(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Children's Library | Biodiversity Heritage Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "Dictionnaire de l'ancienne langue française et de tous ses dialectes du 9e au 15e siècle"

. \ 






DICTIONNAIRE 



DE 



L'ANCIENNE LANGUE FRANÇAISE 



ET DE 



TOUS SES DIALECTES 



DU IX° AU XV SIECLE 




TRAIRE, trayre, Ireire, trere, verbe. 
— Act., tirer en général : 

Trait ses chevels e débat sa poitrine. 

(Alexis, str. 87», xi« a., Steogel.) 

Et de tanz os ciim l'om trait de la plaie, 
al os tuteveies .un. den. (Lois de Guillaume, 
X, J5 1, Sclimid, die Gesefze der Anr/elsaclisen, 
p. 330.) 

U est vostre espee qui Halteclere ad num ? 
D'or est li helz e de cristal li punz. 
Ne la poi traire. Oliviers li respunt. 
Car de ferir oi jo si grant bosuign. 

(Dot., 1363, MOller.) 

Trait l'olifan, fieblement le sunat. 

(//)., 2104.) 

Sur ses oilz treist Sun chaperun 
Ciim hom ki deit passer busson. 

(WiCE, Rou, 3" p., 2029, Andresen.) 

Devant lui garde, s'a en l'eve coisi 
Une crois noire qui contremont en vint 
Tôt ensement com se on le trasist. 

(Les Loti., ms. Berne il3, f» 2«.) 

Fors en traistes vos amis maintenant. 

(Raimb., Ogier, 11663, Barrois.) 

Dou cbevage traissimes la première querelle. 
(J. BoD., les Saisnes, XLI, Michel.) 

Et traient fors les armes, que de soper fa tans. 
(ID., ib., CXVII, var.) 

T. VIII. 



Je te trais do la u tu guardas les berbiz. 
(Rois, p. 143, Ler. de Lincy.) 

De meis aveirs pren, tant en aies 
Que de cest grant péril me traies. 
(Ben., /J. de Xorm,, II, 16650, Michel.) 

Es autres tormenz sunt nos pères, 

Mère, sorus, parenz et frères, 
Attendans sunt a nos bienfeiz 
Tant ke d'iluec les ait Deus treiz. 
(Mabie, Purij. de S. Patrice, 1449, Boq.) 

Espoir, se ele le seust. 
Et son cuer de riens coneust, 
S'ele daignast et bien vausist, 
La dolour dou cuer li traisist. 
(Amald. et Yd.. Ricljel. 375, f» 315°; Hippeau, 311.) 

Ses cauces lace, l'auberc vest, 

Et en son ciefson elme trest. 

(Ren. de Beaujeu, le beau Desconeu, 263, Hippeau.) 

Quel mestier aus tu de circoncision, ki 
pechielnefesis ne d'allrui nel trassistn ti? 
(S. Bern., Serm., 81, 7, Foerster.) 

Panniz fut assi Adam de Yerlteit lai ou 
il fut honlous de lei a regehir, et qu'il 
trast avant vaines covertures por lui a es- 
cuser. (Id., ib., 174, 1.) 

Si en traisistes vos amis 
Que dyable i avoient rais. 

( V'io/e((e, 5312, Michel.) 

L'emperei'is vit ce qu'elle ne treroit pa- 
role de lui. (Sept sages de Honte, p. 10, Ler. 
de Lincy.) 



Maintenant a l'espoe treite. 
Si va ferir e| n] mi le las. 
(nist. deGuill. le maréchal, 912, P. Meyer.) 

De la teste me treseiit maint chevel. 

(i5iV.rai'cn(., Richel. 837, f« 343''.) 

Et saillent sus et traient les espees des 
fuerres, et se fièrent granz cous parmi les 
hiaumes et soui- les escuz. (Ménestrel de 
Reims, g 101, Wailly.) 

A la charue dez boefs vous ti-eez plus 
tost qe a la charue dez chivalx. (Tr. d'eco- 
nom. rur., ch. xii, Lacour.) 

Devant veuz chat ne treez ja festu, 
(Prov. de Fraunce. ap. Leroux de Liocv Proii. II 
475.) 

Jehennes de Doua, li goudaliers, .l.x. Ib. 
pour .1. coutiel qu'il traist sour .i. home. 
(Avril 12S1, Rerj. de la loy, 1280-1-281, f 9 r°, 
-\rch. Tournai.) 

Quiconques traira coustel ou espee. (1323, 
Franck, de Montmirey, Arch. Doubs, Nouv. 
Ch. des CoinpI. il 308, Terrier de Montmi- 
rey de l-iCi.) 

Tel lui fait honneur et belle chiere par 
devant, qui lui trait la langue par derrière. 
(Liv. du cher, de La Tour, ch. cxvm, Bibl. 
elz.) 

Que il ne soit viniers ne viniere ne au- 
tres qui mèche ne ne suelTre a traire sen 
vin ne maintenir par homme qui ne soit 



TRA 



TRA 



TRA 



del tout a le loy de le ville jusliçaules. 
(13i3-1458, Reg. Ile la vinnerie, drapperie, 
t° 3 r°, Arch. Tournai.) 

— Lancer : 

Va, si m'aporle les saeles que jo ci trar- 
rai. (Rois, p. 81, Ler. de Lincy.) 

El de pennes de ses elles on en fait grans 
arselfors pour traire saielles. (Mandeville, 
ms. Modène, f 70 r°.) 

Traihenl de grans quareiles. (J. d'Ou- 
TREM., Myreurdes hiit., V, 71, Chron. belg.) 

— Traîner : 

Des or cumencet li plaiz e les noveles 
De Guenelun, qui traisun ad faite ; 
Li cmperere devant sei l'ad fait traire. 

[ItoL, 3747, MùUer.) 

Tel fais amaine de cauch et de moilon 
Ne le traissent quatre destrier gascon. 

(Raiub., Ogier, 10556, Barrois.) 

Une veale del arment que ne Irakist jug. 
{Bible, Deuteron., eh. xsi, Richel. 1, ap. 
Roq., Veale.) 

Et doit li dis Colars traire cascun an les 
Tiens sour les tieres, partout u li plus grans 
besoins sera... (Sept. 1298, C'est Gillion 
Mouton et Colart Gamboii, cliirog., Arch. 
Tournai.) 

A maistre Bertran Lampot, fevre,... [pouri 
avoir fait les h.irtois et les clefs servans a 
fremer et traire lesdis grans canons de le 
porte Maruis. (17 mai-16 août 1427, Compte 
d'ouvrages, i' Somme des mises, ib.) 

— Entraîner : 

Vos me tresistes vers vos .m. foiz. {Sept 
sages de Rome, p. 73, Ler. de Lincy.) 

Petit a boire et a mangier 
Lor Est donner, et. par dangier, 
Tous les castious et les cites 
Saissi. les hors et fermetés, 
Et tous les princes a soi trest 
Pour l'avoir grant dont il les pest. 
(Pfl. JlocsE., Citron., Î0165, Reiff.) 

Li chevaliers plein de malice 
L'enfant qui esteit geune et nice 
Trest loing de gent a une part. 
(J. Le Uarcdàm, Mir. de N.-D-, ms. Chartres, f" S'' ; 
Daplessis, p. 34.) 

Que puis la trairait n putage, 
A mauvaistié ne a hontage. 

{Atïtis, ms. S.-Pétersbourg 54, f' 2».) 

Lieu tant plaisant que vous devez sçavoir 
Que sa beaulté trait les gens a le veoir. 
(J. MuoT, Poème inM., p. 1S3, Gailfrey.) 

— Entraîner avec soi, posséder : 

La jagonce, granas de Sarde, nule vertu 
ne trait en li fors tant qu'ele tout l'iror de 
l'onicle. (Descript. lapid., ms. Rerne 113, 
f 169^) 

— Produire : 

Hom trast en tesmoignage .i. clerc... 
(l2iS,J>igem. et plaids de l'Èchevin. de Reims, 
Liv. rouge de Téchevinage, p. 21, Arch. 
mun. Reims.) 

Sans autre prueve faire ou traire. (1333, 
S.-Barthéleniv de Noyon, Nampcel, Arch. 
Oise 11 4, S 7.') 

— Endurer : 

Et moult d'ao^is li covicnt traire. 

{S. Brandan, Ars. 3516, {• IOS«.) 



Ne puet il veoir cez douleurs 
Que fins amanz irait nuit et jour. 
(Gadt. d'Arras, Eructe, 3S47, l.ùsetti.) 

Miols volsist estre en le forest 
U tante paine et tant mal trest. 

{Paiton.. 743, Crapelel.) 

Ismeine maie vie meine, 
Suspire e plure e trait grant peine. 
(Huo:i DE BoTELA^DE, Ipomedûn, 873 1 , Kûlbing et Kos- 
chwiu.) 

Lors dit : Grant boine aventure ait 
Cil qui si grant travail a irait. 

[Ctiev. as .11. esp., 2iî9. Foerster.) 

N'encor n'est pas si grans mes hardemens, 
Que je li os dire les mais que trais 
Ne devant li n'en os parler ne sai. 
[Co.\os DE Beth., C/ians., XI, 27, Brakelman.) 

Trestot devis, cornent je li dirai 

La grant dolor que j'en irais sens anui. 

(ID., ib., XI, 33.) 

Or trais por U poine et travail et ire. 
(Blosd. DE Nesle, C/ilH«,, XII, 10. Brakelman.) 

Dex est le verai pélican. 
Qui por nos irei!t peine et ahan. 
(Guillaume, le Best, diviit, 555, Hippeau.) 

Moult ai anuit maie nuit traite. 
(Atre per.. Richel. il63. i' IC; Herrig. 1467.) 

Et fu forment palis, que trot ot tret de mal 
De faim et de juner el palais principal. 

[Cmi de Bourg., îill, A. P.) 

.\mis, por vos ai traite mainte dure semaine. 
(.\UDiFROis LI Bastars, Baflscli. Bom . el past., I, 
57, 9».) 

Quant il si grant peine traissil por nos. 
(Serai., XIII' s., ms. Poil. 124, t° 20 r°.) 

Li rois les tist prendre et coper 
Les couUes et les ious crever. 
Et s'ot la destre main Irencie 
Cascuns d'aus, pour traire bascie. 
;Pb. Mocsk., Citron., 1S170, Reiff.) 

Et disque cben que j'ai tien, après moi, sera. 
Qui ains mal n'en iraîsis ne rien cousté ne t'a. 
:Dooit de Mttience, 1I3C6, A. P.) 

Dame, si vous vient a gré, 
.\legiez les maus que irai 
Et ai fait et tous ois ferai. 
(Jeu. Lescurbl, Clians., Bail, et Bottd., XXVI, Bibl. 

elz.) 

— Livrer : 

A Huy l'ont aminncit, et Huyois (pour miez 

[plaire) 

L'ont rechuit a evesque, et se li vorent traire 

Le chasteal com evesque : che fut mal exem- 

[plaire. 

(Jeh. des Preis, Geste de Liège, 38256, Chron. 
belg.) 

— Transposer, traduire : 

Pur ceo començai a penser 
D'alkune bone estoîre faire 
E de latin en romanz traire. 

(.Marie, Lais. Prologue, 28, WirnUe.) 

Et Herbers, ki le romans fist. 
De latin en romanz le trest. 

[Dolop., 1S46, Bibl. elz.) 

Ve7, ci lou psauUier dou latin trait et 
translateit en romans. (Psaut. de Metz, 
p. 1, lionnardot.) 

— Tracer : 

Bien traire et former les antiques et ro- 
maines lettres. (Rab., Garg., ch. xxm, éd. 
15'.2.) 



— Traire à chef, terminer : 

Ausquelz mes exécuteurs, je donne pour 
leur peine et travail qu'ilz avront de ma 
dicte execucion traire a chief... (13 sept. 
1495, Test, de Guerirad le Coq, Arch. Tour- 
nai.) 

— Citer en justice : 

S'il avenoit que nous vosissiens traire 
en cause l'abeit el le couvent en queilcun- 
ques court que ce fust de ces choses de- 
vant dites. (Fév. 1268, La Val Roy, Arch. 
Ardennes 11 265.) 

A toutes okisons par quoi l'église de 
Cambron porroitesd-e en aucun tans ti-ahite 
en plait ou travillie ou damagie. (1269, 
Carlul. de Cambron, p. 378, Chron. belg.) 

Cilz qui siéraient trais en cause. (IIemri- 
couRT, Patr. de la temporalité, ap. Polain. 
Hist. de Liège, II, 396.) 

Et se mi dit execulteur esloient pour 
cause de cest nien testament semons, mo- 
lesté, ou trait en ciuse... (12 nov. 1361, 
Testiiment Caron Despleu.r, ehirog., Arch. 
Tournai.) 

— Traire a chevaux, écarteler .• 
Si teprometz que.s'ilz en meurent, toutes 

les forteresses de Bretai.i;ne ne te préser- 
veront point de mort, car si tost que le 
roy Pereeforest en sera adverty il ne ces- 
sera jamais tant qu'il te aura faict traire 
a chevaulx. {Pereeforest, vol. 111, ch. XLi, 
éd. 1528.) 

— Xeut., se retirer : 

Tant feri avant e ariere. 
Tant lor acointa sa manière, 
E tant bota e tant sacba 
Que a force al rei esracha 
La teslier[e] de son cheval 
O tôt le frein, e traisi aval. 
{Hist. de Giiilt. le .Varechal, 4S33, P. Meyer.) 

Car al temps que je dis et dont je vuilhe retrairo 

.Vstoit multipliiela citeit secrétaire 

Si grandement dehors les murs, par saint Hilaire. 

Que -x. fois en y ot qui dedens ne puist traire, 

Che n'astoit pais fermeit. 

(J. des Preis, Geste de Liège, 29628, Cbron. belg.) 

Elle trahit a pari. (Hemricoirt, Miroir 
des nobles de Hasbage, p. 188, éd. 1673.) 

— .\ller, s'acheminer : 

Promettons d'aydier, soutenir et con- 
seilhier li uns l'autre... et traire el estre li 
uns avoek l'autre toutes lies que requis en 
serat. (1326, Charles S. Lamb., n" 582,.\rch. 
Liège.) 

Pour lequel choze li eskievin fuient au 
lieu et oirent les raisons de l'une partie 
et de l'autre, et sour çou li eskievin trai- 
sent ensanle et disent as parties, ke s'il se 
pooient boinnement acorder, kil s'acor- 
dassent, u se çou non, il feroienl loy. (27 
nov. 1327, C'est Buuduin des Chans, le tain- 
lenier de waide, S.-Brice, .\rch. Tournai.) 

Contre cheaux (jui vouroient grever les 
pays de Liège, ceux ((ui plus prochains 
seront du lieu, debvront traire vers les 
ennemis et conforter et reseoire les pays. 
(1398, Ed., ap. Louvrex, Edits et règlem. 
pour le pays de Liège, I, 185, éd. 1750.) 

Alant les sengnal li evesque et les fist 
traire .i. pau avant. vJ. d"Oltre.\i., Myreiir 
des hift., V, 83, Chron. belg.) 

— S'appliquer : 



TRA 



TRA 



TRA 



Encunlre saint enlise ad esté lungement. 
Mes dos oro trera a sun delivrement. 
Garmbr, Vie S. Thom., Richel. 13813, f" 47 V; Uip- 
peaii, p, 100.) 

— Arriver : 

Mes .1. chose esgart an mon cuer et destin, 
Par soi de nostre guerre trarions ançois a fin. 
(J. BOD., les Saisnes, CXVIII, Micliel.) 

Quant froidure trait a fin 
Contre la seison d'esté. 

{Chans. ,ms. Monlp. H 196, f" 2o4 r».) 

Lt jors fret a déclin, si fu test trospasses. 

{Guide Bourg., i09l, A. P.) 

Li hiraut, pour ce qu'il voloiont 
Dou seingneur avoir le bienfait, 
Estaient ja a l'ostel trait. 

{Couci, 2052, Crapelet.) 

— En référer : 

Oiiant li quens Garins de Biaucarc vil 
c|u'ii Jie poroil Aucassiii son fil retraire 
(les ainors Nicolete, il Irais! au visconle de 
le vile qui ses lion esloit. (Auc. et Nie, 4, 
1, Suchicr.) 

— Terme de mineurs liégeois, Irairif 
aux eaux, pomper : 

Voir même quand il seroil besoin de 
traire aux eaux et tenir icelles a quelque 
burre, fosse el. ouvrage de houillerie. (102.5. 
Louvre.x, Ed. et réglem. pour le pays de 
Liège, II, 227, éd. HoO.) 

— 'l'irer du liquide, soutirer : 

El Ue li cambier de goudale el de cliier- 
voise ne traient a aulre mesure, ke a celi 
\i\ Uierkie leur eslenseignie par eskievins. 
(Xiii' siècle, Petit reg. de cuir noir, i" 5 V, 
.\reh. Tournai.) 

Jehans ses gardions [banit], a .i. an, 
pour chou qu'il traioil en .r. celier de .ii. 
paire de vins. (25 ocl. 1314, Reg. de la loy, 
1313-1325, f° 13 v°, ib.) 

Et vous faisons assavoir que le serenienl 
fait, se aucuns est convaincus de niaise- 
ment traire... (1343, Reg. de lavinnerie, dra- 
perie, f 144 r°, ib.) 

— Tirer à l'arc, à l'arbalète, tirer le 
canon : 

Li paisant lur sunt devant sadlis, 
Traient et lancent, eu ont assez ocis. 
(Garin le Loh., 2" chaos., XII, p. 230, P. Paris.) 

Espessement traioient li archier. 

(Raimb., Ofper, 536S, Barrois.) 

A traire d'arcs e a lancier 
Les trenchanz gaveloz d'acier. 

(Ben., B. de Norm.. I, 437, Michel.) 

Et commanda a ses chevaliers que il le 
menessenl es chans el le liessent a une 
eslaiclie el traillissent a lui de soietes tran- 
clians. (Vie saint Sebastien, lUchel. 988, 
f" 44".) 

Vrc avoit fort et bon, dont toute jour trahoit. 
{Doon de .Vnience. 1950, A. P.) 

Sy avoit chevaliers qui trayoieni par es- 
bal encontre leurs chapperons. (Liv. du 
chev. de La Tour, ch. Lx.xiii, Bibl. elz.) 

Statuons el ordinons que qui oncques 
trairai dédains le cilleit, dédains maisons 
après aulruy... (1424, ap. Louvrex, Ed. el 
réglem. pour le pays de Liège, I, 39, éd. 
nôO.) 



Le cambre du canon servant a traire au 
grant bersseil, appartenant a la ville... (21 
fév. 1460-23 mai 1461, Compte d'ouvrages, 
4' Somme de mises, .\rch. Tournai.) 

Les Gandois qui esloienl devant Aude- 
narde trayoient contre la ville de leur artil- 
lerie a pduidre. (0. de La Marche, Mém., 
1. I, ch. XXIV ; II, 232, Soc. Ilist. de Fr.) 

— Porter, en parlant de l'arme : 

Ferant les maine ^ilus qu'uns ars ne trassîsf. 
[LesLoli., ms. Berne 113, f» 24'.) 

Plus lonc que ne tralroit uns ars 
S'est eslongies. 

(Violette, 1897, Michel.) 

Trestot devant les autres plus que arz no trasit. 
(Floov., 1854, A. P.) 

— Traire aux avirons, tirer sur les 
avirons, ramer : 

Cureicnl as nefs errauraent, 
Les veiles dresçoent al vent 
E traeient as avirons. 

(Ben., D. de Norm., I, 603, Michel.) 

— Ressembler : 

Granz est e forz e trait as anceisurs. 

(floi., 3177, MûUer.) 

Voit le Gcrars, toz li mua li front, 
K'il (.\ynieri) traioit a la geste. 

[Gérard de Viane, p. 166, ap. Bekker.) 

Aymcri, nies, cueur de baron, 
Bien traiez a la geste. 

(/6.,p. 167.) 

— S'en prendre, s'adre.sser : 

Or est a savoir que se Jakemes de Gau- 
reng, li goudaliers. demandoit, sour l'yre- 
lage celui Phelippron deWarenghien, .xv. s. 
de tournois de. l'cnte par an, cil Phelippres 
poroil traire a lyrelage Cholart, le mace- 
clier kl siel d'autre part le rue pour sen 
aquitance de ces .xv. s. de tournois de 
rente par an et en doit li yrelages celui 
Cholart le maccclier aquite'r loul quile 
l'yrelage Phelippron devant dit a tous jours 
yretaufement. it.Ict. 1287, C'est Phelippron 
lie Warenghien, chirog., S.-Brice, Arch. 
Tournai.) 

Et puel Thunias au Poe, a qui cius hire- 
lages Jakeiiion d'Esplecin doit rente, ausi 
bien traire a le ditle logette pour se rente, 
comme il feroit a le maison ne a l'iretage 
Jakemon d'Esplecin, car c'est loul d'un 
membre. (Ocl. 129", C'est Thumas au Poe, 
chirog., ib.) 

Sacenl tout cil ki cest escrit veront el 
oront, comme il fust ensi que H hoirWil- 
laume Noleriel debalissenl les aises et çou 
ki est edefyet en une masiere en le rue de 
Corde d'une maison ki fu leur père, les- 
queles aises el çou ki i est edefyet apier- 
tienenl a le maison Jlarien Faukeniele, li 
hoir Willaume hoteriel fraisent as eskie- 
vins pour les dites aises osier... (Uéc. 
1299, C'est Mariien Eaukeniele, chirog., S.- 
Brice, ib.) 

S'il esloit Iroveit en delîaute de payer 
les ditles sommes de bleis... nous poriem- 
mes traire... a tous les biens qu'il al pris 
de nous. (1315, Chartes de S. Lumb., n°476, 
Arch. Liège.) 

Li dis Joh. puel et doit /)-atce al hiretage 
devant dit. (1316, Charles S. Lamb., n" 519, 
Arch. Liège.) 



— Fio 



traire à, tourner à 



Nus amasmes Willeame, nostre bon avoé, 

E Sun Êlz aniissiura, s'il traisist a bunlé. 

(Wace, Dou, 2" p., 262ii, .Andresen.) 

— Traire à la mort, et absol. traire, 
agoniser : 

El quant il vil qu'il commenijoil a trere, 
et qu'il estoit ja près de mort, il beneit 
l'ame de luv. (Grand. Cron. de France, 
Charlem., VI,' 3, P. Paris.) 

Et comenl il avoit laissié Hollant sur la 
montaigne, de les le perron, ou \\ trayait a 
la mort. (/«., VI, 4.) 

Qui 1res fort larmoioil en regardant 
son oncle trayant a la mort. (Girart de 
Ross-, ms. Beaune, p. 333, Monlille.) 

— Réfl., se retirer : 

Dist l'uns al altre ; Ça vus traiez, amis ! 
De cels de France les corns avuns oit ; 
Caries repairet, li reis poesleifs. 

{Hol..'i\3l, MûUer.) 

Bone cliani.'on pleroit vos a oir ? 
Or faites pes, si roz traiez vers mi. 
(.Von. Guillaume, Richel. 368, f« 239 r".) 

Traes vous, fait Mcrlins, en sus. 

(Brut. 8.149, Lit. de Lincy.) 

Puis nos trurrom celé partie 
TJ sucors aurom e aie 
Vers Rous le pruz e le vaillant. 
(Bes., D. de Norm., II, 5807, Michel.) 

Desor le cors se trest arrière. 
(Floire et Blanceflore, 2' vers., 2Uo6, E. du Méril.) 

Quer ge voldreie volenliers 
Vers le chastel Rad. met traire, 
Kar ge cuit el pais tant faire 
Que li reis de France por veir 
Me sivra a lot son poeir. 
(Hist. de Guill. le Maréchal, 7858, P. Meyer.) 

Cleomades lors s'avisa 
Que viers le cbastel se trera. 
(Cleom., ap. Bartsch, Ctirest., col. 345, 3= éd.) 

Que quand li .vu. homme qui rewardent 
les traymes font leur ollice de ycelles re- 
garder, que drappier rX loul aulre se Irai- 
chenl .XL. pies en sus d'iceuls. (15 oct. 1341, 
Heg. des métiers, n" 4231'", T 30 v°, Arch. 
Tournai.) 

El croy que toutes gens d'armes se tray- 
ront après vers Troyes. (1417, Itinér. de 
Pliil. le Hardi el de Jean Sans Peur, p. 610, 
Doc. inéd.) 

Et vint fraper sur eux en eulx comman- 
dant, de par le roy, qu'ilz se traistssent et 
que on feroit justice au seigneur de Lilla- 
dam. (P. DE Feni.n, Mém., an 1426, Soc. Hist. 
de Fr.l 

— Sortir, partir, en parlant de choses 
morales : 

.\s baisers qu'il firent d'amors 
Del cuer se traient les dolors. 
(Ren. de Beaujec, le beau Descoimeu, 4714, Hip- 
peau. ) 

— Se diriger : 

Garde toi ! tu ies al essai ; 
Si com lu viens, bien ou mal fai : 
Tu avras chou ke tu dessers. 
Tu vois duus kemins aovers ; 
Cha paradis, la est inlers 
Au quel Ue tu vieus si te irai ! 
(Rekcl. de MoiL., miserere, ivi, 4, Van Hamel.) 

— Se couvrir : 



TRA 



TRÂ 



TRA 



Sur quoy, ly avons fait pliiiseurs re- 
monstrancës, sy comme (|u'il se devoit 
Iraire de toute "la dite somme sur Tuni- 
versilé des biens que les dis de capillle 
avoient. (30 juin 1460, Reg.journ. des pré- 
vois et jures, série A, De monseigneur le 
prevosl de Harlebecque, Arch. Tournai.) 

— S'en rapporter: 

El se Jehans li Plas n'esloil sols et payes 
de le renie devant ditte a cescun paiement, 
ensi que dit est, Irmre et tenir s'em poroil 
a cel hiretage devant dit. (.luill. 1295, C'esi 
Jehan le Plat, chirog., Arch. Tournai.) 

Et s'est a savoir ke se on aproismoit ledit 
hiretage d'autre rente, ke dit est, li dis 
Jehans s'en poroit a cescune fie traire et 
tenir por sen acquit a .xi,. sols de tournois 
de rente. (Mars 1326, C'est Jehan de Thi- 
mongies le père et Jehan del Angrele, chi- 
rog., ib.) 

A quel rabout [de une masure] li dit me- 
sires Ernouls ou si hoir se poroient ausi 
bien Iraire et tenir pour leur ditte rente a 
avoir. (1" mars 133i, C'est monsigneur Er- 
noul de Poler, chevaliers, chirog., S.-Brice, 
ib.) 

— Se présenter : 

Pour lequel carpentage a faire li dis Bau- 
duins se traist par deviers les eskievins 
dou Bruile. (27 nov. 1327, C'est Bauduin des 
Chans, S.-Brice, Arch. Tournai.) 

Que celui ou ceux, qui voront entasmer 
et mettre a pris le droit de le haudutte, 
si se traie par devers l'un des prevostz. 
(30 août 1452, Reg. aux publicacions, ib.) 

Mondit seigneur avoir rescrypl et mandé 
que les Irovs estaz du roy notre sire es- 
toienl assemblez et que on se traisist par 
devers mondit seigneur pour y aler. (1457, 
Compt. de Xevers CC 53, P 17 V, Arch. 
mun. Nevers.) 

— Infinit, pris substantiv., action de 

tirer : 

Les rechurent baudement au traire el au 
lanchier. (J. le Bel, Chron., 11, 199, Po- 
lain.) 

— Distance d'un trait de flèche : 

La ou nous avons mené paistre 
Nos brebis c'est loing de Calvaire, 
Calvayre est a ung autre traître. 
( Vieî Test., additions et correclioDS, VI, 243, A. T.) 

— Trait, part, passé, tiré : 

Espees traites, en vinrent cl planchier. 
(Garin le Loh., î' chans., II, p. 135, P. Paris.) 

Un cerf vit, qui les lui passa. 
Langue traite, vail eiTrees. 
(Rem. de Beacjbu, le beau /Jesconiieu, 1266, Hip- 
pean.) 

Merveilleuse tint treite qui moult ot de bontés. 
(Oiml'rcy, 1200, A. P.) 

Elle (Arria) print le poignarl que son 
mari portoit, elle tenant trait en sa main... 
(Mont., Ess., 1. Il, cli. xxxv, éd. 1588.) 

— Étiré : 

Une robe de drap d'argent traict. (1530, 
Compte S4' de Jehan Micault, Ch. des Comp- 
tes Lille B 2358.) 

Les uns, mignons muguets, so parent et font 
De clincant et d'or trait. [braves 

(D'.iuuiGat, Tra(j.,L II, Bibl. elz.) 



— Tracé : 

Prince... ayant les yeux estincelans et 
bleu célestes, le nez aquilain et bien trait. 
(Cesar de Nostre Dame, ap. le Laboureur, 
Addil. aux Mém. de Castelnau, 11, 17.) 

— Cité : 

Tesmoins traiz et produz contre eulx. 
(1386, Cart. d'Arbois, Arch. mun. Arbois.) 

Traire est resté dans toutes les pro- 
vinces avec tous les sens de tirer. 

TR.\iRiE, voir Traierie. 

TRAIS, s. m., trahison : 

Par Dieu, Bernars, n'i a mestier irais, 
Je te pendrai, ou me rendras Naisil. 
[Garin le Loh., î' chaos., m, p. 233, P. Pari».) 

TRAisi-X, voir Treisain. 
TRAISEME,\T, voir Traissement. 
TRAisx..., voir Train... 
TRAisoiviVER, v. a., trahir : 

Je voy, es cours, l'un l'autre décevoir, 
Tratsonner, raison dissimidee. 
Au temps qui queurt, mentir, taire le voir. 
(E. Desobamps, Poh., V, 236, A. T.) 

TRAissEME.VT, Iraisc, s. m., trahi- 
son : 

Li quens Reinaut aveit tant fait 
Qu'a son plaisir li feisl plaît. 
Si ne fust uns decevemenz 
E uns trop laia fraissementz. 
Par quei li quenz Reinauz fu pris. 
(Bsn., D. deNorm., II, 29541, Michel.) 

Ne place Dei, dist Guenes, li père omnipotent, 
Que James mon seignor face traisement. 

{Fierabras, Vat. Cbr. 1616, f 74'.) 

Que U ne fust souspris par nul traissement. 

[Duon de .Muieiice, 9919, A. P.) 

Quar la porrons apertement 
MoQstrer le grant traissement 
Que Maragoz fist de mon père. 

(Floriant, 49S9, Michel.) 

TRAissEUR, trayss., trahiss., trahi- 
seur, s. m., traître : 

Simon, un traisseur. {Gloss. lat.-fr., ms. 
Monlp. 11 110, P247 v°.) 

N'es tu pas (l'amour) trahisscur des 
[hommes. 
{L'Outré d'amour, as. Ste-Gen., f« 9 r*.) 

Proditor, Iraysseur. {Voc. lat.-fr., éd. 
•1487.) 

Combien de fois encor le frère traliiseur 
A il du frère sien les entrailles percées ! 

(Fh. PEnRi», Pourtraict, (' 23 r", éd. 1574.) 

TRAISTRE, voir TraSTRE. 

TRAIT, traict, Iret, s. m., action de 
tirer : 

Car quant ce vient par aventure 
Qu'il met a ses cheveus ses mains. 
Il en sace a tout le mains 
Plus de .L. a .1. seul trait. 

{L'Escou/pe, Ars. 6565, i' 5S T'.) 

fianelon fu juge de mourir laidement ; 
Car a quatre chevaulx fu atachcz vraiement 



Et en quatre cbartiers le mist on a présent 
Par le trait des cbevauli c'on chaça vistement. 
{Garin de Montglane, ms. Cheltenham, G. Paris, Rom., 
XII, 7.) 

Sanz gouvernement par mer nul, 
Sanz trait de cheval ne de mul. 

{Mir. X.-D., XXIX, 331, A. T.) 

— Ce que l'on tire d'un jet de filet : 

Quand il se renconlroit entre les pes- 
cheurs, il (Pythagore) achaptoit les traicts 
de leurs rets. (G. Bouchet, Serees, IV, 262, 
Roybet.) 

— Corde, lanière : 

A Jehans Espinoit, cordier,... pour .iiii. 
paires de trais de cavene. (20 aont-20 nov. 
1399, Compte d'ouci-ages, 5° Somme des 
mises, Arch. Tournai.) 

— Câble : 

Tendoit le vêle, montoit au matz par les 
traictz. (Uab., Gargant., XXIll, éd. 1542.) 

— Déchirure ou autre faute faite dans 
le drap par les tisserands, les foulons, 
etc. : 

Les foulons qui font plus de quatre vi- 
lains traits dans une pièce ou mal enver- 
ses, doivent payer douze livres. (1527, 
Charte, ap. Bormans, Gloss. des drap. 
liég.) 

— Charge d'un cheval attelé, poids 
d'objets de ferronnerie, de chaudron- 
nerie, etc., qu'il porte : 

Pour traict de batterie et doit avoir audit 
traict un milliez. (Sept. 1528, ap. Mantellier, 
Mardi, fréq., III, 242.) 

— Ce qu'on avale de liqueur d'une 
seule haleine, action d'avaler d'une 
seule haleine : 

A molt grant trait beveit le vin. 

{Eneas, 3549, Salvenia de Grave.) 

Et .sxx. solz por un selUer de sidre, 
Por un iret d'eve .c. mars d'or a devise. 
{Mort Aiineri de IVarb., 1627, A. T.) 

A tart s'aperçoit 

Ki si grans trais boit 

K'il l'estuet cliner. 

{Loueng. de N.-D., 304, Andresen.) 

Cingar luy donne sept ou huit morceaux 
de niaschepain fait de pignons, et un bon 
traict de malvoisie qu'il avoit apporté ex- 
près en une bouteille. (Hist. maccar. de 
Merlin Cucc, X, u, Bibl. elz.) 

— Action de lancer des projectiles : 

El la commença le Iret des arbaleslriers 
et des canons. (J. d'Arras, Melus., p. 130, 
Bibl. elz.) 

— Portée : 

Si i fist les pavillons tendre 
Lez un bois qui a non le Parc, 
Sus la rivière al irait d'un arc. 
{Hist. de Guill. le Maréchal, S498, P. Meyer.) 

Devant s'en vet, le tret a un bouzon. 

{Aymeri de Narb., 5794. P. Mejrer.) 

Leur archiers traioienl si dru que les 
gens du roy de France ne povoient deraou- 



•TRA 

rer en leur trait. (Grand. Cron. de France, 
Bon roy Jean, XIX, P. Paris.) 

— Tracé des opérations nécessaires 
pour tailler la pierre et le bois, et pour 
appareiller les matériaux d'une cons- 
truction : 

A maistre Le Noir, architecle.ponrvisiter 
et solliciter les ouvriers et leur faire les 
trez de la devise tlesdiz ouvraiges. (Dua de 
Bourg., 585i, La Borde.) 

— T. d'art, certaines lignes destinées 
à servir de marque : 

Ilem est ordonné que tous marchans ou 
delivraiis danrees a cent poisanl doibvent 
mectre avec le cent poisant trois libvres 
et ung carleron pour le Iraict. (Connu. 
xvi" s.. Eswards sur les poids et balances, 
Arch. mun. Mézières AA 12, r 130 V.) 

— Instigation : 

Car il avoit ceuz d'Orquanie, 
Gent qui .i. trait de vilome 
Pas mult volenfiers ne fesisseot. 
(Gebird d'Amiess, Eseanoi; 4517, Micheloat.) 

Pierres apela Jehan, en disant f|ue cis 
Jehans, par son tret, et par son fet, et par 
son porcas, il li avoit fet murdrir un sien 
oncle. (Beai'm., Coût, du Beauv., LXUI, 3, 
Beugnol.) 

— T. de jeu, coup : 

Hernauz ses frère lor a un ti-et mosiré 
Par quoi li autre furent del jeu maté. 

{.Mort .iyïueri de Xarb., 2205, .\. T.) 

— Durée, longueur de temps : 

Les dites parties, considérans les gries, 
la paine, les frais qui avenir porroient se 
les questions desus dites fussent démenées 
par voie ordenaire, par rigeur de droit et 
par lonc trait. (1303, Arch. mun. S.-Oraer, 
CXXI, 1.) 

Si ne vous vueillies pas mouvoir contre 
moy se je ne apaise si losl les besoingnes, 
car il y faut trait et labour. (Grand. Cron. 
de France, Bon roy Jehan, LXXIX, P. Paris.) 

Ne leur sens, ne leur congnoissance, 
n'alloienl pas assez avant pour congnoistre 
le préjudice qui leur en povoit advenir a 
traict de temps. (Commvnes, ilèm., V, 17, 
Soc. Hist. de Fr.) 

Entre promesse et l'effect 
Y a grand iraict. 
(Gabr. Meukieb, Très, des Sent-, éd. 156S.) 

Du dit au fait a grant trait. 

(ID., ib.) 

Fault cependant regarder et adviser re- 
mède, que le mal ne prengne plus long 
traict, soit pour faire exécuter les edictz, 
modérer, augmenter ou les changer. (Mi- 
chel L'H0SPiTAL,//ai-. et Mém.,\, 427, Dufey.) 



— Suspension, trêve : 

Si y eut trait, tant d'un costè comme 
d'autre, mais ce dura assez petit. (Moss- 
TRELET, Chron., 11, 117, Soc. Hist. de Fr.) 

— A Irait, lentement, posément, à 

loisir : 

Dames et puceles estoient 
Soef et a trait chevachoîent. 

[Dolop., 3058, Bibl. elz.) 



TRA 

Sire, dist Gadiffer, contreval ce garet 

Avons fait enterer les mors bien et a tret. 

(J. BaisEBiBRK, Rester du Paon, ms. Rouen, £" 155 

'"■) 
Lors font melre les tables, puis ont lavé a tret. 

ijb.) 
La soupasmes bien et a trait. 
(G. DE Machàult, Poés., RicUel. 92Î1, f« 186".) 

Mes tout bellement et « fret 
M'ont de nouvel dit et retrel. 
(FroiSS., Poés., l, 320, 334", Scbeler.) 

La fu a la busquette tret 
Ordonneement et a tret. 

(ID., ib., Il, 137, 4631.) 

Prenez juge qui soit de noble affaire... 
Et lui dites vostre fait bien a trait. 

(iD., ib., m, 99, 19.) 

Or chevauchons ung petit a fret afin que 
ne perdons pas l'ouie. (Perceforest, vol. I, 
ch. Lxxxi, éd. 1528.) 

Luy fcist chanter le lay moult a traict. 
[Ib., vol. m, P 10.) 

L'inlendil de la dite preuve qui enten- 
diblement et al trait leur sera leu. (Ordonn. 
royaul.v, à la suite de V.inc. Coût, de Nor- 
mandie, P 33, ap. Ste-Pal.) 

Tout beau, mon amy, tout beau, parlez 
a traict et sans cholere. (lUii., Panlag., 
ch. XI, éd. 1542.) 

— Ce qui distingue ou caractérise 
une personne ou une chose : 

Ne te di ge les frais d'amer ? 
Molt me senble sur et amer. 

{Eiieas, S003, Salvcrda de Grave.) 

— Trait de disme, seconde dime que 
le seigneur décimatour avait droit de 
prendre sur les gerbes de paille après 
le battage des grains : 

Kan ke je ai de droit on trait et en la 
présentation et en touz les deimes grans 
et menus et en totes autres issues de la 
gleise de iUisange. ,Mai 12'i9, S.-Sauv. de 
Metz, orig., Arch. .Moselle.) 

Ouantque li devant dis llanris avoit de 
droit an trait el an la présentation... (Copie 
de la même charte, Cari, de S. Sauv. de 
Metz, Richel. 1. 10029, T 18 r°.) 

En la quele (juarte partie gie disoie que 
gie avoie le tret... De lever et de esploitier 
pesiblemenl la dite quarte partie de disme 
sauf mon tret. (1273, Bourgm., Arch. Loir- 
et-Cher.) 

La grosse deime et la menue, et lou trait, 
lou don et lou palronaige de l'eglize de 
Thvacourt. (1279, Arch., Collect. de Lorraine, 
p. 140, Wailly.) 

Item la douzième partie du trait de la 
dite dixme si comme il est accoustumè a 
traire, c'est assavoir les pailles si comme 
il appartient a lever, prendre, joindre el 
cueillir... Item un autre vasseur qui tient 
en lié le sixième de la dixme des gros blés 
et des menus soit en soigle, en orges, ou 
en avoines et le trait et le mestivet. (1352, 
Aveu, ap. Le Clerc de Douy, t. II, f° 306 v, 
Arch. Loiret.) 

Hz ont commis a Agnard de Chaponnay 
a visiter le trait de la Lanterne. (8 mai 
1418, Reg. consul, de Lyon, I, 116, Guigue.) 

On trouve encore à la fin du xvii^ s., 
dans un texte de Normandie : 



TRA 5 

L'église possède, depuis plus de 400 ans, 
deux traits de dîmes, l'un nommé le trait 
Barthélémy, l'autre le trait de la Lampe. 
(1691, Déclaration des revenus et des charges 
de la fabrique de S.Jouin, .Vrch. Seine-Infér. 
G 1587.) 

TRAITABLE, Iruict., traitt., tract., 
trailaule, adj., qui peut, qui doit être 
traité : 

Loiautes comprenl sens et raison trai- 
table el entendement. (RicH. de Fobnival, 
Best, d'amours, ms. Dijon 299, f"> 12°.) 

Adam. 
Las ! sera point Dieu pitoyable ? 
N'a il de nous quelque mémoire ? 

Chérubin. 
Ouy, vostre paix est tracfable 
Envers Dieu, mais non pas encoire. 
{Mist. du Viel Testam., 1716, A. T.) 

Toutes matières et questions ne sont pas 
traictables comme l'on panse. (Abel Mat- 
thieu, Deiis de la langue franc, 1«' Dev., 
f° 34 v°, éd. 1559.) 

Et qu'on ne cesseroil 
De poursuyvir la matière tractabie. 

ICretin, Chants roy., l' 55 r», éd. 1527.) 

— Qui peut être traduit en justice, 

soumis à la juridiction d'une cour de 

justice : 

Maison taillaule, traitante et justiçaule a 
le vile de Saint Quentin. (Fév. 1259, chirog., 
Arch. mun. S. -Quentin, 1. 24.) 

Item que en toutes causes, querelles el 
actions ils [les habitants de Tournai | soient 
traictables, appellables et reformables jiar 
devant les président et gens de nostre 
Chambre de Conseil en Flandres. (1521, 
Charles de Charles-Quint, 1" reg. à tailles, 
r 27 r% Arch. Tournai.) 

— En forme de traité : 

Qui m'a contraincl, de cueur ferme et stable, 
Vous ériger ce volume fraicfable. 
Vie, mort, miracles enUerement compris. 
Sans rien laisser, de sainct Hierosme... 
(Vie de S. Jérôme, ms. Stultg., Cod. tbeolog. 25, 
f«6.) 

— Ductile : 

D'or et d'argent, por ce qu'il ierent 
Traitable et precieus, forgierent 
\'essellenientes et monnoies. 

{Rose, 9Ô75, Méon. ) 

— Doux, serviable, facile, en parlant 

de personnes : 

II estoit plains de nobles coustumes, 
traitables sor toutes riens, larges outre ses 
facultés. [Vie de .<. Franc, d'.iss-, Maz. 1351, 
f 3".) 

Gens Iractables. (G. Chastell., Chron., 
ch. Lxxxiii, Buchon.) 

J'ay baillié audit sieur de Berghe, qui 
me sàmble estre le plus tractabie. Corresp. 
de Ma.rimilien l" et de Marg. d'Autr., II, 
110, Doc. inéd.) 

— Dans un sens analogue, en parlant 

de choses : 

Pource furent ordennez li litz mois el 
traictables a celle fin qu'ilz se conforment 



(5 



TRA 



TRA 



TRA 



iiiieuls a la Hgure denostre corps. (Evrart 
i>E CoxTY, Pi-oô/. d'Arisl., Ricliel. -210, f> 
102».) 

— Gracieux : 

Tant list par doulces parolles et trait- 
tables que la diicesse lui descouvri les se- 
cre/.. iFboiss., Chron., Richel. 2616, f" 
123'.) 

Comme alors que sa playe avoît ce corps irac- 
Kosanglanlé par tout. [table. 

(JoD., Cleop., I, Ane. Tti. fr., IV, 94.) 

Par ces tétons traictnbles, par ce beau 
sein relevé. (Larivey, la Fidèle, IV, .\i, Ane. 
Th. fr., VI, 444.) 

— Mal Iraitnble, disgracieux, désa- 
irréable : 

Pour ce q\ie la nécessité en laquelle ils 
me voyenl les rend plus difficiles et mal 
liaicitible.i, menaçant tou> les jours de 
m'habandoiiner. ^1690, Lelt. ntiss. de 
Henri IV. t. III, p. '286, Berger de Xivrey.) 

— Qui est difficile à traiter, à gué- 
rir : 

Ulcère mal traitable, et rebelle a clorre 
et cicatriser. (Paré, Œuv., XVI, x.\.\i, ilal- 
.ixaigne.) 

TRAiTABLEMEXT, adv., doucenaeiit, 
h,îbilement .- 

Faire ne poves plus beau trait 
Que de iraitahlemeni atrairc 
Son conseil, et puis de retraire 
Les articles du jugement, 
(G. MicH., PoH., nicliel. 9îîl, f° a4«,) 

TRAiTABLETÉ, -teit, S. f., douccur, 
égalité de caractère : 

Li queiz, mânes ke il a estendue main, 
donal a son chief l'ensenge de la croiz, si 
muai tôle sa forsenerie en traiiahleteit, si 
ke il en après fut plus sueiz. {Dinl. de S. 
Greg., 1. I, ch. x, p. 45, Foersler.) 

TRAiTAiLLE, S. f., traitrise : 

Mais gart Ogier et quant quUl 'weult li baille : 
Car rendus fuisse, ne fust la traitaiUe. 
Guios m'apelle, mais je cuit poi li vaille, 

[Gaylon, 6071, A. P.) 

TRAITAI-, voir Thaitel. 

TRAITE, traitti', traicle, s. f., exem- 
ple : 

E iceo cnteudum par traite del leun. 

(P, deThau», Best., 106, WrigUt,) 

— Espace de temps : 

Kl par Iraicte de temps il racheta toute 
icelle mauvaise monnoye, et paya tous 
ses créditeurs. (0. oe La ÏIarciie, Mém., III, 
246, Soc. Hist. de Fr.) 

Apres longue traictede temps, voyant les 
ca-urs de plusieurs personnes disposez a 
sa suite, il voulut franchir le pas. (Pasq., 
Hecli., VIII, LV, éd. 1723.) 

— Traînée : 

De nuict il y avoil le feu ardent, et le 
tout encores en longueur, qui esloit coume 
une traitte de feu qui esloit sur tout le 



peuple. (Calv., Serm. s. le Dealer., p, 1027'', 
éd. 1567. 

— Série : 

Item a voulu et ordonné quatre traites 
de messes estre célébrées pour le remède 
et salut de son ame. (1473, Test, de Th. de 
Failly, ap. Duc, Tractus.) 

— Poursuite devant un tribunal : 

Se li auihun de ses hoirs, uns ou plu- 
seurs, se voloit u voloienl comparoir a 
leur droit, .. par cause d'oirie de le succes- 
sion... et poui le cauze de leur traite u 
demande qu'il en feroit ou feroient. (.^v. 
1320, Cart. de Flines, II, 526, llautcœur.) 

Que les dits sergents a traicte d'autruy, 
pour debte a cognoistre, ne pourront ceux 
sur qui telles traictes se feront appréhen- 
der au corps. (1534, Coust. de llayn.. Coust. 
gén., I, 794, éd. 1604.) 

— Ce qu'on a trait: 

Qu'il boive doucement la traitte doucereuse 
Prise au pis d'une asnesse. 
(Grevik, les Œun. de Nicandre, p, 83, éil, 1567.) 

— Forme : 

Il esloit exactement blanc, avoil les cor- 
nes proprement recourbées, le museau 
d'une belle traite. (Filberï Bretin, Lucien, 
p. 84, éd. 1.J83.) 

— Exploitation : 

Les habitants ont quinze ans pour faire 
la traite du bois. ;1538, Vente de la coupe et 
tonsure du bois aux Moines, Arch. mun. 
Avallon, UD 41.) 

— Sentier ; 

Tirant vers le vent de galerne... au che- 
min ou adresse et traite des champars du 
lieu du bois des Bordes,... el de la dile 
traite suivant icelle etc. (1668, Aceu de la 
Justice de Coraudviliers. ap. Le Clerc de 
Douy, l. II, r 307 r% Arch. Loiret.) 

On trouve encore au xviii° s., dans 
un texte provincial : 

Procès entre François Clievais cl Joseph 
Rougedemontant pour des trognes sur 
le chemin ou traite qui conduit de la Vau- 
vrille à la Fleurictle. (1767, Mairie de 
Loens.) 

Beauce, traite, sentier. 

TRAITEEl'R, VOir 'l'uAITEOR. 

TR.4ITEL, -«/, S. m., traître: 

Car de Ivayn le traitel. 
(I\E«ci.t'S DE aïoiL., Miserere, liht, 4, Van Ha- 
mel.) 

Blanchart, dist il, de voî ai duel coral. 
Quant vos a Huedes li lerres traitais. 

[.iuberi, p. 205, Tobler.) 

Car, puis celo eure que Jhesu Cris fu nés, 
N'oi nu:; lions de tel frère p.irler. 
De tant malvais uo do tant truitel. 

(huon de Bord., Ï422, A. P.) 

Li senescaus Oedon le traitel 
\'int au iiiarcié por inangier acater. 
\Ib., 409Î.) 

TRAiTEME>T.-ani, truilt .,trcl ., trest., 



traict., tract., tractament, traucL, s. 
m,, négociation, délibération: 

Se mostret an voies esclarieimant assi 
bien anz traitemanz et ans medilacions si 
cum ans exploiz. [Li Epistle saint Bernard 
a Motit Deu, ms. Verdun 72, f° 96 v».) 

Une journée de tretemeni fu acordee el 
assise. (Froiss., Chron., 111, 306, Kerv.) 

Durant le traictement des matières el 
choses, qui par son bon conseil et moven 
ont esté mises a fin entre vous el nous. 
(25 mars 1494, Leit. de Charles VIIIàFerd. 
d'Arragon, Brit. JIus.) 

— Accord, convention, traité: 

Il fisl son traitement avoec le Soudan 
(Brin. Lat., Très., p. 95, Chabaille.) 

Au traictement et accort dudit mariage 
(1340, Arch. JJ 72, f 90 V.) 

Par amiable trailemant.O'i'6. Compromis 
entre Isab. de Neuchdtel et J. d'Arberg, Mon. 
de l'Hist. de Neuchàlel, p. 1023.) 

— Etat des choses : 

Que il nous deissenl el monstrassenl par 
quelconques voie que ce fusl comment 
nous poriens mieuz savoir le tractament et 
le demenement de la mort dudit Tridot. 
(1321, Arch. JJ 61, f» 14 r".) 

Savoir le Irauctameiit el demenement de 
la mort des diz enfans. (/i., f° 15 r°.) 

— Travail : 

Adonc m'en retournay a l'art que je 
savoye, et en lieu des tractemens de mains 
me mis a l'office de la langue. (J. de Meung, 
Ep. d'Meil. et d'Hel, Richel, 920, f 40 V.) 

— Faire le traitement d'une chose, en 
parler ; 

L'estoille voy certainement 
Dont Balaham fîst le trestement. 
(Le Geu des Trois Jîoi/s, lab., Myst., il, 85.) 

— Soin : 

Il y avoil entre ses disciples (de Platon) 
ung jeune homme fort délicat, trop ad- 
ilonné au traictement de sa personne, (Est. 
ItOLET, AukunsDicls de Platon, p. 95, Brux. 
1868,) 

Et en pleurs el lamentations finent leurs 
vie. laquelle esloit de raison finir en joye 
el bon irartement de icelles. (Rab., Tiers 
Livre, cli. XLvni, éd. I.ti52.) 

Indulgenlia, bandon, abandon, trailte- 
ment délicat. [Calepini dict., Bàle 1584.) 

TRAiTEOR, -car, -or, traicteiir, trec- 
tour, traitteur, -eettr, trelt., tracteur, 
s. m,, conducteur, guide : 

Si vit si cleir que de trailor 
Ne li fut puis mestler nul jor. 
(GuiLL, DE S. Pair, Mont A'. Michel, 935, Michel.) 

— Négociateur, ambassadeur : 

Et par le jugement de la court comme 
par devant traicteurs il soit dit... (1275, 
Arch. S 209, pièce U.) 

Les fretteeurs (de paix). (1313, Arch. JJ 
43, f» 35 r».) 

Les trailteeurs. (Ib.) 

En la présence des cardinaus Penestre 



TRA 

Cron. de Fr., Phehppe de Val., WM, i- 
Paris.) 

Pour ce que le dit pape n'ayoil peu trou- 
ver voie de paix a la quelle les d.z. t,ac- 
e, ,-. qui estoienl a Avignon lant pour 1 un 
rov comme pour l'autre ^e vous^senl con^ 
sentir. (C/n-on. de S. Den., Richel. 2813, P 

^^^ Et mandèrent les deuM ti-eclours. 

Do par le roy, a noz scignours 
Qu'ilz vensissent faire ligences, 
Homages et oboissances. 
iLibrre du boi: Jehm, 1597, Charrière.) 
En avant ledit traitié pour agréable, pa- 
refuement ont acordé yceUay ra.Ue les 
xu procureurs et commis des dessus <1 z 
u'àuenrs. (27 ocl. 1397, Reg- des Consaux, 
1393-1399, Arch. Tournai.) 

Si s-advisa de rechief le duc de Berry 

,iu-il y envoyeroit son cousin l*- /""il'; 

■Estampes qui estoil moult prudent et 

sa^e "èif^eur, el très bon tra.c'e^o- (U. 

iîAir,, llist. de Bret., c. xliv, éd. 1638.) 

- Fém., traicleresse, négociatrice : 

La dame de Giac avoit esté en partie 
traicte,-e--^e de cette assemblée. (.1. Le 1 ev re, 
Clirun., I, 3(31, Soc. llist.de tr., 

TKAITEUS, -eux, voir Trutos. 



thaitie, Ireitie, Iretii-, trellic, trais 
lie, s. f., portée (l'un arc, d'un trait 

Ensus de l'arbre une tiailie, 
\voit une tente drecie. 

{Perceml, ÏTO-23, Potvin.) j 

\. II. tretie.-> loig de sa gent s'aroste. 

(Les Loh., Vm. t:.l.. 375. f 25".) 

\ins me Ësent loisir d'une traistie aler. 

{noum. d.Ui.r., f ÎS'. Miclielant.) 

De parfont a u. lances, de lé une iraitle. 

(Fierabras, 4645, .\. P.) 

Dcus grants trailie:, a droiture, 
De leur harnas la route dure. 

(Gillrs de Chin, 1039, Ueiff.) 

Rcnaut remesl arierc une Iretie grant. 
{Quat. fih Aym., ras. Montpellier H Î47, f 188".) 
Tel part fesoit Rohastre de sa hache environ 
C'en pot oir la noise d'une ireUie en son. 

Une traitie 

Ot de lonc. 

(_nemirt le noui'el. 949. Méoo.) 

Et vinrent enssus. environ le treli.e de 
trois ars. (Froiss., Chron.. 1, 333, Luce.) 

A le trettie d'un arch de le cité de Car- 
cassonne. (Id., ib., IV, 168.) 

TR.viTiEE, s. f., synon. de Iraitie : 

Tant vont parlant, qu'd îont venu 
Une traitiee près des tentes. 

(Gaut. d'Arras, Erncle. 2071, LOselb.) 
Quant fu esloigniee del parc 
Quatre traitiees a un arc. 

(Rom. de TUèhes. 2i35, K. T.) 

Il s'arestut une traitiee 
Près de la tor de l'altre part. 

(Eneus, 8J0t, SokerJa .le Crave.) 

TRAiTiEMEXT, trctti., S. m., négo- 
ciation : 

Une ionrnee de traillement fu acordee a 
l'endemain... pour traitter toutes bonnes 
voies pour acorder les dates parties... t,i si 



ÏRA 

dévoient assambler cil trettieur a une ça- 
pelle... quant il furent tout venu a la ditle 
capelle... il entrèrent en leur iretUement. 
(Fboiss., Cfiron., II, 81, Luce.) 

TRAiTiEOR, Iraict., ire., trelL, tret- 
tieur, s. m., négociateur, ambassadeur: 

Desquelles {compositions) le prince de 
Galles fu moiens et traiclierres. (iROiss., 
C/iron., Richel. 2641, f 269 r°.) 

El olli dus en couvent au roi d'Engle- 
lerre. pour tant que il estoit grans tre- 
tileresel bien enlangagies, que de euls re- 
mouslrer et attraire il feroil son plain 
pooir. (ID., ib., I, 479, Luce.) 

Et si se dévoient assambler cil Ireltieur. 
(ID., ib., II, 81.) 

>^e il l'euisl sceu, il ne Teuist nullement 
souffert, pour tant que il avait este Irei- 
tieres de apaisenter, se il peuist, 1 une par- 
tie el l'autre. (Id., ib., V, 30.) 

Envoiierent de par yaus soiiffisans 
hommes et bons Ireltieurs en Engleterre. 
(lu., ;6., VIII, 27, Raynaud.) 

1. TRAiTiEK, Imiclii'r, -1er, tretier, 
traitter, tratier, verbe. 

— .\ct., gouverner, conduire : 

Si besliaus k'ille ne puisl estre gover- 
neie ne Iratieie. [Li Epislle ^. Bernard a 
Mont Deu, ms. Verdun 72, f» <1 r .) 



TRA 



■ Toucher : 



... Et n'ont .autre charretier 
(lui sache leur chevaus tretier. 

[Rose, Ricliel. 1573, t° 131".) 

De toute Rcmenie que tu as a traitier. 
IPoeme de la Croisade, P. Meyer, Romania, VI, 494, 
51.) 

— Traîner : 

Et la noise monta ens ou palais plenier : 

Au riche roy Ector vont dire chevalier 

Don bastart qui a fait son lil a mort traitter. 

(Dasiars de Buillon, 3569, Scbcler.) 

Quant j'aim mies celui 

Cui pères je sui 

Por traitter a mort 

Ive ne face autrui. 

Se j'en ai anui. 

Ce n'est mie a tort. 

{LouenlJ. de .y.-D., 505, Andresen.) 

Icil furent destruil en autretel tens 
comme il avaient Nostre Seignor />-e/;e a 
mort. {Cliron. deFr., ms. Berne o90, P 38 .) 

— Susciter : 

("ist (le serpent, Satan) est cil qui ades 
Irâiiet mal, ki les desiers de la char en- 
citet. (S. Bern., Serm., 154, 2, toerster.) 

— Décider : 

Adonc disl Dacians as ministres : Gar- 
dez le moy tant que jo aio trmha de quel 
sentenci il morra. (l'/e sainl Jorge, Richel. 
423, P 92".) 

Machiner et traictier la mort et passion 
de .lesus Christ. {Pass. de J.-C, Maz. 9^9, 

r i".) 

— Tirer ; 
El quand vint le temps d'hyver, qui est 

convenable a repos, que toute la terre 
alace par froidure, et que les mains ge- 
lées craignenl a traicter les espees, et tra- 
vaillent a les retenir, cessa la tempeste des 
armes. (Le Baud, Hist. de Bret., ch. m, éd. 
1638.) 



Li priestres doit tenir joins ses dois dont 
il doit traitier corpus domini. [Règle de 
Citeaux, ms. Dijon, P 66 v".) 

— Traduire en justice : 

Sievir ne aprochier d'aucune amende, 
ne traietier en cause. (1369, Ocrf., V,206.) 

>'ous avons fait inhibition et delîense de 
par monseigneur le duc d'Orliens a Perrin 
Ramé, vigneron, qu'il ne Iraitle, ne tra- 
vaille, ne face traitter, Iravailler, ne con- 
venir Jehan de Marc, sergent de monsei- 
gneur le duc a Olivet, ailleurs ne par 
devant autres juges que les juges et offi- 
ciers de mon dit seigneur le duc. (10 mai 
1402, Ordonn. du prevost d'Orléans, ap. Le 
Clerc de Douy, II, P 307 v°, Arch. Loiret.) 

2. TRAITIER, s. m., ce qu'on a à dire, 
à proposer : 

L'anfarmeteit del cuer ki panset ou an 
orisun ou an meditacion ou an Irmtier. [Li 
Epislle S. Bernant a Mont Deu, ms. Verdun 
72, P 118 v°.) 

Et quant li barons l'ont lors veu approchier. 
Lors se sont assamblé pour oir son traitier. 

(Cbt., B. du Guescl., 4544, Cbarrière.) 

3. TRAITIER. S. m., ambassadeur : 

Messages et trnitiers envolez par nostre 
très redoubi seigneur le roy et par sou 
adversaire de France, sur le fait de la par/. 
(1375, Treug., Rym., VU, 75, 2" éd.) 

Cf. TRAiTËOn. 

TRAiTix, trel., s. m., suite, train: 

Et ly rovs Corbarans el cd de son traitin 
Viers Olifierne vont le grant fieré chemin. 

[Cliee. au cyijne, 12634, Reiff.) 

Buicmons et Tangrcs, .qui estoient cousin. 
Fisent Tarière garde a icbellui malin. 
Par coi souspris ne soient par aucun larechin. 
Car ades redoubtoient des paions le traitin. 

[Basl. de Buillon, 211, Sclicler.) 

Atant esvous venu le bon roy Bauduin, 
Dis mile cresliens avoit en son traitin, 
A un les assali le poeple Bctluin. 

(ft., 22S.) 

— Fait, cause : 



Vous me prisies petit, et ch'est pour ce traitin 
Que je me rench a vous de loial coer el fin. 

[Bast. de Buillon, 2627, Scheler. ) 

— Manière d'être : 

Moult estoient dolant andoi li palasin 
Qu'd avoient esteit ensi pris ou huslin. 
Mais dou fort roi Eclor ne scevent le traitin 
Que crestien emmènent au trc roy Haudewin. 
[B. de Seb., iiii, 96, Bocca.) 

— Faire son iraitin, \oc., combattre : 

Le treut paieront a mi, a che matin, 
Ou il ne passeront parmi le mien charin. 
Or tost adobé vous, li enfant Baudcwin, 
Si me venes aidier a faire mon traitin. 
[B. de Seb., n, 30t, Bocca.) 

A .V. portez fu Huez pour faire son traitin, 
Mais'il trouva responce trestoutez d'un latin. 
[U. Capet, I2S0, k. P.) 

— Chevètre, licou : 

Capistrum, tretin. [Gloss. de Conches.) 



TRA 



TRA 



TRA 



1. TBAiTis, tretiz, s. m., traité, ré- 
cit: 

Si fu l'eslrif mut delilus 
Del veillarl e del josne tus, 
S"ost apelé le PeUt Plet 
Icesl iretiz ki ci est fet. 

(Chardht, Petit plet, 9, Koch.) 

2. TRAiTis, -t^, ff^y-j traict., tract., 
traittiz, tretis, -iz, trestis, trettic, adj., 
fait avec art, bien tourné, bien taillé, 
fait à plaisir, à souhait : 

Blanc front avoit, sorcil iretiz. 

{Perceval, ms. Mootp. H 249, f« 168^) 

Les espaules moult biens seans, 
Aval traifices descendans. 

(Bes., Traies, Bicbel. 375, f- 79«.) 

El le rice haubierl qui fu bons et tfestis. 

{Cher, au cygne, 11154, Reiff.) 

Bêle face a, blance et rosine. 
Longe el traitice, et clere et fine. 

[Parton., 561, Crapelel.) 

S'ol le nés lonc, fraitts et droit 
Et bien séant. 

{Chev. as deus e$p., 4301, Foerster.) 

Sourchieas brunez, .i. poi traitis, 
L'eutrueil sans poil et bien faitîs. 

{nirh. le Bel, 145, Foerster.) 

Tce l'en fet resouvenir 
Qu'ele a gent cors et avenant. 
Le vis iraitis et biau samblant. 
(/)« Cotistant Du Bameî, 80, ilootaigloB et Ray- 
nand, Fabl,, IV. 163.) 

Sourcieus brunes et traifis nés 
Bien fu ses vis enlumines. 
{J. DE CosDÉ. Dit flu lévrier, 211. Scheler et Tobler, 
Bibî. des litterar. Vereins, 1S6U0 Irapr. : traitif. 

Les braz longues, les dois tretis^ 
Por acoler amis fetis. 
{Le Sort des dames, Jnbin.. Jongl. et Trouv., p. 1S6.\ 

n est biaus et faitiz : 
S'a cors gracieui el traitiz. 
(Jbh. Lesccbel. Cfinns.. Bail, et Bonff.. XXXII, p. 54, 
Bibl. elz.) 

Les yex vairs comme un faucons, 
Nés trettic ; clers est ses frons. 

(Fboiss.. PoH., h. Î5I, 167, Scheler.) 

Menton fourchu, cler vis frairtiz. 
(ViLios. fir. Tett.. 499, Reirr. de la belle Heatilmîere, 
p. 41, Lonsnnn.) 

Ces bras longs el ces mains traiciisses. 
(Id., ib., 502.) 
Traittiz yeuli, 
Traittiz sourcilz 
Et tractisses mains. 
{La Louenge et beautA des Divnes. Poés. fr. des xt« el 
xri» s., t. VU, p. 300.) 

— En parlant de personnes : 

Mes escuiers fu proz e mal traitiz. 

{Gir. de liossil., p. 333, Michel.) 

— Doux, a.irréable, en parlant de 
choses : 

Kobins d'une (lahutele 
y fesoit dous sons traitis. 

{Chans. anon., Ricbel. 845, f» 341.) 

Ghascun estoit joyeux de sa venue, 
Car son maintien estoit bel et traictiz, 
De la veoir tous avoicnt appetis. 
(.\. DE La Vioe, Louenge des rois de France, f* 35, 
1507.) 

— Tiré du fond du cœur? 



Cil qui la vait moult remirant 
A traitiz moz en sospirant 
Respont. 
(Gaut. de Coivct. de r Empereris, 287, Méon, Nouv. 
Rec, 11, 10.) 

— Doux, afTable, en parlant de per- 
sonnes : 

Tous prisonniers vous recommande 
Que leur soyez douz et trat/tis. 
{Mist. du siège d'Ort.f 20270, Guessard.) 

— Régulier : 

\a s'ent grant aleure, les granl galos traifis. 
{Boum. d'Alix. f i" 39% Michelant.) 

Wallon, tretiz, maigre. 
TRAiToiRE, S. f., cuve : 

Quan k'on met sur le kar, tout revient a frai- 

\foire: 
Chou que fait cours de Romme, nous le devons 

[tout croire. 
(GiLLOs LE McisiT, Œuv., I, 309, 9, Kerv.) 

1. TRAiTOR, voir Thaitegu. 

2. TR.\iTOR, S. m., seau pour tirer de 
l'eau d'un puits : 

Dons traiiors sus le puiz penduz 
As dous chies d'une corde esteient... 
Renart, por fere au lou ses grez, 
En l'un des traitors est entrez ; 
Dedenz le puiz s'en avala. 
{Castoiem. d'un père, conte XX, ISS et 19.i, Bibliopb. 
fr.) 

Wallon de Liège, Iraileu. entonnoir. 

TRAiTos, -eus. -eux, irayteus, traie- , 
leus^trahileus. trahy.. /raitreus, trais- 
Ireus, adj., traître : | 

Feme a le cuer félon, cbetis et orgueilleus, l 

Cruel et desloial, félon et traifeus. I 

{Chaslie Musait, Richel. 1915J, f» 106'.) 

Damoiselle deslovalle, Ivnhiteuse. (P4sn., 
Lett. amour., XXII," éd. 1723.) 

— Subst. : 

Les traifreits et les gloutons. 
(Geff., .th. est. (tu monde, Ricbel. i3*6, f* iiS^.) 

El quant je le voi si diverse, 
Le trotteuse et la perverse. 

(Froiss.. Po,s.. I. SI8, Sclieler.) 

— Adj.. qui a le caractère de la tra- 
hison, de la perfidie : 

Eltrailens .iguez sont fais. (.1. de Vign.iy, 
Enseignent., ms. Ilru.x. 110*2, f'52".) 

Par son Iraiireus courage, flo., ib., f 
60'.) 

Sur la mort inhumaine. Irnhiteuse, ad- 
visee, poui-|);iiisee ilinluo d'drieans. (1416. 
Joiirn. de N. de Baye. II, 2t)I, Suc. Hist. 
de Fr.) 

Lequel cas ainsi commis par voye Irn/ii- 
leuse. mauvaise et deceptive, le procureur 
de ladicle ville disoit eslre criminel et cap- 
pital... (4 ocl. Iij8, Reg. de la loy, 1442- 
1458, Arch. Tournai.) 

Aucunes conjurations et Iraisireuses en- 
treprises faictes et conspirees contre sa 
royale Majesté. (Medicis. Chron.. I, 202, 
Chassaing.) 

Traicteuses et exécrables entreprises. 



1504. Procédures polit, du règne de Louis 
XII, 260, de Jlaulde.) 

Apres ce que Néron eust en vain espiees 
trois trayteuses voyes de occire sa mère. 
(Boccace des Nobles malh., VII, 4, f 176 v°, 
éd. 1515.) 

Depuis la violente et trahyteuse mort de 
ses deux fdz. (Ib., V, 20, f» 134 v°.) 

TBAiTREMEXT, Irayt., traict., trahist., 
adv., traîtreusement : 

[ Ne plaice Dieu, disl Guenes. le père onipotent, 
Que ja vers mon signeur faice traitrement. 

[Fierabras, 49S5, A. P.) 

Noz ne serons ja si legierement 
Vengié de lui comme traitrement. 

{Gaydon,'t'M9, A. P.) 

.\dvertiz comment Ptholomeus eust tué 
Simon trayirement. (Fleur des hisl., Maz. 
1562. r 147".) 

Enquerant cause faussement 
Contre lui, et traytrement. 
(Pastoralet, ms. Brni. 11064, !• 61 r».) 

Contre le bien publique il a conjuré Iraic- 
Irement avec les Françoys. (Fabri, Art de 
pleine rhelor., I, 227, Héron.) 

le faui œil qui traitrement m'outra. 
(A. DE Baif, Amours, i' 169 r«, éd. 1572.) 

Et fait enlever par trahistres ses sub- 
gets. traliistremenl et de nuit, le rov mon 
frère. (J. Maugin, Nobl. Trist. de Leonn., 
c. viii, éd. 1586.) 

TRAiTRESSEME.\T, Iretlresmenl, tn's- 
tresse., adv., traitreusement : 

.1. poinsson don poindre sauront 
Par darriers traitressement. 
(llicÉ DE tA Cbabité, Bible, Rirbel. 401, f» 193«.) 

Treitresment ont fet a nous. (1310, De 
treugis, Rymer, III, 212, 2« éd.) 

Si eust (Cayn) envie sur son frère et 
tristressement le mena en ung champ et le 
murtrist villainement. [Mir. hislor., P IS", 
éd. 1479.) 

Il le tua traitressement. (Chron. et hist. 
saint, el prof., Ars. 3515, f 29 v°.) 

TRAiTREi's, voir Traitos. 

TRAITT.4BLE, VOir TraITAIÎLE. 
TR.4ITTE, voir TraITE. 
TRAITTEEl'R, Voif TraITEOR. 

TRAITTER, voir Traitier. 

TRAITTEUR, -icUT, VOir TraITEOR. 

TRAITTIZ, voir Trattis. 

TRAiTi'E, traict.. S. f.. entremise: 

Par le moven et traictue de plusieurs 
boins amis. (1432, Hist. de Metz, V, 259.) 

TRAiTi'RE, iraicl., iracl., s. f., action 
de tirer : 

La eussiez veu ses po\Tes nerfs 
Tous rompre par fortes fractures, 
Desevrer veines et joinclures, 
Parforer ses pics et ses mains. 
(Gbebah, Misl. de la Pass., 30877, G. Parie et Raj-- 
naad.) 



TRA 

— Ensemble des traits : 

Car, pour sa ti-aicture 
Et plaisant figure. 
Trop fort me figure 
Et corps et courage. 
[Moral, d'ung em/jer., Ane. IL. fr., III, 133.) 

TRAizAiiv, voir Treisain. 

TR.vjETAOR, voir Tresgeteob. 

TR.\LEiso.\, -zun, -leyson, s. f., pou- 
trage, plafond : 

Quanl l'enf.int fut eveillié il leva les 
>ful.\ contre la Iraleyson et au plus hault 
lie sa chambre. {Ysl. des sept san., n. 61 
li. Paris.) t- j f , 

Y failli ou que la iraleyson et haulteur 
fie la chambre se soit bassee, ou y fault 
(fue le font de la chambre soubz moi se 
soit eslevé. (Ib.) 

Il me faudroit trop d'argent si je faisoye 
monter les ouvriers pour recouvrir ma 
maison, il me faudroit trop de tuiUes. 
■Voire, et cependant voila la pluve qui 
pourrira et chevrons et tvaleizons, et tout 
ce qu'il y a, que tout sera gasté. (C.ilv., 
berm. s. les Ep. a Tim., p. 252, éd. 1563.) 

Suisse, traleson, plafond d'une cham- 
bre. 

TR.4LLER, V. n., mot douteux, p.-è. 
errer, aller çà et là, trôler, employé 
substantivement : 

Laison a seurre cest traller. 
En tel leu i)û5 porroit mener 
Duc gries seroit le retorner. 

(Tristan, 1, 143 S, Michel.) 



TR.iLLiER, s. m., treuil : 

Li dus ot puch, corde, selle et tralUer, 
Molin et for, et blé en son grenier... 
Quand velt de l'eve, du puch le va sacier. 
(Haimd., Ogier, 8347, Barrois.) 

TR.*MAiLLiÉ, S. m., lieu OÙ il est per- 
mis de pêcher avec le trama il : 

Item pour les explois du haule, lagans 
et tramcuUiez de mer pour trente deux li- 
vres. (1353, Arch. JJ 82, pièce 256, an. 
Duc, Irainallum.) 

TRA.MAIRE, S. m., tramail, sorte de 
filet à pécher : 

« f™"'«'''"^- (1511, InvenL, Reg. 13 Corb., 
I jy V , donné sans ex. par Duc, v" Tra- 

mallmn.) 

TRA.MALiE, S. f , trémie : 

Farricaplias, Inimalies. (i. de G^rl., 
hlosi., ms. iJrug. 536, Scheler.) 

TRAMB..., voir T1IE.MB.... 

TRA.MBLAI, Voir Trembloi. 

TRE.MBLiso.\, voir Tremdloison. 

TRAMEAU, S. m., sorte de gros 
[ poisson : 

Défendons aussi l'usage de la drege 
j sinon pour luy3lres,sanonceaux,i;-n7ne«!lr.' 

T. VIII. 



TRA 

(Mars 1584, Edit sur la jurid. de l'amiral, 
te droit de prise, etc.) 



TRAMEE, S. f., trame : 

.11. aulnez de toille a tramée d'esfoupes. 

pI ^;"l *°'l' ^"'' ''''* "'/'""ts de Jehan le 
Parel, Arch. Tournai.) 

Une pièce de toille a tramée moiltié 
blancque. ITjuill. 1479, Exéc. lest. d'Ysa- 
biel Fourmer, ib.) 

TRAMEiLLEUR, S. m., bateau plat 
faisant la navigation de la basse Somme : 

Poiir chacun irameilleur, soit vielz ou 
noeuf xii. deniers. (148S, Stat. des char- 
]>ent. de nav. Ileg des slat., p. 338, Arch. 

iV^-Ho-if- ■^■- '^i"f''''J' «"■'• du Tiers Etal, 
IV, 319, Doc. ined.) 

TRAME\E, S. f. ? 

A Guillaume Martin endiiiseur pour avoir 
carrelé, enduit et fait une tramene et fait 

de Croe. (1471, Compte de Neoers CC 65, f» 
19 v», Arch. mun. Nevers.) 

Cf. Tr.^nnine. 

tramei:re, -mure, trammeure, s. f. ? 

.lehane, vaive de Cularl le Muisit, a x Ib 
pour taire dras de tramure sans mettre li- 

35, f 122 i-°, Arch. Tournai.) 

m?M„l "î"'^ laniers, ne autres, ne puist 
meiler tratnure de barbe, ne de molet 
avoec tramure de houppelon, mais ces- 
cuns aparli, sour .x. Ib. (20 juin 1345, fleo. 
de^la vmnerie, drapperie, 1343-1451, f» 50, 

MQM^Pf-,?'"^ /'■«««;•«: que de aingnelins. 
(1363, Lille, ap. La Fons, Gloss. ms., BibI 
Amiens.) ' 

— Trémie : 

Et devrai estre ladicle escuelle enchaînée 
sur \a. rammeur[e],el aycelle panrront loiiz 
jours les diz muniers sa mousture. (1354, 
Ord., IV, 298.) 

5 sols de Aubert... pour ce qu'il mesia 

son bled en lalramenredu moulin avec le 

il, 'f?-'"^'''- (1398-1101, Arch. Meuse B 
1 044, f° 37 v".) 

Trameure, au sens de trémie, se di- 
sait encore au xvn= s. : 

Ne serat licite a ['advenir d'abattre do- 
resnavant hesses pour faire longues es- 
cherdes... Pour foncer les trameures ne 
serat permis d'abattre arbres si... (1625 
Chamb. des fin., LX.\VI, p 283 v°, Arch' 
Liège.) 



TRA 9 

hourt de la dite feste. {Cari, de Corbie f 
58 v°, ap. Duc, Tramblu,.) ' 

TRAMMEURE, Voir TraMEURE. 

TRAMoiEK, V. D., trembler, chan- 
celer : 

A son arcLon moût s'apoioit 
De sa siele par de devant, 
El aloit trestous tramoiant 
Sour le cheval et ert embrons. 

{Ctiev. as deus esp., 8504. Foersler.) 

TRAMoivTAx, adj., tfansmontain, de 
delà les montagnes, c'est à dire du 
Nord : 

11 levé l'ancre pensis e sospirans. 
Mener se lai.çe cil vent outre talens 
E clame Deus e sa mer e si sans 
Car pou li vaut l'argument tramontans: 
tt pur atent les orage plaisans. 

IMntr. en Esp., f« 149 t°, Gautier.) 



— S. m., vent du Nord : 



Se nul vent se levoit, levant ne tramontan. 
[Ptiarsale, 2147, H. Wable, Ausg. u. Abh. LXXX.) 

Cf. Tresjiontain. 

TRAMPEEMEXT, Voir TeMPBEEMENT. 
TRA.'HPEIR, voir Te.MPRER. 

TRAMPois, S. m., eau dans laquelle 
on a fait dessaler de la morue ou autre 
chose salée : 

Ordené est que en nul temps le trampois 
ne se vende point en la dite place. (1384. 
Chamhr. des compt. de Paris, P 84, ap. Duc 
Trampesiiis.) '^ i^"i.., 

Cf. Trempis. 

TRAMPORTEMEXT, VOir Tra.NSPORTE- 
MENT. 

TR.iMPOSER, voir Transposer. 

TRAMPREURE, Voir TeMPREURE. 

TRAMQUis, voir Trancheis. 
TRAMUE, S. f., trémie : 

Le,s huisseriez et fenestres d'icellui mo- 
iin, les arches et tramues. (4 nov. 1444, 
Inform. par Hug. Belverne, f» ^7^ Ch des' 
Compt. de Dijon B 11881, Arch. Côte-d'Or ) 



Yonne, trameure. Messin, tremure, 
trémie. 

Cf. Tremûire. 

TRAMi.VE, voir Tranai.ne. 

TRAMioTEAu, S. m., jeuue tremble, 
arbre : 

A esté donné aux compaignons de S. 
i.ienart en Corbie cinq peliz chennoteaux 
et trois petitz tramioteaux pour faire le 



TRAMURE, voir TraMEURE. 

TRA.\AiA-E, -neine, -mine, trannine, 
trasnine, s. f., trèfle : 

Et par especial la pucelle Cordille avoit 
par dessus elle la cotte a parer et le man- 
teau dont couvert fut le coursier que Es- 
tonne chevauchoit. El vous promectz que 
ces parties esloient d'ung fin veloux asuré 
puis bordé de franges de fin or, et avoit en 
chascune pointe une rose vermeille, et au 
meillieu de la graine une sonnette de fin 
or. El en la champaigne azurée une tra- 
mine d'argent. (Perceforesl, vol. III, ch. xxiv 
éd. 1528.) ' ■ 

Pour ses haults faits d'armes luy fusl 
donne par le prince Galles, aisné fils du 
roy d'Angleterre, ung léopard d'or que sont 



10 



TRA 



les armes d'Acquitaine pour meclre a mil- 
lieure de ses armes qui esloieiit le fond 
de gueules semé de tranaines d"or. (Giil- 
LVUME Creteaw, ilir. armoriai, ms. Tournai 
223, f 154.) 

Qui Ireuve la trannine a quatre fueilles, 
il est eureuz et riche toute sa vie. (Ev. 
des quenouilles, p. 119, Bibl. elz.) 

A Jean Bourgeois, pour avoir livré six 
livres de semence de trasnines pour semer 
sur les parapelz fais pour la fortilEcation 
de ceste ville, au pris de .xxiiu. s., la livre. 
(1580, 4* compte des fortifications. V Somme 
des mises, f 38 r% Arch. Tournai.) 

Sur ce que Jacques de Rasse auroilfail 
convenir et adjourner par Garin. sergeant, 
Pierre et Jclian de Uasse, et contre eu.v 
conclu a ce qu'ils soient condemnez au 
payement du prix d'une partie de Iranetne 
par eux occupée et emportée, gisant hors 
la porte de Saint Martin, et ce, au dire 
d'experts. (16 juin 1588, fie?, de Céchevinage 
de la cité, 1586-1589, ib.) 

On trouve encore, au xvu" et au 
x\m' siècle, dans des textes du Nord : 

Les fruits que la terre produit dans la 
chàtelleuie de Lille sont des fromens, des 
seigles... des trèfles ou tranelles... (1698, 
Mém. des lulendanls de In Flandre et du 
Hainaut français sous Louis XIV, p. 93, 
A. Desplanque.) 

A Christophe Jouret pour vingt quattre 
livres de Iranaine pour semer dans la grande 
pasture du château. (1708, Comptes du rece- 
veur de Mortagiie, de 1703 à 1710, P 174 r", 
Arch. mun. Mortagne.) 

Tranaine, prononcé trannaine, tro- 
nène, se dit encore à Mortagne, Flandre, 
pour trèfle, llécart donne tranène et 
Iranelle. Cotes-du-Xord, cant. de Mati- 
gnon, Iremaine. 

TRA>BLOB, voir TnEMDLOn. 

TRAXC, S. m., fourche d'écurie. : 

Tng petit tranc duquel on a acoustumé 
ester le fiens des bestes. (1483, Arch. JJ 
209, pièce 274, ap. Duc, Trahanderius.) 

TRAXCAL, trenc, adj , tranchant : 

Il tint entre ses poings le rice branc trencal. 
{BM.de Ger. de Blm., Ars. 3144, f 213'.) 

TRANCELER, V. n., être tranchant : 

Ne pouries soufrir d'un espiol l'alemiele. 
Ne espce trançant ne lance qui trancele. 
[Rouin. d'Alix., f 3iS Michelant.) 

TRANCEURE, Voir Trancheure. 

TRAXCUAiiLE, adj., qui peut être 
coupé, taillé : 

Voulons... que par les vertuz desdites 
commissions que ladite dame contesse ail 
desdiles forez non tranc/iahles son us a les 
choses et a la manière comme dessus est 
contenu, sauf le chaulTage que nous li pro- 
nonçons avoir es forez tranchahtes. (1312, 
Arch. JJ 48, r 32 v».) 

Prosiciiis, roignables, iranchables. (Ca- 
lliolicon, liichel. 1. 17881.) 

Prosicius, trancliables. (Gloss. de Salins.) 



TRA 

TRANciiAisoN, -clieson, -choison, 
trencison, -kison, -chaison, -cheson, s. 
f., incision : 

Toz li cors fut troveiz si sains et entiers, 
alsi coin noie trencisons de fer ne l'eust 
atochiet. {Dial. S. Greg., p. 131, Foerster.) 

— Tranchée, colique : 

Sans dolour et sans trenkisons. (Remed. 
anc, Richel. 2039, P 2'.) 

Trenc/iaison de ventre. (Le grant Herbier, 
P 32 r°, éd. 1520.) 

Trencheson de ventre. (Ib., f° 84'.) 

Trancheson. [Ib.) 

Trop de viande prinse... engendre les 
Iranrlwisons. (J. BouCHET, Noble Dame, f° 
51', éd. 1536.) 

TRAivCHAMMEAT, treii., -chemmeiit, 
adv., d'une manière tranchante, déci- 
dée : 

Si m'en a si enaspri 
Amors, d'amer trenchamment. 
Que je morrai vraiement. 
IPoet. fr. av. 1300, Ars. 3303, p. 448.) 

Il reprenoil les mauvais trenchemment 
en disant... (J. Goulain, Trnd. du Rational 
de G. Durant, Richel. 437, C 38'j r».) 

Enfin loutesvoies tant le luy dit aigre- 
ment et trani-hammerd que son présomp- 
tueux penser se matist. (G. Ghastell., 
Chron., IV, 262, Kerv.) 

Cf. TranghaU-ment. 

TRAxciiAXT, Iren., s. m., instrument 
tranchant : 

A lui trenchier mar querras fer 
Ne nul trenchant ki seit d'acier. 

[Eneas, 2316, Salveriia de Grave.) 

Faus, faucilles et trunchans sunt tuit 
d'une nature quant a coustume. (1296, 
Rentes d'Orliens, C 14 r", Arch. Loiret.) 

— Ecuyer tranchant : 

Les grands avoyent leurs eschançons et 
trenchans. (Mont., Ess., I, 49, p. 190, éd. 
1595.) 

— Aller parmi le Iranchanl, loc, 
dire la vérité pure : 

Je ne vueil parler que de la vérité et 
aler parmy le trenchant sans coulourer ne 
l'un ne l'autre. (Froiss., Chron., .\II, 154, 
Kerv.) 

TRA\CH.*iiME.\T, Ireuck., àibi., d'une 
manière tranchante, poignante : 

Maintenant la fierl amors si Irenchnu- 
menl qu'ele tressant toute. (Agravaul, Ri- 
chel. 333, f 24 V".) 

Tous les yelz alumcs avoil 
Dont si tr^nchaument esgardoit. 
{Sones de Naitsay, ms. Turin, f» 89'.) 

Cf. Tranchamment. 

TR.WCHE, Irenche, -que. trencque, s. 
f., action de couper, de tailler, coupe, 
émondage, incision : 



TRA 

La couleur du sang de J. G. appert en- 
core en icelle scission et trenche de la 
pierre. (Mer des hystoir., t. I, 1'° 193'', éd. 
1488.) 

Combien que ce soit la meilleure incision 
et tranche de tous arbres qui font gomme, 
quand la gomme n'est pas encore venue, 
ou qu'elle cesse de bouter. (Liebault, A/ais. 
rust., p. 447, éd. 1597.) 

— Balafre : 

Il le voyoit fort deffalt et deffiguré par la 
tranche qu'il avoit au visage. (M. de Coussï, 
Chron., ch. i.xxi, Buchon.) 

— ■ Tranchée : 

Somme a Guillaume le Blanc, fossilleiir, 
ouvrant oan en le iu° sepmaine d'aousl a 
faire une trencque a le baille derrière le 
Pippet, ainsi que on va aux Bordeaux, 
adfin que les gens de qiieval ne peussent 
passer parmy. (1415-1416, Registre des re- 
celtes de Boulogne-sur- Mer, p. 226, Ed. 
Dupont.) 

Syes sourdes, bien tranchées et aman- 
chees de plomb, aveclesquellesles ennemis 
soyerent la nuit, et sans bruil, les palissa- 
des d'une place rez a rez de terre, mais 
non pas tout oultre, et puis remplirent la 
tranche de terre. (Me.nard, Vie de Dugues- 
clin, p. 482, éd. 1518.) 

— .4 tranche, loc, absolument : 

Tuit furent issis de l'ostel, 
Sire, dame, filles et ill ; 
Que n'i remeint ne cel ne ci!. 
Ne li privé, ne li estrange. 
Einz esloient trestuit a trenche 
Venu, pour veoir la mellee 
En la lande, qui molt est lue. 
(Cbrestien, /a Charrette. ^. 76, Tarbé.) 

Et les avoir, lever et couper empres piè 
et par leur propre coupeur tout a tranche 
sanz ehangier et sanz enirelessier un bois 
pour autre en toute la dite forest. (1288, 
Letl. de Jeh., comtesse d'Alenc. et de Blois, 
Arch. Indre-et-Loire.) 

Aleyn le fiz Nicholas de Fruntone, par sa 
garrantie, qe cy est, défend tort e force e 
le dreit Alisandre, tut a trenche, e la sei- 
sine sone aunceslre. (1304. Year hooki of 
Ihe reign of Edward the first, Years XX.VIl- 
XX.XIII, p. 3, Rer. brit. script.) Impr., 
atrenché. 

— Bêche, et divers outils pour tran- 
cher : 

Lequel présenta a monseig. .i. luçart, 
des Irenques, des sayettes et des tambiers. 
(Juin. 1416, iîo/erfe la Trésorerie des comtes 
de Hainaut, .\rch. Mons.) 

Rares, picques, pelles, tranches, pinces. 
(D'AiiTON, Chron., Richel. 5082, P 4 v°.) 

Deux cent tranches estimées 20 fr. (23 
juin. 1513, Compt. de l'artillerie, Arch. 
mun. Dijon II, alî. milit.) 

Rhizolome avoit la charge des pioches, 
cerfùuettes, bêches, tranches et aultres ins- 
truments. (Rah., Gargantua, ch. xxiii, éd. 
1542.) 

Item, pour une tranche pour erotter et 
fouyr en la dicte esgliso, .iv. sols. (1538- 
1539, Comptes de la fabrique de Saint- 
Bonnet de Bourges, ap. Jaub., Gloss. du 
Centre.) 

Depuis que Guevichot l'avoit abbatu de 



TRA 

coup de trenrhe par les fesses, les yeux Uiy 
avoyent tousjours depuis pleuré. (N. du 
Fail, Pfop. rust., p. 58, éd. 1549.) 

Quand il te plaist bêcher, Dimanche, 

Ton grand nez le sert d'une franche. 

(P. Ro»s., Gayetez, OEut., p. 264, éd. 1584.) 

— Fig.. (le tranche, de taille : 

Hz se voulurent occuper. 
Pensant a eulx comme attraper 
Les pourroyent d'estoc ou de trenche. 
(Villon. Poés.^ Sept, repeue Montfaulc, p. 257, 
Jouaust.) 

— Conduit pour l'écoulement des 



Faire xhorre ne trenclie pour abattre les 
eaux. (1551, ap. Borm., Gloss. houill. Hég.) 

Fera ou aura fail quelques xhorres, tren- 
ches ou abattement des eaux. (1582. Lou- 
vrex, Ed. et réqlem. pour le pays de Liège, 

II, 204, éd. nsb.) 
Se disait encore au xviii': siècle : 

Descendus jusqu'à \atrenge faite en hure 
de pierre et entres dans la voie de xhorre, 
y avons trouvé les eaux haussées. (1760, 
àp. Bormans, Gloss. Iiouill. liég.) 

Liégeois, trinche, conduit souterrain. 

TRAXCHEEMEXT, VOir TraNCHIEMENT. 

TRAXCHEFILE, -fille, tfenche., tren- 

que., trencq., s. f., sorte de corde : 

Cordielle dont on a fait trenauefilles. 
(1411, Lille, Compte, ap. La Fons, Gloss. ms., 
Bibl. .Vmiens.) 

On fait trencquefilles a le corde dont on 
sache pierres amont. (/6.) 

Pour avoir refait et remis a point deux 
lâches et les trenquefilles servans a deux 
cordes d'engien qui servent aux ouvraiges 
de la ville. (Fév. 1430-mai 1437, Compte 
d'ouvrages, ô' Somme de mises, Arch. 
Tournai.) 

Licol, crochetz et frauchefilles 
Pour estrangler soudainement. 
{Mist. du Viel Test., XXV, 19Î68, A. T.) 

Du coté de Tramontane sont les mar- 
chans de chenesve qui vendent cordes, 
chevetres, laqs, cordeaus. et autres tren- 
chefiles. (Léon, Descr. de l'.Afr., I, 138, 
Lyon 1556.) 

— Fig- : 

Saincte sang bieu, quelz motz cuisans. 
Quel double mors, quel treuchefîîle. 
[FiU'ce 'tu Pont aux A.'ignes, -Vnc. Th. fr.. il, 41.) 

C'est (la douane) une tranchefile propre 
a estrangler le plus riche marchand de 
France. (Nie. Froumexteau, Finances, P 38, 
éd. 1581.) 

Se dit encore dans quelques accep- 
tions techniques. 

TR-iKCHEis, -chis. -chei:-, -cis, tren- 
cheis, -qui's, -cqids, -quich, -ceis, -cis, 
Iren., trequis, Irnmquis, s. m., coupure, 
entaille : 

Les le trenceis d'une roie. 

(Cheest., Clig., ms. Ars., f« 271'.) 

— Abatis : 

Lesquels feignans d'avoir peur, s'estoient 
retirez aux bois après avoir fait des sciages 



TRA 

et franchis d'arbres qui bordoient les fo- 
rests. (Fauchet, Antiq. gaul., II, 5, éd. 
1600.) 

— Coupe de bois : 

Trajichis de bois sont defTensables jus- 
ques a trois ans. (1508, Coût. d'Anjou, Coût. 
gèn., II, 76, éd. 1604.) 

— Tranchée, retranchement : 

Lors s'en tornerent parmi le trencheîs. 

(Raimb., Ogier, 6908, Barrois.) 

Puis fait trancis et fosses comencier. 

(Id., ii., 8128.) 

Que nos avions paslurages a nos bestes 
en landes et en boys, en trencheiz et hors 
trenchei:. (1260, Ste-Croix, Ste-Radeg., Arch. 
Vienne.) 

Les Gothois firent faire graves trenquis 
et grans fossez, tant qu'ilz estèrent la ri- 
vière de Bisence hors de son droit canel. 
(llist. des Emp., Ars. 5089, f° 69 v».) 

11 y avoit si grans trenceis de fosses qu'il 
n'v pooienl avenir. (Froiss., Chron., III, 
20'i, Kerv.) 

11 y trouva tel empeschement et tel tram- 
quis que c'estoil chose impossible de y 
passer. (Id., ib., XVII, 90.) 

A Willemme du Duret, foseur, pour .iiii. 
journées par lui deserviez a avoir fail ung 
trenquich, derrière l'Abbeie des Près, de 
.XXII. pies de let, .x. pies de parfont, et 
.XXX. piez de long. (20 fév. 1419-18 mai 1420, 
Compte d'ouvrages, 6° Somme de mises, 
Arch. Tournai.) 

Faire tranquis et boloers. (7 déc. 1424, 
lieg. aux Consaitx, ib.) 

Par lequel fossé ou trenquis l'eaue dudit 
fossé aloit oudil gardin. (1434, Cart. Esdr. 
de Corbie, Corb. 21, P 22 r°, Richel.) 

Avoient fail aux entreez d'icellui village 
pluseurs fossez et trencquis, avec grosses 
et puissans barrières de bos. (Mathieu 
n'EscoucHY, Citron., I, 417, Soc. H. de Fr.) 

Le seigneur de Wavrin fist faire grans 
trenquis et fossez derrière les chariotz qui 
les taudoient. (Wavrix, Anchienn. Cron. 
d'Englet., II, 130, Soc. Ilist. de Fr.) 

Il fist faire chaz, grues et aullres engins, 
comme trenchis, roUans, bastillons et tou- 
tes manières dont on peut villes appro- 
chier. (0. de La Marche, I, 137, Soc. H. 
de Fr.) 

Ung trencquis. (29 août li90, Flines, 
Arch. Xord, Cod. F, n° 26.) 

On refait plusieurs trequis autour des 
fosses de la ville. (1496, Compte, Béthune, 
ap. La Fons, Gloss. ms., Bibl. .\miens.) 

Fist ses banieres aprochier leurs trenc- 
quis. (Fos.^F.TiER, Cron. Marg., ms. Brux. 
10510, f° 226 r°.) 

Que tous héritiers ou occupeurs des mai- 
sons, terres et herilaiges, joingnans le 
trencquis de ceste ville ayent, en dedens 
quinze jours prochains venans, bien et 
souffisamenl relevé les dis trencquis a 
l'endroict de leurs dictes maisons et heri- 
laiges ou ilz soni, démolis. (1512, Reg. ati.c 
public, Arch. Tournai.) 

Firent de hauts trenquis. 
(A. ORis, Siège de Boulogne, quatr. 5, Morand.) 

Seiont faiz des tranchis et rigolles. (1556, 
Compte, Noyon, ap. La Fons, Art. du Noi'd, 
p. 177.) 



TRA 



H 



Par composicion de l'amande pour les 
vaches prinses par Bateau, sergent, ou 
tranr/iis du Chilleau. (1572, Vasles, ms. du 
Poitou, ap. Lalanne, Gloss. poitev.) 

— Décision : 

Assigna journée auz dis prisonniers a 
oir droit trancheis sur loul ledit procès. 
(1336, Arch. JJ 70, f 2 r».) 

Aunis, tranchis, portion de la treuil- 
lée qui a été tranchée. 

1. tr.\.>cheme>;t, tren-, -cemeyit, s. 
m., action de trancher, de couper, inci- 
sion : 

Gadgat ço sone treiicement. 
{Delivr. dupeup. tl'/si:, ms. du Mans 173, f" 20 y'.) 

Trenchemejit. 

[Ib., f 21 r'.) 

Les plaies qui ne pueent estre sanees par 
tratichement de fer. (Vie et mir. de plus. s. 
confess., le Paslouriau S. Gringoire, Maz. 
1716, f» 172-.) 

Trenchemenl, concisio, incisio. (Gl. galL- 
lat., Hichel. 1. 7684.) Alias, tranchement, 
incisio. 

La rasure de la teste, le trenchement des 
cheveux. (J. Goulain, Trnd. du Ration, de 
G. Durant, Richel. 437, f° 60=.) 

— Première façon donnée à une 
terre/: 

Le laboureur ne doibt pas tirer le seillon 
droict en la retrenchant, mais tantost en 
bas, tantost en liaull. afin qu'il ne demeure 
rien qui ne soit retranché, et que les 
raions du trenchemeift et du retrencheraent 
ne soient d'une sorte, et menés par une 
mesme ligne. (Cotteiieau, Colum., II, 4, 
éd. 1555.) 

2. TRAXCHEHEXT, Voir Tranchie.mext. 

I. TRAxcHEOR, -ckow, trenchcor, 
-cheur, -ceour, adj. et s. m., celui qui 
tranche, qui coupe, mineur, sapeur : 

Ensi dura cil asals bien par cinq jorz; et 
lor si mistrent lor trencheors a une tour, 
et cil comencierent a trenchier le mur. 
(Villeh., XVIi, 85, Wailly.) 

Buen brant trenceour. 

(Prise de Pampel., p. 119, Mussafia.) 

Povres gens souhaittent relief 
Et qu'on copast aussi les dois 
A ceulx qui sont trancltours de bois. 
[Menuz souhaiz, m&. Genève 179 bis. Biillet. A T., 
1877, p. 112.) 

— Celui qui découpe : 

Item délivré audit Lyonnet, lors qu'il fut 
trencheur au-s. noeches "de Calotte Rys, pour 
paier son escot a dispenser son plat de 
viande, unze gros, vallent .vi. s. .v. d. 
(8 sept. 1486, Tut. des enfants de Jehan de 
le Forge, Arch. Tournai.) 

— Trancheresse, s. f., celle qui coupe : 

Aurisecac, trencheresses de or. (Gloss. de 
Garl., Brug. 546, Scheler.) 

Transcheresse, ex aurum et seco. (1448, 
Gloss. Int. fr., Richel. 4120, ap. Duc, Au- 
risecce.) 



12 



ÏRÂ 



2. TR.vxciiEOR, -c/teuc, tren., trans., 
s. m., tranchoir : 

.11. trencheors et .1. escharpam et .i. bur- 
sam. (1206, Cart. de Phil. Aug., Vat. Ott. 
2796, f 5 V.) 

Escuelles et tvancheurs de bois. (1400, 
Denomhr. du baill. d'Evreux, Arch. P 308, 
f 28 V.) 

Une douzaine de trencheurs et une cuil- 
ler a pot. (1473, Compte, dans Ch. de 
Beaurep., Notes et doc. sur la Norm., p. 399.) 

Une douzainne de Irancheurs. (1509, In- 
vent, de riliJtel-Dieu de Beaune, Soc. d'ar- 
chéol. de Beaune, 1874, p. 146.) 

Une brouche, des verres, des lrancheu.i . 
{,1b., p. 173.) 

— Instrument tranchant : 

Ele met la main vers les pertuis, et trait 
une cheville horr:. nui fichiee estoit parmi 
le mur, et un trancheor d'acier chiet hors. 
(Percevat, I, Ô6, Potvin.) 

— Jeu du palet : 

Lesquels compaignons se prindrent a 
jouer au jeu du transcfieu): (1467, Arch. JJ 
194, pièce 253, ap. Duc, Trencheator.) 

Norm., trancheu. tranclioir. 

TR.\xcHEPAix, tren., adj., qui sert à 
couper le pain : 

Un coutel tranchepain. (Reg. du Chit., Il 
72, Biblioph. franc.) 

— S. m., officier qui coupe le pain, 
panetier ; 

Et garde bien que nul quel que il soit, 
ehambrelent, ou varlet, eschanson, tren- 
chepain, chevalier ou clerc, ne soit sy 
hardy d'entrer en les courtines. (1384, Th. 
DE il.\iz.. Songe du viel pel., Ars. 2G83, 60.) 

TRAivcHEPLUME, S. m., canif, couteau 
servant à tailler les plumes : 

Un Cousteau ou truncheplume. (Fras- 
CHiERES, Fauc, II, 87, à la suite de J. du 
Fouillons, Poitiers 1561.) 

Plumes et trancheplume. (1580, Coinpt. de 
tut., P 138", Barb. de Lesc, Arch. Finist.) 

TBA>XHESo.\', voir Tranchaison. 

TRANCHETESTE, tren., S. m., bour- 
reau: 

Il fist appeller Jacelin, cellui estoit le 
Irencheteste, et fist la décoller dcu.v cheval- 
liers. (Froiss., Citron., Richel. 2645, P 14 
r°.) 

TBAivcHEfR, voir Trancheor. 

TRAXCHEURE, Ireti., -chure, -ceure, 
s. f., action de trancher, de couper, de 
découper, coupure : 

Adonques coperent II paien cel arbre, et 
l'andemain le troverent redreciè contre- 
mont e tôt entier, ne n'i paroit ne cop ne 
traneheure. (Conlin. de Guill. de Tyr, II. 
.Michelant et G. Itaynaud, Itinéraires à .lé- 
rusnlem, p. 172.) 



TRA 

El la convenoit sanc issir, fust de tren- 
clieure ou d'aulre chose. (Kassidore, ms. 
Turin, 1° 19i r°.) 

La mort sera de harsure de feu ou de 
trnncheure liei membres. (ORESME,0«ad/v'n., 
Richel. 1348, P 213 r°.) 

T™/ir/ieKre,couppeure.(l46i.J. Lagadeuc, 
Cnthol., Aulfret de Quoelqueueran, Bibl. 
Quimper.) 

Que mesme le demy drap n'excède la 
longure de .xvi. verges' sur peyne del tren- 
chure de l'entier drap, et del 'irencliure de 
le demy drap en deux pièces. (Slat. de 
Richard III, an I,impr. goth.,Bibl. Louvre.) 

Scissura, trancheure. (Gloss. de Salins.) 

Incisions et Irenc/ieures. (Jard. de santé, 
I, 419, impr., la Minerve.) 

— Partie coupée d'une étoffe tra- 
vaillée à jour : 

D'un moût délié "yseobrun 
D'AIIemaigne, noir et dougié, 
A fleurs, a foellies detrencié, 
Ert couvert li cevans de pris, 
Les tre»cettres, ce m'est vis, 
Furent larges, pour la blancor 
Veoir dou ceval missaudor. 

(Amaldas et l'rfome, 4281, Hippean.) 

— Brisure, séparation : 

Travaus d'orne humain ne porroit mie 
soul'fire a eslouper la Irenrheure des .n. 
montaignes. (llist. univ., ms. Venise, P 
m".) 

— Émondes d'une forêt : 

Que li moinne facent garder les tran- 
cheures dou bois. (1216, Arch. K 28, pièce 3.) 

— Ligne transversale : 

La teste (du cerf) qui esl appellee teste 
contrefaitte, esl celle cpii a les perches boi- 
teuses et qui n'a mie la trancheure belle. 
(Franchieres, Fauconn., à la suite de J. du 
Fouillous, P 60, Poitiers 1561.) 

TR.ANCHiEE, -cfiee, tren., s. f., déci- 
sion : 

Comme Monsour Hervé de Léon cheva- 
lier d'une partie, etEondf'Coelmur,escuyer 
de l'autre partie, se minsseiit en nostre 
esgard ou en nostre ordrenance ou nostre 
Irenchiee a ordonner en noslre volenté haut 
et bas... (1292, Sent, arbitr., ap. Morice,P)-. 
de l'H. de Bret., l, 1100.) 

Et la nommée de checune des parties 
devant dites examinée et jurée, esgardons 
et ordrenons notre ordrenance et notre 
tranchée... (II)., 1101.) 

— Coupe : 

Ains, des que verres ces trenchees 
De fleurs, rouraarins, aubefoings. 
Serres, tant que pourres, les poings 
Et pences lors a paradis. 
(SIart. i> .Km,, l'Amant rendu Cordelier, 1763, .\ 
T.) ' ' 



TR.Aiv'ciiiEMEivT , -cemenl , tren. 
lrpinchiement,-chiemant, train., troin- 
chiemant, trenchicemenl, -chiement, 
Iranchement, adv., d'une manière tran- 
chée, avec décision, absolument : 



TRA 

Et porta noz letres a toi que tu trenchie- 
ment et sanz nul plet le reveslisses de sa 
provende. {Décrétâtes, ms. Caen, P 5\) 

Nos ne créons pas que nos eslissons issi 
trenchieement. (Ib.) 

Se il ne nie pas troinchiement la de- 
mande, ainz respont en ceste meniere: Je 
ne croi pas que ce soit voirs. (Ordin. Tan- 
crei, ms. Salis, P 24'.) 

Se il nient troinchiemant la demande. 
(Ib.) 

Il nea treinchiemanl. (1272, Cart. de Lan- 
gres, Richel. 1. 5188, P 46 v».) 

Li diz cilien ont quicté tranchiement les 
devanz diz prisons et hoslaiges a dit arce- 
vesqiie, sanz rien jaimes demander en 
cales. (29 avril 1293, Truite de pai.v entre 
l'archer, et la comm. de Besancon, Arch. 
mnn. Besançon.) 

Li procureurs desdiz religieus confesse 
et cognoist que les dismettes tranchiement 
appartiennent auditchapitre.(l300. Charte, 
Grenier 297, pièce 178, Richelieu.) 

Trenchieement. {Ib., pièce 180.) 

Et a ceux qui tieux biens aront, mar- 
chandez trencheement pour pris certain. 
(1303, Arch. J.I 36, P 28 v°.) 

Que eus por bien de pes et por eschiver 
les granz domages, perilz et despens, se 
estoient mis, compromis etdescenduz tren- 
chiement du haut et du bas en l'ordenance 
de home sage el discret maistre Hugues 
Restoré. (1314, Car/, de S. Manloire, Richel. 
1.5413, p. 64.) 

Volons que nostres hoirs ou nostre hoir 
soient controint traÎJichiemnnt a tenir, a 
acomplir et a garder fermemant toutes les 
chouses dessusdites. (1315, l'rem. Cod. de 
Hug. duc de Bourg., Ch. des Cumpt. de 
Dijon, Pr. de l'H. de Bourg.) 

Tenir et garder fermement et lovaument, 
trancheement et entièrement les' diz pro- 
nunciations... (1332, Arch. JJ 68, P 5 r°.) 

Trenchiement et entièrement. (Ib., P 6 r°.) 

Se nulz ne nulle oudit mestier baille 
coustesa venrlrea personne dudit mestier, 
s'il ne les vent trencheement, sans repren- 
dre, ne a autres, il paie, tant le bailleur 
comme le preneur, chascun huit solz 
d'amende au roy. (1372, Ord., V, 548.) 

Pour les contraindre tranchiement a paier 
a Regnault Boney les sommes escriptes. 
(1389, Compt. de G.' But., Lamarque 4486, 
P 15 v°, Richel.) 

Response rendre me faudra 
A sire Aubert, quant il vendra, 
Trancheement. 
(.t/i>. de N.-D., XIX. S8I, A. T.) 

Savoisy propose et dit que, attendu l'ap- 
poinctement hier fait par la court, se l'Uni- 
versité eust respondu formaliser, eust 
aussy respondu trancheement. JiOi,Journ. 
de N. de Baye, 1, MO, Soc. llist. de Fr.) 

Uesquelx (pouvoirs) ne nous aiderons si 
et en tant qu'ilz acceptent ledict nioien 
rejecté, auquel persisterons; et si le refu- 
sent tranchement, nous ferons le milleur 
oflke qui nous sera possible pour efectuer 
l'intention de voslre majesté. (1555, Leit. 
de Sim. Benard à Phil. Il, Pap. d'Et. de 
Granv., IV, 533. Doc. inéd.) 

1. TRAivcmER, t/-en., -cer, verbe. 

— Act., miner, faire sauter : 



TRA 



TRA 



TRA 



13 



Ensi dura cil asals bien par cinq jorz; 
et lor si mistrent lor trencheors a une 
tour, et cil comencierent attrenchierXe mur. 
(ViLLEii., Conq. de Constant., XVII, 85, 
Wailly.) 

La turs de Babitone s'astoit fiers et aciers, 
En une petite hore Vauroif narmi trenehit. 
{Li Ver det Juise, ms. O '.. bodl. Canon, mise, f» 135 

T».) 

Hom costumiers, quant il tranche chemin 
paiant, il en paie .i.x. s. d'amande a celui 
a ciii li chemins est. (Etahl. de S. Louis, 1, 
cxLvni, p. 283, Viollet.) 

— Enlever l'usage de : 

Ses dîols li t renée son parler. 

{Parton., 7Î42, Crapelet.) 

Li profis de chanevieres Irenchies est au 
fructuaire. (DijMtes, ms. Montpellier H 4", 
f 96^) 

— Neut., faire l'office d'écuyer tran- 
chant : 

Non est. ce dist li abbes. c'est uns aultres marcis, 
Qui trenche devant lui as fiestes de haut pris. 
{Chei-al. au cygne, 4200, ReifF.) 

— Tranchié, part, passé, bigarré : 

Et fu covers d'un vert paile vergiet 
Dessi en terre menuemenl trencié. 
Qu'il n'en paroit ne mais l'oel et le pié. 

(Raimb., Ogier, 4617, Barrois.) 

2. TR.vxcHiER, trencher, verbe. 

— Neutre, s'aigrir : 

On y met (dans le lait) un peu d'eau pour 
le faire trencher et enaigrir. (Du Pi.net, 
Pline, XXVIII, 9, éd. 1566.) 

— Réf!., dans le même sens : 

Si la lune estant pleine, ou en conjonc- 
tion, une blanche gelée, ou bien une froide 
rousee tombe, alors ce laict et humeur gé- 
nital qui tombe du cercle lactée, com- 
mence a se trencher et a s'enaigrir, faisant 
mourir parce moven tout le fruit sur qui 
il tombe. (Du Pi.\"et, Pline, XVIII, 29, éd. 
1566.) 

Trancher se dit encore en ce sens, 
au neutre et au réfléchi, dans la Suisse 
romande. 

3. TR.\NCiiiEn, tren.. -cier, s. m., 
tranchée : 

Voit le recet ki fu fremes 
De bos. de vingnes et de près. 
De molins fais et de trenciers. 
De boins palis et de viviers. 

(Cbrbst., Percer,, 163S5, Potvîn.) 

Tous les trenchiers dentour le bourc fu- 
rent curez la ou il estoit besoing. (J. d'Ar- 
RAS, Ulelus., p. 100, Bibl. elz.) 

Et eulx venus au dit pont d'Espiere quy 
estoit forliffiè de tranchiers et de bolvaires 
et de claies et de cars, rompirent par force 
lesdites tranchiees et passere'nt le pont. 
(28 mai 1477, J. N'icolav, Kalendr. des 
guerr. de Tonrnay, II.) 

TRAxcHis, voir Tra-nxheis. 

1. TRA^'CROIR, tren., adj., qui sert à 
trancher : 



Pour .n. coutiaux trenchoirs. (5 mars 
1410, Exéc. test, de Jehan le Tailleur, Arch. 
Tournai.) 

2. TRAxcHoiR, -c/ioer, s. m., jeu du 
palet : 

Lesquelz compaignons se mirent a jouer 
pour le vin a ung jeu appelle le jeu du 
tranchoer. (1443, Arch. JJ 184, pièce 604, 
Duc, Tiertcheator.) 

Cf. Trancheor 2. 

TRAXcnoiRE, tren., s. f., tranchoir 

Une tranchoire a pied plain et doré. 
(1363, 'iivoit. des ducs de Sormandie, La- 
borde. Emaux, p. 522.) 

Dudit Giselin, pour une irerfc/ioire et ung 
hauyel, .ni. s. .ii. d. (3 fév. 1472, Exéc. 
test', de Jehan Mouton, Arch. Tournai.) 

Centre, tranchnuère, petite planche 
carrée servant à couvrir les pots au lait. 

TRAXCHiF, trench., trancif. adj., dé- 
cidé, hardi : 

Capaneus fu moût trenchis. 

(Rom. de Thebes, 5587, A. T.) 

Li reis est moût d'iço eschis 
Et de mautalent toz irenchis. 

(76., 8Î5I.) 

— Tranchant : 

Et ferir en ces portes de grans mailles trancis. 
(Les Chetifs, RicLel. 1S55S, f" 94'.) 

TRAXCHOisox, voir Tbanchaiso.n. 

TRAtvcHOiR, voir Trancheor. 

TRA.xcnuRE, voir Tranciiecre. 

TR-A.>(;iLLER, voir Transtller. 

TR.AXois, voir Trancheis. 

TR.AJVçox, trnns., transs., s. m., 
tranche, morceau, au propre et au fi- 
guré : 

Que fusmes sept a le menger (le poisson) 
Et James je ne chante messe 
S'un gros transson n'en eut l'otesse. 
(GiCES, Dedui:, Ars. 3332, f 24«.) 

l'n transon de rivière. (1469, Chap. de 
Dun-le-Koi, ap. Joubert, Gloss. du Centre, 

Suppl.) 

Je te voy, ce me semble, au milieu des tournois. 
Un astre sur la leste, et au dos le harnois, 
Accompaigné d'.Vmour envoyer jusqu'au! nues 
Les tronçons esclatez de tes lances rompues. 

(P. Ross., Œuv., Eleg.,p.595, éd. 1584.) 

— Un tronçon de, comme un peu de, 
un brin de : 

Puis tout lordement grignotant d'«« tran- 
son de grâces, se lavoit les mains de vin 
frais. (Rab., Garg., ch. xxn, éd. 1542.) 

Or, dicl Pantagruel, faisons un transon 
de bonne chère. (Id., té., ch. xxx.) 

— Tranchant : 

Non plus que le malade en criant remédie 
Aus pointes et trançons de l'aspre maladie. 
(Cbassighet, Me.'ipris de ta vie, p. 319, éd. 1595.) 



Centre, tronçon, morceau, petite 
partie. 

TR-v.\çoxER, -çonner, -sonner, tran-t- 
çoner, tren., v. a., couper, trancher, 
tailler en pièces : 

Il a fait[e] sa lance an deus leus transçoner 
Et l'a faite a poin a cire saieler. 

[Parise, 396, A. P.; 

E trensona un Sarrazin par lo mielo. 
(Chron. de Tarpin, Richel. 5714, T 46% Au- 
racher.) 

Trençona. {Ib., Richel. 124, ^'2^) 

Icellui Guillot senty li poulce de Jehan 
son frère qui le cuidoit par ce estrangler, 
le prist a ses dens, en tel manière l'estrai- 
gny que a pou qu'il ne lui trensonno. (1394, 
.Arch. JJ 146, pièce 256, ap. Duc, Tronsire.) 

Et en sa main tenoit une petite fleur, 
laquelle si alloit o ses dents transonnanl 
comme si elle la mengeast tout par esba- 
tement. iUoi René, ÙEuv.. Liv. du cuer 
d'amours espris, III, 157, Quatrebarbes.) 

Et la fausse hv'pocrisie 
En cent morceaux fraiiçonna. 
(P. Ross., Od., V. V, p. 377, éd. 1584.) 

— Couper, arrêter : 

Ceux qui demeurent tant es hostelz nom- 
mez la Mouffle comme au Beautreillis, pa- 
reillement en nostre dit hoslel de Sainct 
Pol el autres leus, y ont donné et donnent 
plusieurs empeschemens, et bien souvent 
leur retiennent et transonnent leur dite 
eau. (Juin. 1474, Arch. S 3743, pièce 39.) 

Centre, trnnchouner, travailler la 
terre avec une tranche, Haut-Maine, 
trariçonner, causer de vives douleurs 
physiques. 

TRAiVE. voir Traîne. 

TR.AXEiXE, voir Tranaine. 

TRA\FFERTER, Voir TraNSFRETER. 

TR.v.\GLOTiR, -glouHr, voir Tr.\ns- 

SLOTIR. 

TR.A.\GOlLEME>T, S. m., aCtiOH d'cU- 

gloutir : 

Trangulatio, trnngoulement. (1464, J. La- 
GADEic, Catholicon, éd. Auffret de Quoet- 
queueran. Ribl. Quimper.) 

TR.vxiERE, s. f., trèfle : 

Et y pora li dis moituiers semer, u faire 
semer, traniere, veiche. u autre cose, pour 
ses kevaus mignier. (1343, C'est Jehan Ma- 
kait et Jehan ilaudois. Arch. Tournai.) 

Cf. Traxaine. 

TBAXL.ATEMENT, Volr TRAXSL.iTEME.NT. 
TR.AXL.ATER, trnnlL, VolP TRANSL.iTER. 

TRA>XEL, voir Thasnel. 

TRA\.\ELU, voir TliASXEL. 

1. TR.AX.MXE, voir Traxaine. 



14 



TRA 



2. TBANXiNE, -ynm; s. f.. poutre, 
sablière : 

\Jehanr.iierard,oaiidrelier,... pour avoir 
reioyelel remis a point une aultre viese 
baniere de queuvre, y fa.l une nouvelle 
buse et nouvelles t,wmi„es puur ^e''^!'; i-/ 
assir parellemenl sur le tour des \\asier> 
par n'archiè et accord a luy f^|t. PO»^ otU 
ce 1 « (16 aoûl-lo nov. 1432, tonipie 
d'owr'aqes, 6' Somme de mises. Arch. 
Tournai.) 

A Jehan de Frelin, caudrelier, pour son 
"salaire d'avoir refait et rallonpie, de dem> 
piel de loncq, de nouvel crrain, par lu. 
livré le buse de la baniere, par desoubz, 
servànl a le dicte Tour des Six, et rem.s a 
point trois tratmijnnes estans a ladicte lia- 
iîiè?e, en v redamvanl pluiseurs boucle les 
de lier, pour ce. par marchie a luy lait, .x. s. 
(20 fév. 1 449-16 mai 1 450, Compte d ouvrar/es, 
i" Somme de mises, ib.) 

Cf. TRAINE 1. 

TBAKOER, voir Tresnoer. 



TB.4>-QriLLATiox, s.f ., syn. de paix : 

Pais, acors et tranquillations en est^ faite 
entre nousel lespartiesdessusdites... (133b, 
lelt dp Henri, comte de Monlbeltard, et de 
Louis de SeucMtel, Mon. de lllisl. de ^eu- 
ch.-itel, I. 4ô9.) 

TR.\>QUii-LER, Irrms., v. a., tranquil- 
liser, calmer, rendre paisible : 

A deiïendre et tranquiller, apaiser et gou- 
verner icelluy royaume selon Texigence de 
iuslice. (Mai 1420, lelt du roy Charles 
Keg. du Parlem., ms. Bibl. Louvre B 12o3.) 

Il laliourera affectueusement, diligem- 
ment et lovaumenl a ce <iue puisl estre a 
r.mneur de Dieu, de nous et de nostre 
compaigne, et aussi au bien publuiue du- 
dit l'ovaume et a défendre, Imn.-rjinller et 
aoaiseV, et gouverner icellui royaume selon 
rexigence de justice et e.juité. (Monstrel., 
C7,r«n., 1, -225, Soc. llist. de ïr.) 

Bitumen Iransquille et appaise la loux. 
(Jurd. de santé, p. 74, impr. la Minerve.) 

TUAXQiis, voir Trancheis. 

TR.vvsAiGE, S. m., droit de passage : 

V nous seul et pour le tout appartenoit 
..sdits termes... le péage, le passai ge,<)-an- 
saine, les ventes, etc. (1387, Preiw. de l'Hist. 
de' Bourg., III, 109.) 

TBAXSBAii-LEK, V. a., transporter : 

TranshaiUanl es diz religious la seisine, 
la possession... (1386, Lanvaux, Arch. Mor- 
bilian.) 

TRANSCENDER, Irasc, vcrbe. 
— Act., surpasser, dépasser : 

C'est une chose qui transcende et passe 
reste science. (Oresme, Polit., 1' p., f 19 , 
éd. 1489.) 

C'est chose par dessus raison naturelle 
et transcende ou passe cette philosophie. 
(ID., ib., f 56'.) 

l-:t passe son cercle (du soleil) par le mi- 



TRA 

lieu de la ligne dudil zodiaque tellement 
(lue jamais le souleil ne passe ou tratis- 
cende les methes d'icelluy. {iler des hystoir., 
t. I, f 55^ éd. 1488.) 

Car sa valleur transcende entendement. 
(0. DE S. Gel, Sej. d'honn., f 70', éd. 1526.) 
Œuvres je fais qui transcendent nature. 
[Act. desapost., vol. 1, l' 71S éd. 1537.) 
L'amour que de vostre grâce me portez, 
est hors le dez d'estimation, il transcende 
tout poix, tout nombre, toute mesure. 
(Rab., Tiers livre, ch. v, éd. I5o2.) 

Ses honnestes belles réceptions 

D'ame et de corps aui beaux lieus in- 

[tesUns 
Ont transcendé toustes concepUons 
Personnelles, par misteres divins. 
(KiTHEBlsE d'Amboise, Devotcs epistres, p. 44, Bou- 
rassé.) 

— Transgresser : 

Fu arse au lieu devant dit une béguine 
clereesse qui esloil appellee Marguerite la 
Porele, qui avoU trespassee et transcendée 
l'escripture devine, et es articles de la foy 
avoit erré.((;--. Chron. deFr., Phelip. le Bel, 
LXV, P. Paris.) 



— Neut., monter : 

Quant le cheval fayé par jeux et saultz 
Fut truscendé sur les pergames haultz. 
(0. DE S. GEiiis, Eneid., Richel. SOI, t- 60'i.) 

TRAASCEXDRE, Vefbe. 

— .\ct., surpasser, dépasser : 
IllordemoustraslmoUdecosesquii™»i5- 

cendoient sens humain. (Fie de ,S. Franc. 
d'Ass., Maz. 1351, P 16'=.) 

Il faudroit passer et transcendre toutes 
les cathegories des raestiers pour appren- 
dre la resolution de ce poinct. (Invent. umv. 
de Tahurin, XI, Bibl. gauloise.) 

— Transgresser : 

Pource que en aucuns lieux il avoit trans- 
cendu l'Escripture divine, et par .ii. loys en 
avoit esté reprins et s'en esloit rendu cou- 
pable. iChron. paris. a>ton., Mem. Soc. Uist. 
Paris, .XI, 108.) 

— Neutre, sauter au delà : 

Hz ont accoustumé de transcendre et 
oullre saillir d'aucuns chevaulx sur les 
aultres. (OEhu. d'.ielian, éd. lo3b.) 

TRANSCHERESSE, VOir TrANCHEOB. 

TRANSCHEiR, voir Trancheor. 

TRANSÇONER, voir Trançoner. 

TRANSCORiR, -courir, V. n., passer 
en courant, courir légèrement : 

Dreiz est c'un poi par ci transcore 
Senz grant parole e senz demore. 
(Ben., H. de iXonn., II, 36067, ms. Tours, var., Mi- 
chel. 

Pourperegrerel tmnscourir ou vous lirez. 
(0. m: S. Gel., Sej. d'honn., f 29% éd . Ii26). 

Et veirent lors de l'orient courir 
Pluye legiere par le ciel transcourir. 
(ID., Enéide, Richel. 861, f 89'.) 



TRA 

TBANSCOVPANT, adj., coupaot au tra- 
vers : 

A ce point mis a regarder 
Je m'esloic vers le ciel haultain 
Qui est d'or et le souverain. 
La vy ung cercle merveilleux 
De grandeur singulier, et seulz 
Très grande espace contenoit 
Et grant circuité faisoit. 
Sa grandeur pas je ne pourroie 
Jamais compter ne ne sauroie. 
Du ciel d'or d'une part yssoit 
Et d'une autre part y enlroit 
Par dedens luy, son tour faisant. 
Et luy aussi com transcoupant : 
Bien trois piedz de largeur avoit. 
(G. DK IliGii.iE,viLi.E, Trois pèlerin., f 141», impr. 

iDStitUt.) 

TBANSCOURiR, voir Transcorir. 

TRANSCRIT, -cript. transescHt, Iran- 
secn't, trnncril,lanscrit, lancrisl, s. m., 
copie, transcription : 

Ceu sunl les transcriz dans Chartres Johan 
de Jarl. (1221, dans Layett. du Très, des 
Cltart., I, 542.) 

Chacuns doit fere avoir a son aversaire 
le tancrisl de toz les instrumenz de quoi il 
vuel user en jugement. (Ordin. Tancrei, ms. 
Salis, f 69«.) 

Il doit requerre a le corl que se procu- 
ration soil transcrite mot a mot et li trans- 
cris seeles du seel de le corl. (Beau.m., Coût, 
du Beauv., ch. iv, 28, Beugnot.) 

Chest trarisescrit ont haulement trans- 
latet. (Cartre de la frairie de le halle des 
dras de Yalencienne, Cellier.) 

Qui li présentera les letres devant dites 
ou le transcriz d'eles. (30 juin 1267, ie». 
((e Joff. de Sarg., Arch. J 473, pièce 23.) 

Ce est li transcriz de la lettre qui s'en- 
siet. (1272, Moreau 196, P 242 r°, Richel.) 

Tant ou tanscrit de la procuration desus 
dite comme en la dite lettre ensuivant 
avons mis le seel. (1289, Cart. de Pontû,se, 
Uichel. 1. 5657, f° il2=.) 

Li trancriz des latres. (8 mai 1290, Arch. 
niiin. Besançon, reg. mun., 1, 1° 168 v°.) 

Desqueles leitres por la reison que les 
termes ne sont pas touz acompliz, nos 
avon ci l'ait meilre le transcrit sicomme il 
s'enseut. (1293, S.-Evroull, Arch. Orne.) 

Et nous le transcript de ces lettres avons 
scellé du seel de la prevoste de Pans. 
(1299, la Court-Dieu, Arch. Loiret.) 

Le transecrit de cel roule. [Le Fesle de 
Pui, Lib. Custum., I, 223, lier, britannic. 
scriptores.) 

Par le transescrit del original. (1304, Year 
boolis ufUie reiqn of Edward tlie first, Years 
XXXII-XXXII, p. 21, Uer. britannic. scrip- 
tores.) 

Kt nous en cest transcript avons mis le 
seel de la prevoste de Paris. (16 janv. 1326, 
Cart. de Flines, ccccxxix, p. 538, Haulcœur.) 
A touz ceaus qui cest présent transcrit 
verront et orront. (1328, Fontevr., La 
Roch., Arch. Maine-et-Loire.) 

CoUacion des clauses contenues au blanc 

de ce présent transcript est faicte avec ung 

instrument publique. (1369, Liv. rouge, 

Arch. \', P 72 r°.) 

Auxqueles (lettres) a un transcript de 



TRA 



TRA 



TRA 



15 



deux autres lettres royaux. (1374, Areh. K 
50, pièce 13.) 

Et soit foi adjoustee au vidimus ou trans- 
crit d'icelles ordonnances. (1388, Ord., VJI, 
242.) 

Et aussi d'un nouvel e^talu que Cliam 
avoit fait pour envoyer par tout le monde, 
et liayonoy voulo •, que frère .Inselin et ses 
compaignons If ouïssent et rapportassent 
le traiisrript et coppie au Saint Père. {Hist. 
des Emp., Ars. 5090, f 312 r'.) 

Ledit roy en envoya la coppie a sa mère 
la royne Blanche en France avec le trans- 
cript des lettres dudit llercaltay. (Les Vas- 
sales d'oultremer, t° 89 r", éd. 1512.) 

An trrinscript ou vidimus d'icelles lettres. 
(1419, Leit. du Dauph. Charl., Pr. de l'H. de- 
Nîmes, m, 213.) 

Pluseurs tranScrips et coppies. (1462-3, 
Arch. Aube, reg. 3 G 350.) 

Lequel (discours) n'estoit autre chose 
qu'un exlraict ou transcrit de l'Espadon 
satyriqiie mot pour mot. (Caquets de l'ac- 
couch., 3' jouni., p. 115, Bibl. elz.) 

TRAi\';sE. Iransse, s. m., passage : 

Nequedent si ert sa vie enformee de par 
Dieu (ju'il ne pooit en nulle manière tres- 
passer le transse de ceste vie sans flael de 
templatioh. (Vie et mir. de plus. s. confess., 
Maz. niti, f°235".) 

— Agitation, tourmente ? 

Lors commencierent a singler 
Parmi la transe de la mer. 

(Ben., Troies, Richel. 37.S, f" 70».) 

Wallon, transe, trépas, agonie, glas 
funèbre. 

TRA\SiC>DEEME>T, adv.. Supérieu- 
rement, extraordinairement: 

Soubz ceste sainte incarnation se. com- 
prent la sainte nativité qui fut transendee- 
men/ joyeuse et miraculeuse par signes nou- 
veaulx donnes a tout le momie. Eximines, 
Livre des s. anges, ms. Ste-Gen., f''52''.) 

TBAVSECRIT, VOir TbaNSCBTT. 

TRAxsER, Irencer, v. n., être transi, 
avoir peur, trembler : 

Adont s'est Jehans repenses : 
Si trence, et fu moût abaubis 
Des mos qu'ele li avoit dis. 
(Beaumahoir. Jetian et Blonde, t. II, v. 440, A. T.) 

TRARISESCRIT, VOir TRANSCRIT. 

TR.AXSFICHER, -ger, verbe. 

— Act., transpercer : 

Les Lucains le prinrent (le corps) qui le 
divisèrent et une partie envolèrent a Con- 
sentie, et l'aultre. par desrision gardée, 
transfir/ierent de glaives. (Fossetier, Cron. 
Marg., ms. Brux. 10512, IX, i, 8.) 

Sainct.lacques(/'«;Urans/îe/ié par le corps. 
(Thoison d'or, vol. Il, P 35 r", éd. 1530.) 

Mesmes cenlx qui venoient devant alle- 
gans cognation et se mettans a .eenoulx 
devant eulx en oraison ilz tr ans fig oient de 
leurs glaives. (Bat. Jud., IV, 24, éd. 1539.) 

Ne pouvant Joseph plus refréner les es- 



guillons du sang qui le transfigeoyent. 
(Aretin, Gen., p. 218, éd. 1542.) - 

— Fig., percer à jour : 

Par une seule moult notable responce 
poigny et iransfictin l'avarice de sire Er- 
minvan. (Decameron de J. Bûcace, Richel. 
129,>29\) 

— Réfl., s'accorder? 

En la fin se transigeront 
Ensemble et acorderont. 

{T/terence en franc., f* 368'*, Veracd.) 

— Transfîchié, part, passé, attaché, 
joint, fixé : 

A la ditte lettre est aussi transfichee une 
autre lettre. 1 16150, dans Louvrex, Ed. et 
règleni. pour le paj/s de Liège, IV, 253, éd. 
1730.) 

TRAXSFIGER, VOir TraNSFICHER. 

TBANSFiGUREMEXT, S. m., transfigu- 
ration : 

Par ainsi quant son pain muera 
En son corps et convertira 
Au dit jeudi, plus fort croiront 
Ses disciples, qui ce ja ont 
En son transfif/urenient veu. 
(G. DE hiGVLhzviLiE.Trois pèlerin., i" ISl'', inipr. Ids- 
tilul.) 

TRANSFIXER, V. a., transpercer, mot 
savant : 

Le peuple judaique le navra d'une fles- 
che, c'est a dire le transfi.vn en l'arbre de 
la croix, et illec l'occist. (C. Mansios, Bible 
des poètes de melam., (° 140% éd. 1493.) 

TRA.xsFi.\EiJRE, -lire, S. f., plaie 
causée par un instrument perçant : 

"Vous povez regarder et voir 
Dedans mes mains les conclaveures 
Et en mes pies les transfîxeures 
Que dedans la croiï enduray. 
(GRE3A», .Vist. lie la Pass., 31379, G. Paris et G. 
Raynand.) 

Transfixures 
Que dedans. 

(J. MicBEt, ib., .irs. 6431, f" 237=.) 

TR.ANSFONDRE, v. a., fondre : 

Mon ame est en toy amolie et transfon- 
due. (J. Gerson, Aiguillon d'amour. f° 93 r", 
éd. liSS.) 

— Transmettre, faire passer: 

Je croi par le péché actuel du premier 
homme le péché originel avoit esté trans- 
fus et dérivé en tous par origine naturelle. 
(A. d'AlbiCvÉ, Hist. univers., t. I, col. 56, 
éd. 1626.) 

TB.A>'SFORER, v. a., transpercer : 

Alexandre transfora de sa lance le duc 
de yceuls. (Fossetier, Cran. Marg., ms. 
Brux. 10512, IX, ni, 5.) 

— Transforé, part, passé, trans- 
percé : 

L'autre \ieille avoit en sa main 
Ung glaive qui estoit tout plain 
D'oreilles d'hommes transforees- 
(G. DE DlGlLLEViLLE, Trois pelsT., t' ÔV, impr. Ins- 
tit.) 



TRANSFORMEMENT, S. f., transfor- 
mation : 

Ce transformement (du pain et du vin) 
est faict par euvre du saint esprit. (Miroir 
liist., .Maz. 1554, f° 148 v°.) 

TRANSFRETER, traufferler, verbe. 

— Act., traverser : 

Pour transfreter l'occeane Liger 
El nuyt et jour mîst son corps en danger. 
(0. DE S. Gelais, Sej. dhonn., f" li.', éd. I5Î6.) 

Agibeus transfrela la mer et parvint ans 
Egiptiens. (Fossetier, Cron. Marg., ms. 
Brux. 10509, f» 99 r».) 

N'est ce pas assez tracassé de avoir trans- 
freté la mer llircane, chevauché les deux 
Armenies, et les troys Arables? (Rab., 
Garg., ch. xxxiu, éd. 1542.) 

— Transporter : 

Et puis le transfretoient ou transmec- 
toient en une Isie de mer moult sauvaige. 
(Girart de Rossillon, ms. de Beaune, p. 242, 
L. de Jlontille.) 

— Neutre, faire une traversée : 

Dont estoit Edouwars li boins roys d'Engletierrc. 
Il transfreta, s'ala droit en la Sainte Tierre. 
(Gillos lk JIuisit, PoéS; I, 239, Kerv.) 

Et par après nous pourrons dispouser 

A transfreter au réanime... 

(0. DE S. Gelais. F.wid.. Bicbel. 861, {' 26>'.) 

Et tost pour vray furent fais les vessoaux 
Pour tranfferter sur les marines eaux. 

(ID.. Ep. d'Ov., Ars. 5108, t° 38 v».) 

Dirent l'isle eslre appellee Madanino, ha- 
bitée seulement de femmes, ausquellescer- 
tain temps de l'an les hommes transfretent. 
comme anciennement est creu que les 
Thraciens transfretoient aux Amazones de 
Lesbos. (P. Martenne, Bec. des isles. !" 8 r", 
éd. 1532.) 

TRANSFi'GiTiF, S. m., transfuge : 

Le roy voyant le delTault des Iransfugitifs 
commanda a Cralherus assiéger Ciropolis. 
(Fossetier, Cron. Marg., ms. Brnx. 10512, 
IX, m, 23.) 

TRAxsFUSiox, S. f., changement: 

Par ceste convenance ne chose qui soit 
contenue en ceste lettre nous ne nos poons 
aider ne dire que novacions ne aucunes 
Iranfusions soit faite ou préjudice de nostre 
chère dame dessusdile ne des autres letres 
que ele a de nous. (1307. .\rch. JJ 40, f" 
6 V.) 

TRAXSFi'TiF, adj., léger à s'enfuir, à 
passer outre : 

Les a pies (gens ,i pied) sont decevaoz, 
Pansives et apercevanz 
Et transfutiz. 
(J. DE PaioRAT. Liv. de Vegece, Richel. 1604. f» iî'.) 

TRAXSGECTER, Voir Tr \NSJECTER. 

TBA-XSGI.OTER. -glouter, -gluler, v. 
a., engloutir : 

Hores les ocirat, issi les transgluterat ; 
E Diable ensement strangluerat la gent 
Ki issi le amerunt. 

(P. DE TnAUS, Best., 1470, Wright.) 



1(> 



TRA 



Judas reçut la buchee de pain de la main 
nostre seigneur, et cum il oui Iransgluté si 
li entra li diables el cors. (Maurice, Serm., 
ms. Florence, Laur., Conventi soppressi 
99, f 26'.) 

Serez vous ja nul jour saoul 
De gens noier et soubiter, 
D'ames mcngier et traiisgloitier? 
(G. DE r.oisci, ilir., ms. Soissons, f° 91".) 
Dalam et Abiron la terre Iraiisgloutn. 
(V. Ferget. Mir. de la vis hum., f V2'% éd. 
1 182.) 

TRAXSGLOTIR, -glouUr, -glutir, tran- 
g., treng.. v. a., avaler rapidement et 
gloutonnement, dévorer, engloutir : 

Gole baee vint vers lui, 

E errauioent la tranagloti. 
WicB, Vie lie Ste Marguerite, Ricliel. 19525, p. 91, 
Joly.) 

La beloine lou tranglotU. 
[Pass. J-C, Brit. Mus. add. 15606, f 79' et 80'.) 

Que mer parfonde nés trangloute. 
(Enens, ms. Montp. H Ï51, f 150'.) 

El en l'ester ai moût granl dote 
Que la terre ne nos fran-^glote. 
{Boni, de ThèbfS, 4965. A. T.) Var., trangloute. 

Très par mi sa gole se lance ; 
Et cil la transglot en sa pance. 

(GuiiL., Best, divin., 1624, Hippeavi.) 

Qui morsel sans savor trenglot. 
(B. DE HocD*NC, des Etes de Cortoisie, Brit. Mus.) 
Lasse ! povre dolente, que porrai devenir ? 
Terre devroit partir et mon cors trungloidif, 
[Dit du buef, Jub., A'oiU'. Bec. I, 55.) 

Je trnnglolis dedcnz ma pance 
Et la richesce et la substance 
Et le Irav.dl de maintes genz. 
{Vie Sle Marg., ms. Charlres 620, f» 45'.) 

El Iransgtulenl sanz mascher le fein 
menu. {T>\ d'écon. rur., xui° s., L. Lacour.) 

El si comme ele sordoit (l'eau) et ele 
corroit un petit fois, si la Irunsglotismit 
la terre. {Vies des Hei-mites, ms. Lyon 773, 
r 2 r".) 

Si transghut'issent les perles et pierres. 
{Liv. de Marc Pal, OLXXVlll, l'aulhier.) 

Et quant les leus venront, ils trans- 
ijloutiroiit iceux morceaulx. (Mudus, P 70% 
iflaze.) 

Mes saiTra ja Ueus que jeo transglule cest 
morsel de payn si jo vinkes lu au conseil 
iiue il l'u niis'a la mort. V. tantosl Deus oy 
sa prière, e estraniila illok de mêmes le 
morsel. (Chron. d'.ingi, ms. Barberini, 

r 20^) 

D'Oclovien puisse venir le tems : 
C'est qu'on luy coule au ventre son trésor ; 
Ou qu'il ■'<oit mis entre meules llotans, 
En ung moulin, comme l'ut saint Victor ! 
Ou transgloiily en la mer, sans aleine. 
(ViLl.o.-i, Œuv., p. 171, T. 185, Longnon.) 

Peuple François je feray misérable, 
(jar contre luy suis si fort indigné 
Que traitsgloutlr le vouldroyo comme un 

[dljablo. 
(Gbisgobe, Jeu du Prince des soi:, Moralité, I, 249, 
Bibl. eU.) 

Si tu as beu mon langoureux calice, 
Fault il encor que je le transgloutisse? 
{Marqwr. de la .IMci/Her., Coropl. pour un prisonnier, 
III, 67, r.abinet du bibliopb.) 

Le Porc. 
Quant je mange cl transglouty 



TRA 

Par glouionnie ma substance, 
A la fange suis endormy. 
(Dit: des testes et des oyseau.r, Poés. fr. des xv< et 
lïf B., 1, 258.) 

Le malade n'avallera chose qui soit dif- 
ficile a transgtoutir. (l'AKii, Œuv., VIII, 30, 
Malgaiyne.) 

— Absolument . 

Bombardes jetloient murs et tours. 
Pour effundrer et transglutir . 
(Mahti*l, Yiq. de Charl. VU, sign. 1. iiii r», éd. 
1493.) 

TRAIVSGLOUTIF, adj., qui engloutit: 

Vertu transglouHve. (B. de Gord., Praliq., 
V, 2, éd. I49i.) 

TRANSGLOUTIR, VOir Tra.NSGLOTIH. 

TRA.xsGLi'ciox, S. f . , actiou d'avaler, 

d'engloutir : 

Transglurion de viande ou de beuvrage. 
(B. de Gord., Pratiq., V, \, éd. 1495.) 

TRAXSGLUTER, Voir TraNSGLOTER. 
TRAINSGLITIR, VOir TuANSGLOTIR. 

TRAivsGREDER, V. 3., transgresser : 

Comment l'homme a peu transgreder el 
passer le commandement divin. (Mer des 
hysloir., I, r 137% éd. 1488.) 

Transgreder la loy. (Thoison d'or, vol. II, 
f» 148 r^ éd. 1516.) 

Et si je veux or transgreder 
Le convenant qu'a elle j'ay forclus, 
(0. DE S. Gel., Sej. d'honn., 1° »4 r°, éd. 1526.) 

TRAXSGREDiEivT, S. 111.. transgres- 
seur : 

Se double moult porter les fais 
Que doit porter traiisgredieus 
Qui a vous n'est obediens. 
(Girioa lE Mi'is., Poés., I, 26, Kery.) 

De assigner et donner jour aux oppo- 
sans ou débat faisans, el aussi aus Irans- 
r/rediens. (1368, Liv. rouge, Arch. Y 2, f" 
65 V».) 

Assigner jours certains aus opposans ou 
débat faisans, et aussi aux Iransgrediens. 
(1373, Ord., V, 63i.) 

TRAiNSGREDiR, verbe. 

— Act., transgresser : 

Et adonc doublans ces deux disciples 
de traiisr/redir le commandement de leur 
père, ils ensevelirent son corps selon son 
ordonnance, (xv" s., Leg. de S. Ântoi7ie.) 

— Neuf., commettre une transgres- 



II est (le roy) de ceulx desqueulx parle 
S. Pol disant : il a transgredit es péchiez et 
si n'a pas pechié. (P. Feruet, Mirouer de la 
vie hum., f" 59 v°, éd. 1482.) 



TRAXSGREs, Iffuigrel:-, s. m., trans- 
gression : 

Longtemps fut humaine nature 
Soubmise a Irop dure pointure 
Depuis celluy Irunsgres commis. 
(Cbedan, AJist. de la Pass., 15, G. Paris et Ray- 
naud.) 



TRA 

Cent mile maulx en moy qui suys nature, 
Par mon trangretz ont esté congreges. 

{Nat. et loy de rig.) 

Par son transgres rend tout humain couché. 

TRA>'sGRESSACio.\, S. f., transgres- 
sion : 

Sans aucune dissimulation, dilacion, ou 
transgre.'isacion. (12 fév. 1483, La seconde 
propos, de .leli. de liely aux Elats p. 6, ap. 
Ler. de Lincy et Mii'bol, Farces, moral et 
serm. juyeii.r, l. III, [). 27.) 

TRANSGRESSANT, S. m., transgpes- 

seur : 

Que nostre présente ordonnance gardent 
et facenl garder en pugnissaut les tra7is- 
gressans d'icelle. (4 fév. 1403, Leif. de Ph. le 
Hardi, Arch. Côte-d'Or B 10420.) 

TRAivs^GRESSEK, V. a., franchir : 

Et ne soulTrist dresser une telle eschelle 
pour envahir par ey après et transgresser 
les bornes et ceinture de son royaume. 
(GriLL. DU Bellay, Mem., 1. V, f° 138 r°, éd. 
1572.) 

TRAASGi'EER, V. a., traverser à gué : 

Transvado, Iransgueer. (Cathoiwon, Ri- 
chel. 1. 17881.) 

TRANSGi'LER, V. a., engloutir : 

Ne me pluingel tempestet de euve, ne 
ne transgidet mei la parfundesce. (Psalt. 
mon. Cù'rb., ap. Cocheris, Doc. sur la Pic, 
I, 661.) Lat. : Neque absorbeat me profun- 
dum. 

Cf. Transgloter. 

TRANSiBLE, adj., passager : 

L'ame si a .m. natures, quar ele est rai- 
nable, Irnmihle, et si est covoileresse. 
(Traité de tneol., Richel. 12581, f" 338 r».) 

Et donra a chacun paine et gloire selon 
ce qu'il aura deservy en ce monde tran- 
sible. {L'Ord. de clieval, Ars. 2915, P 19 v°.) 

TR.ANsiGiER, V. a., trausgresser : 

Pour yceulx faire amender la transgres- 
sion denoz dictes ordonnances et status 
(|u ils on< transigiez. (20^ août 1374, Ord. 

VI, 23.) 

— Faire passer : 

Fief de sa nature doit aler d'hoir en hoir, 
ne selon les saiges il ne deveroit pas esire 
transigié en estrange. (Bolt., Somm. rur., 
1"> p., f rH", éd. 1486.) 

TRAivsiLLER, -ciller. Verbe - 

— Neut., s'agiter, être dans les 
transes : 

Le peuple truncille et labeure, 
El est de tous costez pillé. 
{Farce des gens nouveaux, Ane. Th. fr., III, 239.) 

— Act., tourmenter, vexer: 

Si ung moine est trancitlé par aucunes 
injures," qu'il ne taise pas seulement les 
lèvres, mais les prol'onditez de son cueur. 
(Jeh. du ViG.NAY, Mir. hist., XX, 93, éd. 1531.) 



TRANSIR, transs., verbe. 



TRA 

— Neutre, passer, partir : 

E iransera du mund a gloire. 

(S. Edward le confess-, 663, Luard.) 

Ne cessèrent de chanter jusques atanl 
que l'ame li fu issue du cors, et quant elle 
fu transsie il s'envolèrent vers le ciel. 
(Chron. de S. Den., ms. Ste-Gen., f 332*.) 
P. Paris : ti'ansie. 

Le s. hermiles li dist : L'en ne doit mie 
plaindre quant esperiz Iransist de mort a 
vie. il i a grens matire de joie que de 
plainte ne de plor. Car nule si douce chose 
ne puel avenir a home comme transsir de 
cest mauves monde a la saincte vision 
Dieu. (Vie et mir. de plus. s. confess., Maz. 
568, r 22 r.) 

L'heure n'est mie encores venu qu'il 
doit du siècle transir. (Ib., f° 244".) 

Bel sire, prince, sachez de fi, 
Jhesucrist est de vie transi. 
{Jiesurr. du Sauv.. Rioiiel. 90», t' 9T.) 

Et ainssy Iransist la gloire du monde. 
{Crist. de Pizan, le Livre des fuis et bonnes 
meurs du sage roy Charles V, 2° p., eh. xi, 
Michaud.) 

— En particulier, trépasser, mourir : 

Car mult plu?- grief martyre suffri tant cum fu 
Que ne fist el raustier la u il fu ocis : [vis 

Car erramment transi e en joie fu mis. 

(JA. le mart., 156, Bekker.) 

Oi avez com li baron transsirent ; 
.\ Mortiers gisent es plains de Lombardie. 
(jourd. de Blah'ies, 6. HofmanD.) 

Quant saint François transsi Joshu Crist reclama. 
(RuiEB., le Dit des Cordetiers, I, 180, Jub.) 

Par tel marlire si transi. {De S. Mahiu, 
ms. Ste-Gen. DI 21, p. 93.) 

Car li jors de son deces est près el pro- 
chainement li covient ti-anssir. (Vie et mir. 
déplus, s. confess., Maz. 568, V 222«.) 

Saint .lehan l'Evangeliste... mourut ou 
transi le jour S. Jehan Baptistre. (J. Goti- 
LAIN-, Trad. du Ratio?!., Richel. 437, f° 228 r°.) 

Sv advint que la dame acoucha au lit 
malade de la mort, et y avint telles mer- 
veilles que l'en vil loût appertemenl sur 
son lit deu.x petiz chiens noirs, et, quant 
elle transit, iiz estoient entour sa bouche 
et lui lechoient le bec, et, quand elle fut 
transie, l'on lui vil la bouche toute noire, 
que ilz avoienl lechee, comme charbons. 
(Liv. duchev. de La Tour, eh. x.\, Bibl. elz.) 

Qu'il ne transisse de douleur de veoir la 
vache a son voysin avoir plus de laict que 
la sienne. (Desper., Rec. des CEuv., des 
mal conlens, p. 110, éd. 1644.) 

— Être transféré : 

Il avoit achaplé unes lettres d'anoblisse- 
ment, lequel anoblissement ne puist transir 
en la personne du dict Guillaume Le Uoy, 
son fils. (.\vi" s.. Plainte adressée au Cha- 
pitre de Rouen contre Guillaume Le Roy, 
Arch. Seine-Infèr. G 4244.) 

— Act., traverser : 

L'autre exemple est des bonnes dames 
qui plouroient après nostre seigneur quant 
il porloit la croiz sur ses épaules pour y 
transir la mort de sa voulentè pour nos 
pécheurs raimbre. (Liv. du cheu. de La 
Tour, ch. cm, Bibl. elz.) 

— \eutr., être bouleversé : 



TRA 

Il luy vint tel désir de demourer avec 
ces nonnains qu'il en transissoit tout. (A. 
Le Maçon, Decameron, Troisiesme journ., 
Nouv. première. II, 49, Lemerre.) 

— Infinitif pris substantiv., mort : 

Ne dotez ja. 
Car, au pont dou transir, devant toi ne vindra 
Nus angle fors qe bon, qe l'arme recevra. 
(Entr. en Esp., ms. Venise, f*» 289 t"; Gautier, 
p. 49.) 

TRANSITE, S. f., trêve : 

Ne puet la guerre remanoir : 
Volontiers feist la irayn\site 
Et la pucele clamast quite. 

(Blaiicfiandin, Richel. 1915Î, fo 191'.) 

TR.\>siTiF, transs., adj.. qui passe, 
passager, changeant : 

Toute nature ou ele est parmenable, ce 
est Dieu, ou ele est transitive. (Brun. L.at., 
Très., p. 17, var., Chabaille.) 

Perfunctorius, descrutis, ou transilis. 
(Catholicoit, Richel. 1. 17881.) 

Sur tous les biens mondains transitifz 
ne convoitte riens. (Re.sé, Mortifiement de 
vaine plaisance, Œuv., IV, 11, Quatre- 
barbes.) 

Faignant estre ung simple homme mar- 
chant transsilif. (Orose, vol. I, f° 208'', éd. 
1491.) 

TRA-xsiTiox, -cion, -sion, transsision, 

s. f., passage : 

Transicion, oultre aleure, (Gl. gaU.-lat., 
Richel. 1. 7684.) 

— Moment passager : 

Ce qui nous doit oster de la seureté mon- 
daine, pource qu'elle ne dure que une 
transsision. (Colrcy, Hisl. de Grèce, Ars. 
3689, f25P.) 

— Transe : 

Car pour cose que li tiermes natures fust 
venus, ne pot délivrer de son enfant, an- 
çois menoit une dolour si grant que celle 
qui aloit cascun jor en transisions pour la 
dolour que elle sentoit. (Kasndor., ms, 
Turin, f 29 v°.) 

TRA>siVEMEXT, adv., rapidement: 

Incontinent ledit petit Jehan saisit son 
espee que son dit père lui bailla, dont il 
fist voiler la leste de dessus les espaules, 
si lost el si transivement que son corps 
cheisl a terre aussi lost que la teste. (J. de 
RovE, Chron. scand., p. 247, éd. 1568.) 

TRAxsjECTER, IransQ., v. a., lancer, 
jeter de côté et d'autre : 

S'il cuydoit son plaisant arc tendre, 
Et ai/t tes Iraictz noirs iransjecies. 
C'est par toy qui l'as sceu surprandre. 
(J. Lefbvbe, Emblèmes dWlciat, f* 27 r*, éd. b. 1. 
n. d.) 

Elle ne cessoil de transgecler ses mains 
d'une pari el d'aullre en mauldissant sa 
vie. (L. DE PKE.V1IERF., Dccam., Richel. 129, 

f° 227'.) 

TRA>sLA\ciER, -cher, V. a., trans- 
percer d'une lance, transpercer en gé- 
néral : 



TRA 



47 



Nés puet garir haubers (les hippopotames) tant 
[soit sieres u clos, 
Ne fors escus boucles, tant soit de .m. cuirs nos, 
C'autresi nés transtancent comme fuelle de bos, 
(Itoum. d'Alir., f 45", JlichelaDt.) Impr. : translacent. 

Les crucifieurs iranslancherent le costé 
de Jhesus. (Fossetier, Cron. Marq., ms. 
lirux. 10510, r 72 v°.) 

TRA.\SL.\T, S. m., traduction : 

Ci comense le livre de Boece de conso- 
lation, translaté de latin en franceis par 
maistre Pierre de Paris. Et a ce que la ma- 
nière dou translat soit conçue, le devant 
dit maistre si a ordené une epistle en cest 
comensemenl. (Pierre de Paris, Trad. de 
Boece, Val. 4788, Not. et extr. des mss., 
XWIU, 263.) 

S'il VOUS plaist lire ce mien translat en 
vers françois du premier livre du remède 
d'amour, composé en vers latins par Ovide. 
(Ch. Font., Translation d'Ovide, aux Lect., 
éd. 1556.) 

Se disait encore au xvir" siècle : 

El comme au thiois de ladite ordon- 
nance il y a quelques obscuritez advenus 
en faisant le translat du français, leurs 
dites altesses entendent que... (1611. Coût, 
de Luxemb., inlerprét., p. 42, éd. 1612.) 

TRANSLATE!»! EXT, trunlate.. tras- 
late., s. m., traduction : 

D'un bon livre en latin fist cest fraslatement. 
(la. DE Kekt, Geste d'Alis., Richel. Î4364, f« 44 t".) 

De reciter le grant ordenement des tran- 
Intement de mes livres. (Ti-istan, Richel. 
104, f» 344°.) 

— Translation, passage en d'autres 
mains : 

Délaissement, mises, translntemenl, des- 
saisine. (1307, Charte, Grenier 30i, pièce 24, 
Richel.) 

TRA.\SL.*TER, troùisl., traiill., trans- 
lauler, verbe. 

— Act., transporter, transférer: 

Le lens avint que nostre sires volt trans- 
later e remuer Helye le prophète de terre 
al ciel, (fiais, p. 347, Ler. de Lincy.) 

Nus ne puel translater meor a estre 
meor, fors le roi. {Liv. de Jost. et de plet, 
I, 7, 5 2, Rapelli.) 

El nus ne puet confermer eslit, ne trans- 
later d'un leu en aulre. (Ib.) 

Transportons et translatons de nous en 
la dite église el es religieus d'iceli tout le 
droit... (Août 1292, Pontigny, Montigny, 
Arch. Yonne H 1405.) 

Et translatèrent lesdizvendeors por eaus 
et por lor hours au dit acheteor... (1310, 
Charte, Fontevr., Mespied, Arch. Maine- 
et-Loire.) 

Et celui qui ainsi seroit détenus ne doit 
on translater hors de la justice de Vignorv. 
(1319, Cart. de iî.-Et. de Vignory, p. 76, J. 
d'Arbaumonl.) 

El le translata (le corps de l'archevêque 
de Cantorbery) de le église Seyn Pol de 
Londres dekès a l'église de Cantorbire. 
{Chron. d'Angl., ms. Barberini, f 17".) 

Et sera translatez hors du rovaume de 



T. VIII. 



18 



TRA 



France. (1360, Ord., Dupuy CXXXIV, pièce 
52, Richel.) 

El si leur seront baillez de présent cent 
escus par le dit Moreau. curateur, sur le 
résidu des diz biens pour htre translater 
le corps dudit de Tours en 1 église de 
Xainctes. ^1402, Journ. de S. de Baye, I, *0, 
Soc. llisl. de Fr.) 

Si /•« en celle saison Iramlates et menés 
en Cambresis. (Fboiss., Chron., I\, 18^, 
Luce.) 

Nous vcelui feismes translater de la dite 
r,T\<on de la Ferté en la prison de ... 
(1428, Arch. JJ 65, P 71'.) 

Mais pour ce que ilz fies ambassadeurs 
du duc de Bourgogne) avoient entendu que 
quant monseigneur de Thou esto.t venus 
en cesle ville prendre la possession de 
l-eveschié de Tournoya lui résignée, et 
translatée par bulles, etc., aucuns lui 
avoient contendu faire et bailber empeb- 
chemenl... (22 ocl. 1460, fiefl. Jown pré- 
vôts et jures, série A, Arch. Tournai.) 
(Romulus) Qui est translaté es sains cieulx 
Et colloque eotre les Dieux. 
(Myst. de VIncam. et .\ativ., I, 87, Le Terdier.) 
Tantost après la mort de Salomon la 
maieslè du rovaume d'Israël fut abbalue 
pour la plus grande partie, et t'-anslatee^ 
un homme privé. (Calvin, Instit., p. 379, 
éd. 1561.) 

La ville est ornée de deux abbayes : 
l'une de Nostre llame, fort célèbre, unie 
pour lejourd'hui al'esvechéde Terouenne, 
translatée audit lieu depuis la prinse et 
ruine de ladite ville. (1596, G Le Sueir, 
Antiqwtez de Boulongne sur Mer, p. 1, 
Deseille.) 

— Passer : 

S'il avienl que aucuns desdiz evesques, 
abbes et autres, dont le temporel estoit 
trapeschié, .oi( fra«s/«(é pu aie de Me a 
trespas. (1405. Journ. de N. de Baye, I,13o, 
Soc. Hist. de Fr.) 



— Réfl., se transporter : 



TRA 

... Cascun matin 
Miracles ke truis en latin 
Translater voel en rime et autre. 
(Delà Mère au roi de Paradis, Ars. 3527, f 101.) 

Avantage ai en cest labur 
Que al soverein e al mcillur 
Escrif. translaf. truis e rimei 
Qui el mund seit de nule lei. 

(Be»., D. de Norm., I, "2157, Michel.) 
Mes qui parfitement vodra oir les mer- 
veilles de eeste forsenerie, si voie l'estoire 
de Brait, quar ilec porra il trover aperte- 
ment toutes le[s] choses que misire Roberz 
lesse conter en sun livre, porce que li troi 
livre soient tuit d'un grant.quar por autre 
chose ne fu translatée d'autre part l'estoire 
del Brait fors por ce que lemumeist (lisez : 
l'en i meist) les choses qui en cest(e livre 
seroient obliees a inetre. (Tristan, Kicnel. 
12599, p. 211, Lôseth.) 

Que il m'ensaint a tranllater 
Le latin en romane torner. 
(Vie de S. Dominique, 199, ms. .Vrtas 307; P. Mejer, 
Rom.. XVIl.) 

Por le remenant 

De cest bon livre translauter. 
(J. DE PMoaAT, il», de Vegece. Bichel. 1604, f 71'.) 

Pour le dit arriest escrire et translater 
dou latin en franchois. (22 oct. 1362, Exec. 
test, de Henri le Re'-ouseur, Arch. Tournai.) 

Des nii. vertus trainslalees en françois. 
(J. COURTECUISSE, Trad. du livre des quatre 
vertus, Vat. Chr. 1514, Not. et extr. des mss., 
X.VXI1I, 17'..) 



TRANSLATER.*!., adj.? 

Aussi appelle l'en Crist alpha et omega, 
principium et finis. Et doit on entendre 
que aucun nom sont relatif, si comme on 
nomme .Ihesiicrisl pasteur, espoux. média- 
teur; et autres a qui ne sont mie relatil, si 
comme homme, el aucuns translaleralz, si 
comme aignel, veel, serpent, mouton, ver, 
Ivon. (J. Goi)L.UN, Trad. du Rational. de h. 
Durant, Richel. 437, V 58".) 

TR.\iN'SL.*TivEME>T, adv., en trans- 
portant, au propre et au figuré : 



El ordonne ladite court que ladite de 
Pardieu obtiendra dispense de nostre sainct 
Père le Pape pour se pouvoir translater de 
l'ordre de Cisteaulx, dont elle est professe, 
a l'Hospital et Hoslel Dieu de Pontho.se, 
qui est de Tordre de s:a.ncl Augu^^'"- 
(15-'6 \rch. X" 1529, f° 393, dans Mem. Soc. 
k'dePnm, XVII, 107.) 

— S'éloigner : 

Nous sommes d'acord que tout enfant 
jeune, qui fermera molher de nostre co- 
mune et aura receu aulcung argent d'elle 
ou qu'il aura baillé a fiance e aneaulx es- 
pousallisses, notre vouloyr est que tel 
jeune home ne se porra translater d ici. 
(1558, Stat. de la commune juive d Avignon, 
Elud. juives, X, 152.) 

_ Se mettre à : 

Mais après l'en se transporta ou translata 
a ' acquérir pecunes par autres voyes. 
(Oresue, Polit., r 23% éd. 1489.) 

— Act., traduire : 

(l)clKo) poel en rumanz aprendre 
(Si) cum Elvjels de Wincesire 
Qni Deus acuille(l) a sa destre 
Vad translaté. ■■ 
(El. de WixCESTRB, Afait. Catun, 4, Steag., Ausg. 
und Abli., XLVII.) 



Translative, translativement. (Gloss. de 
Conches.) 

TRAXSLAUTER, VOir Tr.^NSLATER. 

TRAXSLixE, S. f., ligne transversale: 

Escut de geuUes a deus bars 
Portoit, et si avoit encor 
Assis transUnes de fin or. 

(Covci, 1Î06, Crapelet.) 

TR.WVSMAGNIFIQUE, -manî/icçue, adj., 

extraordinairement magnifique : 

Transmanificque honneur. (xV s., Valen- 
ciennes, ap. La Fons, Gloss. ms., Bibl. 
Amiens.) 

TRANSMARiis, adj-, situé au delà des 
mers, qui vient d'au delà des mers : 

Louis d'Outremer 
En Engleterre fu norris, 
Por çou fu il Iransmarin dis. 

(WicE, Itou, Richel. 375, f» 219*.) 

Des transmarines régions. 

(Mir. de S. Eloi, p. 61, Peigné.) 

Et Si est améliorée (Bretagne) de deux 
nobles neuves, Thamise el Sabrine, ainsi 
comme de deux bras, par lesquels les 



TRA 

Iransmarines délices y sont apportées. (Le 
Bald, llist. de Bret,, ch. II, éd. 1638.) 
Les Bretons transinarins. (Id., ib., ch. ix.) 
Les hommes transmarins. [Trésor de 
Evonime, p. 2, éd. 1555.) 

TRANSMEABLE, adj., qul peut être 
traversé : 

Et tout ainsi comme ma veue 
Estoit partout bien estendue 
Et que tout m'estoit transparant 
Plus que verre au soleil luisant. 
Aussi estoit sans nule fable 
Aux esperis tout transmeable. 
(G. DE DiGuiLEyii.i.E, Trois pcleriii., i° 94", impr. 

iDStit.) 

Le reste du corps (du poulpe) monstre 
qu'il est transmeable. (S. de Mostly.\ru, 
Hierogli/phiques de Jan Pierre Valerian, 
XXV1I,21, éd. 1615.) 

TR.\.\SMENER, V. a., transporter : 

A toute la Iransmigracion que je trans- 
menai de Jherusalem en Babeloine. (Bible, 
Maz. 684, f W.) 

TRANSMETTEUR, S. m., celui qul 

envoie : 

Estoit cesluy roy Loys, le transmetteur 
de cesle ambassade. (G. Chastell., Chron. 
des D. de bourg., III, 54, Buchon.) 

TRANSMIGRER. V. n., passsr d'un 
pays dans un autre, émigrer : 

Quant Justice nommée.. 
Voulant partir de ce monde mortel 
Pour transmigrer vers le dieu immortel .. 
(GoiiL. MicaEL, 2- liv. des Georiiiques, f bO v«, éd. 
1540.) 

Des plus nobles filz disrael transmigres 
de .ludee en Babilone. (Fossetier, Cron. 
Marg., ms. Brux. 10510, f 102 V.) 

De la ils transmigrèrent finablemenl a 
Rome. (ViGENEiiE, Guerre civile, annotation, 
f 140 r% éd. 1589.) 



TB.\-NSMOCioN, S. f., changement de 
place : 

El des eaues transmuées dont le cours 
ancien estoit empesché il (le seneschal au 
prince) faisoit reduyre en leur cours an- 
cien, pourveu que la transmocioni icelles 
ne portasl dommage a aucun, (toust. de 
Norm., f 34 v°, éd. 1483.) 

TRANSMONTANiE, S. f., veutdu Nord : 

Adont rabassa la tran.'^montanie, et fut la 
mer quove el paisible. (J. n Oltrem. ily- 
reur des hstors, IV, 509, Chron. belg.) 

TRANSMONTER, V. a., traverser en 
remontant le cours de : 

Il fut conclu de lever les ancres et trans- 
monter la rivière, pour s'en a 1er joindre 
Tuz Hongres. (NvIvr.n, Anclnen,u Cron. 
d-Englet.,n, p. 112, Soc. Ilisl. de Fr.) 

— Traverser en général : 

Le roy de llongrye vouloit conclurre de 
transiZter lesdTles monlaignes et aUe 
vceulz Sarrazins envahir. (\\^\«f ' f 
chienn. Cron. d'Englel., Il, p. '«, ^oc. hist. 
de Fr.) 



TRA 

— Transmontant, 
monte à l'horizon : 



part, prés., qui 



Avant que j'aille a vou3, chères estoilles. 
Ou tuml)C en bas dedans l'amoureux boys. 
Laissant ce corps qui viendra pure terre, 
Pitié esmout celle, qui en un jour 
Peult restaurer mille ans, et devant l'aube 
Peult m'enrichir du fransinontant soleil. 
(Vasquin l'HiLiEUL, Toutcs tps eiiv. vuîfj. de Pé- 
trarque mis. en franc., p. 30, éd. 155a.) 

TRANSMOKTi, -!/, adj., accablé, at- 
tristé : 

Il gisoit Iransmorty et estendu entre ses 
amis. (Trailus, Nouv. fr. du xiv" s., p. '20i.) 

Troilus, qui esloit présent a la demande 
que firent les Grecz, quant il ouit qu'ilz 
requeroient Brisaida, soubitement se sen- 
tit le ccieur transtyiorty. (Ib., p. 20'2.) 

TRAivsMUANCE, S. f., changement de 
nature : 

El que la transmuance des choses qui 
ont esgal povoir se puisse faire sans em- 
peschemenl de l'une en l'aulre. (M.\i;m., 
Muv. de S. Just., P -238", éd. 1594.) 

TBAivsMUEMEivT, -mument, s. m., 
changement de place, changement en 
général : 

Le vendage, le don, le transmuentenl, le 
lowage ou censé le temps durant promet- 
Ions a tenir. (1324, Arcli. JJ 62, f 58".) 

Translation et transmuement de mal en 
bien. (Iii.t>-od.d'astron., Ricliel. 1353, T tiO".) 

Car donc mue l'en les gueitez, et par 
aventure en ce Iransmiiemenl Irouveroit 
l'en l'ost sans guelez. (J. de Viiînay, Ensei- 
<]nem., ms. llrux. 11042, f° 71".) 

Tout bien parfait est du ciel descendant 
du père des lumières envers lequel il n'est 
nul Iransmumeiit, aombrement ne restore- 
ment. (P. l"i:RGF.r, Nouu. Test., t° 248", éd. 
J477.) 

TRANSMUER, Verbe. 

— Act., changer, transformer, méta- 
morphoser, au propre et au figuré : 

En Ininsmiiniil tout le droit qu'il a en la 
illle ollice. (1311), Lelt. du bailli de Rouen, 
le Bec, Arcli. Eure.) 

Et son bel visage fait en paradis ce sem- 
bloit et ce veoit e^tre du tout transmué. 
(Troilus, Nouv. fr. du .\iv° s., p. 224.) 

Le prodigue... peut estre transmué a don- 
ner comme il appartient, et bien il seroit 
libéral. (Ohesmiî, Et/i., Bicliel. 204, f° 416'.) 

Ce n'est pas legiere chose de transmuer 
les gens par paroles des choses que ilz ont 
pieça et de long temps comprises ou apri- 
ses par acoustumances. (In., ib., 1. \, ch. 
XVII, éd. t48S.) 

Tous ceulx qui en beurent (de ces beu- 
vrages) furent transmuez de leur nature et 
espèce humaine en forme el manière de 
besles brutes. (Prem. vot. des e.rpos. des 
Ep. et Ev. de Icaresme, !' 4i r°, éd. 1519.) 

Transmuer une ruyelle. (1"'' fév. 1524, 
Flines, Arch. Nord, Cod. A, f" 149 r-.) 

— Neut., Iransmuer de, changer de : 



TRA 

Lesquels il contraignit de transmuer de 
domicile. {Vie des /â Ces., p. 376, éd. 1611.) 

— Act., déplacer, transférer, trans- 
porter : 

Et ycelle teste li rois ait du tout ani- 
chilee et transmuée ilou dit terme de Pas- 
que a la l'esté .S. Ilenis. (1328, Cop. des 
Chart. des fi. de Franrlie, p. 100, Arch. mun. 
.S.-(Juentin.) 

Ile Thomas Desurlenoe, pour se maison 
qu'il a entre deux portes Moriel, pouvoir 
transmuer a le Madelaine. (14 mars 1451, 
Reg. des Consnu.r, ."irch. Tournai.) 

De le requeste des roy, conestables et 
compaignons canonniers de la ville pour 
avoir aydé de transmuer le maison de leur 
gardin en autre place. (3 juin 1455, ib.) 

Pour ses offenses luy osla il par mort en 
bataille et a ses hoirs le royaume, et le 
transmua n David. (A. Chartier, lEsper., 
Œuv., p. 293, éd. 1617.) 

Leurs cabanes qu'ils tiennent sur des 
chariots pour les transmuer ça et la. (Du 
Pi.NET, Pline, V, 3, éd. 1566.) 

— Réfl., se déplacer : 

Si vit bien (|u'il ne pourroit durer contre 
si grani gent, si se transmua et se mist en 
la garde et en la delfense du roy de France. 
(Gr. Cliron. de Fr., Phelip. III, ch. xvii, P. 
Paris.) 

— Se transformer, se métamorphoser : 

... Ne retient nulo forme, (une roche battue par 
Ainçoins se transmue et reforme. [la mer), 

{Rose, 5957, MéoD.) 

Il se transmua en pluye d'or, pour jouyr 
de Danaé. (B. Desper., Cymbalum, Dialo- 
gue m, f 6 v°, éd. 1538.) 

— Neutre, au sens du réfléchi : 

Aussitôt que le preux Troylus fut venu 
a la fenestre ou le varlet l'attendoit pour 
l'emporter, il le veit plainement a coup 
transmuer en l'orme d'un grant oysel, et 
puis luy dist qu'il montast sus luy et qu'il 
se hastast. [Perceforest, vol. III, ch. XLix, 
éd. 1.528.) 

— Act., traduire : 

Telz choses transmuer a parfait latin. (.1. 
DE ViGNAY, Enseiqnem., ms. Brux. Ilfl'i2, 
f 1=.) 

Ay voulu transmuer ceste présente his- 
toire de langaige ytalien en langue fran- 
choise. {Ilist. des seig. de Gavres, Ep., 
Gachet.) 

— Transmué, part, passé, entièrement 
changé : 

Si soie levât et alat al mostier, si appel- 
lat l'abbeit et les moynes, si lesalemeneit 
en sa chambre et les at dit : Béais san- 
gnours, j'ay long temps visqueil, je ne 
vuelhe plus vivre, car je ne voie le siècle 
tant transmueit de bien en mal qu'a mer- 
velhe et portant je vuelhe morir et vuelhe 
que vos soiies a mon definement. (J. d'Ou- 
TRE,M., Myreur des hystors, V, 137, Chron. 
belg.) 

— Qui a passé : 

.le dy, qu'estant l'empire romain trans- 
mué des François aux Allemans une très 



TRA 



19 



grande inimité s'engendra entre l'une et 
l'autre nation. (A. Le Mai;on, Decamernn, 
Deuxième journ., Nouv. huitième, I, 265, 
Lemerre.) 

TRAivsiVAGiER, -fjer. Verbe. 

— Act., traverser à la nage, traverser 
en général : 

Laquelle chose notis avons sceu par cer- 
taine vérité par la venue d'aucuns piétons 
portans croix, lesquels ont nagueres trans- 
nagé et passé la mer es navires des Véni- 
tiens. (J. CiiARTtER, Cliron. de Cliarl. Vil, 
ch. ccLxvii, Bibl. elz.) 

Plusieurs Vallaques et Hongres... se ad- 
venturerent de saillir en l'eaue et transna- 
gerent la rivière. (Wavrin, Anchienn. Cron. 
d'Englet., U, 1.55, Soc. Ilist. de Fr.) 

Pourtant qu'aux habitans d'elle seule- 
ment estoit connu l'usage de transnager le 
lias. (Le Baud, Uist. de Bret., ch. i, éd. 
1638.) 

Il fist prendre plusieurs peaulx de chie- 
vres plaines de paille, sur lesquelles ilz 
transnagerent la rivière. (Q. Curse, VI, 16, 
éd. 1534.) 

— Neutre, faire une traversée, 
passer : 

Les Paflagones, après qu'ilz furent trans- 
nages en Italie, furent appelez Venetes ou 
Vénitiens. (Cliron. et liist. saint, et prof., 
Ars. 3515, P 54 v".) 

Sans aucun péril nous transnagerons a la 
périlleuse el misérable mer de ce monde. 
(La \'ie des pères, f 144 r", s. date.) 

Isis... monta sur une nef ou une vache 
estoil painle, el transnagea en Egipte. 
(Boccace des Nobles malli., I, v, f° 5 r", 
éd. 1515.) 

Puis monta en haulte mer pour transna- 
gier en Asie. (Id., ib, V, 1, P 109 V.) 

Puis quant le nouveau temps fut venu 
transnagerent audict lieu. (Le Baud, Hist. 
de Bret., ch. xxiv, éd. 1638.) 

TRA>'Si\EAU, -eaul, -ne/, voir Trasnel. 

TR.w'soN, voir Trançon. 

TRA\'soiviVER, voir Trançoner. 

TKANSPASSANT, adj., passant, no- 
made : 

Il n'est transpassant o\i estrange. (Oresme, 
Polil., f 77", éd. 1489.) 

TRANSPERÇANT, -sont, -ceout, adj., 
qui transperce : 

Œil transperçant. (H. Salel, CEuv., f° 45 
v", éd. 1573.) 

... D'un glaive (ran«per«anl', 
(Ca. FosT., Translat. d'Où., éd. 1556.) 

La force du vinaigre est si grande et si 
transperceante qu'elle ronge et mange les 
pierres. (J. G. P., Occult. merv. de nat., p. 
339, éd. 1567.) 

Chaleur transperceante. (Id., ib., p. 394.) 

TRANSPORTEMENT, tramp., S. m., 
action de transporter, transport, trans- 
fert : 



20 



TRA 



TRA 



TRA 



Li avons donné licence de faire et avoir 
.1. bac a Laverchinez pour li el sa mesnie 
en alant et venant a se maison par liaue 
d'Oize quantefois il ara esté mestier a li 
de iramportement . (1283, Clermont, Richel. 
4663, f" 109'.) 

Et promistrent que a nul jour contre 
cesle vente, quiclance, octroi, cession, 
Iransportement dessusdit n'iront ne procu- 
reront aler. (1297, Arch. S 63, pièce 23.) 

Et pouissent faire avant ce don, ceste 
quitance et Iransportement et ceste reves- 
teure devant dites. (1312, Pr. de VU. de 
Bourg., II, 147.) 

Car la départie et le Iransportement 
d"icelle (de Romel nous sera honteux et as 
Gaules honorable et glorieux. ^BERS., T. 
Live, ms. Ste-Gen., f° 99^) 

Li diz Lovs ratefiera le dit iransporte- 
ment. (1315, Arch. JJ 52, f 96^) 

Ne sera fait ne soulTert estre fait entre cy 
et le jour de la rendue transportement ne 
autre distraction quelconque. (25 mars 
1418, Ciipitulacion, Coll. Bretigny, XLII.) 

Apres le transportement de Babylone. 
(Maum., Euv. de S. Just., f» 301% éd. 1594.) 

TRANSPORTER, V. a., traduire : 

Voire par la bouche d'un latinier qui 
transportait la parole. (Froiss., Chron., XVI, 
47, Kerv.) 

— Transporté, part, passé, supposé : 

L'autre chose après proposée 
Qui me tient en si grant desroy 
^ ient d'une lettre transportée 
Qui fut mise en la main du roy, 
Faulsement fut faicle et dictée 
Et puis escripte au nom de moy. 
(Boece de Consolacion, Ars. 2670, f° 7 r».) 

TRAXsPORTEiTs, S. m., translateur, 
traducteur : 

Translater, transporteur. {Gloss. lat.-fr., 
Richel. 1. 7679, f 258 r°.) 

Transporteur, translater. (Gl. gall.-lat., 
Richel. 1. 7684.) 

— Celui qui transmet : 

Ordonné est queceulx a qui telz dons ont 
esté faitz ne les pourront doresenavant 
transporter en autres personnes que en 
leurs hoirs, et au moins en personnes qui 
en puissent plus largement user que iceulx 
transporteurs feissent se ilz les tenissent. 
(Sept. 1402, Ord., Vill, 534.) 

Ceux a qui telz dons ont esté faits ne les 
pourront transporter a autres personnes 
qu'a leurs hoirs, et au moins a personnes 
qui en puissent plus largement user 
qu'iceux transporteurs feroient s'ils les te- 
noient. (Mars 1515, Ord. de Fr. 1" sur la 
chasse, les forêts, etc.) 

Ces glorieux de court, et transporteurs 
de noms. (Kab., Garg., ch. ix, éd. 1542.) 

Si la terre feudale est laissée et trans- 
portée par conlract d'entre vifs, moyen- 
nant certaine redevance ou pension an- 
nuelle a la vie du transporteur, a charge 
d'estre nourry et entretenu sa vie durant, 
laouds et ventes sont deux a l'estimation 
de ce que ladite chose peut valoir, paya- 
bles seulement après la mort de celuy qui 
en a faict le transport. (Coust. d'AÙusle, 
p. 259, éd. 1588.) 



Aujourd'hui irnnsporleur s'emploie 
pour désigner celui qui a une entre- 
prise de transports. 

TRANSPOSER, trnmpo., v. a., trans- 
porter, transférer, faire passer : 

Il firent illuc une église et i trampose- 
rent moult honorablemant le cors saint. 
(Vies des Saints, ms. Epinal, f 94°.) 

Sans riens transposer. 
(Rom. du moine, Ars. 3331, f° 1°.) 

Qui transposeroit ou transporteroit la 

terre la ou est maintenant la lune 

(Oresme, Liv. du ciel et du monde, ms. Uni- 
versité, f» 212 r°.) 

Pausanias s'adressa a Aristides et luy dit 
qu'il vuuloit transposer les Athéniens delà 
poincle gauche en la droitte. (Auvoi, Vies, 
Aristides, éd. 1567.) 

— Traduire ? 

Or oez le miracle tant bon a escouler ; 
Il Est tout en latin, ja l'orrez, irainposer. 

(Uermin, Bible, Ilicliel. 20U39, f" 82 r».) 

TRANSQUILLER, VOir TraNQUILLER. 

TRAîvsQuiLLOiRE, S. f., tranquillité : 

Nous ne pouvons gouverner ne nourrir 
noz subjetez en paix et transquilloire ne 
les relever des griefz et oppressions dessus 
touchées, sans grand nombre de gens 
d'armes et de traict. (19 déc. 1420, Ord., 
XI, 111.) 



TRANSSE, voir Transe. 
TRANSSER, voir Trancer. 



TRA>'SsiGi\'ER, V. a., changer d'as.si- 
gnation : 

L'ordonnance du père (dont les enfants 
.avaient traité entre eux de son vivant)... 
estait muée et transsignee. (BOL'T., Sotnm. 
rur., 1™ p., f° 79% éd. 1486.) 

TRANssiR, voir Transir. 

TRAASsisioN, voir Transition. 

TRAivssiTiF, voir Transitif. 

TRANSSiv'EMENT, S. m., mort : 

Et descent del père de lumières envers 
lequel il est nul transsivemeut ne aombre- 
ment ne restorement. (Bible, Jlaz. 684, f 
362%) 

TRANSSOMPTION, VOir TraNSSUMP- 
TION. 

TRAXSSON, voir Trançon. 

TRANSSUMPT, transumpt. s. m., trans- 
cription, copie d'un écrit original : 

Transumps, copies de lettres. (1U4, In- 
vent., Ch. des Compt. Dijon B 11906, Arch. 

Cote-d'Or.) 

Allin que dimanche lors ensuivant dix 
huytieme dudit mois il fisse publier par 
tous les lieux de son diocèse les tran- 
sumptz de la bulle des pardons concédée 
par nostre saint père le Pape. (1535, Compte 
vingt neufieme et dernier de Jehan .Micault, 
Ch. des Comptes Lille B 2386.) 



Desquelz (livres), pource qu'il les trouva 
joyeulx et plaisans, le transsumpt volun- 
tiers vous donneray. (Babel., Quart Hure, 
ch. IV, éd. 1552.) 

Ordonné que l'original de cette epistre 
seroit lacéré dans Paris, et le transsumpt 
tant en la ville de Tholose que sur le pont 
d'Avignon. (Est. Pasq., Becherch., III, 24, 
éd. 1723.) 

LucuUus donna a Dyonisius Athénien 
deux talens de transumpt et contrefacture 
de ce tableau. (Du Pinet, Pline, XXXV, 11, 

éd. 1572.) 

TRAivssuMPTioiv, -somption, tran- 
sumption, s. f.. figure de rhétorique : 

De ces noms aulcuns sont attribuez a 
Dieu parapropriacion et aulcuns par trans- 
sumption ou translation de ce que nous 
veyons es choses corporelles que nous at- 
tribuons a Dieu par similitude ou par sem- 
blance. (Corbichon, Liv. du propriet. des 
choses, I, 18, éd. 1485.) 

Aucunes qualitez appropriées aux hom- 
mes principaulment, sont attribuées a 
Dieu par transsuynption. (A. Chabtier, l'Es- 
pérance, p. 376, éd. 1617.) 

Pour estre éloquent, il convient les ma- 
tières nues revestir de couleurs de retho- 
ricque joyeuses et délectables, comme par 
transmmplion de parolles ou substance. (P. 
Fabri, Vray art de pleine Rheloriq., I, 21, 
Héron.) 

L'en peult parler par circunlocution ou 
transumplion. (Id., ib., p. 70.) 

— Endosmose : 

L'humeur crystalline est nourrie de celle 
humeur vitrée par diadosis, c'est a dire 
transsomption. (Jeh. Canappe, Tabt. anato- 
miques, i' 94 v°, éd. 1555.) 

TRANssuMPTivEMEivT, adv., d'une 
manière figurée : 

Doncques ne me peult nyer 
Se mon entendement ne ment 
A parler tt anssumptivemeni . 
(Gace db la Bigme. ;• 134, ap. Ste-Pal.) 

TRAiV'STORXÉ, adj., Superficiel : 

Transtorné, legier, destruisible, perfunc- 
torius. {Gl. gall.-lat., Richel. 1. 7684.) 

TRAXSTORXEME.\T, adv., d'unc ma- 
nière superficielle : 

Transtornement, legierement, perfunc- 
torie. {Gl. gall.-lat., Richel. 1. 7684.) 

TR.AivscMER, -umiuer, V. a., trans- 
férer, transporter : 

Touchant la chasse Monsieur Saint Claude 
laquelle voulez transummer, nous voulions 
que le jour de la translacion vous en faic- 
tes et sollempnisez la teste chacun an. (22 
déc. 1482, Lett. de Louis XI aux relig. de S. 
D., Arch. Jura.) 

TRA\"su.'«PT, voir Transscmpt. 

TRAivsvADER, V. n., passep au tra- 
vers : 

Transvado, Iransvader. (Voc. lat.-fr., éd. 
1487.) 



TRA 

TRAîvsvERS, adj., placé transversa- 
lement : 

Les uns (des habitants de la terre) sont 
obliquement, les autres comme transvers, 
les autres directement opposez a vous. 
(Songe de Scipion, p. 566, éd. 1569.) 

TRAîMsvERSAix, adj., placé à la tra- 
verse, au milieu : 

Cest argument est latéral a la demande. 
Si te feray en cest endroit une transver- 
saiiie digression sans forme de response. 
(A. Chahtieh, l'Espérance, p. 385, éd. 1617.) 

TRAivsvERSE, S. f., rue transversale : 

Joignant de la Iransverse tendent au do- 
hat de sainct Marcial. (1508, Reg. cous, de 
Limoges, l, il, liuben.) 

TRAivsvERSER, Verbe. 

— Act., traverser : 

Aprof la grant Jordec les deserz transversereni. 
(Tu. DE Kebt, Cesle d'Alis., Ricbel. 24364, f" 7ΰ.) 

Hz transversoient et advironnoient bois, 
landes, mons et vauls. (Fossetier, Cron. 
Marg., ms. Brux. 10510, f° 52 v°.) 

— Ab.solument : 

Il ne povûit passer ouUre le destroit 
sans tmiisverser devant le port de Darda- 
nelle. (Wavrin, Auchienn. Cron. d'Angle/., 

11, 60, Soc. Ilist. de Fr.) 

Platine dit que Charlemagne transversa 
jusques a Grenada, et que, par l'ayde de 
Aldephonse, il print Li.xibone. (Mer des 
Cron., t- 39», éd. 1532.) 

Lequel accompagné de ceux qui estoient 
ordonnez en sa troupe, chargea lesdicts 
Espagnols et Allemans, en prenant l'un des 
coings de leur bataillon, et transversant a 
l'autre. (M.art. du Hell.ay, Mem., 1. X, f" 
326 V, éd. 1569.) 

— Réfl., être renversé, bouleversé : 

Et si un homme de rechief 
Se cuyde lever tost et brief. 
Tu le faiz recheoir a l'enverse ; 
Brief tout bien par toy se transverse. 
(J. Boucuet, tes Àngoi/sses d'amour, p. 24, éd. 1536.) 

— Act. : 

Ainsi les faull (les vignes) par apuy trans- 

\verser. 
{GoiLL. MicHEt, 4*' liv. fies Georg., f" 7t v", éii. 
1540.) 

— Transversant, part. prés, et adj., 
transversal : 

Ayans les crestes des heaulmes et har- 
metz transversantes, afin d'estre mieulx 
congnus. (Le Colygraphe, Fltwe Vegece, 11, 

12, éd. 1536.) 

— En transversant, de travers : 

Mnesteus ce advisant frappa Hector en 
transversant d'une lance. (Fossetier, Cron. 
Marg., ms. Brux. 10509, f 227 \°.) 

— Transversé, part, passé, traversé : 

L'œil qui volage assault un autre œil plus aigu. 
Et qui sans se detîendre y demeure vaincu, 
Transversé de ses tretz jette ilammes et larmes. 
(L. Papon, Embl. et Dev. d'am., l'UEilhade amour., 
éd. 18S7.) 



TRA 
TRAivsvoLER, -oller, verbe. 

— Act., traverser en volant : 

Quant l'iver vient (l'hirondelle) la mer 
[transvole. 
{Les propriétés des clioses, Romaoia, XtV, 463.) 

Les daulphins viennent aulcunesfoys si 
a eop du Ions de la mer jusques au dessus 
et saillent d'une force si très hault qu'ilz 
passent bien souvent et transvollent les 
voyies des nefz. (Platine de honneste volupté, 
f° 106 r°, éd. 1528.) 

Qui tant bastist d'églises et moustiers 
Dont son renom transvola maintz cartiers. 
(Oot. de s. Gel., Sej. d'Iwmi., f» 37 V, éd. 1526.) 

— Neut. : 

Ma faniasie en mainte voye 
Transvola par cy et par la 
Ainsi que d'homme qui mal a. 
(J. Bouchet, tes Regmirs traversant, i" 3 S'', éd. 
1522.) 

— Vaquer à quelque chose, passer 
ensuite à quelque chose : 

Desquelles seise bourses, les deux seront 
pour les gaiges, nourriture et entretete- 
inent du m[aisl]re et les aultres quatoirze 
pour la nourriture de .xiiii. enITans comme 
dessus, depuis leur entrée aud. colliege 
jusques Ils seront plainement fondez pour 
transvoler aux artz si faire le veullenl. (20 
janv. 1555, Lett. des écliev. de Cambrai, ap. 
A. Durieux, Coll. de Cambrai, p. 183.) 

TRAi\T..., voir Trent.... 

TRANVERSiiv, voir Traversain. 

TRAOUIL, Iraoul, voir Troil. 

TRAOULLER, voir Trûii.lier. 

TRAi'Aiv, -anl, -en, -eut, Irapp., 
traspan, s. m., ais, planche : 

Pour syer les trapans dont ladicte vanne 
fu faite. (1331, Compte de Odart de Laigny, 
Arch. KK 3% f 108 v°.) 

Fustaille, traspans, lattes. (1360, Arch. 
KK 10", r61 r».) 

Pour .V. trapens de noyer renduz doles. 
(1382-83, Cnmpt. de la fabrique, Arch. Aube 
G 1559, r 5S=.) 

Pour .1111. trapens tannes. (Ib.) 

Le suppliant... du dit plancher desterra 
et osta un trapen pour y cuidier avaler et 
entrer et prendre de ia finance. (1391, 
Arch. J.l 141, pièce 139, ap. Duc, Trappa.) 

Sur lequel siège avoitun Irappande bois. 
(1398, Arch. JJ 15i, pièce 50, ib.) 

Par nuit le suppliant leva un aiz ou tra- 
panl, qui estoit couchié en la manière de 
plancher. (U04, Arch. JJ 158, pièce 389, 
ib.) 

.1. groz trnppent a mettre seilles. (1409, 
Bail, Troyes, Orient, Arch. MM 32, P 28\) 

Pour .VI. trappens pour rappareillier le- 
ditcelier. (1409-10. Compt. delà fabriquede 
S. Pierre, Arch. Aube G 1.559, (° 162 r°.) 

Despences pour mettre deux chaulâtes 
entre l'église et la maison ou demeure un 
buef, qui sont communes a la grant cham- 
bre et a l'euvre... pour .un. trappens mis 
entre l'église et la dicte maison. (Ib., !" 
172 r".) 



TRA 



21 



Pour .1111. Irappans pour soutenir le plonc 
de la goutiere. (1412-1413, ib., G 1560, f° 
15 v°.) 

Les deux arcs doubleaulx et le gros pil- 
lier failz derrainement de trappens, latez 
et de cloz. (1471-2, Arch. Aube, reg. 3 G 
351.) 

Avoir fait ung petit cintre de gros tra- 
pans de planches, lequel a esté mis sur 
quatre pièces de bois debout pour sou- 
tenir la grant clef persee de la dicte dar- 
reniere volte. (1497-8, ib., reg. 357.) 

Fault que iceulx lombereaulx soient de 
haulleuretde longueur l'ung comme l'aul- 
trc, et \e^ trappans de derrière aussi haults 
que les riddelles. (1542, Mém. pour les for- 
tif. de Troyes, Grosl., Ephém., I, 53.) 

Remettre en partie celui (boulevard) de 
Saint Jacques de pierre, les fournir de 
rongnyz, estocs par le pied et de truppans 
tout a l'entour. (1544, Sec. métn. pour les 
fortif. de Troyes, Grosl., Ephém., I, 57.) 

Ung pupitre a trois eslaiges et trois trap- 
pnnz, garnyde lèvres, goussetz. (1558, /nu. 
de P. Girard., Arch. Aube G 2644.) 

Champagne, trapan, planche, Yonne, 
montant de cheminée. 

TR-iPAS, S. m., amble: 

E quand il furent bien de ferir stanc e las. 
Il repristrent dou çans e plus qe de trapas 
S'entornererit ferir pour (unj tant fer estas 
Q'il verseront ambdos desor îi mors a stas. 
(Pliarsale, 1372, H. Wable, Ausg. u. Abh., LXXX.) 

TRAPASSER, voir Trespasser. 

TRAPE, trappe, adj., trapu, ramassé, 
gros et court : 

El trappe estoit toute crouslee (la 
[vieille). 

{Anttcîaudionus, Ricbel. 1634, f" 47 r".) 

Cuisses trappes, enllees comme ung porceau. 
(Gbihgork, Folles Entrepr., p. 47, Bjbl. elz.) 

Gascons trappes et bien fondez 
Jouent la leurs nouvelles pratiques. 
(CoQUiLLART, BltisOH desAnues, II, 171, Bibl. elz.) 

Il estoit homme trape, bien amassé, et 
mesme qui scavoit bien jouer des cous- 
teaux. (B. Desper., Nouv. recréai.. De celuy 
qui r'envoya..., f" 150 v", éd. 1572.) 

Les vignes ne demandent pas si grands 
hommes, que trappes et puissants. (COT- 
TEREAU, Colum., I, 9, éd. 1551.) 

il estoit grand et court et trappe, 
Et luy d'approcher et je frappe. 
(1554, Le franc arcttier de Cherrr, Poés. Ir. des sv» 
et XTl- s., Xlll, 26.) 

Les piedz avez poinctus devant 
Comme une corbeille ou un van. 
Tant ilz sont groz, larges et frappes. 
(F. JCLYOT, Eleg. de la Belle Fille, p. 72, éd. 1873.) 

La graisse prend plutost sur homme 
trappe et de moyenne stature que non pas 
sur un bien grand et haut personnage. 
(Trippault, Cellhell., éd. 1580.) 

Wall., trape, vieille femme décré- 
pite et ridicule. 

2. TRAPE, trappe, s. f., embiiche, 
piège, ratière, souricière : 



22 



TRA 



TRA 



TRA 



Amis, amis, nos somes morl ! 
Vez ci Bertran ! s'il vos eschape. 
Cheu somes an malc trape. 
11 dira qu'il nos a veuz. 

(Chrest., Cliges, 6470, Foerster,) 

... Cil qui délivrera 
Tous ces qui sont pris a la trape. 
Au reaume dont nus n'eschape. 

(Id., la Charrette, 1934, Holland.) 

Bien a ses compaignons en la trape laisies. 

(Aio(, 5969, A. T.) 

Fureni armé desous lor capes, 
l'our le vesque prendre a lor trapes, 
(l'a. MousE., Chroil., 131S5, ReifT.) 

Chien et chat, la trape aux souris. 
(E. Deschamps, Poés., Ricbel. 840, f" 418.) 

Ce sera un appast et une trappe pour y 
surprendre aultant de gens que le roy des 
Romain^ y srauroil envoyer. iNégoc. de la 
France dans le Lee, 11, 1S6, Lelt. de M. de 
Selve àMontmor., Doc. inéd.) 

— Au fig., cachette : 

Neporquant c'est il plus de bien 
Qu'il ne fu onques a nul tans. 
Mais chascuns est mais si doutans 
Que, c'il a le bien en sa frappe, 
Poor a qu'il ne li eschappe. 
{De Gronfjnet et de Petit, 10, Montaigl. et Raya., 
Fabl., U\, 30.) 

— On l'a employé en style libre pour 
désigner les parties de la femme : 

Garde ta trape, ma fille, 
Garde ta trape d'en bas. 
(Crauail, Corn, de C/iai«., V, 4, Ane. TbéAt. tr., IX.) 

3. TR.\PE, trappe, s. f., instrument 
de cuisine : 

Une trappe d'arain a fere lartres. (Sept. 
1395, Invent, de meubl. de la mairie de 
Dijon, Arch. Côte-d'Or.) 



Deux trapes a tirer char liors du pot. 
(Vente des biens de Jacques Cœur, Arch. KK 
328, f 250 r°.) 



Nombre de clous a trappes. (1563, Inven- 
taire des artilleries et ustensiles déposés au 
château de Lille, Ch. des Comptes Lille 
B 2564.) 

Trape se trouve dans Du Cange avec 
le sens de vase à mettre du lait. 

TRAPÉ, adj.? 

Ll bons raorsel seront 
.\s gloutons eschapé 
Les sausses camelines 
E ]i poivre trapé. 
[Contempl du monde, RicLol. 1593, !' 142^) 

TR4PEL, trappcl, S. m., trappe: 

Deu.v Irappiaux de fer a deu.x pièces de 
bois d'une closlure. (llâO, Lille, ap. La 
Fons, Gloss. ms., tîibl. Amiens.) 

TRAPELLE, Irapp., S. f., petite 
trappe : 

Le corps fut jeltè au dessoubz de l'es- 
chalTaul par une truppelle faicle a propos. 



(Brant., Gr. Capit. estrang., II, 156, La- 
lanne.) 

— Fig.. piège, embuscade : 

L'entreprise de Bourges, une des plus 
insignes trapetles de ce temps. (D'Aubig.né, 
Hist. Univ., 111, 15i, de Ruble.) 

TRAPEX, -eut, voir Trapan. 

TRAPEXSA\T, voir Trespensant. 

TRAPERCER, -cicr, -ser, voir Tres- 

PERCIER. 



TRAPEZETE, S. f., petite table : 

Trapezetum, mensa, trapezele.(Gk 
'., Kichel. 1. 4120, f 125*.) 

TRAPniCQUE, voir Trafique. 



TRAPiER, trappier, s. m., entrave : 

En lieu d'ung trappier il ramoyt son che- 
val tout entour de branches de moy. 
(Palsgr., Esclairc, p. 666, Génin.) 

TRAPiSER, V. a., fouler aux pieds : 

Se tu veulx que ladite ache soit crespe, 
fault ung petit piler ladicte semence ains 
que la semer en terre, ou se veulx après 
que sera saillie de terre y passer par des- 
sus quelque chose pesante ou la trapiser 
avec les piedz. (Platine de honnesie volupté, 
f 31% éd. 1528.) 

TRAPOINTE. voir Trepointe. 

TRAPPE, voir Trape. 

TRAPPANT, -ent, voir Trapan. 

TRARiiv, voir Train. 

TRASCE, S. f., billot : 

Auquel l'en deust donner trasce de chesne. 
En liault levé, et de corde une longe 
Ou les getter dedenz le fleuve d'Esne. 

(E. Descbamps, Poés., V, 404, A. T.) 

TRASCEXDER, VOIP Tr.AXSCENDER. 

TR.ASER, voir Tracier. 

TR.ASLATEMENT, VOir TrANSLATË.MENT. 

TRASA'E, s. m., tremble : 

Avoir faillie et appoinlié .xvm. que hom- 
meaulx, frasnes, et ti-asnes. (1445, Compte 
des fortifications, 12* Somme des mises, 
Arch. Tournai.) 

Se dit encore dans le Tournaisis. 

TRASXEL, transnel, -eau, tranncl, s. 
m., dim. de trasne : 

Quesneaux et trasneaux d'allemarche 
pour le faux rain d'une feneslre. (1447, 
Compte, Héthuiie, ap. La Fons, Gloss. ms., 
Bibl. Amiens.) 

.\u dit Toussains (carpentier), pour deux 
arbres appeliez trnnneanx, a luy achetez et 
par lui livrez. (1491, Compte des fortifica- 
tions, 2" Somme des mises, Arch. Tournai.) 

Transneautx employe> a faire les estan- 
chons des cheminées. (1497, Compte, iiè- 



Ihune, ap. La Fons, Gloss. ms., Bibl. 

Amiens.) 

Petis trasneaulx pour les chinlres d'une 
vaulsure. (/é.) 

Transneaulx pour eslever (dans les fos- 
sés) les glaches rompues, a .xii. d. le trans- 
neau. (/A.) 

TR.isxiXE, voir Tranaine. 

TRASPArv, voir Trapan. 

TRASS..., voir Trac... 

TRASTE, voir Trastre. 

TRASTORNER, VOir TrESTORNER. 

TBASTRE, trnste, traestre, traistre, 
traie, trestre, treste, traicte, Irette, tret- 
tre, traulte, traule, s. m., tréteau, pou- 
tre, chevron, poteau, solive : 

11 a fait une table sor .ii. trastres poser. 

(Fierabras, 6102, A. P.) 

Et li autre revont saillant 
De trestre en trestre baaillant. 
(G. DE CoiNGI, Mir., ms. Soiss., f" 47''j Poq., col. 435.) 

De trasie en truste. 

(Id., ib., ms. Brux., f" 46».) 

Le festu voient en noz elz. 
Le trastre es lor ne voient mie. 
(Id., Ste Leocad., 1672, Méoo, Fabl., 1, 325.) 

Il n'i avoit tables ne trestres. 

(L'Escouffle, Ars. 6565, f" 37 t«.) 

Se ont en la sale aporté 

.11. trastres, et mis sur la table. 

(Sones de Naiisay, ms. Turin, f" 79*.) 

A tant a on .n. trastres mis 
Et la table après sus assis. 

(Ib., i' 80".) 

Formes, traistres et tables, grant foison 
por l'esloremenl de l'ostel. (1307, Mobilier 
des Templiers du baill. de Caen, Arch. J 
413, pièce 29.) 

Feme estable est si con columne d'or 
sour trastres d'argent, et pies ferme sour 
les plantes. Jehan d'Arkel, li Ars d'amour, 
I, 371, Petit.) 

A Jehan Leheut pour une table sans tres- 
tres, .xiiii. s. (3 mars 1402, Exéc. test, de 
la veuve Gonitiier, Arch. Tournai.) 

Une table, unes traictes, ung bouquet. 
(1412, Lotîtes, Arch. Crossœuvre.) 

De lui [Jehan de le Porte], pour une table 
et Irettes, .xxi. s. (1452, Exéc. test, de sire 
Rogier Renarre, prêtre, Arch. Tournai.) 

Le traestre du pont de la porte de Caen. 
(1487, Reg. des délih. de Lisieux, I, f° 18*, 
Arch. mun. Lisieux.) 

Autour du dit coer, broder le dessus de 
la dicte muraille, les verrines pardessus 
pareillement, ossy les traies et montans 
faire de quelque couleur sans estre tenu 
les faire a l'oylle mais a la colle. (1497, 
Boncourt, ap. Mannier, Commanderies, 
p. 525.) 

Pour deux grans tables d'environ quinze 
piedz de long chascune, et une petite d'en- 
vyron six piedz pour servir a recevoir Cor- 
pus Domini le jour de l'asques, et pour 
trois traultes pour servir avec les vieulx 
qui estoient en ladicte parroisse S. Pol, a 
porter lesdictes tables. (1519, Reg. parois- 
siaux de S. Paul d'Orléans, Arch. Loiret.) 



TRA 



TRA 



TRA 



23 



(Juatre grans Iraules et une table pou 
reposer les corps saints. (28 janv. 1462, 
Inv. de l'Egl. S. Paul dOrl., 106, Boucher 
de Molandon.) 

Trois petitz Iraules et une mendre table 
pour recevoir Corpus Domini. {Ib., 107.) 

Pour une table a deux Irettes. (15 août 
1576, Exec. lest, de Louis de Bary, f° 35 r°, 
Arch. Tournai.) 

Pour trois aultres escabelle et une trette, 
.XV. s. (74.) 

— Machine à tondre, tondeuse : 

Deux trelires a tondre .xxx. s. (2 ocl. 
1453, E.réc. test, de Jehan Thien-y, Arch. 
Tournai.) 



Pour ung tonneau, une (reste a ourdis- 
soir et aullrez fastras. (lôU, Exéc. lest, de 
Katlierine Mesquin, .\rch. Tournai.) 

Xorin., trotte, jambe, jambage sup- 
portant la cage d'un moulin, Pic, traite, 
trette, poutre, table de cuisine. 

TRATAiGE, S. m., manière de se con- 
duire, action : 

Tôt ce trataige voirement 
Or m'ea poise, si m'ea repent. 
( t7(? Ste Juiiane, ms. Uxf. Bodl., caooQ mise. 74, f^i 
71 r°.) 

TRATE, voir Tr.^stre. 

TRATIER, voir TraITIER. 

TRAU, voir Theu. 

TRAULE, adj., bègue : 

Aucunesfûis elle (la parole) est corrom- 
pue, si comme es bègues et es traules.... 
car Iraules et bègues ce sont ceulx qui 
corrumpent les lettres et mettent une pour 
aullre. (B. de Gord., Pratiq., III, 20, éd. 
1490.) 

1. TRAULiNE, S. f., mapque servant à 
poinçonner : 

A lui [Betlremieu Lampot, fevre], pour 
avoir l'ait et ordonné une ensengne or- 
donnée d'une trauline servant a enseigner 
par les esclievins de la dicte ville les me- 
sures de sel d'icelle ville, pour ce, .v. s. (26 
fév. 1407-20 mai 1408, Compte d'ouvrages, 
7* Somme de mises, Arch. Tournai.) 

2. TRAULiiVE, trauU.,s. f., clochette"? 

Si avolt une cotte vestue... les parures 
estoient d'ung fin samit azuré... En chas- 
cune pointe avoit une roze vermeille et en 
lieu de la semence avoit une cloche d'or 
allachee, et en l'azur avoit une trauHine 

d'argent; si ne pourriez croire quel 

gratît doulceur c'estuit des cloches oujr 
sonner. (Perceforest, I, f° 147% éd. 1528.) 

TRAL'LTE, VOir TraSTRE. 
TR.A1JSAGE, voir TrEUAGE. 

TRACTE, voir Trastre. 

TRACWELÉ, adj. ? 

Lidis meslre Jehans fesist mettre une 



boinne platine de lier trauwetee deseure le 
trau del eskallich, par coy nule ordure 
n'alast ens, fors que li ayuwe. (1328, Tes- 
tant. Jeli. de Bine, .\rch. Tournai.) 

TRAVACLE, S. f., travail de fortifica- 
tion : 

Premerement asseia Otrente et attornia 
la de diverses travac/es et de chevaliers. 
(Aimé, Yst. de liSorm.,\, 26, ChampoUion.) 

TR.AVAiL, traveil, traval, traveaul, s. 
m., poutre : 

Nos avons vandut... toute l'ouvraingne 
ki est faite au mur de la citeit de coste sa 
maison... et la voile ki est dedens sa mai- 
son et les Iravalx devant, et les loies de- 
zour les Iravalz, sus la porte et l'antree. 
(Noël 1235, S.-Sauv. de Metz, Arch. Mos. G 
1710, pièce 1.) 

Une auditoire de bon bois de chesne, as- 
sise icelle sur quatre sommiers par ma- 
nière de plate forme, et en iceuli som- 
miers a une bonne travure de bois de 
chesne, et sur iceux Iraveaulx a ungplan- 
chier d'ais. (1448-49, Compt. du rec. du bail!, 
de Dijon, Arch. Côle-d'Or B 4499, C 88.) 

Comme celluy qui regarde la paille en 
r<i'il de son compaignon, et ne voit le groz 
trareaul qu'il tient au sien. {Rép. de Charl.- 
Quinl à ta déclar. du roi de Fr., dans Pap. 
d'EI. de Granv., I, 400, Doc. inéd.) 

— Catafalque : 

Il ot en l'église a l'obseque un traveil 
auquel il avoit sept cens candeilles ou en- 
viron, et sus ledit traveil avoit cinq ba- 
nieres. (Froiss., Chron., X, 284, Kerv.) 

Ung travail pour exposer les corps d'un 
défunt dans l'église. (xv° s., Lille, ap. La 
Fons, Gloss. ms., Bibl. Amiens.) 

Ung traveil pour une chapelle de bois des 
funérailles. (Ib.) 

Canada, travail, brancard. 

TRAVAILLABLE, -(lilable, -cUable, -eil- 
table, adj., fatigant, pénible, vexatoire : 

Ge ai eu mois uniz, et ai nombre nuiz 
travaillables. (Bible, Bichel. 899, i" 219".) 

Apres ce commencha le roy a eslever 
des mauvaises traveitlahles coustumes au 
royaulme. (xiv° s.. Récits d'un bourgeois de 
Valenciennes, p. 154, Kervyn.} 

Riens ne semble long ne travaillable a 
cuer qui bien aime. (Christ, de Pis., Cité, 
Ars. 2086, f 26\) 

Toutesvoyes ledit chevallier, par mala- 
die d'amour aggravée, longuement norrye 
en son cueur, a souffert l'angoisseuse et 
travaillable paine qu'il n'estoil plus puis- 
sant de porter ne sonlTrir. (0. de La Mar- 
che, Afem., p. 155, Soc. Ilist. de Fr.) 

— En parlant de pers., qui éprouve 
de la fatigue : 

Indefessus, non travailables. (Catholicon, 
Richel. 1. 17881.) 

Indefessus, non travellablez, non lassa- 
blez. (tjloss. de Salins.) 

Indefessus. Non traveillable. (Vocabula- 
rius brevidicus.) 

TRA VAILLANCE, •eillatice, s. f., tra- 
vail, fatigue : 



Si ne dictes plus que si graat dueillance 
Ait ea amours et telle défaillance 
De reconfort, ne si grant traveitîance 
Ne si pénible. 
(Christ, de Pis., Poés., Rirkel. 604, f» 50".) 

1. TRAVAiLLA>T, -Veillant, -veilhant, 
-velhant, -villant, adj., actif, agissant, 
s'efforçant 

Car meisme la pesantume cui il traveilhe- 
rent esragier, sodainement d'eaz traveil- 
kiinz fors ragie par k'ele n'atocheroit la 
fosse de Martin, ele donat un sait, et si 
chait lonz. {Dial. Greg. io pape, p. 145, 
Foerster.) 

Moult desiroithaultes signories, hardy et 
i7-aveiilant. {CHmiiT. de Pizan, Charles V,2' p., 
ch. XI, Michaud.) 

Sus haghenees bien apertez et bien tra- 
villans. ^Froiss., Chron., I, 332, Luce.) 

Vaillant et travaillant chevalier, plein de 
hault los. (G. CuASTELL., Chron., III, 80, Bu- 
chon.) 

D'OU vint le duc Charles, vostre grant 
père, que l'on nomme Charles le Travail- 
lant. (0. DE La Marche, Jtfém., Introd., ch. iv, 
Michaud.) 

— Pénible : 

Apres, revenant a ma matere de la guère 
de Saint Tron et de Brustemme, qui tant 
astoit grief et travelhante, sont aviseis tos 
li hais princliez. (J. d'Outrem., Myreur des 
histors, IV, 272, Chron. belg.) 

Canada, travaillant, travailleur. 

2. TRAVAILLAIT, -eillant, s. m., 
l'ensemble des instruments de travail : 

Sont tenuz... a tenir, maintenir et sous- 
tenir yceulx moulins lesdites années du- 
rant, c'est assavoir le molant et le travail- 
lant d'iceulz moulins, et tout ce qui afiert 
a priz de moulin, selon les us et coustu- 
mes de Paris. (1376, Bail, Arch. MM 30, f" 
56 T\) 

Le molant et le marrien travaillant. [Ib.) 

De tenir et soustenir tout le traveiltant 
de l'esglise, c'est assavoir comme de cor- 
des, de cloches, des vestemens, des livres 
et des roches des clers. (1409, Reims, 
Arch. MM 32, f° 35 v°.) 

Entretenir les moulins de tournantz et 
travaillantz. (1558, Bail par E. du Bell., 
.\rch. domaniales Rambouillet.) 

Sont lenuz les puisnez de contribuer aux 
frais des moulans, tournans et Iravaillans 
dudit moulin. (Couat. du vicomte de Parti, 
ap. Ch. du Moulin, Coust. général et parti- 
cul, du rtiy. de France, t. I, 1" I v°, Paris 
1581.) 

TR.AVAiLLE, -vulle, S. f., travail, fa- 
tigue : 

La sierae brance qui mius plaist. 
Chou est (le la lance entresait 
Dont Longis l'eri el costé 
Le roi de sainte majesté ; 
Et la seste, sans nulle fallo, 
Del grant content de la travalle. 
(Chresties. Percevat, ms. Mons, p. 5*.) 

Grant grevance i a San faille 
Et grant painne et grant traraitle. 
(Bsii., Troie, Richel. 903, f" 55''.) 

Celé compaigne e celés genz 
Dunt Rous se faiseit si dolenz 



24 



TRA 



TRA 



TRA 



Qui reraeslrent en la fraraiUe 
E el fer champ do la bataille 
Enclos e morz e entrepris 
E si gregiez e si aquis 
Que n'i out rien del plus ester. 

(ID., B. de iVonn.. II, 5477, Michel.) 

1. TR.\vAiLLEME>T, travelHem. ,a.dy., 
avec beaucoup de travail, de peine : 

Laboriose , travaillement. {Catkolicon , 
Richel. 1. 17881.) 

Laboriose, travel/iement. {Gloss. de Sa- 
lins.) 

2. TKAV.\iLi.E.MF,\T, -oiit, -alleiiieiil, 
-eillement, s. m., travail, fatigue : 

Des cum home dormi 
Ki eu la cruiz mort sufri, 
Ert sa destruction 
Nostre rédemption, 
E Sun traveillemenf 
Nostre reposemenl. 

;Ph. de Thics, Best., Î15. Wright.) 

K'il est vielz, si ne poet svilTrir tramillement. 
(,Hom, 1733, ms. Gif., Slengel.) Ms. Cambridge, Ira- 
vallement. 

Repos sans nul trarctiUement. 

{Vers, le Joli, \is.3Hi,t' 178'.) 

Et de la painne et del tramillement 
Et del oscil u estut longement. 
(GKBiED. de Sap. et de folie, Richel. 1444, (' 75 V.) 

Sans trop granz tfavaillemanz. 
[i. DE PmoRAT, Liv. de Vegece, RicLei. 1604, £• C.) 
Traveil/emens pvmnestiques. (Obesme, 
2" p., P -.il", éd. 1489.) 

Travaillement. operosilas, labor. (R. Est., 
Petit Dict. fr.-lat., éd. 1549.) 

Travaillement. pena, affan. {Thresor des 
trois tangues, 1617.) 

TRAVAiLLEOR, -cur. traveilL, ira- 
velL, s. m., celui qui fait souffrir, qui 
tourmente, ennemi : 

D'ouneur fain fu irareUieres. 
[Chans., Poèt. av. 1300, IV,'l330, Ar.. 3306.) 

Travailleors de genz a cort. (Liv. de Jost. 
et de plet, XIX, 49, G 1, Rapetli.) 

Ce n'est qu'un grant travailleur et tour- 
menteur de gens. (J. G.^llopez, Peler, de la 
vie hum.., .\r5. '2319, f 71 r».) 

(Jue le roy estoit mal content toutoultre 
de l'alliance qu'il avoit prise et quise en 
.•Angleterre avecques les anciens ennemis 
et Iraveillem-s de la coronne de France. 
(G. Ch.xstell., Chron., III, l'28, Buchon.) 

TRAVAiLLERiE.^rawrtieri'e, s.f., grand 
travail : 

Par vostre proesce, par force, ensement par vi- 
Et par travaterie de vostre grant valur [gur. 
Conquerrez les Yudiens et les citez entur. 
{Ta. DE Kest, Uesle dAlis., Richel. 24364, f 46 r«.) 

TBAVAU.uELiiE, S. f., fatigue : 

Le jus de samba(-us est proullilablement 
et bien aUrlbué pour les taxations el Ira- 
vailtetires. (Jard. de santé, I, 409, impr. la 
Minerve.) 

TRAVAIM.EL'S, -CUX, VOir Tr.WAILLOS. 

TRAv.AiLLiER, -vailler.-veilUer, -veil- 



ler, -veilhier, -velhier, -vellier, -veli'er, 
-veller, -villier, -valler, trevailier, -vail- 
lier, torvelher, verbe. 

— Act., molester, tourmenter, impor- 
tuner, blesser, avec un régime de per- 
sonne ou d'être animé : 

Dist Blancandrins : Franc sunt mult gentill hume, 
Mult grant mal funt c cil duc e cil cunte 
.\ lur seignur, qui tel cunseill 11 dunent : 
Lui e altrui travaillent e cunfundent. 

(Roi., 377, MiUler.) 

Einsi travaille amors Fenice, 
Meis cist Iravauz U est délice 
Qu'ele ne puet estre lassée. 

(Chhest., CUges, 457n, Foerster.) 

Recreanz est et touz atainz (le poulain) ; 
Petit en faut qu'il n'est estainz. 
K'a mais mestier, autant se vaut. 
N'a mais mestier qu'om le travaut. 
(Gaut. d'Arras, Evade, 1713, Lùseth.) 

.vu. anz toz plains le traveilla. 
Par pluseurs mers le démena. 

{Eneus, ms. Montp. H 251, {• 149».) 

N'i pot entrer : il familla 
Et li fains moût le travilla 
Por le bel i'ruit plain de délit. 
(Résolus de Moil., Miserere, lvh, 1, Vaa Ha- 
mel.) 

Car dolors sanz repos nuit et jor me travaille. 
(Tbibault, /(! Poire, 272, Stehlich.) 

La le travaillent Sarrasin et Escler. 
{Enfances Vivien, ms. Boulogne 231, p. 16*, Wah- 
land.) 

Se Jehans devant dis chevaliers ne autres 
de la siue part en plaidoit ne Ivavilloit les 
borgois devant nomes. (Jonv. 1228, Arch. 
mun. Douai, Zeitsch f. rom. Phil., 1890, p. 
301.) 

A nos ne a nos hoirs ne a nos hiretiers 
ne loira ce franc bourjois travelievne que- 
releir. (Mars 1247, Chaumont, Rocquigny, 
Arch. Ardennes II 81.) 

Certes or vos iert pardoné. 
Fait la dame, dan chevalier. 
Ne vos voil or plus tvaveillier. 
{Du Chevalier qui rerovva l'amor de sa dame, 238, 
Montaigl. et Rayn., Fabl., VI, 146.) 

Li faux plaideour qui travaillent et cha- 
loingnent autrui a tort. (Laurent, Somme, 
ms. appartenant à M. Boulillier, p. 15.) 

Et si voel que nus ne puist mes testa- 
menteurs soumonre ne travillier, pour cest 
testament ne ces devises a aconpiir. (Fév. 
1292, Ch'est li testamens Jehan Le Muisit, 
chirog., Arch. Tournai.) 

Nous delTendons que balllifz ne prevoz 
ne travaillent nos subjez en causes que il 
ont par devant eulz menées. (Joi.nv., Saint 
Louis, p. 226, Michel.) 

Cil qui demende enpetre aucunes foiz 
letres as juges mult lonctans, qu'il puis- 
sent travaller son aversaire de travail et 
despans. (Liv. de Jost. et de Plel, I, 4, S 15, 
Rapetti.) 

Pour çou k'il estoit traveillies sour l'a- 
riest le chastelan d'At. (10 juin 1339, Curât, 
des biens délaissés pur Jehan dou Moulin, 
Arch. Tournai.) 

Ne les dis religleus ne leurs successeurs 
n'en Iravedlera ne traveiller n'en fera par 
ele ne par autre eu court d'église ne en 
court laie. (1345, Tréport, Arch. S.-Inf.) 

Et que li devantrains prevos avoient 



contre raison e plusours cas blecietet tra- 
vethiet les gens de notre citet. (l"' juill. 
1349, Charte S. Lamb., n° 682, Arch. 
Liège.) 

bestrendre ne traveilhier nulle personne. 
(1374, ib.) 

Vous nostre dit chambellan ne traveilliez, 
molestez ou empeschez. (1398, Hommages, 
Arch. PI, reg. 1, f» 33.) 

Pour les Escos que ja, en ceste année, 
par deux fois l'avaient travilliet de chevau- 
chier apries yaux. (Froiss., Chvon., II, 343, 
Luce.) 

Traveiller, vexo, traveillé, vexatus. (Gl. 
gall.-lat., Richel. 1. 7684.) 

Ils vexèrent et trnvillierent les habitans 
des pays. [Trahis, de France, p. 255, Chron. 
belg.) 

Dit oullre qu'il a veu lesd. acquitteurs 
contraindre les marchans a venir et bran- 
ler a leur acquis, pour plus traveller lesd. 
marchans. (Nov. 1438, Péage du Chambon, 
xVrch. mun. Orléans.) 

Pierre Bertron, gardeur de laine, a ung 
an, pour oyoiVune jone fille, nommée Hai- 
gnon le Fevre, de l'eage de .ix. ans ou en- 
viron, en demourant avec lui, attraite en 
son lit, et icelle, de son membre trnvillie 
et froissie, en ses aisnes, et aultrement 
deshonestement traictie, sans l'avoir des- 
lloree, ne violée. (24 janv. 1443, Reg. de la 
loy, 1443-1458, Arch. Tournai.) 

Et se ainsi estoit que, pour cause de 
mondit présent testament, mesdis exécu- 
teurs feussent semons, adjournez, traveil- 
liez ou trais en procès ou en cause, je 
voeil que aux despens de mesdiz biens ilz 
s'en delTendent ou faicent défendre, sens 
y riens mettre du leur. (13 sept. 1495, 
Test, de Bertrand Le Coq, ib.) 

A Estevenot, carpentier, lequel a esté 
fort traveillié de la terre tombée sur lui en 
cstanchonnant audit ouvrage, payé .xx. s. 
(1535, Compte des fortif., Q" Somme de 
mises, ib.) 

Cordes, gouverneur du Mondevis, qui 
s'estoit emparé de la Marsaglia, bourgade 
des Langues, assez commode pour travail- 
ler l'ennemy. (Du Villars, Mém., III, an 
1552, Michaud.) 

Ne faisant point comme certains bouviers 
qui sans jugement ny discrétion travaillent 
leurs bœufs, jusques a ce que plus n'en 
peuvent. (Bellefor., Secr. del'agric.,p. 232, 
éd. 1571.) 

Je suis conseillé de les harasser et tra- 
vailler de façon que... (5 sept. 1590, Lett. 
7niss. de Henri IV, III, 247, Berger de Xivrey.) 

Et n'y peut aller de moins que d'estre 
travaillé par la justice, pour respondre de 
cest accident, dont l'on est innocent. (Char- 
ron, Sag., 1. I, c. 4, p. 24, éd. 1601.) 

— Absolument : 

Et premech ke je seur ches choses ven- 
dues ne travellerai ne Iraveillier ferai en 
court laie ne en court de crestienté, ains 
leur porterai loial warandise. (1264, S. Bar- 
thélémy de Noyon, Breuil, Arch. Oise, H 
451.) 

— Employé avec un régime de chose, 
en conservant tous les sens du régime 
de personne : 



TRA 



TRA 



TRA 



2S 



Par tantes terres ad sun cors traveilUef, 
Tanz colps ail pris de lances e d'espiez, 
Tanz riches reis conduiz a mendistiet. 
Quant iert il mais recreanz d'hosteier ? 

{RoL, 540, MùUer.) 

An jebuner et an voillier 
Voloit lou sien cors ti-evailier. 
[Dou peckié d'iirgueil laissier, Brit. Mus., add. 15606, 
!' 110''.) 

Considérant que mieul.x ne se pouvoit 
employer que de donner au service de 
Dieu sa jeunesse, en travaillant son corps 
pour l'accroissement de la l'oy, désira 
moult d'aller en ceste honorable besongne. 
[Faiots rin marexchal de Boncicaul, 1'° p., 
p. '23(i, Micliaud.) 

El demoura cappitaine par le don du 
roy de la ville et chastel de Gisors Mon- 
seigneur de Gancourt, lequel a grandement 
travaillé son corps an service du roy. (J. 
Chahtier, C/()-o«. deChart. VU, c. 199, Bibl. 
elz.) 

Pourtant que la ditte cileit es/ plusseurs 
fois grandement cliargie et travelltie des 
alTorains liorgnis. (Ii24, Ed. et règlem. pour 
le pays de Liège, ap. Louvrex, I, 4H, éd. 
1750.) 

Les Imperiau.'i, qui s'estoienl emparez 
de Passeran, travaiUoierd toute la cam- 
pagne et tous les villages et mesmes aussi 
toute la montagne du Montferrat. {Du Vil- 
LAHS, A/ém., II, an lôôl, Micliaud.) 

— Endommager : 

Et y assis grosses bombardes dont ilz 
avoient fait battre et travillier la muraille 
d'icelle. (MoNSTRELET, Citron., Il, 119, Soc. 
llist. de Fr.) 

Par telle et si bonne manière qu'il ne 
peuissent emperier, travelier, grever, ne 
dommagier le dit mur. (30 oct. 14'21,^c- 
cord entre lluart et Jaquemart Bosquet, 
Arch. Tournai.) 

— Occuper : 

Auquel service je ne vueil eslre prié ne 
Iraveillié aultres gens que les povres de- 
vant dis, desquelz .x.wn. povres on pren- 
dra les .vin., qui porteront mon dit corps 
en terre. (6 nov. U'23, Te>,t. Demisielle Marie 
de Haluin, chirog., Arch. Tournai.) 

— Déterminer, décider : 

Ly vesques de Maltran s'y vot acompaignier. 
Non pas pour demorer, mais pour ly fracelier 
D'aler en la cité de Homme sans targier. 

(Chev. au Cyrjne, 2165Î, ReiJT.) 

— Neutre, être tourmenté : 

Si s'est .1. poi trop atargiez, 
Quar .\lous se r'est esveilliez. 
Qui longuement ot traveiîH^ 
Por .1. songe qu'il ot songié. 
(ie Flabel d'Aloul, 2Î7, Montaiglon, Fahl., 1, 262.) 

— Souffrir une peine quelconque : 

Orguieus fait le gent travaiUier 
Eu art de bel appareillier. 
(Renclus de MoiLiENS, Misertiv, cii. fO, Van Ha- 
mel.) 

Et sur ce point mon esperii s'esveilla. 
Qui du depuis plusieurs fois fraveilta 
A rédiger la vision predicte 
Selon son sens cy par escript réduite. 
(Grimgore, Folles entreprises, I, 142, Bibl. elz.) 



Ceuix qui travaillent de fiebvre n'es- 
traingnent leur soif par boire. (>'. de Bris, 
Institut., P 185 V.) 

— Etre prise des douleurs de l'enfan- 
tement, enfanter : 

Ses termes vint, si travilla. 
(Cbbest., du Roi Guill., 456, ap. Michel, Cfiron. an- 
glo-norm., III, 57.) 

Il estoit aperte coze qu'ele avoit esté 
grosse et qu'ele avoit esté oye traveillier 
et ne savoit on que li enfes estoit deve- 
nus. (Beaum., Coût, du Beauv., LXIII, 7, 
lîeugnot.) 

Femme qui muert en traveillant ne doit 
point estre enterrée en l'église selon l'opi- 
nion d'aucuns. (.1. Goulain, TraJ. durational 
de G. Durant, Uichel. 437, f""27^) 

Et ladicte Henriette vint par devers la- 
dicte .Marguerite laquelle fist manière de 
travellier et d'avoir eu ledit enffant. (1440, 
Arch. JJ 176, f°46 V.) 

— TravaiUier d'enfant, même sens : 

Il oirenl une famé crestiiene ki Iravelloit 
d'enfant. (Li Contes dou roi Constant l'Em- 
per., Nouv. fr. du xm" s., p. 5.) 

El cel nuit meisme li femme le conte 
travelhat et délivra d'on enfant. (,I. d'Ol- 
TREM., Mijreur des histors, IV, 220, Chron. 
belg.) 

— Souffrir les douleurs de l'agonie : 

Et si veoio devant mol l'enconbrier 
De mon enfant a la mort travillier. 
Dont la cervele coroit par le plancher. 

(Kaiub., Oyier, 4415, Barrois.) 

Celui qui travaille a l'eure de la mort 
n'endure pas plus que j'enduray. {Orloge 
de sapience, Maz. 1134, 1. 1, ch. 13.) 

— Réfl.. employer tous ses efforts, 
s'activer, se tourmenter : 

E dist li emperere : Or gaberat Ogiers, 
Li dux de Danemarcbe, tant se poet travaiUier. 
{Voy. de Charlem., 518, Koschwitz.) 

De ma dame vos di je voirement 
Qu'elle aime tant son petit enfançon, 
Que ne veut pas qu'il se travaut souvent 
En départir l'avoir de sa maison. 
(HuoN DE L\ I'erté, Seri'entois, P. Paris, Bomaneero 
français, p. 1S2.) 

Droiz est que chascons se travaut 
Por mostrer an quel chose il vaut. 
(S. Guill. d'Angleterre, ms. Cambridge, S. John's B 
9, P. Heyer, Riipp.) 

Judas connut l'ensengne al duc de Trelbe 
Comment vassas ki forment se torrelhe, 
[Maccab.. ms. Berne 1)3. Stengel, v. 116, Birista di 
fdologia ronianza, 1S75.) 

Li om dou monde qui plus se Iraveilla 
de paiz entre ses sousgis et especialmenl 
entre les riches homes voisins. (.Ioinv., 
llist. de Saint Louis, g 680,WaiUy, éd. 1874.) 

Je suis Micet qui point ne se travaille. 

{.Uist. du Viel Test., 48202, .i.. T.) 

Lairrez vous ainssy retourner ung tel 
prince, qui est filz et frère de roy, qui 
pour vous voirs'esi Iraveillié de venir en 
voslre ville, sans parler a lui, ne aler le 
veoir. (Mosstrf.let, Chron., II, 138, Soc. 
Hist. de Fr.) 

Dont plusieurs prendront occasion de 
nouvelles défiances, au lieu que nosu 



sommes en la saison que chascun se doit 
travailler a les lever. (12 janv. 1.584, Lett. 
miss, de Henri IV, V, 630, Berger de Xivrey.) 

Monsieur Delbene a ponrveu a ce que 
Monsieur du Perion soit bien logé et accom- 
modé, de façon qu'il n'a esté besoin que 
moy ni autre s'en Iravaillast. {20 mai 1595, 
D'OsSAT, Let. (i M. de Villeroy.) 

— Travaillié, part, passé, accablé de 
travail, de fatigue, épuisé, vexé par des 
poursuites, au propre et au figuré, en 
parlant de personne ou de chose : 

Caries se dort cum hum qui est iraveilliez. 
(Roi., 25-25, Millier.) Hume traveillez, Gautier. 

Trave'dllez sui, si me veil aessier 
En Danemarcbe, se g'i puis reperier. 

(Aim. de Narb., 445, A. T.) 

Molt ot le cors lassé et traveilUé. 

(Ib., 2988.) 

En mal pais avez, ce semble, esté : 
Forment vos voi traveillié et pené. 

(/*., 3017.) 

O Carites, frai-aillies sui, 
Por toi querre, moût ai d'enui 
Por chou ke je t'ai quise en vain. 
(Renclus de Moil., Cavité, vu. I, Van Hamel.) 

Amis, fet ele, seiez liez ! 
Ceo dunt vus estes travailliez 
Vus otrei jeo sanz nul respit. 
(Marie, Lais, Bisclavret, Itl, Warnke.) 

Li marceant traviUé furent ; 
Assez i mangierent et burent. 
[Floire et lîlancfieflor., [" vers., 1055, E. du Mé- 
ril.) 

Lor mangier lisent moult haster , 
Car travilU sont de la mer. 

{Ib., 1219.) 

Ly prince et Iv baron ont le char travelie. 

{Cher, au cygne, 21S30, Rei£f.) 

Ly paiens ly a dit : Ma dame, je vous prie 
Que vous voellies aler, et soyes travelUe 
Jusques a Moradin qui tant a seigneurie. 

(Ib., 33501.) 

Biau douz sire, seez vos, qar par aventure 
vous estes plus las et plus travailliez que 
ge ne sui. (Lancelot, ms. Fribourg, f; 
107".) 

Et n'avoit .i. seul lieu en la crestienté 
Ne bon repaire nul ou il n'ait demoré. 
Et son cors mainte fois travillié et pené. 

(Guide Bourg., 324, A. P.) 

Afin que no les bonnes gens travillies 
sains le sceu du juge ordinair. (1487, Ch., 
ap. Louvrex, Ed. et règlem. pour le pays de 
Liège, I, 386, éd. 1750.) 

Et de peur du loup il reveille 
Son ad /l'crniiV/f'qui sommeille. 
Quand plus voulentier dormlroit. 
(J. A. DE Baif, Passetems, 1. III, f° 91 r», éd. 1573.) 

Certaine partie de leurs villages véhé- 
mentement trevailles. (Chron. d'Et. de 
Méd., I, 131, Chassang.) 

Ceux qui en la procréation de leurs en- 
fans y viennent vvres, crapuleux.... travail- 
lez et l'esprit èmpesché, n'engendreront 
que goûteux. {N. du F'ail, Eutrapel, 1'° 185 
r% éd. 1585.) 

— Au sens neutre, qui peine : 

Oullre le reste de son equippage, il avoit 
vingt mille que mulles que mulets travail- 
lans par chascun jour pour fournir a ses 



T. VIII. 



26 



TRA 



ensins de baterie. (Amyot, Vies, Sylla, p. 
ni5, éd. 15G7.) 

TRAVAILLOS, -eUS, -CUX, -OltX, -VÏl- 

loits, Irnreill., adj., pénible, fatigant: 

Merveilles estoit airens 
Et pénibles et trareiUeits. 

(Bes., Troie, ms. Montp., f' 3°.) 

Vous ki onke? De reposes 
Por pain en chest val essilloas, 
\Vai ! se de chest val /rarillous 
En autre travail vous poses. 
(Rtscics DK Mon., de Caril'', cciiiiii, 9, Van Ha- 
mel.) 

Aspremont monte qni moult est tyavaiîloux. 
{De Charl. et des Pairs, Vat. Chr. 1360. f W.] 

C'est (Pamour) ris plains de plors et de 
[lermes, 
Repos tiaveillous en tous lermes. 

[Rose, Val. Cbr. 152Î, l' 30'.) 

Li bons hom estoil las de la vole longue 
et traveilleuse. (G. de Tvr, XX, 25, llist. des 
Crois.) 

Ilonquesli jor sont dit travailleux, elles 
nuis sont despandues au someil. (Lothier, 
Liv. de la misère de l'homme, Ars. 5201, 
p. 333".) 

Moult estoit grie?. chose el traveilleuse ans 
frères de ces .m. yglises descendre au lac 
en la valee por prendre eve. (Vie el mir. de 
plus, s- confess., Maz. 1716, f° 78".) 

Comme le iravailleux collier sert a la 
jument de charrelon. (Perceforest, vol. IV, 
ch. .\.\ii, éd. 1528.) 

La juventude ocleuse amené la vieillesse 
a repentis et traveilleuse. (N'ic. de Troïes, 
Grand parangon, p. 248, Bibl. elz.) 

TR.*VAiLLOSEMEXT , - ellousemenl , 
adv., avec beaucoup de travail, de 
peine : 

Mult aprist fraraillosement. 
(Bkn., D. de Xorm., Il, 29003, var. du ms. de Tours, 
Michel.) 

Ce fjiie 11 pronietent il soient et rendent 
travellousement et perlllousement. (Inlrod. 
d'astron., RIchel. 1353, 1° 60'".) 

TRAVAL, voir Tn.iVAIL. 
TRAVALERIE, Voir TRAV.\lLLERrE. 
TR.WALLE, voir Tr.\ VAILLE. 
TRAVALLEME.\T, VOir TraVaILLEMENT. 
TRAVAILLER, VOir TraVAILLIER. 

TRAVART, S. m., travail de maré- 
chal ; espace renfermé de quatre pi- 
liers dans lequel les maréchaux faisaient 
entrer les chevaux fougueux : 

Andry Milordln pour sa maison séant en 
la grant rue, .vi. d. ... Item luy pour un 
travnrt, a .1. d. i,1438, EUit de receple 
des ce/ts du domaine de Boiscommun, ap. Le 
Clerc de Douy, l. II, f 308 v% Arch. Loi- 
ret.) 

1. TRAviî, thrave, s. f., meule, mu- 
Jon, tas de grains : 

Fêtez nombrer les thraoes de chescune 



TRA 

manere de blé en augst.(.\in° s., Tr.d'écon. 
rur., Lacour.) 

L'ospilale de seint Léonard de Verwik 
estoit endowé per lesdlles progenitours 
du roy dune thrave des blees apprendre 
annuellement de chescune chariie arant 
deins les coiintees de Verwik. [Stat. de 
Henri 17, on II, Impr. goth., HIbl. Lou- 
vre.) 

Cf. Travée. 

2. TR.wE, s. f., poutre : 

Les Turcs de la ville avolent pendu Iravts 
moult longs conlreval les murs pour rece- 
voir les coupz des perrieres. Entre les 
autres II y avolt deux traves moult longs 
pendans a cordes que les assalllans cou- 
pèrent si qu'il?, tiimberent par terre. Ceulx 
qui estoient en bas les tirèrent a part en 
grant péril, et les mirent empres le chastel 
pour faire estanchons au pont quant 11 se- 
roit avalé. Car le costé de ce chastel que 
l'en devolt laissier cheoir esloll de si faible 
mairrien que, se ces deux traves ne fussent, 
les hommes d'armes n'eussent peu passer 
dessus sans grant péril de rompre. IHist. 
des Emp., Ars. 5089, f° 286 r".) 



Hz ont affermé Pierre Drevon, fevre de 
Fontaneys et Durant, fevre de l'.\bepin, 
pour ce "qu'llz scevent forgler trait et trave 
d'une bombarde, se besoing estoiU a six 
livres tourn. a chacun d'eulx pour moys. 
(28 mars 1418, Beg. consul, de Lyon, I, 111, 
Guigne.) 

3. TRAVE, S. m., trisaïeul : 

Veez ci vostre prince, vostre naturel sei- 
gneur d'ancienne hoirie, et qui ne l'est 
pas par acquest, ne par achat, ne par 
tyrannie, mais l'est d'ave, de trave, el 
d'ancienne production de six cens ans qui 
oncques ne faillit. (G. Chastell., Chron., 
V, 269, Kerv.) 

TRAVEAUL, voir TRAVAIL. 

TRAVEÇoiv, voir Traverson. 

TRAVEE, S. f., meule, mulon, tas de 
grains : 

Une travée de granche. (13.56, Reg. du 
chap. de S. J. de Jérus., Arch. MM 28, f" 
37".) 

.n. travées de bief. (1402, Arch. X", 9187- 
88, r° 40'.) 

TRAVEIL, voir Travail. 

TR.tvEiLL..., voir Travaill 

TRAVEILLOX, -villoti, -veloti, S. m., 
dimin. de trave, petite poutre : 

A maistre Colart Cailliel, carpentier,... 
[pour] avoir mis un nouvel fons pour le 
noghe estant entre le halle des eschevins 
et le grant salle de le dicte halle, et y 
avoir remis pendans el queues qui portent 
le dit fons, et en plulseurs lieux avoir mis 
Iraveillons porlans ledit fons. (21 fév. 1411- 
21 mal 1412, Compte d'ouvrages, 6" Somme 
de mises, Arch. Tournai.) 

A Jaquemart le Brun, mairenier, pour 
deux crousles employés a faire une crebe 



TRA 

en .1. estaule dudit hostel a le Nelf .xviii. 
gr. ; pour trois quartiers dont on fist tra- 
vitlon qui portent le dicte crebe et rasteller, 
.1111. gros et demy le pièce. (1412, Compte 
de tut. de Miquet Tuscap, ib.) 

Fait en ladlcle vossure et chambre une 
aultre ordonnance de carpenlerle estolTee 
de suelles, de postlaulx el de travillons et 
fait un planquier sur lesdis Iraveillons. (14 
nov.-13 fév. 1416, Compte d'ouvrages, l'° 
Somme de mises, ib.) 

Avoir mis un noef travelon es deux 
eslages d'Icelle porte... (211 nial-19 août 
1419, Compte d'ouvrages, 4° Somme de 
mises, ib.) 

Avoir fait et carpenté .ii. quevalles, chas- 
cun de .lxx. pies de loncq et de .viii. pies 
de let, eslolTé chascun de .lui. Iraveillons. 
(10 mal-n août 1443, Compte d'ouvrages, 
5" Somme de mises, ib.) 

TRAVEILLOUS, voir Travaillos. 

TRAVELH.ANT, Voir TRAVAILLANT. 

TRAVELHIER, -velier, voir Travail- 

LIER. 

TR.WELLABLE, VOir TraVAILLABLE. 

TRAVELLAiVMEXT, -aliment, adv., 
avec beaucoup de travail, de fatigue, 
de peine : 

Puis c'on doit avoir Bance 
En bien amer irarellaitmenl sans fauser. 
(GuiLL. LE ViNiER, C/i«ns. , Poèt. fr. av. 1300, Ars. 
3304, p. 819.) 

Dame, merci. 
De bon acointemenl, 
Trarellanment 
Por vostre amor languis. 
(-\UDEFROI LE Bastart, ib., p. 846.) 

TRAVELLE, S. f., poutre, pièce de 
charpente : 

... Ycelles tierches eslolTeesde suelles et 
de posliaux, de courbes et de travelles. 
(18 aoûl-17 nov. 1414, Compte d'ouvrages, 
1" Somme de mises, Arch. Tournai.) 

TRAVELI.EOR, Voir TRAVAILLEUR. 

TRAVELIIEMEXT, VOlr ThaVAILLE- 

MENT 1. 

TRAVELLIER, VOÏr TraVAILLIER. 

TRAVELLOUSEMEIVT, Voir TraVAILLO- 
SE.MENT. 

TR.WELON, voir Traveillo.n. 

TRAVERLiT, traverslU, s. m., traver- 
sin : 

Ung grand charlll garni de couete, de 
Iraverlil el lodier. (1471-1472, Compt. du 
R. René, p. 239, Lecoy.) 

Ung lit garny de coele, traverslil et une 
sarge blanche. (Ib., p. 273.) 

TR.4VERS, -iers, s. m., action de tra- 
verser, chemin de traverse, traversée ; 

Fol, ki erres par les travers, 
Ki es mauvais lius converses, 



TRA 



TRA 



TRA 



27 



Deskeminé ki traverses, 
Drois kemins vous est aovers. 

(RlHCLDS DE MoiLiESS, Caritt', CLII, 9, Van Hamel.) 
Quar Désespérance est monjoie 
D'enfer : por ce est a droit dite 
Que d'ilucc jusqu'à Mort soubite 
N'a c'une liue de travers. 

(R40i'l. DE HouD.. Soniji d'enfer, 360, ap. Scbeler, 
Troltv. belg.. î' ■sér., p. 139.) 

Espoir une lieu galesce 
Dure le travers de la vile. 
(HuoN DE Ueet, Tornoiement de l'Antéchrist, p. Il, 
Tarbé.) 

Du clialan neuf, de la charnière du tra- 
vers de Loire. (xvi« s., Déclar. du péage 
d'ArcoUe, ap. Mantellier, Mardi, fréq., III, 
117.) 

— Droit de transit, de passage : 

Clers, je di de Dieu te dépars 
Quant le viaurre mes a espars 
K'on te tondi disant le vers 
Ki comenclie Dominus pars. 
Tu desis ke Dieus est te pars ; 
Dont perdi li mons sen travers 
De loi, quant tu fus descovers. 
(Rehcl. de MoiL., Miserere, xcii, 1, Vao Hamel.) 

Por voslre travers la prenez ; 
Rlolt nos avez bien aquilez. 
(Ftoire et Blanc/ieflor, i' vers., i295, E. du Hé- 
rU.) 

La furent li sierjant qui avoient quelli le 
Iraviers de Balpaumesau tans le conte de 
Flandres, (l'20-.i, Péage de Bapaume, ap. 
Tailliar, p. 14.) 

Quel part qu'il voiront pouraler et pour 
venir, mener et ramener en lor iieis ou es 
autrui ce qu'il voiront de Lille a le Bassee 
et de le liassee a Lille franUement sans 
paier travers ne vienape ne autre exaction. 
(l'2"3, Lett. du rhastd. de l.il/e, ib., p. 
324.) 

Amis, font il, de vo mestier 
Vous covient paier le travers, 
(Colin Malet, de Jougiet, 418, Moolaiglon et Raynaud, 
FabL, IV, 126.) 

Corvées, bornages, <)a!>era,tonlix.(BF..\UM., 
Coût, du Beauv., X.VIIl, 3, Beugnot.) 

Por passer le travers de Seine. (1283, 
Cart. hist. sur Fécamp, Arch. Seine-Inf.) 

Le dit seignor avoit feit arrester le bac 
des dis religieus por le travers de leur vins 
qui passent a Maante, par le travers du 
(list segnor, les diz religieus disans et 
maintenans (pie il devoent passer quites 
parmi le dit travers, por corner en passant 
parmi le dit travers. Le dit seigneur disant 
le contraire, quer il porroil bien eslre que 
il estoent quilles quant au travers le roy 
que le raeire tient..., mais ce travers du dit 
seigneur qui a l'uitisme et le noevisme, 
disoit il qu'il ne devoit pas estre quite. 
<1307, Cart, de S. Wandr., C 307% Arch. S.- 
Inf.) 

La grant ferme de la dicte ville, le tra- 
vers, le charchage, le pressouer, etc. (1339, 
.Vrch. IC 43, jiièce 10.) 

Item le port, passage et le travers des 
nefz et des baleaulx montant parla rivière. 
\1355, Contr. d'acguis., Avch. S 30158, pièce 
2.) 

Sur les clameurs et plaintes venues, tant 
de la part de plusieurs marchands fréquen- 
tant le fleuve de Loire que d'autres, des 
aides, péages, subsides, travers et imposi- 
tions, que Ions les jours les seigneurs, ca- 
pitaines, châtelains, bourgeois et habitants 
des villes, châteaux et places étant sur la 



rivière de Loire et fleuves descendant en 
icelle, mettent et exigent, par impression 
ou autrement, sur toutes manières de den- 
rées et marchandises passant par les dites 
rivières ; desquels travers, aides et sub- 
sides, les uns mis par congé du roi pour 
les réfections ou réparations des villes, les 
autres mis de fait par les seigneurs, capi- 
taines et châtelains, sans congé, tellement 
qu'a cette cause la marchandise est de- 
truite et inutile sur lesdites rivières. (15 
mars 1430, Lettres patentes, ap. Mantellier, 
March. fréq., 111, 2.) 

Et sont quites de tentez coutumez, tra- 
vers et acquis de vendre et d'acheter. 
(1418, Aveux du bai/liage d'Evreu.r, Arch. P 
295, reg. I.) 

Traviers ne maletautes. 
I^Chron, des dues de Bourg,, 7480. Cliron. belg.) 

Acordant que les dits malades et admi- 
nistrateurs joyssent et possèdent pour le 
temps a venir de la dite coustume et tra- 
vers pour le dit jour Saint Lucas. (1499, 
Trans. entre le tiar, de Ferr, et talepros. de 
S. Sytnph,, Arch. hosp.) 

Et encore au xvii" s. : 

Le vinaigeet tonlieu de Mande sur l'Es- 
rault avec le travers de Bongy demoree a 
Toussainct Valier pour six ans. (1011, 
Comptes du receveur de la terre de Mor- 
tagne, i" 7 v°, ms. appartenant à M. A. Boc- 
quillet.) 

— Traverse, poutre : 

Lequel appentis contient .xin. travers, et 
ont les pos .vm. piez de long. (1336, Actes 
normands, p. 143, Delisle.) 

! .\ luy pour un travers d'icelle halle con- 
tenant de six a sept piez ou environ join- 
gnanl desoz deux travers cy dessus des- 
clairez. (1543, Compt. de la vie. d'Evreux, 
f" 10 r°, Arch, Eure.) 

Au dit Guillaume Blavet, charpentier de 
la ville, [pour avoir] livré deux travers de 
douze pieds de long chascun, de sept pochs 
et demy caret, a ,vii. s. .x. d. le pied. (1584, 
Compte des fortifie., 20° Somme des mises, 
Arch, Tournai.) 

— Traversin, signification qui n'a été 
rencontrée que dans des textes des 
xvii^ et xviii" siècles : 

Ung petit lict et ung travers garny de 
toyes. (1621, Inv. des meubles de Claude 
Thiret, dans Travaux Ac. Reims, L.X.W, 
283.) 

AnthoineTriaille, ung lict et ti-avers pour 
.IV", .V!. livres. (1671, Vente de biens meu- 
bles d'Anne de Mol, baronne de Mortagne, 
G" pièce de la cote US.) 

Pour un lict et travers, .xxxvi. 1, (1707, 
Tutelle des enfants Jeanne Bellaye, Arch. 
Tournai.) 

Wall., travère, traver.i, traversin. 

2. TR.wEBs. adj.. garni d'une tra- 
verse : 

Pour ce doivent estre les mains cancel- 
lees ou croiziees sur le pis en signe de 
croix traverse, (.1. Goul.^in, Trai, du Ration, 
de G. Durant, Bichel, 437, f 157 r°.) 

— Qui empêche, en parlant de chose; 



Science quant el enfile est chose si traverse 
Qu'elle envenime tout. 

(J. de Meusg, Test-, mu. Corsini, f» lo?*".) 

— Qui aime à contrarier, à susciter 
des difRcultés, en parlant de per- 
sonnes : 

Mes je le senc si cuverse (la Fortune) 
La traverse, 

Qu'elle met un homme en hault. 
Ne l'en chault 

Comment voist, et puis le renverse. 
(Froiss., Poés,, Ricliel. 830, 1» 240 y°.) 

3. TR.4VERS, s. m., travail, machine 
pour ferrer : 

Ung irai^ers a ferrer chevaulx. (1472, 
Compte. Nuyon, ap. La Fons, Gloss. ms., 
Bibl, Amiens.) 

TR.WERSAGE, Iravessaige, s. m., droit 
de travers : 

Sans paier aulcun droit de lonnelieu, 
travessaige, ny autre subside. (1507. Coût. 
loc. du baill. d'Amiens, 1, 82, Bouthors.) 

1. TR.4VERSAi\', -Sein, -erssain, -ers- 
sein , -iersain, treversnin, trevess,, 
trevesain, trnvesain, -.•ieiii, -ssain, 
adj., de travers, qui traverse, de tra- 
verse, transversal ; 

Et tant cop traversai», m.-iint autre droiturier. 
{Roum, d'Atix.,t' il', Michelant.) 

Fust traversains jeta par escremie ; 
Maint en abat qui remainent sans vie, 

(Raiub-, Osier, 3935, Barrois.) 

Des autres barons chascuns s'est tant pênes 
Que il ont de la porte tous les pans desterres. 
Tous les baus traversains ont a terre jetés. 

iCti, d'Aut,, VI, 838, P. Paris.) 

De la a le bonne trevessainne devers le 
lios de Bucillis. (1237, Cari, de Bucilly, 
llichel. I. 10121, f 43'.) 

El si avoit fait le muret a cresle, et avoit 
abalut un petit muretiel traviersain, ki 
esloil deviers le maison au penanchier. 
[Vl)i\, Sentence arbitrale, Chartrier, Arch. 
Tournai,) 

Et se doit li moitiet don muret, ki est 
trevesains al eniree de le quisine, aidier a 
faire les .ni. pies de let de le voie devant 
ditte. (Fév. 1290, C'est mestre Jakemon, 
iespessier, et Jehan, sen frère, chir., .\rch. 
Tournai.) 

Mur treversain. (1327, Arch. JJ 64, f* 

447'^.) 

Le fossé travessain qui va... (1328, le 
(îard, Arch. Somme.) 

Les bouches traveseines des celiers aval 
le vile. (Bans aux échevins, (JQ, f» 14", Arch. 
mun. Douai.) 

Rue traversaine. (Gl'illeb. de Metz, Des- 
rript. de Parts, XXllI, dans Paris et ses 
historiens.) 

Refremerent la endroit u lor murs estoit 
chans, de grans mairiens et de grans baus 
travesains et de grant roilleis de caisne. 
yHist. des D, de Norm, et des rois d'Anglet,, 
p. 179, Michel.) 

Brisée traversaine. {Modus , i" 15 r°, 
Blaze.) 



28 



TRA 



TRA 



TRA 



Et si les a fait pendre, de coi il a mespris, 
A .1. baux trtiveysain dessus .11. pieux assis. 
(CuTEL., Du Ouescl., i96Sj, Charriêre.) 

Mes grans pierres de fais font aval descharger 
Et graus baux traverssains pour no gent empi- 

[rier. ^ 
(ID., ib., var. des t. 17îOJ-i7213.) 

Traverssein. (1392-1400, Compl. de l'Hôt. 
D. d'Orl., f 32 r", Hùp. gén. Orléans.) 

Duquel mur irnoeraamchascu ne desdictes 
parties pora haulchier sa moitié et sur 
icelle moitié faire lelz edillices que bon lui 
semblera. (6 mars 1469, Accord fait entre 
Jehan de le Barre, haultelicheur, et Margue- 
ritte de Leure, chirog., S.-Brice, Arch. Tour- 
nai.) 

Courroves trarer.iaines.(Boccacedes nobles 
malk., IX", 4, r222", éd. 1515.) 

Et dessus le posteau traversain, lequel 
est porté sur lesditz deux posteaux ou se 
pend et est ferme l'huys. Kt lequel pos- 
teau fraversnin est aussi dit et appelle 
l'entrée supérieure des maisons. (Sec. vol. 
des e.rp. des Epist. et Ev. de kar., f°311 v°, 
éd. 1519.) 

Les plumes traversâmes, c'est a dire qui 
sont de travers. (E. Binet, Merv. de Nat., 
p. 40, éd. 1622.) 

— Flûte Iraversaine, fliite traver- 
sière : 

Cors sarra'^inois, et doussainnes, 
Tabours, llaustes traverseinnes. 
(G. DE Machault, Prise d'AlexanJr., 1156, Mas-La- 
trie.) 

Vielle fleuthe traversaine. 
(Ecsi. Descuamps, Œui'., VU, 233, A. T.) 

— Fig., raisons traversaines, raisons 
de peu de valeur, ambiguës : 

El après congié pris d'elles, me parti et 
m'en alay reposer, car la teste avoie fort 
vuide, pour les raisonj traversaines d'elles 
que mon entendement n'avoit peu com- 
prendre. (Evang. des Quen., p. 83, Bibl. 
elz.) 

— Fig., regard traversain, mauvais 
regard, regard courroucé, regard de 
travers : 

Lors Ajax par ung travertnin regard luy 
disl: lia, ha, comment dys tu telles choses? 
(0. Maxsion, Bthl. despoet. de metam., S° 143'', 
éd. 1493.) 

— Fièvre Iraversaine : 

Car de la viennent les asses 
De double fièvre trarersaine. 
(Mabt. d'Auï., l'Am. rendu Cordel., 699, A. T.* 

— Mule Iraversaine : 

Il ba mules traverseînnes. 
Qui ne sont pas en yver sainnes. 
(G. JlAcHALiT, le Dit du Citerai, p. SU, Tarbé.) 

— Coutume Iraversaine, droit de tra- 
vers : 

Le devoir de ces quatre articles, en- 
semble, peuvent bien valoir, communs 
nins, com[)rins la coustume iraversaine, 
environ .i:cc. 1. (xiV s., Aveu, ap. Mantellier, 
Uarch. fréq., 111, 288.) 



Treu traversain, dans le même 



Lieu nommé le treu traversain. (1532, 
Compte de S. Ladre, p. 54, Ilosp. Clerm.-s.- 
Uise.) 

— Nom de lieu dit ancien : 

Super (juamdam peciam terre site, ut 
dicit, ad la Traversaine. (Ch.dei246,Richel. 
1. 11926, P 321 v°.) 

Une rue de Tours avait reçu le nom 
de rue Traversaine, parce qu'elle tra- 
versait la ville du Nord au Midi. 

Centre, faire du travnrsain. loc, 
avoir une démarche avinée, aller de 
travers, d'un coté à l'autre de la rue . 

2. TRAVEusAiN, trevcssaiii, s. m., ce 
qu'on place en travers, traverse, croi- 
sillon, pièce de bois : 

Item paie a maistre Hue Fourniquel et 
a Brisy pour delfaire le pont, rasseoir les 
solives, renforser de nuef boiz par deux 
fois, mettre trois trevessains nuefz. (1396- 
1397, Compte, Arch. mun. Mézières,CC 30, 
f° 19 r».) 

Item pour ung traversain pour ledit car 
[de la ville], .xu. s. (18 mai-17 août 1476, 
Compte d'ouvrages, 6° Somme de mises, 
Arch. Tournai.) 

Item pour ung traversain servant ausdis 
limons, autres .11. s. .vi. d. (17 mai-16 août 
1477, ib.) 

— Pièce de bois qui sert à former le 
fond d'une futaille, ou à le renforcer : 

Pour chacun millier de traversain a faire 
poinsson, fourny de treize cens dedoilles, 
.vu. d. ob. t. (Mai 1546, Proc. verb. de l'ns- 
setnblée gén. des mardi, fréq., ap. Mantel- 
lier, March. fréq., I, 73.) 

— Ceps : 

El il fisl mètre Kirsac en Iraversainz et 
aneaux d'argent. (Est. d'Eracl. enip., ap. 
Mas-Latrie, llist. de Chypre, II, 6.) 

Atant s'en party l'emperere et les list 
mestre en Iraver^ains grans et démesures. 
(Geste des Chiprois, p. 44, Haynaud.) 

3. TRAVERSAix, -vcssien, treversien, 

s. m., sorte de monnaie : 

Ait reconnut et reconoit par devant moy 
qu'il doit ai Henry, le fil mon signour 
Ysanbard do Meysenbourch qui fut, trente 
livres de vies Iravessiens boins et loials. 
(6 mars 1285, Coll. de Lorr., Xot. des ms., 
XXVIII, 176.) 

Trois cent livres de treversiens... (11 nov. 
1290, ib., 212.) 

TRAVERSAi>E, truves., S. f., tringle 
qui traverse : 

.1111. verges de fer et une travesaine. 
(1360, Invent, de l'ostel de N.-D. des Barres, 
Sle-Croix, Arch. Loiret.) 

TRAVERSAIRE, adj., opposé , ad- 
verse : 



Secrète envie entre vous deux demeure, 
Grant gloire a l'un a l'autre est traversaire. 
(Diclotis, Vat. Chr. 1492, A'ot. et extr. des mss.. 
XXXUI, 166.) 

— Qui traverse : 

Entre les rues foraines et aultres petites 
ruelles fruversaires.(i. Molixet, C/(ro«., ch. 
IX, Uuchon.) 

TRAVERSAL, adj., Collatéral : 

Tant qu'il y eust masies de la ligne de 
Bretagne en quelconque degré en ligne di- 
recte ou Iraversulle. (1501, Sent, d'aibit., 
ap. Lob., II, 1568.) 

1. TRAVERSAiv'T, tre., adj., de travers, 
transversal : 

Rouge? barreaux de fer et vive chaus en mi, 
Et grans bois traversans Gi maint tonnel empli. 
(Cuv., B. Du Guesd., 17483, Cbarrière.) 

— Cheval traversant, cheval qui tra- 
versait le fief dominé pour arriver au 
fief du suzerain : 

Chevaus traversans. (1559, Coût, de Poitou, 
Coût, gén., II, 583, éd. 1604.) 

— Fig., qui louche : 

Ils ont les yeux traversants ou hebetes, 
ou aultremenl vicies. (Budé, Instit. du Pr., 
ch. xxxn, éd. 1547.) 

— S. m., opposant, adversaire : 

Contre toutes opinions d'homme et mal- 
gré ses traversans, il estoit parvenu pai- 
sible et paratainl a la poignie de la cou- 
ronne. (G. Chasteli.., Chron., IV, 89, Kerv.) 

— Al traversant, au travers : 

Ly roy Tongris at ochis le roy Grigoire, 
si at envoiet le chief al duc Priant, puis at 
regardeit ul treversant de la batalhe ; sy 
voit le ducPrian que les sénateurs avoient 
pris et loyet, et l'emynoienl a prisoi.irs. 
(J. d'Outrem., Myreur des histors, I, 196, 
Chron. belg.) 

— Traverse : 

Une base quarree assize sur quatre tra- 
versans. (Jan Martin, Vitruve, f° 152 r°, éd. 
1547.) 

TRAVERSE, -ersse, -vierse, s. f., ce 
qui traverse : 

— A la traverse, loc, de travers, par 
le côté : 

A tant poignent a ta traverse 
Dui chevalier, si l'ont férue ; 
Par lor deus lances ne remue 
Ne ne parti pas de la sele. 

{Enea-'i, 7126, Salverda de Grave.) 

Au chevalier un cop rua 
A ta travierse. 

(Percevul, ms. Mons, Potv., p. 128.) 

Si l'a cochiee tote enverse, 
Ne la prist pas a la traverse. 
(Dame qui conc/iia te prestre, ms. Berne 354, f» 87*.) 

Les .lui. (premières batailles) iront 
ferir l'une après l'autre tout de plein, 
et les autres .11. iront n la traverssefcve tout 



ÏIIA 



TRA 



TRA 



29 



ce que Trystram leur enseingnera. (Tris- 
tan, Richel. 33i, f° 347°; LôseLh, p. 182.) 

Canarz seiirprenl monseingnor Gau. a la 
traverse el le lierl el costé senestre. (Lan- 
cetot, ms. Kribourg, f° 130".) 

Gens de cheval par rencontre diverse 
Donnent dedans, chocquent a la traverse. 
Rompent les rencz. 
a. Mabot, Voy. de Venisej la Bataille du Roy, f" 69 
T«, éd. t53i.) 

Autant que nous avons de pensées et 
d'affections, ce sont autant d'adversaires 
qui nous destournent de suyvre Dieu et 
sa parole. Et puis il y a des tentations in- 
finies que Satan nous met a la travene. 
(Calv., Serm. i. les Ep. à Tim., p. hO, éd. 
1563.) 

A faire les poussoit des vers a ht traverse. 
(Vauq. de La Fresn., Art poét., I, p. '1, Pélissier.) 

— A traverse, par le flanc, à la tra- 
verse : 

Tuit ensemble serreemenl, 
A traverse Français surpristrent. 
(Wace, Bou, 3" p., 1562, Andresea.) 

A trarerse furent perdu 
E luit quatre furent cheu. 

(.Marie, Lais, Chaitivcl, 125, Warnke.) 

— Faire la traverse, se cabrer: 

Vint au bauchant, le destrier de Castele, 
Qui il cuiiloit monter sans nule areste. 
Mais li chevaus li a fait le traverse, 
Qu'il ne voit pas son segnor né en terre. ! 

(Raimu., Ogier, ms. Durh., bib. de Cos., V, ii. 17, f» 
127". j 

Mais li cevals li o fait le traverse, 
Ed fuies tome, si a runpu sa resne. 

(iD., ib., llSTll, Barrois. ) 

— Terme d'escrime, coup de travers: 

Tousjours Ponthus estoit en aguet de 
ferir le paien par le visaige qui estoit des- 
couverl, et tant qu'il vagecter une li'averse 
tellement qu'il luy couppa tout le nez, la 
bouche et le menton. (Ponthiis, ms. Gand, 
i" 28 V».) 

— Par analogie : 

Ce grant pin en tombant, d'une longue traverse, 
.\vecques un grand bruit tous les buissons ren- 

[verse. 
(RossAED, Œui:, V, 57, Bibl. elz.) 

— Traversée : 

Bien que maintes hautes montagnes 
Et longues traverses de mer, 
Bonet, aujourdhuy nous séparent... 
(J. X. DE Baif, Poèmes, I. IX, II. 453, Lemerre.) 

C'est l'un des principaux havres d'Italie, 
aussi est ce le plus assuré passaige, encore 
que la traverse de mer soit assez grande 
depuis Brindese .jusques a Hurazzo, car il 
y a deux cents vingt milles de mer a pas- 
ser. (Du PisET, Pli/te, III, II, éd. 1û(j6.) 

— Droit de travers : 

Par mesme moyen lui sera représenté 
comme l'on veult faire payer le péage de 
la Iriwerse aux habitants de la province 
pour les marchandises qu'ils font conduire 
a Lyon, Mascon et aultres villes de ce 
royaume, ce qui e^t trouvé bien estrange. 
(10 sept. 1603, Oélibér. du conseil de Bourg, 



ap. J. Baux, Mém. hisl. de lu mile de Bourg, 
III, 237.) 

— Barre, trait transversal : 

Deux des sœurs, qui auront une liste 
du nom de toutes les sœurs qui peuvent 
estre eleues, avec des lignes tirées a l'en- 
droit de chaque sœur, marqueront d'une 
traverse la ligne du nom qui se lira. (Fr.a.nç. 
DE S.\L., Conslit. p. les retig. de la Visil., 
XLVII, Dalta.) 

— Tranchée avec revêtement : 

La bresche commeni;a a estre raison- 
nable, pour ne donner occasion a l'ennemy 
de se couvrir par traverses contre le mal 
que ces deux pièces pouvoient faire. (Du 
ViLL.^Rs, Mém., III, an I5.'.'2, Michaud.) 

Traverse de terre et de fascine contre une 
tour, au siège de Thionville en lào.'î. (Mont- 
LUC, Mém., 1, p. 6i4, éd. 1661.) 



— Chambre à 
1ère : 



l'arrière d'une ga- 



On luy (à Marie Stuart) fist dresser la 
traverse de la galère en hault de la poupe 
et luy dressa on la son lict. (Bra.nt., Dam. 
m., vu, 417, Lalanne.) 

Norm., Haut-.Maine, à la traverse, 
sans compter, sans examen détaillé. 

TRAVERSEL, S. m., traverse : 

Le pié de la croix est cyprès. Le trunc 
du filtre est de cyprès, d'olive en est le 
tablel, el de palme le Iraversel. (J. Gollain, 
Trad. du Ration, de G. Durant, Kichel. 437, 
f» 30S V".) 

TRAVERSER, verbe. 

— Act., placer de travers : 

Tant m'aide que soie sor l'arçon traverseiz. 
iFieraliras, Vat. C:hr. 1616, l' Jl'.) 

— Empêcher, détourner : 

Il ne me poeent traverser 
Que je ne les mette a merci. 

(Faoïss., Pois., I, 16, 518, Scheler.) 

— Réfl. : 

Comme un chemin qui en croix se traverse 
De mani voye en carrefours diverse. 

(BossARD, Œuv., IV, 326, Bibl. elz.) 

— Traversé, part, passé, placé en tra- 
vers : 

Oliviers tient le roi devant lui traversé. 

{Fierabrcis, 1610, A. P.) 

Deux brandons traversez et liez par mi- 
lieu. (Songe de Polip/tile, i' 94 v», éd. 1600.) 

— Fig., pervers : 

Quelle finesse et bonne pour un si bon 
roy, mais non pour un autre qui eust eu 
l'aine traversée. (Brant,. Gr. tapit, estrang., 
I, 219, Lalanne.) 

TKAVERSELR, -ceitr, S. m., celui qui 
traverse : 



expectateur des humaines gloires. (J. Bou- 
CHET, Les )-egnars traversant, f 13°, éd. 
1522.) 

-Xenomanes le grand voyageur et traver- 
seur de voyes périlleuses. (IIab., Quart livrer 
ch. I, éd. 1ÔÔ2.) 

Dieu iraverceur des voyes inconnues 
Que font en l'aer le gros replis des nues. 
(P. DE Brach, Poem., [' 205 y-, éd. 1576.) 

— Traverseur de chemin, batteur de 
pavé, oisif; 

Noz gens traverseurs de chemin. 
(CoQO[iLART, Droitz nouv,, i" p.. De jure naturali 
I, 45, Bibl. elz.) 

TRAVERSEURE, -SUre, S. f. ? 

Les foulons et tixerans yront en leur 
place pour eux louer en yver au point du 
jour, et aux jours d'esté entre quatre et 
cinq heures du matin; et n'auront les fou- 
lons que trois heures pour leur desjeuner, 
disner, goûter, bains et dormir; et ne 
pourront rompre leur place pour <|uelcon- 
ques traversures qu'ils facent, ains iront 
en besongne chacun varlel pour tel prix 
qu'il pourra avoir. (5 oct. 1443, Ord., XIII. 
380.) 

— Mot piquant, ironique : 

(Ju'il ayt proféré quelques semblables 
parolles injurieuses et ir«î!ers«/-es quioll'en- 
sassent les oreilles de personne du monde. 
(Bra.nt., Opusc, X, 116, Lalanne.) 

TRAVERSEux, adj.. Contrariant : 

Ceste obstination et fermeté de coHir 
rend quelquefois les hommes si traversent 
et rigoureux qu'elle despouille les boni, 
mes de toute alTeclion. (Du Pinet, Pline, 
VII, 19, éd. 1572.) 

1. TRA\ERSiER, adj., qui travei-se : 

L'autre (fenêtre) trnversiere contient et a 
un pié el trois doizde lonc. (1315, Cart. de 
S. Magtoire, Richel. 1. 5413, p. 103.) 

— Qui fait une traversée : 

Neptune ne pouvoit... 

Tirer au gré des eaux nulle nef traversiere 

Pour tracer sur son dos une viste carrière. 

(MoNiLYARD, Myiliotogie, p. 161, lid. 1607.) 

— De travers, transversal : 

Par les filets droits il se fait attraction, 
et par les lrarersie)-s il se fait expulsion. 
(Paré, (JEuv., I, S, .Malgaigne.) 

— En parlant de chose, contraire, 
ennemi : 

Ne respont mot d'orgoil ne traversier. 

(Gérard de Jioss., p. 287, aichel.) 

Aent traversier. (Alector. P 125°, éd. 
1560.) 

L'un et l'autre esloient pleins de sens, 
ores qu'ils eussent la fortune rebourse et 
traversiere A leurs desseins. (E. Pasij., Rech., 
111, 30, éd. 1782.) 

2. TR.WERsiER, -ciev, trevfrsier, tra- 
vesier, s. m., traverse, croisillon : 



Alexandre le traverseur de l'a terre, .\ Gillart de Bury, carlier, pour .ii. Ira- 



30 



TRA 



versieis. .xii. d. (19 fév. 1433-16 mai 1436, 
Compte d'otici-ages, V Somme de mises, 
Arch. Tournai.; 

\ Gillarl de Biirv, carlier, .m. iiecersiers, 
a .VI. deniers le "pièce. (17 mai-16 août 
1438, ib.) 

— Traversin de lit : 

Coules i ol ne sai o it. .o .ii. 
Et trnrersieis et lincie\ cl vclox. 
{MvrI At/meri rie iViirA., I4i. A. T.) 

Une douzaine de lits de plume garnis de 
traversiei-i, linceux et couvertures. (1336, 
Fondiil. de l'hôpilnl (le Lnnderneau, Monce, 
Pr.de CH.de liiet.,U\i'i^-) 

Premièrement trois couches de plumes 
"arnles de traverners ei de Iroys couvertes. 
(1461. Cliarente-lnf., Inventaire, Revue des 
Soc. sav., lS7i, p. ilS.) 

Baillé aux deux jurées pouravoirfait deux 
douzaines de treversiers pour lenfermerie 
et douze toies d'orilllers : 3 s. 4 d. p. (Io06, 
Quinze-Vingts, Mém. Soc. Uist. Pans, XIV, 
126.) 

Liclgarnv de eovle. Iravercier, couverte. 
(1566, Arcli.' Dord.," B 82.) 

Se disait encore dans ce sens au 

xviii" s. : 

Un traversier rempli de plume. (1731, 
Invent.. Ste-Croix, Vasles, Arch. Vienne.) 

— Sorte de tonneau, demi-pipe, de- 
mi-queue : 

rrnre.-i!>r. (1340-41, Compt. de t'Hôt.-D. 
d'Orl., llôp. gèn. Orl.) 

.XIII. tonneaulxetdemy, a compter deux 
trapersiers\>oaT ung tonneau. il44'.). Compte 
de S. Sauv. de Blois, Richel. 6215, t'° 30 
r°.) 

Pour avoir présentement amené a sa 
voicture dudil lieu de Blois au dit lieu 
J'Orleans plusieurs adveus des liefs du dit 
duchié... tout enfoncé en ung traversier... 
pour ce .vin. s. p. et pour portage, reliage 
et enfoncage du dit traversier. .ii. s. p. 
(14.53, Certificat de somme payée pour frais 
de transport de litres au somm. des titres du 
duché d'Orl, ap. Le Clerc de Itouy, Arch. 
Loiret.) 

.lehan du Chinne, brasseur, pour ung 
travesier et ung mauvais seel, .xiiii. s. 
(l"fév. 1469, Curatelle des biens de Jehan 
Plaire. Arch. Tournai.) 

Ung bussarl de vin ou traverrier d'ad- 
nuelle et perpétuelle rente. (Iô04, Cari, de 
Cormery, p. 292.) 

Seront faits les vaisseaux a vin comme 
pippes, Iraversiers et quarts, de bon bois 
sec. non punais. (1559, Coût, de Tours, Coût, 
gèn., 11,5, éd. 1604.) 

3. TRAVERSIER, -vcssier, S. m., celui 
qui lève le droit de travers : 

Lidil chenssier de le maison de Chanes 
sont tenu de paier travers au seigneur 
llebone et a leurs travessiers ou a chiaux 
c|ui sont pour les dis truveriiers pour le 
cause desdis grains et bestaux. {Cart. nov- 
ae Corbie, Uicliel. 1. 17758, f 110 r".) 

El pueent et doivent contraindre les tra- 
versiers et les eskevins de Vinarcourt des 
vint livres du travers et des vint et sis de 
le laillie toutes les fois ke mcsliers en sera 



TRA 

de terme passé. (26 ocl. 1295, ap. Rayn., , 
Dial. pic. p. 24.) 

Porra lidis Iraversiers ou ses commans 
prendre l'amende se lidiz naviaus passe le 
pont a tout chose qui travers doie sanz 
paier ledit travers. (1314, Arch. JJ 50, t°33 
1-.) 

Pour ce que audit eschevinaige a esté 
rappoilé et dit que Henry Lemaistre. bour- 
gois et marchant d'Amiens, par les Iraver- 
siers et peageurs de Bappaume, estoit a 
présent détenus prisonnier audit lieu de 
Bappaumes, pour ce que lesdis Iraversiers 
lui imposoient avoir mené ou fait mener 
aucunes denrées et marchandises d'Amiens 
a Rouen par decha de la rivière d'Oise, 
sans avoir paie ne acquitté ledit travers, 
et, pour celle cause... 0426. Délibération de 
l'éelieviniiqe, ap. A. Thierry. Mon. del'Hisl. 
du Tiers-État, U, 103, Doc. inéd.) 

TRAVERSiERE, trevesiere, -vessiere,s. 
{., traverse, croisillon : 

A Jehan de le Motte, carlier, pour .i. plat 
harnas et .ii. traversieres. (20 août-20 nov. 
1408, Compte d'ouvr., 9" Somme de mises, 
Arch. Tournai.) 

A Gillarl de Burv, carlier.... item ung plat 
harnas de car et d'eux Irevesieres servans au- 
dit car, de .III. s. Item .111. voilées etles<re- 
resieres de.v. s. (15 mai-14 août 1428, Compte 
d'ouvrages, 6" Somme de mises, Arch. 
Tournai.} 

Avoir fait ung plat harnas voilant, et les 
trevessieies, et aultrez lierures pour le fait 
(lu granl canon de la ville. (15 mai-14 août 
1428, ib., 4' Somme de mises.) 

TRAVERSIN, truu., S. m., chemin à 
traverser, trajet, distance : 

Frodin? se loge joste lo fil Garin, 
D'un o?t a autre ait i. cort traversin , 
.1. bons archiers an i. arc .i. traisist. 

{Les Loh.. Ricbel. 162i, f iiO r«.} 

— Le travers : 

Le tronversin (de la croix) fui fait de 
palme. (M.\ndiîv., ms. Didot, T 3 v°.) 

— Pièce de bois servant à former le 
fond d'une futaille ou à le renforcer : 

Millier de traversin a faire poinsson. (29 
juin 1561. Lett. pal., ap. Manlellier, .\larch. 
'fréq., I, 231.) 

Pour chacun escheau de bois carré, tra- 
versin, sappin, planches et autres bois, 
.XV. d.t. (28 juin. 1646, Transacl.. ap. Man- 
lellier, ilarch. fréq., II, 63.) 

— Sorte de tonneau : 

Pour .1. tonneau de vin viez... Pour .i. 
traversin de vin nouvel. (1391-1393. Compt. 
de P. de ^'. Mesmin, llespenso commune et 
I verges, XUl, Arch. mun. Orléans.) 

Pour sa pêne d'avoir mené ung traversin 

I de vin. (1406-1408, Compte de J. Doileve, 

Despense commune, Arch. mun. Orléans.) 

Pour tonneau ou pipe de vin, .vi. d. t., 
traversins, poinçons, lilletles et autres 
vaisseaux. (6 avril 1.529, .-irre'l du parlem., 
; ap. Manlellier, March. /"/e?., II, 180.) 

— Nom de lieu moderne : 
La rue Traversinc, nom que portait 



TRA 

au xviif s. une rue près la montagne 
Ste-Geneviève. 
TRAVERSOX, S. f., traverse : 

Avec barres de fer et doux les enlrelienl 
au dernier fesle du muscule et dernières 
traversons fichent quatre lattes quarrees 
passant oultre quatre doys pour soustenir 
la luylle. lE. he I..41GUE, Contni. de J. Ces., 
i'U v% éd. 1539.) 

TBAVESCHE. -esquc. s. f.. expédition 
où l'on traverse une contrée : 

En ceste saison la Rodigues 
Fist en Bourdelloys des iraresehes 
Et a tant de cources et de brigues 
Qu'il print plusieurs places englesches. 
(MiRciAL, Vigil. de CUarles VU, sign. F m r", éJ. 
1493.) 

— Fig., contrariété, désagrément : 

Et pour ce que a l'arcevesque 
Vn iez par Lucjue la traresque 
[De] destruire li ses niesons. 
iBoL'RDET. Luqie la maudite, 189, G. Raynaud, Ho- 
mania. .\ll, 2i6.) 

TRAVESAix, -aine, voir TB.iVERS.^i.N. 

-.\1NE. 

TR.AVESEiN, voir Traversain. 

TRAVESIER, VOif TraVBRSIER. 
TKAVESOIV, voir TllAVERSON. 
TR.AVESQl'E, VOlr TRAVESCHn. 
TRA\'ESSAIGE. Voir TraVERSaGE. 

TBAVESSiEx, voir Traversxin. 
TBAVESSiER. voir TraVERSIER. 
TRAVESsox, voir Travekson. 

TRAVETÉ. adj. ? 

Ung manlel blancq tout traveté. ;xV s., 
Lille, ap. La Fons, Gloss. ms., Bibl. Amiens.) 

TBAVETEL, -eau, S. m., poutre, che- 
vron, traverse de bois : 

.XVIII. sols a Bertrand le masson d'Escey 
et a Jehan Galette, son varlel, pour remuier 
les soulniiers et les travetels de soubz la 
chambre c'on dit Jennin de Martin. (1415-16, 
Arch. Meuse B 1532, f 55 v°.) 

Une lanterne de verre pendue a ung tra- 
veteau. (1471, Compt. de René, p. 288, Le- 
ooy.) 

Les Chiozois luy jettent pierres. Irave- 
/eaw-r, torches sulphurees. (H'ist. maccar. de 
Merlin Cocc, XVI, Bibl. gaul.) 

Les costez comme traveleaux. 
(A. nu Bbeiii, -Muses gaillardes, I. iv r", Paiis, 

I6U9.) 



— Appentis, hangar : 

Loin des citez et des chastiaui 
Orent loges et traretiaux 
Ou il erent par les tormenz. 
Par les pluies et par les ventz. 
(Wace. Conreption Nostre Dame, p. 15, Trébutien. 
Iinpr., traoetraux. 



TRA 



TRA 



TRE 



31 



Messin, traveleau, poutre, solive. 
Cf. Trayel. 

TRAVETER, -eir, V. a., garnir de pou- 
tres : 

Esai a .XX. sols pour pierre bise et pour 
traveleir le four de la lliieulerie seincte 
Geneviefve. (1321, Arcli. Meuse B 492, f° 117 

1. TRAVETiEB, S. 111., boutiquier, 
constructeur de baraques : 

Entor le mont, el bois follu, 

Cil traretiey unt très tendu. 

Rues unt l'ail par les chemins. 

(Gdill. de Saint P*in, Mont Saint Michel, 789, Hi- 

cbel.) 

2. TRAVETiER, S. m., syn. de travetri : 

Quant le preudom entant la voix qui a parlé, 
Tost et isni'lloment a l'enfant atornc. 
Si a .1. charpentier en la ville mandé ; 
Un travetin- iisi faire, l'enfant a sus porté. 

[Ditdes trois pommes, p. 11, 25, Trébutien.) 



TRAVEUR, S. 



f. ? 



En la chambre de Madame, en la trnveiir 
de son grant l'abinel. (IJ3li-7, Celleiier (le 
Nancy, Arcli. Meurllie.) 

TRAVEL'iiE, -vitre, -voewe, s. f., pou- 
tre, poutrage : 

Une auditoire de bon bois de chesne, 
assise icelle sur quatre sommiers par ma- 
nière de plateforme, elen iceulx sommiers 
a une lionne ti-ai'we de bois de chesne, el 
sur iceulx traveaulx a ung planchier d'ais. 
(1448-41), Compte ilu rec. ilu bail/, de Dijon, 
Arch. Côte-d'Or B 4499, f° 88.) 

En une grant salle hault en laquelle y 
estoit le siège de M. de Trieve, moult bien 
parez de tappicerie, depuis terre jusques a 
la trnveui-e. (.1. Aubrio.n, Jourii., an 1492, 
Larchey.) 

Des travœures du planchiers platz. (Van 
Aelst, Hegl. de l'arcliit., 1° 67", éd. 1545.) 

Champ., Ardennes. Messin, traivure, 
travure, travée, charpente. 

TRAVEYSOiv, voir Traverson. 

TRAViE, s. f., poutre : 

Pour appareiller la porte Chesneau et y 
niectre barres, triivies, une barre neufve 
tournant. (1410-1418, Compte de Oilel Ban- 
dry, Uespeiice, LV, Arch. mun. Orléans.) 

Pour avoir mis ti'avies el cousions, tout 
a chevilles de fer, an la porte... (/é.) 

TRAVIELE, S. f. ? 

Tu fus trové en une granl bargele 
Et acates comme sers en cordele : 
Fel desloial, retorne en ma trariele 
U se chou non j'en trarai la boele. 

{G. d'JJmstone, Hicbel. 25516, f» 22 r°.) 



Bos escaples, lanclies, fruis, pieres, es- 
euieles, hanas, croiseus por argent fondre, 
patins, liauiele, .vi. d. de conduit el voires. 



(1202, l'ear/e de Bapeaume, ap. Tailliar, 
p. 18.) 

TRAVIERS, voir TRAVERS. 

TRAVILI.AXT, Voir TRAVAILLANT. 

TR.AVILLAU.MEXT, Voir TraVELLAN- 
ME.NT. 

TRAViLLiER, voir Travaillier. 
TRAViLLOiv, voir Traveillon. 
TRAViLLoiis, voir Travaillos. 

TR.AVISER, V. ? 

En ce lamps ce mouleplia la puissance 
du conte d'Armignac, el portèrent les da- 
moisclles de Paris, en grant soUempnilé, 
la bende aux fesles el ducasses de Paris, 
el les faisoienl traviseï- parmy les rues, 
tant les faisoienl longues et plentiveuses. 
(Chron. nnomjm. de Chnrl. VI, ap. Monslrel., 
C/iron., VI, 234, Soc. de l'H. de Fr.) 

TRAVOEL'RE, Voir TllAVEURE. 

TRAVOisoiv, voir Traverson. 

TRAVOisox, -esson, -eson, -eyson, 
-eçon. s. f., poutre, poutrage : 

Ens le lorete doit avoir .m. traveçons 
par sonlre le fons del henap. (Alb. de Vill. 
de Honnec, p. 89, Lassus.) 

.XXVI. pièces de travoisons appellees nia- 
hiere... pour faire la travoison de la dite 
maison. (Comptes des mhies de Jacques 
Cœur, Arch. KK. 329, P 227 r».) 

Hz ont ordonné que maistre Jaques ne 
posera les traveijfous de ses tours de la 
Lanterne sans appeler Claude de Pom- 
pierre et Enemond de Syvrien. (24 mai 
1418, Beg. comul. de Lyon, I, 119, Guigue.) 

Ly traresson dessus de celle haie est 
colliidiannemant en péril deferir en ruyna, 
allenduz lo ilelfaull de celluy maisonemant 
el la charge de marcheandise que plusour 
foy sont sus celle travesson. (1429, 1™ coll. 
de lois, n° 379, f" lOi, Arch. Fribourg.) 

Allenduz la granl charge de lannes et de 
pel qui se meltonl sus la trareson dessus 
de la dicte aie. (1429, ib., n" 381, f 165 v°.) 

Travoison : {. A franie, seeling or lloore 
made\vithbeames,orlhickplankes. (Cotgr., 
1611.) 

TU.VVOUIL, voir Troil. 

TR.wouiLi.EH, voir Trel'illier. 

TBAVOUL, voir Troil. 

TRAVL'RE, voir Traveure. 

TR.AY.. ., voir Trai. . .. 

TRAYELEUB, VOir TraILLEDR. 

TBAYER, V. a., forme secondaire de 
traire, tirer : 

El traitèrent toute leur artillerie. (Froiss., 
Chron., IIl, 274, Kerv.) 

TRAYEUR, voir TraIEOR. 

TRAYHEiVT, Voir TraIANT. 



TRAYM, voir Train. 

TRAYXEL, voir TraI.NEL. 

TRÉ, voir Thef. 

TREACLE, voir TrIACLE. 

TBEAiVT, voir Traiant. 
TREiiATRE, -atlre, voir Tresbatre. 

TREIIET, s. m. ? 

Oualre colliers a chevaulx garnis de //p- 
Ae/s et dellossoyes. (1480, Inoenl. de irieubL, 
Arch. Aube.) 

TREBLE, Ireihle, trehhle, tresble, Ireu- 
ble, Irepple, Iresple, travle, trouple, adj. 
et s., triple : 

Ceste travle misère est gênerais a toile 
l'umaine ligniee. (S. Bern., Senn., 23, 16, 
Foersier.) 

Une travle mislure. (Id., ib., 63, 17.) 

On si nous sommes jai delivreil de cesle 
truvle iror par Crisl. (Id., ib., 121, 2j.) 

Enjosk'ai ni de cest jor paist il la herde 
noslre signor de trnvle fruit : selonc lo 
travle regehissemenl de l'amor Nostre Si- 
gnor, il la paist de voie, il la paist de doc- 
trine, il la paisl d'oreison. (In., ih., lôû, 7.) 

Ces .[II. estas ensauohe vostre trebles estages. 
[lies louanges de ta Ste Vierge, ms. Berlin, f" 128 v", 
Wiimotle.) 

Provendes a dobles ou tretihles. 
(G. DE CoiNci, Mir., nis. Bru.i., i" 26'-) 

Et si est trebles en personnes. 

(Pn. Moust., Citron., 5976, Beiff.) 

A soustenir cest treible fes. 

{Jiose, tus. Corsini, !• 47'.) 
Qu'ele (.\tropos) a troiqyles, non pas 
[jumelés. 
(Ib., I" 131'.) 

Qui est uns deus en trinité, 
Ceo est freblflrs en unité. 

(UesanI de Dieu, 3753, MartiD.) 

I/ulililé pour quoy les mameles des la- 
mes sont ou pis... est treble. (H. pe Monde- 
ville, Cyruryie, llichel. 2030, f 24'.) 

La vie si a tresble espèce. 
(J. Lefebtre, Resp. de la rnort, Richel. 99-1, f" 4'^,) 

Pour le jonc semé en chœur, es fesles 
Irepptes d'eslè 25 sous. (1489, Cahier de la 
débile des paroisses du diocèse de Rouen, 
Arch. Seine-lnf. G 3269.) 

— S. m., trois fois autant : 

Si n'estoit pas reson, mes tort. 
Quant achaioient a la foible, 
Et gagner vouloient au treble, 

(Geff., Chron., 5496, \V. et D.) 

El que celluy qui sera trové disobeis- 
saunl soit dislreint de paier le treble del 
porcion a (|u'il fuit mys.(,S(a<. d'Edouard lll, 
an -W, impr. goth., Bibl. Louvre.) 

El v recoverent lour damages en treble. 
(Slat.'de Richard II, an II, impr. goth., Bibl. 
Louvre.) 

— Adj., à trois voix, en trois parties, 
en parlant d'un morceau de musique : 

Cil cler cantent en trelde vois. 

(Parton., 10769, a-apelet.) 



32 



TRE 



TRE 



TRE 



— S. m., morceau à trois voix, en 
trois parties : 

En trcble chantent le Sanctus, 

En quinte voiz (lient TAgnus. 

(Goai. tE St Paih, Mont St Michel, 1093, Michel.) 

Les sains sone de grant air, 
A glai, a treble, a carenon. 

(flen., 3340, Méon.) 

Amours en cui j'ai fiance 
De merci trover 
Par jolie contenance 
Me fet ce ireble acorder. 
[Chamons, ms. Montp. U 196, t" 136 y».) 

El chante avec a plaine bouche 

^otes, ou treble, ou leneure. 

(Hase, 21296, Méon.) 

Li douz ton diatesalon, 
Diapanté, diapason. 
Sont hurtees de divers gerbes 
Par quarreures et par trebles. 
^H. d'Amdeli. Œui'., Bat. des .vu. ars, 180, Héron.) 

Il fisl chanter vespres haultement, et 
l'endemain a l'aube du jour, matines a 
chant et a deschanl et a treble. (Grand. 
Cron. de Fr., Saint Loys, LXVIl, P. Paris.) 

— Partie de soprano, d'après G. 
Raynaud : 

Les chançons natureles sont délectables 
et embellies par la mélodie et les teneurs, 
trebles et conlreteneurs du chant de la 
musique artilkiele. (Kust. Desch., l'Art de 
dictier, VII, 272, A. T.) 

Ceulx qui ont la plus clere gueule 
Cb:\ntent la tresble sans demeure. 
Et les plus petits la quadroublo. 
(Gages, Deduiz, cbacedn cerf. ms. Cliantiiljr.) Ms. Ars., 
le Ireble. 

On trouve au xviif siècle, dans des 
textes du Nord : 

Tresple. (1633, La Bassée, ap. La Fons, 
Gtoss. ms., Bibl. .\miens.) 

Sonner ung tresble. (168i, té.) 

Treble de touttes les cloches pour an- 
noncer un obit. [Ib.) 

TREBLEMEiVT, adv., triplement: 

Dieu est es choses... par nature treble- 
tnent. (Chrr)u. et liist. saint, et prof., Ars. 
3515, f 4 r°.) 

Sa pensée treblement il ama, car de touz 
vice? la purgea et saintillla. (Mir. N. D., 
XXX, t. V, p. 92, A. T.; 

1. TREBLER. V. a., jouer, sonner trois 
t'ois : 

Maistre fu du sonner, ne l'aprist mie la. 
Bien i fait ses domaines, douchemcnt le trebla, 
Bauduins de Surie qui le cor escouta, 
.\ussitost que l'oi et le son c'on nota 
Bien reconnut Huon, Jhesucrist en loa. 

{BiLlt. de Buill., 3176, Scbeler.) 

2. TREiii.ER, voir Tribler. 

TREiti.uiER, Iraibloier, v. n., chanter 
à trois voix, à trois parties : 

Qui lors oy chanter archangros. 
Deschanter puceles cl angres, 
Traibloier virges, sainz et saintes. 
Bêles notes y oist maintes. 

(G. DE Coi.scf, Mir., col. 305, Poquet.) 



TREBoiLLiER, treboleir, -ollier, -oul- 
lier, voir Tridoler. 

TREBUC, -buzt, trihuc, trn., s. m., 
ruine, chute : 

E entarierenl lui en lur tnivemenz, e 
mullipliede est en els trihuc. [Lib. Psalm., 
(Ixf., CV, 28, Michel.) Lat., ruina. 

Nen est (rebuc de maisere, ne Irespasse- 
ment, neclamures places d'els. (Ib., CXLIII, 
n.) Lat. : Non est ruina. 

Embrive sur els crieme e pour, en la 
grandece de tun braz. (Cant. Moys., 18, ib., 
p. 238.) Var. : Irebuzt. 

Ele le hviche et aceine, 
Amors l'argue et dcraeine, 
Ne la laira. ce m'est avis. 
Desi qu'ele ait un trebuc pris. 

iEiieas, 1967, Salverda de Grave.) 

— Trébuchet, machine de guerre : 

Mandèrent paiz, et concedirent a lo duc 
Robert de faire hedifice en la roche et de- 
vant les tors, et il fist faire ^'rfwc et autres 
engins a sa volenté. (Aimé, Yst. de liNorm., 
V, 6, Soc. Hist. deFr.) 

Dont il avintque li seignor de Bariich fu 
aie a la Candare veir .i. grant trahuc que 
sire Anceau de Brie faisoil faire. {Gestes 
des Chiprois, p. 62, Raynaud.) 

El firent acharier engiens, espringales, 
Irehusei telsaournemensd'assauls.(FROiss., 
Chron., Xlll, 108, var., Kerv.) 

Si manda a Malevesie pour lui aporter 
un trabuc, pour abatre la tour qui estoit 
ainxi fors. {Liv. de la conq. de la Morée, 
p. 427, Buchon.) 

Mon dit seigneur le maistre voyant ces 
franchis et approches, et que l'artillerie de 
la ville ne les povoit grever, il lit faire 
tribus de bois, c'est a dire instrumens jec- 
tans pierres par pair. (J. Moi.inet, Chron., 
ch. L.xxiv, Buchon.) 

Et pour ce se haslerent ils de asseir 
leurs Irebus et canons, et de commenchier 
la bataille. (Chron. anonyyn. de Charl. VI, 
ap. Monstrelet, C/iron., v'i, 201, Soc. de l'II. 
de Fr.) 

— Piège : 

Or est Hoiax pris au trebuc 
Que canques fel vait décevant. 
(Gautier d'Ahhas, Vsle et Galeron, Ricbel. 375, f* 
298".) 

— Mal trebuc, mal caduc, épilep- 
sie : 

Par félons e par mais parliers. 
Par losengiers e par graiers 
<^ui poissent prendre mal trebuc. 
Crut l'ire del rei e del duc. 

(Wace, Jtou, 3» p., 108S5, AnJresen.) 

Celui qui r'a rien ne dorra. 
Le mal trebuz puisse il prendre ! 
Trop est munté, bien doit descendre. 
{Chron. de Geoffr. Gaimar, ap. Michel, Chron. aiigl. 
norm., I, 43.) 

TREBUCIIABLE, -cliauhle, trûb., tresb., 
adj., (|ui fait trébucher, glissant, péril- 
leux : 

Par esclorgement trebuchuble. (Pass. des 
XLVIII mart., Richel. 818, T "296 V.) 



En ce monde trebuchable. (Vie sainte 
Clare, Richel. 2096, P T.) 

Preceps, trahuchables. {Catholicon, Ri- 
chel. 1. 17881.) 

A eschever espineulx lieux aspres et Ire- 
huchables. (.Ieh. nu Vign.w, Miroir historial, 
Maz. 15.j4, f° 253\) 

Par fortune tresbuchahle. (Fn., ib., V, 7, 
éd. 1531.) 

Trebiirhnhle, labilis. (Gl. gall.-lat., Ri- 
chel. 1. 7U84.) 

Preceps. Trebuchable. (Vocahtilariui bre- 
vi'dicu?.) 

— Qui trébuche : 

Li covoitous... trabuchauhles est et bauz. 
(LoTHiER, Liv. de la misère de l'homme, Ars. 
5201, p. 354>.) 

TREBucHAGE, -cnrjc, S. m., acHon de 
renverser : 

Il l'empaint par vertu, si a fait trebucage^ 
Puis escrie Nimaie par moult fier vaselage. 

(Enf. God., Richel. 12558, f« 35'.) 

trebiu:ham:e, -buschancc, -bnscan- 
che, tresbuchance, s. f., chute, ruine : 

Il est posé en trehuschance 
Et en mont grant senefîance. 
(Evang. de Nicod., 2» vers., 1037, A. T.) 

De trebuchance ATnas parole. 

(Lia. Psahn., u, p. 296, Michel.) 

Rumen, ruine, tresbuchance. (Gtoss. ,lat.- 
fr., ms. Montp. H 110, f" -227".) 

En hault ou chief de la montaingne. 
En pendant, nom pas en la plaingne, 
Menassant tousjours trehuchance, 
Preste de recevoir chaance, 
Descent la maison de fortune. 

(Rose. Vat. Chr. 1492, f 431". J 

Trebuscanche. 

(Ib., Ou. 1212, f« 47''.) 

Greveuse trehucliance. (.1. de Meung, Ep. 
d'Abeil. et d'Hel.. Richel. 920, !° 82°.) 

Trehuschance. (la., ib., f° 85'.) 

Cil qui sont esjoiz en ta trebuchance se- 
ront puniz. (Bible, Maz. 684, f 139'.) 

Cestuy emprisonnement fut la première 
tache du malheur au roy Lizimachus, ce 
fut le commencement de sa tresbucbance. 
[Boccace des Nobles mal/i., IV, 14, f° 101 r°, 
éd. 1515.) 

Elle se est esjouye en ta tresbuchance et 
en la meschance. (Bible, Baruch, ch. l, éd. 
1543.) 

TREBUCHE, -bu.fclie, S. f., luttc, ba- 
taille : 

Sur eux sailloient des embusches. 
Et la y avoit grans trebusche.9 
De bergiers et grant fereis. 

(l'astoralet.ms. Brus., l' 28 v».) 

— Trébuchet, machine de guerre : 

Quant li rois le sot, si fait semonre ses 
lieveiz et fait meneir perrieres et mango- 
niaus et la grant (j-eéuc/ie d'Aubemarle que 
li cuens de Bouloingne avoit fait faire a 
Mousteruel. (.Ménestrel de Reims, 357, 
Wailly.) 

TREBUciiEis, -iz, tresb., trib., s. m., 
renversement, chute : 



TRE 



TRE 



TRE 



33 



Fu grant la noise et la huée, 
Le trebiicheiz poi paisible. 
Et le son des trompes horrible. 
(G. GuiABT, Roy. Lingn., 436, W. et D.) 

Ore la criée merveilleuse, 
Espoventeuz le hueiz, 
Et hydeus le tribucheiz- 

. (ID., ib.. 14Î4J.) 

Tresbucheiz de charretes. (Prov. et dicl. 
popuL, p. 14, Crapelet.) Var., Irebucheiz. 

k\i lens de aoust ou de vendenges, doit 
l'en fere droit des choses qui sont en pé- 
ril... et de ce que l'en ravisl de arson, de 
irebucheiz et de froisîure, de nef prise. 
(DeJosl.etdeplel, II, 13,5 4, p.97, Rapelti.) 

TRKiiVcnEi^, -quel . -kel , trebusquiel. s. 
m., trébuchet. machine de guerre : 

Li bons Danois ne s'i valt atargier, 
De Chastel Fort fist les murs esforcier. 
Et Mont Quevrel qi sist sor le rochier : 
Mult ricement les a fait batillier 
Et trel'utiuiau^ & perieres drechier. 

(Raimu., Ogier, 3442, Barrois.) 

Grans pierieres et mangonniaus, 
Arbalestres et trehiijciaus- 

(Mocsï., Chron., 20951. Reill.) 

Si drecierent perrieres et mangoniaus et 
Irebukiaus por geter as murs. (Hist. de la 
terre s., uis. S.-Omer 722, f 84\) 

De l'ierarl Yvier, pour ung trebusquiel et 
une fourc|ue. (16 avr. 1434, Exéc. test, de 
Haine le Maire, Arch. Tournai.) 

TREBUCHEMEXT, /res., Ireliusche.. 
irebuke., tribuche., Irii., Ira., s. m., ac- 
tion de renverser, renversement, chute : 

Tu amas tûtes les paroles de trebuche- 
ment, langue triclieruse. (Lib. Psalm., Oxf., 
LI, 4, Michel.) 

.lugeral es natiuns, aemplirat trubuclie- 
meiii. {Psalm., Brit. Mus., Ar. 230, f° il5 
r".) 

Veient les laiz destruiemenz 
E les pesmes trebuchemenz. 
{Bej., D. de .\orm., II, 3143, Michel.) 

Comment pot solTrir fortune voslre Ira- 
huchemenl? {Mort Artus. llichel. 24367, P 
40'.) 

Jeo te anunz de cesl enfant il est posez 
en trebuclieinent et en resurexion et en si- 
gne a qui ert contredit. (Hrit. Mus. Ecerlon 
613, f° 16'.) 

Et es liïniees jugera. 
Les tribuchemens empUra. 
{Psaut., cii, ap. ilicliel, Lib. Psalin., p. 337.) 

Donques chascuns se gart que il ne se 
laisse cheoir en tel tresbuchement de ma- 
lice et de iniquité. ;Bru.n. Lat., Très., 
p. 319, ChabaiUe.) Var. : trabuchemenl. 

.\ ce propos te serviront les histoires qui 
sont toutes pleines de rujnes, et de misé- 
rables tresbuchemens des grans conque- 
reurs. (A. Chartier, FEsperance, p. 364, 
éd. 1617.) 

Si que par chapple et par trebuschemens 
ilz les rusèrent et espandirent en telle ma- 
nière que onques puis ne tous ne partie 
ne cessèrent de l'assaillir. {Prem. vol. des 
grans dec. de TH. Liv., (° 93% éd. 1530.) 

Fier Lucifer demonslre clerement. 
Que ingratitude est le tresbuchement 
D'honneurs et biens, et qu'a Dieu faict injure. 
(J. MmoT, Doctr. des Princess., Eood. XII, p. 10, 
éd. 1532.) 



— Précipice : 

El queil liu une grande roche desoure 
apeirt, et uns parfonz trebuchemenz dessoz 
est aoverz. {Dial. S. Greg., p. 31, Foerster.) 
Lat., praecipitium. 

Precipicius, trebuchemens. (Catholicon, 
Richel. 1. 17881.) 

P?ec\p\\,\\im,trebukemens.{Gloss.deDouai, 
Escallier.) 

— Trébuchage des monnaies : 

Par et sus lo fait de la monoe et dou bil- 
lionemant et trabucliement qui se fait per 
un cliescon jor in nostre ville. (1401, 1" 
Coll. des lois, n" 124, P 32 v°, Arch. Fri- 
bourg. liée, diplom. t. V, p. 9.) 

TREBuciiEOR, -eur, adj., qui fait 
tomber : 

Preccps, a pre et capud componitur, 
trebucheur{e). {(jloss. lnt.-/r., ms. Montp. H 
110, f" 204 V.) 

Preceps, hatif ou trebucheur. {Gloss. lat.- 
fr., Richel. 1. 7579, f» 232 v°.) 

TREBiciiER tresb., s. f., action de 
renverser, ren rsement : 

Fort fu l'estor et ruisle l'envaie. 
Et grant li bruit de la trebucherie. 

{Les Loli., Vat. l.rb. 375, V> \0\) 

Et certes humilité est fondement de ver- 
tus. El se elle muoit l'assemblée de vertus, 
ce ne seroil que tresbucherie. (Jeh. du 
ViGNAY, Mir. hist., X.VIX, 8, éd. 1531.) 

S. Jehas 
Hz sont tous cheus a la renverse 
.■Vu seul mot qu'il ha proféré. 

Roi [.LART 

Qui deable nous a ateré ? 
\ ecy bonne tresbucherie. 
(A. Grebas, jÛisl. de la Pass., 19098, G. Paris et 
RajDaud.) 

TREBicHET, -huschet, -buket, -bus- 
qiiet, trabuchel, irabuchat, s. m., sorte 
de machine de guerre : 

D'un trebufk-et fist trebucier 
Moult grant partie de lor murs. 

(Ph. Mousk., Cliron., 2Î640, Reiff.) 

Les arbalètes grandesîmmes 

Li trabuchat ausi meimmes. 

J. DE Priorat, Liv. de Vegece, Richel. 1604, f* 67'*.) 

Ambition est le trebusquet au deable, 
dont il abat les chites, les abbayes, eves- 
chies, neis la tour S. Pierre a Rome. 
(.1/i;-. du monde, ms. La Sarra, Chavannes, 
p. 66.) 

— Chute : 

Si tost que la dame de la table se leva 
elle se jecta en bas par une fenestre très 
haulte et loingtainede la terre, etparces- 
tuy trebuschet elle fut toute froissée et in- 
continent mourut. (L. DE Premierf., Decaîn., 
Richel. li.9, f 136 V.) 

— Lieu où l'on trébuche : 

Et alire les aspres cosles. 
Les îrabuchaz et les leus rostes 
Embreçonneux, desavoiez. 
(J. DE PalORAT, LiV . de Xegece, Richel. 16Û4, f* 
43'.) 

— Croc en jambes : 



Icelluy Symon fist le trabuchel de son 
pié parmi les jambes de Jehannet, dont 
icellui feust chu a terre. (1413, .\rch. JJ 167, 
pièce 149, ap. Duc, Trebuchare.) 

— Revers, renversement : 

Et comme iceulx ont esté amoindris it 
mis a néant par les trébuchet: de fortune 
qui est muable, laquelle eslieve, tresbuche 
et renverse et se mocque des hommes 
mondains a son appétit. (Boccace des No- 
bles malh., liv. II, prol., P 26 v°, éd. 1515.) 

— Piège : 

Puis firent treire a mont les portes, 
Par quoi maintes janz furent mortes ; 
Mes il n'i ot a celui triege 
Tandu ne trebiichef ne piège. 
(Cbrest., Chei: au lion, 1099, Foerster.) 

Et scevent tendre 
Et les trébuchez et les roys. 
{Le C/tapel des trois /leurs de lis, mi. Berne 217. f' 
73'.) 

Suisse, trahetzet, lit concave et à 
jours, monté sur quatre pieds, pour 
égorger et dépecer un porc. 

TBEBUCHETE, S. f., syn. de trébuchet : 

Trebuchete, Irabucela. (J. de Garlaxde, 
ms. Lille 369, Scheler.) 

TREBUCHEURE, trab., Iresb., Irebns., 
s. f., chute, ruine: 

Ruinosus, plain de ruine ou de trebus- 
cheure. (Gloss. lat.-fr., ms. Montp. Il 110, 
f 227 r°.) 

Et por toi souffert maint cop et mainte 
trabucheure. (Chron. de Turpin, Ars. .5201, 
p. 216".) 

Et ai souffert pour toi maint caup et 
mainte trebucheure, et mainte plaie. {Ib., 
ms. S.-Omer 722, t" 103^) 

Ruina, trebucheure. {Gloss. de Conches.) 

La Sexagesime ne senefie pas tant seu- 
lement le temps de veuveté, mes repré- 
sente le mistere de nostre rédemption. 
Car par .x. homme est entendu qui est la 
.X. drame ou fusse, car il est fait pource 
que il rappareille la trebucheure de la IX' 
ordre. {Légende dorée, Maz. 1729, f 58\) 

.XXVI. ans aprez la mortalité et trebu- 
cheure du conte d'Artoiz Robert et dez 
Franchoiz faicle en la bataille de Courtray. 
{Chron. paris, anon., Mém. Soc. hist. Paris, 
XI, 122.) 

Par nuyt environnoit la cité, la tresbu- 
cheure des murs considerans. (Jehan du 
Vignav, Mir. hist., IV, 46, éd. 1531.) 

Katherine est dicte de Katha, qui est a 
dire tout, et de ruyne, c'est a dire trebu- 
cheure, Katherine est autant a dire comme 
universelle trebucheure, car l'édifice du dia- 
ble trébucha du tout hors d'elle. (II. Est., 
Apo/.p. Hérodote, p. 553, éd. 1566.) 

TBEBL'CHEUS, -buscheus, tresbuchetix, 
adj., qui fait trébucher, périlleux, fu- 
neste : 

Voies estroittes et tresbucheuses. (Ber- 
suiRE, T. Liu., ms. Ste-Gen., f» 181".) 

Ung grant lac parfont et tresbucheux. 
{Grans décades deTit. Liu., 2« vol., P 100 v", 
éd. 1630.) 



34 



TRE 



Par les tertres roides et tresbuclieux . 0" 
té., f" 101 r°.) 

La bataille trebuscheuse de Cannes. (Sec. 
dec. de TU. Liv., 111, 14, éd. 1530.) 

TREBUCHONS (rt), locut. adv., en tré- 
buchant, en faisant trébucher : 

Donl je chai a trébuchons. 
(YieSte Juliane, ms. Oif., Bodl. canon, mise. 74, [• 
73».) 

A trébuchons si l'abat jus. 

[Ib., (" 74>.) 

TREBl'IEL, voir TrIBUEL. 

TREBCiL, S. m., partie du costume 
d'un moine : 

Ainz (jue séché seit la coule 
Ne les trebuilz ne la pelice, 
Aura semblé fous, brics e nice. 
(Bes., D. de Norm., II, 25835, Uichel.) 

Cf. Trebos. 

TREBUKEL, -Quel, voir Trebuchel. 

TREBUKEME\T, Yoir TrEBUCHEMENÏ. 
TREBLKET, VOÎr TuEBUCHET. 

TREBis, -uz, S. m., sorte de chaus- 
sure ou de chausse : 

Il prist chape louée a .i. grant chaperon. 
El chauça uq trebus, puis a pris i. bordon. 

(Hen. (le Montaub., p. 230, 10, Miclielont.) 

E chance un trebus e a pris un burdon 

{/b., ms. Oïf. Hatt. 59, t» 82".) 

Et a esté sa chape o tout son chaperon, 
Et les trebus des jambes et del poing le bordon. 
(/6., Kichel. 24387, {» 23'l.) 

L'esclavine avérai c vus cest mantel hermin, 
E pur ces trebuZy ces chauces d'osterin. 

{Boni, 3972, ms. Canibr., Stengel.) 

TREBUsciA'CHE, -chatice, voir Tbe- 

BCCHANCE. 

TREBi'ScnE, voir Trébuche. 

TREBl"SCHE.>IE\T, Voir TrEBUCHEMENT. 
TREBUSCHET, VOir TrEBL'CHET. 
TREBUSCHEURE, VOir TrEDUCHEURE. 
TREBUSCHEUS, VOir TrEBUCHEUS. 
TBEBISQUEL, VOir TrEBUCHEL. 
TREBUSQUET, Voir TrEBÏÏCHET. 
TREBLTEL, VOir TrIBUTEL. 

TREBUZT, voir Trebuc. 
TRECE.\u, voir Tressel. 

TRECEE. S. f. ? 

Pour une once et demve de trecee blan- 
che. (1580, Compte de tut'., f 84", Harb. de 
Lesc, Arch. Finist.) 

TRECE.'vs, -c/jens, Iresc, tresch.,ii. m., 
loyer, prix d"un bail à ferme : 

Que li abbesse et li covens de la maison 
dellobermont ont doneit a trecens a. iake- 



TRE 

min... une court et une maison... (Fév. 
1260, Robermont, Arch. de l'Etat à Liège.) 

Avons en la ville de Reims, en trecens 
sur certaines maisons, environ .xim. 1. p. 
(1384, Dérlar. du temporel du couv. deCler- 
mares, Arch. admin. de Reims, III, 5T2, 
Doc. inéd.) 

Et fut li cry fait al Peror "an devant dit 
.xiiii'. et ..xxxin., le xxvnr* jour de novem- 
bre, sor tous cheaux qui lettres, chens, 
rentes, hiretaiges ne a trescliens tenoient 
des deseurdis ou de leurs conipliches de- 
vant dis. (J. DE Stavelot, Cliron., p. 318, 
Chron. belg.) 

En mois d'awost le xnn" jour, furent 
monsangneur et le scolaistre Saint Lam- 
bert de part le capitle, et de cascun mes- 
tiers de Liège dois hommes a Tongre, por 
veir les toirs entre le ville de Tongre et le 
sire d'Oudeur, al cause que la ville de 
Tongre calengoit le son sor lequeile la cu- 
sine de la fortereche d'Oudeur est scituee, 
et tous les trechens del valeur de celi terre 
depuis la batailhe de Othay, ch'estoit de 
-xxxvi. ains. (Id., ib., p. 514.) 

Si aucun a fait bail de ses terres labou- 
rables, prez, vignes, eschenevieres, la pen- 
sion et trescens dudit bail, soit en grains, 
vins, denrées ou autres choses, est réputée 
pour meubles, des que les fruits sont cou- 
pez ou cueillis. (1571, Coût, de Clermont, 
>'ouv. Coût, gén., Il, 880".) 

Wallon, Irèsen, Liégeois, tressin, 
Meuse, tressan. fermage, loyer d'une 
terre, d'un immeuble; .\rdennes, mettre, 
prendre à tressin, se dit du bétail que 
l'on met en pâturage chez un étranger 
payé à cet effet. 

TRECEîvsAGE, trescensaifje, s. m., 
syn. de trecens : 

Qu'ilh fâche le rasennement qu'ilh diront 
et teil rassennement et teil deschainge et 
teil Irescensaige lie li doi diseur deseurdit 
diront ke li une des parties fâche al atre. 
(1285, S.-Jacques, Arch. de l'Etat à Liège.) 

TRECEXSEUR, S. m., celui qui tient 
une ferme, etc., à trecens: 

Ke d'ore en avant li devandis Thieris 
sires de Bretombat paiece chascun an, a le 
Saint Andrieu, a chiaus de Saint Jehan de- 
vantdiz siet muis d'espiaute... en la ma- 
nière ke trecenseur en nostre eveschiet ont 
paiiet et paiienl chascun an leur trecens 
as églises de Liège. (26 av. 1288, Collégiale 
S. -Jean, Arch. de l'Etat à Liège.) 

TRECENSiER, trcsc, S. m., Syn. de 
trecenseur : 

Li prevost ou 11 irecenaier. (Mars 1220, 
cathéd. de Metz, Arch. Mos.) 

Rechepvoir leurs grains et revenues de 
leurs Irescensiers. (1487, Ed. et réijlem. pour 
le pays de Liège, ap. Louvrex, i, 438, éd. 
1750.) 

TRECENSOiR, cheusoir, s. m., somme 
payée par celui qui tient une ferme à 
trecens : 

Nos les ferons paier entirement as dittes 
églises et destrenderons lor trechensoirs e\. 
autres a chu ke il lor en seront asseis. 



TRE 

(1301, Chartes S. Lamb., n" 458, Arch. 
Liège.) 

TRECEOIR, voir Trëssoir. 

TRECEox, voir Tresson. 

1. TRECEOR, voir Tresseor. 

2. TRECEOR, voir Tricheur. 
TRECEOIR, voir Tresseor. 
TRECEuiE, voir Tricherie. 
TRECH.\ouR, voir Tricheur. 

TRECHAT, S. m. ? 

Le coq, par le trechat de son chant, faict 
fuir le lyon. (Le Diogeiie //'«noois, Var. hist. 
et littér., 1, 20, Bibl. elz.) 

1. TRECHE, treiche, s. f., pièce de 
charpenterie? sorte d'affût? 

.\ maistre Colart Cailliel, maistre car- 
pentier... item, a avoir fait .ni. treches, donl 
les deux sont mises et assises, l'une entre 
les deux tours de le porte Saint Martin, et 
l'autre, en la dicte tour... (18 aoùt-H nov. 
1414, Compte d'ouv., 2" Somme de mises, 
Arch. Tournai.) 

A maistre Colart Cailliel, maistre car- 
pentier,... item, a avoir fait et ordonné 
trois Ireiches a asseir canons par dessus, 
l'une servant en le porte de le Pottrie, l'au- 
tre a le tour empres le porte du Bruille. 
(Ib.) 

— Pile, culée d'un pont ? 

A maistre Jaques Baffois, machon, pour 
son sallaire, paine et déserte de avoir 
abattu le vossure de pierre entre les deux 
Irechez d'un pont de pierre estant emprez 
le bos de Breuze, sur le chemin de le Plan- 
que d'.\ugy... (Aoùt-nov. 1410, Compte 
d'ouvr., 2" Somme de mises, Arch. Tour- 
nai.) 

2. TRECHE, voir Tresce. 

TRECHEEUR, Volr TrICHEOR. 
TRECHEMEXT, VOir TrESCHEME.NT. 

TRECHENS, voir Trecens. 
TRECHExsoiR, voir Trecensoir. 
TRECHEOR, voir Tricheor. 

TRECHERESSE, S. f., VOir TrICHEOR. 

TRECHERIE, VOir TrICHERIE. 

TRECHEROlISEME."VT, VOir TrICHERO- 
SEMENT. 

TRECHERUS, voir Tricheros. 

TRECHERUSE.MEXT, VOir TrICHEROSE- 
MENT. 

TRECHEUR, voir Tricheor. 

TRECHEIRE, Voir TrESSEL'RE. 

1. TRECuiER, voir Tracier. 

2. TRECHIER, voir Trichier. 



TRE 



TRE 



TRE 



3S 



TRECiioiR. voir Tressoir. 
TRECHo\, voir Tresson. 
TRECiirisE, voir Tresseure. 

1. TRECiEU, voir Treschier. 

2. TRECIER, voir Trichier. 
TREÇOER. -çoir, voir Tressoir. 
■FRECOISE, voir Turquoise. 
TREÇoiv, voir Tresson. 

TRECONFORTER, V.? 

Et toz ses deliz I réconforte. 
[Est. DE Foi-'GitRESj Lin. fies manières^ 11S4. Kre- 
mer.) 

TRECT.\!VCE, VOir TUACT.KNCE. 

TRECTOi'R. voir Traiteor. 

TRECixER. voir Traculer au Sup- 
plément. 

TREDOx, s. m., treuil des grues ser- 
vant à arracher les pieux fichés dans le 
lit des rivières : 

Tour la vente d'iing cable de vingt toi- 
ses, deux marderolles de cinq a six toises 
chascune de tredon, poisant le tout deux 
cens deux livres. (Mai 1628, Compte rendu 
par leur receveur général aux Mardi, fréq., 
ap. Mantellier, Mardi, fréq., II, 49G.) 

TREDOUL.\, Iredoiix, voir Tresdos. 

TREF, t7-eif, tré, s. m., poutre, solive : 

Dex dou ciel lour envoie et done 
Un iré qu'a chair en l'aiguë sone. 

{l'sopet de Lyon, H35, Foersler.) 

Qar la corbaillc balauncerent. 
De fref en autre la launcerent : 
Unqe n'ala elo a tiel hounte. 
Primes avale e pus amountc. 

{Du CItevnher <i fa orheille, -2^5. MoDtaiglon et 
Raj'n.,/'a6(., II, 190. 

Très et soulives confundi, 
L'ardeur du feu le pion fondi. 
(J. Le MiHciiANT, Mir. de N. D., ms. Cliurlres, f° S'; 
p. 19, Duplessis. ) 

Soit lié le membre ou est le fer a un 
ferme tref. (11. de Mondeville, Cyrurgie, 
Richel. 2030, f" 38'.) 

Fay li celle eslaclie embrasser, 
Et je li vueil tandis lasser 
Ses piez a ce tref de ma corde. 
[Passion A'ostre Seiijnear, .Inb., Alij.st., II, 230.) 

— Mât, vergue d'un navire : 

Ronpent cordes, li très lor faut. 
(Wack, Conception Nostre Dame, p. 5, Deliiis.) 

Et ce fu la première nefs 

Qui einz aust voile ne treis 

Ne qui premiers corrut par mer. 

(Ben.. Troie, uis. Naples. f" 6*^.) 

Traient lor ancres, flotent nés, 
Li alquant traient sus lor très. 

[Eneai, 1S73. Sakerda de Grave.) 

Halent hancres, lievenl tref, 
Siglent avant a vent suef. 

{Tristan, III, 56, Michel.) 

Puis le mast dressèrent et la veille ata- 



cherent a l'ant.iine et en haut la guidè- 
rent tant qu'ilz peurent au tref. (Roi René, 
QEia'., Livre du cueur d'amours espris, III, 
89, Quatrebarbes.) 

Quant le dragon voit une nef en la mer, 
et le vent est fort contre la voiUe, il se met 
sur le tre/' àc la nef, pour cuillir le vent 
pour soy relTroidir. {Quinte Curce, I. I, Ri- 
chel. 15'i68, f" 270^) 

Se jetterent (les mariniers) diligemment 
hors des ports, gninderent leurs trefs, sin- 
glerent leur vent a boulingre. (Le Maire, 
Illustr., II, 8.) 

— .4 plein tref. tous les mâts garnis, 
à pleines voiles : 

Sigler lo voit tôt a ptain fref. 

{J'arton., 730, Crapelet.) 

Hue de Boves fist sa nef. 
Malgré les mestres, aplain tref 
Sour tierre courre. 

(Pn. .MocSK., Cliron., 2Î533, Reiff.) 

SI vey ung vassel qui venoit n plnin tref 
ou pori sur le rivaige. (tiisl. de Gilioti de 
Traiignye.i, p. lOi, Wolf.) 

— Tente, pavillon ; 

E sunt pleines les maies entre or fin e argent, 
De vai'Sels. de deniers, e d'altre guarnement ; 
Faldeslulz d'or i portent e très de seie blans. 

( Voy. de Charlem., 83, Koschwitz.) 

El grant vergicr fait li reis tendre un tref. 
{Hol., iS9, Mûller.) 

Tendez mon tré laiens en cel jardin. 

(ies ioA., ms. MoDtp., f° 38".) 

Li quens Raoul i fait son iré drecier. 

(/(. de Cambrai, Bichel. 2493, i' îl »°.) 

Or coromes au duc, as loges et as trez. 

[Panse, 2500, A. P.) 

Sire, veez la le treif le roi Richart, et 
veez la le Ireif le conte Phelipe de Flandres 
et touz les treis ans autres barons. (Ménes- 
trel DE Relms, 55, Wailly.) 

.X. libres a Syiiionnin Loutresse pour 
faire trefs et pavillons pour Mgr. (1333, 
Arch. Meuse R 239G, P 12 r".) 

Ung parement pour mettre desriere l'au- 
tel soubz le tref. (147C, Joy. égl. Bay., 
f° 87', chap. Bayeux.) 

Suisse, Bagnard, Irô, poutre de pont. 

TREFEu, Ireffeu, treffu, s. m., che- 
net, trépied : 

Deux treffeux, deux soulz. (1347, Inv. de 
J. de Prestes, Bibl. de l'Ec. des Ch., .\.V.XIX, 
108.) 

.1. trefeu depechié. (1360, Inv. de N. D., 
Ste-Croix, Arch. Loiret.) 

Une tenaille et un treffu. (1389, lavent, 
du chat, de Porte-Mar.i, Arch. admin. de 
Reims, III, 727, Doc. inéd.) 

Vertibulum, trefeu. (Gl. l.-g., Richel. I. 
7692.) 

Le suppliant tira son espee, et icellui de 
Logie print ung Ireffeu pour courir sus 
l'un contre l'autre. (1441, Arch. JJ 176, 
pièce 10, ap. Duc, Treffus.) 

Une palle de fer et ung treffeu. (1471-72, 
Compte de René, p. 269, Lecoy.) 

Norm., treffeu, grosse bûche qu'on 



met au feu la veille de iXoël et qui doit 
durer pendant les trois jours de fête. 

TREFEUiL,-/'c!(/, Ireffiieil, s. m., trèfle : 

Trifolium, trefeu/. {Glois. rom.-lat. du 
XV* s., Gachet.) 

Le senegré jecte les tigettes menues, 
rouges, la fueille peu s'en faut ressemblant 
le trefeiiil. (Glui.i.. Gueroult, IJist. des 
plantes, p. 545, éd. 1545.) 

Les aullres de leurs formes : comme tre- 
feuil qui ha trois feuilles : pentaphyllon, 
qui a cinq feueilles. (Rab., Tiers Lie, ch. L, 
éd. 1552.) 

Le treffueil ou tréfile. (Liebault, Mais, 
rust., p. .598, éd. 1597.) 

1. TREFF..., voir Tref.... 

2. TREFF..., voir Tresp.... 

TREFFAiLLi, -?/, adj.. qui tombe en 
défaillance : 

Je en ay le cueur si treffailly. 
Quand je y pense. 
[Farce mora'isee. 184, op. Picot et Nyrop, Farces fr. 
des iy' et xvi" s., p. 128.) 

TREFFAiT (à), loc, à forfait : 

Que toutes gens de mestier, qui auront 
en covent aaullru de faire nulle ovraige, 
soit a tre/fait ou aultrement, accomplis- 
sent leurs covens entyrement sens detriier. 
(J. DE Stavelot, Cliron., p. 227, Chron. belg.) 

TREFFOiv, voir Tresfonos. 

TREFFOiVIER, S. m. ? 

Tripofonium, ireffonier. (Gloss. rom.-lat. 
du xv° s., Gachet.) 

TREFFOXSSERIE, VOir TrESFO-N'CERIE. 

TREFFOXSSIER, Voir TrESFO.NXIER. 

TREFFOMZIEME\T, Voir TrESFONGIE- 
MENT. 

TREFFOuiERE, S. f., chenet : 

.II. cromasles, .i. paire de lreffouiere[s~\. 
(18 fév. 1394, Inv. de meubles de la mairie 
de Dijon, Inv. de Mercier, Arch. Côte-d'Or.) 

TREFFORIT, S. m. ? 

Elles (les semences) proliitent dessoubz 
la couverture de la terre, et elles seroyent 
ceinctes et environnes de trefforit en l'air 
par dessus la terre. (Frere Nicole, Trad. du 
Lie. des proiiff. champ, de P. des Crescem, C 
17 v°, éd. 1510.) 

TREFFOi'YER, S. m., cheuet ; 

Ipopirgium, chiennet de fer, treffouyer 
sur quoy on fait le feu. (Voc.-lal.-fr., éd. 
1487.) 

TREFFU, voir Trefeu. 

TREFFUEIL, VOir TrEFEUIL. 
TREFFUEL, Voir TrEFOUEL. 
TREFFUIVCIER, VOir TrESFONCIER. 

1. TREFiER, tref}'., s. m., fabricant de 
trefs? 



36 



TRE 



TRE 



TRE 



Jehan Ciii<;ny crossier ou ireffier. (1418, 
Compte, Arch. mun. Noyon.) 

TREFiLiER, Irai., Ircff., tresf., Iri/f.. 
trefîll., s. m., tréfileur : 

Ouiconques veut eslre Iraifilier de fer a 
Paris, estre le puel, por tant qu'il sache le 
mestier. (Est. Hou.eau, Liv. des mest., l" p., 
XXIII, 1, Lespinasse et Bonnardot.) 

Li frefillier. (le, ib., XXIV, 12.) 

Gilles de Merli, li tresfi/iers. ('2ù juin 1271, 
Reg. de la loy, 1270-1271, V 6 r», .\rch. 
Tournai.) 

Jehan le Irefplier, bourgeois de Rouen. 
(1384, Denombr. du baill. de Rouen, Arch. 
P 307, r 16 v°.) 

Nul dudit mestier ne pourra riens donner 
davantage ne premier a ses trifpliers, sinon 
douze deniers, jusques a tant qu"il soilvenu 
en son service. (1416, Ord., X, 391.) 

Triffiliers d'archal. {heg. des art. de Paris, 
f 110, ap. Duc, Trifiltum.) 

— Trefiliere, s. f., ouvrière qui tra- 
vaille à la trefilerie : 

Bietriz la trefplliere. (Reg. cueilloir, Arch. 
MM 128, f 59 V.) 

TREFILIERE, trefilL, S. f . ? 

Pour trefiUierez royaux taillies et taules, 
pesans .vi'^uu". Ib. a .x. Ib. .x. s., le cent, 
vallent .lxvui. libvrez, .un s. (10 nov. 1404, 
Tut. des enfants de Pierart du Ploich, Arch. 
Tournai.) 

TREFOiR, Ireff'oiier. s. m., chenet : 

Ipopugnis,chiennet ou Ireffouer sur quov 
on fait le feu. (Cat/iolicon, Richel. 1. 17881.") 

TREFOiRE, voir Trifoire. 

TREFOîvciER, voir Tresfoncier. 

TREFODom, voir Tresfondeor. 

TREFoxs, voir Tresfonds. 

TREFO>s.\GE, voir Tresfonsage. 

TREFOUEL, treff., treffuel, trefouau, 
s. m., chenet, trépied : 

Pour l'eschoison d'un treffouel qu'il 
trouva, ou il eschopa, il chey a terre. (1399, 
Arch. JJ 154, pièce 616, ap. Duc, Treffus.) 

— Bûche de .Noël : 

Magnus truncus, qui ponitur in capite 
ignis, gallice trefouel a mettre en l'eu. 
{Glois. lui.-fr., Richel. 1. 7679.) 

Chascun an en la dite forest par la livrée 
du verdier un fou pour le treffuel de Noël. 
(1399, Aveux du bailliage d'Evi-eux, Arch. P' 
294.) 

Trefouaux des poitevins qui sont feux 
allumes la vigile de Noël. Le nom de tre- 
fouau est un mot ancien gaulois signifiant 
arbre do faine. (P. Le Lover, llist. des 
spectres, p. 773, éd. 1605.) 

Norm., Ireffouel, grosse bûche qu'on 
met au feu la veille de Noël et qui doit 
durer pendant les trois jours de fête. 



TREFliRE, voir Trifoire. 

TREGAiVD, s. m., sorte de poisson : 

La livre du tregand deux soulz. (xvi^s., 
Règl. s. les hôlell., Arch. mun. Agen.) 

TREGET, voir Tresoiet. 

TREGETEOR, VOir TrESGETBOR. 
TREGETER, Voir TrESGETER. 

TREGETEUR, -lour. -giteor. voir Tres- 
geteor. 

TREGITER, VOir TrESGETER. 

TREGUT, voir Treu. 

TREHAKT, voir TrAIANT. 
TREHERESSE, S. f . , VOir TraIEOR. 

TREHEU, voir Treu. 

TREIIOIGXER, V. n.? 

La quarte condicion de confession est 
que l'en se doit ordonneemenl confesser et 
dire ses pechies par ordre et selon ce que 
la théologie les met, et doivent estre mis 
l'un après l'autre sans Irehoigner ne entre- 
veschier, ne mettre le derrière devant. (Mé- 
nagier, I, 26, Biblioph. fr.) 

TREHORi, voir TniHORl. 

TREHoi'ER, S. m., sorte de mesure 
pour les grains : 

Escuelles, trehouers, tamves, crubles. 
(xv" s., Debv. deuz au D. de Bret. à cause 
des ferm. de Lesnev., Arch. Finist.) 

Xom propre, Tréliourtrl. 

TREHi', voir Treu. 

TREiiis.\iGE, voir Trel'agb. 

TREIBLE, voir TrEBLE. 

1. TREICHE, voir Treche. 

2. TREICHE, voir Thesce. 

TREiE, traie, s. f., la draine, espèce 
de grosse grive : 

Ruissignous, merles e mauvis, 
Jais, orious, treie e calandre. 
{Bes., D. de .\orm., II, 19Î43, Michel.) 

Il sera neantmoins prins au trebuchel, 

et, comme la traie, il se viendra prendre 
a la glus. (UUt. Maccar. de Merlin Cocc, 
IX, Bibl. gaul.) 

TREiF, voir Tpef. 

1. TREILLE, S. f., sorte de poisson : 

La treille est ung poisson de mer excé- 
dant tous autres en bonté, saveur et nour- 
riture. (Nie. DE La Chesnaye, la Nef de 
santé, f° 36 v", éd. 1507.) 

Cf. Trillie. 

2. TREILLE, trnille, Irelle, s. f., treil- 
lis, treillage, grille : 



... Pir treilles et par fenestres 
Esguarde. 
(L&ifDHi DE Wabem, Cant. des cant., ms. du Macs 
173, ^ 53 f.) 

Et le treUe et l'enlaceure 
Fist moult soutive par figure. 

(^Pwtou., 10309, Crapelet.) 

Les feniestres i sunt treilles au jour d'ui 
de trelles enlires. (Juin 1274, Cis Escris est 
de le maison ki fu Dame Martien Catine, 
chirog., Arch. Tournai.) 

En une grant traille regarde. 
Mains prisonniers voit qu'on y garde. 
{.•ileUusine, 50il, Michel.) 

La treille defferme par lens 
Ou ilz estoient cmpriionné. 

(74., 5106.) 

Par une trelle de fier. (Froiss., Chron., 
VIII, 348, Kerv.) 

Pour avoir point et ouvré une vairiere 
de lourmentine qui est mise a une treille 
en le lour des Eschavins, empres la Ire- 
sorie de ladicte ville. (1399, Compte d'ou- 
vrages, 4' Somme des mises, Arch. Tour- 
nai.) 

Avoir fait une treille a le cambrette de 
ladicte porte [de la Halle). (.\oùt-nov. 1423, 
Compte d'ouvrages, 13" Somme de mises, 
Arch. Tournai.) 

.V Jehan Blave, sierurier, pour son sal- 
laire d'avoir fait et livret une traille de fier, 
qui a esté mise et assise devant le gulol. 
par ou les yauwes prendrent leurs cours. 
(16 fév. 1446, Tut. de llaguinet de Buissy, 
ib.) 

.\ messire Gillet Froidure, pour trellez 
de bos, .ui. s. .x. d. (1'' fév. 1467, Curai. 
des biens de Jehan Platu, ib.) 

Duquel mur de brecque sera fait, mis et 
assis une treille de fer, aux despens dudit 
maistre Guillaume pour passer lesdittes 
eauwes. (30 juin 1480, Escrips d'acord, chi- 
rog., S.-Brice, ib.) 

Sera tenu faire mectre et asseoir une 
traille ou platine de fer... (S mars 1508, 
Escrips de consentement, acord, par Jehan 
Thiebaut et Jehan Dobisies, ib.) 

Un vieux frontal avec une croix de treille 
d'or. (1562, Inveyit. des meubles de l'Hôtel 
du roi à Biuche, Ch. des Comptes Lille B 
2558.) 

Se disait encore aux iviie et xviii« 
siècles : 

Cette mesme matinée, fut par nous faite 
une veue de lieu, pour l'assiette d'un esta- 
plier et treille de barbier, ja^olt qu'au 
mesme lieu il y eut eu paravant l'estaplier 
et treille d'un orfèvre. (1609, Phil. de Hir- 
GES, Mém. d'Escherin de Tournay, Mém. de 
la Soc. histor. de Tournai, V, 50.) 

Toutes treilles avançantes sur la rue. 
(1728, Polain, Ord. de la princip. de Liège, 
I, 623.) 

TREILLER, Voir Treili.ier. 

TREILLETTE, trclL, traill.. S. f., petit 
treillis : 

Pour une rozette et une Ireillette nuesve 
servans audit huis,.v. s. (Mai-19 août 1413, 
Compte d'ouvrages, 3" Somme de mises, 
Arch. Tournai.) 

A lui [lluart de Puille, fevre], pour deux 
treilletles de fer servans aux noghes de le 



TRE 



TRE 



TRE 



37 



maison diidit Caron Grignart, pour warder 
que les ordures n'entraissenl esdis noghes, 
.111. s. (17 mai-lô août 1416, ib., 4° Somme 
de mises, ib.) 

Avoir fait au dit huis [de le Bretesque] 
une trellelte de fer pour wettier parmy. 
(22 aoiit-21 nov. 1422, ib., 5« Somme de 
mises, ib.) 

Elle vint en une petite garderobe ou il 
y avoit une petite traillelte par laquelle 
tout a plain on pooil voir sur la table du 
duc. (Hist. des seig. de Gavres, f 108% 
Cachet.) 

Le dos de ma gente gorriero 
Est si bien lassé a trelîetie 
Qui me souvient d'une eschelelle. 
(EiOT Dauerhil, Lwre de ta Dmblerit, f» 42», éd. 
i507.) 

TREiLLiCE, S. f., tpeillis : 

Et en la court y a le parlouer 
Ou a treiiUces 

De fer doubles a fenestres coulices. 
(C. DE Pis*», Poés., Dit de Poissy, II, 169, A. T.) 

TREiLLiE, triliie, s. f., treillis : 

Et Jehans, qui la sus estoit. 
Par la ireilUe le porlingne, 
Felonessement lerecbingne. 

{D'Estormi. 306, Montaiglon, Fabl., I, 405.) 

A ce mol regarda parmi une treilUet 
D'autre part le Phafon vit la noble maisnie. 
(J. BRlSEBinftE, Restnr du Paon, ma. Roueo, f" 25".) 

— Cage : 

A N AT nOT. 

Vecy une belle tvtltie. 

Lu DI N. 

Sont ce pas teurtres ? 
(1474, Myst. de fine, etnaliv., II, 298, Le Verdier.) 

TREILLIER, treiller, traillier, IretL, 
trillier, v. a., treillisser, grillager : 

Cil qui s'en saelent enlremetro 
Ont bien le couche aparilliee 
Et bien couverte et bien triUiee. 
(Gaut. d'.\br., Jtle et Gateron, 3:132, Loselh.) Var., 
trettie. 

Il avoit commandé par pluiseurs fois 
c'en le fesist treilUer (la fenêtre) [de fer], 
pour les enfans, que li cuers li disait bien 
qu'ele feroit a cui que soit damage. On ne 
le fist mie trellier devant ce que li cuens i 
fust ceus. (Chron. d'Ernoul, p. 307, Mas- 
Latrie.) 

Que toutes fenestres etarchieres il feront 
traillier de fer. (1340, Arch. JJ 72. f» 137 r°.) 

Que le chastel ay fait treiller 
Sur cbascun de ses fenestraîges 
De ces très fors treilliz ramaiges. 
(G. DE DlGULLETiLLE, Trois pèlerin., f« 52^, impr. 
iDstit.) 

Lesquelles fenestres ou veues seront tril- 
liees ou voirrees de verres dormant. (1393, 
Bail, Arch. MM 31, 1° 191 v».) 

Item, a Loizet, tendeur d'oziaux, pour sa 
desssierte à'avoir fait et trellié de lîl d'arcaz 
lesdis cassis, pour warder lesdictes ve- 
rieres des grès que on y poroit faire. (1405, 
Extr. du Compl. d'e.réc. test, de CoUard 
d'Avesnes, ap. La Grange, Docum. relat. à 
quelq. monum. de Tournai, p. 74.) 

Laquelle feniestre, ledit Baisse, ses hoirz, 
ou ayans cause, est et seront tenus de treil- 
Uer de fier si drue que on ne puist passer 
parmi. (19 janv. 1457, Chirog., Arch. Tour- 
nai.) 



— Treillié, part, passé, treillage : 

Et je demoray chy en vo prison treîlie. 

{C/iev. au Cygne, 22152, B.iff.) 

Et de paleys qui seit si entrelassiè de 
cordes t.reilli'ees si que...(Z-!u. deJ. d'Ibelin, 
ch. cm, Beugnot.) Var., trelees. 

Et demourront (les fenêtres) sanzvoirre, 
treitliees de fer. (1314, Cart.deS. Magloire, 
Richel. I. 5413, p. 131.) 

— Adossé à un treillis : 

El si doivent laissier les vignes al issue 
et a le fin desditles .m. anees, hour- 
dees, traillies et estakies, aussi haut que 
elles estoient au jour de le date de cesl 
escrit, et laissier les dittes vignes aussi 
soullissanment estolTees d'estofe que elles 
sont au jour d'uy. (Xov. 1333, Cliieus escris 
est Jakemon Cenlmars doit louwage de sen 
gardin, chirog., S.-Brice, Arch. Tournai.) 

TREILLIS, voir Treslis. 

TREiLLURE, traill., s. f., treillis: 

Traillé sunt de crestal, une père moult dure, 
De vertes esmeraudes fut la traillure. 
(Tb. le Kent, Geste d'Alis., Ricbel. 21364, f 48 
ro.) 

TREiME, treyme, Ireme, Ireisme, s. f., 
Epiphanie : 

La fieste de le epyphanie notre signeu 
que on dist le treme. (1342, Chartes S. -Lamb., 
pièce 672, Arch. Liège.) 

Comme au\ plais generalx délie Ireisme. 
(1373, Chartes des finances, \\, B 20, Arch. 
Liège.) 

Le lendemain des troys roys c'on dist le 
treyrne. (1395, Chartes S. Lamb., pièce 831, 
Arch. Liège.) 

Et l'aultre moitié a jour délie Ireisme 
ou a jour delle heyile après enxuvant. d"' 
oct. 1516, Ahh. du rai S. Lamiert, n" 1664, 
Arch. de l'Etat à Liège.) 

TREI.\'CHIEM.4>T, VOir TrANCHIEME.NT. 

TREi\EKE, S. f., prob. traiiis, espèce 

de filet : 

Yl i a un autre manere de reyes, qe l'em 
apele treinekes. de la largesce de un pouz 
etdemy. {Lib. Custum., 1,117, Rer. britann. 
script.) 

TREIOR, voir Traieor. 

TREisAix, Irez., treiz.. Irais., Iraiz., 
adj., qualifiant une sorte de monnaie : 

Et seront tailliez les parisis dessus diz 
iraisains dessus et dessouza huit fors et a 
huit foibles ou marc. (25 sept. 1327, Ord., 
I, 804.) 

— S. m., sorte de monnaie : 

Et si doit a dame Juliene de Francambe 
.XX. s. d'artisiens vies truisains a paier. 
(1276, C'est Gillion le carpentier, chirog., 
Arch. Tournai.) 

Y doit avoir autant fors comme foibles 
trespassans a trezain et maille desus et 
desous. (1296, Assise de le monuoge, Mart., 
Thés., I, 1282.) 

En une autre partie .xxiii. traizains, qui 
valent .xxiiii. s. .xi. d. (22 sept. 1483, Éxéc. 
lest, de Jaques Houbane, Xrch. Tournai.) 



3 Ireizains et un carolus. (1512, Test, de 
Germain Le Prévost, Arch. Seine-lnfér., G 
3447.) 

Car dixsept solz et un onzain, et vingt- 
cinq solz moins un trezain combien vallenl 
ilz"? (B. Desper., Nouv. recréât., f° 145 r°, 
éd. 1564.) 

Se trouve encore vers le milieu du 
XVII» siècle : 

Quatre Ireizains valant quatre solz qua- 
tre deniers de cens et rente. (1643, La 
Fonlaine-IJangé, Recette de cens et rentes, 
art. 2, Arch. Vienne.) 

— Droit s'élevant à la treizième par- 
tie de l'objet imposé : 

Lesdits boulangiers ne seront tenus bail- 
ler le trezain des pains farains, fors de la 
miche blanche. (Par.adin, Hist. de Lyon, 
p. 319, éd. 1573.) 

Centre, treizain, les treize pièces de 
monnaies qui font partie de l'offrande 
dans les mariages à l'église. .Meuse, 
trezain, unité qu'on ajoute à une dou- 
zaine pour former ce qu'on appelle la 
belle douzaine. 

TBEiSAiivE, -zeine, irezaine, -zene, 
s. f., quantité de treize : 

Fondation en la paroisse de Varennes 
lez Nevers de 5 trezaines de messes, a cha- 
cune trezaine y aura 3 grandes messes et 
le reste petites. (29 déc. 1562, Arch. des no- 
taires, minutes Taillandier, .\rch. mun. 
Nevers.) 

Treizeine de bois : Thirteen billets, or 
logs; or as much wood as a man can carry. 
(COTGR., 1611.) 

Il y eut une Irezene de maraux qui se 
disoient estre les nouveaux apostres. (Ga- 
rasse, Doctr. curieuse, I, 181, éd. 1623.) 

A Nantes, les fruits, pommes, poires, 
etc., se vendent à \a.ireizai>ie; en d'au- 
tres lieux les marchands emploient éga- 
lement ce mot banni par l'Académie et 
recueilli par Littré. 

TREisEMER, treze., adj., qualifie le 
registre où sont inscrits les treisains à 
payer : 

.N'oter et descrire telle notification dans 
le livre trezenier. {Coût, de Bueil. >'ouv. 
Coût, gén.. Il, 123S".) 

TREisERiE, trese., s. f., office de 

treize : 

Pour ceu ne lairoit on mies a l'eir avant 
par ceulx qui an leu seroient, a la manière 
et a l'usaige corn uset de la treserie et de 
la proudomnieteit, peire ne filx ne frère. 
(1324, Atour, Hist. de Metz, IV, 5.) 

El tinrent (les treize) leur chambre close 
.ni. ou .ini. jours, sans exercer justice en 
manière quelconcque, que le conseil en 
fuit assembles, et leur dirent qu'ils otlices- 
sent en leur office de treserie. (J. Aubrion, 
Journ., an U68, Larchey.) 

TREISME, voir TrEIME. 



38 



TRE 



TRE 



TRE 



TREITRESMENT. \0\T TRAimESSEMENT. 

TBEivE, treyve, Ireywe, troive, s. m., 
carrefour où se réunissent trois ou plu- 
sieurs chemins : 

Hz ont octroyé a Jehan de Marines une 
pierre de chiiyng qui est auprès du pontet 
du boys de Rosne, Iai|uellc il leur a de- 
mandé pour faire le pié d'une croix qu'il 
\uell faire faire au troice de la fontaine 
des malades. (IS sept. 1421, lieg. consul. 
de Lyon, I, 325, Guigue.) 

El du dit orme de la Bussiere tend tout 
droit par le grant chemin ou treywe Jac- 
quarl et dudil treive jusques a ladiete re- 
vierc. (1441, Beaujol.. S.-Lagier, Arch. P 
485', pièce 20.) 

Et ainsi s'en alerent ensemble jusques 
au treyveoa carrefour, estant entre la croix 
et l'église de Beligny. (1447, Arch. .IJ HS, 
pièce 215, Duc, Trebium.) 

On trouve trêve aux xvii' et xviii" s., 
au sens de dépendance : 

Cette église (de S. Jean) est Irève ou fil- 
lette dépendant de la parroisse de Plou- 
gaznou. (A. Le Gr.\nd, Saints de BreL, 
p. 245.) 

Dans toute l'étendue de la paroisse de 
Carantois et trêves d'icelles. (9 août 1755, 
An: du pari, de Rret., arr. c. les par., II, 
521.) 

Lyonn., Forez, Beaujolais, treive, car- 
refour où se réunissent plusieurs che- 
mins. 

TREiz.... voir Treis.... 

TREJET, voir Tresgiet. 
TREJETEu, voir Tresgeter. 

TREJETELR, VOif TrESGETEOR. 
TREKERESSE, Voir TrICHEOR. 
TREKERIE, VOir TrICHERIE. 

TREKEUR, voir Tricheor. 
TREKIER, voir Treschier. 
TREL.*iTER, trclater, voir Tresl.^ter. 
TRELicn, voir Treslis. 

TRELIIV, S. m. ? 

Franchises, libertés, gabelle, enlrage, 
trelins. (1402, Arch. P 1390, pièce 6'21.) 

TRELis, -13, voir Treslis. 

TRELL..., voir Treill.... 

TRELLis, voir Treslis. 

TRELUE. voir Treslue. 

TRELUiRE, voir Tresluire. 

TRE.MAiRE, adj., tremblant: 

Lors après che ne tarja gaires 
Que li sains hom fu tous iremaires. 
(il/ir. de S. Eloi. p. 113, Peigné.) 



TREMATER. V. a., changer l'ordre de, 
prendre les devants sur : 

Lesdis batelliers garderont run l'un en- 
vers l'autre, sans entreprendre ne tremater 
le run l'un de l'autre, sur paine de payer 
cinq solz parisis d'amende et de rendre a 
cellui qui aura esté trematé l'argent qui 
en aura esté receu. (Fév. lilh, Béglem. gén. 
pour lajuricl. du prév. des mardi.) 

TREMBLABLE, tram., adj., qui fait 
trembler : 

Cestui (le souverain juge) a très trem- 
blable regard. (Leg. dorée, Maz. 1729, T 4'.) 

Par mes vertus a doubler qui sont Irem- 
blablex je t'esmouverai une bataille que... 
(/A., f 156^) 

Mais venons au jugement tremblable que 
Abraham prophera encontre le dessus dit 
riche. (De Vila Christi, Richel. 181, f 90".) 

Le tremblable juge des vifs et des mors. 
(/i.,f» IIP.) 

La parole de l'ancien est belle, paisible 
et tremblable. (JEH.iS du Vigxay, Mir. histo- 
rial, VII, 16, éd. 1531.) 

Dieu, aide moy pour les signes trambîdbles 
Dont le soleil mesmes mua sa face 
Qui a ta mort parurent redoublables. 

(Che. de Pis., Pois., Richel. 604, t° m^.) 

— Tremblant : 

Et il soi levant sus n'osèrent pas apro- 
chier a lui, mais il retorneit a lur roi nun- 
zarent tremblable, en com grande enhele- 
teit il furent depris. (Dialog. du pape Greg., 
ap. Bartsch, Long, et littérat. fr., col. 270, 
9.) 

Tu as conforté les Iremblables genolz. 
{Bible, Richel. 899, f 218".) 

Seront tremblable et peureux. 
(MicÉ DEiÀ Charité, Bible, Ricbei. 401, £» ISS''.) 

Dolens et iramhjahles s'entourne 
Que le chief Méduse ne voie. 

{Fabl. d'Oc... \rs. 5069, f" 66') 

Los cers poourcus et framblahles 
Laissiez vivre seurement. 

(Ib., £« 224'.) 

TREMBLABLEME\T, tram., adv., en 
tremblant : 

Qui es tu qui si nient tremblablement 
entres en nos contrées ? (Légende de Pilule, 
Richel. 29525, f 57 v°.) 

Mais li aucun U'amhJahlement 
S'enfuiront triste et gémissant. 

[Fabl. d'Oo., Ars. 5069, f 49''.) 

TREMBLAGE, S. m., tremblement : 

Grand tremblage de terre. (Sommaire des 
Chron. de J. d'Outremeuse, liv. 111, Chron. 
belg.) 

TREMBLAI, VOlr TrEMBLOI 3. 

' TREMBLAivMEXT, Imi., trcmblani- 
ment, adv., en tremblant : 

Trépide, trenblanment. {Gloss. de Con- 
ches.) 

Les autres chiens de peur s'en vont fuyans, 
Et tout autour tremUamment aboyans. 
(De Mouchault, xni" lime de l'Enéide par Mapheus, 
f 473 V, éd. 1608.) 



TREMBLA.\T, Iran., S. m., tremble- 
ment : 

Li jaspes garist de fièvre caude et de 
tranblanl et de itropise. (Descript. lapid., 
ms. Berne 113, f° 169".) 

— (^."hant tremblé : 

S'il se plaint, il chante le tremblant, et 
entrecouppe de soupirs. (E. Bi.net, Mero. 
de Nat., p. 79, éd. 1622.) 

Tremblant se dit dans le langage po- 
pulaire pour désigner un lit de sangle. 

TREMBLE, tramUe, s. m., tremble- 
ment : 

Et vint un tramble de terre. (Liv. de 
Sydrac, Ars. 2320, I.) 

Le tramble du cors. (Ib., LXVII.) 

Non sans que la dame en patist, qui de- 
meura longuement pourtant en tremble et 
aux altères. (Brant., des Daines, IX, 15, 
Lalanne.) 

Tremble se dit encore dans le Centre 
et dans la Suisse au sens de tremble- 
ment. Dans le Poitou, la Saintonge et 
l'Aunis « être tout en tremble », être 
tout ému, tout tremblant. 

TRE.MBLEi, voir Trembloi 3. 

TREMBLEos, adj., tremblant : 

Quel merveille se li Baptistles tremblât 
toz de pavor? Qui seroil nuls ki de la pense 
mismes ne seroil toz trembleosl (S. Bern., 
Senn., 104, 20, Foerster.) 

TBEMBLEREL, VOir TrEMEREL. 

TREMBLERiE, S. f., tremblement, 

frisson : 

La tremblerie des membres. (Corbichon, 
Propriet. des choses, IV, 5, éd. 1522.) 

A escouter, son cbant m'a endormy. 
Non pas du tout, mais quasi a demy : 
Lors fuz tombé, resvant, en iremhleric. 
(Leg. de P. Faifeu, p. 22, Jouausl.) 

Se dit encore en Normandie. 

TREMBLETERRE, S. m., tremblement 
de terre : 

Est allé en ruine par le mesme terre- 
mote ou trembleterre la moitié du pays 
de la Pouille. (J. Ch.^rtier, Chron. de 
Charl. VII, ch. ccLxxix, Bibl. elz.) 

Pestilence, Irembleterres et incroyable 
fraieu r se multipliera sur terre.(FEij-AR'DENT, 
Trad. de Saint Efrem, f 210 r", éd. 1579.) 

Littré enregistre tremble-terre, en 
faisant observer qu'il est fort regrettable 
qu'un mot si utile ait cessé d'être em- 
ployé. 

TREMBLEUR, VOÎr TrEMBLOR. 

TREMBLEURE, -bluvc, S. f., tremble- 
ment : 

Tremblure de cors. (Secr. d'Ai'ist., Richel. 
571, C 130'.) 



TRE 



TRE 



TRE 



39 



1. TRE.MBLoi, iramhloi, s. m., trem- 
lilement. 

— .4 tremblai, en tremblant : 

Bien voi que mon service mauvcsement emploi, 
Tant m'alez ramposnant que je les jambes ploi, 
Ja n'en perdrez jornee por ce se j'afbbloi [hloi. 
Que porter ne vous puisse chascun jor a tram- 
[De lîenart île Dantmarlin, Richel. 837, f» 343".) 

2. TREMBLOi, tram., s. m., ville des 
trembleurs : 

Mes un autre chastol en Niceroles sai 
Qui Ti-amhloi a a non. 
[De Nicei-olfs, ap. .lub., J'ués. de Ruteb., Il, 4U.) 

3. TREMBLOI, -oy, -blet, -blay, Iram- 
bloi, -bloy, -bldi,, s. m., lieu planté de 
trembles ; désigne beaucoup de loca- 
lités : 

Radulfiis del Tremhtei. (1237, fens. Grand 
Beaiilieu, p. 165, Ai'cli. Eure-cl-Luir.) 

Dou cens de Saint Albin et Tremblai. 
(1238, Coût, du l'araclet, f° 223 r°, Arch. 
Aube.) 

Un jour et demi es Trembloiz. (1261, Lell. 
de J.deJoino.,S. Ui'b.,Arcli. Haute-Marne.) 

Le Granche du Trnmblai. (1277, .hnort. 
par Rob. comte de Clenn., pièce apparten. 
à M. Gulbourg de Sentis.) 

On leu que on dit desouz les Irambîois. 
(Sov. 1301, Beze, Fouvent, Arch. Côte- 
d'Or.) 

Une pièce de terre apelee la miete de 
Trambloi/. (1319, Lett. du bailli de Nevers, 
S. Luc, S. Lazare, Arch. Nièvre.) 

Leipiel Berlault mena icelle femme tra- 
versant en ung Iremblay. (Iii3, Arch. JJ 
18i, pièce 60'J, ap. Duc, Trembleia.) 

Trambloy. (1461, Cerche des feux du bait- 
lage d'.iuxois, Arch. Côte-d'Or B 11517.) 

Noms de lieux modernes : Nièvre et 
Oise, Le Tremblay, Ardennes, Le Trem- 
blais. 

Noms propres, Tremblay, Lu Trem- 
blay. 

TREMBLOisoiv, tram., tramblison, s. 
m., tremblement : 

Ne virent en li nule palisseur ne nide 
treinbloison pour le venin qu'il ot beu. {Vie 
S. .Joh., ms. Alençon 27, t" 128 r°.) 

Il li avenra trambloison et paralisie. 
(llagin le Juif, Richel. 2i276, 1° 85 v°.) 

Il mist si grant paor et si grant trambli- 
son ou cuer des Lombars que s'an torne- 
rent tuit en ^\i\e.(Liamdiez de Ami et .\mile, 
Nouv. fr. du xni° s., p. 76.) 

L'enfant alejoit tout en appert de celé 
trembloison; car il trembloit assez moins 
qu'il n'avoit acostumé. (Uir. S. Lot/s, Kec. 
des Ilist., XX, 149.) 

La trambloison du cueur. {Jard. de santé, 
I, 123, impr. la Minerve.) 

Trambloison des membres. {Ib., 39.) 

Centre, Iremblaison, tremblement, 
frisson. 



TUEMBLOR, -eur, -ur, -our, tranblor, 
s. f., tremblement, crainte : 

Si esleeciez a lui oth tremblur. [Lib. 
Psalm., O.Kf., II, M, Michel.) 

Crieme e tremblur vindrent sur mei. {Ib., 
LIV, 5.) 

Geste tranhtors, mon escient, 
Vous est prise par hardement ? 
[Eteocle et foliii., Ilicbel. 375, f» 40c.) 

Amors ansamble crimor esjoissemanz an 
tremblour. {Li Epistle saint Bernard a Mont 
Deu, ms. Verdun 72, f° 128'.) 

Les membres de tous ceulx qui y es- 
toient furent faiz roides par trembleur ou 
vain par aucune autre manière. [Miroir 
historiat, Maz. 1554, P U7 r°.) 

Par devant lequel sa noble mère est en 
granl trembleur. (De Vita Christi, Richel. 
181, f» 28".) 

— Palpitation : 

Carvi est pi'oullitable a la trembleur du 
cueur. {Jard. de santé, I, 91, impr. la Mi- 
nerve.) 

TREMBLl'RE, Voir TuKMBLEURE. 
TREME, voir TllElMIÎ. 

TREMEDi. S. m., l']pipbanie : 

Ce fut fait l'an del Incarnacion Nostre 
Signeur Jhesus Crist, mil deus cens sis- 
sante et (juatorze, le mardi après le tre- 
medi. (1276, Lett. de Jean, Monum. pour 
servir à l'hist. des prov. de Namur, etc., 
I, 11, Chron. belg.) 

TREMEL, S. m. ? 

Le ban del vin et le ban des veneus et 
le ban del tremel remanront a hommes de 
le cliité. (1211, Charte accordée aux bour- 
geois d'.-irras, ap. Tailllar, liée., p. 41.) 

TREMEi.EOR. -reur, -ew, tremmelor, 
s. m., joueur de trcmerel, et par exten- 
sion, trompeur : 

Ne cil qui a luiure soi vunt abbandonant, 
Tremmelor, lecheor, ne giol. ne beverant. 

[Poème mortd-, 16", Cloelta.) 

Vous savez bien qu'assez avient 
Que ribaus et fremeteeur 
Sont moult dcsloial jureur. 
(G. DE C.oiNCi, Afir., ms. Soiss., f" 180*,) 

Que s'il est fols ou tremeleres. 
Il s'en retret au chief de foiz. 
(Hues Piaucele, d'Eatormt, 624, Moataiglon, Fabl.. 
I, Î19.) 

Cil Robiers cstoit uns bevere. 
Uns cbevaliers fors tremelere, 

(.MousK., Citron., 17008, Reiif.) 

Mes vos devez eslro moult liez 
Que je ne sui pas tremeîerres, 
Joeeur, ne melliz, ne lerres. 

(Viedes Pères, Ricliel. 33111, f» 49".) 

Pour sustenir publiquement tremeleur 
ne juNveurs de faulx deis, ni d'autres jeux. 
(1487, ap. Louvrex, Ed. et règlem. pour le 
pays de Liège, I, 468, éd. 1750.) 

TREMELER, -cller. Verbe. 

— Neutr., jouer au tremerel : 

Fous est kl a le mort fremeîe. 
(Rencl. de Moiliess, Miserere, ccixiii, 1, Vao Ha- 
mel.) 



Doi scrjant orent ore chi tremeîlé : 
Li uns a molt perdu(s), s'est adampnes. 
[.iiol, 2546, A. I.) 

Ne nulz qui jouwe ne tremelle dedans 
taverne aux dez ne amené femme comoine 
de son corps. (1317, ap. Louvrex, Ed. et 
règlem. pour le pays de Liège, III, 177, éd. 
1750.) 

Plusieurs malvais garsons et bribeurs y 
vont loger de nuict, y portant feu et chan- 
delle pour y tremeler. (1538, Grand greffe, 
Cry du perron, n" 26i, p. 2, .\rch. Liège.) 

— Tricher : 

Tant a sains Pieres tremeléf 
Et tant le jougleor mené. 
Que les âmes gaaigna toutes. 
[De saint Piere et du jtjiiijleitr. 3.53, .Montaiglon et 
Rayaauil, Fabl., V. 77.) 

— Act., tromper, séduire : 

VeIt deable de ses cenbeaus 

La bone dame encenbeler. 

Et guiler s'amc et tremeler. 

[<■'•. DE ColNci, .1/iV., ms. Brux., f« 111'.) 

Wallon, tremeler, tremeller, jouer au 
tremerel. 

TRE.MEUEL, -iel, tremblerel, s. m., 
sorte de jeu de hasard qui se jouait aux 
trois dés et parait être une variante d).i 
trictrac, table pour ce jeu : 

Vieus tu juor au tremereli* 
(Renclus DE MoiL., Miserere, ccxx, 7, Vao Hamel.) 

Li tremeriatts m'a abatu. 
Par ma folie ai tout perdu. 
[Le Départent, des Hures, 7, ap. Jléoa, Xouv. Rec 
1, 404.) 

D'autre part veiTa l'en jouer as trem- 
hleriaus ces ribaus de laverne. (Contempt 
du monde, Richel. 1593, f U4".) 

iiien a son tans et son meriel 
Qui boit et juoau tremeriel, 
[Li tais de Courtois, Ricliel. 1333, f» 498".) 

Et en cui maison on ara jué au treme- 
riel, s'on le seniont, il est a .lx. s. de four- 
fait s'il en est convencus. [Bans d'Hénin 
Liétard, ap. Tailliar, p. 400.) 

Volontiers alez au bordel. 
Et ou l'en jue au tremerel. 
Et gaaigniez mult a envis. 
Par ce estes vous trop chetis. 
[Geus d'aventures, a[i. lab.. Jongleurs et Trouvères 
p. 157.) 

Lors met les esterlins au gieu ; 
Assis se sont au tremerel. 
[De S. Piere et du joui/teur, 176, Moataiglon et 
Raynaud, Fabl., Y, 71.)' 

Pour jù de tremerel. (Bans aux échev., 
QQ, f° 2 r°, Arch. nuin. Douai.) 

Se fenie prent baron, cis le sien gastera 
en glouternie, en tremerel u autre feme 
tenant. (.Ieh. d'Arkel, li Ars d'um., II, 101, 
Petit.) 

TREMESEE, S. f . , mélange de grains : 

Ung muy metillon et ung muy tremesee. 
(1381, Denombr. du temporel de l'abb. de S. 
Bemi, Arch. admin. Reims, III, 603, Doc. 
inéd.) 

TREMETRE, VOir TrESMETRE. 

1. TREMEUR, S. m., p. ê. tisscrand ; 



40 



TRE 



Jehan, le tremeur. (1313, Livredela Taille 
de Paris. Doc. inétl.) 

2. TREMEl'R, voir TrEMOR. 

TREMIE, -muie, -muye, s. f., remplis- 
sage entre les nervures formé de petits 
moellons nommés pendants : 

Hosler .ii. posteaux des iremiez de la 
maistresse Toste de la croissee. (1412-13, 
Arch. Aube, reg. 3 G 3i7.) 

A maislre Jaques (îalTois, machon,... 
Hem a avoir rasel le tremuye des quatre 
vossurcs d'icelle [petite vossure de le 
montée de pierre, qui se fait a la HalleJ 
d'un coslé et d'aultrc. (Aoùl-nov. 1423, 
Compte d'ouvrages, 9" Somme de mises, 
Arch. Tournai.) 

Baquet, réservoir en plomb pour 

les eaux, conduite d'eau ayant la forme 
d'une trémie de moulin : 

A Jehan Monnart, carpentier, pour .ni. 
jours et demv, par lui desservis, et que il 
a ouvré faire les tremuies, pour assir et 
mettre noghes de plonq sulz [l'anchienne 
boucherie]. (139ô-mai 1396, Compte d'ou- 
vrages, 12' Somme de mises, Arch. Tour- 
nai.) 

A Colarl Velaine, plommier,... pour une 
tremuie de ploncq assise sur les murs de 
le porte Coquerel, pour recepvoir les yau- 
wes venans de la dicte porte. (12 aoùt-17 
sept. 1414, ib.) 

A Colarl Velaine, plommier, a a\oir fait, 
par desoubz le couverture, une tremmje de 
ploncq ou les yauwes se geltent hors. 
(^Aoùt-nov. 1423, li.) 

TREMiLHE, S. f . , syn. de tremor, 
crainte : 

Et Richier chev-ilchat tant qu'il voit la tremiUie 

Del porc de la fontaine, qui les chins agrawilhe, 

A ses dcns les desquir, che semble une crawilhe. 

(J. DES Pkeis, Geste de Lieije, 1845, Cbron. belg.) 

TREMIR. V. n., trembler : 

C'est un enfant malicieux 
Ou nul ne doit avoir fiance : 
Car il en a ja plus de deux 
Deceus ou pais de France, 
Dont vous deussiez prendre vengeance, 
Pour faire les autres frémir. 
(Cb. d'Orleaks, Pois., p. 429, ChampoUion.) 

TREMMELOR, VOir TrEMELEOR. 

TREMOïKE, S. f., trémie : 

Lequeil dict maistre ou freire ou lor 
commandement trouveront en la Iremoire 
du dict molin sans empeschement nul et 
sans debbaol et eschec. (Mai 1301, Fondât., 
12, Arch. .Meurthe.) 

Meuse, trémeuilre, trémie. 

TREMOLER, V. a., Craindre, redouter: 

Tu vcuU que les cresticns 
Soycnt mis a mort et en liens 
S'i'lz ne sacrifient tes ydoles 
Que toy et les payens tremoles- 
{.Uijsl. de .S'. Laurent, 3916, Sùderlijelm.) 

Ccluy Dieu doit on aorer, 
Louer, servir et honorer. 
Et non pas les faulces ydoles 



TRE 

Lesquelles tu sers et tremoles. 
Et si n'ont force ne vertu. 

(/6.,5401.) 

TREMOLis, S. m., tremblement de 
terre : 

Povons nous savoir dont vienent li bains 
chauz et dont vienent li tremolis. (Brun. 
Lat., Très., p. 116, var., Chabaille.) 

TREMO!VT.%ix, voir Tresmontain. 

TREMOR, -eur, -iir, Iresmeiir, s. f., 
crainte, terreur : 

Il la tremur de Dieu ad si arere mis. 

(S. Thom. le mart., p. 116, Bccker.) 

Onques nus de la terre ne de la cité ne 
fist semblant que il se tenist a lui, por la 
tremor et por la dolance de l'empereor 
Alexi.(Vii,LEH.,146,Var. regardée parWailly 
comme une mauvaise lecture pour cremor.) 

Tu li dois amor, honneur et reverense, 
tremeur, service et obédience. (Laurent, 
.Somme, Richel. 22932, f 41'.) 

Si vous Usez leurs gestes et chronicques, 
La grant horreur de leurs faitz lyrannicques 
Fera tremeur en leurs cueurs et courages. 
(J. Mabot, Voiage de Venise, de la fondât, de Ve- 
nise, l' 32 r», éd. 1532.) 

— Tremblement : 

La tremeur des membres. {Régime de 
santé, t° 16 v°, Robinet.) 

Xous veons les gens yvres avoir souvent 
tremeur de leste non pas seuUement en 
vieillesse mais aussi en jeunesse, (ié., f° 
23 v°.) 

Treameurs de membres. (P. Ferget, Mi- 
rouer de la vie hum., (° 146% éd. 1482.) 

TREMORSE, S. f. ? 

C'est assavoir pour yauwe de tremorse 
et diamaron prins a l'àpotikaire en le ma- 
ladie de le dicte testateresse, ..xiii. d. (12 
fév. 1383, Exéc. test, de Maignc Cappelaine, 
Arch. Tournai.) 

TREMPEME\T, VOir TeUPREMENT. 
TREMPEIRE, VOir TeMPREURE. 

TREMPis, S. m., lavage, action de 

laver : 

Aussi défend pendant ledit danger de 
peste, a tous vendeurs et tailleurs de pois- 
son de mer, de faire aucuns trempis ou 
lavemens au dedans de cesle ville. (Fév. 
1350, Ord., II, 386.) 

Et a tous vendeurs et tailleurs de mer- 
luz, harans, poisson... est inhibé de faire 
aucuns trempis ou lavemens dedans la 
dicte ville. (1593, Statuts de la ville de 
Bordeau.T. éd. 1612.) 

TREMPOIR, voir Temproir. 

TREMi'ER, voir Tresmuer. 

TREMUIE, voir Tre.mie. 

TREMUisE, -vyse, S. f., trémie : 

Pour l'arqueire, tremutjse, l'augel. (1415, 
Cartul. deCorbie, f 2j v°, ap. Duc, Arqrtet.) 

TREMULE, adj., tremblant: 



TRE 

Si que la mer gracieuse et legiere 
Resplendissoit souz tremuie lumière. 
(0. DE S. Gi.v., Eneid., Rich«I. 861, p 66'.) 

TREMULEiN'T, adj., tremblant : 

Tost après les larmes qui sortirent de ses 
yeux desserrèrent son cueur, et commen- 
cèrent les souspirs sortir de son estomac 
et passer a grant peine par sa tremulente 
et palle bouche. (J. Bouchet, Mém. de La 
Trém., ch. xxvii, éd. 1527.) 

TREMULER, v. n., trembler: 

Trembler ou tremuler. (J. Lagadeuc, Ca- 
tholicon, éd. Auffret de Quoetqueueran, 
Bibl. Quimper.) 

TREMULEUX, adj., tremblant : 

Se aucun le continue (l'ivrognerie) il con- 
vient qu'il meure ou qu'il soit appoletique 
ou epilen tique ou paralitique ou tremuleux 
ou gouleux. (B. DE GoRD., Praliq., II, 20, 
éd. 1493.) 

TREMUR, voir Tremor. 
TREXC..., voir Tranc..., Tranch.... 
TREîvcEOUR, Voir Trancheor. 
TREiVCH..., voir Tranch.... 
TREivcisox, voir Tranchaison. 
TRE^'CQ..., voir Tranch.... 
TREXCQUis, voir Trancheis. 

TREIVGTEL, VOir TrENTEL. 

TREKKisoiv, voir Tranchaison. 
TRENQUE, voir Tranche. 

TREIVQUEFILLE, VOir ThANCHEFILLE. 

TREiVQUiCH, -quis, voir Trancheis. 
TREivsoiR, voir Tranchoir. 
TREXSoivER, voir Trançoner. 

TREXT, S. m. ? 

.xvin. chercles pour reloier le treiU a le 
poure de canon a .ii. d. le chercle. (1509, 
Béthune. ap. La Fons, Gloss. ms., Bibl. 
Amiens.) 



Quelque effort que facenl les pescheurs 
a le vouloir assommer (le plongeon) avec 
fourgons, iceni- et salins, tousjours ce mons- 
tre marin eschappe. (Du Pinet, Pline, IX, 
46, éd. 1566.) 

TREXTAGE, S. m., obligation de don- 
ner au seigneur une certaine mesure 
de vin, et d'autres objets que les exem- 
ples indiquent : 

(lue pour chascun tonneau de vin qui 
sera chargié ou dit port se paieront deux 
soulz de petis tourn., enclous les six pa- 
risis conlenuz es dites lettres pour tout 
trentuge et pour toute coustume de vin. 
(1340, Arch. JJ 72, f 28 V.) 

Item la moitié du Irentage et devoir que 



TRE 

doivent le? hommes et femes qui se ma- 
rient dedans la bachelei'ie de Civray; c'est 
assavoir dedans la baclielerie du marchiè 
un jalon de vin, un pain et doze deniers. 
(1388, Gr. Gauthier, f 205, Arch. Vienne.) 

1. TRENTAiîv, -ein, trnnUiin. adj., 
trentième : 

Al treniein jor s'en ala. 
{D'une piiceile qui ère suer a .t.preuoire, Ricliel. 423, 
!' i04'.) 

— Célébré le trentième jour après 
l'inhumation : 

Au livre de la couronne du chevalier, 
Tertullien parle des obils trenlains. (Tail- 
LEPiEn, de l'Apparition des esprits, p. 264, 
éd. 1600.) 

-? 

Les .VI. liens de fer icejî/ain doivent o. de 
rivage et de mains nient. [Du liage rivage 
de Sainiie, Uichel. 20048, P 11 i'.) 

Ou muy de vin trantain, jauge d'Aucerre 
dont l'on use aud. .\vallon a trente stiers. 
(14Sti, Terrier du roi, Arch. mun. Avallon 
II, 1.) 

2. TREiVTAiiN, -in, trantain, s. m., 
nombre de trente : 

Un trente ou trentain, una trentena. 
(Thresor des trois langues, éd. 1G17.) 

— Syn. de trentel : 

Pour troys trantains qui seront célébrez 
après le trespas de ladicte dame. (1472, 
Desp. p. l'enterr. de ntad. de La Treinoille, 
Chartrier de Thouars, p. 24.) 

Devant le trentin de saint Charlemagne. 
(1551, Arrêt irnpr., Orl., ap. Jlantellier, 
Mardi, fréq., III, 286.) 

L'observation religieuse des jours gras 
ou maigres, des mois entiers au quaresme, 
Irentains, etc. (Budé, la Messe en francois, 
p. 271, éd. 1610.) 

— Mesure de vin d'une contenance 
de trente unités : 

Deux trentains de vin que Maximet de 
Veel, clerc de cuisine de Mgr, achepta pour 
la provision de monsgr. messire Eddoart 
au lieu de Paris. (1398-1401, Arch. Meuse 
B 1044, t° 122.) 

TREIVTAIÎVIEK, VOir TrENTENIER. 

TRE^'TE, S. m., nombre de trente: 

Ung trente de messes. (2 fév. 1463, Exéc. 
test, de Atari Hustin, Arch. Tournai.) 

Un trente ou trentain, una trentena. (T/ire- 
sor des trois langues, éd. 1617.) 

TREXTEL, trenglel, Iranleil, s. m., 
durée de trente jours : 

Pour le trentel apries le gênerai capitle. 
(Règle de Citeaux, ms. Dijon, f° 39'.) 

— Nombre de trente messes qu'on 
fait dire pour un défunt, service fu- 
nèbre célébré le trentième jour après 
l'inhumation, prix de ces messes : 

Lor soignanz peissent, lor meslriz 
Del patremoine au crucefiz 



TRE 

Et lor elTançoncz peliz 
Dos frentetis qu'il n'ont deserviz. 
(Est. de Focgieres, Liv. des jnanieres, 209, Kre- 
mer.) 

E lor enjoingnent les anucls, 
E des messes e des irentels 
Pernent les deniers avant main. 
(DU du Desant, Bicbel. 19525. f» 101 rM 

Et si avrez d'orge troi mines 
Por mon trentel. 
(FouQUKs, le Credo a l'userier, 192, op. Méon, Fabl., 
IV, 112.) 

Le arcevesque comença le trentel, e 
quant out la metié lini, coni le evesque 
comença sa messe... (Vers. f'r. d'Eude de 
Cherrington, P. Meyer, Rom., \l\, 396.) 

A chascun des prevoires de ma terre .i. 
tranteil. (1263, Bibl. Chap. Besançon.) 

Quatre trenlaus et trente s. pour aubes. 
(Mars 1271, Dominicains, Arch. de l'Etat à 
Liège.) 

Item as femmes qui pryerent le serviche 
et le <re«<eA (Mai 1361, Exéc. test, de Ja- 
quemes Waukiers, Arch. Tournai.) 

Nous ordonnons et voulons que, tantost 
après nostre trespassement, le plus brief 
que on pourra, trente deux trentelx de 
messes soient faiz pour l'ame de nous, 
par telz personnes que nostre confesseur 
que nous avrons lors eslira. (18 mars 1396, 
Test. Blanche de Nararre, 168, Mém. Soc. 
Hist. de Paris, XII, 21.) 

Pour .11. trenleux de messes dictes et ce- 
lebreez pour Tanie de ladicte feue. (3 janv. 
1409, Exéc. lest, de la veuve Descarpe, Arch. 
Tournai.) 

Ung trenglel de messes. (14 janv. 1453, 
Exéc. test, de Angniez Amarion, ib.) 

Meuse, trental, service funèbre so- 
lennel célébré pour un défunt trente 
jours après son inhumation. 

TREÎVTENEE, S. f. ? 

Cinq toises de soliveau pour faire la 
trenlenee de la cheminée des torelles du 
portereau. (1402-1404, Compt. de J. Asset, 
Forteresse, XI, Arch. mun. Orléans.) 

TREXTEiviER, -ainier, trantenier, 
-enyer, s. m., trentaine, le nombre 
trente : 

Sept pastours sofisent a traire vint Iran- 
teniers de berbiz. [ô' p. des Coût, des Char- 
treux, i" 14 r°, Bibl. Dijon.) 

— Chef de trente hommes : 

Et respondent iceux centeniers aux ca- 
pitaines dessus nommez, et outre plus en 
chascun trente et un homme, l'un est tren- 
tenier, a qui respondent tous les autres, et 
marchent par compaignics et par ordre de 
capitaine de centeniers et de trenteniers. 
(0. DE La Marche, Estât de la maisoti de 
Charles le Hardy, du quatrième estât. Mi- 
chaud.) 

— Nombre de trente messes qu'on 
fait dire pour un défunt, service funèbre 
célébré le trentième jour après son in- 
humation : 

Soil escrit en kalendre le jor de sa mort, 
et quant le tientenier sera complis chascun 
an fasent por s'arme anniversaire. El si en 
les ygiises ou ce fera le trenlenier seront 



TRE 



41 



.ni. prestres, .i. d'iaus face le trentainier, 
les autres .ii. chantent la messe. (1265, 
Letl. de Charl. d'Anjou, Arch. Bouches-du- 
Rhdne.) 

Du trenlenier des frères mors. (1435, 
Est. de S. J. de Jer., C V; Arch. Haute- 
Gar.) 

Du Irenletiier des estrangers. (Ib.) 

A volu et ordonné que pour le salut et 
remedde de son ame soit dit et célébré 
ung trantenier. (1469, Test, de Simon Cari- 
matitrand, Arch. mun. Nevers GG 58.) 

Les Tœux, le plat, l'offertoire, 
Trenteniers et legas. 
(1562, l'Adieu de lamesse, Poés. fr. des xv' et ivi" 
s., XIU, 359.) 

Veut et ordonne ladite dame qu'il soit 
dit et célébré ung irantenyer de saint Gré- 
goire. (30 mars 1580, Test, de Françoise 
Duverne, Arch. Nièvre, Titres de famille.) 

TRE>TiER, -ter, s. m., série de trente 
messes célébrées pour un défunt : 

Mes si lost com 11 cors en (de leurs maris) gisl 

[sur les chantiers, 

A paine feront faire (les femmes) por l'ame deux 

1 trentîers. 
(J. DE Meusg, Test., 1187, Méon.) 

Pour men trenter faire ou lin u je girai. 
(1310-1330, Cart. de Fîmes, CCCCXV, p. 52, 
Hautcœur.) 

1. TREOIR, voir TEIiKEOR. 

2. TREOUR, voir Traieor. 
TREP.iiGxoN, s. m., mêlée : 

Encore li dui compaingnon 
Qu'ont tant esté en trepaignon 
N'ont gueres eu de repos. 

(Perceval, 13919, Potrin.) 

TREPAISE!HE>T, Voir TrESPASSEMENT. 

TREP.AXT, S. m. ? 

Et sicome les .m. dessus nomes et le 
dit Estienne estoyent ensemble, ledit Par- 
mentier ou autre dist que le temps estoit 
cler et bel pour aler au trepant quérir flan- 
chois. (13U9, Arch. .IJ 100, f° 127 r'.) 

TREPAS, S. m., ardillon et chappe, ou 
l'équivalent : 

Faire en chacune boucle, mordant et 
trépas d'argent. (1350, Compte de M. Est. 
Lafontaine, Pièces relat. à l'Ilist. de Fr., 
XIX, 93.) 

TREPAss..., voir Trespass.... 

TREPE, S. m., danse : 

Le gaber, et la joie, et le trepe. (Hagin le 
Juif, Kichel. 24276, f 40 r".) 

TREPEiL, -eill, -el, s. m., cliquetis, 
vacarme, bruit de la mêlée, la mêlée 
même : 

En mi le gué est li trepeiz 
E li chaples e li torneiz 
Od les branz d'acer reluisanz, 
(Be5., D. de Nonn., II, 21506, Michel.) 

Mais oi n'i out si fort trepeil. 

(ID., ib., Il, 9553.) 



42 TRE 

U grant pule fust en esveil 

En grant noise et grant trepeiU. 

(Marie, Ysopel, tii, Boquef.) 

— Fig., agitation, trouble, inquiétude, 
tourment : 

En la sale ol molt grant trepeil. 
Départi sont tuit del conseil. 
Saillent tuit sus, plus n'i demorent, 
Et ki ainz ainz as .irmes eurent. 

{Eneas, CS37, Salverda de Grave.) 

Onkes la nuit non ot someil. 
Amers Tôt mis en grant trepeil. 

[Ib., 8929.) 

lUoec fu [molt] granz li irepeiz, 
Peise lour q'il est si estreiz. 
[Bom. de Thehes, App. I, 8437, A. T.) 

Par tute Normendie erent gent en trepeil. 
S'il aveient pour, nient ne m'en mcrveil. 
(Wace, Jlou. î' p., 2566, Andresen.) 

Vers mei avez grant tort eu. 
Se ussoz creu mon conseil. 
Ne fussez ore en tel trepeil. 
(Hoos DE BoTEiASDE, Prolheslaus, Richcl. 2169, f° 
59'.) 

Tout li est bon, tout li est bel, 
Ele l'a mis en mal trepeî. 

{Gilles de Clan, 800, Rei£f.) 

Or est Renars en mal trepeil. 
S'il a paour ne m'en merveil. 

[Ren., Br. VI, 1313, Martia.) 

Seignors, dist il, moût me mervel 
Que vos estes en tel trepel 
De ce que de Jhesu ai fait. 

[Evang. de .Wicod., B, 267, A. T.) 

Fui je pris sans revenir. 
Et en cest trepel morrai. 
Ja de chest trepel n'istrai. 
(Robert de le Piere, Chaiis., \XV, 23, ap. MfPtzner, 
Altfranz. Lied., p. 43.) 

Or est AIous en mal trepeil, 
Quar il set bien tout a fiance... 
Que sa feme a esté en œvre. 
(Ze Flabel d'Aloul, 166, Montaiglon, Fabl., I, 260.) 

TREPEILLER, VOlr TrEPILLEE. 

TREPEiLLis, -iz, trcfleis, s. m., tré- 
pignement, vacarme : 

Les baleines soubdainemenl effrayées 
du bruyt el du trepeilliz des chevaul.\ re- 
tournèrent soubdainemenl dans la mer. 
(Boccace des Nobles math., I, .\, f° 11 v°, éd. 
1515.) 

Mais ilz ne peiirent escheler ne monter 
si coyement que les oyes de dedans la tour 
ne sentissent le bruyt et le trepleis des 
Françoys. {Ib., IV, i, P 81 v°.) 

TREPEL, voir Trepeil. 

TREPEMEXT, tripement, s. m., danse : 

Tripudus, tripeme.nl, balement. (Catho- 
licon, Richel. 1. 17881.) 

— Bruit de diverses choses secouées, 
agitées : 

Oyez, beaulx seipneiirs, moult grant ban- 
nissement de chevaul.x qui est entre mes 
oreilles, et non point seulement de che- 
vaulx qui portent bonimes sur eulx, et en- 
tens avecques le tripemenl des frains et 
armeures. {Ancienn. des Juifs, Ars. 5083, f° 
113'.) 

TREPEXSER, voir Trespenser. 



TRE 
TREPER, trepp., friper, tripper, verbe. 

— Neutre, frapper du pied en signe 
de joie ou d'impatience, sauter, danser : 

Mult les veissiez démener, 
Treper, e saillir e chanter. 

(Wace, Rou, 3' p., 7355, .Vndresen.) 

Si vint devant le roi moult lies. 
S'a tele joie qu'il trepe et saut. 

(Chrest.. Perc, 2446, Potvin.) 

Adont s'esmuet par grant vigor. 
Et trepe et trote et cort asses. 

{Amald. el Yd., 6912, Hippeau.) 

Mes vunt treppant par lur cardes. 
(Chardry, Set dormaiis, 1647, Koch.) 

Cant jo les desves regardoie, 
Et jo cha dedens les veoie 
Et corre et saillir et triper 
Et a ces maisieres hurler. 

[Durmart le Gallois, 9543, Sleagel.) 

Saillent, treppent e font leesce. 
[Poème religieux, ms. Flor,, Laur., corveati soppressi 
99, C 151^) 

Li kiens a l'assaut 
Se met, tout entor trepe et saut. 

{Ren. le nouv., 3ô69, Méon.) 

Ja trepè et cours et danse el baie. 
(G. DE DiGUtLEViLLE, Trois pèlerin., f* 49^*, impr. 
lastit.) 

Le sonnailler (le mouton) se arreste tout 
coy quant il a grand ohauU, et trippe des 
piedz et remue sa queue. (Jeh. de Rrie le 
Bon Berger, sign. E vu v", éd. goth., s. d.) 

Quant la fdle du roy Saul vit David ainsi 
jouer, sailler et tripper devant l'arche... 
(Hisl. de l'Ane. Test., (° 125".) 

La jeunesse alors faisoit son devoir de 
treper et mener le grand galop. (Du Fail, 
Prop. rust., p. 2i, Bibl. elz.) 

— S'agiter en désordre et tumultuai- 
rement : 

Si estoit Hasdrabal présent a tout son 
osl quant toutes choses commencèrent a 
triper par divers espoventemens, et che- 
valiers et mariniers tout ensemble a eulx 
bouter es nefz plus par manière de fiiyans 
de la terre a la mer que de gens allans a 
la bataille. (Sec. dec. de Tit. Liv., II, 12, 
éd. 1530.) 

— Act., fouler aux pieds, battre : 

Faites les nous .i. pou triper. 
[Martyre de S. Denis et de ses compagnons, ap. Jub., 
Myst., I, 123.) 

Qu'il luy tripperoil tant le ventre qu'il le 
feroit crever. (1476-1480, Act. consul. ,kTCh. 
mun. Lyon BB 16.) 

Exculco. Fouler aux pieds, triper, jecter 
avec le pied. (R. Est., Diclionariolum.) 

— En foulant aux pieds. 

Nie. Ledoux, le voyant ainsi obstiné, luy 
lya les mains derrière le dos, et le jetta 
hors de l'eschelle, quand il fut monté au 
plus hault de la potence, et le laissa la 
s'estrangler tout doulcement, sans le trip- 
per ne luy haster sa mort. (Haton, Mém., 
an 1572, Bourquelot.) 

Poitou, Irépai, Centre, Normandie, 
Comtois, triper, danser, sauter, Wal- 



TRE 

Ion, Champagne, Fr.-Comté, triper, 
Vionna2, Bas-Valais, Irèpa, Saintonge, 
teurper, frapper du pied, fouler aux 
pieds, trépigner, Suisse, trépà, marcher 
sur, Haut-Maine, terper, repousser vio- 
lemment des pieds et des mains. 

TREPERCER, VOir TrESPERCIER. 

TREPERiE, S. f., danse : 

Et cardes et baleries, 
Espringeries, treperies. 

{Mir. de .S. Eloi, p. 96, Peigné.) 

TREPESSER, VoIr TrESPASSER. 

TREPETEis, tri., S. m., trépignement, 
action de fouler aux pieds : 

Le tripeleis et pesleleis des pies. (.1. 
Daudin, Trad. des Rem. de fort.. An. 2671, 
f 41 r°.) 

Les tripeleis et marcheis des chevaux. 
(ID., ib., f 47 r°.) 

TREPETEOR, -eiir, S. m., danseur, 
sauteur : 

Grant quantité de jougleours et de tre- 
peleurs. [Liv. de Marc Pol, L.XXXV, var., 
Pauthier.) 

TREPETER, Irip., Iripp., tripelter, v. 
n., frapper du pied en signe de joie ou 
d'impatience, sauter, trépigner : 

Et tous empres moi les feisse 
Par vive rage tripeter. 
Mes riens n'i vaut le regreter. 
[Rose, Riohel. 1573, f» lOS': ms. Corsini, f» 87'; Vat. 
Otl. 1212, 1» 98'.) 

De grant joye le cueur me haleté 
Et fort me saulelle et trepete. 
(G. DE DiGULLEVtLLE, Ti'ois pèlerin., f° 69'', impr. 
Instit.) 

Le fol qui près le feu estoit quand ceste 
nouvelle entendit soudainement saillit en 
place devant le roy et les assistans tant 
joyeux qu'il ne se ponvoit tenir de sauter 
el trepeter. [Perceval, f° S% éd. 1530.) 

Il va et vient, danse et trippete 
Plus dru cent fois que pois en pot. 
[La Resolution d'amours, Poés. fr. des iv* et xti" s., 

XII, 310.) 

I sawe nal a wenche this Iwelve mone- 
thes footte it betler : Je ne vis fille de cesl 
an mieulx debriser, mieulx triper, or 
mieulx tripelter. (Palsgr., Esclairciss., 
p. 553, Génin.) 

— Ruer, en parlant d'un cheval : 

Gardez vous de rien espargner, 
(Et) d'approcher cheval qui tripette. 
[Serm, de la vie S.-Ongnun, Poés. fr. desiv' etlvl" 
s., I, 208.) 

— Trepetant, part, prés., sautillant: 

Le pié mouvable et trippetant. (J. Dau- 
din, Trad. des Rem. de fort., Ars. 2671, f° 
41 r°.) 

'V\'all., tripeter, piétiner, trépigner. 

TREPIDER, V. n., s'agiter : 

Les autres trepidoienl la ou leurs povres 
frères plouroienl. (Jeh. du Vignay, Mir. 
Iiist., .\XVI, 2, éd. 1531.) 



TRE 



TRE 



TRE 



43 



TREPiGNis, S. m., syn. de trepeil et 

de Irepcillis : 

Le cheval de Meccius ol paour du trepi- 
gnis que- faisoieiit ceuls qui le sivoient. 
(Bers., t. L'a:, ms. Ste-Gen., T 12'.) 

TREPiLLEMEXT, S. m., action de 
sauter : 

Ainchiez s'en fuit chascun, que nul congié n'i 

[prent : 
Par les fenestrez saillent a grant irepiUenient. 
[Doon de Maience, 9903, A. P.) 

Doubs, trepillement, joie, danse, tohu- 
bohu. 

TBEPiLLER, IrepeUler, t?'ipeler,v. n., 
sautiller, se démener, danser : 

Et escoutoient le son d'une viele 
D'un jugleor qui lor saut et tripeîe. 
[Les Loh., nichel. I62S. f 28» V.) 

Ipomedon d'ire irepeille. 
(Hros DE IloTELANDE, Ipotiiedon, 1659, Kôlbiog et 
Koschwitz.) 

Adoncques ilz prindrent le corps et le 
monstrerenl aux gens qui environ trepil- 
loient et preschoient la cause de tel hor- 
rible méfiait et si a^randissoient le niellait 
par leurs paroUes. (Boccace des Nobles nialli., 
m, 9, f 69 r% éd. U)15.) 

Si tost que Anthoine vit la ribaudelle 
royne Cleopalra il se eschaulTa en luxure, 
il irepeilla en courant ça et la, ne peut at- 
tendre sans avoir l'amour d'elle. (Ib., VI, 
15, f 163 V.) 

Cingar, les voyant Irepiller dans la mer 
desja rougie de leur sang, ne cesse en na- 
geant de les suivre. (Hist. maccar. de Mer- 
lin Cocc, XII, liibl. gaul.) 

N*osassent leurs places muer, 
Souspirer, toussif ne cracher. 
Mot tinter, plaindre ne huer, 
Ne pied ne leste remuer. 
Ou faire tant soit peu de noise, 
Marcber, trepiUer ne ruer. 

{La Font. periU., f° 12, éd. 1572.) 

Trepiner, Irepiller ou pétiller. (Tritim 
Ling. Dict., éd. 1601.) 

— Trepillanl, part, prés., sautillant : 

Entre ces rangs fueillus s'esgayoit argentin, 
Un ruisseau trepiUant d'un reply serpenUn. 
(R. BELLBiu, Œuv.poét., t' 31 v% éd. 1585.) 

Messin, trèplé, Lorr., Ireiipler, Wal- 
lon, tripeler, .\uxerrois, Irepiller, pié- 
tiner, fouler aux pieds, Comtois, ire- 
piller. sauter de joie, Nivernais, se 
terpiller, se dandiner. 

TREPis, s. m., trépignement, mêlée : 

En ce Irepis furent occis le roi de Se- 
bille, le roy de Sezile et le bon roy d'.Aran- 
gon. (Girari de Rossillon, ms. Beaune, 
p. 321, L. de Montille.) 

— Action de fouler aux pieds : 

Autre culture ne désirent elles (les can- 
nes) de la en hors, ni autre soin, que de 
leur donner de l'eau quelquesfois, si en 
aves, et tous jours les préserver de la mor- 
sure des bestes et de leur trepis. (0. de 
Serres, Th. d'agr., VI, 29, éd. 1605.) 



TREPIT, S. m. ? 

Tant vont por celé stree sicum en cisl frepit 
Que dou chemin Sant Jaches sont entres en 

[seisin. 
(Conq. d'Espegne, ms. Veoise, f" 293 v''.) 



TREPLAIVT 



, S,, m., vigne transplantée : 

Et ores est treplant el désert en terre 
sanz voie el seelant. (Glurt, Bible, Ezec, 
ms. Ste-Gen.) Lai. : El nunc transplanlala 
est (vinea) in deserlum, in terra invia et 
sitienti. (Ezech., XI.\, 13.) 

TREPLEis, voir Thepeillis. 

TREPOi, -ois, tropoi, s. m., bruit, va- 
carme, tapage : 

Ne pot prendre retour de soi. 
Tel presse i a et tel fropoi. 

(Be>'., Troies, Bicliel. 375, !' 85e.) 

Des ! quel damage que no gent sunt si poi, 
Paien lor vienent qui mainent grant trepoi. 
{Anseis, Richtl. 793, £• 3Î'.) 

TREPoiER, -oyer, trepp., v. n., fré- 
quentatif de Ireper : 

Je dance el saultoye. 

Je ris, je folloye. 

Je saulte et irepoye 

Comme ung jeune veau. 
(Mist. duViel Testnm., .XVII, t. II, p. 33, rat., A. T.) 
Mais fol espoir d'avoir longue plaisance 
Monslra pour lors de ce la congnoissance 
El follement auï sons d'abus frepoye 
Sans pourchasser en ce monde autre poye. 
(OcT. DE s. Gel., Sfj. d'honn., f" 36 r", éd. 1519.) 

Tout par moy estant encores en la nef 
allove saultant cltreppoyant au son d'iceulx 
(instruments). (Id., ib., P 48 r».) 

Centre, lirpotier, fouler aux pieds. 

TREPOIXTE, trepp., Iresp.,s.î., bande 
de cuir mince placée entre deux cuirs 
plus épais qu'on veut coudre ensemble : 

Item, que les dis coureurs soient tenus 
de conrer les hatriaux des dictes pièces, 
dont on fait les trepointes, bien el loyal- 
ment. (1408, Reg. des métiers, î" 80 v°,Afch. 
Tournai.) 

De Pierart du Sari, pour une corbilelte 
et trespointes, .ui. s. .vi. d. (16 août 1450, 
Tut. des enfants Jehan le Jovene, ib.) 

Soient clouez les treppoinles d'icelles ga- 
loches de quatre clous de chacun coslé. 
(1452, Ord., XIV, 232.) 

TREPOi^'TiER, V. a., garnir de tre- 
pointes : 

Que il ne soit cordewanier ne sures qui 
puist faire sôrlers de vacque que il ne 
soient boin, loyal et marchant, bien se- 
melé cl trepuintié, en le veue des wardes. 
(3 juin. 1108, Reg. des métiers, des Con- 
reurs, f 80 v°, Arch. Tournai.) 

TREPOis, S. m., syn. de treproi : 

Rois Miceres fu abalus, 
Sor lui fu li trepoia si grans, 
Et des Menelanl i ot tant, 
Que il ne pot avoir aie. 

;Bej., Traies, nicliel. 375, f» 97''.) 

La terre crolle sous lor pies 
Kt de la friente et du trepois 
D'els et des cevals arrabois. 

(Id., ib., f- 103".) 



TREPORTER, VOir TrESPORTER. 

1. TREPPER, voir EsTREPER au Sup- 
plément. 

2. TREPPER, voir Treper. 

TKEPPLE, voir TnEDLE. 

TREPPOYER, voir Trepoier. 

TREQL'OYSE, VOir TuRQUOISE. 

TRERIEL, adj. ? 

De dev.Tnt la cité û l'havene treriel. 

[Roum. d'Alix., 1° 17=, Micbelaot.) 

1. TRES, voir Tref. 

2. TRES, prép., dès, depuis: 

Très .\Iixandre, ou ot tant vassellage, 
E très le tans qui fu Lucien d'.\cre, 
Très Cloovis qui fu après Cesaire 
N'i ot mais roi qui le tenist si large. 

(Raimb., Ogier, 3486, Barrois.) 
Il covient mon seignour lier ; 
Hors du sens est ires devant ier ! 
(.Des -m. dames qui trovereiil t'atiet au conte, 53, 
Montaiglon et Raynaud, Falll., VI, 3.) 

Lau j'ai fait mettre une bonne de pierre 
et lis mesurer très celte bonne jusqu'au 
fosset. (Août 1250, abb. de Chàlillon, Cari. 
65, Arch. Meuse.) 

Très le Tousains dusques au grant qua- 
remme. (1262, Bans- aux échev., 00, ass. s. 
les drap, de Douai, f" 2 r", Arch. mun. 
Douai.) 

Preu sont ires le commencement 
Et vaillant ^/Viî le premier jour. 
(Sarrazin, Ham. ilaos Micliel, Hist. des ducs de 
Norm., p. 219.) 

Très le premier Dominus vobiscum dus- 
que al évangile, et très le Sanclus dusque 
a le fin de le messe. (Régie de Citeauj:, ms. 
Dijon, f 61 V.) 

Celluy Bertram de Clequin, très en l'aage 
de quinze ans, se prist a l'exercile des 
armes. (Cri.st. de Piz.iN, Charles V, 2« p., 
ch. xxiii, Michaud.) 

— Pendant : 

Et avoil Ires son vivant donné li rois 
Alphons a Henri lainnel le comté d'Es- 
lurges. (Froiss., Chron., VI, 185, Luce.) 

— Très puis, depuis lors : 

Ne nule maie pense très puis nel encombra. 
(Poème moral, ms. Oxf. Bodl. Canon, mise. 74, f* 27 
r».) 

— Très dont, depuis, dès lors : 

Très dont ai mes en cest manoir. 
Asse.s m'a dont li cuors doloir. 

(Perceval. 23837, Potvin.) 

Ly roy les envoya, par presens ordenes, 

A le conlesse Ydain dont jadis fu portes : 

Et ires dont ly proumis, en fais et en pensses. 

Que par moy en seroit a maie tin livres ! 

(Cheo. au Cygne, 29238, Reiff.) 

A Tors, el mostier Saint Martin, 

Guerpi Mahom et .\polin, 

Et mescrei la foie loi. 

Et pris la crestiene foi : 

Très dont me heent mi parent, 

N'ainc puis n'eue d'als veir talent, 

Très dont ai vescu de soldée. 

(Parton,, 7821, Crapelet.) 



44 



TRE 



TRE 



TRE 



Moul bien ton droit chemin tanis 
Quant tu montas cha sus amont ; 
Tu m'as moût bien servi très dont- 
(Raoul de Houd.. Soitf/e de Paradis, 974, daos 
Scheler, Trouv. belg.^ doqt. sèr., p. S34.) 

— Très maintenant, dès maintenant, 
à partir de maintenant : 

Et si te fas mon escuier 
Très maintenant, 
[iîir. de N.-D., de l'euipereris de Romme, 856, IV, 
271, A. T.) 

Consentons que très maintenant (les ore 
en avant a tous jors... (1284, Cartul. d'Ours- 
camp, C 146", Arch. Oise.) 

Nous leur assennerons 1res maintenant 
héritages. (1314, .\rch. JJ 50, f 42 v°.) 

— Très or, très ore, dès lors : 

Très or s'en va Garins a cointe d'esperon. 
{Garin de Mongl., Vat. Clir. 1517, f 8".) 

Très or s'en va li fius le roi. 

{Blancand., 159. Micheknt.) 

E ! Dieus, com très rice trésor 
Mieus ameroie que ires or 
Le visse o moi par mariage, 
Que tout le mont en yrelâge. 
(Z)e VEmper. ,Coustat>t, 349, Komania, VI, 166.) 

Nous, Johans de Flamlres, cuens de Na- 
mur, et Baudeuins d'Aisaii. deseuredit, 
avons 1res ore eleut et enlisons et pren- 
dons pour chiere homme et arbitre noble 
homme monsigneur Alart. (1306, Compro- 
mis entre Jean de Flandres, Monum. pour 
servir à Thist. des prov. de Saraur, etc., I, 
66, Chron. belg.) 

— Très orendroit, dès maintenant : 

Je très orendroit doins... (1284, Cartul. 
d'Ourscamp, {° 146% Arch. Oise.) 

— Très or e?i avant, dorénavant : 

Quar ce demandoit très or en avant ses 
tans et ses eages. {Estories Rcgier, Richel. 
20125, f 97'.) 

— Très tantosl, aussitôt : 

Si que quant il les vist il trestanlost re- 
vira les banieres. (Bers., T. Liv., ms. Ste- 
Gen., V 346=.) 

— Très dont en avant, dorénavant : 

Si se jurèrent feauté 

A porter ires dont en avant, 

Et lors se vont entrebaisant. 

(P. MousK., Chron., 16S15, Reiff.) 

Et si prendroil les vaires bestes qui 
tresdunt en avant naistroient. {Estories Ro- 
gier, Richel. 20125, P 42°.) 

Ke tresdonc en avant li une ne porroit 
retenir le mosnie de l'autre. (Régie de Ci- 
teaux, ms. Dijon, f'"2 r°.) 

— Très devant, avant : 

Et apries micnuit, très devant la journée, 
Fu en Jberusalem la porte deffremee. 

{Cftev. au cygne, 17S45, ReîIF.) 

— Très devant, par devant, en avant 
de: 

Garda, si vil très devant soi 
.1. home molt près de noter. 
(Du preudome oui rescolt ■•ion compère de noter, 4, 
lloutaigloD, Fabl., I, 301.) 



Très devant son mari les (anguilles) 
[rue. 
(Des .m. dames qui trouvèrent l'anel, 156, Montaiglon, 
Faht., I, 173.) 

— Très ce que, dès que : 

Très çou que Diex fu pris, des Juis travellies, 
Des claus et de la lance et navres et plaies. 

[Clians. d'Antiocfte, I, 114, P. Paris.) 

Et très c/ie qu'il fu mort, une taille fu 
mise sus au royaume de 17 chent mille. 1. 
(P. Col;h., Chron., ch. ni, Vallet.) 

— Très ce que, par ce que : 

Petit apries moru Lohiers 
Qui Dieu siervi moult volentiers : 
Dont la tiere encor. par raison. 
Pour Lohier LoLerainne a non, 
Très çou (/»'il en fu premiers sire. 
(P. Mouss., C/icon., 12535, Reiff.) 

— T)-es devant ce que. dès avant 
que : 

Très devant çou qe cius Reniers se me- 
sist avuec ciaus de S. Lazre. (Mars 1243, 
Arch. S. -Quentin, 1. 269, doss. A, pièce 8.) 

— Très puis que. depuis que : 

Il ne me vaut pas une alie 
Trestout içou qu'om m'a ofert, 
Très j}iiis que Dieus a tant soufert 
Que jou tolue m'ai me joie. 
(Gaut. d'Arras, llle et Gaîeron, 3901, Lôseth.) 

Mais très puisque Noé fist l'arcbe 
Ne fu dame de sa valor. 

(Dunnart le Gallois, 38, Slengel.) 

Avons donné... lot l'aport de le fontaine 
très puis ke il conmença tant com il durera. 
(1230, Don. par Baud. IV, Arch. hospit. Co- 
mines B 1.) 



que : 



Très dont que, dès que, aussitôt 

Car tresdont que premiers vo vi 
Et que vostre biaulé choisi. 
Amours par son commandement 
Mist en mon cuer l'avoement 
De faire de moy vostre amy. 

[Coitci, 3515, Crapelet.) 

Très dont qu'il le prent 
Li bende il les ieï. 

[Loueng. de N.-D., 503, Andresen.) 

Car je vous ai servi, il a longue saison, 
Tresdont que vous presistes roy Ernoul a baron. 
(B. de Seb., Il, 93, Bocca.) 

Et très donc que le corps aprocha de 
Rouen a une leue près de la ville, la somp- 
nerie de la mère Eglise commencherent a 
sonner, avec tous les mousliers de la ville. 
(P. Cocu., Chron., ch. XL, Vallet.) 

— Très, prép., proclie, auprès de : 

Très set la tint, ne la vost demostrer, 
Nel reconoissent usque il s'en seit alez. 

[Alexis. Il" s., sir. 58, 1. G. Paris.) 

L'iretage ki fu Jehan Lespessier, en le 
rue dou Nuef AVes, très le pingnon de piere 
Jehan Moulons. (Août 1300, C'est Jehan 
Mouton, chirogr., Arch. Tournai.) 

— Très, adv., dans le sens actuel : 

Oi avoit dire pour voir 

Que c'iert la plus très belle riens 

Conques veist nus bons terriens. 

(Bes., Troies, Ricliel. 903, £• 73''.) 



Si estoit ele l'une des 1res bêles. (Artur, 
Richel. 337, f° 271".) 

Recours ! ma Dame ! ou doy je recourir, 
Synon a vous, ma très seulîe espérance ? 
(H. Baude, Dehat de la Dame et de l'Escuyer, Poés. 
fr. des iv* et ivl' s., IV, 154.) 

— Tout à fait, à peu près dans le 
sens actuel, mais précédé de si : 

Tuit cist esloient si très privé toul estoit 
ordené et fait par leur conseil. (Chron. de 
S. Den., ms. Ste-Gen., C 61°.) 

Pour quelle cause prioit le filz par si très 
grant diligence pour eulz. (J. de SalisI). 
Policrat., Richel. 24287, f 56".) 

Quant je pense, lasse ! au bon temps. 
Quelle fus. quelle devenue. 
Quant me regarde, toute nue. 
Et je me voy si très changée, 
Povre, seiche, raesgre. menue, 
Je suis presque toute enragée. 
(Villon, Grant Test., Regrets de la belle Heattlm., 
436, LoDgQOD.) 

Car sa pratique est si très rapincuse 
Que d'amasser el ne veult estre oyseuse. 
(Grisg., Folles Enlrepr., I, 49, Bibl. elz.) 

— Plus que très, excessivement : 

L'autre dangereux joZhs que très. 
(Cl. BIarot, Temple de Cupidon, p. 6, éd. 1596.) 

— .\dv., précisément, justement : 

Chevalchet l'emperere très par mi cruiz partie. 
(Voy. de Charlem., 104, Koscliwitz.) 

Mort le Ireslurnent très enmi un guaret. 

(Roi., 1385, Mùller.; 
Je t'irai ja ferir très parmi le[s] costé[s]. 

(Fierabras, 434, A. P.) 

Quant vos verrois paicns sempres les dos torner. 
Qu'il s'en vodront foir très dedans la cité. 

(Gui de Bourg., 610, A. P.) 

Et cosloient la mer très parmi le sablon. 

[Ib., 1681.) 
La praerie grant et bêle 
Très au pie de l'iave batoit. 

(Rose, 122, Héon.) 

Très devant son cbatel l'avoient amené. 

(Floov., 2322, A. P.) 

Si avint que celé (pierre) cheis très desus 
ce tret el touz esqacha ceuls qui le por- 
toienl. (G. de Tyr, .WII, 29, llist. des 
Crois.) 

Et le porta en cel eslre très devant le 
temple. (Cont. de G. de Tyr, Florence, B. 
Laur., 10, 1.) 

— Tressi, tresi, prépos., jusqu'à : 

Chastiaus doit estre rendus a sen se- 
gneur lige et de toul le mares commun 
qui gisl entre le terre de Ghisnes tresi Re- 
linkeliove. (1210, Confirmation d'une paix, 
Tailliar, p. 32.) 

— De même, tressi à : 

Jou Jehans caslelains devant dis doi 
faire faire un fossé movanl de le Bassee 
qui vienne tresci a llaubourdin a men 
frail et a men coust. (1271, Traité, Tailliar, 
p. 316.) 

Du grant tressi au petit. (Bible hist., Maz. 
312, f 13°.) 

Il me suchent tressi au sanch. (Serni. 
lat.-fr., xiV s., ms. de Salis, t" 117 r°.) 



TRE 



TRE 



TRE 



45 



— Tressi en, jusqu'en : 

Du commencement del an tressi en la fin. 
(GuiART, Bible, Dent., III, ms. Ste-Gen.) 

— Tressique «, Iressique en, jusqu'à: 

Qu'il n'a tel prince iressif en Oriant. 
{Les Loh., Yat. Urb. 375, f 24'. ) 

Tout le porfent tressic en l'oie. 

Comme le plus iriez del mond 
S'en ala tressi que a Chauraont. 
[Bist. difGuilL le Maréchal, 7435, P. Meyer.) 

— Ti'es a, jusqu'à : 

Mesurablomeat 
Loez tuto ^^ent 
Très al espruver. 
(EvEH. DE KiRKHAM, Dtst. lie Caturt, 9tr. 165', Stengel, 
Ausg. und Abhandl., XLVII.) 

— Très que, jusque : 

E pur un porc un deners. et pur un 
berbiz .i, dener, e isi tresqite uit. (Lois de 
Guillaume,'^ VI,-ChevalIet, 1. 1, p. lOO.) 

Si avoit .vni. lieues d'iloec tresqne lai ou 
Rollanz gisoit. {('hron. de Turpin^ ap. Tis- 
sot, Lee, Mort de Rolant.) 

— Tresque a, jusqu'à : 

Si me verrez lancier, si vus en prenez guarde. 
Treslcal piet de la tur [e] l'un denier abatro 
Si suef e seril, ja ne sf rauvrat Taltre. 

( Vuy. lie Ch'irlem., 610. K.03i.-!iwitz.) 

Ll cuens le fiert tant verluusetnenl, 
Tresqual nasel tut le helme li fent. 

{HoL, 1601, Mûller.) 

Tote jor se combatent tresqu'a l'obscur. 
[Gérard de Boss., p. 297, Michel.) 

De Baiono tresque a Chinon 
N'out baut home ne fust tornoz. 
{Bist. de (hall, le Maréchal, 202S, P. Meyer.) 

Que fresque al rei de France irreit 
El son afaire lui dirreit. 

(/6., 6609.) 

— Tresque en, jusqu'en, jusqu'à : 

Il tient tute (la) Perse ireshe en Capadoce. 
{Voy. de Charlem., 48, Koscbwitz.) 

Caries li rois, nostre emperere magnes. 
Set anz tuz pleins ad esled en Espaigne, 
Tresqu'en la mer cunquist la terre altaigne. 
{Roi., t, MùUer.) 

Tristan en li mult se fiol 
E li porters Tristan mult amot, 
A quel travail, a quelque peine, 
7'resqiia.nz eu sa loge l'ameine, 
Suef lit !i fait a cucber. 

[Tristan. II, p. 31, v. G31, Michel.) 
Treqti'el fonz du cuer s'en repent. 

[Parton.j 6451, Crapel^t.) 

E maint cop d'espee e de mace 
Donent al Marescbal Willealme, 
Que tôt li enbarrent le hialme 
E li fendent tresqu'en la leste. 
{Bist. de GuilL le Maréchal, 2966, P. Meyer.) 

— Tresque, conj., jusqu'à ce que : 

Mei meîsmes munter en mun plus hait palais 

Ke n'en purrai descendre treskW cumanderat. 

( Voy. de Ckarlem., 769, Koscbwitz.) 

Tute jurn se déportent, juenl e esbanienl ; 
Nule rien qu'il demandent ne lur atargot mie 
Tresk'iX vint a la nuit que tute est aserie. 

[Ib., 7Ûi.) 



La noit demurenl tresque vint al jur cler. 

[JtoL, 162, MûUer.) 

Et Turc n'oirentfreindre ne chevaus ne roncins, 
Tresqii'sL l'agait des Frans se furent ens saillis. 
{Chanson d'Antioche, III, 756, P. Paris.) 

— Très qu'atant que, jusqu'à ce que: 

Très Jiatant k'W ait fait l'aseurement bon 
et loial. {Sept. 1240, Ch. de Ren. de Hoou- 
cort, S.-Aubert, Arch. Nord.) 

— Tresque, conj., dés que: 

Anlenor les cunduisil de Troie, 
Tresqu'î^ perdue i out sa joie. 

{Brutj ms. Munich, 1291, Vollm.) 

Tresqu^oni dit cesto oroison 
Uns paens, Homanus out non, 
Saut avant, a ses pies chai. 
{De St Laurent^ 706, Werner Soderbjelm.) 

Très que premiers remirai son viaire. 
(CuTEL., ap. Mœtzner, Altfr. Lieder^ p. 56.) 

Et tresque les Englois se départirent de 
Bourdiaus, avoient ils jette lor visée de 
venir a Poitiers, (l'uoiss., Chrou., IV, 222, 
Luce.) 

— Puisque : 

Belo filhe, fait il, tresque vos ce saveiz. 
Mut grant mervelhe en ai ke teil vie menez. 

{Poème mor., sir. 151', Cloetta.) 

— Si bien que : 

Trop est granz piliez tresqu'i^ pleure ; 
A bien poi qu'il ne maudist l'eure 
Qu'il onques nasqui de se mcre. 
(Gaut. d'arras, file et Galeron, 3894, Lôseth.) 

— Tresacoup, rapidement: 

Fay ton fait par compas, 
Je te pri, ne le hâte pas 
Si tresacoup, comme tu fais, 
(Blosseville, Rond, du xv" 5., \X!X, A. T.) 

— Tresque, adv., excessivement, ex- 
traordinairement : 

Ma chiere norrisse, vous soyes la tresque 
bien venue, (Pierre de Prou., Ars. ^^354, 
r 7U V.) 

11 nous iisl tresque bon recueil |iar la re- 
commandation de riieruiite. (Rab., Cinq. L, 
ch. u, éd. IÔ04.) 

Soyez les biens, les plus, les tre:igues 
bien venus. (Id., ib., ch. .\i.\.) 

Eh bien quelle chère 
Tresque bonne.,. 
(J. A. DE Baif. Œiw., l'Eunuque, V, 9, éd. 1573.) 

Cella est tresque vray, a ce que Ton dict. 
(Brant., des Dames, VIII, 9, Lalanne.) 

3, TRES, tries, triez, Iriers, trier, 
tris, trefs, prép., derrière : 

Pris fui et toz nuz despoilliez 
Et les poinz très le dos liez. 

{EneaSy 1033, Solverda de Grave.) 

Guarda ires sei, vit les venir. 

{Rom. de Tkèbes, 4662, A. T.) 

Josle le cors fait passer ses amis, 

Et quant les ot triers ses espalles mis 

Si s'antorna... 

{Les Loh., Richel. 1622, f° 134 V.) 

Trier son arçon a le grant livrier mis. 

(76., Richel. 19160, f" 4<.) 



Les mains liées tries le dos. 
(Chrbst., Perceval, ms. MonlpeUier H 249, f'» 46".) 
Le cors de lui e de sun père. 
Si que jel vi, kar jeo i ère. 
Furent de terre relevez 
E tries le maistre autel portez. 
(Wace, Rou, 3" p., 2245, Andresen.) Var., tris. 

Desur le lit a la meschine, 
Triers un dossal qui pur cortine 
Fu en la chambre appareilliez... 
(Marie, Lais, Guigemar, 365, Warnke.) 

Mut suef l'en porta, tries sei sur sun cheval. 
[Born, ms. Cambr., 197, Stengel.) 

Partonopeus fuit tries se gent. 
Et lor trestorne moult sovent. 

[Parton., 2-217, Crapelet.) 

Si avoit les euz bendez et les mains liées 
très le dos. (Laucelol du Lac, Richel. 1430, 

f* 24".) 

Tant sont aie qu'il sont venu 
Tries la meson a un rendu. 

[Itm., Br. I b, 2483, Martio.) 

Si se repost triers ce lit la. 
{Lay de Vespervier, 203, lïomania, VII, 8.) 

Sus un corlil ()ui est très la maison. 
(1260, Vente, Ste-Croix, Arch. Vienne.) 

Ses cheveux blons et flamboiant 
Li vont triez son dos baloîant. 

(Fab. d'Ov., Ars. 506ii, t' 4".) 

— T7'es un, très autre, loc, l'un der- 
rière l'autre, l'un après l'autre : 

Einsi s'en vont triez .i-, triez antre. 
Le petit pas sor les destriers. 

(G. de Uole, Vat. CUr. 1725, 1» 77'.) 

11 burte tant triez .i-, triez autre. 
{Ib., f 82-.) 

— Adv., en arriére : 

Succurre volt ses amis 

Ki trefs erent remis. 

[^Conquest of Ireland, 2374, Mictie].] 

Cf. Detres. 

TRESAILIER, Voir Tbessaillier. 
TRES.\1LIR, voir TrESS.\1LLIR. 
TRES-*ILLER, Voir TrESS.\1LL1ER. 

TRESAivE, iressfivr, s. m., trisaïeul : 

Ooques famé de mon parage 
N'ol mes tel deul ne tel hontage, 
Qui ma genl d'aive et de tresaive 
Voi devant moi morir a glaive. 
[Itom. de Thebes, Append., II, 9461, A. T.) 

Geo que vos estes fort borne e saive 
Vos muet tut d'aive e de tresaive. 

(Bek., D. de Norm., II, 439, Michel.) 

De aive et de tresaive fut a ses ançoisseurs. 

(Herman, Bibl*'. ms. Urléaus 374 bis.) 

Viane fut mon aioel, ce savez. 
Et mon tressave : c'est fine vérités. 
[Girard de Viane, p. 105, Tarbé.) 

Por quoi quiers tu cesle terre avoir 
quant tes peres ne tes aives ne tes tres- 
aives ne l'ot? [Chron. de Turp., Ars. .V201, 
p. 200^) 

TRESALEMEivT, S. m., relàche, repos : 

Si est mengierres, et ne done mie tresa- 
lement a s'arme. {Hugm le Juif, Richel. 
24276, r 7 r°.) 



46 



TRE 



TRES.vLEii, -a fier, treshaler, tressa- 
Iei\ trosayler^ verbe. 

— Neutr., passer tout à fait, s'enfuir, 
s*évanouir. disparaître, passer, se dis- 
siper, au propre et au fîg. : 

Transfretavit, transnlaret. [Gloss. de Rei- 
chenau, f° 38, FoersttT et Koschwitz. Altfr. 
Vehungshucli.) 

Transilivil, transalavit. {Ib.) 

Tresvaif la noit e aperl la clere albe. 

(HoL, 737, MQlIer.) 

Quant la clartés del jor faloit 

Icelle force fresaloit, 

El de miedi en avant 

Li recroissoit tôt autretant. 

(Chrest., Perceml, 19143, Potvio.) 

Tôt anaiente e tôt tresvaît. 

(Ben-, D. de Norm., II, 39719, Michel.) 

Sa doleur li assoiiaga 

El ses maus touz li tresala. 

(S. Graal. 1201, Mîcliel.) 

Feme sui ; poi me soufira ; 
Et tout fors bien faiz tresira : 
Tout tresira fors seul bien fait. 

(Gaut. d'Abras, Eracle^ 323, Lusetli.) 

Lijour de l'ome floriront 
Cum Qors de cbamp, et tresiront. 
{Psaum., cii, ap. Michel, Lib. Psalm., p. 329.) 

Nuis ert, si est coucier aies ; 
Mais ses dormirs est tresalcs- 

(Beal'manoir, Manekine, 1325, A. T.) 

— Tressaillir, se pâmer : 

De joie et de pitié rois Floires lermoia, 
La roine de joie Irestoule iresaîa. 

{Berte, 3002, Scbeler.) 

Maintenant que la pucelle ot veu Helka- 
num si le connu, el eut tel joie que ele 
Iresala voiant cens qui la furent. (A'fls^frfor, 
ms. Turin, f° 228".) 

Par grant angoisse iresaîa. 
Longuement fu qu'il ne parla. 

{Couci. 7803, Crapelet.) 

— Se dissoudre : 

On l'applicque (le panio) tout chaud sur 
les tumeurs qu'on veult l'aire freshaler et 
resouldre en vapeurs. {Trad. de l'hyst. des 
plant, de L. Fousch, ch. xciv, éd. Iô49.) 

— Fig., périr : 

Amur raoy fest a terre chayer, 
Âmur moy fest tost frosayle?'. 
{Guy de Warwick, Riehel. 1669, f 3\) 

— Réfl., se dissiper, défaillir: 

Mon mal f resaler 

Ne ce peult du cas. 

{Mir.de S. Nicolas, s;gu. ,V t t*, Treperel, s. d.) 

A peu li cuers ne me parti ; 

La ou il ert, se iresaîa. 

(Beaumanoir, Salu d'amours, 494, A. T.) 

— Tresnlé^ part, passé, passé, éva- 
noui, dissipé, anéanti, effacé, gâté : 

La char fu tresalee, \i viaire paliz. 

(Wace, liou, 2" p., 2394, Andresen.) 

Sovent l'avoit (l'épée) forbie et ressuee, 
Qu'cl ne fu enrunjic ne tressalee. 

{Aiol, 516, A. T.) 

Or est tut iresaîa entre nus l'amisté. 

{Hom, 4253, ms. Cambridge, Steogel.) 



TRE 

De la pitié qu'elle ot fu sa fain iresaîee. 

{Dit de Guillaume, 185, Michel.) 

Toutes tes tribulacions 
Et toutes tes temptacions 
Faillies sont et tresalees. 
(G. DB CoiNCi, Be l'Emper., Riehel. 23(11, l" IW*".) 

Trestoz est ces cors iresaleiz. 
(RoB. DE Blois, /•ot's.jRirliel. 24301, p. SSB*».) 

Li grans anuis qu'il a eu 
Est tresales por la grant joie 
De la fiance et por la voie 
Que s'amie dist qui aproche. 

{Escouffîe, Ars. 6565, f" 30 v».) 

MouU li fu la couleur palie et iresaîee. 
Que, au jour qu'elle fu en la prison getee, 
Estoit simple et pleisant, bêle et bien coulouree. 
{Doon de Maience^ 4324, A. P.) 

Bien moleles sont et flaistries, 
Tresalees et fort blesmies. 
(G. DE DiGULLETiLLE, Ti'ois pèlerin., f" 58*^, impr. 
Inst.) 

Quand elle (la gelée, jus de fruits con- 
gelés) sera tresalee.Vtn la jettera. {Ord., II, 
533, Duc, tressaiUiià-,) 

— En parlant de personne, caduc, 
consumé, anéanti : 

Quand il est vielz et tresa/ez ja puis en 
pris ne montera. {Artur^ Uichel. 337, f 
11 v^) 

Ja sui vins hom el iresales. 

{Amaldas et Ydoine, 'i7S7, Dippeau.) 

.c. .M. vassal de soif tout tresalé. 

{Auberoii, 1489, Graf.) 

Je sens mon visaige 
Tout fraiz et tout renouvelle. 
Bref, 'je ne suis plus fresalU 
De ce grand mal de ladrerie. 
(Gring., Vie Ms. S. Loys, II, 17, Bibl. elz.) 

— Sorti, au fig. : 

Puis s'en es.t en la chambre aies, 
De son premier sens tresales. 
(Beaumasoih, Jehan et Blonde, 491, A. 



T.) 



Transporté : 



Cest enfant me semble amiable, 
Mon pare en est fort consollé ; 
De plaisir est tout tref^alU. 

{Mist. du Viel Test., 39473, A. T.) 

Haut-Maine, tersaller, trépasser, être 
même déjà en corruption. Wallon, trê- 
znlé, suranné. Norm., trésalé, adj., 
piqué, en parlant du linge qui est resté 
longtemps dans un lieu humide ou qui 
a été serré, alors qu'il était insuffisam- 
ment séché ; Champagne, passé, des- 
séché, en parlant d'un raisin resté trop 
longtemps sur le cep. 

TRES.iL'RIE, voir TRESOniE. 

TRESBATRE, tre., trehaltre, lrabali-e, 
verbe. 



Act., battre, frapper excessive- 



ment. 



El a l'estrier treshat le destrier et aigroie. 

(J, DE LoNGUTO», Veus tlou ptton, Ricbel. 15S4, C 16 
V", el Ricliel. 368, (' 91 v».) 

— Neutr., se dit de l'eau qui s'échappe 



TRE 

en bondissant, en frappant violemment 
une barrière, un obstacle qui s'oppose 
à son écoulement : 

A Colart Velaine, plommier, pour son 
sallaire d'avoir livré, mis et assis .x. livres 
de ploncq en taule es fentes et recoppes 
des assielles dudit appentich, aflin que 
l'eauwe ne puist tresbatre ne passer parmy, 
.XX. s. t. (10 sept. 1422, Exéc. test, des 
épou.v Despienes Du Touppet, Arch. Tour- 
nai.) 

Avoir fait et assis ung appentich de .xin. 
pies de loncq, servant deriere l'eschoppe 
de desoubz le porte Prime pour eschiever 
les yauwes quy trelxittent de le vossure de 
le porte, et fait ung noghe servant illecq 
pour courir les yauwes hors de la dicte 
eschoppe. (21 nov.-20 fév. 1439, Compte 
d'ouvrages, 7° Somme des mises, ib.) 

— ? 

[Avoir assis] ung autre noghe a rencon- 
tre de le cambre par tierre de le grande 
maison desdis enITans. pour ce que le que- 
minee trebatoit. (4 juin 1449, Tut. des en- 
fants de Simon Bernard, .\rch. Tournai.) 

— Suinter : 

Al siste jor li arbre de sanc Iresbateront, 
Une suor de sanc orrible gèleront. 

(HEnsiiN, Bible, Ricbel. 1444, f' 61'.) 

— Tresbalii, part, passé, transpercé: 

Toz irabatus de suwoir. (Hembic, Miroir 
des nobles de Hasbaye, 1. LV, p. 121, éd. 
1673.) 

Une pluie tant grosse dont li uns et ly 
auUi-es furent tous mouilles et tresbatu. 
(Froiss., Cftron., XVII, 207, Kerv.) 

Wallon, trèbate, percer au travers, 
filtrer, suinter. 

TREsBLAxcHoiER, -iier, V. u., pa- 
raître blanc au travers : 

Li fer estoient en mileu destranchies 
Par ou on voit le poil tresUanchiier. 

(Les Loti., Ricbel. 1461, f» 134''.) 

TRESBLE, voir TrEBLE. 

TRESBOivRE, V. E., imbiber, impré- 
gner: 

Amors l'o^ si tresbiife, si esbabie estoit, 
Que riens gu'ele veist solaz ne li portoit. 
{Chmis. d'ayiiour ms. Tours 136, f» 196 y", Zeitsclir. 
f. rom. PliiloL, I, 98.) 



Lesdits orfèvres ne fondront, tresburont 
ne dilTormeront les monnoyes auxquelles 
nous avons donné cours. (1506, Ord., XXI, 
344.) 

— Tre.flieii, part, passé, imbibé: 

Quant plus ert l'csloupe boutée. 
Tant ert elle plus embrassée. 
Et com plus li vin se remue, 
Ert la soupe plus tresbeiie. 
(Jacq. d'.\m., Jiem. d'am., ms. Dresde, Kurt., 524.) 

— Ivre ; 

Mabommes fu tas esmeus. 
Aussi con s'il fust tresbeus, 
K'il fust si fais pas ne savoit. 
(A. DU PoisT, Rom. de Mahom., 144, Michel.) 



TRE 



TRE 



TRE 



47 



Nus ne doil vin donner a boivre 
A home yvre, puis que perçoivre 
Puel on qui est ja tresbeus- 
(Alaet, Dis des Sag., Ara. 3142, f" 158'.) 

TRESBU...,Toir Trebu.... 
TRESBUSCHEUS, voir Trebucheus. 

TRESCA>GIER, VOir TrESCHANQIER. 
TRESCAUPER, VOÏr TrESCOLPER. 

TRESCE, tresche, tresqiie, treske, tre~ 
ehe, treiche, s. f., ronde, sarabande, 
danse, bal, assemblée : 

Tresces et baus encontre lui venir. 
{Garin le Loh., i' cbaos., XLII, p. 196, P. Paris.) 

Quant Braiher fu caus sor la fresque erbe 
Il joinst ses pies, sus resalt par poeste, 
Dist a Ogier ; Pris aves maie tre^que ; 
Vus n'en cantres ne a bal ne a veille ; 
Ces miens espies parmi le cors vus pesqae. 
(Raiub-, Oijier, !140n, Barrois.) 

En .1. bois plaisant pour déduire 
Dort li lions sus la verdure. 
D'environ lui en l'erbe fresche 
Les rates demoinnent lonr tresche. 

[Lyon. Yzop., 981, Fœrster.) 

Uobin, ses tu mener le treske? 
(A. DE LA Halle, li Gieus de Rohin et de Marion, 
p. 369, Coussemaker.) 

Enter le fust a fet sa tresche. 
Puis s'est cochez sor l'erbe fresce. 

[Rn., Br. II, 851, Martin.) 

.\pres mangier fu grans la tre&ce 
Par la maison et les karoles, 

{L'Escouffle, Ars. 6565, £■> 31 r».) 
De treches et d'espingueries. 

{Rose, 10122, Méon.) 

Il fist grans caroles et grans tresches, et 
chanter a hante voix, pour donner cuer a 
ses bourgois qui moult forment s'espoven- 
toient. {Gr.Cron.de Fr., Phelippe lils Mgr. 
saint Loys, XXIV, P. Paris.) 

Je fis de Macabre la dance 
Qui toutes gens maine a la ireiche. 
(J. Lefebvhe. Resp. de la morty Richel. 994, !• 19*».) 

Des malheureux doit bien mener la tresche 
Et a tousjours avoir doleur et haire. 

(E. Deschamps, Poés., Vil, 126, A. T.) 

Quand la feste au rondel fut flnee, on 
commença a danser a la tresche. (1400, 
Arch. JJ 1Ô5, pièce 380, ap. Duc, Triscare.) 

— Hors de tresche, hors de jeu, hors 
de cause : 

Vous aves oi les assens 
Comment il fu mis hors de fresque. 
Comment jut sus le lit a vesque. 
[Du Prestre qu'on porte, 1148, iloataieîon et Rayn., 
Fabl., IV, 39.) 

Wall., Irèhez, branle, sorte de danse. 

TRESCELER, VOir TrESSELER. 

TRESCE.xs, -ensaige, -ensier, voir 

Trecens, -genae, -ensier. 

TRESCRAivGiER, trescau., verbe. 

— .\ct., changer, transformer : 

Le marinier qui par mer nage... 

Ne queurt il pas tous jors d'un voile. 



.\ins le treschatufe moult souvent 
Por eschcver lempesle et vent. 

{Rose, 7587, Iléon.) 

Li don et li loier avuglent les eulz es 
saiges homes, et muent et Ireschangent \es 
paroles as justes homes. (I.nnoce.st III, Mi- 
sère de l'homme, Ars. 5201, p. 341".) 

Kalles a tant de sens et si [se] set mener. 
Et tel mestre a o lui qui si bien seit ouvrer 
Et qui si set sa gent trescangier et muer 
Que li jeune vallet fet veillart resembler. 
Et li veillart enfant, tant li peut on donner. 

[Ooon de Maience, 7631, A. P.) 

— Réfl., se transformer : 

Mes ele ne retient nule forme 
Et se desguise et se treschange. 
[Rose, Riche!. 1573, f" 50« ; Méon, 5957.) 

Le monde se change et se treschange. 
(Palsgrave, Esclairc, p. 48'2, Génin.) 

— Xeutre, être changeant : 

Eisi foleie 
Sen qui treschange e qui erreie. 
(Ben., D. de .Vonn., II, 7733, Michel.) 

I chaunge often or conlynually. Je tres- 
change. (Palsgr., Esclairc, p. 48'2, Génin.) 

— Treschangié, part, passé, changé : 

Ncl i verra mais hom trescangiet ne muet. 

[De St Alexis, 360, Herz.) 

Ce qui... est treschangié de sa substance. 
{Trad. de Beleth, Richel. 1. 995, f» 48 v°.) 

Si sunt espieces treschangiees. 
Ou leur pièces de eus estrangiees 
Et en sustance et en ligure. 

( «ose, Richel. 1573, f» 133''.) 

— Interposé : 

Robert empêtra unes letres dou roi con- 
tre P. son aversaire, qui detenoit un héri- 
tage que cil Robert disoit qu'il avoit eue 
pa.r treschangié personne. {Liv. de Jost. et de 
Plet, I, 4, 5 l'2, Rapetti.) Lat., per inter- 
posilam personam. 

TRESCHARBESSEMEXT, VOÏr TrICHE- 
RESSE-VEN'T. 

TRESCHE, voir Tresce. 
TRESCHE.MEXT, trecliB., S. m., danse : 

.Apres vient les attouchemens 
De main a main et trechemens. 
(J. BoUGHBT, les Regnards travers., i" 110'', éd. 1522.) 

TRESCHENS, voir T.IECENS. 
TRESCHER, VOir TraCIER. 
TRESCIIEREME\T, Volf TrICHEREMENT. 

TREScuERiE, -keriâ, S. f., danse : 

Des hommes et des femmes assanler com- 

[pagnies, 
Canler et fiestyer, caroUes, treskeries. 

(GiLLOii LE MuisiT, Poés., II, 87, Kerv.) 

TRESCHEi'R, S. m., danseur : 

Un très vaillant et hardi soldat, que l'on 
pense avoir esté celui qui depuis fut sur- 
nommé le Tricheur, c'est trompeur, et au- 
tres disent le Trescheur, qui signifie dan- 
seur. (Fauchet, Antiq. gauL, 3' vol., YIII, 
91, éd. 1611.) 



1. TRESCHiER, voir Tracier. 

2. TRESCHIER, -cicr, -quier, trecier, 
-hier, v. n., danser : 

La veissiez tant damoisel venir , 
Et les puceles trecier et esbaudir. 

[Les Loh., ms. .Moolp., f» 92=.) 

Et ces puceles trescier et esbaudir. 

[Ib., ma. Berne 113, !• 32''.) 
EUas ne savoit tresquier ne karoler. 

[Chev. au cygne, 983, Keiff.) 

Saut et tresche et maine bel 

Le tresche entor un oumel. 

(J. Ebars, ap. BarUch, Rok. et past., III, 22, 49.) 

La veissiez grant joie démener. 
Et ces puceles treschier et quaroler. 
iMort Aymeri de Narb., iliO, A. T.) 

N'i ot rue nesune n'ait quarole ataquie. 

A cors Sarrasinois tresqtioienl par maistrie. 

■ {B. de Seb., II, S46, Bocca.) 

Main a main nous prendron, ainsi que pour 

\treschier, 
El nous entretenons bien fort sans varier. 

(Ccv., B. du Cuescl., 19911, Cbarrière.) 

Vous amissiez miex a treschier. 

\.\lir. de .\:-D., I, 2, 42, A. T.) 

TREscHiGNiER, -er, t7-esk., verbe. 

— Act., grincer : 

Sorcils lever, sorcils baissier, 
Dens treskigner, color muer. 

(Wace, Brut, 1146, Ler. de Lincy.) 

— Neutr., grincer des dents : 

Cf. Centralblall, 1876, col. 964 et 965. 

Cf. ESCHIO.NIER. 

TRESCHITER, VOÏr TrESGETER. 

TREscHOiER, v. n., danser : 

A freschoier se sont pris. 
[J. Eraus, ap. Bartscl), Rom. et ptist-, III, 22, 47.) 

TRESCHOiR, voir Tressoih. 
TRESCIER, voir Treschier. 

TRESCOLPER, -coper, -cojjper, -cou- 
per, -cauper, verbe. 

— .Act., couper, traverser : 

Faisomes chi .i, fossé comenchier 
Grant et parfont, mervillous et plenier. 
Se li faisons trescoper cel rochier 
Qui ait de let le trait a .i, archier. 

[LesLoh., Richel. 498S, f" 276".) 

Il ont fait faire un pont la u li fosseis 
trescolpe l'escluse ki va dou molin de Kes- 
noit a Basinghehem. (1"273, Leit. du Châte- 
lain de Lille, ap. Tailliar, fiec, p. 324.) 

Tant Sert del poing et del espee 
Qu'il a la presse trescoiipee. 

[Durmart le Gallois, 13133, Stengel.) 

Puis ne fina de chevauchier moult grant 
pieche de jour, tant k'il voit .i. chevalier 
armé qui trescolpnit son chemin. (Sept sag. 
de Rome, Ars. 3354, P 145^) 

Dont on va a le porte Monte Syon, et 
trescope on le rue Davi. (Chron. d'Ernoul, 
p. 201, Mas-Latrie) 



48 



TRE 



TRE 



TRE 



Si se meloient en aventure, et tre^cau- 
poient le mer. (llist. de la terre s., ms. S.- 
Omer 722, r> y3^) 

N'est pourtant qu'elle est irescoupee 
((la terre) 
De plusieurs sentiers et chemins. 
(G. DE DiGDLtETiLLE, Trois pèlerin., f** To"*, impr. 

iDStit.) 

Et envoya ceulx de sa garde qui Irescop- 
perent une rivierette laquelle, a la première 
bataille de l'empereur, avoit esté passée. 
(J. MoLiNEi, Chron., ch. .\.\ii, éd. 1540.) 

Chemin Irescopant ledit by. (I."i72, Acte 
notarié, Arcli. Spa.) 

— Neutre, aller au travers : 

l"ng lièvre s'en vint Irescopant parmy les 
camps et se bouta enlie les Franchois. 
(Froiss., Chron., III, 44, Kerv.) 

Wallon, Irècûper, traverser, couper 
au court. 

TRESCOPEB, -opper, voir Thescolper. 

TRESCORCHIER (se), V. péfl., SB re- 
trousser : 

.1. viele çaint et si se irescorcha, 
Sone li viens une arpe qu'il a. 

(G. d'IImistone, Richel. 25516, 1° 71».) 

TRESCORRE, -cove, -cun\ -courre, 
-coure, verbe. 

— Act., traverser, parcourir : 

Mais bien grant mer oui tresctirud. 
\s. Branihm, 439, Michel.) 

Si Irescnrnrenl vaus et plaines. 

[Brut, ms. ilunich, IÎ66, VoUm.) 

Le champ tresconrrent en po d'eure. 
{.it/iis, Ricbel. 375, f» 18».) 

Le camp trescore[nt] en poi d'eure, 
Fosses ne tombes nés retiennent. 

{Ib., i' 125«.) 

Des espprons le hurtc, cil trcsaut durement. 
De terre li trescort en poi d'eure un arpent. 
(Th. de Kext, Geste d'.ilis., Hicljel. 24364, p 19 
r».) 

Il ot moût tost celé voie trescourue, si 
que ja estoit près de la cité. (Glill. de Tyr, 
IX, 21, P. Paris.) 

Tant maus ai souffert trusques ci, et 
tantes manières de periz ai trescoru. {Vie 
et mir. de plus. s. confess.. Ma?.. 1716, f° 
215-.) 

— Fig. , parcourir : 

Ses quy avons trescorriiit per brieteil 
ces choses. {Greg. pap. Ilom., p. 18, Hof- 
mann.) 

Lo tierz ordene, c'est de ceos ki en ma- 
riaige sunl, trescorrui ju or briemeni, si 
cum ceos qui tant nen apartienent mies a 
nos cum li altre. (S. Ber.n., Senn., 157, 29, 
Foerster.) 

— Neutre, courir, se répandre : 

Par de devant lo lit trescort 
.\u clerc, qui en l'aire gisoit. 
(/,e Meunier et tes .ii. cters, i2ô, Moataigloo et RajD., 
Fabl., V, 90.) 

Cayns qui mult estoit envcilliz avoit tres- 



coru et aie par bois. [Hist. divers., ms. Ve- 
nise, Marc. C, IV, .3, P 12'.) 

Tost en fu la novele partout trescorue et 
a Judas parvenue. {Eslories Rogier, Richel. 
20125, f 61".) 

— Faire erreur : 

Sire Otes, trescoru aves ; 
Une autre fois vos en gardes 
Que ne faites tel jugement. 
{liom.de Ttiebes, Affewi. III, 10983, A. T.) 

TREscouPER, voir Trescolper. 

TREScoLREME.\T, S. m., manière 
d'accomplir son cours : 

L'eure que il nasquirent vous di chertainement 
Que le soleil rougi en empalissement, 
Et mua sa fachon et son trescourement. 

{Doon de Maience, 6883, .\. P.) 

TRESCURE, -tirre, voir Trescorre. 

TRESDOS, -oux, trcdoux, s. m., ri- 
deau, tenture qui voilait le mur ? 

Une chambre de 6 pièces de serges ver- 
melles dont le tresdos et le ciel sont garny 
de toille painte. (13S9, Invent, de Bich. 
Picque, p. 19, Biblioph. de Reims.) 

La chambre de la tappicerie appellee 
Guienne, contenant si.x pièces comprins le 
ciel, tredou.i et couverture. (16 août 1498, 
ms. Rlancs-Manteau.'i, 49, Richel.) 

— Dossier : 

Le chœur de son église de Rennes es- 
toit despourveu d'œuvre de bois et de 
tresdos sur les haults sièges de celui chœur. 
(1427, .\rch. Ille-et-Vil., ap. Guillotin de 
Corson, Fouillé de l'archev. de Rennes, I, 
272.) 

Un grand dressouer a tresdoux. (1471- 
1472, Compt. de René, p. 253. Lecoy.) 

Cf. DOSSEL. 

TRESEL, -seau, -seil, -zel, -zeau, Irai- 
seau, s. m., fraction de l'once : 

.x.x.xii. onces et .i. tresel. (1247, Règl. de 
la drap, de Cltdl.-s.-Marne.) 

C'est assavoir ly tresiax de toiles, de 
dras, de camelos, de sarges, etc. [Cartul. 
de Corbie, 21, f 85, ap. Duc, Tresellus.) 

Pour une pinte (d'ypocras), trois tre.9eau.x 
de cynamone fine et parée, ung treseau de 
mesche ou deu.x qui veult; demy treseau 
de girofle, et de sucre fin six onces, et 
mettez en pouldre. (Taillevent.) 

Pour .X. tresels de soie vert. (1379-80, 
Compt. de la fabriq., Arch. .\ube G 1559, 
V 53' V.) 

.v. libvres, .m. onces, ... trezeis de cire 
pour la conduicte des leignes de la duchié 
de Bar pour le terme de la Seint Jehan 
l'an IIII". (1380, Arch. Meuse B 1041, f° 49.) 

.1. chapeaul d'argent doré a femme pe- 
sant .X. onces et .vu. treseaulx avec les 
perles. (Lundi av. Noël 1392, Inv. de meu- 
bles de la mairie de Dijon, Arch. Côte-d'Or.) 

.lui. charnières pesans .i. ij-ese/. (1409-10, 
Compte de la fabrique de S. Pierre, Arch. 
Aube G 1589, f 169 v°.) 



Pour .11. tresiaux de fil de sove. (1412- 
1413, ib., G 1560, f" 25".) 

Pour une once et .vu. tresaux de soyede 
Luqe fine. (29 déc. 1419, Reg. consul, de 
Lyon, I. 207, Guigue.) 

Prens une livre d'eau rose fine, une livre 
d'eau de Damaz et fleurs de citrons, meille 
ces eaues ensemble, et y metz dedans troys 
trezeauLc de pouldre de cypre, demy tre- 
zeau de musc et autant de civette, une 
once de benjuin, le tout bien pouldroyé 
et mesié ensemble... (Bastim. de receptes, 
f° 34 r°, éd. 1548.) 

Un petit reliquaire pesant sept onces, 
deux /rai'ieaz/j; une image de saint Etienne, 
pesant diz onces et quatre trezeau.r. {Très. 
de la catlied. d'Aux., Rev. Arch., mai 1869., 

Une dragme ou un Treseau. (Duez, éd. 
1664.) 

^ Sorte de tonneau : 

Tonneau greigneurs que treseaux. (1282, 
Cart. de S. Wandr., P 307>, Arch. S.-Inf.) 

Por chescun tonnel treseil de la mueison 
de S. Johan. {Ib.) 

Cerceaulx a trezeaulx. (1315. Ord. de 
L. A', Arch. mun. de Rouen, reg. U 1, f°164.) 

De tonneaulx qui sont sur le bout 5 sols, 
pour chacun douhlier 3 sols 6 den. pour le 
tresel i sols. {Prestation pour le vin à 
Rouen, ap. Duc, Tresellus.) 

S'il en a ou batel ou en la nef 19 ton- 
neaux, et il y a doublier, treseaux. ou cha- 
retee qui facent nioeson, le tonnel ne doit 
pas être prins, mes la moeson de 19 ton- 
neaulx. {Ib.) 



Pour meclre a point et rasseoir la vieille 
serrure du treseau dudit pont. (1424-1426, 
Compte de Jaquet Deloynes, Forteresse, 
Despense, XXVI, Arch. mun. Orléans.) 

Nom propre, Trezel. (1260, S.-Barthé- 
lémy de Noyon, Bellefontaine, Arch. 
Oise H 464.) La rue Trézel à Paris. 

Ncrm., terziau, treizeau, tréziau.Val 
de Saires, trézé, Vosges, trésé, treseau, 
Meuse, treuzé, monceau de treize ger- 
bes, Haut-Maine, terzaii, groupe de trois 
personnes battant du blé. 

TRESEOUR, voir Tresseor. 
TRESERiE, voir Treiserie. 

TRESEUL, Ireu., s. m., bateau ayant 
trois rameurs par banc : 

Et mirent de lor suvre, saillant a voguer 
.m. par banc, quy se dit treseul. {Gestes 
des Chiprois, p. 274, Raynaud.) 

El se fyoienl en lor ligerese, cy trove- 
rent, la mercy de Dieu, engines. car pies- 
lant les treuseûl mirent main a voguer. {Ib.) 

TRESEiRE, voir Tresseure. 

TRESFICHE, S. f. ? 

Une tresfiche pour ung arc a cauque. 
(1355, Lille, ap. La Fons, Gloss. ms., Bibl. 
Amiens.) 



TRE 

TRESFicHiER, V. a., transpercer : 

Son oroille est assi pertusieie d'une alone 
quant sa panse est férue per la subtiliteit 
de la pauvor de Deu, por ceu k'ille tresfi- 
chie per la paroUe de Deu conosset en tôt 
ceu k'ille fait, entreie del règne de ciel. 
(Greg. pap. Hom., p. 25, Hofmann.) 

Li visce ne nos conoissent se nos sûmes 
atllit; car mânes ke il hurlent lo dolent 
cuer si resailhenl; et il ki nos avoient co- 
nu2 cant nos astiemes liet, quant il nos 
avoient Iresfichiet, ne nos puent conoistre 
quand nos sûmes dolent. (Joh, p. 453, Ler. 
de Lincy.) 

Li destres cosles aussi estait Iresfichies 
ausi com d'une lance. [Vie de S. Franc. 
d'As.i., Maz. 1351, f 60".) 

C. Transficher. 

TBESFiGURER, V. a., transfigurer : 

Puis si furent hastivement Iresfigurez et 
enblanchiz. {Légende de Pilote. Richel. 
19525, t° 58 \°.) 

TRESFILIER, VOir TrEFILIER. 

TRESFix, S. m., confin : 

As tresjins del monde ad mis son pavillon. 
(Tb. de Kest, Gest. d'Alis., Ricliel. 24364, (' 60 T».) 

TRESFi>-ER, V. n., s'arréter : 

Le hos de la serpente traversa a bandon, 
Onques ne tresfïna, si vint a Colençon. 

[lienaus de Montaub., p. 258, Michelant.) 

Jusqu'à Vuimeu onques ne tresfïna. 

[Auberi, p. 245, lobler.) 

Onques ne fresfînerent tant qu'il \indrent as 

[irez. 
[Parise, 2982, A. P.) 

Onques ne tresfina jusc'a la court. 

lAiol, 2043, A. T.) 

Vint a l'us de la chanbre. si s'en vai d'autre part; 
De ci que a la chartre onques ne tresfinais. 

{Floovant, 1490, A. P.) 

TRESFLAMBEER, V. n., briller, res- 
plendir : 

Chaces de fer et genuleres 
Qui sunt faites d'or fin vermeil 
Mult tresfïamheent al soleil. 
(HuoN DE RoTELASDE, Protlieslaus, RicLel. 2169, f" 
61..) 

TRESFOivcERiE, treffousse., s. f. ? 

Esquels lieus dessusdis il y a treffons- 
serie de ventes et de clains, toutes fois que 
cas s'y offre par maieur trelTonssier et par 
les terriers dou lieu. (1331, Cart. de Guise, 
Richel. 1. 17777, P 109 r».) 

TRESFON'ciEMEXT, treffonsîe., -ziee- 
menl, adv., à titre de tréfonds : 

Et cest héritage ont il bien achatei tref- 
fonzieemenl. (15 janv. 1297, Coll. de Lorr., 
Not. des ms., X.\VIII, 262.) 

(Lesquels biens) vendent et acquitent 
bonement. lealment,pour loujourmaix,;?'?/"- 
fonsiemenl, en eritaige et en perpetuitei. ai 
venerauble et religiouse personne segnour 
Maury de Lannoy. (1418, Cart. du Pr. de 
Belleval, Lamarque 5383, f 4 v°, Richel.) 

Cf. Tresfoncierement. 



TRE 

1. TRESFoivciER, trclf., V. a., Vendre 
une propriété à titre de tréfonds : 

Nos avons vendu et treffoncié a mon si- 
gner Iluon tout quanque nos avons a Char- 
nuisei la ville. (1274, Confirmât.. 6, Arch. 
Meurthe.) 

Ont vendu, treffoncié et aquité a reli- 
gieus hommes et a l'abbé... a tenir et a 
tousjours ce que il avoient, pooient et 
dévoient avoir en la ville et en finages de 
Fronville. (12S3. Contr. de vente, Moreau 
206, f 208 r", Richel.) 

2. TRESFO.\ciER, -slev, -oussier, Ire- 

fon., tre/f., Irejfunc., Ire/fonsir, s. m., 
propriétaire du fonds et du tréfonds : 

Remane treffoncier et hirelier en lieu de 
saingnor. (IIemiuc Patron de la tempora- 
lité, dans l'olaiti, llist. de Liège, II, 401.) 

A le femme de feu Jehan le Grant, pour 
rente que elle tient a se vie, lequel li reli- 
gieus de l'abbeye de Los. comme treffons- 
sier, ont sour le maison qui fu au dit feu 
Henri, séant en le rue du Viez Wes. pour 
le terme de la Saint Jehan Baptiste, l'an 
I.VI, C. s. (21 déc. 1362, Exéc. test, de 
Henri le Recouseur, Arch. Tournai.) 

Les dittez reniez el hiretagez qui furent 
audit feu Jehan Vilain, son mary, et a elle, 
scitues et assis en la dilte ville et banlieue 
de Tournai dont ses dis enlTans esloient 
treffonsier. (1411, Escript pour Jaques Col- 
triel. Fonds des actes divers, cité, ib.) 

Et les dis meures d'ans, iresfonssiers el 
propriétaires, n'avoient aucuns ne nulz 
deniers pour en ce employer. (17 sept. 
1441, Escrips par Jehan Durant, chirog., ib.) 

Lesquelx treffonsiers y deveront condes- 
kendre. (1479, Ordonn. et moder, ap. X. de 
Ram, Troubles de Liège, Chron. belg.) 

— Adj., à qui appartient le tréfonds, 
propriétaire du tréfonds : 

Fu eslahli comment cil seroient assené 
de leur paiemenz seur les héritages des 
detors par les seigneurs trefonsiers des 
lieus. (Chron. de S. Den., ms. Sle-Gen., f 
293'.) P. Paris, trefonciers. 

Saingnours treffonsirs. (1374, Charlei S. 
Lamb., pièce 838, Arch. Liège.) 

— Qui appartient au tréfonds, qui 
concerne le tréfonds, dépendant du 
tréfonds : 

La justice treffonciere. (1272, Transact., 
Arch. S 4949, pièce 67.) 

La seignourie et justice treffunciere de un 
moulin. (1324, Cart. de S. Magloire, Richel. 
I. 5413, p. 62.) 

La justice treffonciere dou dit moulin. 
{Ib.) 

Cours treffonsirs. (\Z(ii, Chartes S. Lamb., 
pièce 804, Arch. Liège.) 

Les trois chasteaulx. qui jadis avoient 
esté de \'&T\[a.^e tresfonsier de la duchié de 
Guéries. (Froiss., Chron., XIII, 107, Kerv.) 

Les dictes rentes viagieres et tresfon- 
sieres. (1436, Escrips de leuwier pour Clais 
de Costre, chirog., S. Brice, Arch. Tournai.) 

Pour reparacions treffonsieres. (5 mai 



TRE 



49 



1450, Exéc. testant, ae Mii-^uiel Bernard, 
3' Somme de mises, ib.) 

Es provinces esquelles les servitudes 
tresfoncieres ont lieu. (E. Pasq., Rech., IV, 
5. éd. 1594.) 

Et je les veux en nostre vulgaire appel- 
1er serfs tresfonciers, comme despendans 
de noslre tresfonds. (Id., ib., IV, 5.) 

TRESFO,\ciEREME>'T, tre/fotis., adv., 
à titre de tréfonds : 

J'ai vendu le bois de Ilasoi et le Ireffonz 
qui siel desouz Huillecort l'une forest... el 
l'autre tresfoncierement. (1262, La Molle, I, 
4, Arch. Meurthe.) 

Ont vendu... une maison... laquelle ap- 
partient treff07isierement a l'abeye Saint 
Martin. (10 ocl. 1523, chirog., Arch. Tour- 
nai.) 



TRESFOXDEME>"T, treffondenient, s. 
m., acquisition de la propriété incom- 
mutable, par le moyen des bayis de 
tresfonds: 

Quant aux censés baslardes sera pareil- 
lement gardée la forme susdite de treffon- 
denient, comme aux layes a censés et ren- 
tes foncières. (Ord. de Metz, II, 32, Nouv. 
Coul. gén., II, 389.) 

TRESFO.XDEOK, IreffondouT, tref., s. 
m., tréfoncier : 

Li treffondours desdites teires. (1350, 
Atour, llist. de Metz, IV, 131.) 

Pourtant que li trefondours de la rivière 
n'ont mies fait lour devoir. (1392, ib., 423.) 

TRESFONDER, treff., V. a. ? 

Pour le regard des layes a censé, el au- 
tres rentes foncières, qu'après l'asseure- 
ment qui aura esté faict par les détenteurs 
et possesseurs des héritages hypothéquez 
a ladite renie, huchemenl, ou autre ex- 
ploicl equipolent a asseurement, lesdits 
rentiers se pourront faire conduire en la 
possession desdils héritages par la justice 
des lieux ou ils sont situes : et iceux faire 
treffonder si bon leur semble après avoir 
prins a trois diverses fois el trois diverses 
années consécutives l'une de l'autre, trois 
bans de trelîonds qu'il prendra soubs le 
sing de l'un des trois maires de celle dite 
ville, au jour que lesdits bans de IrelTonds 
se prendront chacun an par devant le sieur 
maislre eschevin, ses pairs et les maires. 
(Ord. de Mets, II, 30; Nouv. Coût, gén., 
II. 389.) 

TRESFOivDiEUME\T, adv., abondam- 
ment : 

Ne fina onques de plovoir si tresfondieu- 
ment que riens ne se pooil garantir hors 
de meisons. (Guill. de Tvr, XXI, 22, P. 
Paris.) 

TBESFOXDRE, treff., V. a.? 

El les autres .xv. s. de cens dessus dis 
sont et doienl eslre sen rachel a tous jours 
maix, el se parmey li dis Bertrans l'est 
loiee a cens warantir a tous jours maix, 
saulx tant que s'on revenoit a la dite 
maxon quant que se fuislansois que li dis 
Bertrand Veust treffondue. Si est assavoir 



T. VIII. 



50 



TRE 



TRE 



TRE 



que li dis Jacomins ne poroit lou dis Bcr- 
Irans xeure de cest warantixe par ency 
coin li dis Beitrans li deveroit rendre et 
paier tout l'ergent qu'il averoil racheteir 
dou cens dessus dis. (1382, Cart. de S. 
Mart. de Metz. Uichel. U848, f- 111 r°.) 

— Tresfondu, part, passé : 

Auquel jour a huit heures du malin, 
après avoir sonné par trois fois a la grosse 
cloche de mutte comme il esloil de coiis- 
tume, lesdits bans seront publiez, lit après 
la publication du troisième ban demeure- 
ront lesdits héritages treffondus au profit 
de celuy qui aura esté conduit, et adjugez 
parle sieur maistre eschevin. (O/v/. de Metz, 
II, 30, Nouv. Coût. gén.. II, 389.) 

TRESFONs, -onz, trefous, -on:, tref- 
fons, treffon, Ireffouns, trn /fonds, .s. 
m., fonds qui est sous le sol et qu'on 
possède comme le sol même; bien- 
fonds, héritage, immeuble, bien qui ne 
peut être hypothéqué : 

Entre les terres et les monz 
Feis terres de bons treffonz 
Por arbres et por fruiz porter. 
(Vie Sle-Marg., ms. Chartres 6Î0, !' 45''.) 

Ke nos avions doneit en asniosne a l'ab- 
bey et a covent de Saint Vincent de Mez le 
trefonz de trois parties de la moiliet de 
tout lou disme d'Anerey. (Avr. l'236, S. 
Vinc, Arch. Moselle.) 

Il i ont le demainne et le Ireffons. (1241, 
Charles S. lamb., pièce 180, Arch. Liège.) 

S'on demande treffons d'eritage, jours 
de conseil y apartient. (Be.\lm., CouI. du 
Beauv., ch. x, 15, Beugnot.) 

Pour pasturer les bestes en nos treffons 
et en nos pasturages. (1272, Transaction, 
Arch. S 4949, pièce 68.) 

Ceus de cui il prenoit les tresfonz et les 
terres. {Chrou. de .S. Den., ms. Sle-Gen., 
r> 314\) 

Toute l'action, le droit et la sesine que 
il avoient et pooient avoir en une pièce de 
terre dont li treffons est a la dite meson. 
(1283, Par. de Champ., Arch. S.-et-O. A 1333.) 

En treffouns. (1289, Hombourg, 3, Arch. 
Meurthe.) 

Dix sols paris, de menu cens annuel et 
perpétuel sus et en plusieurs mesons et 
places, sus et en la propriété et treffons 
d'icelles. (1321, Arch. hospit. de Paris, II, 
58, Bordier.) 

Les traffonds d'iceulx fiez. (30 juin 1395, 
Lett. d'isab. de Neuchàt.,'^eac\\à.[.., Arch.du 
Prince, X^, n" 28, Monuments de l'ilisl. 
de Neuchâtel.) 

Laquelle dicte maison esloil ijuierquie 
de .IX. Ib. .X. s. tournois de rente, hire- 
table, par an, le treffons de laquelle dicte 
maison apertenoit au nepveu du dit feu 
Jaque Basliel. (26 juillet 1415, Tut. de Ha- 
quinet Gervais, Franrhnis et Deniset Lam- 
bert, Arch. Tournai.) 

Et le dit sieur Renaît disoit que les dits 
fiedz esloient treffon, et qu'ilz esloienl de- 
venus treffon, tant par devise comme par 
parson aultrelToix faictes des dits liedz, 
pour lousjours maix. (J. Aibrion, Journ., 
an 1480, Larchey.) 

— Ban de Iresfond, nom donné à 
Metz et dans le pays Messin à un cens 
seigneurial ou foncier. 



On dit, dans les pays wallons, le fond 
cote treffons, pour désigner la totalité, 
l'universalité d'une science, d'une no- 
tion. 

Cf. Tresfonder. 

TRESFONSAGE, trefonsaçe, s. m., re- 
devance due au propriétaire d'un bien- 
fonds : 

A esté prisé chacun arpent dudit bois 
huit sols tournois de trefonsage. (1320, Hiil. 
de Meaux, II, 205.) 

TRESFOXSEOR, treff., s. m., proprié- 
taire et seigneur d'un bien fonds en 
tiers et en dangier, propriétaire d'un hé- 
ritage, par opposition à celui qui n'en 
est que l'usufruitier : 

Il convient que li treffonseres et li si- 
gneur s'acordent. (Beaum., Coût, du Beauv., 
XXIV, 31, Beugnot.) 

TRESFOivsiER, -oussier, voir Tres- 

FONCIER. 

TRESFOÏ\'SSIEREME>'T, VOir TrESFON- 
CIEREMENT. 

TRESFORER, treff., V. a. , transpercer : 

Fut il trefforez el costeit après ceu qu'il 
ol ainrme renduil. (S. Bern., Serm., 62, 27, 
Eoerster.) 

Cum griement fussent fresforeit a ceste 
parolle li cuer dur cum roche. (le, té., 
163, 28.) 

Mes mains et mes pies trefforerent. 
(Psaum. XXI, op. MicLel, Lib. Psalm., p. 275.) 

— Tresforé, part, passé, transpercé : 

Le costé tresforé. (Miseric. N. S., ms. 
Amiens 412, f 107\) 

Se le remanant du bois esloit trefforez 
ou empirez. (1313, Ord., I, 526.) 

TRESFORMER, V. 3., transformer : 

Sainte iglise qui regarda cez tens dou 
grant an les tresforme en servise, et por la 
qualité et por la variété d'els fait ele l'an 
divers servises. (Trad. de Beleth, Richel. 
I. 995, r 28 r».) 

TRESFREMiR, V. u., frémir tout en- 
tier: 

Gales tresfremit et tressaut. 
(Du sot cliemlier, 294, Montaiglon, Fabl., I, 230.) 

TRESGECTER, VOir TrESQETER. 

TRESGET, voir Tresqiet. 

1. TRESGETEis, -eiz, -gettis, treje- 
leiz, adj., fondu, ciselé : 

De prasmes verz et de sardines 
E de buenes aleniandines 
Sunt les vitres, el les chassiz 
D'or d'Araibo trejeteiz. 
{Troie, P. jMeyer, Dumania, XVIII, p. 87''.) 
Le bierc assist sour le charnel 
Tresgeteis ; moll par fu bel. 

[Sept Siig., 1227. Keller.) 

Que il d'arain face .i, serpent 
Tresgeteis baslivemenl. 

[Bible, Richel. 763, f» 234'.) 



Et puis li fist on tombe de fin or et d'ar- 
gent ou il est Iresgeteiz comme rois. (Me- 
NESTR. DE Reims, 307, Wailly.) Var., Ires- 
gettis. 

2. TRESGETEI8, S. m., ouvrage fondu : 

De l'autre part del pont ot .1. tresgeteis, 
.11. eofans de On or, fais en molle fondis. 
(Roujn. d'Alix., (" 54'', .Michelant.) 

TRESGETEOR, -ifii/r, trege., tregelour, 
tregiteor, Iresgi., trejeleor, trajelaor, 
tragitaour, s. m., magicien, enchan- 
teur, jongleur faisant des tours d'adresse 
et de magie, qui accompagnait souvent 
les trouvères ambulants dans les gran- 
des réunions; escamoteur : 

Asez i ot tresgiieors 
Joeresses etjoeors. 

(W.^CB, Ui-ut, 1ÛS33, Ler. Je Lini-y.) 

Cil qui aiment tragitaours 
Tumeressea etjuglaours. 
(Gerv.. Best; Brit. M119., aJJ. iS260, t" 89< ; P. Meyer, 

A Perron dist qu'est enclianterres. 
Bote en coroie ou tregef erres. 
(G. DE ColNCl, Miv., ms. Bnix-, f" 170^.) 

Ne fu pas si irejeterres. 

(ID., ib., f )70i>.) 

... Si sui tregeteor, 
Onques en vostre vie ne veisles mcillor. 
(.Vaug. d'Àigr., Richel. 766, f» 11 v'.) 

Ne doiz alire pecheours. 
Ne oiseleurs ne jugleours, 
Trajetaors ne bordeliers. 
(J. DE Pbiobat, Lin. de Vegece, Richel. 1604, £• 5".) 

S'il l'eust fel tresgeteur ou bon ménes- 
trel. (Digestes, ms. Montpellier II 47, f 
236".) 

Prions la doulce benoicte Marie 
Qe des Engleis oie eie merci, 
Prions que ele veuille semoigner 
Cil tregetours a sermoner. 
(Le roi d'Anglel. et Ujungl. d'F.ly, 13, Mootaigl. et 
Rajn., Fabl., Il, 242.) 

Moutitude de giuculer el de tregiteor. 
(Voy. de Marc Pot, ch. lxxxvi, Houx.) 

TRESGETER, -jeter, -getter, -gecter, 
-gieter, -giler, -chiter, tregeter, -jeter, 
-giter, Irageter, verbe. 

— Act., jeter au delà, ou parmi, trans- 
porter, passer, traverser, faire tra- 
verser : 

Et fui a saint Vincent penez el traveilliez, 
Vendus et iregetes el règne des païens. 

(Àije d'Avign., 1796, A. P.) 

Com sui por vostre amor traveillie et peuee 
En allilennes terres vendue et tregetec ! 

[Ib., 1998.) 
Moul i ont le roi degefé 
El Iravillié el tresgeté. 
(Un maistre qui paroi" a tout plain de gens, dans 
Paris, Alex., p- 215.) 

— Jeter hors : 

Famé, tant sez nialavanture, 
Soz ciel n'a nul crialure : 
Ne deissiez por vérité, 
Tosl Vaustes or tresgit/, 
Vostre lecheor, par ma teste ? 
Je ne mis pas ci ccste besle, 
(De la dame qui fist enlftdant son mari qu'il son~ 
Joit, 111, MontaigloD et Rnyn , Fabl., V, 136.) 



TRE 



TRE 



THE 



5J 



— Neut.. s'élancer pour porter un 
coup : 

Je li resail, il me resaul. 
Et je iresgete et il sormonte. 
Si me fiert que el chief me monte 
Ou l'estordre m'ert montée. 
(Raoul DE Houdesc, Songe d'enfer, Jub., Myst., Il, 
392.) 

— Act., couler dans un moule, fondre : 

Gales li fevres le forga (l'épée) 
Et dans Wlains la tresgeta- 

{Itom.de Titbes. Richel. 60, f» 7^.) 

La coverture de desus 
Fu tote faite d'ebenus ; 
Une aguille ot amont levée 
Tote de cuivre sororee ; 
TresgeU i ot treis pomels ; 
Sor celé en som sist uns oisels 
Ki fu de fin or tresgetez, 
N'esmut por vent ne por orez. 

{Eneas. 6429, Salverda de Grave.) 

Un archier ot de l'altre pari, 
Tresgetez fu par grant esguart, 
Endrcit le colon ert asis 
Sor un perron de marbre bis. 

(76., 7695.) 
N'i ot cbapitel ne piler 
Que l'en ne feist tregeter 
D'une ovre estrange et deboissie. 

(Bes., Troie, 3063, Joly.) 

Li enchanteres qui fist les es joster, 
Ot l'or d'Araibe s.ircir e treschiter. 
Par nigromance les i fisl acobler. 
{Rom. d'Alex., ms. Ai-s., P. Meyer, p. 57, v. 722.) 

En mi la sale del pales principer 
Avoit .1. arbre q'an i ot fet ovrer ; 
Fet fu de coivre, si l'ot en fet dorer, 
Et en un molle si fondre et tresgiter. 

[Aymeri de Xarbonne, 3507, A- T.) 

Virgilles fist de tels joiaus 

Dedens Romme asses de plus biaus ; 

Car a la porte par delà 

Un bomme d'araln iresjeia ; 

A l'autre porte de sa main 

Tresjeta un homme d'arain. 

{Sept Sages. 3958, Keller.) 

Qu'ele par son enchantement 
Li tresgeta celé ceinture. 

(G. de D^le, Vat. Chr. 1725, f» 94''.) 

Li doi arçons sont d'or, si furent tragetê. 
(Herb. Ledcc, Foulq. de Cand., p. \oi, Tarbé.) 



Jeter un sort 

Tulles leur a 



AU. encans tre^getê. 
Ricbel. 4988, f- 2U V. 



{Les Loh 

lUuec orroiz enchantement 
Tresgiter mervilleusement. 

(Ben., Troie, Ars. 3314, 



i" 3-:.) 



— Tresgeiéy sculpté, forgé, fondu, 
coulé dans un moule : 

Cent colun[e]s i al tut de marbre en estant, 
Cascune est a fin or neielee devant, 
Desur [i] out de cuivre tresjefet dous enfanz. 
{Voy. de Charlem., 330. Koschwitz.) 

.1. Ut d'yvoire ot tresg'ieté 
Covert de .ii. pales grigois, 
Ains n'ot mellors ne quens ne rois. 
(Chbest.. Perceval, 22420, Potvin.) 

Onques bataille a champions 
Ne vi plus menu tresgetee. 
(Id., i6., ms. UoDlpellier H 249, t" 167^) 

Desor la tombe ot tre'SJetes 
Doi biaus enfans très bien molles. 
{Floire et Blanceflor, 1" vers., t. 559, E. do Méril.) 



.1. cercle ot an son chié d'une ovre fregttee. 
(Parise, 3078, Â P.) 

Frein ot ad or richement tresgetté. 

{Agolant, p. 163, col. 2, Bekker.) 

Celle fontayne est de moult grant beauté ; 
En yverchauîde comme [ungj baign tranpé, 
En esté frede comme s'il eust gelé ; 
Par desour terre aloit en la cilé. 
Par ung conduit de couepvre trejeté 
Et de bon pion bien richement scellé. 

[Aquin, 2080, JoQon des Longraia.) 

La chambre la ou il estoit et son lit ne 
convint pas a descrire el les merveilles 
qu'il y avoiL dedens tresgectees par art 
d'ingromance. (Isfoire de Troye la Grant, 
ms. Lyon 823, f 63\) 

TRESGETERiE, S. f . , enchantement, 
magie : 

... Tant ont fait miracle apert. 
Dacien oui doel el honte 
El défaire volt lur conte, 
Dist que par Deu ne fu mie. 
Mes fu par tresgelerie. 

{Vie S. Georg., Richel. 902, f» 112'».) 

Et tul dreit par tresgeterie 
Fu la furch ja si florie. 

{/6., f» 114 v«.) 

TRESGiET, -gel, treget, trejet, s. m., 
action de lancer : 

Taluns soûl remuer e retraire e noxer, 
Saillir devers senestre e treget tost geter : 
C'est uns cols daraagus. ki ne s'en set garder. 
(Wace, liou, 2' p., 1772, Andresen.) 

— Enchantement, magie : 

Mar afiez en fresget. 

De vos tresgez ben me membre. 

{Vie S. George, Richel. 902, f» 114 v».) 

Sul cest an mil chevalers bels 
Sunt devenu trestuz mesels 
Par son orgoil, par ces tresgez. 
DE RoTHELANDE, Proikeslaus, Richel. 2169, î* 

Dameisele. fait li valiez. 
N'est pas favele ne tregéz, 
Sacez que une tel ost ne fu. 

(Id., ib., î" 61^) 

Qui moul d'engien et d'art savoit, 
"Ùq trejet, d'enlantomerie. 
: CoiNCi. Mir.j ms. Soissons, f' 9^; Poq-, col. 

N'est ele mie si coarde 
Que por paor, ne por menace. 
Que cle tel tresgtet ne face 
Queja nus hom n'i ponseroit. 

(GuiOT, Bible, 2159, Wolfart.) 

TRESGITEOR, Volr TrESGETEOR. 

TRESGITER, VOir ThESGETER. 

TRESGiTEL'RE, S. f., Ornement fondu, 
sculpture : 

Et de soltis tresgifeures 
L'ont entaillié par dedefors. 
{Flaire et Blanche/lor, 2" vers., 1456, E. du Mé- 
rU.) 

TRESHALER, VOÎr TrESALER. 

TRESiE, S. f.. poussée d'herbe : 

EL sema Ton force mesclee, febves et 
aullres bledz de caresme lesquelz tous 



(Huos 

32«.) 



33.) 



firent bonne tresie. (1656, Disc, de l'an de 
la com., Arch. Lons-le-Sauln.) 

Fr.-Comté, frésie, semis bien ou mal 
levé, d'une manière générale, Morvan, 
trézie, semaille lorsqu'elle lève. 

Nom de lieu, Planches-rresfe^. près 
Besançon. 

TRESIERE, S. f. ? 

Deux barriaux de fer qui portent oelles, 
servans a le dicte clencque, et un aultre 
barriel de fier, qui fait warde a le fruraure 
dudit ponl, et le tresiere de le dicte clenc- 
que, pe?ans tous yceulx ouvrages .clv. Ib. 
de fer. (16 aoùt-Iô nov. 1410, Compte d'ou- 
vrages^ T Somme de mises, Arch. Tournai.) 

Ung membre qui estoit rompu, servant 
a saquier le grant poix amont, et nouvelles 
tresieres. (22 aoùt-2i nov. 1461, Compte 
d'ouvrages, V Somme de mises, ib.) 

TRESiLLo\, tesillon, s. m., petit 
bâton : 

Quant le sanglier est prins. tu luy dois 
faire ouvrir la gueule a force, ainçois qu'il 
soit refroidy; et puis y mettre iesillon qui 
luv tiengne la gueule ouverte. [Modus, f 
36 r% Blaze.) 

Littré donne trèsillon avec plusieurs 

acceptions techniques, sans exemple et 
sans historique. 

TRESJETER, Voir TrESGETER. 

TRESJOi'ER, V. n., jouer : 

En Athaines ot feste un jor, 
G'orent torné li ancissour, 
E por la feste acostumer 
I commencierent a jouer. 
Et cil qui dont Tacostumerent 
Tôt ensement i tresjouerent. 

[Athis, Ricbel. 375, f» 120^.) 

TRESKE, voir Tresge. 

TRESKIG\ER, Voir TrESCHIGNIER. 

TRESLAXciER, -aiicer, trelancer, 

verbe. 

— Rèfl., s'élancer : 

Es greignors presses se treslance, 
Fiert de l'espee et de la lance. 

(Bes., Troie. Ars. 3314, l" 132^) 

Gaderains se treslance devant touz en Terbal. 

(J. DE LosGUTON, V(FU.r du paon. Ricbel. 36S, f" 9I*.) 

La s'aperceust on en ce fier fereis, 
Quant li ranc se treslancent, des preus et des 

[hardis 
Les uns ferir en tache, les autres par aWs. 
{J. Bbisebabbe, Restor du paon, ms. Rouen, 1» lOo*.) 

Apres le ruisle cop s'est treslanciez avant. 
{Test. (i'A/iX..RiclieI. "24365, f 177*'.) Va-., tresla- 
ci>;. (Ricbel. 1354. f» 1I2«.) 

— Neutre, dans le même sens : 

Une sarpent trespassoit ja. 
Parmi .i. chanp si trfslança. 

(Marie, Ysopet, Ricbel. 19152, f^ 22''.) 

Merveille fu tranchanz li fers ; 
Si li pooit mètre ou costé 
Cuideroit l'en avoir osté 



S2 



TRE 



TRE 



TRE 



Le granl pooir et le bernage ; 
Trop i auroit cruel domaige. 
Il s'aperçoit, .!. pou îveslance. 
Puis retorne vers lui sa lance. 
{Athis, Brit. Mus. add. 16441, f 108'.) 

Il l'aperçut, un poi treslance. 
Puis atorne vers lui sa lance. 

{Ib., Richel. 375, f 155''.) 

— Infin. pris subst., élan, combat : 

Cheval oui tel que nuns nou vaul : 
Menuement drpoz lui saut ; 
.\ trelancer. au tressalir. 
Ll fait le cuer tout revenir. 

(AfAiS, Brit. Mus. 16441. f 78'.) 

TRESL.*xGORÉ, adj., allangui : 

Labour en vain en lieu d'esbatement, 
Pour les yeulx vers chiere ireslaiigoree. 
Me faull souffrir perpétuellement. 
(A. Chart., Regi: d'un amour, OEu?., p. 801, éd. 
1617.) 

TRESL.\RDER, V. a., déchirer : 

Dont le prist par le baume, de grans cous le 

[treslarâf. 
(Rm. de Montaub., p. 439, 21, Micbelanl.) 

TRESL.\TEB, -uiter, trelater. v. a. 
transporter, transférer : 

Se il sont trelates et remues d'un leuc a 
un autre. {Ass. de Jer., II, 388, Beugnot.) 

— Translater, traduire : 

Ceslui romanz fu h-eslaites dou livre 
monseigneur Odoard. (Abrégé des rorn. de 
la Table Ronde, rass. 696 et Ihil, préamb.) 

Suisse, trelalla, transporter çà et là. 

Cf. Tbanslater. 

TRESLE, S. f. ? 

Ung viez pot d'argent blanc, le manche 
a tresle. (D. de Bourg., 2iù4, Laborde.) 

TRESLis, -iz, -ic, -i, Irellis, (relis, -lie, 
-iz, treilis, adj., tissu à mailles, formé 
de mailles entrelacées en forme de 
treillis : 

Et des haubers forz et ireliz 
Rompent les mailles et lez laz. 
(Gaot. d'Abris, Ille et Galeron, 415, LOsetli,) 
Lances, espiez, halberc tresU, 
Covertures, helme forbi. 

(Eneas, 7055, Salverda de Gra«e.) 

Hauberc blanc et chances treslices. 

(Chresties, Erei:, 36S9, Koerster.) 

L'escu li perce et le hauberc treilis. 

(Les Loh., ms. Berne 113,f i'.) 

On li aporle .1. blanc hauberc trelis. 

[Girb. de Metz. p. 505. 23, Stengel.) 

Si desarme le S.iisne a force et a vertu 

De la heaume trelice et de son heaume agu. 

(J. BOD., les Saisîtes, cilii, Michel. ) 
Unes cauces de fer trelicett 
A. cauchies premièrement. 

[Fregus, p. 51, Micliel.) 
Les bons haubers treslis. 
(Garin rie Mongt., Richel. 24403, f 5".) 

Mais li haubers est fort treilis. 
Que bien se tient, ne fausse pas. 
(Amaldoi et Ydoine, Richel. 375, ; Uippeau, t. 
4493.) 



Les çaintures trelices de fin or. (Guy de 
Ca.mb., Richel. 24366, p. 225".) 

Ne fui .VII. jorz sanz ma broine treslie. 

[Aymeri de Narbonne, 370, var., .\. T.) 

Haubers iresliz, fors et entiers. 
(Mules sans frain, ms. Berne 354, f" 33**.) 

— Salle treslisse, p.-ê. salle garnie 
de fenêtres treillissées : 

Or alons vers la stoille ch'en la salle trelise 
Vous ferai batizier tôt nus e sens cemise. 

(Prise de Pamp., S379, Mussalîa.) 

TRESLUE, treille, s. f., tromperie, 
mensonge, fausseté : 

Quar se tant les aient que sa gens soit venue. 
Savoir puet a fiance, sans faille, sans treliie. 

(Roum. d'Alix., f" 41', Michelant.) 

Por moi retraire arrière diroit une tresliie. 

(Ib.. f 59°.) 

Çou nen est mie fable, mençonge ne treille. 

(Les Chetifs, Richel. 12558, f» 122''.) 

Renarts qui moult sot de ireslue. 

,(Ren., Br. XV, 1, Martin.) 

TRESLUER, V. 3., ti'omper : 

Car amours trop me treslue 
Qui me tient en no paiis. 
(Chans., ms. Montp. H 196, f" 3S5 y'; G. Rayn., Motets, 
1, 287.) 

TUESLuiRE, trel.,-uyre,\. n., briller, 
resplendir : 

Juppiter au diamant donne 
L'heur d'esbatre (o merveilleux cas !) 
L'esprit et l'œil de la personne, 
El par sa beauté qui trelityt. 
D'empêcher les frayeurs de nuict. 
(J. DE LA Taille, Bios, de la Marguerite.) 

Une petite chandelle iresluyt par tout 
une grande mayson. (P.vlsgr., Esclairc, 
p. 476, Génin.) 

L'air ireluisf tout d'esclairs. 
(J. DE ViTEL, Preni. exerc. poet.. Larmes et regr. sur 
le trespas de G. Périean, éd. 1588). 

Et sous le fer ja Sene ireluisûit. 

(RoNS., Amours, I, p. 36, éd. 1584.) 

Centre, Norm., Flandre, Rouchi. Pi- 
card., lerluire, Aunis, treluire, Morvan, 
teurlùre. Forez, Beaujol., Lyonn., tra- 
lure, Iraliiire, Savoie, trailluire, reluire, 
briller, étinceler, Ardennes, treluire, 
voir mal, Suisse, traluire, commencer 
à devenir transparent, en parlant du 
raisin. 

TRESLUISANT, traes., adj., translu- 
cide : 

Mais celé est mieldre e plus vaillant 
Ke est e verte e traesluisant, 
E ki les meillors vertuz porte. 
(Lapid. de Marbode, A, 151, Pannier.) 

Iceste n'est pas tresluisant, 
Mult a vertuz, pruz e vaillant. 

(ID., ib., 177.) 

Centre, terlusant, reluisant. 

TRESMAiLLiÉ, part, passé, garni de 
mailles : 



Il ot Tescu au col et le hiaume luisant, 

Et le hauberc vestu, tresmaillié doublement. 

(Doon de Mnience, 4897, A. P.) 

TRESiMEivER, V. 3., mener, conduire : 

Ki tresmenat le siien poeple par le dé- 
sert. (Psalt. monast. Corb., Richel. l. 768, 
f» 106 v».) 

TRESMiivER, V. a., exterminer: 

A quoi aussi peuent eplre amenez 
Les Sichiens. car par eulx alUnez 
Ceulx d'Asie furent si iiesminez 
Qu'il n'y avoit branche de leur racine. 
(A. DE LA Vigne, Louenge des roys de France, t" 9 
T°, éd. 1507.) 

TRESMO\T.\ix, tremonlain, s. m., 
celui qui habite au delà des monts : 

Les Genevoys, Lombars et tremontains. 
(1380, Arch. IC 53", pièce 3.) 

Que nuls tremontains ne puissent ouvrer 
ne faire ouvrer secrettemenl ne en appert 
en leurs hosliex, se il n'est orfèvre. (Août 
1355, 111,14.) 

TRESMOIVT.4IVE, -aine, -ainne, s. f., 
tramontane, étoile polaire; fig., guide: 

Vierge très gracieuse de toute grâce plaine. 
Glere esloille de mer. certaine tresmontaine, 
Maine nous et conduis en gloire souveraine. 

(Jed. DE .Meung, Test., 2115, Méon.) 

... Dyane la tresmontainne 
Qui s'ombrioit a la fontainne. 
(FroIss., Poês., Richel. 830, £•372; II, 66,2236, 
Scheler.) 

M'amour, monbien.mn dame, maprincepse, 
Tresmontaine. qui a bon port m'adrece. 
(Christ, de Pis., Rond., XIV, I, 155, A. T.) 

Celle fu dame et tresynoniaine 
Des biens qu'Amours pevent merir. 
Et de beauté la souveraine. 
(Liv. des ctnt ballad., IV, Queux St-Hilaire.) 

TRESMOi'LLETE, triDiollette, trimoH- 
lecte, s. f., sorte de mets, salmis : 

Pour la trimoltette de perdrix : prenez 
perdrix et les mettez rostir, et quant ilz 
seront roslies, les soulTrisez en un pot avec 
sain de lard et bouillon de beuf, et puis 
de l'ongnon faict bien menu soit mys avec 
les aultres espices et graine de paradis et 
du sucre par raison, et prenez du pain 
hasié et du foye de poullaille, si en povez 
finer, et le mettez tremper en bouillon de 
beuf, le couliez parmy l'eslamine. (Taille- 
vent, le V'mndier, éd. s. 1. n. d.) 

Et de livre on fera cyves, 
Puis tresntoulleies en socrez. 
(Myst. de S. Bem. de Menlh.. 1460, A. T.) 

Et pour viande bien douillecte, 
La perdrix a la triinoillecte. 
(y.. DE LA Chesnatk, ConrlaniK. de Bancquet, 
à la suite de la Nef de santé, éd. 1507, sign. Liv".) 

TRESMUER, trem., verbe. 
— Act., changer : 

Se c'est profit au royaume et citez de 
souvent les loix et coustumes tresmuer. 
(Crist. de Pisan, Charles V, 3' p., ch. vi, 
Michaud.) 

Car Jupiter d'une cautelle 
Se couvri ; car il fisl un sort 
Par quoy il tresmua la belle 
En une vache. 

(Id., Poés., I, 62, A. T.) 



TRE 



TRE 



TRE 



33 



Et par ainsy on me tresmue mon pre- 
mierestat en pairie, donts'ensiiil diminu- 
tion de mon auctoritè. (Juv. des L'rs., Hist. 
de Charl. VI, an 1415, Michaud.) 

Si se commencèrent a combatre par sort 
non esgàl, car ainsi comme par sort les 
ennemys qui avoient accoustumè les ungs 
les autres furent Iremuez. (Prem. vol. des 
grans dec. de TU. Liv., f° 161% éd. 1530.) 

— Réfl., se changer, changer de 
visage : 

Lors si s'alorne, toute se trescanga, 
D'erbe se frôle, toute fie tt-emua. 
{G. d'Hanstone, Ricbel. Î5516, f«71 r«.) 

— Neutre, dans le même sens : 

A pou que il de duel n'esrage, 
Trestoz tresmue en sun corage. 

[Brut. ms. Munich, 3092, VoUmoUer.) 

I! chiet ou fleuve doucereus 
Et li tresmue sa nature 
Par sa pueur et par s'ordure. 

(liose, Ricbel. 1573, f» 51'.) 

Quant Pompée fu asis ou batiel avoec 
les trahitors, li cuers li commença a tres- 
muer, et li aporta lors li quers et anoncha 
que il estoil trahis. (J. de Tuym, Hist. de J. 
Ces., Ars. 335â, f" '234°.) 

— Tresmue, part, passé, qui a le 
visage changé : 

Et voit bien que il est tresmues et pensis, 

(J. Bbisbbarre, Itestor du Paon, ms. Boueo, f" S**.) 

Bourguig., se Irémuai, se remuer, se 
troubler, s'émouvoir, se mettre en mou- 
vement. Flandre, se tramiiai, être pris 
de saisissement, éprouver une vive et 
désagréable émotion, trembler de tous 
ses membres. 

TRESMUETE, S. f., tremblement: 

A heure de vespres fut tresmuete de 
terre, qui trembla par l'espasse de plus de 
.V. lieues. (0. de >'ang., Cliron., Richel. 
203M, f° 89 y.) 

TRESMLSER, V. a., se moquer de, 
tromper : 

Tout sont contre Jhesum et si en ont parlé, 
Dient : Ke faisons nous ? com somes tresm us^ 
Que ois fait tante signe entre si grant barné ! 
(Herm»», Bible, Bicliel. 1444, !• 43 T».) 

Trop lor plaist, en dire et en fait, (les 
En porpenser tôt vilain piait. [avocats) 
Dieu et le siècle a tresmuser ; 
Font bien teus gens a refuser 
Dont nus ne se puet escuser 
Que piau de leu vestue n'ait. 
[Vers de le mort, Eichel. 375, f" 339".) Ms., astre- 
muser. 

TRESMUTER, V. n., répandre l'effroi : 

Il envoioit sa gent en diverses parties, 
qui tresmutoient aus lointaines villes qui 
rien ne cuidoient douter. (Guill. de Tvr, 
XI, 25, P. Paris.) 

TRESXE, voir Trai.ne 2 au Supplé- 
ment. 

TRES>"OER, -noter, tranoer, verbe. 

— Act., traverser à la nage : 



Tant qu'il vinrent a la Dunoe. 
Nus bons sous cbiel ne le tresnoe. 
(Gaut. d'Arr., Eracl., ms. Turin, f» iS": Lôseth, 
5442.) 

Et tant est lee (la rivière) a cheval ires- 

[noer. 
[Les Lo/i., Vat. Urb. 375, f» il'.) 

Large est Gironde a tresnoer le fil. 

(76., ms. .MoDtp., (0 188".) 

Tranoer le fil. 

[Ib., Ricbel. 1622, f 203 y'.) 

S'a l'esve tresnoee. 

[Fierabras, Vat. Cbr. 1616, f» 45».) 

Si perdi les esclos en une grant vallée. 
Car une iauve i corroit qui estoit grant et lee. 
Quant il fu d'autre part une roche a trovee, 
Ensi la tresnoia comme beste dervee. 

(Gai-, de Mongl., Vat. Cbr. 1517. l> IV.) 

Et se il vient a un guez trespasser 
Qui ait .11. lieues ne trois a tresnoer. 

[Gaydon, 1214, A. P.) 

— Neutr., traversera la nage : 

Ne s'i tendroit un oisel enpenez. 
Plus tost seroit une eve trespassez 
Que uns poissons n'i seroit tresnoez. 
(Aleschajis, 1588, var., ap. Joackb., Gtiill. d'Or., II, 
254.) 

TRESivOTER, irisn., V. n., retentir 
avec cadence : 

J'ascoule en tant soi el mortier 
Le pestiel cornent il tresnote. 
(Baud. de Cosd., li Contes des Hiraiis, 250, Scbeler.) 
Var., trisnote. 

TRESxuiTiER, -nulier, v. n., passer 
la nuit : 

De laborer, de travaillier 
Par tresnutier et par vaillier. 
(J. DE Priorat, lit', de Vegece, Ricbel. 1604, f' 4'.) 

Li non de ceus qui ont gaitié 
Et tresnuitîé et voillié 
Doivent tantost en escrit eslre. 

(Id., ib., £• 22'.) 

Quant il se cuident reposer lors les con- 
vient travaillier et tresnuilier. (G. de Charny, 
Liv. de cheval., ms. Brux. 11124, f 125 v°.) 

tresoolier, V. a., oublier tout à 
fait: 

Pur plus grant mal tresoblier. 

{P. DE Peckam, Peclies, ms. Cauibndge, Univ. E e 
1. 20,1° 20'.) 

TRESoiR, V. a., entendre distincte- 
ment : 

Erec ne dormi pas formant. 
Si l'a tresoi an dormant. 

(Cbrest., Erec, 2509, Foerster.) 

Eustace la tresoi, 
E li Maresch. bien l'oi. 
[Bist. de Guill. le Maréchal, 6703, P. Meyer, Ro- 
mania, XI, 59.) 

.\ grant paine l'a tresoie. 

El la pucele autre fois crie. 

Il ne sait quoi, car trop est loîng. 

[Atre perilt., Ricbel. 2168, !' 29'.) 

Geste paroUe tresoit li rois, et lors se 
levait la teste. {Hist. de Juieph, Richel. 
2455, 1° 91 r°.) 

TRESO>', Iresson, s. m., son éclatant, 
retentissement : 



Sounant leurs [cors] de couepvre et de lelon. 
Des cors qui sounent moult est grant le 

\treson. 
[Rom. d'Aquin, 38, 5442, Joùon des Longrais.) 

... Moult est grand le iresson. 
(/6., Ars. 3846, f" 2 rM. 

TRESOR, -our, S. m., trésorier : 

Il pairoit la dite some d'ergent outroihie 
es diz chapuis et merchandee par nostre 
dit Iresour pour la faiçon des diz molins 
et escluse. (1360, Ch. des compt. de Dole, G 
319, Arch. Doubs.) 

TRESORiE, -zorie, -zerie, -sourie, 
Ihesaurye. thresaurie, s. f., trésorerie, 
chambre du trésor : 

Tôt uni pris e enporté 
E a fresories le roi livré. 
[Contin. du Brut, op. Michel, Chron. anqlo.norm., 
Rouen tS36, t. I, p. 77.) 

Il les mist ambedeus ens el font d'une cartre, 
En une tresorie, mais l'avoir en fist traire. 

[Aiol, 9584, A. T.) 

An lai irezerie d[e re]glei.\e de Mes... 
(25 janv. 1220, Coll. de Lorr., Not. des ras., 
.VXVIII, 17.) 

L'office de la tvezorie. (13 sept. 1300, 
Cart. de Metz, ms. Metz 751, P 3 r".) 

Thresaurie. (1300, Rent. du très, de S. 
Htl., S.-Hil.-Egl., 56, Arch. Vienne.) 

Pour une Ihesaurye a mettre en ferme 
les privilèges, les comptes et autres be- 
songnes. (ll62,_CoOTp(., Arch. mun. Douai.) 

Accord touchant la ventaille de Thuns 
tiré hors du gros registre en parchemin 
reposant en la tresaurie de l'abbaye de S. 
Amand. (Acte Je Bauduin a la Hache, comte 
de Flandre, Arch. Mortagne, abbaye de 
Château.) 

Maison rue du Compeigneige, au devant 
de notre tresorie. (1517-1572, Relig. de l'ab- 
baye de S. Vulmer, Arch. mun. Boulogne- 
sur-Mer,) 

A Toussains Mas Febvre... pour deux 
grands fort gondz pour pendre ung huich 
de fer a la tresaurie en la maison de la 
ville... deux ancres pour tenir les deux 
huiseries de la tresaurie. (1590, Compte 
XIII' d'Allard Braem, .\rch. mun. Lille.) 

TREsouR, voir Trésor. 

TRESPACERESSE, S. f., Voir TRESP.iS- 
SEOR. 

TRESPAISS.\BLE, VOir TuESPASSABLE. 

TRESP.\ivsER, voir Trespenser. 

TRESPARAivT, -Teïit, adj., transpa- 
rent : 

Li voirres iresparetis. 

[Ruse, 17057, MéoD.) 

Quant ceste beste (le caméléon) adresse 
son voiement a une couleur, ceste couleur 
multiplie son espèce par les yeux de la 
beste en son corps, lequel se trait a nature 
de l'air et est tresparent dedens. (Ores.me, 
Eth., f 15% éd. 1488.) 

TBESPARCiEit, voir Trespercier. 

TRESPARTABLE, adj., qui peut être 
partagé : 



S4 



TRE 



Si Tu l'ame par son meffel 
Livrée a porter au deable 
Doiit l'ame a honle pardurable 
Fu livrée par l'ennemi... 
C'est Dieus li beau combateeur 
Et le glorîeus vainqueeur, 
Qui fu aiguë et tt-espartable, 
Fu l'ame rescouse au deable. 
<r.Ba. Legocais, Fabl. dOu., Ars. 6069, t' 121'.) 

TRESP.4RTIR, V. 3., partager : 

Et vat la batalle trespariant si aigrement 
que de quel part qu'il se cort assez i a et 
criz et brais des chevalier de Cornoalle 
qu'il vat ociant a grant dolor et a grant 
martyre. {Tristan, Kichel. 1434. P 22''.) 

Phitourslome est un lieu en Asie la grant 
ou premièrement au printemps viennent 
et avolent les cigoignes, et celle qui vient 
la derreniere elles la trespartenl et font 
mourir de leurs becs. (Chron. et liisl. saint, 
et prof., --Vrs. 3515, P 54 r°.) 

TRESPAS, -az, trépas, irapas, tres- 
peis, s. m., passage, dans tous les sens 
de ce mot : 

El chastel a un mal ireypas. 

(Cbrest., Erec, 5422, Foerster.) 

Se sont mis el bois a repost 
En un buisson en un trespas. 
(ID., Perceval, ms. Montpellier H 249, f° 260'.) 

Por lui passoit chascune nuit, 
Sanz nef et sanz pont et sanz barge 
Un braz de mer parfont et large ; 
Ne pooit passer autrement. 
Se par la mer non seulement 
Que nus liom seust son trespas. 
(Maître Elie. .\rt d'.im., It9l, KOhne et Steng., 
Ausg. UDd Abhandl., XLVII.) 

Al trespas d'un fossé 
Conlesse al frain prise a. 
(HuoN d'Oisï, Chans., II, 122, Brakelman.) 

Jadis i ot de nés trespas. 
(Marie, Lais, les Dous Amaoz, 16, ■VN'arnke.) 

De totes parz li bâtie l'onde : 
Parfunz i fu mult le trespas. 
(Ben., J). de Norm., II, 12290, Michel.) 

A un trespas d'une forest. [Lancelot, Ri- 
che!. 754, P 21'.) 

Si s'enbuschent et viennent en un trépas 
si serré ei si estroit que nul entr'els ne se 
poist fichier ne mètre en nule guise. {Ar- 
tur, Richel. 337, P 16'.) 

Lors s'en vait Lancelot tout droit après 
Carados qui estoit aies delTendre .i. des 
plus fiers trespas du monde encontre le roi 
Artu. (/é., ms. Grenoble 378, P 65".) 

Tuit cil chevalier ont esté conquis au 
trespas de ma porte. (Perceval, I, 100, 
Potvin.) 

Ains estoient au travers de la rue et 
gardoient le trespas moult sagement. (De 
/a marche de Gaulle, ms. Bonn 626, P 186'.) 

A une voie, a un trespas, 
A un grant fossé tressailli. 

{Dm., Br. VI, 289, Martin.) 

Quant vint au trespas d'une rue. 

(/i., 13865.) 

Brun r Ors ne se pot esgarer 
Qui del bois sont tos les trespas. 

[Ib., Br. IX, 768.) 

Li trespas de la roge mer que li poples 
d'Israël fist. {Serm., ms. Poitiers 124. P 21 



TRE 

De Espaigne est 11 trespas en Libe. (Brun. 
Lat., //■ Trésors, p. 169, Chabaille.) 

Il garnirent si les trespas et les forz lieus 
par la ou cil dévoient passer. [Chron. de S. 
Denis., ms. Ste-Gen., P 39'.) 

Il a esté pris au f râpas. 
Car je l'ay bien senty crier. 
IVijst. de St Bern. de .Ventfion, 983, A. T.) 

Qui se peull estre ne say pas. 
Il a sy tost fait son trespas 
Que je ne l'ay peu adviser. 
[Moralit. de C/iacim et Plusieiii-s, p. 10, ap. Ler. de 

Lincy et Michel, Farces. .Moralit. et serm. 30)/., t. 

III.) '' -^ 

Pour ce qu'il n'y a point de rivière por- 
tant navire, ne grand trespas. (21 av. 1465, 
Lett. de Louis XI, Arch. mun. Issoudun.) 

— Détroit : 

Ensi corurent par mer tant que il vin- 
ilrenl a Cademelee, a un trespas qui sor 
mer siet. (Villeharuolin, Conq. de Const., 
Z 121, Wailly.) 

— Droit de passage, de transit : 

Jamet de Rains doit pour le trépas du 
vin (ju'il receut une journée en la main 
<le la ville... (1358, Compt. mun. de Tours, 
p. 10, belaville.) 

Et dudit travers, trespas et coustume 
m'appartient les droitz de justicier. (1413, 
Denombr. du baill. de Constentin, Arch. P 
.304, P 116 v°,) 

De faire cueillir et lever mondit trespas 
trois jours au devant du jour Saint Pol. 
(Ib., P117 r°.) 

Sans aucun autre droit y reclamer fors 
leurs trespas seullement pour aller a la 
dite eglize. (1477, Arch. lUe-et-Vil., 2 II 3.) 

— Espace de temps ; 

Ensi dura cest ataine 

Un lonc trespas e un termine. 

(Ben., D. de Norm., II, 20-384, Michel.) 

— Par un Irrspas, en passant, rapi- 
dement : 

Les miracles voil tocher 

Et alques brevement demustrer 

Par un trespas 
Que Deus ad fcit pur lui saîver. 
{Vie de S. Thomas de Canterbury, 1243, Michel, 
D. de Norm., t. III, p. 502.) 

— Chose passagère : 

Si puet lies iestre ki ses preus 
Fait de cest siècle qui n'est preus, 
Quar ce n'est mie oevre a compas. 
.-Vins est vanités et trespas. 

(Ph. Mousï., Ctiron., I2Ô45, Reiff.) 

N'employés pas ton ouvraige en l'amour 
de ce monde, qui n'est qu'un seul trespas. 
(TiGNONV., Dis mor. des philos., Ars. 2312, 
P 104 v°.) 

— Trespas de vent, souffle du vent 
qui passe : 

Totes voz messes ne toz voz sacremenz, 
Voz mariages ne voz esposemenz 
Ne pris ge mie ne qu'un trespas de vent. 
{Coron. Loois, 841, A. T.) 

Li biens d'amours sont tout trespas de rent ; 
Tost sont passé ; on n'i fait fors sougnier. 
(J. DB Grieviler, Cfians., ma. Sienne H X 36, f" 11"»: 
Bibl. Ec. des Ch., 4' sér., V, 16.) 



TRE 

N'est c'uns trespas de rent, en che siècle ren- 

[gner ! 
(B. de Seb., VIII, 632, Bocca.) 

— Pas : 

Reculer ariers trois trapas ou plus. 
(Droit de la cort li rois d'Alain., ms. Berne 
A 37, P 14".) 

— Fig., comme pas : 

Assez en si mauvais trespas 
Perilleusement me suis mis. 
(G. DE DiGULLEViLLE, Trois pèlerin., f"» 73*=, impr. 
Instil.) 

— Transgression, .violation d'un or- 
dre, d'une loi, crime, délit, faute, abus, 
excès .■ 

Pour akuns trespas et excès q'il firent 
vers nous. (29 juin 1272, Lett. d'Ed. I, coll. 
Bretigny, LVl, Richel.) 

Et si buriller mesprenge dever teler, ou 
teler dever buriller, la ou il soleient cesser 
de overir cils qe la trespas fust amendé, 
purveu est qe nule overayne ne soit des- 
lourbé par taunt, mes qe chescun [qi] pur- 
chace son dreit a qi le trespas soit fait, 
recoevre son droit solom la lev de la cité! 
(Lib. Ciistum., I, 124, 28, Edw. I, Rer. brit. 
script.) 

Trespas de ban de signour nos doit trois 
sols. (1288, Franch. de Puligny, Arch. Po-. 
ligny.) 

Sire, un howe se pleynt de moy pour ceo 
qe jeo, après sa confession, penaunce lui 
donay; pour ceo mei feseynt si venir a res- 
pondre de ceo trespaz. (Nie. Bozo.n, Cont. 
moral., S 4, A. T.) 

Trespas de commandement simple devra 
trois solz. (1323, Franch. de Montmirei/, 
Arch. Doubs, Nouv. Ch. des Compt. M 308.) 

Fouke veilla e se purpensa de juvenle, e 
molt se repenti de cuer de son irespeis. 
(Hist. de Foulg. Filz Warin, Nouv. fr. du 
xiv" s., p. 112.) 

La royne mesme a peine qu'elle ne plo- 
roit de peur, tant freniissoil elle du tres- 
pas du roy son seigneur, et la princesse 
de Piémont, combien qu'elle sentoit et 
sçavoit bien que la royne avoit cause d'en 
avoir peur, sy ne faisôil elle que rire. (G. 
Chastell., Chron., V, 31, Kerv.) 

Messeigneurs. ne vous doublez pas 
Qu'il n'y aura ung seul trespas 
De la charge que nous donrez. 
{Act. des apost., vol. I, f» 35'', éd. 1537.) 

— Sans trespas, sans faute : 

A sa famé s'est un jor trais. 
Et dist : Dame, ne vous griet pas 
Que demain vueil, sans nul trespas, 
En marcheandise r'aler. 
(De l'enfant qui fu reinis au soleil, M, Montaizloo, 
Fabl., I, 164.) 

— Digression : 

La sexte color est apelee trespas, porce 
que, quant li parleres a commencié son 
conte, ils'endessevre unpetit ettrespasse a 
une autre chose qui est resemblable a sa ma- 
tière, et lors est il bons et profitables ; mais 
se li trespas n'est bien dou tout acordans a 
la matière, certes il sera mauvais et desplai- 
sanz. Et por ce fist bien Jules César quant 
il volt dellendre les conjures. Il fist son 
trespas au pardon que li ancien avoient 
fait a cels de Rodes et de Carthage. (Brln. 
Lat., Très., p. 488, Chabaille.) 



TRE 



TRE 



TRE 



55 



TRESPASAIVT, VOir TrESPASSANT. 
TRESPASEH, VOir TliESPASSEB. 

TRESPASOR, voir Trespasseor. 

TRESPAssABLE, -essdvle, -asable, 
-assaubie, -aissahle, trepessavle, adj., 
que l'on peut passer : 

Ne celé eve n'est pas gaable 
Ne senz navie ivespassahle. 
C&c^., D.ite Xorm., II, 19303, MicUel.) 

Pereninis, trespasables. {Pet. Vocab. lat.- 
fi-anç. du xiii" s., Chassang.) Impr., pe- 
remius. 

Meabilis, trespaissahles. (Gloss. de Salins.) 

— Passager, transitoire, fugitif, pé- 
rissable : 

Les choses [defaJiUans et tvespessavles. 
{S. Bebn., Sert7i., 1, 5, Foersler.) 

Par un poi d'erreur trespasahle. 
(G. DE CoiNcl, Mir., ms. Brux., f" 12".) 

Comme toutes choses terriennes soient 
a ce trespassiibles que nulz n'est certains 
ilou jour ne de l'oure de sa mort. (1287, 
liriey, 20, .Vroh. Meurthe.) 

Choses trespassaubles. {Serm., ms. Metz 
2G2, f 12".) 

Aussi con cils qui ne viost querre 
Ne mies que les biens trepaiisahles. 
(MA0ÉDEL4 CuiHiTÉ, Bible, Ricliel. 401, f" 34".) 

En ce monde trespassable. (Trésor de 
l'ame, f° 3G v°, éd. 149i.) 

Mon enfant, les trésors mondains 
Sont trespassabUs et soubdains. 
(Act. des apost., vol. II, f» 97^ éJ. IS37.) 

— Fig., pénétrable : 

Impenetrabills, non trespassable:. {Gloss. 
de Salins.) 

TRESPASSAMME\T, -sameiil, adv., en 
passant rapidement : 

Toi ceu qu'ille enswardel de la parme- 
nauleteil voit ille assi cum larrencenouse- 
ment et trespassament. {Greg. pap. Hom., 
p. 39, Ilofmann.) 

TRESPASSAivcE, trepassunce, s. f., 

action de passer dans un autre endroit, 

transmigration : 

Transmigration ou trespassance. {An- 
cienn. des Juifs, Ars. 5083, f ôi".) 

— Chose passagère : 

Certes li hom n'est mio sages 
Qui en tout ce a sa tiance. 
Car il n'i a fors trespassance. 
{Estories Rogier, Richel. 20125, f° 1°.) 

— Transgression : 

Trespassance de loi Moysi, et trepassance 
de la loi de l'evanyile. {Trad. de Beleth, 
Richel. 1. 995, f° 22 V.) 

Prevaricacio, trespassance. (Gloss. lat.- 
fr., ms. Monlp. H 110, f '207 r".) 

TRESPAssAiVT, ascuit, irepussaiit, p. 

prés, et adj., qui passe, passant : 

Se çou n'est de gens Irespassans. {Bans 
aux échevins, QQ, f° 6 v", Arch. mun. Douai.) 



Damoiselle, il est vray que je suis che- 
valier trespassani, el pourtant que j'estoye 
deslogé pour ceste nuit, confié me suis de 
l'hostel de céans. (Perceforest, vol. V, ch. 
XVI, éd. 1528.) 

^ S. m., passant : 

Et feit a l'uis devers la voie 
Les armes verz métro an presant. 
Si les verront li trespassant. 

(Chrest., Cliges, 4720, Foerster.) 

En tel chierlè font la vile torner 
Que trespasant n'i puent osteler. 

(.Aijmeri de Narbonne, -2273, A. T.) 

Con puet veoir les irespassans 
Par la rue et tous les alans. 

(Amaldas et Ydoine, 4048, Hippeau.) 

A un pas moult perilleus vint 
Ou passer parmi le convint ; 
Li trespassant qui i passoient, 
Desrobé et pris i estoient. 
(J. Lemarchant, Mil-., ms. Cbart., [" 35'' : Daplessis, 
p. 144.) 

El le résidu de la dicte eaue et de la 
dicte fontaine s'en monte elle font monter 
sur la dicte chauciee.en un vaissel appelle 
le greilg pour servir aux Irespassans par 
la dicte chauciee. (1364, Accord, Arch. X", 
pièce 14.) 

...En ton lict logier 
Les trepassans et héberger. 
(J. BoucHET, tes Begitars Irai)., f° 118 r", éd. 1552.) 

— Adj., qui passe, passager, qui ne 
dure point, en parlant de choses : 

Li siècles est mult viels et si est trespasanz. 
(Serm. de Guic/i. de Deaulieu, p. 9, TecUener.) 

Covoitous des biens irespassans. 
(Reuclus de MolLiESS, Miserere, lixii, 5, Van Ha- 
mel.) 

Qui en ces chouses trespassanz metent 
tant lor cuer que... (Laurent, Somme, ms. 
Chartres 371, f 1 r".) 

trespassauble, voir Trespassable. 

TRESP.ASSEMEiVT, -arit, Irep., trespes- 
sement, trepaisem., s. m., action de 
passer, de traverser, passage : 

.1. poi devant l'avesprement, 

.\u trespassenient d'unf angarde, 

Lieve sa chierc avant, et garde. 

(Fregus, p. 54, Michel.) 

Par t respessement de fluves. 
(J. de Priorat, Liv. de Vegece, Richel. 1604, f" 47".) 

Ceste vie n'est fors uns trespassemens. 
(Laurent, Somme, ms. Soissons 208, f 38".) 

Le irepassement 
De celé vie orde et ocure 
A la joye qui toz jors dure. 
(SlACÉ DE LA f.uARlTÉ, Bible, BicUel. 401, f° 78«.) 

— Action de trépasser, trépas : 

A ton trespessement. {Vies des Saints, ms. 
Epinal, f» 76".) 

Obitus, obit, mort ou trespassement. 
{Gloss. lat.-fr., ms. Montp. H 110, P 19 r».) 

Il est de nouvel venu troys chevaliers 
qui furent a son trespassement en la cité 
de Jherusalem. (Le Livre de Bandoyn conte 
de Flandres, p. 44, Serrure et Voisin.) 

Apres le trespessement monseigneur le 
duc. (Vers 1360, Ch. des compt. de Dole, C 
179, Arch. Doubs.) 



Le duc acheta trois tapis de haute lice^ 
ouvrez a or de Chypre, l'un du crucifiment 
de Nostre Seigneur, l'autre a un mont de 
Calvaire, et l'autre du trespassemant de 
Nostre Dame. (ViQ'i, Itinér. de P/iil. le Hardi 
et de Jean Sans Peur, p. 548, Doc. inéd.) 

Se ma ditte fille a hoyr ou hoyrs de hon- 
nouré prince le conte de Guéries, et ma 
fille alast de vie a trespassement. (Froiss.,. 
Chron., Xlll, 9, Kerv.) 

La mortalité estoit lors au pais de Char- 
rolois, en laquelle mortalité le dict foures- 
tier alla de vie a trepaisemenl . (1400, A/e'm. 
de la Société Eduenne, VI, 231.) 

Pour le trespassement dudit feu. (1430, 
Ck. de L. d'Ambotse, FonLeneau, I, 381, 
Bibl. Poitiers.) 

Car nul ne peut se dire heureux parfaitement 
Davant le dernier jour de son irepassement. 
(J. A. de Baif, Poèmes, 1. IX, Lemerre, II, 415.) 

A Lucq Segart, painctre, pour avoir 
painct au cloistre de l'église Nostre Dame, 
audessus du lieu ou est enterré ladite def- 
functe, la représentation du trespassement 
de la glorieuse Vierge Marie. (1022, Exéc. 
test, de l'épouse d'Amand Eslienne, Arch. 
Tournai.) 

— État de ce qui passe, ce qui dure 
peu, qui est bientôt passé : 

Il (Dieu) n'a nul trespessement. (Laure.nt, 
Somme, ms. Chartres 371, f° "29 v°.) 

Et quant fin cuer amant aime amourousement 
Et il a lieu et temps et bon entendement 
Ades Ireuve a parler touz dis nouvellement 
Et d'une granl journée font un trespassement. 
(J. Brisebarre. Jlestor du Paon, ms. Rouen, f" 8& 
r"; Hicbel. 155i, f" 96 r".) 

— Omission, retard : 

Se il defailleint de rendre les diz deners 
as diz termes, il sereint tenu rendre por 
chescun jor de trepassement, de paine, a 
la dite prioresse de la dite priorté, dous 
souz ausic come le principau. (1261, Fon- 
tevraut. Loges, Sac 5, ch. xni, Arch. Maine- 
et-Loire.) 

Il amonesteront ceus que il trouveront 
en tel trespassement que il acomplissent la 
droite poie de l'aide. (r295, Arch. J 938.) 

— Action de dépasser un terme fixé : 

Quant au trespassement des diz termes. 
(1292, Concern. Al. de Hoh., fonds Bizeul, 
Bibl. Nantes.) 

— Laps de temps : 

En la fin, en trespassement de tens s'en 
alerent il en Germanie. (Brun. Lat., Très., 
p. 48, Chabaille.) 

— Action d'avoir passé, dépassé : 

Ou cas ou ledit mariage ne seroit con- 
sommé par charnel couple ou par trespas- 
sement d'aage... (1322, Arch. JJ 61, f 88 r".) 

— Transgression, violation : 

De cai vos gloriiez vos en la loy vos qui 
Deu deshonreiz per lo trespassement de la 
loy 1 (S. Bern., Serm., 165, 15, Foerster.) 

Se nos o aucuns de nos ministres mes- 
faisons en alcune chose vers alcun, o tres- 
passons en alcun point de la pais o de la 
seurté... cil quatre baron viegnent a nos... 
el nos mostrenl noslre trespassement, el 



56 



THE 



TRE 



TRE 



requièrent que nos faceins amender ce! 
trespassement. (Gr. cli. de J. S. Terre, Cart. 
de l'ont-Audemer, f 86 r°, lîibl. de Rouen.) 

Selonc cestui commandement 
Ne font il nul irepa^sement ; 
Car il les lionent totes chieres, 
Si les tienenl a bêles chieres, 
Del miaus qu'il ont, el del plus bel. 
[Dps putains et îles Ircheors, 45, Montdigiou et Ray- 
naud, Fabl., 111, 176.) 

Pechié n'est autre chose que trespasse- 
metis de la divine loi. et non obéir as ce- 
lestiauscommandemens. (Brun. L.\t., Très., 
p. 463, Chabaille.) 

— Chose qui passe les bornes, excès, 
délit, crime, félonie : 

Si qu'entre nos e ses Daneis 
N'ait engin, ne decevement, 
N'agait, ne nul trespassemeiit. 

(Bes.. D. de Norm., II, 4922. Michel ) 

Les .X. cornes de la beste senefient les 
trespassemenz des .x. commandemenz. 
(L.MRENT, Somme, ms. Soiss. 210, f° 38\) 

La non chasteé est uns trespassemens de 
délit corporel. (Brun. Lat., Très., p. 283, 
Chabaille.) 

Prevaricatio. Prévarication, trespasse- 
ment. (Vocabularius breridicus .) 

TRESP.iSSEOR, -ttceor, -assor, -eur, 
-our, -aso)', Irepasseor, -eur, s. m., celui 
qui passe au delà, transgresseur, in- 
fracteur, prévaricateur : 

Por ceu est mistiers k'il ne facet lo mal 
ki suet porvochier a matalant la forsan- 
nerie del creatour sor lo peule trespassor. 
(Greg.pap. Ilom., p. 87, Hofmann.) 

Et fisl au irepasseors voye. 
(Macé de lA Charité, Bible, Ricliel. 401, f° 77''.) 

Trespassierres lie la loy. (J. de Meung, Ep. 
d'Abeil. el d'Hel., Richel. f 123 r°.) 

Prevaricator, trespasseur. {Gloss. lat.-fr., 
ms. Monlp. II 110, r 207 r°.) 

Pecheor el trespasseor de la loi. {Règle 
del hospil., Hichel. 1978, f" 22 r°.) 

Nous livera les nouns d'aucuns trespasnrs 
desusdilz. (24 juin 1310, Mand. d'Ed. II en 
fav. des mardi, de Gasc, Delpit, p. 43.) 

Punir les Irespassours. (1310, Inhibition, 
Rym., III, 200, 2« éd.) 

Violeurs ou trespasseurs de nostre pré- 
sente sauvegarde el des choses susdites. 
(Avr. 1361, Ord., III, 562.) 

Prevaricator, trepasseur. [Gloss. de Sa- 
lins.) 

— Fém., Irespasseresse, -erresse, Ires- 
paceresse : 

PrevancOLUix, Irespasseresse. (Gloss. lat.- 
fr., ms. Montp. H 110, T 207 r\) 

Prevaricatrix, segnieuresse, trespace- 
resse. (/A., Richel. 1. 7679, T 232 v°.) 

Prevaricatrix, trespasserresse. (Voc. lat.- 
fr., éd. 1487.) 

TRESPASSER, -cir, trcspaser, trépas- 
ser, -ter, Irespesser, trepesser, Iras- 
paisser, trapasser, trappasser, verbe. 



— Neutr., traverser, passer à travers, 
passer au delà, passer d'un lieu à un 
autre, aller dehors : 

Alquanz dicnt que Tirel volt 
Ferir un cerf qui trespassotit. 

(Wace, liou, 3* p., 10095. Àûdreseo.) 

Ke nos de ténèbres ne trespessions ens 
ténèbres et en ténèbres permenanz. (S. 
Bern., Serm., 34, 26, Foerster.) 

Li moines dît : Trop me confonl, 
Ke tuil burent, fors moi soûl las ! 
Trois fois trespassa li banas. 
(Rehclus de Moiliens, Miserere, ccl, 9, Van Ha- 
mel.) 

Par trestoutes les viles ou Berte fyespassoif 
La gent encontre li de toutes part venoit 
A grant pourcession. 

{Berte, 3299, Soheler.) 

.1. prestre devant lui aler. 
Qui de ses matines chanter 
Venoit. par sa maie aventure ; 
Par devant une devanture 
D'une meson est trespassez. 
{D'Estormi, 515, Montaiglon, Fabl., 1, 215.) 

Et li sires moult hautement 
Le salua en trespassant. 

{Cuuci, 6639, Crapelet.) 

Et puis que ordenance de chant est si 
parfaite, il ne puet mie estre qu'ele tres- 
past pries des eis, qui si ordeneement sont 
faites, sans çou que eles ne le sentent. 
(RiCH. DE FouRNivAL, Bestiaire d'amour, 
llippeau, p. 22.) 

Trousel a espousee qui vail hors <le la 
vile de Paris ne doit point de chaucie se 
il est chargies dedens la vile de Paris ; 
mes se il venoit de dehors la vile et alast 
hors, que on apiele trespaser, lors devroit 
la charree .11. den., a charrele .1. den., a 
somier obole. (Est. Boil., Liv. des mest., 
2" p., I, 32, Lespinasse el Bonnardot.) 

En quelque main que il (l'héritage) tres- 
pase dorénavant. (1281, Mortemer, Arch. 
Eure.) 

Ce seroil assez pour me faire trespasser 
hors les gonds de patience. (Rah., III, 9, 
éd. 1552.) 



Liquele escluse doit estre faite si haute, 
si forte et si espesse que elle tiengne sans 
trespasser, ne sans vuidier, par deseure 
les yauwes des fosses. (1346, Cliirog., Arch. 
Tournai.) 

— Trespasser de, sortir de, quitter ; 
trespasser de cesl siècle, mourir: 

Veez mon père de cest siècle trespasse : 
VieU est et frailes, ne portera mais armes. 
l,Coron. Loois, 257, A. T.j 

Apres chou vesqui pau li pères. 
Du mortel siècle trespassa, 
Li dex de lui Jehan lassa. 
(Beaumab., Jean et Blotide, S090, k. T.) 
Devant que tu devras trespasser de cest 
siècle. {Hist. de Joseph, ms. S.-Pétersbourg, 
f 101".) 

Quant Jehans de Maugres, Besplecin, 
sera trespasses de cest siècle. (1278, C'est 
Jehan de Maugret, chirog., Arch. Tournai.) 

Cil avenoil que ma chère mère traspais- 
soit de cest siècle. (1279, Cart. év. Laon, 
i" 63", Arch. Aisne.) 

Car ma dame Blance de Lancastre et 



Derbi. sa femme, estait trespassee de ce 
siècle. (Froiss., CÀcon., VIII, 29, Raynaud.) 

^ Trespasser en l'autre monde, aller 
dans l'autre monde, mourir : 

Et a son advis lui sembloit que elle fut 
trespassee en l'autre monde. {Troilus, 
Nouv. fr. du XIV' s., p. 228.) 



d'une chose à une 



— Fig., passer 
autre : 



Trespassons del mal al bien. (Cotyiment. 
s. le nouv. test., ms. Oxf., Bodl. Douce 270, 
(°3l r°.) 

Car ilz sont trespasse: de vanité a vérité, 
de la chair et charnalitéa l'esperit. {Intern. 
ConsoL. II, xxxiv, Bibl. elz.) 

— Passer, s'écouler, en parlant du 
temps, des saisons : 

Coses oubliées 
Ki del viel tans sont trespassees. 

(Wace, Bou, Richel. 375, f 219'.) 

Consil d'enfant si retorne a niant. 

E si trapasae plus que non fait li vant. 

{Aspremont, ap. Keller, Bomv., p. 5.) 

Cum plus trespassernnt li tens, 
Plus serreient suUl de sens. 

(Maeie, Lais, Prol., 19, Warnke.) 

Ançois que ja trespast la tierce qarantaine. 

(J. BoD., les Saisîtes, xï.^, Michel.) 

Totes les choses del secle trespassent et 
ne mainenl mies. {Dial. B. Ambr., ms. 
Epinal, Bonnardot, Arch. des Miss., 3' sér., 
I, 275.) 

Trespesseie est voirement li nuiz. (S. 
Bern., Serm., p. 75, 34, Foerster.) 

Quant li déluges fu trespassez et la terre 
fu descoverle. (Brun. Lat., Très., p. 29, 
Chabaille.) 

Si estoit ja trespassee grant partie de 
l'yver. (Grand Cron. de France, Roys Loys, 
III, P. Paris.) 

Nos ceste gagiere ne paons raimbre de- 
vant dis anz. et quant dis ani seront très- 
passé nos la porrons raimbre de trois mile 
livres d'estevenans. (1253, Ch. des compt. 
de Dole, 44, .\rch. Doubs.) 

Icellui jour fut trespasse en Ires grant 
joie. (Ménagier, 1, 106, Biblioph. fr.) 

Et ce sera avant que celuy an trespasse. 
(Prophedes de Merlin, P 88% éd. 1498.) 

Eslevant les yeulx en hault aperceutque 
leur vertu ne trapassoit plus en la face du 
Seigneur. (Trad. d'Aretin Gen., p. 22, éd. 
1542.) 

— Trespasser de son Jor, éloigner le 

jour qui doit être le dernier jour de la 

vie : 

Nus hon ne puet de son Jor trespaser. 

i,Les io'i., Vat. Urb. 375, £• 9'.) 

— Guérir, revenir à la santé, au 
propre et au figuré : 

Quant del pasmer fti trespassee 
11 l'a ducemienl cunfortee. 

(Marie, Lai d' Yuienec, 403, Roq.) 

Bêle amie, vostre merci. 

De tant cum vus me confortez 

*S'«i jo garriz e trespassez. 

(Lai del Désiré, p. 22, Michel.) 



TRE 



TRE 



TRE 



57 



Tut est gariz, tost est haitez, 

Pur la joie qu'il aient 

Est tri^spassé de grant turment. 

Passer sans être réalisé : 



(«•) 



Or nous dist uns proverbe qui est vray 
que chu qui doit avenir ja ne puet tres- 
passeir. (J. d'Outrem., Myreur des Instars, 
II, 118, Chron. belg.) 

— Réfl., passer, se communiquer : 

Seul de tant se tienent a un (leurs coeurs) 

Que la volontés de cascun 

De l'un a l'autre se trespasse. 

(Chbest., Cliges, Richel. 375, {' 273°.) 

— Act., passer, aller au delà de, 
franchir, dépasser, traverser : 

De lor jornees ne vos sai aconler ; 
Montgeu irespassent, qui molt les a lassez, 
Par Romenie se sont acheminé. 
De ci a Rome ne s'i sont aresté. 

{Coron. Loois, 279, A. T.) 

A frespasser l'eve de Traine. 

(Wace, Brut, 9624, Ler. de Lincy.) 

France trespasse en occident, 
La guieras od toi ta gent. 

(Drut.ms. Munich, 1209, ToUmôUer.) 

.1. bos i a, certes, a trespaser, 
Qui moult est grans et moult fait a douter. 
(Huoti de Bord., 3150, .K. P.) 

Mortiers et Gauz ont après trespasé. 

{Aymeride Narb., 19S3, .K. T.) 

S'a la fontainne trespassee. 
{Flaire et Blancheflor, p. 118, var., E. Du Méril.) 

Misires Gauvains et les damoiseles s'en 
vont grant aleure et trépassent la haute 
forest. (Perceval, I, 30, Potvin.) 

Folement le pais trespasse 

Ki laisse les kemins roiaus. 

(Reucl. de Moiliehs, Miserere, cci, 8, Van Hamel.) 

La trespassent Gironde a barges et a nez. 

{Gui de Bourg., 314, A. P.) 

Il trépassent la terre et les amples régnez. 

{Parise, 2755, A. P,) 

De trespasser son paage et d'estre arres- 
tez hors des bonnes. {Eiahl. de s. Louii, I, 
cxLix, t. II, p. '281, Viollet.) 

Dirai de Bauduin, le gentil bacheleir. 
Qui li pais de Prise pensoil de trépasser. 

{B. de Scb.,X, 1025, Bocca.) 

— Dépasser, avec un régime de per- 
sonne : 

D'une raisun oi Reliant parler : 
Ja ne marreit en estrange regnet 
Ne frespassasf ses humes e ses pers. 

{Bol., 2863, Mùller.) 

Et quand l'une voloit les autres trépasser. 
{Bomn. d'Alix., f 71', Micbslant.) 

Chevaliers ne doit onques 
Trespasser n'en chemin n'en voie 
Bêle dame qu'il ne la voie. 

{Laide l'Ombre, 262, Bé.iier.) 

Toute overte trueve la porte ; 
Chevaliers et sergens trespasse. 
Tant ce travaille et tant se lasse 
Qu'il vint au lit de la pucelle 
Dedenz sa chambre blanche et bêle. 
[Dolop., 624«, Bibl. elz.) 

Tozjors aprent, point ne se lasse. 
Les compaignons tantost trespasse. 
{YiedeS. Evroult, 1, 129, Blin.) 



— Surpasser : 

Flur de lis e rose nuvele. 
Quant ele pert al tens d'esté, 
Trespas.^ot ele de bealté. 

(Marie, Lais, Lanval, 94, Warnke.) 

Elle (Marie) trapasse non seulement ces 
hommes en dignité, mais encores en pu- 
reté, en intégrité, en saincteté. (J. P. Ca- 
mus, Hom. festiv, p. 39, éd. 1619.) 

— Fig., dépasser, outrepasser, trans- 
gresser, enfreindre, négliger : 

Dame, font elles, si com vous commandez ; 
Car son commant n'osèrent trespasser. 

{Les Loh..kTs. 3143, f»4''.) 

Ne ne seit quens ne nus cvesques, 
Neis do Roien li archevesques. 
Par qui ja seit meis trespasse 
Queque avum or confermé. 
(G. DE S. Pair, Mont S. Michel. 2266, Michel.) 

Ke tu ne trespesses les ternies ke tei peire 
ont estavlit. (S. Ber.n., Senn., 36, 27, 
Foerster.) 

Nul bien ki a faire soit trespasseir. (Mor. 
sur Job, Richel. 24764, f 2 V.) 

Orguieus l'ordre d'aler ires/iasse, 
Car de sen pié au travers passe. 
(Remcl. de MoiLiENS, Miserere, xcvl, 4,VaD Hamel.) 

Sire, ce a dit ,\ymes, or aves vus juré : 
Gardes vo seirement ne soient trespasse. 

{Ben. de Montaub., p. 2, 23, Michelant.) 

Il trapassa le comandament Damideu, et 
por ce fu Irabuchiez en cest essil et en 
cette malavanture. {Serni., Richel. 423, f° 
69'.) 

Et Irespesse la loy. (Ms. Berne 365, f 
123 r°. ) 

Ne ne trespnsseront cette ordennance en 
nulle manière. (1301, Ord. de l'h. le B., 
ap. Felibien, Hist. de Paris, III, 518.) 

Et noslres sires dist a Adan : Adan, pour 
quoi as tu trespasse mon commandement? 
(Vraie croiance, ms. Cambrai C 246, f° 1°.) 

Sire, moult me plaist vostre escoîe. 
Et vo noble conseil loial. 
Ne du trespasser n'ay entente. 
{Liv, des Cent Ballad., n, Qiieu.\ de St-Hilaire.) 

Et quiconques ceste ordenances trespns- 
seroit il seroit deswagies de .x.\. 1. tantes 
fies quantes fies il trespasseroit. (1343-1451, 
Reg. de la vùmerie, drapperie, f° 66 r°, Arch. 
Tournai.) 

Que non trappassanl l'ordinance dessus 
decleriez. (1413, 1" Coll. de lois, n» 247, f^ 
73 v°, Arch. Kribourg.) 

Hz dévoient entreprendre ce doulx et 
bon estât de mariaige et promettre en la 
main du prestre ce que pour rien ne voul- 
droyent trespasser. (Cent Nouo. tiouv., LUI, 
éd. 1486.) 

Veulx tu de mort faire les trailz passer 
A celle dame, ou tout bien se compassé, 
Qui tes commands onc ne voult trespasser. 
{Poème inéd. de J. Marot,^, 113, Guiffrejr.) 

— Fig., passer, passer sous silence, 
omettre, oublier: 

Tant a a dire et a retreire 

An chascune chose portreiro 

Et el manton et es oreilles. 

Que ne seroit pas granz morvoilles. 

Se aucune chose i trespas. 

(Cbrest., Cliges, 833, Foersler.) 



Mais je vos trespas le grant anui, ke il 
orent avant que il fussent entré ens. (H. 
DE Valenc, j 575, Wailly.) 

Cil (étranger) a qui li pères dona toz ses 
biens et trespassa ses enfanz. avoit fait au 
pare aucun servise por quoi li pères le de- 
voit amer autretant come .i. de ses enfanz. 
(P. Font., Conseil, ch. xxxiv, 10, Marnier.) 

Se la seur que la mère avoil trespassee 
en son testament venqui en la querele deu 
testament. (Digestes, ms. Montpellier H 47, 
f° 74\) 

Or vos ont malfé respassee. 
Mais niert pas si tost tresjjassee 
La grant honte que vos avroiz. 
{Des Tresces, 339, Moalaigl. et Raya., Fabl., IV, 
78.) 

Ces gieuï et autres je trespasse 
Et pour briefté icy m'en passe. 
(J. Le Fevre, la Vieille, 1. I, 1753, Cocheris.) 

Et pluseurs chouses avinrent al cause 
des dites sommes de coronnes, qui point 
ne furent paiies dedens les termes sour 
che denommeis, que je trespas por brief- 
teit. (J. DE Stavelot, Chron., p. 125, Chron. 
belg.) 

Plus ne povons souffrir les cruaultez et 
maulx dessusdiz ne trespasser soubz dissi- 
mulacion. (Monstrelet, Chron., I, 159, Soc. 
Hist. de Fr.) 

Vous avez trespasse une ligne. (Palsgr., 
Esclairc, p. 648, Génin.) 

— Épargner: 

Mais la mors ki rien ne t7'espase, 
L'a prise au frain en sa prison. 

(Pb. Mousk., Chron., 29585, Reiff.) 

— Rester tout le long de, passer: 

Il ne sorent quel part revertir por la nuit 
trespasser. (Perceval, I, 223, Potvin.) 

— Trespasser vie, sortir de cette vie : 

Ke Charlemaine ot vie trespassee. 

{.iliscans, 3001, 2756, A. P.) 

— Finir, achever : 

Quant trespasse ot cel afere 
Et des noces el d'autre chose. 
Ne demora mie grant pose. 
{Du vilain mire, 40, Montaisl. et Rayn., Fabl., III, 
157.) 

— Avec un régime de chose, passer 
à travers de, subir: 

Les aventures ne saves 
Que vous a trespaser aves. 

(Ste Thais, Ars. 3527, i' 16'.) 

— Transpercer : 

Li escus trapasserent que nul pont ne dura, 

Mes sour l'aubers cescun suen espli pezoia : 
Ou trapasier l'un l'autre si durement se [h|urla 
Che par pue ceschun d'eus don cival ne vola. 
{Prise de Pampel-, p. 125, Mussafia.) 

Si eut alors angouesse amere 
Qui la trespassa inst^vie au cueur. 
(Uahcial, Louanges de Marie, fo 53 t*, éd. 1492.) 

— Commettre, perpétrer : 

Je perpètre, and je trespasse. — Il a per- 
pétré maynt crime hayneux, or il a très- 
passé maynt crime hayneux. (Palsgr., Es- 
clairc, p. 490, Génin.) 

— Dans une acception triviale, à peu 



T. VIII. 



58 



TRE 



TRE 



TRE 



près comme on dirait faire passer de- 
vant le nez : 

Mainte cheminée 
A ramonner, qu'on vous trettpasse. 
(Farce d'un ramoneur de ehernin.. Ane. Th. fr., M, 
191.) 

— Infin. pris subst., passage, sortie: 

A trespasser d'une viez voie, 
Vit les anfants démener joie. 

(llolop., 9567, Bibl. eU.) 

Et il me dist qu'il seroit icy au trespasser 
que je feray du siècle. (Prophecies de Mer- 
lin, f 119% éd. 1498.) 

— Trespassé, part, passé, écoulé, 
passé : 

Mes por ce que le jor qu'il et mandé 
n'est mie encore trespassez, el bien puet 
venir oncore a tans, sont il auques récon- 
forté. {Lancelol, ms. Fribourg, f 111".) 

D'arrérages que lidit Jehan n'avoil payé 
ausdiz enfans des termes trepassies. (1260, 
Cart. de S. Corn, de Comp., Arch. LL 1623, 
pièce 607.) 

Des la feste Saint Rémi nouvelement 
Irespassee. (1260, Vente, Arch. S 223, pièce 
16.) 

Les erremenz des tens Irespassez. (G. de 
Tyr, I, XI, P. Paris.) 

Cura il bout usé a faire ou tens trespassé. 
(1271, Cartul. de Fonlenay, f» 81 v°, Arch. 
Côte-d'Or.) 

Et chilh ki lor cens ou lor rente avoient 
retenu del tens trespasé des terres paians 
cens ou rentes... (1272, Chap. d'Auderme, 
Namur, Wilmotte, Bom., XIX, 95.) 

Obligacions dou tens trépassé. (1285, 
Fontevr., anc. lit., Arch. Maine-et-Loire.) 

Ja lonc tens trépassé. (1295, Cart. de S. 
Aubin, t° 60 v°, Arch. Côtes-du-Nord.) 

Doivent tant de journées qu'il en aroient 
falit, toutes apries le tierme des .vi. anees 
desus dit trespasses. (16 av. 1298, Test. 
Renier l'orfèvre, chirog., Arch. Tournai.) 

Si que par les faiz trespassez 
Porra l'en avoir coonoissance. 

(GuiART, Boy. lingn., 358, W. et D.) 

Dou temps trespessei jusques a jour d'ui. 
(1307, Cfiarles S. Lamb., n° 481, Arch. 
Liège.) 

On temp tresppessey. (1350, H. de Metz, 
IV, 135.) 

On temps Irepesseit. (1357, ib., 171.) 

— Trespassé de, qui a perdu : 

Quant li frères la veit muée. 
Et de sa biauté tret^passee. 
Donc demande a sa seror 
Porquoi demeneit tiel dolor. 

( Vie du pape (irey., p. 10, Luzarche.) 

— Trespassant, part, présent ; sans 
lonc termine Irespassans, sans qu'il se 
passât un long temps : 

Senz lonc termine trespassanz, 
Out de son seignor deus enfanz. 
(Bes., D. de SVorm., II. 40961, Michel.) 

TRESPASSEBESSE, -erresse, s. f.. voir 
Trespasseor. 



TRESPASSEUR, voir Trespasseor. 
TRESPASSIBLE, -ivle, adj., passager : 

Pervolo, trespassivles. (Gloss. de Douai, 
Escallier.) 

TRESPASSOR, -OW, VOIT TrESPASSEOR. 
TRESPE, S. ? 

Dois paires de trespe de banket et trois 
de petits. (1425, Greffe des échev., IV, 80, 
Arch. Liège.) 

Ung petit bancket a tout le trespes, ung 
leson. (1438, Conven. et test., 401, .^rch. 
Liège.) 

Trespes dictes. (1457, Décr. et ordonn., 
III, 125, Liège.) 

Toutes sortes de xhaillous, trespes, fe- 
reits, masteaux, cisses, trisaux. (1568, 
Cliartes et privil. des 32 met. de la cité de 
Liège, 382, éd. 1730.) 

TRESPEis, voir Trespas. 

TRESPE>'CIF, voir Trespexsif. 

TRESPENs.\.xT, trap., adj., très pen- 
sif, très soucieux : 

Trespensant d'une amorete. 
(Easocs u Vieille, Jtom. et past., III, 9, 23S, 
Bartsch.) 

Quand Maozeris l'oi, moût en fu trapensant. 
{Prise de Pampel., 676, Mussaha.) 

TRESPEXSÉ, -enssé, -anse, Irepensé, 
adj., plongé dans ses pensées, très pen- 
sif, soucieux, inquiet : 

Li dus la voit, s'en fu toz trespensez 
Pour ce qu'il vit en li tant de biautez, 

{Les Loh., Ars. 3143, f 20'.) 

Trespensê fu, duel ot mult grant. 
(Wace, Conception JVostre Dame. p. 45, Mancel et 
Trébutien.) 

Si ert marrie e trespenseie. 
(G. Di S. Pair, Jftoman du M. S. .Michel, 3098, Mi- 
chel.) 

Dame, dist il, ci a grant cruauté ; 
Por ce se j'ai o les elfans joé, 
S'ai je le cuor dolant et trespensê. 

{R. de Cambrai, iTii, .K. T.) 
Quant Partonopeus est montes 
Peuros est et trespenses ; 
N'est mervelle s'il est pensis. 
Ne seit u est, n'en quel pais. 

(Parlon., 731, Crapelet.) 

Si li demande autre foiz : Dites moi 
qui vos estes. Et il la regarde, si li dit 
en soupirant qu'il ne set. Lors aperçoit la 
reine qu'il est moult esbahis et trespensez. 
(Gaut. Map, Lanc. du Lac, Richel. 1430, 

r'4».) 

Moult avoit le cuer trespensê. 

(Adeset, Cteom., .4.rs. 3142, f 30«.) 

Et cil remaint trestoz irez. 
Moult fu dolaoz et trespansez. 
{Dame gui concilia le prestre, ms. Berne 354, f* 81».) 

La roine fu trepensee, 
A Gillon a fol pensée. 

{Gilles de C/tin, 3505, Reiff.) 

Et la dame de l'autre part 

Est par dedens sa chambre entrée, 

Trestoute morne et trespensee. 

{Couci, 290, Crapelet.) 
Li amirans en fu durement trespenses. 

{Gui de Santeuil, 2448, A. P.) 



Je ne sai, dist il, trespenssez 
Sui de ce que je li vi faire. 
Car trop est de plus grant afaire 
La moitié que je quidoie 
Ke que d'onme nul n'enlendoie. 
(Gehard d'Auiess, Escanor, 4704, Michelant.) 

— Outrecuidant : 

Por ce ma langue ay déliée, 
Quiconq m'en tiene a trespensê 
Pour dire mon nouvel pensé. 
(Hcos DE Mbri, Tournoiment d'Antichcist, Tarbé.) 

TRESPENSER, verbc. 

— Neut., être plongé dans ses pen- 
sées, être profondément soucieux, 
inquiet : 

Amors le faiseit trespenser, 
Amors le faiseit tressuer. 

{Eneas. 8931, Salverda de Grave.) 

Tant lur fait la pour qu'il i out, trespen.<ier. 
{Wace, Bou, 2' p., 3511. Andresen.) 

Dist Viviens : Molt m'a fait tre9penser, 
.\u jor que primes deuc mes armes porter. 
{Aliscans, 847, A. P.) 

— Réfl., s'inquiéter, se tourmenter : 

Moult par se peust trespenser 
Cil ki l'eust veu le jour 
Atourné come pesceour. 

(Chrest., Perceval, 294, Potvin.) 

TRESPEXSIF, -e//", adj., syn. de tres- 
perisé : 

Tristam est dolenz e trespensls. 
(Mabie, Lais, Cbievrefoii, 25, var.. "Warnke.) 

Trespensix, mornes e dolent. 
{Lai de Gcaelent, 198, ap. Roquef., Pûés. de .Varie 
de France.) 

La pucele est forment hontose 
E trespencive e angoiçose. 

{Vie du pape Greg., p. 9, Luzarcbe.) 

Je fui sachiez mont merveillié 
Et mont trespensls de cest songe 
Savoir s'il iert voir ou menchonge. 

{Ctef d'amour, p. 5, Tross.) 

Oncques homme ne me vit si esbahy ne 
si trespensif. (Lancelot du Lac, i" p., cil. li, 
éd. 1488.) 

TRESPERÇABLE, -Sable, -ccnule, adj., 
qui peut être percé, fendu, pénétré : 

Et s'abaisons noz aies por ceu ke nos 

eswardons la niant visible nature el les 
jugemenz niant Iresperceaules. (Greg. pap. 
Hotn., p. 70, Hofmann.) 

Impenetrabilis, non trespersables. [Ca- 
tholic, Richel. l. 17881.) 

Telle chose n'est mie de legier divisible 
ne trespercable pour sa dempsité. (Evrart 
DE Co.vTY,' Probl. d'Arist., Richel. 210, f 
269".) 

Pour quoy est ce que la mer est plus 
trespercable de la veue, et c'on peut miex 
regarder et plus parfont dedens c'on ne 
peut faire dedens l'vaue potable. (Id., ib., 
r 284».) 

TRESPERCEMEXT, S. m., action de 
percer, de pénétrer : 

Boyre eaue avec vin est bon pource que 
elle en oste la malice qui est de la nature 
de petite pénétration et trespercement. 



TRE 



TRE 



TRE 



S9 



(Frère Nicole, Trad. des Prouffilz champ. 
de P. des Crescens, f° 3 r% éd. 1516.) 

Ainçois bouta le feu jusques au milieu 
des tentes a tout granl vapeur, grant fu- 
mée et Iresperrement que faisoit la matière 
verle quand elle ardoit. (Prem. l'ol. des 
grans dec. de Tit. Liv., f° 97^ éd. 1530.) 

TRESPERCEUR, -clieiir. S. m., celui 
qui perce, qui fend : 

7';'e.fpe)'cei«'de presses. (MoNSTREL.,C/ico7i., 
II, 45, Soc. Hist. de Fr.) 

Trespercheur. (Var., dans S. Remy, Mém., 
ch. cxLix, éd. 1701.) 

TRESPERCiEU, -ccr, -ser. -chier, -ar- 
sier, -arcier, treperss., trepercer, tra- 
percer, -ser, verbe. 

— Act., transpercer, fendre de part 
en part : 

Et bien trespercf dis escuz. 
(GiUTiER d'Ahras, Erade, 2442, Lôsetli.) 

Ensi leis tu assi en altre leu, ke li Gri- 
sons de! juste Irespercel lo ciel. (S. Bebn., 
Serm., 101, 21, Foerster.) 

Li fers ait trespnrsieit son arme. {Ps., 
Maz. 798, f° 2.^4 v°.) 

Treperssier. [Gl.galt.-lat., Richel. 1. 7684.) 

Bien en cuida Bertran tout le corps trettparcier. 
(CUT., B. (lu GuescL, 742, Cbarrière.) 

Je suis soullisant de la trespercier et des- 
truire par baleures du grant glaive de 
l'esperit. (J. de Satish., Policrat., Richel. 
24287, r 70*.) 

S'ainsi estoit qu'il vous aymasl et me 
laissas! pour vous, je me tresperceroije le 
cueur, ne plus ne vouldroye vivre. {Gérard 
de NeverS: 1, xxv, éd. 1520.) 

Je ne garde 
Fors que ion dard me trespercJte. 
{J. MoMMET, le Siège d'amour, dans Leg. de Faifeu, 
p. 126, éd. 1723.) 

Néron... aguysant ung baston a ses dents 
se trespercea le ventre. (Prem. vol. des e.rpos. 
des Ep. et Ev. de kar., P 125 v°, éd. 1519.) 

Voycy ung dangereux baston qui peult 
pénétrer, ou Irespercer ung si dur harnoys. 
(Palsgr., Esclairc, p. 655, Génin.) 

Mais sa vertu sans cesse va cherchant 
De trepercer le brouillart empeschant. 
(J. A. DE Baif, Poèmes^ 1, VIII, Lemerre, II, 4Ù6.) 

Les flèches dont il lire, 
Et dont il traperce le cueur 
De ton fidèle serviteur. 
(Gbetin, .Sec. lii>. lie l'Olimpe, éd. 1560.) 

Turquoise qui de couleur perse 
Tient du bleu céleste esclairci, 
Bleu turquin. mais qui ne traperse 
Son corps, tant il est espessi. 
(R. BKLtEAU, Œuv., la Turquoise, éd. 1578.) 

Ce qui despleut tant aux amis de Char- 
les mesmes, qu'il est escript que Robert, 
comte de Flandres, son gendre, plein d'une 
noble colère, traperça d'un coup d'estoc et 
tua celuy qui leut là sentence. (D. Sauvage 
de Fontenailles, Uist. du royaume de Na- 
p!es,t° 179 r°, éd. 15*6.) 



- Fig. : 



Et, se j'ay prins en ma faveur 
Cesdoulx regars et beauls semblans 
De très décevante saveur, 



Me treftpersant jusques aux flans. 
Bien ilz ont vers moy les piez blans 
Et lue faillent au grant besoing. 

(Villon, Pet. Test., Vf, LoDguou.) 

— Fig., percer, sonder, découvrir : 

Les femmes pour Irespercer plus ague- 
ment les pensées des hommes ont ung 
aultre barat de decepvoir les hommes. 
(Boncace des Noh. malli., XVUI, {° 23 v°, éd. 
1515.) 



francllir, percer à tra- 



— Traverser, 
vers : 



Cil de Logres... metentleurcors en aven- 
ture por els secorre, et poingnent avant et 
trespercent la bataille a vive force. [Lan- 
celot, ms. Fribourg, f 130'.) 

Si sachiez que je Iresparcerai et passerai 
les batailles de mes anemis seurement la 
ou elles seront plu» espesses. (Vie et mir. 
déplus, s. con/'ess., Maz. S68.) 

Si furent par les dessusdiz incontinent 
envays, et a force trespercies et derompus 
par plusieurs fois. (Moxstrelet, Chron., II, 
172, Soc, llisl. de Fr.) 

Atout sa baniere, il gaigna le pont; le- 
quel il passa a force d'armes, Iresperchanl 
Escotz et François par poulsis de lances, 
de halches et d'espees. (Wavrin, Anduenn. 
Cron. d'Ënglet., t. I, p. 247, Soc. Ilist. de 
France.) 

Te dirons nous comme noz povres cueurs 
Estûient en crainte alors que ton charroy 
Elit trespercé par merveilleux arroy 
Alpes et rocs, et que aux Lombardes plaines 
Vins campeger d'ennemys toutes pleines? 
(J. Marot, Epistre des Dam. de Pans au roy, p. 21, 
éd. 1532.) 

Lequel sans crainte a journées merveilleuses 
A irespercé les roches périlleuses. 
()D., Epistre a la rogne Claude, p. 38, éd. 1532.) 

— Neutral., comme percer, au fîg., 
pour dire se faire jour, pénétrer, voir à 
travers : 

Advint adoncques, ainsi comme Troylus 
se alloil mocquant puis de l'un puis de 
l'autre, puis ceste cy, puis ceste la regar- 
dant, que d'advanture par entre les gens 
son œil Iresperça et joingnit jusques la ou 
estoit la plaisante Brisaida entre pluseurs 
autres dames et damoiselles qui estoient a 
celle teste. (Troilus, Nouv. fr. du xiV s., 
p. 126.) 

Les Macédoniens et Thessaliens, aians 
surmonté et vaincu les Perses ont ilz pas 
pénétrez en bataillant et trespersé jusques 
aux Indes? (Flave Vegece, I, 28, éd. 14S8.) 

— .\ct.. détruire : 

Tresperchans ladite grange et édifice, 
(xv" s., Cart. de Finies, p. 918, Ilautcœur.) 

— Tresperçant, part. prés, et adj., 
qui transperce: 

Glaive tresperçant. (Le Leoain du calvi- 
nisme, p. 95, éd. 1611.) 

— Trespercié, part, passé, transpercé, 
pénétré, au propre et au fig. : 

Et elle incontinent, vaincue et trespercee 
de doleur amere, dedans sa chambre tout 
doulcement s'en entra plourant. (Troilus, 
Nouv. fr. du xiv° s., p. 221.) 



Et estoient si trespercez de joie que il ne 
savoient auquel entendre. (Froiss., Citron., 
Richel. 2660, f 158 r°.) 

Ouvre a ton cher espous, ma perruque arrosée. 
Pour te chercher la nuict, est moitié de rosée : 
Je suis tout trapereé. 
(n. Belleau, Œuv. poél., Eclog. sacr., V, éd. 1578. 

Vie, trépercher, transpercer. Champ., 
trapereé, Morvan, Bourguignon, tré- 
percé, mouillé jusqu'aux os. 

TRESPERcisoiv, S. f . , trou des mains 
et des pieds percés de part en part : 

Car ja se je nel voi n'enqucrrai compaignon, 
Et les plaies ne voi dont souffri passion, 
Et se ne mec mon doi en la îrespercison 
Et des pies et des mains que li lisent félon. 

(Hermam, Bible, BicLel. 1444, f» 56 r».) 

TRESPERçoiER, trcz-perchoier, v. a., 
transpercer : 

.\ .u. mains le feri sus son escu devant, 
Que parmi le plus fort li irezperclioie et fent. 
(Doon de Maience, 2981, A. P.) 

TRESPERTIT, VoIr TRIPARTI. 

TRESPESSAULE, VOir TrESPASSADLE. 

TRESPESSEIR, voir Trespasseb. 

TRESPESSEMEIVT, Voir TrESPASSE- 
iMENT. 

TRESPL.iXTÉ, adj., transplanté, 
planté : 

E iert ensement cume fust tresplantet de 
juste les ruisalsdes ewes. (Trud.du Psaut., 
ms. Cambridge Trinity Collège, R. 17, 1, f° 
1 r", P. Meyer, [iapp.] 

TRESPLE, voir Treble. 

TRESPLENXE, S. f., trépan : 

A Hector Caudrelier, chirurgien, pour 
avoir eu en cure le serviteur d'un machon 
ouvrant sur les rampars de ladicte ville, y 
ayant esté blessé, ensamble d'avoir applic- 
quié la tresplenne en la teste dudil ma- 
chon, payé .X. \\). (VjS'I-]^^^, Compte géné- 
ral, V Somme des mises, f 67 r°, Arch. 
Tournai.) 

TRESPOiîVTE, voir Trepointe. 

TRESPORT, S. m., transport, trans- 
fert: 

Tout le droit que nous avons en icelle 
rente li quittons du tout, promettanz non 
venir encontre le tresport et quictance 
dessusdites. (1313, Arch. JJ 49, f° 35 r°.) 

TRESPORTEMEXT, S. m., transport, 
transfert : 

Tresportement de nieor a meor seulement 
appartient au roi de droit naturel. (Lio. de 
Jost. et de plet, I, 7, ;; 1, Rapetti.) 

Translation ou tresportenienz de lumière. 
(Introd. d'astron., Richel. 1353, f 42''.) 

TRESPORTER, trep., verbc. 

— Act., transporter, transférer : 



60 



TRE 



TRE 



Le dame le hanap tresporte 
A chelui qui après esloit. 
(Rbhcl. de MoiLiEss, Mis-^rere, cgilvi. 9, Vao Ha- 
mel.) 

Tre^porie nous de chosl orage, 
De cbest oscur val yvrenage. 
En cler mont, en chel bel esté. 

(Id., ib-t ccLxxin, 7.) 

Le cheval Prouesce en la flote 
Tp-esporte, qui ot dure bouche. 
(Hl'OS DE Wert, Tornoieni. de l'Antéchrist^ p. 74, 
Tarbé.) 

Qu'il peusient movoir et tresporter les 
montaignes. (ii Amiliez de Ami et Amile, 
Souv. franc, du .\m° s., p. 81.) 

Tu tresportas la teue vigne de Egipte. 
(Psaul., Slaz. 58, f 98 v°.) 

Aucune foiz la mère Iresporte ses fîlz 
d'un leu en auli-e por engignier son masle. 
(Brin. Ut., Très., p. 218, var., Chabaille.) 

La seignorie des choses, ce dist lois, est 
Iresporlee par baillies, et par user an, et ne 
mie par unes covenances. (P. de Font., 
Cons., XV, 18, Marnier.) 

Et treporta le dit Robert ou dit priul... 
lot le dreit, tôle l'aution, lote la posses- 
sion. (1281, la Coulure, Arcli. Sarthe.) 

Avons treporlé et treporlons por nous et 
por nos hers au dis relligious tout dreit, 
propriété... (1284, Don., liuzay, 1. 9, pièce 
16, Arch. Loire-lnf.) 

Par quelconque tire elle les voudra bail- 
lier ou tresporter en autre lieu. (1287, Arch. 
K 36% pièce 4.) 

Je ne convertirai pas Gazam sur ces .iin. 
péchiez pour ce qu'il tresporle parfaite 
chailivoison. (Guiart, Bible, Amos, ms. 
Ste-Gen.) 

Il trespassa toutes les compagnes de ses 
anemis ensi come li destriers le tresporta. 
(Chron. de S. Den., ms. Ste-Gen., f 17°.) 

Xous, vint livres de parisis de rente 
pour ce a nous amorties,... tresportons du 
tout en noble dame madame Jehanne. (1313, 
Arch. JJ 49, T 35 r».) 

— Changer : 

Fei ce feu menaçable estre treporté en 
refroidement. (Fie S. Eustace, Richel. 818, 
r 286 v°.) 

— Enlever : 

Dieus a ja tresporté de toy 
Ce grant péché. 
(Micê DELi Chaeiié, Bible, Richel. 401, f» 65'.) 

— Réfl., SB transporter : 

Li dit vendeur et ceus de ses hoirs, meu- 
bles et non meubles, presenz et avenir, ou 
qu'ils soient trouvez ne ou qu'il se tresport. 
(1291, Arch. J 153, pièce 8, Bull. Soc. llist. 
de Paris, 1878.) 

Et s'en souzmist quant a ce li diz Guil- 
lemins a la juridicion de nustre seigneur 
le roy et de la prevosté de Miauz ou que il 
se Iresporte. (Sept. 1305, t'/i. du garde du 
sceau de Meaux, Uôlel-Dieu de Jleau.ic H B 
21.) 

Et se soumistrent quant a ce a la juri- 
diction du roi et de la prevosté de Creci 
ou qu'il se Iresporlent. (1311, Arch. JJ 46, 
f 72 v°.) 

TREsposER, V. a., transporter; 

La reautez est tresposee de gent a gent 



por les maus et por les torsfais ; mais hom 
ne s'en doit pas garder seulement, mais 



doi 

tre; 



r les maus et por les torsfais ; mais hom 

s'en doit pas garder seulement, mais 

lit contrarier a cels qui les font as au- 

3S. (Brun. Lat., Très., p. 357, Chabaille.) 

— Tresposé, part, passé, transposé : 

As fiestes tresposees. {Règle de Cileaux, 
ms. Dijon, f 69 r°.) 

TRESPREXDRE, V. a., salslr : 

Ço sent RoUanz que la mort le irespreni, 
Devers la teste sur le cuer li descent. 

{Mol., 2335, MûUer.) 

1. TRESQUE, voir Tresce. 

2. TRESQUE, S. f., monnaie de billon 
de Flandres valant huit deniers : 

Une pièce de monnoye appelée Iresque, 
de huit deniers. (1392, Arch. JJ 143, pièce 
281, Duc, Tresciu.) 

En laquelle bourse avoil trois solz, qua- 
tre deniers parisis en blanche monnoie, 
avec une tresque de la monnaie de Flan- 
dres. (1401, Arch. JJ 156, pièce 330, ib.) 

Que il (le duc de Bourgongne) avoit fait 
nouvelle monnoie en leur pays, laquelle 
on nommoit tresques. (Chron. des Pays-Bas 
de France, Bec. des Chr. de Fland., 111, 
285, Chron. belg.) 

TRESQUER, -quicr, volr Tresghier. 

TRESSAILLAIT , adj. , qui passe 
promptement d'un sentiment à un 
autre : 

Moult a feme le cuer muable 
Et tressaillant et divers et tendre. 
(L'Epistre desfemes, ms. Dijon 29S, f° 107'.) 

TRESSAiLLiER, trcsailL, tresuUier, 
verbe. 

— Act., franchir en sautant : 

Cum il fust al cheval et dust tresailier 
une grant fossee. {Chron. d'Anglet., ms. 
Barberini, f° 27 r°.) 

— Neut., tressaillir : 

E li cuers si li tresaiUa, 
G'onkes un soûl mot ne parla. 
(HOB. DE Blois, Poês., Richel. 24301, p. baS'.) 

TRESSAILLIR, -suUr, -sullir, tres- 
zaillir, iresailir, tresaillir, verbe. 

— Neutr., sauter, rejaillir, rebondir : 

Par les ieus en tresaut li feus. 

(Florimont, Richel. 79S, f" 12«.) 

Les embûches et le but des entreprinses 
d'Attila découvertes, tressaillirent contre 
celui qui les fui brassant. (Noguier, Hist. 
Tolos., p. 101, éd. 1556.) 

— Act., franchir en sautant, traver- 
ser, passer par -dessus : 

Le cheval brochet, li sancs en ist tuz clers, 
Fait Sun eslais, si tressait un fosset, 
Cinquante piez i poet hum mesurer. 

{RuL. 3165, MûUer.) 

Bernars l'entent, a poi n'enrage vis, 
TresaiU la table, s'est a Garin salli. 

{Les Loh., ms. Moaip., f« 46''.) 



TRE 

Tressant la table, vers Garin se guenchit. 
{Garin le Loft., 2" chaDS., XXII, p. i6, P. Paris.) 
E les tertres del lot tressait* 
{Lauciri de AVabkh, Caitl. des cunt., ms. du Mans 173, 
f 52 r».) 

Ugues tfessaui li mur. 
(AUDEFROi LE BiSTARD, Beatvis, P. Paris, Roman' 
cero françoîs^ p. 34.) 

Elyes l'ot, et tressailli le table. 

(E. de S. GilU, Richel. 25516, (• 76^) 

La baie me fet tressaillir^ 
A grant poor et a grant heste. 

{Base, Riohel. 1573, f» 25".) 

Mais je ne veul pas tresailir 
Par en son le table au mengier, 
{Atre per., RicUel. SifiS, f» S»'; Herrig, 342.) 

Si je Veiisce tresaillie. 

{Ib.; Herri?, 345.) 

Devant lui treszailli la voie. 
(Res. de Beaujeu, le Beau Desconeu, 1269, Hippeau.) 

Vesci qu'il vient saillant es montaignes 
et tressaillant les tertres. {Bible, Richel. 
901, P8^) 

Apres ce Elyot va tables tressaillir^ 
Ydorus la courtoise fist avec li venir 
Et la bêle Edeas, pour le paon tenir. 
.LBmsEBXRRBj Besior du Faon, ms. Rouen,!" 66 t».) 

Le table tressali tost et apertement. 

{ Vœu du Hairon, 155, éJ. Mons.) 
Quant cil tressaillent les fessez. 
(GuiABT, Roy. lingn., 14211, W. et D.) 

— Fig., passer par-dessus, trans- 
gresser : 

Car ce dont on a grant désir 
Fait Lien mesure tressaillir. 
(Blond, de Xeelle, Chans., XXIV, Tarbé.) 

Mais il ot .1. point f resailli 
Viers le roi, par quoi il failli. 

{MousK., Chron.y 29426, Reiff.) 

— Dépasser, surmonter : 

Li jouenes bom que je vos di 
Qui de proaice tressalli 
Tous ceus ki furent et qui sont 
Par toutes les tieres du mont. 

(Chrest., Perceval, 237, Polvîn.) 

— Passer sous silence, laisser de 
côté : 

Ceo est sait, que tressaillum un sul jur, par 

[ralsun 
De celé luneisun que nus en joîn avum. 
(P. DE Thaun, Liv. des créât., 1015, Wright.) 

E pur ceo tressaillum icel jur. 

(Id-, ib., 1029.) 

Il n'est pas drois que je tressaille 
Dous coses dont orguieus travaille 
Por les robes desordeaer : 
Cbou est de tainture et de taille. 
(Renclus de MoiLiENS, -Viserere, ci, 1, Yan Hamel.) 

— Fausser : 

Si est li siècles tressailliz 
Por la mort qui trestout desvoie. 
[De la dent, 34, Moutaiglon, Fabl., I, 148.) 

— Tressailli, part, passé, qui saute, 
qui aime à sauter : 

Les puceles sont esperies. 
Et comme chievres tressalies. 
Les unes ça, les autres la, 
Si com la peors les mena. 

{Parton.. 6931, Crapelet.) 



TRE 



TRE 



TRE 



61 



— Épeuré, épouvanté : 

Car baiser porte médecine en plusieurs 
manières, et par especial il ressuscite les 
personnes tressaillies, et si appaise les 
troublez. {Perceforest, vol. III, ch. ,\lviii, 
éd. 1528.) 

TRESSALER, VOir TrESALER. 

TRESSANC, S. m., mesure de vin : 

Pour deux tressancs de vin qui a esté 
donné de présent a monsieur le prevosl 
gênerai. (.1562, Dép. de deux jur., Arch. 
Gir.) 

TRESSAUDRE, -aiildre, tresaudre, v. 

n., passer : 

Il commencera en France ou en Nor- 
mandie, lequel que il voudra, a faire la- 
ditte assiette, et poura tresaudi-e une fois 
de l'un de ceux pays en l'autre a faire la- 
dite assiette, et de la ou il commencera 
après avoir tressailly une fois, comme dit 
est, poursievra de prouchain en prouchain 
a la cousture. (1343, Articles de mnr., ap. 
Morice, Pr. de l'H. de Bret., 1, 1438.) 

— S'écarter, changer : 

Assis sont l'un plus hault que l'autre 
Par ordre qui ne puet tressafddre. 
(Cbist. de Piz., Client, de long estude, 1937, Pus- 
,:hel.) 

TRESS.\UTE, S. f., assaut, surprise: 

Et venoient peu a peu a rencontre de 
Besançon le pensant prendre a treasaute. 
{Aucunes choses meinur. lesquelles se sont 
passées ancienn. riere la cité de Besançon, 
Mém. pour serv. à l'hist. de Fr.-Conité, 
VII, 257.) 

TRESS.WE, voir Tresaive. 

TRESSE, voir Trace. 

1. TRESSEE, -eau, Ireceau, s. m., 
tresse de cheveux, ornement de tète : 

Or deussiez descendre a terre, 
Et a vos belles mains polies, 
Qui sont blanches et délaies, 
Santir les frons et les tampliaus. 
Et essuer de vos tressiaus. 
(J. Pretel, Tourn. de Chauoenci, 952, Delmotte.) 
Impr. : cressiaus. 

— Sorte de raisin : 

Le suppliant dist a iceulx vendengeurs 
que ilz meissent les pinoz a part, sans y 
mettre autres raisins; mais ce nonobstant 
ledit .lehannin mettoit des treceaux et au- 
tres raisins avec les pinoz. (139i, Arch. JJ 
146, pièce 400, ap. Duc, Treccamentum.) 

Outre, il ne doit mettre es lieux humides 
le complant qui a les grains tendres et 
gros..., mais cehiy qui a les grains durs et 
petits avec plusieurs pépins, comme pi- 
nots, sarminiens, aubeines, tresseaux. (Mai- 
son rustique, VI, 2, éd. 1658.) 

Non plus aujourd'hui ne sont indiffé- 
remment recogneus par toutes les pro- 
vinces les noms des raisins dont l'on use 
le plus en divers endroits de ce royaume, 
qui sont : nigrier, pinot, pique poule, meur- 
long... prunelal, gouesl, abeillane, pulceau, 
tresseau, lombard, morillon, sarminien, 
chatus, la bernelle. (0. de Serres, Th. 
d'agr., I, 3, éd. 160i.) 



Yonne, tresseau, cépage dit aussi 
véro dont le raisin est très allongé 
comme une tresse de cheveux. 

TRESSELER, Ireiceltr, v. a. , tresser : 

Donc commencèrent... les femmes lur 
chevelours teyndre et par art tresceler. 
{Chron. d'Angl., ms. Barberini, f" 29 r°.) 

TRESSENTiR, IressencUr, v. a., res- 
sentir, sentir vivement : 

Or tant fressenctist fain amere. 
(1418, Semililude l'en/font proudigue, .\. Aubry.) 

Wallon, Irèsenti, ne pouvoir souffrir, 
sentir vivement. 

TRESSEOR, -eur, Ireceor, -ceour, -cor, 
-seour, traceour, s. m., tresse, ruban, 
cordon, galon servant d'ornement de 
tête, peigne : 

Bendes fu d'un treceor. 

(Be»., Troie, 1231, Joly.) 

D'un treceoiir. 

(ID., i6., Ricbel. 375. f" 70«.) 

D'un treseoîtr. 
(iD., ib., Ridbel. 903, £■ 58=.) 

De ses tresses de son tresseitr 
Fist pertouder Irestout entour. 

(Thays, Ricbel. 1344, f Zi'.) 

Fremax d'or, huves. corroies, 
Cuevrechies, treçors ai. 
{Andrieu de Douât, Pastour., Diuaus, Trouv. de 
Flandre, p. 81.) 

A cevels blois, Ions et delgies. 
Sains treceor li vont as pies. 

{Purlon., 4865, Crapelet.) 

Autrefois li repreat corage 
D'oster tout, et de mètre guindés 
Jaunes, vermeilles, vers et indes. 
Et treceors gentiz et gresles. 
De soie et d'or a menus pesles. 

(Rose, 21218, Jléon.) 

.11. traceours a femme. (1349, Compte du 
prév. de Vesoul, C.h. des Compl. de Dole, V, 
164, Arch. Doubs.) 

Ungs tresseurs garni d'argent doré et de 
perles. (Lundi av. Noël 1392, I/tvent. de 
meubles de la mairie de Dijon, Arch. Cote- 
d'Or.) 

— Nuque, chignon : 

Vertex, trecierres. {Gloss. de Douai, Es- 
callier.) 

La langue du blason a le mot très- 
cheur, sorte d'orle étroit représentant 
une tresse. 

TRESSEOL'EB, Voir TrESSOIR. 

TRESSERER, V. n.,se clore fortement, 
geler : 

Muese et allres rivière si forment tresserai 
Que grans feus sus le glache a quaremme on 
Et fours et huilez asseis desus on cariai, [toquât, 
(J. DES Preis, Geste de Liège, 12301, Cbron. belg.) 

TRESSERESSE, S. f., tresseusB : 
Maalos la tresseresse. (1303, Li cohies de lu 



parroche de Saint Pierre le Vie:. f° I V, 
Cah. de la taille, 1301-1318, Arch. mun. 
Reims.) 

TRESSEURE, treseure, trecheure, -chu- 
re, s. f., tresse, cheveux tressés : 

En bende fu lor trecheure, 
A envoisie freteure : 
De trecheors fais soutilement 
De fil d'or et de fil d'argent 
Bien ont lor cevels atomes. 

[Parlon., 10655, Crapelet.) 

A la fois sa cheveuleure 
Dorée, de sa treseure 
Ses belles oreilles couvroit. 
Et a la fois les descouvroit. 
(J. Le Fetre, la Vieille, 2703, Cocberis.) 

Tricatura, trechure. (Gloss. rom.-lat. du 
XV' s.. Cachet.) 

TREssiER, voir TraCier. 

TRE8SIFFLER, V. a. ? 

Or veoit custuy roy son beau temps des 
vuidier, et vit le vent d'aulruy infortune 
qui le sien tressiffloit en proe de désir. (G. 
Chastell., Chron. du duc Phil., ch. xi, 
Buchon.) 

TRESSOIR, Iresseouer, tresclioir, tre- 
choir. treçoir. Ireçoer, treceoir, s. m., 
syn. de Iresseor : 

En sa main tint ung miroer. 

Si ot d'ung riche ireçoer 

Son chief Irecié moult richement. 

[Rose, 559, Mêon.) 

... Riche tresseouer. 

(Ib., ms. Corsini, f" o"».) 

... D'un riche treçoir. 

(II)., ms. Brui., t» 7'.) 

... D'un T\ch& treceoir. 

(Ib., Ricbel. 1559, f° 6'.) 

Estoient leur chefs aournes de riches 
treçoirs et de riches guimples toutes tis- 
sues a fin or et couvertes de pelles et autres 
pierres. (Gr. Chron. de Fr., Phelip. III, xx, 
P. Paris.) 

Ly roy Johans envoiat a Romme trop 
grant<)'es«oir d'or et d'argent. (J. e'Outrem., 
Myreur des histurs, V, 165, Chron. belg.) 

— Terme de blason, orle étroit re- 
présentant une tresse : 

Armes ot d'or a .i. vert cheveron 
A .1. treckoir de gueules environ. 

(Adeset, Enfam. Og.. Ars. 3142, f» 102'.) 

Lors vint ou renc a cuer hardi 
Sires Hues de Rumcingni 
Gouvers d'or au vermeil sautoir, 
De vert y avoit un treschoir. 

(Couci, 1531, Crapelet.) 

TRESsoiRE, -ouere, s. f.. ceinture: 

Ferreure d'une tressouere; Bosse of a 
gyrdle. (Palsgrave, Esclaircissement de la 
langue françoyse, p. 200, Génin.) 

1. TRESSo.x, -ond, treçon, -chons, 
s. m., syn. de Iresseor: 

Nus ne nule de leur mestier ne puet 
ourdir en ourture de tissus, de chapiaus, 
ne en treçons, ne en aumosnieres, ne en 
autre euvrequelhe que elle soit, fil ne flou- 



62 



TRE 



rin aveques cuer de soie. (Est. Boileau, 
Lit: des mest.. i" p., LXXV, 3, Lespinasse 
et Bonnardot.) 

Pour 4 treçons a pelles (perles) pour or- 
fraser lesdiz paremens du tournov de Com- 
pigne. (1316, Compt. de lieoff. iie Fleuri, 
ap. Douët d'Arcq, Compt. de l'argent., p. 14.) 

lieux /reçons d'anbefain et une surceinte, 
24 s. (1328. Invent, de Clém. de Hongrie, ap. 
Douët d'.\rcq, Compl. de l'argent., Nouv. 
rec., p. 81.) 

Nostre ceinture et... nos tressons d'orfa- 
verie, (|ui sont de rubiz d'Alixandre, d'es- 
nieraudes et de perles. (1349, Letl. de 
.leanne de Nav., ap. Felib., Pr. de l'H. de 
Paris, l, 228.) 

Une tressons d'or de 80 chastons d'esme- 
raudes, et de rubiz d'Alixandre. (1352, 
Compt. de La Font., ap. Douëtd'Arcii, Compt. 
de [argent., p. 169.) 

Un tressond d'or ou y a .clxxv. perles 
assiz sur une bisete. (1372, Compte du test. 
de la royne Jehanne d'Eoreux,ap. Laborde, 
Emaux, p. 437.) 

Une paire de galons ou tressons d'or a 
petiz rubiz d'.\lixandre, esmeraudes et tro- 
ches de quatre perles. (1380, Invent, de 
C/iarl. V, n" 75, Labarte.) 

Ung trec/ions d'or pesans une onche. {Un 
partage mobil. en 141S, p. 27, S. -Germain.) 

Deux bourses de perles, Tune garnye de 
boutons de perlez et l'autre de boutons 
d'argent dorez avec ungs tressons de ma- 
ries, (fente des biens de Jacques Cœur, Arch. 
KK 328, P 499 r°.) 

Et encore au xvu« siècle : 

Une pièce tresson rouge pour garnir le 
cercle, 5 s. (Mem. de ce qui a été fourni 
pour l'oyseau et ornement du pavoy s , Docum. 
extrait des papiers de M. Pierre Barbier, 
premier capitaine du quartier de Bour- 
bonneux de Bourges dans le xvu' s.) 

— Echeveau : 

Chascun loisserant doit de chascuns ses 
treçons de file qu'il acbate ou marchié de 
Paris ou ailleurs. (E. Boileau, Lio. des 
mest., 1" p., L, 43, Lespinasse et Bon- 
nardot.) 

Centre, terson, tresson, cordon, ga- 
lon. Wallon, trèson, tresse. 

2. TRESSOx, voir Treson. 

TRESsoxEL, -Bau, tresoiiel, Iressou- 
mel, s. ra., menu bois dont on fait des 
fagots : 

Pour aler quérir le tre-isoneau et bois a 
ardoir pour mon hostel. (1457, Denombr. 
de la clHftell. d'Andelys, Arch. P 307, f 
24 r°.) 

— Panier tressé : 

Que tout le harenc, le selerin, les morues 
et le mellent salé, qui sont amenées en 
brouaites et en mangues, soient vendues 
en brouettes ou a mangues ou en tresonel. 
(.lanv. 13-26, Ord., XI, 507.) 

Tout le haran, le selerin, les morues et 
les merlans salez qui seront amenez en 
brouettes et en manne, seront vendus a 
brouettes, ou a mannes, ou en Iressoumel. 
(Fév. 1350, Ord., Il, 360.) 



TRE 

TRESSOCERE, Voip TrESSOIRE. 

TRESSOUMEL, voir Tressonel. 

TRESSOIS, S. m. ? 

Pour oullraiges d'avoir mis en tressons 
de l'arsenic avec farine, dont .nu. glines 
lombarde morurent. (12 janv. 1421, Reg. de 
la loy, 1413-1424. Arcli. Tournai.) 

TRESsuBST.\xciER, V. a., transubs- 
tancier : 

Différence est entre saintefié et sacré, 
sacré est ce qui par la consécration est 
tressuhstmtcié, ce est treschangié de sa 
substance et trespessé. (Trad. de Belelh, 
Richel. 1. 995, f° 48 V.) 

TRESSi'ER, tresuer, v. n., suer, trans- 
pirer, se couvrir de sueur, et, par 
extension, être violemment agité : 

S'amors l'argue et destreint, 
Amors la fait sovent pasmer 
Et refreidier et trfssuer. 

(Eiieas, 195S, Salverda de Grave.) 

Ja poil de lui n'en avra tressué. 

[Les Loli; Ais. 3143, f io':) 

Tele angoisse' a que toz iressue. 

(Be»., Troie, ms. Naples, (« 12'.) 

Li rois l'entent : toz en fressue 
De duel, de maulalent et d'ire. 

[Dulop., 3374, Bibl. elz.) 

Li rois l'otrie qui de dolor tressue. 

(Raiud., Orjier, 10358, Barrois.) 

Mes la chars art toute et fremie, 

Et bout et ffessite et tressant. 

(G. DB CoiNci, Mîr., ms. Soiss.. f- 202'.) 

Quant Huguez l'antandî, ai prist a tressuer. • 

(Parise, 1373, A. P.) 

... De courout ^res5Ha. ; 

{Maugis d'Âigrem., ms. Montpellier H 247, f" 159'".) ' 

Toz ces cuers de tierté fressue. 
Et li sans del cors li remue. 
(ROB. DE Blois, Pois., Hictiel. 24301, p. 584'.) 

Maternent est blecié du dart 
D'amors qui l'a ou cors navré, 
Si l'a si fort el cors hurté 
Que d'angoisse tressue et gient. 
[De Constant du Hamet, 63, Monuigion et Raynaud, 
Fabl., IV, 167.) 

Quant li enfcs l'oi, si tressua d'angoisse. 

{Vie S. Clément, ms. Alençon 27, f" 173 r*.) 

Sans amasser tant de biens corrumpa- 
bles pour lesquelx maiiiles fois on tressue. 
(Maiz., Songe du riel ]jel., .\rs. 2682, I, 
cil. I.II.) 

Dont a le qucrre en maintz lieux tressuay. 
(Le Maire, la Concorde des deux lanq., p. 381, éd. 
1549.) 

mes amys. un peu de vinaigre. Je 
tressue de grand hahan. (Rab., Quart livre, 
ch. xviii. éd. 1552.) 

Nous tressuons, nous tremblons, nouspal- 
lissons et rougissons aux secousses de nos 
imaginations. (Mont., ëss., I. I, ch. xx, éd. 
1585.) 

— Sortir, en parlant de la sueur : 

Qui pourroit croire que des rarites et 
cavernosites de la terre tressuast tant 
grande abondance d'humeur? {Descr. du 
Nil, p. 277, ap. Léon, Descr. de l'Afr., éd. 
1556.) 



TRE 

— TrcssuanI, part, prés., qui sue, 
qui transpire : 

E lors envient chele part une damoisele 
sor .1. molt biau palefroi et il lu auques 
tresuans por chou qu'ele l'avoit trop hasté. 
{Artur, ms. Grenoble 378, f 118'.) 

Il trouva ung escuier sur ung pallefroy 
tout tressuant. (Lancelot du Lac, \" p., 
ch. XXX, éd. 1488.) 

Ja le tressuant .\tlas 
Anhele dessous sa charge. 

(JOACH. DU BELLkY, Afagn., éd. 1584.) 

— Tressue, part, passé et adj., cou- 
vert de sueur : 

Li cuens Rollanz gentement se cumbat ; 
Mais le cors ad tressuel e mull chalt. 

{Hol., 2099, Mûller.) 

De grant angoisse a la char tressuee. 

(Les'Loh., Vat. Urb. 375, f 24'.) 

Guillaume vit desatorné 
E son cheval vit tressue. 

(AVacb, Hou, 3* p. 3705, Andreseo.) 

Moult furent lor cors tressué. 

(Ben., Troie, Riebel. 375, f 83i>.) 

Li cevaus u il sist est tressues et las. 

{Houm. d'Alix., !' Il", MichelaDt.) 

Trfssué fu, soi oi chault. 

[Tristan, II, p. 120, Michel.) 
La bisse est en la fosse entrée, 
Tute anguisuse e tressuee. 

( Vie de S. Gile, 1609, A. T.) 

Tressuez est vostre chevaus. 
(Du Manlel mautaillir. 144, Moataigloo et Ravnaod, 
Fabl., m, 6.) 

Norm., tressuer, transpirer, suer a- 
bondamment. 

TREST.\xT, -tent, adv., tant, autant : 

Se le truant mentoit, que trestanf le batroient 
Que jusques a un an les costes li deudroient. 
(CnnESTiEN, Dit de GuilL, ap. Michel, Citron. Angio- 
Norm., III, 187.) 

Le piéton le roi, dont trestant 
A derrier les chars en est;int. 
Qui sanz riens faire se retard<^nt. 
Les tentes des Flamens esgardeiit 
Ou ore a moult biens et richeces. 
(GuiART, Roy. Lingn., 20999, W. et D.) 

Ce fol va querant 
Ce que le monde het trestanf. 
(Vers 1400, le Songe véritable, dans Mém, Soc. hist. 
de Paris. XVII, 237.) 

Chascun ambule en sa vocacion. 
Et soit contient 
De son mestier, sans embrasser trestant. 
(Martial de Paris, Vig. de Charl. VU, sign. H 
Tin V», éd. 1493.) 

Vous sçavez bien que par les principauli 
De la cité se font treslanf de inaulx 
Que langue a peu le sçauroit recenser. 
(Ad. des apost., vol. I, (' 67', éd. 1537.) 

Vous parlez de ce métal, et voulez qu'on 
l'ait en recommandation, pourquoy? il 
nous cause si trestant de maux. (Cholieres, 
Matinées, p. 19, éd. 1585.) 

— Tout, tout à fait : 

C'un trestent seul ne s'en esquippe. 
(G. GuiART, Roy. Lingn., 12823, W. et D.) 

TRESTELET, S. m., dim. de tréteau : 



TRE 



TRE 



TRE 



63 



Lî pé li suDt au clos aers, 

Les meins li sunt e ineins e pez, 

A trestelez s'est apuiez. 

{5. Edward le conf., 3994, Laard.) 

TRESTEMENT, VOÎr TRAITEMENT. 

TRESTEMPERÉ. adj., modéré ! 

En le tenant entre les palmes des mains 
(jui sont de chaleur trestemperee et en l'es- 
chaufant de son aleine. {Àiector, f* 71 r*", 
éd. 1560.) 

TRESTIEL, voir TrESTEL. 

TRESTis, voir Traitis. 

TRESTOR, -oi(r, -«;% -»/7i, s. m., dé- 
tour, empêchement : 

Tant errèrent sains nus tresiors 
Qu'il arivent en Romenie. 

[Parton.f 318, Crapelet.) 

Apres se r'est mis el retor ; 
Onques n'i vout luetre frestor. 
Tout si corne il vint ne ala, 
Tant que son ostel aproisma 
Si près coma a unejornee. 
{Du Provost a l'aumuche, 31, Montaiglon. Fabl., I, 
113.) 

— Chemin détourné : 

Devant chevauche ; n'i a guez ne trestour 

Que bien ne sache. 

(IIbrb. Leduc, Fouîq. de Cand., p. 131, Tarbé.) 

Ci! l'en mena en .i. tresfor en sus de la 
voie. (Vie et mir. de plus. s. confess.y Maz. 
1716, r52\) 

— Action de tourner : 

Par lundi e nuit e jurn 
En la ro sui en tresturn. 

[S. Bmndan, 1354, Michel.) 

— Action de se tourner, de se re- 
tourner : 

Quar cum aloit par cel eslur. 
Uns archiers li vint al frestur. 

{Brut, ms. Muiùeb, 2379, VoUmOUer.) 

A chescun seir fis mun trestur, 
Ke nuls ne sout ke jo devine, 
Cum veneur ça m'en revinc. 
(Hues DB RoTELANDE, //)0'*(e'/o;i, 6632, Kûlbiog et Ko- 
scbwid.) 

Par celé fei qu« jo vos dei, 
Ja n'i avra point de desrei, 
Ja n'i avra un trestor fait, 
Jusque nos veon noslre aguaii. 

[Rom, de Thèbes, 8677, A. T.) 

A un irestor que il lur Est 
Plus de Iresze lur en occist. 

[Beh., D. de Xorm., II, 863, Michel,) 

A un frfstor ocit Fares, 
Et a un aulre Marroes ; 
Al Uerc tresfor fort s'ademet, 
Si lor ocit le bel Sauret. 

{Parton.,îîi9, Crapelet.) 

Chascuns tenoit le bon branc de color, 
N'i ot si grant Alemant traiter. 
S'un d'aus le fierl sor l'ianme paint a ilor, 
Qu'il ne Tocie sanz nul autre trestor. 

{Aymeri de I\'arbvnne, 2895, A. T.) 

— Tour d'adresse, ruse, finesse : 

Par fei, tu es de tel aage 

Que tu deis bien saveir d'amors 



Et les engins et les trestors 
Et les reguarz et les cligniers. 

{Eneas, 7878, SalverJa de Grave.) 

A son signor est repairies, 
Qui del sens est moult desvoiies, 
C'amors li mostre de ses tors, 
Vers li ne puet valoir trestors 
Que il n'en face son plaisir ; 
L'un fait doloir, l'autre joir. 

(Bes., Troie, Ricliel. 375, f lOÎ*».) 

Set bien de famés les trestors^ 
Car il descovre bien lor mors 
Et lor nature. 
[De liichaut, 694, ap. Mùod, .V. Bec, 1, 59.) luipr. : 
tris tors. 

Engiens et Irestors 
A feme tos jors. 
(Ersous m Vielle, Bom. et Past., lïl, 7, 46, 
Bartscb.) 

— Retard, délai, faute, cessation : 

Ne li abes n'en nuit ne jurn 
Des ureisuns ne fait trestnrn 
De ci que Deus li enveiat 
Le angel del cel qui l'aveial. 

{S. Brundan, 137, Micbel.) 
Mais des conseiz, senz nul trestor. 
Vos en durrai je le meillor. 
(Ben-, D. de Xurm., II, 1804ft, Micbel.) 

Et li serghans tout sans trestour 
De la maison s'en descendi. 

[Sept Saiji's, 3157, Keller.) 

Quantooient soner liondin, sans nul trestor, 
Estoient en esfroi li grant et li mener. 
{Ben. de Montaub., p. 259, 27, .Micbelaot.) 

Dedanz se fièrent li baron sanz trestor. 
Fors seul Hugon, le hardi pongneor. 

{Aymeri de Xarbon7ie, 2931, À. T.) 

Ce lor mande la damoisele. 
Lors i viennent tôt sans trestor. 

{Blancand., 4716, MicheUnt.) 

— Figure de danse : 

Devant le dame a fait le jour 
Maint est. impie et maint trestour. 
(Gaut. d'Arbas, Erarle, 3488, LOseth.) 

En alant 
Ont fait maint trestor 

Et entor 
Entracoler el balant. 
(Robert de Rains, ap. Tarbé, Chansonn. de Champ.j 
p. 104.) 

TRESTOR\.4BLE, a'ij.. qui 86 toume, 
qui tourne : 

Cil glaives si est Ions et lez, 
TrestornahlfS est apelez, 
Quar il tornoye et si s'esmout 
Si que nus ens entrer ne peut. 
(Macê de la Coarité, Bible^ Richel. 401, f S»».) 

TRESTORAE, S. f., actîon de détour- 
ner; fîg., action d*esqui ver; savoir de la 
trestorne., être très habile à esquiver un 
danger : 

De grant folie s'entremet. 

Car moult sai^ra de la trestorne 

S'il sans damaigc s'en retorne. 

{Ben., Cliabaille, SuppL, p. 115.) 

TRESTORXEE, tvestournee^ tresturnee, 
s. f. , action de se tourner : 

An sa trestornee 
De fer trenchant le fiert sor la large dorée. 

{G. de MongL, Vat. Cbr. Ibl7, f" 11».) 
Aucuns d'eus font hydeuses moes 
Quant il sentent l'aciec es joes. 



Qu'en leur abat la par granz ires 
A trestournees et a vires. 
(GuiART, Boy. linyn., 17349. \V. et D.) 

— Détour, chemin détourné : 

Les voies et les trestoruees 
Lor a Hubers bien devisoes. 

(Wace, Bou, Ricbel. 375, f" IÎ6«.) 

— Endroit écarté : 

Tu feras en l'arctie une fenestre. el si t 
feras chambres et trestornees. {Bible, Ri- 
chel. 899, r* o\) 

— Changement : 

Des trestnrnees de ces nuns, 
E des gestes dunt nus parluns, 
Poi u nient seussum dire, 
Si l'um nés eust fet escrire. 

(Wace, Rou, 3« p., SI, .\Ddre3eD.) 

Des trestornees de ces noms. 

(Id-, ïÔ-, Ricbel. 375, f» 2I9^) 

Li hauberc qui fu treslornez 
E pois me rest a dreit donez 
Seneiie la trestornee 
De la chose qui iert muée. 

(Id., ib., 7545.) 

TRESTORXEMEXT, treslour., S. m., 
action d'éviter, d'échapper : 

Chil qui ne pot issir de la sale erroment 
Fu mort et découpé sans [nul| recouvrement, 
Que Do fiert de l'espee si trez menuement 
Que nul n'i puet avoir nisun trestour nement. 
[Doon de Mnience. 9S99, A. P.) 

— Bouleversement : 

Qui devroit espérer que en si grant très- 
tournement et variabletè rien peust estre 
ferme et durable? (J. UAihis, Rem. de fort.^ 
Ars. -2671, f 24 r^) 

TRESTOR-XER. /re5/rtî//'.,;;*es^^</'., tras- 
iorner^ verbe. 

— Act. , tourner tout à fait, retourner : 

Atant trestorne le destrier sejorné. 

(iesioA-, Ars.3143, f» 24'.) 

Lors a son cheval trestorne. 
Si s'an va plus tost que il puet. 

(Chbestibn, Erei\ 4572, Foerater.) 

Son boen hauberc fist demander, 
Sor ses bras l'a uns hoem levé. 
Devant le Duc l'a aporté, 
Mais al lever l'a trestorne . 

(Wace, iiow, 3' p., IxiVi., Acdresen.) 

Deux, tu as trestout treslornei 
Tout son lit en enfermetei. 
{Psaut., XL, ap. Micbel, lib. psalm., p. 289.) 

A Dex ! dist la ducheisse, je ne puis esguarder ! 
Devers saint Oriant a son chef trestorne- 

{Parise, 565, A. P.) 

La cuignie trestourne, s'a le cheval féru. 

{Gaufrey, 3230, A. P.) 

Il li ai trestourne le destrié Arabi. 
Vet ferir le paien desoz son escu bis. 

{Floov., 1735, A. P.) 

Et nus veismes l'angele cum faiterement 
il tresturnat la piere del sépulcre. (Ms. 
Brit. mus. Egerton 613, 1" 14'.) 

— Changer, altérer : 

Dex ! com est tost mues 
Mes corages et trestornes ! 

(Chbest., Percev., 22335, Potvin.) 



64 



TRE 



TRE 



TRE 



Sire, issi le crei, eisi Tentent, 
Cum jeo l't'ai dit veraiement 
Seoz deceveir e ?enz fausser 
£ senz paroles trestorner. 

(Bej., D. de Korm.. Il, 1791, Michel.) 

N'a si félon home en la cort 
Qui de pitié por aus ne plort. 
Moult volenliers dont trettforna$se)>i 
Le jugement, se il osassent. 
[Flaire et Blanceftor, i" vers., 2631, Du Méril.) 

Quant nostre sires avra trestornee la che- 
tivelé de son peuple en joie. (Psaut., Maz. 
bS, C 64 r°.) 

Il est cil qui trestorna la mer en terre 
sèche quant pueples Israël passa la roge 
mer. (/*.. P 75 v°.) 

Tu ne recevras pas dons, car il avuglent 
les sages, et tresiornent les paroles des 
justes. (Bible, Ricliel. 899, P 43\) 

Les costumes qui sont amenées en la 
grevance des églises el des princes ne doi- 
vent pas eslre gardées, mes trestoniees. (P. 
DE Font., Conseil, Append., p. 494, Jlarnier.) 

— Détourner, écarter : 

Quant nostre sires avrn Inslomee la che- 
tiveté de son pueple lors s'esleccera Jacob 
et s'esjouira Israël. (Psaut., Maz. 58, f 20 
T".) Lat., cum averterit dominus caplivi- 
tatem plebis sue. 

— Débarrasser : 

Apres li prie a moult grans plors 
Qu'il le trestort de teus dolors. 

{Parton., 43i)9, Crapelet.) 

— Renverser, précipiter : 

pleine sa hanste el camp mort le tresturnet, 
[Bol., Ii87, Mûller.) 

Meint houme par aventure 
Et riches saunz mesure 
Sour touz cens de sa rue ; 
Mes puis li court soure 
Aventure en poi de txoure, 
Qui de ceo le trestourne. 
(Prov. del vilain, dans Lcr. de Lincy, Liv. des prov. 
fr., t. II, p. 463.) 

Mort le tresturtie del destrier espaneîs. 

(Otiiiel, 835, A. P.) 

Mort le fyesturne en miliu d'un sentier. 
(/*., 928.) 

Ores regardez comment il départ les 
grant presses, voyez le treslourner et con- 
fondre ceulx qu'il rencontre. (Gérard de 
Neoers, II, .\x, éd. 1520.) 

Si que abatu celuy vain apareil des en- 
nemys la ou ilz vindrent jusques aux ar- 
mes ilz tantost Irestournereni et desconfi- 
renl leurs tentes. (Prem. vol. des gi-ans déc. 
de TU. Liv., (' 116% éd. 1530.) 

— Forcer à se retourner, faire fuir : 

En Ireslournant mon anemi arrière. 
(Psaut., Maz. 58, f"> 13 v°.) 

— Détourner, empêcher : 

Geste chose contredeissent 
Jebanz, Gliges et Thessala, 
Meis tuit cil qui estoient la 
Lor poissent a mal torner, 
S'il le vossissent trestorner. 

(CuREST., Ctig., 5926, Foersler.) 

Ço saciez vos, ja n'en parlasse. 
Ne ja la pais ne trestornasse. 

(Wace, Hou, 3° p., 7305, AnJreseD.) 



Por trestot sun trésor ncl poreit trestorner. 
[Serm. de Guich. de BeauUeu, p. 18, Techener.) 

La guerre d'Estrurie qui se aggravoitde 
jour en jour Irestourna le Sénat de ycelles 
cures. (Prem. vol. des grans dec. de Tit. 
Liv., f° 162% éd. 1530.) 

— Détruire, supprimer : 

Et toutes autres coses fausses trestour- 
nees et faus tonlius, fausses coustumes mi- 
ses hors. (1210, Charte, Comtes d'Artois, 
36, Arch. Pas-de-Calais.) 

Trestornent le droit de lor non. 
(RoB. DE Blois, Poés.,.'L\s. 5201, f» 2r'.) 

— Détourner, cacher : 

Ki chastel ont bien le ferma. 
Ri aveir ont. .sil tresiurna. 

(Wace, Rou, 1781, Andresen.) 

Cen que chescun aveir en pout 
A trestorné au mielz qu'il sont. 
(GuiLL. DE Sâcst Pair, Mont Saint-Michel, 1781, Mi- 
chel.) 

— Contrarier : 

Tant est Alixandres orgillous et doutes 
Que tantos qu'il sera de Daire tresfomes 
Sempres venra sor lui, ja n'en ert arestes. 

{Boum. d'Alix., !• 41'', Hichelant.) 

— Réfl., se détourner: 

Cume ço vit David, une partie tresturnad. 
(Quai. liv. des Rois, p. 70, Ler. de Lincy.) 
Lat. : declinavit. 

— Se retourner : 

L'amirans se trestourne courecies et ires. 

(Fierabras, 2701, A. P.) 

— S'éloigner, partir : 

A Fescarap out une abeie, 
Nonains i out, si l'unt guerpie ; 
Pur les paien(s) se trest limèrent. 
{Wace, Bou, 1^* p., 326, Andresen.) 

— Se treslourner que, éviter de : 

Pur (;o se tresturnerent que il n'entras- 
sent al jur, en la cited. (Quat. liv. des Rois, 
p. 190, Ler. de Lincy.) Lat. : Ileclinavit 
populus in die illa ingredi civitalem. 

— Neut., retourner, revenir : 

Dei volait an tel leu venir et trestorner, 
Que vos puissiez a joie vos garison trover I 

(Parise, 745, A. P.) 

— Changer : 

Groignes si fait tout trestorner 
Les biens et Pelis les retrait. 
(De Grongnet et de Petit, 60, Montaigloo et Rayn., 
Fabl., III, 32.) 

— Fuir, disparaître : 

l'iuseiirs firent cestui Enguerran de ses 
ieux //'es/oHcne/- et disparoir. (Grand. Cron. 
de France. Phelippe le Bel, LXXIV, P. 
Paris.) 

— Tourner le dos à l'ennemi, s'en- 
fuir, échapper : 

Nos sommes ci emmi le sien pais. 
Ne li porrons trestorner ne guenchir. 
(Garin le Loh., 2" chans., XII, p. 217, P. Pari».) 



Puisque [je] voi Franchois fuir et irestour- 

[ner. 
(Fierabras, 219, A. P.) 

— Se retourner pour lutter : 

Bien sot ferir d'espee et de lance joster ; 
Et, se il fu mesliers, gainchir et trestorner. 

(J. BoD., les Saisnes, CCXLIII, Michel.) 

Tout maintenant sont en fuie torné. 
Que puis n'i ot gauchi ne trestorné. 

(Aymeri de Karb., 4308, A. T.) 

El quant veoit son point et son lieu si 
se laisse guenchir et trestorner entre ses 
anemis et en fiert el abat quant qu'il alainl. 
(Artur, ms. Grenoble 378, f» 65%) 

(Le chevalier) ne puet plus endurer ne 
sousfrir, ains li convient a guenchir et a 
trestourner encontre l'espee. (Merlin, II, 88, 
A. T.) 

— Jà nen ert trestorné, rien ne 
pourra l'empêcher, il n'y sera pas mis 
obstacle : 

Chil fera la bataille, Ja tien ert trentorné. 

(Elle de Saint Gille, 2145, A. T.) 

Aigrement asserai, Ja nen ei't trestorné. 
Le chastel abatrai et tote la cité. 

(Benaud de Montauban, Richel. 24387, f 1.) 

Fille, dist l'amirans, or aves bien parlé 
Ensi sera il fait, Ja nen ert trestourne. 

(Fierabras, 2724, A. P.) 

Par ceste barbe, Ja n'ieri plus trestorné. 
Que ge n'en face ce c'avez devisé. 

(Aymeri de Narb., 3583, A. T.) 

... Ja non ert irastornê, 
II saissist .i. baston qui devant ert quarez, 

(Parise. 260, A. P.) 

Sire, dit li traîtres, Dex en set mon pensé. 
Puis dit entre ses denz coiement, a celé : 
Recreanz me ferai, Ja nen îert irastornê. 
Qui quant poit ne cui non, j'en serai rechetez. 

(Jb., 556.) 
TRESTOUR, voir Trestor. 

TRESTRE, voir Trastrr. 

TRESTREMBLER, -treubler, -tram- 
bler, tranbler, v. n., trembler violem- 
ment, de crainte ou de colère : 

De pour li cuilverz trestremhlè, 

Fremist, mue colors sovent. 

(Ben., D. de Norm., II, 12380, Michel.) 

Acasius mue la color. 

D'ire trestramble et do dolor, 

El chief li alument li euill. 

(iD., Troie, Ati. 3314, {• 184".) 

A cest mot li cuers li trestranhle. 
(Afre pcr., Richel. 216S, f 4''; Herrig, p. 153, T. 
502.) 

Gavains de mautalent treitranble, 
Si est tantost en pies saillis. 

;/*., f» 9>; llerris, p. 131, T. 1294.) 

Mais si fort de paor trestranhle. 
(Du Prestre et de la dame, 61, Montaigl. et Raya., 
Fabl., H, 237.) 

Li cors d'angoisse li trestremble. 
(Le court MoJitel, 564, Wulf, Bom.. XIV, p. 372.) 

TRESTRoi'BLER, V. a., troubler pro- 
fondément : 

Les ennemys furent trestroublez par la 
tumulte des chelil'z qui leur eschapperent 



TRE 



TRE 



TRE 



63 



et deslierenl les ungs les autres. (Prem. 
vol. des grans déc. de TU. Liv., f 162', éd. 
1530.) 

TRESTfEU, V. a., tuer, épuiser : 

Amours trop œe fresfue. 
[Chans. du xiii* siècle, f" 385, ap. Ste-Pol.) 

TRESTUR. -turn, voir Trestor. 

TRESTUTPOAivT, adj., tout-puissant : 

Treslulpoant est li Père, frestulpoant li 
Filz, treslulpoant li Sainz Espiriz. {Credo, 
V. 13, ap. Michel, Lib. psaltn., Oxf., p. 256.) 

TRESUEL, voir TlERQUEL 2. 

TRESUER, voir Tressuer. 
TRESVASÉ, adj., débordant : 

O pris qui fais Pâme amuie 
El tresvasee et esbahie. 
Quant tu l'atrais a ti doubler. 
[Dits de l'ame. A, str. 30, Beckmann, Zeitschr. f. 
Tom. Pkil.. XIII, 65.) 

Queque ses cuers est tresvasez 
De la clarté qu'ele a veue. 
(G. DB CoiNCi, .1/ir., nis Soiss., f" 195=; Poquet, col. 
Î68.) 

Donc a le cuer si embrasé. 
Souvent le voit si tresvasét 
Que toute en est esprise d'ire. 
[Id., de l'Emper. t^ui garda sa chasteé. Richel. 23111, 
f" 255".) 

TRESVEMR, V. n., Venir, arriver: 

Hurlent les cors et les visages, 
Lor ceval n'orent pas ombrage, 
Ains se fresrienent moult de près. 

(AWiis, Ricliel. 375, (' 154'.) 

Et il tresvint devant la porte 
S. Acueil, une prioré. 
[Des .11. chevaus.Dt, Montaiglon. Fal/l., 1, 155.) 

TREsviDÉ, Ireswuidié, adj ., dépourvu : 

Maiz tu es sy oultrecuidié 
Et de tout bien sy treswnidi^ 
Que tu n'y vises ne regardes. 
{Vers 1400, If Son<ie véritable, dans Méra. Soc. Ilist. 
de Paris, .VVll, "i98.) 

TBESviRER, V. a., faire tourner : 

Perlonopeus nel veut ochire, 
Et l'escu et le cors treevire^ 
Le ceval Sert en mi le front, 
L'uns et l'autre ciel en un mont. 

(Rom. de Thèbes, Richel. 375, f" 64^) 

TRESvoER, V. a., célébrer: 

Sire, mains gentius hom seoit ier sor la roe. 
Qui por le vostre mort est ceus en le boe, 
Li vostre grans proecce que tous li mons tresvoe. 
Est plus ticie en terre que li tiers dune boe. 
(Roum. d'Alix., f" SO"", Micbelant.) 

TRESvoiR, trcv., V. a., entrevoir, 
apercevoir : 

Eis lors, lantost quant le trevist. 
Soudement trestot li fuit 
Sis sancs. 
(AsGEB, Dial. de S. Creg., 57, P. Meyer, Rec, p. 
341.) 

Regardai iluec jusqu'à tant 
C'une dame bien enseignie 
Me Iresvit. 

(Rose, 782, Méon.) 

Do ce pesant fardeau, ma pauvre ame délivre 
Qui marcbant a tastons par la sombre obscurlé 



De la nuit corporelle aspire a la clarté, 
L'appréhende et freroit, et si ne la peut suivre. 

{Chassignet, Mespris de la vie, cccciii. éi. 1594.) 

Comtois, trei'oer, entrevoir, Suisse 
rom., iravii, partie, passé, entrevu. 

TRESvoLER, V. n., voler au delà : 

Celés panses ke vienent ausi cum par 
defors et ke se départent et tresvolent. (Li 
Epislle saint Bernard a Mont Deu, ms. Ver- 
dun 72, r 1-20 V.) 

TREswuiDiÉ, voir Tresvidé. 

TRETOiiEOR, -cfiew, voir Tricheur. 

TRETIER, voir Tr.\1TIER. 

TRETiEi'R, voir Traitieor. 

1. TRETirv, voir Tr.\iti.n. 

2. TRETi:v, s. m., menue paille : 

Pour .11°. d'estrain parmi le paille et le 
tretin, .xxnii. s. (5 juill. 1350, Ejc. test. Ca- 
melin de Blandaing, .\rch. Tournai.) 

Pic, Norm., Vallée d'Yères, Rouchi, 
trailin, tretin, botte faite avec la paille 
qui reste après le glanage, gerbe bat- 
tue, paille menue pour les moutons. 

TRETis, -iz, voir Trahis. 

TRETMAIVGER, S. m. ? 

Une eseuelle de Iretmanger. (.xV s., Sta- 
tuts de l'alili. de D^ids, dans Mél. d'arch. et 
d'Iiist. de VEcole de Borne, 1888, p. 23.) 

TRETOiv, voir Troton. 

TRETROSEL, voir Tertbecel au Sup- 
plément. 

TRETTic, voir Traitis. 

TRETTIEME.\T, VOir TraITIEMENT. 
TRETTIEIR, VOir TrAITIEOR. 

TREU, Ireud. treut, threu,treheu, -hu, 
trehitt, trait, trahit, tregut, truud, trou, 
s. m, redevance, impôt, tribut, taxe, cor- 
vée, toute espèce de droit seigneurial : 

De Guenelun atent li reis nuveles 
E le ireud d'Espaigne la grant terre. 

[Roi., 665, MùUer.) 

E rendid chevage e treud. {Rois, p. 148, 
Ler. de Lincy.) 

Moab lui fud obeissnt et truud rendant. 
(«., p. 146.) 

Or, avant, crestiien I le treu vous faut payer. 
{Chev. au cygne, 24542, ReifF.) 

Le treut nous aporteront. 

(Florimont, Richel. 792, f 4'.) 

Il met les rois en sa prison ; 
Reançon et treu demande. 

[Dolop., 384, Bibl. eli.) 

Quant il furent venu, si lor demande et prie 
Qu'il fera de Karlon qui trau ne rant mie. 
[hauts faits des douze pairs de France en Perse, 
Richel. 368, f 140'.) 



Nus n'i entre de nule part 
Matin ne seir, ne tost ne tart, 
Qui a cestes treu ne rende. 
Ou ne lor face grant oITrende. 

(Besant de Dieu, 1967, Martin.) 

Geste besoigne n'est pas de trehu ne de 
paage. (Brun. L.^t., Très., p. 512, Chabaille.) 

(luanl H rois les cl de ce tlireu charchiez. 
[Chron. de S. Den., ms. Ste-Gen., f° 105".) 

Et se ce ne vous plet a faire, si le faites 
acquiter du treu que il doit a l'Ospital et 
au Temple. (Joinv.,8. Louis, p. 136, Michel.) 

Baillé en fief... le travers et le trou du 
moulin Beucolin. (1293, Arch. 217, Gisors 
•20.) 

Car il nous esconvient aler 
Jusqu'en la ville, ou je fui nez, 
A ce que li treuz paiez 
Soit de nous. 
{Miracles de Notre-Dame, l, 5, 5, .\ .T.) 

Ches .II. roys orent grant guerres en- 
sembles, et dure et long, et orent mult de 
batailles; et la cause si astoit que li uns 
l'autre volloit mettre en tregut. (J. d'Ou- 
TREM., Mijreur des Itistors, I, 24, Chron. 
belg.) 

Censives, péages, trau(e)s et coustumes. 
(Mai 1400, Don. au roi par L. Il du duch. de 
Bourb., Hibl. Besançon.) 

A lui payer certain trehul qu'il disoit a 
lui estre deu a cause de son office de ba- 
dellage de ladite église. (1420, Reg. consul, 
de Lyon, I, 271, Giiigue.) 

A qui vous deves tregut, pâlies tregut. 
(xV s.. Sermon pour le XXIII" dimenche 
après le Triniteit, ms. Valenciennes 119.) 

Paie en ay l'aquitement 
Et délivré tout quitement, 
Et le rachat par le trahn 
De mort que j'ai souffert et heu. 
(Resurr. N.-Seig., Jubin., Myst., II. 339.) 

— Fig., comme tribut : 

Et puis le prist une fièvre ague dont il 
acoucha du tout au lit, et senti bien qu'il 
devoit paier le treu de nature. (Grand. 
Cron. de France, Saint Loys, CXIV, P. 
Paris.) 

Quant si bien les voussirent de leur propre ranter 
Or avint qu'il convint eulz paier le treku 
Que li autre ont paie qui devant sont heu, 
C'est li treud de la mort que nulz ne puel fuir. 
{Gir. de Ross., 59S9, llignard.) 

Ja estoit venu Boucicaut en l'aage et au 
temps que amour naturellement a cous- 
tume de prendre le treu et la paye de tous 
jeunes nobles courages. {Liv. des faicts du 
rnareschal de Boucicaut, \" p., ch. viii. Mi- 
chaud. 1 

Ha I Mort, pour quoy [donc] ne me pars 

En mille pars 
Pour poyer les treheus et sens? 

(Rondeaux du xv" s., p. 57, A. T.) 

TREVAGE, truage, truaige, Irieuage, 
treusage, treussaige, trehusaige, trau- 
sage, troiiaige, treu/flage, treillage, s. 
m., syn. de Ireu : 

Qant a Mehort fis la bataille 
En l'ile, ou fui menez a nage, 
Por desfandre lo treuffage 
Que cil dévoient de la terre. 

(Tristan. I, 219, Michel.) 

De mer metoient le pori et le passage 
Et de la terre le maislre guionage, 
Et de Geronde le maislre treuage. 

(Les Loh., ms. Berne 113, f 5".) 



T. viir. 



66 



TRE 



TRE 



TRE 



Il a celui mandé qui se iyieuage prent. 

l^Chev. COL Cygne, 500Î, Reiff.) 

Il 11 a dit par mortel traison ; 
Renoars sire, entrez en mon dromon, 
Ensemble o vos tuit vostre compaigQon : 
Le treuage volentiers vus dorron, 
De tôt en lot vostre plesir feron. 
{Batallie de Loquifer. Bichel. 368, i' 218=.) 

Chascuns an voloil, par usage, 
De sa terre le tfattsage. 

[Florimont, Ricbel. 333, i' T.) 

Nous demandent le treuage 

{Ib., flichel. 792, l' 13=.) 

... Treusage. 

{Ih., Riehel. 1376, f 22'.) 

... Treussaige, 
[Ib.. Bichel. 15101, f» 27'.) 

Por prendre son image droit a la nef ala. 
(Dit de Guill. d'.inylel., Brit. Mus., àdd. Ib606, f 
150^) 

.XII. chastel i donent treusage. 
(He»b. Leduc, Foutq. de Cand., p. 42, Tarbé.) 

Par moult grant treuage en cest pais manon, 
Por nos âmes sauver grans paines i soufron. 
(C/ians. d'Antioche, I, 186, P. Paris.) 

Tout si baron sans avoir cuer folage 
Vous serviront, d'iaus ares grant trieuage. 
(AilfteroJl, 2S7, Graf.) 

Le treusage vos convanrait paier 
De cest avoir que portent li somier. 
(BtBTEAKDDE Bae-sl'r-.Vube, Girard de Viane, p. 8, 

Tarbé.) 
Ainz perderont, ce dicnt. honor et héritage 
Q'il jamais le servent a jor de lor aage, 
.\inz aura de Herupe receu treusage. 

[3. BOD., les Saisnes, .V,XXVII, Michel.) 

Quant il li a cel treusage 
Rendu, comme ce qui suen est. 
(GuilL., Best, dil'in, 1476, De Bievre, Hippeau.) 

Et qu'il lui esluet ce passaige 
Passer et paier son truatge. 

(Jeb. de Meusg, Très., 1326, Méon.) 

Comment deis lu donc moi estre si mellait. 
Quant en humilité saluai les messaiges 
De Dieu qui de la mort nuncent les trehusaiges ? 
[Gir. de Ross., 2810, Mignard.) 

Si fu ordiné, par gênerai conseil des ba- 
rons et des gentilshomes et lieves cjui te- 
noient leurs terres en la chastellanie, 
ycelles qui paioient le treuage aux Grex, que 
tout cellui treuage que li Grec prenoienl se 
deusl doner et paier au Cliaslel Nuef. (Liv. 
de la coiiq. de la Morée, p. 387, Buchon.) 

Se tu ne sces gaaignier et tu n'as a lever 
truage ou renites, 1res bonne chose est es- 
pergnier. {J. de Salisb. PoUcral., Riehel. 
24287, r 89".) 

Si seroit ce chose impossible 
De trouver paix en mariage 
Sans payer le charnel truage. 
(J. Le Feïbe, Mallieulus, II, 368. Tricotel.) 

Ne paieront aucuns paiages, travers, 
chaucies ou treulages a aucuns de nos 
subges. (18 juin. 1372, Ord., V, 494.) 

Moulins, estangs, rivières, vignes, paa- 
ges, Iruaitjes et autres possessions. (1381, 
Titres de la maison d'Anjou, Arch. P 1352, 
pièce 48.) 

Payer me faull le Iruaige de la mort. 
[Chron. de Du Guesc., p. 4Ki, Michel.) 

Ledit empereur demandoit trieuage au 
roy. (DUQUESNE, Hist. de J. d'Avesn., Ars. 
5208, f 15 v".) 

f tenu de l'abbesse de la Trinité par 



le prevol de Xieul a cent sous de devoir... 
et trois sous de truage querables une fois 
l'an. (1384, Terrier de la Trinité, f°' 113 et 
117, Arch. Vienne.) 

Et a Saintonge n'avoit pu passer fors a 
grant dangier et a truage. (Froiss., Citron., 
Riehel. 2644, f» 216 v°.) 

Peaiges, trouaiges et acquitz. (Janv. 1445, 
Arch. miin. Orléans, ap. Manlellier, Afarc/i. 
fréq., II, 13.) 

Syre, ce disent ces caphars. 
Si vous ne bruslez ces maslins. 
Vous serez un de ces matins 
Sans tribut, taille, ne truage. 
(Cl. Mar., 2« Episire du Coi/ a l'asiie, p. 204, éd. 
1596.) 

Helas cruel Pluton ! puis que la sale obscure 

Rei.oit de tout quartier 
Tout ce qui est au monde, et que de la nature 

Tu es seul héritier. 
Et qu'on ne peut frauder le dernier truage 

De ton port odieux. 
Tu devois pour le moins !uy prester d'avantage 

L'usufruit de nos cieui. 
(P. Roas., Epitaplies,OEai., p. 863, éd. 1584.) 

TREUBLE, voir TrEBLE. 

TREUBLEl'R, Voir TrUBLEUR. 

TREUCHEL'R, Voir TRICHliOR. 

TREUD, voir Treu. 
TREUFEi'R, voir Trufeor. 
TREL'FFE, Voir Trufe. 
TREUFFLAGE, VOir TrEU.\GE. 
TREUFLE, voir TrUFE. 
TREL'GEUR, VOir TeRRAGEOR. 

TREUIL, voir Troil. 
TREi'iLLER, -icf, voir Troillier. 
TREiL, voir Troil. 

1. TREULAGE, VOir TrEU.\QE. 

2. TREULAGE, VOir TrOILLAOE. 
TREULLOUR, VOir TrOILLEOR. 
TREUMEE, S. f. ? 

Une treumee qui est ou chaussepiéd'icelle 
tour. (1400-1402, Compt. de Girart Goussarl, 
fortification, .XLVIII, Arch. mun. Orléans.) 

TREUS, voir Trons. 

TREUSAGE, treussaii/i', voir Treuage. 

TREUT, voir Treu. 

1. TREUVE, s. f., sorte de plante: 

Il s'endormit sous un gros hallier meslé 
d'églantiers, houx, treuves et jasemins. (J. 
Maugin, Xoble Trisl. de Leonn., ch. LV, éd. 
1586.) 

2. TREUVE, S. ? 

Quatre dousaines de Ireuve .ii. d. (1401, 
Tarif de tonlieu, Arch. du chap. de S.-Omer 
II G 1903, n° 53.) 

3. TREUVE, voir Trl'eve. 



TREVAiLiER, -vailUer, voir Travail- 

LIER. 

TREVAL, S. m., travers; par le ti-eval, 
à travers : 

Lors icellui Guillaume s'avança par le 
treval des champs, et se meussa en une 
fosse. (1344, Arch. JJ 72, pièce 424, Duc, 
Traversia /.) 

TREVE, voir Trive. 

TREVECiEiX, adj., de la ville de 
Trêves : 

De bons et loiaus deniers Ireveciens. 
(1282, Primai de Sancy J 548, Arch. Meur- 
the.) 

TREVER, Iryver, v. n., conclure une 
trêve : 

Buiemont de Sesile, disl li rois Garsions, 
Sel voles otroier quinze jours treverons. 

(Chanson d'.intwc/ie, V, 81, P. Parij.) 

— Différer, tarder : 

Or sus, messeigneurs et amys. 
Failles trestous. je vous em prie, 
Et allons voir uoz anemis 
Plains d'orgueil et de villannie. 
11 est temps, l'eure est acomplie. 
Que nul n'en diffère ne tryve. 
[Mystère du siège d'Orléans, 12159, Guessard.) 

TREVERSAiiv, voir TraVERSaIN. 

TREVERSAIVT, VOir TRAVERSANT. 
TREVERSIER, VOir TraYERSIER. 

TREVESAix, -i'eMa!n,voir Traversain. 
TREVisAiiv, adj., de Trévise : 

Y avoit un tiers couché en mesme lit, 
qui dançoil la dance trenii-aine avec sa 
femme. (B. Desper., Noui'. recréât., du bon 
yvrongne Janicot, & 206 r", éd. 1572.) 

TREVOiR, voir Tresvoir. 

TREVOYE, s. f. ? 

Quant le souldan a veu que nostre roy 
ne luy a voulu accorder sa lille, il luy a 
envoyé la trevoye avecques une delliance. 
(J. d'Arras, Melus., p. 135, Bibl. elz.) 

TREvou, s. m., carrefour où se réu- 
nissent trois ou plusieurs chemins : 

Premièrement a esté planté une borne 
de pierre au (;-eîJOU de la Maladiere. (Traité 
du xvi" siècle entre l'abbé d'.iinay et Guill. 
de Lissieu, ap. Péricaud, Notice sur Pierre 
de Savoie, archevêque de Lyon.) 

Lyonn., Forez., treyvou, Bugiste, 
treyvo, Dauphinois, Iriavo. 

Cf. Treive. 

TREZAiiv, voir Treisain. 

TREZEAU, -se/, voir Tresel. 

TREZEiviER, voir Treisenier. 

TREZERiE, -zorie, voir Tresorie. 

TREZPERCHIER, VOir TrESPEHCIER. 



TRI 



TRI 



TRI 



67 



TRiACLE, S. m., animal fabuleux qui 
passait pour fournir un des éléments 
de la thériaque : 

Li triades si est une besle coranz. 
Douce est el debonere et mu!t soef flerans. 
De Triade et de venin, Jab., I^ouv. Iï''c. de contes, 
1,360.) 

Ne savez qu'est triade auquant, si com je cuit, 
C'est une boslelete ou mult a de déduit ; 
Mes tant het le venin que tout ades le fuit. 

("■■) 

Cf. Thériaque au Complément. 

TRiACLERiE, S. f., Commerce de thé- 
riaque : 

Pseudonianllianon, Iressavant maistre 
es ars de sa profession, qui estoient ma- 
gie, cabale, modicastrie, triaclerie.(Alecior, 
f 35 V et 36 r°, éd. 1530.) 

TBIACLEUR, Uracleur, (heriacleur, 
s. m., vendeur de thériaque, charlatan, 
saltimbanque, trompeur : 

Des mires el liracleurs. (1409, Req. aux 
public, Arch. Tournai.) 

Maistre Jelian Bredas, Iriacleiir, Bou- 
longne, au proullit de le ville, pour Inju- 
rieuses el deslionnestes parolles par lui 
dictes a Willem du Gange. (6 mars 1415, 
Reg. de la loy, 1413-1425, ib.) 

Alloit veoir les basleleurs, trejectaires et 
theriaclears. (R.\B., Garg., eh. xxiv, éd. 
1542.) Var.. Ihriacleurs, Uolel. 

Tous ces beaux suffisans, dont la cour est semée. 
Ne sont que triadeurs et vendeurs de fumée. 
(Regsieb, Sat.. .\ln. 134, L. Lacoiir.) 

Norm. et Pic, trùicleii, triaqueu, 
charlatan, bateleur, saltimbanque. 

Triacleur se trouve encore dans le 
Dictionnaire de r.\cadémie, éd. de 1776. 

TRiACLEiTs, adj., qui a la vertu de 
la thériaque : 

Ne n'a puis besoing de triade ne de mé- 
decines Inaclevses. (11. de M.\ndeville, Cy- 
rurg., Uicliel. 2030, 1» 85.) 

1. TRiACLiER, S. m., syu. de Iria- 
cleur : 

Un triarlier nommé Adam le Fevre. 
(1381, Piécex relat. au règne de Cli. 17, II, 
154, Soc. Hist. de Fr.) 

Que nulz Iriaclier ne aultres ne puissent 
mettre baniere ou enseigne avant sur le 
marchiè, ne aillieurs, en la ville, ne faire 
incisions, ne donner buvrages, ne aultrez 
medechines que eulx. ne soient premiers 
examinez. (13 juin 1438, Reg. aux public, 
Arch. Tournai.) 

Qu'ilz (les prévôts et jurés) delTendenl a 
tous triacliers eslrangiers de eslapler en 
ceste ville el cité sinon les jours de mar- 
ché. (23 août 1557, ib.) 

2. TRi.ACHER, s. m., vase dans le- 
quel on renfermait la thériaque ou 
triade : 

Une boiste d'argent ou est le Iriaclier au 



duc. (1362, hw. de l'abh. de Fécamp, Arch. 
mun. Fécamp.) 

Ung Iriaclier ou reliquaire de cassidoine 
blanc, ront, a deux petites ances. (10 avr. 
13S0, Invent, du mob. de Charles V, p. 245, 
n° 2249, Labarte.) 

Un petit Iriaclier ront, d'argent blanc, 
escripl autour. (1400, Pièces relat. au règ. 
de Ch. VI, II, 326, Soc. Hist. de Fr.) 

TRi.AGE -iaige. voir Trieob. 

TRIAL, s. m., jugement sur le serment 
d'un certain nombre de jureurs : 

Trial par bataille, trial par les pers,<rîa/ 
par le pays. (St.^nford, III, chap. 1, 13, 14, 
ap. Hyxc.^Triallum el Triare.) 

TRi.AXGLE, adj., triangulaire : 

Isle que les anciens aulheurs grecz el 
latins ont dicle eslre triangle. {Perceforest, 
vol. I, ch. I, éd. 1528.) 

Semence noire el presque triangle. (Jar- 
d'n de santé, I, 219, impr. la Minerve.) 

Ung pelil pain triangle. {Ib., I, 382.) 

Trois chaisnes... comprenoienl en figure 
triangle une lame de fin or. (Rab., Cinq, 
liv., ch. XL, éd. 1564.) 

TRiAXGLER, verbe. 

— Act., rendre triangulaire : 

Qui la rondeur des tresclers dyadesmes 
Fais triangler par dangereux problesmes. 
(Oct. de s. Gel., Sej. d'tionn., f° 99 t», éd. 1519.) 

— Neutre, se diriger en formant un 
triangle : 

El d'icelluy puis en trinnglant vers deux 
petits ourmisseaux... (1431, Enqueste afu- 
ture, Arch. législ. de Reims, 1, 518, Doc. 
inéd.) 

— Triangle, part, passé et adj., trian- 
gulaire : 

En figure trianglee. (Prime de Constant., 
ms. Cambrai 1000.) 

TRiAXGLiER, adj., triangulaire : 

Car il est alpba triangliers 
Et rons simples et singuliers. 
(Cna. Legouais, Fab. d'Ou., Ars. 5069, {' 6S«.) 

Cf. TrIAN'UULIER. 

1. TRi.AA'GL'LE, S. m., fomie savante, 
triangle : 

Si comme en géométrie que de chescun 
triangule les .m. angles vallenl deux an- 
gles drois. (Ores-ME, Ètlt., C 31^ éd. 1488.) 

2. TRi.\>Gi'LE, adj., triangulaire : 

Cautère triangule. (Bhu.v de Lo.vg Borc, 
Cyi-urgie, ms. de Salis, f° 92'.) 

Nyelle est de figure triangule el a trois 
coslez. {Le grant Herbier, f 78 r°, Nyverd.j 

TRiAivGiiLER, V. a., mot savaut, don- 
ner la forme de triangle : 

Diamelrer, iriangulerf 
Quadranler etpiraraider. 
(12. déc. 1490, Fuy de l'Ecole de Hhéturique, 51" 
coDgrég., .ircii. Tournai.) 



TRiAKGUMER, Ifien., adj., mot sa- 
vant, triangulaire : 

[Diex] c'e :t li cercles trianguîiers. 
C'est li triangles circuliers. 
(floîJ, Riche!. 1373, f" 160=: ms. Corsini, l' 126*; 
.Méoo, T. 19337.) 

Je suis alpha irienguliers 

Et G simples et singulers. 

(Macé de la r.uAluiÉ, Bible, Bichel. 401, f» 214'.) 

Pierres trinngulieres. (Evrart de Contv, 
Probl. d'Arist., Richel. 210, t° 260'.) 

Cité Irianguliere (Constanlinople). (Man- 
dev., ms. Ilidol, f° 5 v°.) 

En forme Irianguliere. (CouRCY, Hist. de 
Grèce, Ars. 3689, f 193'.) 

Cf. Trianglier. 

TRi.AiVT, voir Traiant 2. 

TRiARiEX. S. m., celui qui commande 
à trois personnes : 

rHarienestoienl appelez ceux qui avoienl 
pooir sur trois. (Bers., Tit. Liv., ms. Ste- 
Gen., P 45°.) 

TRiASSAXDAH, S. m., sorte d'épice 
qui entrait dans la préparation des ra- 
goûts : 

.\dieu, friandises petites. 
Sucre, coriande, aniz. 
Girofle, gingembre, penites, 
SafTran plus luisant que verniz. 
Sucre candis pour les poussifs, 
Triassandali que on renomme, 
Poivre, galingal et massis, 
Mus, muscade et cynamome ! 
(N. DE LA Cbesnate, Condamn. de Bancquet, éd. 
1507.) 

TRiATiCQUE, adj., triennal : 

Les Boetiens el autres Grecz, el les Tra- 
ces aussi, en mémoire de celle sa conqueste 
luy instituèrent sacrifices el solemnitez 
triaticques. Acteur. Je crois que par ce il 
entend que ses testes se faisoyenl de troys 
ans en Iroys ans. {Cron. et hist. saint, et 
prof., Ars. 3515, f° 163 v°.) 

TRiBALERY, S. m., sorte de danse : 

Et nous deux, ce tamps joly. 

En destours 
Dansons le iribaîery 

De beaux tours. 
{Pastorale!, ms. Brus. 11064, 1" 12 y«.) 

TRiBALLE, S. f.. Cabaret où l'on bu- 
vait sans s'asseoir : 

Vendre (du vin) a la iribalU. 
{Quatrain du xv" s., ap. Beaurepaire, Antiq. de 
Norm..,.) 

De saint Jacques, qui comme or luyt, 
La triballe est encor en bruit. 
{Disc, sur les ptuns, Poés. fr. des iv* et ITI* s., XI, 

74.) 

Se disait encore à Rouen au xviii'^ 
siècle. 

TRiBAUDAixE, -boiidaine^ -ainne, s. f. ? 

Baudines a la grant hure, 
k'u cor contrefait la raine, 
Perchut toute la morsure 
De moi et de iribaudaîne. 
(Jehan DE Renti, CAa?w., ap. Bartsch, Rom. etpast., 
m, 41, 56.1 



68 



TRI 



TRI 



TRI 



La bergiere m*a taatost respondu ; 
Sire, vos dons De pris pais un festu ; 
Raies vos en, ke pou vos a valu 
Vostre longue trihoudainne. 
Une autre amor me demainne. 
Je n'avroie de vos cure. 

(Jake de Caubrai, Chans.,'ûi.j IH, 4S, 16.) 

Triboudaint- et triboudel ! 
Deus confonde le niusel 
Qui n'aime joie et baudor 1 
(Colis Mcset, Chaiis.j ap. Tarbé, Chansonn^ dé 
Champ., p. 90.) 

TRiBAYLLE, S. f., tribulation, peine : 

Vous prioms tous... que, considères les 
tribaylles de nostre personne... pour le re- 
couvrement de nous drovs et héritages. 
(17 cet. 1419, lelt. du roi'd'Angl., Reg. de 
la Jurade, p. 379, Bordeaux 1883.1 

TRiBi, s. m., la sarriette, plante : 

Quant a la sarielle, que les Grecs nom- 
ment thymbra, et le vulgaire tribi, il faut 
pour obtenir ce nom qu'elle soit chargée 
d'espics. (Belon, SingularUez,l,'i,èà. 1Ô53.) 

TRiBL.ATiox, S. f.. trîbulation : 

Je sui cheu en ^Ta.n[.' triblation. (Vie et 
mir. de plus. s. con/ess., Maz. 1716, f° 131°.) 

TRiBLE, voir Truble. 

TRiBLEB, Iriebler, trchler, In'ubleir, 
trubler, trivler^ Irieler. Irieleir, tn'eider, 
treiller, v. a., broyer, piler : 

Thessala trible sa poison. 

(Cbbest., Clig., 3i51, Foerster.) 

Amandes li fist tost trihler 
Et fist pour lui desgeuner 
Fere un chaudel coulei^. 
(1d., Perceml, ms. Montpellier H 219, i' 247'.) 

Asez b.itent, tribJent racines. 
Guident erbes e funt mecines. 

{Tristan, II, 1065, Michel.) 

E ki en lait la (le sapbir) volt trihler, 
Bone est pur les malanz saner. 

[Lapid. franc., A 197, Panaier.) 

Et qui le trivle avuec del lait 
Mauvois malans, oes félons saine. 

(/i., B 14S.) 

Quant tu aras toi triubleit en trestenue 
purriere, s'en metteras devant lo taber- 
nacle del tesmoing. {Moral, sur Job, dans 
Dial. Greg. lo pap., p. 305, P'oerster.) 

Dont trieblons nos les espezes en très 
tenue purriere. (/i., p. 447, Ler. de Lincy.) 

Bien savoit ke lo lin dont bom vult causil faire 
Covient mut travilhier, batre, trieleir et traire. 
{Poème moral, 312*, Cloetta.) Var., treiller. 

Ses sorz et ces cbarmes atrempre ; 
Et ces berbes trible et destrempre. 
{Dolop.. 4U1J, Bibl. elz.) Var., trivle. 

Cbaudel ne li vauroit .ii. as. 
Ne por baillier, ne por laster. 
Ne por son boivre herbes irieler. 
{Athis, i-s. 331Î, f" 19 T», col. 1.) Var. : Poison boire, 

n'erbe trieuter. Copie da Brit. Mns., autref. ms. Au- 

xerre.) 

Pernez un obole de cermontaygne et le 
trublez bien en un morter. {Tr. décon. rur., 
xm' s., Lacour.) 

Ou que dedens sa goule trible 
Tout vif me transgloutisse et trible. 
[Rose, 21367, iléon.) 



Li fil Ysrael trieuloient le manne en 
pourre. (Bib. hist., Maz. 312, C 3i v".) 

Grains trihler et remuer, {ilénagier, I, 
6, Soc. Biblioph. fr.) 

— Fig. : 

Ele (la science) confont et trible 
L'eresie e li toit le cbief. 
{Le Chapet des trois fleurs de lis, ms. Berne 217, I" 
75-.) 

— Tourmenter : 

Sire, a quei sunt multipliet cil chi mei 
Iriblent? Mult s'esdrecent encontre mei. 
{Lib. Psalm., Oif., III, 1, Michel.) 

Je al trible les Suryens en ma terre. 
(Bible, Maz. 684, f 93'.)" 

Sire, tu les triblas et il refusèrent ta de- 
cepline. {Vie et mir. de plus. s. confess., 
Maz. 1716, r 171'.) 

— Trible, part, passé, broyé, pilé : 

Et qui en feroit un buvrage 
Trieulé a lait, si em beust, 
N'aroit enûe qui li neust. 

{Lapid. franc., E 362, Pannier.) 

Emplastre, fuilles de porret triblees o 
huille ou o burre appliquié chaut. (H. de 
MoNDEViLLE, Chirurg., Uichel. 2030, f 70'.) 

— Fig. : 

Tote li maisons d'Israhel est de trivleit 
front et de dur cuer. {Greg. pap. Hom., 
p. 96, Hofmann.) 

Bourguignon, Cribler, Iriebler, Iriu- 
bler, écraser. 

TRiBOCHiER, voir Treblcuieh. 

TRIBOL, -oui, -Ul, -Uii, -Oil, -oUl, 

-ouil, tribuel, -uiel, s. m., tribulation, 
peine, tourment, trouble, effroi, agi- 
tation : 

Grant fu la noise et li ^[/■](6oi5. 

(Tristan, Richel. 2171, {• 7'.) 

Ke nostre dame par orgoil 
Nus deit mener a tel tribuil. 
(HuoN DE RoTEL&:iDB, Ipomedou, 1969, Kûlbing et 
Koscbwilz.) 

Tençons. noises, gerres, tribous 

Apaisout sovent il loz sous. 

(Bej., D. de yorm.. Il, 2U93S, Michel.) 

E par tute seinte église 
Out grant tribuil de ceste enprise. 
(CHARoaT, 5e/ dormons, 8S3, Kocb.) 

Et puis s'enlreconterent après mengier 
les tribouz et les domages que li Saine lor 
avoient fait. {Artur, Richel. 337, P bV.) 

Diex, cant t'apellai, si m'ois, 
Mon tribut pouUongiez feis. 
{Psaum., ap. Michel, Lib. Psalm., p. 264.) 

Qui me font tribuel [et] dolour. 

(/S., p. 345.) 

Vivien Taumaçor métrai en grant tribuiel. 

{itauij. d'Àigr., Richel. 756, t' 41 r«.) 

Adan, parmi grans tribous, 
Conquist tout en mendiant 
Et honneur et pris. 
(A. DE LA Halle, C/ians., Richel. 1109, !■> 331=.) 

Des tribouz de cest siècle me gita quant 
me llsl resusciler. (Psaut., Maz. 58, P 2i r°.) 



Cil ont triboul de cors et d'armes. {Boece 
de consol., ms. Berne 365, f° 1'.) 

L'eve curt et undoie et ne poel estre en 
pais, et cist siècles est tut en tribuil et en 
grant bernois. [Serm. du .xm* s., ms. Flor. 
Laur., conventi soppressi 99, f° 43'.) 

En la noise et el tribol del siècle. (Com- 
ment, sur les Ps., Richel. 963, p. 38'.) 

Triboul sera cel an en grant anemislé. 
{D'EzecIxiel, ap. Job., Jongl. et Trow;., p. 125.) 

Dont il ot, a un parlement qui fu a Paris, 
grant tribouil de moy et de l'evesque Perron 
de Chaaions. (Joisv., i''. Louis, CXiSVI, 
;; 672, Wailly, 1874.) 

Penduz fust il or a un fust. 
Ou la desoz en .i. boouz 
Qui nos a mis en cest tribous ! 
{Du Segretain Moine, 75i, ilontaigl. et Rayn., Fabl., 
V, 240.) 

Si verrez grant bataille el grant tribous. 
(Modus, f° 136 v°, Blaze.) 

Seroit la chose trop longue et en moult 
grant tribuil, grevance et mesaise. (1336, 
Arch. JJ 68, f 35 r°.) 

Par le triboul des ennemysdu royaume... 
furent perdues et emblees. (1349, Mande- 
ment, ap. Delisle. Actes norm. de la Ch. des 
Comptes, p. 416.) 

Tribous avra cel an a Rome la cité. 
{Des vertus d'aucunes coses communes, ms. Modene, 
Bibl. Esteiise, Xll, G 7, 1° 24=.) 

Adonc le triboill commencza : 
Chaicun Breton lors menacza. 
{Le Libvre du bon Je/tan, 3264, Charrière.) 

Hz font nouvelletez pour troubler la po- 
lice pource que ou Iriboul gist leur gaing. 
(Oresme, Politiq., f 78', éd. 1489.) 

La cause en est mauvaise, et en vient on 
a meschief et tribouil au pais. (Coust. de 
Bret., (° 221 W) 

Hellas ! fait elle, tant Dieu me veult grand 
mal quant il me mist en tel triboil. {Quinze 
joyes de ilar., 111, Bibl. elz.) 

Tribouil est encore usité dans le 
langage du bas peuple des villes et des 
campagnes, pour dire tapage, vacarme, 
embarras, désordre; il est particulière- 
ment employé en Poitou. 

TRiBOLEiR, voir Tribûler. 

TRiBOLEMEXT, -olemant. -oulement, 
-ouUement, -ulemenl, -oitiUement, s. m., 
agitation, confusion, désordre : 

Il a moût en cest siegle poine et trtbolemeni. 
{La Pleure cftaiite, Monin.) 

Que soQrir l'en estuet maint grant tribolemani. 

(J. DE LONGUTO."!, Vœux du Paon, Richel. 36S, f» 94^.) 

Grant tribhlement. 
(ID., i4., Richel. 1554, f» 31 f.) 

Que mettre le roiaulme en tel triboullement. 
{B. Capet, S4S, A. P.) 

Et par avant ciertainement 
Estoit en grant iriboulement. 
{Chron. de Vabb. de Floreffe, 269S, Reiff.) 

Et la eut %ranl Iriboulement , tant de Chip- 
priens comme de Sarrazins, pour recou- 
vrer leur seigneur. (J. DARR.iS, ilelus., 
p. 193, Bibl. elz.) 



TRI 



TRI 



TRI 



69 



Vous nous avci prez mis a graat triboulement : 
Qui bon conseil ne croit, il folie souTent. 

(CuY., B. du Guescl., 13056, Cbarrière.) 

Oui adonc veist... veoir y peuisl granl 
tnboulement. (y ROiss., Chron., II, 127, Luce.) 

villains plains de laschelé, tousjours 
puissie'. vous ainsi faire et vivre en eaue 
par Iriboalement. (C. MANsroN, Bib. des Poet. 
de meUim., (" 59 V, éd. 1493.) 

Quiconques se empeschera es tribouille- 
mentz et es affaires de cestuy monde, c'est 
a dire se laissera cheoir en l'ordure des 
péchez et des maulvaises couslumes qui 
aujourd'hui sont en ce siècle, a pou ou ja- 
mais ne s'en pourra retraire net. (Id., ib., 
f 80 r°.) 

— Altération, falsification : 

En ce lieu commença le Iriboulleinent des 
monnoyes. (Citron, tinio., xiv* s., llichel. 
1410, fin.) 

Les provinces du Centre disent en- 
core triboulement, tribouillemenl, pour 
tribulation, agitation. 

TRiBOLEOR, -euT, tribou., -olleur, 
■oiileor, s. m., escamoteur, celui qui 
joue à de mauvais jeux, qui tient ou 
fréquente de mauvaises assemblées, 
agitateur : 

Tant set de boules li boulerres, 
Et tant par est tribouUerr^s, 
(G. DE r.omci, A/ir., ma. Soias,, f" 3''.) 

Tribolerres ■ 
(ID., ib., Ricbel. 2163, t' i>>.) 

Plaideraus et triboîierres. 

([D., ma. Bru.t. 10747, f» I66'.) 

Se vous fussies uns triholeyes. 
Uns usericr, uns malves Icres. 
(Id., de Theopli., RicUel. 375, i' 310'.) 

Si vous fussiez uns triboullierres. 

(Id.. ib., Bithel. 42923.) 

Et tant par est forz tribouîtet-yes. 

(iD., ib., Ricbel. 23111, f 118'.) 

Que je ne sui pas triboulfre». 
Ne yvroigne mollis, ne leres. 
{Chastoiem. dou père et don fil. Ara. 3527, f» 43".) 

Nos apelons taverners et osteliers qui 
moinent taverne ou otelerie, ou lor ser- 
janz. Et se aucun use de niein métier, si 
comme paleor, triholeor et itel menesteres, 
il ne sont pas de ce tenu. {Liv. de Josl. et 
de plet, 111, IJ, S 1, llapetti.) 

Il (le nay) sera fol en tous ces fais et sera 
tribou/eur et raconteur de moult de nou- 
viautes. (Obes.me, Quadrip., Hichel. 1348, 

f no v°.) 

Tnhalleur de Saint Denis. (Kec/. aux capi- 
tulions de la vUte de Liège, 1736 K, 28-, 
p. 6.) 

Bourg., Plombières, tribouleur, celui 
qui secoue, qui agite, qui mêle en se- 
couant. 

TRiBOLEB, -aller, -oleir, -ouler, -out- 
ler, -ouiler, -ouiller, -uler, -iileir, -uller, 
-ullier, tirbouller, Ireboleir, -oller, 
-oillier, -oullier, verbe. 

— Act., avec un régime de personne, 



tourmenter, vexer, affliger, faire éprou- 
ver des tribulations à quelqu'un : 

Mais tribolé mont forment ti ami. 

{Les Lok., ma. Montp., f' 76».) 

Ce est vostre oncles qui nos tribolle si. 
{Garin le Loh.. i' cimns., X.VVIII, p. 46, P. Paris.) 

Enne vont il Dieu tribouler 
Et par faus traiz sa gent bouler !* 
(G. DE CûiSGi, .litr., ma. Soies., 1° Z^.) 

Uenart, la maie flambe t'arde ! 
Tantes foie nos avez folees .^ 

Et chaciees et tribulees. 

(Ren., 10014, Méon.) 

Apres me contoit conmanl ce estoit ave- 
nus que li dyabies Vaooil enci Inbulliet. 
{Yst. del Greal, Kichel. 24jô, f» 9 v°.) 

Salahadin vit de sa herberge lor mau- 
vais contenenient, si demanda que ce pocit 
estre des Eraiis qui si estaient treboUles par 
eauz meismes. (Est. d'Iiracl. Emp., .\.\1V, 
18, llist. des crois.) Var., trehoullier. 

Et pour çou que li mons estoit tous cou- 
recies et tous triboules pour les oeuvres 
Fedrick et ses fils, pour le grant pooir que 
il avoient de toutes para, si demoura sainte 
Eglise toute vague. (Brun. Lat., Très., p. 9i, 
(^habaille.) 

Por ce ne te dois tu pais merveillier se 
nous sommes iriholeis par la tempeste as 
mavais. (Consul, de iioece, ms. Montp., 

p 2^) 

.Sire, pourquoi sont multiplieiz ceulz qui 
me Iriliotenl el me donnent a soulîrir? 
(Psaut. de Metz, 111, 1, lionnardol.) 

Plusieurs qui avoient esté tribulez et faiz 
povres pour la guerre. ^Oresme, Politiq., 
{' ISr, éd. 1489.) 

C'est pou de chose que tu seulîres en 
coiiiparacion de ceulx qui ont tant soulTert 
de niaulx, (jui ont este si fort temptez, si 
grierveiiient tribulez, en tant de choses 
prouvez el exercitez. (Intern. Çonsolac., II, 
XIX, liibl. elz.) 

Se je su'js tribullé ou travaillé de temp- 
tacion. (th., 11, i.v.) 

Les vicaires de l'arcevesque, en son ab- 
sence, ont tirbuiillé et tirboullent chapitre 
en leurs anciennes possessions. (Vers 1432, 
Moyens du chapitre contre l'archevêque de 
Houen, Hugues dOrges, Arch. Seine-lnf. G 
3042.) 

I.'umble subget i]ui est souvent reprins 
et tribnuilé. (La tresample el vraye Expos, de 
la reigle iW. 5. Ben., P 27"", éd. 1486.) 

Touz noz péchiez nouveaux et viex 
Tout eu la forme nous pardonnez 
Comme nous pardonnons et mies 
Qui mal nous ont fait et triboulez. 
(Nativ.N.-S., inh., .mjst., II, 21.) 

Esprit Iribulè et corps humilié en contri- 
tion. (Jeu. Gaigxy, Sermons de Guerricus, 1° 
42 f, éd. 1046.) 

Tribouller. To shog, or jog, like a cart, 
etc., in an uiieven way; and hence also, to 
jumble, discorder, or sel oui of order, any 
thing. (CoiGR., 16U.) 

— Avec un rég. de chose, tourmen- 
ter, ravager : 

Molt mal est tribolez la terre et li pais. 

[Les Loh., ms. Montp. H 243, f 34'.) 

Mes pais est durement tribales. 

(RAluii., Ogier, 10769, Burrois.) 



Et (li rois) s'en ala en Engleterre, et 
trouva son pais trilioulei et les gens esbais, 
si comme genz qui estoienlsans seigneur. 
(Ménestrel de Ueims, j 103, Wailly.) 

Chascun jor veons Hanri 
Nostre pais triboler. 

[Ftom. et PttSt., II, 21, 43, Bartsch.) 

Dismes, maletotes, forges de monnoies 
et touttes exactions dont li pays avoil estet 
mal menneset durement/)'i6o«ïte.(FROlss., 
Chron., VI, 2, Kerv.) 

— Troubler : 

Mais la joie c'ont li François 
Quant voient le vallet de Blois, 
El que li rois de France eu a, 
Lor parlement i tritjola. 

(Partuii., 3693, Crapelet.) 

— Parextens., en parlant d'un éper- 
vier qui poursuit une alouette : 

S'ung esprevier a bien cbacié 

Une aloe, et il l'a laissié. 

Si liault comme on puet regarder ; 

Ung aulre laisse le sien aler. 

Si lire tout droict contremont, 

Hault la triboule et fait grant guerre. 

Et l'aloe descent a terre. 

Et viennent ensemble fondans 

Comme font deux pierres pesans. 

{Mudus, f" 107 T», Blaze.) 

— Remuer, mêler en agitant : 

y mettra du miel en bonne quantité des- 
Irempé de viii et versé dedans, et puis que 
tout soil bien I rihoutlé ciéi^meni ensemble 
d'un baston. iKkere Nicole, Trad. des Prou f- 
fitz chantp. de P. des Crescens, f 41 v"*, éd. 
1516.) 

— Carillonner, mettre en branle, en 
mouvement, en parlant des cloches : 

Si avient que maistre llenris Ilugons, .i. 
entalheur de draps qui se luelloit de tri- 
boleir les cloques, montoit en la tour pour 
Iribuleir Te Deum laudamus. (J. d'Outreji., 
Myreur des Inston, IV, 472, Chron. belg.) 

Desus la tour auz cloquez, par teil enlentions 
Que ireboleir devoit quant soneir devroit uns 
Te Deum en l'engliese. 
(J. DES Pbeis, Geste de Liecje, 36925, Chron. bdg.) 

A Jan Dodo pour aooir triboule les clo- 
ches au bellVoy le V jour de juing, a cause 
des bonnes et joyeuses nouvelles du sauU' 
arrivement du roy. (1.J19, Compte, Lille, 
ap. La Fons, Gloss. ms., Dibl. Amiens.) 

Sonner et tribouler les clocques. (Ib.) 

On trouve encore à la fin du xv!i« s., 
dans un texte du Nord : 

Au clercq pour avoir triboule les cloches 
et sonné la messe, .im. livres. (1690, Comp- 
tes du receveur de l'Eglise Suint Martin de 
Fîmes, Arcli. mun. Mortagne.) 

— .\eutr., s'agiter : 

Riche dame qui heit conoille 
Ne teist, ne iile, ne traoille. 
Ne barate ne ne treboiîle. 
De lute cure se depoille. 
(Et- de Fougères, le Lit}, des manières, p. 41, Tal- 
ben.) 

— Se jeter sur : 



10 



TRI 



TRI 



TRI 



Li contez de Henau et sa gens de GhinsloUe 
Ont pris entr'eauz basions, l'une al autre trehoUe, 
D'ambdois pars salhent tresloule en une polie. 
(J. DES Preis, Geste de Liegr,1\o, Cbroa. belg.) 

— Neutr.. dans le sens du passif, pour 
dire être tourmenté : 

Le siècle voi durement it'iboleir. 
On ne seil maix ou on se puist fieir. 

(AUBERTiNS DES Aresqs, Chons-, DOS. Berne 389, f»82 

y.) 

— Réfl., s'agiter, se tourmenter : 

Le mer... se triboui/hil tant de l'un costé 
sur l'autre que... (Calm., Voy. d'Oultr., 
p. 9D, La Grange.) 

El cil (|Mi a mains de mesaise rende grâ- 
ces a Dieu et non se trihotile. (Bégle du 
Temple, 3i, Soc. llist. de Fr.) 

Centre, terbouler, troubler, tourmen- 
ter, tomber en roulant, en culbutant, 
changer de couleur, Berry, tribouler, 
remuer, mélanger en agitant, tourner 
les yeux de manière à en montrer le 
blanc, Haut-Maine, trihouiller, secouer, 
battre, .\ormandie, tribouler, brouiller, 
mettre en désordre. Vallée d'Yères, 
tribouler, agiter, troubler, importuner, 
Picardie. Rouchi, se tribouler, réfl.. se 
faire du tourment, de la bile, prendre 
beaucoup de peine, Rouchi, tribouler, 
neutr., déraisonner, perdre la boule, 
dégringoler, Rouchi, tribouler, Wall., 
triboler, carillonner, sonneries cloches 
en signe de réjouissance. Tournai, s'a- 
muser, Suisse, tribula, affliger, vexer, 
tourmenter, maltraiter. 

TRiBOLEUR, -olleur, voir Triboleor. 

TRiBOT, voir Thipot. 

TRiBOUD.4irvE, voir Tbibaudai.xe. 

TRIBOVOEI., s. m ? 

Anconlre le tens novel, 
Ai le cuer gai et isnel. 
A termine de Pascor, 
Lors veut faire un triboudel. 
(Colis Muslt, Cftafts., ap. Tarbé, Cliansonn. de 
Champ., p. yo.) 

TRiBOUiL, voir Triuol. 
TRiBouiLER, voir Triboler. 

TRIBOi:iLLEME\T, VOir TrIB0LE.ME.NT. 
TRIBOUILLER, VOir TrIBOLIÎR. 

TRiBoi'iLLERiE. S. f., agitation, con- 
fusion, casse-tête : 

Ce sont toutes friùoutUerieK, 
Que de plaider a folz ne a Toiles ! 

[Pathclin, p. 105, Jacob.) 

TRiBOfL, voir TalBOL. 

TRiBovLis, -i:, s. m., guerre, com- 
bat : 



Pour les très grans Iribouliz et debatz qui 
se firent en Angleterre a cause de la mort 
du roy Arlus et de Mordrec son fils. {Boc- 
cace des Nobles malh., MU, 19, !" 211 V, 
éd. lôlô.) 

TRiBOfLL..., voir Tribol.... 

TRiBoiLLiER, S. m., syn. de tribo- 
leor, celui qui tient de mauvaises as- 
semblées : 

Et sy font defTences mes dits seigneurs, 
prevotz et jurez, qu'il ne soit personne 
aucune, enffans, maisnies, serviteurs, Iri- 
bouHiers, ne aultre quelconcque mainte- 
nant en avant, de jour ne de nuyt, se mette, 
ou faicet quelque assemblé, portans ben- 
nieres, bâtons de bois, ne aultre chose, en 
quelque lieu ou plaices que ce soit. (20 mai 
1529, Reg. aux Publications, 1519-1529, Arcti. 
Tournai. 1 

TRIBUC, voir Trebuc. 

TR1BUCHEME\T, Voir Trebjchement. 

TRiiîuciox. -tion, s. f., récompense, 
retour, réciprocité : 

Voulez vous loz jorz estre en grant chetivoison, 
Ja puis ne vous faudra nulo tribufion, 

(Maug. d'Aigr., Ritliel. 766, f' 9 v".) 

Quant lu fez appareiUier a mengier ou 
caine, ne voeilles mie apeler tes amis ne 
tes frères, ne tes cousins, ne les riches 
hommes que par aventure il ne te rese- 
moin^nent et tu n'aies tribucion. {bible, 
Maz. 225, f°2"3\) Lat. : Et fiât tibi relributio. 
(Luc, XIV, 12.) 

TRiBiiEL, voir Tribol. 

TBiBi'ER, v. a., attribuer, accorder : 

Car s'a toi la glore compères 

A Dieu l'embles com mauvais leres. 

Dont le dois tu attribuer 

.\ chelui qui poe( trlhuer 

Et donner glore de coer fin, 

(Paraphr. sur Job, Ars. 314!, f" I69>.) 

Il couvient plus iribuer, baillier ou don- 
ner et a l'un et a l'autre. (Oresme, Elh., 
Richel. 204, P 534\) 

Impertior, donner, iribuer. (Calholicon, 
Richel. 1. 17881.) 

Linus d'.Apollon filz lui tribun la poéti- 
que couronne. (Guill. Michel, Connnent, sur 
la vi° eglogue, éd. 1540.) 

Car je voy cy ung asne insencé. 
Que estre clerc vous avez dispensé : 
Par quoy concludz.dessoubz correction, 
Que ne debvez faire (elle action, 
Car, si degré a ces! asne on trihue, 
Je maintiendrav que niai on distribue 
Les facultez et tiltresde sçavoir. 
Car mon cheval les doit plustost avoir. 
{Leg. de Faift^u, p. 60, Soc. des Bibiioph.) 

TRIBIL'EL, voir TrIBOL. 

TRiBi'iL, voir Tridol. 
TKiBui-, voir Tribol. 

TRnu.'i..\GE, s. m., obligation de bat- 
tre le blé du seigneur ; 

Concedimus eisdem Johanni Greynfeld 
(servienli ad arma) Iribulagium nostrum, 
sive consueludinem vocalam le iribulage 



infra hundreda nostra de Penwyth et Kerr. 
(1537, Lett. de Henri VIII, ap. Rymer, 2«éd., 
IV, p. 581, ap. Duc, Tributagium.) 

TRiBUL.iivcE, s. f., tribulation : 

Ja n'i ara adversité 
Ne tribulance de pensé. 
( Vie Ste Katerine, Richel. 23112, {• eO».) 

TRiBULE, S. m., sorte de plante, le 

chardon terre.stre, g. de zygophyllées 
{tribulus terreslrix) : 

Le tribule terrestre. (J. des Moulins, 
Conim. de Multli., éd. 1579.) 

— Macre, g. d'onagrariées (Jrapa 
natans) : 

De tribules. TribuUis marinus, c'est char- 
don marin, et est une herbe qui croist en 
terre sablonneuse et es parties de la mer, 
et rampe sus terre. L'en la treuve en temps 
d'esté, et pourte une semence espineuse 
pour laquelle l'en l'appelle chardon. (Le 
grant Herbier, n° 484, Camus.) 

— Herse : 

La ou on est venu au combat soubdai- 
nement par tout le champ les Romains se- 
moient des tnbules, par lesquelz courans 
lesditz chariotz, des ce qu'ilz y encheoient, 
tantost estoient arrestez et delTaictz. (Le 
Polygraphe, Trud. de Flave Vegece, III, 24.) 

TRIBUL..., voir Tribol.... 

TBiBULEU.Y, adj., turbulent, sédi- 
tieux : 

Puis l'envoya parmy les champs contre 
les aucteurs du Uimulle,... dont il livra a 
prison tous ceulz qu'il trouva moins tribu- 
leuT ou coulpables. (Ancienn. dei Juifs, Ars. 
5083, P211^) 

TRiBiiLLER, -ier, voir Triboler. 

TRiBuiv.iiBE, adj., de tribun, affecté 
au tribun : 

Comices tribunaires. (Bersiire, T. Liv., 
ms. Sle-Cen., f 1'.) 

Tyberius Nero fut adopté pour fils et 
successeur de l'empire par l'empereur Au- 
guste, et consequcmment restitué en la 
dignité Iribunaire du peuple. (Vigsier, Bibl. 
hisl., I, 682, éd. 1588.) 

TBiBUXAL, adj., de tribun, déjuge; 

Decius. plain d'ire e de mal. 
Se siel en son sié tribunal. 

{De Si Laurent, 7S6, SOderbjelm.) 

Si voy Nostre Seigneur seoir en son 
trosne tribunal. {Leg. des Saints, V 57'', éd. 
1477.) 

Princes seans es chaires tribunaîes. 
(J. BoucHET, les Begnars traversant, f* 28 r», éd. 

1522.) 

Cesluypovoir tribunal que vous avez n'a 
pas esté ordonné a la destruction de lous. 
{Le prem. vol. des graus dec. de Tit. Lir., P 
44^ éd. 1530.) 

Ceux qui ne vont point aux coups, qui 
jugent dans leurs chaires <)'i4««a//e.$ comme 
il leur plaist. (Rbant., Grands Capit. es- 
trang., 1. I, ch. xxvii, Bibl. elz.) 

TRiBUNATOiRE, adj., du tribunal : 



TRI 



TRI 



TRI 



7f 



L'empereur commanda qu'il fust escor- 
ché; ainsi fut faict, et lisl mettre sa peau 
sus le siège tribunatoire. {Viol, des Hist. 
rom., p. 83, Uibl. elz.) 

TRiBUXAULTÉ, S. in., tribunat : 

Il leur donna un maislre en rethorique, 
duquel Ovide aprist tant que par sa fa- 
conde et sa vertu il desservit a estre fait 
tribun des clievaliers de Rome, et quant il 
fut ostè de la inbunuullé et que son dit 
frère fut mort,... il s'applica dez jeunesce 
a traictier. (J. Lefevre, la Vieille, p. 5, 
Cocheris.) 

TBiBUNiciAL, -liai, adj., tribunitien : 

Potesié Iribunicial. (Bersuire, T. Liv., 
ras. Ste-Gen., ^ 59".) 

Si avoil sa fille espousee a .i. plébéien 
Iribunicial. (Id., i6., f° eP.) 

La puissance Iribimitial. (Prem. vol. des 
grans den. de TH. Liv., (° 46% éd. 1530.) 

TRiBUiviEiVi s. m., tribun : 

Maine ces adolescens au iribunien, (Bib. 
hisi., iluz. 312, fUT.) 

Herode faisoit une grande sene au jour 
de sa nativité... aux princes et aux Iribic- 
niens et aux premiers de Galilée. (Farget, 
.\ouv. test., incun. Maz. 11485, f° 51 r°.) 

Maine cest adolescent au trihwiien. [Bi- 
ble, Actes des apostres, ch. xxni, éd. 1543.) 

TRIBUNITIAL, VOir TrIDUNICIAL. 

TRiBUQUE, voir Treduche. 

TRiBUTEL, treb., terh., talb., telh., 
Icilbustrey, s. m., ordre de payer : 

Li prevost despendiz pour Conraul, val- 
les des grans chevalz Mgr .iiii. sols, par 
talbustrey. (1333, Arch. Meuse B 2396, f 
9 v°.) 

Par tnbutel de Mons. lluart de BelTroi- 
mont dou samedi au dimanclie après feste 
S. Jehan Baptiste l'an .xlum. despens 
.X.XXVIII. s. .vn. d. (1344, ib., 1412, f° 31 r°.j 

Si comme il appert per son talbutel laxiel 
au compte. (1345, ib., 1851, T 17 r°.) 

Si comme il appert par le Iribulel sal- 
ley. (1360-63, ib., 2322, f 89 r'.) 

Si comme il appert par le terbutel dou 
dit mons. Huart laisciey au comper. (Ib., 
f 92 V.) 

3 bichets avoine pour les fraiz de Jaquet 
d'Espinaulz, ballif de Bar, comme appert 
par son telbulel. (1375, ib., B lOiO, f 108 v°.) 

Par .1. Irehutel de mons. Jehan de Bef- 
froimont. (1375, ib., 1424, P 26 v°.) 

TRIC, S. m. ? 

Esbahy suis d'un entre tous 
Qui se voit si souvent jaloux 
Quant il oy parler du public. 

— Faut il donc plus parler de trie ? 

— Encore moins d'aucun estrif. 
[Diatog. plaisant et récréatif, Poés. fr. des iv* et 

ITI" s., V, 158.) 

TRiç.AivcE, S. f., tricherie, perfidie : 

.\i mors orrible par qoi fais tan de iriçance, 
(Pass. du Christ, b28, Boiiclierie.) L'éditeur adopte & 
tort triance au lieu de trii^aoce que doQoe le mi. 



TRicAPiTÉ, tricappité, adj., à trois 
têtes : 

Cerberus cbien tricappité- 

[Act. des apost., I, I» 148'', éd. 1537.) 

Au lac puant des eaues sulfurines. 
Ou Cerberus, le chien tricapité. 
De son abboy et puantes narines 
Tient les mauvais en sa captivité. 
(Ptaincte du Coiiunun cuntre les bouleiigers et taver- 
niers, l'cés. fr. des xv" et ivl» s-, II, 234.) 

TRicvT, adj., trompeur, fourbe : 

mons fort, ki ne criens assaut, 
O mons de joie ki ne faut, 
Tout li markesnt sont tricat. 
(Renclus de MoiL., Carité, ceux, 4, Vaa Ha- 
mel.) 

TRICDOIVDAIMJ, Yoir TrIQUEDÛNDAINE. 

TiticEOR, voir Tricheur. 
TRiCERESSE, S. f., voir Tricheob. 

TRICERIE, voir TuiCHEklE. 

TRiCE.\o.\, voir Tricheson. 
TRiciiAOUR, voir Tricheur. 
TRiciivKT, s. m., trompeur: 

Que volez tu, fait il, irichart. 
Que vos me tenez por musart ? 
[De deux Angloys et de t'anel.l'è, MoDtaiglon et Ray- 
naud, Fabl., 11, 180.) 

Hte-.\orm., vallée d'Yères, Irichard, 
qui trompe au jeu. 

1. TRICHE, s.f.,trielierie, tromperie : 

Ou n'a triche ne barat. 
(Landri de Wades, Cant. des Cniit., ms. du Mans 
173, t» 41 ru.) 

El Dieux scet se mains avenues 
Sont a leur entente, par friche, 
Et se maint beau don et riche 
Ont donné a leurs adversaires . 
(Christ, de Pis., Poés., liichel. 604, f» 199 r".) 

Estre vertueux et sanz trichez. 

(iD., ib., I' 197 1».) 

Car li dyablo plain de triche 
Me lenle par nuit et par jour. 

(.l/i>. de N.-D., 1, 122, A. T.) 

Quant Job si fut du tout en friche 
Et pins a Dieu se transporta. 
Tant qu'a la bn ne fut pas triche. 
L'ange es cieulx l'ame porta. 
(Jkh. Régnier, Fortunes et adversitez, sign. t iiii r*, 
éd. 15ît>.) 

Triche, au sens de tricherie, trom- 
perie, se dit encore aujoiird'liui dans le 
langage populaire et dans les parlers 
du Centre. Guernesey, Irique, tour, ma- 
nigance. 

2. TRICHE, s. f., sorte de poisson : 

Les portions, les testes et escailles de 
quelques poissons, comme de \s. triche nou- 
velle. (J.-J. VuECHER, Secrets et nierv. de na- 
ture, p. 82, éd. 1596.) 

TRICHEEUR, Voir Thicheor. 

TRiCHEiRos, voir Tkicheros. 

TRiCHEOR,-ewr, -eeur, -keur, -keour, 
Ire., -keur, -chaour, -ceor, Ireucheur, 



trelcheor, -eur, adj. et s. m., trompeur, 
fourbe : 

Si se loe du pescheeur. 
Ne l'apele pas tricheeur. 
(Chrestien, Perceval, ms. .Moatpellier H 249, t» 20».) 

Qu'il ne fust leire ne trechiere. 

(Brut, ms. MuDicb, 4162, VoUmOUer.) 

E cist est tretchers e fans. 
[De Salv. hom. dial., ap. Michel, Lib. Psalm., Oif. , 
p. 365.) 

Cil qui sont treceor et fax 
Vers celés qui ne lor mesfont. 
(Atre per., Ricliel. ilSSt, t» aS' ; Herrig, 33ÎI.) 

Tu ki de terre les gaaigniere, 

Ne soies del autrui trikiere. 

(Renclus de Moil., Carité, cxcvm, I, Van Hamel.) 

Juge moi, Dîeus, et si deffent 
Ma cause de malvaise genl. 
De l'injure de trechaour. 
De félon et de boiseour. 

(Psaum., ms. Beiaa 697, f» 63*.) 

Salve m'ame des pechaours 
Et des lèvres as trechaours- 

(Ib., f» 41".) 
E cil est trlchir\re]9 e fans. 
( Vie de Tobie, RioUel. 19525, f" 130 y°.) 

Et Tybert son c:;usin, qui est faus et trichiere. 
(Berte, 993, Scbeler.) 

C'est cele qui les tricheors 
Fait (ous, et les faus pledeors. 

[Itose, 183, .Méon.) 
Car mort abati le trekeur. 

(Parnpii. sur Job, Ars. 3142, f 173'.) 
Roys Agrapins esloit forment trecieres. 
Huon emporte parmi la sablonniere. 
[Esclarrnonde, 1985, Scbweigel, Ausfj. und Abk.) 

Ce estoit uns Irichieres. (Serm., ms. Metz 
262, f 69».) 

Fuient les gens plus rudes, plus cruelz, 
félons, Irichierres. (Met. d'Oc, Vat. Chr. 
1686, f" 9' r°.) 

Perfidus, treucheur. (G/oss. de Salins.) 

Li suppliant dist a Bertran Ogier: Tu 
n'es que un tricheur et un plaideur. (1410, 
Arch. JJ 16't, pièce 223, ap. Duc, Tricator.) 

Apres la mort de Judas le tricherre 
L'ung des apostres... 
(A. DE LA Vigne, la Louenge des Roys de France, 
f 47, éd. 1507.) 

— En parlant de choses : 

Maislre, por k'as tu dont amour. 
Au monde, le mal trikeour, 
K.i de se flour t'a decbeu .'' 
(Renclus dk Moil., Miserere, ccix, 4, Vaa Ha- 
mel.) 

Tolila qui fut fel et lierre 
Et qui out courage Tricherre. 
(Dial. de S, Greg., ms. ETreux. f" 39**.) 

Aage tricheur, tout va desloiaument. 
(E. Deschamps, Bail, sur le temps présent, I, 113 
A. T.) 

— Fémin., tricheresse, -keresse, tre- 
cheresse, -keresse : 

Saveies tu que tricheresse 
Fust ta femme ne laronesse ? 
(Ben., D. de Norm., II, 7356, Michel.) 

Qar el esteit mult felenesse 
De maie part e trikeresse. 

(Marie, Ysopet, ictt, R oquef.) 

Carites ne doute barat : 

Ja n'est le presse tant espesse 



72 



TRI 



TRT 



TRI 



Ke coupe bourse de li gat. 
Cariles set bien quant s'embat 
Sor li trekiere ou trel-ifrfsse. 
(Rbsclus de M0ILI8SS, Carité, clvi, 8, Van Hamel.) 

Qui molt fu fausse et trfcherfsse. 

{VioUtle, 364, Miclxel.) 

Havys la trecheresse. (1303, li Cohies de 
la par'roche de Saint Pierre le Vies, f 3 r", 
Cah. de la taille, 1301-1318, Arch. mun. 
Reims.) 

Maleboche tricheresse 

Et menleresse, 
Sans cesser, nuit et jour, travaille. 
(Poéj. rfes xiT' e< iv' J., p. «. Ritter.) 

Perverse en cuer. de semblant tricheresse. 
(E. Deschimps. Poés., V, ÎI4, A. T.) 

Combien que elle soit assez tricheresse 
(la pie)... quant elle brait et agache... ce 
signifie qu'il y a maie beste, assez prêt. 
(.Ieh. de Bkie le Bon berger. Art de ber- 
gerie, sign. C III v°, éd. s. d.) 

— En parlant de choses : 

Del ovre laide e tricheresse, 
Pesme, mortaus e traiteresse. 
(Bkh., D. deNorm., II, 14t04, Micliel.) 

(Domaches) fez ainsi tricheresse manière 
qu'il apareust tôt clerement qu'il n'en eusl 
mie tant let por sa dette ravoir comme por 
celui grever. (P. de Font., Conseil, ch. .xv, 
'11, Marnier.) 

Et quant l'euvre tricheresse, 

Traytresse, 
D'aucun homme congnoistras 
Contre ton prince, ne laisse, 

Ne ne cesse. 
Tant que le vrai en saras. 
{Liv. des cent ballad,, XVI, Queux St Hilaire.) 

Et lansue tricheresse ne sera pas trouvée 
en leur bouche. {Bible, Sophonie, ch. m, 
éd. 1Ô43.) 

TRicHERE, adj. fém., trompeuse: 

Une frauduleuse, ileceptive, astute et 
trichere beste. (Roussat, de l'Estat et muta- 
lion des temps, p. 151, éd. 15ô0.) 

TKicHEREAU, S. m., trompeuF, tri- 
cheur : 

Fevre, fevre, disl maquereaus, 
Je ne sui mie trichcreaus, 
Je ne te veil raie Irichier. 
(La Jument au deable, 17:J. 'i. Raynaud, Ramania, 
XII, iJ3.) 

TRicHEREME.\T. trescli., adv., avec 
ruse, avec fourberio : 

Yaus se demeignent trescherement par 
leur langues, e l'enemy serpentin est sous 
leur lièvres. {Psaut., Richel. 1761, T IT.) 

TRICHERESSE, Voir TrICHEOR. 

TRiciiERESSEMEiNT, -cherrcssement, 
-charressement, -queressement, adv., en 
trompant, avec fourberie, frauduleuse- 
ment : 

L'a fait moult tricherressement. 
{Psaum., X.XXV, ap. Micliel, Lib. Psalm., p. 284.) 

Tricherressement ont parleis 
Vers moi. 

(/()., CVllI, p. 335.) 

Li procurator et li dellendeor qui seront 
repris qu'il auront tricherressement fel ce 



qu'il auront a fere, seront en la merci le 
roi de leurs meubles, (iiv. de Jost. et de 
plet, -WlII. -21, S 8, Rapetti.) 

Et delTenilons estroitement a noz bailliz 
devant diz que il n'achatent par els ne 
par autres, tant comme s'aministracions 
dure, aucunes possessions en sa baillie, 
tricharressement, ne en autre baillie, sanz 
nostre commandement. (Ib., Append., p. 
339.) 

Li pièges ouvra triqueressement qui bailla 
ses gages por son deteur, et après fist con- 
traindre celi qui le mit en pièges qu'il li 
rendist cent livres por ses gages. (Bealmas., 
Coût, de Deauv., XXXIII, '2, Beugnot.) 

Hz ouvroinel iricheressement de leurs 
langues. {Let pseaumes de David et les can- 
tiques d'après un ms. français du xv" s., 
p. 15, éd. 1872.) 

1. TRICHERIE, -qiierie, trecherie, 
-kerie, -cerie, troicherie, truicherie, 
S. f., tromperie, ruse, mensonge: 

Guarde ta tue langue de mal, e tes lèvres 
que il ne paroillent trecherie. {Liv-, desps., 
Cambr., XXXIII. 13, Michel.) 

Ja n'ust en sa compainnie 
Home qui amat tricherie 
A escient. 
{Vie de St Thomas, 196, a.f. Mi'-.hel. Ducs de Norm., 

III, 487.) 

Et voit on lant de ribiudie 
Ou monde et tant do trelcerie. 
De renardie et de dolour. 

IRenart le nouvel. 5245, MéOD.) 

D'un prestre vous di et recort, 
Qui avoit lorsié sen atort 
En luxure et en trecherie. 
En malvaisté et en folie. 
{Du prestre qu'on porte, .Montaiglon et RaTDSud, Fabl., 

IV, i.) 

Ne pensasse vers vos ne nule irecerie. 

[Gar. de Mongl., Ricliel. Î4403, l' 4».) 

Moult est vilaine coze de nier son seel, 
et por ce en est le paine grans de celi qui 
en est atains, car il en est renommes de 
triquerie. (Beau.m., Cuiit. du Beauv. ,ch. .xxxv, 
4, Beugnot.) 

Troicherie. (1294, Cart. de l'éc. d'Autun, 
V p., CXCIX, Charmasse.) 

Fauvel est de faus et de Tel 
Compost, car il a son revel 
.\ssis SOS fausseté voilée 
Et sus tricherie mielee. 

{Romande Faui-el, Ricliel. 146, PS'.) 

Je vous dis que Grifon est plain de tricherie. 
{Gaufrey, 104S4, *.. P.) 

En fait de barat, de truicherie. (27 oct. 
1332, Lett. de Biundin, garde du sceau du 
comte de Nev., .\rch. Nièvre.) 

2. TRICHERIE, trech,., S. f., maison 
de jeu : 

A esté prohibé et delTendu a tous habi- 
tans de ladite ville qui tiennent maison et 
ont femme et enfans de ne aller boere ne 
manger aux tricheries ne cabarets de ladite 
ville a la peine que dessus, et sera parel- 
lement faict inhibition et delTense a chas- 
cun particulierament tenans lesdites t)i- 
cheries ou cabaretz de ne permettre lesdits 
habitans boere et manger auxdites triche- 
ries et cabaretz. (15 fév. 1518, Regl. des 
Cons. d'Agen., Arch. mun. Agen.) 



Trecheries ou cabaretz. {Ib.) 



TRicHERiz, adj., trompeur: 

Par aucun vilein vice qui pueenl estre 
es tncheri: cuers. (P. de Font., Cons., XXI, 
17, Marnier.) 

TRicHERos, -ous, -VUS, tricheiros, 
trecherus, adj., qui trompe: 

Desperdet li sires tûtes lèvres trecheru- 
ses. {Liv. des Ps., Cambr,, XI, 3, Michel.) 

De hume torcenus e tricheras délivre 
mei. {Lib. Psalm., Oxf., lu, Michel.) 

La genz sarrazine tricheirosa fust par 
toi destruita. (Chron. de Turpin, Richel. 
5714, f° 74^ Auracher.) 

Si aucuns deu tricheiros sarrazins te 
trova. {Ib., V li'.) 

Amour de soi est la foi tricherottse. 
(JoBN GoETER, Ballades, XLVIII, 1, Steogel, Ausg. 
and Abli. LXIV.) 

TRicHEROSEMEXT, -usement, treche- 
rousement, trecherousment, adv., avec 
fourberie, trompeusement : 

Par lur langues tricherusement faiseient. 
{Lib. Psalm., Oxf., V, 11, Michel.) 

Kar trecherusement fist envers lui en ses 
oilz, que il truvast iniquitet de lui a ahair. 
{Liv. des Ps., Cambr., X.XXV, 3, Michel.) 

La ou Rosamonde estoit si trecherous- 
ment murdriz par la roigne. {Cran. Lond. 
p. 4, Aungier.) 

TRICHEROUS, voir Trigheros. 

TRICHERRESSEME.VT, VOir TrICHERES- 
SEMENT. 

TRICHERUS..., voir Trigheros... 

TRiCHESox, Iricexon, s. f., trompe- 
rie : 

Ne mal dixent de nul prodon 
Mener mençogne ne tricexon. 
{Aspremont, ap. KeUer, Romv., p. 2.) 

TRICHEUR, voir Tricheor. 

TRiCHEUSEMEXT, -c/iusement, adv., 
avec fourberie, par ruse : 

S'aparçut k'il voleit errer trîchusement. 

(Horn, 5054, ms. Osf., Stengel.) 

Judas devant tous les aultres se avança 
et tHcheusemenl salua le débonnaire Jhe- 
sus. {De vita Chrisli, Richel. 181, f 122".) 

Et moult tricheusement lui promettoit si 
grans peccunes. {Ancienn. des Juifs, Ars. 
5082, f° 352».) 

TRicHiER, -cier, -hier, tricheer, tre- 
chier, trecier, verbe. 

— Act., tromper : 

Car por chou ke Eve touca 
Le pome somes trebukié. 
Quant diables le preeca 
Dou fruit toukier, dont le trica 
S'ele n'eust chel fruit toukié, 
Scn trikeour eust trikit. 
(Renclus de Moil., Miserere, cm, 2, Van Ha- 
mel.) 

Vileinnement nos a treciees. 
Et bien nos en fussons vengiees. 

[Dolop., 4390, Bibl. eXt.) 



TRI 



TRI 



TRI 



73 



Et ne veut pas que on pleure pour lui 
trikier, ainsi comme les femes pleurent por 
trikier les humez. {S. Graaly Val. Chr. 1687, 
f^ 106".) 

— Neutr. ou abs. : 

C'est celé qui ainz ne tricha. 
(Chrest., Perceval, ma. Montpellier H 249, f" 81'^.) 

Mais de fin cuer vos aim et senz trechier. 
{Chans., ap. Bartsch, /îom. et Past., 1, 7, 26.) 

Se loialment le mainnes vers nos et sans tre- 

\chier. 
[Poème de la Croisade, 60, Romanîa, VI, 493.) 
Péchiez seroit se tu trïfhoies. 
[Rose, Ricliel. 1573, f" 17<^; Méon, 1985.) 

Ce dienl cil qui vont trerant, 
Li uns le va l'autre contant : 
Pecios n'est de leme trair. 
(Rbn. de Beaujeu, le Beau Desconneu, 1232, Hip- 
peau.) 

Et si ont les pois quitement, 
Et des balances sans treciet'y 
La signorie et le dangier. 

(MousK-, Chron., 1141, Reiff.) 

Bien voit c'on la vpult eslongnier 
De celui qu'aime sans iricJtier. 

{Couci, 6488, Crapelet.) 

Et s'amor garder sans trecier. 
(Jacq. d'Amiens, Art d'ain., ma. Dresde, 58, Kùrtiog.) 

Il scet partout trop bien irischer ; 
Trait a a soy par son preschier 
De Galilée plus de .xx. .m. 
De nos gens jusques en cette ville. 
[Pass. N. 5., Jub., Myst.y II, 209.) 

— Réfl., se conduire comme un trom- 
peur : 

Bien cest aniors frîchie. 
Quant elle m'ait ocis, 
Ki m'ait fait sons amie 
Ainuir tant com fuis vis. 

(Bloisdel, uis. Beroe 389, f" 30 v'*.) 

1. TRicuiv, S. m., salle, triclinium : 

hault père divin. 
Qui au ciel cristalin 
Règnes en ton tricUn 
En baulte deité. 

{Mht. du Viel Test., 48664, A. T.) 

2. TRicLix, aclj-, employé dans un 
festin : 

TricUn vaissel ouquel habondamment 
Li pecheour peuent grâce trouver. 

[Mir. de N.-D., MI, 303, 46. A. T.) 

TRicLiivE, S. m., triclinium : 

Dame, qui ies de éternité 

Et de lote la trinité 

Li liz et li nobles triclines. 

[De .V. (jaud. B. M., ms. Reims --j,,'" l^e^) 

TRicois, -oi'sey -oisse, voir Turquois, 

-OISE. 

TRICOPLE, voir TUUGOPLË. 
TRICOPLIER, voir TuBCOPOLIER. 

TRICOTE, S. f-, bâton gros et court : 

Lequel Sauvestre prinl une tricote ou 
biilarl,... et en donna au suppliant sur le 
front. (1457, Arch. JJ 189, pièce 138, ap. 

Duc, TjHcotus.) 

T. Vin. 



TRICOTEE, frig., s. f., danse involon- 
taire sous les coups que l'on reçoit: 

Pensez que les dyables d'enfer 
Luy font cbanter la trtquotee. 
{Myst. de S. Did., p. 280, Caroandet.) 

Ainsi donc par beau passe temps 
Nuyt et jour ilz passent le temps 
A lire ung millier de fatras 
Et de follies ung grans tas. 
Tant n'en vaut pas la tricotée. 
(Elot Dauernal, Livre de la deablerie, î" 13"^, éd. 
15C7.) 

TRicoTEMc^fT, S. m., chicanc, tra- 
casserie : 

D'eus sauroit bien parler Jehan Houdois, 
Si li plaisoit, car le tricotemetit 
De Jehan, Henry et tout pareillement 
De Baberueil et du granl chandelliez 
Qui lui doivent, et si vont varient 
Pour la paie longuement délayer. 

(E. Uescuamps, Poil's., IV, 341, A. T.) 

TRICOTER, tricquoler^ triq., trisk.j 
verbe. 

— Act., faire danser quelqu'un, lui 
donner une danse : 

Gardez que je ne vous triquote. 

[Mir. de N.-D., XVll, 437, A. T.) 

— Neut., syn. de danser: 

Tant a chassé, couru et tricota 
Que ung chahua [il] a saisy de course. 
[Banquet du boys, Po<Js. fr. des sv" et iri« s., X, 219.) 

J'ay fait dancer et tricquoter. 
[Myst. de S. Did., p. 339, Caroandet.) 

— Badiner, plaisanter, faire Tamour : 

Cor me laissier un pelit trîskoter. 
Et je ferai trop pis une autre fie ; 
Et ele dit : Jel te pardonrai mie, 
Seens ou lit n'en est fait li acors. 
J'aimaisse miex kc piecha fusse mors. 
[Serventois couronnés à Valenciennes au xiii" sièclej 
p. 34, Uécart.) 

— ? 

Ce qu'un vulgaire lourd appelle tricoter. 
Qui no sçauroit prévoir qu'un arresté plaideur. 
S'il n'a quelque procès, n'est pas aise en son 

[cœur. 
(M. B. Baillt, Iniportunité et malheur de ?ioz ans, 
i" 102 v% éd. 1576.) 

— Jouer au volant : 

Tricoter. To knil, orleannois. (Cotgr., 
1611.) 

— Act., altérer : 

Pour avoir affoibli le poids et tricoté la 
purité d'or et d'argent. (G. Bodin, Rehauss. 
des i7wnti,, Walewski.) 

Tricoter la pureté de l'or. To aller, change, 
allay, or imbase it. (Cotgr., 1611.) 

— A peu près comme on dit aujour- 
d'hui tripoter : 

Bénéfices venduz et tricotez. 
[Bla'i. de la guerre du Pape, ap. Méon, Blasons, p. 
265.) 

TRicoTET, s. m., sorte de chanson : 



Chantons les Tricotets, ou bien la Lanturlu. 
(L.-C. Discret, A/icon, 111,3, Ane. Tb. fr.,V]II, 443.) 

TRICOTIE, S. f. ? 

Fi NET. 

N'est ce pas doulcemenl chanté ? 

M A LDUIT. 

Certes, tu es trop fort hasté ; 
Tu n'y says non plus qu'ung dodin, 
Estrille, faucille, bourdin 
Ou la mignonne tricotie. 
[Moralité des enfants de Maintenant, Ane. Th. fr., 

m, 43.) 

TRicousE, voir TmuUEuousE. 
TRiCQUE..., voir Trique.... 
TRICQUOTER, voir Thicoter. 

TRIDELAII\E, S. f. ? 

Voir l'exemple de ce mot à l'article 
Triduain. 

TRiDEivxE DONDENiVE, tridenue don- 
don^ s. f., sorte de refrain : 

ki chantoient a haut son 
La tridenue âondeune, 
La tridenue dondon. 

[Rom. et past., il, 30, 46, Bartsch.) 

TRiDOCQUE S. f., soiie de remède I 

Quelques compositions notables comme 
le metridac, triaocque auree, alexandrine 
ou semblable, {xv s., ap. Calonne, Vienm- 
nicipate au xv^ s., p. 287.) 

TRiDUAiiv, adj., de trois jours : 

Volontiers et dévotement 

Paracompli la triolaine. 

De sa geune triduaine, 

Chil fait triduaine geune, 

Qui conlinuelment geune 

Trois jours entiers et dont menfjjue 

Au lierc jour quant l'eure est venue 

Que jeûnant doivent mangier ; 

Cbe di je pour chiaus ensegnler 

Qui ne sevent qu'est tridelaine 

Ne qu'est geune triduaine. 

[Mir. de S. Eloi, p. 126, Peigné.) 

1. TRIE, S. f., choix, élite : 

Car canons et artillerie. 
Bonnes genz d'armes tretouz de trie. 
Qui estoint asprez et délivrez, 
Avoit dedanz et assez vivrez. 
[Libvre du bon /e/ian, 34^4, Charrière.) 

Lequel avec lui avoit cent Albanois, tous 
gens de trie pour le métier de la guerre. 
(O'AUTON, Chron., t. III, p. 15, Jacob.) 

Quant Jonathas, capitaine de trie. 
Se conibatoit aux gens de Demetrie. 

(J. BoocHET, Ep. mor., Il, iv, éd. 1545.) 

— Action de trier, de faire un choix : 

(Les abeilles) Quant de naturelle industrie 
Entre les fleurs font une trie. 
(J. DE Bau-, Œui\, i" 260, éd. 1573.) 

2. TRIE, trihe^ s. f., jachère: 

4 bonniers de mauvaise terre en trie, 
(1313, Bertransart, ap. Mannicr, Comman- 
deries, p. 755.) 



10 



74 



TRI 



TRI 



TRI 



Et les Flamens et N'amurois les voient 
venir parmi .i. Irihe qui siiet entre Mar- 
nefîe et Almonsee et liredine. (J. d'Oltrem., 
Myi-eur des histors, VI, 258, Chron. belg.) 

Rouchie, trie, terrain vague, inculte, 
surlequelleshabitantsdu village avaient 
le droit de pâture. 

TBIEBLER, VOir TrIBLER. 

1. TRiEGE, S. m., cliarme, enchante- 
ment : 

Lors fist par laienz tel enchantement et 
tels trieges qu'il n'estoit nus chevaliers u ' 
monde tant fust de grant proesce qu'il poist ' 
mie achever le disme des aventures qui i ^ 
estoient. [Arlur, Richel. 3^7, i" 258".) 

2. TRIEGE, -iaige, -iage, Iraige, s. 
m., endroit où se croisent trois che- 
mins, territoire, carrefour : j 

A .1. trîaige de Mabon l'ont menei. | 

(ics Loh., Richel. 162Î, f« 199 r«.) 

Cils dedenz eusl pris cum l'um prent bisse al 

(piège, 
Ne fust Seigne si graat, par uot il unt lur 

[triege. 
(WiCE, Rou. 2* p., 611, .\ndresen.) 

El bois n'avoit sente ne triege 
Ou il n'eust cepel ou piège. 

(Ren., 8601, Méon.) 

Il y a un puits dans le bois, au triage 
de la Vente aux Brebis, qui est estimé le 
plus profond d'icvillec. (P. h'Alcripe, JVomw. 
fabr. den tr. de ver., p. 28, Bibl. elz.) 

Le traige du Point du Jour... afin povoir 
treger communément des rues Grande et 
de Sainct Vincent. (1534, Mém. de ta Soc. 
d'émulal. du Doubs, 5° sér., 5" vol., p. 760.) 

Accord avec le sieur de Saint Ymes, 
André de Caqueray, fils et héritier de dé- 
funt Simon de Caqueray, ayant lenu a 
ferme la dime de certains trieges de la fo- 
ret de Lyons. <5 avr. 1594, Arch. mun. 
Seine-Inf. G 3176.) 

Se disait encore au xvh" siècle : 

Une acre de terre labourable assize au 
tiiege de la Croix aux Clers. (Kpitaphe de 
1659 dans l'ègl. d'Appeville, Eure.) 

Bourg., traige, Fr.-Comté, trage, 
traige, passage d'une rue à une autre 
dans une maison entre deux voies pu- 
bliques. Norm., triage, triége, région 
déterminée d'une plaine en labours, 
Basse-.Norm., commune d'Audouville, 
triage, quartier : ce n'est pas mon 
triage. 

TRIELEIR, voir TrIBLER. 
TRIELER, voir TrIBLER. 

TRiEMEiVT, S. m., choix, préférence: 

Tous ars et toutes doctrines et toutes ou- 
vres et touz Iriemeriz sont por querre au- 
cun bien. (Brun. L.\t., Très., p. 256, Cha- 
baille.) 

1. TRIER, v. a., tirer, trouver : 



De cest mauves gieu legier 
Vous en di ce que j'en trie. 
(Perris d'Angkcourt. Chans., ap. Tarbé. Chansonn. 
de Champagne aux lu' et xui" s., p. 6.) 

Celui qui pluis de poas, jurisdiccion et 
reson eusl de trier nostre droit. (1281, Sub- 
miss, per Scot., Avesb., p. 17.) 

Trier et terminer droit, (/i.) 

Oier, trier et terminer noz chalenges et 
demaundes. (1291, ib., 18.) 

Que la droit serra trié et affermé. (Ib., 
19.) 

Et ceste piere tret a lui le fer pesant, 
qar ja ci grevouse ne ert la cause qe ne 
peut e^lre triée, si vérité peut demonstrer 
sa mestrve. (Sic. Bozon, Cont. moral., p. 9, 
A. T.) 

Comme en parlement tenus a Westmyn- 
ster l'an xxvi du roy Edouard tierce, entre 
autres choses en favoure et libertees des 
marchauntes estrangers repayranles en le 
royalme d'Engleteire, ordiné soit que si 
plèe ou debale soit moeue devaunt le mayr 
de l'estaple entre les marchauntes ou my- 
nistres d'icelle, et pur ceo pur trier la vé- 
rité per enqueste ou prove soit apprendre 
si l'une partie et l'autre soit estraungeioi7 
inei per eslraungers, et si l'une et l'autre 
soit deinzein soit trié per deinzeins, et si 
l'un partie soit deinzein et l'auter alien 
soyt l'une moytè de deinzeins el l'autre 
moyté des aliens.(5/a/. de Henri VI, an VllI, 
inipr. goth., Bibl. Louvre.) 

Et quiconsques issue triable per enquest 
en lesdites foreste el hundredes aveigne 
apprendre en tielx accions que il soit trié 
per enqueste del corps du dit countee hors 
de mesmes les forest et hundredes. [Ib.) 

— Infin. pris subst., procédé : 

Des ore veut qe la terre taunt com davt régner, 
Sait gwye par lay el par drait trier- 
(P. DE Langtoft, Chron., ap. Michel, Chr. angl.-n., 
I, 140.) 

— Trié, part, passé ? 

Gorgieres a mailles triées 
Ne sont mie la oubliées. 
(G. Ghiart, Roy. Linijn., 15482, W. et D.) 

Bas-Valais,V!onnaz, triy^, tirer, jeter. 

2. TRIER, triers, voir Très 2. 

TRIES, -<?3, trie-'ic, s. m., endroit où 
se croisent trois chemins, territoire, 
carrefour : 

Et si sacent cil, ki sunt et et ki a venir 
sunt, que Willaumes de Froune acata a 
VViset .ni. quartiers et demi de terre, pau 
plus, et pau moins, si gist sor le triesc a 
Warchin. (Mars 1225, Cliirog., S.-Brice, 
Arch. Tournai.) 

I Otroiet et rendu le moitié a droite par- 
chon del triez c'um apele le cler bos. (1257, 
' Cart. de Ftoreffe, f° 115, Arch. Namur.) 

Pardevant les eskevins de Tournay, Je- 
han Clément, laboureur, a vendu, werpy et 
clamé quicte, a tousjours, hirelablement, 
a Colart Martin, coutelier, deux maisons, 
gardin, et heritaige, tenant et joingnant 
ensamble, sur le triez de l'église et abbeye 
Saint Nicolay des Prez. (17 oct. 1444, Test. 
Martin Coutelier, chirog., Arch. Tournai.) 

.VI. cens d'eritage... haboutans au tries 
de Canteraine. (1456, Cartul. de l'Iiopital 
Notre Dame, f 67 r°, ib.) 



Les quatre corps et le moillon séant sur 
le triez dudit couvent de Sainct Nicolas. 
(156't, Accord entre Basse de Hurlefise et 
Pliilippe Coemes, chirog., S.-Brice, ib.) 

— Jachère : 

Sachent luit ke nous le tries, le quels 
nous avons jesans a Lamorees, avons don- 
neitamonsigneur Fastreitde Ferme. (1272, 
Cart. de Namur, p. 10, Borgnet et Bor- 
mans.) 

TRiEU, s. m., syn. de tries : 

Atant sont les oust esmeus, et s'en vont 
et vinrent al casteal qui a mervelhe seioit 
bien et beal, car ilh seioit a Irieu d'on fin 
qui grant lorche li faisoit. (J. d'Outrem., 
Myreur des Itislors, V, 105, Chron. belg.) 

Trois bonniers de terre ahannable, ou 
environ, gisans devant le porte dudit lieu 
du Molinel, en ladicle paruche de Baisieu, 
tenant devers ledit lieu du Molinel aux 
dessus dis trieus et regiet qui est devant le 
porte dudit lieu, comme dit est. (1474, Reg. 
terrier des biens des Ctiartreux de Ctiercq, 
r 72 r°, ib.) 

Maison, gardin et heritaige gisant au 
Bon Boeulx, tenant au trieu de Roteleux. 
(5 août 1576, Exéc. lest, de Louis de Bary, 
P 113, ib.) 

Arr. d'.\vesnes, trieu, terres en fri- 
che. 

Noms de lieux dans le Hainaut, le 
Grand Trieu, le Trieu de VVasores. 

TRiEUAGE, voir Tbeu.\ge. 

TRIEULE, voir Troille 1. 

TRIEULÉ, voir TlEULÉ. 
TRIEULER, VOirTRIBLER. 

TRiFFiK, triflé, adj. ? 

Item une selle a dame a sambue... es- 
maillee es arçons a escussons balanz trif- 
fies de pelles. (1334, Actes normands, p. 100, 
Delisle.) 

Ung meschanl fons de lict de taffetas 
orenge tanné et triflé aussy. (1605, Doc. 
inéd. sur la Picardie, IV, 397, Beauvillè.) 

TRIFFILIER, Voir TttEFILIER. 

TBiFFOiRE, -ore, -uire, voirTRiFOiRE. 
TRIFLÉ, voir Triffié. 
TRIFOIR, Ire/f., s. m., syn. de tri- 
foire : 

Li evesques avoit une selle a tre/foir 

Ovree de samis, de soie et de fin or. 

(J. DES Preis, Geste de Liège, 37985, Chron. belg.) 

TRIFOIR. for, Irefoir, tri/fuire, tre- 
fuir, adj., incrusté, ciselé, travaillé à 
jour; 

D'entre es arçons doraz qui sont trifor. 
[Ger. de Rossill.,ii. 38S, Michel.) 

Moult fu rice la cambre, faite d'uevre trefoire. 
{Fierabras, 2161, A. P.) 

De liois est blanc com yvoire, 
Ovre menu d'oevre triforie. 

{Parton., S2l, Crapelet.) 



TRI 

Il ad cel jor porfé une cupe d'or fin, 
Unches n'urcnt meillur César ne Coslentin, 
Triffuire erl, entaillie de bon or melekin. 
(Born, 935, ms. Oxf., Stengel.) 

N*i ot œvre qui entaillie 
Ne fust d'ueuvre trifoifie. 

(Adenet, Cleom., Ars. 3145, f» H'.) 

Guimples, fresiaus, coutiaus d'yvuire. 
Et maint riche joiel trefitire. 
{PnELippoT, Dit des marclieans, 69, Monlaiglon et 
Raynaud, Fabl., II, 125.) 

TRIFOIRE, -ftiere, -fore, -ffure,-foi<re, 
-fure, Iriffoire, -phoire, -fuire, s. f., in- 
crustation, ouvrage incrusté, ciselure, 
œuvre magistrale d'orfèvrerie : 

Li corn esloit de iveure 
Entaillez de trifure ; 
Pères i out assises 
Qui en le or furent mises. 

(ROD. BiKET, Lai dit Cor, Michel.) 

Au col avoit .i. cor d'ivoire 
Moult bien ouvré d'uevre a trifore. 
{PiTceoal, 2S487, Potyin.) 

Car li pan sont d'or fin trifuere 
El li timon de blanc ivuere. 

{Rom. de Thèbes, 4771, A. T.) 

Celé piere qui sus gisoit. 
De très tin marbre faite estait, 
Inde, jaune, noir et vermeil : 
Moult reluisoit contre soleil ; 
Si fut entaillie environ 
De la irifoii-e Salemon. 
{Flaire et Blancpflor., t'^ vers., 551, E. Du Mèril.) 

Ennii la nef trova un lit, 
Dunt li pecol e li limun 
Furent a l'uevre Selemun 
Tailliê a or, tut a triffoirCt 
De cipres e de blanc ivoire. 
(Marie, Lais, Giiigemar, 170, Waroke.) 

En sa main tint une corgie 
De soie en un baston d'yvoire, 
Ki entaillies ert a tyifoire. 

{Chev. as deux esp., 396, Foerster.) 

De marbre les meiseres desus erent vosees. 
De triffiire taillées de chef en chef celées. 
(Tb. de Kest., Geste d'Alix., Ricbel. 24364. i' 48 
r-.) 

Escu eslevé a trifoure des armes de 
Bourgogne. (1313. Ti-av. au.v c/idl. des com- 
tes d'Art., Arcli. KK 393, f° 44.) 

.1. escu eslevé a Irephoire. (1316, Dama- 
ges fait a Mad. d'Artois, Arch. Pas-de-Ca- 
iais.) 

Et pour les quatre fâche qui sont ordon- 
nées oudit patron (d'une fiertre) pour trif- 
fores, on les cangera en quatre ymages de 
demy ellevcure. (13 avril 1484, Journ. des 
prév. etjur., Arch. Tournai.) 

TRiFoiREE. triforee. Iriphorie, Iri- 
pharye. s. f., ouvrage incrusté, ciselé, 
comme tri foire : 

Trip/inrije, opus anaglafarium. {The trea- 
Irise de utensilibus of Aler. Necham (of Ihe 
twelfth century), Wright.) 

Li archon sont d'un blanc yvoire tailliet a trifo- 

[ree, 
Trestot de Puevre Salemon moût sotilment ovree. 
{De Venus la déesse d'amor, st. 2t4, Foerster.) 

Creus estoit par dedens et fait par triphorie. 
{Chans. d'Antioche, V, 1031, P. Paris.) 

TRIFORE, voir Trifoire. 



TRI 

TRiFORÉ, foirié, adj., syn. de tri- 
foir : 

Bendes est d'or, triphoires et polis. 

(Avberon, 1223. Graf.) Impr., trip/iones. 
Son cor ares qui est d'ivoire cler. 
Et de dn or irifoiries et bendes. 

[Ib., 1319.} Impr., tripkonies. 

TRiFORME, tri/f., aJj., qui a trois 
formes : 

Hz faignent estre la chimère une beste 
tri/faniie. [Chron. et hist. saint, et prof., 
Ai>. 3515, f" 92 r\) 

Un monstre triforme. (Du Verdier, les 
Images des dieux, p. 3j9, éd. l.jSl.) 

Tout son soit vocal, soit instrumental est 
naturellement triforme. (Uontlvard, My- 
t/iologie, p. 'liii, éd. 1607.) 

TRIFOURE, -/'"«''«, "A"'*, voir TniFOIRE. 

TRiGAL, S. m., bruit, tapage: 

Car tel trigal vont démenant, 
La val en gracient leur dieu. 
Je voudroye que de ce lieu 
Fussent vuides et mis dehors. 
(Mijst. de S. Crespin, p. 8, Dessalles et CLabaille.) 

Avrancliin, trigrd, lieu oh l'on fait 
du bruit et du tapage. 

TRIGALE, S. f. ? 

Pas ne vous doi trouver maie 
Qu'aine ne servi de trigaîe, 
M.iiz teus rit et chante et baie 
Qui la pense a moût mate. 
(Gaut. d'Argies, CAan,!., Hiuhel. 844, f90v"; Ri- 
cliel. 20U6U, l' 168 v°, Kicliel. 12615, f" 147 r«.) 

TRiG.vi.iîR, V. n., mener une vie de 
débauche : 

A lor nevûuz qui rien ne valent. 
Qui en lor lez encor estaient. 
Donent provendes et trigalent 
Por les deniers qu'il en emalent. 
(Est. de FouGiEREs, Lit^re des manières, 273, Kre- 
mer.) 

TRIG.ALERIE, S. f., débauche : 

L'aute ordre fut chevalerie. 
Mes or est ce trigcUerie. 
(Est. de Fou(.ieres, Lie. des manières, 5S5, Kre- 
mer.) 

TRIGDO.\DAIlVE, Vcir TrIQUEDONDAINE. 

TRiG.\oîv, Irinioii, s. m., carillon : 

Non debenl pulsari campanœ ad modum 
et instar <lu Irinion sine congédie et licen- 
tia prioris. (149Ô, Sentence d; iofficial de 
Mdcon, ap. Uuc, Trinioit.) 

TRIGOX, s. m., triangle : 

Le trigon de aries et de leons et de sa- 
gitarii apartient a l'angle qui est entre sep- 
tentrion et occident. (Ore.s.me, Quadrip., 
Richel. 1348, f 6i V.) 

— Drapeau en forme de triangle : 

Lv roys de France y fist son tref fermer. 
Et l'orillambe et son trigon lever. 

{Ront. d'.Xquin, 1892, Jouon des Longrais.) 

TRiGUT, S. m., p.-è. équivalent de 
décombres, coumie dans le Wallon lié- 
geois moderne : 



TRI 



1& 



Ceux qui ont enfermé leur aisemences 
ou les ont encombré de triguts. (1419, 
Chamb. des fin., XI, 124, Arch. Liège.) 

Se trouve encore à la fin du xvii» s. 
et au comm. du .xviii= dans des textes 
liégeois : 

A la léle du by du mciulin il se ramasse 
des cailloux et trigus. (168."i, Ord., ap. Po- 
lain, Ord. de la princip. de Liège, I, 28.) 

Nous défendons de prendre cendres, or- 
dures, ou trigus en cette cité. (1698, Ord., 
ap. Louvrex, Ed. et règlem. pour le pays de 
Liège, 111, o, éd. 17ôO.) 

Mats de fer, laitins, trigus. (1709, Ord., 
ap. Polain, Ord. de la princip. de Liène, I, 
470.) 

TRUIE, voir Thie 2. 

TRiiiOKi, -y, s. m., sorte de danse, 
usitée surtout en Bretagne : 

Les bayes avec les buissons, 
Danser le trihory ensemble. 
(Fin du sv' s.. Moyens de faire revenir te Bon Temp5, 
Poés. fr. des iV et ivi" s.. IV, 136.) 

' Pour trikori danser en rond. 
(Fin du sv' s., le Mireur des moines, ib., XIII, 
286.) 

Ung trihory dessus l'erbe jolye 
Au flageolet leur porte plus de bien 
Que de tous biens ne sçay dire combien. 
(1525, Banijuet du Boys, ib., X, 213.) 

Çà, un trihori en plate forme, et le ca- 
role de mesme à trois pas un faut. (N. du 
F.iiL., Cont. d'Eutrap., 1° 104 v°, éd. 1585.) 

Trois filz... beaux danseurs de passe- 
pieds et de trihori. (Desper., Nouv. recréât., 
p. 22, éd. 1561.) 

TRiKEoR, -eour, -eur, voir Tricheor. 

TRIKERESSE, Voir TrICHEOR. 
TRIKERIE, voir TRlCHErilE. 
TRIKIER, voir TniCHlER. 

TRii.is, voir Treslis. 

TRILLE, s. ? 

Cinq pans de ti-ille pour fondre le plomb 
dkï canons, (.lauv. 1544, Compte des cordel., 
Arch. Uzès Gt; 17.) 

TRILLEUR, S m. ? 

Toutes personnes de Marsal et de la ditte 
prevosté, franches a cause de leurs per- 
sonnes ou de leurs demeurances, seront 
juridiciables a la justice ordinaire, excepté 
les nobles, les prévôts, receveur et les gou- 
verneur, tailleur. Irilleur et boultavant des 
sallines dudit lieu. (1627, Coût, de Marsal, 
Nouv. Coût, gén., II, 1164'.) 

1. TRiLUE, S. f., sorte de poisson : 

La triUie est ung poisson qui a la teste 
courte, et la queue vient en aguysanl. {Pla- 
tine de honneste volupté, f 102 v°, éd. 1528.) 

2. TRiLLiE, voir Treillie. 

TRILHER, voir Treillier. 

TRiMAMiViE, adj., qui a trois ma- 
melles : 



76 



TRI 



THl 



TRI 



Et leur raere, qui estoil surnommée [ 
Blanche, triniamme, pource qu'elle avait 
trois mammelles. (Le Baud, Hist. de Bi-et., i 
ch. IV, éd. 1638.) 

TRiMBE, voir Timbre I au Supplé- 
ment. 

TRIMBLET, VOir TrINGLET. 

TRiMESSE, S. f., sorte de peOeterie : 

Deux milliers de belle euvre, trois mil- 
liers de trimesse. (1391, Arch. J.I 140, pièce 
238, Duc, Trimenslruum.) 

TRIMOILLECTE, -ollelte, VOIF TrES- 
MOnLLETE. 

TRiMUAU, S. f., racine de nénuphar: 

Nenufar, c'est une herbe qui croist en 
eaue, et a feules larges, et pourte fleur a 
manière de rose. Sa racine est appellee 
trimuau et est moult grosse. (Le graiit Her- 
bier, n° 328, Camus.) 

TKi\ALME>T, irinaii., adv., au nom- 
bre de trois : 

Li veirs Pères e li cbers Fiz, 
E li saÎDlismes Esperiz, 
Treis en personnes frinattmenf. 
(Bes., û. deAorm., II, 11153, Michel.) 

TRixc, Irincq, Irin, s. m., terme 
d'architecture : 

Un autre coup rompit, venant vers le chasleau, 
Le trincq tout nouveau faict, qui estoit riche et 

[beau. 
(A. MoaiN, Siège de BouL, quatr. 37, Morand.) 

Pour avoir fondut et fait les candellers 
tant du Irincq autour du cœur et de l'es- 
caperche. (1509-1510, Compte, S. Amé,Arch. 
Nord.) 

Pour les deux molures aux deux lez du 
tiincq de ceste église. (Ib.) 

Pour les gourtines de toille du Irincq. 
(Ib.) 

Pour avoir bué le drap du Iritx de l'église, 
.xu. s. (1536, Compte, Douai, ap. La Fons, 
Gloss. VIS., Bibl. Amiens.) 

Deux autres blanches courdines servan- 
tes a couvrir les imaiges du Irincq. (1574, 
Inv. de la très, de S. P. d'Aire.) 

— Sorte de jeu : 

La jouent en toutes saisons 
Aux quilles, au franc du carreau. 
Au trinc, au plus près du Cousteau. 
(Elot Damer^iai., Licre de ta deablerie, i" 19% éd. 
1507.) 

TRiNCASSE, S. f., toast : 

Ce boa vin j'entasse 
Tousjours tasse a tasse 
Par icy dedens ; 
Pour une ^rinca^se 
Cela ne me casse 
r*ie langue ne dens. 
(N. DE LA Chessate, Condomtt. de Bancquet, à la 
suite de la Nef de santé, éd. 1507.) 

TRi\'CHo.\, S. m., sorte de plante : 

Trinckon ou vinele, ou oseille, bret. 
trinchoneun, 1. acidula. (1464, J. Lag.\deuc, 
Catholicon, Auffret de Quoelqueueran, Bibl. 
Quimper.) 



TRixcLE, tryncle, s. m., sorte de 
joyau dont nous ne pouvons déterminer 
l'espèce : 

Quatre tryncles d'or, larges d'un doy ou 
environ. (1474, Inv. des bagues de Gabrielle 
de Latottr, Ann. de la Soc. d'hisl. de Fr., 
1880, p. 276.) 

TRixcQ, voir Trinc. 

TRixÉ, adj., composé de trois élé- 
ments : 

Rougeur, verdeur et doreure. 
Afin qu'en soit la figure, 
La dicte coleur trinee 
Y peut estre sans taincture 
Et sans naturel paincture. 
(G. DE DiGDLLEViLLE, Trois pelei'ïn.A'* t^l^, im^T. Ins- 
titut.) 

TRi\EL, adj., triple : 

Les premiers surmontent les cieulx jus- 
ques a la conlemplation de la divinité, et 
de la trinelle dislinclion des personnes en 
l'union d'une seule essence. (A. Chart., 
CEsper., Œuv., p. 282, éd. 1601.) 

TRixGLET, trimblet, trinquet, s. m., 
sorte de jeu : 

Icellui exposant jouoit au triquet a Re- 
gnault Bêcher. (1381, Arch. JJ 125, pièce 38, 
ap. Duc, Triquetum.) 

Certaines places et lieux ordonnez a 
jouer aux dez, triques et autres gieux. 
(1385, Arch. legisl. de Reims, III, 668, Doc. 
inéd.) 

Jouer, les uns aus dez, les autres au 
tringle!. (1399, Arch. JJ 154, f° 184 r°.) 

Comme la dite Lorette eust adiré ou 
perdu un petit blanc de cinq deniers tour- 
nois, dont elle se jouoit au trimblet en la 
chambre de son dit maistre. (140'2, Arch. 
JJ 157, pièce "298, ap. Duc, Trinquelum.) 

Pour argent delivrel a mon dit signeur 
a pluiseurs fois, pour juwer a le palme, au 
trinquet, (l" sept. 1409, Compte de la re- 
cette générale de Ilainaut, Arch. N'ord.) 

A aussi celuy qui est chastellain droit de 
prendre la moitié d'un triquet, qui est une 
table ou l'on a acouslumé de jouer a blanc 
et a noir a ung instrument que on dit tri- 
quet, et laquelle table se baille a ferme 
chacun an par lesdis mayeuret chastelain, 
et y prent ledit chastelain moitié en tout. 
(1431, Enqueste afuture, Arch. législ. de 
Reims, t. i, p. 591, Doc. inéd.) 

TRiMOîv, voir Triqnon. 

TRiiMTEUMEXT, adv., en trois per- 
sonnes : 

En treis persones Diz, nomez, 
Prêtez, créez e aorez 
En trinité triniteument. 
(Be»., B. deNorm., II, S3375, Michel.) 

TRixQUET, voir Tringlet. 

TBioLAixE, -lainne, -leine, s. f., jeune 
prolongé pendant trois jours : 

Tu renduroies si granz paînes 

De jeunes, de triolaines. 

(G. DE Coisci, .Mit., Ilicbel. 2163, (• 8«.) 

De geunes et de triolalnnes 
Jaunes iert cum piez d'escoutle. 
(1d., 16., ms. Soiss., f 11''; Poq., col. 41.) 



Quant fait avoit la irtoïaine 
.u. fois ou .ui. en la quinsaine. 

(.l/ir. de S. Eloi, p. i9. Peigné.) 

Jeune inraisonnable est en ceulx qui 
veulent jeûner plusieurs jours sans man- 
ger ne boire, comme ceulzqui font la trio- 
teine... Ceulz qui font la trioleine du ven- 
dredi au dymanche de la résurrection font 
contre laprohibicion de reglise.(J. Goulais, 
Trad. du Ration, de G. Durant, Richel. 437, 
f- 226 V.) 

— Tourment, souffrance en général : 

A autre riens ne se veult déporter 
Fors a pener a elles décevoir 
Pour y mectre cuer et corps et avoir. 
Et par longtemps dure la triolaine, 
Souventes fois avient, et celle peine. 
(Christ, de Pizas, Po-^s., Richel. 604, 1' 53''.) 

— Quantité, grand nombre : 

De sa concubine il eut une grande trio- 
lame de bastards. [Th. d'honn.. Il, 1193, ap. 
Ste-Pal.) 

Elles ne sont pas seullement 
Deux ou trois, mais communément 
Tousjours une grant triolaine. 
{L'advoc. des dam, de Par,, Poés. fr. des xv* et xvi" 
6., XII, 19.) 

— Long bavardage : 

.\u moyen de la triolaine. 
Et qu'elle en disoit des biens tant, 
La povre mignonne se pêne 
Et s'en va vers luy tout bâtant. 
(CoQDaLABT, Broitz nouv,, i" p.. De Pactis, I, 145, 
Bibl. elz.) 

Norm., Lorr., triolaine, grand nom- 
bre, kyrielle, quantité; Montois, em- 
barras, tracas, tracasserie. 

TRioLE, s. f., trille : 

Et li prestres isnelement, 
Ki convoite l'oQ'r.Tnde a prendre, 
Reuve les cbandoiles esprendre, 
?ie ne fait pas longes trioles. 
Car ilb convoite les cbandoiles. 
(La Veuve, Montaigl. et Rayn., Fabl., II, 198.) 

Suisse, trioula, discours ennuyeux, 
ritournelle de chanson, personne qui 

rabâche. 

1. TRIOLET, s. m., sorte de danse : 

llaultes danses donnants eschaullemens, 
si comme hayes, colkerques, triolet:, branl- 
les et aultres semblables. ,10 juill. 1538, 
Reg. aux Public, Arch. Tournai.) 

2. TRIOLET, -ollet, s. m., ornement 
formé de trois perles disposées en 
forme de trèfle : 

Défaillent quatre petitz doux en mode 
de florettes, et ung triollel et deux lyons 
qui ont esté venduz. (1563, Invent, des re- 
liquaires de la Sainte Chapelle de Dijon, 
p. 26, J. d'Arbaumont.) 

TRiOMPiiAiRE,-i(»i/)Aaire, adj., triom- 
phateur : 

Li vieillart Iriumphnire et consulaire qui 
avoient tenuz les souverains eslaz. (Ber- 
suiRE, T. Liv., ms. Ste-Gen., f° 95^) 



TRI 

TBIOMPHAUTÉ, triump/i., S. f., Supé- 
riorité, domination : 

Il sera a jamais mémoire 
De nostre tyiuinphalité 
Et sublimée aactorité. 
{^Mijst. du viel Test., XXXIIl, 29174, A. T.) 

TRioMPHAMMEivT, trium., adv., 
triomphalement : 

Dame vivant tfiunipJtaiitment, 
Je vous Taiz déclaration. 
Qu'il est heure présentement 
De prendre sa réfection. 
(N. DE LA Cqesnaye, Comdamti. de Bancquet, p. 307, 
Jacob.) 

Par dessus le dict escusson estoil la 
couronne, couronnée du lierre impérial 
mapnificquenienl et Iriumpliumment fait. 
(A. DE LA ViG.NE, Vergier d'honneur, p. 434, 
s. d., Paris.) 

Et d'aultres roys, depuis, plusieurs 
Qui ont régné notablement... 
On les doit louer grandement, 
Lesquels régnent triutnphan{te)ment 
Maintenant en gloire divine. 
{Mtr. de N'ostî-e Dame de Souffrance, ap. Gaiffrey, 
Ckron. de Franc. 1"% Appeoii., p. 461.) 

Le lendemain 11 mist toute son armée et 
celle de Juba a la campaigne, et misl en 
bataille le plus Iriampfmmment qu'il peut. 
(E. DE L.MGUE, Cunim. de J. Ces., f" 112 r°, 
éd. 1539.) 

TRioMPiiERiE, trium., Iri/um., s. f., 
triomphe, pompe : 

Gens habillez en granl triumpherie. 
(MiaTiAL DE Paris, \ig. de Ch. VU, sign. C un r», 
éd. 1493.) 

Et quant est de l'artillerie. 
Bureau qui en estoit gouverneur, 
Y iist une tryumpherie. 
Et y acquist moult grant honneur. 

(lu., ib., U I I'.) 

TRioMPHETE,-«m/)/(., S. f., triomphe: 

Tous princes d'auctorité 
De tout le pays d'.Vngleterre 
Sont devant en triutnpheté. 
Pour ruer Orléans tout par terre. 
{Mist. du siège d'Orl., 5375, Guessard.) 

TRiojipiiEUR, trompheur, s. m., net- 
toyeur des égouts et canaux : 

Que l'on fasse venir les triomp/ieurs. (28 
tév. 1536, Délit, du Conseil de Bourg, ap. 
J. Baux, Mém. hist. de la ville de Bourg, I, 
12.) 

Que l'on fasse fermer la fonlayne la Tar- 
dienne et que on fasse venir les trom- 
pheurs. (2 nov. 1543, ib., p. 120.) 

TRiOMPiioiR, trionfoir, s. m., égout: 

Pour entretenir et maintenir deunient 
icelluy borneau et triomplioir. (29 avril 
1575, ap. J. Bau.\, Mém. tiistoriq. de Bourg, 
II, 136.) 

Seront par mesme niolen repares les 
ponts, puilz et fontaines estant en la ville, 
notamment le puy de la Verohere et bor- 
neaux et trionfoirs de Tesnieres. (12 nov. 
1603, Délihér. du conseil de Bourg, ap. J. 
Baux, ib., III, 244.) 

TRION, S. m., sorte de cage en osier : 



TRI 

On en fait des boirions, des trions et des cages 
Qui tiennent prisonniers les oiseaux des bocages. 
(Pb. Hegemon, La Colomb, et lu mais, i^iisi., éd. 
1583.) 

— Dans les Bombes, arbres étètés 
qui séparent les héritages. 

D'après Ducange, v" Triones, Irion se 
trouve dans une Charle de Tlioissey de 1404. 

TRIONFOIR, voir Triomphoir. 

TRioT, S. m., jachère : 

Avons alaNeufville emprez Reims, deux 
pièces de terres en Iriot et savart, dont 
on ne rend riens. (1384, Déclar. du tempo- 
rel du coiiv. de Clermarès, Arch. admin. de 
Reims, t. lU, p. 573, Doc. Inèd.) 

Cf. Trie. 

TRIPARTI, -y, trisp., adj., divisé en 
trois : 

Et estoit cesle sale trispariie, c'est à dire 
divisée en trois grans pars. (P. Mich.\ult, 
Dance aux aveugt., p. 7, éd. 1748.) 

Proverbes et omelies conformes aux sen- 
tences des hystoires tripartile et scolas- 
ticque. (Ed.mo.nd lu Bocllay, le Combat de 
la Chair et l'Esprit, Epistre de l'autheur, 
r 4 v°, éd. 1549.) 

Je veoye ses divins cheveulx qui es- 
toyent tripartiz. (Dassy, Peregrin., P 88 r°, 
éd. 1533.) 

Lesquelles constellations ou images ce- 
lestes sont tripnrtii. (Roussat, de l'Estal et 
mutation des temps, p. 70, éd. 1550.) 

— Qui est rayé de trois couleurs : 

A voz chevaulx fault huy harnois vermeil 
Et demain gris, et lendemain party. 
Et si trouvez qu'ung aultre l'aye pareil 
Ne prenez plus ne terme ne conseil. 
Mais commandez d'avoir un trlsparty 
Et soustenez tellement ce party 
En vous leurrant si parfond et avant 
Qu'âme ne soit qui vous marche devant. 
(P. MiGHAULT, Doctrinal de court, f* 24 r", éd. 
1528.) 

— S. m., traité d'arithmétique : 

Le Triparly de Nicolas Chuquet. (Richel. 
1346, f 1.) 

TRiPARTTiE, Ircspertile, s. f., philo- 
sophie scolastique qui était divisée en 
trois parties : 

La irespertite (de S. Dominique), je supplie 

Doit ele estre mise en oubli ? 

Guidon de nostre ordre la fist. 

(H. Bonnet, Apparit. de J. de Me un, Richel. SU, f'' 

20 V».) 

TRiPEiR, voir Treper. 
TRiPELER, voir Trepiller. 
TRIPEME^^T, voir Trepeuent. 

TRIPENCE, S. f. ? 

La ni" manière d'engin est appellee tri- 
pence. (H. DE Gauchi, Ti-ad. du Gouv. des 
princes de Cilles Colonne, Ars. 5062, i° 
219 v°.) 

TRiPER, voir Treper. 



TRI 



77 



TRIPERIE, s. f., manufacture où l'on 
fabrique les velours de laine appelés 
tripes : 

Et si doit cil. ki cest ouvrage fera, livrer 
tout, a sen cousl et a sen fret, fors ancres 
et les pasnes, ki seront es .xx. pies d'as- 
longe. Et as cambres, en le triperie, doi- 
vent estre de .viii. pas de gros. (1275, Livre 
des bans et ordonnances, f° 18 v", Arch. Tour- 
nai.) 

Stils de salelrie, bourgeterle. haultelice 
et triperie. (14 oct. 1606, Lett. des archiducs, 
dans Inveut, des arch. du Nord, III, 440.) 

TRiPET, trippet, s. m., sorte de go- 
belet : 

Un pelltgobelet d'or, qu'on appelle ,V(>e(, 
et est esmaillié ou fonds aux armes de 
France. (1363, Invent, du duc de Norm., ap. 
Laborde, Emaux.) 

Un gobelet couvert appelle trippet. (6 
mars 1385, Compt. de René, p. 188, Lecoy.i 

Un trtpet noir qui a le plé et le couves- 
cle d'argent et perles a l'entour du ventre. 
(1399, Invent, de Charles VI, ap. Laborde, 
Emaux.) 

Nom propre, Tripet. 

TRiPETEis, voir Trepeteis. 

TRIPETER, voir TrEPETER. 

TRIPEUS, adj. ? 

Car orendroit est tant ripeuse 
Corhee, bossue et tripettse. 
(J. Le Fetke, Maiheolus, I, 675, Tricotel.) 

TRipiiiLE, adj., peuplé de trois tri- 
bus : 

Oullre ces champs est une haiile mon- 
taigne dediee nux dieux qu'ilz appellent le 
sciege du ciel et Iriphile Olimpe... Et fut 
surnommé dlinipe triphile pojr ce que 
lllec avoit trois nacions de gens. (Chron. 
et hist. saint, et prof., Ars. 3515, f 87 r°.) 

TRiPHoi\E, voir Trifoine. 

TRIPHOIRE, voir TrIFOIRE. 

TRiPHoivÉ, voir Tkifonië. 

TRiPHORiE, voir Trifoire. 

TRiPiDER, voir Tripudier. 

TRIPIER, tripp., s. m., celui qui fa- 
brique, qui vend l'étoffe appelée tripe : 

Toutes sentences rendues par les reu- 
wart, palseurs, maieur de la perse, trip- 
piers de velours, commis a la vingtaine et. 
autres... sortissent par appel par devant 
les eschevins. (1533, Coût, de Lille, Coût, 
gén., I, 777, éd. 1604.) 

Wallerand Colbert, trippier de velours. 
(1570,Valenciennes, ap. La Fons, Gloss. ms., 
Bibl. Amiens.) 

TRiPLicATioiv, s. f., actlou de tripli- 
quer, moyen de droit présenté par le 
demandeur, quand il plaide pour la 
troisième fois contre le défenseur : 



78 



TRI 



TRI 



TRI 



Encontre replicalion est Iriplicafions don- 
née au deffendeor. (Ordin. Tanvei, ras. 
Salis, r° 24'.) 

Se il apert par aventure que la duplica- 
tion soit droilurel et ele mut a tort ,iu de- 
mandeur, il li e?t mestiers d'avoir une au- 
tre allégation por aidier li qui est apelee 
Iriplication. (Institutes, Richel. 1064, f 81^) 



Une tiiplicalion d'elemens. (Tigenere, 
Traiclé des clufT-es, f 17 v°, éd. 1587.) 

Par ces triplications de caractères. (Id., 
i4., C 193 \°.) 

Rarement la duplication de la lune avient, 
1res rarement la Iriplication. (Le Blanc, 
Trad. de Cardan, P 85 r°, éd. 1608.) 

TRIPLIQUER, -icquier, tripplicquier, 
V. n., répliquer une troisième fois, ré- 
pondre à une réplique : 

Se aucun y veult tripplicquier. 

[De Leesse, Val. Cbr. 1519, f» 37''.) 

Répliquer, dupliquer, tripliquer. (1310, 
Cari, de Monlier Ramey, Richel. 1. 5432, f 
27 V.) 

Et retenez pour duplicquier 
Se aulcun y veult triplicquier. 
(Le liebours de 'Uatheoius. p. 118, éi. IS18.) 

— Tripliqw, part, passé ? 

Une losenge de triasaudaly tripliqué de 
reubarbe. (Jeh. Coelrot, Entretacertient de 
vie, f" 36 v°, s. d.) 

TRiPos, S. m., sorte de laurier : 

S'il eust eu en son repos 
Entour son chief po?é tripos 
Qui est espèce de lorier 
Plus précieux que nul porier, 
Car vray fait songier, non pas fables. 
[Fasloralet, ms. Brux. 11064, fo 21 r».) 

TRIPOT, tripp., tribot, -pout, s. m., 
mauvaise situation, mauvaise besogne, 
tripotage, intrigue : 

Onques li rois ne s'aperçut 

Ne mon estre ne desconnut, 

Partie me sui du tripot. 

Quant l'ot Brengain, molt s'en esjot ; 

Iseut, ma dame, grant merci 

Nus a Dex fait, qui ne menti, 

Quant il vos a fait desevrer 

l3u parlement sanz plus outrer. 

Que li rois n'a chose veue 

Qui ne puisse estre bien tenue. 

{Tristan. I, 331, Michel.) 

Soit revestuz de dras de ladre ; 
.1. henap port o soi de madré, 
Un botele ait de desoz, 
A coroie atacbié par noz ; 
A l'autre main tienge .t. puiot, 
Si aprenge de tel tripot. 

(Ib., I, 3264.) 

Molt li fu bel et molt li plot 
De ce qu'il sont en lait tripot. 

[Ib., 1, 3821.) 

A ccz moz en la vile entra ; 
(iuill. sor le pont trova 
Qui puis fu quens de Mandevile, 
Ou unkes n'eut tripot ne gile. 
(Hist. de Guill le Maréchal, 861, P. Meyer.) 

Quar son père l'eust tuée 
Quant il aperçut le tripot. 

{Rose, ms. Corsini, f" 140''.) 



A ce doit lores, s'il peut, tendre, 
Qu'il li face a force entendant 
Qu'il le fist seur soi deffendant. 
Car celé si cort le tenoit. 
Et si malement le menoit. 
Conques escbaper ne li pot 
Jusqu'il orent fet ce tripot. 

[Ib.. Richel. 1573, f 83".) 

La garce ot a non Galeslrot, 
Moût sot de fart et de tripot. 
[De Constant du Hainel, Montaigl. et Raya., Fabl., 
IV, 180.) 

— Jeu d'amour : 

Dus et dus jostent lor tripout 
Et se meinent plus que le trot. 
(lîsT. nE FoDGiERES, Lïv. dcs manières, 1117, Kre- 
mer.) 

Ca, m'amye. que je vous régente 
En faisant l'amoureux tripot. 
[Farce de Peruet qui va au vin, Adc. Th. fr., I, 
206.) 

— Halle, marché : 

Item peuent les diz bourgois... mettre 
jurez et gardes... au tripot ou haie a blé, 
etc. (1466, Arch. J.I 202, pièce 51.) 

— Lieu où l'on jouait au jeu de 
paume : 

Colot Pierre, perierdemeurant a Tremons, 
amené au chasteau de Bas neuf marches 
qui ont esté converties et employées, as- 
savoir 8 en un trippol l'ait de nouveau oudit 
chasteau pour monter ou grenier du sei- 
gneur et une autre mise au pied des de- 
grez de la maison ou demeure Didier l'es- 
cripvain. (1493, Arch. Meuse B 895, f 93.) 

— Tripot lirol : 

Tripot lirot ! por sa haine 
Et par sa tençon qui ne fine 
G'i irai ; s'orrai qu'il dira. 
(RUTEB., De Théophile, J'iLioal, ï' éd., p. 247.) 

Valognes, tripot, marché, et, par ex- 
tension, tumulte. Guernes. et Pic, tri- 
pot, besogne, ménage, cuisine. 

TRiPPER, voir Treper. 

TRIPPET, voir TniPET. 

TRIPPETER, -etler, voir Trepeter. 

TRIPPLE, S. f., instrument de ton- 
nelier : 

A Pierre Délie, coustelier, pour deux trip- 
pte.s qu'il a faict pour la boutellerie de Ms. 
(Compte de 1S36, S. Omer, ap. La Fons, 
Gtoss. ms., Bibl. Amiens.) 

TRIPPLIQUIER, voir TrIPLIQUER. 

TRiPuuiAL, adj., de danse, qui se 
manifeste par la danse : 

Faisoit porter a grant honnour 

Et a joie tripudial 

Les reliques saint Marcial. 

(Mir. de S. Eloi, p. 40, Peigaé.) 

TRiPUDiE, S. f., sorte de danse, 
branle : 

Quant les harpes des dois touchoient 
Ceulx de la dance llecbissoient 
Par manière de tripndie. 
(i. Le Feïee, Matheolus, III, 2963, Tricotel.) 



TRiPiDiER, tripider, v. n., danser, 
sauter : 

Par saltacion il entend tripudier ou Ires- 
chier, caroler ou dancer. (Oreswe, Politiq., 
2' p., f» 98% éd. 1489.) 

Qu'ilz se accoustument aussi a faire les 
saults et donner les coups quant et quant, 
se dressant en Iripudianl et tressaillant 
contre le bouclier. (Polvgraphe, Flave Ve- 
gece, II, 23, éd. 1488.) 

Ils devinrent renouilles et demourerent 
au lac saultans et tripidaas l'une heure au 
fons de l'eaue et l'autre par dessus. (C. 
Mansion, Bible des Poet. de melain., P 60 r", 
éd. 1493.) 

Le roy David fut humble et magnanime, 
il l'ut humble devant Dieu lorsque, considé- 
rant le petit lieu dont il estoit venu, saul- 
toit et tripudioit, luy estant roy, davanl 
l'arche a l'homme de Dieu. (J. Bouchet, lu 
Noble Dame, {" 14 r», éd. 1530.) 

On trouve encore en plein xvii" s. : 

M. des Hameaux prit possession de la 
cure Saint Pol, les marguilliers l'assistant, 
les orgues sonnants, le peuple Iripudianl 
et disant... (Mezerai, Letl. a Seguier.) 

TRIQU.*.CHE, voir TuRQUOISE. 

TRiylEBALLE, S. f . ? 

Apres, montrons noz triqiteballes 
Qui a aucuns seront amer. 
(Mist. du siège d'Orl., 17203, Gaessard.) 

Ne souete que Facestot 

Qui enmene ses triqiteballes 

Dedans Gorbeil, enmy les halles, 

Qui s'est reculé de l'elTort, 

Mes n'a pas emmené ses malles. 

(Jb., 20296.) 
Item, tu as esté a Basle, 
Pour tant, comme a Basilien 
Condempné a la triquebale, 
On m'a rompu bas et lyen. 
(Maht. Le Fbanc, Compl, du liv. du champ, des 
dames, 229, G. Paris, Romania, XVI, 430.) 

En publiant la Complainte du cham- 
pion des dames, M. Gaston Paris a fait 
cette remarque : 

Je ne connais pas ce mot. On peut, en 
le rapprochant de trimballer, Irinquehal- 
1er (llabelais), tringuebal/e (voy. Littré), 
triquebalarideau (Colgrave), former diver- 
ses conjectures ; mais aucune ne présente 
une vraisemblance acceptable. 

Wallon, Irinqnehale, trikhale, char- 
rette que l'on pousse à la main, treuil, 
sorte de chariot dont les roues sont fort 
élevées. 

TRiQL'EDOKD.4iXE, tricq., tricd., 
Irigd., s. f., baliverne, bagatelle, ba- 
biole : 

Jeunes dames, tele triqitedondaine 
Ne portez plus ; aux vieilles en conviengne... 
Rendez l'emprunt des estranges cheveulx. 
(E. Deschaups, Poés., VI, 200, A. T.) 

Elle \int la Simple assaillir 
El luy mist au becq, sans faillir, 
Ung tas de menues tricquedondaines. 
Qui la firent bien tressaillir. 
(Coquillaet, Ei\quest€, il, 101, Bibl. elz.) 



TRI 



TRI 



TRI 



7Î^ 



Tricdondaines . Menues, vaines, inutiles, 
superflues. (La Porte, Epith., éd. 1571.) 

Elles furent servies de iriquedonduines. 
(Navigal. du Compair/non a la Bouteille, 
Comuient lirinyuenanlles feit faire la mons- 
tre... éd. Iôi7.) 

— Les testicules : 

Si le chat se trouvoil la, donnoit deux 
coups de sa patte a ses triquedomlaities 
qui pendoient. (N. Du Fail, Prop. rust., 
p. 53, éd. 1549.) 

— Femme galante : 

No fusse pas bonne Irudaino 
El joyeuse ti'iquedondaîne. 
(Elot Damebnal, Lii\ de la deablerie, f" 90», éd. 
1907.) 

— Bibelots, babioles de toilette : 

Ou eust ouy d'une lieue tempester 
Pour mettre a point toutes leurs triijdondatnes, 
[Deh. des Dam. de Par. et de Rouen, Poés. fr. des 
XV et xvie 9., Xîl, 43.) 

EsguUeles, rubens, tficquedondaiues. 
[Testam. fin liuby, Poés. fr. des xv" et xvi'= s., XIII, 

5.) 

TRKJUEDOXDELE, sopte de fefraiii : 

Puis chantons a haute vois ; 

Triquedondele, 
J'ai anié la pastourele. 
{Clians., HicLel. 841, t" 3 r» ; G.Rayoaud, .Uolets fr., 
II, 123.) 

TRiouEHOusE, Iricq., tricquehouze, 
Iricoiise, s. m., grands bas que l'on met- 
tait en voyageant avec des bottes ; bot- 
tines de drap, guêtres de toile ou de 
drap, de grosse laine ou de peau : 

Deux tviquehouses de blaiichet, ([ue le 
suppliant avoit enrollees autour de ses 
jambes. (1459, Arch. .IJ 189, pièce 380, Duc., 
Housellus.) 

La chaussure estoit de Iricquehouses ou 
gueslres. (Vie de Mous. S. Hier., ch. xv, 
éd. Von.) 

Pero, guestre, ou Iriquehouie. Qui ha des 
guestres ou trinuehouses chaussées. (II. 
Est., Dictiunafiolum, éd. 1542.) 

Pero, guestres ou triquekouses qui se fai- 
soycnt de cuir cru. (Guill. Morelius, Verb. 
latinorum commenlard, éd. 1558.) 

Tirez mes bottes et nettoyez les, puis 
mettez y les tricquelwuses dedans. {Colla- 
quia cu»i diclio'iuriolo sex liuguarum, An- 
vers 1583.) 

Item un ristre noir de (jourtraict fort 
lonc, avec deux grandz courdons de soye 
noire et le collet l'orré de velours, plus unes 
tricouses verdes avec une bottes, qu'es- 
toyent de feu monsieur Bonety. (1580, [nv. 
de Draguiynaii, Revue des Soc. sav., 1874, 
p. 121.) 

Une paire de Iriacquehouzes ou bottines 
de drap d'.Vnjjlelerre. (21 mars 1606, Heg. 
mur iléin. de Douai, (" 2, .\rch. mun. Douai.) 

Cotgrave, iricouse, triquehouses ; Duez, 
triquehouse. 

Poitou, Normandie, Haut-Maine, .\r- 
dennes, Rouchi, Lyonnais et Forez, Iri- 
couse, tricuusse, bas de tricot sans pieds, 



guêtre en étolTe ou en toile, Berry et 
Rouchi, bottines en drap. 

TRiyUE.MER, S. m. ? 

Çou est un povres triquemers. 
[Dugarç. et de faaeuyle, Ricljel. -24366. p. 242''.) 

TRIQUEMQUE, -uisque, S. f., dispute 

vaine, querelle pour des vétilles : 

Entre vous, reddurs fantastiques, 
S.achez, de voslre auctorité, 
Que plusieurs autres triqueniques 
Je laisse a cause de briefveté. 
(1533, Pronoat (cation de Sonyecreux, Poéa. fr. des 
XV" et.vvi' 8., XII, 19U.) 

Ce sont des batlailles celles la, bien ren- 
dues et débattues, non pas les triqueniques 
des nùslres, ou nous ne rendons de com- 
bat pour un double, et la plus part s'en- 
fuyent, comme nous en avons veu de nos- 
Ire temps. (Ueiant., Or. Capil. estrang.. Il, 
48, Lalanne.) 

Le bon homme de Pline se trompe avec 
ses conjectures et argumens de triqueni- 
que. (Cl. UiîLT.et, Dw. te^^ons de P. Messie, f 
477 V, éd. 1584.) 

Triqueuisques, f. Trash, trifles, nifles, pal- 
try stulTe, things of no value. Argumens de 
triquenisquei. Vaine fond, slight arguments. 
Monsieur de triqueuisques. A gentleman of 
sti-aw, a thred bare gentleman. (Cotgr., 
1611.) 

Triqueniques, follia, stoltitia. (Thresor des 
trois langues, éd. 1617.) 

Amatorculus, amoureux de triqueniques. 
(Fed. Morel, Dictionariolum, é{i. 1632.) 

Avec des harpies, quenailles, gens de 
Iriquenique. (Mei.art, Hist. de la ville et 
chasleau de lluij, I. .\.X1II, p. 278, éd. 1641.) 

Triqueniques, f. lioyas, necedades. (Oudin, 
1660.) 

Norm., Iriquenique, débat sur des 
vétilles, petite altercation pour des ba- 
gatelles. 

TRiyuERESSEMEîVT, voir Tricheres- 

SE.ME.NT. 

TRIQUERIE, voir TrICHERIE. 

TRiQUET, voir Triniilet. 

TRiguoTEE, voir Tricotée. 

TRiQUOTER, voir Tricoter. 

TRiyuoTONET, S. m., palette ou rou- 
leau de bois : 

Le suppliant prinl le petit triquotonel 
duquel il faisoit sa louasse. (1456, .Arch. JJ 
189, pièce 122, Duc, Triquetum.) 

TRiscHER, voir Trichibr. 

TRISKOTER, VOiP TrICOTER. 

TRisivoTER, voir Tresnoter. 
TRisPARTiR, voir Trespartir. 

TRISPARTY, voir TrIPARTI. 

TRiSTABLE, adj., tpïste, douloupeux : 



Choses Instables et nuisans. (Evrart de 
CosTY, Probl. d'Arist., Richel. 210, f» 75*.) 

Che ki est sanlant et corrompant le pro- 
pre bien, si devient ce anoiable u Iristable, 
ne mie en tant k'il est sanlant u un, mais 
en tant k'il corrunl che ki est plus un. 
(.Jehan d'Arkel, U Ars d'amours, I!, 231, 
Petit.) 

La fuite du mal Iristable perdurable est 
crainte servile. {''hron. et tnst. saint, et 
prof., .\rs. 3515, f" 24 r".) 

Dolente et iristable journée. 
(Gheba», Afyst. de la Pciss., Ars. 6431, £• 64». ) 

TRisTAivcE, S. f., tristesse : 

.\ pol de tans aura joie de ta tristance. 

(Herma», Bible, Ricbel. 1444, (° 42 y».) 

1. TRISTE, adj., méchant, lâche : 

Morglu^ metit sus la table Ogier la mappe 
que Merlins (istason temps et a Morgaine 
li donat et H dist qu'elle gardast bien, car 
sour li ne porait mangier nuls bons tristes 
qui on(|ue se mellat de niurdre, de lar- 
chien, defauseteit; ne qui onques eust 
paour. (J. ii'OiTREM.. M'jreur des hislors, 
IV, .58, Chron. helg.) 

2. TRISTE, voir Tristre. 
TRiSTEMEiMT, S. m., afQiction : 

Qui a bien sceu comparer et remembrer 
les Iristemens des choses de ce temps jus- 
ques a ores. (A. Chartier, Quadril. invect., 
(Euv., p. 439, éd. 1617). 

TRISTER, verbe. 

— Act.. attrister, contrister, affliger, 
chagriner : 

Se n'est niio m'entente de nul homme trîstrer. 
(GiLl-ON LE McisiT, Poés., I, 300, Kerv.) 

Se laide suis, ce m'as tu fait. 
Qui par tes grans mesfaiz tristee 
Tu la as maintesfois et troublée, 
(G. DE DiGULLETiLLE, Trois peter., £■» 99^, impr. Ins- 
titut.) 

— Réfl., s'attrister : 

Il ne se triste pas de la perte ou pour 
l'amour des pecunes. (Ore.sme, Eth., Richel. 
204, f 415".) 

En joye se trisier, s'esjonir en tristesse. 
(B*if, tes Amours, (' 80 r». éd. 1572.) 

Il est dolent et se triste de aucunes cho- 
ses lesquelles il a perdues. ( Vtolier des Hist. 
rom., ch. cxxv, Bibl. elz.) 

Je vous supply, sire, ne vous trister ne 
faire si grand cas de ce qui vous est avenu. 
(Saliat, Her., VIII, éd. 1575.) 

— Neut., dans le même sens : 

Or as ton père fait tristrant, 
Car tristes sui quant je te vol 
^lal bailli par malvaise lov. 
(Gdi de Casibk., Barluam, p. 453, iî, P. Ueyer.) 

N'as tu pas bien cause d'amoureusement 
trister comme orpheline de quoy. (J. Ger- 
SON, l'Aiguillon d'amour, f° 20 r°, éd. 1488.) 

Cf. Tristran. 

TRiSTEUR, voir Tristor. 

TRisToiER, -oyer, verbe. 

— Réfl., s'attrister, s'affliger : 



80 



TRI 



TRI 



TRI 



Juges, cjuant tu vois en le toie 
Court le povre ki se iristote, 
Di : Jeu voi la un Diu eslit. 
(Reucl. de Moilie:(S. Carité,uti. !, Vûd Hamel.) 

— Neut., même sens : 

Tout home a ce pourvoye 

Et soit joieui, gracieus, net et monde 

Sanz iristoyer. 

(E. Deschaups. Poés.. vr, 215, A. T.) 

Et tant que brief ^'inl ou esloient 
Ses bergiers qui pas ne tristoient 
Quant voient lui et sa compagne. 
{PastoraletyiDS, Brus. II064, f" 31 r".) 

— Tristoié, part, passé, attristé, af- 
fligé : 

D'eslre tristoiez ne irez. 

{Rom. du S. Graal, 3072, Michel.) 

Moût IristoU, moût irascu. 

(76., 673.) 

TRISTOR, -our. -eur. -ur, -tror, tritor, 
-our, s. f., tristesse, affliction : 

Ne hi ot rire ne irestor. 
(WiCE. Conception, Brit. Mus. AJd. 15606, !• 58".) 

N'a celui ki ne seit de sa \ie en iristur. 

(iD., Rou, i' p., 968, .\ndre5e11.) 

Aies merci 
De ces .11. cailives ichi 
Que cist félon, cist traiteur 
Metront a honte et a tristeur. 

(Cbeest., Percecal. 4iî63, Potrin.) 

Des grant paines, des granz tristurs, 
E des joies e des dulçurs 
De nostre amur fine e veraie. 

(Trislan. III. p. .5S, Michel.) 

Mult ert la dame en grant fristuy. 
(Mabic, Lais, les Dons Amanz, 49, Warnke.) 

Il n'en est riens dont je soie en tristor. 
Quant me menbre de ce qii'ele est senee. 
Et si sai bien que je fais grant folor. 
(Gci Cbat. de Corel. Chans., XV, 9, Brakelman.) 

Fors que de sa douce doleur. 
Dont muert a si très grant tristeur. 
[Amaldas et Td., Richel. 375, £• 315'.) 

Et François sont as estres, qui sont en grant 

[tristour^ 
{Fierabras. 4Î38, A. P.) 

Dont ce fu iristeiirs et dolors. 

(Beauma?!., Manekine, 399, A. T.) 
Sains Pois por coi ploures, dont \-ienent vos 

I tristours ? 
( Vrigier de Sohs, Richel. 9ÎÎ0, i' 7 t°.) 

Sont en larmes et en tritor. 

(Bible, Richel. 763, £• 261=.) 

Nus homs ne doit tenir son cuer en trop 
grant tristror. (I.i prem. liv. Salemons, vas. 
lierne 590, f 178'.) 

El le vieil frère s'en apperceust moult 
bien de la Iristeur de son compaignon. 
(Liv. du chev. de La Tour, ch. .\xxii, Bibl. 
elz.) 

Certes, bien dey estre a mesaise... 
Et en pleurs et tristeur amere 
Le cuer avoir. 
{Mir. de .y.-D., XXXVII, 1174, A. T.) 

En dueil vivray, en peine et en tristor 
Et me mourray de dueil certainement. 
Se demourez loing de moy longuement. 
(Cbe. de Pis.. Poés., 1, 33, A. I.) 

Va t en en terre de labour, 
Et en paine et en tritour. 
{Renrr. Nostre Seigneur, Juh., Myst., II, 324.) 



Dieu, qui mua le propos de Oloferne, 
tourna leur joie, quant ilz cuiderent estre 
plus asseurez, en trislour. (Journal d'un 
bourg, de Par., an 1424, p. 194, Tuetey.) 

Des tristes tristeur destournoit 
Et l'homme aise en aise tenoit. 
(Cl. Marot. Epitaphe de Jean Serre, OEut., p. 469, 
éd. 1595.) 

Qui pour Millet sa plume en tristeur baigne. 
(Le Maire, Plaincte du Désira, dans Illustr. des 
Gaules, éd. 1548.) 

TRisTos, -ous, trixtros, adj., triste, 
affligé : 

Moult en estoient angoissous 
Et dolent, et tristros et ploros. 

{Bek,, Troie, Bichel. 375, f" 95'.) 

Au char vint a la dame qui moult estoit tristous. 
{Maugis d'Aigrem., ms. Montpellier H 247, f" 154"=.) 

Trisiose,yai mon cuer en vos joint loialment. 
De certaine amor fine, saudé a vrai chimenl. 
(De Venus la déesse d'amor, str. 79, Foerster.) 

TRiSTRAîv, employé dans la loc. chan- 
ter de Tristran, pour signifier être triste : 

Or pues tu chanter de Tristran, 
Ou de plus longue, se tu sez. 
(Sire Bain et dame Anieuse, 322, Montaiglon, Fabl., 
I, 108.) 

TRisTRE, triste, s. m., affût, aguet: 

As tristres a mis les levrers. 
Les fols chens tint od les berners. 

(Vie de S. Gile, 1387, A. T.) 

A un triste s'estut li rei, 
E vit venir la bisse a sei. 

(76., 1855.) 

! Se desrengierent toi ausi com li bon le- 
verier quant il sont au triste et il voient 
lor proie. (Kassidor., ms. Turin, f° 223 r".) 

A son tristre vait la beste a wayter, 
\ Un cerf hors de herde comença launcer, 

; Et li Fraunceis Terel s'apreslait a seter. 

' (Chron. de P. Langlofl, ap. Michel, Citron, angl. 
nomi., I, 153.) 

TRISTRER, voir TrISTER. 

TRISTRESSEMEXT, Voir TraITRESSE- 
MENT. 

TRiSTREUSEMEXT, adv., avec tris- 
tesse : 

Tous s'escrierent trisfreusement et tous 
cheirenl en désespérance. (Fleur des hist., 
Maz. 1562, f 245.) 

TRISTROR, voir Tristor. 
TRISTROS, voir Tristos. 
TRiSTUR, voir Tristor. 



adj., qui a rapport au 



TRITICAIRE, 

I froment : 

I 

' Cil qui demande argent qu'il presla doit 
user de celé accion par que l'en demande 
certainne chose; mes cil qui demande au- 
tres choses les doit demander par condic- 
cion irilicaire, et nos disons generaument 
que totes les choses qui sont estre deniers 
doivent estre demandées par ceste condic- 
cion. (Digestes, ms. Monlpellier II 47, T 

les".) 



TRITOR, -our, voir Tristor. 
TRii'BLEiR, -hier, voir Tribler. 

TRIULÉ, voir TlEULÉ. 

TRiVLEiR, voir Tribler. 
TRiu.MPH..., voir Triomph.... 

TRnx, trêve, s., nom de l'un des 
groupes (celui qui était composé de 
trois personnes) entre lesquels on divi- 
sait les sept arts : 

Cil troussèrent trive, cadruve 
Sor .1, grant char en une cuve. 
(Bataille des .vu. nris, Richel. 837, i' 135".) Var.. 
trêve. (Richel. 1915», f' 112».) 

TRIVEL, S. m. ? 

Resses, tiiveaux, treyens de brasseurs. 
(1568, Charles et privil. des 32 met. de la 
cité de Liège, p. 82, éd. 1730.) 

TRivLER, voir Tribler. 

TRiwER, triuver, s. m., tributaire : 

Ces avérez en servage, car il sont mi triwer. 
(Tb. db Kest, Geste d'Alis., Richel. 24364, f" 69 
V.) 

Aler vont en Aufrike tut as blez premers 
Confondre tuz iceus ke ne li sont triuicers. 

(Ib., f 79 v».) 

TRi.XEçoiv, voir Trigheson. 

TROBLACION, -liotl, VOir TOHDLACION. 
TROBLAIVCE, Voir TORBLANGE. 
TROBLEMEîVT, VOir TORBLEMENT. 
TROBOILLE, S. m. ? 

Si porta deus horribles crapaudes sure 
un troboille. (Croit. Lond., p. 3, G.-J. Aun- 
gier, éd. 1844.) 

TROCHE, troiche, truche, troce, tron- 
che, troque, s. f., assemblage, faisceau, 
masse, troupe, quantité : 

De chevaliers une grant troche 
Apres lui poignent tout pendant. 
(G. DE Coisci. de l'Emper. gui garda sa chasteé. 
Richel. 23111, f 260'i.) 

Si vistement nous deCfendons 
Contre ceus qu'a guerre atendons, 
Qu'omme qui soit en nostre troche 
N'en ait après sa mort reproche. 

(GuiART, Roy. lingn., 879, W. et D.) 

La je fis main pas et maint tour, 
Tant que je ^-ins en un destour 
Ou il avoit pierres et roches 
Et petis buissones par troches. 
(G. Macbaiit, Dit de la Rose, p. 65, larbé.) 

Les vingt et quattre Suyesses, ayans chas- 
cun leurs chapperons vestuz et leurs hal- 
lebardes au col marchoienten truc/ie après 
les ditz seigneurs du sang, prelatz, cheva- 
liers de l'ordre et chambellans es entrées 
et saillies des villes et des églises. (1498, 
Fut), de Charles MU, p. 21, A. Franklin.) 

Aux moys de juin et juillet, ils (les cerfs) 
doivent jeller leurs fumées en grosses tro- 
ches bien molles. (Uu Fouillolx, Vénerie, 
f 25 r', éd. 1561.) 



— Réunion de pierres précieuses et 
de perles en boutons, fleurs, etc. : 

Nul garnement de ventres, de bracelz ou 
de crestes, de' croupes, de gorges ou de 
traces ne doivent riens de tonlieu. [De ton- 
lieu de toute manière, depetite, neuve et viez, 
llichei. 20048, f 117''.) 

Une couroniele de saphirs et de rubis a 
une Iroic/ie de six pelles de quoi li lloron 
sont d'esmcraudes. (1311, Test, de Mar. de 
Ilain., Arch. P 1370.) 

Une corone a .vui. dorons dont les mais- 
tres pierres du corps sont de saphirs, et y 
a .vui. tronches de pelles. (13i3, Arch. K 43, 
pièce 27.) 

Pour le reste d'un fermail d'or garni 
d'un balay quari-é, .m. saphirs, .ni. troi- 
clies de .xn. grosses perles. (1386, Itiner. de 
l'Iiil. le Hardi et de Jean sans Peur, p. 522, 
Doc. inéd.) 

Cinq saphirs et dix Iroches de menues 
perles, chascune de quatre perles. (1400, 
Pièces relut, au règ. de Ch. VI, II, 332, .Soc. 
Ilist. de Fr.) 

— Sorte de mesure : 

IJe prendre sur chascun batel deux tro- 
clics de sel soient vurs on charges. (1413, 
Denomhr. du baill. d'Evreux, Arch. P. 308, 
r IG V\) 

— Masse en métal : 

Anthistenes anchiien, tané de enseignier, 
renvoya tous ses escoliers, et, voyant Dio- 
genes demorer, leva la troche de plomb, di- 
sant: Se tu ne parte je te fraperay. (Fosse- 
TiER, Cron. Mary., ms. Brux. 10ol2, VIII, 
n-, 30.) 

Centre, Pic, Bourg., Lyonn., troche, 
assemblage de tiges, faisceau, botte, 
Guernesey. troque, quantité, carreau de 
légumes, Troyes, troche, pied d'herbe, 
sauvage ou potagère, Neuchàtel, amas 
de tiges sur le même pied. 

Nom propre, Troche. 

Cf. TounsE. 

TnociiÉ, Irouché, adj., t. de vénerie, 
qui a une trochure : 

Quant est a deviser les testes (des cerfs), 
l'une est appelée teste rouge, l'autre est 
appelée teste bien née et bien troctiee, et 
l'autre est dicte teste contrefaicte. (Modus, 
f° 7 r°, Blaze.) 

Il n'y a bois ne branche qu'il ne casse 
S'el ne ploie soubz sa teste trouchee. 
(Gringobe, C/iasse (/u cerf des cer/s. I, 164, Bibl. 
eh.) 

TRocHELET, -quclet, S. m., petite 
touffe : 

Quant il pourte fleur celte fleur s'assem- 
ble en ung trocjuelet, et devient longue 
ainsi que fait la Heur de coudre, et cella 
est le poivre loue. {Grant Herbier, n» 371, 
Camus.) 

Norm., trochelet, réunion sur une 
même branche et au même point de 
plusieurs fleurs ou de plusieurs fruits. 



TRO 

Cf. TOUnSELET. 

TROCHER, troquer, torquer, trucher, 
verbe. 

— Neutre, pulluler : 

Séquelle 

Trnchant sicut arieles. 
{Blan. de te in exitit Israël, ap. Méoo, Blasons et 
poe's. des iv" et ivi' s., p. 276.) 

— Epier, monter en épi : 

Le hasle et la seicheresse qu'il faisoitpar 
un vent d'amont médiocre, qui n'estoit ni 
trop l'roict ni trop chault, empescha les or- 
ges de lever, les seigles et mestaux de tro- 
cher et tasser, qui fut cause d'une grande 
perte en plusieurs lieux. (Haton, Mém.,an 
1582, Bourquelot.) 

Une autre sorte de blé que les paysans 
du Lyonnais appellent bled qui truche... 
Trucher a Lyon est autant comme jetter 
plusieurs branches en langage des Lyon- 
nais, J. DES Moulins, Hisl. des Plantes, iv. 
I, éd. 1653. 

— Donner des trochées : 

Quant vos entes seront targuées, liez y 
un pau avecques des rameaux. (Frère 
D.\ssY, Manière de semer, i" 102 V, éd. 
1560.) 

Saliat, dans sa Traduction d'Héro- 
dote, a employé troquer pour signifier 
s'entendre, être d'intelligence, 

Bourgogne et Champagne, Troyes, 
trocher, pousses des tiges, pulluler. 

2. TuocHER, voir Trosser. 

TROCHET, S. m., assemblage : 

Seize troches de perles contenant chas- 
cun /roe/ie/ quatre perles, qui font soixante 
quatre perles. (Invent, des joij. du duc Jean 
de Berry. Mém. de la Soc. ciu départ, du 
Cher, p. 14.) 

TRociiELiRE, lorqueure, torqure, s. 
f., pousse qui donne une trochée : 

Et suffira que chascune greffe ait un bon 
œillet ou deux hors de la torqueure. (Frère 
Dassv, Manière de semer, 1° 103 r°, éd. 
1560.) 

El suffit que le greffe ait deux doigts par 
dessoubs la rembouchure et torqure. (Du 
PiNET, Pline, .WIl, 14, éd. 1542.) 

Gardez en les liant (vos sauvageaux) que 
la torqueure ne vire d'un costé ne d'autre. 
(MiZAULii, Maison champestre, p. 285, éd. 
1607.) 

L'osier pour lier et enceindre ladite tor- 
queure et bardeure de l'ente, (Liebault, 
Mais, rust., III, 9, éd. 1597.) 

TROCiz, S. m., assemblage, paquet : 

Et de ce fais faiz autant de petites pe- 
loltes ou trociz qu'il te plaira, {Le Trésor 
des pauvres, p, 81, éd, 1581.) 

TROçojvER, -onner, voir Tronçoner. 

TROCTiER, voir Trotier. 



TRO 



81 



TROEF, Iruef, s. m., sorte de droit 
seigneurial sur les choses perdues et 
trouvées, épave : 

Si a li quens a Jemapes le truef et \e 
estraiier. (1265, Ch. des comtes de Lille, 
ap. Duc, Troef.) 

Willaumes de Forest, dit Malprivet, di- 
soil avoir... en sa terre et seigneurie de 
Foresl... le troef, le cose espave et les biens 
et remanans demourez et reniez par mort 
et trespassemeut de bastart et bastardes. 
(1385, Arch. JJ 144, pièce 303; Duc, Troe^.) 

TROEFLEOUR, Voir TrUFEOR. 

TROEi.LE, voir TnOIELLE. 

TUOEUVE, troeve, voir Trueve. 

TROEVEMEXT, voir Trovemknt. 

TROFE, S. f., détour, subtilité: 

Avîcenne entour le lien 
De la fontaine s'assembloienl. 
Ou de science s'affubloient. 
Et mains autres grans philosophes : 
Tous marchierent par sus ces irofes. 
(Crist. db Piz-, ('tiem. de loin/ estude, 1040, Pûs- 
cUel.) 

TROICHE, voir Troche. 
TROICHERIE, voir Tricherie. 

TROICIIIER, v. a. ■? 

Desroicher le mur d'icelle maison, troi- 
chier le freste d'icelle. (4 nov. m'i,Inform. 
par Huq. lielverne, f" 28 r°, Ch, des Compt, 
de Dijon B 11881, Arch, Côte-d'Or,) 

TROIE, voir Truie. 

TRoiEL, voir Troil. 

TROiELLE, troij., troclle. s. f., mod. 
truelle. 

— Sorte de cuiller: 

A l'exemple d'aucuns prestres de la loy 
encienne qui a la troetle ou hanat trayent 
la chart du pot dont on devroit faire sacri- 
fice a Dieu. [L'Orlor/e de sapience, Maz. 923, 
I. I,'ch. v.) 

— Fig., ouvrier maçon, celui qui se 
sert de la truelle : 

El ne pora laissier ladicte œuvre [de ma- 
chonnerie], du jour qu'elle sera encom- 
menchie, qu'elle ne soit l'aicte et parfaicte, 
et y ouvrer a .ui. trai/elles, se ce n'estoit 
par le gré desdis regetleurs. (22 juin 1435, 
De recauchier .u. tours, Reg. aux Publica- 
tions, Arch. Tournai.) 

Item ledit ouvrier sera tenus de com- 
menchier ledicle oevre de macheneries a 
la saison ad venir, quant il plaira aux diz 
récepteurs, et ne le porra laissier qu'elle ne 
soit laide et parfaicte, s'il ne plaist ausdis 
récepteurs, et si son tenus d'y ouvrer a 
tant de troyelles qu'il plaira a iceulx re 
cepteurs, et délivrer icelle oevre comme il 
apperlenra. selon laditte devise, au conseil 
et ordonnance desdis récepteurs. (26 nov. 
1443, Ouvraige de la fiolle de Belfroy, Reg. 
aux Public, 1443-1450, Arch. Tournai.) 

TROiGE, s. m., étable à porc : 



T, Vin. 



11 



82 



TRO 



TRO 



TR 



Jehannette de la Salle avoit son troige et 
certaines aisances assises près du raur. 
(1375, Arch. JJ 107, pièce 283; Duc., 
Troga.) 

TROiGH, S. m., essaim d'abeilles : 

Et volons et conscentons que si acuns 
de nos hommes ou de nos femmes trovaisl 
troigh de mouxates ou autres trueves en 
la fouerasse ou ou ban, senz le boix jurié, 
que chacuns i ait teil droiture com il i 
avoit devant le partaige. (Fév. 1291, Coll. 
de Lorr., Not. des ms., XXVIII, 224.) 

1. TROIL, troill, IruU, truyl, irueil, 
Iroiel, treuil, treid, treil, truel, trul, 
s. m., pressoir : 

La mayson... ensamble le fon, le celier, 
le lruil,'le vergier. (1282, Citeaux, LVIII, 
Arch. Jura.) 

Truyl. (Ib.) 

Nous lui en eussons donné et obligé en 
enforcement nostre irorl et nostre arber- 
gement. (Janv. 1297, S. Berthomé, Bibl. La 
Kochelle.) 

En la ville de Laleu ou sont lesdiz arbar- 
gement et ti-oiel et biens dudit meslre Guy. 
(1320, Arch. JJ 60, C 13 r'.) 

.xxn. sols pour Tamoisenement dou Irul 
a la partie Monsgr. (1333, Compte de Jouf- 
froy de la Mothe, privai de ta Marche, Arch. 
Meuse B 2396, t° 3 r°.) 

Lidit habitant ne moorront, cuirront, 
truilleront a autres molins, fours et Ireuls 
que aus nostres. (Août 1354, Ord., IV, 296.) 

Tenant d'un cousté au Iruil et vergier. 
{1394, Livre des herit. de S. Berthomé, P 79 
v°, Bibl. La Rochelle.) 

Une pièce de plante qui est dudit trueil. 
{Ib.) 

Ledit treil (Ib.) 

Une maison et troil o ses appartenances. 
(/6., f° 111 r°.) 

Treuil. (Ms. du Poitou, xiv° s., Irolium, 
copie olim Itedet.) 

Truel ou pressouer. {Texte du xv' s., ap. 
Duc, Trolium.) 

Prens des grappes de raisin ou de la 
vendange ostee du pressoir ou trueil. (A. 
Di; Mollis, Quinte esi-. de tout, chos., p. 29, 
éd. 1549.) 

Sucula, le tournoir ou molinet de quoy 
les tonneliers tirent les muis de vin hors 
des caves, une trieule de pins. (Gh. Es- 
TIENNE, Dicl. tat., éd. 1552.) 

— Pression, presse, confusion : 

En troill et temolte que li Tur estoient de 
leur afere atorner, tandis com il avoienl 
grant peor, une galie de Venise muet. 
(Gun.L. DE Tyr, XII, 23, P. Paris.) Lat., tur- 
bato ordine. 

— Nom de lieu ancien : 

Beautroil, écart de la paroisse d'Aytré, 
prèsTasdon. llerbergement appelé le Beau- 
troil. (1472, S. Berthomé, Bibl. La Kochelle.) 

Fief de Beautroil. (1507, Bureau, ib.) 
Bresse, Irué, Savoie, Irui, pressoir, 



Norm., tros, Val-de-Saires, trô, pé- 
trin. 

TROILL, voir TooiL. 

TROiLLAGE, truUlaige, treulage, s. 
m., pressurage : 

La mousture, le fournaige et truillaige. 
(Août 1354, Ord., IV, 296.) 

— Droit du pour l'usage du pressoir 
banal : 

Ne payeront aucuns paiages, travers, 
chaucies ou treulages. (1360, Ord., 111, 478.) 

1. TROiLLE, truille, s. f. , syn. de 
troil, pressoir : 

Sur un Iruil, vergier et une truille. 
(1394, Livre des herit. de S. Berthomé, [- 94 
v°, Bibl. La Rochelle.) 

Une maison, vergier et troille. (1465, 
Compt. de l'aumosn. de S. Berthomé, f 20 
r°, Bibl. La Rochelle.) 

Bourg., trouille, Suisse, Irohllia, la 
quantité de moût qui sort du pressoir 
quand il est chargé, et fig., surcharge 
de vin avalé par un ivrogne, Savoie, 
Irollia, ce que peut contenir de marc 
un pressoir pour une pressée. 

2. TROILLE, truie, Irulle, S. f. , trom- 
perie, ruse, finesse : 

Dites saluz a la pucele, 
Maod li, sanz troiïte et favele. 
Un poi men leal conseil creie. 
(HuON DE RoTELAHDE, Pvottieslaus. Kichel. 2i69, f^ 
84«.) 

El il conta son errement 
Devant toz, de fil en aguille, 
Conques n*i quist fauble ne truille. 
{ViedesPer., Ars. 3641, f II4I'.) 

Et l'abes, qui moult sot de truUe, 
S'en alla droitement en Pulle. 

(Pn. MoLSK., Citron., 17206, Beitf.) 

En Bel Acueil n'a autre fritte. 
Ce sachies, n'autre encloeure, 
Fors qu'il est plains d'envoiseure, 
El qu'il geue as gens et parole. 

{Hase, 3598, Méon.) 

1. TROiLLEOR, -our, truiUor, -our, 
treuUnur, s. m., fabricant de pressoirs, 
celui qui gouverne le pressoir et en 
reçoit les droits : 

Antre km champ lou truillor et l'ermite, 
(xm" s., Cart. de S. Sauv. de Metz, Richel. 
1. 10029, f 25 r».) 

Quarante meus de froment acheteis a 
Jehan le Iruillour. (1318, Prév. de Longwv, 
Arch. Meuse B 18'i7.) 

Li dit habitant ne moorront, cuirront, 
truilleront a autres molins, l'ours et treuls, 
(jue aux nostres, se n'estoit par le delVaut 
(lesdiz molins, des meuniers, desdiz fours, 
des fourniers, desdiz treuls, des treullours. 
(1354, Ord., IV, 296, n. 15.) 

Girerd Rivier, Iroillour. (26 juin 1421, 
Reg. consul, de Lyon, I, 309, Guigue.) 

2. TROILLEOR, truHleoT, adj., trom- 
peur, faux, dissimulé : 



Touz li siècles est boulengiers, 
Truiîîerres, fans et losengiors. 
(G. DB CoiNCI, Mit:, ms. Soiss., f» iSô"» : Poquet, coi. 
230.) 

Jruiîleors, faus et losengiers. 

(1d., ib., ms. Bnn., l' 1591".) 

Au parler sanle uns aposloiles. 
Et si croi bien que sour ortoiles 
Ne passasl aine si fort tritittieres 
Se n'est Wislasses li taillieres. 
{Poét. fr. m. 1300, Ars. 3306, p. 1360.) 

Teus est guilerres et truilierres. 
{Des Béguins, Richel. 23111, f» 329=.) 

TRoiLLERiE, truillevie, s. f., trom- 
perie : 

A gab tint e a truUlerie 
Quantque il dist de sainte Marie. 
(Adgab, Mir. rfp .V.-Z)., p. 190, ï. 153, G. Neuliaus, 
Altfr. Bibl., I.\.) 

TROiLLET, trulliel, S. m., petit pres- 
soir : 

Item, pour l'accat de un irulliez de bos 
qui fu mis en le dicte cappielle pour pen- 
dre une tonnelle. (1405, Éxtr. du compte 
d'exéc. Ie.^t. de Cnllard d'Avesnes, ap. La 
Grange, Docum. relut, à quetq. monum. de 
Tournai, p. 76.) 

TROiLLiE, Irollie, s. f., pressée : 

Il ont esté et vellié tota la nuit et fait 
deux trolties. (1383, Com/it. de P. Serrer, 
prév. de Montbrison, frais de vendange, 
Arch. Loire.) 



Treize piedz de troillie avecq une cler, 
che a Poissy a .x. d. la pieche. (1536- 
Compte, Béthune, ap. La Fons, Gtoss. tns., 
Bibl. Amiens.) 

1. TROiLLiER, truilL, IriilL, trulier, 
Iruiller, v. a., pressurer: 

Et li diz Johans de Jart et la dite Bone 
me devenl laisser troiUer la vendange qui 
istra de ceaux .ix. quarters de vignes on 
troil de Sençay. (1256, Arch. J 192, Poitou, 
II, n" 2. 4.) 

Pour vandangier la vigne monseigneur 
et pour truillier. (1341, Compte, Ch. des 
Compt. de Dole G 404, Arch. Doubs.) 

Lidit habitant ne moorront, cuirront, 
truilleront a autres molins, fours et treuls 
que aus nostres. (Août 1354, Ord., IV, 296.) 

Sont tenus de truiller bannalment leurs 
vins au truille dud. seigneur. {Cart. orig. 
de Neuchitel-Coiulé, f° 48 v', ms. apparten. 
à M. le comte de Durfort-Civrac.) 

Se disait encore à la fin du xviu' s. 
au sens de pressurer : 

Il ne fit que trois miettes de vin et tout 
truliez. (1692, Mém. de N. Dusson, Mém. de 
la Soc. Fduenne, 1875, f° 277.) 

Lyonn., trouilli. Irolli, presser les 
raisins, Suisse, iNeuchàtel, (roHi'cr, pres- 
surer, écraser, patouiller, serrer ex- 
cessivement, au propre et au figuré. 

2. TROILLIER, truillier, treuiller, 
verbe. 



— Act., tromper, duper : 



TRO 

Dont fu bien S Lorenz trulUiez, 
Cil qui por Dieu fu greilliez. 
( Vie des Pères, Bicliel. 23 1 1 1 , f» 1 29". i 

— Employé plaisamment dans l'exem- 
ple suivant où il s'agit d'une femme qui, 
sous prétexte de charmer l'œil malade 
de son mari, met la bouche dessus afin 
qu'il ne voie pas le galant qu'elle veut 
faire évader : 

Tant le treuilla et le charma 
Que li lechierres s'en ala. 

(Fabl., Rii^hel., 19152.) 

— Neutre, être trompeur : 

S'on ne doit bougre devenir. 
Par teus larrecins soustenir, 
Preeceur servent de tntiUier. 

( Vers de la mort, Bichel. 373, £• 338e.) 

S'uns povres hom clamoit l'avoir 
G'om puist partout le mont savoir 
Cascuus vauroit de lui truillier. 

{Ib., f 34Î''.) 

TROIKCHIEMAIVT, Voir Tr.^NCHIEMENT. 

1. TROixE, S. f., sorte de trompette : 

Li reis fait corner ses buisines 
Et ses tabors et ses troines. 

[Boni, lie Thèbes, 2073, k. T.) 

Al avenir sonent boisines 
E corns e graisles e troines. 
(Be»., D. de Norm., II, 19048, Michel.) 

Soner tabors, cors et buisines, 
Fretiaus, flagous et les troines. 

(Al/iis, Ricbel. 375, !• 148"'.) 

La oissics maint cor de pin, 
Tabors et timbres et buisines, 
Frestiax, araines et troines. 

(G. de Païenne, Ars. 6565, {• 92 r".) 

2. TRoixE, adj., de troëne, de bois 
blanc, employé figurément dans l'exem- 
ple suivant pour signifier de peu de 
valeur : 

Cist argument est trop fieus : 
Il ne vaut pas un coutel troine ; 
La robe ne fait pas le moine. 

[Rose, 11092, Méon.) 

3. TROixE, voir Trosne. 
TRoi^ELLE, S. f., bois de troëne? 

De petits barreaux de troineîîe pelée. 

(R. Bellsau, Berg., i" j., f» 74 r", éd. 1578.) 

TROi\-s.*iLLE, S. f., tronçon, morceau 
de bois, échalas : 

Icellui Terrin embastonné d'une troin- 
saille. (liôO, Arch. JJ 185, pièce 34, Duc, 
Tronçonnus.) 

TROipiEs, trois pieds, s. m., cercle 
en fer, ustensile de ménage soutenu 
par trois pieds et destiné à supporter 
une chaudière, une marmite, une cas- 
serole, etc. : 

Dressouers, pos d'arrein^ paelles, troi- 
pies. {La Manière de langage, p. 38, P. 
Meyer.) 



TRO 

Et encore dans la seconde moitié du 
xvnii= siècle : 

Un trois pieds. (1773, Invent, de meubles, 
Vasies, Arch. Vienne.) 

TRoiTiBLE, adj., qui peut être traité, 
jugé : 

Aultremenl ne doyvenl eslre lesdiclz 
subgiz troiclez Hors que si en cas de ex- 
ceis la court de Rennes ou de Ploermel 
prévient cieulle de ladicte forest, et les- 
dicls habitants y sont troitibtes, sauff a les 
retirez et en avoir le renvoy a ladicte court 
delireselien. (1167, Usem.de la for. de Bre- 
ce\ien,Cart. de Redon, Eclaire, CCCLXXXVII, 
Doc. inéd.) 

Sur débat des appellations qui sont faic- 
tes de nostre alloué de Rennes expédiant 
les plez generaulx, est assavoir ou elles 
doihvent eslre relevées en parlement, ou 
si elles sont Iroitibles devant nostre senes- 
chal dudict lieu, pource que en diverses 
manières on en a aulcunes foys usé. [Coust. 
de Bret., (° 186 r°.) 

Doresenavanl les appellations qui seront 
faicles de nostre alloué dudict lieu de 
Rennes expédiant el délivrant les pletz 
generaulx au grant siège de la dicte court 
durant les Iroys premières sepmaines de 
l'assignation d'iceulx seront troitibles en 
parlement, et seront les appellans tenus a 
les y relever dedens le temps a ce ordonné 
ou aultrement elles seront désertes. (Ib., f 
186 v°.) 

Et lesditz exi>loiz en iceulx cas desclai- 
rons nulz et non Iroilibles a aulcune consé- 
quence. {Ib., flQS \°.) 

TROivE, voir Treive. 

TRoivois, troisvoies, s. m., carre- 
four : 

Lez le chemin, par un troivois. 
Une vielz chapele i esteit. 
(Marie, Lai du Bisclaceret, 90, Boquef.) 

Trivium, troisvoies. {Gloss. de Douai, Es- 
callier.) 

Cf. Treive. 

TROLLER, V. n., t. de vénerie, quê- 
ter au hasard : 

Combien que je loue grandement de voir 
delTaire la nuict du lièvre aux chiens et 
l'aller quérir, et pousser en la giste... il 
me semble que c'est une chose trop lon- 
gue... pour autant qu'il ne font que balan- 
cer et Iroller. (Du Focilloux, Vener., T 68, 
ap. Ste-Pal.) 

TROLLERiE, S. f., action de troller : 

Trollerie, f. A trowling, or disordered 
raunging, a hunting oui of order. (Cotgr., 
1611.) 

TROLS, voir Troxs. 

I. TRo.MBLE, S. f., Eutrc Hom de la 
torpille : 

La tromble, autrement ditte torpille. 
(A.MY0T, Œuvr. mél., II, 148, éd. 1820.) 

Tromble, f. The cramp fish, tearmed 
olherwise torpille. (Cotgr., 1611.) 

TROMBON, s. m., trombe, ou bien 
trompette, ital. trombone: 



TRO 



83 



Au son des trombons et bauboys. 
(J. A. DE Baif, Poèmes, I. YIl, Lemerre, II, 352.) 

Mandores, poches, espinettes. 
Et trombons sours, 
(Chassigs., Ps., mxTi, éd. 1594. 

Les demoiselles musiciennes prenoienta 
sonner de haultsbois et trombons. {Songe 
de Polyphile, f° 35 v°, éd. 1600.) 

Deux trombons ou sacquebutles d'or. (Ib.. 
f 124 r°.) 

TROME, S. f., laine grossière: 

S'il trovent un drap fait de Iromes, s'il 
soit fait a vente, pur celui forfait avéra le 
meire demy mar. {t.ib. Cuslum., I, 123, 28 
Edw. 1, lier, britann. Script.) 

TROMPAGE, -aige, s. m., tromperie : 

Le foui a, par son frompatge. 
Dons et argent, sanz demander : 
S'estre veulz riches a oultraige, 
Compains, apran a flajoler. 
(E. Deschaups, Pois., Ricbel. 840, f» 313''; VI, Iî8, 
A. T.) 

TR«nwp.iiTio.v, S. f., action, talent de 
tromper : 

M'aist Dieu, mais en trompacion. 
Au moins, en avez vous le los. 

(Patlielin, p. 22, Jecob.) 

1. TROMPE, S. f., toupie, sabot: 

Con muele de molin qui muet. 
Et con la trompr' que l'en suet 
A la corgiee démener. 
(La Mule sanz frain, 441, MéoD, Noue. Bec, I, 15.) 

De Jaquemart Legris, quinquailleur, pour 
une botte de trompes. (28janv. 1489, C'ara- 
teite de Jaquet, Arch. Tournai.) 

La jouoyt au flux,... a la trompe. (Rab., 
Garg., ch. xxn, éd. 1542.) 

Le sabot, trompe ou toupie est faite de 
bouis. (MoMLYABD, liieroglypldques de Jan 
Pierre Valerian, liv. XLVIII, ch. xxir, éd. 
1615.) 

- Fig. : 

Il esloit plus de demy passé, et elle en 
la fleur de ses ans el gaillarde a l'adve- 
nant : tellement, qu'il navoil pas le fouet 
pour mener ceste trompe. (B. Desper., Nouv. 
recréât., du Mary de Picardie... f" 24 f, éd. 
1572.) 

Trompe, dans le sens de toupie, sa- 
bot, était, du temps de La Monnoye et 
de Le Duchat, un mot du Maine, de la 
Touraine et de l'Anjou; il se dit encore 
dans la Bretagne. 

2. TROMPE, s. f., tromperie : 

Certes, le monde n'est q'une trompe, 
Riens n'y vault richesse ne pompe. 
(J. Le Fetre, Malheolus, 1. IV, v. 230, Tricotel.) 

Il n'est que le croc et la trompe. 
Pour vivre a l'avse et dans la pompe. 
(Le Xouv. Pathelin, p. 129, Jacob.) 

Belligere les scet dorer 

De beaux parlers en décevant, 

El point ne s'en vont percevant, 

S'elle poet ancui tant fera 

Que d'eulz délivrée sera. 

Et il seront en son dangier , 

Chou pour chou lor vorra cbangier. 



84 



TRO 



TRO 



TRO 



El lor fera trompe four trompe: 
Voisent, voiscnl, elle les trompe. 
{Pastoralet, ms. Bnil. 11064. t' 50 r'.) 

— Bailler ta trompe, tromper : 

Ge sai bien la trompe haîUer, 

Si sai la cbape au cul tailler. 

{Des deux Bordeors ribttuz, Uontaislon, Fabl., I, 

Il est encore usité dans le Centre, le 
Canada, la Xormandie, le Haut-Maine, 
avec le sens de menterie, d'erreur. 

Noms de lieux. Trompe-Chien, nom 
de deux mas de vignes dans le canton 
deBuzançais. Trompe-Gueux, prèsVier- 
zon (Cher). Trompe-Souris, nom de 
plusieurs moulins dans le département 
du Cher. 

TROMPEL, Irompeau, s. m., dim. de 
trompe, instrument de musique : 

Apres vinrent de toutes royalmes et de 
toutes nations hirails, ménestrels, trom- 
paiis et tous aultres instrurftens que ons 
poioil aviseir et Iroveir. (J. de St.welot, 
Chron., p. 495, Borgnet.) 

Trompes, trompeaux, freteaui et muses. 
(J. Le Fetre. Mntheohis, III, Ï977, Tricotel.) 

TROMPEMEXT, S. m., action de son- 
ner de la trompette : 

Aussi se ia\[, ce Irompement pour ramener 
a mémoire le jour du jugement ouqiiel les 
mors seront excitez par le Irompeinerd de 
l'angre. (J- Goulain, Trad. du Ration, de G. 
Durant, Uicliel. 437, P 358 v°.) 

El si esveilleront par leur trompement 
ceulx qui seront es sepulchres. (Sydj-ac le 
grant philosoptie, 103T responce, éd. 1528.) 

TROMPEOR, -eiir, -our, -eeur, -oour, 
-aour, trumpeur, trunpeur, s. m., son- 
neur, joueur de trompe, de trompette : 

Li tromptres trompast tantost 
Si très hauU que par mi .i. est 
Fust bien de toutes pars oys. 

(Adeset, Cleom., Ars. 314i, l' 7'.) 

Li trompaours, li cornaours. 
(J. DE Pkioeat, Liv. de Vegece, Ricbel. 1604, f" 18') 

Cil trompoour et si trorapoient, 
Et les bacbelers amenoient 
D'armes si empapillonnez 
Que, puis l'eure que je fu nez, 
Ne vi a mon gré tel mervoilles. 
(J. Bbetel, Tourn. de C/tauvenci, 442, Delmotlc.) 

Li trompeor devant aloienl, 
Mcnesteriex et jougleours. 
(Tournoiem. us dame5,yM.. C.hr. 1552, ap. Keller, 
Romv.,f. 394.) 

Trompeeurs saaz reposer trompent. 
(GeiAKi, Roy. Limjn., 1S792, W. et D.) 

Trompour, bussineur. {Gl. gall.-lat., Ui- 
chel. 1. 7684.) 

.XX. s. pour .iiii. trunpeurs qui furent au 
jour du siège. (132i, Compl. de la Confr. 
de S. Jacijaes aux peler., Mém. Soc. Hist. 
Paris, II, 370.) 

Soient tenul de prendre .un. trompeurs 
au frail des pèlerins et nient plus pour le- 
dit journée. (1351, Cari, hôpit. S. Jacques, 
Ord. de la Confrérie, Arch. Hosp. Tournai.) 



El pluiseurs trumpeur qui la Irumpoient 
et cornoient. (1355, ilém. Soc. hist. et litt. 
de Tournai, XI.\, 27.) 

Avecques ceulz ci estoient les trompeeurs 
et corneeurs jusqiies a trois en centuries. 
(Bers., t. Liv., ms. Ste-Gen., f 23^J 

Car trompeurs zarrasinois 
Furent la mis a celle fois 
Pour le fort et le bourc garder. 
Et pour tout entour regarder. 

{.Velusine, 1345, Michel.) 

Tierry le jongleur, et ses fiens li trom- 
peres... ont moul de boins instruments. 
{Dialog. fr.-flam., P 20% Michelant.) 

Pour. .II. trompeurs et .ii. meneslrlers. 
(1380, Compl. de l'égl. de Troyes, p. 57, 
Gadan.) 

Golanl II Iromperes. Goelant de trompze. 
{Dial. fr.-flam., Arch. mun. Cologne, ms. 
121, f° 15 v°.) 

Jehan Banet. trompeur, garde de la 
guiete de la ville. (1401, Compt. de Neuers 
ce 10, P 55 v°, Arch. mun. Nevers.) 

A Anthoine Fauvel, trompeur... pour une 
journée a tromper et guetier ou cloichier 
S. Martin. (1410, ;*., GC 17, f» 27 r°.) 

— Celui qui se moque, se joue de 
quelqu'un : 

L'hofïïcial voyant que ce estoil ung vray 
trompeur, et i|u'il se trompoilde luy. (Cenï 
Nouvelles, XCIV, éd. 14SU.) 

TROMPER, trum., verbe. 

• — Neut., sonner de la trompe ou de 
la trompette : 

Cil jougleeur trompent et rotent. 
(Galt. d'Arbas, Ille et Gâter., 3934, LOselh.) 

Ohfant... 

Qui de son nés trompe et bussine. 

{Rose, ms. Corsioi, f» 118'*.) 

Et Renars fait ses gens canter. 
Et tous ses estrumens tentir. 
Et tromper por lui esbaudir. 

[ReiKirt le nouvel, i78ti, Méon.) 

El buissrnoienl et labouroienl et trom- 
paient moult espoantablement. (Cron. Go- 
defr. de builloii. Val. Clir. 737, P 397'.) 

Et puis ont commancié ménestrel a tromper. 
Vieilles, estrument comniancent a sonner. 

(Brun de la .Moiilaigne, 1S06, A. T.) 

El puys fisl tromper pour trousser et 
mettre les selles. (J.d'Arras, Melus., p. 141, 
Bibl. elz.) 

El pluiseurs trumpeur qui la Irumpoient 
el cornoient. (1355, Mém. Soc. hist. et litt. 
de Tournai, Xl.\, 27.) 

Il se partirent trompant et cornemusant 
et faisant grant fesle. (Froiss., Chron., VIll, 
132, Kerv.) 

Les trompeles du roy, a trompes d'ar- 
gent, apanonceaulx brodez, devant aloyent 
qui, pour faire les gens avancier, par folz 
trompoyent. (IIrist. de Pizan, Liore des fais 
et bonnes meurs du sage roy Charles V, 3' p., 
ch. XXXVI, llichaud.) 

Se on entretenra le ghailau belfroy, par 
hault, en faisant, au lieu de tromper, son- 
ner sur le timbre, quant on percevera gens 
venir el approchler la ville, on y co.mmette 
ung homme plus habille que celui qui y 
est, el qu'il sonne sur une cloque ou tim- 



bre sans tromper. (12 juin 1487, Reg. aux 
résolutions, Arch. Tournai.) 

A Ilans Vandenbroucq el trois autres 
compaignons pour aroir trompé en divers 
endrolct de ceste ville .x\m. 1. (1601, Dé- 
penses effectuées pour la joyeuse entrée des 
archiducs .Albert el Isnhelte. Bulletin de la 
Commission historique du ?<ord, -Xll, 501.) 

— Act., publier, annoncer à son de 
trompe : 

On trompe l'iauwe, et ont lavé 
El se vont au mengier seoir. 
(Sarrazin, Rom. de Ham, ap. .Micliel, JÏ/5/. des D. 
de Nom., 336.) 

Il /"«/donc en ceste saison sonné, trompé, 
trompeté, corné, dit el proclamé que... (Ber. 
DE Beuville, Moy. de paru., p. 4, éd. de 
972 pages.) 

— Corner : 

Sonnent labours e trompes ont trompé 
Dont s'aunercnt li paien delTaé. 

{.iim. de Xarb., U'kM. 24369, f" 24».) 

Li rois cel soir envoie senz proroguer termine 
A la porte son frère tromper celle busine. 

{Gir. de Rassit., 2795, Mignard.) 

— Réfl., se jouer, se moquer : 

Tu te trompes de moy. (1388, Arch. JJ 135, 
pièce 135, ap. Duc, Trompalor.) 

Iceluy suppliant veanl que la dicte 
femme se troînpoit et se moquoit. (1390, 
-\rch. JJ 138, pièce 265, ib.) 

Centre, Xorm., Flandre, tromper, 
Bourg., trompai, sonner de la trom- 
pette, du cor. 

1. TROMPEREssE, adj. f., trompeuse, 
en parlant de personne et de chose : 

Il faut bien dire que ceste tromperesse 
fortune l'avoil regardé de son mauvais vi- 
salge. (Ph. Com.myn., Mém., iV, 12, Chanle- 
laiize.) 

Estant chatouillée par ces flateuses et 
Iromperesses passions. (Est. Pasq., Mono- 
p/iile, liv. 1"', 11, 753, éd. 1723.) 

Las ! ce n'est rien de voir, maislresse, 
La face qui est tromperesse. 
Et le front bien souvent moqueur ; 
C'est le tout que de voir le cœur. 

(RONS., Od., p. 396, éd. 1584.) 

Fol qiii croit on l'espoir mocqueur 
Et en la beauté tromperesse ! 

(ID., Amours, y. 181, éd. 1584.) 

Quiconques voudra voir combien est trompe— 

[resse 
La faveur que départ l'iDconstanlc Déesse. 

(R08. Garnier, Porcie, II, 403, Foerster.) 

Les morgues iromperesses. 
(D'ÀVBiGNÉ, Trag., préf., Bibl. elz.) 

O Iromperesses armes ! 
Je vous quitte, dit il. 
(Du Bartas, Cantiq. de la vict. d'Ivrtj, 203, éd. 
1602.) 

Les larmes feintes el Iromperesses. (Di.\et, 
Hiéroglyphes, p. 178, éd. 1614.) 

2. TRo.'HPEREssE, S. f., prob. Celle 
qui travaille 'la laine grossière appelée 
trome : 



TRO 



TRO 



TRO 



83 



Maroie, li suer Margot, le iromperesse. 
(127Ô-1276, Frag. de reg. de la loy, f° 6 v°, 
Arch. Tournai.) 

Que ne cocheriaus, ne cocherelle, ne 
Iromperesse, ne puist acater nul filet, tant 
que li grans cloche de prime sera sonnée, 
sur banir a .1. an. (Reg. de la vi/inerie, drap- 
perte, etc., 1343-1451, P 31 v°, ib.) 

Cf. Trome. 

TROMPERIE, S. f. ? 

Un cruisset et autres tromperies, .xu. s. 
(2 août 1412, Exéc. lest, de la veuve Simon 
du Bos, Arch. Tournai.) 

TROMPET, s. m., trompe : 

Bruges quidierent abauber 
Qui tantost tirent sonner 
Par boin avis leur trompet. 
{Cliron. rim^e ties troubles de Flandres, ch. ixi et 
XIII, CbroD. belg.) 

TKO.MPHEi'R, voir Triompheur. 



Au milieu d'icelle (cour) avoit une fon- 
taine a deu.\ bassins, et le tromphoir d'al- 
bastre jeclant eau par trois mufles ou 
gueulles. (Alector, P 133 r", éd. 1.^60.) 

TROMPiERE, s. f., tromipe, trompette : 

Hyraus ne sont mie en wargie. 

Chascuns saisi une Irompiere. 

(J. BnBTSL, Toitrn. de Clmuvenei, 1434, Delmotte.) 

TROMPiLLE, S. f., trompette : 

Ele se ala meclre devant la bastille des 
Augustins, son estendart en sa main, et 
list sonner Irompilles a l'assault inconti- 
nent. {Chron. iuéd. des durs d'Alençon, ap. 
Quicherat, Procès de Jeanne d'Arc, IV, 7.) 

Elle fist sonner ses irompilles, et fist 
sçavoir que chascun fusl presl d'aler don- 
ner l'assault. (Ib., IV, S.) 

Bondissant irompilles et clarons. 
{Tratiis. de France, p. 38, Chion. belg.) 

Parmy ce tonnerre 
Eussiez ouy sonner trompiiies 
Pour faire dancer jeunes tilles, 
{Villon, Franc arvtiier, p. 193, Librairie des Bi- 
bliopb.) 

Il te fault la troiipille avoir, 
Gitus. 

G IT lis. 
Velacy toute presto. 
{Mist. de l'Incarn. et Nativil., Il, II, Le VerJier.) 

La treshorrible voi.x de la irompille de 
Dieu criant par les benoistz anges. (La 
Iresample et rruge Expos, de la reigle M. S. 
Be«.,rGO", éd. liSti.) 

— L'homme qui sonne de la trom- 
pette : 

Item a nostre Irompille de guerre pour 
un cheval que nous avons fait prendre et 
achapter de luv... .x.k. 1. (lilS, Lett., ap. 
Lobin., 11, 931.) 

A Raoulet Asse, pour ung cheval acheté 
de lui par lesdiz procureurs, pour bailler 
a Amaury le Pailleur. lequel a esté ordonné 
par lesdiz procureurs irompille des dictes 
gens d'armes. (1421-1423, Compte de J. 
Martin, Commune, Despence, .\VI, Arch. 
mun. Orléans.) 

Colas Salmon, irompille, qui fait la guette 



illecques, pour ensaigne, pour savoir de 
quelle part vendront les gens a cheval en 
ladicte ville. (1423, Reg. des Compt. de la 
vi,lle de Tours, Desp. comm., Arch. mun. 
Tours.) 

La Irompille trompille et puis crie. (Mist. 
de l'Incarji. et Nativ., II, 18, Le Verdier.) 

TROMPiLLER, V. H., sonner de la 
trompille, avec un nom de per.sonne ou 
le nom de l'instrument lui-même pour 
sujet; retentir comme la trompe : 

Toutes trompetes, clairons, tant des 
François comme des Anglois, irompille- 
ronl. (Mist. du siège d'Orl., p. 304, Gues- 
sard.) 

Est ce ung osi 
Qui passe qui trompille ainsy ? 
{Mist. de l'Incarnat, et Xativil-, II, 41, Le Ver- 
dier.) 

Enfans, oyez trompettes tromplller ; 
Sans babiller il se faut habiller 
Pour houspiller ces vilains Turs infectz. 
{La Complainte de France, Poés. franc, des xv' et 
XTI- 8., t. Vin, p. 84.) 

— Fig., retentir, gronder : 

Le tonnoirre trompilloit par les champs. 
(F.\BRi, Rhet., f° 54 v°, éd. 1521.) 

TRo.MPiLLEL'R, S. m., celui qui sonne 

de la truinpille : 

Tubicen, busineur, irompilleur. {Gtoss. 
lat.-fr., Uichol. 1. 7(579, f 259 v°.) 

TROX, voir Thus.ne. 

TRoiv, tronc, voir Trons. 

TROivc, S. m., tronçon: 

Que tu le laissasses ester 

En ta sale, sans remuer 

Le tronc qu'il a parmi le cors. 

{Percev., 20957, Potvin.) 

— Trognon : 

Quant la pomme d'icelluy chou est ostee> 
l'en replante le tronc de ce chou. {Ména- 
gier, U, 143, Biblioph. fr.) 

Des costes ou troncs de chou. (Desp-4R' 
RON, Fauconn., 11, 35.) 

Troncs de chou.x. (Paré, i'Euv., XXIV, iv- 
Malgaigne.) 

— Billot : 

Lequel [comte de Saint Pol] après dilli- 
gente inl'ormacion faicte, et son cas con- 
gneu, fust par sentence de la court déca- 
pité publicpiement, sups ung Ironc ou 
escalTault a Paris en la place de Grève. (J. 
NicoL.iY, Kalcndr. des guerr. de Tournai, 
du parlem. de Malignes.) 

— Brin : 

Mais j'ay veu ung tron 
Et menasse de ceste mort. 
{Ad. des apost., vol. Il, f" 201'', éd. 1537.) 

— Fig., bifurcation : 

Ou trunck de la ville. (1429, Arch. Fri- 
bourg, l" coll. de lois, n° 733% f°270; Rec. 
diplom., Vil, 223.) 



— Fêtes à tronc, fêtes dont la solen- 
nité comportait la présence officielle du 
grand chantre ou du sous-chantre, les- 
quels avaient pour insigne le bâton 
cantoral. Iruncus. (/fist. de la calliéd. 
de Poitiers, par M. l'abbé Auber, II, 
22.) 

— Tout tronc, tout de suite : 

Messire Aumaury, seignor de Sur, frère 
segonl dou roy, si enprit tout tronc a eslre 
gouverneour ilou royaume de Chipre. {Ges- 
tes des Chtprois, p. 316, Raynaud.) 

TRONCACION, s. f., mutilation : 

Aspretè c'est troncacion ou fendures des 
cheveulx qui vient aux hommes et aux 
femmes qui sont de complexion chaulde 
en temps île jeunesse. (B. de Gord., Praiiq., 
II, 3, éd. 1195.) 

TRO\tiiE, tronccs tronse, troncque, 
transie, tronke, trounke, s. f., grosse 
souche de bois, tronc d'arbre coupé, 
bûche, poutre : 

Il doivent lessier la tronche de .vu. pies 
sus terre. (Jures de S. Ouen, f 296 r°, .\rch. 
S.-Inf.) 

Une carete a .111. chevaus qui acariaches 
tronches. (1304, Trav. aux chdt. des C. d'Art., 
Arch. KK 393, f 22.) 

Lors estoit en la cheminée 
Une grosso tronche minée. 
Et bûche que feu devoroit, 
(J. LEFgvan, /(i Vieille, 'i. 1,185, Cocberis,) 

Le portier se seoit sur une tronche de 
bois. (Froiss., Chron., llichel. 2644, T 55 
r°.) 

Grosses soches et tronces de saulx. (1409, 
Bail, Arch. MM 32, P 23 r".) 

Item a avoir havé .111. tronches d'asselles. 
(20 fév. 1421-23 mai 1422, Compte d'ouvra- 
ges, 5° Somme de mises, Arch. Tournai.) 

Oste premièrement la tronche et busche 
de ton œil. (Prem. vol. des e.rpos. des ep. 
et ev. de kar., f 32 r°, éd. 1519.) 

Sur une tronsse de bois. (Bulunt, Horo- 
log., p. 121, éd. 1562.) 

Plus une troncque de pied et demy de 
largeur pour faire ung tournant au pont 
levis du Pont de Pierre, la somme de 40 sols 
tournois. (1574, Compte, Arch. mun. Mé- 
zières CC 21, i" 298 r».) 

.\ racourcher vingt une tronches de ches- 
neaux procedans de la grande palissade. 
(1584, Compte des [ortificntions, 26" Somme 
des mises, Arch. Tournai.) 

- Fig. : 

Dieux d'amours, je vous remercy. 
— - De quoy ? Des corpiaux de vo fronce. 
(E. DEScniups, Poés., V, 298, .4. T.) 

— Boîte, coffre de buis, de pierre, 
ou d'autre substance : 

Mais en ceux cy se peuvent descrire les 
horloges inclinées de midi vers orient, et 
vers occident... Et en tant de faces ou pans 
qu'il plaira a l'ouvrier, lequel après avoir 
praliqué sa tronsse ou pierre, en tant de 
faces ou pans qu'il voudra, y descrira les 



86 



TRO 



horloges. (Billaxt, Horolnq., p. 89, éd. 
1562.) 

Pour les coffres et Irounkes, qu'il y aye 
un cadenal attaché a» plis de la serrure. 
(31 janv. 158C, Lett. de M. Stuart à M. de 
Chateaunetif. A. LabanolT.) 



Ung coffre a pluiseurs ouvrages de tran- 
ses, de peaux de quien, de peaux de viel, 
d'aigneaux. et pluiseurs wans, .vi. Ib. (4 
fév. 1427, Tut. de Hennete Vaillant, Arch. 
Tournai.) 

— Tête, en terme d'argot : 

Comblette ou tronche, la teste. (1596, Vie 
généreuse des Mercelots, Gueuz et Boesmiem; 
Var. hist. et lilt., VIII, 182.) 

Haut-Maine, tronce, pièce de bois, 
bille d'un arbre découpé, bûche grosse 
et courte. Centre, tronche, pied de 
chêne. Haute-Saone, Vo.sg., tronche, 
tronc d'arbre. Gallo, tronce, Suisse, 
Vaud et Neuchàtel, trontza, trontze, 
tronc avec une partie des racines des- 
tiné au foyer, Fourgs, Irouintse, bûche 
de Noël, Wall., Ardenii., tronze, Lié- 
geois, tronce, item. 

Argot moderne, tronche, tête. 

Nom propre, Tronche. 

TROXCEIMEB, voir Tronçoner. 

TROivcEK, voir Tronxher. 

TROACET, voir TrON'CHET. 

TROivcnEi,, s. m., petit tronc : 

Surcus, tronchel, ou crochet, ou sorcel. 
(Calholicon, Kichel. 1. 17881.) 

TRONCiiELET, S. m., petit tronc, 
diminutif de tronchel : 

Surculus, surcelle, ou tronchelel- [Calho- 
licon, Richel. 1. 17881.) 

TRO^CHExoiRE, voir Tronçonoire. 
TROivcnER, -cer, verbe. 

— Act., retrancher, couper, couper 
par morceaux, enlever un tronçon de : 

Tant que sa Lingue prist a dens, 
Si l'estraint c'onques ne fu îens, 
Que .11. doie bien en tronca. 
{Ifun Chmalier, Richel. 1521S, i' 236 i'.) 

Soncs .1. cop li a geté 

Donl le brach diestre li a tronche, 

Li poins en mi le camp vola. 

{Sones de Xansay, ma. Tiirio, f" 53^) 

Icellui Perrenet se print a copper et h-on- 
cer les diz ormes. (1468. Arch. JJ 195, pièce 
160, Duc, Troncire.) 

Il mourut soubdainement, tronçant sa 
langue a ses liropres dents. (Le Baud, Hist. 
de Brel., ch. .\xxvn, éd. 1638.) 

— Fig., trancher de, comme retran- 
cher de : 



TRO 

Quant vrai religieux en son cloistre s'enfonce. 
Monde et mondaine vie par veu ?i âe soi tronce. 
Que s'il en i remaint le pois de demie once. 
Sa vie est périlleuse, s'il ne la ret ou ponce. 

(J. DE Ueung, Test., 7Î9, aiéon.) 

— Neutr., rejeton ner : 

Cest arbre estverd tout l'an,... il tronche 
fort vers le pied; aussi la grande abon- 
dance des jetions qu'il y produit, le ren- 
dent comme mort a la' cime. (Dv Pinet, 
Pline, XIII, 8, éd. Iô72.) 

La terre grasse, pour sa fertilité, faicl 
abondamment trancher ou closser les 
grains, c'est a dire qu'un grain y faict 
plusieurs espis, et poujtant le blé y devoir 
estre semé clairement. (0. de Serr., Th. 
d'agric, II, 4, éd. ICOo.) 

Les chervis tranchent fort, se multiplians 
tant, que d'un pied qu'en planteres, en 
viendront sept ou huict tiges. (Id., ib., VI, 
''■) 

TRO^ciiET. -cet, -quel, trunchet, s. 
m., petit tronc d'arbre, petite bûche, 
tronçon : 

Oncques mais ilz n'avoient veu illec d'ar- 
bres trenchez, ne nul temps aulcuns tron- 
ches. (J. d'Arras, Melus., p. 52, Bibl. elz.) 

Surculus, sourcele ou Ironchet. {Gloss. 
lal.-galL, Richel. I. 7679.) 

Tronchel, s. m.; tronc, s. m. Blocke of 
tree. (Palsg., Esclairc, p. 199, Génin.) 

Un tronchel, tronsson. (B. Jamin, Tra- 
duct. desdialog. de J. L. l'iues, Index, Trun- 
culus, éd. 1576.) 

— Tronc, petit coffre : 

Une serreure a tranquet a la chambre. 
(1338, Actes normands, p. 177, Delisle.) 

Le suppliant dist a icellui Drouet qu'il 
avoil emblé et emporté l'argent du tran- 
quet de l'église de Seufbourg. (1431, Arch. 
J.I 174, pièce 73, ap. Duc, Trancus.) 

— Billot : 

L'empereis fist aporter le tronc et l'es- 
pee; li baron misent lor poins sor le tron- 
cet li uns après l'autre et l'empereis les 
fiert dou plat de l'espee. (Les sept sag. de 
Rome, Ars. 3354, f 10\) 

Et fu apareilliez uns variez, une granl 
hache en sa main et un tronchel en l'au- 
tre, et dist: Lequeil pié est ce que li ma- 
lades demande:' — Et on li dist : Le destre 
pié devant. — Il prent le tronchel et li met 
desouz le pié, et entoise la hache a deus 
mains. (Ménestr. de Reims, 205, Wailly.) 

Sur le chief .Ihesuscrit ouquel estoit es- 
cript le tiltre et le tablel en quoy estoit es- 
cript celui tillre allichié au trunchet qui es- 
toit atacliié au plus haut de la croix. (J. 
GouLAiN, Trad. du Ration, de G. Durant, 
Richel. 437, t" 307 v°.) 

Et ordonna le bourreau la manière au 
bourreau nouveau, comment il devoit cop- 
per teste, et fut deslié, et ordonna le tron- 
chel pour son coul et pour sa face. {Jaurn. 
d'un bourg, de Paris, an 1418, p. 110, 
ïuetey.) 

Il ne doit... ne luy bailler carreaux,... ou 
trunchet, ou passet a mettre sous les piedz. 
(Martial, An: d'amour, p. 141, éd. 1587.) 

Bancz, chevaletz, escabelles, trouchetz. 
(16 juin 1554, Arr. du pari, de Paris.) 



TRO 

— Rouleau du boulanger : 

Prencs qu'il y ait grans dangicrs 

Pour les limons de ces charrettes 

Et les tronches des boulengiers. 

(Martul, l'Am. rendu Cordelier, 758, A. T.) 

Il rencontra un vieil tronchel de pastis- 
sier, qui lui cuyda fendre la grève de la 
jambe. (Id., Arrêts d'amours, II, p. 434, 
XLix' arrêt, éd. 1731.) 

Pic, tronkel, grappe de fruits, Guer- 
nesey, tronquet, diminutif de tronche, 
Suisse, trontchet, trontzet, petit tronc 
d'arbre, l'extrémité inférieure de la 
pompe d'une citerne de chalet. 

Noms propres, Tronchel, Tronquet. 

TROivciioi, -oy, s. m., lieu rempli 
de troncs d'arbres ; représenté par des 
noms de localités : 

La grange de Tronchoy empres Rosson. 
(1332, S. Urbain, Churl. de la Collég. de S. 
Urbain, p. 318, Lalore.) Alias, le Tronchay. 

Noms propres, Troncquois, Tron- 
quois, Tronquoy. 

TROiXCHOiBE, voir Tronçoiïie. 

TRONCHON, voir TnONÇON. 

TROIVCHU, s. m. ? 

Cramillie, trepié, tenailles et molles, 
Griei, ironchus. landiers et les petiz chênes. 
[Dit de Menatjf, 154, Trébutien.) 

TRoxciR, -sir, V. a., couper, arra- 
cher : 

Ne se laissa quasi cheveux ny barbe, 
qu'il ne se b-onsist et arrachast, de grand 
despit. [Flores de Grèce, f° 28 r", éd. 1559.) 



Quant au piteux deffînement 
De mon corps, pense je troncis... 
(N. Ds LA r.oESNATE. Coiidam7i. de Bancquet, k la 
suile de {'i. Nef de santé, f" Y v**, éd. 1507, in-4 goth.) 

TRo.xçoiRE, -choire, s. f., scie à tron- 
çonner : 

A Pierart de Miraumont, pour une tron- 
choire, .II. s. .vin. d. (23 déc. 1415, Tut. des 
enfants de Robert Dunez, Arch. Tournai.) 

Cf. Tronçonoire. 

TROivçoN, -chon, -son, tronss., irun- 
çun, trosson, s. m., morceau coupé ou 
rompu d'un objet plus long que large : 

Sa banste est fraite, n'en ad que un trunçun, 
[Roi., 1352, Jliiller.) 

Froisse la lance, s'en voilent li frosson. 

[Les Loti., Ricbel. 163Î, 1' 192 r'.) 

La lance vole an deus tronçons. 

(Cbresi., Erec, 2882, Foerster.) 

Li lance vole en tranchons. (Hist. de la 
terre s., ms. S.-Omer 722, t° 154'.) 

Tronçon de chandelle. (1316, Arch. JJ 57, 
f° 69 r".) 

Pour ung tronssan de chayne de huit 
mailles pour alonger la chayne. (1408-1410, 



TRO 



TRO 



TRO 



87 



Compt. de P. Mareau, Forteresse, XXIX, 
Arch. mun. Orléans.) 

— Billot: 

AuditRiqiiier[Dicemberghe,mairenier,... 
pour] ung trunclion de quesne pour assir 
ung corLjiau pour rattaindre le penne et le 
sommier, six gros. (8 juin 1470. Tutelle de 
Loys et Gillot Descamps, Arch. Tournai.) 

— Partie coupée d'un poisson : 

Hz luy offrirent ung tronson de poisson 
rosty. ("Beauspout, Monotessaron, p. 4191, 
éd. i5i2.) 

— Par extens., un brin, une petite 
partie : 

Il parceut nos deux amans qui s'estoient 
mis a faire ung tronson de bonne ouvraige. 
{Cent Nouu. nouv., XCIII, éd. 1186.) 

Faire un tronçon de bonne chère a la rus- 
tique. (Uab., Cinquiesme livre, cli. vu, éd. 
1564.) 

El en un chascung capitoulat constitué 
un cappitaine proveu de lieutenant, porte 
enseigne, forier et corporaulx nécessaires 
pour par di.vaines recouvrer dans la ville 
même sousfisant nombre de soldatz pour 
faire, chascung pour son tronçon de nuict, 
la sentinelle, et le jour ensuivant garder 
les portes. (Briefve narrât, de la sed. adv. 
en Tliolose en 1S62.) 

Pour Dieu or regardez quel tronçon de vilain. 
{Dit de Mennge, 8, Trébulien.) 

— Montant d'une échelle? 

Feray noircir les tranchons (des échelles) 
et renouveller les roulions. (J. de Bueil, 
le Jouvencel, I, 80, Soc. Uisl. de Fr.) 

S'il y a plesseys, il nous fauldra porter 
troussons d'eschelles pour les coucher sur 
les plesseys. (1d., i6.) 

— 7 

Tronçon, au sens de bout, reste, est 
usuel dans l'Orléanais : avoir un tron- 
çon d'hiver un peu rude. 

TRo>'ço\AGE, -chonnage, s. m., ac- 
tion de troneoiier : 

Nicaise Vielle t et son compaignon,soieurs 
d'ais, pour .v'. pies de soiage... comprins 
ens le tronchimnage et soiage de pluiseurs 
choques qui furent donneez au Noël, aux 
quiets et olliciers de la loy de la ville. 
('li nov.-20 fév. 14"21, Compte d'ouvrages, 
i" Somme de mises, Arch. Tournai.) 

TROxçoxER, -onner, tronch.. Irons., 
troncener, transe., tronssonner, troçoner, 
■onner, verbe. 

— Act., couper par le bout, couper, 
casser par tronçons, tronquer, trancher, 
mutiler : 

En sa main tint lote nue s'espee. 
Car il avait sa lance tronsenee. 

{Les Loh., ms. Montp., ^249".) 

Car il avait sa lance tronsonee. 

{Girbert, fragm., Arch. Aube.) 



La damo avoit pris la cuignie. 
Maintenant a Tante trenchie. 
Et en piechcs Va tronchonnee. 

{Sept Sages, 4562, Keller.) 

Mainte lance ont a behourt troçonee. 
{Ctarisse et Florent, Schvie'ige[, Aiisg. uod Abh., 132, 

Lxx.\in.) 

Ferir le vait par si Ser maulalant 
L'escu li perce, l'espié va tronçonnant. 

{Otinel, 1201, A. P.) 

Pour taillier el troncfionner tronches pour 
faire ais. (lodi, Trav. aux chat, des comtes 
d'Art., Arch. KK 393, C -l'I.) 

Tronssonner, trunco. {Gl. gaU.-lat., Ri- 
chel. I. 7684.) 

Il ferist de l'e^pee sur la manche de la 
faulx, si que il la tronsonna en deux. (J. 
d'Arbas, Metus., p. 339, Bibl. elz.) 

Lesquelx ont Ironsonné et fendu par quar- 
tiers le boys de fol. (1416-1418, Compte de 
Gilet Baudry, Despence, XXXVl, Arch. mun. 
Orléans.) 

A luy (Jehan le lirasseur), pour son sal- 
laire û'avoir abattu et coppé .xix. hou- 
miaux de ceulx quy estoient croissans sur 
le dit chemin (de Maire), et chascun hou- 
miei tronchonne en tronches, chascune 
tronche de .xvi. pies de loncq. (16mai-aoiil 
14o0, Compte d'ouvrages, l" Somme de mi- 
ses, Arch. Tournai.) 

Les([uelz déposèrent qu'Alcibiade et au- 
tres siens familiers avoyent ainsi tronçonné 
et mutilé quelques autres images. (.iMVOT, 
Vies, Alcib.,éd. 1567.) 

La Loy d'un grand coup d'espieu 
Profondit jusqu'au milieu 
L'opiniastre Hérésie, 
Et [a fausse Hypocrisie 
En cent morceaux tronçonna. 
(P. ROBS., Odes, OEu»., i. T, p. 377, éd. 1584.) 

Les Grecs disolent quand ils vouloient 
exprimer un plus grand désir de se venger 
qu'ils n'avoient de force: Je luy tronçonne- 
ray les oreilles a belles dents. (G. BoÛchet, 
Serees, .\1V, Koybet.) 

— Neut., se briser en tronçons, voler 
en éclats : 

Et des lances tes cols se donent 
Que eles ploient et tronçoneni. 

(^Cbrest.. Percevat, 22681, Polvin.) 

A l'asanller font ces escus croissir, 
El ces araines et ces trompes tenlir. 
Ces grosses lances tronçoner par esclis. 

(Raimb., Ogier, 74ofi, Barrois.) 

Sa lance peçoie et tronchone. 

{Durmars le Gallois, 7494, Steagel.) 

Mais Damedieu de gloire ne le voul andurer, 
Ains iist dedens le voile .i. grant vent venleler. 
Qui la fist peçoier el le masl tronçoner. 

{Gui de Bourg., 4217, A. P.) 

Et assirent les fers des lances ou meil- 
leu des escuz si vertueusement qu'elles 
Ironsonnerent en \'a.&r. {Perceforest,\o\. III, 
ch. m, éd. 152S.) 

Ains la lance qui ne peust résister tron- 
sonna. (Ib., vol. V, ch. XVII.) 

— Tronçonê, part, passé : 

Et mon cheval parmi vi troncené. 
[De Charl. et des pairs. Val. Cbr. 1360, f» 87".) 

La gaiande versa, la fleke est tronchonnee. 

{Fierabras, 5064, A. P.) 



Maint pié, maint teste copee 
Et mainte espaule troçonnee. 

{Claris et Loris, 19119, Alton.) 

Vallès, c'est cist as armes d'or, 
A celle bende troncenee. 
D'argent et d'azur est litee, 
(J. Bbetel, Tourn. de Cliauvenci, 2108, Delmolte.) 

Lors oi escrier : Boloigne ! 
Celui au baston troncenei. 

(ID., i6., 2234.) 

Ne fu mie merveilles se Pierre s'en effree ; 
Car a Roen en ol la leste fronsonnee. 

(Cuv.. Du Guesclin, 4487, Cbarrière.) 

Les Hermès, qui sont images et figures 
de Mercure, que l'on souloit anciennement 
mettre par tous les carrefours, se trouvè- 
rent une nuict presque toutes tronçonnées 
el gratees. (Amvot, Vtes, Alcib., éd. 'l567.) 

TROXfjoxEi's, -chonneiis, adj. ? 

Chi mondes est si desloiaus 
Et si traîtres, et si faus. 
Si cuvert et de maie pari. 
Si tronchonneus et si guernart. 

{Bestiaire, Ap. Duc., TVoncjrc.) 

TRO\ç<»xoiiiE, -chonnoire, -chenoire, 
Irochonnoire, s. f., scie à tronçonner: 

Pour .11. soyoires appellees tronchenoires, 
servans a le ville. (20 fév. 1396-20 mai 1397, 
Compte d'ouvrages, i'° Somme de mises. 
Arch. Tournai.) 

Une tronchenoire par lui acheté pour la- 
dicte ville servant a soyerle laigne. (Août- 
nov. 1423, Compte d'ouvrages, 12° Somme 
de mises, ib.) 

Pour avoir rechiselé et redenté le tron- 
chonnoire servant aux ouvraiges de la ville. 
(19 nov. -19 fév. 1435, Compte d'ouvrages, 
3« Somme de mises, ib.) 

— .^dj., ([ui sert à tronçonner : 

Pour une soyoire trachonnoire. (16 avril 
1434, Exéc. test, de Maine le Maire, faiseur 
de nefz, Arch. Tournai.) 

^ TROxctf, voir Thons. 

' TROXtjiiE, voir Tronche. 

TROXDELER, v. n., tomber en rou- 
lant : 

Quant vil le Haus Assis qui aval trondela. 

(B. de Seb., Ilii, 96, Bocca.) 

Quant Pilatte trouvèrent moult se vont merveil- 
L'evebque commanda c'on aportast erant jlanl ; 
Ung tonniel bon el fort pour mettre le tirant 
El que hors du pays on le voit trondelant. 
( Veng. de J. Christ par Vespasian, 1 166, ap. ,A. Graf, 
Rumfi, I, 459.) 

Qui adonl les veist contreval drideler. 

Et dedens les fosses salir el trondeler. 
(Geste des ducs de Bourg., 6856, Cbron. belg.) Impr., 
troudeter. 

Trotideloienl dedens les fosses, (xv s., 
Lille, ap. LaFons, Gloss. »Hf.,Bibl. Amiens.) 

Trondeler. To trundle, or trundling of a 
bail. (CoTGR., 1611.) 

— Réfl., se précipiter : 

Eux trondelant es fosses. {Trahis, de 
France, p. 97, Chron. belg.) 

Pic, Tournaisien, Rouchi, Flandre, 



TRO 



TRO 



TRO 



Irondeler, trondieler, v. n., tomber en 
roulant en parlant de choses; courir 
d'une manière vagabonde, flâner, se 
rouler par terre, en parlant de per- 
sonnes; Hte-Normandie, Vallée d'Yères, 
Irondeler, v. act., renverser quelqu'un 
en lui faisant faire plusieurs pirouettes, 
Cambrésis, mettre en mouvement. 

TRODiEL, voir Trondel. 

1. TRO.XE, s. m., poids : 

Et li trônes diint il peserunt deit estre 
de .xxri. clous. {Lois de la cité de Lond., vas. 
Bril. Mus. add. 11252.) 

2. TRONE, voir Trosne. 

TRO\ESiE, -ni.--ie. s. f.. action de trô- 
ner, souveraineté, domination : 

Vierge... 
Car tu fus élevée en haulte tronesie. 

{Fils Aymon. 805.) 

Qui fusles estoree eu haulte tronîsie. 

(/*., 743.) 

... Le fil sainte Marie 
Qui est sires el maistres de toute tronisie. 

[D. de Seb., V, 309, Bocca.) 

Mère Dieu, dame de tronisie. 
Con nature est vertus de haute seignourrie. 

(/6., XVI, 334.) 

Du pooir de Dieu et de sainte Marie, 
De saintes et de sains qui sont en tronisie. 
Et d'angles el d'archangles ^qui sont en gerar- 

[chie. 
(CovEL., Du Guescl., 7486, Charrière.) 

TRo>GXETTE, -ecte, S. f., petite mine, 
petit museau : 

Vous le sçaurez, doulx mnsequin. 

Vous le sçaurez, doulce trongnfrfe. 

Vous le sçaurez. ma mignonnecte. 

[.Uist. du Viel Test., Hil, 2;78J, .\.. T.) 

Et maintenoit que trongnettes si sades. 
Par grans troppeaus. comme porcz en ung 

[tect. 
Vont seuUement pour gecler leurs œillades. 
{L'advoc. des Dam. de Par., Poés. fr. des xt' et ivi" 
s., III, 13.) 

Vulticulus, petite trongne. trongnette. 
(GuiLL. MoRELiLS, Verb. latin. Cotnmentarii, 
éd. 1558.) 

TROXKE, voir Tro.nchb. 

TROXXEAU, -onnel, -iel, voir Trosnel. 

TRorvQCET, voir Trunchet. 

TRO.xs, s. m., tronçon, morceau, 
éclat, bout : 

.1. Irons de lance li mit parmi le pis. 

(Oirb. de Met:, p. 544, SieDgel.) 

Cis irons ki est parmi le cors 
Vorroit moult, ce dist, qu'il fust fors. 
(CnaEST., /Vrcfoa/, 81081, I'oItId.) 

Brisent lor lances, li Irons en vont au vent. 

{Auberi, p. il6, Tobler.) 

Doolin son baston encontre li haucha, 
E chil i feri si que .i, frons emporta. 
Does le remenant encontremont leva... 

{Doon de Maience, 2143, A. P.) 



Le cheval fi^t parmi on .ii. trotis tronchonner. 

(Ib., 9062.) 
Le glaive voila en Irons. (Perceforesl, 
vol. I, ch. .\xxix, éd. 1Û28.) 

TRO.xsE, voir Tronche. 

TROXSEXER, VOif TbONÇONBR. 

TRoxsiR, voir Troncir. 

TRoxsoiv, voir Tronçon. 

TRO.VSOXXER, vûir Tronçoner. 

TRoxsiSE, voir Tronche. 

TROxssox, voir Tronçon. 

TROxssoxxER, voir Tronçoner. 

TRoxT, voir Thoit. 

TROP, troup. adv., beaucoup, très, 
bien, sutBsamment, assez : 

Hcingre ont le cors e graisie e eschewid, 
Neirs les chevels e alques brun le vis. 
N'est guaires granz ne trop nen est peliz. 
{Jiol., 3SÎ0, Mnller.) 

Trop sunt fort gent, tro^) sunt sachant. 
Trop sevent d'cirmes li Normant. 
(Bes., D. de yorm., Il, 19318, Mii-bel.) 

Jenz fu e fort, large e plenier, 
E trop rescmbla chevalier. 

ilD., 16., II, 19194.) 

Que li fais troiip ne li greva. 
{5. Guill. d'Angleterre, ms. Cambridge, S. Jobn'a B 
9, f 55''.) 

S'il me demande raenson ne avoir. 
Trop li donrai destriers et palefrois. 
Et bons mansiaus et bliaus a orfrois. 

[Jourd.de Blaivies, 291, Holmann.) 

Biax hom fut. de trop grant savoir. 
Riches hom, de trop grant avoir. 

[Dolop., 10333, Bibl. elz.) 

Os! fait cil, por le cuer que cil sires eut 
en son ventre ! Que vos plor.istes por un 
cien puant! Mal dehait ait qui jamais vos 
prisera, quant il n'a si rice home en cesie 
terre, se vos pères l'en mandoit .x. u .xv. 
u .XX. qu'il ne les eust dones trop volen- 
tiers, el s'en esteroil trop lies. (Aucassin 
et Nicolete, 24, 40. Suchier.) 

Grant paour ot dou vent qui menoit trop grant 

[bruit. 
(Berte, 908. Scheler.) 

Robins n'est pas de tel manière, 
En lui a trop plus de déduit. 
(A. DE 14 Halle, Robin et Mirion, ap. Michel, Tliéût. 
fr. au m..â., p. 104.) 

Etensinc la droiture le roy en croistroit 
el vaudroil miex louz les ans de .ce. lib. 
de parisis. quar on feroil louz les ans trop 
plus de dras. (lisT. lioiL., Liv. des mest., 
V p., LIV, 6, Lespinasse et Bonnardol. 

Nous regardâmes ou chemin par ou il 
venoil, etveismes que trop granl peuple le 
suivoil de homes et de femmes. (Joiw., 
5. Louis, p. 206, Michel.) 

Assez belle de corps el trop plus belle de 
l'ame. [Grisel., Val. Chr. 1514, f 101".) 

Et si croissent arbres delez qui portent 
pommes trop belles et de Ires belle cou- 
leur. (Mandeville, ms. Modène, (° 29 r°.) 



O 6ere tourbe emplie de macule, 
T7-op plus sujette a rude felonnie. 
Que Jours de Lvbie. ou tigres d'Hircanie. 
(Cl. Mahot, Tristes rers de Beroald, p. 139, éd. 
1596.) 

Telle estoit sa couslume, que trop mieulx 
par livre dormoit, que par cœur. (Rab., 
Quart livre, ch. LXiii, éd. 1552.) 

Car au labeur me veulx du tout vouer 
Pour mieulx servir a la vostre noblesse. 
Trop plus qu'heureux. 
(BoM. \)ESPER., Becueil des cfuires, Roadeau, p. 189, 
éd. 1544.) 

(lue les oraisons de Demosthenes, a qui 
les lisoit a part, avoyenl trop plus d'arti- 
fice et trop plus de véhémence : aussi est 
il facile a juger que les oraisons escriples 
de Demosthenes ont beaucoup plus de 
poincte que n'onl les autres. (.\.yvoT, Vies, 
Demosthenes, éd. 1567.) 

Mais si elles veulent maistriser, cela leur 
est trop plus mal séant que d'estre sub- 
jecles. iLa Roet., Regl. de mar. de Plut., 
Feugère.) 

J'ayme trop mieux de moy mesmes es- 
cri re quelque escrit mien, encores qu'il 
soit pire. (1d., Poes. dii\, à Marg. de Carie, 
Feugère.) 

Mais sur tout, trop plus que nulle chose 
j'admire l'ouvrier qui vous a compassé et 
ordonné cecy. (Id., Mesnag. de Xenoph., 
Feugère.) 

Veu le temps que les dits octroys el de- 
nieis communs leur ont esté octroyez (aux 
habitants de Bernay) de trop plus grand 
valleur que n'onl esté ceuls de Couches ei 
Lisieux. (I.li44, Jugem., dans Mém. et notes 
de A. Prévost pour servir à l'hist. du dép. 
de l'Eure, L. Delisle et L. Passy, I, 272'.) 

La seigneurie qu'Alexandre et ses suc- 
cesseurs eurent presque sur toute l'Asie, 
grande partie de l'Afrique, el Europe, fut 
cause de son augmentation : mais trop 
plus les hommes doctes, qui firent tant de 
livres, esquels ils traitoyenl de plusieurs 
sciences utiles. (Fauchet, Orig. de la lang. 
et poes. franc., I, iv, éd. 1611.) 

Leur pauvreté est plus pauvre que celle 
des religieux, bien que cesle cy d'ailleurs 
ait une excellence fort grande el trop plus 
recommandable. (Franc, de Sales, Introd., 
III, Saci.) 

Ses amys, qui le supportent el excusent, 
publient ia dicte dame avoir escript a son 
ambassadeur une lettre en sa faveur trop 
plus expresse que n'a esté la recomman- 
dation qu'il m'en a faicte de sa pari. (18 
janv. 1603, Lett. miss, de Henry /F, VI, 15, 
Berger de Xivrey.) 

— Excessivement , extrêmement : 

Guenes rcspunt : Mei est vis que trop targe. 
[Rot., 659, Millier.) 

Nu! pains ne puet estre pris si li mes- 
ires et li juré n'i sont, ne li petis pains 
dones por Dieu fors la ou li meslres et li 
juré s'asentent, ne nus pains estre jugiez 
a trop petit se il n'i a de celé manière de 
pain plus du petit que du granl. (Est. 
BoiL., Liv. des 7nest., l" p., I, 39, Lespi- 
nasse el Bonnardol.) 

Pour quoi ne prenes vous ce que nos 
gens vous uefrenl? El il disoienl : Sire, 
qu'il ni)us uefrenl trop peu. (Joi.NV., S. 
Louis, 121, G. Paris, Extr.) 

— Locutions, de trop, extrêmement : 



TRO 

Sans nulle double le roy (Louis XI) en 
sens le passoil de Imp (le iluc de lîourgo- 
gne), el la fin l'a munslré pai' se» iruvras. 
(CoMMYNE, Mém., 111, 3, Clianlelauzc.) 

— Trop plus que, tant de fois plus 
que : 

Hz sont en nombre trop plus dix foys 
i|ue. (Rab., Gnrgant., ch. XLin, éd. 1542.) 

— Trop heureux, hautain, arrogant: 

Icellui Goussarl, qui cstoit un tfopiteureux 
lioms et plain de liaultaines et Injurieuses 
paroles. (1432, Arcli. JJ 174, pièce iS^j, ap. 
Duc., Triumphosus.) 

— Trop plus que tant, absolument : 

Car vous povez fropins que faut. 
Dame, par qui grâce et merci 
AcquierGut li cuer repeulanl. 

[Mir. de N.-D., XXV, 339, A. T.) 

— S. m., excès : 

Soveat regarder ne devez 
Nul homme se vos ne l'amez 
Par droite amor, cestui delTens 
Retenez bien, c'est moult granz sens 
De son regart amesurer 
Que tuit li trop font a blasmer. 
(Iloa. DE Biois, Chastiein. des dames, ap. Bartscb, 
Lang. '■t Litl. fr., col. 3U8. 25.) 

TROPELE, S. f., troupe, troupeau : 

Le fil Pépin apelent trestot d'une iropele. 

[M<dnet, p. 26, G. Paris.) 

Voit les paiens el font d'une vaucele. 
Bien furent .c. tout en une tt'opele. 

(G. d'Hanstone, Bicbel. 25516, f 22 r».) 

Hainaut, troupelle, s. f., poignée, pe- 
tite quantité d'objets semblables. 

TROPELEE, s. f., troups : 

Car des Flânions y vint une grande tropelee. 
[Geste des ducs de Bourg., 63U0, Cbron. belg.) 

ÏROPELER, troppeller (se), v. réfl., 
s"as.sembler en troupeau : 

Entor le rei se tropelerent 
Tuit li haut home qui la erent. 
{Ilist. de GuHl. le Mareehal, 3305, var., P. Meyer.) 

Si se comencerent a treboiller et a.setro- 
peler. (Est. d'Erncl. Ëmp., X.XIV, 18, var., 
Ilist. des Crois.) 

Ces brebys se assemblent en troupeau, 
or se troppelleni , on les elfroye, ce me sem- 
ble. (Palsgr., Esclairc, p. 562, Génin.) 

TROPELET, fro)(p.,<ro;;p., s. m., petite 
troupe, troupeau ; 

Soudoiers et rihauz despris 
S'espartenl la par iropelez 
Et se fièrent par hamelez. 
(GuiART, Roy. lingti., 16162, AV. et D.) 

Ung petit iro?)e/e/ de gens a cheval. (1428, 
ap. Quicherat, Vie de Rodrigue de VUlan- 
drando, p. 214.) 

Ung petit troppeletde lances. (J. de Beuil, 
le Jouvencel. I, 213, Soc. Hist. de Fr.) 

Aux loups j'ay laissé dans les bois 
Mon troupetet seulet en proye. 

;ViUQ., Idille, I, II, Travers.) 

T. VIII. 



ÏRO 

Car, soit qu'en nos vergers seulet je me promené, 
Ou que par ces coutaus mon troupelet je mené. 
(P. DE Dracii, les Poem., f» 31 v, éd. 1576.) 

Savoie, tropellel, petit troupeau, se 
dit principalement de la constellation 
de la Pléiade. 

TROPELETTE, trouppelettc, s. f., pe- 
tit troupeau : 

Le berger non moins gaillard 
, Chante et en chantant amuse 

Près d'un ruisseau babillard 
Sa trouppelette camuse. 
(Cl. de MoR^:NNE, Poés., p. 144, Duhamel.) 

1. TROPER ? 

Et Dieus me vueille maintenir 
Et m'e^pee aye en ma main diestre. 
Je l'en ferai cauche seniestre, 
Qui cesti averoit a per 
Des autres lairoit le troper. 
{liieli. le biau. ms. Turio, f* 135'; Foerster, 1964.) 

2. TROPER, voir TaopiEn. 

TROPFAIT, voir TORFAIT. 

TROPHE, s. f., trace ? 

Coste celle eau qui si ride 
Senecques, Tullus. Ptolomee 
Venoient a l'escole aniee, 
Géomètre Ypocras, Galien, 
Avicenne, entour le lien 
De la fontaine s'assombloient 
Ou de science s'alTubloient, 
Et mains autres grans philosophes. 
Tous marchiereut par sus ses frophès. 
Ton père mesme y savoit 
La voye. 
(Christ, de Pis., Poés., Ricbel. 604, f» 127 v".) 

TROpiER, troper, s. m., livre d'heu- 
res contenant les strophes : 

E li antefiniers, 

Baptisteries, graels, 

Hymniers e li messels, 

Tropiers e leçuniers. 

(Ph. de Thaun, Compoz, 40, Mail.) 

Ne vont sur autre livre le serement jurer. 
Fors de sur un troper, k'il fesist aporter, 

(Garn., Vie de S. Thom., 1444, Hippeau.) 

Cinc livres sont de leçons, et .m. de 
chanz, ce est graaus, antefeniers. tropiers. 
(Trnd. de Beletli, Uicliel. 1. 995, f 29 v".) 

.V. tropiers et une leandre. (Très, de/'un- 
glize S. Sareor, dans Cort. de S. Sauv. de 
Met:, Richel. 1. 10029, f» 67 r°.) 

.1. breviare en .i. volume, et .ii. meseus, 
et .III. sautiers, et .u. greeus et .i. tropier. 
(Dec. 1285, Invent, des ornements de l'église 
S. Brice. .\rch. Tournai.) 

Un collectaire et .ii. tropiers. [liOb, Arch. 
K 37», pièce 2.) 

TROPOi, voir Trepoi. 

TROPPELLER, VOir TllOPELER. 

TROP PEU COMPTÉ, S. m., le fait 
d'avoir compté au-dessous la valeur 
d'une chose : 

.viii.l. t.pour augmentation du trop peu 
compté de trois parties de livres, comptées 
en son nom ci devant. (1530, Cumpt. de 



TRO 



89 



l argent, de P/iil. d'Eureux, Arch. Bass.-Pyr- 
E 519.) 

TROPs, voir TnoNS. 

1. TROPT, voir Trons. 

2. TKOPT, voir Trout. 

TROPTALX, S. m. ? 

ATliumasdou Martroit,maieurde lehalle, 
pour les besiens et troptains qu'il a deli- 
vret ou massart pour les .vi. mois eskeus 
dou tans de ces comptes. (1347, Recette de 
G. de Panthegnies, Arch. mun. Valencien- 
nes ce 2, f 2 v°.) 

TROPTEREL, Voir TllOTEllEL. 

1. TRoyuE, voir Troche. 

2. TRoyui:, s. f., ivraie : 

De dessevrer le fromment de la troque 
et mauvaise herbe. (De vita Christi, Kichel. 
181, f 109«.) 

3. TROQUE, s. f., action de troquer: 

Tesmoing maistre Alixandre Roques, 
Qui n y tist pas reigle de troques, 
Ains a la mort et a la vie 
Leur fist reigle de compagnie. 

(1537, Cari.. Arcb. mun. AIbi, 5- v.) 

Donné par Littré sans historique. 

TROQIIELET, VOir TrOCHEI.ET. 
TROQUER, VOirTROGHER. 

TROQuoisE, voir Turquoise. 

TRORIWIT, voir TORFAIT. 

TRORTIER, voir Trotier. 

TRos, trous, troux, trou, trois, tropt, 
trops, trop, trus, truz, ti-eus, s. m., 
tronçon : 

.1. tros de lance li met parmi le pis. 

(Les Loh., ms. Berne 113, l' SS'.) 

La lance brise o le penon pendant ; 
il tint lo trous qui fu fors et pesans, 

(Ib., ms. Montp., f" 234=.) 

Et cil si durement le fiert 
De sa lance qui raoult fort ert 
Qu'a la terre jus le porta ; 
Lucans moult tosl se releva 
Et si cuida le trous oster 
De son braz sans nul arester. 
(Chhest., Perceiml, ms. Montp. H 249, t» 129'.) 

Peçaie la lance a cslrous. 
Qulambedeus en chieent les trous. 
(iD., Clieval. de lacharete, Bicbel. 12560, f" 55«.) 

Les trus de lances hait voler. 
Feu des healmes eslenceler. 

(Wace, Rou. 3" p., 1583, .^ndreseo.) 

De lances, de truz e d'esclaz 
Fu sempres li erbeiz jonché. 
(Bes., D. de Xorm., II, 28273, Micbel.) 

La lance froisse dusqu'as poius du guerrier, 
Li trois en volent contremont vers le ciel. 
(Raimb., Ogier, 10035, Barrois.) 

Ha, Des ! dist l'ampereres, Berarz s'est com- 

[batuz î 
Vez les irox de lor lances q'an amaine li ruz. 
(J. BoD., les Saisnes, C, Michel.) 



12 



90 



TRO 



TRO 



TRO 



La veis5îe2 parmi les rens gisant [boiant, 
Maint pie, maint poing, maint hiaume Ham- 
Maint trous de lance et maint escu luisant. 
(Adenet, Snf. Ogier. S93, Si-beler.) 

La ot (lésas l'erbe nouvele 
Maint trous de lance et mainte astele. 
(Atre péril., Richel. il6S, f» 31^ ; Herrig, 4735.) 

Et vait ferir tôt a bandon 
Del tros de lance qu'il tenoit. 
(Reii. de Beaujeu, le Ofau Descowteu, 55S4, Hip- 
peao.] 

Troux de torche. (1398, Invent, de meu- 
bles de la mairie de Dijon. Arch. Côle-d'Or.) 

Lequau Ireus de vinha dessus confron- 
tât et désignât ab tolas sas appartenenanl. 
Juin 1399, Arch. Gir. G 463, pièce 77.) 

Le drap que il lo trinchanl en trois tros 
est dit deis fauz drap. (141-2-1H4, Ord. au 
suj. de la fab. des draps, Arch. Fribourg, 
Rec. dipl., VU, 30.) 

Deux tros de banquauLx rompuz. (1Ô20, 
Invent., Arch. Gir., Sol., Bris Charrier.) 

— ? 

Le cusinier doy depeysser le poysson a 
la Saincl Nicolas, Noël", Pâques et aultres 
jours, et fere les tropt selon qui luy est 
bayliè la mesure par le soubpidancier. (G. 
DE Seytlriers, Mail, adm., Hisl. de l'ab. de 
S.-Claude, II, 316.) 

Aux .\dvens, led. pltancier doit faire la 
monstre du poisson, pour estre advisé par 
led. convent, ou commis, pour en faire la 
tauxe et nombre des troux. (lôJO, Man. 
admin. de Baume les .Moines, Prost, p. 85.) 

Doit a chascung religieux, pour led. jour, 
sept troux de poisson, assavoir : quatre en 
eaue et trois en gelée; et les s' grant 
prieur, et le vicaire perpétuel de sainct 
Jehan Baptiste dud. Baulme doublent, qu'est 
a chascun quatorze tropiz. Aussi double le 
chantre et prent, en oullre, pour ce qu'i 
doit lyre en relTecteur, cinq trop, deux en 
gelées' et trois en eaul, qu'est en tout pour 
led. chantre dix neuf troux. L'on doit aud. 
jour au relTecturier, pour les thouailles 
qu'i doit en relTecteur, tant es Advens que 
Caresme, deux troux en gelée et deux troux 
eu eau. (//)., Prost, p. 67.) 

— Trognon : 

Ja ne vaudras .i. tros de cbol. 
(Rom. des trois ennem., Ars. 5201, p. 260'.) 
Ge ne pris pas .i. trox de pome. 
(Des deux Bordeors ribauz, MoDtaiqlon, Fabl., l, 
2.) 

Et en delTault d'aloes donnez luy aul- 
tant comme une febve en deux ou trois 
petilz troux de racine d'erbe nommée ce- 
lidoine. (Franchieres, Fane, vas. Chantilly 
1528, f» 15 r°.) 

.\pre3 s'ecouroit les dens avecques ung 
grox trou de lenlisce. (Rab., Garg., ch. 
xxiii, éd. 1542.) 

En sa dextre tenoit ung gros trou de 
chou. (Id., Pantagr., l.V, ch. xvii, éd. -1564.) 

— Par extens., un brin, quelque 
chose : 

Quar par cel DamleJé qui est sobre nos, 
Gc ne pris vostre orgoil ne vos un tros. 

[Ger. de hossill.. p. 32S, Michel.) 

Ja a nul jor de mon aage 
N'aras del mien vaillant un trops. 
{Chasfoiem. d'un père, coule III, 54, Biblioph, fraor.) 

Centre, trou rfepaîn,morceaudepain. 



Saintong., Ira de pain, H. -Maine, trou, 
tronçon, trognon. Poit.. trot, bâton, can- 
ton de Chef-Boutoune, tiges du maïs qui 
restent dans le champ après la cueillette 
des fusées, ou tiges de choux dépouil- 
lées de leurs feuilles, Bourg., trô de 
pain, de veau, Besançon, anciens noëls, 
trou de boudin. 

TROSAYLER, VOir TrESALEB. 
TROSER, voir TOURSER. 
TROSIERE, voir ToURSIERB. 

TROsiVE, Irone, Iroine, tron, Inin, s. 
m., le ciel, le firmament: 

Une abeie bêle et bone, 

Plus sainte n'ot desos le trosne. 

(S. Bramlan. Ars. 3nl6, f» 103'.) 

Estoile n'avoit aparant 
El trosne ne el tirmament . 
(Chbest., Percecal.ms. Berne 113. f' 102^.) 

Ge movrai, ce dist Pierres, a brief sarmon. 
Le matin, quant parra l'aube del tron. 

[Ger.de Boss., p. 312, Michel.) 

Meillor gent n'est pas soz le troine. 
{Frag. du roman de Troie, P. Meyer, Romania, 
XVIII, p. 79». ) 

Si prist a plouviner durement, sans mentir, 
Li irosnes s'entrouvri, dont ot peur de morir, 
Quar il vit les valees toutes de l'aighe emplir. 
{Roum. d'.ilix., î" 51'', ilichelant.) 

Veoir le vile et le castel. 
Et la contrée d'environ : 
N'a plus bêle desos le tron. 
Ne nul castel tant bien assis, 
En tôt le siècle, ce m'est vis. 

{Parton., 1708, Crapelet.) 

Dame, çoe dist Herlaund, li sire de haut triin. 

[Horn, ms. Cambridge, 615, Stenjel.) 

Seignurs, fet il, oez pur le seignur del trun, 
{Ib., ms. Oxf., 1393.) 

Iv'il n'i ad tel cbevaler suz le cape del tron. 
[Ib., ms. Londr., 3623.) 

Onques hom ne vit so^ le trône 
Deus viles aussi delitables. 
(Huoa DE Mert, Tomoiement de l'Anteclirist, p. 10, 
Tarbé.) 

Si com li trônes avirone. 
Et comme il pluet et comme il lone, 
Dame, qu'en tout le tirmament 
N'eus! de terre plain arpent 
Que tout ne fust en son demaine... 
{Lai du Conseil, p. Ilû, Michel.) 

Roan estoit d'antiquité 
La plus orgueilleuse cité 
Qui fust tant cou queuvre le trosne. 
(G. GuiiKT, Boy. Lingn., Richel. 5698, p. S9^) 

TROSNÉ, adj., pesé : 

Ly pesons de le laine de fillel doit .i. 
den. de tonnelieu de ceulx qui le doivent 
par droit; ly poise de le laine Irosnee doit 
.1. d. (xiii° s., Tontieu de Cambrai, ap. Tail- 
liar, Rec, p. 472.) 

TROsiNEL, tronniel. s. m., sorte de 
balance, poids public : 

Et doit avoir et aura poy en laditte ville, 
auquel il seront tenus d'aler peser file, 
toutes fois que meslier sera, en paianl de 



douze livres pesant un denier tournois, sauf 
ce que il poiront acheter et vendre leur 
trosnel. (1318, Privil. des drapiers de Grny, 
Chambre des Compt. G 75, Arch. Doubs.) 

Que tout cil et celles qui venderont en 
nos justice lin, de quel pays que on l'apor- 
che, il le facent peser a le balance de le 
ville, a tronniel, ne autrement, sur enkeir 
en amende lele (jue li eschievin y ordene- 
ront. (4 fév. 1359, Reg. des mesliers, n" 230'"', 
t° 156 v°, Arch. Tournai.) 

TROS.XERESSE, S. f. ? 

On fait le ban kil ne soit nus tisserans 
ki face œuvre de trosneresse ne de pine- 
resse, k'il soient avant mouslré as eswar- 
deurs ançois k'il les lissent. {Bans d'Henin, 
ap. Tailliar, fiée., p. 428.) Impr., trosveresse. 

Cf. Trosnel et Trosné. 

TROSQUE, troske, Irusque, irusche, 
truque, trosques, frusques, Irousque, 
Iruesque, druk, drusques, adv., jusque, 
jusqu'à : 

Puis ne finerent trusqu'&n mestre mostier . 

{Coronement Loeijs, Hichel. 368, f 161' ; Jonck . 
1157.) 

La nuit font joie por le franc cbevaher, 
Trusqit'au matin que jorz dut esclerier . 
(Id., !i., JoDck., 1159.) 

Trusch'a midi prime sonnant. 

{Sept Sages, 3671, KeUer,) 
Et feri le senglier tritqu'a\l cuer. 

{Ib.. ms. Cliarl. 620, f 23=.) 
Des la poitrine tiosk'til fiant. 
(Vie Ste Juliane, Oxf.. BodI. Canon, mise. 74, f' 65 r*.) 

11 fet monter chevaliers trusque xi. 

{0. de Ùole. Vat. Chr. 1725, £• 80.) 

Sire, fait ele, levés sus ; 

Je vos conduirai frosqua Puis. 

{Parton., 1217, Crapelet.) 
Si avrez un bon confenon 
O langues trusque a l'arçon. 

(/*., 7715.) 
Aine puis nel vi trosqu'ier matin. 

{Ib., S565.) 

He las ! pour koi pense jou druk'oL la 

Ki me mesle de parler des mauvais ? 

(WiLLAUMss d'Amiens, ap. Keller, Romv., p. 293.) 

Deus prelas vienent au roi, et li meinent 
trusque au faudestueill par devant l'aulier. 
(Liv. de J. d'ibetin, ch. vu, Hist. des Crois.) 

Le fiert de si grant force que il le fent 
irusqu'es espaule». (Lancelot, ms. Fribourg, 
P 70-.) 

Il i a une citerne desous cel chaslel, qui 
vest par desouz terre trusqu'en la forest. 
(Perceval, I, 258, Potvin.) 

De l'entrée de décembre drusques a l'en- 
trée de may. (1309, Revenus des terres de 
l'Artois, Arch. KK 394, f° 18.) 

Trosques en Tebes en est la novele corue. 
(Estories Bogier, Hichel. 20125, f° 97".) 

Du tens Adam trusques au déluge. (Sy- 
drac, Ars. 2320, i lô-i.) 

— Trosque ci, jusqu'à maintenant : 

Encore a ele assez en 
Trusque ci el bien et honor. 

(G. de Uole, Vat. Chr. 1725, f» 88".) 

— Conj., jusqu'à ce que ; 



TRO 



TRO 



TUO 



91 



Toi li gerpis, tôt a lui vienge, 

Trusqiie mî fiz terre ait e tienge. 
f {Ben., />. de yonn., II, 20204, var-, Micliel.) 

Des or ne welenl pas issir de la contrée [mee. 
Tronsqua^yienl la promesse qui lor est denom- 
(Uerman, Ricliel. 1444, f» 57 t».) 

Ne lor vost pas laissier guerpîr 
Truesqneh eust del tôt dampnes. 
{Vie dupap. Greg.^ p. 10, Luzurche.) 

— TrosqxCa ço que, jusqu'à ce que : 

Brusques a chou que... (1262, Cart. noir 
de Corbie, Kichel. lat. 17758, r» 119 v\) 

— Trosqu'atant que, jusqu'à ce que : 

Trosqu'ntant que li rois Menelaus vint. 
{Estories Rogier, Riche!. 20125, f 142\) 

TROSQUEMENT, EClv., jUSqUC : 

Trosquement al pales dou lens ancienour. 

{Prise de PampeL, S6S, Miissafia.) 

TROSSE ANESSE, S. m., ànier, celui 
qui charge une ànesse, le dernier des 
valets d'une ferme; sobriquet donné à 
l'un des vilains qui vinrent saisir Brun 
VOura : 

Et Trosse anesse li puans 
Qui por la moche va fuiant. 

{Hen., Br. I, 636, var., MartÎQ.) 

TROSSEAUL, trossel, voir Toursel. 

1. TROSSER, voir TOURSER. 

2. TROSSER, voir Thocher. 

3. TROSSER, f7'oitss('r^ fnissev, trou- 
ser, troser, torser, v. a., charger : 

Torsetii chofres sor ces soumiers. 

(Fergus, p. 2, V. 32, Martin.) 

Lors veisiez ces cbevai enseler, 

Mètre ces frains et ces bernois trouser. 

{Aymeri de Narb., 1245, A. T.) 

Les bones armes font troser et chargier. 
(76-, 1954.) 

En destre font mener les bons destriers. 
Et granz avoirs trouser sor les somiers. 
{Ib., 2134.) 

L'or et l'argent n*i volt pas ohlier, 
Et les obiers pailes fet chargier et troser. 
Ib., 3896.) 

A non doit avoir sans cangier 
Li chevaliers a .ii. espees; 
Ausi en « il .ii. torsees. 
Nul autre non avoir ne doit. 

{Chev. as .11. esp., 1664, Foerster.) 

Li Sarradin avoient troussé totes les cho- 
ses que il en baoient aporter. {Chron. de 
S. Den., ms. Ste-Gen., f" 274^) 

Sus les somiers troserent les besans de Sardai- 

[gne. 
{Florence, de Rome, Richel. nonv. acq. 4192, f" 3 r".) 

Ti'oiisserent leurs chars en si grand an- 
goisse. (J. LE Bel, Chron,, I, 178, Polain) 

— Charger, en parlant d'un cheval 
ou d'une autre bète de somme : 

Et cil vilain rameinent a planté 
Muls et somiers qui sont de noiz trousé. 
[Aimeri de i\arb., 2241, À. T.) 



L'ostes le comande esraument, 
El li clers ainsi fetement. 
Dist son garçon qu'il atornast 
Son palefroi, et qu'il troii-^isat. 
Que tout soit prest quant il reviegne. 
{Des trois Avugles de Cotnpiengiie, MoDlaiglon, i^aô/., 
1,77.) 

— Détrousser de. enlever : 

Quant je vi que li chevalier 
Êq aloient l'uluot au gué, 
Et li lor estoient ton^ê . 
De ço qu'il orent gaaingoié. 

[Gauvaltl, 1274, Hippeau.) 

Guidant que sur les chemins on ne leurs 
trossast leurs ai-yent. (1Ô79, CUurteset pri- 
vil. des 32 met. de ta cité du Liège, II, '257, 
éd. 1730.) 

— Trosser en mitle, fig., faire partir 
brusquement : 

Celuy qui fuit, il eschappo souvent : 
Mais qui lient hou et se met trop avant, 
Souvent se purd, et est troussé en maie. 
[Sat. Men., Epilaplje du C.liev. d'Auinale, p. 279, éd. 
1591.) 

— Ue même au réfléchi : 

Se troussant en malle. (JSIel.^rt, Hist. de 
la vttle et chasteau de lluy, 1. 17, 173, éd. 
ItJil.) 

— Trosser ses quilles, locut., s'en- 
fuir : 

Le moyne, ajanl obtenu son congé, 
trousse ses quittes et va a Florence, lieu ou 
demeuroil son père, en la maison duquel, 
arrivé, il demeura quelques jours. (L.\Rtv., 
Facet. Nuicls de Utriip., XI, v, éd. 1573.) 

— Trossé, part, passé, mis en pa- 
quet, chargé : 

Sol cenz cameilz merrez d'or e d'argent trussez. 
{Voy. de Cliarlem., 73, KoscbwiU.) 

Cil s'en vicnenl tuit aruté 
E tuit chargié e tuit trussé. 

(Marie, iais, Ehduc, 233, W'arnke.) 

Ly caretle autretanl, et tous mairiens 
trousez est quicle par aulrelant. (xiii° s., 
Toiitieu de Cambrai, ap. Tailliar, Rec, p. 
472.) 

D'esterlins trossez quinze livres 
Certes tost en sera délivres 
Se la dame puet de l'ostel. 
[Du Prestre et d'Alison, Montaiglon et Raynaud, Fabl., 
II, 16.) 

Suisse, Neuchâtel, trosser, couper, 
rompre, briser en arrachant. 

Cf. l'article Tuurser dans lequel de- 
vaient entrer tous ces exemples, qui se 
trouvèrent égarés au moment de la 
composition. 

TROssEROEL, -roU, S. m., tonneau 
ou grand vase à boire : 

Ja si feroie je mon voil ; 
Mais li boivres del frosserotl 
M'a si emhlé et cuer et sans 
Que je n'an ai autre porpans 
Fors que tant en amor servir. 

(Tristan, I, 229, Michel,) 



Granz fn li ehauz, s'aumcs soif. 
Brangien. qui ci est devant toi, 
Corut en haste au trosseroet. 

[Ib., p. 23b.) 

TRossEURE, voir TounSEURE. 
TROssox, voir Tronçon. 

TROSSURE, voir TOURSEURE. 

TROSVERESSE, voir Troveresse. 

1. TROTE, s. f., trot : 

Quant (le sanglier) est une foiz a Irote 
et a un peu d'avanlaige devant les chiens. 
G.iST. Phehus, p. 61, ap. Ste-Pal.) 

2. TROTE, S. f. ? 

Et me sui devestus des dites maisons, 
des appandisez d'icelles, de la dite trole ei 
dou dit prei. (1293, Colt.de Lorraine, p. 234, 
Wailly.) 

La grant maison, la trote dedens la pe- 
tite maison davanl et toutes les aparte- 
nauces de dites maisons. (1293, ib.) 

TROTE A PiÉ, S. m., valet ; 

Par ces biaus livres et par ces pages 
Qui parleront plus bel c'uns pages, 
Q'uns trote a pié ne c'uns corliex. 
(G. DE ToiNCl, Mir., ms. SoissOQS, f" 142'; Poq., 
coh 708.) 

TROTELER, V. n., trotter, trottiner ; 

Puis qu'ilz ont ung peu de soucy. 
Variez ne font que trotetfr. 
(Greb»«, Mist. de ta Puss., 21078, G. Paris et Ray- 
naud.) 

TROTEREL, -eau, Ivott., Iropt.. adj., 
qui trotte sans cesse : 

Plus escourtez, plus dissolus, 
Plus l'œil au boys, plus troptereaux. 
(Le Miretir lies moines, Poés. fr. des iv" et ivr s., 
XIll, 285.) Var., trottereaux. 

Dieu garde les chevaliers qui vont a pied 
parmy la forest eslrange, en guise de gar- 
çons troteraulx. (Lancelot, III, P 14% éd. 
1533.) 

TROTiER, trott., troct., trort., adj., 
se dit d'un cheval qui va le trot : 

Armé et fervesti sor .i. ronchi trotter. 

(Aiot, 1826, A. T.) 

Montée sur un bon cheval trolier. (MoNs- 
TRELEr, Chron., H, 73, Soc. H. de Fr.) 

Mais sur roncins troiîers, qui sont magres et 

[frois. 
(Geste lies dues de Bourg., "122, Clnon. belg.) 

Jamais ne chevauchoil mule ne haque- 
nee, mais ung bas cheval trolier d'entre 
deux selles. (II. Baude, Eloge de Cliarl. Vil, 
ch. I, dans .1. Chartier, Cliron. de Ch. Vil. 
t. III, p. 130, Bibl. elz.) 

Cheval trolier. (R. Est., Petit Dict. fr.- 
lat.,éd. 1542.) 

— Qui trottine çà et là, qui court 
beaucoup : 

Jeune escolier trotter et amoureux. 
(Gabr. MKliniEa, Tre^. rf<?5 Se«^, ap. Ler.de Lincy, 
Proo.) 

— Garçon trolier, garçon d'écurie : 



92 



TRO 



TRO 



TRO 



Or escoulei» des .n. garçons tfotiers. 
Lts Loh., Richel. ISSi, ap. Tielor, BanJschr. der 
Geste des Loh., p. 104.) 

Tout furent rice nis le garçon trotter. 

{Auberi RLchel. Î436S. f 27<i.) 

Puis que li sires laidenge sa moillier 
Ou son sergant ou son garçon trotter. 

{n., «p. Keller, Bomv., p. Î07.) 

— Subst. m., cheval qui va le trot, 
et aussi courrier, comme troton : 

Pour les destrerz, corsiers, trotiers et 
aquenees dessus diz. (1365, Charte, Arch. 
P 13782, pièce 3095.) 

Monter sur ung troctier. (J. Dupi.n, Me- 
rancolies, .\rs. 5099, P25 v°.) 

Doux veux précieux et bigoU. 
Avans cours parmy ces moustiers. 
Qui font dancer sur les ergos 
Et courir plus dru que trotiers, 

{.imatit rendu cord,^ 1641, .\. T.) 

— Garçon d'écurie : 

Sire, dist il, molt volentiers. 
Il n'oublia pas ses trotiers. 
Au conte en est venus errant. 
{ Wistasse te Moine, Richel. 1755; Michel, v. 761.) 

Quand il chevauchoil ^le grand comman- 
deur) il avoil quatre chevaiicheures ou sei, 
et .1. frère sergent ou .ii. chevaucheures, 
et .1. escrivain et .i. turcople et .i. Irortier, 
ou .11, quant il voleil. (Stai. deS. J. deJer., 
Arch, B,-du-Rhône.) 

Li cuisiniers done dou pain el dou fro- 
maige es valiez el es trotiers des hostes. 
(5° p, des coul, des Cliartr,, ms, Dijon, T 
9r°.) 

— Course au trot : 

Ores n'est temps, que l'on face 
Un trotter, et menu train, 
Ou que des chevaux l'audace 
Demeure serve du frein. 
(De Bellat, Œurres, la Afusagnomachie de Joach. 
du Bellay, f "S v», éd. 1573.) 

— Trotiere, adj. f., s'emploie particu- 
lièrement en parlant d'une coureuse, 
d'une femme de mauvaise vie : 

Une Iroliere ou coureuse, Ambulalrix, (R, 
Est., Petit Dict. fr,-lat,, éd. 1531.) 

Si veulx je bien que chacun sache 
Que je n'ay point esté trottiere. 
Je t'ay esté aussi entière 
Qu'oncques fut femme a son mary. 
(Gilles D*.ivRiGSY, le Tut. d'amour, £• 42 r*, éd. 
1546.) 

De femmelette barbue et devine, 
De femme trottiere et latine 
Libéra nos. Domine. 
(Gadr. MecMER, Trésor des Sent,, ap. Ler. de Lincy, 
Prov.) 

.■Vins plustost sçachant bien qu'un désir impru- 

[dent 
D'estre veue, et de voir, alla jadis perdent 
La trfitiiere Dina, et cent autres semblables. 
Qui ont deshonoré leurs maisons honorables. 
(Dd Bartas, Judit, IV, éd. 1597.) 

Fille fenestriere et trottiere rarement 
bonne messagiere. (Cotgr., 1611.) 

Trotiere, f. A raumpe, fisgig, fisking hus- 
wife, raunf-'ing damsell, gadding or wan- 
dring flirl. (1d.) 

— Dans un sens favorable : 



Jamais je n'ay veu si grand iroliere : elle 
voudroil voir en un jour l'un et l'autre 
my ciel, comme les grues. (Secondes œuv, 
de Mmes des Roches, f 28 r", éd. 1578.) 

Dans le Haut-Maine, on emploie en- 
core trotter, trotiere, pour vagabond, 
vagabonde. 

Nom propre, Trotitr, Trotlitr, 

TROTiGxox, trolt,, trolegnon, s, m., 
partie d'un animal, prob. pied de porc : 

Teste de veau, les irotignons, 
Foye, double, rate, rongnons... 
Ghascuns veult des tripes mengier. 
(E. Deschamps, Po^s., VII, 11,4, T.) 

Sous de pourcelet se fait ainsi comme 
d'une froide sauge, sans y mettre nuls 
oeufs, et point de sauge ne pain. 11 est fait 
du groing, des oreilles, de la queue, des 
jarrets cours, et des quatre irotignons h\6n 
cuis et 1res bien plumes, puis mis en sausse 
de percil broyé, vinaigre el espices. {Mé- 
nagier, II, 215, Biblioph. fr.) 

k ung tripier, pour avoir livré pour le- 
dict service des tripes el trotegnons, a esté 
payé, ..\i.K. s. .VI. d. [Compte e.réc, test. Jeune 
Vendeuille, Arch. Tournai.) 

Deux plats de trottignons estuvez. (1543, 
Parties de disners faitz en ta Chambre des 
comptes a Lille pour ung an commanchant 
après la renenghe .w'.\uii., Ch. des Comptes 
Lille B 24;;9.) 

Poit., Saint., Aunis, trotignon, l'âne. 
Nom propre, Trotignon, 

TROTIR, S. m. ? 

Pour. II. tonneaulx desaulmon d'Eschoce 
el ung tonneau de trotir y comprins l'ame- 
naige elle brou taige,.xxiiii. 1.(1505, Compte, 
S. Omer, ap. La Fons, Gloss, ms., Bibl. 
Amiens.) 

TROTOis, S. m., trot: 

Kant il ^int al chemin si aqueut un trotois. 
Ne se tenist a lui un mulet espanois. 
[Quatre fils Aymon, ms. Oxf., Hatt. 59, f» 86 t«.) 

TROTOIS, -un, Ireton, s. m., grand 
trot : 

Coisi .ïïs. ors venir le ireton. 
{Roi., ms. Chàteauroux, cclti, 5, Foerster). Ms. Venise 
Vil: /ro(!JB. 

C'a Saragoze sunl venu le trefon. 
(76., ms, Chàteanfoui, CCIIIT, 6.) Ms. Venise VII : 
troton. 

Qui estes vous, biaus sire, qui venes le troton ? 
(Fierabras, 5460, A. P.) 

Et li baron chevauchent ambleure et troton. 
(J. BoD., les Saisnes, .\XII, Michel.) 

Sore corl Karlemaine le grant troton menu. 

(ID., i6., CCL.XXI.) 

Le roi Orri enmainne grant troton, 

[Auberi, Richel. 24368, (• ÎO'.) 

Envers Horn, vet par mi les sal» e le trotun, 
(Âorti, 1511, ms. Oxf., Stengel.) 

Tuit afeutré vontjoster le trefon. 
(Herb. Leduc, Foulg. deCimdie. Richel. i5518, l' 111 
r».) 

Li Tur avoient fêles leur batailles de 



toutes leur genz,,.. et venoient moût tost 
le grant troton por assembler a eus.(GfiLL. 
DE TvR, .\1I, 9, P. Paris.) 

Chele part vint courant legrandisme troton. 
[Doon de Muience, 185, .K, P.) 

Quant il vist l'ost mouvoir, si se mist u troton. 
(Maugisd'Aigrem., ms. Montpellier H S47, ^ 167''.) 

Quant le mez tint le brlef il se mist a troton. 
(Ciperis, Richel. 1637, f» 72 t«.) 

Et qui venir ne pueent le cours ne le troton. 

(Cdt., B. du Guescl., 1S340, Cbarrière.) 

Et puis si s'en aloient a piet tout le troton. 

{Geste des ducs de Bourg., 939, Chron. belg.) 

— En mal troton, mal en point, dans 
une position critique : 

Or est Renars en mal troton; 
De son dos volent li flocon. 
Ainsi con de coûte de plume ; 
Tel dolour ha que tous escume. 

[Benart, ChalMle, Suppl., p. 128.1 

— Troton, cheval qui va le trot : 

Sy vous le faytes, et vous prenes playsyr 
en autre choiize, soyt ne mulle, mullet ou 
troton, je vous en recompanseré byen. 
(Antèr. à 1446, Leit. de Louis XI, 1, 31, Soc. 
Hist. Fr.) 

— Celui qui fait les courses, et aussi' 
garçon d'écurie, comme Irolier : 

La (au jugement dernier) ne valdra père ail 
[fill un boton, 
Li prestre n'iert plus avant del clerçon. 
Ne l'arcevesques de son peUt guarçon, 
Li reis del duc, ne licuens del troton, 

{Coron. Loois, 1008. A. T.) 

TROTONER, v. n., aller ie trot: 

Tantost isl de Paris : tant durement trotone 
Qu'en .ui. jors et demi est venus en Gascogne. 
{Ben. de Montaubmt, p. 139, 20, Michelant.) 

TROTOXOi, S. m., trot : 

Quant il vint au chemin, s'akiut .i. trotonoi ; 
Ne se tenist a lui .i. mules espanois. 

{Ben. de Montauban, p. 257, 34, Michelant.) 

Cf. Trotois. 
TROTTE, voir Trote. 
TROTTIER, voir Thotier. 
TROTTiG-\o.\, voir Thotignon. 
TROTr.>", voir Troto.v. 

1. TROU, voir Treu. 

2. TROU, s. m., écluse : 

Les navieurs ne polroient, pour subvenir 
a la nécessité publicque, gaignier les troux 
ny jours de pire quy se oeuvrent a certains 
heures el jours préfixes sur les dictes ri- 
vières, si comme le lundy, mercredy el 
vendredy a Tournay. (xvi' s., ilém, pour 
les liabitanls de Douai contre le seigneur de 
Mortagne, .\rch. mun. Mortagne.) 

TROUAIGE, voir Treuage. 

TROUBEILLOÎV, VOir TORBEILLON. 

TROUBILLOXXEU.Y, VOir TORBEILLON- 
NEUX. 



TRO 



TRO 



TRO 



93 



TBOUBLACION, voir TORDLACION. 

TROUBLAT, S. m., période de jours 

pendant lesquels le temps est incertain 

à la nouvelle lune : 

Lors tens demorerent au port pour le 
mautens et en la fin murent au chef dou 
troublât. (Gestes des Chiprois, p. 81, G. 
Uaynaud.) 

Lorr., Irobial, tourbillon. 

TROUBLEME!«T, Voir TORBLEMENT. 
TROUBLETÉ, Voir ToRBLETÉ. 
TROUBLEUR, VOir TORBLOR. 
TROUBLEUS, VOir TORBLEUS. 
TROUBLEUX, Voir ToRBLEUS. 

TROuc, voir Trout. 

TROUCELET, VOir TûURSELET. 
TROUCHAIGE, S. m. ? 

Serruriers, cloliers, esperonnier, arlon- 
giers, cousteliers et maignins levans ou- 
vreurs en ladite cilé, d'un chascun, c.lni:| 
sols eslevenanU pour leur nouveau ou- 
vrage appelle trouchair/e. ('23 mai t.J47, 
Vente de la mat-éch. de Besançon, Bibl. Be- 
sançon.) 

TROUCHE, voir Troche. 

TROL'CHEE, voir Trochbe. 

TROUEiL, voir ToorL. 

TROUEURE, s. f., cavité, lieu propre à 
recevoir l'eau : 

Joste lui en la pierre dure 
Ol un petit de trouenre ; 
Quant il ploveit, l'aiguë colol, 
Ce iert trestot quant qu'il usot. 

( Vie du pape Greg., p. 96, Luzarclie.) 

TBOUFFE, voir Trufe. 

TROUFFIERE, Voir TRUFtERB. 

TROUFLoiE, s. f., raillerie: 

Trotifloie et gaa 
Vi en la contenance Yveresce. 
(HuoK DE Heeï, Torn. de t'Anlech., p. 33, Tarbé.) 

Cf. Trupoiz. 

1. TROiiLLE. S. f., pétarade: 

Qui va quérir gresse au cul d'un asne, 
ny trouve que trouilles, pets et estrons. 
(Nefs des fols, p. 39, ap. Sle-Pal.) 

2. TROUILLE, s. f., sorte d'engin de 

pêche : 

Les habilans des villes ou villages privi- 
légiez de pesclier en rivières d'autruy ne 
peuvent y pescher qu'a la ligne sans 
plomb, a la petite trouille. (1594, Coût, de 
Lorr., Coût. Gén., II, 1075, éd. 1604.) 

TROUiLLER, volr TooiLLrER au Supplé- 
ment. 

TROULLET, S. m., sortc d'oiseau: 



Le troullet. (Knlend. des berf/., p. 164, éd. 
1493.) 

TROUMELET, Iruinellet, s. m.? 

Tu auras largement do let, 
Trounielet, 
Jolliet, 
Nettelet. 

(ilist. du viel Test., 33508, A. T.) j 

Levons nous, mon beau trumellet. ' 

Levons nous, mon musequin doulx. 

(74., 34376.) 

TROUNKE, voir Tronche. 

TRoup, voir Trop. 

TRouPEL, voir Tropel. 

TROUPELET, voir Tropelet. 

TROUPIER, V. n., assembler des trou- 
pes? 

Pour éviter aux intelligences et surpri- 
ses des ennemis qui estoient ci aux en- 
virons en grand nombre, n'y faisant que 
troupier et rompre le cours de nos vivres. 
(,1.Vai:ltier, Hist. des choses faites en ce roy-, 
p. 290, Doc. inéd.) 

TROUPLE, voir Trbdle. 

TBOUPPEL, voir Tropel. 

1. TRoupT, voir Trop. 

2. TROUPT, voir Trout. 
TROURSER, voir Tourser. 
TROUS, voir Trons. 
TROUSEL, -iel, voir Toursel. 
TROUSER, voir Trosser. 
TROusiERE, S. f. , trou : 

Ne lur laissent la jus a torner lor quarrieres, 

N'a lor volenté ne pertuis ne trousieres. 

(Th. de Kent, Geste d'Alis., Richel. 24364, £» Î6 v«.) 

TROUSILL.ACE, voir Troussillaqe. 
TRousoiRE, voir TouasoiRE. 
TRousQUE, voir Trosque. 
TROUSS.4GE, voir Toursage. 

TROUSSE, voir TOURSE. 

TROUSSEAU, -eaul, Iroussel, voir 
Toursel. 

TROUssELET, -ellcl, voir Tourselbt. 

TROUSSER, voir Tourser. 

TROUSSEURE, VOlr ToLRSEURE. 

TROUSSEVACHE, S. f., représenté par 
un nom de rue : 

Marchant bonnetier demeurant a Paris 
en la rue de Troussevache. (1491, Re<jiit. 
des minutes civiles et criminelles du For 
l'Eve'que, Arch. Z' 3150.) 

troussi.au, voir Toursel. 

TROUSSIERE, Voir TOURSIERE. 



TROUSSOIR, voir TOURSOIR. 

troussoire, voir Toursoire. 

TRoussiLLAGE, troustllage, s. m. ? 

.nu. d. de troussillage pour la liogne 
Gouhier. (1316, Liv. pelu, f 27', Bibl. 
Bayeux.) 

.X. 1. de seil et .viu. d. de trousillage- 
{IL) 

TRoussouERE, voir Toursoire. 

TROUSSURE, voir TOURSEURE. 

TROUT, trut, tru., triic^ troifc, troupt, 
iropt^ interjection d'indignation ou de 
mépris : 

Mort dit a toutes aises tropt. 
{Versde.la mort, Ricbel. 23111, f» Sie»*.) 

Mais a un mot vous en dit tvouty 
De loin aijcn, mes de près proat. 
(G. DE CoiNCT, du Moine que IS.-D. ressuscita, ma. 
SoÎBs., £o yS"*; Poquet, col. 471.) Iiupr.. ironï, pronf. 

— Interjection servant à encourager : 

Tel chose as dît que j'ay ouy 
Qui m'aidera ouMre passer 
Sans toy ne ton danger doubler. 
Corne tru tru quant tu vouhas 
Car cesle proye n'auras pas. 
(G- DE DiGULLETiLLE, Tl'ois pèlerin., i" 66«, jmpr. 

iDStit.) 

Avecques ce mes chiens sauldront 
A luy tout droit et l'abaîront. 
Tru, tru, tru, iru, a ly, a ly. 

(1d., iÔ., f«83^} 

Truc avant ; ce n'est que redicte 
De toute ceste prescherie. 
(Moralité des enfants de Maintenant, Ane. Tb. fr., 
III, 32.) 

Troupt ; vous n'estes pas apprentiz, 
Aultre fois avez (ait plus fort. 

{Myst. de S. Did., p. 303, CarDaodet.) 

Trut, trut, baille ça. 
(Le Afir. de Mme Ste-Geneo., ap. Jiib., Mi/st.j I, 
243.) 

Pour leur noblesse, iriit avant ! 
Les saiges seront vers le bant. 
(Deb. de la Dam. et de la Bourg., Poés. fr. des xv» et 
ITI' s., V, 10.) 

Troue avant, troue, je suis sonee. 
[Monol. de la Chamberiere, Poés. fr. des xt« et iti" 
s., II, Ï50.) 

Trouf avant, trout, c'est bien songé ! 
Es tu pour si peu esbahy ? 
Crains tu la mort ? 
{Moral, d'uiig emper.. Adc Tli. fr.. III, 144.) 

Trout .'j'ai aucunnesfois receu 
Des borions très bien assis, 
Pour ung I ijien] plus de xxvi. 
Mais il ne m'en cballoit en rien. 

(/A., 143.) 

Hay? Irut avant! dist Philippot, debout, 
que je vous voye jamais. (N. du F.ail, Prop. 
rust., p. 11)4, éd. 1519.; 

Trouillogan : .le ne m'en empesche. 

Panurge : Trut avant! Nostre féal, estez 
vous marié'? (Uab., le Tiers livre, ch. .\.\xvi, 
éd. 1552.) 

Touraine, Irut avant, cri pour exciter 
les ânes, Rouchi, Iru, Iru, cri des bou- 
chers pour appeller les moutons qu'ils 
conduisent. 



94 



TRO 



TRO 



TRO 



Tru, tru, se trouve dans le Diction- 
naire de Furetière. 

TRou\'..., voir Trov.... 

TROrvE. voir Trueve. 

TRouvELLE, S. f., sj'ii. de trovel : 

Sans tenir la palette ou troiwel/e devant 
ni derrier icelles mesures. (1670, EiJit, ap. 
Louvrex, Ed. et >éi/lem. pour le pays de 
Liège. III, 84, éd. 1750.) 

TROirvERESSE, voir Troveresse. 

TROLvoiR. V. a., trouver, forme peu 
usitée : 

Interrogée de son slille, 
De son savoir la plus habille 
Que on peult au monde trouvoiy, 
Saige, prudente et fertllle, 
A respondre, honneste et agille, 
Sans luy savoir riens reprouvoir. 
\^Mist.dh siège d'Orléans, 14878, Guessaril.) 

TROUVRIER ? 

Nuls soupchones ou renommes de lar- 
chin, ou trouvriers n'y doivent être recheus, 
s'il ne se peut purgier sutiisaniment. (M 
nov. 1400. Ordenanche de l'Iinspilal Dieu et j 
Monsieur S. Lehire, ap. Uelannoy, Notice i 
ttistorique des divers hospices de la ville de ! 
Tournai, p. 67.) 

TROL'VURE, voir TnoVEURE. 

TROL'x, voir Trons. 

TRovABLE, trou.. adj., qui peut être 
trouvé : 

Et toutes les ars ensemcnt, 
Et mestiers communément. 
Sont trouvabîez a corps d'omme. 
(Cbmsi. de Pis., Poés., Rii-liel. 604, (" 210 y.) 

TROVAGE, trouvaige, s. m., décou- 
verte, trouvaille : 

Et les trouvaiges de me terre sont miens, 
se comme des vaisseaux de es et d'autres 
causes. (Mars 1229, Ord., XV, m2.) 

TROVE, voir Trueve. 

TROVEE, li'ou., S. f., trouvaille : 

Li uns a cornée la trouvée* 
(Doom, Rom. de Trubert, 943, Méon, iV. Rec, I, 
•21.) 

O quel honneur pour prince sy puissant 
D'abandonner de sy loing son armce. 
Il a r<yson, car il craint la trouvée 
Du bon Françoys dont tout honneur reluyst. 
(1521, 5« Chans. sur le siège de Mézieres, ap. Ler. 
de Lincy, Clians. tt\st., II, 76.) 

Celui qui voit, prend ou trouve betes 
d'autrui en son héritage... doit être cru 
par serment dudit dommage a lui fait a 
l'heure de la vue, prinse et trouvée. (1523, 
Uen. Dupont, Coul. de lilois, art. CCXVIl, 
p. 464, Fourré.) 

Hz portèrent leur trouvée au seigneur de 
la terre. (La La.vde, Hist. de Dictis, epist., 
éd. 1.556.) 

Un texte du Nord présente encore 
ce mot dans le dernier tiers du xvii^ 
siècle : 



De la trouvée des mouches a miel le 
compteur n'en faict icy aulcune rechcpte. 
(1671, Comptes du rereveur de Morlagne, ms. 
appartenant à M. Bocquillet.) 

TROVEL, truvel, s. m., pelle : 

Adont li jette en une truvel de fier des 
carbons en son geron, portant qu'ilh qui- 
dat qu'ilh dewist ardre. (.1. d'Oitrem., Mi/- 
reur des liUtors, II, 310, Chron. belg.) 

Atant viennent vielhart et jovenecheauz, 
li .1. a haw et li altre (a) troveais ; si com- 
menchent le songne que Nalme avoit son- 
giet, si ont fait Irenchee de costé la rivière. 
(ID., ib., III, 246.) 

Si covient faire les voies par les ruez a 
troveais, et geteir le nage en Muese et ca- 
roier a chaire et charete. (lu., ib., IV, 577.) 

Les membres du mestier des fustailhiers 
devront vendre toutes manières de fus- 
tailheries et lournerie, a sçavoir truvaux, 
paillis, risteaux. (1568, Chartes et privil. 
des 52 met. de la cité de Liéoe. p. 82, éd. 
1730.) 

TRovE.>iE>T, Iruv., troev., s. m., ac- 
tion de trouver, ce qu'on trouve, trou- 
vaille, découverte, invention : 

E entarierent lui en lur truvemenz. 
{Lib. Psalm., Oxf., CV, 28, Michel.) Var. : 
trovemenz. Lat., adinventionibus suis. 

Li romanz dit apertement 
De l'igliese le trovement. 
(G. Dt S. Paib, Rom. du Mont S. Micltel, 21, Mi- 
chel.) 

Tu feras tant que Damedeus te destruie 
jusiement por tes mauvez trovemenz. (Bible, 
Richel. 899, f> 92^) 

Or et argent, troevement d'art et sam- 
blance de bestes. (/*., Richel. 901, f 19".) 

— L'invention en rhétorique : 

En ceste science, ce dit Tulles, a ,v. par- 
ties; ce sont: trovemens, ordre, parables, 
mémoire et parleure. (Brun. Lat., Très., 
p. 473, Chabaille.) 

TROVEOR, -eour, -eitr, -vor, Irouveor, 
-veur, truveur, -ur, s. m., auteur, 
compositeur, conteur : 

Moult i avoit bnen chanteor. 
Moult avoit la voix halte et clere. 
Et bons troverres de sons ère. 

(Beb., Troie, Ars. .1314, f» 3Î'.) 

Asquanz des truveurs faillent tost a ben dir. 
(Gark., Vie de S. Thom., Ricliel. 13513, P 1 r».) 

Quar trouvierres ne sui ge mie... 
Ne menestraus ne sui ge pas- 

(S. Leocade, Hicliei. 19153, (' 34». ) 

Plus donnent ils as mal parliers, 

As cointereax, as menteors 

Qu'ils ne font as bons troveors 

Qui contruevent ce que il dient 

Et qui de nului ne mesdient. 

{Des deuz Rnrdeors ribauz, Montaigloo. Fabl., I, 

''■> 

ÎNo ja ne me ferai trovor. 

{Lai d'Aristote, Montaiglon et Rayoeud, Fabl., V, 
245.) 

Entre lesquels uns curieus trouvères de 
canchons dou siècle estoit couronnes del 
empereour et apeles rois des vers. [Vie de 
s. Franc. d'Ass., Maz. 1742, P 18".) 

Bon cler fu et merveilleux trouverre de 



beaux dis en séquences et en respons que 
l'en chante en sainte eglyse. {Grand. Cron. 
de France, Istoire du bon roy Robert, I, 
P. Paris.) 

Maistre Jehan de Boves fut estimé bon 
trouveur de fabliaux. (Fauchet, de l'Origine 
de la lang. et poés. franc., II, cxix, éd. 1581.) 

Soit qu'ils fussent animez par les re- 
monstrances susdites, ou les exemples que 
les chanterres et trouverrez (je vous ay au- 
tresfois dict en mon origine de la poésie, 
que c'estoient nos poètes vulgaires) leur 
donnèrent exemple des preux de la Table 
ronde. (Id., Orig. des c/ieval., 1, i, éd. 1611.) 

— Dans un sens défavorable, men- 
teur: 

Nuveles de&nez 
Ke frurur ne seez. 
(Eter. de Kirkhâu, Dist. de C-atun, «tr. 42*, Sten- 
gel, Axisg. uiid Abtumdl., XLVU.) 

— Celui qui trouve : 

Par la ou coroner veit un home mort 
tué, s'il ad ses dreytures de seynt Eglise, 
il n'est mye mestre a respundre de tro- 
veour en eyre des justices. {Year books of 
tlie reign o'fEdw. iAe/îre/, Years XXX-XXXJ, 
p. 523.) 

Le preneur ou trouveur desdites bestes 
auront la moitié pour leur paine. (1343, 
Arch. J.I 74, f° 40 r".) 

Tronvettr de veritez, inquisiteur parfaict. 

(D'AUBIGSÉ, Trag., III, BibL elz.) 

TROVERESSE, Ifou. , tvouverresse , 
adj. f., celle qui trouve, invente: 

Fu troiwerresse de moult de manières 
d'uevres. (Cliron. de Fr., ras. Berne 590, 
f 6\) 

Pallas trouverresse du mestier de lin et 
de layne. (Boccace des Nobles mallt., I, xvm, 
P 24 v°, éd. 1515.) 

Les muses trouveresses 
Des arts divins. 
(GuiLL. Michel, Trad. de Virgile, f 50 v", éd. 
1540.) 

Inventrix. Trouveresse. {Vocabulnrius bre- 
vidicus. Richel., Réserve .\ 1598.) 

Repertrix, Trouverresse. (/A.) 

TROVEURE, trouv.. iru., irovure, trou. 
s. f., poésie, composition littéraire : 

Cil ki sevent de troreure 
Ueveroient bien mètre leur cure 
Et as livres et as escris. 
(MiBiE, rsopet, proU, RicLeL Î168, {' 159». ) 

N'entendoient a ceste trnnveure. (Boece 
de consol., ms. Berne 365, f 57 r°.) 

Celui livre fist il por ce que ces troveures 
et li lait qui furent ou pais a son tens, et 
les granz valors des bons seignors fussent 
et demorassent plus longuement en re- 
membrance a cels qui sont descendu de 
lui et des autres amis, et a touz ces qui les 
vorront oir. (Ph. de Novare, IllI tenz 
d'aage d'orne, S 233, A. T.) 

— Trouvaille, action de trouver : 

Qu'il ait leslimonie de la truveure. {Lois 
de GuilL, VI, R. Schmid, die Gesetze der 
Angelsacfisen, p. 329.) 

Si ne quiert autre trouveure 
Fors que viande et vesteure. 
(Gaot. d'Arsas, Ille et Galeron, 2057, Lôssth,) 



TRU 



TRU 



TRU 



95 



Moult est lies de la trouveitre 
Del braket qu'il tient devanl lui. 

(Chrest., Perceii; 27662, Polvin.) 

Mult fu liez de la trovure, 
Kar bêle esteit a desmesure. 
(Marie, Lais, Guigemar, 709, Warnke.) 

Que teus chevaliers ne poroil ataindre le 
Iroveiire du saint Graal. {Aiiur, ms. Greno- 
ble 378, P 12".) 

Saint Juliens, quel trot'euye .' 

{lien., Î28. Cliabaille, SuppL, p. 9.) 

Or puet l'en bien dire a dreiture 
Que cest marchié est troveure. 

( Vie de S. Alexi, 243, Rom., 7111.) 

Trover mort n'est pas troveure. 
Mes perle dolerose et dure. 

(Ih., 763.) 

La dame le prist meyntenaunt, 
E de la trououre Tust joj-aant. 
{Des -m. Dames, 17, Montaiglou et HayQaod, Fabl., 
IV, 128.) 

Nom., Eure, Pont-Audenier, Irou- 
vure, trouvaille. 

TROVOR, voir Tkoveor. 

TROYE, S. f., grande grive, la draine : 

G'estoyt les oisillons du bois, 
Le doulx rousigneuls et la troife 
Qui demenoiont si très grant joye. 

{Chans. du iv« s., p. 69, A. T.) 

1. TRU, voir Trout. 

2. Tiiu, voir Trbu. 

TRUAGE, -aige, voir Theu.\ge. 

TRUAXD, -anl, adj., misérable, de mi- 
sérable, méprisable, avec un nom de 
personne ou de chose : 

Molt me merveil q'en cest siècle truani 
Non pot esser larges hom ne corteis. 
(1199, Chans. sur fa mort de liich. Cœur de Lion, 
Ler. de Liocy, Ch. Itist., 1,'i.) 

Elles n'odorent point encens ; 
Si con gens povres ou tritans. 
{Des .m. Dames de Paris. tH, Montaiglou et Rajoaud. 
Fabl., m, 133.) 

Et pren une robe truande. 
{De pleine Bourse de sens, 192, ib., III, 94.) 

Et que ribaut cbetif et tru-ant m'apeles. 

{Doon de Maience, 6176, \. P.) 

En ce biau brelan suy truans ; 
A .11. coups ay perdu .vt. Crans. 
(E. DESCHiMPS, Po^'s., VIF, 16S, A. T.) 

Pour luer cesle année trente si.it chiens 
Iruans alans par céans sur les lis des ma- 
lades. (1116, Archiv. hospit. de Paris, I, 80, 
Bordier.) 

Le //'«««(Commodus, empereur de Rome, 
tant dexlremenl tiroil de l'arc, que... (Mau., 
Quart livre, ch. x.wiv, éd. 15ô2.) 

— Employé par les truands : 

Ou pays de France et de Normandie 
nulz ne porte telz instrumens, si ne sont 
(louvres aveugles, ou autres gens querans 
leurs vies, dont ilz atonnent les gens. Et 
l'appelle on ou pays de la instrumens 
truans. (Mes.nard, Hist. du connel. du Gués- 
clin, p. 230, éd. Itjl8.) 

— Payé par les truands : 



Les cens deuz en ladite terre de Soes- 
mes, des terres et héritages estans dedans 
icelle, sont appeliez cens truans; c'est as- 
savoir qu'en ladite terre pour les héritages 
tenus en cens n'y a ne lots ne ventes quand 
ils sont vendus. {Coût. loc. deSoesmes, Ilf, 
Nouv. Coût, gén., 111, 1092.) 

Centre, Iruanl, puant,Vosg., et wallon 
de Liège, troitand, paresseux. 

TRiiAXD.viLLE, S. f. coUectif, ceux 
qui truandent, canaille : 

Si m'escondis ceste truandaiUe. 
{La Riote du monde, ma. Berna 113, f» aOl".) 

Entour dii mile largement 
D'autres genz que de truandaiUes. 
(G. GciART, Roy. lingn., 16044, W. et D.) 

Ne que il n'obeiroit ja a tel truandaiUe. 
(Froiss., Cliron., VI, 190, Luce.) 

Elle ne souirreroil pour riens que a telz 
ennemis fensl subgecte, et que par telles 
Iruandailles l'eust mise en servitute. (Ger- 
so.N, Serin., ms. Troyes, f" 53 r°.) 

Vous n'estes rien que trnandailîe. 
Vous ne logerez point ceant. 
{Bible des Noêls, ap. Du;., Trutanus.) 

C'est trop demeuré, truandaiUe; 
Vecy l'armée devant nous. 
{Mist. du Viel Testam., 43J16, A. T.) 

Chose plus facile en nature seroit nour- 
rir en l'aer les poissons, paistre les cerfz 
au fond de l'Océan, que supporter cesle 
truandaiUe de monde, qui rien ne preste. 
(IUb., Tiers Uore, ch. m, éd. 1J52.) 

Ces gouillards Jacobins, 
Beaux tailleurs de loppins, 
Maudite truandaiUe, 
Partout se fourreront. 
{Chans. huguenot du ivi* s., p. 131, Tross.) 

Bedelaers, truandaiUe. (Leon Mellema, 
Dict, franç'iis flaineng, éd. 1596.) 

Suisse, canton de Vaud, truandaiUe, 
gueuserie, canaille, racaille. 

TRUAXDEL, -deuu, S. m., mendiant: 

Vous n'estes que deux cuidereaux 
El deux très meschans truandeaux. 
(René. Œuv., m, 56, Quatreb.) 

Aucuns truandeau.v et mutins. 
{Traij. de Franc-arbitre, p. 126, éd. 1S68.) 

Truandeau, un poltroncello. (Thresor des 
troii langues, éd. 1617.) 

TRUAiXDERET, adj., de truand, de 
mendiant : 

Ce set bien, chascun (miracles) ne sont 
Des miracles truanderez [mie 

Que truant font as mouslerez. 
As croisses voies, ad fontaines. 
(G. DE CoiNCl, Mir., ms. Soiss., f« 196^.) 

TRUA^'DERIE, trueti., S. f., action de 
mendier : 

Tant qu'avoir puist et sanz truanderie 
Vivre, vestir, bonne santé avoir. 

(E. Descdamps. Poés., VI, 187, A. T.) 

Ces misérables... devenus par leurs truan- 
deries moins que hommes, tiendroyent es- 
cole publique de vagabonds. (Ue La Grise, 
Lettres de Marc Aurèle, p. 461, éd. 1577.) 



— Tromperie, mensonge : 

Adonc icellui Jameton dist audit Coyrier : 
Ce ne sont (|ue truenderies que tu me dis. 
(1409, Arch. JJ 164, pièce 112; Duc, Tru- 
tannare.) 

Nous n'estimons pas que ceulx la soient 
flatteurs, qui n'ont rien d'honeste, et dont 
la villanie se manifeste a un seul plat de 
viande et un verre de vin avec toute truan- 
derie et meschanceté. (A.Mvor, Œuv. mor., 
Comm. discerner le flatt.. Vil, éd. 1574.) 

TRUAivDESSE, S. f., mendicité : 

Mendacilas. truandesse. (Gloss. lal.-fr., 
Richel. 1. 7B79, P 216 v°.) 

Titi!A!\'DEU, S. m., mendiant : 

Loyterar. Trunndeu. s. m. (Palsgr., Es- 
rlairciss., p. 240, Génin.) 

TRi'AXDiE, s. f., mendicité, acte de 
truand : 

Ne quidez pas que je vous die 
Chose qui tort a fruandie. 
{Du ban anqe et du mauvais, Vat. Car. 1682, Noi. 
et extr. des mss., XXXIll, 200.) 

Car saint Pol commanda ovrer 
As apostres por recovrer 
Lor nécessites et lor vies. 
Et lor delTendoit truandies. 

{Rose, 11377, Mêon.^ 

Tant qu'il sache aucun mestier faire 
Dont il puisse sans iruandie 
Loiaumeot gaaingnier sa vie. 

(76., 11636.) 

TRUANDisE, -isse, S. f., troupc de 
truands, canaille : 

A -C. cevaliers prist ostel 
Si boin qu'en la vile n'ot tel 
De viande et de luminaire 
Pour la truandisse mious plaire. 

(l'H. Mousx., Cliron., 24941, ReitF.) 

— Mendicité, acte de truand : 

N'est pas amour, mais truandlse. 

{Florimont, Riehel. 1376, i' 8°.) 

N'est pas amour, mai truandisse. 

{Ib., Riobel. 15101, !" If.) 

Bien saves le mestier ; 
La truandlse ne voules pas lessier. 

{.iubery le Bourg., p. 100, Tarbé.j 

La truandlse et mendicité des frères re- 
ligieux. (L. de Premierf., Decam., Richel. 
129, r 98 v».) 

Voyez, dit elle, comment ceste meschante 
femme a le couraige obstiné et orgueilleux, 
car je l'ai ramenée a mendicité et truan- 
dlse qui est le dernier et le plus vil estât 
de toutes gens. {Boccace des nobles malh., 
III, I, f» 52 r», éd. 1515.) 

Mendicatio, mendicité, truandise. (Ch. 
EsTiENNE, Divt. latin, éd. 1552.) 

Pic, Vermand.. truandise, Vosgien, 
trouandise, paresse. 

TRUBBOII.LE, voir Triboïl. 

TRUBELLE, Voir Tropelle. 

TRUBERDE, S. f. ? 

Vente d'une maison tenant au tenement 



96 



TRU 



de le ville <|iii fii le truberde. (14 oct. 1362, 
Arch. mun. Douai.) 

1. TBi'BERT, S. m., brancard : 

Pour avoir feiistré les douze bras des 
trovs truhers sur lesquelzon porte les troys 
grans reliquiaires aux processions. (1496,- 
Arch. hospit. de Paris, II, 167, Bordier.) 

2. TRUBERT, adj., débauché : 

Li uns avoit a nom Robert 
Qui n'cstoit rudes ne trilhert. 
(G. Macb.. Prise d'Alexandrie, Ricliel. 9221, f° 229* ; 
Mus-Latrie, 5866.) 

Et seconl fut un grant trubert. 
(E. Deschamps, Poés., Ricbel. 840, i' 565i>.) 

Nom propre, Trubert. 
TBUBiL, voir Tl'rbil. 

TRUBLAÏN'CE, Vulr TOKBLANGE. 

1. TBUBLE, Irible, s. m., sorte de 
fourche à trois pointes ou de pelle : 

Od truhles e od furches les fièrent maintenant. 
(Wace, flou, 2" p., 3539, Andrcsen.) 

Apres doivent le bié curer ; 
Queun i doit o son triible aler : 
Chescun i va, le iruble au col. 
Curer le fiens et dur et mol ; 
Queun i vet le truble en sa main ; 
Cest scrvise fait le vilein 
(ESTOOT DE Goz, Vit. de Verson. 30, reg. leJd. M. S.- 
a., .Vntiq. de Norm.) 

Pro truhles, pelés et aliis utensilibus. 
(1324, Compte du M. S. M., f 31 r°, ap. L. 
Uelisle, Classei agric.) 

Fouke s'en ala, e encontra un viel char- 
boner portant une Iribte en sa meyn; si ; 
fusl vestu tôt neir, corne aperl a charboner. 1 
{Foulq. Filz Warin, N'ouv. l'r. du xiv° s., 
p. 95.) 

Hz doivent assembler les bois ou hault 
chastel ou baille dudit lieu au descouvert, 
et les mettre par monceaulx o uug truble 
delTerré a la longueur d'icellui. (1409, De- 
nomhr. du baill. de Constentin, .\rch. P304, 
P 108 r°.) 

El les mectre par monceaulx o ung trible 
delTerrè. [Ib., (° 192 v°.) 

Des hommes de Noron sont tenus aidier 
a curer et neslier la salle du dit du Bur, a 
ballay et a truble defferrey. {Cousl. de Bur, 
ap. L. Delisle, Ayric. en Norm. au moy. âge, 
p. 83.) 

— Herse : 

Ouand ils venoienl a la bataille, les Ro- 
marins semoient soudainement par tout le 
champ tribles, c'est a dire chausse trapes 
par quoy les charrettes courans cheoient 
et estoient destruictes. Et sont ces tribles 
ung instrument fait de quatre piez et de 
quatre bruches telz que en quelconque ma- 
nière que l'en le gette il est en estant sur 
les trois et le nn= remaint dreciez pour 
nuire aux trespassans. (.1. de JIkunu, Trad. 
de l'art de la cheval, de Veg., Ars. 2915, P 
62 v°.) 

Norm., truble, pelle de bois garnie 
en fer, servant généralement aux tra- 
vaux du pressoir , bêche dont la partie 
supérieure est en bois et forme corps 
avec le manche, duquel elle est la con- 



TRU 

tinuation et dont la partie inférieure, 
qui est en fer et tranchante, s'encastre 
dans la première. 

2. TRUBLE, trible, s. f., sorte de filet : 

[Les poissons! sunt mieux pris [à la nasse] que a 

[la trible. 
{Rose, Ricbel. 1573, t»li7''.) 

Celle (la jeune fille) qui venoil la pre- 
mière portoit sur ses espaules une coulpe 
de trubles a pescher. (A. Le Maçon, Deca- 
rneron. Dix. journ., Nouv. six., V, 92, F. 
Billaye.) 

L'une fouillant a l'endroit ou elle sçavoit 
que les poissons se cachoient, et l'autre 
tendant le /)'u*/e, elles prindrent en peu de 
temps force poissons. (1d., ib., p. 93.) 

Ils prendront a la truble ceux (ju'ils cam- 
pent au ciel. (Cholieres, Apres dimees, f° 
248 v», éd. 1587.) 

Ce mot appartient à la langue mo- 
derne, sous les formes trouble et truble, 
pour désigner une sorte de filet servant 
à la pêche. 

TRUBLE.1U, trou., S. m., filet dor- 
mant de pêche : 

Pescher et prendre poisson par filets, 
nasses, troubleaux, etriquets et autres en- 
gins. (1583, Coul. d'Orléans, Coût, gén., I, 
959, éd. 1604.) 

TRUBLER, voir Tribler. 

TRUBLET, S. m., pélicsn : 

Le trublet — the shoveler. (Du Guez, An 
Inlrod.,k lasuitedePalsgr.,p. 911,Génin.) 

TRUBLEUR, treu., S. m., truble, filet: 

Hz trouvèrent un petit <ce«éfc«!-duquel ilz 
prindrent des enguilles oudit chalan.(l409, 
Arch. JJ 164, pièce 57, ap. Duc, Tribla.) 

TRUBLiER, S. m., pèchour qui se sert 

de truble : 

Estiene le trublier. (1335, Compte de Odurl 
de Laigny, Arch. KK 3', 1° 253 r°.) 

TRUC, voir Trout. 

TRUÇER, voir ToURSER. 

tRUCHA, sorte d'interjection : 

Naciior. 
Enten bien aux brebis 

LUDIK. 

Tritcha. 
(1474, Myst. de fine, et Nativ., p. 132, 2" jouruée. 
Le Verdier. ) 

TRUCHE, voir Troche. 
TRUCHER, voir Trocher. 

TRUCiDACioiv, S. f , camagc : 

Les légions vindrenl au débat, si com- 
mença des lors a estre faicte non pas ba- 
taille mes trucidacion et occision si comme 
de pourceaux. (Bers., T. Liv., ms. Ste- 
Gen., f» 279^) 

TRUCIDER, V. a., massacrer : 

Il n'en demeura pas un qui ne fust Ira- 



TRU 

cidé ou prins. (Jeh. du Vignay, Mir. hyst., 
XXV, 63, éd. 1531.) 

Pausanias convertit tout son ire contre 
le roy, et le trucida et occist. (Oresme, 
PoUt., r 196", éd. 1489.) 

Les gens d'esglise réguliers et séculiers 
trucidez et tuez. (.Maupoint, Journ., Mém. 
Soc. llist. Paris, IV, 103.) 

Vous laissez bien meurdrir et trucider 
vos alliez et bien voeillans d'Alkemar. (J. 
MoLiNET, Chron., ch. col, Buchon.) 

En icelles contrées tuèrent, trucidèrent et 
mirent a mort hommes, femmes, enl'ans. 
(RoussAT. de l'Estat et mutation des temps, 
p. 160, éd. 1550.) 

— Fig., comme on dit sacrifier, im- 
moler : 

Pource que je congnois estre quasi im- 
possible a celuy ou celle qui a actuellement 
péché d'avoir paradis, sans trucider, nuir- 
trir et occire ses concupiscences humaines. 
(Bouchard, Chron. de Bret., (° 61% éd. 1532.) 

— Persécuter d'une manière san- 
glante : 

Un roy de Lombardie nommé Astulphe 
trucidait l'Eglise romaine. (A. de La Vigne, 
la Louange des roys de France, f° 15 V, éd. 

1507.) 

TRUCoi.s, voir Turquois. 

TRUDAixE, -deine, s. f., baliverne, 
fantaisie incohérente : 

Aler m'en vueil de cy entour 
A mes trudaines. 

(Mir. N.-D., XVII, 497, A. T.) 

Et, s'il vous dit : Ce sont trudaines ! 
Il vient d'avec moy tout venant. 

[Patelin, p. 49, Jacob.) 

Mauvais garsons lui faisoient de la peine 
Et luy gectoient force boue et de terre. 
Et commetoicnt vers luy mainte trndaine. 
( \ie et Trespassem. de Caillette, Poéé. tr. des iv» et 
lYl's.. t. X, p. 381.) 

— Trouble, agitation : 

Jamais n'eusse pencé 
Que ce l'ust si grant peine 
Pour avoir bien aymé. 
En estre en tel triideine. 
{Chans.du iv s., p. 100, A. T.) 

Perche, trudaines, superstitions. 

Nom propre, Trudaine. 

TRUEF, voir Troef. 

TRUEiL, voir Troil. 

TRUEL, s. m., filet pour la pêche : 

Son aviron prist en sa main 
Et prist sa roi et son truel. 

(Du Pesr.heur de Pont sur Saine, 78, MoDtiiglon et 
Raynaiid, Fabliaux, III, 70.) 

TRUELLIER, Voir ToAILLIER. 

TRiiEsyuE, voir Trosque. 
TRUET, S. m., nom d'un poisson : 

Truetz, foupe, chardon, sonnace. (1432, 
Enq., ap. Mantellier, March. fréq., III, 220.) 



TRU 

TBUETTE, voir Truiete. 

TRUEVE, treuve, troeuve , troeve , 
trouve, Irove, truve, s. f., poésie, com- 
position poétique : 

Gart qu'en li n'ait nules tenchons. 
Anchois truist dities et canchons. 
Et tele soit toudis sa truere. 
Se sa dame ses dis esprueve. 
Que par droit ne l'en puist reprendre 
(Bbaumanoir. Safu d'amours, 867, A'. T.) 

Guillaumes li clers trait a fin 
De sa malere et de sa frueve. 

{Fergus, p. î"3, Michel.) 

— Fiction, mensonge : 

Tout tient a truffe, tout a triieve 
Quanque reson li mostre et prueve. 
(G. DE Coisci, de i'JïmperCT-is, Ricb«l. 23111, f" 
ÎSS".) 

Tout tient a truffe e tout a treuve. 

(ID., 16., Ricbel. 817, t' 76 v«.) 

— Action de trouver : 

Por la treuve de sa brebis 
Mainne grant joie et fait grant feste. 
(Gui db Camdh., Barlaa^n, p. 67, 34, Mcyer.) 

Tant trace que Leonet troeve. 
Et lui a dit. après la troeve. 
Entre plusours aultres paroles. 
[Pastoralet, ras. Brui. 11061, f 15 r».) 

— Objet trouvé, trouvaille ; épave : 

Papelardie est une treuve 
Et une guile toute neuve 
Que trouvé ont cil guileur. 
(G. DE CoiNci, Mir., ms. Soiss., f" 30*".) 

La tierce chose si esloil ke des trueves 
et des estrahiers et des aubanes jou disoie 
ke li castelains n'i avoit riens. (1237, Arch. 
K 30, pièce- 10.) 

Item les troves super aquam a perlusio 
de Becs usque al boschel de Formoan. 
(1264, Arch. lihone G, Enoch, vol. LU, n"> 1.) 

En après les ténèbres trueve 
(Une niolt périlleuse trueve) 
Cil qui la dedens est venus, 
(Baud. de Cosdk, ti Prisons d'amour, 114S, Sche- 
1er.) 

Quant il nous envoie tel trueve. 
(Beiumàsoir, Manekine, 48Î3, A. T.) 

Toutes les troveures que hons aura de- 
dens le banliue de le cité d'Amiens, d'or et 
d'argent, ou de pierres pressieuses, ou 
d'autres choses, seront au roi sans part 
d'autrui; et qui le trueve celeroit et atains 
en esteroit, on bateroil se maison et son 
tenement. (xni" s., ti Usages de te cité 
d'Amiens de coi on pt aide devant te inaieur, 
ap. A. Tierry, Tiers Etal, I, 129, Doc. inéd.) 

Trueve de le mer. (1314, Lett. de Jean de 
Hainaut a Guillaume de Frise, 2* cart. du 
Uainaut, pièce 37, f 110, Chron. belg.) 

Troeuves, espaves. (1317, Arch. JJ 56, f 
37 v°.) 

Toutes hautes justices, espaves et trueves 
sont réservées au seigneur. (1321, Arch. 
JJ 60, f 138 r°.) 

De la treuve de celuy valet furent lesSar- 
razins moult resjoys. (Froiss., Chron., XIV, 
270, Kerv.) 

A le roy la congnoissance de congnoistre 
et applicqueraluy la fortune et trouve d'or 



TRU 

en son royaume. (Bout., Somme rue, 2" p., 
r 3 % éd. 1489.) 

Enssi fut trovee telle truve al temps 
Constantin le sizeme. (J. n'HiTREM., Myreur 
des histors, V, 275, Chron. belg.) 

Au sens général de trouvaille on 
trouve encore à la fin du xvu= siècle, 
dans un texte du Nord : 

La tierce part aux doteurs et treuves de 
mouches a miel. (1685, Reg. de Franchi- 
mont, A 249, P 30, Arch. Liège.) 

Centre, vallée d'Yères, trouve, Rou- 
chi, truef'e, treufe, troufe, trouvaille. 

TRUFABLE, trulj'., adj., trompeur, 
menteur : 

Mais le socont (songe) n'estoit que fable. 
Tout plain de bourdes et truffahle, 
{Pastorale!, ms. Brui. 11064, t» 20 V.) 

Proverbe truffahle. 

{Ib., {• 63 V.) 

TRUF.*.\T, tru/f., truflant, adj. et s. 
m., trompeur : 

Gautir le truflant. (Jures de S. Ouen, i° 
73 r°, Arch. Seine-lnf.) 

Se l'en doit dire celui estre bien truffant 
et conviciant selon ceste vertu parce que 
il prenl garde a dire choses qui appartien- 
nent estre diltes de homme de franc cou- 
rage. (Oresme, Eth., Richel. 204, P 434".) 

TBUFATEUR, truph., S. m.,trompeur : 

Car certes pour vostre parler 
Ja l'amour de mon créateur 
Ne lairay pour ung truphateur 
Créant en ces faulces ydoles. 
(Vie Ste Marg., Ricli»l. 19526, f S T».) 

TRUFATioi'E, Iru/f., adj., trompeur : 

ParoUes truffutique^. (L. DE Première., 
Decam., liichel. 129, P 114 r°.) 

TRiFE, truffe, truphe, treufle, trufle, 
truf/le, s. m., moquerie, tromperie: 

Qy cost trufie velt entendre. 
.\uke de sen purra aprendre. 

[Du Jongleur d'Ely, p. 43, Michel.) 

Les Rommein se tiennent pour moquez 
de vous e tiennent tout votre afere a trufe. 
(1265, Lett. du vie. de Ch. d'Anj., Arch. 
Bouches-du-Rhone 365.) 

Li chapelains li dist aukes souvent et il 
tenoit ausi com a trufe la couvenanche. 
(Flore et Jehanne, Nouv. fr. du xm" s., p. 
118.) 

Li lous la va servant de trufes. 
{Dou Lou et des oisiaus, ms. Chartres 620, f' 130*.) 

Il n'a bommo de si a Sens, 
S'ades vouloit parler de sens, 
C'on n'en prisasl mains son savoir 
Qu'on fait sotie et sens savoir. 
Qui sel aucunes truffes dire. 
Ou parlé n'ait de duel ne d'ire. 
[Des .111. Cltftiioinesses de Couloingne, Moolaiglûn et 
Raynaud, Faàl., 111, 137.) 

Toutes vos osteré ces trufîes 
Qui vos doneut occasion 
ï3e fere fornicacion. 

(Hase, RioLel. 1573, £« 78°.) 

Détint longuement le duc en truphes et 



TRU 



97 



en bulTes. {Chron. de S. D., ms. Ste-Gen., 
f 213".) P. Paris, truffes. 

Xuga, truffle. Ifiloss. lat.-fr., Richel. I. 
7679, r 221 v°.) 

De truffles ne de bourdes. (Vign.w, Mir. 
hist., Vat. Chr. 538, f° I".) 

Ci commence le prologue de Policraticon 
des trasces des philosophes et des truffes 
et vanités de ceuls qui suyvent les cours 
des seigneurs. (J. de Salis'b. Policrat., Ri- 
chel. 24287, f 8°.) 

Car aucune fois on clôt 
En parabole couverte 
Matière a tous non ouverte. 
Qui semble estre truffe ou fable. 
(C. DE PlSÀ», Poéi., Dit Je la Pajtoure, II, Î24, A.T.) 

Ce n'est pas treufle. 
(Uaecial, Louanges de Marie, t* 34 r", éd. 1492.) 

.\'appercevez vous mie que ilz ont fait 
leur trufle et mocciuerie de vous. {Sec. dec. 
de TU. Liv., II, 240, éd. 1530.) 

Bugey, trufa, tromperie, Valognes, 
trufie, orgueil. 

TRUFEBUFE, S. m., dans l'Eglise de 
Lyon, nom donné au prêtre qui devait 
officier à Noël : 

Item panitarius débet facere candelas 
trufchufe. (Ordin. des offices divins de l'Eglise 
de Lyon, ap. Duc, Trufabufa.) 

TRUFEMAiVDE, S. f., sorte de plante : 

Les inurtes, la lavande, la rosmarine, la 
trufemun.de et le bouis sont les plus pro- 
pres plantes pour bordure. (Oliv. de Ser- 
res, Th. d'agr., p. 580, éd. 1608.) 

TBUFEMEXT, Iruff., S. m., tromperie : 

Mauldit et alTollé de grans batures, truf- 
femeiis et gabemens et horribles tourmens. 
(ExiMiNES, Livre des s. anges, V 54 r°, éd. 
1478.) 

TRUFEOR, -eeur, truffeur. -our, tru- 
fleor.-eur, truffleor,-eur, iroefleour, tur- 
fjleor, s. m., homme qui ne s'occupe 
qu'à des bagatelles, diseur de futilités, 
menteur, trompeur : 

Bien sai vers mei n'estes mençonger ne truffière. 
{Horn, 804, Slengel, mi. Cambridge.) 

Bien sai vers mei n'estes mençunger ne turffiere. 
[Ib., ms. Londres.) 

.\s fortz chastels, es ricbes palets, 
2'ruffeur se Irovent e paulonier. 
[Le roi d'Anglel. et le jongl. d'Ehj, MoDtaiglon et 
Rayii.,/''a()/., Il, 242.) 

Nos sommes quidié comme trufleur de 
lui. {Bible, Richel. 901, P 12'.) 

Nous sûmes quidez de ly corne troe- 
fleours. {Ib., Sag., II, 16, Richel. 1.) 

Des trufleors qui dienl les bourdes. (L.4D- 
RENT, Somme, ms. Chartres 371, T 17 v°.) 

Des menestrez et des truffours. {In., ib., 
ms. Troyes, P 19 r».) 

Si vraiement corne en ce livre 

Ne vueil les trufeeurs ensivre. 

(G. GuiABT, Roy. Lingn., Richel. 5698, p. 26.) 

Nugator, trufleur. [Gloss. lal.-fr., Richel. 
I. 7679, f» 222 r".) 



T. VIII. 



98 



TRU 



TRU 



TRU 



Comment, iruffleur, lu ne respons rien? 
(La Poss. de J.-C, ika. 949, f- 42 t\) 

Quant je raconte et demaine les descon- 
venues des chetifs truffleurs, je me fais en- 
nemi de pluseurs gens. [J. de Salisb. Po- 
licrat., Richel. 24287, P 72\) 

Deslionnoureur, tueur, iruffleur, empes- 
cheur de oratoires. (Ores.me, Quadrip., Ri- 
chel. 1348, f- 167 v°.) 

Il est mocqueur et truffeur qui fait en- 
cores ce que il avoyt faicl par devant. (R. 
GoBi.N, Livre des loups ravissans. ch. V, éd. 
1525.) 

— Fém., t ru fer esse: 

Alexandre et Aristobule avoient en pen 
see s'ilz pouvoient obtenir le royaume de 
faire les mères de leurs autres frères truf- 
feresses, et les chamberieres aussi. (Bat. 
Jud., I, 40, éd. 1530.) 

TRUFER, truff., trupher, Iruffler, 
Iruiffler, verbe. 

— Act., se moquer de, railler, trom- 
per : 

Or sui je bien venuz a point, 
Fet U ostes, quant on me truffe. 
(Des trois Avuytes de Compiengne, 172, Moataigloo, 
Fabl., 1,76.) 

Et sera batu et tniff'é. (P. Ferget, Xauv.- 
test., f° 104 r°, incun. Maz. 11485.) 

Lors prévoyant que tout iroit a mal et 
perdition comme depuis advint, commença 
trupher et mocquer maintenant les uns, 
maintenant les aultres, avecques brocards 
aigres et picquans. (Rab., Quart livre, ch. 
xxxix, éd. 1552.) 

— Neut., se moquer : 

D'estre aveuc bons compaignons 
Lies et joians, cbantans, truffans 
Et amourous. 

[Cltans., ms. Montp. H 196, (' 369 r».) 

Le service de sainte Eglise escoute dé- 
votement et sans truffer. (Joinv., S. Louisi 
C.VLV, Michel.) 

Il pensent ore de soi aaisier de boire et 
de Iruffler et de mengier qu'il deussent 
entendre a palstre lour brebiz. (Laurent, 
Somme, ms. Soiss. 210, f° 19°.) 

Beaussire, parlons sans truffer. 
(Elot Dauehmal, Livre de la diablerie, f" 5?^ éd. 
1507.) 

\0{js truphez, icy, beuveurs, et ne croyez 
que ainsi soit en vérité comme je vous ra- 
conte. (Rab., Quart livre, ch. xxxviii, éd. 
1552.) 

— Trufer de, se moquer de : 

Bien sçay que vous truffez de nous. 
{.Mir. de N.-D., 1, 4, 256, A. T.) 

Ilalas halas! mon amy, nostre voisin, 
comment vous sravez bien truplier des 
paouvres gens. (Rab., Quart livre, ch. vi, 
éd. 1552.) 

— Trufer a, dans le même sens : 

Ne Iruffle poynt a hiy, ne bourde poynt 
a luy, or ne le jounche poynt, car il ne 
peult poynt endurer jeu. (Palsgr., Esclair- 
ciss., p. 460, Génin.) 

— Réfl., se moquer, se divertir, plai- 
santer : 



Que nul homme [si] ne se truffe ; 
U est sien. 
{Le Chevalier qui donna sa femme au Dyable, Ane. 
Th. fr., m, 442.) 

Se iruiffler en raille ou moquerie. (1453, 
Arch. JJ 184, pièce 317; Duc, Trufare, 
sous Truf'a.) 

Qu'es ce, <lia ? tu frappe trop fort I 
■fu ne te truffes, bien le voy. 
(.Uysl. de St Ueni. de Menih., 4155, A. T.) 

Mais je vouldrois, sans me truffer, 
Que, lorsqu'ung homme bat sa femme, 
Qu'il pleusta Dieu et (a) Noire-Dame 
Que son poingt devint [loul] de fer. 
(J. d'Ivrt, Secr. et Loix de .\îar., Poés. fr. des xv* 
etiTi' s., m, 186.) 

Qu'est ce a dire, te truffes tu ? 
[Act. des apost., vol. II, !" 56", éd. 1537.) 

Sans me truffer, mocquer ou bricoller. 
Je ne saurois ses vertus recoller. 
{Ny trop tost ny trop tard marié, Poés. fr. des iv= 
et XTI" s., m, 136.) 

Je ne me fys que truffer, or je ne me fis 
que iruffler, or je ne me Os que bourder a 
luy, et il le prinl a bon esciant. (Palsgr., 
Esclairc, p. 589, Génin.) 

Cessez pourtant icy plus vous truplier, et 
croyez qu'il n'est rien si vray que l'Evan- 
gile. (Rab., Quart livre, ch. xxxviii, éd. 
1552.) 

— 5e trufer de, se moquer de : 

S'en dist d'autrui le bien, U s'en trufent et 

[rient. 
(Gillok le Muis., Poés., I, 239, Kerv.) 

Ne vous truffiez de moy, car vous savez 
que je seroye joyeuse de tout voustre bien. 
(Troilus, Souv. fr. du xiV s., p. 14.) 

Et quant il oirent che, si se turent et 
furent tous virgongneus, et leur sambla 
que on se truffait rf'iaux. (Froiss., Chron., 
II, 250, Luce, ms. Amiens, i° 49 v".) 

Si s'en truffaient et rioient li un a l'autre- 
(Id., ib., II, 329.) 

Dont ceux de dedens ne tindrent compte, 
ains s'en Iruffoient. (Trahis, de France, p. 96, 
Chron. belg.) 

Et puis quant plus rien n'y aura 
De son paillard se trufera. 
(Grant malice des femm., Poés. fr. des iv" et xvl* t., 
V, 316.) 

De moy se riant et trufant. 
(J. A. DB Bàif, Denis des Dieux, III, éd. 1573.) 

— Loc, truffant bourdant, moitié 
riant, moitié sérieusement : 

La potée est elle cuytte ? 
Truffant bordant, il est saison 
De soupper, 
{Farce moralisée, 321, ap. Picot et Njrop, Nom. rec. 
de farc. franc., p. 137.) 

Betwyxt gam and ernest. Truffant bour- 
dant. (Palsgr., Esclairciss., p. 832, Génin.) 

Centre, truffer, tromper, enjôler. 

TRUFEREL, adj., dimln. de Irufeor : 

Ades seras tu truferiaus. 
Uns borderes. uns lecheriaus ? 

(Geus d'anent., Ilicbel. S37, l> 260".) 

TRUFERiE, truff., S. f., plaisanterie, 
badinage, moquerie : 



Risées, gas et iruferies. 
(G. DE Coi>cl, Mir., Ricliel. 2311!, t' ÎSS'.) 

Mais Bertran le tenoit trestout a truferie. 
Et depuis eu trouva la besongne averie. 

(Cuv., B. du Guesct., 3452, Charrière.) 

Pourquoy ne soustenes vous plus truf- 
ferie, mais vous faictes vergongne a voz 
frères ? (P. Ferget, Nouv. test., incun. Maz. 
11485, f 162 v°.) 

TRUFET, S. m., savon : 

Saponem, trufet. (Garl., ms. Lille, Sche- 
1er, Le.v., p. 45.) 

Herteken, trufet ou carlet. (Gasparus, 
Gazophijlace de la langue française et fla- 
mande, éd. 1656.) 

TRUFF..., voir Truf... 

1. TRUFFE, truffle, s. f. ? 

Toutes trufff.es et blondelez seront dores- 
navant en laine ronde el non autrement. 
(5 oct. 1443, Orûf., XIII, 380.) 

Et ne feront iceulx cousturiers et chaus- 
setiers lesditles robbes, chausses, chappe- 
rons et autres choses dessusdites, de noirs 
de chaudière, blons, truffes ne josselins, 
pour les vendre, ne d'autre drap pour ven- 
dre. (/*., p. 381.) 

Cf. Littré, Trcffette. 

2. TRUFFE, truffe, s. f. ? 

El face ainsi de l'autre jambon et de 
ceulx de derrière a la juintte qui est au 
devant du genoil hault que on appelle la 
truffe, la la doit il dcsjuindre et couper 
entre le cuir et la char tout autour de la 
jointle. (Gast. Febus, Maz. 514, f 61'.) 

3. TRUFFE, S. ? 

Une autre monstre en truffe cizelee, 60 I. 
(16 mai 1625, Inventaire dressé après la mort 
de Nirolas Jeannin, Mém. de la Société 
Eduenne, XVI, 192.) 

TRUFFÉ, adj. ? 

Ung demi cein d'argent garny de pen- 
dant et clef, a bourse truffes. (1606, Noyon, 
ap. La Fons, Art. du Nord.) 

Cf. Truffe 1. 

TRUFFEL, S. m., sorte d'atour : 

Les femmes... ardoient devant tous les 
attoursde leurs testes, comme bourreaux, 
truffaux, pièces de cuir ou de balaine 
qu'ilz mettoient en leurs chapperons pour 
eslre plus roides. (1429, Journ. d'un bour- 
geois de Paris, i 500, p. 235, Tuetey.) 

TRUFFET, S. m. ? 

Jehan Leclercq, filletier, pour ung truffet 
a boutions d'argent, .xii. s. .ii. d. (l'' juill. 
1476. E.véc. test, de ta veuve Bauduyn Hoghet, 
crassier, Arch. Tournai.) 

Item que je donne a ma dicte belle soer, 
femme de mon frère, une bourse a tout 
ung haubregon et le truffet de velour noir. 
Item que je donne a la femme Jehan le 
Quien une bourse de noir velour, et a 
îlagdalaine une de rouge damas, et ung 
noir truffet. (1510, Test, de feu Clément Sa- 
rasin, en son vivant topisseur a le brocque, 
chirog., ib.) 

Et encore au xvii" siècle : 



TRU 



TRU 



TRU 



99 



Une chaîne a cousleaux et chaisne a 
bourse d'argent avec la bourse et \etiuffet 
de veloux rouge. (4 mars 1656, Invent. 
Fnmç. liasse, Arch. mun. Reims, fonds ar- 
chevêché, lay. 4, liasse 5, pièce 19.) 

Cf. Troffe 1 et Truffin. 
TRUFFiER, S. m., marchand de truf- 
fes ? 

Nicolas Drouot et Thiebault de Dijon, 
truffiers. {Compt. de la fin du xiv° s., dans 
ilém. de la Société Eduenne, 1880, p. 398.) 

Nom propre, Trujper. 

TRUFFIERE, truficre, iruffuiere, trif- 
fiere, troufjîere. adj. f., qualifie ce qu'on 
appelle aujourd'hui une serrure de sû- 
reté ; 

Pour une serreure truffière bonne et forte 
mise audit huys, pour contrefermer l'huys 
de ladite salle. (liSO, Compte, Soc. arch. 
de Tour., IV, 156, Bibl. de l'Ec. des Ch., 
.\1V, 390.) 

Une serrure truff'uîere. (Zè.) 

Que en toute serrure trtifiere soiet bien 
et duemant garnye, ayant deux picoletz a 
deux piedz, deux encoches au peyle et ung 
avan peyle. (17 mars 1594, Stat. des ser- 
cur., Liv. noir, f'40, Arch. mun.Montauban.) 

Un serrurier fait plusieurs sarrures trif- 
fieres fermansa clef deshors et dedans, et a 
chascune deux clefz. (1509, Arch. Meuse B 
533, f" l-2'2 V.) 

— S. f. : 

Michel Thomas, serrier, demorant au 
baisle, fait deux truffières fermans deshors 
et dedans pour les deux portes du jardin 
du chasteau. (15'23, Arch. Meuse B 532, f 
153 V.) 

Larroner, sarrier, fait dix serrures sail- 
lans fournies de clefz et une truffière pour 
les huys des chambres des prebstres. {Ib., 
B 539, f 154.) 

Pour avoir fait une trouffiere avec une 
clef en la chambre Mgr. (25 oct. 1511, Arch. 
Meuse B 618, f 118 bis.) 

TRUFFIN, S. m. ? 

Unes palernostres de blancq ambre, unes 
tablettes d'ivoire et ung truffin, .x. s. (19 
juin. 1477, Exéc. test, d'habiel Fournier, 
Arch. Tournai.) 

Pour une aultre bourse et ung truffin 
.XXXI. 1. .xn. d. (1.539, Compte de Vexée, 
test, de Jehan de le Voge, ib.) 

Cf. Truffet. 

TRUFFLE, voir TrUFE. 
TRUFFLEL'R, Voir TrUFEOR. 

TRUFFOUR, voir Trufeor. 
TRUFLE, voir Trufe. 
TRUFLEOR, -fleuT, voir Trufeor. 

TRUFLUN, adj., glouton : 

Glutuns, trufluns. (Gloses de Neck., ms. 
Bruges, Scheler, Lex., p. 88.) 

TRUFoiER, V. n., se moquer, railler : 



Seigneur, je vif de irufoitr, 
Je trufoie hui com trufoie ier. 
(Poêt.fi: av. 1300, t. IV, p. 1310, Ars. 3306.) 

TRUFOiz, S. m., raillerie, moquerie, 
dérision : 

En les nommant sans gabe et sans trufoiz. 
(A. r.HART., Po'-S.y Débat des deux fort, d'am., p. 
579, éd. 1617.) 

TRUFOS, -ous, adj., trompeur : 

Et qu'il entandent es oisouses 

Et es niées choses tritfouses. 

(J. DE PaioRAT, Lii}. de Vegece, Richel. 1604, f" 67'.) 

TRL'Hu, onomatopée figurant le son 
du cor de chasse : 

Corner vueil, car j'en ay talent : 
Triilni ! iruhu .'je le voy la. 

[Mir. de N.-D., m, 245, A. T.) 

■ TRUiART, adj., truand : 

L'ymage muce souz vuiart, 
Por pereceus et por truiart 
Le tient son cuer s'il ne l'enporte. 
(G. DE CoïKCi, Mir., Riehel. 817, t' 147« ; Poquet, col. 
656.) 

TRUiCERESSE, adj. f., perforante : 

Si la plaie estoit corrosive ou Iruiceresse. 
[Fraq. d'un liv. de médecine, ms. Berne A 
95, i- 23 r°.) 

TRUiCHERiE, voir Tricherie. 

TRUIE, truye, troie, s. f., sorte de 
tonneau : 

La truye qui est pleine de vin. pourtant 
qu'il y aict cinquante muidz .doibl... (Cop- 
pie du tahl. est. en la ctiambre du cons. de 
Vernon, Arch. P 1189.) 

— Machine pour lancer des pierres, 
battre les murailles et se mettre à cou- 
vert en approchant des murs : 

Ne criement [mail] ne pic d'acier, 
Engin ne troîe ne flaiel. 
Ne perriere ne mangonel. 
[Hom.de Thèbes, App. I, 2832, A. T.) 

Truies, mullons ferrez e durs, 
Firent assez hurler as murs. 

(BiN., D. de Norm., 29963, Michel.) 

Et pons torneis a mantiaus, 
Et kas et truies et castiaus, 
Et tumeriaus et trebukes. 

(Mousc, Chron., Î59U, Reiff.) 

Mist le siège... et fist drecier les truyes 
et engins. {Cfiron. de S. Den., Richel. 2813, 
f 465".) 

C'estoit pour convoier 
Un engin qu'on nommoit truie en cel héritier. 
(CUT., B. du Cuescl., var. des t. 22581-22S83, Char- 
rière.) 

D'engins, de truye, des mereaulx. 
(E. Deschamps, Pues., VII, 35, A. T.) 

Il ne faut pas craindre que ces vieux 
guerriers vueiUent ramener, quant aux 
machines ou instrumens servans a faire 
batterie... ne les bricoles... ne les truyes. 
(H. Est., Prec. du long, franc, p. 286, éd. 
1579.) 

— Sorte de couteau : 

Couteau qui se plie dans le manche vul- 



gairement nommé une truie. (Arch. Seine- 
Inf., G 3389.) 

Savoie, trouie, traverse en bois, ser- 
vant à régler en dessous le ou les deux 
vis d'un pressoir. 

TRUIETE, -ette, -wete, -yelle, truelle, 
s. f., petite truie ; 

Une truiette qui n'eut onkes pourcelais. 
(10 fév. 1338, Etat des créances dues a Ro- 
biers de Maude, Arch. Tournai.) 

.II. truiweles de norrechon. (1372, Compte, 
Lille, ap. La Fous, Gloss.ms., Bibl. .\miens.) 

Sucula, petite truye, truiet/e. (Ch. Es- 
TIENNE, Dict. latin, éd. 1552.) 

En tout pays toutes guises, et toutes 
femmes mal aprises; autant de testes au- 
tant d'opinions et autant les truyettes que 
les mulotz. (Nouv. fabr. des excell. traits de 
vérité, p. 86, Bibl. elz.) 

— La scorpène scrofe : 

H y a aussi les truelles ou roues de mer. 
(Du PiNET, Pline, .\X.\1I, ii, éd. 1566.) 

— Sorte de rente : 

Item le sires a... en la ville de Fenges 
une rente appellee la truiette. (w' s., Re- 
ven. du comté de Champagn., Richel. 2625, 
f° 90 r°. Duc, Tniagium.) 

TRUIFFLER, VOir TrOFER. 

TRuiFLET, S. m., Ornement de la toi- 
lette des femmes : 

En laquelle boursette laditte femme avoit 
pris... un truiflet, qui estoit a clochettes 
de pion. (1385, Arch. JJ 127, C 24 r°.) 

TRUiL, voir Troil. 

TRUILLAIGE, VOIF TrOILLAGE. 

TRUILLE, voir Troil 1. 

TKuuvEssE, iruij., S. f., truie : 

Item, une fourure de ventres de truy- 
nesse contiengne .c. et .xxv. ventres. (29 
sept. 1355, Reg. de la vinnerie, drapperie, 
1343-1451, Arcii. Tournai.) 

Une hupplande sanwinne a femme fouree 
de ventre de truinesses, .vni. 1. (19 déc. 
1419, Exéc. test, des époux de le Forge, ib.) 

TRUIWETTE, VOir TllUIETE. 

TRUL, voir Troil. 

TRULE. voir Troille. 

TRULLE, voir Troille. 

1. TRUMEL, -eau, -ici, s. m., gras de 
la jambe, jambe : 

.1. povres gars c'ot les irumiaus rostis 
Gete .1. pierre, si consuit Jocelin. 

{Les Loti., ms. Montp., f" 47*. ) 

Li sans li muet du cief jusqu'au trumel. 

(Aubei-y le Bourgoing, p. 44, Tarbé.) 

Trencié li cl sa destre cauce 
Et la gambe par le trunifl. 

[Blancandin, 5460, Michêlsut.) 



100 



TRU 



La jamhle li enbrace pnr delei lo triimel. 

[Maug. d'Aigieiit., Ricbel. 766, f» 54 r».) 

Du irumel de la cuisse enporte une partie. 

(Aye d'Avit/n., 477, A. P.) 

Tant me fêles de lorz et de guanches, 
De braz, de trumeaus et de hanches. 
Et tant vos alez delortanl, 
Ne sai comment ce va. 

i«ose, Richel. 1573, f« 'i'.) 

Celc a escorcié ses Iriimiaus, 
Qui sont gros devers les talons. 
{De Constant du Hamel, 444, Uootaiglon et Rayn., 
Ftthl., IV, 181.) 

Cil leur decope les visages, 

Cos et quisces, iriimiaus et cors. 

(Mouss., Chron., 6979, Rei£f.) 

Gresle par la chainture, biau corps et bienséant. 
Gros trumiatis et biaus piez cauchies estroite- 

[ment. 
{Doon de Maience, 3235, A. P.) 

Si devee lote médecine des jambes, et 
proprement de li-umeaux. (Introd. d'astron., 
Richel. 1353, f° 55".) 

— Pour les Iruminux Dieu, par les 
trumials liiu, par les sains Immiaus, 
juron : 

Par les trumials Un ! dist li quens, 
Ja ensi ne m'eschaperes. 

( V,'istasse le Moine, 62S, aichel.) 

Par les sains trumiaus ! 
Molt est cis moignes desloiaus. 

(/«., 1533.) 

Vois, pour les Irumiaus Dieu ! cil garçon 
ne nous lairont mie mangier en pais. 
(Chron. d'Ernoul, p. 382, Soc. de l'Uist. de 
Fr.) 

— Jambon : 

.1. trumel et .ni. piécettes de mouton. 
(1348, Arch. adm. de Reims, II, 1183, Doc. 
inéd.) 

2. TRUMEL, S. m., jeu? 

Soffrez lor avel 
Qu'amors desvee 
Desirre mellee, 
Hutin et trumel. 
(Chans., ap. Bartacli, Boni, et Past., II, 73, 37.) 

La recommence le trumel. 
Et quant reviennent a l'oslel, 
11 baient femme et enfans. 
[Le Dit des planètes, ap. Jub., Aouy. Bec, I, 375. J 

3. TRUMEL, S. m. ? 

Arouser wasons et trumel. {Iil6, Compte, 
Béthune, ap. La Fons, Gloss. ms., Bibl. 
Amiens.) 

TRUMELEou.f /•«««/?)•, voir Tresieleor, 
Tremeler au Supplément. 

TBUMELET, VOir TbOUMELET. 

TRVMELETTE, S. f., dlm. de trumel, 
jambe, employé comme épithéte : 

Gerars, genre/, la Trumelette. (1305, li Ca- 
hiers de le paroche S. Hylaire, f° 9 V, dans 
Cah. de la taille, 1301-1318, .\rch. mun. 
Reims.) 

TRLMELiER, S. m., fabricant de jarik- 
bières : 

Trumeliers. (La Taille de Parts en /292, 
Gèraud.) 



TRU 

1. TBi.MELiEBE, luremeltere, s. f., 
jambière : 

11 covenoit que cussieres 
Et cbauce» ou tttremelieres 
Porlessenl en lor chambes destres. 
(J. DE PaioRiT, Liv. de Veijece, Ricbel. 1604, t" lO'-i 

Hiaumes, curies, turemelieres. 

(ID., ib., fo 44'.) 

El basions de fer aguissiez, 
AVans de balainne, trumelieres. 
(J. Bretel, Tourn. de Chauvenci, 380Î, DelmoUe.) 

Ceiilx a pie qui porloient escuz estoient 
conslrains de purler trumelieres ou cuissoz 
en leurs cuisses désires. (L'Ordre de cheval., 
Ars. 2yl5, f" 12 v°.) 

A regarder esloit merveille. 
Voir vous dirai tout a briez mos. 
De trumelieres a cuissos. 
(P. Gentiah, le Totirnoiment as dames de Paris, ap. 
Keller, iîomi'., p. 391,31.) 

2. TRUMELiERE, S. f., femme joueuse? 

Que mauldict soyt la trumeliere l 
My Dieuls ! sy je faisoys ainsy 
Tout yroit sen devant deriere. 
(hes deux gentilshom. et le moumjer, p. 6, ap. Ler. 

de LÎQcy et fllicbel, Faices, moral, et serm. joy., 

t. II.) 

Cf. Trembler. 
TRUMER, V. n., courir : 

Et se tu es prins d'un sergent. 
Gomment fais tu ? Je trume a plain ; 
Je me rescoux bien du villain ; 
Au mouslier cours la droitle voye. 
Et fais tourtel d'autrui levain. 

(E. Deschàmps, Poés., V, 292, A. T.) 

TRUMIEL, voir TrL'.MEL. 

TRUiv, voir Trosne. 
TRiJNCHET, voir Tronchet. 
TRU.xçL'N, voir Tronçon. 

TRUi\DELER, Volr TrO.NDELER. 

TRUPELiN, adj., rieur, badin, qui 
aime à plaisanter : 

Eutrapeles est celui qui scel bien tour- 
ner a point les fais et les paroles a gieu et 
a esbatement; et par aventure de ce vint 
ce que l'en dit en françois d'un homme que 
il est bon trupelin. (Ohesme, Eth., Richel. 
20i, f 378".) 

TRUPE>D1ERE, tVUpp., tlrpCn., S. f., 

fille ou femme débauchée : 

Lequel Mahieu... dist a la mère desdiz 
frères : Taisiez vous, vieille tirpendiere, ou 
autres paroles sentant viUenie. (1383, Arch. 
JJ 123, pièce 20, Duc, Trahere.) 

Auquel mary sa femme dist moult dcspi- 
leusement: Vostre truppendiere est venue 
et vous a demandé. (1392, Arch. JJ 143, 
pièce 142, Duc, Trahere.) 



TRU 
TRLPiGN'Eis, trupingneis, voir Tdpi- 

NEIS. 

TBUPPEXDIERE, VOlr TrUPENDIERE. 

TRUQUE, voir Trosque. 

TRUQUois, -Oise, voir Turquois, -dise, 

TRURE, s., outil à l'usage des tisse- 
rands : 

IIz disoyent que les teincturiers ne de- 
voyent avoir en leurs maisons oustilz que 
l'en appelle cornebers, trures, lates. (Style 
du Parlement de Paris, p. 401, éd. 1551.) 

TRus, voir Trons. 

TRUSCHE, voir Trosque. 

TBUSER, v. a., protéger : 

.\ucuns pevenl du venin respasser 
Par tryacle, du lyon ensement 
Se puel l'en bien garantir et truser ; 
Mais il n'est nul qui peust au mesdisant 
Résister, n'a son venin trop cuisant. 

(E. Descbamps, Poés., III, 317, A. T.) 

TRUSET, S. m. ? 

Quod nulli spéciale vinum vel panis de 
truset omnibus communiter provideatur. 
(1294, Capital, génér. de S. Victor de Mar- 
seille, Duc, Panis.) 

TRUSQUE, voir Trosque. 

TRUSSEL, voir TOURSEL. 

TRUssEMAiv, S. m., sorto de jeu : 

El aussy l'on jue aux tables, au droit fu, 
au trusseman, au long ju, a la faille, a la 
roynelle, a la wilbulTe et en tant d'aultres 
manières comme le dyable a voulu adviser 
et mettre avant. (146i, Lett. de Jan de 
Lannoy, dans le Cabin. histor., 1875, p. 241.) 

TRUSSER, voir TOURSER. 

TRUT, voir Trout. 

TRUT.*i\, S. m., imposteur, calomnia- 
teur : 

Lequel llardelet dist au suppliant qu'il 
avoit menti comme mauvais trutain, filz 
de putain, Navarrois. (1410, Arch. JJ 164, 
pièce 3.50 ; Duc, Trutanus.) 



TRUPER, V. n. ? 

Et qui vous a fait tant truper ; 
Meschant, les fcbves estoient haynes. 
(Farce du Pont ouj: Asijnes, .Vnc. Th. fr.. Il, 47.) 

TRUPHATIQUE, VOlr TrUFATIQUE. 

TRUPHE, trvpher, voir Trufe, Trufer. 



TRUTÉ, truite, adj., caillé : 

I Un mangeur de pommes cuites, 

1 Un buveur de lait imité. 

(Ctians. norm., dans Le Héricher, Gloss. norm., I, 
33i.) 

Crème, lait doux, truté, en canes ou en 
brocs. (^Hcicn Tablier des droits perçus à 
l'entrée de Bayeux, coUecl. Pluquet, p*. 61.) 

Se dit encore dans toute la Nor- 
mandie. 

TRUTENIER, S. m., syn. de trutain, 
menteur, imposteur : 

Jehan le trutenier. (Liv. de la taille de 
Paris pour 1292, Géraud.) 

TBUTEIN'NE, S. f. ? 



TUA 



TUB 



TUE 



101 



Ces dames ont trové .1. jieu 
O dos trutennes funt un eu, 
Sarqueu hurlent contre sarqueu, 
Sanz focil escoent lor feu. 
(Est. DE FoUGiERES, Liv. des manières, 1105, Kre- 
mer.) 

TRUTTE, S. f., tuyau d'entonnoir : 

Lesquels dictz blez et grains seront par- 
tagez entre le bailleur et le preneur a la 
route et le vin a la Initie. (1ÔS4, Cotnpte, S. 
Benoit, Arch. Vienne, ap. I^alanne, Gloss. 
poitevin.) 

Pour une truite d'enthonnouer .vu. s' 
.VI. d. (C" de S. George, ib.) 

Centre, truie, anche de lessive, con- 
duit qui verse l'eau du cuvier dans la 
chaudière; petit orifice d'une cruche 
en forme de mamelon ; Vienne, Deux- 
Sèvres, Vendée, truite, tuyau en bois 
ou de matière métallique servant à 
l'écoulement d'un liquide ; Suisse, tru- 
the, anneau de bois en pointe où passe 
une corde pour lier un fardeau. 

TRUL'D, voir Treu. 

TRUVE, VoirTRUEVE. 

TRUVEL, voir Trovel. 
TRUVEMEivT, voir Trovement. 

TRUVET, s. m. ? 

Tnioelz de fer pour la cuisine. (1530, 
Compte, liélhune, ap. La Fons, Gloss. ms., 
Bibl. Amiens.) 

Tnivets de fer de cuisine. (1.Î86, Mohil. de 
la halle de Bélliune, ap. La Fons, Art. du 
Nord, p. lit.) 

TRUVUR, voir Troveor. 

TRUYE, voir Truie. 

TRUYETTE, VOir TrUIETTE. 

TRUYNTER. V. n., chanter comme un 
pinson : 

Escoutez, ma mère, je truynte 
Comment un pin.7on ardenoys. 
Hou, hou, hou, hou, hou, hou, hou. 
{Farce de MaisIreMinim, Ane. TL. fr., II. 356.) 

TRUz, voir Trons. 

TRYLLis, voir Treslis. 

TRYu.MPH.. ., voir TniO.MPH.. . . 

TRYVER, voir Trever. 

TUAGE, -aifje, s. m., action de tuer, 
droit, redevance que l'on payait pour 
l'abatage du bétail : 

Pour obvyer au.x frauldes qui se pol- 
roienl commectre sur le tiiaige et acoiis- 
trement des chars, messeipneurs les pre- 
vostz et jurez de ceste ville et cité de 
Tournay ont ordonné... (7 fév. 1537, fiey. 
aux publications, .\rch. Tournai.) 

Se disait encore usuellement à la fin 
du xvir siècle dans les régions du Nord : 



Grand et petit tuage. Ile chaque bœuf ou 
taureau tue en Flandre est du 32 patars. 
(lU'JS, Mémoires des intendants de la Flan- 
dre et du liainaut français sous Louis XIV, 
p. 244, A. Desplanque.) 

TUAIIVG.NE, voir TulG.NE. 
Tl'AYLE, voir TOAILLE. 

TUBE, S. f., trompette : 

Businez en la festival tuhe. {Psalt. monast. 
Corb., Richel. 1. 768, f 67 r°.) 

Do fubes e de busines fut li cocher criez. 

(Tu. deKekt, Geste d'Alis., Richel. 24364, £• 54 T".) 

De haut tube vendra 
Triste sun sonera. 
(Liber regine Sitiilk-, Ricliel. 25407, t° ilV.) 

Si esveilleront (les anges) par lor tubes 
et par lor voiz toz ceus qui seront mort. 
{Dou diciple et dou mestre, Richel. 423, f 

89\) 

La tube homérique. (N. Gilles, Ami., 
Proesme, éd. 1492.) 

Sons meslodieux, tubes, tambours, trom- 
pes, clairons, fleules, musettes et chala- 
melles sonnoient en l'aer. (J. Molinet, 
Citron., ch. ix, Buchon.) 

TUBE, adj., pattu : 

Li vilains tubez si est cil qui a uns sol- 
lers lies chauciez don les oroilles pendent 
conlreval, et a le pooir l'apostole, car il lie 
et<leslie en terre. (Oe* r!te(«s,Ulchel. 12581, 
f 372 v°.) 

Li doubles tubez si est cil qui a unes 
hueses coupées ou il a noians par darriere, 
et les claime ou portes coleices. {Ib.) 

Il ne faut plus qu'on nous caqueté : 
Armes sommes et adoubes, 
Aussy Hers que coulons tubes 
Pour faire une grosse hemee. 
(A. Geeban, AJist. de la Pass., 76'j4, G. Paiis el 
Raya.) 

TUBETE, S. f. ? 

Pour le tabernacle faire et la liihete el la 
reprise. (1328-29, Arcli. fiosptl. de Paiis, II, 
175, Burdier.) 

tubia:«e, voir Timiane au Supplé- 
ment. 

TUBIE, s. f., syn. de tubiane : 

Et la iubie et li encens. 

(Dlancand., 259J, Michelant.) 
Cf. TuDIA.NE. 

TiiBi.\. thii.., S. m., dérivé de ttihe, 

employé dans des acceptions variées : 

Le cent de Ihubins d'osieres a .xi. 1. pour 
les harpoier. (1430, Compte, Bélhune, ap. 
La Fons, Gloss. ms., Bibl. Amiens.) 

Ung lubin pour l'église. (1444, Compte, 
La Bassée, ap. La Fons, ib.) 

Une paielle et ung petit lubin d'arain, 
.v. s. (13 avril 1483. Exéc. test, de Jehane 
Petit, Arch. Tournai. ) 

Tliubins de clerches pour les incendies. 
(1190, Compte, Béthune, ap. La Fons, Gloss. 
7ns., Bibl. Amiens.) 

Ung caudron quocu, ung lubin. (5 nov. 
1520, Exéc. test, de la veuve Doucftement, 
Arch. Tournai.) 



TUBiNET, thn., s. m., dimin. de lu- 
bin : 

Ung bachinetde cambre et ung noir thn- 
binet d'arain. (14 nov. 1476, Exécut. lest, 
des époux Legris Halluin, Arch. Tournai.) 

De elle [le femme de Galonné], pour ung 
lubinel, .v. s. .nu. d. (13 juin 1488, Tut. des 
enfants de Arnoul Fievet, ib.) 

TUCHEME\T, VOir TOUCHEMENT. 
TUCHEMOLE, voir TOUCHEMOLE. 
TUCHIER, voir TOCHIER. 
TUCHIN, voir TOUCHIN. 
TUCHIIVER1E, voir TOUCHINERIE. 

TU(:io.\, voir TuiTiON. 

TUCISSEMEIVT, Voir TOUSSISSEMENT. 
TL'DELÉ, adj.? 

Nus frepier ne puet ne ne doit drap re- 
fouler, ne achater ne vendre drap refoulé, 
par son serement, ne chose tudelee, c'est a 
savoir chose lainte de flourin de chaudière 
ne de nule autre fauce lainture. (Est. Hoil., 
Liv. des mest., \" p., L.\.\VI, 5, Lespinasse 
et Bonnardot.) 

TL'ECHEVAL (a), loc, à bride abattue, 
en risquant de tuer un cheval pour ar- 
river plus vite : 

El nous advertissez a lue cheval quand 
lesditz cent mil escus seront prelz, et de- 
dens combien Hz pourront estre devers 
nous, (li juin. 1465, Mandem. du comte de 
Charolais aux gens de sa maison. Doc. hist., 
II, 349.) 

Et laixit le rny des Romains sa guerre 
en Gueldre ; et a tue chevalx s'en allil a la 
conté de Bourgongne pour secourir lesdits 
Allemans. (J. .Vlhuion, Journ., an 1499, Lar- 
chey.) 

TUECHiEiv, tukien, laquien, luequien, 
tuequin, tuekien, s. m., celui qui était 
chargé de tuer les chiens ; 

A l'ierre Coulon, tukien, pour plusieurs 
kiens qu'il a tues depuis le Saint Ilemy. 
(1387, Cumpl. du Massart, .\rch. mun. Va- 
lenciennes.) 

Que il ne soit nulz ne nulle qui fâche 
injure ne villoiinie a .lehûn formant, ad 
présent ordonné tuequlen sur .c. s. et estre 
mis en le prison. (26 juin 1394, Reg. aux 
public, 1393-1408, Arch, Tournai.) 

A Wattelet Tallcmart et Andruel de Flo 
renche, tue kien, pour avoir tuet aval le 
ville ou terme de ces comptes .ni°xx. kiens. 
(3° compte de Jehan Wattier, massard, de la 
Toussaint 1430 n la Toussaint liSI , Arch. 
Mons.) 

Qu'il ne soit personne aucune qui se ef- 
forche ne advenche de faire quelque em- 
peschement ou dommage a Wattelet Talle- 
mart, tuquien de ladicte ville. (10 fév. 1446, 
Reg. aux public, 1443-1450, Arch. Tournai.) 

De le requeste Jehan de llerlain, tuequin, 
pour avoir le sallaire acoustumé des quiens 
qu'il tuera parmy la ville. (28 nov. 1452, 
Reg. des Consaux, 1451-1454, ib.) 

DelTendans a tous de dire injure, ville- 



102 



TUE 



TUF 



TUI 



nie, ne crier après le tue chien au content 
(iesdits chiens tuez, a péril de .ix. s. 
d'amende. (Ocrf. pour les pauvres de Lille, 
liull. du Comité de la langue et de l'hist. 
de la France, III, 710.) 

Et estoit le tuechien sur le cheval qui 
menoit la browalte. (1510, .Iacomin Husson, 
Chron. de Metz, p. "253, Michelanl.) 

TUEiL, voir TOOIL. 

TUEILLEMEKT, Voil" ToOILLEMENT. 

TUEiLLiE, voir Toaillie. 

TUEis, lueiz, s. m., action de tuer, 
d'égorger, tuerie, massacre : 

Ne poroie mie descrire 

Le iïieis ne le martyre, 

Le domage ne le dolor 

Qui des François fu fait le jor. 

(Wace, Brut, 1033, Ler. de Lincy.) 

Des chetiz font tel tueis. 
Corne li lus fait de[s] brebis. 

(1d., Rou, 1^'" p., 706, AniireseD.) 

Dementres que cist fueiz 
Resl a Londres s'en sunt foiz. 
(Bes., D. de Iform., II, 27543, Michel.) 

TUEKIEX, voir Tuechien. 

TUELEME>T, S. m., tuyau, tige : 

Quand la moisson est en tige, an tuele- 
ment. (xiv° s., Darmesteter, Glosses et Glos- 
saires hébreux- français, 1878, p. 37.) 

TUELET, S. m. , petit tuyau : 

Deux iuéles d'or geteiz : 
Merveilles bias et bien fetiz. 

(Ben., Troie, 16731, Jolj.) 

Fevres si font a lor martiaus 
Les iiieles et les cisiaus. 
Et les engins et les ostiex. 
{Dit des fevres, ar». Jiib., Jongleurs et Trouvères, 
p. 130.) 

Mais la bêle qui mult saveit 
.1. tiieîet d'or fait avoit 
Qui de l'arbre ranpoit amont. 
(Gérard d' .Amiens. Escanor, i59S9, Micheiant.) 

Cf. TuiEL, mod. Tuyau, au Complé- 
ment. 

TUELLE, voir TOAiLLE. 
TUEX.IiRD, voir TOENART. 

TUEîVRE, S. m., aux XIV» et xv siècles 
dans quelques villes de Belgique, assis- 
tant des échevins dans les affaires juri- 
diques. 

Voir Hisl. d'Oudenbourg, par E. Feys et 
Van de Casteele. 

TUEQUIE.N, -quin, voir Tuechien. 

TUER, V. a., protéger : 

Que leurs bonnes coustumes dessusdie- 
tes leur veuillet (,'arder, tuer et maintenir. 
(1373, Cart. de Bourg, p. 41, Brossard.) 

Cf. TniR. 

TUERBE, voir TORBE. 
TUERDOIR, voir TORDOIR. 



TUERis, S. f., tutrice : 

Bealrix de Bossillon. tuei'is et cureris de 
ses enfanz. (1290, Arch. P 4922, pièce 660.) 

Cf. TuoR. 

TUERTIiV, voir TORTIN. 

TUERTis, -is, voir TORTIS 1. 

TUERTRE, voir TORTRE. 
TUERTl'ER, voir TORTUER. 

TUESOx, -Sun, voir Tuoison. 
Ti'ET, s. m., bout, extrémité: 

Sa lance prist par le fnet 
Si com cco fust un bastonet. 
(G. Gaimar, Chron,, ap. Michel, Clir. annl. noml., 
I, 8.) . , 

TUEUR, tuheur, s. m., abattoir: 

La rue des Tueurs. (Titres de 1489 et 1577, 
à la mairie de Dijon.) 

Au lieu appelé le Tueur. (Juin 1481, Arch. 
mun. Dijon, sect. C, Procès criminels.) 

La ruelle qui des Tuheurs descend a la 
boucherie. (/A.) 

TUFAL, adj. ? 

Lettres envoyées a Paris par Eustace 
avecques plusieurs voirres et lampes ca- 
tervales et non tu fa/es. {Lettre en tête d'une 
pièce d'E. Deschamjts, Richel. 8i0, f 430°.) 

TUFFAUMEIVT, adv. ? 

Catervaument. 
Non tuffaument. 
(R. Taingut, Explicit de la copie de Bersuire, Ri- 
chel. 266, t" 208''.) 

1. TUFFE, s. m., terme de mépris 
appliqué à un soldat de pied : 

Tu/fes, giveliers, bomules, termulons et 
tacriers. (Froiss., Chron., IV, 237, Luce.) 

Contre les tu/fes giveliers. (Id., ib.. V, 
422.) 

Ces douze villains tu/fes, qui la dite 
dame avoient esforciee. (Id., ib., V, 321.) 

Sans les petaulx, tu/fes et giveliers. (Id., 
ib., III, 221, var.) 

Kervyn remarque que ces termes qui 
ne sont pas de Froissart se rencontrent 
fréquemment dans les mss. désignés 
par A et L. 

Autant devriez vous faire pour moi 
comme vous faites pour Guillaume ou pour 
Gautier, qui n'est c'un tu/fe ou un givelier. 
(Art d'amour, Richel. 881, dans G. Paris, 
Hist. litt., XXL\, 474.) 

Tous ces routiers donc, tuffes etpetaux, 
esloient aussi nommez brigands. (Fal'Chet, 
Orig. des cheval., arm. et her., II, i, éd. 
1601.) 

2. TUFFE, S. f., espèce de poire : 

La lu/fe. (1361-1410, Tab. de Rouen, reg. 
1, V 82 V, et reg. 2, f" 194.) 

Selon M. de Baurepaire, Etal des 
campagnes, 54, la tu/fe est vraisembla- 



blement la même que la. tuff'esque qu'on 
rencontre dans un jardin de la rue du 
Bec, à Rouen, vers 1430. 

TUFFiER, s. m., tuf, carrière de tuf: 

Le chastaignier se trouve bien es terres 
bruslees, et ou il y a des tu/fiers. (Du Pi- 
net, Pline, XVII, 20, éd. 1605.) 

La meschante terre blanche ou iuffier. 
(Cl. Haton, Hém., I, 398, Bourquelot.) 

TUFFIERE, S. f., Carrière de tuf; 

La terre argilleuse rend l'eau fort douce : 
toutesfois celle qui vient des tuffieres est 
plus fresche. (Du Pinet, Pline, XXX, 3, éd. 
1566.) 

Tufflere, f. A bed of tuf; the ground, or 
quarie wherein it is gotten. (Cotgr., 1611.) 

Se dit encore dans la Suisse romande. 

TUFFU, voir TO'JFFU. 

TUGiviciEX, -ian, s. m., faucon de 
Tunis : 

Le tugnicien est un faulcon presque de 
la nature du lanier, un peu plus petit, mais 
de tiel pennage et tiel pié... Celui faulcon 
est apelé tugnician pource que commune- 
mant ilz sont es peys de Barbarie... et pour 
ce que es pays de Barbarie la maîtresse 
ville est Tugnis. (Fbaxchieres, Fauc, ms. 
Chantilly 1528, P 7 r°.) 



TUHEUR, voir Tueur. 

TUHITIOX, voir TuiTION. 



TUHUTER, V. n., jouer d'un instru- 
ment de musique, en particulier sonner 
du cor : 

Car enfin Trisliferides 
Va vers la baie toul ades 
Esbataut en une flehute. 
Et a la fois d'un cor tuhuie. 
[Pasloralet, ma. Brox. U064, f» 28 v'.) 

En trompant et en tuhutant. 

{Ib., f 31 V.) 
Cf. TUTELER. 

TUHYR, voir Tl'IR. 

Tuicio.-\, voir Tuition. 

TuiGiVE, tuaingne, s. m., lambrusque, 
sarment : 

Pour faire cuellir et amener luigne a lier 
pauls. (1358, Compt. mun. de Tours, p. 31, 
Delaville.) 

Lesquelz Pelletier et Prieur prindrent 
icellui pillart et lui mistrent chacun un 
tuaingne au col : lequel tuaingne est une 
manière de vigne montant contramont les 
arbres et porte peliz raisins; et le pendi- 
rent desdiz tuaingnes. (1415, Arch. JJ 168, 
pièce 327, Duc, Tuagna.) 

TUILE, voir TlEULÉ. 
TUILERAISSE, Voir TiEULERESSE. 
TUILETTE, voir TlEULETE. 
TUILHIER, voir TOOILLIER. 



TUI 



TUM 



TUM 



103 



TUILIER, voir TiEULlER. 
TUILLEAU, voir TiEULEL. 
TUILLEOR, voir TiEULEOR. 
TUILLETTE, VOlr TiEULETE. 
TUILLOT, voir TlEHLOT. 
TUILLIERE, voir TlEULIERE. 
TUILOIT, voir TlEULOIT- 
TUILLURE, voir TOOILLURE. 

TuiR, tiihyr, V. a., défendre : 

Ce sont quatre bons anges pour delTen- 
dre les bons et les justes et les tuhyr ou 
contregarder de tous tourmens. [L'Estoille 
du monde, éd. 1528, sans pagin.) 

Tuisioiv, tuison, voir Tuoison. 

TuissiON, iuisson, voir Tuition. 

TUIT, S. m. ? 

Vous, tttis moussus, estres et pins gom- 
meux. (Desparron, Med. s. les mis. du m.. 
III.) 

TiiiTiox, -cion, tuhition. luission, 
Iuisson, liicion, s. f., garde, défense^ 
protection, garantie : 

Lettres de luicion ou curacion d'yceus 
mineurs. (1335, Arch. JJ 69, i" 93 v°.) 

Pour l.i garde, luicion et defTense d'icelle 
ville. (1359, Compt. mun. de Tours, p. 188, 
Delaville.) 

Pourquoy luy a convenu, pour la tuicion 
de ses pays, se mettre sus et se transpor- 
ter en ses pays de liourgoingne. (Mathieu 
d'Escouchy, Chron., III, 32, Soc. de l'Ilist. 
de Fr.) 

Pour la sûreté et luission de ladicte ville. 
(Août 1476, Ord., XVIII, 201.) 

Il est bon que aux armes s'encline ; 
Pourquoy ? pour sa tuition. 
(COQUILLART, Blason des Dames. U, !95, Bibi. elz.) 

Pour la conservation, /«Ai/io« et gouver- 
nement de la chose publique. {Mém. a mess. 
les gouverneur du Co/tseil et des Irais estais 
du pays de Daulphmé, Richel. fonds De 
Camps, vol. XLvm.) 

Pour la lucien, garde et seureté d'icelle 
ville. (J. DE ROYE, Chron. scand., p. 25, 
éd. 1558.) 

O Dieu puissant, c'est leur nutrition, 
Le mien escu. garde et tuition. 
Fruition d'Eglise galicane, 
Dicte a bon droit : Anne très crestienne. 
(Poème inéd. de J. Marot, p. 80, GuifFrey.) 

Voila comment et par quelles voyes les 
François furent redoutez des Romains en 
la tuition de leur Gaule. (E. Pasq., Rech., I, 
VI, col. 20, éd. 1723.) 

Pour la tuisson et deffence d'icelle ville. 
(1568, Arch. .'i.ube G 2619.) 

Plus jeunes et dispos de sa troupe, il les 
conserva a la tuition et service de leur 
pais. (Mont., Ess., 1. I, ch. xxx, p. 124, éd. 
1595.) 

Bois, fascines, gabions et aultres choses 
servant a la tuition et défense de la ville. 



(1595, Confirmation des privilèges d'Âutun 
par Henri /F, Livre noir, f° 182, Arch. mun. 
Autun.) 

TUIWELIERE, VOir TlEULIERE. 
TUKIEIV, voir TUECHIEN. 

TUL, voir Le. 

TULERETTE, iullev., S. f., sorts de jeu : 

A quel jeu jouron nous 
Pour passer temps ? 

ISMAEL. 

A la fossette . 

ISAAC. 

Nenny non, a la tullerette. 
(.Vist. du Viel res(., 9560, A. T.) Var., à la turelu- 
rette. 

TL'LIERE, voir TlEULIERE. 

TULiEU, certain ustensile de ménage, 
peut-être un pilon : 

Li maires et eskevins se douloient que 
nostre viscouens avoit prins un sant, une 
lampe, un lulieu et un coutel. (1318, Con- 
vention entre l'abbé de S. Richar et les lia- 
bilans, Arch. J.l 61, pièce 453, Duc, Tuleria.) 

TULLAS, S. m., souche d'arbre : 

Ung marchié enseignié au ^i/(aî d'iceulx 
trois enseignes de Tournay. (19 sept. 1519, 
Reg. aux public, 1519-1529, Arch. Tournai.) 

Se dit encore avec la même signifi- 
cation dans le Tournaisis. 

TULORE, s. f., sorte de fruit : 

Frux, frugis, utilité, bief, lulore, four- 
drine. (Gloss. de Salins.) 

TUM, voir Ton 1. 

TL'MB..., voir To.Mn.... 

TU.MBELEREE, Voir ToMUEREI.EE. 

TUME, S. f., jusquiame ? 

Une herbe laquelle est appellee tume ou 
henneboane, et est assez commune. (Jeh. 
DE Brie le bon Berger, Art de Bergerie, S° 
6 r°, éd. 1541.) 

TUMEE, s. f., chute : 

Li cbevas chiet, Gaydes fist la tumee. 

{Gaydon,9iOô, A. P.) 
Cf. To.MBEE. 

TUMEiE, S. f., coupe : 

Par chu donom ou vasoir se tumeie sens 
molle. [Alb. de Villarl de Honnecourt, p. 163, 
Lassus.) 

TU.MEIR, voir Tu.MER. 

TU.MEOR, -eour, s. m., faiseur de cul- 
butes, danseur, sauteur, saltimbanque, 
bateleur : 

... Hui est U jors 
C'on deusl mander jogleors. 
Qui venissent joie mener 
Et harpes el notes sonner, 
El ces dames et ces puceles 
Dissent harpes et vieles ; 
Et mandast on ces tumeors. 
[Rom. de Thèbes, App. III, 127, A. T.) 



Devant yalz ont maint gougleour. 
Maint baieur et maint titmeou}'. 
(Richart le Beau, ms. Turin, f» 136«.) 

Kes vole par derier la siele 
El ruissel de la fonleniele, 
La teste avant com iumeor 
En terre fice l'elme a flor. 

(F<?rffi«,6427, Martin.) 

— Fém., lumeresse, lumerresse : 

Lor char despiecent et desvorent 
Cil qui aiment tragitoours, 
Tumeresses et juglaours ; 
eu ensevent, ce n'est fable, 
La procession au deable. 

(Gertaise, Bestiaire, 320, P. Meyer.) 

Tumeresse et lumeour 
La encanlent encanteour, 
Cascuns de son mestiers faisoit. 

[Sones de Nansay, ms. Turin, f* 92".) 
Asses i ot tableterresses 
Illuec entour el tunierresses. 

{Rose, Vat. Ott. 1212, (• ?■.) 

Ce mot est resté dans le Wallon, au 
féminin. Dans nos contrées, dit M. Es- 
callier, on appelle encore lumeresses les 
danseuses des rues, les bohémiennes, 
les sorcières qu'on croit capables de pro- 
duire le cauchemar. 

Cf. Tu-MBEOR. 

TUMER, turiieir, tomeir, verbe. 

— Xeut., s'agiter, se démener, gam- 
bader, sauter, bondir, tournoyer, dan- 
ser : 

Harper i faisoit harpeors, 
Et vieleurs et jougleors. 
Et les baleresses baler, 
El les tumeresses tumer. 

(Cdrest., Perceval, 15020, PotviD.) 

Veritez est. bien le savez, 
C'on aprant la chievre a tumer 
El les atorneaus a parler. 

( Vie desPéreS,Ars. 3142, f" 3».) 

Par foi ! il t'avient a chanter 
Aussi bien qu'il fait fumer l'ours. 
(A. DE lA Halle, // Jus du pèlerin, p. 419, Cousse- 
maker.) 

Ne t'esmaie. paie le jugleîr 
K'il m'ait aprîs a iitmeir 
Et je li ai fait dancier 
El bailleir. 
(J. DE Cambrav, Chans.,^^. Dioaux, Trouv. cambre's., 
p. 143.) 

Li auquant contoient de gieste. 
Dansent, fument, espringhenl, baient. 
{Bt'nart le nouvel, 2510, Méon.) 

Je m'afolay hier la jambe a tumer. 

(EcsT. Descbamps, /"oéi., V, 312,-4. T.) 

On ne voelt par le siècle nuit el jours fors re- 

[viaus ; 

Se voit on aucuns pierdre par fumer leur che- 

[viaus. 
(GiLLON LI Muis., Po^s., II, 210, 27, Kerv.) 

— Tomber, s'enfoncer : 

Ly martiaus est cheus et Goulias tuma, 
El Ricart le fery que point ne l'espargna. 
(Cltea. au cygne, 11233, Rc-ilT.) 

Habers desrompre et desmaillier et chi- 
alz et chivaliers tumeir. (S. Graal, Richel. 
J455, f^ 223 r».) 



104 



TUM 



TUM 



TUO 



Si s'entrefierent par effors, 
Tumetii ceval et chevalier, 
Desous els font fumer destrier. 
(Res. de Bkaujeu, le beiiu Desconneu, 2117, Hip- 
peau.) 

Viout que Poilevake jus tume. 

(Va. MoisK., Chron., 29710, Reiff.) 

Tument tables, tunient trelel. 
(J. BaBTBL, Tourii. de Ckauvenci, 1J35, Delmotte.) 

Que resongnier pas ne devroit 
Assaus de vens et flos de mer 
Qu'ils fesissent s'uevre tnnier. 

(ilir. de S. Eloi, p. 32, Peigné.) 

Et il si fisl, el fisl faire un cuir de buef 
de quattre doubles en manière d'un oef, 
et fu mis dedenz atout la letre le Soudan, 
Et fu li vaissiaus bien cousiiz et bien puiezl 
et fu assis sour liège en tel manière qu'i. 
ne povoil tumeir ne afondreir. (Ménestrel 
DE Reims, S 161, Wailly.) 

Et tous les editiches délie dit villie lo- 
meis et chayus a terre. (J. de Stavelot, 
Citron., p. 237, Borgnet.) 

— Au sens moral : 

Pour çou que mains chaitis qui par son pechié 

[tu m 
Est souvent repentans et souvent se ralume. 
{Li Prière Theoph., Zeitschr. fur rom. Pbilolog., I, 2o3, 
68.) 

Car, qui une fois s'acoustume 
A pechier legierement, fume 
Les autres foiz ou grief pechié. 
(E. Deschamps, Poés., Richel. 840, P 499=.) 

— Act., faire tomber, renverser, bous- 
culer : 

Sire, ce dist Tangres, c'est cieui qui vous jousia 
L'autre jours bien pries d'Acre, don ceval vous 
Dodequin a a nom. ne vous celeray ja. [fumOy 
(Cliev. au cygne, 248S9, Reilï.) 

Faites le feu tost alumer, 
Si la me faites enz fumer. 
(G. DE COIJICI, .1/ir.. ms. Brus., t" laO'.) 

— Verser à flots : 

Comme l'un boire vourra. 

Que l'autre apperlement l'y fume. 

(I. DescHAUfS. Œuv., Vil, 327, A. T.) 

Vosgien, tumè, teumei, Lorr., lemaie, 
Ard., tumer, Champ., teumer, Montois, 
tumer, Yonne, tourner, act. et neut. ; 
Lyonn., Forez, Beaujolais, Irmer, Comté, 
lumer, neut., bouillonner, s'épancher, 
déborder. 

Ti'MEREL,-i(?/,-eaM, S. m., trébuchet, 
ressort : 

Qu'il orenl asses mangonniaus. 
Et trebukes et futneriaus. 

(Ph. Mocsï., Chron., 25S83, ReilT.) 

Les lumeraulx qui portent un filz d'arcal 
de l'horloge. (1518, Compte, Héthune, ap. 
La Fons, G/oss. ms., Bibl. Amiens.) 

El sera tenu le dict Anthoine livrer mar- 
teaulx, lumeraulx et tout autre ouvraige 
de fer avecq le 111 d'achar requis pour le 
dict lioreloge. (Pièce de liiOi, cité dans 
lloudoy, la Halle eschevinale de Lille, p. 100.) 

Faire aller les tumereaulx et ressorts de 
pied droit, pour de tant mieulx aller le dit 
clavier. (IMS, Cnnlrut, dans Emm. Four- 
din, La tnur el le carillon deS.-Julienà Ath, 
p. 14, éd. 18ti7.) 



Démonter le lumereau des appeaux et 
remettre convenablement les marteaux sur 
les appeaux. (1603, Contrat, dans Emm. 
Fourdin, ib.) 

— Piège : 

Vanités sont li soteriel. 
Et huiseuses li fttmeriel 
Ou on bee moult volentiers. 
Raoul de Houdemc, Songe de Paradis, 497, ap. 
Scbeltr, Trouv. belg., 2' aér., p. 217.) 

Nom propre, Tumerel. 

Cf. TOMBEREL. 

TUMERELET, S. m., petit tombereau : 

Y faut une charrete ferrée el deux tume- 
relez ferrez. (1375, Etat des revenus de l'ar- 
chev. de Reims, Arch. admin. de l'eims, 
III, 427, Doc. inéd.) 

TUMERESSE, S. f., Volr TuMEOR. 

TUMEBRESSE, S. f., Voir TuMEOR. 

TUMOBEU.x, adj., qui a la forme d'une 
tumeur : 

Se la voie ausi n'esloit bien droite el 
bien unie et plaine, si comme s'elle esloil 
tumoreuse ou pendante. (Evrart de Conty, 
Probl. d'Arisl.. lîichel. 210, P 212".) 

TUMULER, V. a., enterrer: 

La moru 1 La fu fumules. 
(GiLtoM LE MuisiT, II, 301, 16, Kerv.) 

El fut tumulé son dit corps dans le dit 
temple des dits frères prescheurs. (Medi- 
cis, Chroniques, I, 231, Cliassaing.) 

Tl'lHl'LTACIO^V, voir TUMULTUATION. 

tu.mi;ltu.4.\t, adj., qui se livre au 
tumulte : 

S'il eust refusé le diadème impérial qui 
luy fut non légitimement imposé par la 
chevalerie tumulluante. (Le Baud, Hist. de 
Bret., ch. ni, éd. 1638.) 

J'ay veu accourir une troupe tumulluante, 
en laquelle y avoit deux sçavans en dis- 
pute sophistique. (Filbert Breti.v, Lucien, 
p. 490, éd. 1583.) 

TUiwuLTUATiox, -lacioii, S. f., tu- 
multe : 

Il vit les buisineore et la tourbe fesant 
tumullualion c'est a diie noise. (Gliart, 
Bible, S. Math., ms. Sle-Gen.) 

La cause est supernaturelle. 

Car pour confondre ta querelle 

En ceste claire émission 

N'as veu furnult nation, 

Tonnerre ne quelque fracture. 

(Act. desapost., vol. I, f» 79«, éd. 1537.) 

Il vist les busineurs elles lurbes faisans 
lumultacinn, c'est a dire noise. (P. Ferget, 
Le nouv. test., t° 12 r°, Lyon, s. d.) 

Toute la lumultualion apaisée Numitor 
commencha régner en Albe. (Fossetier, 
Cron. Marg., ms. Brux. lOôlO, f" 53 v°.) 

TUMULTUER, vepbe. 

— Neut., s'agiter tumultueusement : 



La ou il vist que l'en tumultuoit a tolir 
les arrivemens des nefs. (Bers., T. Liv., 
ms. Sle-Gen., f 378'.) 

Je ne scay qu'ay ouy huer 
Ja pieça et tumultuer. 

(Therence en franc., f' 361», Yerard.) 

Soubdain la mer commença s'enfler et 
tumultuer du bas abysme. (Rab., Quart 
livre, ch. xviii, éd. 1552.) 

Si tost que le peuple le veil, il s'appaisa 
et cessa de tumultuer. (Auyot, Diod., XIII, 
8, éd. 1564.) 

Chargez sçavoir d'avoir esté les princi- 
paulx chiefs des sectaires el aulheurs des 
desordres el nouveleles advenues a la dicte 
ville au faict de la religion... El le dict Je- 
han de la Straet d'avoir tumullué en la dicte 
ville. (11 juin 1569, Sent, contre les bour- 
geois de Limbourg, exlr. des Arch. roy. de 
Brux., dans Soc. hist. et archéol. de Lim- 
bourg, I.\, 252.) 

— Réfl., se soulever tumultuaire- 
ment : 

Les Pannoniens, pour les trop grandes 
exactions qu'on faisoil sur eux, se tumul- 
tuerent. (Viunier, Ilibl. hist., I, 675, éd. 
1588.) 

TUN, voir Ton I. 
TUNBER, voir Tomber. 

TUiNBERELEE, VOlP ToMDERELEE. 

TUNDRE, voir Tondre 1. 

TiivE, s. f., certaine partie d'une 
charrue : 

Desquelles charues l'exposant arracha, 
print et emporta les ceps, la jauge, deux 
chevilles de fer et la tune. (1386, Arch. JJ 
129, pièce 183, Duc, Tuma.) 

TOViCELE, S. f., petite tunique : 

Dalniatiques et tunice'es de drap d'or. 
(Medicis, Chron., 1, 174, Chassaing.) 

TUNICLE, voir TURNIGLE. 

TUîviKiEL, -quel, voir Turniqdel. 

Tu:vTERiER, voir Tonterier au Sup- 
plément. 

TuoiBE, s. f., créneau, meurtrière, 
parapet : 

Avoir ouvré a faire et ordonner a le porte 
Saint Nicolay du Bruille par haut ou lieu 
ou soloil eslre une viese garite, une de- 
vanture a une fenestre flamonghe de .xii. 
pies de let faisans luoire el barbaquanees- 
tolTé de soelles, de postiaux et de coulom- 
bes, el y fait feneslres vollans. (1409, 
Comptes de receptes et mises extraordinaires , 
12° Somme de mises, Arch. Tournai.) 

Audit Jaquemart de Gand, pour avoir fait 
et livré une treille a trois bariauls de fer, 
servans sur une luoire estant en le tour de 
le halle de ladicle ville. (20 mai-19 août 
1413, Compte d'ouvrages, l" Somme de mi- 
ses, ib.) 

Amortir el capperonner lesdis avant pis 
et les cresliaux des capperons tous d'une 
pièce, el faire oudil avant pis dix que 



TUO 



TUP 



TUP 



lOo 



crestiaux que tuoires, et a l'entour d'icelles 
tuoires. faire raieres pour traire de pelis 
canons et d'arbalestre. (1416, Compte, Bé- 
thune, ap. La Fons, Art. du Nord, p. 148.) 

A Jaquemart Place, tailleur de pierre, 
pour avoir tailliel et appoinctiet .V[i. pier- 
res sauvages, comptées par chi devant ou 
compte de Pierart du Pont, et aultres pier- 
res dont on a fait le tuoire de la dicte re- 
coelloitte, estant au deseure de l'uisserye. 
(1436-1437, Compte des f'ortifiralions, 5' 
Somme de mises, Arch. Tournai.) 

A maistre Jehan Raullier, maistre cou- 
vreur d'escaille de la ville, [pour] avoir re- 
paumyet le muittiet du pan de le garilte a 
tuoire estant hault a la dicte tour. (16 mai- 
15 août 14.50, Compte d'ouvrages, 2' Somme 
de mises, ib.) 

Trois agrappes de deux piez et demy de 
long a plommer servant a soustenir les 
tuoires de le porte Valenchiennoise. (16 
août-15 nov. 1460, Compte d'ouvrages, 4° 
Somme de mises, ib.) 

.xn. coingts etcanfrain mis auxaretsde 
la deventure de la porte, a deux costez de 
le tuoire. (1518, f 127 v°, Arch. mun. Bé- 
tliune.) 

Tuoiso,^, -eison, -eson, -esun, -aison, 
linson, -sion, tuijson, s. f., action de 
tuer, tuerie, ce qu'on a tué, massacre ; 

Et ses vassaux si fiere iuoison. 

{Les Loti., Vat. Urb. 375, f» 23''.) 

Des lierbeges les gèlent et font grant iitison. 
{Roum. d'Alix., f' 46", îlicbeknt.) 

E de puur de la buele 
Ki vint de celé tuesun. 

(Chabdbt, Set dormans, 136, Kocli.) 

Li bouchiers qi fet dras de sa tueison ne 
dait riens. (Cartulaire enchaîné, i° 59 r°, 
Arch. mun. Senlis.) 

Asses près du chastel i oi une assaniblee 
Et une înison et si grande criée 
C'on(jues ne fu si grande a nul jour escoutee. 
(B. de Seb., i, 611, Bocca.) 

Et s'en allèrent de rechief a toutes les 
prisons et y tuèrent plus de .\if. prison- 
niers qui y avoientesté mis depuis la pre- 
mière luyson. (J. Le Fevre, Citron., I, 337, 
Soc. Hist. de Fr.) 

Que les dis taneurs soient ad ce cons- 
trainl, ou que eux, de leur volenté,' se 
puissent obligier li uns a l'autre de non 
acheter, en le dicte boucherie, ne dehors, 
aux bouchiers de ycelle ville cuirs salez, se 
il ne sont de le propre tuision du bouchier 
a qui on les acateroit. (29 août 1368, Reg. 
de la Vinnerie, drapperie, etc., 1343-1451, 
f° 133 r°, Arch. Tournai.) 

La tuyson dura jusquez au soir. (FossE- 
TIER, Cron. Marg., ms. Brux. 10510, P 
183 r°.) 

Durant icelle tuision et occision. (1522, 
Proc. verb., Arch. mun. S. -Quentin.) 

De slagtijd, la tuaison, le temps qu'on 
tue les bœufs. (G.\sp.\ris, Dicl. flameng- 
/rançois, éd. 1656.) 

— De tuoison, qui a été tué, en 
parlant d'un porc : 

Pour .1. bacon de tueson. {Vie. de l'eau. 
De la coustume des .mi. pies, Beaurepaire.) 

Rouchi, fuison, action de tuer, tuerie. 

T. VIII. 



TUOR, -our, s. m., tuteur : 

Se li gardiens fait chose qui soit a l'an- 
fant damages, la mère ou li autre parant 
lo doivent demander ou tuour... Et se il 
se treuve que il n'ait bien governé lour 
biens, l'an le doit forbannir et condamner 
que il ne doit jamais estre tueres ne gou- 
vernere ne de lour ne de l'autrui. {Droit de 
la cort li rois d'Alain., ms. Berne A 37, 
r 11 r».) 

Uns chascons jouvanceaus doit avoir .i. 
tuour tant que il soit a Péage de .xxv. ans. 

(Ib.) 

Auxi per justise et sain juslise outreier 
l'on non doit por advoyer ou por tunrre lo 
commandarre de sain Johan. (1417, 1" coll. 
de lois, n° 274, f° 81, Fribourg; Ree. diplom., 
VII, 54.) 

TUOUR, voir TuoR. 

TUP, voir Top. 

TUPiN, tiipp., lou., toppin, tepin, s. 
m., vase, pot en terre ou en fer servant 
à différents usages : 

Trocus, toupin vel troupe. {Gloss. lat.-fr., 
Richel. 1. 7692, Duc, Trocus.) 

Ces qui vendent char cuite en lupins. 
(1318, Charte de J. Chàtillon, ap. Bulliot, 
Abb. de S.-Martm, II, 159.) 

Item de chacun millier de tranchouers 
un quarteron ou l'argent qui valent. Item 
de chacun tupin .ni. deniers. (Pancarte du 
péage de la Roncière, ap. Le Clerc de Douy, 
t. II, f 316 f, Arch. Loiret.) 

Poz et tupins. (Dec. 1350, Dépenses de 
l'expédition contre le château de Nervieu, 
ap. A. Vachez, Notice sur la destruction du 
château de Nervieu, p. 12.) 

Elle s'assist sur ung toppin. 
Et le toppin s'en esclata, 
A la reverse s'en alla. 

(Clmns. du iv» s., p. 93, A. T.) 

Item la leide de toute fustaille et de potz 
sive toupins qui se vendent en lad. ville 
d'Aubuçon... de chascun toupinier un pot 
sive toupin une fois l'an. (1457, Aveu de la 
seigneurie de Poux, Richel., Pièce orig., 
Aubusson, pièce 69.) 

De tout tuppin de miel soit petit ou 
grand doibvent a jour de marchiè un de- 
nier. (1466, Tarif de la Leyde sur Bourg, 
Cart. de Bourg, p. 400, Brossard.) 

Chauderons et tupins de terre. 
[Serin, joy. sur la cftarfje de mariage, 55, ap. Picot 
et Nyiop, youv. Bec. de farces fr., p. 193.) 

El y avoit en chascun tuppin des vilains 
et ors drappiaulx qui emplissoient les tup- 
pins, et n'y avoit de heure qu'un bien pou 
dessus et dessoubz. (1511, Jacomi.n Hosso.n, 
Chron. de Metz, p. 260, Michelant.) 

Nonobstant ces remontrances, elle en 
mangea seize muiz, deux bussars et si.x 
tupins. (Rab., Garg., ch. iv, éd. 1542.) 

Ung tuppin de terre pour tenir l'huyle. 
(1542, Inv. du trésor de la chapelle des D. 
de Savoie, p. 158, Fabre.) 

Troys pots ou tuppins de fer. (1565, /nr. 
du mob. du chat. d'Apchon et d'Ouches, 
Mém. et Doc. sur le Forez publ. par la Soc. 
de la Diana, 1881, p. 282.) 

Sentine chargée de tep'ins. (1571, Décla- 
rât., ap. Manlellier, March. fréq., II, 72.) 



Tupin, m. A pipkin, or earthen pot. 
(COTGR., 1611.) 

— Fig. : 

Juda est mon roy, et Moab li pos et lou 
tepin de mon espérance. (Psautier de Metz, 
LIX, 8, Bonnardot.) Lat., olla. 

Ce mot, sous diverses formes, e.st 
resté dans le parler populaire de la plu- 
part des provinces. 

Comtois, /î/pm, toupin, ïepi'n, Champ., 
tippin, Lorr., tepin. Messin, tapi, Bres- 
san, tepin, Lyonnais, tupin, tsipin. Fo- 
rés., Beaujolais, tzeupin, tchupin,'Se\i- 
chàtelois, toupin, employé surtout figu- 
rém. pour dire lourdaud et sourd 
'comme un pot, Savoisien, lopin, Haut- 
Maine, toupin, turpin, demi-quart de 
busse, quelquefois petit bouchon, Mor- 
van, teiipin, vase, écuelle, assiette en 
poterie grossière où l'on met la pâtée 
des volailles, Haute-Loire, Ardèche, Vê- 
lais, Lo2ère, Cantal, toupi. 

Une rue de Lyon porte encore le nom 
de rue Tupin, et une commune du 
département du Rhône s'appelle Tupin. 

TUPiXEis, -eiz, tiipyneis, trtipigneis, 
trvpingneis, s. m., joute, tournoi, 
exercice militaire : 

Si ranforça li chapleiz. 
La rot si fort tiipineiz 
Conques en nul tournoiement 
N'ot de cops autel paiement. 

(Ilose. Richel. 1573, f» ISl».) 

Si renforça li chapleis, 
La rot ci fort tupineis. 
(Ib., Val. Cbr. 152i, l' 100=.) Trupigneis. (Méon, 
15817.) 

Par quoi la noble dame ou bonneur est trovee 
Veist le trupingneis et la noble assemblée 
Qui ou cbastel estuit pour s'onneur aunee. 

(Brun delà Mont., Hidiel. 1270, f» 38 y'.) 

Non contrestant ceste gênerai défense, 
plusieurs nobles personnes de nostre dite 
garde aient esté et soient allez au tour- 
noiement par plusieurs fois a joustes, a 
tupineiz, tant en nostre royaume comme 
dehors, et en autres plusieurs fais d'armes, 
enfraignant nosdite défense. (28 déc. 1312, 
Ord., 1, 519.) 

En aucuns lieux, comme en Normandie, 
on fait porter les banieres par les champs 
aux processions que l'en fait de l'une ville 
a l'autre, et font a la foiz manière de 
batailles ceulz qui les portent quand ilz 
encontrent ceulz d'une autre paroisse, et 
font aucun tupyneis en représentant la ba- 
taille que Jhesucrist ot contre l'anemi. (J. 
GouLAi.N, Trad. du Ration, de G. Durant, Ri- 
chel. 437, f» 350 V.) 

Cf. Trepignis. 

TUPi>EL, S. m., dimin. de turpin, 
espèce inférieure de soldats : 

La baniere comme liepart 
Sivoient tuit cil iupinel. 
H. D'.iNDELi, Bat. des .tu. Ars, 345, Héron.) 



n 



106 



TUR 



TUR 



TUR 



TUPi.MER, tuppinier, luppenier. 
toupi., s. m., potier de terre, fabri- 
cant de lupins : 

De chascun toupinier un loupin une fois 
l'an. (1457, Aveu de la seigneurie de Poux, 
Richel., Plèc. orig., Aubusson, pièce 69.) 

Encore suis de maint autre mestier ; 
Arbalestrier, pelletier, tuppinier^ 
Esperonnier, verrier et revendeur. 
(Ditz de Maistre Aliborum, Poés. fr. des iv et ivl" 
s., I, 37.) 

Mathis le luppenier dit par son serement 
qu'il a demouré en sa maison. (1525, Doc. 
inédits sur la guerre des Rustauds, p. 145, 
Lepage.) 

Puis après tu feras faire au tupinier une 
voulte de terre bien ronde, a la rondeur 
du dedens dudict fourneau, de laquelle 
voulte tu couvriras Ion fourneau. (A. du 
Moulin, Quinte ess. de tout, chos., p. 103, 
éd. 1549.) 

Châlonais et Mâconais, tepinier, po- 
tier de terre. 

TVPisiKHE.,touppiniere, s. f., endroit 

où l'on fabrique des lupins; n'a été 

rencontré que comme nom de lieu : 

Cinquante sols de rente deuz sur la mai- 
son de la Touppiniere. (1465, Compte de 
l'aumosn. de S. Berlhonié, P 81 r% Bibl. La 
Rochelle.) 

TUPPEiMEB, voir Tupinier. 

TUPPix, voir TupiN. 

TUQUET, s. m., monticule : 

Un tuquet qui s'appelle la Mothe Pui 
Taille. (D'Aubigné, Hist. univ., III, 123, de 
Ruble.) 

Un petit tuquet de terre ostoit la mire. 
(ID., té., III, 256.) 

TCQUIEIV, voir TUECHIEN. 

TUR, S. m., p.-è. Turc : 

Gaufridus dictus Le Tur. (1291, Rotul. de 
S. Sativ. d'Orl., Arch. Loiret.) 

TURABiM, S. m., térébinthe : 

As pies, par devers le soleil, 

Avoit un turabiin vermeil. 

(Floire et Blmcheftor, 1" vers., 6U5, E. Du Méril.) 

1. TURBACioiv, -cioun, -liou, tour., 
S. f., trouble, confusion, empêchement: 

En l'ylle sont entrez saunz turbacioun. 
{Chron. de P. de Lanytoft, ap. Uicbel, Chr. angto - 
norm., I, i36.) 

Pourquoi sont en turbation. 
{Dou Larron fjui se maria, ms. Chartres 620, f" 133*".) 

Grans tounoire et mouvemens de terre 
et grans tourbations esloienl sur terre. 
(GuYART Desuouli.ns, !iib. Iiist., Maz. 312, f 
162*.) 

Turbation grant, perturbacio. (Gl. gall.- 
to., Richel. 1. 7684.) 

Sans aucun empeschement, contredit ou 
turbation quelconque. (1393, lliil. de Metz, 
IV, 437.) 

Par désordonnée amour, ou afTection de 
plaire, ou vaine paour et crainte de des- 



plalre, naist et vient granl turbacion de 
cueur et distraction de sens. {Intern. Consol., 
II, x.wiii, liibl. elz.) 

Point ne procède de ma veue 
Que lu as turbation eue. 
{Myst. de l'Incarnai, et A'alîi'it., I, 302, Le Ver- 
dier.) 

Par la turbation et impectieuse agitation 
des ondes. {Le Procès des deux amans, Poés. 
fr. des .\v° et .\vi" s., t. X, p. 185.) 

Ma paovre ame a turbation. 
{Cfiansonnier Huguenot du ivi« s., Tross, i870, p. 



Et encore au xvri» siècle : 

Les cœurs faibles... font perdre patience 
au médecin, le troublent, et la turbation 
luy fait trembler la main. [La Célestine, 
Acte .\, p. 337, Rouen 1634.) 



TlTtBAÎVCE, voir TORBANCE. 

TURBATEUR, s. m., fauteur de trou- 
bles, perturbateur : 

Que les turbateurs ou violateurs d'icelle 
paix ilz punissent par la censure de l'église. 
{Iil3, Journ. de N. de Bage, II, 153, Soc. 
Hist. de Fr.) 

Les traistres et turbateurs du pays com- 
mun. (A. Chart., Esper., Œuv., p. 361, éd. 
1617.) 

Turbateur ordinaire de la paix et tran- 
quillité publique. (JIart. Du Bellay, Mém., 
1. IV, P 104 V», éd. 1569.) 

Turbateur de paix et présomptueux. 
(René Besoist, Vie de J. C, p. 404, éd. 1599.) 

Est conservé en Rouchi. 

TURBATIF, adj., qui trouble, pertur- 
bateur : 

Qu'ils ne baillent ou sueffrent bailler a 
cause de leurs otiices ou autrement, aucu- 
nes lettres ou commissions directement ou 
indirectement, turbatives de ladite paix, en 
quelque manière que ce soit. (18 sept. 1418, 
Ord., \, 477.) 

Ung homme passionné, c'est a dire tur- 
balif, mesmement de bien fait, mal et de 
legier croyt plustost le mal que le bien. 
(Intern. consol., I, 3, Bibl. elz.) 

Demeurer paisiblement avec parvers et 
mauvais lurbatifs et qui ne gardent paix 
a eulx ne a autruy, c'est grant louenge. 
(/*.) 

Parulles turbatives et injurieuses. (La 
tresample et vraye Expos, de la reigle M. S. 
Ben., P58', éd. 1486.) 

Par ireuse, turbative et vindicative com- 
motion. (Ib., P 160".) 

Tl'RB.ATIOIV, voir TuRBACION. 
TURBE, voir TORBE. 

TURBEiR, lurber, voir Torber. 

TIRBERIERE, VOir TORBERIEHE. 

TiiBBiL, S. m., tourbillon, tempête : 

Eil<evos vens de lurbil venivet vers bise. 
(Greg. pap. Ilom., p. 14, llofmann.) Lat., 
ventus turbinis. 

Vit venir devers bise assi cum vent de 
lurbil. (Ib., p. 15.) 



TURBILHOUS, VOÎr TuRBILLOS. 

TURBiLLER, S. m., turbot : 

Mulet, miiluel de mer, espelankes, es- 
torjoun et turbiller. (La Manière de lan- 
gage, p. 39i, P. Jleyer.) 

TURBILLOS, -ilhous, adj., agité, vio- 
lent, tumultueux : 

Quantes foiz nos rastrendons les lurbil- 
hous movemenz del corage desoz la vertul 
de mansuetudine. (Moral, sur Job, p. 513, 
Ler. de Lincy.) 

TURBiîv, S. m., tourbillon : 

Cil jors est jors de nublece et d'oscur- 
teit, jors de ténèbres et de turbin. (S. Bern., 
Sertn., 29, 18, Foerster.) Lat., Dies tenebra- 
rum et turbinis. 

Elevé par un turbin véhément. (Alector, 
Propos rompus, éd. 1560.) 

TURBiNEU.x, adj., tempétueux : 

L'orage turbîneux dura plus de dix huyt 
heures que nuyt (|ue jour, si que par "la 
continuation de la jacture, les murailes fu- 
rent tant batues que l'assaidt se povoit 
donner. (J. n'AuTON, Chron., Richel. 5081, 
P 6 V.) 

TURBUL.ACioiv, S. f., trouble, inquié- 
tude : 

Moult estoient en grant lurbulacion. 
(Somme des hist., xv" s., ms. Turin K IV, 5, 
P 207.) 

TURBULAisoN, S. f . , trouble : 

Par les guerres et turbulaison qui ren- 
gnoient. (J. Aubrion, Journ., an 1480, Lar- 
chey.) 

TURBULEivTER, V. a., tpoubler : 

Turbulenter. To bluster, hurry, storme 
vex, turmoyle, disquiet. (Cotgr., 1611.) 

TURBULEiN'TEU.x, adj., tempêtueux : 

Air turbulenteux. 
[Act. des apost., vol. I, f» 122», éd. 1537.) 

Ti'RCAiSE, voir Turquoise. 

TURCois, voir Turquois. 

TURCHOPLE, voir TuaCOPLE. 

TURCOPLE, Irucople, turquople, -cho- 
ple, tricople, Iracople. s. m., soldat, turc 
ou non, armé à la légère, peut-être, 
dans quelques exemples, chef de com- 
pagnie de ces soldats : 

Ne roy ne amiranl, turcople ne gaiant. 

(CIteo. au ajgne, 19855, Reifl.) 

Deceint le branl al punt de or entaillié. 

A un iurchople les ad tuz Ireis carchié. 

(.Kspremont. 150, fragm. Mende, Bomania, XII, 450.) 

Mais li turcople et li archer 
Furent, ce croi, .V"^. ou plus. 

(GiUes de C/iin, 233», Beiff.) 

Tout se lievent par Tabarie 
Et li turcople et li archier. 

(/*., 3063.) 

Ne sai quel nombre i ot de turcop/es : ce 



TUR 



TUR 



TUR 



107 



sont sergent a cheval legierement armes. 
(GuiLLALME DE TïR, XIX, 26, P. Paris.) 

Que toz les chevaliers et les turquoples 
et li borgeis qui vodroient fies et terres 
venissent a lui. (Est. d'Eracl. emp., ap. 
Mas-Latrie, Hist. de Chypre, 11, 8.) 

Si deit le mareschau ordener ses eschiel- 
les et des chevalers et des Irico/des, segont 
ce que miaus li encemblera, etsi sont tenus 
par dreit les chevalers et les trucoples 
d'obeyr tous lecoumandement.(^ss. rfe/er., 
I, 612, Beugnot.) 

Chascun (valet) doit avoir sa chevau- 
cheure, et .m. de ces doivent mengier o 
les lurcuples. {Cort. de S- Jean de Jerus., 
P 7 v°, Arch. de l'Etat à Mons.) 

Vint fammes li soudans avoit, 

A chascune se delitoit ; 

Trente fiuz oui. qui sunt tvacople. 

[Or.tavian, 1371, Vollmoller.) 

Le maistre puet avoir... sommiers et .i. 
sommelier, .i. coc] et .i. forgeur, .i. tricople, 
.1. cscripvain. (143S, Est. de S. J. de Jei:, 
f° 15% Arch. Haute-Gar.) 

— S. m., Turc : 

Si s'alorna, comme proîssies, 
De soucorre Constantinoble, 
Qu'asise avoient li Turcople 
Et li Blacois et li Goumains. 

(Pe. MoosK., Chron., 29321, Reiff.) 

Dont il avint que le Tricople 

Vosist estre en Constantinoble. 

(GuàLL. Machaolt, Prise d' Al cj:., 6166, Mas Latrie.) 

TURCOPLiER, -polier, tricoplier, tur- 
cuplei\ s. m., titre, dans l'ordre de 
Malte, de celui qui commandait les sol- 
dats armés à la légère appelés lurcoples: 

Treslous les frères sergens doivent aler 
au turcuplier el ne s'en doivent partir sans 
congié. {Régie du Temple, t03. Soc. Hist. 
de Fr.) 

Montèrent dedans les galces 

Que le tricoplier amenées 

Avoit de Ghipre. 

(G. Mach., Poés., Richel. 9521, l' 2Ï8<.) 

Le tricoplier et la seconde (galère) 
Qui legierement Ilote en l'onde. 
(Id., Prise d'Alex., 4558, Mas Latrie.) 

Messire Johan de Bries, le tricoplier. 
(1383-1391, Fond, d'ass. a S. Sophie de Ni- 
cosie, ap. Mas-Latrie, Hi^'t. de Chypre, II 
399.) 

Turcupler de Rodes. (1443, ap. Rymer, 
.\I, 45, Duc, Turcoptarius.) 

Nous défendons au turcopolier de des- 
tituer les turcoples, que la cause n'en soit 
connue. {Stat. de S. Jean de Jer., ap. Ver- 
tot, Hist. de Malthe, VI, 162.) 

Cf. Turcople. 

TURCOPOLIER, Voir TuRCOPLlER. 
TURCUPLER, voir TuRCOPLIER. 

TURE, S. f., sorte d'instrument de 
musique ; 

La ture, ung instrument ainsi appelle, 
est accordée et abilitee de .x. cordes et en 
joue on du bout de la langue (sic).(Ancienn. 
des Juifs, Ars. 5083, f° 186".) 

TUREI\, voir TORIEN. 



TUREL, tureau, thurel, s. m., émi- 
nence, colline : 

Ledit de la Barre bouta le dit exposant 
d'un haull lurel a val, en la quarriere des- 
soubz ledit ttirel. (.luin 1302, Rémiss, eu fav. 
de J. Roussel, ap. Cocheris, Doc. sur la Pic, 
t. II, p. 425.) 

Si ques mal ne s'esmerveilloit 
Plinius le bon naturel 
Quant a cesle cbose veilloit 
En sa chambre ou sur son ihurel. 
(Lefranc, Champ, des Dam., Ars. 3121, f" 106*.) 

Le Dictionnaire de Trévoux donne la 
forme tureau. 

Centre, turiau, Berry, Yonne, tureau, 
tertre, éminence, berge, talus. 

Xoms de lieux, le Turreau, Coussay- 
les-Bois (Vienne), Turiau de Beaure- 
nard, localité élevée entre Nérondes et 
Feularde. 

Noms propres, Turrel, Deslureaux. 

TURELU, lureluru, refrain comique 
et burlesque : 

TureJuru, va, fureht ! 
Jouer m'estuet d'anchanlerie. 

(Mir. de X.-D., SVII, 826, A. T.) 

TURELURE, S. f., comemuse : 

Un cornet y avoit d'une euvre manovree. 
Qui furelure a non en tant maintes contrée 
Icelle turelure fu haultement sonnée. 
Et Guillaume en a bien la voix escoutee. 

(CoT,, B. du Guescliu, 3816, Charrjère.) 

Marion, entendez a mi : 
Je vous aim plus que créature. 
Et pour ce d'umble cuer vous pri 
Qu'au dessoubz de vostre sainlure 
Me laissez de la turelure 
Et de ma chevrette jouer. 
(E. Descbaups, Poés., Richel. 840, f» 310'.) 

Et aiment de cuer entier. 
Au son de leur furelurf 
Dançant tant comme esté dure. 
(Cbr. nB PlSAN, Poés., Dit de la Paitoure, II, 243, 
A. T.) 

Quand Poson et ceux stillé de la guerre 
entendirent la turelure. {Trahis, de France, 
p. 174, Chron. belg.) 

Boeste, flajot. cornet a turelure. 
(3 oct. 1486, Heg. du puy de l'école de rhétorique de 
Tournai, 36« cODgrég&tion, ms. Bibl. Tournai, p. 
365.) 

— Robin turelure, mari dont on se 
joue: 

Ainsi comment deux gallans banquetoyent 
En la maison d'un Robin tui'elure. 
Et que tous dcui avec sa femme estoyent 
Pour acomplir le déduit de nature, 
Voicy venir le mary d'avenlure 
Heurter a l'huys. 
{Le plaisant Boutr^-hors d'oysivetéj Poés. fr. des iv* 
etiTi" s., YII, 168.) 

On trouve à la fin du xvn« siècle, 
avec le sens de refrain : 

Grand Dieu, qui faites pour le mieux, 
Qui m'avez donné la grâce 
ï3e riche devenir gueux. 
Dont j'en porte la besace. 



Moi qui n'ai souci de rien. 

Ni du mal ni du bien, 

Toitre louve, louriaette, 

Lironfa, toure lourira. 

[Tliéât. italien, t. IIl, p. 453, éd. 1679.) 

Turelure ne se dit plus aujourd'hui 
que dans la locution c'est toujours la 
même turelure^ c'est toujours la même 
chose, la même chanson. 

Norm., turlure. refrain fastidieux. 

TL'RELURETE.-e^/e, turl.^ S, f., come- 
muse : 

La ot un cornet dont l'oerre est si tost hastee, 
C'en dit turelnrete, maintenant fu soonee ; 
Que Guillaume en a bien la voix escoutee. 
(Cuv., B. du Guesclin. var. an v. 3Si6, Cbarrière.) 

Plus ne fera chançons, li\Te ne chans, 
Ainsois joura de la tnrelurette. 

{EuST. Deschamps, Poés.^ IV, 295, A. T.) 

Chynenudy, le bon corneur a la twehi- 
rette^ el aux fleutes. (Guilleb. de Metz, 
Descr. de Paris, XXX, Paris et ses histo- 
riens, éd. 1S67.) 

Moult se renforcent maintenant 
Les sons en haultes tarlureftes. 
(Pastoralet, ms. Brux. H064, f» 6 r"».) 

— Jennin turelurette^ mari dont on se 

joue: 

Le povre Jennîn tureluretie 

En prendra si tresgrant soucy. 
Pour la ravoir toute si faicte, 
Que en fin luy requerra mercy. 
(CoQUiLLABT, Dvoitz iiouv., 1" p., De Jure naturali, 
I, 53, Bibl. elz.) 

S'est dit au xYin^ s. avec le sens de 



... Aura chanté Tourcoing la belle, 
Juché dessus une escabelie, 
La complainte de nos blasés. 
L'air pimpant des abbés frisés; 
Aura chanté les amourettes 
De nos daruses Tourlourettes- 
(Platiac, Poterne en vers burlesques sur la bataille 
de Fontenoy, 1745.) 

■Norm., turlurette, flageolet, et, en 
général, toute espèce d'instruments de 
musique, à l'usage des chanteurs am- 
bulants. Wallon, turlurète^ Lillois, tour- 
louj-etle, fille étourdie, grisette. 

TUREMELIERE, VOir TrUMELIERE. 

TURET. S. m., colline, éminence: 

Sa meson que je vous devise 
A il par son beubant assise 
Sor un turet enmi la voie, 
Por ce que chascuns mieus a voie. 
{La Voie de Paradis, Richel. 837, t> ZlO^.) 

Se dit encore dans l'Artois. 

Cf. TUUEL. 

TURIEX, voir TORIEN. 
TURKIER, voir TORGHIER. 
TURKOIS, voir TURQUOIS. 
TURLIE, S. f. ? 



108 



TUR 



TUR 



TUR 



Fu de turties. (Fnigm. (fuite anlhol. ptc, 
p. II, Boucherie.) 

TURLUELE, S. f., comemuse : 

Meuz aim corner ma turlttele 
Qu'a tenir plus a vos favele. 
(Bes., D. de Nom., Il, 28572, Michel.) 

TLRLUETE, -Btte, S. f., comemuse : 

Quant el chef out le chaperon, 

É la panere e le baston 

E la verge e la maçuetlo. 

Pendue al col la furhiette. 

Riens ne sembla sos cel meins sage. 

(Be5., D. de A'orm., II, 28530, Michel.) 

Se dit encore en Normandie. 

TURLUETER, V. n., jouef de la cor- 
nemuse : 

E cil eschive lor solaz, 
Le pas s'en vait tnrhtetant. 
(Bes., D.de Xorm., II, 28575, Michel.) 

Centre, Yonne, turluler, flâner, pa- 
resser, siiïler, chanter. 

Cf. TURULURUTER. 

TURLUPixAGE. S. m., actioH de turlu- 
piner : 

Aujourd'huy soubs titrlupinage 
Treuve l'en ou en tapinage, 
Envie, dol. ypocrisie. 
Pensée par fraude brisie 
Especialment es beguynes. 
(Lefevbe, ilatheolus, II. 1857, Tricolel.) 

TURLURETTE, VOir TURELURETTE. 

TURME, tonne, s. f., escadron, ba- 
taillon, troupe, bande : 

Alexi de l'autre part ordenoit la turme 
soe; el en première bataille mist li En- 
gloiz (qui) soloienl doner cuer a li Grex, 
et les autres après cornent lui paroienl 
plus hardit, et alcun en mege et alcun 
derrière. (Aimé, Cliron. de Rob. Viscart, II, 
3, ChampoUion.) 

El la compaignie de li chevalier de l'em- 
pereoura turme estoient abatut. (Id., ïst. 
de li iVo/vn., H, 22.) 

Li chevalier pristrent l'or, et aunerent 
turme de larrons. (Id., ib., IV, 4.) 

De toutes pars vienent li turme meinle- 
nant de homes et maintenant de famés 
comment s'il l'eissent la procession. (Id., 
V, 27.) 

Li chevaucheur de toutes les tormes des- 
cendirent a terre. (Bers., T. Liv., ms. bte- 
Gen., tW.) 

Les chevaucheurs des Samuciens a tout 
ung turme se départirent ung peu de l'ost. 
(Le prem. Vol. des grans dec. de fit. Liv., 
f 137^ éd. 1630.) 

Tant que la turme a force de tirer 
Gaigna la pointe. 
(La fioBDERiE, Voy. de Constant., éd. 1542.) 

— Troupeau de bêtes : 

Li pastor amenèrent infinité turme de 
besles de diverses manières a paistre. 
(Aimé, Chron. de Rob. Viscart, i, 27, Cham- 
poUion.) 

TURMENT, voir TORMENT. 



TURitiiE, S. f., plante : 

Li gingembres et la lurmie. 

{Du C... Richel. 19152, f» 64=.) 

TURiVEEMEXT, tumeiement, voir Tor- 

NOIEMENT. 

TUR\EIZ, voir TORNEIS. 
TURIVEMEIVT, Voir TORNEMENT. 

TURiVicLE, tûurn., torn., tonn., ton., 
tenicle, tenique, tunicle, s. m. et f., 
vêtement de dessus, sorte de bliaut à 
l'usage des hommes seulement : 

Vestu U ont sor un tonicîe, 
El chief li nietent la corone. 

{Eneas, 6402, SalverJa de Grave.) 

Le heaume ens ou chief. o poing le bran d'a- 
Et a ton col l'escu et le tornicle chier. fchier, 
(Hist. de Ger. de Blaye, Ars. 3144, f« 81 y°.) 

Et ces nobles turnicîez derrompre et depechier. 
{Ciperis, Richel. 1637, f» .54 V.) 

Et choisist .1. garchon qui estoit bien vestus 
D'un turnicle de soie entaillié a escus. 

(Test. d'Alix., Richel. 243'i5, f» 164 r».) 

Ses armes li donna, blanches com noif sus pree. 
Et son foiiniiele d'or. 

(B. de Seb., vm, 397, Bocca.) 

Vo blaison laisseres et vo turnicle ausy. 

(H. Capel, p. 77, A. P.) 

Lor U fist le tournicle aporler vistement 
Et le blason de Franche san nul detriement. 

C/i.,p. 141.) 

Les nobles fleur de lis sur l'azur qui resplent 
Qui es tunicles sont ouvrées noblement. 

(Cov., B. du Guesclin, 21570, Charrière.) 

Il aporta .xxx. despoilles des anemis 
qu'il avoit vaincus, c'est a dire leurs ar- 
meures par noblece, ou leurs escus ou 
tonnicles. (Christ, de Pis., Policie, .\rs. 2681, 
.\LI.) 

Leurs ieniques d'armes. (Froiss., Chron., 
Richel. 2641, t° 15 r°.) 

Armé de toutes ses armes et sa tenicle 
dessus. (L'IsLE Adam, Gage de bat., p. 22.) 

Ti'RxiQUEL, -kiel, -keaul, tourniquel, 
-quiel, -kiel, -kel, tuniquel, tunikiel, 
s. m., vêtement de dessus, syn. de 
turnicle : 

Le fîz Danel voit le revel 
Sa proie ; 
Moult fist l'isnel ; 
Son tuniquel 
A geté en la voie, 
A la dance s'avoie. 
Par la main a pris Ysabel. 
{Poét. fr. av. 1300, Ars. 3306, p. 1461.) 

Et par desous si fu encor 

Viestus, et moult bien et moult biel 

D'amaticle et de tunikiel. 

[ta. MoHSK., Chron., 23862, Reiff.) 

El .ce. borgois,pau plus pau moins, vies- 
tis de turnikeaul et de capes de drap de 
soie. (1273, Reg. de cuir noir, Arch. Tour- 
nai, dans Mém. Soc. hist. et litt. de Tour- 
nai, XIX, 13.) 

.1. haubregon, .i. auketon, .i. tournikiel, 
.1. bacinel. (Août 1294, Test. Gillion Cris- 
tofle, chirog., Arch. Tournai.) 

Et a Ernoul, men neveut, [je doins] me 



turnikiel de cendal. (Ocl. 1297, C'est testa- 
mens Jehan le Muisit, chirog., ib.) 

Car il estoit lanchies, tout parmi les boiaus 
D'une lanche achieree, dont bon fu li coutiaus. 
Quant onques n'i valut haubert ne tourni- 

[quiaus. 
(B. de Seb., vm, 612, Bocca.) 

A Tasse le caudreliere pour tourniquiaulz. 
(1356-57, Compt. de S. Amé, Arch. Nord.) 

Pour refaire les tournikiaux des jours 
feriaux. (1386, Invent, de S. Amé, p. 10, 
Arch. Nord.) 

Et ne savoienl de quoi couvrir fors que 
de leurs toumikiaus d'armes. (Froiss., 
Chron., I, 60, Luce.) 

Et ne savoient de quoi fierer les chevaux 
qui delTeres estoient, ne de quoy couvrir 
fors de leurs tourniquiaux d'armes. (Id., 
ib., II, 183.) 

Si fisent vaux huit des plus grans de 
l'ost armer huit de leurs varies en leurs 
propres tourniquiaus et parures d'armes 
pour mieux veoir. (Id., ih.. II, 295.) 

Li chevalier qui recongnu Mgr Jehan de 
Haynnau par son tourniquiel. (Id., ib., III, 
188.) 

Il y avoit bien deus mille combatlans a 
toumikiaus. (Id., ib., V, 74.) 

Bien connut Enguerant a sen tourniquet bon. 

{Geste des ducs de Bourg., SSII, Chroa. belg.) 
Soudiacre revestu de toumikiaus. (1441, 
Compte du massard, Arch. mun. Valencien- 
nes.) 

— Soldat qui portait une cotte de 
mailles : 

Environ douze cent chevaliers d'ung es- 
cut ou de deux et bien quinze mille ou 
seize mille autres, que escuiers, que tour- 
niquiel, que bourgois de bonnes villes, que 
bidaus, que Genevois, que gens de piet. 
(Chron. de J. le Bel, II, '292, Polain.) 

Et furent audit passage au devant des 
Anglois .xii." hommes que uns que au- 
tres, dont il yavoit bien .ii."* loumiquieus. 
(Froiss., Chron., Richel. 2641, f° 128 r°.) 

Cf. Turnicle. 

TUR.MQUET, tomeqiieit, tourniquet, 
tournicq., s. m., syn. de turniquel : 

Devestit sa cotte qu'il avoit vestit sour 
che toruequeil. (J. d'Oi^trem., Myreur des 
histors, IV, 32, Chron. belg.) 

Eustase prist son propre tourniquet et 
s'en fist .im. ou .vi. pieches. (Id., ib., V, 
27, ib.) 

Une blancque casure et tourniques, pour 
servir au fait du service divin, aux jours 
et solempnites de .Nustre Dame. (1433, 
Exéc. test, de demoiselle Dnmont, oeuve Ja- 
ques Colchon, .\rch. Tournai.) 

L'empereur se mit en atour impérial, el 
fut vestu d'ung loumirquet blancq et d'une 
chappe fort richement estolTee. (J. Molinet, 
Chron., ch. cxxiv, Buchon.) 

TURiviEMEivT, tumoiemenl , voir Tor- 

NOIEMENT. 

Ti'RPET, S. m., sorte de plante : 

Du turpet, de la tymelee, chamelee, aul- 
nee et autres purgatifs abondans en laiot. 
(Du CHESNe, Préparation spagyrique, p. 8i, 
éd. 1639.) 



TUR 



TUR 



TUR 



109 



TUBPiN, S. m., sorte de soldat : 

Cloislriers ont lor robe escourlee ; 
Escuiier sanlent et turpin. 

(Renclcs de MoiLiEss, Caritê, cxlt, 11, Van Ha- 
mel.) 

Il mande par toute Borgoigne 
Et chaslelains et vavasors 
Que a lui vienent au secors, 
Et mande par tout soudoiers, 
Tiirpiiis, archiers, arbalestiers. 

(DouiN, Rom. de Trubert, 1306, Méon, Nouo. Rec, I.) 

TURPIIVE, S. f. ? 

Poui' une Ittrpine et ung holtiel. (1465, 
Compte de i'exéc. test, de Grard Le Crèche, 
Arch. Tournai.) 

Tuupiîvoi, -oij, s. m., joute, tournoi, 
combat : 

Il y avoil bien cent jeunes chevaliers 
qui esloienl tous pretz de commencer le 
turpinoy. (Perceforest, vol. III, ch. xiv, éd. 
1528.) 

El feit tant ^e proesses que l'honneur 
et le bruyt du turpinoy tourna sur luy. 

Cf. Tui'lNEIS. 

TURPixoisE, S. f., joute, tournoi, 
combat : 

Encore, dist la vielle, je fay faire grans 
voyages et pèlerinages, et devant les da- 
mes je fay faire turpinuises, iouiles et tour- 
nois. (Maiz., Songe du viel pel., Ars. 2682, 
I, 53.) 

TURPOT, S. m., soliveau : 

Turpot, c'est un soliveau; il y en a qua- 
tre au chasteau affûtez et acclampez a la 
varengue de ce costé la. (1601, E. Biset, 
Merv. de Nat., p. 97, éd. 1622.) 

Turpot, cosa di nave. (Thresor des trois 
langues, éd. 1617.) 

TURQUAisE, voir Turquoise. 

TURQUEIS, voir TURQUOIS. 

TURQUEMEXT, -munt, -inan, thur- 
quemen, s. m., sorte de bête de somme, 
p.-è. cheval turc : 

.1. grant turqueman d'armes mena a lui 
le nomé frère Symon de Farabel. (lio2, 
Arch. J 973, pièce 2 "•.) 

Le maistre puet avoir a son eus trois 
chevaucheures, .i. cheval et turquemanl et 
mule. (Stat. de S. J. de Jer., roui., Arch. 
Bouches-du-Rhone.) 

Et puet avoir .n. garsons a pié et iuc- 
queman qui doit estre gardes en la quara- 
vane. {Règle du Temple, 77, Soc. Hist. Fr.) 

.1. cheval, .i. twquentent et une mulle. 
(1435, Est. de S. J. de Jer., C 16", Arch. 
H.-Gar.) 

Que tous les thurquemens des frères mors 
viegnent en la main du mareschal. (/6., 
f 49'.) 

TURQUET, torquet, s. m., oiseau de 
fauconnerie : 

Aussi se treuve million. 
Ou torquet ou allerion. 
(G. DE li BioHE, Déduit:, Richel. 1616, f» 143'.) Tur- 
quel. (Ms. Chantilly 6S3, f» 8', ms. Richel. 1614, l' 8', 
e; m». Richel. 1615, i' 6'.) 



Nom propre, Turqnet. 

TURQUEZ, voir TuRQUOIS. 

TURQUIE, s. f., sorte d'arme usitée 
en Turquie, qui devait être une petite 
dague ou épée recourbée : 

Aye a se transpercer le cœur de sa tur- 
quie de toute sa puissance, tant que mort 
s'ensuyve. (1532, Lettres de deffg du Grand 
Turc envoyées a nostre soi/ict père le Pape, 
et a tous les princes clirestiem, dans le Le- 
vain du calvinisme, p. 44, éd. 1611.) 

— Espèce de drap d'or : 

.IV. pièces de nacques que l'en apelle 
lurquie, qui ne font que .ii. draps. (1317, 
Compt. de Geoff. de Fleuri, Douët d'Arcq, 
Nouv. cumpt. de l'argenterie, p. 8.) 

TURQUIE^, S. m., langue turque : 

Pour ce que j'entens bien latin, 
Et que je parle sarrasin 
Et turquien. 
(.Mir. de N.-D., .XXXII, 2124, A.I.) 

TURQUiiv, adj., turc : 

Ung petit esluy lurquin. (1471-72, Compt. 
du R. René, p. 260, Lecoy.) 

Escript en lettre turquine. (Ib., p. 263.) 

Banderolles turquines. (Oct. 1571, Négoc. 
de la France dans le Léo., 187, III, Doc. 
inéd.) 

Un beau tissu de lurquin. (Vigenere, Jerus. 
delivr., f 245 r", éd. 1595.) 

Turquins, s. m. pi., est le sobriquet des 
habitants de Déols près Chàteauroux. 

TURQUOIS, -cis,-oys,-quys,-cois, -kois, 
-quez, tourcois, torcois, Irucquois, -cois, 
adj., turc, fait à la façon des Turcs : 

Enssy tlist baultement ung chevalier d'.\rtois. 
Mais ly roys des Taffurs en jura sainte crois 
Que s'il devoit morir par .i. trait à'^TCturquois. . 
{Chec. au cytjne, 76S7, Reiff.) 

.\s ars triicois les ont devant aus enverses. 

[Fierabias, 3318, A. P.) 

As ars trucois commencent les nos a damagier. 

(«., 5689.) 

Sele turqueze. (1294, Stat. de S. J. de Jér., 
Arch. Bouches-du-llhùae.) 

Et puis s'assirent a l'umbre de la tour, 
sur les biaux tapis tourcois qui la estoient 
estendus. (Liv. de la Conq. de la Moree, 
p. 374, Buchon.) 

Pour mieux traire de l'arc Irurquois. 
(Masdev., ms. Didot, C 39 V.) 

Aussi puet on prendre les bestes a traire 
aux arcs a l'arbalestre et a l'arc de main 
que on appelle angloiz ou turquoys. (Gast. 
Feb., Maz. 3717, f° 97".) 

Veys Cupido tenant son arc turquoys. 
Avec Venus, la déesse d'Amours. 
{Le Messaigier d'amours, Poés. fr. des xve et xti= s. 
XJ, 5.) 

Tappis lurquys perse. (1514, Invenl. de L. 
de Courcelles, Arch. Aube 6 G 1912, f° 1.) 

Sa Majesté (Henri II)... apperceut venir 
a travers de la dite forest Diane chassant 
avec ses compagnes et tenant a la main 



un riche arc lurquois. (Brantôme, des Da- 
mes, IX, 318, Lalanne.) 

— k qualifié une machine de guerre 
turque pour lancer des pierres : 

A perrieres turcoises qu'il i ont estabUe 
Ont jetées les testes et cbascuno lancie. 

{Ch. d'Anlioc/ie, IV, 464, P. Paris.) 

Il ne doutent karrel ne mangonel levé. 
Ne pierriere tnrcoise qui tant ait lonc rué. 

[Ren. de Montaub., p. 6, 7, Michelanl.) 

— Une espèce de moulin à vent : 

Un moulin turquoys a vent. (1413, De- 
nombr. du baill. de Caux, Arch. P 303, f° 
99 v».) 

— S. m., Turc: 

Par dessus les crestiaus estoient ly François 
Regardant deviers l'ost ou furent ly Turquoi-s . 
(CItev. au cygne, 7672, Reiff.) 

— Carquois : 

Coivres et tiirqueis pernent e lur ars maniers 

[tendent 
Saetes e quarrels sagement lur despendent. 

(Wace, Hou, Î' y., 3347, Aortresen.) 

Il ot son arc et ses turqiieis laciez. 
Et s'arbalesle et ses quarels d'acier, 
Darz esmoluz, afaitiez por lancier. 

{Coron. Loois, 641, A. T.) 

La veissies quarels espesseraent voler ; 
Ou turkois et ou arks font seetes couler. 

{De^tr. de Rome, 776, Grùber.) 

Son arc avoit elplusieurs sayettes, toutes 
en son turquoys. {Perceforest, t. VI, ch. 
59, t» 113", éd. 1518.) 

— .4 la turquoise, à la turque : 

Lors l'avoit prise a la torcoise. 
Si le rembroiiche et si l'entoise. 
{De la Damoisette qui sonjoit, 49, Montaigl. et Rayn., 
Fabl., V, 2U9.) 

TURQUOISE, -quoyse, -caise, -quaise, 
truquoise, -coise, Iroquoise, triquache, 
terquoise, trequoyse, -coize, s. f., te- 
nailles, le mod. tricoise : 

Si le fust est issu du fer et dessevré, lors 
soit empli le pertuis du fer fermement de 
bois, puis soit pris et trait o les turquoises. 
(H. DE MoNUEviLLE, Chirwg., llichel. 2030, 
P 38\) 

.lehan le Poigneur, pour unes trucoises. 
(12 déc. lidl, Èxëcut. lestam. de Jaquemart 
Biertoul, Arch. Tournai.) 

Une truquoise d'argent a casser noiset- 
tes. (1372, Compte d'exécut. testam., Piëc. 
relat. à l'hist. de Fr., XL\, 145.) 

Martiaux, truquoises, eslenelles, clau- 

wieres et chisoires. (5 fév. 1383, £xéc. 

test, de Simon Kebouck, caudrelier, Arch. 
Tournai.) 

Ung Cousteau de cuisine, triquaches, et 
ung marteau pour les chevaulx. (1392-1400, 
Compt. de l'Hùl.-D. d'Or/., P 20 v°, Hop. 
gén. Orl.) 

Tenailles, martel, clos, liens, 
Poinçon, turquaises. 

{Mir. de N.-D., IX, 625, A. T.) 

Lui prindrent .xvi. fers de cheval, ses 
terquoises, son niartelot et bouteur. (4 nov. 
1444, luform. par Hug, Belverne, P 11, Ch. 
des Compt. de Dijon B 11881, Arch. C.-d'Or.) 



ilO 



TUS 



TUT 



TUT 



Toutes choses luv habandonne, 
Tenailles, lymes et marteaulx, 
Treguoi/ses^ crochets et cyseauli, 
Pour ouvrir tous huys foyble ou fort. 
{Ad. des aposc, vol. I, i' ni\ éd. 1537.) 

Il y eust deux maistres bairbiers qui le 
liroient avec des trecoizes. el n'en savoient 
venir a bout de l'avoir. (1500, Jour». dePh. 
de Vigneu/les, ap. Laborde. Emaux, p. 529.) 

En mesnage fault un tlaiel, 
Des turcaises et ua martel. 
(Complaincte du nouveau marié, Poés. fr. des xv' el 
lïl' s., t. I, p. Î21.) 

Puis montèrent avec une eschelle a un 
grand crucifix de merveilleuse beauté, el 
pitoyable a regarder, et y firent grand er- 
fortet tumulte avec grosses haches et tro- 
guoises et tous instruments. (Le Levain du 
Calvinisme, p. 143, éd. 1611.) 

— Sorte d'ouverture : 

Et y aura au mylieu de la dicte voulle 
une turquoyse pour bailler veue a la dicte 
voulte. Et au dessus de la dicte turquoise 
y aura ung lermier tourneant entour les 
dictz piliers et pignon. (1543, Collège de 
Mur, Arch. Finist.) 

TITIQUOPLE, voir TuRCOPLE. 

TLRQUOYS, luj'quys, voir Torquois. 
TiRRER, v. n., donner un coup? 

En cest pais l'apele l'on hurro (l'engin 
[dit limac) 
Porce que si fort es murs furre 
Et au tiirrer tel cop lor donne 
Qu'il les crevante. 
(J. nE Prïorat, Liv. de Vegece, Richel. 1604, f« 61'., 

TiRRix, adj ? 

On ne me met pas en armoise, 
Mais en vers turrins ou je ris. 
P. Jauec, le Débat du Vin et de l'Eaue, Poés. fr. 
des iv et lvi« s., t. IV, p. ll-t.) 

TURTE, voir TORTBE 3. 

TUKTEL, voir TORTEL. 

TURTELET, VOir TORTELET. 

Tl'RTERIE, voir TORTERIE. 

Tl'BTOLE, voir TORTOLE. 

Tl'RTRE, voir TORTRE. 

TLBiLURL'TER, v. n., jouep de la cor- 
nemuse : 

Mais vos orrois ja 
Que Guios i vint qui titruluruta 
Valura, valuru, valuraine. valuru va. 
(WlLL. Li Vi.iiEBS, Bartsch, Hum. et Pasl., III, 30, 11.) 

Mais tos les passa 
Guiones ki tant biau iuruluruta. 

(ID., 1*., III, 30, 37.) 
Cf. TURLUETER. 

Tl'SART, voir TOUSXRT. 

TCSSEMEXT, VOir TOOSSEMENT. 

TUSSI.4L, voir Tassel. 
TUSsiR, voir ToussiR. 
TUSTER, V. n., heurter : 

Icellui Baralier lusla ou hurla a la porte. 
(1448, Arch. JJ 179, pièce 187 ; Duc, Tustare.) 



Suisse, Vaud, se tiiler, heurter de la 
tête, en parlant des béliers ou des 
chèvres. 

Tl'STIRIE, voir TUTERIS. 

Ti'TDis, voir TOUDIS. 

TiTE.^L, voir ToiTEI.. 

TUTELER, tntiiter, v. n., jouer d'un 
instnimeiit de musique, en particulier 
d'un cor : 

En ceus (busines) se ause de tulu/er. En 
ces chante, tutele as salmes, chante as 
vmnes. (Sermons en prose, liichel. 19525, 
P 1S2 v°.) 

Wall, lûleler, souffler dans une corne, 
boire à longs traits. 

TUTELLER, V. a., revètir, décorer 
d'une inscription ; 

A Athènes fist un atel 

Moult bel.el raoutt riche et moult gent : 

Assez i mist or el argent : 

Moult richcraant l'apareillait ; 

De lettres d'or le tiiteUait, 

Et mist en l'atutcliemant 

C'om seust bien seurement 

Que cel autel si bel faisoit 

Por .1. deu c'on ne connissoit. 

[Dolop., 12551, BiW. elz.) 

Cf. l'article Tituler oii ces vers au- 
raient dû être placés comme premier 
exemple. 

TUTEMEIVT, -Ciment, s. m., garde, tu- 
telle : 

Tuiement, gardement, lutacio. [01. galL- 
lat., liichel. 1. 7684.) 

— Voile du temple : 

Le iulamenl du temple se dissolust de 
sov mesme. (Batailles Jud., VII, 24, éd. 
1530.) 

1 . TiTER, verbe. 

— Neutre, souffler, jouer d'un ins- 
trument, jouer de la flûte : 

Tu saaroies mieuls d'un busiel 
Tutrr. 

(Fboiss., Poés., Richel. 830, f 273 r'.) 

— Téter, dans le sens de boire, 
comme on dit vulgairement flûter : 

Afin aussi de mieux tuter 
Pour bien m'eschauffer la poictrine. 
(Le plaisant Quaquet et resjuyssance des Femmes 
pour ce que leurs maris nyvrongnent pltts en la 
taverne, Poés. fr. des xv el ivi" s., VI, 183.) 

Norm., tuter, aspirer, Wall., tûter, 
imiter avec la bouche le son de la trom- 
pette ; Suisse, tutâ, jouer de la trompe 
des Alpes, sonner du cornet à bouquin. 
Tuter dans la Picardie et les pays Wal- 
lons se dit d'un enfant qui suce son pouce. 

2. TUTER, V. a., défendre, protéger : 

Qu'il ne voisent mie contre droit disputer, 
Mes, ensi que les rikes, voisent povres tuter. 
(CiLLO» LE Moisit, Poés., I, 293, 15, Kerv,) 



Contre S>ithan nous doit ses pooirs tous iitier. 
(Id., ib., I, 341, 23.) 

Dieus doinst que nos soj.otts tous temps de lui 

[tûtes .' 
(ID., ib., II, 202.) 

— Conseiller : 

Et se tenoient tout quoi a Paris, dales le 
roy de France, li contes d'Ermignach, li 
sires de Labreth, li contes de Pieregort, li 
contes de Commignes et pluiseurs aultre 
baron de Gascongne. qui tutoient et en- 
fourmoient le roy nuit et jour, par grant 
loisir, que li princes, par orgueil et pre- 
sumplion, les voloit tous suppediter. 
(Froiss., Chron., VII, 85, Luce.) 

Siques ces paroUez et pluisseurs autres 
dont li rois estait tûtes et consillies, tant 
dou dit comte de Saint Pol que de pluis- 
seurs qui point n'amoient les Engles, res- 
villoienl le dit rov de Franche. (Id., ib., 
VII, 321, Luce, ms." Amiens, P 152.) 

tuteresse, tutl., -erresse, tiitreisse, 
s. f., tutrice : 

M.idame Aliz de Partenay, tulreisse des 
diz héritiers. (1301. Ch. des Comptes de 
Paris, liv. rouge, f° 142', Duc, Tutella.) 

Comme tiitterresse et curaterresse de 
sesdiz enfans. (1359, Charte, Arch. P 1359-, 
cote 754.) 

La dicte demisielle de Cordes fu subro- 
guie, ou lieu de Gilliart du Quesne, tutte- 
resse du dit Jaquelolte. (15 fev. 1405, Tut. 
de Jaquelotle le Muisit, ."Vrch. Tournai.) 

Jehanne de Rohan... en son nom et 
comme tuteresse et aiant la garde de Jehan 
aisné filz et autres enfans dudit delTunct 
(1458, Hommages, Arch. P 1, f 205.) 

Comme tuteresse de tout bien el honneur 
a réintégrer. (Cl. Marot, Préf. sur le rom. 
de la Rose, éd. 1735.) 

TiTERiE, tustirie, tutrie, s. f-, tutelle : 

Nule france persone ne prenl tuterie de 
nului s'il ne li plest. (Beaumax., Coût, du 
Beauv., XVI, 2, Beugnot.) 

Sa mère le nourrissoit souz rayson de 
luferie el de bail. (G. de Sang., Vie de S. L., 
XX, 313, Rec. des llist.) 

Ce fu quant regnoit en France 
Charlles le simple, et en enfance 
Estoit adonc et tuterie. 
( Vie S. .Vayloire, .irs. 5122, fo 103 T«.) 

Puis orent li baron envie 

De ce que de la tuterie 

Du règne iert Blanche la reyne, 

La mère le roi, en saisine. 

(GuiiRT, Boy. tingn., 9115, W. et D.) 

Madame Aliz de Parthenay, tulreisse des 
diz héritiers par nom de tutrie. (1301, Ch. 
des Vompt. de Paris, liv. rouge, P 142'', 
Duc, Tutella.) 

Se nous leur voulons donner aage par 
quoyque il fussent hors de tustirie. (Arch. 
JJ 61, pièce 457; Duc, Tutella.) 

L'enfant Loys fut bien endoctriné el en- 
seigné de très saige dame et noble ma- 
dame Blanche, royne de France sa chiere 
mère, qui le norrissoit et gardoit pour 
raison de tuterie et de bail saigemel el a 
grand diligence, (xv' s., Chr. de S. Denis, 
Vat. Chr. 725, dans Notice des manuscrits, 
XXXIII, 35.) 

TUTEVEYS, voir TOTEVOIE. 



UBI 



UEI 



UEL 



m 



TUTEVIE, voir TOTEVOIE. 

TUTiKo\, tetiron, s. m., bec d'un 
vase : 

.1. ocheiil a tutirons. (1356, Reg. du Chap. 
de S. J. de Jerus., Arch. JIM 28, i" 29 v°.) 

Laisse... une juste de Uevre, ung oir- 
choul a luliron. (1437, anciens testaments, 
Bullel. walL, VI.) 

Ung orcheroul a tetiron. (1438, Conven. 
et test, deséchev. de Liège, 'i\Q, .\.\'c\i. Liège.) 

Je laisse a l'église S. Katherine ung lu- 
tiron d'argent pesant ung marc pour ser- 
vir al aultel az jamaz et solempnitez. (Con- 
ven. et teslam. des échev. de Liège, p. 37.) 

Centre, tuteron, sorte de bec en 
forme de mamelon adapté à une cru- 
che sur le côté et vers la partie supé- 
rieure ; Wall., tuturon, bec d'un vase, 
biberon, sorte de vase qui a un bec. 

Cf. Testeron. 

TUTOiRE, adj., qui appartient à la 
tutelle : 

Lettres tiitoires ou curatoires. (1336, Arch. 
.IJ 69, r° 157 r°.) 

Ou nom tutoire et curatoire de Perrin et 
Ichete. (1365, Arch. S 9i, pièce 12.) 

TUTOR, -our, adv., à toute heure : 

Car il voiott uimes 
Avoir le joi Lombard tittor a suen costies. 

IPrise de Pamp., 427, Uiissaûa.) 



Rcmbrant lu tittor cb'il l'avoil enjendries 
E si Tavoit nori e sour tretuit âmes. 

{Jb.. 1130.) 

Car a meia de mio lieuo vindrai près vos tutour. 

[Ib., 1311.; 

TUTREissE, lulteresse, voirTuTERESSE. 

TUTRIE, voir TuTERlB. 

TUVAU, s. m., couronne, la partie qui 
est au-dessus du sabot du cheval : 

Vêtus interpres gajlicus tuellum vertit 
tut/au ex lat. Tubulus. (Pierre des Cres- 
CENS, lib. 9, c. L, ap. Duc, Tuellus.) 

TUYLÉ, voir TfEULÉ. 

TUYSO^, voir TuoisoN. 

TVDE, voir TlDE. 
TYEGE, voir TiEGE. 

TYEPiiAiGiNE, tyeplinne, -anie, voir 

TlFAIGNE. 

TYEPHiivuELE, S. f . , épiphanie : 

13 janv. Le tgeplunuete. (xiv" s.. Calen- 
drier, Richel. I. 13'28.) 

TY-EK, voir TlER. 
TY'ERAL, voir TëRRAL. 

TY'Es, voir Tiois. 

TY'LET, voir TlLLET. 
TYLHOT, voir TiLLOT. 



TYM..., voir TiM.... 

TY;\..., vair ïiN.... 

TY\AL, -nau, voir Tinel. 

TY'O..., voir Tio.... 

TYPHAiGivE, -aignie, -aine, voir 

TlFAlGNE. 

TYPiiE, S., sorte de froment : 

Des trois espèces de froment appelées 
typhe, olvre et espeautre. (Jeh. Massé, 
IVEuv. deGaliea, f° 49 r», éd. 1552.) 

TY'R..., voir Tir.... 

TYRAMis, s. f., pierre précieuse : 

Jais, magnete, tgramis. {Lapid.,ms. Berne 
646.) 

TYRiE, s. f. , p.-è. fagot: 

Lors cstoit en la cbemiaee 
Une grosse tronclie mineo. 
Et bucbe que feux devoroit. 
Dont tyrîe et tisons plouroit 
Pour le graat feu qui y babondoit. 
(J. Lefevre, (a Vieille, 185, Cocheris.) 

TYROi'ER, voir Tiroir. 
TYS..., voir Tis.... 
TYSiQCE, voir Ptisique. 
TYULER, voir Tieuler. 

TY.VERAIVDET, VOir TlSSERANDET. 



r-. 






1. u, article contracte, voir Le. 

2. u, voir 0. 

3. u, voir Ou. 

4. V, voir Hu. 

5. u, voir Hui. 
UA!M, voir Oan. 

UBIR, voir HUBIR. 



UBLEE, voir Oublee. 

UBLIAXCE, voir OUBLIANCE. 

uc.AGE, -caige, voir Huchaqe. 

ucAsioîv, voir Ochoison. 

UDIF, voir Oisif. 

UDivEscE, -esse, -wesce, voir Oisi- 

VESSE. 

UEILLE, voir Oeille. 



UEii.LiERE, voir Oeilliere. 
UEis, voir Ues. 

UEL, voir iVBL. 
UELEMEIVT, VOir IvEL.MENT. 

UELix, adj., égal, pareil, employé 
adv., également : 

Parais art senz fin 
E enferns uelin. 
(Pli. DE Thaun, Cumpoz, 1717, Mail.) 



ii2 



UES 



UES 



UIL 



UELLIERE, voir Oeilliere. 

DELMEXT, voir IVELMENT. 
UELTÉ, voir IVELTÉ. 

UEB, voir EuR 2. 



UERTIER: 



voir Ortiek. 



«JES, wes, hues, icoes, oes, oez, os, 
oeiis, eus, euls, euh, oues, ous, ops, 
oiips, oeps. oefs, ooeps, s. m., œuvre, 
ouvrage : 

Et si l'e?tabli5 lui sur les wes de les 
mains. (Psa/m., Brit. Mus., At. 230, f 12 
r°.). Psalm., Vil, 7 : Constituisti eum super 
opéra manuum tuarum. 

Pur esparnier parclicmin qe autrement 
covendroit estre despendu en ce! oeps. (16 
oct. 1325, Mérn. adressé à II. le Despe/iser, 
Delpit, p. 57.) 

Se tu voels, 
Tu es ci a Vite.^ 
Pour toi perdre et pour toi sauver. 
(Fboiss., Po'S-, II, 159, 5359, Scljeler.) 

— Besoin : 

Pus moult a tari trovent .i. crues 
Qui fait .1. duls qui lor est oes. 

(S. Brandon, Ars. 3516, f 102". j 

Li Deu i ont lor garde mise 
An tel manière et aa tel guise 
Com te dirai, car bien l'est hues. 

(Bes., Troie, ms. Naples, l' 9''.) 

Dulce preiere e grant le fait 
Quel secorges senz demorance, 
kar ni avreil os atarjance. 

(iD., D. de Aonn., II, 4S92, Michel.) 

n lor erl bien meslicr et oes 
Que tant en amenra lor sire. 

(G. de Dole, Vat. CLr. 1725, t» 79'.) 

Assez trovent pain et el, 
Char salée, formache et oes, 
Et quanque pèlerin est oes. 

[Ben., Br. VIII, 308, Uarlm.) 

Bien li est ices 
Qu'il fust froiez et essues. 
Car tous estoil ensanglantez. 

[Gilles de Chin, 3330, Reiff.) 

Bien voi, ja n'i avrai confort, 
Que ne m'ocies, se tu pues, 
Ne n'i aroit raençons oes. 

{Blamand., 4298, Michelant.) 

Sor les cevaus montèrent lues. 
Si com mestier lor fu et n-oes. 

(MoosE., Chron., 952 J, Reiff.) 

K'il n'est pas mestiers ne oeus 
Qu'on ne doit pas devant les bues 
Mètre le char quant on caroie. 

(VEsroulpe. Ars. 6565, l' 32 r«.) 

Acheté ai lot maintenant 
Orendroit ,v. couples de bues 
Dont je avoie moult grant oeus. 
(Geff., .tu. est. du monde, Ricbel. 1526, f" 66«.) 

— Pouvoir, puissance : 

Quar ne poroit mais tenir terre 
Ne n'avoil oes de faire guerre. 

(Bruf, ms. Munich, 3052, VoUmôUer.) 

— A ws, a Vues, loc, au profit, à 
l'avantage de, dans l'intérêt de, et par 
extens., pour: 



Ad oes seint Père en cunquist le chevage. 
(Bol., 373, Mùller.) 

Ne purquant tuz les (jurz) at 

E trestuz les furmat. 

Mais pur ço qu'ert lumière 

De l'humaine manière. 

Le primier jurn posât 

A Sun os, e ruvat 

Pur sue amur guarder 

E forment célébrer. 

(P. DE Thavs, Cumpoz, 435. Mail.) 

Icelui (cheval) relient a sen ues, 
Des autres se délivre lues. 
(Gact. d'.Vrras, We et Galeron, 2tOI, Lriseth.) 

Tule volum la terre a lun «es conquester ; 
Seingnur t'en volum faire, se tu la vols garder, 
E se tu ne la vols a Ion ues avoer. 
(Wace. Bon. î' p., 4393, Andresea.) Pluqiiet, 5133 : 
euls. 

.\ins n'en veut a son eus nul détenir. 

(Aio/. 3SI4, A. T.) 

Qar de foie bargaîgne prist a son h ues le chois, 
Por son seignor garir ne morut c'une fois. 

(J. BoD., les Saisnes. ciui, Michel.) 

Terre a suen os, chasteiaus e hors, 

E autres lenemenz plusors, 

Dunt il peusl vivre a enor. 

(Beb., JJ. de Norm., II, 40117, Michel.) 

Fai a lun oues le pain garder. 

(Marie, Isope^, XXVIII, Roquefort.) 

Celé poui- qui j'ai toute gent guerpie 
Bien me deust a son euîz retenir. 

(Blosc. de .Neelle. Chaiii., VI, Tarhé.) 

Le lonel a vostre hues preimes 
E le batel iluec guerpimes. 

( Vie du pape Greg., p. 36, Luzarche.) 

Mes lot seurement vos di 
Que de la croiz le despeodi 
Et mis en un nouf monument 
Que mien estoit demaignement 
Et au mien ous gardé l'avoie. 
{Evang. de Nicodème, 2= vers., 271, A. T.) 

Quens nobles, quens adroit, 
Qui me juras aidier de droit 
A ires l'enfant deshireté. 
Tant k'il renist son hireté. 

(MocsK.. Chron., 14561, Reiff.) 

El est mult bone (le béril) a oes a 
Ki voelt aveir par grant honur [femme 
Tuz tens l'amur de Sun seignur. 

[Lapidaires fr., D, 316, L. Pannier.) 

Robes fêtes a hues lo cors. (1242, Cart. 
de Champ.. Richel. lat. 5993. (° 292\) 

A oues l'abie de Markete. (1244, Cart. de 
Marquette, Richel. 1. 1096, f° 179 r°.) 

A ops de la dite maison. (Juin 1256, S, 
Berthomé, Bibl. La llochelle.) 

A l'église de Cambron wes. (Août 1269, 
Carlut. de Cambron, p. 379, Chron. belg.) 

L'avons reporteit en mains l'abbeit a 
oez le vaul Sain Lambert. (Trad. du .xiii' s. 
d'une charte de 1239, Cart. du Val S. Lam- 
bert, Richel. 1. 10176, f 36'.) 

Pour le pouiTit et a l'eus de mon se- 
gneur le rov. (1279, Cart. de Ponthieu, Ri- 
chel. 1. 10112, ri25v°.) 

Si se liegnent a le livreson de avaine a 
hues lor chevaus qui est establi a Cysteaus. 
{Règle de Citeaux, ms. Dijon, P 170 r°.) 

Par nom a Voups et au proffeil dau dit 
prioré. (1301, Charte, copie de D. Fonte- 
neau, X.\II,400, Richel.) 

A oes et ou nom ledite dame Marie de 
Roubais. (15 juin 1319, Flines, Cod. A, P 
179 V", Arch. Nord.j 



Ou nom et al oefs du devant dit Mons. 
le conte. (1325, Lett. de C/i. le Del. Arch. JJ 
62, f> 222 r°.) 

Al ooeps. (Ib., f° 221 v".) 

S'aucuns fait laidures au prevost... il 
donra a oes le commungne .x. Ib. d'amen- 
dance. {Trad. de la Coût, de Tournai de 
1187, Revue du Nord, I, 21.5.) 

Combien qu'ilz fussent mis en le dite 
lierre, sy fu che a oes l'ospilal Saint Sau- 
veur de Lille. (1327, ib.) 

Je pense bien que vous en irez ja ades 
devant midy pour acheter des danrees a 
Voeps de mon signeur. {La Manière de lan- 
gage, p. 383, P. Meyer.) 

Respoingnent des biens et deniers qu'ils 
ont levés et receux a nostre oeps. {Stat. 
d'Edouard III, an XIV, impr. goth., Bibl. 
Louvre.) 

Ledit messire Loys de Namur, nostre 
cousyn, transporta en la main de nostre 
ditbailliu, comme en nostre main... la ville, 
chastellenie et toute la terre de Bailleul en 
Flandres... al oes et au proullict de la dite 
damoiselle Ysabel, comtesse de Roucy. (17 
mai 1365, Lettres de Louis, comte de Flan- 
dre, Ch. des Comptes Lille.) 

— Avec... lies, même sens : 

Car c'est liu miudres, a dévisse, 
De cest pais, que nos saçon ; 
Et si est ases gentius hom 
Aveuc son eus. 

[Gauvain, 5994, Hippeau.) 

Il avoit le castiel d'.\cre et celui de Barut 
saisi aveuc ion oes. {Chron. d'Ernoul,p. 130, 
S! as-Latrie.) 

Teux i envoiet autrui (chez une dame) 
Ki puis en a eut anui, 
C'avoec son oes le retenoit 
Et son compaignon le toloit. 
(Jacq. d'Amiems, An d'Amour, 298, ms. Dresde, 
Kœrt.) 

UEVE, voir OvE. 

UFFRl'IT, voir USFRUIT. 
L'FFRUITER, Voip USUFR CITER. 
UFFRUT, voir USFRUlT. 
VG.\L, voir IVEL. 

UGAUMEXT, voir Ivelment au Supplé- 
ment. 

UGERiE, voir Hdcherie. 

i'GiVEME>T, voir Oignement. 

CH.UL, voir IVEL. 

UHEiviER, voir Usinier. 
ui, voir Hli. 

UICTAIME, voir OiTISME. 

viDivE, voir Oisive. 

uiGMER, voir OiGNiER au Supplément. 

viLiER, voir Oeillier. 

UILLER, voir USLER. 



UL 



ULA 



ULQ 



113 



uiLLiER, voir Olieii. 
UILLIERE, voir Oeilliere. 

DIME, voir OlME. 

iiii«Gi«EMEi\T, voir Dignement. 

riMVEME^T, voir OlGNEMENT. 

uisAiT, voir HuissET au Supplément. 
uiSER, voir User. 

UISEBIE, voir OiSERIE. 
UISEURE, voir HUISSEQRE. 

uiSEUSE, voir Oiseuse. 
uisEusETÉ, voir Oiseuseté. 

UISFRUIT, voir USFRUIT. 
UISME, voir OlME. 

uissE, voir HuissE. 

UISSELLET, voir HuiSSELET. 
UISSERAIiV, voir HUISSERAIN. 

uissERiE, voir Huisserie. 

UISSET, voir HuiSSET. 

uissiER, voir Huissier. 
uissiERE, voir Huissiere. 
uissiNE, voir HuissiNE. 

UISSURE, voir HUISSEURE. 

uisus, voir Oisos au Supplément. 
uiT, voir Oit. 

UITAIN, voir OiTAIN. 
UITANTE, voir OiTANTE. 
UITELEE, voir OlTELEE. 
UITEItlBRE, voir OCTEMBRE. 

UITIEME, voir OlTISME. 

' uiTiME, -tisme, voir Oitisme. 

UITISSIiME, voir OlTlSME. 
UITME, voir OlME. 

«iTTAVLE, voir OcTABLB au Supplé- 
ment. 

riTTiESME, voir Oitisme. 

uixE, voir HuissE. 

UL, adj., aucun, aucune, quelque : 

Ule veve ne seil destreite de sei marier. 
(Charte de J. sans Terre, Cart. de Pont- 
Audemer, f° 82 v°, Bibl. Rouen.) 

Discorde par ulle manière ne regneche 
entre nous. (Cartre de la Prairie de la halle 
des dras de Valenciennes, Cellier.) 

La naufvuidee du marchant et des mou- 
lons, reste il icy (dist Panurge) ulle ame 
moutonnière ? (Rab., 1. IV, ch. vui, éd. 
1552.) 



VLAGARIE, utlagarie, ullaijere, s. f., i 
mise hors la loi; bannissement, con- 
tumace : 

Ceux qe demoererent a utlayere al dé- 
partir des justices. {Year books ofthe reign 
of Edw. the first. Years XXX-XXXI, p. 241, 
Uer. bril. script.) 

Que en cas ou le pi' recovera damages 
et a la suyte le roy celuy devers qui les 
damages sont recoveres soit utlage, que 
nul cliartre de perdon soit graunté de cel 
utlagarie ^i le chauncelier ne soit apris 
que gré soit fait des damages. (Stal. 
d'Edouard III, an V, impr. goth., Ribl. 
Louvre.) 

Issues et utlagaries pronuncies pour au- 
tre cause que les causes salves. (/6., an 
XVIII.) 

Le 2 est, lou un home est utlage sur ac- 
tion de det, ou trespas, ou sur auter ac- 
tion ou indictment, le tenant ou défen- 
dant poit monstre tout le malter de record 
et VuUagarie. (Littl., Inslit., 197, éd. 1766.) 

ULAGE, -agiie, ullaije, htilagiie, utla- 
ghe, -ge, huilage, outlaghe. nslague, 
uslagle, urlaige, s. m., homme mis 
hors la loi, l^anni, corsaire, pirate, vo- 
leur : 

Et chevaucha un cheval grisle. 
Que uslagiie traistrent d'une isle. 
(Rom. de Thélies, 6399, A. T.) Var., uslatjle. 

lloc ont îdagts troves 

Qui fièrement les ont grèves. 

(Wace, Brut. 713, Ler. Je Lincy.) 

Et li uUaf/i' les ocient. 

Et li chaitif braient et crient. 

(ID., ib., 6242.) 
Cil a les assis socorus 
Et les hldagues toz vaincuz. 

(Id., ib., 6232.) 

Et cil vinrent delivrement 
Et Engieterre délivrèrent. 
Et les ttUayes en jetèrent. 

(iD., ib., 6301.) 

Par utliu/fs fu deserteiz (l'île) 
Ancienement et lut gasteiz. 

{Brut, ms. Muuicli, 1127, VûliaOlIer.) 

Lur neis, lur or et lur argent 
Perdent utlage en cel torment. 

(Ib., 1287.) 

Cuni huilage, cum genz averse, 
Mortel, Sarrazine e desperse, 
Revindrent en la terre Engleise. 
(Ueh., h. de Nonii., II, 38433, Michel.) 

Ouilaghes les encontrerent. 

(Lai d'Bauelok, 111, Michel.) 

Urlaigue estoient et Sarrazin evaige. 

(lourd, de BUnt'es, 2693, Hofminn.) 

Des Htlaghes mult i avoit. 
(G. Gaiuab, Chron., ap. Michel, Chr. angl. n., I, 
17.) 

Les outîaghes i sont montez. 

(Ib., p. 19.) 
Li ullage, li mariner, 
Li desleal, li pautonier. 
{G. DE Coiaci, Mir., ms. Biox., f» ISl'.) 

Li uslague, li maronier, 
Lidesloial. li pautonier, 
Entor li vienent luit ensemble. 
([d., de l'Emperer. gui garda sa chast., 1755, ap. 
Méon, Nom. Ttec, II, 56.) 

Et ce estoit voirs que il avoient esté ga- 



liot et ulaguede mer bien huit anz. (GuiLi.. 
DE TvR, Il'l, 24, P. Paris.) 

ULAUIER, ulL, ullagier, -ger, v. a., 
mettre hors la loi, bannir : 

Nuls frans hom ne sera pris ne empri- 
sonez ne dcssaisiz ne ullagiez ne eissiliez. 
(Gr. charte de .1. s. Terre, Cart. de Pont- 
Aiidenier, f 83 v", Bibl. Rouen, et d'Acherv, 
III, 581.) 

Li emprisoné et li ullagié. (Ib., f° 8i v°.) 

Que en cas ou le pi' recovera damages 
et a la suyte le roy celuy devers qui les 
damages sont recoveres soii utlage. [Stal. 
d'Edouard III, an V, impr. goth., Bibl. 
Louvre.) 

uLCERAivT, adj., ulcéreux : 

Pustule ulcérante et corrodante. (B. de 
GORD., Pratiq., I, 18, éd. 1495.) 

uLCERATiF, adj., ulcéi'eux, qui a la 
propriété d'ulcérer : 

Douleur pongitive, ague, ulcerative. (B. 
DE GûRU, Pratiq., I, 17, éd. 1495.) 

Tout flux ulceralif (\\.\\ ulcère les intes- 
tins est le plus mortel. (Id., ib., V, 16.) 

La racine de ceste herbe est nlcerative 
et corrosive. (Du Pinet, Pline, XXI, 23, éd. 
1566.) 

Apostumes vlceratives. (Jard. de santé, I, 
493, impr. la Minerve.) 

l;LCIO^■, ultion,ti. f., vengeance, châ- 
timent : 

Balre le veut, haute royne, 

Et ferir cVnlcion divine. 
(G. DE CoiNCl, Mir., ms. Soissons, (" 199'; Poq., col. 
613.) 

Ferront de divine ulcion 

Les faus qui lor affeclioa 

Auront es terriens biens mises. 
(SIàcé de Li r.iiARiTi'-, Bible, Richel. 401, f» 196'.) 

A tous vivants de la foy chrestienne 
Pour leurs péchiez et obslinacion 
Fait assavoir la divine ulcion. 
(E. Deschamps, Pues., Richel. S40, f» 364i>; VII, 
114, A. T.) 

On ne sçavoit que pre«uppouser sinon 
que fust ultion divine pour les vices et 
inicquitez lors regnans. (Chron. de Fran- 
çois I", p. 33, Guillrey.) 

Dont tu n'es dit plus le dieu d'itîlion 
Ains de doulceur. 
,F. JiiiYOT, Eleg. de la Belle Fille, p. 60, éd. 1873.) 

ULER, voir USLER. 
ULERIE, voir HURLERIE. 
ULEUR, voir USLEUR. 

ULLAC, s. m., uhlan : 

Un ullac de Moldavie. (1578, Nég. de la 
Fr. dans le Lev., 111, 761, Doc. inéd.) 

ULLAGE, voir Ulague. 

ULLEIS, voir USLEIS. 
ULLER, voir UsLER. 
ULLERYE, voir HuRLEHIE. 

ULQUE, S. f., ulcère : 



15 



H4 



ULU 



Il i a (lilTerenche entre les ulgues et les i 
plaies fresches, car les plaies sont fresches, 
mais les ulques sont plaies p\ians et an- 
chiennes. \,Frag. d'un liv. de médecine, ms. 
Berne A 95, t° 22 \°.) 

ULTEL'R, s. m. et adj., vengeur : 

Sachez que a Dieu n'y a riens impossible 
si vous emulateurs et des forfaitz uUeurs 
des grandes injures et blasphesmes vous 
estiez alTectez. (Les Passages d'oullremer, 
f> 9 v°.) Imprimé, ulceur. 

Le grant iilleiir, preux superbe et hardi 

Qui eut occis Gerion lergemine. 

Survint alors. 

(0. DE S. Gelais, Eneid.. Richel. S61, f 80=.) 

Fujez de davant le Cousteau 
Ultfur de vice. 
(J. BoucHET, Ep. mor., II, vi, éd. IS4ii.) 

Iiieu iiltew et jupe de superbe et intolé- 
rable contumace. (GiiH,L. Du Bellay, Mém., 
1. VI, f 172 r°, éd. lo69.) 

— Fém., ullrice, ullriie : 

Thesiphone uUri.ve et vengeresse 
De leurs deliz, les tourmente. 
(0. DE S. Gelais, Eneid.. Ricbel. 861, i' 61°.) 

Et que je n'en porte point aux enfers la 
conscience ultrice et vengeresse de si grant 
crime. (Bal. Jud., I, 50, éd. 1530.) 

ULTiE.MEMEXT, adv., enfin : 

unièmement avec un coup de poing mi- 
nud, frappant au milieu d'un pilon de 
bronze d'espicier, en quatre coups le rom- 
pit en deux pièces. (1547, Voij. de Monsieur 
d'Aramon, p. 51, Schefer.) 

ULTIME, adj., dernier : 

Des bones muers et des sciences 
Font les ultimes questions. 
(G. DE Coisci, Mil-., ms. Soiss., f" 26'.) 

Hue il soit ultimes en cuer, et que il oit 
honte de son melfelet l'amant, ilieg. de S. 
Ben., ms. Sens, p. 157% ap. Ste-Pal.) 

Sur le point ullime de meschief prochain. 
(G. Ch.\stell., Ver. mal prise, p. 513, Bu- 
chon.) 

Du jugement ullime. (Fossetier, Cron. 
Marg., ms. Brux. 10509, t° 105.) 

L'LTiox, voir Ulcion. 

ULTRAMO\T.\i.\-, iillransmonlain, voir 

OUTREMONTAIN. 

ULTRE, voir OuTBE au Complément. 

ULTRECUDIEME\T, VOir OuTRECUIDIEE- 

MENT au Supplément. 

ULTREER, voir OuTHEER. 
ULTBEM.lRi:>i, Voir OUTREM.^BIN. 
ILTREMENT, Voif OlTHEEMËNT. 

ULTBER, voir Outrer. 

ULTRICE, -ixe, adj. f., voir Ulteur. 

LLUi.ACio>, lion, s. f., hurlement : 

La très grant tribulatîOD, 

Les cris et V ii[lu]lation. 

(G. DE Coisci, Mir., ms. Sois»., f* 170=.) 



UMB 

Les granz cris, les grans brais et rii2i(2acioH. 

(iD., ib., f» 243'; Poqnet, col. 763.) 

Faisans grandes et griefves ululations et 
vociférations. {Cliron. des Pays-Bas, de 
France, etc., Bec. des Chr. de Fland., IIl, 
551, Chron. belg.) 

Tous ceux qui estoyent en la nef ouvrent 
toutcelluy jour grans ululations, (xv" s., 
P. de Lanov, Légende de S. Antoine.) 

En leurs quarfours sont çainctz d'ung 
sac, sus leurs toirtz et en leurs rues est 
toute ululation et est descendue en pleur. 
(Le Fevre d'Est., Bible, Esaïe, XV, éd. 1530.) 

— Il s'est encore employé, en style 
plaisant, dans la première partie du 
xvn"= siècle : 

Les Demoiselles d'ilion 

Firent longue ululation. 

(ScARRON. Virg. travesti, HT, Fournel.) 

i'Li-LE,-u//f, s. f., huppe : 

]j'ululle est ung oiseau qui est ainsi ap- 
pelle parce qu'il crie ainsi comme en ul- 
lanl. (CORBICHOX, Propriet. des choses, XII, 
37, éd. 1485.) 

A l'arondele est donné le chant matuti- 
nal, a la scichaille le méridien, a la ulule 
le vesperlin. (F. D.^ssy, Peregrin, P 60 V, 
éd. 1533.) 

Cf. Cpupe. ' 

ULUR, voir Olor. 

1. UM, voir On. 

2. l'M, voir O.NQUES. 
u.MAivEL, voir IIumanel. 
UMBLECE, -esse, voir Hitmblesse. 

U.MBRAGE, voir O.MBRAGE. 

1. l'.MBRAGEMEIVT, VOir O.MBRAGE- 
WENT. 

2. UMBRAGEMENT, Voir OmBRAGIEE- 
MENT. 

IMBRAGEU.Y, VOlr OmBRAGEUS. 

IT.MBR.4GIER, VOir O.MBRAGIER. 

UMBRAIGE. voir O.'UBRAGE. 

UMBRAiL, voir Ombrail. 
L'MBRALE, Voir Ombrable. 
UMBRAXT, voir 0.\1BRA.NT. 
UMBRATICQUE, VOir O.MBRATIQUE. 
UMBRATILE, VOif ÛMORATtLE. 

rMBR.AYER, voir Ombroier au Sup- 
plément. 

IIMBREI, voir O.MBROl. 
UMBRELEKC, S. m. ? 

De un umbrelenc bien fait, bon fu l'enginneor. 
[Honi, ms. Cambridge, 2709", Steogel.) 

l'.MBRER, voir Ombrer. 



UN 

UMBRETTE, Voir OmBRETTE. 
UMBREUSEMENT, VOir OmBREUSEMENT. 

u.MBREU.'s, voir Ombros. 
L'.MBRiER, voir Ombroier. 
iiMBRoiAxcE, S. f., retraite, refuge : 

J'ay veu l'aisné de France, 
Fuytif de son sour^eon. 
Venir prendre umbroiance 
Soubz le Duc Bourguignon, 
(G. Chastell. et J. Molinet, .\ferveitteuses advenues, 
dans Lég. de P. Faifea, p. 155.) 

UMBROIER, voir O.MBROIER. 

UMBROSITÉ, voir O-MBRdSITÈ. 

UMELAYE, voir Ormelaie. 

l.MELIEMAXT, VOir HuMELIEMENT. 
l'.MELIEIt, voir HtlMELlKR. 

L'MELiR, voir HuMELiR au Supplé- 
ment. 

UMELOIER, voir HuMELIER. 
IMETTEIR voir HuMETTEUR. 
l'MFEIlMETElT. VOiP EnFERMETÉ aU 

Supplément. 

UMILIABLE, voir IIUMELIABLE. 
UMILIEMEXT, -Uni, VOIT HtJMELIE- 
MENT 1. 

UMILIER, voir HUMELIER. 

iiMiUTÉ, voir Humelité. 
UMOISTEUR, -tour, voir Hu.MOisroR. 
VMOR. voir Humeur 2. 
UMOBACiox, voir Hu.moracion. 
L'MQUOR, voir Oncore. 

1. vx, voir Le. 

2. uiv, voir Os. 

3. uiv, um, on, uttc, ung, oin, adj., le 
premier de tous les nombres : 

Nuls bom vidist un rey tan rie, 

[Alexandre, !2, Steogel.) 

On quarlal de froment, (1284, Vend, ap, 
Pàq, clos., Ch. des compt. de Dole A 60, 

Arbois.) 

On muy de vin vermeil. (Mars 1287, ib.) 
Nonante et on. (Janv. 1291, ib.) 
Om champ. (Fèv. 1294, ib.) 

— Uns et communs en tous biens, 
entre les(iueis il y communauté ab- 
solue des biens : 

Seront lesdicts futurs espoux du jour de 
leurs espousaiUes uns et communs en tous 
biens. (Contr. de mar. de M. Gaiton, duc 
d'Orl., et de Mlle .Marie de Bourbon, ras. 
Louvre 109.) 



UN 



UN 



UN 



US 



- Semblable : 

D'ire, de mautalent sospire 
De ce que tos tems li est une, 
Pesme. senz trestorner, fortune. 
Toz jorz orrible. toz jorz fiere. 
(Bek., />. de .Xorm.. il, 32SS9, Michel.) 

— C'est toiil lin, il n'importe ; 

Et luy estoil tout nu qu'il le tuast- 

(Saliat. I/ej'., I, éit- 1575.) 

Marion. Tu ferois mieux l'en aller, que 
tu ne sois lancé par ton maislre. 

LuQu.^iN. C'e.si tout un ; faicles seulement 
ce que je vous dy. (L^iuveï, EcoL, IV, 5, 
Ane. Th. fr., VI, 166.) 

Vous ne vous souciez pas si je perdon, si 
je gaigne : te vous est tout un. (Colloquin 
cum dicttoiïnnoto nex tln.gttarum, Anvers, 
1583.) 

— Équivalent : 

Cosc qui n'est pas une. 
(GiLLO» t.,E .MuisiT, PofS., I, 301, 4, Reiir.) 

— Neutral.. iine, une chose : 

De dire toudis dWmf, bien anuyer poroit. 
(GiLLos LE MuiSET, Poés.. 1, 197, 13. Reiir.) 

On dist quant une vient, elle ne vient 
[pas seule. 
(Id., iô., 11, 103, 11.) 

— A un, en un, ensemble, d'accord : 

Li rei de terre estourent e li prince sei 
asemblerenlefi un encontre nostre Seignur 
e encuntre sun Crisl. (Traitucl. des psaum., 
ap. liarl.scli, lang. et litt. fr., ai, 3.) 

Nés ot bien feit et boche bêle 
Et lu de si gr.int estature 
Con mialz le sot feire nature, 
Que an lui niist trestot a un 
Ce que par parz done a chascun. 
(Chrest., Cliges, Barlsch, Lang. et litt. fr., 235. 
33. 

Bien vos savroie reison randre. 
Cornant dut cuer a un se tienent 
Sans ce qu'ansanble ne parviennent. 
(Id., !6.,236, 38.) 

Vous ne poves bonnement faire le voiage, 
se l'Eglise n'est a ung.(VROiii!i.,Chron.,\l\, 
28, Kerv.) 

Luy retourné en France, il n'entendroit 
a autre chose si auroit mis l'Eglise a ung. 
(Id., ib., .XIV, 38.) 

— Par un, même sens : 

Lors rentes tout par un partoient : 
Ansinc antr'aus .ii. s'acordoient. 
[Renard contrefait, Poêt. do Cbamp., Xl, 74, Tarbé.) 

— En un, dans la même disposition ; 

Onques^on ne li pot oster ne brisier son 
proupos que touldisilnefuste««?j.(FROiss., 
Chron., VII, 108, Kervyn.) 

— Un de..., une de..., l'un de..., l'une 
de..., quelqu'un, quelqu'une, parmi... : 

Un3 del ladruns . 

[Pass., 287, Koschwitz.) 

I%r une de ses amis. (1214, Pair de Met:, 
Arch. mun. Metz.) 

— Employé comme article indéfini : 

Ad une spede li roveret tolir lo chief. 

[Eulalie, ap. Barlsch, Lang. et litt. fr., 8, 8.) 



Lo quarz. uns fel, nom a Vadart. 

(S. Leg., Î27, Koschwiiz.) 

Suz mun degret gist uns mors pèlerins. 
{S. Alex., itr. 7H, II» s.,Stengel.) 

Apres i vint itns païens Climborins. 

[Ilol., 627, Mùller.) 

Li plus ardiz vosist estra en uni for. 
{Alexandre, ap. Barlsch, Lang. et litt. fr., ii^, 6.) 

Lai dessandirent plus de dis cheveliers 
Por mesureir les unglos de ces pies : 
De l'unne a l'autre ot [ilainne paum? et miex. 
{Garin le Loh., ap. Haitsch, Lang. et litt. fr., 119, 
2t.) 

Dous yrainnes vit surdre del funz d'une tenur. 
Sur Vun ur s'asist l'une, et l'autre sur l'autre ur. 
(Garnier, Vie .^. Tkom., 3948, Hippeaii.) 

Se tu oi qu'itM,* cbiens le destorne. 

{La Cliftsse du cerf, Bicliel. 1593, !• 167".) 

De Von et de l'autre. (1282, Citeaux, LVIII, 
Arch. Jura.) 

— Un prend la marque du pluriel 
quand il s'applique à des objets qui vont 
par paire ou par collections, ou qui se 
disent surtout au pluriel, et quand il 
fait fonction de l'article partitif : 

Avoit unes grandes joes el un grandisme 
nés plat, el ««esgrans narines lees et unes 
grosses lèvres plus rouges d'un carbouncle, 
el ims grans dens gaunes el lais. {Aucas- 
sin et Nicolete, 28, 17, Suchier.) 

Il avoit fait cryer unes grandes fesles de 
jousles. (Froiss., Chron., IV, 123, Kerv.) 

Si se logierent li françois ens uns biaus 
plains, ((d., ib., V, 370.) 

De ma flûte vous fais uns cbans. 
(Gribas, .Mist. de la Pass., 4667, G. Paiij el 
BayQaiid.) 

Il a unes botes qui ont bien deux ou 
trois ans. (Quinze joyes de miiriage, IV, 
liibl. elz.) 

Il m'a dicl qu'il vouloit escripre unes 
bonnes lettres a .Madame la maréchale 
pour l'asseurer entièrement de sa bonne 
grâce. (1536, Lett. de Marg. d'Ang., C.V.XII, 
Soc. II. de Fr.) 

Slacandon fil aporler unes armes, des- 
quelles il s'arma. (Herbebay, Second liv. 
d'Amad., ch. xv, éd. 1555.) 

Sur son dos outre plus 
Pendent en ordre uns cheveux crespelus. 
(Cl. Marot, .\m. fugit. de Lucian, p. 130, éd. 1596.1 

— Et quand il signifie les mêmes, 
pareilles : 

Lui et .XX. chevaliers qui estoient si dru, 
Qui estoient trestout àUines robes vestu. 
{Brun de la Montaigne, 261, A. T.) 

— Uns et autres, divers : 

Ensi en parlant pluiseurs parolles unes 
et aultres chevaucierent il jusque» a Bour- 
diaus. (Froiss., Chron., VI, 200, Luce.) 

Hz adviserenl des moyens uns et autres. 
(B. Desper., Nouv. recréât., de l'enfant de 
Paris nouvel, marié..., p. 6t>, éd. 1561.) 

Apres avoir songé des moyens uns et 
autres d'en recherclier le geniilhomme, il 
ne fut point trouvé de meilleur expédient 
que de... (ID., ih., d'un geniilhomme qui 
mist sa langue..., p. 212.) 



Entre ceux d'un mesme estai il y a tous- 
jours des uns et des autres. (II. Est., Apol. 
p. Herod., ch. xvi, I, 323, P. lUslelhuber.) 

Ils devroyent premièrement penser, que 
comme entre les François il s'en trouve 
de bons el de mauvais, qu'aussi parmi eux 
il y en a d'uns et d'autres. (La iNoue, Disc., 
p. 85, éd. 1587.) 

Des le soir de son arrivée il fut visité 
par uns el autres. (E. Paso., Lett.,\\U, 2, 
éd. 1723.) 

Je fus quelque peu visité par uns et au- 
tres miens amis. (Id., ib., .V.VIl, D.) 

— Uns que autres, tant les uns que 
les autres : 

Si nombrerent entre yaus leurs gens et 
leurs routes el trouvèrent qu'il estoient 
environ seize mil conibalans, uns c autres. 
(Froiss., Chron., VI, 04, Luce.) 

La seconde eut li caplaus, et pooient es- 
tre en se bataille environ quatre censcom- 
balans, uns c' autres. (Id., ih., VI, 114.) 

— Un et un, loc, l'un après l'autre : 

Par un e un i ad pris les baruns. 

{Roi., 2190, MûUer.) 

Et li bernagcs se leva de toz lez 

Tôt por la dame Biautris au vis cler ; 

Ele les a un et un saluez. 

(Les Loh., Ars. 3143, t« 29'.) 

— Un pour un, même sens : 

Luy voulut l'aire veoir les singularitez 
de sa maison une pour une. (B. Desper., 
Nouv. recréât., d'une dame qui- faisoit gar- 
der les coqs, p. 226, éd. 1561.) 

— D'un... d'autre, d'un et d'autre, 
tantôt d'une façon, tantôt d'une autre, 
d'une chose et d'une autre : 

Lors comencierent a joer ensemble et a 
parler d'unes et d'autres. {Artur, Richel. 
337, f 174'.) 

Elle se faisoit forte qu'elle lui diroit tant 
d'un et d'aultre qu'il ne se sçaroit delTen- 
dre qu'il ne parlasl. (Sept. Sag., p. 3, A. T. 

Li deaubles l'enhorta tant et tant li dist 
d'unes et d'autres qu'ele en fu toute enla- 
lenlee. (llisl. divers., ms. Venise Marc. C IV 
3, f 10».) 

Ainsi dirent les ungs d'ung et les autres 
d'autre. [Cent Nuuv., 32, éd. 1486.) 

— D'une manière et d'une autre, 
d'un genre et d'un autre : 

Maiz ilz faignirent (/'uw et firent d'autre. 
(J. Cuartier, Citron, de Charl. Vll,ch. xcii, 
Bibl. elz.) 

Au regard des Corfousiens, ils" respon- 
dirent d'un el feirenl d'autre. (Saliat, Her., 
VII, éd. 1575.) 

Les filles bien souvent disent d'un et 
pensent d'autre. (Tourner., les Contens, III, 
I, Bibl. gaul.) 

On fait d'un en un pais el d'autre en 
l'autre pais. (Ber. ue Verville. Cab. île Mi- 
nerve, f 242 v\ éd. 1601.) 

— iVe d'un ne d'cl, ni d'un côté, ni 
de l'autre : 



H6 



UNA 



UNE 



UNI 



.V l'avesprer celeeniant 
Est repeiriez a son ostel, 
Por ce que nus ne d'un ne rfV2 
A parole ne le ineist. 

(Cbhest., Cliges, 471Î, Foerster.) 

— Pronomin., l'ttn, l'une, une des 
personnes, une des choses dont il 
s'agit : 

Li uns Acharie(s), li altres Anorie(s) out num. 
(S. Alex., str. (,%<•, II- s., Stengel.) 

Par grant saveir parolet Vuns al allre. 

{Roi., m, Mûller.) 

Li arcevesque pruzdum e essaiez ; 
Li uns ne volt l'altre nient laissier, 
En la grant presse i fièrent as païens. 

(/6., 2068.) 

... Car je vi murdrir 
L'un de napes et estrangler. 

(H. DE Berzé, Bible. Ricliel. 368, f 5".) 

— En avoir pour une, en avoir assez 
pour une fois : 

LlîClFER. 

Les turez vous ? cessez, cessez ! 
Je leur pardonne la fortune. 

AsTAROTH. 

Je pense qu'iV^r en ont pour une : 
Ils sont frotes a grosse cloche. 
(Greban, JUist. de la puss., 10535, G. Paris et G. 
Rayn.) 

. — .-1 nos une.s, à nos frais : 

Mes, raonsei,:^neur, tenez manière. 
Ne descouvrez point telz rancunes. 
Nous vendrons très bien a nos unes. 
Et s'y samblera qu'on n'y touche. 
(Grebah, .Vht. de la Pass., 167S4, G. Pans et G. Ray- 
naud.) 

— Adverb., uns, uniquement : 

Gieres de ce pensons quels est por nos 
ciz sacrefises, ki por la nostre absolution 
toz lens resembleit la passion del fil uns 
engenreit. (Dial. de S. Grégoire, LVIII, 
Foerster.) 



i-xN'ABLE, adj., qui s'unit : 



Par unt l'aïme resonablo 
Al cors est par maen unahle. 
(PiERBK DE Peckam, liom. de Lumere, Mus. Brit., 
Harl. 4390, t° 16^) 

L'ivAiEME>T, adv., d'une façon une, 
à l'unanimité : 

Vnaiement, d'une sentence, 
Ferit a mort li mais mortaus 
Omes e bestes e oisaus, 
Sanz fin, sanz nombre, sanz mesure. 
Tant ert la pestilence dure. 
(Ahgier, Vie de S. Greg., 716, P. Heyer.) 

A pape l'orent esleu 
Vnaiement, sanz contredit. 

(lu., i6., 854.) 

Vendrons demein a letanie 
Trestoz ensemble unai[e\ment. 

llD., ib., 1056.) 
Cf. O.MEMB.NT. 

uxATE, S. f., unanimité? 

Et si vous mande cent salus 
Et li bievres autant u plus, 
Ki toute jour nous cante et note. 
Tout por unate le marmote. 
Pour qui amor fait lais et sons. 

[lienart le nouvel, 6227, Méou.) 



uivc, voir Onc. 
u.>"CES, unches, voir Onques. 
iNCHESOi\, voir Enghoison. 
uivciAiRE, voir Onciaire. 
UNCKORE, uncore, -ores, voir Oncore. 
UNDACioiv, voir Ond\tion. 
uivDAiN, voir Andaix. 
uivDANiQUE, voir Ondanique. 
uxDATiox, voir Ondation. 
IWDEE, voir Ondée. 
UNDEiER, voir Ondeer. 
UiVDoiEME:vT, voir Ondoiement. 
UNDOIER, voir Ondeer. 
ONDOSITÉ, voir Ondûsité. 
uiVDOYER, voir Ondeer. 
L'iVDOYMEiVT, voir Ondoie.ment. 
uiVDRABLE, voir Ondrable. 
uivDREiT, voir Endroit 2. 
Ui\DRE.ME^T, voir Ondrement. 
u:vDREYT, voir Endroit 2. 
uiVEME^T, adv. , avec unité : 

Toute gent ne ount mye accion unement 
a recoverer par ceste assise. (Britt., Lois 
cFAnglet.,t' 112, éd. 1762.) 

— Unanimement : 

Si ount il unement acordez que... (Déclar. 
d'Edouard III, Mor., Pr. de l'H. de Bret., I, 
1477.) 

— Avec simplicité : 

Je n'ay point esté curieux en la recher- 
che des beaux mots, me contentant de 
vous en escrire unement et sans fard la 
vérité. (Hist. de deux mar/iciens, Lettr. 
préf., Var. hist. et litt., I, '23, Bibl. elz.) 

Cf. Oniement. 

UNEivGEivREiT, adj., scul engendré, 
unique : 

Li unsenr/enrei: Filz, comparmanables al 
Père et al Saint Kspir. {Dial. S. Greg., p. 35, 
Foerster.) Lat., unigcnilus. 

uiVETE, -ette, s. f., semble signifier 
extrémité, déception : 

Il cuidoil son oncle vengier, 
Et de Sezilc chalengier 
Citez, et cbastiaus et viletes : 
Or est venuz a ses unetes. 
Tuit cil qui le costoient pleurent 
Et tieï mil ocis en demeurent. 

(GuiART, Boy. lingii., 12li7, \V. et D.) 

Combien durera ce demeure 

Que tu vois... 

Il durera jusque a tant 

Que une vierge ait eu ung enfant. 

Ne sçay ce sera tost ou tart. 



AsTAROTH. 

Ore le grant dyable y ait part 
Nous sommes bien a nos unetes. 
{Myst. de l'Incarnat, et .\ativ., 1, 174, Le Ver- 
dier.) 

Pour plus cler les veoir (les fautes de jeu- 
[nesse) te fault lunettes. 
Qui discernent les blanches des brunettes ; 
La comprendras si vraye sapience 
Que de Ion hault viendras a tes unettes 
Et lors diras : Dieu qui tiers el uns estes, 
Je cry mercy a vostre prescience. 
(Mescbinot, Lunettes des Princes, p. 40, Cabioet du 
bibiiopb.) 

Je seroy bien a mes n)ieties. 

{Farce de Jolyet, Ane. Tb. fr., I, 56.) 

UNFERMETEIT, Voip EnFERMETEIT 1 aU 

Supplément. 
u:vG, voir Un. 
uiVGAiTE, voir Onouel. 

UNGEMEIVT, VOJP OlONE.MENT. 

uivGiMERE, S. f.. sorte de maladie : 

La greigneur (letanie) est chantée a la 
feste S. Marc, et fu instituée du grant saint 
Grégoire, pape, contre la maladie des bou- 
ches qui s'esprenoient es eaues, et appe- 
loit on celle maladie ungimere, laquele fut 
grant en Lombardie au temps du pape 
Pelage, par quoy enlleures s'ensuy^oient 
en eaues et grant pestilence. (J. Goulai.s, 
Trad. du Ration, de G. Durant, Richel. 437, 
f 349 r°.) 

rivGLE, voir Ongle. 

UNGLER, voir Onqler. 

uivGivERESSE, fém., voir Oioneor. 

UNGXEUR, voir OlQNEOR. 

uiVGRiER, adj. ? 

Fiert sur son hiaume ungrier. 

{Otinel, 534. p. 83, var., A. P.) 

UÎVGTURE, voir OlNTURE. 

UiVGUEL, unguelt. voir Onguel. 

UIVGUEMEIVD, Voir OlONEMENT. 

uivGUEiVTAiRE, voir Onguentaire. 

uiv'iAWMEivT, adv., en un, d'une ma- 
nière unie : 

Nomez, prêtez e reclamez 
Li veirs Pères e li chors Fiz 
E li saintismes Espcriz, 
Trais en personnes trinaument. 
Uns Deus maignanz uniaument. 
(Ben., D. de Norm., II, 11152, Michel.) 

UNiciOiV, voir Unition. 
uiviEL, adj., unique : 

A onerer le tuen veir e uniel Tilz. {Psalt. 
monast. Corb., Ilichel. 1. 768, f» 121 r°.) 

E en Jesu Criste son fiz uniel. (Symb. 
aposl., Richel. 1. 1315, V 123.) 

— Isolé, solitaire : 

Délivre de espee, Deus, la meie aneme, 
de la main de chien la meie uniele. {Lib. 



UNI 

Psalm., Oxf., XXI, il, Michel.) Lr\t. : iini- 
cam meam. 

Reguarde en mei e aie? merci de mei, 
kar unie! e povre sui je. (/6., XXIV, 17.) 

— Idiot : 

S'il parle a trait, c'est ung nigaux : 
Cil se taist. c'est uq droit nniaux. 
[Distique, iv* s. .mi. Epiniil IS9, Bnllet. A. T., 1876, 
p. 86.) 

1. ux'iEMEivT, uniment, s. m., union : 

C'est bien que de cesle maison soient 
l'aides plusieurs, mais encores elles ont 
union en rue, et plusieurs rues ont union 
en cité, et plusieurs citez en royaulmes. 
Mais la fin et le terme de cesl procès et de 
cest uniement est quant la multitude et la 
région ont par sov soulisance. (Oresme, 
Polil., 2' p., f° 40", éd. 1489.) 

Ilostimentum, uniement et égalité, la pa- 
reille, recompense dî tant pour tant. (Cr.- 
lepini Dict., Bàle 1584.) 

Uniment, m. An uniting, joyning, or knit- 
ting to^'elher. (Cotgr., 1611.) 

Applanissement et uniement, sequitas. 
(Fed. Morel, Petit thresor de mots francois, 
éd. 1032.) 

2. uîviEMEXT, voir Oniememt. 
uxiER, V. a., unir : 

Aproprions. unions et annexons. (8 nov. 
1371, Lett. de C/i. V, ap. Lebeuf, Hist. 
d'Aux.) 

vous, seigneurs prelas, qui de diver- 
ses parties du monde aujourduy estes as- 
sarablez pour reformer, pacifier et unier 
saincte Eglise. (Lamentât, et Epili: deSat- 
mon, ap. Crapelet, Demandes de Cfiart. VI, 
p. 132.) 

Cf. O.NIER. 

u\'iG.\ME, adj., monogame : 

Unigamus, unigames, c'est celi qui n'a 
esté mariez que une foiz. (Catholicon, Ri- 
chel. 1. 17881.) 

UiXiGAMiE, S. f., monogamie : 

Unigamia, estât de celi ou de celle qui 
n'a esté ou est ([ue une fois en mariage, 
unigamie. (Catholicon, Richel. 1. 17881.) 

uiviGENi, ■it,-ite, adj., né seul, unique : 

Celle (la Vierge Marie) a ces mos levante 
les yeulx vidt son unigenii'ûzAe l)ieu.(Fos- 
SETIER, Cro«. Marg., ms. Brux. 10511, V, v, 
12.) 

Dieu le père a donné au médiateur de 
Dieu et des hommes qu'il soit son filz iini- 
genit en nature, vertu et essence, et sans 
postériorité de temps, qui est la chose la 
plus grande de toutes les autres. (Sec. vol. 
des expos, des Ep. et Eo. de kar., f° 171 r", 
éd. 1519.) 

Un Dieu père du Verbe vivant de la sa- 
pience. géniteur du parfait, père du lils 
unigenit. (Sevssel, HLst. eccles., f 227 r", 
éd.' 1572.) 

— S. m. : 

Vunigenile du père. (.Ieh. Gaig.ny, Ser- 
nions de Guerricus, f 33 v°, éd. 1546.) 

La gloire de Vunigenile du père. (Id., ib., 
t' 3'J r°.) 



UNI 

urvi.MEXT, voir Uniement. 

u.\io>-, s. f., sorte de grosse perle : 

Agathes, berilles, perles et unions d'ex- 
cellence. (Rab., Gargantua, ch. 56, éd. 1542. ) 

Perles et tintons. (G. Bouchet, Serees, V, 
24, Roybet.) 

Se disait encore au .xviri= siècle : 

Union en joaillerie se dit d'une perle 
faite en poire. (Dict. de Trévoux.) 

UNITÉ, S. f., union : 

Et se le besogne se faisoit, il leur seroit 
en droite unité, aidans et confortans contre 
tous aultres seigneurs. (Froiss., Chron., V, 
254, Kerv.) 

— Sorte d'herbe : 

Trinité ou ttnité, c'est tout ung, et est 
une herbe qui ressemble asara bacara, et 
a en chascune feulle trois feulles. Elle croist 
en lieux nés, obscurs, comme en boches ou 
chastenes. (Le grant Herbier, w 486, Ca- 
mus.) 

UNiTiF, adj-, qui sert à unir : 

Car puissance végétative jamais ne se 
repose avec ses filles nutritive, firmative, 
unitive. (Alai.n Chartier, l'Espérance, éd. 
1489.) 

Toutes les vertus qui appartiennent aux 
trois voyes, purgative, illuminative el uni- 
tive. (René Gaultier, la Guide spirituelle. 
p. 139, éd. 1615.) 

uxiTio.\, -cion, s. f., action d'unir, 
de rejoindre : 

Et i a .II. ententions de cure, desqueles 
l'une est unilions des choses desjointes. 
(Brus de Lo.ng Borc, Ctjrwgie, ms. de Sa'is, 
f°3^) 

La briseure qui vient en reondece est de 
pire incarnation el de plus grief unicion. 
(Id., ib., f 46\) 

L'RiivEus, -verse, adj.. entier, com- 
plet, universel : 

Ci commence le livre de toutes les pro- 
vinces et les cytes d'universe monde. (Le 
livre de toutes les pruvinces, Vat. Chr. 006, 
dans Notice des Manuscrits, XXXIIl, 17.) 

Desirans que ce qu'il avoit veu fusl sceu 
par l'univers monde. [Livre de Marc Pol, 
Préf., Pauthier.) 

Toutes ly glises et chappelles que nostre 
maison ha pour universe monde. (Hegle del 
hospil., Richel. 1978, f 113 r».) 

La chastelaenie de Pontquellec o toutes 
ses appartenances uni'yerees. (1354, Charte, 
ap. Morice, Pr. de l'H. de Bret., I, 1494.) 

Et morurent bien en ce temps par uni- 
vers monde la tierce partie dou peuple. 
(Froiss., Chron., IV, 330, Luce.) 

L'wiiverse partie du monde convenoit 
estre serve. (G. Chastell., Citron, du D. 
Phil., Proesme, Buchon.) 

Le quart du grand globe univers. (Par- 
mentier, Descript. des merv. de ce monde, 
éd. 1531.) 

Aspirant a l'empire univers. (Rab., Garg., 
ch. xxxni, éd. 1542.) 



UNI 



HT 



O Seigneur Dieu, que tes œuvres divers 
Sont merveilleux par le monde univers ! 
(Cl.. Mab.. Ps., civ, Œwi., p. 222, éd. 1596.) 

Une foule universe. 
(L. Pipos, Pastor.. Il, 2, éd. 1S57.) 

— En univers, loc, en tout : 

El estoient en universe .xv. mille homes 
(Aimé, Chron. de Rob. Viscart, I, 14, Soc. 
Uist. de Fr.) 

UMVERSAL (par), loc. adv., en tota- 
lité : 

Nous paierons chescun an perpétuelle- 
ment et a noz successeurs le jour de la 
fesle S. Rémi, par universnl, quarante li- 
vres tournois. (1372, Ord., V, 474.) 

Ui\ivERs.\Ui\iEi\T, -samenl, adv., uni- 
versellement, en totalité : 

Et pour ce que les diz Juys et Juyves 
pourront avoir allaire de ces présentes 
universaumenl ou particulièrement. (1360, 
Ord., III, 481.) 

Les habitans de la \-\\\ii, tiniversament, ou 
la plus grant partie d'iceulx. ;6 fév. 1370, 
Ord., V, 379.) 

CMVERSEL, S. m., univers : 

C'est lui par qui Vuniversel est fait. 
(J. Bouchet, Tri. delà Xobte dame, f 123, éJ. 1533.) 

r.MVERSER, V. a., généraliser, pren- 
dre dans un sens plus vaste : 

Il figurait lout par raison 
Les looillettes de ce buisson 
Aux estoillps qui sont sans nombre. 
.\vec ce il coraprendoit l'ombre 
Dou buisson qu'il universoit 
A nature et li conversoit. 
(Froiss., Poés., Ricliel. 830, f 362 r».) 

l'.MVERsiTÉ, -tei, -teit, s. f., com- 
mune, communauté de ville, assem- 
blée : 

Simun, maistreeschavinz etli universitei 
de la citei de Mcz l'unt conessant. (1218, 
Chap. catbéd. Metz, Tignomont, Arch. Mos.) 

A los ceuls ki ore sunt et ki avenir sunt, 
et ki cest escrit verrunt, salus en Deu : 
chou sache vo universités ke... (Oct. 1241, 
Lett. de J. Sire de le Rosière, cabin. de 
Salis.) 

Nous toisons savoir a nostre université 
ke nous avons otroié a nos hommes de 
toute le communité de nostre terre de 
.Merch lois et telles coustumes. (1253, Lett. 
de la comtesse de Bouloigne. Comt. d'Art., 
234, Arch. Pas-de-Calais.) 

Cil qui est franchis d'aucune université 
de gens, ou d'aucun capitre, ou d'aucune 
cité. {Digestes, ms. Montpellier H 47, f''16".) 

L'exemple suivant parait offrir déjà 
le sens moderne : 

V.' universitei la dolante. 
Qui se complaint et se demante, 
Trueve en eux petit d'amistié. 
Ce ele d'ex eust pitié. 
Mais il se sont bien aquitié 
De ce que l'Escriture chante... 
(RuTEB., les Ordres de Paris, ap. Jubinal, I, 167.) 

— Universalité, totalité, généralité : 



il8 



UKB 



US 



USA 



Pour lanl fai?oit il .1 honnerer de tout 
iiniversitet de bons cresliens. {Vie de s. 
Franc. d'Ass., Maz. 1351, f° 4\) 

Que li diz ciliens aient communale ou 
itnicersilé. (1290, Requét. à l'emp. Rod., 
Arch. mun. Besançon, reg. mun. I, P 173.) 

Nous faisons a savoir a voslre universi- 
teit ke... (Trad. du xiu" s. d'une ch. de 1200, 
Cart. du Val S. Lambert, Richel. I. 10176, 
f■3^) 

Nous avons fait mettre en ces présentes 
lettres le saiel de nostre université des ci- 
tains de Toul. (1300, Toul, Arch., Mus., 
vit. 52, pièce 303.) 

Li unioersiteis (le la citeit de Liège. (1349, 
Chartes S. Lnmb., n° 682, Arch. Liège.) 

Madame, sache vostre seignorie que li 
noble home qui cy sont, et la université de 
toute vostre gent. sont moult lié et joyant 
de vostre venue. (Lir. de la Conq. de Morée, 
p. 399, Buchon.) 

Celuy a qui toute Vuniversité des cres- 
tiens sans aucune excepcion est tenue de 
obeyr. {Songe du Verr/ier, I, 123, éd. 1491.) 

Surquoy, !y avons fait pluiseurs remons- 
trances, sy comme qu'il se devoit traire de 
toute la dite somme sur Vuniversité des 
biens que les dis de capittle avoient, les- 
quelz s'estoient boutes en l'ostel, et avoient 
les meubles, le trésor et la vasselle, priant 
<iue ainsy le feist. (30 juin 1460, Req.journ. 
des prévôts et jurés, Arch. Tournai.) 

— Toute la création, l'univers : 

Autant en pureté 
?iostre feu cède au feu de Vuniversité. 

(Du Baetas, 1" sein., 2> j., 379, éd. t60î.) 

fXKES, voir Onques. 

UXXEMEXT, voir OlGNEMENT. 

u\"QUES, voir O.NyuES. 
u.\QUOR, -ores, voir 0^'CûRE. 
uxs, voir Un. 
rivT, voir Ond. 

UIVtlRAXCE, voir HONORANCE. 
rXUREEMEXT, YOir Ho.NOBEEMENT. 

IWEMEXT, voir Omement. 
u.\'ZAi.\, voir Onzain. 
L'R, voir EuR 2. 
URBAii\, adj., affable, poli : 

Palamedes estoil doulx, urbain, et large 
doneur. (Fossetier, Crun. Mary., ms. Brux 
10509. r 218 r°.) 

VRBAiyEMEST, -ainnement, adv., dans 

la ville ; 

Si Iresbucha (ceste tempeste) plusieurs 
ymages aveuc les colompiies qui les sus- 
ientoient ou cirque souverain, et aveuc ce 
si abati et dissipa urhninuement pluisseurs 
hauteces et et edilices de plusieurs tem- 
ples. (Bers., r. Liv., ms. Sle-Gen., f 424'.) 

— Poliment, avec affabilité : 

Alexandre le receupt très urbainement. 
(l'^ossETiER, CroH. Marg., ms. Brux. 10512, 
l.V, ni, 7.) 



CRB.AMTÉ, S. f., gouvernement d'une 
ville : 

En telle manière semble t il estre faites 
urbanités, c'est a dire es gubernations des 
cites. (Oresue, Etii., Richel. 204, f» 534'.) 

— Ville : 

Juste chose est une chose bien propor- 
cionee et contient les urbauitez, c'est a dire 
les citez et les royaumes. (H. de G.auchi, 
Trad. dit gouv. des princ. de Gille Colonne, 
Ars. 5062, f 30 r".) 

URCEL, voir Drcel. 

l'RDEUs, vrdei, adj., sale, repous- 
sant ? 

La troveisl li crislien 
E li nrâei et li p.igean. 
( Vie de Ste Callteriiie. Ars. 3645, f» 49 v».) 

E de païens e de urdetis. 

(74., t"5l y».) 

Cf. Ordous. 

1. URE, voir IIeuiie. 

2. URE. voir Ore. 
UREisuiMER, voir OnAISO.XrRR. 
URER, voir Orer. 

URET, voir Oriî. 

iRETAiRE, adj., qui a rapport àl'urè- 
thre : 

Canaus uretaires. (O.^mpmartix, Merv. du 
monde, 1° 62 v", éd. 1585.) 

URETiguE, adj. : 

La verlu urelique ou corrosive. (Des Mou- 
lins, de la Quinte Essence, p. 92, éd. 1581.) 

URixAiRE, adj., qui contient l'urine: 

Emplissezune bocie ou vaisseau urinaire. 
(.1. Lierait, Remèdes secrets, i° 27 v°, éd. 
1573.) 

l'RLAiGUE, voir Claque. 

URLE, voir Orle. 

L'RLEE, voir llb'RLEB. 
L'RLER, voir USLER. 

URLET, voir Orlet au Supplément. 

URQUE, voir HURQUE. 
URSETEL, voir OuRSETBL. 

URSix, voir Oursin. 

URTE, voir Hlrque 2 au Supplément. 

URTiER, voir Ortier 2. 

URTIL, s. m. ? 

En la bouche ou en le urtil singne avéra. 
(Ms. Oxf. Bodl. Digby 86, f 41 r°.) 

1. «s, hus, vus, s. m., usage, emploi, 
service : 

Adonc estoit costume et us 
Que dui chevalier a un poindre 
Ne dévoient a un seul joindre. 

(Cbrestie», Erec, Î8Î6, Foentsr.) 



Tout avcir feliins hus en sernle îjlise assis. 

(C.ARSiEU, Vie de S. Tfiom., 888. Hi]ipean.) 

De toutes bestcs n'avoit plus : 
N'ot vaillant .v. s. an touz hus. 
[Dotop., 7706, Bibl. eU.) Var-, en tous us. 

Ne n'en retenoient sans plus (d'avoir) 
Fors tant seulement por lor us. 
(Gautb. de Mes. l'Vrnage du monde, .Miiz. 602, f» 14 

!■•■) 

Si a ta volenté 
Sers as acheté 
Pur avoir en tes us. 
En quantjue unkes front. 
Pense ke homes sunt 
Autresi com tu es. 
(Eterard, Disti(^. de Dtjon. Cato. ap. Ler. de LIocy, 
Prov., II, 457.) 

Tout ceu ke... aviens a Noeroil en louz 
us et en toutes apendises. (S. .Mart. 1240, 
S. Vincent, Arch. Mos.) 

Por sa vie en fol us despandre 
Ala d'Egypte en Alixandre. 
(Ruteb., Vie Sainte Marie l'Eijiptiane, Jub-, II, 
107.) 

Car ainsinc le dist Atbalus, 
Qui des eschez controva Vus. 

[Base, 6715. Méon.) 

Poi savoient de Vus d'armes. [Chron. de 
S. Den., ms. Ste-Gen., f° 4".) 

Que le maistre puisse prandre pour son 
us et de ses compaignons attrempeemenl 
du harnovs et des chouses des baillifs 
{Mib, E>l' de S. J. de Jérus., i° 70% Arch 
H.-Gar.) 

— Usufruit : 

.\n toiz prouz el an loz uus qui mouvol 
de mon héritage... .\n touz priiz el an louz 
/!(«. (1269, Lett. d'Aelis, fem. de J. deJoinv., 
ms. Richel. cuil. de Champ., vol. 152, 
pièce 51.) 

— Tout us, usufruit entier : 

Au payement de laquelle censé, pour les 
deux tiers qui restent, les redevables y 
seront contraints, ou asseurer lesdils lieux 
ruinez, et tous autres biens generalemenl 
obligez a ladite censé, communément ap- 
peliez le tout us. (Ord. de Metz, II, 12, Nouv. 
Coût, gén., 11, 387.) 

L'SABLE, adj., qui est en usage, con- 
forme à l'usage, dont on peut user: 

Il sont .111. manières de jors. Li uns esl 
apeles jors natureus de .xxiiii. eures a tôle 
se nuit; li autres esl apeles jors usables : 
c'est li jors sans le nuit. {Li Compos, Ri- 
chel. 2021, f 141".) 

En bonne monnoie fort, sèche, usable et 
coursable. (1311, Arch. JJ 46, f 108 r°.) 

Il ne te fault. fors bien amer 
Les oyseauli qui sont affeictables 
Qui a prendre autres sont u.labîes. 

(G. DB lA BiGSE, £o Sî, ap. Ste-Pal.) 

USABLEME.\T, adv., pour l'usage : 

Il auront usnblement en celé foresl bran- 
ches et mort bos aleurardoir. (1215, Arch. 
K 28, n» 3.) 

La femme peut demeurer en la maison 
de son feu mary el user des biens tant en 
vivres comme autrement usablement. (Cn. 
DuMOLLiN, Cousl. du comté d'Arttiois, f° 368 
v», éd. 1581.) 

USAEDGE, voir USAGE. 



USA 



USA 



USA 



H9 



II8AGK. -fiti/c, -acdge, uraif/e, s. m., 
habitude : 

Ele ot une seror qui fu de saint usage. 

(HERMiN, Bible, nichel. 1444, f" 26 j'.] 

Je l'aim et serf et aor par usage. 
(Gui, f.aATEL, de Coucl. Chwis.. XIX, Micbel.) 

En l'ostel un mouton avoit. 
Qui par usaye gens burtoit. 
[Du Presire et du mouton. Moamiglùo et RnynanJ, 
Fabi., VI, 50.) 

Sour loule rien, por Diii, garde» ke vos 
ne lassies vo boin usaqe pour l'aulriii maii- 
vais. {H. iiE Vale.vc, ilist. de l'einp. Henri, 
Z 558, Wailly.) 

Si alerent conlremont le flum et trove- 
renl homes et femes qui estoient tout nu 
et avoient tous les cors velus ; si estoit lor 
7isar)es en terre et en algue. {Le Liv. dou roi 
Alix, Richel. 1385, f Ô0^) 

Ces Escos portent haces par u>age, dont 
il donnent et fi'apent trop biaus horions. 
(Proiss., Citron., IV, 236, Luce, ms. Rome.) 

Qant la lune se renouvelloit, il avoit par 
usage le chief moult doloreus. (Id., 16.) 

— Manière d'être : 

Li rois et la ruine ont perçut vostre usage 
Et bien dient enlr'eus que n'estes mie sage. 
(AUDIFROI LE Bastart. Bartscli, Rom, et pttst., I, 57, 
58.) 

— Mener fol nsaje, mener mauvaise 
vie : 

Malnz hom use son tans autresi et amplie 
A mener fol usage et an musarderie 
(lom cil qi luques fait et San et cortoisie. 

(J. BoD., les Saisnes, ccxiv, Micbel.) 

— Ce dont on se sert : 

Les Grecs appellans tous les biens tem- 
porels usages, pour signifier qu'un bien ne 
doit point estre réputé tel sinon seule- 
ment qu'il sert et qu'on en use. (G. Bou- 
i;uET, Serees, IV, 308, Uoybet.) 

— Au plur., coutumes : 

Par les usaiges de Borgoingne qui dient 
que li femme après la mort de son mari 
doit avoir la moitié des biens de son mari. 
(1261, Charte, dans Ilist. géuér. et part, de 
llouig., II, .\.\vi, éd. 1739.) 

— Condition : 

Car entre les sangnours furent, sens respitage. 
Ordonnée une triwe, qui fut de teile ovrage 
Que li prisons sont hors, et parmi teil usage 
Se dedens les .ii. ans que li triwe ol de large. 
La pais n'est ordonnée, chescun, sens avantage. 
Doit en prison rentreir errant sens arestage. 
(Jeh. des Preis, Geste de Liège, 10704, Cliron. 
belg.) 

— Usufruit : 

En uxniqes de bois et de rivières. (26 av. 
1338, Arch. .Montjeu.) 

Salfins qui fuit roys d'.Vrges et Croisant, le siens 
Et chil de la chité, dont issi vous devis, [fis, 
En tenoieut V usaedge. 

{B. de Seb., -WII, 804, Bocca.) 

— Impôt, redevance : 

Et si commanda que tout cil... 
Ki venroient a Ais manoir. 
De tous usages fusent franc. 

(Pa. llous»., Chron., 2530, Reiff.) 



usAGEAivT, -aif/eant. part. prés, et 
s. m., celui qui jouit du droit d'usage: 

Vente moyennant 470 liv. des ecorces du 
bois des usages marques pour la distribu- 
tion aux usaigeu?is. (1551, Arch. mun. Aval- 
Ion BB 1.) 

1. l'SAGEMENT, -aigemenl, s. m., 
usage : 

Et desquelz usaigemcnt et mostre li dit 
monsire Symon a l'ait bien et sullisam- 
ment. (1138, Sent, du maire de Chevenez, 
Mon. de l'év. de Bàle, V, 360, Trouillat et 
Vaulrey.) 

2. usAGEMEiVT, adv., habituellement, 
communément : 

Il l'entendoit et le parloit ainsi comme 
les autres le plus usagement. (Brant., Cou- 
ronnels franc., VI, 209, Lalanne.) 

Usaf/ément, adv., se dit encore en 
Normandie. 

1. usAGiER, -aif/ier, -nr/ei-, aiger, 
-uzagier, verbe. 

— Act., habituer : 

Ne les seufirent informer de science, ne 
usager a. quelque bon ouvrage. (.\L. Chart., 
l'Esper., p. 316, éd. 1616.) 

— Réfl., s'habituer : 

Li bon chevalier se doit exerciter et 
usdiger en faiz d'armes et de guerre. (J. de 
BuEiL, le Jouoencel, II, 71, Soc. Hist. de 
Fr.) 

— Neutre, user, jouir d'un bien, par- 
culièrement user du droit d'usaç/e dans 
un bois ou dans des pâturages ; 

Nul que ne soit borgeois de l'Isle ne 
puet, ne ne doit usaigier au boys dessudit, 
et se il y usngeoil, lid. bourgeois ou lour 
foureslier l'en puet vengier et lever l'a- 
mende. (130S, Fruncli. de l'hle-sur-le-Douhs, 
Cart. de Neufchàlel.) 

— Usafjié, part, passé, usité, usuel, 
en usage : 

L'eure u-.agiee et accouslumee. (1289, 
Cariai, de S. Jean-en-Vul, Duc, Vsagiarius.) 

En baillant au prevost de la province 
ung denier d'argent du prix de dix de- 
niers usagies et communs. (De Dita Cliristi, 
Bichel. 181, f 25M 

Chose usagée. (146i, J. Lagadeuc, Cathol., 
éd. AulTret de Quoetqueueran, Bibl. Quim- 
per.) 

Ceulx qui se confessent des pèches com- 
muns et usages. (1474, Stat. synod., ap. 
Lalore, Ane. discip. du dioc. de Troyes, II, 
26.) 

Quant a l'huictieme sphère, il est fort 
usagé en l'eschole Platonique de luy don- 
ner ce nom. (La Bod., Préf. de J. de La Mi- 
rande, dans Harmnn..., p. 812, éd. 1579.) 

Dialogues de Jean Loys Vives, traduits 
de latin en françois, pour l'exercice des 
deux langues, par Benjamin Jamin, aus- 
quels est adjoustee l'explication françoise 
des mots latins plus rares et moins usagez, 
par Gilles de llusteville, 1601. 



— Exercé, habitué, accoutumé, ha- 
bile : 

Comment povez vous estre plus saiges 
de batailles ne mieulx usuigiez d'armes que 
ces chevalliers"? (Froiss., Chron., Richel. 
2645, P 58 v°.) 

Adcompagnié de plusieurs grans sei- 
gneurs, chevalliers et escuiiers, tous gens 
bien uzngies de guerre. (Wavris, Anc/iierm. 
Cron. d'Èuglel., 1, p. 330, Soc. Hist. de Fr.) 

Qui soit usagez de oir confessions. (1474, 
SI al. synod., ap. Lalore, Ane. discipl. du 
dioc. de Troyes, 11,44.) 

Quant ung homme n'est pas usaigé a une 
chose, ce n'est pas de merveille s'il ne la 
peult faire. (Palsur., Esclairc., p. 769, Gé- 
nin.) 

— Infin. pris subst., coutume, habi- 
tude : 

Tout ne chiet que par accoutumance et 
a Vusaigier. (Liv. du cheval, de La Tour, 
ch. VI, IJibl. elz.) 

Norm., wtagô, accoutumé. Haut- 
Maine, vsaigé, qui a de l'usage, en par- 
lant d'une personne; qui se manie, se 
manœuvre bien, en parlant d'un outil. 

2. USAGIER, -^e/', adj., usuel, produit 
par l'usage : 

Usualis, iisugier, usuagier. (l'oc. lat.-fr., 
éd. 1487.) 

Ainsi ne faut il pas attendre celle pru- 
dence usagere, qui cousle si cher, el qui 
est si longue a venir. (AMVor, Vies, aux 
lecl., éd. 1567.) 

— Qui a rapport au droit d'usage : 

Que les chablis seigneuriaux et usagiers 
soient vendus a l'enchère. (0/-d. de Sedan, 
Coût, gén.) 

— S. m., celui qui connaît bien les 
usages : 

Au bon et grand conseil des sages héri- 
tiers, bons usagers et coustumiers, des 
clers en droit canon el civil. (2i lev. 1320, 
Ord. pour le dom. du roy, Chamb. de just., 
ms. Bibl. du Louvre, pièce 169.) 

usAGiR, v. a., enseigner l'usage, ha- 
bituer : 

(Amours) tout convoiteur eslargist, 

Tout rude a doulceur usagisi. 
(Lefhanc, Champ desDam., Ara. 3121. i* 98**.) 

1. uâAiRE, S. m., droit d'usage : 

Li moinne de Longpont... n'ont illuec 
pasture ne usuire, ne mort bos ne vif. (1215, 
Arch. K 28, pièce 3.) 

Usaires est droiture d'user d'autrui cho- 
ses sauve la sustance de la chose. (Diges- 
tes de Just., Richel. 20118, f° 94°.) 

Li paagiers, qui que il soit, a Petit Pont, 
les redoit quiter de leur paage de tout ce 
qui est leur usaire el de lour noureture, 
sans marchandise. (Est. Boil., Liv. des 
mest., 2° p., til. II, I., Lespinasse et Bon- 
nardot.) 

— Bois soumis au droit d'usage : 



120 



USA 



Droit d'user et pâturer a toutes ma- 
nières de leurs besles en nos bois et iisai- 
res que on dit les maires de Cerfroy. (1311, 
Charte, dans Hlst. de Meaux, II, 1940 

— Usage : 

Par le plesir de Dieu croissent li arbre 
por l'usaire des genz et por le convers des 
oisiaus. (Psaut., Maz. Ô8, f° 124 v°.) 

Achètent aucun bestail pour leur «saiVe... 
Acheté vin pour son iisnire. {Coiil. de la 
ville de S. ilaur, au commenc. du Cart. de 
S. Maur, Arch. LL Ils.) 

2. usAiRE, adj., où l'on a droit 
d'usage : 

Que ils puissent en iceulx bois ttsaires 
cliacier. 1311, Charte, dans Hist. de Meaux, 
II. 194.) 

Ledit bois souloit estre waire ans hostes 
de chapitre. (1312, Charte, Arcli. S 296, 
pièce 6.) 

US.4L, adj., usuel, ayant cours : 

En telle manière que pour toutes les de- 
mandes deseusdites ledit vicomte deyt ren- 
dre et payer auilit Monsour Olivier et a sa 
femme ou a leur commandement vingt li- 
vres usaux. (13U0, Accord, ap. Morice, Pr. 
de IH. de Bref., I, I13S.) 

usAXCE, ic, S. f., usage reçu, signi- 
fication conservée, mais vieillie : 

Il dédaigne Vusance commun de parler. 
(Rab., Pant., ch. vi, éd. 1542.) 

Impressions tant élégantes et correctes 
en usance, qui ont esté inventées de mon 
eage. (Id., ib., VIII.) 

Usance, usaige. (lion. Est., Thés., Usus, 
éd. 1546.) 

Leur accorda en l'an quinze cens trois, 
par forme de confirmation, de pouvoir le- 
ver les dicts droicts et tonlieux selong 
l'anchienne usance et coutume pour le 
terme de dix ans. (1547, Coufirm. par Ch. 
Quint des droits de tonlieu de Èailleul, Ann. 
du Com. flam. de Fr., t. XVI.) 

Aux bonnes choses conviendroit 
.S'accoustumer, Jors adviendroit 
Qu'on verroit la chose en usance 
Qui estoit hors d'accoustumance. 
(Cl. Mar., Coll. d'Erasme, tibbat. et Erud., sign. A 
vin V', éd. s. d.) 

Les soldatz espaignolz ne vont point a la 
guerre comme manouvriers et selon Vusance 
des soldatz mercenaires. (Brant., Rodomon- 
tad. esparjii., Vil, 20, Lalanne.) 

Et aultrement accommodez lad. maison 
et heritaige a. usance du collège, au propre 
coust, frais et despens de lad. cité. (20 janv. 
1.5.55, Leti. des échec, de Cambr., ap. A. Du- 
rieux, Coll. de Cambrai, p. 182.) 

Et encore au xvir siècle : 

Sytot que les doiens et jurez seront choi- 
siz et créez ils debvront choisir aultres 
quarante hommes, selon la vielle usance 
pralicqueet observée. (1629, ap. E. Soil, /ej 
Tapisseries de Tournai, p. 425.) 

A Martin Puy, cordier a Saint Amand, 
pour une corde de tille par luy livré pour 
le puys du chasteau a Vusance du con- 
clierge, luy at esté payé la somme de 
.XLVHi. s. (1671, Comptes du receveur de 
Morlagne, ms. appartenant à M. Bocquillet.) 



USE 

— Coutume, habitude : 

Le jorn de Passe che un usance observa. 

(Pass. du Clirist, 295, BoucUerie.) 

Il lui dist qu'on l'appeloit le Jouvencel 
par usance; mais ce n'estoitpas son propre 
nom. {J. DE Bleil, le Jouvencel, I, 72, Soc. 
Ilist. Fr.) 

Et quant aux feux qu'on disoit qu'ils 
bouloientau plat pays, il respondit que ce 
n'esluit que usance de guerre, et que guerre 
sans feu ne valoit rien, non plus que an- 
douilles sans moutarde. (Juv. des Urs., 
Hist. de Charles VI, an 1420, Michaud.) 

Telle estoit Vusance des nobles Gargan- 
tua et Pantagruel. (1!ab., Quart liv., III. éd. 
1552.) 

Messeigneurs les consaulx de ceste ville 
et cité de Tournay ont suspendu et sus- 
pendent l'elTect et usance de l'ordonnance 
nagueres par eulx faicte touchant les bon- 
netiers. (9 mai 1545, Reg. des Publications, 
Arch. Tournai.) 

— Redevance d'usage : 

Li ai donnei quatre sols a panre chascun 
an a usances de Jevignei au termine c'on 
les doit paier. (1271, Bar, Ch. des Compt., 
I, 71, Arch. Meurthe.) 

— Pratiques : 

Je toucheray et parleray de sa nourri- 
ture, de ses mœurs, conditions et usances. 
(Ol. de La Marche, .Wem., I, 22, Soc. Hist. 
de Fr.) 

— Emploi : 

François, François! vous avez par une 
damnée et accoustumee blasphème despité 
le nom de celuy a qui tout genoil se doit 
fléchir, et il vous a par Vusance de sa jus- 
tice mis en blasme et en reprouche des 
nations. (Al. Chartier, l'Espérance, p. 319, 
éd. 1617.) 

— Intérêt : 

L'usage oiiVuzance.iR. Est., Thés., Usura, 
éd. 1546.) 

usciER, voir Huissier 3. 

USEAIRE, voir USUAIRE. 

USE, s. f., usage : 

Selon les uses et coustumes de Bourbon- 
bonnois. (4 juill. 1368, Ace. entr. dauph. 
d'Auv. et L. Il d. de Bourb., Bibl. Besan- 
çon.) 

Rouchi, uto, usage. 

USECARLE, huse., hiizecharle, s. m., 
sorte de soldat : 

E ses usecarles k'il menât. 

(G. G*m*B, Citron., 5079. Wriglit.) 

Husecarlps. 

{Id., ib., 5123.) 

Huzecharles, sergantz, haspela. 

(ID., ib., 5486.) 

USEEMEIVT, -ant, adv., habituelle- 
ment : 

Car en Grèce jaidis cstoient 
Doues légions qui avoient 
Chascune d'aux tant soulemanl 



USE 

Avecques lour nsee)nant 
.VI. m. bons chevaliers. 
(J. DE Priorat, Liv. de Vtgece, Ricbei. 1604, f" 9«.j 

Et il est chose certaine que les fies que 
l'on donc orres sont useemenf fais as heirs 
de feme espouse de celui a qui l'on donc 
le fié. (Ass. de Jérus., ch. clv, Beugnot.) 

Ce qui sueit avenir aucune foiz, tes aver- 
saires dit que il avient tozjors useement. 
(Bru.n. Lat., 'Très., p. 550, Chabaille.) 

Laquelle bourse on vix>e,\e useement fonde. 
{Vie de S. Franc. d'Ass., Maz. 1351, f» 31°.) 

USEFRUCTUAIRE, USllf., USUff., USIh 

fruitaire, tisiifruillaire, adj. et s., usu- 
fruitier, usufruitière : 

Se li usefructuaires ataint après les fruis. 
{Dir/esles, nis. Montpellier U 47, f° 92'.J 

Li usesfrucluaires. (Ib., f° 95°.) 

Le dessusdis messire Jehans et madame 
Ysabiaux seroient tenu a remetli-e la dicte 
grainche en estât convenable comme usu- 
frur.tuaire. (1328, Cart. de Montier-Ramey, 
Richcl. 1. 5432, P 13 r».) 

Sont usa fruit tnires et doivent avoir l'uf- 
fruit. (1336, Charte, Arch. S 266, pièce 48.) 

Rimancourt dit que .lean de Chaufour 
est propriétaire (du chasteliet Frennes usu- 
fruitaire a cause du douaire. (Juin 1380,, 
Reç). du Parlem., ms. Ste-Gen., p. 3.59.) 

Le delîendeur duplique que la dame es- 
toit usuffructunire. (1391, Grands jours de 
Troyes, Arch. .\<' 9184, 1° 22 r°.) 

De laquel (maison) la ditte vesve estoit 
usuffructuaire et viagiere. (13 juin 1435, 
Escript Jehan Desquesnes, chirog., Arch. 
Tournai.) 

Actendu que je n'en suys que usufruc- 
tuaire (du royaume), et ne le vouidroys 
diminuer. (Seb. Moreau, Prinse et déli- 
vrance du roi François I", Arch. de l'hist. 
de Fr., 1" sér., II, 343.) 

Se contentant toulesfois quant a sa per- 
sonne pour satisfaire a la volonté de l'em- 
pereur qui ne vouloit mettre ledit duché 
de .^lilan entre les mains d'un roy de 
France, de n'en estre investy sinon comme 
usu/'rurluaire, et comme ayant le bail et 
jouissant des fruicts au nom de ses en- 
fants ducs titulaires. (Guill. du Bellay, 
Mém., I. V, f 141 V, éd. 1569.) 

De tous les biens que Dieu m'a prestez, 
je laisse ma femme usufructunire sa vie 
durant, ostee la part legatee a mes enfans, 
qui en jouiront après ma mort. (UilO, Phil. 
DE lli'RfiES, Mem. d'eschevin de Tournay. 
Mém. de la Soc. hist. de Tournai, V, 227.) 

— S. f., usufruit: 

Car deux choses sont, l'une usufruc- 
tuaire et l'autre propriété. (Bout., Somme 
rur., r 2", éd. 1537.) 

USEFRUIT, UZf., huisf., v/f., hu/f., 

hmlfrit, usfr., hiiizfr., s. m., usufruit: 

Li nsesfruii laisse a apartenier a l'use- 
fructuaire. (Digestes, ms. Montpellier H 47, 
f» 103'.) 

Perdre les huffruiz. (1279, Lett. de Rob. et 
Olh. de Bourg., Arch. J 258, pièce 1.) 

Et nous fussiens desvestu de Vu/fruit et 
des pourfis devan dis. (1304, Cart. de S. 
Quentin, Kichel. 1. 11070, f 19 v°.) 

Devoit avoir les usfruiz de la dicte me- 



I 



USE 



USE 



USE 



121 



son. (Sept. 130Ô, Charte du garde du sceau 
de Meaujc, H6t.-D. de Meaux HB, pièce 
21.) 

Touz les huizfruit, pi'ofis, issues. (1326, 
Arch. JJ 64, f° 255 r°.) 

Que le seurvivant de euz ait Vuzfruit en 
touz les biens du premier d'iceus trespas- 
sant. (1329. Test, de Plut, de Cormeilles, 
Mém. Soc. Hist. de Paris, I, 206.) 

Sauf el retenu a elle Vuffruit en vcelles 
durant sa vie. (1339, Charte, Arch." S 68, 
pièce 6.) 

Hui/friz, yssues et revenues. (1363, Reg- 
du cfiap. de J. de Jér., Arch. MM 28, P 
123 r°.) 

Havoit tant seulement huùfruit a la vie. 
(Juin 1378, N'euchàtel, Arch. du Prince Y', 
n" 8, 5, Mon. de l'hist. de Neuchàtel.) 

Les prouffiz, usfruiz. (22 juill. 1443, Arch. 
Loiret A 274.) 

usHERVE, voir Huisserie au Supplé- 
ment. 

USEL, voir HOUSEL. 
USELER, voir OiSELER. 
USELIER, S. m. ? 

Et toutes autres markandises quelles 
k'eles soient dont on fera connissanche 
par devant eskevins paiera de .xx. s. .ii. d. 
et le uselier double. (1282, Reg. aux bans, 
Arch. S.-Ûmer AB XVIII, 16, n» 961, Giry.)j 

usEMEXT, S. m., usage, coutume : 

Fait droit usement de pecune. (II. de Gau- 
chi, Trad. du Gouv. des Princ. de GUle Co- 
lonne, Ars. 5062, P 38 v°.) 

Excez de boire vin empesche Vusement de 
raison. (Id., ib., T 49 v°.) 

Que ce ne porte aucun préjudice... aux 
usemens et coustumes de son pays. (1387, 
Charte, ap. Lobin., Il, 682.) 

Selon Vusemenl de la forest. (1467, Use- 
mens et coustumes de la forest de Breci- 
lian. Doc. inéd.) 

Acoustumance de chevalier de armer et 
combalre ne se concordent point tant a 
office de chevalier comme usement de rai- 
son et d'entendement. (Chasipier, t'Ordre 
de Cheval., Ars. 2915, P 15 r°.) 

Selon Vusement du pays. (Coût, de Bret., 
P 21 v°.) 

— Action d'user : 

Et pert sa cause tant soit belle 
Qui contre son seigoour rebelle. 
Car tantost use a Tapprochier, 
Sires de plonc, homme d'achier. 
Pour double de tel usement 
Ne faisons nul resistement. 
{Pastoralel, ms. Brus. SI064, f îi r'.) 

USEOR, useitr, s. m., celui qui 
use, qui se sert d'une chose, coutu- 
mier: 

Quar de li loor fust usenr. 
{La Dame a la licorne, Richel. 12562, î" 6 r".) 

Qui faulcement de cela sont liseurs. 
(Dadohville, Dejfaicte des FaulT Monnoyews, Poés. 
fr. des l\- et iti' s., t. IT, p. 74.) 



USER, u:., useir, usser, liuser, uiser, 
verbe. 

— Act., faire usage de, employer : 

Hé ! povres reis, lascbes et assolez, 
Ge te cuideie maintenir et tenser 
Envers toz cels de la crestienté, 
Mais toz li monz t'a si cueilli en hé. 
En Ion service vueil ma jovente user 
Ainz que tu n'aies lotes tes volentez. 

[Coron. Lûois, 2248, A. T.) 

Et herbe useir tut leur eage. 

[Brut, ras. Muaich, 503, VoImôUer.) 

Cil qui usent cesle prière. 
(G. DE CoiHci, Mir., ms. SoissoDS, £• S2^ j Poquet, 
330.) 

Telz use vin et paiu el cbiera vesteure. 
Plus l'aimet Deus ke teil ki boit de Taiwe pure. 
{Poème moral., str. 580=, Cloetta.) 

Que je n'fly pas inoult ce îist^. 
(N. DE Margital, la Panthère d'amors, Riciiel. 24432, 
f» I71>; 2618, A. T.) 

Escuiers qui aroient usé tout leur vie les 
armes. (Hist. du bon roy Alix.. Brit. Mus., 
Reg. 19 1) 1, P 105'.) 

— Passer : 

De Carlemagne vus voeill oir parler, 
Il est mult vielz, si ad sun tens uset. 
Mien escient, dous cenz anz ad passât. 

[Roi., 522, Huiler.) 

Charles U magnes a molt son tens usé. 
Or ne puet plus cesle vie mener, 
Il ne puet plus la corone porter : 
Il a un fin a cui la vueit doner. 

[Coron. Loois, 53, A. T.) 

Viex fu et frêles, si oui son tans itsé^ 
.ux. anz ot et plus en son aé. 

[Les Loti., Aïs. 3142, ^ S'.) 

Mes ma jovente j'«s moll amoreusement. 

(laiBÂUT, la Poire, 163, Stelilicli.) 

En délices use sa vie. 

(Dolop., 1195, Bibl. eh.) 

User son tens en vénerie... 
[Un Chii: et sa dame, !• 91, Mus. Brit., P. lleyer, 
Jiapport.) 

— Exercer, pratiquer : 

Se aucun poissonier gist malades, ou en 
la voie d'oustre mer. ou en la voie mon- 
seigneur Saint Jasques, ou a Rome, par 
quoi il ne peusl user ne hanter en la vile 
de Paris le mestier devant dit en la ma- 
nière desus devisee, sa famé ou aucun de 
son conmendement. enfant ou autre, pueent 
user et hanter le mestier devant dit en la 
manière desus devisee. (Est. Boil., Li'v. des 
mest., \" p., C 12, Lespinasse et Bon- 
nardot.) 

Fist assises et usages que l'on deust 
tenir et maintenir el tiser ou roiaume de 
Jérusalem. {Assis, de Jérus., I, 22, Beu- 
gnot.) 

— Mener, conduire : 

Ge qui avoie esté navrez en la bataille si 
durement que ge cuidai bien morir proiai 
monseingnor le rei por Dieu qu'il me les- 
sast ceenz usser le remenant devant. {Lan- 
celot, ms. Fribourg, P 27".) 

Et en ceste guise useraient leur guerre. 
(1295, Charte, Arch., Mus., vitrine 50, 
pièce 298.) 



— User le cors Dieu, user le cors de 

Noslre Seigneur, recevoir l'Eucharistie : 

Li prestres en levé ses mains après chou 
qu'il a usé le cors Dieu nostre Saveor J. C. 
{Artur, ms. Grenoble 378, P 88\) 

Adonc le doit on (Nostre Seignor) aorer 
et saluer, et estre devant lui tant comme 
il est en la place, c'est tant que la pais soit 
donee et que II prestres l'ait usé. (Ph. de 
NovARE, //// lenz d'aage d'ome, % 150, A. T.) 

Il fut servi durant la messe de monsieur 
de Montpensier, parfois de monsieur de 
Bresse, et puis du roy, qui donna a laver 
après qu'il eut usé le corps de Nostre Sei- 
gneur, de quoy il fist troys pièces et ne 
print que l'une; les autres furent usées par 
le diacre cardinal et soubz diacre, et pa- 
reillement du sang en eurent leur part. 
(L'Appoinctement de Ru7nme, dans Mém. de 
Ph. de Commynes, III, 338, Soc. Ilist. de 
Fr.) 

— Par extension, manger : 

Et Dieu Nostre Seignor mena de la terre 
tute manere du fust beat a vewe, et suef 
a user. {Bible, Gen., ch. ii, v. 9, Richel. 1.) 

Puis arracha trois paus d'erbe en non de 
sainte Trinité, el les husa en non de sainte 
créance. {Lartcelot, Richel. 754, P T".) 

L'evesque de Lisieux chanta une messe 
audit pavillon, et consacra deux person- 
nes, en espérance que de l'une fust fait 
deux parties et usées par les dis régent et 
roy. {Gr. Chron. de Fr., Bon roy Jehan, 
ch. Lxxxui, P. Paris.) 

Atant at mis sa bouche a la boiste et sa- 
chat sus une des personne a sa lenge et 
Vuisat et puis remist le boiste en son cy- 
boire. (J. d'Outrem., Myreur des histors,\l, 
57, Chron. belg.) 

— Neutre, faire preuve : 

Les grans f.ùs d'armes dont il avott usé. 
[F.nf. Ogier, 6594, Scheler.) 

— .\voir commerce : 

Et se dit généralement que jamaiz non 
uzerent ensemble carnalement, que prenie- 
rement non s'agenollassent en terre, et re- 
queroient a Dieu qu'il lor donnast filz... 
(Aimé, Chron. de Rob. Viscart, I, i. Soc. Hist. 
de Fr.) 

O Dieu j'ay en main labouré, 

Ay je bien fait ou j'ay failly 

Suis je de pechc assailly 

D'ai'oir avec Symon usé. 

[Act. des aposl., vol. Il, I' 18', éj. 1537.) 

— .\ct., prendre habituellement : 

La geline li respundi : 
Que diz tu ? va I qu'ai jo ci ? 
Guides lu que j'aira miels tua blé 
Que ce que j'a* luz jurs usé ? 
(Marie, Ysopet, ap. Barttcb, Lang. et litt. fr., 579, 
26.) 

Li valet tacheeur aus tailleeurs ne puent 
demander autre louier de leurs mestres 
que le droit pris que il ont usé des pieça. 
(Est. Boil., Liv. des mest., i" p., LVI, 7, 
Lespinasse et Bonnardot.) 

— Neut., avoir coutume : 

Li preud'oume du mestier desus dit ont 
usé au tans la reine Blanche, qui Diex face 
merci, que quant il esloieni semons et il 
n'i venoient, il esloient quite de l'amende 
le roy pour .xii. d. (Est. Boil., Liv. des 
mest., \" p., LXXXIV, 20, Lespina.se et 
Bonnardot.) 



T. VIII. 



16 



122 USE 

Se j'eusse encontre Moduse 
Laquelle, si coin l'en dit. use 
De convertir les gen* en pierre. 
Je n'eusse p.is. par s.iint Pierre, 
Eu lors si maulvais encontre... 
(J. Le Fetbe, ^Jatheo!us, I, 305, Tricolel.) 

— Jouir du droit d'usage : 

Ne li frère dou Temple ne doient usser es 
pasluraiges desus diz for:; que pour lors 
besles qui... (12 juill. 126i, Joisv., Letl., 
Richel. 1. 9035.) 

— Se détériorer par l'usage : 

Hacm mocrt. fer itsf, fust purrisl. 

(Wace, Rou, 3" p., 135, Andresen.) 

— Réfl., s'exercer : 

Lors tira une petite espee que il avoit 
ceinte selon son âge. et que on lui avoil 
faite pour soi user et exerciter. (Grand. 
Cron. de France, IV, 24, P. Paris.) 

— Inf. pris substant., usage, besoin : 

Quiconques est serreurier u mestier de- 
sus dit, il ne peut ne ne doit afaitier ser- 
reure viez a gainnier ne a mercier, ne a 
collrier, se il ne sevent que l'euvre soit 
leur propre pour leur user. (Est. Boileau, 
Liv. des mest., l" p., .VIX, 7, Lespinasse et 
Bonnardol.) 

Derrechef pour la franchise de cent pors, 
les quels eux pourront avoir franchement 
en la foresl de Moiilforl pour leur user, 
seze soulz. (1308, C/t. de Pli. le Bel, dans 
ilém. et noie!, d'.i. le Prévost p. serv. à l'iiisl. 
du dép. de VEure, II, P Ti", L. Lelisle et 
L. Passy.) 

Ont toujours esté en nécessité aler qué- 
rir eaue douice pour leur uier et aussi pour 
leurs chevaux. (1434, Arch. S. -Inf. G 877.) 

— Usé, part, passé, accoutumé, 
usité : 

Li jorz failli et vint la nuit ; 
Cil qui furent usé et duit 
Ont la bataille descvree, 
Chascuns en a sa gent menée 
Estreit et serré tôt lo pas. 

(Bes., Troie, 10349, Jolj.) 

Trop sont dolentes et confuses 
Puceles qui sont refusées 
Quant de prier ne sont usées. 

[lijse, ms, Corsini, f* 40'*.) 

Car il est usée chose que tel sers gaaiga 
celui qui a en lui usefruit de promesse qui 
en li faut. (Digestes, ms. Montpellier 11 47, 
P 93°.) 

Usée chose est entre nos que l'on fait 
d'une grande faille a un prodome une pe- 
tite. (Régie du Temple, 6j9, Soc. Uist. de 
Fr.) 

Que le peuple payaissent et servicenl 
ainxi corne il estoienl «se a la seignorie de 
l'empereor de l^ostanlinople. (Liv. de la 
Conq. de la Morée, p. 31), Buchon.) 

En leurz biens accoustumes et usej.(1342, 
Reg. des lelt. de frandu, .\rch. K 1011, f 
3 r".) 

En leurs biens acouslumezet ussez. (134.5, 
.•4.) 

— Exercé, habile : 

E cil se refurent mult lest 
Gent départi e bel .irmé 
Cum cil qui mult en sunt usé. 

E»., D. de Norm., Il, 5556, Michel.) 



USI 

Cil sot tant d'ingremance. et si en fu uses, 
C'ainc si bjns encanteres ne fu de mères nés. 

[Boum. d'Alix., f* 5'', Michelant.) 

Lo lilz soe bastart, loquel se clamoil El- 
deprande, fist clerc, liquel esloit usé de 
fait de chevalerie. (.\imé, Yst. de li Nor- 
mant, VI, 5, Soc. Hist. de Fr.) 

Jovencel et non usé d'armes, (lo., ib., 
VI, 5.) 

GolTrede Ridelle savoit sagement gover- 
ner la chose qui lui estoit commisse, et 
estoit usé de ordener chevalerie et bataille. 
(ID., ib., V, 9.) 

Ad ce meisme que li pays n'avoil adonc 
gaires de fortressses, ne "la gent n'estoit 
mie usée de guerre, ne ne pooient avoir sc- 
cors de nulle part. (Liv. de la conq. de la 
Morée, p. 58, Buchon.) 

Il n'estoient mies usé d'armes ensi que 
li Engles. (Froiss., Chron., IV, 162, Luce.) 

Fist li dis rois aviser et regarder par 
ses chevaliers les plus uses d'armes le lieu 
et la place de terre ou il ordonneroit ses 
batailles. (Id., ib., V, 27, Kerv.) 

USEUAIRE, voir USL'AIRE. 

usEUSE, voir Oiseuse. 

USEVAIRE, voir UsOAIRE. 

usixE, ux., huisine, huy., ivisine, 
uisine, usivlne, s. f., le total du bien 
que chacun possède, ustensiles de 
ménage, meubles, biens de campagne, 
ferme, moulin, forge, tuilerie, faïen- 
cerie, verrerie, boutique en général : 

Se nos avons besoing de mairien a nos 
moulins et a nos autres tcisines de Valen- 
chienes. (1274, Ch. des comtes de Lille, 
ch. ccLxiii, ap. Duc, Usina.) 

.II. caudieres, et .i. bouliel, .ii. cis, et .ii. 
caudrons apperlenans a Vuisine. (28 janv. 
1341, C'est Jehans le Knt et Jehans Four- 
niaus, chirog., S. Brice, Arch. Tournai.) 

Pour le pourfit des hwjsines k'on i fera. 
(Mai 1306, Carlul. de l'abb. de Camhron, 
p. 179, C;hron. belg.) 

Se lidit habitant d'Autreville, ont mes- 
tier d'argent pour leur église ou pour leurs 
autres usines, qui contre leur seigneur ne 
Boit, maintenir, il en pourront faire taille 
entre eulx. (Janv. 1355, Ord., IV, 339.) 

Tenant Vhuisine Aa apolecaire. (1518, Tes- 
tam., Arch. mun. Douai.) 

Eriger colombiers, pressoirs et moulins, 
faire estangs, Ireflleries et autres usuines. 
(S. d., Nouv. Coût, gén.. Ville de Metz et 
pays messin, Jl, 396, éd. 1624.) 

Femme, constant son mariage, tenant 
l'usine ou boutique de son mary, achetant 
et vendant publiquement, peut contracter. 
(1574, Coul. de Cainbresis, Coul. gen.. Il, 
849, éd. 1604.) 

— Travail en général : 

Le charpentier et le maçon 
N'cstudie se bien peu non, 
Et si font aussi bonne usine, 
Qu'cstudians en médecine. 
(La Fontaine des Amoureux, ap. Borel, Trésor des 
Jiecherches.) 

— Sorte de redevance : 



USI 

Pour eschuyr de paver les malletottes et 
uxines. (1429, Preuv. de Metz, V, 110.) 

USINER, V. n., travailler : 

Le meunier usinait. (M sept. 1773, Edil, 
dans Polain, Ord. de la princip. de Liège. 
II, 706.) 

— t^strtrtn/, part, prés., qui travaille, 
qui fonctionne : 

Pour chaque usinier avant usine usi- 
nante. (11 sept. 1773, Edi't, dans Polain, 
Ord. de la principauté de Liège, I, 104.) 

Haut-Maine, usiner, v. n., travailler 
en parlant du bois, par extension se 
rompre, en parlant d'un échafaudage 
ou d'une pièce d'échafaudage. 

usiMER, usu., uhenir, huhenir, s. 
m., celui qui possède une usine ou 
bâtiment d'usage : 

Pour chaque usinier ayant usine. (Edit., 
dans Polain, Ordoiin. de la princip. de 
Liège, 1, 104.) 

Et se nuls debas avenoit entre Vuhenir 
délie halle et nul marchant aile ocquison 
de pesaige ne de slalaige. (27 avril 1367, 
le Met. des drap, accordé pour trois ans, ap. 
Bormans, Oloss. drap. Lièq., Doc. inéd., 
VIll.) 

Et ne doit li huhenirs escondire la ditte 
halle a cheaus de meslir pour menée layne 
waranche. (Ib.) 

].'usunier délie halle. (1527, Cli. et priv. 
des 32 met. de la cité de Liège, 1. 36, p. 
242, éd. 1730.) 

usiTER, verbe. 

— Act., exercer : 

Exercitor. Qui exercite, accouslume et 
usile aucun a quelque chose faire. (R. Est., 
Thés., éd. 1531.) 

— Neutre, s'exercer : 

D'autre costé voit on le plus souvent 
Lorgesjetter ses enseignes au vent, 
Pour ses piétons faire usiter aux armes, 
Lors que viendront les périlleux vacarmes. 
(Cl. Mab.; Epistre du carnji d'Atiijni à Dame d'Alen- 
eon, p. 130, éd. 1596.) 

— Act., fréquenter : 

Encore aujourd'hui cette ville (Padoue) 
esi beaucouj) usitée pour les éludes qui y 
fleurissent, et pour la liberté qui y est fort 
grande. (Voy. de M. de Rohan, p. 29, éd. 
1646.) 

— Neutre, vaquer : 

Il qui est religieux profes de ladite ab- 
baye, qui en icelle a tousjours beu et 
mengé en couvent, couché en dorlouer, 
usité au service et cérémonies de la dite 
abbaye et dudit ordre trop plus que ledit 
défendeur. (1490, Pièce concern. la chan- 
trerie de S. Germ. des Prés, Arch. L 779, 
2" liasse.) 

— Usité, part, passé, exercé, accou- 
tumé, habile : 

Aulcuns saiges chevaliers et escuiers 
bien usités d'armes. (Froiss., Chron., Ri- 
chel. 2644, f 16 v°.) 



USL 



USU 



usu 



123 



Pour le mettre en quelque œuvre que 
vous avez rinlenlion de faire en langue 
latine, dont vous estes bien usité. (Goii- 
MYN., 3/ém., p. 3, Chantelauze.) 

Je suis viellart et îtsitt^ ; 
Si ay fait maiot coup en meslee. 
(Jaq^Milet, Destruct. de Troye, 10705, Stengel.) 

Si humaines a gens de cours, 
Si usitées de leur babil. 
Si duictes pour trouver des tours. 
(CoQtJiLLART, Blason des Dames. Il, 186, Bibl. elz.) 

Par preuz hardiz, en la guerre usttez. 
(GaisGoRE, les Folles entreprises, I, p. 36, Bibl. 
clz.) 

Mieulx usilez aux perilz et hasardz. 
{B. Desp., iî*c. des œuores, p. 83, éd. 1544.) 

Nous espérons en Dieu, et lascherons de 
surmonter tous les defaulx par patience, 
a laijuelle nous sommes usUes de tout 
temps. (IJSO, Lelt. mUs. de Henri IV, t. I, 
p. 286, li. de Xivrey.) 

USLAGLE, -iague^ voir Ulague. 

usLEis, ulleis, s. m., goût de rôti, 
de brûlé, odeur de brûlé ? 

Tant qu'il disoient sus la table 
Conques teus mes ne fu veus, 
Autre bougres ont il eus ; 
Mes si plesanz veus n'avoient 
Que por Vidîeis qu'il santoient. 
Disoient que c'erent espisses. 
(Raoul de Houd., S om/e d'enfer, ap. Scheler, Trouv. 
belg., 2«sér., p. iy"4.) 

Cf. USLER. 

USLER, ulei\ tillei\ urler, mller, hue- 
ler, V. a., brûler, rôtir : 



E ses eles i uiUe. 

{P. DK Tbiu», Best., 



1008.) 



.1. grand brandon de fu gela 
Qui bien ot deux toises de let ; 
Treslout a Piercheval urlet 
Et le sourcil et le grenon. 

[Cbbest., Perceval, 39S3S, Potvin.) 

Si l'aprocierent et troverent 
Fu et veneors ki uUerent 
Venison, ke il orent prise. 

{Chev. as deus esp., 8807» Foerster.) 

Un grant feu fist por les costez ulîer (du U- 

[nel). 
[AleschaiiSfVBT. des t. 3622-61, ap. Jonck., Guill. 
d'Or., t. U, p. Î66.) 

Je vous ferai autretant par verlê, 
Come je fis del félon Ysoré, 
Le mauves queu. le marchis au cor nés 
Qui a Orenge mot les grenons hucîê. 

(Mon. Renuart, Ricbel. 36S, f« 233».) 

Lors l'a usU 
Li feus, qui forment Taprea. 
(Peau, 17e de S. Martin, p. 46, Boarassé.) 

— Fig., animer, enflammer : 

Forment ymaiges de cire. 
Au feu les font roslir et frire 
Pour les cueurs des amans uUer. 
(.J. Lb Fetee, Malheolus, II, 5103, Tricotel.) 

— Uslé, part, passé, brûlé, rôti : 

Et dist U uns a l'autre : Moult est cis (mets) sa- 

[voures, 
Mius vaut que cars de porc ne que bacons uîles. 
{Les Chetifs. Ricbel. 1255S, (• 80'.) 



Devant le roi, après cel ems 
.\porta J'en un entremes 
Qui durement fu dépariez. 
C'en apele bougres idlez 
K la grant sausse parisce. 
(R. OE HouDEsc, Songe d'enfer, 4S7, ap. Scheler, 
Trouv. belg., i' sér., p. 19«.) V'ar., ulez. (Ri- 
cbel. 1593.) 

S'il a la barbo tisîee 
N'en face ja posnee. 
Mes soit de bêle hère 
Et face bele chiere. 
{Oustïtlem, au viUaiîl, IS5, Montaiglûo et Rayaaud, 
Fabl., II, 151.) 

En sus se traiche qui brûles 
lestre ne vora ou urles. 
(GiLLON LE MuiBiT, Poés., I, 67, 9, Reiff.; 

— Chat usle, locut. : 

\ous resemblez le chat usle. 
Qu'il a en vous plus de bonté 
Et de cortoisie et de sens 
Que ne Guident le plus des gens. 

{Geus d'aventures, ap. Jiibin., Jongl. et Trouv., p. 
153.) 

Balaac, Sadoc et tu. Phares, 

Qui vault [trop] mieulx que cil Jares, 

A ton visage remulé : 

Tu es de airage a chat tdlé : 

(1494, Myst. de la Passion, 396, E. Picot, Rom., m, 
Î7S.) 

usLOR, ulur, S. f., feu, brûlure : 

Tels calz, telz freiz e tels ulurs 
Suflret Judas e tels dolurs. 

(S. Drandan, 14J6, Michel.) 

ussE, voir HuissE. 
ussER, voir User. 
l'ssEBiE, voir Huisserie. 
ussET, voir Hlisset. 
L'ssiER, voir Huissier. 
l'ssiR, voir EissiR. 
l'ssous, voir Oisos. 

L'SSOUSETÉ, voir OlSEnSETÉ. 
USSURER, voir USLRER. 

usTAGE, voir HosT.\GE au Supplé- 
ment. 

USTEILLE, voir OSTILLE. 

USTE^•CILLER, voir Utenciler. 

usTiL, voir OSTIL. 

csTiLE.MEXT, -Ulemenl, voir Ostille- 
ment. 

usTi\', voir HcsTiN. 

USTRAIGE, voir OuTR.\GE. 

usu.vBLE, usuale, adj., qui a cours : 

Deniers usuales et coursables. (.\v° s., 
Ord.du jtfassa)-/,VaIenciennes,ap. La Fons, 
Gloss. ms., Bibl. Amiens.) 

usu.iBLEMEXT, adv., syn. d'usable- 
ment: 

La femme pendant les diiz .xl. jours 
peut demeurer en la maison de son feu 
mary et user des biens tant en vivres 



comme autrement usuablement sans en 
transporter aucuns. [Coust. d'Artoys, P428 
r°, éd. 1Ô46.) 

usuAGiER, adj., usuel: voir l'ex. à 

Us.\GIER 2. 

1. isr-\iRE, -airre, -are, usuiaire, 

useuaire, ^useaire, uzewaire, usevaire, 
uzewaire, uxoiv., isiiaire, ysouaire, 
ysuaire, s. m., droit d'usage, servitude, 
et par extension, usufruit : 

El si emporlen Vusuare de la grange de 
Auviler. (Fév. 123'J, Flabèmont, Arch. Vos- 
ges H.) 

Bois franc el quite de gruerie et à'usuare. 
(Sept. 1245, abb. du l'araclel, Bib. Ec. Ch-, 
18't6, p. 25B.) 

Ne puent clamer usuaire (du bois) n'en 
mort n'en vif n'en paisson. (Août 1250, 
abb. de Châlill., cart. 65, Arch. Meuse.) 

Se li procurators d'aucune yglise voit que 
ce soit li preuz de l'église que il baut a 
aucuns trusqu'a certain terme s'usuaire de 
terres ou de possessions. {Ordin. Tancrei, 
ms. Salis, f 69'.) 

Et lou bois bateis tout a taille la ou cil 
de la vile de S. Ourbain ont leur ysouaire. 
(1264, Lett. de J. de Joinv., Urb., Arch. 
Ilaute-Marne.) 

.\ient lourysiiaires par toute Maaston.(/ô.) 

Que li prioleis de S. Amé ait son ysouaire 
en toute Maaslon. (/é.) 

Se li cors de l'abaye Saint Ourbain 
usoienl au plus près d'aus en une partie 
dou bois ou il laissassent a user partout, 
ne perderoient il raie pour ce leur ysouai- 
res devant dis. {lb.) 

Cest isuaire lor otroi. (76.) 

Por lou dit isuaire me doiet il chacun 
an vint sestiere d'aveine..., et de chacun 
feu de ciaus qui i useront une geline. (/4.) 

Ne avrons en ces cent arpens nul usuare 
nés que es autres propres bois d'Escuri. 
(Oct. 1266, ib., Arch. Meuse.J 

Ils et leur homme de S. Urbain avoient 
usuaire en ces bois. (1268, Charte, Jloreau 
193, f 3 r», Richel.) 

Nos avons olroié aus davant dis abbé et 
convent Saufroi c'on dit Lumbart, aveuc 
son héritage a tenir franchement et quic- 
lement, an tel usuaire par tout, com uns 
de nos homes de Hosselainmont, en bois 
et en ban. (.ivril 1269, Arch. Vosges H, ab- 
baye de Mureau.) 

Se il i demeurent la semaine... il avè- 
rent lor usuaire en bois. (1277, Cart. de 
Metz, lîichel. 1. 10027, f» 19 v°.) 

Se li sires au serf en qui jo avoie usuaire, 
tu le serf. {Digestes, ms. Montpellier H 47, 
f 48=.) 

Se l'en laisse l'useuaire d'une chose a au- 
cun. {Ib., f" 95\) 

Li usefruis ne li useaires. {Ib., f 98".) 

Li usuairres des bestes. {Ib., f 102".) 

Et se une vigne est sechiee 
Ou il advient que ung arbre chee. 
Cil qui Ittsuaire en avoit 
Des que tel empirement veoit 
Se doit maintenant entremettre 
D'ung autre planter et y mettre. 
(Le livre des institutions desdi-ois appelle Instituie, 
f !3'.) 



124 



usu 



Pour avoir lour aisément et leur usuiaire 
en la dite maison. (Mai 1287, S. Nie. de 
Verdun, Arch. Meuse.) 

Quiquionques y clameroit droit ne te- 
neur ne uzewaire. (Janv. 1305, Cart. de 
Uelz, liibl. Metz 751, f 5 r".) 

Ne doit avoir li diz Ilanris nul usuaire 
dedans la court de la dicte maison. (1335, 
Collégiale de Vaucouleur, T 48.) 

— Place vague, commune à un vil- 
lage, à une communauté, cour, jardin, 
basse-cour : 

Ensi com li pugnons de la grainge de- 
zour ce porlet aval jusc'a ehamin ait li 
abbes et li covans devant dis lor usevaire, 
ne cest uzewaire ne cest quart ne puet om 
maix ne ne doit e^partir, et dou colemier 
ki est fais dedens ces iizewaires doit Jehans 
devant dis .nu. m. de cens. (1250, Cart. de 
S.Vinc. de Melz, Uichel. I. 10023, f° 129 r°.) 

Aveuqucs les usuaires appandans an lai 
dicte maison. (1344, Arch. Meurthe II 3052.) 

Encores y avoit une double en usuaire, 
assavoir se celluy qui a l'usuaire le peult 
louer a aulcun aultre que a luy. (Boutill., 
Sont, riir., P 111 r°, éd. 1539.) 

Elles estant (à pêcher) sur lour polz et 
uxowaire de lour maison. (1459, llist. de 
Melz, V, 640.) 

Messin, uzowaire, place située de- 
vant une maison d'habitation et servant 
au dépôt du fumier, des voitures, du 
bois, des fagots, etc. 

2. USUAIRE, adj., qui a l'usage d'une 
chose, usufruitier: 

Au regard des biens lemporelz que Dieu 
adonnez aux humains ilz en doyvent user 
comme du temps, et considérer' et croyre 
qu'ilz n'en sont seigneurs : mais seulle- 
ment dispensateurs et usuaires. (J. liou- 
CHET, Noble Daine, T 146 r", éd. 1536.) 

Tu sçais aussi qu'il ne t'estoit donné 
Ne par nature a toy abandonne 
Pour de tous poincts a Ion plaisir en faire ; 
Tu en estois seulement usuairr (de ton en- 

[fant.) 
(Id., Ep. fam., LXXVII, éd. 1545.) 

Afin que l'hosle et le maistre usuaire de 
ce bas monde y entrant trouvast la nappe 
mise. (Charron, Création du monde, p. 17, 
éd. 1629.) 

USUALE, voir USUADLE. 

usuALiTK, S. f., qualité de ce qui est 
usuel : 

Usualitas, usualité. {Gloss. lal.-fr., Richel. 
I. 7679, r 267 r°.) 

USUARE, voir USDAIRB. 

usuARiER, s. et adj., usufruitier: 

Au.\quels 600 arpents du grand bois... 
ils useront pour faire leur volonté comme 
usuarier doivent faire. (1268, Moreau 193, 
C 3 r", Richel.) 

USUAU, voir Usuel. 

usucAiMo.v, usucnpcion, mucapt., s. 
f., en droit romain, manière d'acquérir 
par la possession, par l'usage : 



USU 

Le tens qui est establi en usucapions. 
(Digestes, ms. Montpellier H 47, f° 59'.) 

Si comme de proposer paye, respit, quic- 
tance, donacion ou transaction, prescrip- 
tion de temps, usucuprions, surrepcions. 
(BoiTiLLiER, Somme rur., f 22°, éd. 1479.) 

Usucapion et prescription ne sont autres 
choses fors justes saisines continuez par 
longtemps. Usucapion est dicte en meuble 
a trois ans, ce que est dit en héritage pres- 
cription a dix ans. iCoustum. de France, f 
48 v", éd. 1517.) 

Usucapion a lieu en meuble publique- 
ment possédé par l'espace de trois ans 
continuels, sans fraude et sans inlerrup- 
tion, aliénation ou inquietalion d'autruy. 
(Cnul. de Sedan, CCCXXIV, iNouv. Coût, 
gén., II, 836.) 

Par ladite coustume usucaption a lieu 
quand aucun meuble est possidé publique- 
ment par aucune personne sans fraude 
par l'espace de trois ans continueiz. (Coût. 
de Me/un, LXXV, Nouv. Coût, gén., III, 419.) 

USUEL, usuau, adj., dont on se sert 
ordinairement, qui est en usage : 

Au cens u9Hau. (1298, Vente, Fontevrault, 
anc. tit., Arch. Maine-et-Loire.) 

Les mois .usuaulx sont .xii. (Corbichon, 
Lio. diipropriet. des choses, IX, 9, éd. 14S5.) 

USUFRUCTUAIREMEiVT, USUff., adv., 

comme un usufruitier : 

Une vefve, en appréhendant son douaire 
comme il est requis, doit avoir la moitié 
des profits usufructitairement.(BE.Ki:\i.\}iOiR, 
Coût, de Beauvoisis, Beugnot.) 

Terre et seigneurie a[ipartenant en pro- 
priété a Mgr Charles d'Ailly, et Madame 
Philippes de Crevecœur, sa femme, a cause 
d'elle, et usufructuairement aussy a noble 
dame Madame Marguerite de la Trimouille. 
(1507, Coût. toc. du bailt. d'Amiens, I, 201, 
Bouthors.) 

Disant et proposant ledit demandeur 
que, ausdis delfendeurs appartenoit et 
competoil, est assavoir, audit Simon, pro- 
prietairement, et audit Jaques, viaigere- 
ment et usu/fructuairemeiit, a cause de sa 
ditte femme, mère d'icclluy Simon, durant 
la vie d'elle seulement, .xi.iii. sols, .ix. de- 
niers tournois de rente herilable chascun 
an. (1512, Escript de sentence portant rachat 
de J'ente heritable, Arch. Tournai.) 

Jouir sa vie durantdu dit usufructuaire- 
ment. (GuENOYs, Conférence des coustumes, 
r 172 v°, éd. 1596.) 

USUFRUCTUERESSE, -tuaressc, s. f., 
usufruitière : 

Voulans que nostredite sœur Anne de 
France, après le trespas de nostredit frère, 
si elle le survit, en joysse et demeure dame 
usufi-uctueresse. (Mai 1498, Ord., XXI, 29.) 

Et outre est douée la femme survivant 
de la moitié des immeubles de son mary 
provenans de l'estoc de son mary, pour en 
jouyr par manière de douaire comme usu- 
fructuaresse. (Coût, d'.iuoergne. Coût, gén., 
II, 479, éd. 1604.) 

usuFRUCTUEUSE.MEiXT, adv., comme 
un usufruitier : 

S'il advenoit que aulcun tint en bail ou 



USU 

usufructueusemenl terre ou seigneurie qui 
de son droit eust confiscation,... sachez 
que appréhender les pourroit le bail ou 
usufructuaire a son proffit. (Boutill., Som. 
rur., II, f» 46 r", éd. 1539.) 

Pour desdits héritages joir par le seur- 
vivant viagerement et usufruclueusement. 
(1507, Coût. toc. du lyaitl. d'Amiens. I, 323, 
Bouthors.) 

USUFRUITAIRE, Voir UsEFRUCTUAIRE. 

USUFRUITER, -ier, ii/fruiter, uffruic- 
tier, V. a., posséder en usufruit : 

A tenir, a avoir, recevoir, expleter, pos- 
sider, usufruiler. (1345, Cart. de S. Benoit, 
t. I, f 170 r°, Arch. Loiret.) 

Une meson et les appartenances d'icelle... 
a tenir, uffruiter, habiter et demorer en 
ycelle meson. (1355, Charte, Pont d'Or- 
léans, Hôpital général Orl.) 

A tenir, possider, esploicter et uffruic- 
lier tous yceulx héritages dessus bailliez 
par ledit Jehan. (1375, Bail à deux vies, 
Arch. MM 30, f° 18 r°.) 

Céda, transporta et delessa... a ladite 
chappelle ledit demi arpent de vigne... a 
tenir, possider et usufruitier par le pre- 
mier son successeur chappelain. (1385, 
Arch. S 87, pièce 24.) 

USUFRUITTAIBE, Voir UsEFRUCÏL'AIRE. 

USUIAIRE, voir Usuaire. 
usuiiVE, voir Usine. 
usu]\iER, voir Usinier. 

usuRABLE, adj., usuraire : 

Il estoit tenus et obligies, en pluiseurs 
gries debtes usurables, lesquelles paier ne 
pooit se, par droite nécessité, aucuns de 
ses hiretages n'estoient vendus. (Fév. 1336, 
C'est don pooir que Jeliaits de Tournât/ dona 
a sen procureur, S.-Brice, Arch. Tournai.) 

usuRATiF, adj., usuraire: 

En matière de rescision de contract 
usuralif. (Mart. d'Auv., Arr. d'am., p. 243, 
éd. 1587.) 

usuREOR, S. m., usurier : 

Main sanglentc a hom nsurtre. 
(Renclus de Moil., Miserere, lui, 7, Van Ha- 
mel.) 

usuRER, uss., -eir, uzereir, v. n., 
prêter à usure, e.xercer l'usure : 

Si estoit ussuriers, bien savoit assurer. 

(Behuah, Bible, ms. Orléans 374 bis, f* 11».) 

J'entens que cascuns honeur quiere, 
Je n'entench pas par nsurer. 
Mais par son sens amesurer. 
(BEiUMiNoiR, Jehan et Blonde, 6188, A. T.) 

Et uzereir et genl Irichier. 
(Rutbb., Nouvelle complainte d'Outre mer. «p. Jub., 
Œuv. de Jiuteb., I, IJl.) 

Convoitise fait nsurer 
Et fait faussement mesurer, 
(Moral, sur $ix vers, Ars. 5Ï0I, l' SS5>.) 

Et aussi a tous les obligies qui vendront 
payer après le crit fait, li seneschaus, bai- 
lis et autres justiciers, leur feront rendre 
leurs obligations, ou gages, en payant sans 



UTA 



un 



UVE 



125 



plus les trois parts du debl en coy il au- 
ront usure. (12 janv. 1330, Ord. II, 60.) 

— Rendre avec usure : 

Et por les graDZ dangîers les foot 
Et termoier et usurer, 

{Vie des Pères, Bicbd. 23111, f« 71".) 

vsvRPAisT, -ent, s. m., usurpateur : 

Si les em punissiez par telle manière 
que les autres usurpens tle nos droiz y 
preignent exemple. (1310, l-eLt. i/e l'/iil.,i-oi/ 
de Fr., ap. llarmand. Léproserie de Troyes, 
p. 203.) 

CSURPATIVEMEÎVT, adv., par Usurpa- 
tion, à tort : 

La faisant Gislard usurpai ivement son 
siège... (Le Bauu, Hist. de Bret., ch. .\v, 
éd. 1638.) 

Les Sarrasins disent usurpativemenl estre 
descenduz de Sarra, légitime femme de 
Abraham. (Mirouer hisloriul de France, i° 
44 v°, éd. 151(3.) 

Prendre usurpât ivement le nom de no- 
blesse a eulx non appartenant. {Bat. jud., 
V, 4, éd. 1530.) 

usuRPEUR, s. ra., u.surpateur: 

Les receleurs, murpeurs, estrangeurs. 
(1321, xVreh. JJ(31, f 9 r».) 

Le principal adversaire du roy Edouard, 
c'est a sçavoir Henry son usurp-ur, avec 
plusieurs tenans son parly, estoient illec 
usans de son droit contre raison. (Wavrin, 
Ancli. Cron. d'Englet., III, 117, Soc. Hist. 
de Fr.) 

... Malfaîcleur desloyai 
Et usnrpeitr de nom royal. 
(A. C.REBi», ilysl. de la Pass., 21459, G. Paris et 

Rayoaud.) 

usLT, adj. ? 

E vunt en un cunseil desuz un arc tisitt. 

{Voy. de Charlem., 663, Koscliwitz.) 

UT, voir Oit. 

UTAGE, -ague, hutague, iitiinge, esta- 
gne, s. f., cordage qui dans un vais- 
seau tient l'antenne à l'arbre et qu'on 
appelle maintenant itague : 

Bones ufanges eut el tref, 
Meillurs n'eslot a nule nef. 

( Vie de S. Gile, 897, A. T.) 

Utagues lascheot, très avalent, 
Boelines sachent et baient. 

(WlCE, Brut, 11510, Ler. de Liocy.) 

Hufagues laschent, trefs avalent, 
Buelines sachent e halent. 

(1d., ib., var.) 

N'i a ne veile ne hobenc, 

Utage, n'escote, ne drenc. 

(Ben., D. de Xorm., n, 20S1, Michel.) 

Bons govreniaus i et et grans, 
Voilles, utciges et grans rans. 
Et forceables et bobens. 

(iD., Troies, Hicbel. 375, f« 69'.) 

Un cable ou un estague. ou un va el 
vient. (1445, .\rch. mun. .\ngers FF 5, 1° 
26.) 

Littré inscrit sans exemple la forme 
itague. 



l'TAIM.ME, voir OlTlSME. 

UTAiN'ciixER, voir Ute.nciler. 

UT.AivGE, voir Utaoe. 

UTDis, -djjc, s. m., digue, terre 
formée par les jets de la mer ; terme 
flamand francisé : 

Nous Guys, cuens de Flandres el mar- 
chis de .Nanuir, faisons savoir a tous : ke 
comme il soit ensi ke nous a no chier fil, 
Johan de Namur et a ses hoirs, aiens donné 
el oUroiet touz les ges de mer el tous les 
iitdis comment k'on les puist ne doive ape- 
lier, ke nous aviens ou mestier de Bruges, 
et avoec ce tous les ges de mer ot tous les 
utdis, ki d'ore en avant, par alluvions ou 
par quelconques autre manière ke ce fust, 
poronl acroistre ou devant dit mestier de 
Bruges, en acioissemenl de son fief de 
Winendalle. (1285, Lett. de Gui, dans Mo- 
nuni. pour servir à l'Hisl. des prov. de Na- 
mur, de Hain. el de Lu.veinb., t. I, p. 25, 
Chron. belg.) 

Un scor que on apelle uldi/c qui gisl en- 
tre jVdendyc'h et Slripee, l'une partie ou 
mestier d'Axele, et l'autre partie el mestier 
de Ilulst. (1285, Chartr. de Narn., ib., t. I, 
p. 20e.) 

CTE^ciLER, -xiller. utancilL, usten- 
cHl., V. a., garnir de meubleiet d'us- 
tensiles, meubler : 

Vous savez que piei,;a vous ordonasmes 
par noz lettres ei deismes de bouche que 
feissiez mectro a point, ulanciller cl ames- 
nager noslre hoslel el jardin de noslre 
ville de Poicliers. (19 mars 1464, Lett. de 
Louis XI, II, 179, Soc. Hisl. de Fr.) 

Pour les relTaire (les maisons), et resdif- 
fier, utetuiller, et eulx v habituer. Juill. 
1481, Lett. de Louis XI, oVd., .WIII, 005.) 

Meubler el utenciter raisonnablement les- 
diles maisons. (\bil,Ed. d'Henry II, Felib., 
Hist. de Paris, I, 641.) 



outillé 



Utencilè, part, passé et adj., g; 



;arni, 



Pour cbariotz branlans, brouettes ; 
D'entretien mal utencilè. 
(COQUiLLART, Blason des Armes et des Dames, II, 
165, 1)U)1. elz.) 

Une maison meublée et ustenrillee de 
tous meubles. (4 mars 1570, ap. J. Baux, 
Mém. Iiist. lie Bourg, II, 49.) 

Artois, mal tislensillé, en parlant d'un 
mauvais ouvrier. 

UTiBLE, voir OcTABLE au Supplément. 

UTIL, voir OSTIL. 

UTILE.MEIVT, Voir OsTlLLEMENT. 

UTiLLE, voir OsTiLLEau Supplément. 

UTILLEME\T, VOir OsTILLEMENT. 
UTI.ME, voir OiTISME. 

UTiiv, s. m., vigne qui grimpe sur 
un arbre : 

En ces pais la les vignes sont assez lar- 
ges : car elles sont beaucoup plus grandes. 



et en façon d'utins. (Calv., Serin, s. le Deu- 
ter., p. 742', éd. 1567.) 

Ce mot est encore employé en Savoie 
où on l'écrit hulin, h aspirée. 

Cf. AUTIN . ■ 

UTIS.ME, voir OlTiSME. 

UTLAGARIE, VOir UlaGARIE. 

UTLAGE, voir Ulaue. 

ITLAGHE, voir UlaGE. 

UTL.tGiER, voir L'lagier. 
UTLAYERE, Voir Ulaqarie. 

UTLE, adj., utile : 

Hoem ki as volentez 
D'entendre le segrel 
De cost utle ditel. 
(Et. DE Wi.'jcttiRE. .\fuit. Catun, 467, Steng., Auso 
und Abhaiid., XLVll.) 

I Certes inoll est plus ntles en la bataille 
li haberz qui de 1er est ke ne soit li ves- 
lure de lui. (S. Bekn., Sen«., l'-ôS y"; p. 71, 
29, Foerster.; 

Bien le sai que tu es prudum, c utle e 
profitables a mun os. (Rois, p. 113, Ler. de 
Lincy.) 

UTLEME.\T, adv., Utilement: 

Nient ul/ement, supervacue. {Oloss. de 
Douai, Escallier.) 

UTRAGOs, voir Outraueus. 

UTREEMEKT, VOlr OuTREEME.NT. 
l'TRER, voir OuiRER. 

iTuovER, voir Otroier. 
UTRi'i, voir .\ltrui. 
VTT, voir Oit. 
uu.\T, voir OiND. 

UVE, s. m., raisin : 

Vindrent Tur qui estoient des chastiaus 
de la entor, et aporterent en l'osl au duc 
Godefroi presenz de pain et de vin el de 
dates et li'uoe passe. (Guill. lie Tïr, 1.\, 20, 
P. Paris.) 

El a 11 rois sur tôles iceles osties et sur 
toutes iceles du membre renies, c'est a sa- 
voir, jarbes en aousl, pain l'eliz a Noël, et 
uves a Pasques. (Vers 1250, dans Mém. et 
Notes d'A. le Prévost pour serrir à Ihisl. du 
départ, de l'Eure, II, 395% L. Helisle el L. 
Passy.) 

Miphibosech vint encontre lui o tout .ii. 
asnes i|ui estoient chargié de .n. .c. pains 
et de .11. .c. liaces duve passe... {Bible, Ri- 
chel. 899, T 155*.) 

En juillé, ne doisl pas sainier, mais user 
uve et boire aighe cascun jor a enjun 
pour la cote desrompre. (1268, S. -Orner, 
dans Grap., Prov. et dict. pop.) 

Aulcuns pourroienl doubler des uves ou 
resinsd'yvercomme ilspeuventappartenir. 
(B. DE GoRD., l'ratiq., 1, 3, éd. 1495.) 

UVEAL, voir IVEL. 

UVEE, s. f., nom que les anatomistes 



126 



VAA 



donnaient autrefois tantôt à la choroïde, 
tantôt à la face postérieure de l'iris : 

Et puis vient la lu nique iwee, et se la 
couleur naturelle est entre noir el vcrde 
pour forlifier la vertu visive, toulesfois 
aulcunesfois elle est d'autre couleur, et 
selon ce se diversilie. De ceste couloura- 
cion cy Galien n'en fait point de mention 
en tegni, mais il fait bien mencion de 
celle qui vient de Tumeur cristalline ou de 
albuginee qui est perforée ou millieu af- 
lin que 1 a semblance et les esperis puis- 
sent passer, et est pendue ou millieu en 
manière de uvee. (B. de Gord., Pratiq.. 
III, I, éd. 1495.) 

La première passion de lavée c'est dila- 
lacion de l'urne ou de la pupille, la pupille 
c'est le perluis de Vuvee; cestuy perluis 
aulcunesfois se eslargil et semble qu'il 
touche a la conjonctive. (Id., ib., III, 4.) 

La troisiesme tunique appelée uvee. 
(Paré, CEiiv.. IV, 6, Malgaigne.) 

La quatrième tunique de l'œil, c'est 
iuvee. (E. Binet, Œuv. spirituelles, p. 488, 
éd. 1620.) 

i;vEL, voir Ivel. 

fVELE, huvele, s. f.. luette : 

Uvula, huvele. (Garlande, Brug. 546.) 

fVERAiOE, -ainne, voir Odvraigne. 

IVETTE. s. f.. luette : 



VAC 

La maladie appellee uva qui vient a (la 
partie de) la bouche appellee communee- 
men! la uvette. [Jard. de san'.é, I,3"2ô, impr. 
la ilinerve.) 

t'VI.EE, voir OUBLEE. 

i'VR.\iGXE, -vrainne, voir Ouvraigxe. 
uvRER, voir Ouvrer. 
iviLE, s. f., luette vésicale : 

Laquele uvule c'est la luele. (II. de Mon- 
DEV., Chirurg., Richel. 2030, f 18 v°.) 

Uva in homine. Pline. La luette, Vuvule. 
(RoB. EsTiENXE, Thés., éd. 1531.) 

Vuvule. ou luette, est un petit corps 
charnu et spongieux, de figure quasi d'une 
pomme de pin, suspendu perpendiculai- 
rement a la fin du palais. (Paré, OEuv.,l\', 
14, Malgaigne.) 

l'vule, autrement la luette. Uva. uvula. 
(.\1C0T, 1606.) 

UWEILLE, voir Oeili.e. 

u.XAiGE, voir Usage. 

ixE. voir Hlisse 2. 

f.xELET, -ellet, voir Hiisselet. 

u.XERiE, voir Huisserie. 

ixiE, voir EissuE au Supplément. 



VAC 

u.xiER, voir Huissier 2. 
i'.xi\E, voir Usine. 
u.xiR, voir EissiR. 
L'.xoR, -ur, voir Oissor. 

l'.XOW.URE, voir USCAIRE. 

f.vfWE, voir EissuE. 
UY, voir Hui. 

l'YCHOTTE, voir OsCHOTE. 

UYT, voir Oit. 

iYTAi\, voir OiTAix au Supplément. 

l'YTEL, voir OiTEL. 
lYTISME, voir OlTISME. 

i'z.\>CE, voir UsAXCE. 
fZER, voir User. 

UZEREIR, voir USURER. 
rZEWAIRE, 



, voir UscAiRE 

UZFRllT, voir USEFRUIT. 

izowAiRE, voir USUA 



IRE. 




VAAIG.VAGE, -aige, voir Gaaignaue. 
VA.AIGXE, voir Gaaigne. 
V.A.ARIE, voir Veerie. 
VA.\SEi'R, voir Vavasseur. 

VA.ASERESSE, VOif VaVASSERESSE. 

VAASSEi'R, voir Vavassor. 
VAASSEi'RiE, voir Yavassorie. 
VAASSOR, voir Vavassor. 
VAAST, interj., fi! 



Vaast du mauvais fol périlleux ! 
(A. Greb»5. Misl. de la Pat.'!., 23146, G. Paris et 
RayDauJ.] 

VABLE, adj., égaré : 

Si astoit uns moines ki ne pout pas es- 
teir a l'orison, mais mânes ke li frère soi 
furent abaissiet al estuide de l'orison il 
eissit fors, et de vable pense faisoit alcu- 
nes choses terrienes el trespassables. (Dial. 
Greg. lo pape, p. 65, Foersler.) Lat. : mente 
vaga. 

v.ACABO.\DE, vaga., adj. et s. m., va- 
gabond : 

S'ilz estolenl vagabondes parmy le monde. 



(L't Iresample et vraye Expos, de la reigle 
M..^. Ben., V 84% éd. 1486.) 

Par ladite coutume, se aucun vacabonde 
amaine vin ou bière a aucuns taverniers 
de ladite ville... {.KoùllhOl, Eschcvinage de 
Mollie-is le Vidante, Mém. de la Société des 
Anliq. de Pic, I, 185.) 

Chasser hors de la dite ville tous belis- 
tres, vacabondes el ruffyens et aultres \vy- 
seuses gens vivans advantagieusement 
tanl es bourdeaulx que aultres lieux dis- 
solus. (2"2 janv. 1520, Reg. des Cons., 1519- 
1522, f 38, Arch. Tournai.) 

vACAciox, voir 'Vacatiox. 

VACACE. voir Vachage. 



VAC 



VAC 



VAC 



127 



VACAiVT, vacc, vacquant, adj., oisif : 

El telz gens qui ont aussi leur vianile et 
leur vie de bestes domestiques ilz sont va- 
cans et oyseux et se pourvoient.de leur 
vivre sans labeur. (Oresme, Polit., P 16', 
éd. 1489.) 

Matière inutile et vacante. (G. Bouchet, 
Serees, IV, 249, Roybet.) 

— Errant : 

Si seras mauldit, triste et las, 
Vacant sur terre et fugitif. 
(GE8B», Mijst. delaPass., 1176, G. P«ris et R«y- 
Daud.) 

— S. m., droit du, revenu produit 
par la vacance d'un bénéfice : 

Ont esté publiées certoinnes lettres qui 
sont enregistrées ou livre des ordonnan- 
ces, conlenans en elTect que nul prélat ou 
autre bénéficié ne paie a court de Romnie 
((uelque chose a cause de vaccnns deuz 
pour arrérages. (1401, Journal de N. de 
Baije, I, 79, Soc. Hist. de Kr.) 

Fu fait ledit fait pour raison de ce que 
ledit gentilhomme, ses parens et ses amis 
avoient mis et employé tout leur vaillant 
pour paier le vaccant d'une abbeie pour un 
de leurs parens, auquel ledit duc de Milan 
l'avoit ostee pour la bailler a ung autre. 
(Jean de Roye, Chron. scandaleuse, éd. 
iri58.) 

Fut le vacquant de la première année île 
toutes ces dignitez accordé au pape. (E. 
Paso., Rech., JII, 27, éd. 1723.) 

Centre, vacant, abandonné, délaissé, 
Nivernais, seul, isolé. 

VACATiF, vacc, adj., oiseux : 

Que l'en ne seulfrec] ne escolles soient faic- 
tes ou quelques autres collections vacca- 
lives. (Oresme, Polit., i" 206% éd. 1489.) 

v.ACATioiv, -cion, vagacion, vagha- 
tion,vacquation, s. f., état de ce qui est 
vacant : 

De le requeste des anciens princes et 
compaignons du Puy d'Amour, allin d'avoir 
ayde pour entretenir la feste du Puy, le 
xii" de ce mois, vacant a présent par faulte 
de prince. Ia([uelle ilz désirent continuer 
pour l'onneur du roy nostre sire, accordé 
..\x. Ib. t., veu la mcaciou de présent. (5 aoiit 
1460, Reg. des Consaux, 1454-1461, .\rch. 
Tournai.) 

— Repos, cessation de travail, loisir : 

Vacation est repos de labeur pénible et 
de occupation en négoces. (Oresme, Elh., 
Table, éd. 1486.) 

Vacation est cessation ou repos de ope- 
racions actives ou prati([ues. (Id., Table îles 
exposicions des fors, inotz de potitiq., éd. 
1488.) 

Nature s'encline aux choses qui pevent 
cheoir et faillir, a sa propre charnalité, a 
vanitez et vagacions. {[ntern. Consolac, II, 
ch. Liv, Bibl. elz.) 

— Entrefaite : 

En ces vacquations trespassa de ce siècle 
a Paris, a la Sorbonne, ce tresvaillant clerc 
dont je parloie maintenant, maistre Jehan 
de Guignicourt. (Froiss., Chron., XV, 132, 
Kerv.) 

En ces vacquations et tribulations, mes- 



sire Pierre de Craon de toutes ces mes- 
cheances, paines et Iravauls que le roy 
et ses consauls avoient, n'estoit mie cour- 
rouchie. (Id., ib., XV, 215.) 

En laquelle poursieute et vaghation les 

dessus nommes frères furent (15 oct. 

1399, E.réc. test, de Jehan de Lannog, Arch. 
Tournai.) 

— Profession, condition, état : 

Vous estes du tout adonné 
Servir Dieu et habamionné. 
Sans prendre récréation. 

Job. 
C'est très bonne vacation. 

{.\lijst. du oiel Test., V, 5, A. T.) 

Mais quant ung prince fait devoir 
D'ouvrer en sa vacquations 
Selon sa puissance et sçavoir. 
Laissant toute vacquation 
Et mauvaise application. 
On ne le peut trop honnorer. 
(MEScaiNOT, Lunettes des princes, p, 89, Cabiaet du 
blbhopb.J 

Zethe et Amphion ne se pouvoienl acor- 
der, jiource que la vacation de l'un ne plai- 
soit a lautre. (L. Lauiî, Débat, lEuv., p. 75, 
Lemerre.) 

Un hoLume de vacation juridique. (Mo.\T., 
Ëss., I. 1, ch. XVI, p. 30, éd. 159j.) 

Non seulement chasquepais, mais chas- 
(|ue cité et chasque vacation a sa civilité 
particulière, [[u., ib., 1. I, ch. xiii, p. 27.) 

Je serois d'advis qu'on attendist nostre 
vacation et occupation autant qu'on pour- 
roit. (Id., ib., 1. I, ch. 57, p. 20s.) 

La vacation stérile (le mariage sans en- 
fants) a bien aussi ses commoditez. (lu., 
ib., 1. 111, ch. ix, p. 148.) 

— Dispense de charges publiques : 

Sans cesseï', et faites vacaciuns de droit, 
il mena le plus liasliveinent que il pot les 
légions a Aronte. (Uers., T. Lie, ms. Sle- 
Gen., 1° 126'-'.) Lat., Sine vacationibus. 

VACCAGE, voir Vauhage. 

VACtA\T, voir Vacant. 

v.itcu, voir Vaco. 

VACELAIGE, Voif N'ASSELAGli. 

VACELE, voir V'augele. 

VACELLAME.\T, VOir Va[SSELE.\1E.NT. 

v.tCELu, voir Vaugëlu. 

VACEKiE, voir V'acueiue. 

v.icu.AGE, vacage, v:icc., s. m., pâ- 
turage des champs, droit de faire paî- 
tre les vaches, impôt payé pour ce droit : 

Li homme del pais ont leur usage en 
ces mares par le vacage paianl a l'eglise de 
Saint llU<ier. (1218, L'art, de Ponthteu, Ki- 
chel. 1. 10112, 1" 179 r».) 

Ung homme laicque ne peult demeurer 
en la ville que ne doibve vaccage. (1507, 
Coût. loc. du buill. d'Amiens, 1, i04, Bou- 
thors.) 

Pic. et Pontliieu, vacage, vaccage, 
même sens. 



v\CHE, vacque, s. f., sorte de grue : 

A Thomas de Ilouvaux, cordier de la- 
tlicte ville,... item pour une aultre grosse 
corde, et deux haraches, pour servir a 
l'engien nommé vacque de ladicte rocque 
de la Porte Cocquerel, pesans ensemble 
.cxviu. livres, tout au pris de .xv. deniers 
le livre, sont ensemble .vui. Ibz. .vu. s. 
.11. d. (1491, Compte des fortifications, 16" 
Somme de mises, Arch. Tournai.) 

A Gaspar de Ilaspre, marissal,... pour 
deux grandes kevilles et .nu. havets, ser- 
vons a serrer deux noefs baneaux, a hu- 
ges, pour tirer, par l'engien, appelle vacque, 
les terres et gi-oises, hors desdis fossez, au 
près duilit mur, pesans .xxwi. livres, a 
.xu. d. la livre. (/6., 17" Somme de mises.) 

VACHELE, -kele, -kielle, s. f., petite 
vache : 

Dont n'est boni de sanc qui ravist 
Et ki le povre gent flaele, 
K-i tout le vielle se vakele. 
Le cuer li trait et le boele. 
(Renclus de MoiLlENS, Miserere, lxx, 5, Vaa Ha- 
mel.) 

Nous li donrons une vakielte. 
[Du Vaitet qui se met a malaise, Moataigl. et R ayo. 
Fatil., II, 161.) 

v.icHELix, -un, voir Vacheri.n, on. 

wciiiiREriSK, -queresse, -ckerrce, s. f., 
vachère : 

Isabel le vaqiieresse. (1318, Le Gard, 
Arcli. Summe.) 

— .^dj., des vaches : 

Le porte vackerece. (1255, Bans aux éche- 
vins, Oo, f 37 v", .\roh. mu n. Douai; Tailliar, 
Rec, p. 214.) 

Rouchi, vaqiieresse, Liégeois, vachu- 
resse. 

VACHERIE, -ccrie, s. f., troupeau de 
vaches : 

La paissent les grans vaceries. 
[Hom. de Tliébes, RicUel. 375, f» 6ie.) 

Nous irons avec noz petits enfants et 
nos plus anciens, avec les fils el les filles, 
avec les brebis et les vacheries. (Le Fevre 
d'Est., tiibte, Ex., X, éd. 1530.) 

Le gras bestail des rousses vacheries. 

[CaxssiGS. , Psuum., Lxiv, éd. 1613.) 

— Droit sur les vaches : 

Tout le droit des commendises... vache- 
rie, pasturages des bestes a laine. (13S0, 
Arch. Jl 116, pièce 243, Duc, Vaccuticum.) 

— Cuir de vache : 

Gillet Boudin, fermier de l'imposicion de 
cordouannerie el vacherie. (1364, Compt. 
mun. de Tours, p. 320, Delaville.) 

v.ACiiERiN, vachelin, vai., adj., de 
lait de vache : 

Ung froumaige vachelin. (1469, Livre de 
raison de Jean Chaudet, .\rcli. Vienne.) 

Ung fromaige vaickelin. (1470, ib.) 

— S. m., sorte de fromage : 



428 



VAC 



VaD 



Advint une fois qu'on m'apporta et me 
mil on (levant un vacherin qui estoil fort 
a la langue. (Du Pinet, Dinscoride, II, 66, 
éd. 1605.) 

Vacherin se dit encore en Suisse 
comme substantif. 

Cf. Liftré, Vachelin. 

VACHEROX, -chelon, s. m., petit 
gardien des vaches : 

El l'avoil fait de Tâcheron 
Grant faergier, non pas bergeron. 
[Pasloralet, ms. Brus. 11064, l' 65 r".) 

— Petite vache. On trouve dans un 
texte de Valenciennes de la seconde 
moitié du xvir« s. : 

La vache ou vac/telon, trois deniers. (28 
oct. 1674. Tarif des droits de vinage, Arch. 
mun. Valenciennes FF, pièce 2.i2.) 

Pic, Vermand., vaq'roii, petite vache. 
■Normandie, vaqueron, Jura, valceron, 
petit vacher. 

ÎVom propre, Vacheron. 

VACHix, vai., s. m., cuir de vache : 

Item 11 vaichins entlerz paierai .i. denier 
de paaige. (Fin du .\in' s., Cart. de Dijon, 
Richel. I. 4654, f 24 v°.) 

Cordouen, vachin, ou autre cuir. (6 août 
1346, Oi-d., XII, 81.) 

Les vaichins a faire empaignes et hou- 
seau.\aront .n. tanz bien revolz. (Juin 1375 
Ord., VI, 120.) 

VACHox, s. m., cuir de vache : 

Petiz vaclioiis adobas paieront li .n. por 
.1. cuir de bo. (1295, Cart. mun. de Lyon, 
p. 421, Guigue.) 

Nom propre, Vachou. 

VACi.>E, s. f., bêtes à cornes : 

On vendez vacines. {Coût, de Charrou.r. 
9, ap. Fonlenenu, BIbl. Poitiers.) 

VACKERESSE, VOIT VaCHEHESSE. 

VACQUAixT, voir Vacant. 
VACQUATio.\, voir Vacacion. 

1. VACQUE, voir Vache. 

2. VACQi'E, voir Vague. 

3. VACQiE, adj. ? 

Premièrement que les dis dras velus, 
appelles vacques, soient ourdis en .xxii. 
aunes de loncq, et nient mains, sur a estre 
bannis a .c. s. cliau.\ qui ferolent le con- 
traire, et les draps confisquies. (29 nov. 
1407, lieg. des met., f 69 r% Arch. Tournai.) 

— Subst. : 

Sera réservé les draps velus et ceulx 
que on appelle communaument draps de 
vacque. (18 oct. 1408, Reg. des métiers, t° 
117 V, Arch. Tournai.) 

VACQt'ER, voir Vaquer. 



VACRER, voir Walcrer. 

VACU, vaccu, adj., abandonné, vide : 

Lequel d'eices est tout vujde et vacu. 

(J. BoDCHEl, Ep. fam., LU, éd. 1545.) 

Si prinl la ville vacue et abandonnée dix 
mois après que le roy Tavoil prise. [Sauat, 
Herod., I.\, éd. 15.56.) 

Remettre planches et soliveaux es lieux 
vaccu:. {Hépar. au coll. de Bord., Arch. Gir 
Not. E, ilat. Contât.) ' 

Enjoignons a ceux qui présentement 
usurpent et détiennent lesdits lieux et bé- 
néfices, en laisser la possession vulde et 
vacue, et la jouyssance paisible desdits 
droicts ausdits ecclésiastiques. (Fév. 1580 
Edict de Me/un, XXX.) ' 

— Vacant : 

Se aucuns achate eritage de la borsse au 
prince qui le lenolt corne vacue. (Dioesles. 
ms. Montpellier 11 47, T 77».) 

VACLER, V. a., vider : 

SI avint que en brief temps morurent 
Artuns le mari de Tullle la liere et sa suer 
qui estoit lame Tarquinus, si que leurs 
mors qui furent de près continuées vacue- 
reut leurs hostieux tic nouviaux mariages. 
(Bers., t. Liv., ms. Ste-Gen., r 24''.) 

— Évacuer : 

Vacuez copieusement le mauvais sang 
aflîchè en la partie dolente. (Tagault, Inst. 
chirurg., p. 91, éd. 1549.) 

L'eau sera vacuee tant et si peu qu'on 
voudra. (Pahé, Œuu., VI, 12, Malgalgne.) 

VADABLE, adj., guéable; 

Un petit dessous le lieu ou l'en faisoit 
la chaude, avolt .i. petit pas vadubte a che- 
val. (G. DE .\a.mg.. Vie de S. L., Kec. des 
Hisl., XX, 375.) 

VA DE LA DO.\DELLE, VU de la doil- 

die, sorte de refrain : 

Quant oie me vit devers li torner 
tsbahie i'u de moi regarder. 

Je li di : Suer bêle, 

Vostre amor novele 
Desouz la mamele m'a au cuer navré : 

Va de la dondele 
Vous iesles si bêle que n'i puis durer. 

Je li dis : Pastoure, je vosproi merci 
Liom tins et loiaus, comme vostre ami. 
Ele dist : Biau sire, vous ne m'avrez mie 
Ma more m'escrie: ce poez oir, 

Va de la duudie, 
Laisez vostre guile, l'uiez vos de ci. 

(Clians., Hicbel. 12381, f» 87 v.) 

VADESERiE, voir Vaudoiserie. 

VA DEURELIDELE, VA DEUREUDOT, 

sorte de refrain : 

Cbascun moult se cointoie 
El chascune por son bergier ; 
Mais Guiz qui bien sot son mcstier 
Lor chante et noie un dorenlol, 
Va deurelidele, ra deurelidot. 

(Chans., Richel. 1S5SI, i' 38 y'.) 

VADi VADOiE, sorte de refrain : 



VAG 

Lors l'ai soef enbracie 
C'a force k'a bon gré 
Dorelot vadi vadoiel 
En fis ma volcnté. 
■Quant vint a la départie 
Si chante aval les près : 
Dorelol radi radote ! 
Robin, ies cous proves ! 
(Jakes d'Amieks, C/tans., ap. Bartscli, Hom. et Past 
III, 49, 69.) 

VADLET, voir Valet. 

VADou, VADI-, VADOuRE\\E, sorte de 
refrain : 

Et por li doureles vadou vadu vadoureime. 
{Chansons anonymes, ap. Barlsch, Lang. etlitt.fr., 

vADURiE, S. f., chanson dont le re- 
frain est vadu : 

Douce amiete plesant, 
Je ne puis estre leisant, 
Ainz sui je por vos fesanl 

Geste radurie. 
Je sui moût por vos bleciez. 
Se vos morir mi laissiez, 
Vostre ame, bien le sachiez, 

Seroit mal baillie, 
Vadu, radu, vadu va. 

(MomoT. Cfians., p. 8, G. Eaynauii.) 

VAEO'ER, V. a., engendrer: 

Li FisisciENs. 
Dame, par amours, qui est chiex 
De cui vous chel enfant aves ! 

Douce Dame 

Sire, puisque tant en saves ? 

Le seurplus n'en chelerai ja, 

Ghiex viex leres le vaegna. 

(A. DE LA Halle, li Jus Adm, p. 307, Coussemalter.) 

Cf. Gaagnier, signifiant labourer, au 
propre et au figuré, t. IV, p. 194. 

1. VAER, voir Vair. 

2. VAER, voir Veer. 
VAESSEL, voir Vaissel. 
VAESSEUR, -or, voir Vavassor. 

VAFFRE, s. ? 

Et si leur gueulle vont bridans de nos 
vaffres, et font des ritz. (Jaques Locher, 
Nef des Folz, prol., éd. p. 1497.) 

VAFLEOR, vau., adj., avare : 

Large estre cuident li plusor, 
Mas ne sont, ains sont vafleor. 
{Poème allég . , Bi-it. Mus., Add. 1560S, f 1'.) 

Contraires est avarice. 
Car avers vet tôt retenir, 
Vauflerres vet toi fort ferir. 

(74.) 

VACABLETÉ, S. f., état nomade : 

Lequel mariage a esté ferme foy et espé- 
rance aux Troyens d'estre venus en cer- 
tain lieu pour habiter et que leur longue 
erreur et leur vagableté devoit estre fenie. 
(Sers., T. Liv., ms. Ste-Gen., f° 8".) 

VAGABONDE, voir Vacabonde. 



VAG 

VAGACio^, •voir Vacation. 

VAGAXT, vajanl, vaguant, wagant, 
adj. et part, prés., éparpillé, dispersé, 

isolé : 

Aucunes (decretales) en i avoit qui irenl 
vagant el n'estoient contenues en nul vo- 
lume. (Décrétâtes, ms. lioul.-s.-Mer 123, 
f° 16.) 

Une pièce île terre arable vagant et wide. 
(1327, Arch. S l'291, pièce 47.) 

— Dénué : 

Afin que le royaume ne soit iiagant tournes. 
( Geste des ducs de Bowg., 2746, Chron. belg.) 

— Errant, dans diverses acceptions, 
au propre et au figuré : 

Yajant aloent par cez plaines. 

(Brut, ms. MiiDich, 580, Volmoller.) 

Mais quant il vunt ensi vajant. 
Encontre els sordent li gaiant. 

(74.. 1861.) 

De ça le fleuve vajant vont, 
Devant .c. anz n'y passeront. 

(Eneas, 2191, Salverda de Rrave.) 

Cil furent au Dun les nés querre 
Qu'il gaaingnerent a granz routes, 
Puis les voudrent enniener toutes 
Jusqu'en Engleterre ivagant. 
(Gdiart, Roy. Lhujn.. 59S0, Ricbel. 5698.) 

Et il aloit vagant par la contrée, (llist. 
divers., ms. Venise C IV, 3, f 12°.) 

Se ilz les voient retraiz par grâce de 
Dieu des folies sus dittes ou que autres 
jeunes ne soient vaguans en la voye de dis- 
solucion comme euix : ils les repulent folz 
et chetifs. (CuR. de Piz., Liv. des fais et bon- 
nes mœun,, ap. Constans, Chrestomatliie, 
L.\XII, 29.) 

Malle journée 

Te vueille envoyer Tervagant ! 

Vêla monseigneur tout ragant. 

Aussi esseullé qu'ung viclz chien. 

(Greban, Mist. de la Pass., 21540, G. Paris et Eay- 

naud . ) 

Ta loingtaine et voyante pérégrination. 
(Alector, f 17 r°, éd. 1560.) 

L'armée angloise etoit vaguante en la mer 
Britannique. (Xic. de I.angres, Chron. de 
Himb. Vetlatj, .\l, dans J. d'Auton, Chron., 
t. IV, Jacob.) 

Une seule isle de Delos, estant aupara- 
vant vacante, fut affermie pour le service 
de l'enfanlenient de Latone. (Mo.nt., Ess., 
1. II, ch. .\ii, p. 311, éd. 1595.) 

— Inconstant, volage : 

Et les cuers des humains menez 
Par tant de vains désirs vagans. 
Qu'ilz font d'eulx meismes telz lagans 
Que vie el leur amo desprisent. 
(Cbrist. de Piz., Cfieni. de long estude, 2338, Pùs- 
chel.) 

— S. m., vagabond, débauché : 

Lustre. Vagant. (Vocahularius brevidicus, 
impr. Richel. éd. s. d.) 

Normandie, vagant, adj., errant; Pic, 
vaguant, s. m., valet de basse-cour. 

T. VIII. 



VAG 

VAGARAivT, -garuujite, -geraunt, adj. 
et s. m., vagabond : 

Les gardent en prison et les sulîrent nuU 
part aller oojaCHH^e: ne par baille ne sauns 
baille. {Stat. d'Edouard III, an V, impr. 
goth., Bibl. Louvre.) 

El auxioit d'eux enfourmer et d'enquerre 
de toutes ceux qui ount esté pilours et 
robbours es parties de delà et sount ore 
revenuz et vount vagarauntes et ne voil- 
lent travailler. (/6., an XX.\IV.) 

Eient pooir de faire sur les dilz vagarantz 
et failours issint emprisonnez ceo que lour 
ent semblera meultz par la Icy. (Stat. de 
Richard II, an VII, impr. goth., Bibl. Lou- 
vre.) 

Si ascun servant ou laborer soit trouvé 
en cyté ou burglie aillours venaunt de as- 
cun lieu, vageraunl sans tiel lettre, soit 
maintenant pris par lesditz maires. (/6., 
an .\II, ib.) 

VACATION, s. f., mobilité : 

Vngation, vagitas. {Vocab. brevidicus, 
impr. Richel., éd. s. d.) 

Cf. Vagl'Eté. 

VAGE, voir Vague. 

vAGERAl]^'T, voir Vagahant. 

VAGERESSE, -/fresse, s. f., celle qui 

erre : 

Agnes \a.vaieresse. (1224, CItart.ecc. ceno- 
man., LXI, impr.) 

VAGEUR, voir Vaqueur. 

VAGHATIO.X, voir VACATION. 

VAGHE, voir Vaque. 
VAGiNE, S. f., gaine : 

Lors se licva le pros an pies, 
Au bel semblant resamble .(. dies. 
Le brant tranchant mist an vagine 
Qi de blanc fist le fer sanguine. 

(Hector, Ricbel. 821, t- 9'.) 

Vagines ou gaignes. (Jard. de santé, I, 
283, impr. la Minerve.) 

VAGiAMT, voir Vagant. 

1. VAGUE, vaghe, vaque, adj., vaga- 
bond, errant : 

Grant torbe de maie mesnie 
C'est de vagues et de fuitis. 
(Macédela Charité. Bible, Richel. 401, f» 49''.) 

Les mauves et les soudeans. 
Et les vagues et les fuens. 

(Id., il)., i' 49«.) 

Comment par leur mauvesse créance il 
sont vague par le monde. (Legol'.us, Met. 
d'Ov., ms. Rouen, P 7'.) 

Elle est, dist elle (la femme), janglaresse 
et vague et ne peut endurer repos ne de- 
meurer a l'ostel. (Oresme, Polit., C 157', 
éd. 1489.) 

Lequel ours avoit grant temps aie et 
etoit vaghe par la ville de Lille. (1398, Dé- 
penses, Ànn. Soc. Hist. Fr., 1864.) 

Si s'approchèrent peu a peu les coureurs, 
pour scavoir que vouloit dire ce grand 
peuple : et veirent qu'il estoil vague comme 



VAG 



129 



beste : et ne faloit que les tuer. (0. de La 
Marche, Mém., I, 28, Michaud.) 

— Libertin, débauché : 

En le dit engliese de Thour avoit des 
noires moynes, qui avoient si obliet leur 
règle, que ilh vestioient draps de soie et 
leurs soleirs portoient doreis, et estoit si 
vaques qu'ilh prendoient tous leurs solas 
et repoise en luxure. (J. d'Outrem., Myreur 
deshistors, II, 525, Chron. belg.) 

Argot, aller au vague, rôder, errer 
avec la résolution de voler. 

2.\\GVE.,vacque, vaque, vake, vaghe, 
vage, wague. vauqtie. ivauge, adj., 
vide, vacant, inoccupé, inculte, aban- 
donné : 

Si longuement ke li chapelerie del dit 
alteil seroit vake de prestre. (1230, Cart. 
du V. S. Lamb., Richel. 1. 10176, f 29 r°.) 

Et fu li enfes couronneiz par la main 
l'evesque Jaque de Soissons; car adonc es- 
toit li sièges vagues. (Ménestrel de Reims, 
'• 338, Wailly.) 

Si nous trouvons dedans les termes de 
lad. liberté quelque terre vocque ydoine 
a construire quelque maison. (1266. Fran- 
chise d'Orgelet, Uroz, t. X.WI, Bibl. Besan- 
çon.) 

Pour ce que li sièges de Roan a esté lon- 
guement vages.Cîl août 1278, Lett. du comte 
d'Alençon à Ed. I, Lett. de rois, I, 213.) 

Sous commandons a la royne et a l'ar- 
chevesque qu'il retiengnent en leur mains 
toutes les honneurs qui seront vagues et 
qu'il pourront et devront tenir honneste- 
ment, si comme de nos abbayes et des 
doyennes et des autres dignités, jusques 
a tant que nous soyons retournes du ser- 
vice Sostre Seigneur. {Gra7td. Cron. de 
Fr., Bon roy Phelippe, 11,3, P. Paris.) 

Au temps que la chancellerie estoit va- 
gue. (Ib.) 

Ladilte mainbournie devoit a nous par- 
venir par succession et par le maniement 
de nous ancisseurs en tems de siège de 
Liège vage. (1295, Chartes S. Lamb., 430, 
Arch. Liège.) 

La meson devint vide et vague. (1307, 
Censier de S. Merrij, Mém. Soc. Hist. Paris, 
XVIII, 178.) 

Une meson woide et wague assise en la 
dite ville. (1316, CA., Arch. S 16i, pièce 100.) 

Et volons et otrions ke si tost comme li 
dis mesire Adans ara les bénéfices dessus 
dis fondes a no castiel dou Caisnoy, si 
comme dit est, que. si comme il vivera, il 
ait le don et le collation des dis bénéfices, 
de touttes fois quantesfois ils iront vage. 
(1323, Cart. du Hainaut, pièce 42, f° 127, 2° 
Cart., Chron. belg.) 

Et lidiz chesaulx demorassent après ce 
vaques senz maisoner, par l'espace de hun 
an et de hun jour, par celle manière nos 
ou nostres comandemenz porrons doner 
lesdiz chesaulx vauques a autres persones 
qui les voudroient maisoner. (13i2, Franch. 
de Chastillon, charl. origin. app. à Mlle 
Mornay.) 

Pour le rente, sour le maison qui fu 
Jehan BaiUieu. en le rue as Pois, dont on 
rent en le recepte de cest présent compte 
.ui. s. .IX. d., liquelle maisons fu laissie 

17 



130 



VAI 



viighe. (21 déc. 1362, Eréc. test, de Henri le 
Recouseur, Arch. Tournai.) 

Pour ce que les dictes places sont de- 
mourees vacques l'espace de quatre mois. 
(10 oct. 138Ô, Acte d'ajournem., Arch. ad- 
min. de Reims, HI, G09, Doc. inéd.) 

S'enclooienl ens es bonnes villes et lais- 
soient tout vaghe, hostelz et maisons. 
(Froiss., Chron., IV, 12, Luce.) 

Li contes Derbi eut conseil que il se re- 
trairoit et lairoit Poitiers toute vage, car 
elle n'estoit point tenable. (Id., ib., IV, 16.) 

Car a celle temps avoit li rois tos les 
fruis d'on evesqueit tant qu'ilh astoil va- 
ques. (J. d'Outreu., Myreur des Inslors, IV, 
i"6, Chron. belg.) 

Estoit tous lis plas paiis viauge et wen- 
dié, caries gens s'en esloient tous enfuys. 
(J. DE Stavelot, Chron.. p. 190, Borgnet.) 

Il a trouvé le siège royal esguaré et va- 
gueàe roy et de signeur. (Traliis.de France, 
p. 47, Chi-on. belg.) 

Des maisons vnrques, vuides et désertes. 
(GciLL. Michel, Trad. de Justin, 1° 109 r°, 
éd. 1540.) 

Je vous prie que me baillez ung tonneau 
vacque. {Voilier des liist. rom., ch. l.xxix, 
Bibl. elz.) 

Pour sçavoir si ailleurs en la maison es- 
loient estables vacques. (IUb., Garg., ch. 
.\ii, éd. 1542.) 

Une bonne partie des terres de ladicte 
ville et seigneurie, par les e.'ccursions que 
faisoient les soldats dudit fort de Pont 
Kouart et aultres de la partie adverse, a 
esté délaissée, oague et en friche. (1589, At- 
testation par les mayeurs de Houdsrlioole au 
sujet des terres abandonnées, Ch. des Comp- 
tes Lille B 2721.) 

De quoy ces hérétiques s'enflèrent de 
mal en pis, et menaçoient que pour le plus 
loing a 5ioel seroient les églises toutes va- 
ques, et toute la ville unie de foy. {Le Le- 
vain du Calvinisme, p. 97, éd. 1611.) 

Depuis que le roy est party, nous n'avons 
fait aucun trafic; la boutique, qui souloit 
estre remplie, est vague. {Caquets de l'ac- 
couchée, p. 57, Bibl. elz.) 

— Privé : 

.\ins est vages de tos teus nons. {Diges- 
tes, ras. Montpellier H 47, P 143°.; 

— Nu, simple, non orné : 

C'est d'elle que noz reines et princesses 
ont tiré l'usage de mettre a l'enlour de 
leurs armoyries et escussons la cordelière, 
les portant auparavant nullement entour- 
nez, mais toutes vague'. (Brant., des Da- 
mes, VII, 330, Lalanne.) 

Haut-Maine, vaque, vacant. 

VAGi'ETÉ, -etté, s. f., mobilité, incons- 
tance dans les sentiments : 
Vagitas, vaguetez. (Gloss. de Salins.) 

Venus donne influence d'amours et de 
vaguelé. (Chu. de Pis., Ep., Uichel. 60i, f 
87 r°.) 

Soiez simples, pures, coyes et sanz va- 
gueté, car les laz des mauvais sont tendus 
contre vous. (Id., Cité, Ars. 2686, 1" 140\) 

Et ainsi cestuy sage roi defTendoit que 
livres deslionnestes ne feussent leus ne 



VAI 

portez a la cour de la royne, ne de ses en- 
fans, et soubz peine de perdre sa grâce, 
ne fust si hardi qui osast a son Hlz le 
daulphin ramentevoir matière luxurieuse. 
Dont une fois fu rapporté au roy que un 
chevalier de sa cour, jeune et jolis pour le 
temps, avoit le daulphin instruit a amours 
et vaguetté; le roy pour celle cause le 
chaça. (In., Charl. 'V, part. I, ch. xxix, ap. 
Duc, Vagisare.) 

VAGUEi'R, vageur, adj., errant : 

Vagear, girovagus. (Gl. qall.-lat., Richel. 
1. 7684.) 

Helas si j'usse moy vivant eu vigueur 
Contre pèche, point ne fusse vaguent' 
En chartro obscure. 
(J. BoucuET. les lieynai-s traversant, f" 3-1^^ éd. 
1522.) 

VAGUiER, V. n., faire des vagues : 

Mez le soleil qui luist comniencha a muer. 
Et le temps a cangier et moult fort a tonner, 
Et le vent par delà si très fort a venter 
Que la mer s'irasqui, si commenche a vagnîer. 
Et les ondez moult grans ondoier et monter. 
[Doonde Miuence. 35S, A. P.) 

1. VAI, voir Gu.\i. 

2. VAI, adj., errant, vagabond : 

Quant li kiens abaier délaie, 
Li lous vers les berbis s'csvaie. 
Prélat, veillies corne kien vrai ! 
Quant vous dormes, lou a bon mai. 
Tant estes mu ke jou m'esmai. 
Car ne Iruis kien dont lous sesmaie. 
D'ore mais sont II lou trop i^ai. 
Car en tout mon tans peu trovai 
Kien ki abdiast a vois vraie. 
(Resclus de JIoiLiE.^s, Curitê, civiii, 4, Vao Ha- 
mei.) 

— Frivole : 

De peur de Diu un neu fai 
Sor ton cuer ; plus fort neu ne sai 
Pour reliier cuer vain et vai. 
(Résolus de Moihens, Cariti'u lixti, 6, Van Ha- 
mel.) 

— Trompeur : 

Le sans, ki est arbres brehains, 
K.i verdoie en fuelle sans fruit, 
Ch'est li mondes, ki rit et bruit, 
Li mondes vais, vins, vois et vains, 
Li mondes faus, fous, fel et fains. 
(Kenclus de AloiL., Miserere, xxxvii, 3, Van Ha- 
mel.) 

Cf. Gaif, t. III, p. 203". 
VAicnEH.\, voir Vacheri.n. 
VAiciiiïv, voir Vachin. 
v.\iDiE, voir VoiSDiE. 
VAiERiE, voir Veehie. 
VAIG.VE, voir Gaaigne. 

VAIGiVEMEIVT, VOlr VaI.NEMENT. 
VAIG>'EOR, Voir Gaaioneor. 
VAILAND, -ant, voir Vaillant. 
VAiLKSAXT, voir Vaillissant. 
vailiia:vt, voir Vaillant. 



VAI 

VAILLABLE, adj., qui vaut, qui a de 
la valeur, syn. de valable : 

Pour ce que ce soit chose ferme et vaillable 
a louz jours. (1345, .\rch. JJ 75, f" 226 v".) 

Le dit don estre vaillable. (1370, Charte, 
Estrée, Arch. Eure.) 

Sans faire raviest ni tiestamentraiZ/aè/e. 
(1419, Compt. du Massart, Arch. Valen- 
ciennes.) 

Ung dragoir de argent doré. vaillabU 
.LX. sols parisis. {Chron. des Pays-Bas, de 
France, etc., Rec. des Chr. de Fland., III, 
290, Chron. belg.) 

De Gillart de le Cappelle, pour marchan- 
dise de lumières, comme dessus, .v. s. 
.II. d. habenghe de gros vaillahles. (6 janv. 
1453, E.céc. test, de demiselle Jelienne de 
Lattre, Arch. Tournai.) 

Car l'homme mort, on treuve les moyens 
Parliren trois ses biens, Uinisoient vaillables. 
(Grikgore, Folles entreprises, p. 90, Bibl. elz.) 

Ledit marché et vendaige faict, pour le 
pris et somme de soixante livres de gros, 
vaillable trois ans. ^26 août 1.564, Escriptz 
au profprt de demiselle .Agnies du Fatj. chi- 
rog., Arch. Tournai.) 

Ils résolurent de faire présent de trois 
pièces de vin, vnillables 150 florins. (22 fév. 
1617, Reg. anx Cons., Arch. mun. Douai.) 

— Précieux, d'une grande valeur : 

Or avant, pour estre vaillable 
Et en honneur, je le feray. 
{Le Cheval, qui donna sa femme au dyable. Ane. 
Th. tr., III, 456.) 

Certes celluy humain débat fut moins 
notable et moins vaillable pour cause de 
la divine vertu qui se meist entre eulx 
deux. (Prem. vol. des grans dec. de Tit. Liv., 
f° 119 r°, éd. 1530.) 

— Fort, puissant : 

Vaillable, fort, puissans, validus. {Gloss. 
gall.-lat., Richel. 1. 7684.) 

— Capable, qui peut : 

Mesme Dieu, qui est pitoyable. 
Je ne croy pas qu'il soit vaillable 
De donner absolucion. 

{.Uisl. du Viel Test., 29S0, A. T.) 

— Autorisé : 

En tesmoing des coses dessus dites estre 
vaillable et establis a tousjours sonies no- 
tablement pour nous et nos aians causes 
qui advenu sont nous partie dessus dite, 
c'est assavoir... (1395, Cari, de l'abb. S. 
Médard, Rouge liv., f 261 r", Arch. Tour- 
nai.) 

— Qui mérite : 

Par personnes dignes et vaillahles de croire, 
(Fboiss., Poés., Richel. 830, f" 160 r'.) 

— En parlant de chose, qui a la force, 
la vertu : 

Les parolles dictes au baptesme d'ung 
chascun chrestien sont vaillable a rebou- 
ter tous les dyables d'enfer. [Cent Nouv.y 
LXX.) 

Cf. Valable. 

VAILLABLEMENT, -avlemenl, adv., 
parfaitement : 



VAI 



VAI 



VAI 



131 



Car il vaillavlement voit s'il esploilet ou 
liesploilet. {Greg. pap. Ilom., p. 33, Hof- 
mann.) 

Puis fist ses grans trésors a ses gens 
départir, et vaillablement les satitTia. 
(CouRCY, HisL de Grèce, Ars. 36S9, P 183".) 

VAiLLAiRE, adj., qu'on décernait à 
celui qui était entré le premier dans les 
retranchements ennemis, en parlant 
d'une couronne : 

Aornez et ennoblis de couronnes vail- 
laires et murailz. (Bebs., 7'. tiu., ms. Ste- 
t;en., P 308=.) 

VAILLANCE, -ence, -anche, vailhance, 
valiance, villcnce, vailance,vayllaunce, 
s. f., valeur, prix d'une chose : 

A la vaillance d'icele dette. [Gr. charte de 
J. s. T., Cart. de Pont-Audemer, f» 83 r°, 
liibl. Houen.) 

La somme de la vaillance del forfait. 
(Mars l-2-J0,catliéd. de Metz, Arch. Moselle.) 

Si fist on jurer seur sainz a tous chiaus 
de l'osl que les waains d'or et d'argent et 
de nuef drap, a le vaillanclie de .v. sols et 
de plus, aporteroient tout a l'ost. (Robert 
DE Clary, p. 55, Uiant.) 

Des terrages, des fours, des molins, des 
assises, des amendes et de lotes autres 
vaillances que sunt et porront estre en la 
ville et on ban. (Janv. l'256, Ch. du comte 
de Bar, S. Mihiel, Arcli. .Meuse.) 

Chose de grandisme vaillance. (Brin. 
Lat., Très., p. I, Chabaille.) 

Nous avons ottroié, donnée et mise nos- 
tre ville de Sorbon et tous ceuls qui y sont 
et des ores en avant y venront et seront a 
assise et a franchise perpetuelment parmi 
cinquante livres de parisis en la vaillance 
et huit muis de froument a la mesure de 
chastel en Porciens. ('25 juin l'2t3'2, ap. Ja- 
dart, Mailre Robert de Sorbon, p. 45.) 

J'ai tous mes frans alues de Morlainwes 
dusques a la vaillance de cent livrées de 
terre par an. (1263, Lett., Chartrier de Na- 
mur, dans Monum.pour servira l'Hist. des 
rov. de Namur, Hain., Luxemb., I, 148, 
Ueiir.) 

En censés de preis, en amandes, en 
proieres et en toutes autes vaillances et 
croisances. (Mai 1265, Accord, S. Louis, 
Arrancy, .\rch. Moselle.) 

Chevaux de grant vaillance. (Liv. de Marc 
Fui, XX.\n, Pauthier.) 

Celle monnoie doit on panre a la ïi/ience 
qu'elle vault. {Hist. de Metz, VI, 307.) 

E soun nierim a la valiance de .c. s. pris- 
terent e emportèrent. (1304, De termina S. 
Hillarii, Years books of the reign of Ed- 
ward Ihe firsl, Vears .\XX1I-.\XX1II, p. 41, 
Uer. brit. script.) 

(lue tant rabateroit li diz mes oncles de 
la recompensation de la menz vailance que 
li diz dux me devroit faire. (1304, Cart. de 
S.-Et. de Vignory, p. 268, J. d'Arbaumont.) 

— Valeur guerrière : 

Ahi amans fins et vrais, 
Se li mons iert vostre en pais, 
N'ai je paor ne dotance. 
Que de si bone vaillance 
Vos aint nuls altres jamais. 
(Gadt. d'Esp., Chans., IIII, 1, Brakelmano.) 



Car en lot le monl n'a de sa vaillance 
Dame ne pucele, mais que trop rae fuit ! 
(Blond, de Nesle, Chans,, I, 34, Brakelmana.) 

Et qu'estre devroit bien blasmee 
Toute dame qu'i deingiieroil 
Amer c'aubi ne l'ameroit. 
Car nuz n'avoit vers lui vaillance. 
(Gérard d'Amiens, Escanor, 15788, MichelaDt.) 

Et monslrerent corage de vaillance. 
(Froiss., Citron., IV, 232, Luce.) 

Font l'homme ricbe en vaillence. 
(Gabriel Mel-rur, Très, de Sent., xvi" s., ap. Ler. 
de Lincy, Liv. des Fruo. fr., II, 371.) 

Vaillance, car cette vertu est bien plus 
promptement dite ainsi que force. (Char- 
RO.N, Sag., III, 19, éd. 1601.) 

— Biens, riche.sses : 

Adonc s'en alla Joseph au roy et luy dist 
que son père et ses frères estoient venuz 
et avoient amené avec eux leur vaillance 
et tout quanques a eulx appertenoil. (P. 
Feruet, Hist. de l'anc. test., V 2^^) 

— Action de valeur, exploit, entre- 
prise guerrière : 

Apres qu'il eut veu la longue guerre et 
les grans vaillances faictes par les Troyens 
et les Grecs, congnut clerement que en la 
fin seroienl les Troyens mors en leur ville 
destruicte. (Troitus, I, Nouv. fr. du xiv" s., 
p. 1-21.) 

Adonc commença un grand et terrible 
assaut, ou il y eut et se passèrent de grans 
vaillances de part et d'autre, main a main. 
(J. Chart., Chron. de Charles Vil, ch. CCLX, 
Bibl. elz.) 

En celuy voyage moult se commencè- 
rent a demonstrer les vaillances du bon 
courage et hardiesse du jouvencel Bouci- 
caut. (Liv. des faits du mareschal de Bouci- 
caut, 1" p., ch. VI, Michaud.) 

Le seneschal de Poitou, messire Philippe 
de Culant, mareschal de France, messire 
Jean de Brezé, messire Denys de Chailly et 
plusieurs autres, le roy présent, furent 
mettre le siège devant le chasteau de Gail- 
lart, ou il y eut a l'arrivée de grandes vail- 
lances faites d'un costé et d'autre, et de 
belles armes. (1449, dans Mém. et not. de 
M. .4. Le Prévost, p. servir à l'hist. du dép. 
de l'Eure, I, 121«, L. Delisle et Passy.) 

Il y eut de grandes vaillances d'armes 
faites. (CousiNOT, Chron. de la Pue, ch. v, 
Vallet.) 

Ouel Gaulois eûmes nous oncques qui 
s'ingerast de transmettre a la postérité au- 
cune chose de nos vaillances? (E. Pas(j., 
Rech., 1, I, éd. 1723.) 

Au plus beau cours de ses vaillances, la 
paix se vint a faire entre la France et l'Es- 
paigne. (Bra.st., Grands Capit., 1. I, ch. 
xxvn, Soc. Hist. de Fr.) 

Vous aviez desja fait paroistre vos vail- 
lances au siège de Poitiers. (Sat. Menipp., 
Har. de d'Aubray, p. 152, éd. 1594.) 

Vous penseriez que je vous voulusse con- 
ter mes vaillances. (Lelt. miss, de Henri IV, 
t. III, p. 446, Berger de Xivrey.) 

Il y en a qui approuvent la flatterie, 
parce qu'elle nous propose devant les yeux 
quels nous devons estre, et si les vertus 
et vaillances qu'on nous donne sont en nous. 
(G. BoucHET, Seceei.XlIl, fSO v% éd. 1608.) 



Vers 1830, un spirituel érudit, Charles 
Nodier, écrivait : 

Vaillance était vieux il y a cent vingt 
ans, et on le reprochait à l'auteur de l'épi- 
taphe de Turenne. 

— Qualité, vertu : 

Tant ai de vous ailleurs que cbi 
Oi parler de vo samblancue. 
De vo biauté, de vo vaiUanche, 
Que prisant aloit tous li mons. 

(GiBERT DE Mo.fTREUiL, lu Violette, 373, Michel.) 

— Equivalent : 

Se il avenoit que li davanl diz cuens de 
Bar preist aucune chose de la chose le de- 
vant mon signor Jehan, il la porroit faire 
et li rendroil la vaillance. (1271, Pont-à- 
Mousson, C, Arch. Meurthe.) 

— A la vaillance, loc, de même va- 
leur : 

Il deit doner en eschange un autre vilain 
a la vaillance pa.r la cognoissance des juges. 
(Liv. de J. d'ibelin, ch. ccLV, Hist. des 
Crois.) 

Vous estes heyr en saunk, e par ceo que 
rien ne vus est descendu de part vostre 
meere, vous ne seriez raye par son fel te- 
nuz a fere a la vayllaunce, mes a la garan- 
tie seriez tenuz. (Year bouks of the reign of 
Edw. the firsl, Years X-x.\-xxxi, p. 131, Rer. 
brilann. script.) 

— Inventaire : 

Si aucuns forains vouloit venir demoreir 
en Mes, et il demorievet an et jour en la 
ville de Mes, sens xeutede signors et sens 
werre, on doit faire sa vaillance après l'an 
et lou jour passeit, c'ilz vueit avoir la 
bourgerie. (1317, Htst. de Metz, III, 329.) 

— Redevance ; 

Toutes droitures et toutes vailhances 
(1285, Cari, du Val St Lambert, Michel. 1. 
10176, r 10".) 

VAILLA.\D, voir Vaillant. 

VAiLL.AXuiE, valandie, s. f., vaillance, 
vaillantise : 

Le Hurepois kl moult ot valandie. 

(Les Lok; Richel. 4988, l' 255',) 

Marcus le duc d'Orliens qui tant ot vaillandie. 
{Ciperis. Richel. 1637, f« 73 v».) 

En Jehan de Chando plain de grant vaillandie. 

(CcvEL. £. du Guescl., i446, Charrière.) 

• — Gloire : 

Je vous donrai chevauls du tout a vo bailUe, 
De l'or et de l'argent, ne vous en faudrai mie. 
Pour aler tout par tout acquerre vaillandie. 
(r.UT., B. du Guescl., 523, Charrière.) 

VAILLANT, -and, -ent, vailhant, vai- 
lant, vailand, vaylanl, adj., de grande 

valeur, d'un haut mérite, doué de 
grandes qualités : 

Bons fut li secles, jamais n'ert si vailant. 
{Alexis, str. i', ii" a., Stengel.) 

Dune prist muiler oailande et honurede. 
(Ib.. str. 4'.) 



132 



VAl 



VAI 



VAI 



Cist paien vunt grant malirie qucrant ; 
Encor avrum un eschec bel e gent, 
Nulsreis de Fraace n'oul unques si vaillant* 
[Hol.. 1165, Uùller.) 

Cil li trova mil chevaliers 
Et les armes et les destriers ; 
Poltrels orent de Capadoce, 
Ki n'ont meliaing.-jale ne boce. 
D'un merveillos haras de mer, 
El molt sont legier a armer, 
Chevals n'a soz ciel plus vaiUanz, 
Mais nvient qne seul treis anz. 
Avant n'en puel uns seuls durer. 

{Eneas, 3933, Salverda de Grove.) 

Andromacha la vaillant. 

(Bex., Troie, ms. Naples, f" 5.) 

Biaus nies, dist il, ceste pucele 
Est malt vailtans, si com je croi. 

{Gauvain, 4006, Hippeaa.) 

J'aim de fin cuer sans trechier 
Dame plus laillaiU par foi 
De moi toute la moitié. 
(L. Feebi, a Orievil., ms. Sienoe HX 136, t» 50''.) 

Quant moi convient cslongier 
De la millor de totes les vaillans. 
(COKOS DE Betbcse, Lhans., Richel. 1S613, f« 100 
V.) 

Li gaite fu mont vailtans* 
Prcus et cortois et saçans. 

(Aucrt55. et Nicot., 15, 1, Suchier.) 

Li angles est venus a l'iermite vaillant, 
Douchement li a dit : Preudons, vieng en avant ! 
Et enteng le gré Dieu et qu'il te va mandant. 
{Chee. au cygne, 1077, Reiff.) 

Maintes en furent tormentees 
De s'amour, et moût malmenées. 
Les plus laillans li porofrirent 
Lor amers. 
(ROB. DE Blois, Poés., Richel. 24301, p. 347".) 

Quer c'ert li plus corteis servanz 
De son ostel e plus vaillanz, 
[Hist. de Cuill. le Maréchal, 6331, I'. Sle/er.) 

Sire, fet li chevaliers, j'ai plus vaillant 
enmie que ceste n'est, et de greignor pris. 
(Perc, I, 133, Potvin.) 

S'ilh veoyenl alcon vailhant homme es- 
traingne, fiiist prelaz, chevaliers ou escu- 
wiers, ilh le prioyent fuisl al d.vneir ou 
al soupeir. (Hemhicûukt, Miroir des Nobles 
de Hasbaye, p. Iô8, éd. 1673.) 

Ma dame la royne est si vaillante que 
oncques plushonneste dame ne vy. {Lan- 
celot du Lac, 1" p., ch. 36, éd. 1488.) 

— En parlant de chose, fort, capable 
de résistance, puissant, qui produit de 
l'effet : 

Deus a nus espérance e force, aie en 
Iravaillz les Iruvez vaillant. (Liv. des Ps., 
Cambridge, .xlv, 1, Michel.) Lai., auxilium 
validum. 

En Bretaigne est venue al port 
Suz un chaslel vaillant e fort. 
(Marie, Lais, Guigemar, 6S9, Waroke.) 

Oint ces plaies d'un moût vaillant 
Oignement. 
(ROB. DE Blois, Poe»., Richel. 24301, p. b93'.) 

— Au sens moral, qui attache, qui 
intéresse puissamment : 

Oez, seignor, que diex vous soit aidant, 
Li glorieus, par son commandement I 
Plest vous oir d'une esloire vaillant, 
Bone et cortoise, gentil et avenant } 
[Couronn. de Louis, «p. Bartsch, Lang. et litt. fr. 
123, 4.) 



— Fort, violent : 

Vendrai nostre Deus, e nient ne se leir- 
rat, fous devant lui arderat, e en l'aviru- 
nement de lui lempeslel vaillaml. {Liv. 
des Psaitm., Cambridge, -xux, 3, Michel.) 
Lat., valida. 

— Robuste, vigoureux : 

Sy avoit dys filz chevalers, les plus 
beals e plus vaylanlz de corps qe furent 
en tote la Petite Bretaygne. {Foulq. Fitz 
Warin, ^'ouv. fr. du .xiv s., p. 25.) 

— Généreux : 

Encor te commant et encharge 
Que tenir te faces por large 
A la pucele de l'ostel : 



Qu'el dit 



que tu es vaillans. 

{Jiose, 2369, Méon.] 



— En parlant de chose, qui a de la 
valeur, utile, précieux : 

Repos éternel donne a cil. 
Sire, et clarté perpétuelle. 
Qui vaillant plat ny escuelle 
N'eut oncques, n'ung brain de percil. 
(Villon, Grant Test.^ RoqiI., p. 102, Loq^ood.) 

Les conseillers du cabinet se mirent a 
donner des avis vaillants. (U'Al'bigné, Hist. 
univ., 1. V, c. xui, 1" éd.) 

— S. m., vaillant combattant : 

Ensembl'od vus .xv. mille de Francs, 
De bachelers, de noz meillurs vaillanz. 

(Mol., 3019, Mûller.) 

— Bien, avoir, fortune : 

Ly uns des roys parla, et ly dist en oiant : 
Sire soudans, dist il, nous disons maintenant 
Que vechy Corbarant, le rice roy vaillant. 
Dont plaige avons été pour le nostre vaillant. 
Or nous a aquittes, il est bien apparant, 
Sy en sommes délivre et tourné a garant. 

[CUev. au cygne^ 11430, Reiff.) 

Sy est, ce dist Harpins, dame, par Dieu le grant. 
Qui laissiet a se gent et quaaque ii a vaillant. 
Pour veoir vostre corps et le voslre samblant. 

1/6., 14330.) 

Sommes tenuz et tuit li autre commu- 
nier a très liaullc, noble et puissant dame 
madame la conlesse de Flandres, d'Arloys 
et de liourgoigne, dame dudit Villemor, 
jadiz fille de nionsigneur le roy de France, 
paier jurée chascun an selon nostre vaillent. 
{9 mars 1371-19 avril 137'2, Lett. de Hugues 
Aubriot, garde de la prevosté de Paris, 
Arch. Aube, E 490.) 

Que vous en semble ? Dites, mens je ? 
Et des Rommains qui si vaillans 
Furent que leurs corps et vaillans 
Mettoienl en armes suivir. 
Pour chevalerie ensuivir. 
Christ, de Pjz., Chem. de long estude, 3796, Pûs- 
chel.) 

Quarante solz tourn. a lui deuz pour sa 
peyne de huit jours qu'il a vacqué avec 
Estienne et liererd Jacol a extraire du 
livre des vallues de la ville le vaillant que 
les gens d'église ont a Lyon. (23 nov. 
1417, lieg. consul, de Lyon, I, 87, Guigue.) 

Si avoit il la pluspart de son vaillant et 
ses enfans soubz le dit duc de Bourgongne. 
(Comm., Mém., 111, 2, Soc. Hist. Fr.) 

J'ay jusques icy employé tout mon vail- 
lant a vous servir. (Corresp. de l'emp. Ma- 



ximilien I" et de Marg. d'Autr., II, 21 
Soc. Hist. de Fr.) 

De le requeste Michiel Ployart, que, at- 
tendu le perte qui eull a la réduction de 
ceste ville de tous ses chevaulx, qui lors 
estoient en France, que estoit tout son 
vaillant, il soit deschargié de payer au- 
cune chose pour les .l". escus d'or 
payez au roi nostre sire. (29 janvier 1515, 
Reg. des Consaux, .\rch. Tournai.) 

Quant ce vint puis après a distribuer 
par tête le butin de cette générale destruc- 
tion de tout un pays, il n'en revint pas a 
chaque soudard plus de unze drachmes 
d'argent : ce qui étonna bien tout le monde, 
et leur fit avoir frayeur de l'issue de la 
guerre, en voyant l'a'voir et le vaillant de 
toute une grande province revenir a si peu 
de profit et si peu de gaing pour teste. 
(Amvot, Paul ^Emile, p. 922, éd. 1567.) 

Caesar s'endebta d'un million d'or outre 
son vaillant, pour devenir Caesar. (Mo.nt., 
Ess., 1. 1, c. 40, p. 160, éd. 1595.) 

— La valeur d'une chose, son équi- 
valent : 

N'i poeit pèlerin entrer 
En Jherusalem pur urer, 
Ki ainz ne dunast un besant, 
U or u argent al vaillant. 

(WiCE, Jiou, 3' p., 3173, Andresen.) 

Ja n'en avérai de vus le vaillant d'un butun. 
(Bom, 2865, ms. Cambridge, Steagel.) 

— Petite pièce de monnaie : 

Une penne d'escureux vendue deux flou- 
rins de Flourence et un vaillant. (1363, 
Arch. JJ 92, pièce 310, Duc, Valons 5.) 

Mo:itois, Liégeois, Suisse, vaillant, 
actif, laborieux. 

VAiLLA.xTiE, -cnlie, vallentie, s. f., 
syn. de vaillance : 

Ceo fu la vaillantie 
Des sages estudianz en clergie. 
(Pierre d'.4uerso.-(. le Secré de secrez. Richel. 23407, 
f" 184''.) 

Vaillentie. (Le Plessis, EUiiu. d'Arist., 
Ep., éd. 1553.) 

Vaillantie. (1d., ib.) 

Vallentie. (le, ib., P 2 r°.) 

v.4iLLA.\TissiME, adj., très vaillant : 

Honme vaillantissime en armes. (Aimé, 
Yst. de li Xorm., II, 28, Soc. Uisl. de Fr.) 



V.4.ILLAVLEMEi\T , 

MENT. 



voir V.\ILLABLE- 



VAiLLE, S. f., valeur, en parlant de 
personnes et de choses : 

Nuls de vaille n'en estoit escappé. (Froiss., 
Chron., III, 198, Kerv.) 

Un anelel d'or qui n'estoit pas de grant 
vaille. (Id., ib., 458.) 

Li papes ne volt approuver que ceste 
chose fusl de vaille a l'ame. (Id., li., V, 
275.) 

La mieux vaille sera rendu au débiteur. 
(Glenovs, Conf. des Coustumes, f° 408 r», 
éd. 1596.) 



VAI 



VAI 



VAI 



133 



Rouclû, vaille^ valeur. 

VAILLEISSAIVT, Vûîr VaILLISSANT. 

VAiLLEiVT, voir Vaillant. 

VAiLLET, voir Vallet, 

VAiLLEXTiE, voir Vaillantie. 

VAiLLETOiv, voir Valeton. 

VAiLMSSAXT, -isant, -eissantj valis- 
sant, valL^ valisant^ vallesanl^ vaile- 
sant, adj., de la valeur de : 

Ne le doton vallissant .i. denier. 

[Les Loh., Vat. Urb. 375, f» 14 v», col. 1.) 

Il n'i laissa valissant .i. denier. 

(/6., ms. Berce 113, i» 43".) 

Or me rofreis Nerbone el son train 
Qui aacor Uenent .xs. mile Sarrazin, 
Qui ne vos prisent vallesant .i. ferlin. 
{Aymeri de Narb.f Barlseli, Lang. et litt. fr., p. 408, 
19.) Vur., vaiHisant. (A. T.) 

.XXX. m. Turs qui moinent grant bofoi, 
Si ail chascun et armes el conroi, 
Ne doutent siège faillissant un baioi. 

[Ib., 403, 3) 

Totes nos terres nos tient en tel defois 
Que n'i prenons vailUsanf .n. mensois. 

[Girard de Vienne.) 

Ke il n'i perde valisant un denier. 

[Ib., 1031, UeQschel.) 

Ja n'i prendras vaillissant une alie. 

[R. de Cambrai, Richel. 2493, f» 29, V.) 

L'enfes Gui de Borgoigne, qui tant a seignorie. 
De trcstoute ma terre no m'a il lossié mie 
Dont je prange de rante ralissanf .i. alie. 

[Gui de Bourg., 32S9, A. P.) 

Et vai rcferir l'autre sor l'elmo de Pavie, 
Que ne li vaut la coife vailesant une alie. 

[Floov., 288, A. P.) 

... KL Krnoui, leur maisnes frères, a 
wei'pit a Enmain devant dite, Ui lu feme 
Mikiel, tel partie que il y avoit, el a en 
couvent a aquiter a l'asens des esUievins. 
Et rien(;a Ernous, par foit, qu'il ne quer- 
roil James ne art, ne enyien, par coi Enine 
devant dite, ne si oir en soient ariere va- 
lisant .1. denier. (Mars 1:J6'2, Eme Moi frou- 
mage, chirog., Cité, Arch. Tournai.) 

— S. m., valeur, prix: 

Que moult ert faus ki en amor 
De femme se croit tant et lie 
Que le vallissant d'une aillie 
Qu'il le preigne sour leur Hance. 

(CuuEsr., Perceo., 3l8o4, PotvÎD.] 

Li vailleissant d'un sol denier 
Ne l'en esteit mie lessié. 

(Ben., Troie, 28426, Jolj.) 

Berry, valissaîit, valant, ayant la va- 
leur de, Meuse, vaileuchant, vif, plein 
de vie. 

VAILLOT, voir Valot. 

1. VAiiv, veirij adj., faible, abattu, 
sans force, qui n'a pas la force de 
faire telle ou telle chose, qui ne 
peut pas produire reffet voulu, en par- 
lant de personne ou de chose : 



Lor char pali et devint vaine. 

[Tristatï, I, 2099, Michel.) J 

Et afebli furent et vain 

Tuit li plus fort et li plus sain. 

[Chrest., Clig., 281, Foerster.) 

Del cop fu estordez et veîns. 
(Id., li Chevaliers dou leon, ap. Relier, Homo., p. 
543.) 

Or me di, feme fausse et vaine. 
Qui tant avoies en demaine, 
Con osas tu cestui atraire ? 
(Gaut. d'Arras, Eracle, 494C, Loseth.) 

Vein out le quor, le cors pesant. 

( Vie de S. Gile, 3588, A. T.) 

Quant porent n(G ma)is andurer 
Le baiser et le soupirer. 

Blanehellor parla premeraine 
Qui devant avoit esté vaine. 
[Floire et Blunche/lor, 2" vers., 282J. E. du Mé- 
ril.) 

Il entra ol palaiz toz vains ; 
A.ssez paru que ne fu sains. 

[liom. de Tlièbes. 1S05, A. T.) 

Li plusors d'els malade e vain 
Quident ja cil qui en surit sain 
Contre eus n'aient ore durée. 

(Bem., D. de Norm., Il, 2209, Michel.) 

Li rois est moult pales et vains, 
Sovent se pasmo entre lor mains. 

[Parton., 3525, Crupelet.) 

Si revint mes sire Gauvains 

De pasmisons moût mas et vains. 

[Chev. as .ii. esp., 3099, Foerster.) 

Atant a respondu Giglains 
Qui moult cstoit pales et vains. 
(Hem. de Beaujeu, le Beau />e5co«ew, 3562, Hippeau.) 

Et congié prirent a Giglain 
Qu'il laissèrent et feble et vain. 

[iD.. ib., 3612.) 

Je me sui lors en piez dreciez, 
Foibles et vains come bleciez. 

[liûse, itichel. t573, f" i6J.) 

Ne puis sor pies oster , tant sui sorprise et vaine. 
(AuDiFBOY LE BASfARD, Bêle Idolne, up. P. Pm-is, 
Romancero, p. 16.) 

Le laissa mult vain comme chekii ki 
n'avoit mangié. {Merlin^ Uichel. I916:i, T 

5^) 

Caries, acuer vain et dolant, 
A lait ouvrir lo cors Kollaut. 

(Ph. Mousk., Chmn., 84S6, Reiff.) 

Quant vous ameres plus et elle amera mains, 
Et pour la grant artleur la ou vous seres em- 

[ pains 
Et si la vous tondra .1. viens hoçns vilains 
Qui sera conlreiais et de pies et de mains. 
Dont voslre cuer sera brieinent trislres et raitis- 
[Biun de la ilontaiijiie, 2831, A. T.) 

La clame se trouva vaine et lasse As la 
vision et paoureuse du l'eu et de la flambe 
du puis ou elle estoit deue clieoir. {Lio. du 
cfiev. de La Tour, c. xxxtv, Bibl. elz.) 

Et pour certain ilz suoient si fort qu'ilz 
desgoutoienl tous par le visaige de sueur, 
tant estoient vai/ts et travaillez, {l i'ili. Jour- 
nal d'un bourgeois de Paris, p. 321, Tuetey.) 

Le mal d'aymer luy touche au cueur si 
fort qu'elle devint moult mate, vaine et 
morne. {Gérard de Nevers, sign. K ii v°, éd. 
1020.) 

Et disl a la damoiselle a une voix cassée 
et vaine que de la l'en llst porter. (/ô.,sign. 
V iii r°.) 

— Vide : 



Los virgenes qui les lampes tinrent. 
Les .v. lor lampes erent plaines. 
Les .V. lor lampes erent rainnes. 
(G. DE Caubhai. Barlaam, p. nS. 36, P. Meyer.) 

— Fatigant, épuisant : 

Moult avoient perdu aucuns de sang, 
les autres estoient moult alTebliz de porter 
leurs enfans ; car la journée estoit très 
chaude et raine. [Journ. d'un bourg, de 
Paris, an lil'J, p. 127, Tuetey.) 

— Mol, liquide : 

Et se le jone serf avez. 
Bien est reson que vous monstrez 
Les fumées qui vaines sont. 
[La C/iace dou cerf, ap. Julj., Noua, liée., 1, 160. ) 

Berry, Morvan, Norm., vain, Poit., 
Aunis, voiiain, fade, mou, sans énergie, 
sans force. 

2. v.\i:v, s. m., le vide de l'air: 

La terre ne peut estre attachée a chênes 
eu haull, ne desoubz n'a pilier Qui la sous- 
tienne, mais est pendue en vain, et Dieu 
la soustient. (J. Moruiet, Mir. de l'âme, f° 1> 

r".) 

3. VAix, voir CiAAiN. 

VAii-vcAiiLii, -cltab/e, adj., qui peut 
être vaincu : 

Superabilis, vaincliuhle. {Cal/iolicon, ms. 
Lille 3G9, Scheler.) 

Superabilis, yamcai/e. (Voc.lat.fr. éd. 
U87.) 

Irrel'ragabilis. Néant vaincable. (Vocabu- 
larius brevidicus, Richel. iléserve, s. 1. n. d.) 

VAi.\CABLEME.\T, adv., de manière à 
être vaincu : 

Superabiliter, vaincablement. [Voc. lat.- 
fr., éd. J487.) 

VAiivcH.ABLE, voir Vaincable. 

VAIXCQUERESSE, VOir V-VINQUERESSE. 

VAixcRE, voir Veintre. 

VAiMm:, -di, -dij, -duit,-dtiic, veindic, 
-diiic, vindein, vendic, s. m., pièce de 
terre, syn. de plamslre : 

Sita est apud le vendic. (1248, Cart. de 
St-Taurin, f" 29i v°, Arch. Eure.) 

Le tout est assis en un vivier ancien, 
qui est devenu maresc..., el convient que 
les diz religieux y l'acent vindeius de fos- 
sez. (1391, Arch. S 935, pièce 18.) 

Item iing vaindi, assis en trans de Jlon- 
nehaye, contenant une vergie huit per- 
ques environ, jouxte Marin Jehenne, a 
cause de sa femme, et fait vaindi a plu- 
sieurs camps. (Reg. d'act. div. de S. Sau- 
veur, P o2 V, ap. L. Delisle, Classe agri- 
cole.) 

Laurens Chaulfelous du Fieu Gaillarl .v. 
verg. dont le d. Laurens tient une pièce en 
la vallée jouste Karigal, butant sur levain- 
duit Raoul liolot. {Chartrier le Pegny, Ri- 
chel.) 

Et une vergiee es mortes terres jouste 
Anquetil Massacre et Colin Guichart butant 
au chemin de lloulebec, et une vergie en 
l'acre jouxte Robert Gueppin et le Sameir 



134 



VAI 



VAI 



VAI 



butant sur le veindic Richarl Le Groux, et 
une vergée au foceel jouste Guiltc de la 
(lourt et Robert Guepin. (1409, Terrier de 
M. Colonach, n" 29G3-2964-2967, domaine 
de Carentan, Arch. Manche.) 

Et deux vergées et dcmye en Grimout 
jouste llobert Guespin et Richart le Groux 
butant sur le veinduir l'errin Tvranaut ; et 
une vergée ilecquez jouste Richart Le 
Grouz et la femme et Ernouis butant sur 
le veindic Michel Yon et une vergée soubz 
la herchie jouxte Robert Guespin et est 
vinduic butant sur Guillemelte. t/é.) 

.XXX. perques assisses es vaiiidics jouxte 
Thomas Le Rogour et est vaindy. (xV s., 
Abbaye de Montebourg, passim, té.) 

Demie acre assise a la croix Regnault 
jouxte Jehan Salley et bute au vaindy de 
la croix Regnault... Demie vergie au jouxte 
Thomas Austin, et est vaindy. (/6.) 

Jouxte Henry Ygier et Jehan Jolly d'un 
costé, et est vainduic. (23 fév. 1429, Aveu, 
Ghartrier de la Luzerne, ih.) 

Cf. Vaixdif. 

VAi.vDiF, S. m., syn. de vaindic: 

Jouxte es terres qui furent Lyon Es- 
lienne dun costé et d'un but et fait vain- 
dif. Trois vergies assises en coupe buisson 
jouxte Jehan Le Fourniere advocat et fait 
vaindifes terres du sec maresc bute sur 
Jehan Le Lodey. (xv' s., Abbaye de Monte- 
bourg, passim, .Arch. Manche.) 

Cf. Vaindic. 

v.4i.\DuiT, -dy, voir Vaixdic. 

1. v.\ixE, s. f., faiblesse? 

L'ymage va tout aourant 
Et devant lui prent tante vaine. 
(G. DE CoiHci, Mir., ms. Soiss., f* 20S5 : Poquet, col. 
658.) 

Afflictions prenons et vaines. 

(ID., ib., {' SU"; Poq. col. 668.) 

De raine penre ne fust vaine. 

(ID., !6., f ill'i ; Poq. col. 669.) 

Chascun devroit derompre et ses ners et ses vai- 
A prendre devant loi affîctions et vaines. [nés 
(JueJ/ana, Ricliel. 23111, f° 3J4«.) 

— Loc, en vaines, en vain : 

Por quei serion ci en vaines. 
Pues que nos vient lai aventure 
Que la terre nos fait enjure ? 

IJiom. de Thébes, 49S3, A. T.) 

2. VAIXE, voir Veine. 

VAiivEMEXT, vaignement, adv., avec 
vanité : 

Vanidicus, ca, cum, vaignemeni disant. 
(Gioss. tat.-fr., Kichel. 1. 7679, f 260 V.) 

Elle le mena en sa chambre précieuse- 
ment el vainement parée. {Crainte amour, 
et bealit., Ars. 2123, f- 15 r».) 

VAIXETE, -elle, s. f., petite veine : 

Il se departoit du cueur une vainette es- 
troicle trop plus clere el plus vermeille 
(jue toutes les autres. {Perceforest, vol. V, 
ch. 37, éd. 1528.) 

VAixETK, vainneti;, -eit, vcnnifei, va- 
nité, -eit, s. f., faiblesse, défaillance, 
évanouissement : 



Evos desserré Lancelot, 
Qui si ert vains qu'il chancetot 
De vanité et de foiblesse. 
[Li Chevatier de ta charrette, p. i77, Tarbé.) 

Ele asseure son corage 
Que on n'aperçoive la rage 
Dont ele a si malade esté ; 
Et dist que de la foibleté 
Dou mal, ki si longes la tint, 
Iceste vanités li \int. 

(JmaW. el Yd., Richel. 375, f» 3î|c.) 

Et quant vint a chief de grant pièce que 
la venniteis dou chief me fust trespassee, si 
ovri les œulz. [lli^l. de Joseph, Richel. 
2455, f 4 r".) 

Lors essaiait s'il se poroit drescier por 
la vanileit del chief. (Ib., f° 99 v°.) 

Secordia, vainnelé. (Gloss. lat.-fr.. ms. 
Montp. H 110, f» 238 r°.) 

Inanitas. Vaineté. (Vocabularius brevidi- 
cus, Richel. s. d.) 

De foiblesse et vaineté de vieillesse, (./ard. 
de santé, p. 43, irapr. La Minerve.) 

On m'a seigné la veine. 
Qui a rendu ma personne si vaine 
Que mes amys cuidoienl, et moy aussi. 
Que disse adieu a tout ce monde cy. 
Car lors j'entray en vainett extrême. 
Qui me rendit trop plus qu'un drapeau 

[blesme. 
[Ch. FosTAiNE, les Ruiss. de fontaine, p. 285, éd. 
1555.) 

— Vanité : 

Somis a pechié et aus vainnetez. {Evast 
et Biaquerue, Richel. 24402, f° 2 r°.) 

Desirre les vainnetez du monde. (Ib., f 
17 r°.) 

Desquelz li bouche ailparleil vainnement 
et vainneteit. [Ps., CLXin, Maz. 328, f° 338 
r°.) 

Vanitas, vaineté. (Gloss. tat.-fr., Richel. 
1. 7679, f 260 v°.; 

v.\i.\EusE.MEXT, vuinn., adv., vaine- 
ment, d'une manière vaine, avec va- 
nité : 

Eûicio, parler vainneusement ou despi- 
teusement. {G/oss. lat.-fr., Richel. 1. 7679.) 

VAIXGE.MEXT, voir Vexgeme.nt. 

VAIXGLOBIEUS, Vcip V.\NEGLORIOS. 

v.*ixG\ox, voir Gaignon. 

VAixx.\iGE, voir Gaaignagb. 

VAix.xE, S. f., p.-ê. crevasse produite 
par un tremblement de terre : 

Dedens lesquelz murs qui grans estoient 
avoil une serpente de raervilleuse force et 
grandeur qui pluseurs foiz par temps de 
vainnei ou de mouvemens de terre avoit 
esté veue yssir de sa caverne. {Sept Sag., 
p. 7, G. Paris.) 

VAixxETÉ, -eit, voir Vaineté. 

V.AI.\\EISEME.\T, VOÏr VaLNEUSEMENT. 

VAIXPASTLR.AGE, S. m., terre qui 
n'est point chargée de fruits : 

Et joiront les diz hommes et femmes 
venus audit lieu de Rurrev, de touz les 



usaiges, bois, vains pasturages, et touz au- 
tres usaiges, que font les autres hommes 
de Burrey. (Avr. 1372, Ord., V, 475.) 

v.AixPASTURER, V. n., user du droit 
de vaine pasture : 

En bois et forestz de ventes, on ne doit 
mener aucunes bestesi'ainpns/ucer,jusques 
a cinq ans passez après qu'ils sont coup- 
pez. (1494, Coût, de Chaum. en Bassigny, 
cix, Nouv. Coût, gén., III, 360.) 

VAi.NQUE.MEXT, S. m., action de vain- 
cre, victoire : 

Adonc enseignera (ce signe) sur vainque- 
ment et taule granl. nul plus granl n'est. 
{Hagin le Juif, Richel. 24276, f"> 36 r°.) 

v.AixQiERESSE, vaiucq., vein., adj. 
f., victorieuse : 

Vostre main vainqueresse. (Bible, Richel. 
901, t° 17'.) 

Par désir de saulver son peuple et ost, 
laquelle fust vainqueresse. (Crist. de Piz., 
Charles V, 2' p., ch. 19, Michaud.) 

.4rraes vaincqueresses . (Svm. de Hesdin 
Trad. de Vat. Max., f° 11% éd. 1485.) 

Huche Pœan, tu seras vainqueresse. 
De moy triumphe, o superbe tygresse. 
(J. DE La Taille, ilort de Paris, i' 40 v", éd. 
1373.) 

La vierge veinqueresse emporte sur le chef 
La couronne en grand feste. 
(J. A. DE Baif, Poèmes, l. VI, t' 1S4 t", éd. 13T3.) 

Pensans par cesle mort demourer vainqueresses 
De celuy qui combat armé de toutes pièces. 
(1562, Déplorât, des Franc, et Xavarr. sur le trespas 

du roy de ÏVav., Poés fr. des xv* et ivi" s., VIII, 

23.) 

VAixQCERis, l'en., adj. f., victo- 
rieuse : 

Sainti Eulali s'en rit et dit : Quant tu 
plus me fera sosfrir de tormenz et tu plus 
me ayderas, fai ço que tu porras issi que 
tu me faces venqueris de toutes choses en 
Jhiesu-Crist. (Vie de Sainte Eulaire, Richel. 
423, f 25".) 

VAi.\QUiR, verbe. 

— .\ct., vaincre : 

Il saroit bien liquels devroit vainh'ir 
Li synatour de Rome sans mentir. 

(Les Loft., Richel. 49SS, fo 194^) 

Car le continent a puissance de demeu- 
rer en son propos contre concupiscences 
telles que pluseurs ne les pourroienl vain- 
quir. (Oresue, Et/i., Richel. 204, f° 505".) 

— \eut., être victorieux: 

Quant Moyses levoit les mains, Israe 
vainquissuit ; mais aussi quant il les abays- 
soit quelque peu, .imalech vainquissoit. (Le 
Fevre d'Est., Bible, Ex., xvii, éd. 1530.) 

VAiXTRE, voir Veintre. 

VAINTURE, S. f., grand attirail, 
pompe : 

Et gardez bien que ne grevez nature. 
Ne prenez pas si pesante vainture. 
Qu'il vous faille en ung brief coup ruer. 



VAI 



VAI 



VAI 



135 



Comme a faict moy ; si ne vient quelque bonne 

[adventure. 
Il me fauldra la guerre abandonner. 
[Chans. iiorm. du. xvi« siècle, WXII, Jacob.) 

1. VAIR, veir, vaer, vert, var, adj., 
variable, changeant, mobile : 

Qui molt par ert rah's et joiaus. 

[Tristan, I, 2S4-2, MicLel.) 

Quant guerre ont, ne sevent que feire, 
Ques eschiver ne quels alraire, 
Quar le plus de la gent est vaire. 
(E, DE Fougères, /.ïu. des manières, 21, Talbert.) 

Que vueus tu faire 
Vers ceste gent que est mont vaii'e ? 

[Rom. deThèb., 3617, A. T.) 

La première question est de savoir et de 
conoistre les natures de toutes choses ce- 
lestiaus et terriennes ; mais porceque ces 
natures sont vaives et diverses,... por ce fu 
il raisonable cliose que cette science de 
théorique l'eist de son cors .m. autres 
sciences. (Bhun. Lat., Trei., p. 5, Cha- 
baille.) 

La nature des mauvais est tozjors vaire 
et movable. (Id., ib., p. 400.) 

— De différentes couleurs, bigarré 

Par son consoil nos revestoit 
Ma dame de ses robes veires. 

[Cheu. au lyou, 435S, UolIaaJ.) 

Le gai apel nostre aversaire 
Et ses engiens se plume l'aire ; 
Salbans est ralrs com vaire plume. 
(Rekclus de AloiusNS, Carité, cliiii, i, Vau Ua- 
uiel.) 

Provos sambles ou maire, 
Ki portes penne vaire, 

[Ehhaut CAl)PAlN,C/m/iS., IN, T. 70,ap.SclieIer, rrouii. 

belg., i' sér., p. 113.) 

Cinquante solz pour un bouf et une 
vache vaers. (1381, Denombr. du baill. de 
Constentin, Arch. P 30i, f° 24 v°.) 

Robe vere. (1Ô30, Compt. de l'argent, de 
Phil. d'Eoreux, .Vrch. Hasses-Pyr., lï 519.) 

— De couleur variée, et, par exten- 
sion, brillant : 

Les eulz ont vers, les ebeveus sors. 

[Tristan, I, 2853, Michel.) 

Les eauz avoit vers et rianz. 
{\V*CE, C£mcf/.(ion, Brit. .Mus. AdJ. 15606, I" S»'.) 

Les iex ol vairs corne cristal. 

[De Gombert et des .ll. clers, 11, Montaiglon, Fabl., 
i, 238.) 

11 avoit les yeurs vairs et les cheveux 
blonds. (Grund, Cron. de France, IV, 2i, P. 
Paris.) 

Avec ses gens et très plaisans yeulx vers. 
Si regarda le pasteur. 
(Bené, Iteynault et Jeanneton, OEiiv., Il, 129, Qua- 
trebarbes.) 

Vo vair euil m'i font atraire 
A vous, dame debonaire. 
{Jbh. Lescurel, Chans., Bail, et Rond., \, Bibi. 
eh.) 

— Poli, luisant : 

Maintes en i ot d'autre afere. 
Mainte bandée, et mainte vere, 
(Cbrest., Erec et En,, Richel. 375, f» 9°.) 

Et si fil tuil .-xnn. les iY>-s biaumes [la- 
ciez]. 
[Parise, 2201, A. P.) 



— Gris pommelé, en parlant d'un 
cheval : 

Avoit .[. palefroi molt riche. 

Ainsi com li contes afiche ; 

Vairs ert et de ricbe color. 

[Du vair Palefroi, 171, .Momaigloa, Fabl., I, 30.) 

— S. m., fourrure de l'écureuil du 
Nord, fourrure de diverses couleurs ; 

Se n'as ne ears ne gris, destrier ne paulefroi, 
Se tu ne lou conquiers a l'espee viannois 1 

[Floovant, 466, A. P.) 

Et s'i vont les bêles dames cortoises, que 
eles ont .ii. amis ou .m. avoc leur barons, 
et s'i va li ors, et li argens et li vairs et li 
gris. (Auc, et Nie, 6, 36, Suchier.) 

Ja li veir ne li sebelin 

Ne li vauront rien en la fin. 

(GoiOT, Rible, 980, Woltart.) 

Et li mère doit mètre une noeve pêne de 
vair, (xiii° s., Chirog,, Arch. Tournai.) 

Nul garnement de ventres, de braieus 
ou de creistes, de croupes, de gorges ou 
d'escroces ne doivent riens de tonlieu, se 
li garnement n'est de ventre de ver ou d'es- 
Ciireus. (Est. Boil., Liv, des mest,, 2" p., 
XI.X, 16, Lespinasse et Bonnardol.) 

Lour couvetoers de veir, de gris et de 
gcneles. (1298, Accord, fonds Bizeul, Bibl. 
Nantes.) 

Chausses de vair m'a faict porter. 
[Chans. norni. du seiz. siècle, XXlV, Jacob.) 

— Retourner le vair, proprement 
endosser un vêtement fourré du coté 
delà fourrure; prov., répondre blanc 
il qui dit noir : 

C'est 1res bien retourné le ver. 

[Pathflin, p. 108, Jacob.) 

— Cheval tacheté ; 

Fromondins sist el vair de Valfondee 
Qui plutost cort qu'espervier a voleo. 
[Garin le loh., t- cbans., XXXVIII, 1>. Paris.) 

Elyes sist el vair que Malpriant toli. 

[EUe de S. Cille, 661, .A. T.) 

2. VAIR, voir Voir. 
VAIRAIL, voir Verkil. 

VAIRAIN.YHOHIER, VOlr VaIRESCOHIER. 

1. v.\iRE, S. f., toison : 

Item est aussi ordonné que loira aux 
marchands achepteurs, si bon leur sem- 
ble, de deslier tous les vaires des laines 
qu'ils vendront ou auront achepté et les 
escourre l'un après l'autre, et sy les mar- 
chands vendeurs les veullenl desbattre ou 
delfendre, ils seront a .v. sols parisis 
d'amende pour chascune fois et auront les 
eswardeurs pour chacune pièce de laine, 
2 deniers parisis. (xv° s., Reç/, des eswars, 
Arch. mun. Mézières A.-i 12, f 12S V et 
129 r"".) 

2. VAIRE, voir Voire. 
VAIREL, voir Vbuel. 
vAiRELÉ, adj., syn. de vairé : 

De vermel et de blanc sunt menu vaireîé. 

[Roum. d'Alix., l" 46'", Jlicbelant.) 



— Tacheté : 

Cbevrels qui vairelees ont les pels. 
[Expl. du Cant. des cant., ms. du ."Uaos 173, f* 76 t".\ 

VAiRE!«AGE, -aige. s. m., vitrage : 

Le vent rompit le vairenaiye sur le por- 
tault de S. Simphorien, voires el pierres 
tout fuer. (J. .AUBRiO-N, Joum-, an 1497, Lar- 
chey.) 

Cf. VerHINE et VfiRRLNlER. 

v.4,ire:vier, voir Verrinier. 

VAiREN.'VE, voir Vbrhine. 

vAiRE\scoHiR, voir Vairescohier. 

vairescoiiier. vairesscohier, vai- 
rainxhohier, voirensxh., vairenscohir. 
s. m., pelletier : 

Johain de .Nuefois, li vairesscohier. (J. 
d'Outhem., Myreur des histors, IV, 33ô, 
Chron. belg.) 

Et y fut li conte de Meurs, frère al ar- 
chevesque de Collongne, qui grandement 
s'aquittat entre les dois partîtes se com 
moiiens, a cuy les voii'ensxhohiers donnonl 
une mult noble et riche chapeal de peu- 
trie. (.1. DE Stavelot, Chron., p. 272, Chron. 
helg.) 

Bons mestiers des... drappiers, reton- 
deurs, entalheurs, vairenscohirs. (Id., ib., 
p. 32Ô.) 

Vairain.i:hohiez. (1480, Chartes el privil. 
des 32 met. de la cité de Ltèfie, p. 24, éd. 
1730.) 

Cf. EsCUHlER. 

V.A1RESSCOHIER, voir Vairescohier. 

1. VAIKET, adj., vairon, de deux cou- 
leurs, tacheté : 

Li rois Lohot li donc le brun baucent crenu 
Qu'il ot antre les autres por millor esleu. 
Il ot le pic vairet et le front bien pelu. 
(J. BoD.. les Saisnes, ap. Bartscb, Lanij. et litt. fr ., 
331, 24.) 

Qui avoit le poil blondet. 
Lier le vis et l'oeul vairet. 

(Auc. et Nicol., 21, lu, Sucbier.; 

Lors liert le cheval vairet de sanc par 
les cosles de grant air. (Kassidor, ms. 
Turin, f» 13 r".) 

— S. m., cheval tacheté, bigarré, 
pommelé : 

Mais des destriers me pois(s)e, c'avoie forment 

[cier. 
Que .1. en i avoit, qui mont Est a proisier, 
.1. vairet moût très gent, .i. hermin montenier. 
[EUe de St Gilles, ap. Coastans, Chrestoniatfiie, XII. 
3.) 

Le vairet abrievé. 

[Roum. d'Alix., f* 37', Michelant.) 

Norm., vache vairette, vache noire et 
blanche. 

Nom propre, Vairet. 

2. VAIRET, vay., verrel, vesret, s. m., 
méteil : 

Nous les deliverons... de .i. pain et de 



136 



VAI 



.1. verel que chascune masure de la ville 
leur devoit. (1309, Arch. K 28, pièce 3.) 

Uled ung peu milleur que de pollenees 
et de bled mestillon, nommé vairet. (28 
janv. 1437, Desmonniert, Ueg. des Métieis, 
n" aîl"". f 17 1 v°, Arch. Tournai.) 

.VI. rasieres de vairet a .vu. .s. le rasiere, 
.xui. s. (28 sept. U68, Tut. des enfants 
Tristraiil Sauders, ib.) 

Le pain de i>ai>e/,de .u. deniers le pièce, 
pèsera .viii. onces, et ieeliui de .iii[. de- 
niers, qui soloit peser .xiiii. onces, pèsera 
a présent .xvi. onces et demie. (19 nov. 
1182, Reg. des Consaux, ib.) 

Le pain de ven-el de .ii. deniers le pièce, 
qui pcsoit .XVII. onces pèsera .xx. onces. 
(8 janv. 1487, Consnux, ib.) 

Le pain de vairet de .ii. deniers le pièce 
pèsera .xxvi. onches. (3 nov. 1506, ib.) 

De le requeste des boulenghiers, pour 
pooir faire pain de vairet de demy gros la 
pièce, comme on fait au four de chappilre. 
(20 fév. 1509-18 mai 1510, Compte d'ouvrages, 
6" Somme de mises, ib.) 

Le pain vesret de demy gros, qui pesoit 
vingt noef onches, pèsera .xxxi. onches. 
(2 aoiU 1513, Reg. aux Public, ib.) 

Le pain de vairet de demy gros, quy pe- 
soit .XXXV. onches, pèsera .xxxix. onches. 
(11 juin. 1515, Reg. aux Publicacions, 1512- 
1519, ib.) 

Le pain de verret de demy gros, quy pe- 
soit .xviii. onches, posera .xxviii. onches. 
(18 août 1517, Reg. aux Public, 1512-1519, 
ib.) 

Six rasieres de vairet. (1527, Inventaire, 
ap. E. Soil, p. 65.) 

Demorant le pain de vayret selon le pris 
et estât ou il est. (29 janv. 1537, iJej. aux 
Public, Arch. Tournai.) 

VAiREURE, s. f., vérole : 

Dont li (à Horode) prist la vaireure, si devint 

[cacious. 
(Uehmas, Bible, Ricliel. 1444, f» 30 y°.) 

VAIRGE, voir Verge. 

VAiRi, -rij, adj., vairé, terme de 

blason : 

Le sire du Chasleau Giron. — Vairy d'ar- 
gent et d'azur. [Armor. de Fr. de la fin du 
xiV s., Cab. hist., VI, 119.) 

VAiRiE, vnirrie, s. f., métier de pel- 
letier, pelleterie : 

Les eswars de le vairrie, sur .X. Ib. (5mars 
1386, Reg. des Métiers, n» 4231"", f" 146 v", 
Arch. Tournai.) 

llem, a Jehan Boriton, pour et ou nom 
de lui et des aultrez maistrez et ouvriers 
du meslier de le vuirie en Tournay, leur 
fu donné, en le manière acousiumee, pour 
boire cnsamble le jour des dis premiers 
serviclies, pour raison de ce que ledit feu 
Colart Fievet fu de leur mestier et mar- 
chandise, .xxxiiii. gros, vallent xx. s. .vu. 
d. (3 déc. 1404, Exéc test, des époux Co- 
lart, ib.) 

A ung vairier, demeurant a Ypre, pour 
avoir apris et gouverné ledit menre d'ans... 
tant pour «prendre le langage comme pour 
apreiidre le mestier de le rairie. (23 sept. 
1427, Tutelle des enfants d'Alard du Mor- 
tier, ib.) 



VAI 

— Ouvrage de pelleterie, étoffe bi- 
garrée : 

Sy scay bien vous ne vestes mie 
Robbe de coulour ne vairrie. 
(J. Maillart, Comtesse d'Anjou. Ricbel. 76o, f" 37 r".) 

A Pierart du Mas, vairier, que la dicte 
defuncte lui devoit pour vairie qu'elle avoil 
eu a lui, en son vivant, .xiii. s. .un. d. (4 
août 1410, E.iéc test, de la veuve de le Croix 
du Quesne, Arch. Tournai.) 

Sur les fourrures, pelletries, ou vayries 
admenees, vendues, ou deschargees en 
ceste ville ou par les manans d'icelle me- 
nées au dehors de ladicte ville, de ches- 
cune livre de gros, de la valleur desdictes 
denrées et marchandizes que les acheteurs 
auront payé, se payera .ni. s. .vi. d. t. (16 
mars 1501, Ord., Ueg. n° 335, Arch. Tournai.) 

1. VAIRIER, -rer, verer, verrer, veirr., 
varryer, varier, virer, vnirrer, v. a., t. 
d'orfèvrerie, travailler, orner ou dorer 
par parties, par bandes : 

Pour façon et or a verer. (1398, Pièces 
relat. au règ. de Ch. VI, t. II, Douët d'Arcq.) 

— Vairié, part, passé, de diverses 
couleurs, bigarré, tacheté : 

Et deil aveir le mareschal loles lis bes- 
tes groces qui seront vairiees dou gaain. 
(Assis, de Jérui., I, 413, Beugnot.) Var., 
vairees. 

Poucins ou pigons veres blans et tavelles 
de noir. {Ménagier, II, 300, Biblioph. fr.) 

— Garni de vair, fait avec cette 
étoffe : 

Sur sa teste a une aumuce vairee, (1360, 
Invent, du duc d'Anjou, n° 340, Laborde.) 

— T. de blason, de vair, en parlant 
de reçu et des pièces chargées de vair : 

.1. escu vermeil bien tailliet 
A .ni. pens qui furent rairief 
D'argent sur asur de recief. 

{Dis des .\m. hlas., 191, lobler.) 

Couvrolures, escu et lanche 
Avoit et fresces et nouvieles 
D'or et d'asur, riches et bieles. 
Voiries, a quartier d'argent. 
(GiBERT DE MosTR., Violette, 2695, Michel.) 

D'or et guelles fu vairiez, 
A un baston d'azur moult cointe. 
(Bretel, Tourn. de Ciiauvenci, 2028, Deimotte.) 

S'a ou dit hanap .i. escutuoiWe/ d'argent 
et d'asur. (U sept. 1359, Test, signeiir Ja- 
quemin dou Ca.italer, chirog., Arch. Tour- 
nai.) 

Qui d'argent et d'azuré vairiet l'escut portoit. 
(J. DES Pbeis, Geste de Liefje, 35439, r.Lroo. belg.) 

L'ung de ces deux qui portoit ung escu 
vairié. (Perceforest, vol. III, f 122", éd. 
1528.) 

Le chevalier a l'escu varryé. (Ib., III, f 
122".) 

Vair est seulement fait de deux couleurs, 
savoir argent et azur, comme sont les paux 
vairez de Ohastillon sur Marne. (F.auchet, 
Orig. des Clieval., Arm., et lier., I, 2, éd. 
1611.) 

— T. d'orfèvrerie, travaillé, orné ou 
doré par parties, par bandes : 



VAI 

Les orfèvres paieront pour chacun marc 
d'argent blanc et verié un denier. (25 avr. 
1341, Ord., XII, 65.) 

Une nef d'argent veriee. (1352, Compt. de 
la Font., Compt. de l'argent., p. 181, Douët 
d'Arcq.) 

D'autres bacins d'argent blanc veriez. 
(Ib.) 

Une clochette d'argent verree pesant. 
(1379, Inv. de Charles V, ap. Laborde, 
Emaux, p. 137.) 

Un autre encensier d'argent verre. (1379, 
ib.) 

Un ancien pot de cristail a deux ances, 
garnv d'argent blanc veré. (1400, Pièi-es re- 
lat. au règ.' de Ch. VI, II, 286, Douét d'Arcq.) 

Une pomme d'argent veree,... une po- 
tence d'argent «er^. (/6., p. 315.) 

Une aiguière d'argent veree. (1403, Compt. 
relat. à Ch. VI, III, 242, Douët d'Arcq.) 

Deux cagetles d'argent veirrees pour mec- 
tre oyseletz de Chypre. (1414, Compt. de J. 
de Mauleon, ap. Lob., II, 921.) 

Deux bacins d'argent vairez. (1424, ib.) 

Une couppe blanche verree a la devise 
de rabots. (1432, D. de Bourg, 1134, La- 
borde, Emaux, p. 137.) 

Pour l'ouvrage et faczon d'une chasse et 
fierté d'argent virée et ouvrée, a ymages 
d'appoiistres. (1433, Compte d'Au/froy Gui- 
not, ap. Lob., II, 1034.) 

Trois gobeles d'argent verrez pesant 
quatre onches la pièce. (1451, Compte sire 
Jacques Thomas, Arch. Tournai.) 

Trois aultres gobeles d'argent verrez. (14 
mai 1454, Exéc. test. Jaques de S. Pol, ib.) 

Troi.s pelis gobeles verrez. (16 fév. 1452, 
Exéc. test, sire Etienne Monocque, ib.) 

Trois aultres hanaps, l'un verret, Ym\ive. 
a piel et le tierch sans dorure. (Ib.) 

Six tasses d'argent dorées... six autres 
lasses d'argent verres. (1453, Sent., Mém. 
et doc. sur le Forez publ. par la Soc. de la 
Diana, 1876, p. 207.) 

Trois sallieres verees. (17 fév. 1450, Exéc. 
test, de Jehenal Despars, Arch. Tournai.) 

Une paix d'argent a un crucifilz aux ar- 
mes du fondeur, veree a l'entour. (1462, 
Arch. Jl 80.) 

Une petite esguiere d'argent goderonnee 
et poinçonnée a roses verees. (1467, D. de 
Bourg., 2647, Laborde.) 

Ung vaissel ront et assez gros de cristal 
couvert d'agent blanc veré par les hors, o 
pié ront pareillement veré. (1476, Joy. égl. 
Bay., 1° 74 r°, chap. Bayeux.) 

Une calice d'argent blanc veré. (Ib., f 
76 v°.) 

Chandeliers d'argent a pied et a poincts 
vairres. (1486, Invent, de tneubl., Arch. 
Aube.) 

Deux grans bacins a laver, martelez a 
l'un des quieulz a ung biberon, et les borz 
et les fonz verez pretz a mestre émaux. 
(16 janv. 1490, Arch. KK.) 

Ouvrage, et besongne vermeille dorée, 
c'est a dire dorée par tout: mais dorée 
veree, c'est quand elle est dorée au bord, 
ou bien par cy par la; tantost laissant le 
fonds tout net, et dorant le parensus, et 
la bosse; tantost ne touchant le relief et le 



VAI 



VAI 



VAT 



137 



rehaussement, mais dorant seulement le 
fonds, les ouvertures, et le plat pays. (E. 
BiNET, Merrv. de Sat., p. 197, éd. 16-22.) 

2. VAIRIER, vay., irai., waurier, s. 

m., pelletier: 

A .1. vairier pour une fourure de lupar- 
diaus, .V. roiaus, .i. gros et demi, valent 
.VI. Ib. .xvni. d. (28 sept. 1361, Tut. des en- 
fants de Mikiel d'Avesnes, .\rcli. Tournai.) 

Premiers, qu'il ne soit vairier, ne vai- 
riere. qui pnist mettre ne faire mettre en 
fourures, quelles que elles soient, peaux 
de maie saison, avecq celles de saison, sur 
.X. Ib., et les lois de le justice prinses ens. 
Kt aussi a paine de confiscacion des peaux 
lie maie saison. (25 fèv. 1430, Reg. de la 
vinnerie, drapperie, 1343-1451, f° 14ô r°, ib.) 

.lelian de Lens, imuriers. (1399, Compte 
du Massart. Valenciennes, ap. La Fons, 
Gloss. ms., Bibl. .Simiens.) 

Willaume Simon pour les wairiers. (1408> 
Abbeville, ap. A. Thierry, Tiers Etat, IV, 
232, Doc. inéd.) 

Maistres et compaignons du mestier de 
vayrier et foureur de ceste ville d'Abbe- 
ville. (21 août 1489, Stat. des vayriers-four- 
i-eurs, ap. A. Thierry, Tiers Elut, III, 323, 
Doc. inéd.) 

3. VAIRIER, voir Verrer. 
VAIR^'É, voir Verne. 

VAiROLE, vayrole, s. f., maladie de 
l'œil qui attaque les faucons : 

Du mal de la toye qui vient en Toeilh 
que aulcuns (fauconniers) nomment vay- 
role. (Fram:hieres, Fatic, ms. Chantilly 
1528. C 24 r°.) 

VAIROXET, veironet, s. m., dim. de 
vairon, petit poisson de rivière : 

Et cius qui devant fu pescoit 
A la lingoe, et si assacboit 
Son amençon d'un poissonet 
Petit plus grant d'un vaironei. 

(Chrest., Perceval. 4183, Potvin.) 

Si aeschoit 
Son ameçon d'un poissonet 
Pebt graignor d'un veironet. 
(Id., ib.. Bartsch, Clirest., 163,24, 3- éd.) 

vAiRox.vÉ, adj., de vair. couleur de 
vair, tacheté : 

Sist sor un destrier, ains ne fus vous tes... 
L'un costé avoit blanc plus que n'est flors en pré 
Et l'autre avoit plus roge que charbon alumé, 
Le keue paonace... 

Tout estoit comnie pie par devant vaironnes. 
[Fierabras, 4104, A. P.) 

— T. de blason : 

Et de geuUes estoit li fons, 
Si ot trois vaironnes basions. 

[Couci, 13Î1, Crspelet.) 

VAiRRiE, voir Vairie. 
VAiRRix, voir Verrin. 
VAIS, s. in., bourbier : 

Ainssi convient périr et fondre 
Les faus consilleurs et mauvais 
Qui labeurent ou puant rais 
D'avarice ou de convoitise. 
(WiTRiQCET. Tournoi des dames, 1226, Scheler.) 



T. VIII. 



V.\ISCELEMEXTE, Voir VaISSELEMENTE. 

VAISELMEXT, voir VaISSELE.MENT. 

vAisixAxcE, voir Voisinanxe. 

VAissAiL, vessail, s. m., vase : 

Grant vessail d'argent surmonté d'un sa- 
phir. (1375, Inv. de l'abb. de Fécamp. Arch. 
Seine-Inf.) 

VAissEL, -eait, -eaul, -iel, veissel, 
vessel, -tau, vaessel, va.isel, -tel, -eal 
-eau, vascel, -ciel, vassciel, vassal, 
vasel, -iel, -xcl, voissel, vexel, s. m., 
vase en général, récipient quelcon- 
que, cuve, chaudière, bassin, vaisselle 
detableet de cuisine, tonneau, futaille : 

Prendes boin vin, et le metes en un 
vasel. (Alebrant, Uichel. 2021, f> 44.) 

Sacenl tout cil ki cest escril veront et 
oront ke .Marsie, ki feme fu Cholart del 
Mortier, doit rendre as testamenteurs Cho- 
lart, sen baron, si corne as eskievins de 
Saint Brisce, a mestre Eustaçon, leurpries- 
tre, et a Gosson del Mortier, .xn. vins lib. 
et demie de tournois, et .x.\. vaiceaux de 
warance, a le mesure de Gant. (1262, Test. 
Cholart dou Morlier, chirog., .\rch. Tour- 
nai.) 

Et doivent chil .m. vassciel et li chau- 
dière demorer a tous jours ou dit liirctage. 
(Avril 1326, Ctie.st Wilhuumes Eschalebart 
et Adan Dannoit, le foulon, chirog., S.-Brice, 
ib.) 

Issl nus counte le Graal. 

Le lyvre de le ieint vassal. 
{Fù'i/j. Fitz ^'(zriH, Nouv. fr. du liv' s., p. 113.) 

Que on ne fâche nule chierine, ne vassiel 
a batre bure, fors d'estolfe de tonniaus de 
vin. (xiv° s.. C'est li ordenaiiclie des quve- 
liers. Petit reg. de cuir noir, (° 75 r°, Arch. 
Tournai.) 

Item pour refaire tous les vasiaus de le 
quisine. a Martin, le caudrelier, .ix. gros. 
(Dec. 1371, Compte de l'hospital S. Jacques, 
ib.) 

y'aiiseaul plain d'eaul. (Fin xiv" s., Or- 
donn. du senesch. de Bourges, .\rch. mun. 
Bourges.) 

A Jehan Watheret pour le leuwier des 
vaissiauLv [pour le disner dou corps] : c'est 
assavoir pos, platiaux, escuyelles, corbi- 
sons, et voires que il livra, cely jour, parmy 
les brisies, .i5c. s. vi. d. (6 déc. 1396, Exéc. 
test. d'Agnies Moule, Arch. Tournai.) 

Et aussi le roy d'Angleterre luy donna 
un très beau vaisseau a boire cervoise, avec 
un vaisseau aussi a mettre eaue, garnis de 
pierres pretieuses. (Jiv. des L'rs., Hist. de 
Charles VI, an 1396, Michaud.) 

Et que il ne soit personne aucune qui, 
depuis le darrain wigneron de le nuit 
sonné bacquette, maine ou conduise bac- 
quet ou autre vaissei esdictes yauwes pour 

lelque chose que ce soit faire. (24 fév. 
1408, Heg. au.v publicat., 1408-1423, Arch. 
Tournai.) 

Item au.x cuveliers et caudreliers qui ad- 
viserent et prisierent les vaisseaux des 
huisinez de brasserie, qui a la dicte feue 
apertenoient. (8 janv. 1409, Exéc. test, de 
la veuve Descarpe, ib.) 

Se aucun vaessel portant vins arive ou 
entre es havres de Carteret. (25 août 1413, 
Arch. P 304, pièce 149.) 



Ung petit vexel plain de vin. (Ilist. s. et 
prof., Ars. 5079, V 88^) 

iVvoir le vin en vasseal. (1423, Charles et 
privil. des 33 met. de la cité de Liège, 161, 
25, éd. 1730.) 

Petit voissel pour mettre huyle. (1464, 
J. Lagadeuc, CathoHcon, AufTret de Quoet- 
queueran, Bibl. Quimper.) 

Y avoit .1111. seigneurs qui portolenl .un. 
laxel d'argent. (J. Aubrion, Journ., an 1478, 
Larchey.) 

Pour ung grant mestier de cuisine a 
mettre vasseau, .u. Ib. t. (18 fév. 1494, Exéc. 
test. d'Anthonne SJarissal, liostelier. Inven- 
taire des biens conserves en le cuysine, 
.Vrch. Tournai.) 

Cuviers, tonneaulx, seaulx, ou auUrez 
vasseaux suBisans. (13 mai 1538, Heg. aux 
Publications, ib.) 

— Cercueil : 

En lui apareillat les veissets de mort, ses 
saietes a ardeir uvrat. (Liv. des Ps., Cam- 
bridge, VII, 13, Michel.) 

En .1. rice vascieî de kesne. 

(Ph. Mouss., Cliron., 119iS, ReifF.) 

A .lehan de Lestratte pour .i. vassiel ou 
fu mis le dit feu testateur. (27 nov. 1387, 
Exéc. test, deilahieu le Leu, .\rch. Tournai.) 

Si voit porteir .i. priestre, qui astoit devieis. 
Par desous sez feneistre en grant dishoniesteit. 
Car tôt fut descoviers ly rassel obscurcis : 
Partant que povre astoit II priestre coroneit 
Si astoit povrement a sépulcre mineis. 
(J. DES Preis, Geste de Liège, 31032, Chroo. belg.) 

Pour le vaissiel en quoyie dittedelTuncte 
fu mise en terre, .x. s. (Il déc. 1401, Exéc_ 
test, des époux Paillart, Arch. Tournai.'^ 

A une femme qui ensevely la dicte def- 
functe et aida a le mettre ou vnssel, .v. s. 
(30 janv. 1431, Exéc. lest, de Maigne de Bo- 
ves, ib.) 

— Ciboire : 

Le vessiau a mestre le cors J. C. (1360> 
Invenl. de l'ostel de N. D. des Barres, Ste- 
Croix, Arch. Loiret.) 

Audit sire Pol, lieutenant du curé de le 
dicte église Saint Piat, que le dicte defuncte 
avoit donné al avanchement et ayde d'un 
vassel d'argent ordonné en le dicte église 
pour mettre et reposer le corpus divin, une 
couronne d'or. (19 janv. 1487, Exéc. test, 
de Caterine de Waudripont, Arch. Tournai.) 

— • Petite barque, dans l'exemple 
suivant : 

Quant la mère Moyse vit que il convenoit 
que son filz feut mis a mort, sy le mist en 
un vaissei et l'envoia sur l'eaue, et alast a 
l'aventure ou il plairoit a Dieu, comme 
celle qui grant pitié et grant douleur avoit 
de veoir occire son filz devant elle. Sy 
avint, comme ilpleust a Dieu, que le vessel 
va arriver devant la chambre de la fille au 
roy Pharaon delez un prael, laquelle estoit 
en" l'esbat en ce vergier avecques ses da- 
moiselles. Sy virent celluy vessel arriver 
deles elles. Sy ala elle et ses damoiselles 
dedens le vaissei, et trouvèrent l'enlfanl 
enveloppé, qui a merveilles estoit bel. {Liv. 
du Cltev. de La Tour, ch. lxxxvh. Bibl. elz.) 

— Ruche : 

Il a en ces pays et en ces régions 

De mousques a foison, qui sont en leur maison. 

18 



138 



VAI 



VAI 



VAI 



C'on nomme rais!tinu--t d'c?, bien parler en sa 

[vons 
(CAct. au cygne, 26T95, Reiff.l 

Pour .1. lessel cl demi de mouches qu'il 
avoil en sa meson. (1331, Compte d'Odart 
de Laigny, Arch. KK 3", t» 121 v°.) 

Uuyl vasseaulx de mouches a miel. (15 
noiit IÔ76, Exéc. lest, de Louis de Bary, (° 
106. Arch. Tournai.) 

Troeve de vaisseaux d'els. {Coulume de 
Hainaut, ch. cvi, art. 13, Souv. Coût, gén.) 

Norm., Haut-Maine, vaissiau, vase, 
armoire, bahut, buffet, bois de lit, sou- 
pière, tout objet de vaisselle, et aussi 
futaille; Comtois, vaihhè, Wallon, wa- 
cha, vassau, vassiau, mesure de capa- 
cité; Charleroi, vassia, Liège, vahai, 
cercueil. 

vAissELEE, vesselee, s. f., contenu 
d'un vaisseau : 

Pour .m. vesseleen de sel, .xvm. d. (1350, 
Actes normands de la Chambre des Comptes, 
p. 424, Delisle.) 

VAissELEMEXCE, -etiche, voir Vaissk- 

LEME.NTE. 

VAissELEMEXT, vaisselle., vesselle., 
vaixelle., vaiselm.. vessele., vaizelle- 
mant, vassele., vassillement, vacella- 
ment, vasallamant, vasalemenl, s. m., 
vase, vaisseau, vaisselle, toutes sortes 
d'ustensiles de ménage : 

Et des porpres emperiax, 
Vesselement d'or et d'argent. 

[Dolop., 56Î, Bibl. eli.) 

Un baril vit de Wn outre cel vaiselment. 

{Garin de Moiiglane, Richel. Î4403, i' SI.) 

Puis a fait tout l'avoir et torser et cargier. 
Les très et les cendaus et les pailes ploies, 
Et le casalement qui estoil al mangier. 

{AM. 8519, A. T. 

De vassillement moult riche. (S- Graal, 
Richel. 2455, f» 108 r°.) 

Si les empli (les coffres; de vaisselement. 
{Artur, Richel. 337, f 187'.) 

Et les autres genz qui furent espandu 
parmi la vile, gaaienierenl assez; et fu si 
granz li gaaienz faiz que nus ne vos en 
sauroit dire la fin, d'or et d'argent, et de 
vasselemenl et de pierres précieuses. (Vil- 
LEH., S 250, AVailly.) 

Il en prenl gua^es, si corne sunt scin- 
lures d'argent ou autre vaisselement d'ar- 
gent. (Assis, de Jérus., II, 51, Beugnot.) 

On doit louer grant vaisselement en pe- 
tite maison. (Buis. Lat., Très., p. 442, 
Cbabaille.) 

Grant vaizellemant d'or el d'arjent. (l'oy. 
de Marc Pol, ch. lx.xxvi, Roux.) 

Vacellamenl. {Ib., ch. Lxxxix.) 

Or et argent qui n'est ovrez et vasalla- 
mant demore cis hoers. {Droit de la cori li 
rois d'.ilam., ms. Herne A 37, f° 6°.) 

Vaissellement d'argent. (133'i, Cart. de 
Metz, Bibl. Metz 751, P 26 v".) 

Vaixellement d'ergens. (1348, Hist. de 
Metz, IV, 115.) 



Item, le vaisselement d'estain. pesant 
.Lxr. libvres d'estain. (16 nov. 1356, Exéc. 
test, de Gobierl, .Arch. Tournai.) 

Nul homme est qui puisse prendre le 
vesseUemenl du fort. (P. Ferget, le Noùv. 
Test.. Maz. 11485, f» 46 v°.) 

Wallon, wahièlemenl, wahiement, xva- 
hulement. ensemble des ustensiles né- 
cessaires pour un travail quelconque. 

VAissELEMEXTE, vaisce., vesse., vais- 
selle., vesselle.. vassele., vasele.. imisse- 
lamente, vaisselemence, -eucfie, vaissel- 
lemence, xvaisselernenche, vaissielle- 
menche, vesellemente, vaxillemanle , 
vaxillarnente, vasselemence, s. f., le 
même que vaisselement : 

C'est monoie ou veselitmente 
En ces foriaus et en ces maies. 

(Chrestikm. Perceval, 6446, Potvin.) 

Lors peussiez veoir tante bêle vaisselle- 
mente d'or et d'argent. (Villeh., S 61, 
Wailly.) 

Et tant i avoit de rikes vaisselemente d'or 
et d'argent et de dras a or, et tant de ri- 
kes juiaus c)ue ch'estoit une fine merveille. 
(Robert de Clary, p. 6i, Rianl.) 

D'or et d'argent, por ce qu"il ierent 
Trestable et précieux, forgierent 
Vesselententes et monoies. 

{Base, Richrl. In73, (• 81"'.) 

.\inz doit chacun por cest afeire 
Abandonner et mueble et rente 
Et argent et vessellemente. 
(J. Le Mabcha:st. Mir., ms. Chartres, f" 6=^; Duplessis, 
p. Î3.) 

Or et argent et vaxillamenle et robes et 
drais. (5. Graal, 111, 73i, Hucher.) Var., 
vaxillemanle. (Richel. 2455, f 321 v".) 

La ou la ves^elemenle estoit. (Chron. de 
S. Den., ms. Ste-Gen., f» 40".) 

Prist la les sommiers le roy qui portoient 
les deniers, la vaissellemente d'argent, ro- 
bes et autres choses. \lb.. Bon rov Phelippe 
Aug., Il, 1-2, P. Paris.) 

Et si doune encor a celui Jehan Poulain 
tous les ostius que j'ai en me partie, ki 
sont a Tournai et a Legni, si comme kiu- 
tes, cousins, nappes, touelles, linchius, 
couvretoirs, pos et poueles, quel qu'il 
soient, d'estain et autres, et toute autre 
vaselemenle, ki keurl par maison, pour 
faire toute se volentet. (.Nov. 1292, T'es?, de 
Annies de Lespierre, chirog., .\rch. Tour- 
nai.) 

Toute me vaiscelemente. (Bi6. Iiist., Maz. 
312, r 19'.) 

Si avons tant conquesté ke nous avons 
pries de .vi'. livres de meuble, ke en de- 
niers, ke en vase/emente d'argent. {Flore et 
la Bielle Jehane, Nouv. fr. du xin" s., p. 129.) 

Pos de terre, hanas de tiere ou de fust, 
vnisselemenche de cuisine. (1293, Cart. de 
Hain, Arch. Nord.) 

Waisselemenche. (Marlenne, Anecd., I, 
1258.) 

L'aparellcment de son ostel en vesaele- 
mentez, en Hz. (Des .vu. pèches mortels, Ri- 
chel. 2-2932, r 7^) 

Et fu la table a grant entente 
Garnie de vessellemente. 
(SlACt DE l* CuiRlTÉ, Bible, Richel. 401, f" 84«.) 

Le vaisselemenle d'argent. (1304, Trav. 



aux chdt. des C. d'.irt., Arch. KK 393, T 
22.) 

[Sous laisons] an couvent des Frères 
Menus deTournaiy tous nos hanas de ma- 
dré, et no vasselemente d'estain et de ceu- 
vre, pos et payelles. (Mars 1309, Test, de 
Libiert de Petenghien, chirog., .\rch. Tour- 
nai.) 

Laquelle somme d'argent il ont reco- 
gneut yauls estre tenus au dit Guyot. pour 
vaisselemence d'argent, ke li dit Guyot leur 
a vendiit baillé etdelivreit. (1320, Cart. de 
Hainaut, 3' cart., n° 70, t. 1, f 232 v°, 
Chron. belg.) 

Pluseurs vasselemences de keuvre. (5 ao(it 
1325, Reg. de ta loi, t. IV, Arch. Tournai, 
133.) 

Tote ma vasselemence d'argent... (1337, 
Lett. de Rottin, comte et seigneur de Neu- 
chàtel. Mon. de Ihist. de .N'euchàtel, I, 
456.) 

Ne argent ne vaisselnmente. {Estories Ro- 
gier, Richel. 20125, f° 28'.; 

Plusieurs vaselemenle d'estain. (1345, 
Exéc. test. Jehan Leroy, .\rch. Tournai.) 

Item pour D(isse/eme»i(e d'estain, .xxviil. s. 
(27 sept. 1350, Exéc. test, de Maigne Tou- 
relle, ib.) 

En vaisseltemence, an riche jouiaux. 
(Froiss., Chron., Y, 284, Luce.) 

Li conssilloit a rompre les deux pars de 
se vaissiellemenche d'or et d'argent. (Id., 
ib., VI, 371.) 

VAissELET, veiss., vesse., veiselet, 
vaixelail, vasselet, vasseleel, vaselet, 
s. m., diminutif de vaissel : 

Od tut un veiselet petit, 
A int al segrestain, si lui disl. 
Qui de l'oile lui départis! : 
Et cil ad le vesseltt pris. 
De l'oile lui ad dedeoz miz. 
(Wace. Lii: de S. .\icholay, 1427, DeliQS.) 

Un vasselet ad fet forgier, 

Une ni ot 1er ne acer ; 

Tu fut de or fin ad boues pieres. 

(Marie, Lais, LausLic, 149, Warnke.) 

Misires Gauvains se trait arrière et voit 
un clerc venir a la fontainne, qui estoit de 
jeune aage et de blans dras vestuz, et avoit 
une estole an son braz, et tenoil un l'eis- 
selet d'or carré. {Perceval, I, 73, Potvin.) 

Si me done, par charité. 
De ton pain d'orge un petitet 
E de l'eigue en un vaisselet. 

( Vie du pape Grêg., p. 89, Luzarche.) 

A chascon perluis pendoit .i. vnisselez. 
(Pluseurs miracles, Richel. 423, f" 93°.) 

Prant cestuil lailuaire on vaixelail de J. 
C. (Ms. Berne 365, f 141 v".) 

Aucun vaisselet de eaue. (J. Gerson, Ai- 
guillon d'amour, î° 90 v", éd. 1488.) 

Ledit ouverier deverat avoir le vin en 
vasseal ou vasseleel pour tel prix. ^1423, 
Chartes et privil. des 33 met. de la cité de 
Liège, I. XXV, 161, éd. 1730.) 

Desoubz vasselet et bousselet. (xv* s. 
Cart. de Flines, p. 915, Uautcœur.) 

— Cercueil : 

Le corpz de Alexandre y fut ensepveli 
en ung vaselet de or. (Fossetier, Cron. 
I Marg., ms. Brux. 10512, IX, ii, 22.) 



VAI 



VAL 



VAL 



139 



Centre, vasselet, petit vase, petite 
urne; Savoie, vi'issellel, panier rond en 
forme de vase, sans anse. 

VAissELEUR, vesseleur, s. m., tonne- 
lier : 

Payé aux vesselenrs pour la façon de qua- 
rante pippes neufves a raison de .xv. s. 
pour chescune, .xxx. 1. (16'20, Ste-Croix, 
Arch. Vienne.) 

VAissELi\, S. m., employé d'une ma- 
nière collective, pour désigner de petits 
vaisseaux, des bateaux. : 

Et povoyenl estre... neuf cens el sept 
grandes nêfz a grans Irefz et voilles, sans 
le menu vaisselin. {Croit, de Norm. de 
nouveau corrigées, t" 58 r°.) 

Noms propres, Vasselin, Vaslin. 

VAissELLAGE, S. m., ensemble de va- 
ses, de vaisseaux : 

Du bois de la pesse, on s'en sert seule- 
ment a faire des aisselles, des cuves, et 
linéiques auti'es outils el uaissellages. (Du 
l'INET, Pline, XVI, 10, éd. VoU.) 

VAISSELLE, vasselle, vayccUe, s. f., 
vase en général, plat, quelquefois ba- 
nque, futaille : 

Ung tonneau de vin en une bonne vay- 
celle neuve. ('29 aoiU 1530, Arch. Gir., Not., 
Charrier 95-5.) 

Une petite vasselle d'argent a pied, a la 
fachon de monstres. (1571, Compt. du Mas- 
sart, Valenciennes, ap. La Fons, Bibl. ms., 
Amiens.) 

VAISSELLEMENCE, VOir VaISSELE- 
.MENTE. 

VAissELLEME\T, -eule. Voir V.mssE- 

LEMENT, -ENTE. 

VAissELOT, s. m., syn. de vaisselet : 

Un vaisseht d'or. (1307, Joyaux et vestem. 
p. te roy, Pièc. rel. à l'Hisl. de Fr., XIX, 

38.) 

vAissERiE, vaysserie, s. f. ? 

Kous lui demandions que unes janes(?) 
d'une vaysserie qu'il avoit faicte en sa 
grange, qui ouvroient sur la voye com- 
mune, fussent ostees. (1275, Cart. de l'év. 
d'Autun, 2° p., LVII, Charmasse.) 

VAissiEL, voir Vaissel. 

VAISSIELLEME\CHE, VOir VaISSELE- 

mente. 
VAiviiv, voir "Vayain. 
VAivEE, voir Vedveé. 
VAIVET, voir Vesvbt. 
v.AivETÉ, voir Vedveté. 
VAiXELAiT, voir Vaisselet. 
VAIXELLEMENT, vaiz., voir Vaisse- 

LEMENT. 



VAJER, v. n., divaguer, être insensé : 

En tierc jor a son propre usage relor- 
neiz, conienzat a vajer el tens de l'orison. 
(Dial. Greg. lopap., p. 65, Foerster.) 

VAJEBESSE, voir Vageresse. 

VAKE, voir Vague 2. 

VAKELE, voir Vachele. 

VAKiELE, voir Vachele. 

1. VAL, s. m., valeur : 

.le voel que ceste cedulle soit ferme et 
estahle et de val. (1347, Test, de Rob. de 
Nain., Arch. Valenciennes.) 

2. VAL, vau, s. m., bas d'une chose, 
extrémité inférieure : 

Contenant deux arpents el demi assa- 
voir ou viiu de l'erilage. (25 déc. 1389, 
Très, du clidtel. d'Orl., Arch. Loiret, C.) 

— La val, adv., dans le fond: 

Sorbira moi et mon cheval 
Jusqu'el parfont bisme la val. 

[Rom. de Tlièbes, Richel. 60, f" 10".) 

— Là-bas : 

Vois com Franchois m'esjiardent, la val du maistre 

[tref. 
[Fierabras, 366, A. P.) 

.XV. larrons trouvâmes ta val erarai ces près. 

(/6., 2513.) 

Et sa bonne espee m'aporle 
La val au cief de celc porte. 

[Btaucanitin, 145, Miobelant.) 

Qui fust en sel chafaut la val 
(J. Bretel, Tourn. de Chauvenci, 3595, Delmotte.) 

— Prép., à val l'eau, au ûl de l'eau : 

Ce qLii ne se pourroit sauver, tant de 
bleds, vins, qu'autres vivres, le jetter en 
la rivière a val l'eaue, el le gaster. (Mabt. 
DU Bellaï, Méin., 1. X, f° 336 v°, éd. 1569.) 

— A travers : 

A Jehan Moriel,pour son sallaire, paine 
et déserte, d'avoir prié avec Jehan Leroy, 
appareilleur de draps, les bonnes gens a 
val la Ville, pour .ii. estre a l'entierement 
et au service dudit feu. (1444, Exéc. test, de 
JeliuH du Touppet, Arch. Tournai.) 

— A val de route, précipitamment, 
en désordre : 

Or se faisoit il ordinairement des courses 
et escarmouches tout joignant les Iren- 
chees el lortifications du camp de Pom- 
peius, esquelles Ca;sar avoit presque tou- 
jours l'avantage, excepté en une seule 
ou ses gens fouyrent o val de roupie si 
elfroveement, qu'il fut ce jour la en grand 
danger de perdre camp el tout. (A.myot, 
J. Cœsar, éd. 1574.) 

Hz se prirent finablemenl a fouir Ires 
laschement a val de roupie. (Id., ib.) 

Cruelle bataille enlr'eux près la ville de 
Thou, par laquelle Theodebert fut mis a 
vau de route. (Est. Pasij., Recti., V, 21, éd. 
1723.) 

Lequel, de loing les voyant venir a vau 
de routte le long du grand chemin de Mi- 
lan, jetta sagement ses harquebuziers sur 



es deux aesles. (Brant., Gr. Capit. fr., III, 
335, Lalanne.) 

Cinq ou six mille hommes demeurent 
sur la place, le reste s'enfuit a vau de route. 
(Chron. de J. Tardé, 240, de Gérard et 
Tarde.) 

Chasses a vau de roule. (Mki.abt, llist. de 
la ville et chasteau de Huy, 1. 25, 123, éd. 
1612.) 

— De même, en vau de route: 

Quelques esquadrons qui sortiroyenl des 
intervalles, qui leurdonneroyent en flanc, 
qu'ils les mettroyent en vau de route. (De 
LA KoUE, Disc, polit, et tnilit., p. 428, éd. 
1587.) 

Incontinent ils les tournèrent en vau de 
route. (Fauchet, Aniiq. gaul., vol. I, 1. V, 
c. 20, éd. 1611.) 

Le sieur de Coppeauville chante le trium- 
phe devant la victoire, ou, a mieux dire, se 
chatouille pour se faire rire ; Il se persuade 
qu'il a mis les défendeurs eu vau de route et 
qu'il les^ tellement bouches que force leur 
est de se taire. rl60l. Duplique du chapitre 
de Rouen contre les sieurs de Coppeauville et 
Le Cauchois, Arch. Seine-Inf., G 3786.) 

— A val de vent, en suivant le vent : 

Les uns (les faucons) vont a vau de 
vent, les autres contre vent. (E. Binet, .Vécu. 
de Nat., p. 48, éd. 1622.) 

Morvan bourguignon, o/ i>a, en bas. 
Gallo, en vau, prépos. : en vau l'cham- 
bre. 

VALABLE, -avie, vallahle, vaullaubk, 
adj., qui vaut, qui a de la valeur, pré- 
cieux, recevable, qui peut produire tel 
effet, atteindre tel résultat, en parlant 
de personnes et de choses, au propre et 
au figuré ; 

Les reproches n'esloient mie valavles. 
(1329, Arch. JJ 65, f 189 r°.) 

Et se li ditle tiere esloit mains valavle 
dou pris des diltes .xx. Ib. par an, loiau- 
ment prisié. (Oct. 1342, C'est les hoirs Ma- 
i-ien de Kallcnielle, chirog., Arch. Tournai.) 

Li autres dit que moult sont decevables, 
Gautilleuses, faulses et pou valables. 
(C. DE PlSAN, Dieu d'am., 271, Toés., Il, 9, A. T.) 

Duc d'Orliens, seigneur digne et valable, 
Filz de Charles, le bon roy charitable. 
^1d., Débat de deux amans, 5, Poés., II, 49, A. T.) 

Ces présentes (lettres) vaullaubles jus- 
ques a noslre rappel. (1410, S. Paul, cart. 
IX, pièce 14, Arch. Doubs.) 

Il nous couste plus a trayner 
Quatorze fois qu'il n'est vallahle. 
(Act. dis npast., vol. I, f» 163', éd. 1537.) 

Moult d'autres choses aussi fist faire de 
ce sang vallahle. [Violier des Uist. rom., 
c. eu, Bibl. elz.) 

La robbe qu'il portoit 
Fine toille d'argent, 
Brodée richement 
De perles fort valables. 
(1570, Ctians. nouv.. ap. Ler. de hiacy. Bec. de 
Clians.) 

Norm., valable, solvable. 
VALABLEJiEivT, adv.. Vaillamment: 
Emploiant sa force a valablement endu- 



140 



VAL 



rer les persécutions et adversitez. (Coliicy, 
Bist. de Grèce, Ars. 3689, f 182».) 

VALAGE, vall., -aige, s. m., vallée, 
vallon : 

Gellé, noif, montaigne ne valaige. 
Bois, De désert. 
(E. Descbaups, Poés.. Ricbel, 840, !• 303*; VI, 70, A. 

Assez près de la ville de Concque y a en 
une montagne comme une ires parfonde 
fosse ou grant valaige estroict aiant de 
long .n. m. .v. c. pas, 1res plaisant et bien 
alrempè par les boys et ruysseaux qui y 
sont, et d'iceulx boys et par parfondilè du 
valaige esl ires obscur. (CAcon. el liist. saint, 
et prof., Ars. 3515, f 81 v».) 

Les autres arbres sont es valages. {Ib., 
f 86 r°.) 

En suyvantz l'eau par le creux des valages. 
(Grev,, Descr. de Beauv., éd. 1558.) 

Saliat, dans la traduction d'Hérodote, 
offre la graphie vallage. 

Une partie de la Champagne s'appelle 
le Vallage. 

v.ALAiRE, s. f., ellébore: 

(Prenez) une herbe qui s'appelle en latin 
elebor et en nostre langaige valaire, qui 
fait esternuer les gens. (G.\st. FEB.,Maz. 514, 
C 31', el Richel. 616, C 42 v°.) 

v.\LAis, vallois, s. m., instrument 
propre à la pèche : 

Et pour ce que les dits engins vous sont 
inconnus en pluseurs noms, nous les nom- 
merons cy dessous par escrit : le bas re- 
bour, le cliiphre, garnis, vallois, amende. 
(1326, Ord., I, 792, art. 4.) 

Comme ramee ou fagots de bois sont 
deflendus en tous affaires, en rivières, les 
bas rembrouer, le chiphre garni de vallois. 
(Jb., p. m.) 

C'est assavoir, le bas rebour, le filTre, 
garnis, valais, amondes, etc. (1388, ib., 
VU, 779, art. 47.) 

>'ous les avons cy fait escripre et nom- 
mer (les engins de pèche), c'est assavoir, 
le bats robouoir, le cifire, garins, valnis. 
amandes, le puisouer. (1402, ib., t. VlU, 
p. 355, art. 72.) 

VALAXCE, vall., -anse, -ence, vai- 
llance, s. f., valeur : 

Quatorze livres de meiens boins et loiaus 
ou la valence de tournois doubles encon- 
tre... (Août 1274. Coll. de Lorr., Not. des 
mss., X.Wm, lis.) 

Ce sache Dieus, por la valhance 
De vostre argent nel disons mie. 
[Le Yescie a te Prestre, 130, MoDtaigloa et Raysaud, 
Fabl., III, 110.) 

Le seigneur foncier de la chose pour la 
plus valiince de laquelle l'argent est re- 
tourné, pour raison de la somme retournée, 
prend lods et ventes. ^151 4, Coast. d'Acs, 
Coût, gen., II, 679, éd. 1604.) 

Faire bastir el dresser ung lieu propre 
et commode et en apparances, pour les 
poix et mesures publicques, selon la juste 
valance... (2à oct. 1571, Ord. de Casa, juge 
de Bigorre, Arcli. B Pyrén., E 389.) 

— Valeur, objet de valeur, fortune 
richesse : 



VAL 

Se il avenoit chose ke li eschievin de- 
mandaissenl a aucuns lestamenteurs u a 
autrui, l'usl hom u feme. le vallance ne 
l'afaire d'omme u de feme de cui il seroient 
lestamenteur, et il ne disoient voir, (1247, 
Ban des échev. de Douai, ap. Tailliar, Rec, 
p. 147.) 

Ses lestamenteurs se il les avoil pris, u 
autres gens cui il quideroient ki seuissent 
de se vallance et feroient inquisition de 
sen afaire. ;1247, Arch. Douai, ap. Tailliar, 
Rec, p. 148.) 

Ne les biens ne les vallances ke li hospi- 
tals a. (Ib., p. 155.) 

En Ijleif, et en deniers, et en toutes 
val/unces. (Oct. 1254, S. Paul de Verdun, 
Arch. Meuse.) 

Des terrages, des fours, des molins, des 
assises, des amendes et de toutes autres 
vallences qui sont et porroient estre en la 
ville et on ban nous avons la moitié par- 
tout el il l'autre, (1255, S. Pierrem., 10, 
Arch. Meurthe.) 

Soit an preiz soit an chans et an toutes 
autres vnllunses. (Chnrt. mess, du xm' s., 
ap. Ferry, Observ. sec, t. I, T 259 V.) 

Selon la juste no/ance et compoix qui est 
gardé, entretenu el observé. (25 oct. 1571, 
Ord. de Casa, Juge mage de Bigorre, .\rch. 
Basses-Pyrên., E 389.) 

VALA.XDIE, voir VaILI-INDIIÎ. 

VALAXT, vall., valent, adj., qui vaut, 
qui a tel talent, tel mérite, telle qua- 
lité : 

Ciertes, toutes leus parolles doit bien 
dire boine dame et sage ; et si m'ait Ilieus 
elle est et sages el rullans. {Flore et Je- 
hane, Nouv. l'r. du xiii" s., p. 154.) 

Si bien qu'il fu en poi de tens 
De plusors .irz preuz et vallanz. 
Et sages et bien respoonanz. 
(Yie de S. .Uexi, Stj, Rom. VIII, p. 170.) 

Pour son père le roi Priant 
Et pour sa mère le rallant. 

(MocsK., Chron., S40, Reiff.) 

A sages homes valans el honiestes le 
maieur et les jures de Saint-Ouentin. 
(1280? Arch. mun. S. Quentin, 1. 30, A, 
4 bis.) 

Puis que celle qui les belles (d)e(race. 
Me fault laissier, et que nulle n'efface. 
Qui de toutes est mieulx et plus valente. 
(Rond, et poés. du iv s-, p. 139, A. T.) 

VAL.A>TÉ, valcnlé, S. f., valeur d'une 
chose : 

Le mont jugerait en vertes. 
Et les pueples en valentes. 
(Psaum., SCV, ap. aivUsl, Lib.Psalm., p. 326.) 

VALAXTEH, valen. (se), v. réfl., se 
prévaloir, se flatter : 

Et contre Eaulment son blz l'oultrecuidé 
Que il abvoil noveaulment couronué, 
Qui moult s'esfoit ralenté et vanté. 
Qu'il de France seroit roy couronné. 

(Aquin, 1834, Joûod des Loûgrais.) 

VALARIE.VT, Voir VaLERA.NT. 

v.iLAVLE, voir Valable. 
VALCE, voir Vauge. 
VALCEL, voir Vaucel. 



VAL 



VALCRER, voir Walcrer. 

VALEIR, voir Valoir. 

VALEixAUBLE, voir Valissablb. 

VALE.\CE, voir Valance. 

VALEivCEivois, -ckenois, -chiennois, 
-chienois, voir Valencienxois. 

vAi E.vcHiENET, vallecliienet, s. m., 
monnaie de Valenciennes : 

.VI. vallecliienez pour deux journeez de 
deux ouvriers. (1457, Greffe des échev., 23, 
63, Arch. Liège.) 

vALEXciE.\>"oiis, -chienois, -chien- 
nois, vallenchienn. , vallenchenois, va- 
lencenois, -chenois, vallechenois, adj., 
de Valenciennes : 

Cent Ib. de deniers valencenois. (Janv. 
1246, Fonten., Arch. Nord.) 

.\ le mesure valencenoise. (1295-1304, 
Compl. de la Comt. de Hainaut, f" 14 r°, 
.\rch. Nord.) 

Refaire et mettre nouvelles gistes au 
front dormant de le porte valenchenoise. 
(Fév. lo9.Vmai 1396, Compte d'ouvrages, 13% 
Somme des mises, Arch. Touinai.) 

Le porte vallechenoise. (19 septembre 
1431-16 fév. 1432, Compte d'ouvrages, 6" 
Somme de mises, ib.) 

Empries ladicte porte vallenchenoise 
(1436-1437, Compte des fortif., 2' Somme de 
mises, ib.) 

Le porte vatenciennoise. '21 mai-20 août 
1468, Compte d'ouvrages, 2" Somme de 
mises, ib.) 

Le porte valenchienoise. (18 mai-17 août 
1465, Compte d'ouvrages, 3" Somme de 
mises, ib.) 

.4 le porte vallenrhiennoise. (15 fév. -17 
mai 1476, Compte d'ouvrages, 2° Somme de 
mises, ib,) 

Le porte valenckiennoise. (19 nov.-18 fév. 
1474, Compte d'ouvrages, 4' Somme de 
mises, ib.) 

— S. m., monnaie de Valenciennes : 

Nous avons de nouvel ordenné que qui- 
conques aura en nostre roiaume baudekins 
ou iK//e«c(en«û« ou autre blanche monnoye 
ou noire de hors du roiaume, queie qiie 
ele soit, fors que esclins, el ne l'aura fêle 
percier dedans un mois après ce que 
ceste ordenance aura esté criée, soit 
changeur, soit autre, il l'aura desores en 
avant perdue et forfele. (1282, Ord. de 
Philip, m. Duc, .Moneta.) ' 

Valenciennoisei Valencenois se disent 
encore aujourd'hui. 

VALE.\T, voir Valant. 

VALETTE, voir ^'ALA.^TÉ. 



adv. . vigoureuse- 



VALE.\TEMEXT, 

ment : 

Quant aux pommiers quant ili sentent leur 
Vaîentement enflez dedans l'escorce [force, 
Contre le ciel d'euli mesmes assez mon- 

[tent. 
(GciiL. HicBEL, î' liv. des Georq., f' 49 v-, éd. 
1540.) 



VAL 



VAL 



VAL 



141 



VALEiXTER, VOIF VaLANTER. 

vALEKTiiN, adj., qui a rapport, qui a 
trait aux valentins : 

Venez aussi l'Iieure je vous assigne 
D'huy en huyt jours la fesle valentine. 

(J. Mesouinot, Bail., XVII, éd. 1495.) 

Mener canons et grosses serpentines, 
Puys pour Iburnir aux cristes ralenfines. 
Les doibz sacrez de grant meurtre empastez, 
Et soubz le houx comme coulons patez, 
Prez la femelle estre a l'ombre requise. 
[Bios, de la guerre du pape, Méon, (lias, des xv et 
lYl' S., p. 266.) 

— S. m., marcliand de bijoux et de 
petites nippes que les galants donnaient 
à leurs maîtresses : 

U est delîenihi a tous marchans de draps 
de soye et de laine, cliappeliers, pluma- 
ciers, brudeiu's, oalenlin.i, vendeurs de 
masques et piirfiinis, de ne refuser pres- 
ter et bailler a Crédit leurs denre?. aux com- 
pagnons masquiers. (Haut. d'Auv., Arr. 
cPAm., p. 898, éd. 1587.) 

VALE\Tii\isis», adj., de Valence en 
Espagne : 

Escuz uni genz, espiez valenitneis. 

{Bol., 91)8, Muller.) 

On donne encore aujourd'hui le nom 
de Valenlinois aux habitants de Va- 
lence en France. 

VALEXTOX, voir Valeton. 

VALE\TUREux, vall., adj., vaillant : 

Pource donc je vueil qu'il s'advise 
A tel estât et se conduise 
Valentureux a bien conquerre 
Duquel n'aura nulle reprise. 
C'est d'eslre en faict homme de guerre. 
{Contredit: de Somjecreux, {' 109 v», id. 153U.) 

Bien inslruictz aux armes, vallentureux 
en leurs faictz. (Fabhi, ti/tet., f" 4'J r", éd. 
1521.) 

1. v.ALEK, val le/-, v. a., donner va- 
leur, donner force, valider, légaliser : 

Supposé que elles fuissent fermes (les 
pactions)ou vidtees par painnes et par sie- 
remens ou confremees de nos Ire Saint Père 
le pape. (Froiss., Chvon., VI, 44, Luce.) 

Et ne pourront ne devront passer pro- 
curation, compromis, ne aucunes autres 
choses valler en fait de communauté, sans 
lesditz congié et licence dudit prieur. 
(Sept. 1461, Ord., XVI, 76.) 

Accords de vraye amitié faits solempnel- 
lement et valiez par foi et sermens so- 
lempnels. (Preuo. sur le duc de Bourg., p. 
344, dans Mém. p. serv. à l'Uist. de Fr. et 
de Bourg.) 

Une sentence passée et vallée en force 
de chose jugée n'a vigueur d'exécution 
entre parties privées qu'un an. (Coût, de 
Lille, XXllI, 6, N'ouv. Goul. gén., ii, 911.) 

Un décret passé et vallé est equipollé a 
sentence et desheritement. (/6., art. 13.) 

— Attaquer : 

S'il sevent leurs deiïautes, moult tost les vont 

[valler. 
(GiLLOj LE .MuisiT, Paés., I, 363, i, Kerv.) 



2. VALER, V. a., faire descendre : 

La damoiselle prisl un fyl de say, e le 
valu par my la fenestre desqe la terre. 
(Foulq. Fiiz Warin, Nouv. fr. lUi xiv° s., p. 
37.) 

Si en valu jus une corde, (/é., p. 39.) 

vALERAiv, -arien, s. m., oiseau : 

U y a une autre volerie pour les champs 
qu'on appelle vol pour le gros, comme 
quand on fait voler le faucon aux grues, 
aux pies, aux butors, aux valerans. (Du 
FouiLLOUx, Fauconn., f° 5, ap. Ste-Pal.) 

Et est bon le faulcon gentil... a valariens 
es pochez... valariens. (Franchiehes, Fauc., 
ms. Chantilly li)'28, f° ô r".) 

Aux explegabos, aux valerans. (1d., ib., 
(° b v°.) 

1. VALET, s. m., vallon : 

A miedi, uns escuiers 
Lor vint devant en un valet. 
(Chuest., Ei-ec et En.. Ara. 3319, l' 287'.) 

Robin l'atendoit en un valet. 
Par ennui s'asist les un buissonet. 
(R. DE Semilli, Clians., ap. Bartscli, Boni, et past., 
m, 7, 14.) 

Valet, vallon, se dit encore à Guer- 
nesey. 

2. VALET, s. m., galerie : 

Le suppliant trouva icelle femme toute 
nue en sa i-hemise sur les valez ou galeries 
de son hoslel a la lune ou au serin. (1416, 
Arch. JJ 169, pièce 279, ap. Duc, Baletum.) 

3. VALET, s. m., sorte d'oiseau: 

Auquel aunoy couvent et ponnent les 
hérons, buthoeraux, egres. vales et moult 
d'autres ovesseaus. (1366, Coutances, Arch. 
J 223, pièce IS.) 

VALETAGE, vasle.. Varie., -ai;/e, s. m., 
droit qu'un valet payait, à divers titres, 
à ses compagnons de métier, ou à la 
confrérie : 

Se uns varies venoil de dehors u de de- 
vens ouvrer en le ditte ville il y pqroit 
ouvrer .vni. jours, et apries ces .viii. jours 
s'il devoit chevalerie, buissenage u varle- 
laige, il convenroit qu'il le paiiast a grel 
dou meslier s'il voloil plus ouvrer. (1401, 
Ord. de la draper., P U r", Arch. comm. 
Mons.) 

Que nulz compaignons qui, après leurs 
dits apprentissages fais en ceste dite ville 
ou aultre ville de loy, gaigneront argent 
en ouvrant d'icellui mestier, seront tenus, 
du premier argent par eulx gaignié, paier 
aux variez gaignant argent en la dite ville 
du dit mestier la somme de .v solz .i. de- 
nier pour le droit de varletage, se paie ne 
l'avoient en ville de loy. (14 mars 1478, 
Slal. des gantiers, ap. Aug. Thierrv, Tiers 
Etal, lli, 305, Doc. inéd.) 

— Droit féodal : 

Et puis si prendra sa poignie 
Et puis prendra le vasletage. 
C'est le servise del portage. 
(Est. de Goz, Vilaim de Versoii, 210, Reg. redd. M. 
S., Antiq. de Norm.) 

VALETER, -etter, verbe. 



— Act., traiter comme un valet, as- 
sujettir bassement, traiter indignement : 

Et puis sa Muse 
Parmy les princes allaictee, 
Ne veut point estre valetee. 
(Cl. Mab., Epit., Fripel. à Sag., p. 236, éd. 1596.) 

Une musique ne veut estre ainsi valetee 
et publique, comme toy, Eutrapel, l'as 
tousjours prétendu. (N. uu Fail, Eutrapel, 
.\IX,' Bibl. elz.) 

— Servir comme un valet : 

L'homme grossier les femmes aimera, 
L'homme gaillard ne les estimera. 
Sans vali'ter une sotte maistresse. 
Sinon d'autant que l'alTaire le presse. 

(P. Bons., Alasc, p. 438, éd. 1584.) 

J'rt/y valeié celuy que je vouloy forcer 
A me servir naguère. 
(A. DE RivAUDEAU, Œuv. pO'H., p. 68, éd. 1859.) 

— • Réfl., se donner servilement, bas- 
sement : 

Car elle. 
Des hauts Dieux la fille éternelle, 
Ne se Valette pas ainsi. 

(P. Ross., Orf., I, n, éd. 1534.) 

v.ALETERiE, valle., valte., vallrie, s. 
f., service de valet : 

Quant .1. valet est quitte de son mestre, 
i doit poier .xii. den. a jurez du meslier de 
sa valeterie. (Ordonn. sur les mil., .X.\IV, à 
la suite du Livre des met., p. 406, Depp.) 

Et les maistres, quant ilh aperchurenl 
que le peuple en poroit parleir et murmu- 
reir grandement, ilh envoiont .m. de leurs 
varies qui bien le voie a dit bure savoient 
— car je croie qu'ilh y avoient esteil quant 
ilh y fut jetleis, et l'avoient eaux mesmes 
jetteis lavai — pur jeteir sus del terre attin 
qu'ilh ne fusl nient plus enssi veus ; et en 
y getlont bien legierement : car vos saveis 
que, quant ilh sont en leile vallrie ou 
varies com des maisires, ilhs se passent 
mult blende grandement a labureir. (J. de 
Stavelot, Citron., 324, Dorgnet.) 

Ces impudens valletsde valleterie d'hon- 
neur. {Des Gag. de bat., f. 38.) 

Toutles olilces ad vitam vacquanles sur 
nos dits mestiers, comme la rentherie, 
grelTe, banneresse, dix hommes, albales- 
terie, clef des cin((ue vinables, valterie. 
(1632, Prir. des 3i bons met. de la cité de 
Liège, II, 93, éd. 1730.) 

VALETOiv, valle., vasle., rurle., val- 
leiiin, vallon, valeltim, valleilun, vail- 
leton, valilon, valenlon, s. m., jeuue 
garçon, serviteur, valet: 

N'iert mie chevalier(s), encor ert valletun, 
N'aveit encor el vis ne barbe ne grenun. 

(Wace, Rou, 2" p., 3070, Andresen.) 

Bapteiez fu 11 vasletons. 

(Bkk., D. deNarm., Il, 1U759, Michel.) 

Dites sis cunuissez qui sunt cil vaileitun. 

{Horn. 146, ms. Oxf., Steagel.) 

Joe fui ja raUeton nurri en cest pais. 

(76., 4257, ms. Cambridge.) 

Par un privé valettun. 

[Conqurst of Iretaml, 1358, Michel.) 

Ne lilz ne fille n'avons entre nous .u. 
Se g'en eusse .i. toi sol valleton 
Molt plus l'amasse qe tôt l'avoir del mont. 
{Enfances Vivien, Ricliel. 1449, 776, p. 53, Wali- 
luDd.) 



142 



VAL 



VAL 



VAL 



Lors e?crîa i'hvieminis ; 
\'enez avant, grjins et pelis 
Et desarmez cist valenton 
Qi de nos ert defansion. 
Au désarmer corcnt barons. 
Chevaliers et valentons. 

{Hector, Richel. 8ÎI, (' 3^) 

Une uuil jusl le mère par deles sen baron 
Si vaut avoir s'amour en fournicacion : 
Elle par mautatent si dit une raison 
Que puis a comparé (tout desi le seit on) : 
Kar elle dit ; Je donne a l'anemi (clon 
S'en cesle nuit concbois fille ne valeton. 

[Chnrli-s le C/iauve, nidiel. J43:i, t' SI'.) 

Le vailîeton s'esmul grant erre. 
{Dial. de S. Orég., nis. Evreui, I' 1)6 T", col. S.) 

Fait le signeur de l'oslel... a un varlet, 
ou aulrcment a un de ses varlelons ou gar- 
dons : Me faite/, venir devant moy mon 
Karderober. {La Manière de langage, p. 383, 
1*. Meyer.) 

Jacquemart l'Kspesier envoya a aulcuns 
clesdits bourgois unes lettres par ung var- 
lelon... lec|uel vallon fut pris a tout lesdites 
leltn^s. i^Hé-. des troubles de Tourn.de fii2 
à 1i30, Mém. de la Soc. liisl. et lilt. de 
Tournai, t. XVII, p. 322.) 

Vienat le vuliton. (U3S-1439, Compt., 
Arch. mun. Montbéliard.) 

Et y fut prins ledit Poton de Saintraillos 
et ung vallelon qui se nonimoit Le Uergier, 
<|iii disoit qu'il venoit de par Dieu, lequel 
on reputoit pour loi. (.1. (Iiiaktier, CA/oniy. 
de Charl. VII, c. 7G, Bibl. elz.) 

l'ng cotlron lanet, une cotte de vallon, 
XX. d. (8 nov. Ii86, Tut. des enfants de 
Jehan de le Farge, Arch. Tournai.) 

Et anmenont .iiii. hommes, .m. vallelom 
et .m. chevalz de lierneix. (.!. Ariinio.N, 
Journ., an 1489, Larchey.) 

Tous ceulx aussi qui du bon valeton 
Font a chascun sans faire aulcun service. 
{Pronosl. d'Hahenrai/el, Poés. fr. des it" et iTi' s., 
t. VI, p. 21.) 

Les Picards ordinairement nomment 
valet et vnlelon, un jeune enfant prest 
(l'entrer en adolescence. (Fauchet, De 
l'orig. des cheval., liv. I, ch. 1, éd. 1611.) 

Noms propres, Valeton, Vallon. 

Rouclii. wallon. Lillois, luarlon, 
Suisse, wallotlon, jeune garçon, valet 
de ferme. 

VALETiDE, voir Valitude. 

\ Ai.ii.wcE, voir Valanck. 

VALIRIRE, valuidire, valuydire, s. 
m., valet qui fait les messages, raccro- 
cheur de femmes, mauvais sujet, vau- 
rien : 

Je sui por iiioqueriaus tcn\iz ; 

L'en vous retient a valUUre. 
(RoTED., Desputoison de ChaUol et du Barbier, Jiib., 
■I, 213.) 
Aflin que tu saches quels sont les noms 
que je leur oy donner (à ceux qui sont 
couliimiers de mal parler), je l'en mcttray 
partie par escril selon ma retenue. El s'en- 
sievcnt : dateurs, bouilleurs, menteurs, 
bourdeurs, rapporteurs, w(/(dt»es, connoit 
becq, langars, souliars, decliqtout, longues 
langues, maldisans, clappes, kaqiriaulx, 
langues envenimées et tant d'aultres que 
merveilles. (liGi, Lett. de Jan de Lannoy, 
dans le Cabinet hiilor., 1875, p. 103.) 



Aucunes fois fortune vi^ult monter 
Quelque povre liorarac et le faict surmonter 
Ses compaignous, qui n'est qu'un validire. 

(P. GaincoiaE, Menus propos. 111, éà. 1521.) 

l'n messager, un valiujdire. (Jun., No- 
mencl., p. 361, éd. 1577.) 

Validire, valuidire, \a^el servant à faire 
messages : Famulus, nuncius. .Nunciorum 
famulus. Nunciator famulus. Il lui a mandé 
son validire: Ad eum delegavit nunciorum 
famulum. (Monet, 1636.) 

Validire est encore emploj'é dans les 
Flandres pour signifier valet, domes- 
tique, et en Picardie pour signifier 
mauvais sujet, vaurien. 

VAHERE, s. f., petite vallée, creux; 
pris au fig. : 

Cole s'an part moul lieemant 
Qui avoit ointes ses rah'eres. 
[De la Dame qui /ist battre son mari, Montaiglon et 
Raynaud, Fabl., IV, 137.) 

vALiMEiv'T, -anl, valiemenl, s. m., 
valeur : 

Do vivre plus pas non donroie 
Le valiinant d'une coroie. 

(Hector, Ricliel. 821, t" 4'.) 

Mes Lombars ne firent ne viste ne semblant 
Cbe de lour dolousent le raliemenf d'un gant. 
{Prise de Patnpet., 100, Miissafîa.J 

VALISAÎVCE, voir Valissance. 

VALISA^'T, voir Vaillissant. 

VALissABLE, valeixauble, adj., va- 
lable : 

Mon exusalion doit bien estre aussi va- 
leixauble. (14-12, Preuv. de Metz, V, 399.) 

vALissAXCE, valisance, s. f.. va- 
leur : 

Reçut vin jusques a la valisance âe .nii. 
liv. par. (Mai 1300, Quitt. de la ch. des 
compt. de Dole, Arch. Doubs.) 

Berry, Poitou, Aunis, Saintonge, vail- 
lissance, Maut-.Maine, valisance, Norm., 
Picardie. Rémois, ^\■all., valissance, 
valeur, prix. Bourg,, Plombières, vail- 
lenccnse, valeur, courage. 

VAi.issA\T. voir Vaillissant. 

VALiTox, voir \'aleton. 

VAUTOUR, valiture, s. m., suppôt : 

Il avec ses vatilures et sequasses en- 
coure lantost sentence de excoinmenie- 
menl. (133.7, Titres de la ynatson d'Anjou 
Arch. P 135't2, pièce 862.) 

Nous audit monseigneur Loys et a mon- 
seigneur .laciueet a chascun de eux, a leur 
aidans, aliez, siibgcz , complices et vali- 
lours, avons donné, acordé... (135i, Charte 
lie Jean de Cusance, Arcli. du prince, Jlon 
de l'iiist. de Neuchâtel, II, 702.) 

VALiTUDE, valetude, s. f., santé, état 
de celui qui se porte bien : 

Et tourne a grief d'humaine valitude. 
{Complainte de Diiinant, 45, X. de Ram, Troubles de 
Liùge, Cbroo. beig.) 



La valitude et force des hommes. (Fos- 
SETIER, Cron. Marg., ms. Brux. 10509, f 
200 v°.) 

Et si ne considères pas 
La valitude que tu as. 
{Therence en franc., f" 160 r», Verard.) 

A ceste reigle afferment valitude 
Vrays médecins. 

(Criiin, Chantz roij., f" 8 r», éd. 1527.) 

Que les femmes soient explorées par 
trois ans, et que l'on preuve leui' valitude 
pour scavoir se ilz seront ydoines a porter 
enfans. (Bat. Jud., II, ii, éd. 1530.) 

Valitude. Ilelthe of body. (Palsgr., Es- 
ctairc, p. 230, Génin.) 

— Santé en général, mauvaise comme 
la bonne : 

Aussi sont plusieurs imbecilles laborans 
et traveillans en paine et tribulacion par 
longue valitude de santé. (Sec. vol. des ex- 
pos, des Epist. et Ev. de kar., f° 312, éd. 
1519.) 

Si nous conférons la santé et valetude 
des animaux avec la nostre. (Bouaystuau, 
Théâtre du monde, t» 7 r-, éd. 1560.) 

v.ALiTUDiivAiRE, adj., employé d'une 
façon bizarre pour dire valable : 

Pour faire examen valitudinaire a la re- 
queste de l'autre partie. (1480, Heglem. du 
Parlem. de Dijon, Lamarque 5306, f° 11 v", 
Richel.) 

VALLABLE, VOir VaLABLE. 

VALL.AGE, -aiyc, voir Valagb. 
VALLANCE, -onse, voir Valance. 
VALLAivT, voir Valant. 

VALLECHEIVOIIS, VOirVALENClENNOIS. 
VALLECIIIEIVET, VOir V \LENCH1ENET. 

VALLEivCE, voir Valange. 
VALLEivcHEivois, chicnnois, voirVA- 

LKNCIENNOîS. 

VALLEIVTIE, VOIT VaILLANDIE. 
VALLEIVTUREU.X, VOir VaLENTUREUX. 

1. VALLER, voir Valer. 

2. vALi.ER, v. a., remparer : 

Ceux i)ui ont la gueuUe vallée ont voulu 
appeller les raves ou naveaux armez, quand 
ils sont couverts el involvis de gras for- 
maige ainsi que lesdits naveaux fussent 
armez et couverts de brigandines. {Platine 
de obsoniis, C 81 r°, ap. Ménage, Dict. 
élym., éd. 1750.) 

VALLERIE, S. f., Vaillance : 

Des Bretons la chevalerie 

Doit moult bien mener vallerie. 

(Perceforcst, !' 21, ià. 1486.) 

VALLESA\T, vûir Vaillissant. 

VALLET, vaiUet, vaslel, vaulet, va- 
dlet, varlet, s. m., enfant mâle, garçon, 
jeune guerrier ; 



VAL 



VAL 



VAL 



143 



Dous enfanz de sa femme aveit, 
L'uns ert vaslfz, l'autre danzele. 
(Bej., D. de Xoi-m., Il, 17776, Michel.) 

Guiteclins de So?soigne, quant ce vint a son ion 
De sa première famé ot deus uasUz anfanz. 

fj. BoD., les Saisnes, v, Uicbel.) 

Li valtes fu preus et hardis. 

(S. Graal, Val. Clir. 1687, f» 1Î3'.) 

Et si fu enchainte, et quant ele ol le 
fruit porté jusques a son droit terme, si 
enfanta .i. vallel qui ot nom Jhesus. {Hist. 
de Joseph, ms. S.-Pélersbourg, t° 4'.) 

Le bers face devant, 
Ainr que naisse l'enfant. 
Doit il estre tout plaln 
De drapiaus et d'estrain, 
Et, se ce est raltet. 
Se li quiere ,i. auget 
Por baingnier estendu. 
[De VOustiUem. au vtllatn, il7, Mûotai^loD et Ray- 
naud, FabL, II, 155.) 

— Jeune homme non formé, page, 
écuyer, jeune homme en général : 

Li dus vit sa gent resortir 
E vit Engleis trop esbaudir ; 
Par les enarmes prist l'escu, 
Porfichié s'est de grant vertu. 
Une lance a prise e drecie 
Que uns fuslet li oui baillie. 

;(\ViCE, Rou, 3- p., 377y. Andreseo.) 

Respundi Saul : -Ne te poz pas a lui cu- 
pler, kar tu es i^adlez, e il est uns mervei- 
lus bers de sa bachelerie, a bataille ausez. 
(Rois, I, 17, p. 65, Ler. de Lincy.) 

.\scanius ki valiez ère 
A Eneas vint a son père. 
Se li comença a pieier 
Qu'il le laissast aler chacier 
seulement un cerf berser. 

{Eneas, 3565, Salverda tie Grave.) 

Et sevent ja lot le covine 
Del raîlet et de la reine. 

(Parlon., 4^15, Crapelet.) 

Dames et vailîez et puceles. 
(Vie de S. Alexi, 130, Rom., VIII, 171.) 

Uns bacelers jonez, touzes. 
N'est pas chevaliers, mes valiez^ 

[Gilles de Chin. 35S5, Reiff.) 

Li preudom fu sage et cortois. 
Et la dame forment ert lie. 
Et li ralles fols n'estoit mie. 
Ne vilains, ne mal enseigniez. 
[La Houce partie, 39, MoDlaiglon, FabL, I, S3.J 

— Aide du maître ou patron, ap- 
prenti : 

Se li serjanl au talemelier, soit joindre 
soit valles ou aidans a talemelier... (Est. 
BoiL., Liv. des Mest., l" p., I, .\liv, Lespi- 
nasse et Bonnardot,) 

.1. raenestrier el .m. voulez, (l'iil, Arcli. 
Doubs B 8-2, 1° 12 v°.) 

Vien ça, hay, Esopet ; 
N'est tu pas le petit varlet 
Du cousturier ? 
[Farce du Cousturier, Ane. Th. fr., Il, 165.) 

— Monnaie supérieure aux tournois : 

Cinq s. -uii. a anciennement. 
Qui sont pour jour a huissier eslabli. 
Et pour robe a cent soulz annuetment. 
Mais li varlet sont trestui parisi. 

(E. Deschaiips, Poés., II, •*7, A. T.) 



— Loc, bon vallel, flatteur, complai- 
sant : 

Cependant revindrent les dessusdiz, qu 
fuiz s'en estoient, et firent les bons varlets 
et brassèrent ung mariaige de la femme ai 
conte de Mortaing qui mort estoil, au 
frère de la royne, duc de Bavière. {Journ. 
d'un bourg, de Paris, an 1412, p. 28,Tuetey.) 

Wallon, Montois, Suisse, valet, Jura, 
valai, jeune garçon. Dans le wallon de 
Liège on dit : Que brave valet, pour 
signifier quel gentil garçon ! 

VALLETERIE, Voir VaLETERIE. 

v.*LLETox, -un, voir Valeton. 
VALHso.\, S. t'.. pente d'une colline : 

Hubert de Mellers tient de Frohens .i. 
fief séant sur le molin de Frohens et sur 
la vallison des Clyers, qui puet valoir par 
an ..\ sextiers de blé. (Denombr. des haill. 
d'.imiens, Arch. P 137, r 133 v°.) 

Haut-Maine, valaison, pente d'une 
colline. 

VALLISSAXT, Voif VaILLISSaNT. 

VALLois, voir Valais 
VALLOT, voir Valot. 



VAL>EA\T, voir VaUNEA-NT. 
VALOIR, valeir, verbe. 



— Act., fortifier : 

Vinc ça od pleint e od sospir. 
Cum je plus tost i poi venir, 
Por vos valeir e aidier 
E por vos toz réconforter. 
(Bin., D. deNorm., II, 13137, Michel.) 

— Défendre par sa valeur : 

Il n'estoit avers ne couars, 
Ains estoil sages et hardis. 
Et ses pères Va voif toudis 
Soucouru, nouri et valu. 

(P. Mousi., Chrtm., I7Î53, Reiff.) 

— Valoir dire, signifier : 

En langue gregoise appellay 
Cil qui vient a moy, quant il m'ot, 
Et autant vauU dire le mol. 
Selon l'interpretacion. 
Comme est ymaginacion. 
(Chbist. dk Piz., Chemin de lomj estude, 1632, PQs- 
chel.) 

— Réfl., tirer avantage : 

Sousteint que le gouffre de la Moree n'es- 
toit aucunement lieu propre ny conve- 
nable a combattre pour eulx, parce que la 
ilzcombattroient en mer large et spacieuse, 
la ou leurs ennemis se pourroient valoir 
de leur grand nombre de vaisseaux, et fa- 
cilement travailler ceulx qui en avoient 
beaucoup moins qu'eulx. (Auyot, Diod., XI, 
3, éd. 1554.) 

— Xon valoir, non-valeur : 

Pour avoir esté le pays a l'entour géné- 
ralement en semblable non valoir. (31 oct. 
1587, Edit de Phil. II sur la modération des 



rentes, XVII, dans Coustumes gén. du comté 
d'Artois, éd. 1624.) 

VALOT, vallol, vaillot, variât, s. m., 
jeune homme, varlet, valet : 

Béas valoa, saïgas et soitiz, 
[Dou pechié d'orgueil laissier, Brit. II in,, addil, 15606 
f HO',) 

Chacuns ot maitre, nés Chalioz 
Qui n'estoit pas moût biauz valloz. 
[De Chariot le Juif, 69,MoQtaigIon «t Raynaud Fabl 
III, iU.) 

Ranfroi et Denisot 
Et maint autre valîot. 
(Chans., dans Poét. avant 1300, Ars. 3303, p. 177.) 

Uns va'l/oz trait un espointon suis un 
autre. (1294, Coût, de Dijon, Richel. 3873, 
f 33 v°.) 

Jeunes varlots et amoureux. 
(Des Accords, Escr. dijon-, prol,, p. 4, éd. 1610.) 

Meuse, valot, Haute-Marne, vallot, 
jeune garçon. 

VALTERIE. voir VaLETERIE. 

VALTOX, voir Valeton. 
VALTRiE, voir Valeier:e. 

vALiAciox, -lion, s. f., évaluation, 
fixation de prix : 

Somme de toute la recepte de ce pré- 
sent compte, tant en deniers contans, 
comme la valuaciun et apresiacion des 
poissons et autres proufis de la revenue de 
la dicte terre de Conflans, en ce compris la 
vente du sel de ce présent compte, monte 
en somme toute, mil et une livres, .xi. solz, 
.1. den. obole. (1467, Compte de la seigneu- 
rie de Conflans, Bull. Soc. Hist. Paris, nov.- 
déc. 1889, p. 155.) 

Pour le bien publicque est advisé estre 
expédient el raisonnable que la monoie 
d'oir et d'argent soit entretenue d'un pris 
et valeur par tout le pays, et y soit égale- 
ment priese, tenue' el aloweë partout az 
cry et valuution de mon dit seigneur. (5 
janv. 1493, Ordonn. mise en warde de loy, 
p. 872, X. de Ram, Troubles de Liège, 
Chron. belg.) 

v.ALL'iDiRE, voir VaLIDIRE. 

VALUE, vnllue, s. f , valeur, prix : 

Le sorplus <le la value de sa terre. (1248, 
Porhouet, Arch. Morbihan.) 

Li rois de France donra au rei d'Engle- 
terre la value ûe la terre de Ai;enois, en 
deniers, chacun an, selonc ce que ele sera 
prisée a droite value de terre par prodes 
hom. (28 mai 1258, Tr. d'.ibbev., Arch. J 
629, pièce 1.) 

Quatre paire de robes de le value de six 
marà cascune. (Extr. d'une cronike, dans 
Monum. pour serv. à l'Hist. des prov. de 
Namur, Hain: et Luxemb., I, 312, Chron. 
Belg.) 

Tuit cil qui amainnent a Paris vans, 
chaciers, corbeilles, corbeillons ou es- 
creins, pour vendre, doivent au roy une 
pièce de leur ouevres, telle comme ciiz qui 
queut la coutume de par le roy la voudra 
prendre, de ci a la value de .ii. s. (Est. 
BoiLEAi:, Liv. des mest., 2' p., XVII, 1, Les- 
pinasse et Bonnardot.) 

Qui de chascune chose connoist la pro- 



144 



VAL 



VAL 



VAN 



pre vertu el la value. (Laihext, Somme, 
Uichel. -22932, C 29*.) 

Et autres choses que nostre sire le roy 
avoit plus près de lour motislier et qui cs- 
loient et sunt aussi prolitabies el plus et 
d'aussi grant patiie et de preignour. (1308, 
Ch. de l>h. le Bel, dans Mém. el Noies d'A. 
le Preiosi p. serv. A l'Iiisl. du dép. de F Eure, 
II, r* 26', !.. Delisle et L. Passy.; 

Il facent faire la dicte assiete a value de 
la dicte rente. (1328, Ass. de terre en Cos- 
lenl., Arch. KK 292, f I r\) 

V.n faisant la prisie a value de terre. (/A.) 

Surceintz de value. (B. Despeu., Rec. des 
auvres, p. 11b, éd. 154 i.) 

— .\u sens moral : 

L'en ne doit pas croire fol home 
Do la value d'une pomc. 

{BoK, nichel. 1573, t' 35«.) 

Les grans biautes, les grans values 
Des choses Icans contenues. 

{Ih., «0577, Méon.) 

Gens de nulle value. (Grand. Cron. de 
Fr., Ph. de Valois, XL, P. Paris.) 

Lequel reuvre indigne, toutesfois vostre 
grâce... a desja daigné recepvoir comme 
chose de value. (J. Marot, Voi/age de Gènes, 
prol., f° 4 r°, éd. 1532.) 

Dames de grand value. 
(Cl. Marot, Epist. p. un geitt. de la court, p. 166, 
a. 1596.) 

Ma petitesse et vostre grant value. 
(Ho.ss., Œuv., IV, 381, Bibl. elz.) 

— Revenu : 

Hz ont passé un autre mandement a 
Poncel (".olonibet de la somme de quarante 
solz lourn. a lui deuz pour sa peyne de 
huit jours qu'il a vacqué avec Kstienne 
(luerrier et Hererd Jacot a extraire du livre 
des vallues de la ville le vaillant que les 
gens d'église ont a Lyon. (23 nov. 1417, 
Reg. consul, de Lyon, 1, 87, (luigue.) 

— Valeur, équivalent : 

Quant Matabrune l'ot, durement s'en argue. 
Et a dit as varies : Mird.die malostrue. 
Poy s'en faut vraiement (|ue tous. vn. ne vous lue. 
— Dame, dist Savaris, ne soves esmeue. 
Nous vous en renderons, s'il vous plaist. le value. 
(C/tev. au Cyyiie, 884, Reill.) 

— Vigueur, vaillance : 

.\utant comme la soris est mendre 
Que li lions et m.-iins cremue. 
De cors, de force et de value. 

{Iluse, 21486, Méon.) 

— Value a value, valeur pour valeur, 
propoirtionnellement : 

E je devant dit Ciuillaumc et mes hers 
sonmes et seron tcuuz des ore en avant 
garantir défendre contre touz le devant 
dit héritage au devans diz religious e a 
lorz successors ou allors eschangier value 
ad value par la costume de Normandie en 
nostre propre héritage. (1290, Cart. de Friar- 
del, Uichel. nouv. ac(|. lai. Ifil, f 39.) 

Et sera le roy nostre sire el ses succes- 
sours tenu a garantir et a défendre contre 
touz as diz religious el a lour successeurs 
toutes les choses dessus dites a eus bail- 
liees en escange, comme il aperl dessus, 
ou escangier aillors value a value cl au- 



Iressi piontablemcnt. (1308, Ch. de Ph. le 
Bel, dans .Mé»i. et Kolei d'A. le Prévost p. 
serv. à l'hisl. du dép. de l'Eure, II, f" 29% 
L. Uelisle et L. Passy.) 

Ou eschangier aillors en son autre heri 
tage value a value. {Cart. du Bec, LUI, 
Arch. Eure.) 

Et aillours eschangitron leur propre hé- 
ritage value a value. (1311, Cart. de S. 
Taurin, .\L1, Arch. Eure.) 

Ou aillours restores en leur propre hé- 
ritage value a value se mestier en estoit. 
(1322, ib., L.) 

Ayens repris toute ycelle terre de Mari- 
gny, laquelle noslred. oncle nous a du tout 
delaissiee pour rendre li ailleurs autant 
value a value. (1318, Letl. de Ph. le Long, 
Pr. du comlé d'Evreux.) 

Rendre el restorer vallue a vallue sus 
tous ses héritages. (1318, Ab. du Trésor, 
Arch. Eure.) 

— A la value, en proportion, à l'ave- 
nant : 

Ou eschangier aillours en nostre héri- 
tage a la vaille. (1311, Lyre, pièce 12, Arch. 
Eure.) 

Baillez ça ma pire cotelle 
Et un surcot « la value. 

(.Mir. N.-n., XVI, 750, A. T.) 

Ce jour Saincl Laurens tonna el es- 
parly le plus terriblement el le plus lon- 
guement que on eust veu d'aage d'homme, 
et plut a la value. (Journ. d'un bourg, de 
Paris, an 1419, p. 129, Tueley.) 

— .-1 la value que, à mesure que :. 

Violant conmeni en son rivage 
Sathan tenoit humain lignage, 
Et qu'en enfer touz desceudoient 
A la ralue qui\ mouroient. 

{Mir. de A'.-£l., XXI, 649, A. T.) 

Or tost, sans riot ne dangier, 
A la value que venez, 
A table tost seoir alez. 

[Ih.. XL, 9-2.) 

— Estre a la value de (un infin.), 
être en état de, être capable de : 

Il m'est avis que vous estes bien a la 
vallue de me tenir aussi lionnestemenl cl 
plus que n'est son mary. {Quinze joyes de 
mar., V, Bibl. elz.) 

Il m'est avis que suy aussi bien a la 
vallue de vous faire service el plaisir comme 
est celui dont j'ay ouy parler, (ié., W.) 

— N'estre de mises ne values, n'avoir 
aucune valeur, ne rien valoir : 

Au lieu d'epistre tu as faict 

Ung coq en l'asne contrcfaict » 

Qui n'est de 7nises ne values. 
Car en dix vers tu nous salues 
De bourgeons, de plurs, et de prunes, 
De cousturiers, et de fortunes, 
D'allouettes, d'aller, de venir, 
(Cu. FoisTiise. Itesp. a T/i . Jiuel, dans Œuv. de 
Marot, VI, 181, éJ. 1731.) 

Morvan, vaillue, valeur. 

VALURE, -uure, s. f. ? 

A toutes les apendances de Colent et a 
toutes les valuuresde Fontaines. (1248, An- 
chin, Arch. Kord.) 



Vechi les terres et le valure de Rouvroy. 
(1301, Denomhr. de Guill. de Maçon, Bibl. 
Amiens.) 

VAMO.\, S. m., tumeur, loupe, goitre : 

Jehan Galon estoit entachiez d'une en- 
fermeté ou maladie appellee vamon, la- 
quelle lui faisait ou accumuloit une grant 
boche ou col. (1398, Arch. JJ 153, pièce 293, 
Duc, Vammum.) 

VAivAGE, vann., venu., s. m., action 
de vanner : 

El s'il i eskeoit asnages, ne pierebas, ne 
revanes, ne vnnages ou dit moulin, tout 
çou met li warde en sem preut, u les au- 
tres parties n'ont nient. (Ocl. 1293, C'est 
don moulin Ici fa Jakemon le roy, chirog.,' 
Arch. Tournai.) 

Pour le batage el vennage du dit blet, 
dont il eubt .xviu. rasieres, .xxi. gros de 
Flandres. (1'=' fév. 1403, Exéc. test, de Huart 
de Itely, ib.) 

Les vannages du blé. (xvi° s., ap. Duc, 
Vamiatio.) 

VAiVAGLORious, voir Vaneglorios. 

VAivcHE.MEivT, voir Vengement. . 

vAivcioi^, voir Vencion. 

VAIVCQUE, voir ^'ENQUE. 

v.iivDAGAisoiv, voir Vendaoaison. 
VANDAIGE, voir VëXDAGE. 
vAtvDALicQUE, adj.. Vandale: 

Puis récent mort et passion 
Par Croscus, le roy Vamlalicque. 
[Myst. de S. Did., p. 2, Carnandet.) 

v.\NDAM\E, voir Vendesme. 

VAIVDANGERESSE, VOir VeNDANQE- 
RBSSE. 

VAXDoisE, voir Vendoise. 

VAiVDi'E, voir Vendue. 

VA\É, adj., pur, purifié, d'élite, 
noble : 

Moult fust ore pure et bien vanee 
Famé qui n'anuiast tieus hon. 
(G. DE CoiNci, .Mir., ms. Soiss., f" 186^.) 

Des mieus vaîllanz, des miens vanez. 
{ID.,76., t" 208''.) 

Et a peu k'il n'est avenu, 
Que il n'a hui Galion pris. 
S'il ne fust si tost entrepris 
De toute l'osl ki sor lui vint : 
Neporquant si ne lor avint 
Bien, k'il n'ait pris des mîei vanes. 
{Cher, as .n. esp.. 9738, Foerster.) 

Et prier au chauniberleyn, et as autres 
des plus vanez, qe toutes quereles et touz 
plez que sount meuz devaunt lui en tout 
soun temps seinl par eus délivrez solounc 
droit jugement. {Lib. Custum., I, 20, Rer. 
brit. script.) 

Les plus loiaus hommes et plus vaneez 
de meismes les lieux. {Ib., I, 193, Edw. II, 

ib.) 



VAN 



VAN 



VAN 



145 



De launce? et espeys taunt parfount naufré, 
Ko mort chel al tere ; il fust le melz raiié 
De luz ke la morurent. 

(Chron. de P. 'le Lanijtoft, ap. Michel, Ckrou. angl. 
norm., I, 129.) 

Un auteur célèbre du xœ« siècle a 
dit, au sens d'épuisé : 

Vous paraissez vannée de fatigue, ma 
raie. (G. Sand, Claudie, I, v.) 

Pop., vanné, fatigué, épuisé, fini. 

VAXEE, S. f., contenance, contenu 
d'un van : 

Pour une vanee de paille, .i. gros. (28 
sept. 1361, Exéc. test, de Jaquetnon, \rch. 
Tournai.) 

Pour ..wii. vinees de paille .xvii. s. (1347, 
Compte de la tutelle de Maigne Monneries, 
ib.) 

Pour pluiseurs vanees de paille employés 
a faire blaiicq mortier, .vu. s. (Juin 1437- 
1438, Compte de l'hôpital S.-Jacques, 6° 
Somme de mises, ib.) 

Vanée se dit encore dans la Nor- 
mand., dans le pays Wallon et dans le 
Tournaisien. 

v.\iVEEiR, voir Veneor. 

VAi\EGLORios, -OMS, va7ia., vaiuglo- 
rieus. adj., vantard, fanfaron; 

Magnanimes est cil qui est atornez a 
grandisme afaire et se esleesce et esjoisl a 
faire les hantes choses; mais cil qui s'en 
entremet se il n'est atornez a ce faire, il est 
apelez vaneglorious. (Brlx. L.\t., Très., 
p. 287, Chabaille.) Var. : Vanaglorious, vains 
qlorieus. 

Cil qui en ceschoses se desmesure est va- 
neglorious et bobanciers. (In., ih., p. 288.) 

1. v.txEL, -iel, s. m., dimin. de van: 

Capisleriuni, clives ou vantaux a nettoier 
bief. (Gloss. du W s., Uichel. 13032.) 

2. vA>EL, -tel, venel, vennd, s. m., 
sorte de tuile : 

Pour ..\. chent et demi que arestiers que 
vnniiius. (1336, Trav. aux chdl. d'Art., krch. 
KK 393, f° 80.) 

Que il ne prengent dune fiesture que 
.un. deniers, d'un vaniel .i. denier. (2 août 
1345, Rer/. de la vinnerie, drupperie, 1343- 
1451, f 164 s", Arch. Tournai.) 

Pour .1. c. et .ni. quarterons que de ares- 
tiers que de vaniaux mis es dis ouvrages. 
(21 fév. 1411-21 mai 1412, Compte d'ouvra- 
ges, 6* Somme de mises, Arch. Tournai.) 

A le Gassielle pour .xxxvn. vaniaux et 
.xm. quariaux d'estre, qui ont esté mis et 
employés es ouvrages dessus dis. (16 fév. 
1446, Tut. de Uaquinet de Buissy, ib.) 

Pour .v". venniaux a .xv. s. le cent. (1462, 
Compte Jacquemart Conrart, ib.) 

On trouve encore auxvii^ et au xviu" 
siècle dans des textes du Nord : 

Noeufs milles cinque cens luilles a .xvi. 
1. le mille, quarantte fetissures a .un. s. la 
pieche et cinquantte veneaux a .n. s. (1671, 

T. VIII. 



Comptes du receveur de Mortagne, ms. 
appartenant à 51. A. Bocquillet.) 

Pour cent livres de waneaux et festissu- 
res a deux palars la pièce. (1743, Comptes 
du receveur de la terre de Mortagne, ib.) 

Rouchi, vaneau, véniau, sorte de tuile 
creuse, presquetriangulaire, qu'on place 
entre le toit et le mur pour rejeter l'eau 
sur le toit. 

vAiVELLE, voir Venelle. 

VA>ER, voir VeneR. 

VAXET, S. m., petit van : 

Un vanet. (1329, Invent, de mad. Ysab. de 
Mirande, Arch. Vienne.) 

Norm., vanel. 

VA\ETE, voir Venete. 

vAKETiER, S. m., Vannier: 

Vanetieri. (Voc. des met., ap. Géraud, 
Paris sout Phil. le Bel.) 

VAXGEME^T, voir Vexgement. 

v.AivGisox, voir Vexgison. 

VAiVGxouR, voir Gaaig.neor au Sup- 
plément. 

VA.MEL, voir Vaxel. 

VAMER. vann., venn., s. m., ouvrier 
qui fait des vans, des corbeilles d'osier : 

Marie la vaniere. (1226, Cens Paraclel, de 
Pruvin, f° 8% Arch. Aube.) 

Andriet le vanier. (1296, Cari, de S. Ma- 
gloire, Richel. 1. 5413, p. 165.) 

Jehan le vanter. (Ib., p. 166.) 

Jehans li vanniers. (1332, Compte de Odart 
de luigihy, Arch. KK 3', f 179 v».) 

16 sous pour faire par Colin le vennier 
enlumineur 358 lettres de deux poins et 
332 petites lettres faictes ou bréviaire du 
comptoiier du maistre. (1428, Archiv. hosp. 
de Paris, 1, 81, Kordier.) 

VAMEUR, voir Veneor. 

VAMSTÉ, -ité, -eil. voir Vaineté. 

v.*rv30isoi«, voir Vengisox. 

VA»AGE. voir Yanagë. 

VAX.MER, voir A ANIER. 

VAXXIL, -ilg, vennil, s. m., vanne : 

Pour faire .i. vannilg tout nuef devant les 
moulins de la chapelle, abatre le raerrien 
ou bois, amener, sier et mètre en ouvre. 
(1328, Compte de Odart de Laigny, Arch. 
KK 3% f° 34 r».) 

Faire le vennil. (Ib. 

Le dit vannil. (Ib.) 

VA>oi-iR, vaniiir, v. n., s'évanouir, 
disparaître : 
Quant ce fut dit, manez vanuit des oez 



del regardant. (Dial. S. Greg., p. 158, 
Foerster.) 

VAXTAILLE, -ulle, voir Ventaille. 

VAXTAXCE, ven., venlence, s. f., van- 
terie. ostentation, parole de vanterie : 

Devant Marsilie ad faite sa vanlance. 
En Rencesvals guicrai ma cumpaigne. 
Vint milie humes ad escuz e a lances. 

(flo/., 911,31 ùUcr.) 

Meis il ne se vante de rien, 
Ainz dit qu'il panse et cuide bien 
Que lot le miauz et les vantances 
Avra cil au ferir des lances. 

(Cbeest., Clig-, 4S97, Foerster.) 

Une pucele l'a veu , 

El point a lui, si l'a féru 

Que mort l'abat, puis li a dit : 

Geste joie a duré petit ; 

De ma dame ait pris la venjance. 

Vos n'en ferez ja mais vanfance. 

[Eneas, 7207, Salverda de Grave,) 

De la vanfance que il Est, 
Si par mei puet estre aquitez, 
Par vas baruas seit délivrez ! 

(M&bib, Lais, Lanval, 640, Warnke.) 

Gant li uns des autres trois 

Oi sa vantance, 
An pies sailli sus tos drois. 
[Chans., ap. Bartscli, Rom. et past.. Il, 30, 13.) 

Dame, fet Galahaus, jou dirai ore une 
foie vantance. (Artur, ms. Grenoble 378, f° 
23'.) 

Si'n firent de molz grant bonbance 
E granz orguels et granz vantance.^. 
(Bist. de Guill. te Maréchal, 2i33, P. Mejcr.) 

Li quart geton de cesle branche par quoi 
l'orgueilleus monstre l'orgueil de son cuer 
est vanlance. (Laurent, Somme, ms. îlodëne, 
P 5 v°.) 

Nostre sires weille perdre et destruire 
toutes faulces laingues, et lefTres décevant 
et doubles, et laingue haulainne et plenne 
de ventencs. (Psaut. de Metz, XI, 3, Bonnar- 
dot.) 

Vos vantances vous doivent estre rétor- 
quées a reprouche. {Déb. des hér. d'arm., 
S 53. A- T.) 

Celluy de qui le cueur est vrayement 
subject a Dieu, comment se pourra il esle- 
ver en vantance? (Intern. Consolac, II, 14, 
Bibl. elz.) 

Certaines jactances et vantances. (4 av. 
1499, Arch. Gir., Not., Frapier.) 

Et maintz seigneurs (je le dys sans ren- 

[tanee) 
Riches et grans cerchoient mon accoinc- 

[lance. 
(Cl. M*e., .Vel. d'Oi^., 1. Il, p. 84, éd. 1596.) 

Vantance est encore usité dans le 
Poitou, la Saintonge et l'Aunis. 

v.AXTAXT, adj., vantard : 

Orguieus est mentere et vantans. 
(Rekclus de Moil., Miserere, LXiTm, 2, Van Ha- 
mel.) 

Aine ne fui faus ne guilere, 
Ne bobanciers ne vantans. 
(Gniii.. lE ViKiER,ap. Bartscb, Long, et litt. fr., 506 
13.) 

VANTE, vente, s. f., bruit, louange : 

La fu li couars vius et li hardis ot rente- 
(Roum: d'AlÎJ:., t' 74', Michelanl.) 

19 



146 



VAN 



VAN 



VAP 



VA.VTECE, S. f., vanterie : 

Vérité est a reprimer vanteces. (11. de 
Gacchi, Trad. du Gouv. des piinc. de Gille 
Colonne, Ars. 5062, f M v°.) 

VAXTEIS, s. m. ? 

Puenl paiire lou vanteis et les remasons 
en ce meesines bois. (1264, Leit. de J. de 
Joinv., S. Urb., Arcli. ll.-Marne.) 

VAîVTEL, voir Ventel. 
VA.\TEi.E, voir Ventele. 

VA>TELEMEXT, VOir VlvNTELLEMENT. 

VAXTELER, voir Ve.nteler. 
VAXTELET, voir Ventelet. 

VAXTELLER, Voif VeXTELER. 
VAXTELLERIE, VOir VeNTELLERIE. 

VAXTEMEXT, vaiin.. l'en., s. m., van- 
terie : 

Et quant mesires ot oie 
La parole et le vantement. 

(Cbbest., Percevnl, 3I93Î, PoItih.) 

Mes il seent tut choi, ne fud nul vantement. 

{Boni. 1370, ms. Osf., Stengel.) 

Mes pur coe ne feist nule fciz rauntement^ 

(/6., 2687, uis. Cambridge.) 

La damoiselle oi sovent 
Du bacheler le ventetnent. 
(Du Vallet nu.? .xii. femmes, 31, ilontaiglon et Bay- 
naud, Fabl., 111, 187.) 

Et le vanteour sera encoupez o lui de 
cel meismes pechic, car il l'aura enseignié 
par son vantement. (Sydrac, Aïs. 2320, 
S 473.) 

Si que par son fol vantement luy mes- 
cheoit assez de fois. {Percevnl, éd. 1530, f° 
85'.) 

1. v.*NTER, -leir, venter, verbe. 

— Réfl., s'appuyer, s'autoriser : 

D'une rien vos poez venter 
Qu'en lot le siècle n'a son per. 

{Parton., 64i9, Crapelet.) 

Ne de teneur que cil Jehans davandiz i 
eust faite il ne sui hoir ne s'an poroient 
ne vanteir ne aidier. (Sept. 12.59, C'A. de 
Jacq. év. de Metz, Ste-Glossinde, Leyr, 1. B, 
Arch. Moselle.) 

Et cil qui l'avoit ajourneit se vouloil de 
teneur vanteir conUe lui. (1324, Pr. de VU. 
de Metz, IV, 4.) 

Ne ne se doit on mies vanteir de debtes 
c'om doit par escris en arche cens nulz cit. 
(Ib., IV, 5.) 

Et frères Bauduins, ne aires pour lui, ne 
se pueeni vanteir de racliel qu'il puissent 
faire de l'eritage dessusdit, se par cscrit 
en airches des amans de Mes non. (1331, 
ib., IV, 69.) 

— Neut., au sens du réfl., tirer va- 
nité : 

Ilom, entent com chil hom monta I 
Fai cLe k'ii fist, fai Dieu cantcr 
Et fai Dieu de ten don vanter. 
(Rbsclus de MoiL., Miserere, cviii, 5, Van Ha- 
mel.) 

2. VA^•TER, voir Venter. 



V.4XTEREAU, ven., s. m., vantard, 
présomptueux : 

Moqueurs, dresseurs, abuscurs, Irompereaulï, 
DilTamateurs, avenceurs, ventereaulx. 
(Roger de Colleb., Rondeaux, XXIX, Bibl. eiz.) 

vAXTERESsE,-esce, -tresse, venleresse, 
adj. et s. f., qui se vante, présomp- 
tueuse : 

Ke lu es trop jangleresse 
Et trop foie vanteresse. 
{Cftan.t., ap. Bartscb, Jiom. et past.. Il, 27, 71.) 

Diex destruit les lèvres malicieuses et la 
langue vanteresce. (Brin. Lat., Très., p. 
358, Chabaille.) 

Mcskines voellent iestre de leurs dames mestres- 

[ses; 
Prêcheuses sont pluseurs et grandes vanferesses. 
(GiLLOx LE Moisit, Pof^s., Il, S3, !1, Kerr.) 

Mainte promesse 
Lui ferez et maint serement 
Qu'onques parole venteresse. 
Ne nulle riens qui a tristesse 
Deust son douU cuer esmouvoir. 
Ne déistes, 
(/.l'y. des Cent batlad., XL, Quenx St Hilaire.) 

Fortune est vantresse de prospérité. (Fos- 
SETIER, Cron. Marg., ms. Brux., il, f" 251 
r°.) 

VAXTEROLLE, VOir VeNTEHOLI.C. 

vAXTEi's, -eux, voir Vantos. 

VAXTEUx, voir Venteux. 

VAXTiER, voir Ventier. 

v.AXTiSE, S. f., vanterie, vanité, or- 
gueil, prétention vaine : 

Li péchiez de la langue nos ail wasteiz 
per vaines paroles et per menzonges, per 
detraclions et per losenges, per paroles 
de malice et de vanlise. (S. Bern., Serm., 
112, 40, Foerster.) 

Vanlise, inobediance. despeitemanz, pre- 
sumplions. (Li Epistle saint Bernard a Mont 
Deu, ms. Verdun 72, f 107 V.) 

Jactanlia, vanlise. (Oloss. de Douai, Es- 
callier.) 

Catphe 
Estre 61z de Dieu le vivant, 
Puisqu'il a samblable puissance. 

JniiROIïOAS 

11 en donne asses demonstrance 
A soy armer de tel -rantise. 
(Gbebah, Mist. de la Pa-ssion, 20592, G. Paris et 
Raynaiid.) 

Toute passe, beau sire, est ce par van- 
tise ou par faiclz ac(|uis par vaillance? 
(Perceforesl, vol. V, c. 16, éd. 1528.) 

Pour reprimer leur vatitîse orgueilleuse. 
{MoLiNET, C/ta