue, en outre, de 
rsfprobatten de.l'évèque d'Arras; 

Vu les éfals de Factif et du passif de ces communaiifés*; 

Vi^ les prooès-v effb aq» des enquêtes i» mmikodo #t Monimoéb, qui 
ont eu lieu à Actaa, AJ^agnq, è .M^atfmM-tuf-IJer. 9Lk, lmm»i% ; 



(1) nr^^lidL 3318^1^631 5. 

(i)iT'.4Q««Ml«30«r«'*634s. 
ruf série, Biill. 1 So , n* Ç5s3« 
tu'i^s^rf^*, BuU, i57, n- 56Sa. 

I.»; *ntf •*&?«, B«!L 130, n* 8190. 

[6) x|9alMK«àtfL sSfti'ii* ia{^7. 



@ 
g 



Digitized 



by Google 



( «i» ) 

Va les atis des conseih inniifc)|>aiix de ces commanes; 

Vu les avis de Fév^qne d*Arras et du préfet du Pas-de-CahiSt ei 
date des i5 et lo décembre i854; 

Vu la loi du a& mai i8a5; 

Vu le décret du 3 1 janvier 1 85a; 

Vu la loi du i5 mars i85o, sur renseignemeal; 

Noirs Gmseil d*état entendu, 
' Ayons DécRiii et DicaiTOiis ce cpi suit : 

AiiT. 1*^« L^as^ociarticn religieuse des sœurs AugustÎDes.exis* 
tant à Arras (Pas-de-Calaif) , rue Faus&e-Porle-SaiDt-Nicolas» 
aous le titre de Communauté eiueignanle a iupéritare locale, en 
vertu d*une ordonnance royale du aa avril lOiy, est aaiorisée 
comme congrégation hospitalière et enseignaule dirigée par jod. 
supérieure générale, à la charge de se coofonner exacteittefl|' 
aux statuts approuvés, par décrets impéiiaux des i5 novembre 
i8io et 10 avril i85&, pour la congrégation des religieuse! 
fraociKaio«*s. k Calais [même département) » et que cette asso» 
dation a déclaré adopter. 

3. Les associations des religieuses hospitalières de Saint* 
Jean, reconnues à Arras, à Bbulogne, à Montreuil-sur-Mer, et l 
Laveutie (Pas-de-Calais) , par décrets impériaux des 1 5 noveaibrè 
et i4 décembre i8io, et par ordonnance royale du ao mhn 
iÇa8, comme communautés indépendantes à supérieure locaki, 
sont autorisées, comme étiblisseuienls dépendants ^e la congre* 
gatioo des sœurs Augusliucs, à Arras, rue FaussePorte-Saiot-, 
Nicolas, à la cha'ge, par les membres de ces ^lablissepients, de 
se conformer exactement aux statuts adoptés par cette congré- 
gation, 

3. Les décrets des 1 5 novembre et 1 4 décembre 1 8 1 o, et les 
ordonnancesdes'i.a avril i8a7 etao mars i8a8,soûtrapportéSt 
en ce qu*ils (»nt de contraire au présent décret. 

Â. Notre ministf e secrétaire dictât au département de rios^ 
trnction publique et des cuites est chargé de Texécution do 
présent décret, qui sera inséré au Bulletin des lois. 

Fait ao palais des Tuileries, le ai Joiiîet i8S5. 

^ Sigmé NABOLÉON. 

ParrCmpereur: 
Le Mmistn êecrétàin d^àat w ddpfih''^ 
it tùutrmttioM pmhUqu0 ^ di^ 4^» 

Sjgniifc.ltopMBi* ' 



Digitized 



by Google 



N* 9933. — -DicjiBr JMwiniât. qui ttuiorisê hfonJlaHon »àVia>{ VViuUf ), 
itun Etubiiisemênt de FiUe$ de la Sagesse. 

Diis4 Juillet iS55. 

NAPOLÉON; par la gr&ce de Diea et la volonté Datîooale. 
Bmpeaecb dis Français, lu tous prévôts et à venir» salct. 

Sur le apport ie noire mioistre secrétaire d*état an départèniani 
de riastriiction pnbliqne el des cultes; 

' Vu ?e leslakient puhKc, en date du 27 mars 1 85a « par lequel le* 
neor Pnntzeaa a I^gné à la congrégation des filles de la Sôgeiwè, dont 
leméft^eai àSainI Laorent-sar- Sèvres, une portion de luaieon avec^ 
jardiis'el dépendances, située- à Vtx, sous la condition eupres^e'qne' 
oel immeuble sera employé à perpétuité à l'uMge et à riiabitailon de: 
lœurs de cet ordre qui se Uvrt»roat smr les lieux n^émes i l]iostr|ict|on 
des jeunes fiijcs;, . . ,, ' • ^ . ..,r'. 

Va facie de décès du testateur, en date du 8 avril i85^; ;. , ^^, j 

Yn la délibération du conseil d'administration de la congrégation 
des 6Iles de la Sagesse, en date du 6 juin i853, tendant i obtenir faù- 
torisaliôo, i*- d'accepter le' legs précité; a* de fonder. 4i Vix un éta-' 
Uâement deêcëursde son onire; ^ 

Vu la délibération, en date do i5 /évri#ri855 i parlaqueDe le con*''' 
seil municipal de la eommtino de Vir a demandé à aeèeplerV en oe quii 
leoonc^pe, les dispositions ausénoncèes; - k • . " . .- : . .. { 

Vu ie procès-verbal d*eslimaJion de la maisop léguée porlmtsai 
valeur à six mille francs; : j ^: 

Vu le consentement donné, les agt avril et g taiai iSl^a, par lesr 
héritiers du tesialeur, à la délivrance du legs; 

Vu le décret inipéii^il du a 7 février 1 81 1 (if, qui a autorisé la bon* 
grégatton des filles de la Sagesse; a Saiot^LaurentSur-SèVnu, et àf^ 
pfou«>é ses statuts: '/ '^ 

Vu rengagement pris par l^a smnrs qui composèrent réIâUiksèlhieifP 
projeté de se conformer exactement aux staluta<de la méises» mèiv;' 

Vu l*élAt des dépenses et des rscettes présumées de cet itablisso- 
ment; 

Vu le procès*verbal de Tenquète de eommodo elùieommodù, qui a en 
lieu i Vix, le 1 1 juillet i853 ; 

Vu Tavis dn conseîk municipal dé Vix, en date du i mai 1 853 ; 

Vu \p$ avis de.révèque de I,^H(on et du préfet <)eJa Vendée, en date 
des aS février et iSjuin i853^ei aii,mars.t854; 

Vu ratif.fie^n(4f^^fj9istre de Fintérieur, en date du 8 mars i855; , 



(1) i<sifie, BoD. 3S6, «•657?, 



Digitized 



byGoogk 



Va la loi da a janYi«r 1817, elles ordonnances réglementaiiesdii 
a jky^W k^ij fi\ là janvier >83i \ 
' Va la loi du à4 mat 1 8'i& ; 
Vu la loi du iS mars i85o; 

La section de rintérieur, df Tii^tniciion publiée et des cultes de 
notre Conseil d*état entendue, 

AToWa' D^cafrit et nicRBTONS ce (|u! snit : 

Saînf-Lau^ent-sur-Sèvres (Vepd^), Wi verl* d'ui^ t^éof^t mgAi 
T\^\ iyi..^^ fénm ^fii u es^t auioriaée à fqnder à Vu (flaêip^^é- 
Ptyrten^M^tl P^ éinbliaftewiçat dç ao^n de 104) ordre , iUckaqn». 
jm Im ttfiiibre& de o»t éUiblias^mentii de ae canibrmer e^sUe»'- 
mei^tao&atatttlaapppouvéaponrla nauaoa woàni p«r le déénl' 
pvéoité. •• •* 

%. La supérietire générale éê la coAgrégafJon des êtleé dç If 
Sagesse, à S«[intLaureqt-suv-Sèyres (Vendée), au nom (!e cette* 
congrégatton , ^t le' maire de Vix /même département)^ au nom 
<ff[ la çompfiune de Vîx, ^ont, ^i^Vorisé^ à «ccepler, cbaçuQ. ^ (^ 
<iyUn Qooc^ri>e;^el,.(ïm chargea, çlausfs et copdilîooa imp<J«eqit{ 
le legs fait à la congi^gation des filles de U &ageiAf f^r li 
aiiiipf 4i^4Promfqu, auivani son teataoïenl pvhlîo du >7 niarsi 
x%B% é fti coosîttaDi en «ne portion de maiaoi» aveo jardin ol di" 
pendanar^s, située à Vix (Vendée) et estfanée six mille fiwils, i^ 
lâohaygei not^omient; d*afièetér cette maison au iogemefnt dies 
sœurs du mé^ie ordre c[ui se livreront, dans la coinmone de' 
Vïï, à l%slru(itiôn' des jeune» filles pauvres. 

3. N9tre ïPmîatce aeçr^tiûre. (f^lat <i« départemjeôt de riw- 
tr^ptiçn^ pudique et des çultçs, cft notre ftiiais^-çi aejçi;é(aîni^ 
d*état au département de Tintérieur, sont chargée» chacun e« 
mim te «WjD^«i«. 4« r«léwtM«^ 4«i {wésMl détf«l^ qui sara 
i|»MMBMU«limdoakys. 

l^aftati palais des TùHeries, te 2à Juillet i855. , 



8îga'* NAPOLÉON 
Fsa rampiiiat 

Biga^ K Fo|Kt0OU 



Digitized 



by Google 



Rb»3i8. (x^ ) 

ftriLM Sapériearf aéfiérak^ r4ssoçiiitiç^^ ftjS^i^ de^ ^^^^ ML 
tlutnciion de fEnJant-Jésus, àAarillac, . . - 

Da 35 Juillet i855. ' 

l(APQ{iJg|(2I<(, j^qf la grâce de Diea et la volonté nationale, 

&(rpB^u| Dss FjiAnçAis, à loua présents et à venir, salut. . 

ln^knppiMf «le nolie mimélre tecré taire d*élat au département 
iNulpiclio» p«iÙîi|iie et des euhes ; 

Vu k éèfftmde'de fassccîation religieuse des sœurs de llnstruc- 
hderEnfant-Jésus, à AucUlao, tea^Uat à oblemr son autorisation 
onaie ooDgrégation dirigée par une supérieure générale; 

Vihagi^iâeBlpria par oélte asvoèkrtIeA de leconfeme^etacte^. 
■ttms ataittia appaaiivéiv par ovdoniiafiae rayaie du 9o août 
Ail), pa»a ia. epugr ègatiee des de^a is eitea d% rissti*ueli6n ku 

h Qoe copie de ces statVtl«iSi|paÉI, fa témoignage d^odhésion, par 
b membres de raasociation , et rerétue de Tapprobation de Tévéaue 

Ta le procès-verbal de Venquéte d^ commodq et incommodo, qoi a ^n 
BniAorillac, !e 4 9q>teinbre iS54; ^ .t . (. 

Tq Taris du conseil municipal d^Aurfllac, en' date in g'septeml^re 

ïfciî " •'* 

Vt httik tfe révéi(ae de Sa)At-PIeiir efr d» préfet dti Oanlal, W^ 
'ft'des 38 sepleHifare'ii'ia aiAobra* tM4; 
V^hydii94inaii8ft»; 

l^lifeldn i&maFi it6e, an? leoielgQeBieailf 

Voledécrel^ilSi ji^nvie^ iS6ar * ' ' . 

IKolrfj CbaseH d%tat entendu. 



Abt. 1«. L'associatiim T«!îrç»sç ^ WRPii dfi îiifluMfVQtiOlii. 
rEDfsnt-J^i«i« i AiMiUiiQ (CmUI k 9«l wlmMÉft iipmpe ei^n- 

dîrifréa par «M^aMpÉri^^ 
conformer anx statnts ap^roévda, pa»«iéauDa»c0 Mrfida éé' 
Mit 1*111 «pMf la eoi^^régatlM dea éemeiseOet de Riûa- 
^tja{ Pnv (Ba^ie-Loire |t ^t orne ce|ie ^M^^tioti a #)||ré 

! W nC iérie^lKdL 94A, n* io,a3j. 



Digitized 



by Google 



2. Notre mÎDistre secrétaire d état aa départea:)ent de riot* 
trucdoû publique et des caltet est cbàrgé de l'exécution du pré* 
sent décret, qui sera inséré au. Bulletin des lois. 

Fait «a palais des Toileries, le 25 Juillet i855. 

Signé NàFOLÉON. 
• ^ * Pkr TEmpereor: 

Le Garde des scêotts , Mimstrt sfcrAairê téuà 

ielajmtàee^ehartii pm'hitirimdmdipetiê' 

MdK delktsUUQtiom fmUhfm» «I du oulci* 
Signé 4ssAto€cx. 



rigé$par wne &ipén(mr9gdnéitth, l'Asêpciatwn fèligimue des Smurt i$ 
, Ja Amt^-FarnUÙ^de^Hazareik, éimblie iuiuh ommuM dm Pkat (Hnlé- 
Garonne). 
*< • DotSJttHtat i8S8. 

Napoléon , par la grâce de Diea et la volante naliomde,' 
Emperbcr des FîiAJtçAis^ à tons présente et à vwir, salut. " 

Sur le rspport de notre ministre secréuire d'état au ^département 
de nnslruction.publi^uç et des cultes; 

Vu la demande formée par Tas^ociation religieuse des sœurs do k. 
Sa>.ite.i;Amille-deNazantli,-au PM, dén» h huï d*^|4(e axHori^ée 
comme congrégation diHg49.pa? ^»^, supéfievre.g^fato; - , i^ 

Vu rengagement pris par les membrc's. de. oeU^ .^«spoialinn de te 
conformer exa«tem^n^ anx M^uts de.la QOOgfég4iJlion.cle«|^fleurs^:<ie 'Is 
Satnte-Kamille, a Besançon, et qu*eUoa décUré aiiopter;. .: W 

Vu Tordonnance royale du 5oaviU liSiaC (i). quijS»»i(ppipuyéaBf 
statuts; 

Vu une copie desdits statuts; sif^ée, enr làmoigniigeiVadliésien/pr 
tous les meipbre^ de rassocii^Uon préi^epts au Plap, et r^yètueeuo^frs I 
de rapprobilttort'^lé l'archevêque dé Tou!orr5èi • ' •"' •\' J 

- Vu l'état dei il»éeites et des idéf]^n^es>dd ^ i ^"; ^J 

.'»iVo le proeès^crbalde renqtté'e'dsjMiifiodD seiimfaJifsA>;ifm<#M| 
liiQ eh IHanrt le m'Ubveinbie lêàki'i î'"^. *>' ■•«i^. / :c T*«:r:-;'>»fr- f 

Vd ItàvisMdu.isonseH pmiidpfatde .W. eonmwM' 4n i^p , m^i^H 
d|i,8oçfabi;f^,i854>i:: .;,î • .: n...!'! .n'i .« (in:-"il 

Vu les avis de larcbevôque de Toulouse et du préfet de la J(j[|Ui^(] 
Garonne, en date des 9 septembre i854 et a février i85&; ' 



(1) ▼ns*séne,BaU«S9»B*s99i. 



Digitized 



byGoogk 



B.ii*3i«. {{,«^) 

Va la loi (la 3^ mn i8i5', 
Vn k décret du 3 1 janvier 'liSSa r ' '' 
Vu Ja loKclu 1 5 macs. 1 85o, sur renstignemant; 

Notre Conseil déUt entendu » 

Atons »éciuiii ei nScb^toks ce qui mM : • • ' - 

Art. 1*'. Uassodation religieuse. de» sœurs de la Saiate-Fa- 
milll-df-Nizareth » étab^e dans la commune du Pian (Haute- 
GtroQne), est autorisée coaiaie congrégation dirigée par une 
npérieure générale, à la charge de se cpurormer .exactement aux 
staluts approuvés « par ordonnance royale du 3o avril ^826, pour 
U congrégatioQ des fiœurs de la Sainte-Famille, à.Bcsaoçoii 
(Ooobs), et que cette association a déclaré adopter. 

2. Noke iiiinislre secrétaire d*étal au départeuiçnt de Tins* 
traction publique et des cultes est chargé de IVxécotion 4» 
frisent décret, qui sera* inséré au Bulletin des lois. 

Fait ao calais des Tuileries, le ftb Juillet i855; _ 

Signé NAPOLÉON. 
Par rEmpereur : 
Le Garée du iceoor » Hiaistre de lajnsticêa duargê 
MU* intériifi du d^orlêmênt d$ tinsUueli9tt /r«- 
\Uqui ei des culte*. 

Signé AtftATeiCL 



If 1936.— • Dicjixr twpinîAt faî affecte un» eômme Je 300,000 franee 
«IX travadx à entreprendre pour la coTUtruction d'an ÉùblUsetnent 
t Artillerie, à Lille. 

Du Si Juillet iS55« ^ 

NAPOLÉON, par la gr&ce de Dieu et là volonté natiônalet 
brinca ras Frakçais, à tons présents et à venir, salut. 

Sur le rapport de notre ministre secrétaire d*état au département 
'e la guerre; 

Vn la bi du 5 mai i855 portant concession à la congrégation des 
fflade l'Enfant Jésus , à Lille, moyennant la somme de trois cent 
Kpt milfe trois cent quatre- vinst-seixe francs quatre-vingt-un cen- 
^ttiei, des terrains et bAtiments des GrandsCarmes, affectés au sor- 
^edclartaierie; . 

. Vu le léâatus^oosuUe du i 5 d^«mbre a 86t « 



Digitized 



by Google 



AtOMS DiCR^TIB et DiicniTONs et ifms^i « 

Abt. 1". Une S&ittffîè Ûè troii céfit mîffè friiocs est spéciale- 
ment affectée aux travaux à entrepi^ndcé flôiit U ëôtislfiiclion 
d'un établissement dVtillerie« àLiUet iur les iMraias 4» ^arc 
aux projectiles, en remplaœment de rimnieuble cédé à la con- 
gfé^tiM dés Q\Vëi â« lïtlfàfit^Jéétii. ^ 

fi. Âur raile^fioù èpédBéé à fartièhS ^TMlletrt , â ^ «VèH 
M ministre de la gttétté^ àiï titfè dû chd^ifaM iffii Au bbé^t 
«e s6d dép«ii»fii«(»t, éttt rêxéfàke 16&5, Hfi tiNNIH de «% 
Mille iWrftCS, et stit Peïél^'dte i SSrA, titi cfédlt de eéât tttllle frUfltt. 

5; Lft r^lteisttidtt dé tes lirédité H»k prdpdàiêVÊL Gl^ lé- 
gislatif. 

; 4; Les ministilesi de Fintériettr, de la guef fë et I6 lûtûf^tiirdef 
ÎBâancéè Sdtit chargés, cliaéûti etl té qui té catkHétUë^ tt f(lki 
cution du présent décret. 

Fait à Parii, iè 3i jtnQét i855. 

Signé NAPOLÉON. 

Par rEmperear: 

%é ÎÊî^tre sèeritmre Hud aà iépwrlh te Maréchal de France Minutre «f 
iiUR^ des finances,' érétaire^ d^élai de la guerre, 

S\§^ P« MUliii Signé Vaillaht. 



N* ^gi'jt-^DéanBT lUPiniAL qvicfftetiutm somme iêhOOfiMp^^ 
' aux lni#aiU7 À enUifpreudre pour la constroction, à iiêUf i^ 
lâiiment âestini aa service d$s Lits militaires. 

Dn 3i J«îU0t i85S. 

NAPOLÉON» par la grâce de Dieu et la voljraté oalîiaBle* 
EMPsasya pbs Français, à tous présents et à venir, salot. 

Sur le rapport de notre ministre secrétaire d'état au départeflsst 

de la gueVre , \, 

Vu le sénatus-consulte chi a5 décembre i85a; 

Vu le procès- verbal du ao mars i&SS, constatant la renise it 
âomaîae, par le département de la guerre, du couvent de Saiot- 
Çlémenk , à UeU, pOur lire cécté atfx directeurs du eoli^ de Saî^ 
Augustin; 

Vu le precès-verbal do la vente miî a eu lieu par aJjudicatioD pa* 
Uiiiue, le aS juin 10^. eCdMfH^iiitdoifj&è ven4 au (ràor* 

Digitized by VjOOQ iC 



Atcws DÉGBiT^ et DiicniTOiis ce qui soit : 

Abt. 1*. Une somme de quatre cent mille jErancs est tpé- 
dalement affectée aux t^àvatlt à éiltf«])tettâi« pôtU^t)! CMStfuc- 
tion, à Metz, d'un bâlimeot destiné *au service des lits mili- 
«ûm •! fléennin pêmr fcmpliOtf rindM OMVent dt Mint- 
ClénMt, prtcééeuM iieftt «e^np* (mt ce service. 

S. Stat ralloeatioii tpéoifiée en TaHicle préeédtali fl lit 
iivert in mintoire de lêt gaMte, u titfs titt <AapitfB tt du 
Mget de un dépârt«tiilttil« sW IVxtreioe 1865 « un eridtt de 
cent mille frâMi, M snir feMrdœ ibMi tto crédit dcr m» 
cbqvalite miHc fi^ncs. 

3. La régularisation de ces crédits sera prepo^ AU Gortt 

iégisktii 

k. Le mîaistrs de )« ^irfi et le ministre ûm Qnanfeêê sOAt 
dMTgés» cfae^en en oi qui le imicerM, dt fMécnlioti du pti- 

NBtdéet«t« 

Fait k Paris, le !ll Juillet 1855. 

SlBaiNÂrOLÉOil. 

id KiiIsChf iierAaîrê i:éat OB ti Marchai Je France lîinisfrê $ectiuiif€ 

Hpuimmi iàsputncU^ délai dt là gatm. 

Signé l*^. Maohi. Signé VAiLLAirf. 



SON» McepùowwU des Places de gueftê M Putèê miliimmf iési/tiê. 

Dû 3'i' Juillet lâSS. 

NAPOLÉON, par la grâce de Diea et le volonté natioiide» 
EiPDaBUB DES FfiÂHÇAis, à tous présents et à venir, SixuT. 

Va4le8JeU d«É ic^jUtUèt 1791, 17 juillet 1819 et 10 juillet i85i, 
coDcenuml les servitudes imposées à la prooriété pour k défense de 

Va aolse décret d^aïkaieîiftiiatieii publique du 10 août i853 (1), 
vdtiifau ctasseeMol des plaças de guerre et des postes militaires et 
tu sernludes autour des foriîGcations ; 
— ■ I ■ t ■ I iiii ■ ■ 

(1) BalL 9a,nr 78Q, et Beil xeS^ aT 69r. 

Digitized by VjOOQ iC 



8ar I« rapport de iiotra ministre secrétaire d*étai aa départeuieiit 
de la guerre, '»*•'" '^'''' 

Avovs Dici^Til ^ DScaiTONS ce, qui suit : 

• - . . 

Abt. l^. . Les plaos de délimitatioD et Jes procès- verbam de 
bOroage des zones des^ervitudes et des polygones escepUonneb 
«anexés au présent décret, et visés et approuvés par notre 
iniuisire de la guerre, ainsi que les conditions pariicuitères 
relatives à ces. polygones, telles qu'elles soiH relatées sur ces 
plans, sont définitivement arrêtés et homologués. ' 

Ces plans et procès-verbaui concernent les places et poitei 
ci-dessous désignés. 

Châtean de Dieppe, batteries de mers, de la douane et da 
Tréport (tiépartemeot de^ la Seine-Inférieure); place de Grave- 
lilies et fort Philippe (dépiirtenieot du Nord); place de Phals- 
boucg (département de la Meurthe); place de Longyvy (dépa^ 
tçment de la Moselle]; place de Grenoble et fort Barrault 
(département de llsère); les huit forts des iles d'Hyères et le 
fort de Briançon (département du Var); le fort de Bouc (dépar- 
tement des. BoucbeH-dii-Rhône) ; la place et les forts de Collioure 
(département des Pyrénées-Orientales) ; U place de Bayoone 
(déparlement des Landes et des Basses-Pyrénées) ; la place de 
la Rochelle et la batterie des Minimes, la place de Saint-Martio- 
de-Ré, le fort Laprée et le fort Royan (département de la Cha- 
rente-Inférieure); le fort Penfeld et la redoute Guefttelbr»8, les 
forts Porzic, Monlbarrey et Keranroux, la batterie de Saint- 
Malbieu (département du Finistère), et la place de Belle-Ile 
{d^artemeot du Morbihan). 

2. Notre ministre secrétaire â*état ^u département de U 
guene est chargé de reKéculi^n du présent décret. 

Fait à Paris, le 3i Juillet i855. 

Signé NAPOLÉON. . 

Par rEmpereor : 

U Maréekû! ât Ffwcê Mimtn iêcrllwê iitÊt 
^ déparUmmt à$ lafmuit. 

Signé Taillait. 



Digitized 



by Google 



B.n*3i8. (H?) 

Domainêi. 

Du 3i Juillet i855. 

NAPOLÉON, parlagrâcç de DJçu et la vo^o9(é flaliofle^l^, 
Empcrecr des Français, à tous présents et à venir, salct. 

Vu la loi An lo juin i85.^ porlanl fixalion du budget général des 
dépenxes et des nce'trs de l'exercice 185^; 

Vu le déiTel du \2 décembre suivant (ij, contenant réparlUion des 
créHils du budget des dépense^ dudit exercice; 

Vu les arlic.cs ao et ai de la loi du 8 juillf-l i85a, concernant }a 
&cullé d ouvrir, par décret, des crédits 5upp!émeuluires ou ex^ragr- 
dlnaircs en Tabscnce du Corps légiblutif; 

Sur la rapp^n da noire mioiaUa aecaétaîrai d*élat des iuuMMea v 

Atoks dégbbt^ et décrétons ce' qui suit : 

Abt. l*'. Il est ouvert à noire ministre secrélaire d'élal des 
finance», sur rexercîce i854, an crédit extraordinaire de trois 
mile sii cent quatre vingt un francs soiisan'e-stx ceniimes 
fî,68i' 66*), applicabte aux service et chapitre ci-après. 

HRMUVaSVMT BT DQMAINB». 

CaANtBE Li. Dépenses diverses. ' ' 

2. La régularisation de ce crédit sera proposée au Corps 
législatif. 

3. Notre ministre secrétaire d*dtal an di^partr^ient des 
finiQces est çïx^tg^ de l'ç^^tiQ^ 4^. P^^ÇAt décrç|;. qui aéra 

ath Bulletin des iois. 



Fait au palais des Tufteri^s, k Si Juillet i855. 

S^ ITABOLiOlll 
Par rSnipereur : 
Le MwUtn sêcrétmr e d^état oa i^ MttemmU iufnm^u^ 
Signf P. Vaoiç^ 

. ■ ■ ■ ■ ■■ t ' f" «f ' "" 

(i) BolL ii3» 0*969. 



Digitized 



by Google 



( a38 )• 

N* agio. — DicRBT lUPiniÀL f aî attlcrùe on virement Je CrédiU 
au Badget ia MinUtire des Finances, exercice i85i. 

Du 3i Juillet i855. 

NAPOLÉON» par la grâce de Dieu et la volonté nationale, 
Empereur des Français, à tous présents et avenir, salut. 

Sur le rapport de notre ministre secrétaire d*état des finances; 

Vu ia loi du lo juin i853 portant fixation du budget général des 
dépenses et des receltes de Texercice i854; 
, Vu le décret du i3 décembre suivant (i) contenant répartition des 
crédits du budget des dépenses ducKt exercice; 

Vu les décrets des ao février (a), 19 avril (3), la décembrd 
i854 (4) et ig mai i855 (5), qui ont autorisé des virements de cré- 
dits, de chapitre à chapitre, au budget de i854; 

Vu ^article la du sénatus-consulte du a5 décembre iSSs; 

Notre Conseil d*état entendu, 

Avons nécRérii et DÉcRéroNs ce qui suit: 

Art. l*'. Les crédits ouverts pour Texercice i85d« par la 
loi du 10 juin i853 et le décret de répartition du 12 décembre 
suivant, ainsi que par décrets de virements des 20 février, 
ig avril et 12 décembre i854,. sur les chapitres ci-après du 
budget du ministère des finances, sont réduits d'une somme 
de quatre cent seize mille huit cent quatre-vingt-trois francs 
quatre-vingt-dix-sept centimes (4i6,883^ gy*), savoir : 

DETTE VUCàRB. 

Chapitre z. Rentes viagères aA,683' 97* 

-— • zii. PensioDS de Tancienne pairie 3 i,5oo 00 

- ' zn. PepsioDs accordées sur la caisse de vétérance 

de TandeaDe liste civile . . . . ' • . • - 1 S,5oo 00 

SBRVICB I^Ee POSTES. 

Admiaittraùon et pere^tion, 

CHÂPiTRBUni, Peraonaei : • • 67,100 00 

• ■ Lzy. Dépenses diverses 1 58,6oo 00 



A REPORTER 287,683 97 



• ■ I 



t 



1) Bnll. ii3, n*969* 
>) Bail. i46,ii*iio3. 
(3) BidL 166, n* 1398. 

Bail. s47,n*ss38. 

BdL Seo, a* s7Si. 



Digitized 



by Google 



Tituiiporf ibi dêpéehes. 

« CiAPiTiB LXTi. Personnel • . . . . 99,300 00 

■ LXTiT. Matériel id.ioo 00 

■ uvjxi. Dépensée diverses. 15,700 00 



Total di6,883 97 



2. Le crédit ouvert pour le même exercice i85d» par la loi 
da budget et le décret de répartition , sur le chapitre suivant du 
badget du ministère des finances» est augmenté d'une somme 
éfjùe de quatre cent seize mille huit cent quatre-vingt-trois francs 
qaatre-vingt-dix-sept centimes (4i6,883' 97*}, par virement des 
Âapitres désignés ci-dessus. 

SBBtICZ tlB TAisORBMB. 

Ci&FiTBB xxxiz. Traitements et frais de service des receveurs généraux et 
particuliers des finances 4i 6,883' 97* 

S. Notre ministre secrétaire d*état au département des finances 
eit chargé de Texécution du présent décnst, qui sera inséré au 
Bdletin des lois. 

Fait au palais des Tuileries, le 3i Juillet i855. 

Signé NAPOLÉON. 
Par TEmperenr : 
Le Minutn $eerétàut d^ém «a diparîtmmt 
dits fyuukCêip 

Signé P. Mamb. 



tf S941. — - DioMMT iMPiRtÂL f u ootonis^ eommé Congrégation ibi- 
oés par nno Saphiêurt aénéraU, fAssociaiion roHgiouiO Jli$ Smart éb 
« Charité, emtant à litmes. 

Dtt 3i JniUet i855. 

NAPOLÉON, par la grâce de Bieu et la volonté nationale» 
EMPBaxoR DBS Français, à tous présents et à venir, salot. 

Sur le rapport de notre ministre secrétaire d^éiat au département 
^rinstruction publique et des cultes; 
Vu k demande formée, le 18 août i85il, par rassoqalim des 



Digiiized 



by Google 



sœàr$ è'ô tii ChAnté, t Tîiîfh^s (Gard), dans le but d*étre autorisée 
coinnie congrégation à 9iinérieure 4|;éi)éra!e} 

Vu la iléclnration des rtligie uses de celle association porlantqu elles 
add|)tënt te^ .staluls de la rongi^gatîon des 5œurk 9'e la Clmrftl ÛàHï 
la làaîsort t^èrè'esl à BesançOh ; 

Vu Ta copie de ces slaïuls, stguée, on témoignage d*actWsîoo , par 
les sœncB de la.Çbariié de Nîmesi et approuvée par M** Tévéque de 
Nimca; 

Vu la demande de la même n^socialion, en date du i5 janvier 
i855, ayàhl poUr but d'ctrfe nuiorisée a acquérir du s^eu^ Coodttc, 
iiiôVt!^i»îini 1è'(SH^dc vingt vhWh francs, une tnaison avec dé[^éffdancM 
^eée'k Nîmes, fkiri¥ st^V^ir de maii^rtn cénvenlueUé a la oongiégUlibh; 

Vu b puptaieste éù V6Ate «ottseriie par h tieitr Gonderc, le 16 met 

Vu le plan des lieux; 

Vu le procès-vetbal d'eslimalion de Timmeuble h acquérir, cons* 
tatant que sa valeur s*élèv% à Vfffgt-KÛftq flftiHèfrois cent soixante el dix 
francsi 

Vu les fta-ocèsverbaux des Mqtrêtéi ie tùftimodo et incommoJo, 
qcriomëii irdiiàNîmes; 

Vu raviftdu conseil municipal d** Nîmes , en daledu a8 aoâtlSSi; 

Vu les avis de rè\êque de Niuies et du préfet du Gard, en date 
des 3o sep!enibre i854 et sG mai i855; 

Vu le décret flu att aoûl 1810 (1), qui a approuvé les stalub delà 
congrégation des sàcnrs de la Cbarité a Besançon; 

Vu la loi du 2ii mai iSib et lu décret flu 3i janvier i85a; 

Vu lii loi du iS uiars t85o, sur retisrîgnemeni; 

Vu la loi do 9 janvier 1817 et Tordonuauce réglementaire du 
l4jatrvier t83ii 

Notre Con5eil d*élat enlcnSn , 

Avons nécRÉTé et décrétons oe qui suit : 

i^; i'^ L'ftt^Miitiôii religieuse des seenrs ée ¥ ^CbarMetil' 
tint 1 Î^WWe% (G*frd) est Jlufortséè cotornè coftïgr^aftnu dirtjée 
par une supérieure générale, à la chhrge de 'àe c'rfirfôfrrtièi* èlux 
statuts de la congrcgalion des .sœurs du uiênie nom, à Besançon 
(Doubs), appn)uvés par décret impérial du a8 août 1810 et 
que oefte isA^orfHrion à 'déolat'é adopter. 

2, ka siipéritttire généraile de ki congrégaiioB éesaœars ;de4à 
Charîli autorisée à Nînit»s p^r rarlicle i*' du présent décret est 
autorisée à acquérir, au nom de cette congrcgatiofa , dû sieur 

■ ■ ; ■' ■ I ' I I I I I ; I 

(1) iv"^ série, fittU 313*, n^ 6946. 

Digitized by VjOOQ iC 



B. A* 3i8. ( »4i ) 

FOk'Aârien Couierc, moyennant le>prix de vingt mille francs 
et âu& danses et conditions énoncées dans Facte sous-seing 
privé du 16 aoàt i854t une maison avec dépendances située à 
Nimesetestimée vingt-cinq mille trois cent soixante et dix irancs, 
pour servir de maison conventuelle à ladite congr^ation. 

II sera passé acte public de cette acquisition. 

3. Notre ministre secrétaire d*état au département de Tins- 
traction publique et des cultes est chai^ de Teiécution du pré- 
lent décret, qui sera inséré au Bulletin des lois. 

Fait au palais des Tuileries, le 3i Juillet i855. 

aSgné NAPOLÉON. 

Par l^Emperenr : 

Le GmrdiB des ieeaax» Minittre de lajttstice^ chargé par nUérim 
du âéparUment de Vinitmclion pubUque et des caUes, 

Signé AsBàTDcci. 



N* 39&a. -* DâcMMT iUPiniÀt concernant les Congés à accorder axm 
Agents Vice-Consuls, aua: Drogmans et aax Chanceliers diplomatiques 
oa consulaires. 

Da3i Juillet 1 855. 

NAPOLÉON, par la grâce de Dieu et la volonté nationale, 
Kmfbbbdr des Français, à tous présents et à venir, salut. 

Vtties ordonnances des 30 août i833 (t) et a6 avril i845 (a), snr 
le personnel des consulats; 

Vu la loi du g juin i853, sur les pensions civiles; 

Vu notre décret du 5 août i854 (3), sur le traitement de congé des 
drogmans , chanceliers et agents vice-consuls; 

Sur le rapport de notre ministre secrétaire d*étal an département 
des aSûres étrangères. 

Avons oÉcain et DEcai&TONS ce qui suit : 

Ait. l*'. Les congés seront accordés, à Favenir, aux agents, 
vice-consuls nomméîs par nous, aux drogmans et aux chance- 
liers diplomatiques ou consulaires , par notre ministre secré* 

(1) n* série, s* petfie, i"* seetion. Bail. s4ft a* 4959. 
M ^ séria, BidL iao8, a* is,o3s. 
(^ n* sériai BulL sio, n* 1898. 



Digitized 



by Google 



fbsiiioh de ïêûh vhk'ù lii^râ^chiquèt. 

9 Notre niiiiislre secrétaire d'état atl déftàrtèhietlt déi 
affaih^é étraagé^eâ e^t ehairgé dé ^exécution dti {)i^èeDt dée^ 

Fait au palais des Tuileries, le 3i Juillet iS55. 

Sipié NAPOLÉOA. 

Par TEmpcrenr : 

Le Ministrf secritairt d'état aa dépi 
dit aff'uihs itranjïrés, ' 

Signé WiLLEWSu. 



tf* àg&S.— Mchii luPéftiAi (cohtre-^lgtié pAr Ye garde des'scesDi, 
miniitlre dé la justice) qui fixe à onze le nombre des buissiers da 
tribunal de premièie iiii^iahce de li<^don, département dllle-et- 
Viluiue. (Paru, 7 JailUt 1855.) 



CertîGéconfomièi: 

Paris, le i3 ' Août i855» 

Le Garde de$ Sceaux, Mihùtrè Sécréiain 
i'état au dëpartemttnl deldJnslieè, 

ABBATÛCXn. 



* Gdlte dateeM edie de la Moep^oa ém BvUédo 
an ministère de la Justice. 






«-..>. ». «^ «^r,*>- ifr," ^r^n- n IMI 



(HFEiimiÉ îlÊtihMM. — il Aeèi iSIÇ; 



Digitized 



by Google 



(a43) 

mmsmmBoamaatmB^pmaa 



BULLETIN DES LOIS- 

N» 319. 



R* 3g44- -^ DécBBT iMPÂniAL portant promulgation de ta Convention 
nmchu entre la France et les Pays-Bas pour la garantie réciproque de 
h prepriM des Œmres f esprit et d'art. 

Da loAoût i855. 

NAPOLEON, par la grâce de Diea et la volonté ;àationftIe, 
E^iBKim DES FaANÇAis, à tons présents et à venir, 9Alut«- 

Sur le rapport de noire ministre secrétaire dTéCat aa département 
4s tfiiures étrangères « 

Atoks DFCB^Té et DEcaitONS ce qui suit : 

An. 1*. Une Convention ayant été oondue, le 29 mars 
i8â5, entre la France. et les Pays-Bas, pour la garantie réci* 
pioque de la propriété des œuvres d^esprit et d*art, et les ratifi- 
cations de cet acte ayant été échangées, le 1 g juillet dernier, 
hiite Convention, dont la teneur suit, recevra sa pleine et 
catiëre exécution : 

CONVENTION. 

Sa Majesté TEmpereur des Français et Sa Majesté le Roi des 
Fa^s-Bas , animés du désir de donner suite à la stipulation de 
f article 1 4 du Traité de commerce et de navigation , signé à 
Puis, le 25 juillet i84o (1}, par laquelle il a été entendu que la 
propriété littéraire serait garantie, et qu^une Convention spéciale 
^déterminerait ultérieurement les conditions d'application et 
f exécution de ce principe dans chacun des deux pays; TEmpe- 
nnr des Français voulant d'ailleurs assurer aux sujets de Sa Ma- 
JMé Néerlandaise le maintien des garanties dont ils jouissent 
^ïen France en vertu du décret du 28 mars i852 (2,, relatif à 
fa contrefa^n dès ouvrages étrangers, les deux Hautes Parties 
contractantes ont, à cette fin , résolu d'adopter, d'un commun 



11) u^térn, BttU. 83i, B*$4o8. 
Jt Siriem 17 



a 



Digitized 



by Google 



iteeord^ In imiirestftii leur um pa r u tet plm [impui ijl 
tir aux auteurs ou à leurs ayanU cause la propriété de It-oi 
ouvriiges scientifiques et littéraires, publiés pour là premier 
fois en France ou dans le Royaume des Pays-Bas. 

Dans ce but , elles ont aopimé pgrur leurs plénipotentiaire! 
savoir: 

Sa Majesté FEmpéreur des Français ^ le sieur Jean-Mane-Ài 
jnand» barça d^Anifré^ çomfuaiuleur de Tordre impérial de ) 
Légion d^honneur, grand-croix de Tordre pontifical é» im\ 
Gi^oire-le-Grand , etc. etc«* son Envoyé extraordinaire tt Mi 
nistre plénipotentiaire près Sa Mfijesté le Roi des Pays-Bas; 
. Et Sa Majesté le Roi des Pays-Bas, le sieur Florent-Adm 
Vèm Hail, ekovalîèr grftnd-^croix de Tordre du Lien HbeAtsk 
dais, de Tordre du Paucon-Blaue de Saie-Weimari de Tordii 
de Léopold d^ Belgique, de Tordre de la Branche-£me«tiii« d 
la Maison de Saxe, de Tordre impérial russe de TAiglofilàifl^ 
de Tordre des Guelphes de Hanovre, son Ministre d*£tat et de 
affaires étrangères; 

Lesquels, après s*étré communiqué leurs pleins pouvdis tfi 
peetifs, trouvés en bonne et due forme, sont convenus des H 
tieles suivants : 

Amr. i*', A partir de Tépoque à laquelle, conformémentu 
stipulations de Tarticle ii ci-après, la présente CouventioB A 
viendra exécutoire, les autours d'œuvres scientifiques ou litt^ 
raires auxquels les lois de Tun des deux pays garantissent m 
tueilement ou garantiront à Tavenir le droit de propriété o 
d^auteur, et leurs ayants cause, auront la faculté d'exercer fl 
droit sur le territoire de Tautre pays» pendant le même e9^ 
de temps, et dans les mêmes linûtes que s'exercerait, dans «I 
autre pays, le droit attribué aux auteurs d'ouvrages de niéflll 
^nature qui y seraient publiés; de telle sorte que la reprodoi 
tion ou la contrefaçon dans Tun des deux Etats des OàfxM 
scientifiques ou iittérairea, publiées ^9J0& Tautre , sera, p<Mi 
autant quil n'e^t pas dérogé auxditea lois par la présenta CM 
vention, traitée de la même manière que le serait la reprodoi 
lion ou la contrefaçon d ouvrages de m^me nature originsirl 
ment publiés dans cet autre État, et que les auteurs de lyo d< 
deux pays auront, devant les luribunauX de Tantre* la mém 
action , et jouiront des mêmes garautto coatis te coanefaçotio 



Digitized 



by Google 



B.ii«di9. \ ààh ) 

piHih«k ^ctatder pfir la àuiie àul^ atileërs itè dé déhiiei^ paV^. 

ittr bfeA efitêqdtty fOBiefol», qtr^ les dr(Jb & ejk^re^r mS- 
proqaemeirt daâ» iNeitl^h dam VMivë pâ^s, ¥t4àrlvétheât atti 
M il w g j Li bi-d«$afis ltt«titidttfl0$r, ne ^ttirotit Hrt {>la» étendus 
^ Ceux qtt^Méofde la législéllon du pays aàqtle! f antenf oa â4* 
«yaâti cause apparttouhénfi 

a. La protection stipulée par Tarticle i*' ne sera acîqui^ ^^L 
êà$i ifn tora fidèleiaeiit obaervé Im Itusi et rèf^oneats eA vi- 
ptn^éàm le pays de firoductioii par rapporta Tonvrag^ poar 
iai|iial «etito protection sera iréclatdée. 

U» dertiSjcat délivré par b bureau dé biJibrairie au mûrâlto^ 
è Finj^riçiir à Paris ^ ou par le ar crétarîat de la préfecture dan* 
kl4éfMMrlenafiitat 9« pat le nabistrç de rhrtérieor i ta Ha^fV^ 
lervira à constater que les formaKtés voulues par les le» et ré* 
^«p»ta çsk% été remplies, ) 

. in Sont ^xpreas^caent asainoilées aux oi^vr^l^l^ origioiiux les 
îflductioiis faites, dans Tun des de^x Ét^, d'ouvrages aatier 
tum Ou étrangers. 

Ges Irada^Uons jouif ont à ce titre de la protection stipulée par 
IWticîe i", ea ce quiçQucerpe leur reproduction en coBtrefe^oîa 
^rautreÉtal. 

Il est bien entendu que le présent article B*a pas. pour objiet 
Accorder au premier traducteur d*un ouvrage le droit exclusif 
Ifc tirâduction , maïs seulement de protéger le traducteur par rap - 
^ft à sa propre traduction. 

4«iV<>Qo^^^i^^l6^^%ul^^îo^^cs^i*^î<^^^^i«3 et 3 de la présente 
tSoiiVenHon, les articles extraits de journaux ou de recueils pè* 
HodSqlies publiés dans Tun des deux pays pourront être repro^ 
'doits dans les journaux pu recueils périodiques de Taotre pays , 
fKtaHhnft i|tier Forigitié ét^ soh Indiquée. 

'-Tbotefois, cette Ikcûlté né saurait être ébmprise comnie 
ftléIMhiit & la reproduction dans l'un deà deut pays des feuit- 
iMte dâjolh%aux ou déi$ articles dé t^ctiéils périodiques pu- 
HMé daid^ Tautre dont les auteurs auraîéût déclaré d'une ma- 
VÊàé évidente dans le journal ou le recueil même où* il léi 
aoTont fait paraftt-e, qu'ils en interdisent là reproduction. 

€atle daràièie disposition ne set^ pa» applicable aux aftibics 
éi dftb«iaiO0 pDliliqttë. ' 

^. 9ral hittnMtes »Fiiiiportatioii, la Véâtë et T^pùéBtibH 
éKmïvà<mrmBt^m4àk^iênàpifêt dé toaM ccMi^fa^i^a dW* 

17- 



Digitized 



by Google 



( s46 ) 
Trages jouissant da privilège de protection contre la oontrefrQoa, 
en vertu des aiiides. i , a , 3 et A de là présente GonventioB; 
que ces coùtrefaçons soient originaiares du pays où rommge a 
été publié, ou bien de toute autre coplrée étrangère. 

. L*importation sera, considérée comme .contrefaçon.' Le produit 
de Tainende sera, dans le cas prévn par cette dernière stipuifp 
tien, attribué au fisc de TÉtat dans lequel la peine auim été 
prononcée. 

.6. Ea cas de contravention aux dispositions des articles pré- 
cédents, les ouvrages contrefaits seront saisis, et les individiii 
qui se seront rendus .coupables de ces contraventions seront 
passibles, dans chaque Pays, de la peine et des poursuites qui 
sont ou seraient prescrites, par les lois de ce pays, contre ie 
même délit commis- à Tégard de tout ouvrage ou produetim 
d'origine nationale. 

7. La présente Convention ne pourra faire obstacle à la Kbn 
continuation de- la vente dans les États respectifs des ouvragei 
qui auraient été publiés en contrefaçon , en toutou en partie, 
avant la mise en vigueur de ladite Convention ; par contre , on 
ne pourra faire aucune nouvelle publication dans Tun des deui 
États des mêmes ouvrages, ni introduire de f étranger dei 
exemplaires autres que ceux destinés à remplir les expéditioiu 
ou souscriptions précédemment commencées. 

8. Pour faciliter Texécution de la présente Convention, la 
deux Hautes Parties contractantes s'engagent à se communique 
les lois et règlements actuellement existants, ainsi que ceux <|a 
pourront être ultérieurement établis daos les États respectifs» ; 
regard des droits d^auteur, pour les ouvrages protégés par le 
stipulations de la présente Convention. 

g. Les stipulations de la présente Convention ne poonpat 
en aucune manière, porter atteinte au droit que chacone de 
deux Hautes Parties contractantes se réserve expressément d< 
surveiller et de défendre, au moyen de mesures législative 
ou de police intérieure, la vente, la circulation et Texpositio] 
de tout ouvrage ou de toute production, à T^ard desquels Tiu 
ou Tautre Pays jugerait convenable d exercer ce droit. 

io. Bien, dans cette Convention, ne sera considérée oomnca 
portant atteinte au droit de lune ou de Tautre des deux Qâate 
Parties contractantes de prohiber Timp^statioti , dans Ses propre 
États, des livres qui,, d après les lois întérieitres» ou des stipa 



Digitized 



by Google 



iitîoDs souscrites avec d^autres paissances» sont on seraient dé; 
dues être des eontréfa^né^Vu des viohtioDs du droit d^atitéuf! 

11. La présente Convention sera mise à exécution le plus 
tAt possible après sa prbmuTgatfon , conforhiéiAent aux lois de 
diaron des deax Pays, et à partir d'un jour qui sera alors fixé 
ftr les deux Hantes Parties éoitlfaetaotés. Dans chaque Pays, le 
Gouvemeuïent fera dûment .çonn^ttre d^ava^nce le jour^^ui sera 
convenu à cet effet., 

La présente Convention restera en vigueur jusqu'au 26 juillet 
M^k Après. oetle épocpiev elfe suhora.le sort du Traité de corn- 
Berce et de navigation signé à Paris, le aô- juillet l94Ô, de 
triie sorte qu elle sera ceqsée être dénoncée, lorsque Tune des 
parties aura annoncé à râûtré, conforinémént aux conditions 
pcMiées^ par lartiçle i5 d^ ce. traité. son^mUntion d'en j|^^ 
cesser lefieQets. . . •, , ,.j 

.' Les Uaut^ Parû^« contractantes se réservent cependant la 
Çicollé d'apporter à la p^ésçnte Gpny^ntion, d'un coi^Mij 
acoordt toute modificati{>n qui ne serait pas incompatible avep 
fcsprit et les principes (jui en sont la base, et dont rexpérienc,e 
aurait démontré lopportunilé. 

12. La présente Convention sera ratifiée, et les ratifications 
eo seront échangée^ dans un délai dç six mois ou plus tôt, si 
£ure se peut / "'. 

Eo/foi de quoi, les .plénipotjentiaires. ont signé la préçentf 
Çopv^lioa et y ont apppaé lenrs cachets. * ^ 

Fait à là'Hàyè, tè'viâglvneuvième j<>ur du môis^ de Màrs^4e 
Tan de grâce mil huit cent craquante-cinq. 

(L.'S.} Signé Baron p Ànprb. (L. 5?) Signé Van Hall. 

'i/lVotre garde des sceaux,'ministre secrétaire d'état au dépar- 
tement de la justice, et notre ministre secrétaire d'état au dé- 
partement des afikires étrangères, sont chargés, chacun' en ce 
qui le oonceirnei de Texécution du présent décret. 
FaSt à Paris, le 10 Août 1 855. ; 

* Sigiié NAPOLÉON. 

VifetacdlédasçeaaderKtat: Par TEniperear: 

ldÛ9ïï4ê4ttteeatts,Mbd$tre S» lajnsdcê. Le HSnistre des affaires étranghtts. 
Signé AffBXTOcar Signé Walewski. 



Digitized 



by Google 



^7./ ï . • ' . • • ;• :î • ,: 'iL'îr.:^ £ Vj ../: . . ■ i un 

ËilPBQByR DK^ Françms, è tous présents ei a Veairi saldi'"'^ ' ' 
-n&kr fe apport dBiwtreDbnûitœ'itoéyHir^'éMw dé||ir^Hitt 

AW: IK Les. ratlûcalfoùs de la' C»àvteAtiôrf cbhchfé! à Lciiii 
dres, Je 27 juin i85S, par laquelle la France et lè'HdyaWtoèî « 
Uni de la Graïuïe-ftretaîfiie et (flfland^é 6*erigagefiit'k/^a*fiitir ^ 
l'empt'u.ot que la Sublime Porte ge |>rbpHse de négocier, ^fpÉl 1 
été échaûjgées, le i2i juillet 46<*nier;, ladite Convention | dféht I^ . 
tfetieur suit, recevra sa pleine et entière «étéatitiqnt ' '. * ^ ^ 



COWVENTTÔW. 



8a Majesté Impériale le Sultan s^étant adressé V^M4^^ 
TEmpereur des Français et à Sa Majesté la Reine du Rovaume- 
Uni de la Grande ftr^tagtie et d'Irlande, iùa d\^btèd(r deces 
Souverains des facilités poiir c6ttl^k^)^ an èîhpirnbl^^rlë'iÉlii 
#:mi|ai0 de p(>^rsuivrf ^veo^ viguf^r iafl^ecte ^gttfc^Ja Rw^t 
dans laquelle Sa M^ja^tè^ ^^H^-^ '^^f )J4nQ[¥pt -^mag^. d^ 
concert avec Leursdites Majestés, sçs alliée;|; et 34 ^I^Ç^^ 
TEhipereur des Français, ainsi qde Sà'^KJfâj^sVé^ftrifBlniri^faCi 
m^^ ^^^^^ * 'a 4wawdp d,Q §9>Ujfi^,t^.le.^u^ap,, ,}^^^P^' 
jgfté? ont résola de preudrp jfts arrangen^eqte péceswirgîir»* 
^o^fiu d'unp CpîOV^iUîon, pour la' çq^<fl 1(4^4. d^ !ft<l«!%W.W^^ 
ont nommé en quotité ^çl^urs-plé^ipp^^^^ ^MhV'' nd * 

Sa Majesté rEmpêreur des Fr^nçs^isj^ le siéur JjMA-Gwif'*' 
Victor Fialin, comte de P€ni^ny/Sè^iiéli\:,^'^tà.tià%thlm^ 
l'ordre jfupéjr^tl dft ia Légion d'honneur, grand -cordon de 
l'ordre ^(npérial de Medjidié de ^Jniq^ie , gf^^^7jcyo\\ A^ 
l'ox^re ^Ç5 ^WQtçMaprice et ï^^^^'ç ^ 59:r.<j^içwî^ gr4AShçrWI 
de Tondre di| Danebrog du Danemark, son Ai^^adeujpprèsS^ 
Majesté Britannique ; 



Digitized 



by Google 



B. n*3i9* ( 3A9 ) 

Sa Majesté la Berne du Royauaie-Uni de la Grande BfetagÉ4t 
etcdlflandcift le iréa^hiHkùrM^Georgû'Guiliawnih'Fréidriç, comtes 
i^^Clêrm^Uà hêiT^nHyde dé Binion, Bair du Royaume-Uni* 
Ceeaoiiler de Sa Majesté Briteofrique en eôD'eonteU pxivé* oh»* 
valier du très-noble ordre de la Jarretière , cbevalier grand^oroix 
difitrès-bo^^rable. ordr^ du Basa, principal S^ecrétaiçt d'Stai de 
% Majesté britannique pour^lfs affaires étrangères; 

fit Sa Majesté iinpérfaU h Sultan^ Conttaatik Mu$utu$ Sty^ 
{meUonnaife de pramiei^ rang de SA Majesté impériale, son >Eo« 
vayé fJilraalxlinaifeel MtiiiMrc pléaipotontiaire près Sa Mi^eslé[ 
Britâpoiqve, déeoré de Tordre impérial du Merijîdîé d% la tvoi^ 
4èll»# «lasse* grand^croix de Tordre des SaittlaMaurice et Lasara 
4e Saidaigne. gnuad conamaladeiir de Tovdfe da .Sauveav de 
fii*M;- . . .: ^ '..-.'.'. : 

Eji»^ii«ia« après s'être t(mim«iniqvi£léttW)>Iefns^pô«hréii^)^es^ 
pectiis, trouvés en bonne et due forme» soni obnvènns des ai^ 

Art. 1*.' SâMajditéTïmperetrrdeVTfatiçaîs 5^engage, seul 
b ;çalifici^9ii 4n Corps législatif de France,^ £^aptir> con- 
jointement et solidairement avec Sa M^e^té Britannique, et Sa 
Majesté la Reine du Royaume-Uni delà Grande-Bretagne et dlr- 
laode s'engage à recommander à son*parleinent de Tautoriserà 
garantir, conjomtement et solidairement avec Sa Majesté 1 Em- 
pereur deé^Ffànt^ais, ri'ntérél à'uâ emprunt de cinq millions 
de livres atediag à ' contirSLctér par Sa Majesté impériale le 
Sultan. 

a. Llntérét payable sur ledit emprunt de cinq millions ster- 

« ^9 ffi^^.f '^ P^ubU(Pe Portç |iayera une souj^nie ^ù UQ.p^iff; 
cent par io sur^ je capiul tcjtal de q^Q. mUlJc^M^^cxli^i^f^ ptwupi^ 
ibads d'amortissement. 

3. Uintérét ei lé tbàd$ d*Anïop»tékëdietit «ftidfi fetliphiÀt A>r- 
meront une charge grevant tou^ les revenus de TEuipire Otto- 
man, eUi^édllleAtèàt^^somnie annuelle restée libre sur le tribut 
fÉgypte, prélèyei^enJL fait de la partie, ^^<&ç.t(^ jia P^T^'^mV ^9^7 
prunt, et, en outre, le produit des douanes de Smyrne et de 

Sa Mi ^ a t é ^ ttï^)*f8alele Sultan sVngage à faire rétâëU^è ft la 
banque d'Angleterre, le 26 juin et le 25 d^]^bm49^4^aque 
année» ou avant ces époq ues, le mo ntant intégral d'un semestre 



Digitized 



by Google 



( aôo ) 
d'iatérôt et d'amortissement, potir tout le montant diidit eni- 
prant à contracter aous la garantie conjointe et solidaire de Sa 
Majesté l'Empereur des Français et de Sa Majesté BriUnniqae, 
ou pour ia partie réalisée de cet emprunt, jusqa*à ce que to«t 
le capital emprunté soit remboursé. 

4. Sa Mâjesré TEmpereur des Français et Sa Majesté la Réiae 
du. Royaume-Uni dé fa Grande-Bretagne et d'Irlande, désirant 
épargner à la Sublime Porte Jes- frais de remise, consentent à 
s'engager à transmettre au Gouvernement Ottoman les sonnnes 
provenant dudit emprunt de cinq millions sterling à contracter 
sôus la garantie 'conjointe et solidaire de Leurs Majestés. Daas 
ce but ^ il est co&ve4JU que les adjudicataires dudit empraot 
v^erseroot les scymmes provenant de cet emprunt à ta banque 
d'Angleterre pour le compte du Gouvernement turc , pour être 
transmises à la Sublime POirtd par les soias des Crwvfenepient» 
de.Franoeei d'Angleterre...., . ..-...-,.*.. 

5. La présente Convention sera ratifiée; les rdtEftftâttons 6i 
seront échangées à C(mstantinople le plus* tôt possible. 

' Eb foi de quoi , les ][>IénfpotCDliaires respèçtils Font sigàée et 
y ont apposé le sceau de leurs armes. 

Fait à Londres ,' le 27 Juin, l'an de grâce i8£5« 

(L. 5.)| Signé F. db ^s.mffaj. 
{L. S.) Signé CLiiiisNnotr. 
(L. 5.) Signé G. Mdsubus. 

2. Nos ministres secrétaires d'état aux départeibénfs dâ 
aflbires étrangères et des finances sont chargés ,''chacà'i^ en ce 
qui le concerne, de l'exécution du présent décret, 

_ Fait au palais des Tuileries, le 10 Août i8§6. 

Signé nkBOLÈO». 

Vn et scellé da sceau de TÉtat : Par rÉmpereor': 

Le Gards du iceoam. Ministre Ja Ministre des affaires étren^» 

de h justice, Sigqé WâiBWsai. 

• 'ftgi^é Abbatvcgi. 



Digitized 



byGoogk 



fi.D*3i9. ( af&i ) 

N* 9946. — DioMBT impÈMm ^fisêlm nmm§hHiê db fil^teM 

Pn Si JoîUel i855; 

NAPOLÉON, par ]a ^ce de IKen et la volonté nationale . 
EivnULira i>b« FbAi^çaïs, I fous présenta et à venir, salut, ' 

Va rartide i4, dernier paragraphe, du tinalof-iMinflulle j^ 3 mu 
i854f snr la conslitulion des ironies ; 
Va Tavis du ooinité oonsultalif des colonies; 
Sur ]e rapport de notre mioistre serrélaise d*4tat de la nu^ne et 

dss colonies* 

. « », • ** 

AvoHS Diadiri et DécniTOHS ce qui suit ; 

An. l^. Sont classa comme o1>iigatoires', dans^jes cplo^ 
es, les dépenses, dont )a oQzqendature suit : .; . 

Contribution à fournir à la métropole par les colonies ;^ ni 
Solde et aceëssbiret 'de seld* des agents des jenrioes eiraprës : 
DiBBefionderiméneor;' ^ . >;^ 

Service financier (enregistremenl, tioAre et hypothèques,! 

cootributiôiia directes et indirectes, douanes« pesteam lcttfees« 

T^fication des poids et mesures, domaine) ) 
Instmodon pablii|ée; 

Poiits*et chaussées; . > . m 

Police géaéraie; , .î 

Ateliers de discipHne et prisons;' .. 
Et tovs. autres services oiganisés, après aNftsultatidn du 

conseil géoéial; / 
IWtementv aux Mpitaux , des agents du servioe loeals « • 
Pensions accordées par dispositions spéctak*;; .. "A) 

Fndslde perception de rîmp&t; 
.EnisideflE^itérMdes^biiaiiee.elte admiâistratitas fioM» 

dères; .. . x 

Loyers, moUliefa, menues dépenseï des tribunanx; ., 
Casamement de la gendarmene; * 
Malénél des «tdiers de discipline et des prisons; 
Grosses vépareftlons et entretien des édifices coloniauqi; 
Tnmmx d^enAMlien des lèalee et ouvrages d^art'; 
Chaofige et édaÎKig^ As^ corps de garde et établissement du 
leol; ' 



Digitized 



by Google 



Frais de route des voyageurs indigeots et frais de rapatrie- 

t-dèsT-àréritii sJAaafa de Besapuaeaat'^u \ \ 

Frais de rapatriemeait 4ia l» k«giM i|»fc>l'expiration de kon 
engagements; 

Dépenses des enfants' trôaVéd, âh iiliénés et des individos 
^ttjJRte 4a Wlftfttçs çQi^tjigîi^sea; . ,, , ^^ ... 

Frais.ftj^pfe$$i^i^ et da pubUçft)6ti d^ i^4e; ^^e^p^oralesi 
frais de , teque des assemblées convoquée^ pour nommer les 
tfienlb Wi âfes'e6ii«6îhf gt^ùitMt ; '• 

Frais dlmpression des badg^t^i é.t des C^imptes du sçrlt^ûs 
local; 

•ftblëèfdë^éïitoâléSifefétatdvfl; ' ' :/ 

Frais de visite chez les pharmaciens , confiseurs éi éplclei^s 
droguistes; .... . /.• • •/ 

Frais relatifs aux mesutes qui ont pour objet d*arréter les 
épidémies; , . . 

Dépenses de girde et de é6nsêrvàlibh àék archives de U cd- 

lonie;-'-'' •'• • - . -^ .* . - , ■:»»•• .; .. I 

:2liitétfAuet'imoi«iéseta6ptdéi •Uprnèta^ntAÎsés.iSiithiÉtei 
autres dépenses mises à la charge deszoekoiiéf t'fet jpéiâaieÉièat 
rMdpes^dilM|atoirts]Mird6s ioia bà'^cr^ta. : i/ 

r'ft^*1^^lirtAl^de•.9lmvermtucs^ reiukw eaiCDoatttifHYéei 
après consultation pitéalableljde» canatibgéaérau, fiÉMi &» 
modifient les cadres des divers services :a4piinis4ratift.oilii|tris 
dans la nomenclature qui précède, à rezeèptioii dfe^adniHies 
douanes, ainsi que les traitements et allocatioftS'luuqailk^^nt 
droit les agents désignés dant;oaa of dfesw . / ' ^! ' '^ 

«••S.i'I^Mitirto'dépeysesdttseryke iooal dercblonio ^ui ne 
sont pas comprises dans la nomenclature qui i^tMk^f sont 
considkéeèmBaKîAk»ltatîtei^'ctrio«iiijMftr à>i^^ én^W)te 
des œnseils généiMau ' * ' /■' ; '^» - . -.io...j/: 

4. Notre ministre secrétaioë dféftàt de \M'fûÊanuB^^dm'i!élO' 
itàmièRt9kà9g/l^éiVtwidiiii^ «IraiîoSré 

au Bulletin des lois. ; - > 

Faitstf^îJfflë-Vlél^iffléKëé/^^ » -i-<>^ 

./nr-.;i,iu « rî .. » . , î^ l' . îr-!;-^ J J<r> Clh ipi q » r t:> .è^ . 
:f;'ii ^vn/i'o2/4aMbtfiiÎ0bMMn»^ 




Digitized 



by Google 



B.n*3i9. («il) 

' Du 4 Août i85S. Mism 

NAPOLÉON, par la grâce cle I^ieui et la volonté nationale» 

VnfeélcWt'aûtoidiVi"f854f4>; ^ -' -"*l?-^ ''" ■« 

ConiidéBanlqiL^ayMfiibutfHld^i .«m^titittr rdguMèrn&^tîddns 

ies hôpitaux sédentaires à k8uils.ttÉraiué«>!d'09eii4;'diB.Miifièlikltl 

«■IHliaés èr r-iatlar dâf«én><)e» âmsiotift'^dcttmret dei aflib«llallîj|es ; 

Sài^ 1ô'i-J|^^ri:lk'notrê'iâimslrà secrétaire â*^làt au'dSpar(Jm|êj^ 

4%^ Ji :«. M>^Kir%>Mjl;^1lii* 4v«ç^Q litre d'arttmôftîeor, àictwean 
des bÂpitaux français établis en Orient vet, àeategviâ ;pav tlei 
mmn é^aÊ^kX^iMamïidBhâ^mA tieâ mist^^Qiitfire» lâsàrMtes 
Miaot fÎM^fie^dii kl ai4«6<mi "de^OorlStaMtMple; ''"''' < ^'' ' '^''» 

i^p^ çeta diaMT^i» fe'^j^kbp.a^llnfetiaâûrn^ 

tfbotrÀ'tft 8atfi fiètw iftftei'de'poiirVoir au service çeligiet^iç^^*^ 

-;^,.Xpft ^^n^frijlwîf* <)es.bôi4t§«x militaire^ eft Qr}i^\, WHk 
YiQQt ]a $Qi^f,^il^ înd^ittniÀ ^allanées par lea larifSl.fpis Mlpi] 
toiae94*i)if41it<}rte de deuxièineclitese. . V .> r / - >, s 

. li Notrëî tUfoistiv afcréteire 4*état M AépwAèiàemM là 
goerre est chargé de rexéctttlott d«i {^ï^èitot étéerâl.^' '*'r ^ ''^ 

• ttftirtU;ië4'ï^bôtiàS5/'""^ ^''^^' '*•''': ;.;;^:*;':, h 

Par rEmpereor : 

"til .>.»••!".»• il* '"It* ,".'v» ::r,ii>?.! ■.' .»>0}> . ^ W'TOTfi^îi.. ^'«I ,- jI 

■Wjirninpn Mib ■■ni i hr ib li h ■■ ■oInntMa nmiifi n i m i9 Éa , n>w a« 
(i) Bidl. i5o, o* ïa5i. .wiii'R «1 ub «i»! »'. -hU eob uo .'Vîïy.tl sb 



Digitized 



by Google 



(164) . 

N* S948.<— IMottfrvrjmfjlux ^ m mÊgmmiêê^» m asmu m à Wi> mhmum 
iât Ptmiimu Jb rêtraHe dm 0^himt*MÊnmn, M mid ait H mtm 
ammijéi, dm Dimions des É^mpaifu de Ugnê, os in Bâtimmtt i» k 

Fbm. 

Da4AoAti855. ... 

NAPOLÉON; par ià giioe de Piecr et la volonté itatiàDale, 
EMPVMim DBS Fbahçais, à tons présentsu^t^ venir» #âUiT, 

Vulft Ioi:du a6 avril i&55, relative k la véa(iôn)d*ane dotelkm 
d^Tarmée, et aux penûons nûlikôres; . y 

. Vu U loi du 1 1 avril i83i, sur les penmns de farinée de tarmi 
çt la loi du i8 avril de la même annéey sur les j^ensions de ranpée 
dkiner; ''"',.' ». 

G>nsidérant, d*une part, que, d*après le principe pésiii dan8Ta^ 
ticle a 3 de la loi précitée du i8 avril i83i, les troupes de la marine 
sont régies de plein droit, en matière de (!>ensiofas de retraite, parles 
dispositions en vigueur pour les troupes de terre, et aue, par censé- 
ipient, le bénéfice de Tarticle 19 de la loi sur la ddlAon de Tarmée 
leilr est pleinement acquis ; 

Et d*aiitre part, qu il est de tontpjuslîoe d'atlribbbf égetemeot aux 
officiers-mariniers, matelots et autrt» assinQÛiés, dès divisions des 
éqoifiages de l%ne, ou des bâtiments de la jBo^tOp. l'augmenlation de 
pension qni est allouée aux sott8-oificiers,< caporaux et so^ldats d^ 
troupes de terre et de mer, par Tartide 19 de la loi précitée, du 
a6 avril ï855; 

Considérant qu*il y a urgence & procéder aux iîqai<làtionjl ^è pen- 
siona àkWÉ le département de la marine, d*après la^fè'^le d*égaiilé 
pariEMte'qui, pour les deux armées de terié et de merV'a été^fontfée{. 
a grades correspondants, par les lois des 11 et i8aVril i83i, sans 
dtsti#giier d-amêurÀ entre les marins qui appartiennent k rinscription , 
et ceuxqttipro^qenç^nitfloreerul^ment; , 

Sur le rapport de notre ministre secrétaire d*état de la.mariof et 
des colonies, 

Avois nif cairi et DiéuEiôNS ce qui suit : 

Ait. If. ,Le m^mom et le minimum de la pension de 
retraita,. fi^ pair h loi da. i& avril«i83i, sont augmentés de 
cent soixante-cinq francs pour les premiers mdtres* les maî- 
tres, les seconds maîtres, les quartiers^nattres, les matelots, les 
aoviois, moaseset aafrct assimilés, des divisions des éqmpagr >> 
deligne, oa des bâtiments de U flotte. .1. ^ 



Digitized 



by Google 



B. n^ 319* - ( ftSS ) 

8. Le sureroU de idépeaiet péftirita«t de VwkxOha de far- 
tide précédent sera supporté pnmioùreiiieiit,et à.titBe d'mooet 
]Mff la oaisse des invalides de k marine, 

S. Un projet de loi sera présenté au Corps l^iislatif, en ift&6,' 
ponr régulariaer cette dépense, et rendre dé&nitlremeBt appli- 
cibles à Tannée de iHer ks diîqpositions de k kt^dn a6 avril 
i855. 

&« Notre ministre secrétaire d*^t de k marine et.desoniœ 
nies est chai|pé de Texécation da présent décret, qui sera inséré 
an Bulletin des lois et au Balletin officiel de la marine. 

Fait au palip^des^ Tuileries, le i AoAt i855. 

Signé NAPOllON. 

Par rEmperenr : 

Lâmmi MwUm mréuùrt tém <b 2s 
«e au colonies,' 

Signé Hamil». 



N* ag^g* — - Dioairr iMPÉMiÂt qm ouvre, or Vexorcico 1855, tm 
Crédit supplémentaire pour les dépenses concernant la réunion dee 
Tékries au Lomnre. 

Da8Aoûti855. 

NAPOLÉON, par k grâce de Dieu et la volonté nationale, 
EMPEaBun DBS FaAifçiis , à tous présents et à venir, salut. 

Yuk décret du la mars i85a (i); 

Va k ki du aa juin i854, porUnt fixation du budget des recettes 
Hièfeases de Tezerdce i855; 

Va le décret du i5 décembre i85â (a], portant fixation et répara 
tition des crédits définitifs du ministère d état. 

Atom hécMiri et DécBiToas.ce qui suit : 

Art. l*'. Un crédit supplémentaire de trokadliionede francs 
(3,000,000^) est ouvert au ministère d*état en augmentation du 
crédit alloué au cbapitre m de la deuxième section du budget 
dereierdce i855 relatif aux dépenses concernant k réunion 
des Tuileries au Louvre. 



1:1 



1) xT aéris* BolL 5oa , a* S^^S. 
v^séno^W^. a4>tn*s»93« 



Digitized 



by Google 



(iM) 

9. B tuà pèmriirk biltë (lép«iiM'^<iiiéyék'ioi't0iA>ai<ce8 
dwbaëgèiidëilVtritmQMiini. ) ' 

3. La régularisation d« œ cuidil irti^ pMfOké# «il Qofpê 
UnUatHv r' :/ ; .. • -i • 

4w . Matra iBiliiiM à'éM t« nolff «piUiM d0» llMtic» MHI 
éhMgdiv dUacwÉ 4a tt qui ti )S9Me»e, 4i itèxéètftfdâ àû ^té^ 
sent décret. 

-Fiil Ml i^dM^tto tdieHé^, lèB Atyftf *i8^^^ 

ê\gU MBÙhÈÙtL 
FarffiifpmfiPs 
Li Ministre des finances, ^ Le Ministre iTétct , 

Sifflé K MÀÔRB. Signé âchillb Fould. 



Certifié conforme : 

Parf», lé 14 ' Aoét r88*i 

Le Garde àes Sceaux ,. JUiniUlre 5^aitftairtf 
d*étai ah département de la Justice, 

ABBATVCÇI, 

. 1 : • 



* Cette date est celle de U réception du Baltètin 
«u imiiiitèfe de It Jtutioe. 






^^.^1 r. >,.. ..f.^ .-«.■. . ^ .j 



Impumxbm «iéitaj^ ^^ r4 Mkt i86db 



Digitized 



by Google 



Digitized 



by Google 



Digitized 



by Google 



^mmg^mÊaÊÊÊÊiÊÊÊÊÊÊÊÊÊÊSÊÊÊ 



BULLETIN DES LOIS. 

N" 320, 



R^ igSo. — DicBKT impérial qtd oavra, sur l'exercice 18ôi, un 
Crédit représentanX la somme venée an. Trésor par la Compagnie àa 
Chemin de fer de Paris à Orléans, pour sa part contributive dans le 
pnx de terrains expropriés en iSôù, 

Da iSJoillet i855. . 

NAPOLÉON t par la giice de Dieu et la volonté juitionale* 
EiPERBUR DES FRANÇAIS, à tous présents et à venir, salut. 

Sot le rapport de notre ministre secrétaire d*état au département 
de ragricullare , du commerce et des travaux publics ; 

Vu Varticle 1 3 de la loi du 6 juin i843 portant règlement définitif 
du budget de Texercice i84o ainsi conçu: 

• Les fonds versés par des départements, des communes ou des 
•particuliers pour concourir, avec ceux de TÉtat, k Texéculion des tra- 
«nux publics, seront portés en recette aux produits * divers du bud- 
«get; un crédit de pareille somme sera ouvert par ordonnance royoie 
iaaministère des travaux publics, additionnellement à ceux qui auront 
•été accordés par lé budget pour les riiémes travaux , et lai portion des- 
«dits crédits non employée pendant le cours d'un exercice p6ti¥à 
«étreréimpulée, avec la méme^ affectation, aux budgets; dés Cfltertfces 
« subséquents , en vertu d'ordonnances royales qui prononceront Tan- 
■ onlation des sommes restées sans emploi sur l*exercice. expiré;» 

Considérant qu*il résulte d*une déclara lion du caissier payeur cen- 
tial du trésor public que la compagnie du chemin de fer de Paris k 
Orléans a versé dans sa caisse, pour le compte du trésor, le 3 mai der- 
Bîer, une somme de trois cent quatre-vingt-onze mille deux cent dix 
tnocM soixante-huit centimes, pour sa part contributive dans le prix 
des terrains expropriés en i854 sur la commune d*Ivry » pour le rac- 
cordement de Ja ligné .d*Oriéans et du chemin de fer de, ceinture^, 

Avons DÉCRÉTii et nécRBTONS ce qui suit :' 

Art. l*'. Il est ouvert à notre ministre secrétaire d^éM tci 
département de ragriculturet du conoierce €t des travaux pu* 
XP Séie. i8 



Digitized 



by Google 



(1158) 

dix francs soixante-huit centimes (3gi,2io'^ 68% sur les foncU 
du budget de i854, applicable au chapitre xlii de la deuxième 
section (Établissement de grandes lignes de chemins de fer). 

2. Notre ministre secrétaire d^état au département de Tagri- 
culture, du commerce et des travaux publics, et notre ministre 
secrétaire d^étal au département des finances, sont cbaigés, 
chacun en qui le concerne, de Texécution 4q prfiiPt décrit» 
qui sera inséré au Bulletin des lois. 

Fait au paltEs des Tvilerfes, le i8 Juillet i835. 

Signé NAPOLÉON. 

Par TEmperear : 

Le Ministre secrétaire d^état au Le UinùiTa secrétaire éCétat au d^Kurlmaa 

département âês finances, de VagricaUare, da commerce ei des 

: S&ffiA. P, IliiMli. imien^paklies. 

Signé £. RouBSB. 

N* 295 1. — DécMt iMPM^ijt rektjf à l'avancement i^ Pn^ts, 
Sons-Préfets et Conseillers de préfecture. 

Du s5 Juillet 1 855. 

NAPOLÉON, par la grâce de Dieu et la volonté nationale, 
Empereur des Français, h tous présents et à venir, salut. 

Sur i^ v(ipp«rt de boUq nuinstaB stci^taîoÉ d'élat au iépueUmmA 
dAjmténeora 

Vu le décret du s 7 mars i853 (i). 

Avoirs DAcnéri et i>iGRÉT0iia ce qui suit : 

Aiit. V. Les dispositions des articles 2, A et 5 du décret d| 
^7 m^s ^85;), relatives à Tav^Maçem^nt des préfets, ^Hs-piié^ 
fets et conseillera de préfecture, ne ^ero^t applicables ^*à c^VX 
de ce^ fonctionnaires qui auront accompli dans kiménie dépat** 
teutent^ ou cbns le 'mftme arroadisseinent, la iJurée d(B servioci 
fixée par ces articles. 

2. L'augmentation de traitement qui, en exécution de Ftt^ 



Digitized 



by Google 



B. n* 3^20. i %^ ) 

Aâè t In âétPtii éMémiê, petit être âcei^éë àincppéfistê «aîm 
chaDgement de résidence, sera de cinq mille francs. Elle pottVHi 
être portée à dixmill^ /^WÇ^ ^pf èy ^ii^ i^qny^}}ç p^rio^^ 4^ ^i^q 
ans de services dans le même département. 

3. fiptrn «ioiitri^.ff crétaire d'état au département de Tinté- 
rieor est chargé df T^ xécation du présent décret. 

. Faita«paUUdesTmimi«a4k4$ JMÎtt«^^ 

Signé NAPOLÉON. 
Par rEmpereor : 



N* agSa. -* Déchet impémial qui approuve le Traité conclu, b 
ÎEclflifrcf^ et 0^ Chofiffi^e m ^J^^nn^ff^^'in :.. '.\ ' 

'^: KAI^OLÉQNri^ U9^ei40 Dî^il «tl«' volonté, imtiw^ie, 
liiRttBR2nft SitAHÇAi^' àaira$ pvéMDta ^t ib •venir;, ftf mt. < J 

' W le rapport'denotï'e ministre $ç|ç|^i^}i4*4H^*^ 4éftW*ew«M 
delmtérkur: ...,.• 

V- -"^'T '»TOl."r-*» 1»:.' J*?l">t}«i'- ••• '♦'• ■••" '- [' '■ * ••*'•• • • 

CoDseil cTétat étendue , .. .». ;^ 

Aht. 1". Est approuvé, pour sortir son pleîn et entier effet, 
suivant le vote émis pài'Wé6fiiM$^hm«mtei{mt«'d8n9 M 'dé- 
libération du 20 juiljet x855, le traité conclu, par actes sous 
%iat«>fe5i' feé^fr 'Uiê^jùiim'i^ShMyé la viUeMe*l»«ris, 
!fmiè|y«i^t1fe3Séuf?l^'fe'èt fi»ac'^erté4 et les représeûtâtatt 

H^îiW* Vart'i'^iiiii' là cbftceSsiofÈt fattWàhl'cîHtjiiaiVté^aiiftiéêiVi 
i^^tt-l**>'Ayilï' fÔ58^/de Wdâfïà^ë'^atf ffléWffiige^ti gto 

dDnVampliali<nlÇ&t«fe'-ânVifei^.'''| ^ ^" "^ «'-;": '■%['- "■'■ 

'' 1 ]^^»^A#sèé»tinkfcP«it^)à»rM«fa^^ 

i8. 



Digitized 



by Google 



( â«0 ) 

teneur et des finances sont chaxgés, cbacan en ce qui le coih 
cerne» de Texécution du présent décret 

Fait an palais des Toileries, le 35 Juillet i855. 

Signé NAPOLÉON. 
PârfEmperear: 
Lt MîniHn ucritam cT^tal an âàpvrtemM ib tkMmrM 

Signé BiLLAULT. 



•N^'9iô53/ ^ Sieiisr tminiÀL portant t/ue le Service de guerre fait i 
l'Armée d'Qrie^.t.sera compté, à titre de hinéfice de Campagne, pour 
le double de sa durée ejffective. 



Dad Août 1 855. 



' NAPOLÉON /par la grâce de Dieu et la volonté nationale, 
Empxbbqe DBS Français, à tous présents et avenir, sàlut. 

Vu les arti'des 7 et 8 de la loi du i 1 avril i83i, inr les pensioiu 
de Tarmée de terre; 

Considérant que la guerre actuelle avec la Russie se distingue de 
toutes -les préoédentes par un concours de cireonstaocas extnordi- 
naires , qui exigent de ceux qui y prennent part les plus grands efibrts 
de dévouement et d* abnégation ; 

Considérant qu*il est juste de récompenser dune manière excap- 
tionn^lê le service militaire fait en Orient dans de semblables con- 
jonctures; ' 

Sur le rapport de notre ministre seqrétai^ d'état au départenent 
de la guerre. 

Avons Dicnixi et dbçrbtcois ce qui spJLi : . 

^. Airr» .1*'. Le servjge de guecôç tàï\ à Tartnée d'Orient sers 
fiçmipièy à titre de bénéfice, de campagtie» pour le double de sa 
durée ^eçtiye d^i^s let^iquidations de pensions qui seront éta- 
l)lies ,ea faveur des militaires de Tarmée de terre et des mariiM 
débarqués pçur prendre part aux opérations de guerre en Cri- 
nace. La supputation en sera opérée conformément aux règles 
tracées par farticlé 8 de la loi du 11 fivril ji83i. 
3. Nos minj^i^tiieava^taivea d'état, aux départonenta de b 



.nj 



Digitized by VjOOQ IC 



fi. n* 320. ( 261 ) 

guerre et de la marine sont chargés, chacon en ce qui ie con<- 
ceine, de Texécution du présent décret. 

Fait an palais des Tuileries» le & Août i855. 

Signé NAPOLÉON. 
Par TEmpereur: 
Le Moriehd de Frtnoe Mmisbre iecrétsùn ffétat 

Signé VAiUtiiT. 



N* 9954. — DiCBMT iMPiBjAL porUint qoe b Caire constitutif 
du Corps de santé de l'Année de terre comprendra des SoaS'Aides. 

Du 4 Août 1855. 

NAPOLÉON, par la grâce de Dieu et la volonté nationale» 
EifFaBEra des Français, à tous présents et à venir, salut. 

Sur k rapport de noire minislrc secrétaire d*état au département, 
de la guerre. 

Vu les décreU des a3 mars i85a (1) et ai juillet i854 (a), 
Ayoks micRETÉ et DicnÉfONS ce qui suit : 

Abt. 1^. Le cadre constitutif du corps de santé de Tannée 
de terre comprendra à Tavenir des sous-aides inscrits dans la 
Uérarchie à Ja suite des aides-majors de deuxième classe. 

1 Le nombre des sous-aides est fixé à quatre cent soixante 9 
dont trois cents médecins et cenf soixante pharmaciens. 

3. Les sous-aides se recruteront suivant les conditions d'un 
programnae réglé par notre ministre secrétaire d'état au dépar- 
tement de la guerre. 

ï. Les étudiants en médecine admis dans le service de santé 
militaire obtiendront, en proportion de la durée de leurs ser- 
vices, la concession gratuite des inscriptions nécessaires pour 
parvenir au grade de docteur en médecine ou de pharmacien 
de première classe. 

5. Les sous-aides ayant deux ans de fonctions seront appelés 

(1) i" sémi Bulï. Bit), i^ B969. 
(s) u* térie , Baii. 206, n* 1S59. 



Digitized 



by Google 



la proportion des besoiai« deux tisrs. a i'aoiienQeté et un Uw 
au choix, pour arriver ensuite au grade d'aide -major de 
deuxième classé, sous là réserve de^ conditions réglementaires. 

6. La solde d^ «ous-aides est fixée à quinze cents francs par 
an pour ^intérieur et à dix-huit cents francs sur le pied de 
guerre, itidé{>eiidaiiiment des prestations accessoires, attiibuées 
pAT le9 larift M ir%aear à laikte 4a 93 mars i85a. 

Chaque sous^dc reçoit âti monient de son entrée au service, 
une première ttitfd^ d'éqbipement de cinq cents francs. 

Par suite du rétablissemeat daa fonctions de sous-aide , le rou- 
lement des aides-majors établi par l'article i8 du décret da 
23 ma» i66â abfà iîeudé UxamnirasumDte: 

Au servies des h^it««tt , dkns la proportion des besoiàa, les 
aides-majors de première classe i deux tiers à Tancienneté et un 
tiers au choix ; 

Au Mrvict d68 cotp4 de troupea, le camplément dev eides- 
majore de premîèiie eliti^e» et les plus lu^çieDs dee aidesrn^ieq 
de deuxième classe ; 

Au service des hôpitaux, enfin, s^il y a lieu, le surplus des 
aides-majors de deuxième classe. 

7 . Notre ministre secrétaire d'état au département de là guerre 
est chargé de Texécution du présent décret. 

Fait au palais des Tuileries, Iq 4 Août i855. 

Signé NAPOLÉON. 
Par r£iiipfr«ar; 
I0 Uw^ckd de fronce Mimtre ^eçréfùn {M 
de ta fuerrt, 

Sîga^ Vaillant. 



N* 3055. — Dicaisr xmpârxal portajit Règlement JtaimxttisMin 
p(thHt]ttê pôàt TBxècjxtion ié h Lui iU 2 mai 1855, qui éU^Ulune 
' Tdd^ thuéiùipùk Hif leà Chienf, 



Du 4 Aoi&t iSS^ 



. NAPOLÉON, par U grâce de Di^u et là volonté natioiïalei 
IËmpëkbur DBS riiANÇAis, à tous présents et à venir, salut. 

Sur le rapport de notre ministre 8«pcélavred*,j^tat.eu dépastei|ient 
delmtérieur; .. -.• - •♦t 



Digitized 



by Google 



B. n* 320. ( sSâ ) 

V« la. loi d» s mai i8&5 portant, article 5» « Un règlement d*adj 

■ minislration publique déienninera les formes à suivre pour rasaielte 

• de rimpôt et les cas où rinfraction à ces dispositions donnera lieu 

• a on accroissement de taxe. Cet accroissement ne pourra s*élever à 
c plus dn quadruple de la taxe fixée par les tarifs ; » 

Notre Conseil d*élat entendu , 

ArOXS DBCABTB et D^GluiTONS ce qoi suit : 

ITTRE I*. 

DK L'ASSIBTTE DE LA tAXS. 

• 

A«T. 1*4 Les tarift pour rétablissea^at de Timpôk cpi doit 
être perçu, au profit des eommones, sur les chiens, ne pen- 
vciit comprendre que deux taxes dans les limites de f artid« a 
de la loi da a mai i8â5. 

loL taxe la plus élevée porte sur les chiens d'agrément ou 
servani à la chasse. 

La taxe la moins élevée porte sur les chiens de garde, com- 
prenant ceux qui servent à guider les avouées» à garder les 
troopesux» les habitations, magasins, ateliers, etc. et, en géné- 
ral, tou^ ceux qui ne sont pas compris dans la catégorie précé- 

Lea chiens qui peuvent être classés dans la première ou dans 
la Séoonde cat^^orie sont rangés dans celle dont la taxe est la 
fias élevée. 

2« La laie est due pour les chiens possédés au i* janvier, à 
f exception de ceux qui, à cette époque, sont encore nourris 
par la mère; 

La taxa est due pour Famiée entière. 

3. Lorsque le contribuaUe décède dans le courant de Tannée • 
ses héritiers sont redevables de la portion de taxe non encore 
acqnittée. 

4. En cas de déménagement du contribuable hors du ressort 
de la perception , la taxe est immédiatement exigible pour la 
féUâifé de Taaaéè ùtftfAMè. 

5. Du 1** ^tobrè dé chaque année su i5 jaûViéf dèl^aùûée 
soivaufe, lès |>osse58eurs de chiens devront faire à la msirie 
mtté déttaratioil fndiqcHttil le nothhre At leurs 6hiens et les 
Mi^ëtftquds lis sotft destinés, eusécoïkfotmànt atiï dîstiM* 
tiens établies en Tartide i" du présent àêciM. 

CWtt^ Éomit Ml Mftte dédtfâtion avant 1« x* janvier 



Digitized 



by Google 



doiveût la rectifier» s*il est surveûu quelque changemeat daiu 
le nombre ou la destination de leurs chiens, 

6. Les déclarations prescrites par Tarticle précédent sont ins* 
crites sur un registre spécial. Il en est donné reçu aux décla- 
rants; les récépissés font mention des noms et prénoms du dé- 
clarant, de la date de la déclaration, du nombre et de Tusage 
des chiens déclarés. . . 

7. Du i5 au 3 1 janvier, le maire et les répartiteurs, assistéi 
du percepteur des contributions directes, rédigent un état 
matrice des personnes imposables. 

8. L*état matrice présente les noms, prénom^ et demeures 
des imposables, le nombre de chiens qu'ils possèdent et la ca- 
tégorie à laquelle chaque animal appartient. 

Uétat matrice relate, en outre, les déclarations faites par les 
possesseurs de chiens, avec les détails nécessaires pour permettre 
d'appréder les différences entre les déclarations et les faits 
constatés. 

9. Du i*' au i5 février, le percepteur adresse audireclear 
des contributions directes les états matrices rédigés conformé- 
ment aux prescriptions ci-dessus, pour servir de base à la con- 
fection des rôles. 

Il est procédé pour cette confection , pour la mise à exécution 
et la publication des rôles, la distribution des avertissements 
et le recouvrement des taxes, comme en matière de contribo- 
tions directes , conformément à Tarticle 6 de la loi du a mai 
i855 et aux articles 2, 3 et ^ du présent décret. Les imposés 
acquitteront d'ailleurs leurs taxes , par portions égales, en autant 
de termes qu'il restera de mois à courir à dater de la publics* 
lion des rôles, ainsi que cela est prescrit pour les patentés par 
l'article :til de la loi du a 5 avril i8â^. 

TITRE n. 

nSS INFRACTIONS AU PRBSBNT RàOLElUNT. 

10. Sont passibles d'un accroissement de taxe, i* celui qui, 
possédant un ou plusieurs chiens, n'a pas fait de déclaration; 
2^ celui qui a fait une déclaration incomplète ou inexacte. 

Dans le premier cas, la taxe sera triplée, et dans le second, 
elle sera doublée pour les chiens non déclarés ou portés avec 
une fausse désignation. 

Lorsqu'on contribuable ^ura été ^oumis k on àcçumwif^^ 



Digitized 



by Google 



B.n«330. ( 965 ) 

de taxe et qoe, pour Tannée suivante, il ne fera pas la déda- 
ntioo exigée* ou fera une déclaration incomplète ou inexacte* 
ktaxe sera quadruplée, dans le premier cas, et triplée dans le 
Noond. 

11. Lorsque les faits pouvant donner lieu à des accroisse- 
ments de taxe n ont pas été constatés en temps utile pour entrer 
dus la formation du rftle primitif, il est dressé, dans le cours 
de l'année, un rAle supplémentaire, conformément aux dispo- 
■tioDs du présent règlement. 

TTTFΠffl. 

DES nuis DE LA CONFECTION DBS BÔLBS XT DBS AViBTISSXlIBNTS. 

12. Les frais d'impression relatifs à l'assiette de la taxe sur 
les chiens, ceux de la conftclion des rôles, de la confection et 
de la distribution des avertissements , sont à la chai^ des 
commones/ 

13. Nos ministres secrétaires d'état aux départements dé l'in- 
térieoret des finances sont chargés, chacun en ce qui le con- 
cerne, de l'exécution du présent décret. 

Fait au palais des Tuileries, le d Août i853. 

SigDéNAPOLÉOiN. 

ParTEmpereur : 

U Ministre êterkén ^état am MpvUmnil 
de rintérieur. 

Signé BiLUl^LT. 



N* 3956. — DicMKT ÊMPÉMUL f ai oaore un Crédit e»traordinmr$ 
à SOO^OOO francs, poar ks Familles des Militaires morts à l'Armée 
iOriaU. 

DuS Août i855. 

•NAPOLÉON, par la grâce de Dieu et la volonté nationale, 
Empbkbub- DBS Français, à tous présents et à venir, salut. 

Voulant que les sommes annuellement employées par i*Etat à ce- 
lébrer la solennité du i5 août soient consacrées, cette année, k don- 
ner des secours aux familles des militaires morts i l'armée d*Orient; 

Va le programme de la fête du i5 août i855 arrêté par notre 
«iaiitte d'étal, et deni la dépense s'âève à la somme de trois oent 
NiiUefrancs, 



Digitized 



by Google 



(aM) 

Avons Dictâti et décrétons ce c{ui stdt : 

Aat* 1*'. Il est ouv^t à notre ministrâ secréteirt é^étêA dt 
ifi. guerre un crédit extraordinaire de trois cent mille (nmoix 
cette somme sera distribuée aiui &milles des miUluive moHs à 
Tannée d'Orient» 

2. Lu régularisation de ce orédil àcra propoiée ati Cerp» 
légisiatiT 

3. Notre ministre secrétaire d'état de k guerre est diaigé de 
l'exécution du présent décret. 

Fait au palais des Tuileries, le S^Aoùt i855. 

Signé NAPOLÉON, 

* Par rEmpersur: 

L$ Mimttrê mcrékàn dém Le Mmiitn Le Mmisirê ^crétêirê iM 

àtt finances , d'état, de la guerrr ». 

SfppiéP«MAffiiB« Signé AciiLLB FotrtJD. gîgaé TâiLUfit. 



N* agSy. — DiCBET impérial qui om>r9 le Bureaa i$ Dôuûmi 
des Foargs (Doabs) à V importation de certaines Marchandises, 

Du 1 1 Ao&t i855. 

NAPOLÉON, par la grâce de Dieu et la volonté nationale, 
Empereur des Français, à tous présents et à venir, salut. 

Sur le rapport de notre ministre secrétaire d*état au départemeat 
de Tagriculture, du commerce et des travaux publics; 

Vu les lois du 28 avril 1816 et du 27 mars 1817, sur les douanesi 

Vu Farticle 1** de la loi du 17 mai 1816 relatif à Fimportatidn des 
laines èn masse'; 

Vu la loi du g février i83a, sur le transit. 

Avons décrété et décrétons ce qui suit : 

Art^ 1^. Le bureau des douanes des FoUrgs, départemea| 
du Doubs , est ouvert à Tiuiportation , 

1* ÏJésçraines et farines; 

a® Des laines; 

3"* Des marchandises pi^yant plua de. vingt francs per eent 
kitogrwan»es^ 00 JOo«iiiiali?iùieQt déiigaéea^ Varlide*dik 
loi du 27 mars 1817, 



Digitized 



by Google 



B. n* 3io. ( 367 ) 

2. Le même bureau est ajouté pour le tranaîl à eaux qni 
|SOQt marqués de deux astérisques au tableau u^ a annexé à il^ 
[loi da 9 février i833» 

I 3. Nos ministres secrétaires d*état au département de Tagri- 
icoltore, du comiMrce et des travaux publics, et au départe- 
ment des financée^ sont chargés, chacun en ce qui le concerne» 
I k foéeutioii du préstat d^ret. 

Fait au palaia des Tuileries, le 1 1 Août i855. 

Signé NAPOLÉON. 

t'ar l*£mpereifr: 

Le Ministrt secréiairt éCéiai au département de T agriculture, 
du commerce et des travaux publics. 

Signé E. Rotâxa. 



K'aQSS.— - DicMET iMPÉniAL qui fixe le Droit à Vimportation 
de la Vannerie. 

Da 11 AèdtiSSS. 

NAPOLÉON, par la grâce de Dieu et la volonté natioaalo, 
Iniumi »Ba FiiAifÇAiSi à tous présents et à venir» salut. 

Sot le rapport de notre ministre secrétaire d*état au département 
Riziculture, du commerce et des travaux publics; 
Yurarlicle 34 de la loi du 17 décembre 181 4 1 

Amâ ïîicîkiri et DilcaiToiift ce cfui suit : 

AsT, !•♦. Le droit à l'importation de la vâûdttie, autre qua 
la tissus, est modifié et établi ainsi qu^il suit : 

/ 1^^^ par navires français «»...«. 6'\ 

tannerie I par navires étrangers ; 7 i 

tt ^elqnt ] w par navires français lif par 100 

T^étal J P® par navires étrangois ;....* là l kiiog. 



^ ce soit, I . 

■ coupée 



par navires français. * » sq ' 

pirnanreaélmigers. a4 



2. Nos ministres secrétaires d*étal au départoméÉt de Tagri* 
[culture, du conomerce et des travaa?^ pubUcs, ft «n départe- 



Digitized 



byGoogk 



(l«8) 
oient des finaaoes, sont chaînés, chacun en ceqni le concenie, 
de f eiécution du présent décret. 
Fait au palais des Tuileries, le ii Août i855. 

Signé NAPOLÉON. 
Piri'Eii^Mraar: 
L$ Mimttrt du ùitmces, cha^ de tituérim ds mù$ûn 
de tagricatture, da commerce et des tnuoMX pubUct^ 

Signé P. Maoir. 

N* agSg. — DicAxr impiniAL relatif aux Vacance$ de la Cht 
iâs comptes poar tannée i855. 

Du II Août i855, 

NAPOLÉON, par la grâce de Dieu et la volonté nationale, 
Emperbub DBS Français, à tous présents et à venir, salut. 

Sur le rapport de notre ministre secrétaire d*état au département 
des finances, 

Atohs nicBÉTi et niciuiTONS ce qui suit : 

Art. l**. La cour des comptes prendra vacances en la pré- 
sente année, du i*' septembre au 3i octobre, avec les restric- 
tions ci-après déterminées : 

2. Il y aura peodant ce temps une chambre de vacations 
composée d*un président de chambre et de six conseillers maî- 
tres, qui tiendra ses séances au moins trois jours de chaque 
semaine. 

3. La chambre des vacations connaîtra de toutes les affaires 
attribuées aux trois chambres , sauf celles qui seront eiceptées 
par un comité composé du premier président, des présidents dft 
chambre et du^procureur général, et desquelles le jugement 
sera renvoyé à la chambre compétente. 

4. La chambre des vacations se composera cette année de 

UM. d'Auiiffret, Président de la deuxième chambre, président ; 

Adam, 

de Pleignes, 

Mon^ir: 1 ConieiHm Bwltre». 

de Cowmont, 

Martin, 



Digitized 



by Google 



H. ék PUignês, conseiller mattre, ven^decera le procumir 
général» en cas d^absence. 

M. Leftlvre, greffier de la deuxième chambre, remplira l'of- 
fice de greffier; il suppléera le greffier en chef, en l'absence de 
ce dernier autorisée par le premier président 

5. Le premier président désignera ceux des conseillers réfé- 
rendaires qui pourront prendre part aux vacances sans préja* 
dicepour le service de la cour, et sans que, dans aucun cas^ il 
puisse donner des congés à plus de la moitié des conseillers 
référendaires. 

6. L'absence qui aura lieu en vertu des dispositions qui 
précèdent sera comptée comme temps d'activité. 

7. Notre ministre secrétaire d'état au département des 
finances est chargé de l'exécution du présent déaret 

Fait au palais des Tuileries, le ii Août i855. 

Signé NAPOLÉON. 
Par rEmpereiir : 
té Ministrt uerMat tétai aa département deifnemees. 
Signé P. MA«]f8. 



I^ ag6o. — IMcBST iin^iaut (contre-signe par le ministre de Tagri- 
ciulure, du commerce et des travaux publics) portant qu'il y a 
utQtté publique à occuper, pour Tagrandissement de la garo du 
diemin de fer d'Orléans à Paris, plusieurs parcelles de terrains 



^Mirtenant à divers; lesdites parcelles désignées par des^teinteâ 
Ueue et rose sur un plan qui restera annexé an décret. [Paris, 

36Méi8S5.) 

I III 

N* 9q6i. — D^asT luriaisi. (cootre-signé parle ministre del'iigri- 
cnftore, du commerce et des travaux publics) portant, 

1* Qu*il sera procédé k la rectiBcalion de la route départementale 
de f Aidtehe, n* 5, de la croisière dUter au Monestter, entre Lar« 
geôlière et la borne kilométrique n* 7, suivant la direction générale 
figurée par la ligne' rouge M N , sor Textrait du plan que Tingénieur 
eaehef a visé, le aa décembre i8&4; 

a* Que i'admiiristralion es$ autorisée à fidre Taequintion des ter- 
nàm etbâlîmeots nécessaires à rcxécution de cette rectification, en 
se c o u fc rmant aux dispositions dei titres II et suivants de la loi du 
Smaî i84i , sur Texpropriation pour cause d'utilité publique. (Pwi$, 
fJmimi855.) ^ 



Digitized 



by Google 



culture, du commerce et des travaux puMies ) perlant que là rcpill 
déptrtesMiit^le du Garé d' i&, dn popt dé Nmn è VîUiaitTe- 
l^A^WgnQQi ^tM ^cw^ewn d4cl9#$4e» (P<ffût 9 J^iai iS^.\ 



edmio, éé eomœefde et des tfavAtix publics) portant ce qui sait ) 

1* Le syndicat des marais mouillés de la Vendée çst antori^ii 
remplacer, conformément aux projets approuvés par d'écîsioos mipis- 
térielles <iu 1 6 juin 1 85 A. et du iS avril 1 85 5, la rigole uni({ue auto- 
risée par Tordonnanc^e du ^'i mat i8hà (i), par une rigole deceîatar# 
partant du pré Lagrange à la Solterie, passant proche des viilAges 
d*Ambreuil , ie> Maseil« et Retii et abontiêsanl à Dm»vfac , en se MKml 
au canal cle Retl^ e|» ^ q^li^i dQ ^ vieille Aft^tm; . , , 

a* Les deux syndicats aes Deux Sèvres et de la Vendée participe- 
ront à la d^p^f^ fie. \% rigole principale dans la proportion établie 
par Tordonnç^nce r^mde d\i a4 août i833 (3); 

3* Le syndicat de la Vendée reste chargée de la dépense à faire 
pour le canal de Retb et ses prolongements ; 
. A"* Chaque syndicat payera les plantations et les ponts qui seront 
établis sur sa circonscriptioiT, ** 

h"" Les iravamu y compris les clienûn^ latir^ux àél^il^ir je Ifm^dm 
pgolep, sont déclarés d'utilité pubÇqiie. Eix çonséquçnpe, lc|8 içndî- 
cats (les t)eux-Sèvres et 4e, îa VeQJdçe sont jsubstitués w?i îw^ et 
6}>Ugatioas que racUoinistration tii^nt de la \o^ du 3 ^i i^Ài* P^^ 
rexpropriation dq tet^-aips i^éces^re^ à. VeJtécution de^tsifavuiix; 
. 6" Le droit d^ p^e (dans h rjgde. 3pp4rjtie»4''* 9iii3t.syndijf|lSi 
chacun dans Tétendue correspondante a son d(^parte|E^eg(J^|^ „/ - ;,. 

7* Les ordonnances ]K>yal«»-4Us »4 «oût i833 et a 2 mai liii 
sçnt maintenues dans les dispositions qui pe sont naft contraires À 

céHis cl-dcssns énoncées, iParis] TJmn fBSd) ' - " ' 

, » ' : ^ • •■';,/; : :• : ' • :" ■ « :: ' 

N* 8964^ T-rJuioïkWlMtiRiAii (6oQib?Migiié paf'lQmnws^d^.fJl|ii^ 
««ltoe«.d««QmmeK0 et des travuux piâ)Ucs) portant qui} f^ 
iirg^no^.dftipDeikdlirf ipejneseion;» pour réiaUiastsnieAl deJf p^ri^ 
du chemin de fer de la rivière 4sLot à Moataubun, d^pai^^ 
4e i«f)ri|ia'jMo:Jbàtiet, ntnéei^fiMrjie territomi(BkJ^iMiili9k4^^^^ 
'I M.(mtiiiitoDjtl désignées 4«iift \m'Uh\»wi iadioaiiSieft^mir 6a pto 
.pi^deUfiins pmdaiu, ib d11ft0.dll bS mai iS^B» pwUÎQgéniiM^^ 

/ . 



il) IX* série. Bail, i i3i, n* 1 1,477 

(a) IX* série, a* partie» i" sedîon.TâlT. 372, n* 



5o85« 



Digitized 



by Google 



B. n» 3ao. ( 071 ) 

,o)|ff 4eji( «0mpftnMdÉ ^Mmiii de ifar finodUGénlMl de' Praiu»; 
le tableau îndicatit et le plan parcellaire resteront annexés a« déertit 

9f^ 9§65. — ^ I>it:M¥ itfpiKTAL (contre-sfgné par !e ministre d^ f âgn- 
einture, du commerce et des tranretix poUics) portant, 

1* Qnil sera procédé à la rectification de la route départementale 
de Vauduse n* i5, de la roule impériale n* 100 à la route départe- 
meqtale n* 6, entre Bonnieux et le plateau des Clapajvèdes, amy/mi^ 
4irecltoti ^nérale iodiquée par upç ligne rqiige sur le plan qi^e Tin- 
fiénSeor en éhef a visé, le ag janvier io5&, el (j^ui restera aimeof^ au 

3* Quera4p9ioistration est autorisée à Oeiireraçquisition dj^ terrains 
et l>&t{ments nécessaires à Texécution àç cette reetîfic^tioii , eQ se cpU' 
formant aux dispositions des titres II et suivants de la loi du 3 mai 
i84i» snr lexpropriation pour cause d*utilité publique. {Paris, 
23 Juin 1855,) 

N* 3966.—; P^Q^ÇT yMPéwAi' (contresigné par ïê niiniltfti de Tagri- 
calture, du coinmerce et des travaux publics) porlaot, 

1* Qu'il sera procédé à la rectification de la route départementale 
d«a Bou<^t»Hia-)Uiô.iie n* 7^d*Ak'aistrea, entre la partie neuve du 
Malraflai et la \>^t^^ l^^méiriqiie. \C Ç , suivant la direction générale 
indiquée en rouge sur le plan visé par Ting^ieur en chef, le a 1 dé- 
csembre io7a; 

2* Que Tadministration est autorisée à faire Taequisition des ter- 
rains et bâtiments nécessaires à Texécution de cette entreprise, en se 
ctxnfbnnant aux dispositions des titres II et suivants de la loi du 3 mai 
i8ii, snr Texpropriation pour cause d*utilité publique. (Paru, 
S^Juùii855.) , . . 

K* 3067. — DECRET IMPERIAL (contrc-signé par le ministre deTagri- 
coiture, du commerce et des travaux publics) portant: 

Abt. 1*. La ville de Mulhouse est autorisée à exploiter la grue 
qne les sieurs Stéhélin et Haher ont établie sur le c^nal du Rhône fin 
TOiin ; au bassin de Mulhouse, pour rembarquement et le déWq^v^er 
ment des marchandises, en vertu d'une ordonnance royale du aojan- 
Tier 1844. 

2. La ville de Mulhouse payera à TÉtat une redevance annueUe 
de trente francs pour le loyer du terrain occupé par la grue. 

3. Le maximum du droit à percevoir pour le chargement et le 
dtehargfimfî^* ^^ mflrrl^iinrHiu».!» ««1^ AaIhh franc par miHe kilo- 
gramp^..r ,...'91. 



Digitized 



by Google 



( a7« ) 
4. La dturte de la eooeeanon éu êz4a à neuf annte, à partir da 
ai notTMBbre i8&9« 

. 5. Si, pendant celte période deneufannées^radoiinistration jugeait 
convenable de supprimer la grue dont il s^agit, la ville de Mulhouse 
ne pourrait être admiie à réclamer aucune mdemnité ni dédomma- 
gement quelconque pour cette suppression, qui devrait être opérée • li 
première réquisition de Tadminislration. [Parii, 21 Juin, i855,) 



N* 3968. — DicnsT lUPiniAL (contre-signe par le ministre de k 
marine et des colonies) qui autorise M. Conil^ ancien délégué de 
nie de la Réunion , k enlever et à exploiter, moyennant une rede* 
vance et en ^ conformant aux clauses et conditions stipulées dsas, 
un acte annexé au décret, les sables et galets du littoral de cettt' 
colonie. [Paris, Si Juilkt 1855. ) . . , 



Certifié oonforme : 

Paris, le 22 ' Août i855, 

Le Gardé iet Sceaux, Ministfe i 
délai au dépariementie la Jmtice, 

4BBATUCGL 

. . { 

fi 



* Cetia date est celle de la réeeptien do Bollcfi 
au miDistère de la Justice. j 



Oi ffAwMê pow U Bdktia 4m !•!• . )i raiam U 9 fntci par u. à la mîm* d« llapiteH^ 
ii^iritk, M «li« Im DîrKtMif àm potlw 4m J^pirttBfBU, 



iKnmmii iMpiaiauL — )s AoAt i8S5. 



Digitized 



by Google 



BULLETIN DES LOIS. 

N' 321. . 



R* 3969. — DécHBT IMPÉRIAL f aî autorUe la fondation, à Marcq- 
ih-BanBal (Nord), d'un Étahlissement de Saurs de Notre-Dame-de- 
Chanté-du'Bon'Pastegr. 

Da 6 Août i85€» 

NAPOLEON, par la grâce de Dieu et la volonté nationale, 
EiPiRECR DBS Framçais, à tous présents et à venir» salut« 

Sot le rapport de notre ministre secrétaire d^état au département de 
rinslniclion publique et des cul les,; 

Vu la délibération, en date du 3o décembre i853 , par laquelle le 
coDfeil d*admînislration de la congrégation des sœurs de Notre-Dame- 
de-Charité-du-Bon-Pasteur, à Angers (Maine-et-Loire), demande 
Tsatorisation , i** de fonder un établissement de religieuses de son 
ordre a Marcq-en-Barœul (Nord); a* d*acquérir de la demoiselle 
Mikm Luiset, moyennant une rente viagère de quinze cents francs, 
Aers bâtiments avec dépendances actuellement occupés par les 
McorstMarcq-en-Barœul , et contenant quatre-vingt quatorze ares douze 
centiares; 

Va rengagement pris par les sœurs appelées à diriger le nouvel éta- 
Uissement de seconibrmer aux statuts approuvés pour la maison mère; 

Va le plan de Timmeuble à acquérir; 

Va le procès-verbal d*estîmation qui en porte la valeur h vingt et 
on mille francs ; 

Vu le procès-verbal de Tenquète de commodo et incommodo, qui a eu 
fiea à Marcq-en-Barœul ; 

Va Tétat des recettes et dépenses présumées de rétablissement de 
Uaicq-en-Barœnl ; 

Va l'état de Tactif et du passif de la congrégation ; 

Va Vavis du conseil municipal de Marcq-en-Barœul, en dalc du 
14 août 1 853; 

Va les avis de Tarchevéque de Cambrai et de Tévèque d*Angers, 
tt date des a août i853 et 39 janvier i855 , et ceux des préfets du 
Nord et de Maine-et-Loire, en date des 3 août 1 853, et 10 mai i855; 

Va le décret du 1 3 septembre i85a (1), qui a autorisé la congréga- 

1 ^ — ,_ -- - 

(1) x'nérie. Bail. 678, n* i446. 
Il* Sine. 19 



Digitized 



by Google 



(474) 

hdb 1101 RBwiv œ ffoii^iJwiw*op^jmmg^iM*Dim*i Bwwigy m nunn^ 
ensemble le décret du 16 juillet 1810 (1) , qui a approuféles ttatats 
de la congrégation des sœurs de Saint-Thomas-do-Vilieneuve, à Paris, 
que les sœurs du BonPasteuf ont adoptés t 

Vu la loi du a^mai i8a5; 

Vu la loi du i5 mars i85o, sur renseignement; 

Vu la loi du a janvier 1 8 1 7 et rdràonilance réglementaire du 1 k jtn- 
TÎer i83i; 

La section de f intérieur, de rinstruction publique «t des cdtes dt 
notre ConseS d*état entendue , 

Ayons DicniTs et dscbétoiis ce qui suit: 

Art. 1*'. La congrégatitn dea soeurs de Notre*Dame-de-Cha- 
rite, dites du Bon-Pasteur, existant à Angers (Maine-et-Loire), en 
vertu dMn décret da i3 septembre iS5â, est autorisée l for- 
mer dfi établissement de religieuses de son ordre, à Mareq-en- 
Baroeiil (Nord), à la charge, par ces religieuses, de se conTormer 
exactement aux statuts approuvés par décret impérial du lO jiiit* 
let 1810, pour la congrégation des soeurs de Saint^ThotnasKle- 
Villeneuvé, à Paris (Seine), et que les soeurs du Bou-Pateor 
ont adoptés. 

2. La supérieure générale de la congrégation des sœurs de 
Notre-Dame-de«Cbarité-du-BonPasteur, à Angers, est autorisée 
à acquérir* au nom de cette congrégation, de la demoiselk 
Mélanie Luitet, moyennant une rente viagère de quinte cents francs 
et aux clauses et conditions énoncées dans l'acte sous seings pffr 
vés, du 3o octobre 186a, un terrain avec divers bâtiments 
d*une contenance totale de quatre-vingt quatorze arcs doute cett^ 
tiares, et d'une valeur estimative de vingt et un mille francs, 
situé sur le territoire de la commune de Marcq-en-Barœul. 

Il sera passé acte public de cette acquisition. 

3. Notre ministre secrétaire d*état au département de fins- 
truction publique et des cultes est chai^ de Texécution da 
présent décret, qui sera inséré au Bulletin des lois. 

Fait au palais des Tuileries, le 6 Août i865. 

Sigoé NAPOLÉON. 
Par l'Empereur 1 
Le Mmisire êecrààire Jtàmt am àiaêrttmtt/L 
de tikstnuniôii pMiqtLt et des cuku, 
âigné H. FosTOUU 



(1) ïi* série, Bull. 3o5,n" 6790. 



Digitized 



by Google 



N* 2970. r-, DicMBT iMPÉniAi qui aatoiw kfiadaims m PiQf* 
^oji ÉtahTissement de S(fian de Notre'Danie-^Cmrii^'d^-Siif^P^iW't 

Da6 Aoflt i855. 

NAPOLÉON, par la grâce de Diea et la vcdooté pationaiet 
ExpaiuLUR US9 FfUMÇij», à tous présents et à ve»ir, SAtor. 

fnr le rapport de notre nitiintre secrétaire d'état au département 
de nnsLmction publique et des cultes; 

Va la délibération du oooseil d*adiiiinistration de la eongrégatîoQ 
des sœurs de Notre-Dame-deCbarité-du-Bon-Pasteur, dont la maison 
mère est à Angers (Maine-et-Loire), en date du à4 février i854, ten- 
dant à obtenir rautorisation de fonder un établissement de sœurs 
de son ordre au Puy (Haute-Loire); 

Vy rengagement souscrit par les sœurs appelées à diriger cet éta* 
Uissement de se conformer exactement aux statuts approuvés pour 
la maison mère ; 

Vu le procès-verbal de Tenquêle de commodo et incommoda, qui a 
eu lieu au Puy ; 

Vu Tétat des recettes et des dépenses présumées de rétablissement 
du Puy; 

Vu Tavis du conseil municipal du Puy, en date du là août iQii; 

Vn les avis des évéques du Puy et d* Angers et des préfets de la 
Hanie-Loire et de Maine-et-Loire, en date des i4 juillet, 4^ 27 et 
39 septembre i854; 

Vu Tavis de notre ministre de rinlérieur,endate da Si déeeQ4>re 
M854; 

Vu le décret du i3 septembre i85a (1], qui a autorisé la congréga- 
lioo des sœurs de Notre-Dame-de-Charité-du-Bon-Pasteur, à Angers, 
et le décret du 16 juillet 1810 (s), qui approuve les statuts adoptés 
par cette congrégation ; 

Vu la loi du 24 mai iSaS; 

Vo la loi du i5 mars i85o, sur renseignement ( 

La section de Tinlérieur, de rinstruction publique et dea cidtes de 
noire Conseil d*état entendue» 

AvoHs mtcBétA et nébaiSTONS ce qui suit : 

AaT. l**: La supérieure gi^nérale de la congrégation des sœurs 
de Notre-Dame-de-Charité-du-Bon-Pasleur, existant à Angers 
(Maine-et-Loire), en vertu d'un décret du i3 septembre i85>, 



(i) X* «ériç, BulU 578 , o* 4446, 
(a) rr" férié, Bull. 3o6, »* 6790, 



19- 

Digitized by VjOOQLC 



( 276 ) 
est autorisée à former un établissement de religieuses de m 
ordre au Puy (Haute-Loire), à la charge, par ces religieuses J 
se conformer exactement aux statuts adoptés pour la maison mèf 
et approuvés par décret impérial du 16 juillet 1810. 

2. Notre ministre secrétaire d'état au département de Tioi 
truction publique et des cultes, et notre ministre secrétaif 
d'état au département de l'intérieur, sont chargés , chadj 
en ce qui le concerne, de l'exécution du présent décret, <pi 
sera inséré au Bulletin des lois. » ^ 

Fait au, palais des Tuileries, le 6 Août i855. | 



•J 



Signé NAPOLÉON. 

Par TËmper^iir: .] 

Le Ministre secrétaire d^état oa dipamê 
de tinstruetion pàbUquê et des ml$u^ i 

Signé H. FoRtOUL. 



N* 2^11. ^ DicBBT iMPÂniAL qaiautorise la fondation, àSaint-Plai 
dê-MailU ( Vienne} , d'un Établissement de Filles de la Crois, d| 
Sœurs de Saint-André. 

Da 6 Août i855. 

NAPOLÉON, par la grâce de Dieu et la volonté natioi 
EifPKRBim DBS Français, à tous présents et à venir, salut. 

Sur le rapport de nobre ministre secrétaire d*état au dé{ 
de l'instruction publique et des cultes ; 

Vu les délibérations du conseil d*adminisiration de la congrégt4 
des filles de la Croix, dites sœurs de Saint* André, dont la vam 
mère est à la Puye, en date des 11 janvier i853 et iS mars iSl 
tendant à obtenir, i* la reconnaissance l^ale de rétablissement 
sœurs de son ordre existant de fait à Saint-Pierre-de- Maillé; a*ijl 
torisation d'accepter en ce qui le concerne, les legs faits, par leiil 
iian^ Renier, à ladite congrégation, en faveur de cet étaolisseDMi 
et consistant en divers objets mobiliers évalués cent soixante fnaN 
et en deux créances s'élevant ensemble à deux mille cinq cents CraM 

Vu le testament public du sieur Renier, en date du i5 noveml 
i85i; 

Vu Tacte de décès du testateur, en date du a décembre i85i ; 

Vu le procès-verbal d'évaluation des objets mobiliers légués; 

Vu rengagement souscrit par les sœurs qui dirigent TétablisK 



Digitized 



by Google 



B. n* 3a i. ( 277 ) 

ment de Saînt-Pierre-de-Mafllé de se conformer exactement aux slaluCs 
approQvés pour la maison mère ; 

Vu la délibération du conseil municipal de Saint-Pierre-de-Maillé, 
en date du 7 mai i854« relative à la reconnaissance légale demandée ; 

Vu le procès- verbal de Tenquêle de commodo et incommodo; 

Vo Télat de Tactif et du passif de la congrégation des filles de la 
Croix; 

Vu rétat des recettes et des dépenses de rétablissement de Saint- 
Kerre-de-Hailié ; 

Vu la copie des statuts de la congrégation certifiée conforme par 
k supérieure générale ; 

Va les avis de Tévêque de Poitiers et du préfet de la Vienne, en 
date des a 5 mars et ai juillet i854; 

Vu Tordonnance royale du 3o avril i8a6 (1) portant approbation 
des statuts de la congrégation des filles de la Croix , et celle dû 28 mai 
suivant (a), qui a autorisé cette congrégation ; 

Vu la loi du a janvier 1817 et les ordonnances réglementaires des 
a avril 1817 et i4 janvier i83i; 

Vu la loi du a4 mai 18a 5; 

Vu la loi du i5 mars i85o, sur renseignement; 

La section de Tintérieur, de Tinstruction publique et des cultes de 
noire Conseil â*état entendue, 

Atohs nicRÉTÉ et DicRSTONS ce qui suit : 

Abt. l*'. La congrégation des filles de la Croix, dites sœurs 
de Saint-André, existant à la Puye (Vienne) , en vertu d'une or- 
donnance royale du 28 mai 1826, est autorisée à fonder un éta- 
bfissement de religieuses de son ordre à Saint-Pierre-de-Maillé 
[même département], à la charge , par ces religieuses, de se con- 
former exactement aux statuts approuvés pour la maison mère 
par rordonnance royale du 3o avril 1826. 

2. La supérieure générale de la congrégation des filles de la 
Croix, à la Puye, au nom de cette congrégation, et le maire de 
Saiot-Pierre-de-Maillé, au nom tant de la commune que des 
pauvres, sont autorisés à accepter, chacun en ce qui le concerne, 
aux chaînes, clauses et conditions imposées, les legs faits a cette 
congrégation par le sieur René Renier, suivant son testament 
public du i5 novembre i85i, et consistant, l® en divers objets 
mobiliers évalués cent soixante francs; 2^ en deux créances 
montant ensemble à deux mille cinq cents francs, dont les inté- 

(1) vm* série, Bull. S9, n* sgçi. 
(s) vm* série, BolU 95, n* 3i39« 



Digitized 



by Google 



( 278) 
rètt annuels devront éxte affectés à {^entretien dans rétablisse* 
•ment des filles de la Croix existant à Saint-Pierre-de-Maillé, 
d*une sttur qui sera employée à soigder les malades de Thôpi- 
tai de Cette commune. 

En Cas de remboursement dès créances léguées, les capiuox 
seront placés en rentes sur TÉtat. 

3. Notre ministre secrétaire d'état au département de Tins- 
truction publique et des cultes, et notre ministre secrétaire d'étlt 
au département de Tiniériettr^ sont chargés^ chacun en ce qui le 
concerne, de Texécution du présent décret, qui »erâ inséni aa 
Bulletin des lob. 

Fait au palais des Tuileries le 6 Août i855« 

Sigaé NAPOLÉON. 

Par J*Einpereikr : 

Le Mintsire secrétaire d*état en départeme^ 
de VinitmcUon publique et des ctdtesB 

Signé H. FoRTOUL. 



N* 2973. — Décret impituàh qui utUorise lafinJeUion, àBeHet' 
Monchel (Pas-de-Calais)^ d'un Élablissement dfi Sœurs de la Providence, 

0U 6 Août i855. 

NAPOLÉON, par la grâce de Dieu et la volonté nationaki 
EiupBasuA DES Fjuinçais, à tous présents et à venir, saldt. 

Sur le rapport de notre ministre Morétaira d*état au dépaTtanMnt 
de rinstruction publique et des culteà ; 

Vnraote notarié, en date du 7ifiovettibre i85S, par lequel le fteur 
ÀBtricquê, agissant au nom et comme mandatuire du »ieur Cardon, m 
àhnUfty, des sieur et dame Assetin de ViUeqaièt et de la dame veafe 
d$ MoPêUd'ÀMgny d'Assy, ont fait dooalion, 

I* A la conunune de Bedes-Monchei , d*une maison avec dépea- 
dances, située à Berles- Monchel, a la charge d'affecter à perpétiuté 
cet immeuble à Tusage exclusif d'une école dirigée par une sœur de 
la Providence, dépendant de la congrégation du xhêmè ùôm dôotk 
sîége est à ïlonten ; 

)* A la congrégation des sceors de la Providenee, à Booen, ^ 
diversea reaiea trois pour cent aur l'État, a*élevaai anaembla à asax 
cents francs et de divers objets mobitiors,. à la charge noUïDXû»^\ 
d*entretenir à Berles-Moncbel une SflSur aai moins de son ordre, q^ 



Digitized 



by Google 



B.n*32i. ( 379 ) 

I ternie de dcmner renseignement gratuit «Ux jeunes fiUes paarres 
eh commune; 

3' A la fabrique de Téglifte succursale de Berles-Moncbel, 
1* D'une maison avec jardin et dépendances, sous la condition de 
Fdècteri usage de presbytère; a* de deux renies trois pour cent sur 
^l, de six francs chacune, à charge de services religieux; 4* ^ ^^' 
ae de Fé^iise succursale d'Hauteville, d*une rente de même 
\de six francs, également à charge de services religieux; 
{ Vu les cerliGcats de vie des donatieurs, en date da a3 décembre 
853; 

' Vola délibération du conseil d*administration de la congrégation 
Bscrarsde la Providence , en date du 7 avril i854* tendant & 
ilenir Tautorisation , 1* d*accepter les donations; a* de fondera 
erles-Monchel un établissement de sœurs de son ordre; 
Vu les délibérations, en date des g octobre et ao décembre i853 
\ 8 janvier i85d, par lesquelles le eonseîl munîfîpal de la eommune 
i Berles-Moncbel et les conseils de fabrique dAs églises suecursales 
BBirIes*Moochel et d'Hauteville demandent rautorisation d'accepter, 
bcim en ce qui le concerne, les dispositions si|sénoncées ; 
' Va les prooès-verbau< d'estimation portant à quatre mille cinq 
[cents francs la valeur de la maison donnée à la commune de Berles* 
ndiel, et à six mille francs celle de l'immeuble destiné à servir de 
isbjtère; 
Ve les reoseigncmeole transmis sur k position de fortune des do- 

sn; 
Va ronlonoance royale du 39 février 1816 (1) , qui a approuvé les 
lUlats de la congrégation des sœurs de la Providence, a Rouen, et 
ciOe du ay juin 184^ (s) > qui a autorisé celle congrégation ; 

Vu l'engagement pris par les religieuses qui composeront rétablisse- 
nent projeté à Berles-Monchel de se conformer exactement aux statuts 
éeb maison mère; 

Va Télat des reeeUes et des dépenaes présnméiBS de cet établiiM- 
■ent; 

Vn les iiAiB de l'aelif et d« paaeif d«s étebUi^e«eats reU^ux dm*- 
ilinSi vérifias el certifiés p^? le» pf^M* 4u Pe^de-Calfds et de la 
Mw-Ip^iérieum; 

^ Vu le procès-verbe} d« Tenqu^Sle d» commode fit imomrfu^, ^ui a ep 
Seo à Berles-MoQchel, le a janvier i854t ai; sujet de la fondation pro- 

Vu l'avis dn cûmsei! munkipal de Berles-Monche) , en date dn a jan- 
^ tK4 , inr le même objet ; 
Vu les avis de l'arche v é^i ao d% ftoaen, de Tévéque d*Ams «t <ks 

*'' " '■' I >■ I 

(1) imf série, MR. 6e, v^^. 
(1) IX* série, BnlL gaa , n* tm^L 



rDigitized 



by Google 



( aSo ) 
préfets de la Seine-Inférieure et du Pas-de-Calais, en date des i4 avril, 
3, 1 a et 17 mai i85a et 5 juin i855; 

Vu Tavis de notre ministre de Tinlérieur, en date du 10 septembre 
i854; 

Vu la loi du a janvier 1817, et les ordonnances réglementaires des 
a avril 1817 et i4 janvier )83i ; 

Vu la loi du a4 mai i8a5; , 

Vu la loi du i5 mars 18^0, sur renseignement ; 

La section de Tintérieur, de Tinstruction publique et des cultes de 
notre Conseil d*étal entendue. 

Avons déciiété et DiicRiiTONs ce qui suit : 

Art. 1^. La congrégation des sœurs de la Providence, existant 
à Rouen (Seine-Inférieure), en vertu d'une ordonnance royale 
du 27 juin 1843, est autorisée à fonder à fierles-Monchel (Pas- 
de-Calais) un établissement de sœurs de son ordre, à la charge, 
parles membres de cet établissement, de se conformer exacte- 
ment aux statuts approuvés pour la maison mère par ordon- 
nance royale du 2 g février 1816. 

2. La supérieure générale de la congrégation des sœurs de la 
Provîdeuce, à Rouen (Seine-Inférieure), au nom de cet établis- 
sement, et le maire de la. commune de Beries-Monchel (Pas- 
de-Calais), au nom de cette commune, sont autorisés à accepter, 
chacun en ce qui le concerne, et aux charges, clauses et condi- 
tions imposées, la donation faite à ladite congrégatioa par le 
sieur Evanste-J aies- Joseph Cardon deMondgny, les sieur et dame 
Asselin de Villequier et la dame veuve de Morelld'Aahigny d'Assy, 
suivant acte notarié du 7 novembre i853, et consistant, 1* en 
quatre rentes trois pour cent sur l'État, lune de cent trente- 
quatre francs, Tautre de vingt-six francs et les deux autres de 
vingt francs chacune, telles qu'elles sont désignées dans Pacte 
de donation; a^ dans divers objets mobiliers évalués à six cent 
soixante et dix-huit francs soixante centimes, à la charge notam- 
ment d'entretenir à Berles-Monchel une sœur au moins de son 
ordre, qui sera tenue de donner renseignement gratuit aux 
jeunes filles pauvres de cette commune. 

Les quatre rentes sur l'État précitées, montant ensemble à 
deux cents francs, seront immatriculées au nom de la congréga- 
tion des sœurs de la Providence, à Rouen. 



Digitized 



by Google 



B.n*3ai. ( aSi ) 

3. Le maire de la commune de Berles-Monchel (Pas-de-Calais); 
an nom de cette commune, et la supérieure générale de la con- 
grégation des sœurs de la Providence, à Rouen , sont autorisés à 
accepter, chacun en ce qui le concerne, la donation faite à la 
commune de Berles-Monchel, suivant acte notarié du 7 novembre 
i853, parle sieur Evariste-Jales-Joseph Cardon de Montigny, les 
sieur et dame Asselin de Villequier et la dame veuve de Morell 
iAubignj'à^Assy, d*une maison avec jardin et dépendances, si- 
tuée à Berles-Monchel et estimée quatre mille cinq cents francs, 
pour être aOectée à Tusage exclusif d'une école de filles sous la 
direction d'une sœur de la Providence de Bouen. 

4. Le trésorier de la fabrique de l'église succursale de Beries- 
Monchel (Pas-de-Calais) est autorisé à accepter, aux chai^^es» 
clauses et conditions imposées , la donation faite à cette fabrique 
par le sieur EvarùieJulesJoseph Cardon de Moniigny, les sieur et 
dame Asselin de Villequier et la dame veuve de Morell d'Auhigny 
tAssy, suivant acte notarié du 7 novembre i853, et consistant » 
i** en une maison avec jardin et dépendances, située à Berles- 
Monchel et estimée six mille francs, pour servir de presbytère 
aux desservants successifs de cette église; 2^ dans deux rentes 
trois pour cent sur l'État, de six francs chacune, à prendre sur 
une inscription de rente trois pour cent au porteur de cinquante 
francs, sous le n"* 17,235. 

Ces deux rentes de six francs seront immatriculées au nom 
delà fabrique de l'église de Berles-Monchel. 

5. Le trésorier de la fabrique de l'église succursale d'Haute- 
viile (Pas-de-Calais) est autorisé à accepter, aux charges, clauses 
et conditions imposées, la donation faite à cet établissement par 
le sieur Evarisie-J aies-Joseph Cardon de Moniigny, les sieur et 
dame Asselin de Villequier et la dame veuve de Morell d'Auhigny 
tAssj, suivant acte notarié du 7 novembre i853, et consistant 
dans une rente trois pour cent sur l'État, de six francs, à prendre 
sur une inscription de rente trois pour cent au porteur de cin- 
quante francs, n^ 17,235. 

Cette rente de six francs sera immatriculée au nom de la fa- 
brique de relise d'Hauteville. 

6. Notre ministre secrétaire d'état au département de Fins- 
traction publique et des cultes, et notre ministre secrétaire d'état 
an département de l'intérieur, sont chargés, chacun en ce qoi 



Digitized 



by Google 



It eonceinê, de Texécation du présent décret» qal sera ÎDsiré 
au Balletin des lois. 

Fait an palais des Tuileries, le 6 Août i855. 

Signé NAPOLÉON, 

Par TEmpereor : 

Le Ministre seoriudrt d'état w diperUmnit 
de tinsiruetiùn pa6Ii9 w et dê$ cifttt, 

Signé H. FoRTOUL. 



N* S$73. -«* Di€Mr tMPiniàt fai anJtmsé lafowlatkwn, à Hmminj 
[Mudk)^d'm Établis§9mBHt de iSvtn Jtla Pr99U$nûe. 

Da 6 ioût i855. 

NAPOLÉON, par la grâce de Dieu et la volonté national^, 
Eu^BaBUA DBS Français, à tous présents et à venir, shurt. 

6ur la rapport de noire ministre seeréuire d*état au dépsrtenMOt 
de rinstruction publique et des cultes; 

Vu la délibération du conseil d^administraftioo de la coogrégatioo 
des sQBurs de la Providence, k Peltre (Uoselle) • en date du ih mm 
i853, tendant à obtenir Tautorisation de fonder un établissement de 
sœurs de son ordre à Zimming (même département); 

Vu la délibération du conseil municipal de Ziramiog, ea date da 
4 janvier i85a, tendant à okienîr rautorîsalion d'aoc^ier les leg« 
faits par le sieur Hestroffor h cette commune pour faciliter la fondation 
et l'entretien de l'établissement d*une »œur à Zimming, et consistant, 
I* en une ùiaison estimée deux mille francs; 2* en ane somme do 
deiii mille francs; 

Vu la testament public du sieur Bestrnffen en date du 5 juia i85i ; 

Va 1 aet^ de décès du testateur, en date du 19 Juillet i35i ; 

Vu le proeès-Torbal d'estimation de la maison léguée portant sa H- 
leur k deux mille francs; 

Vu le consentement à la délivrance des legs précités, donné, k 
3 1 avril i855, par sept des héritiers du testateur, ensemble les docn- 
ments constatant rinterpeliaticn adressée aux autres successibbi; 

Vu les reiaseiguemvnt^ transmis mu* la valeur du la fuaoee^ion du 
sieur Hestroffer; 

Vu rengagement souscrit par la supérieure générale de la ootogié- 

fatlon des Msurs de la Providence de faire cmerver les statuts de 
ofdra par celle des sœars de la coagrégalion qu'elle appdkfa i !• 
4îfMîoo de 1 étabUssinanl de Zimmiugi 



Digitized 



by Google 



B. n' 321. ( ï83 ) 

Vq la copie de ces statuts , certifiée conforme par la sapérieure gé^ 
nérale; 

Vu le procès-verbal de i*enquète de commodo et incommodo ; 

Vu Télal des recettes et des dépenses présumées du futur éta- 
blissement; 

Vu les déllbéralions du conseil municipal de Zimming, en date des 
36 février et 9 juillet i85â, relatives à la fondation de cet éUiblisse- 
meni et dont la dernière con5tate le vote d^une subvention de cent 
^gi francs pour oompléler les ressources nécessaires à lenlreden de 
cet établissemen t ; 

Vu les avis de Tévéque de Metz et du préfet de la Moselle, en date 
des 4 janvier et a$ mars i854; 

Vu Tavii de notre ministre de Tintérieur, en date du 10 février 
i855 ; 

Vu Tordonnance royale du 38 mai i8a6 (i), qui a autorisé la coc- 
gtigatioû des soeurs de la Providence à Forbach, et celle du i3 no- 
vembre i83g (a), qui a autorisé sa translation à Peltre; 

Vu Tordonnance du 3o avril i8a6 (5), qui a approuvé les statuts de 
cette congrégation; 

Vu la loi du a 4 mai 18a 5 et celle du 1 5 mars i85o, sur renseigne- 
ment; 

Vu la loi dû 1 8 juillet 1 83? -, 

La section de Tintérieur, de Tinstroction publique et des cuites de 
notre Conseil d*état entendue , 

Ayons DicRiTé et DÉcméTONS ce qui suit : 

Abt. l*'. La congrégation des saurs de la Providence exiatant 
primilivement à Forbach (Moselle), en vertu d'une ordonnance 
royale do 28 mai 18a 6, et dont le siège a été transféré à Peltre 
(même département] en vertu d'une ordonnance du i3 novembre 
1839» est autorisée k fonder un établissement de sceors de son 
ordre à Zimming (Moselle) , à la charge, par ces religieuses, de 
,. se conformer exactement aux statuts approuvés pour ia maison 
mère par ordonnance du 3o avril 1826. 

2. Le maire de Zimming (Moselle), au nom de cette com- 
mune, est autorisé à accepter les legs d'une maison estimée 
deux mille frimcf et d'une somme de deux mille francs faits à 
la oMnnooe d« Zimmiag par le sieur Fiems Butroffer, awvaot 
aoB fntament public du 5 juin i85i, à ia charge de foiMler et 

(s| ttii* série» BalK 96^ o* 3«3^ 
{•) n*«éna,B«IK^9i, »* %H\i 
(3) vm* série, Bull. 89, a* 2991. 



Digitized 



by Google 



( 284 ) 
^'entretenir dans cette commune une école de filles dirigée par 
une sœur. 

La somme de deux mille francs précitée sera employée en 
achat de rentes sur TÉtat. 

3. Notre ministre secrétaire d'état au déparlement de Tins* 
truction publique et des cultes, et notre ministre secrétaire 
d'état au département de l'intérieur, sont chargés, chacun en ce 
qui le concerne, de l'exécution du présent décret, qnisert ia- 
séré au Bulletin des lois. 

Fait au palais des Tuileries, le 6 Août i855. 

SigDë NAPOLÉON. 
Par rEmpereur : 
Le Ministre secréttdrt Sitôt an, déparùmesA 
de Vinstruclion pahliiiue et au coUei, 
Signé H. FoRTOUL. 



N* 297/1. ^ DécRBT iMPéniÂL qai oavre, sur f exercice 1855, mt 
Crédit extraordinaire ^poar le payement de la première annuité de la 
subvention dae par l'État à la ville da Havre aux termes de la loi dm, 
22 juin ISSU. 

Do 8 Août i855. 

NAPOLÉON, par la. grâce de Dieu et la volonté nationale, 
Empeaeur des Françus, à tous présents et à venir, salut. 

Sur le rapport de notre ministre secrétaire d'état au département 
de l'intérieur ; 

Vu la loi de finances du aa juin i85A et le décret du i5 décembre 
suivant (i) portant répartition des crédits ouverts pour les dépenses 
de l'exercice 1 85 5; 

Vu la loi du a a juin 1 854 relative à des conventions entre VEtat et 
la ville du Havre , 

Avons DÉCRÉTi et DscaéTONs ce qui suit : 

Art. l*'. Il est ouvert à notre ministre secrétaire d'état au 
département de l'intérieur, sur l'exercice 1 855, un crédit extraor- 
dinaire de cinq cent mille francs (5oo,ooo^) pour le payement 
à la ville du Havre de la première annuité de la subvention qui 
lui est due par l'État aux termes de la loi du aa juin i85&; 

(1) BulL 84i, n*ai93. 



Digitized 



by Google 



B. n* 3ai. ( 98S ) 

3. La réguIarisAtkm de ce crédit sera proposée au Corps lé- 
gUatif dans sa plos procbaioe session, 

3. Nos ministres secrétaires d*état aux départements de l*in- 
tériear et des finances sont diargés, chacun en ce qui le con* 
œme, de Texécution du présent décret, qui sera inséré an 
Bulletin des lois. 

Fait an palais des Tuileries, le 8 Août i855* 

Signé NAPOLÉON. 
Par i'Empereiir 
£« JAttifrr ûcriUm téfut am âàpaF- - Im Mmairt seeriudrê détat os à^r- 
Umad au Junanees , iem/ent de ViiUénewr, 

Signé P. Maeaa. Signé Billadlt. 



N* 2976. «-— Décret impérial qai reporte à l'exercice 1855 une 
portion ia Crédit ouvert, sar f exercice 185^, pour la création d'Éta- 
hlissements modèles de Bains et Lavoirs pallies, gratuits ou à prix 
réduits. 

Du 11 Août 1 855. 

NAPOLÉON, par la g;rfice de Dieu et la volonté nationale » 
Empbreub 0ES Français , à Ions présents et à venir, salut. 

Sur le rapport de notre ministre secrétaire d*état au déparlement 
de rintérieur ; 

Vu le décret du 3i août i854 (1) > qui a ouvert sur Vexercice i854 
an crédit de quatre cent quatre-vingt-aouze mille cent cinquante-cinq 
francs quarante-neuf centimes pour continuer les dépenses résultant 
de rexécution de la loi du 3 lévrier i85i concernant les établisse- 
ments modèles de bains et lavoirs publics sratuits ou à prix réduits ; 

Considérant qu* une somme de trente mille quatre cent trente-trois 
francs seulement a été dépensée dans le c«urs de Tannée i854 sur 
le crédit ci-dessus mentionné, quil reste libre, par conséquent, une 
somme de quatre cent soixante et un mille sept cent vingt-deux francs 
«{oarante-neufcentimes , et que les engagements pris envers les corn* 
munes nécessitent Touverture d*urgence d*un nouveau crédit de même 
nature sur l'exercice i855; 

Vu la loi du 22 juin i854 portant fixation du budget général des 
dépenses et recettes de l'exercice i855. 

Avons nÉcaiTÉ et dj^cbétons ce qui suit : 

Am. 1". Il est ouvert au ministère de l'intérieur, pour Texer- 

(i)Bailai4, n* 1936. 



. Digitized 



by Google 



(tM) 
cke i856i UB crédit iltqQatréceat «Hiwnta et i» miUe «ept 
cent viDgtdenx francs qutrMla-nouf «eotînita pour contiawlr 
l«f dépeoMt réfulUni d« Te^écotion de U loi do 3 février iSSi, 
coneereanl Im éublitiemeolt medèle» de beini et lavoiie piH 
Uicê grituiu eu à priiL rédoitt. 

Une somme pareille de quatre cent soixante et uq fpiUe lepA 
cent vingt-deux francs quarante-neuf centimes est annulée sur 
le crédit de quatre cent quatre-vingt-douze mille cent cinquante- 
cinq francs quarante*neuf centimes ouvert au ministère de Tin- 
térienrparle décret do 3i août i854. 

9« La ràiolarisatioii do crédit miverl par Tartiele préoédeat 
sera proposée ao Corps législatif. 

3. Nos ministres secrétaires d*état aux départements de Tin- 
térieur et des finances sont chargés de Texécution du présent 
décret. 

Fait ao palais des Tuileries » le ii Août i855. 

Signé NAPOLÉON. 
Pâri*Empereilr: 
le MmuU9 ieoràmm ièm «R iép^ UMudttft mrélqxrê féW «a «b^or- 

Signé p. Magks* Signé Biluult. 



N* 3970. — DicRMT iMPBniAt foi licencie des Compagnies de Funliert 
et de Pionniers de discipline. 

Dn 16 Août 1855. 

NAPOLÉON, par la grâce de Dieu et la volonté nationale t 
EifPEaBUR pBs Frahçais , à tous présents et à venir, salitt. 

Sur le rapport de notre ministrf secréuir^ d*éUit an départemeat 
dft Ift guenra , 

Ayons DÉCR^Ti et décrétons ce qui suit: 

Art. l*'. Les sixième, septième et huitième compagnies de 
fusiliers de discipline, et la troisième compagnie de pionniers 
de discipline sont licenciées. 

2. La compagnie de fusiliers de discipline portant le n° 9 
prendra le n** 6. 

3. Les officiers des compagnies supprimées seront mis en noi\- 



Digitized 



by Google 



Kn^iiu ( t&7 ) 

activité par Imiidtmwt deoorpéi €OQferiDéBi«t à iVrtielfl $ 
dekloîdq 19 «lai \6ià^ et replacés dans dts onfi d'infiiD» 
lerie. ♦ , 

4. Lté êôWhoBïderè , caponti»! , tambouips êl è&fkuu é» trotipç 
deeesWrbés compagoies leront répartis daflis des c^rps dHn* 
fântérie d* Afrique, où ils seront, au Jbesoin, provisoiremeut pla- 
cés à là suite. 

5. Les soldats des trois compagnies de fusiliers dissoutes si^ 
roat renés dans les première» deuxlèoie, quatrième et ciaquièiM 
de fusiliers , et ceux de la troisième compagnie de piomûeif 
diDs la première de pionniers* 

6. Notre ministre secrétaire d^état au département de la guerre 
éi chargé de l'exécution du présent décret. 

Fait au palais des Tuileries, le 16 Août 1855» 

Slgaé NAPOLÉON. 

Par TEmperenf ! 

Iê M^iMud iê Fnmcê itf tnûliv $9wMf* tétat 
an département de laquent. 

Signé VàlLLAMT. 

N* a 977. «-^Dicaxr impéjuàl qai approuve des délibérations de la Com^ 
mûtiàn municipale de Paris relatives aiUB Voilares dites de place e^aux 
Vbitnns dites de régie ou remise. 

Pu 16 Août i855. 

NAPOLÉON, par la grâce de Dieu et la volonté nationale, 
EipiRBUR MIS Français, à tous présents et à venir, salut. 

Sur le rapport de notre ministre secrétaire d*état au département 
de riutérieur ; 

Vu les délibérations de la commission municipale de Paris , des 
a3 mars et. 1 3 juillet i855, qui ont YotéTadoplion d*un projet de traité 
eolre Tadminislralioa municipale et une compagnie de capitalistes 
ajant pour objet ! 

1* La créeiion immédiate de dnq cents nourelles voitures dites de 
?^; 

a* La création successive de nouvelles voitures dites de rijie ou re- 
nii«, jusqu'à concurrence de cinq cents; 

S* La iixation uniforme , au taux de trois cent soixante-cinq firancs 
par an, des redevances dues par toutes les voitures de place; 

é* LoMigation par la susdite compagnie de payer la même rede- 
vance de trois cent soixante-einq francs , tant pour chacune des nou- 



Digitized 



by Google 



veQes voitures de rigiê oa rêmUe établie par elle que pour diaqoe 
voilure de laméme nature qu^eliê achètera à Tamiabie des propriétaires 
actuels; 

5* L'obligation par la même compagnie d'acheter de tous ceux qui 
la requerront : i* les numéros des voitures (is p^ce actuellement exis- 
tants au prix minimum de sept mille cinq cents francs pour les fiacres 
ou coupés, et six mille cinq cents francs pour les cabriolets , indépen- 
damment du matériel (voilures et chevaux], qui sera évalué à Tamiable 
ou par expertise contradictoire; a* le matériel des voitures de régie oa 
remise, au prix qui sera fixé à Tamiable ou d'après une expertise con- 
tradictoire; 

6* L'obligation aussi par la même compagnie d'admettre à la fusion, 
dans son entreprise, les propriétaires de voitures de place ou de Toi- 
tures de régie qui la demanderaient; 

Vu la loi du 1 1 frimaire an vu ; 

Vu le décret du 9 j uin 1 808 ; 

La loi du 18 juillet 18^7; 

La section de l'intérieur de notre Conseil d'étal entendue. 

Avons nicRéTÉ et DÉcRéTONs ce qui suit : 

Art. V\ Les délibérations susvisées de la commission muni- 
cipale de Paris, des 23 mars et i3 juillet i855, sont ap- 
prouvées. 

Une expédition de ces délibérations restera ci-annexée. 

2. Notre ministre secrétaire d'état au département de Tinté- 
rieur est chargé de l'exécution du présent décret. 

Fait au palais des Tuileries, le 16 Août i855. 

Signé NAPOLÉON. 
Par TEmperear : 
Le Ministre secrétaire délai aa déparlement de Vinlént^r, 
Signé BiLLAULT. 

Certifié conforme : 

Paris, le 3i' Août i855. 

Le Garde des Sceaux, Ministre Secrétaire 
d*état aa département de la Jasiïce, 

ABBATUCCL 

* Catte data est celle de la réception do BalleU'o 
an ministère de la Justice. 

Imprihbrib iia»iaiALB. — 3i Août i855. 

Digitized by VjOOQ iC 



(aSg ) 



BULLETIN DES LOIS. 



N« 322. 



N* 9978. — Tâblbàv da prix de VhecloUtre de Froment, pour servir 
de réyulaiear aax Droits d'importation et d'exf^rtation des Grains et 
Farines, conformément aax Lois des 15 Avril 1832, 26 Avril 1833 et 
ii Janvier 1851, arrêté le 22 Août 1855. 



9 
2" 



oàPARTEMEIlTS. 



IIARCBÉS. 



de fromeot {%). 




CLASSE. 



/ Pyr4acM-Ori6DUlet.\ 

I Aude 

lllëriutt 

jr.ard , 

\BD«eli«»4o-R]iAne. 

iVar 

[Corse 

\ Algérie • , 



Toulouse. 
Cray... . 
Lyon .... 
Marseille. 



H' 39* 


a4'64' 


17 00 


57 00 


99 60 


39 60 


3i 10 


3o 94 



«4'7'*) 

27 5o r 

3o 70 I 
3i 96 



a8' «6« 



a* CLASSE. 



/Gironde.. . . 

iLandes.. .... 

. ]B-.Pyrénées..(W««" 

\H'-.Pyréoée«. . /Bordeaux 

lAriége iToulouse 

1 Haute-Garonne. / 

IJura \ 
Doubs Iq 
i >SaintLaarent. , 
iMre I 
llautes-Alpes. .^"^®"~'"^P••' 
fiÉS8C9-All1es.• ./ 
(1) Les trois prix de chaque marché sont ceux de la demi^ semaine 
de mois précédent, de la première et de la deuxième semaine du mois 
courant. [Articte S delà ki da, iSjuiM 1S19.) 

Xf StHe. 20 



sS 5o 

a8 i5 
24 39 



27 00 
3o ko 
3i o4 



aS So 
a8 5o 
a4 64 



37 00 
3o 3? 
3o 90 



96 83 

a8 67 
a4 7* ) 



i-j 00 
3i i4 
3i o3 



26 32 



«9 59 



Digitized 



by Google 



(9d«ï 



DftPARTSMSHTS. 



HABGHis. 



PAIX DS L*HBGTOLlTaB 

de tromeai. 



■9 



iig«lti 

U 



3* 



3* GLASSB. 



Haut-Rhin. . . 
BaïkRhiQ.... 



iMulfaouK.. 
Sirubourg. 



I 



(Nord • . . \Bergae8. 
P«B-de-Calaia. . JArrsi. . . 
iSomme fRoye.... 

|ft«iii*-t»féri«aM . . • / SoisftODS. 

(Eure iParis... 

\ Calvados ) Rouen. . 

I I 

Loira>Icf(irte«r«. . . j SaUDlur . 

Veudée > Nantes.. 

Ch«i«au4afiH*u«.tMarans. . 



3o'9i* 
a8 65 


3a' 11* 
a8 86 


3i 39 
33 ao 
3o 69 


3i 60 
3i 64 
3o oa 


29 60 

Pui«ft>to 

3i 8a 


^9 97 
s8 98 
3i 35 


a5 57 
29 39 
a5 5o 


a6 76 
a9 3o 
a5 5o 



4* GLASSB. 



I Moselle IMrU 
Meoae (Verdun. . . 
Ardenaes XharieviUe. 
Aisne. ••...*. iSoissons. . . 



I 



I 



1 Manche. ..... ]Saint-L6.. 
Hle-ei-Vilaiiie.. 



fPaimpo). . . 

i'CAtes-du-Nord.)Qu imper. . 
Finistère iHennebon. 
Morbihan INantes. . . , 



3.' .7'| 
»9 78 



3o'i3" 



I 



33 01 
di 02 I 

3o 6a I 
3i kl 
3o 89] 
3o 79^ 



3i 06 



I 



27 28 

2784 

3i i3 

29 60 


a8 4o 
a8 16 
3o 78 
^9 97 


34 62 
26 63 


33 71 

26 38 


27 17 
a5 39 
29 39 


27 29 
25 38 
29 3o 



a8 42, 
3o 3i 
26 83' 



a9 aS 

a7 91 
3o 86 
3i 4i 



35 81 

24 71 
27 33 
î5 76 
3o 3i 



17 Sl- 



19 sa 



18 61 



Arrêté par nous. Ministre secrétaire d'état au département de rAgticoltiilli 
du GoDimerce et des Travaux publics. 



A Paria, le aa Août i855. 



Signé £. RooftSA. 



Digitized 



by Google 



i 



B. 0*323. ( 991 ) 

N' 2979. — DdcRBT rtrpéRFAL relatif aa Legsfaitpar U DpçffurJeckw 
à f Académie des Scitncêi. 

Du 4 Août i855. 

NAPOLÉON, par !a grâce de Dieu et la volonté uali maie, 
EupiiiiDA DB» FRANÇiiw, à tous pféieuts et à veoir, salut. 

Sur le rapport de potrc ministre secrétaire d*état au département 
de rinstruclion publique et des cultes; 

Vu le testament notarié, en date du i3 mars i85i, fait par feu 
}i. licier, en son vivant docteur en médecine, résidant à Paris; 

Vuledécretdu lôaoût i85i (i) par lequel Tacadémie des sciences 
derioslitut impérial de France a été autorisée à acct'pler le legs d*une 
somme de deux cent mille francs qui lui a été fait par le docteur Jecker, 
pour la fondation d*uii pnx annuel à décerner à Tauteur de Touvrage 
le plus utile sur la chimie organique ; 

Vu le projet de transaction entre ladite compagnie et les héritiers 
do docteur JecAr^^ en date du 10 mars i85a, duquel il résulte que le- 
dit legs dedeux cent mille francs est réduit à centcinquanle mille francs; 

Va les délibérations de Facadémie des sciences , en il«te des 1 5 mars 
1S&2 et 3 janvier i853, sur ledit projet de transaction; 

Vu l'avis de Dotre niinistre secrétaire d^élat audépartenoent de Tins- 
tnietioo publique et des cuites, sur ces délibérations ; 

U section de Tiiitérieur, de Tinstruction publique et des eultts de 
■(»tre Conseii d'éUi entendue , 

Avons DÉeniTi et dégr^toits ee qui suit : 

Aw. 1». Le projet de transaction préparé, Je lo mars 1862 , 
eotre f académie des sciences et les bériliers de feu le docteur 
Jecker, relativement au legs de deux cent njîlle francs fait par 
ledit docteur Jecker k l'académie des sciences, est approuvé. 

2. En vertu de ladite traosaction, i<^ leg^ de deux cent 
mille francs est réduit à la somme do oeot cinquante mille francs. 

3. Cetle aomipe sera placée en renies sur TÉtat, et le revenu 
€Q sera, sous l'approbation du Gouvernement, employé par 
Tacadémiede la manière qu'elle jugera la plus propre k hâter 
lei progrès de la rhimift i)rganiA|ne> 

A. Notre ministre secrétaire d'état a#, d(^^rt#n),çiit 4ç Vi^^ 

~ . , ■■ .... . .1 ^ 1 rr . - j I I IL I 

(1) X* série, Bull. àZ^ , n* 3i85. 



Digitized 



by Google 



Iructioo publique et des cul les est chargé de rexécation do 
présent décret. 

Fait au palais des Tuileries, te A Août i855. 

Signé NAPOLÉON. 

Pir i'Emperear : 

Le Mmùfrt secrétaire iTétàt au iipartmiuii 
de Cinitrucûon puhU^ue tl du cuktt, 

Signé U. FoiiTOCL. 



N* 3980. — DicnsT iMPÉRiàL relatif à la liquidation des dusses 
d*épargne des Inslitutears communaux. 

Du 8 Août 1 855. 

NAPOLÉON, par la grâce de Dieu et la volonté nationale, 
Empereur des Faa^nçais, à tous présents et à venir, salut. 

Sur le rapport de noire iniuisli*e secrétaire d^état au département 
de rinsiFuclion publique et de.s cultes; 

Vu Tarlicle 1 5 de la loi du 28 juin i833, sur rinstruclîon primaire; 

Vu Tordonnance du i3 février i838 (1), qui délermîne les statuts 
des caisses d^épargne et de prévoyancia établies en faveur des institu- 
teurs primaires communaux; 

Vu Tordonnance • en date du mcme jour (2}, qui cliarge la caisse 
des dépôts et consignations de recevoir et d'administrer les fonds 
provenant des caisses d'épargne des instituteurs piimaires commu- 
naux; 

Vu TarticleGg de la loi du i5 mars i85o, sur renseignement; 

Vu la loi du g juin i8&3, sur les pensions civiles; 

Vu les lois des 18 juin i85o et 28 mai i853, sur la caisse des 
retraites pour la vieillesse, ensemble le décret impérial du 18 août 
i853(3); 

Vu le décret du 2g décembre i853 [Us) relatif aux caisses d'épargne 
et de prévoyance des instituteurs communaux; 

Vu l'avis du conseil impérial de Tinstraction publique, en date 
du. 3o juin 18 54; 

Notre Conseil d*état entendu. 

(1) u* série, Bull. 5Go, a* 73i4. 
- ^»i.is*aérie,fiull.â6o, n*73i5. 
(3) XI* série, Bull. Si, d* 755. 
(4} ^xi* série , Bail. 1 a3 , n* 1 o35» 



Digitized 



by Google 



B. a» Saa. ( agî ) 

AvoKS dégivÉt£ et DÉCRÉTONS ce qui suit : 

ÂAT. l*'. A partir de la promulgation du présent décret, les 
comptes iodividuels des instituteurs coniuiunaux dans les caisses 
d^épargoe dépari euientales seront clos et arrélés« en capital et 
ÎDléréts, au 3o juin i855, par les commissions de surveillance 
dftdiies caisses. 

Le relevé en double expédition de ces comptes individuels 
sera transmis par le préfet au receveur général préposé de la 
caisse des dépôts et consignations. 

Le compte de chaque ayant droit lui sera notifié par Tins* 
perteur des écoles de Tarrondissement. 

2. Les instituteurs qui ont des fonds placés dans les caisses 
depargne et de prévoyance seront admis à les transférer à la 
caisse des retraites de la vieillesse, avec ou sans aliénation de 
capilal. Ils pourront aussi, s*ils le préfèrent, demander que 
leurs fonds soient déposés à la caisse des dépôts et consignations, 
selon ce qui sera réglé cî-après. 

La déclaration des instituteurs pour l'emploi de leurs fonds 
devra être faite dans le délai d'un mois à partir do jour de la 
ootiGcatîon de leur compte. 

3. Dans le cas de versement à la caisse des retraites pour la 
ridlSesse, Tintéressé souscrira une déclaration dont la formule 
hisera remise à cet effet, et qui devra comprendre les énon- 
dations exigées par les lois des 18 juin i85o et 28 mai i853, 
et par le décret réglementaire du 18 août i853. Il y joindra 
les pièces requises par lesdites lois et règlement et renverra le 
tout à rinspecteur des écoles de son arrondissement. 

4. L'inspecteur vérifiera les documents produits; il yjoin- 
dra ses observations et les adressera au préfet avec Fétat nomi- 
natif des instituteurs intéressés. Le préfet transmettra le tout à 
la caisse des dépôts et consignations, par Fintermédiaire du rece- 
vear général. 

5. Faute par les intéressés d*avoir fait Tune des déclarations 
prescrites par l'article 2, les sommes leur appartenant seront 
transférées d^oifice à la caisse des retraites pour la vieillesse , 
capital réservé, avec jouissance de la pension viagère à Fàge de 
dnquante-doq ans, ou à Vannée d*âge accomplie qui suivra, 
après cinquante-cinq ans, Texpiration du délai prescrit parTar- 
licle 6 de la loi du 28 mai i853. 

L*état des instituteurs à qui cette disposition sera devenue 



Digitized 



by Google 



(994) 
applicable sera paiement dressé par riospecteor et Iniisinis aa 
préfet 

La déitvraoce des livrets et la liquidation des rentes râ- 
gèm aDTérenles à res versements d*oflice seront snspendoes jai> 
qnk la production des dtviarations et des p'ères exipées des 
déposants par les lois et règlements de la caisse des retraites. 

6. Si les instituteurs demandent que leurs fonds soient dépo- 
sés à la caisse des dé|>ôts et consignations « ils souscrirout one 
déclaration de versement dont la formule leur sera remise etqai 
fera connaître leurs nom, prénoms et domicile. Cette pièce sera 
par eux renvoyée à l'inspecteur des école» de rarrondissement, 
qui la transmettra au préfet, avec Tétat nominatif des insdta* 
teurs qui auront fait la déclaration. 

7. Les fonds seront centralisés à la caisse des dépôts et coa- 
signations et seront Pobjet d*un compte spécial sous le titre: 
Dépôt des anciennes caisses d'épargne des instiUiteurs communaux. 

Les intérêts, réglés conformément à Tordonnance ci-dessui 
visée du i3 février i838, continueront d*étre capitalisés tous 
les six mois. 

8. La caisse des dépôts et consignations liquidera les rem* 
bonrsements à opérer, sur la vis donné par les préfets, qoe TIds- 
tituteur n'exerce plus ses fonctions par fuiie de retraite, démis- 
sion ou révocation, ou sur la production des pièces éiablissaot 
son décès et les titres des ayants droit. 

Les certiGcats de propriété à produire, dans ce dernier cas, 
doivent être délivrés dans les formes et suivant les règles pres- 
crites par la loi du 28 floréal an vu. 

9. Notre ministre de Tinstruction publique et des cultes, et 
notre ministre des Gnances, sont chargés, chacun en ce qui k 
concerne, de l'exécution du présent décret. 

Fait au palais des Tuileries, le 8 Août i855. 

Sigoi NAPOLtOir. 
I^ar l'Empereur : 
le Mimt ù0 d$ timtsmtm p^XHi^ H dm 09bm 

Sï^é If. FoRpVL* 



Digitized 



by Google 



B. 0*322. ( 995 ) 

N' 3981. — Dbqmmt jMPâMiÀL ^i ûxUùritê la r$ùçnttrwùti9m 
de la SorhoMê» 

Da 11 Août a855. 

ItAt^LÉON, par la grâce de Diea et la volonté nationale, 
Kmuci B%s FjiAiiçÀis, à tous présents et à venir, AALirr. 

Sor le rapport de notre minisire secrétaire d*état au département 
de rinstrnction publique et des cuites; 

Vu les ordonnances du 16 ma! iS^i et du ai août i8â5i ensem- 
ble le décret du 8 février i85a (1), relatifs à la propriété des bâtiments 
delaSorbonne; 

Tu les rapports des commissions mixtes insiituées en 1846 et. 
i85s à l'effet de reviser les différents projets relatifs à' la reconstrue- 
tiimdft la Sorbonrie; 

Vn les plans et devis de Tavant-projet présenté par la commission 
mie de i852; 

Vq la délibération de la commission municipale de la ville de Paris, 
«date du 1 3 juillet i855; 

Vole traité du 10 août i855 intervenu entre notre ministre de 
fiDStraction publique et des cuites, au nom de TElat^etle préfet de la 
Seine, au nom de la ville de Paris, pour Tagraudissement du péri- 
Hétrede la Sorbonne et la reconstniclion de cet édifice; 

Vo la décret du 32 août i85à, sur le régime des établissements 
'caicigoemeot supérieur, 

ÀTORS DÉGRiTÉ et OIGBBTONS I 

Aîrr. 1*. La reconstruction de la Sorbonne est autorisée, 
atu clauses, charges et conditions énoncées dans le traité du 
loaoâl i855 ci-dessus visé, lequel demeure annexé au présent 
décret, 

2. Notre ministre secrétaire d'état au département de Tins- 
trnctîon publique et des cultes est chargé de Texécution du pré- 
sent décret. 

Fait au palais des Tuileries, le 11 Août i855« 

Signé NAPOLÉON. 
Par rEinpereor : 
Le MùiUite de rinittuction paMifM et dê$ €mU$$, 
Signé H. FoaTOUL. 



Digitized 



by Google 



( agfi) 

K* 29S3. — DicRBT iMPiiRiAL ( contre-sîgné par le ministre de Tagri- 
calture, du commerce et des travaux publics) portant qu*il y a 
urgence de prendre possession, pour rétablissement du chemin de 
fer de Paris à Mulhouse, de diverses parcelles de terrain, non 
baltes, appartenante divers et situées sur te territoire des communes 
de Saint- Martin -es -Vignes, Troyes, Saint- Julien et Briviaodes 
(Aube); lesdiles parcelles désignées sur quatre plans et sur quatre 
états indicatiCs qui resteront annexés au décret. [Paris, 27 Jain 1855,) 



N* 2q83. — Décret iMPÉMàL (contre-signe par le ministre de Tagri- 
cutture, du commerce et des travaux publics) portant, 
I* Qu*il sera procédé h la rectification de la route départementale 
du Finistère n* 10, de Brest à Saint-Renan, entre Tanse de Ponla- 
Liben et la croix de Kéroual-Bian (3* côte de Penfeld), suivant la di- 
rection générale indiquée en rouge sur le plan dressé par ringénieur 
en chef, le i4 novembre i854; 

a** Que Tadministration est autorisée à faire Tacquisitlon des ter- 
rains et bâtiments nécessaires à l*exécutiou de cette rectification , en 
ae conformant aux dispositions des titres II et suivants de la loi du 
3 mai i84i « sur Texproprialion pour cause d^utilllé publique. (Paiis, 
30 Jain 1855,) 

N* 3û84. — DÉCRET IMPÉRIAL ( contrc-sigué par le ministre de Tagrî- 
culture, du commerce et des travaux publics) portant qu*il y a 
urgence de prendre possession, pour rétablissement du chemin 
de fer de Paris à Mulhouse, de dix-sept parcelles de terrain non 
bâties, appartenant à divers et situées .sur le territoire de la com- ' 
mune de Champagney (Haute-Saône); lesdiles parcelles désignées 
par les n** 3ig-66a ,3a3 66a,3a3-6G3 et suivants, ^ur un tableau 
indicatif qui restera annexé au décret. [Paris, 30 Jain i855.) 

Certifié conforme : 

Paris, le 1*' ' Septembre i855. 

Le Garde des Sceaux, Ministre Secrétaire 
d'état aa département de la Justice, 

ABBATDCCL 



* Cette date est celle de la réception do Bolletla 
aa minittère de la Justice. 



iMPRiifBRTS mpâauLB. — 1* Septembre iH55. 



Digitized 



by Google 



( ^ 97 ) 

BULLETIN DES LOIS. 

N° 323. 



N* 2985. — Dâcner iHpénrAL portant création Je deux nouveaux 
Bataillons de Chasseurs à pied. 

Da 1 4 Août i855. 

NAPOLEON, par la grâce de Dîcu et la volonlé nationale 
EitPCRECR DES Français, à tous présents cl à venir, saict. 

Sur le rapport de notre ministre secrétaire d*état au déparlement 
de la guerre , 

Avons DiicRén etOBCB^TONS ce qui suit: 

Art. l*'. Il est créé deux nouveaux bataillons de chasseurs 
à pied , qui prendront les numéros 21 et 22. 

2. Ces deux bataillons senmt organisés d'après les bases dé- 
termiuées par le décret du 22 novembre i8ô3 (i). Toutefois, 
3s n'auront provisoirement que huit compagnies au lieu de 
dix. 

3. Les seize compagnies nécessaires pour la formation des 
vingt et un ème et vingt-deuxième bataillons seront prises, à 
raison de deux par corps, aux deuxième, huilième, onzième, . 
douzième, treizième, quinzième, seizième et vingtième ba* 
lailiuns. 

A. Ces huit anciens bataillons, de même que les deux nou- 
veaux, resteront provisoirement organisés à huit compagnies. 
Le ministre de la guerre s ra juge de Tépoque à laquelle les uns 
et les autres devront être romplélés à dix compagnies. 

5. Les en)pl«)is de capitaine, de lieutenant et de sous-lieute- 
nant qui viendront à v^^quer, par suite de ia for^na^ion des 
états>majors des vingt et unième et vingt-deuxième bataillons de 
diasseurs à pied, st.Tont, par exception aux di>posilions de 

(1) BuU. ii3, n** 970. 
Xt Série. 21 



Digitized 



by Google 



rartide 54 4e IWdxmiiiiioe ilo 16 mtn iSSft (i), dM&tfi Mt 
militaires cla corps où la vacance se sera produite. 

6. Notre mipistre secrétaire d'état au département d^ iagoene 
est chargé de i*eiécution du préseat décret» 

Fait à Paris, le a Août i855. 

Signé NAPOLÉON. 

Le Maréchal i$ Fronce M'uûtire êecrktin iT^t 
ié la$iurr$. 

Signé Vaillâiit. 



N* D0S6. — HifiHÉT lÉrPÉhtAt àtti autorise lafindation, k Ibnof 
(Nord)^ fun ÉtfAUsseanBnt de Pims de la Prùviitnce, dites dé Sainlè- 
Tbériie. 

Da a8 Août i855. 

NAPOLÉON, par la grice ie Dîeu et la volonté nationale. 
EMPBBSPft PIS FaAMÇiis, à tous présents et à venir, sixor» 

Sur le rapport de ttobfê ministre fteerélafre d*état aa départefftvnl 
derînslrttctîon peMi^e etdes txikés; 

Va Tacte notarié du iS miilèt iS53, par lequel le sieur Nanimi 
kix donation à la congrégaliot) des Rites de la Providence, dites i$ 
Sainte-Thérèse» k Âvesnes, d*une maison avec jardin et dépendances, 
ikuée à Rencq, pour élre affectée k Tusage d'un pensionnat et d'une 
écolet 

Vu le certificat de vie du donateur, en date du ao^vrfl iSôé; 

Vu la délibération du conseil d administration de la congrégatitii 
des sœurs de la Providence, en date du i5 avril i85A, lendaat k 
obtenir Tautorisation, i*d*accepter]a donation précitée; a* de Jbnder 
k Roncq un établissement de sœurs de son ordre; 

Vu la dâibération, en date du i3 mai i85&, par laquelle le ton* 
seil municipal de Ronôq demande à acceptej-, en ce qui le concerne. 
les disposiifioMi susénoncées ; 

Vu le procès verbal dWîmatâoti de Tlftimeuble donné portant sa 
valeur àhnii mille francs; 

Vu Isa rMiSeîgMiaeAto «raâsmis sur la fotîlîon de AHteM du i^ 
«ateur; 

I ■ Il 1 1 III II I ' 

(t) u* série, Bull. 566, n* 7344. 



Digitized 



by Google 



B. n^ 3!i3* ( 999 ) 

Tq Tordonpance roynte en 2a avril 1897 (1), qui â autorisé Vâsso- 
datioa reiigieme de» socKirs de la Providence, dites dé SainiB'fkirkê, 
k Âvesnei, sou$ le titre de commMjnuté à supérieure hcaltç 

Vu lordonnance royale du i*'aviii de la même «naée (a), quf^B 
approuvé ses statuts; 

Vu le décret impérial du i4 décembre i85a (3), qui ai autorisé 
cette communauté comme congrégation dirigée par une supérieure 
générale et a modifié ses statuts ; 

Va rengagement pris par les membres de la congrégation dési- 
gnés pour faire partie de iVtablissement projeté k Roncq de se oon- 
ufmerauK statuts de la maison mère; 

Vu Tétat des recettes et des dépenses présumées de eet établiésë- 
ment; 

Va Tétat de Tactif et du passif de la congrégation donataire* vérifié 
et certifié par le préfet du Nord; 

Vu le procès-verbal de Fenquête de commodo et incommoda, qui a eu 
fiea À Roncq, le 9 mal i854i au sujet de la fondation projetée; 

Vu l'avis du conseil municipal de Roncq, en date du 10 mai i854, 
snrle même objet; 

Va les avis de Tarchevéque de CaAibrai et du préfet du Nord, en 
date des 5 et 1 4 juin i854; 

Vu Favis de notre ministre de Tintérieur, en date du 3o novembre 
i854; : /' 

Va la loi du a janvier 1817 et les ordonnances réglementaires 
deas avril 1817 et 1 4 janvier i83i; 

Vu la loi du 34 niai i8a5; 

Vu la loi du i5 mars i85o, sur renseignement; 

La section de Fintérieur, de Finsiruction publique et des cultes de 
notre Conseil d*élat entendue, 

Avons nécaÉTÂ et Déci^iroNs ce qui suit ; 

Art. 1". La congrégation des filles de la Providence, dites 
ie Sainte-Thérèse, existant à Ave^nes (Nord) en vertu d^une 
ordonnance royale du 22 avril 1827 et d'un décrit impérial 
dn 1 4 décembre 1862, est autorisée à fonder dans la com- 
mone de Roncq (même département) un établissement dea 
sœurs de son ordre, à la charge par les membres de cet établis- 
sement de se conformer exactement aux statuts approuvés 
pour la maison mère par ordonnance royale du i"" avril 1827 
et par le décret du i4 décembre x852. 

iiini wiiM iiiniiBÉ ill' 

(1) Tin* série, BuH. i58, n" 6712. 
(1) Viii* série, Bull. i53. n' 55a 1. 
(3) XI* série, BuiL 6, n"* 37. 

21. 



Digitized 



by Google 



( 3<M> ) 

% La sapérieare générale de la congrégation des filles de la 

Providence, dites de Sainte- Thérèse, à Avesnes ,Nord}, an nom 
de celte congr^ation, et le maire de la commune de Roncq 
(Ibénio déparlement), an nom de cette commune, sont anto« 
risos à accepter, chacun en ce qui le concerne, et aux charges, 
clauses et conditions imposées, la donation faite à ladite con- 
grégation par le sieur Pierre Naninck, suivant acte notarié du 
18 juillet i853, et consistant dans une maison avec jardin et 
dépendances, située à Roncq et estimée huit mille francs, à la 
charge notamment de Taifecter à Tusage d*un pensionnat et 
d*une école. 

3. Notre ministre secrétaire d*état an département de Tios* 
traction publique et des cultes et notre ministre secrétaire 
d*état an département de Tintérieur sont chargés, chacun en 
ce qui le concerne y de Texécution du présent décret* qoi sera 
inséré au Bulletin des lois. 

Fait an palais des Tuileries, le a8 Août i855. 

Signe NAPOLÉON. 

Par TEmperear : 

Li Minlttre secrétaire d^éiat aa d^}arîemmd 
de Cinstmction puhU(fU€ et des cnUes, 

Signé H. FÔRTOUL. 



N* 9987. — DécBST iMPéniAL qui ouvre an Ministre des Finances 
un Crédit sufflémentaire sur l'exercice i855. 

Da 29 Août iSS5. 

NAPOLÉON, par la grâce de Dieu et la volonté nationale f 
Empereur des Français, a tous présents et à venir, salut. 

Vu la loi du 19 juin i85/i portant fixation du budget général dei 
dépense:* et des recettes de Texercice i855; 

Vu le décret du i5 décembre suivant (1) conlenant reparution des 
crédits du budget des dépenses dudit exercice; 

Vu les articles ao et ai de la loi du 8 juillet 1 85a , concernaot la 
faculté d*ouvrir des crédits supplémentaires, par décret, en l'absence 
du Corps législatif; 

(1) Bull. 5i4i, n* s 193. 



Digitized 



by Google 



B. n* 393. ( 301 ) 

Sorie rapport de notre ministre secrétaire d*étal au département 

des finances, 

irons DicaéTé et dbgrétons ce qni suit : 

Abt. l*^ Il est ouvert à notre ministre secrétaire dYtat des 
finances, sar Texerrice i855, an crédit supplémentaire de la 
somme de quarante-quatre millions cin(f cent soixante-trois 
mille huit cent quatre-vingt-cinq francs vingt-quatre centimes 
(44,563,885^ 24*] pour les dépenses ci-après : 

DETTE PUBLIQOS. 

CsAPiTfis I*'. Renies quatre et demi pour cent io,iA8,Sg3' oo* 

■ iT. Rentes trois pour cent 3a,357,i 74 ce 

SBnVTCR us P0STB8. 

C1APITIE LiTi. Matérifl (timbres-poste) i8s,ooo 00 

■ LXTiii. Subventions (service postal de la Médi- 
terranée) 1,776,1 18 34 

ToTAi. 44,563.885 -^4 

2. La régularisation de ce crédit sera proposée au Corps 
législatif. 

3. Notre ministre secrétaire d*état au département des 
ÛDsoces est chargé de lexécution du présent décret, qui sera 
inséré au Bulletin des lois. 

Fait au palais des Tuileries, le ag AoAt i855. 

Sij;nA NAPOLÉON. 
Pur i*Eropcrour : 
Le Mwittn secrétaire d'état aa ddparlemttU 
des fititmces , 

Signé P. Maohb. 

R* 3988. — DéCRMT iMPéniAL qai Jixé Us Droits de doaane 
à rimporiadon des Machines, MécaniquMi, Outils, etc. 

Do a 9 Août i855. 

NAPOLÉON, par la grâce de Dieu et la volonté nationale, 
Ehfsudb DB8 Feançais, à tous présents et à venir, salot. 

Sor le rapport de notre ministre secrétaire d*état au départeiœnt 
^ ragriculture, du commerce et des travaux publics ; 

Vu notre décret du aa novembre i853 (1), qui a réduit le tarif 
d^importation delà fonte brute et des fers; 

Considérant qu*il importe dé mettre les droits établis à l'entrée des 

li)B«iLio$,n*689. 



Digitized 



by Google 



( 3qi ) 

nmiffMne» et mécaoîqnesi. d^» ouUb et anlre« dérivés 4» fer, ai rap- 
port avec !es droits qui exûlenl aujourd'hui sur la madère pranièrai 

ÂV0N3 DÉCBiTB et d^cbétoiis ce qui suit : 

ART. 1*'. Les droit» de douane à rirnpnrtalion sont établis 

ainsi qa*il ^uit pour les marchnndises ci-après désignées : 

F^al^ éfkuréa» dit» maiée, e» naiiA pesaol quiu&e kilograirnim .ou 

fW% * ; • 7^ l 

/platiné oa laminé, étamé , plomhé , cuivré, zîngué.. » . . Ao 

IKils de fer recou? erU d autres métaux ... 3o 

/ Même 
Cordes métallicj^ues blanches pour instru-i droit 
meots H^® Tacler 

( filé. 
(Ne seront considérés comme fils Aofor que ceux 
passés à la filière. ) 

f^^ / (en tôle do toute espèce 5q 1 §. 

i^ciev« jfilé, même blanchi pour cordea d*inatru- )S 

fmenis 70 

Ne seront considérés 
Comme tôlo.. que les feuilles de 30 à a5 centimètres 

de largeur au moins. 
Comme fils. . que ceux passés à la filière. 
I /Débris de vievx ouvrages en fer 8 

\ Ferrailles...! ( ^f^^ 

(Débris de vieux ouvrages en fonte < .™!, ^^^ 

\ brute. 

(Fixes • 3 S 

Pour la navigation 35 

Loconootives sans tenders 4o 

Pour la filature 4o 

Métiers à tisser ' 1 5 

Cardea non garnies. 3o 

Métiers à tulle 60 

A fabriquer le papier 3o S 

* lA ii-^rimer 3o ? 

AUircs Vp^„/|.^gricultUF€ l5 



g-7 

•s 3 

go. 

^ s 



^fi fluàvaneur \ ^ '. *** = 

B 2 I ' l^<^ggon^ de terrassements à caisse en bois \ ^ 



•g jg \ I et roues en fonte 

^*§ I iBateaux et nacelles de rivi^s. 



^ 



I' 



Ten4ers , chaudières gaiomëtres 1 « 

Appareils à sucre, k distiller, de chauf-[ 

îage , en fer » 

Antres ( **^ UlogwniiBei ou moins 65 

mi'i V r I '^0^ ^ *^^ kilogrammes. 45 

^ ^ * ]aoo à 1 ,000 kilocranomes 3S 

dén(r^esj^t''''tr^''''i-î^"'°'"*^ ^ 

\ nesant • 7 ^*^^^ * ^tOQQ kilogrammes i5 

'^ VPius de 5,000 kilogrammes , . aff 



Digitized 



by Google 



3a3. 



(3oa) 



9 



[niq«c« «i rnbtQft 4e otfdM de Imrt» ftpèf^, . 

s 5 kilogrammes ou moins. ^ . . ^ • . 

35 à 5o kilogrammes 

5oà loo lilo^ramnift. 

I oo à 300 kilogrammes 

400 i I ,ooo kilogrammes 

i,ooo à 3,5oo kilogrammes 

9»5oo è 5.000 kilogrammes 

PKis <fe 5,ooQ kilogrammes 

5 kilogrammes ou moins 

S A 35* litograrames 

35 à 5o kiio gr a mm aa, • . , , 

\ Plus de 5o kilogrammes 



Antret, 
en fofttc, 
po9ftnld 






Instruments (^^^ 

aratoires Faucillet •* ant*«. . 



Seran* 
m, peignes 



et râpes 



f 



■ 



s 
O 



à poîni^de fer ou 4e çuiv^. ^ •.,•,..«< k 

à pointes d^acier ^ , . \ 

â grosses tailles dites commnneê 

à polir. SMlhie*,{'^ .«•»»*«»»^ ^ 

^ j moins de 17 centî- 

p**"'- I «**«»... 

1 46 centimètres on phia »••.».., 

moins de 1 46 centimètres etjusqu'à 5ocen- 
Scîes avant 1 ^™^^r^» •* 9c\ts efrenlafres de plus 

de lonsn^ { ^^ ^^ cenlimëtres de diamètre 

»'**'*'• jdo 5o centimètres et au-dessona, et seioa 
eircnlaires de roomado lo «onlnuètrea 
dedîaiKiètrr.,..<«f «I 



9«0' 

«9 

65 
S» 

45 
35 
a5 

30 

i5 

lOO 

8o 
70 
fo 



Droite 
actuels. 

açtiiela. 

75 



Jkmtm. 



dopnrfer <.... 

de Ter recliai^^ d^acwf • • 

de pur acier 

defir..... .• 

'{de pur 9cier . . o^« • « 



iEq 

t3$ 

IlO 



175 



Drpita 
actaeb. 



%, La prime allouée par les lois d^s 6 imi i$4i 9t ix joia 
1^4^ % anx xnachines à vapeur 4e fabrication (rançw^ etpploy^es 
à^rd d^ uavi^s franchis afTeclés à la naviffatÎMint<u*nationalç 
iDâ^lme, continuera , pendant six mpls, a ^irç 1 «guidée 9W U 
biJé dei drplts fixés par la IqI du ^ juin 1^845, P^^é ce d^f^i* 
ti prime sera liijiiidée (Taprès lei drcats ^u^ détenn^iQ le prf> 
tenf décret 

$, ^08 miaUU:e& secrét&irea d*état au département de Tagri-s 
ddlare, du commerce et des traYW> pnÛie^ i 4t W c((ip«rte- 



Digitized 



by Google 



( ici ) .1 

ment des finances, sont chances, chacun en ce qui le concerne, 
de rexéculioudu présent décret. 
Fait au palais des Tuileries, le 29 Août i8â5. 

Signé NAPOLÉON. 
Par rEmpereur : 
Le Ministre de l'utjnçaltare, da comntiu 
ei des tiavanx paLUcs, 
Signé £. RouuBR. 



N* 3989. — DÉcnBT iMPÉnrAL qai autorise l'importation iemporain, 
en franchise de Droits , des Graines d' Œillette destinées à être coAver- 
ties en Huile, 

Du 39 Août i85S. 

NAPOLÉON, par la grâce de Dieu et là volonté nationale, 
Empereur des França^is. à tous préseuls et à venir, salut. 

Sur le rapport de notre ministre secrétaire d*état au département 
de ragriculliiie, du commerce cl des travaux publics; 
Vu l'article 5 de la loi du 5 juillet i836; 
Vu i*ordoiinance du 3 février ibA8 (i), 

Avons décrété et nicaiTOKS ce qui suit 

AiiT. I". L^s graine- d'œilkttc iuip :^5es soit par terre, soit 
par mer, sous pavillon fram^ais ou sous pavillon des pa)sd'oà 
elles sont originaires, pourront él're admises temporairement 
en franchise de droits pour être converties en huile, à charge 
d exportation dx) celle-ci , sous Ic^ conditions détermiuées par la 
loi du ô juillet i836. 

2. L'extraction de Thuilc de^dites graines ne pnorra avoir 
lieu que dans les poris d'entrepôt réel ou sur les frontières de 
terre, dans les localités où il existera, soit un bureau de tra4^'t, 
soit une douane principale. 

3. Les dé larants s'engageront, par une soumission valable- 
ment cautionnée, à représenter les graines d œillette pu ks 
huiles en provenant à toute réquisition du service peodaat 
toute ta durée de la fabrication » et à mettre en entrepôt oa à 
exporter, dans un délai qui ne pourra excéder six mois « les huile$ 
provenant de la mouture. 

* ' ■ ■ ■ ■ I ■ ■ ■ ■ ■■■ *■■ I ,11 I ■■■ 1 ■ ■ î I • , É— ^^ 

(i) ix*«érie, OuU. i45i, n* lii^iga. 



Digitized 



by Google 



B. n* 323. ( 3ô& ) 

4. Toute substitution, toute soustraction, tout manquant 
constatés par le service des douanes, donneront lieu à Tapplica- 
tiondes pénalités et interdictions prononcées par Tarticle 5 de 
la loi du 5 juillet i836. 

5. Le rendement en huile des graines d*œillette est fixé à 
trentesix pour cent du poids mentionné dans chaque permis 
délivré par le service des douanes. 

6. Les huiles extraites desdites graines qui, au lieu d*étre 
mises en entrepôt, seront directement exportées, devront être 
expédiées sous les conditions générales de transit, ou sur les 
fonuftlités déterminées par les articles (il et 62 de la loi 
du 21 avril 1818, saivant que leur expédition aura lieu parla 
voie de terre ou la voie de mer. 

7. N02» ministres secrétaires d'état au département de Tagri- 
calture, du coniîiierce et des travaux publics, et au départe- 
ment des finances, sont chargés, chacun en ce qui le concerne» 
de rexécution du présent décret. 

Fait au palais des Tuileries, le 29 Août i855. 

Signé NAPOLÉON. 

Par TEmperear : 

Le Mfnistntfe TatjrirnUnre^ du commerct 
et du tnofatup publics, 

Signé £. RomiER. 



N* 2990. — Décret impérial qui autorise Vndmission, en franchisa 
de Droits, des Bois de Noyer scié en plateaux, importés par Navires 
français. 

Da 29 Août i855. 

NAPOLEON, par la grâce de Dieu et la volonté nationale, 
Ehpbbecr des Français, à tons présents et à venir, salot. 

Sur le rapport de notre ministre secrétaire d*état au département 
de TagricnUare . du commerce et des travaux publics ; 
Vo rarticie ià de la loi du 17 décembre i8i4« 

Avons décréta et sicRi^TONs ce qui suit : 

Abt. 1*. Les bois de noyer sciés en plateaux, importés par 
navires français, sont admis en franchise de droits. 

2. Nos ministres secréuiret d'état au departeuieot de Tagri^ 



Digitized 



by Google 



( 3o« ) 
culture, da commerce et des travaux publics, et aq département 
des finances, soot chargés, chacua oû cç qui le CQacei:oe« de 
r«xécui!oa du présent décret. 

Fait au palais des Tuileries, le 2g Ao^t i855* 

Sîgn^ NAPOLÉOW. 
P«yV Empereur: 
Le Ministre tecrétairt idtMi m dép^ltmtmi éf fg yj i ift l Ni 
in OQmmerç$ 9k fUs irwui^x pallies. 

Signé £. Koumut. 



Jamont {Nord) « I'iiiy<r/a(«M et au irmsii de mftum$» UaithMnJim, 
Du 39 Août iS55. 

NAPOLÉON, par la grâce de Pieu et U vQloat^ Datieoakw 
Emperc^ur dis Français , à tous présents et à ve^ir, aii^ot. 

Sur le rapport de notre ministre secrétaire d*ét«i aa départeeieiA 
de Tagricultiire, du commerce et des travaux publics; 

Vu les lois des a8 avril 1816 et 37 mars 1817 « sur les douanes; 

Vu rariicle i** de la loi du 17 mai i8a6 relatif à Fimportation des 
laines en masse; 

Vu la loi du g février i83a , sur le transit. 

Avons décréta et DÉCRéTONS. ce qui suit : 

Art. l"a Le bureau des douanes de Jumont (Nord) est 
ouvert, 

1^ A rimportation des laines et des marchandises payant 
plus de vingt francs par cent kilogrammes, ou nominativemeiit 
désignées par Tarticte 8 delà loi du 37 mars 1817; 

2^ Au transit, tant à lentrée qu'^la sortie, des marchandises 
tarifées et prohibées. 

% {ioa n^uiatres secrétaires d'étal au département àt ÏÊgn- 
culturel, du çqminerea et desi travaux publioa, et au AépiFle^ 
ment des finances, sont chargés^ .chacun ou ce qui le. qpd- 
cerne, de l'exécutiou du préseut décreit» 

Fait au palais de# Tuiiww»» U 91g A^it lô56k 

%oé na^qUoh 

Par l*£inpereor : 
Ja UiniHn 4* i*^if H/aiiVi 4» ç^^^^f 
et des travaax publics. 

Signé E. KOOBER^ 

In l I <» a iu ii j . . 



Digitized 



by Google 



B.n« 323. ( 3o7 ) 

N^ 3992. — * DécnsT imPÉMiÀL <fai autwsej, oomm$ Cou^réfati^ 

dirigée par une Supérieure générale, l'Association Jki DaniH feligiémiê^ 
de Saint-Paal, à Angoaléme, 

I>u ag Aoât i855. 

NAPOLÉON, pi^r la grâce de Dieq et la volonté nationale, 
Empereca desFrança)s, à tous préseots et à venir, salut. 

Sur le rapport de noire ministre secrétaire d*état au département 
de rinslruction puUiqne et des cultes; 

Vtt la demandô forméa par le conseil d'adminiAlrnlîon de Tassocia- 
tion des Dames religieuses de ^aint-Paui, it Angoulême (Charente), 
dans le but d'êtrç^ autorisée comme congrégation à supérieure géné- 
rale; 

Vu la déclaration des religieuses de celte association portant qu'elles 
adoptent les statuts delà congrégation des Dames de Sainte-Marie de 
la Providence, dont la maison mère est à Saintes (Charentelnfé- 
lieure ) ; 

Vu la copie de ces statuts, signée, en témoignage d'adhésion, par 
les sœurs du Cœur-lmmacuIé-de-Marie, et revêtue de Tapprobation 
de révêque d*Angoulcme; 

Va le procès-verbal de Tenquéle de comniodoet incommoda^ qui a eu 
lieu à Anjioulème; 

Vu Tétai de Taclif et du pa^if dera930cialion de» Dames religieuses 
de Saint- Paul ; 

Va Tavis du conseil municipal d' Angoulême, en date du 17 février 
i855; 

Vu les avis de Tévéque d*Angoulême et du préfet de la Charente, 
en date des 22 novembre i854 et 25 avril i85S; 

Vu le décret impérial du 22 juillet i853 (1), qui a approuvé les 
statuts de la congrégation des Dames de Sainte-Marie de la Provi- 
dence à Sainte.s; 

Vu la loi du 2a mai 1 83 5 ; 

Va la loi du i5 mars i85o, sur renseignement ; 

Xotre Conseil d*état entendu , 

Avons DZCRiiÉ et décrétons ce qui suit : 

Abt. l*'. L'association des Dames religieuses de Saint-Paul, 
à Angoulême (Charente) , est autorisée comme congrégation 
fcig é e par une supérieure générale, à la charge de se con- 
former anx statuts Je h congrégation des Dames de Salnte- 



Digitized 



by Google 



( 3o8 ) 
Marie de la Providence, à Saintes (Charente-Inférieure), ap- 
prouvés par décret impérial du 23 juillet i853, et que Tasso- 
ciation des Dames religieuses de Saint-Paul a déclaré adop'er. 

2. Notre ministre secrétaire d*état an département de fins- 
truction publique et des cultes est chargé de Texécution du 
présent décret, qui sera inséré au Bulletin des lois. 

Fait au palais des Tuileries, le 29 Août i855. 

Signé NAPOLÉON. 

Fur i*£iDpereur : 

Le Ministre $ecràain Jtétat am d^rtemeHi de rmiùmetimik 
publique el des euhu. 

Signé H. FoBTOfriM 



N* 3993. — DÉcnBT lUPÉRiAL relatif à la création tm Èviché 

à Laval. 

Du 3o Août i85S. 

NAPOLÉON, par la grâce de Dieu et la volonté nationale. 
Empereur des Français, à tous présents et à venir, salut. 

Sur le rapport de notre ministre secrétaire d*état au département 
de rinslruction publique et des cultes; 

Vu la loi du 5 mai i855 portant qu'il pourra être créé à Laval 
(Mayenne) un nouveau si(^ge épi'^copal dont rétablissement et la cir- 
conscription seront conccHés entre le Saint Siège et le Gouvernement; 

Vu la bulle délivrée, le 3o juin i855, $ur noire proposition, par 
Sa Sainteté le Pape Pie IX, et portant érection d*un évéclié à Laval; 

Vu la lettre, du 19 août i855 , adressée à notre ministre secrétaire 
d*élat au département de Tinslruction publique et des cultes par 
Tarchevêque de Nicée, nonce apostolique de Sa Sainteté le Pape 
Pie IX; 

Vu la loi du 18 germinal an x (article i*']; 

Notre Conseil d*état entendu , 

Avons vi/cxtàti et décrétons ce qui suit : 

Art. l*'. Le département de la Mayenne formera , k Taveoir, 
un diocèse suflragant de la métropole de Tours. 
Le siège épisropal sera établi à Laval. 
2. La bulle, délivrée à Borne, sur notre proposition, par Sa 



Digitized 



by Google 



Sainteté le Pape Pie IX, la veille des calendes de jaillet ( 3o juin ) 
de Tannée de Fîncarnation 1 855 , pour Térection et la circons- 
cription de révéché de Laval, est regtie et sera publiée dans 
FEmpire en la forme ordinaire. 

3. Ladite bulle est reçue» sans approbation des danses, for- 
mules on expressions qu elle renferme et qui sont .ou qui pour* 
niieal être contraires à la Constilution, aux lois de TEmpire, 
mx franchises, libeités et maximes de IVglise gallicane. 

&• Ladite bulle sera transcrite, en latin et en français, sur 
les registres du Conseil d'état; mention de ladite iranscription 
sera faite, sur Toriginal, par le secrétaire général du Conseil. 

5. Notre ministre secrétaire d*état au déparlement de Fins- 
tmction publique et des cultes est chargé de Texécution du 
prêtent décret, qui sera inséré au Bullelm des lois. 

Fait au palais de Saint-Cloud, le 3o Août i855. 

Signé NAPOLÉON. 

Par TEmperenr : 

L$ Mimstn secrétaire Jtétat au iépartemstd 
de rinstrucùoR pahUque et des cultes. 

Signé H. FoRTOOL. 



N* aggA* — Dcgrbt impérial (conlre-sîgné parle ministre de Tagri- 
collare, du commerce et des travaux publics) qui prononce le 
déclassement de la partie de la roule déparlemenlale du Lot n* 6, 
de Cahors è Moisiac, dite embranclietneat de rUospitalet, {Paris, 
à JuiUet 1855.) 

Vr 3995. — DÉCRET IMPÉRIAL (coulre-signé par le ministre de raeri- 
culture, du commerce et dos travaux publics) portant que lar* 
ticle 1* du décret du 10 février i85& (1) sera rectifié ainsi qutl 
soit : 

iLes dispositions de Tarticle 3o de la loi du 16 septembre 1807 
t lont déclarées applicables , au profit de TÉtat et de la ville de Lyon , 
«aux propriétés privées situées, 

« 1* Sur la rue Nationale, et comprises sons les n*" 1 à aS du plan 
«et du tableau indicatif annexés au décret; 

I a* S^r la rue du Port-Mouton (n** 4i et 4a) ; 

(1) BolLr 178, B* aSo6. 



Digitized 



by Google 



(3io| 

« 3* Sur le quai Javr (n- /i3 à 53 ) ; 

« 4* Sur la rue du Mont-crOr (n"' 54 à 6o); 

« 5* Entre le pont de rOiselière et le ponl de la Gare (n* 6i ) , dan« 
• le cas où ces propriél^s seraienl reconnues avoir acquis une pW 
t value par suite des travaux à exécuter en vertu du décret du 3i dé- 
tcecnbre i853 portant déclaration d'tititilé publique de Tentreprise 
ctdtt quài de Vaise^ »ur la rire droite de la Saône. • {Paris, à MM 
i86S.) 

N* 2996. •— McBfet îM^RiAL (contresigné par le ministre deTagri- 
ciilture, du commerce et des travaux publics) portant, 

1* Qu'il sera procédé à la rectification de la roule départemenlale 
de Saône-et Loire n^ 10, d^Autun k Beaujeu, enire la Clayette et la 
limite de la Loire, suivant la direction générale indiquée par déS 
traits rouges sur le plan visé par Tingénieur en chef, le 7 janvier 
i854; 

a** Que Tadministralion est autorisées faire Tacquisition des terrains 
et bâtiments nécessaires à Texécution de cette rectiOcation, en se con- 
formant aux dispositions des titres II et suivants de la loi du 3 mai 
i84i« sur 1 expropriation pour cause d'utilité publique. (Paris, 
h Juillet 1855.) 

N* 2997. — DÉCRET IMPÉRIAL (contre-signe par le ministre de Tagrî- 
cuiture, du commerce et des travaux publics) portant, 

1' Qu*il sera procédé à la rectification de la route départementale 
de SaAne-et -Loire n* 10 , d'Aulun à Beaujeu .entre Ton Ion- sur- Airoux 
el Perrecy les-Forges , suivant la direction géii<!Tale indiquée en rose 
sur le plan visé par l'ingénieur en chef, le 20 mai i853; 

a* Que Fadministralion est autorisée à faire rttcquisilion des ter- 
rains et bâtiments nécessaires à l'exécuiion de cette rectiOcation, 
en se conformant aux dispositions des titres 11 et suivants de la loi 
du 3 mai i84i« sur Texproprialion pour cause d'utilité publique. 
[Parit,àJniiUtiH65.) 

N* 2998. — DÉCRET IMPÉRIAL (contrc-signé parle minisfre de Ta^- 
dilture, du commerce et des travaux publics) portant qu'il y â ur- 
gence de prendre possessif)n , pour l'établissement du cfieiuin de 
fer de Paris à Mulhouse, de diverses parcf^lles de terrains non 
bâties, situées sur le territoire de& communes de Danjoutin, Oan- 
nemarie, Ballersdorfl\ Tagol<»licim et lllfurth (HaulRliia) ; lesdiles 
parcelles dé>ignées sur trois plans et dans cinq états iodicatils qui 
resteront annexés au décret. [Paris» k Juillet 1855,) 



Digitized 



by Google 



B. n* 3a3. ( Sii ) 

IT :t^9* — Dl(CftifiT iap#.RiAL (contrë-signé par )e ministre de Vagri- 
lÊtiUuire, d\i CDrtinierce Pi des iravaux publies) portant qu il y a ur- 
gence de prendre possessions pour rétablissement du cbemîn de 
fer de Paris à Caen et à Cherbourg, de diverses parcelles de 1er- 
nixxs non bâties, situées sur )e territoire des communes de Monde- 
«i11« «t de Caen {Calvados) ; lesdites parcelles désignées par une 
teînie rose stit deux pians, avet état indicatif, qui resteront «n- 
nexéi ftH décret. (Paris, ià Juillet iS5S.) 



N* 3ooo. — DÉCRET iMPÉniAL ( contre-sigtiô par le ministre de Tagri- 
culiure, du commerce et dea iravaux publics) portant, 

I* Qu*il aéra procédé à la reotificatioa de la route impériale a*" i43« 
^e Qermont à Tours, dana la cèle de Méris, suivant la direction 
ffjénérale indiquée pts une ligae rouge pointillée, depuis l«s Vîliales 
ysÊsqamu chemin des moulins, et par une ligne rouge pieitie, depuis 
ce chemin jusqu'au pont des Peyrassicrs , sur le plan visé par Tin- 
gèoieur en chef de l'Allier, le 4 septembre i854; 

3* Que radministratioa est autorisée à faire Tacquisition des ter- 
rains et bâtiments nécessaires k Texécutioa de cette rectification, 
en se conformant aux dif<posilions des titres II et suivants de 4a loi 
du 3 mai i84ii sur Texpropriation pour cause d'utilité publique. 
(Paru, 2i Juillet 1855.) 



If^Sooi. — > DicKET IMPERIAL (contre-signé par le ministre de 1 agri- 
culture, du commerce et des travaux publics) portant, 

1* Qu'il sera procédé k la rectification de la route impériale n" 67, 
de Saint-Dizicr i Lausanne, entre Pouîlley-Ies-Vignes et Besançon, 
aaivant la direction générale indiquée par un tracé rouge sur le pian 
que Tingénieur en chef du Doiibs a visé sons la date du 39 mars ib55; 
3* Que Tadminislralion est autorisée à faire Tacquisition des ter- 
rains et bâtiments nécessaires à i*exécution de cette rectification, 
en se conformant aux dispositions des litres II et suivants de la loi 
du 3 mai i84i 1 sur Texproprlalion pour cause d'utilité publique^ 
[Paris, fi Jadkti855,) 



N*3ooa. — DECRET impérial (contre-signe par le garde des sceaux, 
anntsti^ de la justice) qui ëxe, 

i* A neuf, le nombre des avoués près le tribunal de première ins- 
tance de Besançon, département du Doubs; 

a* A trente-trois , \e nombre des huissiei-s du tribunal de première 
tiisiiaiC9diTMre,dépor«ettie&t d'Iiidre-et*Loire; ' 



Digitized 



by Google 



(3ia ) 
3* A vingt-huit, k nombre des huissiers du tribunal de première 
instance d^Oriéans, département du Loiret. {Paris. 25 Juillet 1855,) 



N* 3oo3. —DECRET IMPERIAL (contre-signé parte minisire delagri* 
culture, du commerce et des travaux publics) portant qo*il j a 
urgence de prendre possession, pour rclablissenienl du chemin de 
fer de Bordeaux à Cette, de diverses parcelles de terrain, non 
bâlies, situées ïtur le territoire de la commune de Coursan (Aude), 
lesdltes parcelles désignées dans un éiat indicatif, lequel restera 
annexé au décret. {Paris, 3 Aoât 1855,) 



N* 3oo4* — DECRET IMPERIAL (conlre-signé par le ministre deVagri- 
culture, du commerce et des travaux publics) portant qu'il j a 
urgence de prendre possession, pour rétablissement du chemin de 
fer de Bessègfs à Alais, de diverses parcelles de terra jii non bâlccs , 
situées sur le territoii-e des communes d'Alais, de Saint- Privat-des- 
Vieux, do Rou5»on, des Mages, deSaint-Ambroix, de Mayrannes 
et de Robiac (Gard), lesdiles parcelles désignées dans un état in- 
dicatif, et sur huit plans qui resteront annexés au décret. {Paris, 
3 Aoât £855) 

N* 3oo5. — DécBET IMPERIAL (coutre-sigué par le garde des sceaux, 
ministre de la justice) qui fixe à six le nombre des avoués près le 
tribunal de première instance de Sedan, déparlement des Ardennes. 
{Paris, à Août i855.) 



CertiBé conforme : 

Paris, le 8 ' Septembre i855. 

Le Garde des Sceaax, Ministre S ecrélain 
d'état aa département de la Justice, 

ABBATUCa. 



* Cette date est celle de la réception da BnliatiD 
an miuistère de la Justice. 



Imprihebib iMpiauLB. — 8 Septembre i855. 



Digitized 



by Google 



(3i3) 

BULLETIN DES LOIS. 

N» 324. 



N* 3oo6. — DâcRBT IMPÉRIAL qoi proclame i57 Cêutons 
de Brevets d'invention. 

Du 10 Juillet i855. 

NAPOLEON, par la grâce de Dieu et la volonté nationale, 
EiPEREUR DES Fr\nçms, à tous présents et à venir, salut. 

Sor le rapport de notre ministre 9ecrétaîre d*état au département 
Jefagriculture, du commerce et des travaux publics; 
Varaiiîcle ai de la loi du 5 juillet i8M> 

DécnàTB: 

Am. 1*. Sont proclamées : • 

i' La cession enregistrée aa secrétariat de la préfecture du département 
^\a Sfine, le 4 février i854« faite , suivant acte en date du ai janvier 
■^ année, à la société Louis Pauris, dont le siège est à Lille, rue Esquer- 
■oiie, n' a4i par le sieur Morey, de partie de ses droits au brevet d*inventton 
^qninieans pris, le ai septembre i85i, parle sieur Armengaud aîné, dont 
Uitneor Morey est cessionnaire , pour des applications du caoutchouc ou de 
^pt^P^rcha mélangés, ensehibie ou séparément, avec d'autres substances 
^rmdent les objets plus ou moins durs, plus ou moins flexibles, et qui leur 
tti^enl Télasticité plus ou moins complètement (Cette cession ne concerne 
^e k Dèrication des manches de couteaux et autres instruments en fer et en 
lÔCfonnis de manches en caoutchouc] 

2* U cession enregistrée au secrétariat de la préfecture du département 
«e il Seine, le 4 février i854, faite, suivant acte du ai janvier même an- 
^1 à U société Louis Pauris , dont le siège est à Lille, rue Esquermoise, 
>' ^it par le sieur Morey, de partie de ses droits au brevet d*importalion et de 
K(|cctlonnement de quinze ans délivré, le 1 6 avril 1 844. au sieur Newton, dont 
wiienr Morey est cessionnaire, pour des perfectionnements apportés à la 
F^pttitioD du caoutchouc et à la fabrication de tissus ou autres (mjets dans 
^ods le caoutchouc forme une partie intégrante. (Celte cession ne cou- 
1^ ({ne la fabrication des manches de couteaux et autres instruments en 
^ctea acier munis de manches en caoutchouc.) 
3* La cession eoregistrée au secrétariat de la préfecture du département 
*^Htiite-Sa6ne, le ii mars i854, faite, suivant acte «n date du si sep* 

Xf S4ri0. 22 



Digitized 



by Google 



( l»4 ) 

ie» siears Gâche frëres , de partie de leurs droits au brevet d mvention de 
quinze ans quils ont, pris, le 31 décembre i848, pour une disposition de bi- 
teau à vapeur particnlièrcmept applicable à U navigation suc Us canaux et sur 
les rivières éupoite^ (L» préicnte eossioa n» confère aux sieur9> Paret père el 
fils le droit exclusif d^exploitation des bateaux brevetés que dans le parcours, 
sur ia Sadne , entre les villes de Gray et de Lyon. ) 

4* La cession enregistrée au te^iétariat cj la préfecture du d<^partemenl 
de la Seine, le 1" juin 1 85 &, faite , suivant acte du 8 mars même année, con- 
firmé par acte du a4 novembre suivant,, aa si^r Lou^vAÛBiérCâttiffe Macé, 
marchand de porcelaines, demeurant à Paris, rue de Choiseul, u* 90« parle I 
sieur Chanon» de ses droits au brevet d'iavention de (|uijize ans qail aprisje 
2 août i85o, pour Tàpplication de la lithographie à la poterie, cristaux, por- 
celaines, etc. 

5** La cession enregistrée au secrétariat de la préfecture du département 
deflsère, le 1" juillet i85df faite, suivantacte en daledu 10 juin même an- 
née, au sieur Alexandre Depas, négociant domicilié à Grenoble, par iesieor 
kt^Bor, de ses droits au brevet d'iovcnlion d* quinze ans pris, le St octobre 
184 8, païF le sieur Pigmëra, dpnt ii^ est cessionnaife, pour une pQmpa ss^* 
rante et refoulante dite africaine, (Cette cession ne confère au sieur Depas le 
droit exciuâif d'exploitation qtt« daae TéteiMhio des départements de i*Ardèche > 
du Gard et de rHévault.) 

6° La cession enregistrée au secirétaziat de ï^ préfecture du départenient 
de la Seine, le 1" juilkt i854, faite, suivantacte en date du a 3 juin même 
année, au sieur Jacques-Victor Aiips, n('gociant, demeurant à Paris, riMiles 
Jeûneurs, n** sS, par le sieur Crespelle, do ses droits au brevet dHnvention de 
quinze ans pris, le 5 octobre i853, par lesdits sieurs Alips et Crespelle, poor 
nn système de cbàisis applicable aux machines à imprimer sur cbâies et sur 
étoSips aa mètre. 

7* La cession enregistrée au secrétajriat de la préfecture du dépQdemeit 
dtt Rhdne, le 5 juillet i8&4> f&ite« suivant acte ea date du 24 juin même aa- 
née , aux sieurs J«an-Fran^ois Coiguet père et fils , fabricants de produits clo- 
miques, demeurant à L)oa, rue de la Paix, n** 1, section de U Guillotièra, 
par le sieur Albright^d^ tous ses droits au brevet dinveutioa de quinze ans 
qu il apris, le 37 juin i85 1, pour la transforma tioa du phosphore ordinaire da 
commerce en phosphore amorphe. « 

8** La cession eoregi&trée «u secrétariat de la préfîectttre du dépaHemeol 
de 1a Seine, le 5 juillet i854» faite, suivant acte en date du 39 mars mêse 
année, au sieur Henri Scelios, mécaoictea demeurant à Paris, rue du Buis- 
son Saint-LouL», n** a a, par le sieur Benoit-Jean , de sca droits au brevet d*io- 
ventioa de quinze ans pria, le 37 décembre i86a, |)ar leadits sieurs Benoît* 
Jean et Scelles,, pour un système de distribution applicable aux marteaux-p»- 
Ions à vapeur et à diverses îadustries. 

Si** La cessi<>« enrej^istrée au. secrétariat de la préfecture du départemeal 
de la Seine V Ia 5> juiikH «854,* faite, suivant acte en date des a5 mars et 
a3 juin ménM année, à ia société CaHier et compagnie, dont ie siège est à 
P^is, rue S«int- Louis au MUurai», n*" 36, par le sieur BiMirières, de ses droili 
ail, brevet d'invention de qniua^ aI^s qu'il a pris, k 90 dt^cembre i8ô3i pour 
des perfectionnements à une oiachine à laver et à lessiver le linge. 

io** La cession enre^pstrée au secrétariat de la préi'ecivre du département 
de U Seine, le 1 1 juillet \854 , faite, suivant acte en date du 8 mai, mdme 



Digitized 



by Google 



B.n*3îi4. ( 3i5 ) 

ttaahy è la société Charles Ballet et compagnie, dont la aîége est à Paris, str 
le sieor Lemaire, de ses droits aa brevet d'invention ie quinze ans qu il a pris , 
le 17 décembre i853, pour perfectionnements dans la prépaxatioa, le trait*' 
meot et le tannage des peaux pour la fabrication des cuirs, 

11' La cession enregistrée an secrétariat de la préfecture du déparlem^ai 
deliSeioe, faite, suivant acte en date du g mai même année, au aieurValé^ 
nos (Lnois-Charles) , comte de Noue, demeurant à Paris, rue d'£nfer, n* i4« 
m la société Charles Ballet et compagnie , de ses droits au brevet d 'iovcntioil 
defÛDzeans pri$,k 17 décembre 1 853, par le sieur Lem^tre , dont la S9* 
dki est cessionnaire, pour perfectionnements dans la préparatioo , la teaite* 
^ meot et le tannage des peaux pour la fabrication des cuirs. 

11* La ceasion enregistrée au secrétariat de la préfecture do dépariameal 
delaSeinc, le i5 juillet i8Sd , faite, suivant acte en date du 4 dudilmoia, 
;-aoxiieors Cbarles Lewandoski, demeurant à Belleville, rue de Paris, n* Ao, 
et LoDis-Âuguste de Bongars, négociant, demeurant à Paris, me Cadet, 
11*18, par le sicar Alves de ses droits au brevet d'invention de quiiue ana 
qu'ils pris, le 29 décembre i853, pour un système d'appareil à eau^ ga* 
^ lenses. 

i3* La cession enregistrée au secrétariat de la préfecture du département 

(leUSeioe, le 20 juillet i854, faite, suivant acte en date du 4 dudit mois, 

; an sieur Antoine-Pierre de Géminy, homme de lettres, demeurant à Paris,, 

I me Neave-des-Matburins, n* 77, parle sieur Cbiandy Bey, de ses droitf an 

» Invel d'invention de quinze ans qui! a pris, le i3 octobre i853, pour bina^ 

•cbimeDt et désinfection des corps gras, en géniral » tels que suif et. autres, el 

séparation de Toléine, de la stéarine dans ces corps. 

il* La cession enregistrée au secrétariat de la préfecture du département 

delà Seine, le 10 juillet i854, faite, suivant acte en date du 4 dudit mais, 

pvle sieur de Géminy à la société en participation formée entre les sieurs d« 

Géniny et de la Ferrière pour l'exploitation dans toute la France (ratroa- 

disienufntds Marseille excepté] du brevet d'invention de quinze ans pris, le 

i3 octobre i85q, par le sieur Cbiandy Bey, dont ledit sieur de Géminy est 

ctssioDQairc , pour blanchiment et désinfection des corps gras, en général, 

^([w soif et autres , et séparation de l'oléine , de la stéarine dans ces corps. 

ib* La cession enregistrée au secrétariat de la préfecture du département 

j|eU Seine, le 30 juillet i854, faite, suivant acte en date du i5 dudit mois, à 

^tal, pour le service du département de la guerre, par le sieur Avt'ry, de ses 

v^its itt brevet d'invention expirant le 1 9 octobre 186Ô, qu'il a pris, le 4 jan- 

^^ i853, pour des perfectionnements dans les machines servant à coudre lea 

étoffes, peaux, etc. 

'fi* La cession enregistrée au secrétariat de la préfecture du département 
delà Seine, le 26 juillet i854) faite, suivant acte en date du ta dudit mois, 
*^uearsLouisLebcl, marchand cordier, Louis Cordicr, vétérinaire, etLouis- 
Hippolyte Prévost, marcLand boulanger, demeurant tous trois à Soissona, paf 
>i société Lcsobre, Ménard el compagnie, départie de ses droits au brevet d in* 
^tioD de quinze ans pris, le 8 avril i85i, par le sieur Rolland, dont ladite 
i^^ciétéestcessionncire, pour uu four circulaire propre ala cuisson du pain, etc. 
tvec àlre mobile ou reposant sur une plaque tournante, avec foyer indé- 
P^ot et tuyaux répandant la chaleur eu dessous, sur les côtés et aa-dcs- 
io^dela partie destinée à la cuisson-, le tout formant un système complet 
dicoDomie de temps et de combustible de toute nature, avec un thermomètre 
'^lear de la température ou indicateur de la température. (La présente 



22. 



[ 



Digitized 



by Google 



(,3i6) . 

cession ne contre aax siears Le1)el , Cordicr et Prévost le droit exdosif d'ex- 
ploitation que dans les arrondissements Je Laon et de Soissons ( Aisno] .) 

1 7** La cession enregistrée au secrétariat de la préfecture du dépariemeDt 
de la Seine, le sS juillet i85d, faite , suivant acte en date du la dudit moii, 
aux sieurs Louis Lebel , marchand cordier, Louis Cordicr, vétérinaire etLouis- 
Hippolyle Prévost, marchand boulanger, demeurant tous trois àSoîssons, par 
la société Lesobre, Ménard et compagnie , de partie de ses droits au brevet dla- 
vention de quinze ans pris, le 1 1 avril 1 85 1 , par le sieur Rolland, doot ladite 
société est cessionnaire , pour un pétrin mécanique propre au pétriMsge de 
toute pâte de boulangerie ou autre, d*une mise facile à mettre en mouvement, ^ 
et offrant tous les avantages de simplicité, d'économie et de propreté désira- \ 
blés. (La présente cession ne confère aux sieurs Lebel, Cordicr et Prévost le 
droit exclusif d*exploiiation que dans les arrondissements de Laon et de Sois- 
sons (Aisne).] 

i8* La cession enregistrée au secrétariat de la préfecture du département 
du Haut-Rhin, le a5 juillet i854, faite, suivant acte du 7 juillet, même année, 
au sieur Léopold Mûller fils, constructeur de machines À Thann, par lei 
sieurs Perrin et Amould, de leurs droits au brevet d'invention de quinte ans 
qu'ils ont pris, le 1 2 juillet 1863 , pour un renvideur mécanique applicable à 
tous les métiers à filer mull-jenny, en général, soit à cordes, aoit à engre- 
nages, dont le rcnvidage s'est fait jusqu*alor8 à bras d'ouvrier. 

19* La cession enregistrée au secrétariat de la préfecture du département 
delà Seine» le a8 juillet i854i faite, suivant acte en date du 9 septembre 
18S0, aux sieurs Jean-Ulric Durst, négociant, demeurant à Paris, rue du ^ 
Caire, n* 33, et Richard Munt, négociant, demeurant à Londres , Wod-Street, 
n' 4o , par le sieur Depouilly-Gooin, de ses droits au brevet d'importation et 
de perfectionnement de quinze ans délivré ,1e 4 tnai i84o« au sieur Vouilloo, 
dont il était cessionnaire, pour un moyen de fabriquer sans filage, ni tissage, 
toute espèce d'étoffe de laine, de coton ou soie, coton et soie mélangés, laine 
et soie mélangées, et pour amélioration dans la manière de préparer le poil de 
vaches et de bestiaux propre à produire quelques-unes des fabrications d'étofles 
ci-dessus. 

ao* La cession enregistrée au secrétariat de la préfecture du département 
de la Seine, le 38 juillet i85d, faite, suivant acte en date du 3o juin, même 
année, au sieur Jean-Baptiste Vidal, ancien notaire, demeurant à Paris, rue 
de Bondy, n* 36, par le sieur Jullieune, de partie de ses droits au brevet d'io- 
vention de quinze ans qui! a pris, le 4 novembre i85o, pour une machine 
à mouler la brique. (Cette cession ne confère au sieur Vidal le droit exclusif 
d*eiploitation que dans la localité de Sarcelles et dans un rayon de vingt kilo- 
mètres alentour, établi de manière à longer le département de la Seine et , 
comprenant la moitié de la distance qui existe entre Sarcelles et Herblay.) 

2 1* La cession enregistrée au secrétariat de la préfecture du département 
de la Seine, le a8 juillet i854t faite, suivant acte en date des 37, 38 et 
3ojuin, même année, aux sieurs Jacques-Jean-Baptiste Gérente, chjmrgien 
dentisle, demeurant à Paris, rue Laffitte, n"* i3, Armand- Pierre-Henri 
Gaugain, demeurant à Herblay (Scine-et-Oisc), et Félix François de Saint- 
Andrieu, demeurant à Paris, rue^aint-Nicolas-d'Antin, n* 69, par le sieur 
Jullienne, de partie de ses droits an brevet d'invention de quinxe ans, qu'il a 
pris, le 4 novembre i85o, pour une machine à mouler la brique. (Cette ces- 
sion ne confère aux sieurs Gérente, Gaugain et de Saint-Andrieu, le droit 
exclusif d*exploitation qne dans un rayon de vingt-quatre kilomètres autour de 



Digitized 



by Google 



B.ii*32i. ( 3j7 ) 

la commuDe d*Herbiay, ce rayoD limité, d*on côté, par le département de la 
Seine, et d'ao autre côté, par la moitié de la distance qui sépare la commune 
d*Herblay de celle de Sarcelles.) 

3a* La cession enregistrée au secrétariat de la préfecture du département 
de la Seine, le a 8 juillet 1 85d , résultant d uo jugement rendu par fe tribunal 
ciiil de première instance de la Seine, le 39 juillet iSSa, conGrmé par un 
arrêt de la cour cPappel du a a novembre i853, déclarant la société Rohlf- 
Sejrig et compagnie, dont le siège est à Paris, rue de TÉobiquier, n* 4a , secd 
propriélaîrc du brevet d'invention de quinze ans pris, le 11 janvier i85i» 
par les sieurs Lanfret et Mermet, pour une disposition dans les appareils 
centrifuges. 

aS* Ui cession enregistrée au secrétariat de la préfecture du département 
de la Seice, le a8 juillet i854« faite, suivant acte en date du 8 dudit mois, 
au sieur Raphaël Jéramcc, demeurant À Paris, rue Martel, n* 4, par le sieur 
1>ejeaa,de ses droits au brevet d*invention de quinze ans qu il a pris, le 
5 septembre 1 853 , pour divers appareils destinés À la compression de lair et 
du gaz. 

a 4* La cession enregistrée au secrétariat de la préfecture du département 
de la Seine, le 39 juillet i854« faite, suivant acte en date du 9 septembre 
]85o, aux sieurs Jean-Ulric Durst, négociant, demeurant à Paris, rue du 
Caire, n* a3, et RicbardMunt, négociant, demeurant à Londres, Wod-Street, 
n* 4o, par le sieur Depouiily-Gouin , de ses droits au brevet d'importation, 
d'invention et de perrcctionncment de quinze ans délivré, le a juillet i84o, 
an sicnr Vouillon« dont il était cession naire, pour des améliorations apportées 
am machines à fabriquer les draps ou étoiles, soit en pure laine, soit en mé- 
lange de laine et polis d'animaux, par le procédé de feutrage et sans avoir 
recours au filage ni au tissage. 

a 5* La cession enregistrée au secrétariat de la préfecture du département 
de la Seine, le i** août i854, faite , suivant acte en date du 3 juillet i853, 
au sieor Alciandre-Charles-Pierre-Louis Deville-Chabrol, demeurant à Paris, 
rue Jean-Goujon, n° 5'a, par le sieur Coquet-Vivien, de ses droits au brevet 
d'invention expirant, le ao avril i863, pris, le 9 avril i85o, par le sieur Morey, 
dont il est cessionnaire, pour une machine à coudre. 

26* La cession enregistrée au secrétariat de la préfecture du déparlement 
de la Seine, le l'^août i854« faite, suivant acte en date du a a juillet, même 
année, aux sienrs Auguste Debeaux et Alexandre Uzel, négociant, demeurant 
tons deux à Valence (Drôme), par la société Lesobre, Ménard et compa- 
gnie, départie de ses droits au brevet d'invention de quinze ans pris, le 8 avril 
i85i parle sieur Rolland, dont ladite société est cessionnaire, pour un four 
circnlaire propre à la cuisson du pain, etc. avecâtre mobile ou reposant sur 
one plaque tournante, avec foyer indépendant et tuyaux répandant fa chaleur 
en dessous, 5nr les côtés et au-dessus de la partie destinée à la cuis.son; le 
tout formant un système complet d'économie de temps et de combustible de 
toute nature, avec un thermomètre régulateur de la température ou indicateur 
delà température. (La présente cession ne confère aux sieurs Debeanx et 
Ozel le droit exclusif d'exploitation que dans le département de l'Ardèche. ) 

37* La cession enregistrée au secrétariat de la préfecture du département 
de la Seine, le i** août i854, faite, suivant acte en date du aa juillet même 
année, aux sieurs Auguste Debeaux et Alexandre Uzel, négociant, tous deux 
tlemeurant à Valence (Drôme), par la société Lesobre, Ménard et compagnie, 
^partit de ses droits au brevet d'invention de quioie ans pris, le 11 avril 



Digitized 



by Google 



( 3i8 ) 

i85i , par le sieur Rolland, dont ladite société est cessionnaire, pour un pé- 
trin mécanique propre au pétrissage de toute pâte de boulangerie ou autre, 
(Tiinè mise facile à mettre en mouvement et olTrant tous les avantagea de sim- 
plicité, d'économie et de propreté désirables. (La présente cession ne conf^ 
aut sieurs Deboaux et (]zel le droit exclusif d'exploitation que dans le dépar- 
tement de rArdècbr.) 

38^ La cession enregistrée au secrétariat de la préfecture du département 
de là Seine, lé 3 août i854. telle quelle résulte d'un acte d adjudication du 
33 décembre i853 , au profit du sieur Julcs-Élicnne Jourdain, fabricant de 
jaiYeliëres, demeurant à Paris, rue des Vieiiies-Haudricltes, n* 3, du brevet 
d^invention de quinze ans pris, le 37 octobre i85i , par les sieurs Jourdain et 
Picot, pour des agrafes à griffe. 

39* La cession enregistrée au secrétariat de la préfecture du département 
(te rôisc, le 3 août iSSd, faite, suivant acte en date du 19 juillet, même 
année, au sieur Charles-Ambroise Mortier, fondeur de fer et de cuivre, demea- 
rflht à Compl6gnc, par les sieurs Fauvel,de partie de leur droits au brevet 
d^lhvention de quinze nns pris, le 30 juin i85i , par la demoiselle Boncout, 
dont ils sont cessionnaires, pour certaines dispositions dans la constructioa 
des barreaux pour les grilles des foyers et des fourneaux en général. (Cette 
cession ne eonfëre au sieur Mortier le droit exclusif d'exploitation que dans 
l'étendue des départements de l'Aisne , de l'Oise et de la Somme.) 

30** La cession enregistrée au secrétariat de la préfecture du département de 
la Mbselle, le à août i854, faite, suivant acte en date du 16 novembre i853, 
aa bieur Cbarles-Philippe Cbeuvreuse, ancien professeur à l'école d'application 
de Metz, demeurant aux Bordes, commune de Vallières, second canton de 
Metz, par le sieur Paul Borie, de partie de ses droits au brevet d'invention de 
quinze ans pris, le 38 octobre i84S, par les sieurs Jules et Paul Borie et dont 
ce dernier est cessionnaire, pour des briques et poteries tubulaires. (Cette 
cession ne confère au sieur Cbeuvreuse le droit exclusif d'exploitation que dans 
rétendue du département de la Moselle.) 

3i^ La cession enregistrée au secrétariat de la préfecture du département 
de la Seine, le 7 août i854, faite, suivant acte en date du 33 juillet, même 
année, à la société Bréguet et compagnie, dont le siège est à Paris, quai do 
l'Horloge, n** 39, par le sieur Tbeilcr, de ses droits au brevet d'invention de 
quinze ans qu'il a pris , le 1" mai 1 854 « pour un système de télégraphie élec- 
trique imprimant dit lypotélégraphie. 

33** La cession enregistrée au secrétariat de la préfecture du département 
duTàm, le 10 août i854i faite, suivant acte en date du 36 juillet, même 
année, au sieur François-Napoléon Masson, constructeur mécanicien, demeu- 
rant à Rouen ) par le sieur Delpech, de partie de ses droits au brevet d^inven- 
tiokl de quinze ans qu'il a pris, le 36 avril i853v pour une pompe à it fois 
aspirante et refoulante dite pompe castraîse. (Cette cession ne confère an sieur 
^Yassoû le droit exclusif d'exploitation que dans l'étendue des départements du 
Càïvadbs, de f Eure, de là Manche, de l'Oise, de la Seine-Inférieure et de la 
Somme. ) 

33* La cession enregistrée au secrétariat de la préfecture du département 
dul^iniMëre, le 1 1 août i854i faite, suivant acte du 13 avril même année, 
aux sieurs Amand Lauvergnat, demeurant à Treboul-Sler-Biban, commune 
de Poullan, et Claude Jézéquel, boulanger, demeurante Douamenez, parle 
sieur d'Heurîe, de partie de ses 'droits au brevet d'invention de quinze anspfisi 
le 8 avrid i85i , par le sieur Rolland, dont il est cessionnaire, pour on four 



Digitized 



by Google 



B.n*324. ( 3i9 ) 

c:rcnfaire propre à ]a caisson dn paîn , etc. avec fttrc mobile ou repo^snt sur 
une piaqae tournante, avec foyer indi^penrlant et tuyaux répandfint'fa cbalent 
eo dessons, sur léa c6ti5s et au-drssus de ia partie destmée à la cnisson; le 
lonl fermant un syslferae complet d'écononiîe de tcmjjs et de conrbufitible de 
toute nature, avec un iliermomMre régulateur de la température on indicateur 
de h lempératorc. (Cette cession ne confère aux sieurs Lauverg;rrat et Jéréquel 
fe droit exclusif d'exploitation que dans le canton de Douarnenez.) 

.^/j" La cession cjircgîâirde ou secrétariat de fa préfecture du déparlement 
dnrimstbre, le 1 1 août i85/i, faite, suivant acte en date du 12 avril, môme 
at^née.aux yienrs Armand Iffluvergnat, demeurant îl Trebonl-Ster-Biban » 
fommnnc de'Potillan,<?t'Clande Jézéquel, boulanget*, demeufantàBofOartKmcz, 
par le sieur d*Heurlc,de partie de ses droits au brevet d'invention de quinze ans 
pris, fe 1 1 avril i85 1, par le sîcur Rolland, dont il est ccssionnaîre , pour un 

f^rin inécaniqufe propre au pétrissante do toute pfite de boulangerie ou autre, 
Qfio Tflîse factfe h mettre en moavement, et bffrattt tous les avantages de 
sînipKcité, d*éconohiie et de propreté désirables. (Mérite cession tie confère 
tDi sieurs LauYefgntii et Jézéqtel le droit exclusif d'txptoi talion que dttis le 
tStoton de Douamener.) 

35" La cession ertrrgistrée au secrétariat de la préfecttire dn départcmeiA 
éoRnisl^re, le 1 1 août i854, faite, suivaril acte en xlatedu 19 juin, même 
nnfe, au sieur Louis Faisant, négociant, demeiirant à Pmit-rÂbbé, parle 
srcnrdTîeurfe, de partie de ses droits au breVci d'invention do quinze am pris, 
le 8 avril i85i, parle sieur Bolland, dont il est cessi'onn aire, pour un four 
rircnhtrc propre à la cuisson du pain , etc. avec âtrc mobile on reposant *ur 
one plaque tournante, avec foyer indépendant et tuyaux répandant la chaleur 
tt» dessous, sur les côtés et au-dessus de la partie destinée à la cnisson ; le tout 
fbrniint un Système complet d'économie de temps et de combustible de tonte 
nature, avec nn tbermomfetre régulateur de la température ou indicateur de 
la température. (Cette cession ne confëre au si'enr Faisant le droit excliwîf 
f exploitation qne «'an3 le canton de Pont-rAbbé.) 

%* La cession enregistrée au secrétariat ào la préfecture du département 
«laPimstère, le 11 aoât i854, faite, suivali^t acte ea date du 19 juin, même 
»aée,au sieur Louis Faisant, négodant, demeurant à Pont-rAbbé, par le 
8iïardTîenrle,*de partie de ses droit» au brevet d'invention de quinze ans 
Itis, le 1 1 avril i85i , par le sieur Roltand, dont il est cessionnaire, pour un 

{'^mécanique propre au pétrissage de toute pâte de boulangerie ou atttfe, 
méwî»eTac5lc À mettre en mouvement, et offrant tofos les avantages de sim- 
iW, d*éc6nomie Mi de pt'oprclé ' di^sirablBB. '(Cette cèssibn ne cotifère au 
»w Paisant le droit exclusif d'exploitation que dans le canton de Pont- 
flftbé,] 

V La t*essit>n cfhregîstrée au st^étariat àe la pï^fecttare dn déj)artemeht 
^ntffe(ftte,le 11 août V854, fahe, Suivant ncte fen date du 19 join» toême 
*^, au aicùr Marie TigiJbt, boulanger, rfcmetiraht à Rennes, place du 
fc>Mù-Li€u, n* 5 , par \e rfenr d*Heurle , de paKie de ses droîtîs au brbtiBt 
'Mention de quinze htid pris, le 8 avril 185 1, par le sieur Kolland, dont il 
^cession traire, pour un fonr circulaire proin-e à la cnisson du pain, etc. 
■'«Itre mtobilc ou reposant sur une plaque tournante aveè foyer indépendant 
*ltayanx répandant la cbaleur en dessous, «uf les côtés et au-dessus delà 
^e destinée à la cuisson ; le tcrut formant un système complet d'économie 
«tempj et de combustible de toute nature , Bvec un tbemiomèlre régulateur 
«U tcmpérafnre ou indicatenr de la température. (Cette cession ne con- 



Digitized 



by Google 



( 320 ) 

fôre au sieur Tigeol lo droit excrusïf d*eipioltation que daos les quatre 
cantons d|^ Bennes (lile-et-Vilaine).) 

, 38* La cession enregistrée au secrétariat de la préfecture du dëpartemeol 
du Finistère, le 1 1 août i854« faite, suivant acte en date du 39 juin, mim 
année, au sieur Marie Tigeot, boulanger, demeurant h Rennes, place fiois- 
du-Lieu , n* s , par le sieur dUieurle, de partie de ses droits au brevet d'inven- 
tion de quinze ans pris, le 11 avril i85i, par le sieur Rolland, dont il est 
cessionnaire, pour un pétrin mécanique propre au pétrissage de toute pâte de 
boulangerie ou autre, d'une mise facile à mettre en mouvement, et offrant 
tous les avantages de simplicité, d'économie el de propreté désirables. (Cette 
cession ne confère au sieur Tigeot le droit exclusif d^exploitation que dans les 
quatre cantons de Rennes (lUe-et-Vilaine).) 

39* La cession enregistrée au secrétariat de la préfecture du département 
du Finistère, le 1 1 août i854i faite, suivant acte en date du 6 juillet, même 
année, aux sieurs Tiret, Bognet et compagnie, négociants, demeurante 
Saint-Senran, par le sieur d^Heurle, de partie de ses droits au brevet d'in- 
vention de quinze ans pris, le 8 avril i85i, par le sieur Rolland, dont il est 
cessionnaire, pour on four circulaire propre à la cuisson du pain, etc. avec 
un &tre mobile ou reposant sur une plaque tournante, avec foyer indépendant et 
tuyaux répandant la chaleur en dessous, sur les côtés et au-dessus de la partie 
destinée à la cuisson ; le tout formant un système complet d'économie de 
temps et de combustibles de toute nature, avec un thermomètre régulateur 
de la température ou indicateur de la température. ( Cotte cession ne confère 
aux sieurs Tiret, Bognet et compagnie le droit exclusif d'exploitation que daos 
les cantons de Saint-Malo et de Saint-Servaii'(Ille-et-Viiaine).) 

4o" La cession enregistrée au secrétariat de la préfecture du département 
du Finistère, le 1 1 août i854 , faite, suivant acte en date du 6 juillet même 
année, aux sieurs Tiret, Bognet et compagnie, négociants, demeurant À Saint- 
Seryan , par le sieur d'Heurle, de partie de ses droits au brevet d'invention de 
quinze ans pris, le 1 1 avril i85i, par le sieur Rolland, dont il est cession- 
naire , pour un pétrin mécanique propre au pétrissage de touto pâte de bou- « 
iangerie ou autre, d'une mise facile à mettre en mouvement, et ofifrauttous 
les avantages de simplicité, d'économie et de propreté désirables. (Cette ces* 
sion ne confère aux sieurs Tiret, Bognet et compagnie le droit exclusif dW 

Çloitiition que dans les cantons de Sainl-Malo et de Saint-Servan (llte-^^ 
ilaine).) 

4i" La cession enregistrée au secrétariat de la préfecture du département 
de la Marne, le i4 août i854, faite, suivant actes en date des 13, 1 3, 17 et 
18 mai, même année, à la société Lecomte et compagnie, dont le siège est 
à Reims, par le sieur Graodval , de ses droits au brevet d'inventiou de dix ans 
qu*il a pris, le si mai i85o,pour un appareil à évaporation dans le vide. 

43* La cession enregistrée au secrétariat de la préfecture du département 
de la Seine, le 17 août i854, faite, suivant acte en date du 7 août, même 
année, aux sieurs Jacob Brett, domicilié à Londres, Hanover -square, n* 3« 
et Frédéric-Georges Massen , lieutenant-colonel anglais en retraite, demeurant 
à Paris, rue des Vignes, n^ 33 , par le sieur Cox, de ses droits au brevet d'in- 
vention expirant le 11 juin i864» pris, le 30 décembre i85o, pour des per- 
fectionnements apportés aux appareils pour la fabrication des liquides gazeux. 

43** La cession enregistrée au secrétariat de la préfecture du département 
de la Seine, le 17 août i854, faite, suivant acte en date du 7 juillet, même 
année, à la société pour l'exploitation de phares lenticulaires, dont le siège 



Digitized 



by Google 



m i htkf tftinie Mpnlalgiiê» n* 37, et m ileiir Léon Saj, tfoeal, clMna» 
ittlàPiiîf, me BoanaaJtf n* 11, par Us sien» Grover etB«k«r, de Icart 
dniurabrtvet d*invenltoii eipirant le 11 février i365, qails ont pris, le 
]5ioût i8Ss t pour r.ne mtchioe à eondre. 

4i* La ceHion eoregistrëe au secrétariat de la préfectore da déparlement 
isIiScioe, le 18 août i854f iaite, saivaot acte en date du 99 mai, même 
mée, aa sieur Toossaint Richard, négociant* demeurante Paris, rue du 
PsBlKiQfg-Montmartre, n* 6, par la société Riche et compagnie, de partie de 
m droits an brevet d*invention de quinse ans délivré , le 9 août 1 8d 9, au sieur 
Gnttd, doot ladite société est cessionnaire, pour un vase ou bouteille 4 
boaehoo à via et À siphons mobiles à soupepes. (Cette cession confère au 
Bciir Richard le droit de fabriquer les eaux gazeuses avec les appareils de la 
société Riche et compagnie, et de vendre lesdites eanx dans tout le départe- 
meatdela Seine par privilège et À Teidusion de toutes autres personnes, 4 
iadosion de ladite société même, et le droit de fabriquer les appareils simples 
propres à contenir Teau gazeuse, mais seulement ponr les besoins de son 
eonmcree, et il ne pourra faire fiibriquer les vases aérofuges dits gazoghies.] 

kh* La cession enregistrée au secrétariat de la préfecture du département 
AiRhêne, le i** septembre i854. faite, suivant acte en date du 19 juillet 
■Ane année, nu sieur Weisflog (Gustave), teneur de livres, demeurant 4 
I^.raede TAnnondade, n* 99, par les sieurs Costa et Roussel, de leur 
«oit acquis par cession enregistrée, le 3 décembre 1 85a, au secrétariat de la 
Piéfectare du département du Rhûne , d'exploiter concurremment avec lui 
«loties départements dn Rhône et de la Loire-Inférieure, le brevet dlnven* 
tira de quinze ans pris , le 3 novembre 1 85 1 , par les sieurs Weisflog, Raj et 
GiBlaid, pour la cnausaure française en gutta-percha. 

46* La oesaion enregistrée au secrétariat de la préfecture du département 
<hiHaat*Rhin, le 9 septembre i854« faite, suivant acte en date du 99 août» 
nêoM année, au sieur Charles Hafner, ferblantier-pompier, demeurant 4 
Halhoose, par le sieur Pigniëre, de partie de ses droits au brevet d'invention 
^quinze ans qu'il a pris, le 3i octobre 18A8, ponr une pompe aspirante et 
N&alaatê dite m/ricaÎM, (Cette cession ne confère au aieur Hafner le droit 
nclasif d'exploitation que dans retendue des départements du Haut-Rhin» 
k Bis-Rhin , dea Vosges et du Douba.) 

kf La eesaion enregistrée au secrétariat de la préfecture do département 
^h Seine, le S septembre i85&, faite, suivant acte en date du 98 août» 
■tannée, ati aieur Félix Faivre, architecte, demeurant 4 Paris, me de 
St«iii,n* s 5, par la soaété Lesobre, Ménard et compagnie, de partie de ses 
te ta brevet d'invention de quinze ans pris, le 8 avril i85i, nar le sieur 
Uiod, dont ladite société est cessionnaire, pour on four circulaire propre 
iii coiaien du pain, etc. avec être mobile on reposant sur une plaque tour- 
**Bte, aiee foyer indépendant et tuyanx répandant la chaleur en dessous, sur 
^cMs ctan-deaaos de la partie destinée 4 la cnisson; le tout formant un 
ipibw complet d'économie de temps et de combustible de toute nature, 
"leva thermomètre régulateur da la température ou indicateur de la tem- 
F'iMare. (Cette eesaion ne confère an rieur Faivre le droit exclusif d*exploita* 
^ qve èuaa Tétendue du département de Seine-et-Marne.) 

41* La eesaion enregistrée au secrétariat de la préfecture dn départemeaC 
*li8ahie, la ftsaplembre i854t faite,suivant acte en date d^i 98 at^t^mêma 
■i^> an aienr Félix Faivre» architecla» demeurant 4 Paria, me d^Si^voia* 
'i&tpir laaodéié Laaobct» lUnatd tl cQmpa|nle, de partie da aee droite 

»f4ri^ St. 



Digitized 



by Google 



SonfiafiUê^^oci^J^ esi cèdsiônnah«, pour on Ifvbpiî' mé<9Mîqèl ptH^'^ii 
pétrissage (le toute pâté (îe boulangerie ou autre, (fune mise faéfleà metb^eo 
niouvemcni, et ofrraiit tous les avantages de simplicité, «T^'cbDÔinié et de pro- 
preté désirable». [Cette cession ne confère au sieuf Faivre le droit eiduif 
cfeiploitation aiie dans Tétendiie du département de SeTne-et-Mame.) 

49* La cession enregistrée au secrétariat dé la préfecture dà déptrtemefit 
du Pùy-dc-DAme, le 6 septembre i854 , faite, suivant acte en <iite du iS aoât 
niéme année, au sièur François-Paul Boyer, négociant, demeurant à (3eniKm(- 
Ferrand,*par le sieur Dubaut, dé partie de ses droits au brpvet dlnvention de 
(juînie ans pris, îe 8 avril' 1 85 1 , pr le sieur Rolland , dont il est césiionuaTre, 
pour un four circulaire propre à la cuisson du pain , etc. avec âtre mobile od 
reposant sur une plaque Idumanté, avrc foyer indépendant et tuyaux répan- 
dant la chaleur en dessous, sur le^ côtés et au-dessus de là partie destinée àla 
cufsson ; le tout formant un système complet d'économie de temps et de coa- 
bustibfe de toute nature, avec un thermomètre rt'gulateur de la températare 
ou indicateur de fa température, f Cette cession ne confère au sieur Roytrie 
droit * exclusif d^exploitation que aans Tétcndue du département da Pord^ 



))ôme.} 
o* La ( 






5o* La cession enregistrée au secrétariat de la préfecture du déparlemeirt 
du'puy-dè-Dônie, le'6 septembre i854, faite, suivant acte en date du sS aoAt, 
même année, 'au sieur François-Paul Boyer, négociant, demeurante Cler- 
mohi-Ferrand, par le sieur Dubaut, de partie do ses droits an bn^vet d'inven- 
tion de quinze ans pris, le 1 1 avril i85i , par le sieur Rollaud, dont il est 
cessidnoaire, pour un pétrin mécanique propre au pétrissage de toute pâtfe de 
ooulangerié oU autre, d'une mise facile à mettre en mouvement, et offrant 
tous les avantages de simpHcité , d'économie et de propreté désirables. (Cette 
cession ne confère au situr Bôyer le droit eiclusif d*exploi talion qae dans 
]*étendue du département dn Puy-de-Dôme.} 

'Si* La'cëssion enregistrée au secrétariat de la préfecture du départecMot 
dn'IRhôn'e, le 9 septembre i854t faite, suivant actes eii date dtt 16, 17 et 
18 fioût, mémo année, à la société François-Félix Verdie et compagnie, iodb 
!a dénomination de Société des aciéries' et forges de Firminy, pnr le sieitr VtrSéi 
cfe se^ droits au brevet dMnventioti de quinte ans qu'il a pris; le 5 février 1855; 
Donr le soudage de lacier fundu avec le fer, parla Ibndo ou coulage de r^cier. 
5)** La cession enregistrée au secrétariat de la préfecture du département 
de laSeîne\ je 1 1 septehibré i85i, faite, suivant aîîte en date du 24 décenlv^ 
i*83V« à ?a nouvelle ^ciété lainière, soué la raison sociale F/ Oùin et coo* 
tagnlc, par Tanctenne société F. Ouin et compagnie dissoute, de ses droits att 
irèvetdinvcbtion de quinze ans pris, le 1 1 octobre i853 , par le sie«rBoa« 
tônx,'dàn|Tadîie société était ccssionnalre, pour une macbtno propre itra« 
vailfer les vieux cbifibns de laine. 

"5 3* La cessiob enregistrée au secrétariat de la préfecture du dépaiH»»* 
de (a Seine, le i3 septembre 1864^ faite, suivant acte en date du 5 daditoKHSt 
au ^leur'Alex.indre-éharles-Pierre-LotTis DeviDe-Chabrol , demeurant à Foûf 
rûe'Jein-Goujon, n* 5i, par le sieur Thomas, de'ees droits an brevet iTia* 
téntioh expirant le' 37 a^rif 1867, qu'il a pris, le 18 novembi^ j^&avp*^ 
perfectionnements apportés aux mach?ne^ à^condre. ' • ' 
^ 54* "Là cession' en regi!>itrée au secrétariat de la préfecture du départemrt^" 
dth S^he, le i^ septembre i^4, faite, sufvant aete ed daté du n&U^^ 
l&iMiéttbiiée.'è h Société 6iikgénÂ)ré «rDiMiron» -doùt k siégs «iâ Bm 



t 



..£k* 



Digitized 



by Google 




B.n*3a4. {\^\ 

Qté BhrerinT n* 3 « par le sieur Gingenrore, de ses droits an brevet d*inveatiotl 
4Cié (ét^éonénmtdVtfiUie «hs (|t]i M a^^fr dëifvA; 1è' 7 jtdii' in9[ 
fifw anc machine propre à la fabncâtién des agrafes rondes, pbfMsV et pUitfé 
tnltmèùtdvk houi\é\X69 fyonnaues, ' " » ^ 

%i* La oession enregistrée an secrétariat de la préfecture du dé 

^laSeioe, le 19 septembre i854> faite, saivailt' acte en date d ^ 

■laie année, au aieur Charlemagne-Louis Dumas, fabricant^ de papiçnr¥'èt 
tuies verres et émerisés, demeortfnt à Paris, nie Beautreilirs, h^ i3, pai* \k 
jîenrFrémy, de ses droits au broVet d^inventîon de ouinse aâs qu'îl'a'pris^ 
le 10 octobre iS4d, pour une machine destinée à fabnquer les papiers verréé 
•i éaiorisés, et à appliquer sur papiers, peiox et tiissus,- Ténieri, '^ Verr«V ^ 
^,ie sable, le $iler, la ponte; la poroeiaîne, le tripoli'et g^néraléfiienf 
tbatetinatièrespulv^lentes propres au polissage. ' ' ' > 

56* La cesaiei» enregistrée au secrétariat de ta préfecture du département 
dais Marne, le s 6 septembre i8S4t iWite, suivant acte en date^nuabût, 
nèaie année, au aieur iuguste-Démosth^nes Rocheux, négociant à Etb%ul^ 
ar^Seine, par fe sieur Pascjuier, de partie de ses droits au brevet d*înventibu 
deqatoie ans quil a pris, le S 5 octobre iSSs, pour une machine à'sécbe^ 
ies \%\tie% et les tissus. (Cette cession ne confère an sieur Rocheux le '^dfôit 
ttdusif d'esploiutîon que dans ia ville d'Efbeuf et ses faiib&orgs, etdtfnsuii 
nyoD de cinq kilomètres i partir des limites de Toctro) de cette Vtlie, et eficoré 
éns les localités de Gaudebec-i^EIbeuf, Saint-Fierre, la Viitètte, Saint-Aubid 
et Mval qui sa trouvent dans rétendue df ce rayon.) 

57* La cession enregistrée ati secrétariat de la préfecture dp département 
es la Seine, le 17 septembre i854, laite, suivant acte en date dti a dodit 
irais, au sieur Antoine Toscan, négociant, demeurant à Bordeaux, parie Ueii'r 
D]fer/imes, de ses droits au brevet d'invention expirant le 9 janViei^'iSCt ; 
pris l6's6 février i85o, par lès sieurs Burr et Taytor, dont ledit sieur l^er 
Aotes était cesaionnaire pour des perfectionnements apportés à la fabrieaU&'ii 
dssdiapeauz. ' * ' 

58* La cession enregistrée au secrétariat de la préfecture du départemenl 
de ia Côte-d'Or , le 97 septembre 1 S5& , faite, suivant écte en date ou 7 dlidH' 
aïoîi, au sieur Mathieu Guénot-Maréchaox, sabotier, demeurante Bdiu-^Silf^ 
Oarce, canton de Montigny-sur-Aube , arrondissement de Châtillon, parie 
terRoignot, de ses drâts au brevet d'invention de <|utoxe aqs qu*il a prié, 
W 4- octobre i85a, pour un système d'appareils propires à la fabricatios des 
«bots. t • • ' . m f-' 

\f La cession enregistrée au secrétariat de la préfectare du département 
dekSeme, le a8^ septembre i85'â, &ite, suivant acte en date dTd Va dlidlt 
BMM, au sieur Landry Séon, géomètre', demeurant V^ns, rie MontihSDrtflF; 
>^io, par le sieur Beaulumé, de partie de ses droits au brevet d*tu?eia(Sôn^de 
fÙBisans prist le a 9 mai i8&a, par le sieur Luxiicbé, don^ il est' eèaaio1i& 
aiire, pour un appareil de chauffage par le gaz. (Cette cessMHi ne cottf^re «li 
âsiir (Âodry Séotr le droit exclusif d'exploitation que dans l'étendue dit âéJMV^ 
tsiseot de ia Seine-Inférieure.) ' ' '^' ' 

<io' La ceaaion enregistrée eu secrétariat de la préfecture du département 
* de b Marne, le 4 octoh^e i854« faite, suivant acte* en date du ai s^ptembfe, 
■te année, à 'la dame Marie-Rrançoise-t!)agénie Brocart, -veuve i)etero4x^' 
k^angërèà Cbâlona, par les sieurs Guillanmet eiGîrardi^ , de ptrtié de lenra 
Mts an bre^ret d'inveÀtion de miinse ans pris, ie'8 avril ' 1 96 ff, "pi^ té siêaf' 
Mani , dont éis aoiat eesèiopniûfW « Miir an fiimr abtnlfm pf^^ 



Digitized 



by Google 



( su ) 

4a paiii» etc. avec âtre mobUe on reposant s«r une pkqae tonnaote, avec, 
loyer. iLdépeadant et tuyaui répandant la cLaieur en cessons, sur les ofttës et 
au-dessus oe la partie destinée à la cuisson; le tont formant un système oùm« 
plet d*économie de temps et de combustibles de toute nature, avec un ther- 
momètre régulateur de la température ou indicateur de la température. (Cette 
cession ne confère à la dame veuve Delcroix le droit exclusif d'exploitation que 
dans l'étendue de rarrondL>sement de Cliâlons.) 

61* La cession enregistrée au secrétariat de la préfecture du département 
de la Marne, le ih octobre i85d« faite, suivant acte en date du si «epteoibre, 
même année, à la dame Marie-Françoise-Eugénie Brocart, veuve Delcroix, 
boulangère à Gbàlons , par les sieurs Guillaumet et Girardin , de partie de leurs, 
droits au brevet d'invention de quinze ans pris, le 1 1 avril i85i, par le sieur 
Rolland, dont ils sont cessionnaires,pourun pétrin mécanique propre au 
pétriasage de toute pâte de boulangerie ou antre, d une mise facile à mettre 
en mouvement, et offrant tons les avantages de simplicité, d'économie et de 
propnsté désirables. (Cette cession ne confère à la dame veuve Delcroix le droit 
exclusif d'exploitation que dans retendue de l'arrondissement de Cbâlons.) 

6a* La cession enregistrée au secrétariat de la préfecture du département 
de la Seine, le 6 octobre i854, faite, suivant acte en date du 10 jum, même 
année, à la société Adolpbe Hacbe et Pépin le Ualleur, dont le siège esta 
Yierien, arrondissement de Bourges (CLer) , par les sieurs Bérard et Bonni- 
cbon, de partie de leurs droits au brevet d'invention de quinse ans pris, le 5 sep- 
tembre i846, par les sieurs Vital-Roux et Merkens, dont ils sent ceasionnaires, 
pour la cuisson de la porcelaine à la bouille. (Otte cession ne confère à la 
société que le droit d'user du procédé breveté dans sa fabrique de Vierson, et 
dans celle qu'elle possédée Viiledieu (Indre.) 

.63* La cession enregistrée au secrétariat de la préfecture du département 
êfi la Seine, le 6 octobre i854 , faite, suivant acte en date du 97 septembre, 
même année, au sieur Josopb-Léandre Luc, demeurant k Paris, rue du Petit*» 
Lion-Saint-Sauveur, n* 7, par la société Lesobre,'Ménard et compagnie, de 
partie doses droits au brevet d'invention de quinte ans pris, le 8 avril i85i , 
par le sieur Rolland , dont elle est cessionnaire, pour un four circulaire propre . 
à la cuisson du pain, etc. avec âtre mobile ou reposant sur une plaque tour* 
nante, avec foyer indépendant et tuyaux répandant la cbaleur en dessous, sur 
les o6lés.et au-dessus de la partie destinée â la cuîssou; le tout formant un 
système complet d'économie ae temps et de combustibles de toute nature, avec 
wi thermomètre régulateur de la température ou indicateur de la tempé- 
rature. (Cette cession ne confère au sieur Luc le droit exclusif d'ea^oitation 
que dans l'étendue du département de la Charente-Inférieure.) 

64* La oession enregistrée' au secrétariat de la préfecture du déparlement de 
la Seine, le 6 octobre i854, faite, suivant acte en date du 97 septembre, même 
année, au sieur Joseph-Léandre Luc, demeurant â Paris, rue du Petit>Lioa- 
SainUSattveur, n* 7, par la société Lesobre, Ménard et compagnie, de partie 
de ses droits au brevet d'invention de quinze ans pris, le 1 1 avril i85i , par 
le sieur Rolland, dont elle est cessionnaire, pour un pétrin mécanique propre 
au pétrissage de toute pâte de boulangerie ou aulre, d une mise facile â mettre 
enr mouvement, et ofl'rant tous les avantages de simplicité, d'économie et de 
propreté désirables. Cette cession ne conière au sieur Lnc le droit cxdoiif 
d'exploitation que dane l'étendue de département' de la Cbareoto>Inférieore»> 
1^65* La cession enregistrée au secrétariat de ia préfectnee dn'déparlemeat 
de la Seine, i^^& octobre iSSA» iaite» suivant acte an daU du i9 jaittili 



Digitized 



by Google 



B. n^ SsA. ( Sus ) 

mène «niiée, à la eompagoie gén&ral'e do gai de tourbe, soos la nûon soeide 
i» Perpîgna et compagnie, dont )e sîége est à Paris, me Neove-du-LQ'seiii'- 
boorg, D* 47 • par les sieurs André Kœchlin , vicomte Duchàtei et de Perpigna, 
deicurs droits au brevet d'invention de ouinse ans pris» le 10 juin i85s, par 
kssiears Petterkofer et Ruland, dont ils sont cessîeanaires, pour âeê pro- 
cédés de fabrication du gai d éclairage au bois, à la tourbe, et, en général, 
su fibres végétales, con»me matières de distillation. 

66* La cession enregistrée au secrétariat de la préfecture du .département 
de la Seine, le 11 octobre i854, faite, suivant acte en date du 18 juillet, même 
année, à la compagnie générale du gss de tourbe, sous la raison sociale de 
Perpigna et compagnie, dont le siège esta Paris, rue Nenve-du-Luzembom^, 
a* ^7* par les sieurs André Rœcblin , vicomte Ducbàlel et de Perpigna, de lenis 
droits au brevet d*inventîon de qoinse ans pris, le 36 janvier t853, par les 
tkan Moreau et Langlois, dont ib sont eessionnaires, pour un système de 
dbtiliation de tourbe et de fabrication de gas. 

67* La cession enregistrée au secrétariat de la préfecture du départeueiiC 
dsflftàre, le a 4 octobre 18 54, faite» suivant acte eu date du 16 dndit mois, 
la sieur Alexandre Depas, négocia ot, domicilié à Grenoble, par le sieur 
Dobant, de partie de ses droits au brevet d'invention de quinae ans pris, le 
8 avril i85i, par le sieur Rolland, dont il est cessionnarre, pour un four 
circalaire propre à la cuisson du pain, etc. avec àtre pobiie ou reposant sur 
ane plaque tournante, avec foyer indépendant et tuyaux répaodint la chaleur 
ca dessous, sur les côtés et au-dessus de la partie destinée à la cuisson; le . 
tout formant un système complet d'économie de temps et de combustibles de 
toote nature, avec un thermomètre régulateur de la température ou indicateur 
de la température. ( Cette cession ne confère au sieur Depaa le droit exclusif 
d'exploitation que dans Tétendue des arrondissements de Vienne, Saint-Mar- 
cellin et la Tour-du-Pin, et du canton de Voiron, sauf, dans ce dernier 
caaton, la commune de Voreppe.) 

68* La cession enregistrée au secrétariat de )a préfecture du département 
deflsère, le 34 octobre i854, faite, suivant acte en date du 16 dndit moif , 
ta sieur Depas, négociant, demeurant à Grenoble, par le sienr Alexandre 
i^aliant, de partie de ses droits au brevet d'invention de quinte ans pris, le 
11 avril i85i , par le sieur Rolland, dont il est cessionnaire, potir un pétrin 
mkaniqne propre au pétrissage de toute pâte de boulangerie ou autre, d^ine 
aise facile à mettre en mouvement, et offrant tous les avantages de simplicité, 
d'économie et de propreté désirables. (Cette oession ne confère an sienr Depas le 
dnit exclusif d^exploitation que dans Tétendue des arrondissements de Vienne, 
Unt-Marcetlin et la Tourdn-Pin, et du canton de Voinm, sauf, dansée 
denier canton, la commune de Voreppe.) 

69* La oession enregistrée au secrétariat de la préfecture du département 
delà Marne, le sS octobre i8S4, faite, suivant acte en date du 31 dodit mofâ, 
n sienr Louis* Auguste Chevalet, demeurant k ÀncerviUe (Mense), par le 
tieur Girardin , de partie de ses droits au brevet d*invention de quinze ans pria, 
^ 8 avril i85i, par le sieur Rolland, dont il est eesstonnaire, pour «n 
foDr circulaire propre à la cuisson du pain, etc. avec fttre mobile on reposant 
nrime plaque tournante, avec foyer indépendant et tuyaux répandant la cha« 
kar en dessous, sur les côtés et au-dessus de la partie destinée à la euissoo; 
k tœt fonnantun système complet di économie de temps et de combustibles de 
Me nature, avec un thermomètre régulateur de la température oa iiidîca- 
«eir de lataB^péntiirs. (CcMe «essîèD ne confère to ôeor Chovskl le driit 



Digitized 



by Google 



.: * 1* » I t 



n^^n. . , . . ... 

«nlniir <l*>eiploitatioii que dans Tétendue de farrondissement d*Artas (Pai- 
de-falaii.) t . . 

. 70*. La cèsàioo eor^gûArëe au aecrétariat de U préfecture ou d^aitemeak 
de la Marne* le %B^ octobre ^BSà, faive. eoivan^ acte en date d« % 1 dudit «>oU« 
ah éiei^ Louîa-Avguile CbeYalet. demeurant  Ancerville (Menae), par le 
sieur Girardin, de partie deae» droilà an brevet dmveoliop de qujiue aospria, 
b 11.1 avril 1 8S 1 , par le aieur RoHand » dont ii eat cesMpniiaire^ pour un pétrin 
mécanique propre ào. pétrissage de toutes pAte ,de bpiiUtigerio ouii^utre, d*mie 
iliiaè fii^eà oaeltre en nouvenkenii ^i^iïrAni tous les aVantaseï de simplicité, 
«^éeedomieit de propreté dëaîray^* (Cette cesmû ne cQplere au sieur Ch»- 
nabi iè 4n9Ji «xblosif d*eiploitation qiie dans retendue de Tarrotidisseinenl 
d*Arr»s|Piu-de-Caki8): . . 

n ti*t'^c«s»io&efiregistrée.eu secrétariat de la.pl*éfecture du d^artemeut 
de la Marne, le 35 octobre i854» faite, suivani acte en date du.a^ apAt« tjiéme 
M&éetiauk siebrs Piec^e-A^guste Pa8c)uieii et Cbaries Godard* négociants, 
dèmeuhini j( Keiins* (ter le sieur Eugène Pa^qaUr, de ses droits au brevet 
d'invention de c|uinse ans qu il a prb, le a 5 octobre i85a , pour une macbine 
I sécber les laines ei les tissus. 

> 7S*4 La cession enregistrée au secrétariat de la préfecture du département 
de la Marne, le «5 octobre i8S4, faite, suivait acte eu date du 29 août, mèiiie 
•na40, au sittEir 6|igène Pas<|oier, fabricant, demeurant à |\eim8, faubourg de 
Pads, n* 6, par les sieurs Pierre-Auguste Pasquier et Godard, de leur» droits 
en bl^veti. d'invention de.quinae ans pris, le a 5 octobre i85a , par ledit sienr 
Bugène Pasquier, dont ils étaient cessionnaires pour une macbine k aécber les 
laine» et le» tissus. ^. . . ... 

;. "^3! Lft cession enregistree.au secrétariat de la préfc^cture du département 
dci Rbône, le a dovraibre i8«S4. faite, suivant acte en date du li o<^boe, 
même année , au sieur Simon Paul , négociant» .domicilié à X^ypn , place Croix- 
Piquet^ n* I , par le. sieur Cbàpuis» de ses droits a^ brev^ d^inventipA de 
qtUAse ans pris, le i.3 décembre i8b3, cp^jointement par les sieurs Cbapuis 
ei Marcel» pour un.remis^.à cristèle. mobile^ tissée. . 
. ^'^Ia /Cession entegistrée au secrétariats de. la préfecture du département 
d«la ^nfe>, le, 8 novembre i354, £iite,. suivit acte en dfte du ap octobre, 
même année» an aîinr LouisrPeAl Clouvet, afppat, .demeurant à Paris, rue 
Slûnt'Japques, n*.3a6i^MjcUsodétéLesobre,.tilénard ètcounpagnie; départie 
d^H^ driiité an bretel d'invention de quinze ags pris, }e 8 fvril i8Sa ^pac le 
aieor. RottanA» dont elle es^l^ cesaioive^ire, pour un four circulaire propre kU 
«nissQjli dn pain «etc. avec 4tre mobile ou rcpof^t sur une,pl(i(pie fumante, 
avec foyer indépendant et tuyaux répanda^it la..cb|deur«<H> desspfis, suTib* 
^léa AlafHle4iue de h t>artie destinée À la quis^oA % 1^ tout formant y n sjptème 
complut d^éenn^mie de tenips.etde combnstible» de ^tenajUire , avec un tbe^ 
^sem^tre j!égn|a|0ni: de^ Ja . tempiérMure ,o.u Jqdicateur de j|i, tempériUttre. 
(Getie ipeiiiiH^ ne confère m Meur Clouveit )e droit expipsif 4>xpjoi^von,que 
dent i'étendu/e d^ départefnenis de la Nièvre, du Gber, de rJndre, de la 

Cre«iNe el. d^ to HauU^Vienne.) , .. .. 

i . 7$*jLlli(e4Mon eçr^ïg^strée j>»:Sepfrétariat do> pr^f(çcture,du d^rt«nie«* 
dk.iA^iOe» ièij$ M»vembrf i854« Ui^^ suiv|uit Acte.en.date du 2p oi^oM* 
màmiÂ9^i^4 491 VfiHUt UuisrPeMl Qoçtfiti aw^t^den^eurap^ à Piri4>.r||e 
SlAlliJâ€q*^*iii' 4*&» pjir )$ s^i4^ Itesobr?, M^^jet /çoçnpeijni^, if ^ufj^ 

le aieur RoUand, dont elle esi cessionnaire, pour un pétrin mécanique pivpre 



Digitized 



by Google 



B. n» 3a4. , ( Ssy ) , . 

tapéirÎBsage de toute pâte de boulangerie ou autre, d*une mise facile a, mettc« 
eo mouveineDl, et ofiÇcant tous les avantages de ^implicite ,^ ^^^onpmie et oë 
proftfeté désirables. (Cette çes^ion.^e confëi:e au sieur Clouvet le d^roit exclusif 
d*expipiUtioa que dans Tétepduf des ^^partements de la Nièvre» du Clîer, de 
rio^e, de ia Creuse et de la Haute-Vienne.) . l > * j. » »..(.« 
,, 76* La cession epregistrée au scrrélarial de k préu^cture au dépiirt^meot du 
finiftère,^ le 17 jo^vembre 18 5^ » faite^ suivant acte en ()até 4u so août^inènîç 
•nnée^ aux sieurs Rajmopd, Le Guillou , P4nanros et ^oipbe Dyi^oo^ fils^ 



D€|oçiants, dcion^^J^^ ^ Ço^pA.r"^A(^.t pàr le sieur dl}eurle,, de partie d^ se|^ 
droits au brevet d*invention de quinze ans |>ris, le )3 avril ,iB5i^ par iç sieuf 
BoUand, dpniiï est cessjoniiiaire, p9.ur ifu fpuf* circulaiice^ propre .a la, cuisson 



du ptin f ^çtp. ayep âtfe n^obile pu rjepo^nt sur une planque tournante, avc^ 

byer indépeod^nt et tuyaux répapdantla cbaleur en dessoiisi si^r lés. cptes et 

u-deiKus de la parti,e destjnde L la cuissop; le Iput.rorinap^ up ^^s[tème .çpni- 

plc^d'éqoaçniie de temps et de combustible^ de toute ni^^ûfe^avçç, un ibérnio- 

mcire régulaievr de la tei^pératuipe , ou indicateur ue la ^température. [Çetle 

eîisic^ 01^ oqnfàre aux sieurs Le Guillou Pénanros et DM^^oi^t le droit exclusif 

(Teiploilaiipn que dans Tëteijidue du canton d^ Çoncarnea*' ^ 

. 77* La. cesspn enregistrée au secrétariat, ^e la préfi^çt 

do Finistère, le 17 novcqihre i854»raitey suivant acte c 

aftme année, aux sieurs Raymond, Le Guillou Pénanrof 

^'1»* négociants, demeurant à Concacneâu^ par le sieur 

de les droits au brevet d'jnvenjtion de quinze ans pris., ie ] 

liear Polland;, dont i| est cessionç^ire,jiour un pétrin m 

pétrissage de toute pâte de bouiangene ou autre, d'une mi 

mouvement, ; et oltrant tous les avantages de simplicité 

propreté désirables. (Cette cession ne confère aux siei 

napros et Âdolpbe Dupont fils le droit exclusii d'exj 

retendue. du canton de Concarneau.) ^ , 

.7^* La cession enregistrée an ^çrétariat de I9 préfecture du, département 
da Fioistëre, le 17 novembre i854, faite, suivant acte en date du ib sep- 
tembre, même année, au sieur Louis-Dé^i ré-Saturnin Méret et à ia daniè 
B«rbe Lebrufi » son épouse, boulangers, demeurant à Qu' ^' ~"~ '" " 
d'Ueorle.. de partie 9e ses droits au brevet d^invention de 
Satril f,iS5i» par, le sieur Rolland, dont il est cessionnain 
culiire propre à la cuisson du pain, etc. avec,âtre mobile 

&1Ç tonr^nte, avec fojer indépenclânt et ttiyàux irépai 
.. npj sur, les côtés et au-dessus de la partie deeùnée k 
^naiit i^n système complet d*économie de temps et de ce 
uature, avec un thermomètre régulateur de la températu 
la tànpérfture. (Cette cession ne cpnfëre.^aux époux Me 
^exploitation que dans le canton de Quimper.) ' ^ 



Digitized 



by Google 



Mérel le énk «idvitf d'eqploitirtioii qm àtm VélmAaê éà 
Qahnpcr.) 

80* lift cesàoû eoregutréé aa wcréuriat de Ift prëfecUure àa i 
Âo Finittère , le 17 novembre i854. fahe, raivant acte en date in iB aep» 
tembre, même année, aux aieurs André (Françoia-Panl) et Isidore Hayot, 
minotiers, demeorani à la RocLe-Blanebe, commane de Plooneventer, parle 
aîear d'Heurle , de partie de ses droits au brevet dlnveotion de «piîiue uu 
pris, le 8 avril i85i, par le sieur Rolland, dont il est cesstonnaire, pour un 
tour circnlaire propre à la caisson dn pain , etc. avec être mobile oa rmsant 
aor une plaqoe tournante, avec foyer indépendant et tuyaux répandant la cba* 
leur en aessons, sur les côtés et au dessus de la partie destinée à k cuissott; 
le tout formant un système complet d'économie de temps et de oombustibles 
de tonte nature, avec un tbermomètre régulateur de la température ou indi- 
cateur de la température. (Cette cession ne conAreaux ateun André et Hnyol 
le droit exclusif d'exploitation que dans l'étendue des trois cantons de Brest) 

81* La' cession enregistrée au secrétariat de la préfecture dn département 
du Finistère, le 17 novembre i854, faite, suivant acte en date ou 18 sep- 
tembre, même année, aux sieurs André (François*Pani) et Isidore Hoyotvm^ 
potiers, demeurant à la Bocbe-Blanche, commune de Plouneventer, parle 
aieur d'Heurle, de partie de ses droits au brevet d*invention de quinse ans 
pris, le 1 1 avril 18S1, par le sieur Rolland dont il est cessionnaire, pour un 
nétrin mécanicpie propre au pétrissage de toute pâle de boulangerie ou autre, 
aune mise facile à mettre en mouvement, et offrant tous les avantages de 
simplicité, d'économie et de propreté désirables. (Cette cession ne oottfoè 
aux sîenrs André et Huyot le droit exclusif d'exploitation que dans l'étendue 
des trois cantcns de Brest.) 

83* La cession enregistrée an secrétariat de la préfecture du département 
de la Seine, le 18 novembre i854, faite, suivant acte en date' du iSman 
i853, à la société Morel Fatio et compagnie, dont le siège est à la Villette. 
xue de Flandre, n* 47 (Seine)» par le sieur Gannal Gis, de ses droits au brevet 
d'invention de quinxe ans pris, te à août 1 85i, par le sieur Gadnal p^re, pour 
àts procédés de conservation des substances animales et végétales employées 
dans l'économie domestique et industrielle. 

83* La cession enregistrée au secrétariat de la préfecture du département 
de la Seine, le 18 novembre 1 854, laite, suivant acte en date du 1 dudit mois, 
au sieur Louis-Nanoléon Lan^ois, entrepreneur de transports, demeurant à 
Paris, boulevard Je Strasbourg, n* 53, par le sieur Clariëres, de ses droits 
au brevet d'invention de quinze ans pris, le sa février t854» canjointement 
par les sieurs Langiois et Clavières, pour des perrectionnements apportés dans 
fa construction des bateaux mus par la vapeur, fonctionnant particulièrement 
aur lç9 <;anaux, et pour des dispositions de générateurs pour ménager l'espaee. 
(Lé sieur Clavières s'est réservé tous ses diâts à la partie dn brevet applictUe 
fv^ gé|[iérateor.) 

84* L4 cesaion emregiatrée au secrétariat de la préfecture du département 
de la Seine, le t8 novembre i854, faite, suivant acte en date du 1 4 dudit 
mois , au sieur Henri Place , banquier, demeurant à Paris , rue de la Cbaussée- . 
d^Àutin, n* 68, par le sieur Langiois, de im droits au brevet d'invention de 
m^MO» ftui pris, le aa février i854» par lea aieors Langloia et Clavières, «t 
dont le alenr Lan^oîs est ceaiiounaire^ peur dee perfectiounementa apportés 
dnoa. b é^oatructiott ^ bateaux mus par la v^ieur, fonctionnant pifticolièra- 
jRMal aor lip omansi et pour des di^eaitîonf de géoérateo» pour 



Digitized 



by Google 



B. B« Ssi» ( 399 ) 

tmfÊOê.{ht$ êxmÊM éa dév Cacvièm sur la p»li*diik««veeifplieiUefttt 

ffaèrteiir imi deo i eorenl réservés,) 

85* Lt Cissioa earrgistrée an sacrétariat de la préfeeture du départemenl 
èb k Seine, le 1 8 noYemlMre i854. faite, suivant acte en date dn a dadit mois, 
toMorLoiiia-Napoléon Langlois, entrepreneur de transporta, demeurant à 
Ms, boulevard de Strasbourg, n* 53, par le sieur Ctaviàres, de ses droits au 
ksiet dnvention de quinze ans pris, le 17 juillet i854 , conjointement par 
Mils sieurs Lan^^ois et Ciavières, pour un propulseur mixte de roues 4 
sabei et à bélice pour les bataanx mus par la vapeur, fonctionnant sur les 
isQfes et fiviàres, et principalement sur les canaux, tans en détériorer les 
Mf|e8. 

36* La cession enregistrée au secrétariat de la préfecture du département 
éala Saîoe, le 18 novembre i854, faîte, suivant aete en date du i4 dudit 
noîi, an sieur Henri Place, banquier, demeurant à Paris, rue de la Cbaossée- 
dTAetia, n* 68, par le sieur Langlo», de ses droits au brevet dlnvention de 
«aie ans pria, le 17 fuillet 1 854, par les sieurs Langkns et Glavi^es, et dont 
K lîeor Langlois est cessionaaire, pour un propulseur mixte de roue à aubes 
aà béliee pour les bateaux mus par la vapeur, fonctionnant sur les fleuves 
tf rivières, et princtpdemeot sur les canaux, sans en détériorer les berges* 

87* La cession enregistrée au secrétariat de la préfecture du département 
de la Seine, le 18 novembre 18 54, faîte, suivant acte en date du i4 dudit 
■ois, au sieur Henri I^ace, banquier, demeurant à Paris, rue de la Gbaussée- 
d*ÂDtm, a* 68 « par le sieur Lan^ois, autorisé par le sieur Glaviferes» de leurs 
éraiu au brevet d'invention de quinze ans qu'ils ont pris, le 94 février i854, 
pmr ane disposition de construction de générateur tubulatre de vapeur appli- 
«Ue à la navigation, aux locomotives, loeomobiles et aux usines oui ont bo- 
MNB de vapeur sècbe, à une baute température et même gazéinée. (Cette 
cawMi ne confère an sieur Place que Tautorisation de se servir sur tous 
ktlssuz qu'il emploiera du système de générateur établi suivant les procédés 
éécrits au brevet.) 

88* La cession enregistrée au secrétariat de la préfecture du département 
^it Seine, le 18 novembre 1 854, faite, suivant acte en date du 1 4 dudit mou, 
n âeor Henri Place, banquier, demeurant è Paris, rue de la Cbaussée- 
'Âatie, n* 68, par le sieur Langlois, de ses droits au brevet d'invention de 
^Bzeans qu*il a pris, le 96 août i854, pour la construction complète d'un 
wcsa mû par la vapeur, pouvant fonctionner sur les fleuves et nrières, et 
|iiaei|Mlement sur les canaux, sans en détériorer les berges. 

9f La cession enregistrée au secrétariat de la préfecture du dépaHement 
dsRhdae, le ai décembre i854, laite, suivant acte en date du 10 juillet» 
■êmeaanée* à la société J, B. Pascal et compagnie, dont le siège est à Lyon* 
c&tedeiCamiâites, par le sieur Pascal, de ses droits an brevet d^inveation 
^ qaine ans quMl a pris, le 98 décembre i859 , pour une ma^ae moteur, 
ieoaibDstbn comprimée. 

90* La eeaaioa earegistrée au secrétariat de la préfectvre du départemeat 
^llbône, le 91 décembre i854» iaite, suivaat aete ea date dn 10 juillet, 
•lue aanée, à la sodété J.-B. Pascal et compagnie, dont le siège est à Lyoa, 
^ées Carmélites, par la sieur Pascal, de ses droite an brefetdlBveatîoa de 
yiaieanaqall a pria, la 10 déce mb re i853, pour des perfacttoa n am anti A 



> i eeaAoalioa coaq^riflaée. 

91* LaeesBÎon aaregiitréean saciétariat dala p ré f e ct arada 

«iia8aiaa,lea3iHmmbMi85A»tdia^'alkf4aila4*«ia0ia 



Digitized 



by Google 



tion «D date du So novembre i853, au profit du sieuc Jem^llanBrBeQoiat 
Ne»oié-I>ul>ost, négociaut, demeurant à Paris, rue de Poliveauv a* aS; du 
brevet d'invention de quinze ans pris, le 4 décembre i8^45 , par le sieur Neveé^ 
pour la fiibricalîon de boulettes inflammables propres à divers usages. 

93* La cession enregistrée ao secrétariat de la préfecture du dÂpal-tement 
da^U Seine; le t3 novembre i854i faite, par acte en date dû is fiovembr«, 
inéme année , à ia société Blond«l et compagniel dont lé siège est à Pans, roe 
de PolIveaUf n*" <§ et 19^ par le sieur de fieadrorC,.de ses droits an br^et 
«llnveotion de quinze ans pris, Je 1 décembre i84â«par le sieiir Nerea^dont 
ledit sieur de fieaufort est adjudicataire, pour ia fkbncation de booleUes ia- 
flaBMiiables propres è divers usages. . . 

93**. La cession eoregisirée au secrétariat de la préfecture du dépaHemelit 
dé la Seiiie, lé 33 novembre i854 * telle qu'elle réaulte dW acte dadjudiea- 
tioo en date do 5 avril i85i, au profit do sieu^ Charles-Timoléon de fiea»- 
fbri, négociant, demeurant A Amiens, quai .de la Somme, près laballoir, das 
droits du sieur Nesme-Dubost au brevet d^ihvention de qoinse «ans pris,» 
A décembre i845, par le sieur Neveu, dont ledit sieur Nesmô-Diibosl était 
adjudicataire^ pour là fabrication de boulettes inflammables propres A dire» 
usages. , . 

9i* La cession enregistrée au secrétariat de la préfecture du département 
de ia Seine; lé s g novembre i854, faite, anivant acte en date du .a8 avril, 
même année, à la société J. B. Mirabel , Chai&band et compagnie, dont le siège 
est à Parts, par le sieur Morey, de partie, de ses droits au brevet d*impertition 
et de perfectionnement de quinie ans délivré, le 16 avril i8i4^u sieur Neif- 
ton, dont ledit sieur Morey est cessionnaire, pour des perfectionnegients appor- 
tés â la préparation do caoutcbouc et à ia fabrication de tissus ou autres objets 
dans lesquels le caoutchouc forme une partie intégrante. ( Celte cession ne 
concerne que la fabrication du caoutdiouc destiné à remplacer ie fanon de 
baleine dans tous les usages pour lesquels on emplpie cette matière.) 
. 95* La cession enregistrée au secrétariat de la préfecture du département de 
la Seine, ie 39 Novembre i85A« faite, suivant acte en date du s8 ^vcil, même 
année, à la looiété J. B. Mirabel , Cbambaud et compagnie , dont le siège esta 
Paris, par ie sieur Morey, de partie de ses. droits au brevet d'invention de 
quinte ans pris, ie si septembre 18 5^, par le sieur Armeng^ud aîné, et do^t 
ledit sieur. Morey est cessionnaive, pour des applications du caoutcbouc ou de 
la gutta-percba mélangés eoseniibie ou séparément, avec d auiraa subetiuic^ 
qui rendent les objets pins on moins durs, plus ou moins fleûUea* fitqai 
leûir ai) lavent Télasticité plus ou moins complètement. (Cette cess^ ue.coo- 
oernè que la fabrication dn caoutehouc destiné à rempLacor ie fanon de baleine 
dana. tous iea usages pour lesquelà on emploie cette .manière.). 1 
. 96* La oèssian earegis|rée^n aecrétariât de ia préfecture du dépariem^llt 
de la Menrthe, le 39 novembre i854, faite, suivant acte en date du. 30 4tt4i^ 
mois« auf aieurstlÈppolyl^t.Bafcracbin.et Féli;( Roussel, toua deui fecl|^i^' 
tiers-pompiers, demeurant à «Naacy^ par.le^aieur. Pignière, de.pj^e ^.1^ 
drqtfs au brevet.d'iaventioà ^& quinite ans qp'jt a pri9-, ie 3i. octobre i#4ft» 
|k>nraaepûiiipaiAspiruita«t refonUn^ dûe.4i^4C^'a4. (Cette peMJQg u^i»v^ 
ânâisiOTra IkrBàciîin et Rooiselle .dc«tt esolne)i/'.d>xploitattQaqi^dMP>'i*^' 
tendue des dé()artements de la Meiirthe, de iift,MÀi^e,et île la M9^i^lte*l n ' 
u a9^*LaM9iàa(enre^ti]|6e,èu seocét^rialdeti^C^cSifl^dil ii^tâV*^^^ 
4aJBaina^,io.jtd4Qa«ibr«i«A^;AU%«iiyvl^4<%%it^ 

i année, au siear Hippolyte-Pierre-Nicolas Picbey , fabricant d'encriers , 



Digitized 



by Google 



dcBiicnniit à Saiot-Mavrice (Seine), rue dn Canal,, n* 6» (mit 1« aîMrSubrii, 
d< M» 4r?^^ f? ^^^ d*ioTentioo de quinte ans qu il a pria, le 36 Janvier 

1833* pour un encrier néopoinpe. ...... i 

98^ La cesaion enregistrée au aecrétariat de la préfectqre du dëparjtenientde 
ûSeioe» le 6 décembre i854, faite, suivant acte, en date du 21 noyeml^re 
même année, aux sjeurs Alexandrc-P^s}<er Binard, demeurant à Paris, TUfi 
La&yeite, n* 9, et Louia-Achille Bigot, demeurant à paris, ruf. Nc^ve-d^- 
Çapnçinea* n* 1 1^, par le sieur, (jefauptieu^, des 'leuz tiers coniointeipent ou 
d'un tiers à chacni^dç ses droU^ au brevet d'invenlion de quinze a^ qui! a 
pris, le i5 avril i854, pouir des perfectionnements apportéa dans les armes 

. |9* La ce:isi<>n punegistrée au secrétariat d^ la préfe<;tBre du diSpartf^^t 
de Ta Seine, le 1 1 décembre i854, laite, s^iiva^l acte en date dn 1^ nove^re, 
méme^ année, aui sieurs Armand Laurent, ancien imprimeur, demeurant à 
Gftiièiti-Tliièn7,Grande-Ruê, n* ai, ël Nicolas Aubry-Coppeàu\ , inarcband 
liierrîér, «lemcuraiit aussi i Chftteau7Thien^; Grandis-Rue, n* 48 , par la société 
Lesobre. Minàrd et Coiopagnie, de partie de ses di^oits au brevet d*iavention 
de qiiînie ans pris, le 8 avril i85î, t>ar le sieur Holland, dont elle est ces- 
sonnaire, pour un four circulaire propre A la cuisson du pain, etc. âvecàtre 
mobile oti reposant siîr une plaque tournante , avec foyer indépoudant et 
tajanx répandant là cbateurèn dessous, sur les côtés et au-dessus de la partie 
destinée a la cuisson ; le toui formant un système complet d*ëconomie de 
temps et de combustibles de toute nature , avec un tbermomètre régulateur 
de la température ou indicateur de la température. (Cette cession ne coii- 
Are aux aieurs Laurent et Aiîbry-Coppeâui le droit exclusif d^exploitation 
qaâ dan.^ Tétendue de rafrôndissement de Cbftteau-Tbierry.) 

100* Là cession enregistrée au secrétariat de la préfecture du départeiiient 
de lé Seine, le 1 a décembre 1 854, faite , suivant acte en date du 1 5 novembre, 
méoie année, anz sieurs Armand Laurent, ancien imprimetir. demeurant à 
Cbêteaift-Tbierry, Grande*Riie, n* 84 > et Nicolas Aubry-Coppeaùz, mai^hand 
■itrder, demeurant aussi à Cbftteau-Thtèrr^ , n* 4^; pèr ta société Leaobrè, 
MéDird et compagnie, de [Mrtte dé ses droits au brevet d'invention dé qninae 

" se ( * 




^ j de timplieité; d*écoiiomie et Hé propreté désirables. (Cette eeasion ne 
côaftré aux sieurs Laureot et Aubry-Goppeâux le droit eiciusif d'ezploitA- 
lÎM qon dans Tj^ndue de ^arrondissement de tihltean-Tbierry:) 

ioi* La eesaion enregistrée an secrétariat de la préfectnrîi du département 
da la Seioë , le 1 s d^cen&re 1 854 , faite , aniyant acte en date do »4 novembre , 
même année, aux sieurs Jean-Pierre Boiavèt-Vkhiïiér; demeurant à Parii, 
m 3#ît^Honpr^, pVi5ti9|, et L9ui»-GuiUaume<^imir fialtan,.anfnèD>iuis- 
lîn-4 dêqleiiran^ m^me jruf: et .niéme ^muisop , par ùsociécé Lesobre j Méoafd 
et^oq^p^pie, de partie de a^ droita au brevet dlnvention de quinae ana, 
fnsy. la ft evril .}.85 1, par, le' «fur .Hoilaitd, dont il est eataîcnnaira^ pônr 
P|i (o^ff cif$olaîre propre à la «uisaon dn pain. etc. avee être apohiie .on 
W^^m^iW W^ plaque ^toominte ^crpfi bjfir indépendant ei tuyaM jrépoa- 
te| ^vCdale^^n.daasoDs, api: le* .HôtÀé et, «uidossua. de la, pmtie duptà^ée là 
lA 49Mfm«.(® ^^' ^^^ «tto aystème cqi^pto^ d*^coo«n;i«.4^ \«mp^ fl.de 
aqi fcit i inl èfedftilri^j^tfMigi^-»iMiMP. *^ »«i tf ^ Aimfé' 

ntniaoa indicateur de fi température. (Cette ceaaion ne conftre anxaienra 



Digitized 



by Google 



( 33a ) 

BonvttrVaaiiier %i BelUo le di^it eiétùnt d*eiplailatMii que ^nt TéiondM 
èa défMrtemeDt de Maioe-et^Loire.) 

1 09* La ceMioa enrefftstrée au aeerétariat de la préfeetnre du déparlemaat 
de la Setae, le i » décembre 1 854 • faite, suivant acte eo date da s 6 novembre, 
même année, aax sieurs Jean*Pierre Boovet- Vannier, demeurant à Paru, 
rue Saint^Honoré, n* i58, et Louis^uiliaume*Gasimtr Ballan, ancien bais- 
fier, demeurant même me et même maison , par ia sociéti^ Lcsohre, Ménard 
et compagnie, de partie de ses droits au brevet d'invention de quinze ans pris, 
le 1 1 avril i85i, par le sieur Rolland, dont elle est cessionnaire , poor un 
pétrin mécanique propre au pétrissage de toute pâte de boulangerie ou aatre, 
aune mise facile à mettre en mouvement , et oflrant tous les avantages de 
aimplseité, d'économie et de propreté désirables, f Cette cession ne contke 
aux ateura Bouvet-Vannter et Bellan le droit exdosif d'exploitation que dans 
retendue du département de Maine-et-Loire.) 

io3* La cession enregistrée au secrétariat de la préfecture du département 
de la Seine, le i a décembre 1 854 • faite , suivant acte en date du 3o novembre, 
même année, aui sieurs Louis-Timotbée Gapart-Ilermant, marcltand épicier, 
et François-Tbomas Monory-Cocbet , marchand boulanger, demeurant tous 
deuià Saint-Quentin (Aisne), par la société Lesobre, Ménard et compagnie, 
de partie de ses droits au brevet dHnveotion de quinze ans pris, le 8 avril 
i85i, par le sieur Rolland, dont elle est cessionnaire, pour un four eircolaire 
propre à la cuisson du pain, etc. avec Atre mobile ou reposant sur une plaque 
tournante, avec foyer indépendant et tuyaux répandant la cbaleur en dessous, 
sur les c6tés et au-dessus de la partie destinée à ia cuisson ; le tout formant un 
système complet d'économie de temps et do combustible de toute nature, 
avec un thermomètre régulateur de la température, ou indicateur de la tem- 
pérature. (Cette cession no confëre aux sieurs Capart-Hermant et Monory- 
Gocbet le droit exclusif d'exploitation que dans l'étendue de l'arrondiasement 
de Saint-Quentin (Aisne).) 

io4* La cession enregistrée au secrétariat de la préfecture du département 
de la Seine , le i a décembre i Sbh , faite, suivant acte en date du 3o novembre, 
même année, aux sieurs Louis-Timothée Capart-Hermant, marchand épicier, 
et Françoia-Thomas Monory-Cocbet, marchand boulanger, demeurant à 
Saint-Quentin (Aisne), parla société Lesobre, Ménard et compagnie, départie 
de sti droits au brevet d invention de quinze ans pris, le 1 1 avril i85i, par le 
sieur Rolland , dont elle est ceaaionnairè, pour un pétrin mécanique propie 
au pétrissage de toute pAte de boulangerie ou autre « d'une mise facile k 
mettre en mouvement, et offrant tous les avantages de simplicité, d'économie 
et de propreté désirables. (Cette cession ne coulure aux sieurs Capart-Her- 
mant et Monory-Cocbet le droit esclustf d'exploitation que dana l'étendue de 
l'arrondissement de Saint-Quentin (Aisne).) 

io5* Laceaaion enregistrée an secrétariat de la préfecture du département 
de la Seine, le 1 4 déoenibre i854« faite, suivant acte en date du 1 5 novembre, 
même année, an rieur Hilaire Qninquariet, fabricant de bas, demeurant à 
Aix-ea-Otbe(Ajbe), par le sieur Vie, de partie de ses droits au brevet d'inven- 
tion de qninae ans qu'il a pris, le 17 février 1847* pour une application du 
eaoBtehoiic 4 la fobrication des bas et des eoisslinres. (Cette cession ne conCfere 
•a iieiir QuinquariaC qn'on droit d'exploitation limitée, quant aux procédés 
décrite «a bi«vac« aux jarretièna de Ma et ehanaseltes et bas de panUlona, 
1. — . ^1. .^.^ •^*- ieHBiiia;«oiiicaiartidesde' 



Digitized 



by Google 



«. a* i2i. ( 331 ) 

vutèinfrlinqii^MitièrttMDlMr kmiiMr à eèlat» lantVciiipM tvcm Ai 
métier firançaîs.) 

lo^ La cession enregistrée an seerétarial de la préfectnre en déparlemeat 
de U Mearlhe , le 1 6 décembre 1 854 » laile » suit ant acte en date dn 1 6 juin , 
même année, an tiear Pierre Viennej , benianger, demeurant à Nancv» me 
Satnl>l}izier, n* 94» par le «ear Berthiilot, de partie de ses droit» an bretel 
dmvantion de quinze ans pris, le 8 avril i85i, par le aienr Holland, dont 
â est eesaionnaire, pour un four circulaire propre à la eniason du pain , ete* 
aice àtre mobile ou reposant sur une plaane tournante « avee l<^er indé- 
pendant et tuyaux répandant la chaleur en dessous, sur lesc6téa et an*destns 
de la partie destinée 4 la cuisson; le tout formant un système eom|det d'é- 
oonomie de temps et de combustibles de toute nature, arec un tbermomètre 
xégulatenr de la température on indicateur de la température* (Cette eae* 
non ne con(We an sieur Vienney le droit esdnsif d*esploitation que dana 
rétendue de rarrondissement de Nancy, à Texception de la vilJe de P6nt>à« 
Mousson,) 

107* La cession enregistrée au secrétariat de la préfecture du département 
dt la Meartbe, le 16 décembre i854, faite, suif ant acte en date dn 16 juin, 
■léme année, an sieur Pierre Vienney, boulanger, demeurant à Nancy, rue 
SitDt-Dizier, n* 94, par le sieur Berthillot , de partie de ses droits au bre* 
vet d'invention de quinze ans pris, le 11 avril i85i, par le sieur Rolland, 
dmtii eai oessionnaire, pour un pétrin mécanique propre au pétrissage de 
toute pâte de boulangerie ou autre , d une mise facile 4 mettre en mouve- 
Bient, et offrant tous les avantages de simplicité, d'économie et de propreté 
désirables. (Cette cession ne confire au sieur Vienney le droit exdusird^ex* 
ploiution que dans Tétendue de Tarrondissement de Nancy, à rexception de 
la ville de Pont-4-Mousson.) 

108* La cession enregistrée an secrétariat de la préfectnre du département 
de la Seine , le 1 9 décembre 1 854* faite, suivant acte en date du 4 novembre^ 
même année, an sieur Jean*Éloi Delarocbe, négociant, demeurant à Paris 1 
me des Jeûneurs, n* 35, par le sieur Beaufumé, de partie de ses droits an 
brevet d'invention de quinxeans pris, le 99 mai i8a9 , parle sieur Lusarcbe, 
dont il est cessionnaire, pour un appareil de chauflaee par le gax. (CelM 
ossaion ne confère au sieur i)elarocbe le droit exclusif afxploitalion que 
dans retendue des départements de Maine-etLoire, Indre-et-Loire, Loir-el« 
Gbcr, Eure-et-Loir et Yonne.) 

109* Ln cession enregistrée an secrétariat de la préfectnre dn département 
de la Seine Inférieure, le sa décembre i854» faite, suivant acte en date du 
6 dndit mois, au sieur Louis-Edmond Join-Uimbert, manufacturier, demeu« 
raat à Eibeuf-sur-Seine , par le sieur Rocbeux , de ses droits an brevet d*inven- 
tîm de qninxe ans pris, le 9 5 octobre i859 , par le sieur Pasqnier, dont il est 
cessionnaire, pour une machine à sécher les laines et les tissus. (Cette cession 
Bscenftre au sieur Join-Lambert le droit exclusif d'exploitation que dans la 
viHed'Elbenf et ses faubourgs, et dans un rayon de cinq ktlomëtres à partir 
dts limites de l'octroi de cette vWe et encore dans les localités de Caudebee» 
iMabeaf, Saint-Pierre, la Villette, Saint-Aubin et Orival, qui se trenveat 
dsm retendue de ce rayon.) 

t le^ Ln cesHon enrcgistiée an secrétariat àt la piéfeetnre dn d^iartemeat 
dalaSesnet le 93 décembre i854, faite, enivant acte en date dn 5 dudll 
Ms.avz sienmDevoideMresifafarieanU debriqnet» demcnmitt à litfriMe 
(Isffd), par le aienr Jn%dl, départie de eea droiu an hrevei dnnvealioii dn 



Digitized 



by Google 



qainse ans pris, le & noTembre iS5o, psrAe sieur JtiUieniiè, dont 9 est eei* 
«èmMîw» pd«|raâ(f mechtM i moi^er la brîqutf» ^Mbb <iJëlMoii'^lie e^AMi 
aux slenn Deroide frères le droit exclusif d'exploitation que ^dans r4tei!^è 
de i'arroii4î^^<i»60t d*Haz«fbrouck (Mord).) 

' iki^ La cetsion enregistrée au secrétariat de la préfectaré du départemest 
deaBoiicbès-du-Efa6ne,'le 33 déceoibre i85&^ fiiite, suivant acte cAi date du 
as dndit atois^ au sieur Etienne- Alphonse Requevaire Jouve ia Pigiiière, 
demeurant k Roquevaire, rue Sainte-Anne, nar les sieurs Hnyq, Gentilhomme 
et Démiguieux ««de ieurs droits au brevet d invention de quinse ans qu'ils ont 
pris , le aè juillet i S&3 , pour un^ nii|chinf. motrice di|e mmchine ëêetn^magné- 
tiqae Uaynr 

i la* (la cession enregistrée au secrétariat de la préfecture du département 
des ¥osges , le ag déce oèdire i8S& , faite, suivant acte en date du i à. novembre, 
même année, à ta société anonyine des papeteries du Souche (Vosges), par le 
aieur Voelterj de ses droits au iirevet d'invention de quinse ans quli a' pris, 
le fl mars i6é7 • pour un procédé prc^re à réduire le bois en pftte et à le 
rendre ainsi propre à la fabrication du papier. 

il 3* La cession enregistrée au secrétariat de la préfecture du département 
de Saône-et-Loire, le 2 janvier 1 655 , Caite, suivant acte en date du 7 décembre 
lUSét au sieûr Achille Ratier, brasseur, demeurant à Pignoux, commune de 
Bourges (Cher), par le sieur Barault,'de partie Je ses droits au brevet d'io- 
ventiôu de quinze ans qu*il a pris, le* i4 octobre i844« pour un pn»cédé 
propre à fabrjfquer une bière limpide et^mousseuse. (Cette cession ne xx>iif^e 
au sieur Ratier le droit exclusif d^exploitation que dans Téteodue des dé- 
parlements du Cher et de TAIlier, et dans Tétendue du territoire actuel de la 
ville de Paris.) 

Il 4* La cession enregistrée au secrétariat de la préfecture du département 
de la Seine, le 3 janvier i855, faite, suivant acte en date du la décembre 
1854, à la société formée entre les siears Lbermite et Magniadas, sous la 
raison sociale Magniadas et compaguie, dont le siège est à Paris, impasse 
Godetet, n"" 16, pair le sieur Lbermite, de ses droits au 'brevet d'invention de 
quinze ans qu il a pris, le 3 1 décembre i853, pour fa iàbrrcation dan charbon. 
(Le sieor Lbermite se réserve le (|roit exclusif d'exploitation dans le départe- 
ment de la Gironde.) 

1 15"* La cession éi^registrée au secrétariat de la préfecture du département 
delà Seine, lé 6 janvier i855, telle quelle résulte d un acte d adjudicatioo en 
date du 4 novembre i854» au profit de dame Désirée-Alezandrinc Levéqae, 
veuve Talrich, demeurant à Paris, rue Saint-Sébastien n"* 17, du brevet d'tn- 
ventioU de quinze ans pris, le 1 octobre 1849, par le sieur Tariicb, décédé, 
pour une composition dite : earfojuna propr»ft uire toute sorte d'objets' d'aii 
en relief et de toute couleur* 

1 1&* La cession enregistrée au secrétariat de la prélecture du département 
de la Seine, le 9 janvier i855, faite, suivant acte en date du 3o décembre 
i854vea sieur Guillaume-Martial-Auguste Durand du Boucheron, demenrant 
) Paris, rueCaumartin, n! i5, parle sieur Delosme, de ses droits aU brevet 
d'invention de quinze ansquîl a pris, le 4 octobre i854;pour un ciKlenas- 
fe.<fttre incrochetable et inoxydable. * 

1 17* La cession enregistrée au secrétariat de li| préfecture du département 
4» ta Marnet le ta janvier iS55» feHe, suivant ac|^ en datedu S octobre 
sI54 « evui sieur et dame pô^s;M^a » boulangera , dtiQbenrattt i Épema j^ par ki 
«mit fi«wlii!WMC «GifACïJiat 4^ pisl^ dilqiw di^éita m fanml d'imsuMi 



Digitized 



by Google 



B.n*394. (335) 

deqiriiifeans pris, ie S atril i85i-, par lesieor Roliaûd, dont it est cmsIod* 
wtSiB^ poiir^irlbQr diKttkîf^pr^piif à la oHÎsibA''4ifpai»; e|e/9v«r4inr)i«o* 
Mie ou reposant sur une piaqne tournante, avec loyer indépendant et 'tayhnk 
vépandant ia chaleur en de^nons, sur les côtés et au^d^ns de la partie destMe 
à^ eniason; le tout formant lin systtee con)[J^c déconomic de temps et de 
combustibles de toute nature, avec nu tfiermoiiiètré régulafeiir de k tempéra* 
fora oo indicateor de la tempéritture. (Cette cession ne conf^ anx sîenr et 
damePoussatn le droit exclusif d'exploitation que dans Téteiidne de l^irron* 
dinenent dTÉpernay. j 

ti6r La ocsiion enregistrée au secrétariat de la préfectore du département 
de la àfama^ le 12 janvier i855, faite, suivant acte en date du 8 oçtoM 
i85i, aux sieur et dame Ponssain, boulangers, demeurant à Épemay, par les 
sieors Guillanmetet Girardin, départie do leurs droits au brevet d-învvntion 
de quinze ans pris, le ti avril 1 85 1, par le sieur Roilaud, dont ils sont cession- 
naires, pour un pétrin mécanique propre au pétrissage de toute pAte de bon* 
lugcrie ou autre, d*uoemise fabile-4 mettre en mou\'ement et offrant tous* les 
avantages de simplicité, d'économie et de propreté désirables. (Cette cnsion 
ne confère aux sieur et dame Poussain le droit exclusif d'exploitation que 
éana retendue de Tarrondissemeot d*Épemay.) 

1 1 9* La cession enregistrée au secrétariat de la préfecture du département 
delà Seine, le 17 janvier i855, faite, suivant acte en date dudit mois, au 
liear Georges William Arnould de Saiate*Marie-Dupré, négociant, demeurant 
iArcaeil (Seine), parle sieur Hetlierington, de ses droits au brevet d'invention 
eipîmot, le 3 août 1866, quil a pris, le 37 septembre i853,pour des per- 
fiectâonnèments dans les machines et appareils servant à estamper et énobontir 
les métaux et è leur donner diverses formes. 

1 90* La eassion enregistrée au secrétariat de la préfecture du département 
de In Seine, le 19 janvier i8ô5 , faite, suivant acte en date du is du tnèidé 
m(HS, an sieur Adolphe Dogléré, demeurant à Paris, rue du Faubourg-Sttnt- 
Honoré , n* 3é, par la société Eellesanne et compagnie , de ses droits air brevet 
d'invention de qui use ans pris, le 7 mai 1 85s, par le sieur Bel lezanne, dont 
kdile société était cessionnaire, pour un système de vidange dea Ibssea 
dtabanees. . , . 

1 a I* La cession enregistrée au secrétariat de la préfecture du département 
da Finistère, ie aS janvier i85ô, faite, suî%'ant acte en date du ^ dé» 
evmbre i854f 4U sieur Charles Tiret-Bognet, négociant, demeurant à $ainU 
Serval. (JHe- et* Vilaine) , par ie sieur d'Heui^e, de partie de ses droits 
an* brevet ^l'invention de quinze ans pris, le Ç avril 18 Si, par le sieur 
iUdland , dont il est cessionnaire, pour un four circulaire propre àlacnisson 
da pain* etc. avec àtre mobile ou reposant sur une plaque tournante, avec 
fi^cr indépendant et tuyaux répandant la chaleur en dessous, sur les cMéf et 
al^dessas de la parUe 4e*lioée h la cuisson; le tout formant un système eom* 
pict 4*éeonomi6 de temps et de combustibles de toute nature , avec un thermo- 
liètra régulateur de la température ou indicateur de la température. (Cette 
oenion n^eoorbreau sieurTiret-Qognet, le droit exclusif d'exp|oita(ion que 
liaas rétendue do l^rrondissemeot d'Avranches (Mauche).) 

1%%" La cession enregistrée au secrétariat delà préfecture du département 
éa JFînîstbre, le 33 janvier i^55, faite, suivant acte en date du § décenibrc 
i854, nu sieur Charles Tiret-Bognel, négociant, demeurant ^ gaint-Servan 
min ai yJninn), paa l» sieuy d'>tieBr4»:, i^ par.iie de ses droits au l^revet d'in- 
ifiefoi^f^MI» pc»»t k M «^ i§pif^P«r4f lîeKB' Rolland» d«^t il 
«»-» 4 • . •) •s..'-' ' . ■ . • •î'*' •• * . '. •• * 



Digitized 



by Google 



^ mt po«tr«aBMoB4einM|iie propre «n fMiMgt d« ^Mltplto 
àê boolangtrie on antre, a noe mise facile à mettre en monvenieot, et oflfint 
tooa les avantages de aimplicité, dVcooemie et de propreté désirables. (Cette 
eession ne eonfhv au sieor Tiret- Bognet le droit eianstf d'eipioitalîoa ^ 
dans retendue de Tarrondissement d'Avranehes (Manche).) 

I s3* La cession enregistrée an secréuriat de la préfecture da départeneat 
du Gber, le i5 janvier i855, (ai te, suivant acte en date du si dudit niois« 
ani siears Mathieu-Jacques Laurent, serrurier, demeurante bourges, inpasss 
deFourchand, et Thomas-Edmond Goulon, menuisier, demeurant aussi à 
Bourges, rue PorteJaune, par le sieur Cairol, de partie de ses droits au 
brevet d*invention de quinse ans qu^il a pris, le 3 septembre i846,poor 
un sptëme de fermeture de magasins, boutiques croisées, etc. (Cette cession 
ne conC&re aui sieurs Laurent et Goulon le droit exclusif d*esploitation qae 
dans rétendue du département du Cher.) 

1 s 4* La cession enregistrée au secrétariat de la préfecture du département 
du Rhône, le i** février 1 855, faite, suivant acte en date du 93 janvier, même 
année, au sieur Jacques Guillaume, demeurante Lyon , rue Nationale, n* 3s, 
à Vaise, par le sieur WeisBog, de partie de ses droits au brevet d'invention de 
quinze ans pris, le 3 novembre i85i , par les sieurs Weisflog, Ray et Gaiilanl, 
pour la chaussure française en gutta-percha. (Cette cession ne confoe au sieur 
buillaume le droit exclusif d'exploitation que dans Tétendoe des départements 
de la Corse, la Lozère, le Cantal, la Haute-Loire, le Doubs, le Bas-Rhin, U 
Haute-Sa/^ne, les Ârdennes , T Aisne, le Pas-de-Calais , le Nord , Seine<t>Mame, 
TAube, TYonne, le Loiret, Indre-et-Loire, les Côtee^itt-Nord, le Finistère, le 
Morbihan, la Loire-Inférieure, la Vienne, Tlndre et le Cher et dans un sed 
établissement en Algérie, tel que ce droit d evploitatbn a été attribué au sienr 
Weisflog , aus termes de Tacte de partage intervenu entre les trob titalaires 
ds brevet.) 

I »5* La cession enregistrée an secrétariat de la préfecture du départeoMUt 
de la Côte-d'Or, le 3 f^rier i855, faite, suivant acte en date du a janvier, 
même année, au sieur Jacques Duchesne, demeurante Chfttiilon, par le siettf 
Gtténot-Maréchaux, de ses droits au brevet d'invention de quinse ansprisi 
le A octobre i85s, per le sieur Roignot, dont il est cessionnatre» pour un 
système d'appareils propres à la fabrication des sabots. 

1 s6* La cession enregistrée au secrétariat de la préfecture du dépnrlaaent 
de la Marne, le 6 février i855, faite, suivant acte en date du 5 dodift mois, 
an sieur Edouard-Martin Tref , fabricant de pompes « demenraot à Vttry , pat 
le sieur Pignière, de psrtie de ses droits au brevet d'invention de quinse ans 

2n*il a pris, le 3i octobre i848, pour une pompe aspirante et refoolaDie, 
ite Àfneûine, (Cette eession ne confère au sieur Tref le droit d^exploitation 
exdnsive que dans l'étendue du département de la Marne.) 

I S7* La cession enreinstrée au aecrétarial de la préfecture du départeuenl 
de la Seine, le 7 février i855, faite , suivant acte en date dee 97 janvier, même 
année, au sieur Alphonse-Hippolyte Ferault, corrojeur, demeurant à Paris 
me Bellefonds, n* 99 , par le sieur Beaussier, de ses droits au brevet d'inven* 
tîon et de perfectionnements de quinze ans qui lui a été délivré, le 94 janvier 
1 8A9 , pour des procédés rationnels et etpéditifs applicables à la (abrieation et 
A la préparation des peaux. 

1 98* La cession enregistrée au aecréteriat de le préfecture da dépSftcmeftl 
de le Seine, ie i| février i85S, faite, suivihit acte eto date du iS dMlk 
ÉMie, M eie«r ftinfeif-MerifVietec Ttld«Mif», deneviat à Fm^ nM 



Digitized 



by Google 



B.û*324. ( 337 ) 

Footaioe-Saint-Georges, n** 35, par le sieur Lesnard, de la moitié d&ses droits 
à la propriété du brevet d'invention de quinze ans qu'il a pris, ie 26 octobre 
i853, pour an système de forces motrices, par le double emploi de la puié- 
siDce des gai comprimés et de la puissance de la pesanteur , combinées , au 
moya dan appareil composé d'une roacbine rectiligne à piston et d'une 
macblae rotative, conjointement. 

139* La cession enregistrée au secrétariat de la préfecture du département 
(faJon, le i5 février i855, faite, suivant acte en date du 1 3 dudit itoois, 
u sieur Zenon- Josepb-Philibcrt Matussiëre, entrepreneur de chemins de fer, 
domicilié â Montbard (Côte-d'Or) , par le sieur Thiébaud-Colomb fils, de ses 
droits aa breveA d*invenlion de quinze ans qu'il a pris , le a décembre i854> 
poQf 00 système de fusées d'entière sécurité pour les mines. 

i3o* La cession enregistrée au secrétariat de la préfecture du département 
Je la Gironde, le 30 février i855, faite, suivant acte en date du i3 dudit 
nok, aaz siears François-Henri Dublanc et Sylvestre-Gustave Duzan , tous 
deoi négociants, demeurant à Bordeaui, quai de Bourgogne, n* 35, par le 
ùorClarac, de ses droits au brevet d'invention de quinze ans qu'il a pris, le 
i7B»rs 18^5, pour un perfectionnement à la machine destinée à griser les 
ncoapes, consistant dans Taddition d'un second crible qui dispense, par 
y^et qo^il produit , d'opérer deux fois pour obtenir lo nettoiement parfait du 
gnan. 

i3i* La cession enregistrée au secrétariat de la préfecture du département 
deliSeine, le 3a février i855, faite, suivant acte en date du ao décembre 
18^3, au sieur Charles Morey, négociant, à Paris, rue de la Paix, u* aS , par 
lesienr Goodyear, de partie de ses droits au brevet d'importation et de perfec- 
li<nmemcDl de quinze ans délivré le 16 avril iSài, au sieur Newton, dont il 
fit cessioQoaire, pour des perfectionnements apportés à la préparUlion du 
caontchouc et à la fabrication de tissus ou autres objets dans lesquels le caout- 
choDc forme une partie intégrante. 

i33' La cession enregistrée au secrétariat de la préfecture du département 
de la Seine, le 33 février i855, faite, suivant acte en date du i5 janvier, 
Btme année, au sieur Alphonse Denisane, oégonanl, demeurant à Paris, 
neChauchat, n* 10, par le sieur Morey, de partie de ses droits au brevet 
d'iffiptx'tation et de perfectionnement de quinze ans délivre, le 16 avril i8d4, 
aaaiew Newton, dont il estcessionnaire, pour des perfectionnements apportés 
^l'pr^ration du caoutchouc et à la fabrication de tissus ou autres objets 
daas lesquels le caoutchouc forme une partie intégrante. (Cette cession ne 
conlVe au sîeur Denisane le droit d'exploitation exclusive qu'en ce qui 
ft'Beerne l'application du caoutchouc au doublage extérieur et au placage 
«lérienr des navires en général. ) 

i33* La cession enregistrée au secrétariat de la préfecture du département 
de 11 Seine, le a a février i855, faite, suivant acte en date du ao décembre 
>^53, au sieur Charles Morey, négociant, à Paris, rue de la Paix, n* sS , par 
K&eor Goodyear, de partie de ses droits au brevet d'invention de quinze ans 
P'Vile ai septembre i85a , par le sieur Armengaud aine, dont il est cession- 
"*ni poar dos applications du caoutchouc ou de la gutta-percba mélangés 
^BKmble, ou séparément, avec d'autres substances qui rendent les objets plus 
masoins durs, plus ou moins flexibles, et qui leur enlèvent l'élasticité plus 
* moins complètement. 

i34* La cession enregistrée au secrétariaPde la préfecture du département 
^la Seine, le aa février i8S5, faite, suivant actç eft d«to du i5 janvier. 



Digitized 



by Google 



( 338 ) 

même année, au «ieur Alphonse Denisanc, négociant, demcarant à Paris, 
rue Chaucbat, n* lo, par le sieur Morcy, de partie de ses droits an brevet 
d'invenlion de quinte ans pris, le 21 septembre i852 , par le sieur Armeit^ud 
aîné, dont il est ccssionnnirc, pour des appiicaiions du caoutchouc ou ilc 1t 
gutta-percha mélangés ensemble, ou séparément, avec d'autres substances 
qui rendent les objets plus ou moins durs, plus ou moins llexiblcs, et qui leur 
enlèvent Téiastlciié plus ou moins complclemenl. (Cette cession ne confère 
au sieur Denisane ie droit d'exploitation exclusive qu'en ce qui cMiceme 
l'application du caoutchouc au doublage extérieur des navires et au placage 
intérieur des navires en général.) 

i35* La cession enregistrée au secrétariat de la préfecture Un département 
de la Seine, le 22 février i855, faite, suivant acte en date du 1^ cludit mois, 
par la société Potin cl compagnie, de ses droits au brevet d'invention de 
quinte ana pris, le 4 ttiars i853, par le siour Potin, pour un système d'es- 
tampage plastique, savoir : pour moitié au sieur Jean-Baptiste Marie Potin, 
«hrmiste, demeurant à Paris, rue SeJaine, n* io, et pour l'autre moitié aux 
sieurs Albert-Joseph-Jusl Loscuyer, négociant, demeurant à Paris, rue de 
Lâncry, n* lo, ÉdouardPierre Lannois, fabricant, demeurant à Paris, rue 
4e$ Enfants-Rouges, h* 7 , et Krn» sl-Jean-Bapiiste Mallic, commis négociant, 
«lemeurant à Paris, rue et hôlel du Ponceau, n* 7. ^ 

136" La cession enregistrée au secrétariat de la préfecture du dépurlement 
<le l'Aude, le 22 février i855, faite, suivant acte en date àfi i5 dudil mois, 
«usieurGnstavc Gazelles, négociant en bonneterie, demeurant à Troyes, rue 
de la Monnaie, n' 28, par le sieur Luce-Villîard, de partie de ses droits au 
brevet d'invention de quinze ans qu'il a pris, le 2 mai i854, pour la fabri- 
cation sur tons les métiers circulaires, des tricots ayant une chaîne en caout- 
chouc, 8t pour la confection , avec ces mCnies tricots, de tous les vêtements à 
usage d'hommes, femmes et enfants. (Cette cession ne confère au sieur 
Gazelles le droit exclusif d'exploitation qu'en ce qui concerne la fabrication 
des bas et chaussettes; pour tous les autres articles désignés au brevcl , le sicur 
Gazelles n'acquiert que le droit personnel et non transmissible de les fabrique^ 
dans ses ateliers et sur ses propres métiers, concurremment avec le cédant.) 

1 37* La cession enregistrée au secrétariat de la préfecture du département 
duDoubs, le a3 février i855, faîte, suivant acte en date du 9 dudil mois, à 
la maison de commerce Miégeon et Viellard, établie aux forges de Morviilard, 
canton de Délie, arrondissement de Belfort, par les sieurs Deveille et Gro5f 
pellier» de partie de leurs droits au brevet d'invention de quinze ans pris» io 
3 avril i85i , par le sîcnr Rolland, dont ils sbnt cessionnaircs, pour un four 
oireulaire propre à la cuisson du pain, etc. avec un âtre mobile ou rei)o«aal 
sur une plaque tournante, avec foyer indépendant et tuyaux répandant la cha-i 
leur en dessous, sur les côtés et au-dessus do la partie destinée à la cuisson}, 
le tout formant un système complet d'économie' de temps et de combustibles 
de toute nature, avec un thermomètre régulateur de la température ou indica-, 
tenr de la t^pératore. (Celte cession ne confère à la maison Miégeon et 
Yielhird le droit e^xclusif d'exploitation que dans l'étendue du canton de Dellc 
(Haiit-lUiin). 

138*" La cession enregistrée au secrétariat de îa préfecture du département 
do Donbs, le »3 février i855, faîte, suivant acte en date du 9 duditniois» 
à la maison de commerce Miégeon et Viellard, établie aux forges de Morvii- 
lard, canton de Dqlle, ari'oadissement de Belfort, par les sieurs Deveille et 
Gr9spdiier,ide paiçiie ée iedrs droits au brevet <j['ipventioQ de quip^e ans pris* 



Digitized 



by Google 



B. n*» 324'. ( 339 ) 

le 11 aTril i85i , perle ftieur Rolland, dont ils sont eessionnaîres, pour un 
pétria mécanique propre au pétrissage de toute pâte de boulangerie ou autre , 
(Tune mise Êiciie à mettre en mouvemontf et offrant tons les avantages de sim- 
plicité, d'économie et de propreté désiraJsles. (Celte cession ne confère à la 
maison Miégeon et Viellard le droit exclusif d'exploitation que dans Tcteudue 
du canton de Délie (Haut-Rliin). 

i39* La cession enregistrée au secrétariat de la préfecture du département 
delà Seine, le a 3 février i855, faite, suivant acte en date du 3 dudit nK)is» 
au sieur £dme-£douard d*Ueurle, demeurant à Quimper (Finistère), par la 
société Lesobre, Ménard et compagnie, de partie de ses droits au brevet d*in- 
Tcntion de quinze ans pris, le 8 avril i85i , par le sieur Rolland, dont la 
nciélé est cessionnaire, pour un four circulaire propre à la cuisson du pain, etc. 
aYecàkrc mobile ou reposant sur une plaque tournante , avec foyer indépendant 
et tuyaux répandant ia dialeur en dessous , sur les côiés et au-dessus de la 
partie destinée à la cuisson-, le tout formant un système complet d'économie 
(fe teflB|ks et de combustibles de toute nature, avec un thermomètre régulateur* 
delà température ou indicateur de la température. (Cette cession ne confère 
an sieur aHeurle le droit exclusif d'exploitation que dans l'étendue du dépar* 
taneut du Calvados^ à rexception de l'arrondissement de Honfleur.) 

lAo* La cession enregistrée au secrétariat de la préfecture du département 
delà Seine, le 33 février i855, faite, suivant acte en date dn 1 dudit mois, 
aa sieur £dme-Édouard d'Heurle, demeurant à Quimper (Finistère) , par la 
société LcaobrCt Ménard et compagnie, de partie de ses droits au brevet d*in- 
venlion de quinze ans pris, le 1 1 avril iSSi , par ^e sieur Rolland, dont la 
société est cessionnaire, pour un pétrin mécanique propre au pétrissage de 
tonte pâte de boulangerie ou autre, d'une mise facile k mettre eh mouvement, 
etoffraot loua les avantages de simplicité, d'économie et de propreté désira- 
Ues. (Cette cession ne confère au sieur d'Heurle le droit exclusif d'exploi- 
tation que dans l'étendue du département du Calvados, à l'exception du 
canton de Uonfleur.) 

i4i* La cession enregistrée au secrétariat de la préfecture du déparlement 
delaSeioe, le 23 février 1 855, faite, suivant acte en date du 6 dudit mois, à la 
société Lesobre, Ménard et compagnie, dont le siège est à Paris, rue de TEs- 
tnpade, n* 17 , par le» sieurs Bouvet- Vannier et Bellan, de tous les droits qui 
leur avaient élé cédés par ladite société au brevet d'invcnlion de quinze ans 
pris, le 8 avril i85i , par le sieur Rolland, pour un four circulaire propre n 
!a cuissoa du pain, etc. avec âtrc mobile ou reposant snr une plaque tour^ 
naale« avec foyer indépendant et tuyaux répandant la cbalenr en dessous, sur 
les côtés et au-dessus de la partie destinée à la cuisson , le tout formant un 
syslèoie complet d'économie de temps et de combustibles de toute nature, 
avec un thermomètre régulateur de la température ou indicateur de ia tem- 
pénlure. (Par cette rétrocession, la société Lesobre, Ménard et compagnie, 
ceswooiuûre du aieur Rolland, rentre dans ses droits exclusifs d'exploitation 
dans f étendue du déperiement de Maine-et-Loire.) 

i42* La cession enregistrée au secrélanat de la préfecture du département 
de la Seine, le 33 février i855, faite, suivant acte en date du 6 dudit mois, 
Akaociélé Lasebre, Ménard et compagnie, dont le siège est à Paris, rue de 
FEstrapade, n* 1 7 , par les sieurs Bouvet- Vannier et Bellan , de tous les droits 
(pà leur avaient été cédés par ladite société au brevet d'invention de quinze 
aMprts, le 11 avril i85i , par le sieur Rolland, pour un pétrin mécanique 
propie au pétrissage de tonte p&te de boulangerie ou aatra , d'une mise facile 



Digitized 



by Google 



( Uo ) 
à mettre en mouvement, et offrant tons les objeté de simplicité, d'économie et 
de propreté désirables. (Par cette rétrocession, Ja société Lesobre, Ménard 
et compagnie, cessionnairc du sieur Rolland, rentre dans ses droits exclusifs 
d eiploitation dans Tétenduc du département de Maine-et-Loire.) 

1 d3^ La cession enregistrée au secrétariat de la préfecture du département 
delà Seine, le 23 février i855, faite, suivant acte en date du 7 dudit mois, 
au sieur Frédéric Weil, demeurant à Paris, rue des Petites-Ecuries, n*" iS, 
par le sieur Vincbon, de ses droits au brevet d'invention de quinze ans pris, 
le a 5 novembre i854, par les sieurs Weil et Yinchon, pour la fabrication 
de lalcool. 

i44* La cession enregistrée au secrétariat de la préfecture du départemeut 
de la Seine, le 3 mars i855, faite, suivant acte en date du ^5 janvier, même 
année, au sieur Armand-Constant Dumouchd , peintre en bâtimeots, demeu- 
rant à Rouen , rue Beauvoisine, n* i43, parle sieur Gandelot, de parUeda 
SCS droits au brevet d'invention de quinze ans qu il a pris, le i4 octobre i854, 
pour un enduit-ciment. (Cette cession ne confère au sieur Dumoucbel le 
droit d'exploitation exclusive que dans l'étendue du déparlement de la Seine* 
Inférieure.) 

i45* La cession enregistrée au secrétariat de la préfecture du département 
du Rbône, le 5 mars i855, faite, suivant acte en date du 23 février, même 
année, à la compagnie des fonderies et forges de la Gare, à Givors , sous la 
raison sociale J. Four et compagnie, par le sieur Girardet, de ses droits an 
brevet d'inveution de quinze ans qu'il a pris, le 29 septembre iSSd» pour la 
fabrication des cercles de roues de chemins de fer. 

1 46* La cession enregisthie au secrétariat de la préfecture du département 
duRIiône, le 7 mars i8ô5, faite, suivant acte en date des 5 et 12 février, 
même annnée, à la société méridionale des tuiles Mac-Martin , dont le siège 
esta Lyon, rue de l'Arbre-Scc, n* 34, par les sieurs Péchiné et Colas, de 
partie de leurs droits au brevet d'invention de quinze ans qu'ils ont pris, le 
5 avril i853, pour un système d*étuve et de four à séchage et cuisson contions 
pour la chaux, le plâtre, )a tuile et la brique, les pâtes céramiques et toutes 
les matières qui ont besoin d'une chaleur graduée. (Cette cession ne confère 
à la société cessionnairc le droit d'exploitation exclusive que dans l'étendue 
du département du Rhône et des arrondissements de Saînt-Étiennc (Loire), 
de Trévoux (Ain) et de Vienne (Isère).) 

147** La cession enregistrée au secrétariat de la préfecture du département 
de la Seine, le 1 3 mars 1 855, faite, suivant acte en date du i4 mars i853, 
au sieur Ferdinand Tavernicr, négociant, demeurant à Paris, rue de Cour- 
celles, n** 36, par le sieur Rawson, d'un quart indivis du brevet d'invention 
expirant le 19 aoiU 1866 qu'il a pris, le 23 octobre i853, pour la prépara* 
tiou de la laine et de toutes matières Glamenteuses avant le peignage. 

i48* La cession enregistrée au secrétariat de la préfecture du département 
de la Seine, le i3 mars i855, faite, suivant acte en date du 10 février, même 
année, au sieur Adolphe Jacquesson, négociant, demeuraut k Paris, rae 
liasse-du-Uemparl, n" 2, parle sieur Nisson, de ses droits au brevet d'inven- 
tion de quinze ans qu'il a pris, le 4 octobre i854, pour une application des 
étiquettes de luxe , médailles, titres, etc. et leur collage régulier, à l'aide de 
dispositions mécaniques. 

149* La cession enregistrée au secrétariat delà préfecture du département 
de la Loire, le 20 mars i855, faite, suivant acte en date du i3 dudit mois, 
au sieur Mathieu Serre, fabricant de rubans, demeurant à Saint-Etienoe, 



Digitized 



by Google 



B. n* 324. ( 34i ) 

ne de Fpy, par le sietir Gonon, de ses droits au brevet d'invention de ^inse 
«naipi'il a pris, le 14 février iSSa, pour un battant brocheur et ses accès- 
foires destinés à la fabrication des rubans. 

iSo* La cessioQ enregistrée au secrétariat de la préfecture da département 
de la Seine, le 20 mars i855, faite, suivant acte en date du 9 duditmois, 
aux sieurs Jean-Louis Cbarlat et Emile-Ernest Destot, tous deux commer- 
çanb, demeurant k Paris, rue Quincampoix, n* 84 « par le sieur Rigolet, de 
90 droits an brevet d*invention de quinze ans qu'il a pris , le 3 avril 1 854 , 
poor on système de bouchage pour les eaux gazeuses. 

i5i* La cession enregistrée au secrétariat de la préfecture du département 
delà Loire, le 20 mars i855, faite, suivant acte en date du ao février, môme 
inoée, à la société Jackson frères, Petin Gaudet et compagnie, dont le siège 
est i Rives-de-Gier, par le sieur Grand, de ses droits au brevet d'invention de 
quinze ans qu'il a pris, le 2 juin i854, pour l'application de la force cefa- 
triioge pour fondre en cercle , sans moulage, les divers métaux. 

162* La cession enregistrée au secrétariat de la préfecture du département 
^k Seine, le 22 mars i855, faite, suivant acte en date du 7 duditmois, 
an sieur Marin-François Lemoine-Chenard, négociant, demeurant à Rennes , 
ree de Château-Renaud , n* 8 , par la société Lesobre, Ménard et compagnie , de 
initie de ses droits au brevet d'invention de quinze ans pris, le 8 avril 1 85 1 , par 
le siear Rolland , dont elle est cessionnaire , pour un four circulaire propre 
i la calisson du pain , etc. avec âtre mobile ou reposant sur une plaque tour-* 
aante, avec foyer indépendant et tuyaux répandant la chaleur en dessous, , 
sarles côtés et au-dessus de la partie destinée à la caisson ; le tout formant 
m système complet d*économie de temps et de combustibles de toute nature, 
arec un thermomètre régulateur de la température ou indicateur de la tempé- 
ratnre. (Cette cession ne confère au sieur Lemoine-Chenard le droit exclusif 
d'exploitation que dans Tétendue du département d'Indre-et-Loire.) 

i53* La cession enregistrée au secrétariat de la préfecture du département 
delà Seine, le 22 mars i855, faite, suivant acte en date du 7 duditmois, 
ao denr Marin*François Lemoine-Chenard, négociant, demeurant à Rennes, rue 
de Château-Renaud , n** 8, par la société Lesobre, Ménard et compagnie, de partie 
de ses droits au brevet d'invention de quinze ans pris, le 1 1 avril i85i «par 
le «ear Rolland , dont elle est cessionnaire, pour un pétrin mécanique propre 
an pétrissage de toute pâte de boulangerie ou autre, d'une mise facile à mettre 
en monvement et oflJrant tous les avantages de simplicité, d'économie et de 
pnprelé désirables. (Cette cession ne confère au sieur Lemoine-Chenard le 
mil exclosif d'exploitation que dans l'étendue du département d'Indre-et- 
Loire.) 

i54* La cession enregistrée au secrétariat de la préfecture dn département 
do Rhône, le 27 mars i855, faite, suivant actes en date des 22 février, s4 
et 26 septembre i85d , à la société des tourbières de France, compagnie de 
Lyon, dont le siège est â Lyon, par la société des touri>ières de France, 
dont lenége esta Paris, de partie de ses droits au brevet d'invention de qninze 
anspris, le 6 janvier i85s, par les sieurs Panton et Subtil , dont ladite société 
eil cessionnaire, pour «n modèle de four à carbouiscr la tourbe ditybm^conuie. 
(Cette cession ne confère le droit d'exploitation exclusive à la société des tour- 
bières de Fraiace, compagnie de Lyon, que dans l'étendue des départements 
dn Rhône, de l'Isère, de l'Ain, de Saône-et-Loire, de la Loire, du Jura, du 
Donba et de la Côte-d'Or.) 

i5S* La cession enregistrée au secrétariat de la préfecture du département 



Digitized 



by Google 



(«Aa ) 

cUi BIi^Am, le §f mars iB&5 » faite , ivivant aotêt «n ^ate des s s têftiett ti 
fit s 6 àeptemkre i8$3, è la société des iGorbièMs de France, eorapagnîe de 
Lyon, dont le siège est à Lyon, par ia loctéié des tourbières de France dont 
le siège est à Paris, de partie de ses droits au brevet d'in-vention de qninie 
ans priS) h 6 janvijsr i$53 , par les sieurs Panton et Subtil, dont la société 
e9t cessionnaire, pour la manipulation mécaoiqttc de la tourbe. (Cette cession 
ne çQoi^re le droit d'exploitation exclusive à la société des tourbières ds 
France, compagnie de Lyon, que dans retendue des départements du Rbftne, 
de risère, de TAin, de Sa6neret-LoiFC, de la Loire, du Jura, du Doubs et de 
la C^te^'Or.) 

]56* La cession ennagistré^ au secrétariat de la préfecture du département 
de la Seine, le 38 niars i855, faite, suivant acte en date du iS dudit mois, au 
sieur Paul Vaillant, demeurant à Paris, rue d*£nghicn, n* 49, par lesirur 
Depuis, de partie de ses droits au brevet d'invention de quinze ans pris, le 
19 octobre i§44, parle sieur Duméry, dont il estcessioanaire, pour la subs- 
titution dans la chaussure des hélicosaux vis à bois ordinaires. (Cette cession 
ne confère au sieur Vaillant le droit d'exploitation qu'en ce qui concerne les 
grosses chaussures civiles dites miUlairêt, et les chaussures destinées à l'armée 
française.) 

167* La cession enregistrée au secrétariat de la préfecture du département 
de la Seine, le 3i mars i855, faite, suivant acte en date du 33 dudit mois, 
au sieur Charles Cailebault, négociant, demeurant à Paris, rue de Ménars, 
n® iQ , par le sieur Pinger, de ses droits au brevet d*invention de quinze ans 
qi)'ii apris, le 37 février i854, pour perfectionnements dans les machines à 
coudre. 

2. Notre mioUtre secrétaire d'état au département de Fagri- 
cullure, du commerce et des travaux publics, est chargé de 
l'exécution du présent décret, qui sera iuséré au Bulletin <}es 
lois. 

Fait au palais des Tuileries, le 10 Juillet i855. 

Signé NAPOLÉON, 

Par l'Empereur : 

Le Ministre secrétaire âîitat au dépariement dt t<igricukg>t, 
du commerce et des travaux publics. 

Signé £. RouBBn. 



N* 8007. — DicRET IMPÉRIAL (contre^signé par le ministre de Hw* 
truction publique et des cultes) portant, 

1* Que Tacadimie des beaux-arls de rinsiiliit impérial de France 
est autorisée à accepter, aux clauses et conditions imposées, la donation 
faite par M"* Esterre Leclère, aux termes d*un acte notarié en date 
du a6 mai i855, <l*une somme de mille francs de rente trois poar 
ceiit «ur l'É^At, dont les arrérages courront du aa décembre i853, 



Digitized 



by Google 



pMf fa (bndftlîoB dTVm^réeottipeme dite , • Ff^ Àéhill&Èèeihi^, » i|«t 
sera donnée, chaque année, par racadémie des beaux-art», à Télève 
ucUfioet» èe Fé^oie impériale de» beanx-arb rie Pam ayant obtenu 
h prMM«r second grand prix (|*archifeectnre ; 

s* Qm dips te caa où le premier second s^rand prifx ne serait pas 

décerné, la section d*architecture de t'acadiéBen» déteciniBera , sous 

*rap|MiMitio» dtt GoiiTerDemeDt , le menteur- enapioi à fefre Ae la 

somme de mille francs dana i'i»lérél de» étudesi de)» j^uaes archi- 

{Parm, ^ Août i8S5.) 



ftSoeS, — DécMST ninÉRtAL (conlirx;- signé par le mkifstre deTagi»!- 
cuitare , du^omraerce et des travaux publics) portant, 

1* Que la partie du chemin de grandti^ communication n* 4 1, com- 
prise entre Trans et Villecherel , est et demeure classée comme pro- 
loogemen! delà roule départemenlale dllle-et- Vil aine, n* i8» çjui 
prend» la déuomina lion de route de Vitré à PorUorson [Manche). 

3* Que TadminisJ ration est autorisée à faire Vacquisition des ter- 
nm et bâtiments nécessaires à la rectification ou à Tamélioration 
J^ cette nouvelle ligne en se conformant aux dispositions des litres II 
et suivants de la loi du 3 mai i8â1i sur T ex propria lion pour cause 
eTnliliié publique. (Paris, à Aoât 1855, ) 



K' Soog^ ^- DsGRST iMPÉBiAt ( Gontre- signé par le ministre de 
la marine el des colonies) portant que la limite du rivage de la 
Btr, siN* la partie de la plage du bassin d'Arcachon comprise entre 
Ttllée de l|i chapelle d'Arcachon et la pointe du Bernet (commune 
et quartier maritime de la Teste, département de la Gironde), est 
et demeure fixée conformément à la ligne brisée tracée en bleu sur 
le plan annexé au décret, et composée de quinze lignes droites com- 
prises de l'est à louesl entre les bornes Â8 et 63. [Paris, 8 Août 
USô.) 

N*3oio. — DÉCRET IMPKRIA)* (contresigné par le ministre de la 
marine et des colonies) portant ce qui suit : 

La limite du rivage de la mer, dans la partie du bassin d'Arcachon 
tOitiguê à la commune de Gujan (quartier maritime de la Teste, 
déparlenaent de la Gironde) , est et dea;eure fixée conformément à la 
l^ne bribée tracée en bleu clair sur le plan en deux feuilles annexé 
»u présent décret. 

Celle ligne se dirige de Test à rouest. Elle prend naissance à Test, 
au poiat aéparalil des communes du Teich et de Gujan et coïncide 
(i" parue du plan) avec le^ digues en contournant un périmètre qui 



Digitized 



by Google 



( 341 ) 
se termîae a la reocontre du chetuio de fer de Bordeaux a la Teste, 
au ruisseau de Mestras. 

Celte ligne suit alors le chemin de fer sur une longueur de quatre- 
vingt-seize mètres, puis les digues jusqu'à la craste du Cul-krûlé; 
ensuivie chemin de fer, sur une longueur de trente-sept mètres ; 

Les digues , jusqu'au port de Mestras ; 

Le chemin ae fer, sur une longueur de deux cent treize mètres ; 

Les digues , jusqu'au port de Larros ; 

Le chemin de fer, sur une longueur de quatre cent quatre-vingt- 
dix mètres. 

En cet endroit, la mer pénètre par le pont du ruisseau de Gujan 
dans une anse qui se trouve à çauche du chemin de fer et s^étend 
jusqu'aux abords de l'église dé Gujan. • 

Après cette anse, la ligne suit de nouveau les digues jusqu'au che- 
nal de Vieux-Port, en face du port de Meyran (a* partie du plan). 

La limite coïncide de nouveau avec le chemin de fer sur une lon« 
gueur de cent dix mètres. 

Enfm, la ligne suit encore les digues jusqu'au chenal de la Hume, 
où s'arrête le territoire de la commune de Gujan. (Paris, 8 Août Î855,) 



Certifié conforme : 

Paris, le 11 ' Septembre i855. 

Le Garde des Sceaax, Ministre Secrétaire 
iélai au, département de \a Justice, 

ABBATUCCL 



* Celte date est celle de la réception du BoUetin 
an miotstëre de la Justice. 



On /ftboDM poor 1« BnlMîn cIm loii, à raison d« 9 franes par an , l la eaîaae da riaprimn* 
imp^iala, on chai les Diractenrt daa poataa daa déparUoMBU* 



Imprimbbib iMPÊRTALi. — II Septembre i85S. 



Digitized 



by Google 






BULLETIN DES LOIS. 

N« 325. 



[^ 3oii. — DioRMT iMPiRZAL portant que le M^M^s^at charjé 

\ in Mmièra public près le Tribunal de Gorëe et iépeniàncfs prendie 

itniePrùcureur impérial, et que son Traitement estjlxé àS,OOOJrancs. 

. Da 97 Décembre i854. 

NAPOLÉON, par la grâce de Di?a et la volonté natipaalet 
BUK DES Frauçais, à tous présents et à venir, salijt. 

Yq notre décret du 9 août i85A (1) conceraantrorganisation judi* 
ire do Sénégal et dépendances, qui confie (article a) les fonètioDS 
mioistère public près le tribunal de première inskauce de llle de 
rée à Dn substitut du procureur impérial de Saint-Louis ; 
Ta notre décret du 1* novembre i85A (a)} qui forme deux colonies 
rtinctes de Saint-Louis, d*une part, et de l'autre part, de Tile de 

forée et des comptoirs fnuaçais de la côte occidentale d'Afrique au 

addeœtteîle; . 

Sor le rapport de notre ministre secrétaire d*état de la mariae et 
Bsodonies, et de Tavis de notre garde des sceaux, ministre de la 

Braoc, 

; hm ïtixiuiri et DicBiroUs ce qui suit i 

L^T. l*'. Le magistrat 'chargé du ministère public près le 
Kmnal de première instance de Corée et dépendances prend 
pure de procureur impérial. 

l'Le traitement du procureur impéfial de Gorée.est ^aé à 
^ mille francs. 

' 3. Notre ministre secrétaire d*état de la marine et des colonieB 
ftootre garde des sceaux, ministre de la justice, sont chargés 

WBolLui, 0M908. 

W Bull. ,3o, n* 1097. c . .. 



Digitized 



by Google 



des lois. 

Fait au palais des Tuilerîc|, le 27 Décembre i854. 

Signé NAPOLÉON. 

Par rEmpcrcur: 

Le Ministn mrHàaire fêlai de la marina et da etium, 

Signé TnioDORE Ducos. 

!V^ 3bia. — ; DÉqéET lUPiniAi qni daioriiê h Jh*iàa(ton, 4 CqiIÉ 
f V/e^/ff ) , if ail ÈtaHissemêfi^ de Swars de Iq Charité da ^eté-0/jKh' 

pu 9^ Août i855. 

NAPOLI^ON, par la grâce de Dîeu et la volonté nationale, 
Emi^Èrêcr des PrAnçms, à tous présents et à venir, saiot. ' ' 

Sur le rapport de notre ministre secrétaire d*élal au déparienMU 
de Pinstrerctfon publique eldescuttes; ■ • 
' Yf^ Tâcle nolarlé, en dale du 3 novembre i'855» p^r lecjndf 
demoiselle Maîge a fait clonaiion A la congréjratîon 4^s sœurs (lej 
Çbarjté dû $acic-Cœurde-Jé.su3, àlfi Salle-açvif^îers, de divers Ml 
mcnU avec jardin eî dépendances, situés à (îoulié, ^'la chfir 
notànioippi aé(ab!{r dans ces l)âl(inejUs upe é.ooie déstfhée à ë^ 
el a instruire gratiiilemenl les flile'î pauvres de la commune deCp^l 

Vu le cerliticat de vie de la donalricc, en date du 3 nOTeod 
.i«a; ^ . . : ^ 

* ■ Vil }fli'dcliliéra(i0n du oon^eil d adnùulsliviUQn de la 0(«Nliéf9ti 
des sœurs de la Charité du Sacré-Cœur-(!e-Jésus, à la Salle-de-Y^iMI 
en date du i5 décembre i853, tendant à obtenir l*autorisaiioi 
l' d'accepter la donation pr^.çîl4§i V 4ll ((Ni^ .^' C^N^i m *t#îiP 
ment de sœurs de son ordre; 

.: y.H^ #.*J?^^UlQl«?t W 4alp (lu 7 ïpai x^^ks m ^"eUy le^pî 
dn^nicmjll 4^\% coiQiT\une' de Co^lié a demande à accopleivea ce 
le concerne, les dispositions susénoncéés ; 
. Vji^ le procès-verbal d'eslimalion des imçieubles donnés 
leur va^euf à fe'î5i mille francs'; 

Vu les renseignements transmis sur la position defortmiÊl 
4MMiirre« ek As «as béiilier» pDéson>plifM 
< Uuiks ùm%^ jéiOTdfs, en d»è« ) un ^t iVidit dii » «tyrtl iJU^» 
qu i ont autorisé^ la congrégation des soeurs de la Charité du 

(i) X* série, Bull. 5i6 et 53o, n" l^ko et 397£u ... 



Digitized 



by Google 



B.n»325. (34?) 

Cttur-de-Jésas, à la Salle-de-Vihiers, et approuvé tes statuts de cette 
eoogrégation ; 

Vu l'engagement pris par les sœurs qui composent rétablissement 
de cet ordre, à G>uhé, de se conformer exactement aux statuts de la 
maiwamère; 

Va Tétai des recettes et des dépenses de cet établissement ; 

Valeprocès-Yerbalderenquêle decommodo et incommodo, qui a eu 
lienàCoubé, le a8 mai i85Â, au sujet de la fondation de cet éta- 
bb'uement; 

Va Taris du conseil municipal de Coulié, en date du 7 mai i854, 
relatif an même objet; 

Vo Jes avis des évêques de Poitiers et d'Angers et des préfets de la 
Vienne et de Maine-et-Loire, en date des 7 et 9 mars, 17 et a6 juillet 
1854 et 16 avril i855; 

VaTavis de notre ministre de Tintérieur, en date du 1 3 septembre 
i854; . . . • 

Vu la loi du a janvier 1817 et les ordonnances réglementaires des 
2 ayril 1817 et 1 4 janvier 1 83 1 ; 

Vu la loi du a4mai i8a5; 

Vu la loi du i5 mars i85o, sur renseignement; 

La section de Tintérieur, de Vinstruclion publique et des cultes de 
noire Conseil d'état entendue , 

Ayons décrété et décrétons ce qui suit : 

Art. 1". La congrégalien des sœurs de la Charité du Sacré- 
Cœor-deJésus, existant à la Salle-de-Vihiers (Maine-et-Loire) , en 
vertu d'un décret du 2 avril i852, est autorisée à fonder à 
Conbé (Vienne] un établissement de sœurs de son ordre, à la 
<ittrge, par les membres de cet établissement, de se conformer 
oactement aux statuts approuvés pour la maison mère par un 
autre décret du 2 avril 1862. 

' 2. La supérieure générale de la congrégation des sœurs de 
b Charité du Sacré-Cœur-de-Jésus, à la Salle-de-Vihiers (Maine- 
I rt-Loire), au nom de cette congrégation , et le maire de la com- 
|fflnnedc Couhé (Vienne), au nom de cette commune, sont 
wtorisés à accepter, chacun en ce qui le concerne, et aux 
cbarges, clauses et conditions imposées, la donation faite à cette 
^ogrégalion par la demoiselle Perpétue- Adeline Maige, suivant 
vte notarié du 3 novembre i853, et consistant en une maison 
avec jardin et dépendances située à Couhé et estimée six mille 
^G8, à la charge notamment dy établir une école gratuite 
poar les filles pauvres de cette commune, 

»• SMê. 9X 



Digitized 



by Google 



( 348 ) 

3. Notre ministre secrétaire d*état au département de Tiiie- 
truction publique et des cultes, et noire ministre secrétaire d*élat 
au département de Tintérieur, sont ehargér , chacun en ce qui 
le concerne, de l'exécution du présent décret, qui sera inséré 
au Bulletin des lois. 

Fait au palais de« Tuileries, le \%B Août i855. 

Signé NAPOLÉON. 

Par rEmperoor : 

Le Ministre secrétaire iélai on HpocfUmiftii 
de Vinsiraction publique et des cultes^ 

Signé H. FoaioiJi» 



N* 3oi3. -— Décret impârial qui autorise la fondation, à Saint'P0t^ 
(Hémalt)^ d* an Établissement de Sqbuts de Saint- Joseph» 

DaaS Août 1 855. 

NAPOLÉON, par la grâce de Dieu et la volonté nationale, 
Emperbdp. des Français , à tous présents et à venir, salut. 

Sur le rapport de noire ministre secrétaire d*état au département 
de rinstruclion publique et des cultes; 

VuTacte notarié du 1 3 septembre i853, par lequel la dame Tézenas, 
supérieure générale de la congrégation des sœurs de Saint4osepb, à 
Lyon, et deux autres reb'gieuses de la même congrégation, ont acquis, 
au nom et pour le compte de cette congrégation, moyennant une 
somme de douze mille francs, une maison avec dépendances, située 
à Saint-Pons et appartenant à la demoiselle Bernard, pour Taffecter k 
Tusage d» rétablissement de leur ordre existant de fait dans oaUe 
commune; 

Vu les délibérations du conseil d*administration de la congrégation 
dos sœurs de Saint^Joseph, à Lyon, en date des 3 décembre i853 
et 17 mars i854f tendant à obtenir, i"* Tapprobalion de cette acqui* 
sition; a* la reconnaissance légale de rétablissement de sœurs de sou 
ordre existant & Saint-Pons ; 

Vu lordonnance royale du a3 mars i8a8 (1), qui a autorisé la con- 
grégation des sœurs de Sainl-Josepb , à Lyon , et celle du 2 mars (a) 
de la même année , qui a approuvé ses statuts ; 

Vu rengagement pris par les membres de rétablissement de Saint* 
Pons de se conformer exactement aux statuts approuvés pour la mai- 
son mère; 

' "" ■ " ■' " " ■ '» m ' > <■■■' '1 1 1 I »ii» n p im i m ii u l u iii i ifi i » Il I I m i mp 

(1) ym* série, Bail. 324. a' 82i3. 

(2) vm* série, BuU. pao, n'8io6* 



Digitized 



by Google 



B. n* 325. ( H9 ) 

Vu l'état des recettes et des dépenses de cet établissement; 

VuTéUlde Tactifetdupassifde la congrégation; 

Vu les plan et procès«verbal d'estimation de Timineuble acquis par 
la dame Tézenas; 

Vu le procès-verbal de VenquAto tU cimmodo et incommodo, qui a 
eu lien à Saint-Pons, le 12 août i854; 

Vu faYÎa du oonaeil niunioipal da Samt-Pons» «n data da tqivin 
i853; 

Vu les avis du cardinal-archevêque de Lyon , de Tévêque de Mopt- 
pdiier et des préfets du RhAne et de l'Héranll, en date des 1 7 avril , 
i" et 4 juillet et 6 novembre i86/j; 

Va la kri du a janvier 1817 et les ordonnances régtenentaife» des 
a avril 1817 et \k janvier i83i ; 

Vu la loi du 94 mai 1896; 
' Vu la loi du 1 5 mars i85o, sur Tenseigfneraent; 

La section de Tintérieur, de rinstiniction publique et des eultes de 
Hêtre Conseil d'élat entendue, 

AvQKs nicRirÉ et nicaiTONS ce qui suit : 

Akt. 1*. La congr^ation des sœurs de Saiat-Joaepb. oxiataat 
àLyon (IVhôae)t en vertu d'une ordonnance royale du a3 murs 
1828, est autorisée à fonder, à Saint-Pona (Hérault), un établis- 
sement de sœurs de son ordre, à- la charge, par les membrea 
de cet établissement , de se conformer exactement aux statuts 
approuvés pour la maison mère par ordonnance royale du 
2 mars 1828/ 

2. Est approuvée Tàcquisition faîte , suivant acte notarié du 
l3 septembre i853, par la dame Tézenas et autres» moyennant 
mie somme de douze mille francs, montant de Testimation, au 
nom et pour le compte de la congrégation de» sœurs de Saint- 
Josepb, à Lyon, d'une maison avec dépendances située à Saint- 
Pras (Hérault), appartenant à la demoiselle Bemûrd et destinée 
à servir de maison conventuelle à rétablissement du même 
ordre à Saint*Pons. 

3. Notre ministre secrétaire d'état au département de Kns- 
tniction publique et des cultes est chargé de Texécution du 
présent décret, qui sera ioséré au Bulletin des lois. 

Fait au palais des Tuileries, le 28 Août i855. 

Signé NAPOLÉON. 
Par l*£Bfipereur 
Le Ministre secrétaire ététat m êépûriemM 
de tinstrucHon publique et des cultes. 
Signé H. PoEToeL. 

Digitized by V^OOQ iC 



( 35o) 

N* 3oi4' — -AicJtsr tMPâniAi qai aatorise la fondation, à Venhu, 
d'an Élablissément de Saurs de Notre-Dame. 

Du 99 AoAt i855. 

NAPOLÉON, par la grkce de Diea et la volonté nafiooale, 
Empibbur DB8 Fbamçais , à tous présents et à venir, salut. 

Sur le rapport de notre ministre secrétaire d*état au département 
de Vinstruction publique et des cultes; 

Vu les délibérations du conseil d^administration de la congrégation 
des sœurs de Notre-Dame, àSaint-Erme ( Aisne), en date des 37 août 
et a a septembre i853, tendant à obtenir Tau torisation, 

1* De fonder un étabh'ssement de sœurs de son ordre k Verrios 
(même département) ; 

a* D*acquérir de la demoiselle Valentine Wateaa, moyennant le 
prix total de trente-quatre mille francs (34tOOo') , le pensionnat que 
cette demoiselle dirigeait à Vervins et la maison que ce pensionnat 
occupait rue des Prêtres, et divers objets mobiliers; 

Vu Tacte notarié, en date du a & octobre i855, et Tacte sous seings 
prirés du même jour, contenant promesse de rente par la demoiselle 
Wateaa des objets susénoncés ; 

Vu le plan des lieux ; 

Vu le procès-verbal deslimation portant à vingt mille firancs 
(a 0,000^) la valeur de la maison à acquérir; 

Vu les procès-verbaux des enquêtes de commodo et incùnimodo, qni 
ont eu lieu k Vervins; 

Vu Tétat de Tactif et du passif de la congrégation des sœurs de Notre- 
Dame; 

Vu Tétat des recettes et des dépenses présumées du nouvel établis- 
sement ; 

Vu Tavis du conseil municipal de Vervins, en date du 3o janvier 
i855; 

Vu les avis de Tévéque de Soissons et du préfet de TAisne, en date 
des a 4 février et i** mars i855; 

Vu lordonnance royale du aa avril 1837 (1), qui a autorisé la con- 
grégation des sœurs de Notre-Dame, à Saint-Erme, ensemble ^o^ 
donnance du 1* avril précédent (a) portant approbation de ses statuts; 

Vu la loi du a^ mai i8a5; 

Vu la loi du i5 mars i85o, sur renseignement; 

Vu la loi du a janvier 1817 et Tordonnance réglementaire du 
i4 janvier i83i; 

(1) VIII* série, Bail. i58, n* $713. 
(1) viu' série, Bull. i53, n* SSso. 



Digitized 



by Google 



fi. A* 325. ( 3ôi } 

La section de rintérieur, de rinstrucUcm publique et des cultes de 
notre Conseil d elat eoleodue* 

Avons dégrét£ et décrétons ce qui suit : 

AnT. I*'. La coDgrégalioa des sœurs de Notre-Dame existant 
i Saiot-Erme (Âisoe), en vertu d*uae ordonoance royale du 
22 avril 1837, est autorisée k fonder un établissement de reli- 
gieuses de son ordre à Vervins (même département), à la cbarge« 
par ces religieuses , de se conformer exactement aux statuts 
approuvés pour la maison mère par Tordonnance du i*' avril 
1827. 

2. La supérieure générale de la congrégation des sœurs de 
Notre-Dame, à Saint-Erme» est autorisée à acquérir, au nom de 
celte congrégation, de la demoiselle Vàlentine Wateau, moyen- 
nant le prix total de trente-quatre mille francs et aux clauses et 
cooditioDs énoncées dans les actes notariés et sous seings privés 
dnai octobre i853 : 

1* Un pensionnat que la demoiselle Wateau dirigeait à Ver* 
nos, rue des Prêtres; 

2* La maison avec dépendances, estimée vingt mille francs» 
qu'occupait ce pensionnat; 

3"* Divers objets mobiliers garnissant cette maison. 

Il sera passé acte public de cette acquisition. 

3. Notre ministre secrétaire d^état au départenieot de Tins- 
traction publique et des cultes est chargé de l'exécution du pré- 
seot décret, qui sera inséré au Bulletin des lois. 

Fait au palais des Tuileries, le 2g Août i855. 

Signé NAPOLÉOiN. 
Par TEmpercur : 
Le Mimstre secrétaire éiétat an, département 
de T instruction pabUtiue et des cultes. 
Signé H. FoBTODL. 

N* 3oi5. — Decbet iMPiniAL qui autorise ïa fondation, à Pontmain, 
«e<ionJe la commune de Saint-Ellier {Mayenne), ifon ÉtahHssement 
àSaurt Adoratrices de la Justice^Dieu. 

Da SQÂoiit i855. 

NAPOLÉON, par la grâce de Dieu et la volonté nationale, 
KiVBuim Dss Framçais, à tous présents et à venir, salut. 

Sur le rapport de notre ministre secrétaire d*état au département 
|ie finstruction publique et des cultes ; 



Digitized 



by Google 



( 35a ) 

Vu les délibérations dtt conseil d*adixiîaistration de la congr^a* 
lion des sœurs Adoratrices de la Juslice-de-Dieu, k Rillé, fauboorg 
de Fougères (Ule-et-Vilaine), en date des 3 février et 29 août i854i 
tendant à obtenir, 1° la reconnaissance légale de rétablissement de 
religieuses de son ordre existant de fait à Pontmain, sedtion de la 
<ionimune de Saint- Ellier (Mayenne); a* Tautorisation d'accepter, 
de concert avec la fabrique de Pontmain et la commune de Saint- 
^ieri la donation faite à ladite fabrique par la dame veuve Uwin, 
fuivant acte notarié du ig décembre i853; 

Vu les délibérations, en date des 1" janvier et 9 avril i854i par 
lesquelles le conseil de fabrique de Téglise succursale de Pontmain 
et le conseil municipal de Saint-EUier demandent également Tauto- 
risatîon d'accepter, en ce qui les concerne, la donation précitée; 

VuTacle notarié du ig décembre i853; 

Vu le certificat de vie de la dame veuve Afon/i, en date du 6 février 
î854; 

Vu l'engagement souscrit par les sœurs appelées à diriger le nou- 
vel établissement, de se conformer aux statuts approuvés pour ia 
maison mère; 

Vu la délibération précitée du conseil municipal de Saint-ËUier, 
en ce qui toucliela reconnaissance légale de rétablissement de sœurs 
Adoratrices de la Juslice-de-Dieu , à Pontmain ; 

Vu le procès-verbal de l'enquête de commodo et incommodoj qui a 
eu lieu dans k commune de Saint-EUier; 

Vu l'état de l'actif et du passif de la fabrique de Pontmain, vérifié 
et certifié par le préfet de la Mayenne; 

Vu l'état des recettes et des dépenses présumées de rétablissement 
de sœurs Adoratrices de la Justice-de-Dieu, à Pontmain; 

Vu les avis des évoques du Mans et de Rennes, en date des an fé- 
vrier et 13 septembre 18 54* et ceux des préfets de la Mayenne et 
d'ille-et- Vilaine , en date des )0 octobre et 7 décembre i85^; 

Vu l'avis de notre ministre de l'intérieur, en date du 8 mars i855; 

Vu Tordonnance royale du 6 avril i84i (1), qui a autorisé Taccep- 
lalion d'une donation d*immeubles faite antérieurement à la même 
fabrique par les sieur et dame Morin, pour la fondation d'une école 
à Pontmain ; 

Vu le décret impérial du 1" février i853 (a), qui a autorisé la con* 
grégûlîon des sœurs Adoratrices de la Justice-de-Dieu , à Rillé, fau- 
bourg de Fougères; ensemble le décret impérial du i3 novembre 
1810, portant approbation dea statuts de k congrégation des sœurs 
(le la Charité d*ÉYront adoptés parles sœurs Adoratrices de la Justice^ 
de-Dieu; 



(]] IX* série, partie supplémentaire » Bull. 55i » n^ i5»737. 
(3) XI* série, Bull. 2a,n* i83. 



Digitized 



by Google 



B. n« 325. ( 353 ) 

Vula loi du a4 mai iSaS; 
Va la loi da i5 mars i85o , sur renseigûeniAnt; 
Vu les lois des a janvier 1817* 18 juillet 1887 et le* ordomunces 
réglementaires des 2 avril 1817 et 1 4 janvier i83i ; 

La section de Tintérieur, de Tinstruction pnbU(jue et des cultes de 
notre Conseil d*étàt entendue, 

Avons DÉcaéTi et dbcrktons ce qui suit : 

AfiT. 1~. La congrégation des sœurs Adoratrices delaJustice- 
de'DieQ exiétânt à Rillé, faubourg de Fougères (Ille-etVilaine) 
en vertu d*an décret Impérial du 1** février i853, est autorisée 
à fonder un établissement de religieuses de son ordre à Pont- 
main, section delà commune de Saint-Ellier (Mayenne), à la 
charge, par ces religieuses, de se conformer exactement aux 
statuts approuvés par le décret impérial du i3 novembre 1810 
pour la congrégation des sœurs de la Charité à Evron (même 
département), et que les sœurs Adoratrices de la Justice*de- 
Dleu ont déclara adopter. 

2. Le trésorier de la fabrique de Téglise succursale de 
l^ontmain , section de la commune de Saint-Ellier (Mayenne) , 
au nom de cet établissement, la supérieure générale de la con« 
grégation des sœurs Adoratrices de la Justice-de-Dieu, dont la 
maison mère est à Rillé , faubourg de Fougères (lUe-et-Vilaine), 
su nom de cette congrégation, et le maire de Saint-Ellier, au 
nom de cette commune, sont autorisés à accepter, chacun en 
ce qui le concerne, aux chaînes, clauses et conditions imposées, 
la donation faite à ladite fabrique par la dame Thérèse-Émilie 
Blot, veuve du sieur Jean-Jacquet Morin, suivant acte notarié 
du ig décembre i853« et consistant en une rente quatre et 
demi pour cent sur TÉtat de deuï cent soixante*neuf francs, 
ponant le n"* a 166 de rioscriplion départementale dUlle-et- 
Viiainc, pour être affectée au traitemetit des religieuses qui 
dirigent Tétablissemeot de sœurs Adoratrices de la Justice-dé- 
Dieu, autorisé à Pootmaîn par Tartide !•* du présent décret. 

Cette rente de deux cent soixante-neuf francs sera immatrî- 
colée au nom de la fabrique de Poutmain; mention sera faite 
nu* le titre de la destination des arrérages. 

3. Notre ministre secrétaire d'état au département de Tins- 
traction publique et des cultes , et notre ministre secrétaire 
d'état au département de Tintérieur, sont chargés, chacun en 



Digitized 



by Google 



( 364 ) 
ce qui le coDcernc, de l'exécution du présent décret, qoi sera 
inséré au Bultelia des lois. 

Fait au palais des Tuileries, le 29 Août i855. 

Signé NAPOLÉON. 

Par l'Ëmperear : 

IjC Ministre secrétaire d'état av. département 

de l'instruction puhlûine et des cultes. 

Signé H. FoRTOUL. 



N* Soi 6. — Décret impérial qui autorise la fondation, à Beamxàs, 
d'un Établissement de Dames du Sacré'Cœar^Jéius. 

Du 39 Août i855. 

NAPOLÉON, par la grâce de Dieu et la volonté nationale, 
Empereur des Français, à tous présents et à venir, salut. 

Sur le rapport de notre ministre secrétaire d*état au département 
de rinslruclion publique et des cultes ; 

Vu Tacte notarié, en date des 7 et 8 mars i85Â,«par lequel lesieur 
Porlehois a acquis du sieur jBrd/i^z'e/^ moyennant une somme de douze 
mille francs, au nom et pour le compte de la congrégation des Dames 
du Sacré-Cœur-de- Jésus, à Saint- Aubin -jouxte-Boulleng, une maison 
située à Beauvois ; 

Vu un nouvel acte notarié, en date du 6 mai i85i, par lequel le 
sieur Porlehois déclare do nouveau qu*il a acquis Timmeuble au nom 
et pour le compte de l'association, et que le prix de vente est acquitté; 

Vu la délibération du conseil d'administration de la congrégation 
des Dames du Sacré-Cœur-de-Jésus, à Saint-Aubin-jouxtc>BouI!eng, 
en date du 7 novembre i853, tendant à obtenir, 1* l'approbation ue 
l'acquisition précitée; a* la reconnaissance légale de l'établissement 
de son ordre existant de fait à Beauvais ; 

Vu le procès-verbal d'estimation de la maison acquise par le sieur 
Portebois constatant que sa valeur est de douze mille francs ; 

Vu l'état de Tactif et et du passif de la congrégation des Dames du 
Sacré-Cœur, à Saint-Aubin-jouxte-BouUeng; 

Vu l'ordonnance royale du a6 mars i843 (1), qui a autorisé cette 
congrégation, et celle du 16 décembre i84a (3], qui a approuvé ses 
statuts; 

Vu l'engagement pris par les sœurs de cet ordre qui composent 
l'établissement de Beauvais de se conformer exactement aux statuts 
de là maison mère; 

(1) IX* série, Bull. 994, n* 10,596. 
(?) ix' série, Bull. 976, u* 10,475. 



Digitized 



by Google 



B. n* 3a5. ( 355 ) 

Vu Télat des recettes et des dépenses de cet établissement; 

Vu les procès-verbaux des enquêtes de commodo et incommodo, qui 
ont eu lieu à Beauvais et à Saint-Aubin-jouxlc-BouUeng, les 8 dé- 
cembre i853 et 18 août i&bà; 

Vu Tavis du conseil municipal de Beauvais, en date du G février 
i85A; 

VU les avis de rarchevéque de Rouen et de Tévèque de Beauvais , 
et des préfets de la Seine-Inférieure et de TOise , en date des 6 janvier, 
a4 février, 3i août et 16 septembre i854; 

Vu la loi du a janvier 1817 et les ordonnances réglementaires des 
3 avril 1817 et i4 janvier i83i; 

Va la loi du a A mai i8a5; 

Vu la loi du i5 mars i85o, sur renseignement; 

La section de Tintérieur, de Tinstruction publique et des cultes de 
notre Conseil d*état entendue, 

AVONS Dickiri et décrétons ce qui suit : 

Art. 1". La congrégation des Dames du Sacré-Cœur-de- 
Jésus existant à SaintAubiQ-jouxte-Boulleng (Seine-Inférieure), 
en vertu d^uae ordonnance royale du 26 mars i8A3, estauto- 
risée à fonder à Beauvais (Oise) un établissement de sœurs de son 
ordre, à la charge, par les membres de cet établissement, de 
se conformer exactement aux statuts approuvés pour la maisoa 
mère par l'ordonnance jroyale du 16 décembre 1842. 

2. Est approuvée Tacquisilion faite, suivant acte notarié des 
7 et 8 mars i844, par le sieur Portelois, au nom et pour le 
compte de la congrégation des Dames du Sacré-Cœur-de Jésus, 
à Saint-Auhinjouxte-Boulleng, et moyennant une somme de 
douze mille francs , montant de Testimalion d'une maison avec 
dépendances située à Beauvais, rue du Moulin-à-Lard, appar- 
tenant au sieur Bransiet, et destinée à servir de maison conven- 
tuelle à rétablissement des religieuses du même ordre à fonder 
dans cette ville. 

3. Notre ministre secrétaire d'état au département de Tins- 
tmction publique et des cultes est chargé de l'exécution du prê- 
tent décret, qui sera inséré au Bulletin des lois. 

Fait au palais des Tuileries, le ag Août i8&5. 

Signé NAPOLÉON. 

Par TEmperear : 

Le Ministre secrétaire délat au département 

de Vinstraction pahlique et des coites ^ 

Signé H. FortouIh 



Digitized 



by Google 



( 366 ) 

N* 3oi*j.*^DÀcnËr îMPiftuL tfai autorité lafondatiùn^ iBtcôtUoux 
(Pay'4ê'^Dâme) , i'm Étahliitemêni de Sœm^ de h iiisiriçordê. 

Da 99 Août i855« 

NAPOLÉON, par la grâce de Dieu et la volonté natiomde, 
EttPËAStft DBS Français, à lotis préseûts et à venir, BALmr. 

Sur le rapport de notre ministre secrétaire d^état au département 
de rinstruction publique et des cultes ) 

Vu les délibérations du conseil d^adininistration de la congrégation 
des sœurs de la Miséricorde, à Billom , en date des i*' novembre i853 
et 17 février i854t tendant à obtenir Tautorisalion , 1* de fondera 
Escoutoux un établissement de sœurs de son ordre; a^'d^acquérir pour 
les besoins de cet établissement et moyennant une somme de six 
mille francs une maison avec dépendances située à Escoutoux; 

Vu Tacte^sous seings privés du 1" décembre i853, par lequel le 
sieur Ckjouvel, propriétaire de cet immeuble, a consenti à sa rente; 

Vu les plan et procès-verbal d*estimation dadit immeuble porlaftt 
sa valeur à six mille francs; 

Vu le décret impérial du i4 décembre 1810 (1), quia autorisé 
Tassociation des sœurs de la Miséricorde, à Billom, comme com- 
munauté régie par une supérieure locale, et a approuvé ses statuts; 

Vu le décret impérial du 1 A janvier i853 (a), qui a élevé cette com- 
munauté au rang d*une congrégation dirigée par une supérieure 
générale et a modifié ses statuts; 

Vu rengagement pris par les sœurs de la Miséricorde appelées à 
faire partie de rétablissement projeté de se conformer exactement 
aux statuts de la maison mère ; 

Vu Tétat des recettes et des dépenses présumées de œt établisse* 
ment; 

Vu Tétai de Tactif et du passif de la congrégation ; 

Vu le procès-verbal de Tenquête ck commodo et incomm^io, qui a 
eu lieu a Escoutoux, le 9 avril i854; 

Vu les avis du conseil municipal d* Escoutoux, en date des ai avril 
et a 8 septembre i854; 

Vu les avis de l'évêque de Clermont et du préfet du Puy-de-Dôme, 
en date des ag août et 3o septembre i854; 

Vu la loi du a janvier 1817 et les ordonnances réglementaires 
des a avril 1817 et i4 janvier i83i; 

Vu la loi du a4 mai i8a5 ; 

Vu la loi du 1 5 mars i85o, sur renseignement; 

(1) 1?* série, Bull. 339, n* 63d2. 
(9) zi* série, BuiU 17, n"" i33. 



Digitized 



by Google 



B. n* 325. { 367 ) 

La section de intérieur, de rinstruclion publique et des cultes de 
notre Conseil d*é(at entendue , 

Ayons dégretjï et DBCRiTONs ce qui suit : 

Aat. 1*. La coDgrégation des sœurs de la Miséricorde exis- 
tant à Billom (Puy-de-Dôme) en vertu des décrets impériaux 
des lA décembre 1810 et id janvier i8ô3, est autorisée à 
fi>Dderi k EaGOUtottx*(méme département), un établissement de 
sœurs de son ordre, à la charge, par les membres de cet établis- 
sement , de se cenformer exactement aux statuts approuvés pour 
k maison mère par les décrets précités. 

2. La supérieure générale de la congrégation des sœurs de la 
Miséricorde, à Billom, est autorisée à acquérir, au nom de 
cette congrégation, pour les besoins de rétablissement de son 
ordre à Escoutoux et moyennant une somme de six mille francs, 
montant de l'estimation , une maison avec d^endances située 
à Escoutoux et appartenant au sieur Chouvel, qui en a consenti 
la vente suivant acte sous seings privés du 1"' décembre i853. 

Il sera passé acte public de cette acquisition. 

3. Notre ministre secrétaire d'état au département de Tins- 
truction publique et des cultes est chargé de Texécution du 
présent décret, qui sera inséré au Bulletin des lois. 

Fait au palais des Tuileries, le 29 Août i855. 

Signé NAPOLÉON. 

Par TËmpereur : 

Le Ministre secrétaire d'état au déparlemmt 
de l'instruction publique et des cultes. 

Signé H. FoRTOUL. 



îl* 3oi8. — Décret impérial qui règle le régime pénal et disciplinaire 
des individus subissant la Transportation dans les Colonies pénitentiaires 
toutre-mer. 

Du 39* Août i855. 

NAPOLÉON, par la grâce de Dieu et la volonté nationale. 
Empereur des Français, à tous présents et avenir, SALtr. 

Sur le rapport de notre ministre seorétaire d*ét*l de la mariiie et 
des colonies. 
Vu Tarticle 18 du sénatus-consulte du 3 mai i854; 



Digitized 



by Google 



i 358 ) 

Vu le décret du ay juin i848 (i), la loi du a4 janvier i85o, les 
décrets du 3i janvier de la même année (a) , des 8 décembre i85i (3), 
5 mars [à) et 3i mai i85a (5), concernant les individus soumis a 
la transport^tion dans les colonies pénitentiaires ; 

Vu les décrets des a 7 mars i85a (6) et ao août i853 (y), concer- 
nant les condamnés et libérés des colonies transférés dans les mêmes 
établissements ; 

Vule séoatus-consulte du a 4 février et le décret du 10 mars 1 855 (8), 
qui rendent applicables k toutes les colonies Ifl loi du 3o mai i854« 
sur Texécution de la peine des travaux forcés; 

Notre Conseil d*état entendu, 

Avons hicRiri et DÉcnéTONS ce qui suit : 

Art. l*'. Tous les individus subissant, à quelque titre que ce 
soit, la transportation dans les colonies pénitentiaires d'outre- 
mer, sont assujettis au travail et soumis à la subordination et à 
la discipline militaire. 

Ils sontjuslicitbles des conseils de guerre; les lois militaires 
leur sont applicables. 

2. Les dispositions du second paragraphe de Farticle précédent 
sont applicables aux libérés et repris de justice tenus de résider 
dans la colonie. 

3. Les dispositions de la loi du 3o mai i854 continueront 
de régir les condamnés aux travaux forcés qui subiront leur 
peine dans une colonie-pénitentiaire. 

4. Nos minisires secrétaires d*éfat au département de la 
marine et des colonies, et au département de la guerre, sont 
chargés, chacun en ce qui le concerne, de lexéculion du pré- 
sent décret, qui sera inséré au Bulletin des lois. 

Fait au palais des Tuileries^ le ag Août i855. 

Signé NAPOLÉON. 
Par rEmpereor : 
L'Amiral Minisire secrétaire aétat de la meaim 
et des colonies. 

Signé Hàhblin. 

(i) X* série, Bull. ^7, n* 5i3. 

9) X* série, Bull. aiS, n' 3017. 
1 3) X* série, Bull. 467, n* 34o3. 

h) X* série, BalL 5o8, d* 3849* 

5) x' série, Bull. Sis , u* 4i36. 

6) X* série, BulL Sig, n* Zgbj. 

7) XI* série, BoU. 371, n* aiag. 
8] xi' série, Bail. 177,11* 348i, 



Digitized 



byGdogk 



B. n* 325. ( 359 ) 

11*3019. — DiCMET iMPintAL (fui moiifiB fcrgamiaiion du Gcaver^ 
WÊment et iê f Administration de la Martinii/ae, de h Guadeloupe et 
de h Réunion. 

Du sg Août i855« 

NAPOLÉON, par la grâce de Dieu et la volonté nationale, 
Buptuim DBS Fbahçais, à tons présents et à venir, salut. 

Siir le rapport de notre ministre seçréUire d*état de la marine et 
des colonies ; 

Vu le sénalus-consulte da 3 mai i854', qui règle la constitution 
dei colonies ; 

Vu &i ordonnances des 21 août i8a5 (1) et o février 1827 (a) 
portant organisation du Gouvernement et de Tadministratton k la 
Marllniqae, à la Guadeloupe et k la Réunion, et les ordonnances du 
la août i833 (3) portant modification auxdils actes; 

Va Tordonnance du i5 octobre i836 (à) portant création de Tem- 
plri de commandant militaire à Tile de la Réunion ; 

Vu le décret du 3i août i854 portant réorganisation de Tinfan- 
terie de marine; 

Vn Tartide 10 du décret du 36 juillet i854 (5), sur Torganisation 
des conseib généraux à la Martinique, à ]a Guadeloupe et à la 
Réanion; 

Vu Tavis du comité consultatif des colonies , en date du a5 juin 
1855; 

Notre G>nseil d*état entendu. 

Avons DicBin et diIciubtons ce qui suit : 

Abt. l*'. L'emploi de commandant militaire est supprimé à 
la Martinique, à la Guadeloupe et à la Réunion. 

Les fonctions attribuées au commandant militaire par le 
titre III de Tordonnance de 1827 et par l'ordonnance du i5 oc- 
tobie i836 sont exercées directement par le gouverneur ou 
Mégaées par lui, en tout ou en partie, à Tofficier de Tarmée 
de terre ou de mer le plus élevé en grade. 

2. L'ordonnateur continue d'exercer les attributions qui lui 
sont conférées par les ordonnances ci-dessus visées, en ce qui 
touche les services dépendants du budget de TÉtat. 

(1) nn* lërie, Bull. 6^, n* 3108. 
(t) vin* série, Buli. 169, n* 6^27. 

(3) II* série, s* partie, i"* section, Bull. 287, n** 499s et 4997« 

(4) IX* série, Bull. 465, n* 6556. 
XI* série, Bull. so8, n* i885. 



Digitized 



by Google 



( 360 > 

3. Le directeur de rintérieur exerce les attributions qui con- 
cernent les services dépendants de radtainistration in^neore 
et aflEérents au budget local. 

Ces attributions comprennent spécialement Tordonnanèe' 
ment des dépenses du service local, la comptabilité des recettes 
et dépenses de ce service, en matières et deniers, U préparation 
du budget intérieur çt sa présentation au conseil privé çt fiu 
conseil général. 

Il a sous ses ordres les Ingénieurs civils et tous le^ agents, 
entretenus ou non entretenus, du service intérieur. 

4. En cas d*absence ou d'empêchement, et lorsque nous n'y 
avons pas pourvu d'avance» le gouverneur est remplacé p|[r^p^ 
donnateur, et, à son défaut, par le directeur dç rintérieqr. 

5. Le conseil privé est composé du Gouverneur, présidentf 
de l'ordonnateur, du directeur de l'intérieur, du procureur gé* 
néral et de deux conseillers privés qui, au besoin , sont imn- 
placés par des suppléants. 

6. Notre ministre secrétaire d^état de la marine et des colonies 
est chargé de l'exécution du présent décret, qui sera inséré au 
Bulletin des lois. 

Fait au palais des Tuileries, le 29 Août i855. 

Signé NAPOLÉON. 
Par r£mpereur : 
V Amiral Ministn secrétaire éditai de U manm tt des Cêhnies, 
Signé Hameuh. 

N* 3oao. — Décret xmpsutal qui abroge h paragraphe 2 dn JV 
ticle 30 du décret da i3 octobre i85i, sur U service de$ Ponjts et 
Chaussées. 

Du 3o Août i855. 

NAPOLÉON, par la grâce de Dieu et la volonté natioaal^t 
Empereur des Français, à tous présents et à venir, salut. 

Sur le rapport de noire mioistre secrétaire d'état au département 
de Tagriculture, du commerce et des travaux ppblics; 

Vu le décret d'organisation du corps impérial des ponU et cbaui^ 
sées du a5 août i8o4 (i); 

Vu notre décret du i3 octobre i8ài (3) portant règlement sur le 
service des ponts et chaussées, 



f ' ■ - 

1) ly* série, Bull. 61, n' 1068. 
>) z' série, Buli.A56,n' 3339. 



i:i 



Digitized 



byGoogk 



B. n* 325. ( 36i ) 

Avons DicniTii et djEgrétons ce <}ui suit: 

Art. 1". Le paragraphe a de rartîclc 3o de notre décret 
da i3 octobre i85i est abrogé. 

2. Notre ministre secrétaire d'état att département de Tagri- 
colture, du commerce et des travaux publics, est chargé de 
Texécution du présent décret. 

Fait au psdais de Saint-Cloud, le 3o Août i855. 

Signé NAPOLÉON. 
Par l*Empereur : 
Le Ministn ^erétçirt tétat «« déparUment iâ Vagiiculpires 
da commerce et des travaux publics, 
Sign4 £« iioQHBa. 

K* 3o) 1 • "-^ DâcBEf iM^inJÂi qui ahroge Ï0 dirni0r paragraphe de 
f article 29 du décret du 2i décembre i85i, sur h S0n>ice des Mines, 

Du 3o ÂoAt i855. 

NAPOLÉON, parla grâce de Dieu et la volonté nationale, 
Empereur des Français, à tous présents et à venir, salut. 

Sur le rapport de notre ministre secrétaire d^état au déparlement 
deTagriculiure, du commerce et des travaux publics; 

Vu le décret d'organisation du corps impérial des mines du i8 no- 
vembre i8io (i); 

Vu notre décret du qA décembre }85i (a) portant règlement sur 
le service des mines. 

Avons BicaiTS et nicRÉTONS ce qui suit : 

Art, 1"« Le dernier paragraphe de l'article 29 de notre 
décret du 24 décembre i85i est abrogé. 

La disposition ci-dessus n'aura toutefois son effet que pour 
Tavenir. 

2. Notre ministre secrétaire d*état au département de Tagri- 
culture, du commerce et des travaux publics , est chargé de Ve^é- 
cation du présent décret. 

Fait au palais de Saint-Gloud, le 3o Août i855. 

Sigué NAPOLÉON, 
Par TEmpcreur : 
Le Ministre secrétaire d'état au dÀpflrtement de VagrimUar^^ 
da commerce et des travaux publics. 

Signé £. EooHBR, 



l;i 



1) IV* série, Bull. 34o, n' 6345. 
i] X* série, Boil. 476, n« 3489. 



Digitized 



by Google 



N* 3o33. — Décbbt iMPiniAL qui crée un emploi t AijwianUSous-Offi.' 
cier Maître de manège à l'École impériale d'application d'État-Major. 

Du 5 Septembre i855. 

NAPOLÉON, par la grâce de Dieu et la volonté nationale, 
ExPBRBDR DBS FRANÇAIS, à tous présents et à venir, salut. 

Sur le rapport de notre ministre secrétaire d*état au département 
de la guerre , 

Avons DichiTé et décrétons ce qui suit : 

Art. 1". Un emploi d'adjudant sous-officîer maître de ma- 
nège est créé à Técoie impériale d*application d'état-major. 

2. Cette création sera étendue au fur et à mesure des besoins, 
aux écoles de dressage où cet emploi n'existe pas. 

3. Notre ministre secrétaire d'état au département de la 
guerre est chargé de Texécution du préseul décret. 

Fait au palais de Saint-Gloud, le 5 Septembre i855. 

Signé NAPOLÉON. 
Par rEmpercor ; 

Le Maréchal de France Ministre sêcréudrt d^dtal 

an départftnent de la guerre. 

Signé VAiLLA!rr. 



N' 3oa3. — Décret impérial portant prorogation da délai Jixi par 
le décret da 2 juin 1855, concernant les diverses mesures relatives aux 
Denrées alimentaires. 

Du 8 Septembre i85S. 

NAPOLEON, par la grâce de Dieu et la volonté nationale, 
Empbrbur DBS Français, à tous présents et à venir, salut. 

Sur le rapport de noire ministre secrétaire d*état au département 
de Tagriculture, du commerce et des travaux publics. 

Avons décrété et décrétons ce qui suit : 

Art. l*'. Le délai fixé par le décret du 2 juin dernier (i), 

(i) Bull. 3oo,n* 3763. 



Digitized 



by Google 



fi. D« 325. {[ |«t \ 

Uires, est prorogé jusqu'au 3i décei)ifajnD.xtti6k . : .« t. .. 
cnllure, cUi oommerce et des travaux publics, et au jAipM^ 

kVméÊQtoti du préiAntdécihi* q«ii «tira joiéil^ ay |fl^Ufliju4i» 

lois. * ' . , .1 

Fait «n p«lMit fi|WtfCl*u<i. k» S^tfooilm àlf!& * 

Signé NAPOLÉON. 

Par r Empereur : 

j^ ^^nisfif secrétalrr J^état(m d/pc^rfemeni 
4f Va^ricuhure, ducommcrcf el des Jlrai^ux puiUcs^ 



V 3oaA. — DéçBBT ruPÈniAL qni ouvre un Sn^pUmmt de Crédit 
jfmBT tf)neripl^>n, au Irénr pa^liç, içs Pensiùns mitilaires à Kijaidâr 
*' efi855. . •" ^' • ' • 

Dû S Sf pte(Dl>rQ 1 $5^, 

NAPOLEON, par la grâce de Dieu et la volonté nationale, 
Empereur des Français, à tous présents et à voftir, salçt. 

Vu rarli<4^ i4 ^ la ioi à/ëfi rmancés du sa juin i èbi , qui a ouvert 
an ministre de la ciiern* un crédit de un miDipncipq tent mille fi^nc^t 
pour rinscription u^ trésop public des pensions mitilaires 4 U {Utdfr 
^ Ifi fl^i4f ^9^ de l'aruxée i a&5 ^ 

yt||['§rlic}c 19 de U l^^j du u6 Qvril i855 porl^n^ iug:mentili9li 
^spenMons de rclraile des sous-ofliciers , caporaux OU brisadler^p et 
soldats;: J : ' , ' . 

Considérant qu'en raison de cette circonstance, ainsi «ne^ de celles 
<|Bi résultent de l'état de guerre, le crédit dont il s*a^ît est devenu 
iosoffisanl; 

' GonsMléi^nt quirtést tifçépi' a assurer les besoins du service par un 
wpplémenl d'aJlocalioA f ' 

Sur la proposition de nos ministres secrétaires d*état de la guerre 

,/. » ' 

Avons DicRÉrii et décrétons ce qui suit : 

Art. 1". Il est ouvert à notre ministre secrétaire d'étal de la 
^fiy? VftftJÎBflf i^™^°^i!?y fiT^^ ^p'A^^^ ^^^ mille fraocs 



Digitized 



by Google 



( 164 ) 

taires^à liquider en i855. 

% La i^golarisatioti de ee o^t sera propesée an Corps 
législatif. 

3. Nos minîslres secrétairei^ d*état de la gaeire et des fintnocf 
sont clia!^s, chacan en ce qui le concerne, de Teiécutîoi 
du présent décret, qui sera inséré au BuIIeiin'des lois. 

Fait au palaië de Saint-Gloud, le 8 Septembre i85& 

Signé NAPOLÉON. 
Par l*£nipereiir : 
Le Mmistn secrétaire d*état , Le Marédial ds Frmn^ 

iê rtigrîeuUure, du commerce Mitdstre seerétaire iiUU de Ul ^tÊentg 

et des irataus publies. Signé YAiixâRT. 

cheuyé de tùdérimiu mUdstkre des finança. 
Signé E. RouHER. 



N* 3oa5. — DicKET XMPiauL ( contresigné par le garde detsoeaux, 
ministre de la justice] qui fixe à vinet et un le nombre des huissien 
du tribunal de première instance de Brioude, département de la 
HaulcLoire. (Paris, H Aoât 1855.) 



Certifié conforme : 

Paris, le i8 * Septembre i855| 

Le Garde des Sceaux, Ministre Secrétaire 
d'état axk département de la Justice , 

ABBATUCCL 



* Cette date%st celle de b réception da Bollctin 
au ministère de la Justice. 



Ouê'thwÊm pow> B«llttùi à9ê lois , i n\mm 4» 9 fnmm par «a, à It «dbt^ é» rimfémmi^ 



bffannan mriaiAxlB. — iS Beptisabre iSSS. 

Digitized by VjOOQ iC 



BULLETIN DES LOIS. 

N» 326. 



R^ SoaS. — DicnBT twpintAi p&rtoM convocdtion iêi Cùméb 
i'aironiiâSÊment , pour la seconda ptcliiê iê bar Sfsshn. 

Da 99 Aoât i855. 

NAPOLÉON, par la grâce de Dieu et la volonté nationale, 
Ei9iBftim 9SS F«A!teçAis« à ioaa présfsnt» et avenir, salut. 

Sur fa proposition de notre mumlre secrétaire dTétat an dépar- 
tement de l'intérieur; 

Vu les lois des aa juin i833, 10 mai i838 et 7 juillet i85a,, 
àfons vicMiri el nieiuhroHS ce qui suit r 

Ait* l"*. L«B ooascils d'arrondissement, à F^iceptiûii de 
ceux du département de la Seine, se réuniront le a5 septembre 
pn)diain pour la deuxième partie de leur session, dont la durée 
est fixée à cinq jours. 

2. Notre ministre secrétaire d^état au département de TiBié» 
oenr est chargé de rexécutioa du présent décret. 

FMt tv palais des Toâeries, le 29 AoAt i85&. 

Signé MAPOKfONL 
Par rEmpertor: 
L$ Ministn zecréUùre d'état oa ddpoHmmt 

2. XI' SMé. 2& 

Digitized by VjOOQ iC 



N* 3017.— JMeijnr impémial (/m auiarbê, comme Qmamanii iiri^ 
par une Sapérievre hcale, ^Association des Scsurs de la Compassion 
Servantes des Pauvres, existant à Domfront (OissY 

Da sg Août iS56* 

NAPOLÉON, par ia grâce de Dieu et la volonté nationale* 
Emfbrbdr des Français, à tous présents et à venir, salut. 

Sur le rapport de notre ministre secrétaire d*état au département 
de rinsiructîon publique et des cultes; 

Vu Tacte notarié du 8' mai i855 par lequel la dame veuve Petit, 
supérieure de Tassociation religieuse des sœurs de la Compas- 
sion Servantes des Pauvres, à Domfront, a fait donation à celte asso- 
ciation religieuse de divers bâtiments avec dépendances, situés â 
Domfront , avec le mobilier qu ils renferment , à la chaîne, notamment, 
de se consacrer aux œuvres de secours et de charité confoimes à son 
institution ; 

Vu le certificat dévie de la donatrice, en daie du i5 mai i855; 

Vu- les demandes de T association religieuse des sœurs de la Com- 
passion Servantes des Pauvres, tendant à obtenir: 

1** Sa reconnaissance légale comme communauté dirigée par ane 
supérieure locale; 

a* L*autorisation d accepter la donation précitée; 

Vu le procès-verbal d*estimation portant à cent vingtnleux mille 
deux cent cinquante et un francs quatre-vingts centimes (iaa,a5i' 80*) 
la valeur des immeubles donnés, et à treize mille deux cent soixante- 
six francs soixante centimes (i3,a66' 60*) celle du mobilier compris 
dans la libéralité; 

Vu rengagement pris par Tassociation des sœurs de la Compassion 
de se conformer exactement aux statuts approuvés par décret du 
37 juillet i85o (1) pour la communauté des religieuses de Saint- 
Louis, à Vire, et qu elle a déclaré adopter; 

Vu une copié de ces statuts signée, en témoignage d*adhésion, par 
tons les membres de Tassociation et revêtue de lapprobation de 1 é- 
véque de Beauvais; 

Vu l'état des recettes et des dépenses de Tassodation; 

Vu le procés-verbal de Tenquéte de commode et incommode » qui a 
eu lieu à Domfront, le 6 août i854; 

Vu l'avis du conseil municipal de Domfront, en date du i3 août 
i854; 

Vu les avis de Tévèque de Beauvais et du préfet de TOise, en data 
des 7 et ag juillet et ag septembre i854« la jum et 6 juillet i855; 

(1) Voir ci-après. 

Digitized by VjOOQ le 



B. n* 326. { S67 ) 

Va Tavis de notre ministre de l'intérieur, en date du a6 juillet 
i»55; ' . 

Vu la loi du. 9 janvier 1817 et les ordonnancea réglementaires des 
1 anil 1817 et i4 janvier i83i; 

Vu Tordonnance du 7 mai 18a 6; 

Vu la loi du a4 mai i8a5 et le décret du 3i janvier i85a ; 

Va la loi du i5 mars i85o, sor reoseignetutnt; 

Notre Conseil d*état entendu » 

Atohs nicaéTB et DicnéTOiis ce qui suit : 

Abt. l*'. L'association rcligiense des sœurs de la Compassion 
Servantes des Pauvres, existant à Domfront (Oi8e)test autorisée 
comme communauté dirigée par nne aapérienre h)cale« à la 
charge, par les membres de cette association , de se conformer 
exactement aux statuts approuvés par décret du 27 juillet i85o« 
ponr la communauté des religieuses de Saint-Louis, à Vire 
(Calvados), et que cette association a déclaré adopter. 

2. L'assistance de la communauté des sœurs de la Compas- 
sion Servantes des Pauvres, à Domfront, agissant en exécution 
deTarticle 1*' de l'ordonnance du 7 mai 1826, est autorisée à 
accepter, aux charges, clauses et conditions imposées, la dona- 
tion iaite à cette communauté par la dame Victorine Dapuy, 
venve du »ieur Alphonse-Nicolas Petit, actuellement supérieure 
de ladite communauté, suivant acte notarié du 8 mai ]855, et 
consistant en divers bâtiments, terrains, bois et dépendances 
désignés dans cet acte , situés à Domfront et estimés cent vingt- 
deux mille deux cent cinquante et un francs quatre-vingts cen- 
times (i22,a5i^ 80*), el dans un mobilier évalué à treize mjlle 
deux cent soixante-six francs soixante centimes (i3,266^ 60^). 

3. Notre ministre secrétaire d'état au département de l'ins- 
froction publique et des cultes et notre ministre . secrétaire 
d'état an déparlement de l'intérieur sont chargés, chacun en ce 
qui le concerne, de l'exécution du présent décret, qui sera 
inséré au Bulletin des lois. 

Fait au palais des Tuileries, le 29 Août i855. 

Signé NAPOLÉON. 
PirrEmperenr: 

Le Màdsùrê seeréiain délat au ifyarkment 
de V'uutraeiion puhliqw et des etdies^ 

Signé H« FoaTOUu 



Digitized 



by Google 



( 3«8 ) 

N** 3oa8. — DiCKET* t/ni approuvé les SiataÊs de ïa 
^ Smm de Sain^LomM, iuUmà Vim. 

Da S7 Joiliet i8So. ^ 

Lb PlUKSIDENT AI 1.4 RiNBUQVBv 

Sur le rapport du ministre de rinstraction pnbliqae et des cnhes; 

Vu la loi du a4 mai i8^5; 

Vu Tapprobation donnée par Tévêque de Bayeux aux statuts des 
«oaors de Saint-Louis, établies à Vire; 

Vu lesdits statuU; 

Considérant que la œmnraoaiiié des sœurs de Sainl^Louis , gou- 
vernée par une supérieure locale» est soumise pour le apiritud à la 
juridiction de Torainaire; 

Considérant que lesdits statuts ne dérogent en rien aux lois de TEtat 
et ne contiennent rien de contraire a la constitulion de ia RépublI<{QA, 
aux franchises, libertés et maximes de Téglise gallicane; 

Le Conseil d*état entendu» 
DicBiTB : 

Art. 1^. Les statuts de ia communauté des soeurs de Saint- 
Louis établie à Vire (Calvados) et ayant pour fin le service des 
nialad^'S pauvres, Tinstruction des enfants et tontes les œuvres 
de charité et de miséricorde, sont approuvés. 

Ces statuts, dûment vérifiés et tels qu'ils sont annexés au 
présent décret, seront enregistrés et transcrits sur les registres 
du Conseil d'état; mention de ladite transcription sera faite par 
le secrétaire général du Conseil sur la pièce enregistrée. 

2. Le ministre de rinstmction publique et des cultes est 
chargé de l'exécution du présent décret, qui sera inséré au Bul- 
letin des lois. 

Paris, le 27 Juillet iSS'o. 

Signé Lons-NAMiioa Bonavâsib. 

Le Miautre de t instruction publique et des cuba s 
Signé E. DE Pasieu. 



* Ce décret, cité dans le précédent, n^avait point été inséré au Bidletin des 
lois. 



Digitized 



by Google 



B. n^ 3i6. ( 369 ) 

K* Soag. — Décret iMPiniAL qui ouvre un 'Crédit extraoriChan 
$btX exercice KSSg à l'effet ds remhoflrser le Trésor et ta vilU âe 
Lm ibs avances quih ont faites, en i8i8, pont te service des 
AUkrs nationaax. 

Dp i*JS«p|ei^e 1655. . 

NAPOLÉONf pv la grâce de Dieu et la volonté Dationale« 
Empbrecr des Français, à tous présents et à venir, salut. 

Sur le rapport de notre minisire secrétaire d'état au département 
deriotérîeur; 

Vu ks réelanations de la ville de Lyon et le rappo^ de la commis» 
noD de liquidation instituée le 1 5 décembre 1 853 , duquel il résulte, 

1* Qa il doit être payé à la ville de Lyon une somme de un mil- 
liûQ neuf cent viugt*deux mille huit cçnt douze francs quatre-yinfl- 
quatorze centimes pour la couvrir des dépenses que lui ont imposées 
leiateliers nationaux de i848, et pour indemniser divers parliculiers 
qui ont éprouvé des dommages par suite de rétablissement de ces 
ateliers; 

a' Qoe le trésor est à découvert d*une âvanee de fieuf cent^ua- 

rante^nq mille cen| quarante et un francs quarante-huit oentimi^B 

QQ*il a consentie à titre d*opéralioir de trésorerie pour le service des- 

I m ateliers, et qu*il y a lieu de régulariser cette avance par une im- 

polalioD budgétaire; 

3* Que la ville de- Lyon est débitrice envers TÉtat, pour diverses 
wises, d*une somme de neuf cent quatre-vingt -quai re mille cent 
soixante francs quinze centimes, dont elle devra faire le versement an 
^r dès qu elle aura touché la somme ci-dessus énoncée; 

Noire Conseil d*état entendu» 

Ato» DicRETi et nécniroHS ce qtd sait : 

Abt. 1*^. 11 est' ouvert à notre ministre secrétaire d*état an 
d^rtement de l'intérieur, sur rexercice i855, un crédit 
^itraordioaire de deux millions huit cent soixante-sept mille 
neuf cent cinquante -quatre francs quarante -deux centimes 
(2,867,964' 42^, à Teffel de rembourser le trésor et la ville de 
t^yon des avances qu'ils ont faites pour le service des ateliers 
ûalioaaux ouverts en i&48» et de payer des indemnités à divers 
P^ticuliers pour dommages résultant de Tétablissea^ent de.oes 
ateliers; le tout suivant la liquidation qui en a été faite par la 
comâ]£sIo^ susîndîquée ef qui demeure approiiyée» 



Digitized 



by Google 



1 370 ) 

2^ La régularisation de ce crédit sera demandée au Corps 
législatif. 

3. Nos ministres secrétaires d*état aux déparlements de fîn- 
térieur et des finances sont chargés de Texécution du présent 
décret 

Fait an palais de Saint-CIoud, le 1^ Septembre i855. 

SigBë NAPOLÉON. 

Par TEmperear ; 

I0 Mîmtrê teerétùre £i\ai au Le Ministre secrétaire iiM a 

d^KorUment des finances, dipartement de tinUnêott 

Slpké P^Màghb. digaé BuLàULT. 



N* 3o3o. •— DicjiMT iMPiniAL (juifixe le Traitement des Commis^ 
Gr^ers assermentés près le TrAnnal de police de Paris. 

Du 8 Septembre i8S5. 

NAPOLÉON, par la grâce de Dien et la volonté nationale. 
Empereur des Français, à tous présents et à venir, 8Ax<ut. 

Sur le rapport de notre garde des sceaux, ministre secrétaire cl*étot 
su déjpartement de la justice; 

Vu Tarrété du 16 frimaire an xi, qui alloue au greffier du tribaDsl 
de police de Paris une somme de six mille francs» tant à titre de traî* 
tement personnel que de supplément pour les pharges du greffe; 

Vu les articles 38 et Ao du décret du 18 août 1810 (1), aiosi 
conçus, « A Paris, le tribunal de police sera dÎYÎsé en trois çLambret, 
I et le greffier aura deux commis assermentés au moins ; » 

Vu la loi du q juin i853» sur les pensions civiles; 

Vu enfin la loi de finances du 5 mai i855 portant fixation du 
Jbndget général des dépenses et des recettes de Texerdce 1 856 , 

AvoHs nicRiTÉ et décrétons ce qui suit : 

Art. l*'. Le traitement de chacun des deux commis asser- 
mentés près le tribunal de police de Paris est fixé à dix-huit 
cents francs ( 1,800^). Ce traitement leur sera payé mensaell^- 
ment, sur leur émargement individuel, à compter du 1* jan- 
vier prochain. 
> > ■ ■ - f 

(1) n« série, Bail, 3o9.n* 5876, 



Digitized 



by Google 



B. 11*396. (37L) 

£a oDDséqaeooe» rabonnemeût d-demu passé avec le greffier 
eit réduit de six mille francs à quatre mille firaoca. 

2. Ntis ministres secrétaires d*état de la justice et des 
finsnces sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de Teié- 
cnlion du présent décret, qui sera inséré an Bulletin des lois. 

Fait an palais de Saint-Glond, le 8 Septembre i85& 

SigD^ NAPOLÉON. 
ParrEmperear: 
Le Gviê iesêceoMé, jtfuiûfre êêcHlmrttiM 
iê lajudcê. 

Signé AsBATUca. 

" ' . ' 

N*So3i. — DicBET MMPikiÀL qui ouvre an CriHl eximordinairê pour 
fa dépensée de la Cérémonie religieuse et de h Fête du 13 septembre 
{855. 

Da 13 Septembre i855. 

NAPOLÉON, par la grâce de Dieu et la volonté nationale, 
Empiuiih DBS Français, à tous présents et à venir, salut. 
Sot le rapport de notre ministre d'état, 
AvoKS htdâri et nécaéTOHS ce qui suit: 

Abt. 1* li est ouvert au ministre d*état , sur Texerdce i855, 
ui crédit extraordinaire de cent dix mille francs , applicable 
au dépenses de la cérémonie religieuse et de la fête du i3 sep* 
tembre i855. 

1 U sera pourvu à la dépense autorisée par Tarticle pré- 
cédent, au moyen des ressources du budget de Texercice courant. 

3. U régularisation du crédit ouvert par Tarticle i*' sera 
proposée au Corps législatif. 

t. Notre ministre d*état et notre ministre des finances sont 
àiUfjki, chacun en ce qui le concerne, de Texécution du pré- 
sent décret 

Fait au palais de 8ain^Cloud, le la Septembre, i855. 

Signé NAPOLÉON. 
Par TEoiperear : 
^ Mbitm de TagricuUure, du eommeree Le Ministre iiM , 

i'Sr^!!^"^'^ Signé W«Fon.. 

Signé £• RouBia. 



Digitized by VjOOQ iC 



••M^^'.i 



N* 3o3a. — BicnET iwpiniàt f «î amtériêé f4hiHi$semmfJtm EMÈmfà 
féelH^Mdr^l de$ Ssh auptfHJé Cên^semikt (Cahaioi). 

Da 13 SepteiKlre i955. 

NÂPOUâQN^ pur la grâoe ^ Dieu et k ToloQtioatiapWe, 
Empebscr des Français, à tous présents et à venir, salut. 

Vu la Ini du ^k fYrîl} 1806 et le décret du 1 1 juin de la même 
%DȎe [}\'t 

Sur le rapport de notr» moistre secrétaire d*état au département 
de rogricultùre» du commerce et des travaux publics, et de TaYis de 
notre miniblie secrétaire d*étai au département des finances, 

Avons décrété et décrétons ce qui suit : 

Art, l". Ua entrepôt réel et général âes sels pourra être 
établi au port de Cpurseulles (Calvados], sous ^accompiI3s^ 
ment des conditions pre3CC4Uyi p^ 1^ iois et règlements ai 
vigueur. 

2. Nos ministres secrétaires d^état au dépafteuiént de Ti^- 
culture, du commerce et des travaux publics, et au département 
des finances, sont chargés, chacun en ce qui le ooncerne, de 
Texécution du présent décret* qui sera inséré au Bulletin des lois* 

Fait au palais de Saint-Cloud^ le 12 Septembre i855. 

Signé NAPOLÉON 
Par rEmpereor: 
Le Ministre secrétaire détat au département de tagricakart^ 
da commerce et des travaux publics , 

Signé E, RoOHB». 

w*—— * I II I .1 !■ ■ ■ ■ j ■ I ■■ Il I j ii ■ « 1 11 m i— ^1— — ^ m i II Il II » ^mmmmmmmtmm^m^^^ 

(1) iT*&éfie, BuU..^, n* 1667. 

Certifié conformer 

Paris « le 30 * Septembre i8â5« 

Le GardâdâSiScHmaf, itùmtre Sécrit^ 
tilai aa département de la Justice, 

ABBATUCa 

* Cette date est c^e de la rtep&w dii BaMs 
au ministère de ia Jnstioe. 

Impauhaxb ZMPiBUUU -^ 20 Septembre i855. 

Digitized by VjOOQ iC 



(373) 

^= ' . . .p. 

BULLETIN DES LOIS. 

N'> 327*. 

Jf* 3o33. — Dâcnsr impintAL qui fixe U Drdt à ïênméé >«r té 
Pimnt en graim aa moula, d'onifinê itrwgàn^ importé doi^ la$ Pmii 

iit Algérie. , \ 

Du 5 Septembrei iSSS. ^ 

NAPOLÉON, parla grâce de Dieu et la voloaté natiioMlei* 

EHPOffiijB DES Français, k tons présents et à venir, saldt. " 

Vu'laloidaajofflel i836; 

Lordonnance du 1 6 décembre 1 8^3 (i); 

la loi du 1 1 janvier 1 85 1 ; 
. IfVisdn département des finances en date du ii mai i855; 

Considérant qu^ est urgent, dans Tintérêt de la consommation 
i^SérieDoe , de réduire les droits élerés de douanes qui frappent le 
pimeat de provenance étrangère à Timportation dans ce pays ; 

Sur le rapport de nos ministres secrétaires d*état au département 
&ift guerre et au département de lagricultuie, du commerce et 
Jes travaux publîqi,. 

Atovs DÉcaéri et dbgrétons ce qui suit : . 

Akt. l**4 Le droit à Fentréeaor le piment en grains ou moniijfr 
i^origine étrâbgèr^, importé dans les jK>rts de l'Algérie, est fixé 
&nsi qu*il suit : 
Birik«|i«.irnçÉÎi .5'oo-l j^^^^y^j 



. 1 Noé ministies secrétaires, d'état aux d^artements de {i( 
pore, du tbmmeifcè et des finances, sont chlirg6s«'cbd<»m isn 
ce qoi le concerne, de rexécutîoo dtl présent décret^, qui ie$|^ 
umM tant au BnUetin des lois et etu Moniteur univeii^l. qu'an 
BoUetiii des iict^,du GouyerMvaant de T Azérie, et; :9i| Jkfoith 
t«iraljéri«i, . ,i . . . .' 

. F«it mpaiftis.de Sàini-Clôttd, le 5 Septembre i85&. ; ) 

* Signé HAPQtÉGWi 
;*;*, , • Parr£niporcur& • ^ 

^Mmutn teerétairti fétat Je tagncutturê. Le Maréchal de France Bfiniiln 
^ cetmerce et des travaux ptMce» seerétaire détat de la fmerre , 

^. . Signé Ë/KocBÊa. , Signé, VAiLiJiifT. 

' ' V«fK un Hft^gt» 4 la fia de ce NuAiéjro. 
(i) a* série, Bull. ie6a. a* ii,o39« . 



Il >i I m rt i »j 



Digitized 



by Google 



H* .^o54. — toicRST TMPERTâL qui Ottvre, mrtixeriice iSSS, n 
Crédit refirésenUait la somme versée on Trésor ^pubtic par la ville 
de Paris ^te JS 01^ 1895 é ^V* ccncottrir à -/« 'v^mirteikn da JPta( 
de VAlma. 

Du i7.'^t«knbf» i855. 

NAP^iÉON, |Mur k gfâee de Dieu et la vobttlé neAmà^ 
Bkmuta DIS Fjukcau, à. ton* présente et -à ivcim-, sali^ •' 

Sur le rapport de notre eothiistre neerétei^ â*ttat an dêpârtemM 
de ragricullure, du commerce et des Iravaui publics; • 

Vu Tariicle i3 de la loi du 6 juin i6^3 portant règlement difinilif 
4ii bcMlget de Veuvcife i$4p> «i»» ceniu : : . . .j:. *: 

fl Les ÏQudâ v^rsé» par des départements . des cpmw¥^ ^ dit 
«particuliers pour concourir avec ceux de TElat à rexéculîon ^e tjra* 
« vaux publics , seront portés en recette aux produits divers dû budgj^; 
« un prédit de pareille so^me sera ouvert par ordonnance royate'âu 
€ ministère des travaux publics, additiontiefieinent à eeux qui.ailr(iit 
«été accordés par le budget pour les mêmes travaux, et la poHtn 
«desdits crédits non employée pendant le cours d'un exercice poUnn 
«être réimputée, avec !a ipéme affectation, au budget des exerctdll 
«subséquents, en vertu d'ordonnances rovalcs qui prpnonceroiit I^ 
^nulalion des sommes restées sans emploi sur l'exercice expîré\r 

Considëraçt qu'il résulte d'une déclaration du caissier payeur éebr 
tral du trésor public que la ville de Paris a versé' dans sa caisse ^xNtt' 
le compte du trésor* le 28 avril dernier, une somme ^ frois cèntWn- 
fôeate mUle féales, à titoa de premier. SH^ompteevi i8&5 serlftiub- 
iMnlifA de la ville p<^ur le construction du .pont d§ VA1«m» j 

Avons DicniTi et nicaiTOMS ce qui suit : ; .' . 

éfCF» 1*'. n est "Ouvert à notre, ministre . secriteke é^éM iB 
département dé ragrienlture, dn-eonimerce et des travaux pn^ 
Miosvun crédit de trois eentekKfoanle adlle ft«M»{3&o,oW]« 
tnirlés fonds du budget de i856, applieabteutt diapttrejc»! 
êè^ la deuiième seetioii' ( Cmstmetlon de pônte)^* • ; ^> 

!S« Notre ministre secrétdre d'état an dipai^ieiaieiil de hfrf^ 
cidtttre^ tin remmeroe^ deemt^uxpvbUes/el AoiMr mSAtri 
secrétaire d*état au département des finances, soert cInn|^4 
chacun en ce qui le €Oficeroe« dei^9xéeQtlen'AJkr{llMs^■lt'déMt, 
qui sera inséré an Boltetin des lois. 

Ffiùt âà paleSs de S^int-Gloud, le 17 Septembre i865. , ^^ 

Sigaé NAPOLÉON. 
ParïTEi^pvottrï 
i$ Mm i êh e êêe r ét e im déiaS de r a yriw/fiirt , Ls Uudsù» ucré(ain t ê el M 
du cemmeres et des tr\waas puhUes, «Aai^^ dépstrUmmfde teffi m^ pj^ 
de riMénm da HÙnistht des Jinanoee» * •éoemeree-MU 
Signé E. RoOBBi. Signe £... 



Digitized 



by Google 



# iM. ^DétnÊT tMpénrâL i/mprarogi h iHàîJfyci fourU JMê 

I èi moiifietttiùns au Tarif in Donana ntr Us véroles» dans br 
t 'CUmmi i» ht UtBimauê, de la Guadeloupe, de la Réumon et dm. 

Du 19 Septembre i855« 

IftfOLÉON» par la grâce de Dieu et la volonté nationale, 
InruBURDES Françms, à tous présents et à venir, salct. 

jiriesfap|>ort5 dd notre ministre secrétaire d*élat au département 
\ h marine et des colonies et de notre ministre secrétaire d*état au 

it deragricullure, du oommerce et dea travaux publics. 
hm aica^ii et nfaiiitoifs ce qui suit : 
km. 1*. Le délai fixé par le décret du 27 juin dernier (1} » 
ia durée des modifications au tarif des douanes dans les 
4e la Martinique, de la Guadeloupe, de Tile de là 
ft du Sén^l, en ce qui concerne les grains, farines 
imes secs, est prorogé jusqu'au 3i décembre iââ6. 
il Nos ministres secrétaires d*état au département de la 
et des colonies, au département de Tagricnlture, du 
Tce et des travaux publics et au département des finances^ 
dtaifés, diacun en ce qui le concerne, de Texécution da 
it décret, qui aéra publié an Bulletin des lois. 
't au palais de SaintXloud , le 19 Septembre i855. 

Signé NAfK^cOff» 
F»r l'Empereur : 

^Saitr» HonAoâv Hl&i an département Le Ministre êecrétairt tétai au 

'à. te^akan, cbi commerce et de$ dé^^mikmU de U mariaeel 

fmhUcs, flbfcoiMitn» 

Signé £. RdNBa. SêpÀ BàMÊLiu. 



3o36. »— DécMt iMpiiuat (coDlro-sigiié par k tninistre des 

^aces) portant r 

«• 1** Est apprCMivt le tarif cÎHMneirf fomt la percention des 

ikaa passage d eau des Roseaux du RouQeaû, situe sur la Sëvre* 

Aase, dans le département de la Vendée. 

^ Sont exempts des droits de péage, les administrateurs» magb* 
^t feecliomiatres publics, et lea divers agents tels qa ils sont én«- 

"b au tirif annexé au présent décret^ et qui, aux termes du cahier 

^rgsi de radjiaJîcatioQ desdîtod^îla, «ont affiraneUs de tuiUs 
M^ftioa & céi ègar4. {Potii, 99 Aùât 1855.} 



Digitized 



by Google 



(37«) 

,Taif du dmu à Dcraevoîr aap^sagt deaa des Bmmms da BoiBmb «W i 
ULSe^rt'Nîotta 



^jyîof (OUI ions U départemnU de la Vendée. 



Pou «M 



Ait» l*'. S 1. PêrHMM, 

k pUd , cfauffc o« aoa «htif ia. .... 
tntaaat «aa bronalta oa «na «oilara k 



À. 
5. 
SUi, 

'/... 

4. 

8 lu. 

9- 



9 là. 



11. 

Il kl. 



i3. 

iSIm. 

■ 4. 
i5« 
i<. 
17. 
17 Itf. 

1$. 



S a. Cie«a«s, iMttaac, civ. 

Poar «a chacal • ma malat , moati par «a cavaliar* j ac 
pria la cataliar. , 

Four aa ekaval , aa malat 4a aiaoaiar, caadaaUar coiapria. 

Poar aa cbaval , aa mulet BBan* an laiiaa , 

Poar aa cbaval « aa laalat aaaa condactaar ■p'Mal 

Poar aa laa oa aaa Inaïaat diaigâ a« aon cAargtf, aoadaa- 
taar coa«prif «. • 

Poar aa b«Mf aoa attaU , coadactaar aoaipria. • 

Poar aaa Tacha avaa oa aaaa aoa vaaa, coadaetaor coflopri». 

Poar aa vaaa d« aa à teoia aaa, pore graa, eondadaar 
coBBpria • 

Poar aa pore BBaifra, coadactaar compria 

Poar jeiiae vaaa , moatoa , larabia , agaaaa, boua, 'cbirra 
chrrraaUf cocboa da lail, pain d'oiai ou da d>a7oaai 

BOB compria la coadaeiaor 

Poar lea aaimau da loato aap^ alUat aa pitaraga, 
la aaeiltd daa tasaa d dt a aaa laar aara appliqa^. 

S 3. 1* Vaiiama portirafiitric latpaadaff . 

Poar aa cabriolât atlaU d'aa aaal ehaval • 

Poar an cabriolât attelé da deaa cbavaax 

. Poar aa cabriolât attaU ia troia abareai 

Poar aaa voitara I qaâira roua, atlaléa d'oa cbaval oa d'aa 



Paar mao voitara I qaatra reaaa , atlaléa da daax cbaraw 

oa da daa& mulet». •.......••..*.... 

Poar aba^a cbaval aa aoa. •••... 



Pour BBO caniola & daax roaaa , attelée d'aa cbaval oa d'aa 



aalat., 



Poar aaa earrîaia à daax roaaa, «Itdéa da daax ebovaax «• 

da daax molata 

Poar aae voilure à qaatra reaea, atldéa d'aa «bavai oa d'aa 



Poar aoa voitara & qaatra renea , attdéa de deax chevaax oa 

da daus malata. ....•...« 

Poarcbaqaa aharal aa aaa «... • 

S 4. 1* raàara» de patte. 
Poar wtk «abrloiêl «tliU da daax chevaax, y campria la ia> 

toÉr daa chevaax pied levé.* 

Poar cbaqaa cbeval aa aaa 

Poar aao vwtara k qaatfa raaaa, «IleUa 4» daax ahav^ 

y eMiprit 



MOlTt À 


naciTOit 


avaat 

Ntablima. 

dcT^U 


YétôHm- 
■mt 

pmk. 


h.U 


- fr.c 


i5 


• •*• 


ai3 


i» 


35 

-o3S 

35 

o3o 


018 

Oll 

01$ 
la ■ 


e i5 
36 
80 


oiS 
01$ 
i5 


• 3o 

• 16 


M 

10 




1 


006 


ooS 


1 00 
1 5o 
a 60 


06a 

9« 

1 10 


1 o« 


a M 


1 5o 

s 


1 80 

040 


es 


• io 


075 


olo , 


• <s 


• !• 


• 7S 
1» 


1 >e 


t 5o 

a 


1 M 

o4i 


1 lo 


i^ 



Digitized 



by Google 



B.n'327' 



( 377 ) 




P««r cIiaqiM tLtrttU «b tut. 
Fou am voilw* A qMir* 



•tttiM d« qnlff* clMvaw 



43. P«w diâ^M chtval m tu. . 



n 



a* Voitures pahli^uu êmipitdutÊ, 
hm an caWSolet •Iteli d'an ch( 



•val.. 
UÛiia'i'iaâkOTÛl 



Pov cka^« eh«v«l «n «m 
Fdw u« voitnra ■ qvairt 
Pow duqu ehrval •& «m. . . ^ .....••< 

Pmr BB« carriole allalia d'an cbaval 



Poar cbaqaa chaTal an aaa. 
Pbarana vwU 



I 

33 fer. 

351». 
»lcr. 
3t. 



ana Taîtora à qvatra rouaa altalâa d'os akaval 

Poar dui|ma ckaTal ao aoa • • 

S 5. Vortarac à» rvala^a o« de mvcluknà* 
Pour aaa charraila da roalaga oa da isarehand, charge at 

%i\éU d'an cbaTal 

Poar rhaqaa abaval aa Ma.. • • 

Poar aa* cbarratU da roalaga on da marchand, vida al ai- 

tolèa d'an cbaval • ....•.....••. 

Poar chiqaa chaval aa laa. 

Poir aaa «oitwa à qaairaranca, da roalaga om da atarahaBdi 

chargea et altalaa d'an eb^val. 

Poar cliaqaa cbaval oa aaa. 

Poar aaa voiiara l qaatta raaaa, da roalaga o« da aur^ 

chaadf vida al atUt^ d'aa chaval 

Poar cbaqaa chaval aa aaa ,.«.•• i ...... . 

S f . Voi/aiw «craaal & ra^rical^arv. 
Pair aaa cLarratta oa aaa voitnra k <|aalra roaai , charge 

•t altalâa d'aa cbaval oa d'an makt, da àva Anaa, da 

daax bcMfa oa da dan vaeboa. • • 

La ■imi^ 3i vida •...•••.••..•• 

Ptar aaa charratU on «na voiiara cbargâa at altalâa d'aa 

laa, d'an bcoaf o« d'aaa vacha 

la Biaaa, à vida •...# ••••• 



S 7. PaiMgeê iîmn, ■ 

Poar laa condaclaara dca aniinaaz dâaigaâa an n* 9 < 

Lm eoadacUura daa vaitnrca oa cbarraltaa qaalconqaaa , tala 

qaa poatilloaa, roaliara, cbarraliara, ate. na pajaront 

pao la tasa dn n* 1 . 
Léo lajagaara at dooiaatiqaea payeront la Uxa de rarticle 1 , 
L« vajaganra qai vondront passer ÎMlâiaent , sans attendre 

le teaapa fiaa par l'article 3 da prâaent. payeront 

n aeaera paa perça de sartaae pendaat laa baatea eau. 

Léo aaaz aoot xipatâcs hanUa loraqa'allea atuigaani la 
partie pointa ea roage da poteaa de baatear âUbU for la 
rive de contre>ba!aga. 

U paaaaga ea» interdît quand ba êenz aorMoatefaa» la 
partie peinte ea range dadit potaaa, qaand la riviira cbar- 
ricra daa glaçena ci dans laa Unpa de dâbicle. 

Lw baca al bttaaax na wmrront jaaaia «tra cbafgii •« 
^U da pmda qai l« fenit enfonçât jniqv'aax Ugnaa da 
lalUiaoa tracâea aa roaga oar laara flanca. 



h. e. 



1 00 

o 60 

o 6S 
o il 
o63 

o i3 



9 aS 



o es 

o >3 



1 o* 
o %S 



o ftS 

o i3 



1 s& 

76 

1 i3 



iS 
o So 



fr. c. 

o. 4o 

o ko 

o 65 
o So 

o 3& 

55 

3o 

1 o5 
o 3o 



o 80 
30 



o 5o 

o !• 



1 30 
o 30 



o go 

o 10 



o65 
o 4o 

o AS 
0.3& 

o e5 



o5 
o i5 




_ Digitized by VjOOQ iC 



FrknchÎHs et mùdèraîUnM. 

S. ^ttat e io i pu daatdroiu de -péage : 

1* Les ptféfetl»'0l'ioni-préret8 ea toaroée dans ienn déparlements et arron- 
jli rt Wt ié tfte , les ttaîM, les juges d'instniction et procarears impériau, 
les j^ces de' paix et Uaiis greffiers, les commissaires de police et autres agents 
4e poiiOè julîciaire, les iogéoicnrs et agents des ponts et chaussées, les direc- 
teurs «I employés des administrations de i*enregifttrcment et des domaines, 
éeè eoutribaftons directes (les percepteurs compris] , des contributions indi- 
tectes et des douanes; Ici agents de radministration forestière, des lignes télé- 
|rraphiques , les agents toyera, planeurs et canlooniers des chenHas vicinâin, 
les receveam des éommuaes, les vérificateurs des poids et mesures, ^espré- 

r»sés d'octr^ et les facieor& rûfâtix, mais pour le cas seulement où ces divMs 
nçtionnaiies çt employés seront obligés de passer d*ttne rive à Vautre pour 
tftuse de servio^, et sous la condition que les employés seront revêtus dai 
inafques di^nelivês de leurs fiMiclkms on porteurs de leors commissions; 

Les ministres àts différents cultes recontitis par FÉtat, ainsi <pie le&rs 
assistants; 

Les préfets, «ons-préfets et autres fonctionnaires désignés an présent pa- 
fagrapbe auront le dmit, dans leufs tolimées, de réclamer le passage m. 
franchise de leurs secvfftaires, des dotnestiques attachés à leur personne, ftt 
ie leurs voitures et conducteurs; 

a* Les malles-postes, les courriers et les estafettes du Goaveroement; 

3* Les trains d artillerie , c*est>à<dire les bouches è feu et caissons militaires 
tbargés de munitions de guerre, ainsi que les militaires ou conducteurs qui 
les accompagnent; les bouviers, boeufs, chevaux et voitures^ requis pour le 
transport des vivres de Tarmée, àtê équipages des troupes et des raiiitairit 
ttialades; les voitures celltilaires et leurs chevaux et conducteurs; 

i* Les militaires de tout grade voyageant avec leurs corps, les sous-oS- 
tiers et les soldats voyageant isolément , la gendarmerie dans Texercire de ses 
lonctions, ainsi que les individus conduits par la gcnriannerie, et les voitures 
tt chevaux servant à les transporter,' à la charge de représenter, soit une 
feuille de route, soit uê ordi'a de service; 

L«s gsrdès nttidnaux aiarobant en délackeflieiit on iaolémeni pour le ser- 
tiee public, mais & la même condition ; 

Lis.pompiers et les personnes qui , en cas d*incend(e« iraient porter secours 
dTune rive à Tattrê, ainsi que le matériel néoeesain» 

Quelque fréquents et 'nombreux que «oient ies passages des corps et des 
Individus qui, aux teritaes des dispositions ci-dessus, doivent jduir du dnit 
4e franchisa, le fermier ne pourra prétendre à aucune indemnité* 

3. Le feraiier sera tenu do passer une personne seule, sans exiger d*autre 
droit que le droit simpU^ lorsqu'elle aura attendu sur le port le laps de teinp 
<|ui sera d'ukie kenre pour les bacs et d^uae demi-heuro pour las passe-cheval 
%i les bateldts. 

Il devra passpr, sansaucun délai, les fonctionnaires « agents et autres per- 
ioones désignées à Tartlcle s du présent. 

# Tonte autre personne ^ ^roodra paaaer isélénenl, et sans attendre ce laps 
de temps, payera le dr4it Hké, dans ee eas, par fe tarif. 

Le fermier sera tenu de paaaer, acit avant le lever, soit aprës le coucher du 
•oleil, sans exiger aaci«idrent« iMia aenkmeni ptmt Texereice de leurs fonc* 
tÎMav iMfédsta at aoiiè-préfets, les illldr^s, les juges d'instrucdon et procn- 



Digitized 



by Google 



B. n* 327. ( at» ) 

police et aatres agenU de police judKciiire» le» «employé» des conlribatioim 
indirectes et des douanes, la eeDdarmcm, ainsi ^ue les ministres des diffé* 
renls cultes reconnus pair r££l^ et leurs assistants. 

Les pompiers et les personnes qui, èa cas d^incendfe. Iraient porter ^secoure 
nBeriTeà faiifere, akéi qtieleinatériei aécnsnli^. 



W 5037. -^DAomr tBivfaiJkL (lcétKr»*9igiiè|par b uttoîstM de llaté» 
rieoK) pwtattl t 

. Abt. 1". Les communes.delIûugaeiQarre et Guenouville, canton 
de Routot, arrondissement de Pont-Âudemer, déparlement cleTEure, 
sont réunies eoi upe seule consmune , sons lé nom de eemmuf^e A ffùUf 
gusmarre-G ti0nouviîle/Aof\i le chef-lieu sera fixé à Houguemarrè. 

2. LesL cQOQipgûés réunies continueront à jouir, coninae sections 
de commune, des droits dVisage ou antres qui pourraient être 44^ 
pectivement acquis. [Paris, 29 Août 4855, ) 



N* 3o38. — DÉCRET iMPiiiiAL (contre-signe par le gwH» dbi sceaux, 
ministre de la justice) portant : 

Ame 1". H. âe Çaze {Alexandre-GuAtave-Hcnri^IarÊier)^ né àCbar- 
trei 'fBure-el-Loîry, îe a4 avril 1820, propriétaire, demeurant *à 
9ilki>w^4*£tAn|s; pré» S«rii>t-Qo«dt (S^ina-et-Oise), 

£tse»4pl«nt9 miAcui;^; . 

i* de Caze [Marie-Aleœandre'François-AaguHin) ^ né le lo onvem- 
bre 1 8S0, h Marnes fSeine-et-Oise] ; et 2* de Caze [Ènguefrana-Aîeman" 
ire-Gaslave-Adolphe)^ né le 18 août i85a , àt Garches f%Seîfie-eè-Oise)» 

Sont autorisés à ajouter à leur nom patronymique les'noms de de 
Seligmie de la Mothe-Fénélon. 

2. M. de SalignaC'Fénélon (Jean-RaymonêrSigUmond' Alfred) , né le 
;i6 fimlM|.iU^dkW9è]^fillU3çâiStÀ commandeur de Tor- 

dre impériS ae la L^^mi^.idjiQiinAilf 1 o^jwtre plénipotentiaire de 
France en Suisse ; 

M. de SalignaC'Fénélon {AdoJphe-Louh'Émilien'Frédéric)^ né à Bâie 
(Suisse), le 27 février 181 5, chevalier de la Légion d*honnenr, capi- 
!aine dWtillerie, officier d'ordonnance de M. le maréchal ministre de 
ifi£Q^iT?^4!^9f Mfimt à Paris ; 

M. de &àîgnac•^énélon,(J.^leS'V^QtQri:Am|SiJ^^ né à Dannstadt» 1q 
3o octobre 1816, officier de la Légion d*honneur, lieutenant-colonel 
au premier régiment de chasseurs d'Afrique, demeurant à Alger; 

M. de Salignae-Fénélon (Louis- Alphome) , né le a6 août iSaa» à 
Darmstadt, capitaine adjudant-major au deuxième régiment de chfts* 
Wm ^ chenal > en garnis on 4 Saint-jlihiel (Meuse) ; 

Jb yU iê-^S^Mo^énélm {/àeviiriiimti0)\ né à Darmsiadt, le 



Digitized 



by Google 



( 336) 

io janvier 181&» capitaine au ooiième régiaient de cliasseixn Ir 
cheval, en garnison à Châlons (Marne), 

Sont aulorifés à ajouter k leur nom patronymique le 00m de 
Finéhn, et à i*appeler, h Favenir, de Salign/ac-Finêlon. 

3. Lesdits impétrants ne pourront se pourvoir devant les tribanân 
pour Csûre opérer, sur les registres de l'état civil, le ehaoffement 
résultant du présent décret, qu après Fexpiration du délai ué par 
laJki du 11 germinal an xi, et en justifiant qu*aacune oppotitum 
n*a été formée devant le G>n8eil d*état. [Saint'Clçmd» 8 Siftembn 

1855.) 

Il ■ ' < ' ■ 

EmUa, Dans les premiers exemplaires du Balletin des lois, n* 3sS« coait- 
nant ^e décret du ag août i855, <{Qi a fixé les droits à rimportation des 
machines, mécaniques, outifs et autres dérivés du fer, page 3os, 9* ligne, 
su lieu de/Zf de fer recotsverts (Tautns métaux , lisex jfti de fer, même neownra 
Sttttirfs métaux. 



Certifié conforme : 

Paris, le 3$ * Septembre i855, 

Le Garde des Sceaux, Uinisfre Secrétâin 
d'itai au département de la Jtatice, 

ABBATUCCL A 



* Cette date est celle de la récépâqa dn BaHctt 
an ninistère dé la lustlee; 



0«. •'•koBM poBt U BvIIttU 4m lois , l raifoa 4« 9 |ruie« par «a , « la aaiitt éb tlap^M^ 
impirula f o« cW Ut PirécMwt Jm potti« d«a d^rttmtftto. 



•' / - -"'Il ■ -^ 

bramKn iicrèaiAfiS. -^ aS^S^temlM^a i8$Sn 



Digitized 



by Google 



(38i ) 

BULLETIN DES LOIS. 

N» 328. 



N* 3o3g. — DécMET impémal qai ouvre, tar Vtxênke 1855, nn Crédit 
de £x minions pour Subveniiont aux Travaux tulilité communale «f 
aux distributions de Secours par les Bureaux de bienfaisance. 

Da 9S Septembre i855. 

NAPOLÉON, par la grâce de Dieu* et la volonté nationale, 
Empebedr des Français, à tous présents et à venir, salut. 

Sor le rapport de notre ministre secrétaire d*état au département 
de finlérieur; . 

Va la loi du a 3 juin i854 perlant fixation du budget de Texereice